Version classiqueVersion mobile

Érasme et l’amitié

 | 
Yvonne Charlier

Chapitre V : Érasme et la Réforme - Pris entre deux feux

Texte intégral

  • 1 Allen, Opus, t. III, pp. 517-19 (no 933, 28-III-19) ; pp. 605-607 (no 980, 30-IV-19). — Voir Chantr (...)

1Enfermé dans la polémique, Érasme, bien malgré lui, se voit progressivement impliqué dans un combat qui dépasse de loin son cas personnel. Depuis le début, il a été tenu au courant de l'action de Luther par des amis communs. Déjà fort critiqué pour son idéal d'une religion restaurée et pour sa lutte contre la scolastique, Érasme, par la solidarité qu'il affiche à ce moment avec le réformateur et sa cause, achève de se compromettre1.

  • 2 Voir notamment Augustijn, C., Erasmus en de Reformatie. Een onderzoek naar de houding die Erasmus (...)

2Encore une fois, notre propos n'est pas ici de retracer l'histoire des relations d'Érasme avec la Réforme, encore moins de déterminer le rôle qu'il y a joué. Depuis longtemps, de nombreux travaux ont largement étudié ce problème2. Ce chapitre vise essentiellement à étudier l'incidence qu'a pu avoir sur les amitiés d'Érasme le drame luthérien auquel il a été mêlé de près. On a vu déjà que plusieurs de ses amis sont intervenus contre les détracteurs qui l'accusaient de complicité avec le cercle de Wittenberg. On verra que le rôle des amis ne s'est pas borné à ce genre d'interventions agréables.

  • 3 Allen, Opus, t. III, pp. 527-32 (no 939, 14-IV-19) ; t. IV, pp. 96-107, (no 1033, 19-X-19) ; p. 361 (...)
  • 4 Allen, Opus, t. IV, p. 305, l. 1-13 (no 1123, 31-VII-20).
  • 5 Allen, Opus, t. IV, p. 337, l. 86-91 (no 1139, 5-IX-20) ; t. V, p. 27, l. 13-20 (no 1263, 7-III-22) (...)

3Tout naturellement, dès l'affichage des thèses de Luther, les amis allemands qui, jadis, avaient pris fait et cause pour Reuchlin, ont apporté leur soutien à Martin Luther. Certains vont plus loin encore, qui s'efforcent de compromettre Érasme pour l'obliger à prendre ouvertement parti pour eux. Des lettres confidentielles de l'humaniste sont subtilisées, imprimées, et utilisées pour l'intérêt de la cause. Ainsi sont publiées les lettres à Luther, la lettre à Frédéric de Saxe, qui l'encourage à ne pas livrer Luther à Rome, et surtout l'épître à Albert de Brandebourg qu'Érasme a confiée à Hutten, et qui conseille de pratiquer envers le réformateur une politique de neutralité bienveillante3. L'humaniste ne pardonnera jamais à Hutten d'avoir failli à sa mission et de l'avoir mis dans une situation très délicate. Il se plaindra longtemps du « zèle importun de certains amis, qui lui fait plus de tort que la haine de ses ennemis »4. Pendant plusieurs années, Érasme aura du mal à trouver des messagers sûrs ; maintes lettres n'arriveront jamais à leur destinataire. Il importe trop aux luthériens de connaître exactement sa position. Averti par Pirckheimer que son courrier est étroitement surveillé, Érasme n'écrira plus que « ce qu'il peut dire impunément » ; encore que souvent, en ne pouvant s'empêcher de faire des confidences à Pirckheimer ou à Zazius, il permettra plus d'une fois aux réformés de marquer des points5.

***

4Érasme, on le sait, est installé aux Pays-Bas lors des événements qui devaient constituer la première manche de sa lutte pour préserver sa neutralité. Cette lutte allait se concrétiser en un cruel affrontement avec son ancien ami Jérôme Aléandre, pris au piège à son tour dans cet écheveau inextricable.

  • 6 Sur la mission d'Aléandre aux Pays-Bas et en Allemagne, voir Paquier, J., Lettres familières de Jé (...)
  • 7 Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 146-47. — Paquier, op. cit., pp. 26-28 ; 142-43.
  • 8 Paquier, op. cit., p. 170.

5En septembre 1520, Aléandre est arrivé aux Pays-Bas. Envoyé par Léon X comme nonce apostolique, il a mission de promulguer dans l'Empire la bulle Exsurge Domine lancée contre Luther et ses partisans, et de veiller à sa stricte application. Si plus tard en Allemagne, il aura du mal à faire entendre la voix de Rome, en revanche, dans nos provinces, sa mission est un plein succès6. Jugeons de la surprise d'Érasme qui retrouve en lui un champion intransigeant de l'orthodoxie romaine. Il garde en mémoire les confidences de Venise, quand Aléandre faisait état d'une foi hésitante ; et il n'admettra jamais la sincérité de son action anti-luthérienne. Le sachant avide de succès et d'argent, il ne verra dans son zèle pour Rome que d'habiles manœuvres pour s'assurer de hautes dignités7. Les circonstances et l'amour des lettres avaient étroitement rapproché les deux hommes ; d'autres circonstances et l'action de Luther les dresseront l'un contre l'autre. Le rôle que joue Aléandre dans cette affaire inspire à Érasme une vive animosité. Érasme ne se manifeste ni à Anvers ni à Louvain, mais Aléandre apprendra qu'il a déclaré la bulle fausse8.

  • 9 Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 299. — Huizinga, op. cit., pp. 242-43. — Paquier, op. ci (...)
  • 10 Allen, Opus, t. IV, p. 375, l. 4-5 (no 1157, 11-XI-20). — Voir de la Garanderie, La correspondance (...)

6Érasme ne peut continuer à ignorer le nonce. En octobre 1520, il le rencontre à Aix-la-Chapelle lors du couronnement de Charles comme Roi des Romains ; il a avec lui une entrevue de plusieurs heures. Aux propos aigres-doux succède la réconciliation ; les deux hommes se quittent avec effusion9. Réconciliation en apparence seulement, car ils ont en eux tout ce qu'il faut pour s'opposer l'un à l'autre à la première occasion, et tous deux le savent parfaitement. Ces retrouvailles ont réveillé l'ancienne amitié, mais non sans créer un certain malaise. Érasme en gardera une blessure secrète. Sans doute l'amertume devant le chemin parcouru par Aléandre n'y est-elle pas étrangère. Surtout, le diplomate a usé de son autorité et a voulu s'assurer les services d'Érasme. Comptant sur l'effet psychologique que produirait un tel appui, il a renouvelé l'offre romaine d'écrire contre Luther en échange d'un évêché ; Érasme ne peut s'y résoudre10.

  • 11 Allen, Opus, t. IV, p. 375, l. 6-12 (no 1157). — Frédéricq, P., Corpus documentorum Inquisitionis h (...)
  • 12 Spongia, L.B., t. X, col. 1645. — Voir Paquier, op. cit., p. 223.

7C'est alors que se répandent dans les Pays-Bas les lettres d'Érasme à Luther et sa lettre compromettante à l'archevêque de Mayence. Désormais Aléandre l'accusera de vouloir entraver son action ; le considérant comme luthérien tant qu'il n'aura pas écrit contre Luther, il le tient pour plus nocif, du fait de son prestige dans toute l'Europe. Mais Érasme ne peut admettre les procédés du nonce qui fulmine des édits draconiens et qui brûle les écrits réprouvés sur les places publiques11. Les deux hommes ne sont plus que défiance réciproque. Espérant faire pression sur Érasme, Aléandre envoie un rapport défavorable à Léon X12.

8Érasme, dénoncé à Rome, se voit mis en demeure de prendre parti, du côté catholique cette fois. Il a beau répéter que ses relations avec Aléandre n'ont rien à voir avec l'affaire Luther, puisqu'ils étaient amis bien avant cette tragédie, ses protestations ne font pas illusion. L'insistance d'Aléandre à le mêler à sa mission influe sensiblement sur les sentiments d'Érasme. Le souvenir de l'ancienne intimité et de la parfaite entente qui les unissait à Venise est toujours là, mais il est empoisonné. Ancienne amitié et divergences présentes, ces deux éléments sont indissociables dans la complexité de leurs relations futures ; et quand on connaît leurs caractères respectifs, on ne peut douter de l'issue de leur affrontement. Érasme est un esprit critique, modéré, voire temporisateur. Il prêche la diplomatie, l'amendement de Luther, non sa condamnation. Aléandre est un caractère entier. Considérant le péril que court l'Église menacée, il veut étouffer l'hérésie naissante ; après seulement, on dressera un plan de réformes.

***

  • 13 Allen, Opus, t. IV, p. 298, I. 33-34 (no 1119, 6-VI-20). — Voir Beumer, op. cit., pp. 85-94.

9Les pressions sur Érasme ne sont pas l'apanage du seul parti catholique. Déjà amorcées par l'indiscrétion de Hutten et de ses comparses, les tentatives pour gagner Érasme à la Réforme vont se multipliant, cependant que celui-ci prend désormais ses distances. Même Hutten n'est pas épargné : « Puisse Hutten tempérer son style, lui que j'estime particulièrement13. » Déjà Érasme se détache de lui. Il n'a jamais pu souffrir les partis ni les actions engagées.

  • 14 Allen, Opus, t. IV, p. 329, l. 16-43 (no 1135). — Bocking, E., Ulrichi Hutteni Opera, t. I, Briefe (...)

10Le 15 août 1520, Hutten prend sur lui de mettre les choses au point. Excommunié par la bulle Decet Romanum Pontificum pour avoir publié son Vadiscus sive Trias Romana, exilé de la cour de Mayence et poursuivi par Aléandre, le chevalier fugitif prie Érasme de « demeurer tranquille » et de ne rien écrire à son sujet. Quoique atténué par le ton de la libre admonitio, son développement n'en demeure pas moins brutal voire teinté de mépris : « Déjà dans l'affaire Reuchlin tu as fait preuve d'une faiblesse indigne de toi. Maintenant dans celle de Luther, tu t'efforces de convaincre tes adversaires que tu es hostile à sa cause, alors qu'ils savent que tu penses différemment […]. Je sais que je m'adresse à un ami et que tu ne prendras pas mes avertissements de mauvaise part. J'ai entendu certains propos à ton sujet, mais j'ai défendu ta réputation, même si je n'en pensais pas moins. Maintenant qu'il s'agit de mon propre combat, je ne te défendrai plus […] si tu agis envers moi comme envers Reuchlin et Luther […]. Tu ne cesses de dénoncer les causes que tu approuves pourtant, de peur de t'attirer la haine ; et pour ce faire, tu renies même tes propres lettres […]. Mais tu n'y gagnes que plus de haine encore. Si aujourd'hui tu crains de t'attirer des ennuis à cause de moi, fais-moi au moins ce plaisir de ne pas me renier […] ; garde plutôt le silence : je sais combien un seul mot de toi […] pourrait me nuire14. »

11Sans doute ce jugement sévère stigmatise-t-il des faits réels, mais Hutten oublie qu'Érasme n'abandonne une cause que lorsque la violence l'a amenée sur un terrain où il ne peut plus la suivre. Il va sans dire qu'Érasme ne goûta pas cette lettre. Pourtant il garde le silence, continuant de ménager sa position. Ce n'était pas ce que le proscrit avait souhaité. En blessant de la sorte l'amour-propre d'Érasme, il pensait provoquer un sursaut de fierté et l'amener à gagner les rangs des réformés. Il se trompait lourdement !

  • 15 Allen, Opus, t. IV, p. 400, l. 108-12 (no 1166), — Voir Kägi, ibidem. — Paquier, op. cit., pp. 157- (...)
  • 16 Allen, Opus, t. IV, pp. 380-83 (no 1161). Allen émet l'hypothèse selon laquelle cette lettre ne ser (...)

12En octobre, Hutten ne se montre pas au sacre de Charles. Érasme apprend qu'avec une quarantaine d'hommes, il se tient en embuscade sur les chemins pour attaquer les partisans de Rome15. Le chevalier essaye alors une autre tactique. Tablant sur le côté prudent d'Érasme, il exagère son insécurité dans les Pays-Bas : « Après Luther, on ne t'épargnera pas […]. Déjà on clame que tu es l'auteur de tous les troubles, toi qui le premier as éveillé les esprits à la liberté […]. Les flatteries que tu prodigues au pape […] ne t'ont valu que la haine du nonce. » Au nom de tous les amis allemands, Hutten supplie Érasme de se réfugier à Bâle car, avec les siens, il va prendre les armes pour libérer l'Allemagne de la tyrannie. Le temps des vaines discussions est passé. Suit un morceau de bravoure où Hutten justifie son action : sa dignité d'homme lui interdit d'accepter plus longtemps la servitude. La lutte sera longue et pénible, mais ils vaincront ou mourront et d'autres reprendront le flambeau16.

  • 17 Allen, Opus, t. IV, p. 443, I. 25-26 (no 1184) ; p. 462, l. 136-43 (no 1195) ; p. 493, l. 274-75 (n(...)

13Érasme ne répondra pas à cette ultime tentative. Il ne peut plus soutenir celui qu'il considère désormais comme une tête brûlée. On sait qu'il tiendra encore un an à Louvain. Pourtant il regrette que cet « homme doué » lui ait été arraché par ce « tourbillon ». Du moins le juge-t-il plus sincère que bien d'autres17.

***

14Voilà clairement signifié à Érasme ce que la Réforme devait lui réserver : un pénible dilemme, un cruel déchirement entre deux partis extrêmes qui le réclament également, oubliant qu'il n'est pas homme à prendre parti. Dès le début, Érasme est pris entre deux feux ; et plus encore peut-être qu'en termes de doctrines, le problème lui est posé en termes personnels et affectifs par deux amis très chers, Jérôme Aléandre et Ulrich de Hutten. Son malheur devait lui apparaître complet. Certes, le problème de conscience est essentiel ; mais il n'est pas interdit de penser que sans les liens affectifs étroits et les souvenirs nostalgiques qui l'attachaient personnellement aux deux partis, Érasme aurait traversé cette tempête sinon plus sereinement, du moins plus lucidement. Il nous paraît important d'insister sur la liaison dans son esprit entre les données du conflit religieux et les personnalités qui l'illustrent, pour saisir pleinement le drame d'Érasme face à la Réforme. C'est ainsi que l'évolution de son attitude dans le débat coïncidera avec l'évolution de ses amitiés ; leur dénouement commun est significatif. À ce titre, il mérite examen.

***

  • 18 Allen, Opus, t. IV, pp. 447-48, l. 22-39 (no 1188). — Paquier, Lettres familières de J. Aléandre…, (...)
  • 19 Brieger, Th., Aleander und Luther, 1521, pp. 41 ; 51-54 ; 81-84, Gotha, 1884. — Paquier, op. cit., (...)
  • 20 Spongia, L.B., t. X, col. 1645 E. — Acta Academiae Lovaniensis contra Lutherum, éd. W.K. Ferguson, (...)

15À Louvain, les rapports avec Aléandre sont plus que tendus. Tandis que le nonce, à la Diète de Worms, obtient la condamnation de Luther à force d'éloquence, Érasme refuse de rallier le théâtre de la lutte, lui dont les violents auraient couvert la voix. De loin, il suit les débats et s'exclame : « Je ne comprend pas que le pape confie une telle tâche à de tels hommes […]. Aléandre est un vrai démon, un homme mauvais et stupide […] ; il est fait pour ce genre de tragédies18. » Déjà l'hostilité latente a fait place à une inimitié avouée. Aux mauvais rapports du nonce en cour de Rome, Érasme réplique par des plaintes qui sont entendues. Aléandre sent peser sur lui le poids de la disgrâce : « Ce m'est un grand sujet de tristesse que l'on accorde plus de confiance à Érasme qui écrit pis que Luther contre la foi, qu'à moi qui me fait mettre en pièces pour elle […]. J'ai toujours su qu'Érasme était le ferment de tous les maux qui nous accablent […]. Pourtant je l'ai toujours loué. » Aléandre devait rester marqué de l'« injuste faveur » d'Érasme qui, « gênant sa mission et favorisant Luther, parvenait encore à se faire aduler de Léon X ». Il multiplie les dénigrements auprès du pape, mais on lui répond que son attitude vient d'anciennes difficultés avec Érasme, ce qui, dit-il, est absolument faux : « Si aujourd'hui je suis son ennemi, c'est pour la cause du pape et de la foi19. » L'indifférence d'Érasme lui apparaît comme une désertion. Toutefois ces doléances restent confidentielles. Publiquement Aléandre ménage son rival qu'il sait très protégé. Érasme lui-même n'est pas des plus tendres. En 1523, Hutten devait lui écrire : « Tu nous représentais Aléandre comme le dernier des hommes, rusé, perfide, méchant, ne connaissant les lettres que pour nuire aux lettrés. C'est toi qui, en cachette, a répandu le bruit qu'il était juif. Mieux, alors qu'il était à la Diète de Worms, on t'a entendu dire que l'Allemagne ne garderait plus un homme libre si on laissait Aléandre s'en aller vivant. » Il est vrai qu'Érasme, qui croyait déceler en Aléandre « un paganisme à peine dissimulé sous un catholicisme de convention », insinua qu'il était d'origine juive ; aussitôt Luther et Hutten exploitèrent l'accusation qui reposait sur la seule parfaite connaissance qu'Aléandre avait de l'hébreu. Érasme collabora peut-être aussi aux Acta Academiae Lovaniensis qui dévoilaient l'athéisme du nonce, juif et cousin de Judas, auteur d'une fausse bulle fabriquée avec l'aide des théologiens. Ulcéré, Aléandre, à Worms, défend publiquement ses origines20.

  • 21 Allen, Opus, t. IV, p. 541, l. 10-16 (no 1218) ; p. 542, l. 15-23 (no 1219). — Paquier, J. Aléandre (...)
  • 22 Allen, Opus, t. IV, pè 580, l. 171-74 (no 1233) ; p. 587, l. 169-76 ; 180-86 (no 1236). — de la Gar (...)

16Après des mois de lutte, Aléandre l'emporte enfin. En juin 1521, il revient triomphalement à Bruxelles, porteur du redoutable Edit de Worms. Érasme comprend qu'il est désormais une force avec laquelle il faut compter. Il décide de composer, même s'il déplore auprès de ses amis la frénésie du nonce qui, « excité par ceux qui prétendent qu'Érasme lui est hostile », va jusqu'à lui attribuer les livres de Luther21. Le 11 juillet, Érasme s'humilie au cours d'une longue et pénible entrevue. Pourtant il a obtenu que le nonce interdise de prêcher contre lui. Déjà son animosité semble s'apaiser. A Budé, il vante le courage et la compétence d'Aléandre. À Bombace, il annonce leur réconciliation : « Des mauvaises langues avaient presque détruit l'amitié déjà ancienne qui m'unissait à Aléandre […]. Il est maintenant revenu à ses sentiments d'autrefois22. »

  • 23 Spongia, L.B., t. X, col. 1645 E. — Allen, Opus, t. V, p. 205, l. 105-108 (no 1342). — Voir Paquie (...)

17Érasme est-il sincère ? On a peine à le croire. Déjà son refus d'écrire contre Luther réveille la rancœur du nonce. Lors d'une nouvelle rencontre, des paroles vives sont échangées. Érasme comprend que le séjour à Louvain lui est désormais interdit ; il prend ses dispositions pour un voyage à Bâle. Peu avant son départ, il retrouve fortuitement son rival qui loge dans la même auberge. Comme résignés à cette incompatibilité qui les a jetés sur des terrains si éloignés, les deux hommes, pour la première fois depuis longtemps, s'abandonnent aux souvenirs et aux confidences. L'entretien se prolonge fort avant dans la nuit23. Nul doute qu'ils aient évoqué, non sans amertume, les jours heureux de Venise, quand Luther n'avait pas encore mis le feu aux poudres et que, préoccupés de leurs seules études, ils pouvaient rêver ensemble à l'âge d'or de la Renaissance des lettres. Mais cet attendrissement sera vite oublié. Tous deux savent qu'il n'est plus entre eux de compréhension possible ; ils se voient pour la dernière fois et, malgré les apparences, ils sont brouillés à jamais. L'éloignement et les malentendus ne feront qu'aggraver leur ressentiment. Érasme juge le nonce orgueilleux et violent, quoique dissimulé, prêt à exploiter le conflit qui l'occupe pour servir ses ambitions.

  • 24 de la Garanderie, op. cit., p. 42. — Renaudet, Études érasmiennes, p. 190. — Bataillon, op. cit., p (...)

18Bien qu'il ait toujours nié s'être enfui de Louvain par crainte d'Aléandre et des théologiens, c'est en vaincu qu'Érasme se remet en route. Jamais plus il ne reviendra dans ce pays qui a vu sa défaite. Le souvenir d'Aléandre, « le seul homme peut-être par lequel Érasme se soit senti dominé et humilié24 » l'obsédera jusqu'à la fin. Méfiant à l'extrême, il croira voir planer son ombre néfaste sur les complots ourdis contre lui. Il ne se trompera pas toujours.

  • 25 Allen, Opus, t. V, pp. 8-9, l. 10-46 (no 1256) ; pp. 38-39, l. 60-65 (no 1271). — Voir Renaudet, op (...)
  • 26 Allen, Opus, t. IV, pp. 458-63 (no 1195) ; p. 479 (no 1197) ; pp. 480-81 (no 1198) ; pp. 481-82 (no(...)
  • 27 Allen, Opus, t. IV, p. 583, l. 9-16 (no 1236) ; t. V, p. 56, l. 14-27 (no 1278).

19Tenu au courant des manœuvres d'Aléandre par ses amis des Pays-Bas, et notamment par Vivès, Érasme apprend qu'il excite à sa perte Zuñiga, Dierckx et Egmond. Vivès conseille de regagner par quelque flatterie la faveur d'Aléandre qui prétend qu'Érasme lui est resté très cher. Mais l'humaniste sait toute réconciliation impossible ; déjà le nonce est parti au-devant du nouveau pape Adrien VI, soucieux de le ranger à ses vues25. Inquiet, Érasme se cherche des appuis dans les cours catholiques. Il nie farouchement toute connivence avec Luther, mais il commet la maladresse de dénoncer les menées d'Aléandre, devenu indispensable à la cause catholique. C'est maintenant au tour d'Érasme de se plaindre de l'« injuste faveur » d'Aléandre à Rome et dans les cours princières. Partout on s'obstine à défendre la loyauté du nonce26. Le crédit d'Érasme décroît ; Aléandre triomphe. Même le fidèle Bombace conseille de ne plus citer son nom qu'en termes respectueux. Il est clair que la volonté d'indépendance d'Érasme a fini par le rendre suspect. Il en arrive à regretter que les luthériens ne l'aient pas attaqué publiquement27. Il aura tout le loisir de se mordre les doigts de cette déclaration.

  • 28 Allen, Opus, t. V, pp. 100-11 (no 1304) ; pp. 143-50 (no 1324) ; pp. 155-56 (no 1329) ; pp. 196-200 (...)
  • 29 Allen, Opus, t. V, pp. 528-30 (no 1482) ; t. X, p. 6, l. 33-38 (RI" 2638). — Voir Paquier, op. cit.(...)

20Érasme s'efforce alors de gagner la compréhension du nouveau pape. Il a soin de rappeler leur patrie commune et leur familiarité, jadis à Louvain, lorsqu'Adrien VI était recteur de l'Université. Le pape lui marque sa bienveillance, mais il ne désavoue pas Aléandre : il faut qu'Érasme se rende à Rome et qu'il écrive contre Luther28. Mieux, c'est Aléandre lui-même qui rédige ce bref pontifical. Excédé par les plaintes d'Érasme qui l'accuse de chercher à le perdre auprès du pape et de l'empereur, Aléandre lui révélera, neuf ans plus tard, le rôle qu'il a joué jadis : « Ce bref du pape Adrien, que tu appelles un écrit d'or, dont tu aimes tant te glorifier, que tu allègues si volontiers à tes adversaires, l'ignores-tu ? ce bref était mon œuvre. Je l'ai écrit à une époque où tu ne cessais de dire du mal de moi. J'en ai toujours la minute originale, encore plus louangeuse pour toi que la lettre qui te fut envoyée. » Le texte de la minute, reproduit par Paquier, ne dément pas cette affirmation. Mais l'excès même de la louange a quelque chose de blessant, comme si le nonce reconnaissait à contre-cœur les qualités d'Érasme, dont il veut se servir pour arriver à ses fins. Il laisse percer aussi des accents de mépris et d'agressivité : jugeant sans doute Érasme peu sensible aux arguments de fidélité à l'Église, il s'efforce de se gagner son appui en l'aiguillonnant de cette opinion publique, de cette réputation dont l'humaniste fut toujours si fort préoccupé29.

21Jusqu'au bout, Aléandre aura eu raison d'Érasme. Comment dès lors s'étonner qu'au moment où il envisage d'écrire contre Luther, Érasme regarde le nonce comme son ennemi intime ?

***

  • 30 Allen, Opus, t. V, p. 160, l. 57-59, n. 57 (no 1331) ; p. 220, l. 689-96 (no 1342) ; pp. 544-45, l. (...)
  • 31 Allen, Opus, t. V, p. 220, l. 695-96 (no 1342). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 326. — Delcourt, É (...)

22Érasme a perdu la partie. Son ressentiment se tourne alors contre les luthériens, avec qui il n'a plus rien de commun et à qui il ne pardonne pas de l'avoir compromis. Certains le lui rendent bien, comme l'atteste la haine que lui voue Hutten depuis qu'il le sait perdu pour sa cause. La guerre sainte que le chevalier a tentée contre Rome a lamentablement échoué. Abandonné de tous, aigri, malade, il erre sans but, vivant de brigandages. En novembre 1522, il vient se réfugier à Bâle, espérant le secours d'Érasme. Mais celui-ci, peu enclin à revoir le proscrit, éconduit Eppendorff, venu le relancer au nom de son compagnon. Hutten devait considérer ce refus comme une lâche trahison envers un ancien ami dans la détresse. Érasme expliquera son geste par sa santé critique qui ne s'accommode pas de l'odeur des poêles surchauffés dont Hutten ne peut se passer. Il craignait en outre que Hutten et ses compagnons ne s'installent chez lui pour un séjour prolongé. Toutefois l'insistance avec laquelle il se défend prouve à quel point il a mauvaise conscience30. Bien plus, en janvier 1523, Érasme obtient du Conseil de Bâle un arrêté d'expulsion contre Hutten dont il ne peut plus souffrir le voisinage. Il s'acharne contre celui qui l'a déçu par ses violences, blessé par son mépris, et auquel il voue désormais une haine brûlante. L'aversion physique et morale d'Érasme pour la maladie infamante dont souffre Hutten, joue un rôle indéniable dans son attitude impitoyable. Mais que dire lorsqu'il affirme ne pouvoir s'empêcher de l'aimer encore31 ?

  • 32 Allen, Opus, t. V, pp. 273-74 (no 1356) ; pp. 299-300 (no 1371) ; pp. 432-34, l. 24-106 (no 1347) ; (...)

23Aux derniers jours de janvier 1523, Hutten quitte la ville, accompagné d'Eppendorff et de quelques fidèles ; il se rend à Zurich, auprès de Zwingli. C'est là qu'il écrit sa violente Expostulatio, la plus féroce attaque jamais dirigée contre Érasme. Il dénonce la lâcheté de l'humaniste qui, par peur de s'exposer, renie ses convictions et flatte servilement le pape et les princes. Sa hargne est alimentée par les révélations d'Eppendorff qui a longuement fréquenté Érasme et que sa fidélité à Hutten a dressé contre lui. Informé par Eppendorff de ce qui se trame contre lui, Érasme, dans une lettre doucereuse à Hutten qu'il assure sans vergogne de sa constante amitié, s'efforce d'en savoir plus long. Espérant peut-être encore empêcher l'attaque, il entame un discours sur la solidarité des lettrés, seule arme encore capable de défendre les belles-lettres 32. Il s'agissait bien de cela ! L'Expostulatio paraît en juillet 1523. Elle dépasse de loin les plus sombres prévisions d'Érasme. Déjà il supçonne la duplicité d'Eppendorff, l'accusant d'avoir voulu, par la menace de révélations spectaculaires, soutirer de l'argent à ses amis soucieux de sa réputation. Pressé par ces derniers, Érasme écrit en quelques jours la Spongia adversus adspergines Hutteni qu'il préface d'une lettre adressée à Zwingli « pour appliquer l'antidote là où le poison s'est formé ».

  • 33 Allen, Opus, t. V, pp. 307-308 (no 1376) ; pp. 309-11 (no 1378) ; p. 329 (no 1384). — Voir Renaudet(...)
  • 34 Allen, Opus, t. V, p. 334, l. 10-17 (no 1388) ; pp. 335-36, I. 1-6 ; 69-81 (no 1388). — Voir Renaud (...)

24Quoique moins haineux que celui de Hutten, le ton de la Spongia, mordant et pincé, respire la vengeance. Une fois de plus, Érasme se présente blanc comme neige, assailli de calomnies éhontées par un homme que non seulement il n'a jamais lésé, mais à qui il a toujours manifesté la plus grande amitié ! Pourtant, au milieu des attaques personnelles, il montre sa position au centre du conflit expliquant qu'il n'a jamais renié ses idées, mais qu'il a toujours réprouvé la violence33. L'ouvrage est sous presse, lorsque, à Zurich, ravagé par les combats et la débauche, Hutten s'éteint misérablement, à l'âge de trente-cinq ans. La Spongia qui le frappe à titre posthume soulève de vives réactions parmi ses partisans. Pourtant Érasme est sincère lorsqu'il affirme que son livre était publié lorsqu'il apprit la mort de Hutten. Il regrette d'ailleurs cette mort qui a privé son livre d'une bonne partie de son intérêt, affirmant que s'il avait pu prévoir les événements, il n'aurait pas répondu ou l'aurait fait différemment. Mieux, il aurait préféré que la mort prît Hutten « avant qu'il ne sombre dans la démence34 ».

  • 35 Allen, Opus, t. I, pp. 27-28, l. 5-37 ; 1-32 ; t. V, pp. 335-36 (no 1389).

25Quoi qu'il en soit, Érasme se félicite de sa modération, malgré le crime odieux de Hutten qui, « non content de violer leur amitié, a voulu l'égorger de sa plume aussi sûrement qu'il l'aurait fait d'une épée ». « Car il se disait : Ce petit vieillard malade, craintif et faible n'aura pas plutôt lu ces pages terribles qu'il rendra le dernier soupir. » Pourtant, lui, Érasme, n'a pas voulu rendre coup pour coup. Il n'a fait aucune allusion à la vie de brigand et de débauché qu'a menée Hutten, et qui était connue de tous, alors que les critiques du proscrit n'étaient qu'un tissu de mensonges. Apparemment la conscience tranquille, Érasme s'indigne d'autant plus du reproche qui lui est fait d'avoir attaqué un mort. Mais il sait bien ce qui a déchaîné Hutten : « Il trouvait légitime, pour une rencontre manquée, de se retourner contre un ami. » On a de la peine à croire à la sincérité d'Érasme quand il ajoute : « Que Hutten repose en paix […] ; d'ailleurs je n'ai jamais eu de haine contre lui. » De toute façon, la leçon à tirer lui paraît claire : désormais il sera « plus difficile dans le choix de ses amis, plus méfiant dans leur fréquentation et plus prudent dans ses recommandations35 ».

  • 36 Allen, Opus, t. I, pp. 28-29, l. 34-37 ; 1-7 ; t. V, p. 349 (no 1397) ; pp. 361-63 (no 1401) ; pp.  (...)

26Les partisans de Hutten n'en restent pas là. Criant à la vengeance, ils se déchaînent contre Érasme. Même Luther lui fait des reproches, ce qui, aux dires d'Érasme, est un prélude à la guerre. Faut-il voir une simple coïncidence dans le fait qu'Érasme, après des années de refus, prend bientôt la plume contre lui ? Ce ne serait pas la première fois qu'une blessure personnelle pèserait sur sa décision. Érasme insiste en outre sur l'attitude de Mélanchthon qui, dans cette affaire, a pris fait et cause pour lui ; et jamais il ne prendra la plume contre Mélanchthon…36

***

  • 37 Spongia, L.B., t. X, col. 1651 C-D. — Allen, Opus, t. I, p. 30, l. 7-35 ; t. IV, p. 398, l. 65-68 ( (...)

27Comme il a été dit, l'attitude d'Érasme devant la Réforme évolue avec les amitiés qui y sont impliquées. Déchiré entre les deux partis, aspirant à se soustraire à la querelle, l'humaniste perd les amitiés qu'il s'efforce de ménager dans les deux camps. Rejetant ses efforts de médiation, ses amis cherchent de part et d'autre à se servir de lui et de son autorité comme d'une arme puissante. Sa répulsion à servir leurs menées ne pouvait que lui gagner des inimitiés37. Mais l'humaniste ne perd pas toutes ses amitiés de la même façon. L'intensité de ses sentiments est significative. Après une impression favorable, il se détourne de la cause de Luther ; son amitié pour Hutten se mue alors en haine. Par contre, en se tournant progressivement vers Rome, il éprouve plutôt pour Aléandre la rancœur due à l'humiliation du vaincu.

***

  • 38 Allen, Opus, t. V, pp. 16-17 (no 1259) ; pp. 29-30 (no 1265) ; p. 35, l. 76-81 (no 1268) ; pp. 268- (...)
  • 39 Allen, Opus, t. I, p. 17, l. 30-39 ; p. 18, l. 1-4 ; p. 33, l. 20-22 ; t. IV, p. 564, l. 357-61 (no(...)
  • 40 L.B., t. IX, col. 374 B-C. — Allen, Opus, t. IV, pp. 554-64 (no 1225) ; t. V, p. 85, l. 31-37 (no 1 (...)

28Les cas de Hutten et d'Aléandre sont les plus caractéristiques de la liaison qu'on peut établir entre les sentiments religieux et affectifs d'Érasme, mais ils ne sont pas uniques. Le double dilemme d'Érasme, à la fois doctrinal et sentimental, se situe sur un plan autrement vaste. Informé par ses amis, l'humaniste sait qu'il est attaqué autant par les réformés que par les catholiques : Rome le soupçonne d'être luthérien et Louvain croit en être sûr, tandis que l'Allemagne l'accuse d'être à la solde du pape. Jusque là fort heureux de son séjour à Bâle, Érasme commence à ressentir les effets de la tragédie qui soulève la Germanie38. Il se rappelle combien sa vie était heureuse : en Allemagne, il n'avait que des amis, érudits et agréables, avec qui il aimait se détendre, et qui avaient envers lui des égards plus marqués qu'il ne le méritait. Maintenant la plupart ont donné dans le luthéranisme et tout a changé : les uns font des démonstrations d'amitié assez malheureuses ou se montrent plus froids ; d'autres, franchement hostiles, sont des ennemis déclarés qui le couvrent de libelles injurieux ou qui cherchent à détourner de lui les amis demeurés fidèles. D'autres encore sont plus sévères envers Luther qu'il ne le voudrait et il ne peut plus se fier à eux. À vrai dire, ce qui l'émeut le plus c'est qu'« il est devenu plus vil qu'une algue pour ceux qui jadis l'appelaient l'Etoile de la Germanie, le Prince de la vraie théologie, le Prélat des belles-lettres ». Mais lui, Érasme, n'a retiré son amitié à personne qu'il soit favorable ou hostile à Luther : « Mon caractère est tel que je pourrais aimer un Juif pourvu qu'il soit amical et qu'en ma présence il ne blasphème pas. » Allergique aux dissensions, l'humaniste maintient son intention de rester en dehors du conflit : « Si quelqu'un ne peut m'aimer, me jugeant un chrétien timoré, qu'il prenne contre moi les dispositions qu'il voudra. Moi je ne peux être différent de ce que je suis39. » Toutefois ces nombreuses pertes d'amitiés lui apparaissent comme autant de garants de sa position médiatrice : elles prouvent qu'il a préféré, la mort dans l'âme, sacrifier de nombreux amis et s'en faire des ennemis mortels plutôt que de passer à la Réforme. Inlassablement, Érasme répète ce qui pour lui est l'argument ultime : il n'est pas luthérien, puisque les luthériens, parmi lesquels il compte nombre d'anciens amis, l'ont renié40.

  • 41 Allen, Opus, t. IV, pp. 596-98 (no 1241) ; t. V, pp. 73-74 (no 1290) ; p. 116 (no 1308) ; pp. 293-9 (...)

29Bien des cas illustrent ces ravages que fait la Réforme dans les affections d'Érasme. Ainsi Capiton, le précieux collaborateur du Nouveau Testament, qui commentait les écrits de l'humaniste à la cathédrale de Bâle. Conseiller d'Albert de Brandebourg, il a longtemps essayé de réconcilier Érasme avec Luther. Tout en le défendant contre les attaques luthériennes, il le met en garde, en recherchant l'amitié d'une faction, de s'attirer la haine de l'autre. Toutefois, en mars 1522, après un séjour à Strasbourg chez des amis luthériens, il déserte la cour de Mayence et se tourne vers la Réforme. Il informe Érasme de sa décision, en justifiant sa position nouvelle, mais il lui garde son amitié. Pourtant, avec le temps, sa tolérance s'émoussera. Il ne peut s'empêcher d'applaudir aux libelles de Zuniga qui font d'Érasme le porte-drapeau des réformés, et il laisse entendre que la neutralité n'est plus de mise : « Capiton, dit Érasme, a écrit que bon gré mal gré je me rangerai à ses côtés. Mais six cents Capiton ne me persuaderaient pas. La fin est proche, mais du moins je me présenterai devant le Christ la conscience nette. » L'attitude d'Érasme envers Hutten achève de dresser Capiton contre lui. Érasme le soupçonne de comploter contre lui avec Eppendorff : « Si j'avais pu deviner la malignité et la perfidie des Allemands, je serais allé chez les Turcs […] ; pourtant en dehors de ses convictions religieuses, je l'ai toujours considéré comme un ami très cher. » Comme toujours, Érasme n'a pas la moindre responsabilité dans cette rupture ! Mais il aura beau essayer, jamais plus il ne retrouvera l'amitié de Capiton41.

  • 42 Allen, Opus, t. V, pp. 327-30 (no 1384). — Cf. Meylan, ibidem.
  • 43 Allen, Opus, t. V, p. 14, l. 4-5 (no 1258) ; p. 330, l. 86-87 (no 1384) ; t. VI, pp. 4-6 (no 1538)  (...)

30De la même manière, Érasme devait être séparé de Zwingli42, puis d'Œcolampade. Ce dernier, bien que gagné depuis 1519 aux idées de Luther, s'est retiré du conflit dans le monastère d'Altomunster. Il en sort en 1522 et va enseigner, à Bâle, une théologie, érasmienne par les méthodes, luthérienne par les conclusions. Lui aussi tient à expliquer à Érasme les raisons de son engagement, mais il est accueilli froidement. Il se rapproche alors de Zwingli dont il enseigne à Bâle la doctrine radicale. Comme il continue à se servir du Nouveau Testament et qu'il cite Érasme comme un de ses partisans, celui-ci, irrité, préfère laisser croire à une hostilité ouverte entre eux. En réalité, l'ancienne amitié garde des racines profondes. Ils se rencontrent et s'écrivent toujours, bien qu'Érasme reste intraitable sur la question de sa neutralité. Ce souci devait encore lui être fatal. Il assiste avec une impatience croissante aux outrances doctrinales d'Œcolampade dont il salue le mariage, en 1528, par des sarcasmes. Mais Érasme ne cédera jamais à ceux qui lui enjoignent d'écrire contre lui. On persistera donc à soupçonner entre eux une entente tacite jusqu'à ce qu'Érasme, en 1529, décide de quitter Bâle où Œcolampade a instauré le culte nouveau. Érasme tiendra cependant à lui faire ses adieux. Sur son invitation, les deux hommes se rencontrent dans le jardin de Froben où ils ont un entretien des plus courtois. Mais une ultime tentative d'Œcolampade pour s'attacher Érasme échouera43.

  • 44 Allen, Opus, t. VI, pp. 208-21 (no 1637-1640) ; pp. 225-26 (no 1644) ; pp. 383-84 (no 1737) ; t. IX (...)

31Il en ira de même de Conrad Pellican, acquis à l'évangélisme dès le début. Professeur d'exégèse à Bâle en même temps qu'Œcolampade, il est considéré comme un des chefs de la Réforme bâloise. Pourtant il hésite à rompre les liens qui le rattachent encore à son monastère. En 1526 seulement, il quitte son ordre, gagne Zurich et se marie. Ce n'est pas sans une certaine amertume qu'Érasme assiste à ce dénouement. Mais son mécontentement tournera à la franche colère lorsque, dans le débat sur l'Eucharistie, Pellican s'autorisera de lui pour justifier la position des sacramentaires. Indigné de cette attitude déloyale qui pourrait lui coûter très cher, Érasme accuse le réformateur d'avoir violé les lois de l'amitié. Les protestations de Pellican n'y changeront rien et leur éloignement ira grandissant. Une dernière tentative du théologien, en 1535, pour amorcer un rapprochement n'aura pas de suite. Sans doute Érasme ne pouvait-il oublier ce qu'il considérait comme une trahison. Sans se décourager, Pellican reviendra à la charge l'année suivante et rendra même visite au vieil humaniste un mois avant sa mort44.

  • 45 Allen, Opus, t. III, p. 413 ; t. IV, pp. 486-93 (no 1202) ; pp. 507-27 (no 1211). — Voir Crahay et (...)

32Josse Jonas, lui, a longtemps gardé son amitié à Érasme. Étudiant à Erfurt et à Wittenberg, il a d'abord subi l'influence d'Érasme qu'il a rencontré aux Pays-Bas en 1519. C'est lui qui rapporta en Allemagne le message d'Érasme conseillant à Frédéric de Saxe de ne pas livrer Luther. Puis il accompagne Luther à Worms et glisse peu à peu au protestantisme, malgré les efforts d'Érasme qui lui montre, notamment par les exemples de Colet et de Vitrier, comment réformer l'Église de l'intérieur. En 1527, il mettra fin à leurs relations déjà fort espacées, en condamnant publiquement l''« attentisme » d'Érasme45.

  • 46 Frédéricq, Corpus…, t. IV, p. 88 (no 57) ; pp. 105-10 (no 74) ; p. 114 (no 77) ; pp. 143-47 (no 107 (...)

33Il est aussi des amis passés à la Réforme sans dommages pour leurs relations avec Érasme, mais qui eurent à subir les foudres de la répression. Anvers, grand centre de diffusion des livres luthériens, devait être un des foyers de la Réforme naissante. Quelques amis anversois, séduits par les idées nouvelles, n'hésitent pas à publier des ouvrages très audacieux pour cette époque de suspicion et à transgresser délibérément l'Édit de Worms. Choqué par l'autodafé organisé par Aléandre dans la métropole, Nicolas de Bois-le-Duc songe à résilier ses fonctions de maître d'école, mais Érasme l'en dissuade habilement. En février 1522, Nicolas et Corneille Grapheus sont arrêtés et contraints d'abjurer ; maintenus en prison pendant de longs mois, ils sont soutenus par leurs amis. Érasme écrit en leur faveur au président du Grand Conseil de Malines, mais sans aucun succès. Tandis que Pierre Wychman le met en garde contre des interventions qui le rendraient lui-même suspect, la fausse rumeur de l'arrestation de Pierre Gilles émeut vivement l'humaniste. Relâchés, les amis d'Érasme s'empressent de se faire oublier à Anvers. Érasme n'aura plus à s'inquiéter pour eux46.

  • 47 Allen, Opus, t. VI, pp. 52-55 (no 1559) ; t. VII, pp. 472-73 (no 2042).

34En outre, il devra intervenir en faveur de Pierre Toussain, injustement accusé par les chanoines de Metz. Son geste sera inutile ; emprisonné, le prédicateur ne devra son salut qu'à la protection de Marguerite de Navarre ; il rejoindra le cercle de Zwingli, mais gardera à Érasme une vive reconnaissance pour son aide passée47.

  • 48 Allen, Opus, t. IV, pp. 201-202 (no 1075) ; t. V, pp. 582-83 (no 1518) ; pp. 600-601 (no 1525) ; pp (...)

35Paul Volz, de son côté, devait connaître, avant de se déclarer pour la Réforme, une douloureuse crise de conscience dont Érasme fut le témoin impuissant. Pourtant, l'un après l'autre, Volz rompt les liens qui le rattachent à l'Église romaine, jusqu'à sa sortie du monastère en 1526, décision qui ne nuira en rien à son amitié avec Érasme48.

  • 49 Allen, Opus, t. V, p. 581 (no 1517). — Voir Reuss, R., Les débuts de la Réforme à Strasbourg (1517- (...)
  • 50 Allen, Opus, t. V, pp. 327-28, n. 20.
  • 51 Allen, Opus, t. III, pp. 95-96 ; t. IX, pp. 17-19 (no 2369). — Voir Hoyoux, op. cit., pp. 20-21.

36Puis il y a des Allemands soucieux du sort de l'Église catholique. Avec Jacques Wimpfeling49, Henri Glareanus soutient Érasme et le plaint sincèrement : « Comme on est dur pour le pauvre Érasme et comme on se répand en fausses rumeurs à son sujet. » Malgré son amitié pour Zwingli, jamais Glareanus ne viendra renforcer ses rangs50. Les relations avec Berselius seront moins détendues. Familier du cardinal Érard de la Marck, le Liégeois est resté dans la droite ligne de l'orthodoxie. Et un séjour à Louvain ne pouvait que le confirmer dans son choix. En 1527, Goclenius écrit à Bâle que Berselius a pris la place d'Egmond comme détracteur d'Érasme. En 1530, revenu à Liège, le moine s'efforcera de renouer avec l'humaniste par l'intermédiaire de Goclenius et de Lipsius. Érasme gardera le silence51.

  • 52 Horawitz, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, pp. 300 et sv. — Voir Meylan, H., Beatus Rhenanus et la (...)

37Restent les amis qui soutinrent d'abord Luther, avant de s'en détourner, dégoûtés de ses outrances. Ainsi Beatus Rhenanus qui ne cache pas, au début, sa sympathie pour Luther, au point de participer à la publication et à la diffusion de ses œuvres. Sa correspondance avec Zwingli révèle alors une pensée qui situe Érasme et Luther dans une même perspective. Après 1520, il est plus réservé ; comme Érasme, il restera fidèle à Rome52. Leur amitié restera sans nuages.

  • 53 Allen, Opus, t. IV, pp. 437-38 (no 1182) ; pp. 603-604 (no 1244) ; t. V, pp. 228-34 (no 1344) ; pp. (...)

38Willibald Pirckheimer fut plus compromis encore. Luthérien notoire, il fut excommunié en 1520, en même temps que Hutten. Il est bientôt convoqué à Rome, malgré les pressions exercées sur l'inquisiteur Jean Eck et bien qu'il ait fait amende honorable. C'est alors qu'il est soutenu par Érasme, qui plaide en sa faveur auprès d'Aléandre. En juillet 1521, le nonce obtient de la Curie le pouvoir de mettre Pirckheimer hors de cause. Lors de leur dernière entrevue, Aléandre exhibe le document qui assure la soumission et l'absolution de l'Allemand. Soulagé, Érasme conseille à son ami d'écrire à Léon X pour renforcer sa disculpation. Forts de leur clémence, les catholiques cherchent alors à se servir du juriste ; ils s'efforcent insidieusement de le dresser contre Érasme, en lui demandant par exemple de remettre à Rome des lettres de son ami. Pirckheimer ne s'en laisse pas conter ; il informe Érasme, lui recommandant la plus grande prudence dans ses écrits et le pressant de rester en dehors de la lutte. Il est clair pourtant que Pirckheimer a gardé des attaches avec la Réforme ; mais c'est en vain que de ce côté-là aussi, on tente de le détourner d'Érasme : sa fidélité est à toute éprouve. Pirckheimer est le confident le plus loyal et le plus assidu en cette longue et pénible affaire. Quoi qu'Érasme fasse, il a confiance en lui, même s'il le comble de conseils de prudence : il sait trop ce qu'il en coûte de parler trop haut. Plus tard, les rôles seront inversés. Provoqué par Œcolampade, Pirckheimer polémique contre lui à propos de l'Eucharistie et du mariage des prêtres. Mais aux conseils d'Érasme de s'abstenir de ce genre de débats, il répond que l'humaniste lui-même n'a pas toujours dédaigné de prendre une plume vindicative. La cause est entendue. Plus grave, Érasme craint que, dans ses vues peu traditionnelles, Pirckheimer n en vienne à le mépriser. Aux protestations de son ami, il répond qu'en ces temps troublés, on assiste aux changements les plus spectaculaires dans l'âme des hommes. Ses craintes étaient vaines dans le cas de Pirckheimer. Leur amitié passera au travers de tous les dangers ; et la mort qui le prendra en 1530, laissera Pirckheimer empreint d'une vénération égale pour Érasme53.

  • 54 Allen, Opus, t. V, pp. 583-87 (no 1519 ;) p. 611 (no 1530) ; t. VI, pp. 11-12 (no 1540) ; p. 39 (no(...)

39Jean Botzheim, pour sa part, eut un répit plus long. C'est en 1524 seulement qu'il est cité à Rome pour répondre de luthéranisme. Aussitôt il fait le voyage de Constance à Bâle pour demander l'aide d'Érasme et des autres amis. Érasme s'adresse à Jacques Sadolet, évêque de Carpentras et secrétaire de Clément VII, pour qu'il intercède auprès du pape. La rapide intervention du prélat aboutit au transfert de l'affaire Botzheim à l'évêque de Constance, farouchement anti-luthérien : la situation reste périlleuse. Botzheim recourt de nouveau à Érasme et à Boniface Amerbach qui obtiennent un bref pontifical, conseillant à l'évêque de Constance de classer l'affaire. Érasmien convaincu de longue date, Sadolet n'a eu aucun mal à accéder aux prières d'Érasme. La correspondance échangée en faveur de Botzheim a créé entre eux une amitié chaleureuse qui grandira encore. Il va sans dire qu'après cette aventure, l'affection de Botzheim pour Érasme est encore renforcée54.

  • 55 Allen, Opus, t. V, p. 487 (no 1462).

40Ces exemples de générosité d'Érasme peuvent s'expliquer par la crainte de se voir arracher par la justice de Rome les quelques amis demeurés fidèles. Déjà il a perdu trop d'amis qui ont définitivement sombré dans la tragédie. D'ailleurs les interventions d'Érasme ne sont pas toujours désintéressées. N'a-t-il pas déclaré à Sadolet que la dédicace de son catalogue au chanoine risquait de le compromettre ? Que Botzheim soit lavé de tout soupçon, et lui-même s'épargnait tout ennui de ce genre. L'aide apportée aux amis en difficultés ne lui porte pas toujours bonheur. Érasme devait plus d'une fois se plaindre de l'ingratitude et de la perfidie de ceux qu'il avait aidés en toute confiance55.

  • 56 Allen, Opus, t. V, p. 405, l. 44-52 (no 1422) ; t. VI, pp. 181-82 (no 1620) ; p. 287, l. 44-64 (no  (...)

41Toutefois Louis Ber n'est pas de ceux-là. Suspecté à tort, puisqu'il a toujours refusé d'adhérer à la Réforme, il est disculpé par Érasme qui fait son éloge à Rome, dans les cours allemandes et même à Noël Béda. L'humaniste n'hésite pas à détourner vers OEcolampade, Capiton et Zwingli les foudres de la colère du syndic56.

  • 57 Allen, Opus, t. V, p. 1 (no 1252) ; pp. 30-31 (no 1266) ; t. VI, p. 338. — Rieger, J.A., Udalrichi (...)

42Enfin il y a Ulrich Zazius qui, après avoir approuvé la protestation de Luther, hésite à quitter l'Église romaine. Érasme le détourne d'une trop brusque volte-face : « Tu t'es publiquement déclaré en faveur de Luther : la prudence conseille de garder le silence plutôt que d'écrire maintenant contre lui. On ne t'en saurait gré. On expliquerait ta conduite par la crainte ou la légèreté. Abandonne Luther à son destin. » Comme Érasme, Zazius est déchiré entre les deux partis et il connaît bien des troubles dans ses amitiés et dans ses relations avec ses étudiants. En 1524 toutefois, il condamne clairement la Réforme dans un discours à l'université, montrant l'abîme qui sépare Érasme de Luther. Dès lors le juriste est soumis aux attaques virulentes de ceux qui le taxent de renégat. Il s'en plaint amèrement. Plus exalté qu'Érasme, il finit par « descendre dans l'arène » et se déchaîne contre Œcolampade dont la doctrine de l'Eucharistie l'indigne particulièrement. Son exaspération est telle qu'il trouve la modération et l'esprit de conciliation d'Érasme difficilement supportables. A Boniface Amerbach, il confie : « Érasme est un homme qui n'est bon qu'en temps de paix, mais non en temps de guerre. » « L'apathie d'Érasme me fait mal ; il ne met pas sa force, son esprit, ses dons divins au service de la lutte contre les hérétiques. Si seulement Érasme avait l'enthousiasme de Zazius, ou Zazius l'esprit d'Érasme ! […]. Mais prends garde que le maître ne tombe sur ce que je t'écris, car il n'est pas recommandé d'offenser un tel homme. » Avec P. Mesnard, nous pouvons conclure qu'Érasme ne fut bientôt plus pour Zazius qu'un « vieil ami qu'il accueillera avec joie à Fribourg en 1529 », mais « derrière lequel on ne pouvait plus marcher au combat »57.

  • 58 Allen, Opus, t. V, pp. 434-35, l. 107-16 (no 1437) ; pp. 421-22, l. 61-73 (no 1432) ; p. 407, l. 5- (...)

43La situation d'Érasme en Germanie est des plus précaires. Même s'il est soutenu par quelques amitiés que les périls communs ont encore cimentées, il se voit chaque jour un peu plus forcé d'entrer dans la bataille. Brouillé définitivement avec la Réforme, il est maintenant harcelé par les catholiques qui le pressent de s'opposer à Luther. C'est de Rome que viennent les appels les plus vifs. Paolo Bombace n'est certes pas le moins convaincant ; il montre qu'Érasme ne peut se dérober à cette tâche pour laquelle son esprit et son éloquence le rendent indispensable ; lui seul peut encore sauver l'Église. Érasme s'esquive toujours58.

  • 59 Allen, Opus, t. IV, p. 564, l. 361-64 (no 1225).
  • 60 Allen, Opus, t. IV, pp. 542-45 (no 1219) ; pp. 567-69 (no 1228) ; t. V, pp. 290-93 (no 1367) ; pp.  (...)

44Toutefois le séjour à Bâle commence à lui peser. Mais où aller ? Les Pays-Bas, où le fanatisme anti-luthérien règne en maître, sont hors de question. Rome le tenterait davantage, où il a gardé des amitiés solides et où l'attendent en outre des Anglais rassemblés autour de Richard Pace ; mais il sait qu'y sévissent Zuniga et surtout Aléandre qu'il ne tient pas à revoir. Érasme songe à la lointaine Angleterre, « où il a trouvé des amis sûrs, constants, l'appuyant de façon si judicieuse qu'il n'en aurait souhaité de meilleurs »59. Il y songe un instant seulement, car l'Angleterre combat l'hérésie naissante comme n'importe quel pays catholique. L'intervention d'Érasme auprès de ses amis n'a pu empêcher l'autodafé des livres de Luther. Henri VIII lui-même s'est instauré le Defensor Fidei en publiant son Assertio septem sacramentorum, corrigée par Thomas More, bientôt soutenue par deux Defensiones de John Fisher. Tunstall, maintenant évêque de Londres, est devenu lui aussi l'adversaire de Luther. Mais le champion le plus ardent de l'orthodoxie en Angleterre est Thomas More dont les écrits de circonstance foisonnent, tant en anglais qu'en latin, entre les années 1523 et 1534. Il s'oppose à Luther, mais aussi au réformateur anglais William Tyndale. Face à un tel état d'esprit, Érasme ne pouvait attendre de ses amis anglais la compréhension qui lui a été refusée partout ailleurs. Successivement Mountjoy, Warham, Tunstall, Fisher et More tentent de l'entraîner dans la lutte ouverte. L'humaniste épuise les prétextes60. La constance de son attitude, faite à la fois de courage et d'obstination, impatiente ses interlocuteurs et risque de le rendre suspect. Son dilemme l'angoisse plus que jamais.

45Pour la première fois, il est en désaccord avec son ami More qui réagit à la Réforme autrement que lui. More n'a pas oublié sa lutte avec Érasme et le défunt Colet pour réformer l'Église et en corriger les abus ; il n'a pas oublié son opposition aux moines affublés d'œillères et aux théologiens conservateurs. Mais avec une mentalité d'homme d'État, il veut écarter pour un temps ce programme devenu accessoire et parer au plus pressé en sauvant l'essentiel, à savoir l'unité de l'Église. Dans cette lutte pour une cause à laquelle il croit sincèrement puisqu'il y laissera la vie, le juriste anglais fait preuve d'une inflexible intransigeance. Par contre Érasme, qui espère jusqu'au bout la réconciliation des partis, refuse, par une manifestation anti-luthérienne, de se mettre du côté des moines exécrés et des théologiens barbares qu'il a combattus avec tant de conviction.

  • 61 Voir Reynolds, op. cit., pp. 156-57. — Delcourt, Érasme, pp. 97-99.

46Déjà orientés vers des voies différentes par l'entrée de More dans la vie politique, les deux amis, quoique indissolublement liés, traversent maintenant une crise qui laissera une ombre sur leur amitié mise à rude épreuve. Après vingt années d'espoirs et de travaux communs, alors que More a si souvent pris la défense d'Érasme et l'a secondé avec la ferveur de l'amitié, voilà que se dresse en la personne de Luther l'écueil qui sapera, mais sans la briser, la parfaite communion d'esprit sur laquelle reposait la plus belle amitié qu'Érasme ait jamais connue. Cette subite divergence se double d'une opposition totale des circonstances. Retiré en Angleterre où le problème est moins aigu, More voit les choses de loin et peut s'engager librement. Érasme, lui, aux Pays-Bas d'abord, à Bâle ensuite, est au milieu du drame ; il le côtoie chaque jour et est diversement sollicité. Rester en dehors du conflit lui paraît la seule solution possible. Enfin, avec le temps, les différences de caractère et de tempérament se sont considérablement développées. Jamais comme maintenant les quelque dix années qui séparent Érasme de More n'ont pas autant pesé dans leurs relations. Homme d'études exclusivement, Érasme tient à sa tranquillité et à son indépendance comme à son bien le plus précieux. Sa mauvaise santé et son âge avancé l'inclinent encore dans cette voie. More, lui, est un homme public rompu aux décisions à prendre, à l'action engagée. Toujours il va jusqu'au bout de ses convictions ; pour lui la situation est simple : les luthériens sont le mal ; Érasme se doit d'entrer en lice et de les faire battre en retraite61.

  • 62 Stapleton, Th., Très Thomae, s.l., 1558. — Roper, W., The Mirror of virtue in wordly greatness : Si (...)
  • 63 The works of Sir Thomas More in the English Tongue, Londres, 1557. — Thomae Mori omnia latina opera(...)
  • 64 Delcourt, op. cit., pp. 12 ; 27.

47Voilà plus qu'il n'en faut pour affirmer que cette amitié est désormais du passé. La question mérite cependant un plus sérieux examen. En fait, la thèse généralement admise d'un sensible refroidissement ou même d'une rupture de l'amitié d'Érasme et de More à l'avènement de la Réforme, repose sur une tradition séculaire établie dès le xvie siècle. Marie Delcourt distingue deux courants suivant l'interprétation donnée du personnage de More : la tradition anglaise, qui met en avant l'écrivain anglais, défenseur et martyr de la foi catholique, nie l'amitié avec Érasme, tandis que la tradition continentale met l'accent sur l'amitié des deux hommes. Après une analyse rigoureuse des premières biographies de More, A. Flitner conclut à l'inutilité de cette distinction. Il montre que les deux courants d'interprétation se rencontrent à maints égards et qu'ils se rejoignent en ce qui concerne l'image donnée des relations d'Érasme et de More : tous les biographes des xvie et xviie siècles, pour autant qu'ils évoquent Érasme, avancent que More se détacha de lui lorsqu'Érasme, sur ses instances, refusa de retoucher ses ouvrages dans le sens d'une plus grande orthodoxie. Or, comme le montrent M. Delcourt et A. Flitner, excepté la mise en garde amicale de 1516 contre les moines des Pays-Bas, il n'existe aucun document qui pourrait appuyer la version d'une telle admonestation de la part de More62. D'ailleurs, pour mieux signifier que cette amitié ne fut jamais très étroite, les éditeurs des Opera latina et des English works de More n'ont pas hésité à supprimer les lettres et les ouvrages qui pouvaient rappeler ses liens avec Érasme. Cette opinion s'est si bien établie qu'au xixe siècle, Nisard écrivait encore : « Lorsque Luther aura jeté […] ses paroles qui deviendront des glaives, Morus et Érasme, jusque-là si tendrement unis, s'aimeront moins, comme il arrive aux amis qui se trouvent tout-à-coup dans des camps opposés, et dont les opinions ont refroidi les sentiments. Alors Érasme dira de Morus que si, dans les matières religieuses, il incline vers une chose, c'est plutôt vers la superstition que vers la Religion. Morus pensera d'Érasme que, s'il refuse la controverse active et quotidienne avec Luther, c'est qu'il penche secrètement vers l'hérésie […]. Érasme trouvera que Morus manque d'étendue d'esprit ; Morus, qu'Érasme manque de décision et de courage…63. » À ces affirmations gratuites, on peut répondre que More et Érasme n'ont jamais été jetés dans des partis opposés. Ensuite, il reste à prouver que leurs opinions ont refroidi leurs sentiments. Enfin, Érasme n'a jamais écrit que « More pencherait vers la superstition plutôt que vers la religion ». La suite est à l'avenant : pures interprétations de la pensée des deux hommes, et cela quoi qu'en dise Marie Delcourt, pour qui « Nisard dit les choses lourdement, mais il a raison »64.

  • 65 Delcourt, op. cit., p. 16. — Delcourt, Erasme, pp. 83 ; 95-96.
  • 66 Allen, Opus, t. V, p. 330, l. 1-2 (no 1385) ; p. 475, l. 32-36 (no 1455) ; p. 576, l. 15-17 (no 151 (...)
  • 67 Allen, Opus, t. VI, pp. 441-43 (no 1770).

48Certes Érasme eut vite conscience que l'Angleterre, où de tout temps il a compté les amitiés les plus solides, ne le suivait plus sur ce terrain dangereux. Sans doute a-t-il ressenti le silence de More, dont l'approbation lui eût été la plus précieuse, comme l'aveu d'une désapprobation. M. Delcourt se perd en conjectures sur les raisons d'une absence totale de relations épistolaires entre juillet 1521 et décembre 152665. Mais le silence ne fut certainement pas aussi long. À plusieurs reprises on peut relever, dans l'édition d'Allen, la trace de lettres qui n'ont pas subsisté ; rien n'interdit de penser qu'il y en eut d'autres. Face au tableau chronologique établi par Marc'Hadour, « il est difficile de prétendre qu'il y eut, fût-ce pendant une année, un desserrement des liens forts et tendres qui unissent More à Érasme »66. D'ailleurs s'il fallait encore en douter, il reste la lettre que More écrivit à Érasme le 18 décembre 1526, qui ne fait aucune allusion à un silence prolongé, comme c'est souvent le cas dans la correspondance d'Érasme, fertile en interruptions plus ou moins longues. Rien dans cette lettre ne permet d'avancer qu'elle est la première envoyée depuis longtemps ; bien au contraire, elle s'ouvre sur une allusion à deux lettres d'Érasme que More a récemment reçues67. On serait plutôt tenté de croire que les premiers biographes de More, soucieux de le présenter comme n'ayant gardé aucune attache avec un « hérétique » tel qu'Érasme, ont fait disparaître à jamais certains documents, comme ils ont voulu le faire avec d'autres qui nous sont connus par ailleurs.

49Quoi qu'il en soit, on ne peut nier que la Réforme a changé bien des choses entre les deux amis. Un tel événement, qui a bouleversé toutes les existences, ne pouvait passer au-dessus d'eux. Mais on ne peut avancer qu'il y eut un refroidissement de leurs sentiments, encore moins de l'animosité ou une brouille, même passagère. Devant la vision différente qu'ils ont du conflit, Érasme et More ont dû éprouver une amère tristesse en constatant qu'ils ne se comprenaient plus. On pourrait même penser qu'Érasme dut en souffrir davantage, parce qu'il a toujours désespérément cherché la compréhension et qu'elle lui est cette fois refusée même par son meilleur ami.

***

  • 68 Allen, Opus, t. V, pp. 323-24 (no 1382) ; pp. 521-24 (no 1480). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 212  (...)
  • 69 Allen, Opus, t. V, pp. 573-74 (no 1511). — Voir Renaudet, op. cit., p. 283. — Renaudet, Érasme et l (...)

50Certains, pourtant, approuvent la neutralité d'Érasme : Pirckheimer, Botzheim, Sadolet et même Mélanchthon. Botzheim interprète l'insistance des Anglais comme « un désir de venger l'injure faite à leur roi plutôt que de servir la gloire du Christ ». Pirckheimer met Érasme en garde contre les agents du pape et de l'empereur qui vont tenter de le corrompre ; mais il a confiance dans sa probité68, de même que Sadolet, qui ne cherchera jamais à influencer son ami. Ce prélat érudit, favorable à la Renaissance des lettres, qui se consacre dans son diocèse à des œuvres d'assistance et d'éducation populaire, a vu en Érasme un maître de vie religieuse, et dans son œuvre, le sens exact et profond de l'enseignement du Christ. Érasme l'a convaincu de la nécessité urgente d'une réforme intellectuelle et religieuse du monde chrétien, mais fort différente de celle de Luther. Secrétaire des papes depuis 1513, c'est lui qui s'est opposé le plus vigoureusement à la publication des invectives de Zuniga. Il défend Érasme et ne le critique jamais69. Cette approbation de quelques amis a peut-être fait sentir à Érasme plus cruellement encore la réserve de More.

  • 70 Allen, Opus, t. II, pp. 329-20 (no 454) ; t. III, pp. 539-40 (no 947) ; p. 468 (no 910) ; t. I, p.  (...)
  • 71 Allen, Opus, t. V, pp. 545-50 (no 1496) ; p. 494, l. 19-23 (no 1466) ; pp. 554-55 (no 1500) ; pp. 5 (...)
  • 72 Allen, Opus, t. IX, p. 1 (no 2357) ; p. 2 (no 2358) ; p. 11 (no 2363) ; p. 12 (no 2365) ; t. X, p.  (...)

51Contre toute attente, les troubles de ces dernières années ont gagné à Érasme un nouvel ami dans le camp luthérien en la personne du jeune Philippe Mélanchthon, le neveu de Reuchlin. Professeur de grec à Wittenberg, ce théologien, ami de Luther, s'est efforcé dès le début de tempérer la violence du réformateur. Esprit modéré et réfléchi, il devait inspirer une vive sympathie à Érasme qui s'est lui-même gagné un fervent admirateur. Leur amitié survivra à leurs divergences. En fait, Érasme connaît le jeune théologien depuis 1516 ; après avoir fait de lui une mention élogieuse dans le Nouveau Testament, il lui proposa d'apprendre le grec à Cambridge. Mélanchthon préféra entrer à Wittenberg ; on connaît la suite. Ces liens devaient encore se renforcer par les échanges qu'eurent les deux hommes sur des points de théologie d'abord, à propos du conflit religieux ensuite. Longtemps Mélanchthon s'est efforcé de maintenir l'entente entre Érasme et Luther. Il doit pourtant convenir de la violence de Luther et ne peut blâmer Érasme de son éloignement. Déjà, il a désapprouvé les outrances de Hutten70. Seul peut-être dans le camp luthérien, Mélanchthon s'efforce de ne pas compromettre Érasme. Inlassablement, celui-ci expose son point de vue et explique pourquoi il n'a pas suivi Luther. De son côté, Mélanchthon garde l'espoir d'un dénouement acceptable au conflit. Curieusement, Érasme a choisi ce fervent luthérien comme confident des malheurs que lui vaut la Réforme. C'est qu'il se sait écouté et compris. Peut-être aussi a-t-il cru pouvoir attirer à lui « ce jeune homme modéré ». L'opinion de Mélanchthon à son sujet fut toujours différente de celle des autres réformateurs. Il ne peut réprouver la doctrine de Luther sans trahir sa conscience, mais concède à tout chrétien le droit de donner son avis. D'ailleurs maintes idées exprimées à la Diète d'Augsbourg et dans les Loci communes se rapprochent de celles d'Érasme71. Comme prévu, l'humaniste ne se rendra pas à Augsbourg en 1530 ; il aurait craint de se faire trop voir en compagnie de Mélanchthon dont il n'aurait certes pas désavoué le programme. Il se contentera d'encourager de loin à la modération et à la paix. Même l'échec retentissant de cette ultime rencontre ne rompra pas son amitié pour le jeune réformateur, bien qu'il écrira à Jean Laski en 1534 que Mélanchthon est ipso Luthero lutheranior. Un mois avant sa mort, Érasme écrira encore une lettre amicale à celui en qui il avait mis tant d'espoir pour le règlement du conflit, mais qu'il a toujours répugné à soutenir publiquement72.

***

  • 73 Allen, Opus, t. V, p. 330, l. 11-13 (no 1385) ; p. 383, l. 21-25 (no 1411) ; p. 381, l. 12-17 (no 1 (...)

52Malgré ces quelques encouragements, les pressions venues d'Angleterre ont été décives. Érasme ne peut résister plus longtemps à la volonté de ces amis qui ont eu de tout temps la plus forte influence sur lui. En janvier 1524, il révèle son projet à Bombace. Persuadé de l'inutilité de ses efforts, il insiste sur le rôle déterminant de ses amis dont les prières l'ont fait céder. Érasme répugne à parler de son travail à ses amis allemands. A Pirckheimer, il écrit encore : « Quant à moi, je resterai toujours semblable à moi-même. » Sans doute est-il troublé au souvenir de la mise en garde de son ami de se vendre à Rome. C'est à Louis Ber, l'expert en exégèse, qu'il adresse confidentiellement une première ébauche du livre sur le libre-arbitre. Ber propose des corrections dont Érasme tiendra compte. L'humaniste annonce alors la publication prochaine à Pirckheimer et à Pierre Barbier. Dès la parution du De libero arbitrio en septembre 1524, retardée par les scrupules de Froben, Érasme en envoie des exemplaires à ses amis et aux princes restés fidèles à Rome. Aussitôt l'ouvrage est applaudi par Vivès, Sadolet, Fisher, agréé par Pirckheimer, Mélanchthon, Volz et Utenheim ; mais pour certains, comme Capiton, l'humaniste est définitivement classé. Érasme est mécontent de lui et de la situation. Aux amis anglais qui le félicitent de son triomphe, il demande de quoi on lui parle : il a dû livrer trois combats, l'un contre certains Romains, l'autre contre des moines, le troisième contre les luthériens, mais il n'a pu en gagner aucun73. Érasme ne se trompait pas. Lorsque Luther réplique par le violent De servo arbitrio, il se voit engagé dans une nouvelle polémique. Au moins il a cette consolation d'avoir définitivement détourné de Luther Pirckheimer et Zazius.

  • 74 Alien, Opus, t. V, p. 397, l. 25-26 (no 1417) ; p. 407, l. 26-28 (no 1423) ; pp. 434-35, l. 112-16 (...)
  • 75 Ne bos quidem pereat : Adagia, no 3401, L.B., t. II, col. 1049-1054. — Ciceronianus, A.S.D., t. II, (...)

53Estimant avoir satisfait à sa tâche, Érasme se surprend une fois de plus à regarder vers Rome où les invitations se multiplient. Mais voilà que surgit à nouveau le spectre d'Aléandre, cet Aléandre que le De libero arbitrio n'a pas convaincu. Érasme se justifie avec mauvaise humeur : « Aléandre se multiplie contre Luther. Mais à moi seul, j'ai plus affaibli le parti luthérien que tous ses efforts […]. J'ignore si Rome s'en rend compte, mais les luthériens, eux, l'ont fort bien compris. » Vainement Érasme tente de se réconcilier avec celui qui l'a si souvent humilié et qui ne donne plus signe de vie. Il fait intervenir Pierre Barbier, mais on peut difficilement prendre au sérieux ses pitoyables tentatives : « J'aime Aléandre, j'ai pour lui une haute estime. Mais certains l'excitent contre moi et lui suggèrent de faux soupçons […]. Je compte sur ta prudence pour ne rien dire devant lui qui porterait tort à notre amitié […]. Je voudrais que, par ton éloquence, tu nous réconcilies74. » Dépité du silence d'Aléandre, Érasme, n'osant pas l'attaquer de front, reprend alors le double jeu commencé dès 1521. Dans les écrits destinés à la publicité, il se confond en éloges pour Aléandre dont il rappelle l'aide amicale, jadis, à Venise ; en privé, il ne laisse planer aucun doute sur ses sentiments réels, se répandant en récriminations sur la vanité, la fausseté et la malveillance du nonce. On se demande lequel des deux est le plus hypocrite ! En réalité l'animosité d'Érasme est alimentée par le silence méprisant d'Aléandre. Il est vrai que celui-ci a d'autres préoccupations que de répondre aux doléances fiévreuses d'Érasme. En août 1524, il a été consacré archevêque de Brindes et nonce auprès de François Ier. Les malheurs que lui vaudra cette mission, — fait prisonnier par les Espagnols, il devra payer une lourde rançon, — suffisent à expliquer le médiocre souci qu'il a désormais d'Érasme. Ce dernier continue pourtant à le poursuivre de sa rancune et de ses obsessions75.

  • 76 Hyperaspistes Diatribae adversus servum arbitrium Martini Lutheri, L.B., t. X, col. 1250 A ; 1252 C (...)

54En dehors de ses démêlés avec Aléandre, Érasme voit bien qu'il a convaincu peu de monde du côté catholique. Il lui faut continuer ce qu'il a entrepris. En février 1526, paraît la première partie de l'Hyperaspistes. Stupéfait de la fureur exprimée dans le De servo arbitrio, Érasme y voit un travail en collaboration, dont Mélanchthon ne serait pas tout à fait absent. Les protestations du jeune Allemand l'en détromperont rapidement76. Cependant les théologiens ne lui savent aucun gré de cette littérature où ils ne voient qu'un plaidoyer pour sa propre cause. Il ne répond pas au rôle de porte-parole de la catholicité qu'on attendait de lui. Même ses amis anglais insistent pour une intervention plus active. Cuthbert Tunstall attend d'Érasme qu'il consacre désormais tous ses loisirs à réfuter Luther. L'humaniste sait que Thomas More partage cet avis, nouvelle preuve qu'il n'a jamais perdu le contact avec le juriste anglais.

  • 77 Allen, Opus, t. VII, p. 6, l. 1-2 (no 1804) ; t. VI, p. 324, I. 74-76 (no 1697) ; pp. 441-43 (no 17 (...)

55Enfin, le 18 décembre 1526, More s'efforce une fois encore de gagner Érasme à son point de vue. Il ne peut pas croire, comme le rapportent les luthériens, que c'est la crainte du danger qui retarde Érasme. Il s'inquiète plutôt de la santé de son ami, s'efforçant de lui redonner du courage : « Mon très cher Érasme, toi qui as enduré tant de labeurs, tant de périls, tant de travaux herculéens, toi qui, pour servir le monde, as passé en sueurs et en veilles les plus belles années de ta vie, Dieu veuille que tu ne commences pas maintenant à te concentrer sur tes maladies au point de vouloir abandonner la cause de Dieu, mais que tu sois plutôt délivré de ton mal. » Confiant dans la force d'âme d'Érasme, More l'engage à achever ce qu'il a commencé, en traitant l'explication des Écritures et la question de l'Eucharistie. Ne voulant pas lui attirer d'ennuis, il lui propose d'écrire en secret et de lui faire parvenir son manuscrit. Lui-même se chargera de la publication en Angleterre. Nous ne voyons rien dans cette lettre qui atteste la moindre froideur envers Érasme. Nous y trouvons au contraire, exprimé avec force, le souci de sa santé et de sa réputation77.

56La réponse d'Érasme est un abîme de résignation. Il ne peut plus lutter ; mais il tient à montrer l'inutilité de ce qu'on lui demande : « Vous faites de grands efforts, toi et Tunstall, pour que je prenne la plume contre Luther. Que pourrais-je faire contre deux amis ? […]. Je préférerais pourtant le faire, poussé par la raison plutôt que par les sentiments. Vous vous persuadez que vous obtiendrez beaucoup si je combats Luther […]. Cuthbert sous-estime étrangement cette faction. Si on pouvait l'abattre par des mots […]. Mais je crains qu'en cherchant à l'étouffer, cet incendie n'en éclate que mieux et ne bouleverse toute la terre […]. D'ailleurs si je traite le sujet d'après le sentiment des moines et des théologiens […], je parlerai contre ma conscience et j'obscurcirai sciemment la gloire du Christ. » Érasme regrette d'avoir commencé cette polémique. Totalement désabusé, il évoque la perte de ses amis allemands et parle de sa vieillesse et de sa mauvaise santé. Assurément c'est un Érasme accablé qui écrit une lettre empreinte d'une telle lassitude. Peut-être y décèle-t-on aussi une certaine contrariété, mais certainement rien de l'impatience grinçante où le mettaient jadis les lettres de Budé, par exemple. Toutefois en insistant sur l'hostilité des moines, il semble vouloir rappeler à More que naguère, c'étaient eux, les « ennemis », et qu'ils étaient d'accord, alors, pour les combattre. Mais l'humaniste ne semble pas comprendre qu'aux yeux de More, les luthériens sont autrement plus dangereux pour l'Église que ces « barbares » contrariants ; ou peut-être ne veut-il pas le comprendre. Cette lettre marque en quelque sorte le point culminant de l'incompréhension qui divise à ce moment les deux hommes.

  • 78 Allen, Opus, t. VII, pp. 6-7 (no 1804). — Voir Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More…, pp. 18-19. (...)

57Pourtant Érasme cède une fois de plus. En août 1527, il publie la deuxième partie de l'Hyperaspistes78. Comme More autrefois n'avait pu renoncer à sa querelle avec Brie sans avoir exhalé son ressentiment, ainsi Érasme marque sa soumission en se plaignant abondamment. Peut-être veut-il ainsi cacher la déception que lui cause la découverte de ce nouveau More qu'il ne peut saisir. Mais quelles que soient les divergences entre eux, les deux hommes ne peuvent s'empêcher de s'aimer encore. Certes, pour un certain temps, les lettres qu'ils échangent ne sont plus empreintes de cette entente intellectuelle si remarquable autrefois, mais ils s'écrivent toujours, et ce qu'ils disent n'est pas tellement « insignifiant ». Leur amitié a perdu en qualité, non en intensité. À vrai dire, ce n'est pas seulement leur amitié qui n'est plus la même. Eux-mêmes ont changé et vieilli différemment, loin l'un de l'autre. Cette lassitude, ce découragement que reflètent les lettres à More se retrouvent dans toutes les lettres d'Érasme à cette époque. Il est désormais un homme aigri qui pleure sur l'effrondrement de tous ses espoirs de paix, de tolérance, d'âge d'or des belles-lettres. More, lui, a au moins l'impression de lutter encore, par son rôle d'homme politique et par le combat qu'il mène contre Tyndale et ses partisans. Érasme n'a même pas cette consolation, parce qu'il n'y croit plus ; rien ne saurait plus réveiller en lui l'enthousiasme passé.

  • 79 Allen, Opus, t. VII, pp. 55-56 (no 1816) ; pp. 180-81 (no 1878) ; p. 338 (no 1959) ; pp. 345-46 (no(...)

58Une dernière tentative de Henri VIII, appuyée par Warham et Mountjoy, pour rappeler Érasme en Angleterre, reste sans suite. Imaginons un instant le désarroi d'Érasme s'il s'était trouvé dans l'île au moment du procès de son ami ! L'humaniste reçoit le portrait de la famille More réalisé par Holbein et remercie aussitôt Margaret Roper et les siens. La jeune femme répond avec émotion au vieillard qu'elle appelle toujours fidelem patris veteremque amicum. Pourtant Sir Thomas, accablé de responsabilités, n'a pas pris part à cet échange. En octobre 1529, il a accepté la charge de chancelier du royaume ; il annonce la nouvelle à Érasme avec une réticence toute prophétique : « Mes amis se réjouissent pour moi, mais connaissant ton attitude envers les choses humaines, tu me plaindras peut-être de ma fortune. » Effectivement, Érasme n'explose pas de joie. À Tunstall, à Mountjoy, à Pace, il confie être moins heureux pour More que pour l'Angleterre, à qui il ne pouvait échoir un juge plus intègre et plus scrupuleux79. Érasme a probablement pressenti que More commettait une lourde faute en acceptant un tel poste, alors que l'affaire du divorce royal était largement entamée ; mais sa délicatesse et peut-être aussi la gêne récente née entre eux l'ont empêché de l'en avertir.

***

  • 80 Allen, Opus, t. II, pp. 367-69 (no 1405) ; pp. 369-75 (no 1406) ; p. 385, l. 20-24 (no 1411) ; p. 4 (...)

59Sans parvenir à le blanchir complètement du côté catholique, les interventions d'Érasme contre Luther et Hutten l'ont totalement perdu aux yeux des luthériens. Mais plus encore que ses traités, on lui reproche la Spongia dont les éditions successives sont une injure constante à la mémoire de Hutten. Harcelé par les fidèles de Hutten, Érasme ne peut que répéter : « Si seulement Hutten avait suivi mes conseils de modération, nous n'en serions pas là […]. Moi je n'ai jamais repoussé l'amitié de personne, et je n'ai jamais blessé ni montré d'hostilité à quiconque, le premier. Mais aussi, il est bien difficile de préserver une amitié avec des esprits aussi féroces et aussi irritables80. »

  • 81 Allen, Opus, t. V, pp. 459-62 (no 1449) ; t. VI, p. 61, l. 17-18 (no 1565) ; t. VII, pp. 298-310 (n(...)

60Le plus acharné est sans conteste Henri Eppendorff. Face à cet ancien ami qui en sait trop long sur lui, Érasme manifeste une nervosité regrettable et en vient à soupçonner tout le monde de l'espionner pour le compte du Saxon. Les années et les malheurs aidant, l'humaniste n'est pas loin du complexe de persécution. Il est vrai qu'Eppendorff a colporté des insinuations malveillantes sur sa naissance illégitime. Érasme ne trouve pas de mots suffisamment durs pour stigmatiser les traîtrises de celui qu'il a si amicalement traité et si chaleureusement recommandé à Georges de Saxe. Il s'est d'ailleurs juré de ne plus recommander qui que ce soit. En janvier 1528, Eppendorff arrive à Bâle « pour forcer le grand Érasme à se rétracter ». Il entame avec l'humaniste une querelle d'une mesquinerie navrante, dont nous connaissons les moindres détails par les récits circonstanciés d'Érasme à Botzheim et à Pirckheimer. L'humaniste prend apparemment grand plaisir à relater ses démêlés avec Eppendorff, qui tient évidemment le rôle du bouffon. Pour une lettre calomnieuse qu'Érasme aurait écrite contre lui au duc de Saxe, Eppendorff menace de le faire poursuivre en diffamation. Érasme l'éconduit en niant sans scrupule et, persuadé qu'Eppendorff a cherché à le faire mourir d'émotion, il passe à l'attaque, entretenant une dispute qui tourne au ridicule. Érasme ne tarit pas d'indignation sur l'hypocrisie d'Eppendorff qui, après l'avoir brouillé à mort avec Hutten, pleure maintenant sur une réputation qui ne fut jamais bonne. On soumet le différend à l'arbitrage de Beatus Rhenanus, de Boniface Amerbach et de Louis Ber, amis des deux adversaires. Comme s'il craignait de se voir traîner en justice, Érasme sollicite encore les conseils des juristes Botzheim et Pirckheimer. Il a rarement mobilisé tant de monde pour une si piètre affaire. Les trois amis rendent leur « jugement » ; Érasme s'y soumet entièrement, « préférant une paix inique à une guerre juste » : il accepte d'écrire au duc de Saxe en faveur d'Eppendorff et de dédicacer un ouvrage au jeune Saxon. Les deux hommes se réconcilient solennellement, se promettant une amitié éternelle. Eppendorff se vante alors « par toute l'Allemagne » et pour la plus grande joie des luthériens d'avoir vaincu Érasme, contraint d'accepter des conditions humiliantes. Voilà qui relancera une querelle qui va s'éterniser, Érasme ne pouvant pardonner à son rival d'avoir « rompu le pacte »81.

  • 82 Allen, Opus, t. VII, p. 365, l. 6-21 (no 1977).

61Il devait sortir meurtri de ces altercations, comme le donnent à penser ses confidences à Pirckheimer : « J'ai appris de telles choses sur la confiance que je peux avoir dans mes amis, que je me tourne vers le Christ qui seul ne peut ni ne veut nous tromper. C'est terrible ce que les hommes simulent ou dissimulent […]. Et si quelqu'un est bien disposé, c'est tout à fait provisoire et à la moindre occasion, sa bienveillance se change en haine. Combien est tenace le souvenir d'une offense, combien total l'oubli des bienfaits […]. Tu me conseilles sagement de me faire aux mœurs des hommes à moins que je ne préfère vivre dans la solitude. Mais je pardonne facilement leurs défauts à mes amis82. »

  • 83 Mann, op. cit., pp. 2 ; 112-115. — Detrez, op. cit., pp. 248-54. — Renaudet, op. cit., pp. 213-14. (...)
  • 84 Duplessis d'Argentré, op. cit., t. II, pp. XIII ; 40-45. — Allen, Opus, t. VI, pp. 81-86 (no 1579)  (...)

62Pourtant, Érasme, quoi qu'il en dise, ne se dissimule pas sa part de responsabilité dans la perte de certaines amitiés. Il possède d'ailleurs encore des amis parmi les luthériens. Avec Mélanchthon, il s'est encore lié à un luthérien français, le chevalier Louis de Berquin, un juriste à la fois humaniste et homme de cour. Alors que la rupture entre Érasme et la Réforme est effective, Berquin croit pouvoir se servir encore de lui pour sa cause. Malgré un premier emprisonnement en 1523, suivi d'un premier procès dont il sort absout grâce à la faveur royale, il s'est mis en tête de traduire en français, et à sa manière, des œuvres d'Érasme déjà suspectes. À l'insu d'Érasme et de Luther, il insère dans les textes du premier de longs passages du second, manège qui lui vaut en 1525 un deuxième procès83. Béda s'empresse d'avertir Érasme du sort que fait son ami à sa réputation. Érasme cache son mécontentement, mais il met Berquin en garde : « Je pense que tu agis avec de bonnes intentions […]. Mais tu attires sur moi de nouvelles haines quand tu traduis mes livres et les signales aux théologiens […]. Tu serviras mieux tes intérêts si tu ne réveilles pas une querelle assoupie. » Il a soin de décliner, auprès de Béda, toute responsabilité dans les traductions du luthérien. Celui-ci est bientôt condamné comme hérétique relaps et remis au bras séculier. En prison, Berquin, malade, écrit à Érasme une lettre pathétique. Quoique protégé par la famille royale, il se trouve en grand danger, malgré son innocence : les traductions exhibées au procès ne sont pas de lui ; on cherche à le perdre. Pourtant il a courageusement affirmé l'orthodoxie d'Érasme, ce qui n'empêchera pas Béda de l'impliquer dans le procès de Berquin. Ce dernier, une fois de plus, est sauvé in extremis par l'intervention de François Ier, à peine rentré de captivité en Espagne. Érasme lui dit sa joie de sa libération et lui conseille désormais la plus grande prudence84.

63Tout autre que Berquin se fut dès lors tenu coi, instruit par les risques encourus. Mais le réformé, sûr maintenant de l'impunité, se lance dans de violentes attaques contre la Sorbonne. Érasme est justement inquiet pour celui qu'il juge incompréhensiblement « dévoué à sa propre perte ». En juin 1528, le procès de Berquin reprend, mais celui-ci, inconscient du danger, n'écoute pas les avertissements d'Érasme et de Budé. Ne doutant pas de sa victoire qu'il veut éclatante, s'exaltant du silence de ses juges lorsqu'il leur a jeté leurs calomnies à la face, il ne cesse de compromettre Érasme en prophétisant sa prochaine et terrible vengeance. Érasme pressent le drame ; il confie son inquiétude à ses amis et fait appel à Marguerite de Navarre. Puis il écrit à Berquin : « Il m'est impossible de ne pas répondre à ton amitié par l'amitié. Mais elle m'expose à des haines que je ne peux plus supporter. Tu montres mes lettres dans lesquelles je te confie ce qu'on peut dire mais qu'on doit taire. Tu proclames que je ne resterai pas muet. Il était inutile, crois-moi, de provoquer ainsi des gens naturellement furieux. J'aimerais ton ardeur confiante si je ne la voyais aussi peu fortunée […]. Vois où cela t'a mené […]. Tu n'as fait qu'irriter les frelons. »

  • 85 Allen, Opus, t. VI, p. 351, l. 19-30 (no 1717) ; t. VII, pp. 254-55 (no 2066) ; p. 118 (no 1854). — (...)
  • 86 Allen, Opus, t. VIII, pp. 210-15 (no 2188).

64Le pressentiment d'Érasme ne l'a pas trompé. Cette fois le roi ne peut rien pour son protégé. Condamné à la prison perpétuelle, Berquin fait appel au Parlement qui le condamne au bûcher. Malgré l'intervention de Madame, et en l'absence du roi, la sentence est exécutée à Paris, le 17 avril 152985. Érasme apprend la nouvelle avec une douleur mêlée d'un étrange sentiment de fatalité. Ses amis français lui ont fait le récit de la mort digne et sereine du condamné, qui l'a impressionné et lui suggére ce curieux raisonnement : « Si Berquin ne méritait pas ce supplice, je souffre pour lui. S'il le méritait, je souffre deux fois, car il vaut mieux mourir innocent que coupable. Mais je suis sûr que Berquin était de bonne foi […]. Je le connaissais assez pour affirmer cela86 ».

***

65Lorsque, en ce mois d'avril 1529, Érasme quitte Bâle où Œcolampade a fait triompher ses idées, il dresse un sombre bilan de ces dernières années. Le conflit auquel il vient d'assister, et qui est loin d'être joué, a fortement entamé son prestige et l'a douloureusement meurtri. De ce drame qu'il ne pouvait prévoir, Érasme sort déçu dans son idéal intellectuel et religieux, mais aussi cruellement frappé dans ses affections. À tel point qu'on peut voir à travers la Réforme un tournant tragique dans l'histoire de ses amitiés. Bien avant qu'elle ne mette l'Europe à feu et à sang, la protestation de Luther a jeté le trouble dans la conscience d'Érasme qui, sans se dissimuler la légitimité d'une telle initiative, ne peut s'associer à ses moyens d'action, encore moins partager ses conclusions. Si bien que, isolé au milieu des remous, l'humaniste hésite, temporise. De là ses insurmontables difficultés avec ses amis clairement répartis, eux, dans toutes les directions de pensée ; car on a vu qu'Érasme ne peut dissocier en lui les réactions face aux événements et face aux amitiés qui sont concernées. Dès lors, l'humaniste, atterré par le chaos religieux auquel il assiste impuissant, entraîne nombre de ses affections dans ce même regrettable dénouement. En effet, cette fois, contrairement au passé, Érasme n'a pas été soutenu ou il l'a été trop mollement, et cela parce que l'enjeu n'était plus sa seule réputation ; il y allait désormais de l'unité ou de la rupture dans l'Église romaine. Connaissant l'adage Usque ad aras, Érasme n'a pas voulu renier ses convictions profondes pour sauvegarder certaines amitiés. Fondées sur l'admiration et destinées à être déçues dans cette admiration, ces amitiés ne pouvaient que se transformer en violentes inimitiés. Dès lors face à une armée grandissante d'ennemis acharnés, Érasme n'a plus les appuis nécessaires pour faire entendre sa voix et son autorité faiblit. Son nom est aujourd'hui flétri dans cette même Germanie qui hier encore l'adulait.

66Certes, les amitiés d'Érasme ne sont pas toutes perdues : elles ont connu des fortunes diverses. Aux ruptures brutales qu'Érasme pourtant abhorrait, sont mêlées des amitiés que les circonstances ont rendues vacillantes ; d'autres qui ont perdu en confiance et en spontanéité, d'autres encore qu'il faut désormais ménager. Il reste aussi des amitiés que les épreuves communes ont encore renforcées ; mieux, plusieurs amitiés nouvelles ont trouvé le jour en ces temps troublés. Enfin par des interventions judicieuses, Érasme a sauvé des affections qui risquaient de sombrer dans le tourbillon. Mais, toutes, que ce soit en mieux ou en mal, ont connu l'influence du mouvement de la Réforme, et c'est bien compréhensible.

67Les réactions d'Érasme face à ses amis n'ont pas toujours suivi un même schéma. S'il a abandonné Hutten, il est venu en aide à Pirckheimer, à Botzheim, à Toussain… Et ce n'est pas diminuer son mérite que d'y voir le souci de se préserver l'un ou l'autre lien dans cette hécatombe. C'est dire qu'il n'est pas sûr qu'Érasme ait agi par lâcheté en repoussant Hutten ; peut-être l'a-t-il rejeté, après réflexion, parce qu'il le jugeait désormais irrécupérable.

68Le drame d'Érasme dans la Réforme a dépassé de loin ses plus sombres prévisions. Alors qu'il a si souvent usé et abusé de ses amis en répondant rarement à leurs services, Érasme cette fois a longtemps servi les intérêts de chacun jusqu'à ce qu'il y mette fin lui-même par une révolte toute négative qui ne lui vaut que de la haine. À notre sens, la crise de ses amitiés s'explique par leur nombre excessif. Faisant fi de ses convictions théoriques, et en dépit des dangers inhérents à cette attitude, Érasme a toujours accepté toutes les offres d'amitié. Sa célébrité aidant, il s'est ainsi trouvé lié à un nombre considérable d'érudits plus ou moins sincères. Dès lors, les difficultés se sont multipliées par le nombre des amitiés, ces dernières se scindant par ailleurs en deux groupes également forts qui devaient être à l'origine de pressions intolérables et par là-même d'un pénible dilemme. On sait comment Érasme l'a résolu. Certes l'humaniste a compris son erreur et a saisi la leçon, décidé à être désormais plus circonspect dans le choix de ses amitiés ; mais c'est un peu tard qu'il jura qu'on ne l'y prendrait plus.

69Réfugié à Fribourg, Érasme, fermement décidé à se retirer de la scène publique, sombre dans la mélancolie. Il attend comme une délivrance une fin qu'il croit désormais toute proche. Sept années pourtant lui restent encore à vivre, qui ne l'épargneront pas davantage.

Notes

1 Allen, Opus, t. III, pp. 517-19 (no 933, 28-III-19) ; pp. 605-607 (no 980, 30-IV-19). — Voir Chantraine, Mystère…, p. 90. — Renaudet, op. cit., pp. ix-x. — Id., Érasme, sa pensée religieuse et son action d'après sa correspondance (1518-1521), Paris, 1926.

2 Voir notamment Augustijn, C., Erasmus en de Reformatie. Een onderzoek naar de houding die Erasmus ten opzichte van de Reformatie heeft aangenomen, Paris-Amsterdam, 1962. — Kohls, E.-W., Die Théologie des Erasmus, Bâle, 1966. — Meyer, A., Étude critique sur tes relations d'Érasme et de Luther, Paris, 1909. — Reynen, H., Erasmus en Luther, Hilversum, 1937. — Oelrich, K,H., Der späte Erasmus und die Reformation, Munster, 1961. — Humbertclaude, H., Érasme et Luther. Leur polémique sur le libre-arbitre, Paris, 1909. — Boisset, J., Érasme et Luther. Libre ou serf-arbitre ?, Paris, 1962. — Renaudet, A., Études érasmiennes, Paris, 1939. — Taylor, M.O., Erasmus and Luther, New York, 1962. — Nash, Ch., The relations of Erasmus to the Reformation, dans Bibliotheca Sacra, t. 95, pp. 309-328, Dallas, 1938. — Boisset, J., Érasme de Rotterdam et la Réforme, dans Bulletin de la Société d'histoire du protestantisme français, t. 116, pp. 22-41, Paris, 1970.

3 Allen, Opus, t. III, pp. 527-32 (no 939, 14-IV-19) ; t. IV, pp. 96-107, (no 1033, 19-X-19) ; p. 361 (no 1152). — Voir Douze lettres d'Érasme…, pp. 130-32.

4 Allen, Opus, t. IV, p. 305, l. 1-13 (no 1123, 31-VII-20).

5 Allen, Opus, t. IV, p. 337, l. 86-91 (no 1139, 5-IX-20) ; t. V, p. 27, l. 13-20 (no 1263, 7-III-22) ; p. 201 (no 1340, 25-1-23) ; p. 552 (no 1499, 21-IX-24) ; pp. 588-89 (no 1520, 29-XI-24).

6 Sur la mission d'Aléandre aux Pays-Bas et en Allemagne, voir Paquier, J., Lettres familières de Jérôme Aléandre, pp. 63-65 (no 37, 24-X-20) ; pp. 66-67 (no 38). — Paquier, J. Aléandre de sa naissance…, pp. 142-80.— Halkin, L.-E., La Réforme en Belgique sous Charles-Quint, Bruxelles, 1957.

7 Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 146-47. — Paquier, op. cit., pp. 26-28 ; 142-43.

8 Paquier, op. cit., p. 170.

9 Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 299. — Huizinga, op. cit., pp. 242-43. — Paquier, op. cit., pp. 167-70.

10 Allen, Opus, t. IV, p. 375, l. 4-5 (no 1157, 11-XI-20). — Voir de la Garanderie, La correspondance d'Érasme et de Guillaume Budé, p. 42. — Paquier, op. cit., p. 165.

11 Allen, Opus, t. IV, p. 375, l. 6-12 (no 1157). — Frédéricq, P., Corpus documentorum Inquisitionis haereticae pravitatis Neerlandicae, t. V, p. 394, no 749 ; pp. 402-403, no 758 ; pp. 409-10, no 766 ; p. 412, no 768, Gand, 1902.

12 Spongia, L.B., t. X, col. 1645. — Voir Paquier, op. cit., p. 223.

13 Allen, Opus, t. IV, p. 298, I. 33-34 (no 1119, 6-VI-20). — Voir Beumer, op. cit., pp. 85-94.

14 Allen, Opus, t. IV, p. 329, l. 16-43 (no 1135). — Bocking, E., Ulrichi Hutteni Opera, t. I, Briefe von 1506 bis 1520, Leipzig, 1859. — Voir Flake, ibidem, — Holborn, H., Ulrich von Hutten and the German Reformation, traduction et révision de la biographie allemande de R.H. Bainton, New-Haven, 1937.

15 Allen, Opus, t. IV, p. 400, l. 108-12 (no 1166), — Voir Kägi, ibidem. — Paquier, op. cit., pp. 157-58.

16 Allen, Opus, t. IV, pp. 380-83 (no 1161). Allen émet l'hypothèse selon laquelle cette lettre ne serait jamais parvenue à Érasme. Nous n'avons pas d'éclaircissement à ce sujet.

17 Allen, Opus, t. IV, p. 443, I. 25-26 (no 1184) ; p. 462, l. 136-43 (no 1195) ; p. 493, l. 274-75 (no 1202).

18 Allen, Opus, t. IV, pp. 447-48, l. 22-39 (no 1188). — Paquier, Lettres familières de J. Aléandre…, pp. 72-74 (no 40) ; pp. 74-76 (no 41). — Voir Paquier, Jérôme Aléandre de sa naissance…, pp. 198-203. — Marc'Hadour, op. cit., p. 304.

19 Brieger, Th., Aleander und Luther, 1521, pp. 41 ; 51-54 ; 81-84, Gotha, 1884. — Paquier, op. cit., p. 223. — Paquier, J., Érasme et Aléandre, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, t. 15, p. 352, Paris, 1895. En 1527, Aléandre racontera avoir fait un rêve qui le reporte six ans en arrière, à la triste époque de Worms où, fiévreux et déprimé, il travaillait à sa mission qui n'aboutissait pas, alors qu'Érasme, sans rien faire, était en faveur à Rome (cf. Omont, Journal d'Aléandre…, p. 65).

20 Spongia, L.B., t. X, col. 1645 E. — Acta Academiae Lovaniensis contra Lutherum, éd. W.K. Ferguson, Erasmi opuscula, pp. 316-317. — Allen, Opus, t. V, p. 545, l. 18-23 (no 1496) ; t. VI, p. 351, l. 33 (no 1717) ; p. 354, l. 34-35 (no 1719). — Omont, Journal d'Aléandre, p. 9. — Böckling, E., Ulrichi Hutteni Opera, t. II, pp. 207-208. — Paquier, J., Aléandre de sa naissance…, pp. 5-6. — Renaudet, Érasme et l'Italie, p. 148.

21 Allen, Opus, t. IV, p. 541, l. 10-16 (no 1218) ; p. 542, l. 15-23 (no 1219). — Paquier, J. Aléandre de sa naissance…, pp. 251-70 ; 276 ; 280 ; 367. — Brieger, op. cit., p. 212 ; 270-71. — Marc'Hadour, op. cit., p. 315.

22 Allen, Opus, t. IV, pè 580, l. 171-74 (no 1233) ; p. 587, l. 169-76 ; 180-86 (no 1236). — de la Garanderie, La correspondance d'Érasme et de Budé, p. 233, n. 25. — Voir Paquier, Érasme et Aléandre, dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, t. 15, p. 353, Paris, 1895. — Huizinga, op. cit., p. 243.

23 Spongia, L.B., t. X, col. 1645 E. — Allen, Opus, t. V, p. 205, l. 105-108 (no 1342). — Voir Paquier, J., Aléandre de sa naissance…, p. 280.

24 de la Garanderie, op. cit., p. 42. — Renaudet, Études érasmiennes, p. 190. — Bataillon, op. cit., p. 123. — Degkoote, G., Erasmus en de Bourgondische Nederlanden, dans De Brabantse Folklore, t. 22, pp. 13-14, Bruxelles, 1950.

25 Allen, Opus, t. V, pp. 8-9, l. 10-46 (no 1256) ; pp. 38-39, l. 60-65 (no 1271). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 191-92.

26 Allen, Opus, t. IV, pp. 458-63 (no 1195) ; p. 479 (no 1197) ; pp. 480-81 (no 1198) ; pp. 481-82 (no 1199) ; t. V, pp. 27-28 (no 1263) ; pp. 43-44 (no 1273) ; pp. 45-47 (no 1274) ; pp. 48-50 (no 1275) ; pp. 386-87, l. 6-44 (no 1412). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 192-93 ; 209.

27 Allen, Opus, t. IV, p. 583, l. 9-16 (no 1236) ; t. V, p. 56, l. 14-27 (no 1278).

28 Allen, Opus, t. V, pp. 100-11 (no 1304) ; pp. 143-50 (no 1324) ; pp. 155-56 (no 1329) ; pp. 196-200 (no 1338) ; pp. 257-61 (no 1352). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 202-208.

29 Allen, Opus, t. V, pp. 528-30 (no 1482) ; t. X, p. 6, l. 33-38 (RI" 2638). — Voir Paquier, op. cit., pp. 290-93.

30 Allen, Opus, t. V, p. 160, l. 57-59, n. 57 (no 1331) ; p. 220, l. 689-96 (no 1342) ; pp. 544-45, l. 6-13 (no 1496). — Voir Kagi, op. cit., pp. 461-79. — Renaudet, op. cit., p. 310. — Gilmore, op. cit., p. 723.

31 Allen, Opus, t. V, p. 220, l. 695-96 (no 1342). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 326. — Delcourt, Érasme, p. 78. Érasme a mis en scène dans plusieurs colloques le personnage de Hutten, soldat ravagé par le « mal français » : Militis et Carthusiani (A.S.D., t. 1-3, pp. 154-58) - Coniugium impar (A.S.D., t. 1-3, pp. 591-600). — Voir Brabant, op. cit., p. 41. — Vallese, op. cit., p. 33.

32 Allen, Opus, t. V, pp. 273-74 (no 1356) ; pp. 299-300 (no 1371) ; pp. 432-34, l. 24-106 (no 1347) ; p. 325 (no 1383). — Voir Kägi, op. cit., pp. 479-500. — Gilmore, ibidem.Renaudet, op. cit., p. 301. — Flitner, op. cit., p. 48. — Crahay, Recherches sur le Compendium Vitae…, pp. 7-11.

33 Allen, Opus, t. V, pp. 307-308 (no 1376) ; pp. 309-11 (no 1378) ; p. 329 (no 1384). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 52 ; 312-13. — Gilmore, op. cit., p. 724. — Marc'Hadour, op. cit., p. 326. — Sur Érasme et Zwingli, voir Meylan, H., Zwingli et Érasme. De l'Humanisme à la Réforme, dans C.E.T., t. II, pp. 849-58, Paris, 1972 ; Goeters, J.F.G., Zwinglis Werdegang als Erasmianer, dans Reformation und Humanismus, pp. 255-271, Witten, 1969 ; Locher, G.W., Zwingli und Erasmus, dans Scrinium Erasmianum, t. II, pp. 325-350, Leyde, 1969.

34 Allen, Opus, t. V, p. 334, l. 10-17 (no 1388) ; pp. 335-36, I. 1-6 ; 69-81 (no 1388). — Voir Renaudet, op. cit., p. 316. — Gilmore, ibidem.Marc'Hadour, ibidem.

35 Allen, Opus, t. I, pp. 27-28, l. 5-37 ; 1-32 ; t. V, pp. 335-36 (no 1389).

36 Allen, Opus, t. I, pp. 28-29, l. 34-37 ; 1-7 ; t. V, p. 349 (no 1397) ; pp. 361-63 (no 1401) ; pp. 452-53 (no 1445).

37 Spongia, L.B., t. X, col. 1651 C-D. — Allen, Opus, t. I, p. 30, l. 7-35 ; t. IV, p. 398, l. 65-68 (no 1166) ; t. VI, pp. 154-58 (no 1603). — Voir Renaudet, op. cit., p. 6.

38 Allen, Opus, t. V, pp. 16-17 (no 1259) ; pp. 29-30 (no 1265) ; p. 35, l. 76-81 (no 1268) ; pp. 268-69 (no 1353) ; p. 385 (no 1411) ; p. 121, l. 222-23 (no 1587). — Voir Renaudet, op. cit., p. 305.

39 Allen, Opus, t. I, p. 17, l. 30-39 ; p. 18, l. 1-4 ; p. 33, l. 20-22 ; t. IV, p. 564, l. 357-61 (no 1225) ; t. V, p. 89, l. 45-48 (no 1300) ; pp. 220-27, l. 673-997 (no 1342) ; p. 393, l. 40-44 (no 1415) ; pp. 574-75 (no 1512).

40 L.B., t. IX, col. 374 B-C. — Allen, Opus, t. IV, pp. 554-64 (no 1225) ; t. V, p. 85, l. 31-37 (no 1299) ; p. 89, l. 43-49 (no 1300) ; p. 258, l. 52-59 (no 1352) ; pp. 603-604, l. 77-85 (no 1526) ; t. VI, p. 89, l. 56-81 (no 1581).

41 Allen, Opus, t. IV, pp. 596-98 (no 1241) ; t. V, pp. 73-74 (no 1290) ; p. 116 (no 1308) ; pp. 293-94 (no 1368) ; pp. 481-82, l. 61-85 (no 1459) ; pp. 303-306 (no1374) ; p. 434, l. 98-103 (no 1437) ; p. 532 (no 1485) ; t. VI, p. 383, l. 4-8 (no 1737). — Voir Chantraine, op. cit., p. 91. — Beumer, op. cit., pp. 88-90. — Kittelson, op. cit., pp. 52-245.

42 Allen, Opus, t. V, pp. 327-30 (no 1384). — Cf. Meylan, ibidem.

43 Allen, Opus, t. V, p. 14, l. 4-5 (no 1258) ; p. 330, l. 86-87 (no 1384) ; t. VI, pp. 4-6 (no 1538) ; p. 53, l. 23-28 (no 1559) ; pp. 183-84 (no 1621) ; t. VII, p. 368, l. 71-72 (no 1977) ; t. VIII, pp. 35-36, l. 1-10 ; 27-31 (no 2147). — Voir Rupprich, op. cit., pp. 418-20. — Renaudet, op. cit., pp. 45-46 ; 310 ; 324.

44 Allen, Opus, t. VI, pp. 208-21 (no 1637-1640) ; pp. 225-26 (no 1644) ; pp. 383-84 (no 1737) ; t. IX, p. 252 (no 3072). — Herminjard, A.L., Correspondance des Réformateurs…, t. I, p. 369 (no 154) ; pp. 376-77 (no 157) ; p. 397 (no 163). — Horawitz, A., Briefwechsel des Beatus Rhenanus, p. 547 (no 405). — Riggenbach, B., Das Chronikon des Konrad Pellikan, p. 146, n. 2, Bâle, 1877. — Voir Meylan, H., Érasme et Pellikan, dans C.E., pp. 248-54, Mons, 1968.

45 Allen, Opus, t. III, p. 413 ; t. IV, pp. 486-93 (no 1202) ; pp. 507-27 (no 1211). — Voir Crahay et Delcourt, Douze lettres d'Érasme…, pp. 161-63.

46 Frédéricq, Corpus…, t. IV, p. 88 (no 57) ; pp. 105-10 (no 74) ; p. 114 (no 77) ; pp. 143-47 (no 107) ; pp. 151 et sv. (no 108) ; t. V, p. 446. — Allen, Opus, t. IV, p. 575, l. 99-107 (no 1232) ; t. V, p. 77, l. 8-11 (no 1293) ; p. 79, l. 1-12 (no 1296) ; p. 87, l. 89-96 (no 1299) ; p. 97, l. 83-86 (no 1302) ; p. 135, l. 10-15 (no 1318) ; pp. 255-56, l. 16-21 (no 1351) ; p. 277, l. 32-35 (no 1358) ; pp. 345-46 (no 1394). — Voir Mélard, op. cit., p. 9 ; 13-15 ; 24 ; 30 ; 44-46 ; 57-60 ; 71-74 ; 94-97 ; 109.

47 Allen, Opus, t. VI, pp. 52-55 (no 1559) ; t. VII, pp. 472-73 (no 2042).

48 Allen, Opus, t. IV, pp. 201-202 (no 1075) ; t. V, pp. 582-83 (no 1518) ; pp. 600-601 (no 1525) ; pp. 610-11 (no 1529) ; t. VI. pp. 160-61 (no 1607) ; t. XI, pp. 248-49 (no 3069) ; pp. 314-16 (no 3114). — Voir Douze lettres d'Érasme…, p. 76 ; 116.

49 Allen, Opus, t. V, p. 581 (no 1517). — Voir Reuss, R., Les débuts de la Réforme à Strasbourg (1517-1524), dans B.S.H.P.F., t. 66, p. 235, Paris, 1917.

50 Allen, Opus, t. V, pp. 327-28, n. 20.

51 Allen, Opus, t. III, pp. 95-96 ; t. IX, pp. 17-19 (no 2369). — Voir Hoyoux, op. cit., pp. 20-21.

52 Horawitz, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, pp. 300 et sv. — Voir Meylan, H., Beatus Rhenanus et la propagande des écrits luthériens en 1519, dans C.E.T., t. II, pp. 859-65, Paris, 1972. — Beumer, op. cit., pp. 94-106.

53 Allen, Opus, t. IV, pp. 437-38 (no 1182) ; pp. 603-604 (no 1244) ; t. V, pp. 228-34 (no 1344) ; pp. 521-24 (no 1480) ; p. 575, l. 23-43 (no 1512) ; t. VI, pp. 350-52 (no 1717) ; t. VII, pp. 184-85 (no 1880) ; pp. 215-17, l. 1-80 (no 1893) ; p. 290, l. 1-24 (no 1930). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 304. — Rupprich, op. cit., pp. 407-12 ; 416-19 ; 423-25 ; 434.

54 Allen, Opus, t. V, pp. 583-87 (no 1519 ;) p. 611 (no 1530) ; t. VI, pp. 11-12 (no 1540) ; p. 39 (no 1555) ; p. 74 (no 1574). — Voir Cantimori, op. cit., p. 153. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 217-18 ; 283.

55 Allen, Opus, t. V, p. 487 (no 1462).

56 Allen, Opus, t. V, p. 405, l. 44-52 (no 1422) ; t. VI, pp. 181-82 (no 1620) ; p. 287, l. 44-64 (no 1679) ; pp. 401-402, l. 60-63 (no 1744) ; pp. 453-54 (no 1780). — Voir Renaudet, op. cit., p. 220.

57 Allen, Opus, t. V, p. 1 (no 1252) ; pp. 30-31 (no 1266) ; t. VI, p. 338. — Rieger, J.A., Udalrichi Zazii epistolae, t. II, pp. 93-96, Ulm, 1774. — Voir Mesnard, P., Zazius et la Réforme, dans Archiv fùr Reformationsgeschichte, t. 52, pp. 151-161, 1961. — Burckhardt-Biedermann, T., Bonifacius Amerbach und die Reformation, p. 28, Bâle, 1894.

58 Allen, Opus, t. V, pp. 434-35, l. 107-16 (no 1437) ; pp. 421-22, l. 61-73 (no 1432) ; p. 407, l. 5-13 ; 21-27 (no 1423) ; p. 326, l. 33-35 (no 1383) ; p. 328, l. 44-77 (no 1384) ; t. VI, p. 114 (no 1595) ; pp. 191-92 (no 1625).

59 Allen, Opus, t. IV, p. 564, l. 361-64 (no 1225).

60 Allen, Opus, t. IV, pp. 542-45 (no 1219) ; pp. 567-69 (no 1228) ; t. V, pp. 290-93 (no 1367) ; pp. 294-96 (no 1369) ; p. 326, l. 25-29 (no 1383) ; p. 475, l. 32-36 (no 1455). — Voir Rouschausse, op. cit., p. 21. — Looten, op. cit., pp. 249-50. — Reynolds, op. cit., pp. 181-87 ; 192 ; 201-12. — Renaudet, op. cit., p. 213. — Campbell, W., Erasmus, Tyndale and More, Milwaukee, 1949.

61 Voir Reynolds, op. cit., pp. 156-57. — Delcourt, Érasme, pp. 97-99.

62 Stapleton, Th., Très Thomae, s.l., 1558. — Roper, W., The Mirror of virtue in wordly greatness : Sir Thomas More Knight, Saint-Omer, 1626. — More, C., Life of Sir Thomas More, s.l., 1631. — Harpsfield, N., The Life and Dealt h of Sir Thomas More, éd. par Hitchcock, Londres, 1932. — Voir Delcourt, Recherches sur Thomas More. La tradition continentale et la tradition anglaise, dans H.R., t. III, pp. 22-42, Paris, 1936. — Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More…, pp. 9-12. — Flitner, op. cit., pp. 54-59.

63 The works of Sir Thomas More in the English Tongue, Londres, 1557. — Thomae Mori omnia latina opera, Louvain, 1565. — Thomae Mori lucubrationes, Bâle, 1563. — Sir Thomas More Selections from his English Works and from the Lives by Erasmus and Roper, éd. Allen, Oxford, 1922. — Nisard, D., Etudes sur la Renaissance. Renaissance et Réforme. Erasme, Thomas More, Mélanchthon, p. 186, Paris, 1855. — Voir Delcourt, op. cit., pp. 10-12. — Flitner, op. cit., p. 54.

64 Delcourt, op. cit., pp. 12 ; 27.

65 Delcourt, op. cit., p. 16. — Delcourt, Erasme, pp. 83 ; 95-96.

66 Allen, Opus, t. V, p. 330, l. 1-2 (no 1385) ; p. 475, l. 32-36 (no 1455) ; p. 576, l. 15-17 (no 1513) ; t. VI, p. 159, I. 9-12 (no 1606). — On trouve encore force allusions à More dans le catalogue à Botzheim, la Spongia, ainsi que des allusions à Érasme dans la correspondance de More (Rogers, p. 273, l. 6 (no 113) ; p. 317, l. 6-8 ; n. 6 (no 138) ; p. 357, l. 1193-96 (no 143) ; p. 380, l. 6-8 (no 155). — Enfin souvent les relations entre Érasme et More se font par l'intermédiaire de Vivès ou de familiers qu'Érasme envoie en Angleterre (Rogers, p. 428, l. 34-36 (no 180). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 32. — Bierlaire, F., La familia d'Érasme, pp. 36 ; 40, Paris, 1968.

67 Allen, Opus, t. VI, pp. 441-43 (no 1770).

68 Allen, Opus, t. V, pp. 323-24 (no 1382) ; pp. 521-24 (no 1480). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 212 ; 216.

69 Allen, Opus, t. V, pp. 573-74 (no 1511). — Voir Renaudet, op. cit., p. 283. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 217-18. — Cantimori, ibidem. — Beumer, op. cit., pp. 58-63.

70 Allen, Opus, t. II, pp. 329-20 (no 454) ; t. III, pp. 539-40 (no 947) ; p. 468 (no 910) ; t. I, p. 29, l. 2-5. — Voir Renaudet, Études érasmiennes, pp. 321-28. — Joachimsen, op. cit., pp. 213-15. — Flitner, op. cit., pp. 14-17. — Ellinger, G., Philipp Melanchton, ein Lebensbild, Berlin, 1902. — Schenk, W., Erasmus and Melanchton, dans The Heythrop Journal, t. 8, pp. 249-59, 1967. — Khun, F., Philippe Melanchton, collaborateur de Luther, dans B.S.H.P.F., t. 46, pp. 118-36, Paris, 1897.

71 Allen, Opus, t. V, pp. 545-50 (no 1496) ; p. 494, l. 19-23 (no 1466) ; pp. 554-55 (no 1500) ; pp. 593-99 (no 1523) ; t. VII, p. 321 (no 1944) ; t. VIII, pp. 474-75 (no 2343) ; p. 496, l. 34-36 (no 2355).

72 Allen, Opus, t. IX, p. 1 (no 2357) ; p. 2 (no 2358) ; p. 11 (no 2363) ; p. 12 (no 2365) ; t. X, p. 120 (no 2732) ; p. 363, l. 26 (no 2911) ; t. XI, pp. 43-44 (no 2970) ; pp. 322-24 (no 3120) ; pp. 331-35 (no 3127).

73 Allen, Opus, t. V, p. 330, l. 11-13 (no 1385) ; p. 383, l. 21-25 (no 1411) ; p. 381, l. 12-17 (no 1408) ; pp. 399-400 (no 1419) ; p. 417 (no 1430) ; p. 537, l. 19-32 (no 1489) ; p. 496, l. 58-60 (no 1466) ; p. 506, l. 46-47 (no 1470) ; p. 576 (no 1513) ; pp. 600-601 (no 1525). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 44 ; 217-18 ; 230-31. — Reynolds, op. cit., pp. 192 ; 194. — Humbertclaude, ibidem. — Boisset, J., Érasme et Luther. Libre ou serf-arbitre ?, Paris, 1962.

74 Alien, Opus, t. V, p. 397, l. 25-26 (no 1417) ; p. 407, l. 26-28 (no 1423) ; pp. 434-35, l. 112-16 (no 1437) ; pp. 386-87, l. 22-34 (no 1412) ; pp. 528-30 (no 1482) ; t. VI, p. 159, l. 7-11 (no 1605) ; p. 183, l. 9-11 (no 1621) ; t. VII, pp. 378-79 (no 1987). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 8-9 ; 257.

75 Ne bos quidem pereat : Adagia, no 3401, L.B., t. II, col. 1049-1054. — Ciceronianus, A.S.D., t. II, pp. 669-70. — L.B., t. IX, col. 764 E ; 787 B. — Omont, Journal d'Aléandre, pp. 44 et sv. — Allen, Opus, t. VI, p. 26, l. 10-16 (no 1549). — Voir Paquier, op. cit., pp. 294-95 ; 300 ; 332-36.

76 Hyperaspistes Diatribae adversus servum arbitrium Martini Lutheri, L.B., t. X, col. 1250 A ; 1252 C ; E ; 1253 A ; 1255 A ; 1256 D. — Allen, Opus, t. VI, pp. 262-63 (no 1667) ; p. 371, l. 1 (no 1729). — Horawitz, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, p. 257. — Voir Meyer, op. cit., pp. 128-30. — Renaudet, op. cit., pp. 53 ; 260 ; 338.

77 Allen, Opus, t. VII, p. 6, l. 1-2 (no 1804) ; t. VI, p. 324, I. 74-76 (no 1697) ; pp. 441-43 (no 1770). — Voir Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More…, p. 17. — Delcourt, Érasme, p. 96. Pour la lettre 1770, nous nous sommes écartée de la traduction de Marie Delcourt, marquée d'un ton péjoratif pour Érasme, que nous ne trouvons pas dans le texte latin, et qui comprend en outre plusieurs erreurs.

78 Allen, Opus, t. VII, pp. 6-7 (no 1804). — Voir Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More…, pp. 18-19. — Renaudet, op. cit., pp. 280-81.

79 Allen, Opus, t. VII, pp. 55-56 (no 1816) ; pp. 180-81 (no 1878) ; p. 338 (no 1959) ; pp. 345-46 (no 1965) ; pp. 402-403 (no 1998) ; t. VIII, pp. 271-73 (noo2211) ; p. 294 (no 2228) ; p. 344, l. 31-33 (no 2263) ; pp. 386-87, l. 14-18 (no 2287). — Voir Delcourt, op. cit., pp. 19-22. — Delcourt, Érasme, p. 103. — Castelli, ibidem.Reynolds, op. cit., pp. 215-17. — Campbell, W.E., Erasmus, Tyndale and More, Londres, 1949. — De Rooij, N., Utopia gewonnen en verloren. De tragedie van Thomas More en Erasmus, Anvers, 1950.

80 Allen, Opus, t. II, pp. 367-69 (no 1405) ; pp. 369-75 (no 1406) ; p. 385, l. 20-24 (no 1411) ; p. 416 (no 1429) ; pp. 511-13 (no 1477) ; p. 526, l. 28-30 (no 1481) ; t. VI, pp. 173-74 (no 1614).

81 Allen, Opus, t. V, pp. 459-62 (no 1449) ; t. VI, p. 61, l. 17-18 (no 1565) ; t. VII, pp. 298-310 (no 1934) ; p. 313 (no 1936) ; pp. 317-18 (no 1940-41) ; pp. 382-84 (no 1991) ; pp. 384-93 (no 1992) ; t. VIII, pp. 15-16 (no 2086) ; pp. 53-54 (no 2099) ; p. 394 (no 2294). — Érasme s'est vengé d'Eppendorff en le ridiculisant dans le colloque Ementita nobilitas (A.S.D., t. 1-3, pp. 612-19). — Voir De Burigny, J., Vie d'Érasme dans laquelle on trouvera l'histoire de plusieurs hommes célèbres avec lesquels il a été en liaison, t. I, pp. 11-12, Paris, 1732. — Marc'Hadour, op. cit., p. 405. — Reynolds, op. cit., p. 218. — Crahay, op. cit., p. 8.

82 Allen, Opus, t. VII, p. 365, l. 6-21 (no 1977).

83 Mann, op. cit., pp. 2 ; 112-115. — Detrez, op. cit., pp. 248-54. — Renaudet, op. cit., pp. 213-14. — Delcourt, Érasme, p. 56. — Weiss, N. La littérature de la Réforme française. Notes sur les traités de Luther traduits entre 1524 et 1534, dans B.S.H.P.F., t. 36, pp. 664-70 ; t. 37, pp. 155-63 ; 432-39 ; 500-503, Paris, 1887-88. — Teyssier, M.-L., Éditions et traductions des œuvres d'Érasme en France sous le règne de François Ier, Paris, 1948. — Henrard, N., Louis de Berquin entre Érasme et Béda, mémoire de licence dactylographié, Liège, 1974.

84 Duplessis d'Argentré, op. cit., t. II, pp. XIII ; 40-45. — Allen, Opus, t. VI, pp. 81-86 (no 1579) ; pp. 87-107 (no 1581) ; p. 151 (no 1599) ; pp. 314-17 (no 1692) ; t. VII, p. 495, l. 23-31 (no 2048). — Voir Mann, op. cit., pp. 118-20 ; 130-140. — Detrez, op. cit., pp. 254-58. — Renaudet, op. cit., p. 299.

85 Allen, Opus, t. VI, p. 351, l. 19-30 (no 1717) ; t. VII, pp. 254-55 (no 2066) ; p. 118 (no 1854). — Voir Mann, op. cit., pp. 140-45.

86 Allen, Opus, t. VIII, pp. 210-15 (no 2188).

© Presses universitaires de Liège, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search