Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Conclusions générales

Texte intégral

1La révolution de 1830, en apportant à la Belgique, avec un régime politique nouveau, les libertés d’opinion, de presse et d’association, ouvre des champs d’expérimentation nouveaux pour le développement de la vie politique.

2Les grandes lignes de force, les caractéristiques essentielles qui marquent, au cours de la période de 1830 à 1848, l’évolution des associations politiques d’une part et de la presse d’autre part, sont des éléments essentiels qui permettent de comprendre comment évoluèrent, face à ce champ d’expérience, les mentalités.

3Presse et organisations politiques n’ont pas seulement une évolution parallèle, elles ont un rôle complémentaire et leurs actions sont intimement liées tout au long de la période.

4Elles s’adressent l’une et l’autre sensiblement à la même catégorie de personnes. L’essentiel des préoccupations des associations politiques est tourné vers les élections, réservées à une minorité de censitaires. Leurs activités sont saisonnières, limitées dans le temps. D’autre part, le prix élevé des journaux, grevés jusqu’en 1848 d’un lourd droit de timbre, en fait le privilège d’un groupe de personnes à peine plus nombreux, économiquement aussi favorisé. Les listes d’abonnés conservées sont trop rares pour corroborer avec précision l’identité des lecteurs et des électeurs, mais les réactions des éditeurs de journaux indiquent à suffisance, si l’on pouvait en douter, la réalité de cette coïncidence. La presse joue un rôle permanent de formation politique, qui précède, amplifie, corrige parfois et prolonge l’action des associations politiques.

5La manière la plus efficace d’utiliser, dans le domaine politique, les libertés de presse et d’association ne se révélera aux yeux des dirigeants qu’au terme d’une série de tentatives plus ou moins fructueuses, d’expériences plus ou moins réussies, que le cadre liégeois, choisi pour cette étude, a permis de mettre en évidence.

***

6Au terme de cette étude, une constatation fondamentale s’impose : l’utilisation des libertés de presse et d’association en matière politique n’a pas revêtu la même importance pour les catholiques que pour les libéraux. Ces divergences d’attitude sont dues aux caractères internes différents qui marquent ces deux tendances politiques.

  • 1 C’est le comte Félix de Mérode qui parle à l’évêque de Liège de « la connexion et la solidarité po (...)

7Les catholiques ont une pensée façonnée par des références à des principes religieux stricts. Dans l’esprit de leurs dirigeants, il y a une connexion, une « solidarité politico-religieuse intime entre les affaires de l’Etat et les affaires de l’Eglise belge1. Dans ce domaine, les catholiques politiques sont dès lors soumis, et au besoin rappelés à l’ordre, par toute une hiérarchie cléricale qui les encadrent, les autorités ecclésiastiques, le pape comme autorité suprême (Mirari Vos), leur évêques (mandements) et leurs curés (prêches).

8Au contraire, les libéraux n’ont, à l’origine, aucun programme bien défini, à l’exception de références très générales aux principes de liberté dont l’acceptation diffère d’une nuance à l’autre ; ils n’ont pas, en 1830, de cadre politique, de dirigeants reconnus unanimement.

9Dès lors, la presse s’avère pour les libéraux un moyen important pour définir leurs principes et peu à peu façonner l’esprit politique des lecteurs. L’abonné qui reste fidèle à un journal libéral, alors même que celui-ci prend un caractère politique plus engagé, marque par ce fait, dans la majorité des cas, sa sympathie aux idées exprimées. Cet acte est déjà un engagement politique. Ces premiers regroupements opérés par la presse libérale n’ont pas une direction unique. Plusieurs quotidiens (trois en 1831, quatre en 1836) offrent le choix aux lecteurs entre différentes nuances d’opinion.

10Pour les catholiques, le rôle de la presse dans cette direction est moins important puisque leur pensée politique se calque en grande partie sur l’instruction religieuse qui leur est diffusée déjà par la voie du clergé. Le quotidien catholique répond surtout au besoin d’information qui se fait sentir dans le public. Sans doute répand-il aussi des mots d’ordre politiques, mais en ce sens, il apparaît aux catholiques comme le confident de l’évêché, son rôle est parallèle, subordonné, il procède de la même orientation générale. Le Courrier de la Meuse remplit ce rôle. Il est le seul quotidien de cette tendance dans l’arrondissement.

11Les possibilités offertes par les organisations politiques ne sont pas ressenties non plus de la même manière par les catholiques qui disposent déjà d’une organisation et d’une hiérarchie parallèles, alors que pour les libéraux, ces mêmes possibilités apparaîtront comme le moyen indispensable pour regrouper leurs forces, leur donner hiérarchie et discipline.

12Une organisation politique où des tendances divergentes seront regroupées, présuppose une alliance, un compromis sur un terrain d’entente. Or les catholiques sont intransigeants sur le plan dogmatique, et malgré leurs affirmations de tolérance sur le plan pratique, cette intransigeance, vu la connexion des matières politiques et religieuses, se répercute dans une large mesure sur leur attitude politique. Il en résulte une extrême difficulté pour les catholiques de constituer une organisation politique avec d’autres tendances que la leur. Ce fait prédispose les catholiques à se retrouver isolés lorsqu’une évolution vers les regroupements politiques se dessinera.

13Devant une opposition à l’origine très dispersée, l’homogénéité des catholiques est une force, mais elle s’avérera une faiblesse lorsque les libéraux auront trouvé les clefs d’entente pour la constitution d’une alliance, puis d’une organisation politique.

14Les libéraux, sans référence doctrinale très stricte, individualistes mais acceptant des opinions divergentes, se cotoyent plus facilement et trouveront aisément des bases d’accord. Dans cette direction, la loge de Liège où se retrouvent un certain nombre de dirigeants des différentes tendances, jouera le rôle d’amorce qu’elle conservera au cours de cette évolution.

***

15Cette évolution est perturbée par les circonstances particulières qui accompagnent la proclamation de l’Indépendance de la Belgique et qui font sentir leurs effets jusqu’en 1839. La menace qui continue à peser sur la Belgique jusqu’à la solution diplomatique de 1838-1839 fausse le jeu normal en maintenant unies jusqu’à cette date les forces politiques qui ont contribué à la formation du nouvel Etat constitutionnel.

16Les circonstances extérieures valent au pays de vivre l’expérience de l’« unionisme », regroupant des catholiques et des libéraux, sur le thème de la défense de l’Indépendance et de la Constitution.

17La menace extérieure se fait sentir à Liège même par l’existence d’un groupe d’opposition qui ne joue pas le jeu constitutionnel et qui tend, par des activités contre-révolutionnaires, à renverser le nouveau régime et à provoquer le retour de la Belgique dans les Pays-Bas. Inspirée essentiellement jusqu’en 1833-1834, par des motifs économiques, cette opposition orangiste est redoutable tant par les personnalités qui la composent, — dont les principaux industriels de la région, — que par les moyens dont elle dispose. Le quotidien et les brochures qui assurent la propagande du mouvement sont soutenus par l’appui financier du gouvernement hollandais. Cependant, un esprit individualiste très développé sera un frein à l’organisation efficace de ce mouvement. Les projets de conspiration ne sont pas exécutés. Lorsque la motivation économique s’estompe, dès 1834, les orangistes se rapprochent de ces libéraux qui, par anticléricalisme, n’ont pas voulu la collaboration avec les catholiques. Ils gênent de la sorte le développement d’une opposition gouvernementale qui pâtit d’une étiquette antinationale et leur présence dans l’opposition explique le succès des thèmes unionistes, développés par la coalition gouvernementale catholico-libérale et détermine, dans une large mesure, ses succès aux élections législatives jusqu’en 1839.

18L’expérience de l’« unionisme » marquera considérablement la vie politique du pays et se poursuivra, an niveau gouvernemental et sous l’influence directe du roi Léopold, bien au-delà de la solution diplomatique de 1838-1839.

19Les alliances électorales entre catholiques et libéraux ne seront cependant plus reconduites au niveau de l’arrondissement. Les expériences malheureuses que les libéraux ont rencontrées dans leurs relations avec les catholiques au cours de cette décennie, les déterminent à abandonner cette tentative d’union et à se tourner vers l’opposition anticléricale qui, pendant cette même période, avait cherché plusieurs moyens de regrouper ses forces et était sur le point de trouver la solution d’une organisation efficace.

***

20Pour faire obstacle à l’Union gouvernementale, la nécessité s’était fait sentir de coordonner l’action des différentes tendances qui se manifestaient dans l’opposition libérale.

21La presse s’était immédiatement révélée un moyen efficace d’y parvenir. Son action qui s’étendait chronologiquement au-delà des périodes électorales avait, en ces moments particuliers, une portée de loin supérieure à celle que pouvaient avoir les petites coteries de personnalités, pour diffuser les mérites des candidats et regrouper les électeurs autour d’une liste unique.

22Cette publicité contribue à révéler des personnalités capables de diriger les tendances libérales. L’ampleur des moyen d’action de la presse attire des groupes d’hommes politiques auprès des équipes de rédaction. La nécessité de donner plus d’unité encore au mouvement conduira la presse à mener une vaste campagne en faveur de la création d’un comité libéral au sein duquel de plus larges accords électoraux pourront être conclus. A ce titre, la présence des éditeurs du Journal de Liége, Desoer, et de L’Industrie, Renard, dans le comité créé en 1833 n’étonnera pas. Ces éditeurs cèdent bientôt leur place aux personnalités politiques qu ils avaient fait connaître et élire aux élections communales, puis aux élections provinciales, mais la coopération des milieux de presse et des milieux politiques n’en restera pas moins le ressort essentiel du mouvement.

23La tendance individualiste des libéraux se plie cependant mal à ce nouveau type de direction, à caractère oligarchique. Au comité soutenu par le Journal de Liège, L’Espoir, expression des aspirations d’un groupe progressiste, s’efforce d’opposer des assemblées préélectorales d’électeurs qui retrouveraient la faculté d’exprimer leur propre choix. Cette lutte sur le système d’organisation où la presse joue un grand rôle, déforce le mouvement en lui ôtant la relative unité d’action qu’il avait acquise.

24La condamnation de la franc-maçonnerie par l’épiscopat belge en 1838, contribue à ressouder les liens des libéraux. Comme ce sera le cas tout au long de la période de 1830 à 1848, la loge maçonnique de Liège où se cotoyent des dirigeants de toutes les tendances libérales, joue un rôle moteur. Directement concernés, les francs-maçons réagissent violemment et publient une série de brochures anticléricales très mordantes dont les thèses sont défendues par les trois quotidiens libéraux liégeois.

25Cette propagande qui se prolonge jusqu’en 1841, met l’évêque de Liège dans une situation difficile. Il prend conscience de l’influence de la presse sur l’opinion publique. Il importe d’éclairer les catholiques qui n’ont pas, pour les raisons expliquées plus haut, accordé une attention particulière à leur presse et qui sont sollicités par les brochures distribuées abondamment par les libéraux. Le Courrier de la Meuse, répond mal aux vues de l’évêque. Porté autant par son caractère que par la carence des écrivains politiques catholiques, Mgr Van Bommel entreprend de répondre personnellement aux attaques libérales. Il s’expose ainsi directement aux coups portés au clergé. Son autorité morale ne gagne rien dans cette lutte inégale et dès lors, c’est tout le catholicisme politique qui se trouve, dans sa personne, amoindri dans l’opinion de la bourgeoisie censitaire.

26Lorsque l’évêque décide, en avril 1840, de désavouer le Courrier de la Meuse et de créer, avec la Gazette de Liége, un organe de presse mieux en accord avec les buts qu’il poursuivait, moins polémique mais plus efficace dans la défense des intérêts catholiques, il est déjà trop tard. Les circonstances extérieures qui ont maintenu tant bien que mal un certain nombre de libéraux aux côtés des catholiques, n’existent plus et les libéraux anticléricaux ont poursuivi leur marche vers l’unité.

27Les nuances qui séparaient les tendances libérales se sont peu à peu estompées. Avec la solution diplomatique, le groupe orangiste perd toute raison d’être et l’Industrie disparaît. Devant la campagne anticléricale, justifiée dès lors que les catholiques, en 1840, attaquent le ministère libéral homogène Rogier-Lebeau, les anciens libéraux unionistes se rapprochent de l’opposition. Le Politique fusionne avec L’Espoir pour former La Tribune. Celle-ci se met dans le sillage du grand quotidien qui dispense désormais auprès des libéraux liégeois la plus large part de doctrine politique, le Journal de Liège. La théorie de l’homogénéité des tendances est adoptée, c’est à Liège la faillite de l’« unionisme ».

***

28En 1842, les libéraux, tirant profit de leurs expériences précédentes et de l’exemple donné par Bruxelles, où une organisation politique est née sous l’influence des francs-maçons, trouvent les bases d’un compromis original entre les positions oligarchiques et progressistes qui s’étaient opposées jusqu’alors. Une assemblée composée de personnes s’affirmant publiquement comme libérales, payant une cotisation et s’engageant à respecter les décisions de la majorité, élit chaque année un comité composé de personnalités qui donnent l’impulsion à l’Union libérale. De cette manière, une organisation encadre désormais les électeurs et tend à les fixer dans une même attitude politique. Un nombre important de libéraux se soumettent ainsi à une hiérarchie et à une discipline, dans un but électoral : enlever aux catholiques les sièges qu’ils détiennent. L’organisation ne discute pas et n’impose pas de programme politique.

29Le rôle de la presse, en relation étroite avec la majorité des membres du comité, reste important pour diffuser l’information politique. Si l’organisation regroupe quelques centaines d’électeurs essentiellement dans le cadre urbain, les journaux liégeois, qui ne sont plus que deux de 1842 à 1845, touchent près de deux mille personnes et ont l’avantage de faire connaître et apprécier l’organisation dans les campagnes également.

30Devant la montée des forces libérales, les catholiques se trouvent pratiquement isolés. Alors que le clergé, à la suite des effets néfastes de la campagne anticléricale de 1838-1840, semble décidé à adopter une attitude plus réservée, une association politique tente vainement de regrouper les électeurs catholiques laïcs. Aucune personnalité, celles-ci s’étant jusqu’alors toujours effacées devant la forte autorité de l’évêque, ne s’avère capable de reprendre une aussi lourde succession. Cette tentative qui reste fort discrète échoue et, devant leur mise en minorité sur le plan politique, les catholiques liégeois développent dès lors l’utilisation des libertés d’association et de presse dans des domaines très différents.

31Le quotidien catholique devient un instrument de la mission pastorale de l’évêque. Le journal catholique aide les fidèles en répondant à leur goût pour l’information, à respecter les interdictions religieuses qui leur sont faites de lire la presse libérale, la « mauvaise presse antireligieuse ».

32D’autre part, la liberté d’association aidera l’Eglise à developper le rôle social qu’elle entend remplir dans la société toute entière. Des associations de laïcs, d’hommes et de femmes, s’occupent de conseiller et d’encourager l’enseignement catholique de la jeunesse qui prospère sous la protection de la liberté d’enseignement. Des associations pieuses permettent aux classes bourgeoises de traduire leurs sentiments chrétiens en sollicitant leurs intérêts envers les classes déshéritées.

33Grâce à cette action et à la part d’influence importante que les gouvernements « unionistes » leur assurent en matière d’enseigne ment, les catholiques conservent des positions de repli très solides à Liège.

34Pour arriver au gouvernement et ainsi obtenir une influence prépondérante dans le pays, le libéralisme devait encore franchir une étape supplémentaire.

35En 1845, la majorité des membres du comité de l’Union libérale de Liège estimait que l’orgnaisation avait atteint son but en enlevant les positions électives aux catholiques dans l’arrondissement. Une minorité progressiste, parmi laquelle les principaux dignitaires de la loge, conteste ce point de vue et estime qu’il est temps que l’assemblée discute d’un large programme politique dont la portée dépasserait les visées purement électorales, en se tournant notamment vers les questions sociales.

36La crise est sévère, car en se développant, l’organisation a renforcé l’attitude oligarchique des dirigeants. La manœuvre de la minorité qui, en s’appuyant sur des dispositions règlementaires de l’organisation, s’empare de la direction de l’Union libérale provoque la réaction des dirigeants doctrinaires et donne lieu à une scission dans le mouvement libéral.

37Politiquement inorganisés, les catholiques sont incapables de profiter de la situation. Au contraire, loin d’affaiblir le libéralisme, la rivalité des deux associations en double les forces. Les polémiques qui s’engagent entre le Journal de Liège, organe de l’Association doctrinaire, et le Libéral liégeois, qui défend les positions de l’Union progressiste, renouvelle l’intérêt public et contribue à l’approfondissement des idées politiques.

38Provoqué par la presse progressiste, qui escomptait y trouver un moyen de briser l’« autocratisme » des leaders doctrinaires locaux, le Congrès libéral de 1846 apporte au libéralisme une unité nationale. Il donne au mouvement un programme sur le plan national et propose au pays l’exemple de ces associations qui, telles à Liège et à Bruxelles, s’étaient constituées dans plusieurs villes du royaume.

39A Liège, les tentatives du Libéral liégeois de radicaliser l’organisation progressiste échouent et les deux organisations reconstituent leur unité à la vieille des élections législatives de 1847, pour porter un dernier coup au « cléricalisme ».

40La victoire des libéraux les porte au pouvoir. Le ministère libéral homogène constitué en 1847 se trouve bientôt confronté aux problèmes suscités par la crise politique et économique de 1848. La majeure partie du programme libéral est mis en application. Le corps électoral est doublé. De son côté, l’Association de l’Union libérale de Liège résiste également avec succès aux épreuves de cette période troublée. Un nouveau manifeste qui définit les positions des libéraux liégeois est adopté.

41Déjà cependant, ce programme apparaît insuffisant aux yeux d’une minorité de démocrates. Ceux-ci veulent poser la question sociale à la bourgeoisie censitaire et cherchent à créer une prise de conscience politique de ces problèmes en dehors du corps électoral, chez les travailleurs. Leurs efforts de noyautage et de propagande se heurtent à la fois à une grande passivité dans le monde ouvrier et aux réactions très fermes des autorités. Les mouvements démocrates échoueront en 1848. Il faudra longtemps encore pour que les idées nouvelles rencontrent un meilleur accueil.

***

42L’expérience acquise par les Liégeois, aussi bien les catholiques que les libéraux, dans l’utilisation des libertés d’association et de presse, en matière politique — et sociale — au cours des dix-neuf premières années de l’Indépendance marquera profondément leurs habitudes politiques. Cette expérience ne s’est pas acquise en vase clos ; elle profite aussi des modèles qui leur sont donnés par ailleurs, par d’autres villes, et l’ensemble de ces acquis bénéficie en retour au pays tout entier. Les solutions adoptées, dont l’efficacité a été éprouvée, sont des précédents qui, ancrés dans les mœurs politiques, subsisteront dans une large mesure tout au long du régime censitaire, et parfois au-delà.

Notes

1 C’est le comte Félix de Mérode qui parle à l’évêque de Liège de « la connexion et la solidarité politico-religieuse des affaires de l’Etat et des affaires de l’Eglise belge ». En exprimant ses excuses d’adresser des recommandations à l’évêque en ces matières, il traduit bien le malaise qui existe même auprès des grandes personnalités laïques du pays. A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Bruxelles, 3 mai 1841.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search