Version classiqueVersion mobile

Essai sur la morale d’Auguste Comte

 | 
Christian Rutten

Chapitre premier. Un opuscule « fondamental »

Texte intégral

  • 1 On apprendra tout sur les diverses éditions de ce texte, — qui a « un état civil compliqué », — da (...)
  • 2 Système..., t. I, Préface, p. 1.
  • 3 Cours de philosophie positive, Paris, Bachelier, t. VI, 1842, Préface personnelle, pp. vii-viii ; (...)
  • 4 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. vii.

1Le Prospectus des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, publié pour la première fois en avril 1822 et élevé en avril 1824 au rang de premier Système de politique positive1, est, parmi ses écrits de jeunesse, celui auquel Auguste Comte attache le plus d’importance. Au dire de Comte, le Prospectus joue vraiment dans la formation du positivisme le rôle d’« opuscule fondamental »2. Or notre philosophe prend soin d’indiquer à plusieurs reprises la raison pour quoi il en est ainsi. L’opuscule fondamental est, paraît-il, celui où convergent des « tendances intellectuelles » et des « tendances politiques » d’abord séparées3. C’est ensemble le signe et le gage d’« une véritable unité mentale et même sociale »4.

  • 5 Système..., t. I, Préface, p. 1.
  • 6 H. Gouhier, op. cit., p. 386. Cf. J. Delvolvé, op. cit., pp. 40-50.
  • 7 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. viii.

2Si ce texte, où sont posées les bases d’une « physique sociale », est un « début philosophique »5, c’est donc qu’une conception du rapport entre la théorie et la pratique politique préside à l’élaboration de la philosophie qui vient ensuite. Certes, Comte n’est pas original en voyant dans la morale et la politique « des sciences d’application dépendant de la science de l’homme ». Il ne s’agit là que de l’une des quelques vérités prépositivistes6. Mais l’auteur du Cours de philosophie positive le sait bien. Ne reconnaît-il pas que Saint-Simon avait « déjà senti, à sa manière, le besoin d’une régénération sociale fondée sur une rénovation mentale »7 ? Ce qu’Auguste Comte pense avoir découvert en 1822, c’est une nouvelle manière de réorganiser scientifiquement la société humaine. Par là se définit sans doute le sens principal du cheminement spirituel aboutissant à l’étrange synthèse religieuse de la Politique positive.

  • 8 Ibidem, pp. viii-x. L’« élaboration orale » dont il s’agit est le cours ouvert au domicile d’Augus (...)
  • 9 A Blainville, 27 février 1826, Correspondance inédite d’Auguste Comte, Paris, au Siège de la Socié (...)
  • 10 Cf. H. Gouhier, op. cit., p. 286. On sait que M. Henri Gouhier découvre dans les textes écrits par (...)

3Il résulte cependant de la « Préface personnelle » au tome VI du Cours que l’unité mentale et sociale n’est pas encore « pleinement constituée » dans l’opuscule de 1822. A cet égard, Comte envisage l’« élaboration orale » qui « a suscité » la rédaction du Cours comme témoignant d’un développement de sa propre pensée, « sous l’inspiration continue » de la fameuse loi des trois états8. Par ailleurs, signalant, dans une lettre à Blainville du 27 février 1826, que ses récentes Considérations sur le pouvoir spirituel lui ont enfin permis de lier l’une à l’autre sa « vie intellectuelle » et sa « vie sociale », Comte affirme ne s’être « jamais élevé » auparavant à cette « combinaison »9. Dès lors, l’opuscule fondamental doit être regardé comme un véritable « point de départ »10. C’est à définir ce point de départ que nous allons d’abord nous attacher.

***

  • 11 Voyez la deuxième édition : Système de politique positive, par Auguste Comte, Ancien élève de l’Ec (...)
  • 12 Le Prospectus des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société « paraît, précédé (...)
  • 13 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, pp. 3-5. « Ibid., pp. 6-9.
  • 14 Ibid., pp. 6-9

4L’opuscule fondamental est l’oeuvre d’un « élève de Henri Saint- Simon »11. Sa première édition constitue la Suite des travaux ayant pour objet de fonder le Système industriel12. Cependant, il suffit de comparer, dans le 3e cahier du Catéchisme des industriels, l’avertissement de Saint-Simon13 et celui de Comte14, pour apercevoir que, tout en s’assignant l’un et l’autre le même but, les deux auteurs sont loin d’être d’accord sur la marche à suivre pour atteindre ce but.

§ 1. - L’industrialisme saint-simonien

  • 15 H. Gouhier, op. cit., p. 113. Cf. pp. 62, 110, 116, 199. Voir également La jeunesse d’Auguste Comt (...)

5Comme le montre bien M. Henri Gouhier, l’industrialisme qui s’affirme dans les écrits saint-simoniens à partir de 1816-1817 ne témoigne pas d’une réelle évolution de pensée. Il s’agit plutôt d’une « tactique dictée par les circonstances »15.

  • 16 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 154.
  • 17 H. Gouhier, ibid., p. 149.
  • 18 Voyez, à cet égard, la réfutation par M. H. Gouhier (ibid., pp. 156-157) de la thèse défendue par (...)
  • 19 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 190, cité par H. Gouhier (p. 155) d’ (...)
  • 20 Introduction..., VI, p. 166, n. 1, cité par H. Gouhier (p. 155) d’après œuvres choisies..., I, p. (...)
  • 21 Ibid., pp. 188-189, cité par H. Gouhier (p. 156) d’après œuvres choisies..., I, pp. 232-233. « Ce (...)
  • 22 « C’est en 1798 », écrit Saint-Simon, « que je suis entré dans la carrière scientifique » (Histoir (...)
  • 23 Histoire de ma vie, I, p. 68, n. 2.
  • 24 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 126-177.
  • 25 Cf. Histoire de ma vie, I, pp. 66-68.
  • 26 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 177.

6En fait, la vie mouvementée et l’oeuvre si souvent déconcertante de Saint-Simon s’inspirent l’une et l’autre d’« une philosophie sociale non écrite »16, celle de « cette noblesse du xviiie siècle finissant » qui « prétend justifier son rang par des entreprises utiles ou des oeuvres de l’esprit »17. Saint-Simon croit fermement à la nécessité d’une hiérarchie sociale18. Pour lui, l’idée d’égalité est une « idée fausse, quand elle est prise dans un sens absolu »19. L’auteur de l’Introduction aux travaux scientifiques du xixesiècle est cependant bien loin de prôner, comme font Joseph de Maistre et Louis de Bonald, le rétablissement de la hiérarchie traditionnelle. A ses yeux, une révolution est nécessaire chaque fois qu’il n’y a point « proportion entre les lumières et le pouvoir des gouvernants, d’une part ; et, d’autre part, entre l’ignorance et la dépendance des gouvernés »20. Il faut, en effet, que « tout gouverné qui le mérite puisse entrer dans la classe des gouvernants, et que la classe des gouvernants soit par conséquent à jamais supérieure en lumière à celle des gouvernés »21. Autrement dit, ce n’est point la naissance qui justifie l’aristocratie mais la capacité. Telle est la perspective dans laquelle doivent être envisagées, d’abord, l’activité industrielle et philanthropique de Saint-Simon jusqu’en 179822, ensuite, l’oeuvre théorique destinée, selon son auteur, à frayer à l’intelligence humaine « la carrière physico-politique »23. Lorsque, ruiné, Saint- Simon n’est plus à même d’assurer directement la « relève des chefs »24 en brassant des affaires ou en subsidiant une institution d’enseignement25 il se donne pour tâche la réorganisation spirituelle de la société et entreprend, dès lors, de construire un « système », une « philosophie ». « Ainsi, naguère, les fils de grande famille étaient d’Eglise », écrit à ce propos M. Henri Gouhier, « quand ils ne pouvaient ceindre l’épée »26.

  • 27 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 178-222.
  • 28 Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, p. 28, n. 1. Cf. pp. 25, 41- 42. Voir H. Gouh (...)
  • 29 Ibid., p. 29. On sait que, dans un billet envoyé au Premier Consul en même temps que les Lettres, S (...)
  • 30 Lettre aux Européens, éd. A. Pereire, Paris, Alcan, 1925, p. 79.
  • 31 Lettre d’un habitant de Genève, pp. 49, 61. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siè (...)
  • 32 Cf. Lettres d’un habitant de Genève, pp. 7 et 17.
  • 33 Voyez Lettres d’un habitant de Genève, pp. 51-66, où le « caractère sacerdotal » (H. Gouhier, op. (...)
  • 34 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 167, cité par H. Gouhier (p. 338) d’ (...)
  • 35 Lettres d’un habitant de Genève, pp. 66-67. Voir, sur le rôle social de la religion, Introduction (...)
  • 36 Origine de tous les cultes ou Religion universelle par Dupuis, Citoyen français. En l’an II de la (...)
  • 37 Mémoire sur la science de l’homme, V, p. 30, cité par H. Gouhier (p. 334), d’après œuvres choisies (...)
  • 38 Dans la première publication de Saint-Simon que l’on connaisse, un ensemble de lettres A la sociét (...)
  • 39 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 167-168, cité par H. Gouhier (p. 33 (...)
  • 40 Lettres d’un habitant de Genève, p. 65. Cf. pp. 58, 60, 62, 66.
  • 41 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 151, 168, 170, 171, 174, 175, 180, (...)
  • 42 Travail sur la gravitation universelle, V, p. 313. On sait l’importance qu’Auguste Comte attache, (...)

7Car c’est bien d’une « relève des prêtres »27 qu’il s’agit. Tout pouvoir vient des lumières de celui qui l’exerce. « Les propriétaires », par exemple, « commandent aux non-propriétaires », lit-on dans les Lettres d’un habitant de Genève, « non, parce qu’ils ont les propriétés, mais ils ont les propriétés, et ils commandent parce que collectivement pris ils ont supériorité de lumière sur les non-propriétaires »28. De même, Bonaparte ne doit qu’à son « génie »29 sa réussite politique. Mais il y a un ordre des pouvoirs. Sans « faire partie du gouvernement »30, les savants, qui ont les plus grandes lumières, sont appelés à exercer un « pouvoir spirituel »31 sur les gouvernants autant que sur les gouvernés32 et à constituer ainsi un nouveau clergé33. Saint-Simon, qui tient les ouvrages de Bonald pour « les plus estimables productions qui aient été mises au jour depuis plusieurs années »34, assigne, en effet, une importante fonction sociale à la religion. Celle-ci est, au dire de l’habitant de Genève, « la seule nature d’institution politique qui tende à l’organisation générale de la société »35. D’autre part, Charles-François Dupuis, auteur d’un ouvrage fameux sur l’Origine de tous les cultes36, a, paraît-il, démontré que « toutes les religions connues ont été fondées sur le système scientifique, et que toute réorganisation du système scientifique entraînerait par conséquent réorganisation et amélioration du système religieux »37. De là le souci, qui se manifeste déjà dans les tout premiers textes saint-simoniens, d’une systématisation totale des connaissances positives38. De là également l’importance de la gravitation universelle aux yeux de Saint-Simon. Celui-ci reconnaît à Bonald le mérite d’avoir « profondément senti l’utilité de l’unité systématique », tout en lui reprochant « son exaltation pour le déisme ». L’« idée de gravitation universelle » a, en effet, un « plus fort caractère unitaire » que l’idée de Dieu et doit dès lors la remplacer39. Au « déisme » périmé se substitue ainsi « une religion supérieure à toutes celles qui ont existé »40, le « physicisme »41. Ce qui permet d’éviter que « l’anéantissement du lien religieux » ne « replonge l’espèce humaine dans l’état de nature, qui est un état de guerre continue »42.

  • 43 Lettres d’un habitant de Genève, p. 42.
  • 44 Ibid., pp. 3-5. Cf. ibid., pp. 14-16, 26, 42 ; Lettre aux Européens, éd. A. Pereire, 1925, pp. 73- (...)
  • 45 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 187-191. Cf. notre p. 18, n. 29.
  • 46 Ibid., p. 192. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 223-272.
  • 47 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 227. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI (...)
  • 48 Mémoire sur la science de l’homme, V, p. 65.
  • 49 Par exemple, en accordant « une récompense de 25 millions à l’auteur du meilleur projet de réorgan (...)
  • 50 H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 224-225.
  • 51 Lettres d’un habitant de Genève, p. 68.
  • 52 Ibid., p. 40. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 121, 126.
  • 53 L’attitude de Saint-Simon envers Napoléon n’est donc pas aussi semblable que le dit M. Frank E. Ma (...)
  • 54 Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 170-171, 185 ; Nouvelle Encyclo (...)

8Encore un appui matériel est-il indispensable au nouveau clergé. Les « moyens de dominer »43 ne peuvent manquer aux guides du genre humain. Saint-Simon ne l’oublie jamais. C’est pourquoi il préconise, dans la Lettre aux Européens et dans les Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, une souscription en faveur des « hommes de génie », auxquels une « grande force pécuniaire » doit être procurée en même temps qu’une « immense considération »44. C’est encore pourquoi l’auteur de l’Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle ne se borne pas à vanter le génie et « la capacité de l’Empereur »45. Il faut à celui-ci un « lieutenant scientifique »46. Dès lors, Saint-Simon, qui s’estime plus apte que n’importe qui à jouer ce rôle, ne cesse, jusqu’en 1813, « de rattacher chacun de ses projets à un voeu de l’Empereur »47 espérant bien que, « juste appréciateur »48, Napoléon saura récompenser les travaux utiles49, et définissant d’ailleurs, dans une large mesure, en fonction de l’aide qu’il attend du pouvoir temporel le système scientifique et religieux qu’il prône. Si les Lettres d’un habitant de Genève sont « un commentaire plus ou moins lointain des mesures réorganisant l’Institut au début de janvier 1803 »50, on comprend, en effet, que l’habitant de Genève refuse d’envisager les phénomènes moraux comme irréductibles aux phénomènes physiques51 et par conséquent à la pesanteur universelle52. La suppression de la classe des sciences morales et politiques de l’Institut rend opportune cette prise de position53, de même que le Concordat rend opportunes les concessions faites au déisme populaire par le pape physiciste54.

  • 55 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 349.
  • 56 .H. GOUHIER, op. cit., t. III, p. 156.
  • 57 H. Gouhier, ibid., p. 116.

9Mais un moment vient où, ne pouvant plus espérer l’aide de Napoléon, Saint-Simon doit trouver d’autres alliés. C’est alors qu’il se tourne vers les industriels55. Lorsqu’il prend conscience de l’importance sociale des producteurs et du rôle que la Charte de 1814 leur permet de jouer, il s’attache à « rendre systématique l’esprit industriel et industriel l’esprit systématique »56. De là une morale et une politique ne constituant, en dernière analyse, qu’un « phénomène d’adaptation au milieu »57.

  • 58 Catéchisme des industriels, 2e cahier, Premier appendice Sur Dunoyer et sur les autres publicistes (...)

10Saint-Simon ne se croit point sans précurseurs. Ne se réclame-t-il pas, dans le deuxième cahier du Catéchisme des industriels, de Bacon, de Montesquieu, de Condorcet, de Charles Comte, de Benjamin Constant, de Courier, d’Alexandre de Laborde, de Fièvè, de Dunoyer et d’une « multitude d’autres auteurs »58 ?

  • 59 Cf. H. Gouhier, ibid., pp. 49-60, 139-142.

11D’autre part, il suffit de lire les deux premiers tomes de l’Industrie pour apercevoir l’influence sur la pensée industrialiste du Traité d’économie politique de J.B. Say59.

  • 60 L’Industrie, t. II, II, pp. 182-183.
  • 61 Ibid., p. 183.
  • 62 Ibid., p. 185.
  • 63 Ibid., p. 186.
  • 64 Ibid., p. 188.

12Recherchant, dans la huitième des Lettres à un Américain qui font partie du tome II, « un principe général en politique », Saint-Simon ne note-t-il pas que « les travaux les plus utiles » en ce domaine sont dus aux « savants qui ont écrit sur l’économie politique » et que le traité de Say se présente comme « le livre dans lequel se trouve le plus grand nombre d’idées positives coordonnées »60 ? La seule erreur de Say est, pour le directeur de l’Industrie, de ne point voir assez nettement que « l’économie politique est le véritable et unique fondement de la politique »61 la science de l’organisation des sociétés et la science de la formation, de la distribution et de la consommation des richesses n’étant pas « deux choses distinctes et séparées »62. La société ne peut, en effet, avoir, au gré Saint-Simon, d’autre but que « la production des choses utiles »63. Et chacun « doit se considérer uniquement, dans les rapports sociaux, comme engagé dans une compagnie de travailleurs »64.

  • 65 L’Industrie, t. I, seconde partie, I, pp. 21-22. Cf. p. 26.
  • 66 Ibid., p. 24.
  • 67 Ibid., p. 25.
  • 68 Ibid., p. 36.
  • 69 Ibid., p. 37.
  • 70 Ibid., p. 37.
  • 71 Ibid., p. 50.
  • 72 Ibid., p. 57. Cf. pp. 51-62, 100-113, 125-127.
  • 73 Ibid., p. 116.
  • 74 Ibid., pp. 68-69.
  • 75 Ibid., p. 41.
  • 76 Ibid., p. 108.

13C’est au reste ce qui est déjà exprimé dans l’essai d’Augustin Thierry constituant la seconde partie du premier tome de l’Industrie : Des nations et de leurs rapports mutuels ; ce que ces rapports ont été aux diverses époques de la civilisation, ce qu’ils sont aujourd’hui, et quels principes en dérivent. Une société, ou une nation, n’est rien d’autre, dit le « fils adoptif » de Saint-Simon, qu’une « portion de l’espèce humaine unie pour la poursuite d’un même objet et par la volonté de le poursuivre »65. Or les premières associations humaines eurent pour objet « quelque chose d’idéal, de vague, de métaphysique »66. Fondées sur des « intérêts imaginaires », elles se multiplièrent « selon les fantaisies diverses »67. D’autre part, les premiers mobiles de la conduite des nations les unes à l’égard des autres furent d’abord « la haine furieuse, aveugle, désintéressée », ensuite « le plaisir et l’intérêt du despotisme »68, d’où résulte le caractère « essentiellement militaire » des peuples antiques69. Mais il y a un progrès de la civilisation. « Peu à peu vinrent les lumières, à la suite des lumières, les besoins ; à la suite des besoins, l’industrie70. » Celle-ci est le seul véritable « moyen d’union » entre les hommes, dont « chacun produit quelque chose qui manque aux autres, lesquels produisent tout ce qui lui manque »71. Elle est la garantie de la paix dans « un peuple de peuples, dont l’objet est le repos, la liberté, l’industrie, en un seul mot, la civilisation de l’Europe »72. Elle est également la première condition de la liberté. Etre esclave c’est « vivre sous l’arbitraire » comme font les « hommes militaires »73. Toute nation doit donc être conçue, à l’époque moderne, comme « une grande société d’industrie »74, l’industrie étendue et éclairée étant « essentiellement morale »75 et l’établissement d’un régime industriel constituant l’ultime « but de la révolution »76.

  • 77 Cf. B. Constant, De l’esprit de conquête et de l’usurpation dans leurs rapports avec la civilisati (...)
  • 78 Comte de Montlosier, De la Monarchie française depuis son établissement jusqu’à nos jours ou Reche (...)
  • 79 Ch. Dunoyer, Notice historique sur l’industrialisme, pp. 176-177, cité par H. Gouhier, op. cit., t (...)
  • 80 Cf. H. Gouhier, ibid., pp. 145-147.
  • 81 Cf. Ch. Dunoyer, op. cit., pp. 177-179, cité par H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 146.

14Notons cependant qu’une telle doctrine n’est pas exclusivement saint-simonienne. Deux industrialismes au moins voient le jour en 1817, celui de Saint-Simon et celui que professent, dans le Censeur européen, Charles Comte et Charles Dunoyer. Ces derniers n’ignorent point que Benjamin Constant assigne pour « unique but » aux sociétés modernes « le repos, avec le repos, l’aisance, et, comme source de l’aisance, l’industrie »77. Ils aperçoivent qu’en décrivant, dans De la monarchie française...78, « l’affranchissement de la classe tributaire », le comte de Montlosier a « travaillé, sans le vouloir, à rendre extrêmement sensible la force vitale de l’industrie »79. Ils savent surtout l’importance du Traité de Jean-Baptiste Say et prônent, eux aussi, « l’élargissement de l’économie politique en une science de l’ordre social »80. Tout de même que Saint-Simon, Dunoyer reproche à Say de trop séparer l’une de l’autre la politique et l’économie politique. Il lui reproche, de surcroît, de ne considérer « l’industrie humaine que dans une de ses applications, dans son application à la formation des richesses dites matérielles ». C’est néanmoins l’économie politique qui, bien comprise, fournit, au gré des directeur du Censeur européen, le principe selon lequel doivent s’organiser les nations en portant à « considérer l’industrie, c’est-à-dire la réunion de toutes les professions utiles, comme le seul but qu’on puisse raisonnablement assigner à l’activité de la société »81.

  • 82 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 154-155.
  • 83 Catéchisme des industriels, Deuxième cahier, Premier appendice, IV, p. 170. Cf. H. Gouhier, op. ci (...)

15Or la parenté existant entre l’industrialisme de Saint-Simon et celui de Charles Comte et Charles Dunoyer, est, semble-t-il, historiquement explicable. A cet égard, Augustin Thierry doit jouer, ainsi que le fait remarquer M. Gouhier, un rôle important. « Ami et collaborateur de Comte et Dunoyer », il est également « ami et collaborateur de Saint-Simon », qu’il amène, sans doute, à adopter, presque à son insu, le « programme de travail et d’action élaboré par de jeunes intellectuels soucieux de donner une consistance rationnelle à la politique libérale »82. Mais Saint-Simon lui-même attribue à Charles Comte la distinction entre le but guerrier des peuples anciens et le but pacifique des modernes, c’est-à-dire l’activité industrielle83. L’auteur du deuxième cahier du Catéchisme des industriels ne prétend donc pas être l’inventeur de la philosophie industrialiste de l’histoire et de la définition industrialiste de la société. Si la doctrine exposée dans le Censeur européen se retrouve tout entière dans l’Industrie et les publications saint-simoniennes ultérieures, il faut reconnaître que Saint-Simon ne songe pas un instant à s’en attribuer la paternité.

16C’est, en effet, une autre paternité qu’il revendique, celle du véritable système industriel. Il reste ainsi fidèle, tout en changeant de perspective, à l’ambition dont témoignent les écrits de l’époque napoléonienne.

  • 84 Voyez notre p. 20, n. 39.
  • 85 Catéchisme des industriels, 2e cahier, Premier appendice SUT Dunoyer et sur les autres publicistes (...)
  • 86 Ibid., pp. 172-174. Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 149 et 156. Voir encore, sur Bonald, Le (...)

17Si Bonald est loué, dans l’Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, d’avoir senti « l’utilité de l’unité systématique »84, Maistre, Bonald et La Mennais se voient attribuer le même mérite dans le deuxième cahier du Catéchisme des industriels. Saint-Simon y déclare qu’il a procédé à la « systématisation » des diverses opinions relatives au but industriel de la société85. Or « la nécessité de donner pour base à la réorganisation de l’Europe une conception systématique » est établie « d’une manière éloquente et rigoureuse » dans les écrits des traditionalistes. Ces derniers ont évidemment tort de prôner un retour à l’ordre théologique et féodal, ce qui constituerait une « rétrogradation » à quoi répugne le sens commun. N’empêche qu’en définissant le rôle social d’un système d’idées, ils déterminent la condition « essentiellement nécessaire pour l’établissement d’un ordre de choses calme et stable » et contribuent, dès lors, à « faciliter », dans une large mesure, « la production et l’établissement du système industriel »86.

  • 87 Voir Le parti national ou industriel comparé au parti antinational, Extrait de la dixième livraiso (...)
  • 88 Voir Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 105, 115, 120-121, 128 ; Deuxième par (...)
  • 89 Sur la querelle des abeilles et des frelons, Extrait de la onzième livraison du Politique, II, p. (...)
  • 90 Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, p. 218. Sur le prospectus d (...)
  • 91 Voir L’Organisateur, II, p. 39 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 167, 178, (...)
  • 92 Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, p. 92. Cf. Introduction aux travaux scientifiques (...)
  • 93 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 100. Voir ibid., pp. 79-80, 91 ; Du système (...)
  • 94 Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 3, 5, 6, 8, 10, 18 ; Deuxième partie, t. II (...)
  • 95 Les savants « travaillent à découvrir et à coordonner les faits généraux propres à servir de base (...)
  • 96 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 76.
  • 97 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 53, n. 1 (continuée p. 54).
  • 98 Ibid., p. 51. Voir ibid., pp. 48-55. Voir Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’I (...)
  • 99 H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 158.
  • 100 Voir H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 349 ; t. III, p. 159.
  • 101 Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 167.
  • 102 Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 173. Le premier cahier du premier tome IV est également rédi (...)

18Il ne suffit donc pas, pour instaurer celui-ci, de confier aux industriels, dont la « capacité administrative » est incontestable87, le nouveau pouvoir temporel. Un pouvoir spirituel moderne, professant une doctrine conforme à l’état des lumières de la société et au but pacifique de l’activité collective doit également surgir88. Tel que le conçoit Saint-Simon, le système industriel n’est pas seulement un « système politique »89. Il présuppose « l’organisation d’un système de morale terrestre »90, une fois la théologie et la métaphysique remplacées par la philosophie positive91. A cet égard, Saint-Simon répète, à partir du prospectus de juin 1817 où il expose l’Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », ce qu’il a déjà dit, en 1810, dans l’Introduction à la philosophie du xixe siècle. D’après lui, l’oeuvre philosophique du xviiie siècle ayant été « critique et révolutionnaire » celle du xixe siècle doit être « inventive et organisatrice »92. Or on ne peut se borner à réorganiser matériellement la société. Les sciences positives, qui constituent « l’élément spirituel »93 du nouveau système, du système « industriel et scientifique »94, ne fournissent pas seulement les principes d’une action efficace95. Les vérités scientifiques sont, chez les modernes, l’objet d’une « croyance universelle »96. La philosophie et la morale positives doivent ainsi établir entre les hommes un « lien spirituel »97. En particulier, une communauté d’idées morales est « aussi nécessaire au spirituel, que l’est, au temporel, la communauté d’intérêts »98. C’est pourquoi Saint-Simon continue de publier, sous la Restauration, « l’heureuse nouvelle annoncée dans les écrits de l’époque impériale »99. Pour le directeur de l’Industrie, l’économie politique identifiée à la politique peut jouer, aussi bien que la science physiciste, le rôle social des anciens dogmes100. Auguste Comte, qui, à partir du mois d’août 1817101, est, durant un trimestre, le secrétaire de Saint-Simon, a pour tâche de l’exposer dans le troisième volume102.

  • 103 L’Industrie, t. II, I, p. 137. Voir, dans Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, t. XVIII (reproduit (...)
  • 104 Catéchisme des industriels, 2e cahier, IV, p. 148. Voir ibid., pp. 149-150, 193, 194.
  • 105 Du système industriel. Première partie, t. I, III, p. 188.
  • 106 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 25.
  • 107 Voir L’Industrie, t. II, I, pp. 132-137 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 1 (...)
  • 108 Catéchisme des industriels, 1 e r cahier, IV, p. 57. Cf. ibid., p. 54 : « Il faut que la doctrine (...)
  • 109 Prospectus. L’Industrie, ou Discussions politiques, morales et philosophiques, dans l’intérêt de t (...)
  • 110 Quelques opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, V, p. 51. Voir ibid., pp. 83-85.
  • 111 Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, p. 220.
  • 112 Catéchisme des industriels, 4 e cahier, V, p. 26.
  • 113 Catéchisme des industriels, 1er cahier, IV, p. 48. Cf. De l’organisation sociale, V, pp. 171-172.

19De même que sous le Consulat et sous l’Empire, l’action du nouveau pouvoir spirituel est d’ailleurs envisagée, dans l’Industrie et dans les écrits suivants, comme devant se conformer à la nature du nouveau pouvoir temporel. Sans doute les deux pouvoirs sont-ils, dans une certaine mesure, interdépendants. A partir de 1816, Saint- Simon affirme la nécessité d’une « ligue de l’industrie commerciale et manufacturière avec l’industrie littéraire et scientifique »103, ou, en d’autres termes, d’une union entre la « capacité pratique » et la « capacité théorique »104. « Vous ne pouvez rien faire d’important en politique », dit-il aux industriels, « sans le secours de la philosophie ; et les philosophes ne pourraient point améliorer le sort de l’espèce humaine, s’ils étaient privés de votre appui »105. Ce sont néanmoins les industriels qui constituent « la classe fondamentale, la classe nourricière de toute la société »106. Dès lors les savants et les philosophes, qui, rémunérés par les industriels, devront à ceux-ci, dans le nouveau système, leur subsistance107, ont à élaborer une doctrine « sous la direction administrative des industriels les plus importants »108. La philosophie n’est pas une fin en soi. Elle ne peut « s’arrêter éternellement à des contemplations oiseuses et sans pratique »109. S’il est, aux yeux de Saint-Simon, une tâche qui incombe spécialement aux philosophes, c’est la conception du « meilleur système d’organisation sociale, pour l’époque où ils se trouvent »110. Les « travaux philosophiques du xixe siècle » doivent donc commencer « dès que l’industrie en manifestera le désir et en donnera les moyens »111, et témoigner de la part des savants du désir d’« employer de la manière la plus utile aux industriels l’existence qu’ils reçoivent d’eux »112. Il s’agit, pour tout dire, de « mettre en accord le système scientifique, le système d’éducation publique, le système religieux, le système des beaux-arts et le système des lois avec le système des industriels »113.

§ 2. - L’industrialisme comtien

  • 114 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. viii.

20Or Auguste Comte, qui, dans la « Préface personnelle » de 1842, loue Saint-Simon d’avoir attiré son attention sur l’importance sociale de l’industrie114, ne cesse, quant à lui, à aucun moment de sa carrière, d’affirmer que l’état normal de la société suppose nécessairement l’instauration du système industriel.

21Tant qu’il est le secrétaire ou tout au moins l’élève de Saint- Simon, notre philosophe ne peut évidemment professer une autre doctrine.

  • 115 L’Industrie, t. III, 1er cahier, dans R. texeira mendes, Auguste Comte. Evolution originale..., p. (...)
  • 116 Op. cit., 1er cahier, p. 125.
  • 117 Ibid., p. 133.
  • 118 Ibid., p. 134.
  • 119 Op. cit., 3e cahier, p. 174.
  • 120 Ibid., p. 180.
  • 121 Ibid., p. 181.
  • 122 Op. cit., 1er cahier, p. 108.
  • 123 Voir ibid., pp. 106-108.

22Chargé, en 1817, d’esquisser, dans le tome III de l’Industrie, un nouveau « système des idées morales et politiques »115, il proclame que « les rapports industriels sont les seuls rapports positifs et appréciables »116 que « les intérêts sociaux sont tous industriels »117, en un mot que « ce qui n’est pas l’industrie n’est rien »118. Sans doute la politique est-elle, au gré du jeune auteur, « une conséquence de la morale »119. Mais la morale positive, ne pouvant invoquer d’autres motifs d’action que « des intérêts palpables, certains et présents »120, se rapporte tout entière à la production121. Dès lors, la politique n’a qu’un but : « faire connaître les moyens nécessaires pour empêcher que la production ne soit troublée »122. Elle se confond avec l’économie politique réformée123.

  • 124 Cf. Cours, t. IV, 1839, p. viii, n. 1 ; Système, t. IV, Appendice général, p. iii.

23La même idée est encore exprimée dans la deuxième des Lettres à M. H. Saint-Simon par une personne qui se nommera plus tard de 1818, dans un fragment d’un ouvrage sur la politique positive datant de 1819, dans la Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne publiée en avril 1820 dans l’Organisateur de Saint- Simon124, et dans l’opuscule fondamental de 1822.

  • 125 Lettres à M. H. Saint-Simon par une personne qui se nommera plus tard, 2e lettre, d’après la Revue (...)
  • 126 Ibid., p. 282.

24Il faut, estime l’auteur des Lettres à M. H. Saint-Simon..., donner à l’économie politique la « base réelle et générale » qui lui manque encore. Sous cette réserve, « la seule politique raisonnable est l’économie politique »125, les règles morales et les institutions politiques ne devant être jugées que « d’après l’influence qu’elles exercent ou peuvent exercer sur la production »126.

  • 127 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 3e fragment : (1) a. Introduction, § 1er. (...)
  • 128 Ibid., p. 449.

25De même, on lit dans le fragment intitulé Ce que c’est que la politique positive que la politique dont le bien public est l’unique but ne considère plus « l’action de l’homme sur l’homme » mais seulement « l’action des hommes sur les choses »127. Il s’ensuit que l’objet des recherches n’est autre, en politique, « que le mode suivant lequel les travaux individuels doivent être combinés pour que l’action totale exercée sur l’extérieur soit la plus productive possible »128.

  • 129 Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 3 (...)
  • 130 Ibid., p. 47.
  • 131 Ibid., pp. 7-11, et passim.

26Comte le redit dans la Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne. Le meilleur moyen de réorganiser la société est, d’après lui, d’appliquer le plan d’action que l’on pourrait attribuer aux « communes » à partir de leur affranchissement. Tout se passe comme si les savants et les artisans ne s’étaient occupés que « d’agir sur la nature, pour la modifier de la manière la plus avantageuse à l’espèce humaine », en ne tendant à agir sur les hommes « que pour les déterminer à concourir à cette action sur les choses »129. Ceci permet de définir le but final d’un nouveau système politique, « où l’action de gouverner doit être réduite à ce qui est indispensable pour établir une subordination de travaux dans l’action générale des hommes sur la nature »130, et dont la « capacité industrielle » et la « capacité scientifique » constituent les deux principaux131.

  • 132 Plan des travaux scientifiques pour réorganiser la société, dans Opuscules de philosophie sociale, (...)
  • 133 Ibid., pp. 102-103. Cf. pp. 105-106.
  • 134 Ibid., p. 112.
  • 135 Ibid., p. 130.
  • 136 Ibid., p. 105.

27Enfin, notre auteur est également très explicite à cet égard dans l’opuscule fondamental. Il ne peut être question, au dire de Comte, de remplacer un système social par un autre sans établir d’abord « le but et l’esprit du nouveau système ». Toute société se distingue par un objet commun d’activité de la simple « agglomération d’un certain nombre d’individus sur un même sol ». Or la conquête et la production étant les deux seules fins possibles de l’activité collective, l’ancien système social se définit par son but militaire et le nouveau par son but industriel132. Celui-ci caractérise 1’« état définitif » de l’espèce humaine. Scientifiquement conçue, la raison d’être de la vie en société est, en effet, déterminée par « le rang que l’homme occupe dans le système naturel, tel qu’il est fixé par les faits et sans être envisagé comme susceptible d’explication ». De ce « rapport fondamental » résulte « la tendance constante de l’homme à agir sur la nature, pour la modifier à son avantage ». Si bien que l’ordre social n’est finalement destiné qu’à « développer collectivement cette tendance naturelle », à la « régulariser », et à la « concerter pour que l’action utile soit la plus grande possible »133. Comme nous le verrons, cela suppose à la fois des travaux théoriques et une organisation pratique des relations sociales. La civilisation ne consiste-t-elle pas, d’après Comte, « dans le développement de l’esprit humain, d’une part, et, de l’autre, dans le développement de l’action de l’homme sur la nature, qui en est la conséquence »134 ? C’est pourquoi notre philosophe appelle « système scientifique et industriel »135, ainsi que le fait Saint-Simon, le système qui convient à la société moderne et assigne, par ailleurs, pour principale tâche à l’éducation positive de perfectionner l’action industrielle « en tant qu’elle dépend des facultés de l’agent »136.

  • 137 A Blainville, 27 février 1826, dans Correspondance inédite, p. 22.

28Dans la suite, Comte est amené, comme nous le montrerons, à se « séparer nettement et profondément sur les points capitaux de la politique des industrialistes et des économistes »137. Mais il ne se met pas pour autant à nier la nécessité du régime industriel. Quoique la production n’ait pas en elle-même, au gré de l’auteur des Considérations sur le pouvoir spirituel, sa justification morale, l’action collective sur la nature est, dans l’optique comtienne, l’indispensable condition temporelle du développement de la société.

  • 138 Considérations sur le pouvoir spirituel, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 264-265 ; Cour (...)
  • 139 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 264. Cf. Cours, t. IV, 50e leçon, pp. 594, 595, 597-59 (...)
  • 140 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 274.
  • 141 Cours, t. VI, 1842, 56e leçon, p. 64 ; 57e leçon, pp. 505-506 ; Système, t. IV, p. 350.
  • 142 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 265 ; Cours, t. IV, 51e leçon, p. 721 ; t. VI, 56e leç (...)
  • 143 Considérations sur le pouvoir spirituel, pp. 265, 267, 277 ; Cours, t. IV, 50e leçon, pp. 610-611  (...)
  • 144 Considérations sur le pouvoir spirituel, pp. 267-269, 278-279 ; Cours, t. VI, pp. 528-529 ; Systèm (...)

29Celle-ci doit son caractère propre, au dire de Comte, à la division du travail138 largement interprétée c’est-à-dire envisagée « comme s’appliquant à toutes les diverses classes des travaux coexistants, soit théoriques, soit pratiques, qui peuvent être conçues comme concourant à un même but final »139. A supposer que chacun remplisse exactement dans la société la fonction qui lui convient, on aurait donc atteint « la plus grande perfection sociale imaginable »140. Or l’activité industrielle, qui est d’ailleurs la plus conforme à notre nature141 et la seule qui puisse devenir vraiment universelle142, permet à l’humanité de réaliser, autant que possible, cet idéal, en donnant à la diversité des aptitudes humaines, théoriques et pratiques, l’occasion de se manifester143 et en rendant, en particulier, plus indispensable et plus inévitable que jamais la séparation du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel144.

  • 145 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 28. Cf. pp. 29, 36, 63, 329 ; 57e leçon, pp. 436, 504.
  • 146 Ibid., p. 93.
  • 147 Ibid., p. 78. Cf. pp. 63, 92-93, 139, 324-325.
  • 148 Cours, t. IV, 51e leçon, p. 623.
  • 149 Ibid., p. 648. Cf. t. IV, 48e leçon, p. 372 ; t. VI, 56e leçon, p. 224.
  • 150 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 316. Cf. t. VI, 57e leçon, pp. 535-536, 583-584 ; Système, t. II, pp. (...)
  • 151 Système, t. I, Discours préliminaire..., p. 335.
  • 152 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 223.

30Dès lors, on comprend que l’« essor industriel des sociétés modernes » soit présenté dans la 56e leçon du Cours comme déterminant « leur premier contraste général, et encore même aujourd’hui le plus décisif, envers celles de l’antiquité »145. Si l’évolution industrielle est le « principal moteur des sociétés modernes »146, il ne s’agit là, bien entendu, que d’un « moteur temporel »147. Par ailleurs, il est vrai que, regardant le développement de l’humanité, dans la 51e leçon, « du point de vue scientifique le plus élevé », Comte note que le progrès consiste « à faire de plus en plus ressortir les facultés caractéristiques de l’humanité »148 et affirme, dans cette perspective, que l’évolution intellectuelle est la plus importante149. N’oublions cependant pas qu’au gré de Comte, il faut reconnaître à Hobbes le mérite d’avoir aperçu la nécessaire prépondérance « des influences temporelles dans l’ensemble permanent des conditions sociales inhérentes à l’imparfaite nature de l’humanité »150. Chaque genre d’activité commune dans le domaine pratique définit ainsi un « ordre fondamental »151. Et la « base principale » d’un nouvel état social se constitue, lorsque la société renonce à la vie guerrière pour s’adonner à la production152.

  • 153 Système, t. II, p. 69 ; t. IV, pp. 249 et 361.
  • 154 Système, t. IV, p. 61.

31D’autre part, l’activité industrielle se voit attribuer dans la Politique positive une signification vraiment religieuse. Servant de lien entre l’amour et la foi153, elle exprime alors un ordre moral qui la transcende et devient « la meilleure garantie de consistance et d’extension pour le sentiment et l’intelligence »154. Telle n’est évidemment pas encore la doctrine de Comte dans ses premiers écrits. De 1817 à 1824 inclusivement, notre philosophe estime, en effet, que l’établissement du système industriel est, comme l’enseigne Saint-Simon, l’unique but légitime de tout travail théorique.

  • 155 L’Industrie, t. III, 1er cahier, dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 122.
  • 156 Ibid., p. 124.
  • 157 Op. cit., 1er cahier, p. 93 ; 2e cahier, pp. 142-143 ; 3e cahier, p. 150 ; 4e cahier, pp. 169, 174 (...)
  • 158 Op. cit., 4e cahier, p. 175. Cf. ibid., pp. 172, 180-181 ; op. cit., t. III, 1er cahier, p. 135 ; (...)
  • 159 Op. cit., t. III, 4e cahier, pp. 180-181.

32C’est ainsi que, déterminant, dans le troisième volume de l’Industrie, la fin de « tous les travaux utiles », qui est « d’obtenir les produits nécessaires à l’entretien et à la commodité de la vie », le secrétaire de Saint-Simon assigne pour tâche aux « industrieux de théorie » d’indiquer les moyens d’atteindre les objectifs que se proposent les « industrieux d’application »155 L’industrie pratique doit, en d’autres termes, « demander et juger » ce que les théoriciens doivent « exécuter et présenter »156. Comme l’industrie tend à devenir la base du système social qui convient aux modernes, il importe donc d’élaborer une philosophie correspondant à cet état de choses. Tout régime politique étant la conséquence d’un système philosophique157, les savants n’ont pas de mission plus urgente que de « préparer l’établissement du régime industriel par de grands travaux philosophiques »158. Il faut, dit Comte, « revoir toutes les idées, pour les asseoir sur les principes de l’industrie, pour rapporter toute la morale à la production, comme on y rapportera toute la politique »159.

  • 160 Sommaire appréciation..., p. 44.
  • 161 Ibid., p. 47.

33Pareillement, la « combinaison » qui doit avoir lieu entre l’élément spirituel du nouveau système social et son élément temporel est envisagée, dans la Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne, comme n’ayant pour raison d’être que l’action utile sur la nature160. Cette action n’est-elle pas, pour notre auteur, « le but final du système »161 ?

  • 162 Voir plus haut, p. 15.
  • 163 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, p. 8.
  • 164 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser ta société, dans Opuscules de philosop (...)
  • 165 Ibid., p. 99.
  • 166 Ibid., p. 80.
  • 167 Ibid., pp. 80-82.
  • 168 Ibid., pp. 102-103.
  • 169 Ibid., pp. 60, 62, 63. Cf. pp. 115-120.
  • 170 Ibid., p. 161.

34Quant à l’opuscule fondamental, nous avons déjà dit qu’en 1822, il prend place, au gré de Saint-Simon, parmi les travaux « ayant pour objet de fonder le système industriel »162. Dans son avertissement de 1824, Comte déclare également que ses propres écrits et ceux de son maître visent à établir, « par deux voies différentes », le même système politique163. Dans cette perspective, le « but pratique »164 de l’oeuvre théorique à laquelle doivent s’attacher les savants, qui sont chargés d’« élever la politique au rang des sciences d’observation »165, permet d’en définir l’« idée-mère »166. Il s’agit d’élaborer un plan d’organisation sociale en fonction du but d’activité qui convient à la société. Or le but industriel des peuples modernes est un fait incontestable. Nous l’avons vu, il n’y a, pour Comte, « que deux buts d’activité possibles », la conquête et la production. « Le but militaire était celui de l’ancien système, le but industriel est celui du nouveau167. » La politique positive commence donc par reconnaître « la tendance constante de l’homme à agir sur la nature pour la modifier à son avantage », que l’ordre social est destiné à développer, à régulariser et à concerter « pour que l’action utile soit la plus grande possible ». Partant de là, « elle essaye de rattacher aux lois fondamentales de l’organisation humaine, par des observations sur le développement collectif de l’espèce, la marche qu’elle a suivie et les intermédiaires par lesquels elle a été assujettie à passer avant de parvenir à cet état définitif ». Dès lors, elle est à même d’indiquer les mesures politiques rendues nécessaires, à chaque époque, par le progrès naturel de l’humanité168. Dans cette optique, Comte donne pour « but général » à tous ses travaux et pour « but spécial » à l’opuscule fondamental, au moment où l’irrésistible « marche générale de la civilisation »169 aboutit au système industriel, « de mettre en jeu les forces qui doivent entraîner la société dans la route du nouveau système »170.

§ 3. - Originalité de l’opuscule fondamental

  • 171 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, pp. 3-5.

35Pourtant, Saint-Simon prend soin d’indiquer, dans son avertissement, qu’à ses yeux, le premier Système de Politique positive n’est pas un véritable exposé des « généralités » du système industriel. Le premier tort de Comte, au dire de celui dont il se proclame encore l’élève, est de méconnaître la primauté de la « capacité industrielle » sur les autres, qu’elle doit faire « travailler toutes pour son plus grand avantage » et dont il lui appartient de « juger la valeur ». En outre, le texte édité dans le 3 e cahier du Catéchisme des industriels développe seulement la « partie scientifique » d’une doctrine qui a également une importante « partie sentimentale et religieuse ». Comte fait ainsi « jouer le rôle prépondérant » à des « généralités » que son patron juge, quant à lui, « secondaires »171.

  • 172 Ibid., pp. 8-9.

36Comte lui-même reconnaît d’ailleurs en 1824 que « la grande opération philosophique réservée au xixe siècle » telle que la conçoit Saint-Simon n’est envisagée, dans l’opuscule fondamental, que sous l’un de ses aspects. Deux ordres de « travaux spirituels » sont nécessaires pour réorganiser la société. « Les uns, qui exigent l’emploi de la capacité scientifique, ont pour objet la refonte des doctrines générales ; les autres, qui doivent mettre en jeu la capacité littéraire et celle des beaux-arts, consistent dans le renouvellement des sentiments sociaux. » Ayant « adopté complètement » cette idée de Saint-Simon, son collaborateur s’est néanmoins « exclusivement attaché à systématiser, à développer et à perfectionner la partie des aperçus de ce philosophe qui se rapporte à la direction scientifique »172.

  • 173 Sur la rupture qui intervint entre Comte et Saint-Simon après l’édition de 1824 de l’opuscule fond (...)

37Or le sens de ces déclarations, qui témoignent en fait d’un désaccord entre les deux auteurs, s’éclaire à la lecture de l’opuscule fondamental173.

A. Science et industrie

  • 174 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, dans Opuscules de philosop (...)
  • 175 Ibid., p. 61.
  • 176 La politique de « l’école rétrograde » et celle de « l’école critique » sont encore analysées dans (...)

38Au début du xixe siècle, la Révolution n’est pas achevée, estime Comte, parce que personne n’a encore pris conscience de son exacte signification. Pour comprendre la « grande crise éprouvée par les nations les plus civilisées », il importe, en effet, de considérer simultanément les deux mouvements d’où elle résulte : « l’un de désorganisation, l’autre de réorganisation »174. Le remplacement d’un système social caduc par le système nouveau auquel tend l’inéluctable marche de la civilisation met en jeu deux tendances humaines, l’une « critique », l’autre « organique », dont chacune n’a de sens que relativement à l’autre. L’ancien système est périmé dans la mesure où le nouveau est nécessaire ; et réciproquement la formation du nouveau système suppose une critique de l’ancien175. L’erreur des partis en présence au temps de l’opuscule fondamental est de méconnaître ce rapport entre la tendance critique et la tendance organique. Telle est la raison pour laquelle la Révolution incomprise se mue en un éternel orage. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir comment « les rois », d’une part, « les peuples », de l’autre, envisagent la réorganisation sociale176.

  • 177 Plan des travaux scientifiques..., p. 62.
  • 178 Ibid., pp. 63-65.

39« L’erreur commise par les rois est la plus facile à saisir. Pour eux, la réorganisation de la société, c’est le rétablissement pur et simple du régime féodal et théologique dans toute sa plénitude »177. Or cette opinion témoigne d’une totale ignorance de « la marche générale de la civilisation ». Les rois raisonnent comme si la chute de leur régime était la conséquence de la Révolution et tenait, ainsi, « à des causes récentes, isolées, et en quelque sorte accidentelles ». Mais c’est le contraire qui est vrai. Etant donné « le principe de civilisation progressive inhérent à la nature de l’espèce humaine », le régime féodal et théologique devait nécessairement faire place à un autre. On en a d’ailleurs la preuve, quoi qu’ils disent, dans le comportement des rois eux-mêmes. Ceux-ci ne se donnent-ils pas pour tâche « d’encourager le perfectionnement et la propagation des sciences et des beaux-arts, et d’exciter le développement de l’industrie » ? Et n’est-ce point là favoriser le devenir de la civilisation et la ruine de l’ancien système social ? Comment nier, dès lors, sans tomber dans une « incohérence radicale », le fait irrécusable du progrès178 ?

  • 179 Ibid., p. 67.
  • 180 Ibid., p. 66.
  • 181 Ibid., pp. 67-69.

40De leur côté, les peuples ont, au dire de notre philosophe, aperçu ce « grand fait général »179, mais sans en mesurer la juste portée. Ils proclament la nécessité d’un système nouveau qu’ils ne parviennent pourtant pas à définir. C’est pourquoi la Révolution telle qu’ils la conçoivent est au moins aussi insensée que la Restauration prônée par les rois. Si ces derniers « sont en contradiction avec les faits », « les peuples le sont avec les principes, qu’il est toujours bien plus difficile de ne pas perdre de vue ». Or l’erreur des peuples est à la fois « plus excusable » et « plus importante à déraciner » que celle des rois. Ignorant les « conditions fondamentales » d’un système quelconque, les peuples confondent la réorganisation sociale et la critique de l’ancien régime, et prennent « de simples modifications de ce système pour les bases de celui qu’il faut établir »180. C’est ce que manifestent particulièrement les deux « dogmes » révolutionnaires de la liberté de conscience et de la souveraineté du peuple. Le premier est un obstacle à la formation du « système d’idées générales » nécessaire à toute société et prive ainsi le nouvel ordre social d’une « base morale ». L’autre, pure et simple négation du droit divin de l’autorité, ne peut évidemment fournir une « base politique » au régime modern181.

  • 182 Ibid., p. 74. Cf. Cours, t. IV, 56e leçon, pp. 102-114.
  • 183 Ibid., p. 72.
  • 184 Ibid., p. 75 (continuation de la p. 74, n. 1).
  • 185 Ibid., pp. 76-77.

41On est donc, semble-t-il, engagé dans une sorte d’impasse dont « une sorte d’opinion bâtarde, qui n’est qu’un mélange des idées rétrogrades et des idées critiques » ne permet point de sorti182. L’unique issue est « la formation et l’adoption générale, par les peuples et par les rois, de la doctrine organique qui peut seule faire quitter aux rois la direction rétrograde, et aux peuples la direction critique »183. Il ne s’agit pas de former une doctrine composée des précédentes et d’ériger ainsi « l’inconséquence en système »184. Car la doctrine rétrograde et la doctrine critique ont un vice commun : l’une et l’autre ignorent la manière de procéder à la réorganisation de la société et « les forces sociales appelées à diriger ce grand travail »185. Comte propose, dès lors, à ses contemporains une nouvelle méthode politique, dont l’application requiert une nouvelle répartition des tâches sociales.

  • 186 Ibid., p. 77.

42Le meilleur moyen de découvrir la méthode à employer et la division du travail qu’elle implique, dit en substance notre auteur, est de rechercher le défaut des procédés révolutionnaires. Les partisans de l’ancien régime n’inventent rien. Ils se bornent à défendre une doctrine surannée. En revanche les peuples prétendent construire un ordre nouveau. Leur échec peut donc servir de leçon186.

  • 187 Ibid., p. 80. Cf. pp. 83 et 99.
  • 188 Ibid., p. 80.
  • 189 Ibid., pp. 77-78.
  • 190 Ibid., pp. 84-85.
  • 191 Ibid., pp. 80-81.

43Or Comte reproche avant tout aux révolutionnaires de regarder « comme purement pratique une entreprise essentiellement théorique »187. En fait, la formation d’un plan d’organisation sociale suppose deux séries de travaux. « L’une, théorique ou spirituelle, a pour but le développement de l’idée-mère du plan, c’est-à-dire du nouveau principe suivant lequel les relations sociales doivent être coordonnées, et la formation du système d’idées générales destiné à servir de guide à la société. L’autre, pratique ou temporelle, détermine le mode de répartition du pouvoir et l’ensemble d’institutions administratives les plus conformes à l’esprit du système, tel qu’il a été arrêté par les travaux théoriques188. » Dès lors, il ne suffit pas, pour instaurer un nouveau régime, de légiférer189. Comme il n’y a en aucun domaine d’action possible « sans spéculation préliminaire »190, l’ensemble des mesures administratives à prendre pour mettre un terme à l’anarchie ne peut être que « la conséquence et la réalisation » d’un système théorique. Ce n’est pas, n’en déplaise aux peuples, la partie pratique de la réorganisation sociale qui en est « l’âme, la partie la plus importante et la plus difficile »191.

  • 192 Ibid., pp. 82, 86, 88.
  • 193 Ibid., pp. 93-94.
  • 194 Ibid., p. 91, n. 1 (continuée p. 92).
  • 195 Ibid., p. 93.
  • 196 Ibid., p. 92.
  • 197 Ibid., p. 90.
  • 198 Ibid., p. 88.
  • 199 Ibid., pp. 93-94, 135-136, 138-139.

44Autrement dit, les peuples ont, au gré de notre philosophe, perdu de vue l’indispensable séparation du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel192. L’administration de la société doit évidemment être confiée, comme l’enseigne Saint-Simon, aux industriels les plus importants193, auxquels les « légistes » apporteront d’ailleurs, étant donnée leur « capacité réglementaire », une aide précieuse194. Mais les savants adonnés aux sciences d’observation ont également à exercer, dans la société moderne, un pouvoir spirituel195 fondé sur leur « genre de capacité et de culture intellectuelle »196. Il appartient donc à ceux qui se signalent par leur aptitude à « coordonner une théorie d’après ses véritables principes »197 de définir P « esprit du nouvel ordre social » et de construire le « système d’idées générales qui doit lui correspondre »198. Le rôle des industriels sera ensuite de réaliser pratiquement le « système administratif » dont la nécessité aura été démontrée199.

45Mais l’auteur de l’opuscule fondamental ne se borne pas à charger les savants de l’oeuvre théorique préalable à la réorganisation temporelle de la société. Il entreprend encore de déterminer la nature du travail que l’on attend des savants.

  • 200 La loi des trois états est exposée à deux reprises dans l’opuscule fondamental. Lorsque Auguste Co (...)

46« Tout se réduit, en dernier lieu », écrit Comte, « à faire établir, pour la politique, par les forces combinées des savants européens, une théorie distincte de la pratique, et ayant pour objet la conception du système social correspondant à l’état présent des lumières. Or, en y réfléchissant, on verra que cette conclusion se résume dans cette seule idée : les savants doivent aujourd’hui élever la politique au rang des sciences d’observation »200.

  • 201 Ibid., p. 99. La dernière phrase est soulignée dans le texte.

47En d’autres termes, c’est la loi des trois états qui permet de définir le rôle social des savants au xixe siècle201.

  • 202 Cf. Cours, t. IV, 51e leçon, pp. 647-653. Comte fait d’ailleurs observer que « les lois dynamiques (...)

48Cette loi exprime avant tout le progrès de l’esprit humain202 jusqu’à « l’état présent des lumières ». Chacun des états dont il s’agit se caractérise essentiellement par la nature des idées qui, à une époque donnée, servent de lien entre les faits. L’état théologique est « le seul mode de liaison possible » dans l’enfance de l’humanité. Des « idées surnaturelles » lient alors « le petit nombre d’observations isolées » qui forment tout le savoir. Suit l’état « métaphysique ou abstrait », simple moyen de transition d’un extrême à l’autre. Les faits y sont liés « d’après des idées qui ne sont plus tout à fait surnaturelles, et qui ne sont pas encore entièrement naturelles ». Quant au troisième état, « mode définitif de toute science quelconque », il est « scientifique ou positif ». « Alors, les faits sont liés d’après des idées ou lois générales d’un ordre entièrement positif, suggérées ou confirmées par les faits eux-mêmes, et qui souvent même ne sont que de simples faits assez généraux pour devenir des principes ».

  • 203 Plan, des travaux scientifiques..., p. 101. Dans la suite du texte, Comte explique pourquoi la pol (...)
  • 204 Plan des travaux scientifiques..., pp. 101-103.

49Or ceci s’applique à la politique autant qu’à l’astronomie, à la physique, à la chimie et à la physiologie203. Pour les rois, « l’idée surnaturelle du droit divin » est l’ultime fondement de l’ordre social, et l’évolution de l’humanité s’explique, en conséquence, par « une direction surnaturelle ». De son côté, la doctrine des peuples part de « la supposition abstraite et métaphysique d’un contrat social primitif, antérieur à tout développement des facultés humaines par la civilisation ». En outre, elle invoque sans cesse de prétendus droits « naturels et communs à tous les hommes au même degré » que le contrat social a pour objet de garantir. Seule la politique positive s’abstient de rien présupposer. Envisageant l’état social comme un fait, elle envisage le but de la vie en société comme étant également « fixé par les faits ». Elle constate donc la tendance de l’humanité à exercer une action utile de plus en plus importante sur la nature. Dans cette perspective, l’étude du développement de la civilisation permet de découvrir « les perfectionnements réservés à chaque époque » et de faciliter ainsi « les pas qui tendent à se faire »204.

  • 205 Ibid., pp. 120-121. Cf. Cours, t. IV, 48e leçon, pp. 390-399 ; Système, t. II, p. 444.
  • 206 Plan des travaux scientifiques..., p. 123.
  • 207 Ibid., pp. 125-127.
  • 208 Ibid., p. 123.

50Tel est, en effet, le « but pratique » de la politique positive. Certes, aucune politique ne peut parvenir à contrecarrer la marche de la civilisation. Rien ne changera jamais le sens du progrès humain, qui résulte d’une incoercible tendance de notre nature. Mais il ne s’en ensuit pas que l’on n’ait aucune possibilité d’agir sur les phénomènes sociaux. Si la marche de la civilisation est « essentiellement inaltérable, quant au fond », il y a cependant moyen d’en modifier la vitesse205. A cet égard, tout le pouvoir de l’homme réside, d’après Comte, dans son intelligence206. Connaissant les lois des phénomènes, nous sommes à même d’utiliser certaines forces. Nous pouvons, en particulier, rendre plus rapide et moins tumultueux le progrès de la société en supprimant « tous les obstacles engendrés par l’ignorance ». Averties des changements qui doivent nécessairement avoir lieu, les classes auxquelles ces changements sont nuisibles finiront par s’y résigner. Qui est « assez insensé pour se constituer, sciemment, en insurrection contre la nature des choses » ? Quant aux nouvelles forces sociales, en prenant clairement conscience du rôle qu’elles sont appelées à jouer, elles éviteront de « se fatiguer en tâtonnements et en déviations », et prendront les mesures administratives nécessaires pour « annuler d’avance toutes les résistances » et « faciliter à leurs adversaires la transition vers le nouvel ordre de choses »207. Toute action, spirituelle ou temporelle, s’exerçant « dans le même sens que la force de la civilisation » ne peut manquer d’avoir « un effet réel et durable »208.

  • 209 Ibid., p. 172.

51Dès lors, il est évident que l’élévation de la politique au rang des sciences d’observation ou, si l’on préfère, la création d’une « physique sociale »209 doit contribuer à l’établissement du régime industriel et scientifique. Qu’on le veuille ou non, celui-ci tend à remplacer le régime féodal et théologique, que défendent obstinément les rois. Etablir ce fait et le proclamer, c’est à la fois créer une opinion favorable au nouveau système social et indiquer les moyens politiques de le réaliser effectivement.

52Mais les indispensables préliminaires théoriques de la réorganisation sociale ont encore, aux yeux de Comte, une autre signification.

  • 210 L’organisateur, 2e livraison, dans Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, II, pp. 62-63.
  • 211 Ibid., p. 63.

53D’après la septième lettre de l’Organisateur, deux espèces de raisonnements doivent démontrer la nécessité du système industriel, Il s’agit d’établir, d’une part, « les avantages de ce système » et de prouver, d’autre part, qu’il est, « abstraction faite de tous ses avantages », celui vers lequel marche nécessairement la civilisation210. Or Saint-Simon a beau dire que « cette seconde classe de raisonnements est la plus importante », étant donné « qu’on ne résiste point à la marche de la civilisation »211. Cela n’empêche que, dans l’optique saint-simonienne, c’est en tout premier lieu par ses avantages que se justifie l’organisation de la société en vue de la production.

  • 212 Cf. G. Weill, Un précurseur du socialisme..., p. 188 ; Frank E. Manuel, The New World..., p. 227. (...)
  • 213 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 177. Cf. Lettres d’un habitant de Genève, p. (...)
  • 214 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 81. Cf. op. cit., Première partie, t. I, II (...)
  • 215 L’Industrie, second tome, IV, II, p. 170. Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, p (...)
  • 216 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 81. Cf. op. cit., Deuxième partie, t. II, I (...)
  • 217 Cf. Le parti national..., II, p. 197 ; Sur la querelle des abeilles et des frelons, II, p. 229 ; D (...)
  • 218 Du système industriel, Deuxième partie, t. II, p. 231.
  • 219 Ibid., p. 232. Sur le « nouveau christianisme », qui n’est en fait qu’une « philosophie sociale dé (...)
  • 220 Cf. Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 51, 90, 98, 121, 122 ; Deuxième partie (...)
  • 221 Du système industriel, Deuxième partie, t. III, III, pp. 58-59.
  • 222 Ibid., pp. 30-31. Cf. Nouveau Christianisme, III, p. 184 : L’égoïsme des modernes est né de l’aban (...)

54Au gré de Saint-Simon, l’objet de la morale est, en effet, comme chez Bentham212, d’indiquer les moyens de procurer au plus grand nombre possible d’individus le plus grand bonheur possible. Comme ceci n’est évidemment réalisable que dans la mesure où s’harmonisent les intérêts particuliers, l’auteur du Système industriel affirme par ailleurs que « tout ce qui est utile à l’espèce l’est aux individus » et que réciproquement « tout ce qui est utile aux individus l’est aussi à l’espèce »213. Il en résulte que l’organisation industrielle de la société, étant « la plus avantageuse possible à la majorité des sociétaires »214, celle qui permet à chacun de servir à la fois son propre intérêt et l’intérêt commun215, est de ce fait « essentiellement morale »216. Elle est au fond, affirme Saint-Simon, l’application politique de l’Evangile. Le Christ ne prescrit-il pas à tout homme d’aimer son semblable ? Et les industriels, dont la vie entière est utile à leur prochain, font-ils autre chose217 ? Le régime industriel apparaît donc comme « le christianisme lui-même rendu actif, et devenu constitution politique, ainsi que Dieu l’a commandé »218. C’est, pour tout dire, « le christianisme définitif »219. Dans cette perspective, l’égoïsme, dont les progrès semblent parfois effrayer Saint-Simo220, n’est, en dernière analyse, qu’un manque d’esprit industriel. Il est vrai que les industriels se trouvent, dans certains cas, « réduits à agir en égoïstes ». Mais c’est que, le gouvernement de la société ne leur appartenant point, ils ne peuvent pas « donner d’essor à leur amour » pour le bien commun221. Lorsque la société sera organisée en vue de la production, il suffira d’inculquer au public les principes de la nouvelle politique pour lui faire éprouver à la fois « le sentiment des avantages qui résultent pour chacun de vivre en société, et le véritable amour du prochain »222.

  • 223 L’Organisateur, II, pp. 62-66.

55De là vient précisément qu’aux yeux de Saint-Simon, la première aptitude requise pour réorganiser la société est l’aptitude aux réalisations utiles et à l’harmonisation des intérêts, c’est-à-dire la « capacité industrielle ». Les industriels savent mieux que personne la façon d’atteindre le but qui est celui de la société moderne. Quant aux savants et aux artistes, ils ne sont que les auxiliaires des praticiens. Leur tâche est uniquement de faciliter la mise en oeuvre des moyens matériels que nécessite l’avènement de l’amour. Telle est en particulier la perspective dans laquelle est envisagée, dans la septième lettre de l’Organisateur, la philosophie de l’histoire. Celle-ci est destinée à combattre les préjugés hostiles à l’établissement du régime industriel, que d’aucuns rangent parmi les utopies. Il s’agit de démontrer, en se basant sur « la grande série des faits historiques relatifs à la marche de la civilisation », que le nouveau système est au contraire parfaitement praticable223. C’est cependant parce qu’il est, d’autre part, le plus avantageux que tout effort entrepris pour le réaliser a, dans la pensée de Saint- Simon, une entière justification ».

  • 224 Plan des travaux scientifiques..., p. 136.
  • 225 Ibid., pp. 150-151.
  • 226 Ibid., p. 136. Une partie de la septième lettre de l’Organisateur est empruntée à un article de Co (...)

56Or tel est le point précis sur lequel, à partir de 1822, Comte se sépare de son patron. Pour l’auteur de l’opuscule fondamental, la conception d’un nouveau système social exige en effet que l’on fasse totalement « abstraction des avantages ou des inconvénients de ce système »224. La politique ne doit-elle pas devenir une science positive ? Et les astronomes, les physiciens, les chimistes et les physiologistes admirent-ils ou blâment-ils les phénomènes qu’ils étudient ? En politique comme en tout autre domaine scientifique, les préoccupations ayant « pour effet direct et inévitable d’altérer l’examen » sont interdites225. Un régime quelconque ne peut donc être jugé que par les « savants en histoire ». « La question principale », estime Comte, « la question unique doit être : quel est, d’après l’observation du passé, le système social destiné à s’établir aujourd’hui par la marche de la civilisation ? » Le meilleur régime possible est celui dont l’avènement apparaît d’abord comme un fait inéluctable226.

57Ainsi se dévoile le sens exact des reproches que le directeur du Catéchisme des industriels peut adresser à son collaborateur en 1824.

  • 227 Ibid., p. 80. Cf. pp. 68, 69, 88, 113.
  • 228 Sur la « philosophie de l’esprit » impliquée par la loi des trois états, cf. en particulier H. Gou (...)

58Sans doute la création de la physique sociale doit-elle, selon notre philosophe, permettre d’indiquer les mesures à prendre, dans l’ordre temporel, pour réaliser le système industriel. Sans doute a-t-elle pour objet la formation du « système d’idées générales destiné à servir de guide à la société »227, et par conséquent du lien spirituel qui est aussi indispensable à la société moderne, d’après Saint-Simon, que la communauté des intérêts. N’empêche que, pour Comte, ce n’est pas premièrement la destination pratique du système des idées générales qui rend nécessaire sa positivité. Il s’agit au contraire, de rendre la politique conforme au progrès spontané de l’esprit. Chaque science n’arrive à un état pleinement rationnel qu’au moment où des idées positives, lesquelles sont exclusivement fondées sur les faits, se substituent aux idées théologiques et aux idées métaphysiques228. La tendance de la société à s’organiser pour agir utilement sur la nature étant le premier fait social, une doctrine rationnelle se basera donc, en matière politique, sur la constatation de ce fait. Le système industriel se présente avant tout, dans cette optique, comme l’unique système conforme à l’état des lumières. Tandis que Saint-Simon donne pour tâche aux savants de seconder les desseins des industriels, Auguste Comte charge ces derniers de réaliser l’ordre conçu par les théoriciens.

  • 229 J. Devolvé, op. cit., p. 59.
  • 230 Cet aspect de la démarche comtienne apparaît bien dans les travaux de M. Pierre Du Cassé : Essai s (...)

59Cela ne signifie évidemment pas, nous le savons, que le but final de la politique positive est théorique. La « destination rationnelle »229 de l’esprit n’est point présentée dans l’opuscule fondamental comme ayant en elle-même son propre sens. Quoique le développement intellectuel de l’humanité ne résulte pas du besoin d’agir sur le monde, mais de la « nature de l’esprit humain », il n’a de raison d’être que dans ses conséquences pratiques. On a vu en particulier que l’élévation de la politique au rang des sciences d’observation a pour seule fin l’instauration du système industriel. Si la théorie n’est aux yeux du collaborateur de Saint-Simon qu’un moyen d’atteindre un autre objectif, Comte affirme cependant, dès 1822, son originalité en prônant le recours à un moyen indirect230. La meilleure marche à suivre pour fonder le régime le plus utile est, au gré de notre auteur, de commencer par en établir la nécessité en faisant abstraction de son utilité. Mais la physique sociale ne doit d’abord être élaborée dans une intention purement spéculative que pour mieux répondre ensuite à son essentielle destination pratique.

  • 231 Plan des travaux scientifiques..., p. 179.

60Or c’est à un double titre que la voie abstraite indiquée dans le premier Système de politique positive constitue, aux yeux de Comte, un indispensable détour. D’une part, nulle action politique n’est efficace si elle ne se fonde sur une exacte connaissance de la loi à laquelle est soumise la marche de la civilisation. Ce qui oblige à « concevoir dans sa plus grande généralité le phénomène du développement de l’espèce humaine »231. D’autre part, la perspective théorique dans laquelle il importe d’envisager la nécessité du régime industriel est également, au dire de Comte, la perspective dans laquelle se justifie le nouveau système social. La bonté positive d’un régime quelconque n’est pas autre chose, estime notre philosophe, que sa conformité avec l’état de la civilisation. Définir le système à instaurer à une époque donnée en ayant égard à cette conformité, abstraction faite des avantages ou des inconvénients du système, revient à définir l’ordre moral à cette époque.

  • 232 Voir plus haut, p. 30.
  • 233 L’Industrie, t. III, 3e cahier, dans R. Texeira Mendes, Auguste Comte. Evolution originale..., p. (...)
  • 234 Lettres à M. H. Saint-Simon par une personne qui se nommera plus tard, dans R. Texeira Mendes, op. (...)
  • 235 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 4e fragment : (4)a.-54. De la division qu (...)
  • 236 Sommaire appréciation..., p. 23, n. 1. Cf. pp. 41, 43, 58, 59.
  • 237 L’Industrie, t. III, 3e cahier, p. 180.
  • 238 Lettres à M. H. Saint-Simon..., p. 281.
  • 239 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 4e fragment, p. 454.

61Car la préoccupation majeure de Comte en 1822 est, en dernière analyse, celle dont témoigne déjà en 1817 le tome III de l’Industrie. Selon le secrétaire de Saint-Simon, la politique est, ainsi que nous l’avons dit, une conséquence de la morale232. C’est la raison pour laquelle une « morale industrielle » doit, à l’heure où la société tend à s’organiser en vue de la production, remplacer la morale théologique233. Notre philosophe répète d’ailleurs dans la deuxième des Lettres à M. H. Saint-Simon... que « la morale est une science à faire tout comme la politique »234, précise dans un fragment de 1819 qu’en devenant positive la politique ne peut manquer de prendre elle-même un « caractère moral »235, et insiste encore dans la Sommaire appréciation... sur la nécessité de « constituer... sur des principes positifs (c’est-à-dire déduits de l’observation) la morale qui est la base, ou plutôt le lien général, de l’organisation sociale »236. Or il apparaît également au lecteur de l’opuscule fondamental que le créateur de la physique sociale est d’abord un moraliste. C’est pourtant une nouvelle conception des exigences de la morale en politique qui est exposée dans le texte de 1822, où les « intérêts palpables, certains et présents »237, les « moyens d’être utiles au prochain »238 et même « le plus grand bonheur général »239 ne se voient plus attribuer qu’une importance secondaire. Dans le Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, la positivité des principes moraux cesse de se confondre avec leur utilité pour s’identifier à leur rationalité. La politique positive est, dès lors, la meilleure possible parce qu’elle suppose l’esprit humain parvenu à son état définitif.

62Envisageant l’un et l’autre, à l’époque de l’opuscule fondamental, leur travail théorique comme un moyen de favoriser l’établissement du régime industriel, seule fin légitime à leurs yeux de tous les efforts humains, Comte et Saint-Simon ne sont donc en désaccord qu’en ce qui concerne, d’une part, la valeur morale respective de cette fin et de ce moyen, d’autre part, l’efficacité pratique de la théorie. Pour Saint-Simon, la fin industrielle de la société justifie tous les moyens mis en oeuvre pour instaurer le nouveau système social sous la direction des praticiens. Au gré de Comte, la nature abstraite du moyen théorique justifie au contraire la fin sociale pratique, dont elle garantit par ailleurs la réalisation effective.

B. Science et beaux-arts

63Mais Auguste Comte n’affirme pas seulement la nécessité de recourir, pour instaurer le système industriel, au moyen indirect que constitue la création de la physique sociale. Pour notre auteur, il s’agit là du moyen d’action politique essentiel. D’où le dissentiment entre Comte et Saint-Simon au sujet du rôle social des beaux-arts.

  • 240 Cf. Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, pp. 3, 8, 13, 23, 25, 26, 27, 28, 30, 45, (...)
  • 241 Cf. Le parti national..., II, pp. 203 et 205 ; Sur la querelle des abeilles et des frelons, II, p. (...)
  • 242 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 91 ; Troisième partie, VI, p. 473.
  • 243 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 38.
  • 244 Ibid., pp. 42-44. Cf. ibid., pp. 26 et 45 ; Catéchisme des industriels, 3e cahier, Avertissement d (...)
  • 245 Catéchisme des industriels, 3e cahier, Avertissement de Saint-Simon, p. 4.
  • 246 Cf. Frank E. Manuel, The New World..., p. 350.
  • 247 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 21-22, t. II, pp. 85-133 ; Catéchisme d (...)
  • 248 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 85. C’est à ce « sentimentalisme » que fait (...)

64Saint-Simon qui, dans ses premiers écrits, range déjà les artistes parmi les hommes de génie aptes à guider l’humanité moderne240, n’oublie point, sous la Restauration, de les associer aux producteurs241 en leur confiant une partie du nouveau pouvoir spirituel242. Celui-ci appartient en effet à deux « capacités » distinctes. L’une est « la capacité d’éprouver, de produire, d’élaborer et de coordonner des sentiments », l’autre « celle de concevoir, de produire, d’élaborer et de coordonner des idées »243. L’étude de « l’homme moral » requiert la première capacité, qui caractérise, paraît-il, les philosophes « platoniciens » ou « spiritualistes ». Quant à l’aptitude aux raisonnements, elle est le propre des « aristoticiens » (sic) qui, voués à l’étude de « l’homme physique », sont « matérialistes »244. Tendant au « renouvellement des sentiments sociaux », l’action des artistes suppose donc chez ces derniers une capacité « dans la direction de Platon »245. A partir de 1821, elle a par ailleurs une signification « religieuse ». Tout de même que Bonald et que Chateaubrian246, l’auteur du Système industriel souligne alors l’importance d’un lien social de nature sentimentale247. Dans cette perspective, le rôle de l’art s’explique par celui de la passion philanthropique que suppose « l’organisation sociale de l’espèce humaine »248.

  • 249 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, p. 4. Cf. op. cit., 4e cahier, V, p. 29.
  • 250 L’Organisateur, II, pp. 50-58. Cf. p. 217.
  • 251 Lettres de Henri Saint-Simon à Messieurs les jurés..., VI, p. 422.
  • 252 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 21.
  • 253 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 121.
  • 254 Du système industriel, Troisième partie, VI, p. 461.
  • 255 Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 250-251 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, (...)
  • 256 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 38.
  • 257 De l’organisation sociale, V, pp. 137-138.
  • 258 Nouveau Christianisme, III, p. 160.
  • 259 Ibid., pp. 166-167.

65Or Saint-Simon déclare en 1824 que la capacité platonicienne et l’aristotélicienne sont « d’une égale utilité » aux industriels249. Cependant on trouve plus d’un texte où les artistes se voient conférer une certaine primauté. C’est ainsi qu’ils forment, d’après la sixième lettre de l’Organisateur, la majeure partie de la « chambre d’invention » chargée, dans le nouveau Parlement tel que l’imagine Saint-Simon, de présenter à la « chambre d’examen » et à la « chambre d’exécution » tous les projets de travaux utiles250. Ils viennent donc « en tête », comme il est dit dans la troisième des Lettres de Henri Saint-Simon à Messieurs les jurés..., précédant les savants et les industriels251. De même, on lit dans la première partie du Système industriel que « le grand mouvement philosophique qui doit avoir pour objet la refonte du système des idées générales » suppose un développement préalable de « l’activité philanthropique »252. Or les « philanthropes » auxquels il est fait appel ici sont précisément les hommes « chez qui les sentiments dominent les idées »253. Ce qui permet d’interpréter le passage de la troisième partie où sont définis les « travaux philosophiques, scientifiques et poétiques ayant pour objet de faciliter la réorganisation de la Société Européenne ». Un nouveau système social étant présenté dans le « travail philosophique », le but du « travail poétique » est, selon Saint-Simon, de « passionner tous les hommes, et particulièrement les artistes » pour ce système. Enfin le « travail scientifique » consiste en un exposé méthodique « de la nouvelle combinaison d’organisation sociale », présenté « de manière à faciliter les moyens d’en déduire les conséquences les plus importantes et les plus utiles »254. L’antériorité attribuée ici au travail philosophique ne signifie pas la primauté de la capacité « aristoticienne ». En fait, la véritable aptitude philosophique ne s’est encore rencontrée, au dire de Saint-Simon, que chez Socrate, dont le platonisme et l’aristotélisme sont l’un et l’autre issus255. Elle implique à la fois la capacité de raisonner et celle d’éprouver et de produire des sentiments, qui doit d’ailleurs se manifester la première. A cet égard, l’école de Socrate est louée, dans le 4e cahier du Catéchisme des industriels, d’avoir « reconnu que le développement des sentiments devait d’abord s’opérer avec plus de rapidité que celui des idées » et de s’être, en conséquence, « principalement occupée de l’établissement des principes de la morale »256. On mesure ainsi l’importance du « travail poétique » prévu dans le Système industriel. Il s’agit en réalité de passionner la société pour le système qu’inspire une passion. C’est pourquoi Saint-Simon répète en 1825 dans De l’organisation sociale que, lors de l’établissement du régime industriel, « les artistes, les hommes à imagination ouvriront la marche », les savants se bornant à démontrer « la possibilité d’une grande augmentation de bien-être pour toutes les classes de la société »257. C’est également pourquoi le dogme n’a sa place dans la religion néochrétienne qu’après le culte. Celui-ci, qui utilise « toutes les ressources que les beaux-arts peuvent offrir »258, est destiné à attirer l’attention « sur les considérations et sur les sentiments philanthropiques », dont les diverses « applications » requièrent ensuite une élaboration théorique259.

66Certes, rien de tout ceci n’est en contradiction avec la primauté reconnue à la capacité industrielle. S’il incombe aux artistes d’entraîner l’humanité dans de nouvelles voies, les industriels sont seuls aptes, nous le savons, à instaurer effectivement l’ordre social définitif. Il leur appartient donc de se servir des diverses aptitudes humaines en vue du bien général. Saint-Simon accorde néanmoins aux artistes un droit d’initiative qu’il refuse aux savants. Ces derniers ne doivent tendre qu’à permettre, en déterminant les conditions objectives de l’activité utile, la réalisation des projets exposés dans les travaux artistiques. En d’autres termes, c’est l’art, dont l’industrie est la raison d’être, qui assigne à la science ses buts.

  • 260 Du système industriel, Troisième partie, VI, pp. 470 et 473 ; De l’organisation sociale, loc. cit.
  • 261 L’Organisateur, II, p. 166 ; De l’organisation sociale, loc. cit.
  • 262 Nouveau Christianisme, III, p. 160.
  • 263 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 166 ; t. II, III, p. 116 ; De l’organisa (...)
  • 264 Nouveau christianisme, loc. cit. Cf., sur l’efficacité de la philanthropie, Du système industriel, (...)

67La définition précise du rôle social des beaux-arts donnée par Saint-Simon justifie, d’autre part, l’importance majeure qu’il attribue à la capacité platonicienne. Dans l’Organisateur et dans les écrits suivants, les artistes reçoivent, en effet, pour mission de « passionner » la société pour l’augmentation de son bien-être260, et de présenter le régime industriel comme le paradis terrestre de l’avenir261. Il y a, estime l’auteur du Nouveau Christianisme, deux façons de procéder pour « stimuler l’attention des hommes dans quelque genre d’idées que ce soit ; pour les pousser fortement dans une direction ». La première est d’« exciter en eux la terreur par la vue des maux terribles qui résulteraient pour eux d’une conduite différente de celle qu’on leur prescrit », l’autre de « leur présenter l’appât des jouissances résultant nécessairement des efforts faits par eux dans la direction qu’on leur indique »262. Dès lors, éveillant chez tous les hommes le désir des avantages que procure l’industrie et, vu l’harmonie des intérêts industriels, l’amour du bien public263, les artistes déclencheront « l’action la plus forte et la plus utile »264. Telle est, en dernière analyse, la raison de leur primauté, nouveau témoignage de l’utilitarisme saint-simonien. Envisageant les beaux-arts comme un moyen plus direct que la science d’établir le régime le plus avantageux à l’humanité, Saint-Simon ne veut finalement, en subordonnant à celle des artistes l’intervention des savants, que mieux assujettir toute théorie aux exigences d’une pratique intéressée.

68A cet égard, une divergence de vues entre Comte et son patron se manifeste déjà avant 1822.

  • 265 Lettres à M. H. Saint-Simon..., 2e lettre, dans R. Texeira-Mendes, op. cit., p. 279.
  • 266 Ibid., p. 276. Cf. p. 278.
  • 267 Ibid., p. 282. Voir plus haut, p. 30.
  • 268 Ibid., pp. 280-282. M. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 195-198, fait sienne la thèse défendue pa (...)

69Lorsqu’il rédige les Lettres à M. H. Saint-Simon, Comte croit encore que la science sociale, identifiée à l’économie politique, peut partir de ce principe que « la propriété est l’institution la plus importante de toutes » et qu’elle « doit être constituée de la manière la plus favorable à la production »265 S’il reproche à Saint-Simon de vouloir, dans le tome III et dans le premier cahier du tome IV de l’Industrie, appliquer pratiquement cette idée avant d’en développer les « conséquences scientifiques »266 le jeune publiciste n’en affirme pas moins, comme nous l’avons dit plus haut, que les règles morales et les institutions politiques « doivent être jugées d’après l’influence qu’elles exercent ou peuvent exercer sur la production »267. Ceci implique une conception de la morale et de la politique théoriques toute différente de celle qui est exposée dans l’opuscule fondamental. Il est néanmoins à noter que, dès 1818, Comte se montre hostile à toute action prématurée sur l’affectivité humaine. Le principal défaut de la plupart des « principes de morale très respectables et très utiles qui se trouvent en circulation » est précisément, d’après notre auteur, d’exprimer des sentiments plutôt que des règles de conduite. « Ce qu’il y a de plus important », estime Comte, ce n’est pas « de chercher à créer chez les hommes tel ou tel sentiment », mais « de chercher à utiliser pour l’espèce les sentiments dont les individus sont animés, en leur enseignant les moyens positifs d’être utiles à leurs semblables ». La première chose à faire est dès lors de procéder « à la formation d’une science morale positive ». C’est la seule façon d’éviter que ne restent stériles les meilleures intentions268.

  • 269 Séparation générale entre les opinions et les désirs, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 1 (...)

70Tel est encore le rôle attribué à la théorie politique dans l’opuscule de 1819 intitulé Séparation générale entre les opinions et les désirs. Comte dénonce dans cet écrit deux prétentions à la compétence exclusive en politique également injustifiées, celle des gouvernants et celle des gouvernés. Les premiers oublient qu’on ne peut « être à la fois acteur et spectateur », les autres croient qu’une opinion politique peut se fonder sur « le seul instinct ». En fait, dit Comte, toute opinion est à la fois l’expression d’un désir et un avis sur les moyens de satisfaire ce désir. Cette distinction permet de déterminer « la part que la masse d’une nation doit prendre au gouvernement », en même temps qu’elle montre la nécessité d’une science politique. Il est incontestable que les gouvernants doivent viser au bien de la masse, c’est-à-dire à la réalisation de ses désirs fondamentaux. Le public doit donc « indiquer le but ». Mais il n’est pas pour autant apte à trouver les moyens d’arriver aux fins qu’il se propose. C’est pourquoi les « savants en politique » ont la tâche de l’éclairer. Il ne s’agit pas, on le voit, de produire la tendance de la société vers son propre bien. Celle-ci est donnée comme un fait. Pour Comte, l’urgent est en revanche de rendre efficaces les désirs du peuple en donnant pour guide à la politique une nouvelle science positive269.

  • 270 Cf. Saint-Simon, L’Organisateur, 8e et 9e lettres, II, pp. 77-166.
  • 271 Cf. Cours, t. IV, p. vu, n. 1 ; Système, t. IV, Appendice général, Préface, p. III.
  • 272 Saint-Simon, L’Organisateur, II, p. 166.
  • 273 Sommaire appréciation..., pp. 14, 15, 25, 44, 50.
  • 274 Ibid., pp. 7-11 et passim.
  • 275 Ibid., p. 34, n. 1. Rappelons ici que, dans la lettre à Valat du 6 septembre 1820 où il annonce à (...)

71On retrouve la même doctrine dans la Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne. Sur ce point, une comparaison entre le texte publié en avril 1820 par Saint-Simon270 et celui dont Auguste Comte revendique la paternité dès 1839271 et qu’il reproduit dans l’Appendice général du Système de politique positive est éclairante. La neuvième lettre de l’Organisateur se termine par un appel aux artistes, qui doivent, « par la force d’imagination qui est entre leurs mains », exercer « sur la masse commune l’action suffisante » pour l’inciter à adopter le régime industriel. « Que les artistes transportent le paradis terrestre dans l’avenir », dit Saint-Simon, « qu’ils le présentent comme devant être le résultat du nouveau système, et ce système se constituera promptement »272. Rien de semblable sous la plume de Comte. Sans doute arrive-t-il à ce dernier de ranger la « capacité » des artistes parmi celles qui sont destinées à remplacer les anciens « pouvoirs »273. Les deux capacités essentielles dans le nouveau système social sont néanmoins, au gré de notre philosophe, la « capacité industrielle » et la « capacité scientifique positive »274. Il est d’ailleurs précisé dans une note que les passions humaines constituent un « ordre de fonctions vitales » qui n’est pas « perfectible par lui-même », mais seulement par l’influence qu’exerce sur lui l’intelligence275.

72Ainsi s’éclaire le sens des pages de l’opuscule fondamental où l’auteur entreprend d’« assigner avec exactitude les domaines respectifs de l’observation et de l’imagination en politique ».

73« Il faut », au dire de Comte, « à cet effet, distinguer deux ordres de travaux : les uns, qui composent proprement la science politique, sont relatifs à la formation du système qui convient à l’époque actuelle ; les autres se rapportent à sa propagation ».

74Dans les travaux ayant pour objet l’élaboration théorique du nouveau système social, le rôle de l’imagination est accessoire. Certes, il est souvent indispensable, en politique comme en toute autre science, d’imaginer, avant de les observer, les liens qui peuvent exister entre des faits. En outre, la politique théorique n’étant pas toujours assez précise pour être immédiatement applicable, la réalisation du plan conçu par les savants demande encore un effort d’imagination. Il n’en faut pas moins tendre, d’après Comte, à ne se fonder que sur l’observation pour relier les phénomènes sociaux les uns aux autres. Quant à la pratique sociale, les indications que lui fournit la science sont plus détaillées qu’on le croit d’ordinaire.

  • 276 Plan des travaux scientifiques..., pp. 135-139.

75Mais il ne suffit pas de concevoir nettement les mesures politiques à prendre. Il est également nécessaire, pour que le public adopte le nouveau régime, de présenter celui-ci sous une forme attrayante. Comment provoquer la « révolution morale » qui refoulera l’égoïsme des classes décadentes et tirera les masses de leur apathie en se bornant à démontrer que le système industriel est en harmonie avec l’état de la civilisation ? « Une telle vérité est à la portée d’un trop petit nombre d’esprits, et exige même de leur part une trop longue suite d’opérations intellectuelles, pour qu’elle puisse jamais passionner. » De là la fonction dévolue aux beaux-arts, qui est de « présenter aux hommes le tableau animé des améliorations que doit apporter dans la condition humaine le nouveau système, envisagé sous tous les points de vue différents, et abstraction faite de sa nécessité et de son opportunité ». Quoique son action ne puisse s’exercer que « dans la direction établie par les travaux scientifiques », l’imagination acquiert ainsi, paraît-il, « un nouveau rôle, bien supérieur, aujourd’hui, à celui qu’elle a dans la politique théologique et métaphysique »276.

  • 277 J. Delvolvé, Réflexions..., pp. 140-141, et M. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 320-321, accorden (...)

76C’est pourtant à bon droit que Saint-Simon reproche à son « élève » de négliger la « partie sentimentale et religieuse » de son système. A vrai dire, Comte ne fait qu’une concession à Saint-Simon en attribuant un rôle social aux beaux-arts. Le texte entier du premier Système de politique positive apporte, en effet, un démenti à la prudente déclaration de l’Avertissement d’après laquelle les deux ordres de travaux spirituels qu’exige la réorganisation sociale sont « de caractère opposé mais d’égale importance ». En réalité, le « renouvellement des sentiments sociaux » demeure, aux yeux de Comte en 1822, d’une importance toute secondaire277.

  • 278 Plan des travaux scientifiques..., pp. 125-127. Voir plus haut, p. 43.

77N’oublions pas que les principaux obstacles à l’établissement rapide du système industriel sont « engendrés par l’ignorance ». Le nouvel ordre social doit évidemment léser les intérêts de classes entières. Mais ce n’est pas avant tout par égoïsme que celles-ci freinent la marche de la civilisation. C’est parce qu’elles ne savent point qu’elles s’opposent en vain au progrès nécessaire de l’humanité. Or « la force de la démonstration a une importance très supérieure à celle qu’on lui a supposée jusqu’ici ». Une loi qui apparaît comme inévitable est généralement subie avec résignation. D’autre part, les classes auxquelles le régime industriel ne peut procurer que des avantages sont disposées à en favoriser l’instauration. En leur indiquant clairement « le but qu’elles sont appelées à atteindre », la science politique les déterminera donc à agir de la façon la plus utile278.

  • 279 Ibid., p. 126.

78Il est clair que, dans cette perspective, les artistes n’ont qu’un rôle politique tout à fait accessoire. Dans l’opuscule fondamental comme dans ses écrits précédents, Comte professe que les « forces réelles »279 destinées à triompher existent déjà et que la science ne peut manquer de provoquer leur action. L’élévation de la politique au rang des sciences d’observation ne doit donc pas seulement précéder dans le temps la mise en oeuvre des autres moyens de rétablir l’ordre dans la société. Elle constitue le seul moyen politique rigoureusement indispensable et, en tout cas, le plus efficace.

***

  • 280 J. Delvolvé, op. cit., p. 40.

79Rien d’étonnant, dès lors, si l’opuscule fondamental procure à son auteur « une véritable unité mentale et même sociale ». Il est vrai que la tendance « à régir par l’idée l’action humaine », qui est, d’après Delvolvé, « la plus forte et la plus valable tendance » de l’esprit de Comte280, se manifeste déjà dans les textes antérieurs. Mais, en découvrant la loi des trois états, notre philosophe parvient pour la première fois à justifier en même temps la création de la physique sociale et ses conséquences pratiques. Désormais la politique scientifique, qui répond incontestablement à un besoin de la société, est d’abord nécessitée par le progrès de l’esprit. De là sa moralité et celle de ses applications. Comme son influence sur la pratique sociale est par ailleurs la plus importante de toutes, fonder la nouvelle science, c’est par conséquent exercer déjà un véritable pouvoir spirituel en commençant à réaliser l’ordre conforme au progrès. Ce n’est pas se borner à définir l’ordre moral. C’est entreprendre de moraliser la société.

80Cependant une difficulté se présente ici. En effet, le système social dont l’instauration doit essentiellement résulter, d’après Comte, d’un travail théorique, a pour fin réelle de développer, de régulariser et de concerter la tendance de l’homme à modifier la nature, « pour que l’action utile soit la plus grande possible ». D’un autre côté, la politique théorique, qui constitue le principal moyen d’établir ce régime, ne peut être élaborée qu’en faisant abstraction de ses avantages. Or il est possible de concevoir le régime le plus avantageux à l’humanité abstraction faite de son utilité. Mais comment produire un mouvement social sans prendre en considération les mobiles nécessairement intéressés de l’action ? S’il n’est pas vrai, par ailleurs, que la fin justifie tous les moyens, la moralité de la fin ne découle évidemment pas davantage de celle des moyens. En d’autres termes, la raison théorique peut envisager les moyens en eux-mêmes, sans les rapporter à leur fin. En revanche le rôle de la raison pratique est d’ordonner les moyens à la fin. Elle ne peut donc négliger le résultat auquel tend l’action utile. En conférant à la raison théorique la fonction propre de la raison pratique, Comte semble ainsi projeter, dans l’opuscule fondamental, la réalisation d’un ordre moral et politique contradictoire et irréalisable.

81Or les écrits comtiens des années 1825 et 1826 témoignent précisément du souci de vaincre cette difficulté.

Notes

1 On apprendra tout sur les diverses éditions de ce texte, — qui a « un état civil compliqué », — dans l’ouvrage de M. Henri Gouhier, La jeunesse d’Auguste Comte..., t. III, Auguste Comte et Saint-Simon, Paris, J. Vrin, 1941, pp. 336-384. Réédité dans l’Appendice général au tome IV du Système de politique positive, pp. 47-136 (nous utilisons la 5e édition de la Société positiviste conforme à la première de 1851-1854), le texte y est intitulé : Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société. Les positivistes lui ont conservé ce titre dans les Opuscules de philosophie sociale, Paris, Leroux, 1883, auxquels nous ferons référence.

2 Système..., t. I, Préface, p. 1.

3 Cours de philosophie positive, Paris, Bachelier, t. VI, 1842, Préface personnelle, pp. vii-viii ; Système..., t. I, pp. 1-2 ; t. IV, Préface de l’Appendice général, p. iii. Cf. H. Gouhier, op. cit., p. 285. La dualité des tendances intellectuelles de Comte et de ses tendances politiques apparaît bien dans une lettre à Valat du 28 septembre 1819. Cf. Lettres d’Auguste Comte à M. Valat, professeur de mathématiques, 1815-1844, Paris, Dunod, 1870, p. 99. Ce texte est commenté par H. Gouhier, op. cit., pp. 241-242. Voyez également L. Lévy-Bruhl, La philosophie d’Auguste Comte, Paris, Alcan, 1900, pp. 9-10 ; J. Delvolvé, Réflexions sur la pensée comtienne, Paris, Alcan, 1932, pp. 38-40.

4 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. vii.

5 Système..., t. I, Préface, p. 1.

6 H. Gouhier, op. cit., p. 386. Cf. J. Delvolvé, op. cit., pp. 40-50.

7 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. viii.

8 Ibidem, pp. viii-x. L’« élaboration orale » dont il s’agit est le cours ouvert au domicile d’Auguste Comte le 2 avril 1826, interrompu à partir du 12 avril par la crise qui nécessita l’internement du philosophe et ouvert une seconde fois le 4 janvier 1829.

9 A Blainville, 27 février 1826, Correspondance inédite d’Auguste Comte, Paris, au Siège de la Société positiviste, t. I, 1903, p. 18.

10 Cf. H. Gouhier, op. cit., p. 286. On sait que M. Henri Gouhier découvre dans les textes écrits par Comte de 1822 à 1826 une « préhistoire du Cours de philosophie positive » ainsi qu’une « préhistoire de la Religion de l’Humanité » (op. cit., pp. 300- 335). Notant que le programme de travaux exposé dans l’opuscule de 1822 est « fondé sur une claire distinction de la théorie et de la pratique » (ibid., p. 284 ; cf. pp. 382-384), M. Gouhier est particulièrement attentif, lorsqu’il étudie la préhistoire du Cours, à l’évolution de la doctrine comtienne du rapport entre la physique sociale et la philosophie. Pour le même auteur, il y a, d’autre part, une préhistoire de la Religion de l’Humanité parce que, dès le début, se manifeste chez Comte le souci d’une éducation morale de la société. Nous tâcherons, quant à nous, de mettre en évidence dans les pages qui suivent le lien que permet d’établir entre les deux préhistoires dont parle M. Gouhier un examen des conceptions du rapport entre la théorie et la pratique respectivement exposées dans l’opuscule fondamental, dans les Considérations sur les sciences et les savants, et dans les Considérations sur le pouvoir spirituel. Signalons par ailleurs que l’importance de ces textes en ce qui concerne la doctrine comtienne de l’éducation est bien mise en relief par M. Paul Arbousse-Bastide dans son ouvrage sur La doctrine de l’éducation universelle dans la philosophie d’Auguste Comte, Paris, P.U.F., 1956, t. I, pp. 29-58.

11 Voyez la deuxième édition : Système de politique positive, par Auguste Comte, Ancien élève de l’Ecole polytechnique, Elève de Henri Saint-Simon, t. I, 1re partie. A Paris chez les principaux libraires, 1824 et Catéchisme des industriels, 3e cahier, dans Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, réimpression anastaltique, Paris, éd. Anthropos, 1966, t. IV, p. 6. (Sauf indication contraire, nous nous référerons à cette édition. Les cinq premiers tomes contiennent une reproduction des 11 volumes des oeuvres de Saint-Simon de l’édition E. DENTU des Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin. Les écrits écartés de l’édition E. Dentu ainsi que « des textes manuscrits et des brouillons dont certains sont restés inédits jusqu’ici » sont reproduits dans le tome VI. Voir t. I, Note des éditeurs, pp. II-III ; t, VI, Notes bibliographiques, pp. i-iii. Dans nos références, nous donnons, après le titre de l’ouvrage cité, la tomaison et la pagination de la réimpression anastaltique.) La deuxième édition de l’opuscule fondamental se présente, en effet, sous deux formes. Les cent exemplaires d’auteur portent seulement le titre de Système de politique positive par Auguste Comte etc. Un millier d’autres exemplaires « reçurent une couverture supplémentaire et un Avertissement de deux pages, écrit par Saint-Simon ; c’est le volume intitulé : Catéchisme des industriels, par Saint-Simon, 3e cahier, Paris, Imprimerie de Sétier, Cours des Fontaines, n° 7, avril 1824, 189 p. in-8° » (H. Gouhier, op. cit., p. 336). Voyez encore l’Avertissement de Saint-Simon dans Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, pp. 3 et 4, et celui de Comte, ibid., p. 8.

12 Le Prospectus des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société « paraît, précédé d’une préface de Saint-Simon dans un volume : Suite des travaux ayant pour objet de fonder le système industriel. Du Contrat Social, 191 p. in-8°, Paris, chez Laurens aîné, rue du Pot-de-fer, n° 14. Avril 1822 » (H. Gouhier, op. cit., p. 336).

13 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, pp. 3-5. « Ibid., pp. 6-9.

14 Ibid., pp. 6-9

15 H. Gouhier, op. cit., p. 113. Cf. pp. 62, 110, 116, 199. Voir également La jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, t. II, Saint-Simon jusqu’à la Restauration, Bibliothèque d’histoire de la philosophie, Paris, J. Vrin, 1936, p. 156. Cette interprétation diffère de celle que proposent G. Weill, Un précurseur du socialisme. Saint-Simon et son oeuvre, Paris, Perrin, 1894, p. 95, et A. Augustin-Thierry, Augustin Thierry d’après sa correspondance et ses papiers de famille, Paris, Plon, 1922, p. 34 (cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 110, n. 4). On notera, d’autre part, que, pour M. Gouhier, « dans le néochristianisme et le présocialisme des années 1821 à 1825, il n’y a rien de plus que dans l’industrialisme des écrits précédents ». La pensée de Saint- Simon ne fait que s’adapter « aux situations diverses d’une société instable » (op. cit., t. III, p. 223 ; voyez pp. 222 à 233). Sur ce point, M. Gouhier s’écarte donc des exégètes de Saint-Simon qui dénoncent chez celui-ci un « retour à une théologie plus ou moins confuse » (Dr robinet, Notice sur la vie et l’oeuvre d’Auguste Comte, 3e éd., Paris, Société positiviste, 1891, pp. 116, 127 ; P. Laffitte, Revue Occidentale, 1893, t. II, p. 319), « insistent sur le caractère socialiste de ses derniers ouvrages » (DR Robinet, op. cit., p. 116 ; M. Leboy, La vie véritable du Comte Henri de Saint-Simon, Paris, Grasset, 1925, pp. 320-321 ; G. Bouclé et E. Halévy, Préface à Doctrine de Saint- Simon. Exposition, Première année, 1829, nouvelle édition, Paris, Rivière, 1924, pp. 18-21), ou parlent, en tout cas, d’un « progrès » de la pensée saint-simonienne (G. Weill, op. cit., pp. 187-188 ; E. Durkheim, Le socialisme, sa définition, ses débuts, la doctrine saint-simonienne, Paris, Alcan, 1928, p. 234 ; G. D’Eichtal, A Mill, 1er décembre 1829, dans J.S. Mill, Correspondance inédite avec Gustave d’Eichtal, Paris, Alcan, 1898, pp. 75-76 ; Lemonnier, œuvres choisies de C.H. de Saint-Simon, précédées d’un essai sur sa doctrine, Bruxelles, Van Meenen, 1859, t. I, Introduction, pp. LXIII sv. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 222-223).
Récent interprète du « nouveau monde de Henri Saint-Simon », M. Frank E. Manuel insiste également sur l’unité d’inspiration dont témoignent, malgré certains changements de perspective, les divers plans de réorganisation sociale exposés dans les écrits saint-simoniens depuis les Lettres d’un habitant de Genève jusqu’au Catéchisme des industriels inclusivement (The New World of Henri Saint-Simon, Cambridge, Mass., Harvard University Press., 1956, p. 76 ; cf. pp. 81, 245). La nouvelle synthèse scientifique prônée dans les textes de l’époque impériale et le système complet, à la fois spirituel et temporel, défini sous la Restauration répondent, au dire de M. Manuel, à une même préoccupation fondamentale. Il s’agit de mettre un terme à la critique, à l’analyse, à la destruction de l’ordre ancien et de fonder l’ordre nouveau (pp. 234-235). En ce qui concerne le « socialisme » de Saint-Simon, M. Manuel (pp. 227, 253-255) accorde, semble-t-il, moins d’importance que M. Gouhier (pp. 226-227) aux passages des Lettres d’un habitant de Genève où se manifeste déjà le souci de l’instruction et du bien-être de « la classe la plus nombreuse ». Quant à la doctrine exposée dans le Nouveau christianisme, M. Manuel, tout en reconnaissant que « the break with past doctrine is not absolute », estime qu’elle implique une réelle transformation du système. En 1825, celui-ci devient « first and foremost a religion ». Ce qui oblige, si l’on en croit M. Manuel, à distinguer deux « carrières » de Saint-Simon, entre lesquelles existe un « abîme » (op. cit., pp. 353-354 ; The Prophets of Paris, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1962, p. 138. Comparez avec H. GOUHIER, op. cit., t. III, pp. 230-231).
Par ailleurs, on sait que, dans L’Idée du Droit Social (Paris, Librairie du Recueil Sirey, pp. 297 à 314), G. Gurvitch entend souligner à la fois « l’unité de la pensée saint-simonienne » (p. 299) et les « vicissitudes et les contradictions dont s’enveloppent les constructions saint-simoniennes » (p. 310 ; cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 156). Dans son édition d’oeuvres choisies de Saint-Simon, G. Gurvitch, qui souligne encore les diverses « contradictions » du système (CH. de Saint-Simon, La physiologie sociale, Œuvres choisies, Introduction et notes de Georges Gurvitch, Paris, P.U.F., 1965, Introduction, pp. 26-29), note que, chez Saint-Simon, des « changements de doctrine socio-politique » répondant à une diversité de régimes et de conjonctures « n’entraînent pas une modification de la théorie proprement sociologique » (op. cit., Avant-Propos, pp. 2-3).

16 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 154.

17 H. Gouhier, ibid., p. 149.

18 Voyez, à cet égard, la réfutation par M. H. Gouhier (ibid., pp. 156-157) de la thèse défendue par G. Gurvitch dans Vidée du Droit Social (pp. 298-299, 306, 312).

19 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 190, cité par H. Gouhier (p. 155) d’après Œuvres choisies de CH. de Saint-Simon, I, p. 234. Cf. Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, éd. A. Pereire, Paris, Alcan, 1925, pp. 47-48. Le texte des Lettres d’un habitant de Genève de l’édition E. Dentu (cf. œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, Réimpression anastaltique, 1966, t. I) est incorrect.

20 Introduction..., VI, p. 166, n. 1, cité par H. Gouhier (p. 155) d’après œuvres choisies..., I, p. 210, n. 1.

21 Ibid., pp. 188-189, cité par H. Gouhier (p. 156) d’après œuvres choisies..., I, pp. 232-233. « Ce texte de 1808 », écrit M. Gouhier, « exprime la pensée la plus fixe de Saint-Simon ».

22 « C’est en 1798 », écrit Saint-Simon, « que je suis entré dans la carrière scientifique » (Histoire de ma vie, I, p. 67). Cette année est celle du fameux entretien avec le DR Burdin (cf. Mémoire sur la science de l’homme, V, p. 45. Voir H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 178-179).

23 Histoire de ma vie, I, p. 68, n. 2.

24 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 126-177.

25 Cf. Histoire de ma vie, I, pp. 66-68.

26 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 177.

27 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 178-222.

28 Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, p. 28, n. 1. Cf. pp. 25, 41- 42. Voir H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 301.

29 Ibid., p. 29. On sait que, dans un billet envoyé au Premier Consul en même temps que les Lettres, Saint-Simon s’adresse à Napoléon comme au seul de ses contemporains capable de juger son travail (Lettres d’un habitant de Genève, éd. A. Pereire, Introduction, p. LX). Voir encore Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, pp. 16, 17-18, 141, 166, n. 1, 171, 180, 182, 185, 187-191, 198, 199, 200, 202, 215 ; Lettres au bureau des longitudes, VI, pp. 271, 273-274 ; Projet d’Encyclopédie, Second prospectus, VI, pp. 313-314 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, pp. 326-327 ; Histoire de ma vie, I, p. 86 ; Epitre dédicatoire à mon neveau Victor de Saint-Simon, I, p. 98 ; Mémoire sur ta science de F homme, V, pp. 65, 195-196 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 217, 242-245.

30 Lettre aux Européens, éd. A. Pereire, Paris, Alcan, 1925, p. 79.

31 Lettre d’un habitant de Genève, pp. 49, 61. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 200 ; Projet d’Encyclopédie, Second prospectus, VI, p. 295 ; Mémoire sur la science de F homme, V, p. 34 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 247-249.

32 Cf. Lettres d’un habitant de Genève, pp. 7 et 17.

33 Voyez Lettres d’un habitant de Genève, pp. 51-66, où le « caractère sacerdotal » (H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 288) du Conseil de Newton est évident. Voyez encore Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 129, n. 1, 181-182, 200 ; Projet d’Encyclopédie, second prospectus, VI, pp. 295-298 ; Mémoire sur la science de F homme, V, pp. 12, 18, 19, 30-31, 34-35, 44, 135 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 304, 311-313.

34 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 167, cité par H. Gouhier (p. 338) d’après œuvres choisies de CH. de Saint-Simon, I, p. 211.

35 Lettres d’un habitant de Genève, pp. 66-67. Voir, sur le rôle social de la religion, Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 170 ; Lettres philosophiques et sentimentales, I, pp. 115-116 ; Mémoire sur la science de l’homme, V, pp. 142, 158 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 236, 244, 311-313. Voir également le passage de l’Epitre dédicatoire à mon neveu Victor de Saint-Simon cité par Frank E. Manuel (The New World..., pp. 127-128) d’après œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, XV, p. 102.

36 Origine de tous les cultes ou Religion universelle par Dupuis, Citoyen français. En l’an II de la République, parurent deux éditions de cet ouvrage comprenant respectivement quatre volumes in-4° et sept tomes en douze volumes in-8°. Un Abrégé de l’origine de tous les cultes par Dupuis (un vol. in-8°) fut publié en l’an VI (1796). Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 333-334.

37 Mémoire sur la science de l’homme, V, p. 30, cité par H. Gouhier (p. 334), d’après œuvres choisies de C.H. de Saint-Simon, II, p. 24. Voir, sur les rôles respectifs de Dupuis et de Bonald dans la formation de la doctrine saint-simonienne de la religion, H. Gouhier, op. cit., t. II, ch. VI, III, pp. 332-343. Par ailleurs, M. Frank E. manuel (op. cit., pp. 124 et 389, n. 6) établit un rapprochement entre le rituel de la religion de Newton dans les Lettres d’un habitant de Genève et celui qu’imagine Bacon dans la Nouvelle Atlantide. Voir encore, sur la valeur religieuse du système scientifique, Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 169, 213 ; Projet d’Encyclopédie, Second prospectus, VI, p. 297 ; Mémoire sur la science de l’homme, V, pp. 11, 18, 31, 184 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 236-237.

38 Dans la première publication de Saint-Simon que l’on connaisse, un ensemble de lettres A la société du Lycée imprimées à Paris en mars 1802 (Frank E. Manuel, op. cit., pp. 61-62 ; cf. Jean Dautry, Sur un imprimé retrouvé du Comte de Saint-Simon, dans Annales historiques de la révolution française, nouvelle série, XX (1948), pp. 289 sv.), il est déjà question d’une « métaphysique générale » unissant les « métaphysiques particulières » des diverses disciplines que sont les mathématiques, la physique, la chimie, la physiologie, la littérature et les arts (A la société du Lycée, pp. 4-5, cité par Frank E. Manuel, op. cit., p. 63). Par ailleurs, les textes saint-simoniens écrits sous le Consulat et sous l’Empire témoignent du souci constant d’une « philosophie positive » c’est-à-dire d’une science positive générale, systématisée, unitaire. Cf. Lettres d’un habitant de Genève, p. 39, n. 1 (continuée p. 40) ; Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 13-18, 23 et n. 1 (continuée p. 24), 27, 29, 32, 33, 48, 96, 100, 102, 103-104, 117, 148, 184-185 ; Lettres au bureau des longitudes, VI, pp. 221, 222, 224, 242-244, 259, 265, 269, 276-277 ; Projet d’Encyclopédie, VI, pp. 285, 291, 295, 297, 304, 310 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, pp. 317, 320, 322, 324, 326, 327 ; Histoire de ma vie, I, pp. 68, 77, 78, 79, 82, 84, 85, 86 ; Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, pp. 90- 92 ; Lettres philosophiques et sentimentales, I, p. 111 ; Mémoire introductif (de M. de Saint-Simon) sur sa contestation avec M. de Redern, I, pp. 128-129 ; Mémoire sur F Encyclopédie, I, p. 147 ; Mémoire sur la science de l’homme, V, pp. 11, 17, 27, 29-30, 32-33, 37-38, 41, 44-45, 58, 63-64, 145, 149, 171, 173, 192 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 238, 240-241, 242, 250-251, 265-266, 273, 274, 278, 281-282, 285-286, 298-300, 303-304, 310, 312. Pour Saint-Simon, l’élaboration de la philosophie positive suppose qu’après avoir employé la méthode, analytique et critique, a posteriori, l’esprit humain adopte la méthode, synthétique et organisatrice, a priori. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 22, 29, 32-34, 44-47, 96-97, 120 et n. 1 (continuée p. 121) ; Lettres au bureau des longitudes, VI, pp. 261-262 ; Mémoire sur la science de l’homme, V, pp. 145-149 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 222 sv.

39 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 167-168, cité par H. Gouhier (p. 338) d’après œuvres choisies de CH. de Saint-Simon, t. I, pp. 211-212. Cf. Lettres d’un habitant de Genève, pp. 39, n. 1 (continuée p. 40), 61, 67-69 ; Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 31, 81, 91, 116, 117, 121, 126, 154, 178, 184 ; Lettres au bureau des longitudes, VI, pp. 231-232, 238, 243, 250-254, 257, 263, 272 ; Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, pp. 94-95 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, pp. 321, 329 ; Mémoire sur la science de lhomme, V, pp. 8, 37, 43, 44, 46, 63, 161-168, 172, 173, 202-210 ; Travail sur la gravitation universelle, V. L’idée de la gravitation universelle, lisons-nous dans le Travail de 1813, « est pour les physiciens ce que l’idée de Dieu est pour les théologiens » (pp. 219-220). Elle doit « jouer le rôle d’idée générale absolue et remplacer Dieu » (p. 276).

40 Lettres d’un habitant de Genève, p. 65. Cf. pp. 58, 60, 62, 66.

41 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 151, 168, 170, 171, 174, 175, 180, 185, 199, 200, 204, 205, n. 1, 206, 208 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, p. 320.

42 Travail sur la gravitation universelle, V, p. 313. On sait l’importance qu’Auguste Comte attache, lui aussi, à la constitution d’un nouveau pouvoir spirituel. Ce n’est pourtant pas dans l’optique saint-simonienne qu’à partir de 1826, notre philosophe envisage celui-ci. (Voyez la suite de notre étude.) Par ailleurs, Comte « n’a jamais vu en Saint-Simon un réformateur religieux, et ceci parce qu’il ne l’a jamais vu réformant la religion. Il ne connaît pas les écrits de l’époque impériale ; il ignore le Conseil de Newton et la papauté physiciste. La religiosité des derniers mois ne lui paraît pas sérieuse, simple effet de l’âge et aussi du trouble consécutif au suicide manqué. Il ne reconnaît pas le Maître des Saint-Simoniens... » (H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 403- 404). La religion physiciste ne sert donc en aucune façon de modèle à la religion de l’Humanité (voir H. Gouhier, ibid., pp. 403-407).

43 Lettres d’un habitant de Genève, p. 42.

44 Ibid., pp. 3-5. Cf. ibid., pp. 14-16, 26, 42 ; Lettre aux Européens, éd. A. Pereire, 1925, pp. 73-74, 77.

45 Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 187-191. Cf. notre p. 18, n. 29.

46 Ibid., p. 192. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 223-272.

47 H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 227. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 17-18, 170-171, 182, 198, 199 ; Lettres au bureau des longitudes, VI, pp. 271, 274 ; Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, p. 95 ; Projet d’Encyclopédie, VI, pp. 287, 314-315 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, pp. 326-329 ; Mémoire sur la science de F homme, V, pp. 195-196 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 214- 218, 307-309.

48 Mémoire sur la science de l’homme, V, p. 65.

49 Par exemple, en accordant « une récompense de 25 millions à l’auteur du meilleur projet de réorganisation de la société européenne » (Travail sur la gravitation universelle, V, p. 214), c’est-à-dire à Saint-Simon (cf. ibid., p. 217).

50 H. Gouhier, op. cit., t. II, pp. 224-225.

51 Lettres d’un habitant de Genève, p. 68.

52 Ibid., p. 40. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 121, 126.

53 L’attitude de Saint-Simon envers Napoléon n’est donc pas aussi semblable que le dit M. Frank E. Manuel (op. cit., p. 61) à celle des Idéologues avant que le Premier Consul ne les déçoive. Saint-Simon adapte sa philosophie à la politique de Napoléon.

54 Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, pp. 170-171, 185 ; Nouvelle Encyclopédie, VI, p. 329 ; Travail sur la gravitation universelle, V, p. 300. Voir H. GOUHIER, op. cit., t. II, pp. 243-245, 305-306 ; Frank E. manuel, op. cit., pp. 126-127.

55 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 349.

56 .H. GOUHIER, op. cit., t. III, p. 156.

57 H. Gouhier, ibid., p. 116.

58 Catéchisme des industriels, 2e cahier, Premier appendice Sur Dunoyer et sur les autres publicistes modernes, TV, pp. 168 sv. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 147-149.

59 Cf. H. Gouhier, ibid., pp. 49-60, 139-142.

60 L’Industrie, t. II, II, pp. 182-183.

61 Ibid., p. 183.

62 Ibid., p. 185.

63 Ibid., p. 186.

64 Ibid., p. 188.

65 L’Industrie, t. I, seconde partie, I, pp. 21-22. Cf. p. 26.

66 Ibid., p. 24.

67 Ibid., p. 25.

68 Ibid., p. 36.

69 Ibid., p. 37.

70 Ibid., p. 37.

71 Ibid., p. 50.

72 Ibid., p. 57. Cf. pp. 51-62, 100-113, 125-127.

73 Ibid., p. 116.

74 Ibid., pp. 68-69.

75 Ibid., p. 41.

76 Ibid., p. 108.

77 Cf. B. Constant, De l’esprit de conquête et de l’usurpation dans leurs rapports avec la civilisation européenne, 4e éd. revue et augmentée, Paris, 1814, pp. 7-8. Ce texte est cité par Dunoyer dans sa Notice historique sur l’industrialisme, publiée en février 1827 dans la Revue Encyclopédique. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 143-144, qui cite d’après Ch. Dunoyer, Œuvres, t. III, Notices, pp. 175-176.

78 Comte de Montlosier, De la Monarchie française depuis son établissement jusqu’à nos jours ou Recherches sur les anciennes institutions françaises, leurs progrès, leur décadence, et sur les causes qui ont amené la Révolution et ses diverses phases jusqu’à la déclaration de l’Empire, avec un supplément sur le gouvernement de Bonaparte depuis ses commencements jusqu’à sa chute ; et sur le retour de la Maison de Bourbon, Paris, 3 vol., 1814, t, I, pp. 135-136, cité par H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 145.

79 Ch. Dunoyer, Notice historique sur l’industrialisme, pp. 176-177, cité par H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 145.

80 Cf. H. Gouhier, ibid., pp. 145-147.

81 Cf. Ch. Dunoyer, op. cit., pp. 177-179, cité par H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 146.

82 Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 154-155.

83 Catéchisme des industriels, Deuxième cahier, Premier appendice, IV, p. 170. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 153.

84 Voyez notre p. 20, n. 39.

85 Catéchisme des industriels, 2e cahier, Premier appendice SUT Dunoyer et sur les autres publicistes modernes, IV, p. 168.

86 Ibid., pp. 172-174. Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 149 et 156. Voir encore, sur Bonald, Les Communes, VI, p. 394 ; L’Organisateur, II, p. 29.

87 Voir Le parti national ou industriel comparé au parti antinational, Extrait de la dixième livraison du Politique, II, p. 201 ; L’Organisateur, II, p. 181 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 48, 137 ; Deuxième partie, t. II, III, p. 178 ; t. III, III, pp. 54, 91 ; Troisième partie, VI, pp. 477, 478, 485 ; Catéchisme des industriels, Premier cahier, IV, pp. 7-8, 44 ; Deuxième cahier, IV, p. 148 ; De F organisation sociale, V, p. 128.

88 Voir Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 105, 115, 120-121, 128 ; Deuxième partie, t. II, III, pp. 142, 144, 152-153, 188-189, 199, 212-213, 221, 229, 231, 251, 252 ; Troisième partie, VI, p. 472 ; Quelques opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, V, pp. 70-71 ; De F organisation sociale, V, pp. 157-160, 164-166 ; Nouveau christianisme, III, pp. 113, 114, 186. Voir encore le manuscrit inédit intitulé Aux anglais et aux français qui sont zélés pour le bien public (Bibliothèque nationale, MSS. N.A.F. 24607), auquel se réfère Frank E. Manuel, op. cit., pp. 184-188.

89 Sur la querelle des abeilles et des frelons, Extrait de la onzième livraison du Politique, II, p. 233 ; L’Organisateur, II, pp. 6-7. Cf. L’Industrie, second tome IV, II, pp. 151-152.

90 Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, p. 218. Sur le prospectus de juin 1817, voir H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 158-161. Ce prospectus est attribué à Auguste Comte dans le recueil fait par R. Texeira Mendes, Auguste Comte. Evolution originale. Documents publiés jusqu’ici montrant la parfaite continuité de cette évolution sans pareille, malgré les troubles profonds dus à la funeste liaison avec Saint-Simon, premier volume, 1798-1820, Rio de Janeiro, Apostolat positiviste du Brésil, 1913, pp. 88-91. Tandis que M. H. Gouhier se demande si Comte connut « l’audacieuse circulaire de juin » (op. cit., t. III, p. 169), M. P. Arbousse-Bastioe pense que R. Texeira Mendes semble être « fondé à attribuer à Comte la circulaire de juin » (La doctrine de F éducation universelle..., t. I, p. 9). Quoi qu’il en soit, la nécessité d’une morale terrestre, positive, servant de base au système industriel, est affirmée dans plusieurs textes saint-simoniens. Voir L’Organisateur, II, pp. 171, 174, 223 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 95, 96-97, 145, 177 ; t. II, III, pp. 78-79, 86 ; Troisième partie, VI, p. 469 ; Suite à la brochure : Des Bourbons et des Stuarts, VI, p. 511 ; Catéchisme des industriels, 2e cahier, IV, pp. 191, 192. On notera que, pour le fondateur du « nouveau christianisme », la morale est l’essentiel de la religion. Voir Nouveau Christianisme, III, pp. 102-103, 116, 126, 131, 141, 171-172.

91 Voir L’Organisateur, II, p. 39 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 167, 178, 188, 190 ; Deuxième partie, t. II, III, pp. 188, 256 ; Troisième partie, VI, p. 462 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 43, n. 1 ; Quelques opinions philosophiques à l’usage du XIXe siècle, V, pp. 51-52, 102 ; De l’organisation sociale, V, p. 165.

92 Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, p. 92. Cf. Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 102. Voir Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, pp. 215-220 ; L’Organisateur, II, pp. 6-7, 212-214, 220, n. 1 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 4 ; Deuxième partie, t. III, III, p. 29 ; Catéchisme des industriels, 2e cahier, IV, pp. 180, 198 ; Quelques opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, V, pp. 104-105 ; Les Communes, VI, p. 394.

93 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 100. Voir ibid., pp. 79-80, 91 ; Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 92, 94, 117 ; Deuxième partie, t. III, III, p. 58 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, pp. 13-15, 20, 23. Saint-Simon préconise, dans le 2e cahier du Catéchisme des industriels (IV, pp. 148-150, 193), une association entre les industriels et les publicistes. Il s’agit, bien entendu, des publicistes adonnés à la politique élevée au rang des sciences positives. Voir L’Industrie, t. II, p. 189 ; Le Politique, Première livraison, II, pp. 189-190 ; Le parti national ou industriel comparé au parti anti-national, II, p. 209 ; L’Organisateur, II, pp. 76, 218, 227 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 17 (continuation de la p. 15, n. 1), 20. Au gré de Saint-Simon, les savants appartiennent donc au « parti industriel ». Ils sont des producteurs « sous le rapport moral » (Du système industriel, Deuxième partie, t. III, III, p. 58. Cf. Le parti national..., II, pp. 203, 205 ; Sur la querelle des abeilles et des frelons, II, p. 214 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 30, 46, 158).

94 Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 3, 5, 6, 8, 10, 18 ; Deuxième partie, t. II, III, pp. 142, 143, 162, 168, 181, 254. Ainsi qu’on le verra dans la suite, les artistes font partie du pouvoir spirituel selon Saint-Simon. C’est néanmoins la notion de science positive qui permet de définir la nouvelle spiritualité, par opposition à l’ancienne, théologique ou métaphysique.

95 Les savants « travaillent à découvrir et à coordonner les faits généraux propres à servir de base à toutes les combinaisons de culture, de commerce et de la fabrication » (Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 46). Leurs découvertes « contribuent puissamment à l’amélioration des procédés employés par les artisans » et « donnent souvent naissance à de nouvelles productions » (Le parti national..., II, p. 203). D’autre part, ils sont seuls aptes à élaborer le « plan politique » qui est « indispensable à l’industrie pour que le pouvoir général puisse passer entre ses mains » et à indiquer les « moyens de gouverner dans les intérêts de l’industrie » (L’Industrie, second tome IV, II, pp. 151-152).

96 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 76.

97 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 53, n. 1 (continuée p. 54).

98 Ibid., p. 51. Voir ibid., pp. 48-55. Voir Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, p. 218, n. 1. Dans la 6e Lettre à un Américain, les « idées industrielles » sont déjà présentées comme devant servir de « lien organique » à la société (L’Industrie, t. II, I, p. 165. Voir encore ibid., pp. 203-208, 213-214).

99 H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 158.

100 Voir H. Gouhier, op. cit., t. II, p. 349 ; t. III, p. 159.

101 Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 167.

102 Voir H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 173. Le premier cahier du premier tome IV est également rédigé par Comte. On trouvera ces textes dans le Revue Occidentale des années 1884 et 1885 et dans le recueil de R. Texeira Mendes, Auguste Comte. Evolution originale..., pp. 93-202, auquel nous ferons référence. Le 4e cahier du tome III et le premier cahier du premier tome IV sont reproduits dans le XIXe volume des Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, éd. E. dentu, et dans Œuvres de Claude-Henri de Saint- Simon, réimpression anastaltique, éd. Anthropos, 1966, t. I. Par ailleurs, nous nous référerons à ces écrits dans notre exposé de la toute première philosophie de Comte. M. Gouhier insiste à bon droit sur le caractère « simpliste » d’une « séparation » entre un « fond », qui serait de Saint-Simon, et une « forme », où se marquerait la personnalité de Comte (op. cit., t. III, pp. 173-174). Mieux vaut dire que notre philosophe commence par être l’« interprète de Saint-Simon » (ibid., pp. 174-183) et envisager le saint-simonisme du jeune Auguste Comte comme le début d’une démarche originale.

103 L’Industrie, t. II, I, p. 137. Voir, dans Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, t. XVIII (reproduit dans Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, t. I), pp. 10-12, le titre donné à la première édition des trois volumes constituant le tome I : L’Industrie littéraire et scientifique liguée avec l’Industrie commerciale et manufacturière. En fait, un certain nombre de « souscripteurs », en particulier le banquier Jacques Laffitte, permirent à Saint-Simon de publier les premiers volumes de l’Industrie. Sur l’« histoire financière » de celle-ci, voir H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 115-128, 165.

104 Catéchisme des industriels, 2e cahier, IV, p. 148. Voir ibid., pp. 149-150, 193, 194.

105 Du système industriel. Première partie, t. I, III, p. 188.

106 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 25.

107 Voir L’Industrie, t. II, I, pp. 132-137 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 188-191 ; t. II, III, pp. 57-58, 79 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 26.

108 Catéchisme des industriels, 1 e r cahier, IV, p. 57. Cf. ibid., p. 54 : « Il faut que la doctrine industrielle ait été propagée, il faut que les industriels les plus importants aient une idée bien claire de la manière dont ils doivent employer les savants... » Cf. op. cit., 2e cahier, IV, pp. 149-150 ; 4e cahier, V, p. 36.

109 Prospectus. L’Industrie, ou Discussions politiques, morales et philosophiques, dans l’intérêt de tous les hommes livrés à des travaux utiles et indépendants, avril 1817, I, p. 13.

110 Quelques opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, V, p. 51. Voir ibid., pp. 83-85.

111 Opinion qui sera émise dans le troisième volume de « L’Industrie », I, p. 220.

112 Catéchisme des industriels, 4 e cahier, V, p. 26.

113 Catéchisme des industriels, 1er cahier, IV, p. 48. Cf. De l’organisation sociale, V, pp. 171-172.

114 Cours, t. VI, Préface personnelle, p. viii.

115 L’Industrie, t. III, 1er cahier, dans R. texeira mendes, Auguste Comte. Evolution originale..., p. 93. Cf. ibid., pp. 95, 97 ; 2e cahier, pp. 137, 142-143 ; 3e cahier, pp. 150-157, 169-171, 174-182.

116 Op. cit., 1er cahier, p. 125.

117 Ibid., p. 133.

118 Ibid., p. 134.

119 Op. cit., 3e cahier, p. 174.

120 Ibid., p. 180.

121 Ibid., p. 181.

122 Op. cit., 1er cahier, p. 108.

123 Voir ibid., pp. 106-108.

124 Cf. Cours, t. IV, 1839, p. viii, n. 1 ; Système, t. IV, Appendice général, p. iii.

125 Lettres à M. H. Saint-Simon par une personne qui se nommera plus tard, 2e lettre, d’après la Revue Historique, mai-juin 1906, dans R. texeira Mendes, op. cit., p. 279.

126 Ibid., p. 282.

127 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 3e fragment : (1) a. Introduction, § 1er. Ce que c’est que la politique positive, d’après la Revue Occidentale, t. VIII, 1882, dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 448.

1 2 8

128 Ibid., p. 449.

129 Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 30-31.

130 Ibid., p. 47.

131 Ibid., pp. 7-11, et passim.

132 Plan des travaux scientifiques pour réorganiser la société, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 81-82. Cf. pp. 112-114, 147-149.

133 Ibid., pp. 102-103. Cf. pp. 105-106.

134 Ibid., p. 112.

135 Ibid., p. 130.

136 Ibid., p. 105.

137 A Blainville, 27 février 1826, dans Correspondance inédite, p. 22.

138 Considérations sur le pouvoir spirituel, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 264-265 ; Cours, t. IV, 1839, 50e leçon, pp. 586-601 ; Système, t. II, pp. 158, 281-282, 293-299, 350-351 ; Catéchisme positiviste, Chronologie, introduction et notes par Pierre Arnaud, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, pp. 204-205. Cf. Système, t. II, pp. 205 et 331 ; t. IV, pp. 305 et 357. Cf. Saint-Simon, DU système industriel, Première partie, t. I, III, p. 16 ; Troisième partie, VI, p. 514 ; A. Comte, Plan des travaux scientifiques..., dans Opuscules de philosophie sociale, p. 85.

139 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 264. Cf. Cours, t. IV, 50e leçon, pp. 594, 595, 597-598 ; Système, t. II, p. 281.

140 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 274.

141 Cours, t. VI, 1842, 56e leçon, p. 64 ; 57e leçon, pp. 505-506 ; Système, t. IV, p. 350.

142 Considérations sur le pouvoir spirituel, p. 265 ; Cours, t. IV, 51e leçon, p. 721 ; t. VI, 56e leçon, pp. 64, 78, 147 ; Système, t. I, Discours préliminaire sur F ensemble du positivisme, p. 335 ; t. II, pp. 95, 375 ; t. III, pp. 210-211 ; t. IV, pp. 57-58, 323-329.

143 Considérations sur le pouvoir spirituel, pp. 265, 267, 277 ; Cours, t. IV, 50e leçon, pp. 610-611 ; t. VI, 56e leçon, p. 73.

144 Considérations sur le pouvoir spirituel, pp. 267-269, 278-279 ; Cours, t. VI, pp. 528-529 ; Système, t. I, Discours préliminaire..., pp. 88-89, 367 ; t. II, pp. 171-172, 308-309.

145 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 28. Cf. pp. 29, 36, 63, 329 ; 57e leçon, pp. 436, 504.

146 Ibid., p. 93.

147 Ibid., p. 78. Cf. pp. 63, 92-93, 139, 324-325.

148 Cours, t. IV, 51e leçon, p. 623.

149 Ibid., p. 648. Cf. t. IV, 48e leçon, p. 372 ; t. VI, 56e leçon, p. 224.

150 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 316. Cf. t. VI, 57e leçon, pp. 535-536, 583-584 ; Système, t. II, pp. 299-300.

151 Système, t. I, Discours préliminaire..., p. 335.

152 Cours, t. VI, 56e leçon, p. 223.

153 Système, t. II, p. 69 ; t. IV, pp. 249 et 361.

154 Système, t. IV, p. 61.

155 L’Industrie, t. III, 1er cahier, dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 122.

156 Ibid., p. 124.

157 Op. cit., 1er cahier, p. 93 ; 2e cahier, pp. 142-143 ; 3e cahier, p. 150 ; 4e cahier, pp. 169, 174-175.

158 Op. cit., 4e cahier, p. 175. Cf. ibid., pp. 172, 180-181 ; op. cit., t. III, 1er cahier, p. 135 ; 3e cahier, pp. 153, 156-157 ; t. IV, 1er cahier, p. 193.

159 Op. cit., t. III, 4e cahier, pp. 180-181.

160 Sommaire appréciation..., p. 44.

161 Ibid., p. 47.

162 Voir plus haut, p. 15.

163 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, p. 8.

164 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser ta société, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 120, 133,142, 146, 150. Cf. pp. 156-157,168-169,180.

165 Ibid., p. 99.

166 Ibid., p. 80.

167 Ibid., pp. 80-82.

168 Ibid., pp. 102-103.

169 Ibid., pp. 60, 62, 63. Cf. pp. 115-120.

170 Ibid., p. 161.

171 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, pp. 3-5.

172 Ibid., pp. 8-9.

173 Sur la rupture qui intervint entre Comte et Saint-Simon après l’édition de 1824 de l’opuscule fondamental, voyez H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 336-384. M. Gouhier note justement que Saint-Simon et son collaborateur « ne se sont nullement brouillés pour des idées mais pour une question d’édition ». « Ce fut », dit-il, « une querelle entre un auteur et un directeur de collection. La philosophie est restée en dehors de la dispute » (ibid., p. 378). N’empêche que la rupture signifie, en même temps que « la fin d’une amitié », la « fin d’une équivoque » (ibid., pp. 378-384). Il n’y a point de réelle évolution de la pensée saint-simonienne. En revanche, le progrès intellectuel de Comte, de 1817 à 1824, est incontestable. De là un inévitable dissentiment entre les deux auteurs. « L’homme qu’Auguste Comte quitte en 1824 », écrit M. Gouhier, « est celui qu’il avait aimé en 1817. Telle est l’une des raisons les plus profondes de leur désaccord » (ibid., p. 378). D’autre part, le premier Système de politique positive est présenté, dans l’avertissement de 1824, comme devant se composer « d’un nombre indéterminé de volumes, formant une suite d’écrits distincts, mais liés entre eux, qui tous auront pour but direct, soit d’établir que la politique doit aujourd’hui s’élever au rang des sciences d’observation, soit d’appliquer ce principe fondamental à la réorganisation spirituelle de la société » (p. 7). Le texte publié en 1824 ne constituant que la première partie du premier volume du Système, le « plan de la première série de travaux » qui y est exposé devait, dans l’esprit de Comte, être appliqué, « peu de temps après », dans une deuxième partie (p. 8). En fait, on sait qu’il faut attendre l’année 1851 pour voir paraître le premier tome d’un Système de politique positive définitif. Nous aurons l’occasion, dans la suite de cet ouvrage, de faire connaître les raisons de ce retard.

174 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, dans Opuscules de philosophie sociale, p. 60.

175 Ibid., p. 61.

176 La politique de « l’école rétrograde » et celle de « l’école critique » sont encore analysées dans le Cours, t. IV, 46e leçon, pp. 12-102. Cf. notre article : Ordre et progrès dans la philosophie d’Auguste Comte, dans Giornale di Metafisica, XVIII, 1963, 4-5, pp. 463-476.

177 Plan des travaux scientifiques..., p. 62.

178 Ibid., pp. 63-65.

179 Ibid., p. 67.

180 Ibid., p. 66.

181 Ibid., pp. 67-69.

182 Ibid., p. 74. Cf. Cours, t. IV, 56e leçon, pp. 102-114.

183 Ibid., p. 72.

184 Ibid., p. 75 (continuation de la p. 74, n. 1).

185 Ibid., pp. 76-77.

186 Ibid., p. 77.

187 Ibid., p. 80. Cf. pp. 83 et 99.

188 Ibid., p. 80.

189 Ibid., pp. 77-78.

190 Ibid., pp. 84-85.

191 Ibid., pp. 80-81.

192 Ibid., pp. 82, 86, 88.

193 Ibid., pp. 93-94.

194 Ibid., p. 91, n. 1 (continuée p. 92).

195 Ibid., p. 93.

196 Ibid., p. 92.

197 Ibid., p. 90.

198 Ibid., p. 88.

199 Ibid., pp. 93-94, 135-136, 138-139.

200 La loi des trois états est exposée à deux reprises dans l’opuscule fondamental. Lorsque Auguste Comte veut démontrer que les savants doivent élever la politique au rang des sciences d’observation, il définit les « états théoriques » par lesquels passe nécessairement « chaque branche de nos connaissances » (pp. 100-101). Dans la suite, notre auteur est amené à souligner « l’importance d’une disposition philosophique des époques de la civilisation » (p. 144). Il envisage alors les trois états « au temporel et au spirituel » (pp. 147-149).

201 Ibid., p. 99. La dernière phrase est soulignée dans le texte.

202 Cf. Cours, t. IV, 51e leçon, pp. 647-653. Comte fait d’ailleurs observer que « les lois dynamiques générales, d’abord déduites de l’observation isolée du développement intellectuel de l’humanité, sont pleinement en harmonie avec celles que dévoile ensuite l’examen spécial de son développement matériel » (p. 653).

203 Plan, des travaux scientifiques..., p. 101. Dans la suite du texte, Comte explique pourquoi la politique « n’a pas pu devenir plus tôt une science positive ». L’une des raisons alléguées est que l’ordre dans lequel les sciences deviennent positives est déterminé par le « degré de complication plus ou moins grand des phénomènes » ou par « leur rapport plus ou moins intime avec l’homme » (p. 103). Tel est, en effet, le principe de la classification des sciences, plus complètement exposée dans la 2e leçon du Cours, qui permet la « vérification » historique de la loi des trois états. Cf. H. Guhier, op. cit., t. III, pp. 295-296 ; L’analyse historique selon Auguste Comte, dans Giornale di Metafisica, XII, 1957, n. 5, pp. 580-581.

204 Plan des travaux scientifiques..., pp. 101-103.

205 Ibid., pp. 120-121. Cf. Cours, t. IV, 48e leçon, pp. 390-399 ; Système, t. II, p. 444.

206 Plan des travaux scientifiques..., p. 123.

207 Ibid., pp. 125-127.

208 Ibid., p. 123.

209 Ibid., p. 172.

210 L’organisateur, 2e livraison, dans Œuvres de Claude-Henri de Saint-Simon, II, pp. 62-63.

211 Ibid., p. 63.

212 Cf. G. Weill, Un précurseur du socialisme..., p. 188 ; Frank E. Manuel, The New World..., p. 227. G. GURVITCH estime que, d’abord « partisan de la philosophie morale de Bentham », Saint-Simon l’abandonne ensuite « en faveur de la morale du travail et de l’amour combinés » (C.H. de Saint-Simon, La physiologie sociale..., p. 83, n. 1). Or il est vrai qu’à partir du Système industriel, Saint-Simon attribue un rôle important à la philanthropie. Mais il ne cesse pas pour autant de croire à la possibilité, et à la nécessité de concilier l’intérêt des individus avec l’intérêt général. En dernière analyse, c’est encore le principe de Bentham qui permet à l’auteur de l’Adresse aux philanthropes de définir l’amour en acte.

213 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 177. Cf. Lettres d’un habitant de Genève, p. 44, n. 1 ; Mémoire sur la science de F homme, V, p. 165 ; Travail sur la gravitation universelle, V, p. 302 ; Du système industriel, Troisième partie, VI, p. 470 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, pp. 15 et 20.

214 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 81. Cf. op. cit., Première partie, t. I, III, pp. 44, 138 ; t. II, III, pp. 116-117, 124, 129 ; Troisième partie, VI, pp. 465, 467, 468 ; Suite à la brochure : Des Bourbons et des Stuarts, VI, pp. 511, 513- 514 ; Catéchisme des industriels, 2 E cahier, IV, p. 197 ; 4e cahier, V, pp. 5 et 39 ; Quelques opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, V, p. 56 ; Nouveau Christianisme, III, p. 109.

215 L’Industrie, second tome, IV, II, p. 170. Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 63, 162 ; t. II, III, pp. 82-83 ; Catéchisme des industriels, 1er cahier, IV, pp. 25, 34-35 ; Nouveau Christianisme, III, p. 179.

216 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 81. Cf. op. cit., Deuxième partie, t. II, III, pp. 222-223 ; Le parti national ou industriel comparé au parti antinational, II, pp. 196-197 ; L’Organisateur, II, p. 238 ; Lettres de Henri Saint-Simon à Messieurs les jurés qui doivent prononcer sur l’accusation intentée contre lui, VI, pp. 408 et 417 ; Catéchisme des industriels, 1er cahier, IV, pp. 13, 43, 53, 60, 85.

217 Cf. Le parti national..., II, p. 197 ; Sur la querelle des abeilles et des frelons, II, p. 229 ; Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 84, 85, 93-94, 103-104, 116-117 ; Deuxième partie, t. II, III, p. 229 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, pp. 19-20 ; Nouveau Christianisme, III, pp. 108, 113, 117, 120. La première page de chacun des trois premiers tomes du Système industriel porte d’ailleurs en épigraphe cette phrase : « Dieu a dit : Aimez-vous et secourez-vous les uns les autres ».

218 Du système industriel, Deuxième partie, t. II, p. 231.

219 Ibid., p. 232. Sur le « nouveau christianisme », qui n’est en fait qu’une « philosophie sociale déguisée en religion », et la « tactique » de Saint-Simon en l’occurrence, voir H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 230-231.

220 Cf. Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 51, 90, 98, 121, 122 ; Deuxième partie, t. II, III, pp. 249-250 ; t. III, III, pp. 30-31.

221 Du système industriel, Deuxième partie, t. III, III, pp. 58-59.

222 Ibid., pp. 30-31. Cf. Nouveau Christianisme, III, p. 184 : L’égoïsme des modernes est né de l’abandon « dans lequel on a laissé, depuis le quinzième siècle, l’étude des faits généraux, des principes généraux et des intérêts généraux ». Dans la vraie religion telle que l’entend Saint-Simon, l’objet essentiel du culte est « d’appeler l’attention des hommes, régulièrement assemblés au jour de repos, sur les intérêts qui sont communs à tous les membres de la société, sur les intérêts généraux de l’espèce humaine » (ibid., p. 159).

223 L’Organisateur, II, pp. 62-66.

224 Plan des travaux scientifiques..., p. 136.

225 Ibid., pp. 150-151.

226 Ibid., p. 136. Une partie de la septième lettre de l’Organisateur est empruntée à un article de Comte, refusé par les directeurs du Censeur européen, où notre philosophe fait la critique de l’ouvrage de Thouret, Abrégé des révolutions de l’ancien gouvernement français. Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 264 ; R. Texeira Mendes, op. cit., pp. 428-436 et 580-583. Dans le même texte, qui est de 1819, Comte écrit que l’étude de l’histoire est destinée à « fournir aux recherches politiques la seule base solide et le seul point de départ positif qu’elles puissent avoir » (dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 430). Dès lors Saint-Simon fait sans doute, dans le passage relatif à l’importance majeure de la nécessité historique, une simple concession à un « élève » défendant déjà, à l’époque de L’Organisateur, la thèse à laquelle la loi des trois états donnera, dans l’opuscule fondamental, sa pleine signification.

227 Ibid., p. 80. Cf. pp. 68, 69, 88, 113.

228 Sur la « philosophie de l’esprit » impliquée par la loi des trois états, cf. en particulier H. Gouhier, op. cit., t. III, p. 298, et œuvres choisies d’Auguste Comte, Paris, Aubier, 1943, p. 67 ; J. Devolvé, Réflexions sur la pensée comtienne, pp. 57-59.

229 J. Devolvé, op. cit., p. 59.

230 Cet aspect de la démarche comtienne apparaît bien dans les travaux de M. Pierre Du Cassé : Essai sur les origines intuitives du positivisme et Méthode et intuition chez Auguste Comte, Paris, Alcan, 1939.

231 Plan des travaux scientifiques..., p. 179.

232 Voir plus haut, p. 30.

233 L’Industrie, t. III, 3e cahier, dans R. Texeira Mendes, Auguste Comte. Evolution originale..., p. 181.

234 Lettres à M. H. Saint-Simon par une personne qui se nommera plus tard, dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 280.

235 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 4e fragment : (4)a.-54. De la division qui a existé jusqu’à présent entre la morale et la politique, dans R. Texeira Mendes, op. cit., p. 454. Cf. H. GOUHIER, La jeunesse d’Auguste Comte..., t. III, pp. 272-273.

236 Sommaire appréciation..., p. 23, n. 1. Cf. pp. 41, 43, 58, 59.

237 L’Industrie, t. III, 3e cahier, p. 180.

238 Lettres à M. H. Saint-Simon..., p. 281.

239 Opuscules relatifs à la fondation de la science sociale, 4e fragment, p. 454.

240 Cf. Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, pp. 3, 8, 13, 23, 25, 26, 27, 28, 30, 45, 46, 55-56, 59 ; Lettre aux Européens, pp. 74, 76, 77, 78, 82 ; Essai sur l’organisation sociale, éd. A. Pereire, Paris, Alcan, 1925, pp. 88, 89 ; Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 190.

241 Cf. Le parti national..., II, pp. 203 et 205 ; Sur la querelle des abeilles et des frelons, II, p. 214 ; L’Organisateur, II, pp. 17, 19, 22, 23, 35, 42, 43, 66, 176, 177, 181, 182, 183, 191, 192, 193, 194, 197, 199, 207, 209, 215, 217, 228 ; Lettres de Henri Saint- Simon à Messieurs les jurés..., VI, pp. 410, 420, 422 ; Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 91, 133 ; Deuxième partie, t. II, III, pp. 172, 178, 233, 262 ; Troisième partie, VI, pp. 473, 489, 493 ; Des Bourbons et des Stuarts, VI, p. 521 ; Catéchisme des industriels, 1er cahier, IV, pp. 54-55, 57 ; 2e cahier, IV, p. 148 ; De l’organisation sociale, V, pp. 130, 131, 132, 135 ; Nouveau Christianisme, III, pp. 107, 152, 154, 155, 159, 164, 170, 175.

242 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 91 ; Troisième partie, VI, p. 473.

243 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 38.

244 Ibid., pp. 42-44. Cf. ibid., pp. 26 et 45 ; Catéchisme des industriels, 3e cahier, Avertissement de Saint-Simon, IV, p. 4. Sur la différence entre la philosophie de Platon et celle d’Aristote, voir encore : Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, VI, p. 44 ; Introduction à la philosophie du xixe siècle, I, p. 89 ; Mémoire sur la science de l’homme, V, pp. 146-147 ; Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 251-252, 257- 259. Dans les écrits de l’époque impériale, c’est l’a priori platonicien qui est opposé à l’a posteriori artistotélicien.

245 Catéchisme des industriels, 3e cahier, Avertissement de Saint-Simon, p. 4.

246 Cf. Frank E. Manuel, The New World..., p. 350.

247 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, pp. 21-22, t. II, pp. 85-133 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, pp. 4, 26-30, 38-39, 42-44 ; Nouveau Christianisme, III, pp. 160-164. On sait, d’autre part, que pour Saint-Simon, l’activité industrielle est essentiellement charitable. Voir plus haut, pp. 44-45.

248 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 85. C’est à ce « sentimentalisme » que fait allusion Auguste Comte lorsqu’il affirme avoir décelé chez Saint- Simon, avant la rupture de 1824, une « tendance religieuse ». Cf. A. Comte, A Michel Chevalier, dans Correspondance inédite, t. I, pp. 65-66 ; A.G. d’Eichtal, 9 décembre 1928, dans Lettres d’Auguste Comte à divers, publiées par ses Exécuteurs testamentaires, Paris, Fonds typographique, t. 2, 1905, pp. 104-105 ; Cours, t. IV, Préface personnelle, p. ix ; H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 380-381.

249 Catéchisme des industriels, 3e cahier, IV, p. 4. Cf. op. cit., 4e cahier, V, p. 29.

250 L’Organisateur, II, pp. 50-58. Cf. p. 217.

251 Lettres de Henri Saint-Simon à Messieurs les jurés..., VI, p. 422.

252 Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 21.

253 Du système industriel, Première partie, t. II, III, p. 121.

254 Du système industriel, Troisième partie, VI, p. 461.

255 Travail sur la gravitation universelle, V, pp. 250-251 ; Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, pp. 37-44.

256 Catéchisme des industriels, 4e cahier, V, p. 38.

257 De l’organisation sociale, V, pp. 137-138.

258 Nouveau Christianisme, III, p. 160.

259 Ibid., pp. 166-167.

260 Du système industriel, Troisième partie, VI, pp. 470 et 473 ; De l’organisation sociale, loc. cit.

261 L’Organisateur, II, p. 166 ; De l’organisation sociale, loc. cit.

262 Nouveau Christianisme, III, p. 160.

263 Cf. Du système industriel, Première partie, t. I, III, p. 166 ; t. II, III, p. 116 ; De l’organisation sociale, V, p. 125.

264 Nouveau christianisme, loc. cit. Cf., sur l’efficacité de la philanthropie, Du système industriel, Première partie, t. II, III, pp. 118 et 120. Marguerite Thibert note justement, dans sa thèse sur Le rôle social de l’art d’après les saint-simoniens, Paris, Rivière, 1926, p. 10, que, pour Saint-Simon, l’art est avant tout une activité humaine « productrice d’émotions et de sensations, c’est-à-dire en définitive d’action ».

265 Lettres à M. H. Saint-Simon..., 2e lettre, dans R. Texeira-Mendes, op. cit., p. 279.

266 Ibid., p. 276. Cf. p. 278.

267 Ibid., p. 282. Voir plus haut, p. 30.

268 Ibid., pp. 280-282. M. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 195-198, fait sienne la thèse défendue par G. D’Eichtal dans une note que publie A. Pereire, Autour de Saint- Simon, Paris, Champion, 1912, pp. 44-46. Dans cette optique, les deux lettres de 1818 doivent être considérées comme « un artifice ». « Tout démontre », écrit G. d’Eichtal, « qu’elles ont été écrites en vue de la publicité, de concert avec Saint-Simon : c’est à la fois une sorte de réclame faite après coup pour exciter l’attention, la justification d’un changement ultérieur de direction, l’annonce de nouveaux ouvrages et l’introduction anticipée du collaborateur qui ne peut pas dire à Saint-Simon, mais fort bien au public : je me démasquerai ». Dès lors, accordant à Durkheim, Le Socialisme, p. 153, que les lettres anonymes marquent « la vraie ligne de démarcation » entre Comte et Saint-Simon, M. Gouhier précise « qu’il s’agit d’une spécialisation acceptée par les deux amis » (p. 195, n. 12). Cette « spécialisation » n’en préfigure pas moins nettement l’« opposition doctrinale » (H. Gouhter, op. cit., p. 378) dont Auguste Comte ne devait prendre pleinement conscience qu’à l’occasion de la dispute de 1824. Cf. Frank E. Manuel, op. cit., p. 208.

269 Séparation générale entre les opinions et les désirs, dans Opuscules de philosophie sociale, pp. 1-4.

270 Cf. Saint-Simon, L’Organisateur, 8e et 9e lettres, II, pp. 77-166.

271 Cf. Cours, t. IV, p. vu, n. 1 ; Système, t. IV, Appendice général, Préface, p. III.

272 Saint-Simon, L’Organisateur, II, p. 166.

273 Sommaire appréciation..., pp. 14, 15, 25, 44, 50.

274 Ibid., pp. 7-11 et passim.

275 Ibid., p. 34, n. 1. Rappelons ici que, dans la lettre à Valat du 6 septembre 1820 où il annonce à son correspondant l’envoi de ses écrits politiques depuis septembre 1819, Comte se montre conscient de l’originalité de ses propres travaux. « J’aurai soin », écrit-il, « de t’indiquer exactement ce qui est de ma façon et ce qui est de celle de Saint-Simon » (Lettres d’Auguste Comte à M. Valat, p. 106).

276 Plan des travaux scientifiques..., pp. 135-139.

277 J. Delvolvé, Réflexions..., pp. 140-141, et M. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 320-321, accordent, semble-t-il, plus d’importance au passage de l’opuscule fondamental où se trouve défini le rôle social des beaux-arts. De son côté, M. P. Arbocsse-Bastide, La doctrine de l’éducation universelle..., t. I, p. 44, attribue à la répugnance de Comte pour le « sentimentalisme » de Saint-Simon « son imprécision au sujet du renouvellement des sentiments par les ‘beaux-arts’».
Il est à noter, d’autre part, qu’au dire de Littré, Auguste Comte et la philosophie positive, Paris, Hachette, 2e éd., 1864, p. 14, qui se réfère au témoignage de Mme Comte, Saint-Simon et son collaborateur se querellaient souvent, dans les derniers temps de leur amitié, « sur le rang à assigner aux savants et aux artistes ». Cf. H. Gouhier, op. cit., t. III, pp. 378-381.

278 Plan des travaux scientifiques..., pp. 125-127. Voir plus haut, p. 43.

279 Ibid., p. 126.

280 J. Delvolvé, op. cit., p. 40.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search