Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre II. L’opposition contre-révolutionnaire : « industriels » réunionistes et orangistes 1830 - 1839

Texte intégral

1Les lendemains d’une révolution ont toujours laissé toute une série de personnes mécontentes, qui regrettent le régime renversé ou souhaitent donner une orientation différente au mouvement révolutionnaire. La Belgique de 1830 n’échappe pas à cette règle.

  • 1 Voir introduction, pp. 17-23.
  • 2 Exposé de la situation administrative de la province de Liège adressé au Ministère de l’Intérieur (...)

2Les problèmes suscités par ces oppositions contre-révolutionnaires y sont particulièrement aigus parce que, dans cette phase du xixe siècle où l’industrie connaît son prodigieux essor1, ce sont précisément pour une bonne part des industriels qui marquent leur mécontentement. Devant une situation économique déjà difficile en 18302, (un grand nombre d’industriels et de commerçants jugent le cadre de la Belgique trop restreint pour donner à leur commerce quelques chances de prospérer.

  • 3 Journal de la province de Liège, 7 juin 1831.

3Ainsi les premières raisons de désaccord, au lendemain de la révolution de 1830, ne se posent pas tant sur le plan de la politique intérieure, mais elles sont dominées par des considérations économiques ; elles portent sur la recherche de marchés, de débouchés et impliquent des aspirations pro-étrangères. La conviction de ces industriels mécontents était qu’il n’y avait que « deux modes possibles d’existence compatible avec la prospérité du pays : la réunion avec la Hollande ou avec la France »3.

  • 4 De façon générale, tout au long de cette étude et dans les chapitres suivants, lorsque nous parler (...)

4(Ces trois courants — « industriels », partisans de la France ou « réunionistes »4 et partisans de la Hollande ou « orangistes » — sont distincts, mais non opposés. Leur base est commune : sauver l’épine dorsale du pays, l’industrie. Il est donc logique de les étudier dans un même chapitre afin d’en apprécier parallèlement le degré d’organisation, la part d’idéalisme politique, le soutien extérieur, les causes de succès et d’échecs.

A. Mécontentement industriel

5Les mouvements « contre-révolutionnaires » trouvèrent, à leurs origines, un terrain extrêmement favorable dans les milieux industriels qui, au lendemain de la révolution, sont très inquiets quant au sort de leurs fabriques et ateliers, dans une Belgique privée du vaste débouché préférentiel que constituaient les Pays-Bas et leurs colonies.

  • 5 P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, pp. 28-30. La situation économique n’était déjà pas par (...)
  • 6 Le gouverneur de la province, de Sauvage, lance un appel au calme. Mémorial administratif de la pr (...)
  • 7 Ibidem, 1830, t. 1, pp. 93-94. Les noms des membres de ce comité sont publiés dans P. HARSIN, Lièg (...)

6Dès le mois d’octobre 1830, le ralentissement des affaires commerciales entraîne la mise au chômage d’un grand nombre d’ouvriers5. La hausse du prix des céréales provoque quelques mouvements populaires au marché aux grains6. La situation économique est indubitablement devenue très difficile. Le gouvernement provisoire le reconnaît implicitement en créant, le 4 novembre 1830, un comité provincial d’agriculture, d’industrie et de commerce, groupant vingt-cinq industriels chargés de le mettre au courant des besoins des diverses branches de l’économie liégeoise7.

  • 8 Adresse au Congrès national de la Belgique, par le Commerce de Liège, 6 décembre 1830, 8 pages in- (...)

7Malgré cette mesure, les craintes ne sont pas apaisées. Le 6 décembre, 168 industriels et commerçants liégeois tracent, dans une adresse au Congrès national, un tableau très sombre des perspectives de succès qui subsistent, dans la situation présente, pour la plupart des différentes branches d’industrie de la province de Liège8. Cette adresse met particulièrement l’accent sur la perte des avantages que présentait, pour le commerce liégeois, la législation douanière des Pays-Bas et formule des doutes quant aux avantages qu’il pourrait retirer d’un traité commercial avec une France qui semble vouloir le libéralisme économique.

  • 9 Courrier de la Meuse, 11 décembre 1830 et Journal de la province, 1er janvier 1831, qui reproduit (...)

8La presse fait un très large écho de ces plaintes. Les unionistes les présentent comme émanant des partisans de la restauration, mais, un mois plus tard, le même texte, publié par des journaux libéraux, est interprété comme une demande de réunion à la France9.

  • 10 La grande incertitude qui pesait sur le sort de la Belgique entraînait naturellement les citoyens (...)
  • 11 Deux rapports orangistes anonymes, très objectifs, témoignent bien de cette hésitation : le premie (...)

9En réalité, l’adresse s’était gardée de présenter une solution concrète pour sortir de ces problèmes économiques, et telle quelle, elle représentait certainement les opinions fluctuantes des industriels10. Leur grande préoccupation n’est, pour la majorité d’entre eux, qu’incidemment politique. Il s’agit avant tout d’assurer des débouchés aux produits de leurs fabriques et, à ce moment, cette possibilité semble résider uniquement dans une solution extranationale. Mis à part quelques-uns qui ont fait leur choix, soit dans la restauration, soit dans l’ouverture du marché français, par l’annexion de la Belgique à la France, ou par un traité de commerce étroit, la grande masse varie sans contradiction, entre les deux options politiques11.

  • 12 Nous reviendrons particulièrement sur cet aspect en étudiant la personnalité politique de John Coc (...)

10Cette remarque est absolument capitale pour comprendre tout le côté fluctuant de ces mouvements contre-révolutionnaires. Dans cette phase, qui suit immédiatement la révolution et qui durera près de trois ans, les éléments moteurs de ces mouvements sont, à l’exception d’un petit nombre, des industriels pour qui la réalité économique prime les aspects politiques. Comme nous aurons l’occasion de le voir, même dans le chef de ceux qui passent pour les leaders de l’une ou l’autre tendance (réunioniste ou orangiste), le choix de l’option politique dépend essentiellement de l’opportunité des circonstances12.

11Ainsi s’explique le fait, à première vue troublant, que les mêmes personnes seront à la fois dans les comités réunioniste ou orangiste. C’est ainsi que, tout naturellement, le mouvement orangiste récupérera, en 1831, bon nombre de réunionistes déçus par la France.

  • 13 Cette attitude qui apparaît clairement dans les faits est rarement exprimée, sauf de nouveau par O (...)

12De même, les raisons économiques qui poussent à espérer une modification politique freinent en même temps — paradoxalement peut-être, mais très logiquement — le passage à l’action directe, à un affrontement armé où les industriels engageraient leurs personnes et leurs biens13.

13Cette remarque aussi est capitale. Elle explique déjà à elle seule, les raisons, que nous aurons l’occasion d’approfondir tout au long de cette étude, qui font qu’un mouvement aussi considérable, soutenu par des personnages d’une envergure aussi grande que celle des principaux industriels liégeois, ne débouchera finalement sur aucun résultat concret.

  • 14 Cf. une lettre de N. Hennequin à Charles Rogier, datée de Liège, 12 janvier (1831) : « Il n’y a de (...)

14Après cette rapide mise au point, revenons-en à 1830. En cette cette fin d’année, les événements révolutionnaires sont trop proches pour qu’il soit permis aux partisans de la restauration du royaume des Pays-Bas de s’exprimer trop ouvertement. Au contraire, au moment où le gouvernement provisoire lui-même semble favorable à une alliance étroite avec la France, les sentiments francophiles rencontrent beaucoup de sympathie parmi les masses. Tous les rapports concordent pour reconnaître qu’à Liège, et peut-être plus encore à Verviers, un vaste courant, fait d’affections et d’intérêts, pousse les milieux commerciaux vers la France14.

15Ainsi le mécontentement latent des industriels et des commerçants ne tarde pas à prendre une expression plus concrète. Le problème se pose de savoir dans quelle mesure ces manifestations spontanées ont été ou non exploitées par des groupes de personnes dont l’option politique était bien établie, les orangistes et les réunionistes.

B. Le mouvement réunioniste

1. Un mouvement spontané (janvier-février 1831)

16En réalité, dans sa première phase — quoique l’on parle dès décembre 1830 d’un « parti français » — la tendance francophile à Liège ne fut pas, à proprement parler, organisée.

  • 15 Jean LEJEUNE, La Principauté de Liège, 2e édition, Liège, 1949, pp. 195-196.
  • 16 ARCHIVES PRIVÉES de M. le Professeur VAN DE WALLE, les lettres de Devaux, de Ducpétiaux, d Auguste (...)
  • 17 H. HEUSE, Pages de la petite histoire. France et Wallonie. 1789-1830. Liège, 1936, pp. 143-155 et (...)
  • 18 F. DUMONT, L’irrédentisme français en Wallonie, de 1814 à 1831, Couillet, 1938, traite déjà de ces (...)

17C’est en fait, à côté des raisons économiques, tout un passé culturel et linguistique qui refait surface. Une grande partie de l’élite intellectuelle liégeoise a fait des études en France15. Elle a été marquée dans sa jeunesse du sceau de cette nation dont elle continue à suivre, avec le plus grand intérêt, les aléas politiques, par l’intermédiaire des journaux16. Il est caractéristique de noter que c’est aux échos de la révolution française de 1830 qu’éclatent les premiers troubles en Belgique. Liège est particulièrement marquée de cette empreinte ; elle a été le refuge préféré d’un bon nombre de conventionnels bannis de France après la seconde restauration et, en 1830, de nombreux Français font encore partie du barreau liégeois17. L’agitation qui met en fièvre, tout au début de janvier 1831, les quartiers de la Cité, présente bien un caractère émotionnel et spontané18.

  • 19 « Ce que nous désirons, y lisait-on, le vœu que nous avons à soumettre, c’est la réunion de la Bel (...)
  • 20 Ibidem.

18Des placards sont affichés dans toute la ville. Ils reproduisent une adresse au Congrès, que les habitants sont conviés à signer, réclamant le rattachement de la Belgique à la France19. Le jour de l’an, un drapeau français est arboré dans le quartier d Outre-Meuse. Le bruit circule que le nombreuses cocardes sont prêtes à être distribuées20.

  • 21 Politique, 3-4, 6 et 7 janvier 1831 ; Courrier de la Meuse, 2, 3-4 et 16 janvier 1831.
  • 22 Ibidem.

19Le conseil communal de Liège lance un vif appel au calme21. et son action modératrice est appuyée par les journaux unionistes22, mais les idées réunionistes sont propagées par deux journaux libéraux, l’Industrie et le Journal de la Province.

  • 23 Pour plus de détails concernant l’évolution du Journal de Liége, voyez notre Etude de la presse li (...)

20Le Journal de la Province de Liége — qui prendra en décembre 1832 le titre de Journal de Liège — est le plus ancien des journaux liégeois. Créé en 1764, il est toujours en 1830 la propriété de la famille Desoer. La rédaction a été confiée à Hippolyte Guillery, Français installé à Liège depuis 1825, qui, avec l’aide de quelques hommes politiques dont Auguste Delfosse, imprime une allure politique plus décidée au journal. Celui-ci, avec ses 1.594 abonnés en 1830, est le plus répandu des quotidiens liégeois. Après la révolution, il conserve l’attitude anticléricale et anti-unioniste et ouvre ses colonnes à la défense des intérêts industriels. Début janvier 1831, alors que l’aspiration à la réunion à la France se manifeste plus clairement dans les rangs industriels, L’Industrie, nouveau journal qui vient d’être créé le1er janvier 1831, tente de prendre la direction du mouvement. Dès lors le Journal de la Province se laisse entraîner par le courant et va défendre la thèse de la réunion à la France jusqu’en juillet 183123.

  • 24 Voir plus loin, pp. 121 et suivantes. Pour plus de détails sur L’Industrie, voyez notre Etude de l (...)

21Quant à l’Industrie, elle affiche dès sa naissance les sentiments francophiles de son éditeur-imprimeur Laurent Renard et de son rédacteur principal Jean-Baptiste Teste dont les personnalités seront analysées dans les pages suivantes24.

22Ainsi, tout en se poursuivant activement dans les salons, la propagande réunioniste se manifestera désormais ouvertement dans deux organes de presse, qui s’efforceront d’influencer le Congrès national.

  • 25 L’une, ouverte dans les bureaux de l’Industrie, déclare : « L’indépendance n’est venue et ne peut (...)
  • 26 Journal de la Province, 26-27 janvier 1831.

23Les pétitions succèdent aux pétitions25 dans l’espoir de persuader, précisément, les grandes puissances du caractère spontané du mouvement et de faciliter ainsi une action de Louis-Philippe26.

  • 27 Industrie, 4 février 1831.
  • 28 Politique, Industrie et Journal de Liège, 5 février 1831. Seul l’organe catholique le Courrier de (...)
  • 29 Témoin, l’attitude de la Société patriotique liégeoise qui demanda à ses membres de décider si, ap (...)

24Devant l’hostilité persistante des grandes puissances et des unionistes envers la solution unioniste, l’espoir de ses partisans s’oriente vers une solution de rechange. Alors que le Congrès national aborde la grande question du choix d’un souverain, ils soutiennent la candidature du duc de Nemours, fils de Louis-Philippe, dans l’espoir bien évident de s’attirer ainsi, sur le plan commercial, la bienveillance de la France27. L’élection de ce prince, le 3 février 1831, est saluée avec allégresse à Liège28. Le désarroi est complet parmi les partisans de la France lorsqu’ils apprennent que Louis-Philippe a refusé d’accepter la couronne pour son fils29.

  • 30 Les rapports orangistes s’en réjouissent. Grégoire écrit au ministre hollandais de l’Intérieur van (...)

25Dès ce moment, le mouvement perd toute la spontanéité qui faisait sa force réelle. Les espérances pro-françaises ont subi un coup fatal dans l’opinion publique30. Tout au plus, un petit nombre de partisans va-t-il s’efforcer d’entretenir les illusions et, en se fondant sur les regrets qui subsistaient dans la société liégeoise, de donner un second souffle au mouvement.

2. Les activistes francophiles

  • 31 Jean-Baptiste Teste (Bagnols 1780 - Chaillot 26 avril 1852), élu député du Gard en 1830, il ne qui (...)

26Le principal animateur du groupe d’activistes francophiles à Liège n’est autre que le Français Jean-Baptiste Teste. Exilé au lendemain de la restauration de 1815, et installé avec sa famille à Liège, ce brillant avocat qui bénéficiait de la protection du roi Guillaume, n’avait pas tardé à y acquérir de solides amitiés et une importante clientèle. Inscrit au barreau de Liège, il y avait été élu membre du conseil de discipline, et bâtonnier en 182931.

  • 32 Grégoire rappelle le fait à van Doorn dans une lettre du 15 juin 1832. A.R.A., Collection van Door (...)
  • 33 « Une poignée seulement d’incurables et de dupes se trouve réunie et retenues encore par M. Teste. (...)

27Dès les événements révolutionnaires, Teste avait manifesté son intention de quitter définitivement le pays si celui-ci se constituait en état indépendant32. Bercé pendant quelque temps de l’illusion de trouver en lui un partisan, le gouvernement hollandais avait fini par se rendre à l’évidence car Teste ne tarda pas à devenir l’âme de la propagande française à Liège33.

  • 34 Sur la carrière proprement journalistique de Teste, voir Etude de la Presse. Eugène Laurent Renard (...)

28Après la révolution, il avait fait plusieurs voyages en France, Rentré à Liège, il devient le rédacteur du nouveau journal, fondé le 1er janvier 1831 par son ami franc-maçon Renard Collardin, l’Industrie, qui se fait le champion des idées réunionistes34.

  • 35 « Teste est un intrigant et flétrit son beau talent. Il n’est que trop vrai qu’il est salarié par (...)

29Il paraît certain qu’il avait renoué des contacts avec ses amis de « l’extrême-gauche » et il en recevait peut-être des subsides, mais nous ne pouvons suivre les orangistes quand ils avancent qu’il était salarié par le ministère français35. Il semble, au contraire, que c’est précisément le manque d’appui officiel à l’extérieur qui ait été une des raisons majeures de l’inanité des efforts du groupe d’activistes qu’il avait réuni autour de lui.

  • 36 Ernest (1790-1866) et Alphonse de Senzeilles (1787-1856), dans Annuaire de la noblesse belge, 1923 (...)

30Les principales personnalités de ce groupe étaient, à côté de Renard-Collardin, les deux barons de Senzeilles, les avocats Elias et Forgeur, le négociant Closset-Wauters, Destriveaux, professeur à l’Université de Liège et Adolphe Lesoinne, lecteur à la faculté des sciences, le fils de l’industriel Maximilien Lesoinne, ami intime de Teste36.

  • 37 Il n’est pas facile de rassembler ces noms. Pour ce faire, nous nous en sommes rapportés essentiel (...)

31Cette énumération n’est évidemment pas complète37 ; d’ailleurs, à l’exception de la période qui précède les derniers soubresauts du mouvement, en juin 1831, ce groupe n’avait aucune organisation fixe. Il s’agit bien plus au début de l’année et des premiers mois qui suivent, de contacts fortuits, de réunions de salons, peut-être parfois de rencontres au siège de l’Industrie entre des personnes professant les mêmes espoirs et se rapportant au crédit d’un député français.

3. Les ultimes manifestations réunionistes et les causes de l’échec

32Malgré le coup décisif porté aux espoirs réunionistes des milieux industriels et commerçants liégeois par la position négative de Louis-Philippe en février 1831, les idées francophiles conservent leurs défenseurs dans la cité jusqu’en juin 1831. Le Journal de la Province et l’Industrie poursuivent leur campagne réunioniste.

  • 38 C’est le cas du Journal de la Province, futur Journal de Liège et du groupe d’hommes politiques qu (...)

33Les raisons de cette persistance sont triples. En premier lieu, exprimer ses regrets quant à la solution avortée est une façon de témoigner son irritation née du prolongement de la situation provisoire du pays et des hésitations du gouvernement du Régent. Une fois la situation définitivement assise, à l’avènement de Léopold Ier, ces personnes se rallièrent au nouveau régime, tout en conservant leur caractère d’opposant sur le plan intérieur38.

  • 39 Voir p. 140.
  • 40 Néoclès Hennequin, avocat libéral-unioniste, écrivait déjà, le 12 janvier 1831 à son ami Charles R (...)

34En second lieu, il faut se rappeler l’ambivalence des sentiments des industriels. Pour eux, l’essentiel est de sortir du cadre du marché belge trop étroit pour leurs affaires commerciales. L’effondrement des espoirs français n’enlevait rien à leurs griefs. La solution de rechange, le retour dans le royaume des Pays-Bas, s’offrait toujours à leurs yeux, mais les manifestations de sentiments orangistes présentaient des dangers. En mars 1831, une émeute populaire s’en prenait, à Liège, aux locaux du journal orangiste L’Echo et aux maisons des personnes soupçonnées d’orangisme39. La seule issue concrète à cette situation était, pour marquer le mécontentement persistant, de poursuivre la campagne en faveur de la France qui, en fait, était le signe de l’aspiration à un vaste marché extérieur40.

  • 41 Le docteur Bovy, partisan orangiste, écrivait le 13 juin 1831, sous une forme déguisée : « Nous no (...)

35Enfin, troisième raison, après le coup de semonce de mars 1831, il apparut intéressant aussi, pour les plus zélés des orangistes, de se mettre à l’abri de cette couleur non proscrite pour miner les forces révolutionnaires. Par une tactique un peu compliquée, ils comptaient, dans le cas où la France répondrait aux appels des réunionistes et interviendrait en Belgique, sur les réactions de l’Angleterre pour empêcher l’annexion et rétablir la barrière des Pays-Bas. Dès lors, les orangistes se mêlèrent activement à l’agitation francophile qui se prolongeait jusqu’en juin 183141.

  • 42 Le 15 juin 1832, Grégoire écrira encore au ministre de l’Intérieur du gouvernement hollandais van (...)
  • 43 Ibidem, Grégoire à van Doorn, 27 juin 1831 : « M. John C. a fait partie naturellement du conseil d (...)

36Jean-Baptiste Teste tire adroitement parti de la situation pour poursuivre ses agissements42. Il regroupe autour de lui, sans se préoccuper de la pureté de leurs sentiments, toutes les formes d’opposition. Il constitue un comité directeur du parti français où figurent des orangistes43. Un mouvement contre-révolutionnaire en faveur de la France est envisagé au mois de juin 1831, au moment où l’incertitude plane encore sur l’acceptation ou le refus de Léopold de Saxe-Cobourg.

  • 44 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 28 juin 1831. Il précise : « Bruxelles, Gand et Anvers sont (...)

37Visiblement plus confiant dans la sincérité des sentiments à Verviers, Teste avait chargé le bourgmestre Pierre David de se mettre, le dimanche 16 juin 1831, à la tête des ouvriers et de marcher sur Liège, bannières tricolores déployées. Les réunionistes liégeois devaient, à la faveur de la surprise, s’emparer des postes clefs, tandis qu’à l’annonce de ce succès, Namur, Mons, Charleroi et Tournai se seraient soulevés. Seule la pluie battante le jour dit entraîna, selon un conspirateur, le comité directeur à postposer la manifestation44.

  • 45 Lettre de Lebeau du 12 juin 1831. « A Liège, on doit arborer les couleurs françaises, et si on l’e (...)
  • 46 Affiches conservées dans les ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre Public, 1.

38La minceur du prétexte invoqué cache des raisons plus impérieuses. En réalité, ce « complot » était devenu le secret de polichinelle. Lebeau l’avait signalé aux députés belges à Londres45 et le commandant militaire de la province, le général Vandermeere avait pris, dès le 11 juin 1831, des mesures énergiques pour empêcher toute manifestation46.

  • 47 Ibidem, et récit du Journal de la Province, 12 juin 1831.

39Le collège communal lançait, à la même date, un appel au calme, amplifié par le Journal de la Province qui, quoique défenseur des idées réunionistes, laissait ainsi transpirer ses doutes quant aux possibilités concrètes d’une telle attitude47.

  • 48 Sur la presse, voir notre Etude. La seule manifestation concrète des réunionistes est le dépôt, à (...)

40De fait, alors qu’aux dires des conspirateurs, le complot n’avait été que postposé, les manifestations réunionistes, qui se prolongèrent dans la presse jusqu’en juillet 1831, resteront purement verbales et ne présenteront pas de danger réel pour l’Etat48.

  • 49 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 25 février 1831 et 28 février 1831. Déjà (...)

41Il est clair que depuis que Louis-Philippe avait nettement exprimé sa volonté de ne pas intervenir dans les affaires belges, le mouvement, sans appui extérieur, s’était trouvé condamné49.

42Comment dès lors expliquer l’attitude de Teste qui, par ses promesses et grâce au crédit dont il jouit en raison de sa qualité de député français, se sert adroitement de diverses formes de mécontentement des milieux industriels pour maintenir l’effervescence ?

  • 50 L’attitude de ce groupe en France est dénoncée dès le 5 janvier 1831 dans une lettre de Mme Adelaï (...)

43Les raisons de sa conduite doivent vraisemblablement être recherchées dans les contacts qu’il avait, ainsi que nous l’avons vu, renoués avec la gauche française. Agent des partisans d’une politique dure et interventionniste, Teste, par son action à Liège et à Verviers, aurait ainsi fourni un moyen de pression contre la politique de paix de Louis-Philippe et du cabinet de Casimir Perier50.

44L’intervention des troupes françaises en faveur de Léopold Ier, en août 1831, balaya définitivement toute équivoque, si tant est qu’elle subsistait encore.

45Les partisans de la réunion se rallieront dès lors au nouveau régime et glisseront dans les rangs des orangistes, qui les avaient côtoyés tout au long de cette période.

  • 51 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Aix, le 9 juin 1832, Grégoire écrit à Van Doorn que Cockerill (...)
  • 52 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 9 et le 15 juin 1832.
    L’Industrie du 27 août 1831 repousse la (...)

46Teste évolua vers des positions de « juste milieu » et, malgré les contacts étroits qu’il avait conservés à Liège, ne chercha plus à recréer le mouvement. Le « parti français » était bien mort51. L’idée laissait cependant des regrets dans les milieux liégeois et l’opposition constitutionnelle libérale les utilisera encore pour faire valoir ses griefs à l’encontre du gouvernement. L’opinion était que les intérêts liégeois avaient été sacrifiés à ceux de la capitale52 et la méfiance instinctive que les Liégeois de l’opposition manifesteront généralement envers ce qui se trame à Bruxelles y trouve sans doute une de ses racines.

C. L’organisation orangiste

1. Les bases du mouvement orangiste

47Parmi les industriels soucieux du sort réservé à leurs entreprises dans le cadre de la Belgique, un groupe non négligeable, dont certains avaient vu sans crainte le développement de l’opposition constitutionnelle, estime que les résultats apportés par la phase révolutionnaire ont largement dépassé les objectifs initiaux et que, tels quels, ils les menacent dans leurs biens. Aussi, n’eut été la crainte de représailles des révolutionnaires, auraient-ils penché volontiers vers une restauration, soit du roi Guillaume sous des formes plus libérales, soit sous le prince d’Orange.

  • 53 Henri Orban (Liège 1779 - 5 décembre 1846). Cf. F. CAPITAINE, Essai biographique sur Henri-Joseph (...)
  • 54 Joseph Lebeau rappelle dans une lettre à Charles Rogier, datée du 3 octobre 1830, la petite contre (...)
  • 55 E. HUYTTENS, Discussions du Congrès national de Belgique. 1830-1831, t. 1, Bruxelles, 1844, p. 381 (...)

48Dès avant les journées de septembre 1830, alors que déjà à Liège, les événements prenaient un tour plus révolutionnaire, un groupe d’industriels, mené par Henri Orban53, avait tenté vainement de donner un coup d’arrêt54. Elu en octobre au Congrès national, Henri Orban démissionna de ses fonctions après s’être opposé au vote de la déchéance à perpétuité de la Maison d’Orange-Nassau55.

49La force du mouvement qui portait à ce moment les milieux industriels et commerçants vers la France masqua provisoirement les aspirations orangistes qui restaient cependant, comme nous l’avons vu précédemment, sous-jacentes.

  • 56 Cf. le chapitre L’Union, pp. 80-81.

50Cette attitude ambiguë était très certainement dictée par la plus élémentaire prudence. Effectivement, la proximité des événements de septembre laissait peser la menace d’une réaction populaire à l’encontre de leurs sentiments et, d’autre part, le gouvernement provisoire avait clairement manifesté sa volonté de ne tolérer aucune opposition de ce genre56.

  • 57 Jean-François Baron Lafontaine (Biesmerée, Namur, 1763 - Liège 19 décembre 1861). U. CAPITAINE,(...)
  • 58 Henri Grégoire (Verviers 1795 - La Haye 3 octobre 1854), chargé des missions secrètes du gouvernem (...)

51Aux industriels mécontents s’ajoutèrent aussi toute une série d’anciens fonctionnaires révoqués ou qui avaient pris le chemin de l’exil et qui mettaient leurs espoirs dans la restauration. Parmi ces fonctionnaires, certains, comme Lafontaine, ancien commissaire de district de Waremme, se cantonnaient encore dans une opposition passive57. D’autres, comme Henri Grégoire, ancien avocat près la cour supérieure de Liège, qui s’était rendu à La Haye dès la fin septembre 1830, allaient constituer de précieux contacts pour le gouvernement hollandais58.

  • 59 « Le comte de Clément de Berlaymont qui s’est retiré du parti révolutionnaire après l’affaire de S (...)
  • 60 Lettres du Baron de Crassier à Rottiers, Liège, 22 janvier 1834, 9 février 1834, 12 octobre 1834. (...)
  • 61 J. BARTIER, Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, x, 1968, pp. 33-1 (...)
  • 62 Quoique principalement développées dans les écrits de l’abbé orangiste G. Moens, ces idées étaient (...)

52Enfin, à côté des orangistes industriels et politiques, un nombre très important de nobles de la province de Liège manifestait aussi, de façon passive, son mécontentement vis-à-vis de la révolution. Le comte de Berlaimont, commandant en chef de la garde urbaine, avait démissionné de ses fonctions fin septembre 1830, après que ses troupes, rompant la trève qu’il avait conclue, attaquèrent à Sainte-Walburge les troupes hollandaises autorisées à ravitailler la citadelle. Il faisait connaître par la suite au gouvernement hollandais ses sentiments d’attachement à la dynastie59. L’attitude d’une partie de ces nobles orangistes tenait sans doute également à leur répulsion vis-à-vis du caractère populaire pris par la révolution. Certains ne cachaient pas, en privé, leur aversion envers ce « gouvernement des barricades » et le baron de Crassier estimait avec une morgue très aristocratique, que les problèmes rencontrés par « cette canaille qui nous gouverne » n’étaient que « querelles de gueux »60. A côté de ces sentiments rappelant l’opposition des nobles au tiers-état dont J. Bartier a montré qu’elle était loin, même parmi la noblesse acquise à la révolution, d’être éteinte au cours des premières années de notre indépendance61, ces orangistes témoignent encore d’un attachement réel à la maison d’Orange, considérée comme la dynastie légitime. Les nobles catholiques particulièrement, et ils étaient les plus nombreux, trouvèrent dans l’encyclique papale Mirari Vos de 1832, des fondements religieux à leur refus d’abandonner la cause du souverain que Dieu leur avait imposé62.

53Quoique apportant un appui moral incontestable au mouvement, ces nobles orangistes se cantonnèrent plutôt dans une attitude passive. Les initiatives sont laissées, en tout cas en 1831, à quelques industriels, — et principalement à John Cockerill, — portés plus plus naturellement à l’action et aiguillés par les sombres perspectives économiques du moment.

54Malgré les difficultés que présente la défense d’une telle opinion, les orangistes ont un avantage certain sur les partisans de la France. S’ils n’ont pas le large appui populaire que connaissent ces derniers, les hommes à la tête du mouvement orangiste bénéficient d’un appui extérieur puissant. La « politique de persévérance » du roi Guillaume encourage ses partisans. Sa solliciture se manifeste directement par les relations épistolaires que son gouvernement conserve avec les orangistes belges et par les subsides importants qu’il accorde à la cause.

  • 63 Le gouvernement hollandais était déjà au courant des « dispositions des esprits dans la province d (...)
  • 64 Henri Grégoire envoie son premier rapport à van Doorn dès son arrivée, lettre datée d’Aix-la-Chape (...)
  • 65 Hendrik-Jacob, baron van Doorn van Westcapelle (1786 - 18 janvier 1853), ministre de l’Intérieur d (...)
  • 66 C’est ainsi que les originaux de cette correspondance se trouvent aux A.R.A., Collection van Doorn (...)

55Dès le début de 1831, la situation géographique, particulièrement favorable, de Liège — proche de la garnison hollandaise qui tient toujours Maastricht dans le Limbourg conquis par les troupes belges et à une quarantaine de kilomètres de la frontière prussienne — est utilisée pour l’établissement de telles relations. A partir du 21 février 1831, les contacts des orangistes liégeois avec le gouvernement hollandais, jusqu’alors fortuits63, s’établissent de façon stable et régulière par l’intermédiaire de Henri Grégoire qui a reçu mission de s’installer à Aix-la-Chapelle, à quelques kilomètres de la frontière belge64. Celui-ci envoie directement ses rapports au ministre de l’intérieur van Doorn65 qui en transmet, sous forme de copie, les extraits les plus remarquables au secrétaire du roi66.

  • 67 A.R.A., Collection van Doom, no 7. Toute la correspondance de Grégoire en témoigne. En février-mar (...)
  • 68 Charles-James (1787-1838) et John Cockerill (1790-1840) avaient épousé deux Aixoises, filles Pasto (...)

56Les contacts principaux de Grégoire sont presque exclusivement les frères John et James Cockerill ou des personnes de confiance de ceux-ci67. Les fréquents déplacements de l’industriel liégeois vers Aix-la-Chapelle pouvaient raisonnablement s’expliquer par les intérêts financiers et familiaux dont il avait à débattre avec son frère James qui y était précisément installé et qui avait développé ses activités industrielles dans la région68. Les rapports de Grégoire se poursuivront jusqu’en juillet 1832. Ils forment, jusque là, la principale source d’information du gouvernement hollandais et sont essentiels pour l’histoire de l’orangisme à Liège.

  • 69 Assez curieusement, nous n’avons retrouvé aucune notice, dans les grandes biographies néerlandaise (...)
  • 70 Général Dibbets (baron Bernardus Johannes Cornelis) né à Arnhem en 1782, décédé à Maastricht le 29 (...)

57Parallèlement à ceux-ci, pendant la même période, des renseignements militaires concernant les provinces de Liège et de Limbourg seront fournis par le colonel de la Sarraz, également installé à Aix-la-Chapelle69. Expédiées au général hollandais Dibbets, commandant la citadelle de Maastricht, ces lettres sont transmises au département de la guerre70. Précieuses pour les opérations militaires, elles présentent nettement moins d’intérêt au point de vue politique.

  • 71 Guillaume Moens (Saint-Trond 1795 - Jemeppe-sur-Meuse 15 août 1861). Aumônier du collège royal, ch (...)
  • 72 Sa correspondance constitue une bonne part du fonds d’archives conservé aux A.A.R., Oorlog, no 257 (...)
  • 73 La première lettre est datée du 16 décembre 1833. A.R.A., Oorlog, no 259. Il poursuivra sa corresp (...)

58Vers la fin de 1831, l’abbé Moens, orangiste zélé71, utilise directement le canal du général Dibbets pour prendre contact avec le gouvernement hollandais. Il enfouira, dès lors, jusqu’en 1842, le département de la guerre sous un monceau de lettres afin de l’inciter à intervenir financièrement dans les publications qu’il entreprenait72. Enfin, vers la fin de 1833, le baron de Crassier commencera une correspondance régulière avec le colonel Rottiers, informateur hollandais installé à Eupen, alors terre prussienne73. Ces lettres, transmises au général Dibbets, parvenaient également au département de la guerre.

  • 74 Morel (Charles, C.A.J.), directeur de la Société Générale à Bruxelles, voir Gedenkstukken, 1830-18 (...)
  • 75 La correspondance de Morel à X, sous forme chiffrée, mais décodée, indique bien que c’est par lui (...)

59Malgré l’abondance de cette correspondance, il semble qu’à partir de 1832, au moment où cesse la mission de Grégoire, la liaison essentielle du gouvernement hollandais sera Charles Morel74, cheville ouvrière du comité central, installé à Bruxelles depuis juin 183175.

  • 76 Nous ne possédons pas les instructions données par le gouvernement hollandais aux orangistes liége (...)
  • 77 Le 4 mars 1831, par exemple, van Doorn écrivait : « Je pense toujours que le moment n’est pas venu (...)

60En contrepartie à la masse d’informations qu’il reçoit, le gouvernement hollandais a peu d’instructions à donner76. A l’exception de quelques mots d’ordre précis dans la période qui précède l’invasion du mois d’août 1831, il recommande la prudence dans l’attente de l’événement diplomatique qui permettrait l’action77.

  • 78 Des pièces comptables sont éparses dans les dossiers. A.R.A., Oorlog, no 258, 259, 260, 263, 264. (...)
  • 79 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 21 février 1831 et le compte de débours (...)
  • 80 Voir détails plus loin, p. 139.

61Pour encourager cette position ingrate, le gouvernement hollandais fournit des subsides tirés des fonds secrets du ministère de la guerre78. Déjà avant la campagne d’août 1831, les orangistes liégeois avaient bénéficié d’une somme de 30.000 florins, apportée par Grégoire, pour préparer le mouvement contre-révolutionnaire79, et le gouvernement était disposé à verser plus de 100.000 florins pour permettre aux orangistes liégeois de soudoyer les officiers belges80.

  • 81 Van Doorn écrivait par exemple au directeur du département de la guerre, le 18 février 1832 : « Ik (...)

62Par la suite, les généraux Dibbets à Maastricht et Chassé, commandant la forteresse d’Anvers, furent chargés de ventiler les subsides pour soutenir la cause en Belgique. Les autorisations de verser ces subsides sont donnés par le directeur général du département de la guerre, après que l’avis personnel du roi ait été notifié par le ministre de l’Intérieur81.

  • 82 Le 2 octobre 1832, le général Chassé avait envoyé depuis la citadelle d’Anvers un rapport très sec (...)
  • 83 Le lieutenant-général Van der Cappelen (1781 - 23 mai 1854) avait, depuis le mois d’octobre 1830, (...)
  • 84 Nous avons retrouvé aussi le décompte des fonds secrets distribués du 1er janvier au 30 mars 1833 (...)
  • 85 Voici les sommes attribuées respectivement par trimestre aux différents quotidiens orangistes : Me (...)
  • 86 Par exemple, les rédacteurs du Messager de Gand, Froment et Michel de Brialmont, reçoivent respect (...)
  • 87 Le mieux nanti de tous fut très certainement l’abbé Moens qui, outre une gratification trimestriel (...)
  • 88 Ainsi, Lafontaine, ancien commissaire de district de Waremme, révoqué en 1830, reçoit une gratific (...)
  • 89 Le Liégeois Lambermont, ancien homme de confiance de Cockerill, victime des pillages de mars 1831 (...)
  • 90 Le colonel Rottiers reçoit 750 florins le 12 juillet 1833 ainsi que 45 francs pour ses frais. A.R. (...)

63Après l’évacuation de la citadelle d’Anvers par les troupes hollandaises (décembre 1832), c’est du quartier général de Bergenop-Zoom que Chassé poursuit sa mission82 qui est ensuite confiée au lieutenant-général baron Van der Cappelen83. Il n’est pas exclu qu’il ait existé encore d’autres personnes habilitées à distribuer les fonds84. L’ensemble de ces fonds n’était évidemment pas destiné aux dirigeants du mouvement orangiste — nobles et industriels. La part la plus importante de ces subsides sert au développement et au soutien des journaux orangistes. En 1833, celle qui leur est attribuée dépasse les 9.000 florins par an, dont près de 1.800 pour l’organe liégeois L’Industrie85. En outre, des gratifications sont accordées aux rédacteurs dans le besoin86, à des propagandistes87, à certains fonctionnaires révoqués88 et parfois à des victimes de pillage89. Enfin, les subsides couvrent aussi les frais des correspondants90. Le traitement de Grégoire, considéré comme fonctionnaire hollandais en mission, n’était pas repris dans ces comptes.

  • 91 Nous avons vu que les rapports des généraux ne comptabilisent pas toutes les sommes accordées par (...)
  • 92 Nous possédons quelques relevés partiels des comptes du général Dibbets, celui pour le 3e trimestr (...)
  • 93 A partir de 1834 déjà, le Roi se montre plus pointilleux en face des demandes des Liégeois et part (...)
  • 94 Morel écrivait, le 16 février 1832 à X (vraisemblablement Grégoire rentré à La Haye), une lettre c (...)
  • 95 C’est encore le rusé abbé Moens qui bénéficie de ces exceptions. Il reçoit 500 florins en décembre (...)
  • 96 Dans sa lettre à X (Grégoire), Morel écrivait encore le 16 février 1836 à propos des nuances orang (...)

64Distribuées de cette façon, les sommes consacrées au soutien du mouvement varient considérablement d’un trimestre à l’autre. L’effort financier était très important mais l’établissement d’une estimation correcte est difficile. Elle l’était même par le gouvernement hollandais semble-t-il91, car en 1835, il réclame au général Dibbets la constitution d’un dossier sur les fonds distribués. Les sommes accordées dépassent en moyenne les 4.000 florins par an, rien que pour Liège92. A partir de ce moment, le gouvernement devient très strict pour toute nouvelle distribution de subside93. Afin, sans doute, de faciliter ses propres estimations, la somme globale annuelle de trente mille florins est mise, dès lors, à la disposition de Charles Morel qui est chargé de la répartir selon les besoins94. Dès lors, les orangistes liégeois, à quelques exceptions près95, doivent passer par Bruxelles pour recevoir leurs subsides96.

65L’énoncé de la somme globale est intéressant. Cette nouvelle façon de procéder devait certainement être, pour le gouvernement hollandais, une solution avantageuse. Aussi n’est-il pas interdit de penser que précédemment, les subsides dépassaient les trente mille florins annuels.

  • 97 L’on voit par l’attribution, en juillet 1838, de subsides à Moens (note 95) que ces versements se (...)
  • 98 Cf. A.R.A., Kabinets des Konings, no 4352. Une lettre de Grégoire au directeur du cabinet, du 15 o (...)

66Nous ignorons la date exacte à laquelle le gouvernement hollandais renonça à son effort financier en Belgique. Elle doit vraisemblablement correspondre au moment où le roi accepta le traité des XXIV Articles, en 1838, mais peut-être le poursuivit-il jusqu’en 183997. A ce moment cependant, le roi décida de continuer à verser des pensions aux personnes qui avaient été attachées aux journaux orangistes et ce versement fut maintenu sous le règne de son fils en 184498.

***

67Ainsi, appuyés très largement par la politique et les subsides du gouvernement hollandais, les orangistes constituent, à l’intérieur de l’Etat belge, un groupe d’opposants particulièrement redoutable. Quoique n’ignorant pas, tout au moins sommairement, ce mouvement contre-révolutionnaire, les autorités belges se trouvent désarmées à l’égard des hautes personnalités qui le composent.

  • 99 La copie de la déclaration d’Orban portant les noms des 45 personnes qui ont signé, est envoyée pa (...)

68L’exemple le plus frappant se situe en février 1831. A ce moment, la crise morale est profonde dans les milieux industriels et commerciaux qui souhaitent la protection de la France. L’occasion est saisie par les orangistes et, le 18 février, Henri Orban, son gendre Rossius, John Cockerill et Elias entraînent quarante-cinq industriels, fabricants et commerçant chez le gouverneur de la province de Liège, le chevalier de Sauvage. Là, ils exigent, en des termes tranchants, que les nouveaux hommes d’Etat de la Belgique reconnaissent la situation inextricable où ils ont placé le pays et particulièrement son industrie, et l’impossibilité matérielle de démembrer le royaume des Pays-Bas99.

  • 100 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 28 février 1831. A.R.A., Collection van Doom, no 7.
  • 101 Les journaux n’y font que de petites allusions. Courrier de la Meuse, 21-22 février et 25 mars 183 (...)

69Devant cette démonstration extraordinaire, le commandant militaire de la province émet l’avis d’arrêter ces industriels. Le gouverneur, atterré, le persuade que cette mesure occasionnerait un soulèvement général100. Tout ce qu’il peut faire, c’est étouffer la nouvelle et de fait, elle transpire peu dans la presse101.

70Voyons comment, avec les moyens qui sont à leur disposition, les orangistes liégeois vont s’efforcer de retourner en leur faveur la situation politique.

2. L’échec des conspirations contre-révolutionnaires

a) La première conspiration : février-mars 1831

  • 102 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 24 février 1831. Elle incite Orban à sec (...)
  • 103 Ibidem, Grégoire à van Doorn, 28 février 1831. Le découragement de Bruxelles et de Gand est égalem (...)

71Cette démarche des industriels liégeois auprès du gouverneur — que Grégoire juge inopportune, « un peu téméraire et inconsidérée » — renforce cependant les orangistes dans leur confiance102. Malgré l’impossibilité où sont les Bruxellois et les Gantois, encore sous le coup de l’échec de la tentative d’Ernest Grégoire et de Borremans, de les seconder, les Liégeois sont convaincus du succès d’un mouvement contre-révolutionnaire comptant sur leurs seules forces103. Leur plan est simple, il tient en trois points :

  • 104 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 28 février 1831.

« 1° le soulèvement populaire,
2° défection des troupes de Daine,
3° contagion par l’exemple »104.

  • 105 La note de débours porte « 1600 fusils à 13 florins : 20.600 fl. ; 4000 lances à 1 fl. 50 : 6000 f (...)
  • 106 « Mr Orban et lui envoyent une 20ne d’individus tous les jours dans cabarets pour y faire des pros (...)

72Lambermont, homme de confiance de Cockerill, est chargé, grâce aux trente mille florins apportés par Grégoire, de l’achat des armes. Il rassemble 1.600 fusils, des munitions, 4.000 lances et 900 drapeaux105. De son côté, John Cockerill, tout en faisant « travailler l’esprit des ouvriers et des gens du peuple »106, envisage toutes les possibilités de s’assurer la complicité des généraux commandant les troupes belges dans les provinces de Liège et de Limbourg.

  • 107 Nous aurons l’occasion tout au long de cette étude de remarquer cette tendance à grossir l’importa (...)

73Les rapports qui parviennent à ce sujet à La Haye sont débordants d’optimisme. Selon eux, un grand nombre d’officiers des troupes, sur lesquelles reposent le sort de la révolution, seraient sympathisants orangistes ou assez cupides pour trahir. Devant le côté unilatéral de nos sources, il convient ici d’être prudent et de tenir compte de la propension des orangistes à prendre leurs désirs pour des réalités107.

  • 108 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 21 février 1831. Sur le Général A.F. Mel (...)
  • 109 Ibidem.
  • 110 Ibidem, lettre du 1er mars 1831.
  • 111 A.R.A., Oorlog, no 256. Note datée de Liège, 27 mars 1831, transmise par le colonel de la Sarraz.

74D’après ces informations, James Cockerill se prétend assuré contre une somme de 100 à 200.000 florins de la complicité du Mellinet, qui aurait fait des ouvertures en ce sens auprès du général hollandais Dibbets108. Devant l’autorité grandissante du général Daine, auquel le gouvernement provisoire semble vouloir confier un plus large commandement, les orangistes liégeois se disent assurés que la cupidité du personnage le rangera dans leur camp109. Le colonel L’Olivier aurait reçu 1.000 florins d’avance pour prix de sa complicité avant d’être déplacé à Gand. Le colonel Kenor aurait fait savoir qu’il serait le premier à se prononcer pour le roi Guillaume110. Enfin, les colonels Lecomte et Borickem, les majors Guillaume et Godinne de l’armée de la Meuse auraient été disposés à entrer dans la conjuration111.

  • 112 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Minute de van Doorn, datée du 4 mars 1831. « Je pense toujours (...)

75Malgré ces renseignement, le ministre van Doorn prêche la prudence et demande d’attendre de meilleures nouvelles de Gand et de Bruxelles pour lancer la contre-révolution112.

  • 113 John Cockerill consacra 10.000 florins à la création de L’Echo. A.R.A., Collection van Doorn, no 7 (...)

76Les Liégeois utilisent ce répit pour tenter de donner une extension nouvelle aux idées orangistes. Ils lancent un petit journal : L’Echo113. Mal leur en prit ; leur excès d’optimisme, la surestimation du nombre de leurs partisans, leur a fait perdre de vue la profonde répulsion envers les idées de restauration qui subsiste dans de nombreux milieux.

  • 114 Renseignements tirés du Rapport de M. Vercken ainé, commandant général de la garde urbaine liégeoi (...)

77Le 28 mars 1831, vers 10 heures du soir, éclatait la seule émeute que connut Liège durant toute la période post-révolutionnaire. Aux cris de « à bas les orangistes, vive la Belgique », une soixantaine de personnes saccagent complètement le local où s’imprimait L’Echo. La foule, dont le nombre augmentait sans cesse, pille ensuite la maison d’Orban « regardé comme le chef du parti orangiste », et celle de l’ancien directeur de la police hollandaise Stéphany. La troupe, dont on reprochera plus tard la mollesse, parvient à protéger les maisons menacées de l’ancien bourgmestre de Mélotte et de John Cockerill114.

  • 115 Grégoire semble lui-même avoir interrompu sa mission et s’être rendu, à la suite de ces événements (...)

78La violence de la réaction populaire coupe court aux projets orangistes. Elle désorganise complètement le mouvement et le rejette dans l’ombre115.

b) Positions de repli : avril-juin 1831

79Jusqu’au mois de juillet 1831, les orangistes liégeois camoufleront leur opinion sous les dehors les plus divers et apparemment les plus contradictoires.

  • 116 La correspondance de Grégoire à van Doorn en témoigne dans presque toutes les lettres (A.R.A., Col (...)

80Le rôle joué par John Cockerill au cours de ces diverses métamorphoses est capital. C’est par son canal, nous l’avons vu, que le gouvernement hollandais est presque exclusivement renseigné sur la situation liégeoise. Ecrasé par sa puissante personnalité, Grégoire et de la Sarraz n’ont aucune prise sur lui et s’en remettent totalement à son initiative pour les mesures à prendre sur place116. Il dirige tout le mouvement à Liège, or, son attitude est souvent fort équivoque.

  • 117 A l’exception de quelques reconnaissances pour subsides reçus comme celle du 17 mai 1831, tout ce (...)
  • 118 Voir plus loin pp 151,152.
  • 119 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 17 mai 1831.
  • 120 Voir plus haut, ch. II, n. 43.
  • 121 Ibidem, copie d’une lettre du docteur Bovy à Grégoire, expédiée par ce dernier, le 14 juin 1831, à (...)

81Toujours plein de promesses et de belles paroles, mais aussi — et c’est remarquable — sans jamais d’engagement écrit117, John Cockerill semble en réalité jouer sur plusieurs tableaux à la fois. Nous essayerons plus loin de percer les motivations de cette personnalité extrêmement ambiguë118. Notons qu’en mai 1831, John Cockerill était persuadé que la république serait proclamée en Belgique. Il y travaillait fermement en proclamant que c’était le seul moyen de paralyser la France et de permettre à la Hollande de reconquérir le pays119. En juin, au contraire, c’est en travaillant au triomphe de l’opinion française qu’il prétend pousser à la restauration120. C’est ainsi qu’avec plusieurs orangistes, Cockerill fit partie du comité directeur du « parti français » dont Teste était le président121.

  • 122 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire écrivait à van Doorn, le 6 juillet 1831, que Cockeril (...)

82Même lorsque les correspondants ne pénétraient pas le pourquoi de ces combinaisons, ils faisaient cependant entièrement confiance à Cockerill et le rassuraient même sur les craintes que celui-ci formulait de voir son attitude mal comprise par le gouvernement hollandais122.

c) Les orangistes liégeois et la campagne des dix jours (juillet-août 1831)

  • 123 Le 13 juin 1831, Grégoire s’inquiète du fait qu’il n’a plus reçu d’instructions de van Doorn depui (...)
  • 124 Ibidem, minute de van Doorn au verso de la lettre.
  • 125 L’avis exprimé par John Cockerill et rapporté par Grégoire à van Doorn, Aix, le 27 juillet 1831, à (...)

83Devant ces contorsions politiques, le gouvernement hollandais reste curieusement muet ; sans doute estime-t-il que tout trouble suscité en Belgique ne peut être effectivement que profitable à la restauration. A la mi-juin cependant, après un long silence qui commençait à inquiéter Grégoire123, une instruction parvient enfin aux orangistes liégeois : il s’agit de renouer prudemment les relations avec le général Daine124. Cette nouvelle recèle une promesse cachée, la récente élection du prince Léopold comme roi des Belges dispose le roi Guillaume à frapper vite et fort125.

  • 126 Dans une des premières réunions d’orangistes à Bruxelles, Cockerill affirmait, le 14 juillet 1831 (...)
  • 127 Grégoire à van Doorn, La Haye, ± 18 juillet 1831, Gedenkstukken, t. V, p. 533.
  • 128 Avis exprimé dans les lettres citées en notes 126 et 127, et transmis aussi par le colonel de la S (...)

84Aussitôt, par la magie de Cockerill, les forces disposées pour un mouvement pro-français sont transformées en éléments orangistes. Il chiffre ces forces à 20.000 hommes armés126, 10.000 Verviétois et 10.000 Liégeois127. Ces nouvelles parviennent au ministre de l’Intérieur et au quartier général de Bréda, assorties d’une condition stricte ; le mouvement ne saurait se développer sans l’assurance formelle de l’appui des armées du roi Guillaume128.

  • 129 H. Grégoire à van Doorn, La Haye, 18 juillet 1831, publiée dans les Gedenkstukken, t. IV, pp. 532- (...)
  • 130 Le 14 juillet 1831, Grégoire annonçait à van Doom que Daine avait quitté Liège pour rejoindre son (...)
  • 131 H. Grégoire à van Doorn, La Haye, 18 juillet 1831, lettre publiée dans les Gedenkstukken, t. IV, p (...)

85Grégoire se charge de plaider cette cause à La Haye ; il s’y rend entre le 15 et le 22 juillet 1831129, et le 18, alors que quatre jours plus tôt, les accords avec le général Daine n’avaient pas encore été conclus130, Grégoire peut annoncer « l’adhésion formelle de Daine au mouvement en faveur de la restauration » contre une somme de cent mille florins promise par le baron Ernest de Senzeilles131.

  • 132 Grégoire à van Doorn, Aix, le 22 juillet 1831. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

86Tout a donc été mis en œuvre pour présenter la situation comme la plus favorable possible, et Grégoire, en rentrant à Aix, confie à Cockerill et à Senzeilles que le gouvernement du roi lui a « donné l’espoir que les hostilités seraient bientôt reprises »132.

  • 133 Ibidem, lettre du 24 juillet 1831. Grégoire précise en soulignant « Je pense toutefois que ce sera (...)
  • 134 Le 27 juillet 1831, à 10 h. ¾ du soir (document no 60) Grégoire fait savoir à van Doorn : « Daine, (...)

87Déjà cependant, l’euphorie retombe quelque peu. En fait, l’adhésion formelle de Daine n’est pas acquise et les Cockerill décident de provoquer une réunion et de faire signer un traité au général133. L’entrevue, qui eut lieu au château du baron de Senzeilles, près de Tongres, tourna à la confusion des orangistes ; malgré ses assurances verbales d’adhésion, Daine se refusa formellement à signer un contrat qui lui lierait les mains et, chose plus grave, il éleva des doutes sur la valeur des troupes hollandaises. Il estima que Léopold serait maintenu sur le trône par la France et l’Angleterre et ne dissimula pas son espoir d’être nommé commandant en chef de l’armée belge134.

  • 135 Lettre no 61 citée plus haut.

88On ne pouvait donc plus compter sur l’appui formel de Daine qui, manifestement, dans l’ignorance des projets précis des Hollandais, avait tenté de « se sauver du naufrage par des promesses en se réservant de se déclarer pour le Roi, s’il était vainqueur, ou contre lui, si le sort des armes prononçait contre lui »135.

  • 136 Lettre no 60 citée plus haut.

89Les frères Cockerill insistent cependant auprès du gouvernement hollandais pour que l’action projetée intervienne dans les plus brefs délais136.

  • 137 H. Grégoire à van Doorn, Aix le 31 juillet 1831. Les personnes à neutraliser sont « Tielemans (le (...)

90Une contre-révolution aurait lieu à Liège dès l’annonce de la prise de Tongres et les deux places fortes, la Citadelle et la Chartreuse, les autorités civiles et militaires seraient neutralisées ; un comité orangiste était prêt à les remplacer137.

91Le 2 août, jour où les troupes hollandaises envahissent la Belgique, le colonel de la Sarraz transmet un relevé plus ou moins détaillé des forces prévues pour le soulèvement à Liège. Le nombre total des hommes sur lesquels on compte ne s’élève plus aux vingt mille annoncés, mais à 13.000 dont 7.000 Verviétois recensés globalement. Les détails ne sont donnés que pour 3.300 personnes des différentes houillères ou fabriques de Cockerill et de ses amis. Ainsi, malgré sa volonté de précision, le document révèle plutôt une large tendance à la surestimation. La suite des événements renforce notre opinion.

  • 138 Vicomte TEKLINDEN, La campagne des dix jours (2-12 août 1831) dans la province de Limbourg d’après (...)
  • 139 Relation complète de ces événements dans une lettre de H. Grégoire à van Doorn du 11 août 1831 (Ai (...)
  • 140 Grégoire écrivit à van Doorn, Aix le 15 août 1831 « On dit que Daine est arrêté parce qu’on préten (...)

92Alors que Daine « accumule au cours de cette campagne de dix jours des fautes telles qu’il lui est impossible de les attribuer à sa seule incapacité »138 — sans doute cherchait-il encore à ménager la chèvre et le chou — et que les troupes hollandaises s’avancent résolument en Campine, aucun mouvement contre-révolutionnaire ne se dessine à Liège. N’y tenant plus, Grégoire se rend chez Cockerill le 7 août au soir. Il y apprend, le lendemain, de la bouche des chefs de la conspiration, que la nouvelle de l’intervention des troupes françaises, très rapidement diffusée par les journaux, a porté un coup fatal à leurs projets. Les chefs ouvriers ne répondent plus de leurs hommes. Le 8 août pourtant, comme l’arrivée des Français tarde, l’espoir renaît dans le camp orangiste mais, le lendemain, les troupes de Daine, l’Armée de la Meuse en retraite, étaient repliées sur Liège et faisaient obstacle à toute contre-révolution139. Ainsi, paradoxalement, le général sur lequel les orangistes avaient compté, et qui sera accusé d’avoir trahi, empêcha finalement le soulèvement dont les conséquences auraient pu être encore plus déterminantes pour le pays que l’offensive des troupes hollandaises140.

d) Les ultimes projets

  • 141 A.R.A., Staatsssecretarie, no 6164. Grégoire à van Doorn, 7 et 9 novembre 1831.
  • 142 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 29 novembre 1831 : « il faut se sentir b (...)
  • 143 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, Grégoire à van Doorn, 9 novembre 1831.

93Le moment le plus favorable était incontestablement passé pour la contre-évolution. Que le mouvement orangiste n’ait pas, dans des circonstances aussi exceptionnelles, réussi à mettre en œuvre ses projets, aurait dû lui porter un coup fatal. Il apparaissait clairement que les forces du mouvement avaient été largement surestimées et qu’en tout cas, la tendance à minimiser celles acquises à la révolution avait été trop grande. Pourtant, de façon absolument étonnante — ne doutant apparemment de rien et ne tirant aucune leçon des précédents échecs —, Cockerill annonce, dès le mois de novembre 1831, que les Liégeois sont prêts à provoquer un mouvement contre-révolutionnaire et qu’ils désiraient que ce mouvement englobe à la fois Liège, Gand et Bruxelles141. Devant les réserves des Bruxellois qui n’ont « rien préparé, rien recueilli, rien combiné »142, Liège est prête à se soulever la première, à condition que 5 à 6 heures plus tard, après la prise de la Citadelle, la garnison de Maastricht soit sur place à Liège. Quinze mille hommes sont, toujours selon Cockerill, prêts pour la contre-révolution143.

  • 144 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 5 décembre 1831. Annonce le prochain dép (...)
  • 145 Ibidem, Grégoire à van Doorn, lettre du 15 décembre annonçant le retour à Aix et du 23 décembre 18 (...)
  • 146 A.R.A., Staatssecretarie, no 6115, Grégoire à van Doorn, 16 février 1832.
  • 147 A.R.A., Oorlog, no 258, Moens au général Dibbets, 17 septembre 1832 et Gedertkstukken, t. V, p. 13 (...)

94Une délégation liégeoise part au début de décembre 1831 à La Haye pour exposer le plan144. Elle rentre le 15 après avoir essuyé un refus catégorique145. Et pourtant, envers et contre tout, l’espoir d’un mouvement contre-révolutionnaire subsistera longtemps à Liège. En février 1832, lorsque Cockerill admit qu’il ne croyait plus en la possibilité d’une contre-révolution, il se heurta encore aux affirmations contraires de quelques-uns des conjurés146. A partir de cette date cependant, Cockerill, à l’image d’autres industriels, se consacrera avant tout à rétablir la prospérité de ses établissements et ses absences fréquentes de Liège, pour voyages d’affaires, seront préjudiciables au mouvement147.

  • 148 C’est Lambermont, alors homme de confiance de Cockerill, qui, rappelons-nous, avait été chargé en (...)

95Les armes achetées en 1831 resteront donc inutilisées. Entreposées dans un immeuble du quai Saint-Léonard, elles seront l’objet d’une correspondance intermittente avec le gouvernement hollandais qui tentait de les récupérer auprès de son dépositaire, Lambermont. Au décès de ce dernier, l’affaire n’était pas encore réglée et on n’en entendit plus parler148.

3. Les causes de la faiblesse : manque d’organisation, de coordination et d’unité

96Plusieurs raisons des échecs encourus dans la mise en pratique des plans des orangistes liégeois sont déjà clairement apparues. Il existait chez eux une nette tendance à surestimer les forces disponibles. Cet optimisme exagéré les entraînait à compter sur eux seuls pour agir, sans s’occuper de la situation des autres villes et à négliger le problème de l’organisation et de la coordination.

a) L’« Association nationale » et le comité provincial liégeois

  • 149 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 29 avril 1831.
  • 150 Au mois de mai 1831, les orangistes envisageaient d’envoyer une députation composée d’industriels (...)
  • 151 Gedenkstukken, t. IV, p. 533, no 1. Lettre de Grégoire à van Doorn, ± 18 juillet 1831.

97L’intérêt d’un comité central qui coordonnerait, à l’intérieur de la Belgique, les initiatives des orangistes des différentes villes avait été ressenti dès le mois d’avril 1831149. Celui-ci devait, en principe, organiser la contre-révolution sur les différents points du pays et mettre sur pied des députations qui agiraient sur le plan diplomatique en plaidant la cause de la restauration auprès des grandes puissances150. Après quelques difficultés et sous l’influence du gouvernement hollandais, un comité s’installa à Bruxelles en juin 1831151.

  • 152 Le billet portait les noms suivants : « Senzeilles, président, un autre Senzeilles, frère du précé (...)

98John Cockerill était, naturellement, le délégué liégeois à ce comité. En juillet 1831, ces contacts n’avaient rien apporté de concret pour le projet de contre-révolution dans les villes autres que Liège. Cependant, vraisemblablement pour s’aligner sur ce qu’avaient fait Bruxelles et Gand, il fit transmettre par Grégoire la liste d’un comité directeur, appelé plus tard comité provincial de Liège152.

  • 153 Journal de Liège, 21 juillet 1831.

99Cockerill n’avait pas hésité à introduire dans ce groupe les anciens partisans de la réunion à la France. La présence de ceux-ci peut étonner et, sans doute, cet amalgame, tel qu’il était constitué en juillet 1831, résultait-il plus d’une nouvelle combinaison de Cockerill que d’une adhésion franche pour les principes orangistes. Cependant, si, à l’exemple du Journal de Liége qui se rallia au nouvel état de choses après l’avènement de Léopold153, beaucoup de réunionistes agirent de même, il apparaît que d’autres, habitués à fréquenter les orangistes et favorablement impressionnés par l’appui effectif que ceux-ci recevaient de l’extérieur, se rangèrent du côté orangiste.

  • 154 Les frères Senzeilles sont directement liés aux tentatives faites en juin 1831 par les orangistes (...)

100Il en fut ainsi pour les frères Senzeilles154, mais aussi — fait particulièrement précieux pour les orangistes —, pour l’éditeur-imprimeur de L’Industrie, Laurent Renard.

  • 155 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 122-123.
  • 156 A.R.A.,Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, Aix, 4 octobre 1831.
  • 157 Sur les subsides du gouvernement hollandais à la presse belge, voir notre Etude de la presse liége (...)

101Après le cuisant échec de L’Echo, les orangistes liégeois ressentaient la nécessité d’avoir à leur disposition un quotidien qui défende la cause de la restauration, tandis que L’Industrie connaissait précisément de sérieuses difficultés financières155. En versant en octobre 1831 un subside de 12.500 florins à Laurent Renard, John Cockerill ouvre les colonnes de ce journal à la propagande orangiste156. Désormais Renard-Collardin bénéficiera des importants subsides versés par le gouvernement hollandais à certains organes de la presse belge, sous forme d’abonnements trimestriels fictifs — 50 abonnement à L’Industrie, tout d’abord, soit une somme de 475 francs, puis à partir du deuxième trimestre de 1832 et jusqu’en 1835, 100 abonnements fictifs, soit la somme de 950 francs157.

  • 158 Grégoire est assez jaloux de l’influence que pourrait jouer l’Association nationale sur le Comité (...)

102Ainsi intéressé, Renard s’intègre au noyau orangiste ; et lorsque les forces orangistes se réorganisent à Liège en novembre 1831, après le désarroi de l’échec du mois d’août, le propriétaire de L’Industrie figure aux côtés de Cockerill, dans le nouveau comité orangiste. Henri Grégoire, qui épouse entièrement les vues de ce groupe, reste leur intermédiaire avec le gouvernement hollandais158.

  • 159 L’association nationale de Bruxelles est composée de Morel, Van Gobbelschroy, le prince d’Arenberg (...)
  • 160 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, Aix, 30 décembre 1831. En annexe figure (...)

103Dès novembre et décembre 1831, les relations entre le comité liégeois et celui de Bruxelles, appelé Association nationale159, dénoncent des divergences profondes dans les conceptions et les moyens des deux groupes. Les Bruxellois, en contact direct avec La Haye, entendaient visiblement régenter le mouvement en donnant l’impulsion aux comités provinciaux. Ils préconisent la création de comités d’arrondissement gérant eux-mêmes des comités de commune. Le plan est très théorique160. Il indique clairement une volonté d’institutionnaliser le mouvement dans l’attente d’un événement extérieur.

  • 161 Ibidem.

104Au contraire, nous l’avons vu, les Liégeois cherchent alors à organiser le plus rapidement possible une contre-révolution. Ils annoncent en avoir tous les moyens. A Bruxelles, rien n’est préparé et c’est le comité central qui demande l’aide des Liégeois. Ceux-ci, dès lors, estimant que « ces réunions n’offrent aucun avantage pour eux »161 décident de s’abtenir d’y participer encore.

  • 162 Gedenkstukken, t. V, p. 109, Morel à Van Gobbelschroy, La Haye, 12 août 1832.
  • 163 A.R.A., Staatssecretarie, no 6373, Morel à X. Document chiffré du du 16 février 1836. « Il y a dan (...)

105Le comité central cherchera, au cours de l’année 1832, à renouer le contact. Après un séjour prolongé à Liège, Charles Morel dut admettre qu’« il faut considérer Liège comme tenant à ses solos sans l’accompagnement de notre orchestre »162. Les contacts seront dès lors très rares et le comité central se gardera bien d’intervenir dans la situation liégeoise qui n’allait pas tarder à se révéler extrêmement embrouillée163.

  • 164 Gedenkstukken, t. V, pp. 95-96, Morel à Van Gobbelschroy, Liège. 17 juillet 1832. « La seule chose (...)

106Les regrets n’étaient cependant pas trop grands depuis que Morel avait fait, en l’absence de Cockerill, une découverte stupéfiante. Les réserves qu’avaient, vis-à-vis des Bruxellois, les orangistes liégeois — qui apparaissaient jusqu’alors comme les mieux organisés, les mieux préparés à la contre-révolution — loin d’être des mouvements d’amour-propre, des tergiversations malignes, cachaient en réalité une ignorance complète de la situation et des forces disponibles, une impréparation totale. Les Liégeois étaient plus forts en paroles qu’en actions, et seul Cockerilll avait la clé de l’énigme164.

b) Le groupe Cockerill. Les motivations d’un grand industriel

  • 165 Ibidem, p. 98, Morel à Van Gobbelschroy, Aix, 24 juillet 1832, après son entrevue avec Grégoire.

107Morel nous confirme ce que nous en savions déjà. « C’est proprement Cockerill et Grégoire qui composent toute l’association nationale de Liège, et ils s’entendent à merveille tant pour ce qui est à faire que pour ne communiquer aux autres que ce qu’eux deux jugent convenable de communiquer. Le faible de Cockerill peut-être, mais à coup sûr de son lieutenant, est de vouloir jouer un rôle principal dans l’orchestre, et toute composition qui ne lui offrira pas un solo brillant lui conviendra peu »165.

108Ouvrons donc le dossier Cockerill et cherchons dans son attitude les motivations politico-financières. A défaut de sa correspondance privée, Grégoire complètement subjugué par l’industriel, nous a décrit minutieusement ses actions. Ses nombreuses métamorphoses politiques de la période post-révolutionnaire étaient toutes, selon lui, destinées à favoriser, directement ou indirectement, la restauration. En réalité, il apparaît bien que Cockerill se souciait avant tout du sort de ses établissements et jouait sur plusieurs tableaux à la fois.

  • 166 R DEMOULIN, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges (1815-1830), Liège- (...)

109Il ne faut pas oublier, en effet, que dans la ligne de la politique économique de Guillaume Ier, le gouvernement hollandais avait acquis par contrat du 24 mai 1825 et pour une somme de 500.000 florins, la moitié de tous les établissements de Cockerill (château de Seraing, les fonderies, les houillères de « Henri-Guillaume » et « Collard »). Bien que conservant la direction pleine et entière des établissements, Cockerill était tenu par ce contrat d’exécuter de préférence les commandes du gouvernement hollandais. Le Fonds de l’Industrie lui avait encore versé d’importants capitaux pour apporter des perfectionnements techniques ou permettre des extensions166.

110Ainsi lié au gouvernement hollandais, Cockerill est placé par la révolution de septembre dans une situation quasi inextricable. Efforçons-nous maintenant d’analyser la psychologie de Cockerill et de mettre en accord ses attitudes et ses actes avec une ligne de conduite logique.

  • 167 Tout ce qui précède a été analysé du point de vue de l’orangisme. Le dernier point est relaté dans (...)

111Les véritables intérêts de ses établissements autant que la reconnaissance qu’il pouvait porter au roi Guillaume, l’entraînaient naturellement à souhaiter la restauration. Ses contacts avec le gouvernement hollandais l’ont persuadé que la volonté royale est d’intervenir à plus ou moins brève échéance dans les affaires belges et il est bon que lui, Cockerill, ait aidé à préparer cet avenir. Cependant les choses traînent et, en mai, la Belgique lui apparaît se trouver sur un volcan et la situation économique est particulièrement difficile. Il envisage la liquidation de ses établissements et offre au gouvernement belge la reprise de Seraing à raison de 50 % de perte — en fait c’est bien son capital propre qu’il entend sauver167. Devant le refus qui lui est formulé, il envisage toutes les solutions possibles : la république, la réunion à la France. De cette façon, il met ces cartes dans son jeu et prépare aussi à tout hasard l’avenir de ce côté.

  • 168 En décembre 1831, Cockerill fut accusé de trahir la cause au profit de ses intérêts financiers. Re (...)

112L’extraordinaire de la situation est que, se basant sur le crédit démesuré dont il jouit, il lui soit permis de dévoiler son jeu et de présenter à Grégoire toutes ses variations comme d’habiles feintes politiques, mais le machiavélisme dont il fait ainsi preuve vis-à-vis des autres parties, pourquoi n’existerait-il pas vis-à-vis de l’orangisme ? Le gouvernement hollandais, même après l’inaction totale où reste Liège, en dépit des assurances formelles de Cockerill, en août 1831, ne semble pas disposé à l’admettre. La position de l’industriel est si importante que, même dans le doute, il est encore préférable, pour le gouvernement hollandais, d’accepter ses affirmations et de jouer son jeu168.

  • 169 Avis de White, auteur de Belgian Revolution, à Lord Ponsonby, reproduit dans Gedenkstukken, t. 1, (...)

113Voilà, selon nous, après une analyse minutieuse de la correspondance à notre disposition, la véritable clé de l’attitude de Cockerill. « In facts, écrit un de ses compatriotes, témoin des événements révolutionnaires, orangism is a mere commercial question ; a question of interest totally distinct [rom policy, patriotism, or Personal sympathy »169.

  • 170 « L’on se tromperait, disait Orban, en avril 1833, si l’on croyait que la Belgique est dans l’état (...)
  • 171 A.R.A., Oorlog, no 258. Moens à Dibbets, Maastricht, le 17 septembre 1832 : « Le comité de Liège s (...)
  • 172 Ibidem, no 263, Rottiers à Dibbets, Eupen, le 11 juillet 1834. « Le gouvernement révolutionnaire c (...)
  • 173 Ibidem et p. 136.

114La suite des événements confirma point par point ce jugement. A l’étonnement des industriels eux-mêmes, la situation économique de la Belgique, très difficile en 1831, loin de s’effondrer par la suite, se soutient très avantageusement170. Dès lors, la motivation économique s’effaçant, l’activité de Cockerill dans le cercle orangiste devint quasi nulle. Il s’occupe activement de ses établissements171 et, en juillet 1834, il passe un accord avec le gouvernement belge pour le rachat de la créance qui pesait sur eux. C’est en fait, au vu de toute la population, reconnaître ce gouvernement comme investi de toute l’autorité légale172. Le coup dut être ressenti durement par le gouvernement hollandais. Nous n’avons aucun document qui en témoigne mais il est symptomatique de constater que c’est à partir de ce moment que débute la restriction des crédits accordés à l’orangisme173.

  • 174 A.R.A., Oorlog, no 163, Baron de Crassier à Rottiers, 8 septembre 1834 ; « On conçoit que les Rena (...)
  • 175 A.R.A., Oorlog, no 263. Dès le 1er juillet 1834, le baron de Crassier parle à Rottiers du « confit (...)

115A Liège, les réactions sont très diverses et traduisent bien de profondes divergences de mentalités entre le groupe qui gravite autour de Cockerill et qui se réjouit de cet accord financier174 et le groupe des nobles orangistes catholiques qui y voient une trahison175.

  • 176 C’est la thèse qui sera reprise en 1836 lorsqu’en octobre, l’ordre de Léopold est attribué à Cocke (...)

116Cependant, l’influence de Cockerill est telle qu’il conservera malgré tout son rang dans le mouvement orangiste et la thèse qui prévaudra, sans doute sous l’inspiration de Cockerill lui-même, décidément intouchable, sera que cet industriel devait se plier à des nécessités économiques distinctes de ses aspirations personnelles176.

117Cet événement avait cependant contribué à envenimer une situation déjà très embrouillée.

4. Les divisions internes des orangistes

a) Anticléricaux et catholiques

  • 177 A.R.A., Oorlog, no 264, Baron de Crassier à Rottiers, Liège, 23 février 1835. « Ils reconnaissent (...)
  • 178 Ibidem, no 259. Moens à Dibbets, Liège, 6 décembre 1833. Cette lettre cite nommément ces personnes (...)

118Jusqu’en 1832, les orangistes liégeois avaient véritablement démissionné de toutes responsabilités entre les mains de John Cockerill. A partir du moment où celui-ci, par ses absences fréquentes, remet la direction du mouvement aux personnes qui gravitent autour de lui, des tiraillements se produisent dans les rangs orangistes. Préoccupé par ses problèmes économiques, Cockerill n’a pas basé le choix de ses associés sur le critère de loyalisme absolu envers le roi Guillaume177. Anciens réunionistes pour la plupart, Renard, Elias, Ista, Closset-Wauters regrettent sans doute le régime hollandais, non tant pour sa conception monarchique que par contraste avec la part considérable d’influence qu’accorde le nouvel Etat aux catholiques178.

  • 179 Sur l’Industrie, voir notre Etude de la presse liégeoise.

119Le groupe libéral anticlérical fustige, dans L’Industrie, les catholiques présentés comme les principaux responsables et les premiers bénéficiaires de la révolution179.

  • 180 Pour n’en donner qu’un exemple frappant, voici l’extrait d’un petit poème publié par L’Industrie, (...)
  • 181 Concernant l’anticléricalisme de ce groupe catholico-orangiste, les exemples sont nombreux. Très c (...)

120Ce faisant, il va trop loin parfois et heurte les convictions des orangistes de religion catholique180. Ceux-ci, nombreux dans l’aristocratie liégeoise, reconnaissent les erreurs du clergé et la part importante que le haut clergé particulièrement a joué dans la consolidation de la révolution, mais leur propre anticléricalisme ne s’accommode pas des attaques contre la religion ou le catholicisme qu’ils dénoncent dans l’autre groupe181.

  • 182 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164. Lettre de Grégoire à van Doorn, Aix, 2 avril 1833. Cette très b (...)
  • 183 Ibidem, Macors (Baron Hyacinthe de), né à Rochefort en Charente-maritime en 1794, décédé à Paris l (...)
  • 184 Ibidem, Copis (Baron Constantin-François de), né en 1788, décédé au château de Gorsleeuw-Limbourg (...)
  • 185 Cf. n. 189.
  • 186 Ibidem : « Orban a aussi des réunions avec l’abbé Moens, les barons de Crassier, de Macors, de Cop (...)
  • 187 Cette affirmation peut paraître étonnante. On est habitué à considérer Orban, sans doute par référ (...)

121Les principales personnalités du groupe catholico-orangiste sont de grands aristocrates : le baron de Crassier au « caractère fort entier », mais qui « possède de grandes connaissances administratives et une longue expérience des affaires »182, le baron de Macors, homme « d’excellent conseil »183, et le baron de Copis184. Ils se tiennent à l’écart du comité constitué par Cockerill et manifestent une certaine méfiance vis-à-vis de sa composition185. Leur activité personnelle est en fait très réduite. Ils se réunissent tout au plus occasionnellement en compagnie de l’abbé Moens et de Henri-Joseph Orban qui occupe une position intermédiaire entre ces deux groupes186. Bien qu’invité à participer aux réunions de Cockerill, cet industriel préfère s’en abstenir, et se complaît davantage en compagnie du groupe catholique. L’abbé Moens le tient sans réserve comme un adhérant de cette nuance187.

  • 188 Cf. liste des abonnés du Rappel dans notre Etude de la presse liégeoise, pp. 270-273.
  • 189 A.R.A., Oorlog, no 259. Moens fait part des difficultés que les catholiques ont de nouer des rappo (...)
  • 190 A.R.A., Oorlog, no 263, le baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 1er juillet 1834, estimait qu’i (...)
  • 191 Ibidem, no 264. Une autre lettre du baron de Crassier à Rottiers, du 6 mars 1835, donne une idée n (...)
  • 192 Ibidem, no 272. Baron de Crassier à Rottiers, 11 mai 1837 : « Quand j’entends ces mots : aristocra (...)

122A l’exception de ce petit noyau, les nobles orangistes catholiques se cantonnent dans une opposition toute passive. Ils restent dispersés dans leurs campagnes188 et semblent peu disposés à renouer avec la vie politique189. La révolution a bousculé la part de prérogatives que le gouvernement hollandais leur avait conservée et ces aristocrates en sont ulcérés. Il semble bien que leur loyalisme trouve son plus solide fondement dans le contraste que le nouveau régime, bousculant toutes les traditions, présente avec la situation antérieure190. Leur mentalité les rend allergiques à cette monarchie constitutionnelle où les postes sont occupés, selon eux, par des ambitieux parvenus. Dans leurs rangs mêmes, ils dénoncent l’arrogance des libéraux191 et cette irritation s’étend à ce qui est communément appelé « l’aristocratie financière, l’aristocratie industrielle »192.

  • 193 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, le 12 avril 1832 : « M. Van Bommel continue de marcher, et même de (...)
  • 194 Ibidem, no 258, Moens à Dibbets, Maastricht, le 17 septembre 1832 : « L’encyclique de Grégoire XVI (...)

123Gênée jusqu’alors par l’attitude du haut clergé belge193, la position des orangistes catholiques trouve un fondement plus solide dans l’encyclique Mirari Vos d’août 1832 qui condamne la révolution. La plus haute autorité catholique donne une base religieuse à leur attachement à la légitimité, à une monarchie forte, aux traités de 1815194.

  • 195 A.R.A., Oorlog, no 258. Moens à Dibbets, Liège, le 29 avril 1832. « Qu’on ne s’y trompe pas, ces j (...)
  • 196 Sur Le Rappel, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 125-135.

124Heureux de se trouver ainsi une doctrine qui permette aux catholiques de se détacher de la contre-révolution — et du haut clergé — sans se torturer la conscience195, l’abbé Moens devient, par ses brochures et dans le quotidien Le Rappel qu’il créera, le porte-parole des orangistes catholiques196.

  • 197 A.R.A., Oorlog, no 259. En pleine scission, le 4 octobre 1833, Orban envoie, en tant que président (...)
  • 198 A.R.A., Staatssecretarie, no 6165, le comte de Lannoy-Liedekerke au roi Guillaume, Liège, 8 octobr (...)

125Ceux-ci, jusqu’alors très individualisés, semblent prendre une plus grande conscience de leur communauté d’aspirations. Leurs réunions chez Orban ou le baron de Crassier197, font, dès lors, apparaître plus crûment la division dans les rangs orangistes198.

  • 199 A.R.A., Oorlog, no 259, Moens à Dibbets, Maastricht, le1er février 1833 : « Comme on pouvait s’y a (...)

126Malgré l’appui apporté par le comité central de Bruxelles, Cockerill échoue au début de 1833 dans sa tentative de reconstruire un comité provincial composé des représentants des deux tendances199.

  • 200 La part la plus importante de la correspondance de l’année 1833 (A.R.A., Oorlog, no 259) tourne au (...)

127Tout au long de l’année 1833, deux groupes distincts — « le parti libéral orangiste » et les « orangistes catholiques » — continuent donc à subsister au cours de réunions, qui doivent ressembler plus à des fréquentations de salon qu’à de réels comités politiques, et l’antipathie profonde qui les divise devient, dans l’inaction où ils se confinent, un des principaux sujets de discussion200.

b) L’ultime espoir. 1834

  • 201 A.R.A., Oorlog, no 263, Moens à Dibbets, 23 février 1834 et 13 mars 1834. Pour sa part l’abbé a ra (...)

128Au début de l’année 1834, curieusement et sans que nous ayons pu en déterminer exactement l’origine, un vent d’optimisme traverse les rangs orangistes. Sans doute tient-il au fait qu’un but concret d’action a été défini. Un vaste pétitionnement est organisé pour faire connaître au pays et à l’étranger les doléances du commerce. L’espoir d’un prochain soulèvement en faveur de la maison d’Orange se développait de façon très précise201.

  • 202 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, le 23 mars 1834 : « Pour cette fois, les efforts n’ont pas été vai (...)

129Une volonté nouvelle de reconstituer l’unité du mouvement s’affirme. Les contacts pris en mars 1834 entre les deux groupes, sous l’arbitrage de Cockerill, sont prometteurs. Le projet est vaste ; l’association serait divisée en trois catégories : le comité suprême, où figureraient côte à côte les personnalités des deux tendances et dont la présidence serait confiée au baron de Crassier ; le comité d’exécution ou pouvoir exécutif, composé pour la plupart des jeunes gens avec Camille de Tornaco à leur tête et enfin les simples associés202. Les événements se précipitèrent cependant et ne permettront pas à ce projet d’avoir un développement normal.

  • 203 A.R.A., Oorlog, no 263, Moens à Dibbets, Liège, 20 mars 1834. L’autorisation est aussitôt donnée p (...)

130La vague d’optimisme qui soulève les orangistes liégeois n’est pas purement locale. Le 20 mars 1834, un exprès venant de Bruxelles leur annonce une nouvelle qui devait cristalliser l’enthousiasme des orangistes du pays. Le matin même, grâce à 40.000 florins déposés par deux banquiers entre les mains des amis de la cause, ces derniers avaient racheté les chevaux du prince d’Orange, mis en vente publique par le gouvernement belge. Le comte de Borchgrave, qui reçut les quatre chevaux en son château de Bovelingen près de Saint-Trond, les expédia aux Pays-Bas par Maastricht, grâce à une autorisation du général Dibbets obtenue, à sa demande, par l’abbé Moens203.

  • 204 Rappel et Industrie, 29 mars, 4 avril et 6 avril 1834.

131Afin de donner à cet événement un retentissement réellement national, le comité central avait demandé de recouvrer une partie de la somme dépensée par une vaste souscription parmi les Belges. Le 29 mars, sous le titre de « Hommage offert au prince d’Orange », Le Rappel et L’Industrie publient un article du Lynx qui annonce la nouvelle au pays. Le 4 avril, imitant ce que le Lynx venait de faire à Bruxelles, ils n’hésitent pas, tant l’enthousiasme est grand dans leurs rangs, à publier une première liste de souscripteurs liégeois. Une seconde paraît le 6 avril. Le succès que cette initiative avait recueilli était indéniable : à Liège, près de 300 personnes avaient souscrit à cet hommage204.

  • 205 F. Van Kalken, Commotions populaires en Belgique, Bruxelles, 1936, pp. 9-35.

132Une réaction populaire vient mettre un terme violent à cette démonstration imprudente. A Bruxelles, 17 hôtels et maisons des principaux souscripteurs furent mis à sac205.

  • 206 Dossiers concernant ces comités de défense aux A.G.R., Papiers Rogier, no 257 et ARCHIVES DU GOUVE (...)

133L’émotion est considérable dans tout le pays. A Liège, les orangistes s’enferment chez eux et s’organisent en comités de défense, mais l’attitude décidée du collège communal maintient, malgré l’effervescence normale produite par cet événement, le calme dans la Cité206.

  • 207 Le baron de Crassier apprend la nouvelle des pillages le dimanche 6 avril 1834 à 9 h. du soir. Il (...)

134Les orangistes ne manquèrent pas de tirer le parallèle entre ces incidents et ceux qui avaient éclaté en 1831. Frappés une seconde fois au plus fort de leur enthousiasme, ils y voient l’œuvre du gouvernement et refusent d’admettre que leur opinion rencontre dans le pays un tel courant d’antipathie207.

***

  • 208 Cette attitude avait bien évolué depuis lors. Le 12 octobre 1833, Moens écrivait à Dibbets : « Les (...)

135La manifestation en l’honneur du prince d’Orange sera cependant le dernier mouvement d’ensemble de l’orangisme en Belgique. Plus qu’en 1831, où l’attitude des puissances du Nord laissait encore de solides raisons d’espérer208, les pillages de 1834 désorganisent les forces.

  • 209 A.R.A., Oorlog, no 254, baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 3 mars 1835 : « Depuis bientôt un (...)
  • 210 A.R.A., Staatssecretarie, no 6373, Morel à X. Document chiffré du 16 février 1836 : « Liège est to (...)

136Le comité qui venait à peine de se reconstituer en 1834 est démantelé par ces dernières secousses. L’individualisme est dès lors poussé à l’extrême. Les contacts avec le gouvernement de La Haye deviennent sporadiques. Les comptes rendus les plus contradictoires y parviennent, émanant de personnes qui se prétendent porte-parole d’une tendance, alors que chacune ne représente plus qu’elle-même209. Le comité central de Bruxelles se garda bien d’intervenir dans cette situation extrêmement embrouillée où se confondaient des orangistes convaincus, catholiques ou libéraux, opportunistes ou d’anciens orangistes dont la désertion était encore ignorée de leurs collègues210.

  • 211 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 136-140.

137Le seul groupe plus ou moins organisé qui subsiste est celui qui gravite autour du quotidien L’Industrie. Les barons Lafontaine et Camille de Tornaco ainsi que les frères Ophoven, qui ont racheté le journal à Renard, en sont les principaux animateurs211. Ils poursuivent la politique des orangistes libéraux et sur leurs conseils, les orangistes, même ceux dont la couleur s’est depuis longtemps estompée, s’engagent dans l’opposition interne au gouvernement belge, tout en conservant un caractère distinct.

5. La récupération du mouvement orangiste sur le plan intérieur

138Parmi les points de divergence entre orangistes libéraux et catholiques, la question de la participation active aux opérations électorales était une des plus délicates.

  • 212 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164. X. (sans doute le docteur Bovy) à Brandès, Liège, 9 juin 1833. (...)

139La longue attente d’hypothétiques événements extérieurs, qui viendraient mettre en difficulté le gouvernement à la tête du pays, pesait sur les orangistes et particulièrement sur le groupe libéral212. Déjà dès 1831, Renard et ses amis combattaient sur le plan intérieur l’Union catholico-libérale au pouvoir en soutenant, au moment des élections, des candidats de l’opposition libérale.

  • 213 Voir particulièrement le chapitre suivant : l’Union libérale.
  • 214 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, X. à Brandès, Liège, 6 juin 1833 : « Il faut bien le dire (les (...)
  • 215 Voir chapitre suivant.

140Les principaux animateurs de cette opposition, liés au Journal de Liége, cherchaient à donner une unité à ce mouvement encore très diffus213. En 1833, profitant du découragement qui s’empare des orangistes à l’annonce de la signature, le 21 mai 1833, d’une convention suspendant les hostilités entre la Belgique et la Hollande, ils proposent la constitution d’une Union libérale214 où, sous la direction d’un comité central constitué par les différents dirigeants des diverses tendances, tous les moyens d’influence et de propagande seraient mis ensemble pour la défense d’une liste commune215.

  • 216 A.R.A., Oorlog, no 259, Moens à Dibbets, Liège, 28 mai 1833 : « ses candidats appartiennent tous à (...)

141Tel quel, le projet est bien plus vaste que les opérations précédentes faites en toute liberté. S’il donne aux orangistes l’occasion de présenter leurs propres candidats, il les engage à soutenir à l’occasion des hommes qui, quoique de l’opposition, sont très éloignés parfois de l’orangisme216.

  • 217 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, 12 juin 1833. Il est très inquiet de cette proposition de même que (...)

142Cette proposition tombe en plein différend entre catholiques et libéraux orangistes et ne fait qu’attiser la mésentente. Le groupe catholique, qui remarque la base nettement anticléricale de cette Union, est d’avis de refuser d’y participer217.

  • 218 Même lettre, l’Industrie refuse en « disant qu’elle n’est pas le journal du comité ». Industrie, 2 (...)

143Au contraire, Renard, appuyé par ses amis libéraux, passe outre cet avis, entre dans le comité central et met L’Industrie au service de l’Union libérale218.

  • 219 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, X. à Brandès, Liège, 9 juin 1833 : « Il était bon que par un ac (...)
  • 220 A.R.A., Oorlog, no 264, baron de Crassier à Rottiers, Liège, 19 juin 1835 : « Si l’on eut suivi me (...)

144Cette attitude, qui fut suivie par beaucoup d’orangistes219, les mit dans des situations curieuses soutenant en 1833 Tielemans, ex-banni des Pays-Bas, et en 1834 Ernst, ministre de la justice220, mais ces épisodes se rapportent plus à l’étude de l’Union libérale que nous ferons dans le chapitre suivant. Ces circonstances, on s’en doute, contribuèrent à renforcer encore la confusion dans les rangs orangistes.

  • 221 A.R.A., Oorlog, no 264, Moens à Dibbets, Liège, le 25 mai 1835 : « Le parti orangiste de Liège par (...)

145Lors des élections législatives de 1835, les orangistes s’abstiendront de soutenir l’Union libérale. Le déroulement des négociations avec Renard pour reprendre L’Industrie et la nécessité de rassembler des fonds, avaient amené les orangistes libéraux à se rapprocher des catholiques. C’est sans doute pourquoi ils se plièrent à la théorie de ces derniers selon laquelle la meilleure façon d indisposer les libéraux contre la révolution est de leur laisser rencontrer des échecs221.

146La nouvelle équipe dirigeant l’Industrie ne résista pas longtemps cependant aux pressions qui étaient exercées pour que les orangistes reprennent une part active aux opérations électorales.

  • 222 Lafontaine, au nom de la direction de l’Industrie, convoque ses lecteurs et les orangistes à une r (...)

147En 1836, à l’occasion des importantes élections communales et provinciales, ils organisèrent des réunions pré-électorales pour définir la position à adopter222.

  • 223 Cette histoire d’instructions est mystérieuse. Nous n’en avons pas retrouvé le texte. Le baron de (...)
  • 224 Industrie, 4 mai 1836 et 5 octobre 1836.

148Le problème était délicat puisque les lois communale et provinciale imposaient la prestation d’un serment rappelant l’exclusion à perpétuité de la famille d’Orange-Nassau. Un document fit la décision. Cockerill, et ensuite les dirigeants de L’Industrie, firent état d instructions reçues de La Haye et autorisant la participation électorale223. Affirmant qu’un serment politique est absolument nul dans un Etat qui reconnaît la souveraineté du peuple, les orangistes participèrent comme électeurs et comme candidats aux élections communales224.

  • 225 A.R.A., Oorlog, no 266. Baron de Crassier à Rottiers, 4 août 1836.

149Quelques mois plus tard, à l’occasion des élections provinciales, la même attitude fut adoptée. Le baron de Crassier, sollicité pour présenter sa candidature, refusa avec hauteur225, mais le baron de Copis accepta et fut élu.

  • 226 A.R.A., Oorlog, no 266. Baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 12 octobre 1836.

150« Voilà donc M. le baron de Copis, Chambellan de Sa Majesté, et imbu des principes les plus monarchiques et les plus orangistes, livré corps et âme à la faction révolutionnaire. Sa bouche a proféré un serment que son cœur réprouve », s’exclame le baron de Crassier226.

151Il dénoncera, dans sa correspondance, le côté extrêmement dangereux de cette prise de position qui poussait les orangistes à se comporter exactement comme de simples opposants constitutionnels.

  • 227 Il s’agit des frères Ophoven, A.R.A., Oorlog, no 266, Moens à Dibbets, Liège, le 27 novembre 1836. (...)

152Effectivement, ce retour dans la vie publique d’un certain nombre de leaders orangistes n’est pas sans risque, d’autant plus que des collaborateurs de l’Industrie tirent les conséquences extrêmes de cette attitude qui poussent les autres à reprendre également des places dans l’ordre judiciaire, dans l’administration civile et militaire, sous le prétexte qu’ils pourraient y être plus utiles à la cause orangiste227.

  • 228 A.R.A., Oorlog, no 266, Moens à Dibbets, Liège, le 27 novembre 1836 : « Vous comprenez tous les da (...)

153Ces conseils concordent trop avec les désirs secrets des derniers partisans de la maison d’Orange pour ne pas être écoutés228, d’autant plus que leurs convictions politiques se sont effritées avec le temps et au gré des divisions.

  • 229 Ibidem, no 267, baron de Crassier à Rottiers, 26 janvier 1837.
  • 230 Idem, 27 mars 1837.

154Ainsi, les familles orangistes rentrent progressivement dans la vie publique et fréquentent les salons des « révolutionnaires ». Les exemples viennent de haut : les barons de Macors, de Senzeilles assistent au bal du comte Emile d’Oultremont229, avec qui la famille de Copis se réconcilie entièrement230.

  • 231 A.R.A., Oorlog, no 267, lettre à Rottiers, Liège, le 26 janvier 1837. Le baron de Crassier parle d (...)

155Souvent exalté, le baron de Crassier porte un jugement exact quand il estime que, c’est le fruit de « l’union libérale, union qu’on a d’abord couvert du voile électif et qui aujourd hui, en vain voudrait-on le dissimuler, est une véritable fusion »231.

156De fait, le prétexte de faire, au sein de l’Union libérale, de l’opposition au gouvernement, fut pour beaucoup d’orangistes une heureuse manière de sortir de l’impasse politique où ils se trouvaient.

  • 232 Les derniers fidèles n’arrivent pas à y croire : A.R.A., Oorlog, no 271, Crassier à Rottiers, 28 m (...)

157L’acceptation, en mars 1838, du traité des XXIV Articles par le roi Guillaume donnera le coup de grâce à un orangisme déjà bien moribond232.

  • 233 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 140-146.

158Seule l’Industrie continuera, pendant trois ans encore, pour un dernier carré de fidèles, à ressasser ses regrets233.

6. Conclusion

159L’orangisme, malgré les faiblesses et les divisions dénoncées, fut un phénomène politique très important qui a conditionné dans une large mesure toute la vie politique belge, et en l’occurrence la vie politique à Liège, de 1831 à 1839.

160L’étude des projets contre-révolutionnaires, — ce que l’on pourrait appeler la période « industrielle » — forgés par les orangistes, a montré, malgré la large surestimation qu’ils faisaient de leurs forces, que le mouvement constituait une menace sérieuse pour le nouvel Etat. On comprend mieux les raisons qui poussaient catholiques et libéraux partisans des nouvelles libertés constitutionnelles à maintenir leur union. La surveillance étroite et la pression qu’exerce le gouvernement sur les fonctionnaires s’explique aussi plus aisément.

161Même lorsqu’ils rentreront dans les rangs et céderont la direction du mouvement à d’autres personnes, les industriels gardent une attitude d’opposants au gouvernement. Par leur influence, l’attitude qu’ils professent n’est certainement pas sans déteindre sur une bonne partie de l’électorat.

162A nos yeux, la présence d’un groupe non négligeable de catholiques dans les rangs orangistes a des conséquences plus profondes encore. L’attitude de ces riches aristocrates, qui conservent leur part de prestige, le rôle que s’efforça de jouer l’abbé Moens dans ses écrits, battent en brèche le bastion de l’électorat catholique et ne doivent pas avoir été non plus sans influencer une partie de celui-ci.

163L’exemple d’un industriel aussi important que Henri Orban, dont l’attachement à la religion catholique n’a jamais été mise en doute, qui s’aligne sur les positions libérales anticléricales, et celui du baron de Copis, non moins catholique, qui se fait élire sur une liste libérale, sont à nos yeux caractéristiques de la profonde transformation d’attitude politique que ces sentiments orangistes ont pu produire dans une partie de l’électorat de confession catholique.

164En regroupant tous ces opposants sous leur bannière, les libéraux construisent la base de ce qui fera leur prépondérance dans les milieux politiques liégeois. Il nous faut étudier maintenant plus précisément cette union libérale ; le poids de l’orangisme nous y apparaîtra encore, pas toujours positif. La présence jusqu’en 1839 de partisans de la restauration et de « francs patriotes » côte à côte dans l’Union libérale, sera aussi un obstacle majeur à la constitution d’une organisation complètement soudée.

Notes

1 Voir introduction, pp. 17-23.

2 Exposé de la situation administrative de la province de Liège adressé au Ministère de l’Intérieur par le Gouverneur de la province de Liège (Baron Van den Steen), Liège, s.d. (1834), p. 34.

3 Journal de la province de Liège, 7 juin 1831.

4 De façon générale, tout au long de cette étude et dans les chapitres suivants, lorsque nous parlerons de réunionistes, nous ferons référence aux partisans du rattachement à la France.

5 P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, pp. 28-30. La situation économique n’était déjà pas particulièrement heureuse en 1830 avant les événements révolutionnaires. Le rôle joué, au cours de la révolution, par les ouvriers en chômage, a été mis en relief par R. DEMOULIN, La révolution de 1830, Bruxelles, 1950.

6 Le gouverneur de la province, de Sauvage, lance un appel au calme. Mémorial administratif de la province de Liège, 1830, t. 1, pp. 69-70.

7 Ibidem, 1830, t. 1, pp. 93-94. Les noms des membres de ce comité sont publiés dans P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, pp. 83-84.

8 Adresse au Congrès national de la Belgique, par le Commerce de Liège, 6 décembre 1830, 8 pages in-8°. Le texte en est publié par P. HARSIN, op. cit„ pp. 78-83.

9 Courrier de la Meuse, 11 décembre 1830 et Journal de la province, 1er janvier 1831, qui reproduit l’interprétation pro-française du Journal de Verviers.

10 La grande incertitude qui pesait sur le sort de la Belgique entraînait naturellement les citoyens dans cette valse d’hésitation. Elle ne touche pas seulement Liège mais a des répercussions dans tout le pays. Toutes les nuances de ces réactions psychologiques apparaissent particulièrement bien dans la correspondance d’un ancien commerçant bruxellois, Joseph Serruys. Cf. A. CORDEWIENER, La naissance de l’Etat belge à travers une correspondance privée, dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. 133, Bruxelles, 1967, pp. 14l-271.

11 Deux rapports orangistes anonymes, très objectifs, témoignent bien de cette hésitation : le premier de Gand (19 décembre 1830) signale qu’« à Liège (...) on y veut à toute force être réuni à la France, mais si cela ne peut se réaliser, on serait satisfait d’adopter pour chef, en désespoir de cause, si je puis m’exprimer ainsi, le Prince d’Orange ». Le second de Liège (31 décembre 1830) : « Le mécontentement était devenu presque général et nombre de personnes ne se gênaient pas de l’exprimer publiquement. Aussi l’opinion générale était-elle qu’une réaction était inévitable et prochaine ; mais la plupart pensaient qu’elle se manifesterait d’abord en faveur d’une réunion du pays à la France. » A.R.A., Staatssecretarie, Geheim 5740, F 1.

12 Nous reviendrons particulièrement sur cet aspect en étudiant la personnalité politique de John Cockerill. En 1833, pour fixer sa position, l’industriel liégeois Henri Orban posera une multitude de questions : « Y a-t-il quelque certitude d’une restauration ? La Hollande la permettrait-elle ? Le roi a-t-il des assurances de sa restauration de la part du roi de Prusse et des empereurs d’Autriche et de Russie ? Pourquoi, si le premier est bien disposé, a-t-il été assez lâche pour laisser prendre la citadelle ? Quel est l’état des négociations actuelles ? N’auront-elles pour résultat d’amener le roi à céder ? Ne craint-on pas que les mesures exercées par les flottes anglaises et françaises, si elles continuent impunément, suffiront pour réduire la Hollande et forcer le roi à tout accepter ? » (...). Rapport de Grégoire à van Doorn, Aix, 2 avril 1833. A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, publiée dans les Gedenkstukken der Al. geschiedenis, 1830-1840, t. V, pp. 232-237.

13 Cette attitude qui apparaît clairement dans les faits est rarement exprimée, sauf de nouveau par Orban en 1833 qui explique : « L’orangiste, qui est excité par son dévouement, a néanmoins des biens, des intérêts et une famillle souvent à conserver ; il n’ira pas, s’il voit le roi (des Pays-Bas) seul aux prises avec la France et l’Angleterre, se faire le champion aveugle d’une cause qui lui paraîtra aussi désespérée. Croyez-m’en, les sentiments chevaleresques ne sont plus de notre siècle, et aujourd’hui, l’homme le plus dévoué qui a quelque chose à perdre, ne consentira pas à exposer sa fortune et sa vie, s’il n’est pas frappé des chances assurées de succès que possède la cause à laquelle il est attaché. »

14 Cf. une lettre de N. Hennequin à Charles Rogier, datée de Liège, 12 janvier (1831) : « Il n’y a de sérieux ici que le parti français qui se compose, lui, d’affections et d’intérêts en masse. Ne nous le dissimulons pas ; sauf les fabricans de tabac et les imprimeurs éditant, tout le commerce est français ; sauf quelques esprits généreux qui comprennent l’honneur national, toute la jeunesse est française. » A.G.R., Papiers Rogier, no 247. Verviers était très certainement le noyau le plus actif de la propagande réunioniste. Dans le rapport anonyme cité ch. II, n. 11, sur la situation à Liège, datée du 31 décembre 1830, on lit : « Verviers et ses environs poussent le plus vivement à cette réunion ; des citoyens notables doivent être partis pour Bruxelles avec les députés au Congrès pour la demander d’une manière péremptoire. Le bourgmestre David a dit, en partant, à un de ses amis : « Nous insisterons sur notre réunion à la France et si nous le l’obtenons pas, nous préférons d’être sous la domination du roi Guillaume, ou du Prince d’Orange que sous celle de cette c... » Voici encore un bel exemple du balancement entre les deux tendances extra-nationales.

15 Jean LEJEUNE, La Principauté de Liège, 2e édition, Liège, 1949, pp. 195-196.

16 ARCHIVES PRIVÉES de M. le Professeur VAN DE WALLE, les lettres de Devaux, de Ducpétiaux, d Auguste Van de Walle, qui suivent ou qui viennent de terminer entre 1820 et 1830, leurs études à l’Université de Liège, témoignent de l’intérêt porté par les milieux universitaires liégeois à la politique intérieure française.

17 H. HEUSE, Pages de la petite histoire. France et Wallonie. 1789-1830. Liège, 1936, pp. 143-155 et G. de FROIDCOURT, Les conventionnels régicides réfugiés à Liège sous la Restauration. Thuriot de la Rosière et ses amis, dans Bulletin de la Société royale « Le Vieux Liège », no 115, novembre-décembre 1956, pp. 5-17.

18 F. DUMONT, L’irrédentisme français en Wallonie, de 1814 à 1831, Couillet, 1938, traite déjà de ces incidents, pp. 34-35 ainsi que L.L. GUILLAUME, Aux origines du mouvement wallon. Sentiment liégeois et sentiment français en 1830 et 1831, dans La Vie wallonne, 1949, pp. 17-34. Voir également J. STENGERS, Sentiment national, sentiment orangiste et sentiment français à l’aube de notre indépendance, dans Revue belge de philologie et d’histoire 1950, pp. 993-1029 et 1951, pp. 61-92.

19 « Ce que nous désirons, y lisait-on, le vœu que nous avons à soumettre, c’est la réunion de la Belgique à la France sous le sceptre de Louis-Philippe Ier. Là seulement est pour nous le salut. Là seulement nous trouverons la force et la richesse. Là seulement nous aurons une véritable indépendance. » Texte reproduit par le Journal de la Province, 3-4 janvier 1831.

20 Ibidem.

21 Politique, 3-4, 6 et 7 janvier 1831 ; Courrier de la Meuse, 2, 3-4 et 16 janvier 1831.

22 Ibidem.

23 Pour plus de détails concernant l’évolution du Journal de Liége, voyez notre Etude de la presse liégeoise, pp. 59 à 114 (Chap. III, La Presse libérale).

24 Voir plus loin, pp. 121 et suivantes. Pour plus de détails sur L’Industrie, voyez notre Etude de la presse liégeoise, pp. 115-146 (Chap. IV, La Presse orangiste).

25 L’une, ouverte dans les bureaux de l’Industrie, déclare : « L’indépendance n’est venue et ne peut venir à la Belgique que par la France. » Industrie, 16 janvier 1831. Une autre, rédigée par l’Association patriotique liégeoise qui a adopté une position réunioniste, recueille 250 signatures. Idem, 4 février 1831.

26 Journal de la Province, 26-27 janvier 1831.

27 Industrie, 4 février 1831.

28 Politique, Industrie et Journal de Liège, 5 février 1831. Seul l’organe catholique le Courrier de la Meuse, émet quelques réserves ; cette feuille craignait de voir la Belgique entraînée dans l’orbite de la France.

29 Témoin, l’attitude de la Société patriotique liégeoise qui demanda à ses membres de décider si, après le refus de la France « qui se dit notre amie (...), le seul moyen de nous sauver du provisoire et de fixer définitivement le sort de la révolution ne serait pas la réunion directe à la France ou l’établissement de la république ». Industrie, 18 février 1831.

30 Les rapports orangistes s’en réjouissent. Grégoire écrit au ministre hollandais de l’Intérieur van Doorn le 25 février 1831 : « Le parti français se trouve tout ébranlé et réduit aux abois du refus officiel du roi de France » et, le 28 février 1831, à propos des forces de ce parti : « ses espérances se sont évanouies. Cette opinion n’a plus de popularité ni de consistance ». A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Une lettre de Materne à Charles Rogier, sans date, mais vraisemblablement de la même époque, renferme la même opinion : « Le parti français s’agite, mais à Liège ses paroles n’ont presque pas d’écho dans les masses. Il ne vit que de déclarations et il se meurt déjà. » A.G.R., Papiers Rogier, no 247.

31 Jean-Baptiste Teste (Bagnols 1780 - Chaillot 26 avril 1852), élu député du Gard en 1830, il ne quitte cependant définitivement la Belgique qu’en 1832. Il devint ministre des travaux publics en 1842 et président de la Cour de cassation. Sa carrière fut brisée en 1847 par une condamnation pour concussion. Cf. Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne, t. 41, pp. 195-197 et U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1852, pp. 94-104.

32 Grégoire rappelle le fait à van Doorn dans une lettre du 15 juin 1832. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

33 « Une poignée seulement d’incurables et de dupes se trouve réunie et retenues encore par M. Teste. » Grégoire à van Doorn, Aix, le 28 février 1831. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

34 Sur la carrière proprement journalistique de Teste, voir Etude de la Presse. Eugène Laurent Renard-Collardin (Liège 1784 - 23 octobre 1852), après avoir été employé dans différentes maisons de commerce à Verviers, s’installe définitivement à Liège en 1827 et y reprend la direction de l’imprimerie de P.J. Collardin dont il a épousé la fille. Il aura, comme franc-maçon, une importante activité de publiciste sous le pseudonyme d’Eustache Lefranc. Biographie nationale, t. 19, col. 51-59 et U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1852, pp. 73-93. Il avait dès 1819 des sentiments francophiles très marqués. Cf. R. DEMOULIN, Un Liégeois entreprenant aux Pays-Bas en 1819, dans La Vie wallonne, 1954, pp. 231-248.

35 « Teste est un intrigant et flétrit son beau talent. Il n’est que trop vrai qu’il est salarié par le Ministère français et Mr. John Cockerill en a acquis la preuve positive par une personne qu’il a envoyée à Paris sous prétexte de solliciter une fourniture de sabre au Ministère, et par laquelle il a obtenu des lettres de recommandations de Teste lui-même près de ses intimes du Ministère et du parti de l’extrême-gauche. » Grégoire à van Doom, Aix, 24 février 1831, A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

36 Ernest (1790-1866) et Alphonse de Senzeilles (1787-1856), dans Annuaire de la noblesse belge, 1923,2e partie, p. 66. Joseph Forgeur (1802-1872), élu par Huy membre du Congrès national, membre du conseil communal de Liège de 1833 à 1842 et de 1862 à 1866. Sénateur élu par Liège de 1851 à 1872. Mémorial de la ville de Liège, pp. 142-143. Mathieu Closset-Wauters (1798-1876), membre du conseil communal de Liège de 1833 à 1838. Réélu en 1848 et échevin à partir de cette date. Bourgmestre de 1852 à 1857. Membre du conseil provincial à partir de 1865 et président de 1870 à 1873. Mémorial de la ville de Liège, pp. 99-100. Pierre S. Destriveaux (1780-1853), professeur de droit à l’Université de Liège depuis 1816. Membre du Congrès national, élu par Liège. Membre du conseil provincial à partir de 1836, membre de la Chambre, à partir de 1847. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1853, pp. 13-23. Adolphe Lesoinne (1803-1856), professeur extraordinaire à partir de 1835 et professeur ordinaire à partir de 1841, il enseigne la métallurgie à l’Ecole des Mines. A. LE ROY, Liber memorialis, col. 420-425. Son père, Maximilien Lesoinne, joua un grand rôle dans l’industrie houillère et métallurgique. Il meurt, député de Liège, le 26 décembre 1839. Son frère, Charles Lesoinne, sera député de Liège de 1843 à 1870. Cf. R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liège en 1843, dans La Vie wallonne, t. 36, septembre 1962, p. 165, n. 4. C’est chez Maximilien Lesoinne que s’était réfugié Teste au début de son exil. Cf. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1852, pp. 94-104.

37 Il n’est pas facile de rassembler ces noms. Pour ce faire, nous nous en sommes rapportés essentiellement aux notes, pas toujours très explicites, des orangistes dans la collection conservée aux A.R.A., Collection van Doorn, no 7 et Oorlog, no 257. De même qu’aux A.G.R., Papiers Rogier, 28 (à l’occasion des élections d’août 1831) et 247. Enfin, un comité directeur, dont nous allons parler est renseigné dans une lettre de H. Grégoire à van Doorn, ± 18 juillet 1831, publiée dans les Gedenkstukken.... t. IV, p. 137.

38 C’est le cas du Journal de la Province, futur Journal de Liège et du groupe d’hommes politiques qui gravitent autour de ce journal. Une autre méthode est aussi employée qui prouve bien qu’ils n’hésitent pas à avancer les projets les plus irréels pour marquer leur opposition. En 1831 et en 1832, ils soulèveront épisodiquement l’idée de la reconstitution de la Principauté de Liège en Etat indépendant. Voir notre Etude de la presse liégeoise, p. 64.

39 Voir p. 140.

40 Néoclès Hennequin, avocat libéral-unioniste, écrivait déjà, le 12 janvier 1831 à son ami Charles Rogier : « Qu’on ouvre des débouchés aux uns, qu’on prouve aux autres que la France ne veut réellement pas de nous, et tous vont devenir excellens belges (...). Les douanes tombées, vive la Belgique ! Les industriels deviendront patriotes, car dans le commerce, le parti français n’est que parti de l’argent français. » A.G.R., Papiers Rogier, no 247.

41 Le docteur Bovy, partisan orangiste, écrivait le 13 juin 1831, sous une forme déguisée : « Nous nous attendons ici à de nouvelles secousses, le parti français devient formidable. Il est d’autant plus à craindre qu’il se compose de deux tiers d’orangistes qui, sous ce masque trompeur, finiront par accomplir leurs desseins (...). » En copie dans une lettre de Grégoire à van Doorn, Aix-la-Chapelle, 14 juin 1831, A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

42 Le 15 juin 1832, Grégoire écrira encore au ministre de l’Intérieur du gouvernement hollandais van Doorn, à propos de Teste : « L’on doit attacher beaucoup de prix à lier à la bonne cause un homme qui a été seul capable par son influence de créer le parti français à Liège, dont la concurrence nous contrariait si vivement au commencement de 1831 (...). » A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

43 Ibidem, Grégoire à van Doorn, 27 juin 1831 : « M. John C. a fait partie naturellement du conseil dirigeant le mouvement français. Tous les membres qui le composent se sont engagés, sur l’honneur, à conserver le secret de leurs délibérations. »

44 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 28 juin 1831. Il précise : « Bruxelles, Gand et Anvers sont en dehors de ce complot. »

45 Lettre de Lebeau du 12 juin 1831. « A Liège, on doit arborer les couleurs françaises, et si on l’en empêche, ce sera par les mesures énergiques de Vandermeere lequel a déclaré qu’au moindre symptôme, il mettrait la ville en état de siège. » Souvenirs personnels et correspondance diplomatique, de J. LEBEAU, publiés par A. FRÉSON, p. 302.

46 Affiches conservées dans les ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre Public, 1.

47 Ibidem, et récit du Journal de la Province, 12 juin 1831.

48 Sur la presse, voir notre Etude. La seule manifestation concrète des réunionistes est le dépôt, à l’Hôtel de Ville de Liège, le 6 juillet 1831, en compagnie de patriotes extrémistes, d’une pétition exigeant le rejet des XVIII Articles. Le texte ne portait que 74 signatures. Journal de la Province et Courrier de la Meuse, 8 juillet 1831.

49 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 25 février 1831 et 28 février 1831. Déjà cité en p. 99, n. 1.

50 L’attitude de ce groupe en France est dénoncée dès le 5 janvier 1831 dans une lettre de Mme Adelaïde à Talleyrand : « Le parti ardent ici voudrait nous embrouiller dans les affaires de la Belgique et entraîner la France dans la guerre, en faisant demander la réunion par la Belgique et arborer la cocarde tricolore française ; il se flatte que cet entraînement serait irrésistible, mais il se flatte en vain. Mon frère a déclaré qu’il ne cèderait pas à cet entraînement Gedenkstukken, t. 2, 1830-1840, p. 134.

51 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Aix, le 9 juin 1832, Grégoire écrit à Van Doorn que Cockerill n’a pu voir Teste pour l’interroger « sur les vues du parti révolutionnaire français à l’égard de la Belgique. Il croit que M. Teste n’a d’ailleurs aucune relation avec les chefs de ce parti. Il appartient par ses opinions au juste milieu avec certaines modifications. Il ne fait plus aucune tentative pour réveiller ou plutôt faire renaître le parti de la réunion avec la France ».

52 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 9 et le 15 juin 1832.
L’Industrie du 27 août 1831 repousse la candidature aux élections provinciales de Charles Rogier. Il précise que ce candidat ne trouve « de recommandations pour que dans les journaux de Bruxelles ; et Liège n’a que trop souffert jusqu’ici des inspirations de la capitale ».

53 Henri Orban (Liège 1779 - 5 décembre 1846). Cf. F. CAPITAINE, Essai biographique sur Henri-Joseph Orban, Liège, 1858.

54 Joseph Lebeau rappelle dans une lettre à Charles Rogier, datée du 3 octobre 1830, la petite contre-révolution forgée par Orban, Rossius, Wilmar, etc. A.G.R., Papiers Rogier, no 245.

55 E. HUYTTENS, Discussions du Congrès national de Belgique. 1830-1831, t. 1, Bruxelles, 1844, p. 381 (séance du 11 décembre 1830). Orban démissionne pour se consacrer à la prospérité de ses établissements industriels.

56 Cf. le chapitre L’Union, pp. 80-81.

57 Jean-François Baron Lafontaine (Biesmerée, Namur, 1763 - Liège 19 décembre 1861). U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, pp. 55-57. Il rachètera l’Industrie en 1835. Le 15 août 1833, le comte de Borchgrave signalait au roi Guillaume l’attachement inviolable et les services que Lafontaine s’efforçait de rendre. A.R.A., Staatssecretaris, no 6164.

58 Henri Grégoire (Verviers 1795 - La Haye 3 octobre 1854), chargé des missions secrètes du gouvernement hollandais dans les provinces de Liège et de Limbourg, il deviendra référendaire puis conseiller d’Etat en service extraordinaire. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1854, pp. 23-24.

59 « Le comte de Clément de Berlaymont qui s’est retiré du parti révolutionnaire après l’affaire de Ste Walburge contre le général Daine en 1830 s est rallié au parti du roi Guillaume, notre Souverain, et désire que vous en soyez instruis. » Baron de Goër à de la Sarraz, château de Forêt près de Liège, 29 novembre 1832. A.R.A., Oorlog, no 258.

60 Lettres du Baron de Crassier à Rottiers, Liège, 22 janvier 1834, 9 février 1834, 12 octobre 1834. A.R.A., Oorlog, no 263 et 266.

61 J. BARTIER, Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, x, 1968, pp. 33-106.

62 Quoique principalement développées dans les écrits de l’abbé orangiste G. Moens, ces idées étaient partagées par un grand nombre de nobles qui s’abonnèrent à son journal Le Rappel. Parlant de ce journal Crassier dira le 16 décembre 1833, que « ses principes seront la légitimité en tous pays ». A.R.A., Oorlog, no 259.

63 Le gouvernement hollandais était déjà au courant des « dispositions des esprits dans la province de Liège » par un rapport anonyme daté du 31 décembre 1830. A.R.A., Staatssecretarie, Geheim, 5740, F 1 secret. John Cockerill envoyait au début de février 1831 Charles Michiels à La Haye pour parler en son nom « d’une affaire fort importante et pressée qui se rapporte à la houillère domaniale de Rolduc ». J. Cockerill à Hofman, secrétaire du cabinet du Roi, Liège, le 11 février 1831. A.R.A., Staatssecretarie, no 6164.

64 Henri Grégoire envoie son premier rapport à van Doorn dès son arrivée, lettre datée d’Aix-la-Chapelle, 21 février 1831, no 1. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

65 Hendrik-Jacob, baron van Doorn van Westcapelle (1786 - 18 janvier 1853), ministre de l’Intérieur du royaume des Pays-Bas depuis le 8 octobre 1830. VAN DER AA, Biographisch woordenboek der Nederlanden, t. 2, p. 83.

66 C’est ainsi que les originaux de cette correspondance se trouvent aux A.R.A., Collection van Doorn, no 7, mais que l’on en trouve de larges extraits dans le Staatssecretarie, no 6164 et 6165.

67 A.R.A., Collection van Doom, no 7. Toute la correspondance de Grégoire en témoigne. En février-mars 1831, l’homme de confiance de Cockerill est Lambermont, puis ce sera Duval.

68 Charles-James (1787-1838) et John Cockerill (1790-1840) avaient épousé deux Aixoises, filles Pastor. Charles-James s’est établi à Aix-la-Chapelle en 1825, où son père William vint mourir en 1832. Il avait monté une fabrique de machines textiles, et acquis un charbonnage près de Stolberg. John n’avait pas à Aix que des relations familiales ; il y avait acheté une mine de plomb et de zinc et avait monté à Münsterbusch une fonderie de zinc, noyau de la S.A. de Stolberg. J. LEJEUNE, Pays sans frontière, Aix-la-Chapelle - Liège - Maastricht, Bruxelles, 1958, p. 59.

69 Assez curieusement, nous n’avons retrouvé aucune notice, dans les grandes biographies néerlandaises, sur ce personnage qui pourtant, pensionné comme général-major d’artillerie, le 13 mars 1843, devint le 15 octobre 1843 ministre des affaires étrangères de Hollande, et le 1er janvier 1848, ministre d’Etat. Nous trouvons ces renseignements dans C. BUFFIN, Mémoires et documents inédits sur la Révolution belge et la Campagne de dix jours (1830-1831), Bruxelles, 1912, t. I, p. 175, n. 2, qui indique encore, certainement par erreur, qu’il est décédé à La Haye, le 2 mai 1847 (!). Buffin tenait ces précisions grâce à une « communication du ministre de la guerre néerlandais ». Une correspondance de La Sarraz, de 1830-31, est conservée aux A.R.A., Oolog, no 257-260.

70 Général Dibbets (baron Bernardus Johannes Cornelis) né à Arnhem en 1782, décédé à Maastricht le 29 mars 1839. Il maintient la garnison hollandaise à Maastricht, bien que les troupes belges se soient avancées dans le Limbourg hollandais. L. ROPPE, Nationaal biografisch Woordenboek, t. 2, pp. 174-175. Ces lettres figurent dans le Fonds. A.R.A., Oorlog, no 257 à 281.

71 Guillaume Moens (Saint-Trond 1795 - Jemeppe-sur-Meuse 15 août 1861). Aumônier du collège royal, chargé de l’enseignement religieux depuis 1828, il se voit retiré ces fonctions en 1833 pour avoir refusé de se présenter à un examen écrit devant le synode diocésain. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1861, PP. 66-72.

72 Sa correspondance constitue une bonne part du fonds d’archives conservé aux A.A.R., Oorlog, no 257 à 280.

73 La première lettre est datée du 16 décembre 1833. A.R.A., Oorlog, no 259. Il poursuivra sa correspondance jusqu’en 1839. Il est vraisemblable qu’il s’agit de Rottiers (Bernard-Eugène-Antoine), militaire et archéologue, né à Anvers en 1771 et mort à Bruxelles le 6 juillet 1858. Il était colonel et à la révolution de 1830, il « ne prit pas part aux hostilités entre les Pays-Bas du Nord et du Sud. Il passa ses dernières années à Bruxelles ». Le colonel Rottiers n’a jamais servi dans l’armée belge. Biographie nationale, t. 20, col. 196-197.

74 Morel (Charles, C.A.J.), directeur de la Société Générale à Bruxelles, voir Gedenkstukken, 1830-1840, t. V, p. 432, n. 2.

75 La correspondance de Morel à X, sous forme chiffrée, mais décodée, indique bien que c’est par lui que passent les principales instructions. Il reçoit notamment à partir de 1834 sans doute, le subside global au mouvement orangiste (lettre du 16 février 1835). Malheureusement, les lettres conservées sont peu nombreuses. Elles se trouvent aux A.R.A., Staatssecretarie, no 6373. Plusieurs rapports de sa main, datés de 1831 sont conservés aux A.R.A., Staatssecretarie, no 6165. D’après un document non daté mais vraisemblablement de la même époque, l’Association orangiste de Bruxelles avait déjà alors un subside de 4.000 florins.

76 Nous ne possédons pas les instructions données par le gouvernement hollandais aux orangistes liégeois, ni même aux correspondants attitrés tel que Grégoire. Tout au plus quelques notes marginales ou minutes de van Doorn au bas des lettres de Grégoire pour la période de 1831 nous en indiquent-elles le sens.

77 Le 4 mars 1831, par exemple, van Doorn écrivait : « Je pense toujours que le moment n’est pas venu pour l’ouverture de notre établissement et qu’il faudra patienter jusqu’à ce que nous ayons de meilleures nouvelles de nos actionnaires établis dans d’autres villes ; celles de l’étranger sont d’ailleurs toujours à la guerre. » A.R.A., Collection van Doorn, no 7, et plus tard, en décembre 1831. une députation de Liégeois à La Haye, sollicitant de passer à l’action, recevra encore l’instruction de « rester impassible ». Grégoire à van Doorn, Aix, le 30 décembre 1831. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

78 Des pièces comptables sont éparses dans les dossiers. A.R.A., Oorlog, no 258, 259, 260, 263, 264. Les termes utilisés sont généralement les suivants : « fondsen voor secrete uitgaven », « Fondsen van wegen het departement van Oorlog tot het doen van geheime uitgaven ». Nous en donnons le détail plus bas.

79 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 21 février 1831 et le compte de débours signé par John Cockerill, le 17 mai 1831, dans la lettre de Grégoire à van Doorn de la même date.

80 Voir détails plus loin, p. 139.

81 Van Doorn écrivait par exemple au directeur du département de la guerre, le 18 février 1832 : « Ik heb de eer Uw Excellentie te informeren dat Zijne Majesteit toegestemd heeft in het namen van vijf en zeventig abonnementen in het dagblad l’Industrie voor het volgend kwartaal ».

82 Le 2 octobre 1832, le général Chassé avait envoyé depuis la citadelle d’Anvers un rapport très secret intitulé : « Balans strekkende tot voorlopige verantwoording der ontvangen fondsen tot het doen van Geheime Uitgaven op de Citadel van Antwerpen », où il fait le détail de l’emploi des 6.000 florins qu’il a distribués en 1832 (A.R.A., Oorlog, no 258). Il date de Bergen-op-Zoom, le 20 septembre 1833, un autre rapport « Rekening en verantwoording der Fondsen welke van wegen het departement van Oorlog tot het doen van Geheime ontvangen zijn in 1832 en 1833 » où il reprend le compte précédent (A.R.A., Oorlog, no 260).

83 Le lieutenant-général Van der Cappelen (1781 - 23 mai 1854) avait, depuis le mois d’octobre 1830, le commandement de la place forte de Bergenop-Zoom. Il prendra le commandement de Maastricht en 1839, remplaçant le général Dibbets. VAN DER AA, Biographisch woordenboek, t. III, pp. 52-53. Il écrivait de Bergen-op-Zoom le 9 mars 1833 au ministre van Doorn : « Ik heb de eer gehad te ontvangen Uwer Excellentie missive van de 13e february Geheim door welk ik van wegens Zijne Majesteit gemagtig woordt om uit de ter mijne beschikking zijn de fondsen voor secrete uitgave te betalen aan de heer Hoffman » (propriétaire du Journal du Commerce d’Anvers). A.R.A., Oorlog, no 259.

84 Nous avons retrouvé aussi le décompte des fonds secrets distribués du 1er janvier au 30 mars 1833 par le général-major Wildeman. A.R.A., Oorlog, no 259.

85 Voici les sommes attribuées respectivement par trimestre aux différents quotidiens orangistes : Messager de Gand : 567 florins ; Lynx : 661 fl. 50 ; Journal du Commerce d’Anvers : 720 fl. et Industrie : 448 fl. 42, soit un total de 2.296 fl. 92 par trimestre ou 9.187 fl. 68 par an. A.R.A., Oorlog, no 264. Dossier transmis par le général Dibbets le 14 mai 1835, ibidem, no 259, Baron van der Cappelen au Directeur de la guerre, Bergen-op-Zoom, 20 septembre 1833. Pour la manière dont le propriétaire de l’Industrie, Laurent Renard, se laissa séduire par les subsides orangistes, voir plus loin pp. 149-150.

86 Par exemple, les rédacteurs du Messager de Gand, Froment et Michel de Brialmont, reçoivent respectivement le 2 février 1832, 300 et 200 florins. A.R.A., Oorlog, no 260. Rapport de Chassé du 20 septembre 1833 et Dobelin, ancien rédacteur de l’Industrie, reçoit 300 florins le 16 juin 1834. A.R.A., Oorlog, n” 264, rapport de Dibbets, 14 mai 1835.

87 Le mieux nanti de tous fut très certainement l’abbé Moens qui, outre une gratification trimestrielle de 300 florins qu’il réussit à se faire attribuer pendant longtemps, recevait aussi des sommes variables de 400 à 750 florins pour ses diverses publications. A.R.A., Oorlog, no 264, rapport de Dibbets, 14 mai 1835.

88 Ainsi, Lafontaine, ancien commissaire de district de Waremme, révoqué en 1830, reçoit une gratification de 500 florins en septembre 1833. Cette somme n’est pas indiquée dans les comptes de Dibbets et a donc dû être acheminée par une autre voie. A.R.A., Staatssecretarie, no 5751, juin 15, Q 17. Ce dossier contient trois lettres de Lafontaine et la décision du ministre de l’Intérieur.

89 Le Liégeois Lambermont, ancien homme de confiance de Cockerill, victime des pillages de mars 1831 et complètement ruiné, reçoit une aide de 2.000 florins en janvier 1832. A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 31 décembre 1831. Note manuscrite de van Doorn : « f. 2.000 aan Lambermont ». Cette somme ne figure pas non plus dans les comptes de Dibbets ; elle a dû être remise directement par Grégoire.

90 Le colonel Rottiers reçoit 750 florins le 12 juillet 1833 ainsi que 45 francs pour ses frais. A.R.A., Oorlog, no 259, rapport du général Dibbets « Rekening en verantwoording van Geheime uitgaven. 3 kwartaal 1833 ».

91 Nous avons vu que les rapports des généraux ne comptabilisent pas toutes les sommes accordées par le gouvernement hollandais qui avait d’autres voies pour les faire parvenir.

92 Nous possédons quelques relevés partiels des comptes du général Dibbets, celui pour le 3e trimestre de 1833 (A.R.A., Oorlog, no 259), et du4e trimestre 1833 (ibidem, no 263). Dans le dossier Oorlog, no 264, le relevé constitué le 14 mai 1835 par le général Dibbets, à la demande du roi, couvre l’ensemble de la période de 1832 à 1834 (4e trimestre) mais est particulièrement destiné à vérifier les sommes attribuées à l’Industrie, A.R.A., Oorlog, no 264.

93 A partir de 1834 déjà, le Roi se montre plus pointilleux en face des demandes des Liégeois et particulièrement de l’abbé Moens. Le secrétaire du roi écrit le 14 février 1834 au directeur du département de la guerre « aan den Abt Moens, eene personnelle gratificatie, voor eens, van vijfhonderd Glds, te doen vertrekken ». A.R.A., Oorlog, no 267.

94 Morel écrivait, le 16 février 1832 à X (vraisemblablement Grégoire rentré à La Haye), une lettre chiffrée dont le décodage a été fait : « Dans l’attente d’un incident si désiré, écrivait-il, Morel suppose que l’intention de La Haye est de continuer à soutenir la guerre des journaux si opiniâtrement faite en Belgique. Pour cet effet, il réclame pour 1836 la continuation du subside total de 30.000 florins (le code employé est DN4 soit D = 3, N = 0 et l’exposant le nombre de zéros = 30.000) à appliquer à peu près comme l’an dernier. » A.R.A., Staatsseccetarie, no 6373.

95 C’est encore le rusé abbé Moens qui bénéficie de ces exceptions. Il reçoit 500 florins en décembre 1836, 600 en mai 1837 et 250 en juillet 1838. A.R.A., Oorlog, no 267, Dibbets au directeur du département de la guerre, le 26 décembre 1836. Ibidem, no 268, van Doorn, au même, le 16 mai 1837 et ibidem, no 272, Dibbets au même, 12 juillet 1838.

96 Dans sa lettre à X (Grégoire), Morel écrivait encore le 16 février 1836 à propos des nuances orangistes à Liège : « Il y a presque dans toutes une tendance si prononcée à se soustraire à l’influence de l’association nationale de Bruxelles et à ne le reconnaître que quand il est besoin des subsides (...). » A.R.A., Staatssecretarie, no 6373.

97 L’on voit par l’attribution, en juillet 1838, de subsides à Moens (note 95) que ces versements se prolongèrent au-delà du moment où le roi avait pris la décision de reconnaître le traité des XXIV Articles.

98 Cf. A.R.A., Kabinets des Konings, no 4352. Une lettre de Grégoire au directeur du cabinet, du 15 octobre 1884 et une note du même en marge d’une lettre à Ophoven à Grégoire du 24 novembre 1844. Nous donnons le détail des bénéficiaires, p. 145 de notre Etude de la presse.

99 La copie de la déclaration d’Orban portant les noms des 45 personnes qui ont signé, est envoyée par Grégoire à van Doorn, le 24 février 1831. Il en a expédié une autre copie à l’ambassadeur des Pays-Bas à Londres. Relevons dans la déclaration, cette phrase significative : « On connaît la volonté unanime et immuable des cinq grandes puissances ; on sait qu’il n’est qu’un seul moyen d’assurer l’intégrité du territoire et d’éviter le démembrement du pays ; et ce moyen, on le repousse, parce qu’il froisse les intérêts individuels de quelques ambitieux. On aime mieux attirer sur la Belgique les maux et la honte d’une occupation étrangère ou les horreurs de la guerre étrangère ; on veut à tout prix rester au pouvoir, quelques semaines de plus (...). » A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

100 Ibidem, Grégoire à van Doorn, Aix, le 28 février 1831. A.R.A., Collection van Doom, no 7.

101 Les journaux n’y font que de petites allusions. Courrier de la Meuse, 21-22 février et 25 mars 1831. Le directeur du Politique Lignac, n’a des échos de cette démarche que trois jours plus tard, le 21 février 1831. Lettre à Charles Rogier, A.G.R., Papiers Rogier, no 248.

102 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 24 février 1831. Elle incite Orban à secouer « sa timidité habituelle ». Ibidem, Grégoire à van Doorn, 28 février 1831.

103 Ibidem, Grégoire à van Doorn, 28 février 1831. Le découragement de Bruxelles et de Gand est également dénoncé dans une lettre du 15 mars 1831 de Gréban à Van Maanen. Gedenkstukken, t. IV, p. 439.

104 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 28 février 1831.

105 La note de débours porte « 1600 fusils à 13 florins : 20.600 fl. ; 4000 lances à 1 fl. 50 : 6000 fl. ; 900 drapeaux avec leurs bâtons à 85 cts : 765 fl. (...) ; munitions, poudres, balles, etc. : 1500 fl. ». A.R.A., Collection van Doom, no 7, Aix-la-Chapelle, 17 mai 1831. Signé John Cockerill.

106 « Mr Orban et lui envoyent une 20ne d’individus tous les jours dans cabarets pour y faire des prosélytes en faveur de la cause du Roi. » A.R.A., Collection van Doom, no 7, Grégoire à van Doorn, 24 février 1831.

107 Nous aurons l’occasion tout au long de cette étude de remarquer cette tendance à grossir l’importance du mouvement aux yeux du gouvernement hollandais. Les tentatives faites par les orangistes pour soudoyer plusieurs généraux de l’armée belge ont été étudiées par J. LECONTE, Le Général Daine a-t-il trahi en août 1831 ?, Bruxelles, 1938, VII, 138 pages. Nous apportons ci-après plusieurs précisions inédites, notamment sur l’attitude de Daine.

108 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 21 février 1831. Sur le Général A.F. Mellinet, voir L. LECONTE, Le Général A.F. Mellinet et sa brigade « La Victorieuse », 2 vol., Bruxelles, 1947.

109 Ibidem.

110 Ibidem, lettre du 1er mars 1831.

111 A.R.A., Oorlog, no 256. Note datée de Liège, 27 mars 1831, transmise par le colonel de la Sarraz.

112 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Minute de van Doorn, datée du 4 mars 1831. « Je pense toujours que le moment n’est pas venu pour l’ouverture de notre établissement et qu’il faudra patienter jusqu’à ce que nous ayons de meilleures nouvelles de nos actionnaires, établis dans d’autres villes ; celles de l’étranger sont d’ailleurs toujours à la guerre (...). »

113 John Cockerill consacra 10.000 florins à la création de L’Echo. A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Reconnaissance signée par J. Cockerill. Pour plus de détails sur ce petit journal voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 119-120.

114 Renseignements tirés du Rapport de M. Vercken ainé, commandant général de la garde urbaine liégeoise sur les événements des 28 et 29 mars 1831, remis à Messieurs les Bourgmestre et Echevins, 7 pages (1831) (conservées au M.V.W., lettre M, no 28099-54 H) qui dit notamment pour se justifier des reproches de mollesse : « La sympathie des masses était acquise à ceux que nous aurions dû combattre. » Les accusations sont formulées dans les Observations de M. Behr, chef de la légion nord de la garde urbaine sur le rapport publié par M. Vercken aîné, commandant de la dite garde, une page (1831) (conservée au M.V.W., lettre M, no 40800-54 H).

115 Grégoire semble lui-même avoir interrompu sa mission et s’être rendu, à la suite de ces événements, à La Haye. Sa correspondance ne reprend que le 26 avril 1831 et, ce qui est significatif, la lettre porte à nouveau le numéro 1.

116 La correspondance de Grégoire à van Doorn en témoigne dans presque toutes les lettres (A.R.A., Collection van Doorn, no 7). De même, le colonel de la Sarraz, informateur pour les questions militaires, ne jure que par Cockerill. A.R.A., Oorlog, no 257. L’abbé Moens fut longtemps totalement conquis par John Cockerill « dans lequel nous avons une confiance illimitée et que nous désirons voir figurer à la tête de tout ». A.R.A., Oorlog, no 258. Lettre de Moens à Dibbets, Liège, 25 novembre 1832.

117 A l’exception de quelques reconnaissances pour subsides reçus comme celle du 17 mai 1831, tout ce que nous savons des opinions de Cockerill est transcrit, parfois mot à mot, par Grégoire à van Doorn, A.R.A., Collection van Doom, no 7.

118 Voir plus loin pp 151,152.

119 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 17 mai 1831.

120 Voir plus haut, ch. II, n. 43.

121 Ibidem, copie d’une lettre du docteur Bovy à Grégoire, expédiée par ce dernier, le 14 juin 1831, à van Doom, ainsi que les lettres de Grégoire à van Doorn, les 19 et 27 juin 1831.

122 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire écrivait à van Doorn, le 6 juillet 1831, que Cockerill craignait que le Roi et le ministre de l’Intérieur « ne fussent disposés à se méprendre sur la constance et la vérité de ses sentiments, en le voyant prendre part à un mouvement français, et qu’ils ne tinssent pas compte de ses intentions droites et invariables dans le cas où ce parti ne triompherait pas et que les vainqueurs viendraient à saccager ses établissements. Voilà la seule inquiétude de ce brave serviteur du Roi et je l’ai apaisée (...) ».

123 Le 13 juin 1831, Grégoire s’inquiète du fait qu’il n’a plus reçu d’instructions de van Doorn depuis le 26 mai. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

124 Ibidem, minute de van Doorn au verso de la lettre.

125 L’avis exprimé par John Cockerill et rapporté par Grégoire à van Doorn, Aix, le 27 juillet 1831, à 10 h. ¾ du soir (n° 60) est « qu’il est évident que l’on ne pouvait commencer trop vite. Il ne faut pas laisser à Léopold le temps de se consolider, de se créer des partisans à l’armée et dans les villles qu’il se propose de visiter ». A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

126 Dans une des premières réunions d’orangistes à Bruxelles, Cockerill affirmait, le 14 juillet 1831 « que les moyens préparés à la longue à Liège et depuis longtemps pour y préparer une réaction étaient prêts et qu’on pouvait y compter avoir 20.000 hommes armés à sa disposition ». Communication de M. de Bruine, partie de Bruxelles le 16 juillet, arrivée le 17 au soir au Q.G. du prince Frédéric à Bréda, retransmise au Roi et arrivée le 28 à La Haye. A.R.A., Staatssecretarie, Geheim, 5744 - 28 juillet 1831, Q 23 bis.

127 Grégoire à van Doorn, La Haye, ± 18 juillet 1831, Gedenkstukken, t. V, p. 533.

128 Avis exprimé dans les lettres citées en notes 126 et 127, et transmis aussi par le colonel de la Sarraz, Aken, 20 july 1831. A.R.A., Oorlog, 20 july 1831. A.R.A., Oorlog, no 247.

129 H. Grégoire à van Doorn, La Haye, 18 juillet 1831, publiée dans les Gedenkstukken, t. IV, pp. 532-533.

130 Le 14 juillet 1831, Grégoire annonçait à van Doom que Daine avait quitté Liège pour rejoindre son Q.G. « Voilà encore une belle occasion manquée pour savoir en définitif (sic) à quoi s’en tenir avec ce misérable. Je ne crains pas de faire tort à son honneur en le soupçonnant très fort de chercher à gagner du temps, à esquiver tout engagement formel, et à éviter toute démarche qui puisse le compromettre. » A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

131 H. Grégoire à van Doorn, La Haye, 18 juillet 1831, lettre publiée dans les Gedenkstukken, t. IV, pp. 532-533.

132 Grégoire à van Doorn, Aix, le 22 juillet 1831. A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

133 Ibidem, lettre du 24 juillet 1831. Grégoire précise en soulignant « Je pense toutefois que ce serait trop hasardeux dans une affaire aussi grave que d’ouvrir la campagne, avant que SM. n’ait reçu l’avis que le traité avec D. est signé ».

134 Le 27 juillet 1831, à 10 h. ¾ du soir (document no 60) Grégoire fait savoir à van Doorn : « Daine, le misérable Daine, après avoir donné sa parole d’honneur, après avoir consenti hier encore jusqu’à 3 heures de l’après-midi à servir la restauration, s’est tout à coup rétracté. Il n’a pas voulu s’engager. » Dans une longue lettre de la même date (document no 61) Grégoire raconte les détails de l’entrevue qu’il tient de James Cockerill et y joint la copie du projet de contrat soumis à Daine. A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Cette lettre tranche un débat latent entre historiens belges depuis 1938. Dans son ouvrage, Daine a-t-il trahi en août 1831 ?, Bruxelles, 1938, J. Leconte avait cherché à disculper le général. Dix ans plus tard, le vicomte Terlinden, La campagne des dix jours (2-12 août 1831) dans la province de Limbourg d’après des documents inédits, dans Miscellanea J. Gessler, t. 2, 1948, pp. 1190-1196, rejette la thèse de Leconte et condamne Daine sur la foi de la lettre de Grégoire du 18 juillet 1831, publiée dans les Gedenkstukken, t. IV, pp. 532-533. On voit ce qu’il faut en penser.

135 Lettre no 61 citée plus haut.

136 Lettre no 60 citée plus haut.

137 H. Grégoire à van Doorn, Aix le 31 juillet 1831. Les personnes à neutraliser sont « Tielemans (le gouverneur), Vandermeere (commandant militaire de la province), Bayet frères, Vercken, Hubart et quelques autres meneurs dangereux et grands coupables » (document no 65). A.R.A., Collection van Doorn, no 7.

138 Vicomte TEKLINDEN, La campagne des dix jours (2-12 août 1831) dans la province de Limbourg d’après des documents inédits, dans Miscellanea J. Gessler, t. 2, 1948, p. 1192.

139 Relation complète de ces événements dans une lettre de H. Grégoire à van Doorn du 11 août 1831 (Aix). A.R.A., Collection van Doorn, no 7 et confirmée indirectement par les informations du colonel de la Sarraz du 7 et 9 août 1831. A.R.A., Oorlog, no 257. Grégoire raconte : « Le lendemain matin (9 août), les quais, les rues, les places publiques furent remplies des débris des régiments infanterie et cavalerie. La présence de ces troupes qui restèrent en ville le mardi (9) et en partie le mercredi jusqu’au jeudi matin (car, au moment de mon départ à 11 h. 15 du soir hier, elles y étaient encore) devint un nouvel et inévitable obstacle à l’exécution de nos projets. »

140 Grégoire écrivit à van Doorn, Aix le 15 août 1831 « On dit que Daine est arrêté parce qu’on prétend qu’il a trahi ».

141 A.R.A., Staatsssecretarie, no 6164. Grégoire à van Doorn, 7 et 9 novembre 1831.

142 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 29 novembre 1831 : « il faut se sentir bien dénué de moyens pour demander à M. Cockerill 1500 ouvriers pour Bruxelles ».

143 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, Grégoire à van Doorn, 9 novembre 1831.

144 A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 5 décembre 1831. Annonce le prochain départ de 3 Bruxellois (non nommés), Renard-Collardin et lui-même pour remplacer J. Cockerill. A propos du plan « Mr Cockerill m’a dit qu’il (en) répondait sur sa tête ».

145 Ibidem, Grégoire à van Doorn, lettre du 15 décembre annonçant le retour à Aix et du 23 décembre 1831 : « Il est fâcheux que des considérations tranchantes forcent les amis de la bonne cause à quitter le soulèvement, car la nouvelle du refus de ratification de la part de l’empereur de Russie fait une telle sensation en Belgique, démoralise tellement les partisans de la révolution. »

146 A.R.A., Staatssecretarie, no 6115, Grégoire à van Doorn, 16 février 1832.

147 A.R.A., Oorlog, no 258, Moens au général Dibbets, 17 septembre 1832 et Gedertkstukken, t. V, p. 136, Morel à Van Gobbelschroy, Bruxelles 12 septembre 1832 : « Comme je déplore l’absence de Cockerill ! Ce coin de Liège m’inquiète (...). »

148 C’est Lambermont, alors homme de confiance de Cockerill, qui, rappelons-nous, avait été chargé en février 1831 de l’achat d’armes — 1.600 fusils avec les crédits de Cockerill. En 1835, il reprit contact avec le gouvernement hollandais pour restituer ce dépôt conservé au quai Saint-Léonard et tous les accords semblaient avoir été pris pour transférer les armes à Maastricht mais il n’avait encore rien fait lorsqu’il se suicida, le 22 novembre 1837, dans le jardin de sa demeure à Avionpuits près d’Esneux (A.R.A., Oorlog, no 264, Lambermont au général Dibbets, Maastricht 22 août 1835 ; Dibbets au directeur général de la guerre, Maastricht 23 août 1835 et Dibbets à l’abbé Moens, minute du 10 septembre 1835 ; enfin A.R.A., Oorlog, no 269, Moens à Dibbets, Liège, 25 novembre 1837).

149 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 29 avril 1831.

150 Au mois de mai 1831, les orangistes envisageaient d’envoyer une députation composée d’industriels des grandes villes auprès de la Conférence de Londres. James Cockerill était prêt à en faire partie comme représentant de Liège où il avait conservé beaucoup d’intérêts ; mais le projet fut abandonné, sans doute précisément à cause de la difficulté de coordination entre les délégations des différentes villes. A.R.A., Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, 5, 6 et 13 mai 1831.

151 Gedenkstukken, t. IV, p. 533, no 1. Lettre de Grégoire à van Doorn, ± 18 juillet 1831.

152 Le billet portait les noms suivants : « Senzeilles, président, un autre Senzeilles, frère du précédent, Renard-Collardin, Elias, Georges Michiels, Cockerill, l’avocat F. Behr, Charles Behr, l’avocat Forgeur, Destriveaux, Léon Wilmar ». Gedenkstukken, t. IV, p. 533, no 1.

153 Journal de Liège, 21 juillet 1831.

154 Les frères Senzeilles sont directement liés aux tentatives faites en juin 1831 par les orangistes pour soudoyer le général Daine. Voir plus haut, p. 144.

155 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 122-123.

156 A.R.A.,Collection van Doorn, no 7, Grégoire à van Doorn, Aix, 4 octobre 1831.

157 Sur les subsides du gouvernement hollandais à la presse belge, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 115 à 146 (Ch. IV. La presse orangiste).

158 Grégoire est assez jaloux de l’influence que pourrait jouer l’Association nationale sur le Comité liégeois. Gedenkstukken, t. V, pp. 136-137. Lettre de Morel à Van Gobbelschroy, La Haye, 12 septembre 1832.

159 L’association nationale de Bruxelles est composée de Morel, Van Gobbelschroy, le prince d’Arenberg, le marquis de Trazegnies (père). A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, 28 juin 1831. Il faut y ajouter le nom de l’avocat Stevens. Ibidem, 30 décembre 1831.

160 A.R.A., Collection van Doorn, no 7. Grégoire à van Doorn, Aix, 30 décembre 1831. En annexe figure le règlement élaboré par le comité central qui dénote un goût très net pour le formalisme institutionnel.

161 Ibidem.

162 Gedenkstukken, t. V, p. 109, Morel à Van Gobbelschroy, La Haye, 12 août 1832.

163 A.R.A., Staatssecretarie, no 6373, Morel à X. Document chiffré du du 16 février 1836. « Il y a dans presque toutes (les nuances orangistes à Liège) une tendance si prononcée à se soustraire à l’influence de l’association nationale de Bruxelles et à ne le reconnaître que quand il est besoin de subsides, que dès longtemps le comité central a jugé devoir s’abstenir d’intervenir dans les petits démêlés domestiques des orangistes de Liège. »

164 Gedenkstukken, t. V, pp. 95-96, Morel à Van Gobbelschroy, Liège. 17 juillet 1832. « La seule chose évidente, c’est que la matière exploitable abonde et est excellente, mais qu’on a abandonné sans restriction le soin de la mettre en œuvre à Cockerill et à Grégoire. » Morel parle d’une « ignorance réelle que je tremble à présent de retrouver presque dans le lieutenant (Grégoire) et même (qui sait ?) dans Cockerill ». Il termine par cette phrase qui caractérise bien, selon nous, la volonté habituelle des orangistes de tout peindre en rose : « N’allez pas maintenant raconter cela à l’association nationale (de Bruxelles) ; au contraire, dites que j’ai été fort content des dispositions. »

165 Ibidem, p. 98, Morel à Van Gobbelschroy, Aix, 24 juillet 1832, après son entrevue avec Grégoire.

166 R DEMOULIN, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges (1815-1830), Liège-Paris, 1938, pp. 162-164 et annexes, pp. 377-380.

167 Tout ce qui précède a été analysé du point de vue de l’orangisme. Le dernier point est relaté dans une lettre de Grégoire à van Doom du 15 mai 1831 (A.R.A., Collection van Doorn, no 7), Cockerill s’est entretenu longuement de ce projet avec Lord Ponsonby. Le gouvernement a refusé « comme il s’y attendait. C’était un prétexte qu’il voulait se procurer pour rester impunément en observateur à Bruxelles » !!! Est-il raisonnablement croyable que Cockerill ait risqué de se voir prendre au mot pour pour un motif aussi futile et pour lequel il aurait pu trouver de multiples explications ? Pour nous, ce texte est décisif pour juger de la valeur des prétextes que Cockerill donne de ses diverses attitudes au gouvernement hollandais.

168 En décembre 1831, Cockerill fut accusé de trahir la cause au profit de ses intérêts financiers. Renseignements d’une dame Colinet de Bruxelles, transmis par le colonel de la Sarraz au directeur du département de la guerre. Aken, den 21ste December 1831. A.R.A., Oorlog, no 257, mais le ministre de l’Intérieur refusa d’y croire. Van Doorn à Hofman, secrétaire du Roi, La Haye, 28 décembre 1831. Ibidem.

169 Avis de White, auteur de Belgian Revolution, à Lord Ponsonby, reproduit dans Gedenkstukken, t. 1, 1830-1840, p. LXVIII.

170 « L’on se tromperait, disait Orban, en avril 1833, si l’on croyait que la Belgique est dans l’état actuel dénuée des ressources que le commerce et l’industrie procurent, et si l’on espérait la mener à la longue par un excès de misère à rentrer en communauté avec la Hollande. L’industrie se soutient plus et mieux que je ne le présumais. Je puis en parler par expérience. L’on ne fait plus les mêmes bénéfices qu’autrefois, mais l’on en fait encore, et je ne doute pas maintenant que si l’ordre actuel se consolidait, l’on se trouverait en état pour les fers, les cotons et les houilles de lutter contre ces produits de l’industrie de l’Angleterre ». A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, Grégoire à van Doorn, Aix, 2 avril 1833. Publiée dans Gedenkstukken der Al. geschiedenis, 1830-1840, t. V, pp. 232-237.

171 A.R.A., Oorlog, no 258. Moens à Dibbets, Maastricht, le 17 septembre 1832 : « Le comité de Liège se réunit tous les jours ; j’y ai entendu des plaintes contre la longue absence de M. K... (Cockerill) et pour cause. »

172 Ibidem, no 263, Rottiers à Dibbets, Eupen, le 11 juillet 1834. « Le gouvernement révolutionnaire croit que le sieur Co... (Cockerill), va, par sa rétraction Publique, opérer des merveilles dans l’esprit public » et Baron de Crassier à Rottiers, Liège, 11 septembre 1834 : « Lisez attentivement l’Industrie et vous verrez Monsieur si l’on peut être plus inconséquent. Il parle de grand bienfait que l’industrie reçoit. Il ne reste plus qu’à nommer la main qui le donne ». L’accord aurait porté sur une avance de 4.000.000 de francs par le gouvernement belge pour la propriété de Seraing que Cockerill aurait remboursée à raison de 250.000 francs par an. A.R.A., Oorlog, no 263, Rottiers à Dibbets, Eupen, le 23 août 1834. Le roi Léopold écrivait d’Ostende le 9 septembre 1834 au ministre de Theux : Je vous adresse, ci-joint, l’affaire Cockerill. Je suis très satisfait qu’on se soit entendu. » A.G.R., Papiers de Theux, C. 2. Les pièces ne sont malheureusement pas conservées. Une recherche au MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, h° 3646 dans les dossiers « Cockerill », s’est avérée infructueuse. Ces derniers ne concernent qu’une période postérieure. Ils se rapportent à la création et au développement de la société anonyme à partir de 1839.

173 Ibidem et p. 136.

174 A.R.A., Oorlog, no 163, Baron de Crassier à Rottiers, 8 septembre 1834 ; « On conçoit que les Renard, les Ista, les Elias et compagnie aient fait faire à leurs femmes, à leurs sœurs et autres affidés, antichambre et tapisserie dans l’intérieur de sa maison (de Cockerill), que les ouvriers aient garni la cour de verdure et fait les frais de deux douzaines de lampions, qu’un vieil ouvrier ait présenté le bouquet avec un peu de mauvais vers commençant par ces hauts et grands mots Seraing, reçois ton maître, qu’enfin chacun des appelés au lieu d’aller se coucher, se soit repu et rafraîchi aux frais du roi industriel. Voilà ce qui est dans le cercle de la vérité. Tout le reste est mensonge. » Le Baron insiste sur le fait qu’il n’y a pas eu de réjouissance populaire.

175 A.R.A., Oorlog, no 263. Dès le 1er juillet 1834, le baron de Crassier parle à Rottiers du « confiteor avec des mea culpa qu’aurait récité Koc... (Cockerill) à Léopold ». Henrard confirme la nouvelle à Dibbets le 9 juillet 1834. Orban lui-même aurait dit que « Mr Co. avait fait sa courbette à Léopold ». Rottiers ne s’en étonne pas et il rappelle — les langues se délient — les circonstances de 1831 où l’on avait déjà pu douter de la sincérité des sentiments de l’industriel (lettre à Dibbets, 11 juillet 1834, ibidem). A partir de ce moment, un surnom est donné par le baron de Crassier à Cockerill : Coq jaune ou encore C... J...

176 C’est la thèse qui sera reprise en 1836 lorsqu’en octobre, l’ordre de Léopold est attribué à Cockerill, le baron de Crassier commente : « Coq jaune se trouve dans une position de force majeure. Il se trouve comme on dit, non par ses opinions qu’il ne m’est pas permis de suspecter, mais par des intérêts autres que les siens propres, inter maleum et incundum. Je ne vois pas comment il pouvait reculer sans de graves préjudices. » Lettre à Rottiers, du 28 octobre 1836. A.R.A., Oorlog, no 266.

177 A.R.A., Oorlog, no 264, Baron de Crassier à Rottiers, Liège, 23 février 1835. « Ils reconnaissent enfin que les Renard et les Ista sont gens à délaisser et qu’en suivant leurs principes ils se sont fourvoiés. »

178 Ibidem, no 259. Moens à Dibbets, Liège, 6 décembre 1833. Cette lettre cite nommément ces personnes, liées à l’Industrie, comme les « principaux agens de M. Cockerill ». Selon Moens, c’est là une « fraction minime d’hommes également dévoués à la cause, mais d’hommes qui ont une tendance complètement irreligieuse ».

179 Sur l’Industrie, voir notre Etude de la presse liégeoise.

180 Pour n’en donner qu’un exemple frappant, voici l’extrait d’un petit poème publié par L’Industrie, le 7 novembre 1832 :
« Allez à la messe
Douce jeunesse
Vantez, aigrefins
Nos ignorantins
Lorsque l’on criaille
Pour notre prètaille
On obtient parfois
De forts bons emplois

181 Concernant l’anticléricalisme de ce groupe catholico-orangiste, les exemples sont nombreux. Très caractéristique est la remarque de l’abbé Moens, le 13 mai 1833 (A.R.A., Oorlog, no 259) : « Loin de résipiscence, l’évêque se fortifie dans ses principes d’adhésion à la cause révolutionnaire. » Il proposait, le 2 octobre 1832, qu’aussitôt la restauration accomplie, Mgr Van Bommel soit remplacé à la tête de l’évêché (Oorlog, no 258). Quant au groupe libéral, il remarque le 25 septembre 1832 (Oorlog, no 252) : « Nous admettons dans nos conseils des hommes qui ne sont pas catholiques ; nous en admettons même qui n’ont aucune religion, mais nous demandons avec insistance qu’une telle opinion ne domine pas, de crainte qu’elle ne cherche à propager des principes irreligieux contre lesquels tous les catholiques se lèveraient en masse. »

182 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164. Lettre de Grégoire à van Doorn, Aix, 2 avril 1833. Cette très belle lettre qui rapporte une longue conversation avec Orban est publiée dans Gedenkstukken, 1830-1840, t. V, pp. 232-237. Crassier (Baron Louis-Marie-Guillaume-Joseph de) né à Liège en 1772, y décédé le 23 mai 1851, conseiller de préfecture du département de l’Ourthe sous le régime français ; membre de l’ordre équestre de Liège et député de cet ordre aux Etats provinciaux, auteur des Recherches et Dissertations sur l’histoire du pays de Liège (1845). Annuaire de la noblesse de Belgique, 1877, p. 154 et U. Capitaine, Nécrologe pour 1851, pp. 20-35.

183 Ibidem, Macors (Baron Hyacinthe de), né à Rochefort en Charente-maritime en 1794, décédé à Paris le 4 décembre 1847, créé Baron en 1821, conseiller de régence de Liège, admis au corps équestre de Liège en 1827. Annuaire de la noblesse de Belgique, 1876, p. 216.

184 Ibidem, Copis (Baron Constantin-François de), né en 1788, décédé au château de Gorsleeuw-Limbourg le 28 juin 1857 ; membre de l’ordre équestre du Limbourg ; chambellan de Guillaume Ier . Annuaire de la noblesse, 1857, p. 100.

185 Cf. n. 189.

186 Ibidem : « Orban a aussi des réunions avec l’abbé Moens, les barons de Crassier, de Macors, de Copis. »

187 Cette affirmation peut paraître étonnante. On est habitué à considérer Orban, sans doute par référence à son gendre Frère-Orban, comme un libéral. Les sources orangistes nous entraînent à réviser ce jugement. Il apparaît clairement qu’il fréquente plus volontiers le groupe catholico-orangiste. L’abbé Moens le range toujours dans cette catégorie : « Mrs Orban, le baron de Macors, le baron de Copis, le baron de Crassier et une foule d’autres amis subalternes sont du parti de cette opposition... » (à tendance religieuse). A.R.A., Oorlog, no 259, lettre à Dibbets, 1er février 1833, et aussi ibidem, no 263, lettre du 23 mars 1834. Dans la lettre citée en n. 182, il est des nuances qui indiquent que Grégoire le tenait également comme appartenant à la fraction catholique de l’organisme. Quand il dit qu’Orban « est très content de l’Industrie et il ne peut désapprouver son langage contre les prêtres, qui nous ont fait et nous font encore tant de mal », on ne s’étonnera pas de l’anticléricalisme de la remarque — trait commun au groupe catholico-orangiste — mais il convient surtout de souligner la forme négative de la seconde phrase qui indique qu’Orban a là une attitude contraire à son penchant naturel. D’ailleurs, les barons de Macors, de Copis, de Crassier sont, d’après ses paroles, ses amis ; il épouse leur cause dans la divergence avec le groupe Cockerill, quoiqu’il « affirme qu’il n’y aura pas de division entre les orangistes religieux » et ce groupe au moment de passer à l’action. Cf. le texte publié dans les Gedenkstukken, 1830-1840, t. V, pp. 235-236. La question traitée ci-dessus est très délicate. La réponse que nous y donnons ne veut pas dire que Orban est un catholique politique ; au contraire, il posera les mêmes actes politiques que les libéraux anti-unionistes. Cette attitude d’un catholique de religion posant des actes politiques libéraux et même anticléricaux-— comme plus tard nous le verrons, le Baron de Copis — nous paraît précisément caractéristique de l’influence des événements révolutionnaires sur le glissement à Liège, d’un certain nombre de catholiques orangistes dans les rangs de l’opposition.

188 Cf. liste des abonnés du Rappel dans notre Etude de la presse liégeoise, pp. 270-273.

189 A.R.A., Oorlog, no 259. Moens fait part des difficultés que les catholiques ont de nouer des rapports avec les libéraux orangistes. Le chevalier de Melotte lui a fait part de sa répugnance : « le baron de Copis, le baron de Macors, le baron de Crassier montrent les mêmes inquiétudes ». Ibidem, no 270, Moens se plaint à Dibbets, le 3 février 1838, de l’isolement dans lequel se cantonnent « tous les grands seigneurs qui pourraient au moins un peu aider les membres actifs ».

190 A.R.A., Oorlog, no 263, le baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 1er juillet 1834, estimait qu’il fallait « combattre la liberté des barricades avec la liberté de nos anciennes chartes ». Le régime belge ne conserve ni la première chambre, ni l’ordre équestre où les nobles retrouvaient, sous le royaume des Pays-Bas, une partie de leurs prérogatives.

191 Ibidem, no 264. Une autre lettre du baron de Crassier à Rottiers, du 6 mars 1835, donne une idée nette de la mentalité de ces aristocrates face au monde politique nouveau : « Quand je vois de nouveaux parvenus, bien que de notre bord, déverser une sorte de mépris sur l’aristocratie loyale, quand j’entends répéter sans cesse le pléonasme monarchie constitutionnelle, quand on me parle d’une noblesse, sans prérogative, comme si une noblesse sans prérogative pouvait plus exister, qu’un arbre sans feuille, quand enfin j’aperçois l’envie et l’ambition de ces gens qui veulent abattre pour mieux s’élever, je ne suis certes pas tenté de m’embarquer sur un navire dont rien ne me garantit la manœuvre. A mon âge, on transige d’autant plus difficilement avec ses propres opinions qu’elles sont le fruit de l’expérience. »

192 Ibidem, no 272. Baron de Crassier à Rottiers, 11 mai 1837 : « Quand j’entends ces mots : aristocratie financière, aristocratie industrielle, je sens tout mon physique se détraquer. » Le tableau que nous traçons de la mentalité des aristocrates orangistes est, comme on le constate, basé exclusivement sur les déclarations du baron de Crassier. Il est assez rare de voir exprimer avec autant de crudité cette opinion de classe. Nous pouvons croire cependant que, sans ces excès de langage, les réactions des nobles orangistes se calquent sur ce schéma. John Bartier a montré combien les nobles, même acquis à la révolution, restaient sensibles à la part conservée à leurs prérogatives. John Bartier, Partis politiques et classes sociales en Belgique, dans Res Publica, t. X, 1968, pp. 51-80.

193 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, le 12 avril 1832 : « M. Van Bommel continue de marcher, et même de plus en plus fort, dans le sens de la révolution. Il cherche à faire croire au peuple que la révolution a produit de grands résultats en faveur de la religion, et que l’indépendance lui sera éminemment favorable. »

194 Ibidem, no 258, Moens à Dibbets, Maastricht, le 17 septembre 1832 : « L’encyclique de Grégoire XVI vient admirablement à notre secours, c’est une condamnation complète des abominations révolutionnaires (...). »

195 A.R.A., Oorlog, no 258. Moens à Dibbets, Liège, le 29 avril 1832. « Qu’on ne s’y trompe pas, ces journaux (les journaux orangistes qui existent) n’ont pas une couleur assez religieuse pour porter coup sur l’opinion des catholiques, et ceux-ci opposeront à jamais des fins de non-recevoir, à leurs raisonnements tantôt anticatholiques, tantôt irreligieux. On devrait comprendre que, si l’on veut triompher de ce côté, on doit combattre avec des armes prises sur le terrain de leurs affections. »

196 Sur Le Rappel, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 125-135.

197 A.R.A., Oorlog, no 259. En pleine scission, le 4 octobre 1833, Orban envoie, en tant que président du comité provincial, une lettre à Moens. Le baron de Crassier est une figure marquante. Il sera proposé comme président d’un nouveau comité rénové dont nous parlons plus loin.

198 A.R.A., Staatssecretarie, no 6165, le comte de Lannoy-Liedekerke au roi Guillaume, Liège, 8 octobre 1833 : « Les comités orangistes manquent d’organisation. Cet état de choses produit une incertitude nuisible et ôte la confiance à un grand nombre de fidèles. »

199 A.R.A., Oorlog, no 259, Moens à Dibbets, Maastricht, le1er février 1833 : « Comme on pouvait s’y attendre le but du voyage de Clovis (Van Gobbelschrooy) à Liège a manqué ; les orangistes ne sont pas plus unis qu’ils ne l’étaient auparavant. Mr Cockerill a tenu chez lui, deux assemblées, avec intention de former un comité directeur, composé de différentes nuances d’opinions. Il n’a pas réussi (...). »

200 La part la plus importante de la correspondance de l’année 1833 (A.R.A., Oorlog, no 259) tourne autour de cette querelle.

201 A.R.A., Oorlog, no 263, Moens à Dibbets, 23 février 1834 et 13 mars 1834. Pour sa part l’abbé a rassemblé, dit-il, plus de 500 réclamations de bateliers et d’ouvriers bateliers.

202 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, le 23 mars 1834 : « Pour cette fois, les efforts n’ont pas été vains ; le parti orangiste le plus solide était bien décidé à s’associer de nouveau et à reprendre les travaux qui avaient été plus ou moins abandonnés. »

203 A.R.A., Oorlog, no 263, Moens à Dibbets, Liège, 20 mars 1834. L’autorisation est aussitôt donnée par le général Dibbets, le 21 mars 1834 (copie). Le comte de Borchgrave annonce au général que tout se déroule sans incident le 22 mars 1834.

204 Rappel et Industrie, 29 mars, 4 avril et 6 avril 1834.

205 F. Van Kalken, Commotions populaires en Belgique, Bruxelles, 1936, pp. 9-35.

206 Dossiers concernant ces comités de défense aux A.G.R., Papiers Rogier, no 257 et ARCHIVES DU GOUVERNEMENT PROVINCIAL, Ordre public, III, A.

207 Le baron de Crassier apprend la nouvelle des pillages le dimanche 6 avril 1834 à 9 h. du soir. Il écrit immédiatement au colonel Rottiers, son correspondant à Eupen : « Nul doute que de cette manifestation, on aura voulu étouffer la manifestation qui, de toute part fesait explosion à l’occasion de la souscription offerte à Son Altesse le prince d’Orange. On aura eu probablement l’idée de faire passer à l’étranger cet acte de brigandage pour un acte d’amour envers Léopold (...). »
D’heure en heure, visiblement peu rassuré, il note dans sa lettre les bruits qui lui parviennent dans la nuit. A.R.A., Oorlog, no 263. Rottiers tire un parallèle entre ces pillages et ceux de 1831 au moment où le mouvement orangiste semblait avoir également regroupé ses forces. Pour lui, la France est à l’origine de ces pillages. Ibidem, Rottiers à Dibbets, Eupen, le 10 avril 1834.

208 Cette attitude avait bien évolué depuis lors. Le 12 octobre 1833, Moens écrivait à Dibbets : « Les amis de la cause ont été un peu déconcertés de l’arrivée des représentants de Prusse et d’Autriche à la Cour de Léopold. » A.R.A., Oorlog, no 259.

209 A.R.A., Oorlog, no 254, baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 3 mars 1835 : « Depuis bientôt un an, il n’y a eu ici aucune réunion d’orangistes. C’est certain, il n’y a plus donc aucun comité de cette couleur en correspondance avec qui que ce soit. J’en parle avec pleine connaissance. »

210 A.R.A., Staatssecretarie, no 6373, Morel à X. Document chiffré du 16 février 1836 : « Liège est toujours le théâtre de tels dissentiments entre les diverses nuances orangistes (...) que dès longtemps le comité central a jugé devoir s’abstenir d’intervenir dans les petits démêlés domestiques des orangistes de Liège, estimant fort heureux qu’au milieu de tant d’accusations réciproques, Liège n’ait pourtant offert encore aucun exemple constaté de défections parmi les orangistes. »

211 Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 136-140.

212 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164. X. (sans doute le docteur Bovy) à Brandès, Liège, 9 juin 1833. Parlant avec un rédacteur de L’Industrie, il tomba d’accord pour admettre qu’« il était difficile de contenter encore les exigences et de conserver au parti une foule de personnes qui enfin demandaient un seul acte patent à l’appui de tout ce qu’on leur dit ».

213 Voir particulièrement le chapitre suivant : l’Union libérale.

214 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, X. à Brandès, Liège, 6 juin 1833 : « Il faut bien le dire (les orangistes) ont été découragés et renversés par la Convention du 21 mai. »

215 Voir chapitre suivant.

216 A.R.A., Oorlog, no 259, Moens à Dibbets, Liège, 28 mai 1833 : « ses candidats appartiennent tous à l’opinion française ou républicaine, et on y voit figurer le monstre d’ingratitude M. Tielemans ».

217 Ibidem, Moens à Dibbets, Liège, 12 juin 1833. Il est très inquiet de cette proposition de même que les barons de Copis, de Macors et de Crassier. « Quant à moi personnellement, ma position sociale est encore plus critique. Prêtre catholique, je sympathise volontiers avec un réformé parce qu’au fond, il professe la même religion que moi, et nous ne différons que sur certains points, mais je ne sais quelle figure je ferai dans une association où le mot d’ordre serait à bas la calotte ! à bas les prêtres ! vivent les polonais ! et vive la liberté ! » Aucun orangiste n’avait accepté d’être candidat. Ibidem, Moens à Dibbets. 28 mai 1833.

218 Même lettre, l’Industrie refuse en « disant qu’elle n’est pas le journal du comité ». Industrie, 28 mai 1833.

219 A.R.A., Staatssecretarie, no 6164, X. à Brandès, Liège, 9 juin 1833 : « Il était bon que par un acte de vie, les partisans du roi Guillaume montrassent leur vigueur, et qu’en se rapprochant des libéraux, ils en fissent des adhérens. C’est ce qui a été fait. »

220 A.R.A., Oorlog, no 264, baron de Crassier à Rottiers, Liège, 19 juin 1835 : « Si l’on eut suivi mes conseils dès le principe de la Révolution, ces gens-là (les libéraux) auraient éprouvé bien d’autres échecs et n’auraient pu faire passer ni les Ernst ni autres êtres malfaisants dans les pétaudières gouvernementales de la Belgique ainsi que les régences des villes : à quoi a servi leur opposition ? à hurler avec les loups (...). »

221 A.R.A., Oorlog, no 264, Moens à Dibbets, Liège, le 25 mai 1835 : « Le parti orangiste de Liège paraît enfin décidé à ne pas se mêler des élections (...) c’est un bon moyen d’indisposer contre la révolution le parti libéral qui essuyera des échecs partout. Au point où en est la révolution, il faut mettre les mécontens devant le [ait simple de cette révolution » et le 10 juin 1835 : « Le champ est abandonné aux partis extravagans, les ultra-catholiques et les ultra-libéraux. »

222 Lafontaine, au nom de la direction de l’Industrie, convoque ses lecteurs et les orangistes à une réunion pré-électorale, distincte de celle de l’Union libérale, chez Closset-Wauters. Imprimé du 7 mai 1836. A.R.A., Oorlog, no 265.

223 Cette histoire d’instructions est mystérieuse. Nous n’en avons pas retrouvé le texte. Le baron de Crassier écrit que les hommes de l’Industrie ont littéralement fasciné les orangistes par un « prétendu talisman », une lettre de Grégoire, installé à La Haye, autorisant une telle attitude. A.R.A., Oorlog, no 266, lettre à Rottiers du 29 juin 1836 et du 3 octobre 1836. Déjà le 25 mai, Moens écrivait à Dibbets qu il avait vu la lettre que « l’établissement a fait écrire à Cockerill » ; c’est ce dernier qui lui a montré personnellement le document devant lequel l’abbé s’inclina. A.R.A., Oorlog, no 265.

224 Industrie, 4 mai 1836 et 5 octobre 1836.

225 A.R.A., Oorlog, no 266. Baron de Crassier à Rottiers, 4 août 1836.

226 A.R.A., Oorlog, no 266. Baron de Crassier à Rottiers, Liège, le 12 octobre 1836.

227 Il s’agit des frères Ophoven, A.R.A., Oorlog, no 266, Moens à Dibbets, Liège, le 27 novembre 1836. Les Ophoven furent bientôt contestés par certains orangistes. Alexandre Ophoven devient juge de paix du quartier Sud de Liège en 1833. Constantin, docteur en droit le 14 juillet 1828 et Hyacinthe, diplômé aussi en droit le 11 octobre 1829 s’attachent à la rédaction de l’Industrie en 1835. Ils sont dénoncés par l’abbé Moens comme des personnes dangereuses chargées de détruire la presse orangiste (A.R.A., Oorlog, no 264, Moens à Dibbets, 10 août 1835). Rottiers soupçonne Hyacinthe d’avoir des contacts avec le ministre de Theux (ibidem, no 265, Rottiers à Dibbets, 27 décembre 1835). Morel a, par d’autres voies encore, de nouvelles accusations (A.R.A., Staats secretarie, no 6373, Morel à X., 16 février 1836), mais, bel exemple de l’imbroglio de la situation liégeoise, il signale qu’ils sont lavés des soupçons par le baron de Macors, tout en précisant que ce dernier est lui-même soupçonné de trahison.

228 A.R.A., Oorlog, no 266, Moens à Dibbets, Liège, le 27 novembre 1836 : « Vous comprenez tous les dangers d’une pareille marche (celle des Ophoven). Ce conseil est suivi avec d’autant plus d’empressement qu’il est conforme aux affections de l’intérêt personnel. »

229 Ibidem, no 267, baron de Crassier à Rottiers, 26 janvier 1837.

230 Idem, 27 mars 1837.

231 A.R.A., Oorlog, no 267, lettre à Rottiers, Liège, le 26 janvier 1837. Le baron de Crassier parle de la « monstruosité de l’union libérale orangiste » (27 mars 1837) et le 27 juillet 1837 (ibidem, no 268), il poursuit : « On se le dissimulerait en vain : depuis l’union orangiste-libérale, depuis que les Copis, les Tornaco et autres se sont sacrifiés pour nous et font cause commune, on a beau jeu pour crier qu’il est ridicule de songer au retour des traités et pour convaincre les sots que ce serait un malheur. »

232 Les derniers fidèles n’arrivent pas à y croire : A.R.A., Oorlog, no 271, Crassier à Rottiers, 28 mars 1838 : « Bien que je ne crusse point aux nouvelles du jour qui produisaient chez les nôtres le plus mauvais effet, je n’en éprouvais pas moins une humeur massacrante. » Rottiers parle à Dibbets le 30 mars 1838 d’« une nouvelle que la rage de ce parti seule a pu assaisonner pour se faire illusion et effrayer les biens pensans ». Et l’abbé Moens écrit le 30 mars 1838 : « Il y a beaucoup d’insolence dans le camp des patriotes et de l’abattement dans celui des orangistes, à la suite du bruit qui court de l’acceptation pure et simple par le roi Guillaume, des 24 articles. »

233 Voir Etude de la presse liégeoise, pp. 140-146.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search