Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre IX. Mouvements ouvriers et mouvements démocratiques (1830-1848)

Texte intégral

1L’année 1848, marquée par la révolution en France et les mouvements sociaux en Europe, apporte en Belgique également une dimension nouvelle à la vie politique. Des associations se créent, très différentes de celles étudiées dans les chapitres précédents. La caractéristique commune de ces dernières était de grouper des électeurs censitaires et de diriger leur action vers la même attitude électorale. Les mouvements extra-nationaux, réunioniste et orangiste, s’écartent sans doute de cette définition, puisqu’ils envisagent la contre-révolution comme un moyen d’action. Cependant, nous l’avons vu, ils regroupent essentiellement des personnes qui appartiennent à ce monde censitaire et les questions électorales ne furent pas absentes de leurs activités, ainsi qu’en témoigne le rôle joué par les orangistes dans l’Union libérale de 1833 à 1839.

2La question électorale entre peu, si pas du tout, en considération dans les associations démocratiques de 1848. Leurs préoccupations essentielles sont axées sur le problème social. Le terrain a été préparé par la profonde tranformation des conditions d’existence au cours de cette première moitié du xixe siècle, marquée par la révolution industrielle.

  • 1 Cf. Introduction au milieu géographique et humain.

3Le bref aperçu de notre introduction au milieu géographique et humain a mis en relief combien ce phénomène est particulièrement perceptible dans la région liégeoise. Celle-ci connaît un développement industriel considérable : implantation de nouvelles fabriques, de nouvelles machines à vapeur, de nouveaux hauts-fourneaux1.

  • 2 Introduction et carte no 2.

4L’accroissement de population nettement plus élevé (par rapport à la moyenne) dans les communes du bassin industriel témoigne de l’attraction que celui-ci exerçait2 et sous-entend une profonde transformation du mode de vie.

  • 3 On trouvera de telles analyses dans L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Bel (...)

5Il n’est pas question de reprendre ci-dessous, une nouvelle fois après bien d’autres3, une étude de ce bouleversement social et des conditions dans lesquelles se débattait la classe ouvrière de 1830 à 1848.

6Ce sont les organisations politiques qui retiendront notre attention, ainsi que les motivations des personnes qui y adhèrent. Dans cette perspective qui est celle adoptée tout au long de cette étude, il faut constater d’abord l’inexistence d’associations démocratiques à Liège avant 1847, se poser ensuite les raisons de cette situation, étudier les circonstances qui préparent l’apparition de telles organisations, analyser enfin leur évolution et les réactions qu’elles provoquèrent.

1. L’inertie politique des masses ouvrières

  • 4 La réflexion du Baron Hody, chef de la sûreté publique belge, en mars 1848, est très significative (...)
  • 5 En octobre 1830, à la suite de la hausse du prix des grains, quelques troubles se déroulent au mar (...)
  • 6 Voir à ce sujet, B.S. CHLEPNER, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, pp. 19-27.
  • 7 Le gouverneur Tielemans, pourtant républicain sous le Congrès, fait afficher le 8 juillet 1831, le (...)

7Le régime censitaire exclut, par sa définition même, de la vie politique une très large majorité de la population active. Sans doute, la liberté d’association permet-elle la formation d’organisations politiques regroupant des ouvriers4, cependant les problèmes qui retiennent à l’époque l’attention du prolétariat sont très différentes de ceux du corps électoral, sont très éloignés du débat sur l’Etat laïc ou sur l’influence de l’Eglise. La possibilité de travailler et de gagner un salaire leur permettant de survivre, restent, pour les masses ouvrières, le problème crucial. Cette préoccupation vitale ressort nettement des caractères, des soubresauts qui agitent la classe ouvrière à Liège de 1830 à 18465. Ces mouvements sont rapidement réprimés. En effet, si la liberté d’association politique existe, une loi héritée du régime français interdit toute coalition d’ouvriers pour faire pression sur leurs patrons en matière de travail et de salaire6. La mentalité de toute la bourgeoisie de l’époque est imprégnée de l’idée du respect de la propriété d’autrui7.

  • 8 Pour prendre un témoignage non suspect de tendance démocratique ou socialisante, il suffit pour se (...)

8Devant cette attitude collective des possédants, l’ouvrier est tenu en un véritable état de sujétion. Son propre milieu est peu favorable à une réelle prise de conscience de son état et à une réaction collective8.

  • 9 La publication de H. WOUTERS, Documenten betreffende de arbeiders-beweging (1831-1853), 3 vol., ca (...)
  • 10 Cf. Charles DE BROUCKÈRE, Lettre à M. le comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Li (...)

9Seules les rares observations de bourgeois censitaires, dans leur correspondance privée ou dans la presse, ainsi que les notes des rapports de police et des autorités chargées du maintien de l’ordre, donnent une certaine idée de ce que pensait la masse des travailleurs de 1830-18489. Du côté ouvrier, on ne trouve pas à Liège de publications ou de témoignages personnels : une faible instruction, un travail pénible de 12 à 15 heures, 24 heures d’affiliée parfois (suivies dans ce cas d’une journée de repos), des conditions de vie misérable sont des circonstances a priori peu favorables au développement d’une conscience ouvrière collective10.

  • 11 Voir Chapitre II, pp. 142-143. Il est à noter cependant que l’annonce de l’entrée en Belgique des (...)
  • 12 Voir à ce sujet, la correspondance entre le gouverneur de la province et les industriels Cockerill (...)
  • 13 (F. CHARPENTIER), Mémoire adressé à la Chambre de commerce de Liége par les fabricants d’armes de (...)
  • 14 Politique, 2 et 3 décembre 1836.

10Au contraire, ces conditions difficiles, la concurrence à l’embauche, conduisent les ouvriers à se diviser entre eux, à épouser, pour conserver leurs emplois, les causes de leurs patrons. C’est sur cette réaction que compteront en 1831, les industriels orangistes, en présentant leurs ouvriers comme une masse de manœuvre sûre pour aider à la contre-révolution11. En 1834, les forces de l’ordre durent intervenir pour calmer la rivalité qui opposait les ouvriers des établissements Cockerill et ceux des établissements Lamarche à Ougrée12. En 1836, les ouvriers armuriers s’agitèrent à leur tour contre le projet de formation d’une société anonyme de fabrication d’armes de Hanquet et Ancion13. Le Politique, sous le titre « des émeutes d’ouvriers » fit remarquer que « le nombre ne fait pas le droit » et qu’au lieu d’aider leurs patrons, les ouvriers ne leur causent que des préjudices14.

  • 15 Sans doute les archives concernant l’Ordre public aux archives de la ville et de la province conna (...)
  • 16 Le gouverneur à Hody, administrateur de la sûreté publique, le 13 avril 1840, cité par H. WOUTERS,(...)

11Sous le contrôle sévère des autorités, la région liégeoise reste généralement calme de 1830 à 184615. Le gouvernement Vandensteen confirme en 1840 : « La province de Liège continue à jouir sous le rapport des meetings et des sociétés contraires au bon ordre, de la plus grande tranquilité. Aucune société de l’espèce ne m’a encore été signalée »16.

2. Le développement des idées démocratiques et sociales dans la bourgeoisie censitaire

12Tandis que la masse ouvrière se sentait peu concernée par les grands problèmes politiques qui se débattaient en Belgique, un groupe très restreint d’électeurs censitaires s’attribuait l’étiquette de « démocrates ».

  • 17 L’organe de l’Association, le Citoyen, avait démontré le 14 novembre 1830 que « le système élector (...)
  • 18 Lesbroussart écrivait à de Potter le 10 avril 1831 : « Le Brabant méridional va très bien. Le Hain (...)

13En 1830-1831, l’Association patriotique liégeoise, qui réunit ces démocrates, se satisfait d’un régime libéral, issu d’une révolution populaire que l’Europe considère comme radicale. Dans les publications de cette société, les termes « souveraineté populaire » ne signifient pas le suffrage universel, mais une certaine extension du suffrage censitaire et l’inscription de capacitaires sur les listes électorales17. Quoique théoriquement ouverte à tous, la société ne rassemble apparemment pas d’ouvriers. Après son évolution vers la république, l’Association ne rencontre pas de succès. Les républicains constatent peu d’échos favorables à Liège, où l’attitude vis-à-vis de leurs idées est « froide et pâle »18.

  • 19 Voir plus haut, ainsi que notre Etude de la presse liégeoise, pp. 76 et sv.

14Les idées progressistes défendues par la suite à Liège, dans l’Espoir, ne dépassent pas non plus le plan strictement politique et ne visent qu’à une extension limitée du cens électoral19.

  • 20 Courrier de la Meuse, 17 juin 1835. Il faut rapprocher de cette idée de « réalités nécessaires de (...)

15Ce n’est pas aux personnes de cette tendance que s’adresse le Courrier de la Meuse, lorsqu’en 1835, l’organe catholique s’attaque violemment, dans un article intitulé « La question sociale », aux « écrivains malheureusement inspirés, tristes héritiers de la haine et des passions du xviiie siècle (qui) s’attachent depuis quelques temps à la défense des plus pernicieuses doctrines. Ils prêchent, poursuit-il, la ruine de toute suprématie sociale, l’égalité des biens entre les hommes, l’anéantissement de la royauté, l’abolition du droit d’hérédité et de soumission naturelle, l’émancipation des classes inférieures, c’est-à-dire, qu’ils veulent transformer radicalement le monde et substituer les dangereuses chimères de leur imagination aux réalités nécessaires de toute vie sociale »20. Le journal se réjouit de ne trouver aucun « partisan de leur Saint-Simonisme » dans la Chambre.

  • 21 Sur la propagande des saint-simoniens, voir P. DEBOUXHTAY, La petite histoire. Le Saint-Simonisme (...)

16Les disciples de Saint-Simon, ici visés, avaient répandu en Belgique en 1831, ses théories sociales, mais ils avaient plus remporté un succès de curiosité qu’une influence marquante21.

  • 22 Voir chapitre VII.

17Par après, d’autres théories socialistes utopiques pénétrèrent en Belgique et rencontrent un accueil plus ou moins favorable dans une mince couche de la bourgeoisie intellectuelle, notamment, nous l’avons vu, dans la loge liégeoise22. Les idées des Fourier, Louis Blanc, Proudhon et Cabet influencent plus ou moins directement les radicaux belges. C’est le même courant « social », mais aussi la même grande diversité d’opinion.

  • 23 Libéral liégeois, 8 octobre 1845. Sur les positions sociales de ce journal, voir notre Etude de la (...)

18Ce courant s’exprime à Liège dans l’organe des frères Bayet, le Libéral liégeois, qui déborde largement le programme de l’Union libérale progressiste, en faisant un large écho aux thèses radicales défendues par le Débat social, en ébauchant même la théorie de la lutte des classes n’admettant que « deux classifications rationnelles et admissibles : les exploiteurs et les exploités »23.

  • 24 Sur l’évolution de La Tribune, voir ibidem, pp. 104-106. L. Labarre, Dinant 1810 — Ixelles 1892, d (...)

19Fin de l’année 1847, La Tribune, jusqu’alors très modérée sous la plume de Weustenraad et de Nossent, change de bord. Louis Labarre devient le rédacteur en chef, le 1er décembre 1847. Républicain dans l’âme, il développe très habilement ses idées, en se gardant bien, jusqu’en février 1848, de choquer ses lecteurs en prononçant le mot de république24.

20Les organisations démocratiques qui apparaissent à partir de 1847 en Belgique, naissent de la volonté de ces personnes et non de celle de la masse ouvrière.

21En 1847, précisément, année clef des organisations démocratiques en Belgique, une crise économique grave permet de juger des réactions ouvrières et du peu d’impact que les idées socialisantes rencontrent dans ce milieu.

  • 25 Pasinomie, 1847, pp. 106 et 128. Mercuriales pour les semaines du 1er au 6 mars 1847 et du 8 au 13 (...)
  • 26 « Le prix du pain est d’une extrême élévation ; le pain de ménage va être porté à 93 c. les 2 Kg ; (...)

22La crise agricole, amorcée dès 1845, par les mauvaises récoltes et la maladie de la pomme de terre, s’est poursuivie en 1846 dans l’Europe entière et atteint son sommet en mars 1847. L’hectolitre de froment se vend sur le marché de Liège 35 F, 53, puis 37 F, 23, alors que la moyenne habituelle est inférieure à 20 F. Le seigle suit les mêmes courbes avec un prix de 25 F, 79 puis 27 F, 14 l’hectolitre, contre un prix moyen de 10 à 11 F25. Le prix du pain accompagne naturellement cette hausse considérable26.

  • 27 Journal de Liège, 5 mars 1847.

23Les journaux liégeois s’accordent à reconnaître que « l’ouvrier dont le salaire n’est plus en rapport avec les dépenses qu’exigent impérieusement la nourriture et l’entretien de sa famille a souffert jusqu’à présent en silence ; il a été admirable de dévouement, mais, remarquent-ils avec inquiétude, il est à sa résignation une limite que la force humaine ne peut point dépasser »27.

  • 28 Libéral liégeois et Journal de Liége, 5 mars, 6-7 mars, 8 mars 1847.

24Effectivement, les classes ouvrières ne tardent pas à s’agiter. Le 4 mars 1847, trois à quatre cents ouvriers se rassemblent place du marché, en face de l’hôtel de ville. Le 5 mars, la foule s’élève à quinze cents à deux mille personnes. Il faut l’intervention de la police pour les disperser à dix heures du soir et une vingtaine de personnes sont arrêtées pour cris séditieux28.

  • 29 Le Bourgmestre demande le 6 mars 1847, aux habitants de Liège que « cessent ces démonstrations ins (...)
  • 30 Le conseil communal « a suspendu la perception de la taxe sur la viande à partir du 8 mars jusqu’a (...)
  • 31 Libéral liégeois, 18 mars 1847. A propos des soupes économiques, le même journal remarque ironique (...)

25Le conseil communal lance des appels au calme29 et vote un crédit pour permettre l’abaissement du prix des denrées alimentaires et rechercher les moyens de nourrir la population à meilleur marché30. Les classes aisées, les commerçants organisent des collectes qui rapportent près de 80.000 F, afin de distribuer des bons de réduction sur le prix du pain pour les indigents et afin d’organiser un service de soupe économique31.

  • 32 Loi du 6 mai 1847 qui proroge la libre entrée des subsistances jusqu’au 1er octobre 1848. Pasinomi (...)

26De son côté, le gouvernement a ordonné la libre entrée des grains et du bétail. Peu à peu, avec la diminution progressive du prix des grains, due à la perspective d’une bonne récolte, l’agitation cesse dans les milieux ouvriers32.

27Devant cette crise très sérieuse, les réactions des autorités et de la bourgeoisie sont classiques : maintien de l’ordre, appel à la bienfaisance et efforts particuliers pour franchir sans trop de dommages un moment difficile. Celles de la presse le sont tout autant : pour la Gazette de Liége, la solution se trouve dans la charité et pour le Journal de Liège, dans l’intervention de l’Etat. Seul le journal radical, le Libéral liégeois, qui n’a pas une audience bien large, y trouve l’occasion de remettre en cause l’organisation de la société.

  • 33 Renseigné par le Libéral liégeois du 5 mars 1847. Le placard était placé entre « deux drapeaux de (...)
  • 34 Cf. E. DOLLEANS, Histoire du mouvement ouvrier, t. 3, 1830-1871, Paris, 1936, pp. 51-72. Le 22 nov (...)

28Parmi la masse ouvrière, il est remarquable de constater que seul un petit nombre de personnes seulement se manifesta. Il s’agit bien plus d’un mouvement spontané qu’organisé. Si des placards réclamant « du pain à 50 centimes ou du sang » ont été affichés, seul un tract paraît s’élever au-dessus de ce problème immédiat et présenter des visées politiques. Il portait « vivre libre en travaillant, ou mourir en combattant »33. C’est la formule des canuts de Lyon en 183134. Son auteur connaît apparemment les antécédents des mouvements ouvriers, mais cette phrase a-t-elle une résonnance particulière dans la classe ouvrière ou est-ce un acte isolé ? La dernière hypothèse, au vu des événements, paraît la bonne.

29La masse des travailleurs devant un problème aussi vital, n’était pas parvenue à sortir de son immobilisme et à s’organiser. Les intellectuels bourgeois, gagnés aux idées sociales, vont tenter de donner à cette masse une conscience politique, tout en s’efforçant d’amener une partie de la bourgeoisie à partager leurs conceptions.

3. Naissance et développement des associations démocratiques et républicaines

  • 35 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles-Paris, (...)
  • 36 Le secrétaire est A. Pirard ; le trésorier l’avocat Funck ; les interprètes Lelewel (Polonais), Ma (...)
  • 37 L. BERTRAND, op. cit., pp. 257-261.

30Préparée dès septembre 1847 par les milieux démocrates de la capitale, la première Association démocratique se constitue officiellement à Bruxelles le 7 novembre 1847. Le président en était le radical Jotrand et les vices-présidents un Français Imbert et un Allemand... Karl Marx35. Parmi les membres, se retrouvaient des démocrates de toutes tendances ainsi qu’un certain nombre de Français, d’Allemands et de Polonais émigrés36. La diversité des opinions qui étaient ainsi représentées avait rendu nécessaire une transaction et la majorité se prononça pour un article du réglement qui circonscrivait l’action de la société dans les limites autorisées par la Constitution belge, alors que la proposition inverse avait été faite par un Liégeois, Victor Tedesco37. que nous avons déjà rencontré dès 1845 pour son activité dans les milieux radicaux.

  • 38 L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 194.

31Tedesco est désigné en décembre 1847 par l’Association pour constituer une section à Liège38. Si plusieurs mois plus tard, cette société deviendra, dans les circonstances rapportées plus loin, la première société démocratique agissant ouvertement à Liège, dès juin, 1847, une cellule communisante exerçait son activité dans la cité.

a. La cellule communiste de Liège

  • 39 Tous les ouvrages traitant de la jeunesse de Marx se servent pour ce faire de son importante corre (...)
  • 40 Les documents concernant ce premier Congrès ont été publiés en 1969, par B. ANDREAS, Gründungsdoku (...)

32Le rôle de Marx à Bruxelles, l’organisation communiste qu’il avait mise sur pied et les liens qu’il avait noués avec le mouvement communiste de Londres sont bien connus39. Les effets du 1er Congrès de la Ligue des communistes, qui s’est tenu à Londres du 2 au 8 juin 1847, le sont moins40.

  • 41 Ibidem, article 11 des statuts, p. 49.

33La Ligue avait décidé dans ses statuts — portant pour la première fois ces mots devenus célèbres « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » — la création de cercles ou cellules (Kreis) communistes, comprenant au minimum deux et au maximum dix membres41.

  • 42 « In Belgien geht unsere Sache gut. — Seit dem Kongress haben sich in diesem Lande schon zwei Krei (...)

34Le premier rapport trimestriel de la direction de la Ligue, daté du 24 juin 1847, contenait les renseignements suivants : « En Belgique, notre cause évolue favorablement. Depuis le Congrès, deux cercles se sont déjà constitué dans ce pays ; nous n’avons pas encore de liaison directe avec celui qui est établi à Liège, mais nous en attendons incessament une lettre »42.

35Si l’activité du premier cercle, qui est à Bruxelles, est bien connue par la correspondance de Marx et Engels, rien en dehors de ce document, n’est formellement connu sur l’activité de cette cellule communiste à Liège.

  • 43 Cf. A. GASPAR, Le Manifeste du Parti communiste et le catéchisme du Prolétaire de Victor Tedesco, (...)
  • 44 Sur ce voyage à Londres, voir les deux ouvrages précédents et C. CHRISTOPHE, Les idées sociales et (...)

36La présence de Tedesco, aux côtés de Marx et d’Engels — dont il était l’ami personnel43 —, lors du deuxième Congrès de la Ligue des communistes, à Londres en novembre 1847, lorsque fut discuté le point capital du programme, le désigne, selon toute apparence, comme le membre principal de cette cellule communiste liégeoise44.

  • 45 Prosper Esselens est né à Bruxelles vers 1817 (il avait 32 ans en 1849) et est fixé à Ans-et-Glain (...)
  • 46 Lettres d’Engels à Marx, Paris, 14 janvier 1848 (no 24) ainsi que celle de Bruxelles, première moi (...)
  • 47 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public. XVII, pièce V, 41, Lettre de Kirsch, commissaire en c (...)
  • 48 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 150-152.
  • 49 Cf. A. GASPAR, Le manifeste du parti communiste..., dans Socialisme, 1960, pp. 664-671.

37Le deuxième membre de cette cellule liégeoise est probablement Prosper Esselens, rentier-propriétaire à Ans45. Il est cité dès janvier 1848, dans la correspondance entre Marx et Engels comme la personne chargée d’aider à la diffusion des journaux communistes vers la France46. Il est constamment en contact étroit avec Tedesco47. Fondateur en janvier 1849 du journal Le Peuple48, il publiera le Catéchisme du prolétaire de Tedesco, qui s’inspire très vraisemblablement de la première version du Manifeste des communistes, discuté au cours du voyage à Londres en novembre 184749.

  • 50 Nous avons bien quelques présomptions, notamment en ce qui concerne Fourdrin, un Français dont nou (...)

38Les autres membres, s’il y en eut, ne sont pas connus50.

  • 51 Sans doute, Bruxelles disposait-elle d’un organe la Deutsche Brüsseler Zeitung, créé le 1er janvie (...)

39L’activité de cette cellule est très discrète. Sans doute s’exerce-t-elle essentiellement par la parole, comme ce fut le cas pour presque tous les autres cercles51.

  • 52 « Système qui consiste à introduire dans un milieu neutre ou hostile des propagandistes isolés cha (...)
  • 53 Ils figurent toujours dans la liste des membres conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE ( (...)
  • 54 Deutsche Brüsseler Zeitung, 23 janvier 1848, cité par L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. M (...)

40En fait, l’activité des communistes en Belgique à cette époque s’apparente plus à ce que l’on appelerait aujourd’hui du « noyautage »52. Ils s’efforcent d’obtenir une position en vue dans la plupart des organisations démocratiques qui se créent, afin d’en orienter insensiblement la pensée et l’action. La présence de Tedesco et d’Esselens, à l’intérieur même de l’Association de l’Union libérale de Liège, jusqu’en août 184853, ne doit pas en ce sens étonner. Elle procède de la même volonté qui est d’être l’aiguillon qui pousse vers la démocratie. Cette tactique est bien exprimée par un article de Engels dans la Deutsche Brüsseler Zeitung, du 23 janvier 1848 : « Nous ne sommes pas des amis de la bourgeoisie, on le sait, mais nous souhaitons tous son triomphe. (...). Ces Messieurs s’imaginent vraiment qu’ils travaillent pour eux-mêmes. Ils sont assez prétentieux pour s’imaginer que leur victoire donnera au monde sa constitution définitive. Et pourtant une chose seulement est sûre : c’est qu’ils nous frayent la voie à nous démocrates et communistes »54.

b. Un exemple de ce noyautage : la loge liégeoise, cercle de propagande républicaine

  • 55 27 décembre 1844, voir E. WITTE et E. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 503-505
  • 56 Voir règlement, ibidem, pp. 513-514. « Art. VI : L’enseignement se subdivisera en trois cours : le (...)
  • 57 12 février 1845. Tedesco est élu par 26 voix sur 29. Ibidem, p. 514.

41Depuis le retrait de Frère et d’un bon nombre de ses amis, la loge de la Parfaite Intelligence était aux mains des progressistes et d’un noyau de radicaux. Ces derniers, quoique ne formant pas une majorité, y étaient très actifs. En décembre 1844 déjà, Tedesco avait déposé une proposition tendant à « admettre à des tenues particulières et non maçonniques, dans le local de la Loge dépouillé d’emblèmes, les ouvriers intelligents et probes auxquels des membres choisis de la Loge donneraient l’enseignement de la morale et des principes maçonniques et leur feraient comprendre la dignité et les devoirs de l’homme »55. Combattue par quelques personnes, cette proposition fut vivement appuyée par Fourdrin, Tassin, Brizard et leurs amis. Un règlement sur l’enseignement à donner aux ouvriers fut voté56 et Tedesco fut élu pour donner le premier cours sur les droits et devoirs de l’homme57. Ce qu’il advint concrètement de cette initiative n’est pas connu.

  • 58 Ibidem, pp. 587-590.

42Peu à peu, ce groupe s’efforça de renforcer son influence par l’introduction de nouveaux membres. Un des plus importants fut sans doute Prosper Esselens qui, le 5 mars 1847, présenta pour son admission comme apprenti une planche qui faisait la critique des coalitions politiques, au moment même où s’opérait le rapprochement Union et Association libérales58.

  • 59 25 décembre 1847, ibidem, p. 595 ; 26 janvier et 16 février 1848, ibidem, pp. 597-598.

43Fin de la même année, Charles Grün, banni de Prusse à cause de la propagande communiste qu’il y faisait, fut présenté à la Loge par Tassin. Le contre-rapport fut dévaforable et son admission fut rejetée59.

  • 60 Ibidem, pp. 599 et suivantes.

44Malgré ces quelques réticences qui se manifestaient, la position des radicaux, et des communistes, se renforçait dans la loge liégeoise. Le 23 février 1848, alors que Victor Considérant était admis comme visiteur à la Loge, Liège apprenait la révolution en France. La Loge marqua sa sympathie pour ce soulèvement contre la tyrannie60.

  • 61 8 mars 1848, ibidem, p. 602.

45En mars 1848, Lesoinne, vénérable de la Loge, multiplia les démarches pour obtenir la libération des frères Tedesco et Esselens, arrêtés à Bruxelles61.

  • 62 Ibidem, pp. 602-608. Il est condamné par 32 voix contre 2.

46En avril 1848, le frère Roland fut mis en accusation et condamné par la Loge pour avoir cherché à se renseigner si des dignitaires de la Loge de Verviers ne s’étaient pas rendus à Liège pour y proposer une position républicaine62.

  • 63 3 mars 1848, ibidem, pp. 608 et suivantes.

47En mai 1848, Tedesco dépose et fait adopter une propostion dont le premier paragraphe proclame : « La République démocratique est la seule forme de gouvernement favorable à la réalisation des principes maçonniques dans le monde profane », et le second : « La Loge s’efforcera par tous les moyens maçonniques qui sont en son pouvoir, de propager les principes républicains et d’en obtenir la réalisation dans tous les Etats où les institutions politiques le permettent et notamment dans tous les Etats constitutionnels »63.

  • 64 Ce cathéchisme fut publié par le journal Le Peuple, d’Esselens sous le titre de Cathéchisme du Pro (...)

48En application, une semaine plus tard, Tedesco proposa l’impression par la Loge d’un Catéchisme républicain, dont on sait par ailleurs, qu’il est sans doute la version dont Tedesco a discuté avec Karl Marx du Manifeste du parti communiste64.

  • 65 Deutsche Brüsseler Zeitung, 23 janvier 1848, cité par L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Ma (...)

49Les arrestations successives de Tedesco, pour lequel la Loge vota un subside, et d’Esselens, freinèrent sans doute cette propagande républicaine et communiste, dont le peu de documents conservés par la Parfaite Intelligence, pour la fin de 1848 ne nous permet pas de juger de la véritable importance ; il n’en était pas moins vrai, que malgré plusieurs violentes protestations faisant remarquer combien dans ces circonstances la Loge s’éloignait de son vétiable esprit maçonnique, cette dernière servit, au cours de cette année 1848, de tremplin pour la diffusion des idées républicaines, et celà sous l’implusion des communistes.65

c. Les sociétés républicaines

  • 66 L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 194. Le même auteur dit p. 186 : en parlant du caractère « secret, cl (...)
  • 67 Une association est formée à Gand le 23 janvier 1848. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie..., p (...)

50Ce « camouflage politique » des communistes permet à Tedesco d’être désigné en décembre 1847, par l’Association démocratique de Bruxelles pour constituer une section liégeoise66. L’annonce par Jottrand de la création de cette société le 19 décembre 1847 semble prématurée, puisque le même fait savoir, le 30 janvier 1848, que les ouvriers de Liège vont s’assembler comme ceux de Gand67.

  • 68 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, pièce V, 42. Le commissaire en chef Kirsch au b (...)

51En fait, la société républicaine de Liège ne paraît pas s’être constituée avant la fin février début mars 1848 au plus tôt, à la suite des événements révolutionaires de France. Les rapports de police ne signalent quant à eux des réunions de républicains à Liège, qu’à partir de ce moment68.

  • 69 Voir note précédente, et A.G.R., Papiers Rogier, no 437, le gouverneur de la province de Liège, de (...)
  • 70 Journal de Liége, 23 mai 1848.

52Les débuts de cette société sont très mal connus. Il s’agit sans doute initialement de réunions informelles de démocrates de différentes tendances, qui se rencontrent pour commenter les événements parisiens dans des endroits publics, au café de la Renaissance, Passage Lemonnier tout d’abord, puis de façon plus régulière au café Gilson, en Féronstrée69. La presse signale l’existence d’un club, « dans un estaminet de Féronstrée », comme une nouveauté, le 23 mai 184870, et peut-être est-ce le moment où effectivement la société prend un caractère plus organisé ?

  • 71 A.G.R., Papiers Rogier, no 437, Lettre au gouverneur de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 mai (...)
  • 72 Journal de Liége, 5 juin 1848, cite en outre Simons, E. Defresne, C. Lohest, Bronze.
  • 73 Voir les disputes entre le Libéral liégeois et L’Ouvrier, dans notre Etude de la presse liégeoise,(...)

53Les noms des fondateurs sont connus de la police vers la même époque : à côté de Tedesco et Bayet, apparaissent d’autres personnes presque inconnues jusqu’alors dans les milieux politiques : Fourdrin, dont nous avons pu apprécier l’activité dans la Loge, les frères Janson, Collinet, Dormal, un entrepreneur, Lamour, un négociant et un plombier Hanon71. Il est à remarquer qu’à part ce dernier, aucun des « fondateurs » ne semble appartenir réellement au monde ouvrier. D’autre part, si la forme républicaine réunit toutes ces personnes. Théodore de Lezaack, Dereux, Dejaer, le nouveau rédacteur de la Tribune, qui avaient jusqu’alors milités dans les rangs libéraux et qui sont signalés en juin 1848 pour fréquenter cette société républicaine72, n’ont pas plus que Bayet les mêmes conceptions politico-sociales que Tedesco ou Esselens73. En réalité, il semble bien que l’on se trouve devant un club qui présente la même diversité de composition que l’Association démocratique de Bruxelles. La présence des communistes s’y explique comme celle de Marx à Bruxelles.

  • 74 A.G.R., Papiers Rogier, no 437, lettre du gouverneur de Macar à Rogier, Liège, le 28 mai 1848, dit (...)
  • 75 Voir la correspondance publiée par H. WOUTERS, op. cit., pp. 693, 701-702, 708, 711-712, 723-725, (...)
  • 76 Tedesco écrivait encore à Fourdrin de sa prison à Esselens, Anvers, 9 décembre 1848 : « Je me prop (...)

54Dans un premier stade, Bayet et surtout Tedesco, remarquable orateur, furent les figures dominantes74. Après la condamnation de Tedesco, dont nous parlerons plus loin, Esselens devint la personnalité la plus en vue du mouvement75. Le rôle de Fourdrin, est évidemment important quoique difficile à préciser par la discrétion qui entoure ses activités76.

  • 77 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 367, C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 13 (...)
  • 78 L. BERTRAND, op. cit., t. 1, p. 367.

55Ces personnes avaient incontestablement nourri l’espoir à l’annonce des événements français, qu’une république ne tarderait pas à être proclamée en Belgique. Dès l’annonce des troubles parisiens, le 26 février, Tedesco et quelques Liégeois s’étaient rendus à Bruxelles pour y reprendre contact avec leurs amis démocrates77. Les forces de l’ordre mirent rapidement fin à la petite agitation qu’ils avaient fomentée. Arrêté le 28 février avec Dejear, Tedesco ne fut relâché que le 12 mars 1848. « Quand je suis sorti de prison, déclara-t-il par la suite, j’ai trouvé l’opinion à laquelle j’appartiens dans une inanité à peu près complète »78.

  • 79 Sur les expulsions, voir L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Marx, pp. 229-247.

56Parallèlement aux réformes politiques qu’il avait accordées afin de calmer les libéraux progressistes, le gouvernement avait étendu son réseau de surveillance. Il veillait de très près au maintien de l’ordre et avait frappé dur en décidant en mars 1848, l’expulsion des principaux démocrates étrangers, dont Marx et sa femme79.

  • 80 Coup dur surtout dû à la répression qui s’exerça alors, car les communistes, pas plus que les radi (...)

57Les incidents de Risquons-tout, la facilité avec laquelle les troupes belges mettent en déroute les colonnes républicaines venues de France, portent un nouveau coup dur au mouvement80.

  • 81 J. Derudder écrit à Imber, Bruxelles, 22 avril 1848 : « Pour l’ami Tedesco, je l’attends du jour a (...)
  • 82 Sur les réunions, voir plus haut, et pour la correspondance, voir les documents publiés par H. WOU (...)

58Malgré cette situation difficile, Tedesco, rentré à Liège s’efforce de créer un climat favorable aux idées républicaines81. Dans une première phase, les républicains agissent essentiellement par la parole, par des réunions dans des cabarets. Ils intensifient leur correspondance avec les principaux agents démocrates du pays82.

  • 83 Cf. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 379 et sv. J. KUYPERS, Karl Marx Belgischer F (...)

59De leurs côtés, les autorités provinciales et communales surveillent de près ces activités et sont bien décidées « à ne pas souffrir que les rassemblements sur la voie publique prennent quelques développements ». Bientôt, Tedesco, accusé d’avoir indirectement provoqué la tentative d’invasion de Risquons-tout, est arrêté de nouveau. Il est jugé en même temps que dix-huit autres démocrates de Bruxelles, et le 21 août 1848, la Cour d’Assise du Brabant prononce dix-neuf condamnations à mort. Les peines sont commuées en détention à vie, Tedesco sera finalement grâcié, mais il ne sortira de prison qu’en 185483.

  • 84 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 148-152.
  • 85 L’Ouvrier, 27 août et 31 août 1848.

60Après cette phase extrèmement agitée, mais décousue, qui s’étend jusqu’en juin 1848, le mouvement républicain semble s’installer plus solidement à Liège. Un premier organe démocrate, L’Ouvrier, se crée le 9 juillet 184884. A ses débuts, le nouveau journal se fait l’organe de la Société de Féronstrée. Il signale que celle-ci a trois présidents élus tous les mois et que « les séances sont, comme par le passé, fixée au Lundi, Jeudi et Samedi de chaque semaine, à 8 heures précises du soir »85.

61Peu après, soit que des dissentions soient nées entre les démocrates des différentes tendances, soit encore parce qu’ils éprouvent le besoin d’étendre, en les diversifiant, leurs moyens d’action, les républicains se scindent en plusieurs clubs.

  • 86 L’Ouvrier (édition Dewandre), 26 octobre 1846.
  • 87 Lettre d’un indicateur de Chazal, ministre de la Guerre, Eugène Le Bègue, datée du 8 septembre 184 (...)
  • 88 Le Bègue à Chazal, Liège, le 4 décembre 1848, publié dans H. WOUTERS, Documenten, t. 2, pp, 708-70 (...)
  • 89 L’Ouvrier, 5 novembre 1848 : « Depuis quelques jours, un troisième et un quatrième nouveaux clubs (...)

62En octobre 1848, un nouveau club se crée dans les bureaux du Libéral liégeois86. En novembre 1848, Esselens crée une nouvelle société, conserve le local de Féronstrée, tandis que l’ancienne présidée par Dormal, émigre rue Mère-Dieu-hors-Château87. Au même moment, un club qui fonctionne à l’école industrielle est dénoncé aux autorités88. Ce sont sans doute là les troisième et quatrième clubs démocratiques signalés par l’Ouvrier en novembre 184889.

  • 90 Voir C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 160-164. On peut suivre l’évolution de ces sociétés (...)
  • 91 Ibidem, p. 739, lettre de Le Bègue du 7 janvier 1848.

63A ce moment, il faut également tenir compte de l’évolution de la Société des 32 métiers, à Liège. Créée le 20 août 1848, dans le but d’assurer aux ouvriers du travail en cas de chômage et des soins en cas de maladie, cette société est bientôt présidée par Dormal qui tente insensiblement de l’orienter vers des buts moins strictement « philantropiques »90. En décembre 1849, Dormal créera une deuxième société des 32 métiers à la suite des difficlutés qu’il avait rencontrées dans la première. Les deux sociétés dès lors rivales regroupent quelques centaines d’ouvriers91.

  • 92 Ibidem, p. 741, lettre de Le Bègue du 10 janvier 1848.
  • 93 C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., p. 164. Cf. les lettres de De Loncin à Palate, capitaine à L (...)

64Les sociétés républicaines de leurs côtés comptent en janvier 1849, six cents membres, rue Mère-Dieu et trois cents en Féronstrée92. Ces chiffres, non officiels, comparés à la composition de l’Association de l’Union libérale qui, elle, ne regroupe que des électeurs, sont nettement moins importants que ceux auxquels on aurait pu s’attendre en sortant du cadre étroit du corps censitaire. Ils semblent indiquer que les idées républicaines ne rencontrent pas un grand succès à Liège. La suite des événements confirmera une nette rétrogradation du mouvement, secoué par la police et affaibli également par les rivalités internes et les défections93.

65Poursuivre au-delà serait sortir trop largement du cadre chronologique de notre étude. Pour conclure, nous rechercherons les causes, en dehors des conflits internes dénoncés, de l’échec des mouvements républicains révolutionnaires.

4. Les causes de l’échec

66L’évolution de la situation en France et les coup d’arrêts portés aux mouvements sociaux dans toute l’Europe ne sont guère favorables au succès des idées démocratiques en Belgique, mais leur échec à Liège s’explique essentiellement par les réactions fermes des autorités et le calme que conserva la population ouvrière.

a. Les réactions des autorités

  • 94 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, V 41. Le commissaire en chef au bourgmestre de (...)
  • 95 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 mai 1848.
  • 96 Le prétexte invoqué était sa présence à Bruxelles lors de la tentative d’invasion et le fait qu’un (...)

67Les nombreux rapports conservés font foi de la vigilance des autorités tant communales que provinciales. Dès le début mars, Tedesco et Esselens étaient particulièrement surveillés94. En mai, le gouverneur était déjà informé de la tendance démocrate communiste du premier95. Lorsque Tedesco fut accusé de complicité dans l’affaire Risquons-tout, l’occasion fut belle pour le mettre hors d’état de nuire96.

  • 97 Sur l’affaire mystérieuse du « Prado », voir L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 262 (...)

68Un an plus tard, ce sera le tour de Prosper Esselens, de se trouver au banc des accusés pour sa participation, en mars 1849, au banquet du « Prado » à Bruxelles où s’était ourdi, selon les autorités, un complot contre l’Etat. Il est arrêté le 16 mai 1849 et condamné à mort. Sa peine sera commuée en quinze ans de détention et il sera libéré le 22 juillet 185697.

  • 98 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1066, La réflexion de Frère, alors mnistre, à son ami Fléchet, le (...)
  • 99 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar à Rogier, Liège le 28 février 1848 : « Un p (...)
  • 100 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, A 13. Le Collège au gouverneur et A 57, circula (...)

69A côté de la surveillance stricte qu’elles exercent et de la répression des meneurs, l’action des autorités est aussi préventive. Il s’agit de maintenir les ouvriers au travail afin d’éviter les troubles. Face à la crise bancaire qui en 1848 se répercute sur l’industrie, la grande crainte des milieux d’affaires, et du gouvernement98, est de devoir fermer un certain nombre d’établissements et de fabriques et de livrer ainsi les ouvriers au désœuvrement, à la misère et aux revendications sociales99. Les autorités interviennent auprès des industriels. Une circulaire du Collège de Liège, du 4 mars 1848, engage les principaux industriels « au nom de la paix publique et de leurs propres intérêts qui se lient intimement au maintien de l’ordre, à maintenir en activité, à augmenter si possible, leurs ateliers de travail »100. Les réactions des industriels témoignent qu’ils comprennent parfaitement cette situation.

70Tous ces efforts auraient cependant été vains, si dans la masse des travailleurs un profond mouvement de revendication s’était fait jour. Or, ce n’est pas le cas.

b. Les réactions ouvrières

  • 101 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar qui centralise tous les rapports de la prov (...)
  • 102 Les mercuriales officielles indiquent le prix du froment à 17 frs. 45 l’hectolitre et du seigle à (...)

71Les rapports insistent sur le calme qui a généralement été observé par les travailleurs de la région liégeoise101. La propagande républicaine a peu de prise sur eux ; ils réagissent toujours avec la même mentalité : le problème de leur emploi reste la question primordiale. Or, par rapport à 1847, la situation s’est nettement améliorée. La crise agricole est terminée et les denrées alimentaires retrouvent un prix normal102. Cet élément dut avoir dans la psychologie collective un effet certainement apaisant.

  • 103 C’est le souci majeur du mois de mars, le contrôle des étrangers et des Belges rentrés de France. (...)
  • 104 A.G.R., Ministère de la Justice, no 132. Capitaine de gendarmerie de Liège Castillon au colonel de (...)

72Dès lors, les réactions de la majorité des ouvriers sont très différentes de ce qu’en attendaient les intellectuels démocrates. Le retour en Belgique d’un grand nombre de travailleurs belges103, chassés de France à la suite des événements révolutionnaires, contribua sans doute à développer dans les milieux ouvriers le sentiment que la république ne leur était pas favorable. Le 28 mars, un rapport de gendarmerie signala qu’une centaine d’ouvriers de Cockerill avaient l’intention de se rendre à Liège « à l’effet de faire une démonstration contre l’établissement du club républicain (...). Les motifs qu’ils allèguent pour justifier cette démarche sont qu’ils ne veulent pas que des agitateurs viennent troubler leur pays et leur ôter leur travail à l’exemple de ce qui se passe en France »104.

73Qu’une telle réaction politique se soit développée dans les milieux ouvriers apparaît bien suspect, eux qui se sont montrés si passifs à ce point de vue au cours de la période précédente. Plus qu’une réaction spontanée, il semble plus exact de considérer ce mouvement particulier — dont c’est le seul exemple — comme l’effet indirect et non désiré de la contre-propagande qui était répandue par les milieux bourgeois parmi les ouvriers.

  • 105 J.P. SCHMIT, Aux ouvriers. Du pain, du travail et la vérité, J. Desoer, 1848, 20 pp. in-8°.

74On connaît des exemples précis de cette contre-propagande comme cette brochure parisienne écrite par l’« honnête M. Schmit » fils d’ouvrier, qui vient rappeler à ses camarades la nécessité de conserver l’ordre pour garantir le travail, et qui, rééditée par Desoer à Liège, fut distribuée à des milliers d’exemplaires dans les ateliers105.

  • 106 A.G.R., Papiers Rogier, no 210. Poème wallon : « So l’ club républicain. Sçeance de 22 d’ Maije 18 (...)

75La question de la spontanéité se pose également pour un poème wallon, qui, en style populaire, et avec une ironie persiflante se moque des réunions du club républicain de Feronstrée. Bayet est présenté comme aspirant à devenir le président de la république, Tedesco, comme un pauvre gringalet, qui veut faire à Liège l’homme d’affaires, mais qui est un peu sot comme le sont tous les républicains. Une phrase particulièrement devait toucher l’ouvrier liégeois : ils veulent qu’on imite la France, disait-elle, mais les Liégeois ne sont pas faits du même bois106.

  • 107 A.G.R., Papiers Rogier, no 347, C. Muller, député permanent faisant fonction de gouverneur au mini (...)
  • 108 Ibidem, les mêmes, Liège, le 25 mai 1848, midi.

76Effectivement, si l’on avait pu, en 1831, percevoir un certain courant francophile dans la masse, au contraire, en 1848, un sentiment de xénophobie, plus réel sans doute qu’un sentiment nationaliste, se développe parmi les ouvriers. En mai, les travailleurs de Seraing, Ougrée et Tilleur cessent le travail et se rassemblent dans le but « de faire expulser immédiatement les étrangers » ; leur courroux s’exerce plus précisément contre les mineurs allemands, au nombre de 3 à 400107. Les forces de l’ordre rétablirent rapidement le calme108.

77Cet état d’esprit et cette contre-propagande expliquent l’accueil froid réservé aux républicains. Le mouvement démocratique trouve, en 1848, peu de racines dans la masse des travailleurs. Les échos des événements dramatiques qui se déroulent à Paris en juin 1848, et l’évolution générale en Europe ne sont pas faits pour améliorer la situation dans le sens républicain.

Conclusions

78L’étude des organisations nouvelles qui se créent à partir de 1847, et particulièrement en 1848, a été l’occasion de brosser un rapide tableau des réactions en dehors du corps électoral censitaire. Devant les problèmes cruciaux qui se posent à elle, la masse des travailleurs reste curieusement amorphe. Seule une minorité se laisse entraîner par quelques démocrates intellectuels qui, s’ils ont un idéal commun, l’émancipation des classes ouvrières, sont loin de s’entendre sur les formes et les moyens pour y parvenir.

79Le mot d’ordre « Ouvriers de tous les pays, unissez-vous » traduit la nécessité de faire comprendre aux travailleurs la communauté de leur cause. Le xénophobisme qui se développe dans la région industrielle liégeoise montre le chemin qu’il reste à parcourir pour y parvenir. C’est à un autre niveau, la manifestation d’un individualisme fondamental qui règne aussi parmi les ouvriers, comme il se remarquait quelques années plus tôt dans le corps électoral. D’autre part, l’attitude des personnes qui se mettent à leur tête n’échappe pas non plus au reproche d’« autocratisme », eux qui se présentent avec leur propre système.

80Devant ces mouvements encore peu ordonnés, les réactions fermes des autorités représentant la bourgeoisie au pouvoir indiquent la volonté de ne pas laisser remettre en question leur « ordre social ». Le coup d’arrêt porté aux mouvements sociaux en 1848 retardait peut-être de trente ans le développement des organisations démocratiques en Europe, mais l’année 1848 n’en avait pas moins été un champ d’expérience fécond. La question sociale était posée, des graines étaient semées qui germeront. Des organes de presse se chargeront d’entretenir la flamme née de l’étincelle de 1848 et de rappeler à ceux qui auraient voulu l’oublier, la réalité des problèmes sociaux, qui, un jour ou l’autre, devront être résolus.

Notes

1 Cf. Introduction au milieu géographique et humain.

2 Introduction et carte no 2.

3 On trouvera de telles analyses dans L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles-Paris, 1906, 2 vol. ; Geschiedenis van de socialistische arbeidersbeweging in Belgie, sous la direction du Professeur J. Dhondt, Anvers, 1950, pp. 51-82 ; J. BONDAS, Histoire anecdotique du mouvement ouvrier au pays de Liège, 2e éd., s.d. Deux mémoires de licence de l’Université de Liège ont abordé ce problème : C. CHRISTOPHE, Les idées sociales et démocratiques à Liège de 1848 au 1er janvier 1856, Université de Liège, 1963 et F. VAN SANTBERGEN, L’enquête de 1843 sur la condition des ouvriers et sur le travail des enfants. Un cas d’application : Liège, Université de Liège, 1968.

4 La réflexion du Baron Hody, chef de la sûreté publique belge, en mars 1848, est très significative. Ayant saisi chez Marx, une note concernant les cercles communistes, il remarque : « Le contenu de ce papier est-il répréhensible ? Non, car en vertu du droit d’association il peut y avoir en Belgique des associations de communistes comme toutes autres associations ». ARCHIVES DE LA SÛRETÉ PUBLIQUE BELGE, Dossier Marx, pièce 39, cité par L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de Karl Marx, Paris, 1946, p. 243.

5 En octobre 1830, à la suite de la hausse du prix des grains, quelques troubles se déroulent au marché de Liège. Le Gouverneur lance un appel au bon sens de la population. Mémorial administratif de la province de Liége, t. I, 1830, pp. 69-70. En juin 1831, des ouvriers mineurs retirent vingt chevaux de la bure de la houillère, Orban, rue Sainte-Marguerite, invoquant le motif « que ces animaux empêchent de donner du pain à quantité de mères de famille » qui sont aujourd’hui sans ouvrage par la spéculation des Berlaines » (Berlines). ARCHIVE DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, I. Lettre du Commissaire de police du quartier Ouest à M. Defooz, échevin, 8 juillet 1831. A la même époque, leurs compagnons de Grâce-Montegnée forment une « coalition pour faire élever le prix de leur travail ». ARCHIVES DE LA PROVINCE DE LIÈGE, Ordre public, III A. 41. Lettre du commissaire d’arrondissement Demonceau au gouverneur, 11 juin 1833 pour lui signaler que depuis, ils sont devenus très paisibles. Pour plus de détails sur les manifestations à Liège, voir L. LINOTTE, Les manifestations et les grèves dans la province de Liège de 1831 à 1914. Inventaire des archives de la sûreté publique de la province de Liège, Cahier no 34 du C.I.H.C., Louvain-Paris, 1964, et du même auteur, Les manifestations et les grèves à Liège de l’an IV à 1914, cahier no 53 du C.I.H.C., Louvain-Paris, 1969.

6 Voir à ce sujet, B.S. CHLEPNER, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, pp. 19-27.

7 Le gouverneur Tielemans, pourtant républicain sous le Congrès, fait afficher le 8 juillet 1831, le texte suivant : « Les ouvriers mineurs méconnaissant leurs véritables intérêts et oubliant le respect que tout citoyen doit à la propriété se sont livrés à des désordres graves. Au mépris des sages conseils que les chefs mineurs leur avaient donnés, ils se sont arrogés des droits que les propriétaires des exploitations peuvent seuls exercer ». ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, 1.

8 Pour prendre un témoignage non suspect de tendance démocratique ou socialisante, il suffit pour se convaincre du conditionnement des classes ouvrières de lire ce qu’en révèle le Baron de Crassier en 1836. Lançant une violente charge contre les banques et les sociétés anonymes, le Baron s’exclame : « La feinte pitié que ces loups témoignent pour la classe ouvrière est une turpitude de plus ! Que l’on se rende dans les atteliers (sic) et là l’on verra l’ouvrier dans tout l’appareil de sa misère ! Malheur à celui qui rencontre à l’heure du midi un groupe d’ouvriers et d’ouvrières sortant des atteliers ! Leurs vêtements sâles et en lambeaux, leur teint blême et le suintement concentré force de tourner la tête !! et les exploitants voient avec plaisir (selon le journal L’Industrie) l’augmentation de salaire !! quelle dérision !! que des maîtres ouvriers, des gens expérimentés voyant les gros bénéfices de leurs maîtres, renchérissent leurs services ; que dans la crainte de perdre leurs chefs d’attelier, des directeurs de travaux, les exploitants se voient forcés d’améliorer leur sort pour les conserver et empêcher leur désertion, cela se conçoit, mais que le mineur, sa femme et ses fils soient l’objet de leur tendre et généreuse sollicitude au point de hausser leur salaire de 33 % (raison avancée pour expliquer la hausse du prix de la houille), la population liégeoise serait aussi stupide que l’Industrie si elle se laissait duper de cette manière ». A.R.A., Oorlog, no 266, Baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 23 novembre 1836. Cet ancien membre de la députation des Etats fait une autre description saisissante : « Je sais par expérience que dans le nombre des ouvriers mineurs appelés à faire partie de la milice, il se trouve rarement un homme propre au service (militaire). Telle commune, dont la population se compose en grande majorité d’ouvriers mineurs se voit chaque année dans l’impossibilité de completter (sic) le contingent qui lui est assigné d’après sa population. Qui ne sait que travaillant dès l’âge de 7 ans dans les travaux souterrains, cette classe d’hommes est plus ou moins difforme, plus ou moins rabougrie, plus ou moins infirme ? ». Ibidem, Liège, le 12 novembre 1836.

9 La publication de H. WOUTERS, Documenten betreffende de arbeiders-beweging (1831-1853), 3 vol., cahiers no 27 du C.I.H.C., Louvain-Paris, 1963, est presque exclusivement jusqu’en 1847, constituée par ce genre de témoignages.

10 Cf. Charles DE BROUCKÈRE, Lettre à M. le comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Liège, 1845, et Charles Wasseige, Mémoire sur la condition des ouvriers et le travail des enfants dans les mines, manufactures et usines de la province de Liége, Bruxelles, 1847.

11 Voir Chapitre II, pp. 142-143. Il est à noter cependant que l’annonce de l’entrée en Belgique des troupes françaises destinées à s’opposer à l’avance des Hollandais eut pour effet, d’après les industriels orangistes, de déterminer les ouvriers à refuser leur participation à une contre-révolution orangiste. Rapporté par Grégoire à Van Doorn le 11 août 1831 : « Ils (les industriels) étaient accablés et ils m’accablèrent, en déclarant tous que le soulèvement était devenu impossible, depuis que les hommes qu’ils devaient mettre en mouvement étaient informés de l’arrivée des Français. Ils refusaient de faire la moindre démonstration (...). Vainement, l’on avait cherché à les convaincre que les Français n’entraient que pour maintenir Léopold sur son trône et qu’ils ne resteraient pas. Ils répondaient que les Français ne sortiraient pas du pays et que l’on serait réuni à la France ». A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Ces renseignements témoignent qu’à défaut de conscience de classe, un profond courant francophile animait les masses ouvrières. En 1848, comme nous le verrons plus loin, ce sentiment ne joua plus.

12 Voir à ce sujet, la correspondance entre le gouverneur de la province et les industriels Cockerill et Lamarche aux ARCHIVES DE LA PROVINCE DE LIÈGE, Ordre public, IV. A 94 à 104.

13 (F. CHARPENTIER), Mémoire adressé à la Chambre de commerce de Liége par les fabricants d’armes de Liège, Liège, Collardin, 1836, 46 pp. in-8°.
(F. BEHR), Réponse de MM. Ancion, Hanquet et de, au mémoire publié par les autres fabricants d’armes de Liége, Liège, Desoer, 1836, 17 pp. in-8° et (F. CHARPENTIER), Mémoire en réplique adressé à la Chambre de commerce par les fabricants d’armes de Liége, Liège, Collardin (1836), 71 pp. in-8°.

14 Politique, 2 et 3 décembre 1836.

15 Sans doute les archives concernant l’Ordre public aux archives de la ville et de la province connaissent-elles de graves lacunes à partir de 1839 pour les premières, et de 1834 pour les secondes, mais la presse, attentive pourtant à ces incidents, ne renseigne rien de particulier jusqu’en 1846.

16 Le gouverneur à Hody, administrateur de la sûreté publique, le 13 avril 1840, cité par H. WOUTERS, Documenten betreffende de arbeiders-beweging, t. I, p. 260.

17 L’organe de l’Association, le Citoyen, avait démontré le 14 novembre 1830 que « le système électoral dans le sens de la souveraineté du peuple devrait avoir pour base l’intelligence et la richesse ».

18 Lesbroussart écrivait à de Potter le 10 avril 1831 : « Le Brabant méridional va très bien. Le Hainaut et la province de Namur suivent le mouvement et Tielemans. Liège seule jusqu’ici est moins (sic), froid et pâle : on n’a su qu’y piller des magasins d’eau-de-vie et plusieurs des vainqueurs sont restés morts dans les caves », cité par H. WOUTERS, Documenten betreffende de arbeidersbeweging, t. I, pp. 21-22.

19 Voir plus haut, ainsi que notre Etude de la presse liégeoise, pp. 76 et sv.

20 Courrier de la Meuse, 17 juin 1835. Il faut rapprocher de cette idée de « réalités nécessaires de toute vie sociale », la réflexion du Politique du 4 novembre 1832, où il écrit : « L’Unioniste admet la théorie de la liberté dans le sens le plus large et avec les seules restrictions que commande l’ordre social ».

21 Sur la propagande des saint-simoniens, voir P. DEBOUXHTAY, La petite histoire. Le Saint-Simonisme à Liège et à Verviers en 1831, dans La Vie wallonne, t. XI, 1930-1931, pp. 404-419.

22 Voir chapitre VII.

23 Libéral liégeois, 8 octobre 1845. Sur les positions sociales de ce journal, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 94-96.

24 Sur l’évolution de La Tribune, voir ibidem, pp. 104-106. L. Labarre, Dinant 1810 — Ixelles 1892, dans O. BERTELSON, Dictionnaire de journalistes, pp. 75-76 et Bibliographie nationale, t. 2, pp. 390-391.

25 Pasinomie, 1847, pp. 106 et 128. Mercuriales pour les semaines du 1er au 6 mars 1847 et du 8 au 13 mars 1847.

26 « Le prix du pain est d’une extrême élévation ; le pain de ménage va être porté à 93 c. les 2 Kg ; le pain mêlé à 85 c. ; le pain de froment non bluté à 78 c. ; le pain de seigle bluté à 71 c. ; le pain noir à 63 c. » Journal de Liège, 6-7 mars 1847.

27 Journal de Liège, 5 mars 1847.

28 Libéral liégeois et Journal de Liége, 5 mars, 6-7 mars, 8 mars 1847.

29 Le Bourgmestre demande le 6 mars 1847, aux habitants de Liège que « cessent ces démonstrations insensées (...). A dater de ce jour, aucun rassemblement ne sera toléré ». Journal de Liége, Tribune et Libéral liégeois, 6-7 mars 1847.

30 Le conseil communal « a suspendu la perception de la taxe sur la viande à partir du 8 mars jusqu’au 31 mai prochain. C’est, sous forme de réduction d’impôt, un secours effectif de 50.000 frs. environ ». Journal de Liége, 8 et 9 mars 1847.

31 Libéral liégeois, 18 mars 1847. A propos des soupes économiques, le même journal remarque ironiquement « La soupe économique est le grand arcane de la philantropie moderne, mais le problème est que si c’est de la soupe, elle n’est plus économique et si c’est économique, ce n’est plus de la soupe ».

32 Loi du 6 mai 1847 qui proroge la libre entrée des subsistances jusqu’au 1er octobre 1848. Pasinomie, 1847, p. 212. Le 23 mars 1847, une loi avait décidé la remise du droit de tonnage aux navires qui importent des denrées alimentaires et avait interdit la distillation des pommes de terre et fécules de pommes de terre, pasinomie, 1847, pp. 143-144.

33 Renseigné par le Libéral liégeois du 5 mars 1847. Le placard était placé entre « deux drapeaux de papier, l’un rouge, l’autre noir ».

34 Cf. E. DOLLEANS, Histoire du mouvement ouvrier, t. 3, 1830-1871, Paris, 1936, pp. 51-72. Le 22 novembre 1831 « les canuts de la Croix-Rousse inscrivent sur leur drapeau : ʽVivre libres en travaillant ou mourir en combattant’ » (p. 65).

35 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles-Paris, 1906, pp. 257-261 et L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de Karl Marx, Paris, 1946, pp. 167-180.

36 Le secrétaire est A. Pirard ; le trésorier l’avocat Funck ; les interprètes Lelewel (Polonais), Maynz et Spilthoorn (Belges) et Weerth (Allemand). Le vieux républicain, le général Mellinet est nommé, par acclamation, président d’honneur. L. BERTRAND, op. cit, pp. 257-261 et L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 177.

37 L. BERTRAND, op. cit., pp. 257-261.

38 L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 194.

39 Tous les ouvrages traitant de la jeunesse de Marx se servent pour ce faire de son importante correspondance avec Engels, plusieurs fois publiées et que nous avons relues dans Correspondance de K. Marx-F. Engels, traduite par J. MOLITOR, t. 1, Les premières années de leur liaison, 1844-1849, Paris, 1931.

40 Les documents concernant ce premier Congrès ont été publiés en 1969, par B. ANDREAS, Gründungsdokumente des Bundes der Kommunisten (Juni bis September 1847), Hambourg, Hamburger Staats-und Universitätsbibliothek, t. 7, 1969.

41 Ibidem, article 11 des statuts, p. 49.

42 « In Belgien geht unsere Sache gut. — Seit dem Kongress haben sich in diesem Lande schon zwei Kreise gebildet ; mit dem einem der seinen Sitz in L (üt) t (ich) hat, stehen wir noch nicht in directer Verbindung, erwarten aber täglich Briefe », Ibidem, p. 75.

43 Cf. A. GASPAR, Le Manifeste du Parti communiste et le catéchisme du Prolétaire de Victor Tedesco, dans Socialisme, 1960, pp. 664-671. L’auteur émet d’hypothèse que son amitié avec Marx daterait des années que Tedesco a passées à Luxembourg. Son père et le père de Marx, magistrat à Trêves, ont peut-être été en relation. Les deux hommes devaient parler un dialecte allemand assez proche. Ibidem, p. 668. Sur cette amitié, voir aussi J. KUYPERS, Karl Marx Belgischer Freudenskreiss (1845-48). Einige Notizen aus Belgischen Archiven, dans International Review of social History, 1962, vol. 7, 3e partie pp. 446-458.

44 Sur ce voyage à Londres, voir les deux ouvrages précédents et C. CHRISTOPHE, Les idées sociales et démocratiques à Liège de 1848 au 1er janvier 1856, Mémoire de licence. Université de Liège, 1963, p. 154. La Correspondance Marx-Engels, éditée par J. MOLITOR, t. 1, pp. 133-134, 136, 138, montre bien toute l’importance de Tedesco auprès de Marx et Engels. Engels écrit le 15 novembre 1847 à Marx, Paris : « Ecris-moi donc si tu y vas, ainsi que Tedesco. (...). Si vous deux ne venez pas, l’histoire tombe à l’eau et il faudra retarder le Congrès de quelques mois ».

45 Prosper Esselens est né à Bruxelles vers 1817 (il avait 32 ans en 1849) et est fixé à Ans-et-Glain. Il sera impliqué dans l’affaire du Prado en 1849. Condamné à mort, sa peine est commuée en détention. Il sera grâcié le 22 juillet 1856. Cf. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme, t. 1, pp. 399-411.

46 Lettres d’Engels à Marx, Paris, 14 janvier 1848 (no 24) ainsi que celle de Bruxelles, première moitié de mars 1848 (no 27), Correspondance Marx-Engels, traduite par J. MOLITOR, t. 1, pp. 145-146 et 152.

47 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public. XVII, pièce V, 41, Lettre de Kirsch, commissaire en chef au bourgmestre de Liège, 3 mars 1848 : « Une personne, d’un caractère très honorable, vient de me révéler que le nommé Tedesco, avocat, né à Luxembourg et demeurant à Liège, rue devant la Magdeleine, no 16, que l’on dit actuellement détenu à Bruxelles, s’est rendu dans ces derniers temps presque chaque jour chez un nommé Prosper Joseph Antoine Esselens, ci-devant étudiant et actuellement fabricant de poudre à tirer, en Glain, commune de Ans ».

48 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 150-152.

49 Cf. A. GASPAR, Le manifeste du parti communiste..., dans Socialisme, 1960, pp. 664-671.

50 Nous avons bien quelques présomptions, notamment en ce qui concerne Fourdrin, un Français dont nous reparlerons, n. 71, mais, rien ne vient corroborer ce qui n’est qu’une hypothèse.

51 Sans doute, Bruxelles disposait-elle d’un organe la Deutsche Brüsseler Zeitung, créé le 1er janvier 1847, où depuis août 1847, la section communiste faisait officieusement passer ses idées. (L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Marx, p. 163.)

52 « Système qui consiste à introduire dans un milieu neutre ou hostile des propagandistes isolés chargés de le diviser, de le désorganiser et, le cas échéant, d’en prendre la direction. » Petit Robert, Dictionnaire de la langue française, p. 1165.

53 Ils figurent toujours dans la liste des membres conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.
Statuts de l’Association de l’Union libérale de Liège et liste des membres arrêtés le premier septembre 1848, Liège, Desoer (1848), mais plus que vraisemblablement, se sont-ils retirés avec les républicains, le 10 août 1848. Journal de Liége, 11 août 1848.

54 Deutsche Brüsseler Zeitung, 23 janvier 1848, cité par L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Marx, pp. 199-200.

55 27 décembre 1844, voir E. WITTE et E. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 503-505.

56 Voir règlement, ibidem, pp. 513-514. « Art. VI : L’enseignement se subdivisera en trois cours : le premier sur les droits et les devoirs de l’homme et du citoyen belge ; le 2e sur les préjugés et les superstitutions populaires, le 3e sur l’hygiène professionnelle et privée. »

57 12 février 1845. Tedesco est élu par 26 voix sur 29. Ibidem, p. 514.

58 Ibidem, pp. 587-590.

59 25 décembre 1847, ibidem, p. 595 ; 26 janvier et 16 février 1848, ibidem, pp. 597-598.

60 Ibidem, pp. 599 et suivantes.

61 8 mars 1848, ibidem, p. 602.

62 Ibidem, pp. 602-608. Il est condamné par 32 voix contre 2.

63 3 mars 1848, ibidem, pp. 608 et suivantes.

64 Ce cathéchisme fut publié par le journal Le Peuple, d’Esselens sous le titre de Cathéchisme du Prolétaire, par V. TEDESCO, détenu politique, Liège, A. Charron, 1849, 16 pp. in-24°. Voir plus haut.

65 Deutsche Brüsseler Zeitung, 23 janvier 1848, cité par L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Marx, pp. 199-200.

66 L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 194. Le même auteur dit p. 186 : en parlant du caractère « secret, clandestin » de l’action de la Ligue communiste : « Rien n’est plus révélateur à ce sujet que le mystère dont Marx, Engels et leurs amis entourent leurs activités communistes (...). On peut dire que Marx pratiquait avec maestria le camouflage politique. La candeur de certains dirigeants d’association non-communistes dont Marx faisait partie nous paraît aujourd’hui incompréhensible. Il semble, par exemple, que jusqu’en 1848, un homme comme Lucien Jottrand n’a jamais été effleuré par le soupçon que son vice-président et ami était un redoutable conspirateur ». Ce qui est vrai ici pour Marx, l’était également pour Tedesco à Liège.

67 Une association est formée à Gand le 23 janvier 1848. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie..., p. 269. Voir aussi C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., p. 145.

68 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, pièce V, 42. Le commissaire en chef Kirsch au bourgmestre de Liège, 25 mars 1898 : « Ainsi que tout le monde le sait à Liège, c’est au café de la Renaissance, Passage Lemonnier, que se réunissent quelques individus connus par leurs tendances républicaines. C’est là, en effet, que dès les premiers jours des événements de la révolution française, ils lisaient à haute voix les articles publiés par les journaux et s’exaltaient des actes du gouvernement provisoire, circonstances qui ont amené des discussions fort vives de la part de ces hommes avec ceux qui défendaient notre indépendance et notre nationalité. Maintenant les réunions sont plus rares et plus paisibles, mais elles y ont toujours lieu, sans qu’on doive s’inquiéter ».

69 Voir note précédente, et A.G.R., Papiers Rogier, no 437, le gouverneur de la province de Liège, de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 mai 1848 : « le cabaret Gilson, rue Féronstrée, où ce club est établi ».

70 Journal de Liége, 23 mai 1848.

71 A.G.R., Papiers Rogier, no 437, Lettre au gouverneur de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 mai 1848. Jean-Joseph Fourdrin est né à Paris vers 1800 (il avait 54 ans en 1854). Fixé à Liège dès 1829, il collaborera en 1830 au Citoyen, l’organe de l’Association patriotique liégeoise. Il était franc-maçon, professeur de lettres. Grand lecteur de brochures socialistes, ami de Tedesco et de nombreux démocrates, il fut expulsé de Belgique en 1855. Cf. C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 142-143. P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, p. 33 et H. WOUTERS, Documenten betreffende de geschiedenis der arbeiders-bewegirtg, t. 2, pp. 1021, 1032 et 1050. Nous n’avons que quelques renseignements épars sur Janson-Nalinnes et Janson-Déry. En décembre, ils sont toujours membres de la société avec Esselens. Janson-Nalinnes est un « marchand », il était délégué liégeois au banquet du « Prado » à Bruxelles, en 1849. Cf. W. WOUTERS, op. cit., pp. 720, 786 et 816. Collinet est peu connu, en janvier 1849, il était toujours en rapport avec Esselens. Cf. H. WOUTERS, op. cit., p. 746. Georges-Louis Dormal, qualifié d’« entrepreneur en déconfiture » dans la lettre du gouverneur, est un personnage très actif dans les milieux républicains. Il deviendra président de la société des 32 métiers de Liège en août 1848, et à la suite de disputes internes en créera une seconde en janvier 1849. Il est aussi président de la société républicaine qui s’installera rue Mère-Dieu. Voir plus loin et H. WOUTERS, op. cit., pp. 718-719, 773 et 781 et C. CHRISTOPHE, op. cit., pp. 145 et 160-163. Sans être certain de la même identité, nous trouvons un Henri Lamour, négociant, 37 ans (né vers 1803), Faubourg Sainte-Marguerite, 311, dans la Liste des électeurs de la ville de Liège pour 1840-1841, Liège, 1840, p. 17. Hanon n’est pas connu par ailleurs.

72 Journal de Liége, 5 juin 1848, cite en outre Simons, E. Defresne, C. Lohest, Bronze.

73 Voir les disputes entre le Libéral liégeois et L’Ouvrier, dans notre Etude de la presse liégeoise, pp. 147-156.

74 A.G.R., Papiers Rogier, no 437, lettre du gouverneur de Macar à Rogier, Liège, le 28 mai 1848, dit notamment : « le Sieur Tedesco est dangereux par ses moyens oratoires. Il parle de tout avec facilité, mais il y a tant d’exagération dans l’expression de ses idées qu’il ne peut être dangereux que sur les têtes déjà exaltées ».

75 Voir la correspondance publiée par H. WOUTERS, op. cit., pp. 693, 701-702, 708, 711-712, 723-725, etc.

76 Tedesco écrivait encore à Fourdrin de sa prison à Esselens, Anvers, 9 décembre 1848 : « Je me propose d’adresser une lettre à la loge pour la St-Jean. Dis-moi ton avis à ce sujet, ainsi que celui de Fourdrin ». H. WOUTERS, op. cit., p. 712.

77 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 367, C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 134-136 suit les allées et venues de Tedesco à Bruxelles.

78 L. BERTRAND, op. cit., t. 1, p. 367.

79 Sur les expulsions, voir L. SOMERHAUSEN, L’humanisme agissant de K. Marx, pp. 229-247.

80 Coup dur surtout dû à la répression qui s’exerça alors, car les communistes, pas plus que les radicaux, n’appréciaient l’attitude un peu « protectrice » des milieux français. L. SOMERHAUSEN, op. cit., p. 232.

81 J. Derudder écrit à Imber, Bruxelles, 22 avril 1848 : « Pour l’ami Tedesco, je l’attends du jour au lendemain. Il est actuellement à Liège où il s’occupe également sans relâche de l’organisation des moyens qui doivent crouler à jamais la dynastie de notre fameux Léopold ». Publié par H. WOUTERS, op. cit., p. 607.

82 Sur les réunions, voir plus haut, et pour la correspondance, voir les documents publiés par H. WOUTERS, op. cit.

83 Cf. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 379 et sv. J. KUYPERS, Karl Marx Belgischer Freudenskreis, dans International Review of social History, 1962, vol. 7, 3e partie, pp. 446-458 et C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., p. 136.

84 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 148-152.

85 L’Ouvrier, 27 août et 31 août 1848.

86 L’Ouvrier (édition Dewandre), 26 octobre 1846.

87 Lettre d’un indicateur de Chazal, ministre de la Guerre, Eugène Le Bègue, datée du 8 septembre 1848, mais certainement par erreur. Cette lettre doit être de novembre 1848, puisqu’il y ait fait mention du journal Le Travailleur, dont le premier numéro ne paraît que le 9 novembre 1848. Cf. H. WOUTERS, Documenten, t. 2, pp. 671-673, et U. CAPITAINE, Recherches sur les journaux liégeois, p. 228.

88 Le Bègue à Chazal, Liège, le 4 décembre 1848, publié dans H. WOUTERS, Documenten, t. 2, pp, 708-709.

89 L’Ouvrier, 5 novembre 1848 : « Depuis quelques jours, un troisième et un quatrième nouveaux clubs démocratiques sont ouverts à Liège ».

90 Voir C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 160-164. On peut suivre l’évolution de ces sociétés dans les lettres de Le Bègue au ministre Chazal, du 8 septembre (pour novembre) 1848, 4 décembre 1848, 14 décembre 1848, 21 décembre 1848 et 28 décembre 1848, H. WOUTERS, Documenten..., t. 2, pp. 671-726.

91 Ibidem, p. 739, lettre de Le Bègue du 7 janvier 1848.

92 Ibidem, p. 741, lettre de Le Bègue du 10 janvier 1848.

93 C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., p. 164. Cf. les lettres de De Loncin à Palate, capitaine à Louvain, Liège le 13 février 1849 et de Grandfils à un ministre, Liège, 25 février 1849, dans H. WOUTERS, Documenten..., t. 2, pp. 765-766 et 771.

94 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, V 41. Le commissaire en chef au bourgmestre de Liège, 3 mars 1848.

95 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 mai 1848.

96 Le prétexte invoqué était sa présence à Bruxelles lors de la tentative d’invasion et le fait qu’une liste, portant notamment son nom, avait circulé, et renseignait soi-disant les noms des personnes qui auraient fait partie du gouvernement provisoire républicain. L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 379 et C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., p. 136.

97 Sur l’affaire mystérieuse du « Prado », voir L. BERTRAND, Histoire de la démocratie, t. 1, p. 262 et t. 2, pp. 24, 28-29 et C. CHRISTOPHE, Les idées sociales..., pp. 137-139.

98 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1066, La réflexion de Frère, alors mnistre, à son ami Fléchet, le 25 mars 1848, est révélatrice de cette inquiétude : « A voir la tranquilité dont nous jouissons, quelques gens s’imaginent que rien ne peut troubler notre repos. Aveugles insensés ! Ils ne voient pas qu’il ne faut qu’un prétexte ou une occasion pour éveiller les appétits grossiers de la masse. L’armée en dissolution, quelques ateliers fermés, et le peuple viendra dans la rue demander cent fois plus qu’il n’aurait fallu pour le maintenir dans ses voies régulières ».

99 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar à Rogier, Liège le 28 février 1848 : « Un point important, c’est d’aviser promptement aux moyens de maintenir nos fabriques en activité. La masse des ouvriers qu’elles employent dans la vallée de la Meuse et à Verviers, si elle se trouvait sans ouvrage deviendrait un embarras réel ; les liégeois ne se laisseraient pas mourir de faim et dès lors, qu’arraverait-il ? ».

100 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, A 13. Le Collège au gouverneur et A 57, circulaires imprimées du 4 mars 1848.

101 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de Macar qui centralise tous les rapports de la province de Liège se réjouit du calme qui continue à régner, 27 février 1843, 3, 4, 6, 8, 10, 17, 22 mars 1848, la formule est presque toujours la même : « La tranquillité est entière (...). Tout est tranquille à Liège ».

102 Les mercuriales officielles indiquent le prix du froment à 17 frs. 45 l’hectolitre et du seigle à 17 frs. 28 l’hectolitre pour la semaine du 23 au 29 février 1848, à Liège, cf. pasinomie, 1848, p. 41.

103 C’est le souci majeur du mois de mars, le contrôle des étrangers et des Belges rentrés de France. ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, XVII, Le gouverneur au Bourgmestre de Liège le 23 mars 1848 (V. 35) : « Si des étrangers ou des ouvriers arrivaient de Paris ou de France, vous trouveriez convenable de tâcher de vous assurer de leur rapports avec les habitants de la ville ». Ibidem, les mêmes, Liège, 11 avril 1848 (sans numéro de classement). « Je vous prie de bien vouloir faire surveiller avec le plus grand soin les Belges, notamment les ouvriers, revenus dans le pays après la révolution française du 24 février ».

104 A.G.R., Ministère de la Justice, no 132. Capitaine de gendarmerie de Liège Castillon au colonel de la gendarmerie nationale à Bruxelles, le 28 mars 1848. Cette note confirme l’existence du club dès mars, et aussi, même si la réaction est négative, que les ouvriers en étaient avertis.

105 J.P. SCHMIT, Aux ouvriers. Du pain, du travail et la vérité, J. Desoer, 1848, 20 pp. in-8°.

106 A.G.R., Papiers Rogier, no 210. Poème wallon : « So l’ club républicain. Sçeance de 22 d’ Maije 1848 (...) (2) C’est à café d’l’Indépendance / ê féronstrée à mon Gilson. Wis qui sont / il avit fait v’ni leurs q’nohance / et qu’ek ovrîs / pos les houti prêchi / et po l’gi d’ir fains comme’ elle France / Mais les Ligeois / n’ sont nin faits de même bois / (3) C’est Bayet da 1’ mohom’ d’ellreie : qu’ parle l’ prîmi et qu’a dit / mes amis / fains n’ republiqu’ di n’oss patriae : chessons li Roi / fains des novell’e Loix / Bouhons tot ju à puz z’akeie / et mî vormin / j’seris vos présiden / (...) après qu’l’on hufflé / et qu’ont dit qu’ c’esteut on pauv’ sire / (5) Quant Bayet avat fini d’braire / si fouri l’ tour da Tedesco / ji reie co / qui fait chal à Lig l’homme d’affaire : / on pauv’ chaipiou / qu’est co ji vou jin pou / Il a portant on bai vizaige / mais on pô to sot / tot comm’ i sont turtot ».

107 A.G.R., Papiers Rogier, no 347, C. Muller, député permanent faisant fonction de gouverneur au ministre Rogier, Liège, le 24 mai 1848, 11 1/2 heures du soir.

108 Ibidem, les mêmes, Liège, le 25 mai 1848, midi.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search