Version classiqueVersion mobile

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

Additions et corrections

Texte intégral

1P. 44, 1. 21. Cet exemple du Tournaisis montre que la conservation de l’a dans a u c a couvrait autrefois une région très vaste.

2P. 50 sv., passim. L’indication « Gloses de Darmstadt » est reprise au titre donné par M. Wilmotte à son article ; mais il s’agit en réalité d’une traduction des Distiques de Caton.

3P. 63, 1. 19 sv. Il est vrai que l’e est parfois parasite. Cependant, ainsi que me le fait observer M. J. Horrent, il semble bien qu’on puisse admettre le groupe « oe » de choeze ‘chose’ comme témoignage de la diphtongaison qui subsiste dans le w. archaïque tckwàse (17e s.), w. mod. tchwè (dans grand tchwè ‘grand chose’, etc., voy. DL 650).

4P. 86, 53. J’aurais dû noter que, pour le mot « soleil », le rouchi connaît une forme en -ô : solô, salô (solau Hécart 434, salau Sigart 322). Cette forme est identique à l’anc. fr. solauz, employé notamment par Chrétien de Troyes. La variante remonte donc au 12e s.

5P. 90. Ajouter, d’après l’addition précédente : 53 — la formation de solauz, variante de « soleil ».

6P. 138-9 et 178. Pour indiquer sans équivoque l’origine locale ou régionale d’une forme, il est tout simple de la localiser avec précision. Ainsi au lieu du traditionnel « anc. w. » ou « anc. liég. » qu’on met par ex. devant espawenter, j’écrirais « anc. fr. espawenter (Liège) ».

7P. 142-3. Au dernier moment, je crois utile de signaler une théorie que j’avais d’abord décidé de passer sous silence. Certains auteurs affirment qu’à l’origine les limites dialectales étaient bien marquées et qu’elles se sont atténuées avec le temps. Ainsi Ch. Bruneau, Limite 20-21 : « Ces limites ont présenté jadis une rigueur absolue... » ; « Les limites dialectales devaient avoir à cette époque [10e s.] une précision qu’elles n’ont pas aujourd’hui... » Dans ces siècles lointains, la différenciation régionale devait être assez peu poussée ; et rien ne prouve que, pour l’ensemble des variations, les limites formaient un faisceau vraiment étroit, une véritable ligne-frontière.

8P. 172, 1. 33-6. Le premier paragraphe du chapitre en question de F. Brunot s’intitule lui-même : « Des dialectes aux patois ». Il est curieux d’observer non seulement que F. Brunot emploie le mot « patois » pour le moyen âge, mais que, ce faisant, il se met en contradiction avec sa propre théorie selon laquelle on serait passé « des dialectes aux patois ».

9P. 194, 25. Le mot eidant est une simple variante de aidant, dérivé de « aider ». Voy. êdant DL 243.

10P. 194, 25 et 199, 39. Je ne crois pas m’être trompé en rattachant la tournure « sans rien à + infinitif » à l’usage courant du moyen âge, qui était formellement identique (voy. par ex. M. Valkhoff, Vade-mecum 55). Cependant, la prép. à pourrait avoir ici une valeur toute proche de celle qu’elle a dans le w. mod. il èsteût là sins rin à fé ‘il était là sans rien à faire, sans [avoir] rien à faire, sans occupation’.

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search