Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Introduction. Le corps électoral dans son milieu géographique et humain de 1830 à 1848

Texte intégral

1Les organisations politiques, dans la grande majorité des cas, naissent et se développent dans la perspective des consultations électorales. Le siège des organisations que nous allons étudier se situe dans la ville de Liège, mais le cadre dans lequel s’affrontent leurs forces respectives au moment des élections est plus vaste, c’est celui de l’arrondissement. Les personnes que ces associations cherchent à orienter politiquement, et plus tard à embrigader, ne constituent nullement l’ensemble de la population de cet arrondissement mais sont essentiellement les électeurs, ceux qui, par la législation électorale fondée sur le cens, ont seuls la plénitude du droit politique.

2Dès lors, il importe de préciser brièvement le cadre géographique et humain de cette étude, non comme un géographe, un démographe ou encore comme un économiste le ferait, mais, afin de souligner à la lumière de la législation électorale, tout ce qui est déterminant pour comprendre le développement des organisations politiques que nous étudierons, ainsi que leurs particularités.

3La presse se plie moins à de telles contingences institutionnelles ; nous laisserons à la seconde partie de cette introduction, consacrée à la presse, le soin d’en présenter les principales caractéristiques et d’en aborder les détails.

1. Définition de l’arrondissement de Liège

  • 1 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830, pp. 20-22.
  • 2 Ibidem, pp. 231-243.

4Le 12 octobre 1830, le Gouvernement provisoire de la Belgique choisit pour cadre de l’élection des membres du Congrès National le « District administratif », ou arrondissement administratif1. Il déterminait de la sorte le cadre géographique dans lequel se développera désormais la vie politique en Belgique, tout au moins dans la phase déterminante des élections. Le Congrès National reprit cette disposition dans la loi électorale du 3 mars 1831 pour les élections à la Chambre et au Sénat, de même qu’il maintenait l’obligation pour les électeurs de l’arrondissement de se déplacer dans le chef-lieu de celui-ci pour y exprimer leur vote2.

  • 3 Cf. Gazette de Liège du citoyen J.F. Desoer, no 1, ler Vendémiaire an IV de la République (23 sept (...)

5La province de Liège compte quatre arrondissements administratifs, Liège, Verviers, Huy et Waremme. Ce sont là des entités toutes récentes en 1830. Moins de quarante ans plus tôt, les territoires de l’arrondissement de Liège, à cheval sur la Meuse et l'Ourthe, faisaient encore, pour la plupart, partie de la principauté de Liège et ils n’étaient pas rares, les Liégeois qui avaient connu cette époque. Rayée du nombre des Etats souverains, la Principauté de Liège disparut complètement ; ses territoires furent rebrassés avec d’autres et soumis à un découpage territorial entièrement neuf, d’où naquit notamment le département de l’Ourthe3.

  • 4 Constitution du 12 frimaire an VIII (13 décembre 1799), art. 1. Cf. Pasinomie, 1re série, t. 10, d (...)
  • 5 Comte d’ANGEBERG, Le Congrès de Vienne et les traités de 1815, Paris, 1864, t. 2, pp. 1297-1306.

6Celui-ci fut divisé par la suite en trois arrondissements communaux, eux-mêmes subdivisés en cantons de justice de paix4. En 1815, il fut amputé dans ses limites orientales des cantons de langue allemande et de Malmedy5. Rattaché au royaume des Pays-Bas, il prend le nom de province de Liège et ne subit plus, dans ses limites territoriales, que quelques modifications partielles jusqu’en 1830.

  • 6 Georges HANSOTTE, Inventaire des archives du Gouvernement provincial et des Etats provinciaux de L (...)

7Par l’arrêté royal du 21 août 1821 cependant, le régime hollandais a créé dans la province une division nouvelle qui nous intéresse au premier chef. Sans toucher aux trois arrondissements judiciaires hérités du régime français, il retire de leur ressort le domaine administratif et l’attribue à quatre districts ou arrondissements nouveaux : Liège, Huy, Verviers et Waremme6.

  • 7 Les dix communes du canton judiciaire de Hollogne-aux-Pierres ne faisant pas partie de l’arrondiss (...)

8Les deux arrondissements de Liège — le judiciaire et l'administratif — se recouvrent presque. Pour être précis, disons que l’arrondissement administratif de Liège comprend, dans ses limites, les cantons judiciaires de Liège, Dalhem, Fléron, Glons, Hollogne-aux-Pierres (moins dix communes relevant de l’arrondissement administratif de Waremme), Seraing et Louveigné (plus deux communes du canton de Nandrin7.

9Cette précision est très importante. En effet, si l’arrondissement administratif devient, à partir de 1830, le cadre des élections législatives, les cantons judiciaires servent, à partir de 1836, de cadre à la répartition des collèges électoraux pour la désignation des conseillers provinciaux.

10Comme nous serons amenés à étudier ces divers types d’élection et que, pour les élections provinciales, il y a lieu d’adopter comme cadre l’arrondissement judiciaire, les limites géographiques de notre étude varieront donc, de façon minime sans doute, mais il faudra en tenir compte.

2. Description de l’arrondissement

  • 8 En fait, le canton de Liège est lui-même divisé en quatre cantons judiciaires (Nord - Est - Sud - (...)
  • 9 Pour l’importance économique du bassin de la Meuse, cf. R. DEMOULIN, Le bassin mosan pendant la pr (...)

11D’une superficie totale de 75.701 hectares (76.526 hectares pour l’arrondissement judiciaire sauf le canton de Waremme), l’arrondissement administratif de Liège est coupé par la Meuse qui coule du Sud-Ouest au Nord-Est. Pratiquement au centre de cette aire administrative, l’Ourthe qui a reçu, quelques kilomètres plus en amont la Vesdre, se jette dans la Meuse. Le canton judiciaire de Liège8 s’étend autour de ce confluent de rivières, formant des voies de communication élémentaires peut-être, mais combien précieuses à l’époque9.

  • 10 Cf. Carte no 1.
  • 11 E. VLIERBERGH et R. ULENS, La population agricole de la Hesbaye au xixe siècle. Contribution à l’é (...)

12La Meuse partage le reste de l’arrondissement en deux zones10. Sur la rive gauche, c’est la Hesbaye, plateau très fertile dont la terre limoneuse est une des plus riches de Belgique. Les deux cantons qui s’y étendent, ceux de Hollogne-aux-Pierres et de Glons, regroupent une population essentiellement tournée vers l’agriculture. Quoique la grande propriété y soit représentée par quelques domaines importants, le fermage y prédomine comme en général en Belgique. De nombreux locataires cependant sont propriétaires de quelques parcelles qu’ils exploitent11.

  • 12 J. RUWET, L'agriculture et les classes rurales au pays de Herve sous l’ancien régime, Liège, 1943 (...)

13Sur la rive droite, deux cantons également, Dalhem et Fléron, se partagent le territoire qui s’élève lentement depuis la Meuse, en plateau incliné, jusqu’à la crête qui traverse le pays de Herve sur une ligne Nord-Est/Sud-Ouest. Cette région où l’herbage a remplacé depuis le xvie siècle les cultures compte un grand nombre de propriétaires fonciers. Le faire-valoir direct est important12.

14Ensuite, sur la même rive, au Sud de la Vesdre, à la limite du Condroz où viennent se terminer aussi les vastes forêts des Ardennes, le canton de Louveigné se distingue par ses étendues boisées ; enfin, le canton de Seraing, à côté de terres qui ont le même caractère, a le privilège de compter deux communes parmi les plus industrialisées de Belgique, Seraing et Ougrée.

Arrondissement de Liège Cantons Judiciaires

Arrondissement de Liège Cantons Judiciaires
  • 13 R. DEMOULIN, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges, Liège-Paris, 1938 (...)

15L’arrondissement de Liège, en effet, est à l’époque le siège des plus grands établissements industriels du pays. Profitant de l’avantage présenté par les très nombreuses houillères dont l’exploitation s’est particulièrement développée au cours de ces premières années du xixe siècle pour extraire les richesses charbonnières du sous-sol du sillon de la Meuse, de hardis industriels, les Cockerill, les Orban, les Lamarche etc. ont installé et considérablement agrandi leurs établissements dans la vallée. Sous leur impulsion, l’industrie moderne prend forme dans la région liégeoise. En 1825, John Cockerill élève à Seraing le premier haut fourneau. Possédant ses propres charbonnages, il monte sa fabrique de fer, ses fours à puddler, ses laminoirs, il développe ses ateliers de construction, réalisant ainsi la centralisation verticale. Il est imité par Orban, à Grivegnée, puis à partir de la période 1834-1838, sous l’impulsion de la Société Générale et de la Banque de Belgique, de puissantes sociétés anonymes se créent et contribuent à la grande expansion de la sidérurgie dans le bassin liégeois13.

  • 14 Mémorial administratif de la province de Liège, 1842, supplément au no 624, annexe 21, pp. lix-lxx (...)

16Ces industries ne sont pas réparties uniformément dans l’ensemble de l’arrondissement mais sont localisées dans la vallée de la Meuse. A défaut de statistiques ou d’études destinées à nous faire l’inventaire complet de ces établissements industriels, nous utiliserons, pour apporter quelques précisions, ce révélateur du développement technique au xixe siècle, c’est-à-dire la machine à vapeur, grâce au relevé du nombre et de la localisation qui en a été faite dans la province de Liège en 1842 au cœur de la période étudiée14.

17A titre de comparaison et pour situer l’importance du développement technique de l’arrondissement de Liège, il est intéressant de noter qu’il possède à lui seul 197 machines à vapeur sur les 317 recensées dans l’ensemble de la province. Après lui vient l’arrondissement de Verviers avec 108 machines destinées en majorité aux grands ateliers de filature et de tissage ; l’arrondissement de Huy ne compte que 9 machines et celui de Waremme 3 seulement.

18Le canton de Liège vient largement en tête de cette statistique avec un total de 116 machines à vapeur dont 79 rien que sur le territoire de la ville elle-même. Ces machines sont utilisées dans 7 houillères, 2 fonderies, pour les hauts fourneaux de la société des Vennes, par 7 fabriques métallurgiques, 3 fabriques d’armes, 8 ateliers de construction mécanique, 8 filatures et fabriques de drap, par la Société des Verreries d’Avroy, etc. Cinquante de ces machines ont été installées après 1830 et un peu moins de la moitié (trente-six) après 1835. Cette énumération, plus qu’une description méthodique, fait apparaître de façon saisissante la poussée de l’industrialisation dans la Cité ardente.

  • 15 Pour tout ce paragraphe, on peut se reporter, pour connaître les établissements situés dans les co (...)

19Toutes les communes avoisinantes sont le siège de houillères ou d’établissements métallurgiques15

20A Grivegnée, à côté d’une houillère, la fabrique de fer de la famille Orban a pris une extension extraordinaire. La commune compte encore une fonderie de fer et un atelier de construction mécanique. A Angleur, la fabrique de zinc de Mosselman est appelée à un grand développement. A Tilleur, proche des établissements de Seraing, la société Cockerill a une fonderie de fer et la Sociétés des Hauts Fourneaux et Charbonnages de Sclessin y utilise cinq machines à vapeur pour actionner les souffleries de ses hauts fourneaux. A Saint-Nicolas, au siège de deux houillères, quatre machines épuisent les eaux et aident à l’extraction du charbon. A Ans, ces machines fonctionnent dans trois houillères et dans une autre à Vottem. Au Nord du canton, elles sont installées dans quatre houillères, une fonderie de métaux et une fabrique de quincaillerie. Enfin, à Jupille, une société de charbonnage, une fabrique de vis et une papeterie utilisent leurs services.

  • 16 Cf. par exemple la description saisissante de Victor Hugo dans une lettre du 4 août 1838, reprodui (...)

21Malgré leur nombre et leur importance, ces établissements disséminés sur l’ensemble du territoire du canton de Liège n’ont cependant jamais produit l’impression extraordinaire décrite par tant d’illustres voyageurs et qui était celle qu’ils éprouvaient à l'aspect imposant de la concentration industrielle, en amont de la ville, dans le canton de Seraing, et plus précisément à Seraing même16

22Sur une étroite bande de terrain, en bordure de la Meuse, s’élevaient les plus vastes établissements métallurgiques du royaume et un nombre imposant de « belles-fleurs » indiquait que le sous-sol était intensément travaillé.

23Sur le territoire de la commune de Seraing où ce prodigieux développement industriel avait pris naissance, la Société Cockerill possédait en 1842 trois sièges de houillères, sept machines à vapeur étaient utilisées dans sa fabrique de fer, dont trois pour activer les hauts fourneaux ; elle en possédait encore cinq dans ses ateliers de construction. A côté des houillères appartenant aux sociétés charbonnières des Six-Bonniers et de Marihaye, la Société des charbonnages et des hauts fourneaux de l’Espérance utilisait six machines à vapeur dans ses deux houillères et trois pour ses hauts fourneaux. La Société de la Fabrique de fer d’Ougrée (ancienne fabrique Lamarche) employait à Seraing même quatre machines pour sa fabrique et une cinquième pour son atelier de construction. Les Verreries du Val-Saint-Lambert n’avaient recours qu’à une seule machine dans leurs établissements renommés.

24La Société des charbonnages et hauts fourneaux d’Ougrée qui avait étendu, comme on vient de le voir, ses établissements vers Seraing, possédait encore dans son prolongement, à Ougrée même, quatre machines à vapeur pour ses houillères et hauts fourneaux.

  • 17 Boncelles, Tilff, Plainevaux et Rotheux-Rimière.

25Avec cette énumération, l’essentiel de la statistique des machines à vapeur de l’arrondissement de Liège est quasiment épuisé. Pour le canton de Seraing, une machine utilisée dans un charbonnage est encore dénombrée, et c’est tout. Les quatre autres communes du canton17 ainsi que la plus grande partie de la superficie de Seraing et d’Ougrée mêmes voient alterner aux côtés de grands bois, les prairies et les cultures.

  • 18 Quatre communes riveraines : Awirs, Chokier, Flémalle (la source ne précise pas s'il s'agit de Flé (...)

26Sur l’autre rive de la Meuse, dans le canton de Hollogne-aux-Pierres, vingt et une machines à vapeur sont dénombrées dans onze charbonnages situés sur le territoire de six communes, quatre riveraines de la Meuse et deux relativement proches18 Dans les vingt-quatre autres communes formant le canton judiciaire de Hollogne, aucune machine à vapeur ; ce sont des communes rurales où les cultivateurs travaillent une terre riche.

27Le canton de Glons, avec ses vingt-trois communes est uniquement agricole. C’est le cas également de la majorité des communes du canton de Dalhem. De ses dix-huit communes, seules Dalhem et Cheratte employent chacune une machine à vapeur pour des fabriques de drap. A Cheratte encore, de même qu’à Wandre et Trembleur, trois charbonnages en utilisent chacun une.

28Quatre machines à vapeur seulement sont dénombrées dans le canton de Fléron : deux dans des charbonnages à Melen et Soumagne, deux autres dans des établissements mineurs à Beyne-Heusay et Chênée. Il faut cependant noter, dans la vallée de la Vesdre, plusieurs laminoirs à Chênée, Vaux-sous-Chèvremont, Chaudfontaine. Dans cette dernière se trouvent plusieurs fabriques d’armes à feu, et à Forêt et Nessonvaux de petites usines à canons de fusil. Le développement de ces établissements ne nécessite pas encore à l’époque l’utilisation de machines à vapeur ; ils se servent encore de cette autre source d’énergie qu’est l’eau.

  • 19 Cf. Ph. VAN DER MALEN, Dictionnaire géographique de la province de Liège, Bruxelles, 1831, sous le (...)

29Si l’agriculture et l’élevage restent les principales activités des autres villages, on note cependant la présence d’un nombre élevé de petites clouteries19.

30Le canton de Louveigné, avec ses sept communes aux territoires très étendus, ne possède aucune industrie, pas plus qu’il n’en existe à Anthisnes et Comblain-au-Pont.

***

  • 20 Cf Carte no 2.

31La carte en annexe permet de mettre en évidence cette situation20 : les industries, ainsi que les houillères, sont essentiellement groupées dans le sillon de la Meuse, sur le territoire de deux cantons : celui de Liège de façon uniforme et de façon intensive sur la frange du canton de Seraing, en bordure de Meuse. Le canton de Hollogne-aux-Pierres suit dans une mesure nettement moindre avec ses charbonnages dans les communes de la vallée. L’industrie est négligeable dans les quatre autres cantons : Dalhem, Glons, Fléron et Louveigné.

Arrondissement de Liège Région industrielle en 1842

Arrondissement de Liège Région industrielle en 1842

Développement de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

Développement de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

32Traditionnellement, les sources de l’époque opposent les attitudes de l’électorat de la ville à celui du reste de l’arrondissement, en regroupant ce dernier sous la même dénomination : « les campagnes », ou encore en désignant les cantons autres que Liège sous le terme de « cantons ruraux », Seraing y compris. La description de l’arrondissement nous aura permis de distinguer la réalité sous ces désignations.

3. Population de l’arrondissement

  • 21 A. RUTTEN, La population belge depuis 1830, Louvain, 1899, pp. 48-49.

33L’arrondissement de Liège a une population très dense. Plus de la moitié des habitants de la province y sont concentrés. En 1831 déjà, la densité de population, avec 229 habitants au km2, est nettement plus importante que dans l’ensemble du royaume (129 habitants au km2, chiffre identique à celui de la province) qui est déjà l’une des plus denses d’Europe21.

  • 22 Pour calculer nos pourcentages de densité et d'accroissement de population, nous avons travaillé s (...)

34Cette population s’accroît au cours de la période étudiée et ce phénomène est particulièrement marqué de 1839 à 184822. Si l’on considère l’année 1831 comme année de base (indice = 100), nous obtenons l’indice 137 dans l’arrondissement de Liège en 1848 alors que cet indice n’est que de 123 pour la province et 115 pour le royaume. La densité de la population de l’arrondissement s’élève en 1848 à 302 habitants par km2.

35Cette concentration et ce rythme d’accroissement ne sont pas uniformes sur toute l’étendue de l’arrondissement. La situation par cantons en 1831 est la suivante : le canton de Liège vient largement en tête, tant par le chiffre brut de population (77.727) que par la densité (1.031 habitants au km!). Sur son étroite aire géographique — la dixième partie de l’arrondissement — le canton de Liège regroupe 44 % de la population de l’arrondissement (173.458 habitants). La densité exceptionnelle est évidemment influencée par la concentration d’habitants en ville, mais toutes les communes voisines (à l’exception d’Angleur) ont également une population très dense (335 habitants au km2 en moyenne).

36Les cantons ruraux de Dalhem et de Fléron viennent en deuxième et troisième places dans l’ordre de densité (respectivement 209 et 235 habitants au km2). Celui de Glons (139) est déjà dépassé par le canton de Hollogne-aux-Pierres qui compte 154 habitants au km2, grâce à l’importante concentration qui se remarque dans les communes de la vallée, c’est-à-dire celles qui bénéficient du développement des charbonnages.

37Le canton de Seraing ne compte que 116 habitants au km2. Ce taux assez bas est largement influencé par les communes rurales. Les communes industrialisées, Seraing (149 hab./km2) et Ougrée (114 hab./km2) ne connaissent pas encore une concentration très importante (respectivement 3.326 et 1.387 habitants).

38Le canton de Louveigné, géographiquement très étendu, est celui où la densité est la moins forte : 57 habitants au km2.

***

  • 23 Nous avons calculé, pour chaque commune, l'accroissement de la population en prenant comme base ch (...)

39La situation en 1848 permet de constater un accroissement général du chiffre de la population mais son rythme, très différent par canton, tend à renverser la situation précédente23. Si le canton de Liège reste celui où la population est la plus nombreuse (avec 106.202 habitants sur les 230.234 de l’arrondissement), il accroît encore son pourcentage de population par rapport à tout l’arrondissement (46 %) et présente encore la plus forte densité (1.048 hab./km2) tandis que le canton de Louveigné reste celui où la densité est la moindre (68 hab./km2) ; par contre, l’ordre de densité des autres cantons est en passe de subir de profondes modifications. Les deux cantons ruraux de Dalhem (229 hab./km2) et Fléron (265 hab./km2) sont rejoints par le canton de Seraing (254 hab./km2) et suivis de près par celui de Hollogne-aux-Pierres (199 hab./km2) ; le canton de Glons reste stationnaire mais l’écart s’accroît (165 hab./km2).

TABLEAU No 1. Evolution de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

TABLEAU No 1. Evolution de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848

(1) Sauf le canton judiciaire de Waremme.

40L’influence de la zone industrielle comme centre d’attraction de population apparaît sur la Carte no 3. Dans le canton de Hollogne-aux-Pierres, ce sont, à côté du chef-lieu, les communes situées dans la vallée industrielle qui connaissent un rythme d’accroissement supérieur à la normale (indice de 135 à 150 pour 132, indice moyen de l’arrondissement et 115 indice du royaume).

  • 24 Sur Seraing, voir L. de SAINT-MOULIN, La construction et la propriété des maisons. Expression des (...)

41De 1831 à 1848, le canton de Seraing passe de 9.165 à 20.088 habitants, soit à l’indice 219. Il double son chiffre de population. L’accroissement de population, important dans les communes d’Ougrée (indice 216) et Ramet (indice 165) est tout à fait exceptionnel dans celle de Seraing qui triple largement son chiffre de population (indice 327)24. En chiffres absolus, la population de la commune de Seraing passe de 3.326 habitants en 1831 à 4.868 en 1839 et 10.892 en 1848, atteignant ainsi à cette date un nombre d’habitants plus élevé que celui du canton en 1831. Le phénomène est entré dans une phase très accélérée de 1839 à 1848.

***

42En conclusion de ce bref aperçu de l’évolution démographique de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848, nous retiendrons en premier lieu la position exceptionnelle de la ville et du canton de Liège au sein de l’arrondissement. Regroupant environ 45 % de l’ensemble de la population, il joue un rôle primordial, non seulement comme centre administratif mais comme zone de développement industriel et d’attraction de la population. Au centre de ce canton, la ville de Liège pèse de tout son poids sur la vie économique de l’arrondissement.

  • 25 Nous aborderons ce problème plus loin, pp. 50-51.

43Le second phénomène est plus décisif : la minorisation des cantons ruraux au profit des cantons où les sièges des grandes industries s’installent et se développent. Le monde agricole, encore prépondérant en 1831, tend de plus en plus à céder le pas au monde industriel. Cette transformation, particulièrement sensible de 1839 à 1848, ne devait certainement pas se faire sans de profondes transformations de la psychologie collective et ne devait pas manquer de toucher les élites intellectuelles, économiques et politiques25.

4. Le corps électoral

44Les paragraphes précédents ont permis de planter les décors de l’étude que nous nous proposons de faire. En définissant le corps électoral, nous abordons maintenant plus directement le vif du sujet. Un bien petit nombre de personnes, en effet, parmi toute la population présentée plus haut, est directement associé à la vie politique.

A. Bases générales : la notion de cens électoral

  • 26 Pasinomie, 2e série, no 6, juillet 1820 au 26 août 1822, pp. 77 et sv
  • 27 Ibidem, p. 81.

45Le régime électoral adopté par la Belgique en 1831 est le régime censitaire. Seules sont électeurs les personnes qui payent une certaine quotité d’impôts directs. Les critères définissant ces impôts sont restés, à quelques écarts près que nous verrons plus loin, ceux fixés par le régime hollandais par la loi du 12 juillet 182126. Trois impôts entrent en ligne de compte : l’impôt sur les propriétés bâties et non bâties, l’impôt personnel (c’est-à-dire l’impôt sur la valeur locative des biens, sur les portes et fenêtres, les foyers, le mobilier, les domestiques et les chevaux de luxe), enfin les patentes, c’est-à-dire le droit perçu sur l’exercice de tout commerce, négoce, industrie, métier ou débit, etc.27.

46Ainsi, la propriété reste la base la plus importante pour déterminer le droit politique, de même que, dans une moindre mesure, s’il n’est pas propriétaire par ailleurs, l’exercice de certaines professions commerçantes.

  • 28 Loi électorale du 3 mars 1831. Art. 2 : « Seront comptées au mari les contributions de la femme co (...)
  • 29 D'après les chiffres donnés par RUTTEN, La population belge depuis 1830, Louvain, 1899, p. 78, sel (...)

47Sans être exclues par un quelconque article de la législation, les femmes, — selon les habitudes de l’époque, — n’ont en aucune manière le droit d’être électeur. Elles contribuent cependant, dans des conditions fixées par la loi, à faire bénéficier de ce droit leurs maris ou leurs fils, dans la mesure où elles acquittent effectivement la quotité des impôts prescrits28. Par cette clause non écrite, plus de la moitié de la population de l’arrondissement se trouve déjà exclue de l’exercice du droit électoral29.

48La quotité du cens prescrit réduit encore le nombre d’électeurs. Elle diffère jusqu’en 1848 selon qu’il s’agit d’élections législatives, provinciales ou communales. Sans vouloir entrer dans tous les détails de la législation électorale, nous noterons les principaux points à retenir pour expliquer la suite de notre étude.

B. La législation électorale

1° Les élections législatives

  • 30 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830-1831, pp. 20-22.

49Avant que ne soit adoptée la législation pour les élections à la Chambre et au Sénat, telle qu’elle sera appliquée jusqu’en 1847, le gouvernement provisoire avait, par son arrêté du 10 octobre 1830, fixé une législation nouvelle pour la réunion du Congrès national30.

50Plusieurs points essentiels furent conservés par la loi de 1831 notamment l’abandon du système précédent d’élections à plusieurs degrés.

  • 31 Il était initialement fixé à 75 florins pour les « campagnes » de l’arrondissement de Liège. Devan (...)

51Les élections devaient se dérouler par voie directe dans le cadre de l’arrondissement administratif, le scrutin ayant lieu dans le chef-lieu de celui-ci. Ainsi, les électeurs de la ville de Liège ont dès lors l’immense avantage de pouvoir voter sur place, tandis que tous les électeurs des autres communes doivent se déplacer, parfois de 20 kilomètres, pour pouvoir exercer leur droit électoral et cela sans indemnité de déplacement. En contrepartie, le cens électoral est différent pour les villes et les « campagnes ». Pour Liège, il fut fixé à 80 florins, pour Visé à 20 florins et à 37,5 florins pour les communes de l’arrondissement31.

  • 32 Mémorial administratif de la province de Liège, t. 1, 1830-1831, pp. 45-51, circulaire du gouverne (...)

52A ces électeurs censitaires furent adjoints pour les élections au Congrès national, des électeurs capacitaires, c’est-à-dire ceux qui exercent des « professions dites libérales, telles celles d’avocat, avoué, notaire, médecin, chirurgien, officier de santé, professeur en science, arts ou lettres, instituteur, etc. ». Cette formulation vague ne devait pas manquer de poser de multiples problèmes que le gouverneur de province chercha à aplanir32. La majorité électorale était fixée à 25 ans.

53Ainsi déterminé, le nombre d’électeurs de l’arrondissement de Liège pour le Congrès national se présentait comme suit :

54Deux points sont à retenir. En premier lieu, malgré le handicap de la différence de cens, la ville de Liège réunit un nombre plus important d’électeurs que toutes les autres communes ensemble. En second lieu, il existe un nombre important de personnes exerçant une profession libérale et qui ne payent pas le cens requis pour être électeur. Celles-ci seront, dès l’année suivante, exclues du droit électoral.

  • 33 Pasinomie, t. 1, pp. 241-243.

55La loi électorale du 3 mars 1831, en effet, tout en conservant la majeure partie des dispositions précédentes, dont le vote dans le chef-lieu d’arrondissement, élimine les électeurs capacitaires33. La suppression de ces électeurs est quelque peu compensée par une légère réduction du cens électoral : dans la ville de Liège, il est ramené de 80 à 70 florins et celui des « campagnes » de 37,5 florins à 30 florins. Le corps électoral de l’arrondissement de Liège n’en est pas moins réduit de 2.130 à 1.604 électeurs. Le nombre d’électeurs de la ville est dès lors très légèrement inférieur à celui des campagnes.

  • 34 Ces chiffres ne sont pas aisés à retrouver. Le lecteur averti ne s’étonnera pas des nombreuses lac (...)

56Le tableau ci-joint indique comment se présente l’évolution du nombre d’électeurs dits « généraux » dans l’arrondissement de Liège de 1831 à 184834.

  • 35 Le nombre d'électeurs inscrits en 1832 n’est pas rapporté par les journaux. Seul le chiffre des vo (...)
  • 36 Mémorial administratif de la province de Liège, 1837, pp. 4-5. Circulaire du gouverneur du 21 déce (...)
  • 37 Ibidem, 1839, pp. 130-131. Circulaire de la députation permanente du 25 mars 1839.

57Après une baisse sensible du nombre d’électeurs dès 1832 et qui était due plutôt à la surestimation du nombre d’électeurs en 183135, le corps électoral ne cesse de s’accroître jusqu’en 1842. L’augmentation du chiffre de population et, on peut le supposer, d’un plus grand nombre de contribuables susceptibles d’être électeurs n’expliquent pas à eux seuls ce phénomène. A partir de 1836 notamment, les redevances fixes et proportionnelles sur les mines furent admises au nombre des contributions directes et comptées dès lors pour constituer le cens électoral36. Dès cette époque, dans la province de Liège, un certain nombre de communes comptèrent les centimes additionnels perçus par les communes et la province dans les impôts entrant en ligne de compte pour la constitution du cens électoral. Cette question controversée, tolérée par la députation permanente, reçut l’entière approbation de celle-ci en 1839 et devint une règle générale dans la province37.

TABLEAU No 2. Evolution du nombre d’électeurs généraux de l’arrondissement de 1831 à 1848

TABLEAU No 2. Evolution du nombre d’électeurs généraux de l’arrondissement de 1831 à 1848

Sources : voir Annexe no III.

TABLEAU No 3. Electeurs généraux de l’arrondissement administratif de Liège (sauf la ville de Liège Répartition par canton (*)

TABLEAU No 3. Electeurs généraux de l’arrondissement administratif de Liège (sauf la ville de Liège Répartition par canton (*)

(1) Excepté les 10 communes qui font partie de l’arrondissement administratif de Waremme.
(2) Y compris Anthisnes et Comblain-au-Pont qui, sans faire partie du canton judiciaire de Louveigné, font partie de l'arrondissement administratif de Liège.
Sources : pour 1831 : Journal de Liége, 24, 27 et 28 août 1831. Pour 1836 : BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, 2921, Liste des électeurs des communes rurales par commune et district électoral, 1836. Pour 1839 : Journal de Liége et Courrier de la Meuse, 12 juin 1839. Pour 1847 : BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, 2921, Liste générale des électeurs généraux pour les communes rurales de l’arrondissement de Liége,1847.
Les communes qui étaient classées par canton de milice ont été reclassées en cantons de justice de paix.

  • 38 Voir Tableau no 2.
  • 39 Pasinomie, 3e série, 1843, pp. 109-112. Article 1, no 3.

58Le nombre d’électeurs s’élève ainsi de plus de 15 %38. La constitution des listes d'électeurs n’alla pas sans quelques abus. Le gouvernement n’approuvait pas la jurisprudence de la députation permanente et fit voter, le 1er avril 1843, une loi pour empêcher les fraudes électorales. Dans son article 1er, cette loi indiquait que les centimes additionnels ne seraient pas comptés pour former le cens électoral39.

59Le nombre d’électeurs fléchit dès lors en 1843 et, tel quel, se stabilise jusqu’en 1847. A cette date, si on compare l’accroissement général du nombre d’électeurs avec la situation de 1831 (indice = 100), l’indice se situe à 130. L’augmentation d’électeurs est moins accentuée pour la ville (126) que dans les « campagnes » (147).

  • 40 Voir Tableau no 3.

60Poussant plus loin la comparaison, on peut distinguer dans les « campagnes » les différents cantons40. Les taux d’accroissement sont plus élevés dans les cantons industriels (Liège sauf ville : 186 ; Hollogne : 190 ; Seraing : 215) que dans les cantons ruraux (Glons : 90 ; Dalhem ; 131 ; Fléron : 156 ; Louveigné : 119).

61Ces taux sont proches des taux d’accroissement de population, tout en étant plus marqués dans certains cantons. La conclusion s’impose d’elle-même. L’attraction dans les centres industriels s’est accompagnée, dans le corps électoral, d’un phénomène semblable qui conduit à la minorisation des électeurs issus des régions rurales vis-à-vis de ceux des centres industriels.

  • 41 Pasinomie, 1848, p. 70. Loi du 12 mars 1848.

62L année 1848 est celle de la réforme électorale. Sous la poussée de la fièvre révolutionnaire qui, en février 1848, s’empare de la France et qui gagne les Etats voisins, le gouvernement belge abaisse le niveau du cens électoral au minimum fixé par la Constitution, soit à 20 florins ou 42 francs 32 centimes41.

63Le corps électoral s'en trouve dès lors doublé. Par la différence de cens qui existait jusqu’alors entre les électeurs de la ville et ceux des campagnes, le nombre de ces derniers (pour qui le cens ne descend que de 10 florins — de 30 à 20 florins) n’augmente que de 41 % tandis que le nombre d’électeurs de la ville (pour qui le cens est ramené de 70 à 20 florins) est presque triplé (+ 191 %).

64Désormais, les électeurs de la ville sont largement majoritaires et l’influence de leur vote, pour eux qui ont déjà l’avantage de ne pas avoir à se déplacer, est définitivement prépondérante.

***

65Ainsi, au cours de la période étudiée, le corps électoral pour les élections législatives ne constitue qu’une fraction minime de l’ensemble de la population. En 1831, on ne compte qu’un électeur pour 108 habitants et un pour 82 en 1839. Après la réforme électorale de 1848, la proportion d’électeurs, quoique doublée en chiffres absolus, n’atteint encore que le nombre relatif d’un électeur pour 52 habitants.

2° Les élections provinciales

  • 42 Pasinomie, 3e série, t. 6, 1836, pp. 112-127.

66La loi provinciale dont le Congrès national avait laissé le soin de la rédaction au pouvoir législatif ne fut promulguée que le 30 avril 1836 après de longs débats42.

  • 43 Ibidem, t. 1, 1830-1831, pp. 255-256.

67En attendant, par arrêté du 11 mars 1831, le régent Surlet de Chockier avait décidé que les membres des Etats provinciaux et de la députation des Etats continueraient leurs fonctions jusqu’à ce que les institutions provinciales soient organisées, conformément à l’article 108 de la Constitution43.

  • 44 Pasinomie, t. 1, 1830-1831, p. 374.

68Un décret du Congrès national du 30 juin 1831 établit qu’il n’y aurait pas de réunion des Etats provinciaux, et que les députations permanentes resteraient composées comme elles l’étaient et continueraient leurs fonctions44. Cette situation provisoire se prolongea donc jusqu’en 1836.

  • 45 « Seront portés sur les listes supplémentaires, les individus réunissant les qualités pour être él (...)

69L’article 5 de la loi provinciale du 30 avril 1836 accorda la qualité d’électeur à ceux qui réunissaient les conditions prescrites par la loi électorale pour la formation des Chambres, tout en étendant ce droit aux personnes qui n’avaient que la petite naturalisation. Dans son article 6, elle ajoutait que, dans les cantons où le nombre d’électeurs inscrits sur les listes électorales de l’année précédente serait inférieur à 70, la députation permanente ordonnerait la formation de listes supplémentaires45.

70La différence essentielle apportée par la loi était que le cadre fixé pour les élections provinciales serait, non pas l’arrondissement mais les cantons judiciaires, le vote s’exprimant dans les chefs-lieux de ceux-ci.

71Par cette mesure, le corps électoral de chaque canton judiciaire n’est plus noyé parmi la masse des électeurs de l’arrondissement mais, par son vote, conserve la faculté de se choisir ses propres représentants politiques.

  • 46 Cf. Tableau no 4.

72Les électeurs généraux faisant de droit partie du corps électoral provincial, le nombre des électeurs provinciaux est, par suite des électeurs adjoints, légèrement supérieur (± 10 %) au chiffre du corps électoral pour les élections législatives. En 1843, on constate la même légère régression du chiffre des électeurs, dû à l’effet de de la loi sur les fraudes électorales46.

73Sans qu’aucune modification n’ait été nécessaire pour la loi provinciale, par le jeu de l’assimilation des électeurs généraux aux électeurs provinciaux, la loi du 12 mars 1848, qui abaissait le cens électoral pour les électeurs généraux au minimum prévu par la Constitution, double le corps électoral provincial.

TABLEAU No 4. Arrondissement de Liège. Electeurs provinciaux 1836-1848

TABLEAU No 4. Arrondissement de Liège. Electeurs provinciaux 1836-1848

Sources : voir Annexe no IV.

3° Les élections communales

  • 47 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830-1831, pp. 15-16.

74Dès le 8 octobre 1830, le Gouvernement provisoire arrêtait les dispositions pour recomposer les conseils communaux. Le cens fixé pour être électeur variait considérablement selon la population de la ville ou de la commune considérée. Il y avait cinq catégories : pour les villes ou communes de plus de 25.000 habitants, le cens électoral était de 100 florins ; dans celles de 10.000 à 25.000 habitants : 50 florins ; de 5.000 à 10.000 habitants : 25 florins ; de 5.000 à 3.000 habitants : 20 florins ; en dessous de 3.000 habitants : 10 florins47.

  • 48 Sauf le canton judiciaire de Waremme.

75En fait, toutes les villes et communes de l’arrondissement de Liège (109 si l’on considère l’arrondissement administratif, 117 dans l’arrondissement judiciaire)48, sauf cinq, ont un chiffre de population inférieur à 3.000 habitants et le cens le plus bas y est suffisant pour être électeur communal. A Ans, Herstal, Grâce-Montegnée et Seraing, le chiffre de population est supérieur à 3.000 et inférieur à 5.000, le cens requis y est aussi inférieur à celui exigé pour être électeur général.

76La seule exception à cette règle est constituée par la ville de Liège où la population est supérieure à 50.000 habitants et où le cens de 100 florins dépasse celui requis pour être électeur provincial.

  • 49 « Ceux qui exercent des professions dites libérales, telles que celles d’avocats, avoué, notaire, (...)

77Cette situation paradoxale est cependant corrigée par le fait que l'arrêté du 8 octobre 1830 admet également comme électeurs des capacitaires, ceux qui exercent des professions libérales49.

78De cette façon, le nombre d’électeurs communaux de la ville de Liège fut malgré tout supérieur au nombre d’électeurs généraux.

  • 50 Nous renvoyons, pour plus de détails sur les imperfections de la loi à notre article : Interprétat (...)
  • 51 Pasinomie, 1836, pp. 46-64. Sur ces luttes, voir notamment, H. HAAG, Les droits de la Cité. La déf (...)

79Cet arrêté, malgré ses imperfections et les interprétations contradictoires auxquelles il pouvait donner naissance50, resta d’application jusqu’en 1836. Le 30 mars de cette année, la loi communale fut adoptée après de très longues et très vives discussions51.

TABLEAU No 5. Arrondissement de Liège. Electeurs communaux

TABLEAU No 5. Arrondissement de Liège. Electeurs communaux

Sources : voir Annexe no V.
Pour 1836 : deux données divergentes. La première est donnée par le Politique, 4 mai 1836, la seconde résulte de la comptabilisation sur la liste d’électeurs même.

80Les conditions requises pour être électeur étaient notablement différentes. Il n’y avait plus d’électeurs capacitaires mais le cens électoral était abaissé pour presque toutes les communes. Dix catégories ou classes de villes et communes étaient établies avec un cens électoral en rapport avec le chiffre de population

Communes

de — de 2.000

habitants :

15 F

de 2.000 à 5.000

habitants :

20 F

de 5.000 à 10.000

» :

30 F

de 10.000 à 15.000

» :

40 F

de 15.000 à 20.000

» :

50 F

de 20.000 à 30.000

» :

60 F

de 30.000 à 40.000

» :

70 F

de 40.000 à 50.000

» :

80 F

de 50.000 à 60.000

» :

90 F

de 60.000 à 70.000

» :

100 F

  • 52 La loi monétaire du 5 juin 1832 établit le rapport d’un florin pour 2,116 F. Pasinomie, 3e série, (...)
  • 53 Ce sont : Ans et Glain, Cheratte, Grâce-Montegnée, Grivegnée, Jemeppe, Jupille, Horion-Hozémont, S (...)

81La ville de Liège était située dans la 9e classe (50.000 à 60.000 habitants) avec un cens électoral de 90 francs. Celui-ci était donc diminué de plus de moitié (100 florins en 1830, soit 211 francs)52. Il fallait descendre jusqu’à la 3e classe pour trouver la commune de Herstal (5.000 à 10.000 habitants) avec un cens électoral de 30 francs. La 2e classe comptait treize communes de 2.000 à 3.000 habitants, avec un cens électoral de 20 francs53. Toutes les autres communes de l’arrondissement se trouvaient dans la catégorie la plus basse (moins de 2.000 habitants) soit 10 francs de cens électoral.

82Cette législation resta en vigueur jusqu’en 1848.

  • 54 Pasinomie, 1848, pp. 87-88.

83La loi du 31 mars 1848 réduisit le cens électoral à 42 francs 32 centimes (20 florins) pour les communes où il excédait ce taux. En fait, cette réduction du cens électoral ne touche que la ville Liège où, désormais, la liste des électeurs généraux sert de base à l’établissement de la liste des électeurs communaux54.

  • 55 Loi du 30 juin 1842, Pasinomie, 1842, pp. 292-294.
  • 56 Arrêté du 26 septembre 1842 pris après avis du Conseil communal du 2 septembre et de la députation (...)

84En 1842, une modification à la loi communale avait été apportée pour les communes de plus de 12.000 habitants55. Elle ne toucha donc que la ville de Liège dans cet arrondissement. Les élections devaient s’y faire par section, le collège électoral de chaque section élisait ses propres représentants au conseil communal. Quatre sections furent érigées dans la ville, reprenant les limites des quatre quartiers : Sud, Nord, Est et Ouest, délimitant les quatre commissariats de police56.

  • 57 Pasinomie, 1848, p. 62.

85La loi du 5 mars 1848 abrogea cette disposition57.

***

  • 58 Dans les Exposés de la situation du royaume, 1841-1850, p. 84 et dans le Mémorial administratif de (...)
  • 59 Si l’on prend le chiffre moyen, de 1830 à 1848, de 5.200 électeurs pour les 117 communes.

86Il est difficile de retrouver les listes électorales pour les élections communales. Les sources officielles ne suppléent pas à cette carence. Tout au plus donnent-elles à certaines époques le chiffre d’électeurs pour la ville de Liège et un chiffre global pour l’ensemble des communes de l’arrondissement58. La moyenne des électeurs par commune y est de 4459.

87Le faible nombre d’électeurs, — et encore la plupart sont-ils exclus des élections provinciales et générales, — explique que les élections communales n’acquièrent, dans les communes rurales, que très rarement un caractère politique. La consultation des archives communales apporte très peu de lumière sur ces élections. Les procès-verbaux de celles-ci sont rarement conservés. Les journaux eux-mêmes font très peu état des élections dans les communes rurales. Ils constituent malgré tout le baromètre le plus sensible des éventuelles manifestations politiques en rapportant, à l'occasion, dans leurs colonnes, les modifications significatives que ces luttes ont éventuellement provoquées.

88En dehors de ces occasions, seules les élections communales qui se déroulent dans la ville de Liège présentent un caractère politisé, et retiendront dès lors l’attention.

***

89Le corps électoral représente une fraction minime de la population et se trouve basé sur la fortune ou plus exactement sur la possession de biens. Le nombre d’électeurs varie selon qu’il s’agit d’élections générales, provinciales ou communales. Seuls les électeurs généraux ont le droit de participer aux trois types d’élections et, en ce sens, ils constituent le groupe le plus important au point de vue de l’attribution des droits politiques.

  • 60 Les électeurs sont répartis par sections mais la composition régionale de ces sections varie fréqu (...)

90Malgré les légères divergences quant aux critères pour être électeur général et provincial, la composition de ces corps électoraux diffère peu. Les élections provinciales constitueront dès lors des moments privilégiés pour déterminer, dans les différents cantons qui composent l’arrondissement, l’impact qu’y rencontrent les différentes organisations politiques, contrôle qu’il est souvent malaisé de faire à l’occasion des élections générales60.

C. Composition du corps électoral par activités professionnelles

91L’examen de la composition numérique du corps électoral a permis d’apprécier l’importance quantitative du groupe concerné par cette étude. La législation électorale a montré que l’élaboration des listes électorales est basée sur le cens, sur la quotité d’impôts directs payés en fonction de la possession de biens. Le législateur accordait ainsi le droit politique aux personnes qui avaient témoigné leur capacité de gérer leur propre fortune. C’est là le caractère commun et essentiel du corps électoral.

  • 61 Cf. note 59.
  • 62 Pour procéder à ce regroupement, nous nous sommes plus ou moins inspiré de la classification profe (...)

92Il est plus intéressant encore de connaître la répartition du corps électoral par activités professionnelles. Bien que les listes électorales conservées soient rares et les renseignements officiels peu abondants, la documentation rassemblée permet néanmoins une telle étude61. Ce n'est cependant pas sans réserve que nous livrons les résultats de nos recherches. Effectivement, plusieurs exemples nous ont démontré que les métiers que s’attribuaient les électeurs étaient vagues, ou ne représentaient pas toujours fidèlement le genre d’activité principale exercée. D’autre part, comme il était peu commode de laisser subsister les plus de cinquante métiers cités dans les listes électorales, ils ont été regroupés en grandes catégories professionnelles62.

93Malgré ces réserves, les tableaux dressés de la sorte semblent susceptibles d’apporter quelques précisions intéressantes pour la suite de l’étude.

  • 63 Conservés dans le Mémorial administratif de la province de Liège, Annexes, Exposé de la situation (...)
  • 64 Voir Tableau no 6.

94La répartition par catégories professionnelles des électeurs généraux de l’arrondissement de Liège n’est établie de façon continue que pour la période de 1845 à 184863. La distinction entre électeurs de la ville et du reste de l’arrondissement n’est possible que pour l’année 184564.

95Considérons tout d’abord la période de 1845 à 1847. Une première difficulté se présente déjà : la catégorie qui constitue le quart du corps électoral est celle des rentiers-propriétaires. Cette constatation est imprécise, n’indiquant pas s’il s’agit de propriétaires de terres ou de maisons. La majorité de ces personnes doivent vraisemblablement être des propriétaires du sol : le plus grand nombre réside à la campagne. Une partie de ces propriétaires aurait peut-être pu être classée dans la catégorie « cultivateurs-agriculteurs », qui arrive en deuxième position dans les campagnes et en troisième (15 %) dans l’ensemble de l’arrondissement. Aucune distinction non plus n’est faite dans cette catégorie entre agriculteurs propriétaires de leurs terres et agriculteurs locataires, nuance importante pourtant au moment des élections, l’agriculteur propriétaire gardant la possibilité d’une indépendance plus grande que le locataire. Cette imprécision provient du fait que les indications de métiers sont laissées à la discrétion des secrétaires communaux chargés de dresser les listes électorales. Une liste détaillée par commune pour 1847 (dont les éléments ont été regroupés dans le tableau no 6) fait apparaître clairement que, lorsque certains secrétaires communaux indiqueront, selon leur choix personnel, uniquement des propriétaires ou uniquement des agriculteurs, dans des communes voisines, certains de leurs collègues plus précis distingueront des propriétaires-agriculteurs des propriétaires et des agriculteurs. Cette précision est rare cependant.

  • 65 Cf. plus haut, pp. 17-19 et E. VLIEBERGH et R. ULENS, La population agricole de la Hesbaye, pp. 32 (...)

96Devant ces diversités d’annotations, la classification imposait un choix, même arbitraire : les propriétaires (sans autre indication) ont été comptabilisés à part, tandis que agriculteurs et propriétaires agriculteurs ont été classés ensemble. De toute façon, parmi les agriculteurs locataires, un grand nombre était sans doute propriétaire d’une partie des terres qu’ils cultivent65.

97En résumé, les rentiers-propriétaires et les agriculteurs ont ensemble la majorité absolue dans les campagnes — 53 % en 1845 et 55 % en 1847 — mais ils ne comptent que pour 32 % dans l’ensemble du corps électoral de l’arrondissement.

98En second lieu viennent les commerçants. La très large représentation du commerce — plus de 20 % — est un fait remarquable dans le corps électoral liégeois. Ils sont relativement majoritaires en ville.

99Pratiquement au même niveau se présentent ensuite les professions libérales (8 %), les fonctionnaires (8 à 9 %) et les fabricants (9 à 10 %). Pour ces trois catégories, la même remarque est à formuler : ils sont deux fois plus nombreux en ville que dans le reste de l’arrondissement.

100Aucune branche d’activité n’a le monopole d’influence parmi les électeurs. Notons enfin le très petit nombre d’ecclésiastiques qui sont électeurs généraux : une dizaine.

101Sur le même tableau, les chiffres de l’année 1848 pour toutes les catégories professionnelles voient leur nombre de représentants augmenter par suite de l’abaissement du cens électoral. La catégorie des commerçants devient, en chiffres absolus, la plus importante du corps électoral : 1.330 soit 30 % de l’ensemble. Les rentiers-propriétaires dont le nombre n’augmente que de 50 % par rapport à 1847, rétrogradent à la deuxième place : 762, soit 17 % de l’ensemble.

102Le mouvement le plus « spectaculaire » provoqué par cette réforme électorale est cependant le fait des cabaretiers-aubergistes. Leur nombre se trouve multiplié par huit — de 68 ils passent à 536 —, ils représentent dès lors 12 % du corps électoral. A la suite de ces hausses constatées chez les commerçants et les cabaretiers-aubergistes, toutes les autres branches d’activité voient leur pourcentage diminuer dans le corps électoral. L’importance numérique des membres du clergé y reste négligeable.

***

TABLEAU N° 6. Statistique des électeurs généraux par profession 1845-1848

TABLEAU N° 6. Statistique des électeurs généraux par profession 1845-1848

TABLEAU No 7. Statistique des électeurs généraux par profession et par canton pour les communes rurales en 1847

TABLEAU No 7. Statistique des électeurs généraux par profession et par canton pour les communes rurales en 1847

Sources : B.U.Lg., Fonds Capitaine, no 2921. Liste électorale des électeurs généraux pour les communes rurales de l’arrondissement de Liège, 1847.

  • 66 Cette répartition professionnelle a été réalisée sur la base de la « Liste des électeurs généraux (...)

103Une analyse socio-professionnelle du corps électoral réparti par cantons hors ville n’est praticable qu’au cours de l’année 184766.

104Le tableau no 7 confirme les données de 1845. Il permet cependant de juger de l’importance relative des mandataires politiques (principalement les bourgmestres et échevins) dans le corps électoral hors chef-lieu. Ils sont représentés dans tous les cantons et interviennent pour 9 % dans les cantons ruraux.

105La représentation la plus intéressante à observer est celle des fabricants : ni le canton de Liège (sans la ville), encore moins le canton de Seraing ne fournissent le plus d’électeurs de cette catégorie, mais, curieusement, c’est le canton de Fléron qui vient en tête avec 30 fabricants sur les 54 de l’ensemble du corps électoral hors ville. Cela tient au fait que les indications de métiers (fabricants de..., usiniers, industriels) ne tiennent évidemment pas compte de l’importance de l’entreprise considérée. Les petites manufactures sont nombreuses dans le canton de Fléron d’où le nombre élevé de petits fabricants, propriétaires de leurs entreprises, qui sont électeurs.

106L’industrialisation très poussée dans le canton de Seraing n’entraîne paradoxalement pas l’apparition d’un plus grand nombre d’industriels sur les listes électorales. Au contraire, suite à la concentration industrielle et au développement d’importantes sociétés anonymes, les propriétaires de fabriques apparaissent moins nombreux. Les actionnaires de ces grandes sociétés ne se donnent évidemment pas comme fabricants. Parallèlement, la sous-catégorie désignée comme « ingénieurs - artisans - maîtres-ouvriers - ouvriers » est plus importante dans le canton de Liège, mais le canton de Fléron en fournit encore un plus grand nombre (13) que le canton de Seraing (7).

107Ces deux phénomènes concordants font toucher du doigt la différence essentielle entre les régions industrielles modernes qui se créent et les petites entreprises traditionnelles qui subsistent encore très nombreuses à la périphérie. Le caractère personnel de l’entreprise qui subsiste dans les secondes disparaît dans les premières pour faire place à des relations d’interdépendance très complexes (actions, relations avec les banques, sociétés anonymes pour les « patrons », salaires pour la main-d’œuvre, etc.) où la notion traditionnelle de propriété tend à faire place à celle « d’intérêts financiers ». Ce phénomène est un de ceux qui nous font hésiter à tirer des conclusions trop tranchées de la représentation professionnelle du corps électoral. Plus qu’une question de nombre de représentants d’une catégorie professionnelle, c’est tout un climat psychologique qu'il nous paraît essentiel de considérer en fonction du développement industriel. Ce climat entraîne les avocats, pour prendre un exemple, conseillers juridiques ou actionnaires d’industries ou de charbonnages, à réagir plus selon les intérêts de ces branches que dans un esprit corporatif.

  • 67 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2921. Nous avions les listes des é (...)

108La répartition par catégorie professionnelle des électeurs généraux et communaux de la ville de Liège fait à nouveau toucher le même problème. De la série des listes retrouvées, n’en présentons que trois, plus explicatives que les autres (tableau no 8 à 12)67.

109La liste des électeurs communaux de la ville de Liège en 1836 nous présente la répartition professionnelle après l’établissement de la loi communale. Les résultats globaux confirment également les renseignements précédents ; la prédominance du groupe des commerçants. Parmi ce groupe d’électeurs communaux pour qui le cens requis est de 90 francs, la catégorie des ingénieurs, artisans.... vient au deuxième rang.

110La répartition par quartier (voir carte de la ville) est plus intéressante à observer. Les professions libérales et les fonctionnaires sont regroupés dans les quartiers Ouest et Sud, sièges de la plupart des administrations. Les ingénieurs, artisans... sont les plus nombreux dans les quartiers Nord et Est, où se situent le plus grand nombre de fabriques.

111Cela correspond assez bien avec ce que l’on connaît de la richesse extérieure des quartiers de Liège. Le quartier du Nord (Saint-Léonard, ou rive gauche de la Meuse en direction de Maastricht) est un quartier où se retrouvent armuriers et bateliers. Le quartier de l’Est (Outremeuse) est encore à présent considéré comme un des quartiers les plus populaires de la ville de Liège. Il est fort commerçant (voyez les 25 % en 1836 et 34 % en 1848 sur une moyenne générale d’environ 28 %), mais ce sont surtout de petits boutiquiers.

TABLEAU No8. Ville de Liège – Electeurs communaux de 1836

TABLEAU No8. Ville de Liège – Electeurs communaux de 1836

Tableau No 9. Ville de Liège – Electeurs communaux pour 1840-1841

Tableau No 9. Ville de Liège – Electeurs communaux pour 1840-1841

Tableau No 10. Ville de Liège – Electeurs généraux pour 1840-1841

Tableau No 10. Ville de Liège – Electeurs généraux pour 1840-1841

Tableau No 11. Ville de Liège. Electeur communaux qui ne sont pas électeurs généraux - 1840-1841

Tableau No 11. Ville de Liège. Electeur communaux qui ne sont pas électeurs généraux - 1840-1841

Tableau No 12. Ville de Liège. Electeur généraux et communaux pour 1848

Tableau No 12. Ville de Liège. Electeur généraux et communaux pour 1848

112Ces caractères qui se confirment dans le premier tableau pour 1840-1841 (tableau no 9) sont à retenir surtout en fonction de la réforme communale de 1842 qui attribuera la nomination des conseillers communaux par les électeurs de chaque quartier.

113L’intérêt des données de 1840-1841 (tableaux no 9, 10, 11) réside dans la comparaison qu’elles permettent entre les électeurs généraux et communaux de Liège. La différence donne, par catégorie professionnelle, le nombre d’électeurs qui, ayant le cens requis pour être électeur communal (90 francs), n’ont pas celui pour être électeur général (± 154 francs). Ce nombre s’élève à 625.

114Chaque branche d’activité professionnelle, à l’exception des banquiers, compte un certain nombre de représentants dans ce cas. Les chiffres absolus nous paraissent ici plus révélateurs que les pourcentages. Le groupe le plus nombreux dans le cas considéré est celui des « ingénieurs - artisans... » avec 191 personnes. Ils sont suivis par les 160 commerçants.

115Il est plus intéressant encore de constater que 70 personnes exerçant une profession libérale (selon nos critères : des avocats, notaires, médecins...) et 16 hauts fonctionnaires se trouvent dans cette situation d’avoir leur droit électoral restreint au niveau communal ! Comme nous le verrons d’ailleurs par la suite, ces personnes ne bornaient pas l’intérêt qu’elles portaient à la politique au niveau communal et aspiraient à obtenir le droit politique complet. Le mouvement progressiste, puis radical, qui réclamera l'abaissement du cens électoral trouvera des appuis parmi la classe intellectuelle, auprès de bon nombre d’universitaires, avocats et médecins.

  • 68 Pasinomie, 1848, pp. 87-88.

116Leurs aspirations seront rencontrées en 1848 par l’abaissement du cens électoral au minimum prévu par la Constitution. Dès lors, à Liège, la liste des électeurs communaux sert de base à l’élaboration de la liste des électeurs généraux68. Le tableau de 1848 (tableau no 12) donne l’état de la nouvelle répartition professionnelle.

D. Le corps électoral par tranche d’âge

  • 69 Un contrôle effectué par des personnes dont la date de naissance est connue par ailleurs a fait ap (...)

117La liste des électeurs généraux et communaux de la ville de Liège en 1840-1841 relève l'âge de chaque personne. Il est dès lors possible de dresser un tableau du corps électoral par tranche d'âge et de répondre à une question qui peut se poser : à savoir si, du fait que seuls les propriétaires sont admis comme électeurs, l’âge moyen de ce corps électoral n’est pas anormalement élevé (tableau no 13)69.

  • 70 RUTTEN, La population belge en 1830, pp. 83-84.

118L’âge moyen pour l’ensemble du corps électoral de la ville de Liège est approximativement de 47 ans, tant chez les électeurs communaux que chez les électeurs généraux. Cette moyenne est basse par rapport à notre époque, mais plus élevée selon la table de mortalité du xixe siècle70. Cette remarque pour le xixe siècle explique aussi le nombre assez important d’électeurs de trente ans et moins qui sont propriétaires. Malgré ces considérations, l'on constate néanmoins que plus de 100 électeurs sont septuagénaires, soit à peu près 6 % du corps électoral.

119Ce tableau par âge permet également de déterminer que 59 électeurs de 1840 avaient plus de 25 ans en 1790 (3,64 %). Ils ont donc connu la révolution française et tous ses développements. Plus de 10 % des électeurs (11,90 %) ou 193 électeurs avaient cet âge en 1800, au début du consulat. A la fin de l'empire, en 1815, 675 électeurs liégeois avaient 25 ans, soit 41,63 % du corps électoral. Enfin, seulement 271 de ces personnes n’ont atteint l’âge requis pour être électeur qu’après 1830, soit 16,71 %.

120Ces remarques donnent une perspective assez exacte de l’expérience politique de l’électorat censitaire en 1840.

TABLEAU No 13. Répartition par tranches d'âge des électeurs généraux et communaux de la ville de Liège 1840-1841

TABLEAU No 13. Répartition par tranches d'âge des électeurs généraux et communaux de la ville de Liège 1840-1841

Voir Annexes nos VII et VIII.
La coutume veut que, dans une pyramide d'âges, les hommes soient à gauche et les femmes à droit. Nous nous sommes permis de rompre avec cette tradition. En effet, il n'y a pas de femmes dans le corps électoral censitaire. D’autre part, la dispotition, à gauche des électeurs généraux et à droite des électeurs adjoints, permet une comparaison meilleure que par le procédé d'une superposition. Enfin, le développement du tableau (par addition des électeurs généraux et des électeurs adjoints) donne le corps électoral de la ville de Liège pour les élections communales.

5. Les éligibles et la fréquence des élections

A. Les éligibles

121Pour les élections à la Chambre des représentants et au conseil provincial, aucune condition de cens n’est fixée pour être éligible. L’âge électoral est de 25 ans.

122Par contre, la situation est différente pour les élections au Sénat et pour les conseils communaux.

  • 71 Constitution de la Belgique, 7 février 1831. Section II, art. 453 à 459. Pasinomie, 1830-1831, pp. (...)

123En fixant l’âge électoral à 40 ans et en exigeant, pour être être éligible, un cens de 1.000 florins, le Congrès national avait de propos délibéré, voulu donner au Sénat un recrutement et un caractère tout à fait particulier71. Dans chaque province, la députation permanente devait dresser un tableau des éligibles au Sénat. Leur nombre devait correspondre à la proportion d’un éligible sur 6.000 habitants. De 1831 à 1848, ce nombre n’est jamais atteint dans la province de Liège et la liste doit être, chaque année, complétée par les personnes les plus imposées jusqu’à concurrence du contingent obligatoire.

  • 72 Chaque année, le Mémorial administratif de la province de Liège publie, à partir de 1832, la liste (...)

124Il en résulte que le choix des électeurs est extrêmement réduit (62 éligibles en 1835 pour la province de Liège, 75 en 1848)72 et de là découle vraisemblablement le peu d’intérêt que l’on constate à l’occasion des élections au Sénat.

  • 73 Pasinomie, 1836, p. 348.
  • 74 Ibidem, 1848, pp. 87-88. Loi du 31 mars 1848.

125En ce qui concerne les élections communales, le législateur estima que le fait de réclamer, pour être éligible, la même quotité de cens que pour être électeur, constituait une garantie nécessaire pour la bonne marche de ces administrations73. Lors des réformes électorales de 1848, cette condition de cens pour être éligible aux conseils communaux fut supprimée74.

B. Fréquence des élections

  • 75 Constitution, art. 35. Pasinomie, 1830-1831, p. 190.
  • 76 Idem, art. 51. Ibidem, p. 189.
  • 77 Loi provinciale, art. 92. Pasinomie, 1836, p. 121.
  • 78 Loi communale, art. 54. Pasinomie, 1836, pp. 51-52.
  • 79 Voir références des trois notes précédentes.

126Les sénateurs sont élus pour un mandat de huit ans75. Les membres de la Chambre des représentants siègent quatre années76. La durée du mandat de conseiller provincial est également de quatre ans mais ce conseil doit être renouvelé par moitié, et dès lors des élections se déroulent tous les deux ans dans la province77. Les conseillers communaux élus pour six ans sont également renouvelés par moitié, ce qui nécessite des élections tous les trois ans78. Ces élections ont lieu normalement en mai pour les provinciales, en juin pour les législatives et en octobre pour les communales79.

127Toutes ces stipulations déterminent au cours des dix-huit années étudiées un nombre important d’élections. Certaines annulations ou — comme en 1834 — la dissolution de la Chambre, vont l’accroître encore.

128Pour les élections au Congrès national et pour les élections communales de 1830 à 1836, il avait été prévu d’élire des suppléants. Cette précaution est abandonnée pour les élections législatives dès 1831 et, dans la législation communale et provinciale, en 1836,

  • 80 Loi électorale du 3 mars 1831, art. 50. Pasinomie, 1830-1831, p. 240.
  • 81 Pasinomie, 1836, p. 52 (art. 59 de la loi communale) et p. 116 (art. 37 de la loi provinciale).

129Dès lors, toute démission ou tout décès nécessite obligatoirement une élection partielle pour compléter la représentation. Cette élection partielle, dans le cas des législatives, a lieu obligatoirement dans le délai d’un mois80. Pour compléter les conseils communaux ou provinciaux, les élections ont lieu à l’époque normale du renouvellement par moitié ou dans un délai fixé par l’autorité compétente81.

130Par suite de toutes ces dispositions, les élections deviennent un événement extrêmement fréquent de la vie politique. Cette fréquence aura des conséquences très importantes sur l’organisation et l’évolution des grandes familles politiques. Il permettra à de petits noyaux de personnes qui, à l’origine, ne se réunissent qu’en période électorale, d’atteindre une quasi permanence due au court intervalle de temps qui s’écoule entre deux élections. L’accession à cette permanence se trouvera facilitée par les relations étroites que ces groupes politiques noueront avec les équipes de rédaction des journaux et qui permettront une diffusion quotidienne de la propagande politique.

6. Le corps électoral et la presse

131Par le fait de la législation électorale, la vie politique se développe dans une circonscription géographique bien déterminée et n’intéresse directement qu'une portion restreinte seulement de la population. La presse sans doute se plie moins à de telles exigences institutionnelles. Grâce à la proclamation de la liberté de la presse qui suit la révolution de 1830, la diffusion de la presse ne connaît officiellement aucune limitation.

132En fait cependant, cette diffusion connaît également ses limites pour ainsi dire naturelles.

  • 82 Tout ce paragraphe s’appuye sur la description que nous avons faite de la presse dans notre public (...)

133La relative lenteur des transports et de la circulation des nouvelles conserve aux journaux locaux un certain monopole d’information pour les nouvelles relatives à la ville où se trouvent leurs presses, en même temps qu’elle tend à restreindre son rayonnement à la région avoisinante. L'essentiel de l’influence de la presse périodique liégeoise s’exerce dès lors sur un territoire qui correspond grosso modo à l’arrondissement de Liège82.

134D’autre part, le timbre, qui continue de frapper comme sous le régime hollandais chaque exemplaire d’une publication périodique d’un droit fiscal variant, selon les formats de celle-ci, de 40 à 50 % du produit par numéro, contribue à élever considérablement le prix des journaux.

135Ce n’est qu’en 1848 que l’abolition de ce droit de timbre permettra aux journaux d’abaisser spectaculairement leurs prix de près de 50 % et de devenir ainsi abordables à une couche plus large de la population.

TABLEAU No 14. Evolution du nombre de journaux périodiques soumis au timbre de 1830 à 1848 dans la province de Liège

Nombre de journaux

Relevé du nombre d'abonnés

Nombre de feuilles timbrées

Montant perçu en francs

1830

4

4.575

1831

5

3.636

1832

5

3.184

1833

5

2.647

1834

6

2.272

1835

7

2.873

1836

7

2.797

1837

7

2.826

1838

7

3.166

1839

7

3.462

1840

9

3.472

1841

8

2.723

868.471

35.498,14

1842

9

3.519

820.175

35.589,25

1843

11

3.509

862.297

36.556,30

1844

11

3.291

818.065

35.246,92

1845

10

2.842

857.750

37.409,31

1846

10

3.067

870.818

38.911,04

1847

8

2.964

883.635

39.562,02

1848 (1er trim.)

9

3.214

264.491

11.634,18

Sources : Statistique générale de la Belgique. Exposé de la situation du Royaume (1841-1850), Bruxelles, 1852, titre III, pp. 201-203. La loi du 25 mai 1848 supprime le timbre des journaux et empêche un recensement ultérieur.

TABLEAU No 15. Tirage des journaux liégeois 1830-1845

TABLEAU No 15. Tirage des journaux liégeois 1830-1845

(1) Née de la fusion du Politique et de L’Espoir.
(2) Liste des abonnés au Rappel, dans A.R.A., Oorlog, no 263. Lettre de Moens à Dibbets, Liège, 2 mai 1834.
(3) ARCHIVES DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANG7RES, no 10.347. Renseignements sur la presse. Tableau statistique des journaux publié dans le Royaume : ce chiffre est la moyenne des trois derniers trimestres
(4) Ibidem, chiffres du 1er trimestre de 1845.

  • 83 Le tableau est composé grâce aux données de J. MALOU, Notice sur les journaux belges 1830-1842, da (...)
  • 84 Stas, propriétaire du Courrier de la Meuse, estimait qu’il lui fallait environ 465 abonnés pour éq (...)

136Jusqu’à cette date, le tirage des journaux restera très restreint. Dans la province de Liège (tableau no 14) le nombre d’abonnés oscille en moyenne péniblement autour du chiffre de trois mille pour l’ensemble des journaux de cette province. Les quotidiens publiés à Liège même monopolisent la grande majorité de ces lecteurs. Le tableau no 15 permet de se rendre compte de ce fait, en même temps que de l’importance respective des différents journaux liégeois83. Le chiffre global de leurs abonnés varie, selon les époques, jusqu’en 1842, entre 2 et 3.000. Le Journal de Liège, qui accapare largement le tiers de cette clientèle, est pratiquement le seul parmi ces quotidiens qui soit financièrement rentable. La plupart des journaux liégeois, malgré leurs formats réduits, le petit nombre de personnes (au maximum cinq à six) qui s’occupent de confectionner leurs quatre pages, représentant pour leurs promoteurs une perte financière84.

137Seul un mobile politique puissant détermine les propriétaires à consentir de tels sacrifices financiers. L’influence politique de ces feuilles n’était, en effet, nullement en proportion avec leur tirage réduit. Cette influence est considérable du fait que les abonnés de ces journaux, et l’attitude des propriétaires indique bien que tel était leur jugement, font partie dans leur presque totalité de ce groupe, extrêmement réduit lui-même, de citoyens qui composent le corps électoral.

138De ce fait découlent comme conséquence logique, les relations particulièrement étroites qui se nouèrent, de 1830 à 1848, entre milieux de presse et milieux politiques. Ainsi se tresse tout un réseau de rapports plus ou moins solides. Des feuilles vivotant avec seulement quelques centaines d’abonnés sont soutenues par des hommes politiques qui y trouvent une tribune permanente pour répandre leurs idées dans une fraction du corps électoral. Ils soutiennent financièrement le propriétaire tout en le soulageant de la lourde tâche de rédaction en fournissant à l’occasion l’un ou l’autre article de fond. En d’autres occasions, c’est un groupe de personnalités politiques qui crée son propre organe de presse.

139Les liaisons qui existent entre milieux de presse et milieux politiques, la complète fusion d’intérêts qui existe parfois entre eux, nous apparaissent constituer un ressort essentiel de la vie politique au cours de la période étudiée.

140Avant l’acceptation d’une discipline, de l’influence d’une organisation politique dont le modèle type met plusieurs années à s’établir, la presse, les quotidiens, ont largement contribué à façonner la pensée politique de leurs lecteurs, du corps électoral en général.

141Ce sont ces relations mutuelles entre presse et organisations politiques qui font réellement la vie politique en orientant le corps électoral que nous étudierons dans les chapitres qui suivent.

Conclusions

142La présentation du corps électoral de l’arrondissement de Liège, dans son cadre géographique et humain, et l’aperçu des conditions dans lesquelles s’exprime la presse ont permis de poser les bases de notre étude.

143Dans un arrondissement, où à côté des petites fabriques traditionnelles, se développe la grande industrie moderne, le monde agricole cède progressivement le pas au cours des dix-huit années étudiées. La population vit de plus en plus intensément au rythme du développement industriel.

144Fraction très réduite de cette population, le corps électoral évolue de façon semblable. De 1830 à 1848, on constate un phénomène de minorisation des électeurs issus des milieux ruraux, particulièrement marqué dans la deuxième décennie, par rapport aux électeurs provenant des milieux urbains et industriels.

145Conséquence de la différence de cens exigés pour les divers types d’élections, des inégalités politiques existent parmi les représentants d’une même profession. Ceci explique la revendication qui a pour but d’obtenir un droit électoral complet par le nivellement du cens électoral. La réforme électorale de 1848 voit l’aboutissement de ce mouvement et consacre en fait la position prépondérante des électeurs urbains dans le corps électoral de l’arrondissement.

146Le rôle joué par la ville de Liège au sein de cet arrondissement apparaît capital. La commune renferme plus d’un tiers de la population. Elle est non seulement le centre administratif, mais aussi commercial et industriel de toute une région. Siège du conseil provincial, le chef-lieu d’arrondissement est également le lieu où, obligatoirement, l'on se rend pour participer aux scrutins législatifs. Le vote n’étant pas obligatoire, un certain nombre d’électeurs « ruraux » peut toujours s’abstenir et l’influence du vote des électeurs citadins dont le nombre n’est pas loin d’équilibrer le reste du corps électoral, est souvent décisif.

147Vu l’importance de l’arrondissement de Liège dans le royaume, les élections législatives qui s’y déroulent constituent un test très sérieux pour les Chambres. De même, le climat des élections provinciales dans le canton de Liège n’est pas sans influencer la campagne électorale dans les autres cantons. Enfin, les élections communales de Liège sont pratiquement les seules de l’arrondissement qui ont un caractère politique très marqué ; elles ont, de ce fait, un effet de contagion sur les communes avoisinantes.

148Il est dès lors logique que les groupes d’hommes politiques qui cherchent à faire triompher leurs idées dans l’arrondissement se cantonnent à Liège et s’efforcent, avec l’aide des journaux qui y ont leurs bureaux, de gagner à leur cause tout particulièrement les électeurs de la ville.

149Le nombre considérable d’élections qui se succèdent au cours de la période étudiée, dues au système électoral en vigueur, donnera peu à peu à ces petites organisations, initialement tournées vers l’action électorale, une quasi permanence. Elles en acquièrent, ainsi qu’on le verra par la suite, une importance croissante et leur action deviendra décisive dans la vie politique.

150Pourquoi cette évolution prit-elle à Liège une tournure plus favorable aux libéraux, c’est ce que nous devrons montrer dans les pages qui suivent. L’explication depuis longtemps classique des centres urbains favorables aux mouvements libéraux s'impose déjà à la pensée du lecteur, mais cette explication n’est qu’un élément dont il faudra tenir compte, sans doute, mais surtout qu’il conviendra de vérifier, en étudiant toutes les circonstances particulières de l’évolution politique dans l’arrondissement de Liège.

Notes

1 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830, pp. 20-22.

2 Ibidem, pp. 231-243.

3 Cf. Gazette de Liège du citoyen J.F. Desoer, no 1, ler Vendémiaire an IV de la République (23 septembre 1795) et no 14 Vendémiaire an IV (6 octobre 1795). F. MAGNETTE, Documents inédits sur l'histoire de Liège à la fin du xviiie siècle, Liège, 1908. Sur la réunion de la Belgique à la France, les difficultés soulevées par l'intégration du Pays de Liège et enfin le découpage territorial et la formation du département de l’Ourthe avec Liège comme chef-lieu, voir M.R. THIELEMANS, Deux institutions centrales sous le régime français en Belgique : L’administration centrale et supérieure de la Belgique et le conseil de gouvernement, dans Revue belge de Philologie et d’Histoire, 1963, fasc. 4, pp. 1091-1135 ; 1964, fasc. 2, pp. 399-441 ; 1965, fasc. 4, pp. 1272-1323 et 1966, fasc. 2, pp. 500-535.

4 Constitution du 12 frimaire an VIII (13 décembre 1799), art. 1. Cf. Pasinomie, 1re série, t. 10, du 19 vendémiaire an VIII au 19 thermidor an IX, pp. 20-30.

5 Comte d’ANGEBERG, Le Congrès de Vienne et les traités de 1815, Paris, 1864, t. 2, pp. 1297-1306.

6 Georges HANSOTTE, Inventaire des archives du Gouvernement provincial et des Etats provinciaux de Liège sous le régime du royaume des Pays-Bas, Bruxelles, A.G.R., 1965. Introduction historique, pp. 6-10.

7 Les dix communes du canton judiciaire de Hollogne-aux-Pierres ne faisant pas partie de l’arrondissement administratif de Liège sont : Crisnée, Fexhe-le-Haut-Clocher, Fize-le-Marsal, Freloux, Jeneffe, Remexhe, Momalle, Noville, Odeur et Thys. Les deux communes de l’arrondissement judiciaire de Huy, canton de Nandrin, rattachées à l'arrondissement administratif de Liège sont : Anthisnes et Comblain-au-Pont.

8 En fait, le canton de Liège est lui-même divisé en quatre cantons judiciaires (Nord - Est - Sud - Ouest). Ces quatre cantons ne forment cependant ensemble qu’une seule circonscription électorale au niveau provincial.

9 Pour l’importance économique du bassin de la Meuse, cf. R. DEMOULIN, Le bassin mosan pendant la première moitié du xixe siècle, dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. LXIII, 1939, pp. 1-12.

10 Cf. Carte no 1.

11 E. VLIERBERGH et R. ULENS, La population agricole de la Hesbaye au xixe siècle. Contribution à l’étude de l’histoire économique et sociale, s.l.n.d. (1914), pp. 32-49.

12 J. RUWET, L'agriculture et les classes rurales au pays de Herve sous l’ancien régime, Liège, 1943 et C. BIHOT, Le Pays de Herve, Anvers, 1913, p. 98.

13 R. DEMOULIN, Guillaume Ier et la transformation économique des provinces belges, Liège-Paris, 1938. — J. LEJEUNE, Liège et l'Occident, Liège, 1958, pp. 50-57.

14 Mémorial administratif de la province de Liège, 1842, supplément au no 624, annexe 21, pp. lix-lxxvii. NOUS reproduisons en Annexe I cette liste en regroupant les machines à vapeur par établissement et par localité. La date de 1842 qui nous est imposée par la source est par ailleurs très heureuse. Outre qu’elle se situe au cœur de la période étudiée, elle permet de dresser un tableau qui donne une vue exacte du développement industriel consécutif aux créations des sociétés anonymes après 1836. Elle évite de devoir tenir compte du coup de frein de la crise économique de 1838-1839. Dès 1840-1841, l’expansion économique a déjà repris son essor.

15 Pour tout ce paragraphe, on peut se reporter, pour connaître les établissements situés dans les communes de chaque canton, à l’Annexe no II.

16 Cf. par exemple la description saisissante de Victor Hugo dans une lettre du 4 août 1838, reproduite dans M.L. GOFFIN, La Belgique vue par Victor Hugo, Bruxelles, Collection nationale, 6e série, 1945, p. 59.

17 Boncelles, Tilff, Plainevaux et Rotheux-Rimière.

18 Quatre communes riveraines : Awirs, Chokier, Flémalle (la source ne précise pas s'il s'agit de Flémalle-Haute ou de Flémalle-Grande) et Jemeppe. Les deux autres communes sont Grâce-Montegnée et Mons.

19 Cf. Ph. VAN DER MALEN, Dictionnaire géographique de la province de Liège, Bruxelles, 1831, sous le nom des communes du canton.

20 Cf Carte no 2.

21 A. RUTTEN, La population belge depuis 1830, Louvain, 1899, pp. 48-49.

22 Pour calculer nos pourcentages de densité et d'accroissement de population, nous avons travaillé sur la base des chiffres publiés dans Statistique de la Belgique. Relevé décennal 1831 à 1840, Bruxelles, 1842 et Satistique de la Belgique. Population. Mouvement de l’état civil pendant l’année... (de 1841 à 1849). On trouvera la justification de nos calculs en Annexe no II.

23 Nous avons calculé, pour chaque commune, l'accroissement de la population en prenant comme base chaque fois la population de 1831 (1831 = 100). En justification aux groupes créés et reproduits sur la Carte no 3, nous avons considéré les communes sous l’indice 100 (= les communes en perte de population), de 101 à 115 (ce dernier chiffre est la moyenne nationale), de 116 à 132 (moyenne de l’arrondissement), de 133 à 150 (légèrement supérieure), de 151 à 200 (largement supérieure à la moyenne) et plus de 200, communes où la population a plus que doublé.

24 Sur Seraing, voir L. de SAINT-MOULIN, La construction et la propriété des maisons. Expression des structures sociales. Seraing depuis le début du xixe siècle, Bruxelles, Pro Civitate no 21, 1969.

25 Nous aborderons ce problème plus loin, pp. 50-51.

26 Pasinomie, 2e série, no 6, juillet 1820 au 26 août 1822, pp. 77 et sv

27 Ibidem, p. 81.

28 Loi électorale du 3 mars 1831. Art. 2 : « Seront comptées au mari les contributions de la femme commune en biens, et au père celle de ses enfants mineurs dont il aura la jouissance. » Pasinomie, 1830-1831, pp. 231-232. Loi communale du 30 mars 1836. Art. 8. Pasinomie, 1836, p. 47. Loi provinciale du 30 avril 1836, art. 5. Pasinomie, 1836, p. 114.

29 D'après les chiffres donnés par RUTTEN, La population belge depuis 1830, Louvain, 1899, p. 78, selon le recensement de 1846, les rapports entre les hommes et les femmes s’établissent comme suit pour la province de Liège : 944 hommes pour 1.000 femmes dans la population urbaine et 997 hommes pour 1.000 femmes dans la population rurale.

30 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830-1831, pp. 20-22.

31 Il était initialement fixé à 75 florins pour les « campagnes » de l’arrondissement de Liège. Devant les nombreuses réclamations des habitants des campagnes, leur cens électoral fut réduit de moitié et ramené ainsi à 37,5 florins. Pasinomie, t. 1, 1830-1831, p. 87. Arrêté du 16 octobre 1830.

32 Mémorial administratif de la province de Liège, t. 1, 1830-1831, pp. 45-51, circulaire du gouverneur du 21 octobre 1830.

33 Pasinomie, t. 1, pp. 241-243.

34 Ces chiffres ne sont pas aisés à retrouver. Le lecteur averti ne s’étonnera pas des nombreuses lacunes qui subsistent.

35 Le nombre d'électeurs inscrits en 1832 n’est pas rapporté par les journaux. Seul le chiffre des votants est connu. Le Journal de Liège du 17 juillet 1832 note : « Le nombre assez considérable d'électeurs qui n’avaient pas été portés sur la dernière liste a fait hier quelque sensation pendant l’élection et a suscité des plaintes assez vives. » Le journal estime cependant que l'administration est à l’abri de toutes ces critiques : « On croit aussi qu’un certain nombre de contribuables, qui étaient électeurs en 1831, ont cessé de l’être en 1832. »

36 Mémorial administratif de la province de Liège, 1837, pp. 4-5. Circulaire du gouverneur du 21 décembre 1836.

37 Ibidem, 1839, pp. 130-131. Circulaire de la députation permanente du 25 mars 1839.

38 Voir Tableau no 2.

39 Pasinomie, 3e série, 1843, pp. 109-112. Article 1, no 3.

40 Voir Tableau no 3.

41 Pasinomie, 1848, p. 70. Loi du 12 mars 1848.

42 Pasinomie, 3e série, t. 6, 1836, pp. 112-127.

43 Ibidem, t. 1, 1830-1831, pp. 255-256.

44 Pasinomie, t. 1, 1830-1831, p. 374.

45 « Seront portés sur les listes supplémentaires, les individus réunissant les qualités pour être électeurs et payant au trésor de l'Etat au moins les 4/5 du cens électoral si le nombre d'électeurs s'élève à 40, et ceux payant les 3/5 si le nombre d'électeurs est inférieur à 40 (pour un canton judiciaire) » précise l’article 5. Pasinomie, t. 6, 1836, pp. 113-127.

46 Cf. Tableau no 4.

47 Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830-1831, pp. 15-16.

48 Sauf le canton judiciaire de Waremme.

49 « Ceux qui exercent des professions dites libérales, telles que celles d’avocats, avoué, notaire, médecin, chirurgien, officier de santé, professeur en sciences, arts et lettres, instituteur, etc. » Pasinomie, 3e série, t. 1, 1830-1831, pp. 15-16. L’indication « etc. » figure dans l’arrêté et lui confère un caractère pour le moins imprécis.

50 Nous renvoyons, pour plus de détails sur les imperfections de la loi à notre article : Interprétations contestées du pouvoir du conseil communal de Liège en 1833-1834, dans Annales du Congrès de Liège de la Fédération archéologique et historique de Belgique, 1968, t. 1, pp. 103-110.

51 Pasinomie, 1836, pp. 46-64. Sur ces luttes, voir notamment, H. HAAG, Les droits de la Cité. La défense de nos franchises communales (1833-1836). Louvain, 1946.

52 La loi monétaire du 5 juin 1832 établit le rapport d’un florin pour 2,116 F. Pasinomie, 3e série, t. 2, pp. 351-354.

53 Ce sont : Ans et Glain, Cheratte, Grâce-Montegnée, Grivegnée, Jemeppe, Jupille, Horion-Hozémont, Seraing, Soumagne, Sprimont, Vaux-sous-Chèvremont, Visé et Wandre.

54 Pasinomie, 1848, pp. 87-88.

55 Loi du 30 juin 1842, Pasinomie, 1842, pp. 292-294.

56 Arrêté du 26 septembre 1842 pris après avis du Conseil communal du 2 septembre et de la députation permanente du 7 septembre 1842. Pasinomie, 1848, pp. 484-485.

57 Pasinomie, 1848, p. 62.

58 Dans les Exposés de la situation du royaume, 1841-1850, p. 84 et dans le Mémorial administratif de la province, Exposé de la situation de la province, à partir de 1844. Pour la ville de Liège, plusieurs listes d’électeurs communaux sont conservées sous forme d’imprimés à la Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2921.

59 Si l’on prend le chiffre moyen, de 1830 à 1848, de 5.200 électeurs pour les 117 communes.

60 Les électeurs sont répartis par sections mais la composition régionale de ces sections varie fréquemment, si bien que les recoupements sont rarement possibles. Cf. R. DEMOULIN, Recherches de sociologie électorale en régime censitaire, dans Revue française de science politique, 1953, no 4, pp. 699-713.

61 Cf. note 59.

62 Pour procéder à ce regroupement, nous nous sommes plus ou moins inspiré de la classification professionnelle établie par M. le Professeur Etienne Hélin pour le recensement de la ville de Liège an IX de la république. Cf. Annales du XLIe Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (Malines, 1970), t. II, pp. 357-366, 1971. Les grandes catégories adoptées pour le recensement de l’an IX sont : les activités agricoles (inchangées chez nous), de fabrication (très détaillées alors que nous les présentons en bloc), de transport et de commerce (inchangées), les professions libérales et les services publics. Des modifications plus importantes ont été apportées dans ces deux catégories. Si, dans les professions libérales, nous avons conservé les hommes de loi, avocats, notaires, les médecins et chirurgiens, en bref, les métiers qui exigent généralement un diplôme universitaire et qui conservent une certaine indépendance aux personnes qui les exercent (ce sont en fait les catégories admises comme capacitaires pour les élections au Congrès de 1830 et pour les élections communales jusqu’en 1836), nous avons préféré comptabiliser à part, pour des raisons que l’on conçoit bien, les ministres du culte. Les coiffeurs, barbiers, cireurs et les arpenteurs, ingénieurs, dessinateurs ont été également détachés de cette catégorie de l'an IX pour figurer avec tous les métiers recensés dans les « fabricants » et qui impliquent une dépendance fonctionnelle, comme ouvrier, ou maître-ouvrier, dans l’entreprise. Tous ces métiers ont donné lieu à la création de la catégorie intitulée « ingénieurs - ouvriers - maîtres-ouvriers - artisans ». Dans la section « services publics », nous avons mis à part les militaires ; d'un autre côté, nous avons créé deux sous-catégories, les hauts fonctionnaires et les fonctionnaires subalternes, en distinguant d'une part les magistrats, juges, conseillers, procureurs, professeurs d’université, directeurs de service, et d'autre part les employés d’administration, les greffiers, secrétaires et chefs de bureau. Enfin, nous avons préféré compter à part également les rentiers-propriétaires ; les cabaretiers-aubergistes-hôteliers ; les arts et lettres (journalistes, écrivains, maîtres de danse, peintres d’histoire) et les bateliers. Lorsqu’il n’a pas été possible de faire autrement, nous avons fait figurer sous la catégorie « mandataires politiques », les sénateurs, représentants, conseillers provinciaux, conseillers communaux, bourgmestres et échevins.

63 Conservés dans le Mémorial administratif de la province de Liège, Annexes, Exposé de la situation administrative, depuis 1845.

64 Voir Tableau no 6.

65 Cf. plus haut, pp. 17-19 et E. VLIEBERGH et R. ULENS, La population agricole de la Hesbaye, pp. 32-49, ainsi que RUWET, L'agriculture et les classes rurales au Pays de Herve, Liège, 1943.

66 Cette répartition professionnelle a été réalisée sur la base de la « Liste des électeurs généraux des communes rurales du district de Liège. 1847 », Liège, Desoer. Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2921.

67 Bibliothèque de la ville de Liège, CHIROUX, Fonds Capitaine, no 2921. Nous avions les listes des électeurs de la ville de Liège pour 1836, 1840-1841, 1843-1844, 1845, 1847 et 1848. La présentation des listes de 1836 (loi communale), de 1840-1841 (qui permettent une comparaison entre les électeurs communaux et généraux de la ville) et 1848 (où le cens électoral est identique) nous ont paru être à la fois plus intéressantes et présenter un aperçu suffisant des électeurs de la ville de Liège.

68 Pasinomie, 1848, pp. 87-88.

69 Un contrôle effectué par des personnes dont la date de naissance est connue par ailleurs a fait apparaître quelques divergences minimes. L’âge est parfois donné dans le tableau à un ou deux ans près, la plupart du temps en moins, mais l’une ou l’autre fois en plus. Malgré cette approximation, le tableau n’en reste pas moins intéressant à consulter.

70 RUTTEN, La population belge en 1830, pp. 83-84.

71 Constitution de la Belgique, 7 février 1831. Section II, art. 453 à 459. Pasinomie, 1830-1831, pp. 190-191. — Sur ce sujet, voir J. BARTIER, Partis politiques et classes sociales, dans Res Publica, t. X, 1968, pp. 33-106.

72 Chaque année, le Mémorial administratif de la province de Liège publie, à partir de 1832, la liste des éligibles au Sénat pour la province. Voir pour les dates des principales élections Mémorial.... 1835, no 151, p. 160 ; 1839, no 450, p. 176 ; 1843, no 686, p. 337 ; 1847, no 956, p. 330bis.

73 Pasinomie, 1836, p. 348.

74 Ibidem, 1848, pp. 87-88. Loi du 31 mars 1848.

75 Constitution, art. 35. Pasinomie, 1830-1831, p. 190.

76 Idem, art. 51. Ibidem, p. 189.

77 Loi provinciale, art. 92. Pasinomie, 1836, p. 121.

78 Loi communale, art. 54. Pasinomie, 1836, pp. 51-52.

79 Voir références des trois notes précédentes.

80 Loi électorale du 3 mars 1831, art. 50. Pasinomie, 1830-1831, p. 240.

81 Pasinomie, 1836, p. 52 (art. 59 de la loi communale) et p. 116 (art. 37 de la loi provinciale).

82 Tout ce paragraphe s’appuye sur la description que nous avons faite de la presse dans notre publication : Etude de la presse liégeoise de 1830 à 1850 et répertoire général, Cahier no 71 du Centre interuniversitaire d'histoire contemporaine, Louvain-Paris, 1972.

83 Le tableau est composé grâce aux données de J. MALOU, Notice sur les journaux belges 1830-1842, dans Bulletin de statistique de Belgique, t. 1, 1842, pp. 11, 13, 28-29, 32, complété de quelques données ultérieures tirées du MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, No 10.347.

84 Stas, propriétaire du Courrier de la Meuse, estimait qu’il lui fallait environ 465 abonnés pour équilibrer son budget. A.Ev.Lg., Gazette, « Etat des finances de la petite Gazette » expédié par Kersten à Mgr Van Bommel, le 20 août 1840. Ainsi qu’on peut le remarquer sur le Tableau n° 15, cinq journaux sur les huit cités n’atteignent pas ce chiffre, et pourtant, il faut l’admettre, cette exigence paraît bien modeste.

Table des illustrations

Titre Arrondissement de Liège Cantons Judiciaires
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Arrondissement de Liège Région industrielle en 1842
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Développement de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre TABLEAU No 1. Evolution de la population de l’arrondissement de Liège de 1831 à 1848
Légende (1) Sauf le canton judiciaire de Waremme.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre TABLEAU No 2. Evolution du nombre d’électeurs généraux de l’arrondissement de 1831 à 1848
Légende Sources : voir Annexe no III.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre TABLEAU No 3. Electeurs généraux de l’arrondissement administratif de Liège (sauf la ville de Liège Répartition par canton (*)
Légende (1) Excepté les 10 communes qui font partie de l’arrondissement administratif de Waremme.(2) Y compris Anthisnes et Comblain-au-Pont qui, sans faire partie du canton judiciaire de Louveigné, font partie de l'arrondissement administratif de Liège.Sources : pour 1831 : Journal de Liége, 24, 27 et 28 août 1831. Pour 1836 : BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, 2921, Liste des électeurs des communes rurales par commune et district électoral, 1836. Pour 1839 : Journal de Liége et Courrier de la Meuse, 12 juin 1839. Pour 1847 : BIBLIOTHÈQUE DE LA VILLE DE LIÈGE, Fonds Capitaine, 2921, Liste générale des électeurs généraux pour les communes rurales de l’arrondissement de Liége,1847.Les communes qui étaient classées par canton de milice ont été reclassées en cantons de justice de paix.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre TABLEAU No 4. Arrondissement de Liège. Electeurs provinciaux 1836-1848
Légende Sources : voir Annexe no IV.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre TABLEAU No 5. Arrondissement de Liège. Electeurs communaux
Légende Sources : voir Annexe no V.Pour 1836 : deux données divergentes. La première est donnée par le Politique, 4 mai 1836, la seconde résulte de la comptabilisation sur la liste d’électeurs même.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre TABLEAU N° 6. Statistique des électeurs généraux par profession 1845-1848
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre TABLEAU No 7. Statistique des électeurs généraux par profession et par canton pour les communes rurales en 1847
Légende Sources : B.U.Lg., Fonds Capitaine, no 2921. Liste électorale des électeurs généraux pour les communes rurales de l’arrondissement de Liège, 1847.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre TABLEAU No8. Ville de Liège – Electeurs communaux de 1836
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Tableau No 9. Ville de Liège – Electeurs communaux pour 1840-1841
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Tableau No 10. Ville de Liège – Electeurs généraux pour 1840-1841
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Tableau No 11. Ville de Liège. Electeur communaux qui ne sont pas électeurs généraux - 1840-1841
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Tableau No 12. Ville de Liège. Electeur généraux et communaux pour 1848
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre TABLEAU No 13. Répartition par tranches d'âge des électeurs généraux et communaux de la ville de Liège 1840-1841
Légende Voir Annexes nos VII et VIII.La coutume veut que, dans une pyramide d'âges, les hommes soient à gauche et les femmes à droit. Nous nous sommes permis de rompre avec cette tradition. En effet, il n'y a pas de femmes dans le corps électoral censitaire. D’autre part, la dispotition, à gauche des électeurs généraux et à droite des électeurs adjoints, permet une comparaison meilleure que par le procédé d'une superposition. Enfin, le développement du tableau (par addition des électeurs généraux et des électeurs adjoints) donne le corps électoral de la ville de Liège pour les élections communales.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre TABLEAU No 15. Tirage des journaux liégeois 1830-1845
Légende (1) Née de la fusion du Politique et de L’Espoir.(2) Liste des abonnés au Rappel, dans A.R.A., Oorlog, no 263. Lettre de Moens à Dibbets, Liège, 2 mai 1834.(3) ARCHIVES DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANG7RES, no 10.347. Renseignements sur la presse. Tableau statistique des journaux publié dans le Royaume : ce chiffre est la moyenne des trois derniers trimestres(4) Ibidem, chiffres du 1er trimestre de 1845.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3365/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search