Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre X. Bilan de vingt années de luttes politiques

Texte intégral

1La proclamation de la liberté de conscience, et surtout de la liberté d’association en 1830 ouvre la voie à une véritable vie politique en Belgique.

2Aux lendemains de 1830, une série d’associations naissent spontanément. La plupart, comme l’Association patriotique liégeoise, ont un caractère permanent, mais, inexpérimentées, sans règle bien définies, dominées rapidement par les éléments à tendance démocratique, elles échouent dans leur rôle.

3Il apparaît bientôt que seuls les résultats concrets peuvent donner quelque crédit à ce genre d’association. Le système d’élection adopté par le nouvel Etat, où un nombre plus élevé qu’auparavant d’électeurs procèdent, directement et à la majorité absolue, au choix de leurs mandataires politiques, se présente quasi de façon impérative comme le terrain privilégié de l’action des associations politiques. Pour regrouper le maximum de chances sur quelques candidats choisis, et éviter la dispersion des voix, il s’avère nécessaire de procéder à une sélection préalable.

4Le système type de ces organisations politiques, tournées essentiellement, à l’origine, vers les opérations pré-électorales mettra longtemps à s’établir.

5D’abord se forment des coteries de personnes jouissant par leur position sociale d’une certaine influence, qui s’unissent afin de faire triompher leurs candidats. Ces personnalités sont tout naturellement entraînées à rechercher un appui de plus en plus large dans le corps électoral et cette démarche conduit au rassemblement des électeurs en assemblées pré-électorales. C’est sur cette base que se construira peu à peu une organisation politique.

6L’obstacle essentiel rencontré dans cette évolution réside dans cette caractéristique essentielle du corps électoral : l’extrème individualisme de ses composants, aussi bien des électeurs que des personnes qui prétendent les diriger. Chez les électeurs, la résistance aux consignes, la difficulté de se plier à la discipline d’une organisation politique s’expliquent tant par la nouveauté d’une telle organisation que par le fait que ces personnes, en ce régime censitaire, ont acquis, en gérant leurs biens ou par leur profession une position sociale et une portion d’influence dont ils n’entendent pas abdiquer. De là résultent les attitudes « éclectiques » d’abord, « progressistes » ensuite face à l’« autocratisme » des dirigeants qui veulent imposer leurs vues, leurs candidats, leurs propres personnes souvent, aux électeurs, sans en accepter la sanction.

  • 1 Les partis politiques, Paris, 1954, pp. 161 et sv
  • 2 Traduit par S. JANKELEVITCH, Paris, 1914.

7Ces luttes internes caractérisent le développement des organisations politiques, non seulement dans leur origine, comme pour la période que nous avons étudiée, mais en tant que réelle constante. La difficulté de concilier la nécessaire discipline et la volonté des électeurs de conserver la liberté de leur choix se prolongera en effet au-delà du régime censitaire, se retrouvera dans d’autres pays. Maurice Duverger en présente plusieurs schémas caractéristiques1 mais une étude politique relativement ancienne, et encore trop peu connue, nous est apparue, pour d’autres temps et d’autres lieux, décrire parfaitement bien cette dualité inhérente à l’existence d’un parti : le livre de R. Michels, Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques de démocrates2. Sur base des recherches que nous venons de présenter, nous pouvons souscrire sans réserve aux remarques suivantes : « Toute organisation de parti représente une puissance oligarchique reposant sur une base démocratique. On trouve partout électeurs et élus. Mais on rencontre aussi partout un pouvoir presque illimité des élus sur les masses qui élisent. La structure oligarchique de l’édifice en étouffe le principe démocratique fondamental. Ce qui est opprime ce qui devrait être » (pp. 300-301). Nous retrouvons dans cette étude la description de réflexes que nous avons rencontrés dans nos propres recherches sur les mêmes organisations politiques. Ne rencontre-t-on pas tout au long de la période qui fait l’objet de cette étude, et particulièrement lors de la scission libérale de 1845, des prises de position semblables : « De la délégation de fait naît le droit moral à la délégation. Les délégués une fois élus restent en charge sans interruption, à moins d’observance exceptionnellement scrupuleuse des dispositions statutaires ou à moins d’événements tout à fait extraordinaires. L’élection faite en vue d’un but bien déterminé devient une charge à vie. L’habitude se transforme en droit. L’individu régulièrement délégué pour une certaine durée finit par prétendre que la délégation constitue sa propriété. Si on lui refuse le renouvellement, il menace aussitôt de représailles dont la démission est encore la moins grave, qui auront pour effet de semer la confusion parmi ses camarades. Ce sont là de beaux gestes démocratiques mais qui dissimulent mal l’esprit autoritaire qui les dicte. Quiconque pose la question de confiance semble s’en remettre au jugement de ses partisans ; mais, en réalité, il jette dans la balance tout le poids de son autorité, vraie ou supposée, et exerce le plus souvent une pression à laquelle les autres n’ont qu’à se soumettre » (p. 26).

  • 3 Delfosse fait connaître avec éclat, le 2 juillet 1839, aux électeurs qu’il ne voulait plus les rep (...)
  • 4 Compte rendu de la réunion de l’Association du 4 juin 1848, reproduit dans le Journal de Liége et (...)

8Dans leurs attitudes, les mandataires politiques liégeois donnent de multiples exemples de leur individualisme, de leurs tendances « autocratiques » : ainsi ils refuseront en 1839, en 1845 et encore en 1848 d’être liés par programme, un manifeste ou même certaines idées exprimées par les électeurs réunis en assemblées. A la limite, ils poussent des mandataires politiques à refuser purement et simplement la sanction du corps électoral, comme le montre Delfosse qui, en 1839, démissionne de ses fonctions de conseiller provincial parce que le corps électoral ne l’a pas élu à la Chambre3, ou encore qui, en 1848, affirmera de façon quelque peu téméraire ne rien demander aux électeurs, et par conséquent ne leur devoir aucune obligation4.

9Au sein du corps électoral, l’individualisme se marque dans la répugnance des électeurs à accepter des candidats imposés par un comité. Sous l’action des progressistes, à partir de 1835, ce trait prend un caractère « démocratique », en ce sens qu’en réclamant des réunions en assemblée pré-électorales, les progressistent entendent défendre la conscience individuelle de chaque électeur en lui donnant la possibilité de discuter librement, comme des personnes politiquement majeures, du choix des candidats.

10Cette tendance progressiste ou « démocratique » se marque dans la mise en cause, par des assemblées d’électeurs, des décisions du comité, par la tentative assez désespérée de réunir tous les électeurs afin que les choix pré-électoraux résultent d’une décision lucide de l’ensemble du corps électoral, où chaque individualité aurait fait entendre sa voix.

11Le respect de l’opinion de chacun est, à l’origine poussé si loin par cette tendance, qu’il ne peut être question d’écarter préalablement de ces assemblées des personnes qui, politiquement, s’avèrent déjà des adversaires sur des points fondamentaux. Il en résulte un éclectisme politique qui pousse à admettre dans les assemblées pré-électorales aussi bien des catholiques que des libéraux.

12Ceci fait évidemment le jeu de ce que l’on a appelé l’« unionisme ». L’élément catholique, cela a été montré, domine dans l’Union à Liège. De plus chez les catholiques, sans doute à la suite de leur appartenance à une même doctrine, de leur soumission à une même hiérarchie cléricale qui les encadre, la conscience collective est apparemment plus développée que chez les libéraux.

13Les catholiques se plient beaucoup mieux à la tendance « autocratique » qui existe chez leurs dirigeants religieux aussi bien que laïcs, et cela constitue pour leur opinion, au début de l’indépendance, une véritable force.

14Quoique de leur côté, ils n’organisent que rarement des assemblées générales (ce sont plutôt des comités élargis), et quoiqu’ils écartent systématiquement de ces éventuelles réunions tout élément d’opposition, les catholiques politiques profitent de l’éclectisme politique de leurs adversaires, de la volonté qui subsiste chez un grand nombre d’électeurs libéraux de rester maîtres de leur choix, pour faire triompher leurs propres candidats auxquels ils ont adjoints, par tactique, quelques personnalités libérales.

15Cette tactique unioniste des catholiques est soutenue par la politique gouvernementale. Les circonstances de la décennie de 1830 à 1839, marquée par la politique de persévérance du roi Guillaume Ier, son refus d’accepter le traité des XXIV articles, la menace qu’il laisse peser sur l’indépendance du pays, font regarder l’Union catholico-libérale comme le seul pilier de l’œuvre révolutionnaire : l’indépendance et la Constitution.

16Le gouvernement et les unionistes ont une tendance à considérer toute forme d’opposition comme un élément de subversion. Ils parviennent d’autant plus facilement à faire accepter cette conception au pays, que la présence des orangistes au sein du mouvement libéral anticlérical rend ce dernier suspect à un bon nombre d’électeurs qui ont adhéré à la révolution belge.

17L’étude de l’orangisme, précédé des mouvements « industriels » et réunionistes, a mis en lumière une série de ressorts qui ont poussé une bonne partie des milieux industriels et commerçants liégeois à adopter une attitude très circonspecte vis-à-vis des décisions gouvernementales, attitude qui les conduit dans l’opposition.

18Quoiqu’ici aussi — et cela apparaît particulièrement dans ses déchirements internes — un individualisme extrème contribue à affaiblir considérablement le mouvement, l’orangisme n’en est pas moins un élément capital qui explique jusqu’en 1839 le succès de l’Union catholico-libérale, en même temps que l’étiquette « antinationale » qui grève l’expansion du mouvement libéral anticlérical.

19Parmi les éléments qui contribuent à conserver des chances de succès à ce mouvement d’opposition libérale, les liens qui se nouent entre les représentants des diverses tendances du libéralisme au sein de la loge maçonnique liégeoise apparaissent comme les plus solides.

20La condamnation de la franc-maçonnerie par l’épiscopat belge en 1838 est sans doute aussi l’événement clef qui, par les réactions violentes qu’il provoque, donne de façon plus précise conscience à bon nombre de libéraux, qu’ils soient ou non francs-maçons, de leur appartenance à un mode de pensée, à une conception de l’Etat moderne, complètement différente de celle des catholiques.

21Ce choc réveille les francs-maçons et les conduit à développer leur action, à défendre l’Etat laïc, l’indépendance du pouvoir civil, à s’attaquer plus vivement aux empiètements du clergé. De ce bouillonnement d’idées qui se propage à partir de 1838 va naître une force nouvelle qui, vu les circonstances particulières de la crise nationale de 1839, ne parviendra pas encore à se faire réellement connaître, mais qui travaille profondément une partie de plus en plus large du corps électoral.

22Le grand tournant est évidemment la période 1839-1841. La fin de l’orangisme, l’arrivée momentanée d’un gouvernement libéral homogène au pouvoir, ainsi que les écrits de Paul Devaux conduisent au rapprochement des tendances libérales et imposent au pays l’image d’un mouvement politique divergent de l’Union catholico-libéral, et qui n’en est pas moins national.

23La question qui se pose alors avec acuité est celle de l’homogénéité des partis. Paul Devaux la défend et la majorité des libéraux l’acceptent. Le problème se pose dès lors de façon impérative pour les catholiques. Réaction peu connue jusqu’à présent, ils penchèrent eux aussi pour cette solution.

24La tentative d’organiser une association politique catholique échoue à Bruxelles comme à Liège. Les raisons en ont été dégagées : la soumission des électeurs catholiques aux instructions des évêques, le caractère très autoritaire du corps épiscopal qui entend diriger la conscience des fidèles tout en leur laissant des initiatives politiques, quitte à les sanctionner, n’ont pas permis aux leaders parlementaires catholiques de s’affirmer comme capables de diriger avec suffisamment d’énergie et d’autorité une organisation politique.

25Les yeux des électeurs catholiques restent braqués sur l’épiscopat. On constate dans leurs rangs une inertie politique, une propension à se tenir à l’écart des grands débats. Les maigres résultats obtenus par ces sociétés politiques entraînent les évêques, comme les personnalités laïques, à renoncer à cette tentative qui a gardé beaucoup de discrétion. Leur crainte de voir les catholiques de foi, mais d’idées libérales, opter de façon irréversible pour le libéralisme est une des principales raisons qui les poussent à rejeter la thèse de l’homogénéité des partis.

26Les catholiques trouvent plus habile d’en revenir sur le plan national à une théorie unioniste, mais les forces libérales sont à Liège trop soudées depuis 1842 pour donner quelque chance de succès à cette tactique.

27Les efforts des catholiques s’orientent dès lors sur le plan social. Il ne faut pas entendre ce terme dans le sens restrictif du sort des classes ouvrières, mais comme le rôle des catholiques et de l’Eglise dans toute la société, depuis les classes bourgeoises jusqu’aux classes ouvrières.

28Le rôle des catholiques dans l’enseignement, dans les bonnes œuvres, dans la bonne presse, leur permet de conserver, sous un gouvernement unioniste, une large part d’influence.

29Pour combattre cette influence, il importe pour les libéraux de faire éclater l’« unionisme » au pouvoir. La façon la plus décisive d’y parvenir est d’enlever aux représentants de cette tendance toute fonction élective.

30C’est le rôle joué par l’Union libérale de 1842. Les expériences malheureuses de la décennie précédente ont montré aux libéraux la nécessité d’unir leurs forces. Sous la forme qu’elle se donne, cette organisation est le type même de la transaction. Les leaders, les membres du comité désormais élu chaque année, s’en remettent théoriquement aux vœux de l’assemblée pour le renouvellement de leurs mandats, pour le choix des candidats aux élections. De son côté l’assemblée s’engage à respecter l’avis de la majorité.

31Hiérarchie et discipline sont les bases de l’organisation. C’est un pas extrêmement important dans la vie politique. L’entrée dans l’Union libérale est soumise à un acte volontaire et public, le paiement d’une cotisation. Cette condition tend à figer de plus en plus une fraction du corps électoral dans son attitude politique. L’individualisme tend aussi dans une certaine mesure à s’estomper.

32Cette métamorphose ne va cependant pas sans heurts. Du côté des membres du comité, comme du côté d’un certain nombre de personnes de l’assemblée, toute espèce d’individualisme n’a pas disparu. Si la forme « démocratique » de l’organisation est apparemment respectée, une majorité des membres du comité a conservé une attitude « autocratique » et n’accepte pas de voir remises en question leurs prérogatives de « dirigeants » du mouvement libéral. Ils n’acceptent pas non plus que l’assemblée leur impose indirectement une opinion contradictoire.

33Les incidents de 1845-1847 naissent de ce conflit, de la révolte d’une partie de l’assemblée contre les attitudes « autocratiques » du comité. Loin d’affaiblir le mouvement libéral, cette crise lui est au contraire extrèmement profitable.

34Dans leur désir de briser les résistances des leaders locaux, les progressistes, mais surtout les radicaux, posent la question d’un programme, d’une organisation nationale, qui s’imposent à tous comme suprême recours au libéralisme municipal où dominent quelques individualités.

35Cette initiative ouvre la voie à un nouvel élan du libéralisme. Le Congrès libéral de 1846 le conduit au succès et au pouvoir. Ce que le libéralisme liégeois n’avait pu réaliser à lui seul, alors qu’il est maître de l’arrondissement depuis 1843, la création d’associations libérales dans les arrondissements qui en étaient jusqu’alors dépourvus, va le permettre. Les résultats des élections législatives de 1847 sont favorables aux libéraux et ouvrent la voie à un gouvernement libéral homogène.

36Les événements de 1848 mettent ce gouvernement devant une situation difficile. Elles transforment la vie politique, doublant le corps électoral, conduisant à des réalisations qui dépassent les portées du Congrès libéral de 1846.

37L’Association de l’Union libérale désormais reconstituée subit avec succès l’ensemble de ces épreuves. Avec un comité élargi, une assemblée plus large, elle accepte le principe d’un manifeste qui approfondi considérablement les prises de position politiques.

38Toute difficulté n’est cependant pas encore surmontée. Tout individualisme n’est pas encore complètement soumis, ainsi qu’en témoignent les réserves d’un Delfosse, les réactions des radicaux. Mais après 1848, le libéralisme entre dans une phase nouvelle. Il forme réellement un parti national, reconnu, et qui a acquis ses lettres de noblesse grâce à l’action de son gouvernement face à la crise de 1848.

39Déjà apparaissent avec cette année 1848, d’autres formes de tendances, d’autres formes d’organisation politique — socialistes démocratique, républicaine, communiste même — dont la portée n’est pas encore perceptible dès ce moment, car elles touchent bien plus l’ensemble de la population que le corps électoral qui avait été jusqu’alors le principal sinon l’unique concerné.

***

40En 1848, le bilan électoral s’avérait positif pour le libéralisme liégeois. Grâce à leur système d’organisation politique les libéraux ont conquis toute la représentation dans l’arrondissement de Liège.

41Ainsi que le tableau ci-joint l’indique, les forces libérales étaient déjà importantes dans l’arrondissement en 1831, mais dispersées en une mosaïque de tendances, les libéraux doivent attendre leur premier comité de 1833 pour compter deux élus à la Chambre. La reconversion politique de leur candidat Ernst qui devient ministre de la Justice et passe sur la liste unioniste, tourne à leur confusion en 1835. L’élection de 1839 confirme ce succès « unioniste », mais laisse transparaître l’effritement catholique.

42Aux élections de 1843, les forces en présence sont sensiblement les mêmes, mais les libéraux font élire tous leurs candidats. Ce succès apparaît nettement comme la conséquence directe du principe de l’homogénéité des tendances adoptées par les libéraux, enfin unis dans une même organisation politique. Les catholiques abandonnent dès lors le terrain politique en 1847 et 1848.

43La prépondérance libérale s’est manifestée plus rapidement dans la ville et le canton de Liège que dans le reste de l’arrondissement. Le succès de l’Union libérale aux élections communales de Liège en 1833-1834 est renouvelé constamment de 1836 à 1848.

44Aux élections provinciales du canton de Liège, les dix élus sont, sans exception, des personnes proposées par l’Union libérale de 1836 à 1848. Dans les cantons « ruraux », les catholiques résistent mieux (Voir tableau no 17). Sur 12 sièges à pourvoir, les catholiques comptent 5 élus jusqu’en 1840 (Hollogne 3 sur 3, Dalhem 1 sur 2, Fléron 1 sur 3) et 4 jusqu’en 1844 (Hollogne 2, Dalhem 1, Louvegnez 1). En 1846, signe évident que la scission libérale loin d’affaiblir le mouvement en redouble les forces, la représentation catholique retombe à un seul élu (Dalhem). En 1848, les catholiques ont abandonné la lutte.

45Ce succès précoce des libéraux en ville, la résistance qu’ils rencontrent dans les « campagnes », trouvent selon nous leur explication dans le fait que l’organisation libérale exerce essentiellement son influence dans le cadre urbain, où elle tient ses réunions. Les journaux répandent sans doute les échos de ces succès urbains et font connaître les personnalités libérales qui se sont affirmées jusque dans les campagnes, mais les catholiques y résistent mieux grâce à la présence du clergé dont l’influence dans chaque village reste importante.

46Le nombre d’électeurs de la ville équilibrant celui des campagnes, malgré le cens plus élevé pour la ville que pour les « campagnes » fixé par la législation électorale, la part d’influence prépondérante prise par les libéraux en ville devait jouer en leur faveur. La réforme électorale de 1848, qui abaisse le cens urbain au niveau de celui des campagnes, donnera à ce phénomène un caractère plus accentué encore.

TABLEAU N°16. Résultats globaux des principales élections législatives de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

TABLEAU N°16. Résultats globaux des principales élections législatives de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

(1) Il s’agit exclusivement des élections à la Chambre. Pour calculer le pourcentage, nous avons utilisé la méthode préconisée par A. ZUMKIR, Contribution à l’étude de la géographie électorale et de l’opinion publique, dans Fédération archéologique et historique de la Belgique, XXIIIe session, septembre 1949, pp. 12-14. Nous avons multiplié le nombre de votants par le nombre de votes à exprimer, et divisé par ce chiffre le total des voix obtenues par une liste [1] ou une série de candidats de même tendance [4].
(2) En 1831, il y a deux tours de scrutin. Jamme. élu au premier tour, est porté tant par l’Union que par l’opposition. Au deuxième tour de scrutin, la liste unioniste n’apparaît pas comme telle.
(3) La double colonne [4] est, jusqu’en 1839 inclus, une simple hypothèse de travail, avec toutes les imperfections que cela peut comporter. Les catholiques, en adoptant la tactique de l’Union pour bénéficier des voix libérales, brouillent les cartes. Comme ils ne présentent pas un nombre de candidats de leur tendance égal au nombre de sièges à conférer, leurs forces peuvent apparaître, en les isolant, comme sous-estimées [4], comme elles seraient largement sur-estimées en ne considérant que le résultat de l’Union [3], où les votes obtenus par les candidats libéraux portés également par l’opposition (Raikem en 1831, Lesoinne en 1839) contribuent à augmenter très sensiblement le pourcentage. Il faut remarquer qu’en 1831, quatre catholiques, autant qu’il y a de sièges à pourvoir, se présentent effectivement, quoique l’un (de Sauvage) ne soit pas repris sur la liste unioniste. En 1839, nous avons compté David parmi les catholiques, bien que celui-ci se révèlera de tendance libérale par la suite. Mais ce candidat, venu de Verviers, étranger à l’opposition libérale, apparaît bien à ce moment comme imposé par les catholiques.
(4) Cette hypothèse est évidemment purement fictive. Rien ne permet de démêler dans cette élection les votes libéraux passés chez les catholiques à la suite de la reconversion politique d’Antoine Ernst. L’hypothèse tend simplement à percer les raisons qui conduisent les catholiques à un tel pourcentage en 1835.

TABLEAU No 17. Résultats des élections provinciales de l’arrondissement de Liège 1836-1848

TABLEAU No 17. Résultats des élections provinciales de l’arrondissement de Liège 1836-1848

***

  • 5 Liste générale des membres de L’Association libérale arrêtée au premier septembre 1848, Liège, impr (...)

47La répartition géographique des membres de l’Association de l’Union libérale au 1er septembre 18485 indique bien le caractère essentiellement urbain de l’organisation : sur 871 membres, 673 personnes (77, 26 %) habitent la ville de Liège et 198 seulement le reste de l’arrondissement.

48La comparaison de la répartition socio-professionnelle des membres de l’Association de l’Union libérale avec celle du corps électoral offre une gamme supplémentaire de renseignements (voir tableau ci-contre).

49L’Association de l’Union libérale recrute principalement ses membres parmi les commerçants (24,2 % des membres), les personnes exerçant des professions libérales (20,5 %) et les rentiers-propriétaires (17,6 %). Cependant la dernière colonne du tableau montre que si 14,4 % des commerçants qui sont électeurs sont membres de l’Union libérale, cette proportion atteint 68 % en ce qui concerne les électeurs exerçant une profession libérale. Il semble par conséquent intéressant d’étudier la variable socio-professionnelle en tant qu’indice d’engagement dans l’organisation libérale.

50Certaines catégories apparaissent nettement sur-représentées, d’autres sous-représentées dans l’Union libérale, comme l’indique le graphique ci-contre.

51Il va de soi que si l’appartenance à une catégorie socio-professionnelle n’influençait pas du tout l’engagement dans l’Union libérale, le pourcentage des membres d’une catégorie socio-professionnelle donnée serait identique dans le corps électoral et dans l’Union libérale. Dans cette hypothèse, les différentes catégories se situeraient, dans le graphique dans la « zone d’indifférence » qui se répartit de part et d’autre de la médiane X Y. On constate au contraire des écarts très nets par rapport à cette ligne X Y.

52Les professions libérales, les ingénieurs, maîtres-ouvriers, etc., et les fabricants sont sur-représentés au sein de l’Union libérale.

  • 6 La formule du χ2 est appliquée pour chaque catégorie socio-professionnelle comme suit :
    (...)

53Une précaution s’impose ; les échantillons constitués par chaque catégorie sont-ils suffisants pour confirmer cette représentation graphique ? La méthode du χ2 nous permet d’affirmer que pour chaque catégorie socio-professionnelle, la proportion des membres dans l’Union libérale est significativement différente de la proportion dans le corps électoral, à l’exception de la catégorie des fonctionnaires et des rentiers propriétaires6. Cette méthode mathématique ne prouve rien de plus ; la représentation graphique montre le sens de la différence observée.

54La catégorie des rentiers-propriétaires se situe sur la ligne des X Y, délimitant la zone d’indifférence qui ne présente aucune prédisposition à l’engagement politique dans le mouvement libéral, et cela correspond bien à ce qu’il y a de vague et de mal défini dans la désignation même de cette catégorie.

55On serait enclin à penser que les cultivateurs, nettement sous-représentés, représentent davantage l’électorat catholique. C’est possible et même très probable, mais rien ne permet de l’affirmer. En effet, il importe de souligner que le non-engagement dans l’Union libérale n’implique pas un engagement politique catholique et ne peut exclure un vote libéral lors des élections.

56La même remarque vaut aussi pour les commerçants et les cabaretiers également sous-représentés. Il faut bien convenir que ces catégories offrent peu de dispositions pour un acte public d’engagement politique quelconque. L’expression populaire « faire commerce » dans le sens de « ne pas prendre position pour ne pas indisposer le client éventuel », ne doit pas être étrangère à cette attitude. Au contraire, le nombre important de commerçants qui, malgré tout, font partie de l’Union libérale est très remarquable de la faveur rencontrée par les idées libérales.

57Les fabricants et industriels sont, pour leur part, légèrement sur-représentés dans l’Union libérale. L’attitude d’opposition prise au lendemain de la révolution de 1830 par ce groupe professionnel y a laissé une marque profonde.

58Mais les catégories qui apparaissent nettement sur-représentées, celles qui sont le plus largement acquises au mouvement libéral sont les représentants des professions libérales, en grande majorité des universitaires, ainsi que les ingénieurs, maîtres-ouvriers, ouvriers et artisans. Cette dernière constatation est un net succès pour l’Union libérale, puisque cette catégorie s’est accrue, par la réforme électorale, de 63 % en 1847 et 1848. Il s’agit ici d’un nombre important de nouveaux venus, qui entrent dans l’organisation libérale, et se plient à un cadre politique qui a fait ses preuves.

59Le contraste entre la situation « inorganisée » du corps électoral en 1830 et la présentation structurée du mouvement libéral en 1848 est saisissant. Il est clair que c’est grâce à la discipline forgée par cet encadrement que les libéraux doivent leur succès. Faire accepter aux électeurs une telle discipline, qui limite en quelque sorte leur liberté de choix total, n’a pas été, nous l’avons vu, sans difficulté. Façonnant la pensée politique de leurs lecteurs, créant les premiers comités électoraux, soutenant les uns l’autoritarisme des comités, les autres la liberté de choix des assemblées, les journaux ont, à chaque étape du processus de création de cette organisation politique, pesé de tout leur poids. La diversité et la puissance des journaux libéraux ont été à la base du dynamisme du mouvement. La faiblesse et les dissentions provoquées par la presse catholique explique pour une bonne part l’échec électoral de cette tendance.

60Nos conclusions générales reprennent les traits essentiels qui au travers de toute cette étude, caractérisent les rapports entre presse et mouvements, puis associations politiques.

Notes

1 Les partis politiques, Paris, 1954, pp. 161 et sv

2 Traduit par S. JANKELEVITCH, Paris, 1914.

3 Delfosse fait connaître avec éclat, le 2 juillet 1839, aux électeurs qu’il ne voulait plus les représenter, eux qui ne semblaient vouloir « ni la réforme électorale, ni l’organisation prompte et convenable de l’enseignement primaire (...) ni que le clergé soit contenu dans de justes bornes et que l’on donne à l’administration une direction conforme aux intérêts généraux ». Courrier de la Meuse et l’Espoir, 3 juillet 1839.

4 Compte rendu de la réunion de l’Association du 4 juin 1848, reproduit dans le Journal de Liége et la Tribune, 5 juin 1848.

5 Liste générale des membres de L’Association libérale arrêtée au premier septembre 1848, Liège, imprimerie Desoer, 1848, conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Cette liste indique aussi les professions des membres.

6 La formule du χ2 est appliquée pour chaque catégorie socio-professionnelle comme suit :
Image
Formule : χ2 (Chi carré) = Image
Pour degré de liberté = 1, la différence observée est chaque fois significative au moins à. 001. Cf. P. DEBATY, La statistique paramétrique, Paris-Bruxelles, 1967, p. 209 et suivantes et A. LIOURZOU, Initiation pratique à la statistique, 3e éd., Paris, 1959.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N°16. Résultats globaux des principales élections législatives de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848
Légende (1) Il s’agit exclusivement des élections à la Chambre. Pour calculer le pourcentage, nous avons utilisé la méthode préconisée par A. ZUMKIR, Contribution à l’étude de la géographie électorale et de l’opinion publique, dans Fédération archéologique et historique de la Belgique, XXIIIe session, septembre 1949, pp. 12-14. Nous avons multiplié le nombre de votants par le nombre de votes à exprimer, et divisé par ce chiffre le total des voix obtenues par une liste [1] ou une série de candidats de même tendance [4].(2) En 1831, il y a deux tours de scrutin. Jamme. élu au premier tour, est porté tant par l’Union que par l’opposition. Au deuxième tour de scrutin, la liste unioniste n’apparaît pas comme telle.(3) La double colonne [4] est, jusqu’en 1839 inclus, une simple hypothèse de travail, avec toutes les imperfections que cela peut comporter. Les catholiques, en adoptant la tactique de l’Union pour bénéficier des voix libérales, brouillent les cartes. Comme ils ne présentent pas un nombre de candidats de leur tendance égal au nombre de sièges à conférer, leurs forces peuvent apparaître, en les isolant, comme sous-estimées [4], comme elles seraient largement sur-estimées en ne considérant que le résultat de l’Union [3], où les votes obtenus par les candidats libéraux portés également par l’opposition (Raikem en 1831, Lesoinne en 1839) contribuent à augmenter très sensiblement le pourcentage. Il faut remarquer qu’en 1831, quatre catholiques, autant qu’il y a de sièges à pourvoir, se présentent effectivement, quoique l’un (de Sauvage) ne soit pas repris sur la liste unioniste. En 1839, nous avons compté David parmi les catholiques, bien que celui-ci se révèlera de tendance libérale par la suite. Mais ce candidat, venu de Verviers, étranger à l’opposition libérale, apparaît bien à ce moment comme imposé par les catholiques.(4) Cette hypothèse est évidemment purement fictive. Rien ne permet de démêler dans cette élection les votes libéraux passés chez les catholiques à la suite de la reconversion politique d’Antoine Ernst. L’hypothèse tend simplement à percer les raisons qui conduisent les catholiques à un tel pourcentage en 1835.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre TABLEAU No 17. Résultats des élections provinciales de l’arrondissement de Liège 1836-1848
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre TABLEAU N°18
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search