Version classiqueVersion mobile

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

II. La langue d’une charte écrite à Liège en 1236

Texte intégral

1Dans son grand article du Bulletin de Toponymie, t. 5 (voy. ci-dessus p. 12), Jules Feller répartissait les éléments de la scripta en trois catégories : formes françaises, formes wallonnes et formes analogiques. Entièrement fondée ou partiellement ruineuse, cette distinction doit être retenue de toute façon parce qu’elle apporte à nos études une garantie nouvelle : on ne peut douter, en effet, qu’elle soit de nature à purifier la grammaire historique du wallon et même celle du français des formes étrangères qui s’y glissent si volontiers, notamment des graphies analogiques.

2Quant à l’analyse préalable au classement des faits, elle demeurera toujours, cela va de soi, très délicate. Pour la mener à bien, Feller veut qu’on utilise trois moyens de comparaison : 1° les documents littéraires et autres, de même provenance que le texte étudié ; 2° l’état présent du dialecte ; 3° le latin vulgaire (BT 5, 71). Et ce n’est pas assez. Outre les données fondamentales du latin vulgaire, l’analyste de la scripta doit posséder une connaissance assez profonde de l’ancien français et de ses variétés, des dialectes wallons et, autant que possible, de leur histoire...

3Feller n’a pas abordé de front l’analyse pratique de l’ancienne langue écrite ; il a pourtant illustré sa méthode en analysant divers mots et formes, notamment le fameux °moisses du Poème moral, strophe 90.

4Dans son introduction à cette œuvre, p. lxxxviii, n° 23, A. Bayot tâchait déjà d’expliquer °moisses, forme étrange de « mouches » : d’après lui, sc devant a aurait subi la métathèse comme devant toute autre voyelle, et c serait devenu yod ; dans ces conditions, °moisses serait un produit régulier de muscas. Voyons ce que pense Feller. « On explique [°moisses], écrit-il, en affirmant que sc de muscas a dégagé devant lui un yod. Mais l’ancien français disait mosche, le français dit mouche, le picard mouske, mouke, le wallon mohe ou moche : pas la moindre trace du yod. » Après six lignes d’autres considérations, Feller conclut : « Nous n’avons donc aucun respect pour l’ » de moisse, que les faits ni les règles ne justifient » (p. 90).

5Conclusion précieuse ! Feller l’atteint, remarquons-le, après avoir usé des trois moyens de comparaison qu’il recommande : 1° lat. musca ; 2° w. mohe, moche ; 3° afr. mosche, fr. mouche, pic. mouske, mouke. Il reste, pourtant, à éclairer la démonstration par un élément historique capital : c’est que, à l’époque du Poème moral, le se latin était déjà h (ou ch) en wallon ; on a Fèhe ← fiscu dès avant 1150 (voy. H 220).

6Comment s’explique donc, en définitive, ce °moisses, qui n’est ni le francien mosche, ni le picard mouske, ni le w. mohe, moche ? Le wallon moche, mohe ayant dû passer par les stades muskya..., mostche, mosche, où l’s n’est jamais précédé d’un yod, on ne peut imaginer que °moisses représente une forme wallonne archaïque *[mòys]. A mon sens, on ne peut y reconnaître qu’une graphie arbitraire d’origine analogique : w. cohe, lahe, kinoh = fr. cuisse, laisse, connois ; d’où mohe = °moisse.

7Saisit-on, après cela, combien la méthode préconisée par Feller est de nature à garantir le progrès de la science ? On me dira peut-être qu’elle manifeste une conception partiellement erronée de la nature de la scripta. Qu’importe ? Trop souvent encore, les médiévistes qui étudient l’ancienne langue écrite et les anciens auteurs chargent de formes artificielles leurs descriptions phonétiques et morphologiques. En analysant la scripta selon l’esprit tout au moins de la théorie de Feller, ils apprendront à écarter les matériaux de mauvais aloi, ou plutôt ils apprendront à les mettre en œuvre de la façon voulue. Et ce sera là, sans aucun doute, un avantage essentiel.

8Alarmé, ainsi que je l’ai dit dans l’avant-propos du présent livre, p. 13, par les confusions rencontrées dans beaucoup d’ouvrages et chez beaucoup de philologues, j’ai publié en 1939, dans les Mélanges Haust, p. 311-328, une étude relative à la langue écrite à Stavelot vers 1400.

9Feller analysait des mots isolés ; dans l’article en question, j’analyse, avec sa méthode, un texte suivi. Le travail se rapporte à trois extraits d’un registre aux reliefs de la cour féodale de Stavelot, le premier de 1394, les deux autres de 1407 ; textes non littéraires et originaux : il s’agit, en quelque sorte, d’actes autographes ; on ne peut donc invoquer une altération de la langue par des copistes ; de plus, les passages choisis sont parmi les plus wallons du registre.

10Au terme d’une longue analyse, où je me demande sans cesse : Ce mot est-il wallon, français ou analogique ? je formule plusieurs conclusions, qui en elles-mêmes n’apportent rien de neuf, mais qui ont le mérite de reposer sur une étude des faits. Voici l’essentiel de ces conclusions :

11Les textes analysés sont écrits en français, c’est-à-dire dans une langue « littéraire » où le français domine, mais où l’on relève aussi des picardismes et des wallonismes. « Cette conclusion repose sur la présence de nombreuses formes exclusivement françaises, qui, à cette date, ne peuvent pas ou ne peuvent plus notamment être wallonnes ; et surtout sur l’existence de formes analogiques arbitraires (...), qui montrent bien que l’auteur voulait non seulement écrire en français, mais encore éviter le wallon » (p. 324). La langue des textes étudiés contient aussi bon nombre d’éléments wallons et des latinismes, et elle possède, semble-t-il, un caractère traditionnel et régional.

12On m’objectera que mon travail des Mélanges Haust a quelque chose de simpliste ou d’arbitraire, que mes conclusions elles-mêmes paraissent un peu forcées. Je ne me dissimule pas ces défauts. Je n’ignore pas non plus que la notion de « français » demeure vague au moyen âge. Mais, puisque mon analyse comporte une interprétation de formes bien concrètes, il devrait être facile de détruire ou d’infirmer mes conclusions, en partant des mêmes faits que moi et en les interprétant autrement. Or, sur ce terrain des faits, où, dès 1939, j’ai résolu de me tenir, personne encore ne m’a rencontré.

13L’objection la plus forte que l’on m’ait faite est que les textes choisis étaient trop récents. Je le veux bien. Aussi ai-je décidé d’analyser un texte localisé, aussi ancien que possible : il s’agit d’une charte liégeoise originale de 1236, la première de celles que Wilmotte a publiées comme spécimens de la langue écrite à Liège au moyen âge (W. 70-71).

14Tel sera l’objet principal de ce travail. Cependant, afin d’éclairer le problème, je crois utile d’étudier d’abord, en un court préambule, le wallon et le français écrits à Liège au début du 17e siècle.

LE WALLON ET LE FRANÇAIS ÉCRITS A LIÈGE AU DÉBUT DU 17e SIÈCLE

15C’est vers 1600, nous le savons, qu’apparaît à Liège, à côté des textes en français, une littérature en wallon authentique ; c’est alors que commencent à vivre côte à côte dans l’écriture nos deux formes de « langue vulgaire » : langue de culture et patois. On connaît le fait. Mais il n’est pas sans intérêt de le présenter ici d’une manière frappante, de l’illustrer, en reproduisant l’un après l’autre et en comparant un fragment de texte wallon et un fragment de texte français :

16A. Complainte des paysans liégeois sur le ravagement des soldats, suivie d’une plaisante débauche, v. 171-180, d’après le placard reproduit par J. Haust, Dialogues de paysans, p. 100 (1631) :

171 I ne nen bourdeu qui squifesse
Pom par iy vou d’visé mes pesse.
Ka siet si i’ deu allé el guerre
I’in vou iamaie fe sentinelle.
175 Don son no met no deux ou treux
I’in vvesro mae sité toseu,
Ico ny siereus que l’osté
Y ny fai nouc can la iallé :
Don son no feve on bay gran feu
180 Po chafé no pi & no deu.

17Transcription de J. Haust en orthographe Feller, ib. 31 :

171 I n’est nin boûrdeû qui s’ kifèsse.
Po m’ part, dji vou d’vizer mes pèces ;
ca, ciète, si df deû aler èl guère,
dji n’ vou djamây fé sintinèle,
175 don s’on n’ nos met nos deûs-ou treûs :
dji n’ wèz’ro may siter tot seû ;
ico ni sièreût-ce qu’è l’osté :
i n’î fêt nouk quand ’l a djalé ;
don s’on n’ nos féve on bê grand feû
180 po tchâfer nos pîds èt nos deûts.

18Traduction littérale en français : Il n’est pas menteur qui se confesse. | Pour ma part, je veux deviser mes pièces (établir mes conditions) ; | car, certes, si je dois aller en la guerre, | je ne veux jamais faire sentinelle, | à moins qu’on ne nous mette nous deux ou trois : | je n’oserais jamais rester tout seul : | encore ne serait-ce qu’en l’été : | il y fait intenable quand il a gelé ; | sauf si on nous faisait un beau grand feu | pour chauffer nos pieds et nos doigts.

19Est-ce bien là du wallon ?

20Il est superflu de le demander, tant le patois de 1631 ressemble au liégeois de nos jours. On dit maintenant à Liège å au lieu de â, guère au lieu de guère, wèz’reû au lieu de wèz’ro, sèreût au lieu de sièreût. Tels sont à peu près tous les changements que trois siècles ont apportés au fragment. Mais tout en comparant le dialecte de 1631 avec le dialecte moderne, on peut aussi, pour identifier la langue du morceau, la comparer avec le français de la même époque. Que donne cette seconde méthode ?

21Le texte compte beaucoup de mots, des mots brefs surtout, qui peuvent être français : n’, èst, quî, s’, pârt, d’vizer, mès, si, aler, guère, on, mèt, deûs, ou, n’, -ce, qu’, l’, n’, î, quand, a, fait, grand, feû, nos, èt, nos, sans parler de sintinèle, qui est un emprunt du wallon au français. Mais il en compte davantage, et de plus consistants, qui ne peuvent être que wallons : nin ’pas’, boûrdeû ’menteur’, kifèsse ’confesse’, po m’ ’pour ma’, dji vou ’je veux’, pèces ’pièces’, ciète ’certes’, deû ’dois’, djamây ’jamais’, ’faire’, treûs ’trois’, wèz’ro ’oserais’, mây ’jamais’, siter ’rester’, tot seû ’tout seul’, ico ’encore’, sièreût ’serait’, è ’en’, osté ’été’, nouk ’nul, personne’, djalé ’gelé’, féve ’faisait’, on bê ’un beau’, po tchâfer ’pour chauffer’, pîds ’pieds’, deûts ’doigts’. De toute évidence, ces éléments non communs, parmi lesquels on relève des caractères morphologiques proprement wallons (-eu ’-ais’ au conditionnel, -éve ’-ais’ à l’imparfait), indiquent qu’on a affaire au dialecte.

22Comme les autres textes patois de la même époque, la Complainte est notée dans une écriture très remarquable. On peut dire, en reprenant une expression de J. Haust, Trois plus anciens textes, p. 6, que le système pratiqué par l’auteur est un « phonétisme rudimentaire ». Il y a des mots orthographiés à la française : quifesse, guerre, sentinelle... Il y a des lettres inutiles : allé, deux... Mais, d’ordinaire, la graphie « suit » la prononciation ; on remarquera notamment les soudures, squifesse, etc. ; les vers 175, 176, 180, en entier, et surtout les mots qui sont écrits phonétiquement alors que l’analogie de l’orthographe française semblait imposer l’adjonction de lettres supplémentaires : par[t], gran[d], no[s].

23On comprendra mieux encore, en lisant le texte français ci-dessous, combien est caractéristique la graphie des premiers textes patois.

24B. Grand greffe des Échevins (Liège). Archives de l’État à Liège. Rôles criminels, registre 339, f° 32, r° et v° (1603) :

Descharges horsportees par nous les Eschevins Maistres et jurez de la Cité de Liège, l’an mille siex centz et trois, le deuxième de Janvier.

[r°] Comme Jean filz Arnotte Warnier, pour montrer tiltres, causes, raisons et discharges suffissantes pourquoy il deveroit estre jugé quicte, libre et absould du voiaige d’Oultremere, enquel. pour cause de la morte et occision survenue en la personne de feu Jean Penne natiff de Troyes en Champangne, povoit estre escheu et tombé, euisse, tant contre les officiers du prince que de la cité, exhibué articles et escript en courte deduissant par iceulx, en premier lieu, qu’il se preuveroit qu’au temps ou environ porté par la publication, que Piron Christoffre et Jean Fabri avec ledit Jean Arnotte dischargeant auroient esté boire a la blanche maison en la chaulcie de St Giel (...) auroit dit que s’il n’avoit a faire qu’a ung ou deux (...) qu’il en auroit tantoest fait et les expédié, ou teilz et semblables propos. Que, peu après ce, le jadit Jean occi auroit deschendu de laditte chambre d’en hault et, passant parmi laditte cuisine, auroit allé sur le real chemin, et, estant sur icelluy, s’aroit fait jecter de saditte chambre (ainsy que ledit deschargeant et ses compaignons auroient esté depuis advertis) unne demie picque ou brandestocqz avec laquelle il tennoit les rues, saultant cha et là et faisant fuire ung chacun. Qu’ayant ledit deschargeant avec ses compaignons paié leurs escos, auroient sorti premièrement ledits Piron et Symon Fabri, lesqueilz venus sur la rue auroient estez furieuzement aggressez par ledit feu occi criant « cha cha, vos fottus trahistres liégeois » ou teilz parlers, en effect donnant contre et chacun d’eulx grans et vilains coups d’estocqz, signamment audit Piron, l’ung au bras et l’autre dains le costé, estant teile la furie dudit occi que, n’euïsse esté la venue desdits Christophre et ledit Jean Arnotte deschargeant, lesdits Piron et Symon euïssiont [v°] esté illecqz miserablement tuez et accablez, d’autant que ce pendant la femme dudit occi esgratignoit et mordoit au visaige lesdits Piron et Symon (...) et trouvants que l’occi fonchoit extremement sur lesdits Piron et Symon (...). Au moyen de touttes lesquelles raisons et plussieurs autres plus au loing contenues et escriptz dudit dischargeant, icelluy avoit conclud et sustenu debvoir estre jugé absol dudit voiaige d’Oultremer, et que declarer debveriesmes ses discharges suffissantes (...).

25En quelle langue est écrit cet acte ? On reconnaît d’emblée qu’il n’est pas écrit en wallon, mais en français. La plupart de ses traits phonétiques et morphologiques sont français, et ils nous autorisent sans aucun doute à l’insérer dans la tradition qui aboutit au français moderne de France et de Belgique.

26Pourtant, cette langue de 1603 est loin d’être pure. On affirme volontiers que « les différences dialectales disparaissent des textes vers le milieu du 14e siècle » et qu’à partir de cette époque, « le français règne dans tous les pays de langue d’oïl, avec sa nouvelle graphie » (Beaulieux, Hist. de l’orthographe franç. 1, 152). Peut-être le pays de Liège fait-il exception à la règle. En tout cas, notre texte de 1603 renferme plusieurs traits régionaux qui permettraient de le localiser si l’on ignorait sa patrie. Voici la liste de ces traits :

PHONÉTIQUE

271. a tonique libre = ei, avec la valeur de é fermé : teilz, lesqueilz, teile.

282. -aticu = -aige (cp. w. -èdje) : voiaige, visaige.

293. ō + nasale = u : tumbé, de *tŭmbare.

304. ie réduit à i : chaulcie (= -iéе) ; — graphies inverses : siex, Giel (= fr. Gilles).

315. i parasite : dains, loing ; cette dernière forme résulte d’une confusion entre Ion ’loin’ et long ’long’.

326. e épenthétique : deveroit.

337. e final non étymologique : courte.

348. diphtongue oe () issue de ŏ entravé + s : tantoest.

359. w germanique conservé, mais seulement dans le nom de personne Warnier ’Garnier’.

3610. ch picard au lieu de [s] écrit с : deschendu, cha, fonchoit.

3711. ss au lieu de s : suffissante, deduissant.

MORPHOLOGIE

3812. Parfait en wi au lieu de u, seulement dans les subjonctifs euïsse et euïssiont.

3913. -iesmes à la 1 plur. du conditionnel présent : debveriesmes.

4014. -ont à la 3 plur. du subjonctif imparfait : euïssiont. Cette flexion est fréquente dans l’ancienne scripta liégeoise à la 3 plur. du passé défini.

SYNTAXE

4115. Auxiliaire avoir à la voix active des verbes aller et sortir et à la voix réfléchie : auroit allé, auroient sorti, s’aroit fait jecter.

4216. Adjectif qualificatif préposé au nom : la blanche maison.

43Le texte renferme quelques autres particularités : povoit, aroit, dischargeant, conclud, absol. Elles m’ont paru moins significatives, et je les ai négligées.

44Peut-être a-t-on remarqué que, d’ordinaire, les traits phonétiques, qui sont de loin les plus nombreux, affectent l’écriture plutôt que la prononciation. Il n’en est pas de même, naturellement, des quelques traits morphologiques et syntaxiques.

  • 1 Peut-être aurait-il été plus probant de comparer au texte wallon de 1631, qui est en vers, un text (...)

45Mais ce qu’il faut surtout noter, c’est qu’en général les faits retenus ne sont nullement particuliers à notre français du 17e siècle. Dans son chapitre relatif à l’époque ancienne, p. 35 sv., le Vade-mecum de M. Valkhoff, par exemple, les signale presque tous. Ils forment en réalité une descendance encore vigoureuse des phénomènes qui caractérisaient notre scripta médiévale. De la sorte, si ce français écrit à Liège en 1603 est bien du français, il se rattache aussi, par un bon nombre d’éléments régionaux, à la langue qui s’écrivait dans la région de Liège aux siècles précédents1.

LA CHARTE LIÉGEOISE DE 12362

  • 2 En analysant la langue de cette charte, j’ai voulu mettre à l’épreuve les idées courantes relative (...)

46La langue de la Complainte de 1631 est le wallon, nous l’avons vu, et cet idiome avait déjà, au début du 17e s., le rang social d’un patois. Ainsi que je l’ai montré dans la première étude de cet ouvrage, l’existence du wallon comme dialecte oral particulier, différent du francien, est assurée depuis le moyen âge ; et l’on peut affirmer sans nulle crainte que nos patois modernes, employés et conservés depuis les environs de 1600 par une littérature écrite, descendent du latin vulgaire en ligne directe et continue.

47Le français écrit et parlé aujourd’hui par les Liégeois se trouve, lui aussi, au terme d’une ligne historique. Au début du 17e s., nous venons de le constater, les deux traditions étaient déjà indépendantes, comme de nos jours : l’une était déjà française ; l’autre, wallonne. Mais en était-il de même avant 1600 ?

  • 3 Qu’on ne se laisse pas abuser par le caractère schématique de l’évolution reconstituée ici ! Il es (...)

48Par l’étude diachronique d’un fragment de « paweilhart » (BT 17, 1943, p. 137-165), A. Baguette a montré que, du 15e au 18e s., la scripta n’avait pas changé de nature : on écrivait en 1600 et après la même langue qu’avant et qu’en 1450. En remontant le cours des siècles par étapes aussi brèves que possible, on s’apercevrait probablement que la scripta de 1450 était déjà elle-même en 1400, en 1375, en 1350, et ainsi de suite jusqu’en 1250... Nulle part, sans doute, dans la succession des textes, on ne sentirait la saute brusque, la différence profonde, qui signalerait le passage d’une scripta ancienne au français proprement dit3.

49Une question, pourtant, se formule d’elle-même. Il existe, on doit l’accorder, une tradition française et une tradition wallonne distinctes ; mais à l’époque des origines, ne se confondaient-elles pas ? On admet couramment que la langue vulgaire écrite est sortie du dialecte oral, qu’elle n’était que ce dialecte oral noté par l’écriture. Si on remonte les deux traditions assez haut, n’arrivera-t-on pas au même point ?

50On arrive certes au même point lorsqu’on pousse jusqu’au latin vulgaire : c’est, je crois, tout ce qu’on peut dire. Mais lorsqu’on parle du français du pays de Liège et lorsqu’on veut se tenir aux faits, il ne saurait être question d’aller jusque là. L’époque des origines ne saurait être alors que celle dont on a conservé les plus anciens textes datés et localisés, c’est-à-dire la première moitié du 13e s. Et en définitive, pour savoir si, chez nous, à cette époque, les deux traditions se distinguaient, il n’est rien de mieux à faire que d’analyser la langue d’un des premiers documents.

51La charte de 1236, sur laquelle j’ai porté mon choix, est assurément, sinon la plus ancienne des chartes romanes écrites à Liège, l’une des plus anciennes qui soient connues. C’est la première de celles qu’a publiées M. Wilmotte dans son grand article de Romania, t. 17, 1888, comme spécimens de la langue vulgaire écrite à Liège : il s’agit d’un acte original, et il semble bien qu’on ne puisse contester son authenticité, ni celle de sa langue.

La méthode d’analyse et ses difficultés

52La vénérable charte liégeoise de 1236, je me propose de l’étudier comme j’ai naguère étudié les actes stavelotains de 1400. Je m’efforcerai toutefois de donner au travail un aspect moins rebutant. Dans l’article des Mélanges Haust, j’examinais les mots l’un après l’autre au fur et à mesure que le texte me les offrait. D’où un exposé fastidieux, que le lecteur ne pouvait suivre sans ennui. Il va de soi que, cette fois encore, j’ai dû faire, pour mon compte personnel, un examen méthodique et minutieux de tous les mots : une telle analyse est indispensable. Mais au lieu de la reproduire telle quelle, j’en retiendrai surtout les résultats. Je mettrai seulement sous les yeux du lecteur des listes de mots classés d’après leur origine ou leur extension géographique, et je les ferai suivre d’un commentaire justificatif aussi bref que possible.

53En principe, je reste fidèle à la méthode préconisée par Feller. Entouré des faits latins, français, wallons et autres, qui peuvent éclairer la recherche, je me demande constamment : ce mot est-il wallon, francien, picard, commun, ou analogique, ou savant ? Dans ce travail, la connaissance du patois et de son histoire est mon guide permanent : c’est sur le wallon qu’à chaque instant je reporte les yeux. La première question posée est toujours celle-ci : telle forme s’insère-t-elle, oui ou non, dans l’évolution qui aboutit à la forme wallonne actuelle ?

54Malgré tout, la tâche est souvent délicate, parfois hasardeuse. C’est que l’ancienneté même du document accroît au maximum les difficultés de l’analyse. En choisissant une des premières chartes, je me suis condamné à manquer souvent des points de comparaison nécessaires. Ainsi m’arrivera-t-il de ne pouvoir classer un terme parce que j’ignore si tel caractère wallon, attesté en 1250 par exemple, existait déjà en 1236. Par bonheur, la première étude de ce livre fournira d’ordinaire le moyen de décider : les nombreux faits qu’elle rassemble, les nombreuses dates qu’elle fixe supprimeront mainte hésitation.

55Sur quels éléments de la langue reposera le jugement ? — Je ne m’arrêterai pas à la syntaxe, ni à la déclinaison : elles me paraissent inaptes à différencier d’une façon nette les dialectes d’oïl. Je considérerai seulement la phonétique et une partie de la morphologie.

56Le plus souvent, c’est d’après un seul phonème que je dirai qu’un mot tout entier est ou n’est pas wallon ou francien. Dans dime, par exemple (lat. decima, lg. mod. déme), i seul n’est pas wallon ; dans °déme, é seul est wallon. Je déclarerai pourtant dime forme non wallonne et °déme forme wallonne. Et je ne crois pas qu’il y ait heu de s’en formaliser. Nul ne craint de dire que la phrase lu mâhon è trop grande [lu ma :hõ. è trò grã :t] ’la maison est trop grande’ est wallonne, et pourtant quatre seulement de ses phonèmes [ü, a :, h, t] ne sont pas français. Il ne faut pas oublier que le wallon, le francien, le picard sont des dialectes de la même famille : confondus presque totalement à l’origine, ils ne sont séparés aujourd’hui même que par des différences partielles.

57Il reste à signaler une difficulté grave, qui, à divers moments, pèsera sur l’analyse au point d’empêcher ou de compromettre le jugement : il s’agit de l’interprétation phonétique des graphies. On ignore comment les Liégeois du 13e siècle prononçaient la scripta ; et l’on commettrait un gros péché d’anachronisme si l’on admettait, même implicitement, que telle graphie, « oi » par exemple, se prononçait comme aujourd’hui. Comment faut-il donc concevoir les rapports entre la graphie et la prononciation ? Question épineuse ! Sur ce point, je l’avoue, mon attitude pourra sembler contradictoire, arbitraire même ; car tantôt je négligerai un écart d’écriture, tantôt j’en retiendrai un autre. A mon avis, beaucoup de cas sont des cas d’espèce et le bon sens peut seul les débrouiller ; mais je crains un peu qu’aux yeux des médiévistes le bon sens d’un dialectologue ne semble gauchi par des préventions intéressées...

58Soit le pronom personnel °ilh : la graphie « lh » est nettement wallonne ; mais, étant donné que le wallon moderne prononce [il] comme le français et qu’il paraît avoir toujours prononcé de la sorte, je ne saurais attacher aucune valeur phonétique à la lettre ; et quoique « lh » n’ait jamais été une graphie francienne, je classe °ilh parmi les formes communes au francien et au wallon.

  • 4 On me présente une autre solution : °tient serait une graphie archaïque, conservatrice, donc parfa (...)

59Soit le verbe °tient : aujourd’hui, tenet est représenté en français par tient [tyẽ], en wallon par tint [tẽ.] ; en 1236, notre dialecte devait déjà prononcer un phonème simple [ẽ], alors que le francien articulait deux phonèmes, [yẽ]. A première vue, on décidera donc que notre °tient n’est pas wallon ; mais si l’on songe que, dans la scripta liégeoise, la forme se prononçait vraisemblablement [tẽ], à la wallonne, pourra-t-on maintenir la décision ? Je crois qu’il n’y a rien d’autre à faire4. Dans un pareil cas, je considère que la lettre prime le son. Il est arbitraire, sans doute, de déclarer °tient forme non wallonne, alors qu’on devait prononcer [tẽ]. Il n’empêche qu’en notant encore le second élément d’une diphtongue déjà réduite en wallon, la graphie de 1236 se trouve en désaccord avec le wallon de 1236. D’autre part, les langues de culture s’écrivent de la même façon sur toute l’étendue de leur domaine, mais elles se prononcent diversement selon les régions, sans pour cela cesser d’être elles-mêmes. En tout cas, je ne me tromperai certainement pas en classant °tient parmi les formes qui, en 1236, sont déjà « françaises ».

60Il va sans dire que l’interprétation des graphies ne soulève pas toujours de telles difficultés. Pour bien des mots, l’écriture n’est nullement équivoque. On peut assurer que °le et °sa se prononçaient autrement que leurs équivalents centraux la et sauf et que °conoistre ne se prononçait pas avec h final comme le w. kinohe.

61Au total, malgré toutes ses embûches, l’analyse linguistique de notre charte demeure une expérience assez probante et assez utile pour qu’elle vaille d’être entreprise.

LE TEXTE ANALYSÉ

62Jakemes li prevost, Johans li doïns, h archi[di]akene et toz li capitelez de sain Lamber de Liège, a toz ceaz ki verrunt ce letres conoistre veriteit. Nos faisons a savoir ke com ilh owist 4 controversie entre nostre glise et sangeor Gilon et sa mere, par conselh de proidomes, est formee la pais en tel manire : de la terre ki fut damme Juliane de Colonge, ke damme Odierne et sez fis sires Giles at tenue a Nodues, a Ramelhies en dime grosse 8 et menue, en patronage de glise, en cens, en chapons, en terres arables et en totes atres rentes, sires Giles et sa mere reconoisent a le glise et claiment quitte le quarte part de tote la dime de Nodues grant et menue, et la quarte part del patronage, et la 12 dozime part de tote la dime de Ramelhies, et la dozime part de patronage ; et si at sires Giles assis sor le cens et le chapons ke ihl tient a Nodues et a Ramelhies et sor l’avoine et totes atres rentes ke ihl i tient, une aime de vin a pair la nuit de la 16 feste sain Lamber a canones ki seront en la vilhe ; et le remanant prent ihl en fiez de la glise, en tel manire ke se de lui defaloit senz hoir de son cors, ke la terre revenroit a [le glise], saz le huniers sa femme ; ne por chu ne s’en doit ihl mie laisir a aidir 20 tant com ihl vivrat, sa ce ke se ihl vendre le voloit ne sez hoirs après, li glise l’aurat dev[ant t]oz achat[or]s, et si en donroit tant come ele varoit solon ce ke un vent terres en celui païs. Et de totes tenures ke damme Juliane achatat a sangeor Andrier 24 de Ramelhou at ihl le glise acompanhiet a la moitie ; et at en convent par seriment del requerre a bone foit, et li glise l’en doit aidier a bone foit, sa ce ke ele n’i meterat rins del sin.

63Ceste pais et ceste assens at creanteit l’une partie et l’atre a 28 tenir et a guarder et l’ont fermet par seriment, et le doit sires Giles et sa mere loer en toz lius la u li glise vorrat. Et por ce ke ce soit ferme et stable avo[n] nos a ce lettres pendut nostre saeal et avons priet mon sangeor le veke ke ihl i metit le sin. 32 Ce choses sont faites l’an de l’incarnation nostre Sangeor milhe dois cens et tre[n]te sis, el mois de may.

64Original : Liège, Archives de l’État. Chartrier de Saint-Lambert, n° 122. Le texte a été publié notamment par M. Wilmotte, Études de philol. wall., p. 70-71, et par Schwan-Behrens, Gramm. 3, p. 20-21 (d’après S. Bormans et E. Schoolmeesters, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert de Liège, I, Bruxelles, 1893, p. 360 sv.). Je donne ici la version de Schwan-Behrens : j’ai constaté qu’elle était conforme à l’original. On notera seulement que 1. 32, j’écris « de L’ » au lieu de « del » devant « incarnation », et que 1. 30 et 32, j’ajoute un n entre crochets : dans ces deux derniers cas, le scribe a certainement oublié le signe d’abréviation. D’autre part, au passage de la 1. 21, la formation d’un trou a créé une lacune dans le ms. ; on lit nettement li glise l’aurat dev.....oz achatees ; mais la reconstitution dev[ant t]oz, qui exige au surplus le remplacement de achatees par achators, est sujette à caution, car l’espace actuellement vide entre dev... et ...02 devait renfermer jadis beaucoup plus que quatre lettres et un intervalle.

ANALYSE

65N. B. — Pour renvoyer aux paragraphes de la première étude de ce livre, j’emploie des indications du type suivant : « I 18 ».

66Analyser la langue d’un document, cela revient pour nous à rechercher l’origine des divers mots qui constituent le texte, c’est-à-dire à rechercher de quelle région ou de quelle source ces mots peuvent provenir. L’idéal serait d’assigner une origine possible à tous les mots. Mais le passé des dialectes est si mal connu qu’on doit s’interdire des ambitions aussi hautes et aussi précises. Mon objectif sera donc modeste : grouper en catégories les mots répondant à certaines conditions, et en établir le pourcentage.

67Le caractère fuyant de la matière linguistique étudiée prive naturellement les calculs de la véritable rigueur mathématique.

68Il arrivera même qu’un mot figurera dans deux classes : canone, par exemple, dont la finale -one est wallonne et dont le groupe initial ca- n’est pas wallon.

1° Formes communes

69La première catégorie donnera le moyen de rassembler et, en quelque sorte, de mettre à part les mots neutres, c’est-à-dire ceux qui n’apprennent rien sur la nature de la langue parce qu’ils sont communs au domaine d’oïl.

70J’aurais souhaité pouvoir reconnaître tous ces mots, ceux du moins qui couvrent à la fois le centre, le nord et l’est. Mais une difficulté insurmontable m’arrête : je découvrirais bien les formes communes aux diverses scriptae régionales ; mais, puisque je songe surtout aux origines, ce qui m’intéresse en réalité, ce sont les formes communes aux dialectes oraux ; or, si l’étude précédente m’a éclairé sur l’histoire du wallon, j’ignore à peu près celle des autres patois. Force m’est donc de considérer seulement deux dialectes : le wallon, d’une part ; de l’autre, le dialecte central ou francien.

71Ainsi restreint, le travail n’envisagera plus que l’essentiel : ce qu’il importe de préciser en premier lieu, ne sont-ce pas les rapports entre le francien et le wallon ? Mais même en ne considérant que ces deux dialectes, comment demeurer sur le plan oral ? Je n’aperçois le francien que sous la forme de la scripta francienne, et je ne crois pas que celle-ci soit la notation fidèle du francien parlé. En définitive, tout ce que je puis faire, c’est d’essayer d’identifier les mots qui paraissent communs au wallon oral et au francien tel que le décrivent les grammaires historiques, la phonétique de Bourciez par exemple, ou, si l’on veut, ceux qu’on peut normalement s’attendre à trouver dans la scripta francienne et dans celle de Wallonie. Peut-être, dans l’ensemble, ces mots paraîtront-ils assez hétéroclites, certains d’entre eux étant notés de part et d’autre par les mêmes signes, et d’autres se prononçant de la même manière sans avoir la même graphie. On constatera par exemple que je n’ai attaché aucune importance à l’« final de °fis (au lieu de z), au groupe ng de °Colonge (), au t final de °at, °pendut (amuï dès l’époque du Poème moral, éd. Bayot, p. LXIX), etc. : j’avoue ne pas déceler ce que ces traits peuvent avoir de significatif dans un travail d’analyse comme celui-ci.

  • 5 Dans l’analyse et les calculs qui vont suivre, je ne fais pas de différence entre les mots restitu (...)

72D’après mes calculs, la charte utilise un vocabulaire de 191 mots environ. Ces mots, en se mélangeant et en se répétant, — et revient trente et une fois, — constituent un texte de 428 formes5.

73Parmi ces 428 formes, j’ai recueilli une première liste de formes communes au francien et au wallon :

741 li li doins li et toz 2 li sain a toz ki ce 3 nos a com ilh 4 et Gilon et mere 5 proidomes est formee tel 6 terre ki fut damme Colonge damme et 7 fis Giles at a Nodues a Ramelhies grosse 8 et cens chapons terres 9 et totes rentes Giles et mere 10 a et part tote 11 Nodues grant et et part et 12 dozime part tote Ramelhies et dozime part 13 et si at Giles assis sor cens et chapons 14 ihl a Nodues et a Ramelhies et sor l’ et totes 15 rentes ihl i vin a 16 sain a ki et 17 prent ihl tel 18 senz terre a 19 le femme ne por s’ ihl a 20 tant com ihl ihl ne sez 21 après l’ioz et si tant 22 come ele un vent terres païs et 23 totes damme a 24 Ramelhou at ihl a et at 25 del a bone et l’ 26 a bone ele n’i 27 et assens at l’ et l’ a 28 et a et l’ont et 29 Giles et mere loer toz la u Et por 30 et nos a ce pendut 31 et ihl i 32 ce sont faites l’an l’ 33 dois cens et tre[n]te may.

75Cette liste contient 187 formes, soit, en décomptant les emplois multiples, 69 mots environ. Par rapport à l’ensemble du texte, — 428 formes et 191 mots, — les formes et les mots communs représentent une proportion de 43,6 % et de 36,1 %. La différence des pourcentages provient évidemment du fait que la conjonction et est employée trente et une fois.

76Écartons d’abord de la liste les noms propres : Colonge, dont le groupe « ng » n’a pas d’autre valeur que « gn » [ñ], Giles et Gilon, Nodues et Ramelhies (aujourd’hui Noduwez et Ramillies, en Brabant), Ramelhou.

77Les autres mots peuvent se répartir en plusieurs sous-catégories :

  • 6 On me fait observer que u n’est pas une graphie courante de « où » en francien et que, d’ailleurs, (...)

78A. Certains ne comprennent qu’une seule lettre et un seul phonème : a ’à, aux’, i ’y’, V article et pronom, n’, s’, u ’où’. — Plus un mot est bref, moins il est exposé aux variations phonétiques, plus il a de chances d’être commun. Il faut noter que °a n’est pas toujours la préposition à ; 1. 16, il est mis pour l’article contracté as, que l’on peut tenir pour commun au francien et au wallon, mais qui, dans notre dialecte, devait avoir a long (âs) ; 1. 23, il s’agit de la préposition pure : les mots °damme, °sires, °sangeor s’emploient régulièrement sans article dans la charte. Quant à °u, il représente une prononciation [u] commune au francien et au wallon6.

  • 7 En réalité, ces quatre mots pourraient prendre place dans le C : le t final devait demeurer vivace (...)

79B. Certains mots comportent deux ou trois lettres, mais un seul phonème : an, at, est, ont devaient se prononcer en wallon comme en francien ; de même, °un ← homo, w. on7.

80C. Un bon nombre de mots sont encore des monosyllabes, mais de deux ou plusieurs phonèmes : bone ; — ce, lire ces, w. cès ; — com ou come ; — del ’de le’, l. 25, w. dèl ; — ele ; — faites, w. fêtes ; — fis ; — fut, qui peut représenter le w. fout aussi bien que le fr. fut ; — grant ; — ilh, ihl, dont l’h est graphique ; — ki ; — la ’là’ : — le, l. 18, lire les, humers étant toujours du pluriel ; — li, article masc. sing. au cas sujet ; — may ; — ne, w. arch. ’ni’ ; — nos ; — part ; — por ; — sain(t) ; — sez. l. 20, devant hoirs ; — si (sic) ; — sont ; — sor ; — tant ; — tel, avec é fermé comme aujourd’hui encore le w. tel ; — toz et tote(s) ; — vin.

81D. Communes aussi, mais dans une certaine mesure seulement, les huit formes suivantes : assens, cens, pendut, prent, rentes, senz, trente, vent.

82On sait qu’aujourd’hui encore le wallon distingue [ẽ] ← en et [ã] ← an, alors que la langue centrale les confond depuis le milieu du 11e s. (I 18). En 1236, notre dialecte et le francien différaient déjà par leur traitement des deux nasales. Dans la charte, en n’est jamais remplacé par an : c’est là un caractère vraiment wallon du document étudié. Cependant, au point de vue graphique tout au moins, les huit mots écrits avec « en » méritent d’être appelés communs, parce qu’ils pouvaient, en vertu de leur étymologie ou par un phénomène d’archaïsme, s’écrire de la même façon dans le centre, tout en s’y prononçant autrement que chez nous.

83Quant à l’u de pendut, il n’était non plus qu’une notation commune : il valait [ü] dans tout le nord de la Gaule, mais [u] dans le domaine liégeois ; cf. °u ’où’, l. 29 (I 24).

84E. Un certain nombre de mots plus longs peuvent encore être déclarés communs, pour la graphie tout au moins : assis, après, chapons, damme, doïns, dozime, formée, femme, grosse, loer, mere, païs, terre.

85Dans cette sous-catégorie pas plus que dans la précédente, l’e final ne doit entrer en ligne de compte. En 1236, l’e muet, qui termine tant de mots de notre texte, persistait encore en francien, mais il s’était peut-être effacé en wallon. Différence négligeable, car, si notre dialecte omettait la voyelle, notre scripta devait continuer à l’écrire, afin d’indiquer que la consonne suivie de l’e se prononçait ; cp. le féminin bone et le masculin bon.

86Dans dozime et loer, ainsi que dans toz, tote(s), l’o s’est fermé en ou [u] en francien au cours du 13e s. (B. 104 et 139), alors qu’il restait ou devenait o ouvert en wallon ; cp. fr. mod. douzième, louer, tous, toute(s), et w. mod. dozinme, lower (ou louwer, à la suite d’une évolution plus récente), tos, tote(s).

87Voici les équivalents liégeois modernes de tous les mots de la liste E : assis, après, tchapon, dame, dwèyin, dozinme, fôrmêye, feume ou fème, grosse, lower ou louwer, mère, payis, tére ou têre.

88F. Pour proidomes 1. 5 (= prudhommes, preudhommes, dont la première syllabe viendrait de prōde, selon Bloch, DE) et dois 1. 33 ’deux’, dans lesquels « oi » représente probablement un [óe] commun au francien et au wallon, voy. ci-dessous 124-5, où sont traités les mots contenant le groupe « oi ».

89Notes.

  • °doins. Le liégeois dit aujourd’hui dwèyin d’après le fr. doyen [dwayẽ] ; mais il a connu jadis une forme doyin [doyẽ]. En 1236, le francien n’étant pas encore passé de [oy] à [wè], notre forme peut être tenue pour commune. Le FEW, v° decanus, cite afr. deens, apic. dien, abourg. diien. d(e)ien.
  • °dozime. La terminaison -ime, qui n’a été concurrencée par -ieme en ancien français qu’à partir du 12e s., subsiste aujourd’hui encore, avec i bref ou i long, dans certaines régions du domaine liégeois : ard. dozime, -îme. La forme liégeoise actuelle -inme, -ême, attestée à la fin du 13e s. (°siheme ’sixième’, °uteme ’huitième’, Médic. 33) remonte sans doute à l’ancien -esme plutôt qu’à -ime (B. 70). Mais cette dernière forme n’a-t-elle pas existé à Liège comme ailleurs ?
  • °formee. Lg. mod. fôrmêye. La graphie tout au moins est commune : °-ee recouvre suffisamment la finale liégeoise qui, en 1236, devait être -éye ou -êye (I 5). L’initiale fôr- me paraît indiquer que le mot est savant ou emprunté du français.
  • °femme. Cette graphie, qui est celle du français moderne, s’accommodait sans doute des diverses prononciations régionales, notamment de l’antécédent médiéval du liégeois actuel feume [fòem].
  • °may et °païs. Graphies communes. Le francien a altéré l’a dès le 12e s. (I 9) : [mè], [pèyi] ; le liégeois l’a conservé jusqu’à nos jours : [may], [payi].

90Dans la note sur °formee, nous avons touché un procédé d’innovation lexicologique dont nous n’avions pas encore parlé, mais qui intervient puissamment dans la constitution des langues de culture : il s’agit de la création savante.

91C’est au français que le wallon moderne emprunte les mots savants. Mais la scripta médiévale faisait-elle de même ? Je n’en ai pas l’impression. Certains latinismes ont pu et dû naître dans une région donnée, où quelque besoin particulier les appelait à l’existence. Du moins l’ancienne langue écrite offre-t-elle assez souvent des mots, très proches du latin, romanisés au minimum, et qui, par conséquent, peuvent avoir été créés n’importe où dans le domaine d’oïl. Sont dans le cas les mots suivants de notre charte :

921 archidiakene 2 capitelez 3 veriteit 4 controversie 6 et 23 Juliane 8, 11 et 13 patronage 10 quitte 25 convent 30 stable 32 incarnation.

93Au total, 13 formes et 10 mots, nettement savants.

94Qu’on ne s’étonne pas de rencontrer dans cette liste le mot quitte, w. actuel cwite. D’après Dauzat, DE 604, — et une étymologie semblable est donnée par Bloch, DE 2, 200, et par le REW 6958, — quitte est emprunté du latin juridique médiéval quitus, variante de quietus, lequel a produit le fr. coi, le w. keû, et aussi le fr. quiet.

95Notons encore que la finale -eit est une graphie wallonne ; ca-, -able et -tion, au contraire, n’ont rien à voir avec le wallon, qui disait tcha-, -âve et -hon.

96A côté de ces mots savants, il en est d’autres qu’on pourrait appeler « mots de civilisation » et qui proviennent, non pas du latin, mais d’un autre dialecte roman, du francien par exemple : tel peut-être damme ou sires (cp. en w. mod. madame, mossieû) ; mais les termes de cette espèce sont plus difficiles à identifier.

97L’étude d’un seul texte, et encore d’un texte bref, ne saurait amener de conclusions décisives. C’est déjà très bien si elle peut fournir quelques indications. Plutôt que des observations nouvelles, la petite analyse que je viens de faire apporte d’heureuses confirmations.

98Un grand nombre de formes communes, je le rappelle en deux mots, sont des formes courtes, parce que les formes courtes offrent moins de prise aux divergences phonétiques. D’autre part, l’existence de formes identiques dans la scripta de domaines différents s’explique parfois par un de ces deux facteurs, dont j’ai aussi souligné l’importance : le caractère traditionnel de l’écriture et l’origine savante de certains termes. Telle graphie, phonétique peut-être à une époque donnée, ou d’allure plus étymologique, plus latine, persiste jusqu’à nos jours, en dépit des changements de prononciation (°may → mai). Tel mot, repris au latin avec un minimum d’adaptation, se généralise dans la langue sans qu’on puisse dire où il est né (°controversie). Les deux cas mettent en lumière le rôle joué par le latin, dont l’influence a modelé, dans des proportions sensibles, la partie commune de la scripta.

  • 8 N’oublions pas toutefois que la langue écrite de Picardie connaissait aussi le ce- et le cha- ; la (...)

99Parmi les formes communes au francien et au wallon, il en est quelques-unes qui, en 1236, ne pouvaient être picardes : 2 ce 6 terre 8 cens chapons terres 13 cens chapons 18 terre 22 terres 30 ce 32 ce 33 cens. En effet, le picard devait dire che- au lieu de ce-, ca- au lieu de cha-8 et tierre au lieu de terre.

2° Formes non wallonnes

100Pour déterminer la nature de la scripta liégeoise, il importe de préciser les rapports de cette langue écrite avec le dialecte oral, et, à cette fin, de recueillir dans notre texte les traces ou les affleurements certains du wallon. Avant d’aborder ce travail positif, qui fera l’objet du 3°, je crois utile d’entreprendre d’abord une besogne négative : je vais rechercher dans l’acte toutes les formes — les formes savantes exceptées, je les ai déjà mises à part — qui, en 1236, ne représentaient pas exactement l’état existant à la même date dans le dialecte parlé.

101De même qu’au 1°, pour les formes communes, l’étude relative à la segmentation dialectale facilitera beaucoup notre tâche ; mais ici encore, le caractère flottant et approximatif de l’écriture nous ménagera mainte perplexité. Plus d’une fois, la graphie analysée appelant telle décision, la prononciation supposée nous poussera du côté contraire, et l’on devra se résoudre à ne pas conclure...

102Si arbitraire que semble a priori mon procédé, je me réglerai d’abord exclusivement sur la graphie, comme si je lui attribuais une valeur absolue : je rassemblerai en une liste unique tous les mots renfermant la notation d’un phonème qui n’a jamais été wallon, qui ne l’était plus en 1236 ou ne l’était pas encore. Mais dans la suite, je tiendrai compte de la prononciation, et je me fonderai sur elle pour fixer des degrés dans la non-wallonicité des formes retenues.

103Voici la liste des formes non wallonnes :

1042 capitelez de Lamber de Liège 3 conoistre faisons savoir ke owist 4 glise sangeor sa par 5 de la en de la 6 de ke 7 sez tenue en dime 8 menue en de glise en en en 9 arables en sa reconoisent 10 le glise le de la dime de 11 menue la del la 12 de la dime de la 14 ke tient avoine 15 ke tient une de la de la 16 feste Lamber canones en la le remanant 17 en fiez de la glise en ke se de defaloit 18 hoir de son ke la revenroit le glise 19 humers sa chu ne en doit mie laisir 20 ce ke se le voloit hoirs 21 glise aurat devant en donroit 22 varoit ce ke en celui de 23 tenures ke sangeor Andrier 24 de le glise acompanhiet la moitie en 25 par requerre foit glise en 26 doit aidier foit ce ke 27 une partie 28 tenir guarder par le doit 29 sa en glise ce 30 ke ce soit stable avo[n] 31 avons priet mon sangeor le ke metit le 32 de sangeor 33 sis el mois de.

105N. B. Certaines de ces formes, glise par exemple, seront reprises au 3° parmi les formes wallonnes, parce qu’elles portent, à côté de traits communs ou non wallons, la marque d’une influence wallonne.

  • 9 En réalité, dans les formes déclarées ici non wallonnes, il n’y a d’ordinaire, ainsi qu’on le verr (...)

106Cette seconde liste renferme au total 163 formes et 71 mots9, ce qui représente, par rapport aux 428 formes et aux 191 mots du texte, une proportion de 38 et 37,1 %.

107Les 71 mots ne doivent pas être mis sur le même pied, °conoistre a un t que le patois n’a jamais possédé ; °tient, au contraire, se prononçait vraisemblablement comme s’il n’avait pas d’e et ne diffère que graphiquement de la forme wallonne tint (voy. rins ’rien’ et sin ’sien’). Il est donc nécessaire d’établir entre les mots une hiérarchie fondée sur leur degré de non-wallonicité. C’est ce que j’ai tenté dans le classement suivant :

108A. En admettant que chacune de leurs lettres avait une valeur, nous pouvons dire que dix mots du texte manifestent un caractère phonétique (ou morphologique) que le parler wallon n’a jamais connu. Ce sont : avons, conoistre, dime, faisons, glise, guarder, laisir, metit, owist, sangeor.

109Notes.

  • °avons et °faisons. En wallon liégeois, la l plur. de l’indic. présent a la flexion -ans : avans, fans ou fizans. Attestée à la fin du 13e s. seulement (I 43), cette terminaison doit être héréditaire : le traitement de eamus → lg. djans prouve que -ans peut remonter à -amus ; cp. pane → pan. — A côté de °avons 1. 31, °avo 1. 30 apparaît comme une faute évidente ; le scribe a simplement oublié le signe d’abréviation de la nasale ; cp. avonnos W. 108.
  • °conoistre, w. mod. kinohe. Notre dialecte n’a jamais intercalé de t entre s et r (I 42), et il possède l’A secondaire depuis avant 1150 (I 33).
  • °dime, °glise, w. dénie (arch.), gléhe (topon.). L’i se situe en dehors du procès ĕ + yod → w. é. A supposer que le wallon eût i (c’est-à-dire i long) en 1236, comment cet î aurait-il pu s’altérer en é, alors qu’un autre î long issu de ĕ libre restait intact ? Pour l’A secondaire de gléhe, voy. le mot précédent. La finale -ise tout entière s’écarte du wallon parlé.
  • °guarder, w. wârder. Comme le picard, le wallon a conservé le w initial (I 35). La graphie « gu- », caractéristique du dialecte central, est étrangère au nord-est.
  • °laisir. Bien que i au lieu du francien ie coïncide avec le parler local, le radical lais- exclut le wallon : le liégeois rend ’laisser’ par lèyî, afr. laier, d’origine obscure ; voy. par ex. °lait ’laisse’ 3 sing. indic. prés. 1257, W. 111 ; quant à laxare, étymon du fr. laisser, il aurait à Liège un h secondaire dès le milieu du 12e s. (*lahî) ; cp. ine lahe ’une laisse’ DL 358.
  • °metit, 1. 31 ’mît’. Subjonctif imparfait analogique, comme le passé défini mettit, mettirent, qui est particulièrement fréquent dans l’est et le nord-est (voy. Fouché, Verbe 294). Finale étonnante : on attendrait metist. La forme a quelque chose de wallon : elle reflète probablement une création analogique en usage dans le dialecte oral (aujourd’hui métahe, mètasse) ; mais elle s’écarte de celui-ci par sa désinence, qui devrait noter ou transposer un h secondaire (*mètihe).
  • °owist. Les passés définis en wi se localisent au nord et à l’est (Fouché, Verbe 312). Mais, dans la région liégeoise, ils n’appartiennent pas au dialecte oral : °owist ne peut avoir figuré dans l’évolution qui conduit de habuit au lg. mod. out, oût, ourit. [La remarque vaut si la forme est un subj.]
  • °sangeor. Forme sans doute wallonne par son a, mais indirectement, malgré elle, en quelque sorte. Le lat. seniore est représenté aujourd’hui par le w. sègneûr (ou signeûr), fr. seigneur. Il en était probablement de même en 1236. Dans ces conditions, l’a doit être un hypercorrectisme analogique : tchèssî, fr. chasser → w. sègneûr, scripta °sangeor. Le groupe « ng » a la même valeur que « gn ». Quant à la finale -or, elle ne doit pas être non plus littéralement conforme au wallon ; dès cette époque, celui-ci semble confondre en un même phonème ō et ē toniques libres (voy. °dois ’deux’ l. 33).

110B. Neuf autres formes du texte renferment un caractère qui a pu, à certain moment, figurer dans la phonétique wallonne, mais qui, en 1236, en était sorti depuis longtemps déjà. Ce sont : arables, canones, capitelez, feste, Lamber, par, reconoisent, sis, stable.

111Notes.

  • °arables et °stable présentent tous deux le suffixe -able, auquel le wallon donnait, depuis le 12e s. au moins, la forme -âv(l)e (I 40). De plus, « arable » devait déjà avoir à Liège en 1236 le suffixe -ûle ← -ibilis : èrûle (I 41).
  • °canones et °capitelez. Depuis de longs siècles, le wallon avait altéré le k initial devant a, comme le francien lui-même (I 31) : voy. chapons 1. 8, etc. Il s’agit ici de picardismes ou de latinismes.
  • °feste, °Lambert, w. fièsse, Lambiè(rt). La diphtongaison wallonne de ĕ entravé existe depuis le 12e s. au moins (I 11), et peut-être figure-t-elle dans °Odierne 1. 6.
  • °par. La confusion wallonne de « par » et « pour » en une forme unique, por, est attestée depuis les premiers textes ; voy. par ex. Bayot, Poème moral, p. xciii.
  • °reconoisent, lg. mod. rik’nohèt. N’envisageons ici que deux lettres de ce long mot : le groupe is a sans doute existé dans l’histoire phonétique de la forme ; mais en 1236, il était représenté en wallon liégeois, depuis un siècle au moins, par un h secondaire (I 33).
  • °sis, lg. mod. sîh. Pour l’a final et l’h secondaire, voy. le mot précédent.

112C. Dans d’autres formes beaucoup plus nombreuses que celles de A et de B, une lettre au moins ne peut avoir dans la prononciation la valeur phonétique qu’elle avait en 1236 dans le parler local, bien que celui-ci ne se fût peut-être écarté du francien que depuis peu.

  • 10 Dans la première étude de ce livre, paragraphe 1, p. 39-40, j’ai conclu que « pour la forme de la (...)

113Le cas se présente d’abord dans dix-neuf mots ou 57 formes contenant un e dit muet : ce, celui, de, defaloit, devant, ke pronom relatif et conjonction, le ’le’ article et pronom, le ’la’ article, menue, ne, remanant, requerre, revenroit, se ’si’, tenir, tenue, tenures. Sans aucun doute, l’e de ces diverses formes équivalait à un è ouvert : °de ’du’ 1. 13 avait évidemment la même prononciation que °del ’du’ 1. 11, et l’un et l’autre ne pouvaient guère se prononcer que [dè] ; à la 1. 13, °le est mis pour les devant cens et devant chapons ; à la 1. 2 et à la 1. 30, °ce remplace ces devant let(t)res. Aujourd’hui, dans tous les mots considérés, le liégeois aurait un i caduc : ci, di, divant, ki, li, rimanant, tini, etc. Or, on peut admettre sans trop de témérité qu’en 1236 il avait déjà cet i (ou peut-être ü, autre voyelle très fermée, I 1)10 et que, par conséquent, le phonème noté par e différait de la voyelle caduque wallonne.

114Le même cas se présente, mais beaucoup plus nettement, dans l’article la et les possessifs mon, sa, son et sez 1. 7 ’son’ (cas sujet). Dès 1236, on n’en peut douter, la simplification picardo-wallonne du système des articles et des possessifs était accomplie à Liège : voy. a le glise 1. 10, li glise 1. 29, et aussi I 51. A ce moment, les formes en -a et -on ne coïncidaient plus avec les formes wallonnes. De même, sez, cas sujet, prononcé [sè], différait de la forme liégeoise, qui devait avoir une voyelle caduque (*si). A côté du système simplifié qui vivait alors en wallon, se manifeste donc dans notre charte le système complexe d’articles et de possessifs que notre dialecte devait posséder à l’origine et que le français moderne a conservé ; en elle-même, la présence de ce dernier système constitue, en 1236, un trait remarquable de non-wallonicité. Soulignons enfin la multiplicité des formes équivalentes : le glise 1. 10, la glise 1. 17, li glise 1. 25 ; quoique le soit réservé au cas régime et li au cas sujet, on peut dire que le même texte, original pourtant, utilise trois formes dans un usage où le wallon parlé devait en employer une seule. Un tel exemple montre, avec toute la clarté voulue, le caractère composite de notre scripta de 1236, — caractère commun, d’ailleurs, à toutes les scriptae médiévales.

115Il faut encore ranger ici les trois mots en -ie : mie, moitie, partie ; dès le début du 13e s., -ie s’était ouvert en -èye (I 20) ; — et les deux mots en, préposition et adverbe, qui devaient être réduits à è en wallon dès les environs de 1200 (I 17).

116D. Une non-wallonicité extérieure, mais réelle, affecte les mots qui, dans leur graphie, s’écartent de la forme phonétique de leurs correspondants wallons, mais qui pouvaient en 1236 se prononcer à la wallonne. Ces mots sont communs pour le son, non pour la lettre. Nous les répartirons en plusieurs groupes :

  • 1° Formes contenant le groupe « ie », réduit à i en wallon dès le 12e s. (I 10) : acompanhiet, w. mod. ac’pagnî ; aidier, w. êdî (cp. aidir 1. 19) ; Andrier, w. Andrî ’André’ ; fiez, w. ’fief ; Liège, w. Lîdje ; priet, w. mod. priyî ; tient, w. tint. — On notera que Andrier est une graphie inverse (voy. I 10) : *Andrĕu donnait Andrî en wallon ; î final est rendu par « -ier » comme dans les mots en -ariu ; de toute évidence, le scribe se souciait moins de noter une prononciation locale que de se conformer à des coutumes graphiques. On notera aussi que °priet en 1236 était probablement proyî en wallon ; voy. °prohis por mi ’priez pour moi’ dans une épitaphe romane du 13e ou du 14e s. citée BSW 4, 1861, Mélanges 59 sv. ; la forme était étrangère au wallon par toute sa partie vocalique.
  • 2° Formes contenant le groupe « oi ». Nous envisagerons ici les mots suivants : avoine, defaloit, [dois ’deux’], doit, donroit, foit, hoirs, mois, [proidomes], revenroit, savoir, soit, varoit, voloit, quoique dois et proidomes ne doivent pas être retenus comme wallons. A part le premier, qui est avonne, avône, tous ces mots auraient eu [óe:] en liégeois moderne : difaleût, deûs, deût, donreût, feû ’foi’ (arch.), eûrs (arch.), meus, *preûdomes, rivinreût, saveur, seûy (gl.), vâreût, voleûnt (ard.).

117avoine n’est pas francien : le dialecte central disait aveine (cf. Bloch, DE, v° avoine). Il n’est pas non plus tout à fait wallon : °canone 1. 16, w. tchènonne, -ône, prouve, semble-t-il, que, dès 1236, le oi de -oine s’était monophtongué.

118Des autres mots, que faut-il penser ? Chez deux d’entre eux, « oi » tient la place du lat. ô libre accentué : dois, fr. deux ; proidomes, fr. prudhommes, pour preudhommes (lat. prōde, Bloch). Dans tous les autres, il représente le lat. ë libre accentué. Or le groupe ne saurait avoir de valeur étymologique que dans le second cas ; c’est seulement dans l’histoire de è° qu’il pourrait figurer une phase authentique [oy]. Comment, dès lors, expliquer nos deux formes en « oi » ← ō ?

119Selon Bourciez, Phon. 99, eu venant de ō serait apparu au nord-est dans la seconde moitie du 12e s. Les témoignages que j’ai recueillis ne remontent pas aussi haut. Dans les chartes éditées par Wilmotte, « eu » se rencontre seulement vers 1250 : 1248 °eure ← hora W. 74. On trouve deux fois °respeus ← responsum dans les Dial. Grég. (Wiese 19, n° 46), au début du 13e s. Pour ë, la même œuvre fournit au moins un exemple indirect de la monophtongaison : °pouz ← pilos doit être une adaptation du w. po, qui a cette forme aujourd’hui encore (Wiese 13, n° 32). Dans notre acte même, le fait que « oi » figure à la fois les produits de ō et de ē me semble prouver qu’à l’époque les deux voyelles avaient atteint le même stade. Elles se confondaient probablement en [óe], les deux procès ne pouvant guère converger qu’en ce point. Et nous admettrons, en définitive, que partout, sauf dans avoine, le groupe « oi » se prononçait [óe:] à la wallonne.

120Si la graphie « oi » s’est employée pour [óe:] ← ō, c’est qu’elle était courante pour [óe:] ← ē, procès dans lequel elle répondait au stade [oy]. Il n’y a d’ailleurs pas si loin de [oy] à [óe:] ; et l’explication paraît plus naturelle encore lorsqu’on a remarqué que, dans le système graphique de notre texte, il n’existe aucune autre façon de noter [óe].

121Parmi les mots considérés, il faut naturellement mettre à part dois et proidomes, pour lesquels la prononciation [óe] a été francienne aussi bien que wallonne : leur place est dans les formes communes (1°, F, ci-dessus, p. 116).

  • °aurat. Au 17e s., en liégeois, la voyelle initiale de cette forme était un a bref : arè ; il en est encore de même aujourd’hui en certains points de l’Ardenne liégeoise. L’u, n’ayant probablement ici qu’une valeur graphique, n’empêchait pas de prononcer a bref à la wallonne.

122°chu. Le w. mod. çou devait exister en 1236 (I 21). Le « ch » picard est étranger à la tradition wallonne ; mais la présence de l’h après c n’empêchait pas de prononcer [s]. D’autre part, le groupe « ou » n’existant pas dans le texte, l’u se prononçait probablement [u] (voy. u ’où’ 1. 29). On devait donc dire çou [su] comme dans le parler local. Les textes liégeois du 17e s. connaissent cependant une forme çu [sü] ; mais il me semble qu’en 1236 il s’agit plutôt de çou, équivalent normal de l’afr. ço.

  • °del l. 11 et °el l. 33 pouvaient probablement se prononcer et è comme en liégeois moderne (I 50) ; à preuve la graphie de ’du’ 1. 13 devant patronage. En 1236, l final était sûrement étranger au wallon local. En réalité, del et el sont des graphies archaïques, qui pouvaient avoir cours dans un vaste domaine ; cp. del mien et el conble, Chrétien de Troyes, Y vain, v. 525 et 530.

123°humers. Terme juridique ancien, relevé au pays de Liège, à Bastogne, à Namur, et aussi à Nivelles (Bull, de la comm. des anc. lois et ordonnances de Belgique, 15, fasc. 4, 1947, p. 267). Voy. Haust, Régestes 1, 565. Il désignait l’« usufruit auquel l’époux survivant a droit sur les biens du défunt qui sont dévolus aux enfants ». D’après Haust, ib., humiers serait un terme savant tiré du latin humus ’sol’. Au 18e s. encore, le wallon disait oumîres (id., ib.), et il devait déjà dire de même au 13e s. Quoique °humers soit nettement régional, je le considère ici comme non wallon, parce que sa forme écrite s’écarte trop de la prononciation wallonne : voy. h muet, u = [u] et la finale -ers, à lire -iers et à prononcer par]. Divergence particulièrement significative, qui rend bien sensible la double vie, écrite et orale, du mot.

  • °une. Normalement, cette forme, qui rappelle fort le latin una, pouvait se prononcer [ün] à la francienne ou [un] à la latine. Aujourd’hui, le liégeois dit [òen] eune sous l’accent et [in] ine en position inaccentuée. Mais j’ai l’impression qu’au 13e s., il disait, comme le namurois et le verviétois actuels, [on] one ; voy. les exemples liégeois de on ’un’, I 26.

124Ainsi s’achève l’examen des formes non wallonnes. Pour le conclure, je crois utile de rappeler deux observations.

125Les 71 mots considérés méritent inégalement d’être appelés « non wallons ». Les 25 mots de la catégorie D ne le méritent que par leur graphie : en négligeant cet accident tout extérieur, on pourrait les ranger, selon le cas, parmi les formes communes ou les formes wallonnes. La plupart des 29 mots de la catégorie C, notamment les plus courts de ceux qui se terminent par e muet, n’offrent qu’une non-wallonicité peu saillante ; quatre d’entre eux, cependant, la, mon, sa et son, sont certainement étrangers à la Wallonie liégeoise. Il faut en dire autant des 9 mots de la catégorie B et surtout des dix mots de la catégorie A. Au total, 23 mots sur 71, presque tous longs et consistants, qui s’éloignent nettement de leurs congénères wallons ; 25, qui s’en écartent moins, et à peu près autant qui s’en distinguent seulement par la graphie.

126D’autre part, certaines formes, classées pourtant ici comme « non wallonnes », ont quelque chose de spécifiquement wallon et se rattachent directement au dialecte liégeois : humers, Andrier, glise, etc. Il est vrai. Mais leur graphie représente, par rapport aux formes wallonnes de l’époque, oumîres, Andrî, gléhe, une véritable transposition. Le scribe adapte visiblement les mots à des normes graphiques qui ne s’efforcent pas de reproduire phonétiquement les formes wallonnes orales. Sans doute les écrit-il comme cela par habitude, inconsciemment ; mais son habitude, qui s’intègre peut-être dans une tradition, ne révèle non plus aucune inclination à copier la forme phonétique wallonne.

3° Formes wallonnes

127La troisième catégorie comprendra les formes qui ont un rapport indéniable avec le wallon parlé à Liège, c’est-à-dire celles qui renferment un élément dont l’aire géographique englobe Liège. Voici la liste de ces formes :

1282 ceaz 4 glise sangeor 5 manire 8 glise 9 atres 10 le glise le 13 de 15 atres aime pair 16 canones vilhe 17 glise manire 18 revenroit le glise saz 19 humers laisir aidir 20 sa 21 li glise 22 varoit solon 23 sangeor Andrier 24 le glise 25 seriment li glise 25 sa rins sin 27 atre 28 seriment 29 li glise vorrat 31 saeal sangeor veke sin 32 sangeor milhe.

129N. B. On s’étonnera peut-être de ne pas retrouver ici des mots comme °veriteit, °creanteit, avec -eit. Le t final était amuï dès l’époque du Poème moral (voy. éd. Bayot, p. lxix) : on admettra sans peine que je le néglige. Mais la graphie « ei » elle-même, je l’ai déjà dit (p. 33), ne me paraît avoir aucune valeur phonétique, et ceci doit être prouvé, au moins sommairement.

130En wallon liégeois moderne, a libre accentué aboutit en somme aux mêmes résultats qu’en français (voy. I 4). Il donne é en général, mais è devant yod : -atu → -é ; -ata → -êye ; aujourd’hui encore, veritate conserve sa forme savante de 1236, vérité (au lieu de *vèrté).

131Admettons un instant qu’au 13e s., à Liège, - a tu donnait [èy] ; il nous faut admettre du même coup qu’il coïncidait avec -ata → [èy] ou [è:y], avec -yata → [èy], avec -ï a → [èy], etc. Mais comment, dans la suite, en partant de cette uniformité, serait-on venu à la diversité actuelle, si heureusement conforme à l’étymologie (←→ -êye) ?...

  • 11 Notons que, dans la charte de 1236, la graphie « ei » est beaucoup moins fréquente que « e » simpl (...)

132N’est-il pas étonnant, au surplus, que la scripta écrive régulièrement « ei » quand le liégeois moderne dit è et « ee » sans i quand il dit -êye ? Voy. W. 53, n l11.

  • 12 Pour sentir tout ce qu’il y a de problématique dans les groupes de voyelles, comparez ces deux ver (...)

133Cette preuve par l’absurde et cette étrange discordance me semblent dépouiller la graphie « ei » de la valeur phonétique qu’on lui accorde maintenant si volontiers. L’i serait « parasite » à Liège après e comme après les autres voyelles12.

  • 13 Ici encore, pour serrer de plus près la réalité, on peut essayer de réduire en phonèmes la part wa (...)

134Au total, la liste wallonne compte 50 formes et 26 mots, ce qui représente, par rapport aux 428 formes et aux 191 mots du texte, une proportion de 11,6 et de 13,6 %13.

135Notes.

136Leur caractère wallon étant très apparent, les 27 mots de la liste n’appellent généralement qu’une note brève. Je considérerai d’abord quatre groupes de mots, puis j’examinerai selon l’ordre alphabétique les mots qui n’entrent pas dans ces groupes.

  • La réduction de la diphtongue ie en i (I 10) se trouve dans la terminaison de °aidir, w. êdî ’aider’, et de °laisir ’laisser’ (voy. ci-dessus p. 120) ; dans °manire, w. manîre ’manière’ ; elle apparaît aussi, mais indirectement, dans °Andrier ’André’ (I 10, et voy. ci-dessus p. 49). La même réduction existe devant nasale dans °rins, w. rin ’rien’, et dans °sin ’sien’ (I 19).
  • L’absence d’une consonne intercalaire (I 42) s’observe dans °revenroit, lg. rivinreût ’reviendrait’ ; °varoit, lg. vâreût ’vaudrait’ ; °vorrat, lg. vôrè ’voudra’14.
  • a + l + consonne est représenté par a, non par au, dans °sa, °saz ’sauf, w. niod. sâf (I 8). On a aussi a au lieu de au dans °atres ’autre’ ; mais il s’agit peut-être d’une graphie inverse, car le wallon moderne dit ôte.
  • Le groupe « lh » figure peut-être, dans °milhe et °vilhe, le y du lg. mèye ’mille’, vèye ’ville’.
  • °aime. Lg. inme ’ancienne mesure de capacité’, du lat. ama ’seau’, d’où le nl. aam et l’all, ohm ’muid’ (DL). Terme exclusivement liégeois : Godefroy n’en donne que deux exemples, l’un du Cartulaire du Val Saint-Lambert (1208), l’autre de Jean de Stavelot (début du 15e s.).
  • °canones paraît wallon par sa finale : -one = [ó:n] ou [õ:n] ; voy. ci-dessus p. 124, et cp. °Antone ’Antoine’ 1263 W. 77. Pour l’initiale ca-, voy. ci-dessus p. 121-2.
  • °ceaz paraît noter la forme liégeoise du démonstratif cès ’ceux’ ←ecceillos ; mais « ea » représente plutôt è long que è bref. Voy. I 12.
  • °de. Devant °patronage, de 1. 13 n’est pas la préposition simple, mais l’article contracté ← deillo, tel que l’a conservé le liégeois moderne (I 50). Pour del 1. 11 et °el 1. 33, qui se disaient probablement et è comme en liégeois moderne, voy. ci-dessus, p. 125-6.
  • °glise, w. anc. gléhe, forme wallonne actuelle des deux noms de communes Gleixhe et La Gleize, province de Liège ; le lg. mod. èglîse, èglîhe n’est qu’une adaptation du fr. église. Notre forme °glise, qui représente ecclesia, est donc wallonne par son initiale apocopée ; mais la finale -ise est étrangère à la tradition liégeoise ; voy. ci-dessus p. 120.
  • °humers est wallon en tant que mot, non en tant que forme écrite ; voy. ci-dessus p. 126.
  • °le et °li, devant un nom féminin singulier, manifestent l’unification picardo-wallonne de l’article défini aux deux genres ; voy. ci-dessus p. 123. Mais °li est plus wallon que °le, s’il est vrai qu’en 1236, la voyelle caduque liégeoise était déjà i (ci-dessus p. 122, n. 1, et I 1).
  • °saeal, lat. sigillu fr. sceau. Le DL cite seulement, d’après Forir, une forme sà, qui doit être un emprunt du français. Mais il donne aussi, p. 574, un verbe sålier ’poinçonner (poids, mesures)’ ← *sâyeler, dérivé de †sayê = °saeal. L’a initial est donc en rapport avec le wallon. Noter qu’il se rencontre jusque dans le domaine picard : °saiel, Schwan-Behrens, 3, charte vu, du Pas-de-Calais.
  • °sangeor est wallon par son a, graphie inverse, non parce que cette lettre représente un phonème du wallon parlé, mais parce qu’elle postule la correspondance entre un è oral et un a écrit ; voy. ci-dessus p. 121.
  • °seriment, lg. sèrimint. Le produit francien de sacramentu m est sairement. Pour Pi, voy. p. 122, n. 1.
  • °solon vit encore sous cette forme dans le liégeois moderne. Le dialecte central dit selon(c).
  • °veke, forme apocopée comme glise. L’anc. w. vèke survit en toponymie : pré l’vèke, aujourd’hui plérvèke, à Jupille (BSW 49, 312).

137Les formes et les mots admis dans la liste wallonne appartiennent-ils exclusivement à la Wallonie ? Non. Et l’on peut même, d’après leur extension géographique possible, les répartir en plusieurs catégories.

  1. Comme le wallon, le picard se caractérise par la réduction de ie à i et par l’absence de la consonne intercalaire. Or, à eux seuls, ces deux phénomènes affectent neufs mots de notre charte. Ces neuf mots sont en même temps wallons et picards. La Picardie a connu aussi glise et veke, l’article féminin singulier le et l’a initial de saeal.
  2. D’un autre côté, le lorrain n’ignore pas le procès a + l a (atres, sa, saz) ; voy. I 8.
  3. Cependant, un bon nombre de mots me semblent être des wallonismes véritables : milhe et vilhe (à moins que lh ne soit purement graphique...), canones (ou, du moins, sa finale...), ceaz, humers, li, sangeor.
  4. Enfin, voici des « léodicismes » authentiques : le nom aime, l’article contracté de ( ?), le nom sèrimint (à moins que l’i ne révèle une adaptation du français...), peut-être la préposition solon (nam. sèlon, d’après Pirsoul).

138Au total, sur 26 mots, 7 wallonismes et 4 léodicismes. Et pour interpréter ces chiffres, rappelons-nous encore que humers et sangeor ne sont que des demi-wallonismes ; notons au surplus que, parmi les traits régionaux des mots retenus, il n’en est pas un seul qui concerne la morphologie.

4° Formes non classées

139Les listes précédentes ne rassemblent pas tout le vocabulaire de la charte. Il demeure un bon nombre de formes sur lesquelles je n’ai pu me prononcer. Je vais les grouper dans une quatrième liste.

1401 Jakemes prevost archi[di]akene 2 verrunt 3 letres 4 entre nostre 5 conselh pais 6 Odierne 7 sires 9 sires 10 claiment quarte 11 quarte 13 sires 15 nuit 16 seront 17 lui 18 cors 20 vivrat vendre 21 achators 23 achatat 26 meterat 27 ceste ceste creanteit 28 fermet 29 lius 30 ferme lettres nostre 32 choses nostre.

141Au total, 35 formes et 28 mots non classés. Mais pour la plupart d’entre eux, mon indécision provient tout simplement du fait que, l’acte analysé étant très ancien, les points de comparaison ou les indications chronologiques m’ont manqué.

142C’est au milieu du 13e s. que transparaît dans la scripta la réduction des groupes consonantiques à la finale en wallon (voy. p. 87, N. B., 4°) : en 1250, c’est-à-dire une quinzaine d’années plus tard, nous serions sûrs que Jakemes, archidiakene, let(t)res, entre, nostre, Odierne, quarte, vendre, ceste, ferme, ont une finale étrangère au wallon d’alors (lg. lète, nosse, vinde, cisse...).

143C’est à la même époque qu’est attestée la réduction de ui à u en wallon : en 1250, nous dirions que lui et nuit ne peuvent plus être wallons (lg. lu, nut’ ; voy. I 27).

144De même pour °verrunt, w. mod. vièront (1252 °vierunt W. 137) ; pour °vivrat et °meterat, w. mod. vikrè et mètrè (la flexion -rè du futur est signalée à la fin du 13e s., I 49) ; etc.

145°achatat et °achators m’ont aussi laissé perplexe. Leur forme est francienne, à première vue ; mais n’était-elle pas aussi wallonne ? Le wallon dit aujourd’hui atch’ta, atch’teû(r)s, comme le français ach(e)ta, ach(e)teurs ; mais depuis quand a-t-il perdu l’a intérieur ?...

146Pour d’autres mots, comme °pais (w. pây), °lius (terme spécial), etc., il demeurera toujours difficile de se prononcer. Il n’empêche qu’en 1300, et même déjà en 1250, la majorité des 28 mots non classés, 15 au moins, pourraient être considérés comme non wallons.

Révision des statistiques

147Dans les calculs relatifs aux trois premières listes, j’ai fait intervenir les éléments que je viens de rassembler dans la quatrième catégorie. Aussi les statistiques précédentes ne pouvaient-elles être que provisoires. Le moment est venu de déterminer les pourcentages définitifs. Nous savons maintenant qu’il faut tabler sur 428 — 35 = 393 formes et sur 191 — 28 = 163 mots. Voici dès lors les résultats que nous obtenons :

  1. Formes communes : 187 formes et 69 mots,
    soit 47,5 % et 42,3 %.
  2. Formes non wallonnes : 163 formes et 71 mots,
    soit 41,4 % et 43,5 %.
  3. Formes wallonnes : 50 formes et 26 mots,
    soit 12,7 % et 15,9 %.

5° Formes françaises

148Pour éclairer la formation de la scripta, c’est-à-dire son passé, il aurait fallu identifier, parmi toutes les formes du texte, celles qui sont exclusivement franciennes, celles dont la présence dans la langue écrite à Liège ne saurait s’expliquer que par l’influence centrale. Mais cette tâche, essentielle pourtant, dépasse mes forces : j’ignore quelle était exactement au 13e s. l’extension géographique des caractères phonétiques et morphologiques du francien, et je nie demande si quelqu’un pourrait la déterminer avec précision.

149Obligé d’abandonner un objectif aussi naturel, j’ai cru opportun de m’assigner un autre dessein, « pro-spectif », si je puis m’exprimer ainsi, qui regarde, non le passé, mais la destinée, l’avenir de la langue écrite. Incapable d’identifier les formes franciennes, j’ai rassemblé celles qui, en 1236, étaient déjà françaises, celles qui avaient déjà la structure phonétique avec laquelle elles vivront plus tard dans la langue commune appelée langue française.

150Faisant donc abstraction de la valeur phonétique du texte, je m’en tiens ici à la forme écrite. Raisonner sur les sons, comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant, n’est-ce pas vouloir saisir une réalité souvent insaisissable ? Et d’autre part, considérer les lettres, n’est-ce pas se fonder sur ce qu’il y a de plus tangible dans la scripta ? L’établissement d’un idiome comme langue commune de culture est d’ailleurs, en premier lieu, une question de forme : le français moderne s’écrit partout de la même manière, mais sa prononciation diffère plus ou moins selon les régions.

151Après avoir lu ma liste, le lecteur objectera peut-être que, précisément, j’ai retenu comme formes françaises des graphies qui n’ont jamais été franciennes : °ilh, °vilhe, °acompanhiet... Il est vrai. Mais si j’ai cru pouvoir le faire, c’est que j’étais persuadé qu’il n’y avait, entre ces formes et les formes usitées dans le centre, qu’une variation d’écriture, et que l’A de °ilh et de °vilhe par ex. était négligeable. Au surplus, qui croira qu’en francien même un son donné s’écrivait toujours d’une façon identique ? Il suffit de lire le premier volume de l’ouvrage de Ch. Beaulieux pour constater combien, et combien longtemps, l’orthographe ancienne a été flottante. Enfin, je suis convaincu que, si le texte tout entier se présentait comme le texte mutilé qu’on va lire, nul n’hésiterait à le tenir pour une anticipation excellente du français que les Liégeois écrivent de nos jours.

152On notera du reste que, dans le choix des formes, je me suis montré plutôt sévère. J’en ai admis quelques-unes dont la graphie s’écarte de la norme francienne ou française, °doins ’doyen’, °un ’on’, et d’autres encore qui viennent d’être citées. Mais j’en ai rejeté beaucoup d’autres, que j’avais classées plus haut parmi les formes « communes » et qu’à ce titre j’aurais pu conserver ici : il s’agit des formes comme toz, totes, voloit, loer, qui, en 1236, avaient o en francien comme en wallon, mais dont l’o est passé à ou en francien au cours du 13e siècle.

153Liste :

... prevost... doins... et... de sain Lamber de Liège a... ki verrunt ce letres conoistre veriteit... faisons a savoir ke com ilh... entre nostre... et... et sa mere par conselh de... est formee la pais en tel... de la terre ki fut damme... dè Colonge ke damme... et... fis sires Giles at tenue a Nodues a Ramelhies en dime grosse et menue en patronage de... en cens en chapons en terres arables et en... rentes sires Giles et sa mere reconoisent a... et claiment quitte... quarte part de... la dime de Nodues grant et menue et la... part... patronage et la... part de... la dime de Ramelhies et la... part... patronage et si at sires Giles assis... le cens et le chapons ke ihl tient a Nodues et a Ramelhies et... l’avoine et... rentes ke ihl i tient une... de vin a... la nuit de la feste sain Lamber... ki seront en la vilhe et le remanant prent ihl en fiez de la... en tel... ke se de lui... sanz hoir de son cors ke la terre... a... le... sa femme ne... ne s’en doit ihl mie... a... tant com ihl vivrat... ci ke se ihl vendre le... ne sez hoirs après... l’aurat devant... et si en... tant come ele... ce ke un vent terres en celui païs Et de... tenures ke damme... a... de Ramelhou at ihl... acompanhiet a la... et at en convent par... requerre a bone foit et... l’en doit aidier a bone foit... ce ke ele n’i meterat... Ceste pais et ceste assens at creanteit l’une partie et l’... a tenir et a guarder et l’ont fermet par... et le doit sires Giles et sa mere... en... la u... Et... ce ke ce soit ferme et stable avo[n]... a ce lettres pendut nostre... et avons priet mon... le... ke ihl i... le... Ce choses sont faites l’an de l’incarnation nostre... milhe... cens et tre[n]te sis... mois de may.

154Au total, sur les 428 formes que comporte notre charte liégeoise de 1236, 330 me semblent être déjà françaises, soit 77 %.

  • 15 Cette conclusion chiffrée coïncide avec ce qu’écrivait Suchier en 1888 dans le Grundriss 1, 572 : (...)
  • 16 La proportion devient plus frappante encore quand on se rappelle que l’élément wallon de la charte (...)

155Si l’on décompte sept formes toponymiques, il reste 323 formes françaises, soit 75 % ; si l’on ajoute douze formes « communes » en o ou (toz, etc.), il y en a 342, soit 79 %15. Bref, il n’est pas exagéré de dire que les trois quarts des éléments du texte paraissent être déjà français. Proportion énorme, et d’autant plus significative qu’elle renferme notamment la majorité des verbes, catégorie essentielle de la morphologie16.

CONCLUSIONS

156Me voici au terme de mon analyse. Elle m’a paru souvent difficile, pénible même, et j’en devine plus que jamais les faiblesses : peut-être des mots ont-ils été mal classés ; peut-être le procédé lui-même est-il discutable... Je crois cependant que ma méthode, si arbitraire qu’elle puisse paraître à certains, est quand même une méthode, et j’espère que mon analyse, malgré les erreurs de détail qu’on y décèlera, demeurera valable dans son ensemble. Je n’hésiterai donc pas davantage à formuler les conclusions de mon travail.

1571° Pour le dialectologue qui veut rassembler les matériaux indispensables à la grammaire historique des parlers wallons, la première question qui se pose est celle-ci : la langue de la charte est-elle le dialecte parlé à Liège en 1236, c’est-à-dire la forme orale du wallon de Liège à l’époque ?

158Celui qui se bornerait à opposer les 163 formes ou 71 mots non wallons aux 50 formes ou aux 26 mots wallons répondrait tout de suite que la charte n’est certainement pas écrite en wallon pur. Conclurait-il avec trop de hâte ou de légèreté ? Pour ma part, je songe d’autant moins à lui donner tort que le texte même, par son caractère tout formaliste, tout notarial, me paraît incompatible avec l’esprit d’un langage populaire. Il faut pourtant regarder les choses de plus près.

  • 17 Le nombre des formes non wallonnes (2°) demeurerait même supérieur à celui des formes wallonnes (3 (...)

159A la réflexion, n’a-t-on pas le droit de tenir pour wallons, outre les 26 mots de la 3e catégorie, les 69 mots communs de la 1re, et même les 25 mots de la 2e, section D, qui pouvaient se prononcer à la wallonne, au total 120 mots sur 191 ? Peut-être. Mais les dialectes d’une même famille conservent toujours beaucoup de traits communs ; et lorsqu’on veut savoir auquel on a affaire, on doit examiner, non pas les traits qui les réunissent, mais ceux qui les séparent. Or, pour notre charte, si l’on considère seulement les formes différentes, le nombre de celles qui ne peuvent être wallonnes (71 mots du 2°) est beaucoup plus élevé que le nombre des formes wallonnes (26 mots du 3°), fallût-il même retrancher de la 2e catégorie les 25 mots de la section D17.

160D’autre part, et cet aspect formel du texte me paraît très significatif, je ne découvre pas dans l’écriture un véritable souci de copier la prononciation du dialecte oral de l’époque. Des formes comme Andrier et humers révèlent même un autre dessein ou une autre habitude : elles prouvent une sorte de disposition à charger le dialecte oral d’un vêtement graphique qui ne le moule pas.

  • 18 Voici encore une autre façon de voir les choses. Supposons que la charte date non pas de 1236, mai (...)

161Ne nous attardons pas, cependant, à des détails que nous interprétons peut-être à notre manière. Le fait essentiel est, sans nul doute, que, dans une grande proportion, les formes et mots non communs de notre charte diffèrent de ceux qui leur correspondaient dans le wallon oral de 123618.

1622° Constater cette différence, c’est énoncer en somme un caractère négatif. Posons donc une seconde question, qui appellera une réponse positive : si cette langue n’est pas du wallon oral, qu’est-elle au juste ?

163Je ne m’aventurerai certes pas jusqu’à dire que le texte est écrit en francien : ce qu’on connaît sous le nom de francien, c’est la scripta francienne, plutôt que le dialecte oral de l’Ile-de-France ; et je n’ai pas le moyen de rechercher dans quelle mesure celui-ci intervient dans notre document.

164Mais ce que j’affirmerai sans crainte, c’est que, pour les trois quarts de ses éléments, comme le prouve notre cinquième série de formes, la langue de la charte est déjà du français. C’est là un fait incontestable et, à mes yeux, capital.

1653° Ainsi donc, la langue de la charte n’est pas le wallon pur ; considérée d’un point de vue « prospectif », elle est presque du français. Soit. Mais diffère-t-elle « essentiellement » du wallon oral de 1236 ?

166Question très délicate, celle-là ! Nous le savons : aujourd’hui même, le wallon et le français, idiomes de la même famille, ne diffèrent pas « essentiellement » ; ils diffèrent par certains de leurs caractères phonétiques et morphologiques, mais non par tous. En 1236, un bon nombre de ces différences particulières existaient déjà. Si la scripta de la charte ne possède pas les traits distinctifs établis en 1236 dans le dialecte oral, on peut dire qu’elle diffère « essentiellement » de celui-ci.

167Or, si nous repassons la liste des formes non wallonnes (liste du 2°, p. 119), que constatons-nous ? — Nous constatons que la langue de notre document ignore la voyelle atone i ou u (I l : un seul ex., °serimint), la diphtongaison de ĕ en (I 11), l’h secondaire (I 33), le w germanique (I 35), la flexion -ans (I 43) ; et qu’elle use volontiers d’un système complexe d’articles et de possessifs (I 51). Tous ces cas offraient à l’auteur l’occasion de transcrire des formes liégeoises clairement distinctes de leurs sœurs franciennes ; il ne l’a pas fait...

168Si la matière traitée avait amené dans le discours des formes verbales plus diverses, et si l’auteur s’était abstenu généralement d’écrire les désinences wallonnes, on n’hésiterait pas à conclure avec fermeté que la langue de la charte diffère « essentiellement » du wallon parlé. Dans les conditions présentes, je n’oserais, pour ma part, adopter une conclusion aussi nette. J’ai l’impression qu’en réalité, la différence considérée est « essentielle », surtout quand je compare l’abondance des variations qui séparaient dès 1200 le wallon et le francien (I, p. 88-90) et la pauvreté des traits wallons tels qu’ils se manifestent dans la liste du 3° (p. 127). Mais c’est là tout ce que je puis dire.

1694° En revanche, ce qui me paraît certain, c’est que la scripta de notre charte liégeoise de 1236 n’est pas « essentiellement » différente du français.

170A preuve non seulement la quantité des formes que j’ai pu qualifier de déjà françaises (voy. 5°, p. 134), mais encore la nature même des caractères linguistiques que manifestent ces formes. Sans doute est-ce déjà une indication décisive que 75 % des mots du texte puissent être tenus pour français. Mais il n’est pas moins significatif que le système des articles et des possessifs et surtout que les désinences verbales — mise à part -ir, fr. -ier — aient une allure aussi nettement française.

1715° Dans ces conditions, quel nom faut-il donner à la scripta de la charte étudiée ?

172Appeler cette langue « ancien wallon » ou « ancien liégeois », c’est, à mon avis, introduire ou risquer d’introduire dans les esprits une équivoque nuisible à la science.

173Il est certain que les patois modernes, issus directement du latin vulgaire, existaient au 13e s. sous la forme de parlera locaux ou régionaux. Il est certain aussi que la scripta d’un endroit ou d’une région ne coïncidait pas avec le parler local ou régional. Or, on ne saurait nommer la langue de notre charte « ancien wallon » ou « ancien liégeois » sans faire croire à beaucoup de lecteurs qu’elle représente bien la forme qu’avait en 1236 le patois de Liège.

174Il convient donc de choisir un autre nom, plus exact, partant plus scientifique. Pour ma part, je n’hésiterai pas. Sachant que les trois quarts du texte paraissent être déjà du français authentique, j’appellerai simplement la langue étudiée « ancien français » : la dénomination, usuelle d’ailleurs, est juste et pratique.

  • 19 Il me paraît nécessaire de rattacher ancien à français par un trait d’union : à mes yeux, les deux (...)

175Si, par amour de la précision ou par esprit régionaliste, on voulait indiquer que la scripta porte la marque wallonne, j’admettrais encore qu’on l’appelle « ancien français de Liège », « ancien-français liégeois » ou « ancien-français régional »19.

176Telle est, à mon sens, la seule terminologie acceptable : c’est la plus adéquate, ou la moins trompeuse, qu’on puisse appliquer à notre charte de 1236, ainsi qu’à bien d’autres textes.

Notes

1 Peut-être aurait-il été plus probant de comparer au texte wallon de 1631, qui est en vers, un texte liégeois de la même époque en vers français. Voici le premier couplet d’une chanson qui a dû être écrite en 1637 peu après l’assassinat du bourgmestre de Liège Sébastien La-ruelle : peuple Liègeois fidel | pleuré d’un cœur dolent | la morte de la ruelle | qui si modestement | d’une assez longue espace | sans penser a nulle faute | vous at bien gouverné | mais la- morte trop cruelle | par un traistre infidelle | luy at été donnée. (Copie transcrite dans une chronique liégeoise s’arrêtant en 1677 ; communication de M. Piron.)

2 En analysant la langue de cette charte, j’ai voulu mettre à l’épreuve les idées courantes relatives à la nature de la scripta. Chez les membres de la commission chargée d’examiner le présent volume, l’expérience a naturellement suscité des réactions diverses. Certains ont pensé que la méthode était valable ; d’autres, notamment M. Albert Henry, ont fait des objections. De ces remarques, que je ne pouvais laisser perdre, j’ai souvent tenu compte dans le texte ; dans d’autres cas, je leur ai consacré une note en bas de page.

3 Qu’on ne se laisse pas abuser par le caractère schématique de l’évolution reconstituée ici ! Il est certain que, dans une région donnée, la scripta ne s’est pas transformée au cours des siècles suivant une ligne parfaitement régulière qui n’aurait connu ni hésitation ni détour. Il est certain aussi qu’à une même époque et dans une même région, il a existé des textes de qualité fort diverse : en excellent français, en scripta régionale courante, en franco-wallon même. De ce dernier cas, le lecteur trouvera en appendice un exemple remarquable.

4 On me présente une autre solution : °tient serait une graphie archaïque, conservatrice, donc parfaitement liégeoise. A première vue, l’explication est plausible, puisque le w. tint, comme le francien tient, doit remonter à un [tient] avec diphtongaison de e en ie. L’archaïsme peut être invoqué souvent, mais il me paraît offrir peu de garanties. Soit la notation « oi » au lieu du 1g. eû ← ē libre accentué : affirmerons-nous que c’est un archaïsme ? Nous ignorons si un antécédent du 1g. a jamais répondu exactement à l’écriture « oi » ; nous n’avons pas les textes liégeois du 11e ou du 12e s. qui nous permettraient de vérifier l’existence de « oi » à Liège avant 1236... La solution de l’archaïsme fait appel, comme la nôtre, à des hypothèses.

5 Dans l’analyse et les calculs qui vont suivre, je ne fais pas de différence entre les mots restitués ou modifiés et les autres : je les traite et les compte tous comme s’ils appartenaient tous à la forme originale du texte.

6 On me fait observer que u n’est pas une graphie courante de « où » en francien et que, d’ailleurs, avant de passer à la valeur phonétique des graphies, il conviendrait tout d’abord de rechercher si telle graphie est ou n’est pas francienne. Ainsi, pour °ilh et °ihl, on commencerait par noter que ces formes ne sont pas franciennes ; puis on se demanderait si l’h avait une valeur phonétique. Il se peut que l’emploi systématique de cette méthode eût clarifié le travail. Cependant, l’instabilité des graphies médiévales doit rendre fort délicate leur étude géographique.

7 En réalité, ces quatre mots pourraient prendre place dans le C : le t final devait demeurer vivace en liaison et l’n continuait peut-être à se faire entendre dans tous les cas.

8 N’oublions pas toutefois que la langue écrite de Picardie connaissait aussi le ce- et le cha- ; la prononciation du dialecte picard était probablement une, la graphie de la scripta picarde ne l’était certainement pas.

9 En réalité, dans les formes déclarées ici non wallonnes, il n’y a d’ordinaire, ainsi qu’on le verra, qu’un ou deux phonèmes étrangers au dialecte oral. Pour apprécier exactement la part non wallonne du texte, ce sont ces phonèmes seuls qu’il faudrait dénombrer. Le calcul ne peut se faire que d’une façon approximative, mais il n’en donne pas moins des résultats frappants. Sur les 1 500 phonèmes au minimum que comporte la charte, j’ai compté au maximum 90 phonèmes non wallons, soit seulement 6 %, proportion six fois plus petite que celle des formes non wallonnes (38 %).

10 Dans la première étude de ce livre, paragraphe 1, p. 39-40, j’ai conclu que « pour la forme de la voyelle atone, le domaine wallon se différenciait déjà des régions centrales au milieu du 13e s. ». Cette approximation ne peut suffire ici. Si la conclusion vaut pour 1250, valait-elle déjà pour 1236 ? Je le crois. En négligeant le °Gimepe de 1230, qui n’est peut-être pas décisif, la première forme citée p. 40 est de 1241 : °prumirez, avec u atone. De plus, dans la charte de 1236 elle-même, on note °seriment 1. 25 ’serment’, afr. sairement, avec un i au lieu de l’e atone français. Enfin, la fréquence de l’article li dans la scripta de 1236 ne résulte-t-elle pas, dans une certaine mesure, du fait que l’i atone était courant dans le dialecte oral de la région ?

11 Notons que, dans la charte de 1236, la graphie « ei » est beaucoup moins fréquente que « e » simple.

12 Pour sentir tout ce qu’il y a de problématique dans les groupes de voyelles, comparez ces deux versions du même texte, écrites en 1248 et citées W. 74 : 1° °Fastreis de berlois. Hermains de sclaciens ; 2° °Fastrez de berlos. Herremans de sclacins.

13 Ici encore, pour serrer de plus près la réalité, on peut essayer de réduire en phonèmes la part wallonne du texte. Il faut noter qu’une forme peut être wallonne non seulement à cause de tel phonème qu’elle possède, mais aussi à cause de tel phonème qui lui manque (glise pour église, par ex.). Au total, l’élément wallon peut être évalué à 50 phonèmes environ, alors que la charte en comporte plus de 1 500. Soit donc 3,3 % de phonèmes wallons, au lieu des 11,6 % de formes wallonnes.

14 La forme donroit 1. 21, lg. donreût, fr. mod. donnerait, a été largement connue au moyen âge.

15 Cette conclusion chiffrée coïncide avec ce qu’écrivait Suchier en 1888 dans le Grundriss 1, 572 : « Malgré ces divergences, il est indéniable que la langue littéraire des poètes continentaux et anglo-normands a la même base dialectale, base qui représente pour nous la plus ancienne forme qu’on puisse atteindre de la langue (Schriftsprache) française. » Suchier, on le voit, se plaçait aussi au point de vue « prospectif ».

16 La proportion devient plus frappante encore quand on se rappelle que l’élément wallon de la charte, calculé en phonèmes, se situe entre 3 et 4 %. Voy. ci-dessus p. 128, n. 3.

17 Le nombre des formes non wallonnes (2°) demeurerait même supérieur à celui des formes wallonnes (3°) si, contrairement à ce que je crois, l’on devait encore en retrancher les 19 mots de la section C qui contiennent une e caduc (voy. p. 122, n. 1) : il resterait alors 27 mots au 2° et 26 au 3°.

18 Voici encore une autre façon de voir les choses. Supposons que la charte date non pas de 1236, mais de 1300. De 1236 à 1300, la scripta liégeoise reste à peu près la même ; mais on connaît mieux les caractères phonétiques du wallon de 1300 que ceux du wallon de 1236 (voy. ci-dessus I, p. 89-92). Nous pourrions donc, en 1300, identifier plus de mots de la charte. Nous devrions alors ajouter, aux 71 mots non wallons de 1236, 5 ou 6 mots « communs » dans lesquels un o, devenu ou en fr., serait resté o en w. (dozime, voloit, loer, toz, tote, totes, nos ; voy. E, p. 115), et une quinzaine de mots « non classés » (p. 131) ; et au total, nous aurions plus de 90 mots non wallons sur 191, c’est-à-dire presque la moitie.

19 Il me paraît nécessaire de rattacher ancien à français par un trait d’union : à mes yeux, les deux mots désignent le concept fondamental, dont les qualificatifs liégeois, régional..., précisent seulement l’extension géographique. Dans l’appendice, j’applique l’expression franco-wallon à une scripta dans laquelle le parler régional intervient d’une manière importante.
On me propose de remplacer ancien français par scripta d’oïl, ou par une expression plus exacte. J’ai pris ancien français parce que ce nom traditionnel m’a paru assez juste ; mais je ne suis pas exclusif...
Je comprends que la dénomination ancien français, appliquée à la scripta de Wallonie, semble peu satisfaisante aux médiévistes ; mais on admettra que la dénomination ancien wallon, appliquée au même idiome puisse gêner un dialectologue, surtout si l’on connaît les erreurs auxquelles entraîne cette expression très équivoque.

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search