Version classiqueVersion mobile

Essai sur la morale d’Auguste Comte

 | 
Christian Rutten

Introduction

Texte intégral

  • 1 P. Arbousse-Bastide, La doctrine de l’éducation universelle dans la philosophie d’Auguste Comte, P (...)
  • 2 J.S. Mill, Auguste Comte et le positivisme, trad, par G. Clemenceau, Paris, Alcan, 6e éd., 1898, p (...)

1Quoique le fondateur du positivisme ne donne qu’à partir de 1852 le nom de « morale » à une science particulière, la « préoccupation morale » est, sans aucun doute, « au moins aussi constamment présente chez Comte que le souci politique »1 C’est au reste bien d’une « préoccupation » que, du début à la fin d’une longue carrière, il s’agit. « M. Comte », dit justement Stuart Mill, « est un homme enivré de morale »2. Ni la fondation de la sociologie, en vérité, ni l’élaboration de la philosophie positive, ni l’interprétation de la « physiologie phrénologique » donnée dans le Cours et dans le Système, ni la gnoséologie de notre auteur, ni sa classification des sciences, ni la théorie positive du langage, ni, bien entendu, l’instauration finale d’une religion de l’Humanité ne peuvent s’expliquer, nous allons essayer de le prouver, si on ne les rapporte à l’ambition comtienne de mettre fin à une « grande crise », c’est-à-dire de rétablir un ordre moral dans la société. Un « Essai sur la morale d’Auguste Comte » ne peut donc être, dans le fait, qu’un essai sur « l’ensemble du positivisme ».

  • 3 J. Delvolvé, Réflexions sur la pensée comtienne, Paris, Alcan, 1932, p. 149.
  • 4 P. Arbousse-Bastide, op. cit., p. 675.
  • 5 Cf. H. Gouhier, La jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, Paris, Vrin, 3 vol., 1 (...)
  • 6 Cf. P. Ansart, Sociologie de Saint-Simon, Paris, P.U.F., 1970, pp. 181 et 198-200.

2Il est vrai, d’autre part, que, de Félix Ravaison à M. Pierre Arnaud, en passant par Emile Boutroux, Lucien Lévy-Bruhl, Jean Delvolvé, M. Etienne Gilson, M. Henri Gouhier, M. Pierre Ducassé et M. Paul Arbousse-Bastide, les meilleurs historiens de la philosophie, sur les travaux desquels nous ne cessons de nous appuyer dans cet ouvrage, même lorsque l’exégèse de ces auteurs nous semble appeler des réserves, ou tout au moins des précisions, ont entrepris, non sans succès, de réfuter une interprétation trop simpliste du comtisme. Nul ne peut plus mettre en doute aujourd’hui la parfaite unité de l’oeuvre comtienne, malgré une réelle « évolution de pensée »3. Nul ne peut davantage nier que le positivisme de Comte n’a rien d’un « matérialisme », et se présente au contraire comme une véritable « philosophie de l’esprit et de la liberté »4. Nous n’en avons pas moins cru possible de préciser encore la nature du problème moral qui se pose à notre auteur lorsque celui-ci se met à philosopher, et de jeter, par là, quelque nouvelle lumière sur un extraordinaire cheminement spirituel. Pour le dire tout de suite, Comte ne vise, de 1822 à 1856, qu’à apporter une solution personnelle à un problème que sa collaboration avec Saint-Simon lui a permis de découvrir. Certes, il suffit de lire M. Henri Gouhier pour apercevoir que le fondateur du positivisme ne doit à proprement parler aucune de ses thèses maîtresses au fondateur du « système industriel »5. N’empêche que la définition saint-simonienne de la société constitue le vrai point de départ de l’itinéraire mental qui va du Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, cet « opuscule fondamental », à la Synthèse subjective. De là le plan de notre travail, où nous suivons, plutôt qu’un ordre rigoureusement chronologique, l’ordre des difficultés successivement résolues par notre auteur. C’est, en effet, pour éviter la contradiction à quoi pourrait le mener la doctrine de 1’« opuscule fondamental », dans lequel il se sépare déjà de Saint-Simon (chapitre I), qu’Auguste Comte entreprend de construire un « ordre philosophique» (chapitre II). C’est ensuite pour justifier l’attribution d’un rôle social à la philosophie qu’est élaborée une doctrine des « fonctions intellectuelles et morales » tendant à établir un lien entre le progrès de l’intelligence et le développement de la sympathie (chapitre III). C’est finalement pour surmonter, en vue de la solution du « grand problème humain », les difficultés inhérentes à une psychologie dualiste que notre philosophe entreprend de légitimer par une nouvelle théorie du langage l’intervention d’un pouvoir spirituel (chapitre IV). Le lecteur dira d’ailleurs si, Comte et Marx étant l’un et l’autre partis, dans le fond, du saint-simonisme6, la construction positiviste est, en dernière analyse, moins digne d’intérêt que le matérialisme dialectique.

***

3C’est à un bien agréable devoir que nous obéissons en remerciant ici des maîtres envers lesquels notre dette est immense. Nous songeons d’abord à M. Marcel De Corte, professeur à l’Université de Liège, notre maître de toujours, à qui nous devons le meilleur de notre formation philosophique. Point n’est besoin de dire ce que doivent à son enseignement les pages qu’on va lire. Mais il faut insister sur la grande bienveillance et l’admirable patience avec lesquelles, ayant donné le branle à nos recherches, il n’a cessé de nous encourager. Nous songeons encore à MM. les professeurs Philippe Devaux, Jean Paulus, François Duyckaerts et Franz Crahay, de l’Université de Liège, dont les conseils et le soutien nous ont été fort précieux, à M. Henri Gouhier, membre de l’Institut et professeur honoraire à la Sorbonne, qui a bien voulu guider nos premiers pas dans les études comtiennes et siéger, d’autre part, dans notre jury, et à MM. Paul Arbousse-Bastide, professeur à la Sorbonne, et Joseph Moreau, professeur honoraire à l’Université de Bordeaux, qui ont, eux aussi, accepté d’être nos juges et nos conseillers. Notre collègue et ami, M. André Motte, a facilité de mille manières, avec une grande abnégation, l’exécution de notre entreprise. Si nous n’avons pas, d’autre part, péché plus souvent contre les saintes lois du langage, nous le devons à la censure constante et à la vigilante critique de notre savant ami, M. Auguste Francotte. Enfin, dans un moment difficile, Mlle Chantai Leroy a consenti à nous accorder une aide aussi intelligente qu’efficace pour la préparation de notre manuscrit.

Notes

1 P. Arbousse-Bastide, La doctrine de l’éducation universelle dans la philosophie d’Auguste Comte, Paris, P.U.F., 1957, t. II, p. 497.

2 J.S. Mill, Auguste Comte et le positivisme, trad, par G. Clemenceau, Paris, Alcan, 6e éd., 1898, p. 141.

3 J. Delvolvé, Réflexions sur la pensée comtienne, Paris, Alcan, 1932, p. 149.

4 P. Arbousse-Bastide, op. cit., p. 675.

5 Cf. H. Gouhier, La jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, Paris, Vrin, 3 vol., 1933, 1936 et 1941.

6 Cf. P. Ansart, Sociologie de Saint-Simon, Paris, P.U.F., 1970, pp. 181 et 198-200.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search