Version classiqueVersion mobile

Charlemagne et l’épopée romane. Tome I

 | 
Madeleine Tyssens
, 
Claude Thiry

Avant-propos

Maurice Delbouille

Texte intégral

1Quand, à Aix-en-Provence, en 1973, l’Assemblée Générale de Rencesvals confia le soin d’organiser le VIIe Congrès International (1976) à la section belge, celle-ci se sentit fort honorée de la confiance dont elle était l’objet. Elle savait heureusement qu'elle pourrait obtenir, dans son entreprise, le concours généreux des spécialistes de la littérature médiévale que comptent les universités du pays et qu’elle trouverait à Liège, pour les tâches les plus lourdes, une équipe de jeunes déjà expérimentée.

2Devant choisir un programme à proposer aux membres de l’association, elle s’arrêta d’emblée à l’histoire poétique de Charlemagne, car ce thème ne se prévalait pas seulement du prestige attaché à l’ouvrage signé par Gaston Paris dès 1865, mais évoquait aussi les origines prétendûment liégeoises de l’empereur et surtout la vitalité que sa légende a gardée dans la tradition populaire de la région, cet extrême coin nord-est de la Wallonie où précisément la Romania atteint sa limite la plus septentrionale en affirmant la vigoureuse permanence de ses dialectes jusqu’aux abords d Aix-la-Chapelle et de Tongres. Ne convenait-il d’ailleurs pas d’inscrire le nom de Charlemagne en tête du programme d’un congrès « épique » convoqué à Liège, où sa personne continue de régner superbement, en effigie, au cœur de la cité ?

3Plutôt que de reprendre encore à ce propos l’obscur problème des origines de la poésie héroïque d’oïl, on a préféré entreprendre la synthèse et la mise au point des résultats atteints par tant de travaux consacrés depuis 1865, à la diffusion de la légende carolingienne dans les diverses littératures de l’Europe médiévale. Le moment et le lieu convenaient, en effet, pour une large série d’exposés qui seraient demandés à des spécialistes particulièrement compétents, étant entendu que, dans chaque cas, l’auditoire serait invité à proposer ou à solliciter les compléments d’information nécessaires.

4En marge de ce large bilan collectif, il allait de soi que chacun des congressistes serait invité à s’inscrire d’avance pour soumettre au congrès telle ou telle proposition nouvelle qui lui aurait été suggérée par ses études personnelles sur le même thème.

5A côté de cet objet de recherche, on s’est dit aussi qu’il serait bon d'évoquer les éléments historiques de la biographie de Charlemagne ; — de rappeler ce que sa légende a fourni aux arts iconographiques du Moyen Age ; et — last but not least — de présenter au congrès, en une heure de détente, tel ou tel des jeux de marionnettes qui, à Liège, font encore le ravissement d'un public populaire aimablement sceptique ou naïvement complaisant.

6Il parut opportun, par ailleurs, de susciter un exposé évoquant l'état actuel des études de stylistique consacrées aux chansons de geste : c’était là, peut-être, le moyen de répondre à des curiosités récentes qui tendent à renouveler l’étude du genre considéré plus attentivement dans son principe poétique, dans son esprit et dans son caractère essentiel.

7Peut-être convenait-il, aussi, de saisir l’occasion des travaux du Congrès pour poser le problème de l’actualité que ce genre lui-même peut avoir conservée aux yeux du public moderne, soit dans ses éléments légendaires, soit dans les moyens d’expression qu’il a créés et mis en œuvre du xiie au xv e siècle.

8Enfin certains des congressistes ont choisi de consacrer leurs exposés soit au texte majeur de la Chanson de Roland, soit à quelque point particulier relevant de la vaste production épique romane.

***

9Tel était donc le programme conçu pour le VIIe Congrès de la Société Rencesvals. Le texte des Actes imprimés ci-après permettra d’apprécier sa réalisation.

10Il convient pourtant que soit exprimée ici la reconnaissance que nous devons à tant de collègues et d’amis dont la collaboration a assuré le succès immédiat de nos assises liégeoises.

11Nos remerciements vont d’abord à nos collègues R. Folz, E.-F. Halvorsen, H. Krauss, A. Limentani, M. de Riquer, M. Piron, J. Horrent, J. Stiennon, A. Joris et Jq. Horrent, qui ont accepté de préparer les rapports introductifs, les conférences et la synthèse de nos travaux.

12Il nous est aussi particulièrement agréable de remercier très sincèrement les pouvoirs publics, les autorités académiques et scientifiques ainsi que les divers organismes qui ont rendu possibles la réalisation matérielle de ce congrès et l’impression de ses Actes : les Ministères de l’Education Nationale et de la Culture Française ainsi que le Fonds National de la Recherche Scientifique, qui nous ont accordé d’importants subsides ; l’Université de Liège, qui nous a octroyé un crédit et a mis à notre disposition les services du campus universitaire du Sart Tilman ; la Faculté de Philosophie et Lettres, qui a accepté de patronner notre entreprise et d’accueillir le présent volume dans sa collection de publications ; la Province de Liège, qui nous a également octroyé un crédit et a organisé pour nous, avec la collaboration de l’Institut Provincial d Etudes et de Recherches Bibliothéconomiques, deux expositions et une réception ; les autorités communales d’Aix-la-Chapelle, Nivelles, Chênée et Liège, qui ont accueilli les congressistes ; le Musée de la Vie Wallonne et son président M. Edouard Remouchamps à qui nous devons la visite du Musée, la réalisation d’une exposition de circonstance et des spectacles de marionnettes ; les joueurs A. Dufour et Fr. Pinet ; enfin les responsables du Domaine National et Musée de Mariemont, qui nous ont offert un gîte harmonieux pour notre premier pique-nique ; l’Association des Romanistes de l'Université de Liège, qui nous a assuré sa collaboration ; enfin la Radiodiffusion-Télévision Belge et la presse liégeoise, qui ont donné un large écho à nos travaux.

13La Chronique qui suit évoquera tant de collaborations sympapathiques et généreuses. Je me sens cependant tenu de rappeler ici les noms de plusieurs amis qui ont largement mérité notre gratitude : M. Gilbert Mottard, Gouverneur de la Province de Liège, — M. Marcel Laruelle, Député permanent, — M. Charles Bailly, Bourgmestre de Liège, — M. Maurice Welsch, Recteur de l'Université de Liège, — M. Jules Labarbe, Doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres, — M. Fred Dethier, Directeur général de l’Enseignement Supérieur, — M. Marcel Hicter, Directeur général de la Jeunesse et des Loisirs au Ministère de l’Education Nationale, — M. Paul Levaux, Secrétaire général du F.N.R.S. Sans le concours actif de ces personnalités et de leurs collaborateurs, jamais les organisateurs du VIIe Congrès de la Société Rencesvals n auraient pu résoudre les problèmes, petits et grands, qui se sont posés à eux.

14Je m’en voudrais enfin de ne pas dire ici ce que le Congrès doit au zèle compétent de l’équipe qui pendant plusieurs mois a assumé la responsabilité quotidienne des décisions de toutes sortes et des multiples tâches d’organisation : notre collègue Madeleine Tyssens, qui a bien voulu se charger du secrétariat général, a pu compter pendant des mois sur le concours fidèle de Mme Martine Thiry-Stassin, première assistante, de M. Claude Thiry, chargé de recherches du F.N.R.S., de Mme Anne Vrancken, secrétaire à la section de philologie romane, de Mme Janine Delcourt-Angélique et M. Christian Delcourt, assistants. On sait aussi l’importance de la collaboration, toujours souriante, que le secrétariat a obtenue, au moment du Congrès, de Mmes Jeanne Wathelet-Willem, Juliette De Caluwé, Micheline Stasse, de MM. Jacques Horrent, Jacques De Caluwé, Louis Gemenne, Mathieu Falla et, surtout, de Mme Louise Merz-Bourseau.

15Dirai-je enfin qu’il reste à Mlle Madeleine Tyssens et à M. Claude Thiry la lourde tâche et le soin délicat d’assurer l’impression des Actes qui garderont le souvenir le nôtre Congrès de Liège ?

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search