Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre V. Les positions de repli des catholiques liégeois après 1840

Texte intégral

1Le renversement de l’équilibre politique ne pouvait être empêché, sur le plan électoral, par les catholiques, qu’en réalisant une solide organisation politique. L’échec de cette tentative va précipiter l’évolution d’attitude déjà perceptible depuis 1838 dans le chef de certains dirigeants catholiques. Elles entraînent l’évêque de Liège à abandonner la lutte politique sur le plan électoral pour se consacrer exclusivement à des questions essentielles pour la religion catholique, le problème de l’enseignement et celui des bonnes œuvres. Ces positions de repli permettront aux catholiques de continuer à jouer à Liège un rôle moins spectaculaire peut-être mais tout aussi important.

1. L’amorce d’une nouvelle attitude des catholiques (1838-1842)

a) L’attitude de Mgr Van Bommel et son évolution

  • 1 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Van Bommel à Mgr Sterckx, 3 avril I837.Sur l’attitude de Mgr Van B (...)

2Mgr Van Bommel, évêque de Liège, était un prélat très énergique, partisan de l’utilisation, dans son rôle de pasteur, de méthodes tranchantes. Il souhaitait, et au besoin sollicitait, dans la tradition de l’Eglise catholique, l’intervention rigoureuse des évêques, pour rappeler les fidèles à leurs devoirs, par l’intermédiaire de mandements et de circulaires1.

  • 2 Voir plus haut.
  • 3 Le Journal historique et littéraire, t. 8, p. 42 et p. 93 (1er mai 1841 et 1er juin 1841) donne un (...)

3Ainsi, il n’avait pas hésité, lors de la circulaire des évêques rappelant les condamnations qui frappaient la franc-maçonnerie, d’en renforcer l’effet, à Liège, par un sermon de carême2. Il témoigne de la même sévérité, en 1841, en excommuniant le collège de la ville de Visé qui avait voulu emprisonner un vicaire à la suite d’une contestation sur la propriété d’une statue de la Vierge3.

4Dans les deux cas, son intervention, loin d’abattre les libéraux ou les francs-maçons, les avait piqués au vif et en avait redoublé l’anticléricalisme.

  • 4 Voir plus haut. Mgr Van Bommel est à ce moment fermement décidé à ne laisser passer aucun précéden (...)

5De 1838 à 1841, l’évêque de Liège, qui se plaint de son isolement, livre une véritable combat singulier contre les forces libérales et francs-maçonnes. Chaque fois que les intérêts de l’Eglise lui paraissent menacés par une décision, par un précédent, l’évêque fait publiquement appel à la protection de l’Etat et des autorités constituées. Au moment des incidents de Tilff sur la question de la liberté des cultes, dans le différend qui l’oppose à la députation permanente de la province à propos de certificats d’exemption de milice refusés à des élèves en théologie, dans sa controverse avec le conseil communal de Liège sur la question des fabriques d’Eglise ou à propos des cours de religion au Collège communal, l’évêque fait connaître ses idées par l’intermédiaire de brochures4.

  • 5 Voir plus haut.
  • 6 A.R.A., Kabinets des Konings, no 4532, Lacroix (abbé Moens) à G., le 27 juin 1941 (copie) « Il me (...)

6Cependant, chaque publication de l’évêque donne lieu à deux ou trois répliques libérales, sans compter les remous qu’elle provoque dans la presse quotidienne, et l’on assiste ainsi, à Liège au cours des années de 1838 à 1841, au développement intensif d’une littérature anticléricale5. « Les attaques contre Mgr Van Bommel ne connaissent plus de bornes », remarque l’abbé Moens en juin 18416, et il est certain que toute cette publicité ne rehaussait pas particulièrement le prestige de l’évêque.

  • 7 A.A.M., Réunion des évêques, 1838. Document à l’état de minute portant cette seule mention « vote (...)

7Mgr Van Bommel personnifiait, aux yeux des libéraux, l’intervention cléricale dans les matières temporelles. Il suivait en effet de très près l’évolution des luttes électorales. Il fut peut-être, ce n’est qu’une hypothèse, à l’origine du projet d’institutionaliser en quelque sorte la hiérarchie religieuse comme charpente de l’organisation électorale de l’opinion catholique7.

8Cette idée avait été émise lors de la réunion annuelle des évêques en 1838. Selon le projet, les doyens des paroisses des districts électoraux se seraient réunis chez le doyen du chef-lieu pour se concerter sur le choix des candidats avec les laïcs les plus influents. Une fois le choix arrêté, le doyen du chef-lieu aurait fait connaître aux autres doyens les noms des « bons candidats » et ceux-ci les auraient communiqués à tous les curés.

  • 8 Voir plus haut, pp. 90-91.
  • 9 La circulaire est publiée dans l’Espoir, 8-9 février 1840. L’abbé Moens (A.R.A., Oorlog, no 276) é (...)

9Ce système aurait ainsi officialiser, sur des bases plus larges, ce qui se pratiquait dans le diocèse de Liège depuis quelques années8. Aucun document ultérieur ne donne de renseignement sur la mise en application de ce plan. Quelques indices cependant témoignent de l’existence effective d’instruction électorale fournie par la hiérarchie religieuse. A l’occasion de l’élection de janvier 1840, les journaux libéraux reproduisent ainsi la lettre du chanoine Beckers, secrétaire de l’évêché, adressée à tous les curés, pour recommander Hanquet et leur demander de « ne rien négliger pour faire triompher notre juste cause »9.

  • 10 A.R.A., Oorlog, no 278, Moens à G., Liège, 8 novembre 1842. A l’occasion des élections communales, (...)
  • 11 A.R.A., Oorlog, no 280, Moens à G., Liège, le 13 janvier 1843. « C’est la meilleure chose que le c (...)

10Ces instructions n’étaient pas du goût de tous les curés. En novembre 1842, une délégation aurait été jusqu’à faire remarquer à l’évêque « qu’il était plus profitable, même à la religion, de reculer, de quitter la lutte et de cesser l’agitation »10. Dès 1843, des indices confirment la retraite du clergé du terrain politique11.

  • 12 Déjà en avril 1841, l’évêque hésite à répondre publiquement aux critiques qui lui sont adressées p (...)

11Depuis plus d’un an déjà, au début de 1842, l’évêque paraît bien avoir pris la résolution de ne plus intervenir directement dans le domaine politique12. C’est une profonde reconversion qui s’est opérée dans l’attitude de l’évêque. Désormais il gardera le silence et les publications anticléricales perdant une de leur principale source d’inspiration deviendront plus rares.

12Mgr Van Bommel se consacrera désormais à des tâches moins politiques.

b) Les sources de cette évolution

13Si l’expérience personnelle de l’évêque a pu le conduire à considérer le silence comme le meilleur moyen de faire cesser la campagne anticléricale, depuis longtemps déjà ses principaux confidents l’engageaient à concevoir de façon nouvelle la place de l’Eglise catholique au sein d’un Etat moderne.

  • 13 Sur le comte Félix de Mérode (Maastricht 1791 - Louvain février 1857) voir T. JUSTE, Le comte Féli (...)

14Parmi les influences déterminantes qui s’exercèrent sur l’évêque, il semble que l’on doive mettre particulièrement en évidence celles du cardinal Sterckx et d’un laïc, homme politique remarquable, le comte Félix de Mérode13.

  • 14 A. SIMON, Catholicisme et politique, p. 35. Nous avons attiré l’attention sur l’attitude très prud (...)
  • 15 Le Journal historique et littéraire, t. 4, p. 148 (1er juillet 1837) donne le texte de la circulai (...)
  • 16 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Cappacini à Sterckx, Rome, le 2 janvier 1841. Annonce que le ministre (...)
  • 17 Idem, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, le 9 avril 1838 et 6 décembre 1839.

15Le cardinal Sterckx avait, dès son accession aux responsabilités d’administrateur de l’archevêché, manifesté une grande réserve dans toutes ses interventions. Il n’était pas partisan des actions d’éclat14. Malgré des mandements, à l’occasion des élections, où il rappelait aux catholiques l’obligation de remplir leurs devoirs15, il hésitait à faire prendre au clergé une action trop ostentatoire16. Il attira l’attention de l’évêque de Liège sur ces questions et l’engagea, à diverses reprises, à ne pas se laisser entraîner dans des luttes ouvertes avec les libéraux17.

  • 18 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Cappacini à Sterckx, Rome, le 2 janvier 1841.

16Les dirigeants catholiques laïcs n’appréciaient pas beaucoup les interventions épiscopales. La circulaire sur la franc-maçonnerie fut critiquée pour la sévérité de sa forme. Lorsque, un an plus tard, le comte Emile d’Oultremont, ministre de Belgique près du Saint-Siège, apprit que les évêques belges envisageaient un mandement pour défendre aux catholiques d’aller au spectacle, il s’adressa auprès du Secrétaire d’Etat Cappacini pour lui demander d’intervenir afin que « pour l’amour de Dieu l’on s’abstienne d’une défense générale ». Cappacini transmit simplement cet avis à Mgr Sterckx. Les milieux romains eux-mêmes désiraient éviter les coups d’éclat18.

17Toute une tendance se dégage ainsi pour éviter, en Belgique, l’affrontement direct entre le haut clergé et le libéralisme. A côté des conseils du cardinal, Mgr Van Bommel trouva dans le comte Félix de Mérode un conseiller précieux et très franc.

  • 19 Des liens d’amitié solides s’étaient noués entre les deux hommes, à un moment, non précisé, où le (...)

18Le comte connaissait personnellement l’évêque et entretenait avec lui une correspondance amicale19, où il abordait avec beaucoup de franc-parler les grands problèmes politiques. L’analyse qu’il fait, à travers sa correspondance, de l’attitude que doivent tenir les évêques devant ces problèmes, témoigne que toute l’évolution qui se dessine procède d’une prise de conscience très lucide de la situation.

  • 20 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, le comte Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, (...)
  • 21 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, le comte Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, (...)

19Félix de Mérode attire l’attention sur la nécessité de ne plus traiter la société avec les mêmes armes — mandements impératifs et autres moyens —, qui étaient celles utilisées par l’Eglise catholique dans l’ancien régime. « Ici nous avons maintenant un sire peuple qui demande à être conduit au bien par des formes douces plus que par la rigueur des procédés », fait-il remarquer20. Il constate que le Saint-Siège lui-même n’utilise plus ces armes et montre plus de souplesse21.

  • 22 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Trelon, (...)
  • 23 Ibidem.
  • 24 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelle (...)

20Dans cette société moderne, l’Eglise est protégée, mais « vouloir user à toute fin de ses droits et des exagérations de liberté religieuse inscrites dans la Constitution n’est pas prudent »22. Il conseille donc une plus grande discrétion et plus de tact. Il regrette « la persistance mise dans la plantation d’une croix sur le cimetière de Tilff », le « style bien raide et absolu » de la circulaire sur les maçons23, mais surtout il engage l’évêque à abandonner les luttes ouvertes qu’il mène à coup de brochures : « la mitre ne peut pas plaider sans cesse contre le bonnet des docteurs libéraux qui la traitent alors trop familièrement et finirait par lui ôter le prestige qui lui convient (...) Vous avez dix fois raison, eh bien on est plus sévère pour vous que pour elle (la Régence de Liège). Et l’on vous blâme en quelque sorte davantage même parmi les braves gens »24.

  • 25 Ibidem.

21En conclusion, « jamais, dit-il, la sentence de Lafontaine n’a été plus applicable qu’aujourd’hui dans tout ce qui concerne le clergé patience et longueur de temps font mieux que force ni que rage »25.

22A côté de ce qu’il ne convient pas de faire, de Mérode dit aussi, ou laisse transparaître ce qu’il faut faire.

  • 26 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Trelon, (...)

23Le clergé des Flandres et du Tournaisis a fait beaucoup de tort en poussant ses représentants « à l’établissement du système désorganisateur communal et provincial ». Pour réparer ce dommage il conviendrait de rendre au pouvoir exécutif le libre choix de ces agents (communaux et provinciaux)26. Les catholiques ultra doivent comprendre que « la liberté parlementaire des Chambres suffit contre les abus du pouvoir exécutif ». Ne peut-on pas voir dans cette remarque, survenant après les critiques des combats singuliers menés par l’évêque de Liège contre les libéraux, un conseil indirect du comte de faire confiance aux hommes politiques catholiques qui sont dans les Chambres pour reprendre le contrôle des provinces et des communes ? L’action menée à cette époque — elle est étudiée dans le paragraphe suivant — par le comte de Mérode, aux côtés des hommes politiques catholiques, nous incline à le penser.

  • 27 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Farde sur Exposé des vrais principes. Cf. lettres d’Adolphe Dechamps (...)

24Le second objectif, Félix de Mérode n’a pas besoin de le présenter à l’évêque, mais il l’appuie de toutes ses forces. Il se fait, avec Adolphe Dechamps, le défenseur des idées exprimées par l’évêque de Liège en matière d’enseignement, et tout particulièrement dans la question de l’enseignement primaire. Incontestablement, c’est aux yeux du confident de l’évêque la grande œuvre à laquelle doivent se consacrer les amis de la religion catholique27.

  • 28 A.Ev.Lg, Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles (...)

25Enfin, le comte montre aussi le troisième objectif qui est comme les deux autres un moyen pour l’Eglise catholique belge de reprendre en main une situation quelque peu compromise. « Les œuvres de chanté, dit-il, sont actuellement le levier par lequel on peut influencer le plus principalement l’esprit public ; c’est par elles que le libéralisme peut être dompté »28.

  • 29 P. GÉRIN, Les courants de pensée et d’action sociales chez les catholiques de Wallonie (1830-1914) (...)

26C’est la voie du catholicisme social qui, comme Paul Gérin l’a démontré, est un mouvement qui, tout en se penchant sur les misères morales et matérielles du peuple, est surtout « un mouvement de défense contre le désordre social — politique ou social stricto sensu — contre tout ce qui n’est pas catholique, contre tout ce qui est socialisme » et aussi, comme on le voit, contre le libéralisme29.

27Sans vouloir attribuer une importance démesurée à l’influence du comte de Mérode, il semble bien que les avis d’une telle personnalité, corroborant la propre expérience de Mgr Van Bommel, n’ont pas été sans effet sur le profond changement d’attitude de l’évêque. Le comte dégageait en fait, mieux et surtout plus lucidement que d’autres, un grand courant qui se manifestait déjà dans les milieux dirigeants catholiques.

28Avant d’apprécier l’impulsion donnée par l’évêque dans ces deux directions concordantes que sont l’enseignement et les bonnes œuvres, il convient tout d’abord de rester sur le plan strictement politique et d’étudier les réactions catholiques devant la montée des forces libérales.

2. L’échec sur le plan politique

a) Tentative pour la réalisation d’une association politique

  • 30 On trouve bien dans le Journal historique et littéraire, t. 5, p. 39, 1er mai 1838 : « Nous exhort (...)

29Jusqu’en 1839, l’organisation politique catholique se réduit, on l’a vu, à peu de choses : un petit groupe de personnalités politiques forme un comité électoral, dont la composition n’est pas rendue publique. Largement appuyé par la hiérarchie religieuse, il propose des candidats aux électeurs « amis de l’ordre et de la constitution ». Il est très rare que les journaux de cette opinion s’adressent aux électeurs en tant que « catholiques »30.

  • 31 Sur le développement du Journal historique et littéraire, voir notre Etude de la presse liégeoise,(...)
  • 32 Journal historique et littéraire, t. 7, pp. 144-155, 1er juillet 1840.
  • 33 Journal historique et littéraire, t. 8, pp. 81-86 (1er juin 1841), « C’est la forme, c’est l’extér (...)

30Les appels, qui sont lancés dans la presse catholique à partir de juin 1840, présentent un caractère nettement différent et les objectifs proposés sont tout à fait neufs. Ils invitent de façon pressante les catholiques laïcs à s’unir et à s’associer. Dans le Journal historique et littéraire, mensuel liégeois mais de rayonnement national et même international31. Pierre Kersten assortit ces appels d’une analyse de la situation politique qui rappelle les conseils du comte de Mérode. Il constate le développement de l’activité libérale, la part importante qu’y tient la presse, l’esprit de l’époque qui conduit à « une prédilection aveugle pour tout ce qui est matière (...) à l’indifférence des intérêts moraux »32. Il stigmatise la passivité des catholiques. Ceux-ci témoignent d’inexpérience vis-à-vis des nouvelles institutions politiques du pays. Ils comprennent mal la Constitution et les libertés qui y sont inscrites. Le mot royauté abuse encore un grand nombre d’entre eux ; la véritable souveraineté se trouve dans les Chambres33. C’est là qu’il importe que l’opinion catholique soit représentée. Pour ce faire, les catholiques doivent rivaliser d’activité avec les libéraux.

  • 34 Idem, t. 7, pp. 144-150 (1er juillet 1840), « C’est une illusion, à notre avis, et une illusion da (...)

31« Aux grands maux les grands remèdes, conclut-il, il faut que les catholiques s’unissent tout de bon, qu’ils s’associent, qu’ils se séparent nettement de la société corrompue qui les affaiblit et qui les perd »34.

  • 35 Adolphe Dechamps écrit dans le même sens dans sa Revue de Bruxelles, voir notamment juin 1840, pp. (...)
  • 36 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 26 janvier 1841. « Nous allons aussi commencer une (...)
  • 37 Idem, Liège, 30 mars 1841. « Lebeau et Rogier ne se sont perdus que pour avoir pris les loges pour (...)
  • 38 Ibidem, et idem, 21 novembre 1841, « Qu’on s’associe. Ici on est en train. Chez vous (Anvers) vous (...)
  • 39 Toute cette question des organisations catholiques de 1840 à 1843, et du rôle de la société de L’E (...)

32Ces considérations ne sont pas isolées. Ces appels, qui sont lancés sous le gouvernement libéral homogène Lebeau-Rogier, se poursuivent dans la revue, et dans d’autres organes catholiques longtemps après la chute de ce dernier (avril 1841) jusqu’à la fin de 1841 et encore en 184235. Il ne s’agit donc pas seulement d’un mouvement de défense, mais d’une tentative profonde et d’envergure nationale de réorganiser les forces catholiques sur de nouvelles bases. Cette campagne de presse soutient une action bien concrète qui se développe en sous-main. Dès janvier 1841, Mgr Van Bommel annonce à son beau-frère Peyrot qu’une association est en train de se former à Liège36, où il n’est plus question de s’entendre avec les anciens alliés libéraux37. Il pousse celui-ci à agir également à Anvers, après avoir pris contact avec Bruxelles38. Cette dernière indication est précieuse. La source du mouvement n’est, en effet, pas liégeoise. Il convient de mettre toute cette activité en rapport avec celle de cette société si discrète, et encore peu étudiée à présent, la société de L’Espoir de Bruxelles39.

L’Espoir, organisation politique catholique à Bruxelles

  • 40 Pour cette notice nous nous servons à la fois du document du comte van der Straten Ponthoz et des (...)

33Fondée en 1838, la société de L’Espoir40 visait initialement à procurer à ses membres « d’honnêtes et paisibles récréations » en cultivant les belles-lettres. Elle avait été créée par la riche bourgeoisie de Bruxelles, chaque membre payait un droit d’entrée annuel de 25 francs. En 1839, de nombreuses personnalités catholiques s’y font admettre — dont Félix de Mérode, les barons de Gerlache et de Sécus, le comte d’Oultremont, Stas — et donnent un caractère politique à la société tout en entourant ses activités de la plus grande discrétion. Ils cherchent à s’opposer à l’influence des loges maçonniques et à diriger les élections dans la province du Brabant. La chute du gouvernement Lebeau-Rogier, à la suite de l’action du Sénat, fut sans doute orchestrée par cette société assez « aristocratique ». A partir de mars 1841 précisément, l’association s’efforce de préparer un succès catholique pour les élections qui ont lieu cette année pour renouveler la moitié des Chambres (la province de Liège ne fait pas partie de cette série). Tout en gardant un caractère discret, la société de L’Espoir envoie des circulaires revêtues de son sceau pour préparer la tactique électorale. Elle s’efforça enfin de créer des sociétés électorales dans chaque arrondissement.

  • 41 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, « Note sur le développement des associations catholiques en B (...)

34Il est assez naturel que les personnalités liégeoises faisant partie de cette société aient tenté de redonner une nouvelle vigueur à ce comité restreint qui, au moment des élections, s adressait jusqu’alors aux Amis de l’Ordre et de la Constitution41.

Réalisation à Liège

  • 42 Le premier article de la Gazette de Liège, sur ce sujet, paraît le 7 avril 1841 après la chute du (...)
  • 43 Gazette de Liège, 22 avril 1841.

35Dès janvier 1841, une association, regroupant les catholiques, était projetée à Liège. Un effort tout particulier est réalisé au mois d’avril de cette année.. Dans la Gazette de Liège (nouvel organe de l’évêché), Joseph Demarteau commence à son tour une campagne en faveur d’une association des catholiques. Ses appels, mettant l’accent sur les objectifs politiques et moraux d’un tel regroupement, se prolongent également après la chute du gouvernement Lebeau-Rogier42. « Catholiques, lit-on le 22 avril, voulez-vous rétablir l’équilibre dans les conseils communaux, dans les conseils provinciaux ? voulez-vous maintenir votre part d’influence dans les Chambres ? Unissez-vous, associez-vous. Voulez-vous résister aux attaques incessantes de vos adversaires, assurez l’avenir de vos garanties religieuses, l’avenir de vos droits politiques et moraux ? Unissez-vous, associez-vous. Voulez-vous que les libertés de la Constitution subsistent, que vos adversaires exclusifs ne fassent pas de cette Constitution une arme contre vous ? Unissez-vous, associez-vous. Et puisque nous parlons de liberté, rappelez-vous que lorqu’elle est venue s’implanter au milieu de nos pères, l’étendard qu’elle suivait n’était pas un bonnet rouge, mais une croix »43.

  • 44 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 30 mars 1841.

36Plusieurs remarques s’imposent déjà. Le but poursuivi ici n’est pas seulement la reconstitution d’un comité, de simples contacts entre personnalités catholiques auraient suffi. Les appels de la presse sont très apparemment destinés à provoquer un mouvement important parmi les catholiques faisant partie du corps électoral. D’autre part, le moment choisi pour cet appel, en dehors de toute période électorale, indique aussi que le but de l’association n’est pas uniquement la question électorale, mais qu’il vise à une action plus large et avec une certaine permanence. Dans sa correspondance, Mgr Van Bommel donne cette définition : « il y aura association, union, action, mouvement pour le bien, pour la bonne presse, pour diminuer l’effet de la mauvaise »44.

  • 45 J. DEMARTEAU, Liégeois d’il y a cent ans, p. 168.

37Joseph Demarteau rédigea, à la demande de l’évêque, des statuts pour cette association. Pourvue de comités cantonnaux et d’un comité central, elle était « destinée à promouvoir l’activité catholique dans les divers domaines où elle apparaît nécessaire, et dont les sections se répartiraient les objets réclamant sa sollicitude : Travail électoral, presse, législation, intruction, finances »45.

  • 46 Ibidem.
  • 47 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 21 novembre 1841.
  • 48 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Gazette, Mgr Van Bommel à Demarteau, 4 mars 1842. Avant une modifica (...)

38Le descendant de Demarteau, qui a trouvé ce document, émet des doutes, dans son ouvrage Liégeois d’il y a cent ans, quant à la mise en application réelle de ce vaste projet46. Sans doute, la réalisation n’alla-t-elle pas sans difficulté. En novembre 1841, elle était toujours « en train » à Liège47. Cependant, si elle n’atteint pas le stade de développement prévu dans le projet initial, un document nous donne la preuve que cette association prit effectivement vie. Elle eut un droit de regard sur la Gazette de Liège48, qu’elle appuya peut-être financièrement, et elle fut à la base d’un certain regain d’activité des catholiques liégeois sur le plan électoral.

Activité électorale des catholiques liégeois

  • 49 Denis Beyne (1782 - Embourg 3 juillet 1861), négociant, fut président du tribunal de commerce de 1 (...)
  • 50 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922. Une lettre imprimée du 8 fév (...)
  • 51 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922. Compte rendu de la « Réunion (...)
  • 52 Ibidem, « Adresse du comité définitif du commerce à Messieurs les électeurs » (28 février 1842). U (...)

39Ce regain d’activité se manifeste pour la première fois à l’occasion des élections partielles communales du 1er mars 1842. Trois personnalités catholiques, Denis Beyne, Victor Terwangne et Richard Bellefroid49, sont opposés aux trois candidats libéraux. Est-ce dû à la difficulté du terrain électoral où les catholiques sont vaincus régulièrement depuis 1834, ou à une organisation qui n’est pas encore assez poussée ? Le comité catholique qui soutient ces candidats se masque encore sous le titre curieux de « comité définitif du commerce ». Il se présente comme l’émanation d’un groupe d’électeurs négociants qui, à l’abri de toute espèce de parti, estiment que le commerce n’est pas suffisament représenté au conseil communal50. Selon ce comité, une assemblée du commerce, réunie en séance publique le 21 février, aurait choisi les trois candidats à l’unanimité51. Le comité répand avec profusion une adresse qui se livre à une critique très sévère de la gestion financière de la ville par le conseil communal52.

  • 53 Gazette de Liége, 28 février 1842.
  • 54 Journal de Liège, 26 février, 1er mars 1842. Il écrit le 2 mars 1842 : « Les inventeurs du fameux (...)

40La personnalité des candidats, par ailleurs bien connus comme catholiques, l’appui inconditionnel qu’accorde la Gazette de Liège au comité du commerce et à l’appui de ses candidats, la publicité que le journal donne aux récriminations de ce comité, indiquent bien qu’il s’agit là d’une nouvelle tactique catholique utilisée pour effriter la suprématie libérale à Liège53. Elle fut d’ailleurs dénoncée comme telle par la presse libérale54.

  • 55 Deux candidats libéraux sont élus au premier tour. Le troisième, Robert Brabant (550 voix), entre (...)

41Quoiqu’accrochés — il fallut un second tour de ballotage pour faire passer leur troisième candidat — les libéraux confirmèrent leur majorité sur le plan communal liégeois55.

  • 56 Les cantons concernés sont ceux de Fléron, Hollogne, Seraing et Louvegnez. Dans chacun d’eux un no (...)
  • 57 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 17 mai 1842. « Le Ct d’O(ultremont) ne vien (...)

42En mai 1842, la moitié des cantons de la province — celui de Liège n’était pas dans le cas — avait à renouveler leurs conseillers provinciaux. Les catholiques firent, dans cette circonstance, un effort tout à fait particulier. La multiplication de présentations, avec des succès divers, de candidatures catholiques semble bien procéder de l’activité de leur nouvelle Association56. Le comité d’Oultremont, en tout cas, se dépensa sans compter à la propagande électorale, parcourant personnellement les campagnes à cheval57.

  • 58 Cette élection très importante a été étudiée, de façon détaillée par R. DEMOULIN, Une élection dis (...)

43L’apogée de l’effort électoral de l’Association catholique est atteint avec les très importantes élections législatives de 1843. Malgré leur isolement et leur mise en minorité en 1840, les catholiques liégeois étaient encore représentés, à la Chambre, par deux personnalités, Raikem et de Behr ; Fleussu, soutenu par eux en 1839, était définitivement passé du côté libéral. La lutte s’annonçait sévère. Les libéraux regroupés solidement dans une nouvelle association, créée en avril 1842, étaient bien décidés à emporter la totalité des sièges de l’arrondissement58.

  • 59 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, Circulaire du 2 mai 1843, si (...)
  • 60 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, circulaire du 2 mai 1843, si (...)
  • 61 Ibidem, la circulaire présente ainsi ces candidats : le comte de Potesta, Raikem et de Behr ont fa (...)

44Les catholiques entendent résister. Ils dévoilent leurs batteries, et l’association, restée jusqu’alors secrète, n’hésite pas à se révéler publiquement. Ils adoptent résolument le qualificatif de représentants de l’opinion conservatrice. Ils provoquent une réunion de l’association le 24 avril 1843, chez le comte de Méan59. Cent cinquante-trois personnes composent l’assemblée à laquelle un des membres du bureau révèle les préparatifs auxquels se sont livrés depuis quelques temps toute une série de personnes « dévouées à tout ce qui intéresse les libertés et l’indépendance, désireuses de voir partout dominer le règne des lois, le bon ordre et la tranquilité »60. Le bureau fait adopter, à la presque unanimité, les candidatures retenues pour les élections prochaines. Au Sénat, il reconduit le comte de Potesta de Waleffes, et pour remplacer le comte de Méan, qui ne se présente plus, il soutiendra Grandgagnage, directeur des contributions et des douanes. A la Chambre, outre les deux sortants, Raikem et de Behr, les candidats conservateurs seront de Longrée-Verdbois, ancien avocat qui avait soutenu la lutte aux élections provinciales contre Neef, et Jacques Renoz, propriétaire et industriel61.

  • 62 Idem, circulaire signée par trente-trois personnes, datée du 9 juin 1843.

45Une circulaire électorale fut répandue dans tout l’arrondissement. Elle faisait le parallèle entre l’esprit exclusif des libéraux qui entraînent le pays dans des divisions incessantes et le caractère d’ordre et de modération des candidats conservateurs. Elle attirait l’attention sur la nécessité « dans tout gouvernement où les voix décident du pouvoir et le confèrent » d’une union de tous les citoyens modérés62.

  • 63 Journal de Liége, 26 avril 1843.
  • 64 Voici les noms des signataires de la circulaire renseignée en note 62, page précédente : « Le comt (...)
  • 65 Victor Bellefroid a 34 ans, de Behr, 29 ans. Liste des électeurs de la ville de Liège, 1840-1841.

46C’est bien là l’esprit de l’association projetée en 1841. Signe non moins évident du renouveau de l’organisation catholique, les cadres du comité se sont sensiblement élargis. Certes, on y retrouve toujours les comtes d’Oultremont et de Méan, Demonceau, Richard Lamarche, Lombard, etc, personnalités sans qui, comme le dit un journal libéral ironisant sur les changements successifs d’appellation des catholiques, l’on ne reconnaîtrait pas « conservateurs, Amis du commerce, Libéraux modérés, Amis de l’ordre et de la Constitution »63, mais la nouveauté réside dans la signature de la circulaire catholique — jusqu’alors elles étaient anonymes — par trente-trois personnes, dont les deux-tiers sont repérés comme électeurs de la ville de Liège, les autres habitants vraisemblablement les campagnes. Parmis ces signataires, l’on dénombre sept nobles titrés, huit négociants — dont Ferd. Pirlot, le président du comité du commerce de 1841 —, quatre rentiers et deux propriétaires, quatre avoués et un avocat, deux fabricants et un architecte64, Seuls quelques jeunes, les Bellefroid, un de Behr, vraisemblablement parent du représentant, sont entrés dans les cadres catholiques65.

47La campagne électorale fut longue — elle dure plus d’un mois — et très rude. Comité catholique et comité libéral rivalisent dans la propagande qui est diffusée par les journaux. Les efforts des catholiques n’arrivent cependant pas à désagréger l’unité libérale constituée autour de son nouveau comité.

  • 66 Calcul fait d’après le résultat des élections publié dans les journaux liégeois du 14 juin 1842.

48Tous les candidats libéraux l’emportent au premier tour avec plus de 64 % des votes exprimés, contre seulement 30,96 % aux catholiques66. Cette victoire libérale marque définitivement la minorisation des catholiques liégeois sur le plan politique. Elle scelle l’échec de l’association catholique, qui dès lors disparaît de la scène politique sans jamais avoir atteint le stade de développement qui lui avait initialement été assigné.

  • 67 L’Observateur (de Bruxelles) des 14, 16, 23 mars et 11 mai 1841, révèle, avec maints détails, l’ex (...)
  • 68 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, notes du comte van der Straten Ponthoz.

49L’échec des associations politiques catholiques, tentées au cours de ces premières années de 1840, est général en Belgique. A Bruxelles, la société de l’Espoir, dont l’activité discrète avait été dévoilée dès 1841 par la presse libérale67, ne résista pas à cette mise en lumière et aux accusations de représenter un courant « aristocratique » qui lui étaient lancées. Elle disparut dès 1842, pour être remplacée par un groupe restreint de personnalités catholiques qui, dans le plus grand secret, se réuniront à Bruxelles, jusqu’en 1846, pour aviser de la tactique à adopter dans les Chambres68. Le grand dessein de constituer un vaste regroupement d’électeurs catholiques est donc abandonné.

b) Les causes de l’échec

  • 69 Ce tableau est tracé dans les journaux catholiques eux-mêmes. Gazette de Liége, 7 avril 1841. Jour (...)
  • 70 Journal historique et littéraire, t. 9, pp. 388-393 (1er décembre 1842).

50Toute une série de remarques dans la presse catholique et dans les correspondances privées concordent pour tracer un tableau cohérent et sévère de l’électorat catholique au cours des premières années de l’indépendance69. Vis-à-vis des problèmes politiques, le catholique belge est « lent à s’émouvoir ». Il témoigne d’une grande passivité devant les luttes électorales70. Kersten en définit les caractères, de façon très sèche, mais qui résume bien le diagnostic général qui en est posé :

51« 1° indifférence, apathie, inaction des bons citoyens par continuation ;

  • 71 Idem, t. 9, pp. 362-364 (1er novembre 1842).

522° refus formel, par dégoût, par découragement ou par crainte de donner un moment aux affaires publiques, d’accepter une fonction élective »71.

  • 72 Idem, t. 8, pp. 288-291 (1er octobre 1841).

53Cette passivité évolue « avec accroissement ». Les catholiques ne savent pas faire le sacrifice de la « vie domestique et casanière qu’ils aiment tant ». Ils fuyent toute publicité72, et cette attitude touche jusqu’à l’élite du corps électoral catholique comme en a donné, jusque dans les causes de sa disparition, la société de l’Espoir.

54La presse catholique se penche peu sur les causes profondes d’une telle attitude, dont nous découvrons aujourd’hui plusieurs raisons.

55Dans la plupart de leurs actions, et particulièrement leurs actions politiques, les catholiques ont été tenus jusqu’alors en véritable tutelle par l’épiscopat.

  • 73 Ceci a déjà été montré précédemment, dans le chapitre I, et peut se vérifier aisément dans tous le (...)
  • 74 En 1842, Mgr Van Bommel constatera, avec inquiétude, que sous l’action de l’anticléricalisme libér (...)

56L’exemple vient de haut, ainsi les parlementaires catholiques se rapportent chaque fois à l’épiscopat pour tout ce qui concerne les intérêts de l’Eglise, question ayant trait au culte sans doute, à la question de l’enseignement certainement, mais aussi sur d’autres questions générales, parfois comme le problème des élections, etc73. L’épiscopat, gardien des dogmes catholiques, se montre très rigide dans la défense des principes, La marge des manœuvres laissée aux hommes politiques est très mince, et il est difficile, et fort délicat souvent, pour eux de conserver leur dynamisme propre74.

  • 75 Sur la crise de conscience provoquée, parmi les catholiques belges, par l’encyclique Mirari Vos, v (...)
  • 76 Ibidem, pp. 234-252.
  • 77 Cf. plus haut.
  • 78 Voir Chapitre I.

57Un passé récent leur a appris qu’il était dangereux de s’aventurer trop vite dans des options politiques qui engagent, de près ou de loin, les intérêts de l’Eglise. La condamnation des théories politiques de Lamennais, qui prônaient l’alliance de l’Eglise et de la liberté, résonna comme un coup de tonnerre dans le monde catholique belge75. Ce rappel à l’ordre ne fut pas le seul. La condamnation du Journal des Flandres, en 1838 par l’évêque de Gand76, celle plus indirecte, en 1840, du Courrier de la Meuse, lorsque l’évêque de Liège lui suscite un concurrent dans le chef de la Gazette de Liége77, les critiques qu’adresse Mgr Van Bommel au Ministre de Theux en 183878, tous ces exemples traduisent bien l’étroitesse de manœuvre laissée aux catholiques sur le plan politique.

  • 79 Cette remarque capitale, qui vient soutenir notre raisonnement, figure dans le document de van der (...)

58Ces heurts sont ressentis profondément par les électeurs catholiques. L’épiscopat représente pour eux la seule autorité morale incontestable. Aucune personnalité laïque, à Liège ou ailleurs en Belgique, n’a l’envergure suffisante pour jouer, aux yeux des électeurs catholiques, le rôle de dirigeant à l’intérieur d’une association politique dont le clergé s’abstient volontairement79.

59A l’image de leurs élus parlementaires, et plus encore sans doute, le corps électoral catholique tourne les yeux vers l’évêché. Sa soumission est un atout lorsque la tendance catholique est forte, mais elle est une faiblesse lorsqu’il s’agit de susciter en son sein un dynamisme propre. Les responsables catholiques doivent dès lors constater l’inertie, la passivité des « bons électeurs ».

  • 80 Journal historique et littéraire, t. 7, p. 94 (1er juin 1840).

60Dans un arrondissement comme Liège, où le corps électoral provenant de la ville est particulièrement important, il est un handicap supplémentaire. En effet, comme le constate Kersten, « La population libérale est presque toute entière dans les villes. Elle se compose des incrédules, qui n’observent aucun devoir religieux, et des diverses nuances de ces prétendus catholiques pour qui la religion est une affaire sans importance. Toute cette population est agissante, là sont des gens d’affaires, les avocats, les juges, les écrivains, surtout les journalistes, les fonctionnaires grands et petits, la jeunesse demi-savante, les financiers, les industriels, les officiers, etc »80.

  • 81 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, de van der Straeten Ponthoz. En 1844 « L’Association, en défe (...)
  • 82 Ibidem (copie de la lettre de Mgr Van Bommel) : « Dès l’instant que l’association sera publique, c (...)

61Dans une cité comme Liège, où le libéralisme fait preuve de beaucoup de dynamisme, le danger est grand, si l’option leur est imposée — comme dans le cas d’une association catholique qui eut été publique —, de voir certains électeurs, catholiques de tradition mais d’éducation libérale suite à « l’émancipation sociale de 1789 », prendre plutôt l’option libérale81. Dans ce groupe, restreint à quelques centaines d’individus que constitue la bourgeoisie censitaire de la ville de Liège, les étiquettes politiques, lorsqu’elles ne sont pas celles de la majorité, sont lourdes à porter82. Force est aux responsables catholiques de constater ce fait, de là le retour à de nouvelles tactiques électorales.

c) Les combats d’arrière-garde : un nouvel « unionisme » (1844-1848)

  • 83 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196.

62Sans les exprimer ouvertement, les responsables catholiques avaient bien dû tirer les conclusions qui précèdent. Ils décident donc de ne plus essayer de relever le défi qui leur est lancé par les libéraux, au moyen d’associations politiques publiques. Ils s’efforcent au contraire, malgré certaines réticences religieuses qui furent à nouveau exprimées, de critiquer le principe libéral de l’homogénéité des partis, et d’en revenir au principe de l’Union catholico-libérale. Cette tendance se manifeste publiquement dans les Chambres, notamment lorsque les catholiques protestèrent contre l’éventualité d’un ministère des six Malou83.

63A Liège cependant, les ponts entre catholiques et libéraux étaient bien rompus. Il fallut recourir à un autre moyen.

  • 84 Loi du 30 juin 1842, apportant des modifications à la loi communale en ce qui concerne les bourgme (...)
  • 85 Journal de Liége, 1-2 janvier 1843, 10 janvier 1843.
  • 86 Journal de Liége, 1-2 janvier 1843, 10 janvier 1843.

64Celui-ci fut relativement facilité sur le plan communal par la réforme de la loi communale de 184284. Entre autres stipulations, cette loi, vivement critiquée par les libéraux, renforçait le contrôle du pouvoir central sur les communes. Elle accordait au roi la possibilité de choisir le bourgmestre en dehors des conseillers communaux. Grâce à cette nouvelle disposition, le gouvernement unioniste de Nothomb reprit le contrôle d’un certain nombre de communes. En janvier 1843, sur nonante-quatre bourgmestres nommés dans l’arrondissement de Liège, quatre, connus pour leurs affinités catholiques, furent choisis en dehors du conseil communal (à Visé, Seraing, Romsée et Rocourt). D’autre part, vingt-six communes se voyaient attribuer un nouveau bourgmestre. A Tilff, Alphonse Neef, et à Fléron, Deliège, conseillers provinciaux libéraux étaient écartés pour faire place à des personnes moins marquées politiquement85. Le choix des échevins de la ville de Liège fut loin de rallier tous les suffrages libéraux. Ils furent cependant choisis à l’intérieur du conseil86.

  • 87 Loi du 30 juin 1842 apportant des modifications à la loi communale en ce qui concerne le fractionn (...)
  • 88 A.G.R., Ministère de l’Intérieur, no 3001. Lettre de Demonceau au gouverneur, 15 septembre 1842, q (...)

65Une seconde modification à la loi communale, promulguée à la même date — 30 juin 1842 —, touchait particulièrement les grandes villes. Le corps électoral y fut fractionné, sur un plan géographique, en un certain nombre de sections. Les électeurs de ces sections élirent directement leurs représentants au conseil communal87. Dans l’esprit du ministre Nothomb, cette mesure était destinée à briser les représentations homogènes dans les grandes villes. Il tablait sur le fait que le territoire d’un grand nombre d’entre-elles s’étendait au-delà de leurs murs dans les campagnes88.

  • 89 A.G.R., Ministère de l’Intérieur, no 3001, réponse de Nothomb au gouverneur, 22 septembre 1842.
  • 90 Arrêté royal du 26 septembre 1842, qui fixe le nombre et les limites des sections électorales de l (...)

66La rapidité avec laquelle cette loi fut mise sur pied ne permit pas de réaliser à Liège, malgré les efforts du commissaire d’arrondissement Demonceau, un découpage qui eut répondu à ces vues89. La configuration de la ville répondait peu à ces critères généraux. Les délimitations adoptées pour les sections furent celles qui divisaient déjà la ville en quatre commissariats de police, sous les noms de quartiers du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest90.

  • 91 En 1841 déjà, la Gazette de Liège (1er juillet 1841) avait appuyé une pétition, signée par plus de (...)

67Les catholiques liégeois s’efforceront cependant d’utiliser ce biais pour faire élire quelques candidats. Se basant sur le fait que les quartiers du Nord et de l’Est (Outremeuse) pouvaient apparaître comme économiquement déshérités par rapport aux quartiers du Sud et de l’Ouest, qui se partageaient notamment le centre de la ville, ils firent porter tous leurs efforts dans ces premiers quartiers91.

  • 92 Au cours de la campagne de presse précédant les élections, la Gazette de Liège crée, une rubrique (...)

68Ils reprennent ainsi une tactique déjà éprouvée au début de l’année 1842 : la critique de la gestion financière de la ville de Liège par les libéraux. En octobre 1842 encore, sous l’action de l’Association catholique, ils avaient tenté, sans succès, de faire passer, sous le couvert des motifs économiques, quelques candidats dans les quartiers de l’Est et du Nord92.

  • 93 Les élections provinciales du canton de Liège ne sont pas fractionnées, mais les initiatives prise (...)

69Dans l’attente du renouvellement, par moitié, du conseil communal en 1845, les catholiques, en mai 1844 à l’occasion des élections provinciales dans le canton de Liège, testèrent leurs forces, particulièrement dans le quartier du Nord93.

  • 94 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 46-48.
  • 95 Charpentier tenait son pseudonyme du lieu où il était né en 1794. Il avait été maire de Damery prè (...)

70La nouveauté réside dans l’apparente indifférence de la Gazette de Liége. Toutes les initiatives sont laissées à des petits groupes de laïcs qui, toujours sous le couvert des critiques économiques, cherchent à susciter une opposition à la majorité libérale. Ils créèrent leurs propres journaux, le Notger, puis l’impartial ; enfin le Correspondant politique94. Ces journaux furent éphémères, mais l’impartial, durant ses six mois d’existence, réussit, sans dévoiler son drapeau, à gêner les libéraux et provoquer leur réplique. La plume prolixe de Charpentier, dit F.C. de Damery, rédacteur de l’impartial et personnage très curieux sur lequel l’on reviendra par la suite, renforce encore cette action au moyen de brochure95.

  • 96 Cf. Chapitre VII, — La scission libérale (1845-1847).
  • 97 Journal de Liége, 28 et 29 octobre, 4 novembre 1845.

71Aucun résultat concret ne couronne cependant ces efforts. Aussi assiste-t-on à un nouveau changement en 1845, pour les élections communales. La tactique utilisée de préférence par les catholiques, ceux qui tout au moins continuent de participer aux opérations électorales, est le vote pour les plus modérés des candidats présentés par les libéraux. Le choix est facilité par la discorde libérale qui divise alors progressistes et conservateurs présentant tous leurs candidats96. Les manœuvres des catholiques sont dénoncées, tant par les progressistes que par les doctrinaires qui estiment qu’elles favorisent plutôt leurs rivaux97.

  • 98 Gazette de Liége, 25 novembre 1846. A l’occasion des élections communales, Demarteau précise : « P (...)
  • 99 Gazette de Liége, 5-6 août 1848.
  • 100 Sur le rôle de censeur moral joué par la Gazette de Liège, voir Etude de la presse liégeoise, pp.  (...)

72En fait, ces manœuvres ne constituent plus que des combats d’arrière-garde, sans beaucoup d’espoir de succès98. Les catholiques reconnaîtront, publiquement, dans la Gazette de Liége, que le terrain politique appartient aux libéraux à Liège99. Ils demandent cependant que ceux-ci n’abusent pas de leur avantage. Par ses jugements et ses critiques, la Gazette de Liège encourage les candidats libéraux dans la modération. Par la censure morale qu’elle exerce, elle fait miroiter aux yeux des candidats libéraux, disposés à respecter les intérêts catholiques, la perspective du soutien de cette opinion100.

73En 1847, lors des importantes élections législatives, les catholiques abandonnent dès lors le terrain politique et ne présentent pas de candidat.

  • 101 « Presque partout les catholiques ont respecté les positions qui étaient acquises à leurs adversai (...)

74En 1848, effrayé par l’ampleur des événements révolutionnaires qui secouent l’Europe, l’électorat catholique ira jusqu’à soutenir les candidats libéraux doctrinaires, pour empêcher que ne passent les candidats radicaux ou républicains101.

75Eliminés de cette façon sur le plan politique liégeois, les catholiques ne conservaient pas moins des positions de repli très solides, peu apparentes peut-être, mais qui débordent largement le corps électoral relativement restreint et exercent notamment leurs effets sur une couche de la population sur laquelle l’épiscopat fait reposer tous ses espoirs... la jeunesse.

3. Les véritables positions de repli et de force

76Malgré le caractère spectaculaire qu’elles présentent les défaites électorales catholiques, sur le plan liégeois, ne mettent pas en péril leurs positions dans l’arrondissement. Si leurs adversaires libéraux atteignent en effet le but immédiat — donner à Liège une représentation libérale homogène —, le but essentiel, qui est finalement la mise en application d’un programme libéral, ne sera pas possible tant que la majorité de la représentation parlementaire ne sera pas disposée à suivre cette politique. Or, la question est trop connue pour qu il soit nécessaire de la développer, la Belgique conservera des ministres dits « unionistes » jusqu’en 1847.

77Tant que les lois touchant aux problèmes importants pour l’Eglise, comme la question de l’enseignement présentées ci-dessous, sont votées sous l’égide de ces gouvernements, les intérêts essentiels des catholiques sont préservés à Liège, comme dans le reste de la Belgique.

L’influence catholique en matière d’enseignement

  • 102 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Réunion des évêques : « Résolutions prises par Messeigneurs l’Archev (...)

78Dès le lendemain de la révolution, en novembre 1830, les évêques belges s’étaient entendus sur les mesures à prendre pour, à la faveur de la liberté d’enseignement, permettre le développement de leur influence dans ce domaine. La collaboration du clergé avec les établissements communaux était subordonnée à la moralité des maîtres et à la qualité de l’enseignement de la doctrine chrétienne. Par circulaire latine, un rapport d’appréciation fut demandé à tous les curés sur les écoles installées dans leurs paroisses, afin d’aviser s il était nécessaire d’en établir une seconde, dans le cas où l’éloignement des mauvais maîtres n’était pas possible102.

  • 103 Etat de l’instruction primaire. Rapport décennal présenté aux Chambres législatives le 28 janvier 1 (...)
  • 104 Journal historique et littéraire, t. 3, p. 522 (1er février 1837).
  • 105 Idem, t. 4, p. 570 (1er février 1838).
  • 106 Idem, t. 7, p. 255 (1er septembre 1840). Erection de deux nouveaux établissements des Frères des é (...)

79Ces principes constituèrent pendant dix ans la position de base de l’épiscopat. Au cours de cette décennie, l’enseignement primaire catholique se développa considérablement. Dans les communes rurales, de nombreuses administrations abandonnèrent le soutien de leurs écoles pour faire place aux écoles privées catholiques103. A Liège même, sous la protection de Mgr Van Bommel, les frères des doctrines chrétienne (pour les garçons) et les filles de la Croix (pour les filles) avaient ouvert, selon une statistique de 1836, quatorze écoles primaires rassemblant plus de 2.600 élèves104. Les sœurs de Notre Dame comptaient également 500 élèves réparties dans plusieurs clases105. Cet enseignement continue à prospérer et à s’accroître tant en nombre d’écoles qu’en population au cours des années suivantes106.

  • 107 Cf. A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique. Procès-verbaux 1831-1867, p. 49. Le projet était à (...)
  • 108 A.A.M., Réunions des évêques, 1839, compte rendu à la réunion du 31 juillet au 5 août 1839, point (...)
  • 109 Ibidem, 1839, Minute du projet d’adresse.

80Constatant la décadence de l’instruction publique, les libéraux réclament une loi qui ferait à l’Etat l’obligation d’avoir ses propres écoles. L’épiscopat suivait de très près le projet de loi remis en question d’année en année107. En 1839, pressentant l’imminence de la loi, il reconnaît qu’il se placerait dans une position fausse en travaillant à l’empêcher ou à la faire différer, et il décide donc d’adresser à la législature un texte renfermant les principes à respecter pour que le clergé accepte sa participation108. Le projet d’adresse se prononçait pour un enseignement organisé où le clergé aurait sa part d’influence109.

  • 110 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, minute du 6 décembre 1839, et A.Ev.Lg., (...)
  • 111 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde Exposé des vrais principes, cf. lettres d’Adolphe Dechamps à l (...)

81Mgr Van Bommel, personnellement, désire être plus explicite. Il travaille sans relâche, et l’insu de ses collègues, à la rédaction d’un ouvrage qui fixerait la ligne de conduite à adopter en matière d’enseignement, et qui agirait sur l’esprit des Chambres. Malgré les réserves initiales exprimées par le cardinal Sterckx à la réception de la première des trois parties du travail de l’évêque de Liège110 intitulé Exposé des vrais principes sur l’instruction primaire et secondaire considérée dans ses rapports avec la religion, Mgr Van Bommel gagne tout l’épiscopat à ses idées. Avec l’aide de Dechamps, à la Chambre, et de Félix de Mérode, au Sénat, il réalise l’unité des parlementaires catholiques sur ses principes largement diffusés, sous la forme d’une brochure très copieuse111.

  • 112 L’évêque publie ses idées sous le titre de Exposé des vrais principes sur l’instruction publique p (...)

82Le principe de base est que l’éducation sans religion est impossible car l’instruction doit être avant tout morale et religieuse. Dès lors, « il s’en suit que toute l’atmosphère de l’école doit être religieuse, que maîtres, livres d’enseignement, éducation, conduite des élèves et sanction de l’école, tout en un mot doit être conforme aux doctrines religieuses ». Comme personne ne peut contester que le contrôle de l’élément religieux appartient au sacerdoce, la conséquence logique est que l’école doit être contrôlée par le clergé catholique112.

  • 113 Exposé des vrais principes, 1re partie, pp. 70 et suivantes.

83En conséquence, la loi doit proclamer « le principe constitutionnel de l’union intime de l’Eglise et de l’école », confier la formation et la surveillance des maîtres au clergé et établir une inspection double, ecclésiastique et civile pour les écoles113.

  • 114 A.A.M., Fonds Sterckx, III, no 2, Mgr Van Bommel au cardinal, Landen, 8 mai 1840.

84La parenthèse du gouvernement libéral homogène Lebeau-Rogier de 1840-1841 fait craindre un échec114. Dès son installation cependant, le ministère unioniste de Nothomb, qui le remplace en avril 1841, marque son accord. Dans sa circulaire aux gouverneurs des provinces, Nothomb accepte ces prémices :

85« Pas d’enseignement sans éducation religieuse

  • 115 Publiée dans Journal historique et littéraire, t. 8. pp. 29-33 (1er mai 1841).

86Pas d’éducation religieuse sans le concours du clergé »115.

  • 116 Pasinomie, 1842, pp. 463-468.
  • 117 Ibidem, titre V de la loi, articles 33 à 36.
  • 118 Ibidem et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques Enseignement. Copie de la lettr (...)

87La partie est dès lors gagnée pour les catholiques. La loi organique de l’instruction primaire du 23 septembre 1842 sanctionne ces vues et accorde au clergé la surveillance de toutes les écoles publiques116. Elle organise les écoles normales de l’Etat117. Les sept écoles normales fondées par les évêques sont agréées par l’Etat qui se contente d’en créer deux dans le diocèse de Malines où il n’en existait pas118.

  • 119 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Délibérations du conseil communal, séance du 19 janvier 1844 : Déba (...)

88Ainsi, la formation des maîtres est également sous la surveillance du clergé. Provinces et communes ne sont plus autorisées à subsidier d’autres écoles normales que celles reconnues par l’Etat ; ainsi l’école normale créée par la ville de Liège, qui aurait pu concurrencer l’école agréée de Saint-Roch, se voit obligée de fermer ses portes119.

89Cet exemple, à lui seul, montre bien comment, sous la protection d’une législation votée sous un gouvernement unioniste, les catholiques peuvent combattre, à Liège même, les efforts des libéraux.

  • 120 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques, A. Enseignement. Notes de Mgr Van Bommel, (...)
  • 121 Fornari à Lambruschini, 1er septembre 1842, cité par A. SIMON, Correspondance du nonce Fornari, p. (...)

90Mgr Van Bommel pouvait à juste titre estimer que ses publications avaient conduit à ce résultat dont tout l’épiscopat se montre très satisfait120. Le nonce apostolique se hâte de faire savoir au Saint-Siège que « les évêques ont obtenu le droit exclusif de la surveillance et de l’éducation religieuse et le moyen d’influencer, avec autorité, toute l’instruction primaire »121.

  • 122 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Réunion des évêques, Résultats des conférences des 16, 17, 18 et 19 (...)
  • 123 Sur le débat au sujet du cours de religion au collège communal de Liège. Cf. C. VAN BOMMEL, Répons (...)
  • 124 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Enseignement, est conservée toute une série de lettres de 1836 à 184 (...)

91Pour faire la jonction avec l’enseignement de l’Université catholique, la même part d’influence aurait dû être obtenue par le clergé dans l’enseignement secondaire. Dès 1830, l’épiscopat réclame des garanties quant à l’atmosphère religieuse des collèges communaux avant de leur accorder des prêtres pour l’enseignement de la religion122. Après un essai de collaboration jugé non concluant, Mgr Van Bommel refuse de poursuivre l’expérience à Liège123. Les sollicitations, constamment renouvelées auprès de l’évêque par le directeur des études du collège communal de Liège pour obtenir le cours de religion, indiquent bien la position désagréable dans laquelle celui-ci se trouvait de ne pouvoir garantir aux familles, d’opinions libérale mais de religion catholique, un minimum d’instruction religieuse pour les enfants qu’elles seraient disposées à lui confier. Les exigences de l’évêque, partagées par tout l’épiscopat, sont rappelées constamment dans sa correspondance. Il se montre aussi inflexible dans sa position que le conseil communal l’est dans son refus de passer par ses conditions124.

  • 125 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Gazette. L’évêque de Gand à Mgr Van Bommel, Gand, 18 décembre 1840 : (...)

92Le développement très avantageux que connaissent les collèges catholiques ne rend pas pressant, pour l’épiscopat, la solution de ce problème par l’intermédiaire d’une loi125.

  • 126 Il suffit pour s’en rendre compte de consulter A. SIMON, Réunion des évêques de Belgique (1830-186 (...)

93Les évêques se contentent dès lors d’affirmer leurs principes, attendant l’abdication, ville par ville, des conseils communaux, surveillant de très près les applications des lois votées pour les écoles normales, travaillant à conserver à l’Université catholique ses garanties — la loi sur le jury d’examen —126.

  • 127 « La loi unit, concilie les autorités civiles et ecclésiastiques à l’effet de procurer à la jeunes (...)

94En attendant, et tandis que ces questions continuent d’agiter le monde politique, le pays se trouve doté d’un système d’enseignement pratiquement complet qui assure la formation de la jeunesse, à l’abri de l’esprit du temps, et vise à faire des hommes non seulement instruits, mais surtout moraux et religieux127. Alors que la génération qui est à l’époque aux affaires se montre défaillante, aux yeux de l’Eglise, l’espoir renaît de voir la nouvelle grandir plus consciente de ses responsabilités religieuses.

  • 128 Cité par A. SIMON, Le Cardinal Sterckx, t. 1, p. 386.

95Le roi Léopold Ier avait bien compris ces visées, lui qui écrivait en 1842 : « Si je réussis à mettre cet enseignement primaire dans les mains des évêques et de le retirer des conseils communaux, plus ou moins soumis aux intrigues libérales, l’avenir de la Belgique est assuré, et j’aurai rendu un grand service à la religion »128.

96Quoiqu’il ne s’agisse pas ici de l’œuvre d’associations politiques, il n’apparaisssait pas possible de négliger, dans cette étude, ce travail de longue haleine accompli par les catholiques, aussi à Liège au moment même où ils sont éliminés du terrain politique. Politiquement battus, les catholiques misent sur l’avenir et préparent une élite qui assurera une meilleure relève.

  • 129 Voir la note 127 : « si le maître ne respecte pas la religion, il détruit, par ses actes, ce qu’il (...)
  • 130 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde intitulée « St André » (en réalité concernant l’enseignement d (...)

97Dès à présent, les laïcs ne sont pas exclus de ces préoccupations. Déjà, tout le cadre enseignant doit, s’il ne veut pas se trouver en conflit avec l’inspection ecclésiastique, mettre ses actes en accord avec l’enseignement moral et religieux qui est exigé de lui129. Les personnalités catholiques aussi, dès cette époque, sont invitées à faire partie des comités de gestion et de soutien des écoles catholiques. Le baron de Villenfagne, Stas, de Sauvage, Richard-Lamarche, etc, exclus de la scène politique, sont appelés à remplir ces services130.

98Cependant, c’est surtout dans les bonnes œuvres que ces personnalités continueront à exercer leur rôle et que pourra être mesurée toute l’activité catholique et sa portée finale.

Les bonnes œuvres et le catholicisme social

  • 131 P. GERIN, Catholiques liégeois et question sociale (1833-1914), Bruxelles, 1959, p. 15.
  • 132 Nous avons également consulté la thèse de doctorat, P. GÉRIN, Les courants de pensée et d’action s (...)

99Paul Gérin a étudié comment les anciens catholiques libéraux, après la condamnation des idées de Lamennais, se sont tournés vers la question sociale « ce nouveau terrain d’action (...) qui doit leur permettre d’étendre au maximum la puissance de l’Eglise belge par et au-delà des libertés constitutionnelles »131. Ses travaux, dont nous adoptons les conclusions, nous permettent d’être relativement bref dans une question aussi vaste132. Il convient cependant de mettre en évidence les éléments du catholicisme social qui ont rapport avec les préoccupations de notre étude sur les associations politiques et la presse.

  • 133 P. DE DECKER, De l’influence du clergé en Belgique, Bruxelles, 1843, p. 12, cité par P. GÉRIN, Cat (...)

100Dès 1843, Pierre De Decker, homme politique catholique, notait, parmi les représentants de son opinion, un « sentiment de répugnance pour la domination politique » qui contrastait avec un « sentiment de la nécessité de conserver son influence religieuse et morale, c’est-à-dire sociale »133.

  • 134 ) Paul ROBERT, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 1-6, sub verbo « soc (...)

101La notion de « social » est ambigüe. Si, dans certains esprits, elle a sans doute déjà à l’époque sa signification de « relatif aux rapports entre les classes de la société », qui primera surtout après 1848, les témoignages contemporains montrent que ce terme revêt généralement en cette période une signification plus large : les rapports harmonieux des hommes dans la société134.

  • 135 ) La question du paupérisme n’apparaît réellement dans la correspondance de l’évêque Mgr Van Bommel (...)

102Par l’action sociale qu’elle s’efforcera de développer, l’Eglise catholique belge veut, en fait, reconquérir le rôle qui était le sien dans la société sous l’ancien régime, la société tout entière s’entend, et non seulement les classes ouvrières. Il ne s’agit pas tant d’améliorer la situation matérielle de quelques-uns que de veiller à donner à la société toute entière la religion comme base des rapports harmonieux qui doivent s’y établir. Rechercher dans le catholicisme social des années 1830-1848, uniquement les manifestations à l’égard des classes pauvres serait en restreindre sa signification réelle, anticiper sur une évolution, qui se marquera au rythme des crises de la société, perceptible à partir de 1847-1848135.

103Cette action sociale s’exerce dans trois grands domaines : elle commence dans l’enseignement, se poursuit dans la presse et dans les associations pieuses.

  • 136 ) Cf. n. 127.
  • 137 ) Dans cet esprit, Demarteau citera parmi les œuvres sociales des catholiques la création de l’Univ (...)
  • 138 Le Journal historique et littéraire attire l’attention sur les bienfaits des écoles dominicales : (...)
  • 139 Journal historique et littéraire, t. 4, pp. 42-43 (1er mai 1842).

104En matière d’enseignement, tout le système créé par les cathoques remplit une fonction sociale et tend à faire des personnes non seulement instruites, mais surtout imprégnées des préceptes chrétiens136. Les classes créées par les frères des Ecoles Chrétiennes, par les filles de la Croix, les sœurs de Notre Dame, par des personnes pieuses sous forme de classes du jour, classes du soir, écoles dominicales remplissent ce rôle tant pour les enfants de la bourgeoisie137 que de la population déshéritée138. Dans ce dernier cas, l’action moralisante apparaît bien dans une réflexion de Kersten au sujet de l’école dominicale établie dans la paroisse de Saint-Denis, où sept ou huit demoiselles donnent l’instruction gratuite les dimanches, lundis et jeudis dans la soirée à plus de cent filles : « on les réunit précisément, dit-il, aux jours et heures où la dissipation est la plus à craindre pour elles surtout dans une grande ville »139.

  • 140 A.A.M., Fonds Sterckx, III. Notes de Stas pour la fondation du Journal de Bruxexlles (1840) : un b (...)
  • 141 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 48-53.

105Dans le même ordre d’idées, la bonne presse se trouve également au centre des préoccupations du catholicisme social. Son rôle n’est-il pas, en effet, d’entretenir les bonnes dispositions des personnes instruites dans les écoles catholiques140. Toute l’activité de Mgr Van Bommel en matière de bonne presse, et il s’en inquiète à maintes reprises, s’inscrit dans ce contexte où il s’agit de protéger les catholiques — et ce sont ici les catholiques aisés, ceux qui ont les moyens financiers d’acheter les journaux — de l’influence de la « mauvaise presse »141.

106Les œuvres de charité sont enfin un troisième moyen pour l’Eglise de remplir son rôle social. Alors que la liberté d’association, mises à part ses résonnances économiques, est particulièrement utilisée par les libéraux pour établir leurs clubs politiques, celle-ci servira aux catholiques pour mettre sur pied leurs associations pieuses.

  • 142 P. GÉRIN, op. cit., pp. 21-29, et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde « Ordres religieux ». Une le (...)

107Ces dernières étendent leur influence à Liège au moment même où les catholiques voient leurs tentatives de créer une association politique se solder par un échec : la Société Saint-Paul, fondée en 1833, reprise en mains par les Rédemptoristes, les Congrégations de Saint-François-de-Régis et les Sociétés de Saint-Vincent-de-Paul142.

  • 143 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, Rapport sur les œuvres de Saint-Vincent-de-Pau (...)

108Sans doute, le but de ces œuvres de charité est de venir en aide à la classe déshéritée, mais, ici aussi, ce n’est pas tant l’assistance matérielle qui, dans leur esprit, est importante que l’assistance morale et religieuse. Seuls, dès lors, les pauvres méritants, ceux qui par leur attitude dans le malheur, par leur acceptation même de ces épreuves, témoignent de leurs sentiments chrétiens, sont jugés dignes de la compassion des œuvres de charité143.

  • 144 Ibidem, p. 13.

109D’autre part, celles-ci exercent, au premier chef, leurs effets moralisateurs dans les classes bourgeoises : « N’oublions pas, écrira en 1847, le rapporteur des Sociétés de Saint-Vincent-de-Paul, que notre but en pratiquant la charité tend à notre propre perfection »144.

  • 145 Journal historique et littéraire, t. 9, pp. 85-86 (1er juin 1842).

110Qui fait partie de ces associations ? Des personnes de toutes les classes, dit Kersten en attirant l’attention sur la société des jeunes gens qui fréquentent les conférences de Saint-Paul, et de poursuivre « elle compte aujourd’hui 250 membres, jeunes gens de toutes les classes, industriels, artistes, avocats, écrivains, militaires, etc. »145. Et les ouvriers parmi ceux-ci ?

  • 146 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques. Le Père Dechamps, rédemptoriste, à Mgr Van (...)
  • 147 Ibidem.

111La Société des Conférences de Saint-Paul comptait « pour une bonne moitié de jeunes gens ou d’hommes mariés de la classe ouvrière », mais cette présence indisposa par son « mélange des conditions » et éloigna un certain nombre de jeunes gens des classes aisées146. Pour résoudre ce problème délicat, sans froisser les ouvriers, il fut envisagé, en 1843, de séparer les classes en suscitant une nouvelle association dont feraient partie les membres de la bourgeoisie et où la présence des ouvriers serait découragée147.

  • 148 Notices sur les conférences de Saint-Vincent-de-Paul (1845-1850), pp. 5-6.
  • 149 Idem, p. 13.

112La Société de Saint-Vincent-de-Paul semble avoir répondu aux aspirations de la bourgeoisie. L’œuvre commença en février 1846 ; en mars 1847, elle se divisa en trois conférences, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Saint-Nicolas, comptant ensemble cent et onze membres, parmi lesquels un bon nombre d’étudiants, des nobles, avocats, médecins, négociants, industriels, rentiers, mais point d’ouvriers148. Beaucoup de personnalités catholiques, exclues du plan politique, se retrouvent dans ces associations, notons le baron L. de Potesta, Victor Bellefroid, Victor Terwangne, le baron de Villenfagne, Ernest de Lamine, de Bassompierre, Cartuyvels, Vincent-Lamarche, etc.149.

  • 150 Notices sur les conférences de Saint-Vincent-de-Paul (1845-1850), pp. 6-9.

113Conférences, visites des pauvres à domicile, patronage des jeunes écoliers, sont les principales activités de ces groupements. L’œuvre de la visite des pauvres à domicile touche cent vingt-et-une familles de sept cent soixante-quatre individus en 1847, cent nonante-et-une de onze cent et cinq individus en 1848 et deux cent vingt-et-une familles de treize cent trente-quatre individus en 1849150.

  • 151 C’était une règle absolue que les conférences de Saint-Vincent-de-Paul se tiennent à l’écart des a (...)
  • 152 P. GÉRIN, op. cit, p. 23, et BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, no 3735. Circulai (...)

114Parallèlement à ces groupes d’hommes151, les dames de la bonne société exclues de la vie politique, sont appelées à participer à l’action sociale de l’Eglise dans les bonnes œuvres. En 1842, est créée l’Association de la Miséricorde, destinée à soutenir les filles de la Croix dans leurs œuvres d’enseignement, de soins, aux malades, de tutelle des femmes condamnées. Parmi les membres du comité provisoire se retrouvent les épouses des personnalités catholiques bien connues ; la baronne Vandensteen de Jehay, femme du gouverneur, la comtesse d’Argenteau, la baronne Saroléa de Cheratte, madame F. de Moffart, née Désirée de Rosen, madame Kersten, madame Richard-Lamarche, madame Dewandre de Macar152.

  • 153 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Ordres religieux, le Père von Held à Mgr Van Bommel, Liège, 5 juille (...)
  • 154 Ibidem, le Père von Held à Mgr Van Bommel, Liège, 28 août 1847. Le Père Dechamps est le frère de l (...)

115Une Congrégation des Dames de la Charité est organisée en 1847153. Le but de cette asociation, selon le Père Dechamps, rédemptoriste, doit être « la résistance à l’envahissement de l’esprit païen dans notre société, et comme les mères de famille ont heureusement conservé une grande influence dans la haute société, ce sont elles qui doivent s’opposer de tout leur pouvoir au nouveau paganisme, les lectures, etc. »154.

116Ainsi l’action de l’Eglise catholique s’exerce-t-elle en profondeur. En dehors des voies politiques, où les catholiques liégeois essuient au même moment un sérieux échec, leurs actions s’efforcent d’exercer une influence profonde sur l’ensemble de la population, sur les jeunes (enseignement) et les moins jeunes (association pieuse), les hommes et les femmes, les riches et les pauvres. La classe économiquement privilégiée est particulièrement sollicitée parce qu’elle a les moyens financiers, parce qu’elle a une valeur d’exemple pour celle qui est déshéritée.

117Sommes-nous si éloigné qu’on pourrait le penser de notre étude sur les associations politiques ? Certes, les plans d’action sont très différents, mais si le catholicisme politique se distingue par les prises de position particulière, des élus d’une bourgeoisie censitaire vis-à-vis des problèmes relatifs aux intérêts de l’Eglise, le catholicisme social veille à donner à l’ensemble de la population, en réservant un rôle particulier à la bourgeoisie, une attitude plus chrétienne. Le catholicisme social a une portée plus générale, elle embrasse tout le pays réel, y compris évidemment le pays légal. A la limite, si par le jeu de l’émulation l’ensemble de la population avait adopté l’attitude prônée par l’Eglise, alors certes, les catholiques n’auraient plus eu besoin de délégués dans les instances politiques.

  • 155 Déjà cité, p. 246.

118Ainsi se comprend mieux la déclaration du comte de Mérode, rapportée plus haut : « Les œuvres de charité sont actuellement le levier par lequel on peut influencer le plus principalement l’esprit public ; c’est par elles que le libéralisme peut être dompté »155.

  • 156 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, Note sur le développement des associations catholiques, par l (...)

119Le catholicisme social n’était-il pas le moyen, meilleur que celui des associations politiques, pour ainsi que le désirait Mgr Van Bommel, « donner à la cause sacrée du catholicisme des soldats volontaires qui combattent en toute liberté, parce qu’ils ont la passion de leurs convictions »156 ?

  • 157 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal de Liège, séances de (...)

120Frère-Orban comprit-il la force de ce courant, dont la portée finale aurait pu déborder les positions politiques acquises par les libéraux, lorsqu’il proposa au conseil communal de Liège d’interdire toutes les collectes sur le territoire de la ville, y compris dans les églises157 ? Demarteau y répliqua vertement par une lettre ouverte, publiée dans la Gazette de Liège, en faisant une brillante synthèse de l’action sociale du catholicisme ;

  • 158 Gazette de Liége, 10-11 janvier 1846. « Lettre de la Gazette à Monsieur Frère, membre du conseil c (...)

121« Comment le spectacle de nos œuvres ne vous aurait-il pas ému ? En quinze ans de liberté, grâce au principe d’association, nous avons ouvert des salles d’asile pour l’enfance, des écoles nombreuses pour les pauvres de tout âge et de tout sexe, une université catholique pour les classes élevées ; nous avons créé des institutions pour les malades, pour visiter et soulager les malheureux, pour arracher les classes inférieures à la lèpre du concubinage, pour donner refuge au repentir, aux enfants abandonnés, etc, etc. Tout ce que le catholicisme pouvait tenter de bien, il l’a fait à l’aide de l’abondante aumône du riche, à l’aide de l’obole de la veuve, à l’aide du concours universel de ceux qu’une même croyance unit. Oui, Monsieur, ce spectacle était en droit de vous émouvoir, vous et vos amis ; je le sens. Mais quel sentiment devait-il vous inspirer ? Une noble émulation. Il fallait entrer en lice avec nous, et vous efforcer de faire que la charité fut vaincue par la philanthropie, si cela se peut. La même liberté vous protégeait ; comme à nous le champ vous était ouvert »158.

  • 159 P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, pp. 504-556. Chapitre IX : La question de la charité (1847-1857).

122Ce qui, à l’époque, ne fut qu’une péripétie sans suite, devait plus tard, alors que Frère-Orban était ministre, devenir une lutte ouverte au centre de laquelle se trouverait la conception de la charité159.

4. Conclusions

123Les résultats spectaculaires remportés par les libéraux, à Liège, sur le plan électoral ne doivent pas masquer le travail en profondeur qui est en train de s’accomplir sous l’impulsion des catholiques.

  • 160 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, Document de van der Straeten Ponthoz reproduisant une lettre (...)

124Les différences de mentalité des catholiques et des libéraux sont aussi contrastées que leurs opinions politiques. Devant le dynamisme politique de leurs adversaires, les catholiques restent apathiques, ils témoignent d’une indifférence sensible pour les questions électorales. Au contraire, leurs activités sociales sont intenses et très diversifiées. Devant l’échec de la tentative de former une association politique catholique, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Mgr Van Bommel décide de ne plus « recourir à ces moyens de soumission et d’enrégimentation qui enlève à l’homme l’usage de la bonne liberté qui le grandit et lui laisse le mérite de ses actions »160.

125Les catholiques s’opposeront dès lors à la théorie de l’homogénéité des partis et s’appuyeront sur les gouvernements unionistes pour exploiter, à leur profit, les libertés constitutionnelles.

126Ces libertés donnent à l’Eglise toutes les possibilités d’exercer le rôle qu’elle entend jouer dans la société. L’action du catholicisme social commence par l’enseignement ; grâce à la liberté d’enseignement et à la part d’influence accordée au clergé dans les écoles primaires publiques par la loi de 1842, les catholiques développent leurs activités dans ce domaine. Au cours de ses études, et par la suite, par l’intermédiaire des conférences auxquelles elle est conviée, la nouvelle génération est, aux yeux de l’épiscopat, protégée des « idées pervertissantes de l’époque ».

  • 161 A.Ev.Lg., Visites des Doyens, J. Brans, curé-doyen à Limbourg, à Mgr Van Bommel, 28 janvier 1843.

127Quoiqu’un peu hâtif peut-être, un témoignage d’un curé, en 1843, indique que le chemin ainsi emprunté conduit à de bons résultats : « L’esprit public, dit-il, semble avoir pris une tendance plus catholique depuis la loi sur l’instruction primaire et les mauvais journaux perdent leur influence sur ceux-là même qui n’en lisent pas d’autre. Du moins, c’est ce que je crois remarquer : personne ne veut plus avouer un libéralisme exclusif »161.

128La liberté d’association permet en outre à l’Eglise de créer des associations pieuses, où les laïcs sont appelés à mettre en pratique les bonnes dispositions que l’enseignement religieux leur a inculquées. Les évêques remplissent leur rôle pastoral et travaillent à l’épanouissement de l’Eglise en donnant à leurs diocésains des moyens nouveaux venant s’ajouter aux moyens traditionnels — prières, etc — pour réaliser leur salut individuel.

  • 162 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Seraing, 9 octobre 1844. L’évêque de Liège aborde (...)

129Ce travail porte ses fruits ; dès 1844, Mgr Van Bommel, en visite dans les cantons de l’arrondissement, écrit de Seraing : « Je suis frappé de l’amélioration de l’esprit religieux dans tous les cantons ; évidemment, l’instruction religieuse a remonté ; le clergé devient plus intelligent, plus actif, les missions et les neuvaines produisent leurs effets, le rosaire, le chapelet, presque inconnu en 1830, aujourd’hui aux mains des grands et des petits, dans la province de Liège, opèrent des fruits abondants de salut »162.

130Chez les libéraux et les catholiques, la liberté d’association est utilisée sur deux plans différents. Pour les premiers, cette liberté sert à politiser le corps électoral censitaire et à assurer le triomphe du libéralisme sur le plan politique ; pour les seconds, elle sert à veiller, sur le plan moral, à l’épanouissement du catholicisme dans l’ensemble de la population.

131Ces différences de plans n’excluent pas les heurts, mais, la victoire des libéraux sur le plan politique liégeois, ne signifie nullement pour les catholiques, la perte de leurs moyens d’exercer une influence profonde dans la société.

Notes

1 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Van Bommel à Mgr Sterckx, 3 avril I837.Sur l’attitude de Mgr Van Bommel, voir notre article : Attitudes des catholiques et de l’épiscopat devant les problèmes posés par l’organisation de leur presse à Bruxelles (1831-1843), dans Revue belge d’histoire contemporaine, II, 1970, fasc. 1, pp. 27-43.

2 Voir plus haut.

3 Le Journal historique et littéraire, t. 8, p. 42 et p. 93 (1er mai 1841 et 1er juin 1841) donne un résumé de ces incidents.

4 Voir plus haut. Mgr Van Bommel est à ce moment fermement décidé à ne laisser passer aucun précédent qui pourrait être exploité ultérieurement par les libéraux. A.Ev.Lg, Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, Liège, janvier 1839.

5 Voir plus haut.

6 A.R.A., Kabinets des Konings, no 4532, Lacroix (abbé Moens) à G., le 27 juin 1941 (copie) « Il me semble que tout conspire contre l’évêque de Liège et qu’on s’est donné le mot d’ordre pour l’attaquer ».

7 A.A.M., Réunion des évêques, 1838. Document à l’état de minute portant cette seule mention « vote de la réunion de 1838 ».

8 Voir plus haut, pp. 90-91.

9 La circulaire est publiée dans l’Espoir, 8-9 février 1840. L’abbé Moens (A.R.A., Oorlog, no 276) écrit le 4 février 1840 : « L’évêque s’est mis en quatre dans cette élection. Il a fait envoyer à tous les curés des circulaires imprimées, tendant à engager les électeurs à voter pour M. Hanquet. Je conserve une de ces circulaires, pour servir au besoin de pièce à conviction. Elle porte, écrit de la main du secrétaire de l’évêque, ces mots : veuillez engager tous vos électeurs à venir voter pour M. Hanquet ».

10 A.R.A., Oorlog, no 278, Moens à G., Liège, 8 novembre 1842. A l’occasion des élections communales, les curés, n’ayant pas trouvé de candidats, font faire cette démarche par Mgr de Mercy d’Argenteau, archevêque de Tyr et doyen du chapitre. Il est à remarquer qu’à ce moment, l’abbé Moens avait fait sa paix et sa soumission complète à l’évêque. Cf. Journal historique et littéraire, t. 8 (1er août 1841), pp. 194-195. Il est donc rentré dans le milieu ecclésiastique et se trouve très bien renseigné.

11 A.R.A., Oorlog, no 280, Moens à G., Liège, le 13 janvier 1843. « C’est la meilleure chose que le clergé ait faite depuis la désastreuse révolution de 1830, car il est incroyable combien de haine la lutte a attiré sur le clergé et la religion. »

12 Déjà en avril 1841, l’évêque hésite à répondre publiquement aux critiques qui lui sont adressées par le conseil communal. Il ne s’y résoud qu’à la suite de la grande publicité donnée à des critiques. VAN BOMMEL, Examen des faits et des doctrines consignés dans le rapport adopté par le conseil communal de Liège dans sa séance du 27 mars 1841, Liège, Kersten, avril 1841. Il cesse ensuite effectivement ses publications. Voir le changement d’attitude de Mgr Van Bommel au moment de la création de la Gazette de Liège dans notre Etude de la presse liégeoise, pp. 26 et suivantes.

13 Sur le comte Félix de Mérode (Maastricht 1791 - Louvain février 1857) voir T. JUSTE, Le comte Félix de Mérode, membre du gouvernement provisoire, ministre d’Etat, représentant etc. D’après des documents inédits, Bruxelles, 1872.

14 A. SIMON, Catholicisme et politique, p. 35. Nous avons attiré l’attention sur l’attitude très prudente du cardinal Sterckx dans Attitude des catholiques et de l’épiscopat..., Revue belge d’histoire contemporaine, II, 1970, 1, pp. 27-43.

15 Le Journal historique et littéraire, t. 4, p. 148 (1er juillet 1837) donne le texte de la circulaire de Mgr Sterckx du 22 mai 1837. La Gazette de Liège, 22 et 23 mai 1841 publie son mandement pour les élections générales de cette année.

16 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Cappacini à Sterckx, Rome, le 2 janvier 1841. Annonce que le ministre de Theux « pense que l’échec que le parti catholique va essuyer dépend beaucoup du peu d’activité que V.E. a mise pour influencer les élections. Je vous le raconte uniquement pour vous dire quelque chose ».

17 Idem, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, le 9 avril 1838 et 6 décembre 1839.

18 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Cappacini à Sterckx, Rome, le 2 janvier 1841.

19 Des liens d’amitié solides s’étaient noués entre les deux hommes, à un moment, non précisé, où le comte de Mérode avait séjourné à Liège. A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, le comte de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 21 mars 1844 : « je suis toujours heureux de recevoir quelques lignes de votre main et d’être rappelé au souvenir des bons moments que j’ai passé dans la petite mansarde à Liège où vous me donniez si gracieusement l’hospitalité et qui étaient meilleures encore pendant que je me trouvais au premier étage du même refuge ».

20 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, le comte Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 3 mai 1841.

21 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, le comte Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 3 mai 1841. « Ils (les laïcs) ne peuvent pas s’empêcher de voir combien le St Siège par exemple ménage aujourd’hui les princes en fait de censures pénales et d’excommunication tandis que dans le moyen âge, il les en frappait sans façon quand ils le méritaient. »

22 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Trelon, arr. d’Avesnes (Nord), 8 août 1838. Cette lettre est publiée in extenso dans A. SIMON, La Politique religieuse de Léopold Ier. Documents inédits, Bruxelles, 1953, pp. 177-182.

23 Ibidem.

24 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 3 mai 1841.

25 Ibidem.

26 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Trelon, arr. d’Avesnes (Nord), 8 août 1838. La révision de la loi communale de 1842, réalisée par Nothomb, répondra à ce désir. Le roi Léopold était très mécontent des dispositions votées pour la loi communale sous l’influence de ces catholiques démocrates des Flandres et du Tournaisis. Au moment des incidents de Tilff, il écrivait, le 3 avril 1838, au ministre de Theux (A.G.R., Papiers de Theux, c. 31) « Du reste Je ne suis pas du tout fâché que l’évêque de Liège goûte le fruit de la loi provinciale et communale comme elles ont été faites d’après le désir Dubus et compagnie ». Voir sur le sujet : H. HAAG, Les droits de la cité. Les catholiques démocrates et la défense de nos franchises communales (1833-1836), Bruxelles, 1946.

27 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Farde sur Exposé des vrais principes. Cf. lettres d’Adolphe Dechamps à l’évêque des 19 novembre et 29 décembre 1840, et ibidem. Correspondance politique, lettres du comte de Mérode des 2 janvier et 23 février 1841.

28 A.Ev.Lg, Papiers Van Bommel, Correspondance politique, Félix de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 3 mai 1841.

29 P. GÉRIN, Les courants de pensée et d’action sociales chez les catholiques de Wallonie (1830-1914), Thèse de doctorat, 1965, t. I, p. 11.

30 On trouve bien dans le Journal historique et littéraire, t. 5, p. 39, 1er mai 1838 : « Nous exhortons de nouveau les catholiques à veiller et à s’unir étroitement », mais c’est au moment des troubles de Tilff, à ce moment très particulier où les catholiques estiment que la liberté du culte est mise en péril.

31 Sur le développement du Journal historique et littéraire, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 171-183.

32 Journal historique et littéraire, t. 7, pp. 144-155, 1er juillet 1840.

33 Journal historique et littéraire, t. 8, pp. 81-86 (1er juin 1841), « C’est la forme, c’est l’extérieur qui trompe. En voyant un roi, on croit toujours voir un monarque, un maître, un seigneur. Le gros du peuple se défait avec peine de cette illusion (...) En définitive donc, la réunion des électeurs est la vraie source de la souveraineté ». Kersten reviendra souvent sur la question. Notons dans le Journal historique et littéraire, t. 9, pp. 29-31 (1er mai 1842) cet avertissement « Notre éducation politique est loin d’être faite, au moins celle de nous autres catholiques. Nous ne comprenons jusqu’à présent notre Constitution qu’à moitié. Cette Constitution peut se trouver plus ou moins dans notre esprit, elle n’est point encore dans nos mœurs. Nous avons voulu un Etat populaire, et nous vivons à peu près comme si nous étions gouvernés monarchiquement, comme si nous n’avions point à nous occuper des affaires publiques et que nous puissions nous renfermer tranquillement dans l’intérieur de nos familles ».

34 Idem, t. 7, pp. 144-150 (1er juillet 1840), « C’est une illusion, à notre avis, et une illusion dangereuse que de proclamer qu’il n’y a plus de partis dans notre pays, qu’il n’y a plus de libéraux et de catholiques, mais seulement des Belges et citoyens dans notre royaume. Nous n’avons rien à gagner à cette fiction, mais au contraire tout à perdre ».

35 Adolphe Dechamps écrit dans le même sens dans sa Revue de Bruxelles, voir notamment juin 1840, pp. 197-198. « Plus préoccupé d’exercer mystérieusement, et comme à l’insu des grands parleurs de la civilisation, son influence morale par des moyens purement religieux, il (le parti catholique) (sic) semble avoir négligé d’employer les moyens politiques, les armes constitutionnelles qui sont à sa disposition. » Nous verrons plus loin la même action dans la Gazette de Liége.

36 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 26 janvier 1841. « Nous allons aussi commencer une association à Liège, entre nous. »

37 Idem, Liège, 30 mars 1841. « Lebeau et Rogier ne se sont perdus que pour avoir pris les loges pour alliés, pour appui. Les premiers unionistes en 1829, ils sont devenus hideusement exclusifs. L’on ne comprend pas comment il puisse avoir des Catholiques intelligents qui ne voient pas cela, qui ne comprennent pas le danger de notre position, qui ne sentent pas la nécessité de faire deux choses absolument requises si nous voulons que la bonne cause ne succombe pas, nous réunir, nous associer et soutenir, encourager la bonne presse. L’alliance avec les libéraux ministériels est devenue aussi impossible aux bons que l’était l’alliance avec le parti protestant ministériel de 1826 à 1829. »

38 Ibidem, et idem, 21 novembre 1841, « Qu’on s’associe. Ici on est en train. Chez vous (Anvers) vous savez d’où cela doit partir — mais si cela ne part point, tâchez de faire en sorte que cela parte, en tout cas, essayez, après vous être mis en rapport avec Bruxelles. Dans le pays de Namur on est aussi à l’œuvre ».

39 Toute cette question des organisations catholiques de 1840 à 1843, et du rôle de la société de L’Espoir, est très peu connue. Nous avions retrouvé aux A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, un document précieux à ce sujet : « Note sur le développement des associations catholiques en Belgique, par le comte van der Straten Ponthoz », 4 janvier 1857. A notre connaissance, ce document, émanant du fils d’une personnalité catholique membre de ces associations, n’avait jamais été étudiée. Depuis, John BARTIER, dans son article intitulé Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les sociétés politiques, Revue de l’Université de Bruxelles, nouvelle série, 16e année, 1-2-3 octobre 1963 - avril 1964, pp. 137-233, a fait, par ce document, l’étude de la Société de l’Espoir mise en rapport avec les associations libérales (pp. 145-150). A l’exception d’une remarquable thèse de doctorat récente (E. WITTE, Politieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, 1830-1848, Bruxelles (Pro Civitate, 1976), pp. 257-260, ce sujet n’a plus été étudié.

40 Pour cette notice nous nous servons à la fois du document du comte van der Straten Ponthoz et des éléments apportés par J. BARTIER, op. cit.

41 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, « Note sur le développement des associations catholiques en Belgique, par le comte van der Straten Pontboz », 4 janvier 1857. « Elle (la société de l’Espoir) devait aussi se mettre en rapport avec l’association provinciale de Liège, qui datait de 1826 à 1830 et exerçait encore à cette époque une certaine influence sur l’esprit public de cette province. » Sans doute l’auteur du document veut-il parler de ce comité des Amis de l’Ordre héritier, effectivement, de l’Association Constitutionnelle, organe de l’Union catholico-libérale. La présence de membres et d’anciens membres de l’Association de Liège dans la société de l’Espoir, comte d’Oultremont, de Gerlache, Stas, explique facilement cette sollicitude particulière pour la situation liégeoise.

42 Le premier article de la Gazette de Liège, sur ce sujet, paraît le 7 avril 1841 après la chute du gouvernement Lebeau-Rogier. Le nouveau ministère est formé le 14 avril 1841. Les articles de la Gazette se poursuivent les 15, 17 et 18 avril, 22 avril, 24 juin 1841, et encore 24 décembre 1841, 10 mars 1842 (reprenant un article du Journal historique et littéraire).

43 Gazette de Liège, 22 avril 1841.

44 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 30 mars 1841.

45 J. DEMARTEAU, Liégeois d’il y a cent ans, p. 168.

46 Ibidem.

47 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 21 novembre 1841.

48 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Gazette, Mgr Van Bommel à Demarteau, 4 mars 1842. Avant une modification de format de la Gazette, l’évêque dit : « Sondez bien encore l’opinion des membres de l’Association ».

49 Denis Beyne (1782 - Embourg 3 juillet 1861), négociant, fut président du tribunal de commerce de 1830 à 1832 et de 1834 à 1836. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, p. 10. Victor Terwangne, banquier, est décédé le 25 avril 1882. « Il était considéré, depuis longtemps, comme un des chefs du parti catholique à Liège. » Journal de Liège, 26 avril 1882. Richard Bellefroid, négociant, est le frère de Victor Bellefroid qui deviendra directeur de la Banque Liégeoise et qui fut associé pendant quelques mois en 1841 à la rédaction de la Gazette de Liège. Leurs frères aînés, Louis et Auguste, sont respectivement Chanoine de la cathédrale depuis 1831 et prêtre professeur à Rolduc depuis 1837. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1859, pp. 27-32.

50 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922. Une lettre imprimée du 8 février 1842, non signée, émanant de commerçants, pour souhaiter une plus large représentation du commerce.

51 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922. Compte rendu de la « Réunion préparatoire du commerce, séance publique du 21 février 1842 », signé Président Ferd. PIRLOT et secrétaire RENARDY.

52 Ibidem, « Adresse du comité définitif du commerce à Messieurs les électeurs » (28 février 1842). Une circulaire du comité libéral, publiée dans le Journal de Liége du 1er mars 1842, réfute cette adresse « répandue avec profusion ».

53 Gazette de Liége, 28 février 1842.

54 Journal de Liège, 26 février, 1er mars 1842. Il écrit le 2 mars 1842 : « Les inventeurs du fameux comité défensif du commerce n’avaient pas ménagé leurs jambes et les courses électorales sont vraiment prodigieuses ! ».

55 Deux candidats libéraux sont élus au premier tour. Le troisième, Robert Brabant (550 voix), entre en ballotage avec D. Beyne (535 voix). Il l’emporte avec 551 voix contre 310 à son adversaire. Résultats dans les journaux liégeois du 2 mars 1842.

56 Les cantons concernés sont ceux de Fléron, Hollogne, Seraing et Louvegnez. Dans chacun d’eux un nombre égal de candidats catholiques s’opposent aux libéraux. Cf. Gazette de Liège, 26, 29, 30 avril, 1er, 2 et 6 mai 1842.

57 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 17 mai 1842. « Le Ct d’O(ultremont) ne vient pas, die loopt het land te paard af pour les élections. » De son côté le Journal de Liège du 17 mai 1842 remarque : « M. le comte d’Oultremont, auquel nous payons annuellement 40.000 frs pour être notre ambassadeur à Rome, est accouru tout exprès en Belgique pour venir tripoter (qu’on nous passe le mot) les élections dans nos campagnes ».

58 Cette élection très importante a été étudiée, de façon détaillée par R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liège en 1843, La Vie Wallonne, tome 36, septembre 1962, pp. 157-187. Nous n’aborderons ici cette élection que pour l’étude de l’Association catholique. Nous reviendrons sur le comité de l’Association libérale dans le chapitre suivant.

59 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, Circulaire du 2 mai 1843, signée par le comte de Méan, donnant le procès-verbal de la réunion du 26 avril.

60 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2922, circulaire du 2 mai 1843, signée par le comte de Méan, donnant le procès-verbal de la réunion du 26 avril.

61 Ibidem, la circulaire présente ainsi ces candidats : le comte de Potesta, Raikem et de Behr ont fait leurs preuves, « de Longrée ancien avocat des plus distingués du barreau de Liège, aujourd’hui retiré à la campagne, peut apprécier tous les besoins de l’agriculture ». Enfin, « il s’est spécialisé dans l’étude des mines ». Grandgagnage « propriétaire, et directeur des contributions, accises et douanes de la province (...) a de tout temps donné des preuves de son esprit gouvernemental, de sa modération ». Jacques Renoz « propriétaire et industriel qui pendant ses fréquents voyages, son long séjour en Angleterre, en Allemagne et en France, a pu apprécier les ressources et la nécessité du commerce. Il a dirigé pendant plusieurs années une papeterie connue honorablement dans le pays. Il peut donc utilement représenter l’industrie ».

62 Idem, circulaire signée par trente-trois personnes, datée du 9 juin 1843.

63 Journal de Liége, 26 avril 1843.

64 Voici les noms des signataires de la circulaire renseignée en note 62, page précédente : « Le comte de Méan ; comte d’Oultremont ; Vincent-Lamarche, fabricant ; de Stembert, rentier ; P.J. Francotte, négociant ; chev. de Mélotte d’En-voz ; Frankinet, avocat ; Urbain Corbesier, propriétaire ; Richard-Lamarche, négociant ; F. Collin, avoué ; de Leeuw, rentier ; baron de Moffaerts d’Houchenée ; Lagasse, ancien négociant ; de Bassompierre, usinier ; H. baron de Saroléa de Cheratte ; Ch. Verdbois, avoué ; Bovy Pérée, négociant ; Fabry, avoué ; baron L. de Villenfagne ; Ant. Dejaer, négociant ; baron d’Hooghvorst ; Victor Bellefroid, membre de la Chambre de commerce ; le chev. L’hoest Detrixhe ; de Behr-Gaye, rentier ; Duvivier-Sterpin, négociant ; Fabry-Longrée, propriétaire ; François de Sauvage-Vercour ; Jérôme Keppenne (avoué) ; Paques Lesoinne, rentier ; Duchateau, rentier ; Vivroux, architecte ; de la Brassine, négociant ; Ferd. Pirlot ».
La moyenne d’âge, calculée sur vingt-deux personnes pour lesquelles nous avons ce renseignement, est de cinquante-quatre ans et demi.

65 Victor Bellefroid a 34 ans, de Behr, 29 ans. Liste des électeurs de la ville de Liège, 1840-1841.

66 Calcul fait d’après le résultat des élections publié dans les journaux liégeois du 14 juin 1842.

67 L’Observateur (de Bruxelles) des 14, 16, 23 mars et 11 mai 1841, révèle, avec maints détails, l’existence et l’activité de cette société. Renseigné par J. BARTIER, op. cit., pp. 147-150, notes 54 à 69.

68 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, notes du comte van der Straten Ponthoz.

69 Ce tableau est tracé dans les journaux catholiques eux-mêmes. Gazette de Liége, 7 avril 1841. Journal historique et littéraire, surtout, voir les références qui suivent.
Dans son abondante correspondance, Mgr Van Bommel s’énerve souvent de la passivité des catholiques (par exemple : A.Ev.Lg., Lettres à Peyrot).

70 Journal historique et littéraire, t. 9, pp. 388-393 (1er décembre 1842).

71 Idem, t. 9, pp. 362-364 (1er novembre 1842).

72 Idem, t. 8, pp. 288-291 (1er octobre 1841).

73 Ceci a déjà été montré précédemment, dans le chapitre I, et peut se vérifier aisément dans tous les contacts dont témoignent les correspondances conservées aux archives de l’archevêché de Malines et de l’évêché de Liège. Voir notamment les documents publiés par A. SIMON, Réunion des évêques de Belgique, Procès-verbaux, 1830-1867, t. I, Louvain, Paris.
La consultation de l’épiscopat par des hommes politiques catholiques, en matière politique, apparaît déjà dans la question des élections, mais aussi sur la réforme électorale, par exemple : Raikem consulte Mgr Van Bommel sur son projet de permettre le vote, pour les élections législatives, dans le chef-lieu de canton. A.A.M., Fonds Sterckx, III, copie adressée par Mgr Van Bommel à Mgr Sterckx, le 17 avril 1837, et le projet en ce sens de Mgr Van Bommel.

74 En 1842, Mgr Van Bommel constatera, avec inquiétude, que sous l’action de l’anticléricalisme libéral, « une certaine défiance du clergé, sous le prétexte d’ambition et d’envahissement, a même pénétré parmi les hommes du pouvoir sortis de la majorité, au point qu’on ne consulte plus au préalable, même sur des questions qui ont un rapport direct avec les intérêts les plus chers de la religion ». A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques. Enseignement, Réflexions à l’occasion du projet de loi sur l’enseignement. Notes au crayon de Mgr Van Bommel, s.d. (1842).

75 Sur la crise de conscience provoquée, parmi les catholiques belges, par l’encyclique Mirari Vos, voir particulièrement H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique, (1789-1839), Louvain, 1950, pp. 173-196.

76 Ibidem, pp. 234-252.

77 Cf. plus haut.

78 Voir Chapitre I.

79 Cette remarque capitale, qui vient soutenir notre raisonnement, figure dans le document de van der Straeten Ponthoz (A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196), qui reproduit une lettre de Mgr Van Bommel, de 1846, non conservée par ailleurs. Le style de la lettre nous l’a fait tenir pour authentique : « N’oubliez pas non plus que la première condition d’existence et de progrès de toute association repose sur deux choses : l’argent dont elle peut disposer et l’autorité qu’elle peut exercer, les deux choses qui éloignent le plus les Belges, payer et obéir à qui n’a pas caractère reconnu pour commander. L’expérience que j’ai acquise du caractère belge me permet d’affirmer qu’il serait tout aussi impossible d’obtenir la soumission hiérarchique des électeurs de ma province que de l’établir parmi les membres de la Chambre des Représentants ».

80 Journal historique et littéraire, t. 7, p. 94 (1er juin 1840).

81 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, de van der Straeten Ponthoz. En 1844 « L’Association, en défendant ce principe (le retour à l’ ʽunionisme’ opposé à l’homogénéité des partis), prévoyait, avec un instinct qui ne l’a pas trompé, que beaucoup de Belges, catholiques par tradition de famille, mais en même temps libéraux par leur éducation politique et par leur émancipation sociale de 1789, s’ils devaient opter, choisiraient peut-être l’homogénéité libérale ; là était le danger ».

82 Ibidem (copie de la lettre de Mgr Van Bommel) : « Dès l’instant que l’association sera publique, chacun de ses membres servira de point de mire à la cible de la presse franc-maçonne. Les hommes indépendants et courageux dédaigneront ces attaques, mais ils sont en minorité et aussitôt une foule d’excellents catholiques qui vivent de leur commerce, de leur industrie ou de leur profession, fuiront les élections, pour éviter les petites vengeances et conserver la paix autour d’eux ».

83 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196.

84 Loi du 30 juin 1842, apportant des modifications à la loi communale en ce qui concerne les bourgmestres. Pasinomie, 1842, pp. 282-292.

85 Journal de Liége, 1-2 janvier 1843, 10 janvier 1843.

86 Journal de Liége, 1-2 janvier 1843, 10 janvier 1843.

87 Loi du 30 juin 1842 apportant des modifications à la loi communale en ce qui concerne le fractionnement des collèges électoraux et la durée du mandat des membres du conseil et de celui des bourgmestres et des échevins. Pasinomie, 1842, pp. 292-294.

88 A.G.R., Ministère de l’Intérieur, no 3001. Lettre de Demonceau au gouverneur, 15 septembre 1842, qui propose une section supplémentaire au centre de la ville. Lettre du gouverneur Vandensteen à Nothomb, 16 septembre 1842. qui transmet avec avis favorable.

89 A.G.R., Ministère de l’Intérieur, no 3001, réponse de Nothomb au gouverneur, 22 septembre 1842.

90 Arrêté royal du 26 septembre 1842, qui fixe le nombre et les limites des sections électorales de la ville de Liège. Pasinomie, 1842, pp. 484-485.

91 En 1841 déjà, la Gazette de Liège (1er juillet 1841) avait appuyé une pétition, signée par plus de deux cents électeurs et principaux contribuables du quartier de l’Est, pour réclamer l’affectation de crédit pour l’ouverture de rues dans ce quartier, mais l’action sera particulièrement importante dans le quartier du Nord.

92 Au cours de la campagne de presse précédant les élections, la Gazette de Liège crée, une rubrique intitulée « Augmentation des dépenses communales », 18, 19, 20, 21, 22-23, 24 octobre 1842.

93 Les élections provinciales du canton de Liège ne sont pas fractionnées, mais les initiatives prises par les catholiques basent leurs critiques sur la situation économique du quartier Nord de la ville de Liège. Leurs publications sont éditées dans le quartier. Parmi les dix candidats catholiques qui sont présentés, nous relevons comme électeurs du quartier du Nord : Victor Bellefroid, négociant, 34 ans ; Carlier, entrepreneur, 44 ans ; Cloes, juge ; Malherbe, tanneur, et Renier-Poncelet, fabricant, 40 ans. Cf. l’impartial, 28 mai 1844 et Liste imprimée des électeurs liégeois pour 1840. Ce sont ces personnes qui, sans doute, finançaient les journaux et dirigeaient la campagne électorale dans les rangs catholiques.

94 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 46-48.

95 Charpentier tenait son pseudonyme du lieu où il était né en 1794. Il avait été maire de Damery près d’Epernay dans la Marne. Il avait rédigé des articles pour le Conservateur, le Drapeau blanc et le Mémorial ou Gazette de France. Il est mort à Paris, le 21 août 1861. On trouvera, avec sa biographie, une liste de ses publications dans U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, pp. 11-24.

96 Cf. Chapitre VII, — La scission libérale (1845-1847).

97 Journal de Liége, 28 et 29 octobre, 4 novembre 1845.

98 Gazette de Liége, 25 novembre 1846. A l’occasion des élections communales, Demarteau précise : « Pour notre compte, nous ne nous sommes pas occupé de l’élection ; nous avons abandonné les électeurs à leurs propres inspirations. Sans doute les électeurs catholiques qui ont pris part au scrutin ont voté en faveur de M. Bury, cela est incontestable. Mais oser dire que les partisans de M. Bury soient arrivés en masse au scrutin, comme un bataillon carré, c’est se moquer du monde. Il n’y a eu que trop de tiédeur ».

99 Gazette de Liége, 5-6 août 1848.

100 Sur le rôle de censeur moral joué par la Gazette de Liège, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 48-58.

101 « Presque partout les catholiques ont respecté les positions qui étaient acquises à leurs adversaires. Ils ont fait plus ; dans un but de nationalité, ils ont secondé de leur vote et de leur action les libéraux constitutionnels afin d’écarter les radicaux, c’est ce qui a eu lieu notamment à Bruxelles, à Liège et à Verviers. » Gazette de Liège, 1er et 2 juillet 1848.

102 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Réunion des évêques : « Résolutions prises par Messeigneurs l’Archevêque de Malines, les Evêques de Tournay, de Gand et de Liège dans leurs conférences des 16, 17, 18 et 19 novembre 1830 ».

103 Etat de l’instruction primaire. Rapport décennal présenté aux Chambres législatives le 28 janvier 1842 par le Ministre de l’Intérieur (NOTHOMB), Bruxelles, 1842, pp. 24-25 et 385-387.

104 Journal historique et littéraire, t. 3, p. 522 (1er février 1837).

105 Idem, t. 4, p. 570 (1er février 1838).

106 Idem, t. 7, p. 255 (1er septembre 1840). Erection de deux nouveaux établissements des Frères des écoles Chrétiennes (Saint Barthélemi et Saint Nicolas) et idem, t. 9, p. 249 (1er septembre 1842) Statistique de l’enseignement catholique à Liège. Voir A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde intitulée « St André », mais qui concerne les activités d’enseignement des frères de la doctrine chrétienne à Liège de 1831 à 1850. En 1840, ils comptent 14 classes de 1.100 élèves ; en 1846, 20 classes de 1.447 élèves et en 1848, 20 classes de 1.500 élèves.

107 Cf. A. SIMON, Réunions des évêques de Belgique. Procès-verbaux 1831-1867, p. 49. Le projet était à l’étude dès 1833. Un important dossier est conservé à ce sujet aux A.G.R., Papiers Poullet, nos 81 et 82. Ces dossiers sont constitués en réalité par les papiers de Ernst, membre de la Chambre, puis ministre de la justice, sur la question de l’enseignement.

108 A.A.M., Réunions des évêques, 1839, compte rendu à la réunion du 31 juillet au 5 août 1839, point 5.

109 Ibidem, 1839, Minute du projet d’adresse.

110 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, minute du 6 décembre 1839, et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde Exposé des vrais principes, 10 janvier 1842, 12 janvier 1842.

111 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde Exposé des vrais principes, cf. lettres d’Adolphe Dechamps à l’évêque, des 19 novembre et 29 décembre 1840, et ibidem. Correspondance politique, lettres du comte de Mérode, des 2 janvier et 23 février 1841. Sur Adolphe Dechamps, voir E. DE MOREAU, Adolphe Dechamps (1807-1875), Bruxelles, 1911.

112 L’évêque publie ses idées sous le titre de Exposé des vrais principes sur l’instruction publique primaire et secondaire considérée dans ses rapports avec la religion, trois parties publiées en un volume, Liège, P. Kersten, 1840, 528, p. in-8°. La phrase citée est tirée cependant du résumé fait par l’évêque de Liège dans une lettre au cardinal (janvier 1840). (A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde Exposé des vrais principes.)

113 Exposé des vrais principes, 1re partie, pp. 70 et suivantes.

114 A.A.M., Fonds Sterckx, III, no 2, Mgr Van Bommel au cardinal, Landen, 8 mai 1840.

115 Publiée dans Journal historique et littéraire, t. 8. pp. 29-33 (1er mai 1841).

116 Pasinomie, 1842, pp. 463-468.

117 Ibidem, titre V de la loi, articles 33 à 36.

118 Ibidem et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques Enseignement. Copie de la lettre des cinq évêques à de Theux, ministre de l’Intérieur, Malines le 25 septembre 1846. Les deux écoles normales créées par l’Etat sont situées à Nivelles et Lierre. Les cinq écoles catholiques agréées sont celles de Saint-Trond, Saint-Roch, de Bonne Espérance, de Roulers, de Carisbourg, de Malonne et de Saint-Nicolas.

119 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Délibérations du conseil communal, séance du 19 janvier 1844 : Débat sur l’enseignement normal. Faute de pouvoir être subsidié, l’Ecole normale de la ville a dû être fermée.

120 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques, A. Enseignement. Notes de Mgr Van Bommel, s.d. (1846 ?) dressant un inventaire des pièces qui lui sont nécessaires pour étudier la question de l’enseignement, il note : « Je pourrais y ajouter non mon ouvrage sur l’Instruction qui a préparé la voie à la loi du 23 septembre 1842, mais l’analyse de cet ouvrage ».

121 Fornari à Lambruschini, 1er septembre 1842, cité par A. SIMON, Correspondance du nonce Fornari, p. 193.

122 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Réunion des évêques, Résultats des conférences des 16, 17, 18 et 19 novembre 1830.

123 Sur le débat au sujet du cours de religion au collège communal de Liège. Cf. C. VAN BOMMEL, Réponse à un honorable membre de la Chambre (M. DOLEZ) sur un fait relatif à l’enseignement religieux, Liège, 1841 ; W. FRERE, Rapport fait au conseil communal de Liège sur les imputations dirigées contre cette autorité, dans la brochure de AI, l’évêque de Liège, Liège, 27 mars 1841 ; C. VAN BOMMEL, Examen des faits et des doctrines consignés dans le rapport adopté par le conseil communal de Liège, Liège, avril 1841.

124 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Enseignement, est conservée toute une série de lettres de 1836 à 1844, entre Mgr Van Bommel et le principal Gulikers. Une note de l’évêque, à la suite d’une visite de Gulikers le 4 octobre 1843, indique que le collège échevinal « trouverait, s’il entrait en négociation de la bonne volonté de ma part, mais qu’il comprenait sans doute qu’après tout ce qui s’est passé à la tribune et avec la régence avant et après le rapport (voir note 123), que ma position est très élevée, que toute la Belgique a les yeux sur moi, et qu’ainsi je ne puis pas essentiellement me départir de ce qui a été convenu entre tous les évêques à la suite de cette altercation et ce qui est conforme aux principes que j’ai consigné dans ma réponse à M. Dolez ».

125 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Gazette. L’évêque de Gand à Mgr Van Bommel, Gand, 18 décembre 1840 : « Je voudrais cependant voir écarter la loi sur l’instruction moyenne, tant parce qu’il n’y a pas de lacunes dans cette branche d’instruction, que parce que tous les collèges épiscopaux salariés par les villes en souffriraient beaucoup. Or il y en a huit de ce genre dans les deux Flandres seulement ».

126 Il suffit pour s’en rendre compte de consulter A. SIMON, Réunion des évêques de Belgique (1830-1867). Procès-verbaux, Louvain-Paris, 1960.

127 « La loi unit, concilie les autorités civiles et ecclésiastiques à l’effet de procurer à la jeunesse, par leur mutuel concours, une instruction bonne sous tous les rapports. Il faut au gouvernement des hommes instruits ; des hommes de bonne conduite seulement ne suffisent pas ; il faut au clergé des hommes moraux et religieux ; des hommes seulement instruits suffiraient bien moins encore, car l’éducation est encore plus importante que l’instruction, et si le maître ne respecte pas la religion, il détruit, par ses actes, ce qu’il codifie par ses leçons ; l’éducation est compromise et avec elle la moralité d’une commune. » Mgr Van Bommel à Van de Weyer, 23 décembre 1845. Chambre des représentants. Documents publiés par le ministre de l’Intérieur en exécution de la résolution de la Chambre du 20 décembre 1847, pièce no 16 (conservée notamment A.G.R., Papiers Rogier, no 399).

128 Cité par A. SIMON, Le Cardinal Sterckx, t. 1, p. 386.

129 Voir la note 127 : « si le maître ne respecte pas la religion, il détruit, par ses actes, ce qu’il codifie par ses leçons ».

130 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde intitulée « St André » (en réalité concernant l’enseignement des frères de la doctrine chrétienne de 1831 à 1850) : une « commission chargée de diriger les établissements d’enseignement primaire tenus par les frères des écoles chrétiennes à Liège » fonctionne, composée de laïcs.

131 P. GERIN, Catholiques liégeois et question sociale (1833-1914), Bruxelles, 1959, p. 15.

132 Nous avons également consulté la thèse de doctorat, P. GÉRIN, Les courants de pensée et d’action sociale chez les catholiques de Wallonie (1830-1914), t. 1, Université de Liège, 1965.

133 P. DE DECKER, De l’influence du clergé en Belgique, Bruxelles, 1843, p. 12, cité par P. GÉRIN, Catholiques liégeois et question sociale (1833-1914), Bruxelles, 1959, p. 16.

134 ) Paul ROBERT, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 1-6, sub verbo « social », le sens moderne apparaît seulement vers 1830.

135 ) La question du paupérisme n’apparaît réellement dans la correspondance de l’évêque Mgr Van Bommel et dans la Gazette de Liège qu’à la suite de la crise de 1846-1847.

136 ) Cf. n. 127.

137 ) Dans cet esprit, Demarteau citera parmi les œuvres sociales des catholiques la création de l’Université catholique. Gazette de Liége, 10-11 janvier 1846, texte cité pp. 277-278.

138 Le Journal historique et littéraire attire l’attention sur les bienfaits des écoles dominicales : t. 4, p. 42 (1er mai 1837) ; t. 4, p. 152 (1er juillet 1837) ; t. 4, pp. 202-204 (1er août 1837) ; t. 4, p. 571 (1er février 1838) ; t. 9, p. 249 (1er septembre 1842). Un grand nombre d’établissements primaires catholiques comptent des classes du soir pour « personnes du peuple », notamment aux filles de la Croix (ibidem, t. 4, pp. 202-204) et celles des frères de la doctrine chrétienne : A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde « St André » mais contenant les rapports d’activité des écoles de ces frères.

139 Journal historique et littéraire, t. 4, pp. 42-43 (1er mai 1842).

140 A.A.M., Fonds Sterckx, III. Notes de Stas pour la fondation du Journal de Bruxexlles (1840) : un bon journal catholique serait pour la jeunesse « comme la continuation du bien que fait l’enseignement de l’université catholique ».

141 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 48-53.

142 P. GÉRIN, op. cit., pp. 21-29, et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde « Ordres religieux ». Une lettre du Père von Held à Mgr Van Bommel, du 5 septembre 1847, attire l’attention sur la Congrégation de St Paul qui a engendré les Associations de Saint-François-de-Régis et de Saint-Vincent-de-Paul qui ont affaibli la première.

143 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, Rapport sur les œuvres de Saint-Vincent-de-Paul (1846-1850), p. 7.

144 Ibidem, p. 13.

145 Journal historique et littéraire, t. 9, pp. 85-86 (1er juin 1842).

146 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Affaires ecclésiastiques. Le Père Dechamps, rédemptoriste, à Mgr Van Bommel, 31 août 1843. « L’expérience nous a montré bien des fois que des jeunes gens, après avoir assisté à quelques conférences, se seraient déterminés à faire partie de l’association (de St Paul) s’ils n’avaient remarqué, parmi les membres présents, une bonne moitié de jeunes gens ou d’hommes mariés de la classe ouvrière. Il est vrai que plusieurs ouvriers y figurent bien, mais ce sont ces maîtres ouvriers, de bonne éducation, qui tirent un profit réel des conférences. Il faudrait pour les autres des congrégations d’ouvriers proprement dites. »

147 Ibidem.

148 Notices sur les conférences de Saint-Vincent-de-Paul (1845-1850), pp. 5-6.

149 Idem, p. 13.

150 Notices sur les conférences de Saint-Vincent-de-Paul (1845-1850), pp. 6-9.

151 C’était une règle absolue que les conférences de Saint-Vincent-de-Paul se tiennent à l’écart des associations charitables des dames « quels qu’en puissent être les motifs ». Idem, p. 5.

152 P. GÉRIN, op. cit, p. 23, et BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, no 3735. Circulaire datée de Liège, 1er février 1842, signée J.G. Habets, curé de Sainte-Croix, annonçant la formation de l’association de la miséricorde et donnant les noms des dames du comité. Deux demoiselles en font également partie : Mlles Lucie Delvaux et Julie Dejaer.

153 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Ordres religieux, le Père von Held à Mgr Van Bommel, Liège, 5 juillet 1847.

154 Ibidem, le Père von Held à Mgr Van Bommel, Liège, 28 août 1847. Le Père Dechamps est le frère de l’homme politique Adolphe Dechamps. Il deviendra cardinal. Cf. M. BECQUE, Le cardinal Dechamps, 2 vol, Louvain, 1956.

155 Déjà cité, p. 246.

156 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, Note sur le développement des associations catholiques, par le comte van der Straeten Ponthoz, 4 janvier 1857, dans la copie, de la lettre, non datée, de Mgr Van Bommel.

157 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Registre aux délibérations du conseil communal de Liège, séances des 17 et 27 décembre 1845. Cf. P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, pp. 71-76.

158 Gazette de Liége, 10-11 janvier 1846. « Lettre de la Gazette à Monsieur Frère, membre du conseil communal ».

159 P. HYMANS, Frère-Orban, t. 1, pp. 504-556. Chapitre IX : La question de la charité (1847-1857).

160 A.G.R., Papiers Frère-Orban, no 196, Document de van der Straeten Ponthoz reproduisant une lettre de Mgr Van Bommel de 1846.

161 A.Ev.Lg., Visites des Doyens, J. Brans, curé-doyen à Limbourg, à Mgr Van Bommel, 28 janvier 1843.

162 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, Seraing, 9 octobre 1844. L’évêque de Liège aborde évidemment dans cette lettre, en plus des éléments que nous avons souligné, toute une série d’autres moyens pastoraux, dont le clergé disposait, et dont il est par ailleurs difficile, en dehors de ce témoignage, d’apprécier l’effet.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search