Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Le personnage du roi dans Vivien de Monbranc et ailleurs

Wolfgang G. van Emden

Texte intégral

  • 1 Montpellier, 1893 ; cf. aussi les articles contenant l’édition de Maugis et de Vivien, avec des co (...)

1Vivien de Monbranc est une chanson de geste peu connue, et pour cause, car il faut avouer tout de suite que ses quelque onze cents vers sont de piètre qualité. Elle n’en offre pas moins un certain intérêt du point de vue thématique et c’est surtout pour cette raison que je me propose d’en achever l’édition que je prépare à mes moments perdus et qui doit remplacer celle de Ferdinand Castets1, peu accessible et encore moins fidèle. C’est un poème qui s’insère par certains aspects dans la catégorie des épopées de la révolte, et mon propos aujourd’hui est d’examiner, de façon assez provisoire, ces aspects dans le cadre d’une thématique de la révolte dans les chansons de geste, cadre qui est celui de l’ouvrage sur le cycle des barons révoltés que je rédige depuis quelques années.

  • 2 Cf. Recherches, pp. VI, 134 ss, 186 ss ; à vrai dire, la pensée de Castets à ce sujet semble avoir (...)
  • 3 Dans H 247, la raison alléguée par Charles est différente : le prétendu refus de Beuve de prendre (...)

2En dehors des éventuels buts financiers de l’auteur, c’est un poème qui n’a guère d’autre raison d’être que de former un trait d’union entre Maugis d’Aigremont et Renaut de Montauban. Or ces deux chansons existent chacune en plusieurs exemplaires, tandis que celle qui nous occupe ne se trouve que dans le manuscrit assez connu de la Faculté de Médecine à l’Université de Montpellier, H 247, dont le contenu montre bien le caractère d’anthologie anti-régalienne : Doon de Maience, Gaufrey, Ogier le Danois, Gui de Nanteuil, Maugis d’Aigremont, Vivien de Monbranc, Renaut de Montauban. L’on est donc tenté un instant de se demander si, malgré l’opinion de Castets qui faisait de Maugis, de Vivien et de Renaut une espèce de trilogie2, notre poème ne représenterait pas le suprême exemple de ces passages de raccord dont les chefs d’atelier semblent avoir été friands. Le but de l’auteur semble être en effet de préparer et d’excuser d’avance l’hostilité de Beuve d’Aigremont envers Charlemagne au début de Renaut, tout en enjolivant son récit de combats, de sièges, d’enchantements imités de Maugis et de moments de suspense. Mais il s’y prend mal : bien qu’il introduise le personnage de Lohier, ce fils de Charles que tue Beuve dans le prologue de Renaut, et qu’il prépare déjà la haine que Charles éprouvera pour Maugis, il paraît mal se souvenir de ce même prologue, puisque le différend entre Charles et Beuve s’y explique tout autrement que dans Vivien. Dans Renaut de Montauban, Charles affirme, tout comme Beuve lui-même, que ce dernier avait aidé son frère Doon de Nanteuil dans sa lutte contre l’empereur, qui avait assiégé et fini par exiler Doon3. On voit qu’il s’agit là d’un casus belli tout à fait différent.

  • 4 Table des noms propres…, p. 672. Le nom est imprimé Unnaus d’Aygremont par Michelant, p. 215 de so (...)
  • 5 R. Levy, Chronologie approximative…, Beihefte zur Z.R.Ph., 1957, assigne Gaufrey à la seconde moit (...)
  • 6 Voir surtout J. Thomas, L’épisode ardennais de Renaut de Montauban, 3 vol., Brugge, 1962, p. 80 ; (...)
  • 7 T. III, p. 164.

3Ce fait tend évidemment à affaiblir l’hypothèse d’un raccord sciemment confectionné par le chef d’un atelier pour lier Maugis à Renaut, et anéantit celle d’une trilogie. Malgré son absence dans d’autres manuscrits, le poème a vraisemblablement connu une existence indépendante. Le personnage de Vivien, frère de Maugis et fils de Beuve d’Aigremont est mentionné, d’après Langlois4, dans Gaydon, dans Gaufrey, dans Maugis et — une seule fois — dans Renaut lui-même. Or Gaydon, Gaufrey et Renaut nous ramènent au xiii e siècle5. Il n’est certainement guère possible que Vivien de Monbranc (à supposer que nous ayons devant nous le seul poème à ce sujet) ait été écrit spécialement pour le recueil de Montpellier, qui date du xiv e siècle selon tout le monde6. Plusieurs inventaires de la Librairie du Louvre, imprimés par Léopold Delisle dans son Cabinet des Manuscrits7 et datant de 1373 à 1424, font état d’un manuscrit aujourd’hui perdu qui contenait les œuvres suivantes : « Beuve d’Esgremont [soit le prologue du Renaut], la vie saint Charlemainne, les quatre fils Aimon, Dame Aye d’Avignon, les croniques de Jerusalem, Doon de Nanteuil, Maugis le larron, Vivien et Raoul de Cambrai ». Bien que Renaut semble avoir paru plus haut dans ce volume, et que Raoul ait pris sa place à la fin, il n’y a guère de doute que « Vivien » est bien le nôtre, même si la date tardive des inventaires ne nous aide pas à fixer la datation du poème.

  • 8 Voir respectivement les éditions de J. Subrenat, Paris-Genève, 1973, K.V. Sinclair, Assen, 1971 et (...)
  • 9 J’avoue n’avoir pu trouver l’endroit où Castets s’est éventuellement prononcé sur cette datation ; (...)
  • 10 Art. cit., pp. 149-155.

4En fait je ne vois rien qui autorise vraiment à descendre jusqu’au xiv e siècle : les hiatus, même avec e protonique, restent intacts, alors que des œuvres comme Auberon, Tristan de Nanteuil et La Geste de Monglane, du début ou du milieu de ce siècle8, accusent déjà un certain flottement ; l’adjectif possessif n’est jamais son devant un nom féminin débutant par une voyelle ; même la très grande majorité des imparisyllabes paraissent en bon état. Qui plus est, l’auteur ne connaît, comme frères de Beuve, que Doon de Nanteuil, Girart de Roussillon et Aymon (pourvu de deux de ses quatre fils). Autrement dit, Vivien révèle la même étape dans l’évolution cyclique que Renaut de Montauban, mais ne sait apparemment rien des douze fils de Doon de Maience dont vont nous parler le poème de ce nom et Gaufrey. A une difficulté près, Vivien de Monbranc me semble donc remonter, selon toute probabilité, au xiii e siècle, et plutôt à la première moitié qu’à la seconde, soit à une époque qui n’est pas sensiblement postérieure à celle de Renaut ou de la Chevalerie Ogier. La difficulté à laquelle je viens de faire allusion est évidemment la datation de Maugis d’Aigremont, poème dont dépend le nôtre : il y a force allusions à la conversion de Vivien, qui garde son titre d’amachour, à sa femme Esclarmonde, baptisée Avice, et à d’autres personnages et événements qui font partie du Maugis. Cette épopée est généralement datée de la première moitié du xiv e siècle par ceux qui s’en sont occupés9, mais il s’agit là d’une de ces datations qui remontent assez haut dans l’histoire des études épiques, et je me demande, sans pouvoir reprendre la question ici, si l’on n’a pas à revoir sérieusement les critères dont on s’est servi pour dater le Maugis. Si l’opinion reçue s’impose, il faudra évidemment que je revienne sur mes idées ; mais rien dans Vivien lui-même, je le répète, n’oblige à descendre en deçà de 1250. En serait-il de même pour Maugis ? A la rigueur, on pourrait bien sûr supposer un Maugis perdu de la première partie du xiii e siècle, surtout si l’on accepte les vues de M. Beckmann sur l’historicité du personnage10 ; mais je préfère en général ne pas encourir l’intervention de Guillaume d’Ockham, armé de son rasoir.

  • 11 Voir Beckmann, art. cit., pp. 158-166.
  • 12 Il y a peut-être un moment d’humour inattendu mais assez fruste dans la façon dont les Sarrasins, (...)

5Quoi qu’il en soit, il est évident d’après le résumé de Vivien de Monbranc que l’auteur de cette chanson s’en tient aux situations, aux motifs les plus rebattus de l’épopée telle qu’elle était depuis le début du xiii e siècle : enchantements qui sont tout à fait épisodiques, et n’ont plus la valeur narrative et peut-être thématique de ceux de Maugis dans Renaut11 ; combats et batailles à n’en plus finir, qui n’ont rien d’original et qui occupent au moins la moitié du poème ; moments de suspense — comment Vivien pourra-t-il échapper au sort terrible dont le menace le sinistre Sodant ? —, moments de suspense bientôt éclaircis, et qui sont de tous les temps et de toutes les littératures d’évasion (si j’ose dire). Rien d’original, rien de saisissant dans la façon dont le poète manie thèmes, motifs, situations, laisses, vers ou formules12. Ces dernières, en particulier, ont tendance à sortir machinalement et ne sont pas toujours appropriées à leur contexte.

  • 13 Voir, en dehors de l’article bien connu de Marc Bloch à ce sujet (Nouvelle revue historique de dro (...)
  • 14 En raison surtout du rôle prépondérant qu’y assument les traîtres, qui manient le roi à leur gré, (...)

6Il n’est donc pas surprenant de constater que, pour motiver la querelle entre le lignage de Beuve et Charlemagne, cet auteur recourt aussi à des modèles connus. Mais son choix est un peu inattendu, étant donné l’époque plus ou moins tardive à laquelle il écrit, et la nature des recueils où figure son ouvrage. Parmi les griefs qui peuvent autoriser la rupture de l’hommage13, les épopées de la révolte de la fin du xii e siècle et du début du suivant ont tendance à choisir le déni de justice, ou au moins quelque injustice commise de propos délibéré par le roi, et cela selon un schéma narratif que partagent certains poèmes comme Gaydon, Gui de Nanteuil, Doon de la Roche, qui n’entrent pas tout à fait dans la catégorie des épopées de la révolte14. Ce schéma peut se résumer ainsi :

  1. Le héros est reçu avec bienveillance par le roi, ou s’attire la faveur de celui-ci par ses services.
  2. Une querelle — dans laquelle peut intervenir un proche parent du roi, et qui amène ce dernier à agir injustement envers le héros — transforme cette bienveillance en haine.
  3. Le héros s’enfuit, poursuivi par le roi, en général dans son domaine.
  4. La guerre dure longtemps, et implique, entre autres sortes d’hostilités, au moins un siège.
  5. Une réconciliation se produit, pendant laquelle le monarque reconnaît ses torts envers le rebelle.

7Le rôle du roi dans l’épopée de la révolte est actif, souvent vindicatif et hargneux jusqu’à la démesure, et le rebelle peut être contaminé par cette démesure (comme Girart de Roussillon, Ogier ou bien Raoul, dont l’histoire ne rentre certes pas très bien dans notre schéma), ou il peut rester sympathique et maître de lui-même (comme Girart de Vienne ou Renaut de Montauban). En tout cas, c’est l’initiative royale qui déclenche l’action.

  • 15 Voir en particulier K.H. Bender, König und Vasall, Heidelberg, 1967 ; sur les chansons de geste en (...)

8L’auteur de Vivien, par contre, en revient à une étape littéraire en somme plus archaïque, car il attribue à Charlemagne le rôle veule et essentiellement passif de Louis dans le cycle de Guillaume, tout en gardant certains éléments du schéma que je viens d’esquisser. Les épopées de la révolte vont, on le sait15, plus loin que celles du cycle de Guillaume dans la « dé-idéalisation » du roi, comme l’appelle M. Bender. Il ne leur suffit plus de blâmer la carence d’un roi faible et lâche, même ingrat : il leur faut un monarque qui empiète de propos délibéré sur les droits de ses vassaux, qui leur refuse la justice et qui se saisisse de prétextes pour les attaquer et pour reprendre leurs fiefs. Je suis persuadé, comme M. Bender, que ces deux étapes dans la « dé-idéalisation » du roi ont grosso modo un rapport avec la réaction des feudataires du xii e siècle devant la politique de centralisation qui fut celle non seulement des monarques français de l’époque mais aussi de leurs grands vassaux ; et en même temps avec l’image publique du Capétien du moment — image certainement trompeuse et injuste dans le cas de Louis VII, mais qui doit être pour beaucoup dans le portrait épique de Louis le Pieux. Chanter les prouesses d’une lignée de barons fidèles qui suppléent à l’insuffisance d’un seigneur inadéquat, même quand celui-ci se montre ingrat ou refuse de venir les secourir, cela pouvait encore passer vers le milieu du xii e siècle, voire plus tard, même si le Louis de la réalité contemporaine commençait déjà à rogner les ongles à certains barons tapageurs et insoumis. Sous le règne de son fils, autrement brutal dans l’exécution de la politique d’agrandissement et de centralisation, il fallait sans doute le Charlemagne injuste et dangereux de l’épopée de la révolte pour flatter l’orgueil blessé d’un baronnage qui se sentait directement menacé, et pour satisfaire ses désirs inconscients en montrant un roi plus ou moins tyrannique finalement obligé de reconnaître ses torts envers le rebelle son vassal.

9Le poète responsable de Vivien de Monbranc garde mécaniquement certains éléments du schéma. Il y a le différend avec un proche parent de Charles ; quand Beuve et Maugis répondent brutalement au refus du roi de se déplacer, son fils est saisi de colère :

Lohier ot les parolez de Maugis le vaillant ; (v. 337)
De duel esragera s’il ne se va venjant…

  • 16 La Chevalerie d’Ogiec de Danemarche, éd. M. Eusebi, Milano-Varese, 1963, vv. 3220-3231.

10Le nom de Lohier n’est pas choisi au hasard : c’est celui qui est attribué au parent de Charlemagne que tue Ogier dans la Chevalerie16, ainsi qu’au fils aîné de l’empereur, tué par Beuve dans Renaut ; ici il est sans doute choisi en fonction de cette dernière scène, pour motiver l’insolence de Lohier et la brutalité de Beuve ; ce n’en est pas moins un élément quasi-rituel du schéma. Il en appelle tout de suite un autre : dans le schéma, le héros est obligé de s’enfuir pour regagner son domaine, souvent à la suite d une réaction violente devant l’injustice royale. Dans Vivien, cette réaction se limite à des paroles hautaines et des menaces, avec la restitution des fiefs ; mais l’attitude belliqueuse de Lohier est exploitée ensuite pour motiver la poursuite schématique, qui ne s’arrête pas sans l’échange de quelques coups d’épée.

  • 17 Dans Raoul de Cambrai, le roi refuse certes d’aider le héros dans la conquête de son fief, mais il (...)
  • 18 Ed. Michelant, p. 36, vv. 32 ss. Girart de Roussillon admet que « nos avons tort vers Karle… ».

11Tout ceci est superposé à un casus belli qui, nous l’avons dit, n’intervient pas dans l’épopée de la révolte : le refus de venir en aide à un vassal en péril17. En choisissant cette méthode pour expliquer l’attitude de Beuve au début du poème suivant, notre poète renchérit en un sens sur l’auteur de Renaut, car il essaie d’excuser une conduite que ce dernier semble lui-même blâmer, à savoir les excès sanglants de Beuve, qui se voit finalement obligé de se rendre18. Charles ne se met vraiment dans son tort dans Les Quatre Fils Aymon qu’en refusant de pardonner sincèrement à Beuve et en approuvant d’avance son meurtre subséquent, ourdi par le lignage de Ganelon. Il est donc assez curieux que l’auteur de Vivien mette sur le compte de Charlemagne non pas une injustice éclatante à l’instar des épopées de la révolte, mais une faute passive : le simple refus d’aider un vassal, ou plutôt un arrière-vassal, à ce qu’il semble, puisque Vivien n’envoie pas de message directement à l’empereur, mais prie son père de mander des renforts auprès de lui (vv. 212-213).

12Ayant décidé de recourir à un procédé littéraire un peu démodé du point de vue thématique, notre poète fait une chose inattendue : il prend pour modèle non pas le récit du poème le plus répandu et le plus récent qui contient la scène qu’il lui faut — Aliscans — mais plutôt La Chanson de Guillaume ; il s’agit bien entendu de la seconde partie, moins ancienne que la première. Son Charlemagne exprime son refus avec la même tournure qu’emploie Louis dans G. II :

  • 19 Ed. D. McMillan, Paris (SATF), 1949-1950 ; les citations de Vivien proviennent du texte tel que je (...)

Segnors, a cheste fois les piez n’i porteron. (Vivien, v. 310)
A ceste feiz n’i porterai mes piez.19 (G. II, v. 2331)

13Les dictionnaires ne relèvent pas cette expression dans un contexte analogue, et je n’en ai pas trouvé moi-même ; elle est certainement absente du passage correspondant d’Aliscans. Qui plus est, l’auteur de Vivien, comme celui de G. II mais à la différence du poète d’Aliscans, insiste d’avance, par les paroles qu’il prête à ses personnages, sur la possibilité d’un refus de la part du roi, et signale que, dans ce cas, le vassal lui rendra ses fiefs. C’est évidemment un moyen dramatique de souligner l’insuffisance du souverain, moyen auquel on a préféré substituer, dans Aliscans, les craintes amoureuses de Guibourc, les promesses par lesquelles Guillaume la rassure, et tout ce qui s’ensuit. Aliscans exploite la mission de Guillaume par son côté romanesque, tandis que G. II met en valeur la question féodale :

« … Dreit a Loun pense de chevalcher
A l’emperere qui nus solt aver chiers,
Qui del socurs nus vienge ça aider.
E s’il nel fait, si li rendez sun fee ;
Mar en tendré un jur un demi pee…. »
(G. II, vv. 2424 ss)

14Suivant ce modèle, notre poète insiste sur l’indignité prévisible du roi :

« … Et le duc Bue/mon oncle et Maugis le larron
Si s’en iront en Franche trestout droit a Kallon ;
En despit le tendrait, chen serait mesprison :
Pour chen serait reson que nous [le] maudisson.
Et s’il ne veut venir secourre le baron,
Hommage li rendez, et lez nos a bandon !
Mez ne seron sez hommez ne de lui ne tendron ! »
(Vivien, vv. 293 ss)

15Enfin, même si l’auteur de Vivien a opté pour un moyen de noircir Charles moins évident et moins positif que ceux auxquels recourent ses confrères qui composaient d’autres épopées de la révolte, il a fait de son mieux pour accentuer l’indignité du roi. D’abord il lui prête une tentative de s’excuser :

Quant Kalles l’entendi, si bessa le menton ;
Aprez quant il parla si a dit a bas ton :
« Segnors, a cheste fois les piez n’i porteron.
L’ostoier en iver n’est mie de saison.
Atendez jusqu’à tant que il soit Rouveson :
Se tant se peut tenir, adonc le secourron. »
(Vivien, vv. 308 ss)

16Pour sembler raisonnable, cette excuse désinvolte n’en est pas moins ridicule d’après les données du poème, puisque Vivien et ses ennemis, Beuve et ses renforts, sont tous bien en train d’ostoier, malgré les éventuelles intempéries du climat ; elle montre aussi le peu de cas qu’il fait de Vivien, et ce manque de cœur est relevé dans la réponse cinglante de Beuve. Dans G. II, comme dans Aliscans, c’est la reine, sœur de Guillaume, qui, par sa malencontreuse intervention, sert de paratonnerre ; les paroles que Guillaume adresse à Louis sont plutôt sèches (G. II, vv. 2532-2537). Ici, Beuve et Maugis rudoient Charles sans ménager leurs mots, après que Beuve s’est retenu de le frapper (v. 318) :

Le duc Buef si parole, qui mautalent esprant :
« Sire, drois emperere, or oez mon semblant :
Vous failliez ou secors Vivïen mon enfant,
Et quant il sera mort, sel serez secourant !
Dant roi, vous en ouvrez com mauvez recreant !
Puis que vous me failliez, vostre hommage vous rent :
Ne je ne li mien frere nous n’en tendron noient,
Ne mon niez, roi Brandoine, ne Othon le vaillant,
Ne Hernauz de Monder, le viel o poil ferrant ;
Je le di de par eus, il le vous sunt mandant ! »
Quant le duc ot parlé, si saut Maugis avant,
Molt hautement parla et dist au roi itant :
« Sire roi, » dist Maugis, « entendez mon semblant :
D’une tele vantanche par devant vous me vant
Que bien vueil que tuit l’oient li petit et li grant :
Des or mes vous feroi courouchié et dolent !
— Roi, » chen dist le duc Buef, « a maufé te quemant ! »
(Vivien, vv. 319 ss)

17Et par la suite, le poète insiste à plusieurs reprises (vv. 381-384, 477, 1080-1085, 1098-1100) sur la méchanceté et l’insuffisance de Charlemagne.

18Pour conclure, dans Vivien de Monbranc, nous avons affaire à un trouvère qui prend machinalement son bien là où il le trouve, mais dont les sources et surtout les méthodes ne sont pas dépourvues d’intérêt. Les œuvres les plus médiocres sont parfois plus riches d’enseignements sur le métier du chanteur de geste, sur sa façon de penser et sur les buts qu’il se propose, que les chefs-d’œuvre dont l’art est celé par un art plus grand.

19Interviennent successivement M. F. Suard et M. J.-Ch. Payen , président de séance, qui félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Montpellier, 1893 ; cf. aussi les articles contenant l’édition de Maugis et de Vivien, avec des commentaires, Revue des Langues Romanes, 29, 1886, pp. 9-16, 105-132 ; 30, 1887, pp. 61-237 ; 31, 1888, pp. 49-58 ; 36, 1893, pp. 5-416 ; ces articles furent en partie réimprimés dans Recherches sur les rapports des chansons de geste et de l’épopée chevaleresque italienne, avec textes inédits empruntés au ms. H 247 de Montpellier, Paris, 1887.

2 Cf. Recherches, pp. VI, 134 ss, 186 ss ; à vrai dire, la pensée de Castets à ce sujet semble avoir évolué, et n’est pas très claire. Il semble en fin de compte s’agir d’un remaniement qui aurait adapté Renaut au contenu des deux autres chansons, et cela dans la version du ms. Montpellier H 247.

3 Dans H 247, la raison alléguée par Charles est différente : le prétendu refus de Beuve de prendre part à la guerre contre les Saxons ; voir Castets, Recherches, pp. 186 ss. Mais ce casus belli ne cadre pas mieux que l’autre avec les données de Vivien.

4 Table des noms propres…, p. 672. Le nom est imprimé Unnaus d’Aygremont par Michelant, p. 215 de son édition, 1862 ; mais Castets lit Vivians d’Aigremont à l’endroit correspondant de son édition, 1909, et ce nom semble figurer dans d’autres manuscrits.

5 R. Levy, Chronologie approximative…, Beihefte zur Z.R.Ph., 1957, assigne Gaufrey à la seconde moitié du xiii e siècle et Renaut, conformément au jugement bien connu de Bédier (Lég. ép., IV, p. 192), à 1195 ; pour Gaydon, voir en dernier lieu le travail minutieux et convaincant de J. Subrenat, Etude sur Gaydon, Université de Provence, 1974, pp. 17-30, qui permet de dater le poème de 1230-1234.

6 Voir surtout J. Thomas, L’épisode ardennais de Renaut de Montauban, 3 vol., Brugge, 1962, p. 80 ; M. Thomas penche pour la seconde moitié du siècle.

7 T. III, p. 164.

8 Voir respectivement les éditions de J. Subrenat, Paris-Genève, 1973, K.V. Sinclair, Assen, 1971 et D.M. Dougherty, Eugene, Oregon, 1966.

9 J’avoue n’avoir pu trouver l’endroit où Castets s’est éventuellement prononcé sur cette datation ; il considère Maugis comme redevable à Huon de Bordeaux du personnage d’Espiet, qui serait calqué sur Auberon ; mais rien ne prouve que l’influence, qui s’étend à des questions d’onomastique aussi, ne va pas dans l’autre sens. Voir également D.C. Cabeen, A Critical Bibliography of French Literature, t. I, 2e éd„ Syracuse, 1952, p. 69 et R. Levy, op. cit, qui optent tous deux pour la première moitié du xiv e siècle ; selon le Répertoire international des médiévistes, Poitiers, 1971, 4481, M. Ph. Vernay, qui en prépare une nouvelle édition, date le poème du xiv e s. avec un point d’interrogation ; M. G.A. Beckmann, « Maugis d’Aigremont. Zur Genesis einer literarischen Gestalt », Z.R.Ph., 89, 1973, pp. 148-166, surtout p. 157, qualifie tant Maugis que Vivien de « Spätepen ».

10 Art. cit., pp. 149-155.

11 Voir Beckmann, art. cit., pp. 158-166.

12 Il y a peut-être un moment d’humour inattendu mais assez fruste dans la façon dont les Sarrasins, aux vv. 37-42, magnifient leur « dieu » Mahomet justement parce qu’il leur est présenté sous la figure traditionnelle de l’ivrogne mangé par les cochons sur le fumier.

13 Voir, en dehors de l’article bien connu de Marc Bloch à ce sujet (Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 36, 1912, pp. 141-177), J. Declareuil, Histoire générale du droit français des origines à 1789, Paris, 1925, p. 247, où, à propos du déni de justice (jugé la plus ordinaire des violations de la foi de la part du suzerain), sont cités les Etablissements de Saint Louis, la Très ancienne Coutume de Bretagne et la Grande Coutume de France.

14 En raison surtout du rôle prépondérant qu’y assument les traîtres, qui manient le roi à leur gré, et qui sont les véritables ennemis des barons loyaux maltraités par le monarque dupé.

15 Voir en particulier K.H. Bender, König und Vasall, Heidelberg, 1967 ; sur les chansons de geste en tant que miroirs de la conception que se sont faite les auteurs de la réalité contemporaine, plutôt qu’en tant que documents historiques, voir W.P. Gerritsen, « Le poète médiéval et l’histoire », Revue belge de philologie et d’histoire, 54, 1976, pp. 329-340 (traduction d’une version plus étendue en néerlandais parue dans Bijdragen en mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 89, 1974, pp. 241-261).

16 La Chevalerie d’Ogiec de Danemarche, éd. M. Eusebi, Milano-Varese, 1963, vv. 3220-3231.

17 Dans Raoul de Cambrai, le roi refuse certes d’aider le héros dans la conquête de son fief, mais il l’en prévient au moment même de le lui octroyer. D’un autre côté, l’on pourrait comparer le différend avec Lohier aux insultes et aux menaces que Guillaume jette à la tête de sa sœur, la reine, dans La Chanson de Guillaume et Aliscans ; c’est une comparaison possible, mais le nom quasi-rituel de Lohier et son rôle dans Renaut suggèrent que c’est plutôt à cette dernière épopée que pense notre poète.

18 Ed. Michelant, p. 36, vv. 32 ss. Girart de Roussillon admet que « nos avons tort vers Karle… ».

19 Ed. D. McMillan, Paris (SATF), 1949-1950 ; les citations de Vivien proviennent du texte tel que je l’ai provisoirement établi.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search