Version classiqueVersion mobile

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

Appendice

Texte intégral

TEXTES MALMÉDIENS DE 1493 ET DE 1496

1D’après l’article de Feller et d’après les conclusions qu’on vient de lire, il y aurait eu, dans la région wallonne, une tradition continue de langue écrite qu’on peut appeler française, au moins prospectivement, et la scripta aurait suivi, de 1236 à nos jours, une courbe d’épuration progressive.

2Cette théorie, qui paraît rationnelle, mais dont la vérification réserverait peut-être des surprises, ne doit pas être considérée comme ayant une valeur absolue et générale. Elle s’applique probablement à l’usage ordinaire ou moyen de la scripta ; mais on sait qu’à toute époque, à côté de la masse des greffiers qui connaissaient assez bien leur langue, il a existé des gens qui la connaissaient très bien et d’autres qui la connaissaient mal ou très mal.

3Parfois même, on découvre en Wallonie des textes ou des fragments de textes dont la langue est si hétérogène qu’on hésite sur la qualification à lui donner. Tels les six petits actes qu’on va lire.

4Écrits à l’abbaye de Malmedy en 1493 et en 1496, ces textes proviennent d’un registre envoyé récemment des Archives de Dusseldorf au dépôt des Archives de l’État à Liège et portant les indications suivantes : « Staatsarchiv Düsseldorf. Stablo-Malmedy. Rep[ertorien] u[nd] H[and]s[chriften], n° 50 ». Les cinq premiers occupent le feuillet 21 (numéro ancien, à l’encre) ou 27 r° (numéro récent, au crayon) ; le dernier se trouve au feuillet 219 r° (feuillet relié à l’envers).

5Dans le même registre, on lit des actes de la même main aux feuillets suivants : 19 (ou 25) r° et v°, 20 (ou 26) r° et v°, 21 (ou 27) r°, 22 (ou 28) r° et v°, 39 (ou 45) v°, 40 (ou 46) r°. J’ai choisi dans la série ceux qui me paraissaient les plus intéressants, les plus riches de faits wallons ; niais ceux que j’ai négligés me fourniront des points de comparaison et m’aideront à résoudre plusieurs difficultés, notamment dans l’interprétation des graphies.

6On percevra aisément l’intérêt que présentent l’édition et l’analyse des textes publiés : ces textes sont les plus wallons, les plus proches du patois, que j’aie rencontrés avant les oeuvres liégeoises du début du 17e s. éditées par J. Haust ; ils apportent de précieux témoignages sur le parler de l’Ardenne liégeoise à la fin du 15e s. On souhaiterait pouvoir établir une collection de documents semblables provenant de toutes les régions de la Wallonie et remontant aussi haut que possible : un tel recueil serait de nature à éclairer une période mal connue de l’histoire de nos dialectes.

Remarques sur l’édition

  • 1 Les cinq premiers actes figurent à la même page du registre. Comme ils ne sont pas de la même encr (...)

7Les actes choisis peuvent être considérés comme originaux. On en trouvera ici : 1° une reproduction photographique, aux dimensions du manuscrit1 ; 2° une transcription plus accessible.

8Dans cette édition, j’applique les principes suivants :

  • les mots sont séparés conformément à l’usage moderne ;
  • la ponctuation nécessaire est ajoutée, ainsi que les accents ; je donne l’accent à la préposition à, et aussi à d’autres mots qui, sans cela, n’auraient pas la physionomie phonétique qu’ils doivent avoir ;
  • les noms propres reçoivent la majuscule ;
  • les chiffres sont imprimés en petites capitales ;
  • en résolvant les abréviations, je prends soin de mettre en italique les lettres restituées ; conformément à l’habitude du greffier, je m’abstiens de donner aux mots ainsi complétés L’s ou le z du pluriel ;
  • enfin, j’écris u et v, i et j selon l’usage actuel ; à ce propos, cependant, on notera que je conserve u à l’initiale avec la valeur de w (Uallewe 1. 44,...) et que je respecte scrupuleusement la distinction établie par le greffier, dans son écriture tout au moins, entre « y » ou « ÿ » et « ij » ou « ij » (cp. loy 1. 4 et paiir 1. 15) : je transcris ce groupe par deux i même quand le3 deux points manquent dans le manuscrit (paiisse 1. 41).

Fac-similé des actes I, II et III, f° 21 (ou 27).

9I. FFEIRON

10Item l’an mille iiiieiiiixxet xiii, lu nut del Sen Bunoy, c’est aparoy Johan Mathy du Feiron et Robbe du Comblen duvan nous, doiin et cappit du Malmendy, telmen que nous avan estu 4 d’aquor du loy stud duran que ludit Johan Mathi du Feiron noy doit donney de xxviii moy xvii florins manoy coirsawe cum illireit à Malmendy, et ludit Robbe no doit donné to l’s-an por su stud duran to l’s-an xxvii florin, cum dusoir et escri, 8 por le XL moy que soin lettre fey mension.

11II. Item l’an mille iiiieiiiixxet xiii, lez iie dimenge de Pake cum on chant à l’engulize Misericordia Domini, avang leiisse à Quorbé d’Antin et Collen de Mon lez commyn de Mon, cum 12 lour duvantren solloient tenir, lez stud du ix an, assawoir que lu prumir anné nu doient rint donné, c’est du l’an iiiixxet xiii, et commencz lu stud en l’an iiiixxet xiiii, et lez iiii prumir anné doient paiir to l’s-an xvi moy, assawoire ii tirse du speit et i 16 tirse d’awon, et lez attre V anné en parsewan to l’s-an xxviii moy, assawoyr ii tirse du speit et i tirse d’awon, et stir du poie.

12III. MY

13Item l’an mille iiiieiiiixx et xiii, lu ii[e] jour d’awoist, c’est 20 aparoy duvan nous, doiin et cappit, Johan Johan du Rahir, lu cessulen de no cestey, et Johan du Xhoch, le qdit cessulen at pri en nomme du soin frere dumorrant à My lu demme du My apartunant à nous lu sdut du vi et ceskon an por vi moy 24 du spet, voir k’i doit avoir lu prumir an sen rin à paii, et at paii l eidant du beveregz, voir k’i doit trowé i moy du spet del prumir anné et i moy del derin anné.

Fac-similé des actes iv et v, f° 21 (ou 27), et de l’acte vi, f° 219.

14IV. XPHOSCHE

15Item l’an mille iiiieiiiixxet xiii, lu ii[e] jour d’awoist, avan 28 leii en achens Johan du Xphoz lu demme du Linchey lu stud du xii anz, voir k’i doit avoir le vi prumir anné quit et lig, et les at vi anné dot-i paii d’an en anz vi moy du spet, et s’il awennoit que ledit singnoir trowache duven lu sen Rimé après 32 lu dait dusoir escript meioir †sulpolle dedit singnoir leii por rend le desoirdit Johan lu summe du iiii florin du bewereg k’il ait duboirsey.

16V. OUMAL

17Item l’an mille iiiieiiiixx et xvi, lu ii[e] jour de moy d’awoist, 36 a-g’ leiisse Anthon d’Umalle tous lez bien apartinan a une puti amonni du Malmendi por vi moy du spet ; lu doit avoir lu stud du xii et doit paiir lez cens du monsingnoir du Lige que lez bien soin rudimay sent rint a rabait dez vi moy, et doit 40 avoir lez iii prumir anné quid, et lez troiisse apres doit paiisse to l’s-an iii moy, et lez attre vi anné dot-i paiisse to l’s-an vi moy ; en chu fusan at-i estu fey al mon Johan de cloki, en prusen ludit Johan de cloki, Johan Mich du Lige et lu meir irtawe 44 du Uallewe, lu femme Pangair atho soin filz et lu frere lu femme Pangair et les ii bowi Tiri de cloky.

18VI. Item l’an mille iiiie. iiiixxet xvi, lu xii[e] jour de moy Julius, a-g’ prusté Henri fis Johan Delvaz, demorrant al Falliez, 48 ii florin d’oir, ii florin d’Uturiez et i postulair du Horne ; sor chu m’at-i mettoy ii hennay d’argen en uagz, et selong putti que l’attre. Encor on ayn en duvan li prusta-gz sallu d’oir, duq’ gu n’ l’ay pont ravoy. L’an mille iiiieiiiixx et xvi, le posdumew del [s.] Querin, a-g’ ruchu adit Henri lez ii florin d’Uturiez, ii florin d’oir et i postulair du Horne.

Commentaire

19N. B. Je n’explique les difficultés qu’une seule fois, au moment de leur première apparition.

20Les indications du type « I 12 » renvoient à la première étude du présent ouvrage, p. 39 sv., le chiffre 12 étant celui d’un paragraphe. Les indications des types « voy. 12 » et « aquor 4 » renvoient à une ligne des textes ci-dessus ou au passage du commentaire qui la concerne. Les indications du type « f° 31 » renvoient au registre dont les six actes sont tirés.

21Dans ce commentaire essentiellement linguistique, c’est-à-dire phonétique et morphologique, je ne m’attarde pas à l’explication des noms propres de personnes et de lieux, à moins qu’elle ne permette une remarque intéressante.

22Les noms de lieux qui précèdent les actes désignent naturellement des localités où l’abbaye de Malmedy avait des propriétés.

23I. Ffeiron NL, Fairon, lez Comblain [Huy 66] ; pour le redoublement de l’f initial, comparez Ffosses, Ffiezina, Ffairon, dans une liste de localités, f° 227.

241. lu ’la’. Aujourd’hui encore, en wallon malmédien, ü est la voyelle caduque correspondant à l’e muet du français et à l’i du liégeois (voy. I 1) ; il est fréquent dans le texte : duvan ’devant’, du ’de’, nu ’ne’, etc. ; mais l’e se rencontre maintes fois aussi. — nut ’nuit’, w. nut’ (I 27), ici au sens de ’veille’ ; dans cette acception, pourtant, le mot est aujourd’hui neût en Ardenne liégeoise : gl. lu neût l’Noyé ’la veille de la Noël’. — Bunoy, Benoît. — c’est ’s’est’, avec un pronom réfléchi noté c’ par erreur.

252. c’est aparoy ’s’est apparu, a comparu’. La finale -oy est étonnante. On pourrait l’attribuer à l’influence de l’infinitif aparoitre ; mais le greffier connaissait-il cette forme ? Étant donné que le groupe « eu » manque absolument dans les textes, il est assez naturel de supposer que -oy représente le -eu final d’un participe *apareu : « oi » semble avoir régulièrement la valeur de [ì] ; voy. dusoir 7 = w. duzeûr. On peut aussi admettre que -oy avait la valeur de -ou [u] ; cp. mettoy 49 = w. mètou ’mis’, ravoy 51 = w. ravou ’r-eu’ ; de même loloy f° 40 w. lonlou NL. — Mathy, Mathieu, w. Matî ; pour final, voy. I 10. — Robbe NP, probablement du radical de Robert, devrait sans doute s’écrire Robbê, avec ← -ellu ; cp. « Quorbe » 11 = Quorbê. Combien NL, Comblain [Huy 66].

263. doiin ’doyen’ : dans le ms., le point manque sur les deux i de ce mot, comme d’ailleurs sur beaucoup d’autres i. cappit ’chapitre’ : c est pour ch comme dans cessulen et cestey 21 ; inversement, ch pour c dans achens 28. — Malmendy ’Malmedy’, w. Mâm’dî, Manm’dî. avan ’avons’, w. avans, avec la flexion dialectale -ans (I 43). — estu ’été’, w. èstu ou stu, d’un type *stiut, qui représente probablement *stat-utum.

274. aquor ’accord’, w. acwèr..., malm. actuel acwar ; ia diphtongue issue de ǒ entravé a dû passer par wo, mais ce stade était certainement dépassé, à Malmedy et ailleurs, en 1493 ; voy. aussi Quorbê 11. — loy ’lier’, w. malm. actuel loyî [lòyi:], gl. loy [lòy] ; cette dernière forme, qui est abrégée, règne aussi aux environs de Malmedy. Le greffier écrit généralement « -ij » la finale des formes de ce genre (voy. « paij » 24 = payî, « leij » 28 = lèyî) ; cependant, je crois qu’il faut lire ici [lòyi:] plutôt que [lòy]. — stud ’bail, terme’, w. stut’ DL 621, mot curieux, d’origine obscure. — duran ’durable’ (durant Godefroy), qualifie stud. — que, conjonction, unit ce qui suit à loy stud, l’idée étant « on se met d’accord, on convient que... ».

285. noy ’nous’, même forme que no 6, w. nos, avec un -y parasite. — donney ’donner’ : la graphie -ey, comme l’-e de donné 6, prouve l’amuïssement de l’r final, phénomène d’ailleurs beaucoup plus ancien ; voy. p. 87, N. B. 3°. — moy ’muid’, w. lg. moy, ard.-lg. actuel mou (←-mouy, moy). manoy ’monnaie’, w. manôye (I 3). — coirsawe ’litt. coursable, c’est-à-dire qui a cours’ ; dans le groupe oi, l’i doit être parasite ; le w représente [v] comme dans awon 16 ’avoine’, awennoit 31 ’avenoit’, etc. ; cp. « u » = [w] à l’initiale de uagz 49 ’gage’ ; pour -awe, w. -âve, voy. I 40.

296. cum ’comme’, graphie latinisante. — illireit = w. il îrè ’il [le florin] ira’, ou w. ille îrè, avec deux l, ’elle [la monnaie] ira’. -reit atteste la flexion -rè du futur simple (I 49). Pour la valeur de « ei » = [è], cp. fey 8 = [fè:], etc. — Malmendy : la forme, très abrégée dans le ms., est complétée d’après celle de la ligne 3 ; il serait téméraire de restituer simplement Mamdy d’après le malm. actuel mâm’dî. — no : voy. noy 4. — donné : voy. donney 5.— to l’s-an : ainsi convient-il de dissocier le curieux « tolsan » qui revient plusieurs fois dans le manuscrit, w. tos l’s-ans ’tous les ans’ ; attestation précieuse de l’élision de lès en l’s- [lz].

307. su ’son’, w. su, avec ücaduc (I 51) ; mais voy. soin 8, 22... — duran : on ne doit pas comprendre, je crois, por su stud duran ’pour son bail durant, pour la durée de son bail’, mais simplement ’pour son bail durable’, c’est-à-dire pour le bail tel qu’il a été qualifié plus haut. — dusoir ’dessus’, w. duzeûr. — et ’est’.

318. soin ’son’, ici au lieu du fém. sa, à moins qu’il ne faille lire livre au lieu de lettre, ce qui me paraît douteux. — fey ’fait’ : pour « -ey » = [è:], cp. cestey 21.

32II. 9. lez ’le’, avec la voyelle caduque française prononcée sans doute è ; cp. le pour les à Stavelot vers 1400, Mélanges Haust 319. — dimenge ’dimanche’, w. dîmègne.

3310. engulize ’église’ : l’n est analogique, voy. I 17. Quant à u, on pourrait croire qu’il doit s’unir à g pour représenter le son [g] ; mais il s’agit plutôt d’un u intercalaire, comme dans cessulen 21, etc. — avang ’avons’ : voy. 3. On verra plus loin que j’ai découpé la forme « ag » en a-g’ ’ai-je’ ; mais il serait téméraire, je crois, de scinder de même « avang » en avan-g’ ’avons-je = avons-nous’, w. avans-dj’, qui existe aujourd’hui non loin de Malmedy (La Gleize, etc.) ; le verbe manque ici de sujet comme avan 27. Il ne serait pas moins audacieux d’interpréter la finale -ng comme la notation de la résonance nasale -ṅ (n vélaire) qui existe aussi dans la région. — leiisse ’laissé’, malm. lèyî, gl. lèy ; cp. loy 4. La finale -sse résulte d’une analogie complexe : l’usage du s et celui de l’e en fin de mot étaient flottants ; d’autre part, comme, dans certains cas, on prononçait les consonnes finales, on pouvait aussi les faire suivre d’un e ; d’où ici, avec le redoublement de l’a entre voyelles, l’adjonction de -sse ; il y a d’autres exemples dans la suite : paiisse 41, ex. parallèle à leiisse, et troiisse 40, pour « trois », qui a déjà -s.

3411. Quorbê, notation du NP Cwèrbê, Corbel, qui est connu par ailleurs : °Corbea d’Antin et Collien dez Mons 1514, même registre, f° 32. Pour Quor-, voy. aquor 3. Pour -ê ← -ellu, voy. I 12 ; l’accent circonflexe devait naturellement être ajouté sur l’e final, comme le montre la graphie -ea de 1514. — Ântin NL, Anthisnes [Liège 115]. — Collen NP, Collin. — Mon NL, Mont, dépendance de Comblain-au-Pont [Liège 116]. — commyn, w. comines ’biens communs’, adaptation fréquente du fr. communes.

3512. lour ’leurs’ : à la fin du 16e s., le w. disait certainement leû(r), comme le fr. leur ; mais notre texte ignore le groupe « eu » ; voy. aparoy 2. — duvantren ’ancêtres’, w. duvantrins, dérivé de duvant ’devant, avant’. — solloient, fr. souloient, w. solint ’avaient l’habitude’ ← lat. solebant. — lez : voy. 9. — assawoir ’à savoir’, avec w = [v] ; voy. coirsawe 5.

3613. prumir ’première’, w. prumîre ; l’abréviation est résolue d’après la forme complète de la ligne 24. — anné ’année’, w. malm. anné, âné, avec -ata donnant comme le masc. -a t u, phénomène caractéristique de l’Ardenne liégeoise. — doient ’doivent’, 3 plur. indic. prés., forme analogique refaite sur le singulier, qui n’a pas de v (Fouché, Verbe 150). — rint ’rien’, w. rin (I 19). — c’est ’c’est-à-dire, id est’.

3714. commencz ’commence’ : j’ai conservé le -z final, quoiqu’il indique peut-être une abréviation ; de même dans bevertgz 25, uagz 49, prusta-gz 50.

3815. paiir ’payer’, malm. payî, gl. pay ; voy. loy 4 ; mais ici l’infinitif a r final. — tirse ’tiers’, w. tîs’. La voyelle i répond bien à celle du wallon. L’abréviation de la finale a été résolue d’après la forme wallonne tîs’ *tirs. speit ’épeautre’, w. spête ← spelta, d’orig. germ. (I 12). Le groupe « ei » = w. [è:], comme « -ey » à la finale dans cestey 21 ; à la l. 24..., le mot n’a pas d’i.

3916. awon ’avoine’, malm. avonne, avône (I 16). — attre ’autres’ : l’absence de u est étonnante, car le wallon dit ôte ; il s’agit sans doute d’un phénomène analogique (I 8). — en parsewan ’en poursuivant’ : par est français, mais -sewan répond au w. sèwant ’suivant’, avec maintien du w de *sĕquere (I 36). L’abréviation à l’initiale est bien celle de par- ; mais on attendrait plutôt porsewan, w. mod. porsèwant, fr. poursuivant ; le grenier a sans doute écrit par- parce que le w. por représente à la fois « pour » et « par ».

4017-8. stir du poie ’setier de pois’, w. stî d’ (ou stîr du) peûs.

41III. My NL, My [Marche 6].

4219. awoist ’août’, w. lg. awous’, ard.-lg. awout, a-out ; peut-être le groupe « oi » veut-il noter [u], voy. aparoy 2.

4320. Johan est répété, sans doute par inadvertance. — Rahir NL, Rahier [Verviers 42], w. Rahîr, suf. –aria, fr. -ière (I 10).

4421. cessulen ’châtelain’, représente un w. †tchèsselin ← castellu + anu (cp. tchèsselé NL de Stavelot, autre dérivé de *castellu). Forme précieuse, parce qu’elle atteste la réduction du groupe intérieur stl à sl. Pour le u, qui est purement graphique, cp. engulize 10 et Uturiez 48, et discorude ’discorde’, etc., Médic. 20. — no ’notre’, au singulier, car le substantif suivant doit être au singulier. Comme le wallon devait dire nosse à cette époque (pour la simplification du groupe final, voy. at 30), on a d’abord l’impression que no est un picardisme ; mais le mot suivant étant bien wallon, je crois plutôt que le greffier a omis un s dans la notation du groupe complexe s-tch de nosse tchèstê. — cestey ’château’, w. tchèstê ; pour -ê ← -ellu, voy. I 12. — Xhoch NL, voy. ci-dessous IV, début. — qué ’quel’, w. ké, sans ; noter que, dans le ms., la forme est abrégée comme un que ordinaire.

4522. nomme ’nom’, avec un e final superflu et le doublement consécutif de la consonne ; voy. leiisse 10. Peut-être la prononciation était-elle [nõ:m]. — demme ’dîme’, w. déme (I 13).

4623. sdut : lire stud. Après vi, suppléer an. ceskon ’chacun’, représente sans doute une ancienne forme wallonne †chèscon ; pour -ūnu → w. -on, voy. I 26. — por ’pour’, w. po(r).

4724. spet ’épeautre’ : voy. speit 15. — sen rin à paii ’sans rien (à) payer’, w. malm. sins rin (à) payî ; voy. loy 4. Pour à, voy. ci-dessous p. 199, 39. — paii 1. 24 ’payer’ infinitif, 1. 25 ’payé’ participe ; le w. dit payî dans les deux cas.

4825. eidant ’liard’, monnaie, DL 243. — beveregz ’breuvage’, w. †bèvrèdje (voy. bovrèdje NL, Remacle, Parler de La Gleize 276). Notez le -èdje final ← -aticu (I 7). Pour -z, voy. commencz 14. — trowé ’trouver’ ou plutôt ’retrouver’, w. trover.

4926. derin ’dernière’, w. dièrinne ou diérine, -ène.

50IV. Xphosche, Xhoch 21 et Xphoz 28 NL, Xhos lez Tavier [Huy 50] ; voy. E. Renard, BT 15, 50-51. Le p est étonnant, mais cp. Xphinache, forme barrée à la fin de la première ligne du même acte dans l’original, = Xhignesse, lez Hamoir [Huy 74], w. Hignèsse, et aussi Xphoffra f° 40 = Xhoffraix, lez Malmedy, w. Hofrê.

5128. achens, afr. acens (bail, loyer). — Linchey NL, Linchet [Huy 56].

5229. quit ’quitte’. — lig ’lige’.

5330. les at : le ms. donne « le sat » ; il faut naturellement interpréter les at ’les autres’, cp. attre 16 et notez la simplification de la finale. — dot-i ’doit-il’ : le ms. donne « doti ». On ne peut supposer qu’il s’agisse là d’une graphie accidentelle de « doit » produite par l’interversion des deux dernières lettres, car on trouve plus loin « ati », 1. 42, et cette forme apparaît ailleurs dans le registre. Le i final est le pronom sujet, qui est placé après le verbe par inversion parce que la phrase commence par un complément circonstanciel : voy. a-g’ 36 et 47, prusta-gz 50, at-i 42, ensi at-i paysse f° 22 v° (de la même main). Quant à dot, on peut y voir une graphie de doit, w. deût, avec suppression analogique de l’i ; mais on peut aussi y reconnaître une forme purement wallonne dot (voy. ci-dessus p. 101, vers 176, wèz’ro ’oserais’, lre personne du sing., aujourd’hui tvèz’reû ; ’doit’ = aujourd’hui w. deût).

5431. singnoir : l’abréviation est résolue d’après dusoir 7 (w. duzeûr et signeûr avec ô) ; j’aurais pu écrire aussi singoir, « ng » suffisant pour rendre [ñ]. Le seigneur dont il s’agit est le doyen cité à la 1. 20 : les actes III et IV sont du même jour. — trowache ’trouvât’, subjonctif imparfait, w. malm. trovahe ; pour la finale -che, cp. w. mohe, fr. mouche. duven ’dans’, ici ’en-déans’, w. duvins. sen : fr. et w. saint. Rimé ’Rémy’, w. ard.-lg. Rumé ; pour -é, voy. I 13.

5532. dait ’date’, avec i parasite. — meioir ’meilleur’, w. mèyeûr ; pour -oir, cp. dusoir, w. duzeûr, même ligne et ligne 7. — sulpolle et dédit font difficulté ; j’y reviendrai plus bas, après avoir parlé des derniers mots de l’acte qui demandent explication. — por ’pour’ : cette préposition marque sans doute ici la condition plutôt que la destination ; voy. plus bas.

5633. rend ’rendre’, w. rinde ; nouveau témoignage de la simplification du groupe consonantique final ; voy. at 30. — Johan est ici un datif : ’pour rendre à Johan dessus dit la somme de...’.

5734. ait, fr. et w. a ← habet, avec i parasite. — duboirsey ’déboursé’ : l’i du groupe oi est parasite ; pour -ey, voy. donney 5 ; cp. dubursey f° 219.

  • 2 Pour ce passage, Albert Henry et Maurice Yans notamment m’ont fait d’heureuses suggestions. Je les (...)

58L’obscurité des deux mots sulpolle et dédit rend difficile l’interprétation de la seconde moitie de l’acte. Voici trois essais d’explication2 : tous exigent la substitution de ledit à dédit, et le premier, qui ne demande aucune autre modification du texte, me paraît le plus satisfaisant.

59 et s’il awennoit que ledit singnoir trowache duven lu sen Rimé après lu dait dusoir escript meioir, su V polie ledit singnoir leii, por rend le desoirdit Johan lu summe du iiii florins du bewereg k’il ait duboirsey.

60Traduction : « et s’il arrivait que ledit seigneur trouvât, endéans la saint Rémy après la date ci-dessus écrite, meilleur, se la peut ledit seigneur laisser [= ledit s. peut la laisser, peut laisser la dîme], à condition de rendre à -- Johan la somme de quatre florins de breuvage qu’il a déboursée. »

61Dans cette interprétation, meioir est considéré comme un substantif neutre, complément direct de trowache ; « trouvât meilleur » = « trouvât mieux, trouvât quelqu’un qui accepterait de donner davantage ». « sulpolle » est décomposé en trois mots : su ’se’ ← sic, adverbe qui se place souvent au début de la principale après une conditionnelle commençant elle-même par « si », comme c’est précisément le cas ; — l’ ’la’ = la dîme en question ; — polle ’peut’, w. pout, le sujet de ce verbe étant ledit singnoir qui suit. Pour la soudure du groupe, cp. « tolsan » 7, etc., et « gunlay » 51.

  • 3 Cp. aussi °absol ’absous’, ci-dessus p. 103, dans un texte liégeois de 1603.

62La graphie polie est naturellement surprenante. Elle s’explique peut-être par le fait que le verbe w. poleûr pouvoir’ contient généralement un l. Peut-être faut-il invoquer aussi un rapprochement arbitraire avec le NP Paul, w. Pô, qu’on trouve écrit Poul (1265 °Saint Poul W. 78)3. Pour la double consonne et l’e final, cp. leiisse 10, etc. Littéralement, « polie » représenterait mieux polèt ’peuvent’ ; mais ce pluriel ne cadrerait pas avec trowache, qui ne peut être qu’un singulier.

63La préposition par, devant rend, n’indiquerait pas la destination, mais la condition : « pour rendre » = « à condition de rendre ».

64Le point le plus faible de cette explication me paraît être dans meioir, qui est employé d’une façon assez inattendue et qui se trouve loin du verbe trowache.

65et s’il awennoit que ledit singnoir trowache duven -- meioir sulpolle, ledit singnoir ley por rend le desoirdit Johan lu summe --

66Traduction : « et s’il arrivait que ledit seigneur trouvât, endéans la saint Rémy--, meilleure †supole, tedit seigneur laisse pour rendre à - Johan la somme de -- ».

67Dans ce cas, je lis « sulpolle » en un mot, c’est-à-dire †supole, forme wallonne gauchement notée et maintenant oubliée, répondant à l’anc. fr. esporle ’droit de relief (Godefroy), lat. sportula. L’initiale su- aurait u épenthétique comme w. supène, fr. espine (I 2) ; pour -ole = fr. -orle, cp. w. pièle = fr. perle.

68Au lieu de « leii » avec deux i, j’écris ley avec y. Cette transcription permet d’interpréter le mot comme la 3 sing. de l’indic. prés, du verbe lèyî ’laisser’, c’est-à-dire lêt [lè:] (cp. fey 8 ’fait’, w. fêt) ; mais elle est en contradiction avec les habitudes du greffier, qui distingue régulièrement y et ij (voy. paii passim ; il y a pourtant une exception : loy 4, avec y, est l’infinitif loyî).

69La prép. por ne marquerait pas la condition, mais la destination.

70Après « meilleure †supole », il est aisé de sous-entendre une idée et une proposition : « s’il arrivait que le seigneur trouvât meilleur prix, ledit seigneur [pourrait concéder la dîme à celui qui offrirait davantage et il] laisse... ».

71Dans cette explication, ce qui concerne « sulpolle » et les mots suivants me paraît fragile. D’après Godefroy, le terme esporle est du 16e s., mais il semble localisé dans le sud-ouest de la France. Si tentant qu’il soit de reconnaître dans « sulpolle » une forme wallonne inédite †s(u)pole, il me paraît qu’on ne peut le faire sans réserve, aussi longtemps qu’on ne sera pas sûr que le mot esporle est attesté par ailleurs dans des textes de la région wallonne.

72 et s’il awennoit que ledit singnoir trowache duven -- meioir sulpolle, ledit singnoir leii por rend -- la summe

73Traduction : « et s’il arrivait que ledit seigneur trouvât — meilleure †supole, ledit seigneur [peut la] laisser [= la dîme] à condition de rendre à -- la somme de -- ».

74Explication très semblable à la précédente. On conserve l’infinitif leii avec deux i, mais on doit supposer que deux mots ont été omis devant lui.

75V. Oumal et Umalle 36 NL, Ornai [Waremme 51], w. Oumål ?

7636. a-g’ : le ms. donne « ag ». On serait tenté d’écrire avang pour rétablir la formule « avons laissé » du second et du quatrième acte ; mais « ag » est fréquent : voy. 47, et d’autres ex. f° 31 v° et 219. Il faut lire a-g’ = w. a-dj ’ai-je’, avec inversion du sujet comme dans dot-i 30 (voy. ci-dessus) et dans prusta-gz 50. Sans doute, après le pluriel des actes précédents, le sing. « je » est inattendu ; mais le « je » désigne vraisemblablement celui qui, à l’abbaye, était chargé de l’administration des biens dont il s’agit dans l’acte, et les témoins qui l’assistent sont cités à la fin du document ; dans les actes précédents, le « nous » désignait en bloc ceux-ci et celui-là, mais sans nommer personne. Le « je » désigne-t-il au surplus celui qui a rédigé l’acte ? C’est possible. — Anthon : datif = ’à Antoine’ ; la graphie représente probablement la prononciation wallonne archaïque Antône (sint-z-Antône ’saint Antoine’) ; pour « -on », cp. awon 16. — apartinan : noter la voyelle atone ; cp. apartunant 23. — puti ’petit’ : ici, la voyelle atone e du fr. est représentée par u, alors qu’elle l’est par i dans le w. mod. pitit.

7737. amonni ’aumônier, détenteur d’un bien relevant de l’aumône du chapitre’ ; pour a, voy. attre 16.

7838. Après xii, suppléer an, comme 23. — Lige, Liège, w. Lîdje. que, conjonction = ’étant convenu que...’, ou plutôt relatif général = ’de qui...’ ? Voy. la fin du commentaire de la ligne suivante.

7939. soin, fr. et AV. sont, sans t, mais avec i parasite. — rudimay ’rédimés, rachetés’, lg. rèdîmer (DL 534, d’après Forir) ; la finale -ay pour -ey est étrange. — sent rin à rabait ’sans rien (à) rabattre, (à) déduire’, w. sins rin (à) rabate. Dans rabait, noter l’i parasite, et aussi la simplification de la finale, comme dans at 30 et rend 33. La préposition à est employée ici après une autre préposition, comme il arrive souvent dans nos textes médiévaux. — Les l. 38 et 39 doivent sans doute se comprendre comme suit : « Antoine doit payer les cens dus à l’évêque de Liège, de qui les biens sont rédimés, sans rien déduire des six muids » mentionnés plus haut, 1. 37, qui constituent la rente due à l’abbaye de Malmedy.

8040. quid ’quittes’. — troiisse ’trois’ : w. ard.-lg. treûs’, avec s final prononcé ; pour -sse, voy. leiisse 10. Ici, bien entendu, il ne peut être question de voir dans ii une prononciation yi. — paiisse ’payer’ : pour la finale, voy. encore leiisse 10.

  • 4 Dans le ms., l’i final de « ati » est suivi d’un long jambage, comme si le greffier avait voulu éc (...)

8142. en chu fusan ’en ce faisant’, w. ard.-lg. fuzant, avec une voyelle caduque comme dans le fr. faisant lui-même, qui se prononce [fÌzã]. Pour chu, voy. ci-dessus p. 125. Au point de vue syntaxique, on notera que la suite de la phrase se lie mal à ce premier complément. — at-i ’a-t-il’, avec inversion du sujet4 ; cp. dot-i 30 ’doit-il’. — fey, fr. et w. fait [fè:] ; voy. 8. — al mon, litt. ’à la maison, chez’, w. al mon, aujourd’hui amon. cloki ’clocher’, w. clokî. prusen (idem f° 219) est mis pour « présence ». Confusion naturelle, du fait que l’énumération des témoins peut commencer par les deux formules « en présence de tel et tel... » ou « présents tel et tel... ».

8243. meir ’maire’, w. mère ; pour ei [è:], voy. fey 8, etc. — irtawe ’héritable’ ; voy. coirsawe 5.

8344. Uallewe NL, Waleffe [Huy 2]. J’ai conservé l’u initial dans ce mot et dans uagz 49, parce qu’il représente w ; mais j’aurais pu écrire : souvent, dans l’écriture de l’époque, on trouve un v à l’initiale au lieu d’un w. atho, w. atot ’avec, litt. à-tout’, disparu en Ardenne liégeoise, archaïque en liégeois (DL 46).

8445. bowi, w. bovî, bouvî ’litt. bouvier’ ; le mot a parfois le sens de ’fermier’. — Tiri NP, Thierry, w. Tîri ; pour l’î de la première syllabe, voy. I 10.

85VI. 47. Julius : l’abréviation finale du mot dans le ms. ne peut être résolue que par -us ; nous avons donc affaire à un latinisme. — a-g’ : voy. 36. — prusté ’prêté’, w. prusté. — Henri : datif, ’à Henri’. — Delvaz : ce nom de personne atteste le nom commun va ’val’ ← valle, avec l’évolution wallonne de a + l ; voy. I 8. — Falliez NL, Falize, lez Malmedy, w. falîhe.

8648. oir ’or’, w. ôr : notez l’i parasite. — Uturiez : selon toute vraisemblance, cette forme étrange représente Utrecht. L’u « intérieur est intercalaire comme dans engulize 10. Quant à la finale -iez, c’est sans doute, comme dans Falliez 47 = w. falîhe, une notation analogique de -îh (Utrîh) : °ung florin d’Utricht 1478, même registre, 77 v°. — postulair du Horne, monnaie de l’époque.

8749. chu : voy. 42. — mettoy ’mis’, w. mètou ; voy. aparoy 2. — hennay ’hanap’, w. hèna : notez l’y parasite à la finale. — uagz ’gage’, w. wadje : pour la graphie, voy. commencz 14 et Uallewe 44, et pour le w initial, I 35. — selong doit signifier ’aussi’, mais le mot n’a jamais cette valeur dans Godefroy ; je comprends : ’aussi petits [l’un] que l’autre, [l’un] étant petit comme l’autre’.

8850. putti ’petit’ : voy. puti 36. — on ’un’, w. on (I 26). — ayn ’an’, w. an : y parasite. — devan ’devant, avant’, w. duvant. li ’lui’, w. li. prusta-gz ’prêtai-je’, w. prusta-dj ; voy. â-g 36 et commencz 14. — sallu ’salut’, monnaie de l’époque (Godefroy).

8951. duqué ’duquel’ : pour qué, voy. 21. La syntaxe fait difficulté : on attendrait ’que je n’ai point r-eu’. Cp. l’usage de dont pour que, par une sorte d’hypercorrectisme, dans le fr. populaire d’aujourd’hui ? — gu ’je’, w. dju. n’ : abréviation de ne, mais tout le groupe de mots reproduit le w. dju n’ l’a. Notez que n’ est simplement représenté dans le ms. par un trait surmontant u. ay ’ai’, w. a : y doit être simplement parasite ; cp. a-g’ 36. — pont ’point’, w. pont. ravoy ’r-eu’, w. ravou, de ravoir ; voy. aparoy 2.

  • 5 Le même mot, avec le même sens, mais sous la forme °postdemain, se trouve aussi en 1572 dans A. E. (...)

9052. posdumen ’après-demain’, composé rare du latin post5. — [s.] Querin : dans le ms., l’indication ajoutée est à peu près indéchiffrable. Saint Quirin, w. sint Cwèrin, est honoré à Malmedy. — ruchu ’reçu’, w. ruçu. — adit, w. âdit ’au dit’ ; le fr. dirait « j’ai reçu du dit... », avec la prép. de.

Conclusion

91Pour clore notre commentaire, il nous incombe maintenant de répondre à cette question : dans quelle langue les actes sont-ils écrits ?

92A la fin du 15e s., ne craignons pas de l’affirmer, la langue écrite des régions wallonnes était un français parfois très pur, et il existait à côté d’elle un dialecte oral nettement différent, le wallon. La scripta de nos actes est-elle du français ou du wallon ?

93A mon avis, nous avons affaire ici à une langue mixte, si manifestement hétérogène qu’on peut l’appeler franco-wallon.

94I. Ainsi que le commentaire l’a montré, le wallon y dessine de larges affleurements phonétiques et morphologiques. En voici le relevé, au fil du texte :

  • ü caduc, fréquent dans tous les actes ;
  • ie î : Math y 2, loy 4, eloki 42, bowi 45 ;
  • flexion -ans à la l plur. de l’indic. présent : avan ;
  • estu ’été’ ;
  • a initial dans manoy 5 ;
  • -abile → -âve : coirsawe 5, irtawe 43 ;
  • terminaison -rè au futur simple : illireit 6 ;
  • lès devant voyelle → l’s : to l’s-an ;
  • possessif su 7 ’son’ ;
  • dimenge 9 ’dimanche’ ;
  • ě +- l + consonne →ê : Quorbê 11, cestey 21, speii 15 ;
  • -ata → -é : anné ;
  • ienin : rint 13, 39 ; rin 24 ;
  • -ēna→ -onne, -ône : awon 16 ; cp. Anthon 36 ;
  • persistance d’un w latin : parsewan 16 ;
  • a + l + consonne → â : attre 16, amonni 37 ;
  • w comblant l’hiatus : awoist 19... ;
  • stl intérieur → sl : cessulen 21 ;
  • qué 21 ’quel’ ;
  • e + yod → é : demme 22, Rimé 31 ;
  • -unu → -on : ceskon 23 ;
  • -aticu → -èdje : beveregz 25 ;
  • simplification des groupes de consonnes en fin de mot : at 30, rend 33, rabait 39 ;
  • flexion -a = fr. -ai à la l sing. du passé simple : prusta-gz 50 ; voy. aussi a-g’ ’ai-je’ 36... ;
  • réduction de dju à dj’ après le verbe : voy. les formes citées au 24° ;
  • flexion -ahe au subjonctif imparfait : trowache 31 ;
  • maintien de k dans cloki 42 ;
  • création du participe passé analogique mètou ’mis’ : mettoy 49 ;
  • persistance du w germanique à l’initiale : uagz 49 ;
  • réduction de nu à n’ dans « gunlay » 51, w. dju n’ l’a.

95Dans nos textes malmédiens, beaucoup de mots portent donc, dans un de leurs phonèmes ou dans leur flexion, la marque wallonne authentique. Un bon nombre contiennent plusieurs traits wallons, et certains même, malgré les hésitations et les gaucheries de l’écriture, peuvent être considérés comme étant, d’un bout à l’autre, de véritables mots wallons. Qu’on se souvienne des formes suivantes : stwd, dimenge, duvantren, prumir, speit, cessulen, cestey, beveregz, trowache, duven, fusan, cloki, atho, bowi, prusté...

96Mieux encore, nos actes renferment même des groupes et des suites de mots wallons, qui semblent pris au dialecte oral, qui paraissent transcrits fidèlement du patois :

avan estu 3 = w. avans èstu ;
du loy stud 4 = w. du loyî stut’ ;
cum, illireit à 5 = w. corne il îrè à ;
to l’s-an 6... = w. tos l’s-ans ;
su stud 6 = w. su stut’ ;
lu prumir anné 13 = w. lu prumîre anné ;
lu cessulen 21 = w. lu tchèsselin ;
lu demme du My 22 = w. lu dénie du Mî ;
vi moy du spet 23 = w. sî moy du spête ;
lu prumir an sen rin à paii, et at paii l aidant du beveregz 24-25 = w. lu prumir an sins rin à payî, èt a payî (cinquante) êdants du bèvrèdje ;
avan leii 27-28 = w. avans lèyî ;
trowache duven lu sen Rimé après lu dait 31-32 = w. trovahe duvins lu sint R’mé après l(u) date ;
sent rint à rabait des vi moy 39 = w. sins rin à rabate dès sî moy ;
fusan at-i estu fey al mon 42 = w. fuzant a-t-i èstu fêt al mon ;
du Lige et lu meir irtawe du Uallewe 43-4 = w. du Lîdje èt lu mêre irtâve du Walèfe ;
lu frère lu femme Pangair et les ii bowi Tiri 44-45 = w. lu frère lu fème P... èt lès deûs bovîs Tîri ;
a-g’ prusté 47 = w. a-dj’ prusté ;
m’a-t-i mettoy ii hennay d’argen 49 = w. m’a-t-i mètou deûs hènas d’ârdjint ;
li prusta-gz sallu d’oir 51 = w. li prusta-dj’ salut d’ôr...

97Franchissons un dernier pas ! On peut admettre que le groupe « oi » représentait [œ:] (voy. ci-dessus p. 124-5) : la chose est d’autant plus vraisemblable que, dans ces textes de la fin du 15e s., la graphie « eu » manque totalement. Admettons donc cette équation, et nous découvrirons un fait extraordinaire, unique peut-être à l’époque, à savoir que des propositions entières devaient être prononcées à la wallonne :

24 k’i deût aveûr lu prumir an sins rin à payî, èt a payî (cinquante) êdants du bèvrèdje ;
25 k’i deût trover (on) moy du spête ;
29 k’i deût aveûr lès sî prumîres annés cwites èt lidjes, èt lès-ôtes (sîh) annés dot-i (ou deût-i) payî ;
39 sont rudîmés, sins rin à rabate dès sî moy, èt deût aveûr lès treûs prumîres annés cwites, èt lès treûs’ après deût payî tos l’s-ans treûs moy, èt lès-(ôtes sîh) annés dot-i (ou deût-i) payî tos l’s-ans sî moy...

98Faut-il nous avancer plus loin encore ? Si l’on admettait que tous les e caducs étaient prononcés u ou élidés, ce qui n’est pas invraisemblable, on décèlerait le caractère wallon d’autres fragments. Mais la prudence nous interdit de nous aventurer jusque là. Qu’on y prenne garde, en effet : en passant ainsi du plan de la lettre écrite au plan du phonème prononcé, en transposant de la sorte, on altère le texte de plus en plus, on le transforme ; et le travail devient d’autant plus hasardeux que, somme toute, on ignore comment le greffier prononçait lui-même ce qu’il écrivait.

99Dans ces actes rédigés un siècle avant les premières pièces en dialecte liégeois, les traits wallons sont exceptionnellement nombreux. Mais en décèle-t-on qui soient propres au parler de Malmedy ? Non. Il en est qui caractérisent le dialecte liégeois au sens large (èstu ’été’, ě + l + consonne → -ê, -aticu → -èdje, flexion -ahe du subjonctif imparfait) ; il en est qui, dans le domaine liégeois, caractérisent la région verviétoise et ardennaise (u caduc) ou même la seule Ardenne liégeoise (-ata → ). Aucun n’est limité à la zone malmédienne, encore moins à Malmedy. Il s’agit donc de wallonismes régionaux, non locaux.

100II. Si ces textes sont wallons au point de contenir des fragments suivis qui peuvent être revendiqués par le dialecte, ils renferment aussi des formes françaises (ou analogiques) fort significatives, qui s’écartent nettement des formes dialectales de l’époque :

1011° maintien de i accentué : mille ; w. mèye, I 20 ;

1022° auxiliaire être devant un verbe pronominal : c’est aparoy 1, 19 ; depuis toujours, sernble-t-il, le wallon emploie l’auxiliaire avoir ;

103 ou en syllabe inaccentuée : nous 3, tous 36 ; w. nos, tos ;

104e caduc : que, de..., tenir 12... ; w. u, I l ;

105e prosthétique : escri 7, escript 32 ; w. scrit, I 2 ;

1066° possessif soin ; w. su, I 51 ;

1077° maintien des groupes consonantiques à la finale : lettre 8, awoist 19... ; voy. le n° 23, p. 201 ;

108en 16, 42, en prusen 42 ; w. è, I 17 ; de plus, n analogique dans engulize 10 ;

109-ze final au lieu de l’h secondaire wallon : engulize 10, w. gléhe ou èglîhe, I 33 et H 71, 226 ;

11010° flexion -oient à la 3 plur. de l’indic. imparfait : solloient 12 ; w. int ← ebant ;

11111° flexion -ent à la 3 plur. de l’indic. présent : doient 13 ; w. -èt, I 44 ;

11212° persistance du o initial dans com- : commenez 14 ; w. cumince, avec voyelle caduque attestée depuis le 14e s. : °kemelat J. de Hemricourt, Traité... 21, 6, lg. kimèler ’emmêler’ ;

11313° ch picard = fr. et w. [s] : achens 28 ; chu 42... ;

11414° i et y parasites : noy 5 ; ail 34, duboirsey 34, rabait 39... ;

11515° finale -sse : leiisse 10...

116Au total, les faits français sont donc moins nombreux que les faits wallons. Ils sont aussi moins constants, car ils portent souvent sur un seul exemple. Au surplus, certains d’entre eux paraissent concerner la graphie plutôt que la prononciation : 4, 7, 8, 10-15. Mais cette dernière observation ne vaut pas pour tous, notamment pour 2, 5, 6, 12, à moins qu’on n’admette a priori que, pour la conscience linguistique du greffier, l’écriture était une simple affaire de forme et d’habitude où les lettres n’avaient aucune valeur précise.

117La graphie d’une scripta manifeste d’ailleurs d’une façon concrète les dispositions du scribe à l’égard de la langue qu’il écrit, les conceptions qu’il s’en fait. Pour ma part, du moins, si le leiisse 10 se prononçait lèyî, je ne puis m’empêcher de noter que le scribe a ajouté « -sse » après quatre lettres qui rendaient à merveille les sons à prononcer et que, ce faisant, il a cessé d’être fidèle au dialecte oral.

118Relativement réduit, l’élément français de nos actes n’est pas négligeable. Il comprend des traits phonétiques fort importants (1, 2, 7), des traits morphologiques (6, 10, 11), même un trait syntaxique ; et au point de vue syntaxique, il convient d’ajouter que souvent la construction du texte, avec les appositions et les subordinations coutumières aux documents juridiques, est essentiellement écrite et française.

119Bref, quelle que soit la part du dialecte oral dans les actes malmédiens de 1493 et 1496, et elle est vraiment exceptionnelle, on peut dire que leur langue est bien du franco-wallon.

Notes

1 Les cinq premiers actes figurent à la même page du registre. Comme ils ne sont pas de la même encre, ils ne pouvaient être photographiés tous ensemble d’une façon également nette. La reproduction que j’en donne ici comprend des fragments de deux clichés différents.

2 Pour ce passage, Albert Henry et Maurice Yans notamment m’ont fait d’heureuses suggestions. Je les en remercie vivement.

3 Cp. aussi °absol ’absous’, ci-dessus p. 103, dans un texte liégeois de 1603.

4 Dans le ms., l’i final de « ati » est suivi d’un long jambage, comme si le greffier avait voulu écrire y. Contrairement à ce qu’on pourrait croire d’après la reproduction de la p. 188, ce jambage ne prolonge pas la queue du z de « le/. » qui se trouve à la ligne précédente.

5 Le même mot, avec le même sens, mais sous la forme °postdemain, se trouve aussi en 1572 dans A. E. L., Stavelot, Haute cour, Procédures 1569-75, 20 août.

Table des illustrations

Légende Fac-similé des actes I, II et III, f° 21 (ou 27).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Fac-similé des actes iv et v, f° 21 (ou 27), et de l’acte vi, f° 219.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search