Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Rapports introductifs

Charlemagne en Allemagne

Robert Folz

Texte intégral

1La tradition de Charlemagne en Allemagne a été jusqu’au milieu du xii e siècle presque exclusivement historique. Porté par la Vita Karoli d’Eginhard et les Annales franques inlassablement recopiées ou résumées dans les chroniques ou les Annales de l’époque suivante, le souvenir du Charlemagne réel s’est maintenu à peu près intact. Que l’on ait aussi raconté sur l’empereur des légendes du type de celles que consignèrent le moine de Saint-Gall et plus tard la Kaiserchronik ou Enikel : voilà qui ne change rien à cette donnée fondamentale. Ce qu’il importe par contre de souligner ce sont les deux traits principaux que l’histoire retint de Charlemagne. D’une part elle mit en relief le patron et le tuteur des églises. Cette tradition, largement diffusée par les évêchés et les monastères, dont un grand nombre se rattachèrent à l’empereur, a pu faire naître des légendes de fondations ou de privilèges généreusement répandus, mais elle a surtout idéalisé l’empereur en le présentant comme l’élu de Dieu, le propagateur de l’Evangile, l’apôtre des Saxons. A cette tradition ecclésiastique s’ajoute ce que l’on peut appeler la tradition impériale de Charlemagne. Depuis la fondation de l’Empire ottonien, le souvenir de Charlemagne demeure présent dans l’esprit des souverains et de leurs conseillers. Il les inspire, il est utilisé par eux à des fins politiques et ecclésiastiques ; il appelle à la grandeur et à la gloire. Mais si ce souvenir rayonne, il reçoit pareillement beaucoup des circonstances politiques et de l’action des empereurs. Cet enrichissement progresse d’Otton III à Frédéric Barberousse, dont le règne correspond au moment où les deux traditions, l’ecclésiastique et l’impériale, culminent dans la canonisation de Charlemagne, le 29 décembre 1165.

  • 1 Renvoyons une fois pour toutes aux ouvrages suivants : H. de Boor, R. Newald, Geschichte der deuts (...)

2Or depuis peu le grand empereur avait pris place dans un poème qui le chantait en allemand. Voici donc qu’apparaît l’Histoire poétique dont il faut présenter les témoins essentiels pour esquisser ensuite le bilan de ce qu’ils ont apporté à l’image de Charlemagne1.

La Kaiserchronik

  • 2 Editée par E. Schröder in M.G.H. Deutsche Chroniken, t. I, 1, 1892. La date que nous adoptons est (...)

3Œuvre d’un clerc bavarois qui la composa vers 1160-1162 pour un public de ministériaux et de bourgeois de Ratisbonne, qui était alors une des villes les plus actives de l’Allemagne et où de surcroît le souvenir de Charlemagne demeurait très vivant, la Kaiserchronik déroule en 17.293 vers l’histoire des empereurs romains, d’Auguste aux dernières années de Conrad III2. Au moment crucial de cette histoire qui correspond à la promotion impériale de Charlemagne, l’auteur consacre un développement nourri qui suit d’assez près les sources historiques mais témoigne surtout de son effort pour situer ce fait capital dans le schéma de son œuvre.

  • 3 Vv. 8116-8120.
  • 4 Souvenir déformé de Constantin VI.
  • 5 Daz riche stuont do laere,v.  14282 et la suite vv. 14285-14290.
  • 6 Ed. M. Roediger dans M.G.H. Deutsche Chroniken, t. I, 2, 1895. Voir en particulier 28, 11-17.

4Après avoir raconté au préalable que lors de son installation à Byzance Constantin avait confié au pape Silvestre, qui l’avait couronné empereur3, la direction suprême de l’Empire, dont le siège continuait à être Rome, le poète relate qu’après l’assassinat de « Constantinus »4 par les Romains, l’Empire se trouva vacant plusieurs années pendant lesquelles la couronne impériale demeura placée sur l’autel de saint Pierre, les Romains ayant juré de ne plus élire dans leur sein « un roi, un juge ou un seigneur »5. Il paraît donc tout à fait normal au poète que l’initiative de créer l’empereur appartienne au successeur de Silvestre. Mais sur ce point s’affirme aussi son originalité. Ce successeur, Léon III, est le fils de Pépin et donc le frère de Charlemagne qu’il sacre empereur. Le sens de cette fiction est double : Léon et Charles sont Germains tous les deux et appartiennent par conséquent au peuple qui depuis sa soumission par César avait été associé au destin de l’Empire — la Kaiserchronik le note à la suite de la Chanson d’Annon6 — et avait eu l’occasion de servir souvent Rome. La fraternité de Léon et de Charles doit illustrer d’autre part la coopération étroite qui s’était instaurée entre les deux pouvoirs depuis Silvestre et Constantin.

  • 7 Vv. 14346-14820.
  • 8 Vv. 14710 ss. L’apôtre est interpellé comme seigneur et avoué suprême de l’Eglise de Rome dont Cha (...)

5Le récit même de l’avènement de Charles à l’Empire montre cependant que dans cette association c’est lui qui est le maître de jeu7 : c’est en pèlerin qu’il se rend une première fois à Rome ; il n’accepte les titres de juge et d’avoué puis la royauté qu’à la prière instante des Romains ; à une plainte de son frère sur les pertes qu’avait subies l’Eglise, il fait une réponse dilatoire et rentre dans les « pays ripuaires ». Victime d’un attentat perpétré contre lui par les « plus mauvais des Romains » qui l’aveuglent, Léon III vient à Ingelheim demander l’appui de Charles. Celui-ci jure de le venger ; alors que le pape voudrait pardonner, lui, en tant qu’avoué, se sent le devoir de sévir : sa mission est de défendre la chrétienté. Avec une forte armée il vient assiéger Rome, s’empare de la ville et châtie les rebelles. Puis à la suite d’une étonnante prière qu’il adresse à saint Pierre8 il obtient de Dieu que son frère recouvre la vue. Léon le couronne empereur. Après quoi, il remet en vigueur la Pfate de Constantin c’est-à-dire le Droit impérial, légiférant pour toutes les catégories de la société, y compris pour l’Eglise, qui récupère ses possessions anciennes. Remarquablement construit et très dramatique, ce récit ne se perdra pas et s’enracinera dans la pensée politique allemande.

  • 9 Vv. 14625 ss.
  • 10 Vv. 14860-14862. Ce récit d’un duel se trouve déjà dans la Vita Mathildis de 975 (éd. M.G.H. Scrip (...)

6Il s’y ajoute un certain nombre de légendes relatives aux guerres de Charlemagne. Quelques-unes sont d’origine allemande, telle la place considérable qu’occupe aux côtés de Charlemagne, le duc Gérold de Souabe qui obtient pour ses guerriers le privilège de combattre au premier rang de l’armée impériale9. Sur les campagnes de Saxe on ne relève qu’un seul récit légendaire : celui du duel entre Widukind et Gérold de Souabe qui entraîne la soumission du chef saxon10.

  • 11 Vv. 14918-15014.
  • 12 Vv. 15015-15071. A ce sujet : B. de Gaiffier, « La légende de Charlemagne. Le péché de l’empereur (...)

7L’exposé de la guerre d’Espagne par contre est composé de légendes librement traitées et agencées par le poète. Il relate ainsi11 la conquête de Gérone, de la Navarre et de l’Espagne, puis, sans le localiser, un grave désastre subi par l’empereur, l’arrivée ensuite d’une armée de jeunes filles qui vient se concentrer au col de Cize, la stupeur des païens dont le roi se fait baptiser, le miracle enfin des lances fleuries qui se produit sur le chemin de retour des jeunes filles, près de Saintes. De la matière que l’auteur met ici en œuvre, une seule source peut être identifiée avec certitude : la chronique de Turpin qui cite effectivement portus cisereos et rapporte à deux reprises le miracle des lances fleuries, mais ce miracle révèle ici ceux des combattants qui sont prédestinés à la mort, alors que dans la Kaiserchronik il est raconté en dehors de tout contexte symbolique : le poète l’applique à cette armée inattendue dont l’intervention lui a peut-être été inspirée par un récit de Paul Diacre. On voit à cet exemple combien la part personnelle de l’auteur demeure forte dans le choix de ce qu’il aura lu ou entendu raconter. Elle apparaît également dans la légende qu’il semble avoir, lui, forgée, du rocher mouillé des larmes de l’empereur. La chronique s’achève sur le récit de la faute très grave (non précisée) commise par Charlemagne et qui fut révélée à saint Gilles auquel il n’avait pas confessé son péché, récit d’origine française, très populaire dès le xi e siècle et qui entra d’emblée dans la légende de Charlemagne en Allemagne12.

8Au total, la Kaiserchronik fit redécouvrir Charlemagne à un public auquel l’histoire officielle demeurait inaccessible. Sa diffusion fut considérable comme l’attestent les 32 manuscrits qui l’ont conservée entièrement ou en fragments. Ses données sur Charlemagne pénétrèrent dans de nombreuses compositions historiques ou légendaires. Elle a en somme créé les conditions préalables à la formation d’une légende de l’empereur. Mais l’essentiel de cette légende s’élabora avec ce qu’avait forgé le royaume voisin.

L’entrée en Allemagne de la légende française de Charlemagne

9Elle se fit par l’intermédiaire de deux œuvres complémentaires : la chronique du Pseudo-Turpin et la chanson de Roland.

  • 13 Les éditions les plus récentes de la chronique sont celles de C. Meredith-Jones, Historia Karoli M (...)
  • 14 Ed. E. Meuthen, Aachener Urkunden (Publik. d. Ges. für rheinische Geschichtskunde, 58), Bonn, 1972
  • 15 Ed. G. Rauschen, Die Legende Karls d. Gr. im 11. and 12. Jahrhundert (même collection, 7), Bonn, 1 (...)
  • 16 Naissance et Développement de la Chanson de Geste en Europe : I. La geste de Charlemagne et de Rol (...)

101. La chronique du Pseudo-Turpin (Turpini Historia Karoli Magni et Rotholandi), dont on relève quelques traces dans la Kaiserchronik, servit en premier lieu à donner à la forte tradition ecclésiastique de l’empereur des couleurs nouvelles13. L’influence de la « version longue » du texte apparaît dans certains passages du célèbre diplôme où Frédéric proclame la sainteté de son illustre devancier (8 janvier 1166)14. Quelques années plus tard, vers 1180 au plus tard, le comte de Hainaut Baudouin V envoya à la cour impériale un exemplaire de la « version courte » de la chronique ; les sept premiers chapitres de celle-ci constituèrent le début du livre III de la Vita S. Karoli composée à la Chapelle d’Aix et dont le titre complet révèle bien la finalité : publier « la sainteté des mérites et la gloire des miracles » de Charlemagne15. Le succès de Turpin fut considérable comme l’atteste sa tradition par plus de 50 manuscrits originaires des pays de l’Empire, soit le sixième environ de ceux qui ont été relevés par A. de Mandach16.

  • 17 Quatre récits principaux : Pampelune et la conquête de la Galice ; Aigoland ; Fourré, Ferragut, Al (...)

11Turpin n’a cependant pas été utilisé que dans des compositions hagiographiques ou dans des offices liturgiques de saint Charlemagne, mais, traduit en allemand, il a été incorporé entièrement ou par fragments dans des cycles légendaires sur l’empereur et certains de ses épisodes sont venus compléter des œuvres qui se voulaient historiques. Il enrichit ainsi la Vulgate de Charlemagne d’éléments nouveaux. Tels les récits se rapportant à la guerre d’Espagne qui sont autant d’adaptations de nos chansons de geste17 ou encore les allusions à un séjour que le jeune Charles chassé de France aurait fait à la cour de Tolède : armé chevalier par le roi Galafre, il réussit à vaincre l’adversaire de celui-ci, le féroce Braimant. Enfin Turpin transforme complètement la personne de Charlemagne : l’empereur est dépeint comme un géant d’une vigueur exceptionnelle et surtout comme l’instrument de Dieu qui l’assiste par de nombreux miracles. La célèbre vision de l’archevêque qu’on lit vers la fin de la chronique ne permet cependant pas de penser que celle-ci a été originairement le plaidoyer pour la sainteté de Charlemagne que certains érudits ont cru pouvoir discerner en elle.

  • 18 Editions : ancienne de K. Bartsch, Das Rolandslied, Leipzig, 1874 ; récentes de C. Wesle, Bonn, 19 (...)
  • 19 W. Grimm, Ruolantes Liet, Göttingen, 1838. Rappelons que cette datation avait été écartée par E. S (...)
  • 20 R. Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d’Aquitaine », Cahiers de civilisation médié (...)
  • 21 A. de Mandach, op. cit., pp. 205-207.

122. Sur la genèse du Ruolantes Liet (ou Rolandslied)18 assez énigmatiquement rappelée par l’épilogue du poème, l’érudition actuelle s’est ralliée dans sa plus grande partie à l’hypothèse formulée naguère par Wilhelm Grimm19. Le promoteur de la traduction de notre chanson serait selon toute vraisemblance Henri le Lion duc de Saxe et de Bavière. C’est lui qui fit apporter vers 1170 à Ratisbonne, à la demande de la duchesse « fille d’un roi puissant » le livre — thaz buoh — non autrement désigné, écrit en Carlingie, pour qu’il fût traduit en langue thioise. La duchesse en question serait Mathilde Plantagenêt, fille du roi Henri II, qui avait été élevée en Aquitaine, foyer bien connu de diffusion de la chanson20. Le traducteur du « livre » se nomme lui-même ther phaffe Kuonrat : c’est donc un prêtre qu’André de Mandach a cru pouvoir identifier avec le Chuonrat plebanus cité dans une liste de religieux attachés à l’église d’Obermünster de Ratisbonne entre 1166 et 118321.

  • 22 R. Mortier, op. cit., n. 18, p. 182.
  • 23 Les « Entrées d’Espagne » ont fait l’objet de plusieurs travaux de P. Aebischer ; voir en dernier  (...)
  • 24 Vv. 47-64 ; 280-298 ; 305-320 ; 867-890 (épisode placé après l’ambassade de Marsile).
  • 25 Vv. 641-674 ; 2285-2308.
  • 26 Allusions au péché de l’empereur et au rôle de saint Gilles (vv. 3000-3007) ; larmes de Charlemagn (...)
  • 27 Influence signalée par C. Minis, « Franzosisch-deutsche Literaturberührungen », Romanistisches Jah (...)

13Sans entrer dans le détail des problèmes encore discutés du contenu du « livre » mis à la disposition du prêtre Conrad, du modèle qu’il suivit, de la structure et du classement des manuscrits de son Lied, on se bornera aux observations suivantes. Le poème allemand a plus du double des vers de notre chanson (9.094 contre les 4.002 de la version O) mais moins d’un quart de ses vers se retrouve dans les autres versions rolandines (surtout dans V4 et O, accessoirement dans V7, P et C)22. Conrad a donc étendu le modèle sur lequel il travaillait par de nombreuses additions. Certaines sont apparentées à celles qui figurent dans des Entrées d’Espagne23, ainsi l’appel de l’ange, le passage de la Gironde à gué, la prise de Tortose et celle de Cordes, mais remaniées — Tortose dans notre texte remplace Nobles — ou enjolivées, telle la légende du cor de Roland qui à Tortose jette la perturbation parmi les païens24. D’autres ajouts sont des extensions de données d’O (description du camp de Charlemagne, protection de l’empereur)25 ou des emprunts à la Kaiserchronik et à la tradition de Ratisbonne26. Mais la plupart de ces additions appartiennent en propre au prêtre Conrad. Elles sont soit d’ordre descriptif et concernent les armes et les combats, soit et surtout, d’ordre religieux. Tout en conservant la structure de son modèle, Conrad infléchit en effet son poème dans un sens profondément différent de l’original. Et de cet infléchissement paraissent responsables d’abord la mentalité sacerdotale de l’auteur, toute imprégnée d’augustinisme, mais aussi l’influence que la chronique de Turpin exerça sur lui : on la décèle non seulement à certains détails du texte mais surtout à l’esprit de la croisade qui parcourt toute la composition27.

  • 28 V. 2249 (Säligeste Herr) ;v.  8447 (Gotes thienestman).

14Il n’est qu’à relire le prologue du Lied pour se rendre compte des dimensions qui sont données à la guerre d’Espagne. Dimensions d’une guerre sainte. Les combats de Roland et de Charles apparaissent comme un épisode de la lutte sans merci que se livrent ici-bas le christianisme et le paganisme, le bien et le mal, Dieu et le diable. Aussi bien les preux luttent-ils pour soumettre les païens et les convertir, protéger la chrétienté et l’étendre. Ce sont des croisés assurés d’obtenir par le sacrifice de leur vie la rémission de leurs fautes et la récompense éternelle. Idéalisant les héros par leur aspiration au martyre, Conrad transfigure tout autant Charlemagne. Sa personnalité exceptionnelle fait de lui « le seigneur comblé par la grâce divine », « l’homme de service du Très Haut »28, qui lui parle par l’intermédiaire d’un ange et le fait bénéficier de nombreux miracles : image à verser au dossier de la sainteté de Charlemagne.

  • 29 V. 1254 (Grundveste der cristenheit).
  • 30 A titre d’exemples : vv. 964, 5903, 6022 (dez riches ere).
  • 31 Vv. 7653-7655 : cf. Nellmann, op. cit., n. 2. Cf. aussi le propos de Roland à Charlemagne « A part (...)
  • 32 Ex. : vv. 1314, 1414, 1490, 1515, etc.

15La société terrestre qu’il dirige est couramment appelée daz riche. Alors que dans la Kaiserchronik ce terme désigne l’Empire romain, il revêt dans le Lied plusieurs sens. De l’analyse très poussée que lui a consacrée E. Nellmann il ressort que riche équivaut en général à la chrétienté dont Charles est la pierre angulaire29, comme Pierre est le roc sur lequel est bâtie l’Eglise. A ce titre le riche est universel, mais son universalisme n’a rien de politique : il préfigure en quelque sorte la cité céleste ; son « honneur » si souvent évoqué par le Lied, est fondé en Dieu30. Le centre spirituel de ce riche est Rome. Dans cette perspective peut affleurer l’ancien universalisme romain conquérant et politique : « Je suis avoué de Rome, répond Charles aux envoyés de Paligan, (donc) toutes les couronnes du monde doivent m’être soumises »31, citation exceptionnelle, réponse, ainsi que le remarque pertinemment E. Nellmann, au roi païen qui revendiquait, lui, la domination mondiale. Lorsqu’enfin riche correspond à la Carlingie, la notion d’honneur vient s’y fixer aussi fortement que sur la chrétienté32.

  • 33 Voir Souvenir et légende, pp. 247-249.

16Telle est, très sommairement esquissée, la vision du prêtre Conrad. Si, dans une large mesure elle se situe hors du temps, on peut admettre aussi qu’elle reflète, mais très discrètement, certaines réalités de l’époque où vécut le poète. Prestige d’Aix-la-Chapelle « trône de l’Empire » ; exaltation de l’honneur de l’Empire ; tableau d’une société de vassaux étroitement liés à l’empereur : autant d’images et d’idées rappelant le présent, capables en outre de frapper les contemporains de Frédéric Barberousse33.

  • 34 On ne possède actuellement qu’un manuscrit du Lied complet et quatre qui transmettent des fragment (...)
  • 35 Ed. par K. Bartsch, « Karl d. Gr. vom Stricker », in Bibl. der gesamten National Literatur, 35, Qu (...)
  • 36 A. de Mandach, op. cit, p. 333.
  • 37 Ainsi : saint Gilles, confesseur de Charles et messager du désastre de Roncevaux (vv. 3544-3562 et (...)
  • 38 Vv. 124-274. Récit sensiblement différent de la version la plus courante : les deux demi-frères de (...)
  • 39 Vv. 276-446.

17Il demeure cependant que la diffusion du Lied a dû être assez limitée si l’on en juge par sa tradition manuscrite34. Il en est autrement du remaniement dont il fut l’objet entre 1230 et 123535. Ce remaniement est l’œuvre d’un anonyme connu seulement par son surnom, der Strichaere (ht. alld der Stricker) c’est-à-dire l’Arrangeur. Allemand du Sud lui aussi, probablement d’Alémanie, il a pu être amené à refaire le Lied à la suite de l’arrivée de reliques de saint Charlemagne à Zurich : peut-être est-il Zurichois lui-même36. Ce nouveau « Roland » est plus long que l’ancien : 12.206 vers au lieu de 9.094 ; il est moins héroïque et moins pénétré d’esprit religieux que son modèle ; il a en outre été adapté au goût courtois du temps. La comparaison entre les deux poèmes montre que le Stricker a intercalé dans son récit de la guerre d Espagne un certain nombre de variantes37 et que quelques épisodes de la fin de l’épopée (mort d’Aude, fuite de Ganelon) ont été inspirés par une source autre que Conrad. L’essentiel cependant est que l’Arrangeur a fait entrer dans son poème deux légendes importantes concernant Charlemagne qui justifient le titre de l’œuvre Karl der Grosse et non plus Rolandslied. L’une traite de la jeunesse de l’empereur38 d’après une source française qui sera probablement parvenue à l’auteur par l’intermédiaire d’un poème allemand du début du xiii e siècle et dont on possède une adaptation en prose dans la chronique bavaroise de Weihenstefan (vers 1435). L’autre nouveauté est d’ordre politique : elle concerne des mesures prises par Charlemagne après son couronnement impérial39, on y reviendra plus loin.

  • 40 Rappelons l’ouvrage capital de F. Wilhelm, Die Geschichte der handschriltlichen Ueberlieferung von (...)
  • 41 Non encore publiée : voir Souvenir et légende…, pp. 322-324.
  • 42 Ed. par F.H. Maszmann dans la série Rechtsdenkmäler d. deutschen Mittelalters, t. III, 1860.

18L’intérêt que souleva le Karl fut considérable : il est révélé par le nombre des manuscrits qui en ont été conservés, une cinquantaine, du xiii e au xv e siècle, originaires de tous les pays allemands, y compris ceux du centre et du Nord40. Incorporé vers 1320-1325 dans l’immense « Chronique mondiale » d’Henri de Munich41 le poème reçut de cet auteur une extension de 1.000 vers traitant des ancêtres de Charlemagne et de son accession à l’Empire d’après la « Chronique impériale en prose », mi-historique, mi-légendaire, née en Souabe après 127542. L œuvre du Stricker, enfin, sera utilisée dans toutes les compilations sur Charlemagne à partir du xiv e siècle.

Un cycle de poèmes sur Charlemagne : Karl Meinet

  • 43 L’expression est de H. de Boor, op. cit., III, 1, p. 124.

19Karl Meinet est une énorme compilation de 36.656 vers, faite de six poèmes dont quatre : Meinet, Morant et Galie, Charles et Elegast, Chanson de Roland, originairement indépendants les uns des autres, ont été tant bien que mal cousus ensemble et complétés par une Geste de Charlemagne qui figure comme une sorte d’« interlude historique »43 au centre de la compilation à laquelle elle fournit pareillement la conclusion.

201. Meinet (1-216,28) qui a donné son nom à l’ensemble du cycle, auquel le nom de « Livre de Charles » conviendrait mieux, raconte l’enfance et la jeunesse de Charlemagne, son séjour à la cour du roi Galafre de Tolède, son amour pour la belle Galie (Galienne) qu’il finit par enlever et par épouser après l’avoir fait baptiser à Saint-Denis. Le récit, beaucoup plus long et beaucoup plus conforme à la tradition que celui du Stacker, s’apparente au Mainet du « Roman de Charlemagne » de Girard d’Amiens et à la Gran Conquista de Ultramar, sans qu’il soit possible de discerner la source dont s’inspire le poème allemand : serait-ce une œuvre néerlandaise à base française ?

  • 44 Cette partie a été éditée indépendamment par E. Kalisch, Morant und Galie, Bonn-Leipzig, 1921. Sur (...)

212. Morant et Galie (216,29-293,34) traite le thème de la reine calomniée dont l’innocence finit par triompher44. Il s’agit de l’épouse de Charlemagne accusée par le traître Rohart d’adultère avec le fidèle Morant : celui-ci se justifie grâce à un jugement de Dieu. Le poème en dialecte franc du Rhin-Inférieur, composé peut-être vers 1190-1210, se réfère souvent à une source française qui n’a pu être identifiée. Le récit est proche de celui de la Gran Conquista. On notera en outre la rudesse du poème : Charlemagne est un homme tout ordinaire avec ses faiblesses ; son comportement est impulsif, voire bouffon ; il semble bien qu’il s’agisse là du roi vu par les yeux des vassaux.

  • 45 Dans le IVe volume de l’édition de Douai, 1624.
  • 46 Ed. de Vries et von Hellwand, Leyde, 1857-1869.

223. Geste de Charlemagne (293,35-373), apport propre du compilateur qui relate les guerres de Charlemagne contre les Saxons, les Lombards et les « Huns », son couronnement impérial, son expédition en Terre Sainte, la fondation de la Chapelle d’Aix, les guerres d’Espagne en utilisant le Speculum historiale de Vincent de Beauvais45, soit directement, soit par l’intermédiaire du Spiegel Historiael de Jacques de Maerlant46 ; on y relève aussi, notamment pour l’avènement de Charles à l’Empire, des emprunts faits à la Kaiserchronik.

  • 47 Une version particulière, dite, du manuscrit qui l’a conservée, version de Zeitz (xiv e siècle), t (...)

234. Charles et Elegast (373-394,49), traduction d’un poème flamand datant probablement du xii e siècle : Charles s’associe au brigant Elegast, qui réussit à déjouer une conjuration ourdie contre lui. Adaptation de notre Chanson de Basin47.

  • 48 Op. cit., pp. 311 ss.

245. La guerre d’Espagne (394,51-533,12). Ce « Roland rhénan » dérive d’une part du Lied de Conrad et du Karl du Stricker. Soucieux cependant de « faire complet » son auteur utilise d’autre part, directement ou par un intermédiaire, une chanson du type « Roland archaïque rimé de la Meuse », décelée par A. de Mandach48. A la suite de l’ambassade à Marsile se trouve intercalée (409-426,9) la chanson d’Ospinel et Magdalie, de source inconnue, où l’empereur ne paraît qu’à l’arrière-plan.

256. Mort et Funérailles de Charlemagne (533,42-540,2), de même style et de même source que 3.

  • 49 Relevé dans Stammler, Verfasserlexikon ; on y ajoutera M. Asdahl Homberg, « Ein neues Bruchstück d (...)
  • 50 Il s’agit de l’édition de A. von Keller dans Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart, 45 (...)
  • 51 Comme le suppose J. Akkermann, Studien zu Karl Meinet, Amsterdam, 1937.
  • 52 U. Fuetrer, par exemple, incorpore l’épisode de la jeunesse de Charlemagne dans le récit du règne (...)

26Dans cette forme complète, le Karl Meinet n’est conservé que dans un seul manuscrit, l’actuel 2290 de Darmstadt écrit et décoré entre 1470 et 1490 à Cologne et auquel un « réviseur » semble avoir apporté un certain nombre de retouches. Des fragments sont transmis par une dizaine d’autres manuscrits des xiv e et xv e siècles49. Cette tradition précaire, les imperfections aussi de la seule édition complète50 rendent fort malaisée la critique de l’ensemble de l’œuvre. Le compilateur, qui dans l’introduction se dissimule sous le sigle H F F L P G, nous échappe à peu près complètement. Son parler ripuaire le désigne comme un rhénan. Auteur de la iii e et de la vi e branche, il semble avoir aussi mis la main à la première51. Comme il utilise des éléments du Spiegel de Jacques de Maerlant écrits vers 1290, on admet que Karl Meinet a été constitué au xiv e siècle, sans doute avant 1350. Ce qui appartient en propre au compilateur ne parle guère en sa faveur : aucun lien entre les branches sauf entre la première et la seconde, aucun souci de la forme. Reconnaissons cependant à l’œuvre le double mérite de révéler l’influence exercée par des sources néerlandaises sur l’Histoire poétique de Charlemagne et de donner une première biographie légendaire complète de l’empereur. Son influence réduite d’abord à l’Allemagne du Nord-Ouest se fera sentir au xv e siècle aussi dans le Sud ; quelques-uns de ses épisodes entreront dans des chroniques historiques52.

Poèmes et Récits légendaires d’Allemagne du Sud

  • 53 Ed. P. Strauch, in M.G.H. Deutsche Chroniken, t. III, 1900, vers intéressant Charlemagne : 25540-2 (...)
  • 54 Vv. 26245 ss ; vv. 26385 ss ; vv. 26269-26382.
  • 55 Vv. 322,6-323,25.
  • 56 Comme un refrain revient à quatre reprises la formule die (ces peuples) betwanc er zuo der Kristen (...)

271. L’intérêt de la Chronique universelle en vers du Viennois Jansen Enikel (dernier quart du xiii e siècle) vient de ce qu’elle contient quelques légendes d’origine allemande sur Charlemagne53. Tel le retour merveilleux de l’empereur de Hongrie à Aix-la-Chapelle, imaginé probablement en Autriche ou en Bavière. Telle encore l’anecdote de la cloche de justice, apport pittoresque au thème de l’empereur gardien du droit de tous. Aucun des récits d’Enikel n’eut cependant un succès aussi considérable que celui de l’amour de Charlemagne pour une femme morte, très ancienne légende mythologique qui fut appliquée selon toutes probabilités à l’empereur à Aix-la-Chapelle, puisqu’il semblait possible d’expliquer par elle la prédilection qu’il témoigna à sa dernière résidence54. Entrée dans la 3e partie du Kart Meinet55, elle se répandit pareillement en Allemagne au Sud où Enikel l’aura entendu raconter et entra dans le fond commun de la légende de Charlemagne. On n’attendra rien d’autre de ce conteur bavard, sinon une simplification à l’extrême des conquêtes de Charlemagne dont la fin est d’imposer le christianisme, en Espagne, en Saxe, en Bavière et en Hongrie56.

  • 57 Voir par exemple les traces laissées par une chanson française dans le Roman de Girard d’Amiens, r (...)
  • 58 Vv. 1568-1626.

282. C’est à Ratisbonne qu’il nous faut revenir à présent, Ratisbonne où naquirent la Kaiserchronik et le Rolandslied et dont la tradition carolingienne propre quoique difficilement saisissable jusqu’à la fin du xiii e siècle, peut cependant être entrevue sur place et dans quelques-unes de nos chansons. La ville même conservait le souvenir des séjours qu’y avait faits Charlemagne à plusieurs reprises (789,791,792) et surtout des campagnes qu’il conduisit contre les Avars ; le lieu-dit « Siegesberg » (Mont de la victoire) où se trouvait une chapelle datant de l’époque carolingienne, rappelait un triomphe que l’empereur avait remporté sur les païens. Hors de Ratisbonne, les invasions païennes et les campagnes de Charlemagne en pays bavarois étaient entrées dans nos chansons57. Le Rolandslied sait que l’épée du duc Naime avait été forgée à Ratisbonne58.

  • 59 Texte de la chronique présenté et publié par A. Durrwächter, Die Gesta Karoli der Regensburger Sch (...)
  • 60 Bächtold, Deutsche Handschriften aus dem Britischen Museum, Schaffhausen, 1873, pp. 3-31. Sur la tr (...)

29Ce sont d’autres souvenirs que l’on rencontre dans un poème allemand datant selon toute vraisemblance des environs de 1350 et appelé conventionnellement Charlemagne et les saints d’Irlande. Sa source est une chronique latine compilée dans le dernier tiers du xiii e siècle par un moine du monastère Weih St-Peter situé sur le « Mont de la victoire » aux portes de la ville et qui rattachait sa fondation à Charlemagne ; elle est consacrée aux moines irlandais, à leurs pérégrinations sur le continent, à la fondation de couvents scots notamment à Ratisbonne. Or dans cette chronique se trouve insérée, en étroite connexion avec la tradition de Weih St-Peter, une légende dont Charlemagne est le héros : fils de Pépin « roi des Romains » il est vainqueur des Lombards païens, soumet les pays allemands et pousse ses conquêtes jusqu’en Gaule et en Espagne et en Afrique59. La singularité de ce récit a amené son éditeur A. Durrwächter à conjecturer avec vraisemblance que le moine-chroniqueur du xiii e siècle se trouvait en possession d’une légende d’origine italienne exprimant les espoirs que les Guelfes mettaient vers 1270 en Charles d’Anjou. Il l’utilisa en masquant le caractère foncièrement étranger de son modèle par une coloration locale qu’il emprunta à la tradition de Ratisbonne, dont paraît ici l’élément fondamental : la ville libérée de l’emprise païenne par Charlemagne. Traduisant quelques décennies plus tard en vers allemands ces Gesta Karoli, le poète du xiv e siècle suit de très près sa source latine, ainsi qu’on peut s’en rendre compte en comparant les extraits qui en ont été publiés avec l’original60.

  • 61 Dans cette localité se trouvait un palais qui avait servi parfois de résidence aux derniers caroli (...)
  • 62 Christianisation du mythe de Wotan, dieu de la victoire, comme l’a montré F. Kampers, Hist. Jahrbu (...)
  • 63 Cf. Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 1. 24, c. 36.

30Soit un résumé très bref du poème, dégagé de son enveloppe irlandaise. Charlemagne est appelé par un ange à la lutte contre « les juifs, les hérétiques et les païens » à laquelle Dieu l’a prédestiné. Il soumet sans peine l’Italie péninsulaire, vainc plus difficilemen les Lombards et pénètre en Bavière. Après s’être arrêté un an à Oetting61, il se porte vers « la cité aux pierres carrées » (qu’il appellera plus tard Ratisbonne), alors occupée par les païens. Victorieux au « Siegesberg », il fait baptiser la population et poursuit sa marche vers l’Ouest, soumettant tour à tour l’Alémanie, les pays rhénans et le Brabant. Aix-la-Chapelle est fondée. Alors que Charles, après avoir soumis la Gaule du Sud-Ouest, combattait les ennemis de la croix en Navarre et en Espagne, il est rappelé en Bavière par une nouvelle offensive des païens qui ont investi la ville. Il parvient à les en déloger et à les écraser grâce à l’intervention d’un blanc et lumineux cavalier qui met l’ennemi en pleine déroute62. Suivent les guerres menées en Europe du Sud et en Afrique afin d’y imposer l’unité de la foi chrétienne, puis le retour de Charlemagne par Reims à Ratisbonne où a lieu une grande assemblée et où se produit la consécration miraculeuse de l’église de Weih St-Peter rapportée à la manière de celle de Saint-Denis63. Charles se rend ensuite à Aix où quelques jours avant de mourir il désigne son fils Lothaire (Louis le Pieux) pour lui succéder.

  • 64 La découverte d’une croix sur le « mont de la victoire » est en quelque sorte le symbole de cette (...)

31Telle est dans ses grandes lignes, cette légende composite qui suggère en dernière analyse la formation d’un Empire romain chrétien d’Occident grâce aux victoires remportées par Charlemagne sur les païens (non autrement désignés). C’est une véritable croisade64 qu’il mène sur l’ordre du ciel, toujours conseillé par un ange, et accompagné d’un légat pontifical. On ne lui connaît rien d’analogue dans le cycle des légendes carolingiennes. Si quelques traces du récit sont perceptibles chez certains historiens bavarois du xv e siècle, la légende demeura exclusivement cantonnée à Ratisbonne où elle jouit d’une grande vogue jusqu’à l’humanisme.

323. Au xv e siècle naissent sous le nom de chroniques, ou de « livres », des romans en prose qui adaptent les poèmes épiques et mélangent leurs données avec toute espèce de renseignements empruntés aux traditions locales ou à des œuvres historiques ou réputées telles. Inversement, des œuvres historiques s’ouvrent largement à la légende.

  • 65 Pas d’édition complète. Analyse minutieuse de l’histoire de Charlemagne, étude critique des source (...)
  • 66 Ed. A. Bachmann et S. Singer, Deutsche Volksbücher aus einer Züricher Handschrift des 15. Jahrhund (...)
  • 67 Ainsi Wipenhausen (= Pipinshausen) près Freising, Pipinsried et Pipinsbach aux environs de Munich.
  • 68 Dont témoignent par exemple le manuscrit A 121 de la Bibliothèque centrale de Zurich et le manuscr (...)

33De ces sommes les plus caractéristiques sont celle que l’on voit incorporée à la chronique bavaroise de Weihenstefan vers 143565 et le roman populaire66 (Volksbuch) compilé vers 1475 à Zurich et dit « le livre de Saint-Charles ». Les légendes le plus utilisées par ces deux narrations sont le poème du Stricker avec l’extension que lui donna Henri de Munich et une légende de Berthe dont il existait plusieurs versions. Il s’y ajoute des éléments de la tradition locale sur Charlemagne. A Weihenstefan, situé dans une zone de colonisation franque en Haute Bavière, elle peut s’être formée à partir de noms de lieux qui évoquaient Pépin67, dont on place la résidence à Weihenstefan. Zurich devenue depuis le xiii e siècle l’Aix-la-Chapelle d’Allemagne du Sud fut de son côté un centre actif de ramassage, mais aussi d’élaboration de légendes sur Charlemagne68.

34Les éléments nouveaux apportés à la légende de Charlemagne par les deux compilations sont les suivants :

  • 69 Ici encore des rapprochements peuvent être faits avec le Roman de Girard d’Amiens (voir plus haut)

35Dans la chronique de Weihenstefan un exposé légendaire, dont on discerne mal la source, sur les affaires bavaroises69. Le texte fait état notamment de l’invasion de la Bavière par les « Hongrois » (les Avars) et mêle Desello (Tassilon) à ces événements : fils du roi des Lombards (alors qu’en réalité il en était le gendre), il épouse la fille du roi des Hongrois. Il est battu une première fois par Charlemagne, une deuxième fois par Roland. C’est à Ratisbonne qu’un ange apporte à Charles l’épée invincible et l’oliphant pour qu’il les remette à son neveu, qui remporte un succès décisif sur les païens au « Siegesberg ».

  • 70 A ce sujet : Kletzlin, op. cit., n. 71, pp. 59-61. Eléments passés dans le texte : Charles retrouv (...)
  • 71 D’après la légende de ce saint, évêque d’Octodurum (381), protecteur du Valais et devenu contempor (...)
  • 72 Nouvelle variante du thème de l’empereur justicier, extrêmement ancien, appliqué en Allemagne du N (...)
  • 73 Voir P. Aebischer, Textes norrois et Littérature française du Moyen Age, cité n. 23, p. 123.

36Dans le Livre de saint Charles, après un résumé de la guerre d’Espagne, un long développement intitulé « actes, guerres et miracles du digne empereur Charles » où se mêlent Turpin, la tradition aixoise, celle de Zurich et peut-être une légende en vers allemands sur Roland70. L’élément le moins attendu est sans doute un catalogue des fautes de Charlemagne : son amour pour la femme morte, lié à l’épisode de la cloche de justice, localisé celui-là à Zurich ; le péché non avoué de l’empereur et le miracle de son pardon dont sont témoins saint Gilles et saint Théodule71 ; Charles meurtrier de son propre fils72, l’union incestueuse de l’empereur avec sa sœur dont la Karlamagnussaga avait conservé une version73. A noter cependant que Roland n’est pas mentionné dans cet enchaînement ; il n’empêche que le preux soit cité à deux reprises comme fils de Charlemagne : serait-ce là une nouvelle trace de cette légende que l’on a cru pouvoir déceler ?

  • 74 Edités l’un et l’autre dans la série des Deutsche Volksbücher.
  • 75 Nous n’en connaissons pas d’édition.
  • 76 Ed. par A. Bachmann dans Bibl. des Lit. Ver. Stuttgart, 206, Tübingen, 1905.

37Le « Livre de saint Charles » de Zurich est le seul Volksbuch entièrement consacré à Charlemagne. Il se classe ainsi à part dans l’efflorescence des romans qui répandent en Allemagne dans les deux derniers siècles du Moyen Age la connaissance des héros du cycle carolingien. Dans toutes ces œuvres traduites directement du français, telles Loher und Maller, Herpin74, Sibile75, ou adaptant des modèles néerlandais qui puisent eux-mêmes à des sources françaises, par exemple Renaud de Montauban76, Charlemagne n’occupe qu’une place accessoire ; en outre c’est un souverain fantasque et faible devant ses vassaux révoltés contre lui qui est mis en scène ici. Il ne semble point que ce portrait si différent de celui qu’avaient modelé plusieurs siècles ait rencontré grand succès en Allemagne où prédominait l’image noble du grand empereur.

Essai de bilan

38Au terme de cette analyse, il y a lieu de se demander si l’Histoire poétique de Charlemagne a confirmé les traditions déjà existantes ou si elle en a créé de nouvelles, dans quelle mesure aussi elle a subi les influences du temps et enfin si par certains de ses éléments elle a pu susciter une réaction de l’histoire politique, devenue à son contact, elle aussi, légendaire. A cet ensemble de questions qui se mêlent, il semble qu’il soit possible de répondre en suivant le développement de l’image de Charlemagne dans trois directions parallèles : origine, Empire, Etat et société.

391. Sur le pays d’origine de Charlemagne, les œuvres poétiques sont à peu près unanimes : c’est Kaerlingen, la Carlingie, terme qui désigne communément le royaume de France.

  • 77 Par exemple vv. 14412 et 14423.

40L’auteur de la Kaiserchronik marque cependant quelque hésitation à ce sujet. Charles est bien le fils du roi de Carlingie. Mais outre que le mot ne paraît que deux fois dans la chronique, on remarquera l’insistance avec laquelle le poète évoque les Riflande c’est-à-dire les pays « ripuaires » bordant le Rhin sur lesquels règne la dynastie et où se trouve le seul palais de Charles qui soit cité, Ingelheim. On comprend dès lors qu’il puisse appeler Charles der erste Keiser von diutschen Landen77.

  • 78 V. 14817. Cf. vv. 2747, 5702-5703. Suoze Karlinge (vv. 6027, 6512, 6909) traduit « dulce France » (...)
  • 79 Rien que dans la première branche Charles est qualifié 28 fois de roi de France.

41Ce point de vue demeura isolé dans la littérature poétique. Dans toutes les œuvres qui dépendent de sources françaises Kaerlingen est à coup sûr la France : pour le prêtre Conrad Kaerlingen est synonyme de Vrankrîche78, Charlemagne est donc français. Il en est ainsi encore chez Henri de Munich, dans les poèmes courtois, dans Karlmeinet79 et cette interprétation gagne même des œuvres historiques telles que la chronique universelle saxonne, celle de Brunswick et la chronique des empereurs en prose. Qui plus est, ce Charlemagne français est présenté par les poèmes comme le conquérant des pays allemands : du Stricker à la chronique de Weihenstefan en passant par Karl Meinet, la France est bien le point de départ de l’expansion carolingienne. Seule fait exception la chronique ratisbonnaise où la conquête de Charlemagne part de Rome.

  • 80 C’est Godefroi de Viterbe qui imagina cette légende (Speculum regum, vv. 1439-1441 ; Pantheon, ch. (...)
  • 81 A notre exposé de cette question (Souvenir et légende, pp. 254-256) on joindra M. Lugge, Gallia un (...)

42Or, si l’on se rappelle que ces œuvres se répandent en Allemagne à l’époque où le roi de France, de son côté, revendiquait la qualité de successeur et d’héritier de Charlemagne au point que depuis la fin du xiii e siècle il fut à plusieurs reprises candidat à l’Empire, on comprendra aussi l’effort tenté par les écrivains politiques pour garder Charlemagne à l’Allemagne en le germanisant. La série de leurs écrits commence en plein éclat de la période des Hohenstaufen avec Godefroi de Viterbe (vers 1185-1190) et se poursuit après une interruption de près d’un siècle avec Alexandre de Roes (1281, 1288) et au siècle suivant avec Lupold de Bebenbourg (1340). Les moyens employés par eux seront d’une part de faire naître Charlemagne en Allemagne — tel fut le sens profond du choix d’Ingelheim comme lieu de naissance de l’empereur80 — et surtout de montrer en Charlemagne, grâce à une habile combinaison de légendes savantes, un Franc authentique et donc un Germain, différent par conséquent des Français réputés « Francigènes » c’est-à-dire simples descendants des Francs, nés de leur mélange avec les populations indigènes de la Gaule81. Cette manière de voir Charlemagne marqua profondément l’historiographie allemande à l’époque de l’humanisme.

  • 82 Vv. 406-418.

432. Que l’Empire auquel accéda Charlemagne fût l’Empire romain, toutes les œuvres poétiques le proclament, y compris le Rolandslied où pourtant, comme on l’a dit plus haut, cette conception est un peu voilée par d’autres idées. Ce sont les données de la Kaiserchronik qui firent le plus travailler l’imagination. De façon générale, la manière parfaitement équilibrée dont l’auteur de la chronique avait présenté les choses fut dépassée. En tenant compte de l’époque où les partisans de l’indépendance réagissaient vigoureusement à toute interprétation qui faisait paraître la dignité suprême comme un don que Charlemagne et ses successeurs avaient reçu du pape, on comprendra que le Stricker ait « remanié » certaines données de la chronique dans un sens très différent de l’original. « Quand tu seras devenu maître de l’Allemagne, dit l’ange à Charlemagne, tu te rendras à Rome. Le pape mourra sur ces entrefaites et tu agiras en sorte que ton frère lui succède ; c’est lui qui te conférera le sacre et Dieu te donnera sa grâce qui fera de toi le maître de tous les pays »82. Ainsi : Empire né de la conquête ; pape nommé par l’empereur ; empereur sacré par le pape au nom de Dieu, dispensateur des victoires futures. Rien n’exprime mieux l’aspect le plus absolu de l’idéologie impériale à l’époque des Hohenstaufen : le pape en couronnant l’empereur n’est que l’exécuteur du plan de la Providence.

  • 83 Gesta Friderici d’Otton de Freising, II, 30.
  • 84 Rappelons ici le faux diplôme de Charlemagne pour les Frisons ou encore l’interprétation de la cou (...)

44Mais la Kaiserchronik s’avéra capable de suggérer d’autres images encore. Elle avait, on s’en souvient, situé le couronnement impérial au lendemain d’une expédition militaire que Charlemagne conduisit à Rome. Dans l’esprit du poète, il s’agissait de représailles contre des rebelles. Mais des représailles pouvaient dans l’imagination se muer en une authentique conquête d’autant plus que cette idée trouvait un point d’appui très sûr dans la réalité impériale, évoquée entre autres dans le célèbre discours de Frédéric Ier aux Romains83. Rome, ville conquise par Charlemagne : cette donnée reparut dans la continuation du Willehalm d’Ulrich von Turheim où il est question du siège de Rome par Charlemagne et dans divers récits légendaires qui évoquent l’aide qu’à l’occasion de son Römerzug Charles reçut d’un de ses peuples ou de ses guerriers, ainsi que les privilèges que les uns et les autres en retirèrent84.

  • 85 Vv. 331 ss.
  • 86 Ed. par A. Wyss, « Ein Gedicht über Karl d. Gr. », Zeitschrift für deutsches Altertum, NF, 18, 188 (...)

45Empire romain, donc universel. Nous avons vu ce thème affleurer dans le Rolandslied. Il reparaît avec éclat dans le Remaniement du Stricker qui fait annoncer par un ange à Charlemagne l’imposante série des pays qui passeront sous sa domination85. Perdant toute mesure, un poème anonyme de la fin du Moyen Age proclame que Charlemagne « possesseur de l’Empire romain » est le maître de tous les royaumes du monde86. Notons encore que l’universalité attribuée à l’Empire de Charlemagne mêle le plus souvent la composante romaine à la composante chrétienne : ce trait relève lui aussi de l’idée d’Empire en général, qui pénètre ainsi par plusieurs aspects l’Histoire poétique.

463. Cette dernière a contribué enfin à situer dans le passé carolingien l’origine de la forme prise par la monarchie allemande et à couvrir du nom de l’empereur une partie du Droit qui régissait la société.

  • 87 Vv. 450-476.
  • 88 Diplôme inséré dans celui de Frédéric Ier du 8 janvier 1166, éd. Meuthen, op. cit. et loc. cit., n (...)
  • 89 Ed. par F. Maszmann, op. cit., t. III, pp. 179-180.

47C’est ainsi que le Stricker accrédite l’idée que Charlemagne fut l’auteur du privilège des princes allemands d’élire le roi. « Lorsque Charles fut devenu le maître de l’Empire romain et des pays que j’ai cités plus haut, il remercia les gens d’Allemagne ; en récompense de l’aide qu’ils lui avaient apportée dans ses conquêtes, il leur accorda le droit de disposer à perpétuité de la couronne impériale en faveur du prince qu’ils auraient élu. Cette décision fut consignée dans un document écrit. Il éleva ensuite une église en l’honneur de Notre Dame dans laquelle les princes éliraient et couronneraient le roi ; ils ne devraient jamais perdre ce droit. La ville (où se trouve cette église) s’appelle Aix »87. Texte capital, montrant d’abord que le poète écrit sous l’influence du faux diplôme de Charlemagne pour sa Chapelle88. « Dans ce temple sera placé le trône royal… les rois… y prendront place à leur avènement et ainsi initiés, ils recevront de droit et sans contestation possible la couronne impériale à Rome ». Mais ce texte, le Stricker l’interprète dans son sens le plus large, l’intronisation devenant pour lui le droit des princes d’élire le roi futur empereur. Il couvre ainsi de l’autorité de Charlemagne la double thèse du lien indissoluble entre la royauté allemande et l’Empire et du caractère électif de la monarchie germanique qui depuis Frédéric i er n’avait cessé d’être proclamé par les souverains allemands et les théoriciens politiques. La légende lancée par le poète fut reprise par un certain nombre de sources où on la trouve mêlée à d’autres éléments qui reflètent l’évolution de l’élection royale au xiii e siècle : d’après la chronique impériale en prose par exemple Charlemagne, qui a reçu du pape et des Romains le droit de disposer de l’Empire, désigne les sept Electeurs auxquels il fait élire son fils Louis pour lui succéder89. La légende de la création du collège électoral par Charlemagne ne conquit cependant pas l’ensemble des esprits parce que concurrencée par celle qui attribuait cette institution à Otton III.

  • 90 Voir le témoignage du Poète saxon anonyme, 1. IV, dernière partie, in M.G.H. Scriptores, t. I, pp. (...)
  • 91 Références aux traditions saxonne et frisonne dans notre ouvrage, pp. 110, 117-120, 171-176.
  • 92 Er lêrte uns die phate, ther engel sie imo vote tihte, vv. 703-704.
  • 93 Références dans notre ouvrage, pp. 332-334 ; 530-532.

48Elle n’en est pas moins une illustration de l’opinion très ancienne et particulièrement enracinée en Allemage qui voyait en Charlemagne la source du Droit de l’Etat et de la Société, opinion fondée sur le souvenir de l’activité législatrice de l’empereur, sans cesse rappelée par les auteurs qui suivaient les vulgates de l’histoire carolingienne. Mais il y a plus : dès le ix e siècle les Saxons croyaient savoir que Charlemagne leur avait accordé une législation particulière90 ; au xi e siècle des revendications de droits très précis dont l’origine fut attribuée à Charlemagne animent la rébellion des Saxons contre Henri IV. Avant la fin du même siècle encore, les Frisons rattachaient à Charlemagne les coutumes qui les régissaient et faisaient de l’empereur l’auteur de leurs libertés91. Il semble donc bien qu’en ce domaine l’Histoire poétique n’ait plus eu qu’à généraliser l’image d’un Charlemagne législateur et à transcender son œuvre juridique. Ainsi le fit entre autres le poète du Rolandslied : le Droit créé par Charlemagne l’a été sous l’inspiration divine ; c’est Dieu lui-même qui l’a dicté à l’empereur par l’intermédiaire de l’ange, sorte d’agent de liaison entre le ciel et la terre. Il n’y a sans doute pas d’éloge plus grand que le prêtre Conrad puisse décerner à Charlemagne que celui d’avoir enseigné aux hommes le Droit92. Rien d’étonnant alors que les grands coutumiers du xiii e siècle, Miroir des Saxons, Miroir des Souabes, Miroir des Franconiens aient été peu à peu placés sous le nom du grand empereur93.

  • 94 V. 702.
  • 95 Chevalier au cygne, vv. 642 ss ; chronique d’Ottokar de Styrie (M.G.H. Deutsche Chroniken, t. V, v (...)

49La conservation et le renouvellement fréquent du souvenir de Charlemagne législateur exercèrent sur l’image de l’empereur une forte répercussion. Associé à l’idée de Droit, il devint le gardien d’une notion sacrée dont la portée était immense au Moyen Age puisqu’elle englobait à la fois une doctrine morale et l’idée d’institution d’un statut équitable, l’idée d’un juste état de choses, d’un ordre correspondant à une manière d’harmonie terrestre créée par Dieu lui-même. Le maintien du Droit terrestre, de la phate, dans le sens où Dieu l’avait orienté passait pour être la mission principale du souverain « juste » par excellence. Sur ce plan encore, Charlemagne fut considéré comme un modèle à imiter : er was reht rithāre dit de lui le Rolandslied94 suivi par d’autres poèmes. De cette idée il était facile de glisser à celle de l’âge d’or qu’avait dû être le règne de Charlemagne. L’expression Karles Recht qui pénètre dans certains poèmes courtois comme Le chevalier au cygne de Conrad de Wurzbourg et dans diverses œuvres historiques, par exemple la chronique rimée d’Ottokar de Styrie, devint bientôt l’expression de la nostalgie d’une époque qui avait été régie par les lois justes du meilleur des souverains : les dits (Sprüche), des poètes politiques, Ulrich von Singenberg, Guotaere, Dietmar der Szesser en offrent quelques exemples95.

  • 96 Souvenir et légende… présente les légendes urbaines d’Aix-la-Chapelle et de Brême ainsi que le pro (...)

50Arrêtons ici ce bilan. On n’y a pas inscrit la tradition qui fait de Charlemagne l’auteur des privilèges de certaines villes de l’Empire parce qu’elle est créée non par des poèmes mais par des légendes savantes, ainsi celle d’Aix-la-Chapelle, ou qu’elle se rattache à la tendance commune de se réclamer de l’empereur pour justifier une situation acquise ou obtenir des droits plus étendus, comme on le voit à Brême entre autres. Par contre l’influence des poèmes qui chantaient Charlemagne et Roland a certainement contribué à faire élever dans nombre de villes d’Allemagne du Centre et du Nord des statues du preux, gardien du droit de chacune de ces localités96.

51Au total, l’Histoire poétique de Charlemagne en Allemagne apparaît largement tributaire de celle qui s’était constituée en France. C’est de France que lui sont parvenus poèmes et romans, dont les adaptations ont eu chez elle un grand succès. Celui-ci s’explique en dernière analyse par le fait que ces œuvres se répandirent sur un terrain largement préparé à les accueillir par la puissante tradition qui portait le souvenir du grand empereur. Légende et Tradition : l’Histoire poétique de Charlemagne dans les pays germaniques procède de ces deux sources. Il en résulte des poèmes mettant en scène un Charlemagne très différent, selon qu’il s’agit de celui de la Kaiserchronik, du Rolandslied, du Stricker ou de Karl Meinet. Mais quel qu’il fût, Charlemagne est demeuré celui dont la mémoire collective avait pour toujours fixé les traits en Allemagne : l’empereur créateur du Droit et guide de la Chrétienté.

52Mme R. Lejeune , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

Notes

1 Renvoyons une fois pour toutes aux ouvrages suivants : H. de Boor, R. Newald, Geschichte der deutschen Literatur von den Anfängen bis zur Gegenwart, t. I et II, Munich, 1960 ; W. Stammler, Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, 4 vol., Berlin, 1933-1953, t. V (Nachtrag), 1955 ; R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, réimpr. Genève, 1973.

2 Editée par E. Schröder in M.G.H. Deutsche Chroniken, t. I, 1, 1892. La date que nous adoptons est celle qui fut proposée avec grande vraisemblance par E. Stengel, « Die Entstehung der Kchr und der Aufgang der staufischen Zeit », DA, 14, 1958, pp. 395-417. Vues légèrement différentes de F. Urbanek dans Euphorion, 63, 1959, pp. 112-152.
Comme travaux récents, signalons D. Haacke, Geschichtsauffassungen in deutschen Epen, Diss. Heidelberg, 1953 ; F. Nellmann, Die Reichsidee in deutschen Dichtungen der Salier und frühen Stauferzeit (Philologische Studien und Quellen, 16), Berlin, 1963 ; C. Gellinek, Die deutsche Kaiserchronik. Erzähltechnik und Kritik, Francfort, 1971.

3 Vv. 8116-8120.

4 Souvenir déformé de Constantin VI.

5 Daz riche stuont do laere,v.  14282 et la suite vv. 14285-14290.

6 Ed. M. Roediger dans M.G.H. Deutsche Chroniken, t. I, 2, 1895. Voir en particulier 28, 11-17.

7 Vv. 14346-14820.

8 Vv. 14710 ss. L’apôtre est interpellé comme seigneur et avoué suprême de l’Eglise de Rome dont Charlemagne est en quelque sorte le sous-avoué. Saint Pierre qui a laissé aveugler le pape n’a pas rempli ses devoirs à son égard. Charles le menace de lui dénoncer sa fidélité s’il ne rend pas la vue à Léon ; cf. Nellmann, op. cit., p. 126.

9 Vv. 14625 ss.

10 Vv. 14860-14862. Ce récit d’un duel se trouve déjà dans la Vita Mathildis de 975 (éd. M.G.H. Script., t. X, p. 575), mais l’adversaire de Widukind était Charlemagne lui-même. L’absence dans les sources allemandes de légendes autres que celles qu’avaient rapportées les Annales franques est un fait très significatif en soi. Le souvenir des difficultés rencontrées par Charlemagne n’était certes pas perdu de vue comme l’attestent Liutprand (Antapodosis, II, 35) et Thietmar (chronique, VII, 175). Mais ces thèmes guerriers s’estompèrent devant la vigueur de la tradition ecclésiastique qui glorifiait l’apôtre des Saxons et surtout en raison de la formation du mythe de Widukind.

11 Vv. 14918-15014.

12 Vv. 15015-15071. A ce sujet : B. de Gaiffier, « La légende de Charlemagne. Le péché de l’empereur et son pardon », in Recueil de travaux offert à C. Brunei, Paris, 1955, pp. 490-503.

13 Les éditions les plus récentes de la chronique sont celles de C. Meredith-Jones, Historia Karoli Magni et Rotholandi, Paris, 1936, et de H.M. Smyser, The Pseudo Turpin, Cambridge (USA), 1937 ; on sait que la tradition de la chronique pose de nombreux problèmes ; voir l’état actuel de la question dans I. Short, « The Pseudo Turpin chronicle : some annoticed versions and their sources », Medium Aevum, 38, 1969, pp. 1-22.

14 Ed. E. Meuthen, Aachener Urkunden (Publik. d. Ges. für rheinische Geschichtskunde, 58), Bonn, 1972.

15 Ed. G. Rauschen, Die Legende Karls d. Gr. im 11. and 12. Jahrhundert (même collection, 7), Bonn, 1890.

16 Naissance et Développement de la Chanson de Geste en Europe : I. La geste de Charlemagne et de Roland (Publications romanes et françaises, 69), Genève et Paris, 1961, pp. 367-408.

17 Quatre récits principaux : Pampelune et la conquête de la Galice ; Aigoland ; Fourré, Ferragut, Altumajor ; Roncevaux et ses suites. Les rédacteurs d’œuvres historiques auront d’ailleurs des difficultés à insérer ces récits dans leurs compositions.

18 Editions : ancienne de K. Bartsch, Das Rolandslied, Leipzig, 1874 ; récentes de C. Wesle, Bonn, 1928 et de F. Maurer, Leipzig, 1940. Traduction française de J. Graff dans Textes de la Chanson de Roland, collection publiée sous la direction de R. Mortier, t. VII, Paris, 1944, où l’on trouve les concordances du Lied avec les versions O, V4, C, P et V7 de la chanson.

19 W. Grimm, Ruolantes Liet, Göttingen, 1838. Rappelons que cette datation avait été écartée par E. Schrôder et plusieurs germanistes qui estimaient que le duc était Henri le Superbe et que le Lied avait été composé entre 1130 et 1140, point de vue encore partagé par P. Wapnewski, « Der Epilog und die Datierung des deutschen Rolandsliedes », Euphorion, 49, 1955, pp. 259-282, qui estime cependant que les vers 9036-9076 de l’épilogue visent Henri le Lion mais qu’ils auraient été interpolés par un scribe qui confondit les deux Henri. Voir la critique de cette hypothèse dans de Mandach, op cit., p. 205.

20 R. Lejeune, « Rôle littéraire de la famille d’Aliénor d’Aquitaine », Cahiers de civilisation médiévale, 1, 1958, pp. 319-337.

21 A. de Mandach, op. cit., pp. 205-207.

22 R. Mortier, op. cit., n. 18, p. 182.

23 Les « Entrées d’Espagne » ont fait l’objet de plusieurs travaux de P. Aebischer ; voir en dernier : Des Annales carolingiennes à Doon de Mayence (Publications romanes et françaises, 129), Genève, 1975, p. 131. Une de ces « Entrées » se trouve dans les chapitres 51-53 de la première branche de la Karlamagnus saga éditée par le même auteur dans Textes norrois et littérature française du Moyen Age (même collection, 118), 1972, pp. 134-135.

24 Vv. 47-64 ; 280-298 ; 305-320 ; 867-890 (épisode placé après l’ambassade de Marsile).

25 Vv. 641-674 ; 2285-2308.

26 Allusions au péché de l’empereur et au rôle de saint Gilles (vv. 3000-3007) ; larmes de Charlemagne (vv. 7532-7567) : emprunts à la Kaiserchronik ; description de l’épée de Naime de Bavière (vv. 1583-1609) : tradition ratisbonnaise.

27 Influence signalée par C. Minis, « Franzosisch-deutsche Literaturberührungen », Romanistisches Jahrbuch, 4, 1951, pp. 55-123 et « Pfaffe Konrad », in Verfasserlexikon, Nachtrag, t. V, 1955, col. 537-544. Voir aussi A. Hämel, « Von Herzog Naime, dem Pfaffen Konrad u. dem Pseudo-Turpin », in Sitzungsberichte der bayerischen Akademie Phil. hist. Kl., Heft 1, Munich, 1955. L’imprégnation religieuse du Lied a fait l’objet de la bonne analyse de G. Glatz, Die Eigenart des Pfaffen Konrad in der Gestaltung seines christlichen Heldenbildes, Diss. (dactyl.), Fribourg, 1949.

28 V. 2249 (Säligeste Herr) ;v.  8447 (Gotes thienestman).

29 V. 1254 (Grundveste der cristenheit).

30 A titre d’exemples : vv. 964, 5903, 6022 (dez riches ere).

31 Vv. 7653-7655 : cf. Nellmann, op. cit., n. 2. Cf. aussi le propos de Roland à Charlemagne « A partir de Rome, je te soumettrai toutes les couronnes » vv. 1848-1849. Mais les rois chrétiens qui selon Turpin s’inclinent devant la couronne de l’avoué de Rome (vv. 973-975) sont compris dans le riche-chrétienté.

32 Ex. : vv. 1314, 1414, 1490, 1515, etc.

33 Voir Souvenir et légende, pp. 247-249.

34 On ne possède actuellement qu’un manuscrit du Lied complet et quatre qui transmettent des fragments. Voir classement de Wesle et de de Mandach, op. cit., pp. 407-408.

35 Ed. par K. Bartsch, « Karl d. Gr. vom Stricker », in Bibl. der gesamten National Literatur, 35, Quedlinbourg, 1857. Sur les rapports entre les deux poèmes : D. Haacke, « Konrads Rolandslied und Stackers Karl », Beiträge zur deutschen Sprache und Literatur, 81, 1959, pp. 274-294.

36 A. de Mandach, op. cit, p. 333.

37 Ainsi : saint Gilles, confesseur de Charles et messager du désastre de Roncevaux (vv. 3544-3562 et 6645-6647) ; la main de Roland mort abandonnant Durendal à Charlemagne (vv. 8357-8365) ; identification des héros chrétiens de Roncevaux par une fleur blanche qui après une prière de Charlemagne paraît sur la tête de chacun (vv. 10763-10866).

38 Vv. 124-274. Récit sensiblement différent de la version la plus courante : les deux demi-frères de Charlemagne qui complotent contre lui s’appellent Winemann et Rapot (nom de deux chefs cités par Conrad, vv. 7765-7766, et d’ailleurs repris par le Stricker, v.  9106) ; le jeune Charles s’enfuit auprès du roi Marsile (et non auprès de Galafre) ; son amour pour Galienne n’est mentionné qu’accessoirement ; avec l’aide de Marsile, Charles revient en France où il obtient la soumission des deux rebelles. G. Paris, Histoire poétique (pp. 244-245), supposait que le modèle du Stricker avait mal compris ou mal écrit le poème français.

39 Vv. 276-446.

40 Rappelons l’ouvrage capital de F. Wilhelm, Die Geschichte der handschriltlichen Ueberlieferung von Strickers Karl, Amberg, 1904. A son inventaire des manuscrits il faut ajouter encore celui de Bonn (cod. germ. fol. S 500) signalé et décrit dans R. Lejeune et J. Stiennon, La légende de Roland dans l’Art du Moyen Age, t. I, Bruxelles, 1966, pp. 240-243.

41 Non encore publiée : voir Souvenir et légende…, pp. 322-324.

42 Ed. par F.H. Maszmann dans la série Rechtsdenkmäler d. deutschen Mittelalters, t. III, 1860.

43 L’expression est de H. de Boor, op. cit., III, 1, p. 124.

44 Cette partie a été éditée indépendamment par E. Kalisch, Morant und Galie, Bonn-Leipzig, 1921. Sur le poème lui-même, L. Augstein, Morant und Galie und die vorhöfische Dichtung, diss. Fribourg, 1940.

45 Dans le IVe volume de l’édition de Douai, 1624.

46 Ed. de Vries et von Hellwand, Leyde, 1857-1869.

47 Une version particulière, dite, du manuscrit qui l’a conservée, version de Zeitz (xiv e siècle), transformera Charlemagne en un personnage parfaitement moral ; elle est éditée par Quint dans Rheinische Beitràge, 14, 1927. L’épisode fit également l’objet d’une adaptation scénique à Lubeck vers 1450.

48 Op. cit., pp. 311 ss.

49 Relevé dans Stammler, Verfasserlexikon ; on y ajoutera M. Asdahl Homberg, « Ein neues Bruchstück des Karl Meinet », Zeitschrift für deutsches Altertum, 87, 1956-1957. Nous n’avons pas pu consulter les Studien zu Karl Meinet du même auteur, Lund, 1954.

50 Il s’agit de l’édition de A. von Keller dans Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart, 45, 1858, critiquée par A. de Mandach, op. cit., pp. 313-316.

51 Comme le suppose J. Akkermann, Studien zu Karl Meinet, Amsterdam, 1937.

52 U. Fuetrer, par exemple, incorpore l’épisode de la jeunesse de Charlemagne dans le récit du règne de l’empereur qu’il place dans son Histoire des ducs de Bavière, vers 1479, éd. Spiller, in Quellen and Erörterungen zur bayerischen und deutschen Geschichte, t. II, 2, 1909, pp. 99-104.

53 Ed. P. Strauch, in M.G.H. Deutsche Chroniken, t. III, 1900, vers intéressant Charlemagne : 25540-26532.

54 Vv. 26245 ss ; vv. 26385 ss ; vv. 26269-26382.

55 Vv. 322,6-323,25.

56 Comme un refrain revient à quatre reprises la formule die (ces peuples) betwanc er zuo der Kristenheit.

57 Voir par exemple les traces laissées par une chanson française dans le Roman de Girard d’Amiens, résumé par G. Paris, op. cit., pp. 479-480 et les récits rapportés dans Aubery le Bourgoin, éd. Tarbé, Reims, 1849, dont Riezler a reconnu qu’ils reflétaient certains traits du passé pré-franc de la Bavière (« Naimes von Bayern und Ogier der Däne », SB Bayer. Ak. Phil.-Hist. Kl., Munich, 1892, pp. 713-788).

58 Vv. 1568-1626.

59 Texte de la chronique présenté et publié par A. Durrwächter, Die Gesta Karoli der Regensburger Schottenlegende, Bonn, 1897.

60 Bächtold, Deutsche Handschriften aus dem Britischen Museum, Schaffhausen, 1873, pp. 3-31. Sur la tradition du poème voir Stammler, op. cit., n. 1, t. V, col. 501-509.

61 Dans cette localité se trouvait un palais qui avait servi parfois de résidence aux derniers carolingiens allemands.

62 Christianisation du mythe de Wotan, dieu de la victoire, comme l’a montré F. Kampers, Hist. Jahrbuch, 19, 1898, pp. 95 ss.

63 Cf. Vincent de Beauvais, Speculum historiale, 1. 24, c. 36.

64 La découverte d’une croix sur le « mont de la victoire » est en quelque sorte le symbole de cette guerre sainte.

65 Pas d’édition complète. Analyse minutieuse de l’histoire de Charlemagne, étude critique des sources, extraits importants dans l’ouvrage d’O. Freytag, Die sogenannte Chronik von Weihenstefan. Ein Beitrag zur Ratissage, Halle, 1905. A contrôler par F. Wilhelm, op. cit. n. 40.

66 Ed. A. Bachmann et S. Singer, Deutsche Volksbücher aus einer Züricher Handschrift des 15. Jahrhunderts (Bibl. Lit. Vereins Stuttgart, 185), Tübingen, 1889. Sur la compilation, U. Kletzlin, « Das Buch vom heiligen Karl », Beitrëge zur deutschen Sprache und Literatur, 1939, pp. 1-73.

67 Ainsi Wipenhausen (= Pipinshausen) près Freising, Pipinsried et Pipinsbach aux environs de Munich.

68 Dont témoignent par exemple le manuscrit A 121 de la Bibliothèque centrale de Zurich et le manuscrit 245 de la Bibliothèque de l’abbaye d’Einsiedeln.

69 Ici encore des rapprochements peuvent être faits avec le Roman de Girard d’Amiens (voir plus haut).

70 A ce sujet : Kletzlin, op. cit., n. 71, pp. 59-61. Eléments passés dans le texte : Charles retrouvant Roland encore vivant à Roncevaux ; récit détaillé de la mort d’Aude ; Roland apparaît à Charlemagne et lui annonce l’immortalité bienheureuse.

71 D’après la légende de ce saint, évêque d’Octodurum (381), protecteur du Valais et devenu contemporain de Charlemagne. Ecrite dans la seconde moitié du xii e siècle, elle est éditée dans AASS, Aug., III, pp. 278 ss. Voir aussi M. Grenat, « Dissertation sur l’existence de saint Théodule », Revue de la Suisse catholique, 12, Fribourg, 1881.

72 Nouvelle variante du thème de l’empereur justicier, extrêmement ancien, appliqué en Allemagne du Nord à Otton Ier, à Zurich à Charlemagne.

73 Voir P. Aebischer, Textes norrois et Littérature française du Moyen Age, cité n. 23, p. 123.

74 Edités l’un et l’autre dans la série des Deutsche Volksbücher.

75 Nous n’en connaissons pas d’édition.

76 Ed. par A. Bachmann dans Bibl. des Lit. Ver. Stuttgart, 206, Tübingen, 1905.

77 Par exemple vv. 14412 et 14423.

78 V. 14817. Cf. vv. 2747, 5702-5703. Suoze Karlinge (vv. 6027, 6512, 6909) traduit « dulce France » de la chanson de Roland.

79 Rien que dans la première branche Charles est qualifié 28 fois de roi de France.

80 C’est Godefroi de Viterbe qui imagina cette légende (Speculum regum, vv. 1439-1441 ; Pantheon, ch. 23 « Natus in Ingeleheim… », dans M.G.H. Script., t. XXII, pp. 92 et 209). Si cette donnée fut adoptée par la plus grande partie de l’historiographie, on notera cependant qu’Ingelheim subit sur ce plan-là la concurrence d’Herstal (premier témoignage dans les Généalogies d’Afflighem, vers 1270) et beaucoup plus tard, mais très légèrement, celles de la Karlsbourg en Haute Bavière selon Aventin influencé par la chronique de Weihenstefan et aussi de Schwanenberg-Karlstadt en Franconie, aux dires de Meisterlin.

81 A notre exposé de cette question (Souvenir et légende, pp. 254-256) on joindra M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter (Bonner historische Forschungen, 15), Bonn, 1960.

82 Vv. 406-418.

83 Gesta Friderici d’Otton de Freising, II, 30.

84 Rappelons ici le faux diplôme de Charlemagne pour les Frisons ou encore l’interprétation de la couleur rouge des armes de Strasbourg par Th. Murner et celle du bouclier rouge des ducs d’Autriche que donne Felix Fabri ; références dans Souvenir et légende, pp. 334 ss, 521, 523.

85 Vv. 331 ss.

86 Ed. par A. Wyss, « Ein Gedicht über Karl d. Gr. », Zeitschrift für deutsches Altertum, NF, 18, 1886, pp. 64-71. A noter que parmi les pays conquis par Charles figure la France : renversement du schéma des poèmes selon lequel la France était le point de départ de l’expansion carolingienne.

87 Vv. 450-476.

88 Diplôme inséré dans celui de Frédéric Ier du 8 janvier 1166, éd. Meuthen, op. cit. et loc. cit., n. 14.

89 Ed. par F. Maszmann, op. cit., t. III, pp. 179-180.

90 Voir le témoignage du Poète saxon anonyme, 1. IV, dernière partie, in M.G.H. Scriptores, t. I, pp. 225 ss.

91 Références aux traditions saxonne et frisonne dans notre ouvrage, pp. 110, 117-120, 171-176.

92 Er lêrte uns die phate, ther engel sie imo vote tihte, vv. 703-704.

93 Références dans notre ouvrage, pp. 332-334 ; 530-532.

94 V. 702.

95 Chevalier au cygne, vv. 642 ss ; chronique d’Ottokar de Styrie (M.G.H. Deutsche Chroniken, t. V, vv. 13126 ss). On attribue aussi à Charles la création d’une bonne monnaie et d’un système équitable de poids et mesures dit Karles lôt auquel font allusion certains poèmes du xiii e siècle, Willehalm entre autres, v. 256,22.

96 Souvenir et légende… présente les légendes urbaines d’Aix-la-Chapelle et de Brême ainsi que le problème des Rolands : voir index.

Auteur

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search