Version classiqueVersion mobile

Érasme et l’amitié

 | 
Yvonne Charlier

Chapitre VI. Les désillusions

Texte intégral

  • 1 Allen, Opus, t. VIII, pp. 161-64 (no 2158) ; pp. 230-36 (no 2196) ; pp. 264-69 (o 2209). — Voir Pin (...)

1Sollicité de partout, Érasme s'est enfin décidé à chercher à Fribourg une tranquillité désormais compromise dans le pays rhénan. Le 13 avril 1529, il embarque au pont de Bâle en compagnie de Boniface Amerbach, qui l'escortera jusqu'à mi-chemin. Grâce au sauf-conduit délivré par Ferdinand, Érasme arrive sans encombre à Fribourg où il est aimablement accueilli par les notables de la ville. Bien qu'il regrette d'avoir laissé derrière lui des amis dévoués et une ville « qu'il avait adoptée comme patrie », il est enchanté de son voyage et de son nouveau séjour1.

  • 2 Allen, Opus, t. VIII, pp. 235-36, l. 184-221 (no 2196) ; t. IX, p. 71 (no 2630).
  • 3 Allen, Opus, t. VIII, pp. 116-22 (no 2136) ; t. IX, pp. 125-26 (no 3031) ; pp. 172-73, l. 1-16 (no  (...)

2Comme à Bâle, Érasme vit entouré d'un petit cercle d'amis parmi lesquels il retrouve avec plaisir Ulrich Zazius dont la vieillesse n'altère en rien « un esprit toujours vif, vraiment digne de l'immortalité ». Zazius s'efforcera d'adoucir les dernières années d'Érasme en lui conseillant notamment de mépriser les détracteurs que son éloignement n'a pas découragés2. Bientôt Louis Ber quitte Bâle pour rejoindre l'humaniste, qui est heureux de la présence de cet ami intime à qui il se confie volontiers. Souvent nous le voyons agir ou écrire sur ses conseils ou ses avis. Le théologien le quittera toutefois en 1530 pour faire un court séjour à Rome et à Padoue3.

  • 4 Allen, Opus, t. I, p. 68, l. 445-46 ; t. IX, pp. 20-22 (no 2371).
  • 5 Allen, Opus, t. VIII, pp. 252-58 (no 2205) ; pp. 261-62 (no 2207) ; t. X, p. 10 (no 2640) ; t. XI, (...)

3Bien qu'il vive désormais fort retiré, Érasme garde le contact avec les amis allemands qui partagent ses opinions religieuses. A Pirckheimer, à Beatus Rhenanus, il confie que s'il avait pu prévoir ce qui arriverait, jamais il n'aurait écrit certaines choses ou il les aurait écrites différemment4. Sa correspondance avec Botzheim est plus difficile. Depuis ses ennuis avec l'Inquisition, le chanoine voit son courrier étroitement surveillé. Érasme juge plus prudent de se faire oublier : « Je pense que tu n'es pas de ceux qui mesurent l'amitié à l'envoi de lettres ; et moi je ne suis pas celui qui oublie des amis éloignés. D'ailleurs […] il est désobligeant d'accabler un ami de lettres futiles ; et écrire des choses sérieuses est trop dangereux. » Mais devant les regrets du chanoine, Érasme reprendra ses longs entretiens sur la situation politico-religieuse5.

  • 6 Allen, Opus, t. VIII, p. 139 (no 2151) ; pp. 140-41 (no 2152) ; p. 287, l. 31-37 (no 2223) ; p. 351 (...)
  • 7 Allen, Opus, t. IX, p. 397, l. 11-14 (no 2580) ; t. XI, p. 3, l. 1-16 (no 2943).

4De ces quelques amis restés fidèles, se détache sans conteste Boniface Amerbach. Il n'est pas plutôt rentré à Bâle que déjà il amorce avec Érasme une correspondance qui ne s'interrompra plus. Durant les six années qu'il passera à Fribourg, Érasme fera du cadet des Amerbach l'ami et le confident privilégié de ses vieux jours. Il aime à « se reposer en l'amitié de cet homme irréprochable, encore que déraisonnablement modeste ». Boniface est le correspondant idéal : Érasme peut l'entretenir à loisir des aléas de sa santé, des soucis matériels que lui occasionne son installation et de l'aide dont il a besoin. Répondant toujours à ce qu'Érasme attend de lui, et aussi heureux soit-il de son bien-être, il ne peut se défendre de regretter son départ. Érasme lui propose de venir le rejoindre, mais le juriste ne peut quitter sa chaire à l'Université ni abandonner son épouse et ses deux fillettes. Il se contente de faire de courtes visites au maître6, ce qui lui permet de constater qu'Érasme se préoccupe toujours des libelles publiés contre lui : « Reprends-toi, […] lui recommande-t-il, excuse mon audace, mais tu me sembles ne pas garder en vue ta dignité et ta grandeur. Que peuvent-ils contre toi, ceux-là, plus que la mouche contre l'éléphant ? Ta vertu et ton érudition te rendent intouchable […]. Il n'y a pas de disciple au-dessus du maître, d'esclave au-dessus de son seigneur. Ainsi en va-t-il de ceux-là. Qu'ils enragent et se déchaînent […], le nom d'Érasme est indestructible et sera transmis à la postérité7. »

  • 8 Allen, Opus, t. X, p. 50 (no 2678) ; pp. 57-60 (no 2684).
  • 9 Allen, Opus, t. X, p. 143 (no 2755) ; t. XI, pp. 3-4, l. 20-24 (no 2943).

5En juillet 1532, Amerbach a la douleur de perdre une de ses filles, âgée de trois ans à peine. Informé par un étranger, Érasme console avec émotion l'infortuné père « qui a voulu cacher son malheur, lui qui se préoccupe du bien-être de ses amis avant le sien propre » : « Je ne doute pas que la perte de ta petite fille déchire ton âme. Je sais combien tu l'aimais […]. Mais le juriste qui enseigne l'obéissance aux lois humaines doit aussi s'incliner devant les lois de la nature […]. Si fort que tu ressentes cette perte, tu ne peux nier pouvoir y remédier, si ton épouse et toi, vous êtes sains et saufs. Et si en échange de cette petite fille, Dieu te donnait un garçon pourvu de talents et doué de toutes les vertus ? […]. De plus il te reste une autre fillette en qui tu peux mettre tous tes espoirs8. » Amerbach surmontera son chagrin en s'accablant de travail, mais il aspire toujours plus à la présence d'Érasme qui seul peut le guider et le soutenir9. On sait que l'humaniste ne reverra pas Bâle avant plusieurs années.

  • 10 Allen, Opus, t. VIII, p. 147, l. 52-64 (no 2136) ; pp. 252-54, l. 20-145 (no 2205) ; t. IX, pp. 60- (...)

6En fait, depuis longtemps déjà, Érasme est en proie à une tristesse profonde. Il sait qu'il peut encore compter sur quelques amis, mais, comme tout être hyper-sensible, il se souvient surtout de ceux qui l'ont trahi et il est persuadé que ses derniers fidèles sont submergés par ses ennemis déclarés ou dissimulés. Il cherche quelque réconfort dans une résignation toute chrétienne, tout en s'accrochait désespérément aux alliés sûrs : « Ce n'est pas une maigre consolation que, en ce siècle […] où la confiance, la bonté et les marques d'affection non seulement se refroidissent considérablement, mais paraissent complètement éteintes, de trouver quelques esprits sincères et bienveillants […]. J'avais des amis jurés qui semblaient vouloir me faire tous les plaisirs possibles, et qui sont maintenant des ennemis mortels […]. Aucun souvenir d'une familiarité passée et des services rendus, aucun sens de la fidélité […], ne pourrait les soustraire à leurs méfaits. Le résultat en est que les anciens amis restés fidèles me sont plus chers encore10. »

  • 11 Allen, Opus, t. VIII, p. 168, l. 115 (no 2162).

7De tous les vieux amis dispersés aux quatre coins de l'Europe, beaucoup n'écrivent plus régulièrement. Pourtant ce n'est pas cela qui inquiète Érasme : « J'avoue, écrit-il, que les lettres de mes amis me sont agréables, mais ce n'est pas sur ce genre de bienfaits que je juge de la bienveillance de ceux dont j'ai éprouvé la sincérité […]. Ceux qui gardent le silence me sont moins agréables, mais ils ne me sont pas moins chers11. »

***

8Pour mieux comprendre l'état d'esprit d'Érasme, empreint d'amertume et de désillusion, il convient de s'intéresser aux rapports amicaux qu'il entretient encore dans les années 1530.

  • 12 Allen, Opus, t. IX, pp. 388-89, l. 1-32 (no 2573) ; p. 441, l. 22-30 (no 2613) ; t. X, p. 296 (no 2 (...)

9Lorsqu'il considère sa situation aux Pays-Bas, Érasme ne fait pas le détail : « A la cour de Charles, je n'ai aucun ami vraiment sincère, mis à part le seul Conrad Goclenius […]. En Brabant règnent les moines […] qui me considèrent comme un ennemi […]. Et ma présence ne les exciterait que davantage. » Goclenius sera d'ailleurs le seul Flamand à figurer sur le deuxième testament d'Érasme et il se verra confier la gestion de ses biens après sa mort. Il est vrai que le professeur de Louvain ne faiblit pas un instant dans son rôle de soutien inconditionnel de l'humaniste. Toutes ses lettres sont autant d'encouragements et même d'incitations à ne pas relâcher le combat : « Tu restes invaincu dans la lutte pour les études et la vraie piété ; non seulement tu ne succombes pas, mais de jour en jour tu apparais plus fort […]. Tes ennemis n'attendent rien d'autre que ton silence qui semblerait reconnaître les erreurs dont tu es accusé. Souviens-toi des durs combats que tu as livrés […]. Écarte tout scrupule et agis comme la situation l'exige, même si tu veux protéger une autorité née de la plus grande vertu12. »

10Pourtant Érasme nous paraît injuste lorsqu'il semble ignorer ses autres amis des Pays-Bas. Certes, Barland, Everard, Pierre Gilles, négligés depuis belle lurette, ne se manifestent plus guère. Mais des hommes comme Martin Lipsius, Érasme Schets, Luis Vivès lui restent très dévoués. Ce n'est pas ce mot de Lipsius qui le démentira : « Beaucoup t'accusent d'être trop facile en amitié et de ne pouvoir discerner un ami sincère d'un faux. Moi je ne puis considérer cette facilité comme un défaut parce que si tu n'avais pas été si bien disposé, tu ne m'aurais jamais compté au nombre de tes amis. » Aux dires de Schets d'ailleurs, ils sont nombreux en Brabant à former des vœux pour le retour d'Érasme et même à lui offrir l'hospitalité. L'humaniste, quant à lui, est plus que sceptique : « Qui sont tous ces gens et où sont ceux dont parle Schets, qui promettent une maison, du vin, des amis […] ? En qui puis-je avoir confiance ? »

  • 13 Allen, Opus, t. VIII, pp. 75-77 (no 2115) ; p. 165, l. 1-9 (no 2159) ; t. IX, p. 373, l. 87-96 (no  (...)
  • 14 Allen, Opus, t. VIII, p. 431 (no 2607) ; t. X, pp. 184-87 (no 2785) ; pp. 255-56 (no 2828) ; pp. 29 (...)

11Le financier anversois tentera jusqu'au bout de faire revenir Érasme sur sa décision13. Il sera soutenu par Nicolas Olah, jeune conseiller de Marie de Hongrie, récemment arrivé aux Pays-Bas avec sa souveraine. Originaire de Valachie, ce personnage très cultivé éprouve pour Érasme et son œuvre la plus chaude admiration et il s'est mis en tête de faire revenir l'humaniste dans sa patrie. Dès 1530, il amorce avec lui une correspondance des plus amicales qui n'atteindra cependant pas son but, puisque, au mois d'août 1531, Érasme achète à Fribourg une vieille maison qu'il fait restaurer. Il n'est désormais plus question d'un nouveau voyage, même si Olah n'abandonne pas son projet qu'il officialise d'ailleurs par une invitation personnelle de la gouvernante. Érasme laisse alors entendre que l'idée d'un retour à Louvain lui sourit davantage ; il prépare un départ continuellement différé par la maladie et qui ne se fera plus qu'en direction de Bâle, à la grande déception de ses amis flamands14.

***

  • 15 Allen, Opus, t. VI, pp. 345-46, l. 20-21 (no 1713) ; pp. 477-78 (no 1794) ; t. VII, pp. 35-39 (no 1 (...)

12En France, au contraire, depuis le deuxième refus d'Érasme, aucune invitation n'a été réitérée. On a vu qu'Érasme devait payer sa désinvolture pour le projet royal d'un refroidissement considérable dans ses amitiés françaises. De ce côté, il est bien vrai qu'il n'a pas lieu de se féliciter. La rancœur de Budé lui est de loin la plus pénible. L'éloignement des deux hommes est tel que, en 1526, Érasme a cru que Budé était mort. En 1527, n'y tenant plus, il tente un rapprochement maladroit en couvrant d'excessives louanges les derniers travaux de l'helléniste, le priant de démentir les bruits d'inimitié qui courent sur leur compte : « Il me semble que s'il est un hommage qu'on peut me rendre, c'est qu'il n'est personne qui, une fois donné à une amitié, s'y attache plus fidèlement ; ce qui m'a souvent coûté fort cher. » Mais tous les efforts d'Érasme tombent à froid, le ressentiment de Budé n'est que trop évident15.

  • 16 Allen, Opus, t. VI, pp. 375-78 (no 1733) ; pp. 381-82 (no 1736) ; p. 486. l. 96-97 (no 1800) ; t. V (...)

13Comme toujours, l'humaniste se tourne alors vers Germain de Brie. Ce dernier lui est devenu plus cher encore depuis que, retiré à la campagne, et détaché des querelles religieuses, il s'adonne aux études grecques. S'intéressant, comme Érasme, à l'œuvre de Jean Chrysostome, Brie devient son collaborateur attitré pour l'édition du père grec. Dans la préface de sa traduction du De Sacerdotio, il rappelle la vieille amitié née à Venise et il rend un hommage vibrant et sincère à celui qui lui a donné le goût des lettres sacrées. Érasme invite son ami à poursuivre sa tâche, promettant d'inclure ses traductions dans les Chrysostomi Lucubrationes. L'édition bâloise de 1530 fera largement mention de la participation de Brie. Mécontent du travail accompli pour lui aux Pays-Bas, Érasme est heureux de l'aide savante apportée par le Français. Leur correspondance exprime une grande entente, une grande confiance mutuelle. Pourtant cette harmonie ne devait pas durer. Érasme déplore bientôt l'incapacité de Brie à suivre son rythme de travail. Dominé par le désir de faire régulièrement sortir de presse un nouveau volume, Érasme renonce plus d'une fois à attendre le manuscrit de Brie et ne manque pas de lui reprocher sa paresse ; mais ces tracasseries n'impressionnent pas le Français qui restera jusqu'au bout un fervent érasmien et un ami fidèle. Il est le Français qui connaissait le mieux Érasme16.

***

  • 17 Allen, Opus, t. VII, p. 85, l. 66-70 (no 1836). — De Vocht, Litterae..., p. 633, l. 17-20 (no 246). (...)
  • 18 Allen, Opus, t. XI, p. 132 (no 3018).
  • 19 Allen, Opus, t. VII, pp. 509-11 (no 2059) ; p. 534 (no 2074) ; t. VIII, p. 130 (no 2144) ; t. XI, p (...)

14L'Italie fut moins décevante sur le plan des amitiés, mais un tragique événement devait, pour un temps, remettre en question certains appuis d'Érasme. Le sac de Rome par les troupes de Charles-Quint, en mai 1527, a jeté le trouble dans les esprits et a longtemps laissé Érasme dans l'ignorance des événements précis. Érasme n'approuve pas ces excès meurtriers mais, loyal sujet de l'empereur, il évite de s'y attarder. Tenu au courant de la politique de Charles par ses amis flamands, il ne s'indigne pas des commentaires des Espagnols pour qui Rome a enfin subi le jugement de Dieu. Vivès, plus prudent, écrit en grec que la défaite du pape va peut-être autoriser une réforme chrétienne du monde17. En réalité, le seul souci d'Érasme dans cette tragédie est le sort de ses amis italiens. Pendant huit années, jusqu'à la veille de sa mort, il s'informera de Bombace. En 1535, il devait enfin apprendre que son ami avait péri dans le massacre18. Longtemps inquiet pour Pietro Bembo avec qui il a récemment noué une amitié littéraire, il est rassuré par Sadolet : Bembo a traversé ces jours funestes dans la tranquillité de sa villa de Padoue. Érasme reprend avec joie une correspondance interrompue par les difficultés du courrier en ces jours troublés. Il partage avec Bembo l'espoir du triomphe d'une Rome non plus impériale, mais de la Rome des humanistes et des savants. En 1535, Louis Ber, de passage à Padoue, saluera en son nom ce lettré distingué qui l'interrogera sur la vie et l'activité d'Érasme. Ce dernier ne verra pas son ami s'élever au cardinalat et demeurer, même après sa mort, un partisan convaincu des doctrines érasmiennes19.

  • 20 Allen, Opus, t. VII, pp. 509-11 (no 2059). — Voir Cantimori, op. cit., p. 153.

15Érasme s'est aussi préoccupé du sort de Jacques Sadolet qu'il savait à Rome lors des événements. Il apprend que le prélat a réussi à quitter la ville en délire, mais sans pouvoir sauver sa bibliothèque, riche en manuscrits grecs et latins d'une valeur inestimable, qui fut impitoyablement saccagée. Les lamentations d'Érasme devant cet acte de vandalisme ne pouvaient mieux faire saisir l'ordre de ses préoccupations. La perte de textes précieux qui appartenaient en outre à un ami, le tourmente davantage que la cuisante humiliation subie par Clément VII20.

  • 21 Allen, Opus, t. VI, pp. 38-41 (no 1555). — Un autre prénom semble avoir marqué Érasme. En 1517, il (...)
  • 22 Allen, Opus, t. VI, pp. 115-16 (no 1586) ; t. VIII, pp. 359-61 (no 2272) ; t. IX, p. 50 (no 2385) ; (...)

16Le soulagement d'Érasme de savoir Sadolet sain et sauf semble avoir renforcé son amitié. À partir de 1528, leurs relations sont plus étroites que jamais. Comme jadis avec Alciati, Érasme partage son amitié pour le prélat avec Boniface Amerbach. Il note avec amusement que pour une fois, le nom de Jacques lui porte bonheur, malgré le souvenir de Jacques Latomus, de Jacques Lefèvre et de Jacques Zuniga21. Sous l'impulsion d'Érasme, Sadolet se lance dans des écrits d'inspiration religieuse ; il s'essaye au commentaire de psaumes, sollicitant anxieusement l'avis de son ami. Érasme ne ménage pas ses éloges pour la piété et l'esprit chrétien que reflètent les pages du prélat. Il souhaiterait que s'élèvent les voix de dix Sadolet pour défendre l'Église, exprimant ainsi ce que pense l'évêque d'Érasme lui-même. Pour lui c'est Érasme qui détient la vérité et qui est le Père de ce siècle. Quoique vilipendée, sa pensée est la seule valable dans ces temps d'incertitude. À travers les lettres et l'œuvre de Sadolet, tout imprégnées de doctrine érasmienne, on croit pouvoir déceler une profonde influence de l'humaniste, qui n'est pas loin de la dette qu'Érasme doit à Colet et à Vitrier. Érasme n'aurait pu être mieux récompensé de ses longues années de labeur qu'en gagnant des adeptes à la cause de sa vie. Mis en confiance, il s'ouvre davantage. Avec le recul du temps, il peut se livrer à des considérations sur l'origine et le développement du mouvement luthérien, concluant que l'affaire a été mal conduite du côté catholique. Lui-même reconnaît avoir parlé trop librement en des temps qui ne laissaient pas prévoir un tel mouvement. Sadolet hasarde bien quelques remarques sur l'obstination d'Érasme à répondre aux attaques, mais l'humaniste rétorque qu'il ne pourra jamais tolérer les calomnies. Il note la difficulté de contenter tous ses amis dont les uns l'incitent à se défendre, tandis que les autres lui prêchent le silence. Sadolet communique alors à Érasme ses récents travaux, le priant de « critiquer ce qui doit être critiqué et de louer ce qui doit être loué ». Érasme s'exécute, mais le regrette aussitôt : « Je crains, dit-il à Amerbach, que ma franchise ne m'ait aliéné le cœur de Sadolet. » Les paroles rassurantes d'Amerbach ne l'apaisent pas, d'autant que se prolonge le silence insolite de l'évêque. Enfin tout s'explique. Sadolet était en mission à Marseille ; le courrier n'a pas suivi. Il est peiné qu'Érasme ait douté de lui. Ses critiques, loin de l'indisposer, lui ont été d'un grand secours. Comme preuve de sa bonne foi, il envoie à Érasme la suite de son travail. On devine la joie de l'humaniste qui fait part aussitôt à Boniface de l'heureux dénouement d'une crise qui s'est étendue sur près de deux ans22. Son anxiété et sa solitude sont devenues telles qu'il en vient à perdre confiance dans ses meilleurs amis.

17D'autre part, il sait que l'Italie lettrée est en effervescence depuis la publication, en 1528, du Ciceronianus. Ce dialogue plein d'esprit stigmatise les abus de certains écrivains italiens, les « Cicéroniens », qui imitent servilement le style de Cicéron et menacent sournoisement de faire renaître le paganisme. Il est vrai que Bembo et Sadolet ne sont pas visés et s'amusent de la satire, mais bien des Italiens se déchaînent maintenant contre Érasme qui n'avait certes pas besoin de ce surcroît d'hostilité.

18Et ce n'est pas tout ! Parce qu'il voulait opposer aux « singes de Cicéron » les valeurs sûres de la littérature humaniste, Érasme a passé en revue nombre d'écrivains de tous les pays. Dans cette nomenclature riche de talents divers, il a glissé une malencontreuse allusion à Budé, beaucoup trop modeste pour le personnage, qu'il a, au surplus, la maladresse de comparer désavantageusement à Josse Bade. Connaissant la susceptibilité de Budé et son humeur médiocre à son égard, on a peine à comprendre comment Érasme a pu commettre pareille erreur. En France, l'affaire tourne rapidement au scandale. M.-M. de la Garanderie parle de « gros incident diplomatique dans la République des lettres ». Érasme s'est définitivement perdu aux yeux de l'opinion humaniste parisienne. S'ajoutant à son refus obstiné de s'installer en France et aux fréquentes polémiques qui l'opposent à des Français, ce dernier incident achève de lui accoler l'étiquette d'anti-français. Bientôt fusent de virulentes épigrammes anti-érasmiennes, dues pour la plupart à Jean Lascaris.

  • 23 Ciceronianus, A.S.D., t. 1-2, pp. 583-710. — Allen, Opus, t. VII, p. 445, l. 24-30 (no 2027) ; pp. (...)

19Par contre, le Ciceronianus est bien accueilli en Espagne, de même qu'en Allemagne, où l'on ne comprend pas la cause du conflit. Pour Érasme, l'affaire est claire : « Il y en a, je le soupçonne, qui montent Budé contre moi. » À vrai dire, il grossit l'événement : « Si cela continue, écrit-il, il y aura dans le monde des études le même bouleversement que dans l'Église23. » Le plus incroyable est qu'il paraît sincèrement étonné de l'émotion soulevée en France : ce n'est pas lui, mais un cicéronien, qui compare Budé à Bade. Son avis personnel sur l'helléniste est connu de tous : il est très élogieux.

  • 24 Allen, Opus, t. VII, pp. 434-38 (no 2021) ; pp. 483-93 (no 2046) ; p. 501 (no 2052) ; pp. 523-25 (n(...)

20Louis Berquin fait un effort pour admettre ce point de vue, tandis que Germain de Brie, pressentant le malentendu, joue le rôle de médiateur : il tente de faire comprendre aux Français les vraies intentions d'Érasme et s'efforce de faire saisir à celui-ci la mentalité des Français et le motif de leur courroux. Mais l'éloge qu'il fait de Budé dut lui faire sentir l'étendue de son erreur : l'helléniste est aux Français ce qu'Érasme est aux Allemands. Les explications embarrassées d'Érasme qui met en cause les ennemis des belles-lettres n'ont pas dû convaincre grand monde et son étonnement devant un tel conflit pour un motif aussi futile ne pouvait pas arranger les choses. L'humaniste se dit persuadé que Budé, tel qu'il le connaît, n'a pu s'offenser de ces quelques lignes : « Je suis tellement sûr des sentiments de Budé, ce vieil ami, que j'attends de lui des remerciements plutôt que des airs offensés […]. Brie lui-même paraît plus froid que lui. » Il est impensable qu'Érasme ait écrit ces mots en toute bonne foi ! En réalité il s'efforce désespérément de minimiser l'incident pour ôter à Budé l'occasion de s'en prendre à lui et de lui retirer son amitié. Ses efforts sont pourtant bien maladroits. On a beau le submerger de renseignements sur le mécontentement de Budé, Érasme affiche une imperturbable confiance. Mais l'insistance avec laquelle il revient sur les sentiments de Budé dément son optimisme forcé, même s'il incrimine certains Français qui prennent plaisir à jeter de l'huile sur le feu24.

  • 25 Allen, Opus, t. IX, pp. 33-41 (no 2379) ; pp. 183-84, l. 45-59 ; 62-70 (no 2449). — Voir de la Gara (...)

21Avec le temps, Érasme doit se rendre à l'évidence. Le silence de Budé ne lui dit rien qui vaille, surtout après ses tentatives de rapprochement. Il comprend que Budé, fidèle à l'idéal humaniste, a préféré laisser s'éteindre leur amitié sans signifier de rupture. Et la deuxième édition, corrigée, du Ciceronianus n'y changera rien. Le découragement d'Érasme fait peine à voir. Il mesure combien il est vain de croire en l'amitié : « Un cygne noir ou un corbeau blanc seraient moins rares qu'un ami fidèle. Partout ce n'est que dissimulation ; et si, par hasard, il existe des sentiments sincères, c'est la volonté qui est déficiente. La plus légère offense change un ami en ennemi […]. J'en ai souvent fait l'expérience. » Érasme voit avec angoisse l'amitié se détourner de lui. La peur de l'isolement est inscrite au travers de maintes lettres désabusées. Il tente bien encore de se convaincre qu'« il n'est aucune amitié, aussi étroite soit-elle, qu'un nuage ne vienne obscurcir de temps à autre » ; mais il sait que l'amitié de Budé est définitivement perdue25.

  • 26 Allen, Opus, t. VII, p. 491, l. 321-22 (no 2046). — Paquier, J., Aléandre de sa naissance..., pp. 3 (...)

22Atterré par l'antipathie où le tient la France, Érasme se perd en conjectures sur l'origine du conflit. Il cherche un responsable et croit le trouver en la personne de Jérôme Aléandre. Depuis leurs démêlés passés, Érasme reste persuadé que le Vénitien s'acharne contre lui. Entraîné par son obsession, il va jusqu'à considérer « cet homme insatiable de gloire et ne tolérant pas qu'on mette quiconque, homme ou dieu, au-dessus de lui », comme le chef des Cicéroniens, décidés à créer les pires ennuis à l'auteur du Ciceronianus. Les soupçons d'Érasme ne paraissent pas fondés : Aléandre, malade et criblé de dettes depuis le désastre de Pavie, se consacre désormais à son archevêché. Il travaillera par la suite à la réunion d'un concile auquel la mort l'empêchera d'assister26.

  • 27 Allen, Opus, t. VI, p. 351, l. 33-41 (no 1717) ; t. VII, p. 12, l. 248-56 (no 1804) ; t. VIII, p. 1 (...)

23Pourtant Érasme n'en démord pas. Sa conviction est alimentée par les publications perfides qui répondent au Ciceronianus, comme l'Oratio pro M. Tullio Cicerone de Jules-César Scaliger. L'accusation de moine en rupture de couvent et celle de plagiaire à propos de la rédaction des Adages, les allusions à la vie de parasite et d'ivrogne qu'il aurait menée à Venise, tout cela oriente les soupçons d'Érasme vers Aléandre qui avait vécu au Rialto dans son intimité. Désignant son adversaire sous le vocable méprisant de « juif », Érasme clame à qui veut l'entendre : « L'auteur est Aléandre. Je reconnais son style aussi bien que je connais son visage. J'en suis aussi certain que de ma propre existence. » Érasme devait encore attribuer à Aléandre un écrit anonyme intitulé Racha qui dénonce ses méthodes théologiques, son ignorance de l'hébreu et par conséquent sa prétention à annoter le Nouveau Testament sans avoir la compétence nécessaire. Pourtant, contrairement à son habitude, il restera sans réaction, du moins officiellement. Érasme n'a jamais eu le front d'attaquer Aléandre ouvertement. Il se contentera toujours d'exhaler sa hargne dans le privé27 sans jamais d'ailleurs démentir les accusations portées contre lui.

  • 28 Allen, Opus, t. X, pp. 5-8 (no 2638) ; p. 17, l. 9-14 (no 2644) ; pp. 51-52 (no 2679) ; pp. 124-25, (...)

24Érasme, cependant, veut mettre fin à ces publications compromettantes. Il prend sur lui d'en avertir Aléandre. La réponse de celui-ci est un chef-d'œuvre de supériorité accablée. Il nie toute responsabilité dans les ouvrages en question et n'éprouve aucune peine à se disculper. Le ciel le préserve de passer son temps à écrire des pamphlets sous de faux noms. Il a autre chose à faire ! Et pourquoi le ferait-il ? N'a-t-il pas toujours cherché à favoriser Érasme ? Celui-ci ferait mieux de renoncer à ses soupçons et à des querelles qui nuisent autant aux belles-lettres qu'à la religion. Qu'il fasse amende honorable et, dans ces conditions, Aléandre se déclare prêt à reprendre des relations amicales que, pour sa part, il n'a jamais voulu rompre. Il est impossible de savoir si Érasme a donné suite à cette proposition. Mais le mois suivant, il confie à Goclenius : « Aléandre s'est défendu en niant tout […]. Mais moi qui ai vécu avec lui, qui ai partagé sa chambre, je sais que c'est son œuvre, autant que je sais que je vis. » Plusieurs amis auront beau l'en dissuader, Érasme n'abandonnera jamais cette conviction. Peut-être savait-il qu'Aléandre, à Venise, avait été témoin de certaines faiblesses. C'est à cette époque d'ailleurs que, apparemment pour se diculper, il écrit le colloque Opulentia sordida. Une nouvelle lettre d'Aléandre en juillet 1532 n'a pas plus d'effet. Érasme ne peut renouer avec un homme en qui il n'a plus aucune confiance. Et le désaveu public de ses soupçons était trop lui demander. Au contraire, lorsque paraît en 1535 le Dialogus de imitatione Ciceroniana adversus D. Erasmum Roterodamum d'Etienne Dolet, Érasme est toujours là pour charger Aléandre28. Son entêtement devient maladif ; il en arrive à voir le fantôme d'Aléandre se dresser partout sur sa route. Ses dernières années sont remplies du souvenir amer de cet ancien ami qu'il ne peut oublier et qu'il croit capable de vouloir l'achever.

***

  • 29 Allen, Opus, t. VIII, pp. 290-92 (no 2226) ; t. IX, p. 231, l. 1-2 (no 2468). — Voir Reynolds, op. (...)

25Jusqu'ici le bilan des amitiés d'Érasme est assez négatif. Tandis que les défections se multiplient, ses vrais amis ne cessent de lui recommander de ne pas répondre aux attaques dont il est l'objet. Ainsi Cuthbert Tunstall préférerait de loin qu'Érasme poursuive la lutte contre l'hérésie plutôt que de se préoccuper de quelques bavards29.

  • 30 Allen, Opus, t. VII, p. 451, l. 8-10 (no 2031) ; t. VIII, p. 192, l. 10-15 (no 2176) ; pp. 386-87, (...)

26Mais les soucis primordiaux d'Érasme sont d'un autre ordre. En premier lieu l'inquiète la santé de plusieurs de ses amis anglais. Parce qu'il « se réjouit du bonheur de ses amis et s'afflige de leurs malheurs autant que des siens propres », Érasme s'attriste de la grave maladie de Richard Pace. Rentré en Angleterre et condamné par les médecins, le diplomate se rétablit pourtant, et cette nouvelle est « plus agréable à Érasme que le gain de six cents angelots »30.

  • 31 Allen, Opus, t. VIII, pp. 457-58, l. 40-50 (no 2332) ; t. IX, p. 263 (no 2490) ; t. X, pp. 111-12, (...)

27Ses inquiétudes au sujet de William Warham sont moins désintéressées. Il constate que l'archevêque, à près de quatre-vingts ans, se fait vieux et ne vivra sans doute plus longtemps. Or voilà près de deux ans que ses pensions anglaises se font irrégulières ; s'il devait arriver quelque chose à l'archevêque, il ne recevrait plus rien. Effectivement, à la mort de Warham en août 1532, Érasme déplore avant tout la perte d'un « soutien sacré » ; et l'éloge funèbre qu'il écrit est purement conventionnel. Il ne ressent pas très durement la mort de ce vieillard qu'il n'a plus vu depuis près de vingt ans. Amerbach ne s'y trompe pas, qui adresse à son ami des condoléances toutes formelles. Comme au temps de Jacques Batt, Érasme s'émeut de cette année fort dure qui a vu la mort de l'archevêque de Canterbury, « le plus grand mécène de ses études » : avec lui ont disparu les intérêts qu'il avait en Angleterre ; on a même été jusqu'à lui supprimer sa pension31.

  • 32 Allen, Opus, t. VII, pp. 145-46. l. 3-5 (no 1863) ; p. 470, l. 1-2 (no 2040) ; p. 501, l. 4-5 (no 2 (...)
  • 33 Allen, Opus, t. X, pp. 31-34 (no 2659) ; pp. 259-61 (no 2831). — Voir Delcourt, op. cit., pp. 22-24 (...)

28Avec Thomas More, au contraire, tout est pour le mieux. Après le flottement survenu dans leur amitié au plus fort de la bataille contre Luther, Érasme et More ont maintenant retrouvé leur confiance. La démission de More n'est pas étrangère à ce renouveau. Depuis 1526, contrairement à ce que l'on a écrit, la correspondance d'Érasme reste remplie de la figure de More. Même pendant les années 1530-31, Érasme continue d'écrire à Sir Thomas, dont le silence s'explique par ses responsabilités d'homme d'État. En février 1531, l'humaniste dédie encore un ouvrage à John More et l'entretient amicalement de ses sœurs et de son illustre père32. Assurément il sent venir l'orage. À Londres, le Parlement a reconnu au roi le titre de protecteur de l'Église nationale ; le 18 mai 1532, est abrogée l'autorité du pape sur l'Église d'Angleterre. Le schisme n'est plus qu'une question de temps. Dès lors, Thomas More remet sa démission à Henri VIII ; ce n'est pas à cette réforme-là qu'il a travaillé sa vie durant. Il fait part aussitôt de sa décision à Érasme dans une lettre empreinte d'une lassitude extrême. Le ton est à nouveau le même qu'autrefois, mais la position délicate de More ne lui permet pas d'écrire avec la sincérité qu'il voudrait. Il ne peut expliquer son geste que par des ennuis de santé et une incapacité à abattre, comme Érasme, un travail phénoménal. Il envie la puissance de travail de son ami que rien ne rebute jamais, et qui, contre vents et marées, poursuit sa tâche de défenseur des études et de la piété. Comme en 1516, More défend vigoureusement l'œuvre entreprise par Érasme. Nous sommes loin de la version des premiers biographes de More selon laquelle le chancelier se serait détaché de son ami dont il ne tolérait plus les écrits. Plus tard, More adressera encore à Érasme son testament et son épitaphe, comme s'il avait le pressentiment de sa fin prochaine33.

29La nouvelle de la démission de More réjouit visiblement Érasme. Il en a d'ailleurs parfaitement saisi le mobile : « More a obtenu du roi d'être libéré de sa charge de chancelier. Sans doute craignait-il les suites de son obstination à le dissuader de répudier la reine. » L'humaniste ne fait pas mystère de ses sentiments : « J'aime davantage le roi pour avoir libéré More de sa charge que pour l'avoir honoré de cet office pour lequel personne pourtant n'était plus apte que lui. » Il se refuse à croire cette rumeur selon laquelle Henri VIII aurait lui-même renvoyé son chancelier. More certifie d'ailleurs qu'il a démissionné de son propre chef.

  • 34 Allen, Opus. t. X, p. 124, l. 38-40 (no 2735) ; p. 132, l. 26-28 (no 2745) ; pp. 135-39 (no 2950) ; (...)

30Sans doute Érasme a-t-il cru un certain temps que son ami était sauvé. Sa joie éclate dans maintes lettres où l'on sent bien que la confiance d'autrefois est retrouvée. Leurs échanges sont à nouveau plus personnels et respirent cette sérénité longtemps disparue. Les sombres années des débuts de la Réforme semblent s'estomper dans l'éclat de l'amitié toute neuve qui les réunit. More parle à Érasme de Warham et des autres amis, de son combat contre Tyndale, tandis qu'Érasme l'entretient des affaires allemandes. More parle aussi de sa vie à Chelsea, de sa nombreuse famille. Dans le portrait de More qu'il trace à l'intention de l'évêque de Vienne, Érasme compare à l'Académie de Platon la maison de Chelsea qui abrite des jeunes gens si cultivés. Marie Delcourt interprète cette lettre « destinée à être lue par Henri VIII » comme une tentative faite par Érasme pour sauver son ami. Elle juge donc le plaidoyer maladroit, lorsqu'Érasme rappelle que More n'a pas recherché les honneurs mais les a reçus de la faveur royale, et surtout lorsqu'il présente le juriste comme un modèle de vertu conjugale34. Mais, pour notre part, nous ne voyons pas en quoi cette épître aurait un tel objet. Écrite en décembre 1532, elle précède de plus de deux ans la procédure qui aboutira au martyre de Sir Thomas. Et comment, expédiée à Vienne, pouvait-elle être indirectement adressée à Henri VIII ? Il nous apparaît plus simplement qu'Érasme, heureux de son entente retrouvée avec More, a voulu tracer de lui et de sa famille un portrait qui complète celui adressé à Hutten quelque douze ans auparavant.

  • 35 Allen, Opus, t. XI, p. 226, l. 26-29 (no 3052). — Voir Telle, E.V., Dolet et Érasme, dans C.E.T., t (...)
  • 36 The Works of Sir Thomas More in the English Tongue, p. 241, Londres, 1557. — Voir Delcourt, op. ci (...)

31Aux yeux de leurs contemporains, les deux amis restent d'ailleurs indissolublement liés. Lorsque, en 1535, Étienne Dolet écrit son Dialogus de imitatione ciceroniana adversus D. Erasmum Roterodamum, il met aux prises un cicéronien de Padoue, Simon de Neuville et More lui-même, comme s'il voulait atteindre Érasme à travers celui que tout le monde considère comme son alter ego. Cette intention est parfaitement claire à la lecture du dialogue qui a totalement dénaturé la personnalité de Sir Thomas pour le mettre en position d'infériorité. Suivant l'expression d'Érasme, facit imperiosum Morum timidum loquentem. Ce n'est pas pour rien que Dolet a opéré cette substitution. Mais il y a plus. Sous sa plume, More reste sans voix après les critiques de son adversaire sur l'obstination d'Érasme à vouloir expliquer les textes sacrés par des méthodes profanes. Le juriste se contente de répondre : « Rien de ce que tu dis de l'œuvre d'Érasme ne me fera abandonner les devoirs de l'amitié. Cesse […] de vouloir engendrer la mésentente ou la haine entre nous. » Telle suggère que Dolet ferait preuve ainsi d'une étonnante perspicacité en marquant le désaccord qui existait à cette époque entre les deux amis. Le polémiste aurait ainsi « voulu jeter un voile de doute sur les fondements et la qualité même de l'amitié entre Érasme et More »35. Nous laisserons cette suggestion de Telle pour ce qu'elle vaut. Quoi que Dolet ait voulu inférer, nous gardons en mémoire la lettre de More de 1532 qui approuve entièrement l'œuvre d'Érasme et l'encourage à poursuivre sur sa lancée. Face aux réformés, l'attitude de More reste la même. En réponse à Tyndale qui lui reprochait son hypocrite faiblesse pour Érasme, son « darling », le juriste exprime, non sans humour, sa solidarité de façon définitive : « Je n'ai pas attaqué Érasme, mon chéri, parce que je n'ai pas trouvé chez Érasme, mon chéri, les intentions pernicieuses que j'ai trouvées chez Tyndale […]. Je sais qu'Érasme, mon chéri, déteste et abomine les erreurs et hérésies que Tyndale enseigne […]. C'est pourquoi Érasme, mon chéri, restera mon chéri […]. Mais je préférerais brûler les livres de mon chéri ainsi que les miens plutôt que de voir le peuple s'en offenser36. » Comme Érasme, More reconnaît que, vu les circonstances, ses écrits passés peuvent jeter le trouble dans les consciences, mais il ne renie rien. Son accord est à nouveau entier avec les vues d'Érasme.

32Il ne peut échapper que ce regain d'amitié entre les deux hommes coïncide avec la démission de More. L'hypothèse d'un effet du hasard nous semble devoir être rejetée si l'on se souvient que les premières manifestations d'incompréhension entre les deux amis ont coïncidé avec l'entrée de More dans la vie politique. Nous revenons à l'idée que nous avons émise précédemment, selon laquelle les charges publiques de More ont fait autant, sinon plus de tort à cette amitié que l'avènement de la Réforme. Pendant les années de son ministère, Sir Thomas n'était plus le même et Érasme avait peine à reconnaître son ami dans cet homme grave et préoccupé qui lui faisait des recommandations assez malvenues entre deux réunions du Conseil du Roi. Déchargé des responsabilités du royaume, More se rapproche d'Érasme et retrouve son humour d'antan. Hélas, ce bonheur n'était pas fait pour durer.

***

  • 37 Allen, Opus, t. VIII, pp. 132-33 (no 2145) ; pp. 223-26 (no 2192) ; p. 445 (no 2330) ; t. IX, pp. 7 (...)

33Cette entente retrouvée avec son ami More fut sans doute la seule vraie joie que connut Érasme dans les dernières années de sa vie. L'ancien chancelier ne pouvait toutefois remplacer à lui seul tous les amis perdus par Érasme, d'autant qu'il vivait outre-Manche. Toujours assoiffé d'affections, l'humaniste se met en quête d'amitiés nouvelles. Bien qu'il ait décliné, en 1529, son invitation de s'installer à Augsbourg, Érasme sait gré à Anton Fugger de sa bienveillance. Il lui écrit et, par son intermédiaire, il entre en relations avec des personnalités augsbourgeoises. Le célèbre financier continue de lui dispenser ses libéralités. Sous son impulsion, s'est constitué à Augsbourg un cercle de lettrés qui a des attaches avec les cercles voisins de Bâle, de Sélestat et de Strasbourg. L'esprit érasmien y fait merveille et le rêve du financier est d'y introduire Érasme lui-même. Agréablement surpris de l'amitié que lui témoigne le banquier, Érasme s'exclame : « C'est quand on n'espère plus rien que se manifestent les amis les plus agréables. » Dans le même temps il annonce à Sachets qu'« entre lui et Anton Fugger est née une grande amitié ». Pourtant il déclinera toujours l'invitation du financier. Il est vrai qu'Augsbourg est à ce moment la proie d'une secte réformée. L'humaniste fera cependant en sorte de garder l'amitié de Fugger37.

  • 38 Allen, Opus, t. VIII, p. 356 (No 2269) ; t. IX, p. 70 (no 2400) ; p. 84 (no 2406) ; p. 185, l. 1-10 (...)

34Érasme se lie aussi avec Christophe Stadion, l'évêque d'Augsbourg, avec Jean Choler et avec Jules Pflug. Ami des humanistes, Jean Choler, vicaire-général de l'évêque de Coire, appuya toujours les offres faites à Érasme pour venir à Augsbourg. Jules Pflug, le futur évêque de Naumbourg, étant en faveur auprès de Georges de Saxe, Érasme en profite pour se plaindre des menées de Henri Eppendorff, l'ancien protégé du duc. Pflug ayant été chargé de régler cette querelle, Érasme le met en garde contre les mensonges de son adversaire. Pflug le rassure et lui certifie qu'il ne croit pas un mot des racontars d'Eppendorff. Érasme est heureux de pouvoir se reposer sur un tel ami. Il s'aperçoit, tout compte fait qu'il a plus d'amis que beaucoup ne le pensent. Il en arrive même à se féliciter de cette nouvelle attaque, puisqu'elle lui en a gagné de nouveaux38.

35Sachant que ses adversaires n'abdiquent pas, l'humaniste cherche à se ménager aussi quelques appuis supplémentaires aux Pays-Bas, où Nicolas Olah représente depuis peu un allié de taille. Il peut aussi compter sur le jeune Damien de Goes, un Portugais de noble origine, envoyé par Jean III comme agent commercial aux Pays-Bas. À Anvers, Damien fréquente un cercle d'humanistes, qui l'incitent à entrer en relations avec Érasme. En 1532, il s'inscrit à l'Université de Louvain et il fréquente Rutger Rescius et Goclenius qui le confirment encore dans son désir de connaître le maître. L'année suivante, sa mission l'ayant conduit en Allemagne, il vient saluer Érasme qui l'héberge quelques jours. Érasme reste assez distant, survolant à peine la Legatio magni Indorum Imperatoris Presbyteri que Goes, l'auteur, lui a soumise ; mais l'empressement du jeune Portugais a bientôt raison de ses réticences, d'autant que, de partout, arrivent des éloges sur cet « homme de bien ». Désormais Érasme a la plus grande estime pour ce jeune homme d'affaires ouvert aux idées nouvelles, qui plaide en outre pour les populations nordiques, asservies aux états occidentaux et maintenues dans l'ignorance et le paganisme. Goes cherche à ouvrir son illustre aîné aux problèmes sociaux de son époque. Désireux d'initier son jeune ami aux langues anciennes, Érasme écrit à son intention une grammaire latine et le recommande à Boniface Amerbach dont il vante la fidélité en amitié. L'humaniste trouve ainsi un nouveau défenseur de sa réputation qui l'informera des rumeurs qui circulent sur son compte à Louvain.

  • 39 Allen, Opus, t. X, pp. 251-55 (no 2826) ; pp. 272-74 (no 2846) ; t. XI, pp. 27-28 (no 2958) ; p. 36 (...)

36Rentré au Portugal, Goes remet sa démission à son souverain, non sans lui avoir recommandé son nouvel ami. Enthousiasmé par le monde lettré qu'il a longuement fréquenté, il part pour l'Italie en mars 1534 afin d'y conquérir le doctorat en droit. Chemin faisant, il s'arrête à Fribourg et s'établit chez Érasme, jusqu'à ce que les autorités de la ville l'expulsent pour ses attaches avec la Réforme. L'humaniste l'introduit alors auprès d'Amerbach, étape suivante de son voyage. En novembre, Damien arrive à Padoue, terme de son périple, où, grâce aux recommandations d'Érasme, Pietro Bembo et Jacques Sadolet le prennent sous leur protection. Il achèvera son droit en 1538, et ne cessera de publier des études latines sur des pays lointains, colonies portugaises pour la plupart. Le 15 juillet 1536, il avait écrit à Érasme une des dernières lettres que l'humaniste reçut, où il faisait état de son désir d'écrire avec son aide la Vita Erasmi. « Il n'est pas nécessaire, plaide-t-il, que tu relates tout dans cet écrit. Tu peux écrire ce qui te fait honneur et laisser le reste. Tu peux amplifier ta vie et ton caractère et à peine effleurer le sujet de tes origines… » Il ne réalisera pourtant jamais son projet39.

37À travers la jeune amitié d'Érasme et de Damien de Goes, nous voyons à l'œuvre le processus de recommandations par lequel Érasme introduit rapidement un nouvel allié dans le cercle toujours important de ses amis. Parti des Pays-Bas où les amis d'Érasme eux-mêmes l'ont mis en rapport avec lui, Goes traverse une bonne partie de l'Europe, précédé des commentaires élogieux d'Érasme. Il est accueilli chaleureusement dans les nombreuses villes où l'humaniste possède des attaches. On voit que les forces érasmiennes ne sont pas réservées à l'usage personnel du maître. Celui-ci sait les mettre en place pour accueillir dignement une nouvelle recrue.

  • 40 Allen, Opus, t. IX, p. 180, l. 26-28 (no 2448).

38Entouré de la sorte, Érasme retrouve une partie de son optimisme : « J'ai plus d'ennemis que je ne le voudrais, je l'avoue ; mais je n'ai pas peu d'amis qui l'emportent de loin par la dignité, l'autorité, les idées et l'intégrité des mœurs40. »

  • 41 Allen, Opus, t. IX, p. 102, l. 1-5 (no 2418) ; pp. 266-67, l. 1-56 (no 2493) ; t. X, p. 183, l. 1-9 (...)
  • 42 Allen, Opus, t. IX, pp. 224-25, l. 13-26 (no 2466) ; t. X, p. 124, l. 43 (no 2735) ; p. 132, l. 22- (...)

39Mais la mort frappe à nouveau, qui accentue son isolement. Aux Pays-Bas, les amis de la première heure sont maintenant décimés. En Allemagne, se sont éteints en l'espace de quelques années Pirckheimer, Botzheim, Zazius et Basile Amerbach. En Espagne, Alfonso Valdès est mort ; Virués et Vergara, victimes de l'Inquisition, sont en prison41. Érasme a fort à faire pour tenir ses correspondants au courant de cette hécatombe. Face à cette succession de malheurs, il passe par des alternances de résignation chrétienne et de découragement total. Amici mei decrescunt ; inimici crescunt, telle est l'expression la plus concise du désarroi et de l'état d'abandon dans lequel il se débat. Au milieu de cette déroute de l'armée érasmienne face à une opposition encore resserrée, la fidélité de ses derniers amis jette Érasme dans un embarras où les scrupules le disputent au souci d'être encore soutenu : il affirme ressentir les difficultés endurées par ses amis pour sa cause plus durement que les pires attaques déclenchées contre lui : « On peut dire aujourd'hui qu'il est un ami exceptionnellement fidèle celui qui est l'ami d'Érasme […]. Pourtant dans ces tumultes, j'en ai éprouvé quelques-uns qui me veulent réellement du bien. Ils me sont d'autant plus chers qu'ils sont rares. Mais je préfère avoir peu d'amis véritables qu'une foule d'amis incertains42. »

  • 43 Allen, Opus, t. X, p. 384, l. 30-32 (no 2932) ; t. XI, p. 10, l. 5 (no 2948) ; p. 19, l. 16-17 (no  (...)

40Le coup de grâce devait venir d'Angleterre où, seuls des amis anglais, Thomas More et John Fisher ont jusque-là survécu. Pour eux, le drame commence lorsque le Parlement décrète la soumission obligatoire aux actes de la nouvelle constitution religieuse. En avril 1534, More et Fisher refusent par deux fois de prêter le serment d'obédience. Poursuivis pour crime de haute trahison, ils sont emprisonnés à la Tour de Londres où ils attendent leur jugement. Vivés fait part de son inquiétude à Érasme qui annonce à la ronde l'arrestation de « celui qui fut de tout temps son meilleur ami ». L'humaniste sollicite de ses amis des renseignements sur la suite des événements. Les nouvelles ne sont pas bonnes, même si le bruit de la libération de More a couru à Louvain au mois de juillet. En février 1535, Érasme apprend que More est toujours à la Tour, encore que son emprisonnement soit plus doux, le roi lui ayant permis de recevoir son épouse et ses enfants. Érasme affirme n'avoir rien écrit aux prisonniers, « car, explique-t-il, je n'ai pas l'habitude d'écrire à mes amis anglais ce qui ne peut être lu par tous ». Se sentant impuissant à sauver ses amis, il préfère s'en remettre au destin. N'écrit-il pas que s'il avait eu des arguments solides, il aurait détourné le roi de son idée de divorce43 ?

  • 44 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 501-65 (no 300-18, IV-34-VII-35). Voir Delcourt, L'amiti (...)

41Le plus curieux est que, de sa prison, Sir Thomas n'écrive aucune lettre à son ami. Peut-être son courrier était-il surveillé, mais on ne l'a pas empêché pourtant d'échanger avec sa famille des lettres pathétiques qui nous montrent l'homme d'État inébranlable dans sa fidélité à Rome, malgré les supplications de sa fille aînée44. Il est peu probable cependant que More n'ait pas eu de pensée pour Érasme pendant les quinze mois de sa captivité. Qu'aurait-il pu encore lui écrire qu'il ne lui ait déjà écrit ? Ne lui avait-il pas déjà fait ses adieux, avec une lucidité voisine du pressentiment ?

  • 45 Allen, Opus, t. XI, p. 142, l. 3-10 (no 3025) ; pp. 189-93 (no 3036). — Voir Huizinga, op. cit., p. (...)

42Le 22 juin 1535, John Fisher est décapité à la Tour de Londres. Plus que jamais Érasme craint pour la vie de More. Il publie alors l'Ecclesiastes entrepris dix ans plus tôt à la demande de Fisher, avec une dédicace à Christophe Stadion qui, avec les autres amis d'Augsbourg, n'a cessé de le consoler du sort réservé aux deux Anglais. Il ne manque pas de rappeler le souvenir du disparu en dénonçant sévèrement la folie du roi pour « sa créature », cause de tout le désastre45.

  • 46 Allen, Opus, t. XI, p. 196, l. 92-113 (no 3037) ; p. 209, l. 114-16 (no 3043).

43Le 6 juillet suivant, More subit lui aussi le martyre. Avec lui disparaît de façon tragique le plus cher ami d'Érasme, celui qui, malgré les divergences, a toujours été l'interprète le plus fidèle de sa pensée. C'est le 10 août seulement que Goclenius annonce la funeste nouvelle à Érasme, précisant que More n'a pas fait preuve au cours de son procès et de son supplice de moins de fermeté que Socrate face à ses juges. Le 18 août, Érasme parle encore de More comme s'il était vivant. Le 25 août, enfin au courant, il complète la préface de l'Ecclesiastes par un hommage fervent à ce deuxième ami mort pour ses convictions religieuses46.

  • 47 Allen, Opus, t. XI, p. 221, l. 160-64 (no 3049) ; p. 251, l. 23-26 (no 3071) ; p. 255, l. 16-20 (no(...)

44La disparition de More touche profondément Érasme qui « a l'impression de s'être lui-même éteint ». L'humaniste reste comme prostré ; quelque chose s'est brisé en lui. Désormais il n'attend que la mort, qui ne tardera plus. Le 30 mai 1536, un de ses correspondants s'inquiète de sa douleur qui ne s'estompe pas et le conjure de ne pas s'abandonner à la mort pour rejoindre ses amis. De partout s'élèvent des voix émues qui savent à quel point Érasme a été frappé. On veut le consoler et l'inciter à venger la mémoire de More par quelque opuscule. Mais Érasme n'a plus le cœur à cela. M. Delcourt, sur la foi de l'Expositio fidelis de morte D. Thomae Mori qu'elle attribue à Érasme, avance que celui-ci est d'autant plus accablé par le décès de Sir Thomas qu'il se demande si son sacrifice en valait vraiment la peine. Kardos renchérit en affirmant qu'Érasme ne pouvait accepter une si fatale soumission aux intérêts de la papauté. Ces réserves importantes sur le geste de More laisseraient entendre qu'Érasme n'a pas compris son ami jusqu'au bout, et qu'il ne l'approuvait pas. Mais l'Expositio fidelis ne fut pas, en définitive, écrite par Érasme, mais par un de ses disciples, Philippe Montanus. Certes, l'opuscule, publié à Bâle en 1535, fut probablement revu par Érasme, mais on ne peut savoir jusqu'à quel point il traduit la pensée de l'humaniste. L'Expositio juge sévèrement le caprice du roi, l'intransigeance du pape et réduit le sacrifice de More à un refus du divorce royal47. Peut-on vraiment supposer qu'Érasme aurait si mal compris le problème de conscience de son ami ? Pourquoi ne pas penser plutôt que, connaissant sa noblesse et sa force d'âme, il se soit rongé du caractère inéluctable d'un dénouement tragique à partir du moment où More avait mis le doigt dans l'engrenage ? Érasme n'a-t-il pas toujours assisté avec la plus grande inquiétude à l'ascension politique de son ami ?

  • 48 Allen, Opus, t. I, p. 54, l. 41-46 ; p. 70, l. 508-12 ; t. XI, p. 207, l. 18-21 (no 3043) ; p. 337, (...)

45Érasme ne survivra à Thomas More que d'une année. Sentant sa fin prochaine, il retourne à Bâle où, malade et déprimé, il est reçu dans la maison de Jérôme Froben. Il a désormais renoncé à tout projet ; seul lui importe de mettre de l'ordre dans ses affaires. Le 12 février 1536, il rédige son deuxième testament : tous ses amis allemands survivants sont mentionnés, ainsi que Conrad Goclenius, qui est le seul Flamand cité. Tous ses amis anglais sont morts, Mountjoy le dernier, en novembre 1535. Beatus Rhenanus a montré l'humaniste, dans les derniers mois de sa vie, en proie à une sombre mélancolie, relisant les lettres de ses amis et disant à chaque fois : « Celui-là aussi n'est déjà plus. » Bien qu'entouré à Bâle d'« amis comme il n'en avait pas à Fribourg », Érasme préférerait finir ses jours dans une ville catholique ; mais il n'est plus en mesure de supporter un voyage. Ses cauchemars ne sont pas terminés. Moins d'un mois avant sa fin, il s'imagine toujours qu'Aléandre lance des pamphlets contre lui et les siens. En juillet 1536, Boniface Amerbach, Jérôme Froben et Nicolas Episcopius viennent le réconforter. Le 12 juillet, la mort frappe le Prince des humanistes, mettant un terme à tant d'années d'études passionnées, de luttes exaltantes au milieu d'une cohorte d'amis, mais aussi de souffrances et de déceptions. À son chevet se trouvent réunis ses trois visiteurs, son domestique Lambert Coomans et Simon Gryneus, professeur à Bâle48.

***

  • 49 Reedijk, C., op. cit., pp. 23-66. — Coppens, J., Erasmus' laatste bijdragen tot de Heteniging dec c (...)

46La retraite d'Érasme à Fribourg49, qui marque son échec vis-à-vis de la Réforme, lui a mal réussi dans le domaine des amitiés. Il laissait derrière lui trop de fidèles et ne connut jamais dans la cité de Zazius un cercle d'amis comparable à celui de Bâle. Certes il a mis ce séjour à profit pour se faire de nouvelles relations, mais ses tentatives pour contracter de nouvelles amitiés ne pouvaient que lui attacher des hommes beaucoup plus jeunes avec lesquels une réelle intimité était difficile à créer, d'autant que ces hommes nouveaux n'avaient pas partagé ses travaux et ses combats.

47En fait, le malheur d'Érasme fut d'avoir vécu relativement âgé pour l'époque. Il était alors inévitable qu'il survive à la plupart de ses amis et connaisse une solitude toujours plus accablante. Au fur et à mesure des années qui passaient, il a, sans le vouloir, pratiquement fait le vide autour de lui. La fin de sa vie est triste, désabusée, et la joie passagère de l'amitié renouvelée avec More s'est consumée dans le désastre de sa fin tragique. Érasme, dans sa vieillesse, a retrouvé beaucoup de sentiments de sa jeunesse. Cette impression d'abandon et de persécution si vivement éprouvée dans son adolescence, il l'a ressentie à nouveau à la veille de sa mort. L'incompréhension de ses ennemis le poursuit, encore avivée par le spectre d'Aléandre qui hante ses pensées. Bien qu'il eût à son chevet quelques amis, Érasme est mort dans un terrible sentiment de solitude et d'échec, parce que l'idéal qui l'a animé toute sa vie a été galvaudé et que la plupart de ses partisans n'étaient plus là pour le soutenir. La mort fut alors bienvenue, comme une délivrance de ce « siècle impie et misérable ».

Notes

1 Allen, Opus, t. VIII, pp. 161-64 (no 2158) ; pp. 230-36 (no 2196) ; pp. 264-69 (o 2209). — Voir Pinet, N., Érasme à Fribourg-en-Brisgau (1529-1532), mémoire de licence dactylographié, Liège, 1967. — Renaudet, op. cit., pp. XI ; 14-26 ; 20-21.

2 Allen, Opus, t. VIII, pp. 235-36, l. 184-221 (no 2196) ; t. IX, p. 71 (no 2630).

3 Allen, Opus, t. VIII, pp. 116-22 (no 2136) ; t. IX, pp. 125-26 (no 3031) ; pp. 172-73, l. 1-16 (no 3032). — Voir Renaudet, Érasme et l'Italie, p. 220.

4 Allen, Opus, t. I, p. 68, l. 445-46 ; t. IX, pp. 20-22 (no 2371).

5 Allen, Opus, t. VIII, pp. 252-58 (no 2205) ; pp. 261-62 (no 2207) ; t. X, p. 10 (no 2640) ; t. XI, p. 50 (no 2297).

6 Allen, Opus, t. VIII, p. 139 (no 2151) ; pp. 140-41 (no 2152) ; p. 287, l. 31-37 (no 2223) ; p. 351 (no 2267) ; p. 370 (no 2280) ; t. IX, p. 168, l. 460-64 (no 2443) ; p. 361 (no 2556). — Voir Gilmore, M.P., Humanists and Jurists, pp. 115-45, Cambridge, 1963. — Reedijk, C., Das Lebensende des Erasmus, dans Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, t. 57, pp. 50-57, Bâle, 1958. — Kisch, G., Die Anfänge der Juristischen Fakultät der Universität Basel 1459-1529, pp. 112-24, Bâle, 1962.

7 Allen, Opus, t. IX, p. 397, l. 11-14 (no 2580) ; t. XI, p. 3, l. 1-16 (no 2943).

8 Allen, Opus, t. X, p. 50 (no 2678) ; pp. 57-60 (no 2684).

9 Allen, Opus, t. X, p. 143 (no 2755) ; t. XI, pp. 3-4, l. 20-24 (no 2943).

10 Allen, Opus, t. VIII, p. 147, l. 52-64 (no 2136) ; pp. 252-54, l. 20-145 (no 2205) ; t. IX, pp. 60-61, l. 1-15 (no 2397).

11 Allen, Opus, t. VIII, p. 168, l. 115 (no 2162).

12 Allen, Opus, t. IX, pp. 388-89, l. 1-32 (no 2573) ; p. 441, l. 22-30 (no 2613) ; t. X, p. 296 (no 2863) ; t. XI, pp. 364-65.

13 Allen, Opus, t. VIII, pp. 75-77 (no 2115) ; p. 165, l. 1-9 (no 2159) ; t. IX, p. 373, l. 87-96 (no 2566) ; p. 467 (no 2625) ; t. X, p. 377 (no 2924).

14 Allen, Opus, t. VIII, p. 431 (no 2607) ; t. X, pp. 184-87 (no 2785) ; pp. 255-56 (no 2828) ; pp. 291-92 (no 2860). — Roersch, A., La correspondance de Nicolas Olahus, dans B.S.H.A., t. 13, pp. 297-307, Gand, 1903. — Voir Crisan, C„ Érasme en Roumanie, dans C.E.T., t. I, pp. 182-84, Paris, 1972. — Kardos, T., L'esprit d'Érasme en Hongrie, dans C.E.T., t. I, pp. 187-214, Paris, 1972. — Trencsenyi Waldapfel, I„ L'Humanisme belge et l'Humanisme hongrois liés par l'esprit d'Érasme, dans C.N.E., pp. 218-24, Bruxelles, 1970. — Gerlo, A., Érasme, Homo Batavus, dans C.N.E., pp. 77-78, Bruxelles, 1970.

15 Allen, Opus, t. VI, pp. 345-46, l. 20-21 (no 1713) ; pp. 477-78 (no 1794) ; t. VII, pp. 35-39 (no 1812) ; pp. 92-95 (no 1840).

16 Allen, Opus, t. VI, pp. 375-78 (no 1733) ; pp. 381-82 (no 1736) ; p. 486. l. 96-97 (no 1800) ; t. VII, pp. 56-58 (no 1817) ; t. VIII, p. 390, l. 3-6 (no 2291) ; t. IX, pp. 4-6 (no 2359) ; pp. 31-32, l. 18-70 (no 2379) ; p. 106, l. 1-31 (no 2422). — Voir de la Garanderie, M.M., Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., t. I, pp. 365 ; 370 ; 372-74, Paris, 1972.

17 Allen, Opus, t. VII, p. 85, l. 66-70 (no 1836). — De Vocht, Litterae..., p. 633, l. 17-20 (no 246). — Voir Norena, op. cit., p. 143, — Renaudet, Études érasmiennes, pp. 284-85.

18 Allen, Opus, t. XI, p. 132 (no 3018).

19 Allen, Opus, t. VII, pp. 509-11 (no 2059) ; p. 534 (no 2074) ; t. VIII, p. 130 (no 2144) ; t. XI, pp. 48-49 (no 2975) ; pp. 142-43 (no 3026). — Voir Renaudet, Érasme et l Italie, p. 82 ; 219-20. — Firmin-Didot, op. cit., pp. 444-45.

20 Allen, Opus, t. VII, pp. 509-11 (no 2059). — Voir Cantimori, op. cit., p. 153.

21 Allen, Opus, t. VI, pp. 38-41 (no 1555). — Un autre prénom semble avoir marqué Érasme. En 1517, il faisait remarquer à Budé que le prénom de Guillaume lui était favorable ; outre des amis d'enfance dont le poète Hermans, plusieurs de ses amis, comme Mountjoy, Grocyn, Warham, Cop et Budé lui-même se prénomment ainsi (cf. Allen, Opus, t. II, pp. 478-79, l. 34-40 (no 534).

22 Allen, Opus, t. VI, pp. 115-16 (no 1586) ; t. VIII, pp. 359-61 (no 2272) ; t. IX, p. 50 (no 2385) ; pp. 158-64 (no 2443) ; t. X, pp. 233-35 (no 2816) ; p. 298 (no 2865) ; p. 380 (no 2927) ; pp. 381-82 (no 2930) ; t. XI, pp. 44-45 (no 2971) ; pp. 46-47 (no 2973) ; pp. 53-54 (no 2982) ; p. 127 (no 3013) ; p. 126, l. 8-12 (no 3012). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 217-18. — Beumer, op. cit., pp. 58-63. Ghuysen, V., Jacques Sadolet, d'après sa correspondance (1477-1547), mémoire de licence dactylographié, pp. 208-238, Liège, 1974.

23 Ciceronianus, A.S.D., t. 1-2, pp. 583-710. — Allen, Opus, t. VII, p. 445, l. 24-30 (no 2027) ; pp. 468-69 (no 2038) ; p. 513 (no 2061) ; t. VIII, p. 170, l. 49-62 (no 2163) ; p. 454, l. 83-85 (no 2329). — Voir de la Garanderie, op. cit., p. 371. — de la Garanderie, La correspondance d'Érasme et de Budé, pp. 43 ; 263, n. 3. — Cantimori, op. cit., p. 165.

24 Allen, Opus, t. VII, pp. 434-38 (no 2021) ; pp. 483-93 (no 2046) ; p. 501 (no 2052) ; pp. 523-25 (no 2066) ; t. VIII, pp. 392, l. 55-68 (no 2291) ; p. 472, l. 88-96 (no 2340). — Voir de la Garanderie, Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., t. I, p. 371.

25 Allen, Opus, t. IX, pp. 33-41 (no 2379) ; pp. 183-84, l. 45-59 ; 62-70 (no 2449). — Voir de la Garanderie, La correspondance d'Érasme et de Budé, pp. 43 ; 263.

26 Allen, Opus, t. VII, p. 491, l. 321-22 (no 2046). — Paquier, J., Aléandre de sa naissance..., pp. 339-44. — Marc'Hadour, op. cit., p. 352. — de la Garanderie, op. cit., pp. 251-52, n. 14.

27 Allen, Opus, t. VI, p. 351, l. 33-41 (no 1717) ; t. VII, p. 12, l. 248-56 (no 1804) ; t. VIII, p. 127, l. 1-4 (no 2143) ; t. IX, pp. 164-65 (no 2443) ; p. 391, l. 6-14 (no 27575) ; p. 406, l. 1-12 (no 2587). — Voir Paquier, J., Érasme et Aléandre, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, t. 15, p. 353, Bruxelles, 1895. — Cantimori, op. cit., pp. 160-64. — Gilmore, op. cit., pp. 725-31. — Gilmore, De modus disputandi..., pp. 73-82. — Massa, E., Intorno ad Erasmo : una polemica che si credeva perduta, dans Classical, Mediaeval and Renaissance Essays in Honor of B.L. Ullmann, t. II, pp. 435-455, Rome, 1964. — Sur Alberto Pio, voir Beumer, op. cit., pp. 49-55. — Gilmore, M.-P., Erasmus and Alberto Pio, dans Action and conviction in Early Modern Europe. Essays in memory E.H. Harbison, pp. 299-318, Princeton, 1969.

28 Allen, Opus, t. X, pp. 5-8 (no 2638) ; p. 17, l. 9-14 (no 2644) ; pp. 51-52 (no 2679) ; pp. 124-25, I. 1-12 (no 2736). — Paquier, op. cit., p. 354. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 225-30. — Voir infra, p. 322.

29 Allen, Opus, t. VIII, pp. 290-92 (no 2226) ; t. IX, p. 231, l. 1-2 (no 2468). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 220-21.

30 Allen, Opus, t. VII, p. 451, l. 8-10 (no 2031) ; t. VIII, p. 192, l. 10-15 (no 2176) ; pp. 386-87, l. 1-9 (no 2287).

31 Allen, Opus, t. VIII, pp. 457-58, l. 40-50 (no 2332) ; t. IX, p. 263 (no 2490) ; t. X, pp. 111-12, l. 35-45 (no 2726) ; p. 142, l. 4-6 (no 2754) ; p. 146 (no 2758) ; p. 173, l. 27-40 (no 2776) ; p. 183, l. 1-9 (no 2783) ; p. 206, l. 1-16 (no 2798) ; p. 318, l. 1-22 (no 2879).

32 Allen, Opus, t. VII, pp. 145-46. l. 3-5 (no 1863) ; p. 470, l. 1-2 (no 2040) ; p. 501, l. 4-5 (no 2052) ; p. 506, l. 8-11 (no 2056) ; t. VIII, p. 108, l. 106-107 (no 2133) ; p. 344, l. 31-33 (no 2263) ; p. 367, l. 9 (no 2277) ; pp. 386-87, l. 14-16 (no 2287) ; p. 396, l. 36-38 (no 2295) ; t. IX, pp. 133-40 (no 2432) ; p. 392, l. 29-30 (no 2576). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 431. — Delcourt, Érasme, p. 103. — Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More..., p. 22.

33 Allen, Opus, t. X, pp. 31-34 (no 2659) ; pp. 259-61 (no 2831). — Voir Delcourt, op. cit., pp. 22-24. — Delcourt, Érasme, pp. 104-106. — Delcourt, Recherches sur Thomas More..., pp. 31-32.

34 Allen, Opus. t. X, p. 124, l. 38-40 (no 2735) ; p. 132, l. 26-28 (no 2745) ; pp. 135-39 (no 2950) ; p. 153, l. 7-8 (no 2763) ; p. 180, l. 20-41 (no 2780) ; pp. 258-59 (no 2831). — Voir Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More..., pp. 26-27. — Reynolds, op. cit., pp. 214-17.

35 Allen, Opus, t. XI, p. 226, l. 26-29 (no 3052). — Voir Telle, E.V., Dolet et Érasme, dans C.E.T., t. I, pp. 412-28, Paris, 1972. — Id., L'Erasmianus sive Ciceronianus d'Étienne Dolet (1535), pp. 41-43 ; 51-52, Genève, 1974.

36 The Works of Sir Thomas More in the English Tongue, p. 241, Londres, 1557. — Voir Delcourt, op. cit., pp. 24-25. — Delcourt, Érasme, pp. 106-109.

37 Allen, Opus, t. VIII, pp. 132-33 (no 2145) ; pp. 223-26 (no 2192) ; p. 445 (no 2330) ; t. IX, pp. 73-74, l. 16-34 (no 2403) ; p. 366, l. 14-17 (no 2561) ; t. X, pp. 358-59, l. 81-88 (no 2906). — Voir Costil, P., Le mécénat humaniste des Fugger, dans H.R., t. VI, pp. 20-40 ; 154-78, Paris, 1939.

38 Allen, Opus, t. VIII, p. 356 (No 2269) ; t. IX, p. 70 (no 2400) ; p. 84 (no 2406) ; p. 185, l. 1-10 (no 2450) ; pp. 186-88 (no 2451) ; pp. 264-66 (no 2492) ; pp. 318-23 (no 2522). — Pollet, J.V., Julius Pflug, sa correspondance, t. I (1510-1539), Leyde, 1969.

39 Allen, Opus, t. X, pp. 251-55 (no 2826) ; pp. 272-74 (no 2846) ; t. XI, pp. 27-28 (no 2958) ; p. 36 (no 2963) ; p. 49 (no 2975) ; p. 60 (no 2987) ; pp. 339-40 (no 3132). — De Vocht, Monuments..., pp. 611-98. — Epistolae Sadoleti, Bembi, et aliorum clarissimorum virorum ad Damianum a Goes Equitem Lusitanum, Louvain, 1543. — Voir Hirsch, E.F., The friendship of Erasmus and Damiao de Goes, dans Proceedings of the American Philosophical Society, t. 95, pp. 556-68, Philadelphie, 1951. — Hirsch, E.F., Damiao de Goes, the life and thought of a Portuguese Humanist (1502-1574), pp. 17-26 ; 63-91, La Haye, 1967. — Bataillon, M., Le cosmopolitisme de Damiao de Goes, dans Revue de littérature comparée, t. XVIII, pp. 23-58, Paris, 1938.

40 Allen, Opus, t. IX, p. 180, l. 26-28 (no 2448).

41 Allen, Opus, t. IX, p. 102, l. 1-5 (no 2418) ; pp. 266-67, l. 1-56 (no 2493) ; t. X, p. 183, l. 1-9 (no 2783) ; p. 206, l. 1-16 (no 2798) ; t. XI, p. 39, l. 23-24 (no 2965) ; p. 126, l. 1-7 (no 3012) ; p. 132, l. 11-15 (no 3019) ; p. 296, l. 14-15 (no 3104).

42 Allen, Opus, t. IX, pp. 224-25, l. 13-26 (no 2466) ; t. X, p. 124, l. 43 (no 2735) ; p. 132, l. 22-23 (no 2745) ; p. 18, l. 1-9 (no 2645).

43 Allen, Opus, t. X, p. 384, l. 30-32 (no 2932) ; t. XI, p. 10, l. 5 (no 2948) ; p. 19, l. 16-17 (no 2955) ; p. 39, l. 23-27 (no 2965) ; p. 71, l. 5-7 (no 2996) ; p. 73, l. 65-67 (no 2997) ; p. 79, l. 35-46 (no 3000). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 223-24 ; 237. — Rouschausse, op. cit., pp. 22-23.

44 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 501-65 (no 300-18, IV-34-VII-35). Voir Delcourt, L'amitié d'Érasme et More, p. 26.

45 Allen, Opus, t. XI, p. 142, l. 3-10 (no 3025) ; pp. 189-93 (no 3036). — Voir Huizinga, op. cit., p. 291.

46 Allen, Opus, t. XI, p. 196, l. 92-113 (no 3037) ; p. 209, l. 114-16 (no 3043).

47 Allen, Opus, t. XI, p. 221, l. 160-64 (no 3049) ; p. 251, l. 23-26 (no 3071) ; p. 255, l. 16-20 (no 3073) ; p. 270, l. 17-24 (no 3085) ; p. 329, l. 85-89 (no 3123) ; pp. 368-78. — Voir Delcourt, op. cit., pp. 27-28. — Delcourt, Érasme, pp. 111-13. — Kardos, op. cit., p. 202. — Bietenholz, op. cit., pp. 60-61. — Huizinga, op. cit., p. 291.

48 Allen, Opus, t. I, p. 54, l. 41-46 ; p. 70, l. 508-12 ; t. XI, p. 207, l. 18-21 (no 3043) ; p. 337, 1, 17-20 (no 3130) ; pp. 363-65. — Voir Villoslada, R., La muette de Erasmo, dans Miscellanea G. Metcati, t. 4, pp. 1-26, Rome, 1946. — Brabant, op. cit., p. 52.

49 Reedijk, C., op. cit., pp. 23-66. — Coppens, J., Erasmus' laatste bijdragen tot de Heteniging dec christenen, dans Mededelingen van de Koninklijke Vlaamse Académie van Wetenschappen en Letteren, t. 26, 1, Bruxelles, 1962.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search