Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Charlemagne dans l’œuvre des Grands Rhétoriqueurs

Claude Thiry

Texte intégral

1L’enquête qui sert de base à cette communication a pris pour point de départ deux constatations.

2D’une part, lorsqu’on étudie le destin littéraire de Charlemagne au Moyen Age, on s’attache surtout — légitimement d’ailleurs — aux œuvres où il apparaît comme personnage à part entière (chansons de geste et leurs remaniements, chroniques sur son règne), et on a quelque peu tendance à laisser de côté celles où il ne fait l’objet que de mentions passagères et épisodiques. Or ces mentions sont néanmoins, me semble-t-il, révélatrices de certaines tendances stylistiques et intellectuelles : elles permettent d’évaluer la vitalité d’un personnage réel ou légendaire en tant que moteur d’images ou point de référence, et elles contribuent à nous renseigner sur la conception qu’avaient de lui les écrivains du temps et leur public.

  • 1 Cf. p. ex. F. Joukovsky-Micha, « La mythologie dans les poemes de Jean Molinet », Romance Philolog (...)
  • 2 Cf. p. ex. G. Trisolini, « Alcune fonti bibliche del Voyage de Gênes di Jehan Marot », Giornale It (...)

3D’autre part, lorsqu’on analyse les poètes français du xv e et du début du xvi e siècle, on met surtout l’accent sur leur traitement de la mythologie ou de la symbolique allégorique1 ou encore sur leur utilisation de l’Ecriture Sainte2, alors que leurs allusions à un passé plus proche à la fois dans le temps et dans l’espace font moins souvent l’objet du même type d’examen d’ensemble approfondi.

4Il y avait donc là deux problèmes, que j’ai tenté, non pas de résoudre, mais d’approcher et d’éclairer, en déterminant la position qu’occupe Charlemagne dans l’imagerie érudite d’un groupe d’écrivains cultivés, qui parsèment leurs écrits de références exemplaires aux personnages des âges écoulés, qui comptent parmi leurs missions celle de transmettre, de juger ou de chanter l’Histoire, et qui sont habituellement appelés les « Grands Rhétoriqueurs ».

5Avant d’aller plus loin, deux précisions préalables s’imposent.

  • 3 Sur les désavantages de cette dénomination, cf. P. Jodogne, « Les ‘Rhétoriqueurs’ et l’Humanisme » (...)

6Tout d’abord, la dénomination « Grands Rhétoriqueurs » est employée sans intention péjorative, par simple commodité, parce qu’elle est couramment admise et qu’aucune autre, plus satisfaisante, n’a pu jusqu’ici lui être substituée3.

7Ensuite, les adjectifs « français » et « bourguignon » (qui reviendront souvent au cours de l’exposé) ne visent pas au premier chef l’origine géographique des Rhétoriqueurs, mais bien leur appartenance politique : sont considérés comme « français » ceux qui se trouvent au service ou dans le parti des rois de France (de Charles VII à François Ier), et comme « bourguignons » ceux qui sont attachés aux ducs de Bourgogne puis aux chefs de la maison austro-bourguignonne (de Philippe le Bon à Charles-Quint).

***

  • 4 Cf. J. Bouchet, Les Genealogies, Effigies et Epitaphes des Roys de France, Poitiers, 1545, ff. 31v (...)

8En passant en revue la centaine d’apparitions de Charlemagne dans l’œuvre des Rhétoriqueurs, un premier fait, qui relève de la simple statistique, doit retenir l’attention : alors que les productions des deux branches du groupe sont d’un volume global sensiblement égal, la distribution des mentions y est très différente. Hormis J. Bouchet, qui a consacré à l’empereur d’importants textes à visée résolument historique4, les Rhétoriqueurs français ne lui accordent qu’une place limitée : plus de trois quarts des mentions figurent en effet chez leurs confrères bourguignons, avec un point culminant chez un auteur qui se trouve en quelque sorte à la croisée des chemins et des allégeances et qui domine les autres à tous égards : J. Lemaire de Belges.

***

9Avant de préciser la fonction des allusions ou des développements qui mettent en scène Charlemagne, il faut en définir brièvement la substance.

  • 5 On se rappelle que c’est également comme « preux » qu’il apparaît à deux reprises dans le Testamen (...)

10Sous ce rapport également, un fait dominant saute aux yeux : les Rhétoriqueurs sont presque unanimes à considérer Charlemagne sous un jour très favorable. Il est, pour eux, « le tresvictorieux » (J. Molinet), le « tresglorieux » (G. Coquillart), le « grand roy » (J. Molinet), le « bon roy » (J. Molinet, N. Ladam), le « preux roy » (J. d’Auton, O. de Saint-Gelais)5, le « grand empereur » (J. Lemaire), le « trespuissant empereur » (A. de la Vigne), ou enfin « saint » (J. Molinet,). Lemaire), le « bon saint » (N. Ladam) ou le « saint empereur » (J. Lemaire).

11On l’évoque pour louer ses vertus ou citer ses actions d’éclat.

  • 6 Cette dernière vertu est particulièrement retenue par Molinet, qui place Charlemagne au ciel de Ju (...)

12Ses vertus et ses qualités : au premier rang vient la valeur militaire, manifestée par la bravoure personnelle ou acquise par personne interposée, grâce à la qualité du commandement et au choix des capitaines ; dans son sillage, on trouve la sagesse et la justice6, ainsi que la générosité, qui est citée explicitement ou illustrée dans des anecdotes, et qui peut se tempérer de fermeté.

  • 7 Cette dernière indication uniquement dans les Chroniques de Molinet (éd. Doutrepont-Jodogne, Bruxe (...)

13Ses actions : elles sont assez diversifiées. On rappelle, bien entendu, ses campagnes militaires, en particulier sa victoire sur Didier, roi des Lombards (ce qui ne peut surprendre dans le contexte politique et historique des guerres d’Italie). Mais on le présente tout aussi souvent comme un défenseur de la Foi et de l’Eglise, qui a agi non seulement par les armes, en combattant les Sarrasins et les Saxons et en lançant des Croisades, mais encore par la promotion de réformes et la convocation de conciles ; certains écrivains, en particulier bourguignons, signalent en outre que cette fidélité au pape et à la religion catholique a conduit l’empereur à la béatification. Deux autres aspects de son action sont également retenus : on ne manque pas de souligner, surtout dans les milieux austro-bourguignons, d’une part que le résultat de toute sa politique fut un pouvoir unifié sur l’ensemble de l’Europe occidentale ; d autre part, que l’une des conséquences du souci de réforme de 1’Eglise et de l’unification du pouvoir fut une renaissance des lettres, des arts et même de la musique7 : Charlemagne est alors acclamé comme le responsable de la translatio studii de Rome à Paris.

  • 8 J. Regnier, Fortunes et adversitez, éd. E. Droz, Paris, 1923 (SATF), vv. 2135-2145.
  • 9 J. Meschinot, Les Lunettes des Princes, éd. C. Martineau-Genieys, Genève, 1972 (PRF, 121), vv. 497 (...)
  • 10 J. Molinet, Regime a Verjus, vicaire de Cambrai, in Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, 1937 (S (...)
  • 11 J. d’Auton, Chroniques, éd. P.L. Jacob, Paris, 1835, t. IV, p. 18.
  • 12 Dans la déploration de François, dauphin de France, imprimée à la suite des Généalogies, Effigies (...)

14Ce n’est qu’exceptionnellement que cette auréole se ternit quelque peu : cinq fois seulement dans le corpus dépouillé, Charlemagne apparaît sous une lumière moins claire, mais la lecture attentive des textes montre que ces rares allusions sont insuffisantes pour infléchir la tendance générale, qui reste très ferme. En effet, des cinq passages en question, le premier en date (de J. Regnier), ne contient qu’une critique latente et très atténuée8 ; le deuxième (de J. Meschinot) est manifestement dicté par un calembour9 ; le troisième (de J. Molinet) est burlesque sans dénigrement10 ; le quatrième (de J. d’Auton) est un propos rapporté que désavoue le chroniqueur11, et le cinquième (de J. Bouchet) est ambigu12.

15Quel que soit le degré de connaissance des auteurs ou de précision des allusions, Charlemagne est donc, sauf cas exceptionnels, présenté comme une figure glorieuse et prestigieuse : citer son nom revient à faire rêver d’un règne souvent proche de l’âge d’or, d’un Etat uni et prospère, d’une personnalité de souverain modèle, même si cette dernière est parfois captée de manière confuse en raison d’un éloignement chronologique reconnu.

***

16Il ne suffit pas de savoir comment les Rhétoriqueurs se représentaient Charlemagne : il faut également déterminer à quelles raisons répond 1 insertion du personnage dans leurs œuvres. Les objectifs que l’on peut distinguer sont triples, mais ils ne se répartissent pas en catégories étanches ; on ne peut dresser entre eux de cloisons, mais plutôt les ordonner d’après leur importance fonctionnelle croissante dans les textes.

  • 13 P. ex. dans les Eages du Monde de J. Molinet ou le Sejour d’Honneur d’O. de Saint-Gelais.
  • 14 P. ex. des parenthèses « touristiques » chez A. de la Vigne et J. Lemaire ou, chez les Bourguignon (...)

17En premier lieu vient ce que l’on pourrait appeler l’allusion ou le développement littéraire ou érudit, c’est-à-dire de brèves mentions ou des passages narratifs où un aspect du règne ou de la personnalité de Charles est cité sans arrière-pensée ni but second de la part de l’auteur. Ces occurrences, relativement peu nombreuses (une vingtaine), sont aussi les moins importantes dans l’économie des œuvres ou la pensée des Rhétoriqueurs. Elles restituent, à l’état brut, un reflet des connaissances « historiques » sur l’empereur ou bien des souvenirs de légendes épiques ou d’anecdotes. On y trouve la plupart des traits déjà mentionnés — car le nom de Charlemagne va rarement sans un commentaire élogieux — mais ils sont rapportés pour eux-mêmes. De tels développements ne trouvent leur raison d’être que dans la nécessité ou, à l’inverse, dans l’ornement pur et simple : ou bien ils inscrivent l’empereur dans des énumérations où il doit obligatoirement figurer13, ou bien ils ajoutent au discours une note pittoresque14.

18Plus souvent, l’image de Charlemagne est intégrée à un développement où elle prend valeur exemplaire. Qu’ils soient de France ou de Bourgogne, les Rhétoriqueurs l’évoquent, avec d’autres figures issues de la mythologie, de l’histoire antique ou de la Bible, pour émettre un jugement sur les grands hommes ou les événements de leur temps. En de telles circonstances, le caractère ou les actions de Charlemagne acquièrent une valeur référentielle accrue, qui se projette sur l’objet de la comparaison ou la portée de l’interprétation. Qu’il s’agisse d’apprécier la personnalité d’un prince ou d’évaluer une prouesse militaire, la mise en parallèle avec le modèle de foi, de bravoure, de justice et de générosité qu’est l’Empereur ne peut qu’auréoler de prestige la réalité contemporaine : elle répond à une volonté de rehausser le présent par la gloire du passé.

  • 15 O. de la Marche, Mémoires, éd. Beaune-d’Arbaumont, Paris, 1883, t. I, p. 65 : « Charles le Grant ( (...)
  • 16 Cf. p. ex. Chroniques, t. I, pp. 37, 62, 66.

19Charlemagne, nous dit O. de la Marche, nous montre le « cemin de valoir », qu’il faut suivre pour devenir un souverain digne de ce nom15. Ce résultat sera atteint, notamment, par Charles le Téméraire qui, selon Molinet, a rejoint, voire dépassé, son illustre homonyme16, mais aussi, de manière un peu moins patente, par Philippe le Bon (G. Chastellain), Charles VIII (J. Molinet et A. de la Vigne), Louis XII (J. Marot), Louis de Luxembourg, comte de Ligny (J. Lemaire), Philippe le Beau et Ferdinand d’Aragon (N. Ladam).

  • 17 P. ex. dans la Complainte de Grece de J. Molinet (Faictz et Dictz, t. I, p. 14, v. 76).

20Cette image, d’autre part, se perpétue et s’impose au point que, quand une situation devient désespérée, on en vient à souhaiter, entre autres, un « nouveau Charlemagne »17 : il y a, alors, intention de stimuler des volontés parfois fléchissantes par le rappel d’un exemple à suivre.

21C’est à ce niveau d’utilisation que s’arrêtent essentiellement les Rhétoriqueurs français, mais il en existe un autre.

22Plus rare mais, me semble-t-il, plus éclairant et plus significatif d’une mentalité, est l’usage du souvenir de Charlemagne à des fins politiques. Cette troisième fonction du personnage découle de la deuxième, mais elle la dépasse, dans la mesure où le recours à l’empereur s’inscrit dans une argumentation plus complexe que la simple comparaison. Elle est, d’autre part, surtout perceptible dans la lignée des indiciaires bourguignons, qui projettent des visions assez différentes du personnage, selon leur personnalité et celle de leurs maîtres. En fait, chacun d’eux ne retient du règne de l’empereur que ce qui peut servir la thèse qu’il soutient.

  • 18 P. ex. dans les Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, t. IV, p. 91.

23Ainsi, officier de Philippe le Bon mais néanmoins francophile, Georges Chastellain ne cesse de défendre une politique de rapprochement entre les deux branches de la maison de Valois. C est pourquoi il voit en Charlemagne un unificateur de l’Etat français, qu’il utilise au demeurant assez peu, sinon pour opposer Charles VII, pacificateur dont l’action s’inscrit dans la ligne tracée par son lointain ancêtre, et Louis XI et, surtout, pour laisser entendre, de manière assez perfide, que ce dernier, contrairement au monarque carolingien, s’est montré incapable de réaliser la concorde des grands autour de sa personne18.

  • 19 P. ex. dans les Chroniques, t. I, p. 229, et dans 1’Arbre de Bourgonne (Faictz et Dictz, t. I, p.  (...)

24Serviteur du Téméraire, puis des princes autrichiens (Maximilien et Philippe le Beau), Jean Molinet impose au personnage une autre physionomie : pour lui, il est avant tout celui qui, en devenant empereur, a consacré la suprématie de la Germanie sur la France. Non seulement la fonction impériale est supérieure à la fonction royale (ce que personne ne songe à nier à l’époque), mais encore la première est indissolublement liée à la nation germanique, ce qui assure automatiquement à cette dernière une position de force dans tout conflit politique. La thèse est la plupart du temps avancée de façon insidieuse, par exemple en soulignant que Charles, une fois empereur « parusa saintement le demourant de ses jours » en Allemagne, sans plus jamais mettre les pieds en France19… Elle n en est pas moins très nette, et elle vise à annexer au seul profit de la dynastie austro-bourguignonne le prestige et la caution de celui qui « abandonna les Franchois » pour restaurer l’empire.

  • 20 C’est dans les chapitres terminaux du 1. III et dans la Peroration des Illustrations de Gaule et S (...)

25Successeur de Molinet auprès de Marguerite d’Autriche, Jean Lemaire de Belges adopte encore une autre façon de concevoir Charlemagne. Il reprend le thème de l’unification, déjà aperçu par Chastellain, mais il le développe d’une manière bien plus ambitieuse. Charlemagne n’est plus celui qui a réuni sous sa coupe les grands féodaux français, il est le réalisateur de l’union européenne, qui a su faire vivre en harmonie les deux Frances (orientale et occidentale), et assurer de surcroît l’entente avec l’Italie. Concorde éphémère certes, qui se désintégrera avec la venue au pouvoir des Capétiens et des Ottoniens, mais concorde qu’il faut atteindre à nouveau si l’Europe veut réussir à endiguer les menaces qui pèsent sur la Chrétienté. Lemaire tente ainsi de poser, avec conviction, les fondements historiques de l’œuvre de paix que poursuivait à l’époque sa patronne, Marguerite d’Autriche, et il débouche finalement sur une conception grandiose mais aussi très moderne, en partie grâce à sa vision de Charlemagne, en qui se rejoignent les descendances de Francus et de Bavo20.

26Pour se convaincre qu’il y a là un état d’esprit issu de la cour d’Autriche-Bourgogne, il suffit de rappeler la manière dont les Rhétoriqueurs français du même moment, associés à Charles VIII et à Louis XII, utilisent la figure de Charlemagne : O. de Saint-Gelais dans un inventaire de rois de France, J. d’Auton hors de tout contexte politique, A. de la Vigne et G. Cretin à propos d’anecdotes pittoresques ou, surtout, en fonction de l’ensemble des Neuf Preux, J. Marot comme un épithète accordé indifféremment aux capitaines des deux camps adverses.

27Pour les Bourguignons, le double titre « roy de France, empereur d’Allemagne » est comme un intitulé de dissertation : il provoque une réflexion politique ; pour les Français, c’est une formule, qui n’a rien d’épique, et qui ne suscite pas de commentaire.

***

28Que tirer, pour conclure, de ces indications ?

29Il faut tout d’abord remarquer que le traitement du personnage de Charlemagne apporte une précision supplémentaire en vue d’une distinction entre les deux branches principales du groupe des Rhétoriqueurs, distinction qui répond plus aux milieux où ils travaillent et aux publics qu’ils visent qu’à leurs principes d’écriture. En tant que personnage d’exploitation épisodique, dans la discussion ou la comparaison, Charlemagne est beaucoup plus dynamique dans l’esprit bourguignon que dans l’esprit français ; il y est aussi fonctionnellement plus important. Cet état de choses paraît devoir s’expliquer par des raisons politiques plutôt que littéraires. La plus grande gloire de Charlemagne est en effet d’avoir ceint la couronne impériale ; or, c’est à ce moment précis de sa carrière que, selon les écrivains du temps, il a délaissé la France ou, en tout cas, qu’il l’a privée de sa primauté : le royaume (et le premier titre de Charles) s’efface au profit de l’empire d’Allemagne (comme l’indique son second titre). Il est évident que cette thèse servait admirablement les auteurs qui n’étaient pas attachés aux rois de France, mais qu’elle pouvait difficilement satisfaire ceux qui devaient présenter Charles VIII ou Louis XII comme les premiers princes de la Chrétienté…

30Il faut ensuite souligner que Charlemagne n’est qu’un personnage parmi beaucoup d’autres de l’univers des Rhétoriqueurs, mais qu’il constitue incontestablement la figure de proue majestueuse d’une des sections de leur répertoire : le passé national, européen et médiéval, face aux deux autres grandes sources d’inspiration, l’Antiquité, mythologique ou historique, et la Bible. Au risque de paraître irrévérencieux, il faut cependant ajouter aussitôt que cette figure de proue est digne d’une barque, plutôt que d une caravelle. Si Charlemagne est plus dynamique dans la tendance bourguignonne que dans la tendance française, il ne l’est nulle part autant que les personnages issus des deux autres traditions, quel que soit le niveau fonctionnel auquel on le considère. Dans les comparaisons, il est le plus souvent entouré d’une pléiade de héros homériques, ovidiens, virgiliens ou bibliques, ou bien il se trouve dans la compagnie des autres Preux, et il est alors sérieusement concurrencé par Hector ou Alexandre. Dans les discussions d’idées, sauf cas précis où sa présence spécifique est requise, on trouvera bien plus d’aisance et d’ampleur dans le développement d’exempla tirés des sources classiques ou scripturaires que dans le recours à des souvenirs carolingiens, d’ailleurs minoritaires ; il en va de même à propos des anecdotes évocatrices qui émaillent les récits et les poèmes de touches érudites.

31D’où, en apparence, un paradoxe : les Rhétoriqueurs sont des écrivains pétris d’histoire, appelés à considérer et à juger l’Histoire qui se fait sous leurs yeux, mais ils paraissent incapables de l’interpréter en termes de ce qui l’a directement précédée — le passé de leur pays —, préférant se tourner, pour trouver des cadres et des points de référence, vers un passé plus lointain.

  • 21 O. de la Marche, Mémoires, t. I, p. 114.

32Ce sont encore des Bourguignons qui vont suggérer une explication possible de cette attitude. Passant en revue des bâtards célèbres, O. de la Marche cite toujours des sources nominales précises lorsqu’il traite de héros antiques ou bibliques ; quand il arrive à 1’Europe médiévale, il ne peut invoquer que « les anchiennes cronicques et gestes » à propos de Roland, bâtard de Charlemagne, seul d’ailleurs de sa catégorie à bénéficier de l’appui explicite d’un témoignage écrit21. De leur côté, J. Molinet et J. Lemaire, dont on a vu qu’ils savaient utiliser une certaine « image de marque » politique de l’empereur, n’hésitent pas, ailleurs, à sourire de sa trop célèbre barbe, comme s’ils étaient conscients d’une distinction entre l’histoire et la légende.

33C’est en fait, toutes proportions gardées, une démarche d’humanistes. Pour utiliser Charlemagne au même titre que Salomon, Alexandre ou César, les Rhétoriqueurs sont en quête d’un texte « autorisé », qui leur donnerait la même satisfaction intellectuelle et la même garantie d’authenticité que la Bible ou les écrits des auctores consacrés (ou des compilations réalisées à partir de ceux-ci), texte qu’ils ne sont pas toujours convaincus de posséder. Dès lors, ils n’ont le choix qu’entre deux positions : ou bien ils confinent Charlemagne à l’imagerie d’Epinal des légendes connues de tous (c’est le cas des Français), ou bien (c’est ce que font les Bourguignons) ils ne l’introduisent que dans des discussions à visée limitée, en prenant leurs distances vis-à-vis de la légende et en recourant à une tradition historiographique qui leur paraît moins solide que celle qu’ils trouvent dans les œuvres des Saints Pères ou des historiens latins, indispensables piliers de leur savoir et de leur jugement.

34Interviennent successivement M. J.-Ch. Payen . Mme R. Lejeune , M. Ph. Ménard, Mlle A. Planche et M. J. Larmat . M. Ph. Ménard , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Cf. p. ex. F. Joukovsky-Micha, « La mythologie dans les poemes de Jean Molinet », Romance Philology, 21, 1968, pp. 286-302, le chapitre De inventione in R. Deschaux, Un poète bourguignon du xv e siècle. Michault Taillevent, Genève, 1975 (PRF, 132), en part. pp. 365-372, ou U. Bergweiler, Die Allegorie im Werk von Jean Lemaire de Belges, Genève, 1976 (Kölner Romanistiche Arbeiten, neue Folge, 47).

2 Cf. p. ex. G. Trisolini, « Alcune fonti bibliche del Voyage de Gênes di Jehan Marot », Giornale Italiano di Filologia, Nuova Serie 4 (25), pp. 155-165.

3 Sur les désavantages de cette dénomination, cf. P. Jodogne, « Les ‘Rhétoriqueurs’ et l’Humanisme », in Humanism in France ai the end of the Middle Ages and in the earty Renaissance, Manchester, 1970, pp. 150-175.

4 Cf. J. Bouchet, Les Genealogies, Effigies et Epitaphes des Roys de France, Poitiers, 1545, ff. 31v°-33r°, où Charlemagne (à l’instar de ses prédécesseurs depuis Pharamond et de ses successeurs jusqu’à Louis XII) fait l’objet d’une notice biographique en prose et d’une « épitaphe » fictive en vers français, ainsi que les Annales d’Aquitaine, Paris, 1647, pp. 90-98. Ces textes relèvent de l’historiographie énumérative et traitent le règne de l’empereur de manière exhaustive : ils se rattachent donc aux œuvres où Charles est « personnage à part entière » et, pour cette raison, ont été exclus des dépouillements.

5 On se rappelle que c’est également comme « preux » qu’il apparaît à deux reprises dans le Testament de Villon (v. 67 et refrain de la « Ballade des seigneurs du temps jadis »).

6 Cette dernière vertu est particulièrement retenue par Molinet, qui place Charlemagne au ciel de Justice dans le Trosne d’Honneur, et qui le fait figurer dans la complainte de Justice dans la Ressource du petit peuple.

7 Cette dernière indication uniquement dans les Chroniques de Molinet (éd. Doutrepont-Jodogne, Bruxelles, 1935, t. I, p. 62).

8 J. Regnier, Fortunes et adversitez, éd. E. Droz, Paris, 1923 (SATF), vv. 2135-2145.

9 J. Meschinot, Les Lunettes des Princes, éd. C. Martineau-Genieys, Genève, 1972 (PRF, 121), vv. 497-498.

10 J. Molinet, Regime a Verjus, vicaire de Cambrai, in Faictz et Dictz, éd. N. Dupire, Paris, 1937 (SATF), t. II, p. 785, vv. 117-120.

11 J. d’Auton, Chroniques, éd. P.L. Jacob, Paris, 1835, t. IV, p. 18.

12 Dans la déploration de François, dauphin de France, imprimée à la suite des Généalogies, Effigies et Epitaphes…

13 P. ex. dans les Eages du Monde de J. Molinet ou le Sejour d’Honneur d’O. de Saint-Gelais.

14 P. ex. des parenthèses « touristiques » chez A. de la Vigne et J. Lemaire ou, chez les Bourguignons Molinet, Lemaire et Ladam, l’association quasi formulaire d’Aix-la-Chapelle et de la sépulture de Charlemagne, ainsi que la description des reliques impériales dans la relation de cérémonies solennelles.

15 O. de la Marche, Mémoires, éd. Beaune-d’Arbaumont, Paris, 1883, t. I, p. 65 : « Charles le Grant (…) qui fut Empereur de Romme et Roy de France, qui tant combaty et traveilla pour soustenir la foy crestienne, que ses beaux fais sont le tesmoingnage, et sont par tout le monde par fondacion, cronicques et escriptures, et où tout noble coer se doit delecter et lire pour y prendre le cemin de valoir. »

16 Cf. p. ex. Chroniques, t. I, pp. 37, 62, 66.

17 P. ex. dans la Complainte de Grece de J. Molinet (Faictz et Dictz, t. I, p. 14, v. 76).

18 P. ex. dans les Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, t. IV, p. 91.

19 P. ex. dans les Chroniques, t. I, p. 229, et dans 1’Arbre de Bourgonne (Faictz et Dictz, t. I, p. 237).

20 C’est dans les chapitres terminaux du 1. III et dans la Peroration des Illustrations de Gaule et Singularitez de Troye que cette thèse s’affirme le plus nettement, mais elle apparaît également dans d’autres œuvres, notamment le traité De la différence des Schismes et des Conciles de l’Eglise.

21 O. de la Marche, Mémoires, t. I, p. 114.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search