Version classiqueVersion mobile

L’apologie d’Origène par Pierre Halloix (1648)

 | 
Claire Falla

Préface

Jean-Pierre Massaut

Texte intégral

1L’ouvrage que voici a été présenté à l’épreuve de la licence en histoire en octobre 1981, à l’Université de Liège, par une étudiante comblée de dons et pleine de promesses. Assorti d'autres succès, il valut à son auteur la plus haute mention. On pouvait reconnaître sans peine, dans ce premier essai, les prémices d'une œuvre plus importante, qui porterait sur l'histoire de l'origénisme au XVIIe siècle. Ce fut l’espoir de quelques mois. Au matin du jour de Noël 1981, alors qu’elle se préparait à partir pour Rome afin d’y poursuivre ses recherches, Claire Folla fut enlevée soudainement à l’affection des siens, de ses amis, de ses condisciples, de ses maîtres.

2L’affection, l’admiration aussi, Claire Falla les a suscitées partout autour d’elle, pendant les quatre années de sa vie à l’Université. Autour d’elle, le cercle s’étend loin, à la mesure de ses capacités et de son dévouement. Elle a mené de front des études brillantes d’histoire et de philologie romane, la pratique du chant (à la chorale universitaire notamment), de la musique et du sport, des engagements divers et bénévoles au service des jeunes et des malades, sans faillir jamais aux vertus de la sociabilité.

3Comment évoquer sans la trahir une figure si attachante, toute de fraîcheur, de délicatesse, de simplicité ? Alliant la vivacité la plus spontanée à un naturel réservé, comme une ferveur ingénue à un tempérament réfléchi, elle était la modestie et la discrétion mêmes. En ce sens, elle fut toujours ce qu’elle voulut être : une étudiante parmi d’autres. Chacun, pourtant, savait bien qu’elle occupait une place à part, une place de choix. Son rayonnement extraordinaire s’en trouvait renforcé, mais il prenait sa source au centre plus profond ou la clarté de l’intelligence se fond avec la transparence du cœur pour devenir puissance d’accueil, pénétration du jugement, mobilisation généreuse des ressources disponibles. Les frémissements d’une ardeur juvénile faisaient déjà vibrer en elle les cordes plus graves d’une maturité précoce. De la montaient, incertains mais irrépressibles, les chants alternés du consentement et du refus, traduisant alentour le travail intime de la sympathie et du discernement.

4Est-il grâce plus précieuse, pour un professeur, que d’assister à la croissance de telles personnalités, d’accompagner les progrès de ces intelligences fermes et fines, attirées par toutes les formes de l’aventure humaine, promptes à l’enthousiasme, mais qu’un effort opiniâtre et la discipline d’une méthode rigoureuse protègent de la dérive et de la dispersion ? Des échanges stimulants s’établissent alors, qui valent aux cours et aux séminaires de mériter leur titre de critique et d’exercices. Claire Dalla savait écouter avec une attention concentrée, mais, — au désappointement peut-être de l’orateur trop heureux de se voir si docilement suivi !elle savait aussi, à la requête de l’esprit, en éveil, vaincre la timidité pour poser une question redoutable. Cette jeune historienne en apprentissage n’a, pas hésité à assurer sa formation également en histoire ancienne, médiévale et moderne. Il n’en fallait pas moins pour aborder sans épouvante, sans même se laisser rebuter, les in-folios latins, austères, indigestes, du Père Halloix penché sur les Pères grecs ; pour en tirer parti ; pour les replacer exactement dans l’histoire des jésuites, de la Réforme catholique, du mouvement des idées au Grand Siècle ; pour découvrir sans s’y perdre le monde immense de la patristique ; pour débrouiller enfin l’écheveau de la question origénienne, compliquée à souhait depuis l'Antiquité jusqu’à la Renaissance. En dix-huit mois, ce programme énorme fut rempli.

5La Faculté de philosophie et lettres, les sections d’histoire et de philologie romane en particulier, et, plus qu’un autre, celui qui eut la joie de diriger ce travail et la peine de perdre une telle élève, ont voulu, en publiant son mémoire, rendre hommage à une étudiante dont ceux qui l’ont connue gardent un souvenir durable. Cet acte de piété profitera aux études historiques, en mettant à la disposition du public une monographie originale, limitée certes, mais solide et suggestive. Son intérêt est triple.

6D’abord, elle révèle la figure jusqu’ici bien oubliée d’un jésuite liégeois, Pierre Halloix (1571-1656), qui n’est pourtant pas passé inaperçu de ses contemporains. Très actif dans la Compagnie, alors en plein essor, remarqué par ses supérieurs, Halloix s’est illustré notamment par ses relations avec les érudits de son temps, en particulier avec les Bollandistes, et par ses travaux d’hagiographe et de patrologue. La volumineuse apologie d’Origène qu’il publia en 1648 constitue assurément son œuvre principale. Elle fit quelque bruit jusqu’à la fin du siècle et figura à l’Index romain des livres prohibés jusqu’à la réforme de Léon XIII. Pour la première fois, nous disposons d’une biographie aussi complète que possible d’un personnage représentatif de son milieu et dont le rôle personnel mérite de retenir notre attention.

7Ensuite, le présent travail apporte d'utiles éclairages sur des cercles ecclésiastiques qui, en France, aux Pays-Bas et à Liège, dans la première moitié du XVIIe siècle, ont fortement contribué, malgré toutes sortes d’ambiguïtés, à la fois à la Réforme catholique et aux progrès des connaissances et de la méthode historiques. Les historiens, que l’histoire de l’histoire intéresse aujourd’hui de plus en plus, en feront leur profit.

8Enfin, cette étude s’inscrit dans la ligne des recherches réclamées de toutes parts sur l’histoire de la patristique à l’époque moderne. Elle s’attache à une figure de tout premier plan. La fortune d’Origène dans l'Antiquité, au Moyen Âge et à la Renaissance a fait déjà l’objet de travaux importants. Pour le XVIIe siècle, rien de tel ne semblait entrepris. Figure contestée, certes, Origène ne tient-il pas, parmi les Pères grecs, une place analogue, — encore que de signe opposé, si l’on peut dire, — à celle d’Augustin parmi les Pères latins ? Il est permis de se demander si, au XVIIe siècle, comme déjà à la Renaissance, certains esprits n’ont pas cherché leur inspiration dans l’héritage origénien pour répondre au défi de l'augustinisme. De Pic de la Mirandole à Érasme, les humanistes se sont enthousiasmés pour Origène. Les Réformateurs, héritiers plutôt d’Augustin, ont témoigné pour l’Alexandrin de beaucoup de froideur, d’hostilité même, et pas seulement à cause de son penchant pour l’exégèse allégorique. Le tempérament philosophique d’Origène, son insistance sur le libre arbitre, sa doctrine prétendue de l'apocatastase et du salut final des damnés, n’étaient pas de nature à plaire aux pères de la Réforme. Les « humanistes dévots », à leur tour, se montrèrent, semble-t-il, plus conciliants, - encore faudrait-il y regarder de plus près. S’étonnera-t-on, en revanche, des attaques répétées de Jansénius, qui dénonce chez Origène le père du pélagianisme ? Est-ce un hasard si le premier contradicteur de Pierre Halloix, Jean Sinnich, est un des partisans les plus zélés de l’augustinisme à Louvain ? Et quand, à Liège même, le franciscain Matthias Hauzeur veut voler au secours d’Augustin contre l’interprétation, abusive et compromettante à ses yeux, que les jansénistes en donnaient à la grande joie de certains réformés, il s’en prend, d’un même mouvement, à l’irrespect des jésuites pour Augustin et à l’Origenes defensus du Père Halloix ! Celui-ci, d’ailleurs, trouva son plus vigoureux adversaire dans la personne du cardinal Henri Noris qui, pour exalter Augustin, dans son Historia pelagiana, croit devoir accabler Origène, principem pelagianorum.

9Origène, Augustin domineraient-ils de leur haute stature, couvriraient-ils de leur autorité, d’ailleurs inégale et souvent détournée, deux versants du christianisme, qu’il serait trop simple de qualifier l’un d’optimiste, l’autre de pessimiste ? Un débat de fond se profilerait ainsi derrière l’histoire tendue d’entreprises d’érudition et en désignerait l’enjeu, par delà celui, évident, des discussions sur la valeur du cinquième concile œcuménique ou de telle autre décision ecclésiastique, — seul aspect de la question qui a retenu l’attention de Rome.

10Claire Falla s’est bien gardée de ces spéculations aventureuses, qui ne sont qu’hypothèses à vérifier. Ce fut, de sa part, sagesse et modestie. Son travail néanmoins appelle ces prolongements, qu’elle-même hélas ! ne pourra lui donner.

***

11Un mémoire de licence doit obéir aux lois du genre et n’est pas d’ordinaire destiné à l’impression. Il a donc fallu en revoir le texte et le mettre au point en vue de sa publication, en le modifiant le moins possible. Je m’y suis employé, dans un temps limité et avec des moyens restreints. L’ouvrage reste, à certains égards, inachevé. Il conserve des traces d’inexpérience qui n’échapperont pas aux historiens chevronnés : elles soulignent davantage encore la précocité du talent dont l’ensemble témoigne. Certains passages ont dû être allégés. En revanche, ayant eu accès à la riche documentation de l’auteur, j’y ai puisé la matière de brèves additions qui m’ont paru s’imposer pour éclairer, souvent par des sources inédites, la condamnation de l’Origenes defensus. J’ai tenu compte, dans quelques notes, des plus récentes publications, sans prétendre, faut-il le dire, à une mise à jour complète. Signalons, en particulier, que ce travail était écrit lorsque parut la belle étude du Père Henri de Lubac, La controverse sur le salut d’Origène à l’époque moderne, dans le Bulletin de littérature ecclésiastique, t. LXXXII1, p. 5-29, 83-110, Toulouse, 1982. Le lecteur voudra bien s’y reporter pour tous les compléments qu’il pourrait désirer sur des questions, des auteurs ou des œuvres traités ici plus brièvement. Il y remarquera (p. 87-88) l’indignation du grand Arnauld devant les apologies d’Origène composées par des jésuites, malgré les condamnations qui frappaient l'Alexandrin, et, à l’inverse, l’hommage rendu par Pascal au Père Halloix, cité dans la dix-septième Provinciale en compagnie de Pic de la Mirandole et de Génébrard.

© Presses universitaires de Liège, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search