Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

Conclusions générales

Déductions

Texte intégral

1Les deux études qui constituent le corps de cet ouvrage m’ont permis de formuler des conclusions directes et strictement limitées. Faut-il m’aventurer plus loin ? Faut-il embrasser une vue plus large ?

2Je le sais : les théories générales resteront caduques aussi longtemps qu’elles ne reposeront pas sur des travaux particuliers plus précis, sur des analyses plus nombreuses et plus minutieuses. Aussi, loin de développer de telles théories, ai-je simplement l’intention de présenter ici une suite de notes ou de réflexions, d’une portée plus grande cependant, ou moins rigoureusement déterminée.

3Il ne s’agit plus de « conclusions » véritables tirées immédiatement de l’examen des faits, mais plutôt de « déductions » à partir de conclusions considérées comme relativement solides. Ces déductions m’ont été suggérées par mes lectures, notamment par les discussions relatives à l’ancienne langue écrite de Wallonie ; elles découlent en somme de la confrontation des opinions formulées par d’autres, souvent d’une façon toute théorique ou toute superficielle, avec les résultats de mes analyses personnelles. Si elles peuvent avoir quelque valeur, c’est surtout, me semble-t-il, parce qu’elles sont et veulent rester en contact avec les données des deux expériences que j’ai tentées.

4Des conclusions relatives à la segmentation dialectale au moyen âge, je ne reparlerai guère ; mais elles soutiendront tout le reste, elles lui serviront de base, et elles devront demeurer présentes à l’esprit du lecteur pour ainsi dire d’un bout à l’autre du travail. Je parlerai beaucoup plus des rapports entre les dialectes oraux et la scripta et de la nature même de celle-ci : ces problèmes ont fait couler beaucoup plus d’encre que celui de la segmentation et mes lectures me les ont fait rencontrer plus souvent. « Jusqu’à présent, écrivait Suchier dans le Grundriss 1, 573 (1888), on n’a pas encore réussi à éclaircir la formation de la Schriftsprache française, ni de la provençale. » L’histoire de la langue française est aujourd’hui mieux connue qu’en 1888 ; mais après soixante années, la phrase de Suchier est toujours vraie : les origines du français demeurent obscures. Et je n’ose espérer que mes modestes « déductions » jetteront quelque lumière dans les sentiers qui conduisent à ce domaine difficilement accessible...

5Dans les pages qui suivent, on trouvera beaucoup de références et beaucoup de guillemets : il fallait bien fournir au lecteur les pièces à conviction, et j’aurais pu en donner davantage encore.

1. La segmentation dialectale dans le nord-est de la Gaule

  • 1 D’ordinaire, on n’exige pas la constatation de dix phénomènes divergents, et encore moins de trent (...)

6La question posée dans le premier chapitre de cet ouvrage pouvait se ramener à celle-ci : depuis quand les dialectes du nord-est de la Gaule, le picard, le wallon et le lorrain, sont-ils individualisés ? A cette question, nous pouvons maintenant répondre d’une manière précise : en 800 déjà, dix traits différenciateurs, parmi lesquels plusieurs variations capitales, séparaient les dialectes envisagés ; en 1000, deux traits nouveaux avaient accentué la segmentation ; en 1200, vingt et un autres encore, ce qui portait le total à plus de trente. Sans aucun doute, au début du 13e siècle, nos dialectes oraux étaient nettement différenciés. Ajoutons qu’à cette date, les variétés wallonnes liégeoise et namuroise s’opposaient déjà sur plusieurs points d’une façon très sensible1.

7De ces conclusions, quelle est exactement l’importance ? Elle me paraît considérable, en elle-même, et aussi par ses répercussions inévitables dans le débat relatif à la nature de l’ancienne langue écrite.

8A. On ne peut douter que beaucoup de romanistes ne se soient formé depuis longtemps des idées nettes et justes sur l’ancienneté des dialectes d’oïl. Toutefois, lorsqu’on recherche dans les livres les passages relatifs au sujet, on est surpris de voir combien les indications chronologiques peuvent être hésitantes, discordantes même.

9« Grâce à des documents, écrivait autrefois Philipon, R 39, 483, je crois être arrivé à établir que parmi les caractères que l’on considère comme essentiellement bourguignons, il en est quelques-uns qui ne remontent guère au delà du 13e s. C’est une démonstration nouvelle d’un fait aujourd’hui bien connu, je veux dire l’apparition relativement tardive, dans les parlers de France, des traits dialectaux. » Ceci nous amène après 1200...

  • 2 La théorie qui veut que les caractères dialectaux soient récents a obtenu jadis d’éminents patronn (...)

10« ... il semble bien, écrivait naguère Ch. Bruneau dans son c. r. de l’édition des Mystères et moralités de Chantilly, Archivum romanicum 5, 1921, 138, il semble bien qu’il faille, après l’étude de M. C[ohen], considérer l’état actuel de nos dialectes, non pas comme récent, mais comme datant, dans ses grandes lignes, de la période du moyen-français. » Remarquez « dans ses grandes lignes ». Ceci nous amène après 1300...2.

11La proposition suivante, qui est d’Albert Dauzat, Hist. de la langue fr., p. 15, répond davantage à la vérité : « Vers la même époque [9e-10e s.] commencent à se dessiner certains traits régionaux (notamment en gascon, normanno-picard, wallon), qui se multiplient ensuite, si bien qu’au 12e s. sont constitués un certain nombre de types dialectaux bien caractérisés. »

  • 3 Voyez aussi l’opinion de Morf, ci-dessus p. 141, n. 1.

12En réalité, la segmentation doit avoir « commencé à se dessiner » avant 800, et Jordan, Altfranz. Elem. 32, semble bien avoir raison d’écrire que les anciens dialectes d’oïl « se séparent et se développent à l’époque mérovingienne... »3.

13Au sujet des sous-dialectes même, dont l’existence est plus difficile à déceler, on trouve des avis motivés. « De nos textes [...], écrit Devaux 420, — mais il ne s’agit pas ici du domaine d’oïl, — nous pouvons donc conclure que le dauphinois des 13e et 14e s. n’est pas une langue rigoureusement une, qu’il révèle des variétés nettement dessinées déjà et probablement depuis longtemps... »

14Est-il besoin de souligner combien les conclusions de Devaux, fondées aussi sur l’examen attentif des documents, se rapprochent de celles que j’ai formulées à la fin du premier chapitre ?

15B. Que, dès le début du 13e s., en Belgique romane, le dialecte wallon fût nettement individualisé, l’idée n’est assurément pas neuve. Depuis longtemps, des médiévistes, des dialectologues savaient cela ou sentaient cela. Je l’ai simplement prouvé ; mais en le prouvant, j’ai confirmé l’opinion et la position de Feller : ce savant croyait qu’au 13e s. déjà, les dialectes avaient la plupart des traits originaux qui constituent leur individualité (voy. ci-dessus p. 14) ; il avait raison.

16Ai-je infirmé du même coup et au même degré l’opinion et la position des contradicteurs de Feller ? — On en a l’impression. Ne nous prononçons pas trop vite, cependant, sans mettre les choses au point. « Plus on remonte l’histoire de l’évolution des langues et des dialectes romans, écrit M. Valkhoff, Mélanges Haust 387, plus ceux-ci se rapprochent les uns des autres... » C’est strictement vrai, et personne ne le nie. Mais là n’est pas la question. Il ne s’agit pas de rechercher si, au moyen âge, le francien et le wallon par exemple se ressemblaient assez pour qu’on ne puisse les reconnaître sous le manteau d’une graphie souvent approximative. Il s’agit de savoir si, à la même époque, le wallon oral et authentique ne différait pas assez du francien pour qu’on lui reconnaisse dès lors une personnalité clairement définie. A la fin de mon premier chapitre, j’ai pu conclure qu’il en était ainsi dès le début du 13e siècle. Cette conclusion atteinte, on pouvait se demander si la scripta employée en Wallonie après 1200 coïncidait avec le dialecte parlé : c’est ce que j’ai fait dans mon second chapitre.

2. La scripta de Wallonie n’est pas du wallon pur

17Depuis longtemps, des lecteurs attentifs et perspicaces ont remarqué que les anciens textes de Wallonie n’étaient pas écrits en wallon (parlé). Tel, par exemple, S. Balau, historien liégeois, qui, dans Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge, Bruxelles, 1903, p. 568, affirme sans ambages que « Jean d’Outremeuse, comme Jacques de Hemricourt, écrit ou s’efforce d’écrire en français ». Tel aussi P. Marchot qui, dans la Zeitschrift 21, 227, après une restriction sur « les anciens textes wallons ou censés wallons », en arrive au Poème moral « qui n’est pas un texte wallon, mais bien plutôt un texte écrit en français par un Wallon... » Telle aussi Ilse Schoenian, dans son étude sur le Cartulaire du Val-Benoît, où elle est souvent moins bien inspirée : « le Cartulaire, écrit-elle p. 1, n’est pas rédigé dans la langue populaire de la conversation, mais dans un français diplomatique (Aktenfranzösisch) constitué dans les chancelleries... »

18Ces affirmations concordent pleinement avec l’opinion que l’abbé Rousselot, le grand phonéticien français, exprimait déjà dans ses célèbres Modifications : « Les patois locaux, du moins ceux du Nord de la France, ont été rarement appelés à l’honneur de l’écriture : on avait surtout la prétention d’écrire en latin ou en français... » (Revue des patois gallo-romans 5, 1892, p. 237). Elles concordent aussi avec ce que L. Jordan dit des chartes dans le Herrig’s Arch. 146, 228 : « Elles sont tout au plus des échantillons des habitudes graphiques de la région. Par l’habitude graphique, nous pouvons, avec l’aide du dialecte moderne, déterminer des éléments (ein weniges) du dialecte ancien. Mais ce ne peut être là l’équivalent (Ersatz) de la langue disparue. »

  • 4 Parmi les citations qu’on vient de lire, certaines concernent les œuvres littéraires, d’autres les (...)

19Je ne soutiendrai pas que ces idées, où l’on retrouve plus ou moins la thèse de Feller, soient conformes en tout à la réalité4 Je les crois cependant beaucoup plus vraies et beaucoup plus sûres que les suivantes.

20Dans sa préface à son édition de Jehan le Bel, p. xxxix, L. Polain, un autre historien liégeois, mentionnait un texte de Jean d’Outremeuse « écrit dans le dialecte roman que l’on parlait à Liège au 14e s. » : c’était en 1863, il y a trois quarts de siècle. Mais en 1922, beaucoup plus près de nous, dans son Histoire de Belgique 2, 3e édition, p. 465, le célèbre historien belge H. Pirenne compte Jean d’Outremeuse parmi les écrivains qui « demeurent fidèles au naïf et rude parler national » (cité par L. Michel, Légendes épiques... 48, n. 1).

21D’éminents philologues même voient les choses d’une façon semblable.

  • 5 Le qualificatif « local », qui revient si souvent dans les phrases consacrées aux dialectes de l’a (...)

22N’est-ce pas M. Wilmotte qui, dans Le wallon, 1893, p. 79-80, écrit joliment que Hemricourt, Liégeois de vieille roche, « parle à ses pairs en noblesse et en vaillance l’idiome ancestral » ? Je me demande si Wilmotte a jamais pénétré la véritable nature de la scripta ; au point de vue dialectologique, en tout cas, certaines de ses expressions sont déplorables : un jour, il attribue aux scribes du 13e s. « un désir sincère de transcrire fidèlement les formes dialectales, en conservant leurs contours phonétiques » (W. 49, n. 1) ; une autre fois, il déclare que les Gloses de Darmstadt « constituent un spécimen suffisamment fidèle de parler local5 à une date ancienne » (W. 152)...

23N’est-ce pas Dauzat qui observe en 1906, dans sa Méthodologie linguistique 239-240, après et avant d’autres, d’ailleurs, que « jusqu’au 15e s. environ..., les documents en langue vulgaire étrangers à l’Ile-de-France sont écrits dans les dialectes locaux » ?

24N’est-ce pas F. Brunot qui, dans son Histoire de la langue française 1, 296, affirme que les patois actuels, « produits directs des transformations locales du latin,... ont été longtemps, dans leur région, la langue commune, parlée et souvent écrite, comme le francien l’était dans la sienne » ?

25N’est-ce pas W. von Wartburg qui, dans Problèmes et méthodes de la linguistique, trad. P. Maillard, Paris, 1946, p. 196, écrit que « Tournai atteste la langue populaire depuis 1235, Liège depuis 1233 » ?

  • 6 Des affirmations du même genre se rencontrent naturellement dans les manuels. Je me bornerai ici à (...)

26Et voici encore Aug. Brun, qui, dans Parlers régionaux..., Paris, 1946, p. 24, déclare que la littérature produite en France après 1100 est dialectale, ce qui est certain, mais qui ajoute que « poètes et prosateurs emploient leur dialecte natal ». Qui nous dira ce que signifie réellement « dialecte natal » et ce qu’il faut entendre par « langue populaire » ?...6

  • 7 En me voyant proclamer que la scripta de Wallonie n’est pas du wallon pur, peut-être le lecteur fo (...)
  • 8 Voy. aussi, de F. Brunot, la phrase citée ci-dessous, p. 179. — Reproduisons encore ici quelques l (...)

27Il convient de mettre en garde contre ces déclarations équivoques ou erronées. La clarté et la vérité, les voici, exprimées par Brunot lui-même, dans le même tome premier de son grand ouvrage, p. 303 : « les compositions littéraires, les chartes même sont loin de nous offrir avec certitude l’image de la langue parlée à l’époque et à l’endroit où elles ont été écrites7, de sorte qu’on ne saurait les interpréter avec trop de réserve et de défiance »8.

3. Les doubles formes

28A la fin de mon article des Mélanges Haust, p. 327, je soulignais l’instabilité graphique qui caractérisait la scripta stave-lotaine de 1400. Je citais entre autres l’exemple de Xhoffraix, nom d’un village proche de Malmedy, qui devait être en 1400 Hyofrê, ou plus exactement [xòfrè:], mais qui s’écrivait aussi bien °Xhofra que °Scofreal ; et je terminais en rappelant « combien il serait dangereux de reconnaître sans cesse, dans cette écriture instable, des aboutissements phonétiques réels ; il est clair, ajoutais-je, que cette orthographe ne représente pas toujours le produit local des phonèmes latins. »

29Le fait que, dans un texte original du moyen âge, le même mot peut se présenter sous deux ou plusieurs formes a, été relevé depuis longtemps. Il montre à merveille la nature composite de la scripta médiévale, et divers auteurs en ont tiré argument pour prouver que la scripta n’était pas le dialecte oral.

« Dans les recherches que nous avons faites précédemment, écrivait dès 1890 Ch. Bonnier, Z 14, 66, soit avec l’aide du patois, soit par la simple observation du phénomène des doubles formes, nous avons été amenés à cette conclusion que les Chartes ne représentaient pas le langage vulgaire. »
« Nous avons vu plus haut, rappelait-il, ib. 76, les raisons qui nous empêchaient de voir dans les Chartes une source scientifique pour l’étude des dialectes ; ces raisons sont : 1° les doubles formes qui se présentent en trop grande abondance pour les mêmes mots ; 2° les incertitudes de graphie ; 3° la comparaison avec le patois, qui nous a montré combien peu de formes vulgaires existaient dans les Chartes... »
« Après nous être convaincu..., disait-il encore, ib. 86, que la langue des Chartes ne pouvait pas représenter fidèlement la langue vulgaire du 13e s., par la raison qu’elle n’avait presque rien de commun avec la langue actuelle [= le patois]... » Et un peu plus loin, Bonnier reparle de nouveau de son étude qui l’a amené « à cette conclusion que les formes vulgaires étaient les moins représentées ».

  • 9 Des articles de Bonnier, l’illustre romaniste P. Meyer a donné des c. r. aussi aigres et aussi déf (...)

30Voilà bien des citations ! Mais aussi que d’idées excellentes ! Certes, les articles de Bonnier sont très oubliés aujourd’hui ; cependant, les lignes que je viens d’en reproduire méritaient d’être épinglées, méditées et retenues9.

31Un historien liégeois que j’ai déjà cité, S. Balau, raisonne comme Bonnier. Dans Les sources de l’histoire liégeoise..., 1903, p. 568-9, n. 5, après avoir rappelé que plusieurs ont pris le langage de Jean d’Outremeuse pour celui des Liégeois, il observe : « Il y a contre cette opinion plusieurs raisons : Le chroniqueur représente souvent le même mot par des formes qui correspondent à des sons différents ; or, les Liégeois parlaient d’une manière uniforme. »

32Plus récemment, Gertrud Wacker remarquait de même : « les mots à doubles formes, qui sont fréquents, ont eu dans le dialecte une forme unique, qui leur était particulière » (Verhältnis 50).

  • 10 Un tel raisonnement pèche-t-il par anachronisme ? Je n’en ai pas l’impression. Il me paraît vraise (...)

33Le raisonnement est clair. Aujourd’hui, dans le patois d’une même personne, il est très peu de mots qui aient deux formes différentes. Or, dans les chartes, même originales, il s’en rencontre beaucoup. C’est que la langue de ces chartes ne reproduit pas le parler vulgaire de leur auteur10.

34Personne maintenant ne devrait plus reprendre à son compte ce que disait G. Raynaud en 1876 dans son étude sur les chartes du Ponthieu, p. 6 : « Les chartes sont à l’abri de l’imagination ou du caprice des scribes ; elles sont écrites sans prétention, dans un but d’utilité pratique ; elles offrent donc la langue vulgaire dans toute sa vérité... » Malgré leur apparence logique et rationnelle, ces trois propositions, si bien enchaînées, n’expriment que des vues de l’esprit ; elles ne répondent pas aux faits.

35On souhaiterait aussi ne plus découvrir, dans les études philologiques relatives à la langue des auteurs anciens, des phrases comme celle que j’ai trouvée dans Alfred Foulet, édit. du Couronnement de Renard, poème du 13e s., Paris, 1929 (Elliott Monographs, 24) : « Souvent, dit Foulet, on rencontre la forme francienne au lieu de la forme picarde ou wallonne que l’on serait en droit d’attendre s’il s’agissait d’une charte et non d’un texte littéraire. » Une telle déclaration ne présuppose-t-elle pas chez l’éditeur la croyance que la langue des chartes est homogène ? Ne craignons donc pas de l’affirmer et de le répéter : la scripta médiévale, qu’il s’agisse de la langue des chartes, même des chartes originales, ou qu’il s’agisse de la langue des œuvres littéraires, même autographes, est naturellement composite ; elle offre naturellement des formes doubles ou multiples, même sans l’intervention des copistes.

4. Un argument illusoire

36Dans son Étude linguistique sur Jacques de Hemricourt et son époque, 1891, p. 84, G. Doutrepont proposait à son lecteur une séduisante expérience :

37« Transcrivez, disait-il, dix lignes d’une chronique wallonne avec des réductions telles que st = s’ [jusse (juste) 1577] ; pr = p’, b’ ; tr = t’, etc., en conservant toutes les altérations vocaliques et consonantiques établies dans le travail qui précède : vous croirez avoir sous les yeux un texte patois. »

38Dans Philologie et littérature wallonnes, 1938, p. 24-25, M. Valkhoff reprend ces quelques lignes, juste après avoir déclaré que l’auteur du Livre de prières de La Haye écrivait à l’usage des Liégeois « et s’inspirait inévitablement de leur vulgaire ». Si je comprends bien, il s’agit de prouver qu’au prix d’une légère transposition purement graphique, notre scripta médiévale ressemble à s’y méprendre au parler wallon.

39Personne, à ma connaissance, n’a tenté l’expérience proposée par Doutrepont. Faut-il le regretter ? Je ne crois pas. Il suffit d’y réfléchir un instant pour s’apercevoir qu’elle ne saurait dégager aucune conclusion, ni fournir aucun argument.

40Conservez, nous dit-on, toutes les altérations vocaliques et consonantiques dialectales. D’accord. Mais notre langue écrite, au 13e s. déjà, est loin d’être uniforme et homogène. Le trait phonétique ou morphologique proprement wallon apparaît seulement dans un cas ou dans quelques cas ; ailleurs, il est remplacé par des variantes diverses, d’origine étrangère ou graphique, francienne, picarde, analogique ou autre : à côté de li (glise), en 1236, voy. la (glise), le (glise). De celles-ci, que faudra-t-il faire ? Nous pouvons, évidemment, généraliser la forme wallonne, la substituer partout aux formes non wallonnes : n’est-ce pas ce qu’on nous invite à faire avec les groupes consonantiques finals (s au lieu de st, t au lieu de tr, etc.) ? De la sorte, en fin de compte, nous lirons li gléhe pour °li glise, °la glise, °le glise, et kinohe pour °conoistre. Mais que pensera-t-on d’un tel procédé ?

  • 11 On s’est servi d’autres arguments illusoires, notamment de celui-ci : les auteurs du moyen âge dev (...)

41Faire du wallon de cette façon-là, c’est mettre en œuvre une lapalissade ! Le francien et le liégeois sont tous deux des dialectes d’oïl. Si vous remplacez dans un texte tous les caractères non wallons par des caractères wallons, le texte, qui n’était peut-être pas wallon, deviendra wallon, par une conséquence nécessaire et automatique. En poussant les choses à l’extrême, on pourrait dire qu’en substituant aux mots d’un texte anglais leurs correspondants français, on croira avoir sous les yeux du français. C’est d’ailleurs ainsi qu’a procédé le traducteur des Dialogues du pape Grégoire, et chacun reconnaît d’emblée que le texte nouveau n’est plus du latin11.

5. L’origine de la langue écrite

42Celui qui admet que les auteurs romans du moyen âge écrivent tout simplement le parler local, n’a pas à chercher d’où vient la langue écrite. Mais nous, qui avons senti combien celle-ci diffère de celui-là, nous ne saurions nous empêcher de poser la question délicate entre toutes : Quelle est l’origine de la scripta ?

43Cette question concerne naturellement une période antérieure de beaucoup à notre charte de 1236, et j’avouerai sans ambages qu’elle échappe à mes prises. Si j’en parle ici, ce ne peut être qu’en me fondant sur les deux études qui ont fait l’objet de ce livre et sur leurs résultats.

  • 12 Cp. ci-dessous p. 167, n. 5, ce qui, d’après K. Jaberg, aurait eu lieu en Suisse romande : « On pa (...)

44J. Feller, qui était dialectologue, croyait à la primauté originelle du francien dans la langue écrite de tout le domaine d’oïl. En 1939 encore, dans sa note du Congrès de linguistique, c. r., p. 101, il affirmait : « Je persiste... à croire que le français, soit parlé, soit écrit, a pour substrat un dialecte, un seul. Lequel ? Sera-ce le lorrain, le bourguignon, le wallon, quelque autre dialecte excentrique ? L’histoire et la raison désignent un dialecte central. » Pour Feller, c’est le francien au fond qui s’est écrit dès le début en Wallonie comme dans les provinces françaises12.

45Mais M. Delbouille, médiéviste expérimenté, voit les choses d’une autre façon. Dans son rapport au même Congrès de 1939, c. r., p. 98, après avoir constaté que, dès le moyen âge, « il existait une langue écrite, partout indépendante de la langue parlée », il poursuit :

« Cette langue écrite, lentement constituée par des générations de clercs et de poètes, était déjà une langue commune dont les éléments essentiels se retrouvaient dans la plupart des parlera d’oïl, mais qui se colorait de traits dialectaux dans les diverses régions du nord de la France. Au prix de faciles transpositions phonétiques ou morphologiques, cette langue était compréhensible partout dans le nord de la France, mais elle ne s’identifiait à aucun dialecte. Farcie de latinismes, d’archaïsmes, de traits locaux de provenances diverses, de formes analogiques, elle n’était pas du français pur...
 » Avant le 15e s., il ne faut pas opposer une langue française aux dialectes parlés des provinces, mais bien opposer dans chaque province le dialecte parlé (ancêtre du patois actuel) à une langue écrite formée d’éléments divers. »

46Dans sa réponse à la note de J. Feller, p. 103, le même auteur précise et complète ses idées. Feller croyait à la prédominance originelle du francien dans la scripta ; M. Delbouille voit en celle-ci le produit d’une création régionale :

  • 13 Voy. à ce propos les conclusions de ma première étude, p. 88 sv.

« Ce n’est pas au 13e s que les provinces d’oïl ont commencé de connaître des textes vulgaires écrits. C’est entre le 8e et le 12e s. que la littérature vulgaire s’est développée dans le nord de la France. C’est au cours de cette période que se sont constituées les variétés écrites de l’ancien français. Les textes conservés de ce temps sont wallons, picards ou normands, c’est-à-dire qu’on trouve une langue écrite dans ces régions longtemps avant l’apparition de textes franciens. Et ces faits, loin de confirmer l’hypothèse d’une origine francienne de la langue écrite, montrent qu’en réalité on s’est essayé dans chaque province à noter le dialecte local à l’aide de l’alphabet latin. La langue écrite n’est pas née à Paris un beau matin. Elle s’est constituée progressivement, dans chaque province, à la suite de nombreuses séries d’essais.
« Qu’il y ait eu beaucoup de traits communs entre ces dialectes écrits s’explique aisément par leur ressemblance foncière (les dialectes parlés sont encore très proches les uns des autres jusqu’au 12e s.)13, par l’influence de l’orthographe latine (qui servait de base partout) et, subsidiairement, par des échanges.

  • 14 Dans BDR 3, 1939, 132, n. 1, L. Michel, qui considère comme excellente la mise au point de M. Delb (...)

 » Qu’à partir de certaine époque, tel ou tel dialecte ait exercé son influence sur les régions voisines, même dans la langue écrite, et qu’à ce point de vue le francien ait, de par sa situation, joui d’avantages particuliers, c’est non seulement chose vraisemblable, mais encore chose évidente. Mais, à mon sens, ce serait s’abuser que de croire à une primauté originelle, permanente et absolue, du dialecte parlé ou écrit de l’Ile-de-France.
 » Chaque province s’est constitué, du 8e au 13e s., une langue écrite qui lui était propre. C’est dans cette langue que sont écrits tous les documents... »14

  • 15 Cette thèse ne contredit pas seulement celle de Feller ; elle heurte les idées d’autres savants, c (...)

47Telles sont les idées présentées par M. Delbouille : elles ont une grande précision ; elles découlent d’une longue expérience de l’ancien français ; c’est pourquoi j’ai pensé qu’il valait la peine de les rappeler aux spécialistes15. Inutile de dire que je n’ai pas la compétence voulue pour les discuter. Je me contenterai d’en relever ici quelques-unes.

48Au point de vue de la grammaire historique des parlers wallons, il me plaît de souligner notamment que M. Delbouille reconnaît à la langue écrite un caractère composite : formés chacun dans une région donnée, les dialectes écrits sont distincts du parler régional ; ils comportent des latinismes, des archaïsmes, des formes analogiques ; et, à partir d’une époque qu’il resterait à déterminer, ils s’ouvriront aux influences extérieures, surtout à l’influence francienne.

49Au point de vue de l’origine de la langue écrite, je détacherai de la thèse deux grandes idées : 1° la scripta était le produit d’une formation régionale ; 2° la scripta était une langue commune dont les éléments essentiels se retrouvaient dans la plupart des parlers d’oïl.

50Ainsi réduites à leur plus simple expression, isolées de leur entourage et brusquement rapprochées, ces conceptions peuvent paraître contradictoires : de prime abord, je ne perçois pas comment, à l’époque des origines, aux 8e, 9e, 10e s., les artisans de la scripta, travaillant dans leur province respective, sans contact avec les régions voisines, ont pu reconnaître, parmi les éléments de leur parler régional, les éléments essentiels que ce parler avait en commun avec les autres parlers d’oïl.

  • 16 Voy. W. von Wartburq, Problèmes et méthodes de la linguistique, trad. Maillard, Paria, 1946, 13 : (...)

51A vrai dire, lorsqu’on les situe à des époques diverses, les deux idées reprennent leur vraisemblance. Il est naturel qu’à l’époque des origines, avant le rayonnement des grands dialectes, chaque province ait élaboré une langue dont le parler régional formait la base16. Il est naturel aussi qu’à une autre époque, une langue commune ait rassemblé en elle les éléments communs à plusieurs dialectes oraux.

52Considérées de la sorte, les deux idées ne s’opposent en rien. Cependant, elles me paraissent appeler encore, chacune de leur côté, diverses remarques.

  • 17 Est-il certain qu’avant l’an mille, par exemple, la langue romane ait été assez écrite dans les di (...)

53La première conception, celle qui concerne les temps les plus lointains, du 7e au 12e s., demeure malgré tout plus ou moins hypothétique17. Toute théorie relative à l’histoire de ces siècles obscurs s’appuiera toujours sur peu de faits. De cette époque primitive, surtout de la période antérieure à 1100, on a conservé si peu de textes en langue vulgaire qu’il est bien difficile, par exemple, de tirer argument du fait qu’ils ne proviennent pas des régions centrales.

54D’un autre côté, l’expression « langue commune » n’est-elle pas équivoque ? Une langue peut être commune par formation ou par extension : il peut s’agir d’une koinê qui amalgame des traits communs à plusieurs dialectes ; il peut s’agir aussi d’un dialecte qui s’impose au territoire occupé par ses congénères. Feller croyait que le francien était devenu la langue commune de tout le domaine d’oïl : il se trompait, dans une certaine mesure. Est-il vrai que la langue commune que nous appelons le français s’est créée de l’autre manière, comme une koinê, et que ses éléments « essentiels » se retrouvent un peu partout ? Il faudrait le démontrer. Mais en attendant, rappelons-nous ce que nous avons appris par l’analyse de notre charte de 1236.

55Il va de soi que la scripta de 1236 n’est plus celle, par exemple, de l’an 900. Si, en 900, la langue écrite était le dialecte oral fidèlement noté par l’écriture, nous savons qu’en 1236, ce n’est plus le cas : la scripta liégeoise, chacun l’admet, ne coïncide plus alors avec le wallon liégeois. Nous savons même qu’elle a dû recevoir d’ailleurs un certain nombre de ses éléments, qui ont toujours été étrangers au wallon liégeois (2°, A, p. 120 sv.). Peut-être suis-je dans l’erreur ; mais il me semble qu’en 1236, et surtout plus tard, on doit précisément compter parmi ces éléments d’origine étrangère des traits qu’on doit tenir en même temps pour des éléments « essentiels » de la scripta commune. La personnalité du dialecte wallon, fortement marquée dès le début du 13e s. (voy. I), ne dessine dans notre scripta de 1236 qu’un très pâle filigrane. La morphologie même, cadre fondamental de la langue, s’y présente avec une allure tellement française déjà qu’elle évoque à peine le wallon. Cinquante ans plus tard, la discordance entre la langue écrite et le dialecte parlé sera plus nette encore. On dirait donc que le wallon, notre important dialecte du nord-est, occupe à l’égard de la scripta commune une position exceptionnelle. M. Delbouille croit que la langue écrite « était déjà une langue commune dont les éléments essentiels se retrouvaient dans la plupart des parlers d’oïl ». J’ignore si l’expression « la plupart » correspond à la réalité ; mais à mon avis, il serait téméraire d’affirmer qu’elle englobe le dialecte de la Wallonie.

56Une remarque enfin, pour prévenir tout malentendu. Si, dans ce paragraphe, j’ai cru devoir noter combien me semblait léger, en 1236, dans la scripta de Wallonie, l’apport du wallon parlé, je ne songe nullement à nier le caractère régional de notre langue écrite. Sans aucun doute, le « français » employé au moyen âge dans le pays wallon se distingue par un ensemble de traits originaux ; mais, de toute évidence, beaucoup de ceux-ci ne coïncident pas avec les traits correspondants du dialecte oral.

6. La scripta, patois normalisé

57Essayant, dans les Mélanges Haust, 1939, p. 392, de définir la nature exacte du sous-dialecte écrit du moyen âge, M. Valkhoff disait : « Dans tous ces cas, il s’agit probablement d’un patois normalisé et adapté à l’usage littéraire ou administratif d’une cour, d’une chancellerie ou d’une abbaye de province, et cela à l’intérieur de l’unité politique ou naturelle plus grande dont le dialecte a été l’expression la plus générale et la plus abstraite. »

58A. Bayot se faisait déjà, de la langue du Poème moral, une conception très semblable : « Si le poème paraît originaire de la Wallonie, disait-il, il ne s’ensuit pas qu’il soit rédigé en un patois wallon... Le dialecte écrit par l’auteur est un dialecte littéraire, d’où il élimine les particularités locales trop accusées » (édit. du Poème moral, p. lxxvii) ; « le dialecte qu’il écrit tend à s’élever au-dessus des patois locaux pour se rapprocher d’une langue littéraire moyenne » (ib., p. cii).

59Les deux philologues invoquent le même phénomène : une normalisation du patois. Au fond et à l’origine, la langue écrite serait un patois, un parler local, que l’on aurait transformé, atténué ou surélevé. Claire au premier abord, la théorie s’obscurcit lorsqu’on essaye de reconstituer l’opération qu’elle postule. Comment faut-il se figurer au juste les changements subis par le patois ?

60On élimine les particularités locales trop accusées, dit Bayot.

61— Mais les localismes d’un patois ne s’accusent jamais trop par rapport à ceux d’un autre patois ; ils choquent surtout quand on compare un patois local à une langue de culture. L’élimination supposée n’inclut-elle pas la connaissance d’une telle langue ? D’autre part, si on élimine les localismes trop marqués, il faut bien les remplacer. Il ne saurait être question de leur substituer les localismes d’un autre patois ; il est naturel de recourir aux caractères d’une langue de culture. Mais, en somme, n’est-il pas plus naturel encore, et plus simple, d’écrire directement dans cette langue ?...

62On normalise le patois, dirait de même Valkhoff. — Mais, pour normaliser, il faut encore supprimer, remplacer ; il faut se référer à une norme. Et cette norme, quelle sera-t-elle, sinon une langue de culture ?...

63On tend à s’élever au-dessus des patois locaux pour se rapprocher d’une langue littéraire moyenne, dit encore Bayot. — Mais personne jusqu’à présent n’a étudié, n’a décrit avec précision les patois authentiques du moyen âge ; on les voit à travers des scriptae dont on les distingue mal ; parfois même on ne les en distingue pas. Comment, dès lors, imaginer cette action qui aurait consisté à s’élever au-dessus d’entités aussi mal définies ?...

64A mon avis, aussi longtemps qu’on n’aura pas montré sur le vif, par l’analyse d’une scripta localisée, la méthode suivie pour normaliser un patois, nous aurons le droit de tenir l’opération supposée pour une simple vue de l’esprit.

7. L’attraction de Paris

65A la normalisation du patois s’oppose nettement la thèse de Feller, selon laquelle les auteurs du moyen âge ont « voulu » écrire en français. Cette thèse, je l’ai adoptée moi-même lorsque, après avoir analysé les fragments stavelotains de 1400, j’ai déclaré leur langue « française d’intention ».

66L’idée que je formulais en 1939 heurte-t-elle mon lecteur d’aujourd’hui ? Je ne sais. En tout cas, elle circule depuis longtemps, sans offusquer personne.

67Il y a plus de quarante ans, je crois, M. Wilmotte parlait de l’auteur du Poème moral, « poète très scrupuleux et soucieux de bien dire..., qui cherchait à conformer son langage à celui de l’Ile-de-France... » (W. 204).

68Plus récemment, dans les Studia neophilologica 11, 1938-9, p. 212, A. Sjögren parlait d’« un certain Wace », qui, au 12e s., « comme ses confrères en littérature, essayait d’écrire en français de l’Ile-de-France », toutefois sans y réussir.

69Et naguère encore, dans la même revue, 16, 1943, p. 297, Carin Fahlin parlait d’un auteur du 13e s., d’un « poète d’une région picarde qui s’applique à franciser sa langue... ».

70Cependant, lorsque, Feller et moi-même, nous prêtions à nos auteurs médiévaux la volonté ou l’intention d’écrire en français, nous nous aventurions un peu, — sans le savoir, bien entendu. Et nos contradicteurs n’ont pas eu tort de nous rappeler qu’au moyen âge, le prestige et l’attraction du Centre, de Paris et du francien n’avaient ni la réalité, ni l’efficacité que nous croyions...

71Mea culpa ! Rendu prudent par les critiques, je me suis abstenu cette fois d’attribuer aucun sentiment à l’auteur de la charte liégeoise de 1236. Mais, après une analyse et une statistique, j’ai affirmé que la scripta du document était déjà du français aux trois quarts, et du non-wallon pour environ soixante-dix, c’est-à-dire pour le tiers de ses mots (voy. p. 134, 119, etc.).

72J’ai affirmé ces proportions, non comme des hypothèses, mais comme des faits. Ces faits, on peut les suspecter, les vérifier, les discuter. Mais, une fois qu’on les accepte, suffit-il de dire qu’ils s’expliquent par une influence extra-wallonne, centrale ou francienne ? Je me demande s’il ne faut pas, au contraire, proclamer hautement qu’ils révèlent cette influence.

73Au stade indo-européen, nul n’hésite à exploiter au profit de l’histoire les données de la linguistique. Pourquoi craindrions-nous de le faire à l’échelon de l’ancien français, pour une époque sur laquelle l’histoire elle-même a d’ailleurs bien des choses à nous apprendre ?

8. L’influence francienne ou centrale

  • 18 Sans faire partie de la France, la Wallonie et même le pays de Liège n’étaient pas si éloignés de (...)

74En formulant la déduction précédente, j’espère n’avoir pas cédé au parti pris. Et pourtant, est-elle vraisemblable ? L’influence centrale a-t-elle rayonné, dès 1236, à une telle distance, jusqu’à ce pays de Liège, qui se trouvait aux confins du monde germanique et qui relevait même de l’Empire ? Sans aucun doute18.

75Qu’il me suffise de rappeler un détail : les allusions du Poème moral, écrit en Wallonie vers 1200, à des chansons de geste évidemment venues d’ailleurs, prouvent que les ouvrages littéraires composés en France dépassaient les frontières politiques et atteignaient la Wallonie (voy. édit. Bayot, p. ciii sv.). Je pourrais citer d’autres faits historiques ; je préfère m’en tenir aux faits linguistiques.

76A diverses reprises, M. Wilmotte observe que, dès avant 1250, la scripta de Wallonie offre des traits remarquables de l’influence centrale. Il cite le g de °gardeir dans le Poème moral (Le wallon 23, n. 3), paines et n-d-r dans les Dialogues du pape Grégoire (W. 177), l’e- prosthétique (ib. 132) ; et à propos des finales en -able, il écrit : elles « sont l’une des preuves les plus frappantes de l’influence centrale, et celle-ci, par les chancelleries princières, devait être considérable, dès la seconde moitie du 13e s., dans le comté de Namur » (W. 132).

  • 19 Selon G. Wacker 6 sv., c’est Suchier qui a reconnu le premier que, dès le début du 12e s., il y av (...)

77Il ne faut pas s’étonner de telles observations. Une opinion courante et hautement autorisée admet que l’influence francienne a été prédominante avant le 13e s. Témoin ces avis de romanistes éminents19 :

  • 20 Citons aussi ces lignes de Paul Meyer, contemporain de G. Paris, dans son c. r. de Bonnier, R 19, (...)

78G. Paris, Littérature franç. au m. â. 3-4 : « A partir du 12e s., la prépondérance littéraire du dialecte ’francien’, ou de ceux qui lui ressemblent le plus, est tout à fait dessinée, et toutes les œuvres la subissent plus ou moins »20.

79A. Darmesteter, Gramm. hist., 4e édit., 1, 38 : « Dès le 12e s., la prédominance est assurée au français de l’Ile-de-France, et l’éclat de la royauté sous Philippe-Auguste et sous saint Louis en assure définitivement la suprématie. »

80K. Nyrop, Gramm. hist., 4e édit., 1, 24 : « La prédominance du ’français de France’ sur les autres dialectes devient de plus en plus sensible à partir du 12e s. »

  • 21 Réservée d’ordinaire aux patois modernes, l’expression « parler directeur » convient mal au cas de (...)
  • 22 Pour comprendre la destinée du francien comme langue commune, on retiendra cette observation de Wa (...)

81W. von Wartburg, Problèmes et méthodes de la linguistique 198 : « ... la langue de l’Ile-de-France devint, dès le début du 12e s., le parler directeur21pour l’usage littéraire » ; Évolution et structure de la langue française 125 : « depuis 1300, la suprématie de la langue de Paris est incontestée »22.

  • 23 Les affirmations contenues dans les passages cités ci-dessus ne méritent peut-être pas une confian (...)

82On aime à croire que ces divers auteurs ont étudié de près les textes de toutes les régions. Et sans doute y ont-ils relevé, au lieu des caractères régionaux qu’ils attendaient, des traits qui ne pouvaient être que franciens ou centraux. Avant moi et de leur côté, ils ont donc fait la découverte que j’ai refaite pour mon compte, dans ce livre même, en analysant la charte liégeoise. Mais tandis que mes observations se situent en 1236, les leurs remontent beaucoup plus haut, jusqu’aux environs de 1100, c’est-à-dire à l’époque où la littérature en langue d’oïl commence à se faire plus abondante. En somme, si ces grands auteurs voient juste, il faut reconnaître que le caractère régional des scriptae a été mitigé fort tôt par l’influence francienne23.

9. L’apparition du mot « français » en Wallonie.

83La prédominance du francien se révèle au philologue d’aujourd’hui qui lit les textes du moyen âge. Mais les Wallons du moyen âge percevaient-ils la supériorité du dialecte central ? Ils l’ont perçue à un moment donné, cela va de soi. La preuve en est qu’à partir d’une certaine époque, les auteurs de Wallonie désignent du nom de « français » la langue de culture, écrite ou parlée. Or, c’est seulement au 14e s. qu’ils s’expriment de la sorte.

84Dans la seconde moitie du 14e s., Jean d’Outremeuse dit écrire en franchois, en roman, en roman franchois, en roman Liègeois, et même en romains piquars. Ces locutions répondaient-elles chez lui à un concept rigoureux ? Leur diversité même prouve que non. Mais sans doute ne suffit-il pas d’observer avec L. Michel, Légendes épiques 47, à qui j’emprunte ces renseignements, que Jean d’Outremeuse veut surtout opposer « parler roman » à « langue latine ».

85Au début du 15e s., Jean de Stavelot emploie aussi le mot franchois, parfois avec le qualificatif « beau » : « ferons dire en thiex ou en franchois » (p. 273) ; « et quant les gaites les veirent, ilhs demandont en beais franchois : « Qui vit ? qui esteis-vos ? queis est li cry ? » Et li devant dit Gerart respondit en beais franchois qu’ilh estoient de leur compangnie » (p. 335).

  • 24 Jean de Stavelot n’applique pas l’expression beais franchois à la langue qu’il écrit. Sans doute, (...)

86Un peu plus tard, en 1462, l’auteur de la Chronique de Floreffe accole au même mot franchois le qualificatif « rude », mais en parlant de la langue qu’il écrit : « J’ay pris hardiment en moy, combien que indigne et non suffisant en sui, de faire et rimoier en rude franchois ung petit traittié (...) en lisant ce franchois » (cité W. 248-9)24.

  • 25 Les gens du 14e, du 15e et du 16e s. ne pouvaient naturellement avoir, dans ces questions linguist (...)

87Dans le dernier cas, du moins, le mot franchois se rapproche beaucoup, par son contenu sémantique, du mot actuel français. Peut-être l’auteur ne l’interprétait-il pas tout à fait comme nous25 ; mais, à en juger par le contexte même, il l’appliquait à une langue qui, tout en remontant au 15e s., mérite à bon droit de s’appeler « français ». Adéquate à la réalité considérée par rapport à l’avenir, la dénomination de « français » se justifie dans la Chronique de Floreffe au même titre que ci-dessus, dans la conclusion de ma deuxième étude, lorsque j’affirme qu’en fait, par les trois quarts de ses éléments, la scripta de 1236 est déjà du français.

88Chose à noter, cette façon prospective de considérer et de désigner la langue écrite du moyen âge n’est pas nouvelle.

  • 26 Voyez aussi l’emploi des mots « francien » et « français » dans F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis d (...)

89Dans le Grundriss 1, 572, Suchier disait par exemple : « ... la langue littéraire des poètes continentaux et anglo-normands a la même base dialectale, base qui représente pour nous la plus ancienne forme qu’on puisse atteindre de la langue (Schrift-sprache) française. » Voyez aussi Schwan-Behrens, Gramm. de l’anc, fr., trad. Bloch, 4e éd., p. l l : « Dans le domaine de l’ancienne Neustrie s’était formée, déjà de bonne heure, une langue littéraire commune, qui présente les traits essentiels du dialecte francien et par conséquent de la langue littéraire ultérieure. » De même, dans les Studia neophilologica 6, 169, J. Melander incline à considérer la langue des Serments de Strasbourg elle-même comme « un spécimen du français qui constitue la base du français littéraire postérieur de l’Ile-de-France »26.

90On sent bien tout ce qu’a de prospectif cet usage de français. Un aspect rétrospectif se découvre, au contraire, dans l’acception donnée au mot par G. Paris, qui, dans sa Littérature française au moyen âge, p. 1, entend par français, « sans distinction de dialecte, le latin vulgaire du nord de la Gaule ». Le terme inclut l’idée d’une grande unité géographique : G. Paris le croirait impropre s’il ne décidait de faire abstraction des différences dialectales ; pour ma part, je l’applique à une langue écrite bien déterminée après avoir reconnu à l’analyse que cette langue le méritait déjà.

10. L’ordonnance de Villers-Cotterets (1539)

91D’habitude, quand on retrace l’expansion du francien et du français, on attribue un rôle essentiel à l’ordonnance de Villers-Cotterets. On lit par ex. dans le Précis de gramm. hist. de la l. fr. de F. Brunot et Ch. Bruneau, 1937, p. xv :

92« 1539. — Ordonnance de Villers-Cotterets, l’acte le plus important du gouvernement dans toute l’histoire de la langue. Elle prescrit l’emploi exclusif du français dans toutes les pièces judiciaires du Royaume...

93 » Le latin, rejeté hors de la pratique, va s’épurer... »

94Par cet acte officiel, François Ier édictait donc que, dorénavant, les actes de justice seraient « prononcés, enregistrés et delivrés aux parties en langage maternel françois et non autrement » (article 111). En premier lieu, ainsi que l’observe A. Brun, Parlers régionaux 77, l’ordre visait probablement le latin judiciaire ; mais il atteignait aussi, « par ricochet », les dialectes.

95Ne soyons pas dupes des mots, cependant ; cherchons, derrière les mots, la réalité des faits. La question qui se pose est celle-ci : l’ordonnance produisit-elle vraiment un effet ? ou plutôt produisit-elle partout le même effet ?

  • 27 Français moderne 3, 152. A. Brun a publié d’importantes Recherches historiques sur l’introduction (...)

96Dans le midi, dans le domaine d’oc, selon Brun, elle apparaît à la fois comme « un terme et un point de départ », comme le résultat d’une poussée et comme le facteur qui aurait précipité l’évolution27.

  • 28 Il semble qu’on ne puisse songer à promulguer un tel édit s’il n’est destiné, dans une certaine me (...)
  • 29 Des remarques analogues pourraient être faites à propos du passage suivant, qui est tiré du même m (...)

97Mais dans le nord, le français n’était-il pas très répandu, dès avant 1539, comme langue juridique ? La question devrait être approfondie. On a cependant l’impression qu’au pays de Liège, dans un territoire qui échappait pourtant à l’autorité du roi de France, les cours de justice ont employé très tôt, bien avant 1539, une scripta plus ou moins française : s’il avait été applicable dans cette région, l’édit de Villers-Cotterets y aurait-il servi à autre chose qu’à consacrer un état de fait ?28 En tout cas, l’exemple de notre charte de 1236 montre qu’en expliquant l’avance du français dans le nord et surtout en Wallonie, il faut éviter d’accorder aveuglément de l’efficacité à l’ordonnance vraiment tardive de 153929.

11. La continuité de la tradition française

  • 30 On rencontre parfois, même assez tard, des textes où la langue est presque autant du wallon que du (...)
  • 31 Depuis toujours, les historiens de la littérature française rangent des auteurs comme Jean d’Outre (...)

98Je n’ignore pas qu’il s’est composé, après 1236, des textes bien plus wallons ou bien moins français que la charte étudiée. Mais il n’existe, à mon avis, entre celle-ci et ceux-là, qu’une différence de degré. Tous sont écrits dans la même langue, les actes juridiques ou administratifs aussi bien que les œuvres littéraires ; tous appartiennent à la même tradition30. Et comme le dit J. Feller, BT 5, 61, « si on veut classer sainement notre littérature belge médiévale31, elle doit compter comme française, elle appartient à un cycle qui aboutit d’épuration en épuration à notre littérature actuelle d’expression française ».

  • 32 Voyez les six petits actes malmédiens de la fin du 15e s. que j’édite en appendice.
  • 33 On voudra bien m’excuser de parler, après Feller, de la « pureté » de la langue au moyen âge : c’e (...)

99« D’épuration en épuration » : l’expression et l’idée valent d’être retenues. D’après Feller, la scripta se transmet de proche en proche à travers les siècles, sans changer de nature, mais en s’épurant, en se francisant de plus en plus. Entendons-nous bien : la ligne de l’évolution ne monte pas régulièrement ; parfois, elle forme palier ou redescend ; mais son mouvement général doit monter. Un acte d’une année n’est pas nécessairement plus pur, plus français qu’une autre pièce écrite cinq ans plus tôt. Et d’autre part, à une même époque, un acte d’un endroit donné ou d’un greffier donné n’est pas nécessairement aussi pur que celui d’un autre endroit ou d’un autre greffier. Aux 15e, 16e, 17e s., notamment, alors que les cours de justice font mettre par écrit tous leurs jugements, on trouve des scribes peu lettrés qui pratiquent une scripta rudimentaire32. Mais il semble permis d’affirmer que, pour la moyenne des gens qui écrivent, la courbe de la correction « française » de la scripta de Wallonie s’élève, dans son ensemble, d’une façon assez régulière et assez marquée33.

  • 34 Les « impuretés » assez nombreuses qui subsistent actuellement encore dans le français écrit à Liè (...)
  • 35 Dans la tradition du Paweilhart, « la courbe d’épuration est claire », quoique le nombre des wallo (...)

100Il serait possible, je pense, d’aligner une série de textes liégeois s’échelonnant de 1 236 à nos jours, et de montrer qu’en fait il y a bien épuration progressive dans une langue qui, aujourd’hui même, n’est pas encore tout à fait pure34. Mais personne jusqu’à présent n’a réalisé sur ce point une expérience complète. Lorsqu’il a étudié la tradition graphique d’un fragment de Paweilhart, dans le BT 17, 137-165, A. Baguette n’a pu remonter au delà de 1 40035.

  • 36 Il semble qu’en certaines régions, le dialecte central se soit imposé d’un coup, dans les chartes (...)

101Un tel travail vérifierait-il complètement mes présomptions ? Je n’ose le croire. Mais je suis persuadé qu’il confirmerait cette importante conclusion d’A. Baguette, ib. 163 : nulle part, on ne découvre, dans la tradition de la scripta, l’hiatus qui devrait marquer le passage de l’idiome régional à la langue française36.

102Il faut, par suite, considérer comme sujette à caution la théorie selon laquelle deux langues différentes se seraient succédé dans l’usage écrit, le francien ou le français s’y étant substitué un beau jour à la scripta dialectale issue des parlers locaux.

103Cette théorie court les livres et les manuels, comme une acquisition définitive que personne ne songe plus à discuter, ni à prouver.

104Dans le tome premier de son Histoire de la langue française, p. 296, F. Brunot écrivait :

« ... la déchéance actuelle des plus humbles de ces parlers, réduits à l’état de patois, ne saurait faire oublier leur importance passée. Produits directs des transformations locales du latin, ils ont été longtemps, dans leur région, la langue commune, parlée et souvent écrite, comme le francien l’était dans la sienne...
 » Sur les faits ainsi sommairement exposés, il n’y a plus aucun doute... »

  • 37 On évite le plus souvent d’employer le mot patois pour une époque aussi lointaine ; on admet d’ord (...)

105Dans le tome 7 du même ouvrage, p. 18 sv., Brunot n’hésite pas à intituler un chapitre « Disparition de la littérature en patois »37.

106De ce chapitre, voici les premières lignes :

« Il ne nous appartient pas de raconter comment les anciens dialectes, dont nous avons parlé au moyen âge, étaient entrés en décadence et tombés peu à peu au rang de patois... La plupart d’entre eux avaient cessé d’être des langues littéraires, comme ils l’avaient été récemment encore, et comme ils le redevinrent partiellement dans le Midi, au 19e s. »

  • 38 Les conceptions exprimées par F. Brunot appartiennent à la catégorie des idées reçues, et aussi à (...)

107De la sorte, après s’être écrits au moyen âge, les parlers locaux auraient été supplantés dans l’écriture par le français ; mais certains d’entre eux, le provençal par exemple, sont redevenus des langues littéraires au 19e siècle38.

108Bref, des citations qu’on vient de lire, on peut dégager une théorie courante, dont voici les points essentiels :

1091° les parlers locaux et les dialectes régionaux se sont écrits jusqu’à une certaine époque, que l’on place volontiers à la fin du moyen âge — adoptons, pour fixer les idées, le chiffre 1400 ; à ce moment, ils ont été supplantés dans l’écriture par le francien ;

1102° par suite de la victoire du francien, les parlers locaux et les dialectes régionaux ont « déchu », se sont « avilis », sont « tombés au rang de patois » ; plus tard, cependant, dans certaines régions, ils ont servi d’instruments à une littérature (au 19e s., dans le Midi, selon Brunot ; dès les environs de 1600, en Wallonie liégeoise).

111Au pays de Liège, les choses se seraient donc passées ainsi : au moyen âge, on écrit le wallon local ; vers 1400, supposons, le français remplace le wallon dans l’écriture ; vers 1600, le wallon s’écrit de nouveau, à côté du français, et redevient l’instrument d’une littérature dite patoisante. Cette histoire peut se figurer par le schéma suivant :

  • 39 On répète à toute occasion que Froissart est le dernier écrivain qui se serve du dialecte picard. (...)

112Dans la théorie et le schéma, le point 1400 forme le centre d’une double erreur : il marque le passage du wallon au français, et, du même coup, pour le wallon, le début d’un hiatus de deux siècles. Or, ni l’hiatus, ni le changement de ligne n’ont été contrôlés par l’expérience ; personne encore ne les a montrés dans les faits, ni vers 1400, ni à une autre époque39.

113Nous savons d’autre part que, dès 1200 (et même avant), le wallon parlé connaissait un grand nombre, le plus grand nombre peut-être, des variations phonétiques et morphologiques qui le caractérisent aujourd’hui à l’égard de ses voisins (chap. I). Nous savons aussi que nos scribes et nos auteurs médiévaux n’ont pas écrit le wallon de leur époque (chap. II).

114Est-ce que, par hasard, on n’aurait jamais écrit au moyen âge le parler wallon de Liège ? Je ne sais. Il me paraît vraisemblable et naturel qu’à l’époque où se constituait la langue vulgaire écrite, on ait essayé de noter le parler local. Mais, dès le 13e s., la langue écrite à Liège appartient sans nul doute à la tradition qui aboutit au français écrit aujourd’hui dans cette ville.

  • 40 Au cours du 13e siècle et dans la suite, le mouvement de pénétration du dialecte central ou du fra (...)

115Admettre, avec la théorie courante, que deux idiomes se sont succédé dans l’usage écrit, c’est, pour ce qui concerne la Wallonie tout au moins, se représenter les choses d’une manière inexacte et équivoque. Un idiome, le wallon, n’avait pas à être supplanté par un autre, le francien, — après 1236, en tout cas. Dès ce moment, nous le savons, la scripta liégeoise comprenait, outre une proportion considérable de formes communes au francien et au wallon, des formes étrangères au wallon, surtout centrales, et un pourcentage relativement réduit de formes wallonnes. Toute la substitution qui se produira au cours des siècles aura comme effet de remplacer ces formes wallonnes par des formes centrales, ou plutôt leurs lettres ou leurs phonèmes wallons par leurs correspondants centraux40. Mais, dans le fond, la langue écrite restera la même.

116Ainsi donc se découvre, à côté de la tradition du wallon parlé, que nous avons relevée dès 1200, une tradition de langue écrite, qui mérite, à partir d’un certain moment, d’être appelée française.

117Corrigé d’après ces résultats, le schéma de l’usage écrit prend un aspect nouveau :

118Le segment de la ligne wallonne antérieur à 1400 est reporté sur la ligne française, et le point 1400, si important dans le premier schéma, ne compte plus.

119Notez que les deux lignes ne sont pas absolument indépendantes. La langue de culture a conservé jusqu’à nos jours des attaches avec le patois ; mais elle est devenue à l’époque moderne beaucoup plus « française » qu’elle ne l’était au moyen âge ; et si l’on voulait que le schéma figure mieux les faits, il faudrait accentuer le trait supérieur dans sa seconde moitié.

120Enfin, répétons-le : la scripta de notre charte liégeoise de 1236 n’est pas du wallon pur ; elle doit prendre place dans cette tradition française qui, en Wallonie, selon le mot de Feller, nous conduira d’épuration en épuration jusqu’à la littérature belge actuelle, simple compartiment de la littérature française.

121Cette déduction n’est, d’ailleurs, nullement révolutionnaire. Mais il serait intéressant de la vérifier pour Liège même, pour le reste de la Belgique romane, et aussi pour des régions françaises comme la Picardie ou la Lorraine.

12. La continuité de la tradition patoise

122Après avoir affirmé la continuité de la tradition « française » écrite, au moins depuis 1200, il convient d’affirmer aussi, et à partir du latin, la continuité de la tradition patoise.

123Trop souvent, on expose mal l’histoire des patois. Certes, chacun sait que les parlers locaux d’aujourd’hui remontent au latin vulgaire. Mais beaucoup d’auteurs s’expriment d’une manière tellement ambiguë que, si on lisait seulement le chapitre où ils racontent l’évolution linguistique de la fin du moyen âge, on penserait aisément que les patois modernes ne sont rien d’autre que les restes des anciens dialectes écrits. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on remet en question l’origine « première » des patois ; mais on est bien près de leur assigner une origine « seconde ».

124De la théorie qui suppose une discontinuité de la tradition écrite, il découle en effet une explication de l’ « origine » des patois. Elle est toute simple ; elle se résume en cette courte phrase : à tel siècle, les dialectes cessent de s’écrire, tombent au rang de patois et déchoient.

125Nous avons lu tout à l’heure une éclatante manifestation de cette thèse chez F. Brunot (p. 168 ci-dessus) ; nous avons vu cet auteur intituler un chapitre de son Histoire de la langue française « Disparition de la littérature en patois » et ensuite parler clairement des anciens dialectes qui « étaient entrés en décadence et tombés peu à peu au rang de patois ».

126Voici d’autres textes du même genre, recueillis chez d’autres maîtres romanistes.

127On lit dans Nyrop, Gramm. hist., 4e édit., 1, 24 : « Ce n’est pourtant que vers la fin du moyen âge, au 15e s., que le francien triomphera complètement dans la littérature et que les autres dialectes seront réduits à l’état de patois. »

128En 1927, dans Les patois, p. 15, A. Dauzat affirmait de même que « la littérature dialectale disparaît avec le 15e s. ». Et plus récemment, en 1939, dans son Tableau de la langue française, p. 261, le même savant explique de cette façon la déchéance des dialectes, — déchéance sociale et linguistique à la fois :

  • 41 Il ne s’agit pas seulement pour Dauzat, notons-le, d’une déchéance sociale, que refléterait l’appe (...)

« On a vu que la littérature dialectale de langue d’oïl disparaît, en fait, à la fin du moyen âge ; écrire en idiome provincial ne constituera plus qu’un passe-temps, une curiosité locale, dont les sujets sérieux seront bannis. Par suite, les dialectes tombent au rang de patois : du jour où ils ne sont plus parlés par la classe cultivée, mais seulement par les paysans, leur déchéance sociale s’accompagne d’une déchéance linguistique, ils s’appauvrissent au double point de vue du vocabulaire et de la syntaxe et ils sont de plus en plus pénétrés par le français. »41

129Dans le Français moderne 3, 199, P. Fouché écrit : « Le patois, c’est le continuateur de ces dialectes du moyen âge, dialectes d’oïl, dialectes d’oc,... dont l’importance politique et littéraire a parfois été des plus grandes. » Fouché explique ensuite la fortune du francien, et il rappelle l’ordonnance de Villers-Cotterets de 1539 (voy. ci-dessus n° 10), à la suite de laquelle les dialectes « furent réduits à l’état de patois ».

130En 1946, dans Parlers régionaux..., Auguste Brun exprime aussi des idées semblables. P. 71, il intitule un chapitre « Le 16e s. et l’avilissement des dialectes ». Voici, de cet auteur, quelques phrases particulièrement significatives :

« C’est une déchéance considérable pour les dialectes d’être exclus non seulement de l’usage littéraire, mais de tout usage écrit » (p. 80).
« ... nos dialectes : de ceux-ci le lexique s’appauvrit forcément puisqu’il est un instrument de paysan, et, comme tel, étranger à une civilisation un peu raffinée. Il abonde, certes, en mots de labourage et pâturage, en mots concrets... Mais il n’a pas de quoi exprimer les notions abstraites, les nuances de la vie affective... » (p. 95).

131Cette théorie est courante ; et si elle n’est l’orthodoxie même, elle en a tout l’air. « Les patois, ces parlers locaux, survivances des anciens dialectes... », ou encore « Les patois, survivances parlées des anciens dialectes écrits... », dit un romaniste professionnel dans une histoire du français adressée au grand public.

132Cela ne signifie-t-il pas, pour chacun et pour moi, que nos parlers locaux actuels sont les descendants des anciennes scriptae régionales, et qu’ils ont connu deux formes : la forme écrite et socialement supérieure des dialectes, la forme orale et socialement inférieure des patois ?

133Cette théorie, tous les dialectologues la rejetteront comme une erreur flagrante. On ne saurait admettre pour les patois qu’une « origine » certaine : ils descendent du latin vulgaire qui s’est diversifié selon les lieux avec le temps. Quant aux dialectes écrits, — les scriptae régionales, comme je les nomme, — ils occupent, à l’égard des patois, une situation bien différente de celle qu’on indique : ils n’ont pas donné naissance aux patois ; ils procèdent d’eux, au contraire, pour une part de leurs éléments, tout au moins. Cependant, si les conclusions de mon étude sur la charte de 1236 peuvent être généralisées, les scriptae du moyen âge appartiennent à une tradition bien particulière, qui est déjà la tradition française. Mais, au lieu de se détacher de cette tradition, elles s’y sont fixées pour s’y perdre à jamais.

134Ma critique pourrait s’arrêter là. Je crois utile de l’étoffer, de la préciser encore.

135Si mes idées répondent aux faits, les parlers locaux nommés aujourd’hui patois ont toujours existé. En général, on ne leur donne le nom péjoratif de patois qu’à partir du moment où ils s’opposent au français devenu langue de culture. En réalité, ne devrait-on pas les appeler de même quand on les considère aux siècles antérieurs ? J’ai l’impression qu’ils occupaient déjà la même situation sociale à l’époque où le latin régnait encore dans l’usage écrit et cultivé. Les parlers locaux n’ont-ils pas été des patois par rapport au latin, avant d’en être par rapport au français ?

136Comment se représenter que les patois soient le reste des scriptae déchues ? Je n’hésite pas à le déclarer d’emblée : à mes yeux, — et pour ce qui concerne le domaine wallon, — cette déchéance est un mythe.

137Admettons un instant que les parlers locaux se soient écrits aux 13e-14e s. Quand le francien s’est imposé dans l’usage écrit, ces parlers ont cessé de s’écrire : « ils sont tombés au rang de patois » ; ils sont devenus des idiomes socialement inférieurs. Soit ! Est-ce pour cela qu’ils ont changé de nature ? Autrement dit, leur déchéance sociale s’est-elle accompagnée d’une déchéance, d’un avilissement linguistique ?

138Revoyons donc les choses comme nous savons qu’elles ont été — en Wallonie tout au moins. Les parlers locaux, produits de la différenciation géographique du latin vulgaire, existent depuis le moyen âge. En 1236, le dialecte écrit se distinguait déjà nettement des parlers locaux. En quoi l’histoire du dialecte écrit et son remplacement éventuel par le francien ont-ils donc influencé les parlers locaux ?

  • 42 Pour l’histoire sémantique du mot « patois », voy. Bun, Parlers régionaux 84-85. — Au 16e s., d’ap (...)

139Lorsque ces parlers ont cessé de s’écrire (en supposant de nouveau qu’ils s’écrivaient), c’est-à-dire vers 1400, ils se sont émiettés, nous dit-on (Brun, 1. c., p. 94 sv.) ; mais leur emiettement ne remonte-t-il pas au morcellement féodal du moyen âge ? Leur syntaxe, leur vocabulaire se sont appauvris, nous dit-on encore : mais je crains bien que cet appauvrissement ne se voie surtout quand on rapproche les patois oraux d’aujourd’hui et les dialectes écrits d’autrefois ; ce qu’il faudrait comparer, ce sont les parlers locaux d’aujourd’hui et la forme orale qu’ils avaient autrefois. Dans une région comme la Wallonie, où les patois demeurent très vivants, une telle comparaison aurait, j’en suis sûr, un résultat décisif : elle montrerait la persistance millénaire d’un grand nombre de mots anciens, la vitalité des flexions verbales héréditaires, en un mot, la surprenante continuité de la tradition patoise42.

  • 43 Il n’y a pas de contradiction entre ce passage et celui de la p. 155 où je reconnais qu’il « est n (...)
  • 44 On trouvera peut-être que je suis ici bien catégorique. Mais j’ai cru nécessaire de souligner vive (...)

140Pour moi, je l’avoue, je garde toujours présente à l’esprit cette tradition patoise fondamentale. Serait-ce donc une illusion de dialectologue ? Ai-je tort de penser que mes parents, paysans de l’Ardenne liégeoise, utilisaient le même wallon que leurs ancêtres médiévaux, c’est-à-dire le même type de langage, un idiome rural, rebelle à l’abstraction, mais habile à parler de la campagne, des bêtes, de la vie courante, simple et concrète ; que ce wallon ne s’est jamais écrit véritablement43, ni au 13e s., ni peut-être aux siècles antérieurs ; et qu’il n’a rien perdu de ses gaucheries syntaxiques ni de ses richesses lexicales, bref qu’il est resté lui-même après le triomphe du francien ? Non. Je ne saurais en douter : en 1900, comme en 1200, comme en 700, le « roman » de La Gleize était la même langue des mêmes paysans parlant des mêmes choses44.

141Allons-nous imaginer, au contraire, que l’actuel patois de Stavelot, par exemple, représente à sa façon la langue écrite à Stavelot en 1400 et celle des chartes de Stavelot-Malmedy ? Ce serait une erreur grossière. Apporté dans le pays de Stavelot à l’époque lointaine où « blanc » se disait encore albus (voy. le NL Arbrefontaine [Bastogne 3] ← aba fontana), le latin vulgaire y était devenu en 670, à l’arrivée de saint Remacle, un parler roman qui a subsisté, qui a vécu sur place durant le oyen âge et les temps modernes, qui s’est transformé aussi, non pas tout à coup, au 14e ou au 15e s., par suite d’une brusque déchéance, mais peu à peu, selon l’évolution normale et inévitable due au temps qui passe.

142A côté de ce parler roman, de ce wallon, il y a la langue écrite des chartes et de 1400 : à mon avis, c’est tout autre chose.

13. Les deux traditions

143Étant donné qu’il faut distinguer en Wallonie, ailleurs aussi sans doute, deux traditions : celle du patois parlé, celle de la langue écrite, et que la dernière a subi fortement l’influence centrale à partir d’une certaine époque, on peut représenter l’ensemble des faits par le schéma suivant :

144On n’enferme pas la vie en un schéma. Le nôtre même, malgré sa complication, ne dessine qu’une partie de la réalité. Il ne marque pas, notamment, l’influence qui va depuis longtemps du français au wallon. Mais il indique, dans l’histoire de la langue écrite, les rapports les plus importants.

145A gauche et à droite, deux grandes flèches verticales représentent l’évolution du patois et celle du français. Au milieu, une autre grande flèche, verticale aussi, figure la tradition de la langue écrite en Wallonie. C’est naturellement celle-ci qui nous intéresse le plus.

  • 45 Remarquons toutefois que ce qui concerne cette période est surtout une reconstitution par inductio (...)

146Pour l’époque antérieure à 1236, conformément aux vues de M. Delbouille sur la formation régionale de la langue écrite, la scripta est rattachée directement et fortement au wallon45.Mais à partir de 1236, date du document analysé dans cet ouvrage, elle est reliée à la fois aux colonnes de gauche et de droite : comme l’influence wallonne elle-même, les flèches venant de gauche s’affaiblissent de plus en plus avec le temps ; celles venant de droite se renforcent, au contraire, suivant le progrès de l’influence centrale.

147De la sorte, la scripta de Wallonie apparaît comme la composante de forces diverses, l’une verticale, celle de la tradition, les autres horizontales : l’influence du parler local, sans cesse décroissante ; l’influence du dialecte central ou du français, sans cesse croissante.

148En 1236 et après, j’appelle la scripta ancien français, moyen français et français moderne ; mais je ne songe nullement à exclure d’autres dénominations, pourvu qu’elles ne soient pas équivoques (voy. p. 138-9).

149Parallèlement au français et à la scripta, le wallon a naturellement connu, lui aussi, une forme ancienne, une forme moyenne et une forme moderne. Mais on ne parle jamais du moyen wallon ; on considère plutôt que l’ancien wallon va jusqu’en 1600, date des premiers textes liégeois et début du wallon moderne.

14. Les deux sens du mot « dialecte »

150On dit communément que les patois locaux se groupent en dialectes ; on dit communément aussi que la langue écrite apparaît sous des variétés régionales nommées dialectes. Ainsi découvrons-nous que le mot « dialecte » s’emploie dans deux sens, ou bien qu’il faut considérer, dans deux plans nettement distincts, deux espèces de dialectes : les dialectes parlés et les dialectes écrits. Les uns, qui ont vécu d’une vie orale et naturelle, sont les dialectes du dialectologue ; les autres, qui ont vécu avant tout d’une vie écrite et plus ou moins artificielle, sont les dialectes du médiéviste.

151Au fait, est-ce bien là une découverte ? Non. L’idée d’une double tradition dialectale se trouve déjà, par exemple, dans ce passage de Darmesteter, Gramm. hist., 4e édit., 1, 31 : « Ainsi se forma en France une série d’idiomes régionaux différents [= les dialectes de l’ancien français] que l’on désigne, en général, par le nom des provinces où ils ont fleuri, et ce nom s’applique également aux différents patois [remarquez ce mot] qui continuaient à vivre obscurément dans la même province. »

152L’idée se devine aussi dans ces lignes de Brunot, Hist. de la l. fr., 1, 303 : « ... il a existé au moyen âge un certain nombre de dialectes qui, de création naturelle ou non, sans être probablement identiques au parler d’un endroit ou d’un territoire géographique déterminé, ont servi à la production littéraire, et qui peuvent, sans qu’on abuse trop du langage, être appelés du nom de la région où ils étaient en usage. »

153Peut-être n’est-ce pas abuser du langage que de donner le même qualificatif géographique à l’idiome parlé et à l’idiome écrit d’une même région. Il est dangereux, à coup sûr, de donner à ces deux idiomes régionaux le même nom de « dialectes ». Pour la sécurité de la grammaire historique française et wallonne, il faut éviter à tout prix l’équivoque qui consiste à appliquer le même nom à des réalités linguistiques découpées dans des plans différents. Quelle valeur assignerons-nous donc au terme « dialecte » ou par quel mot le remplacerons-nous ?

154Dans mon usage personnel, j’ai adopté le mot scripta pour les variétés régionales de la langue écrite, dans les cas où l’expression ancien français ne suffit pas ou paraît trop explicite. Si j’avais à désigner les variétés régionales de l’ancienne langue de culture, je les nommerais — sans inconvénient, me semble-t-il — ancien-français picard, ancien-français lorrain, ancien-français liégeois, tout comme à l’époque actuelle j’appellerais français liégeois la forme prise au pays de Liège dans l’usage oral par le français moderne.

155En tout cas, il me paraît indispensable d’employer deux sortes de dénominations, puisqu’il s’agit de nommer deux sortes de choses qui ne peuvent être confondues sans danger pour la science et pour la vérité. Quant aux différences qui distinguent les variétés géographiques de la scripta et celles du parler dialectal, on peut assurer que les « dialectes » oraux, les parlers locaux ou les patois différaient beaucoup plus entre eux que les « dialectes » écrits, les scriptae régionales ou locales. Dans la Revue de linguistique romane 17-20, 135, Ch. Bruneau signale qu’en 1886, dans le t. 47 de la Bibliothèque de l’École des Chartes de Paris, p. 5-16, G. Saige a publié une charte française de Joinville (1258), qui existe en deux exemplaires scellés, l’un en dialecte champenois, l’autre en dialecte picard : « C’est, ajoute-t-il, un exemple à méditer par tous ceux qui étudient la langue des chartes. » Assurément, il est très intéressant d’y aller voir : on constate qu’entre les formes champenoises et leurs variantes picardes, il n’y a généralement qu’une différence graphique : fust-fuit, sont-sunt, volanteit-volentei, etc. Incontestablement, les deux textes sont écrits dans la même langue, et bien qu’on soit encore en 1258, les différences dialectales qui séparent les deux versions n’ont aucune profondeur.

15. L’importance des distinctions proposées

156Ce n’est pas seulement pour préciser la terminologie qu’il importe de distinguer les deux traditions : celle des patois et celle des scriptae. En réalité, la distinction est capitale pour la science elle-même. Pourquoi ? Parce qu’elle est de nature à engager l’interprétation sur des voies plus fermes.

157L’étude de la langue écrite doit servir à la fois les médiévistes et les dialectologues. Mai3, pour remplir cette double fonction, elle doit être conduite avec une exactitude minutieuse. Or, il suffit d’admettre la complexité essentielle de la scripta et l’existence, à côté de celle-ci, d’un patois qui l’a influencée, pour que, dans l’analyse d’un texte, on reconnaisse d’emblée les éléments wallons, les éléments communs, centraux et autres, et aussi pour qu’on démêle l’origine des doubles formes, si fréquentes et si troublantes.

158Il est des cas très simples, comme celui de baisier et maison, formes des Dialogues du pape Grégoire que Wilmotte trouvait « embarrassantes » (W. 184). Sans doute, ces formes ne coïncident pas avec w. bâhî, mahon, qui avaient déjà leur h en 1200. Mais ne craignons pas de les traiter comme des formes centrales, franciennes, ou du moins déjà françaises.

159Il est aussi des cas difficiles, comme celui de °moisses ’mouches’, que Feller a si bien élucidé (ci-dessus p. 97) et comme le suivant, qui est repris à la même étude de Wilmotte :

« Dans le voisinage d’un u, écrit Wilmotte, W. 188, n. 1, le phénomène a → o s’est naturellement accompli : ... espauentement..., espawente-ment..., espouentement. Ce sont évidemment là trois étapes d’une même évolution phonétique, dont il serait difficile de dire laquelle a connue le traducteur, s’il n’est guère douteux que le scribe avait franchi la dernière et prononçait... espowentement. »

160Exemple typique d’une interprétation phonétique des doubles formes : les graphies différentes, doubles ou multiples, rencontrées dans un même texte, sont considérées comme représentant des états phonétiques différents, c’est-à-dire comme figurant, dans une même langue, les états successifs d’un phonème en voie d’évolution ; et l’on songe même à rechercher, parmi ces états, ceux qu’on peut attribuer respectivement à l’auteur et au copiste...

161Pour ma part, je procède autrement.

162Fidèle à la méthode recommandée par Jules Feller, je m’entoure d’abord d’une documentation aussi serrée que possible. Je consulte le FEW 3, 304-5, v° *expaventare. Il me fournit de nombreuses formes localisées et il m’apprend notamment ceci :

« L’évolution phonétique en français a probablement conduit la syllabe du radical de -pav- à -po- par un intermédiaire -paw- ; d’où afr. espoenter. La forme espaventer attestée isolément à côté de celle-ci est probablement particulière à certains dialectes (...). D’espoenter est sorti espoventer (depuis le 15e s.), par suite du comblement de l’hiatus, peut-être aussi sous l’influence à.’espaventer » (p. 305b).

  • 46 Pour simplifier le problème, je ne discuterai pas non plus ici de la valeur de « u » et de « w ». (...)

163Ne nous attardons pas à l’histoire du v, quoique Wartburg la reconstitue d’une façon plutôt discutable. Reprenons les formes des Dialogues du pape Grégoire46.

164Après avoir comparé les trois variantes espauent-, espawent- et espouent-, vais-je affirmer 1° que l’évolution a o était accomplie dans les Dialogues, et 2° que le scribe était parvenu à l’étape o ? Non. Je m’en abstiendrai, pour deux raisons : 1° je ne crois pas que le changement dont il s’agit puisse être situé dans la scripta de la région d’où proviennent les Dialogues ; 2° je ne crois pas qu’au moment où elle est sortie de la plume du traducteur, la langue des Dialogues était une et homogène.

165La seconde raison est facile à saisir ; mais voyons la première.

166On admet que la traduction des Dialogues du pape Grégoire a été composée dans la Wallonie orientale. Or, tandis que le latin *expaventare donne en anc. fr. espoenter, il aboutit en anc. w. à *spaw(en)ter (lg. mod. spaw’ter). Si l’on trouve espouenter avec o dans la scripta des Dialogues, donc dans une scripta de Wallonie, on ne peut douter qu’il y soit venu d’ailleurs : l’o est étranger. En réalité, l’évolution de a en o s’est effectuée dans les dialectes centraux, et elle ne doit pas être notée comme telle dans un texte de la Wallonie orientale.

167Une fois ce premier résultat assuré, il est aisé de poursuivre l’analyse des formes. L’e- initial, qui est commun aux trois variantes, n’a rien de wallon : il manque régulièrement dans nos patois (voy. w. stinde, fr. étendre). L’o de espouentement est aussi étranger au wallon : la forme est centrale, francienne, ou autre. Quant aux deux formes en a, on peut supposer 1° qu’elles représentent l’antécédent central ou francien de la forme en o, ou 2° qu’elles révèlent une influence du wallon *spaw(en)ter. Mais la seconde solution me paraît la plus naturelle.

168De la sorte, au lieu de reconnaître dans les trois variantes « trois étapes d’une même évolution phonétique », au lieu de regarder les formes en a et en o comme « successives » et comme issues l’une de l’autre, je les considère comme « simultanées ». Elles diffèrent, non pas parce qu’elles figurent des moments différents d’une évolution, mais parce qu’elles viennent ou parce que certains de leurs éléments viennent de régions différentes. Elles manifestent, dans la scripta de Wallonie, la rencontre des courants d’origine centrale avec une influence régionale wallonne.

169Tel est le résultat de mon analyse. Le point de vue auquel je me suis placé n’était pas celui de Wilmotte ; mon interprétation est tout autre que la sienne. Elle est plus difficile, plus compliquée, je le sais ; elle me paraît aussi plus exacte.

170Je n’insiste pas davantage. Le lecteur a compris, je l’espère, combien la distinction des deux traditions est de nature à éclairer l’analyse des scriptae. Aborder cette analyse en étant pénétré de l’existence, à la même époque et dans la même région, d’un idiome écrit et d’un idiome parlé qui appartiennent à des plans linguistiques différents, c’est l’aborder avec des dispositions assez nouvelles, sinon très nouvelles. On s’en aperçoit lorsque, se trouvant dans cet état d’esprit, on relit les ouvrages consacrés depuis Wilmotte aux anciens textes de Wallonie. On y rencontre, à tout moment, des erreurs à corriger, de véritables mythes phonétiques à détruire. Et l’on découvre enfin que, seule, la distinction proposée ici est capable d’empêcher ces nombreuses fautes, si préjudiciables à la grammaire historique française et wallonne.

Notes

1 D’ordinaire, on n’exige pas la constatation de dix phénomènes divergents, et encore moins de trente, pour admettre l’existence de dialectes et même de langues. MORF, Gliederung 4, me paraît toutefois exagérer lorsqu’il écrit : « Par de telles différences phonétiques [fr. ã, ch, s — pic. ẽ, k, ch, soit trois différences seulement], la compréhension [d’un dialecte à l’autre] est effectivement compromise, et elle l’était déjà au 12e s., puisque la différence entre le francien et le picard était alors à peu près aussi grande qu’aujourd’hui. » Notez que toute la fin de la citation concorde bien avec mes conclusions.

2 La théorie qui veut que les caractères dialectaux soient récents a obtenu jadis d’éminents patronnages. C’est ainsi que P. Meyer écrivait en 1890, dans son c. r. de Bonnier, R 19, 350 : « ... tous les travaux récents sur les patois établissent qu’un très grand nombre des particularités qui les distinguent sont de date récente... ». Que, parmi les traits dialectaux, il en existe de récents, c’est incontestable ; mais n’en est-il pas aussi beaucoup, et d’importants, qui sont antérieurs aux premières chartes en langue vulgaire et antérieurs à 1 200 ? A cette question, qui est essentielle, je réponds, quant à moi, d’une façon nettement affirmative ; voy. les conclusions de la première étude de cet ouvrage.

3 Voyez aussi l’opinion de Morf, ci-dessus p. 141, n. 1.

4 Parmi les citations qu’on vient de lire, certaines concernent les œuvres littéraires, d’autres les chartes. Dans ma seconde étude, c’est une charte que j’ai analysée. Y a-t-il une différence sensible entre la scripta des auteurs et celle des greffiers ? Feller ne le croyait pas, et je ne le crois pas non plus ; mais le problème devrait être approfondi. A propos des idées de Bayot sur la langue du Poème moral, voy. ci-dessous p. 157.

5 Le qualificatif « local », qui revient si souvent dans les phrases consacrées aux dialectes de l’ancien français, est particulièrement sujet à caution. Voy. encore ce passage de Ch. Bruneau, Chartes, p. xii : « La langue des chartes de Mézières présente les principaux caractères du champenois (...). Le dialecte champenois lui-même est très voisin du dialecte de l’Ile-de-France : c’est ce qui explique la facilité avec laquelle le français s’est substitué au parler local dans les actes. On peut considérer cette substitution comme achevée vers la fin du 14e s. » On aura remarqué que, pour Bruneau aussi, les actes étaient rédigés d’abord dans le « parler local ». Il faut retenir au surplus la dernière phrase : vers 1400, c’est le français qu’on écrit à Mézières.

6 Des affirmations du même genre se rencontrent naturellement dans les manuels. Je me bornerai ici à épingler ces lignes de H. Liebrecht et G. Rency, Histoire illustrée de la littérature belge de langue française, Bruxelles, 1926, p. 6 : « Chose à noter, la partie flamande de la principauté [de Liège] n’a fourni aucune littérature de langue thioise, tandis que dans l’autre partie de la principauté s’épanouissait une littérature wallonne abondante et remarquable à plus d’un titre. Rien de surprenant dès lors à ce que le wallon ait supplanté le latin dans les actes publics et se soit imposé comme principal idiome avant que s’affirmât la suprématie du français. »

7 En me voyant proclamer que la scripta de Wallonie n’est pas du wallon pur, peut-être le lecteur formule-t-il cette objection : « Chacun sait que la langue écrite diffère forcément de la langue parlée ! Entre l’une et l’autre, il n’y a jamais de commune mesure. » Objection spécieuse. Ici encore, il faut retourner aux faits. Aujourd’hui, par ex., le français écrit se distingue du français parlé par un certain choix des mots, par une phrase plus périodique, plus ample et plus régulière à la fois ; mais tous deux ont la même phonétique et la même morphologie, et au fond la même syntaxe, et c’est là précisément la commune mesure des deux langages, ce qui en fait la même langue. De même, pour le wallon parlé de nos villages et le wallon écrit de nos auteurs. Mais dans la scripta médiévale d’un endroit donné, il y a des éléments phonétiques et morphologiques étrangers au parler local.

8 Voy. aussi, de F. Brunot, la phrase citée ci-dessous, p. 179. — Reproduisons encore ici quelques lignes de J. Jeanjaquet, qui concernent la langue écrite en Suisse romande avant le 16e s. et qui s’accordent pleinement avec la thèse de Feller : « Le parler local n’apparaît dans les actes que dans la mesure où le laisser-aller des scribes ou leur connaissance insuffisante du français lui permettent de s’infiltrer. » (Cité par P. Aebi-Scheb, Le plus ancien texte en patois valaisan, Archivum romanicum 17, 1933, 387.)

9 Des articles de Bonnier, l’illustre romaniste P. Meyer a donné des c. r. aussi aigres et aussi défavorables que possible dans R 19, 1890, p. 349-350 et 617. Lorsqu’on met beaucoup d’ardeur dans son travail, il est presque fatal qu’on mette un peu de passion dans son style. Le style de Meyer est passionné, comme celui de Bonnier, comme le mien peut-être. « Te ne songe pas à reprendre à mon compte toutes les théories de Bonnier : lorsqu’on réagit contre des idées reçues, et c’est ce que Bonnier faisait, on exagère aisément, malgré soi. Mais, de son côté, Meyer va trop loin lorsqu’il écrit que « la thèse de Bonnier est radicalement fausse ».
La langue des chartes diffère beaucoup plus de l’idiome parlé que ne le croyait Meyer. « ... ceux qui se servent des chartes pour déterminer les caractères locaux de l’idiome, écrivait-il, R 19, 349-350, savent parfaitement que la source à laquelle ils puisent n’est pas absolument pure. Il est reconnu a priori par tout le monde que la graphie imparfaite des écrivains du moyen âge n’a pas la précision d’un phonographe ou même des systèmes de notation des phonétistes de notre époque. » A mon avis, il ne sert de rien d’alléguer contre Bonnier que la langue des chartes n’est pas « phonographique ». Les dialectologues les plus aigus n’en demandent pas tant : voy. ci-dessous p. 184 sv. mon édition des textes malmédiens et le commentaire que je leur donne. Ce qu’il faut savoir reconnaître, c’est que la graphie des chartes est souvent moins qu’approximative : on ne lui ferait aucun reproche si elle se bornait à ne pas serrer de près les contours phonétiques du dialecte oral d’autrefois, mais on constate que souvent elle ne cadre d’aucune façon avec eux ; voy. ci-dessus, dans la seconde étude, ce qui concerne les formes non wallonnes, p. 118 sv. C’est pourquoi Bonnier avait raison de dire que « la langue des chartes ne pouvait pas représenter fidèlement la langue vulgaire du 13e s. ».

10 Un tel raisonnement pèche-t-il par anachronisme ? Je n’en ai pas l’impression. Il me paraît vraisemblable que le parler vulgaire du moyen âge possédait la même « uniformité » que le patois moderne. Or, aujourd’hui, il est absolument exceptionnel qu’un mot ait deux ou trois formes chez la même personne.
On dira peut-être que la « multiformité » d’un mot dans un même texte ancien n’est qu’apparente, ce mot se prononçant toujours de la même façon. Ce doit être vrai dans certains cas ; ce ne peut l’être dans tous. Des formes concurrentes li et la, son et se, et même °Xhofra et °Scofreal, pouvaient-elles être couvertes par la même prononciation ? Certains le croiront sans doute. Pour ma part, je ne saurais le penser : l’écriture postule une signification précise des signes graphiques ; les lettres existaient dans la conscience des greffiers avec une valeur-type. Mais on sait combien est délicat le problème de la prononciation de l’ancienne langue écrite. Voy. ci-dessus p. 108 sv. et ci-dessous p. 154, n. 1.

11 On s’est servi d’autres arguments illusoires, notamment de celui-ci : les auteurs du moyen âge devaient écrire dans le langage local parce que leurs œuvres avaient un intérêt local. A propos des Chartes des Échevins de Mézières, CH. Bruneau écrit : « On a beaucoup de chances de trouver un accent local dans ces actes, qui émanent d’un pouvoir local et se rapportent à des intérêts exclusivement locaux. » (Etude 5) ; et encore : « Les actes ont un intérêt purement local : ils doivent être rédigés à peu près dans le langage courant. » (Ib. 5.) Même raisonnement chez M. Valkhoff, Philologie et litt. wall. 24-25 (passage cité ci-dessus p. 150) et Mél. Haust 387, et chez R. Lejeune, Définition de la litt. wall., Neophilologus 26, 88-9 ; pour la critique, voy. Haust, BT 15, 237, et noter que, dès 1890, Bonnier Z 14, 76, insistait sur le « caractère administratif et savant de nos Chartes, qui ne devaient pas être comprises par les gens pour qui on les écrivait ». L’argument de l’intérêt local ne semble pas s’accorder avec les faits. Avant de rédiger les actes en langue vulgaire, on les rédigeait en latin, quoique les individus qu’ils concernaient ne comprissent pas tous le latin. Et de nos jours, peut-on dire que le langage notarial et juridique soit clair ? En réalité, ce qui importe surtout dans les actes de justice, les chroniques, etc., c’est que des faits soient mis par écrit afin d’être conservés.

12 Cp. ci-dessous p. 167, n. 5, ce qui, d’après K. Jaberg, aurait eu lieu en Suisse romande : « On passa directement du latin à une scripta française... »

13 Voy. à ce propos les conclusions de ma première étude, p. 88 sv.

14 Dans BDR 3, 1939, 132, n. 1, L. Michel, qui considère comme excellente la mise au point de M. Delbouille, écrit : « Ce n’est qu’à partir du 16e s. qu’on peut opposer la langue française aux patois locaux des provinces, et c’est cette opposition qui explique que la littérature patoisante de la Wallonie a pu naître au 17e s. Au moyen âge, les langues gallo-romanes écrites (complexes d’éléments divers) s’opposaient au latin d’une part, aux idiomes parlés dans les provinces, d’autre part, idiomes qui étaient moins différents entre eux que ne le sont les patois modernes et qui d’autre part différaient moins de la langue écrite du temps que les patois parlés modernes

74

patois écrits ne diffèrent du français. »
On observera que, dans mon second chapitre, j’ai précisément tâché d’analyser le « complexe d’éléments divers » formé par la scripta liégeoise de 1236, et que j’y ai reconnu beaucoup d’éléments « déjà » français, dans le sens que je donne à ce mot...
Peut-on, d’autre part, considérer comme démontrée la théorie selon laquelle la littérature patoisante de Wallonie ne pouvait naître qu’au 17e s. parce qu’auparavant l’opposition entre le français et les parlers locaux n’était pas assez marquée (voy. p. 163, n. 1) ? Les premiers textes en wallon pur que l’on ait conservés datent seulement des environs de 1600, mais n’en a-t-on pas composé plus tôt ?

15 Cette thèse ne contredit pas seulement celle de Feller ; elle heurte les idées d’autres savants, celles de Vossler, p. ex., Frankreichs Kultur 5 : « Les dialectes sont pour nous la matière première qui servira à former, vers 1050-1250, la scripta du nord de la France. L’élément essentiel, c’est évidemment le patois de l’Ile-de-France qui l’a fourni. Mais tous les dialectes voisins, dans un rayon étendu, ont collaboré à la formation de la scripta. » Qui nous donnera des vues un peu précises sur cette collaboration ?

16 Voy. W. von Wartburq, Problèmes et méthodes de la linguistique, trad. Maillard, Paria, 1946, 13 : « Lorsqu’on passa dans l’écriture à l’usage de l’idiome populaire [= roman], il était naturel que chaque région recourût d’abord à son propre dialecte » ; et aussi Jordan, Alt-franz. Elem. 36 : « ... au 10e s. se développèrent de nombreuses scriptae (Schriftsprachen). Chaque dialecte développe, pour autant qu’il soit écrit, sa propre scripta, et cela d’une façon véritablement pure [ = sans influence extérieure]. Le trouble proviendra dans la suite du fait que l’écrivain ou le poète inclinera aux latinismes, ou encore du fait qu’il aura beaucoup voyagé et qu’il subira l’influence d’autres dialectes. » Il faut noter que les phrases affirmatives où Jordan reconstitue les faits du 10e siècle sont surtout des hypothèses : les textes romans conservés de cette lointaine époque sont très rares. Il me paraît au surplus qu’une question très importante est de savoir à partir de quelle époque la scripta d’une région donnée, de la Wallonie par ex., a subi l’influence des dialectes voisins.
Pour confirmer l’hypothèse, très naturelle en soi, de l’origine régionale de la scripta liégeoise, on peut alléguer le fait que Liège, aux 11e et 12e s., a été le centre d’une « lütticher Schriftprovinz » ; voy. à ce sujet la dissertation de H. Schubert mentionnée dans la bibliographie.

17 Est-il certain qu’avant l’an mille, par exemple, la langue romane ait été assez écrite dans les diverses régions pour qu’on puisse parler dès lors de « scriptae régionales » ? Je ne sais ce qu’il faut penser de cette phrase de M. Wilmotte, Le wallon, 1893, 23, n. 1 : « On a déjà dit pour quelles raisons d’ordre historique il était difficile d’admettre que nous ayons possédé — et perdu — des œuvres littéraires en dialecte antérieures aux 12e-13e s., du moins dans la région septentrionale. » On se rappelle que Wilmotte attachait beaucoup d’importance à la tradition littéraire en langue latine.

18 Sans faire partie de la France, la Wallonie et même le pays de Liège n’étaient pas si éloignés de la zone francienne ou centrale. D’après Suchier, Grundriss 1, 601-2, le francien se serait parlé sur un territoire dont la limite passe au nord en deçà de Clermont, à l’est en deçà de Provins, au sud vers Orléans, à l’ouest en deçà d’Evreux, Gisors, Rouen, soit approximativement l’ancienne province d’Ile-de-France. Mais dans la direction de la Wallonie, il y avait la Champagne, qui a été la patrie de Chrétien de Troyes et dont le dialecte devait ressembler beaucoup au francien.

19 Selon G. Wacker 6 sv., c’est Suchier qui a reconnu le premier que, dès le début du 12e s., il y avait une « Schriftsprache » littéraire influencée par le francien.

20 Citons aussi ces lignes de Paul Meyer, contemporain de G. Paris, dans son c. r. de Bonnier, R 19, 350 : « Ce qui est vrai, c’est que dans la France centrale et septentrionale les chartes représentent l’idiome local avec moins d’exactitude que dans les provinces du Midi, parce que de bonne heure le français de Paris a exercé une influence assez sensible sur l’idiome écrit de la première de ces deux régions. Cela est vrai surtout de la Normandie. » Selon toute vraisemblance, l’influence centrale a atteint de bonne heure des régions bien plus écartées que la Normandie, le pays de Liège par exemple.

21 Réservée d’ordinaire aux patois modernes, l’expression « parler directeur » convient mal au cas de l’usage littéraire. Jusqu’à quel point le francien, en passe de devenir le français, se parlait-il dans ses nouveaux domaines ? « Dans les provinces, affirme A. Dauzat, Patois 31, le français fut d’abord une langue de chancellerie, écrite par des clercs qui ne la parlaient pas. » De môme P. Fouche, Français moderne 4, 200 : « tout d’abord, [le français] n’a été qu’une langue de chancellerie, écrite par des clercs qui ne la parlaient pas ».

22 Pour comprendre la destinée du francien comme langue commune, on retiendra cette observation de Wabtbubg, Problèmes 197 : « En face des dialectes périphériques, le patois de Paris pouvait... à bon droit apparaître comme une norme moyenne. » Sur les causes et les modalités de la victoire du francien, voy. d’ailleurs Vossler, Frankreichs Kultur 27 sv.

23 Les affirmations contenues dans les passages cités ci-dessus ne méritent peut-être pas une confiance totale. En effet, s’il est vrai que, dès 1100, l’influence francienne se manifestât déjà d’une façon sensible, ne faut-il pas s’étonner que le premier poème francien (de Garnier de Pont-Sainte-Maxence) soit seulement de 1173, comme on l’affirme couramment ?...

24 Jean de Stavelot n’applique pas l’expression beais franchois à la langue qu’il écrit. Sans doute, comme l’auteur de la Chronique de Floreffe, écrit-il en rude franchois, mais en franchois tout de même. Est-il téméraire de supposer que ces auteurs avaient conscience d’écrire autre chose que le dialecte qu’ils entendaient parler autour d’eux et qu’ils parlaient eux-mêmes ?

25 Les gens du 14e, du 15e et du 16e s. ne pouvaient naturellement avoir, dans ces questions linguistiques, des conceptions aussi nettes et des dénominations aussi précises que les nôtres. A cette époque, on trouve le nom de wallon appliqué par certains à une réalité linguistique que d’autres auraient appelée français ; ainsi lorsqu’on parle à Herstappe [province de Limbourg], en 1557 encore, d’un bail « translaté de tiexhe en wallon » (J. Hebbillon, Toponymie de la Hesbaye liég. 680, n. 1).

26 Voyez aussi l’emploi des mots « francien » et « français » dans F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de gramm. hist. de la l. fr., 1937, p. x et xi :
« [1053]. Le français subit l’influence de la civilisation arabe...
 » xiie s. Le français est employé aussi pour la traduction de poèmes didactiques...
 » 1173. Premier poème en francien... Ce dialecte, qui sera le français, tend à prévaloir... »

27 Français moderne 3, 152. A. Brun a publié d’importantes Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi (1923). Sur la question étudiée ici, voyez, du même auteur, Parlers régionaux, chap. iii et iv, où le Midi est naturellement mieux partagé que le Nord...

28 Il semble qu’on ne puisse songer à promulguer un tel édit s’il n’est destiné, dans une certaine mesure, à consacrer un état de fait : s’il devait apporter un bouleversement radical, il aurait peu de chance de réussir.

29 Des remarques analogues pourraient être faites à propos du passage suivant, qui est tiré du même manuel de Brunot et Bruneau, p. xiv :
« 1477. L’Imprimerie. — Les Chroniques de France sont mises sous la presse.  »
C’est un fait capital. La langue du Roi va triompher définitivement des patois qui s’écrivent rarement et ne s’impriment jamais : Le francien est devenu le français, langue de la France... »
Dans son rapport au Congrès de 1939, c. r., p. 98, M. Delbouille dit aussi : « C’est à partir du 16e s., à la suite des développements de l’imprimerie que le français de l’Isle-de-France s’est répandu, en prenant rang de langue littéraire et de langue savante. »
A mon avis, l’invention de l’imprimerie n’a été un fait capital que si elle a provoqué un changement réel dans la façon d’écrire des provinces. Mais, en réalité, le dialecte central n’influençait-il pas puissamment les scriptae régionales depuis bien avant 1477 ? Même la scripta de notre Wallonie liégeoise, qui était hors de France ?... A Mézières, d’après CH. Bruneau lui-même, Chartes, p. xii, le français a achevé de s’imposer vers la fin du 14e s. ; voy. ci-dessus p. 145, n. 2.

30 On rencontre parfois, même assez tard, des textes où la langue est presque autant du wallon que du français ; voy. ceux que j’étudie en appendice.

31 Depuis toujours, les historiens de la littérature française rangent des auteurs comme Jean d’Outremeuse et Jacques de Hemricourt parmi les écrivains d’oïl. Mais dans son Hist, sommaire de la littérature wallonne, Bruxelles, 1942, Rita Lejeune les étudie au chapitre de « l’ancienne littérature wallonne », ce qui est franchement équivoque.

32 Voyez les six petits actes malmédiens de la fin du 15e s. que j’édite en appendice.

33 On voudra bien m’excuser de parler, après Feller, de la « pureté » de la langue au moyen âge : c’est un anachronisme bénin. Malgré son allure trop schématique, l’expression de Feller « d’épuration en épuration » me paraît assez heureuse parce qu’elle inclut que les changements qui surviendront au cours des siècles ne porteront que sur une petite partie des éléments de la langue : ils rendront simplement communs et français les caractères régionaux des scriptae, caractères qui devaient être partout, comme chez nous, la minorité. Voy. à ce sujet, p. 180, les observations relatives à la charte de Joinville.

34 Les « impuretés » assez nombreuses qui subsistent actuellement encore dans le français écrit à Liège par les gens cultivés ne sont plus du même genre que celles qui se rencontraient dans l’ancien-français liégeois. Elles n’affectent plus ni la forme graphique des mots, ni la morphologie, mais seulement la syntaxe et la sémantique. Dans l’usage oral, il existe naturellement un « wallonisme » très marqué de la prononciation.

35 Dans la tradition du Paweilhart, « la courbe d’épuration est claire », quoique le nombre des wallonismes ne diminue pas régulièrement. Voy. Baguette, BT 17, 162-3.

36 Il semble qu’en certaines régions, le dialecte central se soit imposé d’un coup, dans les chartes du moins. A propos de la Suisse romande, K. Jaberg écrit, dans Sprachwiss. Forschungen und Erlebnisse, 1937, p. 7 : « L’absence de direction (Richtungslosigkeit) des dialectes ne permit pas, comme dans la Suisse alémanique, la formation d’une langue de chancellerie régionale, lorsqu’au milieu du 13e s., le latin fut abandonné dans les chartes. On passa directement du latin à une scripta française, qu’au commencement, bien entendu, on mélangea encore fortement d’éléments dialectaux, mais qui, dès le début, s’imposa comme modèle (ideell dominierte). » Je ne sais si cette opinion est absolument sûre. En tout cas, lorsque je me rappelle les résultats de l’analyse faite au second chapitre, j’en viens à me demander si, chez nous aussi, dans les chartes, une scripta « française » n’a pas supplanté le latin au début du 13e siècle...

37 On évite le plus souvent d’employer le mot patois pour une époque aussi lointaine ; on admet d’ordinaire que la situation socialement inférieure des patois n’a pu devenir sensible qu’au moment où le français s’est généralisé comme langue de culture. A ce sujet voy. ci-dessous n° 12, p. 172.

38 Les conceptions exprimées par F. Brunot appartiennent à la catégorie des idées reçues, et aussi à celle des théories enseignées. Pour montrer la façon dont les manuels présentent les choses, citons une page de CH. Doutbepont, Cours de littérature fr., 3e éd., Namur, 1929, p. 21-22 :
« Le latin populaire... prit une infinité d’aspects particuliers ; l’on peut dire qu’il y a autant de dialectes que de localités ; les dialectes d’une même région... formèrent des groupes de parlers auxquels on donne le nom de la région : normand, champenois, bourguignon, francien, wallon, etc.
» ... l’un des parlers de chacune de ces régions servit aux dépens des autres à la transmission des idées par l’écriture : il devint l’idiome littéraire de la région, et réduisit les autres parlers populaires de la région au rang de patois...
 » Mais ces langues littéraires régionales ne tardèrent pas à subir le même sort que les autres parlers qu’elles avaient éclipsés ; à leur tour, elle durent céder devant l’idiome littéraire du parler de l’Ile-de-France : le parisien. Le parisien devint peu à peu la langue littéraire de toute la France à l’exclusion des autres idiomes littéraires qui perdirent leur prééminence et devinrent des patois. »
Assurément, ce texte produit une impression de logique, et les faits y sont exposés d’une façon claire et nette. Je me contenterai d’y souligner la double explication de l’origine des patois : 1° un parler d’une région réduit les autres au rang de patois ; 2° le parisien réduit les idiomes littéraires régionaux au rang de patois. Pour cette question, voy. ci-dessous n° 12.

39 On répète à toute occasion que Froissart est le dernier écrivain qui se serve du dialecte picard. Ainsi Brun, Parlers régionaux 60 : « Partout, au milieu du 14e siècle, la littérature a cessé d’être dialectale. Mais Froissart, natif de Valenciennes, tout comme les administrations communales de sa région, emploie encore son dialecte pour écrire ses célèbres chroniques. » De même Wartburg, Problèmes 198 : « Froissart... écrit sa grande œuvre historique, non pas en français, mais dans le dialecte de son pays de Flandres » ; etc. On voudrait savoir à quoi se réduit exactement, dans la langue de Froissart, la somme des éléments proprement régionaux.

40 Au cours du 13e siècle et dans la suite, le mouvement de pénétration du dialecte central ou du français dans la région wallonne m’apparaît, non pas comme une substitution brutale, mais comme l’élimination progressive des éléments régionaux, souvent graphiques et relativement peu nombreux (voy. p. 128, n. 3 : en phonèmes, moins de 4 %), qui figuraient dans la scripta : le francien s’est « insinué », dit Vossler, Frankreichs Kultur 34. Ce processus de transformation, cette « dédialectalisation » (comme me l’écrivait J. Horrent), grâce à laquelle la scripta de Wallonie est devenue du français pur, mériterait d’être étudiée avec attention.

41 Il ne s’agit pas seulement pour Dauzat, notons-le, d’une déchéance sociale, que refléterait l’appellation péjorative de « patois », mais d’une déchéance linguistique. Voy. aussi, plus bas, la citation de Brun.

42 Pour l’histoire sémantique du mot « patois », voy. Bun, Parlers régionaux 84-85. — Au 16e s., d’après cet auteur, ib. 81, « il semble bien que dans le nord le dialecte soit uniquement un jargon abandonné aux paysans ». Mais en Wallonie liégeoise, la bourgeoisie a parlé le wallon beaucoup plus tard, jusqu’au 19e s., sinon parfois jusqu’au 20e...

43 Il n’y a pas de contradiction entre ce passage et celui de la p. 155 où je reconnais qu’il « est naturel qu’à l’époque des origines..., chaque province ait élaboré une langue dont le parler régional formait la base ». Il ne s’agit ici que de la syntaxe et du vocabulaire du patois. Pour le reste, voy. p. 146, n. 2.

44 On trouvera peut-être que je suis ici bien catégorique. Mais j’ai cru nécessaire de souligner vivement la différence qui doit avoir toujours séparé, au point de vue syntaxique et au point de vue lexicologique, le langage oral du peuple et la langue écrite des auteurs et des greffiers.
Je veux surtout mettre en évidence la permanence d’un caractère général des parlers populaires, sans nier aucunement que, sur des points particuliers du vocabulaire par ex., des déplacements se soient produits.
Aujourd’hui, bien entendu, les parlers locaux de Wallonie se laissent altérer de plus en plus par le français. Mais ce phénomène n’a rien à voir avec l’événement que notre premier croquis localisait aux environs de 1400.

45 Remarquons toutefois que ce qui concerne cette période est surtout une reconstitution par induction : pour la Wallonie, on peut considérer que les textes manquent ou qu’ils n’ont pas été analysés avec assez de soin. D’autre part, le tableau ne mentionne aucune influence des scriptae picarde, lorraine, etc., sur la scripta wallonne : le dialecte écrit de Picardie a pourtant agi fortement sur celui de nos régions.

46 Pour simplifier le problème, je ne discuterai pas non plus ici de la valeur de « u » et de « w ». Dans toute la démonstration, j’admettrai, avec Wilmotte, qu’il y a trois formes différentes, comme si l’u de la première devait se lire [v]. Mais espauentement et espawentement sont probablement identiques, soit que « u » et « w » figurent [v] (au moyen âge, en Wallonie, les deux lettres équivalaient souvent à [v]), soit plutôt que « u » représente [w] (lg. mod. spaw’ter, voy. ci-dessus).

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540