Version classiqueVersion mobile

La Différenciation dialectale en Belgique romane avant 1600

 | 
Louis Remacle

Introduction

Texte intégral

11. Objet du présent ouvrage.Le problème de l’ancien wallon, que j’ai publié en 1948 et qui a mis en circulation un néologisme, scripta (= all. Schriftsprache), dont certains n’ont aimé la forme ni perçu l’utilité, comprenait deux grandes sections : dans la première, je rassemblais les indices de la différenciation dialectale en Belgique romane au moyen âge pour ébaucher une sorte de petite grammaire historique du wallon ; dans la seconde, j’analysais la langue d’une charte liégeoise de 1236 afin de déterminer sa nature par rapport au dialecte local.

2Les deux études s’appuyaient l’une l’autre. Ma pensée première avait été, en effet, d’empêcher qu’on illustre de formes trompeuses l’histoire médiévale du dialecte. Il importait donc que soit exactement définie la langue des textes anciens où les historiens du wallon peuvent puiser des exemples ; et, pour atteindre ce but, il fallait d’abord avoir décrit, dans la mesure du possible, l’état du dialecte à l’époque des documents utilisés.

3Après le Problème, l’analyse linguistique des anciens textes ne m’a plus guère occupé ; mais elle a été brillamment poursuivie par le regretté Ch. Th. Gossen dans divers articles et surtout dans ses Franzôsische Skripta-studien, qui concernent les scriptae de tout le nord de la France.

4La première section du Problème a été souvent citée dans les travaux qui touchaient plus ou moins à la phonétique des dialectes médiévaux, non seulement dans un ouvrage comme l’Introduction à la dialectologie française de J. Chaurand, mais dans les éditions de certains textes anciens comme Ly myreur des Histors de Jean d’Outremeuse par A. Goosse. Ma modeste contribution à l’étude de la segmentation dialectale à l’époque ancienne a donc rendu des services à des chercheurs de diverses disciplines linguistiques ou philologiques.

  • 1 Je ne reprends pas dans ce volume la 2e section du Problème, qui concernait essentiellement la nat (...)

5De mon côté, au cours des années, je n’ai pas cessé de recueillir occasionnellement des données susceptibles d’améliorer et d’enrichir mon premier travail. Au point de ma vie où je suis arrivé, le moment me paraît venu d’incorporer au tableau du Problème le produit de cette longue et passionnante collecte1.

  • 2 Voici quelques faits que je n’ai pas retenus : diphtongaison gaumaise (tchapîé chapeau, moû„rte mo (...)

6Le nouveau tableau comportera beaucoup plus de paragraphes que le premier. On n’y trouvera pas, cependant, tous les faits qui pourraient figurer dans une étude phonétique complète. Je n’ai retenu, en principe, que ceux pour lesquels des documents me fournissaient des attestations datées ou pour lesquels j’arrivais, par d’autres moyens, à une datation plus ou moins précise2. En outre, je me suis arrêté aux environs de 1600, c’est-à-dire à l’époque où apparaissent les premiers textes en wallon authentique.

7Bien que le présent tableau soit beaucoup plus riche que celui de 1948, le nouvel ouvrage ne remplace pas tout à fait la première section du Problème. Il conviendra de relire l’introduction du premier tableau (Probl., p. 25-39), et il ne sera pas toujours inutile de se reporter aux 53 paragraphes relatifs aux différenciations phonétiques et morphologiques.

82. Plan du travail. – Comme le tableau rassemble des phénomènes très divers, parfois très particuliers et géographiquement très limités, il est impossible d’organiser l’exposé, jusque dans le détail, d’une façon parfaitement logique. Seul le plan général sera nettement ordonné : comme dans le Problème, on étudiera successivement le vocalisme, le consonantisme et la morphologie.

9Dans la première partie, on examinera successivement les voyelles a, e, i, o, u (dans des paragraphes parfois très disparates), puis divers cas particuliers, pour terminer par la voyelle caduque.

10Dans la deuxième partie, après des paragraphes consacrés à k, g, on présentera des paragraphes variés où seront considérés notamment le w et le y, et aussi divers groupes de consonnes.

  • 3 Comme dans le Problème, je me suis surtout attaché aux différences phonétiques. La phonétique conv (...)

11Enfin viendront quelques paragraphes consacrés surtout à des désinences verbales3.

123. Structure des paragraphes. – La longueur des paragraphes varie beaucoup selon leur objet. Ils peuvent être brefs lorsque l’évolution qu’ils concernent ne pose pas de problème (ex. : yod après consonne labiale) ; ils sont forcément plus longs dans le cas contraire (ex. : a + l + consonne). Mais leur composition suit toujours à peu près le même plan : énoncé du procès considéré, avec exemples modernes ; extension géographique ; attestations anciennes ; essai de datation.

13Pour déterminer l’extension des phénomènes dans l’espace, il est tout simple maintenant de renvoyer à l’ALW, soit aux volumes publiés, soit à la documentation inédite. En ce qui concerne la France, l’ALF garde son utilité, mais il est doublé et complété par le FEW, et aussi, pour une bonne partie du territoire, par les nouveaux atlas régionaux ; il en est ainsi notamment pour la Lorraine et la Champagne, qui avoisinent la Wallonie ; il est regrettable qu’aucun volume de l’atlas picard n’ait encore paru, mais on dispose, heureusement, pour la Picardie, des excellentes études de Ch. Th. Gossen et de L.-F. Flutre.

14Depuis la publication du Problème, la documentation historique s’est beaucoup enrichie.

15Des textes vénérables ont été édités : les plus anciens textes français non littéraires, par M. Gysseling ; le plus ancien acte en langue d’oïl, par M.-A. Arnould ; des textes malmédiens (10e-13e s.), par J. Stiennon ; des fragments d’une traduction des sermons de saint Bernard et le Jeu de saint Nicolas de Jehan Bodel, par A. Henry : tous ces textes s’ajoutent au Poème moral, aux Dialogues du pape Grégoire, etc. pour nous éclairer sur une période importante. Il faut signaler aussi l’édition d’un long fragment du Myreur des histors de Jean d’Outremeuse (14e s.), par A. Goosse, avec, dans l’introduction, une copieuse et précieuse étude de la langue.

16On a mené à bien, d’autre part, de grandes entreprises d’intérêt to-ponymique qui fournissent, en outre, à une recherche comme la mienne, des fonds documentaires abondants et solides. Dans le grand Toponymisch Woordenboek de M. Gysseling, qui couvre la période fondamentale allant des origines jusqu’à 1226, j’ai recueilli, pour divers faits, des formes sûres, soigneusement transcrites et datées. Les nombreuses études étymologiques que J. Herbillon a publiées de 1945 à 1978 sous le titre Toponymes hesbignons utilisent, avec les précautions voulues, des séries d’attestations anciennes dont j’ai pu me servir, à mon tour, en plusieurs occasions. Beaucoup de mémoires de licence en philologie romane ont été consacrés, après la guerre surtout, à des toponymies communales : dans ces travaux aussi, on trouve parfois des renseignements utiles. Au total, grâce à tous ces ouvrages, il m’a été possible d’élargir et d’affermir, parfois considérablement, les bases de ma recherche historique.

17La datation de certains faits a été facilitée aussi sur un autre plan. Dans le Problème, je renvoyais régulièrement au précis de phonétique française de Bourciez, qui a d’ailleurs gardé sa valeur. Je renverrai en outre ici à la phonétique historique de P. Fouché, qui est beaucoup plus riche, mais qui, pour ce qui concerne le wallon notamment, laisse trop souvent à désirer, et aux études de G. Straka, qu’on a heureusement rassemblées en un gros volume, Sons et mots (je me réfèrerai volontiers aussi à l’» Initiation » de F. de la Chaussée, dont « la matière -- provient, pour l’essentiel, dit l’auteur lui-même, des publications de M. G. Straka>). Je citerai aussi la Grammaire de l’anc. picard de Gossen, les Introductions de J. Chaurand et de F. Carton, et, bien entendu, la synthèse de J. Wüest sur la dialectalisation de la Gallo-Romania, qui traite, au fond, mais à une échelle beaucoup plus vaste, le même problème que le mien. J’ai naturellement consulté et même exploité beaucoup d’autres ouvrages, mais je n’ai pas cru nécessaire d’y renvoyer à chaque occasion : je voulais abréger autant que possible.

  • 4 Le lecteur ne manquera pas de remarquer dans mon exposé des longueurs, des disproportions, des inc (...)

18A la fin des paragraphes, je m’efforce régulièrement de proposer une datation. En principe, il s’agit de fixer la date où le phénomène étudié s’est produit ; mais, en fait, je dois me borner souvent à indiquer la date où il est attesté dans la documentation. Les deux types de conclusions ont une portée très différente, le lecteur fera bien de ne pas l’oublier : l’époque où le phénomène apparaît dans les documents peut être sensiblement plus récente que celle où il s’est produit en réalité (ainsi pour la diphtongaison wallonne de ô] que le français ignore)4.

194. L’utilisation des anciens textes. - On admet maintenant que la langue des textes médiévaux, littéraires ou non, n’est pas la reproduction d’un patois ou d’un dialecte parlé par une communauté locale ou régionale. On ne dirait plus aujourd’hui, par exemple, comme Ch. Bruneau, que « la langue du remanieur [des Nativités du ms. 617 de Chantilly] est le wallon de la province de Liège », ou que la version de Floreffe du Pèlerinage de Vie humaine de Digulleville est « une […] adaptation […] en wallon de Namur », ou, avec E. Langlois, que « la langue [de la Nativité I] n’est pas le dialecte littéraire, mais le parler quotidien ». J’ai cité dans le Probl., p. 145-6, des affirmations analogues de Wilmotte et d’autres auteurs. C’étaient là des appréciations superficielles et inconsidérées. On sait maintenant que les scriptae médiévales diffèrent profondément des dialectes parlés et qu’elles ne reflètent ceux-ci que très partiellement.

20Les textes dont proviennent les formes anciennes que je cite sont des œuvres littéraires ou des documents d’archives. Les derniers ont sur les premiers l’avantage d’être localisés et datés ; ce sont parfois aussi des originaux. Les meilleurs, à mon point de vue, sont naturellement ceux qui sont le plus contaminés par les dialectes locaux ou régionaux parlés. J’en ai cité quelques-uns plus haut.

21On s’étonnera peut-être que j’utilise peu les Nativités et Moralités du ms. 617 de Chantilly. J’ai publié dans Les dialectes belgo-romans, t. 11 (1954), p. 127-144, un article intitulé « Les textes wallons de Chantilly sont-ils écrits en wallon ? ». Ma réponse a été négative : la Nativité (textes I et II) est écrite en français, ou, si l’on veut, en français régional. Je n’ai pas utilisé les textes de Chantilly dans le Probl. et je ne les utiliserai que rarement ici. Je ne puis les considérer comme étant du 13e siècle, ainsi que le croyait Cohen ; je les situe dans la 2e moitié du 15e siècle, càd. à l’époque où ils ont été copiés : ils sont, dès lors, trop tardifs pour m’être souvent utiles. D’autre part, leur localisation au nord-est de Liège est également sujette à caution. Cohen aurait dû comparer la langue de ses textes avec celle d’un registre aux paies des Dames blanches de Huy (1468-1508) contemporain du ms. 617 de Chantilly. Il y aurait trouvé la même langue, très probablement ; il y aurait rencontré en tout cas la forme az « aux » qu’il retenait comme premier indice d’une haute antiquité du texte I (v. DBR 11, 136, n. 1). Enfin, l’étude linguistique minutieuse menée par Cohen sur la base des rimes, qui a reçu tant d’éloges, devrait être recommencée : les « rimes » exploitées systématiquement par Cohen ne sont souvent que des assonances plus ou moins nettes.

22Même quand on se fait une idée exacte de la scripta des anciens textes, l’analyse de cette langue ménage des embûches. Dans les Conclusions générales du Problème, j’essaye de rendre sensibles les difficultés de la tâche, notamment au dernier paragraphe (n° 15). En outre, l’analyse systématique de la charte liégeoise de 1236 (section I) et celle des textes malmédiens de 1493 et de 1496 (appendice) constituent des applications détaillées de la méthode (pour les textes de l’appendice, voir le compte rendu de J. Herbillon, DBR 7, 1948, p. 65-8, où sont proposées de nombreuses et importantes améliorations).

Notes

1 Je ne reprends pas dans ce volume la 2e section du Problème, qui concernait essentiellement la nature de la langue d’une charte de 1236. Comme je devais m’y attendre, ma méthode et ma position ont provoqué des critiques diverses.
Dialectologue avant tout, je souhaitais établir sur des bases saines la grammaire historique du wallon. Après avoir essayé de décrire l’état du wallon oral au 13e siècle, j’analysais la langue d’un document original et je concluais que cette langue (scripta !) ne coïncidait pas avec le dialecte parlé de l’époque.
Dans un article récent (Dialectes et scriptae à l’époque de l’anc. français, R. de ling. rom. 49, 1985, p. 87-117), où il attaque violemment ma méthode et la scripta, A. Dees applique à l’étude de l’ancienne langue écrite une méthode comparative moderne d’une grande ampleur. Je souhaite qu’il puisse mener à bien son projet et j’espère qu’il parviendra à éclairer d’un jour nouveau, sinon l’histoire du dialecte oral, la formation de la langue écrite.

2 Voici quelques faits que je n’ai pas retenus : diphtongaison gaumaise (tchapîé chapeau, moû„rte morte, etc. : ALW 1, 294b, index) ; – -il + s > pic. -ius (fieu, fiu fils, etc.) ; – maintien tardif de -t en w. ; - subj. pic. en -che ; – possessifs pic. men, ten, sen ; – ind. prés, en -èle, -ère (Mél. Bal, 1.2, 225).•

3 Comme dans le Problème, je me suis surtout attaché aux différences phonétiques. La phonétique convient mieux que la morphologie et surtout que la syntaxe pour caractériser les dialectes : les variations des sons affectent toute la chaîne du discours. J. Wüest a étudié la dialectalisation de la Gallo-Romania telle qu’elle s’est développée sur le plan phonétique et phonologique : en fait, sa grande synthèse se situe, comme mes propres recherches, dans la ligne de la tradition. Peut-être mes conclusions auraient-elles gagné en consistance si j’avais aussi tenu compte du lexique. Pour décrire la formation et les caractères des grandes régions linguistiques de la Gaule romane, Chr. Schmitt s’est fondé sur la répartition du vocabulaire latin, et sa tentative me paraît avoir été très fructueuse. El. Legros a établi une liste de 26 mots latins (acia, cupere, mulsio, palmes, sublustris, etc.) qui sont, pour la plupart, inconnus du français central et que le wallon conserve. La Wallonie possède aussi des mots celtiques et surtout des mots germaniques que le centre ignore. Ces termes latins, celtiques, germaniques ont dû intervenir, au cours des siècles, dans la dialectalisation du nord et du nord-est ; mais je ne pouvais leur consacrer l’étude attentive qu’ils mériteraient.

4 Le lecteur ne manquera pas de remarquer dans mon exposé des longueurs, des disproportions, des incohérences… Je cite parfois beaucoup d’exemples modernes (c’est qu’à un moment donné, je songeais à rédiger une phonétique descriptive du wallon) ; j’aligne parfois trop d’attestations anciennes (j’ai voulu établir la continuité de la tradition, plutôt que d’» extrapoler » à partir d’une seule ou de la première attestation). Je ne me réfère pas toujours aux mêmes ouvrages (ALF, FEW, etc. ; traités de phonétique historique, etc.) ; c’est parfois en cours de travail que j’ai commencé à utiliser certains d’entre eux. Au surplus, il ne m’a pas toujours été possible de me reporter aux éditions les plus récentes, comme j’aurais dû le faire en saine méthode…

© Presses universitaires de Liège, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search