Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Quelques aspects de la thématique carolingienne dans Aquilon de Bavière

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 « Aquilon de Bavière, roman franco-italien, par Raphaël Marmora, extraits et analyse », par Antoin (...)
  • 2 Op. cit., p. 538.

1En 1379, Raphaël Marmora, le Véronais, commence la composition de son immense poème franco-italien, en prose plus française qu’italienne, sur un personnage qu’il invente : Aquilon de Bavière1, cinquième fils du Duc Naime. L’oeuvre de Marmora s’appuierait selon son auteur sur un texte latin de l'Archevêque Turpin, donné comme une traduction de l’arabe. Elle est cataloguée sous le numéro 381 du fonds Urbinas de la Bibliothèque du Vatican. Ce grand in-folio comporte 173 feuillets2. Marmora prétend avoir trouvé en Turpin un témoin de première main, puisque Turpin participe aux événements racontés et que le texte arabe utilisé par l’Archevêque serait écrit par l'astrologue Delfin, ou Eraclidès, conseiller spirituel de l’Amirant de Cartagine, principal adversaire de Charlemagne dans l’histoire. Ce ne sont là que fables habituelles pour authentifier le destin héroïque du jeune Aquilon de Bavière : cet enfant bavarois d’illustre famille, enlevé et élevé chez les païens, sous le nom inquiétant d’Anibal, se croit païen ; il soutiendra la nation païenne de sa redoutable valeur dont le seul Roland pourra triompher ; Roland est en effet le grand héros de l’oeuvre, en face d'Aquilon.

2Dans la biographie légendaire de Charlemagne, Aquilon de Bavière se situe juste avant Roncevaux : on y pressent d’ailleurs la trahison de Marsile. L'empereur semble au sommet de sa puissance, mais se décharge déjà sur Roland de la conduite de la guerre et des combats les plus dangereux ; il est d’ailleurs fait prisonnier pendant de longs mois. Au F° 139 d, Charlemagne énumère les grands conflits de son règne : guerre contre Lanfroi et Lodri, ses frères adultérins, qu’il bat dans la bataille de « Bologne sor la mer », après avoir battu en Espagne pour le compte de Galafre les rois Braibant et Brunador ; guerre contre le roi Agolant où meurt le prince Aymon ; guerre contre Girard de Fraite, guerre contre Girard de Viene, guerre contre les Saisnes. Dans ces derniers combats Roland a livré les duels décisifs. La guerre menée dans Aquilon de Bavière durera cinq ans environ ; géographiquement, elle s’étend sur presque tout le monde connu, qui craque dans ses limites, et le champ de bataille se déplacera de la Bavière à Paris, du nord de l'Italie à la Gascogne, de Jérusalem à l’Afrique, autour de la ville de Cartagine, enfin en Espagne, près de Saragosse. L’environnement social autour de Charlemagne est constitué par la foule des grands barons, venus de toutes les épopées, chacun déployant plus d’initiative que l’Empereur lui-même : Renaud de Montauban défend la France, Girard de Viene protège Paris avec l’Impératrice Galienne dont la vie est prolongée dans notre poème ; l’Empereur est donc entouré d’une troupe de condottieri qui ont une large autonomie d’action.

  • 3 Op. cit., p. 540.
  • 4 Op. cit., p. 543.
  • 5 Op. cit., p. 543.

3L’oeuvre de Raphaël Marmora occupa 28 années de son existence, puisqu’elle ne fut achevée qu’en 14073. Antoine Thomas, lorsqu’il en donne de nombreux extraits au tome XI de la Romania, la présente de façon assez méprisante : il la qualifie d’oeuvre « mort-née » « qui ne fut connue que de quelques intimes »4 et dont la qualité littéraire serait nulle. Son seul intérêt résiderait dans le témoignage sur l’état de la légende carolingienne en Italie à la charnière du xiv e et du xv e siècle. Sur ce terrain, Antoine Thomas affirme l’utilité irremplaçable d'Aquilon de Bavière5.

4Etant donné la brièveté souhaitée des communications de notre Congrès, nous nous sommes attachée simplement à signaler certains aspects originaux de la légende carolingienne rapportée par Marmora et à en déduire quelques-unes de ses curiosités intellectuelles.

5On peut commencer par relever dans l’intrigue, à l’intérieur du grand thème de la Fiancée Substituée, renouvelé par Marmora dans l’analyse du mariage de Pépin, l’utilisation des quatre éléments : le feu, l’eau et l’air, la terre.

  • 6 Aquilon de Bavière, F° 88a.
  • 7 Aquilon de Bavière, F° 87d.
  • 8 Op. cit., P 87d.
  • 9 F° 87d.
  • 10 F° 97d-98a.

6Le feu purificateur sera l’instrument du supplice de Gaïete, fille de roi accusée du crime de lèse-majesté, grand-mère de Roland, qui avait usurpé pendant cinq ans auprès du roi Pépin, la place de Berte, son épouse légitime ; ces confidences établissent l’origine doublement bâtarde de Roland, par sa grand-mère d’abord, puis par l’union prématurée de ses parents, Milon et Berte. Au livre 4 de l’œuvre (celle-ci est divisée en livres comme les romans de la Table Ronde), Pépin fera brûler vive Gaïete6, qui en semble assez satisfaite, car elle a reconnu que c’était le moyen de devenir une « alme sainte » : « e pois li roi Pipin me fist ardre e in tel manere pasai de ceste vie contrite de li péchés che avoie feit ». C’est la croyance religieuse officielle selon laquelle le feu assure le salut de l’âme pourvu que les condamnés se repentent ; cependant, Gaïete n’a pas gagné immédiatement le paradis, mais simplement le purgatoire, représenté par une grande caverne où elle continue à souffrir et d’où ses cris ont attiré l’attention d’un passant illustre, Roland, son petit-fils. Le feu châtie et purifie le crime, il peut châtier aussi le grave mensonge ; la reine Berte dit à Pépin : « Se non tenus (sic) la vérités, feites moi bruser »7. Enfin, le feu est l’élément lié au désir masculin : ainsi Berte, pour éveiller la passion sensuelle du Roi Pépin, son mari retrouvé, vient attiser deux fois le feu devant lui8 : « Quand li roi manzoit, Berte se fist avant, o li feu estoit e fit semblant de aconxer li feu... e quand li roi oit manzé, avant ch’il soi levast, Berte li anda un autre fois e fist semblant de conzar li feu »9. Cette deuxième besogne provoque la demande du roi à son hôte : « cele dame chi est ? ». Berte déclinera son identité ; le roi et elle seront unis cette nuit même. Le feu est parfois l’instrument d’une vengeance sexuelle : Marmora connaissait l’histoire des rapports de Roland avec la famille du « Soldan de Persie » tels que les diverses Spagna les racontent ; il écrit (F® 171 d) : « Cum li contes de la Spagne dist », dans l'Entrée de Spagne, le roi païen Malcuidant engage le Soudan de Persie à lui donner sa fille, la belle Dionés, en mariage, ou si elle refuse, à la faire brûler ; dans Aquilon de Bavière, Dionés et son frère Sanson seront délivrés et baptisés grâce à Roland10. De même au livre 3, la païenne Aquiline, accusée à tort d’adultère, est menacée du bûcher et en sera délivrée par Roland.

  • 11 F° 87d.
  • 12 F° 88a.

7L’eau, et surtout l’eau courante, est le symbole de la fécondité. Quand le roi Pépin approche sa femme Berte pour la première fois, il demande à l'hôte : « fa moi fer une coverte sor cil car ». Le texte précise11 : « Cele nuit alberga li roi cum dama Berte sor li car ; si li estait un flume che coroit d’après cele maxon che avoit non Maine. » Cette nuit-même, Berte devient enceinte de Charlemagne : « e fu inzant la dame quelle nuit de un fil »12. L’eau vive du fleuve est mentionnée avec précision dans un texte où les détails pittoresques n’abondent pas et cette nuit nuptiale se passe à l’air libre, sur la demande du roi : « por cist nuit non voil autre zambre », l’air baigne donc avec le bruit de l’eau (élément féminin) cette première union. D’où le jeu de mots traditionnel sur l'origine du nom de Charlemagne repris par Marmora.

  • 13 « Aquilon de Bavière, extraits et analyse », par Antoine Thomas, Romania, 11, p. 552.
  • 14 Lancelot-Graal, édition O. Sommer, t. IV, pp. 339-341, et V, pp. 191-192 ; cf. aussi L’Estoire del (...)

8La terre apparaît sous la forme d’une caverne souterraine creusée à l’intérieur d’une grande montagne où l’âme de Gaïete enfermée se répand en gémissements. Au livre 4, Roland se dirige vers Valperse pour délivrer Charlemagne, que le roi païen Lucion a fait prisonnier avec quatre autres rois. Son chemin lui fait longer cette montagne ; ému par les cris, il y pénètre courageusement13 ; il rencontre le fantôme de Gaïete et écoute sa longue confession d’au-delà la mort. La terre est donc lieu de supplice spirituel, et d’attente, analogue aux Limbes. Dans la légende arthurienne14 Gauvain se trouve ainsi devant la tombe de Chanaan, meurtrier de ses frères, fosse brûlante « qui ardoit si cler comme se tous li fus del monde y fust ». Lancelot fera cesser le supplice de Chanaan. Gaïete elle aussi attend un secours et du fond de sa caverne veut rétablir la vérité : elle insinue que sa conduite a eu des excuses, par exemple les avances galantes de Pépin. Elle voudrait se justifier aux yeux de Roland et aussi de la mère de Roland, sa fille, appelée aussi Berte (les grandes lignes de cet épisode rejoignent le récit du manuscrit 13 de Venise tel que Berta de li gran pie le raconte). La mention des quatre éléments s’inscrit donc dans un contexte moral auquel ils empruntent leur signification particulière ; deux de ces éléments inspirent la terreur : le feu dévorateur, la terre lieu des supplices et de l’attente, et deux la joie : l’eau et l’air.

  • 15 Aquilon de Bavière, F° 88a.

9Les objets, les rapports concrets ne sont pas très fréquents dans Aquilon de Bavière. Lorsqu'ils apparaissent, ils requièrent examen : Gaïete, par exemple, possède une cassette enveloppée d’un morceau de cendal15 qui contient le coeur, soi-disant, de la reine Berte assassinée ; les sergents, dit-elle, « mi porterent li cor de la dame... e si l’ai anchor in une casete in un cendel. Dist li roi : monstre moi cil cor(s). Alor li monstrai ». Dans la plupart des versions de la légende de Berte (versions françaises en particulier), le coeur sert uniquement de preuve de sa mort : or, Gaïete l'a gardé cinq années caché dans sa cassette ; pourquoi ? Qu’en fait-elle ? L’examine-t-elle ? Les amants et amantes gardent ainsi le coeur de l’être aimé disparu, mais Gaïete garde le cœur de l’être haï et redouté. La « production » du coeur paraîtra une preuve absolue de la mort de sa fille à la reine-mère de Hongrie, preuve illusoire d'ailleurs ; en réalité, Pépin fait chercher le cœur pour prouver qu’il est innocent de toute la machination ; le cœur disculpe donc ici beaucoup plus qu’il n’accuse, et la coutume barbare primitive est rationalisée, ou plutôt la barbarie est déplacée.

  • 16 Op. cit., F° 114a.
  • 17 Op. cit., F° 114a.
  • 18 Op. cit., F° 67d.

10On ne reviendra pas sur le « char », couche nuptiale rustique, première syllabe du nom de Charlemagne, mais nous examinerons par contre l’histoire des deux épées associées, Joyeuse et Durandal, longuement développée dans un passage inspiré du Mainet : ces deux épées se transmettent de main païenne à main chrétienne alternativement, ce sont des objets « à passé », comme le Graal. Les deux épées sont conquises l’une et l’autre par Mainet : Joyeuse est conquise sur le roi païen Brunador et Durandal sur le roi Braibant. Mainet accomplit ces exploits quand il combat pour le roi Galafre. Par la suite, il « tenoit sempre a son galon Zogioxe, e Durindarde avoit in sa zambre »16. Charlemagne préfère donc, dès le début de sa carrière, Joyeuse et de même il conquiert sur le même Brunador l’emblème de la Fleur de Lys : « cist Brunador portait Zogioxe li bon brand e avoit por arme la flor de lis ; Mainet le alcist e porta pois sempre le brand e l’arme e anchor porte celle arme ceus che son descendus de luy ». Blason et épée sont donc inséparables et conquis en même temps. Mais comment Durandal arrive-t-elle aux mains de Roland ? L’épée, tel un personnage vivant, subit aventures et hasards : un sergent infidèle vole Durandal dans la chambre de Mainet et la revend fort cher à la reine païenne des Amazones, Pantasilie, ici une des épouses d’Agolant. Voici Durandal au pouvoir des Amazones. Quand le roi Agolant prépare la guerre contre les chrétiens, Pantasalie remet Durandal à sa fille Galaciele, pour qu’elle la donne à Trojan, son frère. Mais le bourru Trojan est si méprisant à l’arrivée de Galaciele, qu’elle accorde Durandal à son demi-frère, l’aimable Aimont, le vaincu malheureux de la Chanson d'Aspremont ; Roland en tuant Aimont, reconquiert Durandal sur les païens. Le texte d’Aquilon dit : « ciste raine (Pantasilie) li manda Galaciele cun mant dames e li dona Durindarde e li comanda ch’ela donast li brand a Trojan son frer. Quand la dame ariva in Afriche, li baron del camp li verent incontre por ley onorer ; si li fu Aimont che estait son frère de part de son père, mes Trojan ch’estoit son frer de père et de mère dist ch’il non soi curoit de dames et che por elle non monteroit a cival. Quand Galaciele voit la descognosanze de son frer Trojian, la dona le brand ad Aimont e in tel guixe oit pois Roland Durindarde, quand il alcist Aimont »17. A Durandal, Roland adresse à plusieurs reprises des discours qui retracent son destin glorieux par la liste de ses possesseurs ; Durandal est précieuse par son passé, par son histoire, beaucoup plus que par sa vie commune avec Roland : le contenu du discours à l’épée a évolué, dans le sens de l’érudition, depuis la Chanson de Roland. Ainsi Roland dit : « ai, noble brand, che tant maovés homes avés gia castogiés, il non vos porta unches home che por forze fust retenus in prixon. Che poit dir Juda Machabeu che vos fist fer ; che poit dir Hector, li fil a roi Priam de Trogie ; che poit dire Alexandre, roi de Macédonie ; che poit dir Fioramont da Duraz ; che poit dir Fioramont (Fioravant) li ardis ; che poit dir li roi Braibant ; che poit dir Helmont, che toi porterent e ferent tant honor »18. Antoine Thomas a souligné l’influence des romans arthuriens sur Aquilon de Bavière ; dans l'Estoire de Merlin, le roi Arthur possède également deux épées : l’épée fatale Escalibor, dont la conquête ne lui donne aucune peine, et l’épée Marmoidoise, l’étincelante, qu’il arrache à un géant, le duc Frolle, pendant qu’il est au service du roi Léodagam. Une seule épée non plus ne peut suffire à Charlemagne, alors que dans Mainet le jeune Charles utilisait la seule Joyeuse, héritée d’ailleurs de son ancêtre Clovis.

  • 19 Op. cit., F° 114a.
  • 20 F° 114a.
  • 21 Léon Gautier, Les épopées françaises, t. II, p. 69.

11A la frontière du concret et du spirituel, le thème du regard, regard de l’enfant prestigieux, est utilisé dans le contexte de l’entrevue déterminante, qui précise l’identité. Amené devant Galafre par ses fidèles, Morand de Rivière et Bernard de Clermont, Mainet, présenté comme un « regacin pitit », une sorte de petit jockey qui monte les beaux chevaux que ces prétendus marchands de chevaux achètent19, fixe le roi d’une manière si impériale que Galafre l’identifie aussitôt : « li roi Galafrie guarde l’infant e Mainet guarde li roi, e por rien del mond li roi non li poit garder ch’il convint abasser ses oils e quand il oit asés gardée la fixonomie de l’infant, li cors li dist che voirement cist estoit Mainet »20. De même, dans Berta e Milone du Manuscrit 13 de Venise, le petit Roland, âgé de quatre ans, se présente au banquet que Charlemagne, son oncle redoutable, donne aux habitants de Sutri. Le vieux Naime à la vue de Roland s’écrie : « c’est quelqu’enfant de bonne race, car le petit bachelier a un oeil de lion, de dragon marin, ou de faucon » (selon la traduction de Guessard citée par Léon Gautier)21. Roland fait reconnaître et pardonner ses nobles parents exilés, Berte et Milon. Quant au regard de Charlemagne, il est promis à une grande célébrité.

  • 22 Aquilon de Bavière, F° 173d.
  • 23 F° 88a.

12Après ces éléments et ces objets, la thématique d'Aquilon de Bavière nous propose une galerie de personnages types où nous choisirons les plus originaux : d’abord le héros lui-même, Aquilon au nom tempétueux, qu’il n’abandonne que pour recevoir celui plus dévastateur encore d’Anibal, fléau des chrétiens. Aquilon est l’enfant maudit ; il n’incarne pas banalement le petit chrétien volé par les païens, mais récupéré par sa race et sa véritable patrie, dès qu’il peut porter les armes : Aquilon fournit en effet toute sa carrière de guerrier dans les armées païennes ; selon les prédictions qui accompagnent sa naissance, il causera aux chrétiens les plus grands dommages et même quand on lui prouve qu'il est chrétien, il refuse de l’admettre (livre 5). Quand il ne pourra plus renier sa vraie race, il s’ensevelira au monastère de Saint-Denis ! on n’en parlera plus. C’est la conclusion de Marmora : « de cist dus non feit li autor autres contes fors ch’il fu abbés in San Denis e vivy santemant »22. Pour parler de la naissance d’Aquilon, Marmora emploie les mêmes termes que pour celle de Charlemagne : le duc Naime retrouve au livre 1 son épouse après la campagne d’Aspremont (contrairement au récit de la Chanson d’Aspremont il est marié et a déjà quatre fils), et la première nuit de leurs retrouvailles, la dame est enceinte d’un fils, comme la première nuit où Pépin et Berte sont unis : « e fu inzant la dame quelle nuit de un fil »23.

13Le résultat rapide du rapprochement conjugal est, selon Marmora, signe d’un grand destin.

  • 24 A. Thomas, op. cit., Romania, 11, p. 553.
  • 25 Op. cit., p. 550.

14Les grands adversaires païens sont de moins en moins de simples mortels : le païen invulnérable parce que sa chair est « fae » apparaît sous plusieurs visages. Au livre 4, se présente sous les murs de Montlion Candiobras d’Etiopie, servi lui-même par quatre géants qu’il a vaincus ; sa chair est invulnérable, aussi Rainald de Montalban n’en vient pas à bout et au livre 6 seulement, Roland l’étranglera en le tenant en l’air « comme Hercule Antée »24. Au livre 2, règne dans une contrée enchantée d’Afrique, Gédéon, châtelain juif, qui a trois diables dans le corps, et un quatrième dans le corps de son cheval ; Roland tuera le juif diabolique25, mais liera amitié avec son fils Samuel ; il désenchante aussi le pays, selon un thème arthurien. Dans notre roman, une famille juive joue donc un rôle romanesque appréciable : ne serait-ce pas une hardiesse de l’intrigue, même à la fin du xiv e siècle ? Roland sera opposé encore à toute une troupe de géants : au livre 3, au géant Saturne, au livre 7 au roi d’Etiopie Balduc, qui menait lui-même une armée de géants. Le fantasme du géant se multiplie à l’infini ; et la peur qu’il inspire est décuplée, centuplée.

  • 26 Op. cit., p. 554.
  • 27 Op. cit., p. 554.
  • 28 Aquilon de Bavière, F° 97a.

15Surhumains aussi par leurs pouvoirs, les astrologues, tant du côté chrétien que païen ; des astrologues chrétiens prédisent d’abord en effet le destin dangereux d’Aquilon ; ils seront confirmés par Delfin, astrologue de l’Amirant de Cartagine, dont Marmora prétend utiliser les écrits arabes, et qui joue un rôle important dans l’action : c’est sur ses conseils, qu’au livre 1 l’Amirant fait enlever Aquilon à son parent Anichin. D’autres personnages possèdent également des pouvoirs surnaturels : parmi eux, Malzis, médecin magicien qui, au livre 626, guérit le guerrier Astolf d’une blessure réputée incurable ; au livre 7, ce même Malzis réussit à délivrer Aude, épouse de Roland, faite prisonnière par les Sarrazins d’Espagne. Malzis est averti de ses missions par un « follet »27, lutin messager qui lui envoie l’amazone Gaïete ; et la belle Dioné, sarrazine, fille du Soudan de Jérusalem, est décrite par Marmora comme très savante dans l’art de l’astrologie et « de bonne nigromance » : « Diones, sa fille, celle che tant fu sazes in art de astrologie e anchor fu bone nigromante »28. Depuis les grandes épopées françaises, le peuple sarrazin s’enfonce de plus en plus dans l’étrange.

  • 29 A. Thomas, op. cit., Romania, 11, p. 554.
  • 30 Aquilon de Bavière, F° 114a.

16Dans la troupe bien fournie des guerriers tant païens que chrétiens, qui s’entre-déchirent sous la conduite d’Aquilon-Anibal, d'une part, et de Roland d’autre part, certains présentent une originalité plus marquée : ainsi au livre 7, l’étrange chevalier fantomatique de la Table Ronde, Galéas, qui apparaît à Roland, et l’aide à semer la confusion dans le camp des Etiopiens29 ; il rappelle les trois chevaliers — anges aux armures blanches qui secourent Roland dans la Chanson d'Aspremont, justement contre un géant ; mais Galéas n’est pas un saint authentique, c’est un arthurien. Mais l’on doit surtout signaler le rôle important de la reine des Amazones Pantaxilie qui vient au secours d’Anibal devant Cartagine au livre 5 ; son lieutenant le plus efficace est pendant longtemps sa nièce, nommée aussi Gaïete. Contrairement aux Amazones antiques, Pantaxilie ne renie pas tout commerce avec les hommes en dehors de l’union charnelle ; c’est une des épouses d’Agolant dont elle a trois enfants30, une fille, Galaciele, deux fils, Trojan et Gollias. Elle poursuit l’affirmation de la supériorité féminine en face de la valeur contestée des hommes, et c’est pourquoi elle porte secours aux païens fléchissants. En possession de la prestigieuse Durandal, elle entend en faire cadeau à qui elle veut, à son fils Trojan, en l’occurrence ; mais Trojan, ayant dit « qu’il ne monterait pas à cheval pour une femme », sera puni de cet anti-féminisme grossier, et Galaciele donnera Durandal au courtois Aimont, qui sera tué par le mâle guerrier par excellence, Roland. Une femme ne peut donc garder ni même donner Durandal. Quant à l’amazone Gaïete elle finira par épouser honteusement un chrétien qui, de surcroît, l’aura vaincue trois fois, Anselme de Monpusler, compagnon de Bernard de Marmora (livre 5), et ce, malgré la fureur de sa tante : Gaïete, assagie, sera l’alliée fidèle des chrétiens. Les Amazones, déjà battues dans l’Antiquité, le sont encore à la fin du xiv e siècle, et le féminisme à peine né est vaincu. Notre poème a la particularité de nous raconter l’histoire de trois générations d’amazones, la grand-tante Pantaxilie, la nièce Gaïete et la petite-nièce Stelle : Pantaxilie ne pardonnera pas à Gaïete d’avoir renié la tribu des Amazones, ni d’être devenue chrétienne ; elle lui volera sa fille, la petite Stelle ; Gaïete en mourra de douleur ; élevée chez les Amazones, Stelle deviendra une seconde Pantaxilie, jusqu’au jour où cette « sangmêlé » apprendra que son père était chrétien ; alors, elle rejoindra à son tour le camp chrétien. On lit F° 128 b : « li dus Anselme de Monpusler alberga cum Gaïete, et de cille oit une damixelle che fu apellée Stelle, e devés savoir che la raine Pantaxilie fist ambler ciste Stelle che avoit trois an de Monpusler, e la fist porter in son païs, por coi sa mère estoit morte, e sacés che al temp de Guielme de Orenge, quand l’avoit la guerre cum Tébaud de Arabie, ceste Stelle estoit fate Pantaxilée in le regname de Amazone e vint in secors a Tebaud, e allor soit ceste dame cornent elle estoit fille de un Crestian, e por elle e por sa sciencie li cont de Orenge fu venzéor de la guerre ». Cette longue tragédie familiale relie donc le temps de Charlemagne au temps de Guillaume d’Orange qui ne triomphe que grâce à Stelle : les Amazones assurent la liaison épique entre les deux gestes. Comme Aquilon, Stelle, bien que se croyant païenne, a du sang chrétien, mais plus vite qu’Aquilon, elle ira vers ses frères chrétiens. On peut remarquer encore que le thème de l’Amazone est toujours lié à celui d’une ville assiégée : Gaïete pénètre dans Cartagine, Stelle aide à la prise d’Orange ; dans l’oeuvre du Tasse, Clorinde défend Jérusalem contre Tancrède ; c’est un aspect particulier de l’épopée nuptiale. Pantaxilie, Gaïete, Stelle annoncent dans le Roland furieux de l’Arioste, rédigé cent ans après Aquilon, le personnage de la guerrière chrétienne Bradamante qui épousera le sarrazin Roger, et plus tardivement dans la Jérusalem délivrée du Tasse, les trois combats de la païenne Clorinde contre le chrétien Tancrède qui finissent tragiquement sous les murs de Jérusalem par un baptême à l’article de la mort.

17Charlemagne lui-même apparaît dans notre texte, ou tout jeune guerrier, en Mainet, ou aux portes de la vieillesse ; au F° 133 c, il implore Roland de lui laisser le premier coup contre l’Amirant de Cartagine ; Roland le lui accorde, mais en l’incitant à bien faire. Nous rapportons leur conversation : « Bel niès, dist li roi, lassés ch’il vegne un petit avant, si verés se ai obliés férir de lanze ; lassés moi li primer colp cun l’amirant. » « Volonter, dist li dus d’Anglant (l’ascendance noble de Roland est soulignée par ce titre : il est duc d’Anglant et comte de Clermont) ; arecordes vos, sire, quand fustes in cort a li roi Galafrie, roi de Spagne, che por votre proeze alcistes li roi Brunador e li roi Braibant ; ore ch'il bexogne, mostrés vetre ardir. » « De ce non dotés » dist li rois. E deves savoir che a cist tenp li roi non avoit anchor sésante ans », ajoute Marmora qui a la manie de calculer les âges de ses personnages et fait dans ce dialogue de l’humour en toute bonne foi. Quant à Roland, il est non seulement conquérant mais d’abord convertisseur : il convertit personnellement Joxafat, Samuel, Adrian, tente de convertir Aquilon une première fois. Son oeuvre est aussi de pacification.

***

  • 31 Op. cit., F° 98a.

18Ces personnages déjà éloignés de ceux des grandes épopées, évoluent dans des situations romanesques dont certaines sont traditionnelles, mais d’autres plus neuves. Par exemple, la triade sentimentale au centre de laquelle un personnage assume le rôle de l’Ami-Aimé existe déjà dans Fierabras (Fierabras, Floripas, autour de Gui de Bourgogne) ; Roland est ici lié à la fois à Olivier et Aude, dont il est le mari ; Aude est en effet l’épouse de Roland et non sa fiancée, — ainsi le dit le F° 120 a : « de ceste guerre [entre le roi de France et le duc de Bourgogne], fu feite la pais quand Roland combati trois jor cun li marchis Oliver e prist por spoxe la belle Alde sa suor ». Roland se trouve aussi dans cette situation entre Sanson et Dioné, fils et fille du Soudan de Jérusalem ; la famille du Soudan est secourue par Roland31. Ces personnages, qu’on retrouve dans les diverses Spagna, sont ici plus effacés, mais dans le Viaggio, Spagna en prose du manuscrit de Pavie (fin du xv e siècle), Dionisia s’agenouille devant Roland et réclame le privilège d’être sa femme ; il l'écarte doucement : « j’ai pris une autre femme qui est la soeur d’Olivier, et la plus belle dame de France ». Le Viaggio est encore plus tardif qu'Aquilon de Bavière ; dans les autres Spagna, Aude est seulement fiancée à Roland. Dans notre récit, Dioné épouse Anséis de Blois ; l’amitié entre Roland et Sanson est vive : toute la famille du Soudan deviendra chrétienne par les soins de Roland.

  • 32 F° 87b.
  • 33 F° 87d.

19On retrouve aussi dans Aquilon de Bavière la situation romanesque du mari aux deux femmes, à savoir le roi Pépin, qui au moment d’épouser Berte de Hongrie, séduit Gaïete, fille du roi de Corvatie. Le thème de la Fiancée Substituée est ramené par Marmora à une intrigue galante où un prince sensuel et corrompu se laisse subjuguer successivement par deux filles nobles ambitieuses ; les moeurs de Pépin ne sont pas « bien honnêtes », comme le dit Marmora ; Gaïete révèle : « Il (le roi) me di en secroi ; « Certemant, Gaiete, se toi ause veue, gi non averogie tolus autre dame che toi. Ces paroles me dist mantes fois... »32 et une fois Berte disparue, « li roi me dist : « Gaiete, depois che Berte non se trove in nullu part, voirement la doit essre morte. Gi vos torai a dame, si vos sposerai por tal convenant si por aucun temp la trovasse, gi la ferai ardre e pois ferai confermer le matrimonie de toi a moi da li apostolice de Rome. » Le « bon home » qui recueille Berte lui dit : « Toi defenderai da tot les homes dal mond, fors che da monsignor li roi Pipin. » Quand le roi s’installe chez lui, le « bon home » a soin de lui dire : « Mon Signor, gi ai une dame veile e une file che oit da XII ans33. » Dist li roi : « Fa che le posse veoir. » Après l’avoir vue, le roi promet de trouver un riche mari à la « fantine » quand elle en aura l’âge. Mais son attention se reporte sur Berte qui va et vient habilement sous ses yeux, car elle sait qu’il est le roi, et Pépin est aussitôt séduit. Le char sera dressé cette nuit même. Et c’est Gaïete qui sera brûlée. La solution à la bigamie est le supplice par le feu de l’épouse importune, l’une ou l’autre d’ailleurs. Ces personnages sont bien loin de ceux que nous présentait Adenet le Roi. L’anecdote est contée avec un humour contenu qui contraste avec tant de faits héroïques.

  • 34 F° 158b.
  • 35 F° 156b.
  • 36 F° 170ab.

20Quant à la femme aux deux maris, elle est représentée par Berte la seconde, fille de Gaïete et épouse d’abord de Milon d’Anglant, qu’on appelle le Conte de Clermont, puis de Ganelon dont elle a un fils Baudoin ; c’est la « porelle », la soeur bâtarde de Charlemagne : « Li cont Gaine avoit un autre fil de sa dame che avoit VII ans, et cist avoit nom Balduin. Cist Balduin fu cil che fu mort con Roland in la bataille de Roncival »34. Dans le texte d’Oxford, Baudoin est mentionné, mais c’est un jeune enfant, que Ganelon confie à ses barons. On pourrait imaginer la mère de Roland prise dans une alternative tragique, entre son fils et son second époux. Marmora doit connaître le texte de Berta e Milone, car il rappelle : « quand li dus Millon fu in band de Paris, il demora a Sutri in cil païs »35. C’est une allusion à l'enfance malheureuse de Roland, quand Milon s’était fait bûcheron pour nourrir sa famille : en ce temps, Berte, enceinte, avait suivi Milon à travers toute l’Europe. Mais dans Aquilon de Bavière, veuve consolée, elle défend de toute son énergie son nouvel époux, déjà traître à Charlemagne, ayant tenté de s’emparer du pouvoir à Paris, ayant déjà au livre 6 demandé à Marsile d’envahir la France. Berte plaide avec éloquence la cause de Ganelon en rappelant à tous les barons présents qu’elle fut leur bienfaitrice : à Renaud de Montauban, banni de la chrétienté, elle a donné 20.000 francs d’or, à Vivian, elle a sauvé la vie, à Astolf, elle a ouvert les portes de sa prison36. Cet appel à la reconnaissance générale sauvera Ganelon. Berte mère de Roland, épargne à Ganelon un châtiment déjà mérité et prépare ainsi non seulement la mort de son fils aîné Roland, mais aussi celle de son second fils Baudouin : personnage énigmatique, éminemment tragique. Le même type de l’épouse alliée et rempart de son époux est incarné par l’impératrice Galienne, non pas morte à la fleur de l’âge, comme dans le texte de Girard d’Amiens, mais défendant Paris et le pouvoir de Charlemagne contre les tentatives d’usurpation de Ganelon.

  • 37 F° 114a.

21La fusion entre païens et chrétiens s'opère de multiples façons dans le roman, d’abord par les mariages assortis de baptêmes : celui de Galienne et Charlemagne, celui de Dioné et d’Anséis de Blois, celui de l’Amazone Gaïete et d’Anselme de Monpusler ; par les conversions : celle de Joxafat, fils de l’Amirant, de Sanson et Dioné, d’Adrian fils du roi Lucion, de la princesse Carsidoine ; enfin, par la simple tolérance : celle du roi Galafre qui, apprenant la nationalité et la religion des barons protecteurs de Mainet et de Mainet lui-même, les autorise à pratiquer la religion chrétienne dans leur maison en pleine ville de Saragosse et à recruter un prêtre chrétien, ceci, jusqu’à ce que Mainet ait quinze ans. Le texte dit : « il est voir che li père de Mainet alcist mon père ; si ne ferai vendete in tel partis cun vos orrés ; gi vo farai in ma cité une rize maxon, si vos ferai fornir de tot ce che fera mester e troverés un prestre de vetre loi que vos faze l’oficie de vetre glixie »37. Cette tolérance d'une petite communauté chrétienne à Saragosse serait une des causes possibles de la guerre de Braibant contre Galafre, dit Marmora : « algun dist ch’il fu solemant por coi il lassoit celleber in sa cité l’oficie de Jhésu ». Mais le mariage le plus curieux, me semble-t-il, est celui que Roland conclut entre son compagnon et ami Girard et Rebecce (Rebecca), fille du juif diabolique Gédéon et soeur de Samuel, chevalier juif qui se convertit et devient l’ami et l’allié de Roland. Or Roland pousse à ces unions : c’est lui aussi qui fait le mariage de Dioné et d’Anséis. Les mariages entre juives et chrétiens sont bien rares dans les épopées anciennes. De plus, nous voyons le christianisme être une cause de la guerre entre païens.

22Nous mentionnerons brièvement, dans un style humoristique, une ruse de guerre inhabituelle, le déguisement de Roland et de ses compagnons en femmes : au livre 4, Roland et ses compagnons pénètrent dans une maison de campagne du roi païen Lucion, déguisés en femmes, et réussissent ainsi à enlever sa femme Carsidoine et son fils Adrian ; ce déguisement est plus savoureux que celui de marchand adopté par Roland au livre 2.

***

  • 38 F° 151a.

23Dans la dernière partie de cette brève étude nous citerons quelques exemples illustrant une mentalité médiévale déjà tardive. D'abord l'importance accordée à la vertu de chasteté. Les deux grands héros d'Aquilon de Bavière sont des chastes. Aquilon-Anibal ne pense qu’à battre les chrétiens ; éclairé non sans difficulté sur sa naissance, il se fait moine. Mais Roland, son adversaire et son vainqueur, est également chaste, et chaste bien que marié. Marmora s’interroge en effet assez longuement sur la nature de la vie conjugale de Roland et d’Aude ; il avance plusieurs hypothèses, en gradation, de la chasteté presque totale à la chasteté intégrale : « Vos devés savoir che li autor non feit contes che li cont (Roland) albergast con sa dame, por coi alcun autor dist che li cont uxoit con sa dame segond comande li sant matrimonie, avegne ch’il non aust unches fil ne fille. Algun dist ch’il non la tocha fors une fois e non plus. Algun dist che quand il la spoxa, il promist ch’il non la tocheroit unches se il non la incoronast del regname de Spagne. Algun autre dist che tot dos manterent virginités a reverencie de Notre-Dame, e est da croire, pois che Deu li mostra tant de sa gracie ch'il fust virgine. Mes Trepin non dist niant »38. Par discrétion épiscopale sans doute. Il est sous-entendu que leur chasteté rend Aquilon et Roland héroïques et invincibles ; et explicable le fait que Roland et Aude n’aient pas d’enfant. Un autre cas de chasteté dans un mariage blanc est également mentionné : celui de la princesse Carsidoine, fille du Soudan de Jérusalem, et du roi Lucion de Valperse. La Vierge est apparue à Carsidoine, païenne, mais élue par Dieu, et lui a ordonné de mettre comme condition à la consommation de son mariage avec Lucion la capture ou la mort de Roland ; bien entendu Lucion n’arrivera pas à triompher de Roland, et c’est au contraire Roland qui le tuera (livre 4).

  • 39 F° 98a.

24Carsidoine voit dans ces événements un signe du ciel, elle devient chrétienne, malgré l’opposition de sa famille ; son père lui prédit que sa mère mourra de douleur en apprenant sa conversion : « La Sainte Vierge ne permettra pas ce malheur » répond Carsidoine qui est l'élue de la Vierge. Ce personnage illustre un aspect religieux de l’âme médiévale : l'intercession entre vivants, entre membres d’une même famille. Grâce à ses prières et malgré l’éloignement, son père, le roi Clandor, sa mère, la reine Floriane, ses frère et soeur Sanson et Dionès se convertiront39. « L’archevêque dit que c’étoit seulement par les prières que faisoit Carsidoine. » Elle est citée dans les derniers ottava rima du poème :

« De Carsidonia l’anima beata »

  • 40 F° 88a.

25et au F° 171 d : « In incist monester stet Carsidonia XL ans in bone e santé vite, e soit avant sa mort cornent li cont de Clermont (Roland) fist batezer son pere e sa mere in la cités de Jeruxalem, si cum li contes de la Spagne dist. » L'autre cas d’intercession est celui qui se développe entre la morte, Gaïete, âme souffrante, et son petit-fils vivant, Roland. Roland délivrera l’âme de Gaïete en fondant à Rome l’hôpital de Santo Spirito (livre 7). Enfin la reine Berte, pardonnant à Gaïete qui va mourir brûlée, prononce cette phrase : « Gaïete, gi toi pardone, a ce che Dieu perdon a moi quand pasarai de ceste vie », de même que Gaïete avait dit40 : « Gi sai bien che se moi pardonés, la misericorde de Deu est tant che moi pardonera. » Dans ces deux cas le pardon entre vivants est nécessaire pour que s’exerce la miséricorde de Dieu.

26On croit à la possession diabolique dans Aquilon de Bavière. Gaïete déclare : « Alor li diable moi tenta » et plus loin, quand elle se confesse à Pépin : « e por ciste raxon li diable moi tenta ». Le diable avait aussi tenté Pépin d'abord. Gédéon, le châtelain juif, est un cas de possession diabolique ; Candiobras est protégé par le diable : il appartient à Roland, héros-fils de Dieu, de vaincre ces adversaires sataniques.

***

  • 41 F° 173d.

27On peut trouver réussie la double conclusion d'Aquilon de Bavière ; l’une est heureuse : Carsidoine et Aquilon, sauvés de l’enfer, accéderont au Paradis ; l’âme d’Aquilon est « incoronata » comme celle de Carsidoine, dans les derniers vers, après qu’ils se sont retirés du siècle. L’autre conclusion, tragique, annonce la catastrophe de Roncevaux41 : « tant che la guerre de Spagne fu finie e Roland cum la belle compagnie furent mort ». Au dernier livre du poème, Charlemagne est l’objet d’une double supplication : celle d’Aude, épouse de Roland, qui demande à l’Empereur de pardonner à Marsile, et celle de Berte, mère de Roland, qui le supplie de pardonner à Ganelon. L’empereur dans les deux cas cède à la pitié et à l’éloquence des deux dames, accordant ainsi la mort de Roland aux deux êtres qui, après lui, l’aiment le plus sur cette terre : il y a là une trouvaille tragique appréciable. Et Berte prépare par sa démarche la mort à Roncevaux de ses deux fils.

***

28Cette brève étude permet d’apercevoir une variété de « styles » littéraires dans Aquilon de Bavière : Marmora est capable de renouveler sa matière héroïque par la recherche de rapports secrets entre les personnes et les choses, l’établissement de correspondances, le goût de l’étrange, de l’outrancier, le sens du danger universel, tempéré parfois d’un certain humour ; l’oeuvre est composite et baroque ; elle inquiète ; où est la sûreté pour l’homme dans ce monde du malaise, sinon au fond d’un cloître ? A l’aube du xv e siècle, la raison est encore loin ; on s’abandonne au mystère, on exorcise ses fantasmes. Et pourtant... Au F° V du manuscrit, on trouve un acrostiche du nom de Roland, emprunté à un passage du texte : « R ayson, O nor, L iberalita, A rdimant, N obelta, D io sia con luy. » Cet acrostiche est-il dû au copiste, à un lecteur enthousiaste ? Il établit en tout cas comment apparaissait Roland à un quasi contemporain de l’oeuvre. Cette définition, par vertus essentielles, de la personnalité de Roland surprend par rapport à la tradition ; la première vertu mentionnée est Raison ; ce n’était pas jadis la qualité distinctive de Roland ; le courage ne peut apparaître qu’à travers l'ardimant ; l'onor et la liberalita (la générosité morale comme matérielle) sont vertus plus spéculatives qu’actives ; la noblesse est aussi bien de l’âme que du rang. Quant au souhait pieux final, il rejoint l’usage de Raison ; Raison est fille de Dieu. Il est bien vrai que dans Aquilon de Bavière, Roland tue, mais il est aussi négociateur et pacificateur ; il travaille aux rapprochements, aux conversions, fait s’accomplir ces mariages anti-statutaires, païens-chrétiens, juive-chrétien, conclus pour supprimer les haines raciales ; il évolue du pur combattant à l’homme politique, il devient personnage semi-moderne. Ainsi vont les métamorphoses des héros.

29Interviennent successivement MM. F. Suard et A. DE Mandach . M. J.-Ch. Payen, président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 « Aquilon de Bavière, roman franco-italien, par Raphaël Marmora, extraits et analyse », par Antoine Thomas, Romania, 11, 1882, pp. 538-569.

2 Op. cit., p. 538.

3 Op. cit., p. 540.

4 Op. cit., p. 543.

5 Op. cit., p. 543.

6 Aquilon de Bavière, F° 88a.

7 Aquilon de Bavière, F° 87d.

8 Op. cit., P 87d.

9 F° 87d.

10 F° 97d-98a.

11 F° 87d.

12 F° 88a.

13 « Aquilon de Bavière, extraits et analyse », par Antoine Thomas, Romania, 11, p. 552.

14 Lancelot-Graal, édition O. Sommer, t. IV, pp. 339-341, et V, pp. 191-192 ; cf. aussi L’Estoire del Saint-Graal, t. I, pp. 266-268.

15 Aquilon de Bavière, F° 88a.

16 Op. cit., F° 114a.

17 Op. cit., F° 114a.

18 Op. cit., F° 67d.

19 Op. cit., F° 114a.

20 F° 114a.

21 Léon Gautier, Les épopées françaises, t. II, p. 69.

22 Aquilon de Bavière, F° 173d.

23 F° 88a.

24 A. Thomas, op. cit., Romania, 11, p. 553.

25 Op. cit., p. 550.

26 Op. cit., p. 554.

27 Op. cit., p. 554.

28 Aquilon de Bavière, F° 97a.

29 A. Thomas, op. cit., Romania, 11, p. 554.

30 Aquilon de Bavière, F° 114a.

31 Op. cit., F° 98a.

32 F° 87b.

33 F° 87d.

34 F° 158b.

35 F° 156b.

36 F° 170ab.

37 F° 114a.

38 F° 151a.

39 F° 98a.

40 F° 88a.

41 F° 173d.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter