Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre VII. La scission libérale : doctrinaires et progressistes (1845-1847)

Texte intégral

1. Les incidents à la base de la rupture (mars-avril 1845)

  • 1 Trois brochures rapportent sous des formes diverses les événements de cette séance mémorable. Deux (...)
  • 2 Compte rendu de la séance du 31 mars 1845 dans Union libérale. A Messieurs les membres de l’Associ (...)

1Peu de temps avant l’assemblée statutaire de 1845, une manœuvre de grande envergure avait été préparée par les progressistes afin d’ouvrir les portes du comité à leurs partisans1. Des circonstances tout à fait étrangères à la politique créèrent une situation favorable à leurs projets : le jour de l’Assemblée, le 31 mars 1845, un incendie ravagea l’hôtel du gouvernement provincial de Liège et un grand nombre de libéraux qui se rendaient à l’hôtel de Suède s’attardèrent sur les lieux du sinistre. La réunion ne compta dès lors que cinquante-cinq personnes2. Frère-Orban était la seule personnalité présente du groupe majoritaire.

  • 3 Union libérale (5 mai 1845), p. 2 ; A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, p. 2, T (...)

2Par honnêteté, Collette proposa l’ajournement de la réunion, mais Fléchet, ami de Frère et de Delfosse, qui pensait, comme une grande partie des personnes présentes, que la réélection du comité ne serait comme les années précédentes, qu’une simple formalité, insista pour aborder l’ordre du jour. Cet avis fut suivi à la presque unanimité3.

  • 4 Victor Tedesco (Luxembourg 1821 - Arlon 28 mai 1897), avocat sorti de l’Université de Liège et en (...)
  • 5 Union libérale..., 5 mai 1845, p. 2 et A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, p. 2

3La première phase de la manœuvre fut ouverte par la proposition d’un jeune avocat, Victor Tedesco — qui n’était pas électeur4. Il demandait que le règlement qui avait fixé à onze le nombre de membres actifs du comité soit remis en application et qu’en conséquence, Louis Jamme, qui n’assistait plus aux réunions du comité, soit nommé comme président honoraire à vie. L’acceptation de cette proposition, à nouveau à la quasi-unanimité, créait ainsi une place vacante. Par ailleurs, Fléchet fit préciser par le bureau que, contrairement à la rumeur, Félix Capitaine n’avait nullement l’intention de démissionner de ses fonctions5.

  • 6 Union libérale..., ibidem, p. 2.

4Malgré ce démenti, l’élection du comité donna lieu à une grande surprise : Nicolas Robert, Hubart-Rodberg, Delfosse, Frère-Orban, Muller, Dereux, Wasseige, Collette et Koeler furent réélus à l’unanimité ; Robert-Brabant obtenait 46 voix et remplaçait Jamme, mais Capitaine avec 17 voix seulement était éliminé et remplacé par Adolphe Bayet qui obtenait 40 suffrages6.

5Les jeux, dès lors, étaient faits. En introduisant deux de leurs amis dans le comité, les minoritaires progressistes renversaient la majorité et devenaient six contre cinq. La décision d’éliminer Capitaine avait manifestement été préparée — quoique démentie, la rumeur répandue de sa démission le prouve suffisamment. Le choix de la personne éliminée était judicieux : Capitaine, dont l’absence avait été souvent remarquée au comité, apparaissait comme le plus inoffensif des membres du comité, celui autour duquel il y avait le moins de danger que les autres ne fassent bloc.

6Ce point capital acquis, les deux autres propositions des progressistes n’étaient plus indispensables : elles n’étaient que des positions de repli préparées dans le cas où le résultat du vote pour le comité n’aurait pas apporté les résultats escomptés. Elles furent cependant présentées pour la logique du système et adoptées à une très large majorité.

  • 7 « M. Destriveaux, dont l’opinion fait autorité en fait de mandat électoral » — il était professeur (...)

7Il s’agit tout d’abord de la proposition faite par Koeler, en 1844, de nommer des suppléants aux membres du comité. Après l’adoption de ce point, Frère s’efforça d’atténuer la portée de la décision en demandant que la désignation des suppléants soit réservée au comité. Soutenu par Fritz Behr, il fut contré par Collette, Tedesco et surtout Destriveaux et l’assemblée s’attribua le droit de nommer les suppléants7.

  • 8 Furent choisis : Charles Lesoinne, membre de la Chambre, Hennequin, sénateur, de Sélys-Longchamps (...)

8Elle fixa leur nombre à six, décida qu’ils remplaceraient les tiutlaires empêchés, mais que la présence de six titulaires suffirait au comité pour délibérer valablement. Elle procéda immédiatement au choix de ces suppléants. Quatre d’entre eux étaient des artisans de la nouvelle majorité8.

  • 9 Ces lettres de démission sont publiées dans la brochure A Messieurs les membres de l’Association, (...)
  • 10 Cf. les lettres publiées dans A Messieurs les membres de l’Association, pp. 10-12.

9Contrairement aux espérances des vainqueurs du jour, Delfosse, Muller, Frère et leurs amis n’acceptèrent pas cette défaite. Frère, en tant que secrétaire, recueille, au cours des premiers jours d’avril, les démissions de Delfosse, Hubart, Robert, Muller et Hennequin, suppléant, ainsi que la protestation de Capitaine qui justifiait son absence à l’assemblée par l’incendie du gouvernement provincial9. Quoiqu’envoyées à titre individuel, ces démissions sont cependant bien concertées. Elles s’élèvent toutes contre l’élimination de Capitaine, « faute grave, de nature à compromettre le succès de la cause libérale, née d’une intrigue, d’une cabale préparée dans le secret ». Toutes reconnaissent le caractère statutaire des décisions qui ont été prises par l’assemblée, mais insistent sur les circonstances particulières — incendie et peu d’assistance — qui ont accompagné ces prises de décision10.

10Très habilement, le bruit de ces démissions, qui ne sont pas rendues officielles, est néanmoins répandu dans le public. Le but poursuivi par les doctrinaires est de préparer l’opinion libérale en vue d’une nouvelle assemblée générale, où, sous la menace de la démission des personnalités, un retournement de situation pourrait être observé.

  • 11 Union libérale, 5 mai 1845, pp. 4-5 ; Union libérale, 31 mars 1845, pp. 14-17. Une lettre de Frère (...)

11Deux réunions de comité ont lieu le 7 et le 17 avril, auxquelles assiste un seul représentant du groupe mis en minorité, Frère-Orban, qui n’a pas encore remis de démission, apparemment dans l’unique but de jouer précisément ce rôle d’agent de liaison. Il réclame la convocation d’une assemblée générale pour y déposer les démissions motivées. Les progressistes, conscients de la position difficile dans laquelle, malgré la majorité qu’ils ont conquise, ils risquent de se retrouver, font une contre-proposition qui consiste à garantir la réélection de Capitaine, si celle d’un des deux nouveaux élus est assurée par les doctrinaires. Frère juge que les membres de la nouvelle majorité se sentent « impuissants à soutenir leur œuvre jusqu’au bout » et rejette ce compromis11. L’accord porta finalement sur le point suivant : tous les membres du comité, y compris les suppléants, refuseraient le mandat qui leur a été conféré, sous le motif que l’assemblée précédente n’était pas assez nombreuse.

  • 12 Union libérale, 5 mai 1845, p. 5. La convocation de l’Assemblée datée du 17 avril 1845 est signée (...)

12Koeler annonça cependant qu’il déposerait une proposition tendant à ce que trois élus au comité, désignés par le sort, soient déclarés non-éligibles l’année suivante, cela « pour éviter qu’à l’avenir, l’élimination d’un membre du comité ne put entraîner la dissolution et fut peut-être cause de la ruine de la Société ». Frère ne cacha pas qu’il combattrait vivement la proposition12.

  • 13 La brochure Union libérale..., 5 mai 1845, donne le compte rendu officiel de l’Assemblée du 28 avr (...)

13La nouvelle réunion de l’assemblée générale de l’Union libérale eut lieu le 28 avril 1845. Elle regroupa moins de deux cents personnes13. Le premier point à l’ordre du jour était la proposition de Koeler. La discussion qui s’engagea sur ce point indiqua-t-elle que l’assemblée était disposée à rejeter cette proposition ? C’est la version des doctrinaires. En tout cas, il semble bien que les débats furent particulièrement prolongés par les progressistes pour créer la confusion et décourager un certain nombre de participants.

  • 14 Le texte de l’amendement de Macors, certifié conforme par le secrétaire du bureau Victor Tedesco, (...)
  • 15 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845. Frère donne, dans cette let (...)

14Tout d’abord, le jeune avocat Macors déposa un amendement à la proposition Koeler. Il proposait que chaque année, une moitié des membres du comité soit déclarer non-éligible au cours de l’année suivante14. La mise aux voix de cet amendement par mains levées fut jugée douteuse par le bureau, composé en majeure partie par des progressistes15. Le dépôt de signatures fut réclamé et l’amendement fut rejeté par 90 voix contre 75.

  • 16 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845. Compte rendu dans Union lib (...)
  • 17 Ibidem.

15La même opération fut répétée pour la proposition Koeler. Toute cette procédure avait duré très longtemps : « la fatigue, l’ennui, l’exigence des affaires éloignaient tout à tour quelques membres de l’assemblée »16. Le dépôt des signatures fut clos au moment où le résultat était de 80 voix pour et 77 contre l’adoption de la proposition17.

  • 18 Ceci est évidemment le point crucial sur lequel les versions diffèrent le plus. Les progressistes (...)

16La proclamation par le bureau de l’adoption de la proposition Koeler fut contestée par tout un groupe de membres de l’association qui n’avait pas encore voté et qui prétendait n’avoir pas été averti de l’imminence de la clôture du vote. Une discussion tumultueuse s’ensuivit où la bonne foi et la moralité des intervenants étaient réciproquement mises en doute. Elle porta la confusion à son comble. Devant le refus du bureau de prolonger le délai pour le dépôt des signatures, les opposants à la proposition, écoutant les voix de Frère et de Forgeur, quittèrent la réunion18.

  • 19 Koeler obtient 90 suffrages, Collette 89, Dereux 86, Wasseige 85, Ad. Bayet 74, Robert-Brabant 73, (...)

17Les nonantes personnes restantes procédèrent alors à l’élection du comité. Celle-ci confirma exactement le choix qui avait été fait par la précédente assemblée : deux nouveaux membres entraient dans le comité, Adolphe Bayet et Robert-Brabant, Capitaine était éliminé. Le détail des suffrages obtenus par les différents membres du comité est nettement favorable aux progressistes19.

  • 20 Ibidem.

18Par contre, le tirage au sort qu’ils avaient voulu introduire pour déclarer trois membres du comité non-rééligibles leur joua un tour assez ironique. Ce furent les noms de Robert-Brabant, de Dereux et de Koeler que le hasard désigna20.

19A la suite de ces incidents, aucune réconciliation ne s’avéra possible entre les deux groupes, et le mouvement libéral se trouvera scindé, pendant deux années, en deux organisations rivales. Tandis que les progressistes se cantonnent dans l’Union libérale, les doctrinaires créeront leur propre organisation, l’Association libérale.

20L’étude des causes immédiates de la scission a fait ressortir le caractère très passionné du différend. Celui-ci fit l’objet d’abondants commentaires dans des brochures et surtout dans la presse quotidienne et retint, des mois durant, l’attention de l’opinion publique du pays. Cela seul rendait déjà indispensable la présentation d’un résumé précis et relativement succint de ces événements.

21Ces incidents de Liège présentent en outre l’intérêt de donner le premier exemple qui apparaît très tôt dans l’histoire si jeune des organisations politiques — de la prise en main des leviers de commande d’une société politique par une minorité décidée.

22Avant d’étudier les divergences essentielles des deux organisations libérales liégeoises qui s’affronteront, il convient de rechercher d’abord les causes plus profondes de cette division.

2. Les causes profondes de la scission libérale

  • 21 Voir pp. 197 et sv.

23Les questions d’ordre personnel ont sans doute joué un rôle non-négligeable dans l’affrontement pour s’emparer de la direction du mouvement libéral liégeois. Au-delà de cet aspect, superficiel mais chargé de passions, le conflit se présente nettement comme un nouveau rebondissement de la querelle de tendance déjà apparue précédemment, et particulièrement en 1835-1836 : la tendance « autocratique » de ces anciens membres d’un premier comité libéral et la tendance « démocratique » des progressistes pour qui seule l’assemblée dispose en maître absolu des destinées du mouvement libéral21.

24Les personnalités en présence, dont les tendances sont connues, le spectaculaire retour à l’avant-plan politique des frères Bayet, après une éclipse de cinq ans, sont des éléments très significatifs.

25Il importe cependant d’aller plus loin dans la recherche des causes. En effet, la tendance progressiste n’est jamais apparue au cours de cette étude comme un mouvement structuré. Les difficultés qu’elle suscita en 1836 à l’ancien comité libéral, étaient essentiellement dues à l’action de deux fortes personnalités, Adolphe et Félix Bayet. Le succès de l’action entreprise par ceux-ci dans l’Espoir s’était plus bâti sur la résistance à une discipline politique existant dans les milieux libéraux que sur un réel développement des idées progressistes dans le corps électoral.

26Les questions qui se posent dès lors sont les suivantes : où les progressistes puisent-ils, en 1845, cette cohésion remarquable dans toutes leurs actions ? Comment sont-ils organisés ? Quelles sont au juste les idées progressistes à la base de leur entente ? La position des partisans de la nouvelle Association libérale apparaîtra par contraste dans l’analyse de l’attitude de ce groupe progressiste qui s’est emparé de la direction de l’ancienne Union libérale.

a. La loge devient un foyer progressiste

  • 22 Cf. Chapitre I et notre Etude de la presse liégeoise, p. 66.

27Tandis que les idées progressistes étaient mises en veilleuse, de 1840 à 1845, sur le plan politique, elles connaissaient un succès grandissant dans la loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile réunies. En 1831 déjà, celle-ci comptait plusieurs progressistes, dont notamment Putzeys, qui deviendra vénérable, et qui n’avait pas été étranger à l’évolution radicale de l’Association patriotique liégeoise22, et Collette. Sans doute y avait-il dans l’esprit même de la franc-maçonnerie, dans ses principes de fraternité et d’égalité, dans son action tournée vers la bienfaisance et le perfectionnement moral de l’homme, une base particulièrement favorable au développement des idées progressistes.

  • 23 Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents..., passim, notamment, pp. 442-446, pp. 473-475 etc. F. CLÉMEN (...)

28A partir de 1842, une rivalité qui prend un caractère de plus en plus critique s’établit entre deux tendances divergentes au sein de la loge. Un groupe de francs-maçons soutient que le fondement de l’esprit de la loge est le progrès et que son action doit prendre un caractère foncièrement social, et s’oppose à un second groupe pour lequel prime, avant la question sociale, la grande lutte idéologique contre « l’esprit de domination » des catholiques, la défense de la laïcité23.

  • 24 « Nous avons dit que les idées progressistes s’abritaient alors au sein des loges ; cela ne signif (...)

29Renforcés par l’arrivée d’une génération plus jeune animée d’« idées généreuses », tels les avocats Macors, Lamaye, Bailleux et Tedesco, les défenseurs de la première thèse — Collette, Dereux, Destriveaux, de Robaulx, Putzeys, etc. prennent peu à peu le pas sur les tenants de la seconde, dénoncés comme conservateurs ou doctrinaires, les Orban, Frère-Orban, Fléchet, Weustenraad, etc.24.

30Les progressistes forgent d’abord leur solidarité dans cette lutte qui s’engage dans la loge. Forts de la majorité acquise, ils tentent, en s’appuyant sur cette plate-forme, de s’emparer ensuite de la majorité dans l’organisation politique qu’est l’Union libérale.

  • 25 A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845, p. 1.

31Cette évolution est révélée au public par les accusations lancées, dans leur mémoire aux membres de l’Association, par les doctrinaires du comité. « C’est par les faits, annoncent-ils, que nous répondrons au compte-rendu de six membres de la loge », c’est-à-dire le mémoire des six progressistes du comité25.

  • 26 Ibidem, pp. 6-7. Nous avons traité de ces incidents plus haut. Il est à noter que Félix Capitaine (...)

32La thèse développée par les membres de l’Association tend à prouver que les incidents des assemblées de 1845, et en particulier l’élimination de Capitaine, ont été préparés dans une « réunion quasi-maçonnique », et que cette décision a été prise à la suite du ressentiment des francs-maçons progressistes devant le refus qui leur avait été opposé de soutenir, en 1843 et 1844, un de leurs grands dignitaires, Collette26.

  • 27 A Messieurs les membres de l’Association libérale, p. 8.

33Les causes de la rupture proviennent selon les doctrinaires, du désir des francs-maçons « de former un comité plus docile à leurs yeux, un comité qui fut en quelque sorte une succursale de la Loge. Sans doute, expliquent-ils, la Loge est un corps respectable, mais elle ne compte pas à Liège assez d’électeurs pour aspirer à la direction exclusive des affaires de l’Union »27.

  • 28 Union libérale, 31 mai 1845, pp. 3-4.

34Les dirigeants de l’Union incriminés, rejettent résolument cette thèse et contre-attaquent : la Société que les doctrinaires accusent, rétorquent-ils, « s’occupe exclusivement de bienfaisance et de questions théoriques ; elle ne permet pas que les discussions qui s’y agitent soient compliquées de faits personnels. Jamais les candidatures électorales ne font l’objet de ses travaux. M. Frère, élevé sous le toit de la loge, le sait mieux que personne. Il a souvent critiqué son abstention ; il a plusieurs fois tenté de transformer la loge en club politique. Et ceux-là mêmes contre qui cette accusation est aujourd’hui dirigée l’ont constamment arrêté dans ces projets »28.

  • 29 A Messieurs les membres de l’Association, p. 2 et Union libérale, 31 mars 1845, pp. 3-4.

35Ces affirmations proférées par les deux parties ne sont qu’apparemment contradictoires. Elles renforcent, au contraire, l’une et l’autre, ce qui vient d’être dit de l’évolution de la loge. Elles confirment l’opposition de tendances et apportent même des précisions sur la mise en minorité par les progressistes de la thèse politique de Frère-Orban. Toute deux sont d’accord sur le fait que la décision de manœuvrer pour s’emparer de la majorité dans le comité n’a pas été prise en loge, mais en dehors, par les francs-maçons progressistes — les progressistes l’affirment, les doctrinaires le reconnaissent implicitement en parlant de « réunion quasi-maçonnique »29.

36La mise en accusation de la loge par les doctrinaires apporte en plus un renseignement capital. Frère-Orban et les francs-maçons qui adhèrent à la nouvelle Association rompent à partir de ce moment avec la loge, la reconnaissant de ce fait sous la coupe de leurs adversaires.

  • 30 Le fait est confirmé par une note manuscrite conservée aux A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 17. Frè (...)

37Désormais, Frère-Orban, imité sans doute par un certain nombre de francs-maçons doctrinaires, quitte la loge et ne la fréquentera plus de sa vie entière30.

  • 31 Sur la mise en accusation de Frère voir E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonn (...)
  • 32 Voir page suivante.

38Il est remarquable cependant de constater que Frère, mis en accusation à la loge par un certain Pruvot, soutenu essentiellement par Tedesco et Fourdrin, n’y sera pas condamné, par suite de l’ajournement indéfini de la prise en considération de l’accusation31. C’est le premier exemple des divergences de vue au sein de la loge entre les radicaux qui soutenaient l’accusation et les progressistes plus modérés, divergences qui éclateront au grand jour en 184732.

  • 33 Journal de Liége, 4 novembre 1845.

39Sous certains aspects, la lutte menée par l’Association libérale de tendance doctrinaire contre l’Union libérale de tendance progressiste, prendra parfois, par la force des choses, un caractère anti-maçonnique. Le Journal de Liége, organe de la première société, se réjouira publiquement, après les élections communales de Liège d’octobre 1845, de ce que « M. Collette, également conseiller sortant mais appartenant à l’Union, M. Collette, l’un des dignitaires de la loge, est resté sur le carreau »33.

  • 34 Voir les travaux de la Parfaite Intelligence de 1845 à 1852, dans E. WITTE et F. BORNE, Documents. (...)

40La loge restera longtemps, au-delà même de la réconciliation libérale de 1847, un foyer très favorable pour le développement des idées progressistes, tant à Liège qu’à Verviers34. Ce serait une recherche intéressante à suivre, et que dès à présent des éléments semblent permettre, celle qui étudierait dans quelle mesure les difficultés, que l’Association de l’Union libérale rencontrera par la suite à Liège jusqu’en 1893, ne naissent précisément pas de cet esprit « progressiste », d’autres diront « radical » qui souffle de la loge.

41Ces deux termes, progressisme et radicalisme, qui pour nous ne sont pas synonymes, doivent être précisées. Quelle est, dès lors, à côté de cette base structurelle qui aide à la cohésion, la base idéologique commune aux membres de l’Union libérale.

b. Base idéologique : progressisme et radicalisme

  • 35 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 65-68 et 76-81.
  • 36 Voir chapitre III. L’Union libérale (1833-1839).

42Depuis les thèmes à tendance « démocratique » défendus par l’Association patriotique liégeoise de 1830 à 1831, jusqu’au moment de la scission libérale à Liège, se retrouve une continuité dans la pensée des tenants de ces thèses : le principe de la souveraineté du peuple. Longtemps, ces idées se cantonnent dans la volonté exprimée par certains journaux liégeois35 de voir abaisser le cens électoral, sans néanmoins aller jusqu’au suffrage universel, dans le désir de donner immédiatement aux personnes qui détiennent le droit électoral les moyens réels d’exprimer, sans aucune contrainte, et par l’intermédiaire d’assemblées générales, leur véritable choix politique : ainsi s’exprime la tendance progressiste36.

  • 37 P. DEBOUXHTAY, La petite histoire. Le Saint-simonisme à Liège et à Verviers en 1831, dans La Vie w (...)
  • 38 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles-Paris, (...)
  • 39 Une revue aussi répandue et aussi bourgeoise que la Revue des deux mondes (1846, t. I, pp. 460-487 (...)

43Parallèlement, les idées avancées poursuivent leur évolution. Les théories saint-simoniennes, qui furent surtout répandues en 183137, cèdent peu à peu le pas au système phalanstérien de Fourier. Une idée essentielle est retenue par un public de plus en plus large — qu’il y soit favorable ou défavorable — celle de l’organisation du travail38. De nombreux systèmes se développent autour de cette idée-clef. Beaucoup d’auteurs français exposent leurs propres théories qui sont mises à la connaissance du grand publics39. Les points de vue extrèmement divers quant aux solutions proposées, se rejoignent sur la nécessité d’aborder l’étude de la question sociale, celle de se préoccuper de l’amélioration du sort des classes ouvrières.

44Dans les milieux libéraux, quelques individualistes désirent, pour aboutir à ces réformes sociales, la transformation radicale de la société. Les radicaux se distinguent des socialistes par le respect qu’ils conservent à la propriété individuelle.

  • 40 Pour le progrès des idées radicales en Belgique, nous renvoyons à R. DEMOULIN, De la presse radica (...)

45Ces idées sont défendues en Belgique par quelques intellectuels, tels les frères Delhasse, Lucien Jottrand, Adolphe Bartels40. D’avril 1837 à août 1838, Delhasse a fait paraître à Bruxelles Le Radical, feuille du dimanche, puis bi-hebdomadaire, mais le grand organe du radicalisme belge sera le Débat social, organe de la démocratie. Le directeur Adolphe Bartels y consacre, en 1844 et 1845, une série d’articles à son Essai sur l’organisation du travail.

  • 41 R. DEMOULIN, op. cit, p. 198.

46La construction de Bartels n’est pas simple et l’exposé n’est pas toujours clair. « Critique sévère de l’économie de son temps, Bartels, adversaire de la libre-concurrence, prône une socialisation de l’industrie, un atelier national, la nationalisation du commerce extérieur, l’impôt unique, l’assurance obligatoire couvrant les risques d’accident, la maladie et la vieillesse. Il conserve la propriété individuelle mais proscrit l’héritage »41.

47A Liège, la question sociale est pour la première fois publiquement évoquée dans un discours prononcé par le jeune avocat Macors, lors de l’Assemblée de l’Union libérale du 28 avril 1845.

  • 42 Macors dans une lettre du 28 mai 1845 publiée en annexe du mémoire Union libérale, 31 mars 1845, p (...)

48Pour défendre son projet de renouvellement par moitié des membres du comité, il évoque la nécessité de laisser pénétrer, dans une perspective prochaine, les personnes dont l’intérêt se porterait sur les questions sociales42.

  • 43 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845.

49Frère-Orban, dans la relation qu’il fait à Delfosse de cette intervention, n’hésite pas à franchir le pas. Selon lui, Macors exposa « qu’il faudrait bien s’occuper enfin des intérêts humanitaires, d’organisation du travail (Il y a par le monde une foule d’oisifs qui rêvent d’organiser le travail) »43. La transposition et le développement que Frère apporte tout naturellement aux idées exprimées par Macors indiquent qu’il n’était pas étonné que ces théories sociales aient trouvé un écho favorable à Liège.

  • 44 Rappelons que J. KUYPERS, Buonarroti et ses sociétés secrètes, pp. 32, 47-48, estime très probable (...)
  • 45 Le Journal de Liége du 7 novembre 1845 avait accusé le Libéral liégeois d’attaquer la bourgeoisie (...)

50Les prises de position des frères Bayet, dans le Libéral liégeois, quotidien qu’ils feront paraître à partir de juillet 1845, lui donnent raison jusqu’à un certain point. Les frères Bayet sont bien des radicaux44. Ils reproduisent dans leur journal une série d’articles du Débat social, mais — et c’est un trait de l’individualisme extrème des radicaux et de la difficulté de leur attribuer une plus large communauté de vue que les principes énoncés plus haut — ils déclarent ne pas attacher à l’organisation du travail « le sens et la valeur que leur donnent L. Blanc, le Débat social, la Phalanstère, les socialistes. Nos doctrines, précisent-ils, ne doivent pas être confondues à celles des Fourier, des Saint-Simon et des utopistes modernes »45.

  • 46 Libéral liégeois, 12 novembre 1845. Il n’est pas possible de trouver dans le Libéral liégeois un d (...)

51Ils veulent, et ceci s’oppose nettement aux théories de Bartels, « qu’on délivre le commerce et l’industrie des entraves de toute nature qui les enlacent et qu’on leur permette de se développer en toute liberté ». Pour eux, il faut substituer à « la prétendue garantie du cens la garantie plus réelle de la moralité et de l’instruction ». Il faut créer « un enseignement commun à tous les citoyens et autant d’enseignements spéciaux qu’il y a de sphères d’activité où doivent se mouvoir les diverses classes de citoyens ; il y a enfin à préparer et à commencer, par l’enseignement, une bonne organisation du travail qui assure à la société le plus grand développement possible de toutes les aptitudes qu’elle renferme dans son sein, au travail national la plus grande somme possible de produits et au travailleur, la plus grande part possible dans les fruits de son travail »46.

  • 47 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.
  • 48 Libéral liégeois, 19-20 juillet 1845 et encore le 28 avril 1847. A Messieurs les membres de l’Unio (...)

52Tel que se présente ce programme, et devant les formes très variées que revêtent les idées radicales, il n’est pas certain du tout que la majeure partie de ces thèses aient été partagées par les membres de l’Union libérale. Fait significatif : le Libéral liégeois, qui par ailleurs n’eut jamais un grand nombre d’abonnés47, se défendra toujours d’être l’organe du comité, et les membres de ce dernier affirmeront ne pas disposer d’organe de presse pour diffuser leurs idées48.

  • 49 Cf. les tracts électoraux et brochures de l’Union de 1845 à 1847 conservés à la BIBLIOTHÈQUE DE LA (...)

53Par ailleurs, aucun document officiel émanant de l’Union libérale ne fera allusion à un système d’organisation sociale et les revendications politiques resteront toujours en deçà des idées exprimées par le Libéral liégeois49.

54Dès lors, s’il est difficile de dire que le radicalisme, sous quelque forme que ce soit, est la base idéologique commune aux membres de l’Union libérale, aux progressistes et aux radicaux, en quoi consistent alors les idées avancées dont se réclame malgré tout l’association ? Sous quelles formes ont-elles percé dans la loge ?

  • 50 En décembre 1840, Robert-Brabant dépose une planche à ce sujet ; une discussion s’engage en octobr (...)

55Depuis 1840, les thèmes de discussion au sein de la loge ont pris une teinte de plus en plus socialisante, traitant du principe de l’égalité des hommes, de l’amélioration du sort de la classe ouvrière, du suffrage universel. Quoique les discussions sur la réforme électorale mettent en évidence les positions radicales des Fourdrin, Tedesco et Bayet, elles montrent cependant que l’esprit progressiste reste celui de la majorité des membres de la loge, qui s’ils sont d’accord sur le principe que tout homme sain d’esprit devrait avoir le droit de participer à l’exercice de la puissance publique, constatent la nécessité de passer par un changement progressif et en rejettent l’application absolue50.

  • 51 Ibidem, p. 446.
  • 52 Ibidem, p. 448.
  • 53 Ibidem, p. 491.

56Néanmoins il est clair que sous l’action des radicaux les idées fouriéristes pénètrent dans la loge. Le 16 août 1843, Fourdrin recommande La Démocratie pacifique, journal fouriériste51. Le 30 du même mois, Fourdrin, Macors et Micha proposent l’impression du « Manifeste de la Démocratie pacifique » lequel leur a semblé « renfermer des vues utiles à répandre dans le monde profane au point de vue du progrès de la raison humaine et de l’amélioration des classes inférieures de la société », et le même jour, Fourdrin encore, fait hommage de deux ouvrages fouriéristes52. En 1844, c’est le même qui fournit à la loge les exemplaires du Débat Social53.

  • 54 Ibidem, p. 458.
  • 55 Ibidem, pp. 458-460.
  • 56 Ibidem, p. 510.

57En novembre 1843, Tedesco veut soulever le principe du droit de propriété54. A cette occasion, certains dignitaires manifestèrent leur réticence à aborder de telles questions. Bailleux, Macors et Micha, trois jeunes maçons donnèrent alors leurs démissions estimant que le principe du droit de libre examen était remis en question55. Plus habiles, Tedesco, Fourdrin, Bayet, restèrent, car pour trois de leurs partisans partis combien n’étaient-ils pas plus nombreux les maçons plus modérés qui, irrités par ces débats, avaient désertés le temple. Avant même son fameux conflit avec la loge, Frère ne semble pas participer à ces réunions. Dix ans plus tard, un vénérable rappellera que de nombreux maçons avaient quitté la loge à l’occasion de ces discussions56.

  • 57 Nous trouvons pour la première fois cette expression dans la lettre de J.N. Robert du 2 avril 1845 (...)

58En résumé, si les maçons liégeois ont des aspirations communes, ils restent divisés entre radicaux et progressistes, et sur le plan politique dès lors, dans l’Union libérale, la tendance de ce groupe n’est pas si mal définie par cette formule vague, accréditée dans tout le pays par la presse liégeoise de quelque tendance que ce soit : la communauté de vues qui unit les membres de l’Union sont ces « aspirations jeunes et généreuses » qui les poussent, dans un souci humanitaire et sans programme bien défini, à souhaiter que la société libérale recherche sans trop tarder des solutions originales, conformes aux aspirations de liberté, pour les problèmes sociaux que révèle la situation de la classe ouvrière57.

  • 58 « La composition du nouveau comité démontre qu’il a fallu faire une première concession aux radica (...)
  • 59 C’est la proportion qui se dessine en tout cas en 1847 lors de la décision de l’Union, contre l’av (...)

59Ces aspirations sociales très vagues sont loin d’être aussi tranchées que les théories radicales des frères Bayet. En fait, les vrais radicaux dans le groupe de personnes qui se sont emparées de la direction de l’Union sont peu nombreux. On en comptera trois seulement parmi les onze membres qui feront partie du comité de l’Union reconstitué après la scission58 et ceci doit donner une idée assez exacte de la proportion parmi les membres de cette organisation59.

  • 60 La déclaration de Macors nous paraît bien caractériser cette position : « Du reste, si je désavoue (...)
  • 61 Les deux mémoires de l’Union libérale indiquent que là est le problème essentiel pour ses dirigean (...)

60La majorité des membres de l’Union conserve les traditions progressistes. S’ils ont des préoccupations sociales, ils n’en font pas exagérément état60. Les points importants restent pour eux la réforme électorale avec un certain abaissement du cens qu’ils désirent avec plus de détermination que les doctrinaires, et surtout ils réclament le véritable gouvernement de l’assemblée libérale par les membres de cette assemblée et non par le comité. C’est essentiellement sur ce point que la rupture se produit. Les progressistes se dressent, comme en 1836, contre la tendance « autocratique » des membres doctrinaires du comité61.

61Majorité de progressistes, minorité agissante de radicaux qui espèrent les entraîner plus en avant dans leurs théories sociales, les éléments sur lesquels repose désormais l’Union libérale sont ainsi, dès le départ, bâtis sur une certaine confusion. C’est ce qui fera, après quelques succès, la faiblesse de cette organisation.

62Après cette analyse, il sera aisé maintenant d’aborder les éléments qui, de leurs côtés, font la cohésion de ceux qui, n’acceptant pas leur défaite, se retirent pour constituer l’Association libérale.

c. Le vieux libéralisme

  • 62 Dans son discours de la séance inaugurale de la nouvelle Association libérale, le 3 juin 1845, Del (...)
  • 63 Ibidem.

63Les leaders de ce que les membres de l’Union appellent le « vieux libéralisme », par opposition aux idées jeunes qu’ils défendent, sont — il est important de le souligner — depuis près de treize ans à la tête du mouvement libéral à Liège. Quoiqu’ils se défendent de cette accusation qui leur sera fréquemment lancée, ils réagissent indéniablement comme des personnes qui estiment avoir acquis, par leurs antécédents politiques, le privilège de présider aux destinées du libéralisme dans la cité62. Ils ont toujours eu, vis-à-vis des assemblées, une tendance autocratique. Ils ne peuvent, dans les circonstances présentes de 1845, accepter de voir la tutelle qu’ils exercent être renversée par une assemblée animée par des idées qui, ils en sont persuadés, ne représentent pas celles de la majorité des associés63.

  • 64 Ibidem : « Lorsque nous avons créé, il y a trois ans, l’Association libérale, notre intention n’ét (...)

64Mis à part ce côté affectif, ils expriment réellement dans leurs protestations des pensées partagées par un grand nombre de libéraux. Le but de l’Association de l’Union libérale, créée en 1842, n’a jamais été, affirment-ils, de se « lancer dans la voie périlleuse des réformes sociales ». Jamais leurs critiques adressées au gouvernement n’ont porté sur la façon dont est organisée la société, mais uniquement sur la gestion politique de l’Etat. Le grand problème en cause, la séparation de l’Eglise et de l’Etat et ses questions annexes dont la plus importante était celle de l’enseignement, doivent obtenir une solution par des moyens exclusivement politiques64.

  • 65 Discours de Delfosse, Journal de Liége, 4 juin 1845.

65Pour « opposer une forte digue aux envahissement du parti clérical (...) le plus sûr moyen, le seul moyen légal de combattre ce parti, de le réduire à l’impuissance, c’était de lui enlever successivement les positions électives ». L’Association remplissait ce rôle et avait atteint son but65.

  • 66 Journal de Liège, 22 octobre 1845.

66En mettant en minorité les partisans de cette thèse purement politique, les tenants des idées sociales s’engageaient dans une voie périlleuse car ils détournaient l’Association de son but essentiel et faisaient le jeu des radicaux désireux de remettre en cause les bases de la société66.

  • 67 « Des hommes mal intentionnés, semant la zizanie dans le camp libéral, proclament que le vieux lib (...)

67Les anciens dirigeants n’acceptent pas ce coup de force. Quoiqu’ils n’ignorent pas que seule une minorité des membres de l’Union libérale, que quelques membres seulement du comité même, sont des radicaux, ils exploitent la crainte, qu’ils savent exister parmi la bourgeoisie libérale quant aux questions d’« organisation du travail », pour regrouper autour d’eux un grand nombre d’électeurs, propriétaires, industriels et gros commerçants, et pour tenter de créer, à l’intérieur même de l’Union libérale, une division entre les radicaux et les progressistes67.

  • 68 Journal de Liége, 24 octobre 1845.

68« Qu’est-ce que la cause honorable à laquelle nous sommes dévoués a donc de commun avec les rêves désastreux de ceux qui visent à ébranler l’ordre social, qui s’imaginent améliorer le sort de la classe ouvrière en leur persuadant qu’elles sont indignement exploitées par la bourgeoisie ? » demanderont les « vieux libéraux » dans une campagne de presse menée par le Journal de Liège68.

  • 69 Ibidem, 22 octobre 1845. « Nous signalons le danger et convions tous nos amis à s’unir pour le com (...)

69Pour eux, le radicalisme est devenu un ennemi bien plus dangereux encore que le cléricalisme. Ils se déclarent « profondément convaincus du péril qui menace le pays, si la bourgeoisie n’oppose pas une digue puissante aux envahissements du radicalisme »69. Sur cette base, ils reconstituent une nouvelle Association libérale qui entrera en lutte avec l’ancienne Union libérale.

3. Les deux organisations libérales

a. Création de l’Association libérale

  • 70 A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845.
  • 71 Rappelé par le Journal de Liége, 4 juin 1845.

70Dans le mémoire qu’ils adressaient, le 22 mai 1845, aux électeurs, en réponse à celui des membres majoritaires du comité, Delfosse, Frère, Muller, Robert, Hubart-Rodberg et Capitaine faisaient connaître leur intention de réunir une assemblée générale pour reconstituer l’organisation libérale sur des « bases moins larges peut-être, mais plus solides assurément »70. La convocation, qui est lancée quelques jours plus tard, fait état des pressantes invitations qui leur avaient été faites de provoquer cette réunion71.

  • 72 Compte rendu dans le Journal de Liége, 4 juin 1845.

71L’assemblée réunit, le 3 juin 1845, deux cent cinquante électeurs au Foyer du Spectacle, à deux pas de l’Hôtel de Suède. Toute une série de personalités, dont les représentants Fleussu et de Tornaco, le sénateur Hennequin, les industriels Orban et Braconnier, qui pour divers motifs ne peuvent être présents à la réunion, ont fait parvenir par écrit leur adhésion à la nouvelle association72.

72Delfosse ouvre la séance par un long discours où il présente sa version des causes de la scission et critique le coup de force de ses adversaires. Il rappelle que le but de l’Association est de s’occuper des questions électorales et non des questions sociales. Il propose d’en revenir à l’ancien réglement, à cette modification près, que seuls les électeurs pourraient faire partie de la nouvelle Association. Cette demande se justifie par le fait que les non-électeurs avaient paru constituer un groupe sur lequel s’étaient particulièrement appuyés les progressistes pour réaliser leur manœuvre. Le projet de Delfosse fut amendé par l’assemblée : les non-électeurs seraient admis aux discussions, mais n’y auraient pas le droit de vote.

  • 73 Compte rendu dans le Journal de Liège, 4 juin 1845.

73Un nouveau comité fut élu ; aux six membres anciens (y compris Capitaine) furent adjoints le sénateur Hennequin, le bourgmestre Piercot, le conseiller provincial Scronx, ainsi que Delexhy et Brixhe, conseillers communaux73.

  • 74 Sur l’attitude de ces deux journaux au cours de la scission, voir notre Etude de la presse liégeois (...)

74Le nouveau comité, appuyé par deux organes de presse, le Journal de Liége et La Tribune, s’efforce d’entraîner le plus grand nombre d’électeurs à adhérer à l’Association libérale74.

b. L’Union libérale

  • 75 Union libérale, A Messieurs les membres de l’Association, 31 mai 1845, p. 4.

75Koeler, Collette, Dereux, Wasseige, Bayet et Robert-Brabant n’avaient pas laissé agir leurs adversaires sans tâcher de saper leurs efforts. Le 31 mai, deux jours avant la réunion de l’Association, ils publient un mémoire pour dénoncer la manœuvre de personnes qui refusent d’admettre les décisions prises en assemblée et tentent de confisquer le mouvement libéral à leur profit. Exclure, ainsi qu’ils ont l’intention, les non-électeurs des associés, c’est se mettre en contradiction formelle avec le règlement de 1842. Seule l’Union libérale reste le dépositaire de cette tradition. Ce qui est en train de se faire « c’est un 18 brumaire au petit pied, rien n’y manque, pas même les listes de proscription »75.

  • 76 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.

76La rupture étant consommée par la réunion de l’association le 3 juin 1845, il était indispensable, pour les membres du comité de l’Union, de passer à la contre-offensive et de provoquer à leur tour une réunion générale. Celle-ci se fait attendre plus d’un mois. Sans doute, ce long laps de temps était-il nécessaire pour prendre les dispositions indispensables pour assurer à la prochaine réunion une participation au moins aussi importante que celle de l’Association. Le comité devait d’autre part souffrir de l’absence de tout organe de presse pour soutenir sa propagande. Peut-être les frères Bayet demandèrent-ils ce délai pour créer un quotidien qui donnerait toute publicité aux actes du comité ? Le fait que le Libéral liégeois commence sa parution précisément le 15 juillet 1845, au lendemain de l’assemblée de l’Union libérale, par le compte-rendu de celle-ci paraît être un indice confirmatif76.

  • 77 La convocation est conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no(...)

77La convocation à cette assemblée fut lancée le 5 juillet. Très habilement rédigée, elle réaffirmait la continuité du but de l’Union libérale fondée en 1842. Aux griefs politiques habituels aux libéraux qu’elle rappelle, sont ajoutés seulement « les impôts excessifs sur les objets de consommation, l’inéquitable répartition des charges publiques, le renchérissement de tout ce qui sert à la nourriture des classes laborieuses ». Le moment n’est pas venu de s’arrêter dans la voie des réparations et de se borner à une lutte défensive pour conserver les positions acquises : il faut poursuivre dans cette voie77. Ainsi, très subtilement, cette convocation présente un tableau rassurant du progrès réclamé et fait au contraire retomber une lourde accusation de conservatisme rétrograde sur les adversaires dissidents.

78Aux six membres du comité qui signent la convocation se sont joints quatre suppléants élus précédemment, dont Charles Lesoinne, membre de la Chambre des représentants. La présence de cette personnalité était une caution de poids pour l’Union libérale.

  • 78 Libéral liégeois, 15 juillet 1845.

79La réunion du 14 juillet, qui a lieu au local traditionnel de l’Hôtel de Suède, est un réel succès : l’assemblée comptait trois cent vingt-six participants, tant anciens que nouveaux et, selon le Libéral, presque tous étaient des électeurs78.

  • 79 Ibidem.

80Le déroulement de la réunion suit un canevas semblable à celui de l’Association. Après un compte-rendu des derniers événements, fait par Dereux, le comité se complète par cinq nouveaux membres, Charles Lesoinne, qui devient président, Massart, conseiller provincial, Edmond de Sélys-Longchamps et Defays-Demonceau, propriétaires, et enfin de Lezaack, avocat79.

c. L’effet bénéfique de la rivalité

81Le succès qu’avaient rencontré l’une et l’autre des organisations libérales en présence laissait momentanément les adversaires dos-à-dos. Il apparaît immédiatement que la scission, loin d’affaiblir le mouvement libéral, y suscitait un intérêt renouvelé qui se traduisit par un accroissement du nombre d’électeurs engagés politiquement. La répercussion de ce phénomène sur les élections communales et provinciales s’avérera bénéfique pour le libéralisme. Tandis que progressistes et doctrinaires se contesteront mutuellement la victoire, les catholiques n’apparaîtront pas en mesure de susciter des difficultés aux libéraux, mais au contraire perdront les rares sièges de conseillers provinciaux conservés jusqu’alors dans l’arrondissement.

Augmentation du nombre d’associés libéraux

  • 80 Alors que le Journal de Liége annoncera, le 18-19 octobre 1845, 350 membres tous électeurs, il dis (...)

82Jusqu’en 1845, le nombre de personnes engagées dans l’organisation libérale n’est pas connu avec certitude. Par recoupements, il ressort que ce nombre devait dépasser les trois cents et atteindre vraisemblablement les trois cent cinquante personnes80.

83A la suite de la rivalité qui s’établit entre les deux comités, il est de bonne propagande, pour l’un comme pour l’autre, de s’efforcer d’embrigader le plus grand nombre de personnes dans leurs rangs et de faire étalage de leurs forces aux yeux de leurs adversaires.

  • 81 Journal de Liége, 18-19 octobre 1845.

84La nouvelle Association libérale, après avoir compté deux cent cinquante présences lors de sa première réunion, annonce, en octobre 1845, trois cent cinquante associés tous électeurs, et ce chiffre est pratiquement le nombre d’électeurs que l’Union possédait précédemment81.

  • 82 Chiffre des participants à l’assemblée de l’Union du 14 juillet 1845 Cf. Libéral liégeois, 15 juil (...)
  • 83 Journal de Liége, 17 octobre 1845.

85De son côté, avec trois cent vingt-six participants, tant anciens que nouveaux membres, réunis au cours de sa première assemblée faisant suite à la scission, l’Union libérale semble prendre le pas sur la rivale82. Le Journal de Liége, organe des doctrinaires, émet cependant des doutes. Effectivement, si l’on admet des personnes qui ne sont pas électeurs « le chiffre peut aller à l’infini, mais le jour d’une élection sérieuse, d’une élection légale, il ne faudra pas perdre de vue que cette classe de votants ne sera pas admise à pénétrer dans la classe où le collège électoral se réunit »83.

  • 84 Libéral liégeois, 17 octobre 1845.

86Devant la controverse qui s’établit, sur les forces respectives, l’Union libérale livre sa statistique : elle se compose en 1845 de quatre cent vingt-sept membres dont seulement soixante-trois ne sont pas électeurs84.

  • 85 Libéral liégeois, 26-27 juillet 1845.

87L’addition des chiffres avancés conduit à une estimation des forces libérales se composant de sept cent treize électeurs et soixante-trois non-électeurs. Grosso modo, selon un avis vraisemblable, l’Union libérale regroupait sans doute plus d’électeurs bourgeois, plus d’éléments populaires que sa rivale dont les membres étaient liés par des intérêts personnels « autour d’un noyau d’hommes de la haute finance et de la haute industrie85.

  • 86 Parce que l’Union libérale refuse de communiquer la liste nominale de ses membres, le Journal de L (...)

88Certes, cette statistique globale peut être contestée, comme elle le fut d’ailleurs à l’époque. On pouvait penser que l’Union libérale, qui possédait les archives de la société avait conservé sur ses listes des personnes qui, sans de désaffilier, étaient passées dans les rangs de l’Association86. Un fait est néanmoins certain : le nombre des libéraux qui s’engagent politiquement en s’affiliant à une société est près de doubler au cours de la scission.

89L’effet bénéfique de cette situation se répercute immédiatement sur les résultats électoraux.

Les succès électoraux au cours de la scission

90Au cours de la scission libérale, se déroulent deux grandes élections : les communales d’octobre 1845 et les provinciales de mai 1846. Elles fournissent l’occasion aux libéraux d’affermir solidement leur position dans l’arrondissement de Liège.

  • 87 Compte rendu des réunions préparatoires de l’Union dans le Libéral liégeois, 16 octobre 1845, et d (...)

91Les réunions préparatoires des deux organisations, en vue des élections communales, rassemblent un grand nombre d’électeurs de la ville de Liège — cent cinquante à l’Union et deux cent trente-quatre à l’Association, soit un total de trois cent quatre-vingt-quatre sur les seize cent huit électeurs inscrits sur les listes électorales87.

  • 88 Résultats des élections dans les journaux liégeois du 29 octobre 1845.

92Mis à part leur conflit interne, la lutte est sans problème pour les libéraux : tous les élus représentent leur opinion. Sans doute, les élections communales de Liège sont-elles depuis longtemps le fief réservé des libéraux, il n’empêche que les catholiques ne se sont pas sentis suffisamment forts pour tenter, à la faveur de la division des voix, de faire passer l’un ou l’autre de leurs candidats88.

93Les résultats des élections provinciales de mai 1846 sont plus spectaculaires encore à cet égard. Elles se déroulent dans les cantons de Liège, Fléron, Hollogne-aux-Pierres et Louvegnez. Dans les deux premiers, les libéraux régnent en maître depuis quelques années et ils confirment simplement leur majorité. Dans le canton d Hollogne-aux-Pierres, au contraire, lors des précédentes élections les catholiques avaient fait passer deux de leurs candidats pour les trois places à pourvoir. Malgré, ou peut être grâce à la rivalité qui s’exerce dans ce canton entre les candidats des deux associations, les libéraux remportent les trois sièges, s’assurant ainsi au niveau provincial et pour la première fois depuis l’indépendance, la totalité des sièges à conférer par les cantons de l’arrondissement.

  • 89 Résultats dans les journaux liégeois des 25 et 26 mai 1846.

94A Louvegnez, le candidat libéral, qui avait échoué lors des élections précédentes devant le commissaire d’arrondissement Demonceau, l’emporte cette fois aisément89.

  • 90 Le Libéral liégeois du 17 octobre 1845 remarque : « Les deux réunions libérales ne se sont pas mon (...)

95Tenter, à la faveur de ces élections, une estimation de forces respectives de l’Union ou de l’Association n’est pas une démarche aisée. Il faut remarquer que l’une et l’autre organisation reconduisent généralement tous les élus libéraux sortants, quelle que soit la société à laquelle ils sont affiliés, réservant pour leurs membres les places de ceux qui ne se présentent plus90.

  • 91 C’est la raison de la deuxième réunion de l’Association, à la veille de l’élection, le 26 octobre (...)

96Au cours des élections communales, deux conseillers sortants seulement sont évincés par l’Union libérale, à la suite de quoi, en mesure de représailles, l’Association supprime de sa liste de candidats les deux leaders progressistes Collette et Robert-Brabant91.

  • 92 Il faut noter cependant que parmi les quatre élus de l’Union, un était soupçonné depuis longtemps (...)
  • 93 Journal de Liège, 29 octobre 1845. Nous reviendrons un peu plus loin sur ces accusations, qu’il n’ (...)

97Collette ne sera finalement pas élu ; mais du côté de l’Association, Nicolas Robert connaît également l’échec électoral. Sur les treize élus, huit sont des conseillers sortants, un est porté par les deux organisations, tandis que les quatre autres sortent des rangs de l’Union92. L’avantage conquis par les progressistes tient sans doute à la base plus populaire (électeurs communaux qui paient un cens moins élevé) de ses membres, mais il a peut-être été aidé par des votes catholiques, ainsi que le Journal de Liége ne manqua pas d’affirmer93.

  • 94 Libéral liégeois, 13 avril 1846.
  • 95 Lettre de Massart au rédacteur du Journal de Liége, reproduite par le Libéral liégeois des 9 et 10 (...)

98En ce qui concerne les élections provinciales, les candidats sortants de Fléron appartiennent à l’Association et sont également soutenus par l’Union94. Dans le canton de Hollogne-aux-Pierres, le seul élu libéral sortant est membre de l’Union. Il se présente sur une liste aux côtés de deux personnes appartenant également à l’Union et qui avaient été les candidats malheureux de l’élection précédente95. Ces circonstances sont dès lors favorables à l’Union, dont les candidats triomphent aisément des adversaires que l’Association leur avait opposés.

99Les élections dans le canton de Liège ont davantage un caractère de prestige qu’une importance fondamental. Elles ne concernent qu’un siège à pourvoir à la suite d’un décès, et les libéraux sont vainqueurs depuis 1836 dans ce genre d’élection.

  • 96 Cette élection partielle a lieu à la suite du décès de Scronx. L’assemblée de l’Association du 15 (...)
  • 97 Libéral liégeois, 11-12 avril 1846, et Union libérale fondée en 1842 à l’Hôtel de Suède. Le comité (...)
  • 98 Sur huit cent nonante-trois votants, Capitaine l’emporte avec quatre cent soixante-deux voix contr (...)

100L’intérêt procède des candidats en présence. L’Association a présenté le membre du comité dont l’élimination avait été la base personnelle de la scission : Félix Capitaine96. L’Union lui oppose le beau-frère de son président : Edouart Hauzeur-Lesoinne, un industriel97. La lutte est très serrée, mais Capitaine l’emporte au premier tour avec une quarantaine de voix d’avance sur son adversaire98.

  • 99 Nous avons tenu à reproduire cette accusation curieuse du Journal de Liège, 26 mai 1845. Ni la Gaz (...)

101A nouveau le Journal de Liége, organe de l’Association émit l’affirmation que les catholiques avaient soutenu le candidat de l’Union. Son raisonnement est curieux : « Si le résultat du scrutin avait été favorable à nos adversaires, affirme-t-il, la presse cléricale et ministérielle aurait entonné ses chants de triomphe et proclamé partout que le radicalisme venait de vaincre les libéraux. Elle aurait fait ressortir alors les doctrines dangereuses que nos adversaires professent ; elle aurait signalé les attaques qu’ils dirigent contre nos institutions ; elle aurait fait grand bruit des réformes sociales qu’ils préconisent. Le succès des radicaux était le dernier espoir du parti clérical. Aussi, après délibération, il a prêté son appui à nos adversaires »99.

  • 100 « Toutes les voix données aux candidats catholiques dans la province ne s’élèvent qu’à 624, tandis (...)

102Il ne nous est pas possible de vérifier ces affirmations ; en tout cas, si manœuvre il y eut, celle-ci avait échoué et le libéralisme, malgré ses divisions, était sorti victorieux de ces élections100.

4. L’approfondissement des idées politiques : le congrès libéral et la question du programme

103A côté de ces succès — dont l’importance ne ressort finalement qu’à l’échelon local — dus à la rivalité de zèle des deux organisations libérales, les progressistes suscitent dans le libéralisme belge un mouvement beaucoup plus profond. Leur action apporte réellement une dimension nouvelle au libéralisme en posant de façon très concrète la question d’un programme.

104A part quelques grands principes généraux, rappelés à l’occasion de discours parlementaires, développés surtout dans la presse sur des points plus particuliers, et énumérés rapidement dans les tracts électoraux, les organisations libérales n’avaient jamais établi de programme politique.

  • 101 Nous l’avons vu en 1839. Cf. Chapitre III. En 1848 encore dans l’asseblée de l’Association de l’Un (...)

105Il n’avait pas été possible, au cours des réunions libérales pour les élections législatives de 1839, de faire accepter quelques points de programme par les élus. Dans son règlement de 1842, l’Union libérale s’était contentée d’une formule très vague en guise de programme. Dans la polémique de 1845, Delfosse avait bien mis l’accent sur le fait que l’organisation libérale était tournée vers l’action, dans un but essentiellement électoral, sur la base de quelques réformes politiques seulement, mais qu’elle n’était pas destinée à discuter des principes. La question d’un programme fut longtemps confondue, par les doctrinaires liégeois, avec celle d’un mandat impératif jugé inconstitutionnel101.

  • 102 Union libérale, fondée en 1842 (Hôtel de Suède). Le comité central à MM. les membres de l’Union, 5 (...)

106Les progressistes reprochent précisément de ne voir dans les objectifs de l’organisation libérale qu’une question électorale. Ils veulent définir de façons précise les objectifs du libéralisme. Dans leur convocation à la première assemblée de l’Union libérale en juillet 1845, après la scission, ils posent clairement des objectifs concrets102.

a. Initiatives radicales

  • 103 Sur l’action décisive du Libéral liégeois, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.

107Dans leurs rangs, les radicaux, particulièrement les frères Bayet par l’intermédiaire du Libéral liégeois, ont une action décisive en démontrant, les tous premiers en Belgique, « la nécessité de la formation d’une association nationale libérale et l’adoption d’un programme politique commun ». L’idée d’un congrès libéral est lancée par le quotidien radical de Liège ; elle est d’abord favorablement accueillie par la presse avancée du pays, avant de percer dans les journaux libéraux et de prendre consistance grâce aux convocations lancées par la société de l’Alliance de Bruxelles103.

  • 104 Libéral liégeois, 11 août 1845.

108Le dessein poursuivi en provoquant la création du parti libéral reste dans la ligne exacte des objectifs des radicaux liégeois. Effectivement, outre qu’ils espèrent manifestement voir leurs idées triompher à l’occasion de la discussion d’un programme national, ils souhaitent, par la même occasion, aboutir au but qu’ils poursuivent depuis 1830 : « la subordination des questions de personnes aux questions de principes »104.

109L’analyse qu’ils font de l’évolution du libéralisme depuis 1830 est remarquable. Par traditions historiques, « à toutes les époques, la vie municipale a toujours été très développée en Belgique (...) il était donc naturel que le libéralisme se développât d’abord selon nos mœurs, c’est-à-dire dans la commune, aussi est-ce là qu’il a pris naissance et qu’il a grandi ».

  • 105 Idem.

110Au moment où le stade de développement atteint par le libéralisme indique qu'il est prêt à prendre en mains les rênes du pouvoir, cette situation présente de grands inconvénients, dont le principal consiste « dans l’exhubérance des individualités, dans l’exagération de la personnalité ». Et ici perce la critique personnelle adressée aux dirigeants de l’Association libérale : « Le libéralisme étant exclusivement local n’a que des chefs de localité, ceux-ci habitués à régenter chez eux se résignent difficilement à suivre la direction des hommes qui, par le talent, le caractère ou l’activité, devaient naturellement être à la tête du parti, d’où il résulte que peu consentent à obéir »105.

111Les radicaux, qui sur le plan local rencontrent de fortes individualités, escomptent triompher plus aisément par l’unité du libéralisme belge.

  • 106 Libéral liégeois, 6 avril 1846.

112Alors que l’idée d’un congrès libéral faisait son chemin et que l’opportunité de la discussion d’un programme était contestée par les doctrinaires qui craignent des divisions ou même leur mise en minorité sur ce point, le mot d’ordre lancé par le Libéral sera « un programme d’abord, des hommes d’exécution ensuite »106.

  • 107 Libéral liégeois, 9 avril 1846. Le journal fait remarquer cette coïncidence.

113Le 9 avril 1846, le jour même où l’Alliance décidait de convoquer un congrès libéral à Bruxelle, l’Union libérale discutait à Liège du texte d’un programme107.

b. Réticence des progressistes

  • 108 Libéral liégeois, 12 novembre 1845.
  • 109 Le texte du programme se trouve reproduit sur la convocation adressée, le 17 avril 1846, par le co (...)
  • 110 Ibidem. « B. Le retrait des lois restrictives des libertés communales ; C. La non-intervention des (...)
  • 111 Ibidem. « L’amélioration du sort des classes ouvrières et des classes pauvres, notamment par le dé (...)

114Le programme élaboré par le comité de l’Union libérale est nettement en retrait par rapport aux thèses radicales défendues par le Libéral liégeois, qui ont été vues plus haut. Alors que sur le point de la réforme électorale, par exemple, l’organe radical critiquait toute idée de cens qui représente, pour lui, « la glorification et la personnification du matérialisme (...) l’égoïsme des intérêts matériels qui fait barrage à l’intelligence »108, le programme de l’Union se borne à réclamer l’abaissement du cens électoral au minimum de la Constitution (20 florins ou 42 francs 42 cts)109. Outre les modalités plus précises concernant cette réforme électorale, les quatre points suivants portent sur des objectifs limités, qui n’ont rien de révolutionnaires et qui ont déjà rencontré des échos favorables dans la presse du pays110. Un seul paragraphe, le sixième et dernier, émettait, très brièvement, des vœux en faveur de l’amélioration du sort des classes ouvrières111.

  • 112 Préambule du projet de programme, convocation du 17 avril 1846.

115Au cours de la présentation de ce programme, lors des assemblées des 6 et 27 avril 1846, les interventions des radicaux sont prudentes et n’apportent aucune modification de fond. Le comité, et cela paraît bien être déjà une manifestation de la volonté des progressistes de ne pas se laisser déborder par les radicaux, avait précisé qu’il ne désirait pas entrer dans la discussion de chacun de ces principes en particulier, et qu’il ne réclamait que « la Constitution et toute la Constitution, dans les conséquences qu’on en a tiréée et dans celles qu’on peut encore en déduire »112.

  • 113 Au Congrès libéral sur la question du programme. De la nécessité d’un programme pour le parti libé (...)

116Deux jeunes progressistes liégeois, publiant à la veille du congrès une brochure très remarquée, n’iront pas plus loin que cet objectif. Après avoir donné leurs arguments en faveur des vœux politiques émis par l’Union, ils développeront plus largement les réformes à prendre en faveur des classes ouvrières, demandant la révision des lois sur les livrets d’ouvriers, sur les coalitions, sur les institutions de bienfaisance et réclamant la règlementation du travail des femmes et des enfants, mais ils reconnaissent qu’aucune théorie générale ne les satisfait et se bornent à appeler l’attention du libéralisme sur ces points particuliers. Cette brochure progressiste non plus ne fait pas le jeu des radicaux et son but est surtout destiné à engager le congrès à aborder la question d’un programme au cours de ses discussions113.

c. La manœuvre des doctrinaires au cours du congrès libéral

  • 114 Journal de Liége, 4 juin 1846.

117Les doctrinaires, en effet, s’étaient montrés très réticents quant à l’opportunité de la discussion d’un programme politique. Reprenant les propos de De Facqz dans son invitation à se rendre au congrès, ils soulignent que le but du congrès est d’organiser une résistance pacifique par les moyens « que la Constitution même avoue et autorise, le droit d’association appliqué à l’élection, éclairer les électeurs sur le choix des candidats, diriger les suffrages sur des hommes attachés sincèrement aux véritables principes du gouvernement et à un système de sage progrès »114. La fonction « électorale » des organisations libérales est ainsi, à nouveau, mise à l’avant-plan.

  • 115 Journal de Liège, 10-11 juin 1846. Le même quotidien demandait le 6-7 juin 1846 : « Agitera-t-on m (...)

118Les doctrinaires craignent les dangers que soulèverait la discussion d’un programme. Les modalités de la réforme électorale risquent d’entraîner des « débats orageux et stériles » favorables aux cléricaux, sans compter les divisions profondes qui pourraient surgir sur les questions sociales alors même « qu’elles n’ont aucun caractère politique, qu’elles n’établissent aucune démarcation entre les libéraux et les catholiques »115.

***

  • 116 L’Union et l’Association réunies le même jour, 28 avril 1846, avaient désignés leurs délégués. L’U (...)

119C’est sur ces bases très différentes que les quatorze délégués liégeois (sept par organisation) se rendirent à Bruxelles pour assister, le 14 juin 1846, au congrès libéral qui réunit trois cent vingt personnes à l’hôtel de ville116.

  • 117 Tous les journaux libéraux reproduisent des comptes rendus du congrès au lendemain de celui-ci. Jo (...)

120Les décisions de ce congrès, capital pour l’histoire du libéralisme belge, sont sans doute trop connues pour qu’il soit nécessaire de les rappeler dans tous leurs détails. Il convient cependant d’attirer l’attention sur l’atmosphère très tendue qui régna au cours de la séance et qui est assez éloignée de l’image d’Epinal qui est parfois accréditée117.

  • 118 Publié sous le titre de « Confédération générale du libéralisme en Belgique », en annexe de Congrè (...)

121L’adoption d’un plan de confédération du libéralisme belge ne posa aucun problème. Il répondait à des buts strictement électoraux et visait à la constitution de sociétés libérales dans les arrondissements qui en étaient dépourvus. Il traçait des liens entre ces sociétés et prévoyait des réunions de délégués à Bruxelles118.

122Le point le plus épineux fut ensuite aborder : y aurait-il une déclaration de principe faite au nom du libéralisme belge et que renfermera-t-elle ?

123La question se résolut d’elle-même : un programme, en six points, fut adopté. Apparemment les progressistes obtenaient satisfaction, mais ce n’était là qu’une apparence, qu’ils essayeront d’entretenir, dont personne ne fut dupe à l’époque.

  • 119 La discussion du programme débute par un discours de Piercot, bourgmestre de Liège, qui introduit (...)
  • 120 p. HYMANS, Frère-Orban, t. I, 1812-1857, p. 109. L’auteur reçut cette confidence de Frère-Orban lu (...)

124Effectivement, le programme adopté est essentiellement l’œuvre de Frère119. Au dernier moment, ainsi qu’il l’a rapporté lui-même, Frère-Orban, au cours de son voyage vers Bruxelles, persuadé que la discussion d’un programme serait abordée et désireux de ne pas s’égarer dans des discussions stériles, décida avec ses amis de l’Association de prendre l’initiative de la proposition120.

125Très habilement, il reprit les objectifs politiques proposés par l’Union libérale qui, ainsi qu’il a été dit, sont des principes admis généralement dans l’opinion libérale et sont nettement en retrait des espoirs radicaux.

  • 121 2°. La réforme électorale — Par l’adjonction dans la limite de la Constitution, des citoyens exerç (...)

126Il aborde dans ce programme, la question très délicate de la réforme électorale, mais, et ce qui fait pour les doctrinaires tout le succès de la manœuvre, en y introduisant de très nettes réserves d’opportunité121.

  • 122 Congrès libéral, op. cit., pp. 45-46. Il précise « dans l’ordre actuel des choses, beaucoup d’élec (...)

127Dans une intervention, Frère, suivi par la grande majorité de l’assemblée, exprime l’avis que « l’abaissement du cens jusqu’au minimum de la Constitution est une mesure qui, de l’aveu de tous, ne peut pas être prise dès-à-présent, qui serait mauvaise, inopportune, dangereuse (...). La réforme électorale, dit-il encore, n’est pas un but, c’est un moyen ; c’est un moyen d’obtenir de bonnes lois, dans dix ans, dans vingt ans, dans un siècle peut-être »122.

128Aisi posé, le problème ne présentait plus de danger aux yeux des doctrinaires. De revendication impérative qu’était la question de la réforme électorale, ils en ont fait un objectif à long terme du libéralisme belge.

  • 123 Intervention de Funck (Bruxelles), de Bartels (Bruxelles), de Didot (Dinant). Congrès libéral, op. (...)
  • 124 C’est le texte complet du sixième article. Funck avait demandé en outre : « 2° la réforme du systè (...)
  • 125 L’article premier devient « Comme principe général : La réforme électorale par l’abaissement succe (...)

129Quelques radicaux sentirent l’astuce : ils cherchèrent à apporter quelques modifications à ce programme123. Ils introduisirent un nouvel article fixant comme objectif « les améliorations que réclament impérieusement la condition des classes ouvrières et indigente »124. La rédaction du premier article fut légèrement modifiée sans que le fond ne soit transformé125.

  • 126 Cette réconciliation fut préparée par un discours de Dereux, qui avait été encouragé par la présen (...)

130Au cours de la discussion de ce programme, le congrès salua la réconciliation publique des membres de l’Union et de l’Association de Liège126. De fait, un grand pas avait été fait pour le rapprochement des points de vue des doctrinaires et des progressistes, mais les grands perdants, les radicaux, s’efforceront d’entretenir les dissentiments afin de conserver, dans l’Union, une base de manœuvre plus favorable.

5. L’apport du congrès libéral sur le plan liégeois

131Sur le plan national et dans l’histoire du libéralisme belge, le congrès libéral de 1846 a une portée très profonde. Il donne au mouvement libéral, des différentes villes du Royaume, une structure nationale, un programme commun. Il apporte une impulsion décisive pour que se constituent dans les arrondissements, qui en étaient dépourvus jusqu’alors, des sociétés libérales construites sur les mêmes bases que leurs aînées. Le parti libéral était né.

  • 127 Rapport de Delfosse à la séance de l’Association du 8 novembre 1846, Journal de Liége, 9 novembre (...)
  • 128 Compte rendu fait par les conseillers provinciaux libéraux de l’Association, publié dans le Journa (...)

132Les répercussions directes à Liège restent cependant minimes. Les espoirs de la réconciliation entre les sociétés rivales, qui apparaissait bien amorçée au congrès, sont rapidement déçus. Les négociations entre délégués des comités se heurtent très tôt au problème de fond : le statut des non-électeurs dans l’organisation libérale. Les doctrinaires refusent d’admettre la position de l’Union qu’ils assimilent à une tendance au suffrage universel tempéré par l’arbitraire du comité127. Fin juillet, les contacts sont définitivement rompus à la suite d’incidents très vifs qui éclatent entre conseillers provinciaux des deux associations au sujet des élections à la députation permanente. Les membres de l’Union refusent de s’entendrent avec ceux de l’Association sur les personnalités à présenter. Grâce à l’appui de quelques voix catholiques, de Bronckart, membre de l’Union, enlève le siège de député permanent réservé les années précédentes à Muller128.

  • 129 Les réunions des organisations destinées à préparer des élections communales partielles (deux plac (...)

133Ce n’est finalement qu’en novembre 1846 que les délégués liégeois du congrès libéral rendent compte devant leurs sociétés respectives des décisions qui y ont été prises. En fait, après l’échec de la réconciliation, ce rapport n’était plus pressant puisque les structures des deux sociétés étaient conformes au plan de confédération adopté. Les décisions de Bruxelles firent l’objet d’un rapport très positif ; les sociétés adhèrent au programme du congrès libéral, elles actent d’autre part l’échec des négociations129.

  • 130 Réunion du 8 novembre, Journal de Liége, 9 novembre 1846.

134Ainsi, après cette réunion capitale qu’est le congrès libéral pour le libéralisme belge, la situation liégeoise reste inchangée. Pourtant, la marge qui sépare doctrinaires et progressistes est devenue très minime. L’Association a fait un pas décisif en acceptant le programme ; elle en fait un autre, en novembre, en modifiant son règlement afin d’admettre comme membres, avec le même statut que les électeurs, les personnes qui le deviendraient « si les vœux que le congrès libéral a formés pour l’avenir étaient réalisés »130.

  • 131 « Un accomodement, cette feuille (le Libéral) ne le veut pas sérieusement, car chaque jour elle di (...)
  • 132 Sur la scission bruxelloise, cf. H. PIRENNE, Histoire de Belgique, t. VII, p. 112 et un article de (...)

135Au cours du long intervalle de temps qui sépare ces réunions de novembre 1846 et les prochaines en avril 1847, les doctrinaires s’efforcent, par l’intermédiaire du Journal de Liége, de démontrer que le seul obstacle qui les séparent encore est dû aux manœuvres des radicaux, à leurs idées exagérées131. Les incidents qui éclatent précisément au cours de cette période entre radicaux et doctrinaires à l’intérieur de l’Alliance de Bruxelles sont exploités pour effrayer les progressistes et les séparer de leurs anciens alliés132. Cette propagande portera ses fruits aux approches des élections législatives de 1847.

Notes

1 Trois brochures rapportent sous des formes diverses les événements de cette séance mémorable. Deux sont intitulées Union libérale. A Messieurs les membres de l’Association. La première est datée du 5 mai 1845 et contient 8 pages, la seconde, datée du 31 mai 1845 compte 30 pages et est la réponse au mémoire des doctrinaires A Messieurs les membres de l’Association libérale, Liège, imp. J. Desoer, 22 mai 1845, 20 pages. Les doctrinaires affirment qu’une réunion de progressistes eut lieu peu avant l’assemblée générale. A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845, p. 2. Les progressistes reconnaissent l’existence de cette réunion, mais prétendent que la question du renouvellement du comité central n’y fut pas évoquée. Union libérale. A Messieurs les membres de l’Association (31 mai 1845), p. 5. Ceci n’exclut pas que les discussions portèrent sur la tactique à utiliser à l’assemblée générale concernant les diverses propositions à déposer, ainsi que la suite du mémoire le confirme implicitement. Ibidem, p. 10.

2 Compte rendu de la séance du 31 mars 1845 dans Union libérale. A Messieurs les membres de l’Association (5 mai 1845), pp. 2-3. « Le plan adopté (...) eut un plein succès, par la suite de l’absence d’un grand nombre de membres de l’Association qui travaillaient à éteindre l’incendie de l’hôtel du gouvernement provincial pendant que les amis de MM. Robert-Brabant et Ad. Bayet étaient à leur poste avec des listes toutes prêtes. » A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845, p. 2.

3 Union libérale (5 mai 1845), p. 2 ; A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, p. 2, Théodore Fléchet (Warsage 1814 - 9 juillet 1862), docteur en droit, conseiller provincial du canton de Dalhem depuis 1844, est nommé, sur la recommandation du ministre Frère-Orban, commissaire de l’arrondissement de Liège en 1847. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1862, pp. 92-96.

4 Victor Tedesco (Luxembourg 1821 - Arlon 28 mai 1897), avocat sorti de l’Université de Liège et en stage chez Dereux, se fera connaître par ses sentiments démocratiques. Entré en relation avec Karl Marx dès 1846, il devient communiste. Emprisonné de 1848 à 1854, il publia son Catéchisme du prolétaire. Il abandonnera ensuite ces idées pour devenir conseiller provincial libéral du canton d’Arlon de 1864 à 1893. Cf. A. GASPAR, Le Manifeste du Parti communiste et le Catéchisme du Prolétaire de Victor Tedesco, dans Socialisme, no 41, Bruxelles, septembre 1960, pp. 664-671 et J. KUYPERS, Karl Marx Belgischer Freudenskreis (1845-1848). Einigen Notizen aus Belgischen Archiven, dans International Review of social History, vol. 7, 3r partie, 1962, pp. 446-458. Membre de la Parfaite Intelligence il y prit une position importante à partir de 1842-43 en y insufflant les discussions sur la question sociale. Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents..., passim, notamment p. 448.

5 Union libérale..., 5 mai 1845, p. 2 et A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, p. 2.

6 Union libérale..., ibidem, p. 2.

7 « M. Destriveaux, dont l’opinion fait autorité en fait de mandat électoral » — il était professeur de droit à l’Université — répond à Frère « qu’il serait inouï qu’un mandataire qui tient ses pouvoirs d’une assemblée élective, put déléguer, à son tour, ce même mandat ». Union libérale..., 31 mai 1845, p. 11.

8 Furent choisis : Charles Lesoinne, membre de la Chambre, Hennequin, sénateur, de Sélys-Longchamps et Defays-Demonceau, propriétaires, Cassian-Lohest et J. Neuville. Union libérale, 5 mai 1845, p. 3. Lesoinne, de Sélys et Defays et Cassian-Lohest sont de la tendance progressiste. Hennequin est doctrinaire, ancien unioniste. Nous ne connaissons pas la tendance de Neuville. Vu le caractère du vote, il est vraisemblable qu’il ait été progressiste. Le fait qu’il ne fit pas parvenir ensuite sa démission, renforce ces présomptions.

9 Ces lettres de démission sont publiées dans la brochure A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, pp. 10-12. Les lettres de J. Hubart et J.N. Robert sont datées du 2 avril, celles de Delfosse et Muller du 3 avril 1845, celle de Hennequin du 7 avril 1845, tandis que celle de Félix Capitaine n’est que du 13 mai 1845, soit après la deuxième assemblée du 28 avril 1845.

10 Cf. les lettres publiées dans A Messieurs les membres de l’Association, pp. 10-12.

11 Union libérale, 5 mai 1845, pp. 4-5 ; Union libérale, 31 mars 1845, pp. 14-17. Une lettre de Frère à Delfosse du 8 avril 1845 (A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063) : « Il me paraît que la retraite offerte nous donne une satisfaction suffisante, et que nous devons y souscrire pour l’amour de la paix. Refuser, c’est faire naître un orage violent, c’est donner lieu à des débats irritants dans le sein de l’Association, et tout cela sans profit pour la cause libérale. Ils se reconnaissent impuissants à soutenir leur œuvre jusqu’au bout : cet aveu implicite doit nous suffire ».

12 Union libérale, 5 mai 1845, p. 5. La convocation de l’Assemblée datée du 17 avril 1845 est signée par Walthère Frère ; elle est conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

13 La brochure Union libérale..., 5 mai 1845, donne le compte rendu officiel de l’Assemblée du 28 avril 1845, pp. 6-8. Celle du 31 mai, y revient longuement, pp. 12-13 et 17-22. La brochure A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, apporte sa version, pp. 15-18.

14 Le texte de l’amendement de Macors, certifié conforme par le secrétaire du bureau Victor Tedesco, est publié dans Union libérale..., 5 mai 1845, p. 8.

15 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845. Frère donne, dans cette lettre, une relation très vivante et très personnelle de cette réunion agitée : selon lui, le vote n’était pas douteux. Le bureau provisoire était « composé de tous jeunes gens, sauf le président Destriveaux, favorable du reste, comme ses acolytes, à la proposition ».

16 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845. Compte rendu dans Union libérale..., 5 mai 1845, pp. 6-8.

17 Ibidem.

18 Ceci est évidemment le point crucial sur lequel les versions diffèrent le plus. Les progressistes prétendent que des sonneries avaient, à différentes reprises et aux portes même de la salle, averti de la clôture imminente du vote. Dans sa lettre à Delfosse, Frère apporte ainsi les termes de son intervention : « C’est une question de bonne foi et de moralité, car il est évident, et nous le savons, que vous allez proclamer non le vœu de la majorité, mais celui de la minorité. Il fut impossible d’obtenir justice de cette brutalité. Le parti était pris de nous faire violence. Alors un cri unanime se fit entendre parmi nos amis : Retirons-nous ! Il faut cesser de délibérer avec ces hommes... et nous abandonnâmes la salle sur le champ... ».

19 Koeler obtient 90 suffrages, Collette 89, Dereux 86, Wasseige 85, Ad. Bayet 74, Robert-Brabant 73, Delfosse 72, Nicolas Robert 72, Hubart 70,’Frère 63, Muller 72 et Capitaine qui n’est pas élu 22.

20 Ibidem.

21 Voir pp. 197 et sv.

22 Cf. Chapitre I et notre Etude de la presse liégeoise, p. 66.

23 Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents..., passim, notamment, pp. 442-446, pp. 473-475 etc. F. CLÉMENT, Histoire de la franc-maçonnerie belge au xixe siècle, Bruxelles, 1949 et J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire de la loge de la Parfaite Intelligence..., 5927 (1927), passent sous silence ces divisions dans la franc-maçonnerie. J. GOFFIN, Histoire populaire de la franc-maçonnerie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Spa, 1862, pp. 431-433. Nous n’ignorons pas que ce franc-maçon était à l’époque très engagé dans le mouvement progressiste et en conflit ouvert avec le Grand Orient. Ses affirmations sont confirmées en ce qui concerne la division de 1845 par les documents politiques que nous mentionnons par la suite. Nous lui faisons donc confiance pour ce qu’il dit de la période 1842-1845.

24 « Nous avons dit que les idées progressistes s’abritaient alors au sein des loges ; cela ne signifie pas que les doctrinaires n’y eussent pas leurs partisans et qu’au moyen de leur habileté cauteleuse et plus ou moins cynique, ils n’y tinssent le haut de la colonne. (...). Dès 1842, une jeune phalange de libres penseurs s’aperçoit qu’ils sont les dupes de rhétoriciens sans convictions, et que les beaux discours ne font pas pénétrer une seule idée dans la pratique. Les doctrinaires rencontrent alors une opposition énergique ; ils doivent compter avec une opinion qui commence à grandir et, à partir de cette époque, une démarcation tranchée s’établit entre les jeunes et les vieux libéraux. » J. GOFFIN, op. cit., pp. 431-432, le texte est identique dans Silhouette des partis en Belgique, par un ancien diplomate (J. GOFFIN), première partie 1830-1850, Bruxelles-Liège, 1862, pp. 62 et 67. Nous indiquons des noms à côté des tendances, en nous basant sur les affiliations de ces francs-maçons aux sociétés libérales rivales.

25 A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845, p. 1.

26 Ibidem, pp. 6-7. Nous avons traité de ces incidents plus haut. Il est à noter que Félix Capitaine pas plus que son fils Ulysse n’étaient Franc-maçons. V. DWELSHAUVERS-DERY, orateur, la franc-maçonnerie à Liège avant 1830, Bruxelles, 1879, rend hommage dans son introduction à l’étude du profane U. CAPITAINE, Aperçu historique sur la franc-maçonnerie à Liège avant 1830, Liège, 1853.

27 A Messieurs les membres de l’Association libérale, p. 8.

28 Union libérale, 31 mai 1845, pp. 3-4.

29 A Messieurs les membres de l’Association, p. 2 et Union libérale, 31 mars 1845, pp. 3-4.

30 Le fait est confirmé par une note manuscrite conservée aux A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 17. Frère-Orban et la franc-maçonnerie, note établie à propos de Frère-Orban concernant la respectable loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile réunies à l’Orient de Liége, 15 août 1904. « Le F. Frère a eu une querelle à l’Ass libérale avec le F. Prost (Pruvot) au sujet du profane Capitaine (1846) et c’est depuis cette date qu’il n’a plus mis les pieds à la loge. »

31 Sur la mise en accusation de Frère voir E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 529-533, 541-548 et 565-566. La première discussion est du 28 mai 1845 ; elle se prolonge jusqu’en juillet 1845 ; le 30 de ce mois l’ajournement à six mois est voté par 16 voix contre 14. En mars 1846 le frère Pruvot déclarera retirer son accusation pour motif d’inopportunité. Nous parlerons plus loin assez longuement des radicaux et de Tedesco et Fourdin.

32 Voir page suivante.

33 Journal de Liége, 4 novembre 1845.

34 Voir les travaux de la Parfaite Intelligence de 1845 à 1852, dans E. WITTE et F. BORNE, Documents..., pp. 450 et suivantes. Ainsi lorsque Goffin, en 1856, longtemps après la réconciliation prononça à la loge des Philadeples de Verviers, un discours où il rappelait la trahison des frères doctrinaires, leur opposition à toute politique nouvelle, la loge de Liège proposa d’imprimer ce discours. Ainsi, dix ans après les incidents, le ressentiment contre Frère et ses amis restait grand chez certains francs-maçons liégeois. J. GOFFIN, Histoire populaire..., pp. 449-456, texte de son discours prononcé à la fête solsticiale du 20 janvier 1856.

35 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 65-68 et 76-81.

36 Voir chapitre III. L’Union libérale (1833-1839).

37 P. DEBOUXHTAY, La petite histoire. Le Saint-simonisme à Liège et à Verviers en 1831, dans La Vie wallonne, t. XI, 1930-31, pp. 404-419.

38 L. BERTRAND, Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830, Bruxelles-Paris, 1906, p. 136.

39 Une revue aussi répandue et aussi bourgeoise que la Revue des deux mondes (1846, t. I, pp. 460-487, contre-façon belge) ouvre ses colonnes à un article de A. AUDIGANNE, De l’agitation industrielle et de l’organisation du travail, basé sur les ouvrages : I. De la liberté du travail, par Charles DUNOYER. II. Essai sur l’organisation du travail et l’avenir des classes laborieuses, par M. MORIN. III. Des lois du travail et des classes ouvrières, par G. DUPUYNODE. IV. Du paupérisme, par M. MARCHAND. V. L’organisation du travail et l’Association par M. BRIANCOURT. VI. L’organisation du travail d’après la théorie de Fourier, par P. FOREST. VII. Histoire des idées sociales par F. VILLEGARDELLE. VIII. Publications diverses. L’idée d’organisation, ainsi que cette énumération le montre, était décidément à la mode.

40 Pour le progrès des idées radicales en Belgique, nous renvoyons à R. DEMOULIN, De la presse radicale aux premiers organes ouvriers (1830-1849), dans la Presse ouvrière 1819-1850. Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome XXIII, 1966, pp. 191-215.

41 R. DEMOULIN, op. cit, p. 198.

42 Macors dans une lettre du 28 mai 1845 publiée en annexe du mémoire Union libérale, 31 mars 1845, pp. 24-25 rappelle les termes exacts de son intervention ; il précise qu’il n’a pas parlé d’organisation du travail.

43 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 29 avril 1845.

44 Rappelons que J. KUYPERS, Buonarroti et ses sociétés secrètes, pp. 32, 47-48, estime très probable qu’ils aient fait partie d’une Vente charbonnique (voir chapitre III) ; ils sont en tout cas toujours parmi les plus avancés des libéraux, d’abord progressistes, radicaux de 1845 à 1847 ainsi qu’en témoigne leur journal, ils seront républicains en 1848.

45 Le Journal de Liége du 7 novembre 1845 avait accusé le Libéral liégeois d’attaquer la bourgeoisie en reproduisant les articles du Débat social sans critique. En réponse, le Libéral du 12 novembre 1845 publie cette mise au point.

46 Libéral liégeois, 12 novembre 1845. Il n’est pas possible de trouver dans le Libéral liégeois un développement plus précis de ses idées politico-sociales.

47 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.

48 Libéral liégeois, 19-20 juillet 1845 et encore le 28 avril 1847. A Messieurs les membres de l’Union libérale, 1er mai 1847, p. 1 : « les membres de la majorité de votre comité, qui n’ont pas d’organe dans la presse... ».

49 Cf. les tracts électoraux et brochures de l’Union de 1845 à 1847 conservés à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

50 En décembre 1840, Robert-Brabant dépose une planche à ce sujet ; une discussion s’engage en octobre 1841. Reprise en 1844, Robert-Brabant, Collette et Fléchet se bornent, contre l’avis de Tedesco et Proyart à l’abaissement du cens électoral au minimum de la Constitution avec l’adjonction de capacitaires. Voir E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 324-325, 372-373, 466, 475 à 485.

51 Ibidem, p. 446.

52 Ibidem, p. 448.

53 Ibidem, p. 491.

54 Ibidem, p. 458.

55 Ibidem, pp. 458-460.

56 Ibidem, p. 510.

57 Nous trouvons pour la première fois cette expression dans la lettre de J.N. Robert du 2 avril 1845 : « J’ai cru m’apercevoir que des idées, opinions progressives, jeunes et généreuses, mais qui ont besoin d’être recommandée par l’expérience, sont impatientes de se faire jour dans le sein de notre association », publiée dans A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, pp. 11-12. Par la suite, cette expression se présente sous la forme de cliché dans la presse.

58 « La composition du nouveau comité démontre qu’il a fallu faire une première concession aux radicaux, en appelant trois des leurs à la direction des affaires de l’Union » dit le Journal de Liège, du 22 octobre 1845. Nous relevons les noms de Adolphe Bayet, et de Robaulx, mais nous ne savons pas avec exactitude qui est le troisième.

59 C’est la proportion qui se dessine en tout cas en 1847 lors de la décision de l’Union, contre l’avis des radicaux d’accepter la coalition avec l’Association. Voir chapitre VIII.

60 La déclaration de Macors nous paraît bien caractériser cette position : « Du reste, si je désavoue les paroles qu’on m’a prêtées, ce n’est pas pour ce qu’elles expriment en elles-mêmes, parce que je ne serais pas partisan du progrès humanitaire, de réformes sociales, peut-être même un jour de l’organisation du travail ; mais parce que je ne veux pas que des esprits trop prompts dans leurs inductions puissent concevoir et aussi répandre d’injustes préventions contre l’association dont je fais partie ». Lettre du 28 mai 1845, publiée dans Union libérale, 31 mai 1845, pp. 24-25.

61 Les deux mémoires de l’Union libérale indiquent que là est le problème essentiel pour ses dirigeants. Le Journal de Liége du 22 octobre 1845 dénonce la manœuvre radicale, qui pour nous ne fait aucun doute : « Ce n’est pas, dit-il, que tous les membres de l’Union libérale, ni même tous les chefs de l’Union soient imbus d’idées radicales, loin de là, mais ils commettent la faute, par suite de rancunes ou de querelles personnelles, de servir d’instrument à des hommes qui les déborderont bientôt ».

62 Dans son discours de la séance inaugurale de la nouvelle Association libérale, le 3 juin 1845, Delfosse, malgré ses dénégations, trahit bien cette pensée : « Nous n’avons pas la prétention d’être inamovibles, nous ne nions pas le droit de l’assemblée d’écarter un ou plusieurs membres du comité, mais nous pensons que l’assemblée ne doit pas user de ce droit légèrement, qu’elle ne doit en user que lorsqu’il y a des motifs graves. Une assemblée qui, sans motifs graves, se laisse entraîner à un acte aussi extrême se déconsidère et compromet la cause qu’elle a mission de défendre ». Reproduit dans le Journal de Liège, 4 juin 1845.

63 Ibidem.

64 Ibidem : « Lorsque nous avons créé, il y a trois ans, l’Association libérale, notre intention n’était pas de nous lancer dans la voie périlleuse des réformes sociales. Nous voulions seulement quelques réformes politiques ». Fleussu avait répliqué à Macors, lors de l’assemblée du 28 avril 1845 : « L’heure est-elle donc venue de nous occuper de questions qui se présenteront dans vingt ans, dans un siècle, jamais peut-être ? de nous diviser quand notre opinion est opprimée, quand nous avons en face l’ennemi commun et qu’il faudra que le pays livre encore tant de combats avant de l’avoir vaincu ? », reproduit dans A Messieurs les membres de l’Association, 22 mai 1845, p. 16.

65 Discours de Delfosse, Journal de Liége, 4 juin 1845.

66 Journal de Liège, 22 octobre 1845.

67 « Des hommes mal intentionnés, semant la zizanie dans le camp libéral, proclament que le vieux libéralisme a fait son temps, que c’est une aristocratie qu’il faut repousser en attendant mieux ; ils ajoutent, mais tout bas (car il ne faut pas effrayer) que l’heure est venue de s’occuper des questions humanitaires, des réformes sociales et d’une foule de beaux rêves de Messieurs les radicaux », Journal de Liège, 22 octobre 1845. « Les radicaux n’ont pas assez de dédains pour cette bourgeoisie à l’esprit étroit, mesquin, égoïste. Lisez l’Histoire de dix ans, de M. Louis Blanc, l’un des chefs radicaux, c’est à la bourgeoisie qu’il impute tous les malheurs du temps », Journal de Liége, 23 octobre 1845.

68 Journal de Liége, 24 octobre 1845.

69 Ibidem, 22 octobre 1845. « Nous signalons le danger et convions tous nos amis à s’unir pour le combattre. »

70 A Messieurs les membres de l’Association libérale, 22 mai 1845.

71 Rappelé par le Journal de Liége, 4 juin 1845.

72 Compte rendu dans le Journal de Liége, 4 juin 1845.

73 Compte rendu dans le Journal de Liège, 4 juin 1845.

74 Sur l’attitude de ces deux journaux au cours de la scission, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 92-101.

75 Union libérale, A Messieurs les membres de l’Association, 31 mai 1845, p. 4.

76 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.

77 La convocation est conservée à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

78 Libéral liégeois, 15 juillet 1845.

79 Ibidem.

80 Alors que le Journal de Liége annoncera, le 18-19 octobre 1845, 350 membres tous électeurs, il disait, le 26 juin 1845 : « (La nouvelle association) compte déjà dans son sein plus d’électeurs que l’ancienne association ne comptait de membres ».

81 Journal de Liége, 18-19 octobre 1845.

82 Chiffre des participants à l’assemblée de l’Union du 14 juillet 1845 Cf. Libéral liégeois, 15 juillet 1845.

83 Journal de Liége, 17 octobre 1845.

84 Libéral liégeois, 17 octobre 1845.

85 Libéral liégeois, 26-27 juillet 1845.

86 Parce que l’Union libérale refuse de communiquer la liste nominale de ses membres, le Journal de Liége du 18-19 octobre 1845 demande : « Ne serait-ce pas parce qu’on aurait inscrit sur les listes de l’Union libérale beaucoup d’électeurs qui ne s’en doutent guère ? ».

87 Compte rendu des réunions préparatoires de l’Union dans le Libéral liégeois, 16 octobre 1845, et de l’Association dans Journal de Liége, 27 octobre 1845. Dans le cas de l’Association, il s’agit de la deuxième réunion. Voir Introduction, tableau no 5.

88 Résultats des élections dans les journaux liégeois du 29 octobre 1845.

89 Résultats dans les journaux liégeois des 25 et 26 mai 1846.

90 Le Libéral liégeois du 17 octobre 1845 remarque : « Les deux réunions libérales ne se sont pas montrées exclusives dans leur choix ». L’Association porte Collette, Robert-Brabant et Gérard-Jamme de l’Union. L’Union porte Brixhe, Robert-Closset, Renoz, Nagelmackers et Galand de l’Association.

91 C’est la raison de la deuxième réunion de l’Association, à la veille de l’élection, le 26 octobre 1845. Voir le tract électoral de quatre pages : Le Comité de l’Association libérale a Messieurs les électeurs, imp. J. Desoer, conservé à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

92 Il faut noter cependant que parmi les quatre élus de l’Union, un était soupçonné depuis longtemps de recueillir les suffrages des catholiques (l’échevin Constant), et un second (Watrin-Simon) n’avait pas recueilli un nombre de voix suffisant à l’Union pour être candidat. Les intérêts du quartier (le vote se faisait sous les directives de la loi communale de 1842 — par quartier) ont certainement joué un grand rôle.

93 Journal de Liège, 29 octobre 1845. Nous reviendrons un peu plus loin sur ces accusations, qu’il n’est pas possible de vérifier.

94 Libéral liégeois, 13 avril 1846.

95 Lettre de Massart au rédacteur du Journal de Liége, reproduite par le Libéral liégeois des 9 et 10 mai 1846. Il remercie du soutien que lui apporte le Journal de Liège, alors qu’il fait partie de l’Union, mais il se déclare solidaire, non de Braconnier et Delbouille désignés comme candidats par l’Association, mais bien de Ch. Wasseige et Fastré, membres de l’Union.

96 Cette élection partielle a lieu à la suite du décès de Scronx. L’assemblée de l’Association du 15 avril 1846 choisit Capitaine, qui remporte cent vingt-quatre suffrages sur cent trente et un votants. Journal de Liége, 16 avril 1846. Un tract très élogieux est lancé le 17 mai 1846 par le comité. « M. Capitaine n’est pas un de ces hommes nouveaux dont l’avenir ne repose que sur des conjonctures et qui ne donnent encore que des espérances. Il a fait ses preuves : on a pu apprécier sa fermeté, son indépendance et l’énergie de ses convictions politiques. » Association libérale. Le comité de l’Association libérale à Messieurs les électeurs provinciaux du canton de Liége (Fonds Capitaine, no 2922).

97 Libéral liégeois, 11-12 avril 1846, et Union libérale fondée en 1842 à l’Hôtel de Suède. Le comité de l’Union libérale à Messieurs les électeurs provinciaux du canton de Liège (Fonds Capitaine, no 2922). « Directeur de plusieurs établissements, il (Hauzeur-Lesoinne) a, par sa position, acquis une grande expérience des affaires et une connaissance parfaite de l’industrie et des exploitations charbonnières. »

98 Sur huit cent nonante-trois votants, Capitaine l’emporte avec quatre cent soixante-deux voix contre quatre cent vingt-cinq à Hauzeur-Lesoinne. Journal de Liége, 25 mai 1845.

99 Nous avons tenu à reproduire cette accusation curieuse du Journal de Liège, 26 mai 1845. Ni la Gazette, ni aucune source catholique ne permet d’en vérifier la vraisemblance.

100 « Toutes les voix données aux candidats catholiques dans la province ne s’élèvent qu’à 624, tandis que les candidats libéraux ont réuni 4.311 voix. On conviendra que ces chiffres ont leur éloquence, et prouvent que le parti catholique est bien et dûment mort et enterré dans la province de Liège, et désormais incapable de lutter avec les libéraux, que ces libéraux soient unis ou qu’ils soient séparés. Ceci mérite qu’on ne le perde jamais de vue. » Libéral liégeois, 27 mai 1846.

101 Nous l’avons vu en 1839. Cf. Chapitre III. En 1848 encore dans l’asseblée de l’Association de l’Union libérale (4 juin 1848) sur la discussion d’un manifeste, une personne s’écria : « Le mandat impératif est inconstitutionnel ». Delfosse rétorquera encore : « J’adhère à l’ensemble, mais je n’entends pas être lié par cette pièce dans l’accomplissement de son mandat ». Compte rendu de La Tribune, 6 juin 1848.

102 Union libérale, fondée en 1842 (Hôtel de Suède). Le comité central à MM. les membres de l’Union, 5 juillet 1845 (Fonds Capitaine, no 2922).

103 Sur l’action décisive du Libéral liégeois, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 92-99.

104 Libéral liégeois, 11 août 1845.

105 Idem.

106 Libéral liégeois, 6 avril 1846.

107 Libéral liégeois, 9 avril 1846. Le journal fait remarquer cette coïncidence.

108 Libéral liégeois, 12 novembre 1845.

109 Le texte du programme se trouve reproduit sur la convocation adressée, le 17 avril 1846, par le comité de l’Union pour réunir une assemblée le 27 avril. BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. « A. La réforme électorale. 1° Par la fixation du cens d’électeur pour la nomination des membres de la représentation nationale, au minimum déterminé par l’article 47 de la Constitution, tant pour les villes que pour les campagnes ; 2° Par l’abaissement du cens des électeurs communaux dans les villes où il excède 40 francs ; 3° Par l’abolition du cens d’éligibilité requis par la loi pour être conseiller communal ; 4° Par l’augmentation du nombre des membres des deux Chambres, en rapport avec la population ; 5° Par l’incompatibilité entre les fonctions amovibles salariées par l’Etat et celles de membres de la Chambre des Représentants. »

110 Ibidem. « B. Le retrait des lois restrictives des libertés communales ; C. La non-intervention des ministres du culte, à titre d’autorité dans l’organisation et la discussion de l’enseignement donné par l’Etat et les communes ; D. L’organisation par une loi de la responsabilité des ministres et autres agens du pouvoir, promise depuis quinze ans et vainement attendue ; E. L’organisation par une loi, de la position et de l’avancement des fonctionnaires de l’ordre administratif. »

111 Ibidem. « L’amélioration du sort des classes ouvrières et des classes pauvres, notamment par le dégrèvement des impôts de consommation, par la révision des lois concernant les établissements de bienfaisance et par un système de législation qui règle le travail des enfants dans les fabriques et manufactures. »

112 Préambule du projet de programme, convocation du 17 avril 1846.

113 Au Congrès libéral sur la question du programme. De la nécessité d’un programme pour le parti libéral, Liège, Félix Oudart, 8 juin 1846, 30 pp. Les auteurs sont J. Macors et F. Bailleux, avocats. Sur les remèdes à apporter à la question sociale, ils remarquent, p. 25 : « Il faut bien l’avouer, de toutes les combinaisons proposées jusqu’à ce jour, aucune ne saurait atteindre le but. On peut, on doit rendre justice aux intentions de ceux qui ont travaillé à la recherche de ces combinaisons, sans croire qu’ils aient réussi ».

114 Journal de Liége, 4 juin 1846.

115 Journal de Liège, 10-11 juin 1846. Le même quotidien demandait le 6-7 juin 1846 : « Agitera-t-on maintenant de semblables questions au congrès, pour y soulever des débats orageux et stériles, pour faire trépigner d’aise le parti clérical qui souffle dans nos rangs le vent de la discorde dans l’espoir de recueillir les fruits de nos dissentions ? ».

116 L’Union et l’Association réunies le même jour, 28 avril 1846, avaient désignés leurs délégués. L’Union avait choisi Collette, de Robaulx, Dereux, de Lezaack, Ad. Bayet, Macors et Lamaye, tandis que les délégués de l’Association étaient Piercot, N. Robert, Forgeur, Frère, Hennequin, Muller et F. Behr. Libéral liégeois du 28 avril 1846, et Journal de Liège du 29 avril 1846.

117 Tous les journaux libéraux reproduisent des comptes rendus du congrès au lendemain de celui-ci. Journal de Liège, 15 juin 1846, puis compte rendu exact tiré d’un supplément de l’Indépendance, ibidem, 29 juin 1846. Le Libéral liégeois attend le 30 juin 1846 pour commencer le compte rendu exact et sténographié du congrès : celui-ci, œuvre des sténographes Tardieu et De Coninck (Libéral, 19 juin 1846) paraît sous forme de brochure : Congrès libéral de Belgique. Séance du 14 juin 1846, chez tous les libraires, 1846, 64 pp. Nous nous sommes servis, pour cette étude, de ce compte rendu complet. F. VAN KALKEN, Programme et plates-formes du libéralisme, dans Revue de l’Université de Bruxelles, 39e année, 1933-1934, pp. 315-335 écrit p. 318 : « Alors éclate comme une fanfare le programme du Congrès Libéral de 1846. Le 19 juin, le parti se découvre, à la fois une tradition nationale dans le passé, une mission historique pour les jours à venir ».

118 Publié sous le titre de « Confédération générale du libéralisme en Belgique », en annexe de Congrès libéral de Belgique, op. cit„ pp. 60-63.

119 La discussion du programme débute par un discours de Piercot, bourgmestre de Liège, qui introduit la présentation par Frère du Programme, Congrès libéral, op. cit., pp. 35-38.

120 p. HYMANS, Frère-Orban, t. I, 1812-1857, p. 109. L’auteur reçut cette confidence de Frère-Orban lui-même peu avant la réunion du congrès de 1894, qui suivit la révision constitutionnelle.

121 2°. La réforme électorale — Par l’adjonction dans la limite de la Constitution, des citoyens exerçant une profession pour laquelle un brevet de capacité est exigé par la loi, et par l’abaissement successif du cens actuel des villes avec toutes les garanties de lumière, d’indépendance et d’ordre.

122 Congrès libéral, op. cit., pp. 45-46. Il précise « dans l’ordre actuel des choses, beaucoup d’électeurs à 20 florins ne présenteront pas de garanties suffisantes d’ordre, de lumière et d’indépendance ; vous aurez à 20 florins, non pas des électeurs, mais des serviteurs, des gens soumis à la domination d’autrui (...) ».

123 Intervention de Funck (Bruxelles), de Bartels (Bruxelles), de Didot (Dinant). Congrès libéral, op. cit., pp. 39-41, pp. 44-45, p. 47.

124 C’est le texte complet du sixième article. Funck avait demandé en outre : « 2° la réforme du système d’impôts publics et d’octrois communaux, de manière à effectuer la répartition des charges avec d’autant d’équité que possible, et à affranchir la classe ouvrière d’une partie du fardeau qui pèse sur elle ». Congrès libéral, op. cit., p. 39.

125 L’article premier devient « Comme principe général : La réforme électorale par l’abaissement successif du cens jusqu’aux limites fixées par la Constitution. Et comme mesures d’application immédiates : 1° l’adjonction, dans les limites de la Constitution, comme électeurs, de citoyens exerçant une profession libérale pour laquelle un brevet de capacité est exigé par la loi, et de ceux portés en la liste du jury. 2° un certain abaissement dans le cens actuel des villes ».

126 Cette réconciliation fut préparée par un discours de Dereux, qui avait été encouragé par la présentation d’un programme par les membres de l’Association. Elle fut provoquée par un discours de Roussel qui déclenche l’enthousiasme du congrès. Les réactions de Forgeur dénotèrent cependant que les frictions n’étaient pas oubliées. Congrès libéral, op. cit, pp. 47-48.

127 Rapport de Delfosse à la séance de l’Association du 8 novembre 1846, Journal de Liége, 9 novembre 1846.

128 Compte rendu fait par les conseillers provinciaux libéraux de l’Association, publié dans le Journal de Liège, 22 juillet 1846. Ils posent la question : « Quelle ligne de conduite avons-nous dorénavant à tenir ? Pouvons-nous, si les actes de nos adversaires ne sont pas désavoués par l’Union libérale, songer encore à délibérer en commun dans des réunions préparatoires ? Pouvons-nous présager une réconciliation que tant de faits ont jusqu’à présent rendue impossible ? ».

129 Les réunions des organisations destinées à préparer des élections communales partielles (deux places vacantes). L’Union se réunit le 6 novembre 1846. La condition posée aux candidats fut qu’ils adhèrent au programme du congrès libéral. Libéral liégeois, 6 novembre 1846. L’Association se réunit le 8 novembre 1846. Journal de Liège du 9 novembre 1846.

130 Réunion du 8 novembre, Journal de Liége, 9 novembre 1846.

131 « Un accomodement, cette feuille (le Libéral) ne le veut pas sérieusement, car chaque jour elle dirige ses attaques contre la fraction libérale avec laquelle son parti prétend négocier. » Journal de Liége, 7-8 novembre 1846.
Sur cette lutte tactique dans la presse, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 92-101.

132 Sur la scission bruxelloise, cf. H. PIRENNE, Histoire de Belgique, t. VII, p. 112 et un article de E. WITTE, Scheuring in het Brusselse libéralisme. De krachtmeeting van 9 maart 1847, tussen doctrinairen en radicalen, dans Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent XXII, 1968, pp. 227-250.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search