Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Communications

Sur la mort de l’empereur Charles

Jean Subrenat

Texte intégral

1Il y a tout de même une chose étonnante dans la carrière poétique de Charlemagne, c’est que les auteurs de chansons de geste oublient ou évitent de faire mourir le grand empereur. Pourtant les autres héros sont tous morts, même les plus grands, — comme Guillaume dont la fin édifiante fit le sujet d’un fort beau « moniage ». Le paradoxe est d’autant plus surprenant, non seulement parce que, dans la réalité, l’empereur est évidemment mort, mais surtout parce que cette mort fut — ô combien ! — exploitée. Celle de Guillaume aussi a été exploitée autour d’Aniane et de Gellone, mais précisément, — et c’est là bien la différence, — le domaine épique n’était pas en reste.

  • 1 Eginhard, Vie de Charlemagne, éditée et traduite par Louis Halphen, Paris, Champion, 1923, § 30, p (...)
  • 2 Id„ ibid., § 32, pp. 88-93.

2Or, pour Charlemagne, que disent les textes ? Ou, plus exactement, quels textes parlent de sa mort ? Bien sûr, la Vita Karoli d’Eginhard, reprenant les Annales Royales (comme le montre Louis Halphen dans son édition d’Eginhard), décrit la mort de l’empereur et la situe le 28 janvier 814 à 9 heures du matin dans la 72e année de sa vie et la 47e année de son règne1. Cette mort en elle-même bien banale — une pleurésie — fut pourtant, aux dires du chroniqueur, annoncée par divers prodiges : éclipses du soleil et de la lune, taches solaires, effondrement d’un portique et incendie d’un pont que Charles avait fait édifier, etc.2. Parallèlement à l’œuvre d’Eginhard, d’autres textes historiques ou pseudo-historiques relatent de leur côté l’événement ; mais il n’est pas de notre propos d’en parler aujourd’hui. Retenons toutefois qu’il y avait dans les prodiges annonciateurs relatés par la Vita Karoli matière à amplification épique, même s’il était bien prosaïque de laisser le grand empereur mourir dans son lit.

  • 3 La chronique de Turpin, in Les textes de la Chanson de Roland édités par Raoul Mortier, Paris, La (...)

3La Chronique du Pseudo-Turpin, que sa position ambiguë au xii e siècle entre l’épopée, l’histoire et la religion rend intéressante, relate cette mort en reprenant des prodiges annonciateurs analogues, mais elle en modifie l’esprit3 : Turpin dans sa cathédrale de Vienne chantait le psaume « Deus in adjutorium meum intende », lorsqu’il eut la vision d’une troupe innombrable de chevaliers noirs qui se dirigeaient vers la Lorraine. L’un d’eux, en réponse à une question de l’archevêque, explique qu’ils vont à Aix chercher l’âme de Charles pour la jeter dans le Tartare. Turpin demande à son interlocuteur de s’arrêter auprès de lui sur le chemin du retour pour lui donner des nouvelles. A peine l’archevêque a-t-il terminé la récitation de son psaume qu’il se retrouve en face de son interlocuteur. Celui-ci lui dit :

«Galetianus… sine capite tot lapides et tantos et ligna innumerabilia basilicarum suarum in statera suspendit, quod magis appenderunt ejus bona quam mala.»

4Réponse que le texte de Willem de Briane transpose ainsi :

  • 4 Ibid., éd. Mortier, p. 90 ; éd. A. de Mandach, II. 1310-1312, p. 84.

«Uns Gali(n)cens saun teste mist en balaunce taunt de peyres e taunt de merin de eglices, ke ly bens peyserent plus ke les maus, e pur ço nous ad il toleyt la aume Charles4

5La thèse est claire : construire des églises, c’est se préparer une place dans le royaume de Dieu et échapper aux démons ; ajoutons que saint Jacques n’oublie pas ceux qui l’ont vénéré.

6En somme, l’Historia Karoli Magni et Rotholandi du Pseudo-Turpin, comme la Vita Karoli d’Eginhard, fait mourir l’empereur avec simplicité mais entoure cette mort de prodiges et de signes à la mesure du personnage, dont la tonalité toutefois n’est pas essentiellement épique. Pourtant le Pseudo-Turpin écrit une petite phrase qui nous rapproche bien de l’épopée et, plus particulièrement, de la campagne d’Espagne :

«… didici ab illo tempore, quo ab Hyspania recessit, usque in diem mortis sue ilium assidue egrotasse.»

7c’est-à-dire, d’après le texte de Willem de Briane :

  • 5 Ibid., éd. Mortier, p. 92 ; éd. A. de Mandach, 11. 1321-1323, p. 84.

«E me dist ke il ne fust unkes pus ben sayn ke il vint de Espayne5

8La mort de l’empereur serait donc une conséquence indirecte et relativement lointaine de cette tragique guerre d’Espagne.

  • 6 Par exemple in Chanson de Roland, vv. 524, 539, 552, etc. (éd. Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969 (...)
  • 7 Chanson de Roland, éd. cit., vv. 3121-3122.
  • 8 Ibid., vv. 3988-4001.
  • 9 Voir la Chanson de Gaydon, op. cit.
  • 10 Voir la chanson d’Anséis de Carthage : Anseis von Karthago, éd. Johann Alton (Bibliothek des Liter (...)

9Ce qui nous ramène au domaine épique et nous suggère d’y rechercher les relations de la fin de la vie de Charlemagne. Or qu’y trouvons-nous ? D’abord un empereur très vieux, très fatigué. Même si dans la réalité, Charles a eu une vie d’une longueur honorable, elle n’a jamais rivalisé en ce domaine avec celle des anciens patriarches, bien que les trouvères lui donnent volontiers plus de deux cents ans6. Nous n’imaginons guère, par l’épopée, le grand empereur que comme un vieillard à la barbe blanche, tant fut écrasante l’influence de la Chanson de Roland. Tout se passe comme si l’image, que donne Turold, de Charles chevauchant à la rencontre de Baligant avec sa barbe flottant par-dessus sa cuirasse7 avait arrêté le cours de la vie et permis d’ajouter combats sur combats, campagne sur campagne à l’activité de l’empereur. Turold lui-même conclut son œuvre par une ouverture sur une autre aventure : l’Espagne était conquise, Roland vengé, Bramimonde baptisée ; le roi dormait d’un repos fort mérité ; or Gabriel, au nom de Dieu, l’envoie au secours du roi Vivien à Imphe8. Si pourtant, à ce moment-là, le grand empereur avait pu, comme ses larmes semblaient en exprimer le désir, s’endormir du sommeil de la terre, cette fin n’eût pas été sans grandeur. Dieu et Turold en ont voulu autrement ; les trouvères postérieurs vont en rajouter. Outre cette expédition, simplement suggérée, à Imphe, Charles va devoir mener une campagne de plusieurs années contre Thierry d’Anjou, révolté sous le nom de Gaydon9. Il va devoir encore retourner en Espagne au secours d’Anséis de Carthage10. Et il faudrait rappeler encore d’autres épopées en dehors du cycle rencesvallien.

10Mais un autre événement nous fait toucher du doigt, dans l’épopée, la fin prochaine de l’empereur ; c’est qu’il pense à sa succession : deux chansons en particulier en rendent compte : le Couronnement de Louis et Huon de Bordeaux ; dans la première, par exemple, un archevêque dit :

  • 11 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du xii e siècle éditée par Ernest Langlois, Paris, Cham (...)

« Charles li maines a molt son
tens usé,
Or ne puet plus ceste
vie mener.
Il ne puet plus la corone
porter :
Il a un fill a cui la vuelt doner11. »

11Dans la seconde, l’empereur s’adresse à son entourage en ces termes :

  • 12 Huon de Bordeaux édité par Pierre Ruelle, Bruxelles, Presses Universitaires, 1960, vv. 55-61. Voir (...)

« Viex sui et frailes, si ai le poil cangié,
Soissante ans a qe fui fais chevaliers.
Li cors me tramble sous Termine deugié,
Je ne puis mais errer ne cevaucier.
Ains vous requier, pour Dieu le droiturier,
Faites un roi, je vous en veul proier,
Qui tiegne France, le païs et le fief12. »

12L’empereur sait qu’il n’est pas immortel, mais on dirait qu’il ne peut pas mourir. D’ailleurs le verra-t-on vraiment mourir ? A peine, en effet, constatera-t-on brusquement que c’est désormais Louis qui est roi. Tout se passe comme si les auteurs avaient voulu, dans l’ensemble, éviter cette humiliation humaine au grand empereur, sans toutefois oser aller jusqu’à lui accorder un traitement de faveur comme un passage glorieux dans l’autre monde, une assomption. L’idée n’a pas été explicitée, mais elle est sous-jacente, car, enfin, il n’y a aucune allusion à un culte autour du tombeau de l’empereur, — soit que l’on prie pour le repos de son âme, soit qu’au contraire on implore de lui des faveurs comme d’un saint.

  • 13 Robert Folz, Le Souvenir et la Légende de Charlemagne dans l’empire germanique médiéval, Paris, Le (...)
  • 14 Robert Folz, Etudes sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Le (...)

13Et pourtant, que l’on y songe !, dans la réalité, le 29 décembre 1165, Charlemagne est canonisé et tout un ensemble de cérémonies, d’offices s’organise autour de son tombeau ; en 1165 ! c’est-à-dire à une date où l’inspiration épique battait son plein. Et les controverses autour de cette canonisation n’ont pu qu’en accroître la publicité. M. Robert Folz a analysé fort précisément l’origine et le développement de ce culte et il explique bien que « canoniser Charlemagne, c’est donc l’enlever à l’usage de la France, c’est grandir Aix aux dépens de Saint-Denis »13. Et de fait, comme le montre cet auteur, le culte s’est diffusé essentiellement en Allemagne14. L’épopée française n’a pas été atteinte ou contaminée par ces événements, bien plus elle ne cherche même pas réellement à « contre-attaquer » sur ce plan, à développer par exemple un culte parallèle autour de Saint-Denis. Les oppositions politiques ne suffisent pas à justifier ce silence. Car c’est le même mur de silence qui empêche l’épopée de s’inspirer sur ce point des prodiges rapportés par l’Historia Karoli Magni et Rotholandi du Pseudo-Turpin, alors qu’en d’autres domaines cette chronique a fourni des éléments à plusieurs épopées du xiii e siècle.

  • 15 Couronnement de Louis, éd. cit. :
    Ainz fu morz Charles que il fust repairiez,
    Et Looïs remest ses ent (...)

14Il faut donc se rendre à l’évidence ; les chansons de geste françaises font vieillir l’empereur, lui font souhaiter le repos, le font penser à sa succession et l’organiser ; elles ne se résolvent pas à le faire mourir, comme s’il y avait là quelque sacrilège. Deux d’entre elles au moins pourtant font allusion à cette mort de Charlemagne : Le Couronnement de Louis et Anséis de Carthage. Dans la version commune du Couronnement, il ne s’agit que d’un jalon par rapport au pèlerinage à Rome de Guillaume : si Charles n’était pas mort, il n’y aurait pas eu de révolte contre Louis, Guillaume n’aurait pas eu à intervenir, il n’y aurait pas eu d’épopée15.

15En revanche, le texte du Ms. B.N. F.Fr. 1448, celui qu’Ernest Langlois appelle « D », comporte un récit relativement circonstancié de cette mort. Tout d’abord, ce n’est plus seulement à cause de l’âge que l’empereur songe à sa succession, mais il avoue à son fils :

  • 16 Couronnement de Louis, Ms « D », vv. 204-206, in édition « publiée d’après tous les manuscrits con (...)

« Béas filz Loys, ne vos celerai mie,
Grans mas m’est pris ancontre la poitrine ;
Ceu est la mort, n’en eschaperai mie16. »

  • 17 Eginhard, op. cit., éd. cit., § 30, p. 86.

16Par là, l’auteur rejoint les récits historiques : Eginhard avait parlé de fièvre avec douleur au côté « quem Graeci pleuresin dicunt »17. Charlemagne meurt donc, muni des sacrements de l’Eglise, pleuré par tous ; les cloches sonnent et il est enseveli « A Aix en la Chapelle » (ms. D, v. 278). La relation serait sans relief si sa sépulture ne méritait une description particulière que voici :

  • 18 Couronnement de Louis, ms « D », éd. cit., vv. 279-282.

Teil sepulture n’avra mais roi en terre.
Il ne gist mie ançois i siet a certes…
Sus ses genolz, l’espée an son poin destre ;
Ancor menace la pute gent averse18.

17Charles est bien mort, son âme est partie, mais au-delà de la mort, il garde une présence presque physique. Implicitement l’auteur ne se résout pas à faire retourner en poussière le corps du grand empereur ni à le laisser reposer pour l’Eternité. La vie de Charles, même au-delà de la mort, reste « penuse », il continue à tenir tête aux païens. Il reste présent, transfiguré en quelque sorte.

18Une autre relation, mais beaucoup plus allusive, de la fin de l’empereur se trouve, disions-nous il y a un instant, en conclusion de la chanson d’Anséis de Carthage : ayant définitivement pacifié l’Espagne, restauré Anséis sur son trône, très affaibli déjà au début de la campagne, Charles revient en outre malade et sa mort va donc être comme une conséquence de cette ultime campagne d’Espagne. Il demeure là encore assis pour l’éternité. Voici le texte :

  • 19 Anséis de Carthage, éd. cit., vv. 11600-11603.

Et l’emperere est de Loon partis
Et vint à Ais, s’i est amaladis ;
Mors fu au terme, ke Dex si ot promis ;
A grant duel fu en la caiere asis19.

  • 20 Charles venait en quelque sorte de faire un testament spirituel dans lequel il insistait sur la né (...)

19Ces deux allusions plus précises à la mort et à la sépulture de Charlemagne ne s’opposent pas aussi absolument qu’on pourrait le penser au silence général de l’épopée sur ce point. D’abord elles se trouvent dans des circonstances particulières : en effet, dans le Couronnement de Louis, la passation des pouvoirs supposait bien que l’empereur meure et il n’était pas absurde non plus, dans Anséis de Carthage, de le faire mourir à son second retour d’Espagne, au moment même où tout son immense empire était entièrement pacifié et christianisé20. Il avait mené le bon combat jusqu’au bout, il avait droit à la récompense éternelle, mais en même temps il continuait symboliquement à faire face. L’auteur d’Anséis avait compris qu’il n’y avait plus rien à ajouter.

  • 21 Eginhard, op. cit., éd. cit., § 31, pp. 88 et 89. Voici le texte latin : « In hac sepultus est ead (...)

20Ainsi il est clair que la tradition épique garde une originalité particulière par rapport aux chroniques et à la réalité. Eginhard, après avoir raconté la mort de l’empereur, comme nous l’avons dit, indique qu’on l’ensevelit dans la basilique d’Aix « sous une arcade dorée avec son portrait »21 ; il ne donne aucune précision sur la position du corps ; c’est donc qu’elle n’était en rien remarquable. La Chronique du Pseudo-Turpin, qui avait rattaché la maladie mortelle de Charles à la conquête de l’Espagne, signale tout aussi simplement son inhumation :

  • 22 La Chronique de Turpin, éd. cit., p. 92. Que les Grandes Chroniques de France, au chap. VIII, repr (...)

«… ilium ab hac luce migrasse, et apud Aquisgranum in horis Leodii in beate Marie Virginis basilica rotunda, quam ipse edicaverat, honorifice ilium sepultum fuisse22

21En résumé, la tradition savante, rapportant la mort de l’empereur précédée de prodiges annonciateurs, suggère la fin d’une grande époque ; c’est une présentation eschatologique. La tradition turpinienne (et donc cléricale), tout en rapportant les mêmes prodiges ajoute une note apologétique : la pesée des mérites et l’intervention de saint Jacques ressortissant à l’exemplum.

22La tradition épique, quant à elle, veut éviter de parler de cette mort ; elle ajoute toujours un nouvel exploit, une nouvelle campagne, une nouvelle épopée, ce qui ne surprend pas un public habitué à voir l’empereur comme un vieillard dont le hiératisme cache une belle vigueur et des forces toujours neuves. Ce n’est pas à dire non plus que l’épopée rende son héros immortel : elle envisage bien sa mort, lui fait préparer sa succession, mais elle ne sait pas comment le faire mourir. Et il faut bien avouer qu’il n’était pas aisé de lui trouver une fin digne de sa vie. L’empereur doit régner jusqu’au bout : un « moniage » aurait eu, dans son cas, un arrière-goût de fuite devant le poids des responsabilités de ce monde. Un chevalier — comme Roland ou Vivien — pouvait trouver une fin digne de lui dans une mort au combat, car il serait vengé ; l’empereur ne pouvait pas mourir l’épée à la main : autant en effet ses victoires sont le signe d’une protection divine et même de l’existence de Dieu, autant sa mort au combat eût paru une défaite qui dépassait sa personne, une faiblesse de Dieu même en face de Ses ennemis, le signe d’un effondrement de la Chrétienté. Une mort ordinaire, conforme à la réalité historique, était décidément trop banale. Une apothéose quasiment divine eût tendu à l’hérésie ou au blasphème. Le silence valait mieux que tout cela, car ainsi le grand empereur pouvait rester vivant dans la pensée de tous.

23D’ailleurs, les épopées qui osent faire allusion à cette mort, — Le Couronnement de Louis (d’après le manuscrit « D ») et accessoirement Anséis de Carthage, — tout en signalant rapidement son décès gardent à Charles une présence physique sur terre : il n’est pas l’intercesseur — le saint — que l’on invoque, ni le mort sur la tombe duquel l’on se recueille ou pour le repos duquel l’on doit prier ; il reste l’empereur siégeant sur son trône, prêt à se battre :

  • 23 Le Couronnement de Louis, ms « D », éd. cit., vv. 280-282.

Il ne gist mie ançois i siet a certes…
Sus ses genolz l’espée an son poin destre :
Ancor menace la pute gent averse23. »

  • 24 Note additionnelle.
    Monsieur Folz a eu l’amabilité de me signaler les premières mentions, dans les C (...)

24C’était une autre façon de supprimer, d’effacer, de faire oublier sa mort24.

25Interviennent successivement MM. F. Suard, J. Deroy, Ph. Ménard, R. Folz et Mlle A. Planche . M. W. Noomen, président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Eginhard, Vie de Charlemagne, éditée et traduite par Louis Halphen, Paris, Champion, 1923, § 30, pp. 86-87.

2 Id„ ibid., § 32, pp. 88-93.

3 La chronique de Turpin, in Les textes de la Chanson de Roland édités par Raoul Mortier, Paris, La geste francor, 1941, t. III, chap. XXXIV, pp. 90-92. Voir aussi : Chronique de Turpin, texte anglo-normand inédit de Willem de Briane, éd. André de Mandach, Genève, Droz, 1963, chap. XXXII, pp. 84-85.

4 Ibid., éd. Mortier, p. 90 ; éd. A. de Mandach, II. 1310-1312, p. 84.

5 Ibid., éd. Mortier, p. 92 ; éd. A. de Mandach, 11. 1321-1323, p. 84.

6 Par exemple in Chanson de Roland, vv. 524, 539, 552, etc. (éd. Gérard Moignet, Paris, Bordas, 1969) ; in Chanson de Gaydon, vv. 285, 293, etc. (éd. F. Guessard et S. Luce, Paris, Vieweg, 1862). Sur ce point voir la discussion de Julian Harris, « How old was Charles in the Chanson de Roland ? », Romance Philology, 25, 1971, pp. 183-188.

7 Chanson de Roland, éd. cit., vv. 3121-3122.

8 Ibid., vv. 3988-4001.

9 Voir la Chanson de Gaydon, op. cit.

10 Voir la chanson d’Anséis de Carthage : Anseis von Karthago, éd. Johann Alton (Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart, 194), Tübingen, 1892.

11 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du xii e siècle éditée par Ernest Langlois, Paris, Champion, 2e édition, 1965, vv. 53-56.

12 Huon de Bordeaux édité par Pierre Ruelle, Bruxelles, Presses Universitaires, 1960, vv. 55-61. Voir aussi Marguerite Rossi, Huon de Bordeaux, Paris, Champion, 1975, pp. 504-505.

13 Robert Folz, Le Souvenir et la Légende de Charlemagne dans l’empire germanique médiéval, Paris, Les Belles-Lettres, 1950, p. 207.

14 Robert Folz, Etudes sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, Les Belles-Lettres, 1951, p. viii.

15 Couronnement de Louis, éd. cit. :
Ainz fu morz Charles que il fust repairiez,
Et Looïs remest ses entiers. (vv. 242-243)
dit le texte faisant allusion à Guillaume que des messagers vont chercher à Rome :
Qui li aportent unes noveles aspres ;
Que morz esteit li emperere Charles ;
A Looïs sont remeses les marches. (vv. 1435-1437)
Enfin un pèlerin qu’il rencontre dit à Guillaume :
Que morz est Charles li reis de Saint Denis,
A Looïs est remés li païs. (vv. 1461-1462)

16 Couronnement de Louis, Ms « D », vv. 204-206, in édition « publiée d’après tous les manuscrits connus » par Ernest Langlois (SATF), Paris, Firmin Didot, 1888.

17 Eginhard, op. cit., éd. cit., § 30, p. 86.

18 Couronnement de Louis, ms « D », éd. cit., vv. 279-282.

19 Anséis de Carthage, éd. cit., vv. 11600-11603.

20 Charles venait en quelque sorte de faire un testament spirituel dans lequel il insistait sur la nécessité de la paix : « Seignor », dist Karles, « or oies ma pensee ! / Jou sui vieus hon, ma jovente ai usee ; / Pour Dieu vous proi, quant ma vie iert finee, / K’entre vous n’ait descorde ne meslee. / Ames l’uns l’autre con bone gent senee, / Car par haine est tere desertee. / Ja mais par moi n’iert guere demenee, / Ke j’ai Espaigne et la tere aquitee ; / La gent paiene en ai a forche ostee, / Crestïente i ai mise et posee ; / Ne voi pas cose, dont Franche soit grevee, / S’entre vous n’est la guere remontee. » (Anséis de Carthage, vv. 11566-11577).

21 Eginhard, op. cit., éd. cit., § 31, pp. 88 et 89. Voici le texte latin : « In hac sepultus est eadem die qua defunctus est arcusque supra tumulum deauratus cum imagine et titulo exstructus. »

22 La Chronique de Turpin, éd. cit., p. 92. Que les Grandes Chroniques de France, au chap. VIII, reprennent une présentation proche de celle du Couronnement de Louis suggère seulement, étant donné leur date tardive (vers 1250 d’après Robert Bossuat, in Le Dictionnaire des Lettres Françaises, le Moyen Age, p. 193 a), un emprunt à l’épopée ou à une tradition parallèle. Toutefois, contrairement à ce que décrivait le Couronnement de Louis, dans les Grandes Chroniques de France, c’est le texte des Evangiles qui est sur les genoux de l’empereur et son épée est ceinte à ses côtés :
« En un throne d’or fu assis, l’espee ceinte, le texte des Evangiles entre ses mains, apuié sor ses genouz. » (Texte cité, in Raoul Mortier, op. cit., p. 91).

23 Le Couronnement de Louis, ms « D », éd. cit., vv. 280-282.

24 Note additionnelle.
Monsieur Folz a eu l’amabilité de me signaler les premières mentions, dans les Chroniques, de l’attitude de Charlemagne post mortem :
« — 1) Thietmar de Mersebourg, chroniqueur saxon (qui écrit de 1012 à 1018), rapportant la visite que l’empereur Otton III fit en Mai 1000 (vers le 19) au tombeau de Charlemagne, s’exprime ainsi :
Karoli Caesaris ossa ubi requiescerent cum dubitaret, rupto clam pavimento ubi ea esse putavit, fodere, quousque haec in solio inventa sunt regio, iussit. (Livre IV, 47). (solium : ici sûrement, sarcophage.)
» — 2) La Chronique de la Novalèse (vers 1030) raconte avec un grand luxe de détails la découverte par Otton III de Charlemagne, qui in quendam cathedram ceu vivus residebat. (Livre III, 32).
» — 3) Adhemar de Chabannes (seconde moitié du xi e siècle) écrit de Charles mort :
sedens in cathedra aurea. (Livre III). »
De telles données sont évidemment fort intéressantes pour le sujet qui nous préoccupait. Que Monsieur Folz veuille bien trouver ici l’expression de ma très vive gratitude.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search