Version classiqueVersion mobile

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

I. La segmentation dialectale de la Belgique romane au moyen âge

Texte intégral

Position du problème

1Étudier la segmentation dialectale de la Belgique romane au moyen âge, c’est étudier, dans le temps et dans l’espace à la fois, la marche et le progrès de la différenciation au terme de laquelle se sont établis les dialectes et les sous-dialectes qui régnent aujourd’hui dans la partie romane de notre pays. En d’autres mots, c’est relever au fil des siècles les différenciations particulières et successives qui, en marquant chacune un certain domaine, ont concouru à donner, à l’ensemble du territoire, l’aspect segmenté qu’il a maintenant.

2Tel est le problème qui se pose à nous. Il est difficile et délicat, non seulement parce qu’il se situe dans une période lointaine, mais surtout parce que la documentation laisse beaucoup à désirer. Disons-le tout de suite : telle que je viens de la formuler, la question ne saurait être résolue. Les sources d’information révèlent trop rarement l’époque où apparaissent les multiples différenciations considérées. Le plus souvent, elles indiquent qu’à tel moment, telle évolution était accomplie, tel fait existait ; et c’est tout.

3Les données de ce genre nous intéressent sans doute au plus haut point, puisqu’elles nous fournissent le moyen de découvrir si, au temps des premières chartes, en 1250 par exemple, le dialecte oral de Wallonie était déjà particularisé. Cependant, la faiblesse que nous venons d’attribuer à notre documentation nous oblige à modifier l’énoncé du problème. Ne pouvant dater tous les phénomènes isolés, on ne saurait non plus dater les phases de la segmentation dialectale. En définitive, tout ce qu’on peut faire, c’est de rechercher si, à telle date ou à telle époque, telle évolution particulière était achevée ou si, pour l’ensemble de la différenciation, un stade important était alors atteint.

Méthode

4Le travail est-il absolument neuf ? Non. Plusieurs auteurs déjà l’ont ébauché : M. Wilmotte d’abord, dont les trois études célèbres, parues dans Romania de 1888 à 1890, concernent les variétés liégeoise, hutoise et namuroise de l’ancien wallon (W. 41-150) ; H. Suchier, au tome 1 du Grundriss, dans les pages et les cartes qu’il consacre aux dialectes de l’ancien français (13e s.) ; P. Marchot surtout, qui esquisse, en plusieurs articles, une petite grammaire historique du wallon « prélittéraire » ; M. K. Pope aussi, qui donne, en appendice à son grand ouvrage From latin to modem french (1934), le tableau des anciens dialectes français au bas moyen âge ; M. Valkhoff enfin, qui rassemble, dans le chapitre II de son Vade-mecum (1938, Philol. et litt. watt. 35-58), les traits linguistiques de l’ancien wallon...

5Ce sont là des travaux louables, qui ont rendu et qui rendront encore bien des services : ils m’ont fourni à moi-même, surtout les études de Wilmotte et les articles de Marchot, de précieux documents et d’excellentes indications. Tous cependant méritent la même critique : fondés avant tout sur des textes médiévaux, ils renferment beaucoup d’incertitudes, d’approximations, d’équivoques ; trop souvent, ils confondent les graphies de la scripta et les phonèmes des dialectes parlés. En outre, ils se limitent à une certaine période : en général, les auteurs considèrent l’époque des premières chartes, c’est-à-dire la fin du moyen âge ; Marchot, lui, envisage la période antérieure aux textes, mais il ne dépasse pas le début du 9e siècle...

6Par rapport aux essais dont je viens de parler, ma tentative se recommandera, j’espère, par deux avantages : je m’efforcerai d’étudier tout le moyen âge, depuis les origines jusqu’aux environs de 1400 ; je tâcherai surtout d’appliquer une méthode nouvelle.

7Comment travaillaient mes devanciers ? Tous — y compris Wilmotte, et même, jusqu’à un certain point, Marchot — partaient de l’ancienne langue écrite, la scripta, qu’ils confondaient plus ou moins avec le dialecte oral, et s’ils faisaient des rapprochements avec les patois modernes, c’était d’une façon occasionnelle plutôt que systématique.

8J’adopterai ici le procédé inverse, qui est essentiellement dialectologique : connaissant les patois modernes, je me demanderai sans cesse si les traits qui les distinguent aujourd’hui les distinguaient déjà au moyen âge ou, en d’autres termes, depuis quand ces traits existent ; en outre, j’opposerai d’emblée, et d’un bout à l’autre de mon étude, la scripta et le dialecte oral.

9C’est là, à mon avis, la seule méthode sûre. C’est la seule, en effet, qui puisse nous sauver de l’erreur où nos devanciers sont tombés tant de fois : donner pour un trait du dialecte réel ce qui est seulement un caractère graphique de la scripta.

10Peut-être, en m’y prenant de la sorte, négligerai-je des phénomènes transitoires, qui ont existé jadis et qui ont maintenant disparu. Mais ces pertes seront rares, et souvent même elles demeureront douteuses, car il est toujours un peu hasardeux d’affirmer qu’une différence dialectale s’est manifestée autrefois quand il n’en reste nulle trace de nos jours.

La segmentation dialectale actuelle de la Belgique romane

11Conformément à la méthode adoptée, c’est au dialecte moderne que nous recourrons sans cesse pour éclairer le choix des faits et la critique des graphies. C’est de lui que nous partirons, comme de la seule base solide ; c’est à lui que nous reviendrons comme au repère le plus ferme. Il convient donc que, dès maintenant, nous esquissions la segmentation dialectale de la Belgique romane, telle qu’elle apparaît de nos jours.

12Les divisions linguistiques de la Wallonie actuelle ont été tracées en 1926, d’une façon schématique, mais satisfaisante, par Alphonse Maréchal, dans les Enquêtes du Musée de la Vie wallonne, t. 1, p. 273-283 (La Wallonie et ses divisions linguistiques, avec une carte). Voici un résumé très sommaire des distinctions établies par cet auteur.

Carte établie par le Musée de la Vie Wallonne et accompagnant l’article d’A. MARÉCHAL, EM 1, p. 274 . Modifications : on a supprimé le nom de quelques localités secondaires ; on a ajouté, en pointillé plus espacé, la limite des arrondissements et l’on a souligné le nom de leur chef-lieu ; en outre, on a placé un chiffre au centre de chaque province : 1 Hainaut, 2 Brabant, 3 Namur, 4 Liège, 5 Luxembourg.

13Maréchal caractérise d’abord la région gaumaise et la région picarde.

A. PAYS GAUMAIS.

  1. [a:] large = ai français et wallon : lâd, w. et fr. laid ; fâre, fr. faire ; vrâ, fr. vrai.

  2. [ẽ] → [ã] ou [a] : djans ’gens’, w. djins ; tanre ’tendre’, w. tinre ; virtonais vade ’vendre’, w. vinde.

  3. Non diphtongaison de è, ò devant r + consonne : ivér ’hiver’, w. iviêr ; bôgne ’borgne’, w. bwègne.

  4. -ata → [a: y], fr. -ée, w. -êye : fournâye ’fournée’, w. fornêye.
    -ellu → [é:], [i:y], fr. -eau, w. -ê, -ya : touné, tounîy ’tonneau’, lg. tonê, nam. tonia.
    -iyare, -idiare -îr, w. -î : nètîr ’nettoyer’, lg. nètî, etc.

  5. Amuïssement de s devant p, t, k : veuprâye, w. vèsprêye ; mâte ’maître’, w. mêsse ← magistru.

B. REGION PICARDE (rouchi).

  1. k + a → [ka] : canter ’chanter’, w. tchanter.

  2. g + a [ga] : gambe ’jambe’, w. djambe.

  3. k + e, i → [s] : chinq’ ’cinq’, w. cinq’ ; chinde ’cendre’, w. cinde.
    -t y + voyelle → [š] : puch ’puits’, w. pus’.

  4. Amuïssement de s devant p, t, k : réponde, w. rèsponde ; catiau ’château’, w. tchèstê.

  5. Non diphtongaison de ò + r + consonne, mais diphtongaison de è dans les mêmes conditions : porte comme en fr., lg. pwète ; mais iviêr comme en lg., fr. hiver.

  6. ellu → -iau : biau ’beau’, nam. bia, lg. bê ; catiau ’château’, nam. tchèstia, lg. tchèstê.

  7. è prosthétique initial au lieu d’un i épenthétique : èpène ’épine’, w. sipène ; èm’ ’mon’, w. mi ; èr- ’re-’, w. ri-.

14Ensuite, Maréchal étudie la Wallonie proprement dite. Il la subdivise en trois sections : est, centre et ouest.

C. EST-WALLON.

  1. Persistance de l’h germanique : hâye ’haie’.

  2. Formation d’un h secondaire d’origine diverse : hoûter ’écouter’ ; prîhon ’prison’.

  3. –utu → [u] : pièrdou ’perdu’.

  4. ò +r + consonne → [wè] : pwète ’porte’.

  5. Fr. -age = w. -èdje : viyèdje ’village’.

  6. -ellu → [è:] : ’beau’, tchèstê ’château’.

D. CENTRE-WALLON.

  1. [š], [ž] au lieu de l’h secondaire liégeois : choûter ’écouter’, prîjon ’prison’.

  2. -utu → [ù] : pièrdu ’perdu’.

  3. ò+ r + consonne → [wa] : pwate ’porte’.

  4. Fr. -age = w. -adje : viyadje ’village’.

  5. -ellu → [ya] : bia ’beau’, tchèstia ’château’.

  6. Flexion -nu ’-ent’ à la 3 plur. du présent de l’indicatif : dij’nu ’disent’.

E. OUEST-WALLON.

  1. Persistance de sk : scaper ’échapper’, nam. chaper, lg. haper.

  2. [ž] intervocalique = h liégeois : plaiji ’plaisir’ ; rilûjant ’reluisant’, lg. rilûhant.

  3. ò + r + consonne → oû, ô longs : foûrt, fôrt ’fort’, lg. fwért.

  4. è prosthétique comme en picard : èm’ ’mon’, etc.

  5. Persistance de a accentué dans tchat ’chat’, lg. tchèt ; satch ’sac’, lg. sètch.

  6. ou initial au lieu du w. o dans souvint (w. sovint ’souvent’), coupète (w. copète ’sommet’), etc.

15Pour fixer les idées, indiquons en deux mots, d’après la carte de Maréchal (voy. p. 28), la situation géographique des divers dialectes belgo-romans.

16Le gaumais occupe la pointe sud du Luxembourg ; le picard ou rouchi, la moitié occidentale du Hainaut.

17Le reste de la Belgique romane est le domaine wallon-proprement dit : l’est-wallon ou liégeois couvre à peu près toute la province de Liège, avec la lisière nord du Luxembourg ; le centre-wallon, l’Ardenne luxembourgeoise, presque toute la province de Namur et l’est du Brabant wallon ; l’ouest-wallon, une zone intermédiaire entre le namurois et le rouchi.

18Comme les listes de Maréchal contiennent des traits qui se répètent, on peut les fondre en un seul tableau, que voici :

  1. è prosthétique picard et ouest-wallon = i épenthétique wallon [B 7, E 4, dans les listes ci-dessus].

  2. Passage de a à è en wallon liégeois dans tchèt, etc. [E 5].

  3. -ata → -âye en gaumais [A 4].

  4. â large gaumais = ai français et wallon [A 1].

  5. Fr. -age = est-wallon -èdje [C 5].

  6. -iyare, -idiare → gaumais -îr, w. -î [A 4].

    • 1 Notez que le gaumais connaît souvent aussi cette diphtongaison ; voy. p. 49, n° 11.

    Diphtongaison de è devant r + consonne en w. et en pic, non en gaumais1 [A 3].

  7. -ellu → est-w. -ê, centre-w. -ya, pic. -iau, gaum. -é, -îy [A 4, B 6, C 6, D 5].

  8. [ẽ] → [ã] ou [a] en gaumais [A 2].

  9. ou initial est-w. = o wallon [E 6].

  10. Diphtongaison de o devant r + consonne en est-wallon et en centre-wallon [A 3, B 5, C 4, D 3, E 3].

  11. -ūtu → -ou en est-wallon, -u dans les autres dialectes [C 2, D 2].

  12. k + e, i ch en picard [B 3].

  13. k, g + a ka, ga en picard [B 1, 2].

  14. Persistance de s devant p, t, k en wallon [A 5, B 4].

  15. Persistance de l’h germanique en est-wallon [C 1].

  16. Formation d’un h secondaire en liégeois = ch, j dans les autres dialectes [C 2, E 1 ; B 3, C 2, D 1, E 2].

  17. Flexion -nu en namurois à l’indicatif présent 3 plur. [D 6].

19Devant ce tableau, comment se définit maintenant notre tâche ? — Tout simplement : nous avons à mettre, à côté de chaque fait, une date. Hélas ! l’établissement de la chronologie nous ménagera des difficultés. Elle nous en ménagera même beaucoup, parce qu’au lieu de nous borner aux dix-huit variations retenues par Maréchal, nous en examinerons trois fois autant.

Le choix des faits

20Plus d’une fois, du reste, au moment de choisir ces variations, nous serons déjà dans l’incertitude. A l’origine de nos embarras, il faut mettre le plus souvent le double caractère, historique et géographique, des transformations, et aussi la nature incertaine et approximative des graphies.

21Instables par essence, les faits étudiés bougent simultanément dans le temps et dans l’espace. Au cours des siècles, le terrain prend d’autres nuances, et les taches de couleur, d’autres dimensions. Un phénomène donné (voy. ci-dessous ō accentué libre → eu), qui règne maintenant au centre du domaine d’oïl, n’occupait autrefois que le nord-est ; et un autre (l’existence du ū latin sous sa forme vélaire), qui se cantonne aujourd’hui dans le pays de Liège, couvrait à l’origine toute la Gaule. Les limites se déplacent, et leurs déplacements s’étendent sur de longs siècles. Comment, dès lors, assurer qu’à telle époque, telle différence existait bien entre une région donnée et la région voisine ? Si l’on ajoute à ce caractère fuyant des limites le caractère imprécis ou équivoque de l’écriture, on comprendra qu’on puisse hésiter jusque dans le choix des faits à retenir.

22On s’étonnera peut-être que, dans la longue série des variations géographiques, je n’aie réservé nulle place aux produits de ó accentué libre. Le français a prononcé d’abord [œ́] dans fleur ← flore comme dans -eux ← -osu (heureux) ; mais, à l’époque du moyen français, le son [œ́] s’est ouvert en [œ́] devant une consonne articulée (sauf exceptions) : [flœ̀:r]. Aujourd’hui encore, le wallon prononce [œ́] dans tous les cas : fleûr ’fleur’, awoureûs ’heureux’ ; archaïsme secondaire, trop tardif pour être retenu ici. Ce qui mérite d’être souligné, c’est que, d’après Bourciez, entre autres, Phonét. 102, [œ́] se serait formé au 12e s. dans le nord-est, pour rayonner ensuite vers les provinces du centre. Il y eut donc une époque où le nord-est, qui disait [œ́], s’opposait aux régions voisines, qui ne le disaient pas encore. Mais cette époque a-t-elle duré longtemps ? Comment le savoir ? Dans le Poème moral, vers 1200, le stade eu ne se manifeste pas encore dans l’écriture ; on le découvre en 1248 dans les chartes éditées par Wilmotte (W. 74, 137, etc.). Au total, les documents recueillis m’ont paru trop peu clairs et la limite de la différenciation trop peu ferme pour que le traitement de ō tonique libre mérite d’être retenu ici.

23De ces problèmes énigmatiques, j’en ai rencontré plusieurs. Ne pouvant les résoudre avec la précision nécessaire, j’ai souvent laissé de côté les variations auxquelles ils se rapportaient. Je l’ai fait sans scrupule ; car je pouvais trancher assez de cas et retenir assez de faits pour éclairer le lecteur sur la question particulière de la segmentation dialectale.

24Si la somme des phénomènes rassemblés dans le présent travail dépasse la cinquantaine, ma liste ne coïncide pas, notons-le, avec celles établies par mes devanciers, pas plus qu’elle ne les englobe. La méthode adoptée l’a voulu. Partant des dialectes modernes, j’ai dû rejeter un « trait dialectal » aussi connu que le « passage de a tonique libre à ei » au moyen âge, parce que l’état actuel des patois ne garantit pas à mes yeux l’authenticité phonétique de la graphie ancienne. J’ai négligé, pour la même raison, le fameux i parasite, que beaucoup de médiévistes considèrent pourtant comme un véritable phonème. J’ai abandonné aussi la plupart des traits morphologiques recueillis par Marchot : ils m’ont paru trop discutables, et leurs limites, trop difficiles à saisir. Mais le principe même de mes recherches m’a conduit à admettre de précieuses variations actuelles qui se manifestaient déjà au moyen âge et que mes devanciers avaient pourtant négligées.

Le classement des faits

25Lorsqu’on observe les stades fournis par chaque dialecte en les situant à leur place dans la succession diachronique, on reconnaît que les faits sont de trois sortes. Le dialecte et le français peuvent être plus ou moins avancés l’un que l’autre sur la route de l’évolution ; parfois encore, ils ont pris des chemins différents.

26Par rapport au français, certains faits sont des archaïsmes dialectaux, la persistance de [u] ← -utu en Wallonie orientale, par exemple. D’autres apparaissent comme des innovations, telle la diphtongaison de ò + r, s + consonne, que le français ignore. D’autres, enfin, sont des divergences : pour w. [i:] = fr. ié, les deux idiomes se sont écartés l’un de l’autre après avoir suivi longtemps la même route.

27Assurément, un classement triparti fondé sur ces distinctions donnerait au travail une forme neuve. Mais en voici un autre, plus séduisant encore : on étudierait d’abord les variations qui découpent largement le territoire, puis celles qui le réduisent en fragments moins vastes, celles enfin qui délimitent des groupements dialectaux restreints.

28Pour l’instant, je ne crois utile d’adopter aucune de ces divisions. Comme ceux de mes prédécesseurs, mon essai n’est qu’une ébauche. Dans l’état actuel de la documentation, que servirait-il de compliquer les choses ? Je préfère garder en général le plan suivi par Bourciez dans son Précis historique de ’phonétique française, ordonnance facile, aujourd’hui familière à chacun. J’étudierai successivement les voyelles, en commençant par les inaccentuées, et les consonnes. Et j’ajouterai à l’ensemble des observations phonétiques divers traits de morphologie. De la sorte, l’ouvrage apparaîtra comme une petite grammaire historique du wallon. A ceux qui reprendront la tâche, il appartiendra d’enrichir la matière et de préciser les dates.

L’exposé des faits. Les sources d’information

29A chacune des différenciations dialectales que nous aurons retenues et que nous aurons classées comme nous venons de le dire, nous consacrerons un article spécial comprenant deux parties : la localisation géographique des variantes actuelles, et la recherche de la date ou de l’époque à laquelle se sont formées ou à laquelle apparaissent ces variantes.

    • 2 Parmi ces documents, j’ai consulté les cartes que J. Haust avait déjà établies lui-même et les fich (...)

    La localisation des variantes actuelles n’offre aucune difficulté. Les ouvrages de J. Feiler sur le wallon et le gaumais, de Ch. Bruneau sur les patois d’Ardenne, d’A. Grignard sur l’ouest-wallon, etc., les dictionnaires patois et aussi l’Atlas linguistique de la France (ALF), fournissent d’ordinaire les éléments d’une délimitation satisfaisante. Toutefois, je recourrai souvent aux documents inédits de l’enquête dialectologique de J. Haust (EH)2.
    J’aurais pu illustrer par une carte la localisation moderne de chacun des faits. Je m’en suis abstenu pour deux raisons : le travail eût pris de la sorte une ampleur beaucoup plus grande ; d’autre part, comme beaucoup de limites ont dû se déplacer depuis le moyen âge, il m’a semblé qu’une localisation approximative pouvait suffire et que le lecteur s’éclairerait assez en se reportant à la carte de Maréchal reproduite ci-dessus (p. 28).

  1. La recherche chronologique est autrement délicate, autrement malaisée : les sources d’information marquent trop de lacunes et de tares.

30Considérant les dialectes modernes tels qu’ils nous apparaissent maintenant, qu’avons-nous à faire en somme ? Recher- cher, recueillir dans le passé, aussi haut que possible, les faits et les documents prouvant qu’à telle date le wallon, le picard, le lorrain possédaient déjà tel caractère que nous leur connaissons de nos jours. Mais ces témoignages, où les prendrons-nous ?

    1. Nous les prendrons d’abord dans les ouvrages qui touchent directement à la grammaire historique du wallon (études de Marchot, de Niederländer, de Bruneau...), et aussi dans ceux qui concernent la grammaire historique du français, mais qui signalent occasionnellement les variations dialectales (Schwan-Behrens, Meyer-Lübke, Nyrop, Bourciez...).

    2. Nous fouillerons ensuite les chartes latines, qui contiennent parfois des formes vulgaires très anciennes, et surtout les chartes romanes du moyen âge dont la localisation est assurée (celles qu’ont éditées Wilmotte, Schwan-Behrens, Bruneau...). Nous exploiterons aussi les études relatives à ces chartes (voir la bibliographie ; notamment le bel ouvrage de Gossen) : les faits traités dans ces études sont souvent discutables, mais les formes citées conserveront toujours leur valeur documentaire.

    3. Nous utiliserons enfin les textes littéraires, avec les analyses linguistiques qui les concernent. Parmi ces textes, il en est de vraiment précieux, le Poème poral par ex., qui remonte aux environs de 1200, plus haut donc que les premières chartes romanes, et qui provient certainement des régions wallonnes. Le premier des deux médicinaires édités par Haust est aussi d’origine wallonne ; il contient même plus de faits wallons que le Poème moral, mais il est un siècle plus jeune. Quant aux autres textes attribués au nord et à l’est de la Gaule, j’en ai vu un certain nombre (voir la bibliographie) : ils m’ont souvent déçu, et je puis en dire autant des études qui ont pris comme objet la langue des textes, parce que justement ces travaux visent d’ordinaire à dater et à localiser les œuvres...

31De plus, aux environs de 1225, lorsqu’apparaissent un peu partout les chartes en langue vulgaire, les textes littéraires perdent encore de leur intérêt : à partir d’alors, ils doublent simplement les chartes, et ils les doublent très mal, puisqu’on ignore presque toujours d’où et de quand ils sont. C’est pourquoi une œuvre comme Aucassin et Nicolette est si peu utile : elle ne remonte pas au delà de 1225 probablement, et elle cherche encore sa patrie...

  • 3 Malgré son abondance et sa précision, la documentation que j’utilise n’est ni complète ni parfaite. (...)

32Bref, avec les indications que renferment les ouvrages de grammaire historique, ce qui nous aidera surtout dans la recherche chronologique, ce sont les formes anciennes puisées dans les chartes. De plus, le Poème moral nous fournira souvent de précieux jalons3.

Observations diverses

33Peut-être, en me voyant préconiser ainsi le recours aux textes .médiévaux, le lecteur a-t-il formulé cette objection : « Vous allez chercher des traits de l’ancien wallon parlé dans l’ancienne langue écrite, et vous ignorez encore quelle est la nature de celle-ci ! » En effet, c’est dans la seconde partie de ce livre que nous analyserons la scripta, et nous emploierons alors les faits découverts dans la première partie. Cercle vicieux, semble-t-il !

34L’objection est sans importance. Tout le monde est d’accord pour admettre que les scriptae du moyen âge contiennent au moins des traces des dialectes oraux de la même époque ; d’aucuns même croient qu’elles en recèlent bien plus que nous ne leur en réclamerons. Aussi, avant toute autre recherche, avons-nous le droit de recueillir, avec les témoignages venant d’autres sources, ceux que la scripta nous a conservés sur la segmentation dialectale au moyen âge.

35On sait, par exemple, que l’ancien wallon oral affleure dans la scripta ; on connaît d’autre part le wallon moderne. Partant de celui-ci, nous noterons dans la scripta les affleurements de celui-là, et nous les rassemblerons afin de compléter et de préciser notre idée de l’ancien dialecte (première partie de ce livre). Ensuite, nous pourrons nous demander, sans tomber dans aucun cercle vicieux, jusqu’à quel point la scripta coïncide avec l’ancien wallon ainsi reconstitué (deuxième partie de ce livre).

36Cette objection écartée, il nous reste à souligner certaines difficultés de la tâche : elles proviennent surtout du fait que la plupart des documents utilisés sont tirés de « textes ».

37Il faut d’abord éviter, dans l’interprétation des graphies, le danger ou la tentation de l’anachronisme. Des groupes comme « oi » et « eu » n’avaient pas nécessairement au moyen âge la même valeur qu’aujourd’hui. On voit assez quelle lourde faute on commettrait, dans un travail comme celui-ci, si l’on attribuait trop tôt à certaines écritures leur signification phonétique actuelle. Nous devrons donc nous surveiller sur ce point, et nous devrons d’autant plus nous méfier de nous-mêmes que nous désirons vivement retrouver de l’ancien wallon...

38Le danger de l’anachronisme se rattache d’ailleurs à une difficulté plus générale : c’est que, dans l’entreprise où je me suis lancé, il s’agit constamment de dépasser les lettres de la scripta pour atteindre les sons du dialecte tel qu’il était parlé jadis. Une sorte d’équivoque risque toujours d’envelopper les formes anciennes appelées en témoignage. Quand on citera l’ancien picard des chartes et des œuvres littéraires, ne sera-ce pas toujours l’ancien picard écrit ? Ce ne peut être que lui, du moment qu’on se réfère à ces auteurs qui ont étudié la langue des textes sans même se demander si la langue écrite était bien la même chose ou n’était pas autre chose que le dialecte parlé. Par bonheur, l’équivoque « écrit — oral », toujours menaçante en théorie, ne gênera guère en réalité, parce que nous aurons soin de partir chaque fois des dialectes modernes : cela nous permettra d’exclure les faits purements graphiques et de retenir seulement ceux que nous savons avoir appartenu aux anciens parlers régionaux.

  • 4 Sans doute le lecteur observera-t-il que le wallon et surtout le liégeois obtiennent ici un traitem (...)

39A propos des variétés dialectales, une mise au point s’impose également : quels sont les dialectes médiévaux dont nous tiendrons compte dans notre tableau de la segmentation ancienne ? Outre le wallon, objet principal de nos soucis, nous considérerons surtout le lorrain, le picard et le francien. Nous admettrons que le francien — non seulement écrit, mais oral — est cet ancien français type qui fait l’objet des livres de Bourciez, de Nyrop, de M. K. Pope, etc. D’autre part, nous ne dirons rien du champenois, qui paraît n’avoir possédé, entre ses grands voisins, qu’une individualité mal caractérisée (voy. Pope 497)4.

40Inutile d’avertir, enfin, que, m’étant abstenu de donner des cartes pour la délimitation actuelle de chacun des faits particuliers, je n’en fournirai pas davantage pour leur délimitation ancienne. C. T. Gossen a fait le travail pour la langue écrits de Picardie ; mais ce serait une tâche autrement difficile que de localiser avec précision les faits des anciens dialectes parlés de la Belgique romane. Une tâche difficile ? Impossible, plutôt. Mais en considérant le but des présentes recherches, on a le droit de se déclarer satisfait quand on est parvenu à découvrir qu’une différenciation géographique existait, même si l’on ignore la limite des variantes.

EXAMEN DES FAITS

41N- B. — En tête de l’article, après l’indication du fait étudié, nous placerons souvent entre crochets les sigles suivants :

42M. : cette abréviation renvoie au tableau de Maréchal, ci-dessus, p. 31.

43B. = E. Bourciez, Précis historique de phonétique française. 8e éd., 1937.

44On trouvera souvent aussi, dans le texte, cet autre sigle :

45W. = M. Wilmotte. Études de philologie wallonne. Paris, 1932. Lorsqu’il n’est accompagné d’aucune autre indication, ce sigle renvoie aux Essais de dialectologie wallonne (publiés d’abord dans R 17, 18 et 19, 1888-1890), soit aux essais eux-mêmes, soit aux chartes originales qui les suivent.

VOCALISME

461. Voyelle caduque [M. 1]. — La voyelle caduque est, en français moderne, un e muet articulé [œ̀], et dans notre zone picarde, un è ouvert (Grignard 458-9...). Mais, dans le domaine proprement wallon, elle se présente en général comme un phonème moins effacé. Elle y a le plus souvent le timbre aigu de l’i, ou encore, dans diverses zones, notamment dans les arr. de Verviers, de Neufchâteau et de Virton, celui de l’ü : li vèye ou lu vèye ’la vie’, riprinde ou ruprinde ’reprendre’. Devant le mot « bois », d’après EH 26, l’article « le » est li, lu en wallon, èl en rouchi, lu ou èl en gaumais. Pour la diversité des formes dans les Ardennes, voy. Bruneau, Enquête, n° 900 « le » (carte), et Etude 494.

  • 5 Pour l’i caduc liégeois, le témoignage de 1230 n’est pas aussi probant qu’on le souhaiterait. Djimè (...)

47Les formes i et ü de la voyelle caduque sont courantes au 17e s. dans les premiers textes wallons : l’i à Liège, dès les environs de 1600, dans les Dialogues de paysans et les autres pièces de la même époque ; l’ü à Verviers, en 1641, dans le Chat volant (éd. Feller, 1930). Dès le 13e s., l’ü est fréquemment attesté dans les chartes liégeoises : 1241 °prumirez ’première’ W. 72 ; 1248 °duseur ’dessus’ ib. 73 ; vers 1250 °ruwar ’regard’ Cartul. Val-Benoît 10 ; 1273 °chuvaliers ’chevalier’, °ju velh ku... ’je veux que...’, °ju m’en duvesteray ’je m’en devestirai’, etc. W. 118-9, charte du Val-Saint-Lambert ; 1340-50 °se cur et su assise ’sa cour et son assise (verger...)’, °Jumeppe ’Jemeppe’, nom d’une commune proche de Liège, BCH 106, 357 ; vers 1400 °crussode ’pâquerette double des jardins’ ← consolida, Médic. 15 ; de plus, l’usage de l’article lu ’le, la’ se rencontre sporadiquement dans la scripta bien au delà du 14e s. Quant à i, je l’ai noté plus rarement, au 13e s. tout au moins : 1230 Eustacius de Gimepe dans une charte latine originale, Cartul. Val-Benoît, ’Jemeppe’ comme ci-dessus, w. actuel Dj(i)mèpe ; 1248 °chivaliers W. 73 et 745.

48Les dialectes voisins du wallon n’ont probablement jamais connu notre i, ni notre ü caducs. Or, nos documents paraissent montrer que, pour la forme de la voyelle atone, le domaine wallon se différenciait déjà des régions centrales au milieu du 13e s. Toutefois, les deux nuances i et ü n’occupaient pas jadis les mêmes aires qu’aujourd’hui : ü existait, semble-t-il, à l’ouest de Liège, dans une zone où i règne seul à présent, si l’on peut en juger notamment par les formes du Val-Saint-Lambert de 1273, et aussi par celles de 1340-50, qui proviennent de la Hesbaye.

492. Voyelle épenthétique [M. 1 ; B : 213-4]. — Devant les groupes initiaux sp, st, sk, le latin a développé, dès l’époque impériale, une voyelle prosthétique. A partir du 2e s., ce phonème adventice est noté i ou e dans les inscriptions : scala→ iscala. Il s’est maintenu en français (afr. espée, estoile, eschiele), où il persiste aujourd’hui encore dans de nombreux mots (épée, étoile, écrire...), avec le timbre [é], qui le distingue nettement de l’e caduc.

50Dans les manuscrits du 11e s. et même du 12e, l’e n’apparaît pas régulièrement : il n’est pas noté après une finale vocalique, dans la spose, une spede, p. ex. (B. 214 et Delbouille, Wallo-nisraes... 207). Selon toute vraisemblance, l’e de l’ancienne langue d’oïl — comme déjà l’i latin dont il procédait — ne s’ajoutait que lorsque la syllabation l’exigeait, c’est-à-dire après une consonne, pour empêcher les groupes de trois consonnes : lor espedes (Delbouille, ib.). Mais dans la suite, il s’est généralisé.

51Par rapport à cette évolution, qui englobe, avec le domaine central, les zones picarde, champenoise et lorraine, la région wallonne se particularise de deux manières : d’une part, elle conserve, après une finale vocalique, des formes sans voyelle adventice, et d’autre part, elle a remplacé la voyelle prosthétique par une voyelle épenthétique i ou ü, identique à la voyelle caduque et élidable dans les mêmes conditions qu’elle : le wallon dit scrîre, stâve, sporon après voyelle, sicrîre ou sucrîre, sutâve, suporon après consonne ; è stâve ’dans l’étable’, mais on-ôte sutâve ’une autre étable’ ; dès spènes [dè spèn] ’des épines’, mais one supène [on sùpèn] ’une épine’.

52La limite de ces deux phénomènes connexes passe en Belgique romane ; elle appartient au faisceau-frontière qui circonscrit le territoire proprement wallon : d’après EH 1443, « épaule » n’a la voyelle prosthétique dans notre pays que dans le Hainaut picard, le sud de l’arrondissement de Neufchâteau et l’arrondissement de Virton. Voy. aussi Grignard 386 ; Bruneau, Limite 173-5, cartes diverses..., et Étude 388 sv. (autres indications pour le même auteur, ci-dessous n° 37), et, pour la scripta du moyen âge, Gossen 141.

53Lorsqu’il dit dès spènes, fr. des épines, sans voyelle adventice, le wallon se caractérise à l’égard du dialecte central par un archaïsme remarquable ; or cet archaïsme existe au moins depuis le 12e s. Mais depuis quand le wallon a-t-il substitué la voyelle épenthétique à la voyelle prosthétique ? Nous l’ignorons. La substitution est probablement fort ancienne, mais elle apparaît seulement dans les textes au milieu du 14e s. : vers 1350 °sépale ’épaule’, 1363 °sekevins ’échevins’, Registre des Échevins de Revin, Bruneau, Étude 389.

543. a wallon à l’initiale. — Le wallon manifeste une prédilection véritable pour la voyelle a en position initiale : saminne, fr. semaine ← septimana ; manôye, fr. monnaie ← moneta ; manûhe, afr. menuise *minutia ; pour d’autres ex., voy. Haust, Étym., index, p. 346. Le phénomène est strictement limité au domaine proprement wallon, du moins pour saminne (ALF 1214 ; EH 1968 ; Bruneau, Enquête n° 1444, carte) et manôye (ALF 873, EH 1986). Or, dans saminne, l’a est attesté depuis la fin du 13e s. : 1292 °samaine W. 60. Il apparaît plus tôt dans les formes de sigillare : 1234 °saeleir W. 108 ; mais ce mot ne peut entrer en ligne de compte ici, car il possède un a initial un peu partout dans le nord du domaine d’oïl.

554. a accentué libre [B. 48-49]. — En français, l’a accentué libre aboutit à è ouvert devant une consonne prononcée, à é fermé à la finale nue ; cp. patre → père et cantatu → chanté. Il en est plus ou moins de même en Belgique dans l’ouest du Hainaut et l’extrême sud du Luxembourg. Dans le reste de la Belgique romane, la situation varie : en Wallonie liégeoise, a donne é fermé dans les deux cas : père [pé:r], tchanté ; — en Ardenne luxembourgeoise et dans tout le sud du domaine namurois, il donne é fermé devant consonne et è ouvert à la finale nue, résultats symétriquement opposés à ceux du français moderne (EH 323 « mon père » et 491 « chanter »). Pour a tonique en hiatus, voy. ci-dessous n° 5.

  • 6 Voyez pourtant quelques remarques brèves ci-dessous p. 127-8.

56Dans la scripta de Wallonie, comme dans celle de Lorraine, de Bourgogne, etc., le produit de a tonique libre est souvent figuré par « ei ». Ce groupe révèle-t-il une diphtongaison, que le francien lui-même, selon les spécialistes, aurait aussi connue ? Je ne m’attarderai pas à cette question6. Je retiendrai simplement cette donnée chronologique :

57Comme le liégeois d’aujourd’hui, le français disait d’abord é dans tous les cas ; selon B. 49, ce serait « vers la fin du moyen âge » qu’il aurait ouvert é devant consonne ; ce serait donc aussi depuis cette époque que le liégeois différerait de la langue centrale sur ce point.

585. a accentué libre en hiatus [M. 3]. — Dans la langue centrale, l’a accentué en hiatus n’offre pas de traitement parti culier : la finale -ata → -ée (aimée) a é fermé comme -atu → (aimé). Dans les patois de la Belgique romane, les produits de -ata comprennent d’ordinaire un yod final, qui servait probablement à l’origine à combler l’hiatus ; mais ils diffèrent beaucoup au point de vue du timbre : à côté de -éye, avec é fermé comme en français, qui règne en rouchi, en ouest-wallon et en centre-wallon (voy. notamment Grignard 395), on peut considérer qu’il existe un type liégeois -éye, avec è ouvert ; de plus, le gaumais connaît une forme -âye qui le rattache au lorrain de France (Feller, BSW 37, 218 ; ALF 1351 « vallée » ; Bruneau, Limite 132-3) ; cp. r., nam. et ard. valéye ’vallée’, buwêye ’buée, lessive’, lg. valêye, bouwêye, g. valâye, buâye.

59Au pays de Liège, dès le 13e s., -ata est représenté assez souvent par une graphie « -eie » : 1232 °Ugreies ’Ougrée’, nom d’une commune proche de Liège, w. Ougrêye, Cartul. Val-Benoît 68°; fin du 13e s. °contreie, °doreie, °speie, °penseie Média 28 ; 1314-50 °a Chaveie a Fehe, ld., w. havêye excavata, BCH 106, 366. Mais faut-il lire [èy] ou [éy] ? Pour le 14e s., [èy] paraît certain ; une forme du dernier toponyme cité, donnée par la même source à la même date, l’atteste sans équivoque : °a Chavaies ib. ; « -aie » devait se prononcer [èy] plutôt que [éy].

60La finale -âye du gaumais, qui marque un curieux retour au phonème latin primitif, est due sans aucun doute à l’ouverture d’un -éye analogue à celui du liégeois actuel. Sur la chronologie de cette évolution, je ne possède aucun document.

616. La finale -ala. — Au heu d’évoluer vers é ou è, l’a accentué libre suivi de l dans la finale -a 1 a persiste en wallon dans un certain nombre de mots, comme s’il était entravé : s c a1a → lg. hâle, nam. chôle (avec ô issu de â), fr. échelle ; p a 1 a → lg. pâle, fr. pelle ; a1a→ salmien âle, fr. aile.

62Si l’on en juge d’après EH 778 et 1695 et d’après la carte « échelle » établie par Haust, la persistance de l’a caractérise tout le domaine wallon proprement dit : la voyelle des formes de l’est-wallon, hâle, hàle, châle..., remontent visiblement à un â ; celle de chôle, qui règne en gros dans le centre-wallon, ne peut non plus provenir que d’un â ; en rouchi et en gaumais, la voyelle tonique a subi le même traitement qu’en francien ; voy. Bruneau, Étude 236-7, et Grignard 392. Notons que, d’après ALF 436, l’a se maintient également en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, et aussi à l’ouest, dans les Charentes, etc.

63A l’égard du francien, du lorrain et du picard, le wallon manifeste ici un archaïsme indéniable. Or, abstraction faite de tous les changements de limites, cette différenciation existe depuis l’époque où le dialecte central a commencé d’altérer l’a dans la position étudiée, soit depuis le 8e s. (B. 49).

64Il faut attribuer la même valeur d’archaïsme à l’a de clâ, fr. clou ← clavu ; faw, afr. fou ← fagu ; hawe, fr. houe fq. *hauwa ; cawe, fr. queue ← cauda ; âwe, fr. oie auca ; trawer, fr. trouer ← traucu + are ; etc. Dans ces mots, l’a demeure intact malgré le voisinage du w (M. K. Pope 492, n° xi). Ex. ancien : 1221 °awes ’oies’ d’Herbomez, Chartes du Tournaisis, p. 9. D’après Marchot, Traits, n° 8, le phénomène caractérise aussi le w. depuis avant 800.

657. Le suffixe -aticu [M. 5]. — D’après ALF 1395 « village », l’a du suffixe -aticu est représenté par è dans plusieurs départements au sud-ouest de Paris, en Bourgogne, dans les Vosges, et aussi dans notre province de Liège. Pour ce qui concerne la Belgique romane, les documents de EH 1280 « village » révèlent que la forme -èdje appartient surtout au domaine liégeois (aire de norèt ’mouchoir’, DL xiv).

66Comme le disait déjà Meyer-Lübke, Gramm. des l. rom. l, 218-9, c’est la consonne dj qui a provoqué l’inflexion de a en è. Mais depuis quand l’altération est-elle attestée ?

67Si l’on en croyait la graphie médiévale « -aige », on affirmerait tout de suite que la prononciation -èdje remonte très haut. Mais la finale « -aige » se déploie si largement au moyen âge, de l’est (Bourgogne, Philipon, R 41, 576 ; etc.) jusqu’à l’ouest (Görlich, Südwest. 35, Nordwest. 19) et de la Lorraine à la Picardie, elle couvre tant de régions où l’on dit aujourd’hui -age ou -adje, qu’on peut se demander si elle était autre chose qu’une graphie. Dans la région namuroise, p. ex., et dans les Ardennes (Bruneau, Étude 413), où « -aige » régnait jadis dans l’écriture et où -adje est maintenant la prononciation régulière, que représentait jadis le groupe « ai » ? Faut-il admettre que l’influence francienne a remplacé -èdje par -adje dans tout le pays de Namur, alors qu’elle le laissait subsister dans la Sarthe et dans l’Aube ?...

68A mon avis, les seules graphies vraiment probantes sont « -ege » et « -eige ». Elles se rencontrent, mais elles sont tout à fait exceptionnelles. Pour le nord-ouest, Görlich, Nordwest. 20, signale °folege, °villeg, °heritege ; pour la Bourgogne, Philipon, R 41, 576, cite °passeige, °bailliege (13e-14e s.) ; selon Wahlgren, Parfaits 30, « -ege » existerait aussi en ancien lorrain ; enfin, ce dernier auteur, ib. 76, a relevé, dans Li chevalier as devs espees, v. 6579, une précieuse forme °damege.

69Pour la région wallonne, les formes convaincantes sont rares ou tardives : j’ai noté °halleighe en 1485 à Bastogne, dans Vannérus, Livre de justice 145 ; j’ai aussi trouvé °houdege en 1248, °hodege en 1251 (W. 54 et 110), w. hodèdje, Hodeige, commune de la prov. de Liège, arr. de Waremme ; mais ce nom contient-il le suffixe -aticu ?

70Bref, tout ce qu’on peut dire, c’est que, dès avant 1300, -aticu devait avoir la voyelle è dans certaines parties du domaine d’oïl ; mais on ne saurait délimiter, en Wallonie par ex., l’aire de -èdje au moyen âge.

718. a + l + consonne [B. 256]. — En français, dans les mots du type pa1ma, la consonne l, qui fermait la syllabe, devait être vocalisée vers 1100. Combiné avec a, le résidu de cet l formait alors une diphtongue [aw], qui s’est réduite à [ô] dans la période du moyen français [B. 54]. D’où paume [pó:m].

72Dans la prov. de Liège et les arr. luxembourgeois de Marche et de Bastogne, a + l + consonne est représenté le plus souvent par â, l vocalisé n’ayant pas altéré le timbre de l’a : dans un mot comme pâme, påme..., c’est la quantité de la voyelle, et elle seule, qui conserve le souvenir de l’l. Autres ex. : tchâfer ’chauffer’, mâva ’mauvais’, sâf ’sauf, tchâssî ’chausser’, etc.

73En France, dans le domaine d’oïl, on rencontre a à l’est (Lorraine...) et à l’ouest (Normandie..., ALF 257 « chauffer »). Partout ailleurs règne ó, tout comme en Belgique romane, en rouchi et en namurois (EH 1343 « chauffez... »). Mais tandis que l’ó du français procède de aw par un intermédiaire ow, il se peut que celui du namurois ne soit qu’un â altéré, issu lui-même de aw comme l’a du liégeois ; dans la région de Namur, en effet, l’a d’un mot comme âbe ’arbre’ passe aussi à ó... Sur ces évolutions, voy. Bruneau, Étude 240.

74Dans les scriptae médiévales, le stade a se manifeste très souvent. Pour les Ardennes, voy. Bruneau, Étude 120-1 (formes du 13e et du 14e s.). En Lorraine, aw se réduit à â dès le 12e s. : °mavaz, °mavistiz Bonnardot, R 5, 324. En Wallonie, l’â apparaît dans la première charte liégeoise éditée par Wilmotte : °sa ’sauf, °l’atre ’l’autre’ (w. actuel l’ôte) W. 71 (voy. ci-dessous p. 129) ; il’ apparaît plus tôt encore dans les Dial. Grégoire : °maz... Wiese 8. On peut affirmer, croyons-nous, que, dès le début du 13e s., le wallon de l’est possédait son traitement propre de a + l + consonne.

759. a + yod [M. 4 ; B. 54-55]. — En français, l’a suivi d’un yod primitif ou secondaire forme avec lui une diphtongue décroissante [ay], qui, vers 1100, croit-on, s’est transformée en [èy], pour se réduire à [è] vers le milieu du 12e s. : magistru → maître ; magide → mait ; maju → mai ; p1aga → plaie ; basiat → baise ; brace → brais ; *crassia → graisse.

76Tous ces mots ont évolué en français selon la même formule. Les deux premiers ont aussi [è] dans nos dialectes : mêsse, mê. Quant aux autres, leurs correspondants wallons ont généralement a ou une variante de a (ô), mais ils illustrent deux évolutions légèrement différentes :

771° tantôt, le yod persiste : gl. may, plâye ; dans « mai », d’après EH 682, l’a existe partout dans le domaine liégeois, sporadiquement dans le reste de l’aire proprement wallonne ; dans le même mot, d’après ALF 792, l’a se retrouve sporadiquement dans le Pas-de-Calais, en Lorraine, en Franche-Comté, etc. ;

782° tantôt, l’a étant suivi d’un h secondaire, il ne reste nulle trace du yod : bâhe, brâh, crâhe ; dans « se baisser », d’après EH 1578, l’a est commun à toute la Belgique romane ; dans « engraisser », d’après ALF 463, l’a existe aussi à l’est, en Lorraine, en Franche-Comté, etc. Pour les Ardennes, voy. Bruneau, Limite 182, carte « engraisser ».

79Pour la première série de mots, le français lui-même ayant conservé, dans le groupe « ai », la voyelle i qui figurait jadis le yod, les graphies anciennes ne sauraient guère fournir d’indication chronologique : on peut tenir le cas pour typique à ce point de vue. Il n’en est pas moins certain que le français, depuis 1100, s’est écarté de plus en plus de notre dialecte. Mais c’est seulement au 17e s. que la différence s’est marquée avec une netteté décisive : en moyen français, la prononciation [ay] subsistait à côté de [èy], [è].

80Ces dates conviennent-elles au deuxième groupe ? Dans ce cas, le yod s’est combiné avec une consonne sifflante qui le suivait pour former l’h secondaire. Or, cet h apparaît dans les documents vers 1140 (Remacle, H 219-221). Étant donné qu’à cette époque le francien avait atteint le stade [èy], on devait avoir alors [a] en w. et [èy] en francien.

81On admettra donc que, pour a + yod en général, le w. et les dialectes centraux avaient cessé de coïncider dès le 12e s. au moins.

82Cette date est corroborée par l’observation suivante. On sait qu’en bourguignon et en lorrain, le groupe ai s’est généralement réduit à â par la perte de son second élément (Marchot, Solution... 40 ; etc.) : factu → w. [fè:], gaum. [fa:] ; magide → w. [mè:], gaum. [ma:] ; etc. (Feller, BSW 37, 210 ; Bruneau, Limite 200-l, cartes « fait » et « lait », et Étude 122-3 ; voy. aussi Horning, Grenzdial. 10 : fa ← facit, ← magide, etc.). Or, ce phénomène est attesté dès le 12e s. : °fare ’faire’, °fas ’fais’ Bonnardot, R 5, 323-4.

8310. Fr. ie, w. î. — La diphtongue ie, accentuée sur le second élément, si fréquente en français, provient d’origines diverses, notamment :

  1. de –ariu, -a [B. 56-57] : primariu → premier ; caldaria → chaudière ; luminaria → lumière ; *berbicariu → afr. bergier ;

  2. de y + a [B. 58-59] : mercatu → afr. marchié ; caru → afr. chier ;

  3. de ĕ accentué libre [B. 64-65] : heri → hier ; petra → pierre ;

  4. de -ĕu [B. 65] : Mathĕu → Mathieu.

84A la diphtongue croissante ie, les dialectes wallons répondent dans tous les cas par un i long, qui découle de la même diphtongue ie, mais décroissante, c’est-à-dire accentuée sur le premier élément : lg. prumî, tchôdîre, loumîre, bièrdjî ; martchî, tchîr ; îr, pire ; Matî.

85En Belgique romane, d’après EH 1334 « (tailleur de) pierres » et 1399 « le pied », le son simple î couvre toute l’aire proprement wallonne. Mais la limite manque de précision, non seulement dans l’ouest-wallon (Grignard 404-5), mais aussi dans la direction du gaumais (Feller, BSW 37, 224). L’i simple se retrouve d’ailleurs en France, à l’est, en Lorraine, en Franche-Comté..., et même à l’ouest, en Normandie (ALF 1012 « pied », 1015 « des pierres »). Pour les Ardennes, voy. Bruneau, Limite 217, carte « pierre », et Étude 165 sv.

86Notre monophtongaison en î date au moins du 12e s. ; à preuve les lieux-dits suivants, recueillis dans des chartes latines, qui contiennent le suffixe -ariu, -aria : 1152 °Rosiris, Petit-Rosière (Brabant), forme citée de seconde main par Vincent, Noms de lieux de la Belg. 14 (du rad. de roseau) ; 1171-8 °Nicholaus de Perirs Cartul. St-Lambert 1, 92 (du rad. de petra). Ajouter : vers 1200 °pechit ’péché’, °mestir ’métier’... Poème moral, éd. Bayot, p. lxv ; 1233 °Watirs Bertaus Cartul. St-Lambert, 1, 311 (cité par Aebischer, BD 13, 153), du germ. Waldhari, fr. Gauthier, w. Wâtî ; 1264 °Gerars de Fechires Cartul. Val-Benoît 177 (orig., ld. = w. fètchîre ’fougère’) ; 1265 °li siges ’le siège’ ib. 179 (orig.) ; voy. aussi Médic. 32. Pour le namurois, j’ai noté des attestations du 13e s. : 1265 °sige do mollin ’siège du moulin’ Cartul. de Dinant (cité par Niederländer 16).

87Andrî, fr. André ou Andrieu, lat. *Andrĕu, parallèle à Mathĕu, est attesté par la forme suivante : 1236 °Andrier W. (charte analysée ci-dessous p. 124) ; la graphie -ier, d’origine analogique, figure î. Sans doute faut-il interpréter de même les formes que voici : 1240 °saint Andriu, °mes sire Andries W, 136 ; cp. 1252 °sain Mathie ib. 138.

88Une réduction semblable apparaît à la même époque dans la syllabe initiale du nom de personne Thierry, w. Tîri ← germ. Theudrich :1248 °Tyris de Noville W. 74.

89En Lorraine, au surplus, la réduction de ie à i était chose faite dès le 12e s. : °volentirs, °brif, °prumirs, °pechir... Bonnardot, R 5, 324-5.

90Bref, une date s’impose à nous dans la chronologie du fait étudié : la monophtongaison de ie, qui caractérise fortement les dialectes du nord-est et de l’est par rapport aux dialectes centraux, existait certainement en 1200.

9111. Diphtongaison de ĕ entravé [M. 7]. — L’ĕ ouvert entravé demeure intact en français. Mais, dans une partie de la Picardie française et dans toute la Belgique romane, en gaumais et en rouchi comme dans tous les dialectes proprement wallons, il produit, devant r et s surtout, la diphtongue yè, qui peut elle-même prendre des nuances diverses [yè, yè :, yé :, ya...] et se réduire à [i:] : festa →w. fièsse ’fête’ ; ferru → gl. fiêr, lg. fiér ’fer’ ; test a donne w. tièsse, g. et r. tiète, mais au heu de [tyèt], on trouve [ti:t] en divers points des arr. de Virton et d’Ath. Voy. ALF 552 « fer » et 556 « fête » ; EH 1166 « fer » et 1736 « tête » ; Bruneau, Limite 158-160, cartes « bête », « lanterne », etc., et Étude 137. Nous renonçons à citer ici l’abondante littérature relative au sujet. Pour la région picarde, voy. toutefois Gossen 107-8.

92La diphtongaison de ĕ entravé, qui se retrouve en espagnol (fiesta, hierro), semble moins ancienne que celle de ĕ libre, qui est commune à la plupart des langues romanes. Elle date pourtant de sept siècles et demi au moins. Les attestations recueillies permettent, en effet, de la faire remonter au début du 13e s. : vers 1200 °enfier Poème moral, ms. A, éd. Bayot, v. 86, 119, 147 (mais à l’intérieur des vers) ; début 13e s. °nierz Dial. Grég., Wiese 11 ; 1241 °Robiers de ferme (fr. Robert) W. 72 ; 1252 °Lambiert, °vierunt ’verront’ (avec diphtongaison d’un è roman inaccentué) ib. 137 ; 1257 °Gonbiers ib. 111 ; fin 13e s. °tu pier le joie de vie ’tu perds la joie...’ Gloses de Darmstadt, W. 162 ; — pour la région namuroise : 1272 °fieste, 1282 °pierte Niederländer n° 23 ; — pour la région tournaisienne : 1218 °fieste, 1227 °feniestre, 1243 °biel, 1279 °ivier... d’Herbomez 67 ; 13e s. °tiere, °yvier, °fiermens, °tieste, °castiel... Doutrepont, ZSL 22, 68-70.

93Des témoignages plus anciens, mais non vérifiés, semblent indiquer que le phénomène existait dès le 11e s. : 1070 °Thaviers NL, Taviers [Namur 2], w. Tavyè, de taberna, selon Vincent, Noms de lieux de la Belg. 76 ; mais je ne sais si la forme provient d’un document original ; — 1085 apud villam que dicitur Lyers Cartul. Saint-Lambert 1, 43 ; mais il s’agit d’une copie du 14e s. et j’ignore si le nom de commune Liers, w. Lies’ (au nord de Liège), dont l’origine m’est inconnue, offre bien la diphtongaison d’un ĕ entravé.

9412. ĕ+ l + consonne, fr. eau [M. 8 ; B. 68-9]. — En français, la combinaison de ĕ avec le résultat de la vocalisation de l a produit une triphtongue eau : bellus → beau ; spelta → épeautre. Cette triphtongue, constituée vers le début du 12e s., selon Bourciez, et accentuée sur l’élément central [éaw], s’est réduite d’abord, en moyen français, à une diphtongue [eó], et finalement à la voyelle simple [ó] ; mais elle n’a pas cessé de s’écrire en trois lettres.

95En Belgique romane, le groupe ĕ + l + consonne se présente aujourd’hui sous trois formes principales : [yó] en picard ; [ya] en namurois ; [è:] en liégeois, en ardennais et en gaumais (variantes [é:], [i:]...). Voy. la carte du suffixe -ellu établie par Haust, DL, p. xiv, les cartes « beau », « couteau », « peau », « veau » dans Bruneau, Limite 194-8, et aussi la carte de J. Simon, Mélanges w. 110 ; voy. d’autre part, pour [yó], Bruneau, Étude 243-4. Ex. : bellu biô, bia, bê ; castellu catiô, tchèstia, tchèstê.

96Le traitement picard n’est pas original : à Paris même, -iau concurrençait encore -eau dans le peuple au 16e s. [B. 69]. Mais le type namurois, dont l’a ne s’est pas altéré au contact de l vocalisé, et le type oriental, fortement contracté comme le type français, marquent nettement le domaine wallon.

97Or, le namurois ya est attesté dès le début du 13e s. : 1214 °tonial ’tonneau’ Cartul. de Namur 1, 6 (cité par Niederländer n° 23a) ; 1240 °sex muis de spiate, nam. spiate ’épeautre’ W. 136 ; id. °Bosias de Merdot, nom de personne, ib. De même, le mot hameau, appliqué à une partie de Monceau-sur-Sambre, w. Amia, avait -ia dès le 13e s. : 1290 °Hamia, 1295 °Hamias Carlier et Dony, BSW 55, 310.

98Dans la scripta de la région liégeoise apparaît à la même époque une graphie « ea » : on admet volontiers qu’elle figure le type ê, mais il faut reconnaître qu’elle n’est pas en elle-même absolument décisive.

99Au 16e s., « ea » représentait [è:] long : 1551 °sur les weade BSW 49, 341, ld. de Jupille, w. so lès wêdes ’sur les prairies’, germ. *waida. Au 15e s., elle avait déjà la même valeur, le texte suivant ne permet pas qu’on en doute : 1416 °dois pearez de linchouz, w. deus pêres di linçoûs ’deux paires de draps de lit’ Bormans, Testaments, BSW 6, 105 ; dans °peare, « ea » remplace « ai », qui se prononçait naturellement [è:]. Mais auparavant ?

100Avant le 15e s. déjà, la graphie « ea » revient souvent dans les textes. En donner un exemple, c’est illustrer une longue tradition : 1272 °Johans le muweas W. 80, lg. mowê, mouwê ’muet’ ←*mutellu. Seulement, malgré sa persistance continue, le groupe s’est-il toujours prononcé de la même manière, [è:] ? Il a pu se spécialiser avec le temps, et qui sait si, au début, il n’avait pas chez nous la même valeur que dans le centre et dans l’ouest, où il existait aussi (°monceas, °chatea... Görlich, Südwest. 55) ?

101On relève assez tôt des graphies qui ne semblent pas équivoques : 1267 °cerirs (orig.) Cartul. Val-Benoît 185 représente sans aucun doute une prononciation cêrî(r) ←*celleria-riu, fr. cellérier ; de même 1280 °veaire (orig.) ib. 237 et 1242 °vaire (voy. Haust, Étym. 262-5), w. vêre ’toison, récolte’ ← *vellere.

102Mais avant 1242 et 1267 ? La comparaison de quelques formes d’un même mot semble prouver que, dès le 12e s., le liégeois prononçait [è:] ce qu’il écrivait « ea ». Dans les textes latins des Régestes de la Cité de Liège édités par E. Fairon, il existe trois variantes du même nom de personne : 1185 °Rennierus Surial 1, 11 ; 1185 °Vedericus Surais ib., 12 ; 1197 °Reinerus Sureaz ib., 13. S’agit-il d’un dérivé en -ellu ? Je n’oserais l’affirmer. En tout cas, « ea » semble valoir « ai », lequel devait déjà se prononcer [è:]. Une critique plus aiguë observerait encore que « ai » résulte peut-être d’une simple interversion de lettres (voyez °Surial, première forme de 1185) et qu’il serait téméraire de lui accorder une signification décisive. Soit ! on ne sait jamais...

103Je ne chercherai pas davantage à prouver que « ea » se prononçait [è:] dès le 12e s. Mais il me reste des documents assez clairs pour montrer que, dès le début du 13e s., ĕ + l + consonne était devenu [è:].

104La terminaison féminine -ĕlla, fr. -elle, donne souvent -ale en wallon, évolution achevée depuis le 13e s. : ruelle est en liégeois rouwale, ruwale ; et Jonruelle, nom d’une rue de Liège, était au 13e s. °Geroruwalle, selon E. Renard, AHL 1, 263, qui cite Gobert.

105Or, parmi les dérivés en - ĕlla, il en est un très curieux : *stratella (voy. E. Renard, AHL 1, 192, et aussi J. Herbillon, Topon. de la Hesbaye liég. 1, 388). De ce terme ancien, il subsiste diverses formes en toponymie. L’une d’elles, très contractée, strêle, nom wallon de Streel, hameau de Fexhe-le-Haut-Clocher, a le même [è:] que les mots en -ĕllu, et cet [è:] apparaît fort tôt dans les documents : 1222 °Streles, 1238 °Streiles (copie du 17e s.), 1303 °Strailes, etc.

106Si l’on songe que strêle découle de *strèyale par la contraction en [è:] d’un groupe [èya] qui s’étendait sur deux syllabes, et que cette contraction était accomplie vers 1225, peut-on refuser d’admettre que, dès la même époque, la diphtongue ea devait être résolue en [è:] ?

107Ce n’est pas tout, ĭ + l + consonne, qui donne eu en français, produit en liégeois è bref ou long : capillos → tchivès ’cheveux’ ; fin du 13e s. °cheves Médic., ligne 228 ; — eссe-illоs → cès ’ceux’ (aujourd’hui cis, d’après le sing. ci ’celui’) ; 1271 °A tous ces qui ces... lettres verront W. 79, à moins que la graphie du pronom n’ait été influencée par celle du déterminatif qui suit. L’exemple qui nous intéresse le plus est celui du latin si1va : ce mot, qui a donné seuve en ancien français, est l’étymon de Saive, nom d’une commune proche de Liège et d’une dépendance de Celles, lez Waremme (voy. Haust, BT 14, 307), w. sêve, avec [è:] long comme dans le cas de ĕ + l + consonne. Or sêve est attesté en 1230 : °Theodoricus de Saive Brouwers, Chartes et règlements 1, 38. Récusera-t-on de nouveau la graphie « ai » ? Je ne pense pas. Je ne puis imaginer que °Saive soit mis pour °Siave. Dès lors, si ǐ + l + consonne donnait déjà [è:] en 1230, n’est-il pas vraisemblable que ĕ+ l + consonne en était au même point à la même date ?

108Bref, après avoir pesé les témoignages recueillis, je crois pouvoir affirmer qu’aux environs de 1225, peut-être dès la fin du 12e s., la triphtongue française eau était représentée en liégeois par le phonème simple [è:], en namurois par le groupe [ya]. Dès cette époque existaient donc une des principales limites qui cernent le domaine proprement wallon et une des grandes lignes intérieures qui, dans ce domaine, séparent les variétés orientale et centrale.

10913. ĕ + yod [B. 69-70]. — La combinaison de ĕ avec un yod, qui donne i en francien, en picard, et aussi dans les dialectes de notre Hainaut (Grignard 406), aboutit à é en w. ; ex. gl. : mediu → ’mi’ ; medicu → méde ’afr. mire’ ; lectu → lét ’lit’ ; pejus et pectus → pés ’pis’ ; ecc1esia → gléhe, qui survit en toponymie dans lu gléhe, La Gleize, par ex. = ’l’église’ ; décima -→ déme ’dîme’...

110Ce traitement particulier ĕ+ yod → é, « ei », répandu, aujourd’hui encore, dans un domaine qui comprend toute la région proprement wallonne (EH 1189 « lit » : lét, lèt ; J. Simon, Mélanges w., planche iii) et qui s’étend jusqu’au nord de la Champagne et jusqu’à la Bourgogne (Kraus 7 ; Philipon R 39, 514... ; ALF 778 « lit »), apparaît en Wallonie aux environs de 1200 : début 13e s. °enmei, °peis (pejus), °meide Dial. Grég., Wiese 22 ; 1264 °enmei, 1280 °deme W. 56. Mais comme, dans les zones francienne et picarde, la réduction à i est antérieure aux premiers monuments littéraires (B. 70), et comme d’autre part le é wallon ne doit pas procéder de i, on peut admettre que, sur le point considéré, la divergence entre le w. et le dialecte central est très ancienne et qu’elle remonte au delà de l’an 1000.

11114. ē accentué libre [B. 73 sv.]. — Au terme d’une longue histoire, jalonnée par les variantes successives éi, oi, oé, oè (diphtongues descendantes), puis, avec changement d’accent, wè, le phonème ē accentué libre a donné le français moderne wa : t ē1 a → toile [twal].

112L’ē de tē1a aboutit au même résultat dans la moitié occidentale et la pointe sud de la Belgique romane : twèle, twale ou twèye, twaye. Mais il produit, dans le domaine liégeois et le nord du Luxembourg, au lieu de la diphtongue, un phonème unique [œ̀:], [ü:] : lg. teûle, ard. teûye, salmien tûye (EH 867 « toile »). En France, des formes monophtonguées teûle, tôle, se rencontrent aussi en Meurthe-et-Moselle (ALF 1308 « toile »).

113En liégeois, le son [œ́:] ne provient pas seulement de l’ē dont nous parlons, mais aussi de ē + yod (dirēctu → dreût, fr. droit) et de -ōriu (w. rèzeû, fr. rasoir), et encore de ō accentué libre (hōra → eûre, fr. heure). Dans tous les cas où le w. répond au fr. oi [wa], l’aire de doit être à peu près la même (ALF 1310 « toit », EH 1420 « rasoir »). Pour l’extension du nam. dans le cas de « droit », voy. la carte de Grignard 410 : c’est dans l’ouest-wallon que passe la limite entre le nam. drwèt et le rouchi droût. Pour les Ardennes, voy. Bruneau, Limite 162-6, cartes diverses.

114Selon toute vraisemblance, le phonème [œ́:] dérive d’une ancienne diphtongue [œy], que le francien aurait possédée avant 1150. Mais de quelle époque date-t-il, ou du moins de quelle époque date notre monophtongaison, qui caractérise, à l’égard du namurois et du gaumais, comme à l’égard du français, le domaine liégeois tout entier et le nord du Luxembourg ? Il doit y avoir moyen de le dire avec exactitude : ē figure dans des toponymes en -ētum, que les archives attestent parfois depuis de longs siècles. Les documents que j’ai recueillis sont malheureusement très maigres.

115D’ordinaire, la scripta liégeoise figure le produit de ē par la graphie française « oi ». Parfois, cependant, il lui échappe un « eu ». Ainsi, pour *astanētum, w. èsneû (Esneux, commune proche de Liège) : 1277 °Assenneur, 1363 °Asteneur, d’après E. Renard, BSW 61, 153, avec r analogique ; 14e s. °meus ’mois’, °peure ’poire’, °teux ’toit’ Jean d’Outremeuse, d’après G. Doutrepont, Étude ling. sur J. de Hemricourt, 1891, p. 39 ; pour *spinētum, w. spineû ’épinaie’, ld. fréquent : 1399 °spineur Secrétairerie féod. de Stavelot, A. E. L., acte 390, avec r analogique. Tels sont les premiers « eu » certains que j’ai notés. Peut-être faut-il encore voir -ētum dans 1255 °Croteur (orig.) Cartul. Val-Benoît 137, w. croteû, Crotteux, localité proche de Liège. Ces documents suffisent, croyons-nous, pour faire admettre qu’à la fin du 13e s., le wallon liégeois avait atteint le stade [œ́:].

116Mais des graphies inverses provoquées par la multiplicité des procès aboutissant à vont nous reporter au delà de 1250. Le suffixe -ōriu, écrit avec « eu » dans 1401 °stordeur, w. stwèrdeû ’pressoir’, afr. estordoir, Secrét, féod. de Stavelot, acte 461, apparaît arbitrairement, sous la forme -oir, à la fin du mot « neveu », w. neveû → nepōte, dans 1291 °Henri, mon nevoir (copie) Cartul. Val-Benoît 279 : la confusion prouve, semble-t-il, que ō accentué libre et -ōriu convergeaient en eû. Or, la même preuve peut être tirée de graphies comme °dois ’deux’, qui figurent dans la charte de 1236 analysée ci-dessous (voy. p. 124).

117Nous ne considérons pas ici le cas de ē accentué libre en hiatus (crēta → lg. crôye, fr. craie), dont l’examen ne manquerait pas, cependant, d’appuyer les conclusions formulées ci-dessus.

118Dans le Condroz, le son [œ́:], d’origine diverse, passe volontiers à [ü:]. A Tavier, par ex., le ld. pîreûtchamp devient pîrûtchamp. Cette évolution est attestée à la fin du 16e s. : 1595 et 1607 °pieruchamps d’après E. Renard, BT 15, 61. Indication précieuse, qui nous éclaire sur l’âge d’un régionalisme limité.

11915. ē entravé gaumais a [B. 78 et 83]. — Feller, BSW 37, 234, signale qu’en gaumais ē entravé devient quelquefois a : virga → w. vèdje, g. vardje ; viride → w. vêrt, vèrt, g. vart ; circat → g. tchartche. Ce trait remarquable apparente le gaumais au lorrain et au bourguignon (Horning, Grenzdial. 30, n° 58 ; Bonnardot, R 5, 319 ; Philipon, R 43, 541-2 ; Pope 495, n° xvii), et il l’oppose avec beaucoup de netteté au wallon, au picard, et à tous les dialectes où ë entravé s’arrête au stade ē. Or, d’après Bonnardot, 1. c, il est attesté en lorrain dès le 12e s. : °çale ’celle’, °richace ’richesse’, °grandace ’grandesse’.

12016. ē tonique libre suivi de n [B. 85-86]. — Dans le dialecte liégeois, ē tonique libre + n donne parfois [ẽ] comme en français : plēnu → plin, fr. plein (plēna → plinne [plẽ:n] ’pleine’) ; rēne → rin, fr. rein ; mais souvent il aboutit à [õ] : *pēna → ponne [põ:n] ’peine’ ; vēna → vonne ’veine’ ; halēna → gl. alonne ’haleine’ ; on sait que le français lui-même a « oin » dans avēna → avoine, w. avonne, dans fēnu → foin, g. fon, et dans minus → moins, w. mons.

121La nasale [õ] provient d’un groupe [õy] résultant de la diphtongaison de l’ē en ei oi. L’aire géographique du type « oin » est facile à déterminer. En France, d’après ALF 81 « avoine » et 990 « peine », on relève dans le domaine picard des formes en [ån], [ãn]... ; mais ce ne sont là, je pense, que des variantes de [ẽn] ; la véritable zone de « oin » se trouve à l’est, en Lorraine et en Bourgogne. En Belgique romane, cette zone se prolonge à travers le gaumais et l’ardennais, jusqu’au nord du pays de Liège (EH 274 « avoine » ; voy. aussi Bruneau, Limite 206-7, cartes « avoine » et « mener », et Étude 295-6 et 302) ; le namurois et le rouchi se rattachent au type central « ein » (awinne Niederländer n° 29, awène Grignard 413-4).

122Or, l’existence de « oine », dans les formes issues de *pēna par ex., est attestée en Wallonie dès le début du 13e s. : vers 1200 °poine Poème moral, éd. Bayot, p. lxxxiii ; début 13e s. °poine, °moinet ← minat Dial. Grég., Wiese 13. De plus, la réduction de « oine » a « one » semble être révélée dès 1236 par une forme comme °canones ’chanoine’ ; voy. ci-dessous p. 129.

12317. Lat. in- w. è-. — Le i n- latin initial présente, dans les dialectes belgo-romans, de grandes variations géographiques (EH 401 « ils s’entendent », et carte « entamer » établie par J. Haust). En picard, il donne une nasale [ẽ], qui demeure distincte de [ã] : type intinde. En ard. méridional et en gaum. (arr. de Neufchâteau et Virton, avec le sud des arr. de Bas-togne, Dinant, Philippeville...) comme en lorrain, il est représenté aujourd’hui par la voyelle non nasale [a] : type atinde ; il se produit au surplus, dans ces dialectes, une confusion des prépositions « en » et « à ». Dans les parlers qui constituent le centre-wallon et l’est-wallon, i n préposition ou préfixe devient régulièrement [è], mais il ne va pas jusqu’à se confondre avec ad : type ètinde. Voy. Grignard 417 ; Feller BSW 37, 234-5, et Bruneau, Étude 108 ; et pour è- dans les dialectes français de l’est, Horning, Grenzdial. 33.

124Le stade [è], qui nous intéresse le plus parce qu’il est le plus wallon, doit être considéré comme assuré dès le début du 13e s. A preuve les témoignages suivants, directs ou indirects :

  • vers 1200, le Poème moral contient déjà des graphies sans n : °e ’en’ v. 833, 2545... ; °esaingnier ’enseigner’ v. 1154 ; etc. ; mais on peut se demander si l’n n’est pas simplement oublié, comme il l’est de toute évidence dans diverses formes du même texte, par ex. dans °redront ’rendront’ v. 1444, w. rindront ; voy. éd. Bayot, p. xcvi-vii ;

  • au début du 13e s., les Dial. Grég. contiennent des formes comme °enspris = afr. espris, w. èspris ’allumer’, °envanuit ’évanoui’, dont l’initiale en- est une graphie inverse reposant sur le fait qu’on écrivait souvent « en » ce qu’on prononçait [è] ; voy. Wiese 36 ; ces formes confirment naturellement celles du Poème moral ;

  • vers 1250 °e mey marche ’en mi mars’ Cartul. Val-Benoît 9 ; 1252 °enstable W. 76, hypercorrectisme pour estable, lat. s t a-bilis ; 1264 °enstet (orig.) Cartul. Val-Benoît 176 ’esté’, du verbe être ; 1277 °ens elour mains ← intusinillorum... W. 86 ; 1280 °ses effans W. 119 ’ses enfants’ ;

  • à la fin du 13e s., le signe « z », abréviation de « et », est employé avec la valeur de « en » dans les Gloses de Darmstadt, W. 155, et dans le Médicinaire liégeois, éd. Haust, p. 30-31.

125De l’a méridional, je n’ai pas retenu d’attestation fort ancienne. Selon Bruneau, Chartes, p. xi, la confusion de « en » et de « à » se marquait déjà au 13e s. ; mais les exemples allégués ne sont pas assez probants. Le premier témoignage sûr me paraît être le suivant : 1296 °apaicherons ’empêcherons’ Bruneau, Étude 109.

12618. Distinction de an et de en [B. 87]. — Comme le picard, le w. distingue, aujourd’hui encore, les produits de a et de e, ē + nasale + consonne : campu → w. tchamp [čā.], mais ventu → w. vint [vẽ.], vēndita → w. vinte [vẽ:t]. Dans tous les autres dialectes d’oïl, notamment dans le lorrain, le champenois et le francien, les trois phonèmes primitifs se sont confondus en un phonème unique [ã] : fr. champ [šã], vent [vã], vente [vã:t].

127D’après Morf, Gliederung, carte i « fente » (= ALF 551), la limite entre [ẽ] et [ã] traverse la pointe sud de la Wallonie, dans la région gaumaise. Pour des précisions supplémentaires, voy. Feller, BSW 37, 226, et Bruneau, Limite 150-5, cartes « attends-moi... », « fendre », etc.

128La confusion paraît s’être produite dans l’Ile-de-France vers le milieu du 11e s. C’est donc à cette époque lointaine que notre dialecte a commencé de prendre, à l’égard du francien, son caractère archaïsant.

129Mais, à l’égard du lorrain, le wallon s’est-il particularisé si tôt ? Au milieu du 13e s., le Cartulaire d’Orval offre des exemples de la confusion des deux nasales : 1246 °ilh panront, °repranront p. 294-5. Et dès le 12e s., le texte lorrain édité par Bonnardot, K 5, présente des graphies « an » au lieu de « en » qui attestent évidemment le même phénomène.

130Il est curieux d’observer que, sur ce point, le wallon et le lorrain s’opposent, alors qu’ils concordaient pour la non-nasalisation de i n- étudiée au paragraphe précédent.

13119. Fr. -ien, w. -in. — De même qu’il répond au fr. ie par î, le w. répond au fr. -ien par -in : rĕm → rin [rẽ.] ’rien’ ; cane → tchin ’chien’ ; -e (b) amus → -ins, afr. -iiens.

132Parallèle à celle de ie, confondue peut-être avec elle dans un même mouvement, la monophtongaison de ien couvre sans doute, depuis le même temps qu’elle, le même territoire. D’après ALF 1158, « rien » est représenté par [rẽ], [rĩ] dans l’ouest de la France, en Picardie, en Lorraine, en Bourgogne, ainsi qu’en Belgique romane. Dans notre pays (EH 784 « rien »), les variantes [rẽ], [rĩ], qui reposent sur une forme antérieure rien, avec diphtongue descendante, sont pour ainsi dire générales ; toutefois, le type ryen, avec diphtongue ascendante, apparaît dans les arr. d’Ath, de Mons et de Neufchâteau ; voy. aussi Bruneau, Étude 138-9 et 285-6.

133Témoignages directs depuis le début du 13e s. : vers 1200 °bin ’bien’ Poème moral, v. 285 (à la rime), éd. Bayot, p. lxv ; 1249 °bin ’bien’, °ki vint ’qui vient’, 1252 °nos fesins ’nous faisions’ W. 75. En Lorraine, °bins est attesté dès le 12e s., d’après Bonnardot, R 5, 324-5.

13420.i wallon en hiatus. — On sait que l’a tonique en hiatus, celui de –ata par ex., subit en liégeois un traitement particulier (n° 5 ci-dessus). De même, en liégeois, l’i tonique en hiatus — non seulement l’ī latin de la finale -ita et des finales analogues, mais encore l’i roman de la finale équivalant à l’afr. -iée — s’ouvre régulièrement en [è], alors que d’ordinaire l’i tonique se maintient : vèye ’vie’ ; finèye ’finie’ ; i s’ marèye ’il se marie’ ; magnèye ’mangée, afr. mangiée’ ; cp. nam. vîye, finîye...

135D’après EH 436 « il gagne sa vie... », le type vîye, avec i conservé comme en français, couvre la plus grande partie de la Belgique romane ; le type vèye n’existe qu’à l’est : arr. de Liège (presque en entier) et de Verviers, avec une partie des arr. de Huy, Marche et Bastogne. Voy. Niederländer n° 2 et 37 b ; Grignard 319 et 496 ; Bruneau, Étude 172,etc. La voyelle s’ouvre naturellement aussi dans certaines régions de la France, notamment à l’est ; voy. Horning, Grenzdial. 37-39.

136On peut assurer que le liégeois ouvre la voyelle depuis le second quart du 13e s. : 1227 °Mareie (orig.) ’Marie’ Cartul. Val-Benoît 49 ; 1268 °Luseie ’Lucie’, °Maree ’Marie’ W. 58 ; 1271 °ley (orig.) ’elle, afr. lie’ Cartul. Val-Benoît 198. Pour confirmer ces témoignages, on peut alléguer le fait suivant : l’ouverture de i dans -îye se rattache à l’altération de i accentué suivi de consonne (fr. ville, matines = lg. vèye, matènes) ; or, ce phénomène est attesté vers la même époque, un peu plus tard cependant : fin du 13e s. °den digna, w. dène Gloses de Darmstadt, W. 153 ; °potrene ’poitrine’ Médic. 33. Toutefois, l’évolution de l’i peut s’être effectuée à des époques diverses selon les cas ; il est remarquable, en effet, que fèye ’fille’ (EH 834) occupe une aire beaucoup plus étendue que vèye ’vie’.

13721. ŏ accentué libre [B. 93-94]. — Dans le nord de la Gaule, ŏ libre s’est diphtongué en uo vers le 6e s. ; au début du 11e s., ce groupe est devenu ou ẅœ, qui, au cours du 13e s., s’est réduit à œ en francien. A part la monophtongaison finale, cette évolution décalque celle de ě libre (voy. n° 10) ; ср. pěde → pied, et cŏr cuor, cuer, cœur [kœ̀:r]. Selon toute vraisemblance, les diphtongaisons de ě et ŏ de libres, connues toutes deux dans la plupart des langues romanes, forment un phénomène unique.

138En wallon, les deux procès se développent sur des parallèles absolues : de même que l’ě de pěde finit par devenir [i:] long (), voyelle palatale la plus fermée, l’ŏ de сŏr devient [u:] long (coûr), voyelle vélaire la plus fermée. D’une part, ie î ; de l’autre, uooû : dans les deux cas, le premier élément de la diphtongue, étant accentué, résorbe le second.

139Au point de vue de la segmentation, l’évolution de d comporte deux mouvements à retenir : le déplacement d’accent dans la diphtongue française, la simplification de la diphtongue wallonne.

140Avant de considérer ces mouvements, voyons quel est l’aspect géographique des faits en Belgique romane.

141D’après EH 310 « un bœuf gras », b ŏv e donne boû dans la prov. de Liège (bouf au nord), l’est de l’arr. de Nivelles, les arr. de Namur, Dinant, Marche et Bastogne : la forme monoph-tonguée en ou couvre donc la majeure partie de l’aire proprement wallonne. En dehors de cette zone, il existe des formes monophtonguées en [ü] ou [œ́] : ou bu dans le sud du Luxembourg (arr. Neufchâteau et Virton), bœ́ en rouchi. Ailleurs encore apparaissent des formes à diphtongue : byœ̀ ou byœ́ en divers points du Hainaut et du sud du Luxembourg ; bwœ́ en divers points de l’arr. de Mons. On observe une répartition semblable pour *fоdru ’foin’ : lg. foûre, Neufchâteau fûre, Hainaut est [fyœ̀:r], ouest fwêre (EH 262). Voy. au surplus Grignard 420 sv. ; Bruneau, Étude 197 sv., 256-7 et Limite 166-8, cartes « bœuf », « foin », etc. ; ALF 306 « cœur », 906 « neuf (9) ».

142En somme, la situation est surtout claire dans le domaine proprement wallon, où règne le oû. Dans les régions voisines, le type byœ́, qui conserve une diphtongue ascendante, et le type bu, bû, qui repose sans doute sur [büœ], avec une diphtongue descendante, se côtoient et se mêlent. De l’extrême ouest (Mons, Tournai), on retiendra les formes bwœ́ et fwêre : elles sont ascendantes et représentent en quelque sorte l’étape antérieure à celle du fr. bœuf et feutre.

  1. Le déplacement d’accent (uo ) ayant eu lieu en francien au début du 11e s., on peut dire que, pour le traitement de ŏ accentué libre, le w. et le francien s’opposent depuis cette époque. Mais ils diffèrent surtout depuis qu’ils ont monophtongué leur diphtongue en sens inverse : francien [wœ] → [œ] ; w. [uo] → [u:].

  2. La monophtongaison de en œ s’étant produite en francien au cours du 13e s., on peut dire que les régions belgo-romanes qui disent encore maintenant bwœ́ et fwêre occupent depuis le 13e s., par rapport au francien, une position nettement archaïque. Pour Tournai, voy. Doutrepont, ZSL 22, 71, et Marchot, Solution... 77.

143Mais depuis quand le w. a-t-il réduit la diphtongue k oû ?

144En théorie, la monophtongaison de uo en devrait être aussi ancienne que la réduction de ie à î, qui paraît remonter au 12e s. (voy. n° 10). En fait, les documents recueillis l’attestent depuis 1179. Il faut noter que les recherches chronologiques sur l’ancienneté de sont particulièrement délicates ; le caractère équivoque des graphies oblige à récuser maints témoignages.

145Le groupe « ue », qui est, pour tous les dialectes, plus ou moins étymologique, a beaucoup servi dans l’écriture de Wallonie : °Muese ’Meuse’, w. mod. Moûse Mŏsa ; °avuec ’avec’, w. mod. avou ←*ab-hŏque. On lui attribue volontiers la valeur de ou bref ou long, comme s’il figurait déjà le produit wallon actuel de ŏ libre. C’est téméraire, car « ue » s’est employé en francien, et ailleurs, où il n’a jamais pu signifier ou ; on le rencontre souvent dans les Ardennes, où ŏ donne [ü:] (Bruneau, Étude 199). Il a dû se prononcer diversement selon les régions : comment se foncier sur lui pour dater l’apparition des variantes régionales de ŏ libre ?

146Mieux vaut chercher des graphies nettes, comme le groupe « ou » et aussi le simple « u », qui s’employait à la fois pour noter [u] et [ü]. De ces graphies, voici les premiers exemples que j’ai recueillis :

147Dès 1179, le terme °Merchoul, dérivé en -eŏlu qui désignait jadis un cours d’eau de Liège, apparaît sous la forme °Merdezu. Cette forme a été lue diversement par les auteurs ; mais l’u final, appuyé par toutes les attestations postérieures en « oul » et appartenant lui-même à un texte latin, ne laisse aucun doute ; il révèle que, dès 1179, ŏ libre était devenu à Liège (sur Merchoul, voy. AHL l et 2, passim, notamment 2, 159-160, article de Haust). — En 1200, le nom de lieu Bressoux [Liège 65], w. brèssou *brachiolu, avait déjà sa forme actuelle : °Brechoulz, °Brachouz (Haust, AHL 2, 322, qui cite les deux formes d’après Gobert). — Témoignages plus récents : 1263 °Nuuis W. 76, w. mod. noûvis’ ’(rue) Neuvice’, avec l’adjectif noû ’neuf’ ← nŏvu ; 1263 °holeingnoule W 77, w. ho-gnoûle ’Hognoul’, nom de commune [Liège 35], dérivé en -eŏla de Hollogne ; 1264 °me sour Cartul. de Dinant 19 ’ma sœur’, w. mi sour ; 1282 °sours W. 59 ’sœur’.

148Si le groupe « ou » ne semble pas équivoque, la lettre « u » prête encore à discussion : dans les Ardennes, en effet, selon Bruneau, Étude 199, « u » atteste la réduction de ue à [ü:] dès les dernières années du 13e s. Mais n’importe ! Chez nous aussi, « u » atteste la monophtongaison de uo, et c’est bien là l’essentiel, puisque nous savons d’autre part que cette monophtongaison donne en Wallonie.

14922. Diphtongaison de ŏ entravé [M. 11]. — Dans la région proprement wallonne, ŏ entravé devant r et s se diphtongue en wè (lg.), wa (ard. et nam.) : porta → pwète, pwate ; costa → cwèsse, cwasse.

150Cette diphtongaison s’est produite en d’autres régions de la Romania, notamment en France (Vosges, etc., ALF 325 « corde », 597 « fort ») et en Espagne (puerta, cuesta). Elle paraît liée à celle de ě entravé (ci-dessus n° 11), qui se retrouve aussi en Espagne.

151Comme le francien, le gaumais (sud arr. Neufchâteau et arr. Virton) et le rouchi conservent une voyelle simple, ô (ou) : porte, côte (EH 1456 « il est fort » ; Feller, BSW 37, 241-2 ; Bru-neau, Limite 169-173, cartes « borgne », « corde », etc., et Étude 232-3 ; J. Simon, Mélanges w., planche iii ; Grignard 423-4, et carte vi « fort », p. 422). La diphtongaison de ŏ entravé est donc un des facteurs les plus nets de la segmentation. Il est d’autant plus dommage qu’on ne puisse la dater avec précision. Elle est probablement beaucoup plus récente que la diphtongaison de ŏ libre, qui fait corps avec celle de ě libre (n° 10). Si ŏ et ě entravés ont marché de pair, il se pourrait que la diphtongaison du premier remonte au 11e s., puisque celle du second paraît se manifester dès cette époque (n° 11). Mais au heu de nous arrêter à ces déductions hasardeuses, consultons plutôt les faits graphiques. Ils nous apprennent peu de chose, hélas !

152Wilmotte affirme que « le liégeois a oi (we) de bonne heure : tantoist 1285-6, moirs, toist, boirgne,... choeze » (W. 154, n. 2), c’est-à-dire twèt ’tôt’ ← tostu, mwért ’mort’, bwègne ’borgne’, tchwèse ’chose’. Mais comme i est souvent « parasite » et que e l’est parfois aussi, ces ex. sont peu probants. Le premier ex. que j’ai cru pouvoir retenir est celui-ci : °cuar ’corps’, des Gloses de Darmstadt, W. 153, qui date d’avant 1300 et qui est namu-rois. S’il n’était isolé, on le considérerait à bon droit comme très précieux : l’évolution doit avoir suivi le procès wo → wè wa, et le liégeois est demeuré au stade wè ; or °cuar semble prouver que, dès le 13e s., le pays de Namur avait atteint le terme wa. Pour l’ardennais, Bruneau, Étude 115, cite une belle forme du 14e s. : °doime Reg. de Revin ’dort’, cp. lg. dwème.

15323. ô + l + consonne [B. 96-7, 105]. — Tandis qu’en francien d entravé, combiné avec un l vocalisé, donne ou [u], il aboutit généralement en w. à ô [ó:] : collu → w. ’cou’ ; colapu → côp ’coup’ ; solidu → (arch.) ’sou’ ; etc. Cp. encore, avec un ô d’origine différente, w. et fr. saoûl [su] ← satullu, w. trô et fr. trou ← traucu, etc.

154A présent, les formes en ô existent encore un peu partout en Belgique romane (EH 836 « coup [= fois] », 1392 « coup », 1426 « cou » ; voy. aussi Grignard 425 et Bruneau, Étude 238-9) ; mais elles couvraient sans doute jadis tout le territoire. En France même, en effet, cou n’occupe guère que le centre, les zones francienne et champenoise ; règne dans le nord, en Picardie, et à l’est, dans la Meuse, en Meurthe-et-Moselle, etc. (ALF 328 « cou »). Au moyen âge, « l’effacement de l’l après o » s’observait aussi dans un vaste domaine (est, nord-est, centre sud, Champagne, Pope 155 ; voy. aussi Gossen 101-2).

155D’après B. 105, la réduction de [ów] à [u] se serait produite au cours du 13e s. Or, c’est par suite de ce fait et donc à la même époque que s’est établie la divergence entre le traitement de la Belgique romane et le traitement francien. Le premier témoignage sûr que j’ai recueilli de ô est la forme de 1264 °corre Bruneau, Étude 239 ← colyru, fr. coudre, coudrier, w. côre. Notons cependant que le verbe wallon sôler ’rassasier’ se trouve déjà au début du 13e s. dans les Dial. Grég. sous les formes °sooleir, °soeleir, et même avec un seul o dans le dérivé °solable (Wiese 20).

15625. Persistance de ū [u] en liégeois [M. 12 ; B. 111-2]. — En français et dans toute l’ancienne Gaule, la voyelle vélaire latine ū [u] passe à ü : nūdu → nu ; cūpa → cuve. Mais elle se maintient en liégeois dans un grand nombre de mots : nou, couve ; perdutu → pièrdou ’perdu’ (EH, cartes « fétu » et « bossu » établies par J. Haust ; Maréchal, BSW 40, 80-81 et 94, carte arr. Namur). Dans ce dialecte, elle est aujourd’hui altérée devant r, devant n, m et en hiatus : dūru → deûr [œ́:] ’dur’ (nombreuses variantes : dor, dœ̀r...) ; ūnu→ on [õ], fr. un [œ̃] ; -ūta → -owe [òw] (n° 25) ; mais, dans ces divers cas, les phonèmes actuels [œ́:], [õ] et [ò] découlent de [u], non de [ü] ; voy. Marchot, Solution... 80-87. Pour ū + consonne nasale, voy. n° 26.

157Le son vélaire latin persiste de même en Italie et en Espagne ; sa survivance en liégeois constitue un archaïsme latéral : l’histoire du phonème nasal [õ] ← ūn postule, en effet, une tradition séculaire de l’articulation [u] ; et la solidarité des évolutions de -ūdu, - ūtu, - ūta, - ūra, - ūn-, écarte par elle-même toute hypothèse qui verrait dans l’[u] liégeois une reconstruction due à quelque heureux hasard.

158Selon Bourciez 108, l’évolution de [u] à [ü] « s’est produite et généralisée avant l’apparition des premiers monuments écrits du français ». Dans ces conditions, l’[u] liégeois se singulariserait par son caractère archaïque depuis avant l’an 1000. On a toutefois de bonnes raisons de penser (voy. n° 26) que ü s’est étendu peu à peu dans l’espace ; ū ne s’est pas changé en û partout au même moment ; le namurois l’a certainement gardé plus tard que le francien.

159Sur les progrès géographiques de l’ü, il est difficile de se renseigner, du fait que la lettre « u » est équivoque : elle a longtemps servi, dans l’écriture française, avec sa valeur latine. Et pour la région liégeoise, où l’ū latin subsiste, les textes ne sauraient nous apprendre que peu de chose.

16025. ū accentué libre en hiatus. — Comme a et i dans les mêmes conditions, ū accentué libre en hiatus subit d’ordinaire en liégeois un traitement particulier ; il s’ouvre en [ò] : cp. Nūdu nou ’nu’ et nūda → nowe ’nue’ ; de même towe (ou touwe...) ’tue’, rumowe (ou rimouwe...) ’remue’ ; etc. D’après EH 1267, « bossue » a [òw] dans les arr. de Liège et de Verviers et dans le nord de l’arr. de Marche. Le même développement existe en France dans les parlers de la frontière orientale (ALF 1001 « perdue » ; Horning, Grenzdial. 53).

161Comme l’écrit Marchot, Solution... 83, [ò] provient évidemment d’un [u] primitif ; cp. -īta → [èy], n° 20. La divergence signalée ici est donc un simple corollaire de l’archaïsme étudié au n° 24. La scripta fournit peu de témoignages. En voici un, cependant, qui ne manque pas d’intérêt : 1311 °chouze creowe (orig.) Cartul. Val-Benoît 342 ’chose crue’ ; il prouve qu’au début du 14e s., l’ū en hiatus était déjà altéré dans la région liégeoise et que l’hiatus était déjà comblé par w.

16226. ū devant n, m en syllabe fermée. — La persistance de ū vélaire oppose le liégeois à tous ses voisins, qui ont transformé ū en ü comme le français lui-même. Dans une syllabe fermée et devant une consonne nasale n, m, ū donne [õ] en liégeois : ūnu → on ; a lūmen → alon. Mais il en va de même en ardennais et en namurois, de sorte que, sur ce point, c’est à peu près tout le bloc wallon proprement dit qui s’oppose au gaumais et au picard ; ceux-ci disent [œ̃] et [ẽ] comme les dialectes français (EH 10 « un nid » ; Feller, BSW 37, 248-9 ; Maréchal, BSW 40, 83-84 ; Grignard, BSW 50, 430-1).

163L’origine de notre [õ], qui a fait couler beaucoup d’encre, ne laisse plus aucun doute. Comme l’affirmait déjà Meyer-Lübke, Gramm. des l. rom., trad. Rabiet, 571, « le changement de un en on suppose comme point de départ, non pas ü, mais u ». L’ū primitif, resté vélaire, se sera nasalisé d’abord tel quel ; mais *[ũ], phonème peu distinct ou peu fréquent, aura été attiré et absorbé par [õ], qui était plus net et plus commun. (Sur cette question, voy. notamment A. Lombard, L’origine du fr. omple, Studia neophilol. 8, 1935-6, p. 69-81.)

164La géographie linguistique confirme à merveille la théorie de Meyer-Lübke : la superposition des cartes 1 000 « vous êtes perdu » et 1400 « vingt-et-im » de l’ALF révèle que ū + nasale n’aboutit à [õ] que dans les zones où se maintient l’ū vélaire (Wallonie, Suisse, Italie) ; la coïncidence des aires entre ū + n → [õ] et ū → [u] prouve bien que [õ] repose sur [u].

165La présence simultanée de [õ] et de [u] en liégeois est donc normale ; celle de [ô] et de [ù] en namurois manifeste un désaccord étonnant, mais facilement explicable et même révélateur. Si le namurois dit maintenant [õ] comme le liégeois et [ü] comme le français, c’est qu’au moment de la nasalisation, il conservait encore l’[u] vélaire et qu’il l’a perdu après coup. Au point de vue chronologique, la discordance nous apprend donc qu’en namurois [u] s’est changé en [ü] après la nasalisation : donnée relative, mais précieuse, qui révèle l’extension progressive de l’[ü], caractère que nous invoquions au n° 24.

166On voudrait cependant préciser cette donnée. Par malheur, la chronologie de la nasalisation reste mal connue, même pour le français. On sait que l’ü français s’est nasalisé seulement au 16e s. [B. 115] ; mais il serait bien échu que l’[u] wallon, demeuré vélaire, l’ait fait à la même époque.

167Voici quelques documents : on trouve °chascon ’chacun’ dans les chartes namuroises à la date de 1248, W. 136 ; à la fin du 13e s., dans les Gloses de Darmstadt, qui sont d’origine namu-roise, unum est représenté par °on, una par °one, W. 155 ; cp. 1272 °on anneie ’une année’ W. 146. Pour la région liégeoise : vers 1200 °cascon, °chascons Poème moral, éd. Bayot, p. lxxxv ; 1280 °on ’un’ W. 60 ; 1289 °aquon ’aucun’ ib. ; fin 13e s. °albon ← albūmen, w. âbon, et °alon ’alun’..., Médic. 33 ; etc. (noter qu’il y a des formes semblables dans la scripta de la Bourgogne, Philipon, R 41, 584). Que tirer de ces graphies en « on » ? Elles prouvent, me semble-t-il, que, dès le début du 13e s., ū + consonne nasale se confondait dans nos régions avec o + consonne nasale ; et selon toute vraisemblance, on peut en déduire que, dès la même époque, °cascon par ex. possédait le même o nasal que pont ← ponte (en français tout au moins, l’o de ce dernier mot s’est nasalisé au cours du 12e s., B. 108-9).

168Formes avec « ou » : 1314 et 1350 °assés pres li oune de l’atre BCH 106, 361 ; 1622 oun grand afahant Sonnet..., dans Haust, Trois plus anciens textes, 28-29. Faut-il voir dans °oune et oun la persistance de la voyelle vélaire [u], nasalisée ou non ? C’est possible ; car à Montegnée, etc., tout proche de Liège, ûnu a maintenant encore la forme devant un nom commençant par une consonne.

169En somme, notre [õ] ← ū + n, m est un simple cas particulier du maintien de [u] vélaire. Nous pouvons donc réunir les deux procès dans une conclusion commune :

170Au point de vue de la segmentation dialectale, bien qu’on ignore la chronologie de l’extension de ü et celle de la nasalisation, on peut admettre comme une certitude que, longtemps avant nos plus anciennes chartes, le son [u] conservé et la nasale [õ] — ou plutôt l’antécédent direct de celle-ci — singularisaient déjà le wallon parmi les dialectes gallo-romans du nord.

17127. Fr. ui, w. ü [B. 97-98, 113-4]. — De même que le w. répond par i à la diphtongue française ie, il a souvent ü [ü] au lieu du fr. ui [ẅi], quelle que soit l’origine de ce groupe :

  1. ū + yod : condūcere lg. kidûre ’conduire’ ;

  2. ŏ + yod : cŏriu → cûr ’cuir’ ;

  3. tegula → lg. tûle ’tuile’, *sequit → lg. sût ’suit’, *illui → lg. lu (avec ü bref) ’lui’, etc.

172L’ü wallon résulte de la monophtongaison d’un groupe ui accentué sur le premier élément. Le ẅi français et francien remonte au même groupe, mais par un changement d’accent qui aurait transformé la diphtongue au cours du 12e s. (B. 97-98 et 114). A cette époque s’est donc établie une première différenciation dialectale, le francien accentuant ui sur le second élément, comme il le faisait pour ie, uo et oi, et le w., au contraire, l’accentuant toujours sur le premier.

173La réduction de la diphtongue à son premier élément ü, d’ordinaire allongé, découle de l’accentuation descendante. Elle est commune aujourd’hui aux variétés wallonnes et au lorrain. D’après ALF 368, « cuir » a [ü] en Wallonie, et aussi en France, dans les Vosges et le Doubs notamment ; d’après EH 822, le mot est cûr dans la majeure partie de la Belgique romane, cwîr sporadiquement en Hainaut et dans l’arr. de Neufchâteau, keûr en gaumais. Voy. aussi Bruneau, Étude 207 sv. et Limite 190-3, cartes « aujourd’hui », « lui », « luit », « nuit » ; Niederländer, n° 43 a ; Grignard 422 et 431 ; Feiler, BSW 37, 240 et 248 ; et pour u en tournaisien ancien et moderne, Doutrepont, ZSL 22, 73.

174Dans le domaine liégeois, la monophtongaison en ü est attestée, indirectement, mais sûrement, depuis le milieu du 13e s. au moins : 1249 °esluis de Liège W. 75, hypercorrectisme pour ’élus’ ; 1263 °nos arbitre enluit ’élu’ W. 76 ; 1292 °duit ’dû’ W. 92 ; fin 13e s. °atru ’autrui’, °lu ’lui’, etc. Gloses de Darm-stadt, W. 154 ; etc. Des formes plus anciennes se trouvent dans le Poème moral, éd. Bayot, p. xcvi, et dans les Dial. Grég., Wiese 28 ; mais elles ne me semblent pas décisives. Au moyen âge, « u » au lieu de « ui » se rencontre dans toute la Belgique romane, et en France jusque dans le Dauphiné (Philipon, R 39, 525... ; Devaux, 205) ; en Lorraine, il est attesté depuis le 12e s., d’après Bonnardot, R 5, 324 : °nulu, °trestu...

17528. è intérieur au lieu de en. — On sait qu’en wallon in préposition ou préfixe aboutit à è (n° 17) : la consonne nasale n n’a pas laissé de trace. De même, dans la région proprement wallonne, un bon nombre de trissyllabes présentent, à la syllabe intérieure ou préaccentuée, au lieu de la nasale [ẽ], la voyelle orale è (voy. Bruneau, Étude 130) ; et celle-ci, à cause de sa position, peut aller jusqu’à s’amuïr, en liégeois du moins.

176Ex. : *bolengariu → rouchi boulindjî, nam. bolèdjî, lg. bol’djî ’boulanger’ ; carpentariu → rouchi carpintî, nam. tchèrpètî, lg. tchèp’tî ’charpentier’ ; lg. pârmètî ’passementier’, toûrmèter ’tourmenter’ ; ard. et nam. amèder ’châtrer, litt. amender’ ; etc.

177Phénomène secondaire, sans doute ; mais il concourt à la segmentation. Or des documents toponymiques cités par Haust, AHL 2, 76, l’attestent à partir du 12e s. : 1060 °Haimentinas → 1166 Hammetinis, 1222 Hametines, auj. Hemptinne [Na-mur 10], w. inm’téne ; 963 Caventonia → 1269 Chievetogne, auj. Chevetogne [Dinant 56], w. tchèvètogne. De ces ex., on rapprochera la forme suivante, qui illustre un phénomène de contraction très analogue : 1272 °cotheliers (orig.) Cartul. Val-Benoît 203, litt. « courtil-ier », nam. cot’lî, lg. cotî ’maraîcher’.

17829. Non-nasalisation à la finale des toponymes : germ. *fani → w. fa... — Le germ. *fani, latinisé en *fanium, aurait dû donner en w. fain [fẽ]. Or il se présente généralement dans la toponymie wallonne, où il est figé, avec une voyelle non nasale : lg. fa, ard. et nam. ou fwè. Telle est la conclusion d’un bel article de Haust (Le toponyme ardennais fa..., Acad. roy. de langue et de littér. franc., Bull. 1937, p. 121-154), auquel nous empruntons la plupart des données de ce paragraphe.

179fa n’est pas un cas isolé. Il n’est que l’exemple le plus répandu d’une non-nasalisation ou d’une dénasalisation particulière à la toponymie de la Wallonie proprement dite. Cp. Seraing, w. sèrè = *Serranium ; Ozo, w. òzò = 873 °Osonio ; Amay, w. ama = 1140 °Amanio, etc. (BT 13, 1939, 71-72).

180Une telle évolution, propre à la toponymie et fréquente dans les noms de communes, qui sont parmi les appellations les plus anciennes, doit être facile à jalonner dans les textes d’archives. Sur fa, du moins, notre information ne laisse plus rien à désirer (voy. Haust, l. c. 131-3), grâce à la tradition continue d’un lieu-dit de Ferrières [Huy 77], byèn’hâfa, au cadastre « Bernard-fagne » : le mot s’écrit d’abord avec °-fain ; il perd son n à partir de 1378 (°Bienhafay), et son y dès 1425 (°Bienhafa). Cp. 1388 °Owifaz, Ovifat lez Robertville [Malmedy 3].

181Si les autres mots ont évolué au même rythme que fa, le caractère étudié marque notre toponymie depuis les environs de 1400.

CONSONANTISME

18230. k + e, i [M. 13 ; B. 161-2]. — Dès la République, k initial s’altérait devant e, i, dans des mots comme cervu et civitate : tel est le début lointain de la première évolution qui ait contribué à la segmentation du nord de la Gaule. Un premier procès, qui a conduit des stades ky, ty à ts, antécédent direct du [s] français (cerf, cité), occupe la majeure partie du domaine d’oïl, y compris la Wallonie proprement dite ; un autre procès règne en picard : dans ce dialecte, ty a donné ts, d’où l’aùctuel s, de chire ← cera par exemple.

183Aujourd’hui, la limite du fr. et w. s et du pic. š coupe verticalement notre Hainaut dans la zone de l’ouest-wallon (voy. J. Simon, Mélanges w., planche iii ; Grignard 435 ; Morf, Gliederung, c. n « chausser », d’après ALF). A-t-elle bougé au cours des temps ? C’est probable ; mais le déplacement n’importe guère.

184La réduction de ts à s en francien s’étant produite au 13e s. (B. 161-2), on peut dire que, sous son aspect actuel, la différenciation remonte à cette époque. Mais la ligne s š a remplacé une ligne antérieure ts — tš. Or, celle-ci existait peut-être déjà au moment des grandes invasions ; d’après B. 162, en effet, ce serait vers la fin de l’empire que l’évolution partie de kye, tye, aurait abouti au double résultat ts — tš ; à ce sujet, voy. aussi E. Richter passim, et notamment p. 153-4.

18531. k, g + a [M. 14 ; B. 171-2]. — Une seconde palatalisation, analogue à la précédente, mais plus tardive, a frappé k et g devant : carru → fr. char, w. tchâr ; gamba → fr. jambe, w. djambe. Étapes intermédiaires : ky, gy ty, dy tš, dž. Ce phénomène caractérise les parlers d’oïl ; mais le picard et une grande partie du normand conservent k et g : câr, gambe.

186Sensiblement plus récente que la palatalisation de k devant e et i, l’altération de k et de g devant a remonte tout de même aux 7e-8e s. (B. 172). Aussi la limite entre le traitement picard et le traitement commun au français et au wallon marque-t-elle une des différenciations les plus anciennes du nord de la Gaule. Comme la précédente, elle coupe aujourd’hui notre Hainaut verticalement, dans la zone de l’ouest-wallon. Voy. J. Simon, Mélanges w., planche iii ; Grignard 433-4 et Morf, Gliederung, c. ii « chausser » et iii « chat », d’après ALF, et aussi Gossen 54 sv. On notera que, d’après ce dernier auteur, p. 67, la limite actuelle concorderait dans ses traits généraux avec celle du moyen âge.

187Le centre ayant perdu l’élément dental de et de au 13e s. (tchar char, djambe jambe), il existe depuis lors une autre limite à la périphérie du domaine couvert par l’innovation envahissante. Mais cette ligne secondaire nous intéresse peu : elle n’atteint pas encore les confins de la Belgique romane (tch et dj en gaumais et en namurois, voy. Brunean, Étude 410) ; et nous ne saurions du reste dater ses déplacements.

18832. La finale -ccu. — Alors qu’en fr. le k double posttonique suivi de u donne k, il aboutit en w., dans un certain nombre de cas, à tch [tš], tout comme le k suivi de a dont il vient d’être question : beccu → bètch ’bec’ ; *baccu → batch ’bac’ ; saccu → satch, sètch ’sac’ ; siccu → sètch ’sec’, comme sicca → sètche ’sèche’.

189D’après EH 299 « sac » et 618 « sec », le tch existe en Belgique romane dans toute la zone où k + a donne tch (voy. n° 31), c’est-à-dire dans tout le domaine proprement wallon et en gaumais. Voy. aussi Grignard 436 ; Bruneau, Étude 411, et Feller, BSW 37, 279. D’après ALF 1178 « sac » et 1209 « sec », te tch existe aussi en France dans les zones lorraine et bourguignonne ; voy. aussi Horning, Grenzdial. 60.

190Selon Marchot, Traits n° 7, l’altération du double k dans ce cas serait antérieure à 750. Il est vraisemblable, en effet, comme le pense Marchot, qu’elle se rattache à l’évolution de k + a, qui remonte précisément aux 7e-8e s. Mais les aires des deux phénomènes sont très différentes, quoique l’une englobe l’autre : k + a tch réunit les dialectes de l’est au francien ; -ccu → tch les en sépare.

19133. Formation d’un h secondaire en liégeois [M. 17]. — Aujourd’hui encore, les parlers belgo-romans de l’est, du liégeois au gaumais, conservent l’h germanique : *haga → lg. hâye [ha:y], fr. haie [è]. Mais cet archaïsme s’est seulement dessiné à l’époque moderne ; nous ne nous y attarderons pas.

192Outre cet h originel, le dialecte liégeois possède un h secondaire, issu de procès variés : mansione → lg. mohone, gl. mâhon ’maison’ ; scala → lg. hâle ’échelle’. Cet h oppose nettement le liégeois à tous ses voisins : cp. nam. môjone, o.-w. môjon, et ard.-nam. chôle, o.-w. èskîye ; mais il se retrouve en Lorraine. Or, il est attesté sûrement depuis 1140 environ : 1138 °Fehe, w. Fèhe fiscu, Fexhe-le-Haut-Clocher [Waremme 56]. Voy. Remacle, H 219 sv. et le tableau p. 92-94.

193Quant au j qu’on trouve à la place de l’h liégeois dans les autres variétés wallonnes, dans môjone, môjon et les mots du même type, il doit avoir au moins la même ancienneté que l’h, puisqu’il semble représenter un stade antérieur à l’h (voy. Remacle, H 288). Peut-être est-il attesté au 13e s. par les formes suivantes : 1224 °avoir nos aisges d’Herbomez, Chartes..., Mémoires soc. Tournai 17, 14, cp. nam. ôje ’aise’ ; 1253 °le sisgime anee ib. 45.

19434. Le groupe rsch en gaumais. — Dans la pointe sud de la Belgique romane, ainsi qu’en Lorraine et en Franche-Comté, le groupe rs de mots comme « personne », « morceau », etc., subit un traitement particulier : il passe à ch [š] (et à h [x] dans une région de la Lorraine). Ex. : persona → pèchône ; porcellu → pouché... (Feller, BSW 37, 268). Sur cette question, voy. Remacle, H 272, 274, 291-4 : exemples ardennais et lorrains, références et carte, p. 292. Le phénomène est sûrement attesté depuis le 15e s. : 1471 °Meisch, nom de commune, Meix-le-Tige [Virton 36], g. mé:ch ; mais il est probablement plus ancien.

19535. Le w germanique [B. 225-6]. — En général, le roman adapte en gw le w initial des mots germaniques empruntés vers le 5e s. : *want → fr. gant, wardon → fr. g(u)arder. Mais le domaine picard, les régions orientales, la Suisse romande, et naturellement aussi toute la Belgique romane, conservent le : w. want, wârder. Voy. ALF 626 « garder » ; Bruneau, Étude 329-332 ; Horning, Grenzdial. 80, et Gossen 67-69.

196La persistance du w n’oppose pas le wallon à ses voisins immédiats ; mais depuis les origines romanes, la ligne w — g(w) constitue un trait essentiel de la physionomie géographique de la Gaule septentrionale (Marchot, Traits n° 1). — Inutile de citer des formes anciennes : le w s’étant maintenu depuis toujours, les textes ne sauraient rien nous apprendre sur cet archaïsme.

19736. Groupes kw, gw [B. 191-2]. — A l’initiale, le groupe kw conserve souvent en liégeois son élément labial w, alors qu’il le perd en français : quando → cwand [kwã] ’quand’ [kã] ; coacula → cwaye ’caille’ ; quartu → cwârt ’quart’ ; quin-décima- cwinze ’quinze’ ; etc. Quant au groupe gw, qui devient g en français, il se réduit à w en liégeois dans lingua linwe [lẽ:w] ’langue’, anguilla → anwèye [ã:wèy] ’anguille’, *languire → lanwi ’languir’ ; cp. encore inguina → inwe ’aine’, et w. awèye ’aiguille’.

198La chronologie de l’évolution française kw k est mal connue : le w « ne paraît pas s’être effacé complètement, devant a du moins, avant la fin du 12e s. » (B. 192). Sur ce point, et par rapport au francien, le wallon avait donc commencé de prendre, dès avant 1200, son caractère archaïque. Mais peu à peu la différenciation est allée s’approfondissant, parce que, d’une part, l’amuïssement du w frappait toujours plus de mots et parce que, d’autre part, le phénomène s’étendait toujours dans l’espace. A présent, le liégeois seul maintient d’ordinaire le ; mais les autres dialectes le conservent aussi dans quelques exemples : à côté de cate ’quatre’, cand ’quand’, le namurois dit cwarème ’carême’, etc. (Niederländer n° 64) ; dans certains villages wallons des Ardennes, on relève cwate ’quatre’, cwinze ’quinze’, etc. (Bruneau, Étude 334) ; de même, dans la zone frontière explorée par Horning, Grenzdial. 63 ; voy. aussi Grignard 436-7. On ne saurait jalonner chronologiquement le recul du w. La seule date qu’on puisse retenir est celle de 1200, terme de l’évolution dans le dialecte central pour le cas de kw + a.

199Quant au w issu de gw (linwe...), il semble avoir cédé beaucoup de terrain au g français : à côté de anwiye ← anguilla, l’ouest-wallon dit par ex. langue (lg. linwe), Grignard 446 et 438. ALF 14 signale le w de « aiguille » dans la plus grande partie de la Belgique romane, et aussi en France, en un point du dép. du Nord, ainsi qu’à l’est, en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges. Dans notre pays, d’après EH 1048, « aiguille » a le g en gaumais (type [agü]), et aussi en rouchi (type [ègi:y], sans doute emprunté du fr.) ; voy. aussi Bruneau, Enquête n° 12 (carte). Selon toute vraisemblance, le g s’est effacé devant w beaucoup plus tôt que le w après ; mais les documents recueillis ne remontent pas plus haut que le milieu du 13e s. : 1257 °anwilles ’anguilles’ d’Herbomez, Chartes..., Mém. soc. Tournai 17, 11.

20037. s devant consonne [M. 15 ; B. 216-7]. — Dans les dialectes d’oïl en général, dans les mots comme testa → teste, castellu → chasteau, ministeriu → mestier, responsa → response, *brozdôn → brosder, rad. hisd- → afr. hisde, hisdeux, l’s d’appui s’est complètement effacé, à une époque qui varie d’après la nature de la consonne appuyée : tête, château, métier, réponse, broder, hideux.

201Seul, le dialecte wallon a conservé l’a jusqu’à nos jours : lg. tièsse, tchèstê, mèstî, rèsponse, brozder, hisse, hizdeûs. La limite du maintien de l’a varie plus ou moins d’après les mots ; mais on peut dire qu’elle sépare le bloc wallon — avec l’ouest-wallon et la plus grande partie du Hainaut — du domaine picard et de la zone gaumaise. Voy. ALF 252 « château », 846 « métier », 1300 « tête » ; EH 280, carte « fétu » établie par J. Haust (les formes avec s, fistou, fèstu, couvrent toute la Belgique romane, sauf les arr. de Virton, Ath et Tournai) ; Bruneau, Étude 388 sv., Enquête n° 54 « arête », etc., Limite 158-160, cartes « arête », « bête » et « tête », 173-5, cartes « appuyer », « épine », etc., et 205, carte « pâte » ; Grignard 440-1 ; Feller, BSW 37, 267.

202Selon Bourciez, l’amuïssement de l’a est général dans tous les autres dialectes depuis la fin du 12e s. Il faut donc considérer que, dès cette époque, le wallon affirmait sur ce point son curieux archaïsme.

20338. Le yod après consonne labiale [B. 234-5]. — Dans un certain nombre de cas, après une consonne labiale, nos dialectes s’abstiennent de consonifier le yod en une chuintante, alors que les dialectes centraux le font : sapiat → fr. sache, lg. sèpe ; germ. *hapja → fr. hache, lg. hèpe ; appropiare → fr. approcher, lg. aprèpî ; gobione →fr. goujon, lg. govion ; *rubeola → fr. rougeole, w. rovioûle ; cavea → fr. cage, lg. tchêve ; simiu ou -ia → fr. singe, lg. hème (M. Piron, BT 18, 321 sv.) ; autres ex. dans Marchot, Traits n° 9 ; mais cambiare w. candjî, comme fr. changer, hordeu → w. wèdje comme fr. orge, etc.

204D’après EH 939, « hache » est représenté par (h)èpe, ape... ou le dérivé apiète dans presque toute la Belgique romane. ALF 680 « hache » donne aussi un type âpe dans le dép. du Nord. Divers exemples avec p et v existent également dans les Ardennes (Bruneau, Étude 385 et 419, et Limite 180, carte « neige »). D’autre part, p + y se réduit à p dans le Dauphiné : krépe ’crèche’, êrpe ’herse’, etc. (Devaux 317-320).

205La différence remonte aux origines romanes (Marchot, 1. c). Selon E. Richter 220, *hapja et appropiat étaient déjà aux 5e-6e s. hatche et aproptchet. Forme ancienne : fin 13e s. °seps ’sache’ ← *sapias Gloses de Darmstadt, W. 153 et 165.

20639. Le groupe l + y en picard. — Pour un groupe étymologique l + y, le patois moderne ainsi que le français régional de Picardie offrent souvent un l pur au lieu du y français et wallon : tournaisien moderne pale, solel, éwîle, file, guèrnoûle, avec l — fr. paille, soleil, aiguille, fille, grenouille, avec y, et w. paye, awèye, fèye, avec y. Voy. Doutrepont ZSL 22, 76-77.

207Le phénomène est ancien : chez Ph. Mousket, traval rime avec aval, fille avec evangile (d’après Doutrepont, ib.) ; 1288 °talleur ’tailleur’, etc. (id.) ; de même 1303 °les despoulles des iv. toiles dou bos ’les dépouilles des quatre tailles du bois’ Doutrepont, Chartes, ib. 98. Dans le français régional, l’l pur est répandu jusque dans les Ardennes ; voy. Bruneau, Étude 380, qui renvoie à l’ALF « vieille ».

208Les formes citées nous ramènent seulement à la seconde moitié du 13e s. ; mais, selon toute vraisemblance, Doutrepont, 1. c., n’a pas tort d’écrire, en ce qui concerne Tournai : « il paraît bien qu’à aucune époque ly n’a ’mouillé’ la voyelle précédente ».

20940. Le groupe a b’lfr. abl, w. âv [B. 231-2]. — En général, les parlers d’oïl conservent intact le b du groupe a b’l. Seuls, les dialectes de l’est et du nord le transforment en v ou le vocalisent : tabula → *tavle ou *taule.

210Ex. : tabula → lg. tâve [ta:f], nam. tôve, g. tôle ’table’ ; stabulu → gl. stâve, nam. stôve, g. ètôle, rouchi è(s)tôle ’étable’ ; -abile → lg. -âve, nam. -ôve, g. et rouchi -ôle ’-able’ ; ’sable’ = lg. sâvion, nam. sôvlon, litt. sablon.

211En Belgique romane, d’après ALF 451 « étable », le descendant de stabulum a f final (résidu de -vle) dans le domaine proprement wallon, et la finale -ôle ailleurs. Les données de EH 227 « étable » permettent de préciser l’aire de -ôle (-ale) : stâle, stôle (g. ètôle) se partagent la moitié sud du Luxembourg ; stôle, èstôle (ètôle à l’extrême ouest) occupent, avec le sud de l’arr, de Philippeville et l’ouest de l’arr. de Nivelles, la majeure partie du Hainaut. Voy. Grignard 446 ; Bruneau, Élude 235-6, 377-8, 385-6, et Limite 175, c. « étable » ; Feller, BSW 37, 215 ; Gossen, 39, 69 ; Doutrepont, ZSL 22, 75-76.

212On notera qu’en réalité la situation géographique est moins claire que mes brèves remarques ne l’ont faite : elle a été troublée profondément par l’influence française et les emprunts.

213La scripta m’a fourni peu de témoignages anciens du traitement wallon : 1271 °apres le octables delle feste W. 80, hyper-correctisme pour octave, w. octave, qui prouve que la finale écrite -able répondait au dialecte oral -âve ; 1280 °Savenire W. 89, ld. de Liège, Sauvenière, w. sâv’nîre ’litt. sablonnière’.

214Voici la première attestation que je connaisse : 1159 °abbes de Stavelou cité par Vincent, Noms de l. de la Belg. 69, Stavelot [Verviers 40], w. Stâvleû, de stabulu + suffixe -avus.

215Peut-être faut-il reconnaître aussi le traitement gaumais dans ces graphies du nom de commune Étalle [Virton 23], en parler local ètaule, de stabulu : 1185 °Staules, 1228 °Stauul, 1268 °Estaules, formes du Cartul. d’Orval citées par Bruneau, Étude 236 ; mais la lecture avl est-elle vraiment exclue ?

216Dès la seconde moitié du 12e s., le groupe a b’1 avait donc pris en Belgique romane la forme âv, peut-être ôl (ou âl).

217Mais la différence profonde qui oppose ces deux variantes au francien abl résulte en fait de l’altération du b. Or, ce phénomène fondemental se situe très haut dans le temps : selon Marchot, Traits n° 5 et aussi n° 14, le b des groupes a b’l, i b’I se serait altéré à la même époque que celui de faba, soit aux environs de 700 ; mais peut-être faut-il remonter plus haut encore : E. Richter 62 admet déjà la forme *taula aux premiers siècles de notre ère.

21841. Le groupe ib’lfr. ibl, w. îl, ûl [B. 231-2]. — Pour le groupe i b’l (et aussi pour e b’l), la situation est à peu près la même que pour a b’l. D’une part, une vaste zone ibl ; d’autre part, à l’est et au nord, une région très étendue où le b s’est vocalisé et où les formes modernes remontent à iul. Ce dernier type, qui a régné en picard (voy. Gossen 39, 69), occupe aussi, ou doit avoir occupé toute la Belgique romane.

219Nul doute que iul existait dès le 12e s., comme les variantes de a b’l. Il est attesté en Wallonie au début du 13e s., dans les Dialogues du pape Grégoire : tribulare → °detriulat, etc. ; nebula → °niule Wiese 53 ; voy. aussi paisiule ’paisible’, etc., dans Bruneau, Étude 171 et 378 (13e-14e s.). De bonne heure, iul s’est réduit à îl, qui apparaît aujourd’hui dans certains mots namurois, ou à ûl, qui est maintenant le type liégeois, mais qui existe aussi dans le pays de Namur.

220Ex. anciens : 1° îl est attesté vers 1200 : °trieleir Poème moral, v. 1246, nam. trîler ’émietter’ ← tribulare, lg. trûler ou troûler ;

221ûl apparaît souvent dans la scripta, mais plus tardivement que îl : 1269 °paisule ’paisible’, lg. pâhûle W. 64 ; 1276 °erule ib. ← *aribile ’arable’ ; 1288 °truie cité par Niederländer n° 85, w. trule ← *trību la (troûle DL 680) ; fin 13e s. °nulleies, w. nûlêyes ’nuages’, dér. de nebula, Médic. 23 ; °truleir ib. (voy. aussi ib. 24, n. 1) ; noter aussi ib. °yeve, w. arch. îve ← ěbulu, avec passage de à v comme dans tabula → tâve. A Tournai, les graphies anciennes sont en « ieu », « iu », et le patois moderne dit [yœ́] : [nyœ́:l] nebula, etc. ; voy. Dou-trepont, ZSL 22, 73-74.

222Si les variantes îl, ûl peuvent être considérées comme établies en 1200 et en 1269, il va de soi que l’altération première du b de i b’l, qui a séparé nos dialectes du francien, remonte aussi haut que celle du 6 de a b’l ; on la situera donc, elle aussi, à l’époque des origines romanes ; voy. la conclusion du paragraphe précédent.

223Le suffixe -ûle, -île ’-ible’ a connu dans nos dialectes une grande vogue ; voy. Haust, AHL 3, 343-5. Un peu partout, sous diverses influences, il a subi de curieuses altérations. Le namurois, par exemple, n’a pas seulement -île, mais aussi -îre et même -ère : 1277 °erile ’arable’ W. 86, mais dans une charte liégeoise, où l’on trouve aussi °paisule ; cp. 1332 °paisiele Bru-neau, Étude 171 ; à la fin du 13e s., dans les Gloses de Darmstadt, °paisiere W. 163 représentait déjà un paujîre, qui subsiste à Dinant et qui est devenu paujère à Namur. On voit combien peut être vieille une altération aussi particulière que celle de -île en -îre.

22442. Absence d’une consonne intercalaire b ou d [B. 268-9]. — Dans les groupes secondaires m’l et n’r, le français développe un b ou un d de liaison : sim(u)lare → sembler, cum(u)lu → comble, pon(e)re → pondre, ven(i)re-habe t viendra, pulv(e)re → poudre, plan g(e)r e → plaindre, pung(e)re → poindre.

225D’après Schwan-Behrens, Gramm. n° 174, 2, rem., la consonne intercalaire manque « en picard, en wallon et dans une partie du domaine du français de l’est ». En réalité, quoiqu’elle ne manque pas toujours en wallon, elle y fait souvent défaut ; en liégeois, par ex., à côté de combe ’comble’ (voy. Renard, BT 10, 363-376), plinde ’plaindre’, ponde ’poindre’, moûde ’traire’ ← mul g(e)r e, et aussi de tchambe ’chambre’ ← cam(e)ra (avec m’r), on relève sonler ’sembler’, tronler ’trembler’, èssonle ’ensemble’, ponre ’pondre’, vinrè ’viendra’, poûre (ou poule) ’poudre’, etc. ; voy. notamment Bruneau, Étude 370-1.

226En tenant compte de la restriction qui vient d’être indiquée, on peut dire que l’absence de consonne intercalaire s’observe aujourd’hui dans toute la Belgique romane (EH 1397 « ensemble, sembler, il me semble, trembler », 889 « poudre »). Elle s’observe aussi en France, dans les zones picarde, lorraine et franc-comtoise (ALF 1153 « il ressemble », 1069 « poudre »).

227L’apparition de la nouvelle consonne a dessiné dans le nord de la Gaule une différenciation importante. Or, elle doit remonter à la même époque, ou presque, que l’effacement des voyelles préaccentuées, c’est-à-dire aux origines romanes, aux 6e-7e s. (B. 25-26 ; Marchot, Traits n° 2, 3, 4 et 16 ; Pope 489, n° xiii).

228L’archaïsme qui caractérise, avec la Belgique romane, une grande partie du nord de la France, apparaît couramment dans les anciens textes. Je citerai seulement quelques exemples wallons, à titre de curiosités : vers 1200 °pulre ’poudre’ Poème moral, p. xc ; 1236 °vorrat ’voudra’ W. 68 ; 1267 °sonlerat ’semblera’ W. 142 ; fin 13e s. °ensonle ’ensemble’, °assonlee ’assemblée’ Médic. 21. Ex. picards dans Gossen 75-77.

229Pour le groupe e m’l, les dialectes offrent de multiples variantes : tronler, troner, triyaner, tranler (voy. Bruneau, Étude 377, 442). A ce propos, il est intéressant de noter que, si le liégeois sonler ’sembler’ est attesté dès 1267 (voy. ci-dessus), le picard sanler l’est dès la fin du 12e s. : °sanloit ’semblait’ Wallenskôld 185 ; voy. aussi à Tournai °sanle, °tranle, etc., Doutrepont, ZSL 22, 77. Étant donné que -onle ne procède pas de -anle, on admettra que la différenciation -onle — -anle existait déjà en 1200 dans la zone où manquent les consonnes intercalaires, c’est-à-dire entre le picard et le wallon.

MORPHOLOGIE

23043. Flexions de la 1 plur. de l’indicatif présent. — La flexion de la l plur. de l’indicatif présent, — et aussi de la même personne du futur simple, — fr. -ons, est en wallon -ans [ã] : nos tchantans ’nous chantons’ ; nos tchanterans ’nous chanterons’.

231En Belgique romane, -ans caractérise nettement les variétés wallonnes par rapport au picard, qui dit -ons comme le français : la limite passe dans la zone de l’ouest-wallon, à l’est de Charleroi (EH 496 « nous avons » ; Grignard 468, carte viii). Pour les Ardennes, où règne une grande confusion, voy. Bruneau, Étude 274-6. En France, -ans existe en lorrain, tout comme dans notre gaumais (ALF 522 « nous avons été »).

232La scripta fournit peu d’attestations anciennes : 1261 °porans ’pourrons’ (futur, « peut-être fautif », dit Wilmotte) Charte de la Paix-Dieu, W. 101 ; 1298 °faisans ’faisons’ Bruneau, 1. c. 276 ; 1304 °arans ’aurons’ (copie) Cartul. Val-Benoît 306 ; 1360 °avans ’avons’ Bruneau, ib. 275.

233Il n’est pas impossible que -ans remonte au latin -amus. Sans doute, -amus donnerait normalement -ins [ẽ] : manu → min, fame → fin ; mais le lg. djans ’allons’ paraît bien remonter au lat. eamus, et voy. d’autre part pane → lg. pan. Sur l’origine de -ans, il y a diverses hypothèses dans Marchot, Verbes forts 355, n. 2 ; sur la même question, voy. aussi Niederländer n° 121a.

234En francien, la flexion -ons a évincé les autres « de très bonne heure » (B. 62...), c’est-à-dire avant les premiers textes, -ans s’est-il imposé chez nous à la même époque ? On l’ignore. Si l’on était sûr du moins qu’il dérive de -amus, on pourrait dire que l’opposition du fr. -ons et du wallon-lorrain -ans remonte très haut. Tout ce qu’il est permis d’affirmer, c’est que -ans est attesté par la scripta dans la seconde moitié du 13e s.

23544. Flexions de la 3 plur. de l’indicatif présent [M. 18]. — La flexion de la 3 plur. du même temps, fr. -ent, possède en Belgique romane quatre variantes au moins : -èt [è] dans la prov. de Liège, une bonne partie de l’arr. de Dinant, l’arr. de Marche et une partie des arr. de Neufchâteau et de Bastogne ; -ant [ã] dans le reste du Luxembourg ; -nu dans le reste de la prov. de Namur, le Brabant wallon et l’arr. de Charleroi ; -te dans la zone picarde ; fr. chantent = lg. tchantèt, g. tchantant, nam. tchant’nu, pic. cant’te. Voy. J. Simon, Mélanges w., planche iii ; Maréchal, BSW 40, 70-72 et 94, carte ii, et aussi carte i ; Grignard 470, carte ix ; EH, carte établie par J. Haust. Pour la France, et notamment pour l’est, où l’on trouve diverses formes, voy. Bruneau, Étude 148 et 275-6, et surtout Fouché 8-11, qui se réfère à ALF 311 « commencent ».

236Ces variantes sont-elles anciennes ? — Marchot, Traits n° 28, affirme que, pour la flexion considérée, « il n’y a pas de différence... dans le wallon et le francien primitifs ». La forme namuroise, la plus originale de toutes, apparaît dès 1235 dans la scripta : °giesene, °descendenent Cartul. de Namur 1, 11, d’après Niederländer, n° 121c ; de même 1257 °ilh painent cens à saingnour ib. 1, 252 ; 1294 °pulene, °vulene W. 134, nam. pol’nu, vol’nu ’peuvent, veulent’ ; et encore fin 13e s. °diene ’disent’, nam. dîynu, Gloses de Darmstadt, W. 156.

237Il est vraisemblable que, dès la même époque, les autres variantes existaient aussi. Mais la scripta ne les trahit que plus tard.

2381° Le lux. -ant se rencontre aussi dans les Ardennes françaises. Or, dans cette région, il apparaît dès la fin du 13e s. : 1283 °estandant ’étendent’, 1350 °trouvant ’trouvent’, etc., d’après Bruneau, Étude 275-6. Pour -ant en Bourgogne, voy. Philipon, R 41, 591. A propos de l’ancienneté des formes oxytoniques en -ant..., voy. aussi Fouché 11 (13e ou 14e s.). Notons qu’on peut mettre en doute la valeur de la graphie « -ant » : les scribes n’ont-ils pas remplacé « -ent » par « -ant » à l’époque où temps par ex. passait à tamps ?....

2392° Le liég. -èt apparaît au début du 14e s. dans des textes relatifs à la Hesbaye : °li abés et li chovens... tinet en fies de... ’tiennent’, w. tinèt, Bull, de la comm. roy. d’hist. 106, 358 ; °tinnet ’tiennent’ ib. 362 ; °vinet ’viennent’, w. vinèt, ib. 358 ; ces trois formes datent de 1314-50. Toutes semblables et concordantes qu’elles sont, ces attestations laissent un doute : les scribes n’ont-ils pas oublié l’abréviation d’un n avant le t, ce qui aurait fait tinent, vinent ? D’autre part, l’apparition si tardive du lg. -èt s’explique aisément par le fait qu’à Liège, la graphie centrale « -ent » pouvait se prononcer -èt.

2403° Le pic. -te revient souvent dans l’œuvre de Jean de Haynin (1423-1495) ; voy. M. Bronckart 208-215.

241Une documentation plus poussée remonterait sans doute d’un siècle ou deux l’apparition des trois dernières variantes. En attendant, nous retiendrons que l’élément différenciateur essentiel des dialectes belgo-romans à la 3 plur. du présent de l’indicatif existe depuis la première moitié du 13e s. : dès cette époque, le namurois possédait une flexion °-ne, qui devait manquer au liégeois et au luxembourgeois comme au picard.

24245. Flexions du singulier de l’indicatif imparfait. — Au moyen âge, selon Fouché, Verbe 236, -abam, -abas, -abat, -abant deviennent généralement -oe, -oes, -out (-ot), -oent ; mais dans le nord-est et l’est, -aba- ayant évolué régulièrement (cp. faba → fève), l’imparfait se termine par -eve, -eves... Ce sont ces dernières formes qui survivent dans le liég. moderne : i tchantéve ’il chantait’, i magnîve ’il mangeait’ (avec î au lieu de é après une consonne palatale).

243La persistance de -aba m se limite aujourd’hui à une partie de la région proprement wallonne. D’après ALF 322 « elle cousait », -éve n’existe plus qu’au pays de Liège et au point 199 (Wavre), mais une variante -eûve apparaît aux p. 196 (Waremme) et 197 (Sclayn) ; ailleurs règne -ēba m. Les données de EH 1459 « il ne bougeait plus » confirment cette situation : -éve, -îve dans la prov. de Liège, les arr. de Marche et de Nivelles ; -eûve surtout dans l’arr. de Namur. Pour la limite exacte à l’ouest et dans le pays de Namur, voy. Maréchal, BSW 40, 76-79 et carte p. 94 ; Grignard 470-l, carte ; voy. aussi Niederländer n° 122 et Bru-neau, Étude 219 sv.

244Le domaine actuel de -abam est une zone de repli. Au 13e s., des formes en -eve se rencontrent encore dans les textes lorrains et bourguignons comme dans les textes wallons (Delbouille, Wallonismes... 209-211). On ne saurait évidemment déterminer « l’emplacement initial de la frontière ouest de -éve ». Il est certain que la divergence entre les deux variantes-types de -abam, -oe et -eve, doit se situer très haut, au 8e s., selon Marchot, Traits n° 29 (c’est-à-dire à l’époque où -aua passe à -oe en francien), et peut-être plus haut encore (voy. E. Richter 211-5).

245Ex. anciens : vers 1200 °quidievet ’cuidait’ Poème moral, v. 2121 (voy. aussi introd. Bayot, p. lxxii) ; début 13e s., nombreux ex. dans Dial. Grég., Wiese 71 ; 1224 °paievet ’payait’ W. 68 ; 1263 °quitevet ’quittait’ ib. ; 1283 °païve ’payait’, lg. payîve, ib. ; voy. aussi Jordan 266.

24646. Flexion de la 1 plur. de l’indicatif imparfait. — Au moyen âge, dans le domaine d’oïl, la l plur. de l’indicatif imparfait — et aussi du conditionnel présent — se terminait communément par -iens. C’est seulement au cours du 14e s. que -ions s’est imposé dans la langue littéraire (Fouché, Verbe 239).

247En Belgique romane, d’après EH 1956 « quand nous étions jeunes », -iens s’est généralement conservé, mais sous des formes très diverses. D’ordinaire, les dialectes wallons connaissent la forme normale -ins [ẽ] ou une forme non nasale -îs [i:] : nos tchantins ou nos tchantîs ’nous chantions’ (voy. aussi Bruneau, Enquête n° 633 « étions » et Étude 152). Dans la zone picarde, on relève aujourd’hui, parmi de nombreuses variantes, un type -îm’ (Tournai) qui remonte à l’ancienne terminaison -iemes (1277 °recheviemes Raynaud 347 ; °estiemes, °disiemes Doutre-pont, ZSL 22, 79 ; voy. aussi Gossen 91-93 et ALF 512 « quand nous étions... ») ; or celle-ci est attestée aux environs de 1200 (Jean Bodel, Fouché, 1. c. ; voy. aussi Grignard 472-3 et Dou-trepont, l. c).

248Avec la l plur. de l’imparfait, le liégeois confond la l plur. du passé simple : nos tchantins ou -îs = ’nous chantions’ ou ’nous chantâmes’. Or cette assimilation paraît attestée depuis la seconde moitié du 13e s. : 1274 °owins ’eûmes’ W. 81.

24947. Flexion du passé défini, 3 plur. — A la 3 plur. Du passé défini, les verbes en -are ont connu, en Lorraine et en Wallonie, une flexion -ont, probablement analogique (Fouché, Verbe 249) : vers 1200 °laissont Poème moral xcii ; 1263 °amenont W. 77 ; 1292 °et bien l’en quittont W. 92. Attestée en Wallonie dès le début du 13e s., cette flexion n’y existe plus aujourd’hui qu’à l’est de Malmedy ; voy. J. Bastin, Morphol. du parler de Faymonville, BSW 51, 356.

25048. Flexion -ve des passés définis en -u i. — Une des flexions les plus originales du liégeois est le -ve de quelques passés définis en -u i : volui → gl. dju vôve ’je voulus’, *venui → dju vinve ’je vins’, etc. Ce qui caractérise ici notre dialecte, c’est le passage de [w] à [v] après consonne. Au fond, la divergence morphologique n’est qu’une divergence phonétique. Or la bifurcation dans le traitement de l’u doit être fort ancienne ; elle remonte sans doute à l’époque où l’u de januariu et de vidua s’est consonifié en v, c’est-à-dire aux 4e, 5e, 6e s., d’après E. Richter 155-6 (voy. aussi Suchier, Mundart des Leode-garliedes 301, et Marchot, Verbes forts 346-7). En tout cas, dès le début du 13e s., les textes nous offrent un -ve parfaitement constitué, que les philologues n’ont pas toujours reconnu : début du 13e s. °tinvet, aw. tinve ← tenui, Dial. Grég. 325 et 336, d’après Fouché, Verbe 314-5 ; 1252 °kar el promerain don ke ju les en fis, retinuege mes umiers, lire retinve ge ’je retins’ Abbaye de Salzinnes, lez Namur, W. 137 ; 1267 °Henris... retienne un bonier, lire retienve Val Saint-Lambert, W. 115 ; 1289 °li de-vandis Jehans..., quant il fut ayreteis de che molin, devinuet lours masuiers, lire devinvet Brouwers, Cens et rentes 2, 225.

251Fouché, l. c, considérait cette curieuse flexion -ve comme exclusivement liégeoise. Mais nos documents révèlent qu’elle était aussi namuroise au 13e s. De nos jours, le dialecte liégeois lui-même l’oublie de plus en plus.

25249. Flexions du singulier du futur simple. — En général, le wallon répond par la seule flexion -rè aux flexions françaises du singulier du futur simple : w. dji, tu, i tchantrè = fr. je chanterai, tu chanteras, il chantera. Selon toute vraisemblance, notre dialecte a étendu la flexion de la première personne aux deux autres par analogie.

253Le phénomène occupe en Belgique romane toute la zone proprement wallonne (EH 624 « l’hiver sera froid » ; voy. aussi Grignard 474, carte xi). Dans les régions picarde et gaumaise, la première personne demeure distincte des deux autres.

254On pourrait croire que l’assimilation wallonne en - ne remonte pas très haut. Or elle apparaît dès la fin du 13e s. Dans le Médicinaire liégeois, Haust a relevé notamment °awerès ’auras’, w. arè, et °sarè ’sera’, w. actuel sèrè (p. 29 et 58). Au 15e s., dans le Livre de Justice de Bastogne édité par J. Vannérus, n, p. 24, acte 599, on trouve aussi : 1490 °la gaigier... demeurrerè nuement audit... ’demeurera’.

25550. Articles contractés inillo, deillo. — Dans les formes issues des prépositions in et de + illo devant consonne, la voyelle change avec les régions. On a par ex. devant le nom ’bois’ : 1° lg. è et dè : è bwè, de bwè ; 2° nam. et ard. o et do : o bwè, do bwè ; 3° g. on et don (comme en lorrain, d’après l’ALF 180 « du bruit ») : on bo, don bo ; 4° rouchi dou : dou bo ; in illo donne aussi ou dans l’air, de Neufchâteau.

256Ce tableau géographique n’est, cela va de soi, qu’un schéma sans rigueur. Comme le montre EH 142 « dans le jardin », in illo par ex. donne des types très variés, dont les aires sont souvent irrégulières ; pour s’en convaincre, voir déjà la carte vii de Grignard 459 et aussi la carte 89 de Bruneau, Limite 229. Voir au surplus Maréchal, BSW 40, 81-83 et carte p. 94.

257Les quatre variantes sont-elles anciennes ? — Assurément, car elles existent toutes en ancien français : Gôrlich, Südwestl. 102-4 cite do, deu, don et don ; voy. aussi Kraus 62-63. Mais se localisaient-elles au moyen âge comme de nos jours ? On ne saurait le prouver. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’au 13e s. déjà, elles se rencontrent dans les textes de nos régions :

  1. Le lg. se dissimule volontiers sous la graphie °de, que l’on confond aisément avec la simple préposition de (voy. Haust, Glossaire des Régestes de Liège 3, 441). Mais on le décèle dans les formes suivantes : en 1278, dans le Cartul. Val-Benoît 230 (orig.), le même homme s’appelle tantôt °Johans del Lardier, tantôt °Jehans de Lardier. De même déjà en 1236 : voy. ci-dessous p. 129.

  2. 1248 °do sagnor ’du seigneur’ Flône [Huy 29] W. 108 ; 1263 °do bies de lor molin... o bies ib. 112 : ces documents attestent le type en o, qui est aujourd’hui centre-wallon.

  3. 1236 °on mois de mars (orig.) Cartul. Orval, 2e suppl. 9 ; 1238 °on mois de septembre Cartul. Orval 253 ; 1245 °on mois de février ib. 287 ; et d’après le glossaire du même recueil, ’du’ = °don et °dou ; °on apparaît de même à Chiny en 1247, à Mézières en 1251, 1264..., d’après Bruneau, Étude 268-9 ; enfin, dans la seconde moitié du 15e s., °on est fréquent dans le Livre de Justice de Bastogne édité par J. Vannérus. Le type en on [õ] était donc nettement individualisé avant le milieu du 13e s. ; on peut même ajouter, semble-t-il, que, dès cette époque, il se localisait dans le Luxembourg.

25851. Article défini et possessifs inaccentués. — En wallon comme en picard, le singulier de l’article défini et celui des adjectifs possessifs préposés au nom ne connaissent, pour les deux genres, qu’une forme légère avec voyelle caduque : w. mod. li ’le, la’ ; mi ’mon, ma’ ; ti ’ton, ta’ ; si ’son, sa’ ; li mére ’la mère’, mi père ’mon père’, a m’ frére ’à mon frère’ ; — pic. èl, èm’, èt’, ès’ (voy. par ex. ALF 224 « ... la chambre » et 548 « ma femme »).

259La simplification règne dans toute la Belgique romane, sauf dans le sud du Luxembourg : les formes féminines en -a se sont maintenues dans le sud de l’arr. de Bastogne et les arr. de Neuf-château et de Virton. Voy. les deux cartes de l’ALF citées ci-dessus ; EH 559 « la mère » ; Bruneau, Enquête n° 878 « la bouche... » et n° 941 « ma part... ».

260Le phénomène wallon et picard remonte au moyen âge : à preuve les formes féminines le, me... de la scripta. Dans nos régions, il apparaît dès les premiers textes : vers 1200 °se sprevier ’son épervier’ Poème moral, v. 2780 ; °se mainie ’sa famille’ ib., v. 2381 ; 1248 °Lambers se frères, °sor se honeur W. 73 et 74. Selon Marchot, Traits n° 20, la réduction de ma, ta, sa à me, te, se en wallon n’aurait pas eu lieu avant 800.

26152. Fr. un, w. onk. — Dans la moitié orientale de la Belgique romane, comme d’ailleurs en France, en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges (ALF 1347 « un »), un employé comme pronom se termine par un k adventice : lg. onk. Or ce k apparaît dès la fin du 13e s. : 1291 °onche W. 91. Voy. aussi Bruneau, Étude 434-5.

26253. Formes wallonnes du mot soleil. — Parmi les dérivés qui, en Belgique romane, représentent le fr. soleil (*soliculu), deux surtout sont largement répandus : *sol-uculu (comme le propose Marchot, Formation des mots n° 13, au lieu de *so1-iculu), w. solo, qui occupe le domaine liégeois et luxembourgeois ; *s o 1-ellu, qui, sous les formes jumelles solê et solia, occupe une zone ardennaise (Awenne...) et la région namu-roise (EH, carte établie par J. Haust ; pour la France, voy. notamment Bruneau, Étude 228). Ces deux types sont attestés depuis le moyen âge : début 13e s. °soloilh, °soloz Dial. Grég., W. 191 et Wiese 25 ; 1293 °solial levant Cartul. Namur 1, 41, d’après Niederländer n° 31a ; voy. aussi Haust, Médic. 31. Cet exemple particulier, relatif au vocabulaire et à la suffixation, montre que la segmentation a touché de bonne heure toutes les parties de la langue. [Pour le picard solo, voy. p. 206.]

263N. B. — Cette liste aurait pu s’allonger encore des quelques traits que voici :

  1. passage de a initial à è : fin 13e s. °eneas ’anneau’ Médic, ligne 354... ;

  2. traitement wallon de la finale -ica dans les proparoxytons : 1248 °diemeigne ’dimanche’ W. 73 et 75, w. dîmègne ;

  3. amuïssement de r final : vers 1200 °amei, °avoi, °jous Poème moral, éd. Bayot, p. xcix ;

  4. simplification des groupes consonantiques en fin de mot : 1248 °sanct Geore W. 109, w. sint Djôr ’saint Georges’ ;

  5. assourdissement des consonnes sonores finales : fin 13e s. °chaut oille Médic. 45, w. tchôde Ole [čó:t ó:l] ’huile chaude’ ;

  6. maintien du pronom personnel mi ’moi’ jusqu’à l’époque actuelle ; à ce sujet, voy. M. Delbouille, éd. du Tournoi de Chauvency, Liège, 1932, p. xlv ;

  7. persistance de l’ancien datif du pronom personnel les ’leur’ jusqu’à l’époque moderne ; voy. Pope 493, n° xv.

264On observera, d’autre part, que j’ai négligé quatre des dix-huit caractères considérés par Maréchal : numéros 2, 6, 10 et 16, p. 31 ci-dessus.

265La plupart de ces phénomènes n’ont créé que des différenciations floues, secondaires ou tardives.

CONCLUSIONS

  • 7 A titre documentaire, voici le nombre des traits considérés par mes devanciers : A. Maréchal en ret (...)

266Voici rassemblé, en cinquante-trois paragraphes, le fruit le plus consistant de mes observations7. Sans nul doute, le tableau contient des incertitudes, même des erreurs. On évitera d’exagérer l’importance de ces faiblesses si l’on songe que j’aurais pu ajouter des traits incontestables. J’aurais pu alléguer les particularités lexicologiques ; j’aurais pu augmenter encore le nombre des remarques phonétiques. J’ai préféré m’en tenir aux cadres de la langue et aux faits les plus généraux et les plus sûrs.

267Telle quelle, la démonstration est-elle concluante ?

268Rappelons-nous la question posée. Nous voulions d’abord dater les phases de la segmentation dialectale en Belgique romane. Mais l’état de la documentation nous a forcés à modifier un peu l’énoncé du problème : il s’agit, en définitive, de savoir si, à telle ou telle époque, la segmentation avait atteint un stade important (voy. p. 26). A cette question précise, qu’allons-nous répondre ?

269Si nous retournons aux faits allégués par Maréchal, nous constaterons que nous avons découvert une date pour le plus grand nombre et les plus importants d’entre eux. Rappelons-nous ensuite que Maréchal fondait sa délimitation sur dix-huit différences, alors que notre étude comporte cinquante-trois paragraphes. Et voici qu’apparaît une première indication. On devine que la segmentation dialectale de la Belgique romane existait déjà dans ses grandes lignes avant la fin de la période à laquelle se rapporte notre documentation, c’est-à-dire avant 1400. Mais nous ne pouvons nous contenter de cette déduction vague...

270Reprenons donc nos cinquante-trois phénomènes, classons-les d’après l’époque à laquelle ils ont dû apparaître ou d’après leur première attestation, et nous obtiendrons plusieurs catégories qui marqueront autant de stades de la segmentation dialectale.

271N. B. — Parmi les phénomènes retenus, il en est quelques-uns qui caractérisent toute la Wallonie ou un domaine contenant toute la Wallonie ; ils concourent donc à la segmentation dialectale du nord de la Gaule, non pas à celle de la Belgique romane elle-même. Ces phénomènes, nous les marquerons d’un astérisque.

272Dans les listes ci-dessous, les différenciations sont rappelées d’une façon très sommaire et très approximative ; pour savoir de quoi il s’agit exactement, il convient de se reporter aux paragraphes de l’exposé précédent.

273A. Avant 800. — Dans une première catégorie, qui rassemble les faits les plus anciens, ceux qui remontent au latin et à l’époque romane primitive, on peut compter dix traits différenciateurs :

2746 — la persistance de a dans la finale -ala, dans clâ ’clou’, etc., en wallon, et aussi en vosgien, etc. ;

27530 — le passage de ke, l à en picard ;

27631 — le passage de k, ga à tš, dž dans le nord de la Gaule, sauf en picard et en normand ;

27732 — le passage de k à dans la finale -ccu en wallon et en lorrain ;

278*35 — la persistance du w germanique dans le nord, le nord-est et l’est ;

279*38 — la non-consonification du yod après labiale, approximativement dans la même zone ;

280*40-41 — l’altération du b dans a b’l et i b’l, dans le nord-est ;

281*42 — la non-intercalation d’un 6 ou d’un d dans m’l, n’r..., en picard, en wallon et à l’est ;

28246 — l’évolution de -abam en -ère, conservée aujourd’hui en wallon, mais autrefois commune à une aire beaucoup plus vaste ;

28348 — l’évolution de -u i en -ve après consonne dans vôve, etc., en liégeois (et jadis aussi en namurois).

284Quoique plusieurs d’entre eux soient communs à toute la Belgique romane, les phénomènes de cette première liste méritent une grande considération. Vénérables par leur ancienneté, ils sont aussi très importants par eux-mêmes. Ce sont en général des divergences très accusées dans l’évolution des consonnes, et ces divergences sont parmi celles qui concourent le plus et depuis le plus longtemps à la segmentation dialectale. On observera en outre que la limite de certains traits fort marquants (30, 31, 32), séparant le picard du wallon, devait traverser la Wallonie du nord au sud. Mais il n’apparaît encore aucune particularité qui distingue le liégeois des autres variétés wallonnes.

285B. Avant l’an mille. — Deux siècles après 800, on constate seulement l’apparition certaine de deux nouveaux traits :

28613 — l’aboutissement de ě + yod à i en francien et en picard ;

28724-26 — le passage de ū à ü dans les dialectes centraux, mais non en liégeois (ni peut-être en namurois).

288Le second de ces traits surtout est important. La conservation de l’u vélaire paraît être le plus ancien des caractères différen-ciateurs qui opposent le liégeois aux autres variétés wallonnes.

289C. Avant 1200. — Dans la documentation, 1200 marque une date capitale : c’est vers 1200 ou au début du 13e s. qu’on situe le Poème moral, et cette œuvre fournit de nombreux témoignages. A cette époque, on peut considérer que la segmentation du nord et du nord-est de la Gaule romane, assez clairement dessinée déjà par les traits des deux premières catégories, s’est renforcée de 21 phénomènes différenciateurs :

2902 — l’absence de l’i prosthétique en wallon ;

2919 — la réduction de a + yod à è en francien ;

29210 — la monophtongaison de ie en i en wallon, en lorrain... ;

293*11 — la diphtongaison de è en en wallon, en gaumais et en rouchi ;

29415 — le passage de ē tonique entravé à a en lorrain ;

29516 — l’aboutissement de ë tonique libre + nasale à oin en liégeois, en ardennais, en lorrain... ;

29617 — la réduction de i n- à è- en wallon ;

29718 — la confusion de an et de en dans les dialectes d’oïl, sauf en wallon et en picard ;

29819 — la réduction de ien à in en wallon... ;

29921 — l’évolution de ǒ accentué libre en [u] en wallon ;

30026 — le passage de unà on en wallon ;

30128 — la réduction de en intérieur à è en wallon ;

30233 — la formation d’un h secondaire en liégeois ;

30334 — la conservation du w dans les groupes kw, gw... ;

30437 — la chute de l’s d’appui dans tout le domaine d’oïl, sauf en wallon ;

30540 — le passage de a b’l à âv en liégeois... (fr. abl) ;

30641 — le passage de i b’l à îl en wallon (namurois) (fr. ibl) ;

30742 — l’aboutissement de e m’l à -anle en picard, à -onle en wallon ;

30846 — la formation de la flexion -iemes à la l plur. de l’indicatif imparfait en picard ;

30947 — la présence d’une flexion -ont à la 3 plur. du passé défini en wallon et en lorrain ;

31051 — la réduction de l’article et du possessif à le, me... en wallon et en picard.

311Il faut noter que cette liste de 21 faits nouveaux comprend les principales diphtongaisons et monophtongaisons qui caractérisent tantôt le wallon seul, tantôt le wallon et le picard à la fois ; elle contient aussi l’innovation liégeoise si remarquable de l’s secondaire et le traitement wallon de l’a d’appui. Et l’on pourrait y ajouter encore ce vingt-deuxième fait : le changement d’accent de la diphtongue ui, survenu en français peu après 1100 (27).

312D. Avant 1250. — C’est au début du 13e s. — soit avant 1225 ? — qu’on situe les Dialogues du pape Grégoire, et c’est avant 1250 qu’apparaissent les premières chartes en langue romane : celles-ci comme ceux-là sont pour nous des sources précieuses.

313Vers 1250, on constate que sept traits nouveaux, phonétiques ou morphologiques, ont encore affleuré :

3141 — la formation de la voyelle caduque ü en wallon ;

3158 — la non-altération de a par l vocalisé en wallon, en lorrain... ;

31612 — le passage de ě + l + consonne à é en liégeois, à ya en namurois ;

31720 — l’ouverture de -ie en -èye en liégeois ;

31827 — la monophtongaison de ui en ü en wallon, en lorrain... ;

31944 — la formation de la désinence -nu à la 3 plur. de l’indic. présent en namurois ;

32050 — la formation des variantes belgo-romanes de deillo, inillo : lg. dè, nam. do, g. on.

321E. Avant 1300. — Aux environs de 1300, une douzaine d’autres phénomènes différenciateurs se sont encore ajoutés au tableau :

3223 — la présence d’un a dans la syllabe initiale en wallon ;

3237 — l’évolution de -aticu en -èdje dans certaines parties du domaine d’oïl (peut-être en liégeois) ;

32414 — le passage de ë libre accentué à en liégeois et en ardennais ;

32521 — le maintien de ǒ tonique libre à l’ouest du Hainaut ;

32622 — la diphtongaison de ǒ tonique entravé en wè, wa en wallon ;

32723 — le passage de ô + l + consonne à ǒ en wallon, en picard... ;

32839 — la réduction de l + yod à l simple en picard ;

32941 — le passage de i b’l à ûl en liégeois ;

33043 — la présence d’une flexion -ans à la l plur. de l’indic. présent en wallon et en lorrain ;

33146 — la fusion des flexions à la l plur. de l’indic. imparfait et du passé défini ;

33249 — l’uniformisation en -rè du singulier du futur en wallon ;

33352 — l’adjonction d’un k dans onk en wallon ;

33453 — la formation de solo et de solia, variantes liégeoise et namuroise de « soleil ».

335F Après 1300. — Au cours du 14e s. et des siècles suivants, la différenciation géographique du domaine d’oïl et spécialement de la Belgique romane s’est naturellement accentuée encore. Dans quelle mesure ? Je ne saurais le dire : je n’ai pas consulté assez de documents de cette époque. En tout cas, sur les cinquante-trois paragraphes que j’ai établis, on compte sept phénomènes qui apparaissent ou qui s’achèvent après 1300 :

3362 — l’introduction d’une voyelle épenthétique en wallon ;

3374 – la divergence entre le francien et le liégeois dans le traitement de a tonique libre ;

3385 — l’évolution de a tonique en hiatus donnant -êye en liégeois ;

33925 — l’évolution de u tonique en hiatus donnant -owe en liégeois ;

34029 — la non-nasalisation à la finale des toponymes du type fa en wallon ;

34134 — le passage de rs à š en gaumais ;

34246 — la généralisation de -ions à la l plur. de l’indic. imparfait dans tous les dialectes, sauf en wallon, en picard...

  • 8 Je crois utile d’insister encore sur la manière dont le tableau est conçu. Les faits rassemblés sou (...)

343Tel est le tableau qu’on obtient en classant les phénomènes d’après la date de leur première attestation ou, pour quelques-uns, les plus anciens, d’après l’époque présumée de leur formation8. Il est incomplet et provisoire, répétons-le : les recherches ultérieures l’enrichiront de phénomènes que j’ai oubliés ou négligés ; elles en écarteront d’autres que j’ai retenus indûment ; pour plusieurs, j’en suis convaincu, elles découvriront des attestations plus anciennes. Mais tel qu’il est, avec ses cinquante-trois paragraphes, notre tableau permet déjà de conclure.

344Entendons-nous bien. Meyer-Lubke, Gramm. des langues rom. 1, 8, n’hésite pas à dire qu’on pourrait considérer le wallon comme une langue romane particulière, au même titre que le franco-provençal par exemple. Y a-t-il donc, entre le wallon et le français, une différence essentielle ?. Non. Le français et le wallon diffèrent comme deux dialectes du même domaine linguistique ou de la même famille. Pour la plupart des faits, les deux idiomes ont suivi longtemps ou suivent encore le même chemin ; ils ont pris rarement des routes opposées. Mais il n’empêche que notre dialecte possède une forte personnalité.

345Depuis quand cette personnalité se marque-t-elle ? — En 800 déjà, nous l’avons vu, une dizaine de divergences traçaient dans le nord de la Gaule les grandes lignes d’une segmentation dialectale. Les dialectes qui devaient dans la suite se partager la Belgique romane, et spécialement le wallon, avaient-ils acquis dès lors leur physionomie propre ? Il serait bien difficile de le dire. Mais sans remonter aussi haut, on constate un fait important et indubitable, qu’il convient d’affirmer haut et clair : à l’égard du français central, du picard (rouchi) et du lorrain (gaumais), le dialecte wallon était nettement et définitivement individualisé dès 1200 ou dès le début du 13e s. ; il l’était naturellement plus encore en 1250 et en 1300. Et je rappelle, pour dissiper toute équivoque, que je parle ici, non pas de la scripta de Wallonie, mais du dialecte oral, descendant direct du latin et ascendant direct de nos patois actuels.

346Cette première conclusion concerne le dialecte dans son ensemble. Allons plus loin. Considérons maintenant les sous-dialectes wallons. Aux dates choisies, en 1200, en 1250, etc., les variétés wallonnes — liégeoise, namuroise, ardennaise — étaient-elles déjà individualisées ? La question est beaucoup plus délicate. Pour y répondre, il nous suffira de reprendre, en les classant encore d’après leur âge, les traits qui opposent le liégeois au namurois.

347A. En 1200, le liégeois et le namurois se distinguaient déjà par plusieurs traits importants :

34824-26 — la conservation de ū vélaire en liégeois ;

34933 — la formation d’un h secondaire en liégeois ;

35041 — le traitement i b’l → îl en namurois.

351B. Vers 1250, on constate l’apparition de plusieurs autres traits difïérenciateurs :

35212 — le passage de ě + l + consonne à é en liégeois, à ya en namurois ;

35314 — le passage de ē libre accentué à eu, en liégeois ;

35420 — l’ouverture de -ie en -eye en liégeois ;

35544 — la désinence -nu à la 3 plur. de l’indic. présent en namurois ;

35653 — la variante solo ’soleil’ en liégeois.

357C. Vers 1300, on relève encore les différences suivantes :

35822 — la diphtongaison de õ entravé donnant en liégeois, wa en namurois ( ?) ;

35953 — la variante solia ’soleil’ en namurois.

360D. Après 1300, enfin, se décèlent encore ces deux traits :

3615 — le passage de a tonique en hiatus à -êye en liégeois ;

36225 — le passage de ū tonique en hiatus à -owe en liégeois.

363En somme, au début du 13e s., le liégeois possédait déjà les deux principaux traits phonétiques à l’aide desquels J. Haust le caractérise encore au début dû DL, p. xv : se donnant h et -utu donnant -ou. Dès 1200, et en 1250 plus encore, les sous-variétés wallonnes étaient, semble-t-il, nettement individualisées.

  • 9 G. Doutrepont, Étude ling. sur J. de Heniricourt..., 1891, p. 83, formule des considérations analog (...)

364Ira-t-on s’étonner de cette conclusion, et surtout de la première, qui concernait le bloc wallon tout entier ? — Qu’on y réfléchisse une minute. Du 17e au 20e s., c’est-à-dire en trois siècles et demi, nos patois n’ont guère changé. Or, de 1200 à 1600, il y a quatre siècles. N’est-il pas assez normal que les dialectes de 1200 nous semblent aussi proches de ceux de 1600 que ceux-ci le sont des patois modernes ? D’autre part, avant 1200, à partir de 500, il s’était écoulé sept bons siècles, qui nous apparaissent au surplus comme une longue époque d’instabilité, comme une véritable période de formation : il a pu et dû se passer bien des choses en sept cents ans9

  • 10 En ce qui concerne les limites dialectales, il est intéressant de noter ici que, selon Gossen 2, le (...)

365A mon avis, la première conclusion du moins, la seule du reste qui compte réellement, ne heurte pas la vraisemblance : elle énonce un fait naturel10. Elle contredit pourtant, et l’on devait s’y attendre, les déclarations de certains auteurs. Elle infirme notamment, si elle ne l’annule pas, une phrase comme celle qui termine l’article publié par A. Henry dans les Mélanges Haust, p. 224 : « les années 1350-1450, disait l’auteur, ont été particulièrement décisives pour la constitution définitive du dialecte moderne » ; or, l’étude qui aboutissait à cette affirmation ne concernait que certains points de la phonétique de l’ancien wallon, l’évolution de a latin et la réduction de ie à i. Que le lecteur veuille bien se le rappeler : c’est après avoir reconnu l’existence d’une trentaine de phénomènes différentiateurs au début du 13e s., que j’ai cru pouvoir conclure que, dès cette époque, le wallon était nettement individualisé. On admettra sans peine, je l’espère, qu’un ensemble de trente faits donne au jugement une base consistante ; on le croira plus vite encore si l’on songe que les savants qui voudraient faire du wallon une langue romane à part ne retiennent guère trente faits, ni même la moitié de ce nombre, ni peut-être le quart...

366Je l’avoue cependant bien volontiers : je n’ai pas regardé d’assez près l’évolution du dialecte au 14e et au 15e siècle. Mais cette négligence n’est peut-être pas si grave qu’on le croirait de prime abord. Au terme de mes recherches, j’ai compté qu’aux alentours de 1300, quarante-cinq ou cinquante phénomènes, d’ordre phonétique et morphologique, opposaient déjà le wallon à ses voisins. N’est-ce pas là un total énorme, une espèce de maximum ? Qui croira que les périodes suivantes pouvaient enrichir beaucoup ce faisceau différenciateur déjà si compact ? Au 14e s., j’ai relevé une demi-douzaine de faits supplémentaires, généralement moins importants ; aux 15e et 16e s., l’étude attentive du Paweilhar Giffou n’en découvre que quatre ou cinq autres (voy. A. Baguette, p. liv-lix). En vérité, cette carence des siècles postérieurs à 1300 n’a rien d’étrange. Et, pour ma part, je la constate avec d’autant plus de plaisir qu’elle confirme, indirectement, mais incontestablement, ma conclusion principale.

Notes

1 Notez que le gaumais connaît souvent aussi cette diphtongaison ; voy. p. 49, n° 11.

2 Parmi ces documents, j’ai consulté les cartes que J. Haust avait déjà établies lui-même et les fiches sur lesquelles il avait recopié les réponses de la plupart des questionnaires (sauf ceux de la région de Tournai). On voudra bien noter, cependant, que je donne seulement la localisation des faits dans ses grandes lignes. D’autre part, pour un cas donné, je me contente généralement de situer les formes d’un ou deux exemples, alors que les variantes des autres mots de la série couvrent peut-être des aires légèrement différentes.

3 Malgré son abondance et sa précision, la documentation que j’utilise n’est ni complète ni parfaite. Elle résulte, pour une bonne part, de recherches occasionnelles. En outre, je l’ai souvent recueillie de seconde main : j’ai pris beaucoup de faits dans des études relatives à des textes sans retourner toujours aux textes mêmes ; j’ai dépouillé les documents édités sans jamais revoir les manuscrits. Mais la vérification eût exigé trop de temps ; et dans beaucoup de cas, d’ailleurs, elle était impossible.

4 Sans doute le lecteur observera-t-il que le wallon et surtout le liégeois obtiennent ici un traitement de faveur et que la documentation marque par là un certain déséquilibre. Ce défaut s’explique par le fait qu’étant originaire de la Wallonie liégeoise, j’ai surtout été attiré par le dialecte de cette région, qui est d’ailleurs particulièrement intéressant.

5 Pour l’i caduc liégeois, le témoignage de 1230 n’est pas aussi probant qu’on le souhaiterait. Djimèpe a aujourd’hui un i caduc ; mais, comme il s’agit d’un toponyme dont l’origine demeurera toujours un peu incertaine, on ne sera jamais sûr que l’i de 1230 n’était pas un i étymologique ordinaire... Sur la voyelle atone ou caduque, voy. encore ci-dessous p. 122.

6 Voyez pourtant quelques remarques brèves ci-dessous p. 127-8.

7 A titre documentaire, voici le nombre des traits considérés par mes devanciers : A. Maréchal en retenait 18 ; M. K. Pope, 31 pour le nord, 18 pour le nord-est, 31 pour l’est ; M. Wilmotte, 54 ; M. Valkhoff, Vade-mecum, plus de 100...

8 Je crois utile d’insister encore sur la manière dont le tableau est conçu. Les faits rassemblés sous la rubrique « avant 1300 » par ex. sont ceux qui sont attestés entre 1250 et 1300 ; mais il se peut très bien qu’ils se soient produits plus tôt.
Deux autres remarques me semblent encore indispensables : 1° plu sieurs phénomènes classés sous des rubriques différentes appartiennent parfois au même procès d’évolution ; ainsi A 40-41, C 40 et 41, E 41 = évolution de a b’l, i b’l ; — 2° les localisations « en wallon, en picard... » indiquent généralement une aire actuelle ; le phénomène considéré peut très bien n’être attesté à l’époque donnée que dans un des dialectes indiqués.

9 G. Doutrepont, Étude ling. sur J. de Heniricourt..., 1891, p. 83, formule des considérations analogues : « ... les différences que présentent les textes du 17e s. avec notre langue moderne sont si minimes, qu’à voir tous les phénomènes phonétiques restés stationnaires pendant deux cents ans, on les reculerait aisément, sans crainte d’erreur, du même espace de temps dans le passé. »

10 En ce qui concerne les limites dialectales, il est intéressant de noter ici que, selon Gossen 2, les limites entre le picard et le normand d’une part, et entre le picard et le wallon d’autre part, seraient demeurées « relativement constantes » depuis le moyen âge.

Table des illustrations

Légende Carte établie par le Musée de la Vie Wallonne et accompagnant l’article d’A. MARÉCHAL, EM 1, p. 274 . Modifications : on a supprimé le nom de quelques localités secondaires ; on a ajouté, en pointillé plus espacé, la limite des arrondissements et l’on a souligné le nom de leur chef-lieu ; en outre, on a placé un chiffre au centre de chaque province : 1 Hainaut, 2 Brabant, 3 Namur, 4 Liège, 5 Luxembourg.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search