Version classiqueVersion mobile

Érasme et l’amitié

 | 
Yvonne Charlier

Chapitre III. Érasme voyageur - Les grandes amitiés

Texte intégral

1. Érasme en France et en Artois

  • 1 Reulos, M., Paris au temps d'Érasme, dans CET., t. I, pp. 79-86, Paris, 1972. — Beumer, op. cit., p (...)
  • 2 Voir Godet, M., La Congrégation de Montaigu, Paris, 1912. — Cf. Renaudet, A., Jean Standonck, un r (...)
  • 3 Érasme a détaillé le régime qu'il dut subir à Montaigu dans le colloque Ἰχθυοφαγία, ASD., t. 1-3, (...)
  • 4 Sur les querelles à l'Université de Paris au xve siècle, voir Renaudet, op. cit., pp. 25-52 ; 79-8 (...)
  • 5 Compendium Vitae, p. 50, l. 111-12. — Voir Renaudet, op. cit., p. 267. — Massaut, op. cit., pp. 128 (...)
  • 6 Cette lettre dÉrasme a disparu, mais la réponse de Gaguin permet d'en reconstituer la teneur. Le p (...)
  • 7 Renaudet, op. cit., pp. 114-15 ; 120-21 ; 127. — Beumer, op. cit., pp. 19-21. — Renaudet, Érasme et (...)

1Débarquant à Paris1 en septembre 1495, Érasme s'installe aussitôt au Collège de Montaigu. Son protecteur, l'évêque de Cambrai, l'a recommandé à Jean Standonck, le célèbre proviseur, qui prend alors une part importante au mouvement de la Réforme catholique, la plus grave préoccupation des milieux religieux en cette fin du xve siècle2. C'est dans cet esprit que Standonck impose à sa communauté une discipline de fer et un régime d'austérité, dont la rigueur devait laisser à Érasme une ineffaçable impression3. Érasme vit à Montaigu où il ne se lie avec personne et il assiste sans intérêt aux discussions de la Sorbonne. À cette époque, l'Université de Paris est le théâtre d'incessantes querelles scolastiques qui dressent les « anciens » (les thomistes et les scotistes) contre les « modernes » (les ockhamistes)4. Érasme, que ces études théologiques impatientent, profite de la semi-liberté que lui assurent son âge et son sacerdoce, pour se détourner de la vie du collège et il s'efforce d'entrer en rapports avec l'humanisme parisien naissant5. Il écrit une lettre et adresse des vers enthousiastes à Robert Gaguin, le chef de file de la jeune école humaniste6. Homme du Nord comme Érasme, il est devenu général de l'ordre des Trinitaires en 1473. Admirateur des écoles italiennes qu'il a visitées à plusieurs reprises, il se consacre à l'étude et à l'enseignement des lettres latines, quand le lui permettent ses fonctions de diplomate et sa charge de doyen de la Faculté parisienne de Décret. Bon écrivain latin et français, poète et érudit, Gaguin se détourne de la scolastique et s'efforce de développer à Paris la culture antique. Il possède en France et à l'étranger le prestige que lui ont valu ses nombreux écrits7.

  • 8 Allen, Opus, t. I, p. 147, l. 24-27 (no 43, IX-95) ; l. 3-5 no (44, 24-IX-95).
  • 9 Allen, Opus, t. I, p. 147, l. 30-34 (no 43, IX-95).
  • 10 Allen, Opus, t. I, pp. 149-52 (no45, 24-IX-95). — Cf. Compendium Roberti Gaguini super Francorum ge (...)
  • 11 Allen, Opus, t. I, p. 153, l. 1-4 ; 24-25 (no 46, 7-X-95.) — Voir Mestwerdt, op. cit., p. 246.

2Gaguin répond avec bienveillance à l'appel flatteur d'Érasme, non sans le mettre en garde contre les éloges excessifs : « Je voudrais que dans les louanges que tu m'adresses, tu sois plus concis, moins surabondant […], parce que tout ce qu'on avance et qui n'est pas mérité est attribué à la flatterie ou au mensonge. »Érasme suivra le conseil de son aîné qui pourra dès lors se féliciter de son style8. Gaguin a immédiatement décelé en Érasme le lettré talentueux qui brûle de se faire un nom. Il répond favorablement à son amitié. « L'attachement aux mêmes études est bien fait pour sceller une amitié », et il lui ouvre les portes de sa maison9. Bientôt Érasme a la chance de pouvoir rendre service à son nouvel ami, tout en se faisant imprimer pour la premier fois : Gaguin vient de terminer son De Origine et gestis Francorum Compendium, mais le travail de l'imprimeur achevé, on s'aperçoit qu'il reste deux pages blanches. Gaguin, malade, est incapable d'y pourvoir. C'est alors qu'Érasme propose un compliment, composé en hommage à l'auteur qu'il compare à Tite-Live et à Salluste ; il sera publié en tête du livre. Érasme a fait d'une pierre deux coups : il est venu en aide au maître embarrassé qui n'oubliera pas ce geste et il a fait connaître son nom au public lettré qui lit Gaguin10. Dès lors la protection de l'humaniste est assurée à Érasme qui lui soumet le manuscrit du premier livre des Antibarbari pour lequel il demande un jugement franc et sincère. Gaguin ne cache pas son admiration pour le talent littéraire d'Érasme et le courage dont il fait preuve en s'attaquant aux ennemis des belles-lettres. Pourtant, sans déconseiller vraiment la publication, il avertit Érasme du danger qu'elle comporte : « Tu as entrepris une guerre aussi difficile que dangereuse contre ces gens méprisables qui ne cessent de dénigrer les études d'humanité ; aucune arme ne te donnera la victoire sur ceux qui, même vaincus, ne s'obstineront que davantage dans leur ignorance […]. Mais bien que je me borne pour ma part à mépriser leur impudence, je ne te blâme pas de partir en guerre contre eux11. » Érasme suivra ce conseil de prudence et ne publiera son livre qu'en 1520, fortement développé et remanié, il est vrai.

  • 12 Renaudet, op. cit., pp. 122-25 ; 277 ; 508. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 22-23.

3Robert Gaguin introduit Érasme auprès de Fausto Andrelini, poète italien, professeur à l'Université. Né à Forli en 1460, Andrelini connaît à fond la poésie antique ; il a écrit plusieurs élégies d'un style élégant et facile qui lui ont valu des honneurs dans son pays. Arrivé à Paris en 1488, il enseigne à la Faculté des Arts avec un immense succès. Il n'hésite d'ailleurs pas à pimenter ses leçons de jeux de mots et de plaisanteries bouffonnes. Esprit frondeur, vaniteux et avide de succès, il s'engage dans des querelles humanistes dont il sort chaque fois vainqueur. Pourtant sa liberté d'esprit et de manières, ses moeurs douteuses, lui attirent des ennuis, encore qu'il masque sous une gravité d'emprunt le vide de sa pensée et une fausse piété que veulent démentir ses poèmes d'inspiration religieuse12.

  • 13 Allen, Opus, t. I, p. 234, l. 20-21 (no 95, 2-V-99). — Voir Reedijk, op. cit., p. 64. Érasme écrira (...)
  • 14 Allen, Opus, t. I, pp. 311-12, l. 10-24 (no 103, 1499). Trad. M. Delcourt. — Voir Hyma, op. cit., p (...)
  • 15 Allen, Opus, t. I, pp. 311-12, l. 1-6 (no 134, 20-XI-1500). — Voir brabant, H., Érasme, humaniste d (...)
  • 16 Allen, Opus, t. IV, p. 263, l. 11-17 (no 1104, V-20).

4Andrelini est heureux de rencontrer en Érasme un esprit très éloigné de la morosité scolastique et naturellement porté au rire et à l'ironie ; les deux hommes sont bientôt très liés13. Dès lors Érasme ne tarde pas à subir l'influence de ce personnage immoral, et se dissipe quelque peu, ce qui lui vaudra, on l'a vu, les durs reproches de ses amis de Steyn. La correspondance qui s'établit entre les deux compagnons est caractéristique du changement qui s'opère en Érasme et dénote une familiarité que l'on trouve rarement chez lui. Lors de son premier séjour en Angleterre, Érasme, voulant sans doute se mettre au diapason de son ami, lui adresse une lettre piquée de plaisanteries et l'entretient d'un sujet qu'il sait devoir l'intéresser : « Il y a ici des nymphes aux visages divins, douces, complaisantes, que tu mettrais volontiers plus haut que tes Muses. Il existe aussi une coutume qu'on ne saurait assez louer. Que tu arrives quelque part, tu es accueilli par les baisers de tous ; si tu t'en vas, on te quitte avec des baisers ; tu reviens, nouveaux baisers ; on va te trouver, échange de baisers ; on se sépare de toi, partage de baisers ; on se rencontre quelque part, abondance de baisers ; enfin de quelque façon que tu te déplaces, tout est plein de baisers. Si une seule fois, Fausto, tu avais savouré leur douceur, leur parfum, tu souhaiterais sûrement voyager en Angleterre […] jusqu'à ta mort14. » Lorsque plus tard Érasme se réfugie à Orléans par crainte d'une épidémie de peste, Andrelini se moque de ses craintes et le traite de couard. Érasme n'en a cure, il considère qu'« ignorer la crainte dans de telles circonstances n'est pas le fait d'un homme courageux, mais prouve qu'il n'est qu'une souche »15. Cette familiarité amicale n'empêche pas Érasme de juger la faible valeur intellectuelle et humaine de son compagnon. Bien des années plus tard, rappelant le souvenir du poète disparu, il évoquera sa science qui n'a jamais dépassé la moyenne et sa vie qui était loin d'être pure16.

  • 17 Allen, Opus, t. I, pp. 283-84 (no 121-122, III-1500).
  • 18 Allen, Opus, t. I, p. 213, l. 40-42 (no 134, 20-XI-1500).
  • 19 Allen, Opus, t. I, p. 313, l. 44-49 (no 134) ; t. II, p. 469, l. 405 (no 531, 15-II-17). Voir Béné,(...)
  • 20 Allen, Opus, t. III, p. 358, l. 75-77 (no 855, 26-VII-18).

5Cependant Érasme est en mauvaise santé, le régime en vigueur à Montaigu use ses forces et l'isolement lui pèse. D'octobre à décembre 1498, il est resté sans voir Gaguin ni rencontrer Andrelini ; il sombre à nouveau dans le découragement. En février 1500, son humeur est plus sombre que jamais ; ses amis pourtant l'encouragent à publier les Adages. Gaguin met à sa disposition les ressources de sa riche bibliothèque17 et Andrelini écrit une lettre-préface élogieuse où il vante l'élégance et l'utilité de l'ouvrage18. Érasme, que préoccupent alors les soucis financiers, prie le poète d'aider par ses recommandations la vente du petit livre. Il est vrai que Gaguin lui-même n'est pas entièrement satisfait de cette édition. À côté des félicitations d'usage, il n'a pu s'empêcher d'en critiquer l'excessive sobriété19. Mais Érasme, qui avait quitté Paris pour Saint-Omer, ne devait plus le revoir : Gaguin mourut le 22 mai 1501. Érasme rencontra encore quelque fois Andrelini lors de visites-éclairs à la capitale. Le poète italien mourra en février 1518 ; il s'était montré suffisamment agréable à Érasme pour en être regretté sincèrement20.

6Si ces relations furent toujours très cordiales, on ne peut parler ici de grandes amitiés. Gaguin, qui a passé la soixantaine quand Érasme le rencontre, est de trente-cinq ans son aîné. S'il a le goût des lettres, il demeure avant tout un homme d'Église et conserve intact son idéal monastique. Dégoûté de la scolastique, il ne s'y oppose pas ouvertement et ne semble pas comprendre les aspirations profondes d'Érasme dont l'esprit fécond cherche encore confusément sa voie. Gaguin humaniste est resté toute sa vie celui qu'Érasme fut à ses débuts : un ami des belles-lettres, un admirateur des écrivains antiques. Aimablement accueilli par Gaguin qui le propulse dans le monde littéraire et encourage ses tentatives, Érasme n'a cependant pas retiré un grand enseignement du maître parisien avec qui les échanges littéraires furent assez limités. Quant à Andrelini, s'il fut un compagnon agréable et plaisant qui dérida la morne existence d'Érasme à Paris, il ne put, pas plus que Gaguin, saisir dans son sens profond le rêve encore inavoué d'Érasme : réconcilier la sagesse antique et la piété chrétienne.

  • 21 Renaudet, Préréforme…, pp. 213-24. — Cf. Mestwerdt, op. cit., pp. 297-302. — Debongnie, P., Jean Mo (...)
  • 22 Allen, Opus, t. I, p. 201, l. 12-31 (no 73, IV-98) ; p. 167, l. 36-41 (no 52, 4-II-97).
  • 23 Allen, Opus, t. I, pp. 166-67, l. 2-5 ; 26-35 (no 52, 4-II-97). — Voir chantraine, op. cit., pp. 46 (...)
  • 24 Renaudet, op. cit., pp. 340-41.

7Pourtant Érasme a été quelque temps détourné de cette vocation première. A la fin de l'année 1496, est arrivé à Paris une mission de religieux windeshémiens, invités à réformer les couvents de la région parisienne sous le signe de la Devotio Modems. Elle a pour chef Jean Mombaer de Bruxelles, chanoine régulier de SaintAugustin. Auteur du Rosetum exercitiorum spiritualium qui allait plus tard influencer Ignace de Loyola, il a créé une méthode pratique pour enseigner l'art de la méditation pieuse. Logés à Montaigu, les réformateurs s'efforcent de ramener à la piété l'abbaye de Château-Landon. Découragé par un premier échec au point de songer un instant au retour, Mombaer assure finalement le succès de la mission et reçoit les fonctions de prieur. Il participe ensuite à la réforme de Saint-Victor et à celle de Livry dont il devient abbé21. Érasme, qui le rencontre chez Standonck en 1497, se lie d'amitié avec lui et suit avec passion les progrès de ces réformes qu'il approuve entièrement. Il ranime le courage quelquefois défaillant de l'abbé et lui annonce même son intention de « célébrer cette entreprise magnifique par quelque commémoration littéraire »22. Érasme éprouve la plus grande admiration pour l'œuvre et la personnalité du réformateur, il nourrit pour lui une affection chaleureuse qu'avive encore leur goût commun des belles-lettres : « J'admire en toi les qualités intellectuelles et l'éclat de ta vie, mais c'est pour tes qualités humaines et pour cette complicité créée par les études communes que tu m'es si cher. Les premières raisons font que je t'admire et les secondes que je t'aime […]. Je ne sais pourquoi, alors qu'il n'existait aucune intimité entre nous, je suis tellement bouleversé. Sans doute suis-je porté par nature à nouer toutes sortes d'amitiés […]. Pourquoi ne te tiendrais-je pas pour un ami très cher, alors que nous sommes unis par la communauté des meilleures études, ce qui est, selon Cicéron, le ciment le plus solide d'une mutuelle affection ; alors que ta modestie, ton humanité, ton intégrité seules me poussent déjà à t'aimer. Sans compter que nous appartenons au même ordre, que nous portons le même habit, que nos caractères, je crois, ne sont pas tellement différents, si ce n'est que tu es plus porté à la vertu23. » Mais les préoccupations religieuses de Mombaer l'empêchent de voir dans les belles-lettres autre chose qu'un adjuvant. L'humanisme italien qui ne se répand dans les Pays-Bas que fort lentement n'a pas eu de prise sur ce religieux austère, préoccupé avant tout de vie intérieure et de perfection monastique. Sans être philosophe ni théologien, il a été gagné par le courant mystique très puissant à ce moment dans la Congrégation de Windesheim. Pourtant Érasme l'estime beaucoup. Peut-être cette influence lui insuffle-t-elle lentement le sens profond de la vie monastique et peut-être a-t-il songé un instant à rentrer au couvent, comme sembleraient le suggérer les visites qu'il fait à Steyn à cette époque. Toujours est-il que la maladie, les tristesses d'une vie étroite et sans doute l'influence de Mombaer ont singulièrement refroidi son enthousiasme d'humaniste, trop peu soutenu par Gaguin et Andrelini. Érasme, un instant indécis sur la voie à suivre, ne connaîtra cependant pas longtemps l'abbé de Livry et son enseignement : les fatigues provoquées par la mission, l'insalubrité des couvents où il séjourne et le régime austère qu'il s'impose, usent la santé délicate du prieur vieillissant. Il meurt d'épuisement en décembre 1501, assisté par Standonck et ses compagnons24.

***

  • 25 Allen, Opus, t. I, pp. 169-73 ; 196-97 ; 199 (nos 54-56, 70, 72, 1497-98).
  • 26 Bierlaire, F., La première édition reconnue des Colloques d'Érasme, dans Études classiques, t. 37, (...)
  • 27 Allen, Opus, t. I, p. 182, l. 35-38 (no 61, VIII-97) ; p. 317, l. 44-47 (no 136, 9-XII-1500).
  • 28 Allen, Opus, t. III, p. 465, l. 8-28 ; 33-44 (no 909, 1-1-19). — Cf. A.S.D., t. 1-3, pp. 3-15. — Vo (...)
  • 29 Allen, Opus, t. I, p. 298, l. 33-35 (no 129, VII-1500) ; p. 209, l. 22-33 (no 80, 29-XI-98). — Voir (...)
  • 30 Allen, Opus, t. I, p. 233, l. 12-14 (no 95, 2-V-99) ; p. 282, l. 250-51 (no 119, II-1500). — Voir B (...)
  • 31 Allen, t. I, pp. 309-10, l. 22-104 (no 133, IX-1500). Trad. M. Delcourt.
  • 32 Allen, Opus, t. I, p. 316, l. 14-18 ; 32-33 no (136, 9-XII-1500) ; pp. 320-21, l. 12-15 ; 20-36 (no(...)

8Depuis plusieurs années déjà Érasme donne des leçons pour subvenir à un entretien que prend bien mal en charge l'évêque de Cambrai. Ses premiers élèves sont, en 1497, les fils d'un marchand de Lübeck, Christian et Henri Northoff. Érasme, qui a toujours détesté l'enseignement, les initie au latin par un échange de lettres spirituelles et vivantes, un rien affectées, qu'il émaille cependant de conseils judicieux. Les relations entre le maître et les élèves sont amicales, ce qui ravit Érasme. N'estime-t-il pas que « l'amitié mutuelle est d'une telle importance dans l'apprentissage qu'il est inutile d'avoir un maître de lettres si l'on n'a pas en lui un ami »25 ? Érasme apprécie la gaieté des jeunes gens et leur propension à la plaisanterie. C'est à leur intention qu'il compose les Familiarium colloquiorum formulae, dont nous devons la publication à une indiscrétion d'Augustin Vincent Caminade26, le précepteur allemand des frères Northoff, qui tient à Paris une pédagogie. En juillet 1497, Érasme s'est installé chez Caminade qu'il assiste dans l'instruction des jeunes Lubeckois. Pour faciliter la tâche de son ami27, Érasme rédige à son intention des formules d'entretiens familiers. Selon les affirmations postérieures d'Érasme, Augustin aurait remanié cet opuscule et en aurait fait son profit dans un milieu restreint. Par la suite, le petit livre tomba entre les mains de Beatus Rhenanus qui le publia à l'insu d'Érasme. Si ce dernier se montre dur pour Caminade alors qu'il parle toujours de Beatus comme d'un homo candidus et amicus, c'est que, mis à part le procédé assez cavalier d'Augustin, il lui garde rancune pour certains désaccords survenus lors de leur vie en commun28. Au début, leurs relations sont bonnes. Augustin est un ami complaisant qui n'hésite pas à rendre service et même à prêter de l'argent à l'occasion. Il corrige les épreuves des Adages et organise à l'Université des conférences pour répandre le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur, attention bien utile à Érasme dont la situation financière n'est guère brillante. Érasme, cependant, est agacé de l'obstination d'Augustin à s'approprier ses moindres écrits : le conférencier y voit un échange pour l'aide matérielle qu'il procure à son hôte29. En février 1499, ils voyagent tous deux aux Pays-Bas, mais ils se brouillent pour une question d'argent. A son retour d'Angleterre, Érasme se réconcilie avec son « vieil ami » chez qui il décide de loger30. Durant l'automne 1500 éclate à Paris une épidémie de peste qui contraint les deux hommes à se réfugier à Orléans, où Caminade installe une nouvelle pédagogie. Mais un des élèves tombe malade et Érasme, qui craint la contagion, préfère se retirer quelques jours chez un admirateur fervent de ses écrits, Jacques Voecht, professeur anversois, qui héberge lui aussi quelques étudiants. Augustin, vexé de l'abandon d'Érasme, lui fait comprendre qu'il ne tient pas à le voir revenir. C'en est trop pour Érasme qui dénigre hargneusement son ancien compagnon auprès de Jacques Batt : « J'ai démasqué un ennemi, un traître, un coquin, en un mot, Augustin […]. Je pressens qu'il médite quelque mauvais tour, des fourberies, des vilenies, bref des actes dignes de lui […]. Je n'attends de lui que ce qu'on peut attendre du plus perfide assassin. » Il est vrai qu'à ce moment Érasme est sans nouvelles d'un envoi d'argent dont il a grand besoin et que la crainte d'une perte de ce genre l'a toujours rendu très nerveux. Le retard du courrier n'est pas sans l'inquiéter ; de là à soupçonner Caminade de machinations diaboliques pour le dépouiller de son bien, il n'y a qu'un pas. Érasme s'en ouvre à Batt qu'il supplie de mettre tout en œuvre pour contrecarrer les projets d Augustin31. Les relations des deux protagonistes n'en sont pas rompues pour autant. Augustin s'humilie même devant Érasme pour l'inciter à revenir chez lui. Bien qu'il ne soit pas en mesure de refuser, Érasme tient à lui faire la leçon pour son assaut de flatteries : « Je pense qu'une amitié sincère doit écarter tout discours de ce genre […]. Là où l'affection ne serait pas sincère, ils feraient soupçonner de la malveillance. » Érasme lui-même est-il sincère quand il déclare ne pas douter de la bonne volonté d'Augustin, manifestée et éprouvée à travers tant de dangers ? Sa bonne foi est d'autant plus douteuse qu'il annonce à Batt : « Augustin est retourné à Paris, ami ou ennemi, je n'ai pas encore pu m'en assurer : on ne peut pas se fier à sa mine ni à ses boniments. Mais je ne m'attends pas au pire, je préfère en cette affaire avoir l'air trop naïf que trop soupçonneux. » Érasme pourrait s'abaisser à lui demander son aide, mais il craint un refus que sa dignité ne pourrait supporter. Si Batt lui envoie de l'argent, il pourrait tout à loisir profiter de la générosité d'Augustin ou la dédaigner, savourant ainsi une belle vengeance. Érasme sait garder rancune quand il s'est senti lésé. Une tentative auprès d'Augustin lui-même ne semble pas avoir été payante ; en 1502, Caminade reprend ses études à Orléans et Érasme ne le reverra plus32. Leur amitié se termine mal, mais, conformément à la théorie d'Érasme, il n'y eut pas de rupture brutale, simplement un espacement progressif de leurs relations.

9Une telle amitié, faite de brouilles et de réconciliations presque forcée, est pour le moins médiocre, quoique Érasme se soit toujours défendu d'en avoir connu de semblables. On voit bien qu'il n'a jamais aimé Augustin. Tout au plus peut-on dire qu'il apprécie sa présence à un moment de sa vie où il se sent isolé. L'aide matérielle que lui apporte Caminade lui est indispensable et, l'habitude de vivre ensemble aidant, ils sont restés en relations plusieurs années ; mais il n'y eut jamais entre eux ni communion d'esprit ni accord de caractères. Il serait même plus juste de parler d'incompatibilité d'humeur. Ajoutons à cela qu'à cette époque très difficile, Érasme se montre méfiant et soupçonneux à l'excès, et l'on comprendra qu'il n'était pas possible qu'une grande cordialité règne entre eux.

  • 33 Allen, Opus, t. I, pp. 194 ; 198-99 no (66, 71, 1497-98). Voir Huizinga, op. cit., pp. 60 et sv.
  • 34 Allen, Opus, t. I, p. 199, l. 2-4 (no 72, III-1498).
  • 35 Allen, Opus, t. I, pp. 175-80 (no 58, 1497) ; pp. 185-87, l. 164-253 (no 61, 1497).
  • 36 Allen, Opus, t. I, p. 189, l. 11-26 (no 63, 1497).
  • 37 Allen, Opus, t. I, p. 181, l. 5-12 (no 61, 1497). Trad. M. Delcourt.
  • 38 Allen, Opus, t. III, p. 295, l. 25-27 (no 829, 24-IV-18).
  • 39 Allen, Opus, t. VI, p. 186 (no 1624, X-25) ; p. 221 (no 1641, 1525).

10A la même époque, Érasme instruit aussi deux jeunes Anglais de noble naissance : Robert Fisher, le neveu du futur évêque de Rochester, et Thomas Grey, jeune noble aux origines peu claires. C'est pour eux qu'Érasme écrit ses ouvrages pédagogiques : le De Conscribendis epistolis, le De Copia verborum ac rerum, enfin le De Ratione studii33. Érasme ne semble pas avoir éprouvé beaucoup d'affection pour Fisher34 ; par contre il se prend pour le jeune Grey d'une amitié passionnée qui n'est pas sans rappeler ses anciennes relations avec Servais Roger. A tel point que le tuteur écossais des jeunes gens s'en formalise et obtient, à la suite d'une dénonciation, le renvoi d'Érasme qui ne lui pardonnera jamais cette éviction. L'humaniste déverse sa violente colère en de longues lettres fulminantes, interminables séries d'injures et de malédictions. Il trace de l'Ecossais un portrait physique et moral particulièrement odieux et se refuse à voir dans cette trahison autre chose que l'expression de la plus vile jalousie. Mais il s'inquiète du sort de Thomas toujours à la merci de cette « bête enragée ». Surtout qu'il ne vienne pas se réconcilier avec son tuteur ! « Il est insensé d'embrasser son ennemi, comme il est malvenu de négliger un ami35. » Érasme se console de son éloignement forcé en comblant son ami de lettres amicales et enjouées. Enfin, il s'apaise et semble oublier l'incident. Il prend à cœur les études de Thomas à qui il recommande avec insistance la lecture des meilleurs auteurs latins, définissant par la même occasion les bases réelles de leur amitié : « Tant que tu continueras à te consacrer à la vertu et aux belles-lettres, aucune interruption dans nos relations […] ne modifiera mes sentiments pour toi. Le lien entre nous repose sur des fondements solides […], le noble amour des lettres et de nos études communes36. » Définition bien cicéronienne de l'amitié, comme on l'a vu, et qui donne une idée du contenu littéraire des déclarations d'amitié érasmiennes. Malgré tout, nous sommes confrontés une nouvelle fois au problème difficile des affections excessives de l'humaniste. Il est impossible de faire la part de l'exagération dans la description que donne Érasme de la malveillance du tuteur écossais, de même qu'on ne saurait savoir si les inquiétudes de ce dernier avaient quelque fondement. Par contre, nous pouvons écarter tout soupçon à propos de la correspondance échangée entre les deux amis : jamais on n'y trouve les expressions ambiguës relevées dans les lettres adressées jadis à Servais. D'ailleurs le ton passionné est atténué par l'intention littéraire, comme le montre clairement une lettre qu'Érasme écrivit lui-même pour Henri Northoff à l'adresse de son frère Christian ; qu'il nous suffise d'en donner cet échantillon : « Pas un jour, pas une nuit, qui pour moi ait coulé sans toi. Suis-je seul ? C'est à Christian que je pense. Entre amis, c'est de toi que je parle […]. Si je dors, c'est de toi que je rêve ; pas un déjeûner, pas un dîner ne se passe sans toi. Tu festoies avec moi, tu étudies avec moi, tu dors avec moi […]. Christian, mon frère qui m'est plus cher que ma propre vie, combien de plaines, de montagnes, de villes, de fleuves me séparent de toi ! Mais si les corps peuvent être éloignés, rien ne peut séparer les âmes37… » Il est significatif de constater que, comme ce fut le cas avec Servais, Érasme s'efforce de gagner son ami Thomas à la cause des lettres. Elles sont sa seule raison de vivre, sa suprême consolation dans tous les revers qu'il essuie et finissent toujours par reprendre le dessus, quels que soient les moments de découragement. Sans doute Grey était-il loin de partager l'idéal de son précepteur, car Érasme ne reste pas longtemps en relation avec lui, même s'il le retrouve à Louvain en 151838 et le revoit encore en 1525 à Bâle, où il parle toujours amicalement de lui39.

  • 40 Allen, Opus, t. I, pp. 224-25, l. 1-41 (no 88, 4-II-99) ; pp. 290-97 (no 126, VI-1500) ; pp. 444-47 (...)
  • 41 Thomson, D.F.S. et Porter, H.C., Erasmus and Cambridge. The Cambridge Letters of Erasmus, pp. 216-1 (...)

11William Blount, issu de la lignée des barons Mountjoy, eut plus d'influence sur la vie d'Érasme. Celui-ci est son précepteur de 1498 à 1500 et restera toujours lié au jeune Anglais avec qui il a noué une solide amitié. C'est Mountjoy qui fait découvrir à Érasme l'Angleterre où il le rappelle sans cesse avec force promesses. Toute sa vie, il demeurera pour Érasme, à qui il voue une admiration fervente, un mécène généreux, parfois maladroit, mais toujours diligent. Hôte d'Érasme à Paris, il est aussi un confident attentif à qui l'humaniste aime raconter ses mésaventures et les multiples péripéties de ses multiples voyages. Érasme lui parle volontiers des livres qu'il a sur le métier. En juin 1500, il dédie la première édition des Adagiorum collectanea et, en septembre 1508, l'édition aldine dont il a surveillé lui-même l'impression à Venise, à celui qu'il nomme toujours « l'unique mécène de ses études »40. Pourtant Érasme montre parfois de la mauvaise humeur devant les temporisations de Mountjoy, qui a de nombreuses obligations à remplir. Précepteur des fils d'Henri VII, il devient, à l'avènement d'Henri VIII, lieutenant des Marches de Calais et réside à ce titre au château de Hammes. Souvent retenu ailleurs, il met sa résidence à la disposition d'Érasme qui en use à loisir avant et après ses traversées de la Manche. En 1513, Mountjoy est nommé bailli de Tournai, dont il sera le gouverneur après 1515. Devenu chambellan de la reine Catherine, il sera mêlé de près à la vie privée de ses souverains. Témoin de la mésentente du couple royal, il demeurera jusqu'au bout un fidèle serviteur de Catherine d'Aragon dont il ne prend congé qu'en 1531, lors de l'exil de la reine41.

  • 42 Allen, Opus, t. I, p. 569, l. 130-31 (no 296, 8-VII-14). — Voir Looten, ibidem. — Sur les efforts f (...)
  • 43 Allen, Opus, t. I, pp. 450-52 (no 215, 27-V-1509) ; p. 467, l. 18-22 (no 227, 13-IX-11). — Voir Hoo (...)
  • 44 Allen, Opus, t. I, p. 225, l. 53-54 (no 88, 4-II-99) ; pp. 241-42 (no 105, X-99).

12Ce noble personnage, toujours préoccupé du bien-être d'Érasme, le gratifie d'une pension annuelle42. Pourtant Érasme laisse quelquefois paraître son amertume devant les déceptions que lui causent les trop belles promesses de Mountjoy. Celui-ci, trop soucieux d'attirer ou de retenir son ami en Angleterre, se laisse submerger par son enthousiasme en décrivant la fête que lui feront le roi et ses sujets les plus illustres. Érasme devra plus d'une fois déchanter43. Pourtant après la mort de Jacques Batt, Mountjoy reste pour Érasme un appui solide qui sera rarement responsable de ses mauvaises fortunes. Les lettres qu'échangent les deux amis sont toujours empreintes de confiance et de cordialité. Si, dès le début, le sort les a séparés avant que des liens indissolubles aient été créés entre eux, leur vie en commun à Oxford durant l'hiver de 1499 se charge de sceller à jamais leur mutuelle affection, même si Mountjoy se détourne un peu de l'étude pour tenir compagnie à sa jeune épouse44.

***

  • 45 Allen, Opus, t. I, p. 210, l. 77-82 (no 80, 29-XI-98). — Voir Slootmans, op. cit., pp. 113-23.
  • 46 Allen, Opus, t. I, p. 225, l. 39-50 (no 88, 4-II-99) ; pp. 226-29 (nos 90-92, II-99). — Voir Mestwe (...)

13N'oublions pas cependant la vigilance désintéressée dont continue à faire preuve Jacques Batt, l'ami fidèle, pour assurer à Érasme des protecteurs nombreux et munificents. Érasme ne cesse de le presser fiévreusement de pourvoir à ses intérêts, en l'accablant de longues lettres qui ne lui font grâce d'aucun détail de ses affaires. Il a toute confiance dans la loyauté et le dévouement de Batt, mais son impatience est si grande qu'il en devient maladroit : « Si les choses tournent autrement que nous le voudrions l'un et l'autre, prisonnier comme tu l'es de tes dettes, […] comment pourras-tu venir en aide à ton pauvre ami ? » Pensée bien égocentrique, qui se confirme par une lucidité rien moins qu'intéressée : « Je crois sage d'éviter en cette affaire les sentiments brûlants45. » Non seulement Érasme charge Batt de quémander en son nom, mais il est encore préoccupé de ménager sa dignité et sa réputation. Depuis qu'il est entré au service de la marquise de Veere, Batt s'est efforcé de gagner la châtelaine à la cause d'Érasme. C'est ainsi qu'à la fin de 1498, il réussit à lui procurer une invitation à Tournehem, résidence de la Dame de Veere. Mais Érasme ne peut se résoudre à quitter Paris où le retiennent ses affaires et ses travaux ! Il fera néanmoins le voyage au début de 1499 et n'aura pas à le regretter : la protection d'Anne de Borsselen lui sera assurée quelque temps. La joie d'Érasme est complète ; il ne tarit pas d'éloges sur Jacques Batt qui lui a assuré ce bonheur : il n'est plus question que de sa fidélité, de la droiture de son caractère, de son cœur aimant et généreux46.

  • 47 Allen, Opus, t. I, pp. 233-35 ; 236-38 (no 95, 101-102, V-99). — Voir Halkin, Érasme en Italie, dan (...)
  • 48 Allen, Opus, t. I, pp. 282-83 (no 120, II-1500). — Voir Castelli, A., Note sull'umanesimo in Inghil (...)
  • 49 Allen, Opus, t. I, pp. 275-82 (no 119, II-1500).
  • 50 Allen, Opus, t. I, pp. 284-85 (no 123, III-1500) ; pp. 287-88, l. 59-64 (no 124, 12-IV-1500) ; pp.  (...)

14Cette euphorie est de courte durée. A nouveau démuni, Érasme en appelle à Batt, non sans lui conter ses déboires par le menu. Cette fois, Batt manifeste de l'impatience ; sans doute les appels répétés d'Érasme ont-ils fini par le lasser. Dans son désappointement Érasme affecte de plaisanter, mais son ironie est grinçante. Une fois de plus, il a nourri le vain espoir d'un voyage en Italie. Il se décide alors à suivre Mountjoy en Angleterre47 où, tout à la joie des découvertes qu'il y fait et des amitiés qu'il y noue, il oublie complètement le pauvre Batt. Mais que surviennent de nouvelles déconvenues, c'est vers lui qu'il accourt en toute hâte. A la douane de Douvres, on enlève à Érasme, en vertu de la loi anglaise, la presque totalité des économies qu'il a emportées imprudemment sur les conseils de Mountjoy et de Thomas More, mal informés. Batt est sincèrement affligé de cette mésaventure dont il avait confusément un pressentiment : « Qu'y a-t-il que pour lui je n'aie redouté48 ? » Érasme restera longtemps sous le coup de ces émotions et sa méfiance naturelle s'en trouvera accrue49. Il reprend néanmoins le dessus et entretient son ami de ses projets littéraires : son intention de rassembler des adages, son désir d'éditer Jérôme, sa volonté d'apprendre le grec. Il lui confie aussi la nouvelle impulsion théologique que le voyage a donnée à sa carrière50.

  • 51 Allen, Opus, t. I, p. 287, l. 36-39 (no 124, 12-IV-1500).
  • 52 Allen, Opus, t. I, p. 298, l. 12-13 ; 28-29 (no 128, VII-1500) ; p. 299, l. 21-23 (no 129, IX-1500) (...)

15Mais le besoin d'argent se fait plus aigu que jamais. Érasme répugne à écrire des lettres d'auto-recommandation à ses protecteurs : « Est-il si important, dit-il à Batt, que j'écrive de longues lettres pour défendre ma cause alors que toi, sur place, tu peux la plaider de vive voix51 ? » La situation d'Érasme est toujours plus précaire. Les lettres de cette époque traduisent une angoisse qui ne peut pas être feinte. Brouillé avec Caminade, privé de Mountjoy resté en Angleterre, oublié de la marquise de Veere, il se sent perdu et n'a plus d'autre recours que Batt avec qui il désire renouer la « bienheureuse intimité d'autrefois » : « Je te supplie, mon cher Batt, s'il te reste une étincelle de l'amour que jadis tu eus pour moi, de chercher de tout ton cœur le moyen de me sauver. » Érasme stigmatise la froideur de son ami et ses invitations dépourvues d'enthousiasme. Il a noté le récent et vif intérêt que Batt éprouve pour Guillaume Hermans et il se sent délaissé, ce qui lui arrache de nouvelles plaintes : « M'abandonner maintenant, alors que tu as jeté les fondements de mon salut, qu'est-ce d'autre qu'engendrer un un fils et l'abandonner une fois venu au monde52 ? »

  • 53 Allen, Opus, t. I, pp. 301-305 (no 130, IX-1500). — Voir Huizinga, op. cit., p. 95.

16La jalousie d'Érasme le rend injuste. Sans doute Batt manquet-il d'enthousiasme pour l'étude du grec à laquelle Érasme s'est proposé de l'initier, mais la mauvaise humeur de l'humaniste ne paraît pas justifiée : après tout, Batt ne lui doit rien. Ce dernier ne pouvait manquer de s'irriter de l'attitude d'Érasme et de ses exigences croissantes. Imperceptiblement nous le sentons perdre de son empressement de jadis. Érasme, que ronge la crainte de perdre le soutien de son ami, se hâte de faire amende honorable ; faisant fi de toute dignité, il s'humilie dans une longue lettre suppliante où perce encore un ultime espoir53. C'est l'époque où il se plaint des entreprises d'Augustin Caminade et où il relate sa rencontre avec Jacques Voecht, cet « autre Batt » pour lequel il éprouve la plus grande affection.

  • 54 Allen, Opus, t. I, pp. 288-89, l. 17-30 (no 125, 1500). Trad. M. Delcourt.
  • 55 Allen, Opus, t. I, p. 323, l. 100-18 (no 138, 11-XII-1500) ; pp. 366-67, l. 13-28 (no 159, 18-VII-1 (...)

17Érasme est heureux pendant les trois mois qu'il passe chez Voecht. Mais les scrupules l'empêchent de grever les ressources d'un homme si généreux. Il voit en Voecht un ami sincère et non un flatteur comme il y en a tant. L'humaniste est désabusé ; il découvre tant de faux-semblants et de perfidie dans les amitiés des hommes qu'il n'a plus envie d'en mettre de nouvelles à l'épreuve. Il se réfugie dans la compagnie de ses chers auteurs, de ses livres qu'il appelle ses amis fidèles et les plus reposants : « Ou bien je leur murmure de doux propos, ou bien je prête l'oreille à ceux qu'ils me chuchotent […]. Ils ne cachent jamais leurs secrets, ne répètent rien des propos auxquels on se laisse aller trop librement quand on est entre intimes ; ils arrivent si on les invitent ; sinon ils n'ont garde de s'imposer ; ils prennent la parole quand on les en prie ; ils parlent de ce qu'on veut, autant et aussi longtemps qu'on le veut ; ils ne flattent pas, ne mentent jamais, ne dissimulent rien ; il vous montrent franchement vos défauts ; ce qu'ils disent est agréable ou profitable ; ils modèrent dans la prospérité, consolent dans la tristesse, restent stables quand la fortune change […]. Rien de plus loyal que les rapports qu'ils ont entre eux. Je les compare sans cesse, en prenant avec moi tantôt l'un, tantôt l'autre, gardant entre eux mon impartialité54. » Érasme, malgré tout, se félicite de posséder les deux seuls amis dont l'affection ne s'est jamais démentie : Jacques Voecht et Jacques Batt, dont il se plaît à mettre en parallèle le caractère et l'érudition. Aucun malheur ne peut les lui enlever puisque leur amitié a commencé au milieu des plus grandes épreuves. Érasme entretient chacun d'eux de son homonyme, prenant plaisir à créer une nouvelle amitié. Persuadé que Batt partage en tout ses sentiments, il le dit « de moitié dans toutes ses affections et ses haines »55.

  • 56 Allen, Opus, t. I, p. 322, l. 59-70 (no 138, 11-XII-1500). — Voir Mestwerdt, op. cit., p. 242.
  • 57 Allen, Opus, t. I, pp. 325-27, l. 18-90 (no 139, 12-XII-1500).
  • 58 Allen, Opus, t. I, pp. 346-47, l. 7-45 (no 146, 27-I-1501).

18L'humaniste est si attaché à Voecht qu'il ne veut pas le quitter pour répondre à une invitation de Batt. Toujours ce même égocentrisme d'Érasme qui réclame de Batt une continuelle aide matérielle, mais ne fait aucun effort pour la mériter ! Sous des dehors humbles et quémandeurs, on sent dans ses lettres la conviction que cette aide lui est due. Sa répugnance à prendre la plume n'en est que plus grande. A vrai dire, l'humeur d'Érasme s'altère de jour en jour. De soupçonneux et exigeant, il devient irritable et grossier, accablant le pauvre Batt de reproches injustes quand ce dernier ne peut obtenir des mécènes les subsides escomptés. Il n'est plus question de supplications, le ton est autoritaire : Batt est moralement obligé de l'aider, car c'est lui qui, le premier, a prédit le succès d'Érasme ; de plus une amitié très intime les lie, dont le souvenir ne périra pas si Érasme, délivré des soucis matériels, peut écrire et associer Batt à sa gloire56. Peu sûr du résultat de cette démarche, Érasme adresse à Batt une longue lettre cynique, où il dresse un véritable plan de bataille pour obtenir enfin des ressources. Il énumère froidement diverses instructions ; cette fois, tout scrupule est banni, la faim justifiant les moyens. Jamais plus à notre connaissance, Érasme ne s'exprimera avec cette franchise et cette liberté. Un tel document prend pour l'étude de ses relations affectives une valeur toute particulière. Fatigué « jusqu'à la nausée » des beaux discours et des vaines promesses, il décide de mener les choses plus rondement. Batt est chargé de flatter Madame et de lui faire d'Érasme le plus vibrant éloge : « Tu possèdes depuis toujours la manière de mentir sans mesure au sujet d'Érasme. » Ces démarches pourraient nuire aux intérêts futurs de Batt : qu'à cela ne tienne, il faut parer au plus pressé et tirer Érasme de ses embarras présents. Pour achever de le convaincre, Érasme use même du chantage affectif : « Notre amitié est telle que si l'un de nous peut être utile à l'autre, même à son propre détriment, il ne doit pas s'y dérober […] car ce serait le fait, non d'un ami tiède, mais d'un ennemi juré […]. Maintenant que l'opportunité t'en est donnée, veille aux intérêts de ton ami et remets les tiens à plus tard57. » Érasme s'irrite davantage encore quand il apprend que Batt a échoué et n'a pu réunir qu'un maigre pécule. Il l'accuse de maladresse, de manque de courage et il passe sa hargne sur la Dame de Veere pour laquelle il n'a plus que mépris58.

  • 59 Allen, Opus, t. I, p. 346, l. 1-6 (no 146, 27-I-1501) ; p. 325, l. 1-6 ; p. 328, l. 116-20 (no 139, (...)
  • 60 Allen, Opus, t. I, p. 372, l. 1-3 (no 163, VIII-1500) ; p. 379, l. 11-13 (no 170, 2-VII-l502) ; p.  (...)

19Nous n'avons conservé aucune des lettres de Batt, mais nous pouvons en deviner le ton par les réponses d'Érasme : Batt a pris ombrage de ses confidences où il ne voit qu'hypocrise et artifice. Inquiet des reproches blessants et ironiques de son ami, Érasme tente de l'apaiser : « Ou je me trompe fort, mon cher Batt, ou quelque malin génie, irrité de voir en nous des amis trop unis, travaille à dénouer notre belle amitié. » Et lorsque Batt tombe malade, Érasme lui adresse quelques mots de réconfort. Conscient de sa maladresse passée, il l'assure de sa fidélité et reconnaît ses torts : « J'ai honte d'avoir si largement répandu mes plaintes, non sans susciter bien des ressentiments. Toi, ma chère âme, rétablis-toi et prends avant tout soin de toi-même59. » Le souci qu'il exprime de la santé de son ami est-il sincère ? Ne craint-il pas surtout de perdre le seul homme qui peut encore lui porter secours ? Son ironie acerbe le laisserait entendre : « Je n'ai pas besoin de te souhaiter bien du plaisir ; je sais que tu en as à revendre depuis que tu as secoué de tes épaules le lourd fardeau que je suis. » D'ailleurs la mort de Batt, survenue au printemps 1502, n'arrache à Érasme que de maigres regrets. Seule lui apparaît sa triste situation ; la perte de Batt sonne le glas de ses ultimes espérances : « Maintenant que Batt a péri, qui doute qu'Érasme ne périsse à son tour ? Les choses ne pourraient aller plus mal. Mon seul espoir de salut réside dans le courage. » — « Cette année, la Fortune s'acharne vraiment contre moi, la mort a emporté Batt60. »

20L'évolution de l'amitié d'Érasme et de Jacques Batt est une illustration vivante des conflits intérieurs de l'humaniste. Il sait que Batt est un ami dévoué et fidèle, dont il apprécie le caractère et les qualités humaines : jamais d'ailleurs il n'aurait confié ses précieuses affaires et ne se serait ouvert si franchement à quelqu'un dont il n'aurait pas été totalement sûr. Il se présente à lui dans toute sa faiblesse physique et morale, avec ses imperfections, ses remords aussi, ses désirs de bien faire. Il se montre successivement chaleureux, ironique, désabusé, hargneux. Cet Érasme qui remplit inlassablement de longs feuillets destinés à Batt est bien moins l'humaniste préoccupé de ses lectures que l'homme démuni, accablé de soucis domestiques. Peut-être la lecture de ses lettres visiblement écrites à la hâte et dictées par la nécessité donne-t-elle d'Érasme une image d'ingratitude et d'égoïsme. Sans doute est-il cela quand son angoisse est trop forte et que la fièvre mine son moral. Mais que ses forces lui reviennent et que ses contrariétés se dissipent, le voilà transformé en un compagnon charmant et généreux qui ne rêve que de communiquer à Batt toutes les parcelles de son savoir et de partager avec lui l'enthousiasme né en Angleterre. On peut aussi expliquer la méchante humeur d'Érasme par la honte qu'il ressent à s'abaisser ainsi à quémander sans cesse. Il n'est pas impossible que la conscience de sa longue dépendance l'ait aigri et poussé inconsciemment à blesser son ami. Sans doute Érasme en a-t-il voulu à Batt de l'obliger à écrire à ses protecteurs des lettres flatteuses dont il ne pensait pas un mot. Quoi qu'il en soit, ces années d'épreuves et de continuelles déceptions l'ont marqué. Il sait maintenant que pour obtenir il faut flatter habilement. Il a appris à se méfier de tout le monde et à faire passer ses intérêts avant ses sentiments. C'est dans ces dispositions qu'il ressent la mort de Batt.

  • 61 Looten, op. cit., pp. 242-43.
  • 62 Allen, Opus, t. I, pp. 352-53 (no 149, 16-III-1501) ; pp. 498-99, l. 15-31 (no 252, 6-II-12) ; p. 5 (...)
  • 63 Allen, Opus, t. I, p. 376, l. 5-10 (no 165, 1501). — Voir Looten, op. cit., op. cit., pp. 244-46.
  • 64 Allen, Opus, t. I, pp. 318-19, l. 31-44 (no 137, 2-XII-1500) ; pp. 350-51, l. 47-69 (no 147, 27-1-1 (...)
  • 65 Allen, Opus, t. I, pp. 551-54 (no 288, 14-111-14). — Voir Halkin, L.-E., Érasme, la guerre et la pa (...)

21La disparition de Batt n'a pas laissé Érasme totalement dépourvu. Il s'est assuré depuis longtemps la bienveillance d'Antoine de Berghes, frère cadet de son ancien patron, l'évêque de Cambrai, et abbé de Saint-Bertin61. En février 1500, Érasme séjourne quelque temps à Saint-Bertin, près de Saint-Omer ; l'abbé qui a tout de suite jaugé sa valeur, s'intéressera toujours à sa carrière. L'humaniste lui confie ses aspirations littéraires, le tient au courant de ses progrès dans la langue d'Homère et de ses lectures des textes sacrés ; il lui communique son enthousiasme pour ses amis anglais et s'efforce en 1512 de protéger l'abbaye des rigueurs de la guerre franco-anglaise, en obtenant de Mountjoy que les soldats anglais respectent les terres de Tournehem et les propriétés de Saint-Bertin, contiguës au théâtre des opérations militaires62. A plusieurs reprises, Érasme revient à l'abbaye dont le calme convient à ses studieuses occupations et dont la bibliothèque lui procure bon nombre de livres. C'est dans la paisible retraite du cloître bertinien qu'il rédige l'Enchiridion militis christiani dont une première ébauche a été préparée à Tournehem63. En remerciement des bontés d'Antoine de Berghes, Érasme prend à cœur l'éducation de son jeune frère, pour lequel il conseille vivement un changement de précepteur ; il recommande chaudement Jacques Voecht dont il vante le désintéressement et l'érudition. Il pourra se féliciter du service qu'il a rendu64. En 1514, il adresse à son protecteur un long réquisitoire contre la guerre dont il montre l'absurdité et le caractère odieux, tout en s'efforçant de convaincre le conseiller d'user de son influence pour mettre fin aux hostilités65.

***

  • 66 Allen, Opus, t. I, p. 373, l. 6-7 (no 163, VIII-1501) ; p. 376, l. 13-14 (no 165, 1501) ; p. 378, l (...)

22Saint-Omer devait valoir à Érasme une rencontre autrement importante pour l'orientation future de sa carrière. Lors d'un séjour dans cette ville d'Artois en juillet 1501, il fait la connaissance de Jean Vitrier, le gardien du couvent des Cordeliers, qui conçoit tout de suite de l'amitié pour lui. Érasme, de son côté, reste sur la défensive et, désarçonné par la forte personnalité du gardien, il se décide à passer l'automne et l'hiver 1501 à Courtebourne, au château de Florent de Calonne ; mais la solitude lui pèse et il souhaite la visite du franciscain. Il prend de ses nouvelles, attend impatiemment son retour d'un voyage, et lui emprunte des ouvrages. Une grande entente se forge bientôt entre eux, qui débouchera sur une amitié fervente, inoubliable pour Érasme. L'été, Érasme revient à SaintOmer où il passe plusieurs mois dans l'amitié et le rayonnement de Vitrier66. Aucune lettre malheureusement ne nous est parvenue, qui retracerait leurs échanges tellement décisifs pour la formation de l'humaniste. Puis Érasme reprend ses incessants voyages et ne parle plus du cordelier.

  • 67 Van Damme, D., Erasme à Anderlecht, dans Le Folklore Brabançon, no 90, pp. 600-607, Bruxelles, 1936
  • 68 Allen, Opus, t. IV, pp. 507-27 (no 1211, 13-VI-21). Colet et Vitrier sont morts tous les deux la mê (...)
  • 69 Douze lettres d'Érasme éditées par R. Crahay et M. Delcourt, pp. 161-63, Paris, 1938.
  • 70 Derville, Alain, Un aspect du problème de la réforme religieuse à Saint-Omer au début du xive siècl (...)

23En 1521, alors qu'il goûte un repos bien mérité dans la campagne d'Anderlecht67, Érasme écrit à son ami Josse Jonas une longue lettre qui retrace la vie de l'obscur franciscain, mise en parallèle avec celle de l'illustre John Colet, morts l'un et l'autre depuis deux ans68. Après tant d'années, le souvenir est toujours vivace dans l'esprit d'Érasme qui a gardé une impression ineffaçable de la personnalité et de l'enseignement de son ancien ami. Parmi tous les hommes de noble caractère qu'il a eu le privilège de connaître, c'est en Colet et en Vitrier seuls, qu'Érasme a trouvé l'exemple du véritable esprit chrétien dans toute sa pureté évangélique. Certes, avec le recul, le récit d'Érasme prend l'allure d'un panégyrique. De plus, l'apologie de ces deux hommes d'Église s'adresse à un prêtre allemand, ancien étudiant d'Erfurt et de Wittenberg, qui glisse peu à peu au luthéranisme et qui, l'année suivante, va se marier et rompre avec l'Église catholique. Par ces deux exemples de chrétiens véritables, Érasme espère retenir Jonas au sein de l'Église, lui montrant la nécessité de la réformer de l'intérieur69. Pourtant il rapporte des faits exacts, que d'autres documents peuvent confirmer. Derville a montré la concordance quasi générale entre les dires d'Érasme et les documents audomarois70.

  • 71 Du Plessis d'Argentré, Charles, Collectio iudiciorum de novis erroribus, qui ab initio XIIII saecul (...)
  • 72 Allen, Opus, t. IV, p. 511, l. 136-57 (no 1211, 13-VI-21).

24Toutefois Érasme ne mentionne pas un fait important, qui eut lieu avant sa rencontre avec Vitrier, mais qu'il ne pouvait pas ignorer. En 1498, Vitrier prononce à la cathédrale de Tournai des sermons qui émeuvent les autorités ecclésiastiques. Le 2 octobre, la Sorbonne condamne seize propositions jugées hérétiques et le franciscain est déplacé à Saint-Omer où l'on espère que son zèle s'émoussera. Vitrier s'est élevé avec violence et audace contre les mœurs des maison religieuses non réformées, le concubinage des prêtres et les indulgences, ainsi que contre certaines pratiques et dévotions. Les outrances oratoires qui lui sont reprochées sont telles cependant qu'il est impossible de ne pas y voir la malveillance de ses adversaires. Comment Vitrier aurait-il pu soutenir semblables thèses : « Il vaudrait mieux à une femme mariée rompre son mariage que de rompre son jeûne ». — « Jaymerois mieux estre cause de mort de homme ou homicide que de coucher avec une femme »71 ? Alors que ce même Vitrier n'hésitera pas à ordonner à Érasme de rompre son jeûne pendant le carême pour soutenir l'effort de l'étude72.

  • 73 Allen, Opus, t. IV. p. 508, l. 18-19 ; 30-41 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., pp. 229-30. — Ch (...)

25Vitrier dut se justifier facilement puisque aucune sanction ne fut prise contre lui. Son déplacement à Saint-Omer n'est pas une disgrâce : devenu le supérieur du puissant couvent des Cordeliers de la ville, il jouit d'une grande autorité dans la bonne société et est bien en vue auprès des gens haut placés. Érasme qui décrit Vitrier comme un homme grand, élégant, doué d'une heureuse nature et d'un noble caractère, ne nous dit rien de la jeunesse de son ami, sinon qu'il entre au couvent de bonne heure et reçoit une éducation scolastique qu'il désavouera par la suite. Érasme ne pouvait qu'éprouver la plus grande sympathie pour un homme qui partage avec lui le dégoût de la vie monastique : « Il n'approuvait pas du tout cette règle de vie dans laquelle il était tombé ou avait été entraîné par l'ignorance de son âge. Souvent il me disait que c'était une vie de fou et non de religieux que de dormir, se réveiller, se rendormir, parler, se taire, aller, revenir, manger, […] au son de la cloche ; enfin de tout faire selon une ordonnance humaine, plutôt que d'après la règle du Christ […] ; que souvent des intelligences nées pour de meilleures choses y sont ensevelies sous un tas de cérémonies et de règlements humains. » Érasme ajoute cependant : « Toutefois, il n'a jamais poussé quelqu'un à quitter ce genre de vie, et ne l'a jamais tenté lui-même. Il était prêt à tout supporter plutôt que d'offenser un mortel73. »

  • 74 Allen, Opus, t. IV, pp. 508-509, l. 20-29 ; 44-50 ; 21-72 (no 1211). — Voir Renaudet, op. cit., p.  (...)
  • 75 De vita… Origenis, L.B., t. VIII, col. 437-40. — Allen, Opus, t. I, p. 376, l. 3-14 (no 165, 1501)  (...)

26Érasme, que cette position justifie et confirme dans sa répulsion pour le cloître, trouvera pourtant chez Vitrier un enseignement qui pallie avantageusement le côté jusque là trop négatif de ses théories. Venu de Scot à saint Paul, le cordelier se passionne en outre pour les Pères, Ambroise, Cyprien, Jérôme et surtout Origène qu'il met à part comme inspiré par l'Esprit-Saint. Il connaît à fond ces livres sacrés qui nourrissent en lui la piété véritable, étrangère aux superstitions et aux pratiques extérieures74. Vitrier influence profondément Érasme qui se plonge à son tour avec enthousiasme dans la lecture des Pères, empruntant à cet effet les propres exemplaires du gardien de Saint-Omer. Comme Vitrier, Érasme mettra Origène au premier rang des Pères. Cette découverte, faite grâce à l'amitié du franciscain, transforme sa vie et sa pensée. À ce titre, le cordelier a pris une part à la genèse d'un des ouvrages les plus représentatifs de la piété érasmienne, l'Enchiridion militis christiani, largement inspiré d'Origène. Le manuel suscite une telle approbation de la part de Vitrier qu'Érasme le publiera en 1504 à Anvers. Dans ce petit livre l'humaniste annonce l'idéal théologique et spirituel sur lequel il s'accorde avec Colet et plus encore avec Vitrier75.

  • 76 Godin, op. cit., p. 57. — Hadot, Jean, Le Nouveau Testament d'Érasme, dans C.E., p. 63, Mons, 1968. (...)
  • 77 Godin a montré par un tableau synoptique poussé jusqu'à la comparaison du vocabulaire, comment Éra (...)
  • 78 De l'étude de l'homéliaire de Vitrier, Godin conclut que les qualités de prédicateur qu'Érasme lui (...)
  • 79 Allen, Opus, t. IV, pp. 512-13, l. 158-96 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., p. 234.

27Grâce à Vitrier, Érasme retiendra d'Origène certains traits de son interprétation de l'Écriture, et particulièrement l'importance du sens spirituel76. Mais il demeure avant tout attaché à sa prédication dont l'a frappé la singulière identité avec l'admirable prédication de Vitrier77. Possédant le don de la parole qu'il a toute imprégnée de Paul et de l'Évangile, il arrivait au franciscain de prêcher jusqu'à sept fois par jour ; sans gesticulations ni vociférations, sans malédictions sur le péché et les flammes de l'enfer, il parlait avec fougue du Christ et de son amour. Sa seule ambition était d'instruire, de rendre meilleur ; sa parole gagnait un grand nombre de personnes à une piété plus sereine. Sans qu'il ait besoin de dénoncer les travers de ses ouailles, le portrait qu'il trace du bon chrétien suffit à faire sentir à chacun son indignité. Pour Érasme, la raison de cette prédication vibrante et surtout positive est que Vitrier, comme Origène, « aimait ce qu'il disait ». C'est ce talent d'orateur qui a impressionné Érasme plus que tout autre aspect de son action multiforme. Son ardeur à convertir obtient à Vitrier la permission de partir en terre païenne où il espère mériter la gloire du martyre. Mais une inspiration lui souffle d'affronter la persécution chez les siens78. En effet son opposition à la vente des indulgences affermées par l'évêque de Tournai, lors du jubilé de 1500 lui vaut une nouvelle accusation d'hérésie. Lors de sa comparution devant l'inquisiteur, on tente d'acheter son silence, mais il refuse avec indignation. Cité devant son évêque, Vitrier se défend avec vigueur, justifiant ses prises de position. Finalement l'affaire est classée, faute de preuves et par crainte d'un soulèvement populaire79.

  • 80 Allen, Opus, t. IV, pp. 509-10, l. 79-95 (no 1211). — Derville reconnaît dans cette communauté les (...)
  • 81 Allen, Opus, t. IV, pp. 513-14, l. 197-236 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., p. 236. — Godin, i (...)

28En plus de ses multiples activités, le fougueux Vitrier prend une part active à la réforme des couvents de femmes avoisinants, où la corruption est générale. Son obstination à vouloir redresser les moeurs d'une de ces communautés lui attire la haine de quelques religieuses qui tentent un soir de l'assassiner. Sauvé in extremis, le cordelier n'en continue pas moins son œuvre80. Cependant il rencontre l'opposition dans son propre monastère. Mécontent de le voir négliger les intérêts matériels du couvent, certains de ses frères l'obligent à se démettre de ses fonctions de gardien. Pour mettre un terme à son influence toujours vivace sur la population, on le relègue comme confesseur dans un obscur couvent de religieuses à Courtrai. C'est là qu'il finit ses jours en 1519, laissant quelques livres écrits en français, inspirés des Pères de l'Eglise81.

29L'influence de Jean Vitrier sur Érasme fut grande et décisive. Proche de celle qu'Érasme a reçue en Angleterre de John Colet, elle est différente en ceci qu'elle lui a apporté le témoignage d'une union possible entre la vie religieuse traditionnelle et un idéal évangélique renouvelé. Adversaire de la vie monastique telle qu'il la connaît, mais se refusant à reprendre sa liberté, Vitrier s'est donné pour mission de la réformer dans ses moeurs et dans son esprit. Doté d'une âme ardente, fougeuse, incorruptible, au demeurant quelque peu exaltée comme le donne à penser son aspiration au martyre, le cordelier est un homme d'action autant que d'études. Nature dynamique et enthousiaste, il s'attelle à la tâche avec un esprit purificateur qui n'est pas exempt d'un certain mysticisme. De son côté, Érasme, réformateur en chambre qui n'a rien d'un meneur d'hommes et encore moins d'un martyr, voue à Vitrier une admiration sans réserve et, chose rarissime chez lui, le vénère comme un saint. Intéressé au plus haut point aux études d'érudition, le gardien est remonté aux sources du christianisme, Paul et les Pères de l'Eglise ; on sait l'impulsion nouvelle que la transmission à Érasme de cette découverte capitale donnera à ses publications futures : avant d'écrire l'Ecclesiastes inspiré par le talent de prédicateur de Vitrier, Érasme a consacré des années entières à l'édition critique et au commentaire de Jérôme, d'Ambroise, d'Augustin, d'Origène et de tant d'autres.

30Nous avons donc trouvé en Vitrier une des premières grandes amitiés d'Érasme et une des plus nobles ; une amitié créatrice et stimulante qui permet les échanges et qui donne un sens nouveau à la vie d'un homme ; une amitié adulte telle qu'Érasme en a si peu connues jusqu'ici. Plus question de débordements de tendresse ni d'affectation litttéraire. Vitrier est un homme enthousiasmant, certes, mais à l'esprit trop rigoureux pour qu'Érasme se laisse aller à ses épanchements familiers. Ce n'est sans doute pas par hasard qu'aucune correspondance ne nous est parvenue de ces deux amis. Érasme devait se contenter des entretiens qu'il avait avec Vitrier lors de ses séjours dans la région audomaroise. L'impression en lui était cependant si forte que, vingt ans plus tard, il gardait inaltéré le souvenir de cette forte personnalité, un des hommes qui l'ont marqué le plus profondément.

2. Érasme en Angleterre

  • 82 Allen, Opus, t. I, pp. 238-39, l. 6-22 (no 103, 1499). — Voir Reynolds, E.-E., Thomas More and Eras (...)

31Le récit des tribulations d'Érasme à Paris explique son désir, maintes fois exprimé, de changer d'horizon. De Steyn à Saint-Omer, en passant par Tournehem et Orléans, Érasme voyage beaucoup en ces dures années d'apprentissage. Lorsqu'un nouvel espoir de visiter l'Italie s'envole avec la promesse de subsides de la marquise de Veere, l'humaniste renonce à son projet et accepte l'invitation de son ami Mountjoy. Dès les premiers jours de l'été 1499, les deux hommes s'embarquent à Calais. Mountjoy conduit son hôte à Bedwell et à Greenwich, sur les terres de sa jeune épouse. Érasme y mène tout l'été une existence mondaine de gentilhomme campagnard. Il recouvre une santé, jusque là fort précaire, en même temps que la gaieté et la joie de vivre82.

  • 83 La date de naissance de Thomas More n'est pas sûre. Érasme déclare que lors de leur première renco (...)
  • 84 Les premiers biographes de More racontent que les deux hommes se rencontrèrent au cours d'un dîner (...)
  • 85 Allen, Opus, t. I, p. 423, l. 28-32 (no 191, 1-V-1506).

32Au cours d'une réception à Greenwich, Érasme fait la connaissance d'un étudiant de Lincolns'Inn, Thomas More, alors âgé de vingt-deux ans83. Cette première rencontre due au hasard devait transformer leur vie à tous les deux84. Érasme est tout de suite fasciné par la personnalité de ce jeune homme précoce, impressionné à son tour par l'humaniste hollandais. La différence d'âge, de naissance et d'éducation, leur milieu social que rien apparemment ne pourrait rapprocher, tout cela s'efface devant leur culture commune, leur similitude de caractère et cette sympathie immédiate et irrésistible qui forge les grandes amitiés. Le bâtard sans attaches qui dépend du bon vouloir de mécènes versatiles, le moine hollandais en rupture de couvent, se lie bientôt avec le jeune étudiant issu de la haute bourgeoisie londonienne, d'une amitié éternelle qui allait devenir légendaire : comment évoquer l'un sans l'autre ? Pour la postérité leurs deux noms seront étroitement associés. Déjà leurs contemporains voient en eux une telle ressemblance de génies et de caractères qu'ils les comparent volontiers à des frères jumeaux85.

  • 86 Allen, Opus, t. IV, pp. 13-15, l. 13-16 ; 34-56 ; 75-79 (no 999, 23-V-19). — Cf. Sir Thomas More Se (...)
  • 87 Allen, Opus, t. I, p. 70, l. 531-40.
  • 88 Allen, Opus, t. IV, pp. 15-16, l. 63-75 ; 80-86 ; 97-130 (no 999). Trad. M. Nauwelaerts. — Le collo (...)

33En 1519, après vingt ans d'une amitié sans nuage, Érasme trace à l'intention d'un autre ami, Ulrich de Hutten, un portrait idyllique de Thomas More. Il explique la naissance de leur amitié par « une affinité secrète des âmes qui nous fait trouver un charme précieux à certains esprits et non à d'autres ». Cette attirance n'est pas étrangère à l'apparence physique de More, dont l'âge mûr laisse encore deviner la beauté de l'adolescent. La description vivante et détaillée qu'Érasme donne de son ami éveille en nous l'image d'un homme de taille moyenne, bien proportionné, le teint clair, les yeux gris-verts, les cheveux châtains. L'expression aimable et cordiale confirme le caractère enjoué, étranger à toute excessive gravité ; la voix est bien timbrée, la diction nette et articulée. Érasme note avec une sorte de tendresse l'un ou l'autre défaut dans l'allure générale : les mains un peu fortes, la démarche un rien déséquilibrée86. Ce portrait trouve un écho frappant dans la description que Beatus Rhenanus fait d'Érasme lui-même à la fin de sa Vita Erasmi87. La ressemblance entre les deux amis ne s'arrête pas là. L'identité des goûts et des caractères qu'ont soulignée leurs contemporains est confirmée par Érasme lui-même. Comme lui, More apprécie une nourriture saine et des boissons fines ; il aime les vêtements simples et mène une vie sans faste. D'un abord agréable, sa courtoisie naturelle n'empêche pas un sens aigu de l'humour ; il rivalise de bons mots sans pourtant tomber dans la causticité. Prenant plaisir à observer ses semblables, il badine volontiers et raille sans méchanceté. Un tel portrait ne serait pas complet si More n'avait comme Érasme un goût prononcé pour les liens d'amitié. Érasme juge More « né et fait pour l'amitié ». « Nullement exigeant dans le choix de ses amitiés, il est très favorable à leur continuité et très fidèle pour les conserver. S'il tombe sur quelqu'un dont il ne peut guérir les vices, il s'en sépare à la première occasion, laissant s'éteindre l'amitié sans la briser. S'il trouve des amis sincères, […] il se réjouit de leur familiarité, semblant placer en eux le principal plaisir de la vie […]. Qui chercherait un exemple parfait d'amitié n'en trouverait en personne plus justement qu'en More88. »

  • 89 Allen, Opus, t. IV, pp. 17-18, l. 141-67 (no 999). — Cf. Rogers, E.F., The Correspondence of Sir Th (...)

34Ces nombreuses affinités qui rapprochent immédiatement les deux hommes ne doivent pas faire oublier tout ce qui les séparait au premier abord. Le père de Thomas More est un juriste de grand renom, membre éminent de l'Ordre des Avocats de Londres. Passée la première éducation, le jeune Thomas poursuit à Oxford de brillantes études latines, encombrées pourtant par la scolastique. Il se lie avec John Colet qui lui transmettra ses découvertes italiennes. A cette époque, le jeune homme songe à entrer dans les ordres. Il s'applique aux belles-lettres et rêve d'une Église revenue à sa doctrine primitive. Son père cependant le destine à la carrière d'avocat et le pousse vers des études de droit ; le jeune homme devait y acquérir une maîtrise incomparable. En cet été de 1499, son désir de vie intérieure est toujours aussi vif. Nul doute qu'il eut avec Érasme de graves entretiens sur le sens véritable de la perfection chrétienne, aidé en cela par Colet, alors son directeur de conscience89. Lorsque Érasme le reverra en 1505, More marié et père de famille, aura choisi la vie séculière et le barreau.

  • 90 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 30-31.

35Ainsi commence et se fortifie une des plus belles amitiés d'Érasme, une amitié confiante et intime, enrichissante pour tous les deux. More est cet ami dont Érasme dira avec vénération : « Un ami tel que, depuis des siècles, le soleil n'en a pas vu de plus loyal, de plus franc, de plus dévoué, de plus sage90. » Il est aussi celui qui, par la profondeur de son intelligence et par la tournure de son esprit, sera le plus apte à saisir sous toutes ses facettes le génie érasmien.

  • 91 Allen, Opus, t. I, pp. 241-42 (no 105, X-99) ; p. 266 (no 114, 28-X-99). — Voir Huizinga, op. cit., (...)
  • 92 Allen, Opus, t. I, p. 267, l. 5-7 ; 28-33 (no 115, XI-99) ; pp. 242-43, l. 2-23 (no 106, X-99). Tra (...)

36Ces mois enchanteurs s'écoulent rapidement. A l'automne, Érasme, désireux de parfaire sa formation, se fixe à l'Université d'Oxford. Il loge au collège de Sainte-Marie, où il est accueilli chaleureusement par le prieur Richard Charnock. Les premiers jours sont toutefois pénibles. Érasme se sent isolé et s'ennuie ; il se console dans l'amitié de Mountjoy et il prie More de lui écrire souvent, mieux, de lui susciter des correspondants dans ses relations londoniennes, « afin qu'il puisse compléter le cercle de ses amis »91. Charnock veille au bien-être d'Érasme pour qui il s'est pris d'affection. Il le recommande à John Colet, lecteur à l'Université. Aussitôt Colet s'adresse à Érasme, dont il a lu la fameuse lettre à Gaguin. Heureux d'apprendre la présence de l'auteur à Oxford, il aspire à le rencontrer. Désireux d'accepter cette offre d'amitié, Érasme se présente à Colet comme « un homme de fortune médiocre, étranger à toute ambition, porté à l'amitié, quelque peu exercé aux lettres, qui révère l'honneur des autres et tient le sien pour rien ; qui se reconnaît inférieur à tous par la science, mais à personne pour la loyauté ; ouvert, sincère, incapable de feindre ou de dissimuler ; d'un caractère timide mais droit, un homme peu bavard, un homme enfin dont on n'a rien à attendre si ce n'est du cœur ». Il conclut : « Si tu peux, Colet, aimer un homme de cette espèce, si tu le juges digne de ton amitié, inscris Érasme au nombre de tes fidèles et considère que rien ne t'appartient plus que lui. » Une telle modestie est dictée par le désir avoué de mériter l'estime de Colet, cet homme « généreux et conciliant, étranger à la moindre jalousie », dont il admire l'érudition et l'intégrité92.

  • 93 Allen, Opus, t. IV, pp. 507-27 (no 1211, 13-VI-21). Même si ces portraits parallèles sont inspirés (...)

37Érasme trouve en Colet un ami de prédilection dont l'amitié inaltérée ne cessera qu'avec la mort. Comme Vitrier, Colet exercera sur Érasme une influence déterminante. L'humaniste, on l'a vu, devait associer ces deux figures illustres dans un parallèle digne des meilleurs portraits de Plutarque. En ces hommes qu'il a connus et aimés, il a trouvé de vrais chrétiens qui surent servir Dieu à la la place où ils étaient93.

  • 94 Allen, Opus, t. IV, pp. 514-16, l. 254-92 (no 1211). Sur les années de formation de Colet, voir See (...)

38De trois mois le cadet d'Érasme, John Colet a trouvé sa voie spirituelle et intellectuelle plus rapidement que lui. Issu de la haute bourgeoisie londonienne, il est le fils aîné d'un riche marchand de draps qui a par deux fois occupé la dignité de Lord-Maire et qui fut en son temps en faveur à la cour de Henri VII. Stimulé par la perspective d'une brillante carrière, le jeune homme entre à Oxford au moment où Érasme est poussé au couvent. A vingt-trois ans, dégoûté de la scolastique, il interrompt ses études et entreprend un voyage sur le Continent. Il visite l'Italie à l'époque où Savonarole, Marsile Ficin et Pic de la Mirandole dénoncent un regain de paganisme et tentent de ramener les esprits au christianisme par le retour à la Bible. Impressionné par l'esprit nouveau qui anime l'Italie, Colet lit Platon, mais aussi l'Écriture et les Pères de l'Église. Il revient en Angleterre en 1496, transformé, et renonce à la vie de plaisirs et d'honneurs à laquelle tout le destinait. Sa voie lui apparaît toute tracée : il se destine à la prêtrise et décide de vouer son existence à la réforme de l'Église dont il ressent l'urgente nécessité. Il se fixe à Oxford où, sans grade théologique connu et en dépit de son ignorance du grec, il entreprend d'expliquer les Épîtres de saint Paul dont il s'efforce de pénétrer la pensée exacte dans le texte même, sans se lier aux commentaires accumulés depuis des siècles. Il espère amorcer, par ce retour à l'Écriture, la réforme de l'Église corrompue. Sous l'impulsion de Colet et d'autres lettrés revenus d'Italie, tels Thomas Linacre et William Grocyn, un mouvement de modernité imprégné de néo-platonisme anime peu à peu l'austère et traditionnelle Université d'Oxford94.

39Enthousiasmé par ce programme, Érasme suit les leçons de Colet et puise avec lui aux sources de l'humanisme italien. Il trouve en Colet, théologien passionné doté d'une gravité souriante, un des premiers amis à qui il peut confier avec un total abandon des inquiétudes et des aspirations que n'avaient pu comprendre ses amis parisiens et moins encore ses compagnons de Steyn. Pendant vingt ans, John Colet restera pour Érasme le guide amical et le confident religieux qu'il a cherché en vain pendant tant d'années. Le théologien anglais communique à Érasme ses découvertes italiennes ; il lui transmet l'idée et le dessein d'une restauration chrétienne de l'Église par la théologie, ouvrant ainsi la voie à la future et prodigieuse œuvre sacrée de l'humaniste.

  • 95 Allen, Opus, t. I, pp. 249-260 (no 109-11, X-99). — Voir Marc'Hadour, G., Érasme et John Colet, dan (...)
  • 96 Allen, Opus, t. I, p. 268-71 (no 116, XI-99). Érasme a exprimé le plaisir évident qu'il prenait à c (...)
  • 97 Allen, Opus, t. I, pp. 246-248, l. 20-73 (no 108, X-99) ; t. IV, p. 520, l. 419-44 (no 1211). — Voi (...)
  • 98 Allen, Opus, t. IV, p. 514, l. 251-54 ; pp. 519-20, l. 387-418 (no 1211). Érasme a plus d'une fois, (...)

40L'amitié des deux hommes s'enracine et se nourrit par les échanges épistolaires et les discussions théologiques sur des points controversés, qui familiarisent Érasme avec la méthode nouvelle. Érasme aimait ces entretiens toujours fructueux dont il a rapporté trois exemples dans sa correspondance. L'une de ces discussions met les deux amis aux prises sur le sens profond de la tristesse du Christ au Jardin des Oliviers. Érasme, en accord avec la plupart des exégètes, y voit une angoisse naturelle, une horreur instinctive devant la mort, dues à la nature humaine du Christ. Colet prête à Jésus une tristesse spirituelle, une angoisse de l'âme face au crime des Juifs dont il pressent les conséquences pour eux. Les deux interlocuteurs ont beaucoup d'estime pour leur jugement réciproque. Érasme, moins expérimenté, perd pied un instant, mais après réflexion, il reste sur ses positions. Il critique la démarche de Colet qui ne s'en tient pas au texte et « rêve » au lieu d'interpréter. Il propose désormais une recherche plus fouillée, un travail plus sérieux. Cet épisode montre que l'amitié des deux hommes, suivant le mot de Chantraine, est « principe de liberté et puissance de libération. Devant Colet, Érasme est lui-même »95. Une autre controverse née lors d'un dîner à Magdalen College visait à déterminer la nature de la faute par laquelle Caïn avait déplu à Dieu96. Une autre fois, Érasme discute avec Colet de l'intérêt de la théologie traditionnelle. Il n'ose encore rejeter totalement les scolastiques, parmi lesquels il semble réserver un traitement de faveur à Thomas d'Aquin. Colet, lui, condamne les prétentions audacieuses du thomisme plus sévèrement encore que les doctrines critiques de Scot et d'Ockam. Il démontre que la théologie du moment détruit l'esprit de l'Évangile et il révèle le moyen de fonder sur l'Écriture une science restaurée de la religion. Cet enseignement devait signifier pour Érasme, sur le plan concret, une rupture complète et définitive avec les procédés de l'École, ainsi qu'une remise en question de ses conclusions97. Il allait également valoir à Colet un prestige inégalé aux yeux d'Érasme qui ne cache pas son admiration pour le courage dont son ami fait preuve dans sa lutte contre des habitudes séculaires. L'humaniste admire particulièrement la profondeur de ses convictions religieuses qui se traduit par une piété sans faille, ennemie des cérémonies et des pratiques. Érasme lui attribue d'autant plus de mérite qu'il estime que Colet, à l'opposé de Vitrier, a dû se vaincre et lutter pour arriver à une abnégation que ne facilitaient pas les faveurs de la fortune et son caractère impétueux, peu détaché par nature des plaisirs du siècle. Érasme raconte comment son ami parvint à force de volonté et de sacrifice à dompter ses faiblesses et à atteindre la sérénité de l'esprit98.

  • 99 Allen, Opus, t. I, p. 405, l. 42 ; 46-52 (no 181). — Voir Marcel, R., L'Enchiridion militis christi (...)
  • 100 Voir Chantraine, op. cit., pp. 55-57.
  • 101 Allen, Opus, t. I, pp. 266-67, l. 2-15 (no 115, XI-99).
  • 102 Allen, Opus, t. I, pp. 248-49,1. 74-113 (no 108, X-99). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 71-72. — Mar (...)

41On comprend dès lors qu'Érasme expose dans l'Enchiridion l'idéal d'une religion plus intérieure et celui d'une théologie fondée sur l'étude approfondie de l'Écriture. Colet sera un des premiers à en recevoir un exemplaire99. Son intervention fut en effet capitale : elle a fait de ce goût d'Érasme pour les études théologiques une décision ferme et durable, le véritable but de sa vie. « On voit quel maître est Colet, quel disciple Érasme, et quelle est la puissance de leur amitié. Colet ouvre l'esprit de son ami à la beauté resplendissante de la théologie100. » Dès lors nous voyons Érasme prendre conscience de sa mission. Il n'est plus qu'enthousiasme et passion pour son nouveau dessein101. Pourtant, lorsque Colet l'exhorte à le seconder dans sa tâche en commentant l'Écriture devant les étudiants, l'humaniste décline l'offre, invoquant son incompétence. Il invite le théologien à surmonter sa déception jusqu'à ce qu'il dispose des forces indispensables pour se vouer lui aussi à la restauration de la théologie102. Érasme témoigne ici d'une grande perspicacité et d'une rare connaissance de soi. Il a compris la nécessité d'une parfaite maîtrise du grec avant de se lancer dans pareille entreprise. Les années suivantes seront consacrées à la réalisation de ce programme.

  • 103 Allen, Opus, t. I, pp. 426-27 (no 194, 12-VI-1506) ; t. II, p. 252, l. 22-25 (no 421, 19-VI-16). — (...)

42Érasme quitte Oxford en décembre 1499, promettant d'y revenir ; il regagne Londres où il retrouve More, non sans avoir noué auparavant des liens d'amitié avec d'autres savants de l'Université, et particulièrement avec deux hellénistes, Thomas Linacre et William Grocyn, revenus eux aussi d'Italie. Linacre a étudié le grec à Florence et la médecine à Padoue. À Venise, il a travaillé dans l'atelier du célèbre imprimeur Alde Manuce et il est devenu membre de l'Académie aldine. Rentré en Angleterre, en 1493, il fonde à Oxford la première chaire de grec de l'Angleterre. Il devait contribuer puissamment à la propagation des études grecques dans son pays tout en exerçant la médecine et en publiant des traductions latines de Galien. Ses talents lui valurent le titre de médecin personnel de Henri VII, puis de Henri VIII. Érasme avait une grande estime pour le savoir prodigieux du médecin dont il ne dédaignera pas l'une ou l'autre consultation. Inquiet de la médiocrité de l'état sanitaire de son pays, Linacre entreprend d'enlever au clergé le droit de conférer les grades de médecine. Il fonde à cet effet en 1518 le Collège royal de médecine de Londres103.

  • 104 Rouschausse, J., Erasmus and Fisher. Their Correspondence (1511-24), p. 87, Paris, 1968. — Renaudet(...)

43Grocyn, quant à lui, seconde Linacre dans ses innovations par l'enseignement du grec. Recteur depuis 1946 du Collège SaintLaurent à Oxford, il y enseigne la langue et la littérature grecques. Plus tard il professera à Cambridge104.

  • 105 Allen, Opus, t. I. pp. 273-74. l. 15-25 (no 118, 5-XII-99). — Voir Adams, R., The better part of va (...)

44Ainsi donc, Érasme, à Oxford d'abord, à Londres ensuite, est introduit amicalement dans un cercle de lettrés qui travaillent activement et collectivement au renouveau des études, premier stade dans leur esprit d'une réforme générale de l'Église. De ce cercle dynamique, se détache en filigrane le trio des amis inséparables, John Colet, Érasme et Thomas More, que les circonstances et les aspirations communes ont désormais indissolublement liés. Par la mise en parallèle des vingt plus belles années de leur vie, Seebohm, dans ses Oxford Reformers, donne une idée très claire de la rare communion d'esprit qui stimule les trois amis. Érasme est enchanté de son séjour en Angleterre. On sent dans les lettres de cette époque une sérénité, une plénitude, qui contrastent avec l'amertume des années parisiennes. En décembre 1499, Érasme confie à son ancien élève Robert Fisher la joie et l'enthousiasme qu'il éprouve à vivre dans ce climat d'érudition et d'humanité parmi des hommes de haute intelligence et de noble caractère : « Lorsque j'écoute mon cher Colet, je crois entendre Platon lui-même. Qui n'admirerait en Grocyn le cycle accompli de toutes les disciplines ? Qu'y a-t-il de plus subtil, de plus élevé, de plus fin que le jugement de Linacre ? La nature a-t-elle jamais rien produit de plus souple, de plus doux, de plus heureux que Thomas More105 ? »

  • 106 Voir supra, p. 108.
  • 107 Allen, Opus, t. I, p. 6, l. 4-30. — Le poème s'intitule Prosopopoeia Britannica majoris, quae quond (...)
  • 108 Allen, Opus, t. I, pp. 282-83, l. 21-35 (no 120, II-1500).
  • 109 Allen, Opus, t. I, pp. 16-17, l. 19-20. — Voir Huizinga, op. cit., pp. 72-75. — Reynolds, op. cit., (...)

45Pourtant l'amitié des savants d'Oxford ne retient pas l'humaniste en Angleterre. Il rentre à Paris en janvier 1500, conscient du changement important qui s'est produit en lui. Arrivé en Angleterre six mois plus tôt, alors qu'il n'était qu'un poète érudit, un jeune littérateur de talent, Érasme quitte le sol anglais avec un besoin profond de consacrer ses dons à des choses plus sérieuses, heureux d'avoir enfin trouvé sa voie. Malheureusement une désagréable aventure l'attendait à la douane de Douvres : ses économies péniblement rassemblées lui sont confisquées, alors que More et Mountjoy lui avaient certifié qu'il ne courait aucun risque s'il ne détenait pas de monnaie anglaise106. Passée la première réaction de colère, Érasme se rend à la raison : son intérêt lui dicte de ménager ses amis qui, dans leur bonne foi, ne sont pas responsables de sa mésaventure ; une occasion se présente même de renforcer ses amitiés en se montrant totalement dénué de rancune. C'est pourquoi il dédie sur le champ les Adages à More et à Mountjoy, justifiant ainsi la précipitation que trahit cette première édition dont il a conçu le projet à Oxford, vivement encouragé d'ailleurs par le prieur Charnock. Érasme joint à ce recueil un poème à la gloire de l'Angleterre, composé en l'honneur du jeune prince Henri à qui Thomas l'a présenté l'été précédent107. Puis il charge Grocyn de répandre le livre en Angleterre. Enfin il prie Batt de vanter à Mountjoy la philosophie d'Érasme qui ne regrette pas son voyage en Angleterre ; car s'il y a perdu son argent, il a trouvé là-bas des amis dont il met le prix au-dessus de tous les trésors de Crésus. Depuis son retour, assure Batt, Érasme n'a cessé de l'entretenir de la bonté et de l'érudition de ses nouveaux amis108. Érasme a conscience de son attitude désintéressée, dont il pourra d'ailleurs se féliciter : « Tant de modération et de simplicité me valurent beaucoup d'amis en Angleterre, des hommes savants, loyaux et puissants109. »

***

  • 110 Allen, Opus, t. I, p. 368, l. 53-57 (no 159, 18-VII-1501) ; pp. 403-406 (no 181, XII-1504).

46Revenu aux difficultés de la vie en France, Érasme garde la nostalgie de ces quelques mois exaltants. Son travail, qui ne progresse pas comme il le voudrait, contrarie ses projets et refroidit le bel enthousiasme né dans les collèges d'Oxford. Il rêve de regagner l'Angleterre pour y faire de la théologie avec Colet. A défaut des subsides nécessaires, il pallie cette longue séparation par un échange de lettres qu'il voudrait plus abondantes de la part de Colet. C'est à lui qu'Érasme confie le plus volontiers ses espoirs et ses déceptions, sollicitant des encouragements pour la tâche qu'il s'est assignée110.

  • 111 Allen, Opus, t. IV, pp. 516-17, l. 293-336 (no 1211). — Voir Seebohm, op. cit., pp. 137-42. — Marc' (...)
  • 112 Allen, Opus, t. I, p. 415, l. 15-16 (no 185, 1505). — Béné, op. cit., p. 198.
  • 113 Renaudet, Préréforme…, p. 489.

47En 1505 enfin, Érasme trouve l'occasion de faire un deuxième voyage Outre-Manche. Il passe quelques mois en compagnie de Mountjoy, puis séjourne à Stepney chez les parents de Colet. Ce dernier, entretemps, rappelé à Londres par la faveur de Henri VII, est devenu le Doyen de la cathédrale Saint-Paul ; il travaille à restaurer la discipline du Chapitre tout en dirigeant le Collège SaintPaul dont il réforme profondément l'esprit111. Érasme passe le plus clair de son temps à Londres où l'on « fait grand cas de son esprit et de sa science »112. Colet met à sa disposition de très anciens manuscrits latins du Nouveau Testament, conservés à la bibliothèque du Chapitre de Saint-Paul, lui suggérant d'établir un texte nouveau qui corrigerait la Vulgate113.

  • 114 Le couple aura quatre enfants, Margaret, la future madame Roper née en 1505, Elisabeth née en 1506 (...)
  • 115 Luciani opuscula ab Erasmo Roterodamo et Thoma Moro, Paris, Josse Bade, 1506. — Voir Reynolds, op. (...)
  • 116 Allen, Opus, t. I, pp. 422-23 (no 191, 1-V-1506).
  • 117 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 11-14 (no 11, 1506).

48Érasme ne manque pas non plus de faire de nombreuses visites à Thomas More, qui s'est installé à Bucklersbury avec sa très jeune épouse, Jane Colt114. More est devenu un avocat renommé ; il a déjà pris contact avec la vie politique par son élection à la Chambre des Communes. Toujours passionné de lettres, le juriste propose à Érasme d'entreprendre de concert la traduction latine des traités moraux de Lucien. Le travail est publié à Paris en 1506. Le volume porte les deux noms fraternellement unis d'Érasme et de More ; il sera réédité à plusieurs reprises115. Dans la préface, Érasme fait un vibrant éloge de son ami dont le charment l'intelligence pénétrante et le caractère « piquant »116. L'ouvrage est le fruit d'une grande collaboration dans l'amitié. More partage les vues d'Érasme sur la valeur moralisante que peuvent avoir les traités classiques, même pour les chrétiens. Il croit, lui aussi, à la réconciliation du christianisme et du monde antique117. On sent combien les deux amis sont proches par leurs pensées et leurs préoccupations ; unis dans un même effort, chacun apporte les traits de son propre génie. Jamais Érasme ne traite More en aîné, leur union spirituelle est totale à cette époque.

  • 118 Allen, Opus, t. I, p. 438, l. 20-26 (no 207, 28-X-1507).
  • 119 Thomson, Erasmus and Cambridge, pp. 24-26. — Marc'Hadour, Érasme et John Fisher, dans C.E.T., t. II (...)

49Entretemps Érasme poursuit son labeur. Il traduit deux tragédies d'Euripide, qu'il soumet à l'approbation de Linacre et de Grocyn, hellénistes avertis118. Au début de l'année 1506, l'humaniste se rend à Cambridge où il entre en relations avec des hauts dignitaires de l'Eglise d'Angleterre. Il s'assure la protection de John Fisher, évêque de Rochester, et de William Warham, l'archevêque de Canterbury. Fils d'un riche marchand, John Fisher est né à Beverley la même année qu'Érasme. Après des études à Cambridge, il est ordonné prêtre en 1491 et devient le chapelain de la famille royale. Docteur en théologie en 1501, il est consacré évêque de Rochester en 1504. La même année Fisher prend les fonctions de Chancelier à l'Université de Cambridge. Il devait occuper cette charge jusqu'à sa mort tragique en 1535. Fisher, on le voit, est devenu rapidement un personnage important en Angleterre. Ouvert aux courants modernes, il n'a pas perdu cependant le sens de l'institution et la fidélité aux valeurs du passé. Sous son impulsion éclairée, Cambridge parvient à synthétiser la vieille scolastique et la théologie nouvelle qui retourne à la Bible et aux Pères de l'Eglise119.

  • 120 Allen, Opus, t. I, pp. 439-40 (no 208, XI-1507) ; pp. 498-99, l. 15-31 (no 252, 6-II-12) ; p. 500, (...)

50William Warham, primat d'Angleterre, est chancelier du royaume depuis 1504. Il résiliera ses fonctions politiques en 1515. Intéressé par les belles-lettres, il sera l'un des mécènes les plus généreux et les plus constants d'Érasme à qui il allouera une pension annuelle. Érasme, reconnaissant, ne tarit pas d'éloges pour le prélat à qui il dédicacera plusieurs de ses ouvrages. En 1523, il enverra même à Warham un des portraits qu'a fait de lui le célèbre peintre Hans Holbein120.

  • 121 Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 40, Paris, 1972.
  • 122 Allen, Opus, t. I, p. 428, l. 4-16 (no 195, 12-VI-1506).
  • 123 Allen, Opus, t. I, p. 427, l. 9-21 (no 194, 12-VI-1506).
  • 124 Allen, Opus, t. I, p. 432, l. 8-10 (no 200, 4-XI-1506). — Voir Halkin, L.-E., Érasme docteur, dans (...)

51Érasme semble installé à Cambridge pour un long séjour, lorsque brusquement lui est offerte l'occasion du voyage en Italie auquel il rêve depuis son adolescence121. Érasme y répond avec enthousiasme, malgré la tristesse que lui inspire une longue séparation avec cette Angleterre qui lui a donné des « amis aussi nombreux, aussi sincères, aussi lettrés, aussi serviables, aussi plaisants, qui rivalisent si bien à son égard d'amitié et de bons offices qu'il ne sait auquel donner la préférence et qu'il répond donc à chacun d'un amour égal ». Il se console en évoquant leur image et leurs souvenirs communs, se promettant de revenir bientôt pour ne plus les quitter122. Arrivé à Paris, première étape du voyage au-delà des Alpes, Érasme retrouve ses amis français qui fêtent son retour avec une joie d'autant plus grande que le bruit de sa mort a couru en France. Agréablement surpris, il ne sait plus s'il regrette toujours autant d'avoir quitté les côtes anglaises123. En fait Érasme est bien partout où il est aimé, la région qui l'accueille importe peu à son bonheur. Arrivé à Turin, son premier soin est de passer son doctorat en théologie. Érasme affirme qu'il n'ambitionnait pas cette dignité, mais ses amis anglais lui ont représenté que le doctorat est indispensable à son prestige s'il veut publier des œuvres théologiques124.

***

  • 125 Allen, Opus, t. I, p. 450, l. 1-27 (no 215, 27-V-1509).
  • 126 Allen, Opus, t. I, p. 483, l. 29-30 (no 240, 11-XI-11) ; pp. 499-500, I. 4-9 (no 253, 6-XII-12) ; t (...)

52Érasme a passé trois années en Italie, lorsque, à l'été de 1509, lui parvient une lettre de Mountjoy lui annonçant l'avènement du jeune Henri VIII. Le mécène engage vivement Érasme à revenir en Angleterre : que ne pourrait attendre l'humaniste d'un prince si amoureux des belles-lettres ? Il fait miroiter à ses yeux la générosité du nouveau souverain qui ne manquera certainement pas de lui assurer l'aisance nécessaire à ses chères études125. Érasme qui se plaît alors beaucoup dans la société des humanistes de la cour pontificale, hésite à répondre à cette invitation. Les espérances suscitées par Mountjoy le décident enfin à regagner lAngleterre126.

  • 127 Allen, Opus, t. IV, pp. 18-19, l. 168-97 (no 999) ; pp. 576-79, l. 39-149 (no 1233, IX-21). — Cf. A (...)
  • 128 Allen, Opus, t. Il, p. 94, l. 126-42 (no 337, V-15) ; t. I, pp. 460-62 (no 222, 9-VI-11) ; t. IV, p (...)

53En juillet 1509, l'humaniste est à Londres. Puis c'est le silence, un silence complet et exceptionnel dans la correspondance d'Érasme, jusqu'au printemps de l'année 1511. Nous pouvons malgré tout combler cette mystérieuse lacune par les renseignements ultérieurs qu'Érasme donnera de son époque « cachée ». Nous savons qu'il passa la majeure partie de ces deux années dans la maison de Thomas More qui vit paisiblement à Bucklersbury, entouré de sa nombreuse famille. Ce fut peut-être l'époque la plus heureuse de la vie d'Érasme. L'humaniste s'émerveilla souvent de l'atmosphère chaleureuse et spirituelle qui règne dans ce foyer uni, image exemplaire à ses yeux de la famille idéale. Père de trois filles et d'un garçon, More prend à cœur de familiariser ses enfants avec les belles-lettres depuis leur plus tendre enfance. Érasme applaudit à cette initiative, peu courante à l'époque, de cultiver des jeunes filles en formant leur jugement, en les orientant vers l'étude des langues anciennes, en leur inculquant enfin les exigences de la vraie piété. Partisan convaincu de l'instruction des femmes, Érasme, dans le portrait qu'il trace de More à l'intention de son ami Budé, fait une large part aux principes qui régissent l'éducation des jeunes More127. C'est dans ce havre accueillant qu'Érasme, souffrant de la gravelle rapportée de Venise, écrit l'Éloge de la Folie dont il a conçu l'idée sur les chemins de Suisse, lorsque, plein du souvenir du plus spirituel de ses amis qu'il reverra bientôt, il a imaginé le sujet d'un livre qui jouerait sur le nom de Moros, — sot, en grec, — qui convient si mal à la nature de More. Vivement encouragé par More et Colet, Érasme achève en quelques jours son chef-d'œuvre d'humour et de sage ironie. More aime le jeu de mots qui vient de son propre nom ; jamais il ne désignera le livre sous un autre titre que celui de Moria. C'est à lui qu'Érasme dédie l'ouvrage qui est resté la plus célèbre de ses œuvres128.

  • 129 Pizzi, Clemente, Un amico d'Erasmo. L'umanista Andrea Ammonio, pp. 13-23 ; 81-82, Florence, 1956. — (...)

54Ce livre est très apprécié des amis anglais, et particulièrement d'André Ammonius, le poète italien qui séjourne lui aussi à Bucklersbury. Érasme a rapidement noué avec lui une amitié très intime qui rappelle ses liens passés avec le défunt Jacques Batt. Originaire de Lucques, André Ammonius a fait des études classiques à Rome où il a rapidement acquis une réputation d'excellent latiniste. Attaché au secrétariat du pape, il est arrivé en Angleterre au début du siècle avec une ambassade pontificale. Intégré au cercle des lettrés londoniens, il devient l'hôte de More chez qui Érasme le rencontre. Secrétaire de Mountjoy depuis 1509, il sera nommé secrétaire de Henri VIII129.

  • 130 Thomson, op. cit., pp. 27-30 ; 35 ; 38 et sv.
  • 131 Thomson, op. cit., p. 41. — Béné, op. cit., pp. 201-202.
  • 132 Allen, Opus, t. I, p. 498, l. 2-11 (no 252, 6-II-12). — Voir Rouschausse, op. cit., p. 20. Marc'Had (...)

55En 1511, Érasme est invité à Cambridge par John Fisher, le chancelier de l'Université. Celui-ci, bien qu'ignorant le grec, est soucieux d'en assurer un bon enseignement dans ses collèges. Il offre une chaire à Érasme qui accepte avec joie, attiré par les manuscrits grecs de la bibliothèque. Par l'enseignement qu'il dispense à Cambridge, Érasme se heurte à certains professeurs attachés aux méthodes scolastiques. La protection de Fisher et de Warham le tire de ce mauvais pas130. Bien que fort différents par le caractère et le tempérament, Érasme et Fisher se lient d'une étroite amitié fondée sur l'estime mutuelle, les aspirations communes et le désir de coopérer au renouveau des études théologiques. Grâce aux manuscrits de Cambridge, Érasme met patiemment au point le texte grec du Nouveau Testament et des lettres de Jérôme131. En 1512, le prélat le choisit pour l'accompagner au concile de Latran. Qu'Érasme, pour des raisons matérielles, ne soit pas en mesure d'accepter l'invitation ne nous empêche pas d'y voir une marque d'estime des plus significatives132.

  • 133 Allen, Opus, t. I, p. 458, n. 31 ; p. 476, I. 47-48 (no 236, 27-X-11) ; t IV, p. 19, l. 176-181 (no(...)

56Pourtant la bienveillance de Fisher ne retient pas Érasme qui n'a jamais aimé la vie de collège. Son séjour à Cambridge qui se prolonge jusqu'en 1514 est entrecoupé de fréquentes visites à Londres. Érasme revoit toujours Thomas More avec le plus grand plaisir, mais il n'est plus son hôte qu'occasionnellement : veuf depuis 1511, More s'est remarié avec Alice Middleton, la veuve d'un marchand londonien. D'un abord plus sévère et moins hospitalière que la première épouse, Alice provoque le départ d'Ammonius et accueille Érasme avec froideur. L'amitié avec More n'en est en rien altérée : l'incident leur suggère au contraire quelques plaisanteries133.

  • 134 Allen, Opus, t. IV, pp. 517-18, l. 33970 -(no 1211). — Voir Thomson, op. cit., pp. 53-61. — Seebohm(...)
  • 135 Allen, Opus, t. I, pp. 510-12 (no 29-IV-12).
  • 136 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 1-15 (no 227, 13-IX-11) ; p. 470, l. 1-18 (no 230, IX-11) ; p. 479, l (...)
  • 137 Un des premiers élèves de l'école, Thomas Lupset, aidera plus tard Érasme dans la collation des ma (...)

57De passage à Londres, Érasme fait également des visites d'amitié à John Colet, alors fort occupé par la fondation de sa nouvelle école. Seul héritier de l'immense fortune de son père, Colet a fait construire en 1510, près de la cathédrale Saint-Paul, une école qui initiera gratuitement de jeunes lettrés aux méthodes de sa théologie nouvelle. Il établit en 1512 les statuts de son école, choisit ses professeurs parmi les lettrés d'Angleterre qui écrivent des cours à son intention134. Colet sollicite le concours d'Érasme qu'il juge plus apte que quiconque à dispenser leur doctrine commune ; il lui propose la direction de son école. L'humaniste décline l'offre, mais il rédige des manuels à l'usage des premiers élèves : en 1512, il dédie à l'école le De duplici copia verborum ac rerum, ainsi que des éditions augmentées de ses premiers écrits pédagogiques. La préface de la Copia rend hommage à l'œuvre généreuse de Colet qui a consacré sa vie et sa fortune à la propagation de la vraie piété135. De retour à Cambridge, Érasme s'efforce de trouver des érudits disposés à enseigner à Saint-Paul. Il participe à l'élaboration des programmes qui doivent allier l'étude de l'Écriture à celle des meilleurs auteurs de l'Antiquité. Il s'assure le concours de Thomas Linacre qui compose une grammaire latine ; mais ce manuel, trop compliqué, n'est pas accepté par Colet. Érasme s'emploiera à réconcilier le Doyen et Linacre, vexé du refus opposé à son livre136. La qualité de l'enseignement dispensé assure un grand succès au nouvel établissement137.

  • 138 C'est précisément un ancien directeur de l'école, J.-H. Lupton, qui écrira, en 1885, l'intéressant (...)
  • 139 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 16-22 (no 227) ; pp. 470-71, l. 19-31 (no 230) ; t. IV, pp. 523-26, l (...)
  • 140 Rogers, Correspondence of Thomas More, p. 15 (no 8, III-12).

58Les efforts déployés en commun pour une œuvre de grande envergure cimentent davantage encore l'amitié d'Érasme et de Colet. Le Doyen voue à Érasme une reconnaissance infinie ; Érasme en retour exprime la plus grande admiration pour le dévouement inlassable que son ami manifeste à la double cause de la foi et de la culture. L'école fondée par Colet sera une œuvre durable qui immortalisera le nom de son fondateur138. Sa mise en train n'a pas été pour autant sans soulever des difficultés. Dès le début, la nouvelle fondation suscite des jalousies et des attaques de la part d'adeptes irréductibles de l'enseignement scolastique. Érasme prend courageusement la défense de son ami, s'attirant ainsi de nombreuses inimitiés, pour la plus grande confusion de Colet qui se félicite néanmoins d'avoir un tel champion. En 1513, les choses s'aggravent : Colet est accusé d'hérésie et se voit interdire la prédication. Grâce à l'intervention de William Warham, l'affaire n'a pas de suites, à la grande joie d'Érasme qui ne cesse d'encourager son ami à travers ses épreuves139. Colet peut compter aussi sur l'appui de Thomas More qui ne fait pas défaut à son amitié140.

  • 141 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 20-22 (no 227, 13-IX-11) ; pp. 465-66 (no 225, 24-VIII-11) ; pp. 470- (...)
  • 142 Allen, Opus, t. I, pp. 526-27, l. 29-43 (no 270) ; pp. 478-79, l. 54-70 (no 237, 29-X-11).

59Tout irait pour le mieux dans les affaires d'Érasme s'il ne se voyait à nouveau acculé à de graves difficultés financières. Les promesses faites par Mountjoy mettront encore plusieurs années à se réaliser. Érasme se résout à confier ses ennuis à Colet. Gêné de ses propres requêtes, il prend le parti d'en rire et ironise sur ses malheurs : « O mendicité ! Tu vas rire, je le sais. Mais moi je me fais horreur à moi-même ; aussi ai-je pris la ferme décision ou bien de trouver la bonne fortune qui me soustrairait à ma condition de mendiant ou bien d'imiter Diogène. » Colet plaisante Érasme en termes qui froisseront sa susceptibilité : « À mon avis tu agirais bien et tu prendrais une sage décision si tu imitais Diogène et si tu te plaisais dans ta pauvreté […]. Peut-être par le mépris de l'argent obtiendras-tu la fortune […]. Si tu mendies humblement, […] j'ai de l'argent pour toi ; si tu me le demandes impudemment, seule la pauvreté aidera la pauvreté. » Bien que peu enclin à goûter ce genre d'humour, Érasme n'est pas en mesure de faire la fine bouche : il se hâte d'accepter l'offre de Colet. Plus tard il dédie la Copia à l'École Saint-Paul contre la promesse de Colet de recevoir une petite somme d'argent ; promesse qu'il rappelle à plusieurs reprises, bien que sachant le Doyen submergé par les problèmes de sa fondation141. À vrai dire, Colet se montre inaccessible aux problèmes matériels étrangers à ceux de son École. Il accepte l'aide d'Érasme, mais se résout difficilement à détourner de son œuvre la moindre somme d'argent. Érasme lui dira sans vergogne qu'il a dans le monde lettré une réputation d'avarice. Sans doute Érasme ne peut-il refréner une certaine amertume devant les sommes considérables que Colet investit dans son École alors que lui se contenterait d'une somme modique. On sent dans ces questions « terre-à-terre » une certaine incompréhension entre les deux amis. Érasme devait ressentir la même impression avec Thomas Linacre qui le juge indélicat de solliciter continuellement ses protecteurs. Il l'enjoint de ménager Mountjoy et Warham, et de supporter courageusement sa pauvreté, provoquant les protestations amères de l'humaniste : « O l'amical conseil ! Mais la raison pour laquelle je hais le plus mon infortune, c'est précisément qu'elle ne me permet pas la discrétion. Si mes forces me le permettaient, je dissimulerais volontiers mon indigence142. »

  • 143 L'approvisionnement du vin de Crète dont Érasme est grand amateur tient une place importante dans (...)
  • 144 Allen, Opus, t. I, p. 458 (no 221, 19-V-11) ; pp. 486-88 (no 243) ; pp. 493-94 (no 247) ; pp. 495-9 (...)
  • 145 En 1511, de passage à Paris où il édite l'Éloge de la Folie, Érasme s'occupe de l'édition des poèm (...)
  • 146 Carmen iambicum ad Andream Ammonium Lucensem, invictissimi regis Anglorum a libellis. — Voir Reedi (...)
  • 147 Allen, Opus, t. I, pp. 455-59 (no 218-21) ; pp. 543-47, l. 32-38 ; 58-151 (no 283, 21-XII-13). — Vo (...)

60Si Érasme se heurte à l'incompréhension de ces amis dont l'amitié est peut-être trop cérébrale, il trouve en revanche un confident dans la personne d'André Ammonius, que l'indigence rend plus ouvert aux problèmes de l'humaniste. La correspondance qui s établit entre les deux hommes est familière et spontanée, confidentielle parfois, plaisante toujours. Ammonius est le type même du confident auquel on peut se montrer sous un jour moins favorable. Érasme se présente à lui comme un homme ordinaire qui aime sa commodité et que préoccupent des problèmes d'argent et de santé143. Attentif aux moindres désirs du maître qu'il admire sans réserve, Ammonius multiplie les démarches pour soigner ses intérêts, même lorsqu'il se trouve mêlé au plus fort de la guerre que Henri VIII conduit sur le continent144. Érasme lui témoigne sa reconnaissance en lui dédiant des poèmes et en s'occupant à Paris de la publication de ses œuvres145. En des vers un peu précieux, Érasme chante la beauté, la jeunesse, la douceur et l'intelligence de son ami146. Ammonius, de son côté, soumet le moindre de ses écrits à l'approbation attentive d'Érasme qui le conseille et lui signale ses défauts. Le succès du poète réjouit Érasme, « non seulement parce qu'il échoit à un ami, mais parce qu'il échoit à qui l'a mérité ». Il lui prédit un plus grand triomphe encore147.

  • 148 Allen, Opus, t. I, pp. 486-87, l. 17-38 (no 243, 18-XI-11) ; pp. 491-93 (no 245) ; pp. 494-96 (no 2 (...)
  • 149 Allen, Opus, t. I, p. 497, l. 6-18 (no 250, 9-XII-11).
  • 150 Allen, Opus, t. I, p. 51, l. 127-29 ; p. 62, l. 214-16 ; p. 472, L 11-13 (o 232, 5-X-11) ; p. 473, (...)

61Les deux amis se confient leurs espoirs et leurs doutes ; ils se plaignent de la dureté de leur sort. Cette amertume reflète néanmoins une certaine affectation : ils aiment, dirait-on, développer un thème qui se prête aux effusions littéraires148. Érasme abreuve le poète de conseils dont on ne sait trop s'il faut les prendre au sérieux : « Mêle-toi de toutes les affaires de tout le monde. Joue des coudes et chasse qui tu pourras. N'aie pour personne amour ou haine sincère mais mesure tout selon ton profit. […] Ne donne rien, à moins d'en espérer un bénéfice ; approuve chacun en tous points. » La suite mérite davantage de considération, elle traduit parfaitement la politique d'Érasme : « Aie deux chaises où t'asseoir ; séduis plusieurs prétendants qui te sollicitent. Menace et prépare la division. Exhibe des lettres qui t'appellent ailleurs avec de grandes promesses ; éclipse-toi de temps en temps de sorte qu'être privé de toi aiguise leur désir149. » Voilà une lettre qui rappelle étrangement la franchise et le cynisme avec lesquels Érasme s'adressait jadis à son ami Batt. Un autre facteur rapproche Érasme et Ammonius : tous les deux sont rongés par la nostalgie de l'Italie. Ammonius en arrive à regretter d'avoir quitté son pays natal pour chercher fortune dans un pays qui ne répond pas à ses espérances. Érasme, lui, ne cache pas la désillusion qui a suivi son retour en Angleterre où le rappelaient les promesses de Mountjoy. Il regrette plus d'une fois la vie facile qu'il menait à Rome et les perspectives que ses amis romains lui avaient suggérées. Cette nostalgie unit les deux hommes dans leurs évocations de l'Italie. Érasme s'enquiert passionnément de ce qui se passe au-delà des Alpes, auprès d'Ammonius qui l'informe avec le même intérêt150.

  • 151 Allen, Opus. t. I, p. 550, l. 1-2 (no 287, 14-11-14) ; pp. 563-64 (no 295, 8-VII-14).

62Ammonius est le seul correspondant anglais à qui Érasme écrit en juillet 1514, alors qu'il vient de débarquer sur le continent. L'humaniste, en effet, après avoir salué à Londres ses nombreux mécènes et amis, a quitté l'Angleterre pour éditer à Bâle les textes qu'il a établis et traduits du Nouveau Testament et de Jérôme151.

***

  • 152 Allen, Opus, t. II, pp. 36-37 (no 314, 20-X-14) ; pp. 257-59, l. 1-25 ; 36-48 ; 50-60 (no 424, 20-V (...)

63Dès son arrivée en Allemagne, Érasme est fêté comme jamais il ne l'a été par tout ce que la Germanie compte de plus éminent et de plus érudit. Il traverse le pays, auréolé de cette gloire qui l'y a précédé. En octobre, Colet lui écrit pour le féliciter de son succès. Son plus grand désir serait de revoir son ami. Lui-même, exaspéré par les moines qui le harcèlent, parle de se retirer dans un monastère et de « mourir au monde ». Colet a ouvert la voie à Érasme ; il a orienté sa carrière qui atteint maintenant à son apogée ; il s'efface modestement devant celui qu'il considère désormais comme son maître. Colet a pressenti l'immortalité de l'œuvre d'Érasme qui marque déjà son époque : « Le nom d'Érasme ne périra jamais ». Il exprime son admiration pour les dernières œuvres d'Érasme et en particulier pour le Nouveau Testament. Il en vient à regretter de ne jamais avoir étudié le grec, dont il comprend maintenant la nécessité. Il va suivre les traces d'Érasme et s'adonner aux mêmes études que lui152. Il y a quelque chose d'émouvant dans cet effacement du maître dépassé par le génie de son disciple, et qui se réjouit de sa gloire, sans aucune amertume.

  • 153 Allen, Opus, t. II, pp. 261-62 (no 425, 22-VI-16) ; p. 598,1. 13-18 (no 592, VI-17) ; p. 244, l. 1- (...)
  • 154 Allen, Opus, t. III, p. 522, l. 7-19 (no 936, 2-IV-19) ; p. 91, l. 1-8 (no 667, 16-IX-17) ; p. 524, (...)

64Le Nouveau Testament d'Érasme est apprécié par tous ses amis anglais. John Fisher assure qu'aucun homme sensé ne peut en être offensé. Érasme a fait œuvre utile en donnant une traduction et des commentaires qui le rendent plus compréhensible. L'humaniste avait songé tout d'abord à Fisher comme dédicataire de son œuvre théologique ; le besoin d'un appui plus solide encore contre les réactions hostiles l'a incité par la suite à la dédier au pape Léon X153. Érasme a toujours eu le plus grand respect pour Fisher. Il y a dans les lettres qu'il lui adresse un ton de vénération qu'on ne trouve pas dans les missives destinées à ses autres amis anglais. Sans doute cette considération vient-elle en partie de la place importante que le prélat occupe dans le clergé anglais, mais cela n'explique pas tout. L'évêque de Rochester manifeste cet esprit de sainteté et cette tranquille assurance dans la foi qui annoncent déjà son futur martyre. Pourtant si Érasme et Fisher professent la même foi, leur théologie n'est pas toujours la même. A plusieurs reprises, Érasme fait remarquer que Fisher ne partage pas ses idées sur des points controversés de l'Écriture. John Fisher n'est pas seulement un des plus fins lettrés de l'Angleterre de son temps, c'est aussi un évêque éclairé, partisan notoire de la Réforme Catholique, qui s'élève avec force contre les abus de l'Église. Par trois fois Érasme se propose d'éditer sur le continent les manuscrits du prélat qui travaille, lui aussi, à la restauration de la théologie. En échange, il lui demande de corriger son Nouveau Testament154.

***

  • 155 Allen, Opus, t. II, pp. 67-68, l. 1-9 (no 332, 7-V-15) ; t. IV, pp. 525-26, l. 576-616 (no 1211). — (...)
  • 156 Allen, Opus, t. II, p. 68, l. 15-19 (no 332, 7-V-15).

65Au printemps de l'année 1515, Érasme fait encore un rapide séjour en Angleterre. Il revoit ses amis et protecteurs parmi lesquels Colet, qui a renoncé à son projet d'entrer dans un monastère ; il est devenu un des conseillers les plus familiers de Henri VIII et le prédicateur de la cour155. Érasme ne peut rencontrer Thomas More, alors en mission diplomatique à Bruges avec Cuthbert Tunstall, attaché à la Chancellerie d'État156. More s'intègre de plus en plus dans les affaires publiques. Membre actif du Parlement depuis 1510, il vient d'être nommé Juge de Paix pour le Hampshire.

  • 157 Allen, Opus, t. II, p. 240, l. 1-2 (no 410, L-VI-16) ; pp. 268-69, l. 3-11 (no 432, 30-VI-16) ; p.  (...)
  • 158 Allen, Opus, t. II, p. 277, l. 4-6 (no 437, 9-VII-16) ; p. 331, l. 42 (no 457, 27-VIII-16) ; p. 313 (...)
  • 159 Érasme a déjà obtenu en janvier 1506 une dispense de Jules II, qui lui donnait droit à des bénéfic (...)
  • 160 Allen, Opus, t. II, p. 199, l. 20-27 (no 389, 18-11-16). — Cf. Bkewer, Letters…, t. II, 1, p. 180, (...)
  • 161 Allen, Opus, t. II, pp. 293-312 (no 447, VIII-16).
  • 162 Allen, Opus, t. II, p. 317, l. 8-11 (no 451, 14-VII-16) ; p. 318, l. 7-18 (no 452) ; p. 345 (no 466 (...)
  • 163 Allen, Opus, t. II, p. 355, l. 3-11 (no 475, 6-X-16) ; p. 360, l. 1-15 (no 478, 20-X-16) ; pp. 361- (...)

66À Bâle, Érasme poursuit fiévreusement ses publications dont il envoie des exemplaires à ses amis anglais. Les messages de sympathie se multiplient, ainsi que les invitations pressantes à revenir en Angleterre, moyennant de grandes libéralités de la part de William Warham157. Au mois d'août 1516, Érasme débarque une fois de plus en Angleterre au milieu de l'allégresse générale. Il rend visite à ses mécènes et à ses « vieux amis ». De nombreux érudits de Cambridge, tels Henri Bullock et John Watson, souhaitent vivement le revoir à l'Université158, mais l'humaniste a d'autres préoccupations. Le bénéfice octroyé en 1515 par Warham ne peut lui être assigné sans une intervention du pape qui lèverait l'obstacle de sa naissance illégitime. De plus, Érasme, on l'a vu, ne cesse d'être importuné par les rappels que lui prodigue son ancien ami, Servais Roger, devenu le prieur de Steyn. Il a besoin d'une dispense en bonne et due forme lui permettant officiellement de vivre dans le siècle sans plus porter l'habit religieux. Autant de raisons qui l'incitent à s'adresser directement au pape Léon X159. Désireux de s'assurer l'appui d'un intermédiaire qui le recommanderait à Rome, Érasme s'adresse à son ami André Ammonius qui a gardé des relations importantes à la Curie romaine. En février 1516, les démarches préliminaires d'Ammonius ont abouti : il a reçu trois brefs pontificaux, dont un adressé à Henri VIII, qui témoignent de la bienveillance de Rome à l'égard de l'humaniste160. Ainsi introduit, Érasme rédige alors sous le sceau du secret la longue lettre à Grunnius, le secrétaire pontifical, dans laquelle il plaide en faveur d'un certain Florentius jadis poussé dans un couvent contre son gré, en qui il est aisé de le reconnaître lui-même161. Il prie Ammonius d'appuyer sa requête par quelque message personnel à Léon X, ce que le poète fera sans tarder162. Érasme attend anxieusement et entretient inlassablement son ami de cette affaire, supputant ses chances de voir ses vœux se réaliser163.

  • 164 Allen, Opus, t. II, p. 598, l. 19-23 (no 592, VI-17). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 773.
  • 165 Allen, Opus, t. II, p. 320, l. 1-4 (no 455, 22-VIII-16). — Voir Reynolds, op. cit., p. 105.

67Érasme profite aussi de ce bref séjour en Angleterre pour accéder au désir de John Fisher d'apprendre le grec. Enthousiasmé par l'œuvre théologique d'Érasme, le prélat a formé le projet de se lancer dans l'étude des langues sacrées. À l'âge de quarante-huit ans, il réalise son vœu : en ce mois d'août 1516, Érasme passe dix jours à Rochester et entreprend d'initier son éminent ami aux rudiments de la langue d'Homère. Deux ans plus tard, Fisher abordera l'hébreu, toujours aidé par Érasme qui lui envoie les écrits de l'hébraïsant Reuchlin, auquel l'évêque voue une grande admiration. À mesure qu'il se familiarise avec les textes sacrés, Fisher sent croître sa reconnaissance envers Érasme, sans lequel il n'aurait pas abordé ces passionnantes études. Il souhaiterait même garder l'humaniste plusieurs mois auprès de lui, pour qu'il surveille ses progrès164. Sur le point de quitter Rochester, Érasme revoit son cher More, venu rapidement le saluer entre deux missions diplomatiques165.

  • 166 Allen, Opus, t. II, pp. 503-504 (no 551-52, 111-17) ; pp. 433-37 (No 517-18, 26-1-17). — Voir Pizzi(...)
  • 167 Allen, Opus, t. II, p. 436, l. 73-91 (no 517). — Voir Pizzi, op. cit., p. 90.

68Rentré aux Pays-Bas dès les premiers jours de septembre, Érasme attend impatiemment des nouvelles de Rome. En mars 1517, lui parvient enfin le bref de Léon X, dont un deuxième exemplaire est envoyé à Ammonius. Les dispenses pontificales, rédigées par le secrétaire Jacques Sadolet, répondent en tous points à ses espérances : Léon X autorise Érasme à vivre dans le siècle et à conserver ses bénéfices ecclésiastiques. Le bref est accompagné d'un billet privé, par lequel le souverain pontife rend hommage à l'érudition de l'humaniste166. Aussitôt Érasme se met en route pour l'Angleterre afin de recevoir officiellement des mains d'Ammonius les dispenses pontificales. La cérémonie a lieu le 9 avril 1517 à Westminster, dans la maison d'Ammonius167. Érasme est désormais délivré à tout jamais de la hantise qui le tourmente depuis ses jeunes années.

***

  • 168 Allen, Opus, t. II, p. 576, l. 1-5 (no 584, 30-V-17) ; t. III, pp. 233-34 (no 781, 5-III-18) ; pp.  (...)
  • 169 Allen, Opus, t. III, p. 294, l. 1-3 (no 829, 23-IV-18) ; p. 426, l. 18 (no 888) ; p. 289, l. 1-13 ( (...)
  • 170 Allen, Opus, t. II, p. 599 (no 593, VI-17).
  • 171 Allen, Opus, t. III, p. 240, l. 1-9 (no 786, 5-III-18) ; p. 75, l. 1-7 (no 653, 8-IX-17).
  • 172 Allen, Opus, t. III, p. 292, l. 9-14 (no 825, IV-18) ; pp. 428-29 (no 891, 23-X-18).

69Lorsqu'il aborde à Calais le 1er mai 1517, l'humaniste ne sait pas qu'il a fait ses adieux définitifs à l'Angleterre et à plusieurs de ses amis anglais. Il projette de retourner à Bâle pour une nouvelle édition du Nouveau Testament, avant de s'installer définitivement en Angleterre où il « soignerait sa vieillesse » et s'adonnerait en paix à ses chères études. En attendant, un viatique lui serait bien utile pour entreprendre le long voyage jusqu'en Allemagne. Voilà en substance ce qu'Érasme écrit à chacun de ses amis anglais, dans l'espoir que l'un ou l'autre sera disposé à lui venir en aide168. Aussitôt Mountjoy et More envoient quelques subsides, tandis que Colet intercède auprès du roi qui se montrera généreux169. Pourtant un léger nuage a voilé récemment l'amitié d'Érasme et de Colet qui prend ombrage de l'oubli où Érasme semble le tenir depuis un certain temps dans sa correspondance. Le Doyen de Saint-Paul, inquiet de ne recevoir le salut d'Érasme que par l'intermédiaire d'autres correspondants, s'irrite en outre de n'avoir pas reçu, comme les autres amis, d'exemplaire des œuvres polémiques de Reuchlin pour lesquelles l'Europe intellectuelle tout entière se passionne170. Érasme s'empresse de s'excuser, invoquant le peu de temps que lui laissent ses travaux et le nombre toujours croissant de ses correspondants. Pour gagner du temps, et pour satisfaire le plus d'amis possible, il a pris l'habitude de rassembler des messages destinés à plusieurs amis en une seule lettre dont il sait qu'elle circulera dans un cercle restreint. Érasme demande à Fisher de partager avec Colet ses exemplaires des œuvres de Reuchlin171. Les choses n'en restent pas là. Colet, pour la première fois, émet des réserves sur les commentaires d'Érasme du Nouveau Testament ; il critique un passage de la Paraphrase de l'Épître aux Romains, mais d'une façon voilée si bien qu'Érasme ne comprend pas dans quel sens il doit corriger son texte. Le malentendu se dissipe bientôt et l'humaniste retrouve toute sa confiance. Les relations des deux amis reprennent aussitôt leur cours normal172.

  • 173 Allen, Opus, t. III, pp. 46-47 (no 623, 19-VIII-17).
  • 174 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 1-2 (no 637, 28-VIII-17) ; p. 64, l. 1-4 (no 643, 31-VIII-17).
  • 175 Allen, Opus, t. V, p. 247, l. 278-85 (no 1347, 1-III-23).

70Le destin frappe alors successivement. Il ébranle les amitiés indestructibles qu'Érasme s'est forgées en Angleterre. Le 19 août 1517, Thomas More écrit à Érasme une lettre173 empreinte de tristesse qui trouve l'humaniste à Anvers. More parle laconiquement de l'épidémie de suette qui ravage l'Angleterre, décimant la population. Elle a déjà enlevé plusieurs de leurs amis et connaissances à Oxford, Cambridge et Londres, parmi lesquels le cher André Ammonius, qui n'avait pas même atteint la quarantaine. Érasme ressent douloureusement la perte de cet ami intime qui lui a rendu tant de précieux services. Se remettant difficilement de la mort de son ami, il doit encore surmonter son inquiétude au sujet de More qu'il sait à Londres en grand danger d'être touché par l'épidémie : « Je souffre beaucoup de la mort d'Ammonius ; mais pourvu que More nous demeure sain et sauf. » — « Il m'est très pénible de savoir qu'Ammonius a trouvé la mort ; il n'y avait pas d'Italien résidant en Angleterre plus féru de lettres et qui était de mœurs plus intègres que lui. Mais je me réjouis d'apprendre que More sera bientôt ici. Si cela se produit, je crois que je revivrai174. » En 1523, Érasme rappelle encore le souvenir de son ami défunt dont il retrace avec émotion les qualités intellectuelles et morales. La mort l'a enlevé à la fleur de l'âge alors que son talent promettait beaucoup. Érasme affirme ne pouvoir évoquer sans douleur le nom de cet ami qui lui rappelle une si agréable intimité175.

  • 176 Allen, Opus, t. III, p. 76, l. 1-5 (no 655, 8-IX-17) ; pp. 76-77, l. 1-8 no 656, 8-IX-17).
  • 177 Allen, Opus, t. III, p. 294, l. 15-21 (no 828, 23-IV-18) ; pp. 290-91 (no 822, 23-IV-18).

71Bien que la mort d'Ammonius signifie la première disparition dans le cercle des amis de Londres, Érasme se montre préoccupé par un autre problème : il sait que le poète italien détenait des papiers confidentiels relatifs aux démarches auprès de Rome et du clergé anglais pour lui octroyer quelque bénéfice. Hanté par la crainte que ces documents le compromettent aux yeux de personnes malveillantes qui s'en serviraient contre lui, Érasme multiplie les requêtes auprès de parents d'Ammonius, son fils Pierre et son cousin Pierre Vannes, qui ont assisté aux derniers instants du défunt : « Quelle cruauté ! Mais à quoi bon se plaindre ? Je te prie au nom de notre amitié de rassembler les lettres échangées entre André et moi et de me les envoyer ici ; détruis ensuite les lettres ou les copies concernant la dispense, de peur qu'elles ne tombent en de mauvaises mains. » — « Je ne pourrais supporter plus difficilement la mort de notre Ammonius. Que n'a-t-on perdu avec lui ? Je ne puis le rappeler à la vie, mais si mes œuvres demeurent, je pourrai garder son souvenir dans le cœur des hommes. Je te supplie de rassembler nos lettres et de me les faire parvenir par un homme sûr. De même, s'il reste quelques écrits relatifs à l'affaire qu'il avait traitée avec le pape, détruis-les ou envoie-les moi176. » On ne peut se garder d'un certain malaise devant cette manière d'en venir à ses fins après avoir esquissé de vagues formules de regret, et cela moins d'un mois après la mort de son ami. Mais ces démarches réitérées ne donnent pas le résultat escompté : « Quelle bête est plus mauvaise que Pierre Ammonius ? O l'esprit vraiment italien ! Il m'envoie seulement l'une ou l'autre lettres parmi tant d'autres […] et ne me remet qu'un seul exemplaire de la dispense souscrite de ma main ; et de plus il l'a confié, ouvert, à mon familier. Il est vraiment différent de son père177. » Tout est à recommencer.

  • 178 Allen, Opus, t. III, p. 233, l. 19 (no 781, 5-III-18) ; p. 240, I. 10-12 (no 786, 5-III-18).

72Cette même année 1518, s'éteint à Londres William Grocyn, subitement frappé d'une paralysie fatale. Érasme évoque plus discrètement cette nouvelle « catastrophe » qui rétrécit encore le cercle de ses amis anglais178.

  • 179 Pour les détails de cette mort, voir Allen, Opus, t. IV, p. 519, l. 378-86 (no 1211). — Voir Reyno (...)
  • 180 Allen, Opus, t. IV, p. 87, l. 1-2 (no 1025, 16-X-19) ; p. 88, l. 1 (no 1026) ; pp. 89-90, l. 1-8 (n(...)
  • 181 Allen, Opus, t. IV, p. 94, l. 39-48 (no 1030).
  • 182 Allen, Opus, t. IV, pp. 88-89, l. 2-4 (no 1026) ; p. 90, l. 8-10, (no 1027) ; p. 152, l. 530-40 (no(...)

73Le pire pour Érasme est encore à venir. Le 19 septembre 1519, l'humaniste perd en la personne de John Colet un guide sûr de son esprit, le témoin et le confident de ses incertitudes comme de ses audaces, victime à son tour d'une nouvelle épidémie de suette179. Érasme restera longtemps inconsolable dans ce deuil qui lui a ravi une personne si chère et à qui il doit tant. À Richard Pace qui succède au défunt comme Doyen de Saint-Paul, Érasme s'exclame : « Je ne vis plus qu'à demi depuis que Colet est mort. Quel homme l'Angleterre a perdu ! Et moi quel ami ! » Comme pour partager son chagrin, Érasme exhale sa tristesse à de nombreux Anglais qui ont bien connu son ami. L'excès même de sa douleur lui inspire une sorte de détachement proche de la résignation : « Mais à quoi bon ces pleurs et ces lamentations ? On ne peut le ramener à la vie. Nous le suivrons bientôt180. » C'est à John Fisher qu'Érasme adresse son plus bel hommage du disparu : « Je t'écris cette lettre, affligé de la mort de Colet qui m'est si cruelle que depuis trente ans aucun deuil ne m'a plus atrocement torturé. Je sais qu'il a la meilleure part ; délivré de ce siècle impie et misérable, il jouit de la présence de son Christ qu'il a passionnément aimé toute sa vie. Mais je ne puis m'empêcher de pleurer, pour tout le monde, la perte d'un si rare exemple de piété chrétienne, d'un si parfait héraut de la doctrine évangélique ; la perte, pour moi, d'un ami si fidèle et d'un protecteur incomparable. Le seul devoir qui me reste, je veux l'accomplir en guise d'hommage funèbre : si mes écrits ont quelque valeur, je ne laisserai pas s'éteindre sa mémoire pour la postérité181. » Effectivement, dès octobre 1519, Érasme demande à Thomas Lupset, ancien élève de Saint-Paul, de lui fournir des œuvres du défunt, dont il n'aurait pas connaissance, ainsi que des renseignements sur la vie de son ami. Plus tard, Érasme conjure Lupset d'imiter l'érudition et la piété d'un maître qui a été pour lui comme un père : « Avec quelle ardeur cet homme s'était imprégné de la sagesse du Christ ! Avec quelle avidité il avait puisé dans le cœur et l'esprit de saint Paul ! Comme la pureté de sa vie entière répond à l'enseignement du ciel […] ! Jamais je n'ai eu avec lui d'entretien, si familier soit-il, que je ne m'en retourne meilleur ou un peu moins mauvais182. »

  • 183 Allen, Opus, t. IV, pp. 526-27, l. 617-30 (no1211).
  • 184 Allen, Opus, t. V, p. 248, l. 310-14 (no 1347, 1-III-13).

74L'humaniste, on le sait, brossera de son ami, un admirable portrait qu'il mettra en regard de celui de Jean Vitrier, décédé la même année. Dans ces deux hommes qu'il associe dans un même élan d'amitié et d'admiration, Érasme a reconnu deux chrétiens authentiques qu'il vénère comme des saints, non sans distinguer les mérites différents de chacun : il est frappé par l'esprit de renoncement de Colet qui, « dans sa situation fortunée, a toujours suivi, non le chemin où la nature l'entraînait, mais celui où le Christ l'appelait » et par la persévérance de Vitrier qui, dans les conditions difficiles où il a vécu, n'a cessé de rendre témoignage de l'esprit évangélique. Si en Colet subsistaient des traces qui prouvaient qu'il n'était qu'un homme, Vitrier n'a jamais manifesté, aux yeux d'Érasme, la moindre faiblesse humaine183. Fidèle au souvenir de ces hommes, Érasme écrira : « Les soldats se remémorent les actions d'éclat de leur chef et essayent de les imiter. C'est pourquoi Érasme survit : il est heureux de se rappeler ses amis et de suivre leur exemple184. »

***

75Cette suite de disparitions marque un tournant dans l'histoire des relations d'Érasme avec ses amis anglais. Déjà se profile à l'horizon l'ombre du moine d'Erfurt. Les amitiés qui subsistent à Érasme ne pourront pas éviter les bouleversements qui suivent les grandes tragédies.

  • 185 Allen, Opus, t. III, pp. 356-57, l. 26-47 (no 855, 26-VII-18) ; t. IV, p. 41, l. 31-35 (no 1005, 10 (...)

76Quoi qu'il en soit, il ne peut nous échapper qu'Érasme a trouvé en Angleterre une pléiade d'amis exceptionnels dont l'influence est indéniable sur son évolution spirituelle et intellectuelle. Ce jour lointain où Érasme, entraîné par l'affection de son disciple et protecteur Mountjoy, débarquait pour la première fois sur le sol anglais, est marqué du signe du destin. Nulle part ailleurs dans toutes ces régions d'Europe qu'il a visitées et visitera encore, l'humaniste ne trouvera un tel climat de bouillonnement intellectuel capable de donner, par la force de l'amitié, une impulsion nouvelle et irrévocable à la carrière d'un littérateur jusque là orienté excluvement vers les auteurs profanes. Il n'est pas jusqu'aux goûts personnels d'Érasme qui ne s'en trouvent modifiés. L'humaniste qui n'a jamais pu supporter la vie de cour qu'il juge superficielle et pourrie d'intrigues, a fait dès le début une exception pour la cour d'Angleterre, privilégiée entre toutes par la valeur des personnalités qui la composent, et qui ont noms Thomas More, John Colet, Thomas Linacre, Cuthbert Tunstall, Richard Pace, Guillaume Mountjoy, William warham185

  • 186 Allen, Opus, t. V, p. 599, l. 205-207 (no 1523, 10-XII-24).

77En 1524, Érasme rend en ces termes un hommage collectif à ses amis d'Outre-Manche : « La proverbiale fidélité germanique ne ne compare pas avec la sincérité de mes amis anglais186. »

3. Érasme en Italie

78Érasme, on l'a vu, entre deux séjours en Angleterre, a pu réaliser enfin son rêve de jeunesse en visitant cette Italie pour laquelle ses amis anglais avaient décuplé l'intérêt à ses propres yeux. Retourner aux sources où avaient puisé Colet, Linacre et Grocyn, tel était le but immédiat de l'humaniste hollandais. Ce voyage qui devait se poursuivre trois années durant, allait rapporter à Érasme, outre une plus grande connaissance des langues sacrées et une érudition plus vaste, bon nombre d'amitiés nouvelles qui compteront dans son existence mouvementée.

  • 187 Allen, Opus, t. XI, p. 177, l. 202-204 (no 3032, 1535).

79On sait comment Érasme voit brusquement son vœu se réaliser : désigné par Jean-Baptiste Boerio pour accompagner ses deux fils dans la péninsule où il surveillera leurs études, Érasme passe les Alpes en août 1506. L'humaniste, à ce moment, n'est pas loin de la quarantaine ; il part cependant avec un enthousiasme intact, malgré l'avis de ses amis qui veulent le retenir187. Il a attendu cet instant trop longtemps pour y renoncer quand l'occasion se présente enfin.

  • 188 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 9-21. Trad. M. Delcourt.
  • 189 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 21-27. — Le poème s'intitule Carmen equestre vel potius alpestre de sen (...)

80Le voyage est troublé par de furieuses querelles qui opposent le précepteur des jeunes Boerio à l'envoyé du roi d'Angleterre, entrecoupées de bruyantes réconciliations devant un pichet de vin. Agacé par ces incidents, Érasme n'a que mépris pour son escorte qui galvaude de la sorte son sens de l'amitié : « Je tiens pour des fous ceux qui font tant de tapage sans avoir été gravement offensés ; et je ne crois pas qu'on puisse se fier davantage à des gens qui deviennent brusquement des amis après de tels accès de colère188. » Érasme, tout en chevauchant, s'isole au milieu de ces altercations en composant un poème sur la vieillesse qu'il dédiera à son ami Guillaume Cop, médecin à Paris189.

  • 190 Voir Renaudet, A., Érasme et l'Italie, Genève, 1954. — De Nolhac, P.. Érasme en Italie. Étude sur (...)

81La correspondance d'Érasme datant de son séjour en Italie est peu fournie. Beaucoup de lettres ont disparu, douze à peine nous sont restées. Cette pauvreté des sources contemporaines du voyage est en partie compensée par les récits ultérieurs d'Érasme qui permettent de reconstituer assez précisément son périple au cœur de l'Italie, comme le montrent les nombreuses études faites à ce sujet190.

  • 191 Allen, Opus, t. I, pp. 431-32, l. 1-7 (no 200, 4-XI-1506).
  • 192 Allen, Opus, t. I, p. 433, l. 7-12 (no 203, 16-XI-1506) ; p. 435, l. 37-39 (no 205). — Voir De Nolh (...)
  • 193 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 15.

82On sait que les opérations militaires menées par Jules II dans le nord de l'Italie écartent momentanément Érasme de Bologne et le conduisent à Florence191. Il se plaint de l'abandon où sont laissées les études au milieu de ces conflits sanglants qui déchirent le pays192. Nul doute que sa déconvenue ait été amère : venu puiser aux sources de la Renaissance des lettres, il trouve les Universités fermées dans des villes en proie à la guerre. Il écrira par la suite qu'« aucune année de sa vie ne lui fut plus pénible »193.

  • 194 Allen, Opus, t. I, p. 55, l. 91 ; p. 59, l. 104 ; p. 443 (no 210, 6-IV-1508). — Voir De Nolhac, op. (...)
  • 195 Allen, Opus, t. III, pp. 155-56, l. 1-21 (no 729, 6-XII-17) ; p. 254, l. 1-12 (no 800, 14-III-18).

83L'année 1507 réussit mieux à l'humaniste : l'Université de Bologne rouvre ses portes ; Érasme y rencontre Paolo Bombace, professeur de grec et d'art poétique, issu d'une grande famille de la ville. Les deux hommes se lient d'une étroite amitié qui survivra à une longue séparation194. L'humaniste s'installe dans la maison de Bombace qui le guide dans ses études favorites ; il perfectionne encore sa connaissance des auteurs grecs. Pendant une année entière, il mène à Bologne une existence studieuse et sereine dans l'amitié de Bombace. En janvier 1508, Érasme est à Venise ; il ne reverra plus son ami, mais il restera en contact avec lui par une correspondance régulière. Bombace aura sa part d'ennuis et de déceptions en cette dure époque de troubles politiques. En 1512, il doit quitter sa chaire de Bologne et chercher fortune dans plusieurs villes d'Italie. Après la mort de Jules II, il devient secrétaire du cardinal Pucci, qu'il accompagne en Suisse pendant sa nonciature de 1517 à 1518. Il se plaint à Érasme de cet exil forcé qui ne lui laisse qu'une seule consolation : ses quelques moments de loisirs lui permettent de lire les travaux de son ami. Érasme l'encourage en lui rappelant que ce genre de mission produit généralement des évêques et des cardinaux195. En 1524, Bombace entre au service personnel de Clément VII ; les prévisions d'Érasme se seraient peut-être réalisées, si le savant helléniste n'avait péri tragiquement lors du sac de Rome par les troupes de l'empereur en mai 1527.

  • 196 Allen, Opus, t. III, pp. 387-88 (no 864, 10-IX-18) ; pp. 388-89, l. 13-53 (no 865) ; pp. 446-47, l. (...)
  • 197 Allen, Opus, t. III, p. 356, l. 15-18 (no 855, 26-VII-18) ; p. 447, l. 27-32 (no 905).
  • 198 Allen, Opus, t. III, pp. 463-64, l. 1-4 (no 908, 1-1-19).

84Érasme fut toujours soutenu par cet ami en qui il avait un allié fidèle à la cour pontificale. C'est Bombace qui interviendra en 1518 pour obtenir de Léon X un bref approuvant le Nouveau Testament tellement controversé dans les milieux théologiques. L'affaire ne sera pas aisée ; Érasme en vouera à Bombace une reconnaissance éperdue et le proclamera son ami le plus sincère et le plus constant. Il sait trop combien cette approbation de Rome lui est nécessaire dans la dure lutte qu'il mène contre les attaques qui le harcèlent de toutes parts196. Il n'en regrette que plus son attitude cavalière envers le cardinal Pucci, le patron de Bombace : de passage à Bâle, le prélat avait exprimé le désir de rencontrer Érasme ; comme celui-ci ne répondait à aucune de ses invitations, Pucci s'est finalement rendu lui-même à la maison d'Érasme. A sa grande confusion, ce dernier devait apprendre par la suite que le cardinal, sur les instances de Bombace, s'est occupé de ce bref pontifical. Érasme s'excuse humblement auprès de Bombace ; il demande l'indulgence pour ce manque d'égards inspiré par la maladie qui l'accable : « Mon Bombace, mon âme n'est pas si inhumaine, ni si orgueilleuse, mais la maladie me rend mauvais. J'en suis affligé depuis plus d'un mois et elle revient par intervalles197. » Bombace incite aussi Pucci à intervenir auprès du pape pour mettre fin aux calomnies qui s'élèvent contre Érasme dans toute l'Europe198. Un tel ami, on s'en doute, est des plus précieux à l'humaniste. L'amour commun des études grecques, une admiration et une estime réciproques ont contribué à sceller cette amitié italienne si utile à Érasme. Celui-ci ne pourra pas en dire autant de toutes les amitiés contractées durant ce voyage.

***

  • 199 Allen, Opus, t. I, pp. 437-39 (no 207, 28-X-1507). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 77 et sv. — De No (...)
  • 200 Allen, Opus, t. I, pp. 440-42 (no 209, XI-1507).

85Érasme est toujours à Bologne lorsque, en octobre 1507, il propose à Alde Manuce de rééditer ses traductions d'Euripide. Vantant l'art et la science de l'imprimeur vénitien qui se marient si bien pour donner naissance à de parfaites éditions des œuvres antiques, Érasme proclame l'immortalité du nom d'Alde Manuce et de son œuvre199. Aide accepte d'éditer les traductions d'Érasme dont la réputation en Italie est encore à faire. Il l'invite à venir se rendre compte sur place du travail effectué dans ses ateliers. Malgré son désir d'assister à l'impression de ses livres et malgré son impatience de rencontrer l'imprimeur « si affectueux, si loyal », Érasme ne peut se résoudre à braver la mauvaise saison. Il s'en remet entièrement à son nouvel ami : « Joue le rôle de l'ami que tu es désormais, celui que révèle ta lettre. Si un passage te paraît douteux […], ou bien laisse-le tel qu'il est, ou si tu préfères, change-le. Qu'y a-t-il où je n'ose me confier à mon cher Alde ? » Érasme fait part également de sa volonté de se rendre à Rome après la Noël, « pour renouer avec de vieux amis et pour s'en faire de nouveaux »200. Il compte ensuite faire ses adieux à l'Italie.

  • 201 Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 42, Paris, 1972.
  • 202 Sur Alde Manuce et son imprimerie, voir Firmin-Didot, op. cit., pp. 3-50. — Renaudet, op. cit., pp (...)

86Toutefois Érasme envisage de faire publier par Alde une nouvelle édition fortement augmentée des Adages. Il change donc ses projets et débarque à Venise au début de l'année 1508201. Il se dirige aussitôt vers l'illustre imprimerie, dont le prestige ne cesse de s'accroître grâce au travail et au talent de son fondateur et à la collaboration des membres de l'Académie aldine, société d'hellénistes créée et dirigée par l'imprimeur lui-même202.

  • 203 Allen, Opus, t. I, pp. 60-61, l. 149-65. — Voir Dazzi, op. cit., pp. 99-100.

87Beatus Rhenanus a rapporté203 par la suite l'arrivée discrète d'Érasme à l'imprimerie, au milieu de l'activité générale et dans le bruit des presses. Peut-être intimidé par l'importance du lieu, l'humaniste ne décline pas son identité. Alde, très occupé à corriger des épreuves et à surveiller divers travaux, croyant à la visite d'un de ces curieux qui viennent constamment l'importuner, continue son travail et fait attendre le visiteur fort longtemps. Lorsqu'il apprend enfin qu'Érasme est dans ses murs, il se confond en excuses et l'embrasse affectueusement. L'imprimeur installe son hôte dans la maison de son beau-père et associé, Andrea Torresani d'Asola. Érasme y restera près d'un an, partageant la vie de la famille.

88Il se fait rapidement des amis de tout le monde. Comme récemment chez Thomas More, comme plus tard chez Froben ou chez les Amerbach, il s'intègre à la vie des Manuce, dont il apprécie les bienfaits.

  • 204 Opulentia sordida, A.S.D., t. 1-3, pp. 676-85. — Voir Renaudet, op. cit., p. 84. — Mann Phillips, (...)

89Il devait rapidement déchanter. Logé chez Asola, il prend ses repas chez Alde Manuce. Il ne tarde pas à découvrir qu'on y mène une vie parcimonieuse qui contraste singulièrement avec ses habitudes. La frugalité de la table choque tellement Érasme qu'il en gardera longtemps un souvenir cuisant. En 1531, il aura le mauvais goût de ridiculiser le train de vie mené dans la maison du Rialto en écrivant un de ses colloques les plus grinçants, Opulentia sordida204. Avec une ironie mordante, il décrit cette famille de besogneux dont le père Antronius (Andrea d'Asola), un arriviste qui vient de très bas, impose aux siens des privations d'ascète sous prétexte d'économie, aidé en cela par son fils Orthrogonus (Aide), dont le labeur infatigable s'accommode aisément de ces restrictions. L'humaniste déploie une verve acérée pour peindre les repas faméliques servis dans un silence glacial. Incapable de supporter un tel régime, le narrateur du colloque, en qui Érasme ne se dissimule pas, se fait servir dans sa chambre à ses propres frais, non sans s'attirer la désapprobation générale devant une telle gloutonnerie.

  • 205 Firmin-Didot, op. cit., p. 419. — Voir Dazzi, op. cit., pp. 85-88.
  • 206 Apologia ad Albectum Pium Carporum Principem, L.B., t. IX, col. 1136 F-1137 E.

90La caricature est dure ; elle est à la mesure de la rancune d'Érasme. Les Cicéroniens d'Italie lui reprocheront sévèrement son ingratitude et son manque de courtoisie envers ses hôtes vénitiens. Peut-être Érasme voulait-il répondre aux critiques de Jules-César Scaliger, aux yeux de qui il se serait enfui d'un cloître de Hollande pour chercher refuge chez Alde, « buvant comme un triple Geryon, mais ne faisant qu'à moitié le travail d'un seul homme »205. Plus acérées encore, parce que moins outrancières, se révéleront les critiques cinglantes d'Alberto Pio, Prince de Carpi, le mécène attitré de la maison aldine. Pio reprochera à Érasme ses railleries envers celui qui fut son hôte pendant de longs mois et qui lui permit gracieusement de progresser dans l'étude des langues anciennes. Touché au vif, Érasme lui répondra sèchement : « Je ne sais si tu considères que c'est Alde qui m'a appris le latin et le grec, mais cela, Alde lui-même, s'il vivait encore, ne pourrait l'entendre sans rire. Au sujet de l'érudition d'Aide, je ne dirai rien. Je l'ai aimé vivant, je ne le critiquerai pas mort. Je puis seulement te dire que je connaissais mieux le latin et le grec quand je suis arrivé en Italie que je ne connais ces langues aujourd'hui […]. J'ai vécu huit mois dans la maison d'Asola, l'ouvrage (les Adages) étant imprimé au fur et à mesure de sa rédaction. Quand aurais-je eu le temps d'apprendre le latin et le grec ? » L'humaniste tiendra aussi à mettre les choses au point sur sa situation réelle dans la maison du Rialto : « Certes, j'ai aussi profité de sa table (d'Aide), mais parce que je ne pouvais pas faire autrement, puisque je m'efforçais d'achever le travail le plus rapidement possible. Du reste la table et toute la maison appartenaient à Andrea d'Asola ; Alde n'était qu'un employé […]. D'ailleurs, comme je dépérissais par la faute du changement de nourriture, je demandai à Alde si Asola accepterait que je me prépare mes repas dans ma chambre. Il accepta et voilà pourquoi je n'ai pratiquement pas profité de la table d'Alde. A cette époque […] Alde n'était même pas mon hôte. » Il nous paraît pour le moins douteux que ces explications mesquines aient rétabli Érasme dans l'estime du Prince de Carpi. Ne laisse-t-il pas entendre qu'Aide a beaucoup appris de lui mais que la réciproque n'est pas vraie206.

  • 207 Allen, Opus, t. V, p. 253, l. 1-4 (no 1349, 111-23). — Cf. Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, (...)
  • 208 Firmin-Didot, op. cit., p. 419. — Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 213.

91Quoi qu'il en soit, le ressentiment que traduit le tableau sévère brossé par Érasme de l'hospitalité de la maison aldine, reflète certainement le souvenir douloureux de la gravelle dont il ressentit les premières atteintes au Rialto. De là à endosser la responsabilité de sa maladie à la nourriture servie à la table de l'imprimeur, il n'y a qu'un pas qu'Érasme franchit sans peut-être trop s'avancer. Quinze ans plus tard, il n'a pas oublié ses souffrances qu'il associe même étroitement à ce séjour : à un parent d'Asola, il affirme qu'il n'oubliera jamais leur ancienne amitié et que s'il voulait l'oublier, la gravelle ressentie pour la première fois à Venise l'en ferait bien ressouvenir207. Il reste qu'Érasme a fait preuve d'une rare indélicatesse en stigmatisant de la sorte la frugalité de la table des Manuce, et cela d'autant plus qu'il ne pouvait pas ignorer les restrictions que le ralentissement des affaires imposait à la maison du Rialto. Les récentes guerres allumées dans le nord de l'Italie ont contraint les presses aldines à un chômage prolongé depuis le début de 1506. Rouverte seulement à la fin de 1507, l'entreprise connaît des conditions d'autant plus difficiles qu'Aide Manuce, emprisonné pendant cette guerre, s'est vu enlevé une partie de ses biens. Son désir de reprendre aussitôt ses publications, joint au souci de l'entretien journalier de trente-trois personnes, suffit à expliquer les principes d'économie qui régissent l'administration de la maison à l'époque du séjour d'Érasme. D'ailleurs l'imprimeur, qui a voué sa vie et ses biens à sa passion des lettres et des langues anciennes, laissera à sa mort, en 1515, ses enfants avec une grande renommée mais une très maigre fortune208.

  • 209 Adagia, no 1001, L.B., t. II, col. 405 B-D. — Voir Mann Phillips, M., Erasmus on his times. A shor (...)

92Ces mésaventures d'ordre domestique n'empêchent pas l'humaniste de faire de l'excellent travail. Érasme se plaît beaucoup dans l'ambiance affairée des ateliers vénitiens. C'est dans cette fièvre de travail qu'il termine la grande édition des Adages, écrivant pendant que tournent les presses. Alde qu'éblouit l'érudition de son client, relit personnellement les épreuves quotidiennes. Les humanistes qui vivent dans l'entourage de l'imprimeur prêtent leur aide à la collecte des proverbes. Érasme rend hommage à leur zèle empressé dans l'adage Festina lente : « Tout ce qu'il y avait de savants autour de moi s'empressait à me fournir des textes d'auteurs inédits. Alde n'avait rien dans sa librairie dont il ne me fît part209. » Érasme gardera un souvenir reconnaissant du concours bénévole, de l'obligeance amicale de ces érudits qui s'effacent généreusement dans l'intérêt de la promotion des belles-lettres. Ses principaux collaborateurs sont Battista Egnazio, Jean Lascaris, Germain de Brie et le plus zélé de tous, Jérôme Aléandre.

  • 210 Omont, H., Journal autobiographique du cardinal Aléandre, (1480-1540), dans Notices et extraits des (...)
  • 211 Firmin-Didot, op. cit., pp. 266-67 ; 441-42. — Paquier, op. cit., pp. 20-25. — Renaudet, op. cit., (...)

93Jérôme Aléandre est né en 1480 à la Motta dans le Frioul. Son père était médecin, sa mère appartenait à une noble famille de Venise. Très jeune, il apprend les langues antiques et l'hébreu, avant de commencer à Padoue des études de philosophie. Orphelin dès son adolescence, dépouillé de son héritage par les maladresses d'un jeune frère prodigue, Jérôme vit difficilement des générosités intermittentes de quelques mécènes et de leçons privées, quand le lui permet sa santé délicate210 Cette première phase de sa vie rappelle la jeunesse et les débuts d'Érasme. Les deux hommes ont le même talent littéraire qui brûle de s'exprimer, ils se heurtent continuellement aux terribles obstacles que sont une mauvaise santé et une décourageante pauvreté. La chance sourit à Aléandre lorsque, en 1503, il entre en relations avec Alde Manuce qui l'engage comme correcteur. En 1504, Alde lui dédie ses premières éditions de l'Iliade et de l'Odyssée ; dans la préface, il loue sa parfaite maîtrise dans les trois langues (latin, grec, hébreu), la pureté de ses mœurs et ses sentiments chrétiens. En 1504, le jeune lettré retourne à Padoue étudier la philosophie, études entrecoupées de fréquentes visites à l'imprimerie vénitienne. Il se fixe alors à Venise où, devenu l'un des membres les plus en vue de l'Académie aldine, il collabore aux éditions des textes grecs211.

  • 212 Allen, Opus, t. I, p. 523, l. 52-54 (no 269, 5-1-13) ; t. V, p. 519, l. 130-39 (no 1479, 31-VIII-24 (...)
  • 213 Allen, Opus, t. X, p. 17, l. 10-14 (no 2644, 3-V-32).
  • 214 Allen, Opus, t. IV, p. 460, l. 52-56 (no 1195, 25-III-21) ; t. IX, p. 164, l. 285-89 (no 2443, 7-II (...)
  • 215 Allen, Opus, t. IV, p. 460, l. 51 (no 1195) ; t. IX, p. 164, l. 287-88 (no 2443). — Voir Paquier, o (...)

94Lorsque Érasme s'installe à la maison du Rialto et s'active à la rédaction de ses Adages, Aléandre est le premier à l'aider ; souvent ils travaillent ensemble. Par la suite, Érasme fera plus d'une allusion à cet ami vénitien qui fut témoin de la peine qu'il se donna pour élaborer son recueil212. Cette collaboration étroite crée entre les deux hommes une amitié très intime. Pendant près de quatre mois, ils partagent la même chambre dans la maison d'Asola213, se penchent sur les mêmes manuscrits et consultent les mêmes livres, avant de se retrouver autour de la table d'Aide Manuce. Une telle familiarité, propice aux confidences, fera dire à Érasme qu'il connaît Aléandre aussi bien que lui-même ; Érasme admire la science de son ami, il aime son caractère, bien qu'il le juge très particulier, et voit une heureuse harmonie dans leurs deux natures214. Au cours de ces échanges familiers, Aléandre ne cache pas une quasi-indifférence religieuse qui heurte quelque peu Érasme. La conversation de l'humaniste lui ouvre cependant des perspectives nouvelles : Érasme parle de la France et des tentatives courageuses de quelques érudits pour y faire triompher la Renaissance des lettres. L'esprit d'Aléandre s'enflamme à la pensée des possibilités de s'affirmer en France qu'il devine dans les propos tenus par Érasme. Avide de succès, le Vénitien décide de tenter sa chance à Paris. Érasme lui ouvre la voie en le munissant de lettres de recommandation à ses amis français215, façon élégante de le remercier pour son aide.

  • 216 Omont, Journal d'Aléandre…, pp. 11 ; 45.
  • 217 Paquier, op. cit., pp. 37-41. — Renaudet, Préréforme…, p. 509.
  • 218 Boussard, J., L'Université d'Orléans et l'Humanisme au début du xvie siècle, dans H.R., t. V, pp. 2 (...)

95Le 24 avril 1508, Aléandre quitte Venise216. Pour lui, l'heure de la gloire a sonné ; par ses quinze années d'études, il a posé les bases de sa grandeur future. Le seul nom d'Érasme lui vaut un accueil des plus courtois dans les cercles intellectuels parisiens. Il donne des leçons de grec à Guillaume Budé et à quelques lettrés avides d'apprendre la langue d'Homère, si peu connue en France. Bientôt son nom se répand dans les milieux distingués. En octobre 1509, parallèlement aux cours qu'il suit à la Faculté des arts dont il obtiendra la maîtrise en 1511, Aléandre inaugure un enseignement public de grec, de latin et d'hébreu. Une foule nombreuse se presse chaque jour autour de la chaire du professeur déjà célèbre. Le succès est éclatant217 L'année suivante, la peste qui sévit à Paris conduit Aléandre à l'Université d'Orléans où sa renommée l'a précédé218. De retour dans la capitale en juin 1511, il reprend ses leçons dans des salles de cours pouvant à peine contenir une centaine d'auditeurs venus parfois de très loin, qui lui font de véritables triomphes. Jamais à Paris aucun professeur n'a suscité pareil engouement.

  • 219 Allen, Opus, t. I, p. 506, l. 101-104 (no 256, 11-12). Trad. J. Paquier. — Sur le succès de l'ensei (...)
  • 220 Allen, Opus, t. I, pp. 505-507, l. 71-87 ; 97-154 (no 256). Aléandre qui avait la réputation d'aime (...)
  • 221 Pour les publications d'Aléandre à Paris, voir Paquier, Jérôme Aléandre de sa naissance…, pp. VII- (...)
  • 222 Allen, Opus, t. I, p. 505, l. 88-95 (no 256). Sur la mauvaise santé d'Aléandre, voir Paquier, Lettr (...)

96Faisant part de son succès à Érasme, il lui écrit : « Quand je passe dans les rues, on me montre du doigt comme une merveille, et pour peu que je m'absente de Paris, on réclame instamment mon retour219. » Comblé d'honneurs et de dignités, Aléandre n'est qu'à moitié satisfait. Il a d'autres ambitions que le professorat et se plaint à Érasme de son existence étroite. Ses cours publics, gratuits, lui assurent le succès, mais non la réussite. Préoccupé de se ménager des revenus stables, il n'a que faire des obligations flatteuses qu'on lui crée de toutes parts sans le rémunérer220. Visiblement Aléandre ne compte pas s'éterniser en France et rester professeur toute sa vie. Déjà il s'oriente dans la publication de livres grecs et latins dont il dédie les plus importants à Alde Manuce221. Il se lie avec ce que la France possède alors de plus distingué dans l'humanisme naissant, sans négliger pour autant de se concilier d'utiles amitiés parmi les scolastiques et les poètes de cour. Sachant habilement ménager la chèvre et le chou, Aléandre a tout du parfait opportuniste de salon qui évolue adroitement d'un groupe à l'autre. Toutefois son moral est lourdement atteint lorsque la maladie le contraint à interrompre ses cours. La vie à Paris lui pèse plus que jamais ; il s'en ouvre franchement à Érasme : « Je n'ai jamais regretté, et je ne regretterai jamais le conseil que tu m'as donné de venir en France, alors que toute l'Italie se récriait […] ; cependant, les premiers mois, mal habitué au climat et aux coutumes françaises, je suis resté au lit, malade, me remémorant les usages de ma patrie, sans cesse maudissant ton conseil et ma destinée222. »

  • 223 Allen, Opus. t. I, p. 503, l. 1-14 (no 256).
  • 224 Allen, Opus, t. I, p. 503, l. 14-24 (no 256). Trad. M. Delcourt. — Voir Paquier, J., Érasme et Aléa (...)
  • 225 Voir Omont, Journal d'Aléandre…Hoyoux, J., Le carnet de voyage de Jérôme Aléandre en France et (...)
  • 226 Allen, Opus, t. I, pp. 504-505, l. 37-70 (no 256). — Voir Paquier, Jérôme Aléandre de sa naissance…(...)

97À vrai dire, cette longue séparation n'est pas faite pour renforcer l'amitié entre les deux hommes. En 1512, Aléandre reproche à Érasme le silence indifférent qu'il adopte depuis son retour en Angleterre. En Italie déjà il ne l'a gratifié que de trois courts billets, alors qu'Aléandre envoyait de longues lettres amicales223. Mieux, en 1511, Érasme ne lui a même pas fait savoir qu'il venait en France éditer l'Éloge de la Folie. Averti par des tiers alors qu'il se trouve à Orléans, Aléandre « laisse aussitôt des affaires capitales et part en hâte à Paris sans autre raison que de voir Érasme, l'embrasser, plaisanter avec lui, profiter de son entretien aussi savant qu'agréable et retrouver leur ancienne camaraderie ». Malheureusement pour lui, Érasme a quitté Paris lorsqu'il y arrive. Toujours conciliant, Aléandre s'exclame : « Mais tout cela te sera pardonné si tu as toujours pour moi les sentiments d'autrefois224. » Cette confiance paraît mal justifiée. Tout laisse croire qu'à ce moment l'amitié d'Érasme pour Aléandre est déjà du passé. De son côté, le Vénitien n'a jamais considéré Érasme comme son meilleur ami. Il nourrit d'autres amitiés plus chères et surtout plus fidèles, dont on relève la trace dans son journal et dans sa correspondance225. Les appuis qu'il se ménage dans tous les milieux garantissent Aléandre contre les inimitiés. Désigné par la Sorbonne pour la représenter au Concile de Pise réuni contre Jules II, il a soin de refuser cette mission qui le compromettrait à Rome. Il travaille au contraire à faire dissoudre le concile, préludant ainsi au rôle de défenseur de la papauté dans lequel il s'illustrera bientôt226. Érasme, pendant ce temps, décline l'offre de John Fisher de l'accompagner au Concile de Latran, réuni par Jules II. Sans le savoir, les deux humanistes ont évité de se trouver dans des camps ennemis. L'avenir toutefois ne leur épargnera pas un cruel affrontement.

  • 227 Paquier, Lettres familières…, pp. 41-42 (no 20, 6-III-19) ; p. 44 (no 22, 19).
  • 228 Voir Paquier, J., Jérôme Aléandre et la Principauté de Liège, Paris, 1896. — Cauchie, A. et Van Ho (...)
  • 229 Paquier, Lettres familières…, pp. 30-31 (no 11, 1516) ; pp. 31-33 (no 12, 13-XI-17) ; pp. 33-37 (no(...)
  • 230 Paquier, Lettres familières…, pp. 49-50 (no 27, 1519) ; pp. 50-51 (no 21) ; pp. 51-52 (no 29) ; pp. (...)

98A travers bien des visissitudes et malgré ses maigres ressources, Aléandre s'élève irrésistiblement. Recteur de la Sorbonne en 1513, il devient la même année le secrétaire de l'évêque de Paris, Etienne Poncher, auprès de qui il fait son apprentissage diplomatique227. Puis il s'attache à Erard de la Marck, le prince-évêque de Liège, qui en fait son premier ministre228. Ambassadeur de Liège à Rome en 1516, Aléandre y fait une telle impression que le cardinal de Médicis, le futur Léon X, le prend comme secrétaire personnel. Il devient l'ami d'Alberto Pio, prince de Carpi, dont la protection favorise sa rapide ascension229. En 1519, Léon X le choisira comme bibliothécaire du Vatican230. Le Vénitien est en faveur à Rome. La perspective d'une grande carrière ecclésiastique se dessine lentement.

99Ainsi donc, après des débuts fort semblables, Érasme et Aléandre se rencontrent à Venise et suivent quelque temps le même chemin. Mais les hasards de la vie et leurs ambitions différentes se chargent de les éloigner. Ils se retrouveront plus tard, surpris de constater la distance qui les sépare désormais. Aléandre a toujours eu le don de ne s'attirer aucune inimitié. Il reste en bons termes avec les tenants de l'ancienne théologie malgré le dégoût que ces études lui inspirent. Bien qu'excellent hébraïsant, il prend soin de se tenir à l'écart de l'affaire Reuchlin qui divise la République des Lettres avant l'apparition de Luther. Érasme, lui, par ses prises de position très personnelles, s'aliène une armée de moines et de théologiens à travers toute l'Europe, et particulièrement lors de l'affaire Luther.

  • 231 Firmin-Didot, op. cit., pp. 449-52. — De Nolhac, op. cit., p. 46.
  • 232 Firmin-Didot, op. cit., pp. 456-59 ; 212 ; 312.
  • 233 Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 C.
  • 234 Voir de la Garanderie, M.-M., Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., t. I, pp. 360-61 (...)

100Le drame luthérien sonnera le glas d'une amitié spontanément nouée dans l'atelier d'Aide Manuce, à cette époque bénie où Érasme rédigeait fiévreusement ses Adages avec l'aide d'une pléiade de savants distingués, parmi lesquels Jean-Baptiste Egnazio, membre de l'Académie aldine231 et Jean Lascaris, réfugié grec, passionné de manuscrits anciens et ambassadeur de Louis XII à Venise232. Frappé par l'érudition d'Érasme, Lascaris lui propose de partager sa table et sa maison, invitation que l'humaniste décline avec regret, désireux qu'il est de mettre rapidement un terme à son ouvrage233. L'ambassadeur a avec lui un jeune Français étudiant en droit, Germain de Brie. Celui-ci accompagne Lascaris à la maison aldine où il rencontre Érasme qu'il assiste, lui aussi, dans ses recherches. C'est bientôt entre eux une grande familiarité. Le jeune étudiant montre à Érasme ses premiers essais poétiques que l'humaniste apprécie assez pour en publier trois en tête de ses Adages. S'il est vrai que ces poèmes sont tout à la gloire d'Érasme dont ils célèbrent pompeusement la grandeur, il n'en reste pas moins qu'Érasme donne ainsi à leur auteur une singulière preuve d'estime et la chance inespérée d'être publié, à vingt ans, en tête d'un livre destiné à une large diffusion234.

  • 235 Geanakoplos, D., Erasmus and the Aldine Academy of Venice, dans Greek, Roman and Bysantine Studies, (...)
  • 236 Firmin-Didot, op. cit., pp. 414-15.
  • 237 Allen, Opus, t. I, p. 449 (no 213, XII-1508).
  • 238 L'humaniste affirmera pourtant que cette publication ultérieure de la Moria montre clairement qu'A (...)

101Érasme qui évolue dans l'élégante société vénitienne, est admis au sein de l'Académie aldine où il rencontre bon nombre d'érudits illustres235. L'édition des Adages achevée, il collabore aux travaux d'Aide Manuce236. En décembre 1508, Érasme fait ses adieux à Alde et à sa famille237 et se rend à Padoue. Il ne reverra plus l'imprimeur qui mourra en 1515. Ses querelles futures avec le Prince de Carpi le discréditeront aux yeux de la maison dont le prince est le protecteur. Exception faite pour la Moria qui sortira des presses aldines quelques années plus tard, les œuvres d'Érasme ne seront plus publiées par l'imprimerie vénitienne238. Encore une amitié qui n'aura pas résisté à la séparation.

***

  • 239 Allen, Opus, t. I, p. 447, l. 1-2 (no 212, 9-XII-1508). — Sur Érasme à Padoue, voir De Nolhac, op. (...)
  • 240 de la Garandehie, op. cit., pp. 362-63. — Renaudet, Préréforme…, p. 614.

102Aux premiers jours de décembre 1508, nous retrouvons Érasme à Padoue. Il y revoit Germain de Brie qui poursuit ses études. Cette deuxième rencontre confirme l'amitié nouée à Venise, au point qu'Érasme prolonge son séjour à Padoue, retenu par les « enchantements » du jeune Français239. Ce dernier, qui connaît à vingt ans le rare privilège de visiter l'Italie et d'y rencontrer Érasme, se fera très tôt un nom. De retour en France, il entre dans les ordres afin de s'assurer les loisirs et les revenus nécessaires à la pratique des belles-lettres. En 1512, il adresse à la reine Anne de Bretagne le poème Chordigerae navis conflagratio qui lui gagne le titre de secrétaire de la reine240, mais qui lui vaudra aussi une malheureuse querelle avec Thomas More.

  • 241 Allen, Opus, t. I, p. 34, l. 8-13 ; p. 488, l. 6 (no 244). — Cf. Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, pp. 1 (...)
  • 242 Allen, Opus, t. I, p. 548, l. 167-69 (no 283, 21-XII-13) ; t. II, p. 139 (no 350, 4-IX-15) ; p. 244 (...)
  • 243 Allen, Opus, t. IV, pp. 278-80 (no 1110, VI-20).
  • 244 Allen, Opus, t. I, p. 34, l. 6-12 ; t. IV, p. 279, l. 39-42 (no 1110, VI-20).
  • 245 Allen, Opus, t. III, pp. 37-38, l. 1-39 (no 619, 5-VIII-17).
  • 246 Brewer, Letters…, t. II, 2, p. 1182, no 3765.
  • 247 Allen, Opus, t. III, p. 242, l. 1-14 (no 787, 5-III-18) ; p. 251, l. 1-6 (no 13-111-18) ; p. 255, l (...)

103Poursuivant son périple à travers la péninsule, Érasme arrive à Ferrare où Richard Pace, un jeune lettré anglais qu'il a connu à Venise, lui offre l'hospitalité. Lorsqu'il repart pour Rome, en janvier 1509, Érasme confie à son nouvel ami le manuscrit des Antibarbari qu'il a revu à Bologne. Pace emporte ces papiers à Rome où il les égare malencontreusement241. De retour en Angleterre, il entre dans la diplomatie. En 1515, Érasme qui veut publier son ouvrage, lui réclame ses deux cahiers. Inquiet du silence de l'Anglais, il demande l'intervention d'Ammonius et de More qui rencontrent le diplomate à la cour de Henri VIII. Ne voyant toujours rien venir, Érasme poursuit jusqu'en 1521 des démarches infructueuses auprès de Pace. Il l'engage à mettre tout en œuvre pour récupérer les cahiers disparus, dont la perte le tourmente, dit-il, plus profondément que jadis la confiscation de ses biens, à la douane de Douvres242. Enfin convaincu de l'irréparable, Érasme publie les Antibarbari en se passant des commentaires d'Italie243, déchargeant Pace, « le plus sincère des amis », de toute responsabilité en cette affaire. L'Anglais a distribué en toute confiance les papiers à des amis que « cet homme trop honnête jugeait d'après sa propre conduite »244. Les ennuis d'Érasme avec Pace ne se terminent pas là. Dérouté par les allées et venues d'Érasme entre Bâle et les Pays-Bas, Pace égare plusieurs lettres destinées à l'humaniste ; il s'en disculpe longuement245. En 1517 encore, il dédie à Colet son De Fructu qui ex doctrina percipitur246, qui contient des allusions maladroites à la pauvreté d'Érasme. Celui-ci explique au diplomate le tort que lui font ces remarques inconsidérées. Il s'en ouvre à ses amis, et il prie More de faire comprendre ses erreurs à son compatriote247. Les allusions publiques à sa pauvreté et à ses plaintes contre ses mécènes ont touché l'humaniste au vif. De quoi a-t-il l'air maintenant devant ses protecteurs ?

  • 248 Allen, Opus, t. III, pp. 40-41, l. 88-133 (no 619, 5-VIII-17) ; p. 190, l. 1-3 (no 755, 1-18) ; p.  (...)
  • 249 Allen, Opus, t. IV, p. 262, l. 9-20 (no 1103, 6-V-20) ; p. 566, l. 33-34 (no 1227, 23-VIII-21).

104Il est piquant de constater que ce comportement d'incorrigible gaffeur est le fait d'un diplomate éprouvé, chargé par Henri VIII des plus délicates missions. Érasme pourtant ne retire pas son amitié à l'Anglais dont il reconnaît l'inépuisable bonne volonté. Pace le défend de son mieux dans la querelle du Nouveau Testament et donne aimablement son avis sur l'interprétation de certains passages difficiles248. En 1520, Pace succède à John Colet comme Doyen de Saint-Paul. Érasme se réjouit de cette promotion d'un ami « qu'aucun frère ne pourrait dépasser en affection fraternelle »249. Cette amitié traversée de crises restait sans doute chère au cœur d'Érasme parce qu'elle lui rappelait les jours heureux passés à Ferrare et à Rome.

***

  • 250 De Nolhac, op. cit., pp. 64-84. — Cantimori, op. cit., pp. 151-52.
  • 251 Alien, Opus, t. IX, pp. 206-207, l. 10-55 (no 2464, 27-111-31). — Voir Halkin, L.-E., Érasme en Ita (...)
  • 252 Allen, Opus, t. II, pp. 68-79 ; 117-18 (no 333-34 ; 340, 1515) ; t. III, pp. 137-40 ; 305-306 (no 7 (...)
  • 253 Allen. Opus, t. II, p. 117, l. 15-20 (no 340, 18-VII-15).

105L'évocation du séjour d'Érasme à Rome garde l'empreinte d'une sourde nostalgie. C'est dans la ville éternelle qu'Érasme reçoit les manifestations les plus flatteuses du succès de ses ouvrages récents et de la réputation d'excellent helléniste qui le précède partout. Aimablement accueilli parmi les hommes de lettres et les dignitaires de la cour pontificale, l'humaniste est remarqué par les cardinaux Jean de Médicis (le futur Léon X), Raphaëlo Riario et Domenico Grimani, qui le traitent avec bienveillance250. De tous les membres de la curie romaine, Grimani répond le mieux à l'idéal de l'homme d'Eglise, érudit et protecteur des lettres, tel que le conçoit Érasme. Légat de la République de Venise, il possède dans son palais une magnifique bibliothèque riche en ouvrages grecs et en manuscrits anciens. Érasme racontera bien plus tard la visite qu'il a faite par un après-midi de juillet 1509 au cardinal Grimani, en réponse à ses invitations pressantes. Les années écoulées n'ont pas estompé le souvenir émerveillé qu'Érasme garde de l'accueil chaleureux et pourtant très simple qu'il reçut au palais du Légat. Le prélat considère Érasme comme un égal, il s'entretient cordialement avec lui pendant plus de deux heures, lui faisant visiter son impressionnante bibliothèque et lui confiant ses projets. Il prie Érasme de demeurer à Rome et lui offre l'hospitalité dans son palais. Ébloui par tant d'amabilité, l'humaniste, à son grand regret, doit décliner l'offre, car son retour en Angleterre est tellement avancé qu'il ne peut plus décemment revenir sur sa décision. Il laisse entendre à son hôte que le roi d'Angleterre le rappelle, s'illusionnant sur les promesses qui lui ont été faites. Érasme gardera toujours le regret de ce départ de Rome : « Enfin, comme il (Grimani) ne pouvait me retenir plus longtemps, il me fit promettre de revenir le voir avant mon départ. Malheureux ! Je n'y suis pas retourné de crainte de me laisser séduire ; en vérité, je n'ai jamais été aussi mal inspiré251. » On sait quelle sera la déception d'Érasme en Angleterre, obligé de quémander à Colet et à Linacre une aide financière qui ne lui fut pas toujours accordée, malgré les promesses mirifiques de Mountjoy. Érasme n'exprime pas seulement sa nostalgie de l'Italie à André Ammonius. Il correspond avec le cardinal Riario et le cardinal Grimani, laissant percer son regret d'avoir quitté la ville éternelle252. Comble d'ironie, Riario n'ose pas rappeler l'humaniste en Italie, « sachant, dit-il, qu'Érasme est très bien en Angleterre où il a de puissants protecteurs »253. Érasme n'aura pas le courage de le détromper.

***

  • 254 Allen, Opus, t. XI, p. 184, l. 508-509 (no 3032, VIII-35).

106Érasme avait trouvé en Angleterre les grandes amitiés créatrices qui ont orienté toute sa carrière. En Italie, il a connu surtout des compagnons de travail et des admirateurs éminents qui ne lui ont guère apporté sur le plan des idées. Ne dira-t-il pas lui-même dans un mouvement d'humeur que « l'Italie lui a peu appris, dans le domaine des lettres, qu'il ne savait déjà »254 ? Et pourtant ! Combien Érasme se montrera amer vis-à-vis de l'Angleterre, cette seconde patrie, qui n'a pas confirmé toutes les espérances qu'il en attendait sur le plan matériel, alors que rétrospectivement l'Italie lui apparaîtra comme le paradis des humanistes ! Érasme a besoin d'être fêté, choyé, pour se sentir heureux dans une ville étrangère. Ses travaux exigent une totale liberté, mais un confort à l'avenant. Rome lui paraissait répondre à cette double exigence.

107Quelle différence pourtant entre les amitiés anglaises et les amitiés italiennes ! Mis à part le fidèle Paolo Bombace, quel ami véritable Érasme s'est-il attaché au-delà des Alpes ? La maisonnée d'Aide Manuce sera vite oubliée et les nombreux savants rencontrés dans le nord de l'Italie ne lui ont jamais été liés très intimement. Que dire alors de Jérôme Aléandre, le grand ami de Venise, dont Érasme se détache progressivement et qui deviendra son ennemi intime ? On peut faire exception pour Richard Pace et Germain de Brie dont l'amitié demeurera, mais le premier est anglais et le second français… Quant aux amis romains, ce sont de hauts dignitaires de l'Eglise dont l'humaniste attendait surtout une protection bienveillante. En réalité, les années italiennes sont une parenthèse, longue peut-être, dans la vie de l'humaniste. Jamais plus, malgré les nombreuses invitations de Rome, Érasme ne traversera les Alpes.

4. Érasme à Bâle

108Alors qu'il est fixé en Angleterre depuis bientôt cinq ans, Érasme, en 1514, se décide à quitter l'île et à gagner la ville de Bâle. À vrai dire, tout l'incite à entreprendre ce nouveau voyage : le désir d'éditer sur les presses bâloises son Nouveau Testament, la nouvelle qui lui est parvenue d'une édition de Jérôme préparée à Bâle, qui risque de devancer celle à laquelle il a consacré plusieurs années de sa vie, la rumeur enfin de cette querelle qui oppose Jean Reuchlin, l'ardent défenseur des études hébraïques, aux Dominicains de Cologne.

  • 255 Allen, Opus, t. I, pp. 562-63 (no 294, VII-14) ; p. 564, l. 28-30 (no 295, VIII-14). — Voir Pollet, (...)
  • 256 Allen, Opus, t. I, p. 286, l. 12-18 (no 124, 12-IV-1500) ; p. 290, l. 8-12 (no 126). — Voir Bietenh (...)
  • 257 Allen, Opus, t. I, pp. 515-16, l. 18-25 : 35-49 (no 263, 19-IV-12) ; p. 517, I. 5-13 ; 16-21 (no 26 (...)
  • 258 Allen, Opus, t. II, p. 125, l. 1-10 (no 346, 19-VIII-15). — Voir Stegmann, A., Érasme et la France, (...)

109En juillet, Érasme envoie ses bagages à Anvers, chez son ami Pierre Gilles, il fait étape à la citadelle de Hammes, chez Guillaume Mountjoy, et se dirige vers l'Allemagne « en saluant sur sa route quelques bons amis »255 A Paris, l'humaniste revoit le poète Fausto Andrelini, le médecin bâlois Guillaume Cop qui l'a guéri jadis d'une fièvre tenace avant d'être son élève le plus studieux pour l'étude du grec256, et Josse Bade, l'imprimeur alostois qui a produit toutes ses éditions parisiennes. Un malaise pourtant a surgi entre Érasme et son éditeur : en 1512, les deux hommes ont conclu un accord pour une nouvelle édition des Adages ; Pierre Gilles servit d'intermédiaire pour l'envoi du manuscrit à Bade, mais un éditeur de Cologne, François Berckman, le subtilisa et le remit à Bâle à Jean Froben qui devait en donner en 1515 une édition approuvée par Érasme malgré son mécontentement257. En réalité, l'humaniste n'en voudra jamais à Froben pour cette indélicatesse ; il n'a jamais apprécié les éditions de Josse Bade qui recèlent quantité de fautes. Bien qu'Érasme l'ait encore lésé par la suite avec une édition de la Copia à Strasbourg, Bade aura la générosité d'accepter cette perte, pour l'intérêt et la renommée d'Érasme qu'il appelle toujours praestantissimus amicorum258.

  • 259 Sur Reuchlin, voir Geiger, L., Johann Reuchlin, sein Leben und seine Werke, Leipsig, 1871. — Geige (...)

110L'humaniste, au cours de sa traversée de l'Allemagne, ne pouvait manquer d'y entendre les échos de la polémique qui divise alors l'Empire entre partisans et adversaires de Reuchlin. Jean Reuchlin, de Pfortzheim, a étudié les langues antiques et le droit en France, en Allemagne et en Italie. Il grécise son nom en Capnion et apprend l'hébreu. En 1506, il publie ses Rudimenta linguae hebraïcae si décriés, puis le De arte cabbalistica, qui en font le champion des études hébraïques. Il introduit l'étude du grec dans les universités allemandes et propose d'y fonder des chaires d'hébreu, soutenant que l'exégèse juive est nécessaire à la compréhension de la Bible. Ses innovations lui suscitent des ennemis parmi les théologiens scolastiques. Jean Pfefferkorn, un juif converti, devenu dominicain à Cologne, s'insurge contre les études hébraïques génératrices d'hérésie et prône la destruction de tous les livres hébreux, soutenu par Jacques Hoogstraten, inquisiteur dans l'Empire. Reuchlin répond et une polémique s'engage entre lui et les Dominicains de Cologne, au point que l'empereur Maximilien réunit en 1510 une commission chargée de juger l'affaire. Reuchlin est condamné ; ses livres sont déférés aux tribunaux d'Inquisition et brûlés publiquement. Le savant en appelle au pape. Entretemps le conflit s'est exaspéré : l'affaire émeut toute l'Europe humaniste qui prend massivement parti pour le professeur persécuté. Celui-ci attaque violemment les moines de Cologne dont il dénonce le conservatisme étroit. La querelle dégénère en attaques personnelles. On est « pour » ou « contre » Reuchlin. Léon X intervient ; la condamnation de Reuchlin par l'Inquisition est levée et Hoogstraten tombe en disgrâce. Mais les Dominicains n'en restent pas là ; en 1514, l'affaire fait toujours grand bruit en Allemagne259.

  • 260 Allen, Opus, t. I, p. 556 (no 290) ; t. II. pp. 4-5, l. 1-38 (no 300) ; pp. 49-51 (no 324) ; p. 72, (...)

111Depuis plusieurs mois déjà, Érasme a donné son appui à Reuchlin. Il le rencontrera d'ailleurs à Francfort en avril 1515, lors d'un rapide voyage en Angleterre. De leur solidarité face aux ennemis des études humanistes, est née peu à peu une solide amitié qui ne se démentira jamais. Érasme assure l'hébraïsant du soutien de ses amis anglais, John Fisher et John Colet principalement, mais il lui conseille une plus gande modération dans ses libelles qui regorgent de digressions arrogantes. Plusieurs années durant, Érasme ne cessera de lui prodiguer ses encouragements et de défendre sa cause auprès de personnages influents, dont Hoogstraten lui-même260.

  • 261 Vallese, op. cit., pp. 58-61. — Joachimsen, op. cit., pp. 200-201. — Ce vaste pamphlet se présente (...)
  • 262 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 26 ; t. II, p. 156, l. 1-5 (no 365, 24-IV-15). — Voir Flake, O., Ulric (...)
  • 263 Allen, Opus, t. II, pp. 156-57, l. 15-32 (no 365) ; t. III, p. 501, l. 1-2 (no 923, 6-III-19).
  • 264 Allen, Opus, t. III, pp. 25-28, l. 1-46 (no 611, 20-VII-17). — Voir De Nolhac, op. cit., pp. 43-44  (...)
  • 265 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 27-29 ; t. III, p. 28, l. 46-52 (no 611) ; p. 176, l. 15-18 (no 745, 2 (...)

112Entretemps, la défense de Reuchlin s'est organisée en une véritable campagne de presse qui voit la publication de plusieurs volumes de lettres des partisans de l'homme du jour : en 1514, paraissent les Clarorum vicorum Epistolae ad Reuchlinum et en 1515, la première série des Epistolae obscurorum virorum, féroce attaque contre l'obscurantisme scolastique, où le burlesque le dispute à la satire261. Érasme connaît bien le chef de ce mouvement, Ulrich de Hutten, qu'il a rencontré à Mayence en même temps que Reuchlin. Né en 1488 dans une grande famille de Franconie, Hutten fut poussé par son père dans un monastère de Bénédictins à l'âge de onze ans. Six ans plus tard, il s'en échappe et mène une vie errante qui le conduit dans diverses universités d'Allemagne avant de gagner l'Italie où il étudie le droit. Il rentre en Alllemagne en 1513 et, pour gagner sa vie, il s'enrôle dans l'armée. Au moment de sa rencontre avec Érasme, il prépare déjà avec quelques humanistes les Epistolae obscurorum virorum, mais il ne dit rien de son projet. Le chevalier Ulrich de Hutten est un lettré, connu déjà, de la cour d'Albert de Brandebourg, l'archevêque de Mayence. Il sera l'humaniste le plus brillant, le plus actif et le plus ardent de l'Allemagne, mais aussi le plus hostile au monde clérical et monastique. C'est un homme violent, au tempérament instable et exalté, qui passera à la postérité sous les traits d'un personnage romantique et maudit, auréolé de sa vie mouvementée, de ses combats, de ses échecs, et de sa mort prématurée. Dès le début, il se prend d'une admiration sans bornes pour Érasme, le « Socrate allemand », dont il serait l'Alcibiade. Il ne pouvait rêver plus heureuse comparaison. Érasme évoquera plus tard « l'exceptionnelle estime » où il tenait, à l'époque, le caractère de Hutten. Une mémorable amitié prend ainsi naissance entre les deux humanistes si différents l'un de l'autre262 Hutten ne jure que par Érasme qu'il veut suivre partout, même en Angleterre. Il s'efforce de le rencontrer à Bâle, et, forcé de regagner l'Italie, il lui demande des lettres de recommandation pour ses amis italiens263. A Venise, à Ferrare, à Rome, Hutten se réclame d'Érasme et reçoit partout un accueil chaleureux. Il rencontre les amis d'Érasme qu'il salue en son nom. De retour en Allemagne, il donne des nouvelles de ces Italiens qu'Érasme n'a plus vus depuis longtemps déjà264. En 1517, le chevalier reçoit, des mains de Maximilien, le diplôme de « Poète lauréat » et l'anneau d'or de l'orateur. Il raconte son triomphe à Érasme qui ne cesse de le recommander à Albert de Mayence comme à la cour des Pays-Bas et de le faire connaître à ses nombreux amis265.

  • 266 Allen, Opus, t. III, pp. 44-45, l. 1-30 (no 622, 16-VIII-17) ; pp. 58-59, l. 1-34 (no 636). — Voir (...)
  • 267 Allen, Opus, t. IV, p. 121, l. 13-15 (no 1041, XI-19). — Voir Reynolds, op. cit., p. 94.
  • 268 Spongia adversus adspergines Hutteni, L.B., t. X, col. 1641 A-B. — Cf. Allen, Opus, t. III, p. 58, (...)
  • 269 Apotheosis Capnionis, A.S.D., t. 1-3, pp. 267-73. — Voir Vallese, op. cit., pp. 71-89 ; 92-123. — (...)

113Depuis le début, Hutten a pris passionnément le parti de Reuchlin. Ayant découvert l'occasion rêvée pour ouvrir la lutte contre les traditions intellectuelles et religieuses, le chevalier s est jeté à corps perdu dans la bataille. Il se pose en champion de l'humanisme germain et symbolise à lui seul la conjonction du nationalisme allemand naissant et du mouvement de libération religieuse qui prendra toute son ampleur après l'intervention de Martin Luther. Dès lors, c'est sous la responsabilité de Hutten que paraît, en 1517, le deuxième volume des Epistolae obscurorum virorum, qu'Érasme accueille assez froidement. Il n'apprécie pas qu'il y soit fait mention de lui, surtout en tant qu'auteur du Julius exclusus, ce violent pamphlet anti-pontifical. Il soutient qu'il se préoccupe de la défense des belles-lettres et non des opinions de Reuchlin sur d'autres sujets266. Allergique aux factions comme aux partis, Érasme s'exclamera en 1519 : « Je ne suis ni reuchlinien ni érasmien, je suis chrétien267 », affirmation qui lui vaudra la réputation d'être un homo pro se. L'humaniste blâme la véhémence des Epistolae et plus encore la maladroite provocation du Triumphus Reuchlini de Hutten, dont il s'est efforcé en vain d'empêcher la publication. Il refuse un appui inconditionnel à un mouvement dont il n'approuve pas tous les aspects ; désormais, dans son esprit, la cause de l'hébraïsant et celle de l'humanisme sont séparées. Il ne se reconnaît plus dans ces polémistes déchaînés pour qui tous les moyens de vaincre sont bons. Il tient à mettre les choses au point auprès de Reuchlin lui-même, même et surtout s'il affirme lui vouer toujours une grande amitié268. En 1522, à la mort de Reuchlin, resté fidèle à l'Église catholique, Érasme célébrera sa mémoire dans le colloque Apotheosis Capnionis qui montre le savant reçu au paradis, en dépit des moines et des inquisiteurs, par saint Jérôme, le patron de l'humanisme chrétien et de l'exégèse savante269.

***

  • 270 Allen, Opus, t. I, p. 63, l. 256-70 ; t. III, p. 55, l. 1-3 (no 632, 24-VIII-17). — Voir Hartmann, (...)

114Tel est le climat passionné qui accueille Érasme dès son entrée en Allemagne. Le 15 août 1514, il arrive à Bâle. Une surprise l'y attend : l'imprimeur Jean Amerbach qui a entrepris l'édition de Jérôme, est mort depuis peu ; ses deux fils, Bruno et Basile, ont repris l'atelier avec Jean Froben, l'associé d'Amerbach. Les frères Amerbach ont conquis à Paris la maîtrise ès arts au début du siècle, sous la tutelle du Bâlois Louis Ber. Férus de grec et d'hébreu, ils achèvent des études de droit, Bruno en Italie, Basile à Fribourg, sous la direction d'Ulrich Zazius, chez qui Boniface, le benjamin de la famille, suivra bientôt son frère270.

  • 271 Allen, Opus. t. II, p. 22, l. 187-93 (no 305, 21-IX-14). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 152-53. — S (...)
  • 272 Allen, Opus, t. VII, pp. 226-28, l. 31-129 (no 1900, XI-27) ; t. VIII, p. 231, l. 24-27 (no 2196, 1 (...)

115Érasme est reçu par Jean Froben qui loge son hôte dans la maison de son beau-père, Wolfgang Lachner, l'administrateur de l'imprimerie. Assurément l'humaniste s'y trouve mieux qu'à Venise chez Andrea d'Asola. Comme à Venise, il arrive incognito et se paie même le luxe d'une petite imposture : il se présente comme un envoyé d'Érasme, pour savourer enfin la joie d'être reconnu271. Aussitôt l'humaniste sympathise avec son nouvel imprimeur, qu'il aura tout le loisir d'apprécier. Dans la Deploratio mortis Joannis Frobeni qu'il écrira en 1527, l'humaniste loue les qualités de celui qui était rapidement devenu un ami. Il dit sa modestie qui lui donnait honte de se plaindre ; sa franchise qui l'empêchait de rien simuler ou dissimuler ; son honnêteté telle qu'il ne pouvait se méfier de personne ; sa générosité qui pardonnait toutes les offenses et qui ignorait l'envie : « Autant il était incapable de garder rancune, autant il ne pouvait oublier le plus menu service. » Si Érasme le mettait en garde contre des gens malhonnêtes, l'imprimeur se contentait de rire : « La candeur de sa nature l'emportait sur tous les avertissements. » Son plus grand bonheur consistait à rendre service et à supplier ses amis d'accepter ses cadeaux. Il était le désintéressement même. Il avait voué sa vie à la cause des lettres ; son labeur était intense. Il n'épargnait rien pour la réussite de ses éditions consacrées à la divulgation des meilleurs auteurs profanes et religieux. C'était un grand artisan, autant qu'un fin lettré272.

  • 273 Érasme aime user du jeu de mots beatus Beatus. Pour lui, son ami est Beatus le bien nommé, au vu d (...)
  • 274 Allen, Opus, t. I, pp. 52-56 ; 56-71. — Voir Flitner, op. cit., pp. 5-10. — Hartmann, op. cit., pp. (...)

116Érasme rencontre aussi les collaborateurs de Froben, parmi lesquels il se lie étroitement avec le jeune Beatus Rhenanus qui restera jusqu'à la fin un de ses plus fidèles disciples. Né à Sélestat en 1485, Rhenanus a fait de bonnes études à Paris, où il a été l'élève de Jacques Lefèvre d'Étaples et où il a sans doute rencontré Érasme pour la première fois. Grand amateur de manuscrits anciens, bon helléniste, Beatus s'attache à l'édition des textes classiques. Il est le principal collaborateur de Froben et sera le bras droit d'Érasme pour ses innombrables publications dans les années à venir. Leur commune ardeur au travail et leur même amour des études créent entre eux les liens les plus étroits. Érasme apprécie le caractère enjoué, l'inaltérable bonne humeur du jeune Allemand dont il admire en outre l'esprit et la grande culture. Il voit en lui le plus sûr espoir de l'Allemagne273. Assurément, les deux hommes étaient faits pour s'entendre. Nul autre mieux que Beatus ne pouvait écrire la première biographie du Prince des humanistes. Nous lui devons deux Vita Erasmi, véritables apologies du maître et de l'ami. La première fut publiée en 1536 en tête de l'édition d'Origène qu'Érasme n'avait pu terminer et que Beatus acheva ; elle relate notamment les derniers jours d'Érasme, ses dernières conversations avec ses amis, et fait le récit de la mort du vieil homme. La deuxième Vita, adressée à Charles-Quint en 1540, servit de préface à l'édition complète des œuvres de l'humaniste. Elle comporte des anecdotes sur la vie d'Érasme qu'on ne trouve nulle part ailleurs274.

  • 275 Allen, Opus, t. II, pp. 208-209, l. 6-31 (no 394, 7-III-16).
  • 276 Allen, Opus, t. II, pp. 456-47, l. 53-115 (no 529, 14-11-17) ; t. III, p. 35, l. 1-30 (no 618, 5-VI (...)
  • 277 Allen, Opus, t. III, pp. 16-17 (no 604, VII-17).

117Dans l'atelier de Froben, Érasme fait aussi la connaissance d'un jeune érudit suisse, Henri Loriti de Glaris, dit Glareanus, qui, à Cologne, a reçu l'enseignement de la culture italienne. Humaniste et musicien, bon poète latin décoré par Maximilien du laurier poétique, il a pris le parti de Reuchlin et a dû quitter Cologne où les Dominicains régnent en maîtres. Arrivé à Bâle, il devient correcteur chez Froben. Érasme loue sa science inépuisable qui s'exerce dans tous les domaines, depuis les mathématiques jusqu'à la théologie, en passant par la philosophie, l'histoire et la géographie. Une curiosité insatiable, jointe à un amour peu commun des études, le pousse à apprendre sans cesse. Avec cela, le caractère le plus aimable qui soit, un sens aigu des affaires, une honnêteté foncière ; bref il possède toutes les qualités requises pour accéder aux plus hautes dignités275. En 1517, lorsque la France réclamera Érasme pour fonder à Paris un Collège des Trois Langues, il n'hésitera pas à y déléguer son jeune ami qu'il recommandera le plus chaleureusement au conseiller de François Ier, Etienne Poncher, l'évêque de Paris. Glareanus en éprouvera une vive reconnaissance, même si l'entreprise ne fut pas une grande réussite, comme le prouve son retour à Bâle quelque cinq ans plus tard276. Pourtant l'humaniste lui réservait une amère déception : Glareanus avait écrit une Declamatio mortis contemnendae qu'Érasme avait promis de faire publier ; mais une Declamatio de morte d'Érasme lui-même paraîtra, sans qu'il soit possible de connaître la raison de son revirement. Il se contente de mettre son ami devant le fait accompli, affirmant qu'il n'a pas voulu agir de la sorte sans l'avoir d'abord avisé277 ! Ici encore, nous surprenons Érasme dans une attitude intéressée vis-à-vis de ses amis. L'humaniste, peu désireux de répondre à l'invitation des Français, était heureux d'avoir trouvé en Glareanus un érudit susceptible de le remplacer. Puis son ami éloigné, il peut décider seul des publications à faire.

  • 278 Allen, Opus, t. II, pp. 50-51, l. 27-33 (no 324, 1-III-15).
  • 279 Allen, Opus, t. I, p. 464, n. 24 ; t. II, p. 326, l. 169-74 (no 456) ; pp. 333-38 (no 459) ; pp. 51 (...)

118Ainsi entouré, Érasme retrouve la chaude ambiance des ateliers d'imprimerie qu'il a connue à Venise six ans auparavant, avec cette même stimulante compagnie de savants collaborateurs qui le comblent d'hommages et de gentillesses. L'humaniste déploie une activité inouïe, travaillant de concert aux lettres de Jérôme et au Nouveau Testament dont Reuchlin lui a procuré un nouveau manuscrit. Reuchlin, qui a travaillé au texte de Jérôme avec Jean Amerbach, entend bien ne pas laisser oublier sa participation à l'entreprise. Érasme d'ailleurs lui en donne l'entière assurance278. Cependant malgré les travaux antérieurs d'Amerbach et de son équipe, Érasme sera le véritable éditeur de Jérôme dont il publiera quatre tomes en 1516, tout en corrigeant et préfaçant les cinq derniers. Pour le travail de longue haleine que constitue l'édition du Nouveau Testament, il s'est entouré de nombreux conseillers. Deux lettrés, alors installés à Bâle et liés d'amitié, OEcolampade et Wolfgang Capiton, lui prêtent leur concours pour les textes hébreux qu'il n'a jamais pu dominer. Érasme a confiance en leurs connaissances théologiques et juge même Capiton meilleur hébraïsant que Reuchlin lui-même. Très vite Capiton est devenu un ardent érasmien qui adhère pleinement aux interprétations qu'Érasme donne de l'Ëcriture. Promu bientôt prédicateur à la cathédrale et professeur à l'université, il recommande avec force à ses étudiants la lecture des œuvres de l'humaniste. Longtemps Érasme lui accordera sa confiance. Toutefois, au début, l'humaniste fait bon marché de l'amitié d'Oecolampade. Paradoxalement, une séparation provisoire lui laissera le regret de ces mois passés ensemble quand il ne comprenait pas le prix de l'attachement d'OEcolampade279.

  • 280 Allen, Opus, t. I, p. 14, I. 5-16.
  • 281 Allen, Opus, t. II, p. 88, l. 301-15 (no 335) ; pp. 210-21 (no 396) ; t. III, p. 55, l. 7-9 (no 632 (...)
  • 282 Allen, Opus, t. II, p. 154, l. 5-17 (no 364, X-15).

119Dans le catalogue de ses écrits, Érasme confiera : « J'avais décidé de faire un commentaire court […], mais, alors que Froben avait déjà commencé à mettre sous presse, des amis savants, dont j'ai toujours trop tendance à suivre les avis, m'incitèrent à modifier l'édition courante et à être un peu plus prolixe dans les annotations. Ce travail […] m'a rapporté une gloire gâchée de beaucoup d'envie. J'ai bientôt largement payé […] ma trop grande facilité à suivre les conseils de mes amis plutôt que mon propre jugement280. » Au récit qu'il fait à Léon X et à William Warham des travaux qui monopolisent son temps et sa peine, Érasme joint l'éloge de ses collaborateurs281. Nous le sentons s'épanouir dans cette compagnie aussi studieuse qu'amicale où chacun, par ses qualités propres, ajoute au génie de l'œuvre commune, en une parfaite unité d'action : « Tous connaissent le latin, tous connaissent le grec, et la plupart savent même l'hébreu ; l'un excelle en histoire, un autre en théologie ; celui-ci est spécialiste en mathématiques, celui-là en droit, cet autre encore dans les lettres antiques […]. Et quel enthousiasme, quelle gaieté, quelle entente parfaite ! On jurerait qu'il n'y a qu'une seule âme pour tous ces hommes282. » Érasme, trop modeste, néglige de dire que c'est lui, cette âme unique qui dirige le travail et qui communique à chacun son enthousiasme toujours neuf.

  • 283 Allen, Opus, t. II, p. 244, l. 10-13 (no 413, 5-VI-16) ; p. 326, l. 163-68 (no 456). — Voir Renaude (...)

120Tout ce que Bâle recèle de plus érudit se passionne pour les travaux d'Érasme et le fréquente assidûment. La Faculté de théologie de la ville lui réserve un accueil chaleureux. Fêté au cours de nombreuses réceptions, Érasme se lie avec Louis Ber, le recteur de l'Université. Formé à Paris par les maîtres du temps, Lefèvre, Andrelini et Aléandre, avant de donner lui-même des cours à la Sorbonne, Ber s'est éloigné de bonne heure de la scolastique et s'intéresse à la théologie nouvelle. Érasme n'aura pas à regretter l'amitié de ce personnage influent, qui ne dédaigne pas de collaborer occasionnellement à l'édition du Nouveau Testament283.

  • 284 Allen, Opus, t. II, p. 22, l. 184-86 (no 305, 21-IX-14) ; t. III, p. 122, l. 1-10 (no 697, 2-XI-17) (...)

121A Bâle, Érasme retrouve aussi un compatriote en la personne de Gérard Lister, venu de la lointaine Hollande, qui a fait ses premières classes à Deventer avant d'étudier la médecine. Doué d'une admirable connaissance des trois langues, aux dires d'Érasme, le médecin partira assurer le rectorat de l'école de Zwolle, dans les Pays-Bas. Là, une polémique le met aux prises avec Jean Murmellius de Rurmonde, qui tournera au drame, lorsque, Murmellius s'éteignant brusquement, Lister sera accusé de l'avoir empoisonné. Il est clair que l'affaire reposait sur la seule calomnie ; Érasme n'en doute pas un instant, qui suggère à son ami d'opposer à cette infamie une dignité méprisante, tout en continuant ses travaux comme si rien n'était changé : le destin se chargera de compenser ce malheur par quelque bonne fortune. Conscient malgré tout de la gravité de l'accusation, Érasme propose une solution de dernier recours : « Si ces rumeurs persistent, alors quitte cet endroit. Si tu veux gagner l'Angleterre, je te recommanderai aux plus grands. Jamais mon aide ne fera défaut à un ami284. »

  • 285 Allen, Opus, t. II. p. 242, l. 10-17 (no 412, 3-VI-16) ; t. III, pp. 7-8 (no 598, 13-VII-17).

122Les autorités ecclésiastiques de Bâle sont également favorables à Érasme qui entretiendra toujours les meilleures relations avec l'évêque, Christophe d'Utenheim. Le prélat admire la virtuosité littéraire de cet hôte déjà célèbre. Il lui manifeste une amitié débonnaire, s'inquiétant de sa santé et de son confort matériel285.

  • 286 Adopté d'emblée par les Allemands, Érasme devient un des leurs. Sans doute ce fol enthousiasme ini (...)
  • 287 Voir Spitz, op. cit., pp. 41-60. — Kristelller, op. cit., pp. 53-61.
  • 288 Allen, Opus, t. II, p. 154, l. 1-8 (no 364, X-15).
  • 289 Allen, Opus, t. I, p. 20, l. 15-16 ; t. II, p. 155, l. 43-52 (no 364) ; p. 159 (no 368) ; t. III, p (...)

123Érasme est heureux et détendu dans la ville qui l'a adopté d'emblée et où il ne trouve que des amis. Il goûte désormais aux plaisirs de cette gloire qui l'attire et l'effraie tout à la fois. La nouvelle de son installation à Bâle et de ses travaux se répand en Allemagne comme une traînée de poudre. Des quatre coins du pays lui parviennent des messages flatteurs qui le reconnaissent pour un Allemand286 et qui le saluent comme la « lumière du monde » et l'« ornement de la Germanie ». A Sélestat, la ville de Beatus Rhenanus, se constitue un groupe d'érasmiens dont les chefs de file deviennent les amis de l'humaniste. Il y a d'abord Jacques Wimpfeling, l'ardent défenseur des études nouvelles. Alsacien d'origine, c'est à Strasbourg qu'il a fondé en 1510 une société littéraire qui a d'ailleurs pompeusement reçu Érasme lors de son voyage pour Bâle. Les deux hommes ont rapidement sympathisé et bientôt Érasme comptera Wimpfeling au nombre de ses amis287. Puis vient Jean Witz, dit Sapidus, poète à ses heures, qui célèbre l'enchantement où la compagnie d'Érasme plonge ses nombreux amis bâlois288. Enfin le bénédictin Paul Volz, abbé du monastère de Hugshofen dont il a fait la réforme. C'est à cet admirateur de l'Éloge de la Folie, qu'Érasme dédiera en 1518 sa réédition de l'Enchiridion, véritable manifeste de sa théologie. Dans une moindre mesure, Érasme a vu en Paul Volz un de ces chrétiens véritables dont il cherche désespérément le reflet surtout après la mort de Colet et de Vitrier. Toutefois les audaces de l'Enchiridion provoqueront chez le bénédictin une crise de conscience qui l'amènera à envisager sa sortie du couvent. Inquiet de sa responsabilité involontaire dans ce changement d'orientation, Érasme s'efforcera, mais en vain, de l'en dissuader ; il ne pourra empêcher son ami de passer au luthéranisme289.

  • 290 Allen, Opus, t. II, pp. 9-10, l. 1-5 ; 9-16 (no 303, 7-IX-14) ; p. 25 (iio 306) ; pp. 30-31 (no 310 (...)

124De Fribourg retentissent les échos de l'enthousiasme délirant qu'Érasme y soulève. Une correspondance s'établit bientôt entre lui et le juriste Ulrich Zazius, professeur à l'Université. Aux exagérations littéraires qui veulent saluer en Érasme decus orbis et omnium viventium splendor, ou encore Cicero Germaniae nunc aetatis nostrae, succèdent des échanges plus graves, à caractère scientifique. Un instant interloqué par le style emphatique de son correspondant, Érasme choisit d'y voir un effet de son sens de l'humour. L'intéressé s'en explique ingénûment : « Tu diras, je le sais, que Zazius a la plume bien efféminée, mais un Allemand aime flatter un Allemand. Toi-même d'ailleurs, tu fais la même chose lorsque tu me juges un homme intègre et droit, intelligent et courageux. » Assuré d'ailleurs par Beatus de l'érudition et de la valeur de Zazius, Érasme lui accorde bien volontiers une amitié dont il n'aura qu'à se féliciter. Fervent adepte de l'humanisme, juriste de formation, Zazius soutient fermement la cause de Reuchlin. Il a mis à profit sa connaissance de la pensée et des mœurs antiques pour amorcer le renouveau de l'étude des lois. Nouvellement arrivé à la théologie par la lecture des Pères de l'Église, il vénère l'œuvre d'Érasme dont il reconnaît l'autorité dans tous les domaines. Pour théâtrales qu'elles soient, ses paroles révérencieuses à l'adresse de l'humaniste traduisent la conviction sincère que ce dernier est le phare du monde littéraire, celui dont provient toute vérité et qui seul peut résoudre les problèmes du monde moderne ; admiration quelque peu encombrante pour Érasme, puisqu'elle lui suscite de désagréables arbitrages et la fâcheuse impression que toute l'Allemagne lettrée a les yeux fixés sur lui. Cependant, passé le premier flot d'enthousiasme, Zazius reprend conscience de sa propre valeur. Un échange fructueux peut alors s'instaurer d'égal à égal. Brûlant de rencontrer son prestigieux ami, le juriste l'invite en 1515 au mariage de sa fille ; il lui offre l'hospitalité dans sa maison où Érasme enchanterait une foule de gens qui rêvent de le voir. Peu friand de ces réunions bruyantes où il serait le point de mire d'une assemblée d'inconnus, Érasme propose à Zazius de lui rendre visite à un autre moment, lorsqu'il pourra avoir son hôte « tout entier à lui ». Fort de cette promesse, Zazius réitère son invitation à plusieurs reprises. Érasme n'y répondra pas avant 1523 et la gravelle lui gâchera son court séjour à Fribourg290.

  • 291 Allen, Opus, t. II, p. 10, l. 5-7 (no 303) ; p. 40, l. 32-34 (no 317) ; p. 335, l. 17-19 (no 406) ; (...)

125L'amitié de Zazius gagne à Érasme d'autres amis encore. Le juriste veille, à Fribourg, sur les études du jeune Boniface Amerbach. Intimidé, celui-ci n'ose écrire à Érasme, mais il supplie son maître de le recommander à l'humaniste. Harcelé par ses multiples occupations, Érasme mettra deux ans à répondre à l'attente de son jeune admirateur avec qui il adopte tout d'abord l'attitude de maître à disciple, ne se doutant pas qu'il se ménage ainsi l'ami fidèle de ses vieux jours291.

  • 292 Allen, Opus, t. II, p. 41, l. 1-17 (no 318, 9-XII-14) ; pp. 46-47, l. 1-20 (no 322, 24-1-15) ; pp.  (...)

126Entretemps, de Nuremberg est venu l'appel d'un patricien érudit, Willibald Pirckheimer. Ami de longue date de Beatus Rhenanus, Pirckheimer s'adresse à lui pour qu'il le recommande à Érasme : « Bien que j'aie mérité la grâce de l'empereur, que j'aie acquis la faveur de nombreux princes et que j'aie cherché à entrer en relations avec les hommes les plus illustres et les plus savants, bien que je semble m'attirer une foule d'amis, c'est l'amitié de cet homme si érudit et si illustre que je considérerais comme le bonheur suprême, comme la chose de loin la plus précieuse au monde […]. J'espère ne pas quitter ce monde avant que ne m'ait été donné le plaisir de lui parler face à face. » Sensiblement du même âge qu'Érasme, Pirckheimer est issu d'une lignée de riches patriciens installés à Nuremberg depuis le xive siècle. Après de brillantes études en Italie, où il conquiert le titre de docteur en droit, il rentre à Nuremberg en 1495 pour occuper un poste de conseiller de la ville. Remarqué par Maximilien, il est nommé conseiller impérial pour les affaires littéraires et souvent désigné pour des ambassades ; mais il devra faire face à de graves jalousies qui l'amèneront à résilier ses fonctions en 1522. Depuis plusieurs années déjà, Pirckheimer s'est attelé à une vaste œuvre d'édition de textes antiques et de traductions latines et allemandes de textes grecs, suivant ainsi les traces d'Érasme, de Thomas More et de bien d'autres. Il est devenu un généreux mécène qui reçoit dans sa magnifique bibliothèque notables, écrivains et artistes de toutes nationalités. C'est un humaniste raffiné et bon vivant, un des plus réputés de l'Empire. Veuf depuis 1504, il s'occupe activement de l'éducation de ses cinq filles dont l'instruction rappelle celle des filles de Thomas More. Féru d'hellénisme dont il est en Allemagne un des meilleurs représentants, Pirckheimer s'intéresse aussi à l'histoire nationale292.

  • 293 Allen, Opus, t. II, p. 47, l. 21-30 (no 322, 24-1-15) ; pp. 151-52, l. 1-30 (no 362) ; p. 174, l. 4 (...)
  • 294 Allen, Opus, t. V, pp. 307-308, l. 1-5 (no 1376, 19-VII-23) ; pp. 380-82 (no 1408, 8-1-24) ; pp. 39 (...)

127Aussitôt entrepris par Beatus Rhenanus, Érasme répond favorablement à l'amité de Pirckheimer. Il lui écrit sans tarder, scellant ainsi des liens que rien ne pourra dénouer. On trouve ici un exemple type de ces amitiés forgées entre humanistes qui ne se connaissent pourtant que de réputation. Suivant la formule consacrée « les amis de mes amis sont mes amis », Érasme, à l'instar de ses semblables, se crée progressivement une chaîne d'amitiés littéraires que renforceront des rencontres ultérieures. Des amitiés nouées dans de telles conditions répondent difficilement, il est vrai, aux exigences strictes qui préludent à la formation de liens solides, telles que nous les avons relevées dans les écrits théoriques d'Érasme ; mais l'humaniste ne s'est jamais embarrassé des contradictions inhérentes à ses écrits. D'ailleurs, à côté de quelques déboires retentissants, il n'eut pas à se plaindre de bon nombre de ces amitiés. Un intérêt manifeste pour les belles-lettres et une réputation de respectabilité lui suffisent désormais pour le lier à ceux qui sollicitent l'honneur d'être de ses amis. Il reste que les grandes amitiés d'Érasme procèdent d'un principe bien différent ; et la plupart de ses correspondances amicales n'ont été durables que parce qu'elles se sont fortifiées dans la suite par les circonstances de la vie. L'amitié d'Érasme et de Pirckheimer est de celles-là. Dès le début, leurs relations dépassent le stade des simples formules de politesse et des expressions d'affection purement conventionnelles si fréquentes dans la correspondance de l'humaniste. Leurs échanges se hissent d'emblée à un niveau plus personnel où chacun entretient l'autre de ses travaux, de ses projets et de ses espoirs. Leur admiration réciproque s'accommode aisément des remarques critiques et des suggestions amicales, quoique Pirckheimer soit de loin le plus enthousiaste. La querelle de Reuchlin n'est pas non plus étrangère à leurs savants entretiens, d'autant qu'Érasme émet des réserves sur l'acharnement que manifeste son ami à braver la foule des ennemis des belles-lettres293. Avec les années, cette correspondance deviendra plus intime encore, pour atteindre plus d'une fois le ton de la confidence. En butte à la maladie et aux attaques permanentes d'ennemis obstinés, déchiré par le terrible dilemme où le plonge la Réforme, Érasme se tournera bien souvent vers Pirckheimer pour solliciter un conseil ou simplement un peu de réconfort ; le juriste de Nuremberg sera l'un des premiers à recevoir l'aveu douloureux d'Érasme, aspirant à la mort qui le délivrera. En gage d'une amitié sans défaillance, Érasme offrira à ce précieux ami deux reproductions au fusain de de son image, ainsi que deux médailles frappées à son effigie, œuvre d'Albert Dürer. L'humaniste recevra en échange le portrait de Pirckheimer peint par Durer, alors qu'il affirme pouvoir garder vivace le souvenir du juriste sans même recevoir une seule lettre de lui294.

***

  • 295 Allen, Opus, t. III, p. 298, I. 1-20 (no 831, 24-IV-18).

128Mis à part un voyage en Angleterre dans le courant de l'année 1515, Érasme demeure à Bâle près de deux ans. Le bilan de ce premier séjour est assurément positif dans le domaine de ses amitiés. Dans l'atelier de Froben, comme dans celui d'Aide Manuce quelque six ans plus tôt, Érasme a travaillé dans les meilleures conditions, dans l'affection et la considération de tous. En outre, il s'est fait un nombre impressionnant d'amis à travers cette Allemagne où l'avait précédé l'éclat de son nom. On sent qu'aucune de ces amitiés n'est de trop pour le brillant humaniste qui n'apprécie rien tant que de se sentir aimé et entouré. C'est la revanche du jeune moine solitaire qui recherchait désespérément à Steyn l'amitié de Servais Roger. Érasme l'écrit lui-même : « dès qu'une amitié s'offre à moi, je l'embrasse avidement et me réjouis de ce que je considère comme le plus grand bonheur. Qu'est-ce qu'un homme pourrait posséder de plus honnête, de plus sûr et de plus agréable que le plus sincère des amis […] ? Je m'estime plus heureux que Crésus, moi qui possède dans diverses régions de nombreux amis connus pour leur intégrité, célèbres pour leur érudition et exerçant les plus hautes dignités […]. Lorsqu'un nouvel ami accroît le nombre de mes anciens amis, j'estime avoir accru ma fortune d'un remarquable gain295. » En plus du bonheur qu'il éprouve à se reconnaître tant d'amis, Érasme ressent une grande fierté de la qualité de ces derniers. Il est vrai qu'au regard de son origine obscure et de ses pénibles débuts, l'humaniste peut légitimement se féliciter du chemin parcouru, que ses amitiés ont sensiblement aplani au gré des rencontres. Plus d'un l'a aidé à devenir ce qu'il est devenu.

  • 296 Allen, Opus, t. I, p. 42, l. 26-31.
  • 297 Allen, Opus, t. VIII, p. 235, l. 184-200 (no 2196, 15-VII-29) ; t. I, p. 45, l. 1-38 ; t. VI, p. 24 (...)

129On relève aussi chez Érasme cette tendance à faire le compte de ses nombreux amis, comme désireux d'en acquérir le plus grand nombre, en les épinglant dans sa mémoire à la manière d'un collectionneur. Est-il si peu sûr de lui, et a-t-il besoin de se rassurer constamment par le nombre de ceux qui le soutiennent et l'estiment ? Quoi qu il en soit, voilà un nouvel et flagrant désaveu d'un principe pourtant clairement énoncé, lorsque Érasme, après les théoriciens de l'Antiquité, conseillait de réduire au maximum le nombre de ses amis. Au moins ses grandes amitiés ne sont-elles pas intéressées et s est-il défendu d'en avoir jamais retiré un gain financier : « Un sentiment sincère m'est plus précieux que n'importe quel présent […]. Mes amis savent que je suis de loin plus habile à refuser qu à accepter. Et s'ils m'offrent quelque chose que je ne puis repousser, j ai l'habitude, quand c'est possible, de rendre la pareille et mieux encore si je le peux296. » Comment Érasme pourraitil refuser certains dons que ses amis affirment faire au bénéfice des études de tous ? Il est loin le temps où le jeune humaniste suppliait Jacques Batt de lui trouver des protecteurs et où il quémandait misérablement un pécule à John Colet. C'est au tour d Érasme maintenant de remercier ses amis en leur faisant quelque cadeau. Bien mal lui en prend vis-à-vis de Zazius que le don d'une pièce d or pour un service rendu outrage comme une insolence, lui qui juge la sincérité d une amitié à la gratuité de ses offices. Érasme, de son côté, a fort à faire avec la générosité de ses amis. Jean Froben principalement, ne cesse de lui offrir de l'argent qu'il refuse pourtant aussi régulièrement. L'humaniste tient à dédommager son hôte pour les mois passés sous son toit et à sa table. « Le seul traité, écrit-il, que j'aie avec lui est une amitié libre et réciproque. » Érasme n'a pas oublié l'expérience de Venise et les critiques auxquelles il s'était exposé297.

  • 298 Allen, Opus, t. III, p. 57, l. 19-22 ; n. 20 (no 635, VIII-17) ; t. V, p. 26 (no 1262, 28-11-22) ; (...)

130Les liens avec Froben se sont davantage encore personnalisés lorsque Érasme est devenu le parrain du fils cadet de l'imprimeur, né pendant ce premier séjour à Bâle. Baptisé sous le nom de Jean Érasme, l'enfant sera l'objet d'un grand intérêt de la part de son illustre parrain, qui l'initiera à l'étude des belles-lettres et lui dédiera la première édition reconnue des Colloques. A la mort de Froben, Érasme prendra en mains l'éducation de ce jeune garçon « qu'il aime comme un fils ». Après avoir dissuadé ses tuteurs de l'envoyer étudier à Paris ou de le garder à Bâle « où l'on enseigne des hérésies », Érasme, avec l'aide de Boniface Amerbach, réussit à l'orienter vers Louvain où il le recommande à son ami Conrad Goclenius. Il semble toutefois que le jeune Froben n'envisage pas ce voyage d études d un très bon oeil, ce qui refroidit l'ardeur d'Érasme298.

131Ce n'est pas la première fois qu'Érasme s'attache ainsi aux membres de la famille d'un ami. Souvent il termine ses lettres par un mot aimable pour l'épouse et les enfants de ses correspondants, demandant de leurs nouvelles et leur écrivant même quelquefois.

  • 299 Allen, Opus, t. II, pp. 181-87 (no 384). — Voir Thomson, op. cit., p. 43. — Seebohm, op. cit., pp.  (...)

132Ce premier séjour à Bâle fut aussi fructueux du point de vue des travaux et publications. Avec la première partie de l'édition de Jérôme, paraît en 1516 la première édition du Nouveau Testament, qui contient le texte grec épuré, muni de notes et d'une nouvelle traduction latine. Cette édition pose clairement les bases de la doctrine érasmienne. Douze ans après la publication de l'Enchiridion, l'humaniste y signifie à nouveau sa volonté d'un retour à la Bible, dont il définit les méthodes ; il prône la restauration d'un culte en esprit, dégagé des cérémonies et des pratiques. Par là même, il précède Luther, qui le dépassera par la suite. Soucieux de l'approbation de Rome, Érasme dédie son œuvre à Léon X en lui exposant le but qu'il s'est proposé. On sait que l'approbation papale viendra en 1518, sous l'impulsion du fidèle Paolo Bombace299.

  • 300 Allen, Opus, t. II, p. 242, l. 22-27 (n 412, 3-VI-16) ; pp. 236-37, l. 1-11 (no 407, 12-V-16).
  • 301 Allen, Opus, t. II, pp. 238-39, l. 4-25 (no 409).
  • 302 Allen, Opus, t. III, p. 28, l. 53-62 (no 611, 20-VII-17).
  • 303 Allen, Opus, t. IV, pp. 13-23 (no 999, 23-VII-19). — Voir Büchner, ibidem.Bakelants, ibidem.

133L'accueil fait au Nouveau Testament fut, on l'a vu, des plus enthousiastes en Angleterre, où Érasme avait puisé l'inspiration de son entreprise. Le jugement de l'Allemagne ne devait pas être moins favorable. Les érudits et les grands théologiens s'inclinent devant sa maîtrise300. Les amis allemands participent de tout cœur au succès d'Érasme. Pirckheimer, comme Colet deux ans plus tôt, prédit l'immortalité de son nom et de son œuvre. Il lui fait part de la foule d'amis inconnus qu'il s'est gagnée par son génie et son affabilité301. Hutten, de son côté, est d'autant plus chaleureux qu'Érasme, dans ses commentaires, a fait de lui une mention élogieuse et lui a exprimé son amitié302. Depuis son retour d'Italie, le chevalier s'est remis au service d'Albert de Brandebourg, bien qu'il n'apprécie guère la vie de cour, comme le donne à penser son dialogue De Vita aulica de 1518. Érasme tracera à son intention l'admirable portrait de Thomas More qui s'accommode fort bien de sa vie à la cour de Henri VIII303.

  • 304 Adagia, no 1001, L.B., t. II, col. 405 B ; 406 A. — Allen, Opus, t. V, p. 107, l. 307-309 (no 1304, (...)
  • 305 Allen, Opus, t. V, p. 496, l. 55-56 (no 1466, 21-VII-24) ; pp. 201-202 (no 1341) ; pp. 232-33 (no 1 (...)

134Le prestige d'Érasme est à son apogée. L'aide apportée par Froben et par ses correcteurs n'est pas étrangère à cette réussite. En fait, après 1516, la gloire d'Érasme est étroitement associée au nom de son éditeur favori. Pourtant l'entreprise bâloise connaîtra bien des difficultés. Érasme n'a jamais caché la modeste condition de son imprimeur, « plus riche de réputation que d'argent ». Il soulignera plus d'une fois le désintéressement de Froben qui entreprend maintes éditions à ses risques et périls, pour l'intérêt unique des études théologiques ; encore que l'activité fébrile d'Érasme l'inquiète bien un peu, qui monopolise de la sorte tous ses capitaux. Soumis à la concurrence effrénée que permet une législation exceptionnellement libérale en matière d'entreprises typographiques. Froben s'attire la haine de plusieurs ateliers, jaloux de son amitié et de son association avec Érasme304. Leur malveillance les pousse même à dérober dans son atelier des exemplaires de livres non encore mis en vente, pour les reproduire fraululeusement et les distribuer à bas prix, au grand préjudice de sa maison. Érasme assurera la sécurité des presses de Froben en lui obtenant en 1523 un privilège délivré par l'archiduc Ferdinand, selon lequel il sera interdit d'imprimer dans les deux ans tout livre sorti de l'atelier de Froben. La médiation de Pirckheimer, ancien conseiller de Maximilien et celle de Zazius, professeur influent, ont ménagé à cette démarche une réussite qui dépasse toutes les espérances, puisque le diplôme sera exceptionnellement octroyé à titre gracieux305.

***

  • 306 Allen, Opus, t. II, pp. 250-51 (no 419, 17-VI-16) ; pp. 251-52 (no 420) ; p. 279 (no 439, 13-VII-16 (...)
  • 307 Allen, Opus, t. VI, p. 207. — Voir Meylan, H., Érasme et Pellican, dans C.E., pp. 245-47, Mons, 196 (...)

135Les nombreuses amitiés qu'il a trouvées à Bâle n'incitent pourtant pas Érasme à s'y fixer définitivement ; seules l'y ont attiré les presses de Froben et l'annonce de la publication prochaine d'une édition de Jérôme par Amerbach. En mai 1516, Érasme reprend la route et, après un court voyage en Angleterre, il s'installe dans les Pays-Bas. Il prépare une réédition de son Nouveau Testament, tandis que, de Bâle, Froben et Bruno Amerbach le tiennent au courant de l'avancement des travaux en cours. Bien que ses amis souhaitent son prompt retour, Érasme se contente d'envoyer ses instructions306. L'équipe attachée à l'édition de Jérôme a trouvé un renfort de qualité en la personne d'un franciscain de Rouffach, habile philologue, Conrad Pellican. Formé dès l'adolescence à l'Université de Heidelberg qui professe les méthodes contestées de Reuchlin, Pellican est un hébraïsant averti que ses nombreux voyages à travers l'Europe ont définitivement acquis à la théologie nouvelle. Admirateur de Lefèvre d'Étaples et d'Érasme qu'il connaît par ses œuvres et par ouï-dire, il a déjà travaillé aux lettres de Jérôme du temps de Jean Amerbach. En cet été 1516, de passage à Bâle, il corrige avec Froben les épreuves d'Érasme dont il sera bientôt l'ami307.

  • 308 Allen, Opus, t. III, p. 250, l. 1-12 (no 795, 12-III-18).
  • 309 Allen, Opus, t. II, p. 339, l. 14-15 (no 460, 3-IX-16) ; pp. 550-51, l. 10-14 ; 44-46 (no 575, 24-I (...)
  • 310 Allen, Opus, t. III, p. 6, l. 44-45 (no 597, 10-VII-17) ; p. 53, l. 3-10 (no 629) ; p. 54, l. 3-5 ( (...)

136Enfin en mars 1518, l'humaniste annonce son arrivée à Bâle pour l'été suivant, encore que cette perspective ne l'enchante guère ; et ce ne sont pas seulement les épidémies de la région qui le font hésiter308. En fait, l'éloignement d'Érasme a créé des difficultés ; tout n'est plus pour le mieux entre lui et Froben. Depuis l'automne 1516, l'imprimeur est brouillé avec Beatus Rhenanus qui ne travaille plus chez lui ; il s'est entouré de personnages douteux en qui Érasme n'a aucune confiance. L'humaniste écoute les doléances de Beatus et juge durement l'attitude de Froben : « Je ne m'étonne pas au sujet de Froben ; je connais l'entêtement de cet homme. » — « On ne peut imaginer un homme plus stupide que ce Froben309. » Il s'efforce malgré tout de le convaincre de reprendre Beatus dans son atelier pour l'édition de l'Utopie de Thomas More ; mais il essuie un échec. Dès lors, pendant plus d'un an, Érasme traitera avec Wolfgang Lachner et Bruno Amerbach, refusant d'avoir encore affaire à cet « obstiné qui n'apprécie que les ânes »310.

  • 311 Allen, Opus, t. III, p. 250 (no 795) ; p. 255 (no 801) ; p. 256 (no 802) ; t. VI, p. 56, l. 9-10 (n(...)
  • 312 Allen, Opus, t. III, p. 341, l. 5-6 (no 848, 31-V-18) ; p. 422, l. 27-29 (no 885, 22-X-18).
  • 313 Allen, Opus, t. III, pp. 393-401 (no 867) ; p. 416, l. 8-10 (no 878) ; p. 420, l. 2-4 (no 883) ; p. (...)

137En 1518, Froben perd en Wolfgang Lachner un administrateur peu scrupuleux qui a jusque là assuré la prospérité de l'entreprise. C'est alors que commencent ses difficultés, d'autant qu'il s'est maladroitement privé des services de Beatus Rhenanus à qui il doit une bonne part de son succès. Érasme adresse ses condoléances à son imprimeur qui se réconcilie avec lui : « Si on le connaît bien, dit-il, on le juge digne de la faveur de tous les hommes de bien. » Toute la maisonnée attend donc l'humaniste avec impatience311. Pourtant il ne fait qu'y passer. Après une brève accalmie, l'épidémie de peste a repris sa vigueur ; Bruno Amerbach succombera le 22 septembre 1519. Érasme rencontre probablement Pellican avec qui il se lie. Il confie l'édition de ses travaux aux Amerbach, non sans avoir au préalable mis les choses au point avec Froben : « Au nom de notre amitié, je te conjure de ne pas négliger la réputation de ton imprimerie et de te passer des conseils des ânes. Consulte Beatus qui seul est sage312. » En septembre, l'humaniste regagne les Pays-Bas après un très pénible voyage dont il fait à Beatus un long récit non dépourvu d'humour. Bien que fort aimablement reçu chez de nombreux amis dont les demeures jalonnaient sa route, il eut à se plaindre des intempéries et de la maladie qui l'ont ramené à Louvain à demi-mort. Érasme veut que ses amis soient informés de ses malheurs ; il fait circuler des copies de cette lettre à travers toute l'Allemagne et en envoie même un exemplaire à ses amis anglais auxquels il résume encore son calvaire dans des lettres particulières313.

  • 314 Llen, Opus, t. III, pp. 464-66 (no 909). Voir supra, p. 102.

138Guéri, Érasme reprend contact avec l'atelier de Froben. Cette fois c'est Beatus Rhenanus, l'ami éprouvé, qui mécontente le maître en faisant imprimer à son insu les Familiarium colloquiorum formulae. Érasme pourtant ne pouvait garder rancune à Beatus ; il rejeta la responsabilité de l'affaire sur Caminade314.

  • 315 Allen, Opus, t. IV, pp. 498-500, l. 1-85 (no 1206, 27-V-21) ; p. 565 (no 1226, 14-VIII-21).

139Retiré dans les Pays-Bas où la polémique bat son plein autour de ses œuvres, Érasme ne peut pas toujours empêcher les publications inopportunes de la maison bâloise. Un important sujet de conflit est la publication de ses lettres. L'humaniste nie avoir jamais écrit de lettres en vue de leur impression, se contentant de plaisanter avec ses amis et de leur donner de ses nouvelles. On peut se demander jusqu'à quel point il est sincère lorsqu'il déclare avoir appris avec surprise que ses amis gardaient ses lettres, se les passaient ou les recopiaient. A la fin, Érasme s'est résolu à contrecœur à en publier certaines « sur l'insistance de ses amis qui le menaçaient d'ailleurs de les publier eux-mêmes ». En 1519, il envoie un paquet de lettres à Beatus, lui en confiant le tri et l'autorisant à modifier certains passages susceptibles de nuire à sa réputation ou de ranimer l'animosité de quelqu'un. Beatus « remplit l'office d'un ami véritable », mais certaines lettres provoquent un véritable tollé dans les milieux extrémistes, catholiques comme luthériens. Érasme constate avec amertume qu'« il y aura toujours des mécontents, que l'on blâme ou que l'on loue ; et parfois les amis les plus intimes deviennent les ennemis les plus acharnés ». Il demande donc à Froben de suspendre la publication au moins jusqu'à son arrivée à Bâle, mais Beatus reçoit encore ses plaintes : « Froben qui est souvent dans des dispositions contrariantes vis-à-vis de moi, s'est mis à hâter, à mon insu, la sortie de presse des lettres […]. Il les ferait paraître dans n'importe quelles conditions plutôt que de supporter la perte de sa mise de fonds. » Ne pouvant plus rien empêcher, Érasme prie Beatus de corriger de son mieux les maladresses de Froben. Apparemment l'imprimeur bâlois n'est pas toujours facile à vivre ; ses colères et ses entêtements devaient être monnaie courante. Érasme devra encore intervenir pour le réconcilier avec son fils aîné, Jérôme315.

  • 316 Allen, Opus, t. III, p. 574, l. 30-33 (no 961) ; pp. 589-90, l. 81-84 ; 92-99 (no 967) ; t. IV, pp. (...)

140L'obstination de l'éditeur bâlois devait susciter à Érasme des ennuis plus sérieux encore. Dans le courant de l'année 1519, se répand à Louvain un recueil des premiers écrits de Luther, publié par Froben quelques mois plus tôt. Érasme, qui est alors en difficultés avec la Faculté de théologie, et dont l'association avec Froben ne fait pas mystère, se voit souçonné d'avoir collaboré aux travaux du réformateur, et formellement accusé d'être l'auteur de la préface. L'humaniste dément violemment, affirmant qu'il a tout essayé pour dissuader Froben de publier les écrits de Luther, qu'il jugeait nocifs à la diffusion des belles-lettres : « J'ai été le premier à m'opposer avec force à la publication des écrits de Luther. D'abord durant mon séjour à Bâle, par des paroles et des menaces ; par la suite, alors que je n'étais plus là, au moyen de lettres. » Les menaces d'Érasme sont à peine voilées : en certifiant à Froben qu'il « lui retirera son amitié s'il persiste à se commettre dans semblables publications », Érasme entend bien laisser planer le risque d'une rupture de contrat qui priverait l'éditeur de son client principal. Acculé au choix délicat entre l'amitié et l'intérêt, — l'imprimeur a tout lieu d'être très satisfait de la vente des livres de Luther, — Froben optera pour le premier sentiment et s'abstiendra désormais de publier les écrits du réformateur. Il ne pourra toutefois empêcher les théologiens de Louvain de se déchaîner contre Érasme316.

  • 317 Allen, Opus, t. V, pp. 205-208, l. 100-227 (no 1342) ; p. 126, n. 46 ; t. IV, p. 599. — Riggenbach, (...)
  • 318 Allen, Opus, t. V, p. 133, n. 38 (no 1316) ; pp. 609-10, l. 52-55 (no 1528).
  • 319 Allen, Opus, t. IV, pp. 77-79 (no 1020) ; pp. 212-15 (no 1084).

141En 1521, vaincu aux Pays-Bas dans l'affaire Luther par son ancien ami Jérôme Aléandre, et désireux d'échapper aux pressions dont il est l'objet dans les milieux catholiques, Érasme se hâte de regagner le pays rhénan. Chemin faisant, il rencontre plusieurs amis, dont Capiton et Rhenanus, qui l'accompagnent jusqu'à Bâle. Il y arrive le 15 novembre, sans que ses amis aient pu empêcher des rumeurs calomnieuses de l'y précéder. Conrad Pellican est un des premiers à saluer son arrivée317. Une nouvelle et influente amitié s'annonce pour Érasme. Ne va-t-il pas bientôt, sur la suggestion du franciscain, écrire un colloque en hommage à Reuchlin ? Croyant retourner aux Pays-Bas dès le printemps suivant, Érasme s'établit provisoirement chez Froben où il passera dix mois318. L'humaniste se sent mieux à Bâle, malgré certains détracteurs. Il y est soutenu par un cercle d'amis qui ne s'effrite pas encore. Il rencontre avec plaisir le jeune Boniface Amerbach, qui n'a cessé de lui écrire son admiration et son amitié, bien que sa timidité lui fasse craindre de l'importuner. Boniface s'élève naïvement contre les détracteurs d'Érasme qui osent contester son génie. On sent le jeune homme émerveillé de l'honneur que l'humaniste lui fait en lui accordant son amitié319.

  • 320 Allen, Opus, t. IV, p. 485, l. 1-13 (no 1201, V-21) ; t. V, pp. 55-56, l. 1-6 ; 10-36 (no 1278, 25- (...)

142Cependant en 1522, Boniface est à Avignon où il poursuit ses études. Il se lie avec le Milanais Andrea Alciati, jeune professeur de droit à l'Université. Formé aux grandes universités d'Italie, à la fois juriste, historien, helléniste et latiniste de grand talent, Alciati est hautement estimé par les érudits de son temps et principalement par Zazius. Érasme lui-même en parle avec considération. Alciati espère devenir professeur à Bologne ou à Padoue, mais il ne pourra jamais obtenir les chaires convoitées. Sa carrière se limitera à Avignon et à Bourges, puis à Pavie et à Ferrare. Érasme semble un peu regretter l'attachement de Boniface pour Alciati ; mais son amitié pour Amerbach reprend le dessus et, quand il écrira luimême au juriste italien, ils deviendront bientôt un trio d'amis. L'humaniste relate au professeur les désagréments que lui occasionne l'affaire Luther ; Alciati le soutient entièrement, lui prodiguant des paroles de réconfort et lui conseillant d'ignorer ses adversaires plutôt que de chercher à les confondre. Mis en confiance par ce que Boniface lui apprend d'Érasme, Alciati confie à son tour les déceptions que lui apporte une carrière qui se confine dans le sud de la France. Érasme lui prêche la patience et la résignation. Alciati en aura besoin : il ne sera appelé à Pavie qu'en 1533. Érasme, de son côté, ne tient pas compte des conseils de son ami. Incapable de laisser passer les moindres attaques, il va de querelle en querelle et semble même trouver un malin plaisir à braver ses adversaires les plus malveillants320.

  • 321 Allen, Opus, t. V, p. 77, l. 16-17 (no 1293) ; t. VI, p. 40, l. 77-79 (no 1555, 25-11-25).
  • 322 Allen, Opus, t. V, p. 95, l. 43-47 (no 1302, 14-VII-22) ; pp. 609-10, l. 52-55 (no 1528, 16-XII-24) (...)

143Cependant il n'oublie pas Boniface pour qui son amitié ne cesse de grandir. Le jeune étudiant reviendra d'Avignon en 1524, avec le titre de docteur et se verra offrir à Bâle une chaire de droit. Entretemps, Érasme se sent moins entouré. Bruno mort, Boniface à Avignon, Basile invisible, lui qui n'a jamais eu pour Érasme les sentiments de ses frères, l'humaniste sent le vide laissé par les Amerbach, d'autant que Beatus Rhenanus est retourné à Sélestat321 En 1522, il quitte Bâle, décidé à rebrousser chemin. Toutefois la maladie le laisse à Sélestat où il languit quatre jours dans la maison de Beatus. Il atteint péniblement Bâle, et, bien que désireux de quitter l'Allemagne dont le climat ne lui convient décidément pas, il s'installe pour un séjour indéterminé dans la maison « Zur alten Treue » que Froben lui a obligeamment offerte ; mais l'humaniste exigera de payer un loyer. Il occupera cette maison jusqu'en avril 1529, « vivant séparé de Froben, n'était l'amitié qui les unit »322.

  • 323 Allen, Opus, t. IV, p. 262 (no 1103, 6-V-20). — Voir Renaudet, op. cit., p. 5.
  • 324 Allen, Opus, t. V, pp. 65-67 (no 1285, V-22); pp. 210-212, l. 312-33 (no 1342, 1-II-23).

144Soucieux d'agrandir le cercle des amis d'Érasme, Ulrich Zazius l'a mis en rapport avec Jean Botzheim, chanoine de Constance. Issu d'une noble famille d'Alsace, Botzheim a obtenu le titre de docteur en droit canonique à l'Université de Bologne. Sa maison de Constance est devenue le lieu de rendez-vous des artistes et des hommes de lettres, ainsi que des voyageurs se dirigeant vers le Tyrol ou vers l'Italie. A tous ces visiteurs, le chanoine offre l'hospitalité de sa demeure aux fresques célèbres dont les sujets, empruntés à la mythologie et au Nouveau Testament, réunissent par la peinture cette synthèse du symbolisme et du mystère chrétien à laquelle il aspire autant qu'Érasme. Une grande similitude de caractère et de tempérament, un même zèle pour les études littéraires et sacrées les rapprochent naturellement. Un échange de lettres scelle bientôt une nouvelle amitié, qui durera jusqu'à la mort323. Botzheim presse Érasme de lui rendre visite ; il attendra le temps qu'il faudra que la santé de son ami lui permette de faire le voyage. Comme, d'autre part, Érasme ne cesse d'être sollicité par ses amis de Rome Richard Pace et Paolo Bombace, il décide, malgré les avis de prudence de ses amis bâlois, de tenter la traversée des Alpes après un crochet par Constance324.

  • 325 C'est Eppendorff qu'Érasme visera dans le colloque Ementita nobilitas lorsqu'il aura révisé son ju (...)
  • 326 Allen, Opus, t. IV, p. 304, l. 10-13 (no 1122, 30-VII-20) ; p. 309, l. 50-56 (no 1125) ; t. V, pp.  (...)

145L'humaniste part en septembre 1522, escorté de Beatus Rhenanus et de Henri Eppendorff, « un jeune homme étonnamment doué et qui a pour lui une égale noblesse des traits et des sentiments ». De naissance assez obscure, Eppendorff prétend descendre d'une grande famille et dans ce sens il affuble son nom d'une particule325. Étudiant à Louvain, il y fut un grand admirateur d'Erasme qu'il vit à plusieurs reprises en 1520. Impressionné par la personnalité et les dons du jeune Allemand, l'humaniste l'a recommandé au duc Georges de Saxe, qui aidera Eppendorff à poursuivre ses études à Fribourg. En 1522, on le retrouve à Bâle, où il « s'impose » chez Erasme. Les deux hommes deviennent familiers, bien qu'Erasme n'approuve pas la vie dissolue de l'Allemand, qui sera d'ailleurs poursuivi pour dettes. Selon Erasme, Eppendorff se serait invité lui-même à Constance et aurait mal parlé de lui dans la société de Botzheim326. L'attachement d'Eppendorff à Hutten consommera la rupture de cette étrange amitié.

  • 327 Allen, Opus, t. V, pp. 132-33, l. 10-20 (no 1316, 18-VII-22) ; pp. 212-14, l. 336-450 (no 1342) ; t (...)

146Malgré tout, le voyage se déroule à merveille. Pour la première fois, Érasme se laisse aller à un lyrisme peu habituel chez lui, lorsqu'il décrit le vert pays rhénan qu'il traverse, ébloui, et la sombre majesté des premiers contreforts des Alpes qui débouchent sur cette vallée de rêve où se mire, immobile, le lac de Constance. L'humaniste n'est pas moins enthousiaste pour l'accueil de Botzheim, « cette nature simple et généreuse qui ignore le moindre détour. On le croirait né des Muses et des Grâces ». Son hospitalité est à l'avenant. Erasme ne tarit pas d'admiration pour sa demeure imagée où l'on croit rencontrer, d'une pièce à l'autre, les personnages les plus divers et les mieux assortis de l'Antiquité et de la Bible. Enchanté du cadre et de son hôte, Erasme demeure plus de trois semaines dans cette douce retraite, havre bienfaisant après la morne agitation de ces dernières années. Il prend part à des repas amicaux, entouré d'un petit groupe de lettrés qu'il apprécie. Malheureusement, l'humaniste tombe à nouveau malade. Il doit garder la chambre et ne reçoit personne, si ce n'est Botzheim et « le plus charmant, le plus aimable de tous, son cher Beatus Rhenanus ». Ayant fait ses adieux à Botzheim qui est devenu un ami véritable, il remonte vers Bâle qu'il ne quittera plus avant longtemps327.

147Sur la demande de Botzheim, Érasme rédige alors le catalogue de ses œuvres. Bien qu'aucun des ouvrages de l'humaniste ne manque à sa bibliothèque, le chanoine se perd dans les différentes éditions ; il demande une liste complète et chronologique. Sans doute flatté de la requête, Érasme y répond de bonne grâce et dresse un long tableau de ses ouvrages, précédé du récit des circonstances dans lesquelles ils furent écrits. La lettre, très longue, a un ton d'auto-justification ; l'origine de plus d'un traité est lourde de souvenirs douloureux : « Je m'écarte excessivement, je m'en rends compte, de mon sujet, mais je ne peux me retenir de m'épancher dans le sein d'un ami. »

  • 328 Allen, Opus, t. V, pp. 322-25, l. 1-13 ; 58-64 (no 1382, 24-VIII-23).

148Botzheim nourrit pour Érasme la plus chaude admiration. Il sait la faveur où le tiennent les grands de son temps : princes, rois, papes, évêques, cardinaux, ducs, lui écrivent chaque jour et cet intérêt lui paraît justifié. Il renouvelle ses invitations à Constance, espérant son ami définitivement guéri ; mais Érasme ne se risquera plus à entreprendre un tel voyage et c'est Botzheim lui-même qui lui rendra visite à Bâle328.

  • 329 Colloquium religiosum, A.S.D., t. 1-3, pp. 231-66. — Voir Smith, P., A Key to the Colloquies of Era (...)

149Érasme s'est constitué dans la ville rhénane un petit cercle d'amis intimes qui se retrouvent régulièrement autour de lui. Il mettra en scène ces plaisantes réunions dans plusieurs colloques. Le Convivium religiosum est le plus révélateur de l'esprit curieux de toutes les chose spirituelles, profanes comme sacrées, qui animait ces réunions. Dans ce colloque, les lecteurs bâlois pourront retrouver, à travers les personnages bien dessinés réunis dans le jardin de Froben, outre ce dernier, Botzheim, Zwingli, Pellican, OEcolampade, Capiton329. C'est tout un chapitre de l'humanisme que l'on découvre au fil des pages de ces entretiens familiers qui réunissent autour d'une table un petit comité de lettrés liés par l'amitié.

  • 330 Allen, Opus, t. VI, append. XIX : Erasmus' first will, pp. 503-505, l. 1-82. — Voir Renaudet, op. c (...)

150Lorsque, en 1527, Érasme rédigera son premier testament, c'est à ses amis bâlois qu'il songera en premier lieu : il donne mission à ses exécuteurs testamentaires d'entreprendre après sa mort, et de préférence chez Froben, l'édition de ses œuvres complètes, conformément au plan du catalogue. D'autre part, il partage ses biens non liquides entre ses amis allemands : Henri Glareanus, Louis Ber, Basile Amerbach, Beatus Rhenanus, Jean et Jérôme Froben, Jean Botzheim. Le seul étranger à bénéficier de la distribution est Conrad Goclenius, l'ami flamand qui a conservé toute la confiance d'Érasme330.

  • 331 Allen, Opus, t. VII, pp. 267-68, l. 30-39 (no 1915, 9-XII-27) ; p. 270, l. 41-43 (no 1916).
  • 332 Allen, Opus, t. VII, pp. 225-26, l. 1-23 (no 1900, XI-27).
  • 333 Allen, Opus, t. V, p. 118.

151Jean Froben pourtant devait mourir le premier, en octobre 1527. Cette fois encore Érasme annonce le malheur avec un curieux mélange de douleur et de pensée intéressée : « La mort de cet homme m'afflige beaucoup, surtout qu'il était occupé à mettre tout Augustin sous presse331. » Il n'est pas question pourtant de soupçonner l'humaniste d'indifférence : la mort de son ami l'a gravement touché. Un mois plus tard, il rendra un hommage émouvant à l'imprimeur défunt, non sans avoir exhalé son chagrin : « Bien que parvenu à un âge avancé, j'ai découvert à travers ce malheur que je ne me connaissais pas vraiment. Féru des préceptes de la philosophie et habitué depuis longtemps […] à supporter les maux, je me croyais armé contre les revers de la vie […], mais la mort inopinée de mon ami Jean Froben m'a affligé au point qu'aucune consolation n'a pu libérer mon cœur de sa tristesse. Même le temps, qui pourtant met un baume sur les douleurs les plus aiguës, n'adoucit pas ma souffrance qui s'accroît au contraire de jour en jour […]. Jamais comme aujourd'hui je n'ai éprouvé de tels regrets, car jamais auparavant je n'avais compris quelle force possèdent une amitié sincère et l'union mutuelle des cœurs332. » Érasme restera fidèle à son association avec la maison bâloise. Lorsqu'un imprimeur de Paris lui proposera de rééditer Augustin, il refusera, se déclarant lié par l'honneur aux successeurs de Froben333. Cependant plus rien ne retient Érasme à Bâle. En avril 1529 il part pour Fribourg.

***

  • 334 Allen, Opus, t. IV, p. 378, l. 10-11 (no 1159, 13-XI-20).

152C'est à Bâle qu'Érasme a séjourné le plus longtemps, peut-être parce qu'il y avait une maison bien à lui. Il a pu y contracter des habitudes, un mode de vie personnel ; il a pu y nouer de nombreuses amitiés et s'entourer de fidèles. Ses amitiés connaîtront des fortunes diverses. Leur sort dépendra des événements de la Réforme qu'Érasme ne pouvait prévoir et qu'il n'a pas toujours compris. Certaines de ses amitiés allemandes sont purement épistolaires ; d'autres sont fondées sur une fréquentation assidue ; d'autres encore sont basées sur la vie en commun. Bien que pour Érasme « une fréquentation trop intime amène souvent une perte d'estime »334, ces amitiés reposant sur des rencontres quasi quotidiennes avaient sans doute plus de chances de rester inchangées : on verra ce qu'il en est advenu.

  • 335 Adagia, no 2537, L.B., t. II, col. 856 E. — Voir Halkin, L.-E., Érasme et l'Europe, dans C.N.E., pp (...)

153La Germanie est le pays où Érasme eut la plus grande célébrité, avant de connaître les haines les plus féroces. Reconnu pour un Germain, l'humaniste a inspiré là-bas une admiration, une vénération qu'il devra chèrement payer dans les années à venir. Chacun se dispute l'honneur d'être de ses amis, mais il aura l'occasion de découvrir, dans l'aversité, quels sont les amis véritables ; et sans doute pourra-t-il alors méditer à loisir la justesse de l'adage amicus neque nullis neque multis335.

5. Érasme aux Pays-Bas

154Grand voyageur en ce premier quart du xvie siècle, Érasme se déplace continuellement d'Angleterre en Allemagne, de France en Italie. Ces longs voyages le conduisent inévitablement aux PaysBas où il s'arrête volontiers, surtout à Louvain et à Anvers. Toutefois, en mai 1516, il décide de s'y fixer plus longtemps. Entrecoupé de rapides traversées de la Manche et d'une visite-éclair à Bâle, ce séjour aux Pays-Bas se prolongera jusqu'en octobre 1521. Érasme mettra ces cinq années à profit pour se créer de nouvelles amitiés.

  • 336 Allen, Opus, t. II, p. 161, l. 16-30 (no 370, 22-XI-15). — Voir Degroote, G., Erasmus en de Bourgon (...)
  • 337 Allen, Opus, t. II, pp. 205-208 (no 393, III-16). — Voir Detrez, op. cit., pp. 236-37.
  • 338 Detrez, op. cit., p. 235. — Delvoye, A., Erasme et le chapitre de Notre-Dame, dans Bulletin de la S (...)
  • 339 Allen, Opus, t. III, p. 120, l. 12-16 (no 695, 2-XI-17) ; p. 188, l. 1-4 (no 752, 6-I-18). — Voir R (...)

155La décision de l'humaniste de s'établir dans les Pays-Bas est pour une bonne part déterminée par les conditions matérielles qui lui sont offertes. En 1515, Jean le Sauvage, chancelier de Brabant, lui a obtenu le titre de conseiller du prince Charles. Certes, le titre est purement honorifique, mais il est accompagné d'une pension annuelle qui n'est pas à dédaigner336. Pour répondre à sa nouvelle dignité, l'humaniste, l'année suivante, dédie au souverain l'Institutio principis christiani337. Il obtient également, en 1518, une prébende à Notre-Dame de Courtrai, qu'il s'empresse de convertir en une rente annuelle338. Le revenu de la prébende sera versé à Érasme par Pierre Barbier, doyen de Tournai, et chapelain d'Adrien Floriszoon, le futur Adrien VI, qu'il suivra à Rome. Si, dès le début, Érasme a eu du mal à percevoir cet argent, allant jusqu'à mettre en cause l'honnêteté du chapelain, il pourra cependant compter plus tard sur cet ami bien placé dans l'entourage du pape339.

  • 340 Allen, Opus, t. I, pp. 413-14 (no 184). — Voir Tourneur, pp. 152-53. — Prims, F., Aegidius (Gilles) (...)
  • 341 Ce dialogue sera plus tard incorporé au livre des Colloques (A.S.D., t. 1-3, pp. 411-16). — Cf. Al (...)
  • 342 Allen, Opus, t. II, pp. 33-35 (no 212). — Voir Tourneur, op. cit., p. 153.

156Érasme se rend à Anvers, chez le jeune Pierre Gilles, où il descend régulièrement lors de ses passages dans les Pays-Bas. Il l'a rencontré en 1503 chez Thierry Martens, où il était correcteur, et il l'a pris sous sa protection. En 1510, Gilles est devenu greffier de la ville d'Anvers, ce qui ne l'empêche pas de fréquenter ses amis humanistes et de publier quelques œuvres de l'Antiquité, voire l'un ou l'autre traité juridique. Érasme retrouve en lui un homme cultivé qui lui a conservé une amitié immuable. En 1514, avant de partir pour Bâle, il lui confie ses affaires et ses intérêts, lui assignant le rôle du défunt Jacques Batt et d'Ammonius340. Au mois d'août, il écrit l'Epithalamium Petri Aegidii, un dialogue qui célèbre le mariage récent de Pierre, « jeune homme d'une absolue probité […], d'un jugement et d'une sagesse admirables […] et qui s'entend divinement aux finesses de la littérature »341. Quelques mois plus tard, Érasme devait encore dédier au jeune Anversois ses Parabolae sive Similia, dont la préface consacre leur amitié, qui repose sur l'union des âmes et la communauté des études ; ni une interruption de la vie en commun, ni une grande distance ne peuvent refroidir cette amitié, comme c'est souvent le cas pour les amitiés ordinaires342.

  • 343 Allen, Opus, t. III, p. 110, l. 1-24 (no 687, X-17 ; p. 218, l. 21-23 (no 775, 22-II-18).

157Érasme omet d'ajouter que ses liens avec Gilles reposent aussi sur l'intérêt et les services rendus : il sait que lorsqu'il est au loin, un ami recueille obligeamment l'argent de ses pensions et veille au mieux à ses intérêts. Malheureusement, Pierre Gilles est de santé fragile, et son moral s'en ressent. Érasme s'efforce de lui rendre courage et le secoue quelque peu : il faut que Pierre mène une vie plus modérée, qu'il mette tout en œuvre pour guérir : « Ta maladie tient en grande partie à ton moral343. »

  • 344 Allen, Opus, t. III, p. 60 (no 638) ; p. 189, l. 1-11 (no 753) ; p. 190, l. 6-8 (no 754) ; p. 253 ( (...)

158Au chevet de son ami malade, Érasme se lie d'amitié avec Henri Van den Eynde ou Afinius, le médecin de la famille, introduit récemment dans le cercle des humanistes anversois. Il lui dédiera la première édition de l'Encomium artis medicae344.

  • 345 Allen. Opus, t. III, pp. 33-34, I. 14-16 (no 616, 1-VIII-17) ; p. 59, l. 4-5 (no 637) ; p. 142, l. (...)

159Dans la société du greffier, Érasme se lie encore avec plusieurs érudits qui joueront un rôle important dans la naissance de la Réforme à Anvers, tels Nicolas de Bois-le-Duc et Corneille Grapheus, respectivement maître d'école et secrétaire de la ville. Grapheus est un humaniste autodidacte, spécialisé dans l'édition des textes anciens, qui s'est par ailleurs fait un nom dans l'intelligentsia anversoise par la publication de quelques poèmes. Nicolas de Bois-le-Duc, après avoir acquis la maîtrise ès arts à Louvain, est devenu professeur puis chef de l'école latine d'Anvers. Séduit par son savoir, Érasme le compte bientôt au nombre de ses amis et le recommande auprès de divers notables345. L'humaniste, on le voit, s'est rapidement intégré au petit groupe d'Anversois érudits que Gilles reçoit volontiers.

  • 346 Allen, Opus, t. II, pp. 151-52, l. 10-12 (no 362, 16-X-15). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 113 et s (...)
  • 347 Allen, Opus, t. II, p. 362, l. 5-10 (no 480, 28-X-16).
  • 348 Allen, Opus, t. II, p. 68, l. 15-19 (no 332, 7-X-15) ; p. 433, l. 1-5 (no 516, 20-I-17). — Voir Rey (...)

160Une joie plus grande encore attendait Érasme aux Pays-Bas : un récent passage à Bruges lui a permis de revoir Thomas More, alors en ambassade en Flandre avec Cuthbert Tunstall, le chancelier de l'archevêque Warham. La mission se révélant plus ardue que prévu, les Anglais demeurent à Bruges de mai à octobre 1515. Déjà More a mis à profit ses moments de loisir pour commencer son livre le plus célèbre, l'Utopie346. Érasme revoit aussi Cuthbert Tunstall qu'il a connu à Londres et qu'il estime beaucoup : « Plus savant en grec et en latin qu'aucun de ses compatriotes, d'un jugement aigu, d'un goût très raffiné, il est aussi d'une rare modestie ; enfin, gai et ami du plaisir autant que l'admet sa dignité347. » Dans la joie des retrouvailles, Érasme ne peut se résoudre à se séparer de ses amis ; il parle d'eux au bienveillant Pierre Gilles qui invite tout le monde dans sa maison348. Gilles est immédiatement attiré par la personnalité rayonnante de Thomas More. Érasme connaît une nouvelle fois la joie d'avoir rapproché deux de ses amis très chers. Cette triple amitié restera longtemps l'un de ses plus beaux souvenirs, lui rappelant sans doute la vie paisible au foyer de More avec le regretté André Ammonius. Dans la paix de cette retraite, More poursuit la rédaction de son livre ; il y puise même une inspiration nouvelle : chacun pourra reconnaître Pierre Gilles en cet hôte empressé dans le jardin duquel le navigateur raconte le long voyage et les aventures qui le menèrent en Utopie.

  • 349 Allen, Opus, t. II, p. 339, l. 1-3 (No 461) ; p. 354, l. 23-24 ; 29-30 (no 474, 2-X-16). — Voir Tou (...)
  • 350 Allen, Opus, t. II, p. 372, l. 62-79 (no 481, 31-X-16) ; p. 359, l. 5-7 (no 477) ; p. 375 (no 484)  (...)

161Lorsqu'il regagne l'Angleterre, More emporte avec lui une bonne partie du manuscrit qu'il achève et polit dans sa maison de Bucklersbury. Nul doute qu'Érasme n'ait discuté avec lui le thème et la structure de l'ouvrage, comme autrefois lui avaient été bienvenues les suggestions de son ami au sujet de la Moria. Un an plus tard, More envoie à Érasme le manuscrit qui porte alors le titre de Nusquama : il demande à l'humaniste de le revoir et de le faire publier, ce qu'Érasme accepte de grand349. Apparemment sans consulter son ami, Érasme grécise le nom de l'île en Utopia, et fait imprimer le livre à Louvain chez Thierry Martens. La première édition paraît en décembre 1516, accompagnée de lettres d'humanistes connus350.

  • 351 More, Th., L'Utopie ou le traité de la meilleure [orme de gouvernement, éd. M. Delcourt, Paris, 193 (...)
  • 352 Renaudet, op. cit., pp. 65-121. — Delcourt, M., Le Prince selon le cœur d'Érasme, dans La Terre Wal (...)
  • 353 Tourneur, op. cit., pp. 151-52.
  • 354 Allen, Opus, t. II, p. 479, I. 56-58 (no 534, 21-11-17) ; p. 483, l. 17-18 (no 537) ; p. 494, l. 1- (...)
  • 355 Allen, Opus, t. II, p. 576, l. 15-17 (no 584, 30-V-17) ; t. III, p. 52, l. 58-59 (no 628, 23-VIII-1 (...)
  • 356 Allen, Opus, t. III, pp. 56-57, l. 1-19 (no 635, VIII-17). — Voir Reynolds, op. cit., p. 143.
  • 357 Allen, Opus, t. III (p. 576, l. 6-7 (no 584) ; p. 33, l. 9-11 (no 616) ; p. 76 (no 654) ; pp. 103-1 (...)

162Le succès du livre est immédiat. Bien que la forme du récit relève de la pure imagination, chacun a pu trouver dans la description de l'île, de ses habitants et de leurs institutions, le développement de thèmes politiques et sociaux autrement sérieux. Sous le dehors de la fantaisie, l'auteur traduit des idées pénétrantes qui prolongent et dépassent la critique des Adages et de la Moria. Plus audacieux qu'Érasme et surtout plus pratique, More conçoit une société idéale presque communiste à travers un programme de réformes économiques et sociales soigneusement établi351. Érasme, lui, se cantonne davantage au plan de la philosophie et de la morale chrétiennes. Il est vrai que, malgré ses amitiés avec nombre de juristes, il ne s'est jamais beaucoup intéressé au droit et à l'économie politique352. Pourtant certains ont voulu voir à travers le livre de More l'expression dissimulée de la pensée d'Érasme. Tourneur n'hésite pas à écrire qu'Érasme « s'est certainement abrité derrière un de ses amis les plus éminents et les plus chers, Thomas Morus, pour faire exprimer par ce dernier sans risques pour lui-même, en laissant son ami s'exposer à de graves dangers, des idées tout à fait révolutionnaires pour le temps où elles furent conçues »353. Certes, l'Utopie fut écrite et pensée en collaboration amicale avec Érasme qui lui fit peut-être subir d'importantes modifications ; mais nous ne voyons pas pourquoi Érasme se serait effacé sournoisement avec l'arrière-pensée de faire retomber sur le seul Thomas More les conséquences éventuelles de son écrit. N'a-t-il pas lui-même rédigé plus d'une fois d'audacieuses satires qui lui ont fait encourir les foudres de l'opposition ? Et More n'avait-il pas apporté ses lumières à la réalisation de l'Éloge de la Folie ? D'autre part il nous apparaît qu'en insistant pour faire précéder l'ouvrage par les préfaces de plusieurs humanistes, Érasme voulait plutôt assurer une plus large publicité au livre de son ami encore peu connu dans les Pays-Bas. Il en recommande d'ailleurs la lecture à ses amis français et allemands354, affirmant que l'impression de l'œuvre de son ami « lui tient plus à cœur que ses propres affaires »355. A Froben, il vante les dons exceptionnels de Thomas More qui, « marié et père de famille, accablé de charges publiques, des affaires de cours de justice et de tant d'affaires d'Etat, trouve encore le moyen d'écrire des livres admirables […]. Que n'auraient accompli pareils dons naturels si More avait été formé en Italie ? S'il s'était voué à la littérature ? S'il avait eu le temps de mûrir ses dispositions356 ? » En outre, le souvenir de l'Utopie devait garder pour More l'empreinte de son amitié avec Érasme et Pierre Gilles. Dès l'été 1517, Érasme et Gilles posent ensemble pour le peintre Quentin Metsijs. More reçoit le diptyque à l'automne et remercie en termes touchants pour ce merveilleux cadeau qui lui rend si vivantes ces deux amitiés inoubliables. Il écrira des vers en hommage au talent de Metsijs qui a si bien rendu les traits d'Érasme et de Gilles dont l'inquiète par ailleurs la mauvaise santé357.

  • 358 Allen, Opus, t. II, pp. 193-95 (no 388, 15-II-16) ; pp. 259-61 (no 424, 21-VI-16) ; pp. 344-45 (no  (...)

163More s'efforce par tous les moyens d'exprimer sa reconnaissance à Érasme qui prend tant de soin de sa renommée. Il se charge de ses intérêts en Angleterre, et sert d'intermédiaire dans le versement des pensions et dans l'envoi du courrier. Plusieurs mois durant, leur correspondance porte les traces des préoccupations financières d'Érasme et des démarches incessantes de More pour lui assurer un entretien régulier. Le juriste conserve à son ami la protection de Warham et de Mountjoy qui assure à Érasme un canonicat à Tournai. Il presse l'humaniste d'écrire régulièrement à ses mécènes, conseil qu'Érasme s'empressera de suivre358.

  • 359 Allen, Opus, t. II, pp. 195-98, I. 94-154 (no 388) ; p. III, l. 11-21 (no 688) ; p. 142, l. 19-20 ( (...)
  • 360 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 1-2 (no 637) ; p. 64, l. 3-4 (no 643) ; p. 92, l. 11 (no 669) ; p. 1 (...)

164Érasme trouve en More un ami très influent, dont la carrière s'oriente de plus en plus vers la politique. En 1516, More a été sollicité par Henri VIII pour entrer à son service. Sans doute a-t-il discuté avec Érasme de la décision à prendre ; l'humaniste ne cache pas sa répulsion pour la vie politique et lui conseille de s'en détacher. More semble se ranger à ces raisons, d'autant que ses ambassades lui seraient tout à fait odieuses sans la compensation de l'amitié de Jérôme Busleiden et de Pierre Gilles359. Cependant il ne peut résister longtemps aux pressions royales. En 1517, il assure une nouvelle mission, à Calais cette fois. Érasme qui se faisait une fête de revoir son ami ne peut le rencontrer ; il se plaint même que More ne trouve pas le temps de lui écrire. A Richard Pace, il s'exclame dans un mouvement d'humeur : « Si More est là, comment se fait-il qu'il ne m'écrive pas ? Ne le salue pas non plus de ma part360 ».

  • 361 Allen, Opus, t. III, p. 304, l. 44-47 (no 832, 24-IV-18) ; t. IV, p. 15, l. 87-96 (no 999) ; p. 576 (...)

165L'ascension de More est irréversible. En 1518, il accepte de se mettre au service du roi. Il passe désormais le plus clair de son temps à la cour, avec Richard Pace et Thomas Linacre. Érasme le déplore instinctivement, mais il fait confiance à Henri VIII. More, lui, n'est pas sans appréhension. Il semble même regretter d'avoir accepté son office. En 1521, il est promu Grand Argentier du Royaume, ce qu'Érasme apprécie en ces termes : « Cette fonction est de celles qui confèrent le plus d'éclat et d'honneur, sans être trop exposée à l'envie. » — « Ce poste éminent a doublé son influence en le rendant plus aimable aux bons et plus redoutable aux méchants361. » Érasme pressent que son ami est destiné à s'élever encore, intuition qui le laisse en proie à des sentiments partagés. Étranger à la vie politique à laquelle il n'a jamais voulu se frotter, Érasme craint sans doute obscurément que ses nouvelles responsabilités n'éloignent son ami et qu'elles ne creusent un fossé entre leurs deux esprits jusque là si parfaitement unis. More s'ouvre très peu à Érasme sur sa carrière et sur les problèmes politiques : et jamais il ne l'entretient de questions d'État. Il y a désormais une grande part de sa vie où Érasme ne trouvera pas sa place. Cette situation marque inévitablement un tournant dans l'histoire de leur amitié, plus important peut-être que ne le sera l'avènement de la Réforme. More pourtant reste fidèle au cercle des humanistes réformateurs de jadis et il continue à lutter pour leur idéal commun.

  • 362 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 112-20 (no 60, 29-III-18). — Allen, Opus, t. III, p. 547 (...)

166En 1518, il écrit à l'Université d'Oxford une lettre sévère, plaidoyer énergique pour l'étude du grec et pour la culture nouvelle, sans oublier de défendre auprès du roi les idées, la doctrine et les travaux d'Érasme362.

***

  • 363 Allen, Opus, t. II, pp. 228-31, l. 1-82 (no 403, 1-V-16). — Voir de la Garanderie, M.-M., La corres (...)

167Érasme étend son rayonnement à toute l'Europe occidentale. A cette époque, il cherche à se créer des relations en France où il n'a jamais connu de grandes amitiés. Il écrit à Guillaume Budé, le chef incontesté de l'humanisme français. Déjà la première édition du Nouveau Testament contenait un vibrant éloge de ses qualités intellectuelles. Les louanges réciproques du Français en disent long sur le plaisir que lui ont fait les marques d'attention d'Érasme : « Je ne puis exprimer combien ta récente lettre a fait de moi ton ami », dit-il, tout en se montrant perplexe devant cette soudaine faveur où le tient l'humaniste hollandais363. Certes, les deux hommes se connaissent depuis le début du siècle, mais ils n'étaient pas liés à cette époque.

  • 364 Renaudet, Préréforme…, pp. 284-85 ; 511 ; 666-67. — Voir Delaruelle, L., Guillaume Budé, les origin (...)

168Guillaume Budé est né en 1468 dans une famille de la bourgeoisie parisienne. Incité par son père à entrer comme lui dans l'administration de l'Etat, il étudie le droit à Orléans ; il s'adonne aussi au grec et, après un voyage en Italie, il publie les Annotationes Pandectarum où il engage contre les scolastiques de la jurisprudence la lutte que mène Érasme contre les scolastiques de la théologie. Très au fait des réalités de la vie économique, il s'émeut des misères du royaume et dénonce les procédés de justice, les intrigues des grands, indifférents au bien de l'Etat et aux souffrances du peuple. En 1515, il publie son magistral ouvrage De Asse qui témoigne d'une connaissance approfondie de la civilisation gréco-latine, mais qui développe aussi des opinions politiques et religieuses très sévères pour les institutions de son temps. Occupant le premier rang parmi les hellénistes de Paris, Budé crée véritablement l'histoire du droit364.

  • 365 Allen, Opus, t. II, pp. 252-54, l. 1-74 (no 421, 19-VI-16).
  • 366 Allen, Opus, t. II, p. 402, l. 432-43 (no 493, 26-XI-16). — Voir Mesnard, P., Érasme et Budé, dans (...)
  • 367 Allen, Opus, t. II, pp. 362-70 (no 480, 28-X-16) ; pp. 390-405 (no 493) ; pp. 444-49 (no 522, 5-II- (...)
  • 368 Allen, Opus, t. II, pp. 394-96, l. 150-216 (no 493).
  • 369 Allen, Opus, t. II, pp. 459-74 (no 531).
  • 370 Allen, Opus, t. II, p. 232, l. 120-20 (no 403, L-V-16) ; pp. 274-76, l. 69-133 (no 435, 7-VII-16).
  • 371 Allen, Opus, t. II, pp. 254-55, l. 75-119 (no 421, 19-VI-16).
  • 372 Allen, Opus, t. II, pp. 272-73, l. 1-21 (no 435, 7-VII-16). — Voir Stegmann, op. cit., pp. 280-82.

169La réponse d'Érasme rend louange pour louange. Faisant part à Budé de son projet d'une réédition du Nouveau Testament, il a l'élégance de solliciter l'aide et les avis du Français365. Les deux hommes concluent un pacte d'amitié qui leur donne le droit de se critiquer mutuellement366. Commencée dans une bonne humeur enrobée de flatterie et de remarques piquantes, la joute épistolaire tourne rapidement à l'aigre-doux. Un tel résultat était prévisible avec deux interlocuteurs aussi susceptibles. Chacun s'efforce de briller par son humour et ses effets de style, de préférence en grec. Aux premiers échanges teintés d'une ironie diffuse, succèdent imperceptiblement des avis plus acerbes, suivis de longues justifications, tout cela sans jamais se départir de grandes protestations de la plus étroite amitié367. Budé se lance alors dans la dangereuse comparaison de leurs génies. Aussi diplomatique soit-elle, son analyse ne laisse aucun doute sur le sentiment qui l'anime d'avoir plus de mérites. Son agacement n'en est que plus évident devant la gloire infiniment plus grande dont Érasme jouit368. Longtemps les deux humanistes s'efforcent de croire à une amitié qu'ils affirment éternelle. Érasme, le premier, bien qu'il s'en défende, semble avoir été piqué au vif ; le ton de ses lettres s'accuse bientôt, qui devait vexer Budé à son tour. Nous assistons à un étrange jeu épistolaire qui finit par se retourner contre ses participants. Ainsi, irrité par la comparaison subtilement établie par Budé à son propre avantage, Érasme oppose d'abord son indignité à soutenir la comparaison ; puis il prétend s'enorgueillir d'être mis sur le même pied que Budé ; enfin il atténue les mérites du Français et se donne le meilleur rôle dans le monde érudit369. Mais le plus grand tort de Budé fut de mettre en doute l'utilité et la valeur de certains écrits d'Érasme : « Pour te parler familièrement, je me suis souvent étonné de te voir dépenser tant d'éloquence et de talent pour des sujets insignifiants […] comme s'il ne valait pas mieux abandonner les écrits médiocres et bas aux esprits qui sont à ce niveau370. » Voilà qui va hérisser Érasme et déclencher d'interminables discussions371. Budé alors s'abaisse à la mesquinerie ; il fait des difficultés sur l'écriture d'Érasme, sa négligence à dater ses lettres ; plus grave, ses remarques atteignent le Nouveau Testament pour lequel Érasme a toujours manifesté une grande susceptibilité. Feignant la reconnaissance, puis la désinvolture, l'humaniste passe ensuite à l'attaque. Le même scénario se reproduit sans fin, à propos de mille et un sujets372.

170Cette étrange amitié est assurément d'un type particulier, qui porte en elle, dès le début, les germes de sa propre destruction. Placée sous le signe d'une rivalité intellectuelle, elle ne pouvait s'accrocher à rien d'autre qu'à l'échange épistolaire pour se renforcer et durer. Née uniquement de l'estime réciproque, elle ne pouvait résister longtemps à ces tracasseries qu'on rencontre parfois chez les esprits les plus grands. Après les premières révérences, les difficultés surgissent dès que les deux amis veulent s'essayer à la franchise familière. Elle ne pouvait pas être payante pour des hommes qui ne se connaissent pas autrement que de réputation et par la lecture de leurs œuvres. A plus forte raison lorsque les critiques sont faites avec cette rudesse qu'aucune véritable familiarité ne semblait pouvoir justifier. Érasme se défend alors avec la seule arme qu'il a toujours admirablement maniée, l'ironie ; une ironie non pas méchante, comme avec certains de ses ennemis, mais suffisamment étudiée pour blesser un esprit sensible comme Budé.

  • 373 de la Garanderie, M.M., La correspondance d'Érasme et de Guillaume Budé, pp. 14 et 16, Paris, 1967.
  • 374 Brewer, Letters…, t. II-2, p. 1029 (no 3198) ; p. 1046 (no 3263) ; p. 1344 (no 4360).

171Cette amitié tourmentée se prolongera dix ans encore, comme désespérément maintenue par tous les moyens possibles. Il y a d'abord la solidarité instinctive entre les amis des belles-lettres, face aux « barbares » et aux réactionnaires. Il y a ensuite et surtout la chaîne d'amitiés littéraires façonnée de part et d'autre pour se rejoindre à travers Érasme et Budé, et qui les empêche de se séparer. Budé apporte à Érasme l'amitié de Lefèvre d'Etaples, de Guillaume Petit, le confesseur de François Ier, d'Etienne Poncher, de François Deloynes et de Louis Ruzé, membres du Parlement de Paris ; il rappelle aussi le souvenir de Germain de Brie, revenu à Paris, de Guillaume Cop et de Thomas Linacre, qui exercent depuis peu la médecine à la cour de France. Érasme offre l'amitié de Thomas More, de Cuthbert Tunstall, de Henri Glaeranus, de Beatus Rhenanus, de Pierre Gilles et d'autres encore… Tout ce beau monde reprend avec enthousiasme le mot de Cicéron : « Tout est commun entre amis et les amis de mes amis sont mes amis. » Mais ces amitiés sont peu profondes, faites avant tout pour « flatter la vanité et le goût des relations avantageuses entre gens de lettres ». Marie-Madeleine de la Garanderie touche du doigt le fond de ces jeux littéraires lorsqu'elle écrit que « le suprême raffinement est de réussir à complimenter autrui en lui faisant sentir qu'on lui est supérieur »373. Tous ces lettrés français, anglais, allemands se connaissent et se lient par Érasme et Budé. A leur tour, ils concluent un vaste pacte d'amitié, et chacun de s'écrire et de se dire des amabilités. Ainsi par l'intermédiaire d'Érasme, Budé se lie avec les amis anglais, More, Pace, Linacre, Tunstall, occasion rêvée pour ces érudits d'échanger quelques beaux éloges de l'humaniste hollandais374.

  • 375 Allen, Opus, t. II, p. 108, l. 164-69 (n* 388) ; p. 247, l. 1-10 (no 415) ; p. 252, l. 22-25 (no 42 (...)

172Érasme, de son côté, est heureux de reprendre contact avec Guillaume Cop, le médecin-humaniste qui a publié des traductions d'Hippocrate et de Galien avant de soutenir Reuchlin contre la Sorbonne. Ses rapports avec Thomas Linacre sont plus réservés. Il est vrai que depuis des années Érasme a l'impression que l'Angais nourrit contre lui certaines préventions, lointain souvenir sans doute des reproches du médecin à propos de ses habitudes de quémander. Thomas More dément ces craintes et assure Érasme que Linacre, en toutes circonstances, « parle abondamment et amicalement de lui ». Dès lors, rasséréné, Érasme écrit au médecin avec sa confiance d'autrefois. A Budé, il fait l'éloge de Linacre, et il déplorera sincèrement sa fin prématurée en 1524375.

  • 376 Allen, Opus, t. III, pp. 95-97 (no 674, 17-IX-17) ; pp. 148-49, (no 718) ; p. 165 (no 735) ; pp. 18 (...)

173Au cours de l'été 1517, Érasme, désireux d'acquérir la protection d'Erard de la Marck, entre en relations avec le jeune Pascal Berselius, un des familiers du prince-évêque de Liège. Pascal de Bierset est un moine bénédictin qui voue à Érasme un culte proche de l'adoration. Comblé des marques d'attention qu'Érasme lui manifeste, il lui écrit des lettres rédigées dans un style fleuri, voire ampoulé, mais qui ne sont pas exemptes d'une naïveté charmante. Il est touchant de voir les efforts que déploie Berselius pour retenir l'attention de l'humaniste pourtant très occupé par la réédition de son Nouveau Testament. « J'ai été impudent, je le sais, écrit-il, et trop audacieux, quand, ces jours derniers, j'ai osé, moi, misérable moucheron, t'écrire à toi qui es, je ne dirai pas le héros, mais le dieu des Lettres […]. Mais […] alors que je craignais ton silence en guise de châtiment, dans ta bonté tu m'as fait une faveur et bien davantage. Car j'ai reçu ce que je n'aurais jamais osé espérer, une lettre de toi, brillante, pleine d'amour et de grâce. » Pour achever de convaincre Érasme de la sincérité de ses sentiments, il se fait rappeler à son bon souvenir par Louis Ruzé, alors en ambassade auprès du prince-évêque. Sans doute amusé par une si flatteuse assiduité, Érasme entretient cette admiration et ménage cette amitié376.

  • 377 Allen, Opus, t. II, pp. 356-60 (no 476-477, X-16) ; t. III, pp. 127-28, l. 1-4 ; 8-9 (no 702, 3-XI- (...)
  • 378 Allen, Opus, t. III, p. 135, l. 10-11 (no 708) ; p. 141, l. 1-4 (no 712) ; pp. 145-47 (no 715).
  • 379 Allen, Opus, t. III, p. 141, l. 5-18 (no 712) ; p. 135, l. 5-10 (no 708) ; p. 166, l. 3-4 (no 736).
  • 380 Allen, Opus, t. III, p. 287 (no 818) ; p. 339, l. 10-14 ; 20 (no 846) ; p. 341, l. 8-10 (no 849).
  • 381 Allen, Opus, t. III, pp. 234-35, l. 2-9 (no 782, 5-III-18).

174Ayant ainsi noué ou renoué de nombreuses amitiés, Érasme se retire à Bruxelles, mais garde le contact avec Pierre Gilles. Les deux hommes restent en bon accord. A la fin de l'année 1517, Érasme apprend que Nicolas Gilles est au plus mal. Connaissant le caractère dépressif de son ami, Érasme tente de lui faire accepter l'inévitable : « Au nom de ce que tu as de plus sacré, je te conjure de supporter courageusement le sort de la condition humaine. Pour ton père, j'ai bon espoir, mais si quelque chose lui arrivait, prends garde que je ne perde pas deux amis à la fois […]. Montre-toi ferme, souviens-toi que tu es un homme377. » Lorsque Gilles perd son père, Érasme, craignant pour sa santé, renonce à venir à Anvers pour la circonstance, mais il écrit une lettre de condoléances où il retrace la vie heureuse et les qualités du défunt, en soulignant qu'il s'est éteint paisiblement, à un âge avancé, le corps toujours robuste et l'esprit bien à lui, entouré de cette nombreuse famille dont il était si fier : « Tu dois moins te tourmenter, cher Pierre, d'avoir perdu ton père, que te féliciter d'avoir eu un tel père […]. Ne paraîtras-tu pas un ingrat de le pleurer ? Tu dois plutôt cultiver son souvenir. Sois son digne successeur, imite ses qualités, et vieillis dans le bonheur avec ta chère épouse Cornelia378. » Érasme ferait preuve d'une grande délicatesse et apporterait à Gilles beaucoup de consolation s'il n'insérait, dans ces mêmes lettres, des rappels déplacés de ses problèmes d'argent : « Je suis peiné de ce chagrin qui te tourmente tellement ; mais si je te harcèle avec mes affaires, c'est uniquement pour t'arracher à tes soucis. » Voyant que Pierre se remet difficilement de son deuil, Érasme le décharge de toutes ses affaires à Anvers379. Érasme ne lui rendra plus visite que très occasionnellement, alors que Gilles, malade, semble avoir le plus grand besoin de lui. Nul doute que le jeune homme ait dû être affecté de l'attitude de son ami. Érasme se contente de l'encourager de loin : il le supplie de ne pas se laisser aller. Le greffier fait de son mieux pour reprendre le dessus ; mais il aspire plus que tout à voir Érasme s'installer chez lui comme autrefois380. Celui-ci le charge à nouveau de recueillir le fruit de ses pensions ; mais Gilles commet des erreurs et occasionne des pertes à Érasme qui cache mal son impatience : « Je ne peux pas m'irriter contre lui, parce qu'il est mon ami et qu'il est malade381. »

  • 382 Allen, Opus, t. II, p. 526, l. 5-12 (no 565, 3-IV-17) ; t. V, pp. 505-506 (no 1470, 26-VII-24) ; t. (...)
  • 383 Allen, Opus, t. VI, pp. 12-14 (no 1541, 30-1-25) ; p. 110 (no 1583) ; p. 130 (no 1590) ; p. 229 (no(...)
  • 384 Allen, Opus, t. VI, pp. 440-41, l. 7-9 (no 1769, XX-26) ; t. VII, p. 424, l. 8-10 (no 2015, 30-VII- (...)
  • 385 Allen, Opus, t. VI, p. 320 (no 1696). — Voir Tourneur, ibidem.

175A ces difficultés s'ajoutent les soucis occasionnés par la pension de Courtrai. Pierre Barbier, jusque là un ami dévoué, n'envoyant pas la totalité des sommes dues, Érasme incrimine son incompétence, puis en vient à soupçonner son agent de détournement382. Excédé, il confiera désormais la direction de ses intérêts à Érasme Schets, un riche marchand et financier anversois, très ouvert aux lettres et aux études, qui deviendra son homme d'affaires et son ami383. Dénonçant les procédés de Barbier et justifiant son attitude à l'égard de Pierre Gilles, il recommande à Schets de tenir ce dernier à l'écart : « Pierre Gilles qui est absorbé par d'autres occupations ne convient guère pour des affaires de ce genre. Ce n'est pas que je me méfie de lui, mais dans les questions d'argent, il applique mal son esprit, lui qui est né pour de plus grandes choses384. » Érasme fait donc reprendre tout l'argent déposé chez Gilles, expliquant à ce dernier qu'il veut le délivrer de tout souci et assurer la perpétuité de leur amitié : « Non que je craigne que celle-ci ne périsse, bien que toutes les choses humaines soient de verre, et que rien n'est plus fragile que l'amitié, mais il ne faut pas s'exposer à ce que quelque nuage vienne attrister le bonheur de nos relations385. »

  • 386 Allen, Opus, t. VI, pp. 246-47 (no 1648) ; p. 283, l. 11-13 (no 1676) ; p. 293, l. 30-40 (no 1681)  (...)
  • 387 Allen, Opus, t. VI, p. 391, l. 1-15 (no 1740) ; t. VIII, pp. 331-32, l. 1-47 (no 2260). — Voir Tour (...)
  • 388 Allen, Opus, t. XI, p. 133, l. 14-15 (no 3019, 21-V-35). — Voir Tourneur, ibidem.Marc'Hadour, L' (...)

176Érasme sera très satisfait des services de Schets et toutes ses lettres seront autant de lettres de remerciement386. Quant à Pierre Gilles, il sera peu à peu oublié. Après 1519, Érasme espace leur correspondance et, une fois retiré à Bâle, il ne se souviendra de lui que pour regretter la mort de son épouse. Mais il recommande bien à Pierre de ne pas profiter de son veuvage pour s'adonner aux folies de la jeunesse, de ne pas oublier ses enfants et de respecter la dignité de sa charge publique. Etrange lettre de condoléances, qui ne pouvait que choquer son destinataire387. Lorsque Gilles mourra en 1533, sa disparition n'affectera guère Érasme qui se contentera de mentionner le fait, sans aucun commentaire388. A cet ami sincère, dévoué et fidèle quoique sans doute maladroit, Érasme avait appliqué ses principes énoncés dans le cas d'une amitié à laquelle on renonce : il l'a dénouée sans jamais la rompre brutalement.

***

  • 389 Allen, Opus, t. III, pp. 492-93, l. 20-31 (no 917, 13-II-19). — Voir Norena, C., Juan-Luis Vivès, p (...)
  • 390 Allen, Opus, t. II, p. 497, l. 15-17 (no 545, 18-III-17) ; t. IV, p. 209, l. 24-59 (no 1082, 15-III (...)
  • 391 Allen, Opus, t. III, p. 616, l. 1-8 (no 987, 10-VI-19) ; t. IV, p. 189, l. 52-62 (no 1066, 17-11-20 (...)

177A Bruxelles, Érasme fait la connaissance, dans l'entourage de la cour princière, d'un jeune lettré espagnol, Juan-Luis Vivès, qui commence à faire parler de lui. Promu précepteur, à Louvain, du jeune archevêque de Tolède, Guillaume de Croy, peut-être sur la recommandation d'Érasme, il entre dans le cercle de l'humaniste qui fait grand cas de lui et qui le voit promis au plus bel avenir389. Comme chaque fois qu'il s'est trouvé un nouvel ami, Érasme veut le faire connaître et le vante à plusieurs de ses intimes. Il envoie ses livres en Allemagne et en Angleterre, suscitant l'enthousiasme de Thomas More devant un talent si précoce. « Je suis heureux, écrit-il à More, que ton avis au sujet de Vivès coïncide avec le mien. Il est de ceux qui porteront ombrage au nom d'Érasme. Il n'est personne pour qui j'éprouve un tel sentiment. Je t'aime d'autant plus que tu l'aimes aussi. » Dès lors sous le patronage d'Érasme, le nom et les écrits de Vivès sont introduits dans le cercle des humanistes flamands et anglais390 Mieux, en l'introduisant, à Paris, dans les milieux humanistes, Érasme renforce sa propre amitié avec Guillaume Budé, ce qui n'est certes pas superflu, malgré l'assurance affichée par les intéressés : « Sa valeur exceptionnelle et sa culture (de Vivès) pourront être à l'avenir, pour la sauvegarde et le maintien de notre amitié, le plus sûr des ciments, si, comme il peut arriver, quelque mésintelligence, ou plutôt quelque léger doute, venait à s'y glisser. Que cela se soit déjà produit, jamais je ne l'avouerai, fût-ce à mon confesseur. » Cette affirmation de Budé trouve un écho dans cette confidence d'Érasme à Vivès : « Il (Budé) ne parviendra jamais à s'aliéner Érasme, même s'il a écrit contre moi de cruelles invectives, tant il s'en faut qu'une escarmouche littéraire puisse séparer des cœurs unis par les liens des Grâces. » L'intervention de Vivès dans le différend qui oppose Érasme et Budé » réussit provisoirement. Elle réussit même si bien qu'une chaleureuse amitié devait naître entre le Français et l'Espagnol, laissant Érasme quelque peu désorienté. Lui-même avoue une pointe de jalousie. Aux dires de Mesnard, l'humaniste, bien qu'il apprécie Vivès, « refuse de le voir entrer en tiers dans son amitié avec Budé »391.

  • 392 Allen, Opus, t. IV, p. 263, l. 1-3 (no 1104) ; pp. 270-73, l. 1-97 (no 1108) ; pp. 280-83, l. 1-79 (...)

178A côté de publications d'auteurs latins, Vivès se lance dans les écrits « engagés » contre certains « sophistes » ennemis des études nouvelles. Pourtant ses prises de position ne lui valent aucune inimitié à Paris, qui reste, selon Érasme, la « citadelle des sophistes et des frelons » ; il se fait au contraire de nombreuses relations dans les milieux théologiques qui n'ont jamais accepté Érasme. Parallèlement à la joie que lui cause le succès de l'Espagnol, Érasme ne peut cacher une pointe d'amertume devant le contraste de leurs situations. Mais est-il vraiment de bonne foi lorsqu'il ose s'exclamer : « Peut-on avoir plus de chance que toi ? Toi qui te fais bien voir en disant du mal, alors que moi je gagne la haine et la jalousie en disant du bien. » Même les protestations de Vivès, qui affirme que les professeurs parisiens ont bien changé à son égard, ne peuvent rendre à l'humaniste sa sérénité : « Je crains, dit-il, que dans ton zèle pour moi, tu n'aies quelque peu exagéré. » Il est vrai que les premiers écrits de Vivès, sans pour cela prêter le flanc à la critique, sont très érasmiens. Ses Méditations reprennent les principes de base de la philosophia Christi d'Érasme, avec ce même rejet des cérémonies et d'une religion extérieure392.

  • 393 Allen, Opus, t. II, pp. 444-49, l. 14-174 (no 522, II-17) ; p. 478, l. 1-31 (no 534). — Voir Mann, (...)

179Si Érasme a peu de partisans dans le monde universitaire parisien, en revanche le monde humaniste, vers 1517, est très érasmien. C est à ce point qu'en février, l'humaniste reçoit par l'intermédiaire de Budé des propositions alléchantes pour s'installer en France. François Ier, ouvert aux nouveaux courants de pensée comme beaucoup de monarques de son temps, se laisse persuader par les lettrés de sa cour de fonder à Paris un collège destiné à l'étude des langues classiques. L'idée de placer Érasme, le savant le plus en vue de son époque, à la tête de ce centre d'études, s'impose à leur esprit. Mis au fait de ce projet par Budé qui plaide avec chaleur la cause française, Érasme se voit offrir un véritable pont d'or qui devrait balayer ses dernières hésitations. La réaction de l'humaniste est un exemple classique de son attitude dans un cas semblable : après de fervents remerciements, il rédige une vague réponse de normand, par laquelle, sans opposer de refus, il ne donne pas non plus son consentement ; il affirme vouloir consulter ses amis et ses protecteurs393.

  • 394 Allen, Opus, t. II, p. 449 (no 523) ; pp. 480-81 (no 535). — Voir Mann, op. cit., pp. 4-6. — de la (...)
  • 395 Allen, Opus, t. II, pp. 531-47 (no 569) ; t. III, pp. 41-42, l. 1-27 (no 620) ; t. IV, pp. 131-32, (...)
  • 396 Allen, Opus, t. II, pp. 454-58 (no 529) ; pp. 482-83 (no 537) ; t. IV, pp. 292-93, l. 19-33 (no 111 (...)
  • 397 Allen, Opus, t. VI, pp. 528-30 (fto 568, 5-IV-17) ; t. III, p. 112 (no 689, 28-X-17) ; pp. 151-52 ( (...)
  • 398 Allen, Opus, t. III, pp. 269-81 (no 810, 12-IV-18) ; p. 288 (no 819) ; pp. 404-405 (no 869) ; pp. 4 (...)

180Le cercle de Budé tout entier appuie la flatteuse invitation. De Paris viennent les lettres de Guillaume Petit, d'Etienne Poncher, de François Deloynes, de Louis Ruzé, de Guillaume Cop, de Germain de Brie394. Ce dernier est de loin le plus enthousiaste. Après huit années d'un silence difficilement explicable, il inaugure à cette occasion une correspondance qui ne prendra fin qu à la mort d'Érasme. Exposant à l'humaniste la faveur où on le tient à la cour de France, il se réjouit de sa prochaine arrivée, qui, dans son esprit, ne fait aucune doute : il lui offre de partager sa maison et sa vie, faisant miroiter une existence très agréable. Pendant que Budé avance et soupèse les termes de la proposition royale, Brie s'abandonne à un lyrisme exalté, voyant dans cette heureuse conjoncture la confirmation des liens noués en Italie. Érasme, une fois encore, est très évasif. Il s'attendrit un instant sur les souvenirs de Venise et de Padoue, mais il aborde à peine le projet royal395. La déception de Brie sera grande lorsqu'il apprendra que le retour de Charles d'Espagne a changé ses projets. Mais Érasme eut-il jamais le désir de s'installer en France ? Déjà il a mis Poncher au courant de ses intentions négatives et proposé d'envoyer à sa place Henri Glareanus. A Budé, à Cop et aux autres, il répond toujours de façon ambiguë396. Longtemps Budé s'est nourri d'illusions ; il est vrai qu'elles étaient entretenues par Érasme lui-même dont aucun refus catégorique n'est venu troubler la confiance du Français. Budé parle chiffres, donne des précisions, Érasme temporise, tergiverse. Cette attitude devait finir par agacer ses amis parisiens. Avec cette mauvaise foi qui le caractérise parfois, Érasme feint de s'étonner de leur silence qui l'inquiète plus qu'il ne veut le dire. Il croit apaiser les esprits en priant Budé de ne plus se compliquer la vie avec ce projet, en admettant que lui, Érasme, n a pas atteint l'âge de la retraite397. Une telle légèreté s'explique si l'on considère qu'Érasme, flatté de l'intérêt que François 1er lui porte et désireux de bénéficier de cette gloire soudaine, ne pouvait décemment rejeter avec dédain la faveur royale. Il a préféré laisser ses amis comprendre lentement sa décision. De là tous ces faux-fuyants qui irritent d'autant plus Budé que le roi et son entourage continuent de porter Érasme aux nues. Son ironie se fige, un début de rancune perce dans des lettres déjà moins élogieuses. Si l'on ajoute qu'à cette époque Érasme se commet avec Lefèvre d'Étaples dans une polémique qui indigne Budé, on comprendra que tout est mis en œuvre pour éprouver l'amitié des deux humanistes. Aux reproches de Budé, Érasme oppose cette fois une méchanceté qui choque plus que des plaintes ou des récriminations. Chose rarissime dans la correspondance d'Érasme, Budé lui écrit une lettre de rupture en bonne et due forme : l'humaniste l'a déçu dans son amitié et blessé dans son amour-propre. Il n'est pas tel qu'il l'avait cru. Il préfère en rester là plutôt que de voir leur amitié se déchirer lamentablement à force de vouloir la sauver398.

  • 399 Allen, Opus, t. III, pp. 448-63 (no 906, 22-XII-18) ; p. 513 (no 930, 21-III-19) ; t. IV, pp. 36-40 (...)
  • 400 Allen, Opus, t. III, pp. 511-12, l. 45-54 (no 928, 19-III-19).
  • 401 Allen, Opus, t. III, pp. 616-17 (no 987) ; pp. 625-26 (no 992) ; t. IV, pp. 60-63 (no 1011, IX-19)  (...)
  • 402 Allen, Opus, t. III, p. 559 (no 954) ; t. IV, pp. 270-76 (no 1108) ; p. 283, l. 80-87 (no 1111) ; t (...)

181Cette fois Érasme prend peur. Assurément il ne pensait pas que Budé en arriverait là. Bien qu'il affecte de ne pas prendre cette rupture au sérieux, il regrette déjà ses escarmouches littéraires : « La victoire ne me plaît pas s'il faut l'acheter de la perte d'une affection. » Il s'explique longuement et conclut qu'il n'y a pas de raison de rompre leur amitié puisque tout part de malentendus. Les reproches qu'il a faits au Français visaient à ménager la réputation de celui-ci, car bien qu'Érasme ait goûté ses plaisanteries, certains de ses amis le jugeaient sévèrement. Il est vrai que Budé l'a taxé d'« ami des flatteurs qui refuse toute remarque même obligeante »399. Aspirant à une réconciliation, Érasme engage Ruzé à faire revenir le maître à la raison : « Je pense qu'il est un ami trop fidèle pour cesser de l'être à cause d'une petite offense ; car à mon avis celui qui cesse d'être un ami sous n'importe quel prétexte ne fut jamais un ami400. » Érasme prenait le risque de vexer Budé davantage encore ; pourtant sa tentative réussit. Budé reconnaît ses torts, pardonne ceux d'Érasme et, puisque celui-ci veut encore être son ami, il l'accepte volontiers401. Dès lors Érasme, à nouveau détendu, vante à qui veut l'entendre les mérites de l'helléniste ; Vivès, une fois de plus, sera le ciment de la concorde retrouvée402.

  • 403 Allen, Opus, t. V, p. 307 (no 1375, 7-VII-23) ; pp. 375-80 (no 1407, 1-1-24) ; p. 385, l. 9-13 (no  (...)

182Nous ne pouvons nous défendre d'un sentiment de malaise devant ce que ce regain d'amitié a d'artificiel et pour tout dire de faux. Des éloges aux sarcasmes, puis du dépit à la joie, en passant par la crainte et l'humilité, tous les états d'âme se reflètent dans ces quelques lettres. Il y a beaucoup de vanité et même de coquetterie dans cet étalage de sentiments où la sincérité n'est pas toujours présente. Et pourtant Érasme nous touche par cette peur soudaine qu'il éprouve de perdre un ami. Certes, en s'aliénant Budé, il s aliénerait une bonne partie de l'opinion lettrée française, mais son comportement est au-delà de ces sortes de calculs. En réalité, Érasme ne peut supporter de n'être pas aimé. Il tient vraiment à l'amitié de Budé, parce que la perte brutale d'un ami est pour lui un déchirement. Il n'a pas voulu aller en France, mais il est heureux qu'on le lui ait proposé. Il agit à sa guise, en ne pensant qu'à lui, mais il est très sensible à l'opinion des autres. De là cette sérénité qu'il respire lorsque tout s'est arrangé. Mais rien en lui n'est changé, il usera toujours de la même légèreté envers le Français. Érasme a toujours été très tyrannique dans ses amitiés… Une nouvelle invitation en France en 1523 n'aura pas plus de succès, malgré le zèle tout neuf dont Budé fera preuve403. Ce deuxième refus relâchera sensiblement leurs relations.

183Décidément Érasme n'a jamais été très heureux dans ses amitiés françaises. Il a eu le malheur de trouver des hommes susceptibles qui ne pouvaient admettre la façon dont il les manoeuvrait. Germain de Brie, seul des humanistes français, saura vouer à l'humaniste cette affection vive et constante, qui demeure en dépit de tout, qu'Érasme réclame de tous ses intimes.

***

  • 404 Voir Nauwelaerts, M.A., Érasme à Louvain. Êphémérides d'un séjour de 1517 à 1521, dans Scrinium er (...)
  • 405 Allen, Opus, t. IV, p. 591, l. 15-18 (no 1238, X-21). — Sur Dorp, voir Hendriks, O., Erasmus te Leu (...)

184Ayant refusé de se fixer en France, Érasme demeure aux Pays-Bas, mais il change une fois de plus de résidence, s'installant à Louvain, où il vivra près de quatre années404, de 1517 à 1521. Érasme a déjà séjourné à plusieurs reprises dans la ville universitaire et il s'y est fait des alliés et des amis, parmi lesquels Adrien d'Utrecht, le futur pape, Jean Paludanus, le secrétaire de l'Université, et Martin Dorp, jeune étudiant originaire de Haaldewijk en Hollande. Après avoir suivi les cours du Collège du Lys, Dorp y devient professeur et donne une impulsion remarquable à l'étude des lettres par son enseignement des classiques latins qui rompt avec les méthodes anciennes. Petit à petit se développe à Louvain un mouvement humaniste qui groupe la plupart des futurs amis d'Érasme. Ardent défenseur des études d'humanité, Dorp commence alors des études de théologie qui le ramèneront dans le camp des scolastiques. En 1515, ayant obtenu le titre de docteur, il devient professeur à la Faculté de théologie. Il sera recteur en 1523. Soumis aux pressions des théologiens traditionnels, il ne se détourne pourtant pas des Lettres et il reste à la pointe du combat. Il personnifie cette lutte entre la scolastique et l'humanisme qui jouera un grand rôle dans ses relations futures avec Érasme. Celui-ci dira de lui : « C'est le seul théologien qui cumule avec succès la théologie scolastique avec la connaissance d'une meilleure littérature, un solide savoir avec une véritable éloquence405. »

  • 406 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 34-36 ; pp. 398-403 (no 180, 11-1504) ; p. 429, l. 6-14 (no 197, VII-15 (...)

185Attiré par la richesse des bibliothèques de la capitale intellectuelle des Pays-Bas, Érasme s'installe à Louvain en 1517. Comme quelque treize ans auparavant, il est l'hôte de Jean Paludanus. Docteur en théologie, professeur doué d'une grande éloquence et d'une remarquable érudition, Paludanus a gravi rapidement les échelons qui l'ont conduit au poste de recteur de l'Université. Érasme se félicitera d'avoir été pris sous l'égide de cet « ornement des belles-lettres », qui n'a pas hésité à le défendre contre les malveillants opposés au Panegyricus de Philippe le Beau. Il quittera la maison de Paludanus au mois d'août 1517, car il a besoin de plus de place pour ses livres406.

  • 407 Allen, Opus, t. III, p. 73, l. 10-13 (no 651, 7-IX-17) ; p. 120, l. 17-19 (no 695, 2-XI-17) ; p. 12 (...)
  • 408 Allen, Opus, t. V, pp. 238-39, l. 1-30 (no 1347, 1-III-23). — Voir Detrez, op. cit., p. 240.

186Érasme s installe au Collège du Lys où il se lie avec le régent, Jean Neven, dit Nevius. Impressionné par sa science théologique, Érasme apprécie surtout son ouverture d'esprit et sa culture classique. Neven favorise lui aussi les progrès difficiles de l'humanisme et, avec Dorp et Adrien Barland, il fait du Lys un centre des belles-lettres. Très estimé à Louvain, le régent a ses entrées dans le monde de la bourgeoisie et de l'aristocratie dont il instruit les enfants. Sa protection sera des plus efficaces à Érasme qui ne lui ménage pas ses éloges : Nihil est Nevio humanius, nihil amicius407. Dès lors, la mort de Neven, en 1523, sera durement ressentie par l'humaniste. Le savant avait pris gaiement son repas du soir avec des amis ; à peine venait-il de « gravir les marches de l'escalier que si souvent, dit Érasme, nous avions pris de concert, qu'il fut terrassé et ne survécut que six heures à l'attaque ». Ayant loué ses qualités d'esprit et de cœur, un seul défaut vient à l'esprit d'Érasme dans cette évocation de son ami : « J'aurais voulu mon Neven moins obstiné aux discussions ; il ne s'y engageait pas facilement ; mais une fois engagé, il n'en démordait plus. Sur ce point nous n'étions pas d accord ; je ne réussissais pas à le persuader que douceur fait plus qu entêtement408. » Érasme oublie que lui-même avait de fortes propensions à s enfoncer dans d'infinies querelles. Sans doute les jugeait-il autrement importantes !

  • 409 Allen, Opus, t. V, pp. 271-72 (no 1355). — Voir Detrez, op. cit., p. 241.
  • 410 Allen, Opus, t. VIII, p. 483 (no 2352, 14-VII-30)

187La mort de Neven devait être la cause de graves difficultés pour Érasme. Ses héritiers s'approprièrent divers meubles et objets précieux, ainsi que de l'argent, laissés par l'humaniste chez son ami en 1521, avant son départ pour Bâle409. L'incident finira pourtant par se régler à l'amiable410.

  • 411 Allen, Opus, t. IV, p. 495 (no 1204, V-21). — Voir Daxhelet, E., Adrien Barland, humaniste belge (1 (...)

188A Louvain, Érasme se lie encore avec d'autres humanistes comme Adrien Barland, Conrad Goclenius, Nicolas Everard, Rutger Rescius… Originaire de Zélande, Barland se consacre comme beaucoup de ses confrères à l'étude du latin et de la philosophie qu'il enseigne avec succès tout en publiant régulièrement des ouvrages destinés aux étudiants. C'est ainsi qu'il donnera une édition abrégée des Adages à l'usage des jeunes latinistes411.

  • 412 Allen, Opus, t. IV, pp. 237-38 (no 1092, 17-IV-20) ; p. 133 (no 1046). — Voir Reedijk, op. cit., p. (...)

189Zélandais de noble origine, Nicolas Everard fut un temps le chancelier de Henri de Berghes, l'ancien patron d'Érasme. Membre du Grand Conseil de Malines et poète à ses heures, il favorise l'expansion de la nouvelle culture. Érasme trouvera en lui un protecteur influent. Les adversaires de l'humanisme créent en effet des troubles à l'Université, où certains professeurs sont refusés parce qu'attachés aux nouveaux programmes d'études. C'est le cas de Rutger Rescius qui se voit même impliqué dans une sombre affaire de menaces au recteur. Érasme plaide sa cause auprès des autorités : il connaît ce professeur, avec lequel il prend tous ses repas au Collège du Lys. C'est un homme réservé, modéré, qui ne peut avoir trempé dans pareille machination. Il mérite au contraire de poursuivre ses leçons et de voir augmenter ses attributions412.

  • 413 Allen, Opus, t. IV, pp. 75-76, l. 12-18 (no 1018) ; p. 533, l. 11-16 (no 1215) ; p. 590, l. 34-38 ( (...)

190Érasme trouvera un ami intime dans l'un des pionniers de l'humanisme à Louvain, Conrad Goclenius. Né en Hollande, celui-ci fit ses premières classes à Deventer. Il sera, jusqu'à sa mort, entièrement dévoué à Érasme, au même titre que Beatus Rhenanus et Boniface Amerbach. Plusieurs fois Érasme déposera chez lui d'importantes sommes d'argent et s'en remettra à lui pour des questions matérielles, notamment pour récupérer les objets que réclament les héritiers de Neven. Découragé et malade, c'est vers Goclenius qu'il se tournera au plus fort de la bataille luthérienne, pour le charger de régler toutes ses affaires après sa mort. Il lui envoie son Compendium vitae qui permettra d'écrire sa biographie. Il sait que le Louvaniste est un homme sûr et compétent qui peut garder un secret et débroussailler une affaire confuse. Fait exceptionnel, Érasme lui dira : « Mon argent est le tien. » Goclenius figurera en bonne place dans les deux testaments d'Érasme qui lui adressera d'ailleurs la dernière lettre écrite de sa main le 28 juin 1536413.

  • 414 Allen, Opus, t. IV, pp. 546-47, l. 9-52 (no 1220) ; pp. 553, l. 37-45 (no 1223). — Rogers, Correspo (...)

191Depuis toujours, on l'a vu, Érasme aime tracer le portrait d'un ami à l'intention d'un autre ami. Il ne fait pas exception pour Goclenius qu'il présente à Thomas More. Après avoir évoqué ses qualités intellectuelles, il en vient à ses qualités morales et montre un Goclenius vraiment fait pour l'amitié : une relation avec lui ne peut être rompue car il n'est pas oublieux des lois de l'amitié. Il ne recherche pas la gloire, ignore la rancune, la jalousie, les passions excessives. Très sociable, et doué d'un grand sens de l'humour, il est très simple dans ses goûts et dans son parler. Manifestement, par cette description qui fait plus d'une allusion au caractère de More lui-même, Érasme s'efforce de lier les deux hommes dont il espère la rencontre lors de la prochaine visite de l'Anglais dans les Pays-Bas. De même, Érasme recommande More à Goclenius et il invite celui-ci à écrire au nouveau Trésorier de Henri VIII. Goclenius s'exécutera en dédiant à More sa version latine de l'Hermotimus de Lucien, dont il sera remercié par une lettre et une coupe remplie de pièces d'or414.

  • 415 Allen, t. I, pp. 434-91 (no 244 A). — Cf. Epithalamium Petri Aegidii, A.S.D., t. 1-3, p. 413, l. 72 (...)

192Après les premiers efforts de ce petit groupe de novateurs, Louvain connaît alors une véritable floraison d'humanistes grâce le grec et l'hébreu. L'initiative de cette entreprise est due à Jérôme à la fondation d'un Collège Trilingue où seront enseignés le latin, Busleiden, de Malines : à sa mort, en août 1517, il laissera une somme importante destinée à la création d'un collège qui viserait à l'enseignement des trois langues, selon le programme érasmien de réforme de la théologie. Érasme avait fait la connaissance du mécène à Orléans, en 1500. Busleiden y faisait son droit et il devait obtenir le titre de docteur à Bologne, l'année suivante. Rentré aux Pays-Bas en possession d'une grande fortune, il joue un rôle actif dans la diplomatie du gouvernement de Bruxelles et il est élu membre du Grand Conseil des Pays-Bas. Partisan des études nouvelles, il désire mettre sa fortune au service de leur diffusion. Il fait construire à Malines la fameuse maison Busleiden où il reçoit et encourage maints lettrés415.

193Érasme s'est donné beaucoup de mal pour faire respecter les dernière volontés de son ami. Refusant de se lamenter sur la mort du diplomate, il se préoccupe avant tout de lui assurer l'immortalité en accomplissant son œuvre posthume. Il prend en charge la fondation de la nouvelle institution, désignant plusieurs candidats aux chaires de latin, de grec et d'hébreu parmi les maîtres les mieux formés aux méthodes de l'humanisme. Après bien des difficultés, le 13 mars 1520, le Collège Trilingue est enfin reconnu définitivement par l'Université pressée par Adrien d'Utrecht ; il est inauguré officiellement en octobre suivant.

  • 416 Allen, Opus, t. III, p. 108, l. 1-4 (no 686, 19-X-17) ; p. 119, l. 3-5 (no 695) ; pp. 258-59 (no 80 (...)

194Un des premiers professeurs du nouveau Collège est Adrien Barland, qui n'y demeure qu'un an. Son successeur, le jeune Conrad Goclenius, occupera la chaire de latin jusqu'à sa mort en 1539. Déçu d'avoir été évincé, Barland confie son amertume à Érasme, qui le console comme il peut, affirmant n'être pour rien dans la nomination de Goclenius, même s'il le juge digne de la confiance mise en lui. Bien que professeur à vie, Goclenius sera en butte aux intrigues. Érasme lui enjoint d'ignorer les attaques de ses adversaires et de continuer son enseignement avec plus de zèle encore, « meilleure façon de faire taire les bavards »416.

195L'humaniste s'attache à cette époque à l'édition des Pères de l'Église et s'assure la collaboration de plusieurs érudits locaux, parmi lesquels un jeune chanoine de Saint-Augustin, Martin Lipsius, qui restera toujours un ami fidèle et un disciple admiratif. Formé à la meilleure école. Lipsius, qu'Érasme aimait appeler « son fils par l'âge et son frère par le sacerdoce », reverra et complétera après 1536 plus d'une édition patristique de son maître. Érasme s'attelle à la tâche : il revoit Jérôme, aborde Origène, prépare Augustin. L'humaniste, qui a besoin de solitude pour travailler efficacement, vit séparé de Lipsius à qui il ne fait que de rares visites. Le jeune érudit ne s'en montre pas autrement peiné : il sait qu'« Érasme se doit à ses travaux, qu'il fait œuvre utile pour l'Église. Devant cet enjeu, qui ne supporterait patiemment son absence, même s'il est son meilleur ami » ? Toutefois Lipsius ajoute : « Mais mon cœur est loin de suivre ce raisonnement. »

  • 417 Allen, Opus, t. III, pp. 185-87 (no 750, 1-18) ; pp. 498-500 (no 922, 111-19) ; t. IV, p. 108 (no 1(...)

196Lipsius travaille consciencieusement. Son zèle et son inquiétude le poussent à tenir Érasme au courant des agissements qui s'opèrent contre lui dans la coulisse. Mais l'humaniste n'en a cure ; il conseille à son disciple de retourner à ses saintes études, sans prêter attention à ces « niaiseries » : « J'ai tant de partisans et tant d'adversaires, que je n'ai guère le loisir de me préoccuper ni des uns ni des autres. » Membre de la communauté du Val Saint-Martin à Louvain, Lipsius fournit à Érasme livres et manuscrits de la bibliothèque du couvent. Même lorsque Érasme sera retourné définitivement en Allemagne, Lipsius continuera à collaborer à ses travaux417.

  • 418 Allen, Opus, t. IV, pp. 550-51, l. 17-21 (no 1222) ; t. V, pp. 40-41, l. 129-60 (no 1271) ; pp. 112 (...)
  • 419 Allen, Opus, t. IV, p. 551, l. 24-36 (no 1222) ; t. V, pp. 98-99, l. 8-18 (no 1303) ; pp. 118-21 (n(...)
  • 420 Allen, Opus, t. V, pp. 280-84 (no 1362) ; p. 612 (no 1531) ; t. VI, p. 260, l. 2-7 (no 1665) ; p. 4 (...)

197Érasme trouve aussi une aide appréciable dans le travail fourni par Juan-Luis Vivès. L'Espagnol participe à l'édition d'Augustin ; c'est lui qui établit et commente le texte du De Civitate Dei. Toutefois Vivès, contrairement à Érasme, n'est pas orienté exclusivement vers l'étude des lettres. Il a de multiples activités et autant de soucis, occasionnés tantôt par une santé défaillante, tantôt par le manque d'argent, tantôt par son métier de précepteur. Accablé de toutes parts, le jeune Espagnol n'a pas le cœur à l'ouvrage : « Mes nerfs sont sur le point de craquer, confie-t-il à Érasme […]. Est-ce là la récompense de mes efforts ? […] L'enseignement m'ennuie à périr. Je ferais n'importe quoi plutôt que de retourner vers ces ignobles élèves. » Et quand lui parvient de son pays natal la nouvelle de la mort de son frère et de l'arrestation de son père par l'Inquisition espagnole, le désarroi de Vivès est à son comble. Aussi envisage-t-il sérieusement de se fixer en Angleterre, d'autant que More lui a obtenu de la reine Catherine une modeste pension. Ce premier voyage en Angleterre, Vivès le fera en 1523, muni de lettres de recommandation d'Érasme. Il rencontre à la cour More, Tunstall, Linacre, Pace, Fisher… Ceux-ci lui obtiennent une chaire de latin et de grec à Oxford, dont il sera vite déçu, bien qu'il soit reçu partout en ami d'Érasme et qu'il n'ait pas perdu la faveur de la reine. En 1524, il est déjà de retour en Brabant. La même année, il épouse à Bruges sa cousine, Margareta Valdoura418. Son travail se ressent de tous ces à-côtés ; Vivès n'a pas la prodigieuse puissance de travail d'Érasme. En 1521, déjà, il s'excuse auprès de son ami : son manuscrit ne sera pas prêt pour le terme prévu. Ce contretemps n'est pas fait pour adoucir Érasme déjà fort irrité par plus d'un détracteur. A son ami Francis Cranevelt, membre du Grand Conseil de Malines, Vivès s'écrie, horrifié : « Si tu voyais les lettres que je reçois d'Érasme ! Par exemple dans celle d'aujourd'hui, quelle aigreur ! quelles récriminations ! quelle violence ! » Le jeune homme se donne pourtant beaucoup de mal pour achever le travail, « travaillant jour et nuit, au risque de compromettre sa santé ». Lorsqu'il remet enfin ses commentaires, il prie Érasme de leur faire subir les corrections qu'il jugera opportunes. Érasme écrit la préface de l'œuvre, ne faisant qu'une brève allusion à Vivès, et la recommande à John Fisher, grand amateur de patrologie419. Tout porte à croire qu'Érasme n'est pas satisfait du travail de Vivès. Celui-ci est mortifié du peu de succès de son œuvre. Blessé dans sa réputation d'écrivain, soucieux de sa gloire quoi qu'il en dise, il invoque son inexpérience dans ce genre de travaux et se dit défavorisé par la renommée d'Érasme et de Budé qui attirent à eux seuls tous les suffrages. On raconte que c'est Érasme qui a conseillé à Froben de ne plus éditer ses ouvrages, mais Vivès se refuse à le croire. Deux ans après, Érasme répondra qu'il n'a pris aucune part dans la décision de l'imprimeur. Celui-ci a suivi l'avis de son associé qui a rayé Vivès de la liste de ses auteurs. Érasme recommande à l'Espagnol une plus grande concision qui rendrait ses livres plus abordables. Dépité, Vivès proclame qu'il cherchera un autre imprimeur. Longtemps encore, il reviendra sur le sujet, même s'il craint de paraître assoiffé de gloire. En fait, malgré ses développements sur la vanité de la renommée, Vivès y paraît très sensible ; son échec l'a cruellement meurtri420. A force de rabâcher les mêmes sentiments, l'Espagnol finit par impatienter Érasme. Il décèle sa froideur nouvelle et ses consignes moralisatrices qui ne trompent pas, à travers une correspondance de plus en plus espacée. Vivès s'émeut de cette désapprobation à peine dissimulée : « Au nom de tous les droits de l'amitié, au nom de tous tes bienfaits à mon égard, au nom de tous les services que j'aurais pu te rendre, je te supplie de me traiter plus gentiment. »

  • 421 Allen, Opus, t. V, p. 11 (no 1256) ; p. 113, l. 25-34 (no 1306) ; t. VI, p. 476, l. 1-10 (no 1792)  (...)

198Effectivement Érasme desserre peu à peu les liens de cette amitié. Alors qu'il a toujours tenu le jeune homme au courant de ses faits et gestes, il ne lui écrit plus que des lettres conventionnelles, épurées de la moindre confidence421. Érasme est-il réellement contrarié des assauts de Vivès qui lui fait trop souvent partager ses états d'âme, ou bien éprouve-t-il un malaise de n'avoir pas su le défendre auprès de Froben ? A moins que son amitié lui soit devenue encombrante depuis qu'il est apparu de peu d'utilité pour ses travaux d'érudition ? Car il n'est pas superflu de constater que le De civitate Dei figure en bonne place dans l'édition complète d'Augustin, parue en 1529, mais sans la lettre au lecteur, les préfaces, l'introduction et les notes de Vivès. Averti de la mauvaise vente de l'editio princeps, Érasme a voulu éviter le même sort à la deuxième édition, en supprimant toute trace du travail de l'Espagnol. De même, dans le Ciceronianus, il passera en revue tous les humanistes talentueux sans mentionner une seule fois le nom de Vivès. Simple oubli, dira-t-il, sans s'émouvoir outre mesure, à ceux qui lui en feront grief.

  • 422 Allen, Opus, t. VIII, pp. 145-61 (no 2157, V-29) ; t. V, pp. 117-19 ; t. VII, pp. 470-71, l. 1-5 ; (...)
  • 423 Allen, Opus, t. VII, p. 83, l. 1-9 (no 1836) ; p. 202, l. 4-10 (no 1889) ; t. VI, p. 260, l. 14-19 (...)
  • 424 Allen, Opus, t. VI, p. 374, I. 11-39 (no 1332) ; p. 476, l. 20-22 (no 1792).

199On comprend que Vivès préfère désormais s'abstenir de collaborer avec Érasme422. Et cependant, — est-ce le fait d'une générosité peu banale, ou d'une admiration aveugle ? — l'amitié de Vivès pour Érasme ne semble pas souffrir de ces incidents. Toujours l'Espagnol s'en prend à lui-même ; sa confiance et son admiration pour le maître demeurent inébranlables. Les longs silences d'Érasme, Vivès les excuse en songeant à la difficulté de ses recherches, aggravée encore par son âge et sa mauvaise santé. Il s'émerveille au contraire qu'Érasme trouve le temps d'écrire à ses meilleurs amis et il lui rend grâce de le compter parmi ces derniers. Touchant de candide assurance, il ne craint pas la désaffection d'Érasme423, qu'il encourage par ailleurs à rassembler tous ses écrits, afin que « son nom ne périsse pas »424.

  • 425 Allen, Opus, t. VVI, p. 78, l. 11-16 (no 1830) ; p. 107, l. 13-19 (no 1847) ; t. VII, p. 471, l. 41 (...)

200Entretemps Vivès a repris la route de l'Angleterre où il a été amené à prendre position dans l'affaire du divorce de Henri VIII. Il a dédié l'Institutio foeminae christianae à Catherine d'Aragon et le De ratione studii puerilis à la princesse Marie dont il a été le précepteur. Confident espagnol de la reine espagnole, il devient un hôte indésirable. Il « navigue à contre-courant », abandonné de bon nombre de ses amis anglais, même si More lui garde son amitié. Parce qu'il a défendu trop haut la cause de la reine, Vivès, en janvier 1528, est placé en résidence surveillée et subit des interrogatoires. Libéré, il prie Érasme de tenter quelque chose pour aider la reine. L'humaniste lui répond par une boutade d'assez mauvais goût. Ayant échoué dans cette affaire, Vivès revient définitivement à Bruges où il s'illustrera dans une carrière d'écrivain. S'il fut un disciple d'Érasme, l'Espagnol vole bientôt de ses propres ailes, publiant des ouvrages sur des questions socio-politiques et religieuses425.

201Une fois de plus, à travers l'amitié d'Érasme et de Vivès, nous voyons à l'œuvre l'égocentrisme d'Érasme qui se sert de ses amis puis les rejette sans bruit lorsqu'il ne peut plus rien en tirer ou lorsqu'ils ont cessé de lui plaire. Pour sévère qu'il soit, ce jugement n'en reflète pas moins une réalité qui se confirme à mesure que l'on avance dans cette étude. En quête de bonnes volontés pour l'aider dans ses tâches quasi insurmontables, Érasme fut heureux de trouver sur son chemin cet Espagnol des Pays-Bas dont il était en droit d'augurer beaucoup de bien. En effet Vivès allait bientôt se révéler un brillant humaniste. Mais il n'est pas facile de travailler pour Érasme. Tout doit être fait comme il l'entend et surtout rapidement. Les défaillances coûtent cher lorsqu'on tient à l'amitié du grand homme. Érasme n'a pas directement écarté son collaborateur, mais il ne l'a pas non plus aidé à se maintenir dans son sillage. Son ascendant sur Froben était pourtant suffisant pour le persuader de donner une nouvelle fois sa chance à l'Espagnol. Que dire alors de la façon implacable dont il a rayé de son édition d'Augustin tout ce que Vivès avait fait pour lui, et qui risquait de compromettre la bonne vente de l'œuvre ? Le plus étonnant dans cette affaire reste pourtant l'inaltérable confiance que Vivès continue à témoigner à Érasme. Il s'irrite contre lui-même et contre le sort ; il se plaint de Froben et de ses employés, mais jamais il n'aura un mot déplacé envers l'humaniste. Il est sans doute du nombre de ces amis irréductibles que rien ne pourrait arracher à leur adoration parce qu'ils ne le veulent pas.

***

  • 426 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 29-34 ; t. IV, p. 287-88, l. 36-38 (no 1113) ; p. 288, l. 10-12 (no 11 (...)

202A côté de ces admirateurs inconditionnels, Érasme possède des amis plus clairvoyants qui l'acceptent tel qu'il est, en connaissance de cause. Parmi ceux-là, il y a quelques amis allemands qui l'informent régulièrement de ce qui se passe en Allemagne. Pourtant en juin 1520, Érasme est surpris de revoir à Louvain Ulrich de Hutten. Depuis longtemps, celui-ci nourrit l'espoir de réaliser l'unification de l'Allemagne en l'affranchissant de Rome. A l'avènement de Charles, il a cru avoir trouvé le souverain idéal d'une Allemagne unie et libre de toute contrainte ecclésiastique. Il a donc quitté Mayence pour exposer ses intentions à la cour de Bruxelles où ses amis s'efforcent de l'introduire. En cours de route, Hutten rencontre Érasme et lui expose son dessein. Sans doute lui demande-t-il déjà de rejoindre sa cause. L'humaniste est plus que réservé devant la violence de ses propos, l'audace de ses projets et sa farouche détermination de ne reculer devant rien pour réussir. Pourtant il recommande son ami à la cour, ce qu'il aura tout le loisir de regretter par la suite. En effet, abattu par l'échec de sa tentative, le chevalier sera amené à des violences qu'Érasme ne pourra pas accepter : « Une de mes lettres compare Hutten à Thomas More […], mais il s'est montré bien différent de lui, et a fait de moi un mauvais prophète ; alors que dans le Nouveau Testament, j'ai fait résonner sa louange avec une exceptionnelle amitié. » Bientôt les événements auront raison de cette grande amitié426.

  • 427 Allen, Opus, t. IV, p. 232, l. 607-12 (no 1087) ; p. 255, l. 190-92 (no 1096) ; p. 261, l. 10-13 (n(...)

203Charles a bien peu de temps à consacrer à Hutten. Depuis le mois de mai, il est en négociations avec Henri VIII et François Ier, dans cette conférence au sommet que l'on appellera les entrevues de Calais. Érasme lui-même, comme conseiller de Charles, se rend à Calais sur les invitations pressantes de More et Warham, membres de la délégation anglaise. Il a la joie d'y revoir une foule d'amis qu'il n'a plus vus depuis longtemps : More, Tunstall, Warham, Fisher, Mountjoy, Vivès… : « La possession de tels amis est aussi précieuse que rare, surtout à notre époque ; il faut d'autant plus l'enrichir et la protéger. » A côté de ces retrouvailles bienvenues, Érasme rencontre Francis Cranevelt, le magistrat flamand, ami de Vivès, qu'il présente à son tour à Thomas More, en même temps que Goclenius, ravi d'avoir ainsi réuni de nouveaux amis. Cranevelt lui en gardera une vive reconnaissance427.

  • 428 Allen, Opus, t. IV, p. 567, l. 1-5 (no 1228) ; t. V, p. 205, l. 73-78 (no 1342). — Voir Reynolds, o (...)
  • 429 Allen, Opus, t. V, p. 113, l. 23-25 (no 1306) ; p. 330, l. 1-2 (no 1385). — Voir Marc'Hadour, op. c (...)
  • 430 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 275-301 (nos 115-127, 1523).
  • 431 Allen, Opus, t. V, pp. 363-65 (no 1402) ; pp. 366-67 (no 1404). — Voir Castelli, op. cit., pp. 3-19

204En août 1521, les amis se retrouvent une dernière fois, à Bruges, lors d'une ambassade anglaise auprès de l'empereur. Érasme ne reverra plus More et les autres Anglais, même si « rien dans la vie ne lui est plus cher et plus agréable que d'être en leur compagnie »428. Cette séparation définitive des deux amis joue un rôle indéniable dans un éloignement passager de leurs esprits. Les années 1520-21 marquent un tournant important dans leurs relations. Déjà la mort de Colet et de Grocyn a brisé le groupe des amis unis depuis vingt ans. Désormais More se tourne de plus en plus vers les affaires de l'Etat, tandis que Érasme se trouve submergé par les problèmes religieux et par les attaques dont il est l'objet. Pourtant leurs relations sont loin d'être rompues. En 1522, More tombe malade ; Vivès tient Érasme au courant et sert de courrier entre les deux amis429. Les années suivantes, More est très pris par les affaires de l'Etat430, mais Érasme ne l'oublie pas, lui et sa famille. En décembre 1523, il dédie à John More son commentaire du poème Nux attribué à Ovide et à Margaret Roper, ses commentaires sur des hymnes de Prudence431.

  • 432 Allen, Opus, t. IV, pp. 571-72 (no 1231) ; t. V, p. 95, l. 15-18 (no 1302) ; pp. 203-205, l. 17-24  (...)

205Assoiffé de repos, Érasme, durant l'été de 1521, se retire dans la campagne d'Anderlecht. Il est l'hôte de Pierre Wychman, chanoine et écolâtre du Chapitre de Saint-Pierre, qui le reçoit dans sa demeure campagnarde « De Zwane », à l'emblème du Cygne. Wychman ayant pu fournir des renseignements sur des manuscrits du Nouveau Testament, les deux savants se sont liés d'amitié et travaillent de concert. Érasme fait souvent la navette entre ses différents points d'attache, saluant un évêque ici, rencontrant un cardinal là-bas. Cet été 1521 constitue une heureuse parenthèse dans sa vie laborieuse et inquiète ; il recouvre ses forces et retrouve un moral bien nécessaire pour les dures épreuves qui l'attendent encore432.

  • 433 Allen, Opus, t. V, p. 142, l. 12-14 (no 1322) ; pp. 476-77, l. 22-28 (no 1457) ; t. VI, pp. 172-73, (...)
  • 434 Allen, Opus, t. V, p. 381, l. 11-12 (no 1408) ; p. 395, l. 39-41 (no 1416). — Voir Renaudet, op. ci (...)

206Las des Pays-Bas où sévissent moines et théologiens, Érasme quitte Louvain en octobre 1521 ; il laisse ses amis flamands dans l'espérance de son retour au printemps prochain. On sait que la maladie et les circonstances se liguèrent pour empêcher jusqu'à la fin l'accomplissement de cette promesse. Pendant des années, ses fidèles attendront et prépareront un retour qui n'aura jamais lieu et auquel Érasme finira d'ailleurs par renoncer. Sa venue n'est pas seulement souhaitée aux Pays-Bas. Partout on s'arrache l'humaniste qui lève un oeil moqueur sur cet enthousiasme qu'il déchaîne : « Je suis inondé de tous côtés de lettres pleines d'amour : pape, cardinaux, évêques, empereur, rois, ducs, barons […]. On me fait les offres les plus avantageuses […]. Tant de gens m'aiment que je ne puis répondre, fût-ce aux plus courtes lettres. Vraiment je serais roi si j avais la jeunesse433.» Et l'humaniste de ménager les uns et les autres, bien décidé à ne bouger qu'en toute dernière extrémité. En fait, malgré les avertissements de Marguerite d'Autriche lui certifiant que sa pension sera supprimée s'il ne rentre pas aux Pays-Bas, Érasme ne pourra se décider à quitter la Germanie434.

***

207Érasme s'est créé aux Pays-Bas, en quatre ans, assez d'amitiés pour soutenir ses idées et défendre ses intérêts. Il a pu partir tranquille, conscient de la garde fidèle qu'il laisse derrière lui. Par sa fréquentation des milieux universitaires et par son inlassable talent d'épistolier, Érasme s'est acquis durant ces années de nombreuses amitiés humanistes dont on a déjà souligné la fragilité. Il s'est attaché aussi des amis plus intimes tels Pierre Gilles, Luis Vivès, Conrad Goclenius. Et surtout il a revu souvent et longuement son cher More dont bientôt la vie va le séparer.

208Le séjour d'Érasme dans les Pays-Bas a donc été fertile en amitiés ; mais il n'a pas été exempt d'orages. La joie que lui a procuré l'essor de l'humanisme au Collège Trilingue a été passablement gâchée par l'hostilité des tenants de la scolastique. Mais nous touchons là déjà à un autre problème.

209Au terme de ce vaste tour d'horizon des amitiés innombrables qu'Érasme a nouées au cours de ses fréquents voyages sur tous les chemins d'Europe, nous avons en quelque sorte mis en place ce véritable arsenal dont l'humaniste dispose désormais face aux « barbares » et aux irréductibles. On a vu qu'il est considérable ; Érasme saura agir en conséquence. A la veille de la Réforme, il peut compter sur de véritables clans d'érasmiens dispersés aux quatre coins de l'Europe, qui n'attendent qu'un mot du maître pour pourfendre de la plume les insolents qui osent attaquer le Prince des humanistes. Il y a au sein de ces troupes érasmiennes les grandes amitiés anglaises où la mort a pourtant déjà fait ses ravages ; il y a les fidèles Italiens dont le soutien sera utile dans l'entourage du pape. Et puis ces érasmiens français, difficiles à saisir et à l'amourpropre chatouilleux. Il y a aussi les amis allemands dispersés sur le terrain même du drame qui se joue. Enfin les amis flamands qui auront fort à faire pour soutenir Érasme.

210Cette armée d'amis dévoués, parfois jusqu'au fanatisme, n'est pas toujours facile à mener et peut se retourner contre Érasme lui-même. Composée d'éléments disparates aux opinions les plus partagées, elle sera secouée de mouvements divers et subira bien des transformations. Beaucoup quitteront ses rangs, cependant que d'autres viendront la renforcer du dehors. Les événements à venir se chargeront de déséquilibrer cette belle ordonnance.

Notes

1 Reulos, M., Paris au temps d'Érasme, dans CET., t. I, pp. 79-86, Paris, 1972. — Beumer, op. cit., pp. 17-19.

2 Voir Godet, M., La Congrégation de Montaigu, Paris, 1912. — Cf. Renaudet, A., Jean Standonck, un réformateur catholique avant la Réforme, dans le Bulletin de la Société dHistoire' du protestantisme français, t. 57, pp. 5-81, Paris, 1908. — Sur la réforme des couvents à la fin du xve siècle, voir renaudet, Préréforme., pp. 183-246 ; 290-365. — Massaut, J-P., fosse Clichtove, l'Humanisme et la Réforme du clergé, t. I, pp. 110-13, Paris, 1968.

3 Érasme a détaillé le régime qu'il dut subir à Montaigu dans le colloque Ἰχθυοφαγία, ASD., t. 1-3, pp. 531-33.

4 Sur les querelles à l'Université de Paris au xve siècle, voir Renaudet, op. cit., pp. 25-52 ; 79-80 ; 90-114.

5 Compendium Vitae, p. 50, l. 111-12. — Voir Renaudet, op. cit., p. 267. — Massaut, op. cit., pp. 128-43.

6 Cette lettre dÉrasme a disparu, mais la réponse de Gaguin permet d'en reconstituer la teneur. Le poème s'intitule Carmen hendecasyllabum quo primum Herasmus Gaguinum nondum visum compellat (L.B., t. I, col. 1217. — Cf. Reedijk, op. cit., pp. 60 ; 239-40). — Voir Stegmann, A., Érasme et la France (1495-1520), (dans Colloquium Erasmianum, p. 276, Mons, 1968.

7 Renaudet, op. cit., pp. 114-15 ; 120-21 ; 127. — Beumer, op. cit., pp. 19-21. — Renaudet, Érasme et l'Italie, p. 21. — Detrez, L., Érasme et ses amis flamands du West-Quartier, dans Annales du Comité Flamand de France, t. 45, p. 238, Lille, 1954. Sur l'introduction de l'humanisme italien à Paris, voir Renaudet, Préréforme…. pp. 81-89 ; 114. — Massaut, op. cit., pp. 113-14 ; 144-68.

8 Allen, Opus, t. I, p. 147, l. 24-27 (no 43, IX-95) ; l. 3-5 no (44, 24-IX-95).

9 Allen, Opus, t. I, p. 147, l. 30-34 (no 43, IX-95).

10 Allen, Opus, t. I, pp. 149-52 (no45, 24-IX-95). — Cf. Compendium Roberti Gaguini super Francorum gestis ab ipso recognitum et auctum, Paris, Jean Petit, 1504. — Voir Renaudet, op. cit., pp. 258-59. — Mestwerdt, op. cit., pp. 291-95.

11 Allen, Opus, t. I, p. 153, l. 1-4 ; 24-25 (no 46, 7-X-95.) — Voir Mestwerdt, op. cit., p. 246.

12 Renaudet, op. cit., pp. 122-25 ; 277 ; 508. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 22-23.

13 Allen, Opus, t. I, p. 234, l. 20-21 (no 95, 2-V-99). — Voir Reedijk, op. cit., p. 64. Érasme écrira un nouveau poème en l'honneur de ses deux amis : In Annales Caguini et Eclogas Faustinas Carmen ruri scriptum et autumno (L.B., t. I, col. 1217. — Voir Reedijk, op. cit., pp. 240-43). Sur Érasme et Andrelini, voir Cantimori, D., Note su Erasmus e l'Italia, dans Studi Germanici, t. II, p. 146, Florence, 1937.

14 Allen, Opus, t. I, pp. 311-12, l. 10-24 (no 103, 1499). Trad. M. Delcourt. — Voir Hyma, op. cit., p. xiii.

15 Allen, Opus, t. I, pp. 311-12, l. 1-6 (no 134, 20-XI-1500). — Voir brabant, H., Érasme, humaniste dolent, p. 14, Bruxelles, 1971.

16 Allen, Opus, t. IV, p. 263, l. 11-17 (no 1104, V-20).

17 Allen, Opus, t. I, pp. 283-84 (no 121-122, III-1500).

18 Allen, Opus, t. I, p. 213, l. 40-42 (no 134, 20-XI-1500).

19 Allen, Opus, t. I, p. 313, l. 44-49 (no 134) ; t. II, p. 469, l. 405 (no 531, 15-II-17). Voir Béné, op. cit., pp. 113-21.

20 Allen, Opus, t. III, p. 358, l. 75-77 (no 855, 26-VII-18).

21 Renaudet, Préréforme…, pp. 213-24. — Cf. Mestwerdt, op. cit., pp. 297-302. — Debongnie, P., Jean Mombaer de Bruxelles, abbé de Livry, ses écrits, ses réformes, Louvain, 1927. Sur la Devotio Moderns, voir Mestwerdt, op. cit., pp. 78-114 ; 222-34. — Hyma, A., The Christian Renaissance, a history of the « Devotio Moderna », New York et Londres, 1924.

22 Allen, Opus, t. I, p. 201, l. 12-31 (no 73, IV-98) ; p. 167, l. 36-41 (no 52, 4-II-97).

23 Allen, Opus, t. I, pp. 166-67, l. 2-5 ; 26-35 (no 52, 4-II-97). — Voir chantraine, op. cit., pp. 46-49.

24 Renaudet, op. cit., pp. 340-41.

25 Allen, Opus, t. I, pp. 169-73 ; 196-97 ; 199 (nos 54-56, 70, 72, 1497-98).

26 Bierlaire, F., La première édition reconnue des Colloques d'Érasme, dans Études classiques, t. 37, pp. 44-59, Namur, 1969. — Id., Érasme et Augustin Vincent Caminade, dans B.H.R., t. 30, pp. 357-362, Genève, 1968. — Cf. Stegmann, op. cit., p. 277.

27 Allen, Opus, t. I, p. 182, l. 35-38 (no 61, VIII-97) ; p. 317, l. 44-47 (no 136, 9-XII-1500).

28 Allen, Opus, t. III, p. 465, l. 8-28 ; 33-44 (no 909, 1-1-19). — Cf. A.S.D., t. 1-3, pp. 3-15. — Voir Bierlaire, F., Les Colloques d'Érasme, dans Histoire et Enseignement, pp. 11-35, Bruxelles, 1970. — Bierlaire, Un manuel scolaire : les Familiarum colloquiorum formulae d'Érasme, dans Études classiques, t. 36, pp. 125-139, Namur, 1968.

29 Allen, Opus, t. I, p. 298, l. 33-35 (no 129, VII-1500) ; p. 209, l. 22-33 (no 80, 29-XI-98). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 397-98.

30 Allen, Opus, t. I, p. 233, l. 12-14 (no 95, 2-V-99) ; p. 282, l. 250-51 (no 119, II-1500). — Voir Bierlaire, F., Érasme et Augustin Vincent Caminade, dans B.H.R., t. 30, p. 350, Genève, 1968.

31 Allen, t. I, pp. 309-10, l. 22-104 (no 133, IX-1500). Trad. M. Delcourt.

32 Allen, Opus, t. I, p. 316, l. 14-18 ; 32-33 no (136, 9-XII-1500) ; pp. 320-21, l. 12-15 ; 20-36 (no 138, 2-XII-1500) ; pp. 361-62 (no 156, 15-VII-1501).

33 Allen, Opus, t. I, pp. 194 ; 198-99 no (66, 71, 1497-98). Voir Huizinga, op. cit., pp. 60 et sv.

34 Allen, Opus, t. I, p. 199, l. 2-4 (no 72, III-1498).

35 Allen, Opus, t. I, pp. 175-80 (no 58, 1497) ; pp. 185-87, l. 164-253 (no 61, 1497).

36 Allen, Opus, t. I, p. 189, l. 11-26 (no 63, 1497).

37 Allen, Opus, t. I, p. 181, l. 5-12 (no 61, 1497). Trad. M. Delcourt.

38 Allen, Opus, t. III, p. 295, l. 25-27 (no 829, 24-IV-18).

39 Allen, Opus, t. VI, p. 186 (no 1624, X-25) ; p. 221 (no 1641, 1525).

40 Allen, Opus, t. I, pp. 224-25, l. 1-41 (no 88, 4-II-99) ; pp. 290-97 (no 126, VI-1500) ; pp. 444-47 (no 211, IX-1508) ; t. II, pp. 5-7 (no 301, 30-VIII-14). — Voir Looten, C., Érasme et ses amis de Saint-Omer, Courtebourne, Tournehem et Hammes, dans le Bulletin du Comité Flamand de France, t. XI, p. 249, Lille, 1939. — Hadot, J., Érasme à Tournehem et Courtebourne, dans C.E.T., t. I, pp. 87-96, Paris, 1972. — Renaudet, Érasme et l'Italie, pp. 84-85. — Huizinga, op. cit., pp. 72-74 ; 115.

41 Thomson, D.F.S. et Porter, H.C., Erasmus and Cambridge. The Cambridge Letters of Erasmus, pp. 216-17, Toronto, 1963. — Rouschausse, Jean, Erasmus and Fisher. Their Correspondence, 1511-1524, pp. 88-89, Paris, 1968.

42 Allen, Opus, t. I, p. 569, l. 130-31 (no 296, 8-VII-14). — Voir Looten, ibidem. — Sur les efforts fournis par Mountjoy pour améliorer les conditions matérielles d'Érasme, voir aussi brewer, J.S., Letters and papers, foreign and domestic, of the reign of Henry VIII, t. I, p. 663, no 4428 ; t. II, p. 244 no 889-90, Londres, 1862.

43 Allen, Opus, t. I, pp. 450-52 (no 215, 27-V-1509) ; p. 467, l. 18-22 (no 227, 13-IX-11). — Voir Hoogewerff, G.J., Erasmus te Rome in de zomer van 1509, dans De Gids, t. 122, pp. 23-24, Amsterdam, 1959. — Cf. Renaudet, A., Erasme, sa vie et son œuvre jusqu'en 1517, dans la Revue historique, t. 112, p. 243, Paris, 1913.

44 Allen, Opus, t. I, p. 225, l. 53-54 (no 88, 4-II-99) ; pp. 241-42 (no 105, X-99).

45 Allen, Opus, t. I, p. 210, l. 77-82 (no 80, 29-XI-98). — Voir Slootmans, op. cit., pp. 113-23.

46 Allen, Opus, t. I, p. 225, l. 39-50 (no 88, 4-II-99) ; pp. 226-29 (nos 90-92, II-99). — Voir Mestwerdt, op. cit., pp. 241-44. — Hadot, ibidem.

47 Allen, Opus, t. I, pp. 233-35 ; 236-38 (no 95, 101-102, V-99). — Voir Halkin, Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 40, Paris, 1972.

48 Allen, Opus, t. I, pp. 282-83 (no 120, II-1500). — Voir Castelli, A., Note sull'umanesimo in Inghilterra, pp. 65-67, Milan, 1949.

49 Allen, Opus, t. I, pp. 275-82 (no 119, II-1500).

50 Allen, Opus, t. I, pp. 284-85 (no 123, III-1500) ; pp. 287-88, l. 59-64 (no 124, 12-IV-1500) ; pp. 321-22, l. 39-58 (no 138, 11-XII-1500). — Voir Renaudet, Préréforme…, pp. 400-401. — Cf. Huizinga, op. cit., pp. 92-95.

51 Allen, Opus, t. I, p. 287, l. 36-39 (no 124, 12-IV-1500).

52 Allen, Opus, t. I, p. 298, l. 12-13 ; 28-29 (no 128, VII-1500) ; p. 299, l. 21-23 (no 129, IX-1500). — Chantraine propose une explication au peu d'empressement des mécènes d'Érasme à accéder à ses désirs : aucun d'eux, pas même Batt, ne comprendrait tout à fait ses nouveaux projets de théologien, qui nécessitent forcément une longue et préalable démarche de philologue. Dès lors, ils craindraient d'investir à fonds perdus (Chantraine, Mystère…, p. 60). — Pourtant, nulle part, dans la correspondance d'Érasme, nous n'avons trouvé trace de cette explication.

53 Allen, Opus, t. I, pp. 301-305 (no 130, IX-1500). — Voir Huizinga, op. cit., p. 95.

54 Allen, Opus, t. I, pp. 288-89, l. 17-30 (no 125, 1500). Trad. M. Delcourt.

55 Allen, Opus, t. I, p. 323, l. 100-18 (no 138, 11-XII-1500) ; pp. 366-67, l. 13-28 (no 159, 18-VII-1501) ; p. 225, l. 59-60 (no 88, 4-II-99).

56 Allen, Opus, t. I, p. 322, l. 59-70 (no 138, 11-XII-1500). — Voir Mestwerdt, op. cit., p. 242.

57 Allen, Opus, t. I, pp. 325-27, l. 18-90 (no 139, 12-XII-1500).

58 Allen, Opus, t. I, pp. 346-47, l. 7-45 (no 146, 27-I-1501).

59 Allen, Opus, t. I, p. 346, l. 1-6 (no 146, 27-I-1501) ; p. 325, l. 1-6 ; p. 328, l. 116-20 (no 139, 12-XII-1500) ; p. 355, l. 13-15 (no 151, 5-IV-1501). — Voir Mestwerdt, op. cit., p. 242.

60 Allen, Opus, t. I, p. 372, l. 1-3 (no 163, VIII-1500) ; p. 379, l. 11-13 (no 170, 2-VII-l502) ; p. 381, l. 1-3 (no 172, IX-1502). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 78 ; 103 et sv.

61 Looten, op. cit., pp. 242-43.

62 Allen, Opus, t. I, pp. 352-53 (no 149, 16-III-1501) ; pp. 498-99, l. 15-31 (no 252, 6-II-12) ; p. 518, l. 3-5, n. 5 (o 266, 12). — Voir Looten, op. cit., pp. 246 et sv. — Cf. Marc'Hadour, Germain, L'Univers de Thomas More. Chronologie critique de More, Érasme et leur époque (1477-1536), p. 213, Paris, 1963.

63 Allen, Opus, t. I, p. 376, l. 5-10 (no 165, 1501). — Voir Looten, op. cit., op. cit., pp. 244-46.

64 Allen, Opus, t. I, pp. 318-19, l. 31-44 (no 137, 2-XII-1500) ; pp. 350-51, l. 47-69 (no 147, 27-1-1501) ; p. 354, l. 9-20 (no 150).

65 Allen, Opus, t. I, pp. 551-54 (no 288, 14-111-14). — Voir Halkin, L.-E., Érasme, la guerre et la paix, dans la Revue nouvelle, t. 50, pp. 237-53, 1969. — Id., Érasme et l'humanisme chrétien, pp. 80-100, Paris, 1969.

66 Allen, Opus, t. I, p. 373, l. 6-7 (no 163, VIII-1501) ; p. 376, l. 13-14 (no 165, 1501) ; p. 378, l. 1-6 (no 168, 1502). — Voir Looten, op. cit.. pp. 245-46. — Hadot, ibidem.Godin, A., Jean Vitrier et le « Cénacle » de SaintOmer, dans C.E.T., t. II, pp. 781-805, Paris, 1972. — Beumer, J., Erasmus von Rotterdam und seine Freunde aus dem Franziskanerorden, dans Franziskanische Studien, t. 51, pp. 119-22, 1969.

67 Van Damme, D., Erasme à Anderlecht, dans Le Folklore Brabançon, no 90, pp. 600-607, Bruxelles, 1936.

68 Allen, Opus, t. IV, pp. 507-27 (no 1211, 13-VI-21). Colet et Vitrier sont morts tous les deux la même année, en 1519. Peut-être ce hasard a-t-il inspiré à Érasme la mise en parallèle de deux hommes si différents, mais à la piété très semblable.

69 Douze lettres d'Érasme éditées par R. Crahay et M. Delcourt, pp. 161-63, Paris, 1938.

70 Derville, Alain, Un aspect du problème de la réforme religieuse à Saint-Omer au début du xive siècle : Jean Vitrier et les religieuses de Sainte-Marguerite (1500-1530), dans Revue du Nord, t. 42, pp. 207-39, Lille, 1960.

71 Du Plessis d'Argentré, Charles, Collectio iudiciorum de novis erroribus, qui ab initio XIIII saeculi usque ad annum 1713 in Ecclesia proscripti sunt et notati, t. I, 2 a, pp. 340-41, Paris, 1725. — Voir Derville, op. cit., pp. 230-31. — Renaudet, op. cit., p. 297 ; 426-28.

72 Allen, Opus, t. IV, p. 511, l. 136-57 (no 1211, 13-VI-21).

73 Allen, Opus, t. IV. p. 508, l. 18-19 ; 30-41 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., pp. 229-30. — Chantraine, op. cit., pp. 66-67. — Béné, op. cit., p. 124. Jean Vitrier est né vers 1456 dans le milieu de la bourgeoisie tournaisienne. A dix-huit ans, il s'inscrit à la Faculté des Arts de Louvain où il semble avoir fait des études sans éclat. Peut-être à ce moment était-il déjà entré dans l'ordre des franciscains.

74 Allen, Opus, t. IV, pp. 508-509, l. 20-29 ; 44-50 ; 21-72 (no 1211). — Voir Renaudet, op. cit., p. 426. — Derville, op. cit., p. 233.

75 De vita… Origenis, L.B., t. VIII, col. 437-40. — Allen, Opus, t. I, p. 376, l. 3-14 (no 165, 1501) ; pp. 19-20, l. 34-12. — Voir Chantraine, op. cit., pp. 64-65. Béné, op. cit., pp. 124-25. — Godin, A., De Vitrier à Origène. Recherches sur la patristique érasmienne, dans C.E., pp. 48-49, Mons, 1968.

76 Godin, op. cit., p. 57. — Hadot, Jean, Le Nouveau Testament d'Érasme, dans C.E., p. 63, Mons, 1968. — Chantraine, op. cit., pp. 316-62.

77 Godin a montré par un tableau synoptique poussé jusqu'à la comparaison du vocabulaire, comment Érasme a voulu rapprocher ces deux prédicateurs d'exception, Origène et Vitrier. Cette identité n'a rien d'étonnant ; Vitrier tenait Origène pour son modèle de prédication ; il possédait un recueil de ses homélies qu'il prêta à Érasme (Godin, op. cit., pp. 47 ; 49-57). — Voir Chantraine, op. cit., p. 66.

78 De l'étude de l'homéliaire de Vitrier, Godin conclut que les qualités de prédicateur qu'Érasme lui prête sont propres au franciscain. L'humaniste n'a pas, comme on pourrait le croire, « projeté après coup sur le gardien les caractéristiques psychologiques et spirituelles d'Origène, en tombant dans le piège de l'idéalisation à posteriori » (Godin, op. cit., pp. 51-52. — Voir aussi Godin, A., Spiritualité franciscaine en Flandre au xvie siècle, L'Homéliaire de Jean Vitrier. Texte, étude thématique et sémantique, Genève, 1971). — Voir Chantraine, op. cit., pp. 65-66.

79 Allen, Opus, t. IV, pp. 512-13, l. 158-96 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., p. 234.

80 Allen, Opus, t. IV, pp. 509-10, l. 79-95 (no 1211). — Derville reconnaît dans cette communauté les religieuses de Sainte-Marguerite à Saint-Omer et relate l'affaire dans ses moindres détails (Derville, op. cit., pp. 207-27 ; 235-36).

81 Allen, Opus, t. IV, pp. 513-14, l. 197-236 (no 1211). — Voir Derville, op. cit., p. 236. — Godin, ibidem.

82 Allen, Opus, t. I, pp. 238-39, l. 6-22 (no 103, 1499). — Voir Reynolds, E.-E., Thomas More and Erasmus, p. 21, Londres, 1965. — Beumer, op. cit., pp. 29-30.

83 La date de naissance de Thomas More n'est pas sûre. Érasme déclare que lors de leur première rencoitre Thomas n'avait pas vingt-trois ans accomplis (Allen, Opus, t. IV, p. 14, l. 56-57 (no 999, 23-VII-19). Il serait donc né le 7 février 1477. Mais les avis des biographes divergent à ce sujet. Voir Seebohm, F., The Oxford Reformers. John Colet, Erasmus and Thomas More. Being a history of their fellow-work, append. C, pp. 521-28, Londres, 1911. — Reynolds, op. cit., p. 16. — Marc'Hadour, op. cit., pp. 34-41. — Reynolds, Saint Thomas More, Londres, 1953.

84 Les premiers biographes de More racontent que les deux hommes se rencontrèrent au cours d'un dîner et lièrent conversation. Érasme se serait exclamé : « Aut tu es Morus aut nullus » et More aurait répondu : « Et tu es Deus aut daemon aut meus Erasmus ». — Voir Seebohm, op. cit., p. 114. — Reynolds, Thomas More and Erasmus, p. 1, Londres, 1965. — Flitner, op. cit., p. 58.

85 Allen, Opus, t. I, p. 423, l. 28-32 (no 191, 1-V-1506).

86 Allen, Opus, t. IV, pp. 13-15, l. 13-16 ; 34-56 ; 75-79 (no 999, 23-V-19). — Cf. Sir Thomas More Selections from his English Works and from the Lives by Erasmus and Roper, edited by P.S. and H.M. Allen, pp. 1-9, Oxford, 1922.

87 Allen, Opus, t. I, p. 70, l. 531-40.

88 Allen, Opus, t. IV, pp. 15-16, l. 63-75 ; 80-86 ; 97-130 (no 999). Trad. M. Nauwelaerts. — Le colloque Exorcismus sive spectrum met en scène un Anglais malicieux, Polus, qui s'amuse à monter force plaisanteries pour ridiculiser la crédulité excessive de certains en matière religieuse. Ce joyeux plaisantin n'est pas sans évoquer la personnalité de More. (A.S.D., t. 1-3, pp. 417-23). — Voir Nédoncelle, M., L'humour d'Érasme et l'humour de Thomas More, dans S.E., t. II, pp. 547-68, Leyde, 1969.

89 Allen, Opus, t. IV, pp. 17-18, l. 141-67 (no 999). — Cf. Rogers, E.F., The Correspondence of Sir Thomas More, pp. 6-9 (no 3) ; p. 15 (no 8), Princeton, 1947. — Voir Seebohm, op. cit., pp. 23-27. — Reynolds, op. cit., pp. 16-21 ; 34-41.

90 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 30-31.

91 Allen, Opus, t. I, pp. 241-42 (no 105, X-99) ; p. 266 (no 114, 28-X-99). — Voir Huizinga, op. cit., p. 66.

92 Allen, Opus, t. I, p. 267, l. 5-7 ; 28-33 (no 115, XI-99) ; pp. 242-43, l. 2-23 (no 106, X-99). Trad. M. Delcourt.

93 Allen, Opus, t. IV, pp. 507-27 (no 1211, 13-VI-21). Même si ces portraits parallèles sont inspirés par une intention littéraire, Érasme a réuni dans cette lettre les deux personnalités sans conteste les plus marquantes pour l'orientation de son œuvre. Sur l'influence de Colet lors du premier séjour d'Érasme en Angleterre, voir Béné, op. cit., pp. 104-12. — Crahay, R. et Delcourt, M., Douze lettres d'Érasme, p. 12, Paris, 1938.

94 Allen, Opus, t. IV, pp. 514-16, l. 254-92 (no 1211). Sur les années de formation de Colet, voir Seebohm, op. cit., pp. 1-23 ; 29-93. — Reynolds, op. cit., pp. 26-27. — Thomson, op. cit., pp. 16-22. — Renaudet, Préréforme…, pp. 386-88. — Marc'Hadour, op. cit., p. 98. Toutefois les lacunes dans les registres d'Oxford pour les années 1471-1505 empêchent de retracer la carrière universitaire de Colet.

95 Allen, Opus, t. I, pp. 249-260 (no 109-11, X-99). — Voir Marc'Hadour, G., Érasme et John Colet, dans C.E.T., t. II, pp. 762-64, Paris, 1972. — Chantraine, op. cit., pp. 55-62. De cette controverse est né le premier écrit théologique d'Érasme : Disputatiuncula de taedio, pavore, tristitia Jesu, instante crucis hora, publié avec l'Enchiridion militis christiani à Anvers en 1504 (L.B., t. V, col. 1265-90). Érasme en enverra un exemplaire à Colet en décembre 1504 (Allen, Opus, t. I, p. 405, l. 42-46 (no 181).

96 Allen, Opus, t. I, p. 268-71 (no 116, XI-99). Érasme a exprimé le plaisir évident qu'il prenait à ces repas propices aux discussions théologiques dans le colloque Convivium religiosum (A.S.D., t. 1-3, pp. 231-66).

97 Allen, Opus, t. I, pp. 246-248, l. 20-73 (no 108, X-99) ; t. IV, p. 520, l. 419-44 (no 1211). — Voir Massaut, J.-P., Érasme et saint Thomas, dans C.E.T., t. II, pp. 592-93, Paris, 1972. — Renaudet, Erasme et l'Italie, pp. 28 et sv. Sur la position d'Érasme face à la théologie scolastique avant son voyage en Angleterre, voir Hyma, A., Erasmus and the Oxford Reformers (1503-1519), dans Nederlands Archief voor Kerkgeschiedenis, t. 38, pp. 65-85, La Haye, 1951.

98 Allen, Opus, t. IV, p. 514, l. 251-54 ; pp. 519-20, l. 387-418 (no 1211). Érasme a plus d'une fois, dans son œuvre, fait allusion à la pureté religieuse de Colet, hostile aux pratiques telles que pèlerinages et vénération de reliques qu'il assimile à autant de superstitions. — Cf. Peregrinatio religionis ergo, A.S.D., t. 1-3, p. 488, l. 645 et sv. — Modus orandi, L.B., t. V, col. 1119 F-1120 A.

99 Allen, Opus, t. I, p. 405, l. 42 ; 46-52 (no 181). — Voir Marcel, R., L'Enchiridion militis christiani. Sa genèse et sa doctrine, ses succès et ses vicissitudes, dans C.E.T., t. II, pp. 613-646, Paris, 1972. — Boisset, J., Le christianisme d'Erasme dans 1'Enchiridion militis christiani, dans C.E.T., t. II, pp. 647-56, Paris, 1972. — Béné, op. cit., pp. 127-86.

100 Voir Chantraine, op. cit., pp. 55-57.

101 Allen, Opus, t. I, pp. 266-67, l. 2-15 (no 115, XI-99).

102 Allen, Opus, t. I, pp. 248-49,1. 74-113 (no 108, X-99). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 71-72. — Marc'Hadour, op. cit., p. 761. — Seebohm, op. cit., pp. 127-33. — Béné, op. cit., pp. 190-94. — Chantraine, op. cit., pp. 58-63.

103 Allen, Opus, t. I, pp. 426-27 (no 194, 12-VI-1506) ; t. II, p. 252, l. 22-25 (no 421, 19-VI-16). — Voir Firmin-Didot, Ambroise, Alde Manuce et l'Hellénisme, p. 459, Paris, 1875. — Brabant, op. cit., p. 93. — Baumann, Evert, Medisch-historische Studiën over Desiderius Erasmus, pp. 48-49, Arnhem, 1953.

104 Rouschausse, J., Erasmus and Fisher. Their Correspondence (1511-24), p. 87, Paris, 1968. — Renaudet, op. cit., p. 30. — Reynolds, op. cit., p. 19.

105 Allen, Opus, t. I. pp. 273-74. l. 15-25 (no 118, 5-XII-99). — Voir Adams, R., The better part of valor. More, Erasmus, Colet and Vives on humanism, war and peace, 1496-1545, Washington, 1962. — Beumer, op. cit., pp. 31-40.

106 Voir supra, p. 108.

107 Allen, Opus, t. I, p. 6, l. 4-30. — Le poème s'intitule Prosopopoeia Britannica majoris, quae quondam Albion dicta nunc Anglia dicitur, sibi de invictissimi regis Henrici virtute deque regiae sobolis eximia indole gratulantis. — Cf. Reedijk, op. cit., pp. 248-53.

108 Allen, Opus, t. I, pp. 282-83, l. 21-35 (no 120, II-1500).

109 Allen, Opus, t. I, pp. 16-17, l. 19-20. — Voir Huizinga, op. cit., pp. 72-75. — Reynolds, op. cit., pp. 33 ; 45-46.

110 Allen, Opus, t. I, p. 368, l. 53-57 (no 159, 18-VII-1501) ; pp. 403-406 (no 181, XII-1504).

111 Allen, Opus, t. IV, pp. 516-17, l. 293-336 (no 1211). — Voir Seebohm, op. cit., pp. 137-42. — Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 133.

112 Allen, Opus, t. I, p. 415, l. 15-16 (no 185, 1505). — Béné, op. cit., p. 198.

113 Renaudet, Préréforme…, p. 489.

114 Le couple aura quatre enfants, Margaret, la future madame Roper née en 1505, Elisabeth née en 1506, Cecily née en 1507 et John né en 1509. Voir Reynolds, op. cit., pp. 41-43.

115 Luciani opuscula ab Erasmo Roterodamo et Thoma Moro, Paris, Josse Bade, 1506. — Voir Reynolds, op. cit., pp. 54-59. — Thompson, The Translations of Lucian by Erasmus and Saint Thomas More, New York, 1940.

116 Allen, Opus, t. I, pp. 422-23 (no 191, 1-V-1506).

117 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 11-14 (no 11, 1506).

118 Allen, Opus, t. I, p. 438, l. 20-26 (no 207, 28-X-1507).

119 Thomson, Erasmus and Cambridge, pp. 24-26. — Marc'Hadour, Érasme et John Fisher, dans C.E.T., t. II, p. 772, Paris, 1972. — Rousohausse, op. cit., pp. 17-20. Sur Fisher, voir Macklem, M., The Life o[John Fisher, Londres, 1968. — Reynolds, Saint John Fisher, Londres, 1955.

120 Allen, Opus, t. I, pp. 439-40 (no 208, XI-1507) ; pp. 498-99, l. 15-31 (no 252, 6-II-12) ; p. 500, l. 9-12 (no 253, 8-II-12) ; p. 524, l. 72-99 (no 269, 5-1-13) ; p. 549 (no 285, 1-14) ; pp. 55-52, l. 6-20 (no 288, 14-111-14) ; t. V, p. 443 (no 1442, IV-24). — Brewer, Letters…, t. II, p. 736, no 2367. — Voir Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 128 ; 142. — Rouschausse, op. cit., p. 92. — Thomson, op. cit., pp. 226-27. — Gerlo, A., Érasme et ses portraitistes, Metsijs, Durer, Holbein, 2e éd., pp. 45-67, Bruxelles, 1969.

121 Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 40, Paris, 1972.

122 Allen, Opus, t. I, p. 428, l. 4-16 (no 195, 12-VI-1506).

123 Allen, Opus, t. I, p. 427, l. 9-21 (no 194, 12-VI-1506).

124 Allen, Opus, t. I, p. 432, l. 8-10 (no 200, 4-XI-1506). — Voir Halkin, L.-E., Érasme docteur, dans Mélanges A. Latreille, p. 45, Lyon, 1972. — Id., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 40, Paris, 1972.

125 Allen, Opus, t. I, p. 450, l. 1-27 (no 215, 27-V-1509).

126 Allen, Opus, t. I, p. 483, l. 29-30 (no 240, 11-XI-11) ; pp. 499-500, I. 4-9 (no 253, 6-XII-12) ; t. II, p. 70, l. 30-34 (no 333, 15-V-15).

127 Allen, Opus, t. IV, pp. 18-19, l. 168-97 (no 999) ; pp. 576-79, l. 39-149 (no 1233, IX-21). — Cf. Abbatis et eruditae, A.S.D., t. 1-3, pp. 403-408. — Une lettre de More au précepteur de ses enfants, montre le sérieux avec lequel il veille à l'instruction religieuse et intellectuelle de ses filles (Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 120-23 (no 63, 22-V-18). Voir Reynolds, E.E., Thomas More and Erasmus, pp. 134-36, Londres, 1955.

128 Allen, Opus, t. Il, p. 94, l. 126-42 (no 337, V-15) ; t. I, pp. 460-62 (no 222, 9-VI-11) ; t. IV, p. 16, l. 116-20 (no 999). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 123 et sv. — Seebohm, op. cit., pp. 193-205.

129 Pizzi, Clemente, Un amico d'Erasmo. L'umanista Andrea Ammonio, pp. 13-23 ; 81-82, Florence, 1956. — Thomson, op. cit., pp. 215-216.

130 Thomson, op. cit., pp. 27-30 ; 35 ; 38 et sv.

131 Thomson, op. cit., p. 41. — Béné, op. cit., pp. 201-202.

132 Allen, Opus, t. I, p. 498, l. 2-11 (no 252, 6-II-12). — Voir Rouschausse, op. cit., p. 20. Marc'Hadour, G., Érasme et John Fisher, dans C.E.T., t. II, p. 773, Paris, 1972.

133 Allen, Opus, t. I, p. 458, n. 31 ; p. 476, I. 47-48 (no 236, 27-X-11) ; t IV, p. 19, l. 176-181 (no 999).

134 Allen, Opus, t. IV, pp. 517-18, l. 33970 -(no 1211). — Voir Thomson, op. cit., pp. 53-61. — Seebohm, op. cit., pp. 206-21. — Reynolds, op cit pp. 75-78.

135 Allen, Opus, t. I, pp. 510-12 (no 29-IV-12).

136 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 1-15 (no 227, 13-IX-11) ; p. 470, l. 1-18 (no 230, IX-11) ; p. 479, l. 71-89 (no 237, 29-X-11) ; p. 472, 1 3-5 (no 232, 5-X-11).

137 Un des premiers élèves de l'école, Thomas Lupset, aidera plus tard Érasme dans la collation des manuscrits de Cambridge. Cf. Allen, Opus, t. I, pp. 527-28, l. 58-63 (no 270, 11-VII-13). — Voir Thomson, op. cit., pp. 222-23.

138 C'est précisément un ancien directeur de l'école, J.-H. Lupton, qui écrira, en 1885, l'intéressante biographie de Colet et qui publiera en plusieurs volumes l'œuvre du bienfaiteur (Lupton, J.-H., Life of Dean Colet, Londres, 1885).

139 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 16-22 (no 227) ; pp. 470-71, l. 19-31 (no 230) ; t. IV, pp. 523-26, l. 528-616 (no 1211) ; t. I, p. 527, l. 44-54 (no 270, 11-VII-13) ; pp. 536-37, l. 1-4 ; 26-27 (no 278, 31-X-13). — Sur la prédication trop « progressiste » de Colet, voir Seebohm, op. cit., pp. 222-51. — Reynolds, op. cit.,

140 Rogers, Correspondence of Thomas More, p. 15 (no 8, III-12).

141 Allen, Opus, t. I, p. 467, l. 20-22 (no 227, 13-IX-11) ; pp. 465-66 (no 225, 24-VIII-11) ; pp. 470-71, l. 26-31 ; 43-44 (no 230, IX-11) ; p. 478, l. 17-24 ; 30-49 (no 237, 29-X-11) ; p. 526, l. 1-26 (no 270, 11-VII-13).

142 Allen, Opus, t. I, pp. 526-27, l. 29-43 (no 270) ; pp. 478-79, l. 54-70 (no 237, 29-X-11).

143 L'approvisionnement du vin de Crète dont Érasme est grand amateur tient une place importante dans cette correspondance. — Cf. Allen, Opus, t. I, p. 466, l. 5-10 (no 226, 25-VIII-11) ; p. 468, l. 1-9 (no 228) ; p. 473, l. 1-5 (no 234) ; p. 475, l. 13-15 ; p. 477, l. 66-67 (no 236) ; pp. 481-82, l. 1-23 (no 239) ; pp. 482-83, l. 1-31 (no 240) ; p. 486, l. 1-16 (no 243) ; p. 539, l. 21-28 (no 280). — Voir Renaudet, Érasme et l'Italie, p. 111.

144 Allen, Opus, t. I, p. 458 (no 221, 19-V-11) ; pp. 486-88 (no 243) ; pp. 493-94 (no 247) ; pp. 495-96 (no 249) ; p. 531, l. 18-28 (no 273) ; pp. 540-41 (no 281) ; pp. 541-42 (n 281) ; pp. 541-42 (no 282). — Cf. Brewer, Letters…, t. II, 1, p. 817 (no 2621).

145 En 1511, de passage à Paris où il édite l'Éloge de la Folie, Érasme s'occupe de l'édition des poèmes d'Ammonius, dédiés à Mountjoy, et il travaille à la rédaction de la préface dont un premier jet n'a pas été agréé par le dédicataire. En 1517, il fera publier à Bâle des épigrammes d'Ammonius.

146 Carmen iambicum ad Andream Ammonium Lucensem, invictissimi regis Anglorum a libellis. — Voir Reediik, op. cit., pp. 300-301. — Pizzi, op. cit., p. 5.

147 Allen, Opus, t. I, pp. 455-59 (no 218-21) ; pp. 543-47, l. 32-38 ; 58-151 (no 283, 21-XII-13). — Voir Pizzi, op. cit., pp. 44-50. Pour les œuvres d'Ammonius, voir Pizzi, op. cit., pp. 41-44 ; 52-56. — Ses deux principaux poèmes sont l'Églogue Lycas et Ammon et l'Élégie De obitu regis Henrici VII et felici succèssione Henrici octavi (Pizzi, op. cit., pp. 65-77). — Voir Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 177.

148 Allen, Opus, t. I, pp. 486-87, l. 17-38 (no 243, 18-XI-11) ; pp. 491-93 (no 245) ; pp. 494-96 (no 248-49, XI-11).

149 Allen, Opus, t. I, p. 497, l. 6-18 (no 250, 9-XII-11).

150 Allen, Opus, t. I, p. 51, l. 127-29 ; p. 62, l. 214-16 ; p. 472, L 11-13 (o 232, 5-X-11) ; p. 473, l. 4-7 (no 233) ; p. 476, l. 36-44 (no 236, 27-X-11) ; pp. 481-82, l. 41-56 (no 239, 8-XI-11) ; p. 483, l. 32-38 (no 240) ; p. 494, l. 14-21 (no 247, 28-XI-11) ; t. II, p. 70, l. 38-39 (no 333, 15-V-15) ; p. 74, l. 13-14 (no 334). — Renaudet va jusqu'à écrire que le fait de quitter Rome fut pour Érasme « la plus grande erreur de sa vie, et sans doute aussi son plus grand malheur » (Renaudet, op. cit., p. XI).

151 Allen, Opus. t. I, p. 550, l. 1-2 (no 287, 14-11-14) ; pp. 563-64 (no 295, 8-VII-14).

152 Allen, Opus, t. II, pp. 36-37 (no 314, 20-X-14) ; pp. 257-59, l. 1-25 ; 36-48 ; 50-60 (no 424, 20-VI-16).

153 Allen, Opus, t. II, pp. 261-62 (no 425, 22-VI-16) ; p. 598,1. 13-18 (no 592, VI-17) ; p. 244, l. 1-10 (no 413, 5-VI-16).

154 Allen, Opus, t. III, p. 522, l. 7-19 (no 936, 2-IV-19) ; p. 91, l. 1-8 (no 667, 16-IX-17) ; p. 524, l. 83-88 (no 936) ; p. 236, l. 1-9 (no 784, 5-III-18) ; t. IV, p. 192 (no 1068, 21-11-20) ; pp. 92-94, l. 1-4 ; 22-38 (no 1030, 17-X-19). — Voir Marc'Hadour, G., Érasme et John Fisher, dans C.E.T., t. II, pp. 774-76, Paris, 1972.

155 Allen, Opus, t. II, pp. 67-68, l. 1-9 (no 332, 7-V-15) ; t. IV, pp. 525-26, l. 576-616 (no 1211). — Voir Seebohm, op. cit., pp. 258-72.

156 Allen, Opus, t. II, p. 68, l. 15-19 (no 332, 7-V-15).

157 Allen, Opus, t. II, p. 240, l. 1-2 (no 410, L-VI-16) ; pp. 268-69, l. 3-11 (no 432, 30-VI-16) ; p. 313, l. 11-13 (no 449, 13-VIII-16) ; pp. 315-16, l. 45-56 (no 450) ; p. 555 (no 579, l-V-17).

158 Allen, Opus, t. II, p. 277, l. 4-6 (no 437, 9-VII-16) ; p. 331, l. 42 (no 457, 27-VIII-16) ; p. 313, l. 1-8 (no 449) ; p. 316, l. 68-76 (no 450).

159 Érasme a déjà obtenu en janvier 1506 une dispense de Jules II, qui lui donnait droit à des bénéfices anglais : Allen, Opus, t. Ill, pp. XXIX-XXX (no 187 A). Cette fois il veut en plus justifier sa sortie du couvent et son rejet de la vie religieuse.

160 Allen, Opus, t. II, p. 199, l. 20-27 (no 389, 18-11-16). — Cf. Bkewer, Letters…, t. II, 1, p. 180, no 682 ; 2, p. 933, no 2895.

161 Allen, Opus, t. II, pp. 293-312 (no 447, VIII-16).

162 Allen, Opus, t. II, p. 317, l. 8-11 (no 451, 14-VII-16) ; p. 318, l. 7-18 (no 452) ; p. 345 (no 466). — Voir Pizzi, op. cit., pp. 86-87 ; 33-40. — Thomson, op. cit., pp. 62-65.

163 Allen, Opus, t. II, p. 355, l. 3-11 (no 475, 6-X-16) ; p. 360, l. 1-15 (no 478, 20-X-16) ; pp. 361-62 (no 479) ; p. 374, l. 1-11 (no 483, 9-XI-16) ; p. 411, l. 5-27 (no 498, 4-XII-16) ; p. 423, l. 1-7 (no 505) ; p. 484, l. 10-15 (no 439).

164 Allen, Opus, t. II, p. 598, l. 19-23 (no 592, VI-17). — Voir Marc'Hadour, op. cit., p. 773.

165 Allen, Opus, t. II, p. 320, l. 1-4 (no 455, 22-VIII-16). — Voir Reynolds, op. cit., p. 105.

166 Allen, Opus, t. II, pp. 503-504 (no 551-52, 111-17) ; pp. 433-37 (No 517-18, 26-1-17). — Voir Pizzi, op. cit., pp. 87-91.

167 Allen, Opus, t. II, p. 436, l. 73-91 (no 517). — Voir Pizzi, op. cit., p. 90.

168 Allen, Opus, t. II, p. 576, l. 1-5 (no 584, 30-V-17) ; t. III, pp. 233-34 (no 781, 5-III-18) ; pp. 235-36 (no 782) ; pp. 236-38 (no 784) ; pp. 238-40 (no 785) ; pp. 240-42 (no 786).

169 Allen, Opus, t. III, p. 294, l. 1-3 (no 829, 23-IV-18) ; p. 426, l. 18 (no 888) ; p. 289, l. 1-13 (no 821) ; p. 292, l. 1-3 (no 825) ; pp. 304-305 (no 834).

170 Allen, Opus, t. II, p. 599 (no 593, VI-17).

171 Allen, Opus, t. III, p. 240, l. 1-9 (no 786, 5-III-18) ; p. 75, l. 1-7 (no 653, 8-IX-17).

172 Allen, Opus, t. III, p. 292, l. 9-14 (no 825, IV-18) ; pp. 428-29 (no 891, 23-X-18).

173 Allen, Opus, t. III, pp. 46-47 (no 623, 19-VIII-17).

174 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 1-2 (no 637, 28-VIII-17) ; p. 64, l. 1-4 (no 643, 31-VIII-17).

175 Allen, Opus, t. V, p. 247, l. 278-85 (no 1347, 1-III-23).

176 Allen, Opus, t. III, p. 76, l. 1-5 (no 655, 8-IX-17) ; pp. 76-77, l. 1-8 no 656, 8-IX-17).

177 Allen, Opus, t. III, p. 294, l. 15-21 (no 828, 23-IV-18) ; pp. 290-91 (no 822, 23-IV-18).

178 Allen, Opus, t. III, p. 233, l. 19 (no 781, 5-III-18) ; p. 240, I. 10-12 (no 786, 5-III-18).

179 Pour les détails de cette mort, voir Allen, Opus, t. IV, p. 519, l. 378-86 (no 1211). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 152-54. — Brabant, op. cit., pp. 58-61.

180 Allen, Opus, t. IV, p. 87, l. 1-2 (no 1025, 16-X-19) ; p. 88, l. 1 (no 1026) ; pp. 89-90, l. 1-8 (no 1027) ; p. 90, l. 13-15 (no 1028) ; p. 92, l. 20-22 (no 1029).

181 Allen, Opus, t. IV, p. 94, l. 39-48 (no 1030).

182 Allen, Opus, t. IV, pp. 88-89, l. 2-4 (no 1026) ; p. 90, l. 8-10, (no 1027) ; p. 152, l. 530-40 (no 1053).

183 Allen, Opus, t. IV, pp. 526-27, l. 617-30 (no1211).

184 Allen, Opus, t. V, p. 248, l. 310-14 (no 1347, 1-III-13).

185 Allen, Opus, t. III, pp. 356-57, l. 26-47 (no 855, 26-VII-18) ; t. IV, p. 41, l. 31-35 (no 1005, 10-VIII-19).

186 Allen, Opus, t. V, p. 599, l. 205-207 (no 1523, 10-XII-24).

187 Allen, Opus, t. XI, p. 177, l. 202-204 (no 3032, 1535).

188 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 9-21. Trad. M. Delcourt.

189 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 21-27. — Le poème s'intitule Carmen equestre vel potius alpestre de senectute. — Voir Rledijk, op. cit., pp. 280-290. Margolin, J.-Cl., Le chant alpestre d'Érasme, poème sur ta vieillesse, dans B.H.R., t. 27, pp. 58-61, Genève, 1965. — Chantraine, op. cit., pp. 72-73.

190 Voir Renaudet, A., Érasme et l'Italie, Genève, 1954. — De Nolhac, P.. Érasme en Italie. Étude sur un épisode de la Renaissance avec douze lettres inédites, Paris, 1898. — Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, pp. 37-53, Paris, 1972. — Croce, B., Érasmo e gli umanisti napoletani, dans Gedenkschrift zum 400. Todestage des Erasmus von Rotterdam, pp. 89-97, Bâle, 1936. — Cantimori, Delio, Note su Erasmo e l'Italia, dans Studi Germanici, t. II, pp. 145-170, Florence, 1937. — Voir aussi Kristeller, P.O., Two unpublished letters to Erasmus, dans Renaissance news, t. XIV, pp. 6-14, New York, 1961.

191 Allen, Opus, t. I, pp. 431-32, l. 1-7 (no 200, 4-XI-1506).

192 Allen, Opus, t. I, p. 433, l. 7-12 (no 203, 16-XI-1506) ; p. 435, l. 37-39 (no 205). — Voir De Nolhac, op. cit., pp. 11 et sv.

193 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 15.

194 Allen, Opus, t. I, p. 55, l. 91 ; p. 59, l. 104 ; p. 443 (no 210, 6-IV-1508). — Voir De Nolhac, op. cit., pp.23-24.

195 Allen, Opus, t. III, pp. 155-56, l. 1-21 (no 729, 6-XII-17) ; p. 254, l. 1-12 (no 800, 14-III-18).

196 Allen, Opus, t. III, pp. 387-88 (no 864, 10-IX-18) ; pp. 388-89, l. 13-53 (no 865) ; pp. 446-47, l. 1-17 (no 905, 13-II-18).

197 Allen, Opus, t. III, p. 356, l. 15-18 (no 855, 26-VII-18) ; p. 447, l. 27-32 (no 905).

198 Allen, Opus, t. III, pp. 463-64, l. 1-4 (no 908, 1-1-19).

199 Allen, Opus, t. I, pp. 437-39 (no 207, 28-X-1507). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 77 et sv. — De Nolhac, op. cit., pp. 26-32. — Cantimori, op. cit., pp. 147-51.

200 Allen, Opus, t. I, pp. 440-42 (no 209, XI-1507).

201 Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, p. 42, Paris, 1972.

202 Sur Alde Manuce et son imprimerie, voir Firmin-Didot, op. cit., pp. 3-50. — Renaudet, op. cit., pp. 76 et sv. — De Nolhac, op. cit., pp. 32 et sv. — Dazzi, M., Aldo Manuzio e il dialogo Veneziano di Erasmo, pp. 14-70, Vicenza, 1969. — Sur l'Académie aldine, ses membres, ses statuts, voir Firmin-Didot, op. cit., pp. 435-78. — Geanakoplos, D., Greek Scholars in Venice, Cambridge, 1962.

203 Allen, Opus, t. I, pp. 60-61, l. 149-65. — Voir Dazzi, op. cit., pp. 99-100.

204 Opulentia sordida, A.S.D., t. 1-3, pp. 676-85. — Voir Renaudet, op. cit., p. 84. — Mann Phillips, M., The Adages of Erasmus, pp. 64-69, Cambridge, 1964. — De Nolhac, op. cit., pp. 32-39. — Koster, W.J., Erasmus als gast van Aldus Manutius, dans Hermeneus, t. 13, pp. 3-8, Zwolle, 1941. — Dazzi, op. cit., pp. 79-84.

205 Firmin-Didot, op. cit., p. 419. — Voir Dazzi, op. cit., pp. 85-88.

206 Apologia ad Albectum Pium Carporum Principem, L.B., t. IX, col. 1136 F-1137 E.

207 Allen, Opus, t. V, p. 253, l. 1-4 (no 1349, 111-23). — Cf. Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 C. — Voir Brabant, op. cit., p. 43. — Baumann, op. cit., p. 24.

208 Firmin-Didot, op. cit., p. 419. — Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 213.

209 Adagia, no 1001, L.B., t. II, col. 405 B-D. — Voir Mann Phillips, M., Erasmus on his times. A shortened version of the Adages of Erasmus, pp. 10-14, Cambridge, 1967. — Dazzi, op. cit., pp. 100-102. — De Nolhac, op. cit., pp. 39-42. — Fiirmin-Didot, op. cit., pp. 297-303. — Érasme ne manquera pas non plus de détailler à Albert Pius l'admiration qu'Aide manifestait à son égard (Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 B).

210 Omont, H., Journal autobiographique du cardinal Aléandre, (1480-1540), dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, t. 35, p. 9 ; 35-39, Paris, 1895. — Voir Paquier, J., L'Humanisme et la Réforme. Jérôme Aléandre de sa naissance à la fin de son séjour à Brindes (1480-1529), pp. 5 ; 12-17, Paris, 1900. — Voir aussi infra, pp. 279 et sv.

211 Firmin-Didot, op. cit., pp. 266-67 ; 441-42. — Paquier, op. cit., pp. 20-25. — Renaudet, op. cit., p. 146.

212 Allen, Opus, t. I, p. 523, l. 52-54 (no 269, 5-1-13) ; t. V, p. 519, l. 130-39 (no 1479, 31-VIII-24).

213 Allen, Opus, t. X, p. 17, l. 10-14 (no 2644, 3-V-32).

214 Allen, Opus, t. IV, p. 460, l. 52-56 (no 1195, 25-III-21) ; t. IX, p. 164, l. 285-89 (no 2443, 7-III-131). — Cf. Horawitz, A. et Hartfelder, K., Briefwechsel des Beatus Rhenanus, p. 427, Nieuwkoop, 1966.

215 Allen, Opus, t. IV, p. 460, l. 51 (no 1195) ; t. IX, p. 164, l. 287-88 (no 2443). — Voir Paquier, op. cit., pp. 27-28.

216 Omont, Journal d'Aléandre…, pp. 11 ; 45.

217 Paquier, op. cit., pp. 37-41. — Renaudet, Préréforme…, p. 509.

218 Boussard, J., L'Université d'Orléans et l'Humanisme au début du xvie siècle, dans H.R., t. V, pp. 211 et sv., Paris, 1938.

219 Allen, Opus, t. I, p. 506, l. 101-104 (no 256, 11-12). Trad. J. Paquier. — Sur le succès de l'enseignement d'Aléandre en France, voir Paquier, op. cit., pp. 45-54.

220 Allen, Opus, t. I, pp. 505-507, l. 71-87 ; 97-154 (no 256). Aléandre qui avait la réputation d'aimer l'argent et de s'enorgueillir de ses succès, s'est toujours préoccupé de se procurer de solides revenus. Sa correspondance en fait largement mention. [Voir Paquier, Lettres familières de Jérôme Aléandre, 1510-1540, Paris, 1909 : pp. 20-21 (no 5, VIII-12) ; p. 55 (no 31, 5-X-19) ; pp. 55-56 (no 32) ; pp. 56-58 (no 33, 1520) ; pp. 61-62 (no 36, 24-X-20) ; pp. 84-87 (no 48, 2-IX-21) ; pp. 101-103 (no 55, VII-22) ; pp. 119-20 (no 65, 23-X-26)…]

221 Pour les publications d'Aléandre à Paris, voir Paquier, Jérôme Aléandre de sa naissance…, pp. VII-LXXIII ; 64-84.

222 Allen, Opus, t. I, p. 505, l. 88-95 (no 256). Sur la mauvaise santé d'Aléandre, voir Paquier, Lettres familières…, pp. 37-39 (no 17-18, 11-18) ; pp. 56-58 (no 33, 1520) ; pp. 119-20 (no 65, 23-X-26) ; pp. 121-23 (no 66, 2-XII-26)…

223 Allen, Opus. t. I, p. 503, l. 1-14 (no 256).

224 Allen, Opus, t. I, p. 503, l. 14-24 (no 256). Trad. M. Delcourt. — Voir Paquier, J., Érasme et Aléandre, dans Mélanges d'Archéologie et d'Histoire, t. 15, p. 351, Paris, 1895.

225 Voir Omont, Journal d'Aléandre…Hoyoux, J., Le carnet de voyage de Jérôme Aléandre en France et à Liège (1510-1516), Bruxelles, 1969.

226 Allen, Opus, t. I, pp. 504-505, l. 37-70 (no 256). — Voir Paquier, Jérôme Aléandre de sa naissance…, pp. 58-63.

227 Paquier, Lettres familières…, pp. 41-42 (no 20, 6-III-19) ; p. 44 (no 22, 19).

228 Voir Paquier, J., Jérôme Aléandre et la Principauté de Liège, Paris, 1896. — Cauchie, A. et Van Hove, A., Documents concernant la Principauté de Liège (1230-1532), spécialement au début du xvie siècle. Extraits des papiers du cardinal Jérôme Aléandre, Bruxelles, 1908-1920. — Van Hove, A., Etude sur les conflits de juridiction dans le diocèse de Liège à l'époque d'Êrard de la Marck, Louvain, 1900. — Halkin, L.-E., Le cardinal de la Marck, prince-évêque de Liège (1505-1538), Liège-Paris, 1930.

229 Paquier, Lettres familières…, pp. 30-31 (no 11, 1516) ; pp. 31-33 (no 12, 13-XI-17) ; pp. 33-37 (no 13-16, 1517-18).

230 Paquier, Lettres familières…, pp. 49-50 (no 27, 1519) ; pp. 50-51 (no 21) ; pp. 51-52 (no 29) ; pp. 54-55 (no 31).

231 Firmin-Didot, op. cit., pp. 449-52. — De Nolhac, op. cit., p. 46.

232 Firmin-Didot, op. cit., pp. 456-59 ; 212 ; 312.

233 Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 C.

234 Voir de la Garanderie, M.-M., Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., t. I, pp. 360-61, Paris, 1972.

235 Geanakoplos, D., Erasmus and the Aldine Academy of Venice, dans Greek, Roman and Bysantine Studies, t. III, pp. 107-34, Oxford, 1960. — Geanakoplos, D., Greek Scholars in Venice. Studies in the Dissemination of Greek Learning from Byzantium to Western Europe, Cambridge, 1962. — Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 D-E.

236 Firmin-Didot, op. cit., pp. 414-15.

237 Allen, Opus, t. I, p. 449 (no 213, XII-1508).

238 L'humaniste affirmera pourtant que cette publication ultérieure de la Moria montre clairement qu'Aide n'a été en rien offensé par ses commentaires (Apologia ad Albertum Pium, L.B., t. IX, col. 1137 E).

239 Allen, Opus, t. I, p. 447, l. 1-2 (no 212, 9-XII-1508). — Sur Érasme à Padoue, voir De Nolhac, op. cit., pp. 53-58.

240 de la Garandehie, op. cit., pp. 362-63. — Renaudet, Préréforme…, p. 614.

241 Allen, Opus, t. I, p. 34, l. 8-13 ; p. 488, l. 6 (no 244). — Cf. Antibarbari, A.S.D., t. 1-1, pp. 10-13. — Voir De Nolhac, op. cit., pp. 24-25 ; 59-63.

242 Allen, Opus, t. I, p. 548, l. 167-69 (no 283, 21-XII-13) ; t. II, p. 139 (no 350, 4-IX-15) ; p. 244,1. 59-60 (no 412, 3-VI-16) ; p. 261, l. 77-79 (no 424, 16) ; t III, p. 425, l. 3-5 (no 887, 22-X-18) ; t. IV, p. 507, l. 15-19 (no 1210, ll-VI-21) ; pp. 565-66, l. 1-4 ; 34-36 (no 1227, VIII-21).

243 Allen, Opus, t. IV, pp. 278-80 (no 1110, VI-20).

244 Allen, Opus, t. I, p. 34, l. 6-12 ; t. IV, p. 279, l. 39-42 (no 1110, VI-20).

245 Allen, Opus, t. III, pp. 37-38, l. 1-39 (no 619, 5-VIII-17).

246 Brewer, Letters…, t. II, 2, p. 1182, no 3765.

247 Allen, Opus, t. III, p. 242, l. 1-14 (no 787, 5-III-18) ; p. 251, l. 1-6 (no 13-111-18) ; p. 255, l. 21-38 (no 800, 14-111-18) ; p. 218, l. 1-8 (no 776, 22-11-18).

248 Allen, Opus, t. III, pp. 40-41, l. 88-133 (no 619, 5-VIII-17) ; p. 190, l. 1-3 (no 755, 1-18) ; p. 545, l. 182-220 (no 948, IV-19).

249 Allen, Opus, t. IV, p. 262, l. 9-20 (no 1103, 6-V-20) ; p. 566, l. 33-34 (no 1227, 23-VIII-21).

250 De Nolhac, op. cit., pp. 64-84. — Cantimori, op. cit., pp. 151-52.

251 Alien, Opus, t. IX, pp. 206-207, l. 10-55 (no 2464, 27-111-31). — Voir Halkin, L.-E., Érasme en Italie, dans C.E.T., t. I, pp. 43-44, Paris, 1972. — Hoogewerff, op. cit., pp. 22-24. — DE Nolhac, op. cit., pp. 87-89.

252 Allen, Opus, t. II, pp. 68-79 ; 117-18 (no 333-34 ; 340, 1515) ; t. III, pp. 137-40 ; 305-306 (no 710 ; 835) ; t. IV, pp. 74-75 (no 1017, 2-X-19).

253 Allen. Opus, t. II, p. 117, l. 15-20 (no 340, 18-VII-15).

254 Allen, Opus, t. XI, p. 184, l. 508-509 (no 3032, VIII-35).

255 Allen, Opus, t. I, pp. 562-63 (no 294, VII-14) ; p. 564, l. 28-30 (no 295, VIII-14). — Voir Pollet, M., Érasme en Angleterre, dans C.E.T., t. I, p. 173, Paris, 1972.

256 Allen, Opus, t. I, p. 286, l. 12-18 (no 124, 12-IV-1500) ; p. 290, l. 8-12 (no 126). — Voir Bietenholz, P.G., Érasme, l'imprimerie bâloise et la France, dans C.E.T., t. I, p. 56, Paris, 1972. — Huizinga, op. cit., p. 95. — Margolin, J.-Cl., Le chant alpestre d'Érasme, dans B.H.R., t. 27, pp. 49-54, Paris, 1965.

257 Allen, Opus, t. I, pp. 515-16, l. 18-25 : 35-49 (no 263, 19-IV-12) ; p. 517, I. 5-13 ; 16-21 (no 264) ; p. 63, l. 247-53 ; p. 547, l. 152-64 (no 283, 21-XII-13). — Voir Renaudet, Préréforme…, pp. 286-87 ; 409 ; 639-40. — Thomson, op. cit., p. 49. — Huizinga, op. cit., pp. 142-43.

258 Allen, Opus, t. II, p. 125, l. 1-10 (no 346, 19-VIII-15). — Voir Stegmann, A., Érasme et la France, dans C.E., t. I, pp. 277-79, Mons, 1968. — de la Garanderie, M.-M., Les relations d Érasme avec Paris au temps de son séjour aux Pays-Bas méridionaux, dans Scrinium erasmianum, t. I, p. 34, Leyde, 1969. — Wiriath, R., Les rapports de fosse Bade Ascensius avec Érasme et Lefèvre d'Étaples, dans B.H.R., t. XI, pp. 66-71, Genève, 1949.

259 Sur Reuchlin, voir Geiger, L., Johann Reuchlin, sein Leben und seine Werke, Leipsig, 1871. — Geiger, Johann Reuchlins Briejwechsel, Hildesheim, 1962. — Spitz, L., The Religious Renaissance of the German Humanists, pp. 61-80, Cambridge, 1963. — Sur l'affaire Reuchlin, voir Hendriks, O., Eramus en Leuven, pp. 44-53, Bruxelles, 1946. — Vallese, G., Erasmo e Reuchlin, pp. 47-57, Naples, 1964. — Joachimsen, P., Humanismus and the Development of the German Mind, dans Pre-Reformation Germany, éd. G. Strauss, pp. 188-90, Londres, 1972, — Labeye, C., Érasme et les ordres Mendiants, pp. 83-90, mémoire de licence dactylographié, Liège, 1974. — Sur l'humanisme allemand à l'époque d'Érasme, voir Ritter, G., Erasmus und der deutsche Humanistenkreis am Oberrhein, Fribourg, 1937. — Beumer, J., Erasmus von Rotterdam und sein Verhältnis zu dem Deutschen Humanismus mit besonderer Riicksicht auf die konfessionetlen Gegensâtze, dans S.E., t. I, pp. 164-201, Leyde, 1969.

260 Allen, Opus, t. I, p. 556 (no 290) ; t. II. pp. 4-5, l. 1-38 (no 300) ; pp. 49-51 (no 324) ; p. 72, l. 105-25 (no 333) ; pp. 78-79, l. 178-206 (no 334) ; pp. 330-31 (no 457) ; pp. 350-51 (no 471) ; t. III, p. 143 (no 713) ; t. IV, pp. 42-51 (no 1006). — Voir Meyer, C.S., Erasmus and Reuchlin, dans Moreana, t. 24, pp. 65-80, Angers, 1969. — Kristeller, P.O., A little-known letter of Erasmus and the date of his encounter with Reuchlin, dans Florilegium historiale. Essays presented to W.K. Ferguson, pp. 53-61, Toronto, 1971. — Vallese, op. cit., pp. 61-65.

261 Vallese, op. cit., pp. 58-61. — Joachimsen, op. cit., pp. 200-201. — Ce vaste pamphlet se présente sous la forme d'une correspondance fictive et humoristique échangée entre le professeur Ortvinus Gratius, porte-plume des moines rhénans, et ses anciens élèves qui, de partout, font état du prodigieux mouvement en faveur de Reuchlin qui secoue l'Europe lettrée.

262 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 26 ; t. II, p. 156, l. 1-5 (no 365, 24-IV-15). — Voir Flake, O., Ulrich von Hutten, Berlin, 1929. — Kaëgi, W., Hutten und Erasmus ; ihre Freundshaft und ihr Streit, dans Historische Vierteljahrschrift, t. XII, pp. 200-78 ; 461-514, 1924-25. — Büchner, K., Die Freundschaft zwischen Hutten und Erasmus, Munich, 1948. — Spitz, op. cit., pp. 110-29. — Joachimsen, op. cit., pp. 201-203.

263 Allen, Opus, t. II, pp. 156-57, l. 15-32 (no 365) ; t. III, p. 501, l. 1-2 (no 923, 6-III-19).

264 Allen, Opus, t. III, pp. 25-28, l. 1-46 (no 611, 20-VII-17). — Voir De Nolhac, op. cit., pp. 43-44 ; 60.

265 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 27-29 ; t. III, p. 28, l. 46-52 (no 611) ; p. 176, l. 15-18 (no 745, 22-XII-17) ; p. 594, l. 20-23 (no 968, 20-V-19) ; p. 614, l. 31-34 (no 986) ; p. 618, l. 22-23 (no 988) ; t. IV, p. 99, l. 8-13 (no 1033, 19-X-19) ; p. 288, l. 10-12 (no 1114, 21-VI-20) ; p. 290, l. 45-47 (no 1115). Voir Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 250.

266 Allen, Opus, t. III, pp. 44-45, l. 1-30 (no 622, 16-VIII-17) ; pp. 58-59, l. 1-34 (no 636). — Voir Seebohm, op. cit., pp. 407-11.

267 Allen, Opus, t. IV, p. 121, l. 13-15 (no 1041, XI-19). — Voir Reynolds, op. cit., p. 94.

268 Spongia adversus adspergines Hutteni, L.B., t. X, col. 1641 A-B. — Cf. Allen, Opus, t. III, p. 58, l. 26-28 (no 636, 25-VIII-17) ; p. 589, l. 69-76 (no 967, 19-V-19) ; t. IV, p. 121, l. 15-16 (no 1041, XI-19) ; p. 372, l. 18-20 (no 1155, 8-XI-20). Voir Renaudet, A., Études érasmiennes, p. 312, Paris, 1939.

269 Apotheosis Capnionis, A.S.D., t. 1-3, pp. 267-73. — Voir Vallese, op. cit., pp. 71-89 ; 92-123. — Renaudet, op. cit., p. 60 ; 195. — Marc'Hadour, op. cit., p. 323.

270 Allen, Opus, t. I, p. 63, l. 256-70 ; t. III, p. 55, l. 1-3 (no 632, 24-VIII-17). — Voir Hartmann, op. cit., p. 18. — Thomson, op. cit., p. 41. — Renaudet, Préréforme…, pp. 404-406.

271 Allen, Opus. t. II, p. 22, l. 187-93 (no 305, 21-IX-14). — Voir Huizinga, op. cit., pp. 152-53. — Seebohm, op. cit., pp. 302-305.

272 Allen, Opus, t. VII, pp. 226-28, l. 31-129 (no 1900, XI-27) ; t. VIII, p. 231, l. 24-27 (no 2196, 15-VII-29). — Voir Renaudet, Érasme et l'Italie, p. 114.

273 Érasme aime user du jeu de mots beatus Beatus. Pour lui, son ami est Beatus le bien nommé, au vu des béatitudes dont le jeune homme, selon l'humaniste, est une vivante illustration. — Cf. Allen, Opus, t. II, pp. 61-62 (no 327, 13-IV-15) ; pp. 62-65 (no 328) ; t. V, p. 133, l. 13-20 (no 1316, 18-X-22). — Voir Meylan, H., Beatus Rhenanus et la propagande des écrits luthériens en 1519, dans C.E.T., t. II, pp. 859 et sv., Paris, 1972. — Renaudet, Études érasmiennes, p. 30.

274 Allen, Opus, t. I, pp. 52-56 ; 56-71. — Voir Flitner, op. cit., pp. 5-10. — Hartmann, op. cit., pp. 11-24.

275 Allen, Opus, t. II, pp. 208-209, l. 6-31 (no 394, 7-III-16).

276 Allen, Opus, t. II, pp. 456-47, l. 53-115 (no 529, 14-11-17) ; t. III, p. 35, l. 1-30 (no 618, 5-VIII-17).

277 Allen, Opus, t. III, pp. 16-17 (no 604, VII-17).

278 Allen, Opus, t. II, pp. 50-51, l. 27-33 (no 324, 1-III-15).

279 Allen, Opus, t. I, p. 464, n. 24 ; t. II, p. 326, l. 169-74 (no 456) ; pp. 333-38 (no 459) ; pp. 519-21 (no 561) ; p. 244, l. 13-16 (no 413) ; t. III, pp. 17-18, l. 1-23 (no 605) ; p. 252, l. 5-8 (no 797). — Voir Stierle, B., Capito als Humanist, pp. 35-72, Heidelberg, 1974. — Kittelson, J.M., Wolfgang Capito from humanist to Reformer, pp. 23-51, Leyde, 1975. — Halkjn, L.-E., Érasme et les langues, dans Revue des langues vivantes, t. 35, pp. 566-79, Bruxelles, 1969.

280 Allen, Opus, t. I, p. 14, I. 5-16.

281 Allen, Opus, t. II, p. 88, l. 301-15 (no 335) ; pp. 210-21 (no 396) ; t. III, p. 55, l. 7-9 (no 632). — Voir Thomson, op. cit., pp. 42-43.

282 Allen, Opus, t. II, p. 154, l. 5-17 (no 364, X-15).

283 Allen, Opus, t. II, p. 244, l. 10-13 (no 413, 5-VI-16) ; p. 326, l. 163-68 (no 456). — Voir Renaudet, Préréforme…, p. 404. — Bietenholz, op. cit., p. 56.

284 Allen, Opus, t. II, p. 22, l. 184-86 (no 305, 21-IX-14) ; t. III, p. 122, l. 1-10 (no 697, 2-XI-17). — Voir Brabant, op. cit., pp. 90-91. — Baumann, op. cit., pp. 50-51.

285 Allen, Opus, t. II. p. 242, l. 10-17 (no 412, 3-VI-16) ; t. III, pp. 7-8 (no 598, 13-VII-17).

286 Adopté d'emblée par les Allemands, Érasme devient un des leurs. Sans doute ce fol enthousiasme initial explique-t-il en bonne partie la violence avec laquelle l'humaniste sera diffamé à l'époque de la Réforme. La déception sera trop grande : reconnu pour un Allemand, Érasme aura « trahi » la cause allemande. — Voir Tracy, J., Erasmus becomes a German, dans Renaissance Quarterly, t. XXI, pp. 281-88, 1968. — Cf. Gerlo, A., Erasmus, Homo Batavus, dans C.N.E., p. 64, Bruxelles, 1970. — Cette « germanisation » d'Érasme semble être particulièrement le fait des Alsaciens. — Voir Joachlmsen, op. cit., pp. 203-205.

287 Voir Spitz, op. cit., pp. 41-60. — Kristelller, op. cit., pp. 53-61.

288 Allen, Opus, t. II, p. 154, l. 1-8 (no 364, X-15).

289 Allen, Opus, t. I, p. 20, l. 15-16 ; t. II, p. 155, l. 43-52 (no 364) ; p. 159 (no 368) ; t. III, pp. 362-77 (no 858). — Voir Chantraine, op. cit., pp. 99-153.

290 Allen, Opus, t. II, pp. 9-10, l. 1-5 ; 9-16 (no 303, 7-IX-14) ; p. 25 (iio 306) ; pp. 30-31 (no 310) ; pp. 39-40 (no 317) ; pp. 42-43 (no 319) ; pp. 122-23 (no 344) ; pp. 25-26 (no 307) ; pp. 124-25 (no 345) ; p. 147, I. 14-24 (no 357) ; p. 148 (no 358) ; p. 158, l. 8-18 (no 367) ; p. 256, l. 32-35 (no 406, 9-V-16) ; t. III, pp. 378-79 (no 859, 22-VIII-18) ; t. IV, pp. 299-300 (no 1120, 12-VII-20) ; pp. 301-302 (no 1121) ; p. 356 (no 1148) ; t. V, pp. 262-63,1. 10-22 (no 1353, 23-111-23). — Voir Mesnakd, P., Zazius et la Réforme, dans Archiv für Reformationsgeschichte, t. 52, pp. 146-50, Gutersloh, 1961.

291 Allen, Opus, t. II, p. 10, l. 5-7 (no 303) ; p. 40, l. 32-34 (no 317) ; p. 335, l. 17-19 (no 406) ; pp. 237-38 (no 408) ; t. III, pp. 384-85 (no 862). — Voir Gilmore, M.P., Humanist and jurists, pp. 146-147, Cambridge, 1963.

292 Allen, Opus, t. II, p. 41, l. 1-17 (no 318, 9-XII-14) ; pp. 46-47, l. 1-20 (no 322, 24-1-15) ; pp. 59-60 (n'326). — Voir Spitz, op. cit., pp. 155-96. — Renaudet, op. cit., pp. 255 et sv. — Rupprich, H., Willibald Pirckheimer. A Study of his personnality as a scholar, dans Pre-Reformation Germany, éd. G. Strauss, pp. 382-405, Londres, 1972. — Eckert, W.P., Erasmus von Rotterdam und Willibald Pirkheimer. Eine Freundschaft im Spiegel ihres Briefwechsel, dans Willibald Pirkheimer 1470/1970, pp. 11-22, Nuremberg, 1970.

293 Allen, Opus, t. II, p. 47, l. 21-30 (no 322, 24-1-15) ; pp. 151-52, l. 1-30 (no 362) ; p. 174, l. 4-8 (no 375, 13-XII-15) ; pp. 236-37, l. 1-15 (no 407) ; pp. 238-39, l. 4-8 ; 17-31 (no 409) ; pp. 107-108 (no 685, X-17) ; pp. 116-19 (no 694, 2-XI-17) ; pp. 179-81 (no 747, 31-XII-17). — Pirckheimer a exprimé son soutien à Reuchlin dès la fin de 1513 et a incité des Allemands à suivre son exemple (Willibald Pirckheimers Briefwechsel, t. II, pp. 210 et sv., Munich, 1956). Depuis longtemps déjà, il critique la théologie scolastique et les méthodes des « sophistes », partisan lui aussi de la connaissance des langues sacrées, prélude indispensable à tout travail de théologie. — Voir RUPPRICH, op. cit., pp. 406-12 ; 431, n. 59.

294 Allen, Opus, t. V, pp. 307-308, l. 1-5 (no 1376, 19-VII-23) ; pp. 380-82 (no 1408, 8-1-24) ; pp. 396-97 (no 1417) ; pp. 468-71 (no 1452, 3-VI-24) ; t. VI, pp. 2-3 (no 1536, 8-1-25) ; pp. 45-48, l. 31-51 ; 136-39 (no 1558, 14-111-25). — Voir Gerlo, A., Érasme et ses portraitistes : Metsijs, Diirer, Holbein, 2 éd., Nieuwkoop, 1969. — Plard, H., Érasme dans le journal du voyage aux Pays-Bas d'Albrecht Diirer, dans C.E., pp. 255-73, Mons, 1967.

295 Allen, Opus, t. III, p. 298, I. 1-20 (no 831, 24-IV-18).

296 Allen, Opus, t. I, p. 42, l. 26-31.

297 Allen, Opus, t. VIII, p. 235, l. 184-200 (no 2196, 15-VII-29) ; t. I, p. 45, l. 1-38 ; t. VI, p. 241, l. 8-12 (no 1654, 24-XII-25). — Cf. supra, pp. 155-157.

298 Allen, Opus, t. III, p. 57, l. 19-22 ; n. 20 (no 635, VIII-17) ; t. V, p. 26 (no 1262, 28-11-22) ; p. 510 (no 1476, L-VII-24) ; t. VIII, pp. 294-95 (no 2229, XI-29) ; pp. 296-98, l. 4-8 ; 24-43 ; 61-62 (no 2231, 4-XI-29) ; pp. 301-302 (no 2235 ; 2236, XI-29).

299 Allen, Opus, t. II, pp. 181-87 (no 384). — Voir Thomson, op. cit., p. 43. — Seebohm, op. cit., pp. 320-36. — Reynolds, op. cit., pp. 98-111.

300 Allen, Opus, t. II, p. 242, l. 22-27 (n 412, 3-VI-16) ; pp. 236-37, l. 1-11 (no 407, 12-V-16).

301 Allen, Opus, t. II, pp. 238-39, l. 4-25 (no 409).

302 Allen, Opus, t. III, p. 28, l. 53-62 (no 611, 20-VII-17).

303 Allen, Opus, t. IV, pp. 13-23 (no 999, 23-VII-19). — Voir Büchner, ibidem.Bakelants, ibidem.

304 Adagia, no 1001, L.B., t. II, col. 405 B ; 406 A. — Allen, Opus, t. V, p. 107, l. 307-309 (no 1304, 1-VIII-22) ; pp. 201-202, l. 2-4 (no 1341, 28-I-23) ; t. VIII, pp. 145-46 (no 2157, V-29). — Voir Bietenholz, op. cit., pp. 57 ; 60. — Renaudet, Études érasmiennes, pp. XI ; 36-37 ; 115-16. — Febvee, L. et Martin, H.J., L'apparition du livre, Paris, 1958.

305 Allen, Opus, t. V, p. 496, l. 55-56 (no 1466, 21-VII-24) ; pp. 201-202 (no 1341) ; pp. 232-33 (no 1344) ; pp. 267-68 (no 1353, 23-III-23).

306 Allen, Opus, t. II, pp. 250-51 (no 419, 17-VI-16) ; pp. 251-52 (no 420) ; p. 279 (no 439, 13-VII-16).

307 Allen, Opus, t. VI, p. 207. — Voir Meylan, H., Érasme et Pellican, dans C.E., pp. 245-47, Mons, 1968. — Weiss, N., La Réforme au xvie siècle. Son caractère, ses origines et ses premières manifestations jusqu'en 1523, dans B.S.H.P.F., t. 66, pp. 201-202, Paris, 1917. — Beumer, Erasmus von Rotterdam und seine Freunde…, pp. 124-29.

308 Allen, Opus, t. III, p. 250, l. 1-12 (no 795, 12-III-18).

309 Allen, Opus, t. II, p. 339, l. 14-15 (no 460, 3-IX-16) ; pp. 550-51, l. 10-14 ; 44-46 (no 575, 24-IV-17) ; t. III, p. 50, l. 1 (no 628) ; p. 423, l. 28-29 (no 886, 22-X-18). — Cf. Horawitz, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, pp. 170 et sv. — Voir Bietenholz, op. cit., pp. 58-59.

310 Allen, Opus, t. III, p. 6, l. 44-45 (no 597, 10-VII-17) ; p. 53, l. 3-10 (no 629) ; p. 54, l. 3-5 (no 630) ; p. 55, l. 3-4 (no 632) ; p. 131, l. 1-6 (no 705) ; p. 162, l. 1-12 (no 733) ; pp. 160-62 (no 732).

311 Allen, Opus, t. III, p. 250 (no 795) ; p. 255 (no 801) ; p. 256 (no 802) ; t. VI, p. 56, l. 9-10 (no 1560, III-25).

312 Allen, Opus, t. III, p. 341, l. 5-6 (no 848, 31-V-18) ; p. 422, l. 27-29 (no 885, 22-X-18).

313 Allen, Opus, t. III, pp. 393-401 (no 867) ; p. 416, l. 8-10 (no 878) ; p. 420, l. 2-4 (no 883) ; p. 422, l. 31-32 (no 885) ; p. 423, l. 1-16 (no 886) ; p. 425, l. 1-3 (no 887) ; p. 426 (no 888) ; p. 427, l. 18-36 (no 889) ; pp. 428-29, l. 1-20 (no 891) ; pp. 429-30, l. 1-4 (no 892) ; pp. 430-31 (no 893).

314 Llen, Opus, t. III, pp. 464-66 (no 909). Voir supra, p. 102.

315 Allen, Opus, t. IV, pp. 498-500, l. 1-85 (no 1206, 27-V-21) ; p. 565 (no 1226, 14-VIII-21).

316 Allen, Opus, t. III, p. 574, l. 30-33 (no 961) ; pp. 589-90, l. 81-84 ; 92-99 (no 967) ; t. IV, pp. 403-406, l. 105-108 ; 273-78 (no 1167) ; p. 537, l. 57-61 (no 1217) ; t. V, pp. 602-603, l. 34-37 (no 1526). — Voir Blockx, K., Een conflict tussen Erasmus en de Leuvense theologen in 1519, dans C.N.E., pp. 14-23, Bruxelles, 1970. — Il semblerait que Capiton serait l'auteur de la fameuse préface [Allen, Opus, t. V, p. 602, l. 34-35 (no 1526)]. — Voir Volz, H., Die ersten sammelausgaben von Luthevschriften und ihre Druckec (1518-1520), dans Gutenberg-Jahrbuch, pp. 185-94, 1960. — Augustijn, C., Eramus en de Reformate. Een onderzoek naar de houding die Erasmus ten opziche van de Reformatio heeft aangenomen, p. 27, n. 33 ; p. 29 ; 31, Paris, 1962.

317 Allen, Opus, t. V, pp. 205-208, l. 100-227 (no 1342) ; p. 126, n. 46 ; t. IV, p. 599. — Riggenbach, B., Das chronikon des Konrad Pellikan, p. 79, Bâle, 1877.

318 Allen, Opus, t. V, p. 133, n. 38 (no 1316) ; pp. 609-10, l. 52-55 (no 1528).

319 Allen, Opus, t. IV, pp. 77-79 (no 1020) ; pp. 212-15 (no 1084).

320 Allen, Opus, t. IV, p. 485, l. 1-13 (no 1201, V-21) ; t. V, pp. 55-56, l. 1-6 ; 10-36 (no 1278, 25-IV-22) ; pp. 71-72 (no 1288, 29-V-22) ; p. 77, l. 1-3 (no 1293, 24-VI-22) ; t. VIII, pp. 366-67 (no 2276, 111-30) ; p. 452, l. 1-14 ; 20-22 (no 2329, 24-VI-30) ; t. IX, pp. 61-64 (no 2394, X-30) ; pp. 231-35 (no 2468, 31-111-31). — Voir Callahan, W.W., The Erasmus-Alciati friendship, dans Acta conventus neo-latini lovaniensis, pp. 133-41, Munich-Louvain, 1973. — Viard, P.-E., André Alciat, 1492-1550, Paris, 1926.

321 Allen, Opus, t. V, p. 77, l. 16-17 (no 1293) ; t. VI, p. 40, l. 77-79 (no 1555, 25-11-25).

322 Allen, Opus, t. V, p. 95, l. 43-47 (no 1302, 14-VII-22) ; pp. 609-10, l. 52-55 (no 1528, 16-XII-24). — Voir Renaudet, op. cit., p. 2.

323 Allen, Opus, t. IV, p. 262 (no 1103, 6-V-20). — Voir Renaudet, op. cit., p. 5.

324 Allen, Opus, t. V, pp. 65-67 (no 1285, V-22); pp. 210-212, l. 312-33 (no 1342, 1-II-23).

325 C'est Eppendorff qu'Érasme visera dans le colloque Ementita nobilitas lorsqu'il aura révisé son jugement sur lui (A.S.D., t. 1-3, pp. 612-19). — Allen, Opus, t. V, p. 212, l. 334-36 (no 1342). — Smith, Pr., A key to the Colloquies of Erasmus, pp. 49-50, Cambridge (Mass.), 1927.

326 Allen, Opus, t. IV, p. 304, l. 10-13 (no 1122, 30-VII-20) ; p. 309, l. 50-56 (no 1125) ; t. V, pp. 431-32, l. 8-23 (no 1437, 2-IV-24). — Sur Eppendorff, voir Peremans, N., Érasme et Bucer d'après leur correspondance, pp. 49-65, Paris, 1970.

327 Allen, Opus, t. V, pp. 132-33, l. 10-20 (no 1316, 18-VII-22) ; pp. 212-14, l. 336-450 (no 1342) ; t. VI, p. 39, l. 38-44 (no 1555). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 5-7.

328 Allen, Opus, t. V, pp. 322-25, l. 1-13 ; 58-64 (no 1382, 24-VIII-23).

329 Colloquium religiosum, A.S.D., t. 1-3, pp. 231-66. — Voir Smith, P., A Key to the Colloquies of Erasmus, pp. 10-12, Cambridge, 1927.

330 Allen, Opus, t. VI, append. XIX : Erasmus' first will, pp. 503-505, l. 1-82. — Voir Renaudet, op. cit., pp. 63-64. — Hartmann, Bonifacius Amerbach als Verwalter der Erasmusstiftung, dans Basler fahrbuch, pp. 7-28, Bale, 1957.

331 Allen, Opus, t. VII, pp. 267-68, l. 30-39 (no 1915, 9-XII-27) ; p. 270, l. 41-43 (no 1916).

332 Allen, Opus, t. VII, pp. 225-26, l. 1-23 (no 1900, XI-27).

333 Allen, Opus, t. V, p. 118.

334 Allen, Opus, t. IV, p. 378, l. 10-11 (no 1159, 13-XI-20).

335 Adagia, no 2537, L.B., t. II, col. 856 E. — Voir Halkin, L.-E., Érasme et l'Europe, dans C.N.E., pp. 86-89n Bruxelles, 1970. — Beumer, Erasmus der Europäer, pp. 83-84.

336 Allen, Opus, t. II, p. 161, l. 16-30 (no 370, 22-XI-15). — Voir Degroote, G., Erasmus en de Bourgondische Nederlanden, dans De Brabantse Folklore, t. 22, pp. 8-9, Bruxelles, 1950. — Kooperberg, L., De Verhouding van Erasmus tot het Oostenrijksche Huis, dans Revue belge de philologie et d'histoire, t. 16, pp. 131-41, Bruxelles, 1937. — Kreps, J., Le mécénat de la cour de Bruxelles (1430-1559), Paris, 1956.

337 Allen, Opus, t. II, pp. 205-208 (no 393, III-16). — Voir Detrez, op. cit., pp. 236-37.

338 Detrez, op. cit., p. 235. — Delvoye, A., Erasme et le chapitre de Notre-Dame, dans Bulletin de la Société archéologique et historique de Courtrai, pp. 348 et sv., Courtrai, 1946-1948.

339 Allen, Opus, t. III, p. 120, l. 12-16 (no 695, 2-XI-17) ; p. 188, l. 1-4 (no 752, 6-I-18). — Voir Renaudet, Études érasmiennes, p. 29.

340 Allen, Opus, t. I, pp. 413-14 (no 184). — Voir Tourneur, pp. 152-53. — Prims, F., Aegidius (Gilles) en Erasmus, dans Antwerpiensia, pp. 168-99, Anvers, 1936.— Degroote, G., Erasmofilie te Antwerpen in de eerste helft van de zestiende eeuw, dans C.N.E., pp. 31-38. — Nauwelaerts, M.A., Een van Erasmus Antwerpse vrienden P. Giltis, dans Antwerpen, tijdschrift der stad Antwerpen, t. 15, pp. 39-42, Anvers, 1955. — Mélard, M., Les débuts de la Réforme à Anvers (1518-1530), pp. xxxi-xxxv ; xli-xlii, mémoire de licence dactylographié, Liège, 1972.

341 Ce dialogue sera plus tard incorporé au livre des Colloques (A.S.D., t. 1-3, pp. 411-16). — Cf. Allen, Opus, t. II, p. 35, I. 87-89 (no 312) ; p. 146, l. 12-13 (no 356) ; p. 433, l. 1 ; 15-16 (no 516). — Voir Degroote, op. cit., pp. 33-35.

342 Allen, Opus, t. II, pp. 33-35 (no 212). — Voir Tourneur, op. cit., p. 153.

343 Allen, Opus, t. III, p. 110, l. 1-24 (no 687, X-17 ; p. 218, l. 21-23 (no 775, 22-II-18).

344 Allen, Opus, t. III, p. 60 (no 638) ; p. 189, l. 1-11 (no 753) ; p. 190, l. 6-8 (no 754) ; p. 253 (no 799). — Voir Brabant, op. cit., p. 92. — Baumann, op. cit., pp. 9-11.

345 Allen. Opus, t. III, pp. 33-34, I. 14-16 (no 616, 1-VIII-17) ; p. 59, l. 4-5 (no 637) ; p. 142, l. 25-28 (no 712) ; p. 247, l. 16-17 (no 794) ; t. IV, p. 153, l. 8-14 (no 1054, 19-XII-19) ; p. 225, n. 355. — De Vocht, H., Litterae virorum eruditorum ad Franciscum Craneveldium, pp. 484-86, Louvain, 1929. — Voir Mélard, op. cit., pp. xlii-xiii. — Sabbe, M., Erasmus en zijn Antwerpse vrienden, dans Mededelingen dec Koninklijke Vlaamsche Académie voor taal en letterkunde, pp. 473-88, Gand, 1936. — Degroote, op. cit., p. 39.

346 Allen, Opus, t. II, pp. 151-52, l. 10-12 (no 362, 16-X-15). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 113 et sv.

347 Allen, Opus, t. II, p. 362, l. 5-10 (no 480, 28-X-16).

348 Allen, Opus, t. II, p. 68, l. 15-19 (no 332, 7-X-15) ; p. 433, l. 1-5 (no 516, 20-I-17). — Voir Reynolds, op. cit., p. 112.

349 Allen, Opus, t. II, p. 339, l. 1-3 (No 461) ; p. 354, l. 23-24 ; 29-30 (no 474, 2-X-16). — Voir Tourneur, op. cit., p. 151.

350 Allen, Opus, t. II, p. 372, l. 62-79 (no 481, 31-X-16) ; p. 359, l. 5-7 (no 477) ; p. 375 (no 484) ; p. 380, l. 1-2 (no 487) ; t. IV, p. 225, l. 352-55 (no 1087, 1520). — Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 77-81 (no 25, X-16) ; pp. 82-84 (no 27, XI-27). — Voir Detrez, op. cit., pp. 243-45.

351 More, Th., L'Utopie ou le traité de la meilleure [orme de gouvernement, éd. M. Delcourt, Paris, 1936. — Voir Mesnard, P., L'essor de ta pensée politique au xvie siècle, pp. 141-77, Paris, 1976. — Delcourt, M., Le pouvoir du roi dans l'« Utopie », dans Mélanges A. Le franc, pp. 101-12, Paris, 1936. — Seebohm, op. cit., pp. 346-78. — Reynolds, op. cit., pp. 112-26. — De Rooij, N., Utopia gewonnen en verloren. De tragedie van Thomas More en Erasmus, Anvers, 1950.

352 Renaudet, op. cit., pp. 65-121. — Delcourt, M., Le Prince selon le cœur d'Érasme, dans La Terre Wallonne, pp. 145-55, Charleroi, 1936.

353 Tourneur, op. cit., pp. 151-52.

354 Allen, Opus, t. II, p. 479, I. 56-58 (no 534, 21-11-17) ; p. 483, l. 17-18 (no 537) ; p. 494, l. 1-13 (no 543, 1-III-17).

355 Allen, Opus, t. II, p. 576, l. 15-17 (no 584, 30-V-17) ; t. III, p. 52, l. 58-59 (no 628, 23-VIII-17) ; p. 56, l. 4-7 (no 634, 24-VIII-17) ; p. 160, l. 13-14 (no 732, 6-XII-17).

356 Allen, Opus, t. III, pp. 56-57, l. 1-19 (no 635, VIII-17). — Voir Reynolds, op. cit., p. 143.

357 Allen, Opus, t. III (p. 576, l. 6-7 (no 584) ; p. 33, l. 9-11 (no 616) ; p. 76 (no 654) ; pp. 103-104, l. 1-32 (no 683, 5-X-17) ; pp. 105-107 (no 684). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 129-30. — Gerlo, op. cit., pp. 9-27. — Degroote, op. cit., pp. 35-38. — Brewer, Letters…, t. II-2, p. 1172 (no 3719).

358 Allen, Opus, t. II, pp. 193-95 (no 388, 15-II-16) ; pp. 259-61 (no 424, 21-VI-16) ; pp. 344-45 (no 465) ; pp. 346-47 (no 467) ; t. III, p. 5, l. 25-31 (no 597, 10-VII-17) ; p. III, l. 1-8 (no 688) ; pp. 131-32 (no 706) ; p. 153, l. 10-11 (no 726) ; t. IV, pp. 496-97 (no 1205, 24-V-21) ; t. V, pp. 334-35 (no 1488, 4-IX-24) ; t. VII, pp. 143-44 (no 1861, 24-VIII-27).

359 Allen, Opus, t. II, pp. 195-98, I. 94-154 (no 388) ; p. III, l. 11-21 (no 688) ; p. 142, l. 19-20 (no 712). — Voir Reynolds, op. cit., p. 116.

360 Allen, Opus, t. III, p. 59, l. 1-2 (no 637) ; p. 64, l. 3-4 (no 643) ; p. 92, l. 11 (no 669) ; p. 172, l. 22-27 (no 742) ; p. 190, l. 9 (no 754).

361 Allen, Opus, t. III, p. 304, l. 44-47 (no 832, 24-IV-18) ; t. IV, p. 15, l. 87-96 (no 999) ; p. 576, l. 23-27 (no 1233, IX-21) ; p. 584, l. 37-41 (no 1236). — Rogers, Correspondence of Thomas More, p. III (no 57, 1518). — Voir Reynolds, op. cit., p. 117.

362 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 112-20 (no 60, 29-III-18). — Allen, Opus, t. III, p. 547, l. 198-219 (no 948, 22-IV-19). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 131-34. — Marc'Hadour, G., Saint Thomas More, Namur, 1962.

363 Allen, Opus, t. II, pp. 228-31, l. 1-82 (no 403, 1-V-16). — Voir de la Garanderie, M.-M., La correspondance d'Érasme et de Guillaume Budé, Paris, 1967.

364 Renaudet, Préréforme…, pp. 284-85 ; 511 ; 666-67. — Voir Delaruelle, L., Guillaume Budé, les origines, les débuts, les idées maîtresses, Paris, 1907. — Plattard, J., Guillaume Budé (1468-1540) et les origines de l'humanisme français, Paris, 1923. — Beumer, op. cit., pp. 23-26.

365 Allen, Opus, t. II, pp. 252-54, l. 1-74 (no 421, 19-VI-16).

366 Allen, Opus, t. II, p. 402, l. 432-43 (no 493, 26-XI-16). — Voir Mesnard, P., Érasme et Budé, dans le Bulletin de l'association Guillaume Budé, pp. 307-31, Paris, 1965.

367 Allen, Opus, t. II, pp. 362-70 (no 480, 28-X-16) ; pp. 390-405 (no 493) ; pp. 444-49 (no 522, 5-II-17) ; pp. 459-74 (no 531).

368 Allen, Opus, t. II, pp. 394-96, l. 150-216 (no 493).

369 Allen, Opus, t. II, pp. 459-74 (no 531).

370 Allen, Opus, t. II, p. 232, l. 120-20 (no 403, L-V-16) ; pp. 274-76, l. 69-133 (no 435, 7-VII-16).

371 Allen, Opus, t. II, pp. 254-55, l. 75-119 (no 421, 19-VI-16).

372 Allen, Opus, t. II, pp. 272-73, l. 1-21 (no 435, 7-VII-16). — Voir Stegmann, op. cit., pp. 280-82.

373 de la Garanderie, M.M., La correspondance d'Érasme et de Guillaume Budé, pp. 14 et 16, Paris, 1967.

374 Brewer, Letters…, t. II-2, p. 1029 (no 3198) ; p. 1046 (no 3263) ; p. 1344 (no 4360).

375 Allen, Opus, t. II, p. 108, l. 164-69 (n* 388) ; p. 247, l. 1-10 (no 415) ; p. 252, l. 22-25 (no 421) ; p. 273, l. 35-44 (no 435) ; t. IV, pp. 570-71 (no 1230) ; t. V, p. 612 (no 1531, 27-XII-24).

376 Allen, Opus, t. III, pp. 95-97 (no 674, 17-IX-17) ; pp. 148-49, (no 718) ; p. 165 (no 735) ; pp. 181-83 (no 748) ; pp. 191-93 (no 756) ; p. 507, l. 17-21 (no 926, 16-III-19). — Voir Hoyoux, J., Les rapports entre Érasme et Êrard de la Marck, dans Chronique archéologique du Pays de Liège, t. I, pp. 11-16 Liège, 1945.

377 Allen, Opus, t. II, pp. 356-60 (no 476-477, X-16) ; t. III, pp. 127-28, l. 1-4 ; 8-9 (no 702, 3-XI-17) ; p. 135, l. 1-5 (no 708, 10-XI-17).

378 Allen, Opus, t. III, p. 135, l. 10-11 (no 708) ; p. 141, l. 1-4 (no 712) ; pp. 145-47 (no 715).

379 Allen, Opus, t. III, p. 141, l. 5-18 (no 712) ; p. 135, l. 5-10 (no 708) ; p. 166, l. 3-4 (no 736).

380 Allen, Opus, t. III, p. 287 (no 818) ; p. 339, l. 10-14 ; 20 (no 846) ; p. 341, l. 8-10 (no 849).

381 Allen, Opus, t. III, pp. 234-35, l. 2-9 (no 782, 5-III-18).

382 Allen, Opus, t. II, p. 526, l. 5-12 (no 565, 3-IV-17) ; t. V, pp. 505-506 (no 1470, 26-VII-24) ; t. VI, pp. 158-59 (no 1605, 31-VIII-25) ; p. 183, l. 7-8 (no 1621) ; pp. 319-20, l. 1-6 ; 17-18 (rio 1695) ; t. VIII, p. 396, l. 28-32 (no 2295, 28-111-30) ; t. IX, p. 441, l. 16-19 (no 2613, 27-11-32).

383 Allen, Opus, t. VI, pp. 12-14 (no 1541, 30-1-25) ; p. 110 (no 1583) ; p. 130 (no 1590) ; p. 229 (no 1647) ; t. VII, p. 292 (no 1931, 1-28). — Voir Tourneur, op. cit., p. 155. — Degroote, op. cit., p. 39. — Degroote, Erasmus en de Bourgondische Nederlanden, pp. 19-20. — Sabbe, op. cit., pp. 487-88. — Mélard, op. cit., pp. xxxvi-xliv.

384 Allen, Opus, t. VI, pp. 440-41, l. 7-9 (no 1769, XX-26) ; t. VII, p. 424, l. 8-10 (no 2015, 30-VII-28) ; t. IX, p. 75 (no 2404, l-XI-30) ; t. VII, pp. 403-404, l. 12 ; 20-21 (no 1999) ; p. 423, l. 27-31 (no 2014) ; t. VI, p. 241, l. 3-24 (no 1654) ; pp. 319-20, l. 9-12 (no 1695, 20-IV-26). — Tourneur, ibidem.

385 Allen, Opus, t. VI, p. 320 (no 1696). — Voir Tourneur, ibidem.

386 Allen, Opus, t. VI, pp. 246-47 (no 1648) ; p. 283, l. 11-13 (no 1676) ; p. 293, l. 30-40 (no 1681) ; p. 455 (no 1781, 31-I-27).

387 Allen, Opus, t. VI, p. 391, l. 1-15 (no 1740) ; t. VIII, pp. 331-32, l. 1-47 (no 2260). — Voir Tourneur, op. cit., p. 156.

388 Allen, Opus, t. XI, p. 133, l. 14-15 (no 3019, 21-V-35). — Voir Tourneur, ibidem.Marc'Hadour, L'Univers de Thomas More…, p. 485.

389 Allen, Opus, t. III, pp. 492-93, l. 20-31 (no 917, 13-II-19). — Voir Norena, C., Juan-Luis Vivès, pp. 15-75, La Haye, 1970. — Tobriner, M.L., Juan-Luis Vivès and Erasmus, dans Moreana, t. 24, pp. 35-44, Angers, 1969. — De Vocht, H., Monumenta humanistica lovaniensia, texts and studies about Louvain Humanists in the first half of the XVIth century, Erasmus, Vives, Dorpius, Clenardus, Goes, Moringus, pp. 1-58, Louvain, 1934. — Jung, G., Erasmus und Vives, dans Gedenkschrift zum 400. Todestage des Erasmus von Rotterdam, pp. 130-43, Bâle, 1936. — Guy, A., Vivès ou l'humanisme engagé, Paris, 1972. — Beumer, op. cit., pp. 65-69.

390 Allen, Opus, t. II, p. 497, l. 15-17 (no 545, 18-III-17) ; t. IV, p. 209, l. 24-59 (no 1082, 15-III-20) ; pp. 267-68, l. 20-108 (no 1106) ; pp. 269-70, l. 6-13 (no 1107). — Voir Norena, op. cit., pp. 78 ; 124.

391 Allen, Opus, t. III, p. 616, l. 1-8 (no 987, 10-VI-19) ; t. IV, p. 189, l. 52-62 (no 1066, 17-11-20) ; p. 264, l. 35-39 (no 1104) ; pp. 273-74, l. 98-126 (no 1108). — Cf. Casanova, R., Soixante lettres de Juan-Luis Vivès a Henri VIII, Érasme, Budé…, Paris, 1943. — Voir Mesnard, P., Érasme et Budé, dans Bulletin de l'Association Guillaume Budé, p. 316, Paris, 1965. — Norena, op. cit., p. 46.

392 Allen, Opus, t. IV, p. 263, l. 1-3 (no 1104) ; pp. 270-73, l. 1-97 (no 1108) ; pp. 280-83, l. 1-79 (no 1111). — Voir Norena, op. cit., pp. 124-27.

393 Allen, Opus, t. II, pp. 444-49, l. 14-174 (no 522, II-17) ; p. 478, l. 1-31 (no 534). — Voir Mann, M., Érasme et les débuts de ta Réforme française, pp. 3-9, Paris, 1934. — de la Garanderie, M.-M., Les relations d'Érasme avec Paris au temps de son séjour aux Pays-Bas méridionaux (1516-1521), dans Scrinium Erasmianum, t. I, pp. 29-34 ; 43-49, Leyde, 1969. — Stegmann, op. cit., pp. 283-85. — Halkin, L.-E., Érasme entre François 1er et Charles-Quint, dans Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, t. 44, pp. 312-16, Rome et Bruxelles, 1974.

394 Allen, Opus, t. II, p. 449 (no 523) ; pp. 480-81 (no 535). — Voir Mann, op. cit., pp. 4-6. — de la Garandekie, op. cit., pp. 35-41.

395 Allen, Opus, t. II, pp. 531-47 (no 569) ; t. III, pp. 41-42, l. 1-27 (no 620) ; t. IV, pp. 131-32, l. 95-149 (no 1045). — Voir de la Garanderie, M.-M., Un érasmien français, Germain de Brie, dans C.E.T., t. I, pp. 369-70, Paris, 1972. — Beumer, op. cit., pp. 22-23.

396 Allen, Opus, t. II, pp. 454-58 (no 529) ; pp. 482-83 (no 537) ; t. IV, pp. 292-93, l. 19-33 (no 1117).

397 Allen, Opus, t. VI, pp. 528-30 (fto 568, 5-IV-17) ; t. III, p. 112 (no 689, 28-X-17) ; pp. 151-52 (no 723, 30-XI-17) ; p. 206 (no 767, 18-I-18) ; pp. 172-75 (no 744) ; pp. 221-22, l. 1-36 (no 778, 22-II-18).

398 Allen, Opus, t. III, pp. 269-81 (no 810, 12-IV-18) ; p. 288 (no 819) ; pp. 404-405 (no 869) ; pp. 434-37 (no 896).

399 Allen, Opus, t. III, pp. 448-63 (no 906, 22-XII-18) ; p. 513 (no 930, 21-III-19) ; t. IV, pp. 36-40 (no 1004) ; pp. 188-90 (no 1066, 17-II-20).

400 Allen, Opus, t. III, pp. 511-12, l. 45-54 (no 928, 19-III-19).

401 Allen, Opus, t. III, pp. 616-17 (no 987) ; pp. 625-26 (no 992) ; t. IV, pp. 60-63 (no 1011, IX-19) ; pp. 68-72 (no 1015) ; pp. 195-97 (no 1973).

402 Allen, Opus, t. III, p. 559 (no 954) ; t. IV, pp. 270-76 (no 1108) ; p. 283, l. 80-87 (no 1111) ; t. V, p. 179, l. 278-88 (no 1334, 5-I-23). — Voir de la Garanderie, op. cit., pp. 42-43.

403 Allen, Opus, t. V, p. 307 (no 1375, 7-VII-23) ; pp. 375-80 (no 1407, 1-1-24) ; p. 385, l. 9-13 (no 1411) ; p. 381, l. 19-21 (no 1408) ; p. 394, l. 93-101 (no 1415) ; pp. 440-42 (no 1439) ; pp. 453-55 (no 1446) ; t. VI, p. 152 (no 1601, 25-VIII-25) ; p. 180 (no 1619).

404 Voir Nauwelaerts, M.A., Érasme à Louvain. Êphémérides d'un séjour de 1517 à 1521, dans Scrinium erasmianum, t. I, pp. 3-24, Leyde, 1969. — Hyma, A., Erasmus in Brabant, dans Miscellanea historica L. Van Essen, t. I, pp. 467-72, Louvain, 1947 ; Nauwelaerts, M.A., Verblijf en werk van Erasmus te Leuven, dans Mededelingen van de Ceschied-en Oudheidkundige kring voor Leuven en omgeving, t. IX, pp. 133-60, Louvain, 1969.

405 Allen, Opus, t. IV, p. 591, l. 15-18 (no 1238, X-21). — Sur Dorp, voir Hendriks, O., Erasmus te Leuven, pp. 54-64, Bruxelles, 1946. — De Vocht, Monumenta…, pp. 125-38 ; 611-98. — De Jongh, H., L'ancienne Faculté de Louvain au premier siècle de son existence (1432-1540), ses débuts, son organisation, son enseignement, sa lutte contre Erasme et Luther, Louvain, 1911.

406 Allen, Opus, t. I, p. 4, l. 34-36 ; pp. 398-403 (no 180, 11-1504) ; p. 429, l. 6-14 (no 197, VII-1506) ; t. II, p. 90 (no 337, V-15) ; t. III, p. 64, I. 6-14 (no 643, 31-VIII-17). — Voir Detrez, op. cit., pp. 241-42 ; 245.

407 Allen, Opus, t. III, p. 73, l. 10-13 (no 651, 7-IX-17) ; p. 120, l. 17-19 (no 695, 2-XI-17) ; p. 121, l. 1-8 (no 696) ; p. 145, l. 23-25 (no 23-25 (no 714). — Voir Detrez, op. cit., pp. 238-40.

408 Allen, Opus, t. V, pp. 238-39, l. 1-30 (no 1347, 1-III-23). — Voir Detrez, op. cit., p. 240.

409 Allen, Opus, t. V, pp. 271-72 (no 1355). — Voir Detrez, op. cit., p. 241.

410 Allen, Opus, t. VIII, p. 483 (no 2352, 14-VII-30)

411 Allen, Opus, t. IV, p. 495 (no 1204, V-21). — Voir Daxhelet, E., Adrien Barland, humaniste belge (1486-1538). Sa vie, son œuvre, sa personnalité, Louvain, 1938.

412 Allen, Opus, t. IV, pp. 237-38 (no 1092, 17-IV-20) ; p. 133 (no 1046). — Voir Reedijk, op. cit., p. 32. — Roersch, A., L'Humanisme belge à l'époque de la Renaissance. Études et portraits, pp. 37-55, Bruxelles, 1910.

413 Allen, Opus, t. IV, pp. 75-76, l. 12-18 (no 1018) ; p. 533, l. 11-16 (no 1215) ; p. 590, l. 34-38 (no 1237) ; pp. 504-506 (no 1209) ; t. V, pp. 435-36 (no 1437, 2-IV-24) ; t. VI, pp. 437-40 (rio 1768, 10-XII-26) ; pp. 451-52 (no 1778) ; t. VIII, pp. 484-92 (no 2352, 14-VII-30) ; t. XI, p. 337 (no 3130, 28-VI-36). — Voir De Vocht, Monumenta…, pp. 52-56 ; 285-86 ; 50, n. 4. — Crahay, op. cit., p. 7.

414 Allen, Opus, t. IV, pp. 546-47, l. 9-52 (no 1220) ; pp. 553, l. 37-45 (no 1223). — Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 267-72 (no 112) ; pp. 272-73 (no 113).

415 Allen, t. I, pp. 434-91 (no 244 A). — Cf. Epithalamium Petri Aegidii, A.S.D., t. 1-3, p. 413, l. 72-84. — Voir De Vocht, H., Jerome de Busleyden, founder of the Louvain Collegium Trilingue, his life and writings, edited for the first time in their entirety from de original manuscript, Turnhout, 1950. — Id., History of the foundation and the rise of the Collegium Trilingue Louvaniense, 1517-1550, 4 vol., Louvain, 1951-1955. — Foncke, E., Aantekeningen betreffende Hieronymus van Busleyden. Zijn Paleis te Mechelen, de kollecties en de muurschilderingen aldaar voorhanden, dans Gentse bijdragen tot de kunstgeschiedenis, t. 5, pp. 179-219, Anvers, 1939.

416 Allen, Opus, t. III, p. 108, l. 1-4 (no 686, 19-X-17) ; p. 119, l. 3-5 (no 695) ; pp. 258-59 (no 804, 16-III-18) ; t. IV, pp. 137-38 (no 1050-51, XII-19) ; pp. 552-53, l. 14-36 (no 1223). — Voir Devrez, op. cit., p. 236. — Marc'Hadour, op. cit., p. 297.

417 Allen, Opus, t. III, pp. 185-87 (no 750, 1-18) ; pp. 498-500 (no 922, 111-19) ; t. IV, p. 108 (no 1s 1035-36, X-19) ; pp. 136-37 (nos 1048-49) ; p. 337 (no 1140) ; pp. 424-25 (no 1174) ; pp. 448-49 (no 1189-90) ; t. V, p. 508 (no 1473, 26-VII-24) ; t. VI, pp. 23-24 (no 1547, 11-II-25). — Voir Nauwelaerts, M.A., Verblijf en week van Erasmus te Leuven, dans Mecledelingen van de Geschieden Oudheidkundige Kring voor Leuven en omgeving, t. IX, pp. 136-60, Louvain, 1969. — Lourdaux, W., Moderne Devotie en christelijk Humanisme. De geschiedenis van Sint-Maarten te Leuven van 1433 tot het einde der xvieeeuw, Louvain, 1967. — Horawitz, A., Erasmus von Rotterdam und Martinus Lipsius, Vienne, 1882.

418 Allen, Opus, t. IV, pp. 550-51, l. 17-21 (no 1222) ; t. V, pp. 40-41, l. 129-60 (no 1271) ; pp. 112-13, l. 10-11 ; 37-45 (no 1306, 15-VIII-22) ; pp. 333-34 (no 1388) ; p. 474, l. 1-6 (no 1455). — Cf. De Vocht, Monumenta…, pp. 1-58. — De Vocht, Litterae virocum eruditorum ad Franciscum Craneveldium, p. 15, l. 30-36 ; 42-44 (no 6, 1522) ; pp. 86-87, l. 13-18 ; 24-29 (no 32, 1523). — Voir Norena, op. cit., pp. 70-74 ; 79-89.

419 Allen, Opus, t. IV, p. 551, l. 24-36 (no 1222) ; t. V, pp. 98-99, l. 8-18 (no 1303) ; pp. 118-21 (no 1309) ; p. 123, l. 40-43 (no 1311). — De Vocht, Litterae…, p. 15, l. 44-46 (no 6) ; p. 18, l. 8-12 (no 8). — Voir Norena, op. cit., pp. 133-34.

420 Allen, Opus, t. V, pp. 280-84 (no 1362) ; p. 612 (no 1531) ; t. VI, p. 260, l. 2-7 (no 1665) ; p. 476, l. 23-28 (no 1792) ; t. VII, pp. 514-15, l. 48-80 (no 2061) ; t. VIII, p. 263 (no 2208).

421 Allen, Opus, t. V, p. 11 (no 1256) ; p. 113, l. 25-34 (no 1306) ; t. VI, p. 476, l. 1-10 (no 1792) ; t. VII, pp. 108-109, l. 1-60 (no 1847) ; p. 513, l. 1-48 (no 2061).

422 Allen, Opus, t. VIII, pp. 145-61 (no 2157, V-29) ; t. V, pp. 117-19 ; t. VII, pp. 470-71, l. 1-5 ; 11-24 (no 2040). — Voir Renaudet, Études érasmiennes, p. 56. — Érasme s'efforcera encore d'embrigader Vivès pour l'édition de Sénèque. Il se verra froidement répondre qu'il est plus qualifié pour ce genre de travail (Allen, Opus, t. VII, p. 513, l. 1-5 (RI0 2061). — Voir Norena, op. cit., p. 134 ; 144-45.

423 Allen, Opus, t. VII, p. 83, l. 1-9 (no 1836) ; p. 202, l. 4-10 (no 1889) ; t. VI, p. 260, l. 14-19 (no 1665) ; t. IX, p. 278, l. 8-17 (no 2502) ; t. X, p. 384 (no 2932).

424 Allen, Opus, t. VI, p. 374, I. 11-39 (no 1332) ; p. 476, l. 20-22 (no 1792).

425 Allen, Opus, t. VVI, p. 78, l. 11-16 (no 1830) ; p. 107, l. 13-19 (no 1847) ; t. VII, p. 471, l. 41-49 (no 2040). — De Vocht, Monuments…, pp. 50-58. — De Vocht, Litterae…, p. 198, l. 9-10 (no 80) ; p. 491, l. 18-22 (no 182) ; p. 495, l. 22 (no 185) ; p. 645, l. 4-6 (no 251). — Voir Norena, op. cit., pp. 97 ; 101-109. — Sur l'œuvre et la pensée de Vivès, voir Norena, op. cit., pp. 123-299.

426 Allen, Opus, t. I, p. 27, l. 29-34 ; t. IV, p. 287-88, l. 36-38 (no 1113) ; p. 288, l. 10-12 (no 1114) ; p. 290, l. 45-46 (no 1115) ; p. 298, l. 33-34 (no 1119) ; p. 350, l. 1-9 (no 1145) ; p. 420, l. 1-8 (no 1173). — Voir Norena, op. cit., p. 79. — Marc'Hadour, op. cit., p. 295.

427 Allen, Opus, t. IV, p. 232, l. 607-12 (no 1087) ; p. 255, l. 190-92 (no 1096) ; p. 261, l. 10-13 (no 1102) ; p. 420, l. 6-8 (no 1173).

428 Allen, Opus, t. IV, p. 567, l. 1-5 (no 1228) ; t. V, p. 205, l. 73-78 (no 1342). — Voir Reynolds, op. cit., pp. 154-55.

429 Allen, Opus, t. V, p. 113, l. 23-25 (no 1306) ; p. 330, l. 1-2 (no 1385). — Voir Marc'Hadour, op. cit., pp. 321-23.

430 Rogers, Correspondence of Thomas More, pp. 275-301 (nos 115-127, 1523).

431 Allen, Opus, t. V, pp. 363-65 (no 1402) ; pp. 366-67 (no 1404). — Voir Castelli, op. cit., pp. 3-19.

432 Allen, Opus, t. IV, pp. 571-72 (no 1231) ; t. V, p. 95, l. 15-18 (no 1302) ; pp. 203-205, l. 17-24 ; 62-69 (no 1342). — Voir Van Damme, D., Érasme à Anderlecht, dans Le Folklore brabançon, no 90, pp. 600-607, Bruxelles, 1936. — Sobry, C., Les vingt-deux lettres d'Érasme écrites à Anderlecht en 1521, Bruxelles, 1936.

433 Allen, Opus, t. V, p. 142, l. 12-14 (no 1322) ; pp. 476-77, l. 22-28 (no 1457) ; t. VI, pp. 172-73, l. 2-7 (no 1613) ; p. 57, l. 2-6 (no 1562). — Voir de la Garanderie, La correspondance…, p. 22.

434 Allen, Opus, t. V, p. 381, l. 11-12 (no 1408) ; p. 395, l. 39-41 (no 1416). — Voir Renaudet, op. cit., pp. 1-11.

© Presses universitaires de Liège, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search