Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre VIII. La réconciliation (1847-1848). Les libéraux face aux responsabilités du pouvoir

Texte intégral

1. Les derniers mois de séparation (janvier 1847 - mars 1847)

  • 1 Compte rendu de la réunion de l’Association du 8 novembre 1846 dans le Journal de Liége du 9 novem (...)

1Rien au cours des premiers mois de 1847 ne faisait présager une éventuelle réconciliation entre les deux organisations liégeoises. Les contacts étaient au point mort, ainsi que les rapporteurs de l’Association et de l’Union l’avaient fait remarquer devant leurs assemblées respectives, en novembre 1846 pour la première et en janvier 1847 pour la seconde1.

  • 2 La réunion du comité cantonal d’Hollogne-aux-Pierres a lieu le 28 février 1847. Le bureau provisoi (...)

2L’Union semblait s’implanter solidement, notamment en créant, en exécution du plan de confédération du libéralisme belge un comité cantonal à Hollogne-aux-pierres2. C’est à notre connaissance le premier canton de l’arrondissment à être ainsi doté d’une organisation libérale officielle. Le choix de ce canton est caractéristique de l’effort tout particulier qui fut réalisé par les libéraux pour s’implanter, après l’impulsion du Congrès en 1846, dans les cantons ruraux. Hollogne-aux-pierres était le canton où le libéralisme avait mis le plus de temps à s’imposer. Le fait que ce furent les progressistes qui prirent cette initiative était sans doute dû à des circonstances locales ; effectivement les trois conseillers provinciaux de ce canton étaient membres de l’Union.

  • 3 Cette « Société libérale de l’arrondissement de Waremme » se réunit en assemblée générale le 25 fé (...)

3Cette réalisation des progressistes, semblable à celle de leurs collègues dans l’arrondissement administratif de Waremme — où une association libérale se crée sous la présidence de Sélys-Long-champs, membre de l’Union3 —, contraste cependant avec l’attitude passive de leurs adversaires doctrinaires qui, par exemple, majoritaires dans le canton de Fléron, n’ont apparemment jamais éprouvé le désir d’y créer une semblable association.

4Ces divergences de style politique paraissaient devoir se renforcer, lorsqu’à l’invitation de l’Alliance de Bruxelles à un deuxième Congrès libéral à Bruxelles, l’Association de Liège refusa d’y envoyer des délégués contrairement à la décision de l’Union.

  • 4 E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 142-147.
  • 5 Cf la circulaire de l’Association libérale de Bruxelles aux associations libérales du pays, reprod (...)

5Les circonstances étaient en fait très différentes par rapport à l’année précédente. A Bruxelles, après des séances tumultueuses, les doctrinaires avaient à leur tour quitté l’Alliance pour créer leur propre organisation, l’Association libérale4. Le comité de la nouvelle association, sous la présidence de Verhaegen, avait fait remarquer qu’il acceptait le programme du Congrès de 1846, tout en précisant qu’il lui suffisait. Les doctrinaires de Bruxelles refusaient de se laisser déborder par Bartels, les radicaux et les progressistes, qui dès lors étaient restés maître de l’Alliance5.

  • 6 Compte rendu de la séance de l’Association du 22 mars 1847, dans le Journal de Liége, 23 mars 1847 (...)

6Le comité de l’Association libérale de Liège, dans son rapport à l’assemblée du 22 mars 1847, tenait compte de cette évolution à Bruxelles pour justifier sa décision de s’abstenir d’envoyer des délégués au nouveau congrès. Ils estimaient improbable que ce congrès convoqué par l’Alliance, qui ne présente plus les mêmes garanties de modération et d’impartialité qu’autrefois, puisse se montrer plus fructueux qu’à une époque où toutes les nuances du libéralisme se résumaient dans cette société. Ils craignaient que ce congrès ne soit, au contraire, l’occasion de soulever de nouvelles discordes6.

  • 7 Libéral liégeois et Journal de Liège du 3 mars 1847.
  • 8 Libéral liégeois, 26 mars 1847. Les vingts-deux délégués de l’Union sont dès lors : de Robaulx, Co (...)

7L’Union libérale qui, de son côté, avait déjà désigné ses onze délégués le 1er mars 18477, fut invitée à compléter la délégation liégeoise par onze membres supplémentaires. L’assemblée extraordinaire qui se réunit à cet effet le 25 mars donna lieu à la lecture d’un rapport de Macors, critiquant l’attitude de l’Association et rejetant une nouvelle fois la responsabilité de l’échec des négociations conciliatrices sur l’intransigeance des doctrinaires8.

  • 9 Compte rendu du Congrès de 1847, dans Journal de Liége, 30 mars 1847 et Libéral liégeois, 30 mars (...)

8Le deuxième Congrès libéral, qui se tint le 28 mars 1847, ne connut pas le succès du précédent. Les libéraux gantois étaient également absents de la réunion. La délégation de Tongres marqua sa défiance vis-à-vis du bureau formé par les membres du comité de l’Alliance et proposa de lui substituer un bureau définitif où les délégués présents de l’Association de Bruxelles figureraient pour moitié. Ceux-ci refusèrent afin de laisser toute la responsabilité des décisions aux progressistes9.

  • 10 Voir le compte rendu détaillé du Journal de Liége, 30 mars 1847 : « C’est clair, s’exclame Bartels (...)

9Après avoir clôturé les incidents en repoussant une tentative de faire ajourner la séance, le Congrès ne prit pas la moitié des décisions prévues. Il décida de remettre à plus tard, à la grande colère de Bartels qui était le rapporteur, les décisions concernant les relations à établir entre associations cantonales et associations d’arrondissement, ainsi que les mesures à employer par les comités électoraux10.

  • 11 Ibidem.

10La grande décision qui fut prise, — mais à la faible majorité de 111 voix contre 97 — concerne la création d’une rente libérale perçue par les sociétés libérales et versées à une commission de dix-huit membres (2 par province) afin de soutenir la presse libérale dans les petites villes ou dans les campagnes où cela s’avérerait nécessaire11.

  • 12 « Les libéraux avancés n’ont presque pas d’organe dans le pays ; des journaux qu’ils ont créés, le (...)

11Cette mesure, la seule adoptée finalement par le Congrès de 1847, fut dénoncée par les doctrinaires comme une manœuvre des radicaux destinée à apporter un nouveau soutien aux journaux de cette tendance, qui rencontraient peu de succès ; ils s’efforcèrent de démontrer l’impossibilité, devant les divisions libérales, de répartir valablement les crédits rassemblés sans provoquer de nouveaux heurts de tendance12.

  • 13 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 18 avril 1847 : « Le Congrès a décrété une (...)

12Cette mesure n’entrera effectivement pas en application, mais au moment même, il apparaissait que les deux organisations liégeoises s’engageaient de plus en plus sur des voies différentes13.

13Et pourtant, moins d’un mois plus tard, à la fin avril, les deux comités se mettaient d’accord sur les bases d’une coalition en vue des élections législatives de juin, et après des élections triomphales les deux sociétés décidaient, à la fin du mois de juin, de fusionner.

14Cette évolution soudaine, dominée par la perspective de former un front uni devant les adversaires catholiques, s’explique par les profondes divergences qui se révélèrent sur cette question entre radicaux et progressistes.

2. La coalition et les élections législatives de juin 1847

  • 14 Le fait n’est révélé que le 19 avril 1847 dans le Journal de Liège. Il est confirmé dans le mémoir (...)

15L’initiative de la proposition de coalition électorale émane du comité de l’Association. Ce projet est présenté le 10 avril 1847 au comité de l’Union14.

  • 15 Tous les détails dans E. DISCAILLES, Chartes Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 117-128.
  • 16 Ibidem, pp. 128-129.

16Les mobiles des doctrinaires sont clairs. Pour eux, la question électorale, ainsi qu’ils l’ont maintes fois proclamé, a toujours été le but essentiel des associations politiques. Il est très important qu’elles ne faillissent point à leur rôle dans les circonstances prochaines. Le libéralisme n’a jamais été aussi proche du pouvoir. En 1846, Rogier avait été à deux doigts de constituer un gouvernement libéral homogène dont Delfosse aurait fait partie, mais le Roi n’avait pas accepté la condition que Rogier, fort de l’expérience de 1841, avait insérée dans son programme : le droit de dissoudre l’une ou l’autre Chambre15. L’avènement du ministère composé par de Theux et Malou, et appelé ministère « des six Malou », car n’y figurait aucune personnalité libérale, fut alors salué par la presse libérale comme le dernier obstacle à surmonter pour parvenir au pouvoir16.

  • 17 Tribune de Liége, 8 avril 1847, Journal de Liége, 23 avril 1847.

17Les élections qui vont renouveler la moitié de la Chambre et du Sénat présentent dès lors une importance capitale. Sans doute les perspectives des catholiques pour entamer la députation liégeoise sont-elles minces. Cependant, pour que le libéralisme se présente fort et avec toutes ses chances, les doctrinaires liégeois estiment qu’il doit présenter un front uni contre l’adversaire traditionnel, contre le « cléricalisme »17.

  • 18 Journal de Liège, 12 avril 1847. « Des raisons de famille déterminent seules M. Fleussu à la retra (...)

18Des circonstances plus particulières jouèrent sans doute aussi leur rôle. Le 10 avril 1847, une délégation du comité de l’Association libérale s’était précisément rendue chez Fleussu pour lui exprimer les regrets qu’excitait la résolution qu’il avait prise de ne plus accepter de mandat législatif18.

  • 19 Les négociations, nous l’avons dit, restent secrètes jusqu’au 19 avril. Nous connaissons la base d (...)

19Cette décision a sans doute pesé en faveur de la proposition du comité de l’Association. Au moment où le nombre des représentants de l’arrondissment de Liège était porté de quatre à cinq, le désistement de Fleussu laissait deux places vacantes. Le marché à mettre dans les mains de l’Union apparaissait dès lors tout trouvé : les trois représentants sortants, Delfosse et de Tornaco de l’Association ainsi que Lesoinne de l’Union, seraient maintenus comme candidats, tandis que l’Association et l’Union désigneraient chacune un représentant supplémentaire19. Il est vraisemblable que Frère déjà se sentait personnellement intéressé par cette combinaison.

  • 20 Révélé par la lettre de Frère, et confirmé par le mémoire du comité de l’Union, A Messieurs les me (...)

20Deux jours après cette proposition, le 12 avril, le comité de l’Union agréait à l’unanimité l’offre de l’Association, en marquant cependant son désir que l’on traite d’un rapprochement complet et définitif entre les deux nuances du libéralisme20. A la coalition, le comité préférait la fusion.

  • 21 Ibidem.

21La première réunion des délégués de chaque comité eut lieu le 15 avril et aboutit à un accord pour la répartition des candidats par organisation. Lors de la deuxième réunion, le 17 avril, le comité de l’Union faisait savoir qu’il acceptait cet accord, mais en ne considérant ces bases comme définitives que pour autant que l’Association soit disposée à traiter de la fusion21.

  • 22 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 18 avril 1847.

22Frère-Orban objecta que la coalition est une affaire simple à aborder, « facile et dégagée de tout accessoire propre à irriter » ; la fusion, par contre, était de nature « à soulever une foule de difficultés et à raviver tous les motifs de querelle »22.

  • 23 Ibidem.

23Il pressentait des tiraillements à l’intérieur du comité de l’Union, soupçonnant que « quelques personnes qui n’ont d’importance que par la discorde s’emparaient de l’idée d’une fusion dans l’espoir que la difficulté de s’entendre sur les bases tuerait le projet de coalition »23.

  • 24 Cette hypothèse n’est pas invraisemblable. Il est possible en effet que certains progressistes aie (...)
  • 25 Libéral liégeois, 18 avril 1847, reproduit par le Journal de Liége du 19 avril 1847.

24Ses soupçons ne pouvaient que se renforcer — s’il n’était pas directement informé par certains progressistes également intéressés par l’idée d’un rapprochement24 — à la lecture du Libéral liégeois. Effectivement, alors que ces contacts n’avaient pas encore été rendus publics, le quotidien qui, il est important de le rappeler ici, n’était pas l’organe du comité mais bien des frères Bayet, annonçait à grand fracas la scission ouverte à Verviers entre les jeunes et les vieux libéraux qui se séparaient pour former une nouvelle association. L’organe radical remarquait que « si ce germe de nouvelles divisions n’est pas étouffé, aucun pacte de fusion ou de coalition ne peut être conclu entre l’Association et l’Union à Liége »25.

  • 26 Voir notre Etude de ta presse liégeoise, pp. 92-101.

25Certain dès lors d’où souffle le vent, Frère, qui tient alors la plume dans le Journal de Liége26, révèle les négociations engagées et accuse ouvertement les radicaux de s’efforcer de faire échec à ce rapprochement.

  • 27 Libéral liégeois, 3 mars 1847. (Je souligne.)

26La position des radicaux, à dire vrai, n’était pas, face aux élections prochaines, la même que celle des doctrinaires. Plusieurs semaines auparavant, le Libéral liégeois, avait annoncé que le jeune libéralisme dont il se réclame est « personnellement désintéressé » devant le problème électoral. « Selon toute probabilité, remarqua-t-il, aucun homme politique appartenant à notre nuance ne briguera le mandat de représentant : le temps de nos idées n’est pas encore venu »27.

27Le but des radicaux, en déclenchant une campagne de presse prônant la fusion de préférence à la coalition, peut être double : soit désirer réellement engager des négociations sur la fusion dans des circonstances très favorables — en sachant combien les doctrinaires sont intéressés par la question électorale — afin d’aboutir à faire admettre leur point de vue, notamment sur l’admission des non-électeurs, soit escompter qu’elles échoueront et conserver ainsi dans l’Union libérale un tremplin politique pour leurs idées.

  • 28 Journal de Liége, 19 avril 1847 : « Le Libéral liégeois connait très bien les ouvertures faites pa (...)
  • 29 Libéral liégeois, 24-25 avril 1847.

28Cette dernière hypothèse, dénoncée par les doctrinaires28 semble se confirmer lorsqu’à court d’arguments pour combattre la coalition, le Libéral liégeois laisse entendre que si la coalition veut se réaliser réellement sur un pied d’égalité, chaque association devrait présenter deux candidats et s’entendre à l’amiable sur le cinquième29. Poser le problème de cette manière, alors que deux représentants sortants, Delfosse et de Tornaco, sont membres de l’Association, c’était remettre en cause — et les radicaux ne devaient pas l’ignorer, — la candidature de Frère. Ils savaient que ce dernier, qui par son activité et par sa position sociale avait acquis un réel ascendant dans l’Association, s’y serait opposé. Ils escomptaient manifestement l’échec du rapprochement des deux organisations.

29Le ton de plus en plus agressif de la feuille radicale trahissait ses craintes. Effectivement, la grande majorité des progressistes, devant le refus de l’Association de traiter de la fusion, penchait pour accepter malgré tout la coalition.

  • 30 Le chiffre est donné par le Libéral liégeois du 1-2 mai 1847. Il confirme en donnant les noms le 6 (...)
  • 31 « Nous annonçons aujourd’hui avec une vive satisfaction que les négociations ont eu un heureux dén (...)

30Le 26 avril 1847, la décision est prise au comité de l’Union d’accepter la coalition, par sept voix contre quatre ; Dereux et Collette s’étaient joints à Adolphe Bayet et de Robaulx pour s’y opposer30. Les bases de l’accord sont communiquées : Delfosse, Lesoinne et de Tornaco sont reconduits comme candidats ; l’Association présentera Frère-Orban et l’Union Destriveaux31.

  • 32 Convocation conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

31L’assemblée de l’Union libérale est convoquée le 10 mai et celle de l’Association le 13 pour entériner les bases de la coalition32.

  • 33 Libéral liégeois, 28 avril 1847.
  • 34 Idem, 3 mai 1847.
  • 35 Idem, 4 mai 1847.

32Le Libéral jette alors ses dernières forces dans la bataille. La coalition est peinte comme « un coup de force que l’on impose aux électeurs », « une faute politique qui compromet la cause libérale et tue la fusion »33, où « l’Union aura joué le rôle du personnage de la comédie battu et content »34. Les radicaux rendent hommage à l’Alliance de Bruxelles qui « en respect de la dignité et des droits des associations politiques », a refusé la coalition dans la capitale35.

  • 36 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847 ; conservées également dans le Fo (...)

33Pour répondre à ces attaques incessantes, les membres de la majorité du comité de l’Union, qui rappellent qu’ils n’ont aucun organe de presse pour se défendre, exposent leur point de vue dans un mémoire aux électeurs, qui paraît le 1er mai 184736.

34Selon eux « il n’y avait que trois partis possibles : l’abstention, la lutte, la coalition ».

  • 37 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847, p. 4.

35Dans le cas de l’abstention de l’Union dans la lutte électorale, les électeurs soit se rendraient au scrutin et voteraient pour les candidats de l’Association, ce qui serait une coalition dans les faits sans les avantages que l’Union peut en retirer, soit encore s’abstiendraient et alors « c’est laisser une fraction du libéralisme, qui comme nous, défend le programme du Congrès, seule aux prises avec le parti catholique : c’est une désertion devant l’ennemi »37.

  • 38 Ibidem, p. 5.

36Le second parti était la lutte contre l’Association libérale. Cette solution, qui présentait le danger de favoriser un candidat catholique, ne pouvait que rendre plus profondes les divisions existantes ; elle ne pouvait qu’être néfaste au libéralisme liégeois. En outre, la polémique des journaux n’aurait pu qu’amoindrir les candidats de l’une ou l’autre fraction. « De quelle influence jouiraient alors, demandaient-ils, des députés libéraux, n’arrivant à la Chambre que discrédités par les attaques de la presse libérale »38.

  • 39 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847, p. 7.

37La coalition s’imposait donc à leurs yeux : « après une lutte de près de quinze ans contre le parti clérical, après tant d’efforts et de sacrifices, ce n’est pas lorsque notre opinion est à la veille de triompher, qu’il faut compromettre le succès par une lutte impie, intempestive »39.

38Ainsi, en quelques jours, l’approche des élections législatives fait éclater l’Union libérale. Cette polémique, la comparaison des thèses radicales défendues par le Libéral liégeois et des idées exprimées par les progressistes dans leur mémoire font bien apparaître que l’accord ne reposait pratiquement que sur des questions de forme. Seules des questions d’opportunité dans les mesures à prendre (abaissement du cens électoral, etc) et surtout de souplesse dans la direction des assemblées d’électeurs ont pu coaliser momentanément deux groupes qui, sur le fond se trouvent nettement en désaccord.

39Pour les progressistes, la question politique reste le point essentiel du programme libéral. Ils se rapprochent irrésistiblement des doctrinaires, ils reforment leur unité face aux « cléricaux, adversaires traditionnels », qu’il faut avant tout écarter du pouvoir.

40Les radicaux, de leur côté, ne considèrent la question politique que pour autant qu’elle puisse aboutir aux réformes sociales qu’ils souhaitent. Anticléricaux également, ils se sentent cependant tout aussi éloignés des doctrinaires que des catholiques sur la question sociale.

  • 40 Journal de Liége et Libéral liégeois, 11 mai 1847.
  • 41 La candidature de Destriveaux remporte 60 voix selon le Libéral et 64 sur 65 votants selon le Jour (...)

41La campagne de presse du Libéral n’est plus qu’un baroud d’honneur. Les radicaux sont en effet minoritaires dans l’Union libérale, ainsi que le confirme le vote survenu le 10 mai 1847 à l’assemblée de l’Union40. Malgré les discours défavorables de Tédesco, de Robaulx et Dereux, l’assemblée se prononce en faveur de la coalition par 112 voix contre 49. La candidature de Destriveaux ne rencontre aucune opposition41.

  • 42 Journal de Liége, 14 mai 1847. 176 bulletins sont déposés, Frère-Orban et de Waha-Grisard remporte (...)

42Le 13 mai 1847, l’Association ratifiait à son tour la coalition par un vote unanime par acclamation et la candidature de Frère-Orban se trouvait également ratifiée42. En outre, à la demande de Fritz Behr, l’assemblée donna mandat au comité de traiter immédiatement après les élections du 8 juin des bases de la fusion. Cette mesure, prise dans l’enthousiasme, n’étonnera pas. Effectivement, la défaite des radicaux avait fait sauter ce qui apparaissait comme l’obstacle majeur à la réconcilition des libéraux.

  • 43 Libéral liégeois, 8-9 mai 1947.

43La rupture complète des progressistes et des radicaux s’était concrétisée par la candidature spontanée qu’Alexandre de Robaulx avait fait connaître par l’intermédiaire du Libéral Liégeois dès le 8-9 mai 1847, la veille de la réunion de l’Union43 !

  • 44 Ibidem, 11 mai 1848.

44Le quotidien reconnaissait que ce candidat n’avait aucune chance, mais il acceptait de le soutenir pour protester solennellement contre un accord qui, cette fois, était présenté comme un défi au droit des électeurs qui n’avaient pu qu’entériner les décisions des deux comités44.

  • 45 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922, les deux tracts sont conser (...)

45Orchestrée par les deux comités, la campagne électorale qui s’engage alors en faveur des candidats coalisés est mise sous le signe de la réconciliation. Les éloges que le comité de l’Union décerne dans son tract électoral à Frère-Orban « dont chacun reconnaît les talents et la capacité » et qui « a rendu des services signalés au libéralisme » ne le cèdent en rien à ceux adressés par le comité de l’Association, dans son propre tract, à Destriveaux « qui a usé trente années de sa vie à enseigner le droit public à l’Université de Liège, à tracer les droits et les devoirs respectifs des gouvernements et des citoyens, qui a toujours fait preuve de capacité et d’indépendance »45.

  • 46 Tribune de Liége, 28 avril 1847.
  • 47 CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, Messieurs les électeurs de l’arrondissement de Liége, un comité (...)
  • 48 Journal de Liége, 8 juin 1847.

46La lutte ne présenta pas de difficultés. Les catholiques, qui selon le bruit répandu par les libéraux, avaient songé à présenter Raikem et de Behr, ont avec la coalition, perdu leurs dernières chances de succès46. Seule la candidature de de Behr sera défendue par un « comité d’électeurs »47, tandis que Raikem allait se présenter dans l’arrondissement de Tongres, où il sera élu48.

  • 49 Le premier des cinq élus libéraux, Lesoinne, a 1.309 voix sur 1.788 votants, le dernier, Tornaco, (...)

47La victoire libérale aux élections du 7 juin 1843. S’ajoutant aux succès libéraux dans les autres parties du royaume, elle ouvre la voie du pouvoir au libéralisme49.

3. La fusion et le ministère libéral (juin-décembre 1847)

  • 50 Journal de Liège, 9 juin 1847.

48Deux jours après ce succès électoral, le comité de l’Association se réunit et désigne ses délégués pour se mettre en rapport avec l’Union afin de traiter de la fusion. Le Journal de Liége, se disait certain que « la fusion des sociétés sera bientôt un fait accompli »50.

  • 51 L’accord est annoncé par le Journal de Liège, 16 juin 1847. La convocation de l’Association, avec (...)

49Effectivement, les négociations ne traînèrent pas. Le 15 juin, l’accord était complet. Le 21, les deux sociétés étaient convoquées dans leurs locaux respectifs, pour le 24, afin d’entériner les bases de l’accord qui étaient publiées dans les journaux libéraux et diffusés à tous les électeurs sous forme de circulaire51.

  • 52 Ibidem.
  • 53 Ibidem. Pasinomie, 1830-31, p. 397. Le décret du 19 juillet 1831 indique que les jurés seront pris (...)

50La nouvelle société qui prenait le nom d’Association de l’Union libérale se constituerait « par fusion complète des deux sociétés, sans exclusion d’aucun de leurs membres actuels »52. La question si délicate de l’admission des non-électeurs, sur laquelle s’étaient heurtées toutes les précédentes négociations, était résolue de la manière suivante : le cens électoral requis normalement pour être membre était fixé à 20 florins, soit au minimum de la Constitution ; étaient admis également les docteurs, candidats ou les personnes ayant un brevet de capacité, les personnes âgées de 21 ans, qui si elles avaient trente ans seraient portées sur les listes du jury53 ; en outre, les personnes qui n’entraient pas dans ces catégories pourraient être admises sur présentation par les deux tiers des membres du comité et aux deux tiers des suffrages de l’assemblée générale. Toutefois, cette catégorie d’associés, qui jouissaient des mêmes droits et étaient soumis aux mêmes obligations que les autres, était limitée au quinzième du nombre total de membres de la société.

  • 54 Points 9 et 10 des bases de la fusion : Les délégués de l’Association sont Delfosse, Delexhy, Deli (...)
  • 55 Point 11. Le point 12 précisait encore : « Les décisions prises par l’Union libérale concernant la (...)

51Un comité provisoire composé de cinq membres de l’Association et de cinq de l’Union54, ainsi que de Joseph Forgeur désigné de commun accord comme onzième membre, était présenté pour assurer la direction de la nouvelle société jusqu’en mars 1848. A cette date, le texte de l’accord prévoyait que l’assemblée générale élirait son nouveau comité désormais composé de vingt-et-un membres55.

  • 56 Journal de Liége et Tribune de Liège, 25 juin 1847. Forgeur est désigné comme président.

52Le 24 juin 1847, les assemblées des deux sociétés se réunirent séparément dans leurs locaux respectifs, elles sanctionnèrent à l’unanimité ces bases de fusion et fondirent ensuite leurs rangs dans la salle du Passage Lemonnier56.

***

  • 57 Libéral liégeois, 16 juin 1847.
  • 58 Libéral liégeois, 23 juin 1847.

53Le Libéral liégeois ne cachait pas son étonnement devant la rapidité avec laquelle ont abouti des négociations qui jusqu’alors s’étaient toujours heurtées à des difficultés apparemment insurmontable57. La lecture des bases de l’accord l’a convaincu que rien n’avait été modifié aux dernières propositions formulées par le comité de l’Union avant les élections et qui avaient été alors ajournées. « Pourquoi, se demandait-il, ce qui a été si facile de conclure après le 8 juin n’a-t-il pu l’être auparavant »58 ?

  • 59 En avril 1848, un membre du comité de l’Association refusera de s’associer à une décision votée pa (...)
  • 60 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Statuts de l’Association de (...)

54La question pourrait paraître naïve s’il ne s’agissait vraisemblablement d’une nouvelle tentative radicale de semer la zizanie. Le coup de force provoqué par les doctrinaires avait rompu complètement les liens entre les radicaux et les progressistes59. Le combat des radicaux contre les candidats coalisés avait déconsidéré leur cause aux yeux des libéraux. Quoique, selon les bases de la fusion, les Bayet, de Robaulx, Collette et Dereux ne soient pas exclus de la nouvelle association, et que l’on retrouvera leurs noms sur la liste des membres en 184860, ils ont perdu tout crédit politique et ne joueront plus dans l’Association, qu’un rôle mineur.

***

  • 61 Sur la crise ministérielle de 1847 et les réactions royales voir E. DISCAILLES, Charles Rogier (18 (...)
  • 62 A.G.R., Papiers Rogier, no 282, Delfosse à Rogier, 19 juin 1847 : « Je ne désire nullement être mi (...)
  • 63 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 82, Ch. Rogier à Frère-Orban, 25 juillet 1847 : « Notre ami commun (...)

55Bien que tous les journaux libéraux se soient accordés pour affirmer, après les élections, que rien ne s’opposait plus à la formation d’un gouvernement libéral, le nouveau ministère mit deux mois à se former. Les hésitations du roi à confier la direction du pays à des hommes qui seraient dominés par des clubs politiques sont bien connues par ailleurs61. Pressenti pour être formateur, Rogier avait sollicité Delfosse pour occuper la place de ministre des travaux publics, mais Delfosse préfére s’abstenir62. Comme Rogier désirait absolument un Liégeois dans son gouvernement, Delfosse lui fit l’éloge de Frère-Orban63. Quand le roi signa, le 12 août 1847, les arrêtés de nomination, Frère faisait partie du nouveau gouvernement libéral homogène. Ainsi commençait de façon foudroyante, sur le plan national, une carrière politique qui sera longue et très marquante, mais qui avait été préparée depuis des années sur le plan local.

  • 64 Le programme du ministère est publié dans la presse de l’époque. Il est reproduit dans E. DISCAILL (...)

56Le programme du ministère, accepté par le Roi, reprenait les principales dispositions de 1846, dont notamment la question de la révocation éventuelle des Chambres, avec en plus celle de la réforme électorale, limitée cependant à l’adjonction des capacités64.

  • 65 Journal de Liége, 31 août 1847. Il y a 161 votants à la réunion et Frère-Orban remporte 160 voix.
  • 66 Journal de Liége, 5 septembre 1847. 821 votants et 808 voix pour Frère.

57La nomination de Frère aux fonctions ministérielles nécessitait automatiquement sa représentation devant le corps électoral de l’arrondissment. Ce fut l’occasion pour l’Association de l’Union libérale de témoigner sa confiance dans le nouveau gouvernement. Forgeur déclara à l’assemblée libérale du 30 août 1847 que « l’acceptation d’un portefeuille par M. Frère était un acte de civisme dont les libéraux doivent s’applaudir, le comité est unanime pour proposer sa réélection »65. La réélection de Frère eut lieu sans opposition le 4 septembre 184766.

  • 67 Election du nouveau comité le 5 mars 1848, et composition dans le Journal de Liège, 6 mars 1848.

58En partant à Bruxelles, Frère n’avait conservé aucune fonction dans le comité de l’Association, contrairement à Delfosse et Lesoinne. En 1848, il ne figura pas dans le comité de 21 membres qui sera élu67. Sans doute estimait-il sa position morale en dehors du comité plus forte encore que s’il s’y était maintenu.

  • 68 A.G.R., Papiers Rogier, no 284. Lettre d’acceptation et d’adhésion au programme de Macar, le 17 ao (...)
  • 69 Les A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063 et 1066 conservent la correspondance du jeune ministre av (...)
  • 70 Ibidem, no 1063, Frère à Delfosse, 10 septembre 1847 : « Il (Müller) se défend de l’idée d’imputer (...)

59Frère avait gardé beaucoup d’amis à Liège, et ceux-ci ne furent pas oubliés lorsque le ministère remit en place un personnel administratif libéral. C’est Théodore Fléchet, un ami personnel de Frère qui reprit le poste de commissaire d’arrondissement que Demonceau venait de laisser à Lekeu. Le gouverneur de la Coste était remplacé par un libéral bon teint, le baron de Macar, sénateur68. Le nouveau ministre conserve de nombreux contacts avec des Liégeois. Il compte sur Muller, qui dirige le Journal de Liége, et Fléchet pour que la politique gouvernementale y soit soutenue, mais l’éloignement n’est pas sans poser quelques problèmes69. Les Liégeois n’abandonnent pas facilement les préventions anti-gouvernementales nourries pratiquement depuis la Révolution et les débuts du libéralisme au pouvoir n’iront pas sans quelques tiraillements70. Ceux-ci n’affectent pas l’association politique qui ne se réunira plus avant les événements de février 1848.

4. Les réactions liégeoises face aux événements de 1848

  • 71 Voir E. DISCAILLES, Charles Rogier, t. 3, pp. 187-211 et plus particulièrement G. JACQUEMYNS, Hist (...)
  • 72 Cette documentation est publiée à la suite d’un vote de la Chambre. Mgr Van Bommel écrit à ce prop (...)
  • 73 Voir les réactions de la presse et la proclamation de la trêve politique, dans Etude de la presse (...)

60Le gouvernement libéral avait adopté une marche sage devant les difficultés politiques — la nécessité de se faire adopter — et économiques — la crise des céréales de 1846-1847 et celle des Flandres — qu’il rencontrait dès ses débuts71. L’indépendance au pouvoir civil, premier point du programme du gouvernment, est à la base de plusieurs incidents avec les catholiques. La publication par le ministère de la correspondance des évêques avec les gouvernements soulève des protestations alors que les questions de la réforme électorale et de la révision de la loi communale de 1842 ne sont pas encore abordées72. Les événements révolutionnaires de la fin février 1848 bouleversent ces données politiques. Devant l’émotion considérable soulevée dans tout le pays, toutes les forces conservatrices, tant catholiques que libérales, se serrent autour du gouvernement pour défendre l’indépendance, la royauté et la Constitution73.

  • 74 Loi du 31 mars 1848 abaissant le cens électoral. Pasinomie, 3e série, pp. 87-88.
  • 75 Loi du 5 mars 1848 concernant la loi communale. Pasinomie, 1848, p. 62.
  • 76 Loi du 28 mai 1848 qui fixe les incompatibilités entre les fonctionnaires de l’Etat et les membres (...)
  • 77 Loi du 25 mai 1848, Pasinomie, 1848, p. 221.

61Le ministère prend, dès la fin février, la décision de déposer d’importants projets de loi, qui sont adoptés aussitôt par les Chambres. Les réformes politiques ainsi apportées sont, faut-il le rappeler, considérables et à la mesure de l’émotion soulevée. Le cens requis pour être électeur général est abaissée au minimum constitutionnel (20 florins)74 ; la loi communale dite «réactionnaire » de 1842 est abrogée et les conditions de cens pour les candidats aux élections communales sont supprimées75. La question de l’incompatibilité des fonctions publiques et des mandats parlementaires est mise à l’étude76, ainsi que celle de l’abolition du droit de timbre sur les journaux77. Ces réformes vont au-delà du programme du Congrès libéral de 1846 et atteignent dans une large mesure les revendications politiques vers lesquelles les radicaux poussaient les progressistes.

  • 78 Séance de la Chambre des représentants du 1er mars 1848, dans Annales parlementaires de Belgique. (...)

62Delfosse pouvait, à la Chambre prononcer sa phrase devenue célèbre : « Pour faire le tour du monde, les idées de la révolution n’ont plus besoin de passer par la Belgique »78.

***

  • 79 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Délibération du conseil communal, séance du 28 février 1848, Journa (...)

63Les réactions liégeoises devant ces mesures sont extrèmement favorables. Le conseil communal de Liège qui, s’était réuni le 28 février afin de voter une adresse en faveur de la réforme électorale, se contente dès lors de voter ses remerciements, tout en émettant des « vœux pour la réalisation prochaine d’autres améliorations attendues par l’opinion publique »79.

  • 80 Journal de Liége, 2 mars 1848.
  • 81 « Créer aujourd’hui des embarras au pouvoir, ce serait paralyser sa force et agir contre l’intérêt (...)
  • 82 Journal de Liége, 5 mars 1848. Voici la nouvelle composition du comité : Behr, cons. provincial, C (...)

64L’assemblée de l’Association de l’Union libérale du 5 mars 1848, qui avait été convoquée par le comité le 27 février pour adopter une pétition au gouvernement visant à réclamer la prompte et entière réalisation du programme du Congrès libéral80, est également prise de court et se borne à donner des assurances de la confiance que les libéraux mettent dans le ministère pour le maintien de l’indépendance et des institutions81. Cette assemblée procède à l’élection de son comité définitif de 21 membres, qui sera chargé de la rédaction d’une adresse « ayant surtout pour objet (maintenant que le gouvernement prend l’initiative de la réforme électorale et parlementaire) de solliciter une meilleure répartition des impôts, de telle sorte qu’il y ait allègement notable pour les classes ouvrières »82.

  • 83 Journal de Liège, 14 mars 1848.

65L’adresse rédigée quelques jours plus tard tient compte de ces recommandations. Après avoir souligné l’importance des initiatives gouvernementales en matière politique, elle met particulièrement l’accent sur les souffrances des classes ouvrières et indigentes et propose quelques moyens pour adoucir leur sort : « le développement de l’instruction primaire, l’organisation d’un enseignement professionnel, l’abolition définitive des droits de douanes sur l’entrée des céréales et du bétail, la révision du système des octrois, une répartition des charges publiques plus équitable et qui soit en raison du revenu des citoyens, la réforme des institutions de bienfaisance et l’établissement des caisses de prévoyance dans toutes les industries »83.

  • 84 Libéral liégeois, 5 mars, 6-7 mars, 8 mars 1847 etc. Nous reparlerons brièvement de ces troubles d (...)
  • 85 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de la province de Liège de Macar au ministre Rogier, (...)

66La grande crainte que nourissaient les autorités et une grande partie de la bourgeoisie censitaire, après que les aspirations politiques des plus avancés d’entre eux étaient réalisées, concernait effectivement les réactions éventuelles de la classe ouvrière. En 1847, plusieurs troubles, dûs au prix exorbitant des grains, avaient eu lieu à Liège84, et la nouvelle de la révolution en France risquait d’avoir un dangereux effet de contagion sur les ouvriers belges. Le plus grand souci des dirigeants fut, au moment même, de conserver l’ordre en veillant particulièrement au maintien du travail85.

  • 86 Arrêté royal du 26 février 1848 qui proroge la libre entrée du bétail jusqu’au 1er juillet 1848. P (...)

67En fait, il apparut rapidement que la classe ouvrière resterait calme en Belgique. Le prix des céréales avait notablement baissé par rapport à l’année précédente, de plus en suspendant l’effet de la loi sur les céréales de 1834 et en permettant l’entrée libre du bétail, le gouvernement assurait un approvisionnement plus important et dès lors meilleur marché86.

  • 87 Cf. A.G.R., Papiers Rogier, no 437, Rapports du gouverneur de Macar au ministre Rogier du 27 févri (...)

68Les rapports du gouverneur de la province et du bourgmestre apportaient au gouvernement tous les apaisements nécessaires au sujet de l’esprit qui régnait parmi les ouvriers de la région liégeoise87.

69La situation financière et industrielle, qui était la véritable clé pour maintenir un tel état d’esprit, s’avérait cependant très alarmante.

  • 88 Sur ce problème, voir B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, p. 237.
  • 89 Ibidem, pp. 133-150.
  • 90 B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, pp. 133-150.
  • 91 Ibidem et Tribune, 18-19 mars 1848, Journal de Liége, 5 avril 1848.

70En réalité, la situation financière de l’Europe, après la crise agricole, était difficile depuis plusieurs mois déjà88. La révolution française ne fit qu’accélérer le mouvement, en sapant la confiance qui subsistait. La Société Générale, qui jouait le rôle de caissier de l’Etat89, et sa rivale la Banque de Belgique furent ébranlées. De multiples sociétés anonymes, soutenues par ces banques, furent aussitôt mises en difficluté90. Le gouvernement lui-même se trouvait déjà dans une situation financière pénible. Il obtint l’autorisation des Chambres de lancer un emprunt de 25 millions, dont la majeure partie devait servir à rembourser les bons du trésor venant à échéance91.

  • 92 Journal de Liége, 1-2 avril, 3 avril et 5 avril 1848.

71Une adresse avait circulé à Liège pour appuyer ce projet d’emprunt, que la Chambre de commerce avait également défendu92.

  • 93 B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, pp. 237-269.

72Les difficultés furent plus sérieuses lorsqu’il s’agit d’aider les deux grandes banques du pays. La première mesure du gouvernement, qui avait accordé le cours légal aux billets de la Société Générale et de la Banque de Belgique pour des sommes respectives de 20 et 10 millions, n’avait pas rencontré d’opposition, mais un mois plus tard les exigences de la situation de la Société Générale obligèrent le gouvernement à autoriser une nouvelle émission de billets pour une somme de 20 millions93. Cette mesure agita les milieux liégeois, mais le comité de l’Association se garda bien d’intervenir.

  • 94 Voir le chapitre suivant.

73Ce comité avait de fréquentes réunions au cours de cette période troublée. Si les ouvriers ne bougeaient pas, par contre une phalange d’intellectuels de tendance démocrate créaient des clubs républicains et s’efforcaient d’entraîner dans leurs voies des électeurs libéraux. La Tribune, qui avait transformé sa rédaction confiée à Louis Labarre, et le Libéral liégeois avaient hissé le drapeau républicain94.

74Cette minorité démocrate, au cours de la longue période électorale (de mai à septembre 1848) qui approchait et qui avait été rendue nécessaire par les réformes politiques, électorales et parlementaires, d’influencer le corps électoral, mais en vain.

5. Le nouveau départ. Les nouvelles bases

  • 95 Sur ces sentiments, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 111-113.
  • 96 Journal de Liége, 3 avril 1848.

75Le nouveau comité de 21 membres témoigne d’une grande cohésion au cours de cette période agitée. Si dans le chef d’un certain nombre de membres, particulièrement Delfosse, Fritz Behr et Muller, subsistent des préventions anti-bancaires et du coup quelques griefs vis-à-vis du gouvernement, celles-ci n’apparaissent pas au cours de leurs réunions95. Au contraire l’avis est unanime pour soutenir le ministère libéral dans sa politique. Le comité réuni le 2 avril, approuve à l’unanimité des membres la décision du gouvernement « de maintenir dans les circonstances actuelles, des armements suffisants pour la défense du territoire », ils appuyent aussi les projets d’emprunt qui permettront de faire face aux besoins du pays96.

  • 97 Ce n’est qu’en réponse au Libéral Liégeois, que le Journal de Liége reconnaît ce qui suit : « Il y (...)
  • 98 Journal de Liége, 12 juin 1848.

76Il faut noter cependant qu’un membre non-désigné à l’époque fit, tout en soutenant le gouvernement, une profession de foi républicaine en comité. Il tint cependant à souligner qu’il avait rompu complètement avec les radicaux un an auparavant et qu’il maintenait son attitude à leur égard97. Cet incident est nettement minimisé par le Journal de Liége. Ce n’est que deux bons mois plus tard que, grâce à quelques lignes du journal, le lecteur très attentif pouvait par recoupement trouver le nom de la personne en question : il s’agissait de Charles Lesoinne98. Ce ne fut sans doute dans l’attitude du membre de la Chambre des représentants qu’un penchant momentané exprimé suite à « un appel à la franchise ». Rien par la suite de sa carrière ne le fait apparaître comme un républicain. Les libéraux ne lui en garderont pas rancune puisqu’ils le représenteront comme candidat à la Chambre en juin 1848. Mis à part ce petit incident aucun progressiste, que ce soient Robert-Brabant, Macors, Bailleux etc. membres du comité, ne manifesta, pas plus que Lesoinne d’ailleurs, le moindre penchant pour renouer avec les radicaux. La réconciliation libérale au contraire s’avérait solide au milieu des difficultés.

  • 99 Cf. réunion du 5 mars 1848, p. 19.

77La nouvelle assemblée. Les réactions des membres de l’Association de l’Union libérale devant les initiatives gouvernementales avaient été tout aussi satisfaisantes99.

  • 100 Journal de Liége, 3 avril 1848.

78La composition de l’assemblée se trouvait fortement modifiée à la suite de la réforme électorale qui avait doublé le corps électoral. Le comité se montra attentif pour ouvrir les portes de l’Association aux nouveaux électeurs. Il fit savoir par la presse que les anciens associés non-électeurs devenaient automatiquement membres de droit et lança un appel à l’affiliation de la nouvelle couche du corps électoral100.

  • 101 Nous reviendrons dans notre dernier chapitre sur la répartition géographique des membres de l’Asso (...)

79Cette initiative rencontra un grand succès, et au 1er septembre 1848, le total des associés s’élevait au nombre imposant de 871. Cependant, conformément au règlement, les nouveaux affiliés qui n’avaient pas trois mois d’ancienneté au moment des réunions préélectorales de juin, juillet et août 1848, ne furent pas autorisés à prendre part au choix des candidats aux élections101.

  • 102 Compte rendu dans Journal de Liége, et Tribune, 5 juin 1848.
  • 103 Journal de Liége, 5 juin 1848.

80La première de ces réunions eut lieu le 4 juin 1848. Il s’agissait d’adopter un nouveau manifeste, dont nous reparlerons plus loin et de procéder au choix des candidats pour les élections législatives. Plus de six cents personnes y participent, dont un bon nombre n’est pas affilié, car aucun contrôle n’a été prévu. Cette manifestation fut assez agitée102. Elle est marquée par le retour en force des radicaux et des démocrates, de « MM. les républicains » comme les nomme le Journal de Liége. Ceux-ci tentèrent de dominer l’Assemblée et de faire rejeter les propositions du comité. Ils se heurtèrent cependant à la cohésion des doctrinaires et des progressistes. Les interventions de Collette, de Lezaack et Dejaer furent contrées par Delfosse, Bailleux et Destriveaux. Muller remarqua : « voici l’ancienne tactique qui recommence. Une minorité qui sait bien qu’elle est minorité, veut éreinter l’Assemblée. Elle compte sur notre fatigue, sur notre lassitude pour l’emporter par la surprise ; mais elle se trompe, nous resterons tous à notre poste et nous élirons aujourd’hui nos candidats103 ».

81Effectivement, après que deux motions des radicaux furent repoussées par la majorité, ce furent eux qui quittèrent l’assemblée.

  • 104 Journal de Liége, 7 juillet 1848 : « Autant la réunion de l’Association qui a eu lieu le 4 juin 18 (...)
  • 105 Ibidem.

82La deuxième réunion, du 6 juillet, pour procéder au choix des candidats à l’élection provinciale pour le canton de Liège fut nettement plus calme104. Des mesures de police intérieure avaient été prises par le comité, qui avait exigé la présentation d’une carte-quittance à l’entrée de la salle de réunion. Les 188 personnes admises au vote pré-électoral accompliront leur choix avec la plus grande discipline105.

  • 106 Journal de Liège, 11 août 1848.

83Ces mesures avaient empêché les radicaux de recommencer leur tactique de harcèlement, aussi le 10 août dans la matinée qui précédait la troisième réunion, pour les élections communales, où 258 persones furent présentes, le comité avait-il reçu la démission « des républicains du Libéral liégeois et d’une demi-douzaine de leurs amis politiques ». Le Journal de Liége estimait que ceux-ci reconnaissaient ainsi qu’ils étaient « réduits à l’impuissance absolue »106. Une autre chose était en tout cas certaine : la nouvelle assemblée avait surmonté avec succès les difficultés rencontrées.

  • 107 Le texte de ce manifeste avait été publié et diffusé par le comité le 29 mai 1848. Il est conservé (...)

84Le manifeste de l’Association de l’Union libérale. « Le libéralisme entre dans une phase nouvelle », affirmait le Manifeste adopté par l’Assemblée de l’Union libérale le 4 juin 1848. Ce document est présenté par le comité qui a jugé nécessaire, après la réalisation du programme du Congrès libéral de 1846 par le gouvernement, de préciser le point de vue des libéraux liégeois sur les grandes questions politiques du pays107.

85Cinq grands points sont retenus : l’enseignement national, l’organisation de l’armée, la réforme de l’administration publique, la révision du système d’impôt et les améliorations à apporter à la condition des classes ouvrières et indigentes.

86Concernant l’enseignement, les positions sont très nettes. Il n’est pas question d’abandonner ce domaine au monopole des catholiques. L’Etat ne peut abdiquer de ses obligations. « Il doit établir sous sa direction exclusive, un enseignement national, complet, gratuit pour tous au premier degré, et aux degrés supérieurs pour ceux qui, peu favorisés par la fortune, montreraient d’heureuses dispositions. Le gouvernement est seul compétent pour organiser et diriger cet enseignement, pour en déterminer l’esprit et les tendances ».

87En deuxième lieu, « La Belgique doit posséder une organisation militaire qui lui permette de faire respecter sa neutralité et de défendre au besoin sa nationalité et ses institutions ». Les libéraux liégeois se posent comme partisans de l’égalité des citoyens en face des obligations militaires. Le service serait obligatoire ; l’armée aurait des cadres permanents mais peu nombreux, sauf en ce qui concerne les armes spéciales et la cavalerie. Le temps de service serait très limité, puisque la garde civique continuerait à entretenir l’enseignement militaire acquis par les citoyens.

88L’Association libérale se prononce ensuite en faveur de la simplification des rouages trop compliqués de l’administration publique, de la réduction des cadres et de la diminution des traitements trop élevés.

89Les positions adoptées vis-à-vis du système d’impôts à établir sont également très audacieuses. L’impôt doit être proportionnel au revenu réel ; mais il doit être également progressif et doit frapper d’autant plus le revenu que celui-ci est élevé. Ceci représente aux yeux des libéraux liégeois le « seul système fondé en raison et en équité ».

  • 108 « La prudence et l’humanité s’accordent pour nous commander l’examen sérieux, dévoué, immédiat, de (...)
  • 109 Faut-il voir, dans ce passage, une influence de Frère-Orban, qui, on le sait, sera peu d’années pl (...)

90Enfin un long paragraphe est consacré aux améliorations de la condition des classes ouvrières et est dicté autant par la « prudence » que par « l’humanité »108. Aucun des systèmes sociaux développés n’apparaît satisfaisant aux libéraux. Il faut s’en tenir dès lors aux grands principes économiques : développer la production commerciale, agricole et industrielle afin d’assurer travail et salaire, favoriser le commerce extérieur, organiser le crédit public par « la création d’un établissement de banque vraiment national »109.

91De façon pratique, il faut mettre le salaire de l’ouvrier à l’abri de l’impôt, réviser les octrois, supprimer les patentes des ouvriers, favoriser leur éducation, leur venir en aide par des institutions de bienfaisance, multiplier les crèches, les hospices et les caisses de prévoyance. Il faut enfin propager les bonnes méthodes de culture afin d’abaisser le prix des denrées agricoles.

92Ce manifeste, qui contient de la sorte beaucoup d’idées neuves et audacieuses et où l’influence des éléments progressistes arrivés au comité se fait nettement sentir, fut assez paradoxalement la cible des attaques radicales. Les membres de cette tendance présents à la réunion du 4 juin auraient désiré discuter point par point tout le manifeste. La discussion s’était engagée initialement dans ce sens et menaçait de retarder considérablement le choix des candidats pour les élections législatives qui devaient suivre.

  • 110 Les débats au cours de cette assemblée sont reproduits dans le Journal de Liége et la Tribune, du (...)

93Pour couper court à des discussions déjà très longues, Wasseige proposa de passer immédiatement au vote sur l’ensemble du manifeste. Théodore de Lezaack et trois de ses amis lui opposèrent un texte plus court, imposant aux candidats de ne voter aucun emprunt, de déduire le budget de la guerre à moins de 15 millions, de reviser la liste des pensions et de demander le retrait de la loi accordant une pension aux ministres110.

  • 111 Même remarque.

94C’était reposer de la sorte le principe du mandat impératif. Delfosse venait précisément de rejeter solennellement ce principe à propos du manifeste qui était discuté. Pour lui, comme pour les membres du comité, il affirmait ne pas être lié, dans les mandats politiques accordés par les électeurs, par le texte présenté. Il l’acceptait comme une opinion de l’assemblée, et en ce sens il y adhérait, mais en réservant la décision de ses votes à l’issue des débats de la Chambre111.

95Le rejet de la proposition de Lezaack provoqua le retrait des radicaux. Le manifeste fut alors adopté par 259 oui, 18 non et 16 abstentions. La crise de 1848 avait ouvert les yeux d’un grand nombre de libéraux et facilité l’adoption de thèses avancées, mais des opinions émises au cours de ces débats tumultueux il résultait clairement que toute opposition dans l’assemblée et même que toute tendance à l’individualisme dans le chef des dirigeants du mouvement libéral n’avait pas disparu.

96L’épreuve électorale. Toutes les difficultés surmontées par l’Association au cours de cette période difficile témoignaient de la solidité de l’organisation.

97Grâce à la fermeté de son comité, à la décision de son assemblée et sur la base du manifeste adopté, l’Association de l’Union libérale se présente aux élections forte et unie, ce qui assure son succès.

  • 112 Résultats des élections législatives dans les journaux liégeois du 13 juin 1848.

98Tous ses candidats, que ce soit aux élections législatives, provinciales ou communales à Liège (ici à une seule exception près), sont élus sans difficulté. Aucune opposition ne se manifeste dans les élections législatives de juin où les libéraux remportent plus de 90 % des votes exprimés et plus de 45 % des suffrages des électeurs inscrits112.

  • 113 Résultats des élections provinciales dans les journaux liégeois du 12 juillet 1848. Sur 332 inscri (...)

99Les élections provinciales qui se déroulent dans l’arrondissement de Liège sont également triomphales pour les libéraux. Ils remportent pratiquement sans la moindre opposition tous les sièges mis en en jeu. Le seul canton où une candidature catholique ose s’opposer aux candidats libéraux — dans le canton de Dalhem — donne également une très large majorité à ces derniers113.

  • 114 Rapporté dans le Journal de Liège, 17 août 1848.

100Les élections communales de Liège sont à peine plus difficiles. Quoique des réunions de quartier, groupant selon le comité libéral, autant de radicaux que de catholiques, aient cherché à susciter une opposition, trente candidats de l’Association de l’Union libérale sont élus114.

  • 115 Résultats des élections communales de Liège dans les journaux liégeois du 23 août 1848.

101Un seul opposant. Constant, ancien échevin soutenu précédemment par les libéraux, arrive à se glisser parmi cette cohorte. L’influence personnelle qu’il avait conservée et des intérêts de quartiers l’avaient puissamment aidés dans ces circonstances115.

102Seule la participation à ces dernières élections fut importante — elle dépasse les 75 %. Les élections législatives avaient pour leur compte attiré peu d’électeurs — moins de 50 % du corps électoral.

  • 116 Pour la suite de l’étude du libéralisme à Liège, voir Michel GEVERS (Michel DECHESNE), Le parti li (...)

103La puissance de l’Association de l’Union libérale, qui décourageait la présentation d’autres candidatures, les élections sans lutte, ne sont pas des éléments propres à exciter particulièrement l’intérêt du corps électoral. Sans aucun doute, cette situation freinera désormais le courant qui poussait jusque là l’engagement dans l’organisation politique. A cette période de politisation et d’engagement intensif suivra une autre de relative stagnation où les affaires politiques redeviendront de plus en plus le domaine réservé à un groupe plus restreint d’hommes directement intéressés par la politique. Mais ceci est une autre question116.

104Au moment où nous abandonnons l’étude de ce mouvement politique, il est parvenu à ses buts après une lente métamorphose qu’il importe de résumer brièvement ci-dessous.

6. Conclusions sur les organisations libérales

105La période qui s’étend de 1840 à 1848 est capitale pour l’histoire du mouvement libéral. L’expérience liégeoise fait comprendre tout le cheminement vers le difficile équilibre entre les tendances doctrinaires des leaders et les aspirations progressistes d’une partie de l’électorat libéral.

106Après la solution définitive du problème des traités, l’accession au pouvoir d’un gouvernement libéral homogène et les écrits politiques de Paul Devaux marquent en 1840 un tournant politique décisif. L’opposition se dégage de son étiquette anti-nationale, anticonstitutionnelle. Le libéralisme modéré se rallie au libéralisme qui dominait à Liège sur le plan communal.

107La création à Bruxelles d’une organisation politique — l’Alliance — influence sans doute la naissance à Liège d’une Union libérale, nouvelle dans sa conception. La réalisation liégeoise se distingue cependant de l’expérience bruxelloise par la part relativement modeste qu’y prennent les francs-maçons, Il apparaît également que les expériences personnelles du libéralisme liégeois au cours des dix années précédentes lui ont été profitables.

108L’organisation liégeoise est une transaction entre les tendances « autocratiques » ou doctrinaires et « démocratiques » ou progressistes du libéralisme. D’une part, les dirigeants doctrinaires acceptent le système électif du comité, d’autre part, les progressistes se plient au principe de l’homogénéité politique de l’assemblée.

109Cette homogénéité est rendue possible par l’obligation qui est faite aux personnes désirant faire partie de l’Union libérale d’acquitter une cotisation et de se soumettre au contrôle du comité.

110Cette formule nouvelle a une portée considérable. Désormais faire partie de l’Union libérale est une marque publique d’un engagement politique. Ce fait tend à figer la partie de l’électorat qui accepte de s’y soumettre, dans ses convictions politiques. L’accroissement des effectifs de l’Union libérale va désormais de pair avec l’accroissement réel de la force que représente cette organisation dans le corps électoral.

111Un équilibre parfait semble être réalisé au cours de la période de 1842 à 1845 entre les deux tendances du libéralisme. Il ne l’est cependant qu’en apparence. Le réflexe « autocratique » des doctrinaires se manifeste au cours de la crise interne de 1845. Ils n’acceptent toujours pas que leur réélection au comité dépende de façon absolue du choix de l’assemblée. Ils entendent d’autre part, conserver à l’organisation une portée exclusivement électorale et refusent à l’assemblée d’exprimer ses idées politiques propres, Ils s’opposent de ce fait aux éléments progressistes qui, excités par les radicaux, prétendent maintenir le principe du gouvernement de l’assemblée par l’assemblée elle-même.

112La scission qui s’ouvre de 1845 à 1847 dans le mouvement libéral lui est paradoxalement très profitable. Les discussions suscitées par la division réveillent l’intérêt des électeurs. Elles conduisent un nombre de plus en plus important de personnes à s’engager politiquement dans l’une ou l’autre organisation libérale. Cette période voit le succès complet du libéralisme dans l’arrondissement de Liège.

113La confrontation des thèses en présence conduit à l’approfondissement des idées politiques. Les radicaux, suivis par les progressistes, estiment qu’un programme national imposé aux libéraux de chaque localité constituerait un frein à l’individualisme teinté d’autocratisme dont ont fait preuve les leaders locaux.

114Les éléments doctrinaires font cependant triompher leurs thèses au Congrès libéral de 1846. Acceptant finalement l’idée d’un programme, ils retirent de celui-ci tout ce qu’il contenait d’impératif dans les premières formulations des progressistes.

115La portée de ce Congrès est primordiale pour le libéralisme belge. Il suscite un élan nouveau et provoque la création d’associations libérales dans les arrondissements qui en étaient dépourvus. Il conduit de la sorte le libéralisme vers le succès sur le plan national. Il prépare la constitution d’un gouvernement libéral homogène.

116A Liège cependant, des circonstances locales ne permettent pas la réconciliation que le Congrès avait laissé prévoir, mais ce que ce Congrès n’avait pu réaliser, l’approche des importantes élections législatives de 1847 va le permettre. En moins d’un mois, il apparaît que les éléments de rapprochement entre doctrinaires et progressistes sont plus solides que ceux qui, en les séparant, avaient lié jusqu’alors ces derniers aux radicaux. La perspective de porter un coup décisif au catholicisme politique, de permettre l’accession d’un ministère libéral homogène au pouvoir, balaye les dernières objections formulées par ces radicaux.

117A la coalition, sanctionnée par un grand succès électoral, succède immédiatement la fusion des deux organisations rivales, dont les ultimes modalités seront réalisées en 1848.

118A ce moment, la crise politique internationale, la crainte de troubles sociaux, soumettent le gouvernement libéral à rude épreuve. Les réformes électorale et parlementaire qu’il prend l’initiative de présenter vont au-delà des recommandations du Congrès de 1846. Elles transforment profondément la situation politique en doublant le corps électoral.

119L’Association de l’Union libérale franchit avec succès les épreuves de cette période troublée. Le comité élargi, où figurent côte à côte progressistes et doctrinaires, conserve l’unité du mouvement et soutient fermement le gouvernement. L’assemblée, augmentée d’un bon nombre de nouveaux électeurs, résiste à la pression que tentent d’y exercer les radicaux et les républicains. Un manifeste traitant des positions des libéraux liégeois sur les grandes questions politiques du pays est adopté. Aussi bien par le fond que par la forme, il témoigne de la pénétration des thèses progressistes dans l’organisation libérale. Beaucoup d’idées exprimées sont neuves et audacieuses. L’acceptation par les doctrinaires du principe d’un manifeste politique débattu par l’assemblée donne à l’organisation une dimension nouvelle : elle ne se borne plus à son simple rôle électoral.

120Ainsi, chaque crise, chaque difficulté se résoud par une progression dans le système d’organisation mise sur pied par les libéraux. Tout problème n’est sans doute pas écarté. Les progressistes d’hier seront les conservateurs de demain, qui se heurteront à leur tour à des thèses plus avancées que n’étaient les leurs. C’est la clef de toute évolution dont l’expérience liégeoise de 1830 à 1848 nous offre une image révélatrice.

Notes

1 Compte rendu de la réunion de l’Association du 8 novembre 1846 dans le Journal de Liége du 9 novembre 1846 et de la réunion de l’Union dans le Libéral liégeois, le 26 janvier 1847.

2 La réunion du comité cantonal d’Hollogne-aux-Pierres a lieu le 28 février 1847. Le bureau provisoire est formé par les trois conseillers provinciaux Ch. Wasseige, Fastré et Massart, ainsi que par Defays-Demonceau, conseiller communal et C. Lohest, membre du bureau de bienfaisance, « tous membres du Congrès libéral ». Il fut maintenu à l’unanimité des 52 libéraux présents. Libéral liégeois, 2 mars 1847.

3 Cette « Société libérale de l’arrondissement de Waremme » se réunit en assemblée générale le 25 février 1847. Elle a pour président de Sélys-Longchamps, et pour vice-président Eugène de Lafontaine, le fils de l’ancien propriétaire de l’Industrie. Elle choisit déjà un candidat pour les élections à la Chambre du mois de mai : M. Hallet de Jeneffe. Tribune de Liége, 27-28 février 1847.

4 E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 142-147.

5 Cf la circulaire de l’Association libérale de Bruxelles aux associations libérales du pays, reproduite par le Journal de Liège, 5 janvier 1847. Voir E. WITTE, Scheuring in het Brusselse liberalisme. De krachtmeeting van 9 maart 1847, tussen doctrinairen en radicalen, dans Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, XXII, 1968, pp. 227-250.

6 Compte rendu de la séance de l’Association du 22 mars 1847, dans le Journal de Liége, 23 mars 1847. Le rapport du comité est publié ibidem, 24 mars 1847.

7 Libéral liégeois et Journal de Liège du 3 mars 1847.

8 Libéral liégeois, 26 mars 1847. Les vingts-deux délégués de l’Union sont dès lors : de Robaulx, Collette, Dereux, Ad. Bayet, Ch. Wasseige, de Lezaack, C. Lohest, J. Macors, Marquet, F. Bayet, Robert-Brabant, Gérard-Jamme, le baron L. de Stockheim, F. Ballieu, M. Franck, ingénieur civil, le comte d’Hemri-court, Ch. Digneffe, industriel, J. Mottard, L. Francotte et Galoppin.

9 Compte rendu du Congrès de 1847, dans Journal de Liége, 30 mars 1847 et Libéral liégeois, 30 mars 1847.

10 Voir le compte rendu détaillé du Journal de Liége, 30 mars 1847 : « C’est clair, s’exclame Bartels, on laissera tout au hasard ».

11 Ibidem.

12 « Les libéraux avancés n’ont presque pas d’organe dans le pays ; des journaux qu’ils ont créés, les uns sont morts, les autres sont à l’agonie et trouvent difficilement de quoi acquitter les frais de leurs carrés de papier (...) Les libéraux avancés ont imaginé qu’il serait très piquant de faire payer par d’autres ce qu’ils ne semblent guère disposés à solder eux-mêmes. » Journal de Liége, 26 mars 1847.

13 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 18 avril 1847 : « Le Congrès a décrété une rente ; l’Association ne peut évidemment coopérer à la levée de la rente ; l’Union le doit au contraire,... que deviendra la rente en cas de fusion ? ».

14 Le fait n’est révélé que le 19 avril 1847 dans le Journal de Liège. Il est confirmé dans le mémoire du comité de l’Union. A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847.

15 Tous les détails dans E. DISCAILLES, Chartes Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 117-128.

16 Ibidem, pp. 128-129.

17 Tribune de Liége, 8 avril 1847, Journal de Liége, 23 avril 1847.

18 Journal de Liège, 12 avril 1847. « Des raisons de famille déterminent seules M. Fleussu à la retraite. »

19 Les négociations, nous l’avons dit, restent secrètes jusqu’au 19 avril. Nous connaissons la base de l’accord proposé par la lettre de Frère à Delfosse du 18 avril, A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063.

20 Révélé par la lettre de Frère, et confirmé par le mémoire du comité de l’Union, A Messieurs les membres de l’Union, Liège, 1er mai 1847.

21 Ibidem.

22 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 18 avril 1847.

23 Ibidem.

24 Cette hypothèse n’est pas invraisemblable. Il est possible en effet que certains progressistes aient vu dans la question le moyen de rompre avec les encombrants radicaux. Charles Lesoinne, personnellement intéressé par la reconduction de sa candidature, reste curieusement dans l’ombre au cours de cette querelle.

25 Libéral liégeois, 18 avril 1847, reproduit par le Journal de Liége du 19 avril 1847.

26 Voir notre Etude de ta presse liégeoise, pp. 92-101.

27 Libéral liégeois, 3 mars 1847. (Je souligne.)

28 Journal de Liége, 19 avril 1847 : « Le Libéral liégeois connait très bien les ouvertures faites par l’Association. Mais il y a chez lui des gens qui aiment la discorde, qui vivent de la discorde, et qui ne consentiront jamais du fond du cœur, à ce qu’il y ait trève ou paix parmi les libéraux. Que voulez-vous qu’ils deviennent si l’on s’unit ou si l’on se coalise ? ».

29 Libéral liégeois, 24-25 avril 1847.

30 Le chiffre est donné par le Libéral liégeois du 1-2 mai 1847. Il confirme en donnant les noms le 6 mai 1847.

31 « Nous annonçons aujourd’hui avec une vive satisfaction que les négociations ont eu un heureux dénouement. » Journal de Liége, 27 avril 1847.

32 Convocation conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

33 Libéral liégeois, 28 avril 1847.

34 Idem, 3 mai 1847.

35 Idem, 4 mai 1847.

36 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847 ; conservées également dans le Fonds Capitaine, no 2922.

37 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847, p. 4.

38 Ibidem, p. 5.

39 A Messieurs les membres de l’Union libérale, Liège, 1er mai 1847, p. 7.

40 Journal de Liége et Libéral liégeois, 11 mai 1847.

41 La candidature de Destriveaux remporte 60 voix selon le Libéral et 64 sur 65 votants selon le Journal de Liége, qui fait remarquer que « Après le vote sur la question de principe, qui a reçu une solution si imposante, la minorité s’est regardée comme vaincue ; elle n’a point pris part aux deux scrutins relatifs à la nomination d’un candidat à la Chambre et d’un candidat au Sénat. D’un autre côté, un grand nombre de membres de la majorité, fatigués de la longueur des débats et ayant acquis la certitude que MM. Destriveaux et de Waha-Grisard n’avaient point de concurrents, ont aussi quitté la séance ». Le candidat au Sénat avait été choisi de commun accord entre les délégués de l’Association et de l’Union.

42 Journal de Liége, 14 mai 1847. 176 bulletins sont déposés, Frère-Orban et de Waha-Grisard remportent chacun 176 voix.

43 Libéral liégeois, 8-9 mai 1947.

44 Ibidem, 11 mai 1848.

45 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922, les deux tracts sont conservés ; Union libérale de Liége, le Comité de l’Union libérale à Messieurs les électeurs, Liège, le 29 mai 1847, 4 pp. et Elections du 8 juin 1847. Le comité de l’Association libérale de Liége, à Messieurs les électeurs de l’arrondissement, Liège, imprimerie de J. Desoer, s.d., 4 pp. Ils sont reproduits dans le Journal de Liége et la Tribune de Liége, le premier, le 1er juin 1847 et le second, le 2 juin 1847.

46 Tribune de Liége, 28 avril 1847.

47 CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, Messieurs les électeurs de l’arrondissement de Liége, un comité d’électeurs, Liège, 27 mai 1847.

48 Journal de Liége, 8 juin 1847.

49 Le premier des cinq élus libéraux, Lesoinne, a 1.309 voix sur 1.788 votants, le dernier, Tornaco, en a 1.107. De Behr obtient tout de même 703 voix et de Robaulx 492. Journal de Liége, 8 juin 1847. Le même quotidien annonce le 9 juin, « Honneur à la majorité des corps électoraux de la Belgique (...) M. de Theux et ses collègues doivent se résigner à déposer leurs portefeuilles entre les mains du Roi ».

50 Journal de Liège, 9 juin 1847.

51 L’accord est annoncé par le Journal de Liège, 16 juin 1847. La convocation de l’Association, avec les bases d’accord pour la fusion est publiée dans le même journal le 21 juin 1847. La circulaire de l’Union du 17 juin 1847, concernant le même objet, est conservée aux CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922. Elle est imprimée par Félix Oudart.

52 Ibidem.

53 Ibidem. Pasinomie, 1830-31, p. 397. Le décret du 19 juillet 1831 indique que les jurés seront pris « 2° Parmi les fonctionnaires qui exercent des fonctions gratuites ; 3° parmi les docteurs et licenciés en droit, en médecine, en chirurgie, en sciences et en lettres ; 4° parmi les notaires et avoués ; 5° parmi les officiers de terre et de mer jouissant d’une pension de retraite ».

54 Points 9 et 10 des bases de la fusion : Les délégués de l’Association sont Delfosse, Delexhy, Deliège, Libert et Piercot ; ceux de l’Union : Lesoinne, Gérard-Jamme, Lamaye, de Looz et Massart.

55 Point 11. Le point 12 précisait encore : « Les décisions prises par l’Union libérale concernant la nomination des suppléans et de la sortie périodique d’un nombre déterminé de membres de son comité ne recevront d’application qu’autant que l’assemblée générale des deux sociétés réunies les ratifieront par un vote nouveau ».

56 Journal de Liége et Tribune de Liège, 25 juin 1847. Forgeur est désigné comme président.

57 Libéral liégeois, 16 juin 1847.

58 Libéral liégeois, 23 juin 1847.

59 En avril 1848, un membre du comité de l’Association refusera de s’associer à une décision votée par tous les autres. Le Journal de Liége du 3 avril 1848 précisera : « L’honorable citoyen s’est empressé de flétrir énergiquement toutes menées tendant au renversement du gouvernement, et il a rappelé qu’il y a un an, il rompait publiquement avec certains hommes que le Libéral liégeois doit connaître intimement ». Le Journal de Liége, du 12 juin 1848, précisera que ce membre est Lesoinne.

60 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Statuts de l’Association de l’Union libérale de Liége et liste des membres arrêtés le premier septembre 1848, Liège, Desoer, s.d.

61 Sur la crise ministérielle de 1847 et les réactions royales voir E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 159-183 et P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, pp. 162-175. Reprenons seulement quelques mots de la lettre de F. Rogier à son frère Charles, Paris, 30 juillet 1847 (A.G.R., Papiers Rogier, no 283) : « Le Roi paraît avoir sur les clubs et leur influence future, les mêmes préoccupations que son auguste beau-père, et il semble craindre que tu ne cherches ton appui sur ces sortes d’associations ; à cela j’ai répondu que tu ne les rechercherais pas plus que tu ne les redoutais ».

62 A.G.R., Papiers Rogier, no 282, Delfosse à Rogier, 19 juin 1847 : « Je ne désire nullement être ministre et je te prie de ne pas mettre mon nom en avant, si on te consulte ».

63 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 82, Ch. Rogier à Frère-Orban, 25 juillet 1847 : « Notre ami commun M. Delfosse vous aura sans doute rendu compte de l’entrevue que nous avons eue ensemble et du vif désir que je lui ai exprimé de pouvoir vous entretenir de la situation ». La décision de Rogier dut être rapide puisque son frère Firmin lui écrivait de Paris, 1er août 1847, après un entretien avec le roi Léopold : « Nous en vînmes ensuite à Frère-Orban. Je dis au Roi tout le bien que tu m’en avais écrit, et que c’était une bonne acquisition à faire. Là-dessus S.M. m’a demandé si Frère-Orban n’était pas une de ces têtes liégeoises un peu trop vive et trop ardente, ayant peut-être des exigences sur lesquelles il serait malaisé de satisfaire. Je répondis que je le croyais ferme, mais pas exagéré, ayant surtout des intentions droites, et dévoué de cœur à nos institutions ». (A.G.R., Papiers Rogier, no 282.)

64 Le programme du ministère est publié dans la presse de l’époque. Il est reproduit dans E. DISCAILLES, Charles Rogier (1800-1885), t. 3, pp. 184-185 et P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, pp. 175-178. Frère-Orban avait succinctement résumé ces points dans une lettre à Delfosse du 9 août 1847 (A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063) en précisant à propos de la réforme électorale « au-delà de cette réforme, le Cabinet ferait actuellement résistance ».

65 Journal de Liége, 31 août 1847. Il y a 161 votants à la réunion et Frère-Orban remporte 160 voix.

66 Journal de Liége, 5 septembre 1847. 821 votants et 808 voix pour Frère.

67 Election du nouveau comité le 5 mars 1848, et composition dans le Journal de Liège, 6 mars 1848.

68 A.G.R., Papiers Rogier, no 284. Lettre d’acceptation et d’adhésion au programme de Macar, le 17 août 1847 et de Fléchet le 7 septembre 1847.

69 Les A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063 et 1066 conservent la correspondance du jeune ministre avec ses amis Delfosse et Fléchet.

70 Ibidem, no 1063, Frère à Delfosse, 10 septembre 1847 : « Il (Müller) se défend de l’idée d’imputer à Rogier le dessein de caresser la droite sans trop blesser la gauche, ce qui serait j’imagine de la politique mixte. Mais si ce n’est la droite, c’est le centre dit-il que Rogier veut ménager. Il faut bien persuader à Muller qu’il ne connaît pas du tout Rogier. Il lui suppose des idées qu’il n’a pas du tout (...) ». Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 102-106.

71 Voir E. DISCAILLES, Charles Rogier, t. 3, pp. 187-211 et plus particulièrement G. JACQUEMYNS, Histoire de la crise économique des Flandres, 1845-1850, Bruxelles, 1929.

72 Cette documentation est publiée à la suite d’un vote de la Chambre. Mgr Van Bommel écrit à ce propos à son confident Peyrot, le 23 décembre 1847 : « A-t-on jamais abusé de la confiance publique, a-t-on jamais contribué à la détruire, à la rendre impossible, comme ces Messieurs qui viennent de jeter en pâture à la maligneté, à la méchanceté du journalisme toute notre correspondance ? ». A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot.

73 Voir les réactions de la presse et la proclamation de la trêve politique, dans Etude de la presse liégeoise, pp. 106-111.

74 Loi du 31 mars 1848 abaissant le cens électoral. Pasinomie, 3e série, pp. 87-88.

75 Loi du 5 mars 1848 concernant la loi communale. Pasinomie, 1848, p. 62.

76 Loi du 28 mai 1848 qui fixe les incompatibilités entre les fonctionnaires de l’Etat et les membres des Chambres législatives. Pasinomie, 1848, p. 223.

77 Loi du 25 mai 1848, Pasinomie, 1848, p. 221.

78 Séance de la Chambre des représentants du 1er mars 1848, dans Annales parlementaires de Belgique. Session législative de 1847-1848, Bruxelles, 1848, p. 950.

79 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Délibération du conseil communal, séance du 28 février 1848, Journal de Liége, 1er mars 1848.

80 Journal de Liége, 2 mars 1848.

81 « Créer aujourd’hui des embarras au pouvoir, ce serait paralyser sa force et agir contre l’intérêt bien entendu de notre indépendance et de nos institutions. » Journal de Liége, 5 mars 1848.

82 Journal de Liége, 5 mars 1848. Voici la nouvelle composition du comité : Behr, cons. provincial, Capitaine, Delexhy, Delfosse, Deliège, Forgeur, avocat, Gérard-Jamme, Hubart, Jérôme, docteur en médecine, Koeler, Lamaye, avocat, Lesoinne, Libert, conseiller provincial, de Looz-Corswarem, propriétaire, Macors aîné, avocat, Massart, conseiller provincial, Muller, Neef, Piercot, Robert-Brabant, Ch. Wasseige. Journal de Liége, 6 mars 1848. Le comité se constitue de la sorte : Président, Forgeur ; vice-président, Lamaye ; trésorier, Libert ; secrétaire, Gérard-Jamme, secrétaires-adjoints, F. Bailleux et F. Macors. Journal de Liège, 11 mars 1848.

83 Journal de Liège, 14 mars 1848.

84 Libéral liégeois, 5 mars, 6-7 mars, 8 mars 1847 etc. Nous reparlerons brièvement de ces troubles dans le chapitre suivant.

85 A.G.R., Papiers Rogier, no 437. Le gouverneur de la province de Liège de Macar au ministre Rogier, Liège, le 28 février 1848. ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre Public, farde XVII. Circulaire du collège des bourgmestre et échevins de la ville de Liége à Messieurs les fabricants et industriels de cette ville, 4 mars 1848, demandant pour le maintien de l’ordre, « de maintenir en activité et d’augmenter si possible leurs ateliers de travail ».

86 Arrêté royal du 26 février 1848 qui proroge la libre entrée du bétail jusqu’au 1er juillet 1848. Pasinomie, 1848, pp. 40-41. Le prix du froment et du seigle en Belgique pour la période du 21 au 26 février 1848 étaient respectivement de 17 fr 94 et 10 fr 79. Ibidem, 1848, p. 4L

87 Cf. A.G.R., Papiers Rogier, no 437, Rapports du gouverneur de Macar au ministre Rogier du 27 février 1848 jusqu’en mai 1848. A.G.R., ministère de la justice, no 132. Rapports adressés au procureur général à Liège et transmis au ministre de la Justice de mars à mai 1848. ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre Public, farde XVII, correspondance avec le collège des bourgmestre et échevins de Liège au cours de la même période. Nous revenons sur cette question dans le chapitre suivant.

88 Sur ce problème, voir B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, p. 237.

89 Ibidem, pp. 133-150.

90 B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, pp. 133-150.

91 Ibidem et Tribune, 18-19 mars 1848, Journal de Liége, 5 avril 1848.

92 Journal de Liége, 1-2 avril, 3 avril et 5 avril 1848.

93 B.S. CHLEPNER, La Banque en Belgique, pp. 237-269.

94 Voir le chapitre suivant.

95 Sur ces sentiments, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 111-113.

96 Journal de Liége, 3 avril 1848.

97 Ce n’est qu’en réponse au Libéral Liégeois, que le Journal de Liége reconnaît ce qui suit : « Il y a eu dans le sein du comité une seule profession de foi républicaine, provoquée par un appel à la franchise, et l’honorable citoyen qui l’a faite s’est empressé de flétrir énergiquement toutes menées tendant à renverser le gouvernement, et il a rappelé qu’il y a un an, il rompait publiquement avec certains hommes que le Libéral liégeois doit connaître intimement.

98 Journal de Liége, 12 juin 1848.

99 Cf. réunion du 5 mars 1848, p. 19.

100 Journal de Liége, 3 avril 1848.

101 Nous reviendrons dans notre dernier chapitre sur la répartition géographique des membres de l’Association ainsi que sur la composition socio-professionnelle de ce groupe libéral. Voir La Liste générale des membres de l’Association libérale, arrêtée au 1er septembre 1848, Liége, imprimerie Desoer, est conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Sur la non-participation des nouveaux membres au choix des candidats, voir le compte rendu du Journal de Liége, 5 juin 1848.

102 Compte rendu dans Journal de Liége, et Tribune, 5 juin 1848.

103 Journal de Liége, 5 juin 1848.

104 Journal de Liége, 7 juillet 1848 : « Autant la réunion de l’Association qui a eu lieu le 4 juin 1848 avait été tumultueuse autant celle d’hier a été calme ».

105 Ibidem.

106 Journal de Liège, 11 août 1848.

107 Le texte de ce manifeste avait été publié et diffusé par le comité le 29 mai 1848. Il est conservé à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Association de l’Union libérale, Liège, imprimerie de J. Desoer, 29 mai 1848, 14 pages. Il est reproduit in extenso dans le Journal de Liège, du 5 juin 1848.

108 « La prudence et l’humanité s’accordent pour nous commander l’examen sérieux, dévoué, immédiat, de tout ce qui se rattache à cette immense et formidable question du paupérisme et du prolétariat. » Texte imprimé p. 10.

109 Faut-il voir, dans ce passage, une influence de Frère-Orban, qui, on le sait, sera peu d’années plus tard le promoteur de la Banque Nationale ? Sa présence n’est apparemment jamais attestée à Liège au cours de cette période. Il pouvait cependant toujours faire connaître sa position par lettre, mais aucune lettre concernant ce sujet n’est conservée dans sa correspondance.

110 Les débats au cours de cette assemblée sont reproduits dans le Journal de Liége et la Tribune, du 5 juin 1848.

111 Même remarque.

112 Résultats des élections législatives dans les journaux liégeois du 13 juin 1848.

113 Résultats des élections provinciales dans les journaux liégeois du 12 juillet 1848. Sur 332 inscrits, les deux candidats libéraux du canton de Dalhem remportent 205 et 204 voix. Le candidat catholique Nicolay ne remporte que 90 voix.

114 Rapporté dans le Journal de Liège, 17 août 1848.

115 Résultats des élections communales de Liège dans les journaux liégeois du 23 août 1848.

116 Pour la suite de l’étude du libéralisme à Liège, voir Michel GEVERS (Michel DECHESNE), Le parti libéral à Liége. Structure interne, Université de Liège, mémoire de licence, 1966.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search