Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre IV. Le renversement de l’équilibre politique (1838-1841)

Texte intégral

1Les années de 1838 à 1841 forment une période charnière marquant une profonde évolution des forces politiques en présence, non seulement à Liège, mais dans la Belgique entière.

2Depuis 1838, une lutte acharnée est engagée entre les autorités religieuses et la franc-maçonnerie alors en pleine évolution et pousse cette dernière à engager plus directement son influence dans la lutte politique.

3Les brochures de Mgr Van Bommel, qui s’est lancé personnellement dans la bataille, déclenchent une flambée anticléricale sans précédent, dont les forces catholiques sortiront très affaiblies.

4La crise nationale de 1839, en provoquant un sursaut des artisans de l’indépendance de la Belgique, des « unionistes », masque encore cette réalité. Or très peu de temps après, analysant la fin de la menace extérieure, les leaders libéraux modérés renoncent à cette « union » et portent un nouveau coup au catholicisme politique dans l’arrondissement de Liège.

1. L’évolution de la franc-maçonnerie de 1836 à 1839

  • 1 En 1835, les députés étaient N. Fierlands, Pouplin et Proost. Les réunions de la loge se tenaient (...)

5La date exacte qui marque la fin de la dissidence entre partisans du Grand Orient de Belgique, qui restèrent au sein de la Loge La Parfaite Intelligence et l’Etoile Réunies, et les maçons adversaires qui s’en retirèrent, n’est pas connue avec certitude. Les députés envoyés par la Loge au Grand Orient en 1835 et 1836 figuraient, en 1833-1834, parmi la majorité qui s’était soumise à son obédience. Les réunions de la Loge, qui avaient lieu deux fois par mois en 1835, prirent un rythme plus régulier en 1836 et devinrent hebdomadaires1

  • 2 E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, p. 88. Grand Orient de Belgique. L (...)
  • 3 Annuaire..., ibidem.
  • 4 A.R.A., Ministerie van Oortog, no 270. Lettre de G. Moens au général Dibbets, Maastricht, le 1er j (...)
  • 5 Cf. note 2.

6Il semble vraisemblable que c’est au cours de cette année 1836, ou au plus tard au début de 1837, qu’eut lieu la réconciliation. Au début de 1837, en effet, — et ne serait-ce pas précisément sous l’influence des anciens dissidents rentrés en loge, — les maçons liégeois manifestèrent une volonté d’indépendance qui devait aboutir à la rupture entre la loge et le Grand Orient, Les Liégeois avaient proposé de remplacer ce dernier qui, malgré son système de députation, avait un grand pouvoir centralisateur et directeur, par une fédération. Leur projet n’avait pas été accepté et, le 1er mai 1837, les députés liégeois avaient déclaré ne plus pouvoir participer aux délibérations du Grand Orient2 Depuis lors, la Loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile Réunies ne payait plus ses cotisations mensuelles à ce corps3 Différentes lettres lui furent adressées mais, le 26 décembre 1837, les maçons liégeois décidèrent de rester indépendants du Grand Orient et de ne point admettre la tutelle du Grand Maître, le baron de Stassart. La Loge des Phitadelphes de Verviers, dissidente depuis 1833, était représentée à la réunion. Il y fut décidé de constituer une Fédération maçonnique de Belgique, distincte du Grand Orient, dont feraient partie les deux loges et qui serait ouverte à toutes celles qui désireraient en faire partie. Le Grand Maître serait choisi chaque année dans une autre loge. La centaine de membres présents élirent à cette occasion le notaire verviétois Lys comme premier Grand Maître4 Le 17 décembre 1837, la Loge de Liège était officiellement reconnue comme dissidente par le Grand Orient5

  • 6 Annuaire... 5840, p. 49 et J. GOFFIN, Histoire populaire..., p. 427.
  • 7 J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., p. 14.
  • 8 C’est ce qu’affirme J. GOFFIN, op. cit., p. 427. La lettre de la Parfaite Intelligence (après le 2 (...)

7L’esprit d’indépendance des Liégeois est sans doute à la base de leur retrait du Grand Orient6 mais la cause profonde de leur attitude semble bien résider dans leur volonté de passer outre l’article 135 des statuts interdisant la discussion des matières politiques et religieuses en loge7 Les maçons liégeois et verviétois ne pouvaient admettre l’application de cet article qui les contraignait à une attitude jugée trop passive devant les événements politiques8

  • 9 Voir plus loin, pp. 217 et sv.

8Ils se trouvèrent ainsi nettement plus à l’aise pour répliquer en corps, ainsi que nous allons le voir9 à la violente attaque qui venait de leur être portée par la Circulaire des Archevêque et Evêques de Belgique, du 28 décembre 1837, qui rappelait les condamnations de l’Eglise pour tout catholique qui adhérerait à la franc-maçonnerie.

  • 10 Lors de son installation comme vénérable, le Frère Anciaux rappellera « Avant 1838 et surtout à ce (...)

9Profitant de l’éclat mis sur ses activités au cours de cette bataille, et forte du nombre d’adhérents qui venaient grossir ses rangs, la Loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile Réunies était incontestablement devenue le noyau le plus dur du libéralisme à Liège10

  • 11 Bibliothèque de la Ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 1124. Fédération des loges be (...)

10La Fédération maçonnique de Belgique publia ses statuts généraux ; outre la loge liégeoise et celle des Philadelphes de Verviers, la loge hutoise des Amis de la Parfaite Intelligence adhéra à ce règlement. L’article 5 précisait que « les loges de la Fédération jouissent entre elles de la plus complète indépendance et de l’égalité la plus parfaite. Elles n’ont aucun droit de se prescrire mutuellement des règles quelconques »11

11Ainsi, tandis que les libéraux liégeois sont, en cette période de 1838-1839, divisés sur la question des structures politiques à adopter, la franc-maçonnerie dans la province de Liège se réorganise profondément et fait preuve d’une activité débordante qui n’est pas sans avoir des répercussions sur le plan politique.

  • 12 En 1842, un dignitaire de la loge verviétoise demandera confirmation à Liège de l’existence d’un p (...)
  • 13 Le Vénérable de la Parfaite Intelligence rappelle ces obligations aux approches des élections. Voi (...)

12Il était sous-entendu que les néophytes qui entraient en loge seraient de dignes propagandistes du libéralisme12 et si la loge ne devint pas un club électoral, elle ne négligeait la discussion d’aucun problème politique et rappelait régulièrement, avant chaque élection, l’obligation morale qu’avaient les frères de remplir leurs devoirs maçonniques en ces circonstances13

13Cette tendance à l’intervention de la franc-maçonnerie dans la vie politique aidait incontestablement le mouvement libéral. Elle ne fit pas sentir ses effets aux élections législatives de 1839, par suite des circonstances tout à fait particulières qui concentraient l’intérêt du moment sur la question nationale, mais cette influence mûrissait cependant lentement.

  • 14 Loge « La Parfaite Union », Mons. Projet de réforme maçonnique proposé au Grand Orient de Belgique (...)

14L’initiative liégeoise précède d’un à deux ans à peine un mouvement plus général perceptible également dans les loges sous l’obédience du Grand Orient. En février 1838, un projet de réforme maçonnique avait été proposé par la loge de la Parfaite Union de Mons. Il constatait le vieillissement de la maçonnerie et la nécessité de lui donner, sans en changer la forme, un nouvel esprit, une plus grande actualité. Il proclamait pour la franc-maçonnerie, le devoir de combattre le « parti clérical » par tous les moyens constitutionnels. Les maçons devaient, pour toutes les élections, présenter leurs candidats, dont la liste devait être approuvée par le Grand Orient. Il leur était conseillé d’envoyer leurs enfants à l’Université de Bruxelles14.

  • 15 Fédération maçonnique de Belgique. Examen d’un projet de réforme maçonnique, Liège, P.J. Collardin (...)

15Le projet examiné en 1839 par la Fédération maçonnique fut vivement combattu par le rapporteur Renard, qui lança une vibrante déclaration d’indépendance vis-à-vis du Grand Orient et qui prit la défense de l’Université de Liège. Renard se réjouissait de la volonté politique plus marquée, mais disait-il : « nous ne voyons pas que, pour l’accomplir, il faille rien ajouter aux moyens que nous avons déjà »15.

  • 16 Ibidem, pp. 252, 259-260, 272-274. Grand Orient, décisions des 17 et 19 juin 1839 et de fin juille (...)
  • 17 E. WITTE, Potitieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, t. 1, pp. 188-201 et J. (...)

16Le projet sera finalement rejeté également par le Grand Orient16. Théodore Verhaegen cherchait à Bruxelles une solution plus souple qui aboutira à la constitution d’une association politique indépendante de la franc-maçonnerie, mais dans laquelle les maçons joueront le rôle de principaux animateurs17.

  • 18 Voir chapitre VI.

17Les libéraux liégeois devaient s’inspirer de cette création pour fonder une nouvelle association politique. Les maçons liégeois qui avaient précédé le Grand Orient dans leurs prises de position politique y étaient bien préparés. En 1842, ils s’entendront avec les nombreux libéraux qui, à Liège, n’étaient pas francs-maçons, pour donner, grâce aux précédentes expériences malheureuses de structures politiques, un caractère original à cette nouvelle organisation18.

2. Les publications épiscopales et la flambée anticléricale (1838-1842)

a) L’anticléricalisme franc-maçon

18La loge liégeoise s’était trouvée engagée dans la lutte politique par la nécessité de réagir vigoureusement à la Circulaire des évêques de Belgique du 28 décembre 1837 qui rappelait les condamnations dont l’Eglise frappait tout franc-maçon.

  • 19 Sur le choix du baron de Stassart comme Grand Maître et sur l’action de Verhaegen, voir J. BARTIER (...)

19L’épiscopat belge s’inquiétait depuis longtemps du renouveau maçonnique qui se manifestait dans les différentes provinces du pays. Ils avaient appris non sans courroux la nomination, le 1er mars 1835, du baron de Stassart, président du Sénat, comme Grand Maître de la maçonnerie en Belgique. Sous l’action de la Loge des Amis Philanthropes de Bruxelles, présidée par Théodore Verhaegen, une université libre avait été créée dans la capitale pour contrecarrer l’influence de l’université catholique (future Université de Louvain), inaugurée à Malines le 4 novembre 1834 par les évêques de Belgique19.

  • 20 Mêmes références, ainsi que F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, première partie, pp. 105- (...)

20De nouvelles loges furent fondées à Malines, Mons, Charleroi, Gand et Bruxelles. Le mouvement était particulièrement important dans les milieux militaires parmi lesquels s’érigeaient également bon nombre de loges20.

21Craignant une certaine publicité qui entourait ce renouveau et désireux de couper court au mouvement, les évêques furent unanimement d’accord pour publier leur Circulaire.

  • 21 Le texte du mandement est publié dans Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions d (...)

22L’évêque de Liège, Mgr Van Bommel, qui n’était pas homme aux demi-mesures, renforça la répercussion extraordinaire qu’eut cette circulaire dans son mandement de carême du 5 février 1838 sur l’obéissance due à la chaire de Saint-Pierre, où il démontrait que l’autorité papale s’étant prononcée sur la condamnation de la franc-maçonnerie, tout catholique devait se soumettre à cette décision21.

  • 22 Ch. LESAGE (J.J. COLLETTE), Considérations sur le mandement de carême pour l’an de grâce 1838, pub (...)
  • 23 A.R.A., Oorlog, no 271, Moens à Dibbets, Liège le 10 mars 1838.

23Le mandement de l’évêque fut à l’origine d’une polémique extrêmement vive. Dès le début de mars 1838, le vénérable de la loge, J.J. Collette, juge au Tribunal de Liège, publie sous le pseudonyme de Ch. Lesage, une brochure pour y répliquer. Elle fut tirée à plus de 2.000 exemplaires, chez P.J. Collardin, l’imprimerie de Renard, et distribuée gratuitement par les soins de la loge22 Elle produisit un effet d’autant plus grand que son titre et son aspect extérieur l’avait fait considérer par de nombreuses personnes, particulièrement des habitants des campagnes, comme une brochure ecclésiastique23 !

  • 24 Courte réponse à un pamphlet hérétique, Liège, Grandmont-Donders (1838), 12 pp. in-12°. « Des pers (...)

24Une courte réplique anonyme, attribuée à Mgr Van Bommel, dénonça le procédé et le caractère hérétique de cette publication24.

  • 25 Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions de Monseigneur C.R.A. VAN BOMMEL, évêqu (...)

25Comme en développement de cette réponse, l’évêque remonta en chaire et prononça son fameux discours sur la primauté du Souverain Pontife, le 17 mars 1838, qui fut publié peu de temps après25.

  • 26 Alphonse Neef (Hodimant près de Verviers 1809 - Château de Sainval à Tilff 27 décembre 1859), cons (...)
  • 27 ARCHIVES DE L’ÉTAT A LIÈGE, Commune de Tilff, Registre aux délibérations.
  • 28 Journal historique et littéraire, t. 4, 1838, p. 7. Courrier de la Meuse, 23, 26, 27 et 29 mars 18 (...)
  • 29 L’histoire de ces décisions est retracée dans le Journal historique et littéraire, t. 5, pp. 14-15

26Quelques jours plus tard éclataient à Tilff de graves incidents. Le bourgmestre, Alphonse Neef26, interdisait le 28 mars 1838 sous le motif de maintien de l’ordre, tout rassemblement de plus de cinq personnes, au moment où une mission catholique y était organisée pour y revivifier la foi27. Les catholiques estimèrent qu’il y avait là une violation de l’article H de la Constitution qui garantissait la liberté des cultes et leur exercice public28. Le gouverneur de la province, Vandensteen de Jehay, exerçait, le 31 mars, son droit de suspendre l’exécution de la résolution du bourgmestre de Tilff. Le 2 avril, la députation permanente de la province désavouait le gouverneur et appuyait le conseil communal de Tilff. Enfin, le 3 avril, un arrêté royal tranchait le débat en cassant la décision du bourgmestre Neef29.

  • 30 Nous avons traité de ce point dans notre mémoire de licence, pp. 179-183.

27L’affaire avait fait grand bruit, non seulement à Liège mais dans l’ensemble du pays ; la portée des décisions avait fait l’objet de commentaires passionnés dans la presse. A Liège, les esprits étaient particulièrement exacerbés, des charivaris eurent lieu devant les maisons des personnalités catholiques30.

  • 31 A.A.M., Fonds Sterckx, III, lettre de Mgr Van Bommel au cardinal Sterckx, 9 avril 1838.
  • 32 Le Libéralisme, par MM. GRANDFILS et... (Liège, 1838), 13 pp. in-8°. Cette brochure s’attira une r (...)

28Mgr Van Bommel estima qu’il s’agissait là d’une « audace énorme des loges »31 Une brochure catholique avança que l’affaire de Tilff avait été montée de toute pièce, par la loge liégeoise, en réaction de la circulaire sur la franc-maçonnerie32.

  • 33 Imprimerie des Missions (Collardin), 1838, in-8° br. Nous savons que la première édition fut publi (...)
  • 34 Conservées à la Bibliothèque de la Ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, sous les nos 2666, 26 (...)

29Il semble, en effet, que ces incidents, sinon à l’origine du moins dans leurs développements, procèdent de la nouvelle attitude adoptée par la loge de la Parfaite Intelligence. Dès le 5 avril 1838, une nouvelle brochure était distribuée par la loge. Sous le titre de Lettre d Eustache Lefranc à Mgr Van Bommel, pour la grande utilité du St Siège, pour la mortification et le châtiment du clergé wallon, évêque de Liège, etc., la brochure se livrait à une diatribe féroce contre l’évêque et contre les agissements du clergé33. L’auteur n’était autre que Laurent Renard, orateur de la Loge. L’origine de l’imprimé ne pouvait pas être mieux attestée que par le pseudonyme choisi. Il fut très largement répandu, ne connaissant pas moins de quatre éditions successives dont une en flamand34.

  • 35 J. GOFFIN, Histoire populaire..., p. 426, A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel (...)

30L’impression provoquée par cette attaque fut considérable dans tout le pays35 Les francs-maçons liégeois profitèrent de cette émotion pour passer à l’action sur le plan électoral.

  • 36 Mémorial administratif, t. 8, p. 164. Bellefroid était avocat, inscrit au barreau de 1821, il devi (...)
  • 37 L’Espoir, l’Industrie et le Journal de Liége, 1er mai 1838.
  • 38 L’Espoir, 2 mai 1838.

31Des élections provinciales devaient avoir lieu le 28 mai 1838. Le canton de Liège avait notamment à remplacer le conseiller pro vincial Bellefroid, décédé36. L’unanimité libérale se fit sur le nom du bourgmestre de Tilff, Alphonse Neef37. Les libéraux ne s’en cachent pas : « une des principales raisons qui ont milité en faveur de M. Neef, c’est l’opportunité qu’il y a pour les libéraux de se rallier dans cette circonstance au nom d’un citoyen qui vient tout récemment de faire un acte public d’opposition aux envahissements du parti extra-constitutionnel qui tend si évidemment à usurper le pouvoir temporel auquel il devrait rester étranger »38.

  • 39 Courrier de la Meuse, 7 mai 1838. Jacques de Longrée (1791-1859), avocat depuis 1815, attaché au « (...)

32Les catholiques relèvent le défi qui leur est lancé. Ils choisissent comme candidat l’avocat de Longrée-Vertbois, homme sans antécédent politique, mais qui avait plaidé en faveur de Mgr Van Bommel et qui était le beau-frère du ministre de Theux39.

  • 40 Cette phrase tirée du Politique du 26-27 mai 1838 est aussi valable pour l’une ou pour l’autre des (...)

33Bien plus que deux personnes mises face à face, ce sont deux symboles qui s’affrontent dans cette lutte électorale. Tous les électeurs pouvaient penser, chacun selon l’optique de sa tendance, que le résultat matériel de l’élection était assez indifférent « car la nomination de l’un ou de l’autre ne déplace point la majorité du conseil provincial, mais la question acquiert un haut degré d’importance quand on réfléchit que de sa solution dépend le triomphe irrévocable ou la défaite d’un parti plein de passion et d’aigreur »40.

34« Maintien des libertés constitutionnelles » — « Résistance aux envahissements du parti », telles sont les thèses opposées.

  • 41 Sur les 1.035 électeurs du canton, 854 se présentent, soit 150 de plus qu’aux élections provincial (...)
  • 42 Courrier de la Meuse, 29 mai 1838.

35La participation aux élections est très importante (plus de 80 %) et Alphonse Neef l’emporte au premier tour avec une courte majorité41 Les catholiques soulignèrent le fait que beaucoup d’électeurs avaient réagi dans leur sens après les troubles anticléricaux et que la majorité libérale de 1836 s’était effritée42 Il n’en restait pas moins vrai que c’était là une défaite pour eux.

  • 43 A.A.M., Ponds Sterckx, III, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 15 février 1838.
  • 44 Ibidem, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 9 avril 1838.

36En fait, loin d’avoir brisé la franc-maçonnerie, la circulaire des évêques n’avait fait qu’exciter son ardeur et son ressentiment. En février 1838, Mgr Van Bommel notait « n’avoir pas encore appris le retour d’un seul maçon depuis cette pièce »43. En avril 1838, le bilan s’avère nettement négatif. « On est effrayé, s’exclame l’évêque, quand on songe à l’audace énorme de ces loges. Imaginez-vous que les adeptes nous viennent à propos de Tilff de tous côtés pour renforcer ceux de Liège !!! »44.

  • 45 Comme défenseur de l’évêque paraît Le libéralisme par Mgr Grandfils et xxx, s.l.n.d., 14 pp. in-8° (...)
  • 46 Lettre d’un prêtre catholique à Mgr Van Bommel, Liège, Collardin (1838).

37Ces incidents et la polémique engagée entre l’évêque de Liège et Eustache Lefranc eurent un très grand retentissement en Belgique. Une brochure en fit écho à Gand45 et une Lettre d’un prêtre catholique pleine de reproches à l’égard de l’évêque parut encore à Liège46 On se méfiera de cette désignation anonyme, quoique les conflits opposant certains prêtres catholiques à leur évêques ne furent pas négligeables dans le développement de l’anticléricalisme.

b) Liaisons avec des prêtres rebelles

38Les démêlés de plusieurs prêtres avec leurs évêques servirent particulièrement le développement des sentiments anticléricaux. Liège n’est pas le seul lieu où des incidents de ce genre éclatent mais c’était sans doute l’endroit où les récriminations étaient le mieux accueillies par les milieux libéraux.

  • 47 A.R.A., Oorlog, no 258, Moens à Dibbets, 17 septembre 1832.
  • 48 MORSOMME, La raison triomphante ou le triomphe complet du catholicisme, Liège, Jeunehomme, 1833, 1 (...)

39Cette question avait retenu très tôt l’attention à Liège. A la suite d’un différend avec Mgr Van Bommel, Morsomme, prêtre de Huy, était entré en 1832 à la loge de la Parfaite Intelligence de Liège avant de devenir conseiller communal à Huy47 Il avait publié sans l’autorisation de son évêque, une brochure étonnante où il se basait, en utilisant une argumentation très simpliste, sur la raison pour prouver la prééminence de la religion catholique48.

  • 49 Bernard Wallop, né à Westroosebeeke le 1er octobre 1794, décédé à Gand en 1859, ex-aumonier de la (...)
  • 50 B. WALLOP, Mémoire adressé à Mgr Englebert, archevêque de Malines, Bruxelles, 1837 ; Première lett (...)
  • 51 Même ouvrage, 3e édition, Liège, 1841 ; 4e édition, Liège, 1841 et 5e édition, Liège, 1841 (Fonds (...)
  • 52 B. WALLOP, Deuxième lettre à Mgr Sterckx. De l’abus que l’on [ait du culte des saints, Liège, 1841 (...)
  • 53 Idem, 3e lettre. De l’envie de Mgr l’archevêque de Malines d’être un homme politique, Liège, 1841 (...)

40Les démêlés de l’abbé Moens avec l’évêque et surtout la campagne anticléricale de 1838 créeront à Liège un climat très propice à recevoir, dans les milieux libéraux, les revendications d’un autre prêtre rebelle, Bernard Wallop49, en rupture avec l’archevêque de Malines. Après avoir publié trois brochures à Bruxelles, dont la dernière s’en prenait très vivement à l’archevêque, Mgr Sterckx50, Wallop fit paraître trois nouvelles éditions de celle-ci à Liège en 184151. Une deuxième lettre faisant suite à la première, publiée à Bruxelles, traitant de l’abus du culte des saints ne connut pas moins de quatre éditions successives à Liège52. Toujours la même année, une troisième et une quatrième lettres s’en prirent aux ambitions d’homme politique du cardinal et à la liberté de l’enseignement telle qu’elle était imaginée par l’épiscopat belge53.

  • 54 Pierre-Joseph Peurette, né à Liège en 1799 et y décédé le 31 décembre 1879, partisan des idées de (...)
  • 55 Abbé PEURETTE, De la fausseté des principes émis par M. Van Bommel, évêque de Liége, et les organe (...)
  • 56 Liège, Collardin, 1841 (Fonds Capitaine, no 1102).

41A la même date — 1841 marque l’apogée de l’anticléricalisme à Liège, — un autre prêtre, ancien rédacteur de journaux menaisiens, l’abbé Peurette54 réfutera dans un ouvrage publié à Bruxelles les principes émis par Mgr Van Bommel au sujet de l’organisation de l’enseignement55, problème sur lequel nous allons bientôt revenir. En 1841 parut encore à Liège une brochure intitulée Le chemin du paradis rendu facile et économique par l’abbé C... constitutionnel56 Dans ce cas précis, il s’agit d’une mystification, oeuvre de l’anticlérical bien connu Laurent Renard. Cette publication indique l’intérêt que portaient les libéraux anticléricaux à ces querelles entre l’épiscopat et quelques prêtres qui déforçaient, dans certains esprits, la position du haut clergé.

  • 57 Mémoire pour François-Marie-Joseph Van Moersel, curé de la Xhavée, appelant comme d’abus de la rév (...)

42Plusieurs procès eurent lieu entre ces parties et ce ne sont pas les moindres avocats qui prenaient la défense des prêtres, témoin la publicité donnée à l’appel en justice, contre Mgr Van Bommel, du prêtre Van Moersel qui avait comme avocats Frère, Robert et Forgeur57.

  • 58 Cf. Congrès libéral de Belgique. Séance du 14 juin 1846, chez tous les libraires, 1846, p. 64.

43L’on s’étonne moins devant ce relevé, non exhaustif, des publications dirigées contre le haut clergé par quelques prêtres, dont le caractère anticlérical est renforcé et exploité par des libéraux, de trouver comme vœu exprimé par le Congrès libéral de 1846, un paragraphe demandant « l’affranchissement par tous les moyens légaux du clergé inférieur qui est sous le coup d’une menace incessante de révocation et dont la constitution civile est impunément violée »58.

c) Les « tracasseries administratives »59

  • 59 Le titre est repris à Mgr SIMON, Le cardinal Sterk et son temps, t. 1, Wetteren, 1950. Il en fait (...)

44Si Mgr Van Bommel se gardait bien de rompre le silence à l’occasion de la publicité qui était faite au sujet des différends avec certains prêtres, questions qu’il estimait relever de son seul jugement, il intervint à plusieurs reprises du poids de son autorité à l’occasion de tracasseries qui lui étaient faites par les administrations libérales.

  • 60 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 8, no 429, p. 378.
  • 61 Protestation motivée de Monseigneur l’évêque de Liège contre la décision prise le 5 octobre 1838 p (...)

45En octobre 1838, la Députation permanente de la province de Liège, entièrement libérale, ratifiait le rejet par le conseil de milice de Waremme de neuf certificats présentés par les élèves en théologie en vue d’obtenir l’exemption de milice. Le motif retenu était que ces documents n’étaient pas signés par le Chef diocésain mais par un vicaire général60. Dans une protestation datée du 24 novembre 1838, l’évêque de Liège fit remarquer qu’il n’y avait pas, d’après les principes catholiques, de différence entre la signature d’un vicaire général et celle d’un évêque61.

  • 62 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 8, supplément au no 424, p. 4.

46La Députation rejeta cette protestation le 11 décembre 1838 en déclarant : « Vous sentez, Monsieur l’Evêque, que les lois de l’Etat ne doivent pas être interprétées par les lois de l’Eglise ; le jour où ce mode d’interprétation serait suivi, le pouvoir civil n’existerait plus que de nom et le trône serait sous l’autel »62.

  • 63 Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions..., t. 2, pp. 59-97.
  • 64 Pasinomie, 3e série, t. 9, 1839, pp. 43-44.

47Mgr Van Bommel reprit la plume le 24 décembre 1838 pour, avec l’appui de textes officiels longuement commentés, démontrer le bien-fondé de sa protestation63. Le différend fut tranché, le 3 avril 1839, par un arrêté royal qui accordait au vicaire général le droit de signer les certificats de milice64.

  • 65 La Protestation et la Réponse de l’évêque parurent en tiré-à-part chez Kersten en 1838, en in-8° d (...)
  • 66 Mgr Van Bommel, Réponse aux insinuations de la presse contre les fabriques d’Eglise à Liége, Liège (...)

48L’évêque de Liège n’avait pas hésité à donner une certaine publicité à ce différend avec la Députation65 et il fit de même chaque fois que son bon droit était, à son avis, menacé ou directement attaqué. Il s’éleva ainsi en 1841 contre les prétentions émises par la presse et au sein même du conseil communal de Liège, selon lesquelles les fabriques d’Eglise devaient supporter le déficit des plus pauvres d’entre elles66.

49Les publications de l’évêque n’eurent pas seulement ce caractère défensif qu’on lui remarque particulièrement dans les thèmes étudiés ici. Son intervention fut capitale dans l’orientation de la loi sur l’enseignement primaire en Belgique et cette action se situe également entre 1839 et 1841, et c’est précisément à ce moment que l’évêque ne trouvait plus dans le Courrier de la Meuse le soutien qu’il attendait d’un journal catholique.

3. Les questions d’enseignement (1840-1842)

  • 67 F.A.J. AMIABLE, instituteur en chef de l’école du gouvernement à Namur, mis en non-activité, dénon (...)

50Le développement considérable de l’enseignement catholique, après qu’en 1830 la liberté de l’enseignement ait été proclamée, fait très tôt l’objet de récriminations des libéraux. Des instituteurs dénoncent la part prépondérante que certaines administrations communales laissent prendre aux jésuites ou aux ignorantins dans leurs écoles67.

51La nécessité d’une loi réglementant l’enseignement primaire se faisait sentir et l’on s’y acheminait très lentement en 1839.

  • 68 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, pp. 372 et sv.
  • 69 Les trois parties sont publiées en 1840 chez P. Kersten et comptent ensemble 528 pp. in-8°.
  • 70 Nous revenons brièvement sur la question, remise dans un autre cadre, dans le chapitre suivant.

52Les catholiques étaient assez divisés sur la question68. Pour forcer leur décision, Mgr Van Bommel fit paraître, en trois parties, au début de 1840, son Exposé des vrais principes sur l’instruction publique primaire et secondaire considérée dans ses rapports avec la religion69 qui connut un très grand retentissement70.

  • 71 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, s.d. et réponse du cardinal, minute (...)
  • 72 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde sur la brochure « Exposé des vrais principes ». Lettre du card (...)

53Lorsque le cardinal Sterckx avait reçu, au début de décembre 1839, la première partie de cet ouvrage, il n’avait pas caché sa surprise et fit de nettes réserves quant à l’opportunité pour un évêque d’intervenir directement dans des débats qui ont débuté déjà dans les Chambres71. De même, après une lecture attentive, il estimait que l’évêque de Liège faisait une part trop grande au clergé dans la direction des écoles72.

  • 73 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, farde « Exposé... », minute de l’évêque, sans date, mais jointe à la l (...)
  • 74 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 2 janvier et 29 janvier 1840.
  • 75 Ibidem, lettres à Peyrot, 29 janvier 1840 ; la farde sur la brochure contient un grand nombre de l (...)
  • 76 Ibidem, lettres à Peyrot, 14 avril 1840.

54L’évêque balaya cependant ces objections et alla résolument de l’avant73. Sans trop s’inquiéter du coût élevé de cette publication, il houspilla au contraire Kersten, son imprimeur, dont il trouvait le travail trop lent74. Alors qu’il en était encore à la rédaction de la seconde partie qu’il achèvera fin janvier 1840, il expédia déjà la première partie de son ouvrage aux personnalités tant catholiques que libérales du pays75. Il terminera la troisième partie en avril 184076.

  • 77 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 2 janvier 1840.
  • 78 Ibidem, 29 janvier et 18 février 1840.

55Trois cents exemplaires de la première partie furent distribuées gratuitement au début de janvier 184077. Au mois de février, les 1500 exemplaires de la première édition de cette partie étaient expédiés78. Le tirage des deux parties suivantes, les éventuelles éditions successives ne sont pas connues mais ces quelques chiffres donnent la mesure de l’effort réalisé par l’évêque pour répandre ses idées.

  • 79 Ibidem, 18 février et 23 février 1840.
  • 80 Voir plus loin, p. 236.
  • 81 Analyse de l’Exposé des vrais principes sur l’instruction publique par Mgr l’Evêque de Liége, Lièg (...)

56Après cette offensive au cours de laquelle Mgr Van Bommel recueillait avec un enthousiasme extraordinaire les premières félicitations qui lui parvenaient et s’irritait particulièrement de certaines froideurs, comme celles d’Anvers79 et du Courrier de la Meuse80, suivit une période où l’effet réalisé par l’Exposé sembla se dissoudre. Au début de janvier 1841, l’évêque de Liège lança alors une seconde offensive et fit distribuer aux membres de la Chambre une Analyse de l’exposé, vendue par ailleurs 1 franc au profit des écoles chrétiennes81.

  • 82 Voir les positions de repli des catholiques.

57Malgré des débats difficiles, l’essentiel des points revendiqués sera adopté dans la loi sur l’enseignement primaire promulguée le 23 septembre 184282.

58Voilà certainement l’exemple le plus concret, au cours de la période étudiée, de l’influence considérable d’une brochure insérée dans tout un contexte de démarches politiques.

  • 83 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, Liège, 27 novembre 1840 et 16 février 1841. Editio (...)
  • 84 Ibidem, Correspondance politique, lettres du comte de Mérode, 2 janvier et 23 février 1841. Dans l (...)

59Cette influence des idées de Mgr Van Bommel en matière d’enseignement dépassa largement le cadre de la Belgique. Il rencontra un très vif succès dans les milieux catholiques hollandais83. Au début de 1841, le comte de Mérode fit part à Mgr Van Bommel de l’enthousiasme de l’épiscopat français. Le gendre du comte, de Montalembert, qui regrettait que l’édition n’ait pas été suffisamment répandue en France, prit accord avec un éditeur français comblant ainsi les désirs de l’évêque de Liège84.

  • 85 H.T. DESCHAMPS, La Belgique devant la France de juillet. L’opinion et l’attitude française de 1839 (...)

60On connaît par ailleurs la campagne lancée par les catholiques en France pour réclamer « la liberté comme en Belgique ». Il ne fait aucun doute que la brochure de Mgr Van Bommel sur les Vrais principes n’ait joué un grand rôle comme amorce pour cette campagne85.

  • 86 VAN BOMMEL C.R.A., Die Wahren Grundsätze des offentlichen elementar und gymnasial Unterrichtes (...)

61Enfin, son ouvrage connut encore en 1849 une traduction allemande86.

  • 87 (L. RENARD), De l’instruction publique en Belgique dans ses rapports avec les institutions et les (...)

62Un seul volume parut à Liège en 1840 pour réfuter la publication épiscopale. Il était l’œuvre de Laurent Renard qui, en reprenant le pseudonyme d’Eustache Lefranc, chercha visiblement à retrouver le succès rencontré dans ses précédentes brochures. Est-ce un signe d’échec ? cette publication qui porte l’indication « première partie » n’en eut pas de seconde et ne réfuta en fait que la première partie de la thèse en trois tableaux de l’évêque de Liège87.

***

63Les libéraux, par contre, semblent avoir été bien plus à l’aise dans l’art de la polémique à propos d’une discussion sur un point concret de l’enseignement à Liège : la part exacte de la responsabilité du clergé dans l’inexistence du cours de religion au collège de Liège.

64L’incident prit naissance à la suite d’un discours prononcé à la Chambre des représentants, le 27 février 1841. Au cours des débats sur le projet de loi concernant l’enseignement primaire, le député libéral Dolez avait souligné que dans les établissements secondaires, notamment à Liège, le clergé avait refusé sa participation.

  • 88 (C. VAN BOMMEL), Réponse à un honorable membre de la Chambre des représentants sur un [ait particu (...)

65Mgr Van Bommel tint à rectifier cette affirmation. Dans une petite Réponse, il rappela les mauvaises conditions dans lesquelles le cours de religion avait été organisé par le collège de Liège. Et en faisant un cours facultatif, placé en dehors de l’horaire normal des cours, avec « l’absence de moyens de sanctions ou coercition contre les élèves qui ne tardèrent pas à s’éloigner », la direction du Collège et le Conseil communal qui en étaient responsables, avaient pris, selon l’évêque, des mesures qui déterminèrent le peu de succès rencontré par le cours de religion. Dans ces conditions, les ecclésiastiques chargés de ce cours avait dû se résoudre à abandonner leurs charges88.

  • 89 A.R.A., Oorlog, no 278, lettre de l’abbé Moens au gouvernement hollandais, Liège, le 13 avril 1841 (...)

66Ces critiques firent l’objet d’un rapport rectificatif de la part du jeune Walthère Frère au cours de la séance du 27 mars 1841 du conseil communal de Liège. L’impression de ce rapport fut votée à l’unanimité moins une voix. Cette brochure fut tirée à 1500 exemplaires dont une partie fut envoyée à chacune des familles ayant des enfants au collège. Quant au reste, il fut distribué aux conseillers et à leurs amis89.

  • 90 Ibidem, le titre de la brochure est : W. FRÈRE, Rapport fait au conseil communal de Liège sur les (...)

67La querelle entre l’évêque et le conseil communal prit un éclat encore plus exceptionnel quand l’imprimeur Riga reçut l’autorisation de tirer et de vendre à son profit une seconde édition du rapport. Des affiches annonçant cette parution furent apposés dans toutes les rues et même aux portes des églises90.

  • 91 (C. VAN BOMMEL), Examen des faits et doctrines consignés dans le rapport adopté par le conseil com (...)

68Malgré quelques hésitations, l’évêque de Liège, devant la publicité qui était donnée à un rapport qui mettait en doute sa sincérité et sa bonne foi, publia une réponse où, point par point, il s’attachait à mettre Frère en contradiction avec lui-même et à faire retomber la responsabilité de la situation où se trouvait le Collège de Liège sur le conseil communal, libéral depuis 183391.

  • 92 J.B.J. LEJEUNE, Rectifications de plusieurs faits avancés dans le rapport de M. Frère approuvé par (...)

69Le curé Lejeune, de Sainte-Véronique, qui avait été l’un des ecclésiastiques chargés en 1832-33 de l’enseignement religieux au Collège, appuya de son témoignage la réponse de l’évêque92.

  • 93 Bernard WALLOP, Un mot en forme de lettre sur la réponse de Mgr l’évêque de Liége au rapport adres (...)

70Bernard Wallop, prêtre rebelle, vient jeter de l’huile sur le feu dans une petite brochure où, sous le couvert d’un ton respectueux, il n’hésitait pas à faire à l’évêque de Liège un cours de morale chrétienne pour lui apprendre à ne pas se laisser dominer par sa mauvaise humeur93.

71Avec cette querelle retentissante qui eut son prolongement dans la presse, se termine l’offensive des attaques libérales contre le clergé.

  • 94 C.R.A. VAN BOMMEL, Mémoire sur l’état financier du Séminaire de Liége, 1847, 20 pp. à 2 col., in-4 (...)

72Mgr Van Bommel, il est vrai, s’abstiendra désormais de polémiquer, à l’exception de la publication de trois brochures en 1847-1848 pour répondre à certaines mesures prises par le gouverneur libéral qui touchaient à des matières ecclésiastiques94. Il n’insistera cependant pas et l’on peut dire que sa période de publiciste, particulièrement intense de 1838 à 1841, se clôture avec cette date qui est précisément celle où la Gazette de Liége prend son essor. Son autorité morale n’était certainement pas sortie de cette période sans avoir reçu des coups très rudes de la part de ses adversaires. Et avec lui, c’est aussi le catholicisme politique qui s’était trouvé amoindri dans l’opinion de la bourgeoisie censitaire de Liège.

4. La rupture de l’Union

73La victoire remportée par l’Union catholico-libérale, reconstituée en juin 1839 à la faveur de la crise nationale, avait masqué l’affaiblissement des forces catholiques dans l’arrondissement de Liège. Il ne faut pas six mois, en 1840, pour que cette digue opposée au libéralisme exclusif laisse apparaître ses failles, et qu’ensuite elle s’effondre.

  • 95 Annoncé dans la presse liégeoise, le 27 décembre 1839.
  • 96 Nicolas Hanquet (Liège 1798 - Bruxelles 28 décembre 1858), conseiller communal de 1836 à 1840, éch (...)
  • 97 « M. Hanquet appartient à l’opinion libérale, mais à l’opinion libérale sage, modéré, tolérante à (...)

74Dès le mois de janvier 1840, les catholiques liégeois essuient un échec retentissant à l’occasion d’une élection partielle à la Chambre des représentants. Le décès inopiné de Max Lesoinne en décembre 183995 avait entraîné la nécessité pour le corps électoral de l’arrondissement de Liège de pourvoir à son remplacement. En cette circonstance d’une lutte individuelle, les catholiques estimèrent vraisemblablement plus prudent de recourir à leur tactique « unioniste » Ils présentent comme candidat Nicolas Hanquet, membre du conseil communal, qui avait fait partie en 1836 du comité de l’Union libérale96. Le groupe libéral modéré, qui n’était sans doute pas étranger à cette candidature, se retrouve ainsi à nouveau aux côtés des catholiques97.

  • 98 Delfosse, après son échec aux élections législatives de juin 1839, avait démissionné de ses foncti (...)
  • 99 Voir plus loin.
  • 100 Journal de Liége et Industrie, 6 janvier 1840.

75Du côté libéral, l’unité fut rendue possible par le geste des progressistes qui présentèrent spontanément la candidature d’Auguste Delfosse dans l’Espoir. Cette importante concession de la part des progressistes en faveur d’une personnalité doctrinaire98 marque sans doute déjà le début de l’éclipse de l’influence des frères Bayet dans le mouvement progressiste99. Cette candidature est accueillie sans difficulté bien sûr par le Journal de Liége ainsi que par l’Industrie100.

  • 101 Hanquet lance une attaque très vive contre « l’ultra-libéralisme », contre Delfosse qui est « le r (...)
  • 102 Sur cette crise, voir B.S. CHLEPNER, La banque en Belgique. Etude historique et économique. Le mar (...)
  • 103 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 29 janvier 1840 : « Vous aurez lu la déconfiture H (...)

76La campagne électorale fut rude101 La candidature de Hanquet souffrit certainement de sa position d’administrateur de la succursale de Liège de la Banque de Belgique. De nombreux Liégeois, en effet, restaient encore sur le contrecoup de la crise économique qui avait secoué les milieux d’affaires du pays en 1839 et dont la responsabilité avait été attribuée aux banques, particulièrement à la Société Générale et à la Banque de Belgique102 L’élection, le 27 janvier 1840, d’Auguste Delfosse, l’homme qui représentait le mieux l’esprit de l’opposition libérale, n’en apparut pas moins comme un échec retentissant pour la vieille alliance catholico-libérale103.

  • 104 Voir l’attitude de L’Indépendant de Bruxelles, des 22, 27 et 29 janvier 1840.

77La façon dont l’élection de Delfosse est accueillie dans le pays montre clairement qu’il restait encore une importante étape à franchir pour que l’opposition perde l’étiquette « antinationale » qui lui avait été attribuée par la propagande gouvernementale, malgré la disparition des rangs de cette opposition des orangistes104.

78Cette étape, elle la franchit pendant le court laps de temps du gouvernement libéral homogène constitué le 18 avril 1840 par Lebeau et Rogier.

  • 105 Sur l’action de Paul Devaux, voir notre notice dans la Biographie nationale, t. 34, c. 211-230 et (...)

79Ce gouvernement était le résultat de l’action menée depuis plusieurs mois par Paul Devaux, dans la revue qu’il avait créée à cet effet, la Revue Nationale. Avec ses amis libéraux modérés, Paul Devaux qui avait été un des fondateurs de l’Union estimait en effet que la menace extérieure qui pesait jusqu’alors sur le pays étant écartée, il était temps de prendre ses distances vis-à-vis des catholiques et de créer une opposition constructive qui puisse à son tour prendre les rênes du pouvoir105.

80Les attaques que les catholiques lancèrent contre ce gouvernement n’indisposèrent pas seulement les libéraux modérés, mais créèrent vis-à-vis de ces derniers un très courant de sympathie et de solidarité parmi l’ensemble du mouvement libéral, les progressistes y compris.

  • 106 Pour cette étude, voir plus loin.

81La chute du gouvernement Lebeau-Rogier, en mars 1841, provoquée par l’opposition des catholiques au sein du Sénat, détermine les libéraux modérés à se ranger du côté de l’opposition libérale106.

82L’Union, en tout cas en tant que mythe électoral, a vécu.

5. Les transformations de la presse liégeoise de 1839 à 1841

83Les modifications de tensions politiques consécutives au règlement de la question extérieure et de la nouvelle attitude des libéraux modérés vont de pair avec une restructuration profonde de la physionomie de la presse périodique liégeoise.

Côté orangiste

  • 107 De façon générale, pour plus de détails sur l’évolution de la presse liégeoise, voir notre Etude d (...)

84La reconnaissance de l’indépendance de la Belgique par le roi Guillaume des Pays-Bas porte un coup fatal à une cause orangiste déjà bien moribonde à Liège. L’Industrie qui comptait encore 290 abonnés en 1837 voit ce nombre chuter à 168 en 1840 et à 141 en 1841. La cause qu’il défend fait déjà figure d’anachronisme et c’est sans éclat qu’il disparaît le 31 décembre 1841107.

Côté libéral

  • 108 A.G.R., Papiers Rogier, no 277. F. Hubart à Ch. Rogier, 4 avril 1840 : « Ils sont disposés, dit-il (...)
  • 109 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 84-85.

85Le changement d’attitude est particulièrement spectaculaire dans le groupe progressiste. En avril 1840, L’Espoir avait salué la formation d’un gouvernement libéral homogène Lebeau-Rogier comme un véritable progrès. Animés par Félix Hubart, les actionnaires de ce journal font pression sur les rédacteurs, les frères Bayet, pour qu’ils soutiennent la marche du gouvernement. Leur acceptation est transmise à Rogier108. Quelques mois plus tard, les Bayet, mécontents de la ligne de conduite qu’ils sont contraints de suivre, quittent la rédaction du journal, abandonnant par la même occasion, pour quelques années, le terrain politique109. Dès lors, L’Espoir eut une attitude extrêmement proche de celle du Politique qui soutenait l’action de ses fondateurs Rogier et Lebeau au gouvernement.

  • 110 Ibidem, pp. 86-87.
  • 111 Et non pas le 1er août 1841 comme le dit par erreur U. CAPITAINE, Recherches, p. 209.
  • 112 La Tribune, 2 avril 1841. Ce texte figure déjà dans L’Espoir du 26 mars 1841.

86L’idée de réunir le destin de ces deux feuilles s’imposa logiquement aux propriétaires respectifs. La fusion de L’Espoir et du Politique fut annoncée en mars 1841. Redouté, propriétaire de l’Espoir, devenait l’imprimeur du nouveau quotidien qui prenait le nom de La Tribune, journal de la province de Liége110 J.P. Nossent et Th. Weustenraad, qui s’occupaient jusqu’alors des destinées du Politique conservèrent une part de propriété et la charge de la rédaction de La Tribune. Le premier numéro de ce journal parut le 1er avril 1841111 Il se présentait comme l’organe de l’opinion libérale sagement progressive et adoptait « le principe de la réforme électorale (...) sans vouloir en réclamer l’application dès aujourd’hui»112.

  • 113 Voir le tableau des tirages, dans notre introduction.

87La Tribune ne recueillit cependant pas l’ensemble des lecteurs des deux feuilles dont elle était issue. Alors qu’en 1840, le Politique comptait 322 abonnés et L’Espoir 376, La Tribune n’atteindra en 1841 que le chiffre de 420 abonnements113.

  • 114 Gazette de Liége, 13-14 mai 1847.
  • 115 Cf. tableau.

88Le nouvel organe n’aura jamais une très grande audience. Il sera décrit comme « une petite barque appendue à la coque d’un navire de fort tonnage »114. Ce grand navire, c’est le Journal de Liège qui l’écrase par son nombre d’abonnés toujours croissant (1.314 en 1841 et 1.447 en 1845)115 et par le rayonnement de sa rédaction.

  • 116 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 81-114.

89Le Journal de Liège qui a déjà témoigné, lors de la crise de 1839, d’un sens de l’Etat développé, va connaître quelques changements importants sous l’impulsion de son propriétaire Jacques Desoer. Il dote son journal d’une presse mécanique à la pointe du progrès et en confie la rédaction à Clément Muller qui s’est déjà fait remarquer par son activité dans les milieux libéraux liégeois. Les liens d’amitié qui unissent Muller à Auguste Delfosse et au jeune avocat plein de promesses qu’est Walthère Frère-Orban contribuent à former une équipe solide et talentueuse. Lorsque ces deux derniers entreront dans le nouveau comité de l’Union libérale, reconstituée en 1842, le Journal de Liége apparaîtra, sous la plume de Muller, comme l’organe de ce comité libéral, comme le porte-parole du libéralisme liégeois116.

Côté catholique

  • 117 Pierre Kersten avait, en avril 1834, fondé sous l’impulsion de Mgr Van Bommel une revue mensuelle, (...)
  • 118 Ibidem, pp. 24-25.

90L’évêque de Liège, nous l’avons vu, avait dû mener depuis 1838 une politique farouche contre les écrivains libéraux. Dans ces circonstances, il s’estimait mal soutenu par le Courrier de la Meuse dont la rédaction avait perdu de la vigueur avec le départ, en 1835, de Pierre Kersten117. Mgr Van Bommel qui estimait qu’un journal catholique, devait pour fixer ses opinions en matière ecclésiastique, s’entourer d’un conseil éclairé, voire consulter l’évêque en personne, se heurtait à la volonté d’indépendance du propriétaire, Dieudonné Stas118.

91Cette situation qui l’obligeait à exprimer personnellement son avis dans des brochures et à devenir la cible des attaques libérales lui devint bientôt insupportable. Son irritation atteint son maximum lorsque le Courrier de ta Meuse eut la maladresse de passer sous silence la publication de l’évêque sur les Vrais principes de l’instruction primaire et secondaire, qui lui tenait tant à cœur, alors même que celle-ci faisait l’objet des attaques libérales.

  • 119 Sur la Gazette de Liége, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 26-58.

92Dès lors, avec l’aide financière des comtes Eugène de Méan et Emile d’Oultremont, Mgr Van Bommel décide de fonder à Liège un nouvel organe catholique qui réponde parfaitement à ses vues. La Gazette de Liége, rédigée par Joseph Demarteau, commence à paraître le 1er avril 1840119.

93Le Courrier de la Meuse se trouvait mis dans une position très inconfortable. L’énorme autorité morale qui avait été la sienne se trouve battue en brèche sur son propre terrain par la Gazette de Liège qui apparaît comme l’organe de l’évêché.

  • 120 A. CORDEWIENER, Attitudes des catholiques et de l’épiscopat devant les problèmes posés par l’organ (...)

94Réduit à un rôle de second plan, Stas se résigne à quitter Liège et à transporter ses presses à Bruxelles où la nécessité d’un journal catholique se faisait pressante120. Il y crée le Journal de Bruxelles le 1er janvier 1841 ; le Courrier de la Meuse a cessé de paraître la veille, 31 décembre 1840, abandonnant à Liège, le terrain de la presse catholique à la seule Gazette de Liége.

6. Conclusions

95La période qui s’étend de 1838 à 1842 constitue un moment charnière clé, au point de vue de l’équilibre des forces politiques en présence. Le succès remporté par les catholiques aux élections législatives de 1839, grâce à leur tactique de l’Union, n’est dû qu’aux circonstances très particulières qui entourèrent le règlement définitif de la question nationale, la signature des XXIV Articles.

96En réalité, les forces catholiques sont minées par les luttes incessantes menées aux côtés des évêques et tout particulièrement de Mgr Van Bommel contre le libéralisme et la maçonnerie. La rupture de l’Union, concrétisée par les prises de position au niveau national de Devaux, Rogier et Lebeau, prive les catholiques liégeois des derniers alliés libéraux qui leur étaient restés, et qui leur étaient d’un précieux secours lors des luttes électorales. Il ne faudra pas attendre longtemps (les élections de 1843) pour prendre conscience de la réalité de leur affaiblissement.

97Les libéraux, au contraire, débarrassés de leur étiquette antinationale que leur conférait la présence d’orangistes dans leurs rangs, soutenus par la force agissante de la maçonnerie, forgent leur unité dans ces luttes contre le cléricalisme. Le soutien qu’ils apportent au gouvernement de Lebeau et Rogier les rapprochent des anciens unionistes libéraux.

98La presse, dans toute cette évolution, a joué un rôle considérable. C’est parce qu’il ne se sent pas suffisamment soutenu par le Courrier de la Meuse que l’évêque de Liège doit répondre personnellement aux brochures et aux articles des quatre journaux libéraux. Avec les coups qui lui sont portés, c’est tout le catholicisme politique liégeois qui s’en trouve affaibli.

99L’influence de la presse libérale, l’évêque est le premier à le reconnaître, est écrasante à Liège et elle contribue à former politiquement une large fraction du corps électoral. Les rapprochements de tendances, les regroupements de journaux contribuent à donner une plus grande unité au libéralisme.

100Alors que le mouvement libéral liégeois n’attend plus que d’être structuré pour faire sentir toute sa force, les catholiques vont se trouver contraints de chercher des positions de repli qui leur permettraient de résister encore.

Notes

1 En 1835, les députés étaient N. Fierlands, Pouplin et Proost. Les réunions de la loge se tenaient les 2e et 4e lundi de chaque mois, Almanach des Francs-Maçons à l’Orient de Bruxelles, 5835 (1835), p. 16 (Collection F. Borné). En 1836, ces députés étaient J. Putzeys, avoué à la Cour d’Appel de Huy, Weustenraad, auditeur militaire, et Hennebert-Rouma. Les réunions de la loge avaient lieu tous les vendredis, Annuaire maçonnique... pour 5837, (1837), p. 20 (Collection Capitaine). Dans une lettre non datée mais postérieure au 23 mars 1838, adressée par la Parfaite Intelligence, conservée à la B.R., II.11246A (ancienne bibliothèque De Jonghe), les francs-maçons liégeois révèlent que l’adhésion de la loge au Grand Orient avait été votée « quoiqu’il y ait doute et partage sur la légalité du Grand-Orient, institué de son propre chef ».

2 E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, p. 88. Grand Orient de Belgique. Livre d’Architecture. Résolution du 17 décembre 1837. Relaté également par l’Annuaire maçonnique... 5840, pp. 108-109.

3 Annuaire..., ibidem.

4 A.R.A., Ministerie van Oortog, no 270. Lettre de G. Moens au général Dibbets, Maastricht, le 1er janvier 1838. Depuis notre défense, cette lettre a été publiée dans E. WITTE et F. BORNE, op. cit., p. 95.

5 Cf. note 2.

6 Annuaire... 5840, p. 49 et J. GOFFIN, Histoire populaire..., p. 427.

7 J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., p. 14.

8 C’est ce qu’affirme J. GOFFIN, op. cit., p. 427. La lettre de la Parfaite Intelligence (après le 23 mars 1838), sans parler explicitement de cet article, critique l’inaction du Grand Orient. Les francs-maçons « se flattaient que, de ce centre nouveau, devait partir une impulsion forte et salutaire, que de ce foyer régénérateur une propagande philosophique et libérale allait surgir pour aider le pays dans l’œuvre importante de ses institutions. Leurs espérances furent bientôt décues. Rien ne fut entrepris pour associer la Maçonnerie au progrès de l’élément libéral ». Dès la réunion du 26 décembre 1837, les questions politiques furent à l’ordre du jour si l’on en croit la lettre de Moens au général Dibbets du 1er janvier 1838. A.R.A., Oortog, no 270.

9 Voir plus loin, pp. 217 et sv.

10 Lors de son installation comme vénérable, le Frère Anciaux rappellera « Avant 1838 et surtout à cette époque, lorsque les évêques renouvelèrent une bulle d’excommunication contre la Maçonnerie, tous les Frères de la Loge de Liége y répondirent par une assiduité constante à tous nos travaux et firent tellement de prosélytes que le local de la Loge ne suffisait plus pour le nombre considérable de Frères qui la fréquentaient ». Cité par E. WITTE et F. BORNE, op. cit., p. 673. Mgr Van Bommel est le premier à l’époque à reconnaître le fait. A.A.M., Fonds Sterckx, III, Lettre de Mgr Van Bommel au cardinal Sterckx.

11 Bibliothèque de la Ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 1124. Fédération des loges belges. Statuts ; l’article 1 donne le nom exact : Fédération maçonnique de Belgique.

12 En 1842, un dignitaire de la loge verviétoise demandera confirmation à Liège de l’existence d’un point du règlement particulier de la Parfaite Intelligence qui stipulerait que les néophytes devaient contracter l’obligation de voter dans le sens libéral. Son intention était de le faire introduire dans le règlement des Philadelphes. Ibidem, Collection Capitaire, no 1143, pièce 59. Lettre de J.L. Massau, maître à Bailleux, Verviers,24e jour de Qhisleu 5842 (24 novembre 1842), publiée aussi dans E. WITTE et F. BORNE, op. cit., p. 431. Les auteurs de cette publication notent que l’on ne trouve aucune mention d’une telle obligation dans le règlement en question, et pourtant J.L. Massau tenait ce renseignement de J.J. Collette, dignitaire de la loge liégeoise. Quoiqu’il en soit, il apparaît bien que cette obligation était au moins sous-entendue.

13 Le Vénérable de la Parfaite Intelligence rappelle ces obligations aux approches des élections. Voir E. WITTE et F. BORNE, op. cit., pp. 300, 320, 439 etc.

14 Loge « La Parfaite Union », Mons. Projet de réforme maçonnique proposé au Grand Orient de Belgique le 23e jour, 10° mois 5838 (23 décembre 1838), publié par E. WITTE et F. BORNE, op. cit., pp. 190-201.

15 Fédération maçonnique de Belgique. Examen d’un projet de réforme maçonnique, Liège, P.J. Collardin, 5839 (1839), est publié aussi dans E. WITTE et F. BORNE, op. cit., pp. 282-298. Cinq cents exemplaires en ont été tirés, ibidem, p. 269.

16 Ibidem, pp. 252, 259-260, 272-274. Grand Orient, décisions des 17 et 19 juin 1839 et de fin juillet 1839.

17 E. WITTE, Potitieke machtsstrijd in en om de voornaamste belgische steden, t. 1, pp. 188-201 et J. BARTIER, Théodore Verhaegen, la franc-maçonnerie et les sociétés politiques, dans Revue de l’Université de Bruxelles, nouvelle série, 16° année, octobre 1963 - avril 1964, 1-2-3, pp. 137-223.

18 Voir chapitre VI.

19 Sur le choix du baron de Stassart comme Grand Maître et sur l’action de Verhaegen, voir J. BARTIER, op. cit., pp. 137-223, E. WITTE, Politieke machtsstrijd..., pp. 188-191. Documents dans E. WITTE et F. BORNE, op. cit.

20 Mêmes références, ainsi que F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, première partie, pp. 105-111.

21 Le texte du mandement est publié dans Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions de Mgr C.R.A. VAN BOMMEL, t. 2 (1838-1844), pp. 1-82 ; « Pourquoi me faudrait-il connaître toutes les nuances des sociétés secrètes ? Pourquoi me citeriez-vous ou tels grades, ou telles loges, comme ayant droit à être jugées avec plus d’indulgence ? Je sais une chose, et elle me suffit : c’est que la Chaire de saint Pierre les a condamnées toutes. Soyez donc catholiques obéissants et sortez de là (...) », p. 13 ; « Et sera notre présent mandement lu le Dimanche de la Sexagésime et de la Quinquagésime, à toutes les messes où il y a obligation de faire l’instruction et le dispositif d’icelui affiché aux portes des Eglises », p. 22. A propos de ce mandement du 5 février 1838, Mgr Van Bommel écrivait à Mgr Sterckx le 15 février 1838 (A.A.M., Fonds Sterckx, III) : « Pardonnez au général d’avant-garde si forcé par l’ennemi, il a été faire un coup de main motu proprio. Nos loges ont tant fait écrire à leurs trois journaux quotidiens de Liège (hélas presque exclusivement lus) qu’on disait déjà tout haut que l’effet de la circulaire était anéanti. Il est certain qu’on n’a point encore appris le retour d’un seul franc-maçon depuis cette pièce. J’ai donc cru bien faire en l’appuyant et vous verrez que je suis resté dans les termes de la circulaire ».

22 Ch. LESAGE (J.J. COLLETTE), Considérations sur le mandement de carême pour l’an de grâce 1838, publié par Mgr Van Bommel, évêque de Liège, précédées d’observations respectueuses sur la circulaire des évêques de la Belgique contre les francs-maçons, s.l.n.d. (Liège, Collardin, mars 1838), 16 pp. in-8°.

23 A.R.A., Oorlog, no 271, Moens à Dibbets, Liège le 10 mars 1838.

24 Courte réponse à un pamphlet hérétique, Liège, Grandmont-Donders (1838), 12 pp. in-12°. « Des personnes simples et de bonne foi s’y sont laissé prendre, et l’on sait, à n’en pouvoir douter, que plusieurs catholiques fidèles surtout parmi les habitants des campagnes, venus pour leurs affaires et auxquels on l’avait distribué, ont refusé de s’en déssaisir, croyant posséder le Mandement de leur Premier Pasteur » (pp. 1-2).

25 Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions de Monseigneur C.R.A. VAN BOMMEL, évêque de Liège, années 1838 à 1844, Liège, Kersten, 1845, t. 2, pp. 505-558.

26 Alphonse Neef (Hodimant près de Verviers 1809 - Château de Sainval à Tilff 27 décembre 1859), conseiller provincial de 1838 à 1856, puis sénateur, élu par l’arrondissement de Liège de 1856 à 1859. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1859, pp. 74-78.

27 ARCHIVES DE L’ÉTAT A LIÈGE, Commune de Tilff, Registre aux délibérations.

28 Journal historique et littéraire, t. 4, 1838, p. 7. Courrier de la Meuse, 23, 26, 27 et 29 mars 1838.

29 L’histoire de ces décisions est retracée dans le Journal historique et littéraire, t. 5, pp. 14-15.

30 Nous avons traité de ce point dans notre mémoire de licence, pp. 179-183.

31 A.A.M., Fonds Sterckx, III, lettre de Mgr Van Bommel au cardinal Sterckx, 9 avril 1838.

32 Le Libéralisme, par MM. GRANDFILS et... (Liège, 1838), 13 pp. in-8°. Cette brochure s’attira une réplique vigoureuse des libéraux dans Mission à Tilff, Lettres à Mxxx, Liège, 1838, 80 pp. in-8°. Rédigée par le maçon Leloup ; la loge en acheta 1.000 exemplaires à distribuer dans les campagnes. E. WITTE et F. BORNE, op. cit„ p. 133.

33 Imprimerie des Missions (Collardin), 1838, in-8° br. Nous savons que la première édition fut publiée à cette date par une lettre de Moens au général Dibbets, à Liège, 5 avril 1838. A.R.A., Oorlog, no 271.

34 Conservées à la Bibliothèque de la Ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, sous les nos 2666, 2669, 2670, 2671. Le titre de la brochure flamande est Brief van Eustachius Open-hart aan K.R.A. Van Bommel, bischop van Luik, Antwerpen, 1832, in-32 br.

35 J. GOFFIN, Histoire populaire..., p. 426, A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, minute du 9 avril 1838. Le cardinal reconnaît que c’est « très mauvais, schismatique, impie ».

36 Mémorial administratif, t. 8, p. 164. Bellefroid était avocat, inscrit au barreau de 1821, il devient, à la même date, conseiller communal à Liège jusqu’en 1824 où il devient membre de la députation permanente du conseil provincial. Il était « attaché à l’ancien gouvernement que la révolution de 1830 a brisé », mais non sans reconnaître les erreurs de celui-ci. Cf. nécrologie dans L’Espoir, 22 mars 1838.

37 L’Espoir, l’Industrie et le Journal de Liége, 1er mai 1838.

38 L’Espoir, 2 mai 1838.

39 Courrier de la Meuse, 7 mai 1838. Jacques de Longrée (1791-1859), avocat depuis 1815, attaché au « parti catholique modéré », élu en 1839 au conseil communal de Liège, siège jusqu’en 1841. En 1846, conseiller provincial de Namur, pour le canton de Fosse. Il prit part à la création et à la conservation de la Société Cockerill. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1859, pp. 61-62.

40 Cette phrase tirée du Politique du 26-27 mai 1838 est aussi valable pour l’une ou pour l’autre des tendances en présence.

41 Sur les 1.035 électeurs du canton, 854 se présentent, soit 150 de plus qu’aux élections provinciales de 1836 où dix conseillers devaient être élus. Neef l’emporte avec 446 voix contre 415 pour de Longrée. Résultats dans l’Espoir, l’Industrie, le Journal de Liége, le Politique, du 28 mai 1838 et Courrier de la Meuse, 29 mai 1838.

42 Courrier de la Meuse, 29 mai 1838.

43 A.A.M., Ponds Sterckx, III, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 15 février 1838.

44 Ibidem, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 9 avril 1838.

45 Comme défenseur de l’évêque paraît Le libéralisme par Mgr Grandfils et xxx, s.l.n.d., 14 pp. in-8° qui traite particulièrement de l’affaire de Tilff. Une nouvelle attaque qui paraît à Gand témoigne du retentissement de la lettre d’Eustache Lefranc : Complaintes de Xavier Capellari à LL.GG. Messeigneurs les archevêques et évêques de la Belgique au sujet de la lettre d’Eustache Lefranc, adressée à Mgr Van Bommel, évêque de Liége, Gand, 1838, 16 pp. in-18°.

46 Lettre d’un prêtre catholique à Mgr Van Bommel, Liège, Collardin (1838).

47 A.R.A., Oorlog, no 258, Moens à Dibbets, 17 septembre 1832.

48 MORSOMME, La raison triomphante ou le triomphe complet du catholicisme, Liège, Jeunehomme, 1833, 105 pp. in-12° et supplément de 36 pp. in-12° (Fonds Capitaine, no 698).

49 Bernard Wallop, né à Westroosebeeke le 1er octobre 1794, décédé à Gand en 1859, ex-aumonier de la maison de réclusion de Vilvorde. Bibliographie nationale, t. 4, pp. 307-308.

50 B. WALLOP, Mémoire adressé à Mgr Englebert, archevêque de Malines, Bruxelles, 1837 ; Première lettre adressée à Mgr Sterckx, Bruxelles, 1841 et Détails historiques des Charitables épreuves auxquelles l’archevêque de Malines a soumis Bern. Wallop, prêtre, Bruxelles, 1841 (Fonds Capitaine, no 702).

51 Même ouvrage, 3e édition, Liège, 1841 ; 4e édition, Liège, 1841 et 5e édition, Liège, 1841 (Fonds Capitaine, nos 703, 704, 705).

52 B. WALLOP, Deuxième lettre à Mgr Sterckx. De l’abus que l’on [ait du culte des saints, Liège, 1841 et même ouvrage, 4e éd., Liège, 1841 (Fonds Capitaine, nos 706-707).

53 Idem, 3e lettre. De l’envie de Mgr l’archevêque de Malines d’être un homme politique, Liège, 1841 et 4e lettre, De la liberté de l’enseignement, Liège, 1841 (Fonds Capitaine, nos 708-709).

54 Pierre-Joseph Peurette, né à Liège en 1799 et y décédé le 31 décembre 1879, partisan des idées de Lamennais, ex-rédacteur du Siècle et de l’Union à Bruxelles de 1832 à 1837. Bibliographie nationale, t. 4, pp. 307-308.

55 Abbé PEURETTE, De la fausseté des principes émis par M. Van Bommel, évêque de Liége, et les organes des partis rétrogrades, sur l’instruction primaire, secondaire et universitaire, la main-morte, l’amovibilité des curés, le flamand hollandisé, etc., Bruxelles, J. Demat, 1841, 264 pp. in-8°.

56 Liège, Collardin, 1841 (Fonds Capitaine, no 1102).

57 Mémoire pour François-Marie-Joseph Van Moersel, curé de la Xhavée, appelant comme d’abus de la révocation prononcée contre lui par M. Van Bommel, évêque de Liége, Liège, 1846.

58 Cf. Congrès libéral de Belgique. Séance du 14 juin 1846, chez tous les libraires, 1846, p. 64.

59 Le titre est repris à Mgr SIMON, Le cardinal Sterk et son temps, t. 1, Wetteren, 1950. Il en fait l’objet d’un paragraphe, pp. 427-432.

60 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 8, no 429, p. 378.

61 Protestation motivée de Monseigneur l’évêque de Liège contre la décision prise le 5 octobre 1838 par la députation permanente du conseil provincial de Liége, concernant les élèves en théologie en matière de milice, dans Mandemens, lettres pastorales circulaires et instructions de Mgr Van Bommel, évêque de Liége, t. 2, 1838-1844, pp. 49-58, date du 30 novembre 1838.

62 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 8, supplément au no 424, p. 4.

63 Mandemens, lettres pastorales, circulaires et instructions..., t. 2, pp. 59-97.

64 Pasinomie, 3e série, t. 9, 1839, pp. 43-44.

65 La Protestation et la Réponse de l’évêque parurent en tiré-à-part chez Kersten en 1838, en in-8° de 12 et de 20 pp.

66 Mgr Van Bommel, Réponse aux insinuations de la presse contre les fabriques d’Eglise à Liége, Liège, Grandmont-Donders, 1841 (Fonds Capitaine, no 2322). Il republia à la même occasion son Instruction sur l’administration des fabriques d’Eglise, 2e éd., Liège, 1841 dont la première édition était parue à Liège en 1835 (Fonds Capitaine, no 2383). Cette brochure valut à Mgr Van Bommel la réplique de Lion, ancien agent du domaine, Dernier mot en réponse aux imputations dirigées contre les agents du domaine par Mgr Van Bommel, Liège, 1841 (Fonds Capitaine, no 2321). J. BARTIER, Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, t. X, 1968, pp. 33-106, a replacé cette querelle dans son contexte.

67 F.A.J. AMIABLE, instituteur en chef de l’école du gouvernement à Namur, mis en non-activité, dénonce cette ingérance dans une brochure publiée à Liège : Le bon droit revendiqué ou déclamations sur les causes de la décadence et de la chute prochaine des écoles élémentaires fondées par l’autorité civile en Belgique et spécialement de l’école du gouvernement établie à Namur, en 1825, Liège, P.J. Collardin, 1833, 26 pp. in-8°.

68 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, pp. 372 et sv.

69 Les trois parties sont publiées en 1840 chez P. Kersten et comptent ensemble 528 pp. in-8°.

70 Nous revenons brièvement sur la question, remise dans un autre cadre, dans le chapitre suivant.

71 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, s.d. et réponse du cardinal, minute du 6 décembre 1839.

72 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, farde sur la brochure « Exposé des vrais principes ». Lettre du cardinal, Malines, le 10 janvier 1840. « La lecture que je viens de faire de la première partie de votre ouvrage me fait craindre que dans la deuxième partie vous n’exigiez pour le clergé une part plus grande qu’il n’a le droit d’avoir dans la direction des écoles » et il attire l’attention sur les matières mixtes. « Attention, dira-t-il encore le 12 janvier 1840, mixti fori, matières mixtes. L’Etat n’a rien à voir dans les matières spirituelles, mais bien dans les matières laïques. »

73 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, farde « Exposé... », minute de l’évêque, sans date, mais jointe à la lettre du cardinal renseignée dans la note précédente, du 10 janvier 1840. « L’essentiel, c’est de faire adopter la première, c’est-à-dire le principe dans toute sa rigueur, comme dans toute son évidence. »

74 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 2 janvier et 29 janvier 1840.

75 Ibidem, lettres à Peyrot, 29 janvier 1840 ; la farde sur la brochure contient un grand nombre de lettres accusant réception.

76 Ibidem, lettres à Peyrot, 14 avril 1840.

77 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 2 janvier 1840.

78 Ibidem, 29 janvier et 18 février 1840.

79 Ibidem, 18 février et 23 février 1840.

80 Voir plus loin, p. 236.

81 Analyse de l’Exposé des vrais principes sur l’instruction publique par Mgr l’Evêque de Liége, Liège, Kersten, 1840, 110 pp. in-8°. A.Ev.Lg, Papiers Van Bommel, Correspondance politique. Lettre du comte F. de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 23 février 1841. Le comte annonce que la distribution a été faite.

82 Voir les positions de repli des catholiques.

83 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, Liège, 27 novembre 1840 et 16 février 1841. Edition en néerlandais : Kort begrip der voorstelling van de ware beginselen over het openbare onderwijs, La Haye, Van Langehuysen, février 1841, 108 pp. in-8°.

84 Ibidem, Correspondance politique, lettres du comte de Mérode, 2 janvier et 23 février 1841. Dans la première, le comte rapporte que l’archevêque de Reims lisait l’Exposé « lorsqu’il reçut la visite de Mgr Mathieu, archevêque de Besançon. Celui-ci a été si content de l’ouvrage qu’on lui donnait en lecture au palais épiscopal de Rheims (sic) que Mgr Grousset le lui a laissé emporter, et voici les paroles de l’archevêque de Besançon à propos du susdit ouvrage : c’est dans son genre la cathédrale de Rheims ». Ibidem, F. de Mérode à Mgr Van Bommel, Bruxelles, 3 mai 1841 : « Avant de quitter Paris, Mr de Montalembert m’a écrit qu’il avait arrangé avec Delécourt la réimpression de votre livre des vrais principes ».

85 H.T. DESCHAMPS, La Belgique devant la France de juillet. L’opinion et l’attitude française de 1839 à 1848, Paris-Liège, 1956, pp. 420-427. Les catholiques français et la « liberté comme en Belgique ».

86 VAN BOMMEL C.R.A., Die Wahren Grundsätze des offentlichen elementar und gymnasial Unterrichtes in seinen Bezichungen zur Religion, aus dem Franz, übers., Anmerkungen und Zusätzen von Dr. P.J.A. Schmitz, Regensburg-Mayence, 1849, 2 vol. in-8°.

87 (L. RENARD), De l’instruction publique en Belgique dans ses rapports avec les institutions et les mœurs du pays ; ou réponse d’un catholique constitutionnel à l’ouvrage publié par Mgr l’Evêque de Liége sous le litre d’Exposé des vrais principes de l’instruction par Eustache Lefranc, 1re partie, Liège, P.J. Collardin, 1840, 281 et LXX pp. in-8°. CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2550. Lex-abbé Peurette que nous avons rencontré précédemment fit paraître, nous l’avons dit, un volume touffu intitulé : De la fausseté des principes émis par M. Van Bommel, évêque de Liége, et les organes du parti rétrograde sur l’instruction primaire, secondaire et universitaire, la main-morte, l’amovibilité des curés, le flamand hollandisé, etc., Bruxelles, J. Demat, 1841, 264 pp. in-8°.

88 (C. VAN BOMMEL), Réponse à un honorable membre de la Chambre des représentants sur un [ait particulier relatif à l’enseignement religieux dans les collèges, par Mgr l’évêque de Liége, Liège, P. Kersten, 1841, 16 pp. in-8°.

89 A.R.A., Oorlog, no 278, lettre de l’abbé Moens au gouvernement hollandais, Liège, le 13 avril 1841 : « La Réponse de la régence est entre les mains de toutes les familles, et toutes ces familles la commentent. Aussi, les moyens de propagation étaient infaillibles : la régence a fait tirer 1500 exemplaires (au lieu des 2000 comme il avait été dit en premier lieu) ».

90 Ibidem, le titre de la brochure est : W. FRÈRE, Rapport fait au conseil communal de Liège sur les imputations dirigées contre cette autorité dans une brochure de Mgr l’Evêque Van Bommel, Liège, Riga, 1841, 48 pp. in-80. Les deux éditions sont conservées aux CHIROUX, Fonds Capitaine, nos 2672 et 2678.

91 (C. VAN BOMMEL), Examen des faits et doctrines consignés dans le rapport adopté par le conseil communal de Liége, dans sa séance du 27 mars 1841, par Mgr l’évêque de Liège, Liège, Kersten, avril 1841, 64 pp. in-8°. CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2680.

92 J.B.J. LEJEUNE, Rectifications de plusieurs faits avancés dans le rapport de M. Frère approuvé par le conseil communal de Liège, concernant les ecclésiastiques chargés en 1832-33 de l’enseignement religieux au collège de cette ville, Liège, Grandmont-Donders, 1841, 33 pp. in-80. CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2677.

93 Bernard WALLOP, Un mot en forme de lettre sur la réponse de Mgr l’évêque de Liége au rapport adressé à la régence de cette ville par sa commission de l’instruction publique, Liège, 1841, 6 feuillets in-8°. Fonds Capitaine, nos 2673 et 2674.

94 C.R.A. VAN BOMMEL, Mémoire sur l’état financier du Séminaire de Liége, 1847, 20 pp. à 2 col., in-4° et Réponse à M. Frère, ministre des travaux publics, suivie de la lettre épiscopale, 23 novembre 1847, Bruxelles, 1847 ; Lettre au ministre de la justice sur les affaires ecclésiastiques, Liège, 1848, 21 pp. in-4°.

95 Annoncé dans la presse liégeoise, le 27 décembre 1839.

96 Nicolas Hanquet (Liège 1798 - Bruxelles 28 décembre 1858), conseiller communal de 1836 à 1840, échevin de 1839 à 1840, fabricant d’armes, administrateur de la Banque de Belgique à Liège, il abandonne ses affaires fin 1840 pour se rendre pendant plusieurs années au Brésil. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1858, pp. 98-101.

97 « M. Hanquet appartient à l’opinion libérale, mais à l’opinion libérale sage, modéré, tolérante à l’opinion des hommes qui veulent sincèrement l’ordre et la Constitution, l’accord de la liberté avec le besoin de repos (...) », Politique, 20 janvier 1840.

98 Delfosse, après son échec aux élections législatives de juin 1839, avait démissionné de ses fonctions de conseiller provincial et député permanent, dès le début de juillet 1839, en faisant savoir avec éclat aux électeurs qu’il ne voulait plus les représenter, eux qui ne semblaient vouloir « ni de la réforme électorale, ni de l’organisation prompte et convenable de l’enseignement primaire, ni la prospérité des universités de l’Etat (...) ». Courrier de la Meuse et L’Espoir, 3 juillet 1839. C’est sur la base de ce programme et surtout de la réforme électorale que L’Espoir présente la candidature de Delfosse dans son numéro du 4-5 janvier 1840.

99 Voir plus loin.

100 Journal de Liége et Industrie, 6 janvier 1840.

101 Hanquet lance une attaque très vive contre « l’ultra-libéralisme », contre Delfosse qui est « le représentant de l’opinion exagérée, d’une opinion qui (...) exclut toute possibilité d’une existence gouvernementale sage et régulière». Courrier de la Meuse et Politique, 22 janvier 1840. Les libéraux parlent de volte-face « scandaleuse ». L’opinion libérale se voit traitée d’une manière indigne, s’écrie le Journal de Liège, 29 janvier 1840.

102 Sur cette crise, voir B.S. CHLEPNER, La banque en Belgique. Etude historique et économique. Le marché financier belge avant 1850, Bruxelles, 1926. L’Indépendant, de Bruxelles, du 29 janvier insiste sur cette corrélation.

103 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 29 janvier 1840 : « Vous aurez lu la déconfiture Hanquet, la victoire Delfosse, le temps nous apprendra s il ne faudra pas faire changer d’épithètes à ces messieurs. Nos honnêtes gens verront-ils clair à la fin ? ».

104 Voir l’attitude de L’Indépendant de Bruxelles, des 22, 27 et 29 janvier 1840.

105 Sur l’action de Paul Devaux, voir notre notice dans la Biographie nationale, t. 34, c. 211-230 et C. LEBAS, L’Union des catholiques et des libéraux de 1839 à 1847. Etude sur les pouvoirs exécutifs et législatifs. Louvain-Paris, 1960, pp. 54-56 et p. 84.

106 Pour cette étude, voir plus loin.

107 De façon générale, pour plus de détails sur l’évolution de la presse liégeoise, voir notre Etude de la presse liégeoise. Sur la presse orangiste, ibidem, pp. 115-116.

108 A.G.R., Papiers Rogier, no 277. F. Hubart à Ch. Rogier, 4 avril 1840 : « Ils sont disposés, dit-il, à faire tout ce que la couleur de L’Espoir permet pour le rendre possible ».

109 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 84-85.

110 Ibidem, pp. 86-87.

111 Et non pas le 1er août 1841 comme le dit par erreur U. CAPITAINE, Recherches, p. 209.

112 La Tribune, 2 avril 1841. Ce texte figure déjà dans L’Espoir du 26 mars 1841.

113 Voir le tableau des tirages, dans notre introduction.

114 Gazette de Liége, 13-14 mai 1847.

115 Cf. tableau.

116 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 81-114.

117 Pierre Kersten avait, en avril 1834, fondé sous l’impulsion de Mgr Van Bommel une revue mensuelle, le Journal historique et littéraire, voir ibidem, pp. 171-183.

118 Ibidem, pp. 24-25.

119 Sur la Gazette de Liége, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 26-58.

120 A. CORDEWIENER, Attitudes des catholiques et de l’épiscopat devant les problèmes posés par l’organisation de leur presse à Bruxelles (1831-1843), dans Revue belge d’histoire contemporaine, pp. 27-43.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search