Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Un cantar de gesta castillan aujourd’hui perdu sur le thème de la reine Sebile

J. Ignacio Chicoy-Dabán

Texte intégral

  • 1 Incunable de 1498 ou de 1500 que j’ai trouvé dans le Carlo Magno dont F. Vindel parle dans son El (...)
  • 2 T. V, pp. 344-391, réimpression de Madrid, Gredos, 1969.
  • 3 T. I, NBAE, 6, Madrid, 1907, pp. 503-533.

1Le thème de la reine Sebile, la femme présumée de Charlemagne, est le sujet de deux textes espagnols écrits en prose : le Noble cuento del enperador Carlos Maynes de Rroma et de la buena enperatris Seuilla su mugier du manuscrit h-I-13 d’El Escorial, manuscrit qui date de la fin du xiv e siècle ou du début du xv e siècle, et la Hystoria de la Reyna Sebilla, qui n’est qu’une version un peu abrégée du Cuento et éditée plus d’une fois1. Deux éditions du Cuento ont déjà paru : l’une par les soins de J. Amador de los Ríos, dans Historia crítica de la literatura castellana (Madrid, 1864)2, et l’autre quarante ans plus tard, par ceux de A. Bonilla y San Martín dans Libros de Caballerías (Madrid, 1907)3. Il y a deux études importantes sur le Cuento : « Zum der altspanischen Erzählung von Karl dem Grossen und seiner Gemahlin Sibille » de R. Köhler dans Jahrbuch für romanische und englische Literatur, 12, 1871, pp. 286-316, et « Ritterliche Welt und villano : Bemerkungen zum Cuento del enperador Carlos Maynes e de la enperatris Seuilla », de E. Köhler dans Romanistisches Jahrbuch, 7, 1961, pp. 229-241.

2Les expressions suivantes, ou d’autres similaires, qui se rencontrent souvent dans le Cuento, laissent voir que le narrateur s’adresse plutôt à des auditeurs qu’à des lecteurs, et que, par conséquent, le Cuento est une version en prose d’un texte écrit originairement en vers : « Señores, agora ascuchat et oyredes » (Seigneurs, écoutez maintenant et vous entendrez), « commo oydes » (comme vous entendez), « qual podedes entender » (comme vous pouvez le voir), « agora la guarde aquel Señor que naçio de la Virgen Santa Maria » (que le Seigneur né de la Sainte Vierge Marie la protège maintenant), « mas de las jornadas que fezieron yo non vos las sse contar » (mais quant aux circonstances du voyage je peux à peine vous en dire un mot), etc. D’autre part l’origine poétique du Cuento se voit renforcée par certaines épithètes et expressions qui sont répétées dans le texte, si nous pouvons les regarder comme des formules épiques. Sans aucun doute elles ressemblent de très près aux formules traditionnelles : « que Dios confonda », « que Dios maldiga » (que Dieu le maudisse), « Macaire el follon » (Macaire le lâche), « el traidor de linaje de traidores » (le traître issu d’une lignée de traîtres), « traidor de la dulce palabra et de los fechos amargos » (le traître aux paroles douces mais aux actes affligeants), etc. La phrase « alli podriades ver mucho golpe de espada et de lança et de porra » (là vous pouviez voir le cliquetis des épées, des lances et des massues), qui se rencontre dans la description d'une des batailles, retentit comme un écho de la tradition épique. Les lamentations et la supplication de Sebile, quand elle se voit face au bûcher dressé pour la punir, et l’intervention du narrateur, « agora la guarde aquel Señor que naçio de la Virgen Santa Maria, que non sea destruida nin dañada » (que le Seigneur né de la Sainte Vierge Marie la garde maintenant du malheur et de la mort), nous rappellent des scènes analogues, comme par exemple celle du Cid où Doña Sol et Doña Elvira prient les Infants de Carrión de ne pas les maltraiter. Le passage du Cuento se trouve aux chapitres V et VI (Amador, pp. 347-348 ; Bonilla, p. 505). Le fait de se déguiser en pèlerin, comme Barroquer le fait dans le Cuento afin de reconnaître le territoire de l’ennemi, est un lieu commun de plusieurs chansons de geste. On rencontre enfin dans le Cuento un grand nombre de phrases faites de deux parties ou membres nettement séparés, et qui présentent, pour la plupart, des sens parallèles. Ceci laisse supposer de nouveau l’origine poétique du texte. Je donne ici quelques exemples. Je transcris directement du manuscrit, car j’ai remarqué plusieurs erreurs dans le texte d’Amador et dans celui de Bonilla, mais je citerai le chapitre et la page de leurs éditions respectives. J’écris les noms propres avec majuscules et je ponctue quand il le faut : « fue muy hardido et muy esforçado » (il [le nain] était très hardi et très intrépide) (chap. VII, Am., p. 348 ; Bon., p. 506), « Asy se yua la Reyna et Auberi con ella » (Ainsi la reine s’en est allée, et Aubery avec elle) (IX, Am., p. 349 ; Bon., p. 506), « entre vnos aruoles et muchas yeruas » (parmi quelques arbres et dans une prairie) (ibid.), « et caualgo muy toste et fue ssu carrera » (il chevaucha très vite et il passa son chemin) (X, Am., p. 349 ; Bon., p. 506), « et cortole los neruios et las venas »(et il lui coupa les tendons et les veines) (X, Am., p. 350 ; Bon., p. 507), « a que se ende grant duelo et grant piadat non tomase » (qui de ce fait ne ressentait ni grande douleur ni grande pitié) (XI, Am., p. 351 ; Bon., p. 508), « ¿donde fallaste tan fermosa duena o do la tomaste ? » (où avez-vous trouvé une si belle dame ou d’où l’avez-vous prise ?) (XIII, Am., p. 354 ; Bon., p. 509), « agora veo que me non amades nin preçiades » (je vois maintenant que vous ne m’aimez ni ne m’estimez) (XVIII, Am., p. 357 ; Bon., p. 511) et bien d’autres.

  • 4 Chronica Albrici monaci Trium Fontium a monacho novi monasterii Hoiensis interpolata, éditée par P (...)

3Il existait une chanson de geste sur le même sujet, la Chanson de Sebile, dont témoignent quatre fragments du milieu du xiii e siècle et un résumé en latin dans la chronique d’Albéric de Trois-Fontaines, qui date de la même époque4. Il paraît donc légitime de se demander si le Cuento est une traduction en prose de cette chanson de geste. R. Köhler a établi une comparaison entre quelques passages du Cuento et les parties correspondantes des fragments français ; il a conclu que le Cuento n’était qu'une traduction de la Chanson de Sebile. Qu’il raconte la même histoire que le texte français ne fait pas de doute ; d’ailleurs la similarité entre les deux textes est frappante. Mon propre examen du texte m’a pourtant amené à conclure que le Cuento ne peut pas avoir été traduit du français, car j’y ai trouvé plusieurs exemples de ce qui me paraît être des fragments de laisses en vers assonancés (avec des vers consonantaux de temps et temps) écrits dans le mètre irrégulier qui caractérise l’épopée castillane. De longs vers avec des hémistiches de six, sept, huit ou neuf syllabes dans des combinaisons diverses prédominent, comme dans les cantates de gesta qui nous ont été conservés. La force de mon argument réside dans l’abondance relative de rimes dans la majorité des 46 sections ou chapitres dans lesquels on a divisé le récit. Je vous offre maintenant quelques exemples de fragments de ce que je crois être des laisses. Je change de temps à autre l’ordre des mots dans les phrases ; une fois j’ajoute une voyelle à la fin d’un mot : ces modifications sont indiquées entre parenthèses.

4Chap. I (Am., pp. 344-345 ; Bon., p. 503), laisse qui se termine en a/o :

Et deçio et entro por el palaçio,
Et los ojos pequenos et encouados,
Et las orejas pequenas et los cabellos erizados ;
Et los braços et las manos vellosas commo osso et canos ;
Las piernas tuertas, los pies galindos et resquebrados.
Atal era el enano commo oydes [Commo oydes atal era el enano].
Et a dezir : Dios salue el Rey Carlos
Et la Reynna et todos sus priuados.
Ca me semejades muy estraño omne [Ca me semejades omne muy estraño].
Por el fueron despues muchos cabellos mesados
Et muchas palmas batidas et muchos escudos quebrados.

5(Un nain, monté sur un mulet rapide, arrive à la cour de Charlemagne, il descend, entre dans le palais et va à la rencontre de l’empereur. Le nain est gros, noir et velu ; il a une grande tête, le nez aplati et d’énormes narines, les yeux caves et les oreilles bien petites ; en outre, il a les jambes torses. Le nain salue Charles et la reine Sebile. Charlemagne l’invite à demeurer au palais. Le narrateur veut que Dieu humilie le félon à cause de qui, comme l’assistance l’apprendra si elle écoute le reste de l’histoire, beaucoup d’hommes ont trouvé la mort et une grande partie de la France a été détruite.)

6Chap. III (Am., pp. 345-346 ; Bon., pp. 503-504), laisse qui se termine en e/a :

Semejaua que en toda la noche cosa non dormiera.
Et las donzellas et las couigeras
Se salieron et dexaronla sola et finco la puerta abierta ;
Et fueronsse a vna fuente muy buena
.... que naçia en la huerta.
Segunt costunbre de aquella tierra.
Et do la Reynna dormia asi sin guarda [Et do asy sin guarda dormia la Reynna],
Et cato de vna parte et de otra et non vio synon la Reynna
Et el enano sse llego a ella,
Et desque la cato grant pieça
Dixo que en buena ora nasçiera
Quien della pudiese auer su plazer [Quien su plazer
pudiese auer della],
Entonçe sse fue contra ella,
Mas aquella ora desperto la Reynna,
Desy puxolo et dio con el en tierra,
Començo de yr fuyendo et fuese por la puerta,
Que en mal punto la Reynna aquello feziera, Contra ora de viespras
Et desque sse asento a la mesa,
Pregunto por su enano que se feziera del [Pregunto por su enano que del se feziera].

7(Après que Charlemagne est sorti de la chambre royale, la reine reste toujours profondément endormie ; les dames d’honneur quittent la salle sans fermer la porte à clé. Elles se divertissent en se lavant la figure et les mains dans une fontaine et en cueillant des fleurs dans le verger. Le nain se glisse furtivement dans la chambre de la reine, il contemple avec enchantement sa beauté et brûle enfin du désir de la posséder. Brûlant d’amour et désirant lui donner un baiser, il s’approche d’elle, mais à cet instant la reine se réveille. Sebile réprimande le nain. Il la prie d’assouvir son amour. La reine éclate de colère, et le frappe si fortement qu’elle lui fait sauter trois dents ; sans s’arrêter là, elle le fait tomber par terre, elle saute dessus et le bat au hasard. Le nain prend enfin la fuite, tout en jurant de se venger. A l’heure des vêpres, le roi retourne de la chasse ; et, tandis qu’il est assis à table, il s’aperçoit de l'absence de son nain.)

8Chap. X (Am., pp. 349-350 ; Bon., pp. 506-507), laisse qui se termine en e/e :

Et el respondio luego lo veredes,
Et por ende vos digo que me dexedes la Reynna [Et por ende vos digo que la Reynna me dexedes],
Ca mas non la leuaredes,
Et yo fare della lo que me quesier[e].
Et si la dexar non queredes vos lo conpraredes bien
[Et si la dexar non queredes vos bien lo conpraredes].
Aved de mi piadat et defendetme deste traidor
[Aved de mi piadat et deste traidor defendetme],

9(Le traître Macaire poursuit Sebile et son compagnon Aubery alors que celle-là est sur le chemin de l’exil. Après une longue chevauchée, il les rattrape. Il essaie de faire peur à Aubery et de le persuader de le laisser s’occuper de la reine, et de faire d’elle ce qu’il veut. Sebile prie Aubery de la protéger du traître Macaire.)

10Chap. XXVIII (Am., pp. 364-365 ; Bon., p. 517), laisse qui se termine en -á :

Et Ougel et Lardenois et Gaufre dultra mar,
et Bernait de Brunbant,
Et todos los doze Pares fueron al galgo por ge lo quitar,
Yo bien veo que so muerto, do al non ha,
Mas si me quesiese el enperador perdonar
Este yerro yo le diria toda la verdat.
Por tu peso de oro que te non faga arrastrar.
Que so muerto et que non puedo escapar.
Et quiero vos manefestar la verdat.
Quando vos distes a Aubery de Mondisder la Reynna a guardar
Et que la guiase yo fui en pos ellos por tomar la Reynna
[Et que la guiase yo fui en pos ellos por la Reynna tomar],
Mas Aubery me la defendio et llaguelo muy mal,
Asy que la nunca despues pude veer por quanto la pude buscar.
Et fallo me mal de lo que fize a Aubery [Et de lo que fize a Aubery me fallo mal],
Et non es marauilla de lo conprar.
Mas bien se que de traiçion non se puede omne guardar.
Grant pesar ouo el enperador quando le esto oyo contar.
Que de grant traiçion vos acusaua este can.
Entonçe mando echar a Macaire vna cuerda a la garganta
[Entonçe mando vna cuerda a la garganta a Macaire echar]
Et a Galeran ssu tio otrossy et liarlos a dos cauallos
[Et a Galeran ssu tio otrossy et a dos cauallos los liar],
Et fizolos rastrar por toda la çiudat,
Ca tal gualardon meresçen los traidores
[Ca los traidores meresçen gualardon tal].
Desy el enperador mando muy bien guardar el galgo
[Desy el enperador mando muy bien el galgo guardar],
Mas el galgo se fue al monimento do lo viera enterrar,
Et echose sobre el et dexose morrer de duelo et de pesar.
Ally veriades llorar mucha gente de piadat.
Et començaronlo a catar et ouieron ende todos Grant pesar.
Et fablar vos hemos de la Reynna que Dios ayude
[Et de la Reynna, que Dios ayude, vos hemos de fablar].

11(Charlemagne et quelques-uns de ses barons retournent en courant au site du combat entre le lévrier d’Aubery et Macaire. Grièvement blessé, celui-ci tente d’obtenir du roi son pardon en promettant de lui dire la vérité sur la mort d’Aubery. Le roi lui refuse son pardon, mais Macaire avoue néanmoins tout. Il trouve la mort promise aux traîtres. Le lévrier d’Aubery se rend à l’endroit où son maître est enterré et il meurt de langueur.)

12Comme dans le Cid, des vers d’une rime différente se trouvent quelquefois à l’intérieur d’une laisse. Dans la laisse ci-dessus nous trouvons, par exemple, un vers qui se termine en -é :

Ally veriades llorar mucha gente de piadat.
Et el Rey, que fuera en pos el, et muchos ornes buenos con el.
Et començaronlo a catar et ouieron ende todos grant pesar.

13Les trois vers présentent la rime intérieure, un procédé qui revient souvent tout au long du Cuento.

  • 5 Voir Carola Reig, El Cantar de Sancho Il y cerco de Zamora, Madrid, C.S.I.C., 1947.
  • 6 Voir A.D. Deyermond, « The Lost Genre of Medieval Spanish Literature », Hispanic Review, 43, 1975, (...)

14Je crois que les exemples que j’ai donnés sont suffisants pour démontrer la possibilité que le Cuento ait été basé sur un texte écrit en vers et que celui-ci ne soit pas la Chanson de Sebile mais un cantar de gesta qui s’intitule le Cantar de la Reyna Sebilla. Il me semble que les preuves recueillies dans le Cuento en ce qui concerne le Cantar de la Reyna Sebilla sont aussi fortes que celles que nous tirons de la Primera Crónica General d’Alphonse X afin d’établir l’existence, par exemple, du prétendu Cantar de Sancho II y cerco de Zamora5. L’approche que j’ai suivie — examiner non pas les chroniques, comme il a été d’usage jusqu’ici, mais les textes de nature non historique, comme j’ai fait dans la quête des vestiges de la poésie épique de l’Espagne aujourd’hui perdue — serait ainsi justifiée. Peut-être devrions-nous poursuivre ce chemin et étudier plusieurs autres « cuentos » et des écrits semblables qui ont été presque complètement négligés par les spécialistes de la littérature espagnole, mais dont l’étude approfondie révélerait peut-être encore des vestiges de la poésie épique espagnole maintenant perdue6.

15Interviennent successivement MM. M.R. Jung, M. de Riquer, Jules Horrent et E. Koehler . M. M.R. Jung , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Incunable de 1498 ou de 1500 que j’ai trouvé dans le Carlo Magno dont F. Vindel parle dans son El arte tipográfico en España durante el siglo xv, t. VI, Madrid, Dirección General de relaciones culturales, 1950, pp. 137-139. R. Haebler y fait allusion aussi dans sa Bibliografia ibérica del siglo xv (N. 120), où il paraît sous le même titre trompeur. Voir mon A Study of the Spanish Queen Seuillaand Related Themes in European Medieval and Renaissance Periods, Diss. Université de Toronto, 1974, pp. 17-18 ; résumé dans Olifant, 3, octobre 1975, pp. 73-74. Les autres éditions sont : Tolède, 1521, édition qui semble maintenant perdue mais qui était autrefois à la Biblioteca Colombina de Séville ; Séville, 1532, édition qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale de Vienne ; Burgos, 1551, cette édition est à la Biblioteca Nacional de Madrid ; Burgos, 1553, actuellement à la Bibliothèque Nationale de Munich ; une édition de 1585 à laquelle Palau y Dulcet fait allusion dans Manual del librero hispanoamericano, t. VI, Barcelona, 1953 ; et une édition de 1623 que F. Wolf mentionne dans son étude « Ueber die beiden wiederaufgefundenen Niederländischen Volksbücher von der Königin Sibille und von Huon von Bordeaux », Denkschriften der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften, Phil.-Hist. Classe, 8, Vienne, 1857, pp. 183-184. La lacune dans le chapitre 35 du manuscrit d’El Escorial peut être comblée par les chapitres 15 à 20 de l’Hystoria.

2 T. V, pp. 344-391, réimpression de Madrid, Gredos, 1969.

3 T. I, NBAE, 6, Madrid, 1907, pp. 503-533.

4 Chronica Albrici monaci Trium Fontium a monacho novi monasterii Hoiensis interpolata, éditée par Paulus Scheffer-Boichorst, in M. G. H., Scriptores, t. XXIII, Hanover, 1874, pp. 712-713. Les fragments ont été publiés par (a) Auguste Scheler, « Fragments uniques d’un roman du xiii e siècle sur la reine Sebile, restitués, complétés et annotés d’après le manuscrit original récemment acquis par la Bibliothèque Nationale de Bruxelles », Bulletin de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 2e série, 39, 1875, pp. 296-299 ; (b) par A.T. Baker et M. Roques, « Nouveaux fragments de la Chanson de la reine Sibille », Romania, 44, 1915, pp. 1-13 ; et (c) par P. Aebischer, « Fragments de la Chanson de la Reine Sebile et du Roman de Florence de Rome conservés aux Archives Cantonales de Sion », SMed., NS, 16-17, 1943-51, pp. 135-152.

5 Voir Carola Reig, El Cantar de Sancho Il y cerco de Zamora, Madrid, C.S.I.C., 1947.

6 Voir A.D. Deyermond, « The Lost Genre of Medieval Spanish Literature », Hispanic Review, 43, 1975, pp. 231-259.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search