Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Rapports introductifs

Aspects de l’histoire poétique de Charlemagne en Italie*

Henning Krauss

Texte intégral

  • * Cet exposé se base sur notre thèse Feudalepik in frühbürgerlicher Umwelt-Studien zu den franko-ita (...)
  • 1 G. Paris, La littérature française au moyen âge, Paris, 1905, p. 54.

1Le propre des grandes œuvres d’art, c’est d’exercer leur fascination esthétique au-delà des régions linguistiques qui les ont vues naître et au-delà des formes sociales dont elles sont issues, ainsi que d’inviter à l’imitation. Comparable à la poésie provençale et au roman arthurien, la chanson de geste française partit bientôt à la conquête de l’Europe : « (…) c’est en Italie que l’épopée française devait faire la plus étonnante fortune. Dans le nord de la péninsule, où se parlaient des dialectes plus ou moins voisins du français, nos poèmes avaient pénétré de très bonne heure (…) »1.

  • 2 Cf. R. Lejeune/J. Stiennon, La légende de Roland dans l’art du moyen âge, t. I, Bruxelles, 1967, p (...)

2Dès 1131 une inscription à Nepi menace les nobles et les consuls de la ville susceptibles de parjure de subir le sort de Ganelon. Les peintures murales de l’église Santa Maria in Cosmedin, les effigies de Roland et de Ferragut au portail de San Zeno à Vérone, ainsi que les statues de Roland et d’Olivier au portail de la cathédrale de Vérone, qui datent de 1120, 1138 et 1139 respectivement, témoignent déjà très tôt de la pénétration de la matière de France dans l’art plastique italien2.

3Les premières adaptations franco-italiennes de la matière de France qui nous ont été conservées sont en général situées dans la deuxième moitié du treizième siècle. La classification communément en vigueur dans la recherche jusqu’à ce jour a été établie par Bertoni et Viscardi :

  1. Testi che sono copie, più o meno inquinate di italianismi, di originali francesi, nei quali si sono introdotte, talvolta, alcune modificazioni o ai quali si son fatte delle aggiunte (Aliscans, Aspremont, Anseïs, Roland, ecc.)
  2. Poemi che sono rimaneggiamenti spesso assai liberi di testi francesi, in cui si introducono anche invenzioni nuove e originali (Marciana XIII, Buovo laucenziano, Buovo udinese)
  3. Opere che sono creazioni originali di autori italiani che scrivono in francese e si ispirano alla tradizione dell’epopea francese (Entrée d’Espagne, Prise de Pampelune, Aquilon de Bavière, Huon d’Auvergne, Hector, Pharsale, Attila)3.
  • 4 J. Rychner, La chanson de geste : étude sur l’art épique des jongleurs, Genève, 1955, p. 22.

4Cette classification se borne à constater des aspects formels et thématiques de la transformation, sans toutefois se préoccuper des raisons qui déterminèrent le degré de conservation ou de modification des modèles. Mais si l’on tient compte du fait que la chanson de geste représente — d’après la formule de M. Rychner — « le genre le plus étroitement conditionné »4 et cela en raison de la double exigence à laquelle il doit se plier : communication orale d’une part, succès des jongleurs auprès de leur public d’autre part, bref, nécessité de satisfaire aussi bien à la compréhension qu’aux intérêts idéologiques d’auditoires différents, il apparaît alors indispensable de faire appel à une classification fondée sur des données à la fois historiques et sociologiques.

5Les historiens sont unanimes à reconnaître que le système féodal n’a jamais pu totalement s’imposer en Italie du nord et qu’il ne joue à la fin du treizième siècle et au début du quatorzième qu’un rôle minime. A cette époque ce sont essentiellement les communes urbaines qui décident du cours de l’histoire, les différentes couches de la bourgeoisie se trouvant dans la phase décisive de leur confrontation avec la noblesse. Certes, l’idée d’empire ne s’est pas éteinte à la mort de Frédéric II et continue même d’exercer sur les esprits une certaine fascination. Le De monarchia de Dante nous en donne la meilleure preuve. Toutefois, l’empire sous sa forme concrète a perdu son caractère de représentation suprême d’une féodalité intacte à la suite du perfectionnement de l’administration des Hohenstaufen et du fait de la relation immédiate qui existe entre la couronne et une multitude de communes italiennes. Le sommet de la hiérarchie restant vacant durant les guerres intérimaires, la pensée qui avait engendré et porté à son apogée la chanson de geste, cette pensée dominée par les préceptes féodaux, était devenue anachronique en Italie.

6Cette brève exposition schématique suggère d’une part que la noblesse féodale italienne, affaiblie qu’elle était, avait tout intérêt à sauvegarder l’idéologie féodale propagée dans les modèles français, alors que le but de la bourgeoisie ascendante a dû être de modifier les modèles selon les aspirations bourgeoises, au moins tant qu’elle ne put pas manifester sa propre vision du monde dans un genre présentant de plus grandes affinités avec elles — j’entends la nouvelle.

  • 5 Cf. M. Tyssens, « Aliscans dans le manuscrit français VIII de la Marciana», Cultura Neotatina, 21, (...)
  • 6 M. Waltz, Rolandslied, Wilhelmslied, Alexiuslied - Zur Struktur und geschichtlichen Bedeutung, Hei (...)

7Ce n’est certainement pas le fait du hasard si les trois versions italianisées de chansons de la geste de Guillaume qui nous ont été transmises et qui glorifient la vassalité forte aux dépens d’un roi faible, n’apportent que des modifications minimes aux originaux pour ce qui est de leur contenu et de leur langue5. Ainsi les grandes facultés d’intelligence requises sur le plan linguistique et la perspective idéologique font de la noblesse féodale l’auditoire de prédilection de ces épopées. Nous n’avons cependant aucune preuve d’une attitude active et créatrice de la noblesse à l’égard des chansons de geste. Toute tentative de mettre en exergue l’intégrité épique de l’ordre féodal et de l’actualiser sous la forme d’une Projektgemeinschaft6, formule de M. Waltz, c’est-à-dire sous la forme d’une communauté poursuivant le même idéal et semblable en cela au Roland d’Oxford, ainsi que de s’en servir comme moyen de propagande dans le but de reprendre le pouvoir, aurait été condamnée à l’échec du fait du profond désaccord qui, au sein même de la noblesse, séparait les Guelfes des Gibelins et interdisait toute stratégie commune de la noblesse. L’adversaire primordial de la noblesse n’était plus — comme par exemple dans les chansons des vassaux rebelles — la couronne qui, de toute façon, était alliée aux Gibelins, mais bien la bourgeoisie, dont les Guelfes avaient épousé la cause. L’argumentation pro-féodale des chansons de geste est donc privée de ses racines historiques. Tandis que le conflit entre Charlemagne et son vassal forme le noyau de la Chevalerie Ogier de Raimbert de Paris, cette confrontation au sein de la féodalité même fait tout à fait défaut dans la version franco-italienne.

  • 7 K.H. Bender, « Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées franco-it (...)
  • 8 Bono Giamboni, Il libro de’ vizi e delle virtudi e II trattado di virtû et di vîzí, ed. C. Segre, (...)

8De même, il n’est pas possible de démontrer qu’une tendance en faveur de l’empereur se fait jour dans les chansons franco-italiennes. Au contraire, M. Bender a exposé de façon concluante la destruction du mythe de Charlemagne en tant que souverain féodal, Elu de Dieu, roi héréditaire, défenseur de la foi et suzerain de l’Occident entier7. Le jugement sévère auquel Charlemagne est sujet n’est plausible que si l’on considère le souverain épique comme représentant de l’empereur allemand. Car si l’on interprète Charlemagne comme symbole des différents rois français qui n’étaient pas directement mêlés au sort de l’Italie, le dénigrement de Charlemagne est illogique, voire absurde, saint Louis jouissant de la plus grande estime en Italie et étant considéré comme l’incarnation du seigneur idéal. C’est en grande partie grâce à son déploiement de zèle missionnaire que des œuvres moralisatrices et didactiques comme le Libro de’ vîzí e delle virtudi de Bono Giamboni8 dépeignaient la France comme bastion de la chevalerie chrétienne.

  • 9 Cf. Muratori, Antiquitates medii aevi, t. II, diss. 29, p. 844 ; cf. aussi N. Tamassia, Odofredo -(...)
  • 10 Fontibus irriguant spatiabat forte per urbem / que Tribus a Vicis nomen tenet, ocia passu / castig (...)

9Les chansons franco-italiennes ne proposent donc pas d’alternative entre la couronne et la noblesse, mais se dressent et contre l’empereur et contre la féodalité. C’est pourquoi il est impossible de comprendre les modifications des chansons franco-italiennes par rapport à leurs modèles français sans tenir compte de la perspective idéologique des différentes couches de la bourgeoisie qui était le public réel des chansons de geste comme le démontrent de façon impressionnante un édit de Bologne, datant de 12869, et la lettre rimée de Lovato Lovati à Bellino Bissolo10.

  • 11 « Omnis Potestas a Domino Deo est : & illa Rectoralis, pro quâ natura provide cetera disponens Loc (...)
  • 12 Johannes Viterbiensis, l.c., p. 260.

10Au début, cette bourgeoisie dont la vision du monde ne se développe que fort lentement doit se contenter de chansons qui, quoique rédigées dans son dialecte et ramenées à son niveau de compréhension réduit et inculte, défendent une idéologie opposée aux intérêts bourgeois. En tant qu’exemples on peut citer le Buovo laurenziano et le Buovo udinese. Vers le milieu du xiii e siècle et notamment après la mort de Frédéric II, les bourgeois du nord de l’Italie augmentent leur pouvoir et consolident leur vision du monde. Tandis que dans le système féodal hiérarchique toute relation sociale est déterminée par des rapports de dépendance qui varient graduellement, l’échange commercial capitaliste fleurissant, basé sur le contentement mutuel des besoins, neutralise les contraintes verticales. Les biens échangés selon les principes du « iustum pretium », selon « equality of thing and thing », révèlent dans l’acte d’échange leur parité. Cet échange se déroulant sans contrainte, les partenaires se reconnaissent comme étant égaux et libres. Parités, c’est-à-dire égalité et liberté, ne restent pas limitées au seul domaine du commerce, mais s’étendent à la politique : au principe féodal-hiérarchique de la dignité impériale, les théoriciens communaux opposent celui de la souveraineté du peuple qu’ils interprètent comme étant de droit divin11. Le mot de Salomon : « Salus ubi multa consilia » sert de justification au gouvernement du conseil12. La critique bourgeoise à l’endroit de la tradition féodale s’en prend avant tout aux prérogatives que réclame a priori la noblesse de sang et se traduit par une volonté ferme de mettre l’accent sur l’efficacité, la probité et la vertu. Les catégories morales reconnues ne sont plus identiques aux normes du droit féodal qui ainsi, de jour en jour, devient de plus en plus injuste aux yeux du public bourgeois.

  • 13 A. Roncaglia, « La letteratura franco-veneta », l.c., p. 240.

11C’est dans la compilation numéro treize du fonds français de la Biblioteca Marciana de Venise — V 13 — qu’il faut voir le reflet littéraire de ce processus : la façon critique dont elle traite les modèles féodaux français éclaire la vision bourgeoise du monde. Le pouvoir accru de la bourgeoisie s’accompagne, en plus de la nouvelle conscience de sa propre valeur, d’une éducation plus élevée. Les chansons perdent ou leur exclusivité linguistique ou leur primitivité dialectale pour trouver leur expression dans cette langue littéraire franco-italienne qui, comme l’a démontré M. Roncaglia, représente un compromis entre « trascrizione » et « traduzione » « (…) che vuol salvare due esigenze ugualmente leggitime ed ugualmente sentite : conservare all’opera il prestigio letterario dell’originale straniero, il marchio (…) d’un genere d’importazione, e garantirne al tempo stesso la pratica comprensibilità da parte d’un largo pubblico locale, che nella maggioranza non aveva, né poteva avere, conoscenza adeguata della lingua francese, anche se ambiva ostentarne l’intelligenza. »13

  • 14 Brunetto Latini, Li Livres dou Tresor, éd. FJ. Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948, p. 236. Latini (...)
  • 15 Brunetto Latini, op. cit., p. 235 : « Ensi donc prudence est (…) le mi entre .ii. (…) Garde est ga (...)

12La compilation V 13 commence par la chanson de Bovo d’Antona, qui, au fond, ne fait pas partie de la geste du roi. Cependant, l’attraction que Charlemagne exerçait en Italie était telle que cette chanson fut également intégrée, moyennant l’introduction de son père, dans son cycle. Tandis que dans la littérature française Pépin, autant que son petit-fils, le faible Louis, contrastent avec Charlemagne, le compilateur italien, tout au contraire, souligne le trait commun du père et du fils : les deux sont, en tant que détenteurs du pouvoir central, exposés au danger d’outrepasser leurs compétences. Dans les versions continentales, Beuve et son adversaire Doon de Mayence font appel à l’arbitrage du roi pour qu’il tranche leur différend féodal, alors que Bovo ne considère la dispute que comme une vendetta entre barons qui ne regarde pas le roi. De ce fait, le principe de la loi féodale « Nulle terre sans seigneur », selon lequel le Pépin épique agit de même que Frédéric II et Manfred s’appliquèrent à le faire dans la réalité du treizième siècle, est remis en question. Le compilateur italien, ne disposant que de médiocres connaissances juridiques, subsume aussitôt la dispute féodale, qui normalement aurait dû s’ensuivre, sous le principe général de la morale que nous citons d’après le Livres dou Trésor de Brunetto Latini : « Selonc loi est encoupable ki s’entremet de ce qui n’apartient pas a lui »14. Le compilateur prend donc clairement position pour Bovo. La riche littérature didactique et moralisatrice ainsi que les théoriciens communaux réclament la purification dialectique de toutes les intentions individuelles, c’est-à-dire qu’à la volonté personnelle, à la thèse, doit être opposée, selon la loi du « Salus ubi multa consilia » de Salomon, l’opinion, le conseil des autres, qui, formant l’antithèse, permet de trouver la bonne solution dans la synthèse, en l’occurrence dans la maxime centrale « sivre le mi en toutes choses »15. Pépin, au contraire, matérialise sa volonté directement :

  • 16 « Die francoitalienische Version des Bovo d’Antone », ed. J. Reinhold, ZrPh, 25, 1911, pp. 555 ss, (...)

« Farò li mon talant » (Bovo d’Antona, v. 1264)16

El dist ad Aquilon : « Vu parlé de niant.
Doncha ne sont e’rois ni corona portant,
Se non fi obeï da una cotai çant ! »
(Bovo d’Antona, vv. 1272 ss)

  • 17 « Inter alia vero, que ad bonum regimen pertinent potestatis seu civitatis rectoris hoc precipuum (...)
  • 18 G. Del Giudice, Codice Diplomatico del Regno di Carlo I e Carlo II d’Angiò, Napoli, 1863, t. I, p. (...)

13L’échec des entreprises de Pépin montre à quel point il est dangereux d’afficher une position absolue quand même cette position serait celle du rois de la Crestenté. Les fautes de Pépin dont il est très nettement question —‘seno d’infant’ (v. 1269), ‘li sen cançé’ (v. 1634), ‘conseil d’infant’ (v. 2490), ‘leçerie’ (v. 1926), ‘folie’ (vv. 2092, 2125, 2494), ‘gran folie’ (v. 1930), ‘gran briconie’ (v. 1936), ‘Li rois ovra ne non fe cun saç hon’ (v. 2112) — ces fautes n’apparaissent cependant pas tant comme des faiblesses individuelles, mais bien plutôt comme étant la conséquence inéluctable de sa position de seigneur féodal qui l’entraîne à des outrages sacrilèges, le champ d’action d’un podestà communal étant, quant à lui, étroitement limité17. Autrement dit, le compilateur remet en question dès le début la position du seigneur : Pépin agit de façon immorale et se voit donc puni. Il a beau être rois de la Crestenté, ce n’est pas à lui que Dieu accorde son aide, mais à Bovo. De plus, il s’est allié au clan des Mayençais, à cette famille néfaste dont la trahison permanente constitue une menace pour le royaume chrétien au moins aussi grande, sur le plan intérieur, que la menace exercée à l’extérieur par les païens. La casa di Maganza, à laquelle Pépin et Charles accordent à maintes reprises leur confiance, montrant par là une grande légèreté, était en Italie vraisemblablement associée au parti des Gibelins que la propagande et l’historiographie guelfes dénonçaient avec un esprit de polémique comme theotonici Lombardi18. Le danger d’une conception de l’empire se réduisant à un appareil d’état agissant exclusivement selon les principes d’une politique axée sur la puissance, telle que celle qui fut pratiquée par Frédéric II, et négligeant ses devoirs missionnaires envers le monde est ici symbolisé par le lien qui existe entre le pouvoir central et les Mayençais, c’est-à-dire les Gibelins. Aussi bien la croisade de Bovo répond-elle parfaitement à la logique, alors que Pépin, le rois de la Crestenté, lui, n’est jamais montré au combat avec les païens.

14La chanson de Berta da li pé grandi sape le principe de la hiérarchie féodale en propageant des concepts précurseurs du capitalisme. Par opposition à la dépendance totale de la femme chez Adenet, dépendance qu’on retrouve d’ailleurs dans les adaptations italiennes de la matière de Bretagne, Berta apparaît, lors de son mariage, comme l’égale de Pépin, ce qui était de plus en plus souvent le cas à la fin du treizième siècle dans les contrats de mariage conclus parmi les couches bourgeoises de l’Italie du nord et dressés à l’instar du droit romain. La « equality of thing and thing », trait inhérent à l’échange bourgeois des biens se trouve réalisée dans les mutuels défauts physiques : pieds trop grands — taille trop petite. C’est en toute liberté que Berta se décide pour Pépin, après que ses parents lui ont rappelé quatre fois de suite la possibilité de refuser sa demande à cause de leur indépendance économique :

  • 19 Berta da li pè grandi, codice Marciano XIII, ed. C. Cremonesi, Milano-Varese, 1966 ; cf. aussi vv. (...)

« (…) s’elo vos plait, dites seguremant.
Colsa como no, no s’en farà niant ;
asà avon de l’or e de l’arçant,
ben vos poon ancora guarder longo tanp,
e pois vos donaron a un altro amirant
qe farsi a vos serà plus en talant (…) »
(Berta da li pé grandi, vv. 478 ss)19

15L’égalité et la liberté, dérivées d’une nouvelle forme de l’économie sur le point de s’affranchir des liens féodaux, sont par principe propriétés de tous ; ce sont donc d’excellents véhicules de propagation permettant de toucher toutes les couches roturières qui disputent à la noblesse son hégémonie. Mais la définition de l’indépendance économique présentée comme condition nécessaire à l’égalité et au libre arbitre prive en réalité la roture de son unité et éclaire le deuxième antagonisme qui détermine le destin de l’Italie du nord à la fin du treizième siècle, à savoir l’opposition entre les propriétaires des moyens de production et ceux qui ne disposent que de leur main-d’œuvre.

  • 20 Cf. F. Wolfzettel, « Zur Stellung und Bedeutung der Enfances in der altfranzösischen Epik », ZfSL,(...)
  • 21 « Karleto », ed. J. Reinhold, ZrPh, 27, 1913, pp. 27 ss, 145 ss, 287 ss, 641 ss ; cf. vv. 977 ss, (...)

16Le compilateur réserve à Charlemagne une entrée bien piteuse dans la littérature : pour commencer, il en est réduit à mener une petite vie chiche de marmiton, ensuite il se voit contraint de s’enfuir de chez ses demi-frères mayençais pour aller se réfugier chez les païens. Mais c’est précisément grâce à ces circonstances qui lui permettent une ascension sociale inouïe que Karleto devient un personnage avec lequel la bourgeoisie ascendante peut s’identifier. Les Enfances traditionnelles légitiment les prétentions à l’exclusivité et à la prééminence de la noblesse de sang en tant que classe de droit, en s’appuyant sur l’inéluctabilité quasiment naturelle d’un retour du héros à sa classe d’origine après un déclassement passager20. A cette conception qui exclut une ascension sociale par les actes correspond le comportement des adversaires païens de Charlemagne qui font état de leurs actions passées, dont ils tirent l’assurance de leur pouvoir dans le présent et dans l’avenir pour se soustraire à la nécessité de prouver leur force du moment. La noblesse de sang justifie et perpétue donc à la fois ses privilèges actuels en se référant à des actes héroïques du passé21. Mais le jeune Karleto, privé de références, ne peut accepter l’héroïsme comme qualité a priori, comme principe ontologique, car cela lui ôterait toute possibilité d’évoluer ; il doit toujours mettre l’accent sur la contingence et les impondérables de chaque combat :

« Or laseron ester questa tençon
N’en poez aler par nesuna cason
Sença bataile, o venir en preson. »
Dist le pain : « Malvasio garçon !
Cuiti tu avoir contra moi guarison ? »
Dist Karleto : « Quando a ço nu seron,
Lor parera, qi sera canpion. »
(Karleto, vv. 1451 ss)

17Le principe de Karleto, fondé strictement sur l’efficacité, fait de lui le personnage de prédilection avec lequel la bourgeoisie va pouvoir s’identifier, cette bourgeoisie qui s’élève contre une classe de droit et ne reconnaît de valeur qu’à l’acte présent et non plus à des mérites du passé qui ont été habilement transformés en droit divin.

18De même, l’élection qui fait Karleto empereur est dominée par ce même principe d’efficacité. L’empereur universel idéal est entièrement libéré de toutes les obligations relatives à la politique de puissance qui, dans la réalité, sont décisives. Son pouvoir personnel et celui de sa famille ne tiennent aucune place dans l’argumentation des électeurs. Seule compte la qualité, l’efficacité :

En Roma sunt venu baron jusque d’Orient
Por clamer enper[er] qe sia pro e valent.
Non è milor de vos [Karleto] en lo segle vivent
Vu seri empere[r] fato novelament.
(Karleto, vv. 2679 ss)

  • 22 Cf. H. Mitteis, Die deutsche Königswahl - Ihre Rechtsgrundlage bis zur Goldenen Bulle, Brünn, 1944(...)
  • 23 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du v e au vix e siècle, Paris, 1953, p. 180.
  • 24 Cf. H. Krauss, « Ezzelino da Romano - Maximo Çudé - Historische Realität und epischer Strukturzwan (...)

19Le compilateur italien présente l’élection de l’empereur sans mentionner les quatre principales tribus allemandes à qui incombait l’élection du roi d’Allemagne et donc, indirectement, de l’empereur, c’est-à-dire les Saxons, les Francs, les Bavarois et les Souabes22 ; par contre il est question de François, Bergognon, Loerens, Manselés et Berton (Karleto, v. 2855). Le fait d’avoir passé sous silence la participation allemande à l’élection de l’empereur implique une prise de position claire en faveur d’un empire chrétien universel et au détriment de l’idée d’un empire d’état allemand. Je suis heureux de pouvoir citer à l’appui de cette thèse un passage de la brillante étude que M. Folz a consacrée à l’idée impériale au moyen âge, passage qui s’occupe de diverses prophéties en cours, mais qui est valable pour caractériser le conflit en général : « (…) dominée par le souvenir de Charlemagne, la prophétie française est plus nettement universaliste ; l’allemande a un caractère national, et déjà social, plus prononcé. Ces deux prédictions apparaissent ainsi comme l’indice le plus saisissant de la concurrence que se livrent, pour l’Empire au sens plein du terme, la France et l’Allemagne. »23 L’aversion nourrie par le Saint-Siège envers les Hohenstaufen et qui se manifeste aussi bien dans les prêches où il exhorte à partir en croisade contre les Gibelins — voire Ezzelino et Alberico da Romano24 — que dans la préférence qu’il accorde à Charles d’Anjou et qui se traduit dans l’intention de rendre la dignité impériale à la France, cette aversion papale contre les Hohenstaufen se joint au désir des communes de réduire l’empire à une institution représentative du monde baptisé, mais privée de tout pouvoir politique.

20Per aspera ad astra — à la fin de Karleto, Charlemagne fait figure d’empereur idéal. Mais l’étendue du pouvoir que lui confère sa position de seigneur féodal suprême entraînera sa perte, du moins sur le plan moral. Il persécute les parents de Roland avec une telle cruauté que le compilateur se permet d’établir un parallèle entre leur fuite et celle de la Sainte Famille. Roland naît dans la crêche d’une étable, et à l’âge de quatre ans il est déjà plus intelligent que son maître à l’école communale :

  • 25 « Berta e Milone », « Orlandino », ed. A. Mussaffia, Romania, 14, 1884, pp. 177 ss.

Non è hom in ste mondo si saces ni doté,
Quando Roland en fo en soa até.
(Berta e Milone, vv. 408 ss)25

  • 26 A. Pauphilet, « Sur la Chanson de Roland », Romania, 59, 1933, p. 177.

21Pourquoi le compilateur a-t-il détruit, a-t-il détruire l’opposition entre fortitudo et sapientia, dans laquelle Pauphilet et beaucoup d’autres voient « la plus immortelle beauté du poème »26 ?

22« Vertus tient le mi » — cette maxime des moralistes exclut la possibilité de faire d’un Roland qui ne soit qu’une tête brûlée une figure d’identification pour la bourgeoisie ascendante, malgré le fait qu’il commence sa vie dans l’extrême misère comme Karleto et qu’il peut être interprété, de même que celui-ci, comme le type même de l’arriviste social. L’idéal bourgeois du moyen terme rend nécessaire et la prouesse et la sagesse. Le style de la chanson de geste n’admet pas de réduire en partie la témérité du héros et d’augmenter en partie sa sagesse : la synthèse poursuivie doit se présenter bien plutôt comme l’harmonie idéale entre un summum de hardiesse et une sagesse portée à son comble. Telle est la raison pour laquelle, conformément au topos du puer senex, Roland se voit doté de sagesse dès son plus jeune âge.

  • 27 « The franco-italian Chevalerie Ogier », ed B. Cerf, Modem Philology, 8, 1910-1911, pp. 187 ss, 35 (...)

23Ce rehaussement des qualités de Roland entraîne un affaiblissement de la position d’Olivier : il est dépouillé de son rôle de personnage nécessairement complémentaire de même rang pour retomber à l’échelon des autres paladins. La qualité morale de Roland fera de celui-ci, pour la première fois dans l’histoire du genre, jusque dans le domaine des décisions politiques, un partenaire en tout point digne de Charlemagne et dont la clairvoyance et la sagesse dépassent souvent celles de l’empereur. Par là, il accède au rôle de médiateur et d’arbitre par excellence, c’est-à-dire qu’il est promu à un rang qui en fait reviendrait à Charlemagne, comblant ainsi le vide consécutif à la destruction progressive du mythe de Charlemagne. Lorsqu’à la mort de son fils Çarlotto, Charlemagne, rendu furieux par la douleur, veut faire abattre l’assassin Ogier, le compilateur italien, dépassant le cadre traditionnel du personnel épique de la Chevalerie Ogier, dans lequel Roland ne figurait pas jusqu’ici, lui oppose ce même Roland qui va préserver Ogier injustement condamné à mort. Car seul Ogier en tant qu’élu de Dieu pourra plus tard repousser l’assaut des tribus païennes. L’ira de Charles, que l’égoïsme aveugle en le privant de sa raison, aurait voué le monde baptisé à sa perte. Roland sauve la chrétienté — et ce non par la force, mais par la sagesse27. Son courage, joint à sa sagesse, est récompensé plus tard par le titre de sénateur de Rome et par la fonction de capitano della Chiesa. Tant que le comportement de Charlemagne est conforme à l’idée de l’empire mondial chrétien, il règne entre lui et Roland une entente parfaite. Dès qu’il s’égare vers une politique de puissance égoïste, on assiste alors à un regain partiel d’hostilité entre les deux personnages. Il existe donc une relation de cause à effet entre la valorisation subie par le personnage de Roland et la dévalorisation dont est victime Charlemagne.

  • 28 « Macaire - Ein altfranzösisches Gedicht », éd. A. Mussaffia, in Aitfranzösische Gedichte aus vene (...)

24Au portrait idéalisé du jeune Karleto, la chanson de Macaire28 oppose l’image négative du vieux Charlemagne bicentenaire. Le clan des traîtres de Mayence domine la scène et mène la chrétienté dans une guerre fratricide sanglante, ces derniers accusant à tort d’adultère Blanchefleur, la femme de Charles et fille de l’empereur de Constantinople. Tandis que le système féodal s’avère incapable de maîtriser les éléments de sa propre destruction, éléments qui sont inhérents au système et qu’incarne la casa di Maganza, le charbonnier Varocher, un vilain par excellence, devient l’incarnation de l’intégrité morale et témoigne d’une hauteur d’âme et d’une intelligence guerrière supérieures à celles des seigneurs féodaux. Il sauve Blanchefleur et son fils nouveau né, c’est-à-dire qu’il joue le rôle jusqu’ici réservé par la tradition épique à Guillaume d’Orange. Ensuite il l’escorte à Constantinople où il la conduit à son père, il se bat contre Ogier, faisant jeu égal avec lui, et, aidé par son bon sens, mène cette guerre fratricide à son terme. A l’ascension de Varocher correspond le déclin de Charlemagne : les deux mouvements se déterminent mutuellement. La prépondérance de Charlemagne qu’au début rien ne menace avait été entamée par la valorisation de Roland promu au rang de héros à la fois preux et sage et allant même par moments jusqu’à rivaliser d’importance avec l’empereur, ainsi que par le caractère d’élu de Dieu donné à Ogier, et enfin par le pouvoir toujours croissant des Mayençais. Son âge avancé et le fait que Roland et Olivier, meilleurs supports du système féodal, soient morts, font de lui dans Macaire un objet sans défense, pris dans le cours de l’histoire mondiale dont il était jadis le maître. Le voilà désormais contraint d’implorer le pardon de l’empereur de Constantinople, auquel il était traditionnellement supérieur. Ce n’est plus Charlemagne qui fait l’histoire, mais un vilain qui ne doit tout ce qu’il atteint qu’à son seul mérite, à son savoir-faire et à sa vertu, démontrant ainsi l’absurdité du vieux système féodal et de ses valeurs morales figées. Alors que Karleto et Roland, de même que Berta et Milone, ne pouvaient servir au public bourgeois de modèles d’identification que partiellement et pour une durée limitée, à cause de leur naissance au sein de la noblesse, le vilain Varocher, à la fin de la compilation, se rapproche le plus possible de l’opinion que le public bourgeois se fait de lui-même.

25Vu sous cet angle, le segment de l’histoire de Charlemagne qui est représenté dans la compilation franco-italienne n’apparaît pas comme une séquence cyclique d’événements d’égale importance, mais bien comme un progrès raisonnable tendant vers un ordre social nouveau où l’empire démuni de pouvoir et le système féodal en voie de désintégration ne sont plus déterminants, mais où, par contre, ce sont les couches de vilains jusqu’alors opprimées et sans pouvoir, qui se trouvent à l’origine des décisions les plus importantes.

26Notre brève analyse de la compilation de Venise établit sur le plan littéraire la preuve que le treizième siècle fut marqué par la lutte de toutes les couches roturières contre la couronne et les grandes familles féodales ayant pour la plupart des affinités spirituelles avec les Gibelins. Après que les communes eurent réussi — comme par exemple en 1269 à Bologne et en 1293 à Florence — à casser le pouvoir économique et politique de la noblesse, l’opposition sociale entre les différentes couches de la bourgeoisie prit une importance accrue. La nouvelle ligne de séparation passait entre les arti maggiori qui étaient le plus fortement organisés selon les principes capitalistes et les arti minori. La grande bourgeoisie qui, grâce à ses succès économiques et politiques, était sortie de la phase révolutionnaire considérait la vision du monde rationaliste, hostile au luxe et orientée vers le succès, comme dépassée et ne correspondant plus à sa nouvelle situation. Aussi s’efforçait-elle d’imiter la noblesse qu’elle continuait de juger supérieure sur le plan culturel.

27Cette scission de la grande bourgeoisie avec le reste de la bourgeoisie se traduit dans la littérature par l’Entrée d’Espagne, dont on situe l’origine au début du quatorzième siècle. La chanson dont seuls des fragments ont été préservés et qui compte néanmoins plus de seize mille vers regorge d’allusions savantes tandis que la compilation de Venise n’en contenait qu’une seule. Cette chanson aux formes diluées se prête mieux à la lecture qu’à l’exposé oral. Elle s’adresse à ces couches aisées qui disposent de moyens suffisants pour se permettre de vastes études et à qui le respect d’elles-mêmes crée l’obligation de se mesurer aux œuvres littéraires passant pour les plus savantes et les plus exigeantes de l’époque. On est tenté de voir dans la valeur donnée à la culture générale, culture qui demeure inaccessible au peuple privé des moyens de s’instruire, une tentative de la nouvelle noblesse d’argent de s’élever sur le plan littéraire au-dessus des anciens compagnons de lutte et de classe. Le personnage qui sert d’identification à cette nouvelle élite est toujours Roland, qui pendant l’épisode d’Orient, propriété de l’auteur de Padoue, se fait passer, ce qui est extrêmement significatif, pour un chevalier bourgeois à la manière des nouveaux nobles lombards :

  • 29 Entrée d’Espagne, chanson de geste franco-italienne publiée d’après le manuscrit unique de Venise,(...)

« Sir, » dist le dus, « en la moie contree
M’apelle l’en Lionés, fil a fee ;
Onqe mon pere ne visqi de sodee,
Mais marcheans de plus grant amasee
Non fust trovei en Spagne la loee.
Le grant richece ch’il avoit asenblee
Me fist honor : a une Pasque rosee
Avech qatorçes me fu cente la spee ;
Chevalier sui (…) »
(Entrée d’Espagne, vv. 12.137 ss)29

28La chevalerie, fondée exclusivement sur la richesse et non plus sur l’acte personnel comme en V 13, n’est pas reconnue par Pelias, l’antagoniste musulman de Roland. Il représente l’idéologie de la noblesse de sang qui avait déjà été prêtée aux païens par le compilateur de Venise : borçoi (v. 12.459), paisant (v. 12.763) et villeins (v. 12.878), ces mots à qualité d’injures exhortent Roland à prouver sa supériorité. On voit clairement que l’auteur italien traite dans cet épisode, qui est son apanage artistique, de problèmes actuels dans un cadre épique. La noblesse de sang et celle d’argent ne sont pas encore entièrement confondues : la vieille noblesse, toujours consciente de son rôle et de sa qualité, se refuse encore à voir dans ces bourgeois devenus nobles ses égaux. Encore faut-il qu’ils conquièrent leurs lettres de noblesse au combat. Le fait que l’auteur de Padoue combine le conflit des états — comme c’était déjà le cas dans V 13 — avec le conflit religieux, témoigne clairement — de même que l’élection de Roland comme figure de proue de la noblesse d’argent — de sa prise de position en faveur de la grande bourgeoisie. Roland sort vainqueur d’une série d’aventures en Orient qui lui valent les plus hautes récompenses célestes. En reconnaissance des prouesses de son héros, la Chanson de Roland porte celui-ci grâce à l’apparition de l’ange in extremis au rang de martyr. L’auteur de l’Entrée d’Espagne, qui veut surpasser ce modèle, élève son protagoniste déjà de son vivant au plus haut degré de perfection ; il n’est plus besoin de la mort pour justifier sa transfiguration :

« Se tu por Deu travailes, bon merit en avrais,
Car quant tu veus savoir le jor de ton trepais,
Donc te fait a savoir qe puis ke prix avrais
Ceste cités asixe, vii. ans plus non vivrais ;
En le servise Deu corne martre morais
E si serais trais, con fu il por Judais ;
Mout crois et ames cel de qi trais serais :
Ne moi fu dit q’il soit, ne por moi l’oirois. »
(Entrée d’Espagne, vv. 15.126 ss)

29Dans l’Entrée d’Espagne l’exaltation de Roland est la récompense pour une partie de ses actes, non pour l’ensemble. Il a déjà atteint le comble de ce qui est humainement possible dans le monde et ne peut plus que stagner. Son avenir est prédéterminé par Dieu et les privilèges qui lui sont accordés n’ont plus besoin de justification au niveau de l’action répétée, car la prouesse devient alors quasiment naturelle et le fruit même de ces privilèges. Une synthèse s’opère à cet endroit entre la pensée bourgeoise, axée sur le principe de l’efficacité, et l’image que se fait la noblesse d’elle-même. L’élimination de la contrainte d’une justification permanente par l’acte, réclamée par les bourgeois, s’accompagne ici de la disparition de cette arrogance hybride de la noblesse de sang qui se jugeait dispensée de faire la preuve de sa supériorité et la posait comme un a priori inhérent à son état et garant de son succès dans le présent et dans l’avenir. Dans cet effacement voulu par Dieu des contrastes autrefois irréductibles se traduit la nouvelle vision du monde professée par la grande bourgeoisie élevée à la noblesse qui constitue le public visé par l’auteur.

  • 30 R.M. Ruggieri, « Les Lombards dans les chansons de geste », in Actes et Mémoires du IVe Congrès In (...)
  • 31 Cf. H. Krauss, « Ritter und Bürger - Feudalheer und Volksheer. Zum Problem der feigen Lombarden in (...)

30La Prise de Pampelune — ceci a été judicieusement souligné par M. Ruggieri30 — représente une réaction nationaliste contre le dénigrement des Lombards accusés trop souvent dans les chansons des vassaux rebelles d’être lâches. Or, cette image négative s’avère incompatible avec la conscience accrue qu’ont pris les Lombards d’eux-mêmes. La ville de Pampelune devant laquelle l’armée gigantesque de Charlemagne avait pendant cinq ans mis vainement le siège est prise par les Lombards et leur roi Désirier en un tournemain. Ensuite ils refoulent les Allemands infidèles et placent l’empereur, qui avait violé la loi en faveur des Allemands, dans une situation périlleuse, d’où seule l’intervention conciliatrice de Roland peut le sortir. Si l’on tient compte du fait que le cliché du Lombard lâche trouve sa légitimation dans sa position sociale médiocre de marchand et dans la singularité d’une armée lombarde populaire et communale, donc d’emblée inférieure aux yeux de la noblesse à celle des féodaux, il paraît naturel que de pair avec leur hardiesse et leur loyauté, dont ils ont fait si brillamment la preuve, leurs nouvelles structures sociales soient elles aussi reconnues comme égales31. Leur chef Désirier demande en récompense des exploits accomplis par ses combattants qu’on leur accorde de vastes privilèges :

  • 32 « La Prise de Pampelune », éd. A. Mussaffia, in Altfranzösische Gedichte aus venezianischen Handsc (...)

« Le don que je vous quier, oiant la baronie,
Est que frans soient sempre tous ceus de Lambardie :
Chi en comprast aucun, tantost perde la vie ;
E che cescun Lombard, bien qu’il n’ait gentilie
Che remise li soit de sa ancesorie,
Puise etre civaler, s’il a pur manentie
Qu’il puise mantenir a honour civalerie ;
E si veul che cescun Lombard sens vilenie
Puise sempre portier çainte la spee forbie
Davant l [es] empereres ; qui veut en ait envie. »
(Prise de Pampelune, vv. 341 ss)32

31Charlemagne paraît amusé, car il ne comprend pas la véritable portée de ces exigences. L’abolition du servage et l’ouverture qui se manifeste dans la noblesse de sang en faveur de la noblesse d’argent et d’action entraînent néanmoins la chute des deux piliers principaux sur lesquels repose l’ordre féodal et vont nécessairement conduire à longue échéance à la formation d’une société bourgeoise. Le fait de présenter le progrès social sensible à tous les échelons comme étant dû à l’efficacité du peuple lombard sous la direction du roi Désirier rend caduque la confrontation au sein des états. Celle-ci est remplacée par un conflit de nations qui oppose les Lombards aux chevaliers allemands et français. La mise en relief de l’élément national qui participe aussi bien de la faiblesse d’un Charlemagne étroitement lié aux Allemands que du regain d’importance donnée en la personne de Roland au sénateur de Rome sert l’intérêt du Signore de la maison des Este pour qui cette chanson fut probablement écrite dans la première moitié du quatorzième siècle à Ferrare où il avait sa cour. Il devait avoir à cœur de consolider la paix sociale, dans son domaine, s’il ne voulait pas risquer de voir sa position menacée ; Désirier qui représente le Signore apparaît ainsi d’une part comme le garant de l’ordre social, lequel ne repose plus sur la hiérarchie féodale, et d’autre part comme le chef d’une armée qui a donné au nom des Lombards un éclat qu’il n’avait jamais connu.

32Notre esquisse par trop brève de l’histoire poétique de Charlemagne en Italie avait pour objet de démontrer que cette histoire poétique n’est pas un phénomène littéraire autonome et qu’on ne peut véritablement l’aborder sans tenir compte de la perspective historique, c’est-à-dire de l’arrière-plan politique et social sur lequel se situe l’Italie du nord à cette époque. Il nous paraît indispensable de compléter la classification de la chanson de geste franco-italienne que Bertoni et Viscardi avaient systématiquement axée sur les aspects formels et thématiques par une structuration d’ordre historico-sociologique. Nous n’ignorons pas que les dates proposées, qui visent la genèse des chansons et non pas les datations des manuscrits respectifs, ne peuvent être qu’approximatives. De même notre division par périodes ne signifie-t-elle en rien que les chansons créées antérieurement n’auraient pas eu un certain public à l’époque nouvelle.

Première époque (jusqu’à 1260 environ)

33L’aristocratie est le public de prédilection d’adaptations qui sont caractérisées par leur ressemblance linguistique et idéologique avec les modèles français (p. ex. Aliscans, Aspremont, Fouque de Candie, V 4, V 7). Le public roturier inculte doit se contenter de versions en dialecte sans les moindres ambitions esthétiques et qui respectent l’idéologie féodale de leurs modèles (p. ex. Buovo laurenziano et udinese).

Deuxième époque (d’environ 1260 à 1300 environ)33

  • 33 Dans notre article « Ezzelino da Romano - Maximo Çudé », l.c., nous avions proposé les dates de 12 (...)

34L’accroissement du pouvoir politique et économique de la bourgeoisie, qui mène à la formation progressive d’une vision bourgeoise du monde, rend nécessaire l’adaptation de la chanson de geste, genre féodal par excellence, aux nouvelles réalités. La compilation de Venise — écrite pour la première fois en langue franco-italienne — oppose au concept nobiliaire d’une société hiérarchique préstabilisée les idées bourgeoises d’efficacité, de liberté et d’égalité — idées qui sont dérivées de l’échange commercial capitaliste. A la destruction du mythe de Charlemagne qui est la conséquence de sa fonction de chef de la pyramide féodale et de ses essais d’établir un empire d’état au détriment de son rôle de champion de la chrétienté, correspond la valorisation de Roland qui — étant preux et sage — est le personnage d’identification de la bourgeoisie ascendante.

Troisième époque (1300-1350)

35La scission des couches roturières, unies jusqu’à ce moment contre la noblesse, lors de leur arrivée au pouvoir, en une partie possédant des capitaux et l’autre qui ne dispose que de sa main-d’œuvre, se reflète dans l’Entrée d’Espagne, œuvre imbue de citations et d’allusions érudites qui se prête plutôt à la lecture qu’à la communication orale et qui ne peut plus être comprise de façon adéquate que par une élite aisée et cultivée.

36La Prise de Pampelune, écrite probablement pour un Signore, met au premier plan la conscience nationale nouvellement acquise par les Lombards. Grâce à leur prouesse, les problèmes sociaux semblent résolus par la destruction définitive des liens féodaux envers Charlemagne. Les Lombards, antérieurement dénigrés à cause de leur ascendance roturière, s’avèrent égaux et parfois même supérieurs aux chevaliers issus de la noblesse de sang et ne se soumettent à l’empereur qu’à condition qu’il se borne au rôle très restreint que les Italiens seuls lui accordent, celui de champion du monde baptisé.

37Interviennent successivement M. J.-Ch. Payen , M. M. Mancini , Melle A. Planche , M. A. Limentani , M. W. G. van Emden , M. L.S. Crist et M. R. Folz . M. Ch. Foulon , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 G. Paris, La littérature française au moyen âge, Paris, 1905, p. 54.

2 Cf. R. Lejeune/J. Stiennon, La légende de Roland dans l’art du moyen âge, t. I, Bruxelles, 1967, pp. 43 s., 61 s., 72 s.

3 A. Viscardi, Letteratura franco-italiana, Modena, 1941, pp. 37 s. ; cf. aussi L. Gautier, Les épopées françaises, t. II, Paris, 1892 2, pp. 347 s. et G. Paris, Histoire poétique de Charlemagne, Paris, 1905 2, p. 163.

4 J. Rychner, La chanson de geste : étude sur l’art épique des jongleurs, Genève, 1955, p. 22.

5 Cf. M. Tyssens, « Aliscans dans le manuscrit français VIII de la Marciana», Cultura Neotatina, 21, 1961, pp. 148-154.

6 M. Waltz, Rolandslied, Wilhelmslied, Alexiuslied - Zur Struktur und geschichtlichen Bedeutung, Heidelberg, 1965, pp. 40 ss.

7 K.H. Bender, « Les métamorphoses de la royauté de Charlemagne dans les premières épopées franco-italiennes », Cultura Neolatina, 21, 1961, pp. 164-174.

8 Bono Giamboni, Il libro de’ vizi e delle virtudi e II trattado di virtû et di vîzí, ed. C. Segre, Torino, 1968. C. Segre a démontré de façon concluante que la littérature moralisatrice et didactique qui foisonnait à l’époque « favorisse, invece di ostacolarla, l’attività civile » et qu’elle était adressée à « un pubblico di commercianti e banchieri e piccoli imprenditori ». Introduction, p. xxvii.

9 Cf. Muratori, Antiquitates medii aevi, t. II, diss. 29, p. 844 ; cf. aussi N. Tamassia, Odofredo - studio storico giuridico, Bologna, 1894, p. 177 ; cf. en outre A. Roncaglia, « La letteratura franco-veneta », in Storia della letteratura italiana, t. I, ed. E. Cecchi/N. Sapegno, Milano, 1965, pp. 224 s.

10 Fontibus irriguant spatiabat forte per urbem / que Tribus a Vicis nomen tenet, ocia passu / castigans modico, cum celsa in sede theatri / Karoleas acies et gallica gesta boantem / cantorem aspitio ; pendet plebecula circum, / auribus arrectis ; illam suus allicit orpheus. / Ausculta tacitus ; Francorum dedita lingue / carmina barbarico passim deformat hiatu, / tramite nulla suo, nulli innitentia penso / ad libitum volvens ; vulgo tamen illa placebant ; / non Linus hic ilium, non hic equaret Apollo. « Epistole inedite di Lovato de’ Lovati e d’altri a lui », ed. C. Foligno, Studi medievali, 2, 1906, p. 49.

11 « Omnis Potestas a Domino Deo est : & illa Rectoralis, pro quâ natura provide cetera disponens Locorum Regimina protulit, tribus est praecipius vallata praesidiis, quibus feliciter adjuvatur, Justitiâ videlicet, Reverentiâ, & Amore Justitia in Rectore, Reverentia in subjectis, Amor requeritur in utriusque. » Oculus Pastoralis sive Libellus erudiens futurum rectorem populorum, anonymo auctore conscriptus circiter Annum 1222 ex manuscripto codice Philippi Argelati Bononiensis, ed. L.A. Muratori, Antiquitates medii aevi, t. IV, pp. 94 s. ; cl. aussi Johannes Viterbiensis, Liber de regimine civitatum, ed. G. Salvemini, in Bibliotheca Juridica Medii Aevi, t. III, Bononiae, 1901, p. 267 ; cf. en outre R. Davidsohn, Geschichte von Florenz, Berlin, 1896-1927, t. II, 1, pp. 213, 411 s.

12 Johannes Viterbiensis, l.c., p. 260.

13 A. Roncaglia, « La letteratura franco-veneta », l.c., p. 240.

14 Brunetto Latini, Li Livres dou Tresor, éd. FJ. Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948, p. 236. Latini continue : « Salemon dit, cil ki s’entremet des autrui mellees est samblables a celui ki prent le chien par les oreilles. Jesu Siraac dit, de la chose ki ne te grieve ne te combates. »

15 Brunetto Latini, op. cit., p. 235 : « Ensi donc prudence est (…) le mi entre .ii. (…) Garde est garder soi des visces contraires. Ses office est sivre le mi en toutes choses. »

16 « Die francoitalienische Version des Bovo d’Antone », ed. J. Reinhold, ZrPh, 25, 1911, pp. 555 ss, 683 ss ; 26, 1917, pp. 1 ss, 512 ss ; en ce qui concerne le problème de l’intervention cf. vv. 1256 s., 1262 s., 1269 s., 1738 s., 2092 s. Pour la filiation cf. H. Paetz, Über das gegenseitige Verhältnis der venetianischen, der franko-italienischen und der französischen gereimten Fassungen des « Bueve de Hantone », Halle, 1913, p. 133 : « J [V XIII] ist eine erweiternde Bearbeitung von Ven. [Buovo laurenziano], bzw. ihrer frankoitalienischen Vorlage, mit der sodann Teile aus Fassung III, speziell aus V und T verschmolzen worden sind. »

17 « Inter alia vero, que ad bonum regimen pertinent potestatis seu civitatis rectoris hoc precipuum duxi eidem specialiter consulendum, ut consilium suum et comunis debeat modis omnibus honorare tam verbis quam factis, cum sit consilium pars corporis sui : quoniam potestas caput, illi vero membra sunt eius ; et quod consilium decrevit, potestas observare tenetur (…). » Johannes Viterbiensis, op. cit., p. 261.

18 G. Del Giudice, Codice Diplomatico del Regno di Carlo I e Carlo II d’Angiò, Napoli, 1863, t. I, p. 118. La formule « theotonici Lombardi et tusci ghibellini » insinue que les Lombards allemands sont des Lombards gibelins.

19 Berta da li pè grandi, codice Marciano XIII, ed. C. Cremonesi, Milano-Varese, 1966 ; cf. aussi vv. 440 s., 493 s., 508 s., 515 s.

20 Cf. F. Wolfzettel, « Zur Stellung und Bedeutung der Enfances in der altfranzösischen Epik », ZfSL, 83, 1973, pp. 317-348 ; 84, 1974, pp. 1-32.

21 « Karleto », ed. J. Reinhold, ZrPh, 27, 1913, pp. 27 ss, 145 ss, 287 ss, 641 ss ; cf. vv. 977 ss, 1418 ss.

22 Cf. H. Mitteis, Die deutsche Königswahl - Ihre Rechtsgrundlage bis zur Goldenen Bulle, Brünn, 19442, pp. 15, 98 s., 229 ss.

23 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du v e au vix e siècle, Paris, 1953, p. 180.

24 Cf. H. Krauss, « Ezzelino da Romano - Maximo Çudé - Historische Realität und epischer Strukturzwang in der frankoitalienische Chevalerie Ogier », Cultura Neolatina, 30, 1970, pp. 233-249.

25 « Berta e Milone », « Orlandino », ed. A. Mussaffia, Romania, 14, 1884, pp. 177 ss.

26 A. Pauphilet, « Sur la Chanson de Roland », Romania, 59, 1933, p. 177.

27 « The franco-italian Chevalerie Ogier », ed B. Cerf, Modem Philology, 8, 1910-1911, pp. 187 ss, 355 ss, 511 ss ; cf. vv. 1298 ss : « Ben le fust le cont .R. alé, / Quant il oit le sorte veü e çité, / Qe ver quel pain nul hon averoit duré, / Qe soia sovra tera abité ; / Ma por un q’è soto tera doit eser afolé. / Saçés, segnur, e çes fo verité, / Qe. R. fo molto saçes e doté ; / En totes artes elo fo amaïstré (…) »

28 « Macaire - Ein altfranzösisches Gedicht », éd. A. Mussaffia, in Aitfranzösische Gedichte aus venezianischen Handschriften II, Wien, 1864 ; en ce qui concerne le caractère de Varocher cf. vv. 1235 s., 1273 s., 1379 s., 2658 s., 2878 s.

29 Entrée d’Espagne, chanson de geste franco-italienne publiée d’après le manuscrit unique de Venise, éd. A. Thomas, Paris, 1913 (SATF).

30 R.M. Ruggieri, « Les Lombards dans les chansons de geste », in Actes et Mémoires du IVe Congrès International de la Société Rencesvals à Heidelberg 1967, Heidelberg, 1969, p. 44.

31 Cf. H. Krauss, « Ritter und Bürger - Feudalheer und Volksheer. Zum Problem der feigen Lombarden in der altfranzösischen und frankoitalienischen Epik », ZrPh, 87, 1971, pp. 209-222.

32 « La Prise de Pampelune », éd. A. Mussaffia, in Altfranzösische Gedichte aus venezianischen Handschriften I, Wien, 1864.

33 Dans notre article « Ezzelino da Romano - Maximo Çudé », l.c., nous avions proposé les dates de 1259 (mort d’Ezzelino da Romano) et 1315 (terminus ante quem de l’Ecerinis d’Albertino Mussato, œuvre dans laquelle l’auteur identifie Ezzelino à Attila) comme termini post et ante quem de la version franco-italienne de la Chevalerie Ogier. D’après nos recherches ultérieures un nouveau terminus ante quem semble s’imposer. Dans la version franco-italienne le jeu d échecs entre Çarlotto et Ogier (vv. 782-812) occupe une position centrale. En tenant compte du penchant moralisateur et didactique fort développé du compilateur italien, une interprétation allégorico-moralisatrice du jeu d’échecs qui permet à un simple pedone l’ascension jusqu’à la fonction de la reine, aurait dû s imposer s il avait connu le Solatium ludi scachorum de moribus hominum et officiis nobilium de Jacobus de Cessolis. Ce Solatium, une collection de prêches traitant des fonctions sociales, était à l’époque l’œuvre la plus répandue après la Bible en Italie du Nord (cf. H.F. Massmann, Geschichte des mittelalterlichen, vorzugsweise des deutschen Schachspiels, Quedlinburg/Leipzig. 1839, pp. 101 ss) ; d après T. Von der Lasa (Zur Geschichte und Literatur des Schachspiels, Leipzig, 1897, pp. 95 ss), le Solatium est à dater aux environs de 1275. La genèse de la version franco-italienne de la Chevalerie Ogier — et de la compilation de Venise en entier — serait donc à situer entre 1259 et 1275.

Notes de fin

* Cet exposé se base sur notre thèse Feudalepik in frühbürgerlicher Umwelt-Studien zu den franko-italienischen chansons de geste unter besonderer Berücksichtigung des Codex Marcianus XIII, actuellement sous presse pour les Beihefte zur Zeitschrift für Romanische Philologie.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search