Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre III. L’Union libérale (1833-1839) : vers la coordination des oppositions

Texte intégral

1Dans les deux chapitres précédents apparaît déjà, en filigrane, le rôle important joué par l’Union libérale comme cristallisateur des oppositions. Le pluriel indiqué ici est important. Effectivement, si les libéraux, comme nous l’avons dit, étaient, à Liège, plus nombreux en dehors que dans les rangs de l’Union catholico-libérale, ils ne se présentaient nullement, tout au moins au cours des premières années de notre indépendance, sous un front uni. Outre le groupe orangiste étudié précédemment, bien des nuances se distinguaient et se heurtaient parfois dans l’opposition libérale. Ce sera le rôle de cette Union libérale, dont la désignation indique à l’origine bien plus un but poursuivi qu’une réalité concrète, que de donner une base d’accord commune aux différents groupes et à partir d’objectifs simples, d’élargir le programme d’action et de revendications, posant ainsi les premiers fondements sur lesquels se bâtira la prépondérance libérale à Liège au xixe siècle.

1. La diversité des oppositions (1830-1833)

  • 1 A.G.R., Papiers Rogier, no 255. Rapport confidentiel du gouverneur Tielemans, 16 septembre 1832.

2Dans un rapport confidentiel de septembre 1832, le gouverneur de la province de Liège, François Tielemans, attirait l’attention du gouvernement sur la transformation du caractère oppositionnel à Liège. Les orangistes et les réunionistes n’y jouent plus le premier rôle, explique-t-il. « Les plus nombreux et les plus influents appartiennent à une autre catégorie. Ce sont les libéraux exclusifs qui redoutent je ne sais quelle domination catholique ou cléricale, blâmant la marche et les actes du gouvernement sous le prétexte qu’il favorise les catholiques aux dépens de la civilisation et de ses futurs progrès. Ce sont les industriels fatigués d’un provisoire qui blesse leurs intérêts et pressés d’obtenir n’importe comment une solution qui rende au pays sa prospérité industrielle et commerciale. Enfin ce sont beaucoup d’hommes qui, voyant l’instabilité dans tout ce qui les entoure, sentent leurs convictions les plus fortes s affaiblir graduellement, doutent de l’avenir et en viennent malgré eux à regarder comme précaires toutes les positions sociales et individuelles qui sont nées de la révolution1. »

3En fait, ces différents éléments d’opposition, dénoncés par Tielemans, existent en germe dès le lendemaint des journées révolutionnaires. Avant la constitution d’un comité de l’Union libérale, en mai 1833, l’opposition qui se manifeste à l’égard du gouvernement apparaît sous des aspects très fluctuants et ne présente pas d’unité. Seule une analyse approfondie permettra d’en faire apparaître les traits particulièrement marquants.

Industriels et doctrinaires

  • 2 Cf. Chapitre II, § 1. Le mécontentement des industriels.

4Jusqu’au milieu de l’année 1831, la forme essentielle de l’opposition au gouvernement s’exprimera par l’intermédiaire des récriminations des industriels. Le mécontentement de ces milieux, cela a été mis en évidence précédemment, était dû à la situation économique difficile dans laquelle se trouvait le pays au sortir de la révolution2.

  • 3 Cette idée est constamment exprimée par le Journal de la Province de Liége. Il écrit, le 3 décembr (...)

5La notion d’industriel doit être prise dans un sens très large. Il s’agit non seulement de fabricants mais aussi de commerçants et également d’autres personnes exerçant des professions diverses, libérales, avocats, professeurs d’Université, etc., qui estiment que les intérêts moraux rencontrés par la révolution ne compensent nullement le mal que celle-ci a causé selon eux, à l’industrie3. C’est parmi eux que, naturellement, les dirigeants des mouvements pro-étrangers rencontrent leur plus large soutien. Cependant, parmi ces personnes inquiètes du sort de l’industrie, toutes ne sont pas, loin s’en faut, des inconditionnelles de ces solutions. Pour beaucoup, et le rapport de Tielemans le met bien en évidence, seul le caractère provisoire sous lequel leur apparaît, au cours de cette période, la situation politique du pays, les entraîne à regarder vers l’extérieur sans qu’une option de base ne s’impose, sinon au gré des affinités personnelles ou des circonstances plus ou moins favorables : de là découle le côté fluctuant, montré précédemment, de ces aspirations.

  • 4 C’est le 2 décembre 1832 que le Journal de la Province de Liége prend définitivement le titre de J (...)
  • 5 Sur l’évolution du Journal de la Province, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 59-114.
  • 6 Journal de la Province, 21 juillet 1831.

6Cette attitude transparaît clairement dans l’évolution du Journal de la Province de Liége, futur Journal de Liège4. Après une campagne de reproches où il fait part des griefs des industriels, il penche vers la réunion à la France dont il devient le chaud propagandiste5 mais dès l’avènement du roi Léopold, au moment où le sort de la Belgique semble enfin se fixer définitivement, il accepte, sans enthousiasme mais avec réalisme, le fait accompli et annonce sa volonté de combattre, sur le plan intérieur cette fois, la coalition gouvernementale. Il dénonce la part prépondérante prise par les catholiques dans l’administration du pays et, dès lors, les arguments anticléricaux vont prendre le dessus dans ses polémiques6.

7L’anticléricalisme qui réapparaît ainsi dans toute sa vigueur n’avait jamais cessé d’exister mais il s’était trouvé masqué sous les griefs industriels.

  • 7 Jacques Desoer (Liège 1782 - 25 mai 1851), propriétaire du Journal de la Province, ensuite Journal (...)
  • 8 Auguste Delfosse (Liège 1801 - 22 février 1858), avocat, conseiller communal à Liège de 1833 à 183 (...)
  • 9 Journal de la Province, 18 novembre 1830.
  • 10 Journal de la Province, 18 octobre 1830.
  • 11 Frans VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, dans Revue d’histoire moderne,(...)

8En fait, le groupe qui se rallie autour du Journal de Liège, — les rédacteurs dirigés par Jacques Desoer7, et ses amis politiques dont Auguste Delfosse8, ainsi que les nombreux lecteurs fidèles au journal, — n’avait jamais été favorable à l’union avec les catholiques. « Nous sommes contre l’Union », déclarent-ils encore en novembre 1830, « parce que nous aimons le langage clair et précis »9 et ils dénoncent la trop large part d’influence accordée par le gouvernement provisoire aux catholiques, et particulièrement aux prêtres, électeurs de droit10. Ils sont partisans convaincus de la suprématie du pouvoir civil sur l’autorité religieuse, les héritiers directs, parfois ceux-là mêmes qui avaient, tant en 1790 qu’à l’occasion du « Jugement doctrinal » des évêques en 1815, dénoncé et combattu « l’arrogance sacerdotale »11.

9Il est intéressant de noter que libéraux anticléricaux et représentants des milieux industriels s’expriment par le même organe, le Journal de Liége. Ce lien restera une caractéristique essentielle de la vie politique liégeoise.

  • 12 Les problèmes du vocabulaire politique ne sont pas simples et pour justifier notre appellation nou (...)
  • 13 « On a fait justice du droit divin, à la bonne heure : c’est une absurdité de moins entre celles d (...)
  • 14 Journal de la Province, 18-19 octobre 1830 (article de communiqué) et 27 octobre 1830.
  • 15 « La république est une forme de gouvernement impraticable en Belgique », Journal de la Province, (...)

10Autre trait important à retenir chez ce groupe, c’est la tendance conservatrice, appelée plus tard doctrinaire, qui s’y exprime12. Le Journal de Liége s’oppose violemment à la « théorie erronnée de la souveraineté du peuple » que le gouvernement semble consacrer dans ses arrêtés13, il critique la création d’électeurs capacitaires, n’acceptant que le cens comme critère électoral14, il repousse l’idée d’une solution républicaine pour le pays15.

  • 16 Frans VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, op. cit„ pp. 173-174.
  • 17 Jules Putzeys (Liège 1809 - Ixelles 2 janvier 1882), avocat, attaché en 1829 au parquet du procure (...)

11Il se distingue ainsi fondamentalement d’un autre groupe d’opposants qui, adhérant avec enthousiasme à la révolution belge, veut pousser, dans leurs limites extrêmes, les conséquences de l’esprit de liberté qui a soufflé sur le pays. Les ancêtres des libéraux, ceux de 1790, les Vonckistes avaient, eux aussi, connu leur aile radicale ; dominée par l’avocat d’Outrepont, elle réclamait, outre les Droits de l’homme et l’unité des provinces, une assemblée nationale populaire et la réelle souveraineté du peuple16. Les idées exprimées à Liège en 1830 par les avocats Putzeys et Colette, les Bayet17 etc. sont très semblables.

Progressistes

  • 18 Nous avons déjà parlé de la fondation et de l’évolution de cette Association, pp. 74-75.
  • 19 Les comptes rendus de l’Association patriotique liégeoise sont publiés dans le Citoyen qui exprima (...)
  • 20 Auguste Bayet propose que dans les réunions électorales, les non-électeurs aient part aux discussi (...)

12Membres de l’Association patriotique liégeoise, ils sont les principaux responsables de l’évolution de cette société dans un sens « démocratique »18. Ils en font bientôt un cercle qui critique le gouvernement provisoire. A côté de manifestations d anticléricalisme, ils réclament surtout une application concrète du principe de la souveraineté populaire19. Partisans d’une large participation des citoyens à la vie politique, ils veulent inviter les non-électeurs aux réunions pré-électorales20. De ce fait, ils posent déjà une question essentielle et extrêmement épineuse qui divisera longtemps les libéraux liégeois.

  • 21 La date exacte de la disparition de l’Association patriotique liégeoise n’est pas connue. Elle dut (...)

13L’échec total des idées défendues par l’Association patriotique et la disparition de celle-ci en mars 1831 fera rentrer les progressistes dans le rang mais, dès 1836, ils reviendront agiter la vie politique liégeoise21.

14Cette distinction entre opposants de tendance conservatrice et de tendance progressiste, quoiqu’elle ne donna pas à l’époque lieu à un débat contradictoire, est en définitive plus fondamentale que les deux phases qui s’enchaînent très clairement dans la presse : la période industrielle et la période anticléricale. Alors que les deux tendances qui s’expriment ainsi sont finalement concordantes et que, dans la plupart des cas, elles s’épaulent pour critiquer le gouvernement catholico-libéral, la distinction conservateurs - progressistes constituera véritablement une divergence de vue profonde tout au long de l’étude.

15Les mêmes caractères se retrouveront : les conservateurs appelés plus tard doctrinaires apparaissent plus liés aux intérêts industriels, plus tournés vers les problèmes concrets : ils resteront plus proches de l’opposition extra-nationale, en comprenant leurs problèmes, tandis que, en contre-point, les progressistes se montrent plus désireux de faire triompher les intérêts moraux avant de s’inquiéter des problèmes économiques, ils font preuve de plus d’idéalisme. Ils ont une attitude pro-belge et sont nettement opposés aux éléments orangistes.

16Si, du fait de la confusion d’intérêts et surtout de la propagande que font en ce sens les orangistes et les réunionistes, le mécontentement industriel peut être présenté par le gouvernement comme une aspiration pro-étrangère et anti-nationale, la mise en évidence de ce groupe de libéraux pro-belges indique déjà la réalité, au début de 1831, d’une opposition sur le plan intérieur.

Transfuges unionistes

  • 22 La date de la convocation pour la constitution d’un comité provincial de l’Association nationale é (...)
  • 23 Les patriotes de l’Association nationale belge auxquels s’étaient mêlés des réunionistes, se rende (...)
  • 24 Notice sur Félix Hubart, voir premier chapitre, pp. 82-84.
  • 25 La faiblesse des libéraux au sein de l’Union en est une preuve. L’évolution d’attitude de Louis Ja (...)

17D’autres personnes déçues par la marche du gouvernement vinrent renforcer au fil des mois cette opposition. Ce fait apparaît très bien dans l’évolution d’attitude de la section liégeoise de l’Association nationale. Créée en mai 1831, cette Association avait pour but de « rallier tous les esprits à notre ordre constitutionnel joint à l’action du gouvernement »22. Patriotes et même ultra-patriotes, unionistes au départ parce que ce mouvement avait été à la base de l’indépendance du pays, ils formulent bientôt des critiques à l’égard du gouvernement parce que celui-ci se montre trop conciliant envers les grandes puissances dans la question des traités. En juin 1831, ils organisent une manifestation de rue pour protester publiquement contre le traité des XVIII Articles23. Ce mouvement contribue à détacher de l’unionisme bon nombre de libéraux pro-belges. Le cas du commissaire d’arrondissement Félix Hubart, ancien trésorier de l’Association nationale qui soutient, aux élections législatives d’août 1831, une liste de candidats opposés à l’Union, est caractéristique24. Enfin, les relations avec les catholiques lors des discussions au Congrès national déçurent aussi d’autres libéraux25.

  • 26 La fluctuation des opinions entre deux points aussi contradictoires que l’option orangiste ou réun (...)

18L’origine des éléments constituant l’opposition libérale est donc très diversifiée. Les points de friction sont nombreux. Un antagonisme irrémédiable semble séparer les pro-belges et les pro-étrangers, les « conservateurs » ou doctrinaires et les progressistes. Pourtant, les interférences entre ces groupes sont importantes. Le terme même de groupe est trompeur. En dehors des personnalités citées, et dont les convictions politiques apparaissent généralement stables, la grande majorité des personnes faisant partie du corps électoral ne semble pas avoir eu une attitude figée. Celle-ci varie le plus souvent selon les circonstances qui mettent plus particulièrement l’accent tantôt sur tel problème, tantôt sur tel autre. Sans être aussi spectaculaires, les métamorphoses politiques ne furent pas, à l’époque, l’apanage du seul Cockerill26.

Points de convergence

19Peu à peu se dégagent quelques points communs qui donnent des liens à ces différentes formes d’opposition. Ces libéraux se retrouvent dans la même opposition au gouvernement, dans la même opposition à l’Union, dans les mêmes sentiments anticléricaux. Ils insistent tous sur le point délicat, celui qui devait faire trembler l’Union sur ses bases : la question de l’enseignement.

  • 27 Etat de l’instruction primaire en Belgique. Rapport décennal présenté aux Chambres législatives le (...)
  • 28 Mgr. Van Bommel, dans un mandement du 25 octobre 1831, lance un appel à la générosité des fidèles (...)
  • 29 A la date du 31 décembre 1831, la population des écoles privées de la province de Liège s’élevait (...)
  • 30 Journal de la Province, 7 septembre 1831.
  • 31 Idem, 24 août 1832, citation de Leibnitz.
  • 32 Idem, 4 et 14-15 novembre 1831, 28 janvier et 25 mai 1832.
  • 33 Idem, 10 décembre 1831.

20A la suite de la proclamation de la liberté de l’enseignement, beaucoup de communes avaient profité de la circonstance pour retirer les crédits qu’elles avaient été, jusqu’alors, obligées de consacrer aux écoles et pour laisser la place aux institutions privées27. L’enseignement primaire catholique, appuyé par l’évêque28, avait rapidement connu un très grand développement au détriment de l’enseignement primaire communal29. « Dans ce moment, dénonceront les libéraux « exclusifs », il n’existe plus d’instruction publique, la plupart des établissements sont aux mains du clergé30. » Cette situation leur apparaît intolérable. Conscients de ce que « celui qui est maître de l’enseignement peut changer la face du monde »31, ils ne ménagent pas leurs attaques contre les dirigeants des écoles catholiques, particulièrement les Jésuites revenus depuis la révolution32 et les Ignorantins (petits frères des Ecoles chrétiennes). « Devenus instruments de partis, dénonçaient-ils, ils ne se présentent que comme avant-garde des Jésuites33. »

  • 34 Idem, 7 septembre 1831, Industrie, 27 août 1831.
  • 35 Journal de Liége, 18 avril 1832.

21A côté de ces critiques essentiellement anticléricales, les organes de l’opposition vont peu à peu exposer leurs idées sur la solution à apporter à la situation de l’enseignement. La thèse libérale ainsi dégagée réclamera une loi sur l’instruction qui ferait au gouvernement l’obligation d’avoir ses propres écoles34. Les libéraux proclament que « ceux qui contestent à l’Etat le droit d instruire, dont ils sont jaloux pour eux-mêmes, sont dans une funeste erreur ou se laissent guider par des intérêts de parti bien plus que par l’intérêt général »35.

Absence de structure politique

22Tandis qu’une communauté de vue tend ainsi progressivement à s’élargir, l’opposition libérale manque de structure politique. Après les disparitions en mars 1831 de l’Association patriotique liégeoise et, en juillet 1831, du comité provincial de l’Association nationale, qui ne représentaient jamais qu’une seule tendance, les libéraux n’ont plus d’organisations politiques, ni particulières, encore moins d’ensemble.

  • 36 Cf. Chapitre I, pp. 99-103.

23Cette situation est préjudiciable sur le plan électoral. Le système d’élections en vigueur, qui exigeait la majorité absolue au premier tour de scrutin pour qu’un candidat soit élu, favorisait l’Union catholico-libérale. Celle-ci, on l’a vu plus haut, grâce à une organisation pré-électorale, sommaire peut-être mais efficace, fixait son choix sur des candidats et empêchait une dispersion de voix sur des personnes n’ayant aucune chance de réussite36.

24Jusqu’en 1833, l’opposition libérale ne dispose pas d’une telle organisation. En ces circonstances, le rôle de la presse fut considérable. Elle permettait, par sa diffusion, de faire une large propagande sur certains noms.

  • 37 A l’occasion des élections législatives d’août 1831, les correspondants de Charles Rogier fourniss (...)
  • 38 Aux élections législatives du 30 août 1831, sur quatre élus, seul Leclercq, porté par les « indust (...)

25Ce sera là un élément non négligeable de ralliement et de cohésion dans les rangs de l’opposition libérale, mais un journal ne représente jamais qu’une fraction, importante sans doute mais une fraction tout de même, de l’opposition. Son choix ne met pas fin aux discussions sur l’opportunité d’autres candidatures. D’autres personnes plus ou moins influentes se réunissent en privé, sans doute dans des salons au gré des rencontres ou des rendez-vous, pour, à l’image d’un petit cercle politique, choisir leurs propres candidats et en faire circuler la liste37. La dispersion de voix qui en résulte jusqu’en 1833 leur est fatale, dans la majeure partie des cas38.

  • 39 Un texte tiré de L’Industrie du 1er septembre 1831, est significatif. Il voit dans le résultat de (...)

26Ces échecs successifs dus au manque de structure sont vivement ressentis par les libéraux39. Sans doute, la solution à cette situation apparut-elle avec plus de clarté à ces personnes qui, malgré leurs profondes divergences sur la question nationale, ou encore sur les différents modes de gouvernement, avaient conservé l’habitude de se rencontrer régulièrement ; nous voulons parler des francs-maçons qui gardaient un point de contact extrêmement important dans la loge.

2. Un point de contact privilégié ; la loge maçonnique (1830-1834)

  • 40 Pour l’histoire de la loge de la Parfaite Intelligence, nous nous sommes servi de la monographie d (...)

27La loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile réunies, — fondée à Liège sous le nom de Parfaite Intelligence en 177040, — regroupe de 1830 à 1848 un grand nombre de personnalités politiques liégeoises.

  • 41 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143, pièces 37-45. Quittances sig (...)
  • 42 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143, pièces 37-45, initiation au2 (...)

28La majeure partie de ses membres se recrute dans les couches de la classe bourgeoise de la population. En effet, le candidat à l’initiation, outre les qualités morales qu’il devait présenter, avait à s’acquitter du payement d’un droit initial d’inscription très important, et par la suite, du versement d’une cotisation mensuelle41. Le nouveau frère devait encore, à chaque accession à un grade supérieur, payer les frais de la cérémonie42. D’après les renseignements pour 1840-1843, seules des personnes relativement riches, paraissent en mesure d’assumer ces obligations financières.

  • 43 Collection F. BORNE, Tableau des frères qui composent la Respectable Loge de St Jean sous le titre (...)

29Parmi la bonne centaine de membres que compte la loge liégeoise43, un grand nombre devait certainement payer un cens suffisamment élevé pour être électeur. Dès lors, celle-ci peut, en quelque sorte, apparaître comme un microcosme d’une partie du corps électoral.

  • 44 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, p. 63.
  • 45 Annuaire maçonnique du Grand-Orient de Belgique pour l’an de la Véritable Lumière 5840, Bruxelles, (...)
  • 46 Cette explication est donnée par J. GOFFIN, Histoire populaire de la Franc-Maçonnerie depuis les t (...)

30La franc-maçonnerie n’avait cependant pas à son origine de vocation politique. Une règle maçonnique ancienne proscrivait même la discussion, au sein des loges, des matières politiques et religieuses44. Selon une définition acceptée dès le 29 mai 1787, la franc-maçonnerie se donnait pour but le perfectionnement moral de l’homme. « Elle forme, disait-elle, une société choisie de frères dont la probité est reconnue qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et d’amitié réciproque, favorisent le bien, empêchent le mal, exercent la bienfaisance dans le sens le plus étendu et se rendent utiles à la chose publique »45. Plus que des raisons de principes, la prudence, rendue nécessaire par les poursuites dont ses membres furent parfois l’objet, força les francs-maçons à donner à leurs institutions un caractère relativement secret et réservé46.

  • 47 J.S. WIJNE, De Luikse vrijmetselaren tijdens de belgische opstand van 1830, dans Thoth, tijdschrif (...)
  • 48 « Ils savaient, dit J. DE BRUGE, op. cit., p. 13, que si les esprits libéraux s’unissaient aux clé (...)

31Indirectement, par certains biais, des questions politiques s’introduisirent cependant dans la loge au cours des dernières années du royaume des Pays-Bas. Partisans de l’émancipation politique et morale de la société, les francs-maçons craignaient une éventuelle tentative catholique de restauration de l’ancien régime, de là une tonalité anticléricale qui se manifestait tant à la Parfaite Intelligence que dans les autres loges du royaume. Ils font confiance au roi Guillaume dont le gouvernement, comparé aux autres, leur paraît très libéral et favorable à la diffusion de l’instruction47. Pour ces raisons, les francs-maçons liégeois restèrent à l’écart de l’Union catholico-libérale qui s’était constituée48.

  • 49 Sur « l’organisation régulatrice » de la franc-maçonnerie sous le régime hollandais, voir F. CLÉME (...)
  • 50 J.S. WIJNE, De Luikse vrijmetselaren..., op. cit., passe sous silence cette prise de position de l (...)

32Le choc de la révolution bouleverse ces données. L’organisation centrale maçonnique, le Grand Orient des Pays-Bas, subdivisé en trois sections, un conseil supérieur, et deux grandes loges d’administration pour les parties méridionale et septentrionale du Royaume des Pays-Bas s’effondre49. Sans qu’il soit possible de déterminer les circonstances du vote, la Parfaite Intelligence proclame, le 3 novembre 183050, la déchéance du Grand Maître national, le prince Frédéric de Nassau, fils du roi Guillaume Ier.

33Les détails manquent concernant la période qui suit immédiatement, mais vraisemblablement sous l’influence des principaux dignitaires, ce problème crucial n’est plus évoqué dans la loge jusqu’en 1833.

34Jusqu’à cette date, les francs-maçons liégeois se fréquentent apparemment sans problème malgré leurs divergences politiques. Ces contacts réguliers, au sein d’une organisation qui a ses règles fixées, ses dignitaires élus, qui s’efforce d’établir une même communauté de pensée, devaient faciliter le rapprochement de personnalités représentant les diverses nuances, étudiées plus haut, du libéralisme.

  • 51 Il cède la direction des travaux de la loge le 23 janvier 1830. Cf. Discours prononcé à la Respect (...)
  • 52 Sur Laurent Renard, voir plus haut, p. 122 et dans les pages qui suivent.
  • 53 Cf. J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., pp. 5 et suivantes.
  • 54 Maximilien Lesoinne (voir p. 109) était vénérable en 1817. Cf. J.S. WIJNE, Over de verhouding van (...)
  • 55 Mathieu Closset-Wauters (cf. p. 122) figure parmi les dissidents de loge en 1833. Cf. J. DE BRUGE,(...)
  • 56 Jules Putzeys (cf. p. 175) est le délégué de la Loge au Grand-Orient en 1836. Cf. Annuaire maçonni (...)
  • 57 J.J. Collette (cf. p. 175) est précisément, en 1839 cité dans l’article renseigné ci-dessus, le vé (...)
  • 58 Pierre-Joseph Destriveaux (Liège 1780 - Schaerbeek 3 février 1853), professeur de droit à l’Univer (...)
  • 59 Sur Walthère Frère-Orban (Liège 1812 - Bruxelles 21 janvier 1896) et P. HYM ANS, Frère-Orban, Brux (...)
  • 60 Théodore Weustenraad (cf. p. 96) figure dans le Tableau des frères de la Loge de la Parfaite Intel (...)

35La loge de la Parfaite Intelligence comptait, en effet, parmi ses membres les plus influents, des hommes comme le réunioniste Jean-Baptiste Teste dont le rôle fut considérable durant son exil. Vénérable de 1827 à 1830, il fut ensuite orateur51 ; l’imprimeur de L’Industrie, Laurent Renard, une des chevilles ouvrières de l’atelier et dont on a déjà apprécié les fluctuations entre le réunionisme et l’orangisme52 ; Jacques Desoer, éditeur-imprimeur du Journal de Liége dont la famille a été traditionnellement attachée à la loge53 ; l’industriel Max Lesoinne réunioniste54, Mathieu Closset orangiste55, les progressistes Jules Putzeys56, J.J. Collette57, Destriveaux58, le jeune Walthère Frère, le futur grand ministre doctrinaire59, et même Weustenraad, unioniste assez réticent60. Tous furent à un moment ou l’autre dignitaire de la Loge.

36Il semble que l’appartenance au même atelier ait été pour ces personnes un élément important de rapprochement qui les entraîne à s’entendre, en dehors de la Loge, pour combattre les « exagérations cléricales », sur le plan de la politique intérieure. La défense de l’enseignement de l’Etat, dont les francs-maçons étaient très soucieux, dut être une des idées de base qui les portèrent à agir politiquement ensemble.

  • 61 A.G.R. Papiers Rogier, no 28, lettres de Lignac à Rogier, 22 août 1831 et du général Vandermeere à (...)

37Sans doute faut-il voir une première tentative dans ce sens — tentative isolée et non pas un mouvement d’ensemble car elle n’est pas défendue dans la presse libérale — dans l’apparition, dès les élections législatives de 1831, d’une liste « philosophique » — signalée dans la correspondance privée — où se retrouvent les noms de Destriveaux et de Mathieu Closset61.

38Point de contact privilégié, la loge liégeoise n’est cependant pas encore le foyer politique qu’elle sera indubitablement après 1838.

  • 62 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, pp. 84-104. « Fondation du Grand Orient d (...)

39Les graves incidents qui, en 1833, divisèrent les francs-maçons liégeois le montrent bien. Ils éclatent à propos de la question de la reconnaissance du Grand Orient de Belgique qui s’est constitué le 23 février 1833, sous l’action d’anciens délégués de la grande loge d’administration pour les provinces méridionales62.

  • 63 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, p. 91. La Parfaite Intelligence est décla (...)
  • 64 J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., p. 13 et F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re pa (...)

40La Parfaite Intelligence n’avait pas répondu à la convocation qui lui avait été adressée le 16 janvier 183363. Une partie des dignitaires souhaitait que la question soit ajournée indéfiniment. Une majorité cependant se dégagea en faveur de la reconnaissance du Grand Orient et, sans se préoccuper des dissidents, procéda à l’élection de ses dignitaires. Or, parmi ces dissidents — appartenant selon les auteurs francs-maçons, à « l’aristocratie intellectuelle » — se trouvait le propriétaire du local qui intenta un procès en justice pour occupation illégale64.

  • 65 Cette précision est contenue dans un petit historique publié dans l’Annuaire maçonnique pour 5840 (...)

41Ces incidents ne furent aplanis que vraisemblablement dans le courant de 1836, par l’intervention du Grand Orateur Delebecque, premier avocat général à la Cour d’Appel de Bruxelles65.

  • 66 Les explications concernant la motivation de ces dissidents fournies par J. DE BRUGE, Abrégé de l’ (...)
  • 67 Ibidem.

42Ce serait sans doute une erreur que de voir dans la dissidence une simple opposition à la reconnaissance de l’Etat belge, que pouvait implicitement signifier l’acceptation du Grand Orient de Belgique66. Sans doute est-ce une des raisons majeures de la présence des orangistes Renard et Closset parmi les dissidents, tandis que dans la loge restent ceux qui ont immédiatement adhéré à la révolution, comme tous les progressistes et un grand nombre de militaires. Mais pour les autres dissidents, Lesoinne, Forgeur, Frère, etc., parmi lesquels d’anciens réunionistes, les considérations extra-nationales devaient avoir encore peu de poids. L’existence dans les statuts proposés par le Grand Orient d’un article 135 interdisant l’étude des questions politiques et religieuses au sein des loges dut être une raison plus décisive de leur opposition. Habitués à plus de liberté dans la loge liégeoise, ils ne voulurent sans doute pas s’y plier. Ces personnes ont pu avoir la crainte légitime de voir la loge tenue à se confiner dans des joutes purement littéraires et scientifiques et empêchée de manifester les craintes que la politique gouvernementale faisait poindre par la large influence qu’elle leur paraissait accorder au clergé67.

  • 68 Une chronologie précise du début de la discussion et de la date de la rupture manque. D’après un a (...)

43Ce n’est pas un hasard — à nos yeux — si c’est précisément alors que les premières discussions sur le problème débutaient dans la loge liégeoise, que ces francs-maçons opposés à l’acceptation d’une telle règle s’entendirent avec des amis politiques influents pour constituer, en mai 1833, une Union libérale destinée à combattre l’alliance gouvernementale68. Ils désiraient montrer clairement leur volonté d’agir ensemble, sur le plan politique.

3. La naissance de l’Union libérale. 1833

  • 69 Lors des élections du 30 août 1831, Leclercq, avocat, futur procureur-général, candidat de l’oppos (...)

44Bien que divisés sur des points aussi essentiels que la question extérieure ou le mode de gouvernement, l’opposition libérale, lorsque quelques accords partiels avaient été réalisés dans ses journaux sur certains noms de candidats, avait déjà mis en difficulté l’Union catholico-libérale au moment des élections69. Le manque d’unité dans les rangs de l’opposition apparaissait bien être l’obstacle majeur dans la voie du succès.

45La position des orangistes était apparemment un élément insurmontable à la réalisation de cette unité ; ils refusaient toujours de participer aux luttes électorales.

  • 70 Voir Chapitre II, pp. 153-154.

46Un certain fléchissement se remarquait cependant dans leurs rangs. La motivation économique qui, dans le chef d’un grand nombre avait tant pesé, devenait moins forte avec l’amélioration de la situation du commerce et de l’industrie70.

47Cette lassitude des orangistes devant le peu de progrès de leur cause n’échappait pas aux libéraux de l’opposition et particulière ment à ceux qui se trouvaient les plus proches d’eux et qui ont été définis plus haut comme les doctrinaires. Par l’intermédiaire du Journal de Liége, Jacques Desoer et ses amis politiques s’efforcent de les amener à participer activement à la vie politique.

  • 71 Journal de Liége, 16 janvier 1833.

48En janvier 1833, ce journal proclame le besoin impérieux d’unité qui s’impose à l’opposition afin de combattre avec succès l’Union et surtout « le jésuitisme : chimère très saisissable, fantôme très corporel, qui se déclare seul apte à occuper les emplois publics, qui trahit ceux dont il s’est servi, qui jette l’écorce après avoir pressé l’orange, qui marche à grands pas vers la domination, qui en un mot, est la ruine et la honte du pays »71. La tactique de l’anticléricalisme, commun à l’opposition, est ainsi utilisée à fond pour souder toutes les tendances libérales.

  • 72 Pasinomie, t. 3, pp. 126-128. Sur le contexte politique de cette dissolution, voir J.J. THONISSEN,(...)
  • 73 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 3, no 163, pp. 121-124.
  • 74 Journal de Liége, 11 mai 1833.

49La dissolution des Chambres le 28 avril 183372 et l’annonce d’élections dans l’arrondissement de Liège pour le 30 mai73 est l’occasion pour les libéraux du Journal de Liège de relancer à nouveau leur grande idée. Cette fois, c’est tout le sort de la lutte entre deux grandes conceptions politiques qui est jeté dans la balance : « Deux partis sont en présence, expliquent-ils, le libéralisme et l’absolutisme, le progrès et la résistance, le présent et le passé : la civilisation et la barbarie ». Ils montrent que la question extérieure n’est que secondaire et que ce qu’il faut c’est se choisir une « Chambre qui organise les communes et les provinces, qui arrache l’instruction publique au monopole jésuitique et ignorantin, qui rétablisse de l’ordre dans nos finances »74. Le programme ainsi esquissé leur paraît devoir satisfaire « tous les libéraux qu’ils soient orangistes ou patriotes ».

50Deux facteurs jouent en faveur de la réalisation de cet objectif : les remous au sein de la franc-maçonnerie et un changement d’attitude des orangistes.

51La coïncidence de date entre le début de la campagne pour l’unité libérale (janvier 1833) et le moment où est envisagé (janvier 1833) puis réalisé le Grand Orient de Belgique (février 1833) n’est certainement pas fortuite. Le danger de la division entre pro-belges et pro-étrangers que ne pouvait manquer de faire naître cette question a dû immédiatement sauter aux yeux des francs-maçons qui étaient les plus désireux de conserver une unité de vue pour combattre efficacement, sur le plan politique, le gouvernement où les catholiques avaient une grande part. La perspective de ne plus pouvoir exprimer, au sein de la loge, leurs sentiments communs sur la « question cléricale », ou sur le problème, devenu très politique, de l’enseignement, entraîna sans doute les francs-maçons doctrinaires à rompre les premiers et à offrir leur alliance à leurs frères orangistes.

  • 75 Cf. Chapitre II, pp. 164-165. Ce sont les raisons que donne Brandès à Gericke, pour excuser cette (...)

52Ces derniers sont certainement conscients de l’isolement dans lequel ils risquent de se trouver, mais comment entraîner les autres orangistes non francs-maçons dans cette voie ? Un élément extérieur à la vie politique liégeoise fait la décision : la nouvelle de la suspension des hostilités entre la Belgique et la Hollande, signée le 21 mai 1833 par le roi Guillaume. Devant cet acte qui apparaît comme un abandon, les orangistes francs-maçons peuvent au moins relever le courage de leurs amis en présentant la participation active à la lutte politique, avec des alliés libéraux, comme une raison concrète d’espoir dans l’affaiblissement du régime belge75.

53Le 27 mai, le Journal de Liége peut annoncer triomphalement : « l’union que nous appelions du fond du cœur est désormais formée ». Il fait alors une mise au point capitale qui témoigne de la volonté de placer plus haut que le simple anticléricalisme les bases de l’union ainsi formée ; « le libéralisme qui unit les honnêtes gens, dit-il, et dont les tartuffes voudraient faire une religion opposée à la religion chrétienne, n’est qu’une opinion politique, une manière de voir large et généreuse sur l’administration des états, sur la liberté dont les peuples doivent jouir ».

  • 76 Journal de Liége, 27 mai 1833.

54Enfin, le journal libéral peut présenter les résolutions prises de commun accord par les représentants des tendances libérales qui se sont alliées : « Chaque fraction de l’unité libérale conserve ses opinions individuelles sur la question extérieure comme sur la religion, ou plutôt chacune en fait abstraction et les met de côté en ce quelles ont d’hostiles, pour ne plus s’occuper que de la sécurité et du bien-être de tous, pour élire de commun accord des députés amis de leur pays, imbus du respect de la légalité, des droits des citoyens, de la liberté civile et religieuse, en un mot disposée à combattre sans relâche l’union funeste qui a produit le meurtre et le pillage »76.

  • 77 Industrie, 27 et 28 mai 1833.

55L’Industrie, organe des orangistes, rompant enfin le silence, confirma également, le 27 mai, les décisions tombées et demanda aux électeurs de ne plus « protester tacitement contre le régime » mais de participer « aux élections qui se préparent sous l’influence des principes libéraux et philosophiques, sous l’influence des intérêts industriels et commerciaux »77.

4. Le Comité de l’Union libérale (1833-1836)

La composition du comité

  • 78 Joseph Forgeur (1802-1872), membre du Congrès national élu par Huy, conseiller communal de 1836 à  (...)
  • 79 Mathieu-Lambert Dereux, avocat et conseiller provincial, décédé à Liège le 15 février 1870. Journa (...)
  • 80 Théodore de Lezaack (Liège 1792 - 26 janvier 1859), avocat du barreau de Liège, élu bâtonnier de l (...)
  • 81 Jean-Nicolas Robert (1788-1858), échevin de Liège de 1834 à 1836, conseiller communal de 1836 à 18 (...)
  • 82 J.J. Bertho, rentier-propriétaire, sera présenté sans succès comme candidat de l’Union libérale au (...)

56Au cours de la réunion à la base de ce programme, un comité central pour les élections fut constitué. Sans faire un mystère absolu sur sa composition, les journaux sont assez discrets à son sujet. Tout porte à croire qu’à ses débuts, il était composé des imprimeurs Jacques Desoer et Laurent Renard, des avocats Forgeur78 et Dereux79, ces trois derniers figurant précisément parmi les francsmaçons dissidents. Il était complété par l’avocat de Lezaack80 et les rentiers Jean-Nicolas Robert81 et Jean-Joseph Bertho82 dont l’appartenance à la franc-maçonnerie n’est pas prouvée.

57Aucun représentant du groupe majoritaire de la loge — c’est remarquable à constater — ne fait partie du comité et cette absence se retrouve dans l’évolution ultérieure de ce comité. Précieux instrument de coalition des forces libérales, il ne réalise donc pas, même à ses débuts, l’unanimité autour de lui.

58Deuxième constatation capitale, il s’adjoint des hommes politiques influents non maçons. Ceci se remarque particulièrement dans les modifications nombreuses que subit la composition du comité. Cette série de transformations — les bases exactes sur lesquelles elles se faisaient ne sont pas connues — semble indiquer la volonté d’élargir au maximum les forces de la coalition.

  • 83 Journal de Liége et Industrie, 4 août 1833. Closset-Wauters était orangiste et franc-maçon mais no (...)

59Ainsi Delfosse, Hubart-Rodberg et Closset-Wauters faisaient sans doute déjà partie du comité dès août 1833, époque à laquelle ils furent choisis comme candidats aux élections communales83.

  • 84 Journal de Liége, 27 août 1834.

60On retrouve leurs noms, en 1834, aux côtés du bourgmestre Louis Jamme, désigné comme président du comité84.

  • 85 L’Espoir, 19-20 septembre 1836. Guillaume Piercot (1797-1877), échevin à Liège de 1834 à 1842 puis (...)
  • 86 Renseignements donnés par L’Espoir, 19-20 septembre 1836 et Le Politique, 17-18 septembre 1836. La (...)

61En 1836, les membres en sont : Forgeur, Hubart-Rodberg, Delfosse, Piercot, Dereux, Scronx, Closset, Fleussu et Delexhy85. Les fonctions de secrétaire étaient remplies par le jeune avocat Walthère Frère qui, dès 1833, figurait dans les rangs de l’Union libérale et par le futur rédacteur en chef du Journal de Liége, Clément Muller86.

  • 87 Les notices biographiques en notes en témoignent.

62Ces personnes connaîtront bientôt, s’élevant d’échelon en échelon, une carrière politique de premier plan. La ville de Liège les accueillit au rang de conseillers communaux, échevins ou bourgmestre ; le canton les porta au conseil communal ; certaines d’entre elles deviendront membres de la Chambre des représentants87. Faut-il enfin rappeler la grande carrière ministérielle de Frère-Orban ?

63C’est dès 1836, parfois même avant, qu’ils connurent, excepté Frère-Orban, leurs premiers succès dans la vie politique. Il est incontestable qu’ils bénéficièrent, en ces circonstances, de leur position privilégiée à la tête de l’union libérale.

Compétence du comité

64Le comité de l’Union libérale joue un rôle de club politique pour les élections. Contacter l’ensemble des électeurs, associer leurs multiples tendances, aurait été, sans son concours, un travail impossible. Les concessions et les accords indispensables ne pouvaient, de façon pratique, se faire qu’à ce niveau des dirigeants des principales tendances, de leurs délégués ou des personnes les plus influentes. Le comité régla au mieux ces problèmes.

  • 88 Par exemple, la démarche qui fut faite en 1836 par les membres du comité libéral auprès du bourgme (...)
  • 89 Ils expédient des tracts électoraux. Une belle collection de ces tracts est conservée à la Bibliot (...)

65Il examine les candidatures aux élections, sollicite au besoin la participation de personnalités populaires88, établit la liste définitive de candidats. Grâce à l’appui qu’il rencontre auprès de leurs directeurs, il fait publier cette liste dans le Journal de Liége et dans l’Industrie. Les membres du comité s’occupent d’organiser la propagande89.

  • 90 Journal de Liège, 16-17 août 1833.
  • 91 L’Espoir, 25 août 1836.

66Le comité cherche également à garder le contrôle de ses candidats. Ainsi, en août 1833, lorsqu’il apparut qu’un libéral élu comme conseiller communal suppléant avait manifestement bénéficié de l’appui des votes catholiques, il exigea et obtint la démission de celui-ci90. Cette action énergique est cependant exceptionnelle. En fait, les candidats manifestèrent une vive résistance à ce que leurs actes posés, postérieurement à leur élection, soient contrôlés par le comité et c’est l’élu seul qui, en définitive, aura, sans aucune obligation, la prérogative de décider de la conduite politique à suivre. Cette prérogative de l’élu sera reconnue par les électeurs. Ainsi, lorsque le comité voulut, après les élections communales de 1836, demander des comptes aux échevins désignés par le roi et qui n’étaient pas ceux qu’il escomptait, son attitude fut vivement contestée et il n’insista pas91.

  • 92 Cf. notre article Interprétations contestées des pouvoirs du conseil communal de Liège en 1833-183 (...)

67C’est vraisemblablement aussi à l’occasion des contacts que maintenaient entre eux les membres de ce comité — non permanent — que fut élaborée la tactique qui permit aux libéraux de s’emparer, en janvier 1834, du contrôle du conseil communal de Liège92.

Programme

  • 93 Journal de Liège, 30 janvier 1834.

68A notre connaissance, le comité de l’Union libérale, en tant que tel, ne rédigea pas, à l’origine, de programme du mouvement. La presse s’en chargea et voici comment, en janvier 1834, le Journal de Liège présentait les idées défendues par l’Union libérale : « l’égalité devant la loi, l’abolition de tous les privilèges de castes, la prospérité de l’industrie, la liberté de la presse, la sincérité des élections, la liberté de conscience, le refoulement des prétentions cléricales, la répression des envahissements sacerdotaux, une instruction publique, une administration vraiment provinciale dans chaque province, vraiment communale dans chaque commune »93.

69Ces principes, dont il est inutile de souligner la source essentiellement anticléricale, seront définis plus explicitement au gré des circonstances, lois ou élections.

  • 94 Ibidem, 27-28 mai 1833.

70Le programme du comité est beaucoup plus tourné vers l’action. Il vise à empêcher les catholiques de dominer dans la vie politique. Pour y parvenir, trois objectifs successifs sont envisagés94 : d’abord s’emparer de la direction du conseil communal de Liège, ensuite obtenir la majorité des sièges au conseil provincial et enfin donner à l’arrondissement de Liège une représentation homogène à la Chambre.

  • 95 Cf. notre article Interprétations contestées des pouvoirs du conseil communal de Liège en 1833-183 (...)
  • 96 Résultats publiés dans le Courrier de la Meuse et le Journal de Liège, 15 juillet 1836 ; L’Espoir, (...)

71Le premier objectif est réalisé dès janvier 1834. A la suite d’une élection partielle favorable en août 1833, les libéraux du conseil communal obtiennent, par un vote surprise, la publicité des séances et profitent de la démission de deux échevins catholiques, et de la réticence d’un autre, pour provoquer une nouvelle élection en janvier 1834, grâce à laquelle trois des leurs sont élus échevins. Malgré l’opposition du gouvernement concernant la régularité de ces élections, les libéraux, forts de la majorité acquise, administrent dès lors la commune sans le concours des catholiques qui se sont retirés95. Ce retentissant succès, acquis contre la coalition gouvernementale, donna au nouveau comité la mesure de sa puissance. Ce succès fut confirmé avec éclat aux élections communales de 1836, tous les candidats de l’Union libérale étant élus96.

  • 97 Résultats dans ces journaux des 30 septembre et 1er octobre 1836.

72En 1836, le second objectif, majorité des sièges au conseil provincial, était partiellement réalisé ; en tout cas, tous les élus du canton de Liège étaient libéraux97.

  • 98 Sur les cinq candidats présentés aux élections législatives du 30 mai 1833, l’Union libérale en fa (...)
  • 99 Aucun candidat de l’Union libérale n’est élu. Cf. les journaux liégeois du 11 juin 1835.
  • 100 Cf. Chapitre II, p. 165.

73Quant au troisième, donner à l’arrondissement de Liège une représentation homogène à la Chambre, le succès partiel remporté en 183398 ne fut pas confirmé en 183599. L’abstention momentanée des orangistes, à l’occasion de ces élections générales, affaiblit sans doute l’Union libérale100, mais les critiques qui s’élevaient sur l’action du comité n’avaient pas été une moindre cause de cet échec.

Les critiques à l’égard du comité

  • 101 Cf. Chapitre II, pp. 107-108.
  • 102 Industrie, Journal de Liége et Politique, 27 août 1830.

74La spectaculaire conversion politique d’Antoine Ernst, élu de l’Union libérale à la Chambre des représentants en mai 1833, n’avait pas seulement posé des problèmes à l’Union catholico-libérale101. Lorsque Ernst était devenu ministre dans un gouvernement où figuraient des catholiques, il avait été obligé, par la loi, de se représenter aux suffrages de ses électeurs, Le comité de l’Union libérale, ne voulant pas préjuger de la conduite future du ministre, appuya de nouveau sa candidature102. L’attitude ultérieure du ministre ne donna pas raison à la confiance du comité.

  • 103 Industrie, 28 mai 1835.
  • 104 L’Espoir, 16 septembre 1836. Fondé le 27 décembre 1835 au moyen de fonds rassemblés par actions, c (...)

75Des critiques s’élevèrent contre le droit que s’était arrogé le comité de désigner ainsi sans appel les candidatures libérales103. Ces reproches se firent particulièrement vifs en 1836, à l’occasion des élections communales et provinciales. « Les mêmes noms se rencontrent partout et pour tout » disaient, à propos des succès électoraux des membres du comité central, les libéraux progressistes par l’intermédiaire de leur nouveau journal L’Espoir104.

  • 105 L’Espoir, 6 juillet 1836.

76Accusés de former une coterie qui confisque à son seul profit les forces libérales, les membres du comité, — qui reçoivent précisément à cette occasion leur étiquette de « doctrinaires »105 — étaient mal engagés pour se défendre et montrer la nécessité d’un organisme directeur pour le bon fonctionnement de l’Union libérale. Sous l’action des progressistes, les décisions des assemblées générales des électeurs libéraux prendront le pas sur celles du comité central et celui-ci, dès lors, cessera d’exister.

5. L’opposition progressiste et les assemblées générales ou la crise de croissance de l’Union libérale (1835-1839)

  • 106 Journal de Liège, 13-14 janvier 1834. Convocation dans l’Industrie, 12 janvier 1834.

77C’est le comité central qui prit, en 1834, l’initiative de convoquer la première assemblée générale des électeurs libéraux. Il ne tenait cependant pas ainsi à déléguer définitivement ses pouvoirs. Ce n’était là qu’un geste destiné à renforcer la popularité de l’Union libérale en y intéressant tous les électeurs. Le comité ne présenta à leur vote qu’une liste de candidats préalablement choisis. L’effet recherché se traduisit par une large approbation106.

78L’esprit conservateur du comité central se manifesta d’ailleurs lors des élections suivantes auxquelles, malgré toute leur importance, il jugea inutile de convoquer une réunion préparatoire. En 1834 et 1835, il présenta de son propre chef les candidats de l’Union libérale aux élections à la Chambre.

  • 107 Extrait de L’Eclair, 25 mai 1835, reproduit par l’Industrie, 28 mai 1835.
  • 108 Ibidem.

79Le mécontentement fut grand dans les rangs libéraux. Les électeurs se demandèrent « si le comité, dont on attendait des résolutions dignes du mandat qu’il avait accepté, n’a pas eu une trop haute idée de la confiance qu’on a en lui, en s’imaginant que les candidats présentés en son nom seraient élus par cela seul qu’il les présentait »107. Un certain nombre de libéraux en vinrent à réclamer « d’autres garanties que la responsabilité morale d’un comité qui ne signe pas ses actes, et qui leur présente des hommes sans aucun antécédent »108.

  • 109 L’Espoir, 22 juin 1836 et 11-12 juillet 1836 ; l’Industrie, 4-5 juillet et 8 juillet 1836.
  • 110 L’Espoir, 29 septembre 1836.

80L’échec complet des libéraux à ces élections frappa durement la popularité du comité central. L’année 1836 vit ce dernier en butte à la critique de tous ses actes. Conseils, initiatives, tout apparaissait, aux yeux des libéraux progressistes, comme le signe d’une volonté d’imposer des décisions aux électeurs109. L’Espoir en vint à faire une distinction nette entre les vues du comité et celles de l’Union libérale110.

Les positions des progressistes

  • 111 Sur ce journal, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 76-81.

81La tendance progressiste, qui s’était manifestée dès les premiers mois qui suivirent la révolution, si elle était entrée dans l’ombre par la suite, n’avait pas perdu ses adhérents. Sous l’action des frères Bayet, peu actifs sur la scène liégeoise en 1830, elle retrouve, à partir de 1836, une nouvelle vigueur et s’exprime dans le quotidien que les deux frères ont créé le 27 décembre 1835, L’Espoir111.

  • 112 Adolphe et Félix Bayet (Liège 1804 - Anvers 21 juin 1862) sont frères jumeaux. Par une tragique co (...)

82Les deux frères Bayet — Adolphe était avocat et Félix joaillier — avaient joué un rôle important dans les événements de 1830 à Bruxelles où ils s’étaient fait remarquer par leurs idées avancées. Fondateurs de la Réunion centrale, Adolphe en avait été président. Félix fut secrétaire de la Société (républicaine) de l’Indépendance nationale de Louis de Potter et, un peu plus tard, de l’Association nationale de Gendebien. Tous deux avaient fondé, le 21 octobre 1830, le quotidien bruxellois L’Emancipation auquel ils donnèrent un ton très républicain jusqu’au moment où ils en abandonnèrent la rédaction en janvier 1831112.

  • 113 J. KUYPERS, op. cit., pp. 32, 47-48.

83Julien Kuypers, dans son étude sur Buonarroti et ses sociétés secrètes, émet l’hypothèse que Félix Bayet aurait été « Henry, le correspondant belge de Buonarroti ». Il suppose que les Bayet faisaient, déjà avant 1830, partie d’une Vente charbonnique. Il pousse plus loin son hypothèse et pense que leur action se poursuit à Liège dans le sens des doctrines babouvistes ou égalitaires. La relative modération avec laquelle ils s’expriment par l’intermédiaire de L’Espoir ne l’étonne pas outre mesure : « lorsque, dit-il, nous nous rappelons combien prudemment les égalitaires dosaient la part de doctrines qu’ils livraient au public »113.

84Que retenir de cette hypothèse troublante ? Il faut constater qu’effectivement les frères Bayet s’efforceront toujours d’entraîner plus en avant les francs-maçons les plus progressistes. Cependant, vu l’absence de documents, il est difficile d’aller plus loin et de conclure à l’existence d’une Vente charbonnique à Liège. Tout au plus peut-on remarquer que les frères Bayet n’ont pas oublié leurs aspirations républicaines de 1830, d’origine babouviste ou autre.

  • 114 Ces derniers figurent toujours dans le Tableau des francs-maçons de la Parfaite Intelligence publi (...)

85Les frères Bayet trouvent certainement un large appui auprès des francs-maçons progressistes, tels Putzeys, Collette, Destriveaux, etc., qui, au moment de la division dans la loge, — sans doute apaisée en 1836, — ont été laissés à l’écart du comité de l’Union libérale114.

  • 115 L’Espoir, 2 mars 1836.
  • 116 Idem, 30 juin 1836.
  • 117 Leur attitude est en effet foncièrement anticléricale et leur offre d’entente ne s’adresse réellem (...)
  • 118 L’Espoir, 11 septembre 1836.
  • 119 Idem, 30 juin 1836. « Les électeurs commencent à avoir une idée de leur mission dans la société, à (...)

86Ils reprochent aux membres du comité de ne voir dans l’Union libérale qu’un instrument de lutte contre le clergé115. Le but doit être plus élevé ; il doit viser à une large émancipation des individus, dans « la voie du progrès et de la liberté »116. Pour arriver à ce but, les progressistes sont prêts à s’entendre avec les catholiques, du moment qu’ils se dégagent de l’emprise du clergé117. Le gouvernement représentatif est, en effet, basé « sur le principe de la discussion et de la défense publique des intérêts généraux et locaux ». C’est à ce prix, en acceptant avec tolérance, que les électeurs participent librement à la discussion des intérêts de tous118, lorsque les électeurs se seront soustraits « à toute espèce d’influence » que l’on constatera à Liège des progrès dans la vie publique119.

  • 120 L’Espoir, 24 janvier 1837.

87Partisans de la suppression des « injustes privilèges » qu’instituait le régime censitaire, les progressistes désirent, sans pour cela glisser jusqu’au suffrage universel, une diminution progressive du cens électoral120. Cette évolution commence par la prise de conscience, par les électeurs, de leurs responsabilités publiques.

  • 121 L’Espoir, 2 et 7 juillet 1836. Idem, 11 septembre 1836 porte cette attaque : « on a accusé, et ave (...)

88Pour toutes ces raisons, ces électeurs doivent secouer la tutelle des personnes qui, regroupées dans un soi-disant comité libéral, empêchent toute discussion, font preuve d’un esprit exclusif, ont compromis la cause libérale « par leurs imprévoyances, leur entêtement et leurs passions haineuses » et qui, après avoir conduit les libéraux à l’échec aux élections législatives, cherchent à exploiter à leur seul profit les élections communales et provinciales121.

Réaction doctrinaire : offre d’alliance et assemblées générales

  • 122 Journal de Liége, 25 novembre 1835. « Sans doute, poursuivait le journal, les libéraux ne seront p (...)

89Dès la fin de 1835, pressentant la montée de ces forces progressistes, les doctrinaires avaient fait une offre d’alliance afin de réaliser une Union libérale plus solide. Cette offre est cependant assortie d’une condition. Les hommes « du mouvement », comme les décrit le Journal de Liége, « ceux que l’avenir semble préoccuper plus que le présent, qui voudraient franchissant les intermédiaires, régler sur l’heure les institutions d’après l’état qu’ils se figurent devoir être un jour celui de la société » doivent reconnaître « que les besoins du moment sont ceux qu’il faut satisfaire et que la masse des travailleurs, pour laquelle le présent est tout, est peu touchée des soins que l’on prend de son bien-être pour une époque à laquelle elle ne sera plus ». Alors seulement, lorsque les progressistes auront reconnu cela, le libéralisme cessera d’être « une agglomération d’opinions diverses » et pourra concentrer ses moyens d’actions122.

90Cette offre d’alliance ressemble beaucoup à une mise en demeure et ne manque pas d’humour persiflant. Elle paraît plus destinée à montrer aux électeurs la bonne volonté des doctrinaires et l’irréalisme des thèses progressistes. Elle est caractéristique de l’incompréhension profonde qui s’installe entre ces deux tendances et qui ne cessera d’exister.

  • 123 Journal de Liège, 1er février 1836.

91Les appels lancés par le Journal de Liége, dans les mois qui précèdent les élections communales de juillet 1836, pour « une union intime, union prompte et complète » sont assortis de la remarque « les extrêmes ne représentent que les passions »123 et visent sans doute à resserrer l’union libérale autour de son comité central.

  • 124 L’Espoir, 29 septembre 1836, révèle le fait. Ses dirigeants ont refusé : « Les principes que nous (...)

92Ce faisant, ce dernier laisse percer ses craintes. Des contacts plus sérieux seront pris, sans succès, avec les progressistes124 qui ne manquent pas de critiquer également les mesures prises par le comité de l’Union libérale pour éviter les accusations de « dirigisme ».

  • 125 L’Espoir, 20-21 juin, 25 juin, 1er et 4-5 juillet 1836. Journal de Liége, 23, 27 juin, 1er et 4 ju (...)
  • 126 L’Espoir, 22 juin, 2 et 7 juillet 1836.
  • 127 Industrie, 4-5 juillet, 6 juillet 1836.

93Le comité avait laissé à des assemblées de quartier le soin d’établir des listes provisoires. Groupant de cinquante à cent électeurs, ces réunions de quartier s’attachèrent à ce travail pendant les journées de fin juin - début juillet 1836125. L’ensemble des résultats fut loin de satisfaire la majorité des libéraux. Les progressistes remarquent que ce travail ne repose sur aucun principe, qu’on y a substitué des questions de personnes et que cela ne peut qu’affaiblir l’Union libérale126. Les orangistes critiquent « l’esprit de coterie, la camaraderie, les petites intrigues qui avaient dominé dans les réunions de quartiers »127.

  • 128 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Cette convocation conse (...)
  • 129 La réunion a lieu le 7 juillet 1836. Elle se déroule de 17 heures 30 à minuit sous la présidence d (...)

94Le comité libéral décide alors de tenter un ultime effort. Il envoie à tous les électeurs, tant libéraux que catholiques, une liste complète imprimée des candidats ayant obtenu des suffrages lors des réunions préparatoires. Il les convoque à une Assemblée générale, en la salle de l’Emulation128. Quatre cent dix électeurs répondent à l’appel. Les opérations de vote durèrent près de cinq heures. Une liste de vingt-sept noms fut dressée qui, à l’exception de deux noms, reprenait des candidats présentés dans les listes de quartiers129.

  • 130 L’Espoir, 9 juillet 1836.
  • 131 Résultats publiés dans Courtier de la Meuse et Journal de Liège, 15 juillet 1836 ; Espoir, Industr (...)

95Malgré l’opposition de L’Espoir, qui refusa plusieurs candidats dont il jugeait la profession incompatible avec celle de conseiller communal et qui publia sa propre liste de candidats reprenant vingt noms de la liste adoptée130, les vingt-sept candidats de l’Union libérale sont élus au conseil communal avec une écrasante majorité131.

  • 132 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. « Extrait du procès-ver (...)
  • 133 L’Espoir, 15 septembre 1836.
  • 134 L’Espoir, 18 septembre 1836.

96Fort de son succès, le comité libéral décide de préparer lui-même les élections provinciales qui se déroulent trois mois plus tard. Il convoque, le 13 septembre, chez l’avocat Forgeur, les comités de quartier en vue d’établir un choix préliminaire de candidats pour les élections provinciales du canton de Liège. Les trente-sept personnes présentes déposèrent des bulletins contenant dix noms de leur choix. La majorité se porte, dans l’ordre, sur les noms suivants : Delfosse, Hubart, Glosset-Wauters, Francotte-Pieltain, Dereux, de Copis-Méan, Bellefroid, Behr, Visschers et Scronx132. Devant la présence, dans cette liste, de six membres du comité, les progressistes font remarquer : « quelques personnes liées d’amitié représenteront bientôt à elles seules les intérêts de Liège, elles seront à la commune, à la province et à la Chambre car nous ne voyons pas de motif pour qu’elles s’arrêtent en aussi bon chemin »133. Et L’Espoir de déclarer : « Aujourd’hui... si nous avons dans la province de Liège un ennemi à combattre, ce n’est plus le parti battu dans les élections communales, ce sont quelques hommes que nous accusons hautement de ne s’être saisis du mouvement libéral que pour l’exploiter à leur profit et dans leur intérêt privé »134.

97La critique, toute excessive qu’elle soit, portait néanmoins sur une constatation pertinente. Les noms de Delfosse, Hubart, Closset et Scronx notamment sont présentés à chaque élection. Il est vrai, qu’en partie, le succès de l’Union libérale est basé sur la popularité de ces personnes. Ils en ont eux-mêmes conscience et ne craignent pas de se présenter à l’approbation des électeurs libéraux.

  • 135 Cf. la lettre imprimée du 17 septembre 1836 renseignée plus haut, n. 132.

98C’est ainsi qu’après ces critiques, le comité n’hésite pas à convoquer une assemblée générale, la liste établie n étant destinée qu à « faciliter la marche des électeurs libéraux »135.

  • 136 Journal de Liége, L’Espoir et le Politique, 22 septembre 1836.

99Le 21 septembre 1836, plus de trois cents personnes se présentent en la salle de l’Emulation. Aucun membre du comité libéral ne fait partie du bureau qui préside ; par contre, on y relève les noms d’Auguste Bayet et de Henri Lignac136. Il était clair que la tendance progressiste, et également les libéraux unionistes, brouillés momentanément avec leurs alliés catholiques, avaient voulu prendre la direction des opérations.

  • 137 Ibidem, J. CLOES (Liège 1796 - 28 mai 1876), président du tribunal de Liège, collaborera à la part (...)
  • 138 L’Espoir, 26-27 septembre 1836.

100Au terme de celles-ci, sept des noms choisis par le comité libéral sortaient de l’urne, tandis qu’un progressiste, Destriveaux, un libéral modéré, Nagelmackers, et un catholique ( !), le juge Cloes, remplaçaient Dereux, Behr et Visschers137. En fait, les hommes visés par les progressistes ont franchi l’obstacle, ce qui n’empêche pas L’Espoir d’annoncer triomphalement : « Le comité dit libéral a été vaincu, il est dissous, il n’existe plus »138.

101De fait, après le succès rencontré par les candidats de l’Union libérale aux élections provinciales dans le canton de Liège, le comité ne donne plus signe de vie et il semble bien que les remous causés par toutes ces critiques aient brisé la cohésion de ses membres.

102En définitive, les progressistes, dont l’attitude, sous des dehors généreux visant à l’émancipation et à la plus large participation des électeurs à la vie publique, laisse néanmoins deviner une rivalité de personnes, sont arrivés à leur but.

103Comment le corps électoral allait-il faire usage de sa liberté retrouvée ?

L’Union libérale sans comité

  • 139 Voir pp. 181 et sv.

104Après les élections de 1836, jusqu’en 1839, seules deux élections partielles, — une pour le conseil communal et l’autre pour le conseil provincial, — ont lieu. Elles ne souffrent pas de l’absence d’un comité coordinateur et se déroulent sous l’emprise de l’influence franc-maçonne, dans des conditions étudiées plus loin139. Mais 1839 est l’année des élections législatives qui allait permettre de juger la situation.

105Elles se déroulent dans un climat très particulier qui suit la crise consécutive à l’acceptation du traité des XXIV Articles.

  • 140 Sur l’attitude de L’Industrie au cours de cette crise, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp (...)
  • 141 Industrie, 22 février 1839.

106Un fossé s’est creusé au cours de cette crise nationale entre orangistes et patriotes. Les premiers avaient, dans l’Industrie, adopté une attitude très irritante140, allant jusqu’à réclamer l’abdication du roi Léopold qui ne parvenait pas à maintenir l’intégrité du territoire solennellement promis141.

  • 142 L’Espoir, 5 février 1839. Un employé de ce journal présentait, dans tous les cafés de la ville, un (...)
  • 143 Alphonse Neef propose, lors de la séance du 12 juillet 1838 du conseil provincial de Liège, de vot (...)
  • 144 En février 1839, le conseil communal de Liège faisait publier une nouvelle pétition qui rectifiait (...)

107Les progressistes retrouvent en cette circonstance leurs positions ultra-patriotes, réclamant la « résistance à tout prix »142. De leur côté, les doctrinaires, témoignant ainsi de la profonde évolution subie dans leurs sentiments au cours de ces neuf années, leur emboîtent initialement le pas143 puis, prenant, à l’exemple des catholiques et des libéraux unionistes, une attitude plus souple, admettent la nécessité pour l’existence de la Belgique de se plier aux exigences des grandes puissances144.

  • 145 Pasinomie, t. 9, pp. 72-73.

108L’Union libérale semblait bien brisée en cette occasion. Alors que les élections sont fixées au 11 juin 1839145 et qu’à la mi-mai, catholiques et libéraux unionistes ressoudent momentanément leurs liens et préparent activement les élections, rien ne bouge du côté libéral.

  • 146 L’Espoir, 18-19 mai 1839. Koeler avait souscrit pour le rachat des chevaux du prince d’Orange.

109Les dirigeants du Journal de Liége restent sourds aux appels que leur lance constamment l’Industrie qui, à l’approche des élections, s’était déclarée toujours fidèle à l’esprit de l’Union libérale. Le fait que le nom de Koeler, orangiste notoire, avait été cité alors comme candidat dans de petites réunions particulières les irritait vraisemblablement146.

  • 147 L’Espoir, 30 mai 1839 et l’Industrie, 31 mai 1839.

110Enfin, par l’intermédiaire de L’Espoir, les progressistes provoquent une réunion le 30 mai 1839. L’assemblée est jugée trop peu nombreuse et un bureau de 11 membres est chargé de convoquer à nouveau les électeurs147.

  • 148 Journal de Liége, L’Espoir et l’Industrie, 3 juin 1839. Cette réunion a lieu le 2 juin 1839.

111Sur les cinq cents personnes ainsi convoquées, cent à deux cents seulement répondirent à l’appel. Le Journal de Liége n’avait pas recommandé la participation. L’assemblée ne se jugea pas représentative des quelque deux mille électeurs de l’arrondissement mais, après avoir critiquée le fait que Fleussu et Lesoinne se soient laissés présenter par les catholiques, elle prit d’importantes décisions148. L’ex-échevin Robert constata, en effet, que « les électeurs libéraux n’ayant pas jusqu’à présent formulé de programme politique, ils ne sont pas en droit de se plaindre des hommes qu’ils ont envoyés aux Chambres et qui se sont ensuite tournés contre eux ». Cette remarque fut reprise et approfondie dans un discours d’Adolphe Bayet dont les conclusions furent adoptées par l’assemblée.

112Ainsi, sans vouloir imposer un « mandat impératif » aux futurs élus, 1’assemblée déclarait désirer que figurent dans le programme politique des candidats ces quatre points essentiels :

113« 1° La réforme électorale par l’abaissement du cens des villes au taux de celui des campagnes et par l’adjonction des professions libérales.

114» 2° Une bonne loi sur l’instruction primaire.

115» 3° Une réforme prompte et salutaire du jury d’examen universitaire.

  • 149 Ibidem.

116» 4° L’obligation pour chaque candidat de ne demander pendant toute la durée de son mandat, ni don, ni faveur du pouvoir et de n’accepter de places ou de fonctions publiques rétribuées, si ce n’est la place de ministre qu’un an au moins après l’expiration de son mandat »149.

  • 150 La réunion a lieu le 4 juin 1839. Seuls Closset et Koeler sont présents comme candidats. Journal d (...)
  • 151 Courrier de la Meuse, 4 juin 1839.
  • 152 Résultats complets dans le Politique, 5 juin 1839.

117Cet essai d’imposer un programme politique aux candidats échoua. Lors de la réunion préparatoire définitive, seuls deux candidats acceptèrent de répondre aux questions des cent cinquante personnes présentes150. Dans une lettre adressée à l’assemblée, Max Lesoinne déclara se présenter à la Chambre « libre de toute promesse envers qui que ce soit »151. Ceci ne l’empêcha pas de figurer aux côtés de Destriveaux, Koeler, Closset, et... Delfosse dans la liste de candidats adoptée par l’assemblée152.

  • 153 Journal de Liège, 3 juin 1839.
  • 154 Charles Deliège (Liège 1799 - 15 janvier 1861), notaire à Fléron, élu par ce canton au conseil pro (...)
  • 155 Journal de Liège, 5 et 6 juin 1839.
  • 156 Journal de Liége, 6 juin 1839.

118Cette campagne électorale avait été marquée par le refus obstiné des doctrinaires groupés autour du Journal de Liége de participer aux opérations pré-électorales. Le journal avait, avant la dernière assemblée, publié sa propre liste de candidats où figuraient déjà Lesoinne, Destriveaux et Delfosse153. A la suite du désistement de son candidat Muller, il lui substitua le nom de Closset, présentant ainsi finalement une liste qui ne différait que d’un nom, — Deliège, conseiller provincial154, — de la liste de l’Union libérale155. Les rédacteurs du Journal de Liège avaient vivement critiqué le projet d’imposer un programme aux élus : parlant de « mandat impératif », ils déclaraient que, s’il devait porter sur la majorité des votes à émettre, il constituerait « la décrépitude du régime représentatif ». Pour leur part, ils préféreraient s’en tenir aux garanties d’indépendance qu’ils se contentaient de demander à leurs candidats156.

  • 157 L’Espoir, 6 juin 1839, accusa « la coterie qui s’est emparée de la direction du Journal de Liége, (...)
  • 158 Concernant Lesoinne et l’Union catholico-libérale, voir Chapitre I, pp. 109-110. Les résultats de (...)

119Divisés comme ils l’étaient dans leur action, et sur le plan des principes157, les libéraux avaient perdu leurs plus belles chances de vaincre dans ces élections générales. Seul parmi leurs candidats, Lesoinne fut élu. Il était également soutenu par la coalition gouvernementale, l’Union catholico-libérale, qui avait ressoudé momentanément ses liens dans la crise nationale158.

120En ces circonstances très particulières, la présence parmi les candidats libéraux de deux orangistes fut certainement très préjudiciable à l’ensemble de la liste.

  • 159 Voir le chapitre suivant.

121La désorganisation des forces libérales, privées d’un comité central, était apparue dans toute son ampleur. Cet échec n’était cependant pas sans appel. A l’intérieur même de la loge liégeoise était en train de s’opérer une profonde modification d’attitude qui allait donner une vigueur nouvelle aux libéraux159.

6. Conclusions : le bilan de dix années d’expérience dans l’opposition

122S’achevant sur une fausse note, — l’échec aux élections législatives de 1839, — le bilan des dix années passées par les libéraux dans l’opposition n’était cependant pas négatif.

123Peu consistante à ses débuts, fragmentée en une série de tendances qui cherche ses points forts, l’opposition libérale a concentré ses forces en trois groupes.

124Les doctrinaires ont les premiers tenté de donner une structure politique au mouvement libéral. Grâce à un rapprochement opéré au sein de la loge entre un certain nombre de leurs dirigeants et des personnalités orangistes, une alliance s’est nouée entre ces deux tendances.

125L’alliance avec les orangistes est cependant fragile et présente des inconvénients majeurs. Ceux-ci n’apportent pas toujours leur soutien effectif ; en 1835, ils ne participent pas aux élections législatives. Leur présence dans l’Union libérale est, d’autre part, utilisée par l’Union catholico-libérale pour présenter l’opposition comme anti-nationale, et sans doute cette tactique n’est-elle pas sans effet sur le corps électoral, comme le montreront les résultats de l’élection législative de 1839. La disparition du problème extérieur avec la reconnaissance de la Belgique par le roi Guillaume Ier, devait, à bref délai, résoudre le problème par l’assimilation des orangistes aux doctrinaires qui, par ailleurs, avaient témoigné de leur attachement aux institutions belges.

126Formant un troisième groupe, moins nombreux peut-être mais très actif, les progressistes, laissés à l’écart du comité central, ont montré qu’il fallait tenir compte de leur existence.

  • 160 Il y a trois élections communales à Liège au cours de cette période : le 12 août 1833 (4 doctrinai (...)

127Les critiques qu’ils adressent au comité de l’Union libérale ne sont pas sans être justifiées. Un contrôle portant sur les élections communales de Liège de 1833 à 1836 indique que ce comité a soutenu un total de trente-sept candidatures, dont pas moins de trente et une peuvent entrer dans la catégorie doctrinaire ou tout au moins libérale modérée, pour cinq candidats orangistes et un seul progressiste160. Les candidatures de Hubart-Rodberg et Scronx ont été défendues trois fois et celles de Delfosse, Closset-Wauters et Piercot chacune deux fois. On comprend l’irritation des progressistes lorsqu’ils retrouvèrent dans les dix candidatures présentées par le comité aux élections provinciales du canton de Liège, huit doctrinaires, parmi lesquels à nouveau Delfosse, Hubart, Closset et Scronx. La réaction de l’assemblée générale fit passer deux progressistes mais épargna ces personnalités.

128L’idéal défendu par les progressistes qui veulent faire participer plus largement les électeurs à la vie politique ne manque pas de générosité, mais paraît prématurée face aux divisions que présente encore le libéralisme. D’autre part, certaines précautions indispensables ne sont pas prises, ainsi les assemblées sont ouvertes à tous, y compris d’éventuels électeurs catholiques.

129La tentative d’imposer au candidat l’acceptation d’un programme politique défini par l’assemblée cherche apparemment à pallier cet inconvénient, mais il se heurte trop directement aux prérogatives jalousement défendues par les hommes politiques de l’époque pour réussir.

130L’expérience acquise grâce aux heurs et malheurs que cette première organisation avait connus dans son évolution devait finalement profiter aux libéraux liégeois.

131Les doctrinaires devaient reconnaître qu’il était indispensable pour le succès d’une future organisation de faire une place aux progressistes. La participation des électeurs au sein d’une assemblée pour la désignation des candidatures libérales était un acquis sur lequel il n’était pas possible de revenir, mais qu’il fallait réglementer, en trouvant un système pour n’en permettre l’entrée qu’aux véritables électeurs libéraux. Enfin, la nécessité de faire un effort particulier en dehors du milieu urbain s’avérait également nécessaire. L’organisation libérale qui avait tenté de fonctionner de 1833 à 1839 avait, en effet, essentiellement concentré son action sur les électeurs de la ville. Les élections provinciales avaient révélé les insuffisances criantes de l’opposition libérale dans les cantons ruraux.

132La loge liégeoise, tout comme elle avait été, indirectement, à l’origine du premier comité de l’Union libérale, jouera un rôle non négligeable dans le nouvel essor du libéralisme après 1839.

Notes

1 A.G.R., Papiers Rogier, no 255. Rapport confidentiel du gouverneur Tielemans, 16 septembre 1832.

2 Cf. Chapitre II, § 1. Le mécontentement des industriels.

3 Cette idée est constamment exprimée par le Journal de la Province de Liége. Il écrit, le 3 décembre 1830 : « L’organisation sociale doit être réglée par l’industrie. Elle seule peut introduire dans les institutions la liberté et la stabilité » et le 19 août 1831 : « Maintenant que le pays a satisfait ses intérêts moraux, il est juste, il est souhaitable qu’il s’occupe des intérêts matériels. » Parmi les candidatures « industrielles » présentées en août 1831, à l’occasion des premières élections législatives, Lesoinne et Jamme sont incontestablement d’authentiques industriels, mais Leclercq est conseiller à la cour d’appel de Liège et Destriveaux, professeur à l’Université. Cf. Journal de la Province de Liège, 29-30 août 1831.

4 C’est le 2 décembre 1832 que le Journal de la Province de Liége prend définitivement le titre de Journal de Liège. Pour plus de clarté, nous le désignerons désormais ainsi dans le texte.

5 Sur l’évolution du Journal de la Province, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 59-114.

6 Journal de la Province, 21 juillet 1831.

7 Jacques Desoer (Liège 1782 - 25 mai 1851), propriétaire du Journal de la Province, ensuite Journal de Liège. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, pp. 36-37.

8 Auguste Delfosse (Liège 1801 - 22 février 1858), avocat, conseiller communal à Liège de 1833 à 1836, puis conseiller provincial de 1836 à 1839, enfin membre de la Chambre des représentants de 1840 à son décès. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1858, pp. 8-27 et Biographie nationale, t. 5, col. 413-420.

9 Journal de la Province, 18 novembre 1830.

10 Journal de la Province, 18 octobre 1830.

11 Frans VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, dans Revue d’histoire moderne, t. 1, 1926, p. 117.

12 Les problèmes du vocabulaire politique ne sont pas simples et pour justifier notre appellation nous devons entrer dans quelques explications. L’épithète de doctrinaire a été donnée, sous la Restauration, à un groupe d’hommes politiques français, Guizot, Rémusat, Duvergier, etc., partisans d’une monarchie constitutionnelle et opposés à la souveraineté du peuple. Un journaliste leur avait attribué ce nom parce que leur principal inspirateur, Royer-Collard, avait fait ses études chez les prêtres de la doctrine chrétienne. Cf. M. MOURRE, Dictionnaire d’histoire universelle, t. 1, p. 575. En Belgique, ce nom fut longtemps réservé, après 1830, aux libéraux admirateurs de Royer-Collard, c’est-à-dire au groupe Rogier, Lebeau et Devaux, en fait donc aux libéraux unionistes. En 1840, le Journal de Liége écrira encore, le 20 janvier, « Nos lecteurs ont vu par les mémorables articles de la Revue Nationale (de Paul Devaux) que nous avons reproduits, que cette nuance du libéralisme qu’on appelle la doctrine, nuance que souillaient naguère encore les éloges du Courrier de la Meuse, avait rompu sans détour avec le parti catholique-politique ». Par la suite de l’assimilation de ce groupe parlementaire et des libéraux anticléricaux, après 1841, l’épithète de doctrinaire désignera alors la tentance conservatrice du libéralisme, par opposition aux progressistes. Nous n’ignorons donc pas qu’en donnant cette étiquette à la tendance représentée par le Journal de Liége, dès 1830-31, nous anticipons quelque peu les faits. Moins cependant qu’on ne pourrait le penser, car dès 1836, le quotidien progressiste l’Espoir avait déjà franchi le pas en donnant ce nom au groupe du « Journal de Liège, qui s’est fait l’apologiste et le défenseur quand même du parti doctrinaire en France » (6 juillet 1836). Cette dernière constatation, ajoutée au fait que les idées de base défendues par le Journal de Liège, seront les mêmes, quant au type de libéralisme, de 1830-31 jusqu’a leur assimilation aux vrais doctrinaires, semble justifier à nos yeux, l’épithète de doctrinaire que nous donnerons au Journal de Liége pour le qualifier.

13 « On a fait justice du droit divin, à la bonne heure : c’est une absurdité de moins entre celles dont on nous surcharge. Nous avions vu la royauté à sa naissance, et nous savions bien d’où elle tenait son origine. Mais au droit divin on substitue une théorie tout aussi erronnée, la souveraineté du peuple. » Journal de la Province, 14 octobre 1830.

14 Journal de la Province, 18-19 octobre 1830 (article de communiqué) et 27 octobre 1830.

15 « La république est une forme de gouvernement impraticable en Belgique », Journal de la Province, 20 novembre 1830.

16 Frans VAN KALKEN, Esquisse des origines du libéralisme en Belgique, op. cit„ pp. 173-174.

17 Jules Putzeys (Liège 1809 - Ixelles 2 janvier 1882), avocat, attaché en 1829 au parquet du procureur général de la cour d’appel de Liège ; en 1832, il devient substitut du procureur du roi à Arlon, Biographie nationale, t. 18, col. 355-356. J.J. Collette : il n’a pas été possible de retrouver une notice biographique sur ce personnage, qui devint juge de paix à Liège, et joua un rôle important dans les milieux progressistes particulièrement de 1843 à 1847. Voir plus loin, pp. 307-39, La liste générale des électeurs de la ville de Liège pour 1840-41, Liège, 1840, l’indique comme électeur général, âgé de 39 ans (p. 22). Il serait donc né vers 1807.
Les Bayet constituent une famille très nombreuse à Liège. Les plus connus, surtout pour leur action par la suite, sont les jumeaux Félix et Adolphe Bayet (Liège 1804 - Anvers 21 juin 1862) occupés à l’époque par la création du quotidien bruxellois L’Emancipation qu’ils orientent dans le sens républicain, il ne semble pas qu ils aient été membres de l’Association patriotique liégeoise. Cf. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1862, pp. 39-40. Par contre, leur frère Baudouin Bayet, avocat, décédé à Liège le 31 juillet 1836 à l’âge de 37 ans alors qu’il venait d’être élu par les libéraux au conseil communal de Liège en faisait partie. Cf. L’Espoir, 1er-2 août 1836. Parmi les membres, on relève aussi le nom d’un Auguste Bayet (Courrier de la Meuse, 23 octobre 1830).

18 Nous avons déjà parlé de la fondation et de l’évolution de cette Association, pp. 74-75.

19 Les comptes rendus de l’Association patriotique liégeoise sont publiés dans le Citoyen qui exprimait les idées des hommes cités plus haut. Sur ce journal, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 65-66.

20 Auguste Bayet propose que dans les réunions électorales, les non-électeurs aient part aux discussions. Courrier de la Meuse, 23 octobre 1830.

21 La date exacte de la disparition de l’Association patriotique liégeoise n’est pas connue. Elle dut sans doute mourir d’inanition en même temps que le Franc Liégeois qui avait succédé au Citoyen comme porte-parole de la Société, soit le 1er avril 1831. Sur ces deux journaux, voir Etude de la presse liégeoise, pp. 65-68.

22 La date de la convocation pour la constitution d’un comité provincial de l’Association nationale était fixée au 3 mai 1831. Du fait de certaines difficultés, le comité n’est formé que le 18 mai. Le président en est le colonel de Lobel, vice-président Baudouin Bayet, secrétaire Vercken aîné, trésorier J. Houbart, membres du comité : l’avocat de Lezaack, le général Vander Meere, J. Neuville, Ch. Faider et Ant. Colmant. Cf. Journal de Liège, 1, 2-3, 20 et 28 mai 1831.

23 Les patriotes de l’Association nationale belge auxquels s’étaient mêlés des réunionistes, se rendent, dans la soirée du 6 juillet, sur la place Saint-Lambert, aux cris de « A bas les ministres, à bas les protocoles ». Ils déposent ensuite à l’Hôtel de ville une pétition revêtue de 74 signatures exigeant le rejet des XVIII Articles. Récit concordant dans le Journal de Liège et le Courrier de la Meuse du 8 juillet 1831.

24 Notice sur Félix Hubart, voir premier chapitre, pp. 82-84.

25 La faiblesse des libéraux au sein de l’Union en est une preuve. L’évolution d’attitude de Louis Jamme est décisive. Cf. p. 105.

26 La fluctuation des opinions entre deux points aussi contradictoires que l’option orangiste ou réunioniste a été démontrée dans le chapitre précédent, pp. 113 et sv.
Faute de consultation électorale ou d’incidents caractéristiques qui permettent d’effectuer un dénombrement précis, la vérification de la fluctuation des opinions politiques n’est pas facile à mettre en lumière. On peut cependant se baser sur une liste qui, en décembre 1830, sera donnée comme réunioniste et, en février 1831, sur le discours orangiste d’Orban au gouverneur de la province. Cf. pp. 137-138. Les méandres suivis par le Journal de la Province jusqu’en juillet 1831 sont assez caractéristiques de la malléabilité de l’opinion. Les ressorts psychologiques qui entraînent les particuliers à modifier ainsi si souvent leur attitude selon les circonstances apparaissent bien dans la correspondance de J. Serruys que nous avons publiée : cf. La naissance de l’Etat belge à travers une correspondance privée (octobre 1830 - décembre 1831), dans le Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. CXXXIII, 1967, pp. 141-271.

27 Etat de l’instruction primaire en Belgique. Rapport décennal présenté aux Chambres législatives le 28 janvier 1842 par le Ministère de l’Intérieur (NOTHOMB), Bruxelles, 1842, pp. 24-25.

28 Mgr. Van Bommel, dans un mandement du 25 octobre 1831, lance un appel à la générosité des fidèles pour rassembler des fonds destinés à la réinstallation, à Liège, des petits frères de l’Ecole chrétienne. Mandemens, Lettres pastorales, circulaires et instructions de Monseigneur C.A.R. VAN BOMMEL, évêque de Liège, t. 1, années 1830 à 1837, Liège, 1844, pp. 144-159.

29 A la date du 31 décembre 1831, la population des écoles privées de la province de Liège s’élevait déjà à 9.592 élèves pour 20.297 dans les écoles communales ou mixtes, alors que ces dernières comptaient encore 26.000 élèves au 31 décembre 1830. Etat de l’instruction primaire en Belgique, op. cit., pp. 385-387.

30 Journal de la Province, 7 septembre 1831.

31 Idem, 24 août 1832, citation de Leibnitz.

32 Idem, 4 et 14-15 novembre 1831, 28 janvier et 25 mai 1832.

33 Idem, 10 décembre 1831.

34 Idem, 7 septembre 1831, Industrie, 27 août 1831.

35 Journal de Liége, 18 avril 1832.

36 Cf. Chapitre I, pp. 99-103.

37 A l’occasion des élections législatives d’août 1831, les correspondants de Charles Rogier fournissent maints détails sur ces listes diverses. A.G.R., Papiers Rogier, no 28, Lignac à Rogier, 22 août 1831 ; il parle de « la liste du notaire Delbouille » ; idem, Lignac à Rogier, 23 août 1831 ; il signale que circule une liste du « parti français », une autre dite « combinaison du pouvoir », une « liste philosophique ». Chazal à Rogier, 28 août 1831, l’assure qu’il a les voix de « toute la société Berrier, Begasse, etc. ». Mais le groupe le plus important est le « parti de l’industrie », idem, Vandermeere à Rogier, 30 août 1831.

38 Aux élections législatives du 30 août 1831, sur quatre élus, seul Leclercq, porté par les « industriels » passe contre la volonté des unionistes. Aux élections suivantes, 16 juillet 1832, 9 novembre 1832, 4 janvier 1833, quoique L’Industrie ait aligné son choix sur celui du Journal de Liége les candidats de l’opposition sont vaincus.

39 Un texte tiré de L’Industrie du 1er septembre 1831, est significatif. Il voit dans le résultat de l’élection du 30 août « un gage heureux pour l’avenir. Mais le présent reste déplorable. Encore neufs à l’office d’électeurs, la plupart d’entre eux n’ont pas assez senti la nécessité de s’entendre. Il leur fallait peut-être une leçon pour apprendre que tout ne gît pas à bien placer son suffrage, qu’il faut encore l’appuyer sur les chances et que le meilleur vote est nuisible quand il s’individualise en dehors des combinaisons les plus accréditées. La leçon a été donnée : puisse-t-elle profiter à ceux qui auraient dû se l’épargner ! »

40 Pour l’histoire de la loge de la Parfaite Intelligence, nous nous sommes servi de la monographie de J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire de la Respectable Loge La Parfaite Intelligence et l’Etoile Réunies à l’Orient de Liège 5770-5925, Liège, 1927, 19 p. L’excellente synthèse de F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie belge au xixe siècle. Première partie de 1800 à 1850. Deuxième partie de 1850 à 1900, Bruxelles, Imprimerie du Suprême Conseil, 1949, viii-156 et 124 p. apporte encore de nombreux détails inédits. Les travaux de U. CAPITAINE, Aperçu historique sur la Franc-Maçonnerie à Liège avant 1830, Liège, 1853 et de V. DWELSHAUVERS-DERY, orateur, Histoire de la Franc-Maçonnerie à Liège avant 1830, 1er fascicule, Bruxelles, 1879 ne débordent pas la période. X. de THEUX, Bibliographie liégeoise, signale que le 2e fascicule de ce dernier ouvrage n’a pas paru. C’est en 1822 que La Parfaite Intelligence fusionna avec L’Etoile de Chaudfontaine, fondée en 1749. J. DE BRUGE, op. cit., pp. 11-12. Depuis la défense de notre thèse (janvier.1972) a paru un remarquable recueil de documents maçonniques : E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la franc-maçonnerie belge du xixe siècle, 1830-1835, Louvain-Paris, Cahier no 69 du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 1974, contenant un grand nombres de pièces tirées des archives de la Loge La Parfaite Intelligence de Liège, archives que nous n’avions pu consulter. Ces documents nous ont permis de confirmer en les approfondissant les renseignements que nous avions sur la question. Nous remercions Els Witte de nous en avoir permis la consultation sur épreuve.

41 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143, pièces 37-45. Quittances signées par le trésorier de la Parfaite Intelligence et l’Etoile Réunies, à Liège. J. Toussaint pour le frère Bailleux, de 1840 à 1843. Droit d’inscription initial : 60 francs. Cotisations mensuelles : 3 francs, plus une cotisation trimestrielle au Grand Orient de 9 francs.

42 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143, pièces 37-45, initiation au2e grade : 20 francs, et au 3e grade : 40 francs.

43 Collection F. BORNE, Tableau des frères qui composent la Respectable Loge de St Jean sous le titre distinctif de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile Réunies, à l’Orient de Liège, à l’époque du 10e mois de l’an de la Véritable Lumière 5834 (décembre 1834), imprimé de 12 pages. Ce tableau publié à un moment de scission dont nous parlons plus loin reprend 109 membres en activité dont 45 militaires. Une liste manuscrite conservée aux CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143, datée de 1842, relève les noms de 151 francs-maçons liégeois, parmi lesquels le nombre de militaires semble négligeable.

44 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, p. 63.

45 Annuaire maçonnique du Grand-Orient de Belgique pour l’an de la Véritable Lumière 5840, Bruxelles, Grand Orient, 1840, pp. 54-55.

46 Cette explication est donnée par J. GOFFIN, Histoire populaire de la Franc-Maçonnerie depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Spa, 1862, p. 6. J. Goffin, de tendance démocrate, a été député au Grand Orient, membre du chapitre de la grande loge des Philadelphes (rite réformé de Memphis à Londres), vénérable de la loge des Libres Penseurs à Verviers.

47 J.S. WIJNE, De Luikse vrijmetselaren tijdens de belgische opstand van 1830, dans Thoth, tijdschrift voor vrijmetselaren, Voorburg, 1, mars 1967, pp. 25-31. L’attitude de la loge liégeoise est décrite de la même manière par J. DE BRUGE, op. cit., pp. 12-13. Tandis que F. CLÉMENT, op. cit., insiste plutôt sur l’apolitisme des loges belges.

48 « Ils savaient, dit J. DE BRUGE, op. cit., p. 13, que si les esprits libéraux s’unissaient aux cléricaux pour réclamer la liberté, celle-ci, à peine conquise, serait mise sous le boisseau, les menées de Rome n’étant pas restées sous voile. »

49 Sur « l’organisation régulatrice » de la franc-maçonnerie sous le régime hollandais, voir F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, pp. 41-49 et plus spécialement sur l’attitude à cette époque des loges belges dont la Parfaite Intelligence : J.S. WIJNE, Over de verhouding van de belgische vrijmetselaren ten opzichte van de vrijmeselarij in de Nederlanden, dans Thoth, Tijdschrift voor vrijmetselaren, t. 2, Voorburg, mai 1967, pp. 44-50.

50 J.S. WIJNE, De Luikse vrijmetselaren..., op. cit., passe sous silence cette prise de position de la loge liégeoise qui est pourtant signalée à la fois par J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., p. 13 et par F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1er partie, p. 86. La Loge La Concorde de Mans reçoit le 30 décembre 1830 une « planche » de la loge liégeoise lui annonçant cette prise de position, E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, pp. 26-27.

51 Il cède la direction des travaux de la loge le 23 janvier 1830. Cf. Discours prononcé à la Respectable Loge de la Parfaite Intelligence et de l’Etoile Réunies à l’Orient de Liège, le 23 jour du 11e mois 5830, jour fixé pour la célébration de la fête du solstice d’hiver par le frère TESTE, ex-vénérable, appelé aux fonctions d’orateur de cette loge, s.l.n.d., 16 pages.

52 Sur Laurent Renard, voir plus haut, p. 122 et dans les pages qui suivent.

53 Cf. J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., pp. 5 et suivantes.

54 Maximilien Lesoinne (voir p. 109) était vénérable en 1817. Cf. J.S. WIJNE, Over de verhouding van de belgische vrijmetselaren, op. cit., p. 46.

55 Mathieu Closset-Wauters (cf. p. 122) figure parmi les dissidents de loge en 1833. Cf. J. DE BRUGE, op. cit., p. 109, n. 4.

56 Jules Putzeys (cf. p. 175) est le délégué de la Loge au Grand-Orient en 1836. Cf. Annuaire maçonnique pour 5837, p. 20. Il est désigné comme « ex-vénérable » en 1839 dans Fédération maçonnique belge. Examen d’un projet de réforme maçonnique, Liège, J. Collardin, 5839 (1839).

57 J.J. Collette (cf. p. 175) est précisément, en 1839 cité dans l’article renseigné ci-dessus, le vénérable de la Loge.

58 Pierre-Joseph Destriveaux (Liège 1780 - Schaerbeek 3 février 1853), professeur de droit à l’Université de Liège à partir de 1816, membre du Congrès national, conseiller provincial de Liège à partir de 1836, membre de la Chambre des représentants de 1847 à son décès, U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1853, pp. 13-23. Nommé membre honoraire de la Loge en 1845, cf. le diplôme qui lui a été remis le 19 novembre 1845 (original) conservé à la Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 1143.

59 Sur Walthère Frère-Orban (Liège 1812 - Bruxelles 21 janvier 1896) et P. HYM ANS, Frère-Orban, Bruxelles, 1905, t. 1, pp. 4-20.

60 Théodore Weustenraad (cf. p. 96) figure dans le Tableau des frères de la Loge de la Parfaite Intelligence de décembre 1834.

61 A.G.R. Papiers Rogier, no 28, lettres de Lignac à Rogier, 22 août 1831 et du général Vandermeere à Rogier, Liège, 30 août 1831.

62 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, pp. 84-104. « Fondation du Grand Orient de Belgique. » L’avocat J. Defrenne, de Bruxelles, est choisi comme premier grand surveillant temporaire.

63 F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, p. 91. La Parfaite Intelligence est déclarée « en sommeil », c’est-à-dire comme ayant cessé ses activités, dans le rapport du Grand Orient (ibidem, p. 93) mais, comme le fait remarquer F. CLÉMENT, op. cit., p. 105, « les renseignements paraissent assez inexacts ». Quatorze ateliers sont représentés à l’inauguration du Grand Orient, six sont « en sommeil », trois n’ont pas répondu et les deux loges de Gand ne reconnaissent pas le Grand Orient des Pays-Bas.

64 J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., p. 13 et F. CLÉMENT, Histoire de la Franc-Maçonnerie, 1re partie, p. 109. A la même page, note 4, il donne les noms des dissidents signataires de l’assignation en justice : « Max Lesoinne, négociant, propriétaire du local. F.J. Xhaflaire et L. Renard, négociants. Berryer et Piette, bijoutiers ; Malherbe, De Goffontaine, fabricants d’armes, Tombeur, médecin, F. Braconnier, exploitant, Ista machiniste, Desaive, médecin, J. Signiot, L. de Prins et M. Closset, négociants et les avocats Dereux, J. Forgeur, E. Anciaux, W. Frère et Mélotte ». (Nous avons rectifié certaines erreurs manifestes dans l’orthographe des noms.)

65 Cette précision est contenue dans un petit historique publié dans l’Annuaire maçonnique pour 5840 (1840), p. 129 ; malheureusement, aucune date n’est donnée. Il n’y a aucun document à ce sujet dans E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie.

66 Les explications concernant la motivation de ces dissidents fournies par J. DE BRUGE, Abrégé de l’histoire..., pp. 13-14, nous paraissent convaincantes.

67 Ibidem.

68 Une chronologie précise du début de la discussion et de la date de la rupture manque. D’après un auteur, J.S. WIJNE, De Luiksevrijmetselaren, op. cit., p. 28, la prise en considération du problème de la reconnaissance aurait été décidée aux alentours de 20 août 1833 mais depuis que le problème était pendant (février 1833), les francs-maçons dissidents par la suite avaient sans doute vu dans quel sens la décision évoluait, et avaient vraisemblablement voulu marquer le coup par la création, en mai 1833, d’une Union libérale.

69 Lors des élections du 30 août 1831, Leclercq, avocat, futur procureur-général, candidat de l’opposition, est élu, de même que Jamme dont la candidature a été adoptée par l’Union catholico-libérale. Mathieu Closset-Wauters n est vaincu, au second tour de scrutin, que d’une seule voix par Raikem, candidat catholique. A.G.R. Papiers Rogier, no 28, Demarteau à Rogier, 31 août 1831 et Lignac à Rogier, 1er septembre 1831.

70 Voir Chapitre II, pp. 153-154.

71 Journal de Liége, 16 janvier 1833.

72 Pasinomie, t. 3, pp. 126-128. Sur le contexte politique de cette dissolution, voir J.J. THONISSEN, La Belgique sous le règne de Léopold Ire t. II, Louvain, 1861, pp. 117-119.

73 Mémorial administratif de la province de Liége, t. 3, no 163, pp. 121-124.

74 Journal de Liége, 11 mai 1833.

75 Cf. Chapitre II, pp. 164-165. Ce sont les raisons que donne Brandès à Gericke, pour excuser cette participation aux élections, 30 juin 1833. Gedenkstukken, t. V, pp. 273-274.

76 Journal de Liége, 27 mai 1833.

77 Industrie, 27 et 28 mai 1833.

78 Joseph Forgeur (1802-1872), membre du Congrès national élu par Huy, conseiller communal de 1836 à 1842 et de 1862 à 1866, sénateur de 1851 à 1872. Mémorial de la ville de Liège, pp. 142-143.

79 Mathieu-Lambert Dereux, avocat et conseiller provincial, décédé à Liège le 15 février 1870. Journal de Liège, 18 février 1870. Dereux qui fréquente les rangs doctrinaires jusqu’en 1836 se retrouve du côté des progressistes au cours de la scission de 1845. Dereux est membre actif de la Loge La Parfaite Intelligence dont il sera le vénérable. Cf. E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie.

80 Théodore de Lezaack (Liège 1792 - 26 janvier 1859), avocat du barreau de Liège, élu bâtonnier de l’ordre en 1853, U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1859, pp. 59-60.

81 Jean-Nicolas Robert (1788-1858), échevin de Liège de 1834 à 1836, conseiller communal de 1836 à 1848 et enfin sénateur de 1851 à 1856. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1858, p. 93.

82 J.J. Bertho, rentier-propriétaire, sera présenté sans succès comme candidat de l’Union libérale aux élections à la Chambre du 9 juin 1835. Journal de Liége, 20 mai 1835. Il figure en 1840-1841 sur la liste générale des électeurs de la ville de Liége comme électeur général, habitant le quartier du Nord et âgé de 55 ans (né en 1785 ?). Après son échec électoral de 1835, il ne joue plus de rôle politique en vue.

83 Journal de Liége et Industrie, 4 août 1833. Closset-Wauters était orangiste et franc-maçon mais nous n’avons aucune trace de l’appartenance à la franc-maçonnerie d’Auguste Delfosse (voir p. 173, n. 3, p. 294, n. 41) et d’Hubart-Rodberg. Joseph Hubart-Rodberg (1795-1853) est conseiller communal de 1833 à 1836, conseiller provincial de 1836 et député permanent de ce conseil de 1836 à 1840, puis de 1844 à 1853. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1853, pp. 33-34.

84 Journal de Liége, 27 août 1834.

85 L’Espoir, 19-20 septembre 1836. Guillaume Piercot (1797-1877), échevin à Liège de 1834 à 1842 puis bourgmestre de 1842 à 1867 et de 1870 à 1877, ministre de l’Intérieur de 1852 à 1855. Bibliographie nationale, t. 17, col. 408-411 et Mémorial de la Ville de Liège, pp. 176-177. Henri Scronx (1793 - décembre 1845) fut conseiller provincial de 1836 à 1845. Journal de Liège, 26 décembre 1845. Jean-Hubert Delexhy (1792 - 12 décembre 1859), notaire, conseiller communal de Liège depuis 1836, échevin de 1840 à 1848 puis conseiller provincial élu par le canton de Bodegnée de 1848 à 1850. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1859, pp. 52-53.

86 Renseignements donnés par L’Espoir, 19-20 septembre 1836 et Le Politique, 17-18 septembre 1836. La présence de Walthère Frère dans l’Union libérale en 1833 est signalée par l’Industrie, 14 juin 1833. Clément Muller (1810-1882), rédacteur en chef du Journal de Liège à partir de 1839, est conseiller provincial de 1840 à 1847 puis député permanent jusqu’en 1858, date où il est élu à la Chambre des représentants où il siégera jusqu’en 1882. Cf. R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liège en 1843, dans La Vie Wallonne, 1962, t. 36, p. 182, n. 1.

87 Les notices biographiques en notes en témoignent.

88 Par exemple, la démarche qui fut faite en 1836 par les membres du comité libéral auprès du bourgmestre Louis Jamme pour qu’il accepte de se représenter aux élections communales. L’Espoir, 15 juin 1836.

89 Ils expédient des tracts électoraux. Une belle collection de ces tracts est conservée à la Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Sans doute ne bornaient-ils pas là leur travail et les contacts personnels jouaient-ils encore un grand rôle.

90 Journal de Liège, 16-17 août 1833.

91 L’Espoir, 25 août 1836.

92 Cf. notre article Interprétations contestées des pouvoirs du conseil communal de Liège en 1833-1834, dans les Annales de la Fédération archéologique et histoire de Belgique, Congrès de Liège, t. 1, 1968, pp. 103-110.

93 Journal de Liège, 30 janvier 1834.

94 Ibidem, 27-28 mai 1833.

95 Cf. notre article Interprétations contestées des pouvoirs du conseil communal de Liège en 1833-1834, op. cit, pp. 103-110.

96 Résultats publiés dans le Courrier de la Meuse et le Journal de Liège, 15 juillet 1836 ; L’Espoir, L’Industrie et le Politique, 16 juillet 1836.

97 Résultats dans ces journaux des 30 septembre et 1er octobre 1836.

98 Sur les cinq candidats présentés aux élections législatives du 30 mai 1833, l’Union libérale en fait passer deux : Fleussu et Ernst. Cf. les journaux liégeois du 1er juin 1833.

99 Aucun candidat de l’Union libérale n’est élu. Cf. les journaux liégeois du 11 juin 1835.

100 Cf. Chapitre II, p. 165.

101 Cf. Chapitre II, pp. 107-108.

102 Industrie, Journal de Liége et Politique, 27 août 1830.

103 Industrie, 28 mai 1835.

104 L’Espoir, 16 septembre 1836. Fondé le 27 décembre 1835 au moyen de fonds rassemblés par actions, ce quotidien eut pour rédacteur P. Hennebert jusqu’en 1837 et surtout les frères Bayet. Cf. notre Etude de la presse liégeoise, pp. 76-80. La publication de E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, p. 56, pp. 70-71, et 79-83 nous apprend qu’un des actionnaires-fondateurs n’était autre, jusqu’en octobre 1837 que la Loge la Parfaite Intelligence de Liège. C’est là un premier signe de l’influence grandissante des progressistes dans cette loge, influence dont nous reparlerons.

105 L’Espoir, 6 juillet 1836.

106 Journal de Liège, 13-14 janvier 1834. Convocation dans l’Industrie, 12 janvier 1834.

107 Extrait de L’Eclair, 25 mai 1835, reproduit par l’Industrie, 28 mai 1835.

108 Ibidem.

109 L’Espoir, 22 juin 1836 et 11-12 juillet 1836 ; l’Industrie, 4-5 juillet et 8 juillet 1836.

110 L’Espoir, 29 septembre 1836.

111 Sur ce journal, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 76-81.

112 Adolphe et Félix Bayet (Liège 1804 - Anvers 21 juin 1862) sont frères jumeaux. Par une tragique coïncidence, ils périrent dans le même accident. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1862, pp. 39-41. Sur leurs activités en 1830, voir J. KUYPERS, Buonarroti et ses sociétés secrètes. D’après des documents inédits (1824-1836), Bruxelles, 1960, pp. 27-32. Nous traiterons longuement par la suite de la carrière politique et de journaliste des frères Bayet.

113 J. KUYPERS, op. cit., pp. 32, 47-48.

114 Ces derniers figurent toujours dans le Tableau des francs-maçons de la Parfaite Intelligence publié en décembre 1834 au moment de la dissidence. A défaut de document le précisant, la date de 1836 semble se justifier pour situer l’apaisement du fait qu’en décembre 1835 la Loge figure comme actionnaire-fondateur de l’Espoir et que ce journal est présenté à la Loge. « La Simplicité » de Venloo comme l’organe de la loge liégeoise, E. WITTE et F. BORNE, Documents relatifs à la Franc-Maçonnerie, p. 56.

115 L’Espoir, 2 mars 1836.

116 Idem, 30 juin 1836.

117 Leur attitude est en effet foncièrement anticléricale et leur offre d’entente ne s’adresse réellement qu’aux catholiques libérés de l’emprise du clergé ainsi qu’en témoigne cet extrait de L’Espoir du 9 mars 1836 : « Sous le nom de parti catholique, nous rangerons tous ces hommes, prêtres et laïcs, qui font de la religion métier et marchandise, et de la morale un levier d’ambition ; qui ne réclament nos principes constitutionnels que dans leur intérêt ; qui les sapent, qui les minent dans toute autre circonstances ; qui envahissent le pouvoir en lui offrant une assistance perfide ; qui se nourrissent aux dépens de tous ; répudient les charges de l’association et n’en veulent que les bénéfices ».

118 L’Espoir, 11 septembre 1836.

119 Idem, 30 juin 1836. « Les électeurs commencent à avoir une idée de leur mission dans la société, à en comprendre toute l’importance ».

120 L’Espoir, 24 janvier 1837.

121 L’Espoir, 2 et 7 juillet 1836. Idem, 11 septembre 1836 porte cette attaque : « on a accusé, et avec raison, le parti catholique d’être exclusif, et c’est là ce qui a entraîné sa perte. L’Union dite libérale est venue le remplacer, et comme lui s’est montrée exclusive. Nous demandons aux hommes impartiaux, est-ce là la justice ? Est-ce de la liberté ? N’est-ce pas un mensonge du gouvernement représentatif que d’appeler les représentants d’une fraction à la discussion des intérêts de tous ? L’Union ne ment-elle pas à la face de la nation entière en s appliquant l’épithète de libérale, en proclamant la liberté mais à son seul usage ? ».

122 Journal de Liége, 25 novembre 1835. « Sans doute, poursuivait le journal, les libéraux ne seront pas d’accord sur tous les points que soulèvent les discussions d’intérêt public ; ils ne forment pas un parti. Sur une foule de détails, ils resteront en dissidence parce qu’ils sont consciencieux, qu’ils n’obéissent point en aveugle au moindre signe d’un chef devant l’ordre duquel tout sentiment individuel disparaît, et qu’ils suivent leur propre impulsion ; mais il est des questions sur lesquelles ils seront toujours unanimes. Telles sont celles qui concernent l’instruction populaire, les libertés communales, la vérité des élections et d’autres encore d’un intérêt aussi réel et aussi pressant. » Cette intéressante mise au point explique clairement ce qui est au juste, à cette époque, l’organisation d’une tendance politique. Elle reste embryonnaire, elle laisse une large autonomie à ses membres et repousse la qualification de « parti ».

123 Journal de Liège, 1er février 1836.

124 L’Espoir, 29 septembre 1836, révèle le fait. Ses dirigeants ont refusé : « Les principes que nous professons ne pouvant se concilier avec ceux du comité ».

125 L’Espoir, 20-21 juin, 25 juin, 1er et 4-5 juillet 1836. Journal de Liége, 23, 27 juin, 1er et 4 juillet 1836, L’Industrie, 1er, 2 et 6 juillet 1836, Politique, 22, 26 juin, 1er, 2 et 4-5 juillet 1836.

126 L’Espoir, 22 juin, 2 et 7 juillet 1836.

127 Industrie, 4-5 juillet, 6 juillet 1836.

128 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. Cette convocation conservée est datée du 3 juillet 1836. Commentaires dans le Journal de Liège, 7 juillet 1836.

129 La réunion a lieu le 7 juillet 1836. Elle se déroule de 17 heures 30 à minuit sous la présidence de l’échevin Piercot. Journal de Liège, 8 juillet 1836 et Espoir, Industrie, Politique, 9 juillet 1836.

130 L’Espoir, 9 juillet 1836.

131 Résultats publiés dans Courtier de la Meuse et Journal de Liège, 15 juillet 1836 ; Espoir, Industrie et Politique, 16 juillet 1836.

132 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Collection Capitaine, no 2922. « Extrait du procès-verbal de la séance du comité des élections libérales qui a eu lieu le 13 septembre 1836 » au verso d’une lettre imprimée du comité électoral de Liège aux électeurs, 17 septembre 1836, signée, pour le président, par le secrétaire Müller.

133 L’Espoir, 15 septembre 1836.

134 L’Espoir, 18 septembre 1836.

135 Cf. la lettre imprimée du 17 septembre 1836 renseignée plus haut, n. 132.

136 Journal de Liége, L’Espoir et le Politique, 22 septembre 1836.

137 Ibidem, J. CLOES (Liège 1796 - 28 mai 1876), président du tribunal de Liège, collaborera à la partie juridique du Journal historique et littéraire, Biographie nationale, suppl. I, col. 456-458.

138 L’Espoir, 26-27 septembre 1836.

139 Voir pp. 181 et sv.

140 Sur l’attitude de L’Industrie au cours de cette crise, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 140-146.

141 Industrie, 22 février 1839.

142 L’Espoir, 5 février 1839. Un employé de ce journal présentait, dans tous les cafés de la ville, une pétition contre les XXIV Articles. Bien qu’il sollicitât les signatures aux cris de « Venez signer Messieurs, c’est pour la Patrie », il ne recueillit que peu de succès. Cf. ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, no 4, lettre du commissaire Demany au Collège, 11 mars 1839 et lettre du commissaire Kirsch au Collège, 17 mars 1839.

143 Alphonse Neef propose, lors de la séance du 12 juillet 1838 du conseil provincial de Liège, de voter une protestation énergique. Cf. compte rendu des séances du conseil provincial, dans Mémorial administratif, t. 8, supplément no 407, p. 50. Le conseil communal de Liège, à l’instigation de Forgeur, avait eu, le 29 juin, exactement la même attitude. ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Délibérations du conseil communal, 29 juin 1838, fo 82, vo.

144 En février 1839, le conseil communal de Liège faisait publier une nouvelle pétition qui rectifiait la précédente en remarquant : « jamais notre intention n’a été de pousser le gouvernement vers la résistance à tout prix ». Pétition publiée dans le Politique, 25 février 1839. Le Journal de Liége, 15 février 1839, écrit : « Au point où en sont les choses, il est très difficile que la majorité ne se prononça pas dans un sens pacifique » et le même journal remarque, le 23-24 mars 1839 : « les hommes qui ont le mieux établi la nécessité d’une acceptation immédiate sont ceux-là même qui ont pris la part la plus active à la Révolution ».

145 Pasinomie, t. 9, pp. 72-73.

146 L’Espoir, 18-19 mai 1839. Koeler avait souscrit pour le rachat des chevaux du prince d’Orange.

147 L’Espoir, 30 mai 1839 et l’Industrie, 31 mai 1839.

148 Journal de Liége, L’Espoir et l’Industrie, 3 juin 1839. Cette réunion a lieu le 2 juin 1839.

149 Ibidem.

150 La réunion a lieu le 4 juin 1839. Seuls Closset et Koeler sont présents comme candidats. Journal de Liége, l’Espoir et l’Industrie, 5 juin 1839. L’Espoir du 5 juin 1839 signale la présence de trois cents personnes, mais le Politique du 5 juin 1839 qui publie les résultats note cent quarante et un votants.

151 Courrier de la Meuse, 4 juin 1839.

152 Résultats complets dans le Politique, 5 juin 1839.

153 Journal de Liège, 3 juin 1839.

154 Charles Deliège (Liège 1799 - 15 janvier 1861), notaire à Fléron, élu par ce canton au conseil provincial en 1836, il deviendra membre de la Chambre des représentants en 1848, élu par l’arrondissement de Liège et conservera ce mandat jusqu’à son décès. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, pp. 31-32.

155 Journal de Liège, 5 et 6 juin 1839.

156 Journal de Liége, 6 juin 1839.

157 L’Espoir, 6 juin 1839, accusa « la coterie qui s’est emparée de la direction du Journal de Liége, composée de quelques jeunes présomptueux, qui se croit assez forte pour imposer ses vues », de jeter « sciemment » la discorde dans le camp des libéraux.

158 Concernant Lesoinne et l’Union catholico-libérale, voir Chapitre I, pp. 109-110. Les résultats de l’élection sont publiés par tous les journaux liégeois du 12 juin 1839.

159 Voir le chapitre suivant.

160 Il y a trois élections communales à Liège au cours de cette période : le 12 août 1833 (4 doctrinaires élus) ; le 15 janvier 1834 (3 échevins dont 2 doctrinaires et 1 orangiste) ; le 14 juillet 1836 (27 candidats dont 23 doctrinaires et 1 progressiste). Nous comptons pour orangiste Closset-Wauters (présenté deux fois), L. Elias, J.J. Tilman et Tombeur et, comme progressiste Ch. Wasseige. Ces distinctions sont établies grâce aux renseignements fournis par l’étude de l’organisation orangiste et sur la base de la présence ou de l’absence de ces personnes, parmi la majorité franc-maçonne de 1833 et surtout sur les attitudes ultérieures, particulièrement lors de la scission libérale de 1845.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search