Version classiqueVersion mobile

Érasme et l’amitié

 | 
Yvonne Charlier

Introduction

Texte intégral

  • 1 Margolin, J.-C., Quatorze années de bibliographie érasmienne (1936-1949), Paris, 1969. — Margolin,(...)
  • 2 Tourneur, V., Érasme et l'amitié, dans le Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morale (...)
  • 3 Martius, H., Erasmus und seine Freunde, dans Gymnasium, t. 77, pp. 521-31, Heidelberg, 1970.

1Encore une étude sur Érasme ! On serait tenté de croire que tout a été dit sur le Prince des Humanistes. Mais la matière est infinie ! L'œuvre et la correspondance d'Érasme constituent une source inépuisable pour l'histoire du xvie siècle, l'histoire de l'humanisme et de la Réforme. La bibliographie érasmienne, encore fort incomplète, établie par J.-C. Margolin1, montre que l'humaniste hollandais a essentiellement inspiré des recherches portant sur sa biographie et sa doctrine. Moins nombreuses sont les études qui visent à la connaissance de la personnalité d'Érasme, de ses rapports avec autrui, et bien peu portent sur ses relations affectives. C'est dans cette voie que nous avons choisi de diriger nos efforts. Nous avons donc opté pour un travail sur l'amitié, sujet vaste s'il en est. Nous étudierons l'amitié en général dans la vie d'Érasme et nous tenterons d'en présenter une première synthèse. Mis à part l'article de V. Tourneur2 et celui de H. Martius3, malheureusement réduits à des banalités ou à un rapide tour d'horizon des principaux amis d'Érasme, il n'existe aucun travail général sur les amitiés de l'humaniste. Certes, de très nombreux articles sont consacrés à tel ou tel ami, mais la synthèse restait à faire. Quel rôle a-t-elle joué dans la vie d'Érasme et dans ses écrits, l'a-t-elle influencé et dans quelle mesure ? Érasme lui-même a-t-il eu prise sur ses amis ? Comment concevait-il l'amitié, comment se conduisait-il envers ses amis et réciproquement ? Autant de questions que ce travail s'efforce de résoudre par une approche du caractère complexe de l'humaniste et par une étude minutieuse de sa correspondance.

  • 4 Delcourt, M., Érasme, p. 15, Bruxelles, 1944.

2Pour la clarté de l'exposé, nous l'avons divisé en plusieurs chapitres de longueur inégale. Le premier, L'amitié selon Érasme, présente à travers l'œuvre de l'humaniste, la conception théorique et philosophique qu'il avait de l'amitié, ainsi que les modèles antiques qui l'ont inspirée. Les chapitres suivants étudient, à travers sa volumineuse correspondance, les relations d'amitié proprement dites, ainsi que leur évolution. Le deuxième est consacré aux amitiés de jeunesse ; il est à lui seul un commencement et une fin. Dans un petit ouvrage sur Érasme4, Marie Delcourt, il y a quelque trente ans, affirmait que si l'on voulait un jour écrire l'histoire des amitiés d'Érasme, il faudrait commencer par évoquer la personnalité de Servais Roger qu'Érasme connut au monastère de Steyn. Certes, Servais fut le premier ami d'Érasme et son amitié pour lui devait le marquer, mais notre chapitre ne commence pas par lui. Il nous a paru indispensable, pour la compréhension du caractère d'Érasme et de ses relations affectives, d'évoquer son enfance et son expérience familiale.

3Un troisième chapitre trace, dans la mesure du possible, un tableau complet des amitiés qu'Érasme a vécues jusqu'en 1520 approximativement. Exposer clairement cette marche d'Érasme vers ses grandes amitiés a été pour nous un problème délicat. Nous avons cru pouvoir l'élucider en groupant les amis par nationalité, ces mêmes groupes étant considérés suivant l'ordre chronologique des rencontres d'Érasme. Cette méthode nous est apparue d'autant plus convaincante que l'humaniste, grand voyageur jusqu'à l'âge de cinquante ans, a noué bien des amitiés au hasard de ses passages et de ses séjours dans diverses villes d'Europe et que sa renommée grandissante lui vaudra des attaches dans maintes nations occidentales. Quoiqu'il ne puisse échapper aux inévitables retours en arrière, le découpage du récit en paragraphes correspondant aux séjours successifs d'Érasme a l'avantage d'assurer la continuité et de permettre certaines comparaisons.

4Une fois établi le large éventail des amitiés d'Érasme, et mesuré leur influence sur sa pensée et son œuvre, nous montrerons le rôle qu'ont joué ces amis dans ses combats, à travers l'opposition à ses écrits et les débuts de la Réforme. De tels drames ne pouvaient manquer d'avoir des répercussions diverses sur les amitiés d'Érasme.

5Nous avons pris soin de les analyser. Un dernier chapitre est consacré aux dernières années de la vie d'Érasme. Son titre, Les désillusions, laisse présager le découragement qui habite l'humaniste à la veille de sa mort, et dans lequel l'a plongé le comportement de plus d'un ami. Des conclusions générales reprennent alors dans une vue d'ensemble les données essentielles et les réflexions suscitées par cette analyse.

***

6Ce travail est long. Trop long peut-être. Mais comment l'abréger ? Renoncer à évoquer un ami intime, escamoter un problème ou taire une anecdote équivalaient à dénaturer la personne d'Érasme face à l'amitié, ou à sacrifier l'objectivité dans l'examen d'un comportement où le pire voisine avec le meilleur. En fait, la seule raison de notre prolixité tient à l'abondance et à la complexité des amitiés d'Érasme dont une analyse soutenue s'imposait. Pourtant ces considérations ne pouvaient justifier un exposé complet des relations d'Érasme. Force nous a été de nous limiter. Toutes les amitiés d'Érasme ne sont pas importantes ; beaucoup n'ont eu aucune incidence sur sa vie ou son œuvre. Certaines méritent une mention, d'autres une description plus ou moins détaillée, d'autres encore une recherche longue et fouillée. Nous avons opéré cette délicate sélection lors du dépouillement de nos sources. Notre investigation a été systématique et, pour tout dire, assez fastidieuse. Après avoir passé en revue les œuvres de l'humaniste, nous avons entrepris la lecture complète et souvent difficile des onze tomes de la correspondance d'Érasme. Les grandes amitiés étaient facilement repérables par la fréquence des échanges épistolaires, mais surtout par le contenu de ces lettres, car une correspondance fournie n'est pas nécessairement signe d'amitié, pas plus que l'absence de correspondance ne prouve l'absence d'amitié. Les amitiés moins déclarées ont davantage posé de problèmes. Conformément au code en vigueur dans la correspondance des humanistes, Érasme s'exprime généralement en termes amicaux, voire affectueux, même s'il ne connaît pas son interlocuteur. A travers cet étalage de sentiments, il n'est pas toujours aisé de distinguer la part de l'affection sincère et celle des expressions toutes faites, ancêtres de nos formules de politesse. Le ton véritable, les arrière-pensées et parfois même l'ironie sont d'autant plus malaisés à saisir qu'Érasme n'a écrit qu'en latin, en un latin parfois difficile.

7Une fois fixé le choix des amitiés à étudier, il restait encore à les interpréter, à les analyser correctement, à les insérer dans un ensemble cohérent dont il fallait tirer de justes conclusions. Très vite nous avons compris que la correspondance d'Érasme est, si l'on peut dire, un instrument à double tranchant. Autant elle fournit une somme inégalable de renseignements les plus divers sur Érasme et son époque, autant elle reste énigmatique sur plus d'un point parce qu'Érasme a cultivé l'art de l'ambiguïté, de la contradiction, des prises de position évasives alors qu'elles se veulent fermes. S'il nous paraît légitime de nous en tenir à la remarquable édition de P.S. Allen pour la critique externe de la correspondance et pour l'identification des différents personnages, il est clair que la critique interne reste à faire et ne sera jamais définitive. Autrement dit, la lecture des quelques deux mille lettres qui intéressaient notre sujet a posé le problème de la sincérité et de l'honnêteté d'Érasme vis-à-vis de ses amis et surtout vis-à-vis de lui-même. Nous ne prétendons certes pas avoir évité toute erreur d'interprétation. La psychologie d'Érasme est complexe et souvent déconcertante. En outre, bien qu'il s'en défende, on sent très souvent dans les lettres d'Érasme le ton de fausse confidence de celui qui sait que ses écrits sont lus par une multitude de lecteurs et qu'ils seront sans doute publiés. Même les lettres de sa jeunesse, apparemment plus spontanées, adoptent l'allure de l'exercice littéraire. Érasme se livre difficilement. Les quelques lettres dénuées de tout artifice sont à ce titre précieuses ; elles permettent de comprendre beaucoup de choses.

8Par ailleurs les correspondances privées de plusieurs amis d'Érasme et leurs biographies permettent aussi de compléter notre information. Il ne suffisait pas en effet de comprendre le personnage d'Érasme, il fallait encore saisir chacun de ses amis sous l'angle le plus propice, c'est-à-dire découvrir tout ce qui pouvait éclairer ses relations avec l'humaniste.

9Nous espérons, par cette étude, avoir un peu contribué à la compréhension d'Érasme et de sa pensée. C'était en tout cas notre but.

***

10Au moment d'achever ce travail, nous avons à cœur d'exprimer notre reconnaissance à M. le Professeur Halkin, Président de l'Institut d'histoire de la Renaissance et de la Réforme, qui nous a inspiré ce sujet et qui en a aimablement suivi la lente élaboration, en nous aidant de ses conseils et de ses avis. Nous adressons aussi nos vifs remerciements à M. J.-P. Massaut, Chargé de cours à l'Université de Liège, et au R.P. Georges Chantraine, dont la compétence nous a été des plus précieuses pour l'évocation de l'œuvre théologique d'Érasme. Au moment de livrer ce travail à l'impression, nous tenons à remercier aussi M. F. Bierlaire, assistant à l'Université de Liège, qui a relu notre texte et nous a suggéré de multiples améliorations. Enfin, nous exprimons notre gratitude au Centre interuniversitaire d'histoire de l'humanisme qui nous a accordé une bourse de recherches.

11Liège, le 1er février 1976.

Notes

1 Margolin, J.-C., Quatorze années de bibliographie érasmienne (1936-1949), Paris, 1969. — Margolin, Douze années de bibliographie érasmienne (1950-1961), Paris, 1963.

2 Tourneur, V., Érasme et l'amitié, dans le Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, t. 28, pp 140-57, Bruxelles, 1942.

3 Martius, H., Erasmus und seine Freunde, dans Gymnasium, t. 77, pp. 521-31, Heidelberg, 1970.

4 Delcourt, M., Érasme, p. 15, Bruxelles, 1944.

© Presses universitaires de Liège, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search