Version classiqueVersion mobile

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Vocalisme

Texte intégral

11. a tonique libre. – Il ne s’agira ici ni de a après palatale (v. n° 9), ni de a en hiatus (v. n° 28), mais du cas le plus simple, celui qu’illustrent le fr. chanter (-é, -ez) et le fr. père. Alors que le franç, a é fermé à la finale nue et è ouvert devant une consonne prononcée, une grande partie du domaine wallon a é dans les deux cas, tandis qu’une autre zone a é devant cons. mais è à la finale nue.

2Cp. ALW 1, c. 44 « frère » : frére ou fré dans presque toute la B. r., sauf dans des points dispersés, à l’ouest et au sud (v. aussi c. 36 « équerre » : scwére, èkére), et c. 37 « été », s.m. : èsté, osté, èté…, mais grande zone èstè de Ch-Th à B.s et Ne.e et gaum. ètèy (v. aussi ALW 2, c. 76 « acheter », et α, part. pa. « acheté » : ici, noter la zone o.-w. où l’inf. est en -é et le part, pa. en -è).

3En liég., on a [čãté] à l’inf. (tchanter), au part. pa. masc. (tenante), à l’ind. prés, et à l’impér. prés. 2 plur. (tchantez). Autres ex. : pré < pratu ; golé collier < collare ; viyé NL < villare ; åté autel < altare ; sét sait < *sapit ; pére, mére père, mère < patre, matre ; èré(re) araire < aratru ; lére (arch.), afr. lere < latro ; ard. moudrére meurtrier, avec suff. -ator (lg. moudreû, suff. -atore).

4On admet communément qu’au 6e-7e s., ą[ s’est diphtongué en ae, puis monophtongué en é (B. 55 ; F. 263 sv. ; Str. 273). Mais cet é, qui était commun au domaine d’oïl, s’est peut-être diphtongué à son tour. En B. r., comme dans une bonne partie du domaine d’oïl, ą[ est souvent représenté, dans les textes médiévaux, par « ei » : v. Gossen, Skript. 139-57, avec carte p. 156, et Gram. 47-9 (à l’o., Normandie… ; à l’e., de la Picardie jusqu’aux limites du francoprov.). Ex. : boteir, citeit, neif, peire, journeie

5L’interprétation du graphème « ei » pose un problème : s’agit-il d’une vraie diphtongue ou d’un simple digramme ?

6Les avis sont partagés. Beaucoup croient à la diphtongaison du é commun. Ainsi Wilm. 124 : « a tonique libre donne ei » ; Wiese, Dial. Grég. 5 ; Pope, 491, n° iv (b) : « Tonic free ē (< G. R. a tonic free) diphtongised to ei » (demeneir, meire…) ; F. 263 sv. : ą[ > *ae -- > é, stade connu « dans l’ensemble du domaine d’oïl » et auquel « se sont arrêtés le francien et les dialectes du Centre » : p. 264 > ẹị (« dès le courant du 12e s. » : ib. ; = « ei ») > é (en w. lg., …) ; Régn., Morv. 98.

7Or, les dialectes modernes ont génér. é, comme le fr. C’est le cas du liég. (pré, pére, tchanter) : est-il possible que le liég. soit revenu de èy à é, c’est-à-dire à un stade qu’il aurait déjà connu une première fois au m.â. ?

8Malgré l’existence dans la région pic. [et dans d’autres] de formes modernes comme etèy, veritèy, « nous ne croyons pas, écrivait Gossen, Gram. 49, qu’il soit permis d’attribuer au digramme ei du m.â. la valeur d’une diphtongue. Ce qui semble sûr, c’est qu’il est censé indiquer un e [= é] long ». V. aussi Gossen, Skript. 145-8.

9L’e issu de a, écrit Chaurand 56, « est représenté, postérieurement au Moyen Age, par une diphtongue, dans certains parlers régionaux. Nous n’avons aucune preuve que cette diphtongue remonte au Moyen Age. »

10A. Goosse, J. d’Outr., intr., n° 4, remarque simplement que la valeur de « ei » est « assez contestée » ; mais, dans R 73, 501, n. 3, il rappelait que, « comme le relève R. Loriot, RBPH 28, 1950, 555, le suff. néerlandais -teif pourrait bien être né des formes romanes -teit du suff. latin -tatem ». Mais, le suff. étant abstrait (qualité), l’emprunt pourrait avoir été livresque et graphique.

11Wüest 208 considère, de son côté, qu’il ne faut pas penser seulement à une diphtongaison secondaire, dans certains cas du moins, mais à une « monophtongaison retardée ».

12Pour ma part, en me référant à la situation du wallon et du liégeois en particulier, j’incline à partager l’avis de Gossen.

13Dans nos régions, « ei » est attesté dès la fin du 12e s., et, dans les noms propres des textes latins, dès le début du même siècle (Gyss. 714b : Morelmeis comm. 12e s., puis 1127), et il s’est maintenu très tard, jusqu’au 17e s. (Henry, Mél. Haust 216-7 ; Probl. 102-3, texte liég. de 1603), et même au-delà, dans un mot comme « pré », par exemple (1716 « mauvais preit— nommé le preit busette », 1730 « preit – proche le preit Hony », etc. : Top. Esneux, BSW 61, 237…). Or, à ce moment, le wallon liég. notamment avait atteint le stade é. On peut, dès lors, se demander depuis quand « ei » graphique coexiste avec un phonème wallon //. Nous n’essayerons pas de résoudre ce problème délicat. La seule date que nous puissions chercher à établir, c’est celle où le franc, a ouvert devant consonne le é tonique issu de ą[, alors que le wallon le gardait en toute position. D’après Bourc, n° 35, hist., cette ouverture aurait eu lieu « vers la fin du moyen âge ». Mais Fouché 247-50 étale le phénomène sur plusieurs siècles : les premiers ex. de é > è sont du 13e s., mais ils ne sont pas de l’Ile-de-France ; dans la langue savante, l’e a gardé son timbre fermé jusqu’à la fin du 16e s. et même du 18e selon les cas (p. 248). Tout ce qu’on peut dire, c’est que, sur ce point, le w. et le fr. doivent avoir différé de plus en plus au cours des 14e, 15e et 16e siècles.

14Remarque. – On a vu qu’une grande région de la B. r. avait è bref au lieu de é à la finale de èstè été, s. m. (ALW 1, c. 37), des inf. en ‘-er’, etc. Bruneau, Et. 126-7, considère que « l’e s’est ouvert sous l’influence d’un y final » (eièyay). Il serait intéressant de dater cette importante différenciation. Pour le ld. de Lesterny Ma 47 ô fossè ‘au fossé’, on a, d’après G. Pescheur, mém., p. 146, les formes suivantes : 1585 °au fosset, 1586 °a fosset, où le « -et » final note peut-être un è. Mais on trouverait prob. la même graphie dans les régions où l’on a un -é fermé à la finale. Il faut attendre d’autres documents pour se prononcer.

152. La finale -ala. – Au lieu de passer à é…, l’a tonique libre se maintient dans de nombreux mots en -al-, que la voyelle finale soit u, e ou a. Ex. : capitale > tchèté, fr. cheptel ; tale > té(l), fr. tel ; – mais male, malu > , , , fr. mal ; palu > , fr. pal (pieu) ; canale > tchènâ…, fr. chenal, chéneau ; etc. Les mots en -alis > -à… sont nombreux, et il conviendrait d’en dresser la liste. Dans certains cas (v. notamment FEW palus), le a occupe en Gaule romane des zones très étendues.

16C’est surtout la finale -ala qui nous retiendra ici. Au lieu de donner [èl] comme en franç., elle garde son a tonique dans quelques mots remarquables : scala > lg. hâle, -à-…, ard. châle, nm. chôle, mais rouchi èskièle…, gaum. chieule, chûle, fr. échelle ; pala > lg. pâle…, La Louv. péle, fr. pelle ; ala > salm. âle, nm. ale (aube de la roue de moulin), fr. aile.

17Pour scala, d’après ALW 1, c. 31 « échelle », la persistance du a caractérise le domaine wallon proprement dit, c’est-à-dire Br.e Nm, Lg, Lx (sauf Ne.se et Vi) ; mais le a long s’est vélarisé dans une grande partie de cette zone. V. aussi Brun., Et. 236-7 et Grignard 392. – Pour l’ensemble de la Gaule romane, v. ALF 992 « pelle » et atlas régionaux : on a ‘pal’ et var., en dehors de l’aire wallonne, dans une vaste zone orientale (lorr., bourg., …) et aussi à l’o. (Norm., Poitou…) ; v. aussi FEW 7, 476 pala, et Wüest 169-71 (avec carte VI, établie d’après ALF 436 « échelle » et 992 « pelle », mais incomplète). – Pour les explications, v. Dond. 235-6 ; Tav. 21 ; Pignon 169 sv. ; etc.

18La situation géographique qui transparaît dans les scriptae ressemble à celle d’aujourd’hui : v. Gossen, Skript. 157-69.

19On a parfois supposé qu’un mot comme pala avait d’abord donné pél et qu’il était revenu ensuite à pal ; mais un tel aller-retour n’a pas dû se produire en B. r. Selon toute vraisemblance, l’a (souvent vélarisé) des formes pal remonte au latin. Bien qu’elle puisse paraître floue du fait qu’elle varie beaucoup selon les exemples, la différenciation pelpal, qui oppose de grandes zones de l’est et de l’ouest aux régions centrales, constitue un archaïsme remarquable : elle doit exister, en effet, depuis l’époque où l’a tonique libre a commencé de s’altérer, soit depuis le 6e ou le 7e siècle.

203. a + l + consonne. – En franç., dans des mots comme palma, salvu, etc., a + l + cons. aboutit à [ó] : le l implosif s’est vocalisé, d’où un groupe [aw], qui a évolué jusqu’à [ó]. La vocalisation de l, qui doit avoir commencé au 7e s. (Str. 207), devait être terminée vers 800 (d’après B., n° 188, hist.) ou, selon d’autres, vers la fin du 11e s. (F. 858) ; le stade 6 serait déjà attesté au 14e s., mais il ne l’aurait définitivement emporté sur au qu’au 16e s. (Rheinf., n° 326).

21D’après ALW 1, c. 15 « chausse » (lat. *calcia), le groupe al devant cons. aboutit à [ó] comme en franç. dans la plus grande partie de la Belg. rom. : Hn coche ; Br et Nm tchôsse ; Ma.so, Ne, Vi tchôsse ; de même tchôsse dans une petite aire au nord-est (L 19, 43, 66 ; Ve 1, 6, 8). Mais, dans le domaine liég. (sauf la petite aire qu’on vient de préciser), plus B et Ma.n-se, on a à long (resté pur ou plus ou moins vélarisé) : ard. tchâsse, W-H… tchâsse [à :], DL tchâsse [ò :]. Autres ex. : calce > tchâ(s’) ; falce >  ; germ. *bald + -ittu > bâdèt ; palma > pâme ; salvu > sâf ; cale)facere > tchâfer ; palpebra > pâpîre ; valle >  ; mâva, fr. mauvais ; alba > âbe (dans *âbe fontin.ne, auj. âfontin.ne, Arbrefontaine NL) ; malva > *mâve (dans le dér. mâvelète ‘mauve’, nom de plante).

22La voy. a se rencontre aussi en France : ainsi pour « chaux » ALF 261, on a des formes en ä à l’ouest, de la Normandie à la Vendée, et à l’est, dans le n.-e. de la B. r., dans des points dispersés du n.-e. de la France et en Suisse.

23En fait, dans la zone wall, de â…, la situation est complexe : à côté des mots où al + cons. donne â…, on en trouve de nombreux où il est représenté par ô : tchâfer chauffer, mais tchôd chaud, tchôdîre chaudière, hôder litt. échauder ; hâssi hausser (dans vente aux enchères), mais hôt haut, hôteûr hauteur ; ôte autre ; one aulne (n. d’arbre ; dans ld. ; auj. ônê) ; etc. Cp. aussi lg. tchivà, -à et ard. tchuvô cheval.

24En B. r., les positions respectives de â et de ô ont varié au cours des siècles. A Liège, la vélarisation de â ne date que de deux siècles environ : on prononçait encore â au 18e s. (on a toujours â, p. ex., dans le « Théâtre liégeois » de 1757-58, et chez J.-J. Hanson, né en 1739 : v. Anth. 60-72). En herv., le son vélaire est plus ancien : dans son introduction au « Chat volant de Verviers » (1641), BSVAH 11 (1910), p. 87, J. Feller affirme que « les Verviétois du 17e s. prononçaient comme ceux d’aujourd’hui », càd [ò :] (ou [ó :] ?) ; à vrai dire, sur les 130 vers de la pièce, on ne trouve aucune rime qui appuie cette affirmation, mais certaines graphies (comme « maue » = jamais, verv. mồy, môy) semblent bien attester le passage de â à ou ô. Des témoignages de cette évolution paraissent même se rencontrer à Verviers au 15e s. : 1471 °Chaulle, Charles, w. Tchôle (Cormeau, p. 34).

25Dans la zone de â…, l’adj. ‘haut’ est auj. (h)ôt, -e, mais, à une certaine époque du m. â., il était indubitablement hât, -: il survit avec â dans l’expression tchèstê d’hârpène, nom du château de Hautepenne à Gleixhe L 84, dont le déterminant était d’abord hâtepène (1347 °Hatepenne Cart. Val-Benoît 441 ; – 1314 °Haltepenne, etc. ; v. Herb., BTD 24, 294-5 et 37, 52-3) ; – il subsiste sans altération dans le top. è hâte et clére ‘en haute et claire’ à Hollogne-aux-Pierres L 59 et aussi dans le NP Hauteclair, w. hâtèclêr (Herb., VLg 6, 381 ; l’usage de l’expr. comme top. devrait être expliqué) ; – v. aussi les top. so l’hâfa Thirimont-Waimes My 5 (1588 °hault faz, °hafaz ; fa, masc, de fagne ; v. PSR 5, 21) ; °en hapreit C.J. Lierneux 17.316, 1712 °hapré ib. 21.383, Banneux-Lierneux Ve 47 ; « Al hâte Vâ> Cad. Noville B 19 ( < valle) ; cp. plusieurs ex. de °ha ‘haut’ chez J. de Stav. (15e s.) : et chaüt de bien ha bien bas (p. 161), etc. (v. index). De même le dér. hesb. hâteû m. ‘territoire d’une commune’ (= ‘hauteur’, juridiction, FEW 24, 373b).•

26On constate, d’autre part, que alteru, qui donne régulièrement ôte (comme fr. autre) dans la zone de â…, est âte dans une petite aire isolée, à B 33 et Ne 50 (ALW 2, 81a) : peut-être cette aire représente-t-elle une survivance latérale. A l’appui d’une telle hypothèse, on peut alléguer le fait que, dans les Ardennes, Brun., Et. 120, relève aussi une série de mots en â [à] : tchâ ‘chaud’ et ‘chaux’, ‘faux’, fât ‘faut’, etc.

27Dans l’aire actuelle de â… (ou dans une partie), ô a certainement remplacé â dans hât, -e, peut-être aussi dans âte. On peut affirmer en outre qu’il a été précédé par â dans de grandes zones où il règne aujourd’hui. Cette affirmation s’appuie sur deux constatations :

28a + l + cons, est représenté par « a » dans la scripta médiévale de régions très étendues : dans la zone namur. (Wilm. 136 sv. : °atre, °assi, etc. ; Polypt. Salz. ; Formul. nam., passim) ; dans les Ardennes et en Lorr. (Brun., Et. 120-1 ; Jacobsson, Anthropon. Metz 53-4) ; en Bourg. (Philipon, R 41, 576) ; en Picardie (Gossen, Gram. 115) ; etc. Pour le gaum., p. ex., v. les formes anc. du ld. harbôvô, à Chassepierre Vi 5, composé de ‘val’ : 1572 °Harba val, 1575 °Herba vas, 1620 °Harba va, 1622 °Harba vaa, 1684 °Harbau vaux (F. Richard, mém. univ. Lg., 1979).

292° Dans le domaine namur., plus une partie de Ma et de Ne, le long qu’on a maintenant dans beaucoup de mots pour a entravé + r, s procède évidemment de â long tout comme en hervien : carru > tchôr (ALW 1, c. 12 « char ») ; pascha > pôke (ALW 3, 333a, c. 66) ; tarde > tôrd (ib. 254) ; – de même nm. ôbe ‘arbre’, pôsse ‘pâte’, etc. Voy. aussi Nied. 13 ; Grign., n° 11. Dans la zone ard. étudiée par Brun., même phénomène : Brun., Et. 233 sv.

30Résumons : dans la région namur., où a + l + cons. et a entravé + r, s aboutissent à ô, on a des graphies anc. en « a » dans le premier cas et ô procède indubitablement de â dans le second cas. Dans ces conditions, on peut présumer – sinon réellement affirmer – que, dans les deux cas, ô a remplacé un â antérieur et que a + l + cons. a d’abord donné â en namur. comme en liég.

31Brun., Et. 240, arrivait déjà à la même conclusion : « le wallon fồ [= faux], à côté du wallon bya [= beau], provient vraisemblablement d’un type *fá [= fà], où l’á a évolué comme dans pồ, part, pos, pâte, ồtch, âge, etc. ».

32Un fait particulier me semble capable de transformer la présomption en certitude : en namur., « sale » est rendu par le composé mal net, qui a généralement auj. la forme man.nèt [mâ :nè] (Haust, BTD 1, 76 ; Brun., Enq., n° 1405 ; Léon., etc.) ; or, la voy. ã résulte nécessairement de la nasalisation d’un a, due ici à l’anticipation du n- initial de ‘net’ ; ó nasalisé donnerait õ.

33Brun., Et. 240, observe que l’ provenant de a + l + cons. « n’est pas le résultat de la combinaison de l’a avec un u issu de la vocalisation de 17 ; il est le produit régulier d’un a fermé, qui a évolué avec les autres â après la disparition de 17 ».

34L’appellation « a fermé » est sans doute critiquable ; mais une mise au point d’un autre ordre s’impose ici. On considère souvent (ainsi, Wilm. 126, n° 9 ; Haust, Méd. 28, n° 28 : « chute de l »dans al entravé ; etc.) que l implosif disparaît en w. alors qu’il se vocalise en franç. En fait, il ne doit disparaître en w. qu’après s’être, tout comme en franç., vocalisé : a + l > aw > ā ; le w paraît s’effacer ici comme le fait communément en w. le second élément d’une diphtongue.

35Autre observation, plus importante. Même s’il est indubitable que, dans certains mots, a + l + cons. a donné â, puis ô, on se gardera de croire qu’il en a été de même dans tous les mots : le double traitement qu’on observe auj. en Belg. rom. doit y exister depuis très longtemps.

36Les graphies anciennes en « a » ne prouvent pas nécessairement que les mots w. correspondants avaient â : « Des formes telles que atre, hat, chat [= chaud] n’ont jamais eu d’existence réelle en wallon, écrivait P. Marchot, ZRP 21, 228, n. 1 ; elles sont littéraires et tirées du français d’après le modèle chevas = chevaux, mas = maus, etc. ». Marchot choisissait mal ses exemples, puisque âte et hât ont laissé des traces dans les parlers actuels. Mais une équivalence â oral = « au » écrit a pu provoquer des graphies inverses, càd. l’emploi de « a » pour ô oral : une forme de °chadron de 1278 (°en pos et en chadrons, Bull. Comm. anc. Lois 19, 273) ne prouve pas, à elle seule, qu’on a dit *tchâdron avant de dire tchôdron ; mais l’équation °sa (Wilm. 66 ; forme fréquente pour fr. sauf, lat. salvu) = w. *sâ, est assurée par w. sâf ‘sauf (prép.) et sâver ‘sauver’ : la référence à des formes patoises authentiques permet, dans des cas comme ceux-là, d’éprouver la valeur des graphies.

37D’un autre côté, le ô issu de a + l + cons, est attesté depuis très longtemps dans la zone actuelle de â :

  • le NL Chôdes (lez Malmedy), w. tchôde, qui représente vraisemblablement lat. calida, apparaît dès la 2e moitié du 12e s. sous la forme °Chodes (or. ; Stiennon, Vat., p. 32, 33 et 37), dont le « o », à première vue, ne semble pas noter une diphtongue ;
  • NL Chokier L 98, w. tchôkîre, du lat. calcaría ‘four à chaux’, 1193 (or.) °Hockires, 1243-54 "Jokires (J. Herb., BTD 32, 107) ;
  • NL Chevaufosse (lez Malmedy), w. à dj’vôfosse, 2e moitié du 12e s. °Givofoses (or. ; Stiennon, Vat., p. 32), avec le dét’ tchuvô < caballu (en lg., tchivâ) ;
  • cp., dans la zone namur. de ô, NL Furfooz D 71, w. furfûi, 1280 °Forfol, dont « le second élément est certainement germ. *falis ‘roche’ (Herb., GW 54, 23) ; – NL Sosoye Na 136, w. sẅzẅye, lat. salice + -ëta, fr. saussaie, 1064 cop. 15e °Soseis (Gyss. 927a).

38Le â est attesté en B. r. or. à peu près aussi anciennement que le ô : 1200* Arnoldus de Beleva (Stiennon, Vat., p. 34), w. bèlevâ, Bellevaux My 4 ; 1210* °Chaveheis, Id., (Id., Lépr. 453 et 457), w. tchâve . Pour le 13e s., v. Wilm. 70 sv. (chartes liég. ; Méd. lg. 29 (°atrui, °ava, °chacier ‘chausser’, etc.) ; pour le 14e, Doutr., Hemr. 63. Pour les Ard., v. Brun., Et. 120-1. Dans l’est de la Fr., on a « a » dès le 12e s. : °mavaz, °mavistiz (Bonnardot, R 5, 324). V. Probl., p. 46.

39Le double traitement de a + l + cons. remonte donc au moins aux env. de 1200.

40Phonétiquement, il ne paraît pas difficile à expliquer. Partant de aw, càd. de a + l vocalisé, on passe à â, comme je l’ai indiqué plus haut, par effacement du iv ; pour arriver à ô [ό :], aw devait simplement glisser à ow par assimilation du premier élément au second, d’où un o long (sans doute ô fermé comme auj. ; pour F. 299-300, processus tout différent et plus compliqué : aw > ào > > ). Quant au namur. ô, il doit résulter de la vélarisation d’un â comme le liég. â et le herv. ô, à moins qu’il n’ait été importé tel quel d’un dialecte occid. ou central où il résultait de aw > ow (ou du processus supposé par F.).

41Dans l’évolution de a + l + cons., une différence phonétique oppose le w. â au fr. à. Le w. â est attesté vers 1200 dans °Beleva (or.), à une époque où le dial, central gardait encore le w issu de l devant cons. (stade aw antérieur à ow).

  • 1 On aura remarqué que je ne faisais pas intervenir la forme fameuse du Jonas jholt (calidu), ni col (...)

42Le w. ô est attesté dans la 2e moitié du 12e s. dans °Givofosses (or.) ‘Chevaufosse’ et en 1193 dans la forme °Hockires (de calcaria). En fr., c’est à l’époque du moy. fr. que aw atteint le stade ó (B., n° 37 : m. â. aw, m. fr. 6 ; Nyrop 1, 257 : ó avant 1500 ; F. 300 : b au 13e s. ; La Ch. 102 : talpa arrive à tόpė au 16e s.)1.

434. Séquence -aw- en wallon. – Au fr. mod. -ou, -oue, correspond en w., dans un certain nombre de mots, une séquence a + :

441° en syll. accentuée, à partir de ö[ : söca > Neufch. sawe ‘corde --’, afr. soue ; scröfa > scrâwe, f. ‘écrou’, afr. écroue ; töfu > lg. tawe ‘sorte de marne durcie’, fr.-comt. tou ‘tuf’ (Haust, AHL 2, 493 sv. ; FEW 13/2, 1) ;

452° en syll. accentuée, à partir de a + u ou aw : fagu > faw ‘hêtre’, afr. fou ; flavu > flâwe ‘faible’, fr. flou ; clavu > clâ clou, dér. claweçon ‘notam. lilas’ ; ancoravu > lg. ancrawe ‘femelle du saumon’ ; cauda > cawe, afr. coue, fr. queue ; traucu > trô trou (mais trå Ni 19, W 3… ; on a parf. trâ en top. : è trâ d’èfiè ‘dans le trou d’enfer’, 1512 °a tradefer Seraing-le-Château H 47 ; v. Herb., BTD 41, 42-3) ; auca > âwe oie, afr. oue ; dravoca > lg. drâwe, nm. drauwe, fr. droue ‘ivraie’ ; fq. *kawa > lg. tchâwe ‘choucas’, afr. choe ; fq. *hauwa > hawe, fr. houe ; *mauwa > mawe, fr. moue ;

463° en syll. inaccentuée (surtout dans des dér.) : *blaudi > lg. èsblawi, fr. éblouir ; *fagïna > fawène ‘fouine’ ; etc.

47Attestations anc. : 11e s. « Tophus. taus.- », w. tawe (glose du ms. 10066-77 de Bruxelles (BTD 28, 282) ; 12e s. °clas (Juïse ; Rankka 36) ; 1294 °Weri de Tav [Tawe], etc. (Herb., BTD 49, 63) ; fin 13e s. °awe oie (Méd. 26, n° 22) ; 1303-7 °Trawepiere NP, litt. ‘troue-pierre’ (Polypt. Salz. 17) ; 1382 °menue bleid c-on appelle drawe (Formul. nam. 80) ; 14e s. °trais trous (J. d’Outr. ; Scheler, Geste 298).

48Tous les mots ne sont pas dans les mêmes conditions : la plupart sont latins, quelques-uns sont germaniques ; tantôt aw est primaire, tantôt il est secondaire. Au surplus, l’extension des formes en aw varie selon les exemples. Pour « clou », on a clâ dans Lg et Lx.n (Ma, B) et clô ailleurs (noter diphtongaison gaum, dans Vi.s et passage à dans To.o) ; en France, voy. a aussi en lorr. (Metz kyâw : Zéliqzon).

49Pour « houe », (h)awe existe dans presque toute la B. r. et dans le nord des Ard. (Brun., Et. 114), et il est aussi attesté en lorr., en pic, etc. (FEW 16, 185). Pour « queue », le type cawe couvre en gros la prov. de Lg (sauf L nord, où l’on a cowe). C’est assurément dans la zone proprement wall, que les ex. de -aw- sont le plus nombreux. – Comp. le n° 8, qui concerne l’alphacisme (présence de a, dans d’autres conditions).

50Comment se présente la chronologie de l’évolution dans les dialectes centraux ?

51Voici deux repères : aw (< -agu, -avu… ; p. ex. dans fau < fagu) se serait vélarisé en ow au 5e-6e s., soit aux env. de 500 (Richter, n° 150 ; Str. 205 ann. ; La Ch. 186) ; – le stade -ou(e) [u(ė)] aurait été atteint en fr. à la fin du 11e s. (F. 209) ou au 12e (Str. 206-9), soit aux env. de 1100.

52Il s’agirait maintenant de dater nos aw par rapport à ces repères ; mais, auparavant, une question se pose encore : le w. aw est-il primaire ou secondaire ? remonte-t-il directement au latin ? ou bien le aw primitif est-il passé à ow comme dans le centre et est-il revenu ensuite à aw ?

53Tout dépend des cas, bien sûr. Mais l’opinion la plus courante est probablement que notre aw est secondaire. Fouché 298, rem. IV, suppose que la dipht. secondaire issue de dans claų < clavu a donné en wallon et en pic. oriental des formes en au, avec retour au a originel, et en pic. occ. des formes en eu. Brun., Et. 114, considérait aussi que, dans bawète, trawer, clawer…, aw résulte d’» une évolution postérieure de la diphtongue ow ».

54Certains linguistes ont une autre façon de voir. Marchot, Traits, n° 8, écrivait que « le wallon s’est différencié ici du francien en ce que, en hiatus avec a, il a gardé la diphtongue intacte tant à la tonique qu’à l’initiale » (ex. : chawe, hawe, awe, trawer…). Même opinion chez Pope 492, xi. Cette théorie, reprise dans Probl. 44, a été admise par Gossen, Gram. 49, et par Chaur. 74.

55Si l’on admet que notre aw résulte d’un aller-retour, la différenciation s’est produite à l’époque où son antécédent ow, commun au dialecte central et au wallon, a évolué d’un côté vers la fermeture en [u] et de l’autre s’est dissimilé du [w] en se dévélarisant. On sait que le centre aurait atteint le stade [u] vers 1100, et que tawe < töfus est attesté au 11e s., càd. avant 1100. Le stade ow a subsisté dans le centre de 500 env. à 1100 env. ; le w. a pu s’en écarter tout au long de cette période, càd. bien avant 1100. Lorsque le centre a commencé à dire écroue, fou, clou, éblouir, …, le w. disait p.-ê. aw depuis longtemps – cela dans l’hypothèse de l’aller-retour.

56Dans les ex. du 1°, aw procède certainement de ow < o[ : sôca, scrôfa… n’ont pu connaître qu’un stade aw, et ils ne se sont écartés du central -oe, -oue qu’aux environs de 1100 au plus tard. Mais, dans les mots du 2° et du 3°, y a-t-il eu chaque fois aller-retour ?

57Le mot cawe a prob. aussi une histoire particulière. La forme en a occupe la prov. de Lg, sauf L-n, où l’on a cowe, et la moitié nord de Lx ; un type kèwe est largement répandu en namur. ; partout ailleurs, var. diverses de queue (ALW 1, c. 81). cauda s’étant réduit à cöda, il est difficile de penser qu’il serait resté aw dans nos régions. On a l’impression que cowe continue le type médiéval commun en ów et que cawe est une var. ultérieure. Le fr. étant passé de [ków] à [kdè] aux env. de 1100, la différence entre ‘queue’ et w. cowe - cawe existerait au moins depuis cette époque.

58Quant aux autres mots du 2° et du 3°, quelle peut être leur histoire ?

59On a le droit de se demander, me semble-t-il, si, dans certains mots au moins du 2° et du 3°, le w. a fait passer le aw primitif à ow pour le ramener dans la suite à aw – encore qu’un tel mouvement d’aller-retour soit assurément possible (v. rem. ci-après). Le mot fagu, par ex., a connu en fr. les stades fau, faw, fow, fou ; mais on doit au moins se poser la question : n’est-il pas resté faw en w. sans faire le détour par fow ?

60Songeons aussi aux trois mots franciques en *-âwa cités à la fin du 2°. Leurs représentants se localisent au nord, au nord-est et à l’est : haw est surtout pic, w. et lorr. ; kaw, c- pic. et lorr. ; maw n’est guère que w. N’est-il pas normal de supposer, sans plus, que ces mots franciques ont moins évolué aux abords des régions germaniques ? En tout cas, si l’hypothèse de la persistance de l’aw originel se confirmait, au moins dans une série de mots, on aurait là un archaïsme assez extraordinaire, puisqu’on date la vélarisation, dans -a(g)u, -a(v)u…, des env. de 500…

61L’explication de Marchot par le maintien de l’a primitif est hypothétique ; elle n’a été retenue que par certains auteurs, et on s’étonnera peut-être que j’ose la rappeler ici. Mais l’aller-retour communément admis est également hypothétique. Fouché 645 croit que le w de âwe, hawe, etc. « peut n’être que la continuation d’une ancienne consonne labiale au contact de o, u » ; mais il ne se demande pas si, par hasard, au lieu de se vélariser en o, u, le a précédant w ne se serait pas maintenu tel quel.

62Si l’on pouvait, à l’aide de documents, prouver l’existence d’un stade ow antérieur à notre aw, la cause serait entendue. La thèse de l’archaïsme est surprenante ici, peut-être, parce qu’il s’agit de phonétique. On ne met pas en doute, en effet, le maintien, depuis l’Antiquité, de certains mots latins dans une partie réduite du nord de la Gaule : ainsi de clünis ‘croupion, postérieur’ (Faym. La Gleize clons ‘os saillants du bassin [bovidés]’ et dérivés : FEW 2, 801a), ou encore de samiare (sèmî… ‘aiguiser’) et de sa famille dans l’extrême nord et surtout dans l’extrême nord-est de la Galloromania (Henry, Etudes de lexicol., p. 237).

635. a + yod. – En fr., l’a suivi d’un yod primaire ou secondaire forme avec lui une dipht. décroissante [ay], qui, selon B., n° 38, hist., passe à èy vers 1100 ; cet èy se réduit à è simple, au milieu du 12e s., devant un groupe de cons. (paistre), mais le yod se maintient plus longtemps devant une consonne simple et surtout en hiatus (plaie).

64En w., a + y donne (ou è) comme en fr. dans un certain nombre de mots : pêre paire, lêd laid, fêt fait, wêre guère, etc. Mais on constate, entre notre dialecte et les dialectes voisins ou centraux, des différences intéressantes :

65A. Le w. conserve souvent a devant un yod.

66Pour maiu > fr. mai, d’après ALW 3, 201 et c. 38, on a may, parf. mây, dans le n.-e., càd. dans tout Lg, plus Ni.e, Na.e, D.ne, Ma et B ; ailleurs, types méy, …, avec palatalisation de a. Comme nom de mois, ‘mai’ a dû subir l’infl. franç. ; pour ‘mai (de branchages)’, lg. may, le gaum. connaît  ; on a aussi mây à Ni 25 (ALW 3, 201ab).

67Pour *hagja > fr. haie, d’après ALW 1, c. 50, les types en a (hâye, -å-, -ô-, haye, aye…) couvrent toute la Belg. rom.

68Quelques autres ex. de a devant yod en Belg. rom. : magis > mây ‘jamais’ (ALW 3, c. 56 : mây, jamây… dans le domaine liég.) ; *gâhi > gây ‘bien habillé’ (FEW 16, 7a) ; exagium > sâye ; pacat > paye ; habeat > âye.

69On trouve aussi un a en France pour « mai »sporadiquement dans le Pas-de-Calais, en Lorr., en Franche-Comté, etc. (ALF 792 ; FEW 6/1, 61a), et pour « haie » dans diverses régions (ALF 1592 ; FEW 16, 113). V. Wüest 185-6 (traite ensemble tous les cas de a + yod ; réduction de ay à a connue en Lorr., Bourg., Franche-Comté ; noter qu’il y a des ex. aussi à l’ouest, v. FEW 6/1 et 16, 1. c) ; Mantou 104-6 (avec références).

70La persistance du a devant yod au nord-est dans un bon nombre de mots a dû prendre un caractère différenciateur lorsque ay < a + y est passé à èy, càd. vers 1100.

71B. Le a persiste aussi, souvent vélarisé en ó, devant l’h secondaire en liég. (…) et devant les chuintantes š et ž qui lui correspondent dans les autres dial. : pâhûle, pôjêre paisible ; mâhon, môjon maison ; crâhe, croche graisse ; wahê, vacha vaisseau (cercueil) ; etc. Mais ce cas diffère du précédent. Il semble bien que, dans *crassia > crâhe, etc., le yod s’est combiné avec la ou les consonnes suivantes pour produire une chuintante (qui subsiste en nam., etc.), puis, dans le n.-e. ou l’e. de la Belg. rom., une constrictive du type : v. Var. h 198 sv. Le maintien du a devant se produit donc selon des modalités tout autres que devant un yod (v. A ci-dessus). Il se présente aussi assez différemment au point de vue géographique.

72D’après ALW, quest. 1238, « graisse » a â (ô…) ou a dans la zone proprement wall, et une partie de la Gaume : lg. crâhe…, nm. crôche, gm. grache… ; ailleurs, type fr. ‘graisse’ ; – pour « engraisser » (dér. de crassus), ALW 1, c. 33, a bref ou long (avec vélarisation normale) dans la même zone, et aussi dans divers points de la zone picarde : lg. ècrâht… ; en nm. et en lx., avec S, ècrôchî, ècrachi (a-, in-), … ; dans l’o., type ‘ingrèsser’ par infl. du fr. Dans la zone pic, les diet, attestent encore des formes en : Coppens (Nivelles) crache (+ gréche) et incrachî (+ ingrésser) ; Depr.-Nop. (Centre) crache arch. (+ grèsse) et incrachî ; Sig. (Mons) crache.

73Pour « maison » (de mansione), ALW 1, c. 56, l’a existe encore ou a existé dans la zone wall., mais aussi en Gaume et à l’o. dans une aire continue To-No : lg. mâhon, mahon… (d’où mohon, mohone…) ; nm. môjon, -one ; lx. mohon, mâjon… ; Vi mâjon, -an ; dans le Hn, type fr. maison.

74Ces indications montrent qu’à une certaine époque l’a a couvert toute la Belg. rom. Il est également bien attesté, vers l’ouest, en Picardie, et, vers le sud, en Lorraine et jusqu’en Franche-Comté. V. ALF 463 « engraisser », 801 « maison » ; FEW *crassia, mansio, basiare, *bassiare (au t. 24, 144a, sous adjacens, type aise, w. âhe… et nombreuses formes en â… pour B. r. et est de la Fr.) ; – Gossen, Gram. 53, n° 6b ; Brun., Et. 105 et Lim. 82 ; etc.

75Les scriptae médiévales fourniraient beaucoup d’ex, de « a ». Pour « maison », le FEW 6/1, 234-5 cite abourg. achamp. apic. mason (ca 1190-1364), alorr. mason (1224). Pour la B. r. : 1252 (or.) °une mason (Liège ; Wilm. 75) ; 1303 (or.) °desos le malahe (Donceel W 67 ; Herb., BTD 43, 62 ; top., litt. ‘sous la malaise’, w. *mâlâhe ; composé de aise, v. ci-dessus) ; – 1083 (copie env. 1700) °Maserey, Maiseret Na 81, w. Mauj’rèt (Herb., N. des comm. 100 ; Gyss.). V. aussi Brun., Et. 105 (formes du 13e et du 14e s.). Les formes en « a » ne méritent prob. pas toutes confiance (possibilité de graphies inverses).

76La date donnée ci-dessus (vers 1100) pour ai > èy est valable aussi dans ce cas. La différenciation a pu, toutefois, s’ébaucher beaucoup plus tôt, avec l’anticipation du yod (E. Richter 162 sv. situe l’étape *bayzyare au 5e-6e s.) ; mais il est possible que ce phénomène se soit produit dans l’aire actuelle des chuintantes et de h2 aussi bien qu’ailleurs. Du reste, l’anticipation du yod concerne autant la formation de ces dernières consonnes que l’évolution de a + yod ; comme le a, d’autres voy. échappent à l’influence du yod (cp. coxa > fr. cuisse, w. cohe ‘branche’ ; crescere > fr. croître, w. crèhe). En tout cas, la différenciation devait être nette à l’époque où h2 commence à être attesté, càd. au milieu du 12e s. (v. n° 58).

77C. Pour certains mots, on l’a vu, le wallon a a < a + yod comme le gaumais : veracu > gm. vrâ, lg. arch, vrây (Ve 39…) ; – basiat > gm. bâje, lg. bâhe ; *bassiat > gm. bache, lg. bahe ; adjacens > gm. âje, w. âhe. Cp. fr. vrai, – baise, baisse, aise. V. B ci-dessus.

78Mais, pour de nombreux autres mots, le gaum. a régulièrement à, alors que le wall, a è comme le franç. : magistru > Ne 76 masse, Vi mare, lg. messe, fr. maître (ALW 1, c. 57) ; facëre > gm. fâre, fr. /aire (lg. /é, autre orig.) ; factu > gm. fât, lg. fêt, fr. fait ; tacëre > (avec infl. anal.) gm. târe, lg. têre, fr. taire ; magide > gm. , lg. , fr. maie ‘pétrin’ ; magis > gm. mâs, lg. mês (mins), fr. mais (ALW 2, c. 73 ; – cp. lg. mây ‘jamais’, de magis, ALW 3, c. 56) ; germ. *laib > gm. lâd, w. lêd, fr. laid ; – Habeo > gm. â, fr. ai ; fut. dèrâ, fr. dirai ; en lg. a et dîrè, par anal, avec les 2 et 3 sing. (ALW 2, c. 92 et 105). V. Feller, BSW 37, 210 ; Brun., Et. 122-3 ; Legr., PG 11, 32 ; Gourd. 8-9 ; etc.

79D’après ALF 802 « maître », on a mät … en Lorr. et dans une partie de la Bourg, et de la Franche-Comté (noter que le cas de magistru n’est pas originellement le même que celui de magide, par ex.) ; de même ALF 1006 « pétrin », type (mais plus sporadique vers le s.). Le â caractérise nettement le lorrain par rapport au wallon. V. Horning, Grenzd. 10 ; Bloch, Vosges 5 ; Dond. 166 et 250.

80La réduction de ai à a est attestée dans l’est dès le 12e s. : °fare faire, °fas fais, etc. (Bonnardot, R 5, 323-4). Pour les Chartes lorr., v. Gossen, Médit. 270, n° 4 (°fas fais, °fare faire, etc. : 1254…).

81Le â doit provenir directement de a + yod, par amuïssement pur et simple du second élément (Brun., Et. 122-3).

826. Le suffixe -aticu. – D‘après ALW 1, c. 99 « village », le suff. -aticu donne -èdje [-èč] dans le domaine liégeois au sens large (prov. Lg et Lx.n, plus B 1, 33 et Ne 50) ; ailleurs, on a -adje, -aje…, avec a comme en franç. La voy. è n’est pas propre au nord-est de la Belg. rom. ; d’après ALF 1395 « village », elle se trouve aussi en France dans plusieurs départements au sud-ouest de Paris, en Bourgogne, dans les Vosges, et aussi en Suisse romande.

83La voyelle è, qui s’explique par une palatalisation de a au voisinage de la consonne dj, oppose aujourd’hui le dialecte liégeois à ses voisins immédiats. Depuis quand cette différenciation existe-t-elle ?

84Une graphie « -aige » a été utilisée dans les scriptae régionales, à l’époque de l’anc. franç, et aussi du moyen franç., un peu partout dans le domaine d’oïl (Gossen, Gram. 54), même dans les régions où règne maintenant dans les patois le type -age avec a. Quel son représentait donc le groupe « ai » de « -aige » ?

85Etant donné que l’i parasite est fréquent dans nos régions, particulièrement devant « g », « gn », « ch », etc. (°loige, w. lôdje ; °faignou, w. fagnoû ; °cloiche, w. cloke, fr. cloche ; etc.), on peut se demander si, dans « -aige », i modifiait phoniquement le a ou s’il faisait corps graphiquement avec le g.

86Sur ce point, les avis diffèrent. Comme -aticu n’aboutit jamais à -èje dans les Ardennes, Brun., Et. 413, affirme que le groupe « ig » transcrit la mi-occlusive dj. Mais l’opinion opposée doit avoir depuis toujours beaucoup de partisans. Wilm. 54 et 100 paraissait considérer que « -aige » transcrivait le w. -èdje (bien que la graphie °damaige – à côté de "damage – fût en contradiction avec le w. damadje). Pour G. Doutrepont, Hemr. 29, « il n’est pas douteux que ai [dans -aige] soit une représentation graphique de è ». Selon Nyrop 1, 226-7, la pron. -aige [-èjė] est assurée jusqu’au 16e s. par des rimes comme outraige : ay-je (Robin et Marion, v. 145). M. Bronckart 79 sv., qui relève chez Jean de Haynin village et vilaige, etc., mais damege, estime que le patois de l’époque disait -ège et que, dans la suite, le suff. a été remplacé par le -age français. Enfin, Gossen, Gram. 54, parle de « la graphie -aige, impliquant la possibilité d’une prononciation adéquate ».

87A côté de tous ses dér. en -èdje (Haust, Rimes 141-156 !), le liég. possède quelques mots en -adje, notamment damadje dommage, froumadje fromage, såvadje sauvage ; ces mots, qui ont naturellement -adje aussi dans les dialectes voisins, paraissent bien être traditionnels. Mais, pour tous les autres dér. en -age, serait-ce, comme le suppose M. Bronckart pour le hainuyer, l’influence du franç, qui aurait substitué -adje à -èdje dans les régions qui entourent le domaine liég. ? Impossible de répondre à une telle question. Du reste, quand on trouve en liég. batch ‘bac’ à côté de sètch ‘sac’, on peut se demander s’il n’y a pas eu depuis toujours, en liég., un double traitement de -aticum.

88Attestations anc. de la forme en [è]. Les seules graphies qui représentent certainement -[èğ(ė)], [-èč], sont celles qui ont un e au lieu d’un a. On en rencontre dans les scriptae de France : nord-ouest °folege, °villeg, °heritege (Gôrlich, Nordwest. 20) ; Haute-Marne °dommeiges, °ariteige ‘héritage’, °paeige ‘péage’, °tesmoigneige (Gigot, Chartes) ; Bourg, °passeige, °bailliege (13e-14e s., Philipon, R 41, 576) ; anc. lorr. 1257 °terreges ‘terrages (redevances)’ (Lanher, Chartes Vosges, n° 51, 9).

89Dans la région wallonne, les formes de ce genre sont très rares, relativement à celles en « -a(i)ge », et généralement tardives. Ex. les plus anciens : ca 1200 (or.) pro terra de Bertasege (Stiennon, Vat. 26, 35), w. bièrtâsèdje, top. de Malmedy, type en t’t dont le déterminé coïncide phonétiquement avec le lat. méd. saticum (sorte de tenure ; attesté deux fois dans les Chartes de Stavelot : BTD 22, 416-7 et 23, 134) ; mais on n’a pas là à proprement parler le suff. -aticu ; – 1216 (or.) °Ewollege (top. non localisé, charte de Bernardfagne, dans Gyss., Top. Wdb. 345 ; à situer près de Filot H 75 ?), que Herb., DBR 19, 118, propose d’interpréter è volèdje = p.-ê. ‘endroit où l’on pratique la volerie, la chasse avec les oiseaux’ ; – 1303-7 °tesmongnege (Polypt. Salz.) ; 15e s. °ovreigez ‘ouvrages (de houillerie)’, w. ovrèdjes (de Jaer, Arch. Mines Belg. 24, 467) ; – 1485 °halleighe (Bastogne ; Vannérus, Livre de Just. 145) ; 1493 °beveregz ‘breuvage (pourboire)’, w. †bèvrèdje (Malm. : Probl. 187 et 194) ; 1507 °porseur Maroie de passege (A.E.Huy, Dames bl. 56a, 13 lv). – Le suff. -aticu ne figure pas dans le n. de comm. hodèdje, Hodeige W 28, 1195 (or.) °Holdege, mais très prob. dans wazèdje, Wasseiges W 58, 814 Wasiticum, 1034 Wasseigga, 1248 (or.) °Awasege : Herb., DBR 7, 62.

90Le produit de -aticu était vraisemblablement -èdje en liég. au début du 13e s., p.-ê. même dès le 11e (wazèdje). La différence entre le liég. et ses voisins remonterait à la même époque si ces derniers avaient alors -adje. Au cas où le -adje nam. et ard. résulterait d’une francisation, la différence serait p.-ê. plus récente.

91Remarque 1.– Comme le montre la c. 99 « village » de l’ALW 1, -aticu est auj. représenté par -adje en malm. or. (My 2, 3, 5, 6 viyadje), càd. dans une petite aire latérale bordée par -èdje. S’agit-il d’un archaïsme latéral, ou plutôt d’un retour de èdje à -adje ? Problème difficile à résoudre. Notons simplement que, dans des textes provenant de Waimes My 5 et datant du 16e s., on a des formes en « -aige » : 1536 °wedaige ‘pâturage’, °malaige ‘épidémie (dans le bétail)’ (Cour de just. 1, 252). Cp., dans un texte proprement malmédien, 1493 °beweregz (v. ci-dessus).

92Remarque 2.– Le procès -aticu > -èdje n’est que le cas le plus remarquable d’une palatalisation qui affecte le a dans des conditions très diverses. Dans les ex. suivants, a était sous l’accent :

93glacia > glèce glace ; brachiu > brè bras ; laqueu > lès‘ lacs ; platea > pièce place ; fënu + -acea > fènèsse ‘grande tige de graminée’ (FEW 3, 455b) ;

94saccu > sètch sac ; *tacca (got. taikns FEW 17, 293) > tètche tache ; lahha FEW 16, 438b > lg. lètche ‘terrain bas et marécageux’, nm. latche ;

95*grànica > grègne grange ; extraneu > strègne ‘farouche ; cp. fr. étrange’ ;

96sapiat > sèpe sache ; *hâppja > hèpe hache ; - -apja, suff. top. : *gam-apja > Djimèpe, Jemeppe L 74, fr. Gamache (Gyss. 542a ; Vincent, Top. Fr. 141) ; suff. top. germ. *ahwjö, cours d’eau > w. -èje, dans Hènèfe, Haneffe W 66, etc.

97suff. -alia > -àye (fènâye fenaison, etc. : Synt. 1, 65-67) ou -aye (fèraye ferraille, etc. : Haust, Rimes 50-52) ; mais -èye dans êwèye NL, Aywaille L 118, dér. de aqua ; dans com’neye NL, Couvenailles, dép. de Slins L 13, de communalia (Herb., BTD 32, 125 ; plusieurs autres localisations) ; dans bouhèye (nombreux Id., v. Herb., BTD 30, 234), afr. boscaye, du même rad. que bouhon buisson, FEW 15/1, 193b et 196a (pour le ld. de Fexhe-Slins L 25, on a, de 1243 à 1522, vingt formes en -aille, -alhe… : Renard, BTD 13, 45) ; dans ènèye NL, Eneille, dép. de Grandhan Ma 14, 692*… °Unalia. Dans un dér. comme bouhèye, le -aye primitif peut avoir été contaminé par des finales -èye d’origine diverse (-ilia dans ustèye, f. outil, -icula dans botèye bouteille, …) ; mais on se trouve p.-ê. devant une évolution phonétique particulière, comme le montre El. Legros, DBR 2, n. 4 : cp. gallĭca > nm. gaye, mais lg. djèye (ALW, qu. 101) ; fr. tenailles > lg. èknèye ‘pincette de foyer’ ;

98cannabis > tchène chanvre ; platanu > plène plane.

99L’extension de è varie selon les mots : djèye, domaine proprement liég., sans plus ; glèce ALW 1, c. 47, domaine liég. + Ma et B ; sètch ib., c. 88, domaine liég., presque tout Ma et B.n ; tchène ib., c. 10, grande partie de

100la zone propr. wall. (Ni.e, Na, D, Lg, Ma, B….. ; infl. de tchl cp. n° 7) ; de

101même hèpe hache, ib., c. 49 (incomplète pour D.s et Lx.s), mais plusieurs pts de Ne ont hèpe ou èpe ; etc.

102La palatalisation considérée se prolonge dans l’est de la France : d’après ALF 171, le type brè ‘bras’ occupe toute la Wallonie orientale et les dép. de la Meuse et de Meurthe-et-Moselle, càd. deux grandes aires « séparées par une étroite bande de formes bra importées du français » (Brun., Et. 126 ; v. aussi FEW 1, 485, w. et lorr.-frcomt.-frpr. brè) ; de même pour « sac » (ALF 1178 ; FEW 11, 21a) et pour « tache » (ALF 1275 ; FEW 17, 293) ; etc.

103Attestations anciennes : 1137 (or.), 1146 (or.) °Marnejfia, w. marnèfe, Marneffe H 16 (Gyss. 666a ; Herb. BTD 43, 69) ; 1200* °theche, °teche tache (P. mor., v. 1251 et 1704 ; mais le type en te- est largement répandu aussi dans les dial, de l’o. et du s.-o. de la France ; – FEW 17, 293) ; 1317 °a le lesche, a Brechu, ld. V lètche, à Bressoux L 65 (Gob. 3, 353a, n. 2) ; 1298 (or.) °apud Boschelhe, w. boskèye, Bosquée (W 22 et 23), dér. de *bosk-, suff. -aille (BTD 30, 230-1) ; 1458 °vers coveneilhe, ld. com’neye < communalia (BTD 30, 230-1) ; 1523 °Aueilhe, 1543 °Aweilhe ‘Aywaille’, w. êwèye, 1088 Aqualia, dér. de aqua (L. Thiry, Hist. Ayw. 4/2, 379-80).

104Il est probable que a n’est pas passé à è au même moment dans tous les cas. On retiendra que *ahwyö était déjà -èfe avant 1150 et que *tacca était déjà tètche vers 1200. Ces datations autoriseraient vraisemblablement à remonter du 13e s. au 12e le passage de -aticu au stade -èdje.

105Remarque 3. – Le a initial passe à è dans des conditions diverses. Ex. : aratru > lg. èré(re) araire (charrue) ; taratru > tèré(re) tarière ; tàxïll(u) > tèssale ‘bonde (de tonneau)’ ; sabbatu + die > sèmedi samedi : brace + -ïna > brèssène ‘brasserie’ ; annĕllu > Vielsalm ènê anneau ; etc. Les exemples sont nombreux et leur aire très variable.

106Le è peut s’expliquer, selon les cas, par l’influence d’une cons. voisine (r notamment) ou par celle de la voy. tonique (assimilation dans èrére, ènê). Mais ce qui nous intéresse ici, ce sont les premiers témoignages de la palatalisation. Dans beaucoup de mots, le è devait exister au 13e s. : 1260 (or.) °semedi (Liège ; Cart. Val-Benoît 155) ; 1263 (or.) °semmedi (Namur ; Wilm. 140) ; 1277 (or.) °erile, 1280 (or.) °erule ‘arable’, suff. -ĭbĭle (Liège ; Wilm. 86 et 89) ; fin 13e s. °erere araire (Méd. lg. 180), °eneas anneau (ib. 354) ; 1289 °Hesbaing, w. hèzbaye, Hesbaye, 11e s. °Hasbanium (Herb., BTD 38, 93) ; 1347 °Noeves Bressines (Gob. 2, 258b, n. 5).•

107Noter que le passage de a bref tonique ou atone à è est surtout fréquent dans la région de Verviers : drèp drap, ès‘ as, n. c. m., èssez assez, ètch’ter acheter, hègnî mordre, hèrdi hardi, hèye ardoise, hèyon échelon, wèdjî gager, etc., ont à Liège un a à la place du è. V. Evrard, mém., chap. 2.

1087. Palatalisation de a en è après k initial. – Le a initial précédé de š connaît en fr. un double traitement (B., n° 89) : libre, il donne ė (cheval) ; entravé, il se maintient (charbon). En w., a libre donne génér. la voy. caduque : tchwâ (tchuvô), tchvnîhe chemise, etc., tandis que a entravé (parf. aussi a libre) se palatalise en è – alors qu’il persiste en fr. (cha-) et aussi en pic. (ca-) : carbone > tchèrbon charbon ; °captiare > tchèssî chasser ; castěllu > tchèstê château ; carrüca > tchèrowe charrue ; *carneare > tchèrdjî charger ; carpentu + -ariu > tchèrpètî, tchèp’tî charpentier ; – (a libre) canütu > tchènou chenu ; casale > tchèzâ (emplacement de maison, DRo 390), afr. chesal ; etc. – Noter qu’en afr., le è n’était pas labialisé comme auj. et qu’il était proche de [è] (v. n° 44).

109Le è est commun au w. et au gaumais : v. ALW 1, c. 13 « charpentier » (tchè- zone wall, et o.-w. + quelques pts de Vi ; ca- pic.) et 14 « chasseur » (id., mais tchè- dans tout Vi) ; Grign. 396 ; Brun. Et. 125 (tchè- est courant dans la région ard. ; on a tchèpé chapeau comme dans B.s, Ne.s, Vi.n, mais lg. tchapê, nm. tchapia : ALW 1, c. 11).

110Même palatalisation dans l’est de la France (Lorr., …) : ALF 247 « chasse » et 248 « chasser » et FEW 2/1, 319 *captiare ; etc. Le è est très répandu aussi, pour certains mots, dans le nord de la France et même dans l’ouest : v. ALF 236 « charbon », 239 « charger ».

111Attestations depuis 1200 env. : fin 12e s. °en chesteces ‘en bâtiments’ (Déplor. S. Bernard, dans Henry, Aut. 86, 45 ; FEW 16, 301b *kasto) ; déb. 13e s. °chergier charger (Dial. Grég. 134 ; cité F. 446, r. iv, pour qui la différence de traitement tient sans doute à une différence du caractère articulatoire de r) ; 1234 °chescun chacun (Wilm. 108) ; 1263 °cherpentier (id. 77) ; 1288 °pourchesseront (Mézières ; Brun., Et. 126) ; 1291 "cherbon (Liège ; Wilm. 161) ; 1294 °Cestelon, à Fexhe-Slins L 25, de castěllu + -ione (Vannérus, Limes 188) ; 1303-7 °le Cherpentier (Polypt. Salz. 21) ; 1394 °li cheirpentir (SM.P 56, acte 214) ; etc.

112On a des ex. du 13e s. pour la Lorraine : 1251 °une cherre de vin ‘charrée, charretée’ (Chartes Vosges 18) ; 1259 °chenoinne (ib. 65 ; cp. lg. tchènon.ne) ; 1288 °cherrue (ib. 95). V. aussi, pour la Bourg., Philipon, R 41, 585 (°Chesteilbn, etc.) ; pour le n.-o. de la Champagne, Kraus 29 (°chenues, etc.) et 31 (°chenoinnes).

113Remarque. – On a un è sous l’accent dans w. tchèt ‘chat’. V. ALW, qu. 401 « … comme chien et chat » (tchèt dans le domaine w. + Vi.n ; car Hn.o). Cp. ALF 250 « chat » et FEW 2/1, 515a cattus ; Brun., n° 283 ; etc.

114Le w. tchèt doit être le déterminant antéposé dans le ld. tchèfosse (Stavelot), qui est attesté avec « -e- » depuis 1100 env. : entre 1098 et 1105 °Chefosses (Stiennon, Vat. 30) ; 1200* °Cheffosses (ib. 35) ; 1210* °Chetheis – °Chefosse (Id., Lépr. 452) ; °Chetheis = prob. bois du (ou des) chat(s). Ex. du 14e s. : 1398 °Pirot le Chet (SM.P 56, 27).

1158. Alphacisme à la syllabe initiale. – La substitution de a à une autre voy. en syll. initiale est fréquente en fr. et dans les dial. : v., dans Rheinf., n° 112, une série d’ex, de è > a devant r, l (paresse, balance, etc.). Certains ex. sont largement connus en Gaule romane : djaler geler < gëlare, sây’ler ‘poinçonner (poids, mesures)’ < sigillum + -are, man’cî menacer < minacia + -are, cahoûde courge < cucúrbita, sont loin d’être proprement wallons. Mais d’autres ex. sont surtout ou seulement connus dans la région wallonne ou dans le wallon du n.-e. : lg. samin.ne [samê :n], nm. samwin.ne semaine < sěptĭmana (ALW 1, c. 90) ; w. manôye monnaie < monëta ; Stav. manûhe ‘articulation du poignet’, afr. menuise < mĭnütia ; lg. mahî, nm. machî mêler < *mĭxtiare FEW 6/2, 194 (ou de mĭscëre, comme afr. meissir, A. Henry, Medioevo Romanzo, Actes Congrès Naples 1974) ; ard. match’rê rhume < mǔccare + -ěllu (Haust, ZRP 57, 375-6 ; FEW 6/3, 175b) ; w. djama fête double < gěmĭnare + -aculu ; lg. nm. tamon timon < tëmo FEW 13/1, 167a ; lg. nager è savène < sǔpïa FEW 12, 443b. Pour d’autres mots, v. Haust, Etym. 346, index analyt. (longue liste, mais cas différents) et Méd. lg. 36-37 (id.) ; Brun., Et. 106-7.

116L’a est attesté depuis le 13e s. dans samin.ne (1292 °samaine Wilm. 60 ; 13e s. Méd. lg.) et dans djama (1280 °a trois gamas Pauvres-en-Île, BTD 43, 96). Pour le type match’rê, qui a des correspondants en pic. et en lorr., le FEW 6/3, 175, cite, d’après God., afr. makeriel (hap. 13e s.) et macerel (hap. 14e s.).

117Les formes du vb. être en ast- au lieu de est- paraissent fournir un ex. plus ancien. Dans une grande partie de la B. r. (o., s.-o. et s. : Hn à l’e. de A et S, Ni, Ph, D.s, Lx.s…), on a pour « sommes », « êtes », « étais » (ALW 2, c. 96, 103, 109) des formes astans -ons…, astez -èz -oz…, asteû -eu -o…, au lieu du lg. èstons, -ez, -. Or, on rencontre déjà astoi(en)t dans les Serm. S. Bern, fin 12e s., dans les Dial. Grég. déb. 13e s., etc. V. Henry, Mél. Horrent 179, n. 77 (a initial de astoit « fréquent dans le nord de la Galloromania »), et DW 8-9, 102. Peut-être s’agit-il là d’un cas particulier (infl. du préf. a- ?).

1189. Monophtongaison de ie en i. – A la dipht. ie, accentuée sur le second élément, qu’on a encore auj. ou qu’on avait autrefois, en fr., dans les produits de ë tonique libre, de yod + a et de -ariu, -aria, etc., correspond en w. un i de longueur variable, mais le plus souvent long.

119A. ě[ : pěde > , ix.pied ; pětra > pîre, fr. pierre ; větus > , afr. viez ; fěru > fir, fr. fier ; fěrit > fîrt, afr. fiert ; crěpat > crîve, afr. crieve.

120- ě + u (fr. ieu) : Mathaeu > Matî, fr. Mathieu (cp. Andrea > Andrî, fr. André, var. Andrieu) ; fq. *fěhu > (en top.), fr.fieu (auj. fief) ; fq. *speot > *spî (DRo), fr. épieu ; fq. *threosk > trî(he) ‘friche’, a. hn. trieu ; fq. *streup > strî, afr. estrieu (frm. étrier) ; fq. *theudisk > (fém.) tîhe (thioise).

121B. y + a : mercatu > martchî, afr. marchié ; cam > tchîr, afr. chier ; collocare > coûkî, -i…, afr. couchier ; -ebatis > -îz, fr. -iez (coûkîz) ; y + -abat > -îve (coûkîve).

122C. -ariu, -aria : primariu, -a >prumî(r), -îre, fr. premier, -ière ; carpenta-riu > tchèp’tî, tchèrpètî…, fr. charpentier ; caldaria > tchôdîre, fr. chaudière ; luminaria > loumîre, fr. lumière.

123Dans les trois cas, on a régulièrement ï (i…) dans toute la zone propr. wall, et même dans la plus grande partie de la Belg. rom., – sauf évolution secondaire et sauf infl. franç., bien entendu.

124V., pour ě[, ALW 1, c. 73 « pied » et qu. 1334 « pierre » ; – pour y + a, ALW 1, c. 59 « marché » ; 2, c. et not. 78 « coucher » et « couché » et c. 111 « vous veniez » ; – pour -ariu, -aria, ALW 1, c. 13 « charpentier » et 79 « poussière », et 4, c. 68 et not. 134 « chaudière ».

125La région Ne.se forme souvent un curieux îlot de type franc, (piè, martchiè, tchèrpantiè). Dans la zone picarde, l’influence franc, altère souvent la tradition régionale. Enfin, -aria aboutit auj. à -êre dans une grande partie de la région namuroise (v. rem. ci-après).

126La réduction de ie à i, qui oppose nettement le w. au fr., est régulière aussi en lorr. et en franc-comtois ; elle se retrouve sporadiquement dans des régions voisines (Pic, Norm., n. de Champ., s. de Bourg.). V. ALF 1012 « pied », 244 « charpentier », etc. ; – F. 265-8 ; Wüest 176 et c. VII (pour ë[) ; Brun., Et. 165-172 ; Babin 683-4 ; Dond. 318-22 ; etc.

127La diphtongaison de ě[, que certains font remonter à l’époque romaine, a produit ie chez nous comme ailleurs ; mais l’accent est passé ou est resté sur le premier élément de la dipht., et le deuxième élément s’est affaibli et amuï. Dans les deux autres cas, l’accent s’est porté sur l’élément i (ou y) et le e a également disparu.

128La différenciation a dû se dessiner quand les régions centrales ont fait basculer la diphtongue ie en ie ou quand le nord-est l’a monophtonguée en i. On date le premier fait de 1200 env. (B., n° 46, hist.), mais le second est attesté sensiblement plus tôt.

129Attestations anc. : A. 1147, 1154 (or.) °Crivecur, 1194 (or.) °Crivecuer, Crèvecœur-sur-l’Escaut (Cambrai ; rég. pic, Gyss. 249b) ; 1265 °li siges le siège (Cart. Val-Benoît 179), de sědicum ; 1272 °sires Pires de Dynant (Wilm. 80), Pierre NP ; 1342 °aus yves (AHL 5, 887), top. de Beyne L 79, w. *îve, fr. hièble < ěbulu (dér. en -ëtu, îvleû, top. de Xhendremael L 22, 1350 °Liveloire, BTD 40, 29) ; – 1200* (or.) °Tiricus iudeus (Stiennon, Vat. 35), w. Tîri, fr. Thierry < germ. Theud-rïc ; 1236 (or.) °Andrier (Wilm. 71), w. Andrî, avec finale analogique ; 1252 (or.) °sain Mathie (Wilm. 138), w. Matî.

130B. 1200* °pechiz péché, … (P. mor., p. lxv) ; – 1278 ils °pessivent pêchaient, °paivent payaient (Bull. Comm. anc. lois 19, 253 ; autres ex. ib. 251, 272-4 ; cp. lg. pèhîve, payîve, au sing.).

131C. 868 cop. 18e s. °Teoliras (Gyss. 967b ; Herb., DBR 7, 62), w. tyêr, Tillier Na 27, tuil-ière [ ?] ; 1079 (or.) °Boniras (Gyss. 163b), Bonnières (Arras) ; 1094 (or.) °Behirsarth (Gyss. 115b), NL, dér* NP en hari + sart ‘essart’ (cp. ib. 126a : 1110 "Berhirsarth) ; déb. 12e s. (or.) °Bossires (Gyss. 169a), ham. de St-Gérard Na 125, de buxu + -aria ‘buissière’ ; déb. 12e s. °Ferires (Gyss. 163b), Fraire-la-Crotteuse, ham. de Biesmerée Ph 17, ferrière ; 1110* °Merdir (Gyss. 687b), non localisé, litt. merdier ; 1123 (or.) °Wasirs (Gyss. 1053b), Waziers (Douai), rom. °wazarius ‘bourbier’ (Gyss.) ; 1136 (or.) °Rosiris (Gyss. 862a), Grand-Rosière-Hottomont Ni 99, litt. ros-ière, dér. de germ, raus ‘roseau’ ; 1171-8 °Nicholaus de Perirs (Cart. S.-Lambert 1, 92), prob. pèrî (rue du Péry, Liège), litt. °poir-ief (M. Piron, AHL 1, 249-60) ; 1200* °mestir (P. mor., p. lxv), métier (avec -erium) ; 1200* °Bossire (Stiennon, Vat. 40), w. Boussîre, ham. de My 2, ‘buissière’ (de plus. °Johannes Masuirs, ib., litt. masur-ier et °juxta Rennirheis, ib. 41, avec détt ‘Renier’, ragin-hari ; 1210* °Folhires (Gyss., 372a), Fouyîre, ham. de Bellevaux My 4, litt. feuill-ière ; 1228 (or.) °Vervir (Cart. Val-Benoît 56), w. Vèrvî, Verviers ; 1264 (or.) °Gerars de Fechires (ib. 177), ld., w. fêtchîre fougère ; 1318 °Marlires (Simon-Renard, Top. Sprimont 97-8), w. mârlîres marnières.

132Dans Probl. 69, j’affirmais, en conclusion, que « la monophtongaison de ie – existait certainement en 1200 ». Cette datation doit être remontée.

133C’est pour C (-ariu, -aria) qu’on a les attestations les plus anciennes. Le °Teoliras de 868 est sujet à caution ; mais les formes de 1079 et 1094 ne sont pas douteuses. Comme ces formes concernent la zone picarde, on peut dire que la réduction de ie à i est antérieure à 1100 dans cette zone ; on peut dire aussi, en se fondant sur les formes °Bossires et °Ferires, qu’elle existait au début du 12e s. dans la zone auj. wallonne. Cette conclusion doit valoir aussi pour A et B : il est vraisemblable que l’évolution de ie à i s’est produite simultanément dans les trois cas que j’ai distingués. Il semble donc permis de remonter d’un siècle la datation proposée dans Probl. 49. L’étude de la réduction de ien à in confirme la nouvelle datation (v. n° 34). – Pour l’est de la Fr., comp. Bonnardot, R 5, 324-5, qui considérait que la réduction de ie à i était chose faite en Lorraine dès le 12e s. : °brif, °pechir, °prumirs, °volentirs, etc. Noter que le texte étudié par Bonnardot serait bourguignon plutôt que lorrain ; du reste, le i pour ie manque dans les chartes lorr. (v. Gossen, Skr. 149-50 ; Lanher, Chartes Vosges…).

134Remarque. – Le suff. -aria, fém., qui donne génér. -îre en Belg. rom., est le plus souvent représenté par -êre, [è :r] ou [à :r], dans une grande zone centrale qu’on peut dire namuroise (Ni.e, Na, Ph.n-e, D.n-o) : poûssêre… poussière, lg. poûssîre (ALW 1, c. 79) ; tchôdêre… chaudière, lg. tchôdîre (ALW 4, not. 134 et c. 68) ; fumère fumée, lg. foumîre ; bruwêre bruyère, lg. brouwîre ; fètchêre fougère, lg. fètchîre ; etc. ; – de même tchêr cher, lg. tchîr ; pôjêre paisible < pôjîre < *pôjîle, lg. pâhûle.

135Le phénomène apparaît vers 1500 (Cl. Hubin, DBR 18, 131-148) : 1499 °le Berler, 1240 °le Bierlire, w. al bièrlère, ld. de Gerpinnes Ch 72, du lat. berula, fr. berle (J. Roland, Top. de la comm. de Gerp.) ; 1541 °a rozer, 1136 (or.) Rosiris, w. rôsêre, Rosière NL, dér. de germ, raus ‘roseau’ ; 1550 °terre del Savenerre, 1382-4 °Savenire, w. Sauv’nêre NL (lg. sâv’nîré), litt. sablon-ière ; etc. ; – aj. 1543 °mynaire, w. minêre, dans un ld. de Naninne Na 96 (N. Merveille, mém., 1962, p. 134-5), lg. minîre ‘minière, mine’.

13610. Diphtongaison de ě entravé. – L’ě ouvert entravé, qui subsiste en franç., se diphtongue en en wallon, surtout devant r et j : fěrru > fièr, fiêr…, fr. fer ; pěrderé > piède [pyèt], fr. perdre (de même pièrdou perdu, pièrdant perdant, etc.) ; testa > tièsse, fr. tète ; festa > fièsse, h. fête ; těrminu > lg. tiêr…, nm. tiène ; gaul. *verno > viène ‘poutre…’ ; germ, land-berht > Lambiêrt, Lambiè, fr. Lambert ; i vièrè ‘il verra’, etc.

137Contrairement à ce que j’écrivais dans Probl. 49, la diphtongaison ne couvre pas toute la Belg. rom. On la trouve dans la zone wall, et aussi dans la zone pic. (sauf Th.s…) ; mais, vers le sud, elle fait défaut dans Ne.s et Vi.n ; dans Vi.s, on a aussi une diphtongue, mais il s’agit ici d’un phénomène particulier, plus récent (diphtongaison « gaumaise » : v. intr., note 2).

138V. ALW 1, c. 40 « fer » (hn.fiêr, sauf quelques points à l’extrême ouest ; Ne.s et Vi fêr, fér> ; Vi 33… fier…) ; c. 71 « perdu » (zone mal. pièrdou, -u) et 72 « perdue » ; c. 95 « tête » (w. tièsse, pic. tiète ; Ne.s tésse ; Vi tête…, tiète…).

139La diphtongaison de ě] existe aussi en France, dans le dép. du Nord (voisin de notre Hainaut), dans le n. des Ardennes (partie wall.), en Franche– Comté, etc. V. ALF 552 « fer », 556 « fête », etc. ; Brun., Et. 137 et Lim. 158-60 (cartes) ; Horn., Grenzd. 22 ; Flutre, Pic. m. 73 ; Dond. 323-6 ; etc.

140Le phénomène affecte plus de mots et concerne d’autres cas (ě] + l, r…) en pic. qu’en wallon : cp. pic. tierre (Lille, FEW 13/1, 245b ; rouchi tiére…), w. têre…, fr. terre ; Mons capielle, w. tchapèle, fr. chapelle (FEW 13/1, 285b) ; rouchi cuviéle ‘cuvier’, fr. cuvelle ; Nord… syèť, w. sèť, fr. sept ; etc.

141Attestations anc. : (région liég.) 1085 (cop. 13e s.) °Lyers, 1174 (or.)… °Liers (Gyss. 615a), w. Lyès‘, Liers L 39, de fq. *lêri < *lâri ‘terre en friche’ (Herb., BTD 41, 45-6 ; ici, diphtongaison, à partir de lếr ou lêr [ ?]) ; 1200* °enfier enfer (P. mor., p. lxxxii : plusieurs ex., à l’intérieur des vers), w. *èfièr (èfiè au 17e s. ; survivant en top.) ; déb. 13e s. °nierz nerfs (Dial. Grég., Wiese 11) ; 1241 °Robiers de ferme (Wilm. 72), w. Robiè(r), Robert, comp. de germ, berht ; 1252 °Lambiert, °Biertain, °vierrunt verront, w. vièront (Wilm. 137) ; 13e s. °Libier, Libert, et °chier cerf, w. ciêr… (Méd. 31, n° 36) ; pour le 14e s., nombreux ex. dans Doutr., Hemr. 34-6 ;

142– (région namur.) 1183-88 (or.) °Dunglebier, 1204 °Dunclebiert (Gyss. 278-9), Dongelberg Ni 43, w. Dong’byè, composé de germ, berga ‘montagne’ ; 1272 "fieste, 1282 °pierte (Nied., n° 23) ; fin 13e s. °tu pier le joie de vie ‘tu perds --’ (Gloses de Darm., Wilm. 162 ; 1070 °Thauers, 12e s. (cop. 13e) °Tauers in Hasbanio, 1265 °Tavier, w. tavyè, Taviers-sur-Mehaigne Na 2 (Gyss. 952 ; Herb., BTD 49, 63 ; – la forme °Thaviers 1070 citée Prob. 50 est erronée) ;

143– (région pic.) 2e 1/2 12e s. (après 1163 ; or.) °ou tieroit ‘dans le terroir’, °de tiere ‘de terre’ (Cambrai ; Gyss., Anc. textes, n° 1) ; 1200* fieste fête, giete jette, iestes êtes (J. Bodel, Jeu S. Nie ; v. Gloss.) ; 1206 (or.) °ciercle cercle (de circulu), °apries ‘après’, etc. (Tournai ; ib., n° 6) ; v. Gossen, Gram. 59-61 et F. 351 (nombreux ex., non datés) ; – (Tournai) 1207 °apries le Toussain, °Lambiers de Raise (Herbomez 3), 1215 °hierbreghier (ib. 5), 1227 °fieste, °feniestre (ib. 19), etc. ; 13e s. °tiere, °yvier, °fiermens, °tieste… (Doutrepont, ZFSL 22, 68-70).

144La diphtongaison de ě] était certainement accomplie en 1200. Les exemples °1183-88 °Dunglebier, puis les °tieroit et °tiere pic, permettent même d’affirmer qu’elle remonte plus haut. Pour Gossen, Gram. 60, « il est permis de supposer que cette diphtongaison s’est effectuée au cours du 12e s. » ; « mais, ajoute-t-il, beaucoup de scribes hésitaient visiblement à la noter ».

145On peut se demander si, comme c’est le cas en espagnol, ě entravé (celui de ferru > w. fiêr, p. ex.) ne s’est pas diphtongué en même temps que ě libre (celui de feru > fir, p. ex.). L’aire du premier phénomène est très réduite par rapport à celle du second ; mais une même tendance peut agir avec une intensité variable selon les régions. Il serait téméraire, cependant, d’affirmer, comme Flutre, M. pic, n° 105, malgré l’absence de toute preuve documentaire, que la diphtongaison de e] est « un reste de la diphtongaison générale de e latin, qui remonte aux premiers siècles de notre ère ».

146Wilm. 57, n° 11, affirme que ie = ě] est « un trait essentiellement progressif à Liège » (entendez : au 13e s.) ; il n’avait relevé, dans les chartes liég., que les seuls noms de personnes °Lambier, °Robiers et °Abier. L’affirmation de Wilm. a été reprise et utilisée plus d’une fois (v., p. ex., Brunot, Hist. l. fr., 1, 313) ; mais elle me paraît très discutable. Une évolution phonétique ne commence pas par les noms propres, càd. par une catégorie de mots déterminée ; elle affecte les sons (ou les phonèmes) en tant que tels. On comprend que la graphie des noms propres, qui s’écrivent plus rarement que les autres mots et dont l’étymologie est souvent obscure pour le scribe, ne se plie pas à la norme et reste plus fidèle à la forme orale, au moins dans certains cas. « Les noms propres, écrivait Devaux 420, spécialement les noms de lieux, qu’il faut bien écrire comme on les entend prononcer, échappent davantage à l’uniformité graphique, et partant sont plus instructifs sur les états successifs de la langue ». Du reste, on peut citer maintenant (v. ci-dessus), à partir de 1200*, des exemples wall, et pic. de la diphtongaison qui sont des noms communs. On ne peut guère espérer remonter plus haut que nos ex. de 1183-88 : avant 1200, les actes et les chartes en langue vulgaire font presque totalement défaut, et les œuvres littéraires ne sont pas tellement nombreuses.

147Remarque 1. – Fouché 353 affirme que la diphtongaison de ě] + r, s… est postérieure, notamment, à la réduction à i de įe < ě[ (avant 1100 : v. n° 9). Dans l’état actuel de la documentation, cette datation « relative » paraît bien être exacte ; peut-être aurait-il fallu, cependant, envisager la possibilité, dès le début de l’évolution, d’une accentuation différente des deux diphtongues : ịe pour ě libre et iẹ pour ě entravé.

148Remarque 2. – Parmi les ex. que j’ai cités, l’un des plus remarquables est terminu > lg. tiêr, nm. tiène ‘côte, colline ; orig., borne’. D’après ALW, qu. 1518 et 2029, on a tiêr… dans Lg et Lx.n, tiène dans l’ouest (Hn.e, Br, Na), terne Th.s, téne Ph 79, 86. Au sud de tiêr, dans Lx.s, la top. fournit des formes ter…, téme…, terme

149La différence entre les grands types belgo-romans remonte au moyen âge. Le FEW 13/1, 240a cite un anc. w. °tierne Dinant, 1293, où apparaît la réduction du groupe mn à n du nm. tiène. Quant au lg. tiêr, on en trouve des formes anc. dans BTD 18, 432 : 1303 °a gros tier Donceel W 67, °a poilhut tier Horion-Hozémont L 72 (w. poyou ‘poilu’). Les formes te(r)me de Lx.s correspondent au fr. terme et doivent être aussi anciennes que lui.

150Citons quelques documents pour Lx.s : ou terme Longlier Ne 47 (ETop) ; ou térme, ou gros térme Hamipré Ne 62, 1565 °sur le gros tersmes (M. Egedy, mém., 88) ; tiérme, terme, Termes Vi 22, n. de comm. (ETop) ; – dans le ban de Chevigny, on relève trois formes différentes : o gros tièr Freux Ne 26, 1701 ; au gros tièr Ste-Marie Ne 35 ; drî l’têr ib. ; ou gros tême Recogne Ne 33, 1613 ; id. St-Pierre Ne 39, 1620 ; v. L. Hector, AIAL 82, 1951, p. 309, 301, 259 et 283.

151Remarque 3. – Le franç, a un ie [yè] provenant de ě] dans tërtiu > tiers, *pěttia > pièce, etc. (F. 236). Dans ce cas, le wallon a î : tîs’, pîce ; – těrreu > tîdje ‘litt. chemin de terre’ (Herb, et Legr., RBPH 32, 1027-47) ; dér. de fěrrea, lg. èfîrdjî ‘entraver (un cheval)’, afr. enfergier (cp. fërru > fier) ; pěrtica > lg. pîce, ard. lg. péce, nm. pièce, fr. perche (ALW 1, c. 70) ; etc.

152Dans ce cas, la diphtongaison de ě a lieu devant r + cons. + yod (affaiblissement de c dans pěrtĭca) ou devant géminée + yod. Il est surprenant que, dans ces conditions, elle se produise parf. en franç, et aussi qu’en wallon l’accent ait frappé le premier élément (i). Noter le curieux type en é de l’Ard. liég.

153Le w. tîdje est attesté en 1294 sous la forme °tiege (Herb, et Legr., 1. c. 1043), avec « ie » à lire prob. [i :]. Mais la diphtongaison est vraisemblablement aussi ancienne dans ce cas particulier que dans le cas général de ě].

15411. ě + l + consonne (fr. eau). – On a un exemple privilégié de cette évolution dans la finale -ëllus. Le mot bels, après la vocalisation du l, est passé de bęus à bęaus, d’où beąus > beợs > bió(s) ou bó(s), qu’on écrit toujours avec eau. D’après F. 336, l’accent se serait porté sur a dans la première moitié du 12e s.

155En Belg. rom., ě + l + cons. aboutit auj. à trois types nettement distincts :

156– -ê [è :], var. -é…, dans les deux provinces de l’est (Lg, Lx), càd. en liég., en ard., en gaum. (ici, avec seconde diphtongaison de é en ïe, d’où ï) ;

157– -ya [ya] en nam. (grande zone centrale : prov. Nm + S.e, Mo.e, Ch…, Ni, W.o, H.o) ;

158– - [yo] en pic. (reste de Hn).

159Ex. : *cappěllu > lg. tchapê…, Ne tchèpé, Vi.s tchapîé, -î… ; nm. tchapia ; pic. capiô ; fr. chapeau (ALW 1, c. 11) ; – běllu > , bia, biô beau ; castěllu > tchèstê, -ia, catiô château ; flagěllu > floyê, flaya, flayô fléau (ALW 1, c. 43) ; et les nombr. dér. en -ěllu.

160V. DL xiv, carte (limites A-B et C-D) ; Brun., Lim. 194-8 (cartes) ; J. Simon, Mél. wall. 110 ; etc.

161Les types belgo-romans sont connus en France : - est picard ; -ya se rencontre dans la Manche, en Ille-et-Vilaine, en Vendée, dans les Charentes et le Jura ; quant à -ê, il couvre tout l’est, de la Lorraine à la Franche-Comté. V. ALF 117 « beau », 252 « château » ; Wüest 295 (c. xiv et sv.) ; Tav. 109-10 : Dond. 328-31 ; etc.

162Le type - n’est pas foncièrement différent du type fr. moderne ; il a d’ailleurs été connu à Paris même jusqu’au 16e s. (B. 68). Dans le type -ya, qui remonte à -equs comme , l’élément w (ou l vélaire antérieur à w ?) s’est effacé sans affecter le timbre de a (cp. a + l + cons. : n° 3).

163Quant au type -ê, son histoire est beaucoup moins claire. Vient-il, comme - et -ya, de -eaus (sujet sg. et régime pl.), ou plutôt de la forme -el (rég. sg. et suj. pl. : bel, chapel), sans s et sans a ? Divers auteurs ont considéré que le type -ê dérivait de -el : v. Gill., Généal. 60 (aucellum > ézé dans le Vimeu) ; Brun. Et. 150 ; Loriot, Front. 27-8 ; Wüest 296 sv. Des deux formes anciennes, nos dialectes n’auraient donc gardé qu’une seule, comme le franç., mais il s’agirait, selon les régions, de celle avec s ou de celle sans s.

164On a présenté d’autres explications. Fouché 319, rem. II, en formule une, pour le lorrain, qui devrait aussi valoir pour le wallon : « Le résultat ęau est commun à tous les dialectes d’oïl, excepté au lorrain. Ici, la finale -èls s’étant réduite à -ęs avant la vocalisation de l antéconsonantique, il n’y a pas eu de diphtongue ęų, ni par conséquent de triphtongue ęau.> Que l se soit effacé sans se vocaliser, j’ai peine à le croire ; la chose n’est cependant pas impossible en soi. Mais, pour que -èls aboutisse à -ê, -é, il suffit qu’avant l’effacement de l/w, il ne se soit pas développé de son a entre è et l/w. Le son -ê reposerait dès lors sur -ès ou sur -èws, sans intervention de a.

165Une troisième explication, enfin, suppose au départ la présence de cet a. C. Dondaine 329, qui a relevé en Franche-Comté les traitements -yo et -é, les explique tous deux à partir de -eau ; -eau accentué sur a a donné -yo, tandis que -ęau accentué sur e se serait, après la chute de l’élément final u, réduit à é. Cette explication devrait valoir pour notre -ê… On peut alléguer en sa faveur l’ancienne graphie « ea » qui correspond fréquemment à ě + l + cons., dans les documents liégeois notamment, et où G. Doutrepont et J. Haust, Mél. w. 16, n. 3, voyaient un « son mixte » ( ?). La réduction de « ea » à ê se serait opérée par une sorte de fusion qui impliquerait l’assimilation de a à e. Cp. en Poitou, où la graphie « ea » est aussi très fréquente dans les chartes, la réduction, à date récente, de la diphtongue [ea] en un [è] très ouvert (Pignon 269 et 274).

166La graphie « ea », qui a été usuelle dans notre zone -ê, plaide assurément en faveur de la troisième théorie. Mais, aussi longtemps qu’on n’a pas étudié de près son histoire et son emploi, on ne peut affirmer qu’elle constitue un critère vraiment sûr. L’explication adoptée par Wüest (-ê< -el cas rég. sing.) demeure, en tout cas, séduisante.

167Comme l’écrit Wüest 298, les divergences qui existent entre les dialectes modernes pour le traitement de ë + l + cons. « sont relativement récentes ».

168Fouché 336 date de la première moitié du 12e s. le déplacement de l’accent de e sur a dans la triphtongue primitive eau ; le passage à serait naturellement postérieur à cette date.

169La graphie « -iau » est bien attestée vers 1200 chez J. Bodel, Jeu S. Nic. : biau -s, piaus peaux, nouviaus, isniaus, etc. (v. Gloss.).

170Le nm. -ya apparaît dès la première moitié du 13e s. : 1182 cop. 2e 1/2 13e s. °Morialmeis (Gyss. 714), NL, = maur-ěllu + mansu) ; 1214 °tonial tonneau (Cart, de Namur 1, 6 ; cité Nied., n° 23a) : 1240 (or.) °sex muis de spiate (Wilm. 136 ; A travers l’hist. du Namurois, 1971, p. 289 ; première charte namur.), nm. spiate épeautre < germ. *spelta ; Id. °Rosias de Merdot (ib.), NP, litt. ‘Rousseau de Merdorp’ ; fin 13e s. °bias, °novias, °usial… (Dist. Cat. ; Hunt 47) ; etc. Le stade -ya est apparu au moment où le w issu de l s’est amuï. Ce moment est prob. antérieur à 1200. On a vu (n° 3, p. 12) que, dans a + l + cons., on avait « o » dans °Chodes NL < calida et dans °Givofosses NL = cheval-fosse dès la 2e moitié du 12e s.

171Quant au -ê… de l’est, il paraît être attesté depuis la 2e moitié du 12e s. par les premières formes du nom de lieu Xhoffraix, My 2. w. hofrê, dont le radical est incertain, mais dont la finale représente vraisemblablement le suff. -ěllu : 2e moitié 12e s. (or.) °Scofrai, °Scofraih (Stiennon, Vat. 32), 1200* °Scofret (ib. 38 et 40 ; 4 mentions) ; 1210* °Scofreit, °Scoffreit (Id., Lépr. 453 et 457) ; 1389 °Scofreal, et, dans la suite, formes en « -eal », « -ea », « -eau », etc., graphies courantes de -ê venant de -ellum (v. Ch. Gaspar, PSR 4, 1965, 20-2). Le type -ê semble être aussi attesté par les formes d’un nom de personne figurant dans des textes latins édités par E. Fairon dans les Régestes de la Cité de Liège : 1185 (cop.) °Rennierus Surial (p. 11), 1185 (cop.) °Vedericus Surais (p. 12), 1197 (or.) Reinerus Sureaz (p. 13). Les trois graphies doivent représenter le même son ê [è :], et celui-ci ne peut guère être que le produit liég. du suff. -ěllu. Les deux dernières formes attestent au surplus l’amuïssement complet du l/w. – Autres attestations : 1267 (or.) °cerirs (Cart. Val-Benoît 185), w. †cêrî ‘percepteur des rentes’ < cellariarius FEW 2, 575a ; 1280 (or.) °veaire (ib. 237), w. vêre ‘toison, récolte’ < *věllere ; – 1266 °Befaï, °Baifay (AEL, Chambre des comptes : cité BSW 52, 202), w. bêfayi, Beaufays NL (fagu + -ētu).

172Les types -ya et -ê paraissent donc être attestés, le second avant 1200, le premier aux environs de 1200. Ces datations sont confirmées par l’étude du traitement de ĭ + l + cons. et de certains dérivés en -ělla.

173Peut-être faut-il remonter plus haut. La formation du type -ê suppose le maintien de l’accent sur le e de -ěllu. La différenciation entre la zone -ê et celles de -ya et de - a donc dû s’ébaucher dès le moment où l’accent de la triphtongue -eau a basculé de e sur a. Or, on l’a vu, ce mouvement est daté par Fouché de la première moitié du 12e s. Si cette datation est exacte, la zone de ê se serait particularisée avant 1150.

17412. ĭ + l + consonne. – L’évolution de f entravé devant l est parallèle dans certaines zones à celle de ë + l + cons. Les descendants de capïllu (ALW 1, c. 17) se terminent par , eu dans la région picarde et dans Ne.s-e, par è bref en liég. et en ard. (Lg + Ma.n, B, D.s, Ne), par ya en nam. (Ni.e, Na, D…), par ê, é dans une série de points de Ma, Ne… voisins de ya, par ou, ow en gaum. (Vi.s) : tch’feûs, -eus ; dj’vès ; tch’fias, dj’vês… ; tch’fous… On a des résultats semblables pour « eux » et pour « ceux » (ALW 2, 94-5 et 169a). Noter que la région pic. connaît, à côté du type « -eus », un type « -(e)aus » : caviau à côté de g’veû, etc. Autres ex. : *fîl(i)caria > lg. fètchîre, nm. fètchêre…, afr. feugère, fr. fougère ; – sĭlva > lg. sève (avec ê long ; n. de commune Saive L 68). Pour la France, v. ALF 270 et FEW 2/1, 247-8 capillus.•

175Le type -ya est identique au résultat de ĕ]l et il doit s’expliquer de même, à partir de -eau : il y a eu dans les deux cas insertion de a (F. 304, rem. I). Le type -ê, -é, qui est peu répandu, coïncide aussi avec le résultat de ë]l, et on doit supposer là aussi deux évolutions parallèles (avec insertion ou non de a). Le type liég. et lux. -è, avec è bref, diffère nettement de -ê< ĕ]l, fr. -eau, qui a ê… long : cp. lg. tchivè ‘cheveu’ et tchapê ‘chapeau’. Quant au gaum. -ou…, il remonte à un ancien eu altéré en ou par assimilation (cp. de-illu > lg. , Ne… dou, fr. du : ALW 2, c. 3).

176Le nam. -ya reflète évidemment un ancien -eau ; mais est-ce aussi le cas du -ê, -é des points de Ma, Ne… voisins de -ya et du -è bref liég. et ard. ? Quand on considère que le -è liég. et ard. < -ĭllu se distingue nettement par sa brièveté du -ê< -èllu et que, d’autre part, le -ê, -é de Ma, Ne… représentant à la fois -ĕllu et -ĭllu avoisine la zone de -ya < -ěllu et -ĭllu, on a l’impression que -è bref découle de -èu sans intervention de a et que -ê, -é long de Ma, Ne… découle de -eau comme le namur. -ya. Une forme comme lg. tchivès correspond exactement au fr. cheveus : la diphtongue « eu » [éw] s’est contractée en fr. et elle a normalement perdu son deuxième élément (atone) en w.

177Il me paraît difficile d’imaginer qu’un a se soit jamais inséré dans le processus aboutissant à liég. et ard. è bref : la contraction de ea n’aurait-elle pas abouti nécessairement à ê… long pour -ĭllu comme pour -ěllu ?

178Si l’on rejetait l’intervention de a dans les deux cas, on pourrait dire que la différence de longueur entre è, é < ě]l et è < ĭ]l reflète la différence qui existait originellement entre ë et f ou, à un stade plus récent, entre èu et éu. Il faudrait admettre en même temps que, dans les points de Ma, Ne…, un è primitif < ĭ]l a subi l’influence ou l’attraction de ê, é < ě]l.

179Attestations anc. Pour l’insertion de : fin 12e s. °eaz, °ceaz Serm. S. Bern. (Henry, DW 8-9, 101 ; de même, début 13e s., Dial. Grég., etc.) ; 1200* °eaz P. mor. 115, °ceaz ib. 172 (formes de copiste ?) ; 1236 °ceaz, °saeal < sigĭllu (Wilm. 70-71) ; 1248 °saial (Id. 109) ; 1240 °chias (Id. 136) ; fin 13e s. °eaz, °ceaz, °cheveaz (Méd. lg. 27) ; v. aussi Brun., Et. 110-3. – Pour è : 1153 cop. fin 13e s. °Fechire (Gyss. 360a), Flechère, dép. de Gouy-lez-Piéton Ch 17, w. flètchếre (Haust, Enq. top. 113), litt. fougère ; fin 13e s. °cheves cheveux (Méd. lg. 27) ; 1242 °Sève, 1303 (or.) °Seeve…, w. Sêve, Saive, dép. de Celles-lez-Waremme W 52 < silva (J. Herb., BTD 31, 49-51 et 48, 298) ; en outre, 1271 °ces ceux (Wilm. 79 ; v. Probl. 52-3). – Pour le pic, on a aus, chiaus (à côté de eus, cheus), vers 1200, dans J. Bodel (Henry 320 et 281).

180Remarque. – Le suff. -iculu (Probl. 86) est représenté en Belg. rom. par divers types, dont certains coïncident avec des produits de -ĭllu, de -ëllu, et aussi de -uculu (solo ; cp. genuculu > w. djino, ALW 1, c. 46) et de -ĭttu (solè) :

181« soleil », *söliculu = solia en namur. ; sole, -é D.s., Ma.so, Ne ; – solo Lg et reste de Lx ; solo, sa- dans quelques points du Hn ; solè My.e ; °soleif ailleurs (ALW 1, c. 92) ;

182de même, « orteil », articulu = ôrtia Na 1… ; artia, ôr- S, Ni.o, Ch, Th, Ph : – ortó Hn.o ; artwal Mo ; ôrtè Ni.e, Ch.e, Na.o (ALW, qu. 1389 ; P. Ruelle, Dites-moi…, 2, 25-6).

183On ne peut reconstituer, à côté de *söliculus, des dérivés latins *sôlu-culus, *sölellus, *sölittus : une telle diversité de formes est inconcevable à l’époque latine sur un petit territoire comme la Wallonie. Pour solo, qui est répandu dans l’est de la France (lorr., champ., bourg. : ALF 1241 ; FEW 12, 25-6), Wartburg admet, comme Haust (DL), un *soluculus ; mais on peut aussi se passer de ce dérivé latin.

184Le l mouillé suivi de consonne s’étant vélarisé et vocalisé (comme le l non mouillé de capillos, par ex.), -iculu et -iculos ont connu des stades -ey, -eus… (avec é ou è), dont on peut partir pour expliquer les types belgo-romans.

185Le groupe -èy s’est réduit à -è en malm. or. et différencié en oy, d’où o, dans Lg et Lx ; le nm. -ya résulte de l’insertion d’un a ; le pic. -ô résulte de l’ouverture de èų en -. V. F. 304, rem. II ; Chaur. 58 et 67.

186Attestations anc. Pour solia : 1293 °solial levant (Cartul. Namur 1, 41 ; cité Nied. n° 31a). Pour solo : 12e s. °soloil (Chrét. : Tob.-Lom.) ; 1165* °soloz (Comm. Ps. 38) ; 12e s. °soloz (Juïse, Rankka 38) ; déb. 13e s. °soloilh, °soloz (Dial. Grég. : Wiese 25…) ; fin 13e s. °solouz (Méd. lg. 31). Pour solo : 12e s. °solauz (Chrét. : Tob.-Lom.) ; etc.•

187Il semble donc que les types de « soleil » qui se partagent maintenant la Belg. rom. étaient déjà nettement différenciés en 1200, probablement même avant cette date.

18813. Le suff. -ělla. – Au fr. -elle < -ělla correspond très souvent, dans la zone wallonne, une forme -ale, où le è primitif s’est ouvert en : w. bèle belle, novèle nouvelle, burtèle bretelle, bâssèle ‘jeune fille’ (afr. baisselle) ; mais purnale prunelle, crotale crotte (de brebis, etc.), fossale ‘fossette’, tchârnale ‘charme’, macrale ‘sorcière, litt. maquerelle’, nèçale nacelle, sâssale < salice + -ělla (top.), etc. V. Haust, Rimes 17-8.

189De même pour -ĭlla : forçale ‘fourchette du sternum’ < furcĭlla ; massale ‘joue’ < maxĭlla.

190Pour « ruelle » (ALW 1, c. 87), le type rouwale et ses var. couvrent plus ou moins la zone proprement wall. (Br sauf extrême o., Nm sauf grande partie de Ph, Lg, Ma, B, Ne n. et e.). On a aussi en gaumais, dans Vi.s, à quelque distance de l’aire wall, de -ale, un type ruwale, riyale. – V. Gourd. 75 (-èle régulier partout dans le domaine limitrophe étudié) ; Brun., Et. 103-4 (non seulement -elle > -ale, mais -effe > -ate : tchèrate, fourtchate, etc.).

191Attestations anc. : 1289 °bochale (instrument de pêche), °fossale (Brou-wers, Cens et rentes II, 225) ; 1294 °Porchial rualle (Gob. 5, 96b, n. 1) ; 1303-7 °a le keuturalle, top., dér. de couture (Polypt. Salz. 29) ; 1398 °Johan Prunalle (SM.P 56, 24v). Les témoignages sont plus tardifs pour -ělla que pour -ěllu : il doit s’agir d’évolutions tout à fait distinctes.

192En gaum., le passage de -èle à -ale est p.-ê. récent : la grávale, litt. grav-elle, ld., Dampicourt Vi 37, 1718 °gravelle, 1738 et 1777 °gravalle (A. Bernard, mém., p. 123) ; la gravale, ld., Bleid Vi 40, 1731 et 1760 °gravelle (E. Loreaux, mém.).

193Les recherches chronologiques devraient être approfondies pour l’ensemble de la question.

194Remarque. – La voy. de -ěllu, -ělla peut se contracter avec une voy. précédente : vitěllu > fr. veau, w. … ; patella > fr. poêle, w. pêle… ; flagěllu > fr. fléau, lg. floyê…, Lx.s et My.eflê, -é (ALW 1, c. 43). Retenons deux ex. intéressants :

195pratu + -ělla > prèyale NL, La Préaile (Herstal L 51), sans contraction (avec -ěllu, prèyê NL, fr. préau) ; mais, avec contraction, prêle ou prâle : Prêle (Jodoigne Ni 28, zone de -ěllu > -ya), 1174 (or.) °Prele (Gyss. 808) ; Presles Ch 67, w. prêle, 1192 (or.) °Prele (Gyss. 809) ; ôs raprôles, ld., Cortil-Wodon Na 19 (= à proie), 1298 °preal, 1430 °le ryeu de pralle, 1446 °aie prale, 1733 °rieu a praule (R. Jacquemin, mém., 231-3).

196strata + -ělla > strêle, Streel, dép. de Fexhe-le-Haut-Clocher W 56, contraction de °strèyale, 862 (cop.) Stradella, 1222 (or.) °Streles (Gyss. 942 ; Herb., BTD 48, 317-8).

197La contraction de èya en ê est attestée, pour prêle, dès 1174, et, pour strêle, en 1222. Ces données confirment la datation proposée n° 11 pour -ê < -ěllu. La contraction en elle-même pourrait, au surplus, appuyer l’explication de cet -ê par un ancien -ea(u), avec insertion de a.

19814. ě + yod. – La combinaison de ě avec un yod suivant, qui donne i en franç., aboutit en wall, à é : lěctu > lét lit ; lěgit > lét lit ; pěctus > pés pis ; mědiu > (mèy) mi ; *cerěsia > cèréhe, -éje cerise ; ecclěsia > gléhe (top. : La Gleize, etc.) (é)glise ; děcima > déme dîme ; Bartholomaeu > Bièt’mé Barthélémy ; mědicu > méde mire ; etc.

199Même alternance w. é – fr. i à partir d’une autre voy. que ě : jacet > djét gît ; – suff. -acu après i > w. -é, fr. -y (top.) : Lupiniu + -acu > Lom’gné, Louveigné L 114, et Louvigny (Moselle, etc.).

200L’extension du é (var. è…) diffère selon les mots. Pour « lit » (ALW 1, c. 55), on a lét dans la moitié nord de la zone propr. wall., lèt dans D.n, Ma.s, … et My, lit, lit, liť ailleurs. Pour « cerise » (ALW 1, c. 8), on a cèréhe L.ne et Ve.n, cèréje dans le domaine namur., cèlîhe, cèrîje et divers types en î ailleurs (en liég., prob. par infl. du franç.). V. aussi J. Simon, Mél. w., planche III ; Brun., Enq. 922 « lit » et 1202 « pis ».

201En France, les types é, è… sont répandus dans l’est (Champ., Lorr., Bourg., Fr.-Comté) et aussi, pour pěctus notamment, dans l’ouest : ALF 778 « lit », etc. ; Haudr.-Juill., c. 15, p. 100 (à compléter, pour le Poitou, par Pignon, c. 5) ; Wüest 188-9. Dans le n.-e., on observe, entre les zones wall, et lorr., un vide bien marqué où l’on a i comme dans les régions centrales (peut-être d’ailleurs sous l’infl. du centre).

202Le résultat é (ou è) est attesté au m. â. par les graphies « ei » (qu’on a souvent pour ą[), « ee », « e » : 2e moitié 10e s. °peis pis, w. pés < pejus (S. Léger, v. 192 ; Avalle, Monum. 222) ; fin 12e s. °peiz id. (Serm. S. Bern. ; Henry, Aut. 80, 1) ; déb. 13e s. °enmei, °peis, °meide (Dial. Grég. ; Wiese 22) ; 1264 °enmei, 1280 °deme (Wilm. 56) ; 1291 °geeste, w. djét gît (id. 91) ; fin 13e s. °veit vit < vectis (Méd. lg. 28 et 97) ; id. °les lis, °lere lire (Dist. Cat. ; Hunt 47). V. Gossen, Skript. 115-7 (o. de la Gaule rom.) et 307-13 (est).

203C’est pour les top. en -iacu qu’on a les attestations les plus anc. : 1130-1 (cop. 13e s.) °Lorenceis, w. Lorcé, de *Laurentiacu (Gyss. 635 ; Ch. Stav. 1, nos 152 et 149) ; 1139 (cop. milieu 13e s.) et 1186 °Goe, Goyer (flam. Jeuk), de *gaudiacu (Gyss. 543 ; Herb., BTD 40, 39-40) ; 1200* (or.) °Berferceit, °Berferceis… (Stiennon, Vat. 39 et 40 ; Ch. Gaspar, PSR 3, 17), w. Bévurcé, Bévercé My 2, de *Bert-frit + -iacu ; 1196 (or.) °Berzez…, w. bièrzèt, Bierset L 46, de Bercius + -iacu (Herb., BTD 29, 53-4 ; noter le w. -è ; pas de graphies en « ei ») ; 1150, 1221 "Lingei (Gyss. 617), w. ligné, Ligney W 50, 832 Liniaco (Herb., BTD 41, 46-7) ; etc.

204La divergence entre la zone centrale de i et la zone orientale de é… remonte certainement beaucoup plus haut que nos plus anciennes formes en « ei »… : comme é ne doit pas dériver de i, elle doit s’être marquée dès que celui-ci est apparu dans le centre ; or, la formation de i est antérieure aux premiers monuments littéraires (B. 69 ; Probl. 53-4).

205Peut-être même la différenciation s’est-elle dessinée dès avant la formation de i, au moment où le ě s’est diphtongué. On admet que i remonte à *iei (lěctu > *lèytu > *lièytu > lit), et beaucoup d’auteurs considèrent que le é… de l’est vient de ey (*lèytu), sans diphtongaison de ě (Meyer-Lübke, GLR 1, 162 ; B. 69 ; etc.). Si cette théorie est vraie, et si -ě]ct- s’est diphtongue en même temps que ě[, càd. dès l’époque romaine, la différenciation ié se serait ébauchée dès l’antiquité.

206Mais Fouché 327, rem. VII, voit les choses autrement : pour lui, la triphtongue ièį, « après avoir passé à yèį, a perdu son premier élément et a abouti à eie », à l’ouest et à l’est (explication admise par Wüest 378). Dans ce cas, la différenciation aurait commencé au stade ei ; mais Fouché ne date pas ce stade. Il ne dit pas non plus pourquoi ni comment yèi aurait « perdu son premier élément ». Omissions regrettables. Néanmoins, on peut hésiter à reporter jusqu’à l’époque romaine la différenciation relative à ě.

207Quant à celle qui concerne -iacu, elle remonte assurément beaucoup moins haut. On distingue nettement l’évolution de -acu > -ay, -è (Cambrai) et celle de -iacu > -yèį, -yéį, > fr. -i, -y (Louvigny), w. -é (Louveigné) ; v. F. 322 et rem. II, et aussi C. Dondaine 258-61. La diphtongaison de a, qui est ici en jeu, « doit s’être produite -- vers la fin du 6e s. » (B. 55).

208L’évolution d’une triphtongue est naturellement complexe ; mais les résultats auxquels yèi aboutit sont dans la même ligne : les produits de sa contraction ne diffèrent que par leur degré de fermeture (i est ultra-fermé, é simplement fermé) ; pour é, cp. iyè > é dans priyèsse-mont ‘mont du prêtre’ > présse-mont NL, Vielsalm B 4, et dans d’autres composés analogues. Il ne paraît pas douteux que yèi, aussi bien que ei, peut se réduire à é.

209En fin de compte, nous retiendrons simplement ici un élément qui fournit une datation ferme : l’apparition du i central, qui se situe avant les premiers textes, càd. très haut.

210Remarque 1. – On a un bel ex. de ě + y > é dans tré, nom wallon de Maastricht (Mosae trajěctus). Considérant que trajěctu aurait dû aboutir à frê(f) comme tractu, on a supposé que tré était repris au germanique (Haust, AHL 2, 498-502 ; Herb., BTD 37, 248 et 48, 81-2). Mais trajěctu est accentué sur ě, non sur a. « La graphie treit --, écrivait Haust, l. c. 502, n. 3, supposerait un primitif *trěctum ». Or, cette forme est attestée : Trecto, 7e-8e s. (monn. mérov. ; Gyss. 646b). Dans la contraction, ë tonique l’a emporté sur a initial. Dans trajectoriu > trêteù ‘entonnoir’, où l’on a ê comme dans trêt, le e bref prétonique est tombé ; peut-être y avait-il un accent secondaire sur Va initial.

211La suite -ict- donne é (ou ) dans applictum > aplé (ou apleû) ‘quai, débarcadère’ : 1404 °apleit (Liège). V. DW 11, 65-73.

212Remarque 2. – Une alternance fr. i – lg. é, fondée sur un i originel, s’observe dans les représentants de Cyricus, nom de saint : NL donsel, Donceel W 67, de †don Cére < dominu Cyricu = fr. saint Cyr. La forme en è est attestée depuis le 12e s. : 1182 (or.) °Doncere, etc. ; pour le passage de -r à -l : 16e s. °Donchiel (Gyss. 278 ; Herb., BTD 33, 37-9).

21315. è tonique libre.ê (ĭ) ton. libre aboutit en franç., par des intermédiaires ei, oi, à wa ou è : më(n)se > mois ; sĭti > soif ; tëla > toile ; pira > poire ; mais -ëbat > -ait. En Belg. rom., il donne des résultats très variés : [œ :] en liég. (hutois et salmien û) ; à, è dans parties de Nm et Lx ; – (même traitement qu’en franç.) Br, Na, et wa Lx.s ; Hn… V. ALW 1, c. 91 « soif » : seû Lg, Ma, B.n (mais H et B 4, 5, 7) ; seu [sœ], … bande o.-e. de Th à B.s ; swè Ni, Ch, Na ; swa Ne, Vi, points de Hn.o ; swo A, Mo ; , soû… Hn de No-To à Th 5, 14… ; – ALW 1, c. 38 « étoile » : steûle, steûye Lg, Ma, B ; stwèle, stwale, -èye, -aye partout ailleurs, sauf quelques points (è)stoûle… à l’o.

214Ex. (lg. ) : meus, seû, teûle (teûye), peûre ; vĭdet > veût voit ; vĭtru > veûle (altéré de *veûre) verre ; trës > treûs trois ;

215suff. collectif -ëtu > - -oi, -oy : ôneû auln-oy, tchèneû chesn-oy, etc. ; nombreux ex. en top. ; cp. -ëta, fém. > fr. -aie (aulnaie, chênaie, etc.), w. -bye (rare ; salic-eta > sôzôye, Sosoye Na 136 ; cp. crëta > crôye (craie) ;

216suff. -ê(n)se > -eûs -ois, -ais : bordjeûs bourgeois ; lîdjeûs liégeois ;

217-ëre (inf.) > -eûr -oir : aveûr, voleûr, etc. (ALW 2, c. 81 « vouloir ») ;

218-êbam, -as, -at (imparf., condit.) > -, -eûs, -eût : èsteût était, sèreût serait.

219Les divers types ne couvrent pas des aires identiques dans chaque cas. Ne pouvant entrer ici dans le détail, nous noterons simplement que, pour -ëbat…, qui s’est largement, comme en franç., généralisé aux dépens de -abat, etc. (ALW 2, c. 108 « passait »), on a, à côté de -eût (-ût), -eut…, une var. -ot dans une zone du sud-est relativement étendue. Ajoutons que, pour -ëtis (ind. prés, et fut. 2 plur. : ALW 2, c. 100 « venez » et 107 « aurez »), qui s’est aussi substitué aux autres flexions, mais pour lequel -eû(z) manque, on a, à côté de -eu(z), -è(z)…, une var. -o(z) dans une grande partie du domaine propr. wallon (Ni.e, Na, D, Ve.s, My, Ma.n, B…). V. Brun., Et. 217 sv. et Lim. 162-6 ; Grign. 400 (c. « droit ») ; Gourd. 35-6 ; etc.

220En liég., le son ne provient pas seulement de ë[, mais aussi de ë + yod (tëctu > teût toit, ALW 4, not. 12, c. 6 ; *frigidu > freûd froid, ALW 1, c. 45) ; et aussi – à la fin de processus entièrement différents – de ô + yod (cruce > creû croix ; suff. -[at]öriu, mireû miroir, ALW 1, c. 61), de ô ton. libre (flöre > fleûr fleur ; suff. -[at]öre, tchèsseûr chasseur, ALW 1, c. 14), et encore de ü + r (suff. -ura dans costeûre couture, ALW 1, c. 23). On a des var. analogues à celles de « soif », correspondant au fr. oi, pour è et ô + yod. Pour ö, on a dans presque toute la B. r.

221Comme l’a bien vu M. Francard 1.31 (avec renvois), l’explication phonétique présentée dans Probl. 54 est sujette à caution.

222On admet couramment, pour le franç., le processus ë > > > > we… ; mais Fouché 270-1 intercale entre ei et oi un stade *œi. A ce stade intermédiaire, je rattachais le w. œ (), de sorte que notre dialecte aurait atteint œ sans passer par oi. Fouché 283, rem. 8, formulait une tout autre proposition : « En wallon, écrivait-il, le groupe [we] s’est labialisé en [wœ], d’où [œ] » ; et cette proposition était aussi discutable que la mienne.

223En fait, nos dial, ont connu le même processus que le franc, jusqu’au ei, oi, y compris le stade oi ; puis ils ont évolué diversement. A preuve le fait que -ëta donne -ôye et -ëna -on.ne (v. Franc. 1.42, 1.64), et aussi le traitement ò (-ot, -oz) < -oit, -oiz, noté ci-dessus pour -ëbat… et -ëtis.

224Du reste, le stade oi est attesté au moyen âge pour des mots qui ont auj. eû : ainsi pour avreû, Avroy (Liège), de arborëtu, 1034 °Avroit, 1214 ad pontem Avroti, etc. (Herb., BTD 23, 30) ; 1155 (cop.) Auroit (Gyss. 87b).

225Le passage de oi à we…, comme en franc, ne pose aucun problème : l’accent de la dipht. a glissé sur le deuxième élément, d’où . A partir de ọi, on est arrivé à o par l’effacement du second élément de la dipht. descendante. Le type [œ :] vient aussi de ọi, mais, avant de s’amuïr, le second élément a palatalisé le premier, et, au dernier stade de la réduction, on a un ce fermé, tout comme on a un é fermé au terme de la réduction de (y)èį dans lěctu > lét (v. n° 14). Le û hutois et salmien et aussi le à ne diffèrent de que par le degré de fermeture. Quant au è, il semble n’être, du moins dans soif, qu’une var. de œ (cp. mirè miroir, aux env. de B, var. de mirœ : ALW 1, c. 61) ; mais, dans d’autres cas, notamment dans les dér. de -ëtu et dans le produit de -ëtis (vos v’nèz vous venez, etc., à Ve 32-34 : ALW 2, c. 100, p. 274, n. 2), -è est prob. réduit de *-èy comme dans malm. or. solè soleil (v. n° 12, rem.).

226Abordons maintenant le problème des datations.

227Le stade oi apparaît dans l’écriture, en position atone (cas particulier !), dans le noieds < necatos du fragment de Jonas qui date du 10e s. et qui provient du nord-est, et, en position tonique, dans les régions de l’est, à la fin du 11e s. ; il semble avoir été connu d’abord dans le nord-est (v. plus haut 1034 °Avroit : or. ?) et n’avoir atteint le centre que vers la fin du 12e s. (v. Wartb., Probl. et méth. 46 ; F. 271 ; Wüest 198). Une différenciation importante se dessine alors entre les parlers de l’ouest et de l’orléanais, qui gardent ei, et ceux du centre et de l’est, qui passent à oi ; mais elle ne concerne pas la Wallonie. Il n’en est pas de même de celle qui se produit, vers 1200 ou plutôt au 13e s., lorsque la dipht. oi passe à we. Le domaine wallon – sauf Ch.e, Ni et Na – ne participe pas à cette « bascule » ; mais comme on l’a vu, il n’en restera pas à oi : à partir de oi, il va lui-même se diversifier. Il s’agit maintenant de relever les premières attestations des principales variantes modernes de B. r. Les dér. en -ëtu fournissent souvent de précieux témoignages.

228 : 1255 (or.) °Croteur, Crotteux, dép. de Mons-lez-Liège L 73, suff. -ëtu, rad. non déterminé (Herb., BTD 32, 134-6) ; 1260 (or.) °Fecereus, w. Fètchreû, à Othée L 21, de fètchîre fougère + -ëtu (Herb., Top. Hesb. lg., n° 364) ; 1277 °Assenneur, w. èsneû, Esneux L 106, 814 Astanido (E. Renard, BSW 61, 152-3) ; 14e s. °treus trois, °peure poire, etc. (J. d’Outr. : v. Scheler, Geste…). Les graphies en « eu » se multiplient au 14e s. et dans la suite. – Dans Probl. 55, je recourais à des graphies inverses comme 1291 °nevoir neveu < nepöte et 1236 °dois deux < duos ; il m’a paru préférable de renoncer à ce procédé.

229û : 1322 °en Bolu, ld. à Fize-Fontaine H 20 ou env., w. nm. bôle ‘bouleau’ + -ëtu (Herb., BTD 30, 227) ; 1333 °Bolerutiege, à Les Waleffes H 2, w. *bol’rûtîdje, chemin de Borlez, adj. en -ēnsis (Herb., ib. 225) ; 1339 °Borsut, Borsu, dép. de Verlaine H 10, de *bruscia [ ?] + -ētu (Herb., ib. 230) ; attestations nombr. au 16e s. – La graphie °pieruchamps 1595 et 1607, w. pîrûtchamp ‘champ pierreux’, ld. de Tavier H 50, que j’alléguais dans Probl. 55, n’est pas probante pour ë[ : l’adj. pîrûs a le suff. -ōsu.

23083

231è : 1482, 1484 °Maxeré, w. Madjrè, Mageret, ham. de Wardin B 27, 1332 °Maseroy, de maceria + -ētu (P. Beauve, mém., p. 72 sv.) ; 1596 °chesnez, 1640 °chenet, w. tchènè, à Wardin B 27, de *cassănu + -ētu (id., p. 115) ; 1605 °au charnè, w. o tcharnè, ld. de St-Pierre Ne 39, de carpĭnu + -ētu (Hector, MAL 82, 282) ; 1630 °chesnez, w. tchin. (id. 283). Dans certains cas, le passage de œ à è doit être plus récent ; pour rèvrè, ld. de Wardin B 27, de rōbur + -ētu, sur 8 graphies, aucune ne représente -è : 1332 °revroy, 1553 °reverouz, 1569 °revreux, 1642 "revreu, … (Beauve, ib. 105) ; pour bôlè, ld. de Houyet D 80, de betǔlla + -ētu, la première graphie en « -et » ne remonte qu’au 18e s. : 1625, 1627 °boueux, 1649 °bolloiz, 1655 °boulleux, 1746 °baulet (F. Rosière, mém., p. 54). Noter que la succession des graphies de rèvrè et de bôlè confirme bien que -è découle de -œ.

232à. La graphie « oi », qui a été commune au centre et à tout l’est de la Gaule, ne peut rien apprendre, en principe, sur la segmentation belgo-romane. Une forme comme prennoiz, que Fouché 271, rem. II, signale, sans la dater, dans les Serm. S. Bern., est cependant intéressante à relever : elle contient une forme de -ētis qui se localise dans le nord, le nord-est et l’est et dont procède le w. -oz (v. p. 67). La var. ò, réduction de oi, est attestée en 1367 par une forme °poro du Registre de Revin (°seporo il, il se pourrait ; Brun., Et. 222). Il paraît difficile de tenir compte ici du génitif °Avroti de 1214 (v. p. 68).

233Récapitulons : on a des attestations pour à partir du milieu du 13e s. ; pour û dans la 1e moitié du 14e ; pour è au 15e ; et pour ô dans la 2e moitié du 14e.

234Remarque. – Pour ē (ǐ) en hiatus, une différence importante sépare aussi le wallon des dial, centraux : sēta > w. sôye…, fr. soie [swa] ; moneta > manôye, monnaie [-è] ; vǐa > vôye, voie. V. ALW 1, c. 24 « craie » : crôye et var. partout, sauf à l’extrême ouest crèye… Cp. ALF 345 « craie » et FEW 2, 1330-2 (type [-òy] et var. dans l’est).

235Le w. a gardé la dipht. descendante. La différenciation a dû s’ébaucher quand oi est devenu dans les dial, centraux, soit vers 1200 ou au 13e s. (v. p. 68).

23616. ē entravé > gaum. a. – Comme le franç, et le wallon, le gaumais a génér., dans ce cas, un è : mĭttěre > mète mettre. Mais, dans quelques mots, il présente, devant r, un a, càd. une voy. plus ouverte que è : vĭrĭde > vari vert, w. vert ; vĭrga > vardje [varč] verge, w. vèdje ; cĭrcat > tchartche cherche. V. Feller, BSW 37, 234 ; Gloss, gaum. D’après enq. ALW, qu. 803 « -- tu cherches » et 819 « -- des lignes vertes », et Gourd., c. 22a, le phénomène couvre en gros l’an, de Virton (yart aussi à Ne 76). Il existe aussi dans la région explorée par Bruneau (Et. 102-3). – Cp. ci-avant, n° 13, suff. -ělla > w. et gm. -ale.

237L’ouverture de è en a en gaum. devant r est la manifestation la plus septentrionale d’une tendance qui affecte l’est de la Gaule : le passage de è < ē à a et à ò s’observe en lorr., en bourg., en comtois, cela non seulement devant r, mais en toute position, notamment dans le suff. -Uta. V. FEW 14, 490 vǐrga (Metz varš, bress. wage…) ; 7, 147b nĭtĭdu (Metz nat, Belm. na…) ; 3, 888b fǔrca (fourchette Metz, Nied fòršat, saun. fòχat, BanR fouotchatte, etc.). V. Brun., Et. 104 ; Horning, Grenzd. 30, 58 ; Bloch, Vosges 97 sv. ; Dond. 293 sv. (date et dote dette, mîate miette, bak bec) ; – Pope 495, n° xvii ; Chaur. 57 ; Wüest 195 ; etc. Devant r, a est fréquent à l’est, mais il se rencontre aussi dans d’autres régions, même à l’ouest.

238D’après Bonnardot, R 5, 319, ce trait remarquable est attesté à l’est dans des manuscrits du 12e s. : °çale celle, °disate disette, °miates miettes, °tristace tristesse, etc. V. aussi Gossen, Médit. 267-9 et 270-1 (°lattres lettres 1254…, etc. : Chartes lorr.) ; Philipon, R 43, 541-2 (1262 °Perrenat, 1282 °charrate, etc.) et 39, 519 (1267 °promot promet, 1272 °dotte dette, 1276 °lotres, lettres, etc.). C. Dondaine cite des formes de toponymes en -at et en -ot à partir du milieu du 13e s. (1240 °Velate, 1258 °Villate) ; elle cite aussi, p. 299, 1283 °date dette, °latre lettre.

239S’il est permis de se référer à Bonnardot, on peut conclure que la différence entre le è du wallon et le a (ou ò) de l’est de la France se manifeste dans les textes depuis le 12e s.

24017. ǒ tonique libre. – En franç., [ aboutit à œ (fermé ou ouvert) par le processus suivant : ǒ > dipht. ųo (3e-4e s.) > , ẅœ (début 11e s.) > œ (12e s.). Cette évolution est parallèle à celle de ě[, sauf pour la dernière phase (œ-ye).

241En wallon, le parallélisme est complet. Pour bǒve (ALW 1, c. 4 « bœuf »), p. ex., on a boû(f) dans le domaine proprement wallon, et dans S plus quelques points voisins, en sud-w. et en gaumais, mais bieu [byœ] dans ouest-w., Ne.se, Vi et bwè… dans Hn.o. De même que pěde donne w. , bǒve donne w. boû(f), avec la voy. ultra-fermée de la même série vélaire que ǒ. C’est l’aboutissement d’un processus très simple : ǒ > ųo > û () ; la diphtongue ne bascule pas, elle garde son caractère très vélaire et son second élément s’amuït comme il arrive régulièrement en wallon. Le û résulte de la monophtongaison de üœ, diphtongue de la série mixte due à la palatalisation de ųo ; le est issu de la même diphtongue, qui a basculé et dont le ü est passé à y ; dans ce cas, le processus est plus long : o > ųo > üœ> üœ > . La forme pic. en correspond au stade du fr.

242Parmi les nombreux ex., citons les suivants : nǒvu > noû, , gneu, nwé neuf ; *fodar > foûre, jûre, fleure, fwêre, afr. fuerre, feurre ; Mǒsa > Moûse Meuse ; – suff. -ǒlu > -, etc. ; modiǒlu > moyou, -, mouyu, moyeû, moywè (ALW 1, c. 65 « moyeu ») ; capreǒlu > tchèvroû chevreuil. – V. Grignard 420 sv. ; Brun., Et. 178-9, 197 sv. et 256-7, Lim. 166-8, cartes « bœuf », « foin », etc. ; Gourd. 43-4 ; Doutr., ZFSL 22, 71 (Tournai) ; etc.

243Les types wallons se rencontrent aussi en France. D’après ALF 141 « bœuf », on a byœ en lorrain, dans une zone étendue du n. et de l’e. et aussi à l’o. (Vendée, Charente…), boû à l’e. (Isère, Rhône, Savoie) ; v. Wüest 176-9. Le est régulièrement noté par l’ALF dans le domaine wallon (c. 306 « cœur », 1236 « sœur », 906 « neuf (9) », 275 « chevreuil »).

244Le w. se sépare du fr. sur plusieurs points : maintien de l’accent sur le premier élément de la dipht., persistance du caractère vélaire de celle-ci, amuïssement du deuxième élément.

2451° On admet qu’en francien la dipht. a basculé, tout en passant à la série mixte, au début du 11e s. (B. n° 66, hist.). Dès cette époque, le w. s’est trouvé nettement particularisé : il en était encore à ųo [uo], alors qu’au centre, dans le n. et dans l’e., on disait déjà , et même ẅœ.

2462° La monophtongaison peut être envisagée au moins sous deux aspects, a) Le stade œ ayant été atteint en francien au cours du 13e s., il est sûr que, depuis cette époque, la région picarde (Hn.o) où l’on dit maintenant bwè « bœuf » et fwêre « afr. feurre » occupe, par rapport au centre, une position nettement archaïque, b) Mais depuis quand est attestée la réduction de uo à [u :] en w. ?

247Ici se pose un délicat problème de graphies. On attribue parfois au digramme « ue », qu’on a dans °uevre < ǒpera, w. oûve, dans °avuec < ab hǒc, w. avou, etc., la valeur de ou long ou bref (v. Wilm. 59). Mais ce digramme, qui peut représenter un stade général de l’évolution de [, s’est employé un peu partout, à l’o. comme à l’e. : v. Gossen, Skript. 135-9 et 297. On ne peut guère douter qu’on l’ait lu ou dans la région wall. ; v. Haust, Méd. lg. 35, n° 55, graphies concurrentes °bues, °buez, °boues pour bǒves, w. boûs, et °muert, °murt, °mourt pour *mǒrit, w. moûrt. La prudence conseille de chercher des graphies nettes, comme le digramme « ou » ou le simple « u » (encore que celui-ci se soit employé pour noter [Ü] et [u]). Voici quelques témoignages significatifs :

2481070* (or.) °Gandrinul, 1112-36 (or.) °Iandrinul, Jandrenouille (Jan-drain Ni 70), formes masc. en -eǒlu, w. Djangnoûle (Gyss. 541a ; Herb., BTD 40, 32) ;

2491088 (cop. 13e s.) °Gyuerulis, 1102 (id.) °Giuerules, Giveroulle (Fla– Mierge B 21), w. Djèvroûle, dér. en -eǒla de Givry, même commune (Gyss. 407) ;

2501091 (or.) °Holenguile, 1116 (cop. 13e s.) °Holonule, 1193 (cop.) °Holengnoul, Hognoul L35, w. Hognoûl, dér. en -eǒla de Hollogne (Gyss. 502a ; Herb., BTD 39, 52-3) ;

2511136* °Vellerouz, Velroux L 58, w. Vèrloû, de villariolum (Herb., BTD 50, 116) ;

2521143 (or.) °Velerul, Villereau ou Villeroux, dép. de Trognée W 23, w. vil’rou, avec au moins l’infl. de -eôlu ;

2531164 °Molenbisul, Molembisoul, dép. de Jodoigne Ni 28, w. molèb’jou, dér. de Molembaix, suff. -eǒlu (Herb., BTD 45, 97) ;

2541179 (cop. 1700*) °Merdizun, Merchoul, w. *mièrsoûle, affluent de la Meuse à Liège, de *Merdutiola (Gyss. 687a ; Haust, AHL 2, 159-60 ; Herb., BTD 43, 81-2) ;

2551183 (or.) °Lovengivl, Lovenjoel, dép. de Louvain, suff. -eǒla (Gyss. 638a) ;

2561200* (or.) °Brecve, 1230 (or.) °Brecchus (Gyss. 187a), 1323 °Brechoux, Bressoux L 65, w. Brèssou, de *brachiolu ;

2571250* (or.) °Nuvis (Cart. Val-Benoît 13b), 1263 °Nuuis (Wilm. 76), w. noûvis’, Neuvice, n. d’une rue de Liège, de novus vicus ; – 1264 (or.) °me sour (Cart. Dinant 19), w. mi soû(r) ma sœur ; – etc.

258Le « u » des plus anciennes formes ne paraît pas équivoque. Il indique assurément la monophtongaison de ųo, et il doit bien représenter ou, dans l’aire actuelle de . On peut donc considérer que le type w. est attesté depuis le milieu du 11e s. Cp. Probl. 62 (1re attestation : 1179).

259Je n’ai rien dit des types û et yeu, de la série mixte. Ils se sont annoncés tous deux, comme le fr. œ (dont l’histoire est pourtant assez différente), quand la dipht. ųo a basculé et s’est palatalisée, càd. au 11e s. Mais, de ce côté, les données me manquent pour approfondir la chronologie.

26018. ó tonique entravé + r, s. – Alors qu’en fr., dans cette position, la voy. se maintient, elle donne régulièrement en w. une dipht. descendante , wa. V. ALW 1, c. 5 « borgne », 62 « mort », 63 « morte », 77 « porter ». Pour « mort », p. ex., on a mwèrt, -ê-, -é-… dans le domaine liégeois (sauf mwart Ve 40, My 1, 2), mwart, -â- dans le reste de la zone proprement wallonne ; en dehors de cette zone, moùrt Ni.o, S, Ch, Th, Ph, môrt Hn.o, Ne.s, Vi (au s., moù0rt, mwort… avec diphtongaison « gaumaise » indépendante). Autres ex. : bwègne, mwète, pwèrter ; – pǒrta > pwète, pwate ; chorda > cwède, -a- ; *cǒrna > cwène, -a- ; tǒrtu > twèrt, -a- ; cǒsta > cwèsse, -a-. Cf. Feller, BSW 37, 241-2 ; Brun., Lim. 169-73, c. « borgne », « corde », etc., et Et. 115-7 ; J. Simon, Mél. w., pl. m ; Grign. 423-4 et c. vi « fort », p. 422) ; etc.

261Le phénomène affecte aussi, dans la même zone, le groupe au devant r, s + voy. : *aus(are) > lg. wèz(eùr), nm. waz(u), oûz-, ôz-… (ALW 1, c. 67 « os[er] ») ; causa > lg. arch, tchwèse chose (d’où grand tchwè grand chose, etc.), malm. arch, -a- (Synt. 1, 298, c. 14) ; repausare > ripwèzer, -pwa-reposer ; *gausia > Glons djwèhe ‘joue’, Stav. djwahe ‘mâchoire’ (FEW 4, 127a) ; fq. *saur ‘jaune brun’ > swèr (dans top. : LG 322 ; etc.), nm. swâr… ‘mûr (noisette)’ (BTD 2, 293) ; tauru > nm. twa ‘taureau’.

262Il affecte aussi, dans certains mots, un ō (ŭ) entravé devant r, : ŭrtïca > nm. wartîye ortie (lg. oûrtèye) ; ŭrceólu > *wèç’roû ‘lave-mains’, afr. orçuel ‘cruche’ (DBR 10, 121-5) ; *excŭrtiare > rad. de B 2 χwèrsé, Ve 39 hôrsi ‘gironnée’. En outre, pǒllice + désin. verbale > lg. pwècî ‘courber…’ (à côté de pôce pouce) ; etc.

263La diphtongaison de ǒ]r, s, qui, comme celle de ě]r, s, se produit aussi en espagnol (mais là ǒ donne en toute position), a des analogues dans diverses régions de France, notamment en Lorraine (mais là également dans des conditions particulières, avec souvent comme résultat wo). V. ALF 325 « corde », 597 « fort », etc. ; F. 351-3 (situation des diverses régions de Gaule rom. surtout d’après ALF) ; FEW 2/1, 645a chǒrda et 13/2, 84a tǒrquëre ; Horn., Grenzd. 22-4 et 44-7 ; ALLR 1, c. 244 « (les) cornes » ; etc.

264La diphtongaison de ě] est attestée dans la région picarde dans la 2e moitié du 12e s. (v. p. 57) ; celle de ǒ] dans la région wallonne l’est sensiblement plus tard.

265Dans Probl. 63, je retenais comme premier ex. sûr °cuar ‘corps’ des Dist. Cat. (Wilm. 153), texte qui date d’avant 1300 et qui est namurois. Le groupe « uo » représente prob. aussi une dipht. dans le °cuor de ce texte : 1280.i. bonnier au cuor des coutures [cultures] sor le voie qui vat vers Vileir (à Liers ; Polypt. S. Lamb., p. 201), càd. w. â cwêr ( corti) au bout (du jardin), lat. cornu (Verv. ; DL 190, v°cwè 2) ; cp. 1446 terres -- a cwaire de Nouvilh gisant (Stav., Princ. 59, 167, acte 751) ; 1538 piece de preit -- a quar de jardin par deseur (Fiefs de Froidecourt ; reg. disparu). V. aussi ci-après, rem. 3, 1280* (or.) °Boers NL Boirs L 8 < germ. *baur-i.

266Peut-être faut-il admettre, avec Wilm. 154, n. 2, et selon la suggestion de J. Horrent (Probl., Add., p. 206), que les graphies anciennes « oi » et « oe » représentent , bien que « i » et aussi « e » soient souvent parasites. Mais je n’ai recueilli de ces graphies qu’à la fin du 13e s. :

2671285 et 1289 °tantoist (Wilm. 60 ; mais, à cet endroit, l’auteur dit lui-même : « On a i parasite dans tantoist » !) ; 1297 °choise chose (ib.) ; 14e s. (Hemr.) °tantoist, °moirs mort, °choeze (Wilm. 154, n. 2 ; Doutr., Hemr. 47-8) ; etc.

268V. Goosse lxxx, qui cite un °rewasteir de J. d’Outr., litt. re-ôter (lg. riwèster DL ; FEW 7, 288a) ; Scheler, Geste (°moir mort ; °poir porc, w. pwér DL ; °toir tort et °toist tôt ; °soir saur).

269J’avais pointé aussi une forme vénérable du w. lg. djwahe, djwèhe > *gausia (v. ci-dessus) : fin 12e s. °joises (Serm. S. Bern., Mél. Horrent, 1980, p. 176 ; cp. °goise, °joxhe…, chez J. d’Outr., AHL 3, 349-50). Mais il se peut qu’il faille disjoindre le « i » du « o » et que le groupe « is » soit une graphie correspondant à l’h secondaire.

270La diphtongaison de ě] et celle de ǒ] se présentent chez nous comme des phénomènes parallèles. Cela ne signifie pas qu’elles se sont déclenchées en même temps.

271Selon Fouché 353, c’est l’action ouvrante des cons. implosives qui est à l’origine des deux évolutions. Pour lui, en outre, « la diphtongaison de à serait antérieure à celle de è » (1. c.) : affirmation hasardeuse, car la dipht. est attestée après , et elle couvre une aire réduite par rapport à celle de . Wüest 181 se tient plus près de la vraisemblance lorsqu’il écrit : « Je pense que les deux dipht. sont contemporaines, bien qu’elles ne soient pas attestées à la même époque » ; mais cette opinion peut aussi paraître sujette à caution…

272Il ne faut naturellement pas confondre le fait phonétique de la diphtongaison avec ses attestations graphiques. Une évolution phonétique peut se traduire dans l’écriture plus ou moins longtemps après sa réalisation. Le a pu exister sans être noté. Ce groupe oral n’a-t-il pas dû, d’ailleurs, embarrasser les scribes plus que yè ? A propos du pic. yè < ě], Gossen écrit : « il est permis de supposer que cette diphtongaison s’est effectuée au cours du 12e s. (--), mais beaucoup de scribes hésitaient visiblement à la noter » (Gram. 60). Les scribes ont eu « oi » à leur disposition quand ce groupe a représenté lui-même [wè], càd. au 13e s. ; ils ont utilisé aussi <oe> (°choeze).

273On admet généralement, sur la foi des attestations, que la diphtongaison de ǒ] est plus tardive que celle de ě] : on constate, en effet, que celle de ě] est attestée dans la 2e moitié du 12e s., celle de ǒ] un siècle plus tard – si l’on néglige prudemment le °joises des env. de 1200…

274L’évolution a prob. suivi le procès ò > oo > wo > (stade du liég.) > wa (stade du namur.). La forme °cuar semble prouver que le namur. avait atteint le stade wa dès la fin du 13e s.

275Remarque 1. – Fouché 353 signale « la diphtongaison dialectale d’un ancien o (< lat. ō, ŭ en syllabe fermée) devant un r implosif » et donne comme premiers ex., « en wallon », cuert < cōrte, juer < diŭrnum, tuerbes < tŭrbas. Or, ces termes n’ont pas en w. mod. un , mais un ou [u] (coûr, djoûr, – troûbler < tŭrbŭlare). Il vaut mieux, dès lors, considérer « ue » comme une graphie de ou (cp. afr. cuer, auquel correspond le w. coûr).

276Remarque 2. – On donne parfois comme ex. de la diphtongaison de ǒ] + r, s le w. catwaze quatorze, et on cite des formes anciennes en « uo » : 1292 °quatuoze (Wilm. 91-2) ; fin 13e s. °quatuoseme (Méd. lg. 61 ; identifié par l’éditeur avec le lg. catwazème quatorzième). Le groupe « uo », caractéristique du type, s’est maintenu jusqu’au 17e s. : 1391-1430 °quatuorse (P. Herkens, mém., p. 140) ; 27.10.1682 °quattuorzes (Malm., not. J. Maier, 3).

277La situation de catwaze est doublement remarquable. D’après ALW, qu. 828, la forme est strictement liégeoise (l’aire de katwas est identique à celle de norèt ‘mouchoir’ : v. DL xiv), et on a wa partout (seule var., kètwas My 3, 6), alors que, dans la même zone, ǒ] donne régulièrement (ou var.) ; catwaze n’occupe donc qu’une partie de l’aire de la diphtongaison de ǒ], et sa dipht. a une forme absolument exceptionnelle.

278Le mot doit avoir une histoire particulière. Il paraît naturel de supposer que le « uo » [= wo] des anciennes formes a été repris au lat. quattuordecim, et que ce wo primitif est passé à wa sous l’influence du a de la première syll. ou encore par analogie avec traze ‘treize’ et saze ‘seize’, qui sont eux-mêmes irréguliers. A l’appui de cette explication, on peut invoquer le fait que catwaze contient une autre anomalie : c- initial représentant le lat. qu-, alors qu’on attendrait cw- comme dans cwate ‘quatre’.

279Autre explication, purement phonétique, mais, me semble-t-il, bien sujette à caution, chez Feller, BSW 37, 253 et 273, et chez Fiacre 51, n. 130 : quattuordecim > *kwatas > katwas, par métathèse.

280Remarque 3. – A la fin de la liste des exemples (p. 73), j’ai cité quelques mots, d’aire très variable, dans lesquels wè/wa dérivait d’un ō (ŭ) et non d’un ǒ : phénomène secondaire, prob., et plus ou moins récent. On en connaît d’autres ex., particulièrement en toponymie :

281tchantwêre, fém. ‘chantoir, masc., aiguigeois, gouffre où disparaît un ruisseau’ : 1260* ou 1280* °a le Chantore (Fexhe-Slins L 25 ; Pauvres-en Île, éd. M. Yans, BTD 43, 127) ; 1440 °al chantour (A.E.L., Cour de Verviers 1, 30 ; Arch. verv. 2, 1951, p. 372) ; 1447 °pasea délie chantore (BSVAH 12, 227 ; cité Renard, Top. Louveigné 171, n. 1) ; 1450, 1457… °chantoire (ld. al tchâtwêre ; F. Fonsny, Top. verv. 232) ; 1547 une chantoire (Esneux ; BTD 28, 272). V. C. Debourg, mém., chap. 1, p 21-3 ; F. Robert, VLg, n° 220, 105-7. La forme en apparaît à Verv. au 15e s.

282spricatwére ‘purgatoire’, afr. et mfr. espurgatoire (14e s.) ; 1456 maison c-on-dit de Sprickatore [Purgatoire] Chaussée St-Christophe (Gob. 2, 604b, n. 2) ; spricatò :r ou è spricatôre, ld. à My, Ma 6 et Ferrières H 77, syn. å purgatwêre (BTD 21, 185). V. Haust, Etym. 231-2 ; El. Legros, DBR 16, 118-9 ; FEW 9, 615a ; C. Debourg, p. 27). La forme wall, a prob. été d’abord *spricatôre, adaptation du fr. avec -ôre pour -oire (cp. °glore, °memore Valk. 39 ; Diè glôre, Dial. Pays. 1, 140…) ; mais, au lieu de découler de -ôre, le w. -wére pourrait être simplement une autre adaptation du fr. -oire [-wèrė]. L’ex. de tchantwêre est beaucoup plus sûr, puisque chantoire n’a pas existé en fr.

283hamwêr, Hamoir H 74, top. : 895 °Hamor ; 1393 °a Hamour (SM.P 56, acte 30) ; 1394 °Hamour (ib., a. 143) ; 1396 °Hamor (ib., a. 353) ; 1396, 1400 °Hamoir (ib., a. 357, 441…). Pour Carnoy, Orig. 282, « collectif de ham ‘prairie’ » : Mais Herb., Noms des comm. 68, objecte que les dér. de ham sont en hamb- (ainsi hambê, . fréquent). Ex. douteux : le « o » de la finale était-il [ó :] ?

284bwèr, Boirs L 6, top. : 1091 (or.), 1126 (or.) °Bores ; 1217 (cop.) °Boers ; 1280* (or.) °Buors, etc. Doit remonter à un prototype germ. *baur-i, *bǒr-i (J. Herb., BTD 30, 222).

285Djwér, var. de Djôr, Georges, NP (DL) ; – saint-Djwèr, Saint-Georges-sur-Meuse W 68.

286Iwène, top., Loën, dép. de Lixhe L 10 : 1034, 1044, 1097 (copies) °Lones ; 1288 °a Luones ; 1345 (or.) °Loines ; 1427 °Loene, etc. « La dipht. wall, -- (attestée en 1288), provenant de o long accentué de ‘Lones’, est secondaire » (Herb., BTD 41, 51).

287rwèton, lwèton (Jalhay, Sart), m., ‘solive rudimentaire --’, var. de rôton, lôton (Lerond 208, n. 1), du m. h. ail. ruote ‘rute, stange’ (FEW 16, 744b ; Haust, Etym. 170).

288lès rwètes, ld. de Jalhay Ve 32 : 1575 °roettes, etc. (Feller, Top. 247), de rwète, f., ‘routoir, terrain de rouissage’, var. de lg. rôte (de même rwèti ‘roui’, var. de rôti), du fq. rōtjan. V. Legr., DBR 2, 18-9 ; FEW 16, 738b. Prob. diphtongaison à partir du w. ô.

289Parmi les ex. cités au début du paragraphe pour ô (ŭ), certains, comme pwècî, ont prob. subi aussi une diphtongaison secondaire à partir du w. ô [ó :]. En définitive, même si certains des ex. cités sont douteux, il est certain qu’un ô wallon s’est parfois diphtongué secondairement en . Le fait est attesté, dans plusieurs cas, au 15e s. (tchantwêre, hamwêr, …) ; mais, pour bwèr, il l’est déjà au 13e s., càd. aussi anciennement que ǒ] > .

29019. ō tonique libre. – Le gaumais mérid. se particularise d’une façon remarquable par son traitement de ō ton. libre. Alors que les autres dial, de la Belg. rom. ont régulièrement [œ :] comme le fr., il offre, dans certains mots, un ou [u] ou des var. de ce son : *captiare + -atōre > Vi.s tchèssou -ó -ow, w. tchèsseû(r), pic. cacheû chasseur (ALW 1, c. 14) ; illôrum > Vi 46 loû, 47 low, w. leû leur (adj.) (ib. 3, c. 55) ; °Chandeleur° = Vi.s tchand’lou -ow (ib. 3, c. 64). Autres ex. dans Gloss. St-Léger, surtout avec suff. -eur : nevôw neveu ; nervôw nerveux (-ôsu) ; fènôw faneur (-atôre ; fém. fènôwse), soyôw scieur, etc. Pour les Ard., v. Brun., Et. 262-3 : -ou dans l’extrême sud du domaine étudié ; caractère en décadence ; seul reste vivant le suff. -ou -eur. Le w. a parfois aussi -ou : lg. tchâtrou Chartreux, alou alleu (fq. *alôd), etc.

291En Gaume comme dans le sud des Ard., le traitement -ou n’a plus qu’un caractère résiduel : sa fréquence primitive a dû être réduite progressivement par l’influence française. Au point de vue géographique, le gaumais se trouve en bordure nord d’une grande zone qui englobe tout l’est de la France, du lorrain au franc-comtois. V. FEW 2/1, 320b (type chasseur : -ou Manche, morv., Mâcon, Moselle, Vosges, frcomt…..) et 7, 94-5 (neveu : nant. nevou, poit. nvu, Meuse nəváo, Moselle nəvu, etc.) ; Horning, Grenzd. 48, nos 98-9 ; ALLR 1, c. 7 « (quelle) chaleur ! » (-aw, -ou très répandus) ; Dond. 304 sv. ; Tav. 95 sv. ; – Pignon 217-23.

292Pour la répartition de « ou » et de « eu » dans les scriptae du moyen âge, v. Gossen, Skript. 88-115 (avec carte p. 122).

293Le ō[ se serait diphtongué en [ów] dans le domaine d’oïl. De cet [ów] procéderait le [u] de l’est et de l’ouest. Dans le nord, le n.-e. et le Centre, [ów] se serait dissimilé en [éw] ou en [œw], d’où [œẅ] et [œ] (graphie « eu »).

294La divergence a dû commencer avec la dissimilation de [ów], et elle s’est vraiment marquée au stade [œ]. D’après Gossen, Gram., n° 26, « le centre d’irradiation de l’évolution, qui gagna le Centre au 12e s., se trouve dans l’aire picarde et wallonne » : on a déjà au 11e s., à Douai, °segneur < seniōre. « L’évolution phonétique, ajoute Gossen, était donc accomplie dans cette région au 11e s. et s’exprimait par la graphie eu ». Comp. Bourciez, n° 72, hist, (passage à œ, écrit eu, dans la 2e moitié du 12e s., semble-t-il, d’abord au n.-e.) ; Rheinf., n° 54 (éw déjà dans la 2e moitié du 11e s. ; monophtongaison accomplie au 13e s.) ; Str. 210, tableau (ou > eu : attesté 2e moitié 11e s.) ; La Ch. 198 (évolution de ów dans la 2e moitié du 12e s.).

295On peut admettre ici que la différenciation s’est ébauchée au 11e s. et qu’elle a pris progressivement son aspect actuel.

29620. ō tonique entravé.ō et ŭ, qui donnent ou [u] en fr., aboutissent aussi à ou en w. devant r, mais à ò dans les autres cas. Ex. : cōrte > coûr cour ; tŭrre > toûr tour ; diŭrnu > djoûr jour ; cŭrtu > coûrt court ; mais fŭrca > fotche fourche ; – constat > cosse coûte ; *tōttu > tot tout ; gŭtta > gote goutte ; bŭcea > boke bouche ; crŭsta > crosse croûte ; mŭsca > mohe, moche mouche ; rŭbeu > rodje rouge.

297Pour l’extension de ò, v. ALW 1, c. 25 « croûte » (crosse dans la zone wall. ; crousse dans o.-w. et Ne ; croûte ailleurs) ; ALW 3, not. 57 « gouttes » (gotes dans la même zone que crosse) ; ALF 658 « gouttes » et FEW 4, 344 gŭtta (o en w., en lorr., …) ; ALF 1171 « rouge » et FEW 10, 532a (id.) ; Dond. 311-12 (got au n. et à l’e.) ; etc.

298La différenciation s’est marquée lorsque ó s’est fermé en [u]. D’après Bourc, n° 73, hist., cette évolution se serait produite dans le courant du 13e s. Mais, selon F. 208, elle aurait eu lieu « dès le début du 11e siècle, sinon plus tôt, en normand » et « avant le milieu du 12e siècle en picard » ; selon Str. 209, avant 1150. Si ces dernières datations sont exactes, le w. s’est particularisé avant 1150 par rapport aux dialectes centraux et au picard et un siècle plus tôt par rapport au normand. La différenciation s’est aussi marquée dans le sens opposé par l’ouverture de ó en ò en w. ; mais il reste à déterminer si ce mouvement du nord et de l’est s’est produit avant ou après la fermeture de l’ouest.

299Attestation anc. de « o » (= ò ?) : fin 12e s. °de toz ‘de tous’ (Serm. S. Bern., Henry, Aut. 85, 36).

30021. ǒ + l + consonne.ǒ] suivi d’un l qui se vocalise aboutit en fr. à ou [u] (cǒllu > cou), ainsi que ō (ŭ) dans la même position (cŭltru > coutré).

301En w., ou () est régulier, presque général, pour ō (ŭ) : cŭltru > coûte coutre (de même cŭltěllu > coûtê… couteau) ; ascŭltat > hoûte écoute ; *mŭlgere > moûde ‘traire’ (afr. moldre) ; ŭltra > oute outre ; pŭlvere > poûre (poule) poudre ; etc. ; mais pulsu > pôs’ pouls.

302Pour ǒ], c’est ô qui est le plus fréquent : cǒllu > cou ; *cǒlapu > côp coup ; pǒllice > poce pouce ; *vǒlvita > vôte ‘crêpe (omelette)’, fr. voûte ; sǒlidu > sou ; fǒlle > fou ; consǒlida > crèssôde ‘pâquerette double’, fr. consoude ; colyru > côre coudre (= -ier) ; – Mais mǒlere > moûre moudre ; cǒllocat > coûke couche.

303Les formes en ô sont régulières en wallon et en gaumais (avec diphtongaison « gaumaise » secondaire), et on en trouve aussi dans la zone picarde. V. ALW, qu. 836 « coup (= fois) », 1426 « cou », etc. ; Grign. 425 ; Brun., Et. 238-9 ; etc.

304D’après ALF 328 « par le cou », le type existe aussi en France, dans le nord et dans l’est (Norm., Pic, Aisne, Lorr., Franche-Comté…) ; pour cette dernière région, v. Dond. 342.

305Alors que le fr. a les mêmes résultats pour ǒ et ō (ŭ) + l + cons., le w. a génér. des résultats différents pour les deux cas ; chose normale, puisque les points de départ sont distincts, o ouvert d’un côté, o fermé de l’autre. Le w, produit du l vocalisé, s’est effacé, comme le fait d’ordinaire en w. le deuxième élément des diphtongues ; mais les voy. ò et ó se sont fermées par assimilation au contact de ce w, l’une jusqu’à ô, l’autre jusqu’à .

306Pour le pic. et le lorr., Fouché 312, rem. iii, envisage une autre explication : ǒl, dans *cǒllos p. ex., se serait ouvert en àl, d’où àw > ô (pic. caup chez J. Bodel, Jeu S. Nic). Ce qu’il dit du w., ib. 313, me paraît au moins manquer de clarté.

307Dans la scripta picarde médiévale, on trouve diverses graphies : à côté de « au », on a « ol », « ou », « o » (Goss., Gram. 73-4). Le « o » simple doit correspondre à [o], mais « au » pose un problème d’interprétation : il vaudrait [aw] selon Gossen, o. c. 74 : mais, pour l’Ard., Brun., Et. 239, y voyait [ó].

308Contrairement au w., qui distingue ǒ]l > ô et a]l > â (v. n° 3), le pic. confond en ô les produits de ǒ et de a entravés + l. Or, on admet que aw (= « au ») < a]l ne s’est monophtongué en o que dans la période du moyen franç. (B., n° 37, hist.). D’où la difficulté : « au » noterait-il [o] dans le produit de ǒ]l et [aw] dans celui de a]l ?

309On se bornera ici à relever des attestations sûres du w. ô ; les plus anciennes remontent à la 2e moitié du 12e s. :

3101172 °Corrroit (sic), °Corroit, Corroy-le-Grand Ni 62, w. côrwè, de corylu + -ëtu ; 1204 (or.) °Corruet, Corroy-le-Château Na 32, w. côrwè (Gyss. 244a ; Herb., DBR 7, 62) ; – cp. vers 1121 [ ?] °Cauroy, Corroy (Somme ; Vincent, Top. Fr. 251b) ; 1200-1 °Cauroy (Ard. ; ib.) ; 1167 (or.) °Corroi, Corroy (Abbeville, Somme ; Gyss. 244a) ;

311fin 12e s. °torrois, condit. de °toldre < tǒliere (Serm. S. Bern., dans Henry, Aut. 82, 15 ; déb. 13e s. °sauz, w. sôs sous (Dial. Grég. ; Wiese 18) ; 1248 °soz id. (Namur ; Wilm. 137) ; 1252 °sos id. (Liège ; ib. 75 ; cp. 1200* °saus, J. Bodel, Jeu S. Nie, v. 986) ; 1264 °corre ‘coudrier’ (Brun., Et. 239) ; 1280* °Gettefoz (Pauvres-en-île, Liège, BTD 43, 129, 130), top., litt. ‘jette fol’, càd. ‘pousse follement (d’un bois’ ; J. Herb., BTD 23, 33-4 et 40, 38).

312On peut joindre à ces formes, bien qu’il s’agisse d’un cas différent, des graphies de soûler, lat. satullare, qui figurent dans les Dial. Grég. (déb. 13e s.) : °soeleroit, °sooleir, dér. °solable (Wiese 20).

313D’après ces témoignages, on peut dire que le stade ô du w. existait au 3e quart du 12e s. La datation proposée s’accorde avec celle qui concerne le ou franç, correspondant. Selon Bourc, n° 74, hist., le passage à ou se serait produit au cours du 13e s. Mais Fouché 308 considère que le fait a eu lieu dans la 2e moitié du 12e s., et Straka 209, qu’il se situe « nécessairement » avant la fin du 12e s. (rime fous : vos de Gautier d’Arras, rime en ou [u]) : « au milieu du 12e s. au plus tard, on devait prononcer kou ‘coup’ comme klou ‘clou’, fou ‘fou, hêtre’, etc. » (p. 206).

314Dans ces conditions, la différenciation entre l’aire du ô wallon et les régions occupées par le ou central, que je situais au cours du 13e s. dans Probl. 64, peut être remontée sensiblement plus haut, jusqu’avant la fin du 12e s., époque des premières attestations du ô wallon, et peut-être même jusqu’au milieu du 12e s., d’après la rime en ou de Gautier d’Arras.

31522. o initial. – Le o initial, qui devient communément ou [u] en fr., persiste souvent en w. sous la forme de ô ouvert : *volëre > lg. voleûr vouloir ; *cōnsūtūra > lg. costeûre couture ; sŭbinde > sovint souvent ; cŭbare > cover couver ; bütticüla > botèye bouteille ; bŭrdone > bordon bourdon ; dubitare > doter douter ; etc.

316L’aire de ò varie beaucoup selon les mots. Elle coïncide avec la zone wall, (moins o.-w. et Ne) pour « bouteille » et « couture » (ALW 1, c. 6 et 23), pour « nous autres » et « vous autres » (lg. nos-ôtes et vos-ôtes ; ALW 2, c. 21 et 23), pour « souvent » (ALW 3, c. 60) et pour « souffle », type sofèle… (ib., not. 72 « le vent souffle ») ; elle s’étend loin vers l’ouest pour « nous (sujet devant vb.) » (ALW 2, c. 21), et elle couvre toute la Wallonie pour « vouloir » (ALW 2, c. et not. 81), mais elle ne forme qu’une étroite bande latérale de My 3 à B 33 pour « pourceau » (ALW 1, c. 78).

317Le ò ouvert se rencontre en France, en Lorraine notamment (ALF 164 « bouteille », 882 « mourir », etc.), et aussi en Picardie (ALF 881 « moulin », 1414 « vouloir », etc.). V. Brun., Et. 225.

318La situation peut être troublée par des phénomènes d’assimilation (umlaut : v. n° 43) : ainsi mori ‘mourir’ devient mouri, todi ‘toujours’ toudi (ALW 3, c. 55).

319Sur la date de l’évolution ò > ou, les auteurs ne sont pas d’accord : 13e s. (B., n° 99, hist.) ; 12e s. (Rheinf., n° 114) ; 11e s. (F. 426) ; début 12e s. (La Ch. 197)… Admettons 12e s., avec un point d’interrogation.

32023. Amuïssement de o prétonique. – Dans les dérivés de mots en -on, le o du radical, devenu atone, s’amuït régulièrement en w. : cp. boton bouton et bot’nîre boutonnière. D’après ALW, qu. 1109, le type en t’n existe, pour le dernier mot, dans tout le domaine proprement wallon et même dans une bonne partie du Hainaut et dans Vi. D’après FEW 15/1, 224, le o de boutonnière s’affaiblit en ė et parfois disparaît en divers points de l’est de la Gaule, notamment en Lorraine et en Suisse : Saône-et-Loire, Vosges, Jura bernois, Valais, Ain…

321Attestations anc. depuis le milieu du 13e s. : 1223 (cop. 1254) versus Cumenalh, 1292 °Comenailhes, w. Com’neye, top., de communalia ou dér. de commūne, w. kimon (BTD 32, 125) ; 13e s. °Mangenie, top. de Liège (Gob. 4, 48a, n. 4, et 80-81), dér. de mangon ‘boucher’ < lat. mango ; 14e s. °Manghenie, °fakenirs fauconnier, °brakenier braconnier (J. de Hemr. ; Doutr. 52, n° 6) ; 1400 °Gilkin de Cheirdeneur (SM.P 56, 42, etc.), top., dér. de tchèrdon chardon, suff. -ëtu, Chardeneux, ham. de Bonsin, w. tchèn’nû.

322Sans doute ces ex. ne prouvent-ils pas qu’il ne restait, au 13e ou au 14e s., aucune trace de o. Doutr., 1. c, parle d’un « obscurcissement » de o en e ; mais la valeur du signe « e » nous échappe : s’il n’était pas simplement graphique, quel son représentait-il ?

32324. Voyelle í en position prétonique. – Gossen, Gram., consacre ses paragraphes 33 et 34 à l’i qu’on a en anc. pic, au lieu du central ei, oi, … devant s, dans pisson poisson, cognissanche cognoissance, orison oraison, etc., et devant l et n mouillés dans milleur meilleur, signeur seigneur, etc. Cet i se rencontrait dans les anc. dial, du nord et de l’est et en anglo-norm. (F. 486, rem. iv), et il était assez fréquent dans les scriptae wallonnes (v. Valk. 40-1, nos 19c et 21 ; Goosse, intr., n° 3, c). Auj., on a encore i, dans pichon poisson, p. ex. (ALF 1052), en pic. et dans quelques points de Lorraine (ALLR 1, c. 217 ; Brun., Et., n° 70 bis) ; mais, en B. r., si la zone pic. (To, S, Mo) dit pichon, -ss-, les zones wallonne et gaumaise disent pèhon, -ch- (ALW 1, c. 76). – Attestations anc. du i avant 1200 en région pic. : fin 12e s. °pisson, -ch- (Renclus de M. ; Gossen, Gram., n° 33) ; 1200* °consilla, °signeur… (J. Bodel, Jeu S. Nic, p. 59, n° 20, dans « Graphie du ms. ») ; 1204 (Douai) °conissance (Gyss., Anc. textes, n° 5) ; 1219 (Cambrai ?) °artisiens (ib., n° 9) ; 1222-3 (Tournai) °tornisiens (ib., n° 13).

324Un autre i nous intéresse davantage : c’est celui qui se forme à la prétonique, à partir d’une voy. quelconque et devant une cons. quelconque, notamment dans des dérivés toponymiques en -eǒlu, -eǒla qu’on rencontre un peu partout en Belg. rom. : haflidjoûle, de havlondje, Havelange D 16 ; florifoû, Floriffoux Na 72, de florèfe, Floreffe ; falmignoûle, Falmignoul D 68, de falmagne, Falmagne ; etc. Le i atone peut s’amuïr, comme on le verra dans certains ex. ci-après.

325Attestations anc. dès le 11e s. (et même plus tôt), dans des copies (mais ex. assez nombreux et échelonnés) : 888 (cop. ± 1191) °Palisiola, 966 (id.) °Palisiolo, w. palijû, Paliseul Ne 37, de °palais, (cp. palihou, ld. à Esneux L 106) ; 1044 (cop. 17e) °Holinola, Hognoul L 35, w. hognoûl, de hologne (Hollogne W 37 et L 59), germ, hula ‘creux’ ou NP + -umnjô (Herb., BTD 39, 52-4) ; 1067 ? (cop. ± 1085) °Malisoil, 1246 °Malisuel, Malihoux, à Havelange D 16, dér. probable de malaise (Carnoy, Orig. 432 ; Gyss. 655a), malgré les réserves de Haust, BTD 14, 304 ; 1070 °Gandrinul, 1112-36 °Iandrinul, Jandrenouille, w. djangnoûle, de djandrin, Jandrain Ni 70, 1139 (cop.) Jandreinc ; 1121 (cop.) °Florifiolo, 1152 (or.) °Floriful, 1155 (or.) °Florifuel (Gyss. 364a), de florèfe (v. ci-dessus) ; 1143-63 (cop.) °Laminiolum (Gyss. 589a), de Lamain To 53, lamãy ; 1164 (or.), 1172… °Molenbisul, Molembisoul, dép. de Jodoigne Ni 28, w. molèb’jou, molèm’djou, dér. de Molembais Ni 28 et 49, w. molèbây (Herb., BTD 45, 97) ; 1186 (or.) °Brifuel, comm. de Wasmes-Audemez-Briffœil To 89 (Gyss. 189b), brufœ, de brafe, Braffe To 91 (Vincent, RBPH 1, 258) ; 1248 (or.) °Bonihuel (Wilm. 137), Bonijoul, w. bonėchou, ham. de Boneffe Na 3, w. bounéfe, -êfe ; 1317 °Hafflignoul, 1364 °Haffligeoule, w. haflidjoûle (M.-L. Lefèbvre, mém., n° 153). Pour d’autres ex., v. Vincent, NLB, n° 21. Pour des ex. franç., v. Id., Top. Fr., n° 100 : ex. de -i-, génér. devant ñ (Campigneulles, P.-de-Cal., 1163 cop. °Campinoliis, de Campagne ; etc.), mais aussi devant s (Proviseux, Aisne, 1082 or. °Provisiolo, de Prouvais, Aisne, 1082 °Provasium) ; pour les formes des deux NL franç., cf. Gyss. 217a et 810 b.

326Des formes originales permettent de dater le i prétonique, dans certains cas, de la 2e moitié du 12e s. Mais on ne se hasarde guère en faisant remonter la tendance au 11e s. (1085* °Malisoil etc.), ni peut-être même avant l’an mille.

327Au point de vue phonétique, il faut observer que le i se maintient ou s’implante volontiers en position prétonique. J. Herbillon, BTD 34, 16, cite notamment les ex. suivants : malm, hâribiêr, à côté de hâbiêr (Haust, Etym. 127 ; FEW 16, 158a *haribergôn, d’où fr. auberger et auberge) ; haristrêye, top. Sprimont, 1579 °haristree, et 1514… °heristrée (Fonsny, Top. Verv. 266-7), équivalent du nl. Heerstraat, à côté de hèsta, Herstal, de harja-+ stalla-, Gyss. 486b ; ard. lg. marihâ maréchal (ferrant), lg. mar’hâ, de *marhskalk ; lg. warihê ou war’hê ‘aisance communale’, a. lg. weriscape, de waerschap, FEW 17, 448a. Pour °maréchal°, d’après FEW 16, 517 sv., le i est largement répandu non seulement en Belg. rom., mais aussi en France (pic, norm., bourg., etc.).

328On trouve parfois un i prétonique correspondant en fr. à ê dans les suff. -er-on et -er-eau : 1449 °prendre son chapiron ‘chaperon’ (Bodeux ; RS 6, n° 18) ; 1449 °unne hopiron (ib. ; RS 8, n° 23), La Gl. houpiron ‘tas’ (FEW 16, 224b hoop) ; so hatchiron, ld. à Waimes My 5, 1534 °hachyrons, et hatchirê, ld. à Ondenval-Waimes, 1570 °hachyreau (cp. hètcherê, ld., LG 299), deux dér. de hache (F. Toussaint, top. ms.). Le liég. a génér. -uron : v. Haust, Rimes 292-3 (tchapuron, etc., mais cowiron ‘croupière’, dér. de cowe queue).

32983

33025. ū long. – Alors que le ū[ accentué libre se palatalise en u [ü] en franç., il reste vélaire en w. liég. : festūcu > lg. fistou fétu ; nūdu > nou nu ; cülu > cou cul ; cüpa > coûve cuve ; -ütu > -ou -u (part. pa. pièrdou perdu ; adj. tièstou têtu).

331V. ALW 1, c. 41 « fétu » et 71 « perdu ». L’aire de ou varie selon les mots : elle est plus étendue pour -ütu que pour festücu, et elle a une étendue maximale pour ü + cons. nasale (dans ce cas, ü + n > ō : v. n° 38) ; mais elle couvre toujours au moins le domaine du dial, liégeois, càd. la province de Liège presque tout entière avec le n. du Luxembourg.

332Le timbre de la voy. ne s’altère pas seulement devant les consonnes nasales, mais aussi devant r, et également en hiatus (v. nos 26 et 30). Mais i1 est certain que, dans ces divers cas, les sons actuels (õ, p. ex., pour ū + n) remontent à [u], non à [ü] (v. Marchot, Solution 80-87) : la solidarité des évolutions de -ūdu, -ūtu, -ūta, -ūra, -ūn-, écarte par elle-même toute hypothèse qui verrait dans l’ou liég. une reconstruction due à quelque heureux hasard (Probl. 64-65).

333Le son vélaire latin persiste dans toute la Romania, sauf en Gaule rom. et dans le n. de l’Italie. En Gaule rom., on a [ü] partout, sauf dans le n.-e. de la Wallonie, dans une grande zone franco-provençale, dans une petite zone auvergnate, et, bien entendu, dans le domaine catalan de France (Pyrénées-Orientales) : v. ALF 1368 « venu », 1347 et 1354 « un » (cartes de G. Tuaillon, RLiR 32, p. 103 et 112) ; Wüest 127 et 129 ; v. aussi Wartb., Fragm., c. 4).

334La différenciation entre la zone wallonne et les régions centrales s’est marquée à l’époque où le ū latin s’est palatalisé. Quand a eu lieu la palatalisation ?

335Ceux qui, comme Wartburg, attribuent le passage de ū à ü au substrat celtique sont obligés de faire commencer le processus à l’époque gallo-romaine (v. Str. 234-6 et tableau p. 272 : 4e s., u fermé > u/ü) et de supposer un développement progressif dans le temps jusqu’à ü. Mais l’hypothèse du substrat n’a plus guère de crédit.

336Pour notre propos, il importerait surtout de déterminer l’époque où le stade ü a été atteint. L’étude des graphies n’est pas ici d’une grande utilité. Le signe « u » ayant servi, en franç., à noter le même son qu’en latin, elle ne saurait nous apprendre grand-chose sur les étapes de l’évolution phonétique, ni non plus sur les progrès géographiques éventuels de ü.

337On situe génér. le stade final, pour les régions du centre, après le 7e s. (Haudr.-Juill. 112 : 10e s. au plus tôt, et 55, n. l : 11e s.) ; le lorr. et le bourg, ne seraient arrivés à ü qu’au 13e ou au 14e s. (F. 207). Nous nous en tiendrons ici à l’opinion de Bourc, n° 79, hist., pour qui la palatalisation de ü « s’est produite -- avant l’apparition des premiers monuments écrits du français », càd. avant l’an 1000 et même avant 842, date des Serments de Strasbourg.

33826. ū tonique + r. – Dans la région verviétoise, le o bref ton. wallon passe souvent à : drale drôle, ame homme, sagne ‘peur’, rawe rue, -awe -ue < -ūta, etc. = lg. drole, ome, sogne, rowe, -owe. Pour cet alphacisme très particulier, je n’ai pas de données chronologiques antérieures à 1600 (v. Mél. w. 1892, 21-3) ; – 1641 cale colle, came comme, dane donne, faye feuille (Chat volant), exception faite toutefois pour û acc. + r, dont je vais parler, et pour -ûta, qui fera l’objet d’un paragraphe ultérieur.

339Comme le montre la carte 23 « couture » de ALW 1, -ūra, qui est un suff. très répandu, connaît en Belg. rom. des formes variées, notamment -eure -eûre (région liég., etc.), -ore -ồre (Ve.s, My), -âre (L 43, 94 ; Ve 1-24) : L 1 costeûre, My 1 costore, Ve 1 costâre, etc. De même, dūru > deûr, dor, dâr ; etc.

340Quelques attestations relatives aux formes en o et en :

341lêbâr, Limbourg < germ, lindō- ‘tilleul’ + burg ‘château-fort’ (Gyss. 619) : 1061 °Lemborch, 1141 °Lymporch, 1158 °Lemborh, etc. (Gyss. 619 ; B. Vandermeulen, mém., p. 65) ; 1265 °Lembor (Wilm. 113) ; 1461 °Lembar (Cour de just. Theux 1, 19) ;

342chlâr, ld. de Stembert Ve 23, orig. inc. : 1438 °selor ; formes en « -or » jusqu’en 1530, sauf 1508 °syare [pour °sl-] (F. Fonsny, mém., p. 217-8) ;

343sâssore, Sassor, hameau de Theux Ve 33, dér. de sâ(s) saule (salice), suff. -ûra : 1405 °sachor, 1411 °saseur, 1415 °sasore (F. Fonsny, p. 211-2) ;

344*pénore, litt. ‘peignure, râtissure’ : 1449 °lespenor de soin chaier [char, chariot] (RS 8, n° 23 ; Bodeux Ve 43).

345Le stade -ore, dont la voy. vélaire procède directement du ū de -ūra, doit être très ancien ; il est attesté au 15e s. : 1405 °sachor, 1449 °penor, etc. (on a déjà « or » pour Limbourg au 11e s., mais il s’agit là de burg). Le verv. -âre, qui procède de -ore, apparaît en 1461 dans °Lembar, en 1508 dans °syare.

34627. Franç, ui, wallon ü. – De même que le w. a une voy. simple î (ou i bref) au lieu du fr. ie, il a souvent û [ü :] (ou u bref) au lieu du fr. ui, quelle que soit l’origine de ce groupe :

347ū + yod : condūcěre > lg. kidûre conduire ; lūcet > lût luit ;

348ǒ + yod : cǒriu > cûr cuir ; ǒcto > û(t’) huit ; *vǒcĭtu > , afr. vuit vide ; hǒdie > malm, û (lg. oûy), (aujourd’) hui ;

349*illŭī > lu lui ; etc.

350V. aussi n° 63 (-ib’l-, -eb’l-).

351Le traitement ü est répandu dans toute la Belg. rom. et il se rencontre sporadiquement en France dans les dial, de l’est. V. ALW 1, c. 26 « cuir » (cûr jusque dans To et Vi.s ; Ni.e, Na ; keûr… Vi.n ; – cwîr dans zone pic. + D 123…, Ne.so) ; Gourd. 45 ; ALF 368 « cuir » (ü en Belg. rom., et pts de Vosges et Doubs) ; FEW 2, 1184a cǒrium (Moselle  :r, Bourn, ) ; Dond. 363-6 ; etc.

352Pour le w. comme pour le fr., il faut partir d’une dipht. ui accentuée sur le premier élément. Mais, alors qu’en fr., üi a donné üį, l’accent est resté en w. sur le premier élément et üi s’est monophtongué en u [ü]. Le u [u] suivi de yod est donc passé à ü, sous l’infl. palatalisante du yod (F. 288, rem. III), même dans le nord-est où ū reste génér. vélaire (u) ; de même, le groupe uo < ǒ[, qui donne normalement u (lg. boûf < bôve), a dû se résoudre en *ü devant yod (cǒriu > *cuoyr > *cüyr > cûr).

353La différenciation régionale s’est marquée dès l’époque où l’accent de la dipht. ui a basculé dans les dial, du centre, càd, dans le courant du 12e s. (Rheinf. 99 ; « vers 1150 » F. 287 ; « un peu plus tard » que « la fin du 12e s., B., n° 69, hist., et n° 81, hist.). Elle s’est renforcée quand les dial, de l’est ont monophtongué ui en ü.

354Au m. â., la graphie « u » au lieu de « ui » se rencontre en Belg. rom., et aussi dans l’est de la France, jusque dans le Dauphiné (Philipon, R 39, 525, et 41, 585 ; Devaux 205 ; Gossen, Skript. 314-5). Dans l’est, d’après Bonnardot, R 5, 324 (°nulu, °trestu…), elle apparaît dès le 12e s. En Picardie, d’après Flutre, Pic. mod. 98, n° 115, la réduction de úi à u se serait produite avant le 13e s. (ex. d’Aiol, etc.). Pour le domaine wallon, on trouve des ex. en « u » aux environs de 1200 dans le Poème mor. (éd. Bayot, p. xcvi) et dans les Dial. Grég. (Wiese 28) ; mais ils ne me paraissent pas tout à fait probants (sauf p.-ê. musist moisit, P. mor. 2007). On considèrera comme plus sûrs 1258 °cinquante eut (noter « eu »), w. ûť huit (Wilm. 112) ; 1278 °afras autrui (Bull. comm. anc. lois 19, 269) ; fin 13e s. °atru, °lu lui (Dist. Cat., Wilm. 154-5) ; id. °uteme huitième, w. ûtême ou -in.me (Méd. lg. 61). Me paraissent également probants des ex. inverses avec « ui » au lieu du « u » normal : 1249 °eslujs de Liège (Wilm. 75), hypercorrectisme pour ‘élus’ ; 1263 °nos arbitre enluit (Wilm. 76), id. ; 1292 °duit dû (Wilm. 92). – Formes anciennes de toponymes : 1242 °Duz, w. Du, Dhuy Na 25, prob. de dux ‘canal, source’ ou ductus ‘conduit’ (Herb., BTD 33, p. 34) ; 1185 °Fellu, w. Fèlu, Feluy Ch 2 (cp. 1131… °Fellui ; – Gyss. 352). – V. Gossen, Skript. 315 ; Doutr. ZFSL 22, 73 ; Wüest 186-7, 192 ; etc.

355Au total, on peut admettre que la diphtongue ui est devenue ascendante dans le courant du 12e s. et que la réduction de ui à ü est antérieure à 1200, non seulement en Lorraine, mais en Belg. rom. Dans les dial, où la dipht. est restée descendante, la monophtongaison a naturellement pu s’opérer avant que l’accent ne bascule dans les autres dialectes.

356Remarque. – Pour ǒ + yod, on donne volontiers comme exemple nǒcte > fr. nuit, w. nuť. Mais il s’agit là d’un cas très spécial. V. ALW 3, not. 136, c. 47 : nuť…, nût…, formes très répandues, mais nêt, nét dans l’est du namurois, neût… dans Lx.s ; – v. aussi ALF 929 ; FEW 7, 212-3. Dans la zone de nuť existent une forme neût au sens de ‘veille’ (v. ALW 3, not. 203, c. 68 « veille de Noël ») et aussi un vb. aneûti anuiter ; on peut se demander si neût n’est pas la forme authentique issue de nǒcte (cp. le neût de Lx.s) conservée dans un emploi et un sens figés, et si nuť ‘nuit’ ne résulte pas d’une substitution tardive.

357La voy. du nm. net, net est surprenante. Marchot, Phonol. 81, suppose une évolution ü > œ > è ; mais ce procès ne paraît possible que pour un ü bref.

35828. a tonique libre en hiatus. – En franç., l’a tonique en hiatus n’a pas de traitement particulier : cp. -ata > -ée et -atu > -é. En Belg. rom., les mots en -ata se terminent d’ordinaire par un yod ; mais le produit de a tonique varie beaucoup au point de vue du timbre. V. ALW 1, c. 2 « année » ; 2, c. 77 « (elle est) trouée » ; 3, c. 20 « rosée » et 81 « gelée ».

359En général, a tonique est représenté par é fermé comme en franç. : an.néye, anéye ; rozéye ; trawéye, trowéye ; etc. Mais on a la finale -êye [-è :y], -èye [-èy] dans une bonne partie du domaine liégeois et aussi de l’arr. de Philippeville (+ Ch 72) : an.nêye, rozêye, djalêye, etc. Noter an., trawé, etc., sans yod dans Ve.s, My, B.n ; an., trawî, etc. B 4, 5 et 7 ; ènâye, trowâye, etc., dans Vi.s. Le -é sans yod est identique au produit de -atu. Quant au -âye de Vi.s, il rattache le gaumais au lorrain de France : ALF 1351 « vallée » ; Brun., Lim. 132-3 ; ALLR 1, c. 6 « rosée », etc. ; Gourd. 5 ; etc.

360Au pays de Liège, -ata est représenté par une graphie « -eie » dès avant 1200 : fin 12e s. °-eie (Serm. S. Bern. ; Henry, Mél. Horrent 182) ; déb. 13e s. °aleie (Dial. Grég. ; Wiese 5) ; 1280 °Sophie li kemandeie ‘commandée’, °Chodelistreie, top., comp. de strata (Polypt. S. Lambert, p. 54) ; fin 13e s. °contreie, °doreie, °speie, etc. (Méd. lg. 28) ; 1314-50 °a Chaveie a Fehe ‘Fexhe’, ld., w. havêye < excavata (BCRH 106, 366 ; cp. Herb., Top. Hesb. 1284) ; 1461 °le coruwey de cheruwe ‘la corvée de charrue’ (Cour de just. Theux 1, 1 ; auj. à Theux -èye : mèlèye ‘pommier’, suff. -ata) ; etc. Mais « -eie » est difficile à interpréter du fait que le produit du a ton. libre est souvent noté « ei » quand il n’est pas en hiatus.

361La graphie « -eie » se lisait assurément, selon les lieux et les époques, [-éy], [-èy], [-è :y], avec yod, ou même sans yod. La voy. ouverte paraît cependant attestée, au 14e s., par une var. du top. de 1314-50 : °a Chavaies deleis Fehe l. c. 367 ; « -aie » doit équivaloir à -èye ou -èye. Encore cette interprétation devrait-elle être confirmée par d’autres documents.

362La finale -âye du gaumais, qui est un trait lorrain, procède de èy : v. Bloch 82-3. Je n’en ai recueilli aucune attestation ancienne, mais Gossen, Skript. 150, cite des formes lorraines en « -aie » provenant de Metz et datant de la fin du 13e s. : 1285 °saielaies, °crowaies ; 1288 °demórale, °jornaies ; etc.

36329. ī tonique libre en hiatus, etc. – Comme l’a dans cette position (v. n° 28), l’ī subit en liég. un traitement particulier : il s’ouvre régulièrement en è, alors que, dans les autres positions, il se maintient. Ainsi pour « vie », ALW 1, c. 98, on a dans le n.-e. un type vèye, -ê-… (D 34 et 64, W 39, H 49-68, L, Ve [noter véye 31-34], My, Ma sauf s.-o., B 2-9) ; ailleurs vîye… De même pour « maladie », lg. maladèye…, nm. maladîye… ; pour « -erie », lg. -rèye, nm. -rîye, dans soterèye ‘sottise’, bièstrèye ‘bêtise’, etc. ; pour « finie », lg. finèye…, nm. finîye… Mais l’aire de èy varie selon les cas.

364On a aussi une finale èy, dans des aires également variables, à partir d’un i roman suivi de yod ou d’un i qu’on ne peut pas dire en hiatus : -y-ata, afr. -iee > lg. -èye, nm. -îye (lg. coûkèye, nm. coûkîye) ; – -i-acas, suff. top., lg. -êye, fr. « -ies » ; – filia > lg. fèye…, nm. -îye ; villa > lg. vèye.., nm. vile

365V. ALW 2, c. 79 « couchée » (coûkèye… dans la zone de vèye… ; mais, dans l’est, Ve.s, My, B.n, -î… comme au masc. « couché ») et c. 90 « (il) charrie » (tchèrèye… dans la même zone, plus S 13, 19 et Ni 33, 36 ; mais, dans l’est, avec changement de conjugaison, tchèrih) ;– Nied. 2 et 37b ; Grign. 396 et 419.

366Pour la France, v. ALF 570 « (ma) fille » et FEW 14, 516b (lg. nm. fèye ; type analogue en divers points de l’e., et aussi à l’o., en poit. ; Horning, Grenzd. 37-9 (malèdey maladie, …) ; Chaur. 61 (villa > top. Velle, lorr., fr.-comt., et jusque dans le centre) ; etc.

367L’ouverture de i ne s’observe pas seulement devant y, mais devant diverses cons., notamment devant n (suff. -īna), m, ñ : lg. fène fine ; lème lime ; sène signe.

368Le passage de iy < ī en hiatus à èy est attesté depuis la 2e moitié du 12e s. : 1147 cop. °Vlgrees, 1186 °Hulgrees (Gyss. 780), w. Ougrêye L 88, top. en -iacas (Herb., BTD 45, 130-1) ; 1227 (or.) °Mareie Marie (Cart. Val-Benoît ; noter qu’on a aussi 1272 °Maroie, Wilm. 80) ; 1268 (or.) °Luseie Lucie, °Maree (Wilm. 58) ; fin 13e s. °ons ennoleie (Méd. liég. 28 : pour -lie, de enolier ‘oindre, administrer l’extrême-onction’).

369De même pour l’iy « roman » de ville : le ld. cwèrvèye (Waimes My 5), composé de ce mot, est attesté vers 1200 sous la forme °Petr[i] Corueie (Stiennon, Vat. 38 sv.). Peut-être vèye est-il attesté dès le 11e s. par les formes °Mergueles (= auj. ni. Melveren, NL) figurant dans la Chronique de l’abbaye de St-Trond, où « gu » représente couramment w ou v (J. Herb., DBR 10, 23 et 24, n. 2).

370Pour -īna > -ène, v. fin 13e s. °potrene, litt. ‘poitrine’ (lg. pétrène ; Méd. lg. 33), et aussi id. °den digne, w. †dène (Dist. Cat. ; Wilm. 153) ; – 1314 °Ransennes (Chartes St-Hubert, p. 468), Rancennes (Fr.), NL en -īna (cité Brun., Et. 46). Pour Bourg., °saisene, °cusene, aux 13e-14e s., v. Philipon, R 39, 522.

371L’évolution a pu s’effectuer à des époques diverses selon les cas.

37230. ū tonique libre en hiatus. – Comme a et i dans les mêmes conditions, le ū de la séquence üe subit, dans une bonne partie du domaine wallon, une variation secondaire à partir du [u] vélaire conservé : il s’ouvre en ò (d’où verv. a). V. ALW 1, c. 86 « rue », rūga : rowe… W.e, L, Ve, Ma, B.n ; rawe L 43, Ve 1, 6, 8, 26 ; rou My (sauf 2), B 15… ; roû B 21, 22 ; rouwe Ni.e, Na.e, D.e, Ma.s, Ne.n, B (4 pts) ; dans le reste de la Belg. rom., formes remontant prob. toutes à [ü] ; – ALW 1, c. 72 « perdue », pěrd-ūta, situation analogue : pièrdowe, -awe ; pièrdou Ve 31-40, 44, 47, My 1, 2, 4, B 2-15, 23 ; pièrdoye Ma.s ; pièrdouye W.o, H.n ; pièrdouwe… Ni.e, Na.e, H.o. L’aire du maintien de [u] est sensiblement plus étendue que dans le cas de ū[ (par. précédent). Noter que le ou bref de l’Ard. liég. est identique au produit de û dans fistou, cou, etc., et particulièrement à celui du masc. -ūtu.

373Autres ex. : nūda > lg. nowe nue ; sanguisuga > sansowe sangsue ; carraca > tchèrowe charrue : sūdat > sowe sue ; etc.

374Le même développement existe en France dans les parlers de l’extrême est : ALF 1001 « perdue » (-ồw au pt 171, Meurthe-et-Moselle ; -ồy au pt 87, Vosges ; etc.) ; Horn., Grenzd. 53 (now nue, r’mow’ remue, chèrow charrue, etc.).

375Comme le dit Marchot, Solution 83, le o wallon découle du [u] vélaire conservé, et, dans ce cas comme pour -ūtu, etc., la différenciation remonte à l’époque où le ū s’est palatalisé dans les dialectes centraux (v. n° 25). Voici des attestations anc. pour les types -owe et -awe :

3761° -owe : 1280 (or.) °en le rowe c-on dist de Merri (Cart. Val-Ben. 238 ; Sch. 3) ; 1311 (or.) °chouze creowe et ferme et estable (ib. 342), ‘chose crue’ < crēd-ūta ; cp. 1286 (or.) °chose creue et ferme (Wilm. 91).

3772° -awe (verv.) : 1473 °Michot Courtrawe de Polleur, 1480 °Michot Coutrawe (Cormeau, mém., p. 196 ; = courte rue ?). Ex. douteux. A la même époque, Fonsny, Top. verv., ne relève, pour rue, auj. rawe, que des formes en « -ouwe », « -owe » (ou « -ue », comme en fr.) : 1446 °rouwez, 1457 °rowez (n° 270) ; de même, 1469 °naowez, 1515 °naouwe, auj. w. verv. nèyaw, Néau (Eupen) ; 7 mentions de 1469 à 1541, aucune en « -awe » (n° 230). Sans doute le verv. -awe est-il postérieur à 1541. Premières attestations sûres au 17e s. : 1634 °en Dieusayawe, w. Dièsayawe, nom d’un quartier de Dison Ve 16 (H. Hans et J. Feller, Top. Seigneurie Petit-Rechain, BSVAH 16, 1923, p. 185), = Dieus aiue [aide] ! (explic. de Feller) ; 1641 balawes ‘hannetons’, rimant avec cawes ‘queues’ (Chat volant de Verv., v. 106 ; édit. Feller, BSVAH 11, 1910, p. 109), = lg. balowe 2 (DL), avec finale -ue.

37831. Finales féminines -é, -i, -ou en Ardenne liégeoise. – Dans une zone orientale (Ve.s, My, B.ne), les voy. toniques en hiatus se confondent avec les finales masc. correspondantes.

3791° Pour a, j’ai signalé le fait au n° 28. Au lieu de lg. et verv. an.nêye, trawêye, on a en Ard. liég. an., trawé, en salmien an., trawî. Le phénomène affecte les part, passés fém. de la conj. en -are et les subst. à terminaison participiale, qui sont très nombreux (valé vallée, djoûrné journée, etc. : v. Rimes 192-7 -êye). Le produit de fq. °hrâta ‘rayon de miel’ (FEW 16, 237b), a. et m.fr. ree, Chevron rèye, est dans la région de Stav. et Malm., et il est passé au masc. (DFL).

380Pour -y-ata (vb. en palatale + -are), afr. -iee, lg. -èye, on a -i ou -î : v. 3°.

3812° Pour ū, v. n° 30. Au lieu de lg. pièrdowe, verv. pièrdawe, on a pièrdou ; pour « rue », lg. rowe, verv. rawe, on a rou, mais seulement dans My (sauf 2), à B 15… ; de même, malm, sansou sangsue < sanguisūga. Le phénomène ne touche guère, dans la zone indiquée au début, que les part, passés fém. des vb. en -ěre et les subst. d’origine participiale, comme batou, f. ‘chemin frayé dans la neige’. Noter, pour « grue », lg. grawe -owe, verv. grawe, Stav. Malm, grou, passé au masc. comme (v. 1°).

3823° Pour i, dont je n’ai rien dit au n° 29, le phénomène s’observe aussi dans la même zone pour les part, passés fém. des vb. en -īre du type finir et les subst. fém. qui ont la même terminaison : au lieu du lg. finèye, on a fini ; subst. « bouillie », lg. bolèye = malm. boli.

383Au cas de -īta, on peut rattacher celui de -ata après palatale, càd. -y-ata, afr. -iee, lg. -èye : « couchée », lg. coûkèye = ard. lg. coûki, coûkî… (ALW 2, c. 79). Subst. : pougni -î poignée, boki -î bouchée (lg. pougnèye, bokèye). De même, avec une autre finale, *vessīca vessie, lg. vèssèye = malm, vèhi, stav. vèssi.

384Le suff. -erie, lg. -rèye, mérite une mention particulière. V. J. Bastin, BDW 2, 46 ; Legr., DBR 2, 69, n. 1. En malm, oriental (My 3, 5, 6), ce suff. conserve la forme ri [ri] : boldj’ri boulangerie, fâst’ri fausseté, … A Malm, même, -ri a reculé devant -rèye ; Villers (1793) donnait apotikairri pharmacie, arjentri argenterie, mais parfois aussi les deux formes : boljri ou boljreie [bolğ-] boulangerie, buazreie ou buazri [bwaz-] boiserie ; Scius (1893) ne donne plus que -rèye.

385Le recul de -ri devant -rèye s’est produit assez largement en dehors de la région malmédienne : on relève çà et là, dans le domaine actuel de -rèye, des traces de -ri.

386Dans l’intr. de son Atlas top. de l’anc. ban de Theux, p. 23, J. Otten note qu’il existe un suff. -, avec i long, non seulement à La Reid Ve 35, dans les top. tènerî tannerie et folerî foulerie, mais aussi à Theux Ve 33, où la top. conserve, à côté de tèneréye, les ld. bouherî ‘lieu où l’on frappe (forge)’, boverî bouverie et folerî ; et il ajoute : « Seuls les témoins les plus âgés emploient encore le suff. -. Il semble que ce soit la prononciation la plus ancienne ». La ville de Theux ne figure pas dans l’ALW, mais elle a fait partie de la zone d’uniformisation étudiée ici ; à preuve un top. comme è l’ trawé têre, et aussi certains termes figurant dans les pasquilles wallonnes de Theux (1675-88) éditées par J. Feller, BSVAH 23 (1930) : « sottrit » rimant avec grèfî greffier, càd. sotrî ‘sottise’ (II, v. 95-6) ; l’ôle n’î fout nin spârgnî ‘l’huile n’y fut pas épargnée’ rimant avec duvant èt drî ‘devant et derrière’ (I, v. 75-6 ; dèl bîre -- k’èsteût flori ‘de la bière -- qui était fleurie (gâtée)’ rimant avec ovrî (I, v. 105-6).

387A Jalhay Ve 32, -ri subsiste en top. dans tchin’ri, litt. ‘chiennerie’, et dans hay’ri, litt. ‘ardois-erie’ (v. Feller, Top. 182 et 374-5) ; mais -ri reste usuel à Sart Ve 34 et à Solwaster, hameau de Sart, dans le langage courant : tèn’ri tannerie, troufèl’ri ‘tourbière’, bièstri ‘bêtise’ (v. El. Legros, DBR 2, 68-9).

388A Francorchamps Ve 37 (Top., BTD 51, 124), -ri paraît bien être attesté à la fin du 18’ s. par un ld. : 1765 °tinris, 1793 °tinry (identique prob. à 1642 °tesneries : ib. 123), càd. *tin’ri tannerie, altération de *tèn’ri par assimilation de è atone à i tonique (v. n° 43). A La Gleize Ve 39, on connaît bièdjeri bergerie (Gloss. La Gl. 31a) et boubris, fém. plur. ‘boutons, pustules’ (Villers boubri ; FEW 1, 581b). Plus au sud, le terme maladrerie se présente, dans la top. de quelques communes, avec une forme en -ro (-, -) : à l’malâdrî, 1795 °maladry (Grand-Sart Lierneux Ve 47) ; à l’maladrî (Arbrefontaine B 3) ; so l’malâdrî, 1661 °maladrie (Vielsalm B 4).

389Attestations de l’uniformisation depuis le 15e s. : 1° 1464 °cheré (plusieurs ex.), w. tchèré ‘charretée’ (RS, Francorchamps, par. 3 ; SM.A 552, 54) ; 1493 °armé ‘année’ (Malm. ; Probl. 187 ; autres ex. ib.). Au 16e s., nombreux ex. : 1552 °l’armez passé (C.J. Roanne 26, 274) ; 1553 °quattre journé de faulcheurs (ib., 352).

390Peut-être a-t-on un ex. de -ata > -é dans 1439 °.vii. journas dela le streis (SM.P 59, 25v), avec graphie de stré < strata (LG 321 ; lg. strêye) ; 1467 °le cortis – tenant alle streis (ib. 60, 146v).

3912° graphies du top. tchinrou, litt. ‘rue des chiens’ : 1446 °la hault chinruy, 1662 °chinroux (Bonjean, mém., Stavelot, p. 122) ; 15e s. °la hault chinru, le basse chinru (SM.P 77) ; 1534 °Chinrou (Folkl. Malm. 43, 29) ; 1555 °li bechou piere, ld., ‘la pierre pointue’ (Cour de just. Roanne 27, 76).

3923° 1403 °Mathei del bergery SM.P 56, acte 542 (w. bièdjeri, toponyme) ; 1559 °la fangne de stientry dessoubz Hèdômont [hameau de My 2] (plusieurs ex. ; SM.P 67, 379…), w. *stièn’tri ‘litière’ (v. DRo stiènemint, etc.).

39332. ē tonique libre + n. – Dans nos dial, comme en franç., ē[ + cons. nasale donne [ē] : plēnu > plût plein (plēna > plin.ne) ; rēne > rin rein. Le franç, a quelques exceptions célèbres en oin : fēnu > foin, mĭnus > moins, avēna > avoine. Mais, dans l’est de la Belg. rom., le traitement correspondant en [õ] affecte une série de mots : fon foin (seul Lx.s) ; mons, avon.ne ; – en outre, pcena > pon.ne peine, halēna > ard. alon.ne (lg. alêne) haleine, vēna > von.ne veine, mĭnat > lg. mon.ne mène.

394D’après ALW 1, c. 69 « peine », le type en on, ô (pon.ne, pône) couvre l’est de la Belg. rom., càd. Lg (moins W.o et H.o) et Lx (plus 8 points de D échelonnés du n. au s.). Dans Vi.s, on a la diphtongaison gaumaise de ô en [uo] : poûone, pwone… Dans tout l’ouest, type franc, (pin.ne…, nm.pwin.ne) ; v. Nied., n° 29 ; Grign. 413-4 ; etc.

395Les formes en oin existent aussi en champ., en lorr. et en bourg. (ALF 990 « peine » ; v. aussi Brun., Lim. 206-7, c. « avoine » et « mener », et Et. 295-6) ; Régn., Morv. 1, 132). Pour « avoine » ALF 81, la forme [avõn] est répandue dans tout le n. de la France.

396On a souvent expliqué le oin des mots fr. foin et avoine par un emprunt aux dial, de l’est (B., n° 60, rem. 1) ; on tend auj. à voir dans l’ensemble des cas une évolution proprement phonétique, càd. le développement d’un w entre cons. labiale et è : aveine > avweine (cp. n° 56). Dans les dial, de l’est et notamment en w. (où l’on a on après l dans alon.ne), on remonte à oin, et celui-ci découle de ein conformément au processus général ē[ > ei > oi. V. F. 376-7, rem. i et ii.

397Il est vraisemblable que, dans l’est et en w., ei est passé à oi devant n à la même époque que dans les autres positions, càd. à la fin du 11e s. (v. n° 15, p. 68).

398Attestations anc. : 1165* °poine, °moinet (Comm. Ps. ; TraLiLi 19/1, 21-2) ; fin 12e s. °poine, °moinet ind., °amoint subj. (Serm. S. Bern. ; Henry, DW 8-9, 101, Aut. 66… ; etc.) ; 1200* °poine (P. mor., p. lxxxiii) ; déb. 13e s. °poine, °moinet (Dial. Grég. ; Wiese 13). Pour la scripta lorr., 1247 (or.) °foinc (Ch. Vosges 12, 4) ; 1249 (or.) °avoinne (ib. 13, 5), etc. La première forme de avoine citée par le TLF est de 1200 env. (Chans. d’Antioche vii, 414, d’après God., Compl.).

39933. Fr. oin, w. on. – La différenciation einoin dans les produits de ē[ + n, atteinte à la fin du 11e s., s’accentue encore lorsque oi passe à dans le centre, càd. vers 1200 ou plutôt au 13e s. (v. n° 15, p. 68). On aura, dès lors, pour « avoine » par ex., d’une part [avwēnė] [-ènė], et d’autre part [avôįnė] [-ōnė], et finalement [avwan] et [avōn] [-ó :n].

400La différence entre fr. oin et w. on [ō] s’observe dans d’autres cas :

4011° -ōniu : testimōniu > tèmon témoin ; – latinismes tardifs : canōnĭcu > tchènon.ne -ône chanoine ; monachum, *monĭcu > mon.ne moine ; Antoniu > Antône Antoine.

4022° ô (ŭ) + n + y : ŭngěre > onde oindre ; jŭngěre > djonde joindre ; pŭnctu > pont point.

403Attestations anc. : déb. 13e s. °mones moines (Euphr. 21 ; Henry, Testi vall. 50) ; 1263 °Antone Barat (Liège ; Wilm. 77) ; fin 13e s. °onde(nt) oigne (Méd. lg. 609) ; 15e s. °tesmons, °jont, etc. (Paw. lvi).

40434. Fr. ien, w. in. – A la monophtongaison de ie en î correspond en wallon la réduction de ien à ē (ī…) ; dans ce cas encore, la dipht. descendante a perdu son second élément.

405A. ě[ : běne > bin bien ; rěm > rin rien ; °ne gěntem > nin, afr. nient.

406B. y + : cane > tchin [čē] chien ; -e(b)amus > -ins, afr. -iiens ‘-ions’ (nos tchantins).

407La réduction couvre pratiquement toute la Belg. rom. Pour « bien », p. ex., ALW 1, c. 3, le type bin est presque général, avec toutefois des var. importantes (bègn Lg.n ; bén, , Ve.n, My.e, Ni, Na.n, Ph.s, etc. ; bîn, … A.ne, Mo.n et s, S, Ch.o, Th 5, Ni.o et Ne. 76) ; le type fr. bien se rencontre à l’o. (A-Mo), et aussi dans Ne.se, où l’on avait ye pour ě[.

408Pour « chien », ALW 1, c. 18, situation parallèle, avec les types tchin (tchègn, tchén, -é, tchin, -î, kî), tchyin, -. Pour -e(b)amus, flexion verbale, ALW 2, c. 110 « (nous) savions », -ins est très répandu, mais il a été souvent altéré ou remplacé sous l’effet de l’analogie. V. n° 75.

409En France, d’après ALF 1158 « rien », on a la forme (…) en Pic, en Norm., en Lorr., en Bourg., mais aussi dans de vastes zones de l’ouest et du centre.

410Attestations anciennes : 11e s. (or.) °bin est raison, °il uos puet bin rendere (Marchiennes, 20 km à l’e. de Douai ; Gyss., Anc. textes, app., n° 1 ; cf. Gossen, Skript. 222) ; fin 12e s. °tenrra ‘tiendra’ (Haute-Avesnes, près d’Arras ; ib., n° 2) [ ?] ; 1200 °.xii. deniers doesins ‘douaisiens, de Douai’ (Marchiennes ; ib., n° 4) ; 1200* °bin (P. mor., v. 285, à la rime) ; 1236 °rins, °sin (Wilm. 71) ; 1249 °bin, °ki vint, °solins soulions, avions coutume de (id. 75).

411La réduction de ie à î est attestée aussi depuis le 11e s. (v. n° 9). Selon toute vraisemblance, la monophtongaison de ie s’est opérée simultanément dans tous les cas, càd. devant cons. nasale en même temps qu’ailleurs.

412Les graphies inverses (« ien » pour « in » [ë] = -īnu) sont fréquentes. Wilm. 58, n° 14, en cite une dizaine : eskeviens, Robien, Martien, etc., et il ajoute : « Je ne vois là qu’une intéressante graphie. » Mais divers auteurs ont vu, par erreur, dans « ien » une diphtongue authentique : ainsi I. Schoenjan 29-30. Il s’agit d’un mythe phonétique – parmi d’autres.

41335. Distinction de an et de en.Le wallon distingue ā < a] + cons. nasale et ē < ě, ē + cons. nasale, alors que le franç. les confond en la seule nasale â : grande > grand, campu > tchan ; mais těmpus > tins temps ; pěnděre >pinde pendre ; vēnděre > vinde vendre ; subĭnde > sovint souvent ; -měnte (adv.), -měntu > -mint -ment (bonemint, toûrmint).

414La distinction persiste dans presque toute la Belg. rom. V. ALW 1, c. 27 « dent » : dint (dêt…), dé(n)t parf. dans Hn.o, mais dat Ne 65, Vi ; id., c. 94 « tendre » : tinre…, mais tanre D.s, Ne.so, Vi ; ALW 3, c. 18 « vent » : vint…, vêt, mais vat Ne 65, Vi. Elle persiste aussi en France, dans la région picarde : v. ALF 551 « fente » ; FEW 14, 255 ventus, etc. ; Brun., Et. 289-90 et Lim. 150-5 ; Loriot, Front. 30-9.

415On admet que la confusion des deux nasales s’est produite dans le centre vers le milieu du 11e s. ; mais le phénomène a dû s’étendre progressivement dans l’espace. V. B., n° 61, hist, (ē « conservé plus longtemps en Normandie et dans l’Ouest ») ; Str. 514 ; Gossen, Gram. 65 ; Chaur. 75 ; F. 369 (2e moitié 11e s.). Malgré l’aspect progressif des faits, on peut dire que, vers 1050, l’expansion de ā aux dépens de ē a nettement différencié le dial, central par rapport au picard et au wallon.

416La différence s’est-elle marquée aussi tôt entre notre dialecte et le lorr. ou le bourg. ? C’est très possible : le texte lorrain du 12e s. édité par Bonnardot, R 5, présente des graphies « an » au lieu de « en » qui paraissent bien attester le passage de ē à ā. Pour le 13e s., en tout cas, les Chartes des Vosges (or.) offrent de nombreux ex. de la confusion : 1238-9 °randre rendre (3, 2), 1247 °panroit prendrait (12, 5), 1249 °panre prendre (13, 6), etc. ; de même 1246 °ilh panront, °repranront (Cart. Orval 294-5).

41736. Lat. in et in-. – Devant une cons., la prép. in et le préf. in-, qui aboutissent en franç. à [ã] en, auraient dû donner, dans la plus grande partie de la Belg. rom., une voy. nasale [ē] in. Mais on a partout, sauf dans une zone occid. (pic), une voy. non nasale : è dans Ni, Nm, Lg, Ma, B…, et a dans tout le sud, de Th 29… à B 27… et Vi 47 (d’où identité de « en » et de « a ») ; donc types in (pic), è, a. V. Synt. 2, 361 (c. 14, prép. « en ») ; ALW 1, c. 34 « ensemble » et aussi c. 32 « engraisser ». Pour « ensemble », inson.ne, inchan.ne… à l’o. ; èssonle, èchon.ne, èssone, èssan.ne… dans la zone sept, de è ; asson.ne, assone, achone, assanle… dans la zone mérid. de a. Répartition analogue pour « enfant », ĭnfante : infant, èfant, afant ; et pour « entendre », ĭntěnděre> : intinde, è-, a-. On a les mêmes résultats pour inde > « en » adv. ; v. ALW 2, c. 40 : pic. in (é…), w. è jusqu’à une ligne A 1 … B 23, au sud de laquelle règne a. – V. Grign. 417 ; Feller, BSW 37, 234-5 ; Brun., Enq., nos 563-4, etc.

418Noter que, devant voy., le -n persiste : èn-èrî ‘en arrière’ (mais èrî en-rière) ; ènonder ‘élancer’, in-ond-er. De même, avec è pron., dj’ènn’a j’en ai ; selon les régions, ènn-, an-, ind- : v. ALW 2, c. 42 « j’en ai-- ».

419La non-nasalité, qui caractérise nos formes orientales è, a, se prolonge loin vers le sud : a est répandu en lorr., et en bordure de ce dial. ; è se retrouve dans les Vosges. V. ALF 464 « ensemble » (ē en pic. ; a Ard., Lorr. ; è Vosges, sauf pts 69 et 140), 465 « j’entends » (données anal., mais ouïr fréquent dans l’est), 461 « enfant » (id. ; beaucoup de formes en ế, ồ… à l’ouest ; cp. FEW 4, 658b-9, afr. mfr. effant, etc.) ; Brun., 1. c ; Horn., Grenzd. 33 (èdormi endormir, etc.) ; Dond. 393 (èfā, afā, etc. enfant) ; FEW 471a ĭntěnděre ; etc.

420Attestations anc. Le type è, qui apparaît comme le plus proprement wallon, est assuré dès la 2e moitié du 12e s., mais on en trouve p.-ê. déjà des affleurements un siècle plus tôt : 2e moitié 10e s. °instud, °inspieth (S. Léger ; Avalle, Monum. 224 ; graphies inverses = e- ?) ; 1165* °evers, °evoie = w. èvôye, adv., it. via, et graph, inv. °envesque, °enscondira (Comm. Ps. ; TraLiLi 19/1, 34) ; 1200* °e en (P. mor. 833, 2545…), °esaingnier enseigner (ib. 1154), etc. (à moins que Yn n’ait été oublié par négligence, comme dans °redront rendront, w. rindront : ib. 1444) ; déb. 13e s. °enspris = afr. espris, w. espris ‘allumé’, °envanuit évanoui (Dial. Grég. ; Wiese 36) ; 1250 °e mey marche en mi mars (Cart. Val-Benoît 9) ; 1252 (or.) °enstable (Wilm. 76), graphie inverse pour estable, lat. stabilis ; 1264 (or.) °enstet (Cart. Val-Benoît 176), esté, du vb. être ; 1277 °ens e-lour mains, ens elle warde (Lg. ; Wilm. 86) ; 1280 °ses effans (Wilm. 119) ; 1280* °è le Grève (Pauvres-en-Île ; BTD 43, 107, n° 23) ; fin 13e s. °eseingne (Méd. lg. 165b) ; le signe τ, abréviation de « et », est employé pour « en » dans le Méd. lg. (v. p. 30-1) et les Dist. Caton (Wilm. 115).

421Le type a est attesté moins anciennement. Brun., Chartes xi, cite plusieurs ex. de la confusion des prép. à et en : 1244 °a lor vivant, 1323 °en costé à côté ; mais je me demande s’ils ne sont pas sujets à caution. Dans Probl. 57-8, je retenais comme premier document sûr 1296 °apaicherons ‘empêcherons’ (Brun., Et. 109) ; cp. FEW 4, 578b ĭmpědĭcare (formes en a-à Neufch. et en lorrain). Peut-être les graphies de « église » dans les Chartes des Vosges (Gloss., p. 222-3), dont l’initiale offre notamment les var. « e- », « a- », « en- », témoignent-elles de la confusion de à et de en : 1240 °aglise et °englise, 1256 °aglize, 1254 °anglise, etc. ; v. aussi, ib. (Gloss., p. 224), les formes équivalant à « échoir », « échu » … : 1261 °escheoir et 1257 °acheoir, 1257 °eschue et °achaüe, etc. Mais toutes ces données des Chartes laissent perplexe. Plus tard, on rencontre naturellement des attestations convaincantes : 1556 °l’aclau Maillez, 1570 °l’acloz Gros Jehan, etc., = aclôs enclos, à Neufchâteau Ne 1 (M. Egedy, mém., p. 61 et 38).

42237. en prétonique devant cons. > è. – On a vu qu’au lieu de donner normalement ē, lat. in (prép. et préfixe) et inde, fr. en, aboutissaient en w. à è (n° 36). De même, dans la région proprement wall., en intérieur et prétonique suivi de cons, est représenté, dans de nombreux trissyllabes, par un è oral, sans aucune trace de la cons. nasale, et, dans le domaine liég., cet è peut, en outre, s’amuïr.

423V. ALW 1, c. 13 « charpentier » : carpěntarius > pic. carpintî…, – tchèrpètî Br, Nm, Lx.n ; lg. tchèp’tî ; – vers le sud, ā prétonique passe à : tchèrpantî… Ne ; tchèrpatî D 120…, Ne 43, 51, 57, Vi… – Autres ex. : fr. boulanger (FEW 15/1, 176b) = nm. bolèdjî, lg. bol’djî ; – lg. pârmètî ‘tailleur, litt. passementier’ ; tôurmèter tourmenter ; ard. et nam. amèder ‘châtrer, litt. amender’ ; etc.

424Dans les mêmes conditions, un (um) et on aboutissent aussi à des résultats analogues : voluntariu > afr. volentiers, hn. nm. lg. voltî, gaum. vlètî (FEW 14, 613a) ; lg. colèbîre, f.’colombier’ (FEW 2/2, 930a columbarium).

425Les exemples sont nombreux, non seulement dans le vocabulaire courant, mais en toponymie. Ils se rencontrent surtout dans la zone proprement wall., en gaumais, et aussi en lorrain (Vosges…) : v. FEW 2/1, 399a carpentarius ; 6/2, 28-9 měrěndare, etc.

426Le procès comprend plusieurs phases nettement distinctes, qu’on s’efforcera de dater séparément :

4271° passage de on à en : 1e moitié 12e s. (or.) °Maisenceles, Maisoncelle (Arras, région pic. ; Gyss. 652) ;

4281157 (cop.) °Herendel, Heredia, dér. de Héron H 23 (Herb., BTD 38, 89) ;

42912e s. °Duencel, Doiceau Ni 13, dér. en -icellu de Dion (Vincent, Que signifient… ? 81) ;

4301230 °Vodencial, dér. de Wodon Na 19 (Brouwers, Chartes 1, 36) ;

4311231 (or.) °Serencial, Seressia (Forville Na 20), dér. de Seron (Herb., BTD 48, 306-7) ;

4321239 °Coulembiers, ld. de Wiers To 99, lcoulimbier = le colombier (Cart. Abb. St-Médard, Tournai ; BSW 59, 136-7) ;

4331252 °Rievencheas, Roissia Na 18, dér. de Rhion (Herb., BTD 47, 47) ;

4341289 °une petite masenchele, dér. de °maison°, v. premier ex. ci-dessus (Brouwers, Cens 2, 11) ;

435fin du 13e s. °collencheaus, dér. de coillons ‘testicules’ (Méd. lg. 24, n° 17) ; etc.

4362° réduction de en à è : 1228 °Helebach, Hallembaye (Haccourt L 15), w. hèlèbay, de germ, halon baki ‘ruisseau en pente’ (Herb., BTD 37, 30) ;

4371278 °pesseroit des pessecheas = *poisson-ceaux (Bull. Comm. anc. lois 19, 273) ;

4381343 °Ermeton, Ermeton Na 134, w. à r’mèton, 932 (cop.) °Ermenton (Herb., GW 56/3, 101) ;

4391343 °Vodecheal, 1388 °Vodechial, dér. de Wodon (R. Jacquemin, mém., p. 303 ; v. 1°, 1230 ; w. *wodècia) ;

4401348 °Serecheal, Seressia (Forville Na 20), w. sèrèssia (v. 1°, 1231) ;

4411354 °Maredreche, 1380 °Maredrechoul, Maredret, dép. de Sosoye Na 136, et Maredsous, dép. de Denée Na 135, w. Marèdrèt et Marèd’sou, dér. de měrěndare, w. marèder (FEW 6/2, 28b ; L. Rem., BDW 22, 157 ; Herb., GW 51/4, 148) ;

4421376 °a mahechalle (SM.P 55, 64 ; w. *mahèçale, prob. Monthessal, dép. de Seilles H 36, auj. mon.èssale ; cp. 1°, 1er ex.) ;

4431385, 1393 °cherpetis charpentiers (Namur ; cité Nied. 266, 86b). 3° amuïssement de è :

4441333 °Corbieal champ, 1357 °Colbeaz champ, dép. de Voroux-Goreux L 45, 1309 °Collembeal champ, avec dér. de columbus (Herb., Top. Hesb. 1, 437, n° 1442) ; cp. ci-dessus colèbîre ‘colombier’ ;

4451355 °Lorchee (Chartes Stav. 2, 279, 2) ; 1375 °Lorcheit (SM.P 55, 62v) ; Lorcé H 80, w. Lorcé, de *Laurentiacum, 1135* Lorenzeis (Chartes Stav. 1, 323, 8) ;

4461357 (or.) °Harton, w. l’arton, ruisseau à Lonzée Na 23, de °Harenton 1112-36 (Herb., BTD 37, 45-6) ;

4471407 °Haltinnes, Haltinne Na 100, w. altène, -ine, 1104 °Halentina (Herb., GW 57/2, 69).

448En conclusion, on peut dire que on > en est attesté au 12e s., en > è au 13e et l’amuïssement de è au 14e.

44938. ū devant n, m en syllabe fermée. – Alors qu’en franç., dans cette position, le ü aboutit à œ à partir de la voy. mixte ü, il aboutit en w. à ō à partir de u vélaire : de part et d’autre, la voy. nasalisée s’est ouverte. Ex. : ūnu > on [ō] un ; jējūnu > djon (dans à djon coûr à jeun [cœur] ) ; clūne > clon ‘os du bassin’ ; Neptūnu > nûton ‘gnome’ (afr. netun) ; commune > kimon (en top., c’mon LG 279) commun ; lūnae die > londi lundi ; alūmen > alon alun ; albūmen > âbon ‘blanc d’œuf (afr. aubun).

450Le ō issu de ū + cons. nasale occupe une aire plus étendue que celle du ü issu de ü : il couvre la plus grande partie du domaine proprement wallon. Ailleurs, notamment dans l’ouest-w. et dans Ne, on a ē ou œ : « un », génér. in, parf. un ; « lundi », lindi ou lundi. V. ALW 1, c. 96 « un (devant cons.) » et 3, 213, c. 42 « lundi » ; Grign., BSW 50, 430–1 ; Feller, BSW 37, 248-9 ; Franc. 87 ; Chaur. 79 ; etc.

451En France aussi, dans le même cas, les îlots de v < ū s’accompagnent d’aires ō beaucoup plus étendues. V. Tuaillon, RLiR 32, 112 (c. 3 « un », établie d’après ALF 1347 et 1354).

452Dans Probl. 66, j’affirmais que, si le namur. dit ō comme le liég. (on, londi) et ü comme le franç. (pièrdu), c’est qu’au moment de la nasalisation, il avait encore l’u vélaire et qu’il avait perdu celui-ci dans la suite (ce qui appuyait l’hypothèse de l’extension progressive de ü). Cette déduction de chronologie relative, qui pouvait conduire à retarder la date de la palatalisation de a et ainsi rendre moins vraisemblable l’action du substrat celtique, a été combattue par Wartburg, Fragm. 39 sv. : « L’apparition du caractère palatal a été ralentie par la nasale et interrompue par la progression de la nasalisation longtemps avant la réalisation complète du processus de palatalisation et son aboutissement au terme final ü » (p. 39). Pour un examen approfondi de cette question, v. Tuaillon, 1. c. Noter qu’en fr., ū + cons. nasale aboutit parfois à ō : le terme celtique dūnum ‘colline ; forteresse’ est représenté auj. par -(d)on dans une série de top. dispersés dans une bonne partie de la France (Loudon, Sarthe ; Meudon, S.-et-Oise ; etc. – Vincent, Top. Fr. 90-1 ; Wartburg, Fragm., c. 4 ; F. 363, rem. ii) ; *tenerūmen > fr. tendron, lg. tinron (F. 364, rem. vi) ; etc.

453A notre point de vue, ce qu’il importe de dater, c’est la formation de [on] – avec ouverture du [u] en [o] et début, sinon achèvement, de la nasalisation – ou de [ō]. Voici quelques attestations de la graphie « on » :

454fin 12e s. °enprontez empruntés, w. èpronté (Serm. S. Bern. ; Henry, Mél. Horrent 176) ;

4551200* °cascon(s) chacun (P. mor., p. lxxxv) ; 1248 ° chascon (Namur, Wilm. 136) ; 1259 °common (Liège, ib. 76) ; 1280 °on un (id., ib. 60) ; – fin 13e s. °abont ‘blanc d’œuf ; °alon alun ; °enjons, °en goin cuer ‘à jeun’ (Méd. lg.) ; – etc.

456Les graphies « on » des chartes (au lieu de « un ») paraissent montrer que ō était autrefois plus répandu qu’il ne l’est auj. : v. Gossen, Skript. 331-3.

457Même si la cons. nasale a retardé la palatalisation du ū, il est probable que la différenciation fr. ü – w. u ou o devant cons. nasale est antérieure – peut-être de beaucoup – aux attestations de la graphie wall. « on ».

458Remarque. – Le ū vélaire de ūna (fr. une), prob. par un stade intermédiaire ô, a atteint le stade ò dans l’aire de ō indiquée ci-dessus (zone propr. wall.), moins les régions W-H-L et B.n, où la voy. normale s’est altérée (one > eune [œn]) ou a été remplacée analogiquement ; dans l’o. et le s., on a génér. ène, eune, qui doivent remonter à üne. V. ALW 2, 46-7, c. 10.

459L’évolution du ū dans les finales -une, -ume est souvent irrégulière.

460Pour lūna, le type *lone manque complètement ; on a seulement le type fr. lune et des var. (leune, lène…). V. ALW 3, 33-6, c. 3.

461Devant m, on a souvent dans le n.-e., soit parce que la voy. vélaire s’est maintenue, soit parce que ò est revenu à u sous l’infl. du m. V. ALW 1, c. 32 « écume » : home L, houme dans le reste du domaine liég. + Ma, B ; ailleurs -ume et var. ; – ALW 1, c. 74 « plume » : plome L, Ve…, et, vers l’o., chose inattendue, Ch, Ph… ; ploume W, H, Ve.s, My, Ma, B ; ailleurs, plume et var. ; l’aire o/ou du n.-e. est à peu près la même pour « écume » et pour « plume ». – V. Brun., Et. 227, rem. Il ; Franc. 87-8 ; etc.

462Attestations anc. : 1272 °on anneie (Wilm. 146) ; 1274 °coustome coutume (< -ūdine ; id. 60).

46339. Non-nasalisation à la finale des toponymes. – L’exemple le plus remarquable de ce phénomène est le germ. *fani (FEW 15/2, 108-111). Latinisé en *fanium, ce terme aurait dû donner en w. mod. fain. Dans le vocabulaire courant, on ne connaît que la forme féminine fagne. Mais la toponymie de la Wallonie orientale (Lg.e, Lx…) a conservé de nombreux témoins de la forme masculine. La forme fainfaing…) se rencontre dans les archives, et elle subsiste, avec insertion de w après la cons. labiale f, à Champion Ma 50 (harlifwin), à Erneuville Ma 52 (o fwin, lès fagnes do ~, drî l’ ~), à Libramont Ne 34 (golôfin, hèrbôfin). Dans les autres top., l’ancien fain (= [fayn, fèyn]) est passé à fa (moitié nord du domaine de *fani et lisière sud), (B.s, Ne.e) ou fwè (Lx centre).

464La tradition graphique du ld. de Ferrières H 77 « Bernard-fagne », w. bièn’hâfa, donne une idée des phases de l’évolution, au moins pour le type fa : le mot s’écrit d’abord avec nfain) ; on a des formes sans n à partir de 1378 (°Bienhafay) et sans y à partir de 1425 (°Bienhafa). Le stade fa est atteint plus tôt à Falaën D 36 : 1102 (or.) °Fain, 1202-29 (or.) °Fas (Gyss. 372). Autres attestations de fa : 1388 °Owifaz, Ovifat, w. ôvîfa, ham. de Robertville, My 3 ; 1430 °sour le fau, w. so l’fa, à My 1 ; 1411 °en moronfa, w. so maronfa, à Bévercé My 2. – V. J. Haust, Acad. roy. de langue et de litt. fr., Bull. 1937, 121-154 ; F. Toussaint, Folk. Malm. 8 (1938), 41-74.

465La forme de la région de Ne paraît être beaucoup plus récente. Pour le ld. duzeû l’fè de Hamipré Ne 62, on a °fain(g) de 1557 à 1613, et °fet seulement en 1643 ; pour bèrtôfè ib., °Bertofaing jusqu’en 1734 (v. M. Egedy, mém., p. 69-71) ; données analogues pour les ld. en des communes du ban de Chevigny, Ne 26, 33, 34, 35, 39 (v. L. Hector, IALx, Annales 82, 1951, p. 238-320).

466Les toponymes qui présentent une non-nasalisation semblable et qui ne reposent pas, comme les ld. en fa, sur un nom commun ont été étudiés par P. Herkens, mém. univ. Lg., 1973, p. 116-132. Voici quelques exemples, de types divers, avec des formes anciennes et les premières formes non nasalisées :

467w. ama, Amay H 28 : 634 (cop.) in Amanio, 1143 °Amang, 1356 °Amaie (Herb., BTD 28, 217 ; P. Herkens, mém., p. 116 ; suff. -anius) ;

468è gwèha, Goixha, dép. Flémalle-Hte L 87 : 1336 °Gohaing, 1375 °Gohay, 1448 °goiha (Herb., BTD 36, 120-2 ; germ, haim) ;

469bôtè, Bothey Na 43 : 1199 (or.) °Botang, 1291 °Botheit (Herb., GW 54/4, 130-1) ;

470à m’lèt, Mellet Ch 21 : 1148… °Melenc, 1223 (or.) Melet (Gyss. 682b ; Herb., Noms des comm. 105 ; P. Herkens, mém., p. 124) ;

471ozo, Ozo, dép. d’Izier Ma 7 : 862 °Osonia, -nio, 1126 °Oson, 1300 °Ozos (P. Herkens, o.c, p. 125 ; suff. -onius).

472Quelques termes en sont restés au stade -ay avec y (v. Herb., BTD 38, 94, etc.) : hèzbaye, Hesbaye (n. de région), 784-791 (cop.) °Hasbaniae, -nio, etc. (Gyss. 488-9) ; – lovay, Louvain, nl. Leuven, 884 (cop.) °Luuanium ; – seûmây, Seumay, dép. de Perwez Ni 98, 1097 °Sumanio, 1272 °Seumay ; – oupâye, Huppaye Ni 49, 1154 °Huppain ; 1526-1613 °Huppay ; – loumây, (Zétrud-)Lumay Ni 19, nl. Lummen, 1250 °Lumaing, 1563 °Lymay. Pour les deux derniers ex., la perte du n est seulement attestée au 16e s. ; pour les trois premiers, je ne dispose pas de formes anciennes.

473Datation à retenir : les mentions de fa et de toponymes à finale non nasale remontent au début ou au premier quart du 13e s. (1202 °Fas ; 1223 °Melet).

474On a aussi, en divers points, une voy. o non nasale au lieu de on à la finale de maison : môjo Ni 112, Ch 33…, Ph 86 ; mêzo… Ni.o, Ch.o, Th 24 ; etc. – V. ALW 1, c. 56 ; FEW 6/1, 234-5. Pour ce nom commun, je n’ai pas relevé d’attestations anciennes.

47540. Passage de ã à õ en liégeois occidental et de õ à ã en gaumais. – Dans les arr. de Waremme (est) et de Huy (sauf 67, 68), et parfois dans certains points des arr. voisins, on observe une vélarisation de ā en et ō : v. ALW 1, c. 2, 9, 52 (on.nêye année, lg. an.nêye ; tchombe chambre, lg. tchambe ; djombe jambe, lg. djambe ; pour tous les mots, var. ån, åm []).

476Attestations depuis la première moitié du 16e s. au moins. Dans un relevé de dîmes datant de 1541, édité par P. Herkens dans son mémoire sur la toponymie de Verlaine, Seraing-le-Château et Jehay-Bodegnée [H 10, 7 et 21], p. 140-4, on trouve de nombreux ex. : °avont avant, °jondont joignant, °Johon Johan, °quaront quarante, etc. Dans un testament de 1423, édité ib. 144-7, on a aussi des ex. de °jondont. Chaurand 75 signale le phénomène dans le nord-est en se référant aux assonances Mahon : an, enfan : monde de la Nativité de Chantilly, qui date de 1475 env. Mais les assonances de ce texte sont trop approximatives pour qu’on puisse les utiliser en toute confiance.

477Dans quelques points de Ne et en gaumais, on observe une évolution contraire : on a ā au lieu de ō, par ex., dans mâjan maison (ALW 1, c. 56), pèchan poisson (ib., c. 76). Les premières attestations que j’ai recueillies datent d’un peu après 1600 : 1603 °à grand man, auj. grandmant grand mont (Fontenoille Vi 4 ; F. Richard, mém., p. 98) ; 1604 °à Puissauman, auj. Pissômont (ib.) ; 1617 °sècheran, ld. sètch’ran, dér. de sec en -er-on (ib., p. 112) ; 1622 °au gerans, ld., litt. au giron (Chassepierre Vi 5 ; F. Richard, p. 34). V. Brun., Et. 306.

478On a des témoignages beaucoup plus anciens dans Bruneau, Et. 274-7 (p. 276 : 1275 °an on, Mézières ; 1288 °quelconque, ib.) ; mais, dans les régions explorées par Bruneau, la confusion réciproque des voyelles ā et ō est attestée « dès une époque ancienne » (p. 276) ; la situation n’y est donc pas la même qu’en gaumais.

47941. Dénasalisation en verviétois. – Dans l’est de la province de Liège, dans les parlers de Ve et de My en général, on trouve, au lieu des voy. nasales du liégeois et de l’ardennais, des voy. non nasales ou demi-nasales : djâbe, djân be jambe ; dêt, dênt dent ; samêne, -éne, -ênne semaine ; ô, ôn un ; rôhe, rônhe ronce. V. ALW 1, aux différents mots ; 3, not. 122 « lundi » (type londi) ; etc. ; – Mél. w. 26-31 ; Evrard, mém., chap. 1 ; Lechanteur, BTD 47, 188-190. L’aire du phénomène varie plus ou moins selon les cas.

480On peut se demander si l’on n’a pas à faire à une non-nasalisation ou à une nasalisation imparfaite ; mais il doit bien s’agir d’une dénasalisation. A preuve le fait qu’en verviétois, où le à long ordinaire s’est vélarisé en å, ō, (åbe… arbre, … mal), le ā dénasalisé reste ā, comme si, au moment de la vélarisation du ā, le ā différait encore de celui-ci par son caractère plus ou moins nasal.

481Attestations anc. depuis le 15e s. : dans des comptes de Verviers datant de 1456 à 1466, la nasalité est communément notée, mais la consonne nasale manque plus d’une fois après « a » et même une fois après « o » : °chabre chambre, w. tchâbe ; °chachaet chancel, w. °tchâcê ; °mostrache, pour monstrance ‘action de montrer’ ; °crapon crampon ; °refectio, pour -tion (C. Debaar, mém., p. 47) ; – 1432… °Malgonbrut (Feller, Jalhay 18), 1524, 1537 °Magobroux (F. Fonsny, mém., p. 153), NL Mangombroux, w. mâgôbrou, composé de mangon ‘boucher’ ; – 1528 °Bonvehez, Bonvoisin, w. bôfé, Id. (Feller, Hist, seigneurie Petit-Rechain, BSVAH 16, 174) ; – °juronboux, ld. de Cerexhe-Heuzeux L 70, NP Geron + « boux », formes en « on » jusqu’en 1553, puis 1565 °jerobo, 1566 °jurobo, etc. (Mornard, Top. 281) ; – 1532 °ackecon, 1543 °akechon, w. ank’çon, NL, dér. de ‘angle’ (F. Fonsny, p. 33). Dans « Le chat volant » (1641 ; éd. J. Feller, BSVAH 11, 372-3), on a de beaux exemples : « cam omohet » verv. came ô mohèt ‘comme un épervier’ (lg. on un) ; « trole », verv. trôle tremble (lg. tronle) ; « saita », verv. sêta ‘sentit’ (lg. sinta).

48242. î, û en salmien au lieu de liég. é, . – On a vu (p. 67) qu’en hutois et en salmien, le ë ton. Ubre aboutit régulièrement à û [ü :], alors qu’en liég., il donne généralement [œ :] : sĭti > , lg. seû soif. On a des ex. de û pour le suff. -ētum et pour la Hesbaye depuis la première moitié du 14e s. (v. p. 69).

483En salmien, au lieu du liég. é, on a communément î [i :], dans le cas de a tonique libre surtout, mais aussi pour ě + y : èstî été, n.c. (ALW 1, c. 37) ; pwèrtî porter (ib., c. 77) ; atch’tî acheter, -é (ALW 2, c. 76) ; trawî trouée (ib., c. 77) ; lît, n.c. lit (ALW 1, c. 55).

484Attestations anc. pour le salmien :

485– (-î) 1597 °au long wys (Lomry, Top. Bovigny B 6, 210), â long au l. gué (lg. ) ; 1613 °au vuy du moulin (ib. 253), â do molin ; 1619 °ès ergomys (ib. 227), olzès r’gômîs, litt. mé de Rigaud (lg. < mansu) ; 1630 °au my (ib. 213), o  ; 1616 °au wye des terres (G. Remacle, Top. Vielsalm B 4, GSa 3, 36), â dès tères ; 1616 °sur la chauvye (ib. 28), w. tchavî, litt. ‘chemin creux’, serait à B 2 tchavé ;

486– (-û) 1472 °Renxchu (J. Vannérus, Dénombr. lux., BCRH 106, 291), w. rinhyû, Rencheux, ham. de Vielsalm, dér. en -ētu ; 1671 °au chenay de crû (G. Remacle, Top. Viels., ms.), w. â tchènê dès crûs ‘au petit chêne des croix’, serait en lg. – dès creûs.

487On trouve des formes analogues dans les archives de localités où le phénomène n’est pas connu ou n’est plus connu de nos jours, mais qui sont contigües à la zone salmienne. Ainsi à Arbrefontaine B 3 : 1598 °au wy Quelin (M. Servais, mém., p. 104-5), auj. â Cwèlin ; 1599 °au wys du moulin (ib.), auj. â do molin.

488On peut faire la même constatation pour -û < -ētum (lg. -) à Lierneux Ve 47 : 1549 °ung priez ou chenux (Cour de just. 3, 11), 1554 °le chenux de Saurt (ib. 3, 58), auj. so l’tchèneû, dér. de °chêne° (cp. Vielsalm so l’ tchènû).

48943. o et é protoniques devant i et ou toniques. – Ainsi placés, ò et è deviennent, dans certaines parties de la zone wallonne, ou et i, par dilation du point d’articulation (umlaut). Le phénomène paraît avoir son intensité maximale à Jalhay et à Sart-lez-Spa (Ve 32 et 34), où il touche un grand nombre de mots : bossou bossu > boussou ; ovrî ouvrier > ouvrî ; bètchou ‘pointu’ > bitchou ; bèrbi brebis > birbi ; lèdjîr léger > lidjîr ; etc. Mais il s’étend loin vers le sud, en Ardenne, dans les an. de Bastogne et de Marche. V. Legr., DBR 2, 66-7, et BTD 37, 3.

490Son aire varie suivant les mots. On peut prendre comme exemple type l’adj. bossou bossu (ALW, qu. 1267), qui devient boussou à Ve 32-47 ; My 1-6 ; B 2-7, 12 ; Ma 19…, 51 ; – W 63 ; H 2, 8, 21-28, 37. Même répartition, en gros, pour coustîre couturière < costîre (ALW, qu. 1044) et pour boul’djî boulanger < bol’djî (ALW, qu. 859) ; mais, pour un mot comme coustîre, les formes en -ou- qu’on a, par ex., dans Ne offrent un passage normal de o initial à ou (v. n° 22 ci-dessus, et cp. ALW 1, c. 23 « couture »). La forme tchivroû, -ou chevreuil (ALW, qu. 421) < tchè- est plus largement répandue que boussou ; elle est fréquente dans L. Mais les aires sont très restreintes pour lidjîr léger (ALW, qu. 878) < - : Ve 32, 34 ; H 27, 37 ; – pour tchirdjî charger (ALW, qu. 794) < tchè- : Ve 32, 34 ; – pour fitchîre fougère (ALW, qu. 113) < - : Ve 32, 34 ; My 6 ; B 7 ; H 21, 27, 28, 37, 39 ; – pour bitchou ‘pointu’ (ALW, qu. 1357) < - : Ve 32, 34 ; B 23.

491Bien qu’il s’agisse d’un trait qualitativement et chronologiquement secondaire, il serait intéressant de le dater avec précision. Il semble bien, comme le croyait El. Legros (BTD 37, 3), que le phénomène soit « assez récent ». Les archives l’attestent dans les toponymes, à Jalhay, à partir du 15e s. Voici quelques données recueillies dans J. Feller, Top. Jalhay : pour Fouyîr, nom de hameau, dont le rad. devait être originellement en ò, on a 1485, 1525, 1543 … °Foulhier (p. 111-4), mais Foyeûru, litt. ‘ruisseau de F.’ (p. 133-4), a gardé son ò ; – pour stirsou, dér. de stèr < stirpus, d’abord °sterchoul, on a 1595 °stirchoul (p. 74) : – pour routi (ailleurs roti, dér. de ruptu), d’abord °rotty…, on a 1590 °routy (p. 91). Si l’on disposait de documents plus anciens, on remonterait peut-être la datation.

  • 2 Mis à part les cas traités dans les paragraphes suivants, la voy. cad. s’emploie, en gros, dans le (...)

49244. Voyelle caduque. Sa nature. – La voyelle caduque (càd. élidable), qui correspond à l’e dit muet du français (écrit e, mais prononcé à, œ/œ ou œ bref), se rencontre dans de nombreux mots, particulièrement dans des monosyllabes (art. le et la ; pron. je, me, tu, te, le et la, ce, que ; adj. poss. me, te, se [= fr. mon, ton, son] ; nég. ne ;…), dans des préfixes (re-, de-, ke- = fr. con-, ex- + cons. occlusive [sepine = fr. espine], dans des mots commençant par che-, ge- (fr. cheval, genou), etc.2.

493Parmi les problèmes relatifs à la voy. cad. on retiendra ici ceux qui concernent sa nature (son timbre), sa place (prosthèse ou épenthèse), son emploi dans certaines catégories de mots (art. et poss.) et dans le préf. ke-.

494Alors que l’e muet du franç. est souvent considéré comme ayant un timbre « neutre », la voy. cad. wallonne est généralement plus fermée et a un timbre plus aigu, encore qu’elle s’articule d’une façon relâchée et qu’elle soit brève.

  • 3 La voy. cad. s’est introduite en liég. dans le masc. « un- » (en liaison) et « une » : cp. verv. o (...)

495Pour ses variations régionales, v. ALW 1, c. 54 « le ». La voy. de l’art, défini sing, varie beaucoup selon les régions. On a œ, càd. la voy. qu’on a génér. en franç., dans plusieurs aires relativement peu étendues : partie du Hn (œl) ; confins D-Ne.so () ; My 5 et B 2-3 (id.) ; Ni.e (ici, plutôt ou lœ/lœ). On a è dans presque toute la région picarde et l’ouest-wallon (èl) et aussi dans le s.-e. du Lx (èl), plus Ph.se et My 3 (). Partout ailleurs, on a i (grande aire li, avec var. dans Na.n, W, H.n) ou u (grande zone verv. de lu + nombreux pts de Lx). De même lg. dji ‘je’, ti ‘tu’, mi ‘me’ ou ‘mon’, di ‘de’, riprinde ‘reprendre’, dimander ‘demander’, kinohe ‘connaître’ ; verv. dju, mu, etc. – Pour les Ardennes franç., v. Brun., Enq., n° 900 « le », et Et. 4943.

496Dans les premiers textes patois, les voy. cad. i et u occupent déjà, pour l’essentiel, les positions qu’elles ont auj. dans l’usage oral : pour i, v. Trois plus anc. textes (Ode à Navaeus, 1620 : mi, di, ni, etc.), Dial. Pays., etc. ; – pour u, v. Chat volant, 1641. Dans la chanson liég. de 1590*, où l’on a génér. i, u apparaît quelques fois : du de, vus vous (atone devant le verbe ; auj., vis), qu que.

497Elles sont toutes deux attestées dès le 13e s., mais elles n’occupaient prob. pas les mêmes aires qu’auj., et elles ne devaient pas s’être généralisées dans une même région au point de s’exclure pour ainsi dire l’une l’autre.

498Ex. : 1189 (cop. 15e s.) °Gyneffe, °Geneffe, 1213 °Gyneffe, Jeneffe-en- Hesbaye, w. gn’nèfe [W 69] (Herb., BTD 40, 36 ; Gyss. 542b) ; 2e moitié 12e s. (or.) In Givofoses, Chevaufosse, w. à dj’vôfosse, càd. tchuvôfosse, litt. ‘fosse du cheval (ou des chevaux)’ (Stiennon, Vat. 32).

4991219 °Gineffe, Jeneffe-en-Condroz [D 31] (Gyss. ib.) ; 1230 (or.) °Eustacius de Gimeppe, Jemeppe [L 74] (formes plus anc. : 1107, cop. Milieu 13e s. Jumapiam ; 1179, cop. ± 1700 °Gimapia : Gyss. 542a ; les formes les plus anc. sont en Ga- ou en 7a-) ; 1248 °duseur dessus (Wilm. 73) ; 1248 °ju je (ib. 108b) ; 1250 °ruwar regard (Cart. Val-Benoît 10) ; 1251 °li veve la veuve (Wilm. 110) ; 1273 lu le, °ku que, °du, °ruchivoir, ° rudumander, °chuvaliers, etc. (id. 118-9 ; Val-St-Lamb.) ; etc. V. Doutr., Hemr. 87, n° 40.•

  • 4 Le type ė du Br. or. est attesté depuis la 2e moitié du 15e s. : 1478 joindant au re [ = nm. lg. (...)

500Les premiers ex. cités sont des toponymes, mais ils contiennent bien une voy. caduque. Noter que les formes en u viennent toutes de régions où la voy. cad. est auj. i ; pour °Givofoses, c’est l’inverse. L’art, lu ‘le’ est resté en usage jusqu’au 17e s. au moins chez les notaires liégeois (J. Lech.)4.

501Dans certaines régions, où le i est la voy. cad. ordinaire, le u apparaît dans des mots ou des cas spéciaux, et inversement. A Liège, p. ex., on a un u « anormal » dans louke-lu ‘regarde-le’, louke-mu ‘regarde-moi’, bodje-tu ‘bouge-toi’, etc. (-u est tonique ; cp. èle li louke, etc.) ; à la Gleize Ve 39, un i dans vini ‘venir’ (arch. ; auj. vuni) ; à Petit-Thier B 5, etc., un i dans ki ‘que’ (ALW 2, 192b).

502Le u appartenait à la série des voyelles mixtes comme le œ (œ…) du franç. moderne. Le i, qui est une palatale, paraît surprenant à première vue ; mais, si l’on admet que l’e muet franç. était d’abord une voy. centrale analogue à l’e de l’allemand et que la même voy. est à la base des voy. cad. belgo-romanes, on comprendra que cet e central ait pu aboutir à l’è picard et gaumais et aussi à l’i wallon. Comme les voy. i et u ne semblent pas s’être réparties géographiquement autrefois de la même façon que de nos jours et comme elles coexistent maintenant encore dans certains patois, il est vraisemblable que la voy. cad. pouvait varier selon l’entourage et selon les mots et que l’uniformité presque parfaite des aires actuelles de i et de u résulte d’une généralisation progressive.

503Peut-être la fréquence de l’article a-t-elle joué un rôle dans le succès de i. En anc. franç., l’art, masc. au cas sujet était li, avec i élidable ; cet i, par suite de l’uniformisation de l’art, aux deux genres (v. n° 45), est passé au cas sujet fém. ; il a pu passer ensuite au cas régime, et peut-être a-t-il gagné ainsi une sorte de force expansive qui lui a permis de se substituer peu à peu à toutes les voyelles élidables.

504Remarque. – L’élision de la voy. cad. en syllabe initiale est attestée avant 1200 en malmédien : dans la forme °Givofoses 2e moitié 12e s. (v. p. 104), qui contient cheval, le « ch- » initial n’a pu passer à « g- », w. dj-, qu’au moment où la voy. issue du a initial de caballu a commencé à s’élider. V. encore cette forme plus tardive du même top. Chevaufosse : 1351 °Pierotte de Gevofosse SM.P 55, 25v.

50545. La voy. cad. au fém. sing, de l’article défini. – En w. comme en pic, l’art, défini sing, a la même forme aux deux genres, et la voy. de cette forme est la voy. cad. régionale au fém. (fr. la) comme au masc. (fr. le) : lg. li pére, li mére ; hn. èl pére, èl mére. L’uniformisation affecte toute la Belg. romane, sauf le sud-est (extrême s. de Di et moitié s. de Lx, càd. Ne, B.s et Vi), où le fém. est la comme en fr. V. ALW 2, c. 1 « la » (art.) ; Brun., Enq., n° 878 « la » ; ALF 224 « -- la chambre ».

506Ce phénomène remonte au m. â. Ex. : 2e moitié 12e s. (or.) °le quarte part (cas rég.), °a le feste saint Remi (Arras ; Gyss., Anc. textes 191) ; fin 12e s. (or.) °en le maison (Hte-Avesnes ; ib. 192) ; 1204 (or.) °en le sale (Douai ; ib. 195) ; – 1194, cop. 16e s. °le vile (rég.), °en le loi, etc. (Arnould, Charte-loi de Chièvres) ; fin 12e s. °de le majesteit (Serm. S. Bern. ; Henry, Chrest. 199 ; Mél. Le Gentil 355). V. aussi Comm. Ps. 1165* (Gregory, TraLiLi 19/1, 36 : fém. °le fréquent). Au cas sujet, la forme li se rencontre au fém., au lieu de la : 1200* °Li rente des pres vaut -- (Marchiennes ; Gyss., o. c. 192) ; 1207 °apries le Toussain (Tournai, Herbomez, ch. n° 1) ; 1212 °Jehans li Quatis, °se dame Kateline li Quatie (ib. ; id., ch. n° 2). Pour le domaine liég., v. Wilm. 68 et 134 (li et le = la suj. et rég.) ; Valk. 47 ; etc.

507Gossen, Gram. 122, indique, dans le paradigme de l’art., pour le fém. sing., suj. le, li et rég. le, et il considère que le procède de la par une évolution purement phonétique, tandis que le sujet masc. li s’est employé comme sujet fém. parce que le servait de régime aux deux genres.

508On peut assurer que le s’employait comme rég. fém. en Picardie dès avant 1200 et en Wallonie dès la 1e moitié du 13e s. Mais le terme final de l’évolution, en w. et en pic, est la généralisation de le aux deux cas ; peut-être ce fait est-il en relation avec la disparition de la déclinaison des substantifs, phénomène progressif qui s’est achevé au 14e s. [ ?].

  • 5 Dans sa conférence de 1923 sur l’évolution de la géographie ling. (BDW 12, 1923, p. 73-140), J. Fe (...)

509L’apparition de la forme prosthétique picarde el n’est datée ni par Gossen, Gram. 122, ni par Flutre, Moy. pic. 501, n° 196. D’après Loriot, Front. 84, les « morphèmes picards » el la, em ma, etc. « étaient attestés dans le Livre rouge d’Eu> [càd. au 13e s.], ainsi que dans la traduction des « Météores d’Aristote » de Mathieu le Vilain (1260-1270 ; éd. R. Edgren, 1945, p. xlvii et xlviii ; mais Edgren ne relève pas la forme el)5.

510Remarque. – Le pron. pers. fém. la a subi une évolution parallèle à celle de l’art, la. Assimilé au masc. le, il peut comme lui s’élider après le verbe : °doneisl donnez-le, °nomeil nommez-la (13e s. ; Méd. lg. 44 et 29).

511Au surplus, le pron. pers. le, masc. et fém., connaît en w. une forme èl (ALW 2, 107a), qui est attestée dans les textes liég. du 17e s. (1623, Moralité, v. 43 ; 1632, Dial. Pays. II, v. 50.).

51246. La voy. cad. au sing, des adj. possessifs. – Aux fém. fr. ma, ta, sa, comme aux masc. mon, ton, son, correspondent en Belg. rom. des formes à voy. cad. (en w., type me, te, se ; en pic, type em’, etc.), sauf, au sud-est, dans la zone où l’art, fém. sing, est la et où les poss. fém. sing, sont aussi en a (lg. mi pére, mi mére ; hn. èm’ pére, èm’ mére ; etc.). V. ALW 2, 138b « ma » ; Brun., Enq., n° 941 « ma » ; ALF 548 « ma femme ».

513Le phénomène est parallèle à la généralisation de la forme le° aux deux genres pour l’art. Il est cependant plus complexe, car on avait au point de départ, pour le masc. sing., suj. mes, tes, ses et rég. mon, ton, son (pic. men, ten, sen).

514Ex. : 2e moitié 12e s. °Hersens, se suer (Arras ; Gyss., Anc. textes 191) ; fin 12e s. °Emmeline, se femme -- tote se vie (Hte-Avesnes ; ib. 192) ; 1200* °se (= sa ; P. mor. xcii, graphies 13e s., n° 39) ; déb. 13e s. °Ne te nom ne ta geste, °devant me jugeor, °m‘entente et me labor (Euphr., v. 123, 129, 141 ; cité Wilm. 106, n° 45) ; 1241 °Je Eustasses se fiuz (Liège ; Wilm. 72) ; 1248 °sor se honeur (ib. ; id. 74 ; terme génér. fém., selon Tob.-Lom.) ; 1252 °de me prope saial (ib. ; id. 76) ; 1394 °se mainson (SM.P 56, acte 145) ; etc. Pour le pic, v. Gossen, Gram. 125-6 ; Flutre, Pic. mod. 103.

515On peut considérer que les adj. poss. me, le, se sont attestés depuis la seconde moitié du 12e s.

516D’après Loriot, Front. 84, les formes pic. em’, etc., seraient attestées au 13e s. (v. par. préc, fin).

51747. Voy. prosthétique et voy. épenthétique. – Devant les groupes initiaux sp, st, sk, le latin ajoutait, dès l’époque impériale, une voy prosthétique i (ensuite e) : iscolasticus (2e s.), iscripta, ispirito, ispose, etc. (Richter 78). Cette voy. se rencontre aussi bien après voy. finale qu’après cons. finale. Elle a disparu dans l’est de la Romania, mais elle s’est fixée dans l’ouest (sarde, péninsule ibérique, Gaule romane). Deux dialectes d’oïl font exception : le wallon et, en partie, le lorrain (Wüest 102-5).

518Le wallon connaît un usage double, d’après le son qui précède le s et conformément à la règle des trois consonnes. Après voy., il emploie une forme en s, sans addition de voy. ; après cons. et en tête de phrase, il insère entre s et la consonne qui suit une voy. épenthétique (i, u…), identique à la voy. caduque ordinaire (v. n° 44).

519Ex. : La Gl. lu spène [lü spèn] l’épine, mais one supène [on supèn] une ép. ; èstâve [è sta :f] dans l’étable, mais on-ôte sutâve [on ó :t süta :f] une autre ét. ; i scrît [i skri :] il écrit, mais èle sucrît ; etc. De même lg. li spène, ine sipène, etc.

520Même traitement pour les mots d’origine germanique : lg. spårgnî épargner, mais èle sipågne elle épargne, du germ. *sparôn, FEW 17, 165b ; etc. De même aussi pour les dér. contenant le préf. ex- : lg. stinde ou sitinde étendre ; etc.

521Pour les limites de l’épenthèse en Belg. rom., v. ALW 1, c. 35 « épine », 36 « équerre », 38 « étoile » ; Probl. 41 (EH 1443 « épaule ») ; Brun., Lim. 173-5, et Et. 388 sv. ; Grign. 386 ; Gourd. 25-7. Wüest 103 observe que les limites de la non-prosthèse vers l’ouest sont imprécises et que la c. « épine » de l’ALW 1, en particulier, « fait apparaître un très grand enchevêtrement des aires ». En réalité, l’imprécision résulte en partie, pour « épine », du fait que le mot ne suivait pas toujours une consonne (v. ALW 1, c. 35, n. 2 et 3). Après un mot terminé par une cons., l’épenthèse règne dans tout le domaine proprement wallon. A l’ouest de cette zone, la voy. prosthétique est caduque jusqu’à S 6, A 37 et Th 25, 54, 73.

522Derrière une finale vocalique, on rencontre des formes sans voy. prosthétique dans les manuscrits du 11e s. : une spede (Eulalie), la spusa (Alexis) ; – v. B. 160-1 ; F. 695 ; Delbouille, Wallonismes 207. Plus tard, des formes en s + cons. se rencontrent après cons. comme après voy. dans les textes de la région wallonne : v. Henry, DW 8-9, 102 (el stable, etc.) ; Wiese 42 (Dial. Grég. : a spardre, el scorz, etc.) ; Haust, Méd. lg. 21 (speie épée) ; etc.

523D’après Fouché 695, la prosthèse de e était généralisée en gallo-roman septentrional dès la fin du 11e s. ou la première moitié du 12e : la différenciation était dès lors installée entre le w. et les dial, de l’ouest et du centre.

524L’épenthèse est attestée en w. au début du 13e s. : 1211 °Sitiers, 1189 °Stiers, 961 °Steria monticula, = Stier, dép. Donceel W 67, lat. stirpus ‘défriché’ (Gyss. 939 ; Herb., BTD 48, 316) ; 1350* °sépale épaule, 1363 °sekevins (Reg. Echevins de Revin ; Brun., Et. 389) ; 1459 °maison -- proche délie Supinette ‘de l’Epinette’ (Gob. 5, 371b, n. 2) ; 15e s. °sucriet, °sucrier écrit, -ire (C. Debaar, mém., p. 39). La forme °separge ‘épargne’ (vb.) des Dist. Cat. (fin 13e s.), alléguée par Fouché 709 (d’après Wilm. 156) comme le premier ex. connu de l’épenthèse, est contestée par Haust, Méd. 21, n. 2 (lire *seporge = *so(r)porge, subj. pic. de so(r)porter ? – la glose 37, 46 « Separge loi que tu as… » traduit le lat. « Patere legem quam ipse tulisti ».

525Remarque. – Le préf. ex-, qui donnait en anc. fr. es-, a perdu sa voy. en wallon comme s’il s’agissait d’une voy. prosthétique : extendere > stinde, afr. esprover = sprover, etc. ; d’où, après cons., sitinde (su-,…), siprover (su-,…), etc. Cette réduction est attestée dans le Méd. lg. du 13e s. : spurgier, spurge, à côté de espurgier, espurge expurger, -ge ; spointe à côté de espointe (v. Gloss. 166b).

526La voy. initiale tombe aussi dans les mots en ex- + voy. : exagium + -are > sayî ; examinare > samer essaimer ; dans *exsartum > sârt essart, il ne reste rien du préf. ex- devant s. Les types saier et sart sont w., lorr., et aussi pic. d’après FEW 3, 256b et 318a. – Attestations anc. : pour saier, fin 13e s. saies, saier Dist. Cat. 39 v°, 56 (Wilm. 156) ; – pour sari, formes topon. antérieures de plus d’une siècle : (d’après Gyss. 888-9) 1103 cop. milieu 13e s. °Sars, Sart Poteries (Avesnes) ; 1066 °Sarz, Le Sart (Lille) ; 1050-80 Sartum, Sart-en-Fagne (Philippeville) ; etc. ; – (d’après Vincent, Top. Fr. 309) 969 Sartus, Sart (Secondigné, Deux-Sèvres) ; 745 ad Novum Sartum, 1180 Nonsart, Nonsard (Meuse). Cf. Henry, Berte 52 : « sarteur ‘essarteur’ (nord de la Galloromania ?) » et n. 21 : « Formes sans préfixe es- très fréquentes en Picardie et Wallonie (encore qu’on les trouve aussi ailleurs) ».

52748. La voy. cad. dans le préfixe ‘com-’. – Dans l’est de la Belg. rom., particulièrement dans le domaine liég., le préf. corn-, con- prend souvent une forme ke-, avec, au lieu du õ ou du o franç., la voy. cad. locale élidable : fr. conduire, commencer = lg. kidûre, kimincî ; verv. cudûre, cumincî ; etc. V. ALW 1, c. 22 « connaître » (zone des grands cercles et des grands triangles : Lg + Ma, B, Ne.se) Pour les exceptions, v. Feller, Notes 228 (mots divers + emprunts franç., comme consî conseiller). Pour le préf. ke- et sa fréquence en w., v. Synt. 2, 20-24.

528Ex. : 1107, 1147, 1186 Comafia, 1237 (or.) °Comefe, 1244 (or.) °Kemexhe, w. k’mèh, Kemexhe W 42 (v. Herb., BTD 40, 47) ; 1260 °kenoiestre connaître (Liège, Cart. Val-Benoît 156) ; 1271 °kemandons (cité Wilm. 70, n° 51) ; 1280 °le voie de Cumehe (Liège, Pauvres-en-Île ; BTD 43, 116) ; – 1334 °quimeleis, lg. kimèlés emmêlés (Régestes 1, 309) ; 14e s. °kemelat emmêla (Hemr., Traité 21, 6), °kebatoient combattaient (id. 39, 10) ; 1394 °Anseaul le cutailheurs, découpeur, du w. cutèyi découper (SM.P 56, 23v) ; 1400* crussode (Méd. lg. 15), DL crèssôde ‘pâquerette double --’ (cri– Glons, Verv.), altéré de *cussôde, *ki-, de lat. consolida, d’où fr. consolide.

529A l’est de l’aire ke-, on a co-, qui représente certainement le stade antérieur à ke- : nm. conoche, comincî, etc. ; – vers le sud, et aussi dans Hn, cou- : ard. coudûre, coutayi, etc. (v. Brun., Et. 225, rem. II). Ex. namur. anciens : fin 13e s. °cobatte combats (impér. ; Dist. Cat. 37, 31 ; Wilm. 155) ; 1330 °cotailhier découper (Brouwers, Chartes et règl. 2, 219).

530Si la voy. cad. s’est substituée à o dans le domaine liég., c’est parce que celui-ci était devenu élidable : codûre > po c’dûre > po s’ kidûre : dans les zones où il subsiste, dans la région namur., p. ex., le o ne s’élide normalement pas. Le processus a dû être le même que pour la formation de l’art, liég. ine (verv. one), ci-dessus n° 44, n. 2.

531Noter qu’on trouve aussi, pour le préf. com-, des formes du type ke- dans les dial, de France (dans le nord, en Picardie, en Normandie, etc.) : v. ALF 312 « il commençait », etc. ; FEW 2/1, 844 cognoscere ; Gossen, Gram., n° 37 ; etc. Ex. picard : 1200* °drois et quemuns (J. Bodel, Jeu S. Nic. 826).

Notes

1 On aura remarqué que je ne faisais pas intervenir la forme fameuse du Jonas jholt (calidu), ni colchoir (calcatorium), colchier (calcare), etc., des Dial. Grég. et de Job. V. Avalle, Monum. 90.

2 Mis à part les cas traités dans les paragraphes suivants, la voy. cad. s’emploie, en gros, dans les mêmes conditions que dans le franç. oral. Noter que nos dialectes l’ignorent complètement en fin de mot (dans āp arbre, p. ex.) et dans les formes du type « porterai », même si l’orthographe Feller écrit âbe et pwèterè (ou pwèt’rè).

3 La voy. cad. s’est introduite en liég. dans le masc. « un- » (en liaison) et « une » : cp. verv. on tchin un chien, on-åbe un arbre et one bièsse une bête, et liég. on tchin, in-åbe et ine bièsse. En liég., le i a remplacé le o devenu élidable ; v. ALW 2, c. 10. Cp. le passage du pron. pers. atone vos vous à vis, vus : v. ALW 2, 87a et c. 25. Ces phénomènes sont attestés dès les premiers textes en dialecte liégeois.

4 Le type ė du Br. or. est attesté depuis la 2e moitié du 15e s. : 1478 joindant au re [ = nm. lg. ri ‘ruisseau’] c-on-dist le rie de Tombois (Hanon de Louvet, Hist, ville Jodoigne, t. 1, 37).

5 Dans sa conférence de 1923 sur l’évolution de la géographie ling. (BDW 12, 1923, p. 73-140), J. Feller parlait, p. 122-3, de la « confusion du masc. et du fém. de l’article » (le phénomène touche aussi le pron. pers. « la » et les poss. « ma, ta, sa »), où Gilliéron, Pathol, et thérap. verb., p. 17, voyait une « catastrophe linguistique » comparable à la disparition des formes du cas sujet en français. En fait, le genre n’est nullement touché par l’affaiblissement phonétique du f. « la » et sa confusion avec « le ». On dit li tchâr ‘la viande’ comme li tchâr ‘le char’, mais les genres restent sensibles dans assez de cas pour qu’aucun locuteur ne les oublie. Cp. di tchâr ‘du char’ et del tchâr ‘de la viande’, on tch. et ine bile tck, li tcn. ist bi et li tch. ist bile, ci tchâr- et cisse tchâr-, etc.
Chaurand peut sans doute écrire, en employant le langage de la phonologie, que, dans le système picard-wallon, par la réduction de la à le, « l’opposition des genres a été neutralisée, sauf dans les groupes a le, de le, en le au fém., en face de al, del, el au masc. » (p. 103). Mais, pour ne pas risquer de grossir le phénomène, il vaut mieux dire simplement, avec R. Wagner, Anc. fr. 92 : « Affaiblissement de la en le ».

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search