Version classiqueVersion mobile

Organisations politiques et milieux de presse en régime censitaire

 | 
André Cordewiener

Avant-propos

Texte intégral

1Les premières années de l’indépendance de la Belgique constituent un moment crucial pour l’orientation politique du pays. Dans un régime de libertés constitutionnelles nouveau, les habitudes et les mœurs politiques se forgent peu à peu. La bourgeoisie censitaire fait son apprentissage de l’utilisation de ces nouvelles libertés d’opinion, de presse, d’association et d’enseignement.

2Si l’évolution des grandes tendances politiques est bien connue à l’échelon national, dans les sphères gouvernementales et parlementaires, grâce aux travaux qui leur ont été consacrés, peu d’études, jusqu’à ce jour, se sont attachées à l’examen de la formation des attitudes politiques du corps électoral dans ces circonscriptions de base que constituent les arrondissements. Cette remarque nous la formulions déjà dans l’introduction d’un mémoire de licence présenté en 1963 sur te thème « La vie politique dans l’arrondissement de Liège de 1830 à 1839 ». Depuis lors, une historienne, Els Witte, prenait également conscience de l’intérêt que pouvaient présenter ces recherches et défendit, en décembre 1970, à l'Université de Gand, un brillant doctorat consacré aux luttes communales dans les principales villes de 1830 à 1848.

3Loin d’enlever tout intérêt à nos recherches, cette étude suscita au contraire à la fois une bénéfique émulation et une franche collaboration. Nous avons pu nous convaincre que, quoique parallèles, nos recherches conservaient chacune leur propre originalité.

4L’approche des problèmes était effectivement très différente. Els Witte se cantonne, de propos délibéré, à l’étude comparative des luttes communales. Elle regroupe ensuite ses résultats en trois grands tableaux, distinguant la période où s’affrontent les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires, celle où s’opposent les cléricaux et les anticléricaux et enfin ta période caractérisée par les luttes entre doctrinaires et radicaux.

5Pour notre part, bien plus qu’une étude des luttes électorales dans l’arrondissement au niveau communal, provincial ou législatif, ce sont les éléments qui contribuent à la formation politique du corps électoral qui ont retenu toute notre attention. Dans cette optique, le rôle des organisations politiques et de la presse nous est apparu comme exerçant une influence tout à fait essentielle dans l’évolution de l'attitude du corps électoral. La manière dont les regroupements de force s’opèrent au cours de cette période est constamment au centre de nos préoccupations.

  • 1 Ch. SEIGNOBOS, Histoire politique de l'Europe contemporaine. Evolution des partis et des formes po (...)
  • 2 M. DUVERGER, Les partis politiques, Paris, 1951.
  • 3 M. DUVERGER, op. cit., p. VI.

6Depuis l'ouvrage toujours apprécié de Ch. Seignobos1 jusqu'à la solide synthèse présentée par M. Duverger2, de nombreux travaux ont abordé l’étude de la formation des partis politiques. Cependant, ainsi que le remarquait M. Duverger, une description générale reste difficile : « seules des monographies préalables, nombreuses et approfondies, permettront de construire un jour la théorie générale des partis »3. Il est certain que les circonstances locales jouent un rôle déterminant dans le choix des orientations en ce domaine.

7Le cadre liégeois est a priori intéressant à étudier. La ville de Liège compte parmi les grandes villes du royaume. Les travaux des professeurs Harsin et Haag ont étudié la naissance du mouvement « unioniste », si déterminant dans le mouvement revendicatif sous le régime hollandais, puis dans l’orientation du nouveau royaume de Belgique. Liège, berceau de l’unionisme, qui permet aux catholiques de conserver de 1830 à 1839 des positions importantes dans l’arrondissement, devient en 1843 un bastion libéral et, à partir de 1847, pratiquement jusqu’à la fin du régime censitaire, le fief du grand ministre doctrinaire Frère-Orban. Une profonde évolution politique s’était opérée dont il était intéressant de rechercher les causes.

8Les limites chronologiques de l’étude étaient toutes tracées. Débutant avec l’avènement des libertés constitutionnelles d’association et de presse, cette recherche se poursuivra jusqu’aux élections qui font suite à la réforme électorale de 1848, année marquée également par la suppression du droit de timbre sur les journaux.

9Si, dès 1830, il apparaît que deux grands courants d’opinion se dessinent dans le corps électoral, celui pour qui priment les valeurs spirituelles enseignées par l’Eglise et cet autre pour qui le sort de l’individu doit se régler dans un Etat laïc sans passer par ces préoccupations, les mouvements politiques ne se décanteront réellement que sous t’influence d'une série d’expériences politiques.

10Les regroupements de forces politiques qui s’opèrent ont été étudiés tels qu’ils se présentaient aux électeurs. Nous avons cherché à en disséquer la composition, le degré de cohésion, les points de désaccord, tout ce qui détermine en définitive le succès ou l’échec final de l’alliance tentée Tout en faisant l’étude interne de chaque coalition, nous avons tenu compte de la comparaison avec les organisations concurrentes ou parallèles. Nous sommes resté sur le plan politique mais nous ne pouvions négliger dans ce cadre l’influence que des organisations dont la vocation n'était pas politique, l’Eglise, la franc-maçonnerie, pouvaient avoir directement ou indirectement sur l’orientation et l’évolution de ces alliances politiques.

  • 4 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950, p. 97.

11La presse est le second élément qui nous a paru avoir une influence déterminante dans l'évolution de l’attitude du corps électoral, celle-ci a été souvent étudiée comme reflet de l’opinion publique. Nous croyons comme H. Haag « à la confiance réciproque qui unit certaines gazettes à leurs lecteurs. En ce sens que d'une part le journal reflète l’opinion du lecteur et que d’autre part, il l’oriente »4. Mais au delà de la controverse qui s'est établie entre historiens sur la part plus ou moins grande qu'il faut accorder à ces caractères, et sur lesquels nous avons essayé d’apporter des éclaircissements, nous pensons que dans les relations qui se nouent entre milieux de presse et milieux politiques se trouve un ressort essentiel de la vie politique en régime censitaire.

12A côté de la pressé comme source d'informations, ou comme expression d’une tendance politique existant dans le corps électoral, nous avons essayé de dégager, en en précisant les limites, un élément nouveau, la presse comme moyen d’action politique, parallèlement, concurremment parfois, aux organisations politiques.

***

  • 5 Notre Etude de la presse liégeoise et répertoire général (1830-1850), Louvain-Paris, Cahier no 71 (...)

13Ainsi, parmi toutes les sources utilisées, cette presse occupe-t-elle une part considérable. Le dépouillement aussi exhaustif que possible qui en a été fait, comme objet même d'une partie de notre étude tout d’abord, nous a fourni ensuite une multitude de renseignements, de nombreuses pièces aujourd’hui introuvables ailleurs, des circulaires, des comptes rendus de réunions, d’élections, les résultats de celles-ci5.

  • 6 Catalogue des collections léguées à la ville de Liège par U. Capitaine, dressé par H. HELBIG et M. (...)
  • 7 U. CAPITAINE, Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodique (...)
  • 8 U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois pour les années de 1852 à 1864, Liège, 1853-1869.

14Notre tâche dans ce domaine a été grandement facilitée, tant dans l’approche externe du sujet que dans tes possibilités pratiques de dépouillement par l’œuvre d’Ulysse Capitaine6 auquel nous nous devons de rendre un hommage tout particulier. Cet érudit collectionneur liégeois, très proche par son père des événements qui ont suivi l’indépendance de la Belgique, n’a pas seulement conservé à la postérité d’importantes collections de journaux et une grande quantité de brochures politiques. En dressant un répertoire de la presse périodique liégeoise7 il nous a fourni nombre de renseignements concernant les personnes qui prêtaient aux journaux le concours de leur plume, comme rédacteur permanent ou collaborateur occasionnel, renseignements combien précieux pour l’histoire de la presse qu’aucun document existant encore aujourd’hui ne peut parfois nous fournir. Il a par ailleurs dans son Nécrologe liégeois8 qu’il poursuit de 1852 à 1864, identifié la majeure partie des acteurs de la période précédente, qu’ils appartiennent aux milieux politiques ou aux milieux de presse.

15La collection d’Ulysse Capitaine, déposée à la Bibliothèque de la Ville de Liège, conserve en outre des recueils de documents de caractère semi-officiel ou privé, listes électorales, imprimés ou documents relatifs aux organisations politiques, à la franc-maçonnerie, qui nous ont été très précieux. La diligente bienveillance du personnel de cette bibliothèque et en particulier de Mme Triaille, nous a apporté toutes les facilités pour la consultation de ce fonds essentiel et nous les en remercions très vivement.

16Malgré ce bagage déjà substanciel, nous n’avons évidemment pas négligé de consulter les fonds d’archives ouverts au public. Notre voyage à la Haye s’est avéré particulièrement fructueux. Aux Archives Générales, à côté de dossiers dont l’intérêt avait été déjà révélé par les publications importantes mais partielles de Colenbrander, et que nous avons entièrement redépouillés, nous avons eu la bonne fortune de découvrir grâce aux conseils de M. J. Steur, conservateur honoraire à qui nous devons beaucoup de gratitude, une documentation entièrement inédite où Liège tenait une large place. Le fonds du ministère de la guerre renferme notamment 21 volumineux dossiers de lettres, quasi journalières pendant 10 ans (de 1831 à 1840) d’informateurs orangistes liégeois ou en contact direct avec Liège. Essentielle évidemment pour l'étude du mouvement orangiste, cette correspondance n’est pas moins intéressante pour la première décennie de l'indépendance en ce qui concerne tous les aspects divers de la vie politique qu’elle peut refléter.

17Aux Archives Générales du Royaume de Belgique, nous avons consulté avec beaucoup de profit les correspondances conservées des ministères et des grandes personnalités politiques, Rogier, Frère-Orban, de Theux, de Stassart, Kersten, qui malgré les années qui se sont écoulées depuis quelles sont entrées dans le domaine public, n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

18Les archives ecclésiastiques nous ont été également très précieuses. Malgré la publicité quelles ont acquises par la large utilisation qu’en ont fait les études du chanoine Simon et du professeur Haag en particulier, elles ont gardé, par ta masse de documents quelles conservent, toute leur fraîcheur d’information et nous en avons fait largement usage. M. le chanoine Tambuyser, à l’archevêché de Matines, depuis lors décédé, M. le chanoine Koninckx et M. l’abbé Deblon aux archives de l’évêché de Liège ont été pour nous des guides avisés pour la consultation de ces fonds malheureusement assez mal classés. Nous leur en sommes très reconnaissant.

19Les archives concernant l’Ordre public conservées au gouvernement provincial de Liège, ainsi qu’à la ville de Liège et dont M. Linotte a fait récemment l’inventaire, ont été dépouillées.

20Dans les archives de la ville, nous avons consulté les registres des délibérations du collège et du conseil communal de Liège, tandis qu’aux Archives de l’Etat, nous avions à notre disposition les registres aux délibérations de la Députation permanente et du conseil provincial de Liège. Nous devons à la bienveillance de M. le Conservateur Hansotte d’avoir pu examiner, parfois avant même l’établissement de l’inventaire, les archives des différentes communes de la province dont te dépôt s’est enrichi au cours de ces dernières années. Qu’il en soit ici remercié ainsi que son dévoué personnel qui nous a aidé dans nos investigations.

21A côté de ces sources, pour une bonne part inédites, nous avons eu naturellement recours, pour toutes les références à l’histoire politique en Belgique indispensables à ce travail, aux travaux historiques parus jusqu'à ce jour. Parmi ceux-ci se retrouvent très normalement un grand nombre d’ouvrages rédigés par les professeurs de l’Université de Liège qui nous ont enseigné toutes les bases de notre métier d’historien et qui avaient déjà, par l’intérêt qu’ils portaient à l’étude de la société liégeoise, posé des jalons combien estimables pour diriger notre propre étude.

22Nous serions heureux s’ils pouvaient retrouver dans nos recherches ta manifestation que l’enseignement qu’ils nous ont donné a porté des fruits valables. Quoi qu’il en soit, nous leur adressons nos sincères remerciements. Ils nous ont suivi tous avec bienveillance au cours de nos recherches, mais nous tenons à souligner la dette particulière que nous avons contractée envers M. le Professeur Etienne Hélin et M. André Joris, chargé de cours associé.

23Nous devons à M. te Professeur Demoulin la part essentielle de notre formation scientifique. Il nous a guidé au cours de nos études jusqu’au terme de notre mémoire de licence. Il nous a appelé dans son service, nous permettant ainsi de mener nos recherches dans d’excellentes conditions scientifiques. Il nous a suivi pas à pas dans l’évolution de nos recherches et guidé dans la construction et la rédaction de cette présente étude. Nous ne pourrions en ces quelques lignes lui exprimer suffisamment toute la gratitude et le respectueux attachement que nous éprouvons envers sa personne.

24Pendant nos mandats d’assistant à l’Université, nous avons rencontré auprès de nos collègues Paul Gérin et Nicole Caulier autant des amis sincères que des aînés de bon conseil. Les sentiments que nous leur portons leur sont trop connus pour qu’il soit besoin d’insister.

25Au terme de cet avant-propos, nous voudrions encore dire un grand merci à toutes les personnes qui, de près ou de loin, nous ont aidé dans notre travail, sans oublier Mmes Hassé et Hamoir, Mlle Van Steenacker qui ont réalisé la confection matérielle de cet ouvrage et dont le travail, avec l’aide précieuse de Mme Renée Davister a été coordonné par Mme Sonja Ancion avec toute la compétence et le dévouement que nous lui connaissions.

Notes

1 Ch. SEIGNOBOS, Histoire politique de l'Europe contemporaine. Evolution des partis et des formes politiques, 1814-1914, 2 vol., 7e éd., Paris, 1929-1931.

2 M. DUVERGER, Les partis politiques, Paris, 1951.

3 M. DUVERGER, op. cit., p. VI.

4 H. HAAG, Les origines du catholicisme libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950, p. 97.

5 Notre Etude de la presse liégeoise et répertoire général (1830-1850), Louvain-Paris, Cahier no 71 du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 1972, présente la synthèse de ces recherches. Dans la présente étude, nous montrerons les rapports entre presse et organisations politiques, tout en renvoyant pour plus de détails sur la vie interne des journaux à la précédente étude.

6 Catalogue des collections léguées à la ville de Liège par U. Capitaine, dressé par H. HELBIG et M. GRANDJEAN, en vertu d’une délibération du Conseil communal en date du 9 juin 1871, 3 vol., Liège, 1872.

7 U. CAPITAINE, Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et les écrits périodiques liégeois, Liège, 1850.

8 U. CAPITAINE, Nécrologe liégeois pour les années de 1852 à 1864, Liège, 1853-1869.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search