Version classiqueVersion mobile

Le Problème de l’ancien wallon

 | 
Louis Remacle

Avant-propos

Texte intégral

... un expérimentateur qui voit son
idée confirmée par une expérience, doit
douter encore...
Claude Bernard,
Introduction à l’étude de la médecine
expérimentale, 1re partie, chap. ii.

1Les premières œuvres littéraires écrites dans le patois de la région de Liège remontent aux environs de 1600. Elles attestent, sans nul doute possible, qu’au début du 17e siècle, ce patois possédait déjà les principaux traits phonétiques et morphologiques de sa physionomie actuelle. Dès 1600, le liégeois opposait au français sa forte et nette individualité, et les trois cent cinquante années qui ont coulé depuis n’ont guère accentué le caractère original de notre dialecte. Mais avant 1600, quelle était la situation exacte du wallon par rapport aux dialectes voisins ou congénères, et notamment par rapport au français ?

2Entre l’époque des origines et 1600, dix siècles de romanisation, et même davantage, ont passé sur la Gaule, sur le domaine d’oïl, sur le sud de la Belgique. Mais de cette longue période mal éclairée, nous savons assez peu de chose. Ce sont pour nous cinq siècles de ténèbres denses, puis cinq autres siècles d’une ombre encore épaisse.

3Le paysage linguistique de la Gaule en 1600, nous le connaissons : une différenciation marquée entre les dialectes, et même, selon toute vraisemblance, une variété de parlers locaux bigarrant tout le territoire. Le tableau primitif, celui que le pays offrait mille ans plus tôt, nous le connaissons aussi, du moins par une vue hypothétique, forcément un peu simpliste : une romanisation quasi uniforme de toute la Gaule, un latin vulgaire presque identique dans toutes les régions.

4On perçoit assez bien le début et le terme de l’évolution. Ce qui échappe, ce sont les stades intermédiaires. De l’uniformité générale à l’extrême variété, il s’est produit une différenciation progressive, de plus en plus forte, qui a fini par strier le pays d’innombrables limites et par le colorer d’innombrables nuances.

5Retracer cette longue histoire, suivre à travers les siècles le mouvement particulariste de notre dialecte, tel est le problème de l’ancien wallon.

6C’est autour de ce problème que tournent les deux études réunies dans le présent volume. La première d’entre elles concerne la segmentation dialectale de la Belgique romane au moyen âge ; la seconde a pour objet l’analyse Linguistique d’une charte liégeoise de 1236. Comme elles se rattachent aussi toutes deux à la controverse suscitée naguère à propos de l’ancienne langue écrite de Wallonie, je crois utile d’expliquer brièvement leur genèse et leur portée.

***

7Pressés par le temps, qui mine et ruine les patois, les dialectologues wallons s’inquiètent plutôt de recueillir les faits actuels que de reconstruire des évolutions passées. Du moins en est-il ainsi dans le domaine de la grammaire. Un jour, cependant, il faudra bien qu’on établisse la grammaire historique des parlers wallons. Et à ce moment-là, il conviendra tout d’abord de se demander : où irons-nous puiser les matériaux nécessaires ?

8L’enquête orale ne saurait guère renseigner sur plus de trois générations. Pour remonter au delà, il est indispensable de recourir aux documents écrits. Or, on s’en souvient, c’est au début du 17e siècle seulement qu’apparaissent à Liège, à côté des œuvres en français, les premières œuvres en patois authentique. Échelonnée au long des trois cent cinquante dernières années, la littérature proprement dialectale ou patoisante éclaire avec précision les transformations les plus récentes de la phonétique, de la morphologie, de la syntaxe wallonnes. Cette littérature constitue une source d’information irremplaçable. Hélas ! depuis 1600, le wallon paraît n’avoir guère évolué. On le constate en lisant les plus anciens textes, et l’on s’aperçoit du même coup que c’est la période la moins intéressante qui est la mieux connue !

9Sur les nombreux siècles antérieurs à 1600, comment, en effet, se renseigner ? Pour cette longue période, si importante, l’information est rare, incertaine et incomplète. Les textes latins fournissent à peine de-ci de-là un terme roman qui atteste un changement phonétique. Mais il existe, à côté d’eux, d’innombrables documents en « langue vulgaire », où l’on a beaucoup plus de chances de découvrir des indications utiles. Seulement, il se pose, à leur sujet, une question préjudicielle dont l’importance ne saurait échapper à personne :

10Étant donné qu’on rencontre au moyen âge, en Wallonie, à Liège, à Huy, à Namur, à Saint-Hubert, un peu partout, à côté des textes en latin, des documents en « langue vulgaire », quelle est la véritable nature de cette langue dite « vulgaire » ? Est-ce du wallon authentique, du patois ? Est-ce du francien, du picard, ou un mélange de dialecte central et de parler local ?

11Malgré son importance, ce problème n’a été abordé de face qu’assez tard. Sans doute, depuis un demi-siècle et davantage, on analyse, on dissèque la langue des anciens textes de Wallonie. Mais, comme le dit M. Wilmotte à la première page du premier de ses célèbres Essais de dialectologie wallonne (Romania, 1888), le but de ces recherches « est moins d’exposer simplement les formes d’un parler ancien [...] que d’aider à la localisation de textes qui intéressent à la fois l’historien et le critique littéraire » (W. 41). En somme, il s’agit bien plus d’histoire ou de critique littéraire que de dialectologie.

12C’est au dialectologue wallon Jules Feller que revient l’honneur d’avoir émis le premier des idées nettes sur la nature de notre ancienne langue écrite. Dès 1901, Feller écrivait : « A peu près tout ce qu’on donne comme wallon des chroniques, des histoires et des myroirs composés en Wallonie a voulu être écrit en français et n’est wallon que dans certaines expressions et par intermittence » (BSW 41, 6). Mais c’est seulement en 1931 qu’il a développé sa théorie, dans son grand article Français et dialectes chez les auteurs belges du moyen âge (BT 5, 33-92).

  • 1 Voy. Mélanges Haust, p. 311.

13Je ne résumerai pas ici ce copieux travail, mais voici les idées qui en forment le centre : les auteurs belges du moyen âge ont voulu écrire en français ; toutefois, le wallon se mêle à leur langue accidentellement ; de plus, on rencontre chez eux « un très important contingent de formes fabriquées par analogie ». Ils écrivent donc une langue composite, un « français régional », où abondent les barbarismes d’origine wallonne et les formes artificielles issues d’analogies arbitraires1

  • 2 A ce débat, que je ne raconterai pas ici, ont pris part J. Feller, M. Valkhoff, M. Delbouille, R. (...)

14Les lecteurs de Feller ont-ils compris l’importance pratique de la théorie ? Beaucoup, je crois, ne l’ont pas aperçue. Mais certains spécialistes ont senti très vivement ce que la thèse avait de trop rigide, de trop catégorique. Et ainsi s’est élevé un grand débat, où se sont affrontés dialectologues et médiévistes2.

15Débat « surtout verbal », a-t-on dit. — Je n’en crois rien. Sans doute, on discute la façon de nommer certaines choses ; mais au fond, il s’agit bien plus d’identifier ces choses, afin de les considérer, de les étudier comme elles doivent l’être, et ainsi d’éviter un grand nombre d’erreurs. L’historien de la grammaire wallonne au moyen âge doit savoir, à tout prix, si les réalités que couvre l’étiquette « langue vulgaire » sont ou ne sont pas du wallon parlé et si elles peuvent prendre place dans l’évolution diachronique conduisant des formes latines aux formes wallonnes d’aujourd’hui. Est-ce là vain scrupule de dialectologue ? Non. Mais souci naturel et louable : celui d’asseoir un travail important sur des bases sûres.

16Question de mots ? — Réfléchissons une minute encore. On affirme que Jean d’Outremeuse écrit « un wallon savoureux », ou qu’il s’exprime « dans le dialecte roman que l’on parlait à Liège au 14e siècle ». On affirme qu’ « il y a généralement chez les scribes du 13e siècle un désir sincère de transcrire les formes dialectales en conservant leurs contours phonétiques ». On veut dire, je suppose, que ces gens du 13e ou du 14e siècle écrivaient le dialecte oral qui est devenu notre wallon, qu’ils écrivaient la forme médiévale de notre patois moderne. J’ai lu des textes anciens, je connais le wallon d’aujourd’hui et je me soucie de son histoire ; toutes ces affirmations me surprennent, et, comme dans un réflexe, je me demande : Est-il vrai, oui ou non, que Jean d’Outremeuse écrit en wallon ? Poser cette question, est-ce entamer une querelle de mots ? Non. C’est d’une chose qu’il s’agit, et d’une chose capitale pour la grammaire historique de notre dialecte.

***

17Alarmé par les confusions rencontrées dans des ouvrages philologiques estimables ou estimés, j’ai pris part dès 1939 à la discussion qui s’amorçait : c’est alors que j’ai publié, dans les Mélanges Haust, p. 311-328, mon étude relative à la langue écrite à Stavelot vers 1400.

18Si je suis intervenu, c’est que la dialectologie même l’exigeait. Il me paraissait urgent d’éclairer à nouveau des réalités ou des vérités obscurcies ; et à cette fin, il me semblait indispensable de conduire la recherche sur un terrain que Feller n’avait pas abordé assez franchement, celui des faits.

19Les textes sur lesquels portait mon travail de 1939 étaient malheureusement trop récents, et l’on a pu penser que cette circonstance rendait l’analyse peu probante. C’est pourquoi j’ai décidé de recommencer et d’approfondir l’expérience avec une charte liégeoise de 1236, la plus ancienne de celles qu’a jadis éditées M. Wilmotte. Ainsi s’explique la seconde des études rassemblées ici.

***

20Avec le scrupule du dialectologue qui n’oublie pas les intérêts de la grammaire historique du wallon, on voudrait déterminer quelle était la position exacte de la « langue écrite » du moyen âge à l’égard des parlers populaires de l’époque. Mais on se heurte toujours à la même difficulté : ces parlers, qu’étaient-ils alors ? où en étaient-ils dans leur évolution et dans leur différenciation ? D’où la nécessité d’étudier en premier lieu la segmentation dialectale de la Belgique romane au moyen âge.

21Cette question, qui est en elle-même, pour l’histoire de nos patois, d’une importance fondamentale, puisqu’elle concerne la partie la plus ancienne et la plus décisive de cette histoire, a d’ailleurs été touchée plus d’une fois dans la controverse.

22Dans son article fameux du Bulletin de toponymie, t. 5, p. 59, Jules Feller affirme : « La différenciation en dialectes remonte plus haut que le 12e s. ; au 13e, ils ont déjà la plupart des traits originaux qui constituent leur individualité. »

23Les contradicteurs de Feller soulignent un autre aspect des choses. Dans Philologie et littérature wallonnes, p. 24, Marius Valkhoff observe sagement : « Il ne faut pas oublier qu’au 13e s., la distance entre les différents parlers romans était bien moins grande que de nos jours. » Et ailleurs encore, dans son article des Mélanges Haust, Individualité et interdépendance des vieux dialectes français, Liège, 1939, p. 387, le même auteur écrit, avec toute la vraisemblance qui s’attache aux opinions rationnelles : « Plus on remonte l’histoire de l’évolution des langues et des dialectes romans, plus ceux-ci se rapprochent les uns des autres ; le fait que l’ancien wallon écrit ressemble au francien est donc un phénomène naturel... »

24Sans doute, c’est très bien raisonné. Mais les perspectives rationnelles prêtent, comme les autres, aux illusions d’optique. Nous abstenant d’affirmer sans preuve et de raisonner à vide, disons donc, avec la simplicité de ceux qui aiment le réel et le concret : « Si on allait y voir ? » Puisque l’expérience intéresse à la fois l’histoire des dialectes et la formation de la langue écrite, il faut prendre la peine, ici encore, de retourner aux faits, afin de rechercher comment et à quel point se ressemblaient ou se différenciaient, au 12e et au 13e siècle, le parler régional et la langue des textes. C’est pourquoi j’ai mis en chantier la première des études comprises dans ce volume.

***

25Quoique, par leur genèse et leur portée, ces études se rattachent l’une comme l’autre au débat suscité par l’article de Feller, j’ai cru devoir et pouvoir leur donner comme titre commun « le problème de l’ancien wallon ».

26Il m’a paru nécessaire, en effet, d’indiquer dès l’abord et avec netteté que l’objet principal de mes recherches et de mes soucis demeure l’ancien wallon, c’est-à-dire l’état ancien du dialecte oral d’aujourd’hui.

27Le tableau de la segmentation dialectale au moyen âge concerne bien cet objet. Quant à l’analyse de la charte de 1236, si elle s’y rapporte moins directement, elle établit tout de même la valeur de la langue écrite du moyen âge comme source de la connaissance du wallon parlé de la même époque.

28Aux yeux de beaucoup, d’ailleurs, la langue des chartes et des textes médiévaux, c’est aussi l’ancien wallon ; et l’on peut dire, dans un certain sens, que l’étude de cette langue est couverte par le titre de mon livre.

29A ce propos, les lecteurs observeront sans doute que la seconde partie de ce volume dissipe heureusement l’équivoque qui a toujours entouré l’expression « ancien wallon ». Ils remarqueront aussi, je l’espère, le soin que je mets à distinguer, à la fin de l’ouvrage, les deux traditions linguistiques qui existaient en Wallonie dès le moyen âge, et ils souhaiteront avec moi que, pour le bien de la science, on cesse définitivement de les confondre.

Notes

1 Voy. Mélanges Haust, p. 311.

2 A ce débat, que je ne raconterai pas ici, ont pris part J. Feller, M. Valkhoff, M. Delbouille, R. Lejeune-Debousse, J. Haust, A. Baguette, R. Massart et moi-même. Voir notamment BT 14, 1940, p. 331-3 ; 15, 1941, p. 234-244 ; 17, 1943, p. 137 sv. ; 18, 1944, p. 353 sv. Dans les « conclusions générales » du présent volume, j’aurai l’occasion de toucher quelques-uns des arguments allégués dans la discussion.

© Presses universitaires de Liège, 1948

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search