Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Les derniers avatars du personnage de Charlemagne dans l’épopée française

William W. Kibler

Texte intégral

  • 1 L’édition fut commencée comme thèse de doctorat à l’Université de la Caroline du Nord (E.-U.), A P (...)
  • 2 Elle compte à peu près 39.000 vers.

1Lion de Bourges, une des dernières chansons de geste françaises, nous est conservée par un manuscrit en laisses alexandrines du xv e siècle et par un manuscrit en octosyllabes à rimes plates du xvi e siècle. Le texte en alexandrins, dont je prépare actuellement une édition avec deux de mes collègues américains, compte plus de trente-quatre mille vers et fut composé vraisemblablement à la fin du xiii e ou au début du xiv e siècle1. La version en octosyllabes, probablement postérieure d’un siècle, est encore plus longue2.

  • 3 Un résumé détaillé de l’intrigue de la version en alexandrins a été publié dans Olifant 2, pp. 7-1 (...)

2Il y a les banalités et les longueurs inévitables dans un poème d’une telle haleine, mais Lion de Bourges peut quand même nous séduire aujourd’hui par l’invention, la relance, et l’accroissement continuel de l’action3. Charlemagne, à qui ce colloque est en partie consacré, figure d’une façon importante dans deux des épisodes de l’œuvre, l’un traditionnel à l’extrême, l’autre assez innovateur. Ces deux épisodes se retrouvent dans les deux versions du Lion de Bourges sans distinctions essentielles pour le personnage de l’empereur. Je fonderai mon étude sur la version la plus ancienne, tout en indiquant dans les notes les variantes importantes de la version en octosyllabes. Je résisterai à la tentation de passer en revue ici les péripéties multiples de cette chanson si cousue d’intrigues et d’épisodes, mais je serai obligé de raconter un peu ce qui se passe dans les deux passages en question, car ce serait trop vous demander d’avoir lu ce long poème dans le manuscrit.

3La situation par laquelle débute le poème se retrouve dans la plupart des épopées du cycle de Nanteuil : lors d’une fête de la Pentecôte, Charlemagne tient sa cour à Paris. Tous les seigneurs du royaume y sont convoqués, et tous sont présents, à l’exception du duc Harpin de Bourges, qui a dû retarder son arrivée à cause de la grossesse de sa femme, Alis. Clariant de Hautefeuille, un traître de la race de Ganelon, profite de l’occasion pour accuser Harpin de ne pas vouloir servir l’empereur. Il conseille à Charlemagne de le priver de ses terres, et sans autre discussion Charlemagne répond :

« Per saint Denix… croire vous en doit on…
En mal an est antrez et en pute saison. »
(vv. 57-59, folio 1B 15-17)

4Sur ces entrefaites arrivent Harpin et Alis, qui apprennent la menace de l’empereur. Harpin entre fièrement dans le palais, salue Charlemagne, maudit

« Tous les faulz traÿtour qui le servent sovant
De parrler et de fait qui ne vallent nyant »
(vv. 102-103, folio 1C 9-10)

  • 4 B.N. f.fr. 22555, folio 1A 1 au folio 2C 11 (= vv. 1-302). La version en octosyllabes, B.N. f.fr. (...)

5et tue Clariant de Hautefeuille d’un coup d’épée. Sur les ordres de Charlemagne, Harpin est saisi et jeté en prison. Soutenu par Ganelon, Charlemagne jure de le voir pendu à Montfaucon. Mais Alis et le duc Naimon de Bavières plaident tant qu’à la fin Charlemagne accepte de le bannir et de confisquer sa terre de Bourges. Il nomme un mauvais gouverneur, qui est assassiné peu après par les Berruyers ; et par la suite Charlemagne lui-même prélève des impôts injustes qui ruinent la ville4.

6C’est là une scène consacrée par une longue tradition dans la chanson de geste française. Lion reconnaît tacitement cette tradition lorsqu’il dit à plusieurs reprises dans notre poème :

« Je sus colsin Ogier et parent a Naymon,
Et cion dou lignaige au boin roy Psalmon,
Richart de Normandie, li. iiii. filz Hemon
Et Guyon de Nantuel, Geraird de Roucillon. »
(vv. 20362-65, folio 105B, 32-35)

7Il s’associe ainsi aux héros des épopées du cycle des barons révoltés, tels Girart de Roussillon ou les Quatre fils Aymon, et à la geste de Nanteuil. Or, c’est précisément dans ces poèmes-là que se trouve déjà esquissé le portrait de Charlemagne que notre versificateur anonyme va développer.

  • 5 J’emploie de préférence l’édition récente de S.J. Borg, Aye d’Avignon. Chanson de geste anonyme (T (...)
  • 6 Ed. James R. McCormack, Gui de Nanteuil, chanson de geste (Textes littéraires français, 161), Genè (...)

8Depuis les épopées célèbres du xii e siècle, telles que les Quatre fils Aymon ou Ogier de Danemarche, en passant par Doon de Maience, Aye d’Avignon, Guy de Nanteuil et Gaydon au xiii e siècle, on retrouve à plusieurs reprises des scènes qui montrent la colère souvent injuste de Charlemagne, colère encouragée par la race de Ganelon. Dans les premières épopées du cycle des barons révoltés, c’est le baron lui-même qui provoque la colère de l’empereur en lui refusant l’hommage qui lui est dû. Au début de la chanson des Quatre fils Aymon, archétype du cycle, Doon de Nanteuil et Beuves d’Aigremont refusent d’obéir à l’appel de l’empereur, et quand Charles envoie son messager à Aigremont pour convoquer Beuves en personne, celui-ci tue le messager. Charles est implacable et cruel, mais ses rancunes sont justes et il reste une figure idéale, celle de l’empereur magnanime et fort. Peu à peu, pourtant, les sympathies des poètes s’attachent aux barons plutôt qu’à la couronne, et dans les poèmes du cycle de Nanteuil — auquel Lion de Bourges s’apparente étroitement, sans être pourtant une véritable continuation de cette geste — nous pouvons tracer les étapes de cette transformation. Dans le premier en date des poèmes du cycle de Nanteuil, Aye d’Avignon5, nous voyons un Charlemagne qui défend, au début du poème, les droits du héros, Garnier. Or celui-ci veut épouser la belle et riche héritière d’Avignon. Mais au cours du poème les riches cadeaux offerts par les neveux de Ganelon brouillent la tête de l’empereur, qui par la suite donne Aye au méchant Milon. Dans Guy de Nanteuil6, la continuation immédiate d’Aye d’Avignon, nous avons le portrait peut-être le moins flatteur du grand empereur que l’on trouve dans l’ancienne chanson de geste. Ici Charles s’oppose aux tendres amours du héros Guy et de l’héroïne Aiglentine, et veut forcer celle-ci à se marier au traître Hervieu. Il joint son armée à celle d’Hervieu pour forcer l’accord de Guy, en dépit des bons conseils de Naimon et d’Ogier. Tout au long du poème, les sympathies du poète se portent sur Guy et Aiglentine, et Charlemagne est l’ennemi de la paix et du mariage d’amour. La cour de Charlemagne est décrite ainsi :

Onques la court Kallon ne fu sans felonnie
(Ms. M, v. 172 ; cf. Ms. V, v. 170 ; éliminé par le Ms. F)

9ce qui suggère que le Mal y règne de façon incontestée depuis longtemps. Le caractère du roi est affaibli par les présents, et cette condition intérieure est révélée par la faiblesse physique de l’empereur :

Kalles est viex et freilez et tornéz au declin,
Si ne puet justisier au soir et au matin.
(Ms. M, vv. 207-208 ; cf. vv. 314-315)

10Charles lui-même exprime sa peur de Guy :

« Sainte Marie, Dame ! », dist Kalles le flouris,
En cheste praerie fu je ja desconfis !…
Forment redout Guion quer trop est posteïs.
 »
(Ms. M, vv. 2762-65)

  • 7 Ed. Alexandre Pey, Doon de Maience, chanson de geste (Coll. Les Anciens poëtes de la France, 2), P (...)

11Dans le poème de Doon de Maience7, du milieu du xiii e siècle, on trouve un roi déraisonnable qui refuse la paix humblement demandée par Doon ; il prête toujours l’oreille aux mauvais barons et tremble devant la fierté de Doon.

12La Chanson de Lion de Bourges s’insère dans cette tradition : Harpin est l’innocente victime des machinations de Clariant de Hautefeuille ; Charlemagne accepte sans question les accusations injustes du traître ; il déshérite Harpin sans même l’avoir écouté et il prélève lui-même de lourds impôts qui font souffrir à outrance les Berruyers. Il n’y a rien dans tout cela qui fasse valoir l’empereur, en dépit des formules traditionnelles « riche roy Charlon » (v. 11) ; « li roy Charlemenne, qui cuer ot de lion » (v. 23) ; ou « lou roy Charlemenne au fier contenement » (v. 107). Il faut d’ailleurs noter que ces trois formules, les seules que l’on trouve dans ce premier épisode, ont trait à la majesté et à la puissance du roi, mais non pas à sa bonté, à sa justice, ou à ses qualités intérieures. Il n y a rien de nouveau ici, si ce n’est le fait que c’est Charlemagne lui-même qui impose les taxes extraordinaires qui ruinent la ville.

13Vingt mille vers plus loin, nous retrouvons Charlemagne, mais cette fois-ci dans des circonstances qui ne cessent de nous surprendre. Voici la situation, comme nous l’explique le poète : à Paris, Lion de Bourges

  • 8 Les vers qui correspondent dans le ms. B.N. f.fr. 351 abrègent de beaucoup le passage et passent s (...)

Vint tout droit au pallais…
Charlemainne trouvait corrouciez et mary
Pour une noble dame qui corpz ot agensis,
Que Basin li lairon l’autre jour li rendit
En la citeit de Trimongne…
Honnoree ot nom la damme que je dit,
Fille au roy Gurtequin qui nous loy haÿt.
Or l’ot Baisin amblee et a Charlon l’ouffrit,
Qui l’amait bonnement, maix on li retollit,
Car Gombert…
A Paris la citeit le roy Charlon traÿr…
Sa femme li amblait et menait avuelc ly.
Dont Charle li fort roy…
… ot comander…
Que trestout cis baron aient briefment suÿr
Le traÿtour Gombert qui ensi le honnit.
(vv. 21034-54, folio 108D 27-47)8

  • 9 Le poète n’explique jamais pourquoi Lion quitte si vite Paris, où il est venu « pour savoir de Cha (...)
  • 10 B.N. f.fr. 22555, folios 109A 31-35, 109B 8-13, 21-22 et 111C 43-44 (= vv. 21088-92, 21114-19, 211 (...)
  • 11 B.N. f.fr. 22555, folio 110A 14, 29-30 (= vv. 21264, 21279-80) : De parrt le roy Charlon le vous v (...)

14Or, ce Gombert est aussi le grand ennemi du héros de notre poème, car c’est lui qui avait surpris en embuscade et tué Harpin de Bourges, le père de Lion. Sans s’arrêter plus d’une nuit à Paris, Lion s’en va à Bourges9, qu’il trouve réduite à une situation misérable à cause des exactions injustes imposées par le nouveau régent de Charlemagne, un nommé Fouqueret, frère de feu Clariant de Hautefeuille. C’est la continuation du motif introduit à la fin du premier épisode, mais exploité ici en grand détail : pour chaque porte on doit payer quatre deniers par jour ; pour chaque fenêtre, deux deniers ; un denier à payer par le vendeur, et un par l’acheteur d’un chapon. En plus, Fouqueret a ordonné que la seule mention du nom de Harpin entraîne la perte de la langue, et il a imposé la maltôte et la taille, taxes considérées comme illégales par le peuple10. Les exactions et les injustices imposées par Fouqueret sont mises aussi directement sur le compte de l’empereur, car c’est lui qui avait envoyé Fouqueret à Bourges, et qui le maintient dans ses fonctions. Et quant Fouqueret lance un défi à Lion, il le fait au nom de Charlemagne11.

  • 12 B.N. f.fr. 22555, folio 111D 9-18 (= vv. 21595-21604). Cf. B.N. f.fr. 351, folio 185B 7-9 : A tous (...)

15Lion tue Fouqueret et sonne le cor magique qui le proclame héritier légitime de Bourges. Il saisit les hommes de Fouqueret et fait couper les nez, les balèvres et un poing de chacun. Il les envoie par la suite à Charlemagne pour le défier12.

  • 13 Le ras. B.N. f.fr. 351 omet le siège de Bourges et ne donne que l’embuscade des hommes de Charlema (...)

16C’est à ce moment que Charles traverse le Berry à la poursuite de Gombert et Honnorée. Charles rougit de colère à l’insulte lancée par Lion et décide sur le champ d’assaillir Bourges. La scène qui s’ensuit est imitée très probablement de Doon de Maience. Dans ce poème, Charlemagne refuse de s’accorder avec son vassal Doon et de lui octroyer la terre et la dame qu’il demande, en dépit des plaidoyers de ses barons. Il s’engage plutôt à se battre contre Doon. La bataille est acharnée mais indécise jusqu’au moment où un ange descend du ciel et ordonne à Charlemagne de faire la paix avec Doon et de l’aider à conquérir sa terre et sa dame. De même dans notre poème, Charles, en dépit des conseils de ses barons Ogier et Naimon, s’engage contre un vassal qui a le droit pour lui. La bataille dure pendant une semaine entière, jusqu’au moment où un ange apparaît pour dire à Charles qu’il doit se réconcilier avec Lion qu’il a déshérité à tort, et que par la suite Lion le vengera de Gombert. La paix est établie, et Lion rend hommage à Charlemagne pour ses terres13. Ainsi, comme dans toutes les chansons de geste françaises, Charlemagne est réconcilié avec ses vassaux loyaux, et les « mauvais traîtres larrons » sont punis.

17La réconciliation ne met pas fin cependant au rôle de Charlemagne dans notre épopée : Charles, en compagnie de Lion, doit aller délivrer Honnorée des mains de Gombert, qui est lui-même emprisonné dans un château magique créé par Basin de Gennes, magicien-ami de Charlemagne. Guitequin de Saxe, père d’Honnorée et grand ennemi de Charlemagne, est venu secourir Gombert. C’est à Lion qu’échoit le combat contre Gombert, qu’il tue après maints coups d’épée. Charlemagne entre au château Fantôme et délivre Honnorée. Le lendemaint Guitequin de Saxe et Princeps d’Oliferne demandent la bataille contre les forces de Charlemagne. L’honneur de commander la première bataille armée est accordé à Lion qui se distingue en tuant et Guitequin et Princeps. Charlemagne rentre en France avec Honnorée, et Lion continue ses aventures pendant plus de dix mille vers encore.

  • 14 B.N. f.fr. 22555, folios 112C 25 - 113A 34 (= vv. 21747-21847) ; B.N. f.fr. 351, folios 186A 28 - (...)

18Après la réconciliation avec Lion, le portrait de Charlemagne est dépeint de manière plus favorable, sans pourtant cesser d’être équivoque. Digne de respect à cause de son prestige impérial — c’est à lui que Lion rend hommage pour Bourges, c’est lui qui nomme les chefs de bataille, c’est toujours lui qui occupe la première place à table — il reste néanmoins un personnage très faible. En s’approchant de Bourges, Charles avait refusé d’armer ses hommes malgré les prières de Naimon, et son armée fut presque détruite lors d’une attaque brusquée des troupes de Lion14. Non seulement il lui manque la prudence et le jugement nécessaires à un bon chef de guerre, mais il n’a point de courage. En s’apercevant de sa situation défavorable,

Charlemenne de France s’an est premier fuÿs
(v. 21829, folio 113A 16)

19Après la réconciliation, il n’a guère plus de courage, car quand Lion lui demande la permission de s’opposer en un combat singulier contre Gombert, sa première réaction est de la lui refuser :

« Je y poroie trop plux perdre que gaingnier, »
(v. 22464, folio 116B 8)

20dit-il. Cela fait penser au thème devenu traditionnel de la corruption de Charlemagne par de riches cadeaux, thème que notre poète vient d’évoquer :

… pour aulcun tresor estoit (Charlemagne) tous aflaibis,
Et de cez felonnie estoit tout radoucis
Quand a son grés estoit de bon avoir servis ;
C’estoit la chose dou monde de quoy il valloit pis.
(vv. 21811-14, folio 112D 43-45 - folio 113A 1)

  • 15 B.N. f.fr. 22555, folios 118D 1 - 119A ; B.N. f.fr. 351, folio 195D 8-25.

21Dans la bataille contre Guitequin, Charlemagne lutte avec ferveur et succès jusqu’au moment où le chef saxon reprend ses forces et commence à gagner la partie. Alors le grand empereur, « dollant et yrascus », ne sait mieux faire que prier Dieu pendant que Lion attaque l’ennemi avec ses armes15.

  • 16 Ed. F. Menzel et E. Stengel, Jean Bodels Saxenlied (Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der (...)
  • 17 Selon Robert Folz, Le souvenir de la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval (Par (...)
  • 18 Friedrich Heer, Charlemagne and His World (London, 1975), p. 23.
  • 19 (Reproduction de l’édition de 1865), Paris, 1905, pp. 378-385. Dans une seconde légende, le jeune (...)

22Vous reconnaîtrez sans peine les noms de Guitequin et de Basin. Le premier joue un rôle capital dans la Chanson des Saines et, bien que tué dans la grande bataille de ce poème16, il revient de temps à autre dans l’épopée française, avant d’être retué définitivement par Lion. Nulle part dans les autres chansons de geste il n’est fait mention de sa fille Honnorée ; elle n’apparaît pas dans les légendes allemandes qui traitent de Charlemagne et de Widukind17 ; et elle n’est pas nommée non plus parmi les femmes connues du Charlemagne historique. Charlemagne eut selon toutes probabilités quatre femmes : Désidérie, Hildegarde, Liutgarde et Fastrade. Mais en plus, il avait bon nombre de maîtresses reconnues et ses exploits amoureux étaient légendaires. Il est rapporté que seulement une dame non mariée à sa cour lui ait jamais résisté18. Plusieurs légendes, rassemblées par Gaston Paris dans son Histoire poétique de Charlemagne, font peu d’honneur aux mœurs de l’empereur. La première, et la seule attestée dans les chansons de geste françaises, raconte que Charlemagne eut à Aix un commerce illégitime avec sa sœur Gille, et que de leurs amours naquit le célèbre Roland19. Je laisse de côté les autres, mais l’on est en droit de supposer que notre poète, se fondant sur cette tradition légendaire des exploits amoureux de l’empereur, a lui-même imaginé la scène de notre poème, peut-être dans l’intention de déidéaliser encore Charlemagne, car on ne peut guère concevoir une situation moins héroïque que celle d’un empereur à la poursuite d’un magicien qui a enlevé sa femme.

  • 20 Histoire poétique de Charlemagne (reproduction de l’édition de 1865), Paris, 1905, pp. 15-22. Un r (...)
  • 21 Dans Jehan de Lanson, Basin est le véritable héros, puisque c’est lui qui sauve les douze pairs de (...)

23Basin, l’enchanteur au service de Charlemagne, est sorti d’une longue tradition, admirablement tracée par Gaston Paris20. A l’origine, il était larron et compagnon de Charlemagne, qu’il avait aidé en lui faisant découvrir et éviter un complot contre sa vie. Dans plusieurs œuvres il était aussi magicien, et c’est à l’imitation d’une de celles-ci, Jehan de Lanson21, qu’il apparaît dans Lion de Bourges.

24En partant de personnages traditionnels, le poète crée donc une situation unique qui n’ajoute rien à la gloire de Charlemagne. La tradition veut qu’il soit injuste en sa colère, peureux en bataille, facile à séduire par de riches présents, et entouré de mauvais conseillers ; mais à cette litanie Lion de Bourges ajoute qu’il commet des exactions extraordinaires, qu’il lui manque la prudence et la vision nécessaires à un grand guerrier, et qu’il est préoccupé non par les ennemis de son pays, mais plutôt par ses amours et par des querelles mesquines avec ses propres vassaux. Le second épisode, qui n’ajoute rien à la trame centrale de l’intrigue, me paraît un « hors-d’œuvre » qui répond à deux souhaits : compléter le portrait d un Charlemagne « déidéalisé », selon les traditions des épopées de la révolte, et satisfaire au besoin structural de faire assiéger la ville du vassal par l’empereur en colère. Notre poète, contraint par la tradition, a fait un compromis qui est d’un intérêt particulier pour l’histoire poétique de Charlemagne. Il a senti la nécessité du siège, mais le siège proprement dit est secondaire par rapport au désir de minimiser la gloire de Charlemagne, ce que fait le poète en introduisant l’épisode de l’empereur amoureux. Voilà le point où est descendue la réputation du grand roi dans une des dernières — sinon la dernière — chansons de geste.

25Interviennent successivement Mlle A. Planche , MM. J. Miquel , W. Calin , Ph. Ménard et F. Suard . M. Ph. Ménard , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 L’édition fut commencée comme thèse de doctorat à l’Université de la Caroline du Nord (E.-U.), A Partial Edition of the « Chanson de Lion de Bourges » (diss. Chapel Hill, 1968), continuée par Jean-Louis Picherit, Edition partielle de la « Chanson de Lion de Bourges » (diss. Chapel Hill, 1971) et par Thelma Fenster, A Partial Edition of the Octosyllabic Version of « Lion de Bourges » (diss. Austin, 1976). Nous préparons actuellement une édition complète du ms. B.N. f.fr. 22555 (xv e siècle) avec le concours du ms. B.N. f.fr. 351 (xvi e siècle). La description du manuscrit 22555 se trouve dans ma thèse et, en résumé, dans Olifant 2, pp. 5-7.

2 Elle compte à peu près 39.000 vers.

3 Un résumé détaillé de l’intrigue de la version en alexandrins a été publié dans Olifant 2, pp. 7-13, 129-138, 183-197 et 246-259.

4 B.N. f.fr. 22555, folio 1A 1 au folio 2C 11 (= vv. 1-302). La version en octosyllabes, B.N. f.fr. 351, folio 1A 1 au folio 3A 8, déforme cette scène en n’indiquant pas la raison pour laquelle Harpin avait tant tardé, ce qui le rend blâmable et confirme l’accusation faite par Clariant.

5 J’emploie de préférence l’édition récente de S.J. Borg, Aye d’Avignon. Chanson de geste anonyme (Textes littéraires français, 134), Genève, 1967.

6 Ed. James R. McCormack, Gui de Nanteuil, chanson de geste (Textes littéraires français, 161), Genève, 1970.

7 Ed. Alexandre Pey, Doon de Maience, chanson de geste (Coll. Les Anciens poëtes de la France, 2), Paris, 1859.

8 Les vers qui correspondent dans le ms. B.N. f.fr. 351 abrègent de beaucoup le passage et passent sous silence le détail important qu’Honnorée est fille de Guitequin : [Lion vint] jusque a Paris / La ou estoit Charlemaigne / Qui pour lors tres fort se demaine / Par ce que Gombault l’enchanteur / Nigromatien grant vanteur / Luy avoit desrobé sa femme / Avec quelque aultre noble dame / Bien renommee belle et bonne / Lesquelles mena a Cremonne / Ou estoit Guequin pour lors (folio 181A 15-24).
Le poète laisse ainsi inexpliquée la raison pour laquelle Guitequin vient à l’aide de Gombault (= Gombert).

9 Le poète n’explique jamais pourquoi Lion quitte si vite Paris, où il est venu « pour savoir de Charlon au corraige herdit / L’estat et la maniere » (folio 108D 21-22, = vv. 21028-29), sans même voir Charlemagne. Le poète du ms. 351 reprend la situation en main en voulant excuser Lion de ne pas s’arrêter sous prétexte qu’il ne savait pas encore que Gombault avait tué son père :
Par quoy au cri ne prit point garde / Mais tost son chemin il le regarde / Pour aller a Bourges (181B 2-4).

10 B.N. f.fr. 22555, folios 109A 31-35, 109B 8-13, 21-22 et 111C 43-44 (= vv. 21088-92, 21114-19, 21127-28, 21582-83). De même, B.N. f.fr. 351, folios 181B 16-32, 181C 5-14.

11 B.N. f.fr. 22555, folio 110A 14, 29-30 (= vv. 21264, 21279-80) : De parrt le roy Charlon le vous voi commandant /…/ Je vous commant qu’a moy allez obeÿssant, / De parrt roy Charlemenne.

12 B.N. f.fr. 22555, folio 111D 9-18 (= vv. 21595-21604). Cf. B.N. f.fr. 351, folio 185B 7-9 : A tous les a faict de leur cher / La belevre et langue trencher / Aussy ung poing pareillement.

13 Le ras. B.N. f.fr. 351 omet le siège de Bourges et ne donne que l’embuscade des hommes de Charlemagne par Lion.

14 B.N. f.fr. 22555, folios 112C 25 - 113A 34 (= vv. 21747-21847) ; B.N. f.fr. 351, folios 186A 28 - 186D 7.

15 B.N. f.fr. 22555, folios 118D 1 - 119A ; B.N. f.fr. 351, folio 195D 8-25.

16 Ed. F. Menzel et E. Stengel, Jean Bodels Saxenlied (Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie, 99-100), Marburg, 1906-1909. Voir aux laisses CXCVII-CXCVIII.

17 Selon Robert Folz, Le souvenir de la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval (Paris, 1950), Widukind (= Guitequin) est célèbre dans les légendes allemandes surtout pour sa piété et sa conversion après les luttes avec Charlemagne. Les chroniques insistent sur sa vie exemplaire et il devient un saint populaire, inscrit dans plusieurs martyrologes allemands jusqu’au 16e siècle. Folz ne fait aucune mention de l’existence d’une fille Honnorée.

18 Friedrich Heer, Charlemagne and His World (London, 1975), p. 23.

19 (Reproduction de l’édition de 1865), Paris, 1905, pp. 378-385. Dans une seconde légende, le jeune Charles essaie de violer Amauberge, jeune fille de haute naissance destinée à être sa femme, mais qui s’était vouée à Dieu. Une troisième histoire, encore plus célèbre, nous représente Charlemagne amoureux d’une femme morte, vers qui il est attiré par une pierre magique. Dans la vision de Wetti, décrite par Walafrid (842-849), le moine voit Charlemagne souffrant en Purgatoire pour sa luxure. En Allemagne au xi e et au xii e siècle « On se rappelait… que les mœurs du palais avaient été dissolues ; pareillement, les aventures des filles de l’empereur ne manquèrent pas d’alimenter ce que l’on pourrait appeler la ‘chronique scandaleuse’ de l’époque. » (Folz, op. cit, p. 34 ; voir aussi Heer, op. cit., pp. 23-24.)

20 Histoire poétique de Charlemagne (reproduction de l’édition de 1865), Paris, 1905, pp. 15-22. Un résumé se trouve dans John V. Myers, ed., Jehan de Lanson, chanson de geste of the 13th century (University of North Carolina Studies in the Romance Languages and Literatures, 53), Chapel Hill, 1965, p. xvi.

21 Dans Jehan de Lanson, Basin est le véritable héros, puisque c’est lui qui sauve les douze pairs de la mort aux mains de leur ennemi Jehan ; qui tue Malaquin, le magicien de Jehan ; et qui libère Charlemagne de la prison de Jehan. Dans ce poème, comme dans Lion de Bourges, il est appelé Basin de Gennes ; dans toutes les autres chansons de geste il est nommé « le Borgoingnon », « de Lengres », « de Langles », « de Longres », ou « l’Englois ». L’ennemi-magicien de Basin dans Jehan de Lanson s’appelle Malaquin, mais son maître s’appelait Honbauz, et pourrait bien être le modèle du Gombaut (= Gombert) de notre poème : Par l’art de nigromance a .i. soufflet geté / Que li aprint Honbauz, uns Turs de Duresté. (vv. 2696-97).

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search