Version classiqueVersion mobile

Érasme et l’amitié

 | 
Yvonne Charlier

Chapitre IV. Érasme et la polémique ou la rançon de la gloire

Texte intégral

1Arrivé au faîte de la gloire, Érasme ne pouvait échapper à la dure loi de l'opposition et de la médisance qui frappe les personnalités les plus en vue. Sensible et susceptible, parfois à l'excès, l'humaniste peut difficilement laisser passer la moindre attaque sans y répondre lui-même. C'est pourquoi, à côté de son œuvre gigantesque d'éditions de textes sacrés et antiques, de traités sur tous les sujets, en plus d'une correspondance énorme, il trouve encore le temps, parfois au grand dam de ses amis, d'écrire des Apologiae et d'autres écrits qui expriment le souci de sa défense personnelle.

  • 1 Allen, Opus, t. I, p. 21, l. 34-36. — Voir Gilmore, M.-P., De modis disputandi. The apologetic work (...)
  • 2 Allen, Opus, t. II, p. 93, l. 71-72 (no 337).

2Érasme a toujours affirmé éprouver une grande répugnance pour ces affrontements, mais l'acharnement qu'il manifeste dans les querelles et sa propension à s'y engager à toute occasion semblent démentir cette déclaration. Le catalogue confié à Botzheim consacre douze pages aux œuvres apologétiques ; près de deux tomes de l'édition de Leyde des œuvres d'Érasme contiennent des traités de ce genre, sans compter bon nombre de lettres qui peuvent entrer dans cette catégorie. Érasme explique qu'il est obligé de se défendre et que jamais il n'a attaqué lui-même qui que ce soit : « Je ne désirais rien tant que de n'être attaqué par personne, de n'attaquer personne et d'user toute ma vie d'une plume pacifique. Mais j'ai connu là un double malheur1 » Il est vrai qu'Érasme n'ouvre jamais les hostilités, mais certains de ses écrits sont de véritables provocations dont il devait attendre de vives réactions. Le drame chez lui est qu'il est toujours intimement persuadé d'avoir raison ; il veut donc en convaincre ses adversaires et à travers eux ses amis et le monde des lettrés. Dès lors il se montre vite intolérant. Érasme formule sa conviction en cette phrase apparemment amicale et bien intentionnée : « Nul n'est mon ennemi au point que je n'aimerais le ramener à l'amitié si c'était possible2. » Traduisons : nul ne m'est opposé au point que je ne voudrais le ramener à mon avis… Plus d'une fois d'ailleurs nous le surprenons à prendre plaisir à cette lutte où il peut triompher de ses détracteurs. Plus tard seulement ces attaques lui deviendront de plus en plus cruelles.

3Notre propos n'est pas ici de passer en revue les innombrables controverses qu'Érasme eut à soutenir, encore moins de les étudier dans le détail de leurs échanges théologiques. Ces polémiques nous intéressent uniquement dans la mesure où elles font apparaître certains traits du caractère d'Érasme, et pour autant qu'elles nous fassent connaître leurs répercussions sur les relations d'amitié de l'humaniste. A ce titre, deux types de querelles peuvent jeter quelque lumière sur cette étude : celles provoquées par la « trahison » d'amis qui se dressent soudain contre Érasme ; celles entreprises contre des ennemis « ignorants », tandis que le clan des amis solidement mis en place prend fait et cause pour l'humaniste, toujours persuadé de son bon droit.

***

  • 3 Allen, Opus, t. II, pp. 11-16 (no 304, IX-14). — Voir Béné, op. cit., pp. 207-208. — De Vocht, Mon (...)

4Longtemps Érasme put se considérer comme relativement privilégié, les avis émis sur ses œuvres ne dépassant pas les limites de ce qu'il pouvait supporter. Les véritables difficultés devaient venir de Louvain dont il savait qu'il aurait du mal à vaincre le conservatisme. Curieusement, le premier à le « harceler de ses traits » fut son ami Martin Dorp. Quoique favorable à l'humanisme naissant, Dorp reste attaché, en matière de théologie, aux méthodes éprouvées de l'École ; surtout il n'entend pas que l'on mette en doute l'autorité des textes sacrés sur lesquels l'Église s'appuie depuis des siècles. Lors de son passage à Louvain en août 1514, Érasme la informé de son intention de rééditer l'Éloge de la Folie et de publier son Nouveau Testament. Influencé par l'atmosphère de l'Université hostile aux projets d'Érasme qu'on associe à l'esprit et aux travaux de Reuchlin et de Lefèvre, Dorp, au nom de la Faculté, adresse à l'humaniste une lettre amicale qui se veut un avertissement. Il fait état des troubles qu'excitent à Louvain les railleries déplacées de la Moria et il émet les plus grandes réserves sur le travail d'édition de textes sacrés qu'Érasme s'est assigné : comment des textes approuvés par les Conciles pourraient-ils être sujets à caution3 ?

  • 4 Allen, Opus, t. I, p. 22, l. 6-10 ; t. II, p. 91, l. 23-25 ; 5-13 ; 17-20 ; p. 107, l. 630 (no 337 (...)
  • 5 Allen, Opus, t. II, pp. 90-113 (no 337.) — Voir Béné, op. cit., pp.208-10. — Hendriks, op. cit., p (...)
  • 6 Allen, Opus, t. II, pp. 126-36 (no 347). — Voir Béné, op. cit., pp.210-13. — De Vocht, op. cit., p (...)

5Dès que la lettre lui parvient, Érasme se met en devoir de réfuter les remontrances de Dorp. Il use de la même courtoisie, répondant « comme un ami à un ami », persuadé que Dorp « n'a pas entrepris cette escarmouche par haine pour lui, mais qu'il a été engagé, jeune et de caractère accommodant, par une impulsion étrangère » : « Ta lettre, cher Dorp, est si loin de m'avoir offensé, que tu m'es devenu beaucoup plus cher […], tant il y a de sincérité dans tes conseils, d'amitié dans tes avis, de tendresse dans tes objurgations […]. On me remet chaque jour des lettres d'érudits qui me nomment la gloire de la Germanie, qui me comparent au soleil et à la lune, qui m'accablent […] des titres les plus splendides. Que je meure, si jamais une de ces lettres m'a fait autant de plaisir que la lettre d'objurgations de mon cher Dorp […]. Je fais un si grand cas de ton esprit, de ton jugement […], que le suffrage du seul Dorp a pour moi plus de prix que mille autres. Je t'aime de tout mon cœur et je m'intéresse à toi de tout mon être4. » Cette chaleureuse entrée en matière ne fait pas oublier la fermeté avec laquelle Érasme réfute les arguments de son interlocuteur. L'humaniste défend longuement la Moria dont l'intention est « d'avertir, non de déchirer ; d'être utile, non de blesser ; de servir les bonnes mœurs, non de les offenser ». Il défie quiconque de trouver dans ses écrits la moindre attaque personnelle ou la moindre critique citant nommément une institution. Puis il entreprend de justifier sa future édition du Nouveau Testament, exposant son idéal de réforme théologique pour lequel le recours aux textes grecs est indispensable ; mieux, au nom de leur amitié, il exhorte Dorp à parfaire ses multiples talents et connaissances par l'étude du grec5. Cette réponse ne satisfait pas Dorp ni les théologiens de Louvain. Encouragé par le bon accueil de sa première lettre, Dorp écrit une nouvelle admonitio formulée toujours candide et amico pectore. Pourtant son argumentation, appuyée sur Augustin et sur Jérôme, pèche par mauvaise foi. Ch. Béné, qui a fait de cet écrit une analyse détaillée, montre comment l'érudit a extrait ses citations de leur contexte, quand il ne les tronque pas purement et simplement6.

  • 7 Allen, Opus, t. II, p. 243, l. 48-50 (no 412) ; p. 261, l. 81-82 (no 424) ; p. 420, l. 3-6 (no 502 (...)

6Thomas More raconte qu'Érasme répondit en hâte à ces objections réitérées, mais qu'il détruisit son épître. L'agacement y avait sans doute largement émoussé l'amabilité. More se fait alors le défenseur de son illustre ami. En octobre 1515, il écrit à Dorp une longue lettre impatiente, véritable traité, qui stigmatise son audace, ne craignant pas d'affirmer que la Mocia a été appréciée de tous les lettrés et qu'elle n'a choqué que les ignorants. De même il défend la théologie nouvelle dont Érasme s'est fait le champion. Bientôt More peut écrire, triomphant : « Je suis heureux que Dorp soit revenu à la sagesse. Il semble que les reproches le rendent doux, tandis que les caresses le rendent féroce. Il y a des gens comme cela : si on les ménage, ils deviennent insolents ; moins bien traités, ils s'assouplissent et se font toute humilité7. »

  • 8 Allen, Opus, t. II, p. 371, l. 31-39 (no 481, 31-X-16). — Rogers, Correspondence of Thomas More, p (...)

7Effectivement, après la publication du Nouveau Testament, Dorp admet que la Vulgate comprend des erreurs et qu'il est nécessaire de connaître le grec pour bien comprendre l'Écriture. Si son ardeur combative faiblit, ses collègues de Louvain n'ont toutefois rien perdu de leur aigreur. Le Nouveau Testament a hissé Érasme au sommet de l'humanisme européen, tout en élargissant le réseau de ses amitiés. Il n'avait certes pas prévu un tel succès, mais il allait rapidement connaître le revers de la médaille. More, encore lui, après avoir répandu en Angleterre l'ouvrage auquel il fait une large publicité, avertit son ami de la conjuration ourdie contre lui par les carmes et les franciscains. Souhaitant l'humaniste inattaquable, il pense devoir lui donner ce conseil d'ami soucieux de sa sécurité : « Je te supplie de revoir et de corriger le tout, afin de laisser un minimum de champ à la calomnie. Car ces esprits aux aguets sont résolus à attendre patiemment et à saisir avidement toutes les occasions de te prendre en défaut. » Une fois de plus le juriste prend la plume pour défendre Érasme, dans cette fameuse lettre à un moine inconnu, qui exprime son entière solidarité avec l'idéal littéraire et théologique de l'humaniste. Jamais mieux qu'en cette année 1516 qui voit paraître le Nouveau Testament et l'Utopie, on ne sent cette parfaite unité d'esprit qui tend les deux hommes vers un même but, un même idéal de rénovation de la piété et des études8.

  • 9 Allen, Opus, t. II, p. 278, l. 1-10 (no 438) ; p. 354, l. 17-18 (no 474) ; p. 355, l. 14-23 (no 47 (...)

8Malgré le soutien de More, Érasme est inquiet. Il sait que Jean Briard d'Ath, vice-chancelier de l'Université et doyen de la Faculté de théologie, s'émeut de ses vues avancées en matière d'exégèse, mais il se préoccupe surtout de l'attitude de Dorp. En fait la position de ce dernier est singulièrement ambiguë et ses tergiversations n'ont d'égale que sa versatilité d'humeur à l'égard d'Érasme. Celui-ci tient ses amis au courant des revirements continuels de Dorp. Converti à certains points de la doctrine érasmienne, le professeur inaugure en 1516 un cours sur saint Paul. De même la préface de son Oratio in praelectionem epistolarum divi Pauli exhorte le lecteur à l'étude de l'Écriture et condamne les théologiens « sophistes » qui s'enlisent dans des questions épineuses sans aucun intérêt. Informé par Paludanus, Érasme félicite le jeune théologien et lui promet la plus belle carrière. Pourtant, peu de temps après, il s'indigne auprès de More, d'Ammonius et de Pierre Gilles, de l'hypocrisie de Dorp « qui lui écrit des lettres pleines de miel, tout en le dénigrant derrière son dos, et en suscitant des « tragédies », après avoir renoué leur amitié » : « Il prétend être un ami, mais il se conduit en ennemi. » Mis au fait de l'émoi d'Érasme, Dorp se disculpe aussitôt. Il ne sait comment prouver sa bonne foi et faire comprendre à Érasme son attachement : « Quoi qu'il soit survenu entre nous, je désire que nous l'écartions et que nous contractions une amitié. » Il semble que l'on ne puisse mettre sa sincérité en doute, au vu des ennuis qui lui sont faits à l'Université. En septembre 1516, il n'est plus réélu comme professeur ordinaire. Dorp se trouve devant un choix difficile. Sans attaquer Érasme, il lui manifeste une certaine froideur, évitant désormais de se compromettre ; dès lors la mésentente se prolongera entre eux9.

  • 10 Allen, Opus, t. II, pp. 526-27, l. 5-8 (No 509, I-17) ; p. 432, l. 5-17 (no 515) ; p. 482, l. 1-3  (...)

9C'est par les bons offices de Jean Paludanus, cet ami commun, que se dissipe le malentendu. En janvier 1517, Dorp invite Érasme à un souper au Collège des théologiens. Érasme répond à l'invitation, bien décidé à se gagner la faveur des théologiens. L'entrevue se déroule bien ; Érasme revoit Dorp, Paludanus, Briard d'Ath, bien d'autres encore. Il est reçu avec bienveillance et bientôt l'amitié succède à l'antagonisme. Pourtant l'humaniste ne reste pas à Louvain. Il retourne chez Pierre Gilles d'où il écrit à Dorp qu'il aspire à la tranquillité vu son âge et sa santé débile. Il remet son salut à Jean Briard, encore qu'il le soupçonne de feindre l'amitié et d'essayer de le perdre aux yeux du pape et de Charles-Quint10.

  • 11 Allen, Opus, t. II, p. 503, l. 13-15 (no 511) ; t. III, p. 3, l. 1-3 (no 596) ; p. 5, l. 25-26 (no(...)
  • 12 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 10-11 (no 637) ; p. 63, l. 12-13 (no 641) ; p. 92, l. 7-8 (no 669)  (...)

10On sait qu'Érasme décida finalement de s'installer dans la ville universitaire où les théologiens l'invitaient avec insistance. D'abord hébergé par Paludanus, l'humaniste s'installe au Collège du Lys où tout lui est une fête. Logé dans une belle et vaste chambre, jouissant d'une bonne table et de l'excellente compagnie de savants amicaux, il apprécie en outre le jardin du Collège qui lui permet les promenades quotidiennes tellement favorables à son équilibre11. Pourtant Érasme n'est pas à son aise dans ce milieu conservateur. Lui qui souhaitait vivre en paix avec tout le monde, ne pourra pas éviter les conflits. Un premier bouleversement agite les Collèges dès la parution, en novembre 1517, de l'édition bâloise de l'Éloge de la Folie. Cette fois Dorp ne se montre pas choqué par ses hardiesses ; Érasme est heureux de toujours le compter au nombre de ses amis, quoiqu'il laisse poindre certaines réserves sur la confiance qu'il lui accorde : « Dorp est de mon côté ; vraiment cet homme est plus inconstant qu'une femme. » — « Dorp semble être mon ami. Il rechigne bien un peu, mais quand je ne suis pas là. » — « Dorp m est favorable, mais il est terriblement jaloux de sa gloire. » Un problème se pose à l'humaniste lorsqu'il constate de l'animosité entre Dorp et Neven, le régent du Lys ; mais c'est en vain qu'il intervient auprès des deux hommes. En fait, marqué par ses antécédents avec Érasme, Dorp inspire la méfiance dans les milieux humanistes. Érasme s'efforce de le rassurer : « Ceux qui veulent du bien à Érasme aimeront facilement Dorp s'ils sentent qu'il est un ami sincère […], j'ai déjà raconté notre réconciliation à More12. »

11Malgré ces quelques heurts momentanés, on peut dire que les premiers mois d'Érasme à Louvain se déroulent dans une atmosphère paisible. Les vraies difficultés sont encore à venir.

***

  • 13 Allen, Opus, t. II, p. 14, I. 89-91 304) ; p. 38 (no 315) ; p. 57, l. 85-90 (no 326) ; p. 112, l. (...)

12La première attaque directe contre Érasme est inattendue : elle vient de France où Jacques Lefèvre d'Étaples a critiqué un passage du Nouveau Testament. Lefèvre est un philosophe et un théologien qui n'a jamais dépassé la maîtrise ès arts. Attiré, dans le programme humaniste, par la restauration philosophique, il apprend le grec et voyage en Italie, où il découvre Platon et surtout Aristote. Rentré à Paris, il inaugure par ses leçons et ses publications une méthode d'analyse de la philosophie, fondée sur l'étude historique des doctrines anciennes, qui rompt totalement avec le jeu subtil des questions et des argumentations des scolastiques. Puis il mène de front ses études philosophiques et une approche de la théologie par le grec et l'hébreu, qui lui permettra d'éditer des textes de l'Écriture en rejetant, bien avant Érasme, nombre de leçons de la Vulgate. En 1511, de passage à Paris, Érasme rencontre son précurseur et s'entretient amicalement avec lui. Pourtant les deux hommes sont séparés par leurs goûts, leur formation, leur conception de la vie spirituelle. Moins opposé qu'Érasme aux rites et aux observances, Lefèvre est le disciple des Pères mais aussi des mystiques médiévaux. Il est soucieux de restauration philosophique et ne s'intéressera que progressivement aux études bibliques. Il admire néanmoins Érasme qu'il célèbre en 1514 dans une lettre amicale. L'affaire Reuchlin, ce premier grand combat dont l'humanisme devait sortir vainqueur, a rapproché, parmi tant d'autres, ces esprits différents qui s'unissent face à l'ennemi commun. Ils figurent comme alliés aux yeux de leurs contemporains ; partout on les compare et on joint leurs noms. Toutefois leurs génies opposés ne pourront dissimuler longtemps certaines incompatibilités : au mysticisme de Lefèvre, héritier de Nicolas de Cuse, se heurte l'esprit critique d'Érasme13. Bien qu'absent en cette affaire, c'est le rationalisme d'Érasme qui perdra celui-ci aux yeux du philosophe.

  • 14 Allen, Opus, t. III, pp. 19-20 (no 607) ; p. 21, l. 22 (no 608) ; p. 33, l. 3-5 (no 616) ; pp. 81- (...)

13Dans son Nouveau Testament, Érasme, tout en rendant hommage à la valeur de Lefèvre, s'est permis de critiquer certaines de ses interprétations des Épîtres de Paul. Lefèvre réplique en reprochant à Érasme d'ignorer le sens profond de l'Écriture (nimis humana cogitas de Deo). Il le taxe même d'impiété, ce qui touchera Érasme au vif. Ce dernier est bouleversé de lire ces graves accusations d'un homme qu'il estime. Il confie sa stupeur et sa tristesse à plusieurs de ses amis, leur annonçant son intention de répondre à l'attaque. Il ne comprend pas le geste de Lefèvre et se demande s'il n'a pas été poussé par d'autres. En septembre 1517, Érasme envoie son Apologia à Lefèvre, stigmatisant le non-fondé et l'outrance des reproches qui lui sont faits. Il n'a pas oublié que l'ironie est son arme la plus aiguisée ; mais il garde la mesure et reste respectueux. Il dit sa douleur d'avoir été si mal traité par un tel ami. Comme à son habitude, il se pose en victime innocente brusquement assaillie. Surtout il craint les effets de ce différend dans le monde lettré14. En effet, l'affaire fait grand bruit en France et même en Angleterre et en Allemagne. Le renom des adversaires a donné à cette dispute une importance qu'elle ne méritait pas. En fait, pour Érasme, il s'agit de défendre sa réputation, à son avis compromise par le mot « impie », autant que de débattre de questions de foi. Mais c'est en vain qu'il écrit à Lefèvre dans l'espoir de voir s'achever cette malheureuse querelle. Il en appelle à leur amitié et à la solidarité des lettrés, indispensable au triomphe des belles-lettres. L'humaniste croit que ce conflit tient le monde en haleine, divisant les savants en deux camps comme au temps de Reuchlin. Il est vrai que des réactions lui parviennent d'un peu partout, qui lui donnent raison pour la plupart. Lui-même affirme maudire ce destin qui l'a amené à s'élever contre des propos de l'éminent Lefèvre, mais il le fallait. Tout le monde loue sa modération et s'accorde à dire qu'il l'a emporté, mais il hait cette victoire qui lui a fait perdre un ami ; il espère que les lettrés garderont leur estime à Lefèvre malgré son acte inconsidéré.

  • 15 Allen, Opus, t. III, pp. 81-82 (no 659) ; p. 152 (no 724) ; p. 285 (no 814) ; pp. 64-65, l. 15-18 (...)
  • 16 Allen, Opus, t. III, pp. 174-75, l. 69-93 (no 744).
  • 17 Allen, Opus, t. III, pp. 223-30, l. 54-341 (no 778, 22-11-18) ; pp. 269-77, l. 1-331 (no 810) ; pp (...)

14Cependant, d'Allemagne des voix s'élèvent, qui font des réserves sur l'opportunité de cette polémique. Louis Ber et Wolfgang Capiton vont jusqu'à formuler des critiques sur certaines interprétations théologiques d'Érasme15. Mais ce n'est rien encore à côté de l'énervement croissant que manifeste Guillaume Budé devant l'ampleur que prend la querelle. Ne voulant soutenir personne, malgré la demande d'arbitrage de Ruzé, il met Érasme en garde : beaucoup pensent que cette affaire lui porte préjudice, lui dont la gloire ne peut s'accomoder de ces sortes de disputes. Il ne veut pas abuser de son droit d'amitié, mais recommande vivement d'arrêter la polémique16. Il était facile de prévoir qu'Érasme ne goûterait pas un tel langage. Fort de son bon droit en l'occurrence, il n'entend pas laisser quelqu'un, fût-ce un ami, lui interdire de se défendre. Il s'établit alors entre Érasme et Budé une correspondance ambiguë qui tourne peu à peu à l'affrontement ; elle a joué un rôle important dans la brouille passagère qui allait séparer les deux hommes. Érasme s'indigne de l'incompréhension de Budé qui l'accuse d'écrire contre Lefèvre, alors que celui-ci l'a attaqué le premier : ignorer le reproche d'impiété, c'est l'admettre implicitement. Il devait choisir entre le risque de perdre une amitié ou celui de voir son opinion trahie ; en toute honnêteté et avec regret, il a choisi la première solution. Tel est le raisonnement que l'humaniste développe inlassablement avec une émotion croissante. Il éprouve un véritable sentiment d'injustice : c'est lui qui a été attaqué, et c'est à lui qu'on reproche cette controverse. Il se justifie avec douleur, cherchant manifestement l'approbation de Budé. Nous le sentons angoissé d'être désapprouvé, alors qu'il a la conscience tranquille. Le point de vue de Budé est tout différent. Pour lui, Érasme se doit à sa gloire et à sa réputation qui sont d'ailleurs suffisamment assurées pour lui permettre d'ignorer les assauts qui lui sont portés. Même accusé d'impiété, Érasme occupe une telle place dans l'élite des savants qu'il ne peut s'abaisser dans la polémique. Trop d'yeux sont braqués sur lui, il doit savoir renoncer à ses légitimes indignations. Sans doute Érasme a-t-il agi sur le conseil de certains amis « qui lui témoignent un zèle imprudent et ne voient pas toujours son véritable intérêt ». Absolument étranger à cette vision des choses, Érasme laisse poindre sa rancœur d'être si mal compris : « Que le sort, dit-il à Budé, te mette à ma place, et tu aurais d'autres sentiments ! Bien plus, ou je te connais fort mal, ou c'est d'un tout autre bras que tu agiterais ton bouclier, ton épée et tes traits ! » D'autre part, piqué par la remarque qui vise ses amis, il s'exclame : « Pourquoi t'aurais-je consulté plutôt que d'autres amis […] ? Que n'ai-je eu des amis assez avisés et clairvoyants à tous égards, pour me prescrire quand et jusqu'à quel point je devais répondre à mon adversaire ! Cette sorte d'amis, peut-être notre siècle barbare n'en connaît-il point ; avec moi, en tous cas, ils ont mauvaise vue. » Érasme estime que Budé lui-même a manqué à ses devoirs ; il l'a réprimandé pour ce qui était fait, sans même essayer de le réconcilier avec Lefèvre17. De telles remarques devaient accentuer leur ressentiment réciproque.

  • 18 Allen, t. III, p. 342, l. 15-17 (no 849, 19-VI-18) ; t. I, pp. 10-14. — Voir Mann, op. cit., pp. 4 (...)

15L'affaire s'éteindra d'elle-même. Lefèvre garde un silence obstiné. En juin 1518, Pierre Gilles informe Érasme des regrets de Lefèvre qui ne désire pas continuer la dispute. Érasme déclarera plus tard que « cet épisode, si sérieux qu'il fût, n'a pas rompu leur amitié : aujourd'hui encore une bienveillance mutuelle est intacte entre nous ». Bienveillance peut-être, mais aucune véritable réconciliation ne rétablira complètement cette vieille amitié18.

  • 19 Allen, Opus, t. III, p. 522, l. 7-19 (no 936) ; t. IV, p. 73, l. 17-23 (no 1016) ; pp. 92-93, l. 1 (...)
  • 20 Apologia adversus debacchationes Petri Sutoris, L.B., t. IX, col. 755 C. — Allen, Opus, p. 345, l. (...)

16En 1519, une nouvelle polémique met Lefèvre aux prises avec John Fisher, le grand ami d'Érasme. Les deux hommes s'affrontent sur des questions de théologie et particulièrement au sujet de Marie-Madeleine que Fisher déclare unique tandis que, pour Lefèvre, son personnage réunit à lui seul trois personnes différentes. La question se débat en un échange de traités auquel Érasme tente de mettre fin. Il s'étonne que Fisher se donne tant de mal pour démontrer la véracité de son interprétation, alors qu'il ne s'agit pas d'un problème essentiel de la foi. Il regrette son intransigeance et son entêtement, s'apitoyant sur Lefèvre pour qui il n'a plus aucun ressentiment19. Plus tard Érasme défendra leurs deux causes associées par les attaques de la Sorbonne, du moins jusqu'à ce qu'il constate la sympathie de Lefèvre pour la Réforme. Retiré à la cour de Marguerite de Navarre, favorable aux milieux évangéliques français, Lefèvre s'éteindra en 1536, la même année qu'Érasme. Allen, sur la foi de deux passages de la correspondance, avance que Lefèvre avait rendu visite à l'humaniste à Bâle en 1525, lors de son séjour à Strasbourg. Les deux passages en question n'entraînent pourtant pas nécessairement cette interprétation : Faber Stapulensis hac iter faciens — Faber hinc… revocatus est in Galliam, hac et hinc désignant plus que probablement la région du Haut-Rhin. En réalité leurs divergences religieuses n'étaient pas faites pour renouer une amitié déjà fort compromise par l'amère polémique de 151720.

17Chagriné par la controverse Lefèvre-Fisher qu'il s'est efforcé d'étouffer, Érasme assiste bientôt à une nouvelle polémique où rivalisent encore un Français et un Anglais, Germain de Brie et Thomas More, deux de ses meilleurs amis. Cette fois la théologie est totalement étrangère à l'altercation qui se situe plutôt sur le plan de l'amour-propre national.

  • 21 Allen, Opus, t. II, p. 340, l. 20-23 (no 461). — Voir de la Garanderie, La correspondance d'Érasme (...)

18Toute l'affaire remonte à l'année 1512, lorsque Germain de Brie adresse à la reine Anne de Bretagne son poème Chordigerae Navis conflagratio qui célèbre un exploit de la marine française au cours de la guerre avec l'Angleterre. Le chauvinisme du poète irrite l'amour-propre national de Thomas More qui réplique par quelques épigrammes batailleuses sur les mérites comparés des soldats anglais et français. C'était tout ce qu'il fallait pour envenimer le débat, et lui donner une fausse allure de combat pour l'honneur et le prestige de la patrie. Puis la paix est conclue entre la France et l'Angleterre ; More est disposé à clore la joute littéraire. L'affaire en serait restée là si une maladresse d'Érasme ne l'avait fait rebondir. En 1516, More s'enquiert auprès de lui de l'opportunité de publier ses épigrammes avec l'Utopie : n'expriment-elles pas trop d'animosité ? « encore que, ajoute-t-il, j'aie été provoqué par l'injure faite à ma patrie ». Érasme prend la responsabilité de laisser imprimer le texte intégral, qui sera encore réédité à Bâle en 151821. Le succès de l'Utopie combiné à la provocation que signifie pour lui l'impression des Epigrammata, réveille l'animosité de Brie. Plus jeune et plus impétueux que son rival, le Français prépare alors un libelle en vers, l'Antimorus, d'autant plus regrettable qu'il paraissait singulièrement anachronique. Dès le mois d'août 1517, Érasme s'inquiète auprès de Brie de ce « fielleux libelle » qu'il aurait écrit contre More. Il tente d'apaiser le jeune Français en lui représentant que la querelle n'a plus de raison d'être : « Maintenant que la paix est conclue entre vos deux peuples, il faut aussi conclure la paix entre vous » ; il lui demande donc de ne pas publier son Antimorus. L'opération est d'autant plus difficile que l'invitation d'Érasme en France vient à peine de rétablir entre eux une correspondance rompue depuis Padoue. Il n'empêche qu'Érasme est doublement malheureux de voir deux de ses amis s'entredéchirer pour des raisons de peu d'importance. Il est dans la délicate situation de l'arbitre qui ne peut et ne veut prendre parti parce qu'il aime également les deux adversaires. Son seul recours est de les supplier de déposer les armes ; son plus grand désir est de les unir à leur tour par les liens de l'amitié.

  • 22 Allen, Opus, t. III, p. 42, l. 28-37 (no 620, VIII-17) ; t. IV, p. 128-32 (no 1045, XI-19). — Voir(...)

19Comble de malchance, cette lettre de médiation n'atteint pas son destinataire qui ne la verra que publiée, alors que l'Antimorus est déjà sous presse. Brie rend alors hommage à la loyauté et à l'amitié d'Érasme qui l'incitent à accéder à son désir ; mais il ne le peut pas, son libelle est déjà presque tout imprimé. Cependant, il souhaite qu'Érasme ne se tracasse pas : son livre n'est pas mordant comme il le prétend ; tout au plus s'amuse-t-il à railler et à badiner. D'ailleurs c'est More qui le premier l'a attaqué ; Brie n'a fait que se défendre, comme Érasme lui-même vis-à-vis de Lefèvre22. Voilà qui était répondre ! Érasme, par sa polémique avec Lefèvre, a créé un dangereux précédent, même si à ses yeux l'accusation d'impiété n'a aucune commune mesure avec cette querelle envenimée par un patriotisme exacerbé. Le Français publie donc tranquillement son texte en l'introduisant par cette lettre justificative.

20Érasme alors se tourne vers son ami More qu'il sait préparer une Apologie contre l'Antimorus. L'Anglais justifie son livre auprès d'Érasme, exposant en détail tout le différend ; pour lui, le poème provoquant de Brie est à l'origine de la querelle ; son attitude de victime offensée n'est qu'hypocrisie. C'est lui, More, qui a été attaqué avec la dernière impudence, alors qu'il s'était efforcé d'empêcher la publication de ses Epigrammes, — ce dernier trait ne passera pas inaperçu d'Érasme. More ridiculise longuement les travers de Brie et stigmatise sa mauvaise foi, persuadé que même qu'il l'avait pu, jamais il n'aurait renoncé à son libelle. Il s'exprime avec une méchanceté assez rare chez lui, mais il reste très correct envers Érasme dont il comprend la situation difficile. Il ne cherche nullement à le gagner à sa cause ; seul lui importe de se justifier à ses yeux. Connaissant la générosité de More et la grande influence qu'il a sur lui, Érasme revient à la charge. Il écrit une lettre ferme et sage où, pour la première fois, il parle en aîné. Cette fois il marque sa préférence pour More et dénonce la hargne de Brie qu'il excuse pourtant pour sa jeunesse et son caractère passionné. Faisant habilement jouer leurs liens d'amitié, Érasme représente à More ce qu'il attend de lui : son caractère posé et conciliant, ses liens plus forts avec Érasme veulent qu'il fasse le premier pas, même s'il est dans son bon droit, et qu'il renonce à son Apologie, ce qui mettrait un terme à la dispute et lui assurerait la victoire, puisque la violence de l'Antimorus a perdu Brie dans l'opinion des gens sensés.

  • 23 Allen, Opus, t. IV, pp. 217-32 (no 1087) ; pp. 239-41 (no 1093) ; pp. 251-55 (no 1096). — Rogers, (...)

21Cette lettre atteint l'Angleterre alors que l'Apologia est déjà publiée. La réponse de More est admirable de générosité et de progressive emprise sur soi. Mettant longuement en doute la bonne foi de Brie, glissant au passage un mot amer sur la fidélité d'Érasme qui continue à aimer Brie alors qu'il le sait dans son tort, le juriste finit pourtant par céder : « Sauf deux exemplaires partis d'ici avant l'arrivée de ta lettre, l'un pour toi, l'autre pour Pierre Gilles, et sauf cinq exemplaires qu'a vendus le libraire (…), j'ai racheté toute l'édition et je la tiens sous clef, attendant que tu décides ce que je dois en faire. » Admirable épître qui nous montre Thomas More triompher peu à peu de son amour-propre et de sa vanité littéraire ; car il n'échappe à personne qu'il lui en coûte beaucoup et que ce n'est pas sans peine qu'il s'est effacé. Il mesure à ce point l'étendue de son sacrifice qu'il ne peut s'empêcher d'en déduire sa supériorité sur Brie : « Tu vois, cher Érasme, combien je suis disposé à t'obéir […], toi dont le sentiment passe à mes yeux avant tous les calculs ; je n'ai point imité mon adversaire Brie, lui qui se vante d'obéir à tes moindres signes de tête […]. Il a fait tant de cas de tes avertissements qu'il n'a pu se résigner à racheter ses exemplaires et à les jeter au feu. » More, on le voit, a remporté cette victoire sur lui-même grâce à son amitié pour Érasme, mais il nourrit toujours du ressentiment pour Brie. Pourtant, il se détend et plaisante ; exprimant son désir d'en finir avec cette dispute, il propose une rencontre à trois à Calais, pour amorcer une réconciliation, sous l'arbitrage d'Érasme. More prend humblement conscience de la vanité qu'il a manifestée, puis il ajoute : « Je suis certain que le lecteur me pardonnera d'avoir cédé aux faiblesses humaines dont aucun homme ne peut entièrement se défaire […] ; je ne suis pas encore un saint […]. » Expression d'une étonnante valeur prophétique dans sa simplicité, quand on sait qu'il n'est pas tellement loin le temps où l'homme d'État anglais accédera à la sainteté en assurant sur lui-même une nouvelle victoire, autrement importante, celle-là, et qui lui coûtera la vie. Quatorze ans avant sa fin héroïque, More avait déjà trouvé, avec l'aide d'Érasme, le chemin difficile de l'abnégation, en triomphant d'un des travers les plus difficilement surmontables, la vanité de l'écrivain. Érasme remercia son ami du fond du cœur23.

22Il restait encore à convaincre Brie de déposer les armes. L'appréhension d'Érasme est si grande qu'il recourt à la médiation de Budé, plus proche de Brie, et qui correspond avec More depuis 1518. Le côté piquant de la situation n'a pas dû échapper à Budé, qui s'était efforcé en vain de faire retirer par Érasme son Apologia contre Lefèvre. Budé aura le bon goût de ne pas y faire allusion.

  • 24 Allen, Opus, t. IV, pp. 292-95 (no 1117) ; pp. 323-24 (no 1131) ; pp. 325-26 (no 1133) ; pp. 442-4 (...)

23Érasme ne s'était pas trompé : Brie est d'autant plus long à dissiper son humeur combative qu'il se figure impressionner Érasme par son érudition et son éloquence qui l'emportent sur celles de More. Irrité par la fatuité du jeune Français, Érasme le détrompe sévèrement : il n'a pas beaucoup lu Brie, par contre il a lu tout More et a entretenu avec lui des rapports d'intime familiarité ; c'est un grand personnage et un homme de grande valeur à tous les points de vue. Suit un chaleureux éloge de More qui doit faire sentir à Brie tout ce qui les sépare. En conséquence, Brie voudra bien le respecter comme tel et ne plus se ridiculiser par sa sotte prétention. Il a intérêt à s'entendre avec More et à garder l'amitié d'Érasme ; pour cela, il ferait bien de cesser d'ameuter la France contre More par ses écrits vindicatifs. Érasme pouvait se permettre ce ton de franche remontrance envers le jeune humaniste qu'il sait influençable et mal assuré, malgré ses fanfaronnades. Cette attitude ferme lui paraît devoir être la seule payante : l'avenir devait lui donner raison. Harcelé par Érasme, Budé, Vivès, Deloynes et Lascaris, Brie finit par se soumettre. En septembre 1521, Érasme peut enfin annoncer à Budé l'heureux dénouement de cette triste affaire, où beaucoup d'amis ont bien joué leur rôle : « Je vous aime tous d'avoir vaincu Brie par vos conseils, et je l'aime de s'être soumis au jugement de nos amis. » Il faudra pourtant attendre le 20 mai 1527 pour que le Français se déclare prêt à devenir l'ami de More, « par l'entremise et pour l'amour d'Érasme »24.

24Il apparaît que, en cette délicate affaire, malgré son désarroi et son chagrin de voir aux prises deux de ses meilleurs amis, Érasme a fait preuve d'une grande lucidité et d'une rare habileté, en exploitant au mieux les qualités particulières des liens d'amitié respectifs qui le liaient aux deux hommes. A More, personnalité supérieure et ami privilégié qui, plus qu'un autre, est sensible à ce qu'il ressent, Érasme a demandé de se montrer grand seigneur et de faire le premier pas, nonobstant son bon droit et son désir légitime de réparation. A Brie, il propose un retour sur lui-même, en lui faisant prendre conscience de ses torts, sans même lui épargner certaines remarques humiliantes qu'il sait devoir être salutaires.

25Jamais Érasme n'a mis tant de cœur à apaiser une querelle. Sans doute la personnalité des adversaires, qui lui étaient si proches, chacun à sa manière, est-elle l'explication essentielle. Mais il ne devait pas oublier que, par sa maladresse et le peu de clairvoyance dont il avait fait preuve en publiant par deux fois les Épigrammes de More, il avait involontairement contribué à envenimer les choses. De là, son ardeur à effacer ce qu'il n'avait pu empêcher.

***

  • 25 Allen, Opus, t. III, p. 249, l. 75-79 (no 794). — Voir De Vocht, op. cit., pp. 187-95. — Hendriks, (...)

26Préoccupé de ces querelles d'humanistes, Érasme n'en poursuit pas moins son labeur, s'intéressant aussi à la bonne marche du Collège de Busleiden. Rassuré par le succès du nouvel enseignement, l'humaniste est confiant dans l'avenir : « Ici de bilingues, nous sommes tous devenus trilingues […] et Dorp deviendra le chef de la section hébraïque […]. D'ici peu on verra un nouveau Louvain et ceux qui vilipendaient Érasme l'acclameront bientôt25. »

  • 26 Allen, Opus, t. IV, pp. 555-56, l. 39-77 (no 1225).
  • 27 Allen, Opus, t. III, p. 20, l. 15 (no 607) ; p. III, l. 23-24 (no 688) ; pp. 184-86 ; p. 203, l. 1 (...)
  • 28 Allen, Opus, t. III, pp. 416-17, l. 8-13 ; n. 13 (no 878) ; p. 425, l. 69-74 (no 886) ; t. IV, p.  (...)

27Érasme s'active aussi à la révision du Nouveau Testament. Il part pour Bâle en mai 1518 afin de préparer la deuxième édition. Il a pris soin auparavant de soumettre son manuscrit à l'approbation des théologiens. Certains n'y trouvent rien à redire, comme Dorp, Briard et Latomus ; d'autres ne l'ont même pas ouvert, comme le carme Nicolas d'Egmond. L'humaniste a donc entrepris son voyage, entièrement rassuré de ce côté26. Pourtant peu avant son départ, il a eu maille à partir avec un jeune théologien anglais, Edward Lee. Issu d'une noble famille du Kent, ce futur archevêque d'York et aumônier de la cour de Henri VIII a étudié le droit et la théologie à Oxford et à Cambridge. Devenu l'ami de Thomas More, il est arrivé à Louvain en 1516 où il a fait la connaissance d'Érasme qui, au nom de More, le traite avec amitié. Sous l'impulsion de l'humaniste, Lee s'est mis à l'étude du grec dont la connaissance progressive l'oriente vers le Nouveau Testament. Il résume en dix conclusions une série de remarques critiques concernant la révision de l'humaniste ; mais celui-ci se dérobe. Outré d'une telle désinvolture et du peu de cas qu'Érasme fait de ses avis, le jeune Anglais rédige cette fois de véritables objections à l'œuvre d'Érasme, espérant que celui-ci en tiendra compte et parlera de lui dans sa prochaine édition. Le climat n'est pas à la détente entre les deux hommes. Ils se quittent brouillés. A Cuthbert Tunstall, Érasme exprime les sentiments que lui inspire son compatriote : « Peu avant que je ne quitte Louvain, Lee, avec qui j'étais auparavant lié, a brisé notre amitié. Il a entrepris d'annoter mon Nouveau Testament, de façon magistrale à son avis, mais à mon sens, ses annotations sont nulles, mis à part deux ou trois passages […]. On y décèle aussi des traits de mauvaise humeur et beaucoup de stupidité ; il semble n'avoir pas compris ce que j'écris. » Sur le chemin de Bâle, Érasme reçoit par Martin Lipsius le texte des annotations de Lee, auxquelles il répond avec assurance. Lee profite de son absence pour répandre sa prose et pour s'efforcer d'ameuter les théologiens, Briard en tête. Dorp apparemment ne s'en laisse pas conter ; il écrit à Érasme plus amicalement que jamais, le tenant au courant des progrès du Collège Trilingue et montrant son regret pour son attitude passée. Encouragé de la sorte, Érasme termine à Bâle son Nouveau Testament sans tenir compte des critiques de Lee. Il insère au contraire sa traduction audacieuse de 1506 qui s'écarte considérablement du texte de la Vulgate27. Le voyage de retour est des plus pénibles. Érasme arrive à Louvain gravement malade. Il descend chez Thierry Martens où les médecins, craignant la peste, l'abandonnent à son sort ; mais ses amis, Dorp, Briard et bien d'autres, viennent lui rendre visite sans crainte de la contagion, « preuve d'une amitié encore fidèle ». « Ils font plus pour me rendre la santé en me tenant compagnie que tous les médecins avec leurs avis contraires. » Lentement rétabli, Érasme constate que Lee n'a pas perdu son temps, en montant les théologiens contre lui. Il sent l'hostilité de l'Anglais : « Il ne me rend plus visite et ne me salue plus. C'est un homme de bien, mais étonnament imbu de lui-même, d'esprit irritable et assez superficiel. » Érasme recherche le soutien de Briard, mais celui-ci s'esquive28. L'humaniste pressent le drame, il sait que la paix à Louvain ne tient plus qu'à un fil.

  • 29 Apologia refellens dialogum D. Jacobi Latomi, L.B., t. IX, col. 79-106. — Allen, Opus, t. I, pp. 2 (...)

28Effectivement, au printemps 1519, Briard, qu'Érasme juge « honnête et sans rival en théologie, bon cœur et bien disposé envers lui, quoique d'un naturel irrascible », est amené par des « agitateurs » à proférer contre lui l'accusation d'hérésie, parce que dans l'Encomium Matrimonii, « il a loué le mariage plus qu'il ne le fallait ». Grâce à l'intervention de Dorp, Briard bat en retraite. Pourtant Érasme ne peut s'empêcher d'écrire une Apologie. C'est alors qu'il doit faire face à l'opposition de Jacques Masson ou Latomus, un théologien peu enclin aux méthodes nouvelles, influencé qu'il fut dès son plus jeune âge par l'enseignement de Jean Standonck au Collège de Montaigu, au point de devenir régent de la Maison des Pauvres fondée à Louvain par Standonck lui-même. En décembre 1518, Érasme avait publié sa Ratio seu compendium verae theologiae qui montrait son grand intérêt pour l'étude des trois langues. Soutenu par Briard, Latomus écrit l'année suivante le De Trium linguarum et studii theologici ratione dialogus qui défend les méthodes scolastiques d'investigation des textes bibliques. Regrettant « une vieille amitié qu'il n'a pas contribué à briser », Érasme, « sur l'insistance de ses amis », écrit une nouvelle Apologia29.

  • 30 Allen, Opus, t. III, p. 545, l. 132-34 ; p. 547, l. 182-220 (no 948) ; pp. 263-68 (no 809) ; p. 30 (...)

29Déjà les rapports d'Érasme avec l'Université sont moins chaleureux. L'agitation est à son comble lorsqu'arrive à Louvain la deuxième édition du Nouveau Testament. Érasme a beau feindre de rire des critiques et tabler sur l'approbation de Rome, les attaques réitérées l'accablent chaque jour davantage. Dorp lui-même émet de nouvelles objections. L'hostilité à Érasme bat son plein dans la ville universitaire. La froideur de Dorp lui est de loin la plus pénible30. L'humaniste se confie à ses amis allemands parmi lesquels Ulrich Zazius qui s'emploie à les réconcilier.

30Les choses en sont là, lorsque, en octobre 1519, contre toute attente, les théologiens amorçent un rapprochement. Grâce à la bonne volonté d'Érasme, la réconciliation est scellée lors d'une réunion suivie d'un banquet au Collège du Faucon, avec « amnistie pour tout ce qui a précédé ». Délivré d'un grand poids, mais toujours méfiant, Érasme annonce la nouvelle à ses amis. Des lettres joyeuses partent de Louvain pour la France, l'Angleterre et l'Allemagne. Érasme ne sait pas si la paix durera, mais il certifie que ce ne sera pas lui qui la violera. On le croit sans peine lorsqu'il affirme que l'amitié renouée avec Dorp lui fait le plus de plaisir. Après plusieurs brouilles, le théologien s'est définitivement réconcilié avec Érasme. Par son intermédaire, il fait publier chez Froben un Discours par lequel il se désolidarise vigoureusement des scolastiques et se range totalement aux côtés d'Érasme qu'il prie de le recommander à ses amis. Les Allemands sont bientôt au courant de cette dernière volte-face. Zazius en est tellement heureux qu'il félicite le théologien et insiste pour que Boniface Amerbach en face autant. Plus d'une fois par la suite Zazius et les autres Allemands s'informent de la fidélité de Dorp ; chaque fois Érasme peut répondre qu'au milieu des agitations partisanes et des intrigues anti-érasmiennes, « Dorp ne pourrait se comporter plus amicalement » ; il pense qu'il « restera toujours semblable à lui-même ».

  • 31 Allen, Opus, t. IV, p. 87, l. 3-9 (no 1024) ; p. 90. l. 13-15 (no 1027) ; p. 90. l. 16-21 (no 1028 (...)

31La paix conclue au Faucon fut de courte durée. Trop fragile pour résister aux insurmontables divergences qui séparent Érasme de la Faculté, la moindre occasion suffit à la rompre, d'autant qu'Érasme a l'art de multiplier les déclarations et les écrits qui soulèvent les critiques. Dorp, cette fois, lui demeure fidèle, même si en dehors de l'Université, il est toujours considéré comme l'ennemi d'Érasme. Sur ses prières, l'humaniste invite ses amis à le rassurer, ce que More fera notamment. Dorp tombe alors en défaveur et se voit retirer son titre de porte-parole de l'Université. À sa mort, en 1525, Érasme, très affecté, écrira qu'il a perdu en lui le seul professeur de la Faculté qui favorisait sans réserve les études nouvelles31.

  • 32 Allen, Opus, t. IV, p. 198, l. 17-29 (no 1074) ; t. III, p. 471 ; t. VI, pp. 93-94, l. 262-75. — V (...)
  • 33 Allen, Opus, t. III, pp. 439-40, I. 1-5 ; 18-23 ; 37 ; 40-42 (no 899) ; pp. 440-41, l. 1-8 (no 900) (...)

32Combien pourtant Érasme avait besoin de soutien et de protection ! Longtemps il s'est énervé à imposer silence à Edward Lee. Son indignation ne connaît pas de bornes lorsqu'il songe qu'il a accueilli cet hypocrite parmi ses familiers sans tenir compte des bruits qui couraient sur son compte. Mieux, il l'a aidé dans ses études de grec, ce qui allait se retourner contre lui. Bientôt il apprend que Lee a fignolé ses Annotations en une attaque plus virulente que jamais. Le théologien montre son manuscrit à Briard, en envoie une copie en Angleterre et fait beaucoup de tapage autour de son écrit qu'il tient par ailleurs secret. Voilà qui met les nerfs d'Érasme à rude épreuve. Déjà moins méprisant, il propose à Lee de lui montrer son ouvrage et d'en discuter avec lui. Lee a beau jeu de refuser et de continuer ses mystères32. Exaspéré, Érasme se tourne vers Martin Lipsius qu'il sait toujours en bons termes avec l'Anglais. Sans lui communiquer le texte, Lipsius en recopie certains passages. Au milieu d'accusations d'hérésie, Lee est passé aux attaques personnelles, s'étendant sur l'accusation de défroqué qui a rompu les vœux qui l'attachaient à l'ordre des Augustins. De la lettre confuse de Lipsius, Érasme croit comprendre que son disciple l'attaque personnellement ; il lui répond avec une rare sévérité, qui n'est pas exempte de mépris : « Il était vraiment superflu que toi aussi tu te fasses le censeur de ma vie et de mes études […]. Ce n'est pas encore le moment : pour toi, c'est le moment d'apprendre et non de juger, surtout avec une telle autorité […]. N'est-ce pas assez que j'aie satisfait ma propre conscience, l'évêque, le pape, et d'autres prélats ? […]. Si je te racontais toute l'affaire, tu reconnaîtrais que je n'aurais pu agir autrement. C'est une longue histoire. Tu n'as pas le droit de te prononcer sur la conscience d'autrui […]. Vois avec quel orgueil tu écris […]. Comme si j'avais besoin de tes remontrances ! » Curieusement Lipsius n'est pas impressionné et dissipe calmement le malentendu : « J'ai lu ta lettre accusatrice, mais non sans rire, parce que tu me semblais tourner dans un autre monde […]. Comment as-tu pu lire ma lettre sans distinguer entre Lee et Lipsius […] ? Relis-la attentivement et juge par toi-même, tu verras que tu as été abusé. » Érasme est bientôt heureux de reconnaître son erreur. Pourtant, Lipsius, dans sa naïveté, communique ces lettres à Lee, au grand déplaisir d'Érasme : « Lee agit avec toi comme le loup avec l'agneau […]. Il n'est amical que pour mieux te tromper. » Cette fois Martin a compris ; il rompt avec Lee et tient Érasme au courant de ses faits et gestes, bien que celui-ci ne l'approuve toujours pas : « Crois-tu que la charité chrétienne qui embrasse tout doit être contenue dans des limites si étroites que tu ne puisses être l'ami de Lee si tu ne cesses d'être mon ami33 ? »

  • 34 Allen, Opus, t. IV, p. 89, l. 11-18 (no 1026) ; pp. 91-92, l. 8-15 (no 1029) ; pp. 93-94, l. 20-38 (...)
  • 35 Allen, Opus, t. IV, pp. 174-75, l. 584-99 ; 606-609 (no 1061) ; pp. 1-2, L 17-43 (no 993) ; pp. 10 (...)

33Mais l'humaniste a d'autres soucis. Il lui tarde trop d'être en possession du manuscrit de Lee. Sachant qu'un exemplaire est parti pour l'Angleterre, il s'adresse à ses amis anglais pour récupérer ce que ce « bilieux » fait circuler sous le manteau. Mais ses amis qui craignent d'attiser la querelle inventent mille prétextes et lui enjoignent de se calmer34. Érasme alors perd son sang-froid. Par deux fois en 1519, il poursuit son détracteur jusqu'à Anvers où celui-ci veut faire imprimer son écrit. Il contraint les deux éditeurs qui possèdent des caractères grecs à refuser le travail. Enfin il écrit à l'Anglais une lettre mielleuse, lui demandant pourquoi il est subitement devenu son ennemi. Ce qu'il écrit n'est pas sans consistance ; il est jeune et ambitieux, mais pour acquérir la gloire, ce moyen est peu indiqué. Qu'il prenne garde, les échos de ses paroles sortent des frontières. Érasme compte beaucoup d'amis qui pourraient en prendre ombrage : « S'il n'y a pas de péril, c'est par amitié que j'ai craint ; s'il y en a, c'est par amitié que je t'ai prévenu. » Lee se défend longuement, avec dignité : Érasme a fait un drame de rien car lui voulait seulement faire des objections à certaines de ses interprétations. Puis il montre la mauvaise foi d'Érasme, son attitude déloyale, lorsqu'il l'a empêché d'éditer son livre. Il dénonce sa prétention à vouloir tout régenter dans le monde des lettres, sans accepter le concours de qui que ce soit et encore moins les critiques. Ceci dit, Lee regrette cette polémique, mais elle s'est envenimée par la faute d'Érasme qui a ameuté ses amis et qui agit sous leur couvert : « Où se trouve maintenant ton cœur chrétien qui n'aspire qu'aux relations affectueuses, modérées, amicales et sans détours ? Tu aimes tant ces mots-là ! » Assurément le théologien avait servi à Érasme quelques vérités amères à entendre. Du reste il est vrai que l'affaire a pris de telle proportions par la maladresse d'amis tels que Lipsius. Il est vrai aussi que la bonne foi n'étouffe pas Érasme quand il affirme énergiquement auprès de ses amis anglais n'avoir jamais empêché la parution des Annotations de Lee : il prétend au contraire avoir toujours voulu que l'œuvre soit divulguée le plus tôt possible35 !

  • 36 Rogers, Correspondence of Thomas More, p. 101 (no 48) ; pp. 138-54 (no 75) ; pp. 206-208 (no 84) ; (...)

34L'affaire se complique encore de l'intervention des amis d'Érasme. Thomas More, par ailleurs l'ami de Lee, se trouve dans la situation difficile d'Érasme face à la dispute qui l'avait opposé à Brie. En octobre 1517, More écrivait à Lee : « Compte sur mon amitié. Tu publieras sûrement beaucoup, et tes ouvrages, je les défendrai, s'il le faut, contre Érasme lui-même. » Mais après avoir vu son manuscrit, il le dissuade de le publier et lui reproche sa violence. Pourtant même aidé de Colet, de Fisher et de Pace, il ne parvient pas à empêcher la publication à Paris des Annotationes in annotationes Novi Testamenti que Lee adresse ironiquement à Érasme : « Maintenant tu le possèdes enfin ce livre que tu as réclamé avec tant d'insistance. » Lipsius, en ces circonstances, devait encore être maladroit : il annonce à Érasme que les Annotations de Lee lui paraissent moins bonnes et moins utiles que les siennes. L'humaniste lui répond qu'il est bien bon de le croire36 !

  • 37 Allen, Opus, t. I, p. 22, l. 18-20 ; t. IV, p. 195 (no 1072) ; p. 235 ; p. 238, l. 11 (no 1092) ; (...)

35Déjà, Érasme prépare une Apologia qu'il achève en quelques jours, « alors que Lee a mijoté son livre pendant deux ans ». En quelques semaines, au début de 1520, Érasme répliquera encore par deux Responsiones aux « traits empoisonnés de Lee et à ses querelles plus que féminines ». Cette fois, l'humaniste renonce à sa courtoisie habituelle. Ces trois répliques mordantes ne sont rien d'autre que des pamphlets où les questions débattues cèdent le pas aux invectives et au langage imagé qui tourne Lee en ridicule37.

  • 38 Allen, Opus, t. IV, p. 192, l. 11-25 (no 1068) ; p. 233 (no 1089) ; p. 234 (no 1090) ; pp. 255-56 (...)

36Érasme laisse entendre que l'avis de ses amis était partagé quant à l'opportunité de répondre aux vociférations de Lee, comme s'il s'était finalement incliné devant le plus grand nombre. Curieusement, la divergence d'opinion de ses amis se concrétise au-delà des frontières. En Angleterre, ses amis s'émeuvent de l'ampleur que prend l'affaire et s'efforcent d'y mettre fin, tandis que l'Allemagne se déchaîne contre Lee et applaudit aux Apologiae d'Érasme. Celui-ci a beau se plaindre de Lee à Fisher, à Warham et même à Henri VIII, il convainc difficilement l'Angleterre de la légitimité de sa polémique. Si Pace se réjouit de son sang-froid, — il est vrai qu'à côté des perfides accusations de Lee, la prose méprisante d'Érasme paraît bien fade, — More se plaint de voir deux de ses amis, dont le grand Érasme, s'abaisser à de telles disputes. Certes More voit les torts de son compatriote, mais il estime qu'il a été gravement lévé jadis, par le mépris opposé à ses annotations. Faisant appel à ses sentiments chrétiens, il demande à Érasme de lui pardonner et de suspendre toute nouvelle publication polémique. Après avoir lancé trois livres contre Lee, l'humaniste accède aisément à cette prière. Pourtant l'impression que More a en vue l'intérêt de Lee avant le sien rend Érasme amer38. Apparemment il a déjà oublié sa récente intervention dans l'affaire More-Brie. Mieux, c'est pendant qu'il prêchait la sagesse et la modération à More et à Brie, leur enjoignant de renoncer à leurs libelles vengeurs, qu'Érasme éditait sans sourciller ses réponses incendiaires au théologien anglais. En réalité, mener de front une polémique personnelle et un arbitrage à l'extérieur ne lui semble pas une attitude tellement paradoxale, parce qu'il considère toujours ses propres querelles comme infiniment plus graves et plus importantes que celles des autres. Qu'y voir d'autre sinon un signe nouveau et extrêmement significatif de cet égocentrisme qui semble être le fond de son caractère ? Dans un arbitrage, Érasme reste lucide, il voit la mesquinerie de la dispute et n'envisage pas d'autre solution que de la faire cesser au plus tôt. Mais, s'il s'agit de lui, il est trop engagé, trop passionné et surtout trop sensible à l'attaque pour rien entendre de semblable. Et dans le cas particulier qui nous occupe, l'humaniste a singulièrement pris les choses au sérieux. Plus que jamais il est persuadé que le monde lettré, sûr de sa victoire, suit passionnément son duel de prestige.

  • 39 Allen, Opus, t. IV, p. 153 ; pp. 198-201 (no 1074) ; pp. 201-202 (no 1075) ; p. 203 (no 1077) ; pp (...)

37Comme pour donner raison aux accusations d'hypocrisie formulées par Lee, Érasme ameute ses amis allemands qu'il sait fanatiquement dévoués à sa cause, et il se couvre ensuite de leur zèle intempestif. Il commence par leur exposer l'affaire à tous en particulier, en prenant soin de se donner le beau rôle. Suivant la personnalité de son interlocuteur, Érasme trouve les mots et le ton adéquats pour les gagner à sa cause. Auprès de Hutten, littérateur violent et entreprenant, il s'emporte contre son rival et présente la querelle sous des dehors dramatiques. À Capiton, prêcheur passionné, il écrit à propos de Lee une harangue indignée, ironique et injurieuse. À Paul Volz, religieux scrupuleux, il confie le désarroi et l'amertume où le plonge cette polémique, ainsi que son aspiration à la paix et à la concorde. A Pirckheimer, juriste et diplomate qui aime les raisonnements, il expose longuement comment il a bravement, et avec modération, réfuté les objections de Lee, laissant entendre son désir d'un soutien actif de la part des amis. A Josse Jonas, le disciple dévoué, il exprime clairement ce qu'il attend : « Que nos amis écrivent des épîtres critiques contre Lee […]. Je voudrais qu'on rassemble tant de lettres qu'il en soit véritablement écrasé. Qu'elles soient réunies par les savants et qu'on me les fasse parvenir par des hommes sûrs ; je les corrigerai moi-même et je m'occuperai de les faire publier. Il faut qu'elles soient très variées. J'ai déjà donné un modèle à suivre. » Pascal Berselius, l'ami liégeois, participe lui aussi à ce travail d'intimidation39.

  • 40 Allen, Opus, t. VIII, pp. xlv-xlvii (no 1127 A) ; t. IV, p. 203 (no 1077) ; pp. 204-205, l. 1-37 ( (...)

38C'est ainsi que se constitue peu à peu le volume des Epistolae aliquot eruditorum virorum ex quibus perspicuum quanta sit Eduardi Lei virulentia qui voudrait donner au lamentable combat d'Érasme l'importance de la récente affaire Reuchlin. Comme si l'Allemagne n'avait pas à ce moment d'autres raisons de s'émouvoir : il y a trois ans déjà qu'ont été affichées les thèses de Luther ! Bien plus, dans sa vision incroyablement déformée de la situation à force de tout ramener à lui, Érasme entretient Luther lui-même de ses démêlés avec Lee. Il n'est pas le seul à rêver de la sorte ; nombre de ses amis, s'enflamment pour la polémique et viennent grossir le volume des lettres qu'Érasme a demandées. Boniface Amerbach et Ulrich Zazius sont les plus exaltés. Le vieux juriste de Fribourg s'indigne de la « monstruosité de Lee qui, à l'égal de Caligula, veut s'en prendre à Érasme, la tête de la foi chrétienne, de la théologie authentique et de tous les lettrés ; mais ces derniers se sont soulevés et bientôt Lee n'existera plus ». Pirckheimer va plus loin encore : Érasme aurait dû répondre de façon à imposer définitivement silence à son détracteur ou se taire tout à fait ; la modération risque d'inciter n'importe qui à l'attaquer, sûr de l'impunité. Dans un cas semblable, Érasme devrait ignorer le coup et laisser ses amis le défendre et le venger. Ces attaques lui gagnent d'ailleurs de nouveaux amis : « C'est une chance plus grande pour toi d'être insulté par tes ennemis que d'être loué par tes amis. » Voilà un point de vue qu'Érasme ne partage assurément pas ! Il préfère de loin régler ses propres querelles lui-même. Car s'il a incité les Allemands à écrire contre Lee, c'était avant tout pour montrer aux Anglais les appuis dont il dispose et l'inutilité de ménager le jeune théologien. Capiton lui aussi s'est activement lancé dans la bataille. Il est vrai que les critiques proférées à l'encontre de certaines interprétations du texte hébreu le visaient particulièrement, lui qui avait largement contribué à cet aspect du travail. Bientôt les Anglais se joignent aux « hommes érudits » et condamnent leur compatriote. Hutten écrit à Lee : « Rétracte-toi ! Tout le monde aime et vénère Érasme. Je sais que les Tunstall et les More […] vont te traiter comme tu le mérites. » Aux dires de Beatus Rhenanus, « la tragédie de Lee cause plus de chagrin à Linacre, Pace, More […] qu'à Érasme lui-même »40.

  • 41 Allen, Opus, t. IV, p. 305 (no 1123) ; p. 320 (no 1128) ; p. 322, l. 15-21 (no 1129) ; p. 235, l. 1 (...)

39L'humaniste a obtenu ce qu'il voulait, pourtant il n'est pas encore satisfait. Ayant pris connaissance des lettres de ses amis, il doit bien convenir de leur caractère outrancier : « Certes Lee est digne de la corde, mais je préférerais qu'il soit réduit par des arguments et des gens sérieux plutôt qu'à l'aide d'injures de la sorte. » — « Bien qu'il n'y ait aucun mal que Lee ne mérite, je souhaiterais pourtant qu'ils se calment […], qu'ils cessent de m'aimer d'aussi fâcheuse manière. » Désormais Érasme prend ses distances vis-à-vis de la polémique ; il affirme que ses amis allemands sont littéralement enragés contre l'Anglais et qu'il a la plus grande peine à les contenir, oubliant qu'il les a mobilisés pour sa cause. Leur zèle le gêne d'autant plus que, aux entrevues de Calais, Érasme a rencontré Lee et s'est réconcilié avec lui. Tous ses efforts ne parviendront pourtant pas à empêcher la publication, chez Froben, en 1520, des Epistolae eruditorum virorum41.

40En septembre 1520, la polémique avec Lee est provisoirement calmée. En cette affaire, Érasme s'est particulièrement compromis ; à plus d'une reprise, il s'est oublié et s'est laissé aller à une violence mesquine et à une méchanceté explicables en partie par sa nature hypersensible. Moins excusable est cet orgueil démesuré qui le pousse à élever cette sombre affaire au plan international, en lui donnant un relief qu'elle ne méritait pas et en s'assurant de la sorte une victoire écrasante, puisqu'il sait qu'un seul mot de sa part déchaînera les passions. Il avait pourtant dit à Lee qu'il ferait tout pour empêcher cela… Ou bien Érasme est-il si peu sûr de lui et si angoissé des objections faites au Nouveau Testament que l'aide de ses amis lui est indispensable ? On a peine à le croire. Érasme affirme que Lee n'est qu'un instrument aux mains des ennemis des belles-lettres. Pourquoi dans ce cas s'acharne-t-il sur la personne de son détracteur ? En cette affaire comme en tant d'autres circonstances, le comportement et les déclarations d'Érasme sont aussi ambiguës que contradictoires. Le drame qui se prépare, un vrai celui-là, lui donnera l'occasion d'exceller à ce jeu.

***

41Il était à prévoir que le combat d'Érasme contre Lee réveillerait l'animosité des théologiens de Louvain et troublerait la paix conclue au Faucon. À ceux qui lui conseillent de fraterniser avec les théologiens, Érasme explique que cela a toujours été son désir : « Personne plus que moi n'est avide d'amitié, même si je chéris mes amis plus que je ne les fréquente, comme ce fut le cas avec l'archevêque de Canterbury, Mountjoy ou les cardinaux romains ; mais si vient l'occasion de rendre service, il n'est rien que je refuse de faire pour ces amis. » Il affirme sa volonté de s'entendre avec tout le monde, mais certains excitent les théologiens contre lui et les choses se gâtent périodiquement, d'autant qu'il reconnaît « être naturellement porté sur les mots d'esprit et avoir un langage plus libre qu'il ne devrait ». L'humaniste dénonce l'ignorance et la stupidité des théologiens attachés au système d'enseignement en vigueur : ils crient à l'hérésie et à l'Antéchrist devant l'humanisme naissant et prennent prétexte des moindres dissidences entre humanistes pour servir leur « cause injuste ». C'est pourquoi Érasme voudrait créer un « front commun » de tous les lettrés afin qu'ils se serrent les coudes.

  • 42 Allen, Opus, t. III, p. 555, l. 23 (no 952) ; pp. 559-83 (no 964) ; pp. 595-96, l. 4-12 (no 970) ; (...)

42C'est dans ce cadre qu'Érasme situe l'affaire Luther qui commence alors à mettre le feu à l'Europe : pour lui, la cause du réformateur est liée par une même haine à celle des belles-lettres et à la sienne propre. Il est vrai que ses détracteurs ne cessent d'associer son nom à celui de Luther, mais, obnubilé par son propre combat, Érasme ne voit pas la vraie tendance de la Réforme. Le drame, pour lui, commence lorsque les écrits de Luther se répandent dans les Pays-Bas. On y trouve des rapprochements avec les propos d'Érasme, que l'on soupçonne d'en être la source, d'autant qu'à ce moment, il est en bons termes avec le professeur de Wittenberg42.

43Les détracteurs les plus acharnés d'Érasme en cette matière sont le carme hollandais Nicolas Baechem d'Egmond, chargé en 1520 des fonctions d'inquisiteur par Charles-Quint, et le dominicain Vincent Dierckx, professeur de théologie. Érasme en veut particulièrement à Egmond qui a « sa langue en guise de plume » ; partout, dans les prêches, les banquets, les discours publics, il déclare Érasme hérétique à grand renfort d'extraits mal compris de ses œuvres. Conscient peut-être de l'importance de l'affaire luthérienne qui dépasse ses récentes polémiques, l'humaniste résiste à la tentation de demander l'intervention de ses amis, qu'il craint d'ailleurs de voir aggraver le débat. Il en appelle à Rome et, grâce à ses hautes protections, il obtient que Léon X impose silence à ses adversaires. L'accalmie est de courte durée. Tout sera d'ailleurs à refaire sous Adrien VI, puis sous Clément VII. Érasme en appelle aussi au recteur de l'Université, Godescalk Rosemondt, auquel il décrit le sort injuste que lui font les incessantes calomnies dont on l'accable. Le recteur le convie alors à soutenir une discussion contre Egmond où tous les griefs seront évoqués. Érasme fera à Thomas More un récit tragi-comique de cette entrevue. Il montre comment, par son sang-froid, il a ridiculisé et confondu son détracteur qui ne pouvait que proférer des propos injurieux et fulminer des accusations dont il était incapable de démontrer le bien-fondé. Le carme cependant ne s'avoue pas vaincu : « Ici nos anciens amis restent pareils à eux-mêmes : ils conspirent, ils me rendent responsables du fait que l'affaire Luther ne tourne pas aussi mal qu'ils le souhaitent. »

  • 43 Allen, Opus, t. I, pp. 24-26, l. 36-37 ; 1-41 ; 1-36 ; t. IV, pp. 344-46 (no 1143) ; pp. 347-49 (n(...)

44S'il ne réclame pas leur aide, Érasme tient ses amis au courant des péripéties de sa lutte contre les théologiens. Dépassé par les proportions que prend le conflit luthérien, il cherche le moyen de quitter Louvain sans trop perdre la face. L'occasion lui est fournie par la troisième édition du Nouveau Testament qui se prépare à Bâle ; il quitte les Pays-Bas en octobre 1521, heureux de retrouver son indépendance. Délivré pour un temps de la haine des adversaires ligués pour sa perte, transporté dans un cercle d'amis et de partisans qui pensent encore comme lui, il peut s'adonner en paix à ses chers travaux, loin des intrigues des cours et des universités43.

  • 44 Allen, Opus, t. V, pp. 8-9, l. 10-46 (no 1256) ; pp. 85-87 (no 1299) ; pp. 88-90 (no 1300) ; pp. 9 (...)

45Ses ennuis ne sont pas terminés. Le 19 janvier 1522, Juan-Luis Vivès met Érasme en garde contre les menées de Dierckx et Egmond qui proclament toujours sa complicité avec Luther. Vivès ne juge pas la situation désespérée ; Érasme doit pouvoir rétablir son prestige entamé. L'humaniste ne partage pas cet optimisme. L'opposition à son œuvre, systématiquement orchestrée à Louvain, lui semble être le fait d'un vaste complot tramé contre la culture nouvelle considérée comme génératrice d'hérésie. Il se sent impuissant à se défendre seul. Une fois de plus, Érasme porte l'affaire auprès de la Faculté et de la cour de Bruxelles, justifiant la parfaite orthodoxie de ses écrits et se défendant de la moindre intelligence avec Luther. Enfin il se tourne vers Adrien VI dont il attend une protection manifeste. Le 15 août 1522, Vivès annonce triomphalement à son illustre ami que le complot tramé aux Pays-Bas a échoué : Adrien VI les a fait taire ; ils se tairont longtemps44 jusqu'à ce que, en 1526, quelques amis d'Érasme obtiennent du pape et de l'empereur un édit menaçant qui doit à nouveau les réduire au silence. Tout semble devoir recommencer, lorsque la mort de Baechem et de Dierckx, survenue à quelques jours d'intervalle, en août 1526, donne à Érasme quelque répit. Informé par Goclenius, l'humaniste aurait eu mauvaise grâce à ne pas reconnaître ouvertement le soulagement que lui octroyait ce double et inattendu décès.

  • 45 Allen, Opus, t. VI, p. 312, l. 118-21 (no 1690) ; p. 350, l. 7-14 (no 1717) ; pp. 432-33, l. 14-21 (...)

46Érasme n'en a pas encore fini avec Louvain. Jusqu'à la fin, ses amis Vivès, Goclenius et Lipsius le tiennent au courant de sa cote dans les milieux universitaires et gouvernementaux des Pays-Bas. Il peut en conclure que, malgré la faveur où le tiennent les autorités, certains théologiens ne craignent pas de s'élever encore et toujours contre ses écrits45.

***

47Pourtant, depuis longtemps déjà, les théologiens de Louvain ne sont pas pour Érasme les plus dangereux. Entraîné malgré lui toujours plus avant dans le drame luthérien, l'humaniste doit faire face désormais à un front autrement étendu. D'Espagne, pays essentiellement catholique, a surgi un « autre Lee » en la personne de Diego Lopez Zuniga, théologien de l'Université d'Alcala.

  • 46 Allen, Opus, t. I, p. 23, l. 18-22 ; t. IV, pp. 621-22. — Voir Gilmore, op. cit., pp. 718-19. — Re (...)

48Dès 1516, Zuniga a écrit des Annotationes au Nouveau Testament ; mais le cardinal Ximenès, régent de l'Aragon et de la Castille et fondateur de l'Université d'Alcala, en interdit la publication. Partisan des doctrines érasmiennes, le prélat qui a entrepris avec de multiples collaborateurs une édition de la Bible en langues vulgaires, s'attache à défendre les écrits d'Érasme qu'il invite en Espagne, en 1517, pour l'attacher à ses travaux. On sait qu'à cette époque, Érasme recevait des invitations semblables des quatre coins de l'Europe et que, après maints balancements, il n'en accepta aucune. Le cardinal lui garde cependant sa protection. Mais sa mort, peu de temps après, lève l'interdit sur le livre de Zuniga qui paraît en 1520. Érasme avait été informé de l'attaque bien avant la parution du livre par ses amis à la cour de Charles, et notamment par Pierre Barbier. Dans son esprit, Zuniga n'est qu'un disputeur scolastique parmi tant d'autres auquel il s'apprête à répondre vertement. Bien qu'on lui certifie qu'il s'agit d'un homme de haute naissance et de surcroît d'un humaniste rompu au grec et à l'hébreu, Érasme ne veut voir en lui, à travers ses écrits, qu'un homme « arrogant, imprudent, délirant, infatué de soi, plein d'aigres discours ». Il est vrai que l'Espagnol l'a accusé de rechercher la notoriété par des écrits révolutionnaires pour lesquels il n'a pas la compétence nécessaire46. Force lui est pourtant de reconnaître que Zuniga est plus savant et moins venimeux qu'il ne le voudrait ; ses critiques sont virulentes, mais elles portent souvent. Érasme lui répond en septembre 1521 par une Apologia dont la modération n'est certes pas le point fort, même s'il affirme à Botzheim qu'il n'est personne à qui il ait autant regretté d'avoir répondu.

  • 47 Alien, Opus, t. I, pp. 23-24, l. 22-38 ; 1-35 ; t. IV, p. 533 (no 1216) ; p. 582, I. 33 (no 1235)  (...)

49Entretemps le théologien espagnol s'est retiré à Rome où il poursuit Érasme de ses écrits polémiques. Le 1er avril 1522, Vivès, qui par ailleurs n'intervient en rien dans la querelle, annonce à l'humaniste une prochaine attaque de son rival ; mais qu'il ne s'afflige pas, « la postérité le louera d'autant plus que ses contemporains auront été plus injustes à son égard ». Malgré l'intervention des cardinaux romains, les Erasmi Rottecodami blasphemiae et impietates sont imprimées secrètement et circulent sous le manteau. L'attaque est grave : Zuniga veut prouver méthodiquement l'inspiration hérétique de l'œuvre érasmienne qu'il rattache étroitement à celle de Luther. Érasme réplique sur le champ et la polémique continue de la sorte jusqu'en 1527 : affaibli par la maladie, l'Espagnol se montre alors moins acharné et propose même de communiquer ses notes à Érasme. Il mourra la même année après avoir amorcé un rapprochement avec l'humaniste47.

  • 48 Allen, Opus, t. V, p. 143 ; p. 123, l. 13-17 (no 1311) ; pp. 73-74 (no 1290) ; p. 407, l. 29-33 (n(...)

50D'humeur batailleuse au début de la querelle, Érasme se plaint bientôt à ses amis de cette interminable querelle qui l'inquiète d'autant plus que l'Espagnol, à Rome, est bien placé pour le perdre dans l'esprit du pape. Vivès, toujours champion de la gloire d'Érasme, ne voit pas là matière à s'inquiéter : « Que quelques-uns brandissent contre toi la pointe de leur plume, est plutôt un bienfait […]. Car quel sujet plus vaste et plus abondant pourrait-on trouver que celui d'écrire pour Érasme et en son nom48 ? »

  • 49 Allen, Opus, t. IV, pp. 623-31 ; t. V, pp. 51-55 (no 1277) ; pp. 124-25 (no 1312) ; t. VII, pp. 41 (...)

51Attentifs au conflit qui oppose Érasme à leur compatriote, d'autres lettrés espagnols ne partagent pas l'enthousiasme exalté de Vivès. Juan de Vergara, ancien secrétaire de Ximenès et collaborateur de la Bible polyglotte, est du nombre. Entré dans la chancellerie de Charles, il a suivi le prince à Bruges, où, en 1517, il a fait la connaissance d'Érasme. Ami de Zuniga et admirateur fervent de l'humaniste, Vergara espère régler rapidement le différend. D'abord préoccupé de convaincre Érasme de la valeur de son adversaire qu'il n'entend pas voir traiter comme un Lee, l'Espagnol se détourne progressivement de son compatriote dont la virulence le choque profondément. Il en vient à soutenir la cause d'Érasme dont il sera bientôt un ami dévoué, premier exemple de ces nouvelles amitiés, nées des polémiques d'Érasme, dont Vivès l'entretient sans cesse. Esprit conciliant, Vergara conseille de mettre un terme à la dispute, même s'il informe l'humaniste des manœuvres de Zuniga à Rome et s'il lui affirme : « Je ne peux désapprouver ce que tu écris. Je ne peux rien désapprouver de ce dont tu es l'auteur49. »

  • 50 Allen, Opus, t. V. p. 341, l. 1-6 (no 1961) ; t. VIII, pp. 462-63, l. 34-35 (no 2336). — Voir Bata (...)
  • 51 Allen, Opus, t. VI, pp. 393-98 (no 1742) ; p. 403, l. 125-29 (no 1744) ; pp. 471-72 ; t. VII, p. 7 (...)

52Érasme, par la défense de ses idées et grâce au zèle de Vivès, trouvera encore plusieurs amis parmi les humanistes espagnols ; ainsi les frères Alfonso et Juan Valdès qui lui resteront fidèlement attachés et dont Érasme saura apprécier l'amitié : « Vous vous ressemblez tellement physiquement et moralement que vous ne paraissez pas être des jumeaux, mais un seul et même homme. C'est pourquoi je vous aime tous les deux50. » Cette faveur soudaine d'Érasme en Espagne ne laisse pas d'inquiéter la fraction, de loin la plus importante, des tenants d'une orthodoxie ombrageuse. Le monde lettré espagnol ne lui est pas indifférent : d'un côté le soutiennent ses amis humanistes, de l'autre, le dénigrent les moines scolastiques. Marcel Bataillon a rendu admirablement cette lutte passionnée, déchaînée dans la péninsule par la diffusion de la théologie érasmienne. Par deux fois, en 1525 et en 1527, Edward Lee refait surface en excitant contre le Nouveau Testament les moines espagnols qui n'avaient certes pas besoin de ces encouragements. Ils obtiennent de l'empereur la permission d'examiner en commission les livres de l'humaniste, dont ils tirent une série d'articles relevant des passages jugés non orthodoxes51. Soumis à Érasme par l'empressement de ses amis, ces articles provoquent ses plaintes auprès d'Alonso Manrique, archevêque de Seville et Grand Inquisiteur d'Espagne. A Alfonso Valdès, il proteste de la réputation d'arrogance que lui font les théologiens espagnols ; sentiment de supériorité symbolisé par cette devise qu'on lui prête : Concedo nulli. D'ailleurs, ajoute-t-il, « ceux qui vivent dans mon entourage et qui me connaissent bien, m'attribuent tous les défauts, mais certes pas celui d'arrogance. »

  • 52 Alien, Opus, t. VI, pp. 472-75 (no 1791) ; t. VII, pp. 50-51, l. 320-25 (no 1814) ; p. 106 (no 184 (...)

53Soutenu par Clément VII et par le Saint-Office, Manrique réunit en 1527, à Valladolid, une conférence où adversaires et partisans d'Érasme débattent de son orthodoxie. L'humaniste est tenu au courant du déroulement des séances par ses amis espagnols qui se montrent confiants, encouragés par l'opinion favorable de Manrique et d'Alfonso Fonseca, l'archevêque de Tolède. Houleuse dans son ensemble, la conférence est interrompue par une épidémie avant la fin des travaux. Les amis d'Érasme crient victoire, mais s'inquiètent de l'Apologia ad monachos quosdam Hispanos qu'Érasme n'a pu s'empêcher d'écrire. Craignant que cette harangue ne réveille l'animosité des moines, Alfonso Valdès conseille à Érasme de garder l'ouvrage en réserve. Celui-ci s'engage à ne le publier qu'avec la permission de Manrique. Permission apparemment accordée, puisque c'est à l'inquisiteur lui-même qu'est dédiée l'Apologia52.

  • 53 Allen, Opus, t. VI, pp. 462-63 (no 1786) ; t. VII, p. 13, l. 260-70 (no 1804) ; pp. 88-89 (no 1838 (...)

54C'est alors qu'un bénédictin de Burgos, Alfonso Ruiz de Virués, rédige sept Collationes ad Erasmum destinées à fournir à l'humaniste, ainsi qu'à ses amis, des arguments pour soutenir son œuvre. Mais Érasme ne goûte pas ce zèle intempestif. Il se plaint à Thomas More de l'ambiguïté de l'ouvrage où les louanges excessives le disputent aux critiques ; puis il écrit à Virués pour lui signifier son indignation ; missives qui déconcertent le destinataire qui n'avait en vue que l'intérêt d'Érasme. L'intervention de Vergara, de Valdès et de Vivès convainc finalement Érasme des bons sentiments de Virués ; bientôt leurs relations deviennent plus amicales : « J'ai compris par les lettres de mes amis qu'Alfonso Virués est très différent de ce que son livre laissait supposer. C'est pourquoi je pense que toute querelle est terminée, et qu'une amitié chrétienne est née entre nous sous les meilleurs auspices53. » Encore une amitié qui sera très utile à l'humaniste.

  • 54 Allen, Opus, t. VII, pp. 108-10, l. 60-124 (no 1887) ; pp. 354-56 (no 1968) ; t. VIII, p. 106, l. (...)

55Retiré à Bâle, loin du théâtre de la lutte qui se joue autour de ses œuvres, Érasme peut compter sur la générosité et le dévouement de ses amis espagnols qui mènent un dur combat pour sa cause. Leur zèle à défendre sa doctrine ne pouvait que les desservir. Pendant qu'Érasme, pour parfaire sa sécurité, se retire à Fribourg et se désintéresse apparemment de la lutte, à des milliers de lieues de là, ses amis courent les plus graves dangers. Par deux fois aux environs de 1530, Vergara est inquiété par l'Inquisition. Arrêté, il subit un procès d'hérésie qui s'achève par sa condamnation à plusieurs années d'emprisonnement. De même Alfonso Virués et les frères Valdès seront poursuivis et emprisonnés. Virués sera contraint de se rétracter pour avoir la vie sauve. Vivès écrira justement : « Nous vivons des temps difficiles où parler comme se taire constitue un égal danger54. »

56Pourquoi faut-il alors qu'Érasme laisse poindre sa crainte de perdre la bienveillance des Espagnols au vu de l'espacement de leurs lettres ? Et pourquoi aucune lettre d'Érasme ne fait-elle allusion aux procès qui sont faits à ses amis ? Est-ce manque d'information ou crainte de se compromettre aux yeux de l'Inquisition qui l'a blanchi, en soutenant ouvertement des « hérétiques » notoires ? On aime à penser plutôt que le silence qu'observent, et pour cause, ses amis espagnols, le tient à l'écart des sombres affaires qui agitent la péninsule.

57Dans les dernières années de sa vie, Vivès, qui réside toujours aux Pays-Bas, sera le seul Espagnol à correspondre encore avec Érasme. La persécution qui frappe les érasmistes espagnols n'est pas faite pour modifier cette situation. Les ferventes amitiés qu'Érasme s'est attachées au-delà des Pyrénées et qui ont préservé son crédit et l'intégrité de son œuvre face à l'Inquisition, ont été bien mal récompensées de leur zèle et de leur dévouement. Il est regrettable qu'on n'en trouve pas trace de regrets dans la correspondance d'Érasme.

***

  • 55 Allen, Opus, t. VI, pp. 65-69 (no 1571) ; pp. 81-86 (no 1579) ; pp. 88-107 (no 1581). — Voir Rbnau (...)

58On le voit, aux polémiques suscitées contre Érasme par des particuliers, succède une opposition systématique, rigoureusement organisée par les autorités ecclésiastiques. Après Louvain, après l'Espagne, c'est au tour de la Sorbonne. En 1523, la Faculté s'élève contre Érasme par la personne de son premier syndic, Noël Béda, ancien proviseur du Collège de Montaigu. Béda condamne le Nouveau Testament et fait censurer un certain nombre d'œuvres d'Érasme. Informé de ces agissements par Deloynes, Érasme entame avec le syndic une correspondance qui ralentira la procédure. Il proteste de sa parfaite orthodoxie, assurée par l'approbation complète de son œuvre par Léon X, Adrien VI et de nombreux évêques. Béda réplique à Érasme que ces approbations lui viennent de l'amitié et non d'un sérieux examen de ses écrits. Quoi qu'il en dise il est en marge, et il provoque le scandale par ses idées particulières sur une foule de sujets. Érasme se défend de recevoir l'approbation de ses seuls amis. Chacun sait qu'il aime les amis francs et sincères. D'ailleurs s'il ne doit qu'à l'amitié le soutien de ses œuvres, c'est la haine qui engendre les attaques et ce n'est pas mieux. Et l'humaniste de relater par le menu ses démêlés passés avec Egmond, Latomus, Lee, Dorp, Diercks, montrant que seule la malveillance était à leur origine55.

  • 56 Allen, Opus, t. VI, p. 148 (no 1597) ; pp. 163-166 (no 1609) ; pp. 298-300 (no 1685) ; pp. 181-82 (...)

59La correspondance se poursuit longuement, inutilement, de la même façon, si ce n'est que le ton s'élève progressivement. La position d'Érasme est catégorique : « Moi, je m'estime catholique, non seulement parce que je suis en paix avec le pape, l'empereur, Ferdinand, les évêques, mais encore parce que la faction luthérienne ne hait personne plus qu'Érasme. » S'appuyant sur la loi d'amitié qui lui donne le droit d'admonester à son tour, l'humaniste passe à l'attaque et se trouve enfoncé dans une nouvelle polémique : « Pour Érasme, conclura Béda, il n'y a de bon théologien que celui qui pense comme lui56. »

  • 57 Allen, Opus, t. VI, pp. 148-49 (no 1597) ; p. 152, l. 14-16 (no 1600) ; pp. 154-58 (no 1603) ; p.  (...)

60Évidemment l'humaniste épanche son amertume dans le sein de ses amis. Du côté français, il n'a guère le choix : en froid depuis longtemps avec Budé et Lefèvre, privé de Deloynes et Ruzé récemment disparus, ignoré de Guillaume Petit et d'Etienne Poncher qui n'ont pas oublié son refus de s'installer en France, Érasme ne peut plus se tourner que vers Germain de Brie, dont il envie la sérénité au milieu de tels troubles et la liberté de cultiver les Muses en toute quiétude. Heureusement pour lui, il peut compter en Angleterre, aux Pays-Bas et en Allemagne sur des amis dévoués, encore que partout la mort ait rétréci le cercle de ses relations : déjà Dorp, Paludanus et Linacre lui ont été enlevés. Cependant, il trouve toujours quelqu'un pour l'inciter à se défendre et à « déclarer la guerre » à la Sorbonne57.

  • 58 Allen, Opus, t. VI, pp. 130-33 (no 1591) ; p. 150, l. 1-4 (no 1598) ; pp. 258-59 (no 1664) ; pp. 3 (...)

61D'abord interloqué par la résistance d'Érasme, Béda revient à la charge en 1526. Érasme en appelle à la Sorbonne, au Parlement de Paris et à François Ier lui-même. Il fait tant et si bien qu'en août 1526, le roi interdit la vente des Annotationes de Béda. Celui-ci aura la maladresse de s'en prendre à l'œuvre de Marguerite de Navarre, ce qui lui vaudra un exil définitif au Mont-Saint-Michel58.

***

62On l'a vu, de toutes les luttes qu'il eut à soutenir, Érasme est sorti chaque fois vainqueur, grâce à sa supériorité sur des détracteurs le plus souvent malveillants, mais aussi grâce à l'aide de puissantes et nombreuses protections où, quoi qu'il en dise, l'amitié a joué un grand rôle. Depuis 1514, date de son premier conflit sérieux, et jusqu'à son lit de mort, Érasme a toujours pu compter sur l'appui d'une multitude d'amis aussi dévoués à sa personne qu'à sa cause. Il y a gros à parier que, sans eux, il n'aurait pu soutenir si longtemps et si vaillamment les idées auxquelles il croyait avec tant de force.

63Au cours de ces années, le cercle de ses amis s'est sensiblement modifié ; renforcé du côté de l'Espagne, il s'amoindrit partout ailleurs par des morts prématurées et des brouilles inévitables, sans compter le drame luthérien qui viendra à son heure. Mais toujours ce cercle est aussi fort, aussi efficace, quels que soient les membres qui le composent ; parce qu'Érasme exerce un rayonnement tel que la perte d'un ami est immédiatement compensée par le gain de deux autres ; parce que dans le monde lettré, Érasme porte la bannière à laquelle chacun veut se rallier.

64Ses amis ne demeurent pas simplement admiratifs. Ils émettent des avis, prennent des décisions qui influencent Érasme ; certains veulent même lui dicter sa conduite. Comment dans ce cas l'humaniste ne serait-il pas quelquefois désarçonné devant l'abondance des avis forcément contradictoires ? Une chose est significative : devant la divergence des attitudes qu'on lui conseille d'adopter face à une attaque, c'est immanquablement vers la solution de la riposte immédiate et courtoise qu'Érasme se tourne, pour envisager à plus long terme celle de la riposte cinglante qui se veut définitive. Et ce n'est pas pour rien qu'Érasme réagit de la sorte ; car finalement il ne suit que les conseils qu'il veut bien suivre. Cette façon de réagir est en fait inhérente à son caractère. Durant sa longue carrière, Érasme s'est épuisé à rechercher l'approbation de chacun : il a beau dire qu'« il aime mieux plaire à un petit nombre d'hommes honnêtes — entendons ses amis — qu'à une foule d'êtres stupides et ignorants », ses réponses aux attaques des « stupides » laissent planer un doute. Le Prince des humanistes, cet homme fêté, admiré et craint, n'est pas sûr de lui. Dès lors, peu sensible aux louanges dont il devine la vanité, il ne peut ignorer les critiques et il se lance dans des controverses interminables, parce qu'il éprouve le besoin de convaincre et se justifier.

65Certes bien des traités apologétiques ont été écrits avant tout pour démontrer le bon droit de l'œuvre et de la position d'Érasme et lui conserver ainsi la liberté d'écrire. En ce siècle de suprême intolérance religieuse où le seul mot d'hérésie fait frémir les plus braves, l'humaniste répond à un pur réflexe d'auto-défense en s'épuisant à rédiger ses Apologiae qui doivent réfuter la terrible accusation. Il y va de sa réputation d'orthodoxie comme de sa sécurité.

66Toutefois nombre de lettres personnelles adressées à ses détracteurs nous révèlent un Érasme soucieux de ses prérogatives dans le monde littéraire et bien décidé à sortir vainqueur de la querelle. Lorsque Béda écrit que pour Érasme il n'y a de bon théologien que celui qui pense comme lui, il schématise durement, et l'humaniste se récrie avec indignation, mais n'est-ce pas un peu la vérité ? Érasme est un penseur de valeur, conscient, quoi qu'il en dise, de cette valeur ; comment dès lors, intimement persuadé de la justesse et du bien-fondé de ses idées et doté en outre d'une sensibilité d'écorché vif, pourrait-il admettre que l'on pense différamment de lui et surtout que l'on désapprouve publiquement sa façon de penser ? Il ne fait aucun doute qu'il a toujours raison !… C'est « l'autre » qui a brisé leur amitié et lui, Érasme, s'est vu obligé de la perdre en répondant à l'attaque ; l'amitié ne pourra renaître que si l'adversaire accepte de se ranger à son avis. Imaginons alors son amertume devant ces amis qui mettent en doute la légitimité de ses Apologiae. Déjà l'ulcèrent profondément les attaques qui pleuvent sur lui, mais c'est trop qu'on vienne encore lui interdire d'y répondre ! On a vu qu'Érasme envisage les choses différemment lorsqu'une controverse ne le concerne pas directement.

67Accablé de la sorte, Érasme se plaint beaucoup ; il se plaint à tout le monde, au pape, à l'empereur, aux Universités, aux grands, bien sûr à ses amis, et à ses ennemis. Il aurait voulu vivre en paix, sans que jamais personne ne trouve à redire aux idées audacieuses qu'il ne cesse d'émettre, mais il oublie que la détraction est l'habituelle rançon du succès.

68Érasme se plaint de devoir répondre, mais il répond quand même, et ses amis lui sont alors d'un grand secours. Non seulement ils peuvent par leur force et leur nombre impressionner l'adversaire en criant à la vengeance, mais ils sont encore un grand appoint pour Érasme qui peut les citer en faveur de ses travaux et de ses idées ; parce que leur nombre, leur autorité, leur qualité sont autant d'atouts dans le jeu de l'humaniste qui peut se retrancher derrière leur soutien. Que les Thomas More, William Warham, John Fisher, Louis Ber, Willibald Pirckheimer, Paolo Bombace approuvent l'œuvre d'Érasme, voilà qui a plus de poids aux yeux de l'opinion que l'opposition d'un Edward Lee ou d'un Lopez Zuñiga.

69Mieux, dans une polémique, Érasme charge toujours discrètement ses amis des tactiques douteuses, pendant que lui, victime innocente injustement accusée, se présente à son détracteur comme un homme paisible plein de sentiments chrétiens.

70Il y a plus fort encore : lorsque manifestement il a commis une erreur, Érasme n'hésite pas à en rejeter la responsabilité, sans jamais les citer, sur d'« imprudents amis qui l'ont mal conseillé ». On l'a vu plus d'une fois, il aime à se servir de ses amis ; il ne dédaigne pas non plus de s'en faire un véritable paravent. Mais, à l'inverse, beaucoup de ses amis ont choisi Érasme pour servir leurs intérêts. Les premières convulsions de la Réforme, auxquelles il assiste, lui en ont assez montré la dure réalité.

Notes

1 Allen, Opus, t. I, p. 21, l. 34-36. — Voir Gilmore, M.-P., De modis disputandi. The apologetic works of Erasmus, dans Ftorilegium historiale…, pp. 62-88, Toronto, 1971. — Gllmore, M.-P., Les limites de la tolérance dans l'œuvre polémique d'Erasme, dans C.E.T., t. II, pp. 713-736, Paris, 1972.

2 Allen, Opus, t. II, p. 93, l. 71-72 (no 337).

3 Allen, Opus, t. II, pp. 11-16 (no 304, IX-14). — Voir Béné, op. cit., pp. 207-208. — De Vocht, Monumenta…, pp. 139-44. — Hendriks, op. cit., pp. 66-68. — Seebohm, op. cit., pp. 313-19. — Mesnard, P., Comment les théologiens de Louvain lisaient l'« Éloge de la Folie », dans Bulletin de l'Association Guillaume Budé, pp. 356-58, Paris, 1964. — Mesnard, P., Humanisme et théologie dans la controverse entre Érasme et Dorpius, dans Filosofia, t. 14, pp. 885-900, 1963.

4 Allen, Opus, t. I, p. 22, l. 6-10 ; t. II, p. 91, l. 23-25 ; 5-13 ; 17-20 ; p. 107, l. 630 (no 337). — Voir Gilmore, op. cit., p. 715. — Reynolds, op. cit., pp. 73-74.

5 Allen, Opus, t. II, pp. 90-113 (no 337.) — Voir Béné, op. cit., pp.208-10. — Hendriks, op. cit., pp. 71-77. — De Vocht, op. cit., pp. 145-49.

6 Allen, Opus, t. II, pp. 126-36 (no 347). — Voir Béné, op. cit., pp.210-13. — De Vocht, op. cit., pp. 150-53.

7 Allen, Opus, t. II, p. 243, l. 48-50 (no 412) ; p. 261, l. 81-82 (no 424) ; p. 420, l. 3-6 (no 502). — Rogers, Correspondence of Thomas More, p. 147, l. 348-51 (no 75) ; pp. 27-74 (no 15) ; pp. 64-65 (no 82). — More, Th., Lettre à Dorp. La supplication des âmes. Textes traduits et présentés par G. Marc'Hadour, Namur, 1962. — Marc'Hadour, G., Saint Thomas More, pp. 37-129, Namur, 1962. — Voir Hendriks, op. cit., 106-108. — De Vocht, op. cit., pp. 154-58. — Reynolds, op. cit., p. 102.

8 Allen, Opus, t. II, p. 371, l. 31-39 (no 481, 31-X-16). — Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 165-206 (no 83, 1519. — Brewer, Letters…, t. III-1, pp. 194-95 (no 567). — Voir Hendriks, op. cit., pp. 81-85 ; 105. — Reynolds, op. cit., pp. 146-48. — Delcourt, M., Érasme, p. 83, Bruxelles, 1944. — Delcourt, M., L'amitié d'Érasme et de More entre 1520 et 1535, dans Bulletin de l'Association Guillaume Budé, pp. 8-9, Paris, 1936.

9 Allen, Opus, t. II, p. 278, l. 1-10 (no 438) ; p. 354, l. 17-18 (no 474) ; p. 355, l. 14-23 (no 475) ; p. 359, l. 11-12 (no 477) ; p. 380, l. 8-12 (no 487) ; pp. 409-10, l. 5-8 ; 18-19 (no 496) ; p. 577, l. 41-42 (no 584). — Voir Hendriks, op. cit., pp. 109-15. — De Vocht, op. cit., pp. 166-78. — Blockx, op. cit., pp. 9-14.

10 Allen, Opus, t. II, pp. 526-27, l. 5-8 (No 509, I-17) ; p. 432, l. 5-17 (no 515) ; p. 482, l. 1-3 ; 19-20 ; 22-24 (no 536) ; p. 484, l. 1-5 (no 539). — Voir Hendriks, op. cit., pp. 115-16. — Nauwelaerts, Érasme à Louvain…, p. 5. — De Jongh, op. cit., p. 141. — Detrez, op. cit., p. 243.

11 Allen, Opus, t. II, p. 503, l. 13-15 (no 511) ; t. III, p. 3, l. 1-3 (no 596) ; p. 5, l. 25-26 (no 597) ; p. 50, l. 10-13 (no 627). — Voir Hendriks, op. cit., pp. 118-21 ; 124-26. — Nauwelaerts, op. cit., pp. 6-8. — De Jongh, op. cit., pp. 141-42. — Huizinga, op. cit., pp. 218-21.

12 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 10-11 (no 637) ; p. 63, l. 12-13 (no 641) ; p. 92, l. 7-8 (no 669) ; pp. 121-22, l. 1-14 (no 696) ; t. II, p. 482, l. 11-17 (no 536). — Voir Detrez, op. cit., p. 243. — Hendriks, op. cit., pp. 120-22.

13 Allen, Opus, t. II, p. 14, I. 89-91 304) ; p. 38 (no 315) ; p. 57, l. 85-90 (no 326) ; p. 112, l. 845-52 (no 337) ; p. 272, l. 17-18 (no 434) ; p. 287, l. 32-43 (no 445) ; p. 324, l. 98-105 (no 456). — Voir Renaudet, Préréforme…, pp. 130-59 ; 273-76 ; 281-84 ; 410-17 ; 513-17 ; 622-34 ; 663-65. — Mann, op. cit., pp. 9-22. — Beumer, op. cit., pp. 26-29. — Rice, E.F., Jacques Lefèvre d'Étaples and the medieval christian mystics, dans Florilegium historiale…, pp. 89-124, Toronto, 1971.

14 Allen, Opus, t. III, pp. 19-20 (no 607) ; p. 21, l. 22 (no 608) ; p. 33, l. 3-5 (no 616) ; pp. 81-82 (no 659). — Voir Mann, op. cit., pp. 22-29. — Stegmann, op. cit., pp. 285-88. — Gilmoke, op. cit., p. 716. — Massaut, J.-P., Critique et tradition à la veille de la Réforme en France, pp. 61-66, Paris, 1974.

15 Allen, Opus, t. III, pp. 81-82 (no 659) ; p. 152 (no 724) ; p. 285 (no 814) ; pp. 64-65, l. 15-18 (no 643) ; p. 74, l. 7-22 (no 652) ; p. 75, l. 14-20 (no 653) ; pp. 87-88, l. 43-77 (no 663) ; pp. 97-98, l. 7-17 (no 675) ; pp. 101-102, l. 1-24 (no 680) ; p. 104, l. 33-43 (no 683) ; pp. 157-58 (no 730) ; pp. 159-60 (no 731) ; p. 161, l. 38-50 (no 732) ; pp. 163-64 (no 734) ; p. 237, l. 21-39 (no 784). — Voir Mann, op. cit., pp. 41-46.

16 Allen, Opus, t. III, pp. 174-75, l. 69-93 (no 744).

17 Allen, Opus, t. III, pp. 223-30, l. 54-341 (no 778, 22-11-18) ; pp. 269-77, l. 1-331 (no 810) ; pp. 452-60, l. 149-80 (no 906). — Voir Mann, op. cit., pp. 41-46.

18 Allen, t. III, p. 342, l. 15-17 (no 849, 19-VI-18) ; t. I, pp. 10-14. — Voir Mann, op. cit., pp. 45-46 ; 55.

19 Allen, Opus, t. III, p. 522, l. 7-19 (no 936) ; t. IV, p. 73, l. 17-23 (no 1016) ; pp. 92-93, l. 1-11 (no 1030) ; p. 192 (no 1068). — Voir Mann, op. cit., p. 57. — Rouschausse, op. cit., pp. 29-30 ; 100 ; 101-102. — Massaut, op. cit., pp. 67-70.

20 Apologia adversus debacchationes Petri Sutoris, L.B., t. IX, col. 755 C. — Allen, Opus, p. 345, l. 19-20 (no 1713) ; t. VII, p. 66, l. 25-26 (no 1821.) — Horawitz, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, pp. 15 et sv. — Herminjard, A.-L., Correspondance des Réformateurs dans les pays de langue française (1512-1544), t. I, pp. 206-209 (no 98) ; pp. 219-31 (no 103) ; t. II, pp. 33-37 (no 202), Genève, 1965. — Voir Mann, op. cit., pp. 68-69 ; 72-74 ; 81-93 ; 155. — Bietenholz, op. cit., p. 58.

21 Allen, Opus, t. II, p. 340, l. 20-23 (no 461). — Voir de la Garanderie, La correspondance d'Érasme et de Budé, p. 224, n. 2. — Id., Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., pp. 144-45.

22 Allen, Opus, t. III, p. 42, l. 28-37 (no 620, VIII-17) ; t. IV, p. 128-32 (no 1045, XI-19). — Voir Delcourt, M., L'amitié d'Érasme et de More…, p. 13.

23 Allen, Opus, t. IV, pp. 217-32 (no 1087) ; pp. 239-41 (no 1093) ; pp. 251-55 (no 1096). — Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 212-39 (no 86, 1520). — Voir Delcourt, op. cit., pp. 13-16. — Delcourt, Érasme, pp. 89-94.

24 Allen, Opus, t. IV, pp. 292-95 (no 1117) ; pp. 323-24 (no 1131) ; pp. 325-26 (no 1133) ; pp. 442-43, l. 16-26 (no 1184) ; p. 443, l. 1-7 (no 1185) ; p. 580, l. 177-80 (no 1233) ; t. VII, p. 58, l. 64-94 (no 1887). — Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 124-25 (no 65) ; pp. 125-32 (no 66) ; p. 134 (no 68) ; pp. 245-46 (no 96) ; p. 246 (no 97) ; pp. 251-53 (no 102) ; pp. 379-80 (no 154) ; pp. 381-83 (no 156). — Voir de la Garanderie, op. cit., p. 370. — Delcourt, L'amitié d'Érasme et de More…, p. 16.

25 Allen, Opus, t. III, p. 249, l. 75-79 (no 794). — Voir De Vocht, op. cit., pp. 187-95. — Hendriks, op. cit., pp. 125-26.

26 Allen, Opus, t. IV, pp. 555-56, l. 39-77 (no 1225).

27 Allen, Opus, t. III, p. 20, l. 15 (no 607) ; p. III, l. 23-24 (no 688) ; pp. 184-86 ; p. 203, l. 1-2 (no 765) ; pp. 312-30 (no 843) ; pp. 346-50 (no 852) ; pp. 424-25, I. 58-69 (no 897) ; p. 471. — Voir Hendriks, op. cit., pp. 126-32. — Nauwelaerts, op. cit., p. 9 ; 15. — Reynolds, op. cit., p. 151. — Gilmore, op. cit., pp. 717-18. — Beumer, op. cit., pp. 40-44.

28 Allen, Opus, t. III, pp. 416-17, l. 8-13 ; n. 13 (no 878) ; p. 425, l. 69-74 (no 886) ; t. IV, p. 556, l. 78-83 (no 1225). — Voir Hendriks, op. cit., p. 127. — Reynolds, op. cit., pp. 148-49.

29 Apologia refellens dialogum D. Jacobi Latomi, L.B., t. IX, col. 79-106. — Allen, Opus, t. I, pp. 22-23, l. 23-38 ; 1-5 ; t. III, pp. 519-20, l. 2-8 (no 934) ; p. 523, l. 35-51 (no 936) ; p. 542, l. 36-49 (no 948) ; t. IV, p. 11, l. 44-46 (no 998) ; pp. 557-58, l. 92-123 (no 1225). — Voir Chantraine, G., L'Apologia ad Latomum. Deux conceptions de la théologie, dans Scrinium erasmianum, t. II, pp. 51-75, Leyde, 1969. — Hendriks, op. cit., pp. 127-31. — Gilmore, op. cit., pp. 716-17. — Béné, op. cit., pp. 281-84 ; 289-303 ; 304-24. — Etienne, J., Spiritualisme érasmien et théologiens louvanistes. Un changement de problématique au début du xvie siècle, Louvain-Gembloux, 1956. — Renaudet, A., Érasme, sa pensée religieuse et son action, d'après sa correspondance (1518-1521), Paris, 1926.

30 Allen, Opus, t. III, p. 545, l. 132-34 ; p. 547, l. 182-220 (no 948) ; pp. 263-68 (no 809) ; p. 302, l. 1-3 (no 832) ; pp. 380-82 (no 860) ; pp. 387-88 (no 864) ; p. 573, l. 8-22 (no 961).

31 Allen, Opus, t. IV, p. 87, l. 3-9 (no 1024) ; p. 90. l. 13-15 (no 1027) ; p. 90. l. 16-21 (no 1028) ; p. 91, l. 2-8 (no 1029) ; p. 93, l. 12-14 (no 1030) ; pp. 99-100, l. 18-21 (no 1033) ; p. 186 (no 1063) ; p. 213, l. 22-32 (no 1084) ; p. 395, l. 26-43 (no 1165) ; t. VI, p. Ill, l. 1-6 (no 1584) ; p. 114, l. 75-76 (no 1585) ; p. 228 (no 1646). — Voir Nauwelaerts, op. cit., pp. 8-9 ; 14 ; 16. — De Jongh, op. cit., pp. 211-12 ; 44. — Hendriks, op. cit., pp. 139-49. — De Vocht, op. cit., pp. 219-21.

32 Allen, Opus, t. IV, p. 198, l. 17-29 (no 1074) ; t. III, p. 471 ; t. VI, pp. 93-94, l. 262-75. — Voir Nauwelaekts, op. cit., p. 15.

33 Allen, Opus, t. III, pp. 439-40, I. 1-5 ; 18-23 ; 37 ; 40-42 (no 899) ; pp. 440-41, l. 1-8 (no 900) ; pp. 441-42 (no 901) ; p. 471, l. 1-9 (no 912) ; p. 499, l. 29-34 (no 922) ; p. 573, l. 1-6 (no 960) ; t. IV, p. 76 (no 1019) ; p. 154, l. 1-9 (no 1056). — Voir Degroote, G., Brieven van Erasmus, p. 21, Bruxelles, 1956.

34 Allen, Opus, t. IV, p. 89, l. 11-18 (no 1026) ; pp. 91-92, l. 8-15 (no 1029) ; pp. 93-94, l. 20-38 (no 1030).

35 Allen, Opus, t. IV, pp. 174-75, l. 584-99 ; 606-609 (no 1061) ; pp. 1-2, L 17-43 (no 993) ; pp. 10-12 (no 998) ; pp. 139-52 (no 1053) ; pp. 159-79 (no 1061). — Voir Nauwelaerts, op. cit., pp. 15-16.

36 Rogers, Correspondence of Thomas More, p. 101 (no 48) ; pp. 138-54 (no 75) ; pp. 206-208 (no 84) ; pp. 208-12 (no 85). — Brewer, Letters…, t. III-1, p. 81 (no 242). — Allen, Opus, t. IV, pp. 108-11 (no 1037) ; p. 156 (no 1058) ; p. 193 (no 1069) ; p. 193, l. 1-3 (no 1070). — Voir Hendriks, op. cit., pp. 132-37.

37 Allen, Opus, t. I, p. 22, l. 18-20 ; t. IV, p. 195 (no 1072) ; p. 235 ; p. 238, l. 11 (no 1092) ; p. 216, l. 1-4 (no 1086). — Voir Nauwelaerts, op. cit., pp. 17-18. — Gilmore, op. cit., pp. 717-18. — Hendriks, op. cit., pp. 132-35. — Ferguson, W.K., Erasmi opuscula. A supplement to the Opera omnia, pp. 225-303, La Haye, 1933.

38 Allen, Opus, t. IV, p. 192, l. 11-25 (no 1068) ; p. 233 (no 1089) ; p. 234 (no 1090) ; pp. 255-56 (no 1097) ; t. VII, pp. 75-76, l. 1-40 (no 1828).

39 Allen, Opus, t. IV, p. 153 ; pp. 198-201 (no 1074) ; pp. 201-202 (no 1075) ; p. 203 (no 1077) ; pp. 215-16, l. 4-12 (no 1085) ; p. 233, l. 1-10 (no 1088).

40 Allen, Opus, t. VIII, pp. xlv-xlvii (no 1127 A) ; t. IV, p. 203 (no 1077) ; pp. 204-205, l. 1-37 (no 1078) ; pp. 210-12 (no 1083) ; pp. 264-66 (no 1105) ; pp. 276-77 (no 1109) ; pp. 214-15, l. 48-97 (no 1084) ; pp. 301-302 (no 1121) ; pp. 244-50 (no 1085) ; pp. 335-37 (no 1139) ; t. VII, p. 249, l. 57 (no 1906). — Voir Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, pp. 293 ; 295. — Hendriks, op. cit., p. 132. — Kittelson, op. cit., pp. 27-29.

41 Allen, Opus, t. IV, p. 305 (no 1123) ; p. 320 (no 1128) ; p. 322, l. 15-21 (no 1129) ; p. 235, l. 13-18 (no 1132) ; pp. 327-28 (no 1134).

42 Allen, Opus, t. III, p. 555, l. 23 (no 952) ; pp. 559-83 (no 964) ; pp. 595-96, l. 4-12 (no 970) ; t. IV, pp. 102, l. 97-99 (no 1033) ; pp. 309-18 (no 1126) ; pp. 380-81, l. 14-18 (no 1161) ; p. 403, l. 105-12 (no 1167) ; pp. 536-40 (no 1217) ; pp. 554-64 (no 1125). — Voir Reyen, H., Erasmus en Luther, pp. 19-53, Hilversum, 1937. — Etienne, ibidem.Renaudet, ibidem.De Vocht, op. cit., pp. 232-37.

43 Allen, Opus, t. I, pp. 24-26, l. 36-37 ; 1-41 ; 1-36 ; t. IV, pp. 344-46 (no 1143) ; pp. 347-49 (no 1144) ; pp. 362-68 (no 1153) ; pp. 383-89 (no 1162) ; pp. 391-93 (no 1164) ; pp. 536-40 (no 1217) ; pp. 420-23, l. 22-124 (no 1173) ; pp. 473-79 (no 1196) ; pp. 582-83 (no 1235). — Voir Renaudet, Études érasmiennes, pp. 46-47. — Bierlaike, F., Le Libellus Cotloquiorum de mars 1522 et Nicolas Baechem dit Egmondanus, dans Scrinium Erasmianum, t. I, pp. 55-81, Leyde, 1969. — De Jongh, op. cit., pp. 152-54.

44 Allen, Opus, t. V, pp. 8-9, l. 10-46 (no 1256) ; pp. 85-87 (no 1299) ; pp. 88-90 (no 1300) ; pp. 90-94 (no 1301) ; p. 112, l. 16-19 (no 1305) ; pp. 113-14, l. 48-50 (no 1306) ; p. 326, l. 23-24 (no 1383) ; p. 423, l. 12-13 (no 1433) ; p. 528, l. 62-63 (no 1481). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 191 ; 202-208. — Norena, op. cit., pp. 129-30.

45 Allen, Opus, t. VI, p. 312, l. 118-21 (no 1690) ; p. 350, l. 7-14 (no 1717) ; pp. 432-33, l. 14-21 ; 26-23 (no 1765) ; t. VII, pp. 53-55 (no 1815) ; t. VIII, pp. lvii-lviii, l. 1-13 ; 52-57 (no 1994 A) ; t. VII, p. 86, l. 16-25 (no 1837) ; pp. 516-17, l. 1-32 (no 2063).

46 Allen, Opus, t. I, p. 23, l. 18-22 ; t. IV, pp. 621-22. — Voir Gilmore, op. cit., pp. 718-19. — Reynolds, op. cit., p. 152. — Sur Ximenès et la Bible polyglotte, voir Bataillon, M., Érasme et l'Espagne, pp. 1-54, Paris, 1937. — Sur la polémique avec Zuniga, voir Bataillon, op. cit., pp. 103-104 ; 123-42. — Mesnard, P., Érasme et l'Espagne, dans la Revue de la Méditerranée, t. III, pp. 57-77, Alger, 1946.

47 Alien, Opus, t. I, pp. 23-24, l. 22-38 ; 1-35 ; t. IV, p. 533 (no 1216) ; p. 582, I. 33 (no 1235) ; p. 584, l. 53-61 (no 1236) ; t. V, pp. 39-40, l. 74-113 (no 1271) ; p. 125, l. 10-14 (no 1312) ; p. 415 (no 1428) ; t. VIII, p. 356, l. 23-25(No 2269). — L.B., t. IX, col. 283 C ; 356 C. — Voir Bataillon, op. cit., pp. 131-34. — Renaudet, op. cit., pp. 47-48 ; 196-98 ; 218-21 ; 223. — Gilmoee, op. cit., p. 719. — Nokena, op. cit., pp. 140-41.

48 Allen, Opus, t. V, p. 143 ; p. 123, l. 13-17 (no 1311) ; pp. 73-74 (no 1290) ; p. 407, l. 29-33 (no 1423) ; p. 39, l. 65-68 (no 1271).

49 Allen, Opus, t. IV, pp. 623-31 ; t. V, pp. 51-55 (no 1277) ; pp. 124-25 (no 1312) ; t. VII, pp. 410-11, l. 11-13 ; 17-18 (no 2004). — Voir Renaudet, op. cit., p. 192. — Bataillon, op. cit., pp. 103-104 ; 165-78. — Beumer, op. cit., pp. 64-71.

50 Allen, Opus, t. V. p. 341, l. 1-6 (no 1961) ; t. VIII, pp. 462-63, l. 34-35 (no 2336). — Voir Bataillon, op. cit., pp. 368-69 ; 396-465. — Nieto, J., Juan de Vaides and the origins of the Spanish and italian Reformation, Genève, 1970. — Bakhuizen Van Den Brink, J.N., Juan de Valdès, Reformation in Spanje en Italie, 1529-1541, Amsterdam, 1962.

51 Allen, Opus, t. VI, pp. 393-98 (no 1742) ; p. 403, l. 125-29 (no 1744) ; pp. 471-72 ; t. VII, p. 75, l. 10-12 (no 1828) ; p. 78, l. 13-15 (no 1831) ; p. 144, l. 9-17 (no 1861) ; p. 147, l. 13-17 (no 1864) ; p. 281, l. 13 (no 1923). — Voir Bataillon, op. cit., pp. 242-59. — Renaudet, op. cit., pp. 270-76.

52 Alien, Opus, t. VI, pp. 472-75 (no 1791) ; t. VII, pp. 50-51, l. 320-25 (no 1814) ; p. 106 (no 1846) ; pp. 146-51 (no 1864) ; pp. 163-68 (no 1875) ; pp. 170-79 (no 1877) ; pp. 181-84 (no 1879) ; pp. 251-52, l. 1-30 ; 35-41 ; 44-48 (no 1907) ; pp. 348-54 (no 1967) ; p. 430 (no 2018) ; t. VIII, p. 68, l. 26-28 (no 2109) ; t. XI, p. xxvii, l. 1-19 (no 2253 A). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 51-52 ; 270-76. — Bataillon, op. cit., pp. 260-88 ; 294-99. — Gilmore, op. cit., pp. 720-21. — Beumer, op. cit., pp. 77-80.

53 Allen, Opus, t. VI, pp. 462-63 (no 1786) ; t. VII, p. 13, l. 260-70 (no 1804) ; pp. 88-89 (no 1838) ; pp. 89-92, l. 1-49 ; 72-86 (no 1839) ; p. 164, l. 29-32 (no 1875) ; pp. 252-53 (no 1908). — Voir Beumer, op. cit., pp. 71-73

54 Allen, Opus, t. VII, pp. 108-10, l. 60-124 (no 1887) ; pp. 354-56 (no 1968) ; t. VIII, p. 106, l. 10-37 (no 2133) ; pp. 170-74 (no 2163) ; pp. 241-42 (no 2198) ; t. IX, pp. 323-27 (no 2523) ; p. 331 (no 2528) ; t. X, p. 384, l. 28-31 (no 2932). — Voir Bataillon, op. cit., pp. 467-530.

55 Allen, Opus, t. VI, pp. 65-69 (no 1571) ; pp. 81-86 (no 1579) ; pp. 88-107 (no 1581). — Voir Rbnaudet, Préréforme…, pp. 268 ; 308 ; 359 ; 456-59. — Godet, M., La Congrégation de Montaigu, pp. 59-69, Paris, 1912.

56 Allen, Opus, t. VI, p. 148 (no 1597) ; pp. 163-166 (no 1609) ; pp. 298-300 (no 1685) ; pp. 181-82 (no 1620) ; p. 223 (no 1642) ; pp. 285-88 (no 1679) ; t. VII, pp. 248-50 (no 1906).

57 Allen, Opus, t. VI, pp. 148-49 (no 1597) ; p. 152, l. 14-16 (no 1600) ; pp. 154-58 (no 1603) ; p. 240, l. 11-29 (no 1653) ; p. 351, l. 19-20 (no 1717) ; t. VII, p. 502, l. 1-4 (no 2053).

58 Allen, Opus, t. VI, pp. 130-33 (no 1591) ; p. 150, l. 1-4 (no 1598) ; pp. 258-59 (no 1664) ; pp. 357-60 (no 1721) ; pp. 361-63 (no 1722) ; t. VII, pp. 235-42 (no 1902) ; pp. 245-48 (no 1905) ; pp. 262-63 (no 1911) ; p. 53, l. 10-12 (no 1815). — Voir Renaudet, Études érasmiennes, pp. 50-51. — Feret, P., La Faculté de Théologie de Paris, t. I, pp. 134-40 ; t. II, pp. 4-17, Paris, 1900-1901. — Duplessis d'Argentré, op. cit., t. II, pp. 53-78 ; 361, col. l. — Bense, W.F., Noël Béda and the humanist reformation at Paris, 1504-1534, thèse dactylographiée, Cambridge (Mass.), 1967.

© Presses universitaires de Liège, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search