Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Charlemagne et Guillaume

Jeanne Wathelet-Willem

Texte intégral

1Il n’est pas possible, en l’espace de vingt minutes, de vous faire accomplir à travers la Geste de Guillaume, un périple aussi complet que celui auquel nous a conviés ce matin le professeur Jules Horrent dans les méandres du cycle du Roi. Force m’est de m’en tenir à un point particulier.

2Il convient néanmoins de souligner avec quelle constance le nom de Charlemagne revient dans la troisième geste que distinguait, au xiii e siècle, Bertrand de Bar-sur-Aube et qu’il appelait, du nom de l’ancêtre de la lignée, Geste de Garin de Monglane.

3Ce cycle peut se diviser en deux parties : la Geste de Guillaume et celle des Aymerides.

4Les douze chansons qui constituent la Geste de Guillaume se groupent, en vertu d’un classement idéologique, étranger à tout souci de chronologie, autour de quatre thèmes :

51. Guillaume, le vaincu glorieux :

6sept chansons se rattachent, de près ou de loin, à ce motif : la Chanson de Guillaume, telle qu’elle apparaît dans le ms. de Londres ; ses remaniements conservés dans les mss cycliques, Aliscans, Chevalerie Vivien ; ses prolongements (au sens large), Enfances Vivien, Foucon de Candie, Bataille Loquifer, Moniage Rainouart.

72. Guillaume, successeur moral de Charlemagne :

8Couronnement Louis.

93. Guillaume conquérant :

10Charroi de Nîmes, Prise d’Orange (et son prologue Enfances Guillaume).

114. Guillaume à la fin de sa vie :

12Moniage Guillaume.

13Notre propos actuel nous amène à interroger d’abord le Couronnement Louis, et spécialement le début du premier épisode. A Aix, la consécration de la Chapelle s’est déroulée dans un grand concours de monde. La couronne impériale est posée sur l’autel. Un archevêque annonce solennellement, qu’en raison de son grand âge, Charlemagne a décidé d’abdiquer en faveur de son fils Louis. Le vieil empereur invite l’enfant à prendre la couronne, non sans lui énumérer les lourdes charges qu’implique sa nouvelle dignité. L’enfant ne fait pas le geste que tous attendent, d’où colère de Charles. Intervient alors un seigneur félon qui, feignant d’excuser l’héritier sur son trop jeune âge, s’offre à exercer la régence. Charles découragé est sur le point d’accepter, mais Guillaume survient, bondit sur les marches de l’autel et d’un coup de poing bien asséné, frappe mortellement le traître ; se saisissant de la couronne, il la pose sur la tête de Louis. Charles s’écrie :

Sire Guillelmes, granz merciz en aiez
Vostre lignages a le mien essalcié.

14Rentré au palais, le vieil empereur fait son testament politique, sous forme de recommandations à son successeur. Retenons un de ses avis : que Louis ne prenne jamais conseil d’un homme sans valeur,

Mais de Guillelme le nobile guerrier,
Fill Aimeri de Narbone le fier,
Frere Bernart de Brebant, le guerrier :
Se cil te vuelent maintenir et aidier
En lor service te puez molt bien fiier.

15Le jeune homme, le jeune roi, sort enfin de son mutisme et, se jetant aux pieds de Guillaume, qui s’empresse de le relever, requiert une aide que le comte lui promet sans hésiter. Charlemagne disparaît alors de la scène épique, dans la biographie poétique de Guillaume.

16Cette scène, la seule dans les chansons de la Geste de Guillaume où Charlemagne et Guillaume soient en présence, mérite un moment de réflexion ; elle contient divers traits significatifs. Au moment de la cérémonie solennelle qui se déroule à Aix, en présence du pape, au milieu de toute la cour assemblée, Guillaume est absent. De même, plus tard, quand, dans le Charroi de Nîmes, Louis procède à la distribution des fiefs, Guillaume n’est pas là. Dans les deux cas, c’est son neveu Bertrand qui met le héros au courant de l’événement, au moment où il revient de la chasse. Le fait n’aurait-il pas une valeur symbolique ? La chasse étant le divertissement royal par excellence, le poète ne chercherait-il pas à indiquer ainsi, indirectement, que c’est ce héros qui exercera en fait la royauté ? Mais voici plus curieux. Il est absolument insolite qu’un souverain, même très jeune, se jette aux pieds de son vassal ; c’est au vassal à plier le genou devant son suzerain, en signe d’hommage. D’ailleurs Guillaume ne tolère pas cette attitude :

Il (= Louis) vint al conte, si li cheï as piez.
Li cuens Guillelmes le coru redrecier ;
Il li demande : « Dameisels, que requiers ?

17sans cependant lui donner son titre de roi. D’ailleurs, dans la scène antérieure, c’est Guillaume qui a couronné Louis :

Veit la corone qui desus l’altel siet :
Li cuens la prent senz point de l’atargier,
Vient a l’enfant, si li assiet el chief :
« Tenez, bels sire, el nom del rei del ciel,
Qui te doint force d’estre buens justiciers ! »

18A regarder le texte de près, il apparaît que l’hémistiche senz point de l’atargier (i.e. sans hésiter) n’est pas simplement destiné à montrer la rapidité du mouvement, mais aussi à souligner le caractère insolite de la situation. C’est immédiatement après que Charles remercie Guillaume et déclare :

Vostre lignages a le mien essalcié

19c’est-à-dire : « votre lignage a soutenu le mien » et presque « l’a prolongé ».

20D’autre part, dans le Couronnement Louis même, mais aussi dans la Chanson de Guillaume et dans d’autres œuvres de la geste, l’épée de Guillaume c’est Joyeuse, celle-là même que Charlemagne portait à Roncevaux (dans le Roland d’Oxford). L’une des chansons du cycle des Aymerides, les Narbonnais, décrit la scène de l’adoubement de Guillaume par Charles, qui remet au jeune chevalier ses armes et notamment Joyeuse. Ce don a une valeur symbolique plus apparente : le fait que cette épée célèbre passe, non au fils et successeur de Charlemagne, mais à Guillaume désigne ce dernier comme le successeur moral de Charlemagne.

21Guillaume, successeur moral de Charlemagne, ce thème, particulièrement illustré dans le Couronnement de Louis, est, en fait, celui de toute la geste. C’est peut-être son caractère presque royal qui fait de Guillaume le héros épique le plus célèbre, après Charlemagne et Roland, comme le prouve notamment la diffusion de sa légende dans les littératures étrangères.

22Dans la légende, Charlemagne est déjà un homme d’âge quand, au retour de Roncevaux, un jeune homme de moins de vingt ans, Aymeri, conquiert la cité de Narbonne (Aymeri de Narbonne). Guillaume, étant le second fils d’Aymeri, est donc presque de deux générations postérieur à Charlemagne ; cependant il est présenté comme nettement plus âgé que Louis, auquel il donnera une de ses sœurs en mariage. Ce dernier trait de la biographie légendaire est, de la part de la geste, une nouvelle façon d’assimiler Guillaume à la puissance royale.

23Tournons-nous maintenant vers les faits historiques. Il est inutile de rappeler qu’au moment de la bataille de Roncevaux, en 778, il s’en faut de plus de vingt ans que Charles ne soit empereur, que Louis, né en 778, a 35 ans, au moment où, en 813, Charles lui cède un pouvoir, qu’il ne songe pas à refuser.

24Le prototype du Guillaume légendaire est un carolingien, cousin germain de Charlemagne, que celui-ci plaça, en 790, à la tête du comté de Toulouse et qui mourut en 812, soit près de deux ans avant Charlemagne. Donc la seule donnée chronologique exacte, dans la Geste, est que Guillaume est plus âgé que Louis.

25Certes les auteurs de chansons de geste sont des poètes et non des annalistes, des poètes qui se meuvent, pour la chronologie, en dehors du temps, comme pour la géographie, dans l’irréalité. Cependant il est curieux de constater les efforts faits par la geste pour rattacher Guillaume à Charlemagne, efforts qui ignorent le lien authentique qui unissait les deux personnages historiques. De plus, la majorité des critiques sont d’accord pour reconnaître que le noyau historique de la Chanson de Guillaume est la bataille super Oliveio, où Guillaume subit une défaite glorieuse, en ce sens que les pertes de l’ennemi furent telles qu’il ne revint jamais dans la Narbonnaise. Cette razzia sarrasine eut lieu en 793, donc sept ans avant le couronnement de Charles comme empereur. Or, dans la Chanson de Guillaume, Charles est mort et le souverain en qui Guillaume et Vivien mettent leur confiance est Louis. On entrevoit une explication vraisemblable à la substitution de Louis à Charlemagne comme suzerain de Guillaume, c’est que les faits se déroulent en Aquitaine et que le souverain de l’Aquitaine est effectivement Louis ; c’est, en effet, avec ce dernier que Guillaume de Toulouse participa à la campagne de 801-803, marquée par la conquête de Barcelone. On pourrait ainsi expliquer le glissement de génération, dans la fantaisie de poètes qui s’emparent du nom et de quelques traits d’un personnage historique, pour créer un héros, somme toute, assez différent.

26Les choses ne sont pas aussi simples ; rien n’est simple dans l’élaboration épique.

27Voici le témoignage du Pèlerinage de Charlemagne, à la date fort contestée, mais que le professeur Horrent arrive, en fin de compte, à situer à une époque assez analogue à celle que je propose moi-même pour la Chanson de Guillaume, version de Londres, soit le milieu du xii e siècle.

28Dans le Pèlerinage donc, Charlemagne se met en route vers l’Orient, en compagnie de Roland, Olivier, Naime, Gerin, Berenger, Turpin, c’est-à-dire six des douze pairs du Roland d’Oxford, et Ogier de Dennemarche, héros d’une autre geste, mais qui figure à Roncevaux, dans la version d’Oxford, mais aussi de Guillaume d’Orange, Hernaut, Aÿmer, Bernard de Brusban et Bertrand, soit cinq des Narbonnais. Fantaisie de poète qui, composant une parodie de chanson de geste, s’amuse à réunir des héros de gestes différentes ? On aurait pu le croire, si l’on n’avait d’autres témoignages.

29En effet, le Fragment de La Haye (fin x e- début xi e s.) mettait déjà en scène, aux côtés de Carolus imperator, Bernardus, Bertrandus (dit Palatinus), Ernaldus, Wibelinus, soit quatre des Narbonnais ; quant aux adversaires des chrétiens, les seuls à être nommément désignés sont Borel et l’un de ses fils (unus e natis Borel), sarrasins bien connus de la geste de Monglane. Certes — on l’a souligné depuis longtemps — Guillaume lui-même et son père Aymeri ne sont pas cités dans le Fragment conservé, mais, celui-ci procédant d’une œuvre plus vaste, on ne peut préjuger des personnages qui intervenaient dans le reste du récit.

30On notera du moins que Bernart, Bertrant et Hernaut figurent, avec l’empereur, à la fois dans le Pèlerinage et dans le Fragment.

31Voici maintenant la Nota Emilianense qui, avant la fin du xi e siècle, montre le rex Carlus arrivant, en 778, à Saragosse, accompagné de douze neptis, parmi lesquels figurent Ghigelmo Alcorbitunas et Bertlane, c’est-à-dire Guillaume lui-même et son fidèle neveu.

32Ce dernier se retrouve dans deux actes qui, pour être faux, ne sont pas dépourvus d’intérêt. Lors de la querelle qui, aux xi e -xii e siècles, opposa les deux monastères d’Aniane et de Gellone, il se trouva dans cette dernière abbaye un pieux faussaire pour modifier un acte produit par Aniane, en ajoutant aux noms de ses parents que saint Guillaume énumérait dans l’acte primitif, et nepote meo Bertranno, ce qui implique la célébrité du personnage, purement légendaire, au début du xii e siècle. Cette célébrité était déjà ancienne, puisque notre second acte faux, passé soi-disant en 794 par Charles, déjà appelé empereur, mais en fait rédigé vers 1090, confirme les privilèges de l’abbaye de Saint-Yrieix-de-la-Perche, en présence notamment de Guillelmo Curbinaso et de Bertranno validissimo.

33On se trouve donc en présence de deux traditions divergentes. D’une part, la geste, contrairement à la vérité historique, place la majeure partie des exploits de Guillaume et de ses frères sous le règne de Louis ; d’autre part, des témoignages, tout aussi légendaires, mais plus proches de la chronologie historique, mettent ces mêmes personnages dans l’entourage de Charlemagne, parfois en compagnie de Roland. La version qu’ils représentent serait-elle la plus ancienne ? et, dans ce cas, comment expliquer que la geste place Guillaume en dehors de la cour impériale, mais lui donne le rôle de successeur moral de Charlemagne ?

34Je verrais volontiers la raison de l’éviction de Guillaume hors du cercle impérial dans la Chanson de Roland, non la version d’Oxford, mais un état antérieur, et je la chercherais dans un conflit d’individualité. Guillaume appartient à la même génération que Charlemagne, mais celui-ci jouit du prestige impérial ; Guillaume ne peut donc occuper que le second rang, or celui-ci se trouve accaparé par le prestige éblouissant de Roland.

35Une épopée ne chante pas, dans le même camp, deux héros de premier plan, appartenant à la même génération. Charlemagne et Roland peuvent vivre côte à côte, en raison de leur différence d’âge ; l’oncle et le neveu se complètent mutuellement. Roland et Guillaume ne pouvant être mis sur le même pied, Roland a évincé Guillaume de l’entourage immédiat de Charles.

36D’autre part, les deux héros ont dû être, à l’origine, chantés dans des régions géographiques différentes. Roland est un personnage de la partie septentrionale de l’empire : c’est à Aix que la belle Aude vient réclamer son fiancé. Certes il s’illustre dans un combat aux Pyrénées, mais le préfet de la Marche de Bretagne n’a été amené en cette région que par les hasards des combats. Si même, comme une partie de la critique tend de plus en plus à le prouver, on a chanté de Roland, non seulement au nord de la Loire et en Espagne, mais aussi entre Loire et Pyrénées, c’est parce que sa gloire est telle qu’il est devenu un héros de tout l’empire, chanté par les Aquitains, comme par les Allemands et les Italiens. Guillaume, lui, bien que carolingien, est un héros profondément méridional et il est normal que ce soit dans les provinces où il s’est illustré par ses exploits et sa fin pieuse qu’on ait songé d’abord à le chanter. C’est parce qu’on exaltait sa gloire en Aquitaine, qu’on l’a fait combattre sous Louis, roi d’Aquitaine.

37Il est assez curieux de constater que la légende, tout en s’écartant de l’histoire, conserve avec celle-ci une série de traits communs.

38Pour accroître la gloire de leur héros, les gens du Midi en ont fait le successeur moral de cet empereur toujours un peu lointain ; ils ont vu dans Guillaume le défenseur et souvent le maître de leur ancien souverain, Louis, devenu un empereur sans envergure. Je chercherais volontiers dans cette caractérisation du personnage la preuve de l’origine méridionale de la geste, beaucoup plus que dans des traits linguistiques qui ont pu disparaître du jour où la matière épique, retravaillée par des trouvères de langue d’oïl, a abouti aux versions que nous avons conservées.

39Devant les efforts des trouvères pour rattacher la geste de Guillaume à la geste du Roi, efforts qui n’arrivent pas à restituer les rapports réels, on est amené à conclure que la première élaboration ne peut être d’origine cléricale. Des érudits ne se seraient pas aussi grossièrement trompés. Ils auraient su que Guillaume était parent de Charlemagne, contemporain du grand empereur et qu’il n’avait jamais résidé à Barcelone.

40Qu’on m’entende bien. Je demeure persuadée que ce sont des poètes qui ont composé de geste, mais des poètes successifs, appartenant à des époques qui vont du ix e au xii e siècle ; leurs œuvres ont été transmises par des jongleurs et, d’un poète à l’autre, transformées par la légende, qu’ils avaient contribué à créer.

41Qu’on me pardonne d’avoir, une fois de plus, été happée par « le piège béant des discussions théoriques et des reconstitutions hypothétiques ». Nous y succombons tous, un jour ou l’autre, peu ou prou.

42Interviennent successivement MM. J.-Ch. Payen , M. Mancini, Mme R. Lejeune et M. M. Delbouille . M. F. Dethier , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search