Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Rapports introductifs

L’histoire poétique de Charlemagne dans les pays du Nord

Eyvind Fjeld Halvorsen

Texte intégral

11.0. C’est pour moi un grand honneur et un plaisir que de pouvoir vous parler de la « Matière de France » en Europe septentrionale pendant le moyen âge.

2Je considère que ce que vous attendez de moi, c’est un survol général de ce que nous savons et, chose plus importante encore peut-être, de ce que nous ne savons pas.

3Je ne vais pas vous présenter de nouvelles théories et il n’y a pas de découvertes sensationnelles à annoncer. Je me propose uniquement de vous présenter un survol, que j’espère à jour, de ce que nous savons. J’essaierai de vous exposer l’état de la question en tâchant de distinguer les faits des théories.

4Vous savez probablement tous que la « Matière de Charlemagne » telle qu’elle existe dans le Nord a été conservée dans des manuscrits islandais et dans quelques versions, apparemment secondaires, suédoises et danoises ; vous savez aussi que les chansons de geste et les romans français furent traduits au xiii e siècle, probablement en Norvège. Il peut être de quelque utilité de prendre un survol de la situation assez particulière qui régna dans le Nord, en littérature, pendant le moyen âge et qui mena à l’étrange paradoxe que les matériaux les plus appréciés viennent du plus éloigné et du plus petit des pays du Nord, et que les versions provenant des deux pays qui étaient les plus proches d’Europe sont secondaires par rapport au matériau islandais. Les choses seraient sans doute plus faciles si l’on pouvait essayer de clarifier la terminologie assez confuse qui a cours pour décrire la langue et la littérature du Nord au moyen âge. En bref, je vais essayer d’expliquer pourquoi l’Islande est si importante à cet égard, ce que pensent les savants modernes de la date, des causes et des auteurs de traductions des œuvres françaises, et de discuter les critères internes et externes sur lesquels se fondent nos théories. En conclusion, une vue d’ensemble sera donnée des œuvres appartenant au genre des chansons de geste et qui ont été conservées.

51.1. Le terme « Scandinave » est fréquemment, mais inexactement, appliqué aux cinq pays de l’Europe du Nord (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède) où des langues (ou dialectes) appartenant à la branche « nord-germanique » ou Scandinave de la famille linguistique germanique ont été utilisées comme moyens d’expression depuis le moyen âge. À proprement parler, seules la Norvège et la Suède sont Scandinaves au sens géographique du terme et, en tout état de cause, l’Islande n’est pas Scandinave. « Pays du Nord » est peut-être un terme assez vague, mais il vaut mieux, du moins, que « Scandinave » et il s’applique mieux à une discussion de la diffusion de la littérature française médiévale en Europe septentrionale.

6Le Danemark, la Suède et la Norvège constituent une unité linguistique et culturelle depuis qu’il existe des témoignages écrits et, sans aucun doute, bien avant cela. Au début de notre ère, la branche Scandinave des langues germaniques était parlée dans les trois pays ; il existe dans les trois des inscriptions runiques dans ce langage « proto-norois » et même si ces inscriptions sont brèves et en nombre limité, elles nous donnent une idée de ce qu’était cette langue et de la façon dont elle évolua progressivement pour donner le norois commun dont, en fait, le vieil islandais, le vieux norvégien, le vieux suédois et le vieux danois ne sont que des dialectes.

7Quand, lors de l’âge viking (environ 800 à environ 1050), des nordiques s’installèrent à l’est de la Baltique, en France, en Grande-Bretagne, en Irlande, dans les Iles nord-britanniques, l’Islande et le Groenland, les colonisateurs de la plupart de ces pays ne furent qu’une infime minorité qui adopta bientôt les langues des pays où ils s’installaient. L’Islande (et les îles qui se situent entre celle-ci et la Grande-Bretagne) représentèrent la seule addition réellement importante à l’aire linguistique scandinave.

81.2. Pendant tout le moyen âge, il convient d’envisager l’aire linguistique Scandinave comme une unité et de parler d’une langue « scandinave » ou « noroise » unique. Les différences dialectales effectives sont mineures, en fait, et les gens de différentes parties de cette aire pouvaient se comprendre mutuellement. Conventionnellement et en partie pour des raisons non linguistiques, on répartit ces pays et leurs dialectes en deux groupes principaux, l’aire ouest-noroise qui comprend l’islandais et le norvégien, et l’aire est-noroise qui comprend le danois et le suédois. À vrai dire, les dialectes ouest norvégiens, par exemple, étaient plus proches de l’islandais que des dialectes est-norvégiens parlés sur la frontière suédoise. Les frontières politiques n’ont jamais été des barrières linguistiques et de nos jours encore elles ne constituent pas des frontières linguistiques, même si l’influence des langues officielles se fait sentir maintenant. Mais les langues officielles restent si semblables que les Danois, les Suédois et les Norvégiens se comprennent sans grandes difficultés, écoutent la radio et regardent la télévision des deux autres pays. Actuellement, l’islandais est en dehors de cette aire Scandinave commune, sa structure grammaticale est restée virtuellement inchangée depuis le moyen âge et n’importe quel écolier islandais est capable de lire les vieilles sagas aussi facilement qu’un français d’aujourd’hui peut lire Montaigne ou Pascal. Au Danemark, en Norvège et en Suède, la langue des Eddas et des sagas est incompréhensible, plus, par exemple, que ne l’est la langue de la Chanson de Roland pour un Français cultivé.

9Le fait que les langues Scandinaves étaient mutuellement intelligibles pendant tout le moyen âge, qu’elles étaient plus proches l’une de l’autre que, par exemple, le français du provençal ou le haut allemand du bas allemand, est d’une grande importance pour comprendre le développement littéraire des pays du Nord.

101.3. Le Danemark fut converti au x e siècle, la Norvège, à la fin du x e et au début de xi e siècle, la Suède, à peu près en même temps ; l’Islande adopta officiellement le christianisme en l’an 1000.

11Sans doute la conversion officielle n’impliquait-elle pas toujours une réelle christianisation, mais l’Eglise avait le puissant soutien des rois et de leurs vassaux et des chefs locaux influents ; des églises nationales furent mises sur pied, des évêques, nommés, des écoles, fondées pendant le xi e siècle et, en 1104, l’archevêché de Lund (en Scanie qui, à cette époque, faisait partie du Danemark) fut créé, avec juridiction sur tous les pays du Nord ; par la suite, au cours du même siècle, des archevêchés séparés, suédois et norvégien, virent le jour (l’Islande, qui n’avait que deux évêques, dépendit du siège de Nidaróss, en Norvège).

12Sans aucun doute, des livres latins furent apportés dans les pays du Nord par les missionnaires, mais aucun témoignage écrit datant de cette période n’a survécu. Des manuscrits rédigés au xi e siècle et au début du xii e siècle au Danemark ont été conservés ; les plus anciens fragments écrits en Norvège et en Islande sont datés du milieu du xii e siècle environ.

131.4. Les missionnaires et certainement beaucoup de prêtres au cours des premières années après la conversion officielle étaient des étrangers. Il y eut des missionnaires allemands au Danemark et en Suède au ix e siècle, et il y eut aussi des missionnaires anglais ; particulièrement en Norvège, l’influence anglaise semble avoir été forte.

14En Angleterre, la langue vernaculaire avait été employée à loisir pour traduire des œuvres dévotes, surtout par suite des réformes et de la réorganisation effectuées par le roi Alfred après les ravages des invasions vikings. La raison d’être de l’emploi du vernaculaire était le manque de maîtres et de prêtres qualifiés.

15D’autre part, dans l’Empire, la tradition carolingienne de l’emploi du latin comme langue officielle de l’Eglise aussi bien que de l’Etat était solidement établie. Le Danemark et la Suède suivirent l’usage continental, tandis que la Norvège et l’Islande suivaient la tradition anglaise. Cela reflète sans doute l’influence de l’Eglise anglaise en général, du moins en ce qui concerne la Norvège ; en Islande, le fait qu’il n’y avait pas d’autorité centrale pour seconder les efforts des missionnaires et des premiers évêques a pu forcer le clergé local à employer autant que possible la langue vernaculaire. Quelle que soit la cause, le fait est que la langue locale fut employée sur place à la fois pour l’administration et pour la littérature, et ce, dès les origines, alors qu’en Suède et au Danemark, le latin sera la langue des documents écrits jusque fort avant dans le xiv e siècle. Cela ne veut pas dire que les Danois et les Suédois n’écrivirent pas un mot dans leur langue respective, mais cela reflète une attitude d’ensemble vis-à-vis de la littérature en tant que telle. Pour un Danois ou un Suédois, écriture, latin et littérature forment un tout, une personne instruite sait écrire et lire le latin, elle relève de la grande tradition européenne du savoir et il n’est pas nécessaire de traduire en danois ce qu’elle est parfaitement capable de lire dans l’original. Les historiens et théologiens danois composent de grands ouvrages savants aux xii e et xiii e siècles et il ne semble pas que l’idée leur soit venue qu’ils pouvaient rédiger leurs œuvres en danois pour le maigre avantage des manants incultes qui ne comprenaient guère la langue littéraire. Telle est, du moins, l’attitude du grand historien Saxo Grammaticus (fin du xii e siècle).

16En Norvège et en Islande, traduire du latin était la norme au xii e siècle ; les quelques fragments que nous possédons d’écrits en ces langues, et qui datent du xii e siècle, contiennent des traductions d’homélies, de vies de saints et d’ouvrages didactiques comme l’Elucidarius. Certaines homélies sont traduites du vieil anglais, ce qui pourrait indiquer que la traduction commença lorsque le vieil anglais était encore une langue littéraire que les étrangers pouvaient étudier avec profit, c’est-à-dire au moins avant la fin du xi e siècle. Ces traductions sont bien faites, les traducteurs savaient bien le latin et traduisaient en pensant à leurs auditoires incultes, c’est-à-dire que les traductions sont assez libres, rarement littérales, tout en essayant de rendre le sens de l’original.

17Cette profonde différence d’attitudes entre les norois occidental et oriental est la raison pour laquelle, lorsqu’il s’agit de l’influence littéraire européenne et particulièrement française dans le Nord au moyen âge, les deux pays du Nord les plus éloignés sont bien plus intéressants que le Danemark et la Suède. Peut-être faut-il insister sur le fait qu’il ne s’agit pas ici d’opposer la variété culturelle et la créativité à la pauvreté et à la stérilité ; nous traitons de la comparaison entre traductions et originaux. La créativité littéraire en Islande est une autre question, mais ce n’est pas de l’extraordinaire réussite des Islandais dans le domaine de l’écriture des sagas que nous traitons ici — encore que cette créativité eût été impensable sans l’entraînement et les perspectives littéraires qu’apportèrent les travaux de traduction.

181.5. Les manuscrits littéraires du moyen âge d’origine norvégienne et islandaise ne sont, en règle générale, pas datés, les scribes sont anonymes, et nous savons très peu de choses sur les scriptoria, sur les écoles de scribes. Il existe dans l’un et l’autre pays des documents datés à partir du xiii e siècle, la datation des manuscrits se fondant sur des critères paléographiques et linguistiques obtenus à partir de l’étude de ces documents datés. En dépit de la rareté des matériaux nous avons une assez claire image des développements des écrits latins tels qu’ils sont employés dans les deux pays, mais on voudra bien tenir toutes les dates pour conventionnelles, c’est-à-dire qu’une date « circiter 1250 » peut en effet signifier cela, mais aussi bien 1240 ou 1260, ou même 1230 ou 1270. Ceci, bien entendu, est un problème bien connu dans d’autres pays également. Il est peut-être nécessaire, à cet égard, de souligner le fait que les communications entre Norvège et Islande et entre les centres culturels dans chacun de ces pays étaient comparativement faciles : il y avait peu de centres et il était exclu qu’un quelconque séparatisme ou isolationnisme pût se développer sous l’égide fortement centralisée, assez bienveillante mais efficace, de l’archevêque de Nidaróss et du roi de Norvège.

192.0. La différence entre l’islandais et le norvégien était mince, plus mince que la différence entre le français écrit, disons de la Picardie et celui de l’Ile-de-France. Puisque les communications entre les centres ecclésiastiques étaient faciles, les traductions nouvelles étaient sans doute diffusées dans toute l’aire très rapidement. Il est pratiquement impossible aujourd’hui de dire avec quelque certitude où les ouvrages particuliers furent traduits — bien que des tentatives aient été faites pour assigner une origine norvégienne ou islandaise à nombre de ces traductions.

202.1. La traduction de la littérature française profane qui commença au xiii e siècle constitue un sujet différent. A cet égard, on voudra bien prendre en considération les faits suivants :

21A) Les relations diplomatiques entre Norvège et Angleterre étaient assez amicales et nous avons connaissance de toute une série d’ambassades entre les deux pays. Jean sans Terre envoya des mercenaires au roi Sverrir (1177-1202), des marchands norvégiens se rendaient dans les ports anglais, et réciproquement, et cela provoqua parfois des difficultés diplomatiques. Les dignitaires de l’Eglise norvégienne envoyaient des missions à leurs collègues d’Europe occidentale, aussi bien en Angleterre que sur le continent, particulièrement en Flandre. Nous connaissons le nom d’au moins une personne que le roi Hákon Hákonarson (1217-1263) emploie à diverses reprises comme ambassadeur auprès de monarques étrangers, et les diplomates professionnels de ce genre avaient certainement des traducteurs professionnels parmi leurs gens.

22B) Le Speculum Regale, ouvrage didactique norvégien appartenant à cette période, traite entre autres choses de l’éducation des jeunes nobles. Tout en donnant des conseils sur la façon d’aller à l’étranger sur un bateau marchand, le père dit à son fils : « Tu dois apprendre toutes les langues, mais surtout le latin et le français… ». À coup sûr, tous les nobles norvégiens n apprenaient pas le français, mais la chose était clairement considérée comme souhaitable pour ceux qui voulaient voyager en Angleterre ou en France.

23C) Dans les introductions à quelques-unes des œuvres traduites du français, il est expressément déclaré qu’elles ont été traduites par ordre du roi Hákon Hákonarson (p. ex. la traduction du Tristan de Thomas et la traduction d’une collection de Lais). De ce même roi, le chroniqueur anglais Matthieu Paris dit qu’il est bene litteratus. Comme le roi Hákon était probablement censé ne jamais devoir lire l’ouvrage de Matthieu, le chroniqueur n’avait nul besoin de flatter le roi et ses propos, joints aux informations que nous donnent les préfaces, peuvent nous fournir une preuve sûre que la littérature française profane fut traduite en Norvège au xiii e siècle parce que le roi et sans doute son entourage s’intéressaient à la littérature. Les relations politiques et commerciales avec les pays parlant français ont dû faciliter la recherche et la découverte de traducteurs ayant l’éducation nécessaire pour entreprendre la lourde tâche de traduire du français.

242.2. La majorité des traductions ne sont conservées que dans des manuscrits islandais. Autant que nous sachions, presque tout ce qui était traduit ou écrit en Norvège était rapidement connu en Islande, où il venait s’ajouter au stock déjà considérable de traductions antérieures du latin et à la grande littérature de sagas qui s’était développée au xiii e siècle. Et toute cette production littéraire continua d’être lue par le commun des Islandais pendant des siècles, on en fit de nouvelles copies et les Islandais allèrent même jusqu’à écrire des imitations de sagas traduites. Beaucoup des manuscrits plus anciens étaient perdus, les moyens de conserver les manuscrits étant mauvais, en sorte que les copies qui nous sont parvenues sont fréquemment mutilées et fragmentaires. Ainsi, une œuvre majeure comme la Tristrams saga est conservée dans des manuscrits sur papier du xvii e siècle, mais, des manuscrits dont se sont servis les scribes du xvii e siècle, seuls des fragments insignifiants ont été conservés.

252.3. Des manuscrits littéraires norvégiens de tous genres écrits avant 1350, il n’y a guère que 25 ou 30 livres ou fragments de livres qui aient été conservés. Parmi ceux-ci, il n’y en a que 4 qui contiennent des traductions de littérature profane, un fragment de la traduction de la Chanson de Roland (vers 1270, fragments de deux pages), un grand manuscrit contenant la traduction d’Elie de St. Gille et une collection de Lais (vers 1260 ?), le manuscrit de la collection d’histoires allemandes intitulée Piðriks saga aƒ Bern (vers 1270) et un fragment de la traduction de Floire et Blanchefleur (début du xiv e siècle). De la période d’après 1350, pas un seul manuscrit ou fragment contenant de la littérature de ce genre n’a été conservé. Même si les manuscrits conservés sont peu nombreux, le fait qu’ils appartiennent à la période d’avant 1350 ne peut guère être une coïncidence ; il semble inévitable de devoir conclure que ce genre de littérature ne fut plus copié en Norvège après 1350 environ. Conclusion qui se trouve renforcée si nous considérons les faits historiques : nous savons que le roi Hákon Hákonarson s’intéressait à la littérature et que son fils, le roi Magnús (1263-1280), était fort cultivé et s’intéressait à divers genres de culture, ce qui fut également le cas du second fils de Magnús, le roi Hákon V (1299-1319). Mais ce dernier n’eut pas de fils et le trône fut repris par un fils de sa fille, Magnús Eiríksson qui fut également roi de Suède et à partir de là, la Norvège fut réunie à l’un ou aux deux autres des pays Scandinaves pour des centaines d’années. La Norvège était le plus faible des partenaires de l’union, le roi était rarement en Norvège, aussi n’y avait-il pas de cour norvégienne et comme la littérature française traduite était, en Norvège, une littérature de cour, l’intérêt qu’on lui portait peut avoir disparu avec la cour. En outre, la Mort Noire de l’hiver 1349-1350 fut un désastre économique pour la noblesse norvégienne, qui avait été assez puissante et nombreuse au xiii e siècle ; de la sorte, il était exclu qu’une cour littéraire de province pût se développer.

26Il se peut qu’il n’y ait jamais eu un très grand nombre de manuscrits littéraires en Norvège, mais le manque d’intérêt et de bibliothèques convenables rendent virtuellement certain le fait que beaucoup de ceux qui existaient se soient perdus au cours des siècles. Les rares manuscrits qui ont survécu sont ou bien entrés dans la bibliothèque de quelque institution ecclésiastique ou bien passés en héritage dans l’une ou l’autre des quelques familles nobles qui restaient.

27Il existe dans des manuscrits norvégiens ou islandais neuf (ou dix) traductions de chansons de geste, cinq de romans courtois, deux de romans d’aventures ainsi qu’une de fabliau. Sur les 17 traductions, il n’en existe que 4 dans des manuscrits ou des fragments de manuscrits norvégiens. La survie de ces quelques manuscrits norvégiens est due au pur hasard et nous ne pouvons tirer aucune conclusion sur la date de traduction de l’âge du manuscrit ou du fragment existant : la date du manuscrit norvégien n’est qu’un terminus ante quem.

282.4. Aucun manuscrit islandais du xiii e siècle contenant des œuvres traduites du français n’a été conservé. Il serait parfaitement injustifié de conclure de ce fait que les traductions n’ont atteint l’Islande qu’à la fin du xiii e siècle ; peu de manuscrits littéraires islandais du xiii e siècle ont survécu et la plupart des sagas dont nous savons qu’elles ont été écrites au xiii e siècle sont conservées dans des manuscrits du xiv e siècle ou plus récents. Ainsi, le plus grand auteur islandais du début du xiii e siècle, Snorri Sturluson, mourut en 1241, mais aucun manuscrit de son Edda qui ait été écrit avant 1300 n’a survécu. Il existe un bon nombre de manuscrits islandais du xiv e siècle contenant des sagas et encore plus datant du xv e siècle. Au xvii e siècle, il y eut une renaissance de l’intérêt porté à la littérature médiévale, et de nombreuses copies furent faites de toutes sortes de sagas, y compris des traductions de chansons de geste.

29Dans les cas relativement rares où il est possible de comparer les manuscrits norvégiens et islandais de ces traductions avec l’original français, les versions norvégiennes sont toujours plus proches de la source française. Cela, bien entendu, n’est pas surprenant si l’on tient compte de l’âge des manuscrits : il serait assez surprenant qu’il y ait beaucoup d’étapes intermédiaires entre les manuscrits norvégiens et la traduction originale. Mais là n’est pas la seule raison de la différence entre versions islandaises et norvégiennes : une autre cause plus importante est la façon dont la plupart des scribes islandais travaillaient. Les scribes norvégiens étaient des professionnels écrivant pour le roi ou pour quelque riche noble qui était en état de payer une bonne transcription dont il avait besoin pour sa bibliothèque. Bon nombre de scribes islandais, surtout dans la période d’avant 1400, étaient aussi, apparemment, des professionnels, mais pas tous, et ils faisaient fréquemment des additions, omettaient des passages, modifiaient ou même récrivaient des parties des versions sur lesquelles ils travaillaient. Apparemment, bon nombre de scribes étaient aussi rédacteurs, peut-être étaient-ils eux-mêmes propriétaires des manuscrits et voulaient-ils améliorer l’œuvre de leurs prédécesseurs. En tout état de cause, un bon nombre des versions islandaises diffèrent de la traduction originale sur des détails importants. Ainsi, s’il n’existe que des manuscrits islandais d’une traduction de chanson de geste ou de roman, il reste toujours possible que les variantes de la version islandaise soient dues à un innovateur islandais qui n’avait pas accès à l’original. Quelques exemples illustreront ce point : dans le manuscrit norvégien de la traduction d’Elie de St. Gille, la fin manque parce que le traducteur travaillait sur un manuscrit français lacunaire. Mais dans les manuscrits islandais une fin nouvelle a été ajoutée, complètement différente de celle de la version française, et à l’évidence écrite par quelque rédacteur islandais qui refusait d’accepter la fin sans dénouement de la traduction. Dans la version A de la Karlamagnúss saga, branche IV, qui comporte une combinaison de parties du Pseudo-Turpin et de la Chanson d’Aspremont, le texte est des plus incohérents et confus. Un scribe islandais a récrit toute la branche sans avoir eu accès à des documents français et la version de la branche telle qu’elle se trouve dans la version B de la saga est, en conséquence, très différente de celle de la version plus ancienne.

30Nous avons quantité d’exemples de ce genre d’activité de la part des scribes islandais.

312.5. Toutes les traductions sont en prose, on n’a jamais essayé de traduire en vers. Cela peut être dû en partie au fait que de longs poèmes épiques comme Beowulf n’existaient pas dans le Nord. Les mètres épiques européens ne furent adoptés que fort tard, et encore, seulement en Suède et au Danemark, pas en Islande ni en Norvège. Les traductions sont rarement littérales. Certains traducteurs emploient une langue assez ornée, tant soit peu rhétorique, d’autres préfèrent une prose plus simple et directe. Ce qui se perd fréquemment dans les traductions, ce sont les qualités poétiques, non seulement parce qu’il est notoirement difficile de faire passer de telles qualités d’une langue dans une autre, mais encore plus parce que des traducteurs omettent les passages lyriques ou rhétoriques. C’est ce que font systématiquement tous les traducteurs, non sans doute parce qu’ils ne comprennent pas la langue qui, d’ordinaire, n’est pas plus difficile que dans d’autres parties de l’original français. Il semble certain que les traducteurs délaissaient délibérément les détails qui ne coïncidaient pas avec leur conception de la façon dont une histoire devait être racontée. Nous ne savons pas si les traducteurs eux-mêmes appréciaient les qualités poétiques des originaux, mais il semble très probable que l’auditoire, les gens de cour norvégiens aient pu trouver étranges et plutôt superfétatoires pas mal de conventions littéraires, en particulier celles des romans courtois. Toutefois, l’essentiel est que la tradition de traduire de la littérature était bien établie — et la littéralité n’était pas l’idéal de cette tradition. Ainsi, les traducteurs sont des adaptateurs plutôt que des traducteurs. A l’évidence, ils se sentaient libres d’omettre ce qu’ils jugeaient inutile ou superflu. D’un autre côté, rien n’indique que les premiers traducteurs aient récrit ou édité les histoires qu’ils traduisirent, comme le firent parfois, plus tard, les scribes islandais. On trouve dans des manuscrits norvégiens des ajouts explicatifs mais ils sont ordinairement brefs — et, du point de vue du public norvégien, très utiles également.

323.0. Nous ne connaissons le nom que d’un seul traducteur d’ouvrages français, « Frère Robert » qui dit dans la préface à sa traduction du Tristan de Thomas qu’elle fut faite pour le roi Hákon Hákonarson en 1226. Comme on sait, dates et noms ne sont pas indications sûres dans les manuscrits, et comme la préface à la Tristrams saga n’est conservée que dans un manuscrit du xvii e siècle, il faudrait peut-être envisager l’exacte datation avec quelque méfiance, mais 1226 s adapte fort bien à la situation d’ensemble : le roi Hákon est né en 1204, il venait, en 1225, d’épouser la fille de son rival pour le trône de Norvège et il semble parfaitement naturel qu’il ait voulu susciter la traduction d’un célèbre roman français précisément à cette époque. Frère Robert est probablement l’« Abbé Robert » qui traduisit Elie de St. Gille, également sur l’ordre du roi Hákon, sans doute un peu plus tard. Robert n’étant pas un prénom norvégien, on a suggéré qu’il était anglais ou originaire des Orcades. C’est possible, mais ce n’est pas une conclusion qui paraît absolument inévitable : il a pu être, par exemple, le fils ou le petit-fils d’un Anglais qui s’était établi dans l’une des villes de Norvège. En tout cas, il sait bien le norvégien, sa langue est aisée et même élégante.

33D’autres traductions qui déclarent avoir été faites à la requête du roi Hákon sont les Strengleikar, traduction d’une collection de lais, Ivens saga, fondée sur l’Ivain de Chrétien, et Mottuls saga, fondée sur le fabliau Le Mantel Mautaillé. De la sorte, les faits connus concernant la date et le lieu des traductions de chansons de geste et de romans français sont les suivants :

34Une traduction est datée de 1226, six ouvrages sont réputés avoir été traduits à la requête du roi Hákon Hákonarson, et deux autres traductions sont conservées dans des fragments norvégiens du xiii e siècle et du début du xiv e siècle. Il ne semble pas très risqué de conclure de ces faits que toutes ces traductions furent faites en Norvège au xiii e siècle. Le roi Hákon est le seul mécène dont les textes mentionnent qu’il ait fait faire des traductions du français ; les seuls autres mécènes connus sont son fils, le roi Magnús, que l’on nomme en relation avec la traduction, du latin, de l’Alexandreis de Gautier de Châtillon, et messire Bjarni Erlingsson, de Bjarkøy, chef de la plus puissante famille des barons de Norvège, qui découvrit l’histoire d’Olif et Landres en Ecosse pendant l’hiver 1286-1287, et qui la fit traduire d’anglais en norvégien.

35Il est bien évident que la véritable raison de la traduction de la littérature française était que c’était là la littérature lue par les chefs de la société cultivée, ailleurs en Europe. La raison que donnent certaines préfaces est que les gens pourraient apprendre les bonnes manières en lisant (ou plutôt en écoutant) de telles histoires. Bien entendu, on trouve cette intention didactique dans des ouvrages français également, l’effort didactique chez Chrétien de Troyes est bien connu et la préface aux Lais avance quelques arguments qui sont également présentés par les traducteurs norvégiens.

36Il vaut la peine de signaler que, tandis que les originaux français appartiennent à divers genres, populaire aussi bien que courtois, les traductions norvégiennes doivent être considérées comme partie intégrante de la littérature courtoise. La chose est évidente du fait que Robert a traduit et l’ultracourtois Tristan et Elle de St. Gille, qui est rien moins que courtois, et tous deux dans la même prose élégante, volontiers rhétorique.

373.1. La plupart des traductions de chansons de geste sont conservées dans la Karlamagnúss saga, la « Saga de Charlemagne » (saga signifie simplement « histoire », « récit »). Cette œuvre subsiste dans quatre manuscrits islandais et un certain nombre de fragments, et dans une adaptation danoise du xv e siècle. Il existe trois versions de la saga, la version A dont la fin manque mais qui semble avoir conservé sans changement la plus grande partie des traductions originales ; la version B, remaniement de la version A fait par un Islandais, probablement peu après 1300, et la Karl Magnus krønike danoise qui se fonde sur une collection tout à fait semblable à la version A, mais plus complète.

38Le compilateur de la version B a essayé de rassembler tous les matériaux concernant Charlemagne sur lesquels il a pu mettre la main. Il a également récrit une branche et fait des altérations ailleurs, sans avoir accès aux sources françaises. Les deux manuscrits de la version A, tous deux incomplets, datent de la fin du xiv e et du xv e siècle, la version B est conservée dans des manuscrits sur papier du xvii e siècle, mais l’un d’eux est une copie savante d’un original du xiv e siècle, et il existe des fragments de la version B qui datent du xiv e siècle.

39La meilleur édition de la saga reste celle d’Unger, publiée en 1860 ; elle est assez exacte, mais le besoin serait urgent d’une nouvelle édition fondée sur tous les manuscrits avec les variantes. La division en « branches » suit les manuscrits, mais malheureusement, Unger a choisi de suivre le manuscrit le moins sûr de la version B, le seul qui comprenne l’histoire d’Olif et Landres à sa place chronologiquement « correcte » c’est-à-dire en tant que branche II.

40Il y a beaucoup de problèmes non résolus quant aux branches de la Karlamagnúss saga, mais nous n’aurons pas le temps de les discuter dans cette étude.

413.2. Les trois versions de la saga contiennent toutes des traductions des chansons de geste suivantes : Ogier le Danois (branche III), Aspremont (une partie de la branche IV), « Guitalin » (branche V, est-ce la source perdue de Jean Bodel ?), Otinel (branche VI), Pèlerinage de Charlemagne (branche VII), Chanson de Roland (branche VIII). La version A s’arrête à la fin de la branche VIII, mais la version B et l’adaptation danoise contiennent un Moniage Guillaume (branche IX). La branche II est une addition plus tardive, qui n’existe que dans la version B, l’histoire d’Olif et Landres traduite de l’anglais selon la préface. Aussi est-il difficile de la classer comme chanson de geste, même si l’histoire est une traduction du roman Doon de la Roche.

42La branche I est un survol de la vie de Charlemagne depuis sa jeunesse jusqu’à l’invasion de l’Espagne ; elle a l’allure d’une série d’extraits de quantité de chansons de geste (Basin, qui est perdue, Girart de Viane, etc.), mais la source ne peut guère avoir été une authentique chanson de geste. Les problèmes de l’origine de cette branche ont été discutés, entre autres, par Gaston Paris, Unger et, récemment, par MM. Aebischer et de Mandach. La fin de la saga (branche X) n’est conservée que dans l’adaptation danoise et la version B. Dans celle-ci, elle consiste en extraits de Vincent de Beauvais, p. ex. une description de la mort de l’empereur. D’autre part, la version danoise contient de brèves descriptions d’une guerre en Libye, d’une autre contre les Saxons, d’une invasion de l’Italie et de la mort de l’empereur. La source de toutes ces histoires ne peut guère avoir été une seule chanson de geste, et l’on a suggéré que quelques-unes d’entre elles, sinon toutes, ne sont que la partie conclusive d’une vie romancée qui peut avoir été la source de la branche I.

43Les relations entre les traductions et les versions françaises existantes varient grandement. La branche VII se fonde sur un manuscrit qui a dû être presque identique à la version française connue, la branche VIII est beaucoup plus courte que le Roland d’Oxford mais, dans l’original, de longs passages étaient identiques au texte d’Oxford. L’Otinel et l’Ogier ont dû être assez différents de tous les textes français existants, et seules des parties d’Aspremont ont été traduites.

44Ces textes sont l’œuvre de plus d’un traducteur, mais il est difficile de dire leur nombre ; une analyse linguistique et stylistique très fine pourrait être utile. Au total, on a peu travaillé sur la langue de la Karlamagnúss saga et il reste maints problèmes concernant cette saga qui n’ont pas été résolus. Un de ces problèmes concerne la date à laquelle la saga a été compilée, savoir si les traductions ont été faites en tant que parties d’une « Histoire de Charlemagne » ou si les branches existaient indépendamment avant d’être incluses dans la saga. La traduction du Pseudo-Turpin est probablement islandaise et, selon le professeur Foote, plus ancienne que les traductions du français, mais cela ne signifie pas nécessairement que la combinaison de Turpin et d’Aspremont fut faite en Islande. L’adaptation danoise est très probablement fondée sur un manuscrit norvégien et, si tel est le cas, la saga fut sans doute compilée en Norvège avant la fin du xiii e siècle, tout comme la piðriks saga fut compilée en Norvège au xiii e siècle.

453.3. Au total, la version A semble reposer sur les traductions originales avec des ajouts assez peu nombreux et sans importance de la part des scribes islandais. L’édition qui a été faite, par exemple dans le cas de l’histoire d’Aspremont, est extrêmement maladroite et comme la saga est une compilation de beaucoup d’œuvres différentes, on trouve dans cette version force répétitions, versions parallèles et contradictions. Ainsi, il semble probable que les différences entre les textes français et les traductions soient dues ou bien à des altérations faites par les traducteurs, ou bien au fait que les textes français utilisés par les traducteurs étaient différents des versions actuellement existantes. Nous savons que les traducteurs abrégeaient fréquemment des parties de descriptions existant dans leurs sources, mais qu’ils les modifiaient rarement. Ainsi, la valeur des textes norois est limitée, les omissions de mots, de phrases, de laisses ou de séquences de laisses ne prouvent rien. Mais des faits et des passages plus longs qui existent dans des versions noroises doivent, en général, dériver de sources françaises, même s’ils n’apparaissent dans aucune version française existante.

463.4. Comme on l’a déjà dit, la plupart des traductions appartiennent au début du xiii e siècle et il est probable qu’aucune n’a été faite après 1300. Puisque toutes les sources françaises qui peuvent être datées avec quelque certitude remontent au xii e siècle, il semble permis de conclure qu’aucune œuvre écrite après environ 1200 n’a atteint la Norvège — aucun des romans en prose, par exemple. De la sorte, les manuscrits utilisés par les traducteurs ont dû être plus anciens que la plupart des manuscrits français existants des mêmes œuvres, et puisque les versions à variantes étaient apparemment très communes au xii e siècle, les textes nordiques peuvent présenter un certain intérêt pour l’histoire du développement des chansons de geste conservées dans des manuscrits tardifs.

473.5. Les textes suédois et danois de la Karlamagnúss saga présentent quelque intérêt pour l’histoire textuelle des traductions noroises, parce qu’ils suivent des manuscrits meilleurs que ceux qui ont survécu. Le Karl Magnus suédois est une traduction de deux branches (VII et VIII, Pèlerinage et Chanson de Roland), avec omission de la première partie du texte de Roland, sinon assez proche du texte de la saga. A la fin du texte de Roland, il contient l’épisode de la belle Aude qui manque dans tous les manuscrits islandais. Il a probablement été traduit en suédois vers 1400 ou un peu plus tôt.

48La Karl Magnus Krønike danoise est une adaptation, une version abrégée de la saga, fondée sur un bon manuscrit. Cette version qui date du xv e siècle est faite par une personne qui tenta de se débarrasser des incohérences et des répétitions. Elle n’est donc que d’un intérêt limité pour la critique textuelle de la saga et de ses sources.

493.6. En Islande, la Karlamagnúss saga fut populaire d’un bout à l’autre du moyen âge, on lui emprunta des motifs pour les employer dans les sagas héroïques populaires écrites au xiv e siècle ; des rimur (une sorte de ballades littéraires à mètres complexes) fondées sur les diverses branches furent composées à la fois pendant et après le moyen âge et ensuite, et même la Karl Magnus Krønike danoise fut traduite en islandais. Il est plus difficile de vérifier l’importance des histoires de Charlemagne et de ses paladins dans les autres pays du Nord, mais il est évident que même si les traductions des chansons de geste furent faites pour l’aristocratie, ces histoires furent populaires parmi le grand public, quand bien même il serait vrai qu’une véritable littérature populaire, une littérature des foires et des routes de pèlerinage, n’ait pas existé en Scandinavie. Il existe des ballades féroëiennes, norvégiennes et danoises sur Roland, Ogier et Olif et Landres, qui dérivent de la saga ou de l’adaptation danoise. Comme il est naturel, Ogier devint très populaire au Danemark, et dans la période d’après la réforme, il devint une sorte de héros national.

504.0. Un survol comme celui-ci est nécessairement incomplet à maints égards, mais des informations supplémentaires sont disponibles. Toutefois, ce dont nous avons besoin, ce n’est pas réellement d’informations supplémentaires sur les faits, qui sont assez bien connus. Les traductions de sources françaises ont été longtemps négligées par les savants du Nord et il reste beaucoup à faire sur les relations entre les traductions et les sources. En fait, c’est d’un dictionnaire vieux norois/vieux français que nous aurions besoin et il ne serait pas trop difficile de le faire.

51Mais plus importante encore serait la traduction de la Karlamagnúss saga en français. Une traduction anglaise est en cours de publication, par Mme Hieatt, de l’Université de Western Ontario, mais pour qui ne sait pas le vieux norois, le besoin d’une traduction française est évident. Les traductions peuvent prêter à confusion et la connaissance du vieux norois est indispensable à qui veut discuter des détails linguistiques, mais une version française de la saga donnerait au moins à ceux qui s’intéressent au développement de l’Histoire poétique de Charlemagne une chance de voir comment le grand empereur apparaissait aux Norvégiens et aux Islandais du xiii e siècle.

52(Trad. R. Boyer .)

53Interviennent successivement M. P. Le Gentil , M. A. de Mandach , Mlle A. Planche , Mlle M. Tyssens et M. W.G. van Emden . M. P. Le Gentil , président de séance, félicite et remercie l’orateur.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search