Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre VI. Vers l’opposition structurée : l’Association de l’Union libérale (1840-1845)

Texte intégral

1Les premières tentatives libérales, déjà fortement poussées à Liège de 1833 à 1839, pour donner à l’opposition une structure politique sur le plan local, s’étaient heurtées à de multiples difficultés.

2Sur le plan de la politique intérieure tout d’abord, l’unité de vue était loin d’être réalisée. Des oppositions de tendance avaient mis aux prises différents groupes qui prétendaient exercer une influence prépondérante dans le mouvement. Les progressistes avaient entièrement reposé le problème de la structure sans apporter de solution satisfaisante.

3Sur le plan des destinées de l’Etat ensuite, la présence des orangistes dans l’Union libérale avait permis à l’Union gouvernementale catholico-libérale de présenter cette opposition comme anti-nationale, génératrice de troubles et de désordres.

4Les libéraux liégeois au cours des années de 1840 à 1842 s’efforcent de résoudre ces deux problèmes capitaux. Des événements extérieurs leur révèlent, autant qu’ils révèlent au pays, la destinée gouvernementale de l’opposition libérale. Le rapprochement qui s’opère au cours de ces circonstances entre les différents groupes qui la composent conduit vers la solution du problème des structures : la constitution d’une Association de l’Union libérale.

1. L’évolution libérale de 1839 à 1842

  • 1 Voir plus haut.

5L’année 1840 débute par un succès pour l’opposition libérale : en janvier, Auguste Delfosse est élu à la Chambre des représentants1. Le progrès de la cause libérale se borne cependant à ce seul résultat concret. Aucun des problèmes fondamentaux qui en ont grevé le développement n’est résolu par cette élection.

  • 2 Nous ne revenons pas plus en détail sur les particularités de cette lutte électorale, présentée da (...)

6L’unité libérale n’avait été rendue possible que par le geste des progressistes qui, en présentant spontanément la candidature de Delfosse dans l’Espoir, font une importante concession à leurs rivaux, afin de permettre au libéralisme de prendre sa revanche sur les élections de juin 18392. Cette présentation qui rallie tous les suffrages, marque sans doute déjà le début de l’éclipse de l’influence des frères Bayet dans le mouvement progressiste. Elle est la base du succès libéral, mais par ce seul fait, la question tant débattue jusqu’alors de la mise en place d’une organisation électorale n’a pas trouvé encore de solution. La candidature est lancée par les journaux, proposée par l’Espoir, soutenue par le Journal de Liége et l’Industrie. C’est en fait un retour en arrière dans la procédure, comme avant l’installation d’un comité, comme avant les assemblées pré-électorales. L’accord des personnalités politiques des différents groupes n’est qu’occasionnel, n’existe que pour un objectif immédiat, dans un but limité.

7D’autre part, le succès qui échappait jusque là aux libéraux dans les élections législatives n’apparaît pas comme redevable à une particulière extension d’influence de l’opposition dans les campagnes. Les circonstances d’une lutte limitée d’homme à homme se présentent plus favorablement pour les libéraux. Delfosse est une réelle personnalité du monde politique liégeois, tandis que tout ce que l’on connaît d’Hanquet — sa volte-face libérale, et surtout sa position d’administrateur de la Banque de Belgique à Liège — se présente plutôt comme un handicap pour sa candidature.

  • 3 L’Indépendant, 29 janvier 1840.

8Enfin et surtout, la campagne électorale, et la façon dont l’élection de Delfosse est accueillie dans le pays montre clairement qu’il restait encore une importante étape à franchir pour que l’opposition perde l’étiquette d’« anti-nationale » qui lui avait été attribuée par la propagande gouvernementale. Sans doute, après le réglement du contentieux hollando-belge en 1839, la présence des orangistes dans l’opposition libérale devient-elle négligeable, mais le succès électoral de Delfosse n’en fut pas moins encore présenté comme l’œuvre des « passions anti-catholiques, antigouvernementales et anti-nationales » par le grand quotidien libéral unioniste de la capitale, l’Indépendant3.

  • 4 L’Indépendant, 22 janvier 1840.
  • 5 L’Indépendant, 27 janvier 1840. Le journal constate auprès l’élection, le 29 janvier 1849 : « Lièg (...)

9« Il nous faut des architectes, de grâce ne nous donnez pas des démolisseurs », avait demandé aux électeurs liégeois l’Indépendant4, qui remarquait que l’opposition libérale apparaît à Liège plus qu’ailleurs comme un facteur de trouble et de désordre, celle-ci ayant eu « le talent », dans le chef même de son leader Delfosse, d’entrer en conflit avec toutes les autorités, avec le collège échevinal, le gouverneur et le ministère (rappel de la lutte communale de 1833-1834), avec le conseil provincial, avec l’évêque5.

  • 6 L’Indépendant, 22 janvier 1840. « N’y a-t-il pas d’ailleurs autre chose à souhaiter pour une ville (...)

10La principale difficulté à surmonter par l’opposition libérale, outre son problème d’organisation interne, est la prévention, qui existe dans une partie du corps électoral, qu’elle ne représente qu’un mouvement d’opposition systématique incapable de produire des personnalités aptes à remplir dans les Chambres les services que le pays attend de ses élus : gouverner, avoir le sens de l’Etat6.

  • 7 L’Indépendant, 1er février 1840.

11La nécessité de transformer cette image faite de l’opposition dans le pays est ressentie dans les rangs libéraux. Au cours de la campagne électorale, Delfosse se défend d’être un exalté ; après son élection, dans une lettre dont le ton modéré fut souligné par la presse libérale unioniste, il se déclare prêt à servir utilement le pays7.

  • 8 Voir plus haut.

12Cette aspiration rencontre précisément les préoccupations de Paul Devaux qui, dans la Revue Nationale éditée à Bruxelles, cherche depuis peu à mettre en évidence le caractère constructif d’une opposition8.

a. Vers la reconnaissance des responsabilités politiques de l’opposition

  • 9 Revue nationale, t. 1, 1839, p. 313, reproduit, encore dans le t. 5, 1841, p. 234.

13Se tournant vers l’opposition libérale qu’il s’agit d’éduquer, de discipliner, de porter jusqu’au plan national, Paul Devaux explique. « En se tenant dans des voies extrèmes ou peu gouvernementales, l’opposition a écarté le pouvoir loin d’elle au lieu de l’attirer (...) ; une opposition pratique lutte au contraire pour faire triompher ses idées dans la mesure du possible. Elle n’aspire pas seulement à détruire, elle sait ce qu’elle mettra à sa place, à la place de ce qu’elle renverse. Cette opposition a ses extrèmes, ses exagérés, parce que tout parti a les siens, mais ils n’en constituent ni l’essence, ni la base »9.

  • 10 « Nos lecteurs ont vu par les mémorables articles de la Revue Nationale que nous avons reproduits (...)

14Ses idées sont bien accueillies dans les milieux libéraux liégeois. La rédaction du Journal de Liége reproduit de larges extraits de la Revue Nationale, accompagnés de commentaires très favorables10.

15Le groupe progressiste est conquis, et sa brouille avec les frères Bayet permet la fusion de L’Espoir et du Politique, qui donne naissance à La Tribune, qui prendra l’allure d’un progressisme modéré.

  • 11 L’Espoir, 31 janvier 1841 « Le ministère Lebeau a cru devoir s’effacer pour vivre ». Le Journal de (...)

16Cette retraite facilite à Liège l’établissement d’une véritable solidarité libérale pour soutenir le gouvernement libéral homogène constitué en avril 1840, par Lebeau et Rogier. Cet accord se bâtit non pas tant par adhésion à la politique suivie par le ministère, jugé encore trop conciliant, mais plutôt par réaction contre les critiques que cette politique provoque chez des catholiques11.

  • 12 Exception faite du catholique de Longrée, voir plus loin, n. 25.

17Le conseil communal de Liège, qui est entièrement libéral12, prend une attitude résolument pro-gouvernementale, particulièrement remarquable en deux occasions critiques.

  • 13 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 28 février 1841. « Muller m’a entretenu de (...)

18En février 1841, Delfosse, député à Bruxelles, fait connaître à ses amis liégeois la nécessité de soutenir le gouvernement dans son opposition au projet déposé par les catholiques Du Bus et Brabant dans le but d’accorder la personnalité civile à l’Université de Louvain13.

  • 14 Frère-Orban a été élu au conseil communal de Liège à l’occasion d’une élection partielle, le 17 no (...)
  • 15 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal, 1840-1842, f° 490 v (...)

19A côté de la campagne de presse qui se déclenche aussitôt dans les journaux libéraux, Frère-Orban — entré en octobre 1840 au conseil communal14 — propose avec Collette une adresse à la Chambre des Représentants dans le sens souhaité par le gouvernement15.

  • 16 P. HYMANS, op. cit., t. 1, pp. 59-60 et J. BARTIER, Franc-maçonnerie et société politiques..., dan (...)
  • 17 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal, 1840, 1842, f° 57 v (...)

20En mars 1841, la crise est plus sérieuse. Le Sénat a remis à son tour au roi une adresse qui critique le caractère homogène du gouvernement. Ce dernier demande aussitôt la dissolution de cette assemblée et, pour forcer l’acceptation du roi, les ministres souhaitent le vote de vœux en faveur de cette mesure par les conseils communaux des grandes villes16. Le 22 mars, Frère-Orban à nouveau, avec ses collègues Wasseige et Collette, présente au conseil communal et fait voter à l’unanimité une adresse au roi pour soutenir le gouvernement dans ses exigences. Les termes de l’adresse sont révélateurs de la profonde évolution qui s’est opérée parmi les libéraux liégeois. « La Belgique, y était-il déclaré, ne peut voir sans douleur l’exclusion dont on veut frapper en vos Ministres actuels, des défenseurs de cette opinion impartiale et modérée, dévouée aux institutions nouvelles, et les plus fermes appuis du trône de Votre Majesté. De pareils actes fomentent la discorde, loin de concilier les partis »17.

  • 18 Cette vague de pétition comparée à celle de 1829 pour le redressement des griefs, est annoncée par (...)

21Tous les libéraux se retrouvent unis autour du gouvernement : les libéraux modérés, anciens unionistes dont Rogier et Lebeau sont précisément les leaders, ceux qui suivent la tendance de Delfosse, de Muller et de Frère exprimée dans le Journal de Liége, les progressistes dont font partie Collette et Wasseige, les francs-maçons comme ces deux derniers et Frère. Le mouvement connut des prolongements inattendus. Une pétition en faveur du gouvernement réunit à Liège la signature de nombreux industriels et commerçants comme Orban, Nagelmackers, L. Jamme. Cette action fut imitée par les employés et ouvriers des établissements de Seraing, tandis que les conseils communaux de Jemeppe, Seraing, Ougrée, etc. pétionnaient dans le même sens18.

22Le roi, on le sait, n’accepta pas de dissoudre le Sénat et en revint à un ministère unioniste composé par Nothomb. Rejetés à nouveau dans l’opposition, les libéraux avaient en fait gagné beaucoup dans cette expérience du pouvoir.

23En premier lieu, une étape capitale a été franchie dans l’histoire de la formation du parti libéral en Belgique. Désormais la liaison est établie entre le groupe parlementaire libéral et le mouvement libéral jusqu’alors distinct, qui depuis la révolution se développe au niveau des communes. D’autre part, une nouvelle image de l’opposition libérale a été imposée au pays, celle d’un groupe uni, susceptible de reprendre à nouveau la direction de l’Etat. Comment pourrait-elle être encore anti-nationale cette opposition qui compte désormais parmi ses leaders parlementaires ces fondateurs de l’Etat belge que sont Rogier, Lebeau et Devaux ?

  • 19 Politique, 26 juin 1840 et A.G.R., Papiers Rogier, no 277, l’avis d’un libéral unioniste ancien ré (...)

24Enfin, l’opposition libérale s’en retrouve à Liège plus forte, non seulement moralement mais aussi numériquement, grâce à la fusion dans ses rangs de ces anciens unionistes, les libéraux modérés qui, dans ces circonstances, ont définitivement rompu avec les catholiques19. La question de l’organisation pré-électorale restait cependant encore à résoudre.

b. Vers la création d’une nouvelle organisation

25La relative facilité avec laquelle les libéraux remportèrent les élections communales partielles qui se déroulent à Liège de 1839 à 1841 ne masque pas à leurs yeux la nécessité de trouver un accord quant à l’organisation à créer.

  • 20 L’Espoir, 26-27 octobre 1839. « Procès-verbal de la réunion préparatoire du 25 octobre 1839, tenue (...)
  • 21 L’Espoir, 16 novembre 1840.
  • 22 Journal de Liége, 14-15 novembre 1840 : « Il semble que cette fois une tièdeur facheuse s’est répa (...)
  • 23 L’Espoir du 24 octobre 1839 proteste contre la perspective de ne permettre l’entrée de la réunion (...)
  • 24 Le Journal de Liége, 21 octobre 1839 remarque : « Tout de la part de nos adversaires marche avec e (...)

26Plusieurs indices témoignent dans ces circonstances mêmes de la nécessité de se pencher sur la question. Les réunions d’électeurs qui continuent à l’approche des élections à s’occuper du choix des candidats deviennent moins nombreuses. Elles regroupent 174 personnes en octobre 183920 et seulement 103 personnes en novembre 184021. Les journaux constatent le manque d’empressement des électeurs, dont le choix pré-électoral a lieu trop tardivement, empêchant l’organisaton d’une bonne propagande22. Ouvertes selon le principe voulu par les progressistes à tous les électeurs sans distinction de tendances23, ces réunions provoquent des surprises. Certaines personnes dont le libéralisme est mis en doute se classent en ordre utile sur les listes de candidats, entraînant d’inévitables divisions dans la presse24.

  • 25 Résultat des élections communales d’octobre 1839 dans le Journal de Liège, L’Espoir et Courrier de (...)

27Les catholiques profitent de ces heurts pour tenter de faire passer leurs candidats. Aux élections communales de 1839, quatre libéraux sont mis en ballotage par autant de catholiques. A l’issue du second tour, de Longrée-Verbois candidat catholique est élu au conseil communal de Liège25.

  • 26 Les divergences ne portent que sur 3 des 10 candidats mais provoquent de longues polémiques dans l (...)

28Les élections provinciales qui ont lieu en mai 1840 notamment dans le canton de Liège avaient encore donné lieu à de profondes divergences de vue entre libéraux liégeois26, tandis qu aucun progrès n’était constaté dans les cantons ruraux.

  • 27 Journal de Liège, 28 mai 1841 : « Que doivent faire maintenant les libéraux pour lutter avec avant (...)

29Devant l’effort déployé par le ministère Nothomb en faveur de candidats catholiques aux élections législatives de mai 1841 dans la moitié de la Belgique (la province de Liège ne fait pas partie de cette série), les libéraux liégeois expriment leurs souhaits pour une meilleure entente, et surtout pour l’extension de leur influence dans les cantons ruraux27.

  • 28 Voir chapitre V.

30Il est clair en effet que si les libéraux ne rétablissent pas rapidement leur unité, les luttes aux élections provinciales de 1842 et surtout aux élections législatives de 1843 risquent de tourner à l’avantage des catholiques qui réorganisent leurs forces28.

  • 29 Adresse intitulée « Union libérale. Aux électeurs » et signée au nom du comité libéral, Hubart-Rod (...)
  • 30 Journal de Liége, 2 mars 1842.

31Aussi dès les élections communales partielles de mars 1842, des contacts semblent avoir été repris entre diverses personnalités liégeoises. Hubart-Rodberg s’adresse aux électeurs liégeois au nom d’un comité libéral, dont on ne connaît rien par ailleurs29. La mise en ballotage du troisième candidat libéral — victorieux tout de même au second tour — est un nouvel avertissement très sérieux à l’approche des élections provinciales du mois de mai30.

  • 31 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Adresse de l’Union libé (...)

32Le 7 avril 1842, un comité libéral composé de Louis Jamme, Delfosse, Koeller, Nicolas Robert, Hubart-Rodberg et Frère-Orban, convoque les électeurs libéraux à une assemblée générale. « L’expérience, dit la convocation, a fait sentir la nécessité d’organiser une association sur des bases plus larges et plus régulières ; c’est le seul moyen de lutter contre des adversaires faibles sous le rapport numérique, mais puissants par l’unité de leurs vues et par la discipline à laquelle ils sont soumis »31. Les modalités qui présidèrent à cette décision ne sont pas connues avec exactitude. Si le rapprochement entre les tendances libérales avait été bien préparé par la crise ministérielle de mars-avril 1841, il semble que les Liégeois, tout en donnant à leur organisation ses caractères propres, furent concrètement inspirés par l’exemple que leur avait donné Bruxelles avec la création de la Société de l’Alliance.

2. Les origines de l’Association de l’Union libérale

a. L’exemple bruxellois

  • 32 J. BARTIER, Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les Sociétés politiques, dans Revue de Brux (...)
  • 33 Discours de Verhaegen à la fête solsticiale d’été 1842 des Amis philanthropes cité par E. WITTE, P (...)

33La Société politique de l’Alliance a été installée le 15 avril 1841 à Bruxelles, grâce aux efforts de Théodore Verhaegen qui depuis plusieurs années cherchait le moyen de canaliser l’influence de la franc-maçonnerie dans les affaires politiques32. Il était persuadé en effet que, pour que les libéraux puissent s’opposer à armes égales aux catholiques, ils devaient se doter d’une organisation politique solide. « A la hiérarchie cléricale, dira-t-il plus tard, il fallait opposer une hiérarchie similaire et la maçonnerie seule pouvait atteindre ce but »33. Verhaegen ne perdait pas de vue cependant les inconvénients que présentait l’intervention directe des loges. Il cherchait donc la voie qui correspondait le mieux à son but.

  • 34 E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 327-328 et 337.

34Dès 1840, son projet prenait forme à Bruxelles ; tandis qu’un comité électoral s’appuyait sur la loge des Amis philanthropes, avec le concours des loges de Bruxelles les Amis de l’Union et les Amis du Progrès34, Verhaegen poursuivait un objectif plus large, en visant la constitution d’une association politique, indépendante de la franc-maçonnerie, mais dans laquelle les maçons joueraient le rôle de principaux animateurs.

35Verhaegen rencontrait une assez importante opposition dans plusieurs loges du Grand Orient. Il fut immédiatement freiné par l’attitude très réservée du Grand Maître de Stassart, mais la position de ce dernier, de religion catholique et critiqué par les évêques, était devenue presque intenable, tandis que l’influence de Verhaegen ne cessait de s’affirmer.

  • 35 J. BARTIER, Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les sociétés politiques, dans Revue de l’Un (...)

36Lorsqu’en juin 1841, le baron de Stassart se démit de ses fonctions maçonniques, la création de l’Alliance avait précédé de deux mois son départ. C’était là la première grande association politique, dont les membres devaient être agréés par un bureau et devaient payer une cotisation. Maçons et non-maçons se retrouvaient côte à côte avec les mêmes droits, les premiers payant dix francs et les second douze francs de cotisation35.

  • 36 E.WITTE Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, pp. 293-300. Discours de (...)

37Cette société s’efforça à partir de 1842 de propager son exemple dans les autres cités du pays. La simultanéité de l’apparition de sociétés libérales en Belgique, en avril-mai 1841, est un indice révélateur. Dès avril, trois associations libérales se constituaient à Tournai, à Namur et à Ypres. En mai, elles se créaient à Liège, Anvers, Renaix et Courtrai, ainsi que sous l’influence liégeoise à Verviers36.

  • 37 Journal de liége, 20 avvril 1842 : « Toute la prétendue tyrannie que veut exercer le Comité liégeo (...)

38Dès ses origines, l’Association de l’Union libérale de Liège se lie « par des liens volontaires » avec la société de l’Alliance et invite Verviers, Huy et Waremme à agir de même37.

39Il convient cependant d’en dégager immédiatement les divergences, les caractéristiques propres à Liège.

b. Particularités liégeoises

  • 38 Cf. plus haut le chapitre IV.
  • 39 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, Liège, 30 mars 1841 : « Tout ce qui remue en ce mo (...)
  • 40 J. GOFFIN, qui est un franc-maçon progressiste, écrit dans son Histoire populaire de la franc-maço (...)
  • 41 Ce point a été vu précédemment (chapitre IV, p. 172). Il est confirme lors de l’élection de novemb (...)

40Les loges liégeoises, sous l’obédience de la Fédération maçonnique belge, celle de la Parfaite intelligence et de l’Etoile réunies en particulier, avaient, nous l’avons vu38, précédé les initiatives de Verhaegen, quant à son premier stade. Sans aller jusqu’à dire comme Mgr Van Bommel que de 1838 à 1842, « tout ce qui bouge à Liège est loge »39, il est certain que l’influence franc-maçonne y joua un rôle important, notamment dans les élections40. La franc-maçonnerie n’avait cependant pas le monopole de la décision dans les milieux libéraux. Des groupes d’industriels et de commerçants y conservaient leurs propres coteries. Sans aller très loin, il suffit de citer les noms de Delfosse et de Louis Jamme, peut-être de Muller41.

  • 42 « Le libéralisme ne se concentre pas avec prédilection dans la franc-maçonnerie », Journal de Liég (...)
  • 43 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère écrira à Delfosse le 8 avril 1845 : « J’ai dit franche (...)

41Ainsi, si la constitution d’une Association de l’Union libérale à Liège, le 11 avril 1842, s’inspire de l’exemple bruxellois, les dispositions qui présidèrent à son installation s écartent-elles nettement de celles de l’Alliance. Elle apparaît bien plus comme un rassemblement de forces, auquel collaborent les franc-maçons, qu’une organisation dont le noyau de base est franc-maçon. La composition du comité nous éclairera mieux sur la question42. L’Association est plus un moyen d’apaiser les rivalités internes qui agitaient depuis plusieurs années le mouvement libéral qu’une manière de canaliser l’action politique de la loge43.

  • 44 Compte rendu de la réunion, Journal de Liége, 12 avril 1842.

42La mise sur pied de l’Association de l’Union libérale, eut lieu, ainsi qu’il a été dit, le 11 avril 1842, au cours d’une assemblée réunissant à l’hôtel de Suède près de trois cents libéraux munis de leur convocation44.

43En dotant leur organisation politique, d’un réglement obligatoirement accepté par ses membres, d’un comité élu, et d’une assemblée délibérante, composée exclusivement de membres acceptés par le comité et donnant un gage concret de leur engagement politique, les libéraux liégeois réglaient positivement leur grave problème de structure et créaient un élément fondamental pour la formation d’un parti politique moderne. L’étude successive de ces différents éléments permettra d’en pénétrer mieux l’importance.

3. Le nouvel organigramme politique — description et fonctionnement

a. Les statuts

  • 45 « Ce règlement était principalement l’œuvre de MM. Delfosse, Frère et Muller », Libéral liégeois, (...)
  • 46 Journal de Liége, 12 avril 1842.

44Le règlement appelé officiellement « statuts », fut présenté lors de la séance inaugurale de l’Association par Frère-Orban, qui en avait, avec Delfosse et Muller, rédigé les principales dispositions45. Il fut adopté à l’unanimité46.

  • 47 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922, Association de l’Union (...)
  • 48 Plusieurs types de ces documents sont conservés, ibidem, Collection Capitaine, no  2922, et au MUS (...)

45Aucun réglement complet, antérieur à celui de 1848, n’a été retrouvé47. Six articles cependant — ce sont invariablement les mêmes — sont reproduits, de 1842 à 1846, sur les principaux documents de l’Association, convocations, quittances de cotisations, etc.48. A l’exception de modifications nécessitées par la réforme électorale de 1848, ils sont pratiquement identiques dans leur forme, et jusque dans leur numérotation, à ceux des statuts de 1848. La tradition de 1842 a donc été conservée. Avec le règlement de 1848, nous retrouvons à peu de chose près le texte original.

46Cette constatation a un intérêt plus grand que la simple satisfaction de pouvoir reconstituer un texte apparemment non conservé. Effectivement, une conclusion s’impose : au-delà du Congrès libéral de 1846, considéré comme l’acte de fondation du parti libéral, l’organisation libérale conserve à Liège une structure identique à celle qu’elle s’est donnée en 1842.

  • 49 Article 1. « Il est formé à Liége, sous le titre d’UNION LIBÉRALE, une association dont le but est (...)

47Le texte des statuts contient 27 articles, traitant exclusivement du fonctionnement de la société, sans aucune référence avant 1848 à un quelconque programme autre que « de défendre par les voies légales, les principes consacrés par la Constitution »49. Les articles énumèrent les conditions d’admission ou d’exclusion à l’Union libérale, détaille la composition de l’assemblée en différentes sections, fixe les modalités d’élection et de fonctionnement du comité, ainsi que celles du contrôle des listes électorales et du choix des candidats aux élections.

  • 50 Nous montrerons plus loin l’importance de ce point.

48Enfin, point capital, les associés, qui paient une cotisation dont le montant est fixé dans le dernier article, s’engagent sur l’honneur à respecter les décisions de l’assemblée50.

b. Le comité

  • 51 « Toutes les nominations ont eu lieu à deux ou trois voix près à l’unanimité, et nous nous félicit (...)

49Le comité directeur de l’Union libérale se compose de onze membres élus pour la durée d’un an par l’assemblée des associés. L’assemblée du 11 avril 1842 procéda apparemment librement à ce choix, mais la quasi unanimité de son vote indique que très vraisemblablement le délicat problème de la représentation équilibrée des tendances en présence avait été mûrement préparé et que des mots d’ordre avaient été diffusés51. La composition de ce comité est en effet assez remarquable. Il regroupe réellement les figures de proue du libéralisme liégeois.

50Louis Jamme, ancien bourgmestre toujours très populaire, y figure à côté des mandataires politiques : Delfosse, membre de la Chambre, Koeler, membre de la députation permanente, Dereux, Hubart-Rodberg et Muller, conseillers provinciaux, Nicolas Robert conseiller provincial et communal, Félix Capitaine, Collette, Frère-Orban, Ch. Wasseige conseillers communaux.

  • 52 Nous connaissons les professions et âges des membres du comité, soit par la presse, par U. CAPITAI (...)

51Sur le plan professionnel, ils sont quatre avocats plus un cinquième qui s’est tourné vers le journalisme, deux fabricants, deux commerçants dont un rentier, un juge et un docteur en médecine. La moyenne d’âge (le doyen est Jamme avec 63 ans et le cadet Frère-Orban, 29 ans) est particulièrement basse : 41 ans 7 mois52.

  • 53 « Quatre maçons au moins et quels maçons ! un frère vénérable, un frère ex-vénérable, un frère ter (...)
  • 54 Journal de Liége, 22-23 avril 1842. L’article fait également cette réflexion curieuse : « A qui do (...)

52Les catholiques attirèrent immédiatement l’attention sur la présence des francs-maçons : « quatre maçons au moins » dit la Gazette de Liège53. Quoique nous en comptions cinq (Collette, Dereux, Koeler, Wasseige et Frère-Orban), il est plutôt remarquable de constater que les franc-maçons n’ont pas la majorité dans le comité. Cette remarque confirme l’affirmation postérieure du Journal de Liége selon laquelle à Liège « le libéralisme n’envisage le titre de franc-maçon ni comme une cause d’exclusion, ni comme un motif de préférence » et qu’en tout cas cette opinion « ne se concentre pas avec prédilection dans la franc-maçonnerie »54.

  • 55 Cette distinction, que nous établissons sur des éléments déjà étudiés antérieurement, se marque pu (...)

53Les problèmes d’équilibre entre progressistes et doctrinaires ne furent pas évoqués publiquement à l’époque, quoiqu’ils aient été certainement présents à tous les esprits. A vrai dire, il est sans doute plus aisé pour nous, qui connaissons les événements postérieurs de déterminer ces catégories qui, à l’époque, n’étaient pas organisées, et existaient seulement sous la forme non figée d’opinions individuelles. Notons seulement pour la suite de l’étude que la tendance progressiste compte quatre représentants (Dereux, Collette, Wasseige et Koeler) tout en remarquant également qu’ils font tous précisément partie de la loge55.

  • 56 « Le mandat de tous les membres qui en font partie (du comité) a été maintenu aux acclamations gén (...)
  • 57 Union libérale, Le comité central à MM. les membres de l’association, mai 1845, p. 1 (CHIROUX, col (...)

54Ainsi composé, le comité fut réélu sans difficulté et par acclamations en 1843 et 184456, avant d’être au centre des débats en 1845. Dès 1843, Louis Jamme qui occupait le fauteuil de président en 1842 avait, vu sa santé précaire, donné sa démission. Le comité, dans la crainte de l’effet fâcheux que cette nouvelle aurait pu avoir sur l’association naissante, préféra tenir le fait secret, et dès lors toutes les pièces furent signées par un vice-président, Hubart-Rodberg. Nicolas Robert remplit les fonctions de trésorier et Frère-Orban celles de secrétaire57.

  • 58 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Circulaire du 22 mai 18 (...)

55En 1844, par mesure exceptionnelle, quatre membres du comité se présentant aux élections provinciales furent remplacés provisoirement par quatre suppléants, mais ce problème des modalités de choix de ces suppléants, qui lui aussi se révélera délicat, ne fut pas tranché publiquement58.

56Le comité joue un rôle capital tant dans la direction interne de l’association que dans ses relations extérieures.

  • 59 Journal de Liége, 20 avril 1842.
  • 60 En 1845, les progressistes reprochent à Félix Capitaine ses absences au comité, lui rappelant « un (...)

57Dès son installation, il s’efforce avec succès de promouvoir la création de sociétés libérales à Verviers et à Huy. Il établit avec ces associations des contacts réguliers59 et reste en rapport avec l’Alliance de Bruxelles pour les problèmes de politique générale et particulièrement la tactique électorale60.

  • 61 Ibidem, Collection Capitaine, no 2922, deux convocations du comité, l’une pour le 24 octobre 1842, (...)
  • 62 Articles 15 et 16 du règlement de 1848. Ce point existait certainement dans les statuts de 1842. L (...)

58En dehors des réunions en assemblées générales, les membres du comité se réunissent à intervalle plus ou moins régulier au domicile de l’un d’entre eux pour régler tous les problèmes courants61. Ils décident de l’acceptation de nouveaux membres, de l’engagement de procédures officielles de réclamation pour erreurs ou fraudes dans les listes électorales, ceci conformément aux statuts et grâce aux renseignements qui leur sont communiqués à leur demande62.

  • 63 Voir plus loin.

59Ils traitent à l’occasion de problèmes de tactique dans les assemblées politiques ; ainsi dans le conseil provincial, ils cherchent les accords pour les élections de candidats à la députation permanente, ou pour les nominations à des fonctions publiques qui relèvent de cette assemblée63.

  • 64 « En 1843, à l’approche des dernières élections générales, le comité fit des démarches auprès de M (...)
  • 65 Jusqu’en 1845, il n’y a pas d’exemples où les candidats du comité ne soient pas adoptés par l’asse (...)
  • 66 L’attention aura déjà été attirée par les notes sur la très importante collection de brochures, tr (...)

60La tâche du comité est particulièrement importante aux approches des élections. Ses membres contactent les personnes susceptibles d’être candidats64. Ils présentent une liste à l’assemblée générale qui décide en dernier ressort. L’appui des candidatures par le comité est cependant le plus souvent déterminant65. Une fois le choix décidé, ils alertent les journaux libéraux et organisent la propagande, rédigeant et faisant imprimer les brochures et tracts électoraux, suscitant les démarches auprès des électeurs66.

  • 67 Article 27 des statuts de 1842. Peu avant les élections de juin 1843, dans son rapport à l’assembl (...)

61Tous les frais de correspondance, d’impression, les frais de procédure des réclamations pour les listes électorales sont supportés par la caisse aux cotisations et par des dons volontaires67.

62Grâce à toutes ces prérogatives, le comité, quoiqu’il rende statutairement compte de sa gestion chaque année devant l’assemblée, dispose en fait, vu son influence, du pouvoir de décider dans l’Association. Il est l’élément permanent, l’organe moteur et coordinateur de l’Union libérale.

c. L’Assemblée

63A côté du caractère permanent et électif du comité, la grande nouveauté de l’organisation politique qui est créée réside dans les conditions d’admission qui sont exigées pour devenir membre de l’Association.

64Les progressistes, cela a été vu, n’admettaient pas précédemment qu’une convocation soit éxigée pour la participation aux assemblées ; ils réclamaient l’admission de tous les électeurs sans distinction de tendance politique. Ils désiraient aussi que toute personne, même non censitaire, soit admise à ses assemblées. Une mesure de conciliation a été trouvée.

  • 68 Article 2 des statuts de 1842 reproduit sur les reçus de cotisation.

65Désormais, selon l’article 2, « pour faire partie de l’association, il faut 1° être électeur ; 2° être admis par le comité central ; 3° payer la cotisation fixée à l’article 27 » — soit la somme élevée de six francs par an. La concession aux progressistes se trouve dans la suite de l’article : « Pourront également être admises quoique ne réunissant pas la qualité d électeur, les personnes qui concourraient activement au but de l’Association »68.

66Le montant élevé de la cotisation et l’admission par le comité devaient être aux yeux des doctrinaires des garanties suffisantes qui restreignaient l’entrée de la société aux vrais libéraux issus de classe relativement aisée.

  • 69 Article 22 des statuts de 1848 : « Tout associé, qu’il ait ou non assisté à la réunion, s’engage s (...)
  • 70 Cette attitude était apparue particulièrement dans les difficultés suscitées par les progressistes (...)

67Cet engagement concret, qu’est déjà le paiement d’une cotisation, se double d’un engagement moral de la part des associés qui promettent sur l’honneur de respecter les décisions de l’assemblée69. Ceci est une véritable révolution dans les mœurs politiques de l’époque. L’esprit individualiste, ce goût jaloux d’indépendance politique, très répandu jusqu’alors dans les milieux libéraux et qui a été un facteur si favorable à la propagande unioniste des catholiques doit se plier désormais à la discipline de la majorité70.

  • 71 Le Journal de Liège, 28 octobre 1842 critique la conduite de Jacques Renoz qui, présent à l’assemb (...)

68S’inscrire à l’association libérale devient ainsi un véritable acte politique public, très différent de la participation par curiosité parfois ou par tactique électorale aux précédentes assemblées. La presse libérale rend compte à l’occasion des manquements aux règles acceptées sur l’honneur71. L’organisation politique tend dès lors à figer dans son attitude politique une partie de plus en plus grande du corps électoral.

  • 72 Articles 6, 13, 17 du règlement de 1848.

69L’assemblée générale est convoquée statutairement dans le courant de mars de chaque année pour entendre le rapport du comité et procéder à sa réélection. Elle est réunie aux approches des élections ou encore chaque fois que le comité le juge nécessaire72. Cette dernière clause ne sera pas appliquée avant 1845.

  • 73 Article 3 des statuts de 1842 (reçus de cotisations).

70Le règlement détermine trois sections : la première réunit tous les électeurs de l’arrondissement, en réunion statutaire ou pour préparer les élections générales. La deuxième rassemble, dans leurs cantons respectifs, les membres de l’Association qui y sont domiciliés, pour le choix des candidats aux élections provinciales. La troisième enfin regroupe dans chaque commune les mêmes membres à l’occasion des élections communales73.

  • 74 La collection de la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Collection Capitaine, no 2922, ne conserve (...)

71Dans la pratique cependant, il ne semble pas que, jusqu’en 1845, des assemblées aient eu lieu en dehors de la première section et des deux suivantes pour le canton et la commune de Liège. Il est probable que le nombre de membres hors ville n’était pas suffisamment important pour permettre la constitution d’assemblées ainsi fragmentées par cantons et par communes. Dès lors, dans ces subdivisions, les réunions se bornent-elles vraisemblablement à la rencontre, en privé, des personnalités locales membres de l’association74.

4. Les succès de l’Association

  • 75 Journal de Liége, 12 avril 1842. Tribune, 15 avril 1842, (article de Weustenraad) : « Nous avons s (...)

72L’acte de fondation de l’Association de l’Union libérale est saluée dans la presse libérale liégeoise comme celui « qui constitue définitivement le parti libéral ». « Le libéralisme venait de s’élever à la dignité d’un parti » en s’imposant la hiérarchie et la discipline qui lui faisaient défaut75.

  • 76 Journal de Liége, 12 avril 1842.

73L’assemblée du 11 avril 1842 avait réuni plusieurs centaines de personnes ; elle était une des plus nombreuses qu’il y ait eu à Liège depuis les réunions préparatoires aux élections communales de 1836. Les personnes qui par mégarde avaient été omises dans les convocations ou qui n’avaient pu se déplacer à cette première réunion furent invitées à se faire inscrire chez l’un des onze membres du comité76.

  • 77 Journal de Liége, 22 avril 1842.

74Selon le Journal de Liége, les adhésions affluèrent au cours des semaines suivantes. Stanislas Fleussu, élu en 1839 à la Chambre par l’Union catholico-libérale, ne tarde pas à se faire inscrire au nombre des membres de l’Association. Cet acte marque clairement l’évolution et l’adhésion du libéralisme modéré aux principes de l’Union libérale. La presse relève l’inscription en un seul jour d’une trentaine de notables, dont beaucoup issus des campagnes. Ces adhésions « doublent les forces libérales » dans l’arrondissement77.

  • 78 Tribune, 21 mars 1843.

75A l’approche des élections générales de 1843, un nouvel effort de recrutement se fait particulièrement intensif. Les sympathisants sont invités par l’intermédiaire de la presse à s’affilier, soit auprès d un membre du comité soit même au bureau des journaux libéraux78.

  • 79 Tribune, 31 mars 1843.
  • 80 Journal de Liége, 31 mars 1843.
  • 81 Aucune liste n’est publiée avant 1848. En 1845, au lendemain de la scission, le Libéral liégeois a (...)
  • 82 Association de l’Union libérale de Liège. Statuts et liste générale des membres, 1er septembre 184 (...)

76Le rapport de l’assemblée de 1843 qui réunit plus de trois cents personnes indique que cette initiative remporte un nouveau succès. Les adhésions affluent y compris des « districts ruraux »79. Ce sont, dit le Journal de Liège, des « industriels, propriétaires, rentiers, négociants, bourgmestres, magistrats, membres du barreau, praticiens et professeurs80. Ce nombre devait s’accroître considérablement au fil des années81. En septembre 1848, le nombre d’adhérents se chiffrait exactement à 87182.

  • 83 Résultats des élections provinciales de 1842 dans Journal de Liége, 23 mai 1842. L’élection du cat (...)

77Le succès moral remporté par l’Association ne tarde pas à se doubler de résultats concrets sur le plan électoral. La percée libérale dans les catons ruraux ne se fait cependant pas sans difficulté. Les élections provinciales de mai 1842 (cantons de Louvegnez, Hollogne, Fléron et Seraing) sont sans doute trop proches pour permettre à l’Association d’exercer déjà ses effets. Elles donnent une idée du chemin qu’il reste à parcourir par les libéraux. Ceux-ci maintiennent leurs positions déjà solides à Fléron et à Seraing ; ils gagnent un siège sur trois à Hollogne qui depuis 1838 était un fief entièrement catholique, mais ils perdent l’unique siège mis en jeu dans le canton de Louvegnez83.

  • 84 Au premier tour des élections du canton de Dalhem sur 199 votants, les candidats catholiques Gille (...)

78Les élections de la deuxième série, en mai 1844 (cantons de Liège, de Fexhe et de Dalhem) montrent un progrès en voix, mais confirment le statu quo du nombre de sièges déjà très favorables aux libéraux. Seul le canton de Dalhem (2 sièges à pourvoir) élit encore un catholique, mais l’écart de voix avec le second candidat libéral décroît notablement84.

  • 85 Cette élection a été particulièrement étudiée par R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liége en 18 (...)

79Le grand succès de l’Union libérale, celui qui secoue toute la Belgique, est celui que ses candidats remportent aux élections législatives de juin 184385.

  • 86 Sur la recherche des candidats, voir notre note 64. Cf. également la circulaire lancée par l’Union (...)

80Le choix de ses candidats (Delfosse et Fleussu, représentants sortants, Charles Lesoinne, fils de l’ancien représentant et Camille de Tornaco, ancien orangiste, mais très populaire surtout dans les campagnes) avait été minutieusement préparé et fut approuvé au cours de l’assemblée générale, dès mars 184386.

  • 87 Les tracts de propagande sont conservés à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collectio (...)

81Pendant les trois mois suivants, une propagande intensive fut organisée dans la presse libérale et au moyen de brochures par le comité libéral87.

  • 88 La Tribune, avait dès le 17 février 1843 lancé un appel pour que les libéraux n’acceptent aucune t (...)
  • 89 Journal de Liége, 11 et 12 juin 1843.

82L’accent est mis sur la nécessité pour les électeurs de se ranger franchement sous l’une ou l’autre bannière en présence, de n’accepter aucune transaction, aucun choix panaché88. Les campagnes sont particulièrement travaillées et alertées par les accusations de « féodalité et de main-morte » qui sont lancées sur les catholiques89.

  • 90 Journal de Liége, 31 mai 1843.

83Le 13 juin 1843, le succès est complet. Les catholiques, quoique bien organisés également pour tenter la réélection de leurs deux principaux représentants, Raikem et de Behr, subissent une lourde défaite. Les libéraux pavoisent, tous leurs candidats sont élus avec plus des deux tiers des voix. Ils iront dire à la Chambre que Liège répudie « le système politique qui depuis deux ans est aux affaires, système mixte, dit-on, qui n’est en définitive, que l’asservissement complet du pouvoir civil à l’autorité cléricale, le gouvernement des évêques par personnes interposées »90.

84Alors que ces succès faisaient prendre conscience au pays de la force du libéralisme liégeois, soudé apparemment dans une parfaite unité, plusieurs incidents tenus secrets venaient déjà ternir l’entente entre les membres du comité.

5. L’amorce des difficultés internes

  • 91 Ils entendent vraisemblablement « par les dignitaires de la loge de Liége », voir plus loin.

85En 1843, un incident assez vif avait divisé les membres du comité libéral, à l’occasion de la présentation par le conseil provincial de candidats pour la vice-présidence du tribunal civil de Liège. Lors de la réunion des conseillers provinciaux libéraux, la veille de l’élection, Dereux et Koeler exigèrent que Collette soit désigné comme premier candidat, annonçant que cela avait été décidé « en haut lieu »91 et que si cette proposition n’était pas acceptée, l’Union libérale serait rompue.

  • 92 L’incident n’est mis en évidence par les doctrinaires qu’en 1845 dans la brochure A MM. les membre (...)

86Devant cet ultimatum, et après quelques essais infructueux de conciliation, les conseillers libéraux se séparèrent sans prendre de décision, et le lendemain ce furent les deux candidats de la cour d’appel, Beckers et Gillet, qui furent choisis par le conseil provincial92.

  • 93 A MM. les membres de l’Association libérale, Liège, Desoer, 22 mai 1845, pp. 5-6.

87L’incident rebondit en mars 1844 à l’occasion des élections provinciales du canton de Liège. Le comité central avait décidé de reconduire comme candidats les conseillers sortants à l’exception d’un d’entre eux qui avait donné trop de gages aux catholiques. La place était réservée à de Rossius-Orban qui, pressenti l’année précédente afin d’être candidat à la Chambre s’y était refusé, tout en se laissant convaincre d’accepter la prochaine place vacante au conseil provincial. Dereux avait été le délégué du comité dans cette combinaison, or à l’approche des élections provinciales un candidat nouveau se produisit, précisément sous son patronage, et ce fut encore Collette93.

88La position du comité était délicate, du fait que plusieurs de ses membres étaient soumis à la réélection comme conseillers provinciaux, et que Frère-Orban était le beau-frère de Rossius-Orban. Le comité préféra, quoique sa maporité pencha pour de Rossius, s’abstenir de présenter des candidats, et réserva ce choix à l’assemblée.

89Le jour de l’assemblée, deux nouveaux incidents, liés selon les doctrinaires au désir des amis de Collette de favoriser sa candidature, divisèrent le comité. Tout d’abord en réunion de comité, Dereux, Koeler, Wasseige et Collette cherchèrent à introduire de nouveaux membres dans l’association : ils se heurtèrent à l’opposition de leurs cinq collègues.

  • 94 Ibidem, pp. 6-7.

90Une seconde manœuvre se développa au cours de la réunion même de l’assemblée : Dereux proposa d’imposer à tous les candidats l’obligation de répudier publiquement l’appui du « parti clérical ». Cette proposition inattendue visait apparemment à créer une place libre en éliminant Nagelmackers, qui quoique d’opinion libérale n’était pas membre de l’association et avait toujours été porté par les deux tendances au conseil provincial dont il était le président. Le comité se doutait bien que Nagelmackers n’accepterait pas de prendre une attitude aussi tranchée, mais les doctrinaires estimaient que son élimination serait une faute politique pour le mouvement libéral. Cette proposition fut donc reportée à une réunion ultérieure sous le prétexte qu’elle ne figurait pas à l’ordre du jour. Collette ne fut pas clasé en ordre utile pour être candidat94.

  • 95 L’Impartial a été créé spécialement pour préparer les élections en faveur des catholiques. Voir no (...)
  • 96 M.L. DEREUX, A. KOELER, H. SCRONX-DE LA SAULX aux électeurs du canton de Liége, 26 mai 1844. « Nou (...)
  • 97 Union libérale. Le comité central à MM. les membres de l’Association, 31 mai 1845, pp. 9-10.

91Le sentiment d’injustice envers leurs propositions, ressenti par Collette et ses amis, se trouva renforcé lorsqu’en mai 1844, au cours de la campagne électorale, les amis de Muller, dont la candidature était particulièrement attaquée par une feuille catholique, l’Impartial95, firent pression auprès de Scronx, Koeler et Dereux afin qu’ils répudient le soutien que cette feuille accordait à leurs propres candidatures. Ils acceptèrent de faire connaître publiquement leur solidarité avec la candidature de Muller96, mais les deux derniers ne pouvaient s’empêcher de faire le parallèle entre ce qui leur était demandé et la position réservée à Nagelmackers et d’estimer que leurs collègues accommodaient les questions de principes au gré de leurs intérêts97.

92Ces incidents, nous l’avons dit, furent tenus secrets, mais ils témoignent de la fragilité de l’apparente cohésion des membres du comité. En 1843 et 1844, la division se reproduit à plusieurs reprises et sous les mêmes formes ; parmi les dix membres en fonction — Jamme ne participant plus aux réunions — quatre, Collette, Dereux, Koeler et Wasseige se heurtent au bloc formé par Delfosse, Hubart, N. Robert, Capitaine, Muller et Frère. Que cette opposition de personnes cache des raisons plus fondamentales, ne fait aucun doute. Elle met au prise des éléments progressistes minoritaires à une majorité plus conservatrice, doctrinaire. Des circonstances plus particulières encore entourent le conflit et seront étudiées plus loin. Quelles que soient les formes réglementaires des décisions prises par la majorité, il était assez normal que les quatre minoritaires aient au moins l’impression d’être effectivement dirigés par les six membres alliés du comité. Trouver le moyen de renverser cette situation en leur faveur par l’utilisation des dispositions règlementaires fixées par les statuts devait devenir leur objectif immédiat : une manœuvre de grand style fut préparée en vue de l’assemblée statutaire de mars 1845. Elle visait la prise de majorité dans le comité, ou tout au moins le rétablissement d’un certain équilibre.

  • 98 Contrairement à ce qui a été observé pour les chapitres précédents, nous réservons nos conclusions (...)

93Ce coup d’éclat, à l’étonnement général du pays, à la surprise même d un grand nombre de membres de l’Association ignorant la guerre intestine qui se déroulait depuis quelques années, devait conduire à la scission du mouvement libéral à Liège et remettre en cause le principe de son organisation98.

***

Notes

1 Voir plus haut.

2 Nous ne revenons pas plus en détail sur les particularités de cette lutte électorale, présentée dans le chapitre précédent.

3 L’Indépendant, 29 janvier 1840.

4 L’Indépendant, 22 janvier 1840.

5 L’Indépendant, 27 janvier 1840. Le journal constate auprès l’élection, le 29 janvier 1849 : « Liège est peut-être la ville du royaume où le sentiment anti-catholique est le plus prononcé dans la classe moyenne ; nous n’en rechercherons pas les causes ; nous n’examinerons conséquemment pas si elles sont fondées : le fait existe. Il est également connu que dans cette ville, on aime en général l’opposition ; on s’impressionne facilement, on se crée volontiers des griefs contre le gouvernement (...) ».

6 L’Indépendant, 22 janvier 1840. « N’y a-t-il pas d’ailleurs autre chose à souhaiter pour une ville d’industrie et de commerce comme Liège que d’être représentée par des hommes d’une opinion radicale et dont le premier mérite aux yeux de ceux qui les poussent à la chambre est de ne savoir rien respecter ».

7 L’Indépendant, 1er février 1840.

8 Voir plus haut.

9 Revue nationale, t. 1, 1839, p. 313, reproduit, encore dans le t. 5, 1841, p. 234.

10 « Nos lecteurs ont vu par les mémorables articles de la Revue Nationale que nous avons reproduits que cette nuance du libéralisme qu’on appelle la doctrine, nuance que souillaient naguère encore les éloges du Courrier de la Meuse, avait rompu sans détour avec le parti catholique-politique. Ce résultat inévitable de notre nouvelle position internationale a été constaté avec plaisir par tous les honnêtes gens, car si les doctrinaires sont peu nombreux personne ne leur conteste un talent de premier ordre, qu’il était déplorable de subordonner aux vues rétrogrades d’une catégorie fanatique », Journal de Liége, 20 janvier 1840.

11 L’Espoir, 31 janvier 1841 « Le ministère Lebeau a cru devoir s’effacer pour vivre ». Le Journal de Liége regrette aussi la marche hésitante suivie par le gouvernement, 11, 16, 18 février 1841, etc.

12 Exception faite du catholique de Longrée, voir plus loin, n. 25.

13 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 28 février 1841. « Muller m’a entretenu de ce qui se passe à Bruxelles en ce moment, des dispositions du ministre et de la nécessité de lui prêter appui. Il nous a paru qu’une protestation par le conseil communal contre le projet Brabant Du Bus servirait bien nos desseins. »

14 Frère-Orban a été élu au conseil communal de Liège à l’occasion d’une élection partielle, le 17 novembre 1840. Cf. Journal de Liège, 18 novembre 1840 et P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, 1812-1857, pp. 36-37.

15 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal, 1840-1842, f° 490 v°. Séance du 27 février 1841 et P. HYMANS, op. cit, t. 1, pp. 57-59.

16 P. HYMANS, op. cit., t. 1, pp. 59-60 et J. BARTIER, Franc-maçonnerie et société politiques..., dans Revue de l’Université de Bruxelles, octobre 1963, avril 1964, pp. 143-144 et 223.

17 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal, 1840, 1842, f° 57 v° - 58 r°, séance du 22 mars 1841.

18 Cette vague de pétition comparée à celle de 1829 pour le redressement des griefs, est annoncée par le Journal de Liége, 27 mars, 28 mars et 3 avril 1841.

19 Politique, 26 juin 1840 et A.G.R., Papiers Rogier, no 277, l’avis d’un libéral unioniste ancien rédacteur du Politique, Materne dans une lettre à Rogier, Bruxelles, 4 avril 1841, « Jamais, non jamais, aussi unanime réprobation n’a accueilli un ministère (le ministre Nothomb). Ce n’est pas de l’indignation, ce n’est pas de la colère, c’est pis que cela, c’est de la pitié, du dédain, du mépris ».

20 L’Espoir, 26-27 octobre 1839. « Procès-verbal de la réunion préparatoire du 25 octobre 1839, tenue au local de la société l’Emulation. »

21 L’Espoir, 16 novembre 1840.

22 Journal de Liége, 14-15 novembre 1840 : « Il semble que cette fois une tièdeur facheuse s’est répandue dans tous les rangs ».

23 L’Espoir du 24 octobre 1839 proteste contre la perspective de ne permettre l’entrée de la réunion qu’à des personnes munies de billets de convocation « ce ne sera qu’un conciliabule, une réunion de coterie, où ne seront admis que des amis bienveillants porteurs de leur billet d’invitation ». Il se réjouit dans son numéro du 26-27 octobre 1839 qu’en définitive la réunion ait été ouverte à tout le monde.

24 Le Journal de Liége, 21 octobre 1839 remarque : « Tout de la part de nos adversaires marche avec ensemble et autorité à l’ombre du mystère et, en présence d’une semblable organisation, que font les libéraux ? Conformément au principe de publicité qu’ils pratiquent avec sincérité, ils convoquent des réunions publiques où leurs adversaires eux-mêmes se glissent en tel nombre que bon leur semble ». L’Espoir du 16 novembre 1840 refuse de soutenir un candidat sur les quatre proposés par une réunion d’électeurs.

25 Résultat des élections communales d’octobre 1839 dans le Journal de Liège, L’Espoir et Courrier de la Meuse, 30 et 31 octobre et 1er novembre 1839.

26 Les divergences ne portent que sur 3 des 10 candidats mais provoquent de longues polémiques dans la presse libérale. Journal de Liège, 19 mai 1840, 20 mai 1840, 22-23 mai 1840, 26 mai 1848, L’Espoir, 20, 21, 22, 23-24, 25 mai 1840. L’Industrie est le journal le plus monté contre la liste adoptée à la réunion préparatoire « une indigne mystification », 11 mai 1840, 12 mai 1840, « comme quoi la liste émanée de la réunion préparatoire n’est nullement l’expression de la pensée du corps électoral », 13 mai 1840, « Electeurs, soyez sur vos gardes », 19 mai 1840, etc.

27 Journal de Liège, 28 mai 1841 : « Que doivent faire maintenant les libéraux pour lutter avec avantage contre la coalition formidable qui cherche à les écraser ? Etre unis, telle est la réponse qui part de toutes les bouches, mais il ne suffit pas que les lecteurs des villes s’entendent : il faut aussi qu’ils se mettent en relation avec les habitants des campagnes ; il faut qu’ils leur fassent comprendre que leurs intérêts se confondent et qu’ils ont à défendre la même cause ».

28 Voir chapitre V.

29 Adresse intitulée « Union libérale. Aux électeurs » et signée au nom du comité libéral, Hubart-Rodberg, reproduite dans le Journal de Liége du 24 février 1842. Une seconde de la même source dans le numéro du 1er mars 1842.

30 Journal de Liége, 2 mars 1842.

31 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Adresse de l’Union libérale du 7 avril 1842. « N.B. Personne ne sera admis s’il n’est porteur de sa lettre de convocation. »

32 J. BARTIER, Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les Sociétés politiques, dans Revue de Bruxelles, octobre 1963 - avril 1964, pp. 135-233 et E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., pp. 188-206. Théodore Verhaegen déclarait déjà le 28 octobre 1838 à la Loge « Les Enfants de la Bonne Amitié de Dinant » : « La Maçonnerie tend à rendre en Belgique le plus éminent service, celui de réunir en un seul faisceau et sous la même bannière, les diverses nuances du parti libéral jusqu’ici souvent divisés sur les moyens », dans E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, p. 170.

33 Discours de Verhaegen à la fête solsticiale d’été 1842 des Amis philanthropes cité par E. WITTE, Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, p. 189, n. 2. Verhaegen remarquait encore « La maçonnerie qui a un double avantage, celui d’une organisation régulière et hiérarchique et celui de ne professer de doctrine exclusive en aucun genre et par aucun sujet, la maçonnerie pourrait utilement servir de centre commun et de point de ralliement », ibidem, p. 189.

34 E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 327-328 et 337.

35 J. BARTIER, Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les sociétés politiques, dans Revue de l’Université de Bruxelles, octobre 1963 - avril 1964 pp. 135-233. F. CLÉMENT, Histoire de la franc-maçonnerie belge au xixe siècle première partie, 1800-7850, Bruxelles, 1949, pp. 138-151 et E. WITTE, op. cit., PP. 197-201 et E. WITTE et F. BORNE, Documents..., p. 348 (lettre de démission de Stassart).

36 E.WITTE Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, pp. 293-300. Discours de Verhaegen le 25 juin 1842 : « Partie de Bruxelles en avril 1841, reçue immédiatement à Liège et avec enthousiasme, l’Union Constitutionnelle a trouvé l’écho dans toutes les villes du pays », publié dans E. WITTE et F. BORNE, Documents..., pp. 400-401

37 Journal de liége, 20 avvril 1842 : « Toute la prétendue tyrannie que veut exercer le Comité liégeois consiste à s’adresser à ses amis politiques des autres districts pour leur dire : voici ce qu’on a fait à Bruxelles, à Namur à Liége ; agissez dans le même sens et constituez à Verviers, à Huy et à Waremme des associations semblables, qui auront avec nous les mêmes liens volontaires que nous avons avec la société de l’Alliance, constituée dans la capital » (je Souligne).

38 Cf. plus haut le chapitre IV.

39 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, Liège, 30 mars 1841 : « Tout ce qui remue en ce moment ici au Pays de Liège, à Liège même, à Verviers, à Huy et environ est loge. Le méchant rapport qui vient d’être fait samedi, à la régence de Liège est d’un orateur de la loge. Ceux qui applaudissaient étaient comme ceux qui applaudissaient le ministre, apportés par la loge ».

40 J. GOFFIN, qui est un franc-maçon progressiste, écrit dans son Histoire populaire de la franc-maçonnerie depuis les temps tes plus reculés jusqu’à nos jours, Spa, 1862, pp. 427-428. « Nous pouvons affirmer, sans crainte d’être démenti, que c’est grâce à la conduite énergique de ces trois ateliers (Liège, Verviers et Huy), à l’intelligence et au patriotisme de leurs membres, que la députation de la province de Liége n’a pu être entamée par les cléricaux. » Voir aussi plus haut.

41 Ce point a été vu précédemment (chapitre IV, p. 172). Il est confirme lors de l’élection de novembre 1840. Frère, franc-maçon, demande à Delfosse, qui n’est pas de la loge, de venir le soutenir à la réunion préparatoire : « Pour que je puisse affronter ceux qui me sont opposés avec quelque chance de succès, il est indispensable que tu sois à Liége lundi soir. Il le faut, entends-tu bien. Je ne te pardonnerais pas de m’avoir fait défaut dans cette circonstance. » A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère à Delfosse, 14 novembre 1840. Verhaegen parle en février 1840 à la tribune de la Chambre de l’« honorable L. Jamme, qui, pas plus que l’honorable M. Delfosse, n’appartenait à une société secrète quelconque », cité par le Journal de Liège, 25 février 1840.

42 « Le libéralisme ne se concentre pas avec prédilection dans la franc-maçonnerie », Journal de Liége, 22-23 avril 1843.

43 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 1063, Frère écrira à Delfosse le 8 avril 1845 : « J’ai dit franchement mon opinion sur cette guerre intestine qui dure depuis dix ans, qui a paru cesser sur le principe de l’Association ».

44 Compte rendu de la réunion, Journal de Liége, 12 avril 1842.

45 « Ce règlement était principalement l’œuvre de MM. Delfosse, Frère et Muller », Libéral liégeois, 4 juin 1846.

46 Journal de Liége, 12 avril 1842.

47 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922, Association de l’Union libérale de Liége, Statuts et liste générale des membres, premier septembre 1848. Liège, Desoer, 1848.

48 Plusieurs types de ces documents sont conservés, ibidem, Collection Capitaine, no  2922, et au MUSÉE DE LA VIE WALLONNE, Bibliothèque, cote 38 BM. 37.718. Les articles conservés sont les numéros 1, 2, 3, 18, 20 et 27.

49 Article 1. « Il est formé à Liége, sous le titre d’UNION LIBÉRALE, une association dont le but est de défendre, par les voies légales, les principes consacrés à la constitution. »

50 Nous montrerons plus loin l’importance de ce point.

51 « Toutes les nominations ont eu lieu à deux ou trois voix près à l’unanimité, et nous nous félicitons de l’accord parfait qui a régné hier parmi cette masse compacte de libéraux », Journal de Liège, 12 avril 1842.

52 Nous connaissons les professions et âges des membres du comité, soit par la presse, par U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois, passim, soit par la Liste des électeurs de la ville de Liége pour 1840-1841.

53 « Quatre maçons au moins et quels maçons ! un frère vénérable, un frère ex-vénérable, un frère terrible, une des grandes lumières ! », Gazette de Liége, 15 avril 1842. Le 18 avril 1842, le journal parle de « l’Association maçonnico-ridiculo-libérale créée pour l’exploitation des campagnes ».

54 Journal de Liége, 22-23 avril 1842. L’article fait également cette réflexion curieuse : « A qui donc espère-t-on persuader que le libéralisme se concentre avec prédilection dans la franc-maçonnerie (...) Ce serait un travail assez curieux que celui qui consisterait à rechercher quel est, des deux parties en présence, celui qui a prôné dans les élections le plus grand nombre de membres des Loges. Sans sortir de notre province, nous nous rappelons que MM. Maximilien Lesoinne et Keppenne, francs-maçons tous deux ont été recommandés par le Courrier de la Meuse comme candidats à la Chambre. L’évêché a également soutenu M. Lombard dans le canton de Hollogne, M. Hayemal et Vandermaessen à Spa. Ces trois conseillers provinciaux faisaient partie de la Loge ». L’auteur critique alors ses « adversaires qui, après avoir tonné hypocritement contre les loges, institutions honorables parce qu’elles sont philanthropiques, ne dédaignent pas, au besoin, d’aller recruter des partisans dans leur sein ».

55 Cette distinction, que nous établissons sur des éléments déjà étudiés antérieurement, se marque publiquement en 1845.

56 « Le mandat de tous les membres qui en font partie (du comité) a été maintenu aux acclamations générales », Journal de Liége, 31 mars 1843, et 4-5 mai 1844.

57 Union libérale, Le comité central à MM. les membres de l’association, mai 1845, p. 1 (CHIROUX, collection Capitaine, no 2922).

58 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Circulaire du 22 mai 1844 du comité aux électeurs. Les membres suppléants furent le sénateur Hennequin, de Sélys-Longchamps, Robert-Brabant et Neuville.

59 Journal de Liége, 20 avril 1842.

60 En 1845, les progressistes reprochent à Félix Capitaine ses absences au comité, lui rappelant « un fait récent ; n’a-t-il pas montré un défaut complet de zèle dans la dernière négociation avec la Société de l’Alliance de Bruxelles relativement aux prochaines élections de juin ? M. Capitaine a-t-il pris part à la discussion des termes dans lesquels serait formulée la réponse à envoyer à Bruxelles, au nom du comité ? ». On ne connaît par ailleurs rien de ces démarches. Il est à remarquer que ces élections de juin 1845 ne se déroulaient pas dans la province de Liège. Union libérale, Le comité central à MM. les membres de l’Association, 31 mai 1845 (2e brochure), pp. 5-6 conservé à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922.

61 Ibidem, Collection Capitaine, no 2922, deux convocations du comité, l’une pour le 24 octobre 1842, chez Dereux, à 9 h. du matin et 3 h. 1/2 de l’après-midi pour les « mesures urgentes », et pour le 3 mars 1843 à 5 h. 1/2 chez Robert pour « motifs graves ». Les deux documents sont signés par Walthère Frère.

62 Articles 15 et 16 du règlement de 1848. Ce point existait certainement dans les statuts de 1842. Le Journal de Liége du 6 avril 1843 rappellera dans un article qu’il convient de surveiller de près la « Révision des listes électorales ».

63 Voir plus loin.

64 « En 1843, à l’approche des dernières élections générales, le comité fit des démarches auprès de M. Orban pour l’engager à accepter une candidature, soit à la Chambre, soit au Sénat : sur son refus, le comité se rendit auprès de M. de Rossius. » Celui-ci oppose également son refus, mais s’engage à accepter la première candidature vacante qui se présenterait pour le conseil provincial. A MM. les membres de l’Association libérale, Liège, 22 mai 1845, p. 5.

65 Jusqu’en 1845, il n’y a pas d’exemples où les candidats du comité ne soient pas adoptés par l’assemblée.

66 L’attention aura déjà été attirée par les notes sur la très importante collection de brochures, tracts électoraux et convocations libérales conservées à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922.

67 Article 27 des statuts de 1842. Peu avant les élections de juin 1843, dans son rapport à l’assemblée générale du 30 mars 1843, Frère « a fait connaître que les fonds de 1842 étaient à peu près épuisés, mais que le produit des souscriptions de 1843 suffirait largement à tous les frais nécessités par les circonstances ». Tribune, 31 mars 1843.

68 Article 2 des statuts de 1842 reproduit sur les reçus de cotisation.

69 Article 22 des statuts de 1848 : « Tout associé, qu’il ait ou non assisté à la réunion, s’engage sur l’honneur à ne voter et à n’user de son influence qu’en faveur du candidat ou des candidats proclamés par l’assemblée ». Cet article n’est pas reproduit sur les reçus renseignés en note précédente. Il figurait cependant dès 1842 dans le règlement ainsi que l’atteste le Journal de Liége du 28 octobre 1842.

70 Cette attitude était apparue particulièrement dans les difficultés suscitées par les progressistes et aussi les libéraux unionistes au sujet des organisations politiques. La Tribune du 15 avril 1842 décrit bien cette volonté d’indépendance qui existait avant la constitution de l’Union libérale : « D’accord sur le but, ils (les libéraux) ne l’étaient pas sur les moyens ; la moindre apparence de contrainte les révoltait ; ils craignaient toujours d’aliéner leur indépendance ; leur amour-propre se cabrait à la seule idée du sacrifice de leur opinion individuelle, à l’opinion d’une majorité éclairée ».

71 Le Journal de Liège, 28 octobre 1842 critique la conduite de Jacques Renoz qui, présent à l’assemblée où les candidats aux élections communales ont été choisis et où la lecture de l’article du règlement a été faite, se présente aux élections alors qu’il n’est pas candidat. Notons que Renoz, aux élections générales de 1843, est présenté sur la liste catholique.

72 Articles 6, 13, 17 du règlement de 1848.

73 Article 3 des statuts de 1842 (reçus de cotisations).

74 La collection de la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Collection Capitaine, no 2922, ne conserve aucune convocation autre que pour la première section ou les sections provinciales et communales de la ville de Liège ; par contre, un tract émanant du canton de Hollogne du 19 mai 1842 est signé par les trois candidats libéraux qui s’y présentent aux élections provinciales.

75 Journal de Liége, 12 avril 1842. Tribune, 15 avril 1842, (article de Weustenraad) : « Nous avons souvent appelé l’attention des libéraux sur la nécessité de s’unir, de s’organiser, de se discipliner, s’ils voulaient résister efficacement au parti clérical. Nos paroles n’ont pas été perdues ; une association qui constitue définitivement le parti libéral vient de se former à Liége (...) Jusqu’à présent, les libéraux n’étaient soumis à aucune espèce de hiérarchie ni de discipline ».

76 Journal de Liége, 12 avril 1842.

77 Journal de Liége, 22 avril 1842.

78 Tribune, 21 mars 1843.

79 Tribune, 31 mars 1843.

80 Journal de Liége, 31 mars 1843.

81 Aucune liste n’est publiée avant 1848. En 1845, au lendemain de la scission, le Libéral liégeois annonce que l’Union libérale se compose de 427 membres dont 364 électeurs et 63 non électeurs. Le Journal de Liége annonce que la nouvelle Association compte 350 électeurs (tout ceci est tiré du Journal de Liége, 18-19 octobre 1845) ; il faut cependant tenir compte du fait que des personnes qui, à la suite de la scission libérale de 1845 dont nous parlons plus loin, sont passées de l’Union à l’Association n’ont pas été rayées sur les listes de la première.

82 Association de l’Union libérale de Liège. Statuts et liste générale des membres, 1er septembre 1848, Liége, 1848.

83 Résultats des élections provinciales de 1842 dans Journal de Liége, 23 mai 1842. L’élection du catholique Demonceau, commissaire d’arrondissement, dans le canton de Louvegnez ne se fait qu’à deux voix près, 65 contre 63 alors que quatre bulletins du candidat libéral ont été annulés. Ibidem et Mémorial administratif de la province de Liége, 1842, Procès-verbaux des séances du conseil provincial de Liège, pp. 7-17.

84 Au premier tour des élections du canton de Dalhem sur 199 votants, les candidats catholiques Gillen et Stassart obtiennent 109 et 97 votes. Les candidats libéraux Flèchet et Lebeau 96 et 81 voix. Au ballotage, le libéral Flèchet l’emporte sur le catholique Stassart, 106 voix contre 80. Journal de Liége, 28 mai 1844.

85 Cette élection a été particulièrement étudiée par R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liége en 1843, dans La Vie Wallonne, septembre 1962, pp. 157-187.

86 Sur la recherche des candidats, voir notre note 64. Cf. également la circulaire lancée par l’Union libérale pour recommander les candidats, adoptés à l’assemblée générale, MUSÉE DE LA VIE WALLONNE, Bibliothèque, lettre M, 60, 165, 38 B.

87 Les tracts de propagande sont conservés à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Sur les thèmes débattus dans la presse voir R. DEMOULIN, op. cit.„ La Vie Wallonne, septembre 1962, pp. 157-187.

88 La Tribune, avait dès le 17 février 1843 lancé un appel pour que les libéraux n’acceptent aucune transaction de la part des catholiques ; « Les principes défendus par le libéralisme n’admettent point de transactions ni de capitulation de conscience. Les tendances des deux partis qui divisent la Belgique aujourd’hui sont trop distinctes, leurs opinions sont trop opposées, pour qu’il soit possible à un électeur, à un représentant de ne pas se ranger sous la bannière de l’un ou de l’autre. Il est libre à tout le monde de faire son choix, mais ce choix fait, il faut rester fidèle à son drapeau. C’est le premier devoir de tout homme politique, et la première condition de tout succès honorable ».

89 Journal de Liége, 11 et 12 juin 1843.

90 Journal de Liége, 31 mai 1843.

91 Ils entendent vraisemblablement « par les dignitaires de la loge de Liége », voir plus loin.

92 L’incident n’est mis en évidence par les doctrinaires qu’en 1845 dans la brochure A MM. les membres de l’Association libérale, Liège, Desoer, 22 mai 1845, pp. 8-9. Pour le vote voir Mémorial administratif, 1843. Procès-verbaux du conseil provincial, p. 43, Séance du 11 juillet 1843, Au premier tour Gillet obtint 28 suffrages, Beckers 12 et Collette 10. Au second tour, Beckers obtint 28 suffrages et Collette 21.

93 A MM. les membres de l’Association libérale, Liège, Desoer, 22 mai 1845, pp. 5-6.

94 Ibidem, pp. 6-7.

95 L’Impartial a été créé spécialement pour préparer les élections en faveur des catholiques. Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 46-47. Voir aussi Réponse de M. Muller aux attaques d’un journal de cette ville, 4 pp. in-4°, conservé à la BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922.

96 M.L. DEREUX, A. KOELER, H. SCRONX-DE LA SAULX aux électeurs du canton de Liége, 26 mai 1844. « Nous restons unis avec nos honorables collègues dans la solidarité des votes émis au conseil, et bien résolus de persister dans cette voie d’union », ibidem.

97 Union libérale. Le comité central à MM. les membres de l’Association, 31 mai 1845, pp. 9-10.

98 Contrairement à ce qui a été observé pour les chapitres précédents, nous réservons nos conclusions partielles à l’issue de ces trois chapitres (VI, VII et VIII) qui traitent de l’évolution libérale de 1840 à 1848.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search