Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Chapitre I. L’Union, coalition gouvernementale (1830-1839)

Texte intégral

1L’Union entre catholiques et libéraux, qui fut à la base de la révolution de 1830, a marqué considérablement les premières décennies de l’indépendance de la Belgique.

  • 1 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel de Léopold Ier, dans Res Publica, vol. I, 1959, pp. 6-16.
  • 2 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950, p. 122. Dans (...)

2Les avis concernant le sens à accorder à cette Union sont très partagés. L’opinion la plus largement répandue a tendance à la présenter comme un idéal politique, qui aboutit à la fusion des principes, à l’adoption d’un programme commun ; ainsi, Mgr Simon voyait dans l’attitude des catholiques libéraux l’éclosion d’une nouvelle doctrine politique1. Il s’oppose en ce sens au professeur Haag, défenseur longtemps isolé d’une thèse minimaliste selon laquelle « il est vain de chercher à l’origine de l’Union un système, une théorie quelconque. L’Union est, — selon lui, — une tactique née des circonstances, et qui dépend d’elles entièrement »2.

  • 3 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel, op. cit„ pp. 7 et 9.
  • 4 C. LEBAS, L’Union des catholiques et des libéraux de 1839 à 1847. Etude sur les pouvoirs exécutif (...)

3Les partisans de la thèse maximaliste de l’Union se réfèrent à l’existence de gouvernements unionistes, qui presque sans interruption, dirigèrent le pays jusqu’en 1847. Ils soulignent l’influence déterminante du Roi Léopold Ier en faveur de ce type de gouvernement3. Ils relèvent la fréquence des votes communs des catholiques et des libéraux à la Chambre et au Sénat4.

4Peu d’auteurs, à notre connaissance, ont quitté les hautes instances politiques du pays pour étudier, dans le cadre d’une circonscription électorale, la façon dont s’établissent concrètement les relations entre catholiques et libéraux unionistes, et pour en tirer la leçon qui s’impose.

5Liège est le cadre idéal pour une telle recherche puisqu’elle a été précisément le berceau de cette Union. Avant de commencer cette étude, il convient de rappeler brièvement l’origine de l’accord à la base de ce mouvement.

1. Les origines et la reconduction de l’Union

  • 5 Sur Constantin de Gerlache (1785-1871) et plus particulièrement son attitude en 1825, voir Biograp (...)

6Les origines de l’Union entre les catholiques et les libéraux sont connues. Après l’échec de l’appel lancé en 1825 par le catholique de Gerlache5, un rapprochement s’opéra entre les idées politiques défendues par les deux quotidiens liégeois, le Mathieu Laensbergh, libéral, et le Courrier de la Meuse, catholique.

  • 6 Charles Rogier (Saint-Quentin 1800 - Bruxelles 27 mai 1885) et Firmin Rogier (1790-1875), Biograph (...)
  • 7 Joseph Lebeau (Huy 1794 - 19 mars 1856). F. DAXHELET, Joseph Lebeau, Bruxelles, 1945.
  • 8 Paul Devaux (Bruges 1801 - Bruxelles 30 janvier 1880), Biographie nationale, t. 34, col. 211-230.
  • 9 Félix Van Hulst (1799-1872), dans Les gens de robe liégeois et la révolution de 1830, Liège, 1931, (...)
  • 10 Mathieu Laensbergh, 21 mars 1827 : « De la réserve qu’on nous reproche en matière religieuse ». Vo (...)

7Le Mathieu Laensbergh avait été créé le 1er avril 1824 par un groupe de jeunes universitaires liégeois. Jusqu’aux événements révolutionnaires, la direction et la rédaction de ce journal, qui prit prit le titre de Politique le 1er janvier 1829, furent talentueusement assurées par les frères Charles et Firmin Rogier6, Joseph Lebeau7, Paul Devaux8 et Félix Van Hulst9, tandis que Henri Lignac tenait le rôle d’éditeur-imprimeur. Devenu rapidement un des principaux organes de l’opposition belge à la politique du roi Guillaume des Pays-Bas, le quotidien libéral se fit particulièrement remarquer par sa grande réserve en matière religieuse. Paul Devaux dans une série d’articles de 1827 et 1828 s’expliqua sur la nécessité d’apaiser les querelles qui divisaient catholiques et libéraux, afin de rechercher en commun l’instauration d’un système véritablement constitutionnel10.

  • 11 Corneille Neujean, curé de Saint-Nicolas (Herve 1763 - Liège 12 février 1829), U. CAPITAINE, Reche (...)
  • 12 Dieudonné Stas (Liège 1791 - Bruxelles 13 février 1868), Biographie nationale, t. 23, col. 649-650
  • 13 Pierre Kersten (Maastricht 1789 - Liège 5 janvier 1865), Biographie nationale, t. 10, col. 662-665
  • 14 Sur l’évolution générale des catholiques voir l’article de R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat en Belgiq (...)

8Cette offre d’alliance rencontra un accueil favorable dans le Courrier de la Meuse, organe catholique créé le 1er juillet 1820 par deux ecclésiastiques11, et devenu dès 1821 la propriété de Dieudonné Stas12. Cet homme d’affaires habile avait eu la main heureuse en confiant la rédaction à un écrivain très doué, Pierre Kersten13. Devant la politique suivie par Guillaume Ier, particulièrement en matière d’enseignement (Collège philosophique), Kersten et Stas en viennent à considérer un régime plus libéral comme une meilleure protection pour les catholiques contre les tentatives d’ingérence gouvernementale. Ils acceptent les revendications des libéraux en matière de presse, d’association et d’opinion, auxquelles ils ajoutent la liberté d’enseignement14.

  • 15 Voir Courrier de la Meuse, 16 décembre 1831 : « L’Union belge ! nous croyons la connaître, car c’e (...)

9Avec ce programme, sous le principe de la « liberté en tout et pour tous », le Mathieu Laensbergh, futur Politique, et le Courtier de la Meuse, contribuèrent dans une très large mesure à faire de l’Union entre les catholiques et les libéraux une réalité puissante, non seulement à Liège, mais dans tout le pays15.

  • 16 Kurt JÜRGENSEN, Lamennais und die Gestaltung des Belgisches Staates. Der liberale Katholizismus in (...)
  • 17 Courrier de la Meuse, 22 juin 1828, 19 octobre 1828 et surtout 11 avril 1830. Le 16 décembre 1831, (...)

10Le rapprochement des deux tendances ne conduit cependant pas à la fusion des principes fondamentaux des deux parties. Si dans le chef des libéraux, comme nous le verrons plus tard, et dans celui d’un petit nombre de catholiques, particulièrement dans les Flandres, marqués surtout après 1829 par les écrits du penseur Lamennais, un certain glissement se dessina dans ce sens16, à Liège, Kersten tint à souligner dans le Courrier de la Meuse, dès l’origine de l’Union, les divergences fondamentales qui subsistent. Sans ambiguïté, il rappellera sans cesse que l’Union est une simple coalition basée sur la communauté d’intérêts17.

11Le rôle joué par la presse dans la réalisation de cet accord témoigne déjà de son importance dans le jeu politique. Sans doute, après que les journaux aient servi de ballon d’essai, des contacts concrets, gardés secrets, scellèrent entre les principaux dirigeants des tendances les bases de cette Union. En poursuivant leur campagne de propagande, les journaux en assurèrent le succès.

  • 18 P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, pp. 14-15.

12L’action de l’Union, selon la conception initiale des deux groupes politiques alliés, devait avoir pour cadre les Etats généraux et provinciaux. En 1829, pour choisir des candidats aux élections qui répondent aux vœux des deux tendances, est créé un comité qui, sous le nom d’Association Constitutionnelle, groupe vingt membres actifs. Par prudence vis-à-vis des éventuelles réactions gouvernementales, les noms des membres furent tenus secrets. Tout au plus peut-on savoir qu’il groupait les principales personnalités des deux tendances : le comte Emile d’Oultremont, le chevalier de Sauvage, de Gerlache, Lebeau, etc.18.

13Le caractère fermé et secret de ce comité mérite d’être retenu, car, malgré la proclamation de la liberté d’association, cette conception subsistera longtemps après 1830 dans ce type d’organisation.

  • 19 Idem et R. DEMOULIN, Les journées de septembre 1830 à Bruxelles et en province. Etude critique d’a (...)

14Les études des professeurs Harsin et Demoulin ont montré, tant pour Liège que pour l’ensemble du pays, comment d’opposition constitutionnelle, l’Association prit insensiblement un caractère révolutionnaire19. Nous ne reviendrons pas sur ce point.

15Une question se posait après les journées de septembre 1830 et la proclamation de l’Indépendance de la Belgique par le gouvernement provisoire installé à Bruxelles. Quel sera le sort de l’Union alors que les conditions qui ont présidé à sa création ont disparu ? Les deux tendances ne vont-elles pas avoir la tentation de reprendre leur autonomie totale et de s’efforcer de triompher l’une de l’autre ?

  • 20 Politique, 7 octobre 1830.
  • 21 Courrier de la Meuse, 12 janvier 1831.

16Devant la menace extérieure que l’attitude du roi Guillaume Ier fait peser sur le sort du jeune Etat, le danger d’une telle attitude n’échappe pas aux anciens alliés. « C’est l’Union qui nous a donné la victoire, c’est l’Union seule qui peut en assurer les fruits », proclame le quotidien libéral le Politique, héritier du Mathieu Laensbergh20. Un peu plus tard, le Courrier de la Meuse dénonce également le danger d’une « désunion » qui affaiblirait le pays aux yeux de l’étranger21.

  • 22 Le catholique Richard-Lamarche, choisi comme président, déclina l’offre. Elle eut, à ses débuts, l’ (...)
  • 23 La circulaire du « comité électoral près l’Association patriotique liégeoise », datée du 2 novembr (...)

17Au lendemain des journées révolutionnaires cependant, devant l’élan potriotique qui soulevait le pays, l’Association ne se réunit pas ou, tout au moins, nous n’en trouvons pas mention. Elle est suppléée dans son rôle par une Association patriotique liégeoise. Composée de membres de toutes tendances, mais où domine l’élément libéral22, l’Association patriotique propose aux électeurs une liste de candidats au Congrès national où se retrouvent à la fois catholiques et libéraux23.

  • 24 Cf. deux listes imprimées de candidats pour les élections au Congrès national, conservées dans la (...)
  • 25 L’organe de l’Association s’inquiète cependant de cette diversité. « Que signifient donc, dit le C (...)

18L’Association n’eut pas le monopole des propositions. D’autres listes circulèrent, œuvre d’électeurs réunis également en comité24. Malgré les divergences de noms qu’elles présentent, la même caractéristique les marque toutes, la présence côte à côte de libéraux et de catholiques25.

  • 26 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922, « L’Association patriotique (...)

19L’Association patriotique remplit, pour les élections communales qui suivirent fin octobre 1830, sa tâche de conseillère avec le même souci d’impartialité. Organisation citadine, elle ne s’occupe cependant que des élections qui ont pour cadre la ville de Liège26.

  • 27 Citoyen, 8 et 9 novembre 1830. « Le préambule du règlement (de l’Association) promet qu’on travail (...)
  • 28 Le premier exemplaire du Franc Liégeois, intitulé « début », reproduit, page 16, une adresse au Co (...)
  • 29 Citoyen, 4, 8-9 et 11 novembre 1830. Franc Liégeois, no 5, pp. 12-15, no 8, pp. 15-16. Nous présen (...)

20A la différence de l’ancienne organisation de l’Union, l’Association a un caractère permanent. Au cours de ses réunions, qui se poursuivent jusqu’en mars 1831, où les citoyens viennent discuter des problèmes de l’Etat27, ce club patriotique reflète bientôt le mécontentement que la prolongation du provisoire fait naître, particulièrement dans les milieux industriels. Il devient un club de protestation contre l’œuvre du Congrès28, et, dominé par les libéraux de tendance démocratique, il se laisse gagner par les idées républicaines après avoir prôné la réunion à la France29.

21Dans son évolution, l’Association patriotique liégeoise ne représente évidemment plus l’esprit de l’Union. Celui-ci reste pourtant celui de la majorité des hommes politiques du pays. Il s’exprime dans les milieux gouvernementaux, au Congrès, et à Liège par le biais du Courrier de la Meuse et du Politique.

  • 30 Courrier de la Meuse, 2 janvier 1831, 16 janvier, 25 mars, 10 avril 1831, etc. Les articles sont n (...)
  • 31 Ibidem, 21-22 février 1831, 25 mars, 27 mars, etc.

22Dans les colonnes du Courrier de la Meuse, Kersten se fait le défenseur dévoué de la cause de l’indépendance belge. Il mène, particulièrement au cours des premiers mois de 1831, une lutte acharnée et presque quotidienne contre les tendances extra-nationales, qu’elles soient orangistes ou réunionistes. Il s’efforce de démontrer que la réunion à la France entraînerait nécessairement la guerre30, et il flétrit les aspirations orangistes et les démonstrations inconsidérées des industriels31.

  • 32 Courrier de la Meuse, 30 octobre 1830, 16 décembre 1830, 24 janvier 1831, etc. Les réserves qu’il (...)
  • 33 Courrier de la Meuse, 25 juillet 1831, où l’attitude de Kersten est bien résumée : « Depuis le com (...)
  • 34 Courrier de la Meuse, 23 juillet 1831.

23N’hésitant pas à faire, pratiquement seul contre tous, la critique des opinions trop avancées de Lamennais, Kersten s’élève contre le principe de la souveraineté du peuple, qui risque d’entraîner les catholiques vers la démocratie et la république32. Il défendra toutes les mesures propres à contre-balancer ce principe. Ses conseils, ses jugements et ses critiques visent à l’établissement d’un Etat fort et conservateur33. Il se prononce pour une royauté garante de l’ordre et de la stabilité34.

  • 35 Ibidem, 19 août, 22-23 août 1831 et trois articles intitulés « Le catholicisme et le libéralisme » (...)

24Afin de conserver au pouvoir sa force et son unité nationale, l’Union doit subsister. L’Union lui apparaît comme le gage de la stabilité, donc du maintien de l’Indépendance et de la Constitution, au moment où celles-ci sont encore menacées par la politique de Guillaume Ier35.

  • 36 Voir plus loin, pp. 95-96.
  • 37 Politique, 10 octobre 1830, 18-19 octobre 1830, 3-4 janvier 1831, 6 et 7 janvier 1831, etc.

25Le Politique s’associe à la défense de ces thèmes, malgré la profonde transformation de son équipe de rédaction après la révolution de 1830. Cette équipe, en effet, a été décapitée par le départ des frères Rogier, de Joseph Lebeau et de Paul Devaux, qui commençaient de brillantes carrières politiques et diplomatiques. Lignac, le seul rescapé, aidé par Félix Van Hulst, et bientôt surtout par Constant Materne et Jean-Baptiste Kaufmann36, maintient le Politique dans la même ligne de conduite. Le Politique se fait le défenseur des mesures du gouvernement provisoire, puis des Cabinets du Régent, ainsi que des décisions du Congrès national, qui tendent à faire aboutir le programme de « la liberté en tout et pour tous »37.

26Sans doute la désaffection de lecteurs que connaît le Politique (il tombe à 851 abonnés en 1831 et cette chute le conduira à 264 abonnés en 1836), en rend son audience plus limitée. Ce phénomène, qui marque le détachement d’un bon nombre de libéraux par rapport aux principes de l’Union, après la révolution, entraîne les catholiques à tirer deux conclusions apparemment contradictoires. En premier lieu, il est important pour conserver l’Union de donner des gages aux libéraux qui lui restent fidèles, et, en second lieu, ce qui déforcera de plus en plus la première attitude, les catholiques, parce qu’ils connaissent le peu de représentativité de leurs interlocuteurs libéraux du Politique, seront enclins à passer outre leur avis dans le choix même des candidats libéraux qu’ils défendront au moment des élections.

  • 38 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lignac à Rogier, 23 août 1831 : « L’Association s’est réunie hier.  (...)

27Conséquence de la première attitude, l’Association constitutionnelle se reconstitue selon l’ancienne formule et avec la même discrétion dès le début de la campagne électorale d’août 1831 pour envoyer des députés à la première Chambre et au premier Sénat de la Belgique indépendante38. De la seconde attitude naîtra la position subalterne dans laquelle les libéraux seront tenus par les catholiques au sein de l’Union, source de l’état de crise perpétuelle et de la fragilité de cette alliance sur le plan liégeois.

28Mais avant d’étudier plus précisément les positions de force et de faiblesse respective, il importe de définir le nouvel esprit dans lequel l’Union resserre ses liens.

2. Le nouveau sens de l’Union : l’expression de la politique gouvernementale

a) Le nouveau sens de l’Union

  • 39 « Nous avons une Dynastie de notre choix, dont le chef veut le bonheur de la Belgique, une Constit (...)

29Alors que les libertés qui étaient à la base de l’accord entre les deux tendances sont consacrées dans la Constitution élaborée par le Congrès national, le sens de l’Union se transforme complètement. Le caractère revendicatif qui était le sien se mue en une attitude de défense et de conservation du régime de liberté établi. La Constitution devient la charte de l’Union39.

  • 40 Courrier de la Meuse, 24 avril 1835. « Il est impossible que tout électeur, ami de l’ordre et de l (...)
  • 41 « Il faut enfin prouver aux nations qui nous entourent et dont l’alliance nous est si nécessaire, (...)

30L’Union, source des nouvelles institutions, est dès lors décrite par les catholiques et le groupe de libéraux restés fidèles à cette alliance, comme la seule attitude compatible avec la volonté de défendre l’indépendance du pays40. Au moment où la politique de Guillaume Ier menace le sort de la Belgique, il importe, pour eux, d’éviter toute division interne. Lorsqu’aux yeux des grandes puissances, la Belgique apparaît comme un foyer révolutionnaire, un danger pour les traités européens, il leur paraît essentiel de s’abstenir de tout excès41.

  • 42 Courrier de la Meuse, 10 juin 1835, Politique, 18 avril 1835 : « Les hommes d’ordre et de modérati (...)
  • 43 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832 : « Comme si, hors de l’Union, il pouvait y avoir autre c (...)
  • 44 Le Politique, 24 mai 1833, explique que le gouvernement veut amener « par des moyens pacifiques la (...)

31Les unionistes se présentent donc comme « la personnification du système d’ordre et de modération qui domine dans l’opinion publique »42. Le titre d’Amis de l’Ordre et de la Constitution, adopté dès 1833, est un symbole explicite43. Catholiques et libéraux unionistes sont tolérants les uns vis-à-vis des autres, ils respectent mutuellement leurs points de vue, ils se situent en dehors de tout extrême. Ils soutiennent la politique du gouvernement parce que celui-ci a besoin de force pour travailler, par des moyens pacifiques, à la consolidation de l’indépendance44.

  • 45 Après l’élection du chevalier de Sauvage : « Des cris de Vive le député patriote ! se sont fait en (...)
  • 46 Le Courrier de la Meuse du 5 janvier 1833 salue « le nouveau succès que l’opinion nationale vient (...)
  • 47 Courrier de la Meuse, 3 janvier 1833.
  • 48 Extrait du Politique, 26 octobre 1832. 11 exprimait la veille la même opinion : « Nous sommes et n (...)

32Dès lors le succès de l’Union, c’est celui des électeurs patriotes45, c’est celui de l’opinion nationale46. « Rappelez-vous, disent les unionistes aux électeurs, que le bonheur ou le malheur de notre belle patrie peut un jour dépendre de votre suffrage »47. « L’Union véritable ancre de salut de la révolution belge » est le thème principal pour faire appel au sens civique des citoyens48.

  • 49 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832. « La fraction anti-nationale ose se flatter d’avoir jeté (...)

33Le corollaire de cette position est que toute forme d’opposition au gouvernement, qui défend les institutions libérales de la Belgique, ou à l’Union, qui est son soutien le plus solide, ne peut être qu’antinationale, exclusive et intolérante49.

  • 50 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832, « c’est-à-dire le régime hollandais tout entier ».
  • 51 Politique, 23 mai 1833.
  • 52 Politique, 4 novembre 1832 : « Qu’est-ce qu’un libéral pur ? c’est tout le contraire de ce que ces (...)
  • 53 Courrier de la Meuse, 10 juin 1835, Politique, 24 mai 1833.
  • 54 Politique, 23 mai 1833, Courrier de la Meuse, 17 juin 1835 : « Ils prêchent la ruine de toute supr (...)

34Que trouve-t-on parmi les opposants, selon les unionistes ? Les partisans du régime déchu qui travaillent au retour de l’intolérance, de l’oppression, du monopole50, ou ceux qui sont prêts à sacrifier l’indépendance du pays à l’envahissement de la France51 ; des libéraux qui refusent l’alliance avec les catholiques, c’est-à-dire des personnes particulièrement intolérantes, puisqu’elles veulent exclure l’opinion de la grande majorité des Belges52 ; des ultra-libéraux qui, non contents des libertés acquises, sont la personnification des idées et des théories du mouvement, donc des transformations brusques, précipitées et incessantes53 ; et enfin des républicains prêts à bouleverser l’ordre social et à menacer les propriétés54.

35Voilà les thèmes utilisés par les unionistes liégeois au cours des campagnes électorales. Ils reflètent de façon fidèle l’attitude que veut donner le gouvernement unioniste et ses prises de position à l’égard de toute forme d’opposition.

b) La pression du gouvernement

  • 55 A.G.R., Papiers Rogier, no 245, Lebeau à Ch. Rogier, 3 octobre 1830. Il donne une liste de personn (...)
  • 56 Ibidem, la nomination du chevalier de Sauvage, membre de l’Association constitutionnelle, comme go (...)
  • 57 Circulaire du gouverneur de Sauvage, 6 octobre 1830 : « Tous les fonctionnaires en ont une connais (...)
  • 58 Cette réorganisation des cadres est importante. Le chevalier de Sauvage éprouve le besoin de préci (...)

36Dès le lendemain des journées de septembre 1830, le gouvernement provisoire s’attachait à s’assurer de la fidélité des personnes revêtues des responsabilités publiques, y compris de la magistrature55. Le gouvernement des provinces était confié à des personnes sûres56, et celles-ci exigèrent de tous leurs fonctionnaires une déclaration signée, d’adhésion au gouvernement provisoire, dès lors aux principes de la révolution57. Les mesures de réorganisation des cadres de fonctionnaires et de la magistrature contribuèrent à épurer ces cadres de toutes personnes manifestant une certaine résistance58.

  • 59 A.G.R., Papiers Rogier, no 255, Rapport confidentiel du gouverneur Tielemans, le 16 septembre 1832 (...)
  • 60 Ibidem. Il demande de ne prendre aucune sanction : « Supposons cependant qu’il (le gouvernement) l (...)

37Ces mesures, explicables au lendemain d’une révolution, se poursuivirent tout au long de la période suivante. En 1832, le gouverneur de la province de Liège présentait au premier ministère du Roi un volumineux rapport confidentiel sur les opinions politiques des fonctionnaires. Les tableaux nominatifs couvraient absolument tous les services et concernaient aussi les magistrats, les professeurs d’université, députation des régences des villes, les bourgmestres et échevins de toutes les communes, etc. Le ministre de l’Intérieur, Rogier, présenta le rapport au roi Léopold59. Il était clair que la sanction de révocation pesait sur toutes les personnes soupçonnées d’orangisme. Or, comme le faisait remarquer le gouverneur, l’opposition qui commençait à se développer n’avait pas ce caractère60.

38Dans l’esprit du gouvernement cependant toute manifestation d’opposition semble avoir été assimilée à de la subversion. C’était le résultat, sans doute, de la composition de l’opposition libérale où les éléments orangistes étaient mêlés à des patriotes anticléricaux.

  • 61 Jean-François Tielemans (Bruxelles 1799 - 5 juillet 1888) s’était prononcé en faveur de la républi (...)

39Sans multiplier les cas de destitution, le gouvernement frappera haut, comme à titre d’exemple, et de façon à reprendre la situation en mains. Il s’en prit tout d’abord au gouverneur de la province de Liège en personne, Tielemans, dont l’adhésion au nouveau régime ne pouvait pourtant pas être mise en doute. Banni par le gouvernement des Pays-Bas, il était devenu sous le gouvernement provisoire, administrateur-général de l’Intérieur et avait été président du club ultra-patriote l’« Association nationale »61.

  • 62 A.R.A., Oorlog, no 258. Dès le 18 avril 1832, l’abbé orangiste Moens écrivait au général hollandai (...)
  • 63 Pasinomie, t. 2, p. 516 et p. 529. Charles Vandensteen de Jehay (Liège 1781 - Rome 13 mai 1846), s (...)

40Nommé à Liège le 4 juin 1831, il n’avait cependant pas tardé à se rapprocher des éléments anticléricaux. Dès le mois d’avril 1832, il entrait en conflit avec Mgr Van Bommel62 et, le 4 octobre 1832, Tielemans était nommé avocat-général à la Cour de Cassation de Bruxelles, et était remplacé dans ses fonctions par le baron Vandensteen de Jehay, sénateur et personnalité bien connue pour ses affinités catholiques63.

  • 64 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, no 23, Rapport du commissaire Kirsch aux Bourgmestre (...)

41Ce déplacement équivalait à une véritable destitution politique, d’autant plus qu’il était trop jeune pour accepter la place pour laquelle il était désigné. Malgré les protestations et les charivaris organisés spécialement contre le ministre de la justice, il fallut bien s’incliner devant la mesure gouvernementale64.

  • 65 Félix Hubart est décédé le 24 mai 1846, Journal de Liège, 24 mai 1846. En août 1831, il faisait ca (...)
  • 66 Résumé de la polémique entre F. Hubart et le Courrier de la Meuse dans le Journal de la Province, (...)
  • 67 Dossier assez complet de cette affaire aux A.G.R., Papiers Rogier, no 324.
  • 68 Jean-Henri Demonceau (Herve 1791 - Liège 16 septembre 1856) sera lui-même « démissionné » en 1847. (...)

42Six mois plus tard, Liège est le cadre d’une nouvelle destitution politique : elle frappe cette fois le commissaire d’arrondissement Félix Hubart65. Franc patriote également, celui-ci s’était retrouvé, dans les luttes électorales, aux côtés de l’opposition anticléricale. Accusé d’abuser des pouvoirs de ses fonctions pour faire pression sur les bourgmestres des communes rurales66, Félix Hubart se vit offrir, malgré ses protestations et celles des libéraux anticléricaux, la place de directeur des Postes de Liège67. Forcé d’accepter, il fut remplacé dans ses fonctions par le jeune échevin catholique Demonceau, qui s’empressa aussitôt d’agir comme son prédécesseur, mais cette fois au bénéfice du gouvernement68.

  • 69 A.G.R., Papiers Rogier, no 346, Hennequin à Rogier, 8 mai 1833 : « Je me félicite de ne pas avoir (...)

43Ces mesures favorisaient naturellement les catholiques, mais étaient soutenues vigoureusement par les libéraux unionistes soucieux de renforcer l’autorité du pouvoir69.

  • 70 La loi communale est votée le 9 mars 1836. Résumé des discussions à la Chambre dans L. HYMANS, His (...)
  • 71 Le cas du choix de Lambinon, comme échevin de la ville de Liège, est significatif (arrêté royal du (...)
  • 72 Cf. Els WITTE, Politieke maatsstrijd in en om de voornaamste Belgische steden 1830-1848, t. 2, thè (...)

44Dans le même ordre d’idée, la loi communale de 1836, qui attribuait au gouvernement la nomination des bourgmestres et échevins, devint un important moyen de contrôle70. A Liège, le gouvernement put ainsi choisir dans le conseil communal, déjà entièrement aux mains des libéraux, des échevins dont les tendances semblaient moins exclusives71. L’influence du gouvernement s’exerça de la même manière dans un certain nombre de communes rurales72.

45Toutes ces mesures ne pouvaient manquer de se répercuter sur l’attitude des fonctionnaires, des bourgmestres et échevins, qui forment une part importante du corps électoral et, à travers eux, sur les personnes qui se trouvaient dans leur cercle d’influence.

  • 73 Cf. H. HAAG, Les droits de la cité. Les catholiques démocrates et la défense de nos franchises com (...)

46Le but du gouvernement ne faisait aucun doute à ce sujet, c’est ce qu’il recherchait, et il était inspiré dans cette voie par le roi Léopold lui-même73.

  • 74 Réunion en 1835 au tribunal de 1re instance et dirigée par Bertrand, auditeur militaire adjoint. C (...)
  • 75 Le Courrier de la Meuse du 15 mai 1835 dément cette accusation.

47Les réunions pré-électorales des unionistes, à Liège en 1835 et 1839, s’efforceront clairement de canaliser cette influence. Elles auront lieu dans des locaux du gouvernement et seront dirigées par des fonctionnaires74. Les libéraux anticléricaux dénoncèrent la pression exercée sur les fonctionnaires publics destituables ou les jeunes avocats en demande de place pour qu’ils assistent à ces réunions75.

48La mise en pratique de cette politique dans l’arrondissement de Liège devait nécessairement passer par les dirigeants locaux dans les deux grandes tendances unionistes, particulièrement lors des accords électoraux. Comment dès lors, de façon très concrète, s’établirent les rapports entre catholiques et libéraux à Liège et, avant tout, quelles sont les positions de force respectives des catholiques et des libéraux au sein de l’Union ?

3. Les positions prépondérantes des catholiques

49Alors que les libéraux, nous le verrons dans le paragraphe suivant, ne constituent plus qu’une minorité dans l’Union, les catholiques au contraire forment un groupe relativement homogène. Unis par leurs convictions religieuses et inspirés dans leurs actions politiques par l’épiscopat belge, ils s’efforcent de préserver la position favorable qui a été accordée à l’Eglise dans le nouvel Etat.

a) Dogme et programme politique

  • 76 C’est la conclusion qui se dégage de la confrontation des avis de Mgr SIMON dans le Cardinal Sterc (...)
  • 77 A. SIMON, L’Ecole de Malines, dans Collectanea mechliniensia, XXII, 1952, pp. 349-364.

50Au moment même où le Congrès national vient de se rassembler, dans le courant du mois de novembre 1830, paraît une petite brochure anonyme intitulée « Considérations sur les libertés religieuses ». Elle avait été rédigée, en collaboration, par l’évêque de Liège Mgr Van Bommel, le futur cardinal Sterckx, alors vicaire général, et l’abbé de Ram, archiviste de l’archevêché de Malines76, c’est-à-dire les principaux animateurs de ce groupe d ecclésiastiques qui a été défini sous le nom de l’Ecole de Malines77.

  • 78 Considérations sur les libertés religieuses, Louvain (novembre 1830). L’imprimeur van Linthout en (...)

51Les auteurs réclament l’inscription dans la Constitution de la « pleine et entière liberté de conscience », de la liberté des cultes en insistant sur le principe de non-intervention de l’Etat dans les affaires du culte. Ils précisent que les « rapports de bonne harmonie entre l’Etat et les cultes » devraient être « réglés par une loi, d’après l’avis et l’assentiment clairement énoncés des chefs respectifs de ces cultes » et enfin ils demandent le maintien du traitement versé aux ministres du culte78.

  • 79 Le texte intégral de la lettre est publié dans le Courrier de la Meuse du 18 décembre 1830.

52Pour donner un tour officiel à ces considérations anonymes, l’archevêque de Méan, à titre individuel, mais en réalité au nom de l’épiscopat, fait distribuer, le 16 décembre 1830, une adresse aux membres du Congrès79. Il ne réclame aucun privilège pour la religion, mais « une parfaite liberté avec toutes ses conséquences ». Il demande de confirmer dans la Constitution la liberté d’association, pour libérer les associations religieuses et de bienfaisance catholiques des entraves mises par le gouvernement précédent. Il ajoutait enfin un point capital en livrant cette réflexion aux élus de la nation : « La religion a une connexion si intime et si nécessaire avec l’enseignement qu’elle ne saurait être libre si l’enseignement ne l’est aussi. Le Congrès consacrera donc, je n’en doute pas, la liberté pleine et entière de l’enseignement. »

  • 80 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 141.
  • 81 Mgr Van Bommel écrira encore au cardinal Sterckx le 27 septembre 1832, peu de temps avant une réun (...)

53Brochure et lettre du cardinal de Méan peuvent être considérées « comme la déclaration des principes de l’Eglise de Belgique »80. Elles guideront en effet les catholiques durant de nombreuses années81. Cette intervention de la part des responsabilités ecclésiastiques marque tout l’intérêt qu’ils accordent à certains aspects concrets des droits politiques lorsqu’il s’agit pour eux d’obtenir la somme des libertés nécessaires pour le développement et l’exercice du culte.

  • 82 Il s’agit en l’occurrence des liégeois Raikem et de Gerlache et de leurs collègues de Sécus et de (...)

54L’inscription de ces droits dans la Constitution, leur défense au cours des lois organiques qui devaient être débattues par la suite, ne pouvaient évidemment se faire, dans un Etat moderne où le clergé n’était plus représenté comme tel, que par les catholiques laïcs élus aux instances représentatives de l’Etat. De fait, les principaux dirigeants catholiques laïcs avaient été associés à la rédaction de la lettre de l’archevêque82.

  • 83 Les exemples sont innombrables dans les A.A.M., Fonds Sterckx, III, et A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel,(...)

55Ces dirigeants catholiques sont en relation constante avec l’épiscopat. Ils en reçoivent des indications et des instructions sur la ligne de conduite à suivre au cours des débats parlementaires83.

  • 84 A.A.M., Fonds Sterckx, III. Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 1er juillet 1835. Mgr Van Bommel ra (...)

56La communauté de doctrine religieuse apporte ainsi au groupe catholique une grande cohésion. L’appartenance de la quasi totalité de la population belge à la religion catholique lui donne la convictions que « le pays ne peut être gouverné que dans le sens catholique et que tous les efforts du gouvernement doivent tendre à assurer de plus en plus le libre exercice des libertés morales et religieuses »84.

  • 85 Ce rapport est publié par A. SIMON, Le vicaire-général Sterckx et la Constitution belge (1830-1831 (...)

57Persuadé que la Constitution belge est favorable au développement de sa mission pastorale, l’épiscopat belge a, dès 1831, très habilement défendu auprès du Saint-Siège les principes qui y étaient inscrits85. En effet, les conceptions du nouvel Etat heurtent le traditionalisme des milieux romains.

  • 86 ) Cf. la traduction in extenso qu’en a faite Kersten dans le Courrier de la Meuse, les 1er et 5 sep (...)

58Cette divergence de vues devait entraîner en août 1832, une crise importante en Belgique lorsque, dans son encyclique Mirari Vos, le pape Grégoire XVI condamna les principes défendus dans l’œuvre de Lamennais. Bien que la Belgique ne soit pas citée dans le document, les catholiques et les libéraux belges y retrouvaient la condamnation des libertés de conscience et de presse inscrites dans leur Constitution, et les critiques papales sur « certaines assotions et réunions où l’on fait cause commune avec des gens de toute religion » risquaient d’être fatales à l’Union86.

  • 87 Cf. l’article de Kersten dans le Courrier de ta Meuse, 15 et 16 septembre 1832. Pour plus de détai (...)

59Pour apaiser la crise morale et politique qu’un tel document avait fait naître, les dirigeants catholiques belges se rallient à la thèse défendue par Kersten dans le Courrier de la Meuse, qui a recours à la solution originale adoptée auparavant par l’archevêque de Méan. Ils reconnaissent l’intransigeance doctrinale de leur croyance, tout en distinguant les compromis que les catholiques peuvent faire au point de vue politique87.

  • 88 C’est bien cette conception qui apparaît dans les conseils que donnera Mgr Van Bommel aux journali (...)

60Les efforts ne furent pas ménagés pour maintenir l’Union avec les libéraux, mais il apparaissait bien que, fondamentalement, les conceptions dogmatiques des catholiques n’avaient pas et ne pouvaient pas changer et que la tolérance qu ils manifestaient à l’égard de leurs alliés n’était déterminée que par leur commun attachement aux principes de la Constitution, et dans la mesure où les catholiques y trouvaient les bases favorables au développement des activités liées à leur culte88.

  • 89 A. SIMON, Réunion des évêques de Belgique 1830-1867. Procès-verbaux, Louvain-Paris, cahier no 10 d (...)
  • 90 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Minute de Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, 9 avril 1838.

61Réunis très régulièrement à Malines, les évêques belges veillent constamment, au cours des discussions des lois organiques et notamment celles concernant l’enseignement, aux mesures à prendre pour défendre la position de l’Eglise89. Tout le succès de ces mesures repose évidemment sur l’esprit des Chambres législatives et la présence d’un nombre plus ou moins important de personnes favorables à leurs vues. Ainsi immanquablement, le problème électoral est pour eux aussi un problème essentiel, « Je pense comme Votre Grandeur, écrivait en avril 1838 l’archevêque Sterckx à Mgr Van Bommel, que l’affaire des élections est capitale et que, par conséquent, il ne faut rien négliger pour les rendre bonnes ». En ce sens, le rôle de l’évêque et du clergé est très important dans chaque diocèse90.

b) Les catholiques liégeois et le rôle de l’évêque et du clergé

  • 91 Corneille Van Bommel est né à Leyde en 1790 et est décédé à Liège le 15 novembre 1852. U. CAPITAIN (...)
  • 92 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 203.

62Mgr Van Bommel n’était titulaire de l’évêché de Liège que depuis le début de 182991. Forte personnalité, cet abbé hollandais était « l’âme intellectuelle de l’Ecole de Malines »92.

  • 93 Mgr Van Bommel a raconté lui-même l’attitude qu’il avait adoptée dans ces circonstances dans des n (...)

63Il avait critiqué, dans une série de brochures anonymes, la politique du gouvernement hollandais en la dénonçant comme une tentative de monopoliser l’enseignement93.

  • 94 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Van Bommel à Sterckx, 15 février 1838. Mgr Capuccini remarquait : « Mg (...)
  • 95 Mandemens, lettres pastorales..., t. 2, p. 578. « Les événements de juillet (1829) éclatèrent : al (...)
  • 96 Le vicaire-général Sterckx, futur cardinal, écrivait alors, le 22 février 1830, à l’avocat Vanderh (...)

64D’un caractère très décidé, n’hésitant pas, comme il dira lui-même, à se jeter dans la bataille tel un « général d’avant-garde »94, il reste cependant étranger au mouvement de l’Union qui s’est constitué à Liège et s’y développe sans sa participation95. Au contraire il s’aliène, en janvier 1830, les sympathies des libéraux et de quelques catholiques en rappelant, dans une pastorale, l’obligation de tout chrétien de rester soumis à l’autorité temporelle96.

  • 97 Etienne Constantin de Gerlache (1785-1871), membre de la seconde chambre des Etats-généraux depuis (...)
  • 98 Jean-Joseph Raikem (Liège 1787 - 24 janvier 1875), membre des Etats provinciaux depuis 1820, membr (...)

65Son influence n’est dès lors pas très forte dans les milieux politiques au début de l’indépendance. Au cours des réunions destinées à coordonner les efforts des catholiques au Congrès, il reprend — nous l’avons vu — des rapports plus confiants avec les principaux dirigeants liégeois qui siègent dans cette assemblée : de Gerlache, président respecté et écouté de l’Association constitutionnelle97, et Raikem, futur ministre et président de la Chambre, par qui l’évêque sera tenu au courant de tout ce qui s’y passe98.

  • 99 Chevalier Etienne de Sauvage (Liège 1789 - Bruxelles 24 août 1867), gouverneur de la province et m (...)
  • 100 Comte Emile d’Oultremont de Warfuzée (Anvers 1787 - Château de Warfuzée - Liège 4 août 1851), memb (...)

66A Liège même, Mgr Van Bommel se lie avec le gouverneur de la province, de Sauvage99, et surtout avec les comtes de Méan et d Oultremont. Ce dernier, très actif, qui bénéficie d’une grande influence dans les campagnes et n’hésite pas à les parcourir pour la bonne cause au moment des élections, devient le principal auxiliaire de l’archevêque auprès des électeurs catholiques100.

  • 101 Ce sujet est particulièrement abordé par A.F. MANNING, De Betekenis van C.R.A. Van Bommel voor de (...)
  • 102 A.R.A., Oorlog, no 2578, l’abbé Moens à Dibbets, Liège 12 avril 1832. Il ajoute : « Monseigneur do (...)

67Parallèlement à ces contacts politiques, Mgr Van Bommel fait preuve de grandes qualités comme administrateur de son diocèse101. Il prend bien en main la direction de son clergé. Dès 1831, il instaure des retraites où, sous forme de conférences, sont réunis les doyens et les curés primaires. A partir de 1837, ces réunions deviennent mensuelles. Organisées afin de renforcer l’action pastorale, elles permettent aux instructions épiscopales d’atteindre avec efficacité, par l’intermédiaire de cette filière, le moindre curé ou vicaire des campagnes102.

  • 103 Ibidem, pour Moens ce n’est qu’un instrument pour consolider l’indépendance ; tandis que dans un r (...)
  • 104 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 135. Les rapports orangistes se plaignent presque tous des (...)
  • 105 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Le tableau que fait de cette activité, Demarteau, futur rédacteur d (...)

68A l’occasion, cependant, cette même chaîne était un instrument idéal pour transmettre des instructions en matière politique, particulièrement au moment des élections103. Le fait est connu, le clergé, dans son immense majorité, avait adhéré avec enthousiasme aux principes de la révolution belge104. Tant pour les élections au Congrès, que pour les élections suivantes, le clergé ne ménage pas ses efforts pour faire triompher les candidatures catholiques105.

  • 106 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance i, Mgr Van Bommel à Cruts, Herlen, 17 juin 1835. L’év (...)

69L’appui que le clergé apporte est particulièrement efficace dans les campagnes. Dans chaque village, au sein de ces petites communautés où le prêtre a sa place parmi les notables, son rôle de conseiller moral, et aussi politique, est considérable106.

  • 107 Ainsi, Ibidem, Lettres à Peyrot, Mgr Van Bommel écrit le 29 juin 1832 : « J’ai un excellent clergé (...)

70Ainsi, dans son activité pastorale comme dans l’aide qu’il peut apporter à l’occasion aux hommes politiques catholiques, Mgr Van Bommel trouve, dans son clergé, un auxiliaire actif et dévoué107.

71Le rôle joué par l’évêque et le clergé dans la vie politique liégeoise est donc très important, nous tenions à le souligner. Il ne faudrait cependant pas non plus lui accorder une place démesurée. Arrivé dans un milieu politique qui avait sa vie propre, Mgr Van Bommel n’y avait pas le monopole de la décision. Quoique généralement très soumis à l’autorité épiscopale, les catholiques laïcs conservent, en définitive, leurs prérogatives de décision. Ils n’apprécient pas toujours de la même manière la situation politique. Des circonstances locales, parfois un certain esprit d’indépendance, peuvent entraîner des divergences de vue avec l’évêque qui n’était pas toujours suivi.

c) Les réticences des catholiques laïcs

  • 108 Courrier de la Meuse, 15 septembre 1832. Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 15-17.
  • 109 Aux élections législatives du 7 novembre 1833, les unionistes soutiennent un catholique, Deleeuw, (...)

72La période qui suit la parution de l’encyclique Mirari Vos (août 1832 - janvier 1833) est cruciale en ce qui concerne les rapports entre les catholiques et leurs alliés libéraux au sein de l’Union. Tandis qu’ils s’efforcent d’apaiser l’émoi soulevé par ce texte, qu’ils proclament que l’Union continue108 et qu’ils offrent de soutenir deux candidatures libérales pour les élections législatives, les catholiques laïcs se heurtent à l’attitude intransigeante de l’évêque109.

  • 110 Mgr Van Bommel « tenait au système sans détour et sans se cacher ». Kersten à l’abbé de Montpellie (...)
  • 111 Il écrit le 16 août 1832 à Mgr Capaccini : « La belle et l’excellente encyclique a été reçue de l’ (...)

73Jusqu’à la condamnation papale, Mgr Van Bommel était très favorable au système libéral de Lamennais, qui était d’ailleurs enseigné dans son séminaire110, et il avait admis les conséquences politiques qui en résultaient. A la réception de l’encyclique, il se soumet aussitôt sans condition111 et ce changement d’attitude s’accompagne même d’une intransigeance pointilleuse en ce qui concerne les rapports avec les libéraux.

  • 112 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 4 janvier 1833 : « Il faut maintenant que sur (...)
  • 113 Ibidem : « J’ai eu avec de Theux la plus intéressante conversation. Croiriez-vous que votre excell (...)

74Mgr Van Bommel désire voir se former à Liège, et dans les autres villes du royaume, des associations de « catholiques purs » qui écartent toute idée de soutien de candidature libérale112. Il semble même qu’il ait envisagé la possibilité de formation d’un ministère catholique homogène113.

  • 114 Ibidem, lettre du 30 décembre 1832 : « J’ai réussi enfin à inspirer à l’excellent comte d’O(ultrem (...)
  • 115 Ibidem, lettre du 4 janvier 1833.

75A l’occasion des élections de janvier 1833, il fait jouer son influence auprès du comte d’Oultremont pour écarter un des candidats libéraux et remplacer celui-ci par un catholique114. La victoire remportée par cette liste « unioniste » le transporte de joie, mais il remarque à propos de l’« autre candidat, Marcellis, libéral unioniste qui ne pratique pas » : « Ce Marcellis est notre dernière faute, ou plutôt ce n’est pas la nôtre, c’est celle du pauvre Stas »115.

  • 116 Dieudonné Stas (Liège 1791 - Bruxelles 13 février 1868) est propriétaire du Courrier de la Meuse d (...)
  • 117 Voir le chapitre L’Union libérale.

76Stas, directeur du quotidien catholique le Courrier de la Meuse116, n’est pas le seul à envisager différemment les exigences de la situation politique. D’autres catholiques liégeois, qui ne sont pas directement les familiers de l’évêque, estiment aussi qu’il convient de maintenir, vis-à-vis de leurs alliés libéraux, une attitude conciliante, dictée par la formation rapide d’une opposition libérale exclusive et très active117.

  • 118 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Correspondance i, Kerkrade, 4 juin 1835, Mgr Van Bommel à Cruts : « Vo (...)

77Ces considérations politiques sont appuyées par le gouvernement unioniste et l’influence de l’évêque se heurte, à Liège, à celle du ministre de l’intérieur Barthélémy de Theux, député catholique du Limbourg118.

  • 119 C’est l’objet de la seconde lettre renseignée note précédente.
  • 120 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Correspondance ecclésiastique, Mgr Van Bommel à de Theux, 7 février 18 (...)
  • 121 Voir p. 236-237 et notre Etude de la presse liégeoise, pp. 24-26.
  • 122 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, ( ?) janvier 1839 : « Me voici de nouveau qua (...)
  • 123 Voir plus loin, pp. 216-231.

78Malgré une réconciliation momentanée en 1835119, la perte d’influence de l’évêque, dans les questions politiques liégeoises, a tendance à s’accentuer120 et Stas fait preuve de plus en plus d’indépendance dans le Courrier de la Meuse121. En janvier 1839, l’évêque est bien forcé de constater son isolement122 ; depuis un an déjà il ne compte que sur sa plume et les brochures qu’il publie pour combattre les débordements du libéralisme123.

79Il ne fait pas de doute que cette situation fut extrêmement préjudiciable à l’action politique des catholiques à Liège et contribua à faire perdre au mouvement beaucoup de sa cohésion.

  • 124 Cf. notre mémoire, La vie politique dans l’Arrondissement de Liège (Octobre 1830 - Juin 1839), pp. (...)

80Il faudra toute l’ampleur de la crise de 1839, où peuvent être remise en question les réalisations de la révolution, pour lui redonner de la vigueur. Le succès remporté124 masquera très momentanément combien les forces catholiques avaient été usées au cours des divergences des années précédentes.

4. Les positions de faiblesses des libéraux au sein de l’Union

81Face aux catholiques qui, malgré les divergences décrites ci-dessus, n’en apparaissaient pas moins comme un groupe imposant très organisé et uni par les mêmes principes fondamentaux, les libéraux font figure de parents pauvres au sein de l’Union.

  • 125 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lettre du général Vandermeere qui écrit le 30 août 1831 à Rogier qu (...)
  • 126 Cf. notre chapitre sur l’Union libérale.

82Leurs rangs se sont fortement éclaircis au lendemain de la révolution125. Un bon nombre de libéraux ont, après l’inscription dans la Constitution des libertés réclamées par l’Union, rejoint le groupe non négligeable des personnes qui, foncièrement anticléricales, n’avaient jamais voulu participer à cette alliance avec les catholiques126.

  • 127 Charles Rogier (1800-1855), dans Biographie nationale, t. 19, col. 693 à 781.
  • 128 Paul Devaux (1801-1880), ibidem, t. 34, col. 211-230.
  • 129 Firmin Rogier (1790-1875), diplomate belge à Paris de 1831 à 1864, ibidem, t. 19, col. 731 à 812.
  • 130 Joseph Lebeau (1794-1865), dans Les gens de robe liégeois et la révolution de 1830, pp. 53-96.
  • 131 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Mgr Van Bommel écrit le 4 janvier 1833 « Lebeau a cr (...)

83Le petit noyau de libéraux restés fidèles à l’Union est loin d’avoir l’organisation dont bénéficient leurs alliés catholiques. Leurs principaux leaders ont quitté Liège après les journées de septembre. Charles Rogier, devenu membre du gouvernement provisoire puis gouverneur de la province d’Anvers, est ensuite l’élu de cette ville à la Chambre des représentants127 ; Paul Devaux est rentré à Bruges, d’où il prend le départ pour une longue vie politique128 ; Firmin Rogier est entré dans la carrière diplomatique129. Seul Lebeau130, par intermittence et par la proximité de son arrondissement électoral de Huy, garde des contacts directs avec Liège, mais cependant, pour une raison mal définie, en 1832 il se brouille complètement avec les catholiques et perd toute influence à Liège131.

  • 132 Sur le rôle de Lignac, voir notre Etude sur la presse liégeoise.
  • 133 Charles Marcellis (Anvers 1798 - Liège 12 septembre 1869). Il se lance, après 1834, dans des affai (...)
  • 134 Constant Materne (Huy 1807 - Schaerbeeck 15 avril 1860) est nommé, après 1834, chef de bureau au m (...)
  • 135 Jean-Baptiste Kaufmann (Liège 1793 – Amay 1er mars 1861), secrétaire de la maison du Roi, chargé d (...)
  • 136 Jean-Théodore Weustenraad (Maastricht 1805 - Jambes 25 juin 1849), nommé, depuis 1832, auditeur mi (...)

84Seul Lignac, éditeur du Politique, subsiste de l’ancienne équipe des dirigeants libéraux unionistes132. Parmi les personnes qui fréquentent les bureaux du journal quelques-unes se détachent : l’avocat Charles Marcellis133, Constant Materne134, Jean-Baptiste Kaufmann135, et bientôt l’auditeur militaire Théodore Weustenraad136.

  • 137 Quelques lettres sont conservées aux A.G.R., Papiers Rogier, no 28, 245 et 346.

85L’influence des libéraux unionistes se circonscrit aux relations personnelles de ces hommes et à celles qu’ils peuvent atteindre par l’intermédiaire de leur quotidien le Politique ; aucune trace dans leur mouvement d’organisation en dehors de leurs réunions, souvent fortuites, dans les bureaux de ce journal et des contacts épistolaires qu’ils conservent avec leurs anciens leaders137.

86A peine peut-on parler, également, de programme, si l’on entend sous ce terme des objectifs à atteindre. Les opinions de ces personnes, qui sont celles exprimées à la Chambre par leurs anciens compagnons tels Rogier, Lebeau et Devaux, sont diffusées à Liège par la seule voix du Politique.

  • 138 Politique, 4 avril 1832 : « Le trône de Léopold a déjà pris racine dans le sol belge. Nous existon (...)
  • 139 Ils appuyent les projets du gouvernement pour reprendre le contrôle des communes et des gouverneme (...)
  • 140 Politique, 4 novembre 1832 : « L’unioniste est l’homme le moins exclusif possible. Il admet la thé (...)

87Avec la Constitution que s’est donnée la Belgique, les libéraux unionistes ont réalisé leur idéal politique, la libéralisation du régime qu’ils espéraient. Il s’agit de défendre et de conserver ces positions138. Conscients de la situation particulière créée par la menace extérieure, ils appuyent toutes les mesures propres à renforcer l’autorité du gouvernement139. Ils restent fidèles à l’esprit de l’Union parce qu’il est celui du gouvernement et que toute querelle intestine ne contribuerait qu’à affaiblir la position de la Belgique140.

  • 141 Nous tirons cette conclusion de deux constatations rigoureuses. En août 1831, Rogier, défendu par (...)

88Il ne faut pas attendre longtemps, une à deux années à peine après la révolution, pour que le groupe de libéraux qui, à Liège, a constamment ces hautes préoccupations en vue, se réduise à un très petit nombre de personnes. L’exceptionnelle désaffection de lecteurs que connaît le Politique — le journal comptait encore 857 abonnés en 1831 et n’en a plus que 264 en 1836 — va de pair avec l’effacement du mouvement libéral unioniste sur le plan électoral. Dès 1833, le dixième à peine du corps électoral de l’arrondissement, moins de cent électeurs, se déplace encore pour voter selon ses mots d’ordre141.

  • 142 Cf. plus loin, p. 174. Ce thème est utilisé constamment par les organes libéraux pour faire éclate (...)

89Cette minorisation du groupe libéral unioniste apparaît particulièrement de façon cruelle après Mirari Vos. L’attitude dominatrice des catholiques, incités par Mgr Van Bommel, donne un fondement concret aux proclamations des libéraux anticléricaux, selon lesquels participer à l’Union c’est faire le jeu des catholiques142.

  • 143 Le Politique du 7 octobre 1830 demandait déjà : « Que nul système n’aspire à prévaloir d’une maniè (...)
  • 144 Les rédacteurs du Politique (30 juin 1833) s’irritent de lire dans le Courrier de la Meuse « que l (...)

90Pris entre ces deux puissantes tendances, les libéraux unionistes développent particulièrement le thème de la modération. Ils défendent la doctrine du « juste milieu » faite de tolérance et de respect pour tous, une sorte d’« éclectisme politique »143 qui se heurte naturellement à l’intransigeance doctrinale des catholiques144.

  • 145 En 1833 déjà, le Politique (12 avril, 16-17 avril, 21 avril, 2 mai, 16 et 18 mai) avait développé (...)

91Insensiblement, ils prennent leurs distances vis-à-vis de ceux-ci, notamment sur la question de l’enseignement où, tout en maintenant le principe de la liberté, ils prônent une intervention plus large de l’Etat145.

  • 146 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Collection Capitaine, no 2922, tract électoral de ce (...)
  • 147 Ibidem, pas d’organisation non plus en la circonstance, tout au plus « Quelques électeurs, animés (...)

92En 1836, ils s’efforcent d’être à la base de la formation d’un « parti libéral modéré », dont la devise est « modération, tolérance et liberté »146. La seule manifestation concrète de « parti » est l’établissement, pour les élections communales et provinciales, de listes de candidats, puisés tant dans celles présentées par les catholiques que par les libéraux anticléricaux147.

  • 148 Quoique les libéraux unionistes aient critiqué le mandement des évêques contre la franc-maçonnerie (...)
  • 149 Voir plus loin les candidatures de l’Union, p. 103.

93Comme on le constate, l’unité de vue est loin d’être réalisée entre catholiques et libéraux unionistes. Il n’en reste pas moins que, chaque fois que d’une manière ou d’une autre les principes inscrits dans la Constitution paraissent remis en question ou encore comme en 1839 le sort du pays semble être menacé, les anciens partenaires se retrouvent côte à côte pour défendre l’œuvre de la révolution148. En ce sens, le petit noyau de libéraux unionistes qui subsiste à Liège est précieux pour les catholiques car c’est autour de celui-ci que viennent se regrouper les libéraux qui, dans ces circonstances, font abstraction de leur anticléricalisme pour défendre le système constitutionnel du pays149.

94L’étude des rapports directs entre catholiques et libéraux unionistes confirmera ce qui nous apparaît déjà comme le rôle de simple appoint que les catholiques font jouer aux libéraux unionistes au cours de la période.

5. L’Union au service des catholiques

95Le déséquilibre des forces, représentées respectivement par les catholiques et les libéraux unionistes tout autant que les conceptions politiques divergentes, devait forcément rendre les relations très très difficiles au sein de l’Union.

a) La domination catholique dans l’organisation préélectorale

  • 150 A.G.R., Papiers Rogier, no 28, H. Lignac à Rogier, 23 août 1831.
  • 151 Ibidem, Demarteau à Rogier, 22 août 1831 : « Il (Stas) m’informe qu’aujourd’hui même il devait ass (...)

96Dès 1831, au moment où l’Association constitutionnelle se reforme pour conseiller les électeurs unionistes dans leur choix, la prépondérance prise par les catholiques dans cette organisation est dénoncée par Henri Lignac, éditeur du Politique. « En définitive, jugeait-il, Stas (propriétaire du Courrier de la Meuse) n’est que l’agent de l’association dont Gerlache est le gouverneur »150. L’existence de cette organisation n’empêchait déjà pas les principaux dirigeants catholiques de se concerter préalablement sur les candidats à proposer151.

  • 152 Nous avons déjà souligné le départ des libéraux unionistes Rogier, Devaux et Lebeau. Dès 1832, de (...)
  • 153 Election partielle ; Etienne de Sauvage est présenté par le Courrier de la Meuse pour remplacer Lo (...)
  • 154 Elles se bornent à la limite à des contacts entre Stas et Lignac, et, à l’occasion peut-être, à qu (...)
  • 155 Cf. plus haut, pp. 92-93.
  • 156 A.G.R., Papiers Rogier, no 346. N. Hennequin à Rogier, 8 mai 1833 : « Lignac fera très probablemen (...)

97L’Association, dans sa conception d’avant 1830, gênée sans doute par l’éloignement de Liège des principales personnalités qui en faisaient partie152, disparaît dès l’élection suivante de juillet 1832153. Cependant, le principe des réunions préélectorales pendant lesquelles les contacts entre catholiques et libéraux unionistes devaient se faire, resta quasi identique. Ces réunions groupaient peu de monde154, seuls les dirigeants qui sont sur place, et quelques-uns de leurs amis politiques se rencontrent. Le rôle des éditeurs du Courrier de la Meuse et du Politique, dans lesquels se publiera finalement la liste commune des candidats, est important. Cependant, Stas doit tenir compte des recommandations qui lui sont faites, soit directement par Mgr Van Bommel, soit par l’intermédiaire du comte d’Oultremont, ou encore par un groupe des principaux électeurs catholiques ; et l’on sait les pressions que ceux-ci exercèrent, particulièrement pour les élections de janvier 1833155. D’autre part, Henri Lignac, vraisemblablement pour des raisons de caractère, négligeait trop souvent, au grand courroux de ses amis, de faire prévaloir son avis dans ces réunions156.

  • 157 Vives critiques du système des assemblées restreintes dans le Politique du 21 mai 1835.

98Les libéraux unionistes cherchèrent une solution pour échapper à cet état de dépendance. Le succès remporté par la publicité donnée par l’Union libérale à ses réunions préélectorales plus larges, leur en fournit l’idée. Ils défendirent dès lors le principe d’une assemblée générale groupant tous les électeurs157. Ils espéraient trouver dans cette solution un plus juste équilibre des forces ; d’autre part, cette coopération politique de tous les électeurs répondait assez à leurs vœux d’éclectisme politique.

  • 158 Courrier de la Meuse, 9 mai 1835, et ibidem, 15 mai 1835 où paraît une lettre de l’auditeur milita (...)
  • 159 Courrier de la Meuse et Politique du 21 mai 1835. La réunion a eu lieu au tribunal de 1re instance
  • 160 Compte rendu de la séance dans le Politique, 21 mai 1835.

99Plus pour conserver leur propre influence sur leurs électeurs que pour répondre au vœu de leurs alliés, les catholiques, en 1835, abandonnent le caractère restreint et presque secret de leurs réunions. Cent vingt convocations sont envoyées, mais quarante personnes seulement se déplacent158. Devant les sarcasmes des libéraux, les Amis de l’Ordre et de la Constitution, nom sous lequel se présentent depuis 1834 les catholiques, convoquent sept cents personnes159. Cent dix-neuf répondent à l’appel mais n’ont pas la possibilité de discuter du choix à faire. Une liste de quatre noms, qu’ils ont à accepter ou à refuser, leur est simplement présentée. Dans ces conditions, l’accord est quasi unanime160.

  • 161 Courrier de la Meuse, 21 mai 1835. Ils n’ont pas trouvé convenable d’organiser des hustings (débat (...)

100Un délégué libéral unioniste protestera, au cours de la réunion, parce que les convocations n’avaient été adressées qu’aux électeurs susceptibles de voter dans le sens catholique. Le bureau rejeta toute idée de convocation plus large. Cette objection était pour lui une « erreur de principe en matière électorale, ou plutôt un sophisme auquel on s’est efforcé de donner une explication libérale »161.

  • 162 Politique, 21 mai 1835.

101Jugeant, pour leur part, que ces réunions n’étaient que des « conciliabules », les libéraux unionistes dénoncèrent cette façon d’« étouffer toute espèce d’indépendance »162.

  • 163 Le résultat des travaux des comités de quartier est discuté, le 28 juin 1836, par un comité « cent (...)
  • 164 Résultats publiés dans les journaux liégeois des 15 et 16 juillet 1836.

102Les dirigeants catholiques ne trouvaient évidemment aucun avantage à changer un système électoral qui leur avait jusqu’alors été favorable. Lors des élections communales de 1836, des comités de quartier sont créés qui soumettent au comité central leur propre liste de candidats163 ; il s’agit bien plus là d’un signe de faiblesse, du désir d’accrocher l’intérêt des électeurs pour une lutte dans un cadre électoral difficile, que d’une véritable libéralisation du système. La défaite écrasante qui sanctionne cet effort en témoigne, en même temps qu’il ôte chez les catholiques toute idée de recommencer l’expérience164.

103Ebranlées depuis 1833, les relations entre libéraux unionistes et catholiques sont pratiquement inexistantes de 1835 à 1838.

  • 165 Espoir, 30 mai 1839. La réunion a lieu chez le commissaire d’arrondissement Demonceau.

104En 1839, pourtant, une situation très particulière, la crise qui suit l’acceptation du traité des XXIV Articles, qui met en péril le sort du pays, resserre les liens des anciens alliés. Sans que le problème d’une convocation plus large ne soit évoqué, un accord est conclu sur les candidats aux élections législatives entre les dirigeants des deux tendances165. Nous verrons bientôt dans quelles mesures cet accord fut réalisé et toute la différence qu’il présente avec la situation précédente.

  • 166 A aucun moment les membres du bureau directeur des Amis de l’Ordre et de la Constitution ne font c (...)

105Pratiquement depuis 1835, l’Union ne se traduit plus concrètement à Liège dans une organisation quelconque. Depuis cette date, et à l’exception de 1839, les Amis de l’Ordre et de la Constitution, au comité directeur restreint et gardé secret166, ne représentent plus que les intérêts catholiques.

106Cette situation apparaît très clairement dans l’examen des candidatures libérales soutenues par les catholiques à l’occasion des élections législatives.

b) L’Union au banc d’épreuve : les candidatures libérales

  • 167 Dès 1831, les libéraux unionistes en faisaient une question de base quant à la réalité de l’Union.(...)

107En contrepartie de l’appui qu’ils étaient disposés à accorder aux catholiques en période électorale, les libéraux unionistes attachaient une très grande importance aux candidatures qui leur étaient attribuées pour les élections à la Chambre167. Il est à noter que ce n’est que dans ce genre d’élection que les candidatures « unionistes » peuvent être appréciées. Effectivement, tant pour les élections communales que pour les élections provinciales, les deux tendances conservent leur entière liberté de manœuvre.

  • 168 Nous n’avons pas connaissance de l’existence d’une telle organisation dans les autres communes de (...)
  • 169 Dès la première élection communale partielle du 12 août 1833, Politique et Courrier de la Meuse(...)

108Dans le cas des élections communales, le cadre où s’exerce l’influence des unionistes ou des Amis de l’Ordre se limite strictement à la ville de Liège168 et, au cours de la période de 1831 à 1839, à l’exception d’une seule élection partielle, en janvier 1834, où l’autorité du gouvernement était mise en question, aucun accord n’eut lieu entre catholiques et libéraux pour le choix des candidats169.

  • 170 Il est à noter à nouveau que le cadre d’action des Amis de l’Ordre se limite au canton de Liège ; (...)

109De même dans les élections provinciales, dont la première ne survint qu’en 1836, les deux groupes politiques restent divisés sur la question170.

  • 171 Politique, 10 juin 1835 : « On remarque qu’un grand nombre de votans des campagnes qui n’ont point (...)

110Enfin, le problème de l’accord entre les deux groupes ne se posa pas pour les élections au Sénat. A l’exception de celles de 1831, ces élections se dérouleront, tout au long de la période étudiée, dans une quasi indifférence171.

111La question des candidatures unionistes se réduit donc à l’examen des personnalités libérales soutenues par les catholiques à l’occasion des élections à la Chambre.

  • 172 Dont sept de 1831 à 1835.
  • 173 Voici le détail de ces élections et des candidatures présentées par l’Union ou les Amis de l’Ordre(...)

112A la suite de toute une série de circonstances (démissions, annulation d’élections, dissolution de la chambre et renouvellement normal), les élections à la chambre, qui ont pour cadre l’arrondissement de Liège, sont exceptionnellement nombreuses. On n’en compte pas moins de huit pour la période de 1831 à 1839172. Elles donnent lieu à la présentation, par les catholiques, de vingt-cinq candidatures173, dont neuf candidatures libérales, qui, par le jeu des présentations successives, sont défendues par six personnes différentes : Louis Jamme, Marcellis (présenté trois fois), Kaufmann, Ernst, Fleussu et Lesoinne. La prépondérance accordée, par l’Union et les Amis de l’Ordre et de la Constitution, aux catholiques saute aux yeux. Le soutien apporté à six libéraux peut apparaître malgré tout comme un acte d’unionisme. Examinons-le de plus près.

  • 174 Louis Jamme (Liège 1779 - 12 février 1848), bourgmestre de Liège de 1830 à 1838. CAPITAINE, Nécrol (...)
  • 175 Toute la correspondance concernant cette élection manquée de Rogier à Liège est conservée aux A.G. (...)
  • 176 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lebeau à Rogier, Liège, 22 août 1831 : « Jamme est porté par un par (...)
  • 177 Louis Jamme défendra les candidats de l’opposition libérale au cours des élections suivantes. Deva (...)

113La candidature de Louis Jamme est défendue, en août 1831, par l’Association Constitutionnelle174. On pourrait supposer que les libéraux unionistes en sont satisfaits, or il n’en est rien. Le candidat de prédilection de ces derniers était Charles Rogier175. Ce sont des raisons d’opportunité, seules, qui ont poussé les catholiques à soutenir Louis Jamme, préalablement présenté par les libéraux de l’opposition. La popularité du bourgmestre de Liège rendait son élection presque assurée et il était plus habile, pour les catholiques, de le porter sur leur liste que de l’opposer à leurs candidats176. Peut-on dès lors considérer cette candidature comme « unioniste »177 ?

  • 178 politique et Courrier de la Meuse du 26 octobre 1832.
  • 179 Une réclamation pour irrégularité fut déposée. Elle relevait des inscriptions sur les listes élect (...)

114Les élections législatives partielles de novembre 1832, par contre, ont un caractère « unioniste » très marqué. Ce seront les seules. Il s’agit pour les catholiques, au lendemain du choc moral causé par l’encyclique Mirari Vos, de démontrer à leurs alliés libéraux que leur attitude politique n’a pas varié. Deux libéraux, Kaufmann et Marcellis, sont soutenus victorieusement au côté d’un seul catholique178 mais ces élections sont annulées179 et quand elles ont lieu à nouveau deux mois plus tard, la situation a complètement changé.

  • 180 Voir plus haut, p. 93. Le motif invoqué pour éloigner Kaufmann est sa santé déficiente. « Si les a (...)
  • 181 Idem, A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 4 janvier 1833.

115En janvier 1834, les catholiques poussés par l’évêque de Liège, éliminent Kaufmann et le remplacent par un catholique180. Seul Marcellis échappe à l’exclusive jetée sur les libéraux mais, selon l’évêque, cela devait être la « dernière faute des catholiques181.

  • 182 Politique et Courrier de la Meuse, 27-28 mai 1833, et Courrier de la Meuse du 29 mai 1833 mettent (...)
  • 183 Résultats dans les quatre journaux liégeois du 31 mai 1833. Les élus de l’opposition sont Fleussu (...)

116Pourtant cinq mois plus tard, à l’occasion des élections qui ont lieu à nouveau en mai 1834 après la dissolution de la Chambre, Marcellis figure toujours sur la liste aux côtés de quatre catholiques. Les circonstances locales ont joué ; l’opposition vient de se constituer en une Union libérale très menaçante qu’il faut vaincre182. En conservant Marcellis, les catholiques comptent se rallier un nombre précieux de voix libérales. Deux candidats « unionistes » échouent cependant dans la lutte, dont Marcellis183. Avec cet échec se clôture la seule parenthèse « unioniste », — malgré les réserves qu’on peut y faire — dans les relations entre catholiques et libéraux à Liège.

  • 184 Antoine Ernst (1796-1841), professeur de droit à l’Université de Liège, membre de la Chambre de 18 (...)
  • 185 Pasinomie, t. 4, p. 166. L’Industrie du 8 août 1833 remarque ironiquement : « Des observateurs plu (...)
  • 186 Voir la surprise non déguisée du Politique, 25-26 août 1834, à l’annonce du soutien de cette candi (...)

117Effectivement, le soutient de la candidature d’Antoine Ernst par les catholiques liégeois, en 1834 et 1835, procède d’une réaction très différente. Lorsque Antoine Ernst184, professeur à l’Université de Liège, membre de la Chambre des représentants, élu en 1833 à Liège par l’Union libérale, l’heureux rival de Marcellis, entre en août 1834 comme ministre de la justice dans le nouveau gouvernement formé par le catholique de Theux, c’est l’étonnement général dans la cité185. Lorsque les catholiques liégeois annoncèrent qu’ils soutiendraient Ernst qui, comme nouveau ministre, se représentait devant le suffrage de ses électeurs, ainsi que la loi l’exigeait, ce fut de la stupeur dans les milieux libéraux. Il n’était pas question pour le groupe libéral de l’Union non consulté de soutenir ce candidat sorti des rangs de l’opposition au gouvernement186.

  • 187 Ces précisions sont données rétrospectivement, un an plus tard, par Mgr Van Bommel lui-même dans u (...)
  • 188 Courrier de la Meuse, 27-28 avril 1835. La campagne pré-électorale avait débuté très tôt cette ann (...)
  • 189 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance i, Mgr Van Bommel à Cruts, Kerkrade, 4 juin 1835 : «  (...)

118Que s’est-il passé dans les milieux catholiques pour en arriver à un tel revirement ? C’est la première manifestation concrète, dans les élections, de l’influence grandissante du ministre de Theux sur les catholiques liégeois. Lui seul, qui connaissait Ernst pour l’avoir fait entrer dans son gouvernement, put l’imposer aux catholiques liégeois, en août 1834, contre la volonté de l’évêque Mgr Van Bommel187. Celui-ci ne connaissait pas Ernst et il se méfiait évidemment de ses opinions politiques. Un an plus tard, en juin 1835, lorsqu’à la suite de nouvelles élections législatives les catholiques liégeois soutiennent à nouveau Ernst aux côtés de trois catholiques188, l’évêque de Liège est toujours opposé au ministre de la justice. Ce n’est qu’à cinq jours du scrutin qu’il reçoit enfin des assurances formelles et qu’il accepte de l’appuyer189.

  • 190 Sur le mécontentement du Politique, voir particulièrement ses articles des 17 et 20 mai 1835.

119Le caractère « unioniste » de cette candidature peut assurément être mise en question. Sa source n’est en tout cas pas liégeoise ; les libéraux unionistes n’ont aucun contact avec Ernst190. En réalité, celui-ci entre dans le jeu des catholiques ; il s’agit d’une véritable conversion politique. En 1839 il acceptera une chaire à l’Université catholique de Louvain.

  • 191 Sur les divisions internes des catholiques, voir pp. 92-93, et sur la politique des libéraux antic (...)
  • 192 A.R.A., Oorlog, no 275, Moens au général Dibbets, Liège le 12 juin 1839. De Behr aurait fait savoi (...)

120Après cette période très agitée, quatre ans s’écoulent sans élections législatives. En juin 1839, le gouvernement compte sur de bonnes élections pour asseoir définitivement la stabilité du pays, qui sort de la crise politique consécutive à l’exécution du traité des XXIV Articles. La situation politique liégeoise s’est entretemps profondément transformée. Les forces catholiques, affaiblies déjà par les divergences internes décrites plus haut, ont été usées depuis 1838 par les attaques incessantes des libéraux anticléricaux191. L’appui du groupe libéral du Politique, qui a conservé une allure modérée, est indispensable pour assurer le succès de l’élection. Sous la pression du gouvernement, selon certains dires192, un accord est conclu sur une liste de trois catholiques et deux libéraux, mais l’on est loin de l’esprit initial de l’Union.

  • 193 Maximilien Lesoinne joua un grand rôle dans l’industrie houillère et métallurgique. Il devait décé (...)
  • 194 Courrier de la Meuse, 4 juin 1839, lettre de Lesoinne à Wasseige, secrétaire de l’assemblée de l’U (...)
  • 195 Stanislas Fleussu (Waremme 1798 - Liège 2 juin 1858), unioniste avant 1830 et élu au Congrès natio (...)
  • 196 Politique, 3 juin 1839.
  • 197 Lettre du 31 mai 1839, publiée dans le Courrier de la Meuse, 1-2 juin 1839.
  • 198 Lettre d’un ami de Fleussu, publiée dans ibidem, 3 juin 1839.
  • 199 Cet avis, formulé par l’opposition, semble bien être exact : Industrie, 1er juin 1839 et Espoir, 3 (...)

121Les deux candidats libéraux sont l’industriel Max Lesoinne et Stanislas Fleussu, conseiller à la Cour. Max Lesoinne193 est un ancien réunioniste ; il est également le candidat de l’Union libérale, il se veut « libre de toute promesse ou engagement envers qui que ce soit »194 et il y a peu de chances qu’il accepte de collaborer avec les catholiques. Fleussu195, de son côté, est un transfuge de l’Union libérale, son candidat élu à la Chambre avec Ernst en 1833. Inquiet des tendances extrémistes de certains collègues au cours de la crise de 1839, il avait été séduit par l’attitude modérée du Politique, et avait accepté d’être son candidat196. Devant le soutien que lui apportent les catholiques, Fleussu, ignorant l’accord conclu, tint à préciser « pour qu’il n’y ait pour personne ni méprise ni surprise » que sa conduite politique n’a pas varié197. Devant les explications du Politique, il accepte cependant l’appui du Courrier de la Meuse198. L’incident était significatif : l’ancienne Union était loin d’être reconstituée dans son esprit initial et les libéraux qui dans ces moments critiques glissaient vers des positions modérées, conservaient leur défiance vis-à-vis des catholiques. Quant à ces derniers, s’ils soutiennent Fleussu, c’est, semble-t-il bien, pour éviter qu’il ne se présente dans l’arrondissement de Waremme contre un catholique199.

122Ce dernier trait complète notre analyse. Il apparaît bien que, à Liège, le soutien de candidatures libérales par les catholiques s’accompagne toujours pour eux de considérations tactiques tendant à éviter d’opposer leurs propres candidats à des éléments dont les chances de succès sont trop considérables (Jamme, Fleussu et Lesoinne). A la seule exception de l’élection manquée d’octobre 1832, aucune candidature présentée sous le signe de l’Union n’offre les caractères si souvent attribués, d’une franche collaboration. Largement majoritaires au sein de l’Union, les catholiques imposent leurs vues lorsqu’ils sont forts (Ernst) ; ils masquent leur mise en minorité progressive à Liège face à l’opposition anticléricale, en cherchant à la diviser par le soutien des candidatures libérales. Le succès remporté en 1839 est caractéristique de cette tactique. La suite des événements politiques montrera combien il est trompeur quant à l’appréciation réelle des forces catholiques qui subsistent à Liège.

6. Conclusion : nouvelles perspectives sur la signification de l’Union

  • 200 « Le calcul est tout politique. Il ne touche en rien aux principes (...). Il est donc vain de cher (...)

123L’analyse de l’Union catholico-libérale à Liège présente plusieurs aspects complexes que nous avons dégagés. Dans les relations concrètes entre catholiques et libéraux, il ne fallut pas attendre longtemps pour voir disparaître toute forme d’organisation commune. La minorisation du groupe libéral unioniste, rendue effective dès 1831 par le développement d’une opposition anticléricale ne permit pas à celui-ci de faire respecter ses vues au sein de l’Union. Les catholiques, groupe relativement homogène et bien organisé, se servent de l’Union pour renforcer leurs propres positions ou masquer leurs éventuelles faiblesses. En ce sens, l’Union apparaît bien, tel que H. Haag l’a décrite, comme une tactique200 qui, à notre sens, servit particulièrement les catholiques. Lorsque la Constitution et l’Indépendance de la Belgique sont mises, de quelque manière que ce soit, en péril, un certain esprit « unioniste » renaît, mais la source de cet « unionisme » ne trouve pas ses fondements réels à Liège, et il reste encore à définir le sens de cet « unionisme ».

124L’impulsion — cela apparaît clairement — est donnée par le gouvernement. Dans les études qui ont été faites de l’Union, le caractère « ministériel » de l’attitude des catholiques et des libéraux dits « unionistes » — mais très souvent appelés « ministériels » par les sources de l’époque — n’a peut-être pas été mis suffisamment en valeur. La tentation semble avoir été grande de glorifier tout particulièrement l’élan patriotique et national des débuts de notre indépendance en attribuant à l’Union un caractère plus profond — thèse déjà défendue par les « unionistes » — qu’elle n’en eut en réalité.

  • 201 En 1846, lorsque sera envisagée la constitution d’un cabinet libéral homogène, Materne parlera à R (...)
  • 202 Gazette de Liège, 1-2 juillet 1848.

125Telle qu’elle nous apparaît, vue de la base, l’Union n’est qu’une coalition ministérielle, comme l’histoire contemporaine du pays nous en a fait connaître maints exemples, réunissant des catholiques et des libéraux, aux options politiques très différentes, d’accord sur un programme gouvernemental : la défense de l’Indépendance et de la Constitution ; ce gouvernement fait une politique centriste de droite, qui tourne en faveur des catholiques201. La menace extérieure qui pèse sur le pays, la présence dans les rangs de l’opposition des partisans du régime déchu, lui donne l’aspect d’une « union sacrée » qui ne doit cependant pas laisser présager une communauté de pensée plus profonde que celle décrite plus haut. L’« Unionisme » de 1831 à 1839 est identique à ce mouvement qui verra, en 1848 alors que le gouvernement est libéral homogène, les catholiques soutenir les libéraux conservateurs contre les poussées révolutionnaires. A ce moment aussi, les catholiques voteront, à Liège, pour les libéraux doctrinaires202 et pourtant il est clair, pour l’époque, que rechercher une pensée politique commune plus profonde que la simple défense des institutions du pays est une démarche vaine.

126La confusion sur le sens de l’Union existait déjà au cours de la période étudiée, non pas au niveau des dirigeants, mais dans les rangs des électeurs, d’autant plus facilement que ceux-ci n’avaient pas encore pris l’habitude de se prononcer clairement pour une appartenance politique bien définie. Faire acte d’unionisme sera pendant longtemps synonyme de : se placer au-dessus de tout parti.

  • 203 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel de Léopold Ier, dans Res Publica, vol. I, 1959, pp. 6-16.

127Cette confusion fut entretenue par le gouvernement. Le rôle du roi Léopold fut, semble-t-il bien, déterminant dans la prolongation du mythe de l’Union, qui marquera très profondément la suite de la vie politique belge203.

Notes

1 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel de Léopold Ier, dans Res Publica, vol. I, 1959, pp. 6-16.

2 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950, p. 122. Dans la critique que Mgr Simon fait de la thèse de doctorat de K. JÜRGENSEN, Lamennais und Belgien..., Kiel, 1958, il souligne que cet auteur penche comme lui vers la thèse d’une évolution intellectuelle des catholiques, et il rappelle son opposition avec la thèse de H. Haag, cf. A. SIMON, Lamennais en Belgique, Revue belge de philologie et d’histoire, 1959, pp. 408-417.

3 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel, op. cit„ pp. 7 et 9.

4 C. LEBAS, L’Union des catholiques et des libéraux de 1839 à 1847. Etude sur les pouvoirs exécutif et législatif, Louvain-Paris, 1960.

5 Sur Constantin de Gerlache (1785-1871) et plus particulièrement son attitude en 1825, voir Biographie nationale, t. 32, col. 217-245 et P. de GERLACHE, Gerlache et la fondation de la Belgique indépendante, Bruxelles, 1931.

6 Charles Rogier (Saint-Quentin 1800 - Bruxelles 27 mai 1885) et Firmin Rogier (1790-1875), Biographie nationale, t. 19, col. 693-812.

7 Joseph Lebeau (Huy 1794 - 19 mars 1856). F. DAXHELET, Joseph Lebeau, Bruxelles, 1945.

8 Paul Devaux (Bruges 1801 - Bruxelles 30 janvier 1880), Biographie nationale, t. 34, col. 211-230.

9 Félix Van Hulst (1799-1872), dans Les gens de robe liégeois et la révolution de 1830, Liège, 1931, pp. 305-307.

10 Mathieu Laensbergh, 21 mars 1827 : « De la réserve qu’on nous reproche en matière religieuse ». Voir aussi le 1er novembre 1827. Pour replacer ces articles dans leur contexte, il convient de renvoyer à H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950 et P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, Liège, 1930.

11 Corneille Neujean, curé de Saint-Nicolas (Herve 1763 - Liège 12 février 1829), U. CAPITAINE, Recherches sur les journaux, p. 166, et son vicaire Hubert Jacquemotte (Crisnée 1795 - Liège 12 février 1861), qui deviendra en 1838 vicaire-général. U. CAPITAINE, Nécrologie pour 1861, pp. 46-48.

12 Dieudonné Stas (Liège 1791 - Bruxelles 13 février 1868), Biographie nationale, t. 23, col. 649-650.

13 Pierre Kersten (Maastricht 1789 - Liège 5 janvier 1865), Biographie nationale, t. 10, col. 662-665.

14 Sur l’évolution générale des catholiques voir l’article de R. AUBERT, L’Eglise et l’Etat en Belgique au xixe siècle, dans Res Publica, X, 1968, pp. 9-31.

15 Voir Courrier de la Meuse, 16 décembre 1831 : « L’Union belge ! nous croyons la connaître, car c’est nous-mêmes qui avons concouru à la cimenter, et sans nous, et nos anciens confrères du Politique il est possible qu’elle n’eut jamais existé, qu’on ne l’eut jamais connu. »

16 Kurt JÜRGENSEN, Lamennais und die Gestaltung des Belgisches Staates. Der liberale Katholizismus in der Verfassungsbewegung des 19. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1963, particulièrement pp. 114-131.

17 Courrier de la Meuse, 22 juin 1828, 19 octobre 1828 et surtout 11 avril 1830. Le 16 décembre 1831, il dira encore : « L’Union, c’était une alliance entre gens qui, quoique divisés de principes, avaient néanmoins un commun intérêt. Or ce fut ce commun intérêt, et non la communauté de principes ou de doctrines, qui fut le lien de cette union. Les catholiques demeurèrent catholiques et les libéraux demeurèrent libéraux. »

18 P. HARSIN, Liège et la révolution de 1830, pp. 14-15.

19 Idem et R. DEMOULIN, Les journées de septembre 1830 à Bruxelles et en province. Etude critique d’après les sources, Liège-Paris, 1934, et du même auteur, La Révolution de 1830, Bruxelles, 1950.

20 Politique, 7 octobre 1830.

21 Courrier de la Meuse, 12 janvier 1831.

22 Le catholique Richard-Lamarche, choisi comme président, déclina l’offre. Elle eut, à ses débuts, l’avocat de Lezaack pour président, Putzeys comme vice-président, et Bayet, Muller et Collette comme secrétaires. Courrier de la Meuse, 22 et 24 octobre 1830.
Le règlement de l’Association patriotique liégeoise est reproduit dans le Citoyen du 3 novembre 1830. Cf. P. HARSIN, Liège et la Révolution de 1830, Liège, 1930, pp. 74-77.

23 La circulaire du « comité électoral près l’Association patriotique liégeoise », datée du 2 novembre 1830, est reproduite dans le Citoyen du 3 novembre 1830.

24 Cf. deux listes imprimées de candidats pour les élections au Congrès national, conservées dans la collection de tracts électoraux constituée par Ulysse Capitaine. BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922.

25 L’organe de l’Association s’inquiète cependant de cette diversité. « Que signifient donc, dit le Citoyen du 4 novembre 1830, ces diverses listes qui parcourent la ville ? Tantôt ce sont des bleues, des jaunes ou des rouges, et toujours les mêmes individus sont représentés sous toute sorte de formes différentes. Ce sont là de mauvaises manœuvres qui décèlent le désir de faire adopter certains candidats qui ne méritent pas assurément d’aller plaider nos plus chers intérêts dans le Congrès national. »

26 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922, « L’Association patriotique liégeoise à Messieurs les Electeurs » s.d. (octobre 1830). « L’Association patriotique liégeoise a fait abstraction absolue de toute nuance d’opinion et d’intérêts privés ; elle n’a cherché qu’à atteindre le but de son institution : le bien-être de la Belgique. »

27 Citoyen, 8 et 9 novembre 1830. « Le préambule du règlement (de l’Association) promet qu’on travaillera à éclairer l’esprit public et la marche du gouvernement. Quant à l’esprit public, il y paraît déjà tout formé dans les nombreuses réunions de spectateurs qui chaque soir remplissent les galeries ; ce ne sont pas les aboyeurs et les tricotteuses qui remplissaient les tribunes des jacobins en 1790 ; mais des hommes graves et silencieux qui savent gré à plus de deux cents de leurs compatriotes de consacrer leur loisir à l’intérêt public (...). »

28 Le premier exemplaire du Franc Liégeois, intitulé « début », reproduit, page 16, une adresse au Congrès, adoptée à l’unanimité le 20 décembre 1830 par l’Association, où elle proteste contre les mauvaises nominations : « Le mécontentement est général. Nous sommes sur un volcan. »

29 Citoyen, 4, 8-9 et 11 novembre 1830. Franc Liégeois, no 5, pp. 12-15, no 8, pp. 15-16. Nous présenterons ces deux journaux, lorsque nous reviendrons sur l’Association patriotique liégeoise pour étudier plus précisément son caractère libéral démocrate.

30 Courrier de la Meuse, 2 janvier 1831, 16 janvier, 25 mars, 10 avril 1831, etc. Les articles sont nombreux, ce ne sont ici que les principaux.

31 Ibidem, 21-22 février 1831, 25 mars, 27 mars, etc.

32 Courrier de la Meuse, 30 octobre 1830, 16 décembre 1830, 24 janvier 1831, etc. Les réserves qu’il émet envers les idées des Lamennais ont une répercussion considérable en Belgique : Ad. et V. Dechamp écrivaient dans le Journal des Flandres du 12 décembre 1830 : « Je le vois seul (le Courrier de la Meuse) accueillir avec de la défiance et presque du blâme ces doctrines qui ont arraché un cri d’enthousiasme au monde catholique », et L. de Robiano écrit aussi dans le même journal du 8 décembre 1830 : « Une multitude de personnes condamnent l’illustre écrivain d’après le Courrier, et quand on les interroge, elles sont forcées d’avouer qu’elles n’ont entendus qu’une des parties. » Cités par K. JÜRGENSEN, Lamennais..., p. 168 n. 4 et p. 222 n. 28.

33 Courrier de la Meuse, 25 juillet 1831, où l’attitude de Kersten est bien résumée : « Depuis le commencement de la révolution jusqu’à présent, ce dont nous avons été le plus constamment occupés, c’est l’organisation d’un pouvoir fort et conservateur, qui pût nous garantir du désordre et de l’anarchie. »

34 Courrier de la Meuse, 23 juillet 1831.

35 Ibidem, 19 août, 22-23 août 1831 et trois articles intitulés « Le catholicisme et le libéralisme », des 16, 18 et 30 septembre 1831.

36 Voir plus loin, pp. 95-96.

37 Politique, 10 octobre 1830, 18-19 octobre 1830, 3-4 janvier 1831, 6 et 7 janvier 1831, etc.

38 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lignac à Rogier, 23 août 1831 : « L’Association s’est réunie hier. »

39 « Nous avons une Dynastie de notre choix, dont le chef veut le bonheur de la Belgique, une Constitution qui nous garantit les institutions les plus libérales. Ces conquêtes doivent suffire au véritable patriotisme ; aller au delà serait imprudent et même dangereux (...). Aujourd’hui il faut conserver et non plus démolir. » Aux électeurs. Les Amis de l’Ordre et de la Constitution, 2 juin 1835. BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Collection Capitaine. no 2922.
Voir aussi A. SIMON, L’Unionisme constitutionnel de Léopold Ier, dans Res Publica, t. 1, 1959, pp. 6-16 - cf. p. 9.

40 Courrier de la Meuse, 24 avril 1835. « Il est impossible que tout électeur, ami de l’ordre et de la nationalité, se refuse à sanctionner par ses votes un système politique qui a porté de si heureux fruits. »

41 « Il faut enfin prouver aux nations qui nous entourent et dont l’alliance nous est si nécessaire, que si nous avons su conquérir notre indépendance et de justes libertés, nous savons aussi nous opposer à cet esprit de radicalisme et de propagande insensée qui n’est propre qu’à détruire les traités et l’équilibre européen. » BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Collection Capitaine, no 2922, Aux électeurs, les Amis de l’Ordre, 2 juin 1835. « Il faut dans l’état actuel du pays, éviter, avec le plus grand soin, des démonstrations et des rassemblements que l’on pourrait, à l’étranger, considérer comme un résultat de l’esprit d’agitation qui anime le pays. Nous sommes à la veille de nous constituer, et les ennemis de la Belgique profiteraient du moindre prétexte pour calomnier le pays et le représenter comme indisciplinable aux yeux de la Conférence de Londres. » ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre Public, 23. Lettre du gouverneur Tielemans au bourgmestre Jamme, 11 octobre 1832, à l’occasion des élections.

42 Courrier de la Meuse, 10 juin 1835, Politique, 18 avril 1835 : « Les hommes d’ordre et de modération peuvent s’entendre, et nous espérons que la masse des électeurs comprendra que c’est en dehors de ces extrêmes qu’il leur convient de choisir. »

43 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832 : « Comme si, hors de l’Union, il pouvait y avoir autre chose qu’intolérance, oppression, monopole (...). Libéraux vraiment dignes de ce nom, nos candidats sont pris dans vos rangs. »

44 Le Politique, 24 mai 1833, explique que le gouvernement veut amener « par des moyens pacifiques la consolidation de notre indépendance (...) aussi tous les patriotes sont convaincus de la nécessité de prêter au gouvernement la force dont il a besoin pour atteindre ce but », et BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIEGE (CHIROUX), Collection Capitaine, no 2922, Aux électeurs, les Amis de l’Ordre et de la Constitution, 2 juin 1835, « Le pouvoir n’est plus fort et despotique comme précédemment ; il s’est affaibli au contraire par l’agrandissement des libertés nationales, ce qui est un bien sans doute, mais qu’il ne faut pas changer en mal en cherchant à paralyser l’action gouvernementale. »

45 Après l’élection du chevalier de Sauvage : « Des cris de Vive le député patriote ! se sont fait entendre immédiatement. » Courtier de la Meuse, 16-17 juillet 1832, ibidem, 1-2 janvier 1833, des « patriotiques efforts ».

46 Le Courrier de la Meuse du 5 janvier 1833 salue « le nouveau succès que l’opinion nationale vient d’obtenir ».

47 Courrier de la Meuse, 3 janvier 1833.

48 Extrait du Politique, 26 octobre 1832. 11 exprimait la veille la même opinion : « Nous sommes et nous resterons unionistes. Nos candidats appartiendront à cette opinion, hors de laquelle, selon nous, il n’y a point de salut pour la révolution. »

49 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832. « La fraction anti-nationale ose se flatter d’avoir jeté la division dans nos rangs. » Ibidem, 21 juillet 1836. L’opposition est un « parti hostile à l’ordre des choses ». Politique, 23 mai 1833, « Les exagérés et les hommes sans système ne peuvent que ruiner la nationalité. »

50 Courrier de la Meuse, 29-30 octobre 1832, « c’est-à-dire le régime hollandais tout entier ».

51 Politique, 23 mai 1833.

52 Politique, 4 novembre 1832 : « Qu’est-ce qu’un libéral pur ? c’est tout le contraire de ce que ces mots semblent promettre. C’est un homme éminemment illibéral et exclusif. Il a beau reconnaître que les trois quarts au moins de ses concitoyens sont catholiques réguliers, cela ne l’empêche point de donner exclusion au catholicisme. »

53 Courrier de la Meuse, 10 juin 1835, Politique, 24 mai 1833.

54 Politique, 23 mai 1833, Courrier de la Meuse, 17 juin 1835 : « Ils prêchent la ruine de toute suprématie sociale, l’égalité des biens entre les hommes, l’anéantissement de la royauté, l’abolition du droit d’hérédité et de soumission naturelle, l’émancipation complète des classes inférieures, c’est-à-dire qu’ils veulent transformer radicalement le monde et substituer les dangereuses chimères de leur imagination aux réalités nécessaires de toute vie sociale. »

55 A.G.R., Papiers Rogier, no 245, Lebeau à Ch. Rogier, 3 octobre 1830. Il donne une liste de personnes à éliminer de la magistrature.

56 Ibidem, la nomination du chevalier de Sauvage, membre de l’Association constitutionnelle, comme gouverneur de la province de Liège lui apparaît comme un choix très judicieux.

57 Circulaire du gouverneur de Sauvage, 6 octobre 1830 : « Tous les fonctionnaires en ont une connaissance suffisante (de la déclaration d’adhésion) et ne peuvent en conséquence se dispenser d’en remplir l’objet. » Reproduit deux fois dans le Mémorial de la Province de Liège, t. 1, 1830-1831, pp. 2 et 5. Dans une nouvelle circulaire du 25 octobre 1830, il précisait : « Après l’expiration de ce délai, il sera adressé et transmis au Gouvernement un tableau général contenant les adhésions qui me seront parvenues. » Ibidem, pp. 59-60.

58 Cette réorganisation des cadres est importante. Le chevalier de Sauvage éprouve le besoin de préciser aux Bourgmestres de la province, le 11 novembre 1830, que « tout employé qui n’est point révoqué est, par celà seul, continué dans ses fonctions », ibidem, p. 120.

59 A.G.R., Papiers Rogier, no 255, Rapport confidentiel du gouverneur Tielemans, le 16 septembre 1832. Une note manuscrite de Rogier indique que ces pièces ont été présentées au Roi, puis renvoyées au gouverneur « afin quelles prennent place dans les archives secrètes de la province où l’autorité peut être dans le cas de la consulter souvent ». Elles ont disparu dans les ARCHIVES DU GOUVERNEMENT PROVINCIAL, seules quelques pièces sont conservées dans les Papiers Rogier.

60 Ibidem. Il demande de ne prendre aucune sanction : « Supposons cependant qu’il (le gouvernement) le fasse, qui révoquera-t-il ? C’est ici que les véritables difficultés commencent. »

61 Jean-François Tielemans (Bruxelles 1799 - 5 juillet 1888) s’était prononcé en faveur de la république. Biographie nationale, t. 25, col. 246-250.

62 A.R.A., Oorlog, no 258. Dès le 18 avril 1832, l’abbé orangiste Moens écrivait au général hollandais Dibbets : « On a beaucoup parlé dans les bureaux du gouvernement provincial du remplacement de M. Tielemans, gouverneur de la province, et on disait généralement que le remplacement avait été provoqué par Mgr Van Bommel, et on citait pour cause un différend survenu entre l’évêque et le gouverneur qui avait refusé à l’évêque main forte contre le curé Fivé » et A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, lettres à Peyrot, 29 juin 1832, l’évêque note que le gouverneur n’a pas assisté à la procession qu’il a organisée.

63 Pasinomie, t. 2, p. 516 et p. 529. Charles Vandensteen de Jehay (Liège 1781 - Rome 13 mai 1846), sénateur, gouverneur de la province de Liège, puis envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire auprès du Saint-Siège et de la Cour de Toscane. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1864, p. 83, n. 1.

64 ARCHIVES DE LA VILLE DE LIÈGE, Ordre public, no 23, Rapport du commissaire Kirsch aux Bourgmestre et échevins, 12 octobre 1832. Récits concordants dans le Courrier de la Meuse, 13 octobre 1832, Politique, 13-14 octobre 1832, et Journal de Liège, 13 octobre 1832.

65 Félix Hubart est décédé le 24 mai 1846, Journal de Liège, 24 mai 1846. En août 1831, il faisait campagne électorale en faveur de Charles Rogier. A.G.R., Papiers Rogier, no 28, Firmin Rogier à son frère, 24 août 1831.

66 Résumé de la polémique entre F. Hubart et le Courrier de la Meuse dans le Journal de la Province, 12-13 novembre 1832 et 15 novembre 1832.

67 Dossier assez complet de cette affaire aux A.G.R., Papiers Rogier, no 324.

68 Jean-Henri Demonceau (Herve 1791 - Liège 16 septembre 1856) sera lui-même « démissionné » en 1847. U. CAPITAINE, Nécrologe pour 1856, pp. 12-15. A.G.R., Papiers Rogier, no 324, Demonceau à Rogier, 7 mai 1833 : « Je vous prie d’agréer mes remerciements, d’abord pour la prompte approbation des statuts de la société du Lion belge (agence d’assurances) dont le succès dépasse mon attente, ensuite pour les avances que vous avez fait accorder à la ville de Liège pour faciliter la marche de l’administration et le paiement des indemnités aux pillés (il était échevin des finances) et enfin pour la marque de confiance que je trouve dans l’arrêté de Sa Majesté du 3 de ce mois, qui me nomme aux fonctions honorables de Commissaire du District de Liège. » Cette façon de mêler ses intérêts privés et ses fonctions officielles sera maintes fois dénoncée par les libéraux.

69 A.G.R., Papiers Rogier, no 346, Hennequin à Rogier, 8 mai 1833 : « Je me félicite de ne pas avoir été étranger au choix que tu as fait de lui. Mr Demonceau, que l’on commence aujourd’hui à connaître, jouit d’une très grande influence parmi les catholiques et servira de modérateur aux plus exaltés. » Demonceau voulait se rendre à Bruxelles avant les élections. « Je lui ai déconseillé, parce qu’il aurait eu l’air d’avoir été mandé, pour recevoir le mot d’ordre électoral. »

70 La loi communale est votée le 9 mars 1836. Résumé des discussions à la Chambre dans L. HYMANS, Histoire parlementaire, t. 1, pp. 392-399.

71 Le cas du choix de Lambinon, comme échevin de la ville de Liège, est significatif (arrêté royal du 13 août 1836). Il avait été proposé, en 1835, comme candidat aux élections législatives par le Courrier de la Meuse : « Mr Lambinon, dont l’indépendance de caractère est justement appréciée. » Il avait refusé à la grande joie des libéraux. Courrier de la Meuse, 11-12 mai 1835.

72 Cf. Els WITTE, Politieke maatsstrijd in en om de voornaamste Belgische steden 1830-1848, t. 2, thèse de doctorat, Gand, 1970, pp. 54-58.

73 Cf. H. HAAG, Les droits de la cité. Les catholiques démocrates et la défense de nos franchises communales, 1833-1836, Bruxelles, 1946, pp. 17-25, chap. I. Le grand dessein de Léopold Ier. « Le gouvernement disposera de 10.952 électeurs tout dévoués. Notre pays compte environ 47.000 électeurs dont seule la moitié, environ, prend part au vote. Avec ces 10.952 électeurs assurés, le gouvernement pourra obtenir facilement l’unanimité de la Chambre », et A.G.R., Papiers de Theux, no C 67, van Praet à de Theux, Neuilly, le 11 juillet (1836) : « S.M. vous recommande encore d’avoir pour objet, dans la composition des listes pour les conseils des grandes villes, d’y faire entrer principalement des hommes de principes modérés, dussent ces principes n’être pas ceux d’une nationalité à toute épreuve. La qualité d’homme d’ordre et celle de propriétaire sont précieuses chez un conseiller de Régence. »

74 Réunion en 1835 au tribunal de 1re instance et dirigée par Bertrand, auditeur militaire adjoint. Courrier de la Meuse, 15 mai et 21 mai 1835. Réunion en 1839 au commissariat d’arrondissement, dirigée par Demonceau. L’Espoir, 30 mai 1839.

75 Le Courrier de la Meuse du 15 mai 1835 dément cette accusation.

76 C’est la conclusion qui se dégage de la confrontation des avis de Mgr SIMON dans le Cardinal Sterckx, t. 1, p. 138, n. 1 et de Mgr SIMENON, Van Bommel et la Constitution, dans Revue Ecclésiastique de Liège, no 6, 1946, p. 346.

77 A. SIMON, L’Ecole de Malines, dans Collectanea mechliniensia, XXII, 1952, pp. 349-364.

78 Considérations sur les libertés religieuses, Louvain (novembre 1830). L’imprimeur van Linthout en tira 4.000 exemplaires. Cf. A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 138. Le Courrier de la Meuse du 8 décembre 1830 en donne un résumé détaillé par de larges extraits.

79 Le texte intégral de la lettre est publié dans le Courrier de la Meuse du 18 décembre 1830.

80 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 141.

81 Mgr Van Bommel écrira encore au cardinal Sterckx le 27 septembre 1832, peu de temps avant une réunion d’évêques : « Ne conviendrait-il pas de relire, de revoir avant tout les résolutions de novembre 1830. Car il est essentiel que rien ne reste sans exécution que pour motif connu et avoué. » A.A.M., Fonds Sterckx, III.

82 Il s’agit en l’occurrence des liégeois Raikem et de Gerlache et de leurs collègues de Sécus et de Theux. A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 141.

83 Les exemples sont innombrables dans les A.A.M., Fonds Sterckx, III, et A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, correspondance politique.

84 A.A.M., Fonds Sterckx, III. Mgr Van Bommel au cardinal, Liège, 1er juillet 1835. Mgr Van Bommel rapporte ici la conversation qu’il a eue avec son diocésain, le ministre de l’Intérieur de Theux, qui a émis cette opinion et qui estime que le Roi Léopold la partage : « L’infaillible moyen est dans une majorité législative, catholique, unie et compacte », poursuit de Theux. Mgr Van Bommel engage alors de Theux à tenir « en bon et loyal catholique des explications de ce genre », avec ses collègues catholiques « à l’effet de coopérer, chacun dans vos attributions et en vous cédant mutuellement quelques petites différences de détails, au plan qui coordonnera toute la marche du gouvernement et de la législature au triomphe réel de la bonne cause ».

85 Ce rapport est publié par A. SIMON, Le vicaire-général Sterckx et la Constitution belge (1830-1831), dans Mélanges d’histoire offerts à Léon Van der Essen, t. II, pp. 983-990, Bruxelles, 1947. Pour lui le rédacteur est Mgr Sterckx, mais H. HAAG dans Les origines du catholicisme libéral..., pp. 159-160, pense que l’ensemble de l’épiscopat marqua son accord.

86 ) Cf. la traduction in extenso qu’en a faite Kersten dans le Courrier de la Meuse, les 1er et 5 septembre 1832.

87 Cf. l’article de Kersten dans le Courrier de ta Meuse, 15 et 16 septembre 1832. Pour plus de détails voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 15-17.

88 C’est bien cette conception qui apparaît dans les conseils que donnera Mgr Van Bommel aux journalistes catholiques. Ne sera-t-on pas à la fois fidèle à la Constitution et à l’Encyclique lorsque, à propos de la liberté de la presse, l’on se contentera d’attaquer les mauvais journaux, lorsqu’à propos de la liberté du culte on dévoilera l’intolérance libérale et qu’enfin à propos de la souveraineté populaire on tombera sur l’hypocrisie du principe tel que l’émettent les libéraux ? A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Affaires ecclésiastiques (diversa : documents touchant à la lecture des mauvais livres et des mauvais journaux), s.d., mais très probablement des premiers mois de 1838. Le document a malheureusement disparu quatre ans après que nous l’ayons consulté la première fois. Il est reproduit en Annexe I dans notre mémoire de licence.

89 A. SIMON, Réunion des évêques de Belgique 1830-1867. Procès-verbaux, Louvain-Paris, cahier no 10 du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 1960, pp. 33-50.

90 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Minute de Mgr Sterckx à Mgr Van Bommel, 9 avril 1838.

91 Corneille Van Bommel est né à Leyde en 1790 et est décédé à Liège le 15 novembre 1852. U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois pour 1852, pp. 108-181. Il n’y avait plus d’évêque à Liège depuis 1808.

92 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 203.

93 Mgr Van Bommel a raconté lui-même l’attitude qu’il avait adoptée dans ces circonstances dans des notes qui font suite à son « Sermon sur la primauté du Souverain Pontife » prononcé à la cathédrale de Liège en carême 1838, publié dans Mandemens, Lettres pastorales, circulaires et instructions de Mgr C.R.A. Van Bommel, évêque de Liège, tome 2, années 1838 à 1844, Liège, Kersten, 1845, pp. 567-588, particulièrement pp. 573-577.

94 A.A.M., Fonds Sterckx, III, Van Bommel à Sterckx, 15 février 1838. Mgr Capuccini remarquait : « Mgr Van Bommel est excellent, et nous le connaissons bien, mais il lui manque ce froid hollandais qui est si utile dans les affaires. » A.A.M., Correspondance avec le Saint Siège, Capuccini à Sterckx, 21 octobre 1834.

95 Mandemens, lettres pastorales..., t. 2, p. 578. « Les événements de juillet (1829) éclatèrent : alors je devins plus pressant encore (vis-à-vis du gouvernement, pour qu’il modifie sa politique) mais sans sortir de l’intérieur de mon cabinet, restant éloigné de tout mouvement politique, étranger à toute réunion politique. »

96 Le vicaire-général Sterckx, futur cardinal, écrivait alors, le 22 février 1830, à l’avocat Vanderhorst : « Je donnerais tout au monde pour qu’il ne se fut pas embarqué dans cette galère. Il a eu la bonté de me dire qu’il espérait d’obtenir par ce moyen beaucoup de bien, mais ce bien devra être grand pour compenser le mal qu’il s’en est déjà résulté, et qui en résultera encore ! Il a perdu totalement la confiance ici... » A.A.M., Fonds Vanderhorst.

97 Etienne Constantin de Gerlache (1785-1871), membre de la seconde chambre des Etats-généraux depuis 1825, est le leader de l’opposition catholique. Il est, en 1830, président de la Commission de la Constitution, président du Congrès en 1831 ; il abandonne les charges politiques officielles en 1832 et devient président de la Cour de Cassation. Biographie nationale, t. 32, col. 217-245 et P. de GERLACHE, Gerlache et la fondation de la Belgique indépendante, Bruxelles, 1931.

98 Jean-Joseph Raikem (Liège 1787 - 24 janvier 1875), membre des Etats provinciaux depuis 1820, membre du Congrès, élu à la Chambre par Liège de 1831 à 1843. Biographie nationale, t. 18, col. 599-601. Seules quelques lettres sont conservées aux A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Correspondance politique. Mgr Van Bommel écrit encore à Mgr Sterckx le 17 avril 1837 : « Je suis en correspondance avec Raikem et par lui avec Mr de Theux. » A.A.M., Fonds Sterckx, III.

99 Chevalier Etienne de Sauvage (Liège 1789 - Bruxelles 24 août 1867), gouverneur de la province et ministre de l’Intérieur dans le second cabinet du Régent (28 mars - 24 juillet 1831). Membre de la Chambre des représentants, élu par Liège en 1831, il renonce à ces fonctions ayant été nommé président de chambre à la Cour de Cassation. Biographie nationale, t. 21, col. 439-440.
A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, 1er avril 1831, Mgr Van Bommel insiste sur la cordialité de leurs rapports.

100 Comte Emile d’Oultremont de Warfuzée (Anvers 1787 - Château de Warfuzée - Liège 4 août 1851), membre des Etats provinciaux depuis 1827, sénateur de Turnhout de 1839 à 1844, ministre plénipotentiaire près du Saint-Siège. U. CAPITAINE, Necrologe pour 1851, pp. 86-90. Il louait des voitures pour transporter les électeurs des campagnes à Liège et leur offrait ensuite à dîner en son hôtel de la Place Saint-Lambert. Cette activité est dénoncée dans les journaux orangistes de l’époque. Cf. entre autres l’Industrie, 8 janvier 1833, et surtout le récit détaillé fait à l’occasion des élections de juin 1839 par deux orangistes catholiques, le baron de Crassier, dans une lettre au colonel Rottiers 12 juin 1839, et de l’abbé Moens au général Dibbets même date (A.R.A., Oorlog, no 275). Le bruit courait qu’il avait dépensé plus de 15.000 francs en cette occasion (ibidem). Ces deux témoignages se renforcent mutuellement car les deux correspondants étaient profondément divisés depuis 1835. Les archives de la famille d Oultremont conservées au château de Warfuzée ne renferment plus le moindre papier politique : renseignements de M. Yans, inspecteur des archives de l’Etat, qui a classé ces papiers et de Mlle Jocelyne d’Oultremont.

101 Ce sujet est particulièrement abordé par A.F. MANNING, De Betekenis van C.R.A. Van Bommel voor de noordelijke Nederlanden, Utrecht-Anvers, 1956.

102 A.R.A., Oorlog, no 2578, l’abbé Moens à Dibbets, Liège 12 avril 1832. Il ajoute : « Monseigneur donne ses ordres à M. Dehesselle, président de son séminaire et celui-ci correspond avec tous les points ; de sorte que toute l’association est une seule machine, dont le rouage est à l’évêché, et qu’on fait mouvoir d’un seul coup de main. »

103 Ibidem, pour Moens ce n’est qu’un instrument pour consolider l’indépendance ; tandis que dans un rapport tardif du 11 février 1840, l’abbé Strail remarque qu’il ne se passe pas toujours quelque chose d’extraordinaire dans ces réunions, car l’extraordinaire n’est pas de tous les jours, mais lorsqu’il se présente c’est l’occasion rêvée pour prendre une décision. « Messieurs les curés se réunissent régulièrement une fois par mois et, comme on peut le penser, dans les élections et autres coteries ils font tous les efforts possibles pour montrer qu’ils sont véritablement le bras droit de leur évêque, qui certainement ne les prend que pour son bouclier. » Ibidem, Oorlog, no 275.

104 A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 1, p. 135. Les rapports orangistes se plaignent presque tous des « vues hostiles et révolutionnaires du clergé », par exemple la lettre de Henri de Roisin du 12 février 1833, publiée dans les Gedenstukken, 1830-1840, t. V, p. 201, et dans notre chapitre sur le mouvement orangiste.

105 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Le tableau que fait de cette activité, Demarteau, futur rédacteur de la Gazette de Liège et alors secrétaire de Rogier, est très coloré : « Le parti qui manœuvre avec le plus d’habileté est, sans contredit, le parti-prêtre. D’abord ces messieurs se trouvent dans la position la plus favorable, ils ont dans toutes les communes une milice organisée, les curés. Aujourd’hui ces messieurs ont célébré dans toutes les églises une messe du Saint Esprit pour demander son intervention puissante dans le choix de nos représentants et les représentants pour lesquels on appelle l’intervention du Saint Esprit sont Messieurs de Gerlache, Raikem, Jamme et de Behr, en un mot les candidats du Courrier. »

106 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance i, Mgr Van Bommel à Cruts, Herlen, 17 juin 1835. L’évêque rapporte qu’alors que les tracts électoraux émanant des libéraux inondent les campagnes : « Les paysans sont venus avec ces pièces consulter leurs curés, s’informant si cela ne venait pas de l’évêque ! » Ceux-ci les détrompèrent évidemment.

107 Ainsi, Ibidem, Lettres à Peyrot, Mgr Van Bommel écrit le 29 juin 1832 : « J’ai un excellent clergé fort uni et plein de jeunesse et de vigueur, je compte là dessus », et à l’occasion des élections législatives de 1833, lorsqu’il se réjouit de la victoire des catholiques, il ajoute, le 4 janvier 1833 : « mais aussi mon clergé a été admirable de dévouement ».

108 Courrier de la Meuse, 15 septembre 1832. Voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 15-17.

109 Aux élections législatives du 7 novembre 1833, les unionistes soutiennent un catholique, Deleeuw, et deux libéraux, Kaufmann et Marcellis, mais ces élections sont annulées. C’est lors de la nouvelle élection du 3 janvier 1834 que l’incident que nous rapportons se situe.

110 Mgr Van Bommel « tenait au système sans détour et sans se cacher ». Kersten à l’abbé de Montpellier, 31 août 1832, publié dans J. DARIS, Notes historiques de 1814 à 1846, dans Notices sur Eglises, t. XVI, pp. 277 à 306, Liège, 1897, pp. 300 et 301. Quelques mois avant Mirari Vos, Mgr Van Bommel avait écrit à Rome une lettre, favorable au système philosophique de Lamennais, que Mgr Capaccini s’était gardé de montrer au Pape. A. SIMON, Le cardinal Sterckx, t. 2, p. 273, n. 1.

111 Il écrit le 16 août 1832 à Mgr Capaccini : « La belle et l’excellente encyclique a été reçue de l’Episcopat et de tout le Clergé belge avec un sentiment d’amour et de reconnaissance envers le Saint Père », dans J. DARIS, op. cit., pp. 299-300.

112 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, 4 janvier 1833 : « Il faut maintenant que sur tous les points de la Belgique les bons catholiques, et un peu intelligents, s’associent pour qu’on ne voit plus un Courtrai envoyer à la Chambre, un Levae vous promettans (sic) de n’y plus retomber (...). Si vous voyez (à Anvers) le comte d’O(ultremont), promettez-lui aide et secours pour avec vos amis établir une association de Cath. purs qui préparent les candidats et s’occupent d’affaires. Insistez pour que désormais l’on ne se fie plus à ces libéraux qui nous dupent et nous traitent de niais. »

113 Ibidem : « J’ai eu avec de Theux la plus intéressante conversation. Croiriez-vous que votre excellent Legrelle décoré qu’il faut pousser tant que vous pourrez dans l’opinion pourrait convenir à quelque ministère. Supposez qu’on en put composer un de catholiques purs et qu’il voulut accepter... »

114 Ibidem, lettre du 30 décembre 1832 : « J’ai réussi enfin à inspirer à l’excellent comte d’O(ultremont) un peu plus de hardiesse et de confiance en nos propres forces. S’il réussit, c’est un coup décisif, une révolution. » Le libéral unioniste Kaufmann est remplacé par le catholique de Lamine-Bex. Mgr Van Bommel parle chaleureusement, le 4 janvier 1833, de ce « député improvisé, et député qui se trouve tous les matins avec son aimable épouse et ses plus aimables fils à la première messe de St Paul ».

115 Ibidem, lettre du 4 janvier 1833.

116 Dieudonné Stas (Liège 1791 - Bruxelles 13 février 1868) est propriétaire du Courrier de la Meuse depuis 1821. Il abandonne sa publication le 31 décembre 1840 pour lancer le Journal de Bruxelles. Biographie nationale, t. 23, col. 649-650. Sur son activité de journaliste voir A. CORDEWIENER, Attitudes des catholiques et de l’épiscopat devant les problèmes posés par l’organisation de leur presse à Bruxelles (1831-1843), dans Revue belge d’histoire contemporaine, II, 1970, pp. 27-43.

117 Voir le chapitre L’Union libérale.

118 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Correspondance i, Kerkrade, 4 juin 1835, Mgr Van Bommel à Cruts : « Vous me supposez toujours d’ailleurs une influence que depuis longtemps j’ai perdue et que le gouvernement a lui-même puissamment aidé à me faire perdre. » Sur les divergences avec de Theux, cf. A.A.M., Fonds Sterckx, III, Mgr Van Bommel à Mgr Sterckx, Liège, 1er juillet 1835, rapport de la conversation que l’évêque a eue avec de Theux.

119 C’est l’objet de la seconde lettre renseignée note précédente.

120 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Correspondance ecclésiastique, Mgr Van Bommel à de Theux, 7 février 1838. L’évêque se plaint des tracasseries administratives du gouvernement ; de Theux, dans une lettre confidentielle non datée, estime que l’évêque est beaucoup trop susceptible.

121 Voir p. 236-237 et notre Etude de la presse liégeoise, pp. 24-26.

122 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Liège, ( ?) janvier 1839 : « Me voici de nouveau quasi seul pour soutenir la lutte en plein midi. »

123 Voir plus loin, pp. 216-231.

124 Cf. notre mémoire, La vie politique dans l’Arrondissement de Liège (Octobre 1830 - Juin 1839), pp. 198-206.

125 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lettre du général Vandermeere qui écrit le 30 août 1831 à Rogier qu’il n’a obtenu qu’une soixantaine de voix aux élections pour la Chambre de Liège. Il ajoute : « notre parti était presque nul, à la honte du pays où l’on est ingrat comme les napolitains ».

126 Cf. notre chapitre sur l’Union libérale.

127 Charles Rogier (1800-1855), dans Biographie nationale, t. 19, col. 693 à 781.

128 Paul Devaux (1801-1880), ibidem, t. 34, col. 211-230.

129 Firmin Rogier (1790-1875), diplomate belge à Paris de 1831 à 1864, ibidem, t. 19, col. 731 à 812.

130 Joseph Lebeau (1794-1865), dans Les gens de robe liégeois et la révolution de 1830, pp. 53-96.

131 A.Ev.Lg., Fonds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Mgr Van Bommel écrit le 4 janvier 1833 « Lebeau a cruellement dupé le Comte (d’Oultremont) à qui il doit tout » et il écrit le 27 mai 1833 à Cruts (ibidem, correspondance i) que les catholiques liégeois sont déchaînés contre Lebeau et qu’ils ont tout fait pour empêcher son élection à Huy.

132 Sur le rôle de Lignac, voir notre Etude sur la presse liégeoise.

133 Charles Marcellis (Anvers 1798 - Liège 12 septembre 1869). Il se lance, après 1834, dans des affaires industrielles. Biographie nationale, t. 13, col. 425-429.

134 Constant Materne (Huy 1807 - Schaerbeeck 15 avril 1860) est nommé, après 1834, chef de bureau au ministère des affaires étrangères. U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois pour 1860, pp. 47-50.

135 Jean-Baptiste Kaufmann (Liège 1793 – Amay 1er mars 1861), secrétaire de la maison du Roi, chargé de la liste civile de 1831 à 1832, nommé directeur du trésor à Liège en 1834, poste qu’il occupe jusqu’en 1860. U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois pour 1861, pp. 49-51.

136 Jean-Théodore Weustenraad (Maastricht 1805 - Jambes 25 juin 1849), nommé, depuis 1832, auditeur militaire de la province de Liège, poète. Biographie nationale, t. 27, col. 219-222.

137 Quelques lettres sont conservées aux A.G.R., Papiers Rogier, no 28, 245 et 346.

138 Politique, 4 avril 1832 : « Le trône de Léopold a déjà pris racine dans le sol belge. Nous existons : nous sommes nation et désormais nous savons pour qui et pourquoi nous combattons. »

139 Ils appuyent les projets du gouvernement pour reprendre le contrôle des communes et des gouvernements provinciaux, qui aboutissent aux lois communales et provinciales de 1836. Politique, 9-10 mai 1834, 7-8 juillet 1834, 11 mars 1836, par exemple.

140 Politique, 4 novembre 1832 : « L’unioniste est l’homme le moins exclusif possible. Il admet la théorie de la liberté dans le sens le plus large et avec les seules restrictions que commande l’ordre social », et le 1-2 janvier 1834 : « L’Union se compose des catholiques qui se sont déclarés amis des libertés constitutionnelles, et des libéraux qui croient à la sincérité de ces déclarations. »

141 Nous tirons cette conclusion de deux constatations rigoureuses. En août 1831, Rogier, défendu par les seuls élus libéraux unionistes, ne remporte que 60 voix sur 740 votants. Résultats dans Courrier de la Meuse des 2 et 3-4 octobre 1831.
En janvier 1833, la candidature de Kaufmann, défendue dans les mêmes conditions, ne remporte que 78 voix sur 738 votants. Résultats dans les journaux liégeois du 4 janvier 1833.
Sur l’évolution du Politique, voir notre Etude de la presse liégeoise, pp. 68 et sv.

142 Cf. plus loin, p. 174. Ce thème est utilisé constamment par les organes libéraux pour faire éclater l’Union.

143 Le Politique du 7 octobre 1830 demandait déjà : « Que nul système n’aspire à prévaloir d’une manière trop absolue, que des diverses nuances sorte un éclectisme politique propre à les concilier toutes. » Il développe particulièrement ce thème en 1833. Se demandant « Quelle nuance politique est appelée à se fonder parmi nous ? », le Politique du H avril 1833 cherchera « le terrain neutre sur lequel les partis peuvent tous s’entendre, parce qu’ils y déposent toute défiance ». « Ce terrain, dira-t-il, c’est la doctrine appelée juste milieu, celui des libéraux unionistes dont les idées de tolérance rassurent les catholiques. »

144 Les rédacteurs du Politique (30 juin 1833) s’irritent de lire dans le Courrier de la Meuse « que les libéraux unionistes avaient peut-être de bonnes intentions, mais qu’ils s’étaient égarés ».

145 En 1833 déjà, le Politique (12 avril, 16-17 avril, 21 avril, 2 mai, 16 et 18 mai) avait développé ce thème, qu’il reprendra particulièrement par la suite, voir principalement 31 octobre - 1er novembre 1837.

146 BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Collection Capitaine, no 2922, tract électoral de ce « parti », s.d. et sans signature, concernant les élections provinciales.

147 Ibidem, pas d’organisation non plus en la circonstance, tout au plus « Quelques électeurs, animés de cet esprit de modération et de tolérance, se sont réunis pour parvenir à ce résultat (...). Quand il s’agira à l’avenir d’élections, ce parti libéral modéré pourra s’organiser, avoir ses réunions, présenter ses candidats et ils prévaudront immanquablement ». Ce dernier projet ne vit pas le jour.

148 Quoique les libéraux unionistes aient critiqué le mandement des évêques contre la franc-maçonnerie, les incidents de Tilff, qui éclatent peu de temps après, en mars 1838, et qui paraissent remettre en cause le principe de la liberté du culte, voient le Politique défendre les catholiques. Cf. notre mémoire La vie politique dans l’Arrondissement de Liège (Octobre 1830 - Juin 1839), pp. 178-183.

149 Voir plus loin les candidatures de l’Union, p. 103.

150 A.G.R., Papiers Rogier, no 28, H. Lignac à Rogier, 23 août 1831.

151 Ibidem, Demarteau à Rogier, 22 août 1831 : « Il (Stas) m’informe qu’aujourd’hui même il devait assister à une réunion de citoyens honorables, dans laquelle on décidera définitivement quels seraient les hommes que soutiendra son journal. »

152 Nous avons déjà souligné le départ des libéraux unionistes Rogier, Devaux et Lebeau. Dès 1832, de Gerlache, nommé président de la Cour de Cassation à Bruxelles, s’installe dans la capitale.

153 Election partielle ; Etienne de Sauvage est présenté par le Courrier de la Meuse pour remplacer Louis Jamme, démissionnaire. Courrier de la Meuse, 8 juillet 1832.

154 Elles se bornent à la limite à des contacts entre Stas et Lignac, et, à l’occasion peut-être, à quelques dizaines de personnes, comme celles renseignées par le Courrier de la Meuse du 26 octobre 1832. Le même journal parle, le 28 décembre 1832, d’une « réunion nombreuse d’électeurs patriotes », mais l’on y verra plus loin l’effort de publicité qui sera fait pour y attirer, en fin de compte, cent personnes.

155 Cf. plus haut, pp. 92-93.

156 A.G.R., Papiers Rogier, no 346. N. Hennequin à Rogier, 8 mai 1833 : « Lignac fera très probablement cette fois comme l’autre, il passera à Bruxelles tout le temps où sa présence sera nécessaire à Liège ; renoncera à la part d’influence qu’il pourrait avoir dans le choix des candidats et reviendra juste à propos pour copier dans le Courrier de la Meuse la liste des noms arrêtés sans lui et peut-être contre lui... A moins qu’il ne s’avise encore de faire acte d’indépendance et d’unionisme en recommandant pour son compte un ou deux candidats qui échoueront. »

157 Vives critiques du système des assemblées restreintes dans le Politique du 21 mai 1835.

158 Courrier de la Meuse, 9 mai 1835, et ibidem, 15 mai 1835 où paraît une lettre de l’auditeur militaire adjoint C.J. Bertrand chez qui la réunion a eu lieu.

159 Courrier de la Meuse et Politique du 21 mai 1835. La réunion a eu lieu au tribunal de 1re instance.

160 Compte rendu de la séance dans le Politique, 21 mai 1835.

161 Courrier de la Meuse, 21 mai 1835. Ils n’ont pas trouvé convenable d’organiser des hustings (débats).

162 Politique, 21 mai 1835.

163 Le résultat des travaux des comités de quartier est discuté, le 28 juin 1836, par un comité « central » groupant une centaine d’électeurs catholiques. Ces derniers remettent l’examen des candidatures à une « commission centrale » plus restreinte nommée à cet effet. Le 4 juillet 1836 enfin, une assemblée générale des Amis de l’Ordre et de la Constitution (172 votants) est convoquée et le choix définitif est fait parmi les quarante-trois noms retenus par la commission. Il y avait vingt-sept noms à retenir. Les candidats des Amis de l’Ordre seront tous différents de ceux retenus par l’Union libérale. Courrier de la Meuse, 17 juin 1836, 29 juin 1836, 2-3 et 5 juillet 1836.

164 Résultats publiés dans les journaux liégeois des 15 et 16 juillet 1836.

165 Espoir, 30 mai 1839. La réunion a lieu chez le commissaire d’arrondissement Demonceau.

166 A aucun moment les membres du bureau directeur des Amis de l’Ordre et de la Constitution ne font connaître leurs noms dans la presse ou dans les tracts qu’ils font distribuer, BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE (CHIROUX), Fonds Capitaine, no 2922. Nous avons cependant un indice sérieux. Le 16 juin 1835 a lieu, à Chaudfontaine, un banquet pour fêter l’heureux résultat des élections législatives à Liège pour les candidats des Amis de l’Ordre. Les toast sont portés, à cette occasion, par Deleeuw-Dupont, ex-député permanent de la province et ancien représentant, les négociants Richard-Lamarche et Vincent Lamarche, le docteur Lombard et le baron de Villenfagne. Courrier de la Meuse, 19 juin 1835. Nul doute qu’il ne s’agisse là, avec les personnalités renseignées pp. 92-93, des véritables notables du parti catholique.

167 Dès 1831, les libéraux unionistes en faisaient une question de base quant à la réalité de l’Union. A.G.R., Papiers Rogier, no 28, Lignac à Rogier, 23 août 1831. Le Politique du 1-2 janvier 1833.

168 Nous n’avons pas connaissance de l’existence d’une telle organisation dans les autres communes de l’arrondissement.

169 Dès la première élection communale partielle du 12 août 1833, Politique et Courrier de la Meuse défendent des candidats différents, à l’exception de trois sur les huit à présenter. Courrier de la Meuse, 10 août 1833, Politique, 11 août 1833. Quant à la seconde élection partielle du 4 janvier 1834, elle se déroule dans le climat très particulier qui fait suite au « démissionnement » de l’échevin Dejaer-Bourdon. Cf. A. CORDEWIENER, Interprétations contestées des pouvoirs du conseil communal de Liège en 1833-1834, Liège, Annales du Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, 1968, t. 1, pp. 103-110. Enfin à partir de 1836, nous l’avons vu, les « unionistes » sont divisés.

170 Il est à noter à nouveau que le cadre d’action des Amis de l’Ordre se limite au canton de Liège ; et qu’il y a une exception à la division signalée : l’accord des deux tendances sur la candidature de l’avocat Longrée-Verdbois, le 28 mai 1838, pour faire obstacle à Alphonse Neef, candidat de l’Union libérale, et le bourgmestre de Tilff qui avait voulu empêcher une mission catholique de se dérouler dans la commune. Courrier de la Meuse et Politique du 16 mai 1838. Cf. notre mémoire La vie politique dans l’Arrondissement de Liège (Octobre 1830 - Juin 1839).

171 Politique, 10 juin 1835 : « On remarque qu’un grand nombre de votans des campagnes qui n’ont point assisté aux opérations électorales pour le Sénat, arrivent en ce moment, à leurs sections respectives. » Cette indifférence est sans doute due au cens d’éligibilité très élevé (1.000 florins) qui restreint considérablement le nombre de candidats possibles. D’autre part, à quelques exceptions près, les nobles, qui forment la majorité de ces candidats, sont peu politiquement engagés. En 1832 cependant, un incident curieux retient notre attention. A la suite de la démission du comte de Liedekerke, les libéraux anticléricaux présentent, comme candidat au Sénat, le baron Joseph de Potesta de Waleffe, très apprécié par Mgr Van Bommel. Craignant cependant qu’une action favorable des catholiques envers cette personnalité ne la déconsidère dans l’esprit des libéraux, l’évêque de Liège demanda à ses amis politiques d’agir de façon discrète pour appuyer ce candidat. (A.Ev.Lg., Ponds Van Bommel, Lettres à Peyrot, Mgr Van Bommel à Peyrot. Le 15 mars 1832, l’évêque écrivait : « Les comtes Eugène (de Méan) et d’O(ultremont) travaillent également pour lui, mais le parti pr. (être) ne doit pas s’en mêler, s’entend ! ») Catholiques et libéraux, y compris ceux de l’opposition, choisiront donc le même homme, mais cette unité d’opinion était loin d’être, comme on le voit, un acte d’unionisme. Joseph de Potesta et de Méan furent réélus sans lutte en 1835. (Politique et Courrier de la Meuse, 10 juin 1835.)

172 Dont sept de 1831 à 1835.

173 Voici le détail de ces élections et des candidatures présentées par l’Union ou les Amis de l’Ordre : le 28 août 1831, de Gerlache, Raikem, de Behr et Jamme ; le 18 juillet, chevalier de Sauvage ; le 7 novembre 1832, J.G. Deleeuw, Marcellis et Kaufmann ; le 4 janvier 1833, de Lamine-Bex et Marcellis ; le 30 mai 1833, Raikem, de Behr, de Lamine, Burdo-Stas et Marcellis ; le 14 août 1834, Antoine Ernst ; le 9 juin 1835, Raikem, de Behr, Keppenne et Ernst, et enfin le 11 juin 1839, Raikem, de Behr, David, Fleussu et Lesoinne. Cf. notre mémoire de licence.

174 Louis Jamme (Liège 1779 - 12 février 1848), bourgmestre de Liège de 1830 à 1838. CAPITAINE, Nécrologe pour 1857, pp. 58 et suivantes.

175 Toute la correspondance concernant cette élection manquée de Rogier à Liège est conservée aux A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Les catholiques estimaient que Rogier, alors gouverneur de la province d’Anvers, n’avait pas fait connaître assez tôt sa candidature.

176 A.G.R., Papiers Rogier, no 28. Lebeau à Rogier, Liège, 22 août 1831 : « Jamme est porté par un parti étranger à l’association constitutionnelle, et celle-ci qui n’a pas d’objection à faire contre Jamme et qui ne veut pas s’exposer à passer pour exclusive des industriels, croit prudent de se rattacher Jamme plutôt que de voir arriver Orban ou Lesoinne. »

177 Louis Jamme défendra les candidats de l’opposition libérale au cours des élections suivantes. Devant les reproches qui lui adresse le Courrier de la Meuse, il se déclarera attaché aux principes de l’Union, mais la définition qu’il lui donnait n’était pas celle des catholiques ; c’était pour lui « l’indépendance au milieu des partis » et il reconnaissait soutenir l’opposition.
Cf. Courrier de la Meuse, 9 novembre 1832, 11 novembre 1832 et 21 novembre 1832, et dans ce dernier numéro la lettre de Jamme. Il avait démissionné de la Chambre le 15 juin 1832. L. HYMANS, Histoire parlementaire, t. 1, p. 46.

178 politique et Courrier de la Meuse du 26 octobre 1832.

179 Une réclamation pour irrégularité fut déposée. Elle relevait des inscriptions sur les listes électorales de personnes non domiciliées dans l’arrondissement de Liège. Industrie, 14 novembre 1832. Examinée par la Chambre, la réclamation fut acceptée le 7 décembre 1832. L. HYMANS, Histoire parlementaire, t. 1, p. 106.

180 Voir plus haut, p. 93. Le motif invoqué pour éloigner Kaufmann est sa santé déficiente. « Si les amis de M. KAUFMANN connaissent ses véritables intérêts, s’ils veulent réellement coopérer au rétablissement de sa santé, ils lui conseilleront de se condamner pour un temps au repos plutôt que de le pousser dans les tumultes des affaires politiques. » Courrier de la Meuse, 1-2 janv. 1833.

181 Idem, A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Lettres à Peyrot, 4 janvier 1833.

182 Politique et Courrier de la Meuse, 27-28 mai 1833, et Courrier de la Meuse du 29 mai 1833 mettent en doute la valeur de cette « contr’union ». Il dit le 31 mai 1833 « L’Union libérale n’est ni libérale ni morale ». Sur cette Union libérale voir notre chapitre III.

183 Résultats dans les quatre journaux liégeois du 31 mai 1833. Les élus de l’opposition sont Fleussu et Ernst, dont nous raparlerons ci-dessous.

184 Antoine Ernst (1796-1841), professeur de droit à l’Université de Liège, membre de la Chambre de 1833 à 1839, ministre de la justice de 1833 à 1839. Biographie nationale, t. 6, col. 651 à 661.

185 Pasinomie, t. 4, p. 166. L’Industrie du 8 août 1833 remarque ironiquement : « Des observateurs plus classiques de nos mœurs constitutionnelles prétendent que les effets de la puissance attractive du pouvoir sont tels qu’ils opèrent la fusion des éléments les plus hétérogènes. » Quant au Journal de Liège du 11-12 août 1834 : « Tout ce que nous avons le droit de demander, c’est que la conduite du ministre ne démente pas celle du député. »

186 Voir la surprise non déguisée du Politique, 25-26 août 1834, à l’annonce du soutien de cette candidature par les catholiques.

187 Ces précisions sont données rétrospectivement, un an plus tard, par Mgr Van Bommel lui-même dans une lettre à Cruts, Kerkrade, le 4 juin 1835. A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance i.

188 Courrier de la Meuse, 27-28 avril 1835. La campagne pré-électorale avait débuté très tôt cette année-là.

189 A.Ev.Lg., Papiers Van Bommel, Correspondance i, Mgr Van Bommel à Cruts, Kerkrade, 4 juin 1835 : « Vos nouvelles m’ont singulièrement réjoui. C’est effectivement pour moi une joie que ces assurances positives et claires que vous voulez bien me donner sur le compte de M.E. en matière d’instruction. J’ai été trompé sur son compte. J’en suis d’autant au regret que dans une époque précédente, je n’ai pu avoir avec lui certaine entrevue que j’avais beaucoup désirée et sollicitée. Les absens ont souvent tort ; il est utile de se voir et de se connaître. Je vais encore, avant de me coucher, écrire deux mots à Liège pour qu’on travaille d’autant plus à la réélection de ce Mr désormais notre candidat. »

190 Sur le mécontentement du Politique, voir particulièrement ses articles des 17 et 20 mai 1835.

191 Sur les divisions internes des catholiques, voir pp. 92-93, et sur la politique des libéraux anticléricaux, voir Chapitre III.

192 A.R.A., Oorlog, no 275, Moens au général Dibbets, Liège le 12 juin 1839. De Behr aurait fait savoir, de la part du gouvernement à Weustenraad et Kaufmann, rédacteurs du Politique et fonctionnaires, qu’ils seraient destitués sur-le-champ s’ils ne secondaient pas le gouvernement.

193 Maximilien Lesoinne joua un grand rôle dans l’industrie houillère et métallurgique. Il devait décéder le 26 décembre 1839. Cf. R. DEMOULIN, Une élection disputée à Liège en 1843, dans La Vie wallonne, t. 36, septembre 1962, p. 165, n. 4.
En 1831, les unionistes, et particulièrement les catholiques, étaient très opposés à sa candidature aux élections législatives. C’est pour y faire obstacle principalement que Jamme fut soutenu par l’Association. A.G.R., Papiers Rogier, no 28, Lebeau à Rogier, 22 août 1831. Ce trait montre bien la profonde évolution de la situation politique.

194 Courrier de la Meuse, 4 juin 1839, lettre de Lesoinne à Wasseige, secrétaire de l’assemblée de l’Union libérale. Le Politique du 5 juin 1839 dit de lui « Il est éclectique dans toute l’acception du mot ».

195 Stanislas Fleussu (Waremme 1798 - Liège 2 juin 1858), unioniste avant 1830 et élu au Congrès national par Waremme. Membre de la Chambre de 1831 à 1835 (élu en 1831 par Waremme et en 1833 par l’Union libérale de Liège). Après son élection de 1839, il siégera jusqu’en 1847 dans les rangs des libéraux. U. CAPITAINE, Nécrotoge pour 1858, pp. 38-43.

196 Politique, 3 juin 1839.

197 Lettre du 31 mai 1839, publiée dans le Courrier de la Meuse, 1-2 juin 1839.

198 Lettre d’un ami de Fleussu, publiée dans ibidem, 3 juin 1839.

199 Cet avis, formulé par l’opposition, semble bien être exact : Industrie, 1er juin 1839 et Espoir, 3 juin 1839.

200 « Le calcul est tout politique. Il ne touche en rien aux principes (...). Il est donc vain de chercher à l’origine de l’Union un système, une théorie quelconque. L’Union est une tactique, née des circonstances et qui dépend d’elle entièrement. » M. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), p. 100.

201 En 1846, lorsque sera envisagée la constitution d’un cabinet libéral homogène, Materne parlera à Rogier de la formation d’un cabinet « du centre gauche ». A.G.R., Papiers Rogier, s.d.

202 Gazette de Liège, 1-2 juillet 1848.

203 A. SIMON, L’Unionisme institutionnel de Léopold Ier, dans Res Publica, vol. I, 1959, pp. 6-16.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search