Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Rapports introductifs

L’histoire légendaire de Charlemagne en Espagne

Jacques Horrent

Texte intégral

1Cet exposé ne se veut pas systématiquement original. Son propos est de rappeler, dans un aperçu général, les textes légendaires qui mettent en scène Charlemagne et ses preux, et d’évoquer rapidement les problèmes qu’ils posent ainsi que les interprétations diverses qu’on en a données. Le petit nombre de textes poétiques conservés nous oblige à étendre le champ de notre recherche à des textes qui ne sont pas des poèmes, textes latins, allusifs ou non, en vers comme en prose, mises en prose d’épopées disparues, parfois simples documents d’archives. A travers ces textes, divers par leur nature et leur propos, je tenterai de retracer à grands traits l’histoire légendaire de Charlemagne en Espagne, et non seulement son histoire poétique ; de souligner le succès que ses aventures guerrières y ont connu et les réactions que ce succès a suscitées dans certains milieux nationalistes et francophobes. Je m’attarderai surtout à la légende de Roncevaux et à celle des Enfances de Charlemagne. Je ne parlerai qu’occasionnellement des romances. L’étude systématique des romances carolingiens demanderait en effet un exposé particulier qui nous entraînerait trop loin.

  • 1 Voir D. Alonso, « La primitiva épica francesa a la luz de una Nota Emilianense », Revista de Filol (...)
  • 2 Voir D. Alonso, art. cit., p. 76.
  • 3 D. Alonso, art. cit., pp. 87-94 ; G. Menéndez Pidal, « Sobre el escritorio Emilianense en los sigl (...)

2Charlemagne est un personnage de légende en Espagne depuis le troisième tiers du xi e siècle. Je donne au mot légende son sens le plus large, à savoir celui de récits non historiques, quelle qu’en soit la forme ou la langue. Le premier texte qui le mette en scène est la fameuse note historico-légendaire appelée Nota Emilianense, qui fut découverte tardivement vers les années 50 dans un fragment du manuscrit Emilianense 39 qu’une heureuse trouvaille ramena à la lumière1. Avec ses 16 lignes et ses 108 mots, avec son mauvais latin écrit à San Millán de la Cogolla en Rioja, elle tombait à point nommé pour raviver le débat sur les origines de la chanson de geste. Elle se rattache, en effet, à la fois au cycle de Roncevaux et à celui de Guillaume. Elle rapporte la mort d’un Rodlane, chef d’une arrière-garde, sous les coups de Sarrasins dans un endroit appelé Rozaballes, tandis que le gros des troupes françaises passe un portum de Sicera. Actuellement, l’authenticité de ce texte n’est plus mise en doute. Ceux qui n’accepteraient pas le témoignage des paléographes doivent s’incliner devant le fait suivant : en 1721 déjà, le P. Berganza l’avait intégré dans ses Antegüedades de España (seconde partie, p. 560) et annoncé par ces mots : Después de este Cronicón — il s’agit du Chronicon Albeldense se lee la jornada de Carlos Magno2. La date de rédaction de cette note écrite en caractères visigothiques vierges de toute influence graphique française est également acceptée actuellement par la plupart des érudits : les études de MM. Dámaso Alonso, Gonzalo Menéndez Pidal et Ramón Menéndez Pidal convergent vers les années 10703.

  • 4 M. D. Alonso en a donné la photographie dans l’article susdit ainsi que R. Menéndez Pidal (op. cit (...)

3Le texte est trop connu pour que j’en donne le détail4. Qu’il me suffise de rappeler brièvement ses traits principaux : l’entreprise historique de Charlemagne contre Saragosse — très justement datée de 778 — ; l’existence autour de l’empereur de douze favoris, appelés neptes et investis d’une mission militaire (la défense des frontières du royaume avec un nombre de soldats déterminé) ; les noms de six d’entre eux, quatre appartenant à la tradition rolandienne (Roland, Olivier, Ogier « courte épée », l’archevêque Turpin) et deux à celle de Guillaume (Guillaume au nez courbe et Bertrand) ; le conseil donné à Charlemagne d’accepter un riche butin et de sauver l’armée de la famine en faisant retraite vers les Pyrénées ; la désignation de Roland à la tête de l’arrière-garde, l’extermination de celle-ci à Roncevaux, le passage du reste de l’armée aux ports de Cize. On aura relevé au passage des traits qui sont en rapport avec la Chanson de Roland et compris toute l’importance de la Nota Emilianense pour la préhistoire de celle-ci.

  • 5 I. Frank, « L’affaire de Roncevaux et Roland sans légende » (résumé de la communication préparée p (...)
  • 6 C. Minis, « Ueber Rolands Horn, Burgers Passio Rotolandi und Konrads Roland », in Mélanges de ling (...)
  • 7 D. Alonso, art. cit., pp. 62 ss ; R. Lejeune, « Actualité de la Chanson de Roland », Nouvelle Clio (...)
  • 8 F. Lecoy, c.r. de l’article de D. Alonso, Romania, 76, 1955, pp. 254-269. L’auteur croit, avec rai (...)
  • 9 Rodlane avec dl confirme que la forme espagnole Roldán avec ld est le résultat de la métathèse du (...)
  • 10 Voir en dernier lieu : Jacques Horrent, « Les noms ‘Rodlane’ et ‘Bertlane’ dans la Nota Emilianens (...)
  • 11 R. Menéndez Pidal, op. cit., p. 439.
  • 12 Entre autres, D. Alonso, art. cit., p. 62.
  • 13 Jacques Horrent, « Ganelon… », pp. 370 ss. Dans cette hypothèse, il faut admettre que l’annotateur (...)

4La critique a passé au crible le texte de cette notule pour y découvrir l’argument qui devait faire triompher telle ou telle théorie. On y a vu la première et unique manifestation écrite d’une de ces légendes orales qui végétaient à l’ombre des cloîtres jalonnant les voies de pèlerinage5 ; le reflet d’une composition latine, une Passio Rotholandi perdue qui aurait laissé des traces dans le Pseudo-Turpin ou de chants épiques en latin6 ; le résumé d’une Chanson de Roland en français ou en espagnol que certains croient très différente de celle que nous avons conservée7 et que d’autres, au contraire, pensent semblable à celle-ci dans ses ressorts narratifs et psychologiques fondamentaux8. Ce n’est pas le lieu de préciser les nuances diverses que prennent ces théories, ni d’en faire un examen critique. Contentons-nous de souligner l’ambiguïté du témoignage apporté par la Nota : généreuse quoique concise, elle offre des arguments aux défenseurs de théories opposées. La Nota ne nous a pas livré tous ses secrets, mais peut-être la solution du problème tient-elle dans les deux mots Rodlane et Bertlane, le premier avec le groupe dl antérieur à la métathèse qui allait conduire à la forme espagnole Roldán9, tous deux avec cet -e final antiétymologique ou paragogique, typique de la versification épique et romanciste espagnole10. N’y aurait-il pas à la base de cette Nota un poème épique espagnol sur Roncevaux ? Je crois cette hypothèse fondée. Mais comment se présentait-il ? Comme un grandiose crépuscule des dieux épiques, couchant sur l’herbe verte du champ de bataille des héros des cycles du roi et de Guillaume11 ? Comme une chétive composition poétique sans la complexité féodale qu’y apporte la querelle entre Roland et Ganelon12 ? Comme un poème proche de celui que nous conservons dans ses ressorts principaux13 ? Toutes ces hypothèses ont été avancées. On le voit, la question demeure controversée, mais une chose est certaine : vers 1070, un annotateur de manuscrits de San Millân de la Cogolla a éprouvé le besoin de rappeler la bataille pyrénéenne avec des traits légendaires dont certains coïncident avec la Chanson de Roland. Ces faits au moins ne peuvent être niés et ils placent la Nota Emilianense à la tête d’une tradition d’allusions roncesvaliennes qui se prolonge durant les siècles suivants.

  • 14 Voir en dernier lieu : Jacques Horrent, « L’Historia Silense ou Seminense », in Six littératures r (...)
  • 15 Voir l’éd. Pérez de Urbel-González Ruiz Zorilla, Madrid, pp. 129-131. J’ai reproduit le passage en (...)
  • 16 Sur cette appellation, voir le résumé de la discussion dans Jules Horrent, « Chroniques espagnoles (...)
  • 17 Voir R. Menéndez Pidal, op. cit, pp. 148-149.

5Vers 1110-1120, un moine que l’on a cru de l’abbaye de Silos en Vieille-Castille, lance une âpre diatribe contre des Franci qui attribuaient aux Français la conquête de nombreuses villes espagnoles et contre Charlemagne lui-même qu’il accuse de mollesse sybaritique. A mon avis, il faut renoncer à y voir autre chose qu’un règlement de comptes entre l’historiographie française favorable à l’empereur et l’historiographie espagnole pour laquelle nulle gloire particulière n’auréolait celui-ci14. Toutefois, l’Historia Silense15 est intéressante, car elle atteste l’existence d’un courant espagnol violemment nationaliste, qui s’élevait avec véhémence contre l’image du Charlemagne légendaire, pourfendeur de Sarrasins espagnols, venue du nord des Pyrénées. Au contraire, le moine de Silos16 utilise l’historiographie carolingienne, principalement Eginhart et les Annales royales remaniées auxquels il fait de judicieux emprunts textuels17, pour rabaisser la figure impériale. Il interprète défavorablement l’or que Charlemagne a sans doute reçu historiquement devant Saragosse pour faire de la cupidité une tare nationale du peuple franc ; il rappelle l’existence des thermes d’Aix-la-Chapelle, dont parle le panégyriste de Charlemagne, pour accuser celui-ci d’y paresser voluptueusement ; il attribue aux Navarrais, peuple plus foncièrement hispanique que les Basques, la gloire d’avoir exterminé l’arrière-garde franque dans les Pyrénées et insiste sur l’impunité que connurent les assaillants.

  • 18 Ed. A. Ubteto Arteta, Valencia, 1966, p. 52.

6Cet esprit antifrançais de l’historiographie espagnole affleurera à nouveau par la suite, mais, au xii e siècle, la Crónica Najerense prend le contre-pied de l’attitude du moine silense, dont le récit est pourtant sa source principale pour l’expédition de 77818. Le moine de Nájera reproduit le trait de l’or reçu devant Saragosse sans lui donner la portée antifrançaise de sa source. Il évite de présenter l’empereur sous un jour défavorable : il fait les fielleuses attaques que son prédécesseur lance contre lui ; la conquête des villes espagnoles que nie avec tant de force le Silense font partie des promesses faites à Charlemagne par le roi de Saragosse Hybinn al Arabbi pour obtenir l’aide des Francs. En outre, si le chroniqueur rapporte fidèlement la joie manifestée par les habitants de Pampelune à l’arrivée des troupes chrétiennes, il ne mentionne pas la destruction de la ville par l’armée de Charlemagne ; il se contente, enfin, de signaler la défaite de l’arrière-garde dans les Pyrénées sans dévoiler les auteurs de l’embuscade, et, surtout, alors que le Silense souligne l’impuissance des Francs à se venger, le Najerense précise que Charles tira vengeance de l’attaque l’année suivante, affirmation, du reste, contraire à toute vérité historique. L’attitude du moine de Nájera à l’égard de l’expédition franque en Navarre et en Aragon est donc francophile.

  • 19 Ce toponyme figure en effet dans un poème copié sur la couverture du Livre de Job que l’évêque de (...)

7Ajoutons que, contrairement à son prédécesseur, le Najerense situe la défaite pyrénéenne de l’arrière-garde in Roscidis vallibus. Toutefois, le récit ne contient aucun indice d’ascendance épique. Comme le Silense, il ne cite d’autres morts que ceux qui nous sont connus par l’historiographie carolingienne ; il ne parle ni d’Olivier, ni de Turpin, ni d’aucun des autres héros qui, selon la Chanson de Roland, sont morts à Roncevaux. La forme même du toponyme Roscidis vallibus est savante (« vallée imprégnée de rosée ») et très éloignée de la forme populaire qui figure dans la Nota Emilianense (Rozaballes) et des formes avec nasale qu’on rencontre dans Roland et le Pseudo-Turpin. Nous avons vu ci-dessus que l’auteur réagit contre le parti pris francophobe de sa source principale ; donc si le Najerense avait eu en mémoire un poème favorable aux Français, il l’aurait mis à profit pour glorifier ceux-ci, au lieu d’inventer de toutes pièces cette vengeance que, selon lui, l’empereur aurait tirée de ses assaillants, un an après le faux pas des Pyrénées. Il ne paraît donc pas faire allusion à un chant épique quelconque quand il localise le coup de main in Roscidis vallibus, toponyme connu depuis la fin du xi e siècle19, mais, comme on l’a dit, à une tradition savante qui situait dans l’actuelle vallée de Roncevaux la défaite carolingienne.

8La Crónica Najerense n’en est pas moins intéressante tant par l’état d’esprit francophile qu’elle révèle chez son auteur, en réaction contre le courant nationaliste antifrançais, que par les traits légendaires qu’elle contient : invention de la vengeance, transfert de l’attaque des pentes touffues du mont Lepoeder dans la riante vallée de Roncevaux.

  • 20 Ed. L. Sanchez Belda, Madrid, 1950. Sur l’œuvre et son auteur, voir en dernier lieu, H. Salvador M (...)
  • 21 Le Poema de Almería a été récemment réédité et traduit en espagnol par H. Salvador Martinez, op. c (...)

9L’allusion de la Chronica Adefonsi Imperatoris (milieu du xii e siècle)20 amorce un mouvement d’utilisation intéressée de la renommée qu’avaient acquise en Espagne certains héros épiques comme Roland, Olivier, Turpin et, par conséquent, leur empereur Charlemagne. Ces héros deviennent, en effet, sous la plume d’écrivains érudits, des symboles de gloire qui servent à rehausser celle de tel ou tel personnage historique d’Espagne. La Chronica Adefonsi Imperatoris célèbre le règne d’Alphonse VII de Castille. Sa seconde partie a été laborieusement mise en vers pour conférer la dignité de la forme poétique au récit de la plus fameuse entreprise guerrière d’Alphonse VII, la prise sur les Musulmans de la ville forte d’Almeíra. Cette partie de la chronique est habituellement appelée Poema de Almería21. L’auteur y énumère les capitaines qui prirent part au siège de la ville. Parmi ceux-ci, il cite un neveu d’Alvar Fanez, qui dans le Cantar de mio Cid, est le « bras droit » du Cid et il nous dit que si Alvaro avait vécu à l’époque de Roland (tempore Roldani), il aurait été le troisième après Olivier ; le peuple des Sarrasins aurait été sous le joug français et les chers compagnons (socii chari) n’auraient pas été terrassés, vaincus par la mort.

  • 22 Jules Horrent, La chanson de Roland…, p. 449 ; « Sur deux témoignages espagnols de la Chanson de R (...)
  • 23 Jules Horrent, op. cit., pp. 449-450. Dans « Sur deux témoignages espagnols… », p. 49, M. Jules Ho (...)

10La forme Roldani ne peut qu’être la latinisation de l’espagnol Roldán et non des formes françaises et occitanes Rollant, Rollan ou Rotlan ; de plus, elle est très éloignée du Rot(h)olandus dont se sert le Pseudo-Turpin. Le récit mis à profit par le chroniqueur était donc espagnol22. Selon toute vraisemblance, c’était un cantar espagnol mettant en scène le couple épique bien connu. L’union de Roland et d’Olivier indique par ailleurs que ce cantar ne dépendait pas du Pseudo-Turpin qui ne mentionne jamais l’étroite amitié des deux preux. Le principe même de l’utilisation de la gloire des héros français pour magnifier un héros espagnol laisse entendre que leur renommée n’était pas obscurcie par les hauts faits de Bernardo del Carpio et serait un indice que le chroniqueur ne connaissait pas ceux-ci ou en faisait peu de cas. De même, l’absence de Renaud de Montauban, qui semble occuper une place prépondérante dans le Roncesvalles du xiii e siècle, allant peut-être jusqu’à concurrencer Olivier lui-même, rend vraisemblable que la source épique de la Chronica Adefonsi Imperatoris n’avait pas encore fait de Renaud un héros rolandien. Cette chanson espagnole pouvait être une transposition de la geste française assonancée « adaptée aux conditions linguistiques nouvelles »23.

  • 24 La supposition la plus convaincante de R. Menéndez Pidal (op. cit., p. 163) est la suivante : dans (...)

11La critique a tenté de préciser certains traits de ce cantar. Mais il est difficile de tirer de notre courte allusion des indications sur le déroulement du récit espagnol : Charlemagne y conquérait-il toute l’Espagne ? y bousculait-il les troupes de Baligant ? y était-il aidé par un miracle ? s’y emparait-il de Saragosse ? Affirmer l’absence ou la présence de ces traits est gratuit24.

12Les renseignements que nous livre le Poema de Almería sont plus vagues, mais cependant précieux. Grâce à lui, nous savons que l’Espagne a continué à apprécier le récit des exploits français et la mort héroïque des preux de Charlemagne dans le cadre grandiose des Pyrénées. Mais le fait que le chroniqueur du Poema place au-dessus de Roland et d’Olivier un héros espagnol montre que, même dans les milieux cultos favorables aux Français, une nette réaction, historiquement fondée, s’était fait jour contre l’esprit francophile du cantar de gesta. Enfin, le Poema de Almería nous apprend que le massacre de Roncevaux pouvait être considéré par un chroniqueur comme une défaite.

  • 25 Voir B. Sânchez Alonso, Historia de la historiografía española, t. I, Hasta la publicación de la C (...)

13La gloire épique des héros carolingiens continue à resplendir au xiii e siècle. C’est ce que nous enseignent les Anales Toledanos primeros, qui se terminent en 121925. Elles rappellent la venue de Carie Magne en Espagne et elles font allusion à la fameuse bataille en précisant qu’elle eut lieu à Roncesvalles et en rappelant que les XII pares y trouvèrent la mort. Les Anales ne procèdent pas du Pseudo-Turpin qui ne connaît pas la célèbre association ; elles constituent une allusion transparente à la bataille bien connue où furent anéantis les douze pairs et l’arrière-garde tout entière de l’armée française selon la légende épique. Les Anales se font donc directement ou non l’écho d’un récit épique, qui ne semble pas espagnol si on en croit la forme Carie Magne. Celle-ci est, en effet, très éloignée avec ses -e finaux de l’espagnol Carlos Magno (cf. Crónica General), et elle nous oriente vers las Gallias. En outre, le maintien de l’occlusive c dans Carle fait songer au domaine d’Oc ou au domaine d’Oïl (Normandie, Picardie).

  • 26 Ed. F. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv , Madrid, 1864, p. 77. M. Jules Horrent a (...)
  • 27 Jules Horrent, op. cit., pp. 450-451, et « Deux témoignages… », pp. 49-50.

14Dans la Vida de San Millán (première moitié du xiii e siècle)26, c’est de nouveau à un cantar espagnol que semble se référer Gonzalo de Berceo, le plus ancien poète espagnol dont le nom nous soit connu. Comme le thuriféraire d’Alphonse VII, il tire profit de la renommée des deux héros épiques français : si grande est la renommée du roi Don Ramiro que Roldan et Olivero eux-mêmes ne sauraient le vaincre. Pour les raisons exposées ci-dessus à propos du Poema de Almería, le récit mis en œuvre par Gonzalo de Berceo est dans la lignée de celui qui a inspiré l’auteur de la Chronica Adefonsi Imperatoris27. D’autre part, le fait que Gonzalo est originaire de la Rioja montre qu’une tradition épique espagnole d’origine française s’y est maintenue depuis le second tiers du xi e siècle (cf. Nota Emilianense).

  • 28 Ed. Lorenzana, Madrid, 1793, P.P. Toletanorum, t. III, reimpresión, Valencia, 1968 (Textos medieva (...)
  • 29 Jules Horrent, Roncesvalles. Etude sur le fragment de cantar de gesta conservé à l’Archivo de Nava (...)

15La geste française assonancée n’a pas été la seule à connaître quelque renom outre-Pyrénées. L’archevêque Rodriguo Jiménez de Rada et la Primera Crónica General nous préviennent, en effet, contre les fables jongleresques qui attribuent à Charlemagne la gloire d’avoir pacifié et ouvert aux pèlerins le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle depuis l’Allemagne jusqu’en Galice28. Les termes utilisés pour désigner le type d’œuvre auquel les chroniqueurs s’en prennent (histrionum fabulis, cantares, fablas de gesta) indiquent qu’ils ont en vue une ou plusieurs compositions épiques espagnoles. Celles-ci ne peuvent se rattacher à la geste assonancée qui ne dit mot du chemin de Saint-Jacques, mais elles peuvent être apparentées au Pseudo-Turpin, aux versions rimées de la Chanson de Roland ou au Roncesvalles espagnol. Comme l’existence de traditions épiques dépendant du Pseudo-Turpin n’est pas attestée avec certitude en Espagne, la critique s’est d’abord tournée vers les œuvres épiques. L’origine espagnole des œuvres où se trouvent les allusions pourrait faire penser au Roncesvalles où Charlemagne rappelle : Adobe los camjnos del apostol Santjago ; mais on a vu une ressemblance entre les termes employés par les deux chroniqueurs espagnols (direxisse et abrio) pour définir l’action de Charlemagne en faveur du chemin de Saint-Jacques et ceux qu’utilisent les versions rimées du Roland (assis, conquis). Ces termes supposeraient une conquête violente de la Route alors que celui du Roncesvalles (adobe) implique plutôt son organisation29. Toutefois, les Roland rimés ne racontent pas ce à quoi font allusion Rodrigue de Tolède et la Primera Crónica General. De même, seules des hypothèses hasardeuses nous permettraient d’accorder une place déterminante au chemin de Saint-Jacques dans le fragment du Roncesvalles. Par contre, le Pseudo-Turpin consacre à sa double reconquête de longs passages. On est en droit de se demander si l’archevêque de Tolède et le chroniqueur alphonsin ne se sont pas faits l’écho de traditions épiques espagnoles ou hispanisées sur l’action salvatrice de Charlemagne en Espagne, semblables à celles qui, en Italie, se sont réalisées à partir du Pseudo-Turpin, par exemple, dans l’Entrée d’Espagne et la Prise de Pampelune.

  • 30 Cette interprétation suppose que les deux allusions reflètent objectivement leurs sources et qu’on (...)

16Quelle que soit l’origine des récits auxquels se réfèrent les chroniqueurs susdits, ils avaient un caractère épique (voir les termes utilisés pour les désigner) et ils consacraient, si l’on en croit Rodrigue de Tolède et la Chronique Générale, certains développements à l’établissement du chemin de Saint-Jacques dans toute son extension géographique, depuis l’Allemagne jusqu’en Galice30.

  • 31 « Roncesvalles, un nuevo cantar de gesta del siglo xiii », Revista de Filologia espanola, 4, 1917, (...)

17Tout en cheminant au long de ce xiii e siècle jalonné d’allusions au drame de Roncevaux, nous arrivons à l’unique témoin direct du succès remporté en Espagne par la tradition épique roncesvalienne, à savoir le fragment conservé aux Archives de Navarre, que son premier éditeur, R. Menéndez Pidal, a intitulé Roncesvalles31. Ce fragment de cent vers raconte la scène où Charlemagne découvre les corps des héros morts à Roncevaux. L’empereur va de victime en victime ; dans l’égarement de la douleur, il adresse à chacune une déploration proportionnelle à son rang. Il dit quelques mots d’adieu à Turpin et ordonne de reconduire sa dépouille dans sa ville, la cité de Flanderes, et de l’y ensevelir. Poursuivant sa quête pathétique, il découvre Olivier à qui, dans une touchante attention, il fait essuyer le visage. Il lui demande où est Roland, son frère d’armes. Il voit le rocher ébréché par Durandal, puis son regard tombe sur le cadavre de son neveu ; son désespoir est à son comble, une longue plainte s’échappe de ses lèvres, sur lesquelles se pressent sans ordre souvenirs, lamentations, appréhensions. Entre-temps, le duc Aimon découvre le corps de son fils Renaud de Montauban et le pleure. D’autres personnages sont mentionnés : le duc de Bretagne ; Bérard, fils de Thierry d’Ardenne ; peut-être Naimes. Tous s’activent autour de l’empereur, tombé dans une douloureuse pâmoison, et tentent de le ranimer avec de l’eau. Notre fragment s’achève sur ce détail.

  • 32 Voir le point de la question dans Jules Horrent, Roncesvalles…, pp. 87 ss.
  • 33 Voir Jules Horrent, op. cit., pp. 90-103.

18Depuis longtemps la critique s’est accordée pour reconnaître dans ce fragment les vestiges d’un cantar de gesta beaucoup plus étendu que ce que nous en conservons32. Le texte que nous possédons diffère profondément des autres Chansons de Roland conservées, mais son inspiration est française. Malgré son exiguïté, il offre de rapides allusions au passé qui jettent une vague lueur sur certaines parties perdues du cantar. Si le début nous échappe, il semble cependant que Saragosse reste invaincue aux mains de Marsile dont la présence dans le cantar peut être inférée du rôle qu’il joue dans le romance La fuga del rey Marsín. Le nom de Ganelon n’est pas cité, mais on admet d’habitude sa présence maléfique dans le cantar, sans qu’il soit possible de préciser son rôle, ni les modalités de sa trahison. Roland y était en tout cas placé à l’arrière-garde (v. 47), entouré des Pairs et d’autres guerriers qui s’étaient joints à lui par affection. Turpin, Olivier, Renaud ont combattu à ses côtés. Comme le fragment fait allusion aux préliminaires du combat et rappelle certains détails de sa fin, il est hautement probable qu’il racontait aussi tout le déroulement de la bataille de Roncevaux. La confrontation entre la tradition rolandienne et la Fuga del rey Marsín, qui procède du Roncesvalles, permettrait d’en préciser certaines péripéties supplémentaires, Le caractère conjectural de ce type de reconstitution me dispense d’en parler ici33.

  • 34 Voir Jules Horrent, op. cit., pp. 104-144.

19Le Roncesvalles présente des concordances avec le Pseudo-Turpin, Oxford, V IV, la Karlamagnus saga, le Ronsasvals, le Carmen de prodicione Guenonis, le Tesoro versificato de Brunetto Latini, la Rotta di Roncisvalle remaniée. D’autres traits, dont la présence dans le Roncesvalles peut être supposée par induction, le rapprochent du Galien en vers (Salomon de Bretagne, Gondebuef de Frise) ou de Ch. et V VII (certains détails de la mort de Marsile, l’or des idoles mahométanes, etc.). Ces concordances situent le Roncesvalles à un stade assez avancé dans la tradition rolandienne, postérieur au Roland rimé, mais antérieur aux refontes italiennes du xiv e siècle. Mais cela n’empêche pas que le Roncesvalles fasse voisiner des traits primitifs que conservent seuls Oxford et V IV avec des traits issus de remaniements ou même de remaniements de remaniements. C’est dire qu’aucune des versions conservées de Roland ne peut rendre compte du Roncesvalles et que sa source doit être regardée comme une version française hybride et intermédiaire qui ne peut être placée ni d’un côté ni de l’autre34.

20La grande originalité du Roncesvalles est d’introduire dans la tradition rolandienne des personnages qui lui étaient primitivement étrangers, Renaud de Montauban, son père Aimon de Dordonne, Bérard de Mondidier et son père Thierry d’Ardenne. Ces personnages jouaient sans doute un rôle non négligeable dans le Cantar perdu. Renaud meurt à Roncevaux après avoir été le rival de Roland. Thierry a peut-être participé à la bataille. Aimon et Bérard font partie de l’escorte impériale qui revient sur les lieux du massacre.

  • 35 Francis J. Carmody, Franco-Italian Sources of the Roncesvalles. Publications of the Institute of F (...)
  • 36 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, p. 140.
  • 37 Jules Horrent, op. cit., pp. 160-166.
  • 38 Jules Horrent, op. cit., pp. 153-154.
  • 39 Jules Horrent, op. cit., pp. 154-160.

21D’un point de vue narratif, le Roncesvalles a enrichi la matière rolandienne d’un thème qu’elle ignorait à l’origine : le désaccord entre Roland et Renaud, qui s’exacerbe en une rivalité héroïque durant le combat et qui s’apaise dans la réconciliation finale des deux héros, peu avant leur mort, devant l’ennemi commun. Les avis émis sur l’origine du conflit ont été variés. D’aucuns y ont vu une influence italienne35, d’autres ont catégoriquement rejeté celle-ci et proclamé l’ascendance hispanique de l’invention36, d’autres encore se sont tournés vers la France et trouvé la source du thème dans Renaud de Montauban37. Certains faits étayeraient cette dernière manière de penser. Les textes italiens qui mêlent Renaud au drame de Roncevaux sont tardifs. Si l’on excepte Jacopo d’Aqui (fin du xiii e siècle) qui procède, non d’une tradition épique, mais du Pseudo-Turpin38, la tradition italienne qui enrôle Renaud dans l’arrière-garde française date du xv e siècle : le Morgante maggiore en est l’exemple le plus éclatant. Mais Renaud n’y meurt pas à Roncevaux et nul conflit ne l’oppose à Roland. Chronologiquement et narrativement les traditions espagnole et italienne sont distinctes. Certes, Rinaldo fut un héros insigne de l’épopée chevaleresque italienne (Rinaldo in prosa, Rinaldo in ottava rima, l’Orlando de la fin du xiv e siècle ; l’Innamorato de Boiardo de la fin du xv e siècle et l’Orlando furioso de l’Arioste de la même époque), mais le désaccord entre Roland et Renaud, quand celui-ci est mis en scène, y est tout autre que dans le Roncesvalles et dans le Renaud de Montauban français où il est empreint de violence guerrière39. L’ascendance française de la tradition innovée en Espagne par le Roncesvalles est l’hypothèse qui s’avère la plus vraisemblable.

  • 40 R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y orígenes de las literaturas románicas, Madrid, 1957, pp. 30 (...)
  • 41 Jules Horrent, op. cit., pp. 169-170.

22Et voilà même qui lui donne plus de poids encore ! Dans un arreglo de la Primera Crónica General conservé dans un ms. Du xv e siècle, mais procédant d’un original du xiv e siècle, on peut lire ceci, à propos de Louis, fils de Charlemagne : Este rey Luis, fijo del enperador Carlos Mainet, es aquel a quien dizen en los cantares el infant Lufer, donde Lufer quiere decir como Luis, et Luis como Lufer. Or Lufer paraît l’adaptation espagnole de l’ancien français Lohier avec l’hésitation, normale en castillan ancien, de h et de f (cf. hardit et fardit). L’hispanisation du nom français associée à la mention de cantares suppose que l’Espagne a connu une adaptation castillane de la chanson française de Renaud de Montauban, où Lohier joue un rôle important40. Ce Reynaldos aurait donné au juglar l’idée de renouveler la trame narrative de son modèle en l’animant du conflit qui oppose Roland et Renaud et, peut-être au préalable inspiré par le Pseudo-Turpin41, d’introduire dans son remaniement les autres personnages « aimoniens », Bérard de Mondidier et Thierry d’Ardenne.

  • 42 Jules Horrent, op. cit., pp. 174-209.

23Enfin, le Roncesvalles se signale par un nombre élevé d’allusions à des œuvres étrangères42. Il évoque les débuts de l’amitié entre Roland et Olivier mis en scène dans Girard de Viane que le poète espagnol a peut-être connu dans une version antérieure à celle de Bertrand de Bar-sur-Aube ; il consacre dix vers à résumer l’exil tolédan de Charlemagne ; il rappelle l’adoubement de Roland, qu’il doit peut-être au *Reynaldos ; le voyage de Charlemagne en Orient qu’il a peut-être connu grâce à un récit antérieur à l’Iter Ierosolimitanum et au Pèlerinage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople.

  • 43 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 124 ss ; Tres poetas primitivos, pp. 52-53. Jules Horrent, op (...)
  • 44 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 123 et 130. En torno al poema del Cid, Barcelona, 1963, pp. 8 (...)
  • 45 Jules Horrent, Roncesvalles, pp. 83-85.
  • 46 R. Menéndez Pidal, La leyenda de los infantes de Lara, Madrid, 1971, pp. 418 ss ; Cantar de mio Ci (...)
  • 47 R. Menéndez Pidal, « La forma épica… », pp. 347 ss ; En torno…, p. 82 ; Jacques Horrent, « Les for (...)

24La versification du Roncesvalles est caractérisée par son irrégularité métrique avec une prédilection marquée pour les hémistiches de 7, 8, 6 et 9 syllabes, schéma qui est en accord avec celui du Cantar de mio Cid43. Les statistiques démontrent que cette irrégularité doit être attribuée au système de versification de l’épique espagnole et non aux défectuosités de la copie comme c’est sans doute le cas pour les manuscrits anglo-normands et franco-italiens qui conservent certaines chansons de geste françaises44. Selon certains critiques, une certaine régularité rythmique fondée sur la répartition des accents corrigerait l’irrégularité métrique de l’œuvre45. Les assonances n’ont rien de remarquable si ce n’est l’addition d’une final paragogique ou le maintien de l’e final étymologique dans les oxytons se trouvant à l’assonance. Ce système, qui exclut les vers agudos, c’est-à-dire oxytoniques, perdure encore dans les romances des xv e et xvi e siècles46 et repose peut-être sur la situation linguistique de l’Espagne au xi e siècle47.

  • 48 Ed. R. Menéndez Pidal, in Reliquias de la poesia épica española, Madrid, 1951, p. 87.
  • 49 Jules Horrent, La Chanson de Roland, p. 459.

25Le Poema de Fernán Gonzalez offre aussi vers 1250 une allusion intéressante à des traditions légendaires sur Charlemagne et ses preux48. Proposant des modèles de chevalerie, le poète dresse une liste de treize preux, parmi lesquels figure Carlos, Charlemagne. L’association qu’on y remarque entre « Estol » et « Salomon » donnerait à penser que le Pseudo-Turpin n’est pas étranger à l’élaboration de la liste. En effet, le Pseudo-Turpin et le Poema sont les seules œuvres à mentionner leur compagnonnage. Dans la chronique latine, Salomon est appelé socius Estulti, tandis que les deux preux sont réunis dans la même sépulture aux Aliscamps. Dans le Poema, Salomon est dit conpañero de Estol. Dans le Roland rimé, par contre, Estout de Langres et Salomon ne sont unis par aucun lien d’amitié ; le premier est un des pairs et, par conséquent, meurt à Roncevaux, le second n’apparaît dans le récit que pour juger Ganelon et être un des arbitres du combat entre Pinabel et Thierry49.

  • 50 Voir la copia 142, p. 52.
  • 51 Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 496-498.
  • 52 Terrin d’Ardena.
  • 53 V. 98.
  • 54 Voir les textes dans Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 496-498. Dans Le fonti dell’Orlando (...)
  • 55 Je soustrais évidemment celui de Charlemagne, sans intérêt ici.
  • 56 La possibilité d’une relation directe entre les Crónicas Generales et le Poema de Fernán González (...)

26Toutefois, la liste des héros a tout l’air d’être, dans l’esprit du poète, une énumération des douze pairs, institution que l’auteur connaît par ailleurs, contrairement au Pseudo-Turpin50. Certains des héros mentionnés figurent dans le Roncesvalles, ou, à défaut, dans les listes de personnages roncesvaliens de certaines chroniques générales, qui procèdent assurément du Roncesvalles51. Le don Rynaldos du Fernán Gonzalez fait penser au don Rynalte de Montalbane du Roncesvalles ; Terrin à Terrin d’Ardena, que l’auteur mentionne à la copia 51852 et qui figure aussi dans le Roncesvalles53 ; Salomon est sans aucun doute le duc de Breytana qui est nommé au v. 97 du vieux fragment. Les possibilités de rapprochement se multiplient quand on compare le Fernán Gonzalez avec les diverses Crónicas Generales postérieures à la version de 1289. Un manuscrit de la Primera Crónica General datant du xiv e ou du xv e siècle introduit parmi les morts historiques de Roncevaux Reynalie de Montaluan, el conde don Oliuero, el conde Terrin, el conde don Dalbuey, soit quatre personnages connus du Fernán González (Rrynaldos, Oliuero, Terryn, Gualdabuey). A la fin du xiv e siècle, la Tercera Crónica General enrôle parmi les rangs français et gascon de Argelero, et arçobispo Terpin, don Oger de las Marchas et Salamano de Bretana, soit quatre personnages supplémentaires qui figurent aussi dans le Fernán Gonzalez (el gascon Angelero, Torpyn, Ojero, Salamon). Or la présence de Reynalte de Montaluan parmi les morts de Roncevaux prouve que les Crónicas Generales s’inspirent pour étoffer leurs listes des victimes roncesvaliennes de la tradition rolandienne remaniée à l’espagnole, à savoir celle du Roncesvalles54. La ressemblance entre les chroniques espagnoles et le Poema de Fernán Gonzalez est patente. Sur les douze noms qui composent son énumération de héros épiques55, huit figurent dans les chroniques susdites. Tous appartiennent à la tradition épique rolandienne : le nom de Terrin (dit d’Ardena à la copia 518) est mentionné dans le Roncesvalles (vv. 97-98) ; el gascon Angelero est Engelier le gascuing de Burdele du Roland d’Oxford (v. 1289) ; Salamon apparaît dans les versions rimées ; Gualdabuey ou don Dalbuey n’est autre que Gondebuef le Frison qui, dans le Roland rimé, poursuit et combat Ganelon lors de la première évasion du traître ; Estol est Estout de Langres, un des pairs qui meurent à Roncevaux dans certaines versions rimées. Ajoutons que l’Arnold du Poema figure même comme comparse dans certaines versions rimées et que Valdovinos devait aussi être un héros du Roncesvalles (cf. Fuga del rey Marsín). L’accord entre le Poema de Fernán González et les Crónicas Generales en peut s’expliquer, semble-t-il, que par la communauté de leur source56, et cette source est sans doute le Cantar de Roldán appelé Roncesvalles, auquel le Poema est uni directement par quelques concordances, ou une copie de ce cantar où se seraient rencontrées les traditions du Pseudo-Turpin (voir le compagnonnage entre Estol et Salomon) et du Roncesvalles (voir les noms des héros et leurs formes vulgaires très éloignées de celles qu’on rencontre dans le Pseudo-Turpin).

  • 57 Jules Horrent, Roncesvalles, pp. 134-135.

27Nous avons dit que l’auteur du Fernán González énumère les pairs de France. On pourrait donc s’étonner qu’il ait uni dans une même liste des preux qui sont morts à Roncevaux (Roland, Olivier, Turpin) et d’autres qui, ne faisant pas partie de l’arrière-garde, ont survécu à la bataille (Ogier, Gondelbuef, etc.). Il n’y a rien de déconcertant dans ce mélange cependant, si l’on tient compte du rôle que joue l’énumération dans le Poema. Ces héros, qu’ils soient morts ou non à Roncevaux, sont, en effet, des modèles de chevalerie que le poète propose à son public. N’étant tenu par aucun impératif narratif, il aura associé aux pairs proprement dits des héros glorieux qui ne faisaient pas nécessairement partie de l’auguste compagnie. Par ailleurs, la tradition des pairs de France est des plus fluctuantes. Le Galien en vers introduit Gondebuef dans l’arrière-garde ; le Ronsasvals provençal qui, pour certains passages, est très proche du Roncesvalles, inclut Gandelbuon le Frison et Salomon de Bretanha parmi les pairs et le Catalan Guiraut de Cabrera joint à ces deux héros Augier et surtout Estout57. La liste du Fernán González est moins aberrante qu’il n’y paraissait à première vue.

28Le xiii e siècle apparaît donc comme un siècle important pour la diffusion du Roland en Espagne. Plusieurs courants légendaires s’y sont croisés : la chanson assonancée dans toute sa pureté initiale (allusion de Gonzalo de Berceo), une tradition épique espagnole proche des versions rimées ou du Pseudo-Turpin (condamnations de Rodrigue de Tolède et de la Primera Crónica General), le remaniement typiquement espagnol de la chanson, le Roncesvalles avec la liste du Poema de Fernán González ; peut-être un poème occitan sur Roncevaux (Anales toledanos primeros). Mais le xiii e siècle est aussi celui de la réaction nationaliste espagnole contre les rodomontades des juglares francophiles. Au début du xii e siècle, le moine de Silos s’appuyait sur l’historiographie carolingienne pour réfuter les assertions historiquement controuvées des Franci concernant les nombreuses victoires de Charlemagne en Espagne. Le xiii e siècle ne se contente plus de nier celles-ci, mais il oppose aux Français un héros espagnol qui ternit la gloire de Charlemagne : Bernardo del Carpio.

  • 58 M. Jules Horrent a passé en revue les différents systèmes élaborés pour expliquer les formes compl (...)
  • 59 Ed. A. Schottus, in Hispaniae illustratae scriptores varii, t. IV, Francfurti, 1608, pp. 75 ss.
  • 60 Ed. Lorenzana, pp. 82-85 et 90-91.
  • 61 Ed. R. Menéndez Pidal, Reliquias…, pp. 51 ss, coplas 132 ss.
  • 62 Ed. R. Menéndez Pidal, t. II, pp. 350,a31 - 351,a30 ; pp. 352,b35 - 354, a21 ; 354,b6 - 355,a27 ; (...)

29Nulle légende n’est plus déroutante que celle de Bernardo del Carpio58. Les récits qui la conservent (Chronicon Mundi de Luc de Tuy59, De Rebus Hispaniae de Rodrigue de Tolède60, Poema de Fernán González61, Primera Crónica General62), contradictoires, incohérents, disparates ne représentent pas une tradition unie. Deux thèmes différents semblent, en effet, s’y entrelacer : le thème nationaliste et roncesvalien où le héros, allié à Marsile, défend son pays contre l’invasion française avant de se retourner contre les Musulmans ; le thème féodal et familial où il se soulève contre son roi pour obtenir la libération de son père emprisonné. Le premier a pour théâtre la Navarre, Saragosse et les régions pyrénéennes, le second principalement le Léon méridional ; le premier met en scène le roi Alphonse II le Chaste, le second Alphonse III le Grand qui monta sur le trône en 866, soit 24 ans après la mort d’Alphonse II (842). Discordante géographiquement et chronologiquement, la légende conservée l’est aussi narrativement et psychologiquement. L’emprisonnement du père de Bernardo qui est à l’origine du conflit féodal opposant le héros à Alphonse III a lieu sous Alphonse II, bien avant la bataille de Roncevaux : l’entêtement d’Alphonse III à maintenir dans les fers le père de Bernardo est inexplicable ; la longévité que le récit suppose au prisonnier, étonnante ; la patience dont fait d’abord preuve Bernardo à l’égard d’Alphonse III, incompréhensible. Les origines de Bernardo sont diverses : franco-espagnoles ici, purement espagnoles là. Quand on descend dans le détail, la tradition se révèle plus inextricable encore, car les deux thèmes ne sont pas matériellement distincts. Dans le récit de la Primera Crónica General, par exemple, le cousin français de Bernardo, Bueso, surgit dans les chapitres consacrés au drame féodal léonais ; de plus, après avoir enfin obtenu la libération de son père et avoir fait une dernière fois l’expérience de la fourberie royale (drame léonais), Bernardo s’exile en France à la cour de Charles le Chauve, avant de revenir dans le haut Aragon se tailler un royaume contre les Sarrasins (drame carolingien). Dans les passages consacrés à Roncevaux par Luc de Tuy et la Primera Crónica General, Bernardo est l’auteur d’un curieux revirement : d’abord l’ennemi de Charlemagne, il le vainc à Roncevaux avec l’aide du roi de Saragosse, Marsile, puis il devient l’allié des Francs, se retourne contre Marsile et le défait ; ensuite, il accompagne l’empereur en France où on perd sa trace pour le retrouver, avec beaucoup d’inconséquence, plusieurs dizaines d’années plus tard à la cour d’Alphonse III. Ajoutons que, dans les récits conservés, certains traits sont d’origine historiographique (les noms des victimes de Roncevaux, par exemple), d’autres proviennent indubitablement de Cantares de gesta, qui sont nommément cités par la Primera Crónica General. Toutes ces inconséquences, ces disparates, ces invraisemblances donnent à penser que plusieurs récits narrativement, géographiquement et chronologiquement distincts et d’origine différente ont été maladroitement réunis dans les relations conservées. Un récit léonais a dû mettre en scène le tragique drame féodal où Bernardo, fils adultérin du comte San Díaz de Saldaña et de doña Jimena, sœur d’Alphonse III, tentait à force de prouesses, puis par la révolte ouverte, d’arracher à un roi ingrat la relaxation de son père. Ce récit devait se situer à l’époque d’Alphonse III. Le prototype historique du héros pourrait être un comte Bernardo de Léon dont on sait peu de choses. Un autre récit aurait mis en scène le thème roncesvalien, sous le règne d’un roi différent, mais portant le même nom que le précédent, Alphonse Il le Chaste. Bernardo y aurait été un héros mi-français, mi-espagnol, fils d’une sœur de Charlemagne, dona Timbor (cf. Primera Crónica General). Si l’on en croit le Tudense et certaines allusions voilées de la Primera Crónica General, il n’aurait pas été à proprement parler antifrançais. Après le massacre de Roncevaux dont Marsile serait le seul responsable, il apporte, en effet, une aide décisive à Charlemagne ; il contribue à la défaite de Marsile et participe à la conquête de Saragosse et de ses immenses richesses. Ensuite, il se rend en France où il continue à s’illustrer sous la bannière impériale. Loin de s’opposer aux Français, Bernardo, au contraire, les surpassait en vaillance. Voilà une manière subtile d’utiliser l’auréole acquise par les héros épiques français au sud des Pyrénées pour affirmer la supériorité de l’Espagne sur la France. Le Bernardo roncesvalien devait peut-être son nom à un comte d’origine carolingienne, Bernardo de Ribagorza, qui s’est illustré contre les Musulmans durant la première moitié du x e siècle en Ribagorza, en Sobrarbe et dans le Pallars. Ses exploits firent l’objet dans certaines chroniques catalanes de narrations légendaires où son nom est même associé à celui de Charlemagne.

30Ces deux récits, le léonais comme le roncesvalien, étaient d’origine épique. Les nombreuses références aux cantates et aux juglares relevées dans la Primera Crónica General, la saveur épique qui se dégage de certaines scènes, l’allure générale des récits avec leur progression dramatique concertée ne permettent pas d’en douter.

31Or ces deux récits mettaient en scène deux héros qui portaient le même nom, Bernardo, et qui accomplissaient leurs hauts faits sous les règnes de rois homonymes, des ‘Alphonse’. L’idée de réunir l’histoire de ces deux héros en une histoire générale de Bernardo a pu naître chez quelque remanieur amateur de synthèse épique. Ainsi serait née la Estoria de Bernaldo à laquelle fait allusion la Primera Crónica General. Le compilateur s’en serait inspiré pour les passages de grande intensité épique, qui sont nombreux dans les pages consacrées à Bernardo, tandis qu’il aurait par ailleurs accordé la préférence à Rodrigue de Tolède et à Lucas de Tuy quand il pouvait choisir entre sa source épique et ses sources historiographiques.

32La bataille de Roncevaux doit retenir toute notre attention. Dans tous les textes conservés, Bernardo vainc les Français au passage des Pyrénées. Or aucun indice ne nous permet d’attribuer une origine épique à cette tradition. La Primera Crónica General se contente de combiner et d’opposer ses deux sources savantes, Rodrigue de Tolède et Lucas de Tuy, sans rien ajouter qui pourrait être d’origine épique. Chez le Tudense, les noms des victimes de Roncevaux sont ceux que nous connaissons par l’historiographie carolingienne ; d’autres traits sont empruntés au Pseudo-Turpin (la prise de Nájera et de Monjardín, les voyages répétés d’un Charles, roi de France, à Saint-Jacques-de-Compostelle, ses bienfaits pour la ville), d’autres encore sont des inventions cléricales espagnoles (privilège métropolitain accordé à Saint-Sauveur d’Oviedo). Rodrigue de Tolède emprunte au Tudense, au moine de Silos (allusion à l’influence dissolvante des bains d’Aix-la-Chapelle), au Pseudo-Turpin (le toponyme Valle Karoli, l’allusion aux peintures rappelant les succès de Charlemagne, qui ornaient les murs de son tombeau). Le résumé du Fernán González, enfin, est hétérogène : il rappelle le Tolédan, le Tudense, le Pseudo-Turpin, la tradition rolandienne épique et présente aussi des traits qui lui sont particuliers.

33Le personnage du Bernardo antifrançais paraît donc une création savante à classer dans la tradition culta anticarolingienne et hispanophile dont le moine de Silos s’est fait l’écho un siècle plus tôt. Mais celui-ci n’avait pas à sa disposition un héros légendaire à demi-espagnol pour cristalliser son sentiment francophobe. Ce héros, les lettrés ou les semi-lettrés du xiii e siècle l’ont emprunté à la tradition épique rolandienne même : c’est Bernardo, le héros hispano-français qui surclassait en bravoure les Français de la légende épique. D’allié glorieux, on en a fait l’ennemi de Charlemagne, un symbole de l’honneur national ; il ne rivalise plus d’héroïsme avec les héros épiques français, mais, allié à Marsile, il culbute les protagonistes historiques de la bataille de 778. Enfin, on oublie qu’il était le neveu de l’empereur, on l’espagnolise tout à fait en s’inspirant de la légende du Bernardo léonais et il devient le neveu du roi Alphonse Il le Chaste, contemporain de Charlemagne.

34A l’occasion de la légende de Bernardo del Carpio se manifestent deux tendances opposées. Celle qui utilise à des fins intéressées les gloires épiques françaises pour rehausser un héros espagnol et celle, savante et nationaliste, qui réagit violemment contre les grandioses mensonges français auxquels avait pris goût une certaine Espagne. Toutefois, il importe de ne pas simplifier. Cette réaction nationaliste et antijongleresque n’est pas toujours constante chez les chroniqueurs. Tel chroniqueur peut rejeter certaines allégations épiques et en accepter d’autres quand elles flattent son orgueil national.

  • 63 Ed. Lorenzana, pp. 85-86.

35La légende de Mainet en est un exemple particulièrement instructif. Après avoir déployé une vaste érudition historique pour prouver que, contrairement aux allégations jongleresques, la reconquête de l’Espagne et du chemin de Saint-Jacques était l’œuvre des Espagnols et non de Charlemagne, Rodrigue de Tolède n’en accepte pas moins l’hypothèse d’une action bénéfique de l’empereur contre les Musulmans, dans la jeunesse de celui-ci, lorsqu’il était exilé à Tolède chez le roi Galafre63. Le chroniqueur rejette donc d’un côté les fables épiques francophiles, mais de l’autre il accepte de leur prêter une oreille attentive. La clef de cette attitude apparemment contradictoire n’est pas difficile à trouver. En effet, l’orgueil espagnol n’avait pas trop à souffrir des hauts faits impériaux a Tolède, car ceux-ci ne conduisaient à aucune conquête durable en Espagne.

  • 64 Ed. R. Menéndez Pidal, t. II, pp. 340 ss.

36Telle qu’on peut la lire dans la Primera Crónica General64, la version espagnole des Enfances de Charlemagne est vivante, savoureuse, parfois malicieuse et narrativement très différente des versions françaises. La chronique espagnole raconte que Charles quitte son pays à la suite d’un différend avec son père Pépin pour une question de « justice ». Il se réfugie à Tolède avec sa suite, où il se met au service du roi Galafre qui le reçoit avec grand plaisir et lui fait beaucoup d’honneurs. Dès son arrivée dans la ville, Mainet éveille la curiosité de la fille de Galafre, la belle Galiana, mais refuse fièrement de s’humilier devant elle. Peu après, le roi Braimant, prétendant éconduit de Galienne, vient mettre le siège devant Tolède. Galafre et ses alliés font une sortie, le combat s’engage, indécis et fluctuant. Mainet n’y participe pas, car il dort dans une chambre des palais tolédans. Il s’éveille ; se voyant seul dans le château désert, il se croit trahi et abandonné des siens ; il se plaint, maudit l’heure de sa naissance et nomme son père et sa mère. Or Galienne suivait du haut d’une tour les péripéties du combat. Elle entend le jeune homme se lamenter, découvre le beau parti qu’il constitue. Elle revêt ses plus beaux atours et se rend dans sa chambre. Mais le jeune homme l’accueille fraîchement. Piquée, la rusée Musulmane l’accuse de lâcheté, lui reproche de dormir tranquillement dans sa chambre pendant que les siens gagnent péniblement leur solde en ferraillant sous les murs de Tolède. La conscience de Mainet n’en mène pas large. Aussi tente-t-il de se disculper, en prononçant des paroles que l’accrocheuse Musulmane mettra tout de suite à profit pour ferrer sa proie : s’il avait un destrier et des armes, on verrait bien s’il est un lâche. « Je t’en donnerai si tu promets de m’épouser » rétorque la belle, et Mainet doit passer par où désire la jeune fille, pour sauver son honneur de preux. Il promet, et Galienne lui donne les armes, Joyeuse (Joyosa) et un destrier nommé Blanchet, cadeaux qu’elle avait reçus de Braimant. Le jeune homme court alors au combat, culbute douze des plus fameux guerriers de Braimant, affronte celui-ci, échange de fières paroles avec lui, échappe de peu à un formidable coup de taille et coupe le bras droit à son adversaire, qui roule dans la poussière avec le bon brand Durendal. Se voyant grièvement atteint, Braimant fuit ; Charles le poursuit, le rattrape, le tue et lui coupe la tête qu’il suspend à la bride de son cheval dans l’intention de l’offrir à Galienne. Les troupes de Braimant se débandent, sont taillées en pièces et les Français regagnent Tolède, riches et honorés.

37Peu après, ils apprennent la mort de Pépin et décident de rentrer recueillir sa succession, mais un écuyer leur révèle que Galafre ne compte pas les laisser partir de gaieté de cœur. Aussi vont-ils employer la ruse : ils font semblant d’aller à la chasse et prennent le large après avoir fait ferrer leurs chevaux à l’envers. Quand ils ont pris du champ, Morant, un des « gouverneurs » de Charles, revient à Tolède et enlève en secret Galienne qui l’attendait. Après de nombreuses aventures, ils rejoignent Charlemagne à Paris. Galienne est baptisée et devient reine de France.

  • 65 M. Milâ y Fontanals, De la poesia heroico popular castellana, Barcelona, 1874, reimpr. Barcelona, (...)
  • 66 En particulier R. Menéndez Pidal, Poesia árabe y poesia europea, « Galiene la belle y los palacios (...)

38Le ton, le contenu, le style du récit, la possibilité d’y reconstituer des vers espagnols attestent l’origine épique65. Selon toute vraisemblance, le chroniqueur alphonsin a dérimé un Cantar de Mainete perdu. Certains critiques ont même vu dans ce Mainete, le Mainet original66. Les versions françaises, franco-italiennes, italiennes et allemandes n’en seraient que des remaniements cycliques, L’auteur serait un Français ou un jongleur franco-espagnol qui cultivait la poésie carolingienne à l’intention des nombreux Français qui habitaient Tolède après la reconquête de la ville en 1085 et se serait inspiré, pour composer son récit, de l’exil historique d’Alphonse VI, roi de Léon, dans la ville du Tage. Pour justifier la fuite de Charlemagne, il aurait inventé le différend avec Pépin, qui ensuite aurait été remplacé, dans une intention cyclique, par la querelle avec les frères bâtards, Heudri et Rainfroi. La présence, dans le récit espagnol et dans le Karl Meinet allemand, donc dans des versions appartenant à des familles opposées, du toponyme tolédan Val Samorial et la possibilité de trouver l’origine du nom de Galienne dans l’expression senda galiana « route qui mène en Gaule », attestée elle aussi dans la région tolédane, confirmeraient l’ascendance tolédane du cantar. Si cette théorie s’avérait exacte, l’Espagne pourrait s’enorgueillir d’avoir été le berceau d’une tradition légendaire internationale qui aurait connu le succès en France, en Italie, en Allemagne et en Espagne même.

  • 67 Jacques Horrent, « Mainet est-il né à Tolède ? », Le Moyen Age, 74, 1968, pp. 439-458.

39Mais les arguments rappelés brièvement ci-dessus n’emportent pas l’adhésion de toute la critique. Quand on les examine de près, les exils de Charlemagne et d’Alphonse VI offrent de notables divergences et sont moins proches l’un de l’autre qu’il n y paraissait. La division de la tradition en deux familles opposées fondées sur les causes de l’exil est arbitraire, car elle ne repose pas sur une étude générale de tous les textes qui conservent les Enfances. Un examen attentif du passage que la chronique espagnole consacre aux querelles avec Pépin révèle en outre que son texte traduit simplement le De Rebus Hispaniae de Rodrigue de Tolède et donc qu’il n’appartenait pas au même fond épique que la suite du récit consacré à la relation des aventures tolédanes de Mainet. Les toponymes invoqués sont attestés tardivement à une époque où la légende de Galienne et de Mainet était déjà connue à Tolède. Enfin, la forme même du toponyme Val Samorial ne concorde pas avec celle qu’on trouve dans la Primera Crónica General, Val Somorian. Il est préférable de rapprocher celle-ci de l’expression française espagnolisée Val soz Morian « val se trouvant en contrebas d’une région mauresque ». Cette expression fréquente dans la littérature épique figure dans la version des Enfances consignée dans le Charlemagne de Girard d’Amiens (Bois de souz Morine) et cela achève de nous convaincre de l’origine française du toponyme67.

40Le * Cantar de Mainete n’est donc pas une création originale, mais le remaniement, sans doute espagnolisé dans sa géographie et peut-être dans son organisation narrative, d’un récit français qui, à notre avis, se situait déjà à un stade assez avancé dans l’évolution narrative de la légende.

  • 68 Ed. Flórez, in España Sagrada, t. XIV, pp. 392-393 et R. Menéndez Pidal, in Reliquias…, pp. 16-17. (...)
  • 69 R. Menéndez Pidal, Poesía árabe…, pp. 104-105.
  • 70 A. Castro et D. De Oonis, Fueros Leoneses, Madrid, 1916, pp. 13, 29 et 30 ; M. Garcia Blanco, « So (...)

41Ce * Cantar de Mainete était assez connu en Espagne depuis le début du xiii e siècle ou la fin du siècle précédent. L’archevêque Rodrigue de Tolède en donne un bref résumé dans son De Rebus Hispaniae achevé en 1243, ainsi que le Roncesvalles aux vv. 54-66, et Juan Gil de Zamora y fait allusion dans son Liber Illustrium Personarum rédigé en 128068. Enfin, les Galiana relevées à Tolède dans des documents notariaux du début du xiii e siècle69 et les Meynete ou Maynete découverts à Salamanque et à Zamora, à la même époque, attestent70 à la fois la relative ancienneté de la légende en Espagne et sa large diffusion au sud des Pyrénées (Nouvelle Castille, sud du Léon, Navarre).

  • 71 Ed. P. De Gayangos, Madrid, 1858, pp. 175 ss (Biblioteca de Autores españoles 44).

42Après la Primera Crónica General, la Gran Conquista de Ultramar (fin du xiii e siècle) accorde une attention particulière aux aventures juvéniles de Charlemagne. Elle présente cependant l’originalité de les intégrer dans un ensemble cyclique comprenant Berte aux grands pieds, Mainet, la Reine accusée d’adultère, les Saisnes71. Ce groupe de récits constitue une sorte de parenthèse généalogique amenée par la mention d’un héros de la croisade, Folguer Uber de Chartres, qu’on présente comme le descendant d’un des compagnons d’exil de Charles, Mayugot de Paris, dans lequel on aura reconnu le « Keu » Maingot des Fragments français de Mainet. Si la Reine calomniée et les Saisnes se réduisent à de simples allusions peu circonstanciées, les deux autres récits sont racontés dans le détail. La Berta de la Gran conquista est plus proche des récits français (Chronique saintongeaise et la Berte d’Adenet) que des versions franco-italiennes, mais elle semble antérieure au remaniement d’Adenet. Ajoutons que le traducteur espagnol a sans doute retouché son modèle pour en faire une création personnelle : Flores et Blancaflor deviennent des souverains espagnols qui ont dû céder la place, à la mort du roi, aux Sarrasins du lignage des Abenhumaya ; le rôle de Blancaflor est considérablement amplifié et dramatisé ; la servante traîtresse est écartelée et non brûlée, Berte avait non pas un pied plus grand que l’autre, mais les orteils du milieu soudés.

43Le récit des aventures de Mainet se divise en deux parties. La première vient sans doute directement de France : elle raconte l’enfance de Mainet entre ses deux protecteurs Mayugot de Paris et Morant de River, son dénuement devant les manœuvres de ses frères bâtards Manfre et Eldois, la volonté de ceux-ci de le faire disparaître, une dispute qui éclate au cours d’un repas et qui dégénère en bataille rangée, la fuite de Charles et de ses compagnons vers le midi, les victoires que le jeune homme, véritable condottiere, remporte contre le roi musulman de Toulouse et contre deux armées musulmanes en Espagne même. La seconde partie du récit offre d’étroites ressemblances avec la Primera Crónica General. Comme aucune relation directe ne peut être établie entre la Crónica et la Gran Conquista, il semble que celle-ci procède du *Cantar de Mainete perdu susdit. Mais la comparaison entre les deux chroniques présente un grand intérêt littéraire. Dans la Chronique générale, les héros conservent leur rudesse épique et obéissent à l’idéologie féodale et religieuse des anciennes chansons de geste. La Gran Conquista a adouci et affiné les caractères trop rudes des personnages, mais sans les affadir ; moins puissants, ceux-ci gagnent en finesse, en nuance, en courtoisie, sans pour autant devenir mièvres. Elle « novellise » les aventures espagnoles de Charlemagne et présente l’originalité d’arabiser les noms des personnages espagnols. Très éloignée par le ton et l’esprit de la rugueuse mise en prose de la Primera Crónica aux accents épiques authentiques, la Gran Conquista, par son romanesque, doit être rangée aux côtés des romans de chevalerie.

  • 72 Voir ci-dessus.
  • 73 R. Menéndez Pidal, « La Chanson des Saisnes en España », in Mélanges de Linguistique et de Littéra (...)

44Le xiii e siècle apparaît donc comme un siècle capital pour la propagation des légendes carolingiennes en Espagne. Non seulement la Chanson de Roland y poursuit sa carrière sous plusieurs formes, mais le remaniement du Roncesvalles renouvelle la légende et enrichit psychologiquement le combat de Roncevaux en y introduisant le conflit latent qui oppose Roland à Renaud, personnage étranger à la matière rolandienne. En outre, un héros espagnol a vu le jour pour ternir quelque peu l’éclat des gloires épiques françaises, Bernardo, fils de doña Timbor et neveu de Charlemagne. Une réaction culta et francophobe l’oppose même, les armes à la main, à l’empereur et en fait son vainqueur à Roncevaux. L’Espagne s’est en outre intéressée aux Enfances de Charlemagne, qui gravitaient autour de la célèbre ville de Tolède, au point de refondre la matière en un remaniement original qui a pris place dans la Primera Crónica General aux côtés de légendes épiques purement espagnoles. Peut-être l’Espagne a-t-elle connu aussi à cette époque un *Cantar de Reynaldos72. En tout cas, elle a accordé un intérêt suffisant à la légende de Berte, de la Reine accusée d’adultère et aux Saisnes pour les intégrer dans une compilation aux côtés de Mainet. Selon d’aucuns, les Saisnes73 auraient même connu des adaptations épiques espagnoles.

  • 74 Ed. Yo Ten Cate, Madrid, 1956, p. 485.
  • 75 Dans la pièce Consiros cant e planc e plor. Voir M. De Riquer, « Las poesías de Guillem de Bergued (...)
  • 76 Voir R. Lejeune, « Roland et Olivier au portail du dôme de Vérone », Cultura neolatina, 21, 1961, (...)
  • 77 La caractérisation palaçin appliquée à Roland n’apparaît, à ma connaissance, qu’en Italie où patad (...)

45Au xiv e siècle, cet intérêt pour la matière épique française continue à laisser des traces dans l’historiographie. Une fois de plus un Espagnol invoque la prouesse de Roland et d’Olivier, à laquelle il ajoute celle de Turpin, pour rehausser la valeur d’un héros historique de son pays. Cette allusion figure dans la chronique rimée du règne d’Alphonse le Vengeur, appelée aussi Poema de Alfonso Onceno (1350)74. Le récit que l’auteur a en vue n’est ni le Pseudo-Turpin qui ne présente jamais l’archevêque Turpin sous les traits d’un prélat guerrier, ni un poème qui serait dans la lignée de Bernardo del Carpio : la gloire de Roland et d’Olivier n’est pas en effet obscurcie par celle de Bernardo. Ce récit doit cependant être inséré dans la tradition espagnole, car, dans une autre allusion carolingienne, le Poema fait de Thierry d’Ardenne le gonfalonier de Charlemagne. Or ce détail est inconnu en France, mais se rencontre dans le Poema de Fernán González dont l’origine castillane est incontestable. Enfin, la réputation de galanterie attachée au personnage d’Olivier dans le Pèlerinage à Jerusalem et à Constantinople et dans les Galiens, évoquée en outre par Guilhem de Berguedan75 et connue, semble-t-il, des Italiens76, a peut-être trouvé un écho dans le Poema de Alfonso XI En effet, le nom d’Olivier est caractérisé par l’épithète cortés qui est parallèle au mot palaçin associé à Roland. L’auteur de l’allusion aurait donc adjoint aux noms des deux héros leur principale caractérisation77.

  • 78 Voir Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 498 ss. La Cuarta Crónica General mentionne Reinalte (...)

46Comme nous l’avons vu plus haut, les Crónicas Generales s’inspirent pendant tout le xiv e siècle du Roncesvalles pour étoffer leur liste des victimes de Roncevaux. Cette vogue des personnages épiques se prolonge au xv e siècle (voir la Cuarta Crónica General et le Libro de bienandanças e fortunas du Biscayen Lope Garcia de Salazar)78. Les chroniqueurs rendaient ainsi plus grandiose la victoire de leur héros national, Bernardo, sur les Français qu’ils présentaient comme les ennemis de l’Espagne.

47Les Crónicas Generales continueront à rapporter les aventures de Bernardo del Carpio, mais l’alliage opéré par la Primera Crónica General entre les traditions savante et épique ne variera plus guère dans les chroniques postérieures, de sorte qu’il nous est impossible de suivre les développements éventuels de la matière. Mais la fidélité qu’elles conservent à cette matière durant tout le xiv e siècle, l’attitude plus critique qu’adopte à son égard la Tercera Crónica General et une allusion du chancelier Lôpez de Ayala en 1398 à des cantares sur le héros prouvent que, pendant plus d’un siècle, on continue à chanter les exploits de Bernardo del Carpio. Au contraire, le * Cantar de Mainete ne réunit plus les suffrages des chroniqueurs. La Chronique générale de 1344 ne fait plus la moindre allusion aux Enfances de Charlemagne alors que, dans les autres pays, celles-ci faisaient l’objet de réélaborations nouvelles (cf. Karleto, Reali di Francia en Italie, Karl Meinet en Allemagne). Toutefois, les Espagnols n’oublient pas les amours de la belle Tolédane Galiana avec l’empereur Charlemagne. Leur engouement pour elles ne s’éteint pas avec le moyen âge, mais prend une autre forme et se manifeste dans d’autres types de compositions. A la fin du xvi e siècle, Lope de Vega donne à la scène sa comédie Los Palacios de Galiana qui relate l’idylle entre Carlos et Galiana. Au xvii e siècle, l’évêque Balbuena met la pièce de Lope en octosyllabes et l’intègre dans le livre V de son poème épique Bernardo. Moratín le père conserve au xviii e siècle le nom de Galiana dans son roman mauresque Abelcadir y Galiana. En 1844 enfin, Tomás Rodriguez produit une dernière œuvre d’imagination inspirée par la légende de Mainet, la Infanta Galiana, où, anticipant sur l’identification que les philologues allaient proposer, il remplace Charlemagne par Charles Martel dans le rôle du soupirant de la belle princesse. Théophile Gautier rapporte encore les amours supposées de Charlemagne et de Galienne à l’occasion de sa curieuse visite des Palacios de Galiana à Tolède.

48Interviennent successivement MM. J.-Ch. Payen et D. McMillan , président de séance, qui félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Voir D. Alonso, « La primitiva épica francesa a la luz de una Nota Emilianense », Revista de Filologia espanola, 37, 1953, pp. 1-99.

2 Voir D. Alonso, art. cit., p. 76.

3 D. Alonso, art. cit., pp. 87-94 ; G. Menéndez Pidal, « Sobre el escritorio Emilianense en los siglos X a XI », Boletin de la Real Academia de la Historia, 143, 1958, pp. 7-19 et R. Menéndez Pidal, La Chanson de Roland et la tradition épique des Francs, Paris, 1960, pp. 385 ss. Les paléographes, au contraire, ont tendance à vieillir la lettre de la Nota jusqu’au début du x e siècle et même jusqu’au ix e siècle (voir D. Alonso, art. cit., pp. 87 ss). M. R.N. Walpole, pour sa part, la rajeunit jusqu’aux environs de 1100 (c.r. de l’art. cit. de D. Alonso, Romance Philology, 9, 1956, pp. 370-381 et « The Nota Emilianense. New Light (But How Much ?) on the Origins of the Old French Epic », Romance Philology, 10, 1956, pp. 1 ss), M. S. Pellegirini jusqu’en 1110-1120 (Studi rolandiani e trobadorici, Bari, 1964, pp. 92-94). A mon avis, pour des raisons paléographiques, on ne peut lui faire passer le seuil du xii e siècle (voir Jacques Horrent, « Ganelon, le conseil des barons et la Nota Emilianense », in Mélanges de Langue et de Littérature médiévales offerts à Pierre Le Gentil, Paris, 1973, p. 367, n. 2).

4 M. D. Alonso en a donné la photographie dans l’article susdit ainsi que R. Menéndez Pidal (op. cit., pl. XI). Le texte a été reproduit de nombreuses fois. Pour sa description, voir D. Alonso, art. cit., p. 9, n. 2.

5 I. Frank, « L’affaire de Roncevaux et Roland sans légende » (résumé de la communication préparée pour le 1er Congrès de la Société Rencesvals à Pampelune en 1955), in Coloquios de Roncesvalles (Agosto 1955), Zaragoza, 1956, pp. 225 ss. P. Le Gentil, La Chanson de Roland, Paris, 1955, pp. 46-47 ; « A propos de la Chanson de Roland et de la tradition épique des Francs », Cahiers de Civilisation Médiévale, 5, 1962, pp. 328-329 ; A. Burger, « La question rolandienne, faits et hypothèses », Cahiers de Civilisation Médiévale, 4, 1961, pp. 273 ss ; I. Siciliano, Les chansons de geste et l’épopée. Mythes, histoire, poèmes, Torino, 1968, pp. 61 et 283. M. R.N. Walpole défend un avis approchant (« The Nota Emilianense… », p. 18).

6 C. Minis, « Ueber Rolands Horn, Burgers Passio Rotolandi und Konrads Roland », in Mélanges de linguistique et de littérature romanes offerts à la mémoire d’István Frank, Universität des Saarlandes, 1957, p. 445. M. H. Salvador Martinez pense aussi que la Nota Emilianense s’inscrit dans une tradition légendaire latine (El « Poema de Almeria » y la épica románica, Madrid, 1975, pp. 316-344).

7 D. Alonso, art. cit., pp. 62 ss ; R. Lejeune, « Actualité de la Chanson de Roland », Nouvelle Clio, 7-9, 1955-1957, pp. 216-219 ; M. De Riquer, Les chansons de geste françaises, Paris, 1957, p. 75 ; R. Menéndez Pidal, op. cit., pp. 384-447.

8 F. Lecoy, c.r. de l’article de D. Alonso, Romania, 76, 1955, pp. 254-269. L’auteur croit, avec raison, que la Nota est hétérogène et que le poème dont elle procède est inaccessible. Toutefois, celui-ci aurait comporté la trahison de Ganelon, qui est l’événement structuralement essentiel de la Chanson de Roland (c.r. cit., pp. 262 ss) (voir aussi Jacques Horrent, op. cit., pp. 370 ss). Dans son c.r. du livre de R. Menéndez Pidal sur la Chanson de Roland , M. F. Lecoy admet implicitement que ce poème pouvait être écrit en espagnol (Romania, 84, 1963, p. 125).

9 Rodlane avec dl confirme que la forme espagnole Roldán avec ld est le résultat de la métathèse du d et du l et non l’épenthèse d’un d après un l simple ou double (cf. Jules Horrent, La Chanson de Roland dans les littératures française et espagnole au moyen âge, Paris, 1951, pp. 441 ss). Rodlane en provient pas de la forme latinisée Rodlandus ou Rotolandus (germ. Hruodland) qui aurait donné Roldando, forme inconnue en Espagne, mais d’un français Rotlant (Rodlant) (sunt > son) ou d’un provençal Rotlan. Sur les différentes formes du nom en France, voir principalement : R. Lejeune, « La naissance du couple littéraire ‘Roland et Olivier’ », Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientale de Bruxelles, 10, 1950, pp. 376-388 ; en Espagne : P. Aebischer, « L’entrée de Roland et d’Olivier dans le vocabulaire onomastique de la Marqua Hispanica », Estudis romanis, 5, 1955-1956, pp. 55-76 ; M. Coll i Alentorn, « La introducció de les llegendes épiques franceses a Catalunya », in Coloquios de Roncesvalles, Zaragoza, 1956, pp. 144-146, et R. Menéndez Pidal, op. cit., p. 441.

10 Voir en dernier lieu : Jacques Horrent, « Les noms ‘Rodlane’ et ‘Bertlane’ dans la Nota Emilianense », in Hommage au Professeur Delbouille, Marche Romane, Numéro spécial, 1973, pp. 231-249.

11 R. Menéndez Pidal, op. cit., p. 439.

12 Entre autres, D. Alonso, art. cit., p. 62.

13 Jacques Horrent, « Ganelon… », pp. 370 ss. Dans cette hypothèse, il faut admettre que l’annotateur emilianense a connu, à côté du Cantar de Rodlane, une composition poétique sur Guillaume et Bertrand (voir le nom Bertlane) à laquelle il aurait emprunté ces deux derniers noms pour étoffer sa liste des « neveux » de Charlemagne.

14 Voir en dernier lieu : Jacques Horrent, « L’Historia Silense ou Seminense », in Six littératures romanes, Marche Romane, 23, 1973-1974, pp. 135-150, et H. Salvador Martinez, El « Poema de Almería… », pp. 272 ss. La thèse de l’emprunt épique a été défendue en dernier lieu par R. Menéndez Pidal, op. cit., pp. 149 ss.

15 Voir l’éd. Pérez de Urbel-González Ruiz Zorilla, Madrid, pp. 129-131. J’ai reproduit le passage en question dans l’article susdit, p. 136.

16 Sur cette appellation, voir le résumé de la discussion dans Jules Horrent, « Chroniques espagnoles et chansons de geste ». Le Moyen Age, 53, 1947, pp. 272-277 ; la mise au point de R. Menéndez Pidal, op. cit., pp. 147-148, n. 1, et tout dernièrement de H. Salvador Martinez, El « Poema de Almeria »…, p. 271 et n. 8.

17 Voir R. Menéndez Pidal, op. cit, pp. 148-149.

18 Ed. A. Ubteto Arteta, Valencia, 1966, p. 52.

19 Ce toponyme figure en effet dans un poème copié sur la couverture du Livre de Job que l’évêque de Pampelune, Pierre d’Andouque, a offert, à la fin du xi e siècle, aux moines de Sainte-Foi de Conques (voir J. Saroihandy, « La légende de Roncevaux s », in Homenaje a Menéndez Pidal, t. II, Madrid, 1925, p. 272.

20 Ed. L. Sanchez Belda, Madrid, 1950. Sur l’œuvre et son auteur, voir en dernier lieu, H. Salvador Martinez, op. cit., pp. 78-122.

21 Le Poema de Almería a été récemment réédité et traduit en espagnol par H. Salvador Martinez, op. cit., pp. 17-51. Notre allusion se trouve aux vv. 215— 219 (éd. cit., p. 38).

22 Jules Horrent, La chanson de Roland…, p. 449 ; « Sur deux témoignages espagnols de la Chanson de Roland », Bulletin hispanique, 58, 1956, pp. 48-50 ; et R. Menéndez Pidal, op. cit., p. 163.

23 Jules Horrent, op. cit., pp. 449-450. Dans « Sur deux témoignages espagnols… », p. 49, M. Jules Horrent identifie les socii chari avec les pairs de Charlemagne. Cette interprétation est possible, mais non nécessaire : les socii chari peuvent désigner Roland et Olivier dont on vient de parler et qui sont morts à Roncevaux. M. Salvador Martinez rejette l’origine épique de l’allusion du Poema de Almería. Selon lui, elle renverrait à un texte latin, peut-être la Passio Rotholandi que M. A. Burger suppose à la base du Pseudo-Turpin (« La légende de Roncevaux avant la Chanson de Roland », Romania, 70, 1948-1949, pp. 433-473 ; « Sur les relations de la Chanson de Roland avec le récit du faux Turpin et celui du Guide du Pèlerin », idem, 73, 1952, pp. 242-247). La forme Roldanus est cependant trop visiblement la latinisation de l’espagnol Roldán pour que nous allions chercher ailleurs que dans un texte en langue vulgaire l’origine du nom propre. L’absence de référence à Renaud de Montauban ne détruit pas l’hypothèse de l’ascendance épique de l’allusion : avant le Roncesvalles, l’Espagne a connu une tradition épique plus conforme à la Chanson de Roland française avec les seuls Roland et Olivier (voir ci-dessous la Vida de San Millán de la Cogolla de Gonzalo de Berceo), de laquelle peut procéder le Poema sans qu’il soit nécessaire de supposer un autre type d’influence.

24 La supposition la plus convaincante de R. Menéndez Pidal (op. cit., p. 163) est la suivante : dans le Cantar dont procède le Poema de Almería, les Français n’auraient pas mis la main sur tout le territoire espagnol, ainsi que l’affirment les six premiers vers du Roland selon Oxford. Le poète nous dit, en effet, que si Alvar Fáñez avait joint ses forces à celles de Roland et d’Olivier sub iuga Prancorum fuerat gens Agarenorum. Cette affirmation prouverait que, dans la source du Poema, l’emprise française ne s’exerçait pas sur toute l’Espagne et que le Cantar espagnol utilisé par le chroniqueur ne comportait rien qui ressemblât aux six premiers vers du Roland et, sans doute, aux trois vers de la laisse 14, où le neveu de l’empereur rappelle les nombreuses villes qu’il a remises à Charlemagne. Mais n’est-ce pas oublier un peu hâtivement que la première strophe se termine par une précision qui rectifie son triomphalisme ? La formidable Saragosse reste encore intacte avec tout son potentiel guerrier, comme le démontre la suite de la Chanson. Aucune contradiction véritable n’oppose le Poema de Almería aux premiers vers de la Chanson de Roland, de sorte que nous ne sommes pas autorisés à utiliser le témoignage de l’allusion latine pour nier la présence de la première laisse dans le Cantar espagnol.

25 Voir B. Sânchez Alonso, Historia de la historiografía española, t. I, Hasta la publicación de la Crónica de Ocampo, Madrid, 1941, p. 151. Ed. in España Sagrada, t. XIII, p. 382 et par Huici Miranda, Crónicas latinas de la reconquista, Valencia, 1913, t. 1, p. 340. Voir aussi W.J. Entwistle, « The Cantar de Gesta of Bernardo del Carpio », Modem Language Review, 23, 1928, p. 313, n. 1.

26 Ed. F. Janer, Poetas castellanos anteriores al siglo xv , Madrid, 1864, p. 77. M. Jules Horrent a reproduit l’allusion à Roland et à Olivier (op. cit., p. 450 ; « Deux témoignages… », p. 49). Ce passage se trouve également dans les Cuatro poemas de Berceo, éd. par C. Carrol Marden, Madrid, 1938. Pour le complément bibliographique, voir Jules Horrent, op. cit., p. 450, n. 2 et 3.

27 Jules Horrent, op. cit., pp. 450-451, et « Deux témoignages… », pp. 49-50.

28 Ed. Lorenzana, Madrid, 1793, P.P. Toletanorum, t. III, reimpresión, Valencia, 1968 (Textos medievales, 22), p. 84. Ed. R. Menéndez Pidal, Madrid, 1955, t. II, pp. 355, b. 48 - 356, a. 5.

29 Jules Horrent, Roncesvalles. Etude sur le fragment de cantar de gesta conservé à l’Archivo de Navarra (Pampelune), Paris, 1951, pp. 113 ss.

30 Cette interprétation suppose que les deux allusions reflètent objectivement leurs sources et qu’on peut se fonder sur elles pour supputer la place qu’occupait dans les cantares la conquête du camino francés. J’entrevois, pourtant, une autre possibilité, qui tient compte de la personnalité subjective des deux chroniqueurs. Dans les cantares, comme dans les versions rimées du Roland, la conquête du chemin de Saint-Jacques n’occupait qu’un vers allusif. Mais l’énormité de ce mensonge épique a profondément heurté les « historiens » qu’étaient nos chroniqueurs, les incitant à accorder, dans leur mise en garde, plus d’importance au Chemin qu’il n’en avait en réalité dans leurs sources.

31 « Roncesvalles, un nuevo cantar de gesta del siglo xiii », Revista de Filologia espanola, 4, 1917, pp. 105-204, réimpr. in Tres poetas primitivos, Elena y Maria, « Roncesvalles », Historia troyana polimétrica, Buenos Aires, 1948 (col. Austral, 800), pp. 47-79. Voir aussi l’éd. de Jules Horrent, op. cit., pp. 17-25.

32 Voir le point de la question dans Jules Horrent, Roncesvalles…, pp. 87 ss.

33 Voir Jules Horrent, op. cit., pp. 90-103.

34 Voir Jules Horrent, op. cit., pp. 104-144.

35 Francis J. Carmody, Franco-Italian Sources of the Roncesvalles. Publications of the Institute of French Studies, Columbia University, New York, 1934.

36 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, p. 140.

37 Jules Horrent, op. cit., pp. 160-166.

38 Jules Horrent, op. cit., pp. 153-154.

39 Jules Horrent, op. cit., pp. 154-160.

40 R. Menéndez Pidal, Poesía juglaresca y orígenes de las literaturas románicas, Madrid, 1957, pp. 306-307.

41 Jules Horrent, op. cit., pp. 169-170.

42 Jules Horrent, op. cit., pp. 174-209.

43 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 124 ss ; Tres poetas primitivos, pp. 52-53. Jules Horrent, op. cit., pp. 70-76.

44 R. Menéndez Pidal, Roncesvalles, pp. 123 et 130. En torno al poema del Cid, Barcelona, 1963, pp. 83 ss ; Tres poetas primitivos, pp. 53 ss et surtout Jules Horrent, Le Pèlerinage de Charlemagne. Essai d’explication littéraire avec des notes de critique textuelle, Paris, 1961, pp. 127-135.

45 Jules Horrent, Roncesvalles, pp. 83-85.

46 R. Menéndez Pidal, La leyenda de los infantes de Lara, Madrid, 1971, pp. 418 ss ; Cantar de mio Cid. Texto, Gramática y vocabulario, Madrid, t. III, pp. 117 ss ; « La forma épica en España y en Francia », Revista de Filología española, 20, 1933, pp. 345 ss (cf. En torno al poema del Cid, pp. 82-83).

47 R. Menéndez Pidal, « La forma épica… », pp. 347 ss ; En torno…, p. 82 ; Jacques Horrent, « Les formes ‘ Rodlane’ et ‘Bertlane’ dans la Nota Emilianense », in Hommage au professeur Maurice Delbouille, Marche Romane, Numéro spécial, 1973, pp. 242 ss ; Jules Horrent, Historia y poesía entorno al « Cantar del Cid », Barcelona, 1973, p. 227. Sur l’apocope du -e final en Castillan, voir R. Lapesa, « La apócope de la vocal en castellano antiguo. Intento de explicación histórica », in Estudios dedicados a R. Menéndez Pidal, t. II, Madrid, 1951, pp. 185-226.

48 Ed. R. Menéndez Pidal, in Reliquias de la poesia épica española, Madrid, 1951, p. 87.

49 Jules Horrent, La Chanson de Roland, p. 459.

50 Voir la copia 142, p. 52.

51 Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 496-498.

52 Terrin d’Ardena.

53 V. 98.

54 Voir les textes dans Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 496-498. Dans Le fonti dell’Orlando furioso, Firenze, 1900, p. 19, n. 2, P. Rajna a rapproché les chroniques espagnoles du Turpin. Cette thèse paraît insoutenable, car le Raginaldus de Albospino qui figure chez ce dernier ne peut être confondu avec le Reynalte de Montaluan des Crónicas.

55 Je soustrais évidemment celui de Charlemagne, sans intérêt ici.

56 La possibilité d’une relation directe entre les Crónicas Generales et le Poema de Fernán González est, en effet, exclue.

57 Jules Horrent, Roncesvalles, pp. 134-135.

58 M. Jules Horrent a passé en revue les différents systèmes élaborés pour expliquer les formes complexes que cette légende a prises dans les textes conservés (La Chanson de Roland, pp. 462 ss). Citons, parmi les études plus récentes, les titres suivants : R. d’Abadal i de Vinyals, « El comte Bernat de Ribagorça, la llegenda de Bernardo del Carpio », in Estudios dedicados a R. Menéndez Pidal, t. III, 1952, pp. 463-487 ; R. Menéndez Pidal, Romancero tradicional, t. I, Romanceros del rey Rodrigo y de Bernardo del Carpio, Madrid, 1957, pp. 151-170 ; G. Guerrieri Crocetti, Il Cid e i cantari di Spagna, Firenze, 1957, pp. 29 ss ; E. Von Richthoeen, Nuevos estudios medievales, Madrid, 1970, pp. 30-46 et 129-135.

59 Ed. A. Schottus, in Hispaniae illustratae scriptores varii, t. IV, Francfurti, 1608, pp. 75 ss.

60 Ed. Lorenzana, pp. 82-85 et 90-91.

61 Ed. R. Menéndez Pidal, Reliquias…, pp. 51 ss, coplas 132 ss.

62 Ed. R. Menéndez Pidal, t. II, pp. 350,a31 - 351,a30 ; pp. 352,b35 - 354, a21 ; 354,b6 - 355,a27 ; 369,b37 - 372,b16 ; 373,al - 376,a36, b41-46.

63 Ed. Lorenzana, pp. 85-86.

64 Ed. R. Menéndez Pidal, t. II, pp. 340 ss.

65 M. Milâ y Fontanals, De la poesia heroico popular castellana, Barcelona, 1874, reimpr. Barcelona, 1959, pp. 419-420.

66 En particulier R. Menéndez Pidal, Poesia árabe y poesia europea, « Galiene la belle y los palacios de Galiana en Toledo », Madrid, 1955, 4a ed., pp. 81-106 (col. Austral, 190).

67 Jacques Horrent, « Mainet est-il né à Tolède ? », Le Moyen Age, 74, 1968, pp. 439-458.

68 Ed. Flórez, in España Sagrada, t. XIV, pp. 392-393 et R. Menéndez Pidal, in Reliquias…, pp. 16-17. Les résumés de Rodrigue et du Roncesvalles présentent certaines divergences qui les opposent au récit de la Primera Crónica General, mais les différences peuvent s’expliquer par les nécessités du contexte.

69 R. Menéndez Pidal, Poesía árabe…, pp. 104-105.

70 A. Castro et D. De Oonis, Fueros Leoneses, Madrid, 1916, pp. 13, 29 et 30 ; M. Garcia Blanco, « Sobre los nombres épicos », Revista de Filología española, 31, 1934, pp. 279 ss.

71 Ed. P. De Gayangos, Madrid, 1858, pp. 175 ss (Biblioteca de Autores españoles 44).

72 Voir ci-dessus.

73 R. Menéndez Pidal, « La Chanson des Saisnes en España », in Mélanges de Linguistique et de Littérature romanes offerts à Mario Roques, Bade, Paris, 1950, pp. 229-244. Selon M. Chicoy-Daban, l’Espagne aurait connu un Cantar de la reina Sevilla (Communication lue au VIIe Congrès de la Société Rencesvals, Liège, 1976) ; cf. ci-dessous, pp. 251-259.

74 Ed. Yo Ten Cate, Madrid, 1956, p. 485.

75 Dans la pièce Consiros cant e planc e plor. Voir M. De Riquer, « Las poesías de Guillem de Berguedan contra Pons de Mataplana », Zeitschrift für romanische Philologie, 71, 1955, pp. 1-32.

76 Voir R. Lejeune, « Roland et Olivier au portail du dôme de Vérone », Cultura neolatina, 21, 1961, pp. 229-245.

77 La caractérisation palaçin appliquée à Roland n’apparaît, à ma connaissance, qu’en Italie où patadino désigne chacun des douze pairs, dans le Ronsasvals provençal (éd. M. Roques, Romania, 58, 1932, w. 734, 1097, 1586, 1600, 1724, 1734) et dans Roland à Saragosse (voir le glossaire de l’éd. M. Roques, Roland à Saragosse. Poème épique méridional du xiv e siècle, Paris, 1956, p. 57), où palayn est un titre exclusivement attribué au neveu de l’empereur. D’après le dictionnaire de Corominas, l’espagnol connaît le mot sous deux formes différentes, palacin « palaciego », peu répandue et paladin empruntée à l’italien (< b. lat. palatinus) « palaciego, cada uno de los doce pares ». Dans notre allusion, il semble que palaçin, qui est, vis-à-vis de Roland, parallèle à cortés vis-à-vis d’Olivier, soit une caractérisation morale plutôt qu’un titre (cf. Y. Malkiel, « Old Spanish Paladino, Palaciano, Palanciano, Palaciego », Publ. of the mod. lang. ass. of America, 45, 1950, p. 945, n. 1). Le poète interprète à sa manière le fameux couple épique : à la courtoisie d’Olivier, il oppose la vaillance de Roland, opposition mise en relief par un effet de chiasme. La langue espagnole connaît d’ailleurs le mot paladin avec le sens « caballero fuerte e valieroso que, voluntario en la guerra, se distingue por sus hazanas » (Dicc. de la lengua espanola de la Real Academia espanola, Madrid, 1947, p. 931). Il est intéressant de noter que l’auteur des Mocedades de Rodrigo utilise la gloire qui auréolait les douze pairs pour magnifier le jeune Ruy Díaz et servir un propos dont la francophobie est manifeste : devant le pape et le roi de France, Rodrigo défie avec une arrogance ironique les douze pairs dont il met en doute les vertus guerrières (Reliquias…, vv. 1043, 1046, 1050). D’autre part, un des principaux ennemis du roi Fernando, le comte de Savoie, porte le titre de palazin de Blaya (v. 829), qui fait irrésistiblement penser à Roland. En associant au comte l’évocation du grand héros carolingien, le poète comptait sans doute, par le jeu subtil de cette allusion voilée à Roland, rehausser la gloire de son champion. Celui-ci vainc en effet son ennemi savoyard qu’il outrage en le réduisant à céder sa fille en barraganía à don Fernando. Plus grande était la gloire du comte de Savoie, plus éclatant devenait le triomphe de Rodrigo (voir J. Victorio Martínez, Communication lue au vii e Congrès de la Société Rencesvals, à Liège en 1976). La forme palazin ou palaçin ne provient pas de l’italien (palatino), mais vraisemblablement du provençal ou du français (palasin ou palaïn).

78 Voir Jules Horrent, La Chanson de Roland, pp. 498 ss. La Cuarta Crónica General mentionne Reinalte de Montaluan, el conde don Oliveros, Terrin, el conde don Dalbuey. Lope Garcia de Salazar s’est librement inspiré d’une chronique générale tardive influencée par le Roncesvalles et qu’il a modifiée selon ses goûts : par exemple, il a supprimé les victimes historiques du combat pyrénéen et attribué à Roland les fonctions de l’une d’entre elles, qu’il intègre dans la légende de Roncevaux (Roldan, adelantado de la Tabla de los pares) ; il fait de Gondebuef (don Dabué) le fils de Ganelon, etc. Mais sa principale originalité réside dans son habileté à brosser des scènes vivantes et dramatiques empruntées à la Chanson de Roland qu’il connaît par la tradition italienne tardive, combinée avec celle des Galiens français et du Ronsasvals provençal. La tradition épique espagnole du Roncesvalles ne paraît pas avoir exercé une influence essentielle sur le Libro de bienandanças et fortunas. Nous sommes à la fin du moyen âge, l’auteur s’est tourné vers l’Italie plutôt que vers les vieilles traditions de son pays (Jules Horrent, op. cit., p. 501).

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search