Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

X. Liège entre France et Bourgogne au XVe siècle

Paul Harsin

Texte intégral

  • 1 Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le xve siècle (Liège, 1887).
  • 2 Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean (...)
  • 3 Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. 43, 1913, pp. 99-190.

1La politique extérieure de la principauté épiscopale liégeoise au xve siècle a déjà fait l’objet de plusieurs travaux. En 1887 le chanoine Joseph Daris en traitait abondamment1 à la lumière des chroniqueurs contemporains et du recueil de documents publié par Mgr de Ram2. En 1910, Godefroid Kurth y consacrait plusieurs chapitres du tome III de sa Cité de Liège au moyen âge. Mieux encore, en 1913, M. Jean Dabin élucidait en une centaine de pages la politique française à Liège au xve siècle3, en utilisant tous les documents alors connus. Depuis lors de très importants compléments de documentation ont été fournis par Emile Fairon dans la publication des tomes III et IV de ses Régestes de la Cité de Liège (1938-1939). Enfin, en 1957, nous faisions paraître le tome I de nos Etudes critiques sur l’histoire de la principauté de Liège qui s’efforçait de faire le point de toutes nos connaissances pour le dernier quart du xve siècle.

2Notre propos est ici de reprendre l’histoire des relations extérieures de la principauté de Liège à la lumière de nouvelles recherches et de tenter une explication partiellement nouvelle de certains événements. En gros, notre récit s’inscrira dans l’espace de temps qui s’est écoulé entre deux désastres — Othée en 1408 et Liège 1468 — encore qu’il faille tenir compte des deux décennies qui l’une précède et l’autre suit ces épisodes spectaculaires et que l’on puisse légitimement poursuivre le déroulement des faits jusqu’à la proclamation de la neutralité liégeoise et sa reconnaissance internationale de 1492. C’est donc bien en définitive tout le xve siècle qui est concerné par cet examen.

3Toutefois, une question préliminaire doit être soulevée. Est-il possible de détacher les faits de la politique extérieure de l’évolution de la politique intérieure et de les interpréter isolément ? Les uns ne commandent-ils pas les autres et dans quel sens ?

4De toute évidence, une réponse n’y peut être apportée avant l’examen approfondi des faits eux-mêmes. Il n’est donc pas possible de faire purement et simplement abstraction des événements de politique intérieure. Or il est un peu de tradition dans l’historiographie liégeoise des xixe et xxe siècles d’interpréter les conflits du xve siècle par recours au facteur étranger. Dans quelle mesure cette vision des choses est-elle exacte ? Il conviendra de regarder de près les sources documentaires avant de se prononcer. Mais d’ores et déjà la prudence est requise.

5Enfin, dernière observation liminaire, il faut se garder d’un certain nombre d’ambiguïtés. Lorsque l’on parle d’une influence française au début du xve siècle, qu’entend-on par là ? La France est déchirée entre factions. S’agit-il de celle des oncles du roi dément Charles VI et en l’occurrence surtout de celle du duc de Bourgogne ? Ou plutôt de celle du frère du souverain, c’est-à-dire du duc d’Orléans ? Bourguignon ou Armagnac ? Allié ou ennemi du roi d’Angleterre, lequel se prétend roi de France ? Et dans la conjoncture religieuse du Grand Schisme, comment reconnaître une orientation déterminée, alors que l’on est successivement ou parallèlement clémentin ou neutraliste ? Et l’ambiguïté n’est pas moindre à l’égard de l’Empereur : s’agit-il de Wenceslas ou de Robert de Bavière, sans parler de Sigismond, véritable girouette couronnée ? Il ne faut pas oublier en effet que la trame des épisodes liégeois s’insère dans un complexe international d’une singulière ampleur dont tous les remous peuvent se traduire dans des circonstances mal expliquées de l’histoire de la principauté mosane.

6Après ces considérations d’ordre général, il nous faut aborder l’examen des problèmes particuliers qui se sont posés à Liège à la fin du xive et au début du xve siècle.

Chapitre I. Liège entre France et Bourgogne sous Jean de Bavière (1399-1418)

  • 4 G. Kurth, op.cit., t. III, p. 18.
  • 5 Archives dép. du Nord, B. 283, no 13829. On se demande pourquoi E. Fairon dans le t. III de ses Rég (...)
  • 6 E. Fairon, Régestes, t. III, no 598 : traité d'intérêt commercial signé à Diest le 6 février 1399 o (...)

7Tout d’abord quelle est la position de la principauté sur l’échiquier international ? Il importe de distinguer ici la position personnelle du prince Jean de Bavière, fils du comte de Hainaut et inféodé à la fortune des Wittelsbach, de celle de ses sujets, associés à la cause de la duchesse Jeanne et des villes brabançonnes dans leur politique anti-gueldroise. Sans doute, le duc de Gueldre et de Juliers était-il le beau-frère de Jean de Bavière, mais il est tout à fait erroné d’en conclure que ce fut « sans la participation » de celui-ci4 que les Liégeois se lancèrent dans des expéditions militaires de représailles sur le territoire de la Gueldre ou du Juliers. C’est au contraire un traité en bonne et due forme, signé à Malines, le 19 avril 1398 qui unit à la fois le duc de Bourgogne, comte de Flandre, la duchesse de Brabant, le prince et les villes de la principauté mosane contre le souverain gueldrois5, alliance confirmée l’année suivante par un traité spécial entre les villes brabançonnes et les villes liégeoises6 renouvelant d’ailleurs simplement un accord semblable contracté en 1347. G. Kurth s’est totalement mépris à ce propos dans l’ignorance du texte de 1398. En revanche, il ne paraît pas s’inquiéter de voir « l’élu » de Liège prendre part sans aucun concours de ses sujets à l’expédition militaire menée en 1399 par son père contre les Frisons révoltés, soutenus par le duc de Gueldre.

  • 7 H. Laurent et F. Quicke, L'accession de la Maison de Bourgogne aux duchés de Brabant et de Limbourg (...)

8Celui-ci trouvait d’ailleurs des appuis auprès du roi Richard II qui devait être déposé en 1399 par ses sujets anglais et auprès de l’Empereur Wenceslas qui connaîtra le même sort en 1400 au profit de Robert de Bavière, comte palatin. Ces deux infortunés souverains étaient d’ailleurs attachés à la faction du duc d'Orléans à la Cour de France, tandis que le duc de Bourgogne, momentanément maître du pouvoir à Paris, réussissait à acquérir pour son épouse tous les droits de la duchesse Jeanne sur le Limbourg et les pays d’Outremeuse (1396)7. C’est dans un tel contexte qu’il faut essayer de comprendre les dispositions de chacun, au moment où va se produire une intervention officielle française dans la conjoncture religieuse du moment.

§ 1. La question du schisme

  • 8 Il ne s’agit donc pas d'une « adhésion à l'antipape Clément VII » mort d'ailleurs cinq ans auparava (...)
  • 9 Nulle part, estimait-il, le succès de la démarche française n'eut autant d’effet que dans le pays d (...)

9Après vingt années de fidélité respective l’un au pape d’Avignon, l’autre au pape de Rome, le gouvernement de la France en 1398 et la principauté épiscopale de Liège en 1399 répudièrent cette allégeance et adoptèrent une attitude de neutralité8. C’est ce que l’on a appelé la soustraction d’obédience. Cette quasi-simultanéité de décision est le résultat d’une action diplomatique française qui avait déjà été mise en relief à la fin du siècle dernier, par le grand érudit Noël Valois9.

10Il n’est peut-être pas inutile de revenir sur cet épisode parce qu'il y eut non pas une seule mais trois démarches diplomatiques de la France qui se confondent d’ailleurs à ce moment avec la pression exercée dans la même intention par le duc de Bourgogne et par la duchesse de Brabant, ce qui a été trop insuffisamment remarqué.

  • 10 Il s’agit de la Chronique du règne de Jean de Bavière, publiée en 1913 par Balau, Chroniques liégeo (...)

11De tous nos chroniqueurs, un seul fournit un récit à la fois précis et détaillé10, les autres se bornant à un résumé. Mais nous possédons les textes authentiques du résultat de ces missions, ce qui nous permet de rectifier le scénario décrit par les historiens modernes.

  • 11 La date du 11 juin est celle de l’original du document conservé à Paris aux Archives nationales, J. (...)
  • 12 Question capitale si l'on retient avec Plaoul dans son discours de décembre 1406 qu’au diocèse de L (...)

12Le 11 juin 139911 deux ambassadeurs français, Pierre Blanchet, maître des requêtes de l’hôtel du roi, et Pierre Plaoul, docteur en théologie de la Sorbonne et natif du pays de Liège, et un ambassadeur brabançon, Guillaume de Bruges, se présentèrent devant une assemblée constituée par les autorités communales de la Cité réunies au palais épiscopal et probablement par quelques membres de la noblesse et quelques autres bourgeois. Rien qui pourrait ressembler à une réunion des trois Etats, dont il ne fut pas question. Le prince guerroyait alors en Frise aux côtés de ses parents bavarois et rien n’indique qu’il ait pu être tenu au courant. Du clergé, il n’est même pas question. Mais l'éloquence des ambassadeurs emporta une adhésion sans réserve à la thèse de la soustraction d’obédience à quelque souverain pontife que ce soit, jusqu’au rétablissement de l’unité dans l’Eglise. Cela signifiait la suspension du droit de conférer grâces ou bénéfices exercé par le pape à partir de ce jour et dans les trois semaines qui suivront l’élection du futur pasteur suprême12.

  • 13 Les diplômes authentiques de ces trois résolutions sont conservés aux Archives nationales à Paris, (...)

13Emportant la déclaration authentique des autorités communales liégeoises, accompagnés du chevalier Baudoin de Montjardin, les ambassadeurs se rendirent à Huy et y obtinrent le même succès le 16 juin dans une assemblée tenue chez les Frères Mineurs. Résultat identique à Dinant en la halle, le 18 juin, auprès des magistrats communaux. Et enfin, à Thuin, le 21 juin, en l’absence de maître Blanchet, Pierre Plaoul achevait sa mission en emportant l’adhésion de cette ville13.

  • 14 op.cit., p. 100. Nous nous demandons s’il n’y a pas confusion avec l’année 1398 où effectivement le (...)
  • 15 Religieux de Saint Denis, Chronique de Charles VI, éd. Bellaguet, t. II, pp. 690-691. Ce chroniqueu (...)
  • 16 L'original de ce diplôme était encore conservé au xviie siècle dans les archives de la Cité, mais i (...)

14Faut-il retenir un détail fourni, sans indication de source, par Daris et selon lequel les élections communales auraient été anticipées à Liège pour permettre l’élection du chevalier Jean de Surlet comme bourgmestre, assurer ainsi le succès de la journée du 11 juin et fournir un compagnon au sire de Montjardin et aux ambassadeurs jusqu’à Paris14 ? Un chroniqueur français nous apprend que les envoyés liégeois furent reçus avec beaucoup d’égards et comblés de cadeaux15. Ce qui est indiscutable, c’est que le 5 août 1399 la chancellerie de Charles VI émettait un diplôme prenant acte de la décision des villes liégeoises et les assurant de la protection royale à l’égard de tout ce qui pourrait leur arriver à ce propos16.

  • 17 Tous ces personnages sont parfaitement identifiés par la chronique du règne de Jean de Bavière, déj (...)
  • 18 Il existe plusieurs originaux de cet acte. Du côté liégeois, le document a été perdu au xviie siècl (...)
  • 19 B.C.R.H., 3e série, t. XIV, pp. 356-357.

15Une deuxième démarche française s’imposait, car ni le prince, ni le clergé n’avaient été atteints lors de la première. Elle fut accomplie dès le mois de septembre. Composée du patriarche d’Alexandrie, Simon de Cramaud, au nom du roi, de Pierre Plaoul au nom de l’Université de Paris, de Jean Ghiot, doyen de Saint Aubin, au nom du comte de Namur, et de Guillaume de Bruges, doyen de Lierre, au nom de la duchesse de Brabant17, la mission obtint l’accord du clergé dès le 12 septembre et, plus laborieusement celle de Jean de Bavière, uni au chapitre de Saint-Lambert et aux églises collégiales de la Cité, le 6 octobre 139918. Le surlendemain l’élu promettait à son clergé de défendre ses privilèges et de n’apporter aucune modification dans les titulaires actuels des bénéfices19.

  • 20 Kurth, op.cit., p. 22 et Daris, op.cit., p. 101.
  • 21 L’original en a été perdu, mais une copie s'en trouve dans le cartulaire du clergé secondaire. Le t (...)
  • 22 Le texte est connu par le cartulaire du clergé secondaire, f° 78 et a été analysé dans ledit Bullet (...)

16Y eut-il réaction de la part de Boniface IX ? On a prétendu que les ambassadeurs qui se présentèrent de sa part furent menacés d’être jetés à l’eau s’ils s’avisaient de revenir ! Mais, d’autre part, on affirme que ces envoyés ne dépassèrent pas Cologne et qu’ils se bornèrent à adresser des menaces aux Liégeois20. C’est probablement à celles-ci que font allusion deux documents des 18 et 24 mars 1400. Le premier, d’une longueur extrême, est un exposé détaillé des raisons qui justifient la soustraction d’obédience : il est conçu au nom de Jean de Bavière, du clergé, de la Cité et des bonnes villes21. Le second est une déclaration du seul clergé approuvant l’appel interjeté par le prince-évêque contre Boniface IX et ses partisans22.

  • 23 H. Moranvillé, Relations de Charles VI avec l’Allemagne en 1400 (Bibliothèque de l'Ecole des Charte (...)
  • 24 La lettre de créance du roi « à ses très chiers et bien amez les maîtres, jurez et conseil de la Ci (...)
  • 25 L'énumération des villes liégeoises à visiter porte Saint-Trond au lieu de Thuin, mais peut-être n’ (...)
  • 26 Le document, donné à Paris en présence du duc de Bourbon et de Robert de Roissy, est signé du même (...)

17Faut-il rapprocher ces textes d’une troisième démarche diplomatique française demeurée ignorée de nos sources liégeoises23 ?) (En avril 1400, une ambassade royale composée de Simon de Cramaud, patriarche d’Alexandrie, de Pierre Le Roy, abbé du Mont Saint-Michel et du théologien Jean Courtecuisse était envoyée au Roi des Romains, aux souverains de Hongrie, de Pologne, de Danemark, aux divers électeurs d’Empire et à une série de villes (Cologne, Mayence, Francfort, Bruxelles, Malines, Louvain, Utrecht, Aix) dont nommément Liège24, Huy, Dinant, Saint-Trond (sic)25. (Elle devait gagner tous ces destinataires à la politique religieuse française. Elle passa par la Flandre, par Liège et par Cologne où elle arrivait le 18 mai. Elle emportait avec elle une promesse royale, datée du 2 avril, d’aide et protection au chapitre et au clergé de Liège dans le cas où on leur chercherait noise pour s’être soustraits à l’obédience des papes de Rome26.

  • 27 Sur tout ceci, nous renvoyons aux récits détaillés de Noël VALOIS, op.cit., t. III et de Françoise (...)
  • 28 Cet aspect du problème a été remarquablement mis en lumière par M. Arthur Minder, dans un travail m (...)
  • 29 C’est en effet sur la convocation de Jean sans Peur que Jean de Bavière mena à Paris 800 lances, 50 (...)
  • 30 La bulle datée du VI nonas octobris de la première année du pontificat d'innocent VII est bien du 2 (...)

18Dans la mesure où la politique religieuse de Charles VI s’exprime par celle du duc de Bourgogne, très attaché à la neutralité, attitude analogue d'ailleurs à celle du Brabant, du Hainaut et du Namurois, la rupture de Liège à l’égard du pape de Rome ne prête pas à conséquence. Mais il n’en fut plus de même lorsque l’influence du duc d’Orléans, toujours partisan de Benoît XIII, l’emporta à la Cour de France. Le 28 mai 1403 se produisit une « restitution d’obédience » à l’égard du pape d’Avignon et même une alliance étroite fut conclue entre le roi et Benoît XIII27. La mort de Philippe le Hardi (avril 1404) assura la prépondérance du duc d’Orléans qui s’était attaché dès 1401 le duc de Juliers-Gueldre, avait acquis les droits détenus sur le duché de Luxembourg par Josse de Moravie en qualité de créancier gagiste (1402) et avait acheté le concours de plusieurs familles rhénanes, notamment celle de Jean de Loen, seigneur de Heinsberg (1405). Cette politique28 contrariait au plus haut point celle du nouveau duc de Bourgogne, Jean sans Peur, lui aussi prétendant au gouvernement du Luxembourg et témoignant d’une hostilité déclarée à l’égard de Benoît XIII, champion de la cause de son rival d’Orléans. Il est toutefois étrange que son influence sur Jean de Bavière, encore attestée par la présence de l’élu à Paris en août 1405 avec de sérieuses forces militaires29, ne pût empêcher celui-ci de profiter du bouleversement de la situation religieuse de la France pour se dégager de la cause qui avait triomphé cinq ans auparavant. Sans doute sur les instances du clergé liégeois et avec le concours impérial, Jean de Bavière négocia son retour à l’obédience romaine. Il trouva de bons avocats, notamment le prévôt Jean Gilles qui gagna dans l’aventure un chapeau de cardinal. Le 2 octobre 140530 le pape Innocent VII accordait l’absolution à l’évêque, au clergé et au peuple de Liège pour leur défection de 1399.

  • 31 Le fait est attesté par le chroniqueur Monstrelet (chap. 31), souvent très bien informé. Du côté li (...)
  • 32 La bulle de provision de l’évêque de Liège du 18 mars 1407 avait été publiée par Fairon, Régestes, (...)

19Ce retour à Rome ne devait pas être de longue durée et, cette fois encore, les fluctuations de la politique religieuse française n’y sont pas étrangères. Nous verrons dans un instant la portée des événements intérieurs qui conduisirent les villes liégeoises à prononcer la déchéance de Jean de Bavière et à faire choix d’abord d’un mambour puis d’un nouveau prince-évêque. Et comme le pape de Rome aurait refusé de ratifier leur décision révolutionnaire31, les nouveaux dirigeants se seraient adressés à Benoît XIII qui s’empressa de leur donner satisfaction32. Pendant un an, la Cité fit ainsi figure d’une alliée du parti d’Orléans, en opposition grandissante à la politique neutraliste du duc de Bourgogne.

  • 33 Le seul fait qu'en 1409 tous les documents français relatifs à la soustraction d’obédience des Liég (...)
  • 34 Alexandre V approuva d’ailleurs le 7 juillet 1409 les collations nouvelles de bénéfices enlevés par (...)

20En novembre 1407, l’assassinat du duc d’Orléans, commandé par Jean sans Peur, aboutit à une restauration du pouvoir de celui-ci à Paris, à une nouvelle soustraction d’obédience de la France à l’égard du pape avignonnais (mars 1408) et à l’intervention militaire du duc de Bourgogne et du comte de Hainaut pour la restauration de Jean de Bavière à Liège (septembre 1408). L’enchaînement de ces épisodes est d’une logique indiscutable. Mais il faut se garder de croire au lendemain du désastre liégeois d’Othée à la restauration de l’obédience romaine. Les vainqueurs étaient aussi hostiles à Grégoire XII qu’à Benoît XIII33 et, dès l’année suivante, les cardinaux réunis à Pise les proclamaient tous deux hérétiques et faisaient choix d’Alexandre V34, qui fit place dès 1410 à Jean XXIII.

21Il appartenait au Concile de Constance de trouver la solution au problème du Grand Schisme : nous y reviendrons plus loin.

§ 2. Les événements intérieurs 1400-1409

22Parallèlement aux épisodes que nous venons de rappeler, il nous faut examiner si la politique intérieure liégeoise autre que religieuse n’appelle pas quelques réflexions par les incidences de ces événements sur la politique extérieure.

23D’une façon générale, cette décennie est largement dominée par une épreuve de force entre les bourgeoisies urbaines et le pouvoir princier. Celui-ci est exercé par un cadet de famille bavaroise, étranger à toute la tradition liégeoise mais qui, par-delà sa carrière à la tête de la principauté, faillit jouer un rôle aussi spectaculaire que celui du troisième duc de Bourgogne. Elu à 17 ans dans des conditions mal expliquées, se refusant à prendre les ordres, toujours disposé à tenter la fortune sur quelque théâtre que ce soit, ne manquant pas de qualités, ni d’astuce, il battit tous les records de l’impopularité. Pourvu d’un des plus grands et des plus riches diocèses de l’Occident, il semble n’avoir jamais considéré celui-ci que comme un moyen de parvenir, grâce à ses relations familiales, à une plus haute situation. Imbu de conceptions absolutistes, il pouvait malaisément présider aux destinées d’une communauté qui avait conquis au cours du xive siècle une autonomie croissante et créé un système institutionnel de partage du pouvoir assez original. Des conflits ne pouvaient manquer de se produire entre la démocratie urbaine triomphante de la capitale, un Tiers-Etat animé par la volonté émancipatrice des bourgeoisies urbaines et ce qui pouvait survivre d’une autorité centrale jouissant d’un droit de répression symbolisé par une juridiction de caractère féodal et exceptionnel. C’est bien en effet autour de l’activité et de la compétence des tribunaux spéciaux de l’Anneau du palais ou du Tribunal de la Paix que devaient surgir à chaque instant, pendant la première décennie du xve siècle, de violents conflits.

24Ce n’est pas l’endroit d’en reprendre l’historique, notre travail étant orienté dans une autre direction, mais on ne peut en faire abstraction puisqu’il s’agit de la toile de fond des événements.

  • 35 La série des bourgmestres élus annuellement devrait être sérieusement établie, car des divergences (...)
  • 36 L’élection, le 25 juillet 1403, de Baudouin de la Roche et du boucher Laurent Lambert (ou Lamborte) (...)
  • 37 Voir à ce propos l’explication de G. Kurth, op.cit., pp. 365-366.
  • 38 Il dut y avoir, au début d’octobre 1403, annulation des élections du 25 juillet et désignation, com (...)
  • 39 L’élection du 25 juillet 1406 étant postérieure à la rupture avec le prince (vers Pâques) doit être (...)
  • 40 La plus spectaculaire est l’enlèvement, le 2 avril 1404, en terre française, à Mouzon, d’un des ban (...)
  • 41 Le 12 juillet 1403 eut lieu la désignation d’Henri de Perwez comme mambour, mesure rapportée en aoû (...)
  • 42 L’histoire du schisme de Thierry de Perwez est à reprendre car seules ont subsisté les sources défa (...)

25La vie politique, dans la capitale, est dominée par un système électoral très largement démocratique où patriciens et plébéiens, grands et petits, étaient confondus et qui, par le renouvellement annuel à la Saint-Jacques (25 juillet) des conseillers et des bourgmestres, faisait régner un climat de perpétuelle agitation. Deux tendances, sinon déjà deux partis, se partageaient l'opinion, tendances probablement éternelles où conservateurs et progressistes, voire révolutionnaires, trouvaient satisfaction. On ne peut guère les reconnaître que par la personnalité plus ou moins connue de leurs meneurs35. C’est ainsi que nous pouvons affirmer que dans les dernières années du XIVe siècle et jusqu’en juillet 140336, le pouvoir demeura aux mains de la « gauche », s’il est permis de qualifier ainsi ceux qu’un sobriquet a popularisés sous le nom de « hédroits »37. Les modérés l’emportent en octobre 140338, leurs adversaires reviennent en force en 140639 jusqu’en 1408, pour succomber sous les coups des vainqueurs d’Othée. A chacun de ces revirements correspondent des attitudes, des prises de position, des représailles, des violences40 et finalement une véritable révolution. Déjà en 1403, une sorte de régence avait été instituée, à l’occasion d’une carence du pouvoir princier41. Trois ans plus tard, ce sera la déposition de Jean de Bavière qui est solennellement opérée : un nouvel évêque est institué, confirmé par le pape d’Avignon (18 mars 1407) et investi par l'empereur Wenceslas (22 décembre 1406), déchu lui-même de cette dignité depuis sept ans42.

  • 43 L’acte du 13 mai 1402 vise la compétence d’appel que s’arrogeait le tribunal de l’Anneau (E. Fairon (...)
  • 44 Question assez complexe exposée par Daris, op.cit., p. 42 : la sentence impériale est du 8 mai 1403
  • 45 Ed. Poncelet, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert, t. VI, pp. 848-849.
  • 46 E. Fairon, Régestes, t. III, no 637 : l’acte est souscrit par 17 villes dont Maastricht.
  • 47 La portée du document n’a pas toujours été bien comprise. Il s’agit d’unifier la conduite respectiv (...)
  • 48 Le 5 janvier 1405, Jean de Bavière retire le privilège accordé à certaines villes concernant la jur (...)
  • 49 Le 3 avril, il édicte une réforme des cours spirituelles, après avoir précisé le 5 janvier la jurid (...)

26A de certains moments, la situation se complique à l’intérieur du pays par suite d’une opposition entre les « bonnes » villes et la capitale au sujet de la juridiction du Tribunal de l’Anneau du palais, dont les bourgeois de Liège étaient exempts. Un pacte de solidarité fut conclu en 1402 entre les villes du pays pour résister aux prétentions aussi bien du prince que de la capitale, au sujet de cette juridiction43 et Saint-Trond alla même jusqu'à en faire annuler par sentence impériale une décision de l’Anneau44. L’habileté de Jean de Bavière eut raison de cette solidarité : exemptant provisoirement de sa juridiction les bourgeois de Huy, de Maastricht et de Saint-Trond45, il obtint leur concours contre la Cité de Liège où les conservateurs, reprenant le pouvoir, achèvent de retourner la situation. Une nouvelle fédération (1er décembre 1404)46 associe les villes, sans exception, dans la défense de leurs privilèges47, mais n’est en rien hostile à l’exercice du pouvoir princier, pour autant que celui-ci soit bien précisé, ce qui permet à Jean de Bavière de retirer ses concessions48, de définir sa juridiction temporelle et spirituelle49, d’opérer son retour à l’obédience romaine et de chercher un appui à la Cour de Bourgogne.

  • 50 Successivement Thuin (4 avril 1406), Dinant et Huy (14 avril), Tongres Couvin, Fosse, Looz, Bilsen, (...)
  • 51 La chronologie de ces événements devrait être revue : déjà, en juillet 1406, Jean de Bavière dénonc (...)
  • 52 Ce problème devrait également être soumis à un nouvel examen, mais notre propos n’est pas ici de l’ (...)
  • 53 Le traité brabançon est publié par E. Fairon, Régestes, t. III, no 656 mais le traité gueldrois n’e (...)
  • 54 Le seul épisode à noter est l’arrestation, puis la libération, en France du bourgmestre Jacques Bad (...)
  • 55 Sur tout ceci voir les récits détaillés de Daris, de Kurth et de M. Minder.
  • 56 Sur la bataille d’Othée, voir l’excellente mise au point de M. Gaier (Art et organisation militaire (...)
  • 57 Le chroniqueur Monstrelet écrit que l’assemblée tenue à Paris pour procéder contre le duc de Bourgo (...)

27Quelques mois plus tard, on était à nouveau en plein conflit au point que le départ du prince pour Maastricht coalisa toutes les villes dans la dénonciation de la juridiction du tribunal de l’Anneau50 et les amena à faire choix d’un mambour dont la désignation fut ratifiée par les trois Etats51. Puis ce fut l’élection d’un nouvel évêque au moyen d’une procédure révolutionnaire52. On ne peut qu’être frappé de l’unanimité de cette réaction et il conviendrait d’en tenir compte dans l’appréciation des événements. L’alliance liégeoise avec les villes brabançonnes fut confirmée (1er octobre 1407) et même étendue à la Gueldre53. L’accord avec le parti orléaniste ne peut faire de doute, ainsi qu’en témoigne la nouvelle politique religieuse orientée vers le pape Benoît XIII, bien que les preuves écrites nous en échappent54. L’assassinat du duc d’Orléans en novembre 1407 porta un coup terrible à la cause liégeoise, déjà compromise par la défection de Maastricht où Jean de Bavière trouva refuge et qui résista aux deux sièges entrepris par les Liégeois55. La Cité se trouva le théâtre de violences diverses, d’exécutions sommaires, de confiscations de biens où il n’est plus possible de découvrir une ligne de conduite raisonnable. Au demeurant, les données du problème ont cessé d’être situées à l’intérieur. Le comte de Hainaut ne peut manquer de secourir son frère bavarois et le duc de Bourgogne, de nouveau maître de la situation à Paris, et artisan d’une nouvelle soustraction d’obédience, se doit d’anéantir le foyer dangereux que constitue l’explosion démocratique liégeoise. Pour affronter le parti armagnac désireux de venger le meurtre de son chef, il doit d’abord réduire tout le pays mosan dont la cause s’est liée à la politique orléaniste et le sort des armes dans la plaine d’Othée (septembre 1408)56 aura sa répercussion immédiate à Paris où Jean sans Peur est à nouveau deux mois plus tard57. Et pendant que toute vie publique est anéantie à Liège, la guerre civile secoue la France entière, les deux partis faisant chacun appel aux Anglais et la démagogie cabochienne sévissant dans la capitale.

  • 58 Il suffit de rappeler la rupture du lien de vassalité qui rattachait le Hainaut à l'Eglise de Liège (...)

28La terrible sentence de Lille (1408) privant la principauté liégeoise de ses institutions, de ses privilèges, de son autonomie était à peine moins humiliante pour Jean de Bavière58 que pour ses sujets. Il est permis de penser que l’événement ne fut pas étranger au désir du prince de s’orienter vers une autre destinée. En pleine confusion religieuse dans la chrétienté, en présence de l’anarchie qui sévissait dans l’Empire à la mort de Robert de Bavière, un facteur nouveau se manifesta sur l’échiquier international lorsque Sigismond de Luxembourg fut élu roi des Romains en 1411. Alors que depuis trente ans, le rôle des empereurs avait été pitoyable ou insignifiant, le nouveau souverain allait se dépenser en une activité, souvent brouillonne et même contradictoire, mais toujours débordante dans les affaires européennes.

§ 3. L’Empereur Sigismond et Liège, 1415-1417

  • 59 Le récit de Kurth (op.cit„ III, pp. 85-88) est contredit par F. Schneider (Herzog Johann von Baiern (...)

29En l’absence de documents diplomatiques et vu la carence des sources narratives, il est impossible de faire la lumière sur la conduite de Jean de Bavière ou de ses sujets liégeois avant 1415. Quelques concessions avaient été accordées par le prince à ceux-ci en matière institutionnelle ou judiciaire et la lourde indemnité imposée par les vainqueurs de 1408 avait été entièrement acquittée. Un Concile universel siégeait à Constance pour résoudre la question du schisme et l’empereur Sigismond entendait y jouer le rôle principal. Allié au parti armagnac depuis 1413, celui-ci s’efforçait de relever le prestige impérial, très compromis aux yeux de ses voisins, et même bafoué par la politique bourguignonne aux Pays-Bas, particulièrement dans le duché de Brabant. Nous ignorons tout des circonstances qui amenèrent les Liégeois à tenter une démarche à Constance auprès de Sigismond et à en ramener un diplôme renouvelant les privilèges concédés en 1208 par Philippe de Souabe et confirmés à plusieurs reprises depuis lors, c’est-à-dire l’ensemble des libertés qui avaient été consignées dans la fameuse charte dite d’Albert de Cuyck. Il semble que l’empereur ait saisi avec empressement cette occasion de manifester son autorité souveraine (19 février 1415). Trois mois plus tard, en accordant à Jean de Bavière confirmation de l’existence du Tribunal de la Paix (14 mai) dont la juridiction s’étendait sur le Brabant, il témoignait du même désir d’affirmer sa volonté d'intervention dans les affaires de l’Occident. Mais la guerre ayant repris entre Français et Anglais et Henri de Lancastre ayant triomphé à Azincourt (24 octobre), un retournement de la politique impériale s’esquissa. Venu en France en mars 1416 pour tenter une médiation, Sigismond passa en Angleterre pour se lier, par le traité de Canterbury (15 août 1416), aux prétentions de Henri V sur la monarchie française. Et, revenant sur le continent, il participa à la conclusion de l’accord du roi anglais avec le duc de Bourgogne (octobre) avant de regagner Constance au terme d’un long voyage à travers la Hollande, la principauté mosane et le Luxembourg. C’est dans ces circonstances que, du 24 décembre 1416 au 7 janvier 1417, il séjourna à Liège et qu’il y eut avec Jean de Bavière des entretiens dont la substance a été très différemment rapportée59, mais sur lesquels il convient que nous nous arrêtions.

  • 60 Ce diplôme, enregistré à la chancellerie impériale (Altmann, Die Urkunden Kaiser Siegmunds, Regesta (...)
  • 61 G. Kurth, op.cit., t. III, p. 86, contra F. von Lôher, F. Schneider, F. Quicke.
  • 62 À Liège, à la fin de décembre 1416, une ambassade de Jean IV avait sollicité l'investiture du Braba (...)
  • 63 F. Quicke, Les relations diplomatiques entre le roi des Romains Sigismond et la Maison de Bourgogne (...)
  • 64 Il est à peine besoin de dire que, malgré la valeur de la monographie de F. Schneider sur Jean de B (...)

30Si l’accueil des Liégeois avait été particulièrement enthousiaste, s’il est permis de croire que la présence impériale les aura conduits à réclamer une libération des conditions humiliantes imposées en 1408, on doit attendre le retour de Sigismond à Constance pour en apercevoir le résultat. Le 26 mars 1417, la chancellerie impériale émettait un diplôme dont le style emphatique soulignait étrangement le contenu percutant60. Il s’agissait d’une mise à néant de toutes les stipulations de la sentence de Lille, de la dénonciation de l’abus de pouvoir commis au détriment d’une principauté du Saint-Empire par un duc de Bourgogne et un comte de Hainaut, de la restitution à l’évêque, au chapitre et aux habitants du pays de Liège de tous leurs droits. Le préambule du document faisant une allusion acerbe à la conduite de Jean de Bavière à l’égard de ses sujets accablés, G. Kurth l’avait interprété comme un réquisitoire à la charge du prince61. Mais il n'en est rien : tout prouve en effet qu’un accord avait été conclu à Liège en décembre 1416 et que la fortune la plus brillante allait s’ouvrir devant Jean de Bavière. Moyennant l’abandon de l’évêché liégeois, celui-ci allait se voir promettre l’investiture du Brabant que l’empereur revendiquait comme fief impérial !62 ; il allait de plus, à la mort de son frère Guillaume IV de Hainaut (31 mai 1417), se voir reconnu comme héritier de la Maison de Bavière en Hollande, Zélande et Hainaut, au détriment de sa nièce Jacqueline et, enfin, il recevait en mariage Elisabeth de Görlitz, nièce de Sigismond, avec tous les droits de celle-ci sur le duché de Luxembourg63. Ainsi l’empereur faisait de Jean de Bavière l’instrument d’une politique de reprise d’autorité aux Pays-Bas, contre l’unification d’une grande partie de ceux-ci au bénéfice de la maison de Bourgogne, réalisée par l’union de Jean IV de Brabant avec Jacqueline de Bavière. La faveur qu’il manifestait pour la cause liégeoise n’était qu’un élément de ce grand dessein, complété encore par une déclaration de guerre au roi de France (22 mars 1417), c’est-à-dire aux Armagnac, pour reprendre les terres usurpées à l’Empire. Quant aux nouvelles concessions de Jean de Bavière à ses sujets (30 avril 1417), elles s’expliquent d’autant mieux que, son départ étant en principe décidé, plus rien ne l’intéressait sur les bords de la Meuse64.

  • 65 Ed. Poncelet, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert, t. VI, no 887.
  • 66 Il s’agit du paweilhar M que nous avions consulté avant 1944 mais à un autre propos.
  • 67 Il s'agit d’un paweilhar du château de Warfusée, no 42, f° 252 v° (actuellement coté 103) que M. Ma (...)
  • 68 Poncelet, op.cit, no 886.

31Il reste peut-être encore une petite énigme à expliquer. Ed. Poncelet signale en effet, à la date du 26 mars 1417, un second document de Sigismond qu’il analyse comme suit ; « annule l’acte de soumission souscrit par la Cité et le pays de Liège envers le Roi de France et le duc de Brabant »65 ! Il en donne deux références à des paweilhars dont l’un a été détruit en 194466 et dont l’autre est pratiquement devenu malaisément consultable67. S’agirait-il de la sentence de Lille qui a effectivement assujetti les Liégeois au duc de Bourgogne et au comte de Hainaut ? Pourquoi alors un second acte puisque le premier, à la même date, consacrait déjà cette libération ? Que peut signifier la mention du roi de France, entièrement étranger à la sentence de Lille ? Quant à celle du duc de Brabant, elle peut provenir d’une bévue de l’éditeur, car, pour le premier diplôme du 26 mars, il avait déjà imprimé « Jean duc de Brabant » au lieu de « Jean duc de Bourgogne »68.

  • 69 A. Leroux, Nouvelles recherches critiques sur les relations politiques de la France avec l’Allemagn (...)

32On observera que Fairon a complètement passé sous silence dans ses Régestes ce second document, alors qu’il pouvait consulter les deux sources indiquées par Poncelet. La publication des actes de Sigismond ne mentionne pas un second document à la date du 26 mars, ni rien d’ailleurs qui puisse y ressembler, encore que, voici près d’un siècle, A. Leroux signalait à la date du 28 mars et au folio suivant du Registerbuch, un Procuratorium Sigmundi ad Leodienses, mais sans autre commentaire69. La sagesse commande de ne pas retenir l’analyse de Poncelet ni d’ajouter une énigme gratuite au problème déjà ambigu de l’attitude impériale à l’égard des Liégeois.

  • 70 Les prétentions du marquis de Brandebourg furent d'abord soutenues par Sigismond qui fit assigner l (...)

33L’année 1418 ne devait pas s’écouler avant que Jean de Bavière n’eût résigné son évêché. Remplacé par un Wallenrode, archevêque de Riga, celui-ci acheva la restauration des institutions urbaines et s’éteignit presque aussitôt. Sa succession devait causer pendant quinze ans de sérieux soucis à ses sujets, car, criblée de dettes, elle offrit à ses créanciers, et en premier lieu au marquis de Brandebourg, l’occasion d’élever des revendications à charge de la mense épiscopale dont l’immunité fut malaisément sauvegardée70.

34En 1419, un nouveau prince-évêque fut élu parmi les chanoines de Saint-Lambert : il s’agissait d’un membre de la famille de Looz, l’archidiacre Jean de Heinsberg, qui devait régner pendant près de trente-sept ans.

Chapitre II. Liège entre France et Bourgogne sous Jean de Heinsberg (1419-1456)

35L’avènement du nouveau prince eut lieu parmi les conjonctures internationales les plus tragiques. Le 19 septembre 1419, Jean sans Peur était assassiné sur le pont de Montereau, événement qui détermina le traité d’alliance conclu par son fils Philippe avec le roi d’Angleterre (25 décembre 1419) et aboutit à la conclusion du fameux traité de Troyes (28 mai 1420) qui livrait la France aux Anglais en reconnaissant Henri V comme l’héritier de Charles VI au détriment des droits du dauphin Charles et grâce à la complicité d’Isabeau de Bavière. La guerre de Cent Ans entrait ainsi dans une nouvelle phase jusqu’au jour où la volte-face de Philippe le Bon et sa réconciliation avec Charles VII ruina les espoirs mis par les Anglais dans la formule de la Double monarchie (1435). Que devenait le prince-évêque et ses sujets liégeois confrontés à de telles conjonctures ?

  • 71 L’original de l'acte est conservé à la bibliothèque municipale de Rouen dans la Collection Leber, n(...)
  • 72 Ed. Poncelet, Les feudataires de la principauté de Liège sous Englebert de la Marck, p. 38.

36Un texte, jusqu’à présent inconnu, jette une lumière particulière sur la politique de Jean de Heinsberg. Le 3 juin 1421, celui-ci conclut avec Philippe le Bon un traité d’alliance, pour la durée de leurs vies, s’engageant à ne pas soutenir la cause de « Charles qui se dit Dauphin » et à ne pas permettre à ses sujets de lui apporter leur aide, accordant l’entrée sur leurs territoires respectifs aux soldats du cocontractant. Le document signé à Grammont est muni du grand sceau équestre du duc de Bourgogne et du sceau secret du prince-évêque71. Et, le même jour, Philippe le Bon fit hommage à celui-ci pour Malines, Grammont et Bornhem72.

37Quelle pouvait être la valeur juridique d’une telle convention, alors que la capitulation jurée par le prince-évêque à son avènement stipulait la compétence exclusive des trois Etats en matière d’alliance ? De toute évidence, elle ne pouvait engager que le prince personnellement et c’est pourquoi elle est demeurée secrète. Elle explique néanmoins l’attachement de Jean de Heinsberg à la cause de Philippe le Bon, la subordination croissante du premier, en dépit des velléités agressives de ses sujets, manifestées à l’occasion du conflit namurois.

  • 73 Voir les documents reproduits dans Lacomblet (Urkunderbuch des Niederrhein, t. IV, nos 112, 122, 12 (...)

38De moindre conséquence paraît avoir été la participation, d’ailleurs encore purement personnelle de Jean de Heinsberg dans les conjonctures de la politique familiale des maisons de Clèves, de Berg, de Juliers et de Looz à l’égard de leurs ambitions respectives en basse Rhénanie, notamment à l’égard de l’Electeur de Cologne, au cours des années 1420-142373. La principauté de Liège n’y fut pas impliquée. Il en fut autrement de la querelle persistante qui mettait aux prises Dinant et Bouvignes ou du sort des 17 villages disputés entre la principauté et le comté de Namur et plus particulièrement de la destinée de celui-ci, dont le souverain Jean de Flandre n’avait aucun descendant.

  • 74 La sentence arbitrale du 31 décembre 1420 est publiée dans Fairon, Régestes, t. III, no 738. La som (...)
  • 75 Cela a été mis en évidence par M.J. Muller dans une communication au Colloque de Liège, dont malheu (...)

39Un premier épisode, au début du règne de Heinsberg, avait valu aux Liégeois divers avantages : non seulement la récupération des villages disputés, mais une sentence arbitrale qui mit à charge des Namurois une indemnité de 21.000 couronnes d’or en réparation des excès commis74. La vente du comté au duc de Bourgogne (janvier 1421) devait changer les données du problème. L’occupation des forteresses namuroises par des troupes bourguignonnes, en attendant la prise de possession du comté à la mort de Jean III, ruinait les espoirs mis à Liège et même dans certains milieux namurois dans une union avec la principauté75.

  • 76 L’épisode de la guerre namuroise a été renouvelé par M. Jean Lejeune, dans l’Introduction au catalo (...)
  • 77 Ce personnage, avoué de Hesbaye et de Dinant, châtelain de Bouillon, seigneur de Sedan et de Rochef (...)
  • 78 La chronique de Monstrelet (IV, p. 392) nous livre leurs noms : Jean de Beaurain, Jean de Sommain, (...)
  • 79 Une lacune dans le manuscrit de la chronique avait été cause du report en 1430 de faits de 1429 et (...)
  • 80 Nous hésitons à suivre M. Lejeune qui semble relier étroitement l'attitude singulièrement conciliat (...)

40Au début de 1429, l’échec d’un coup de main du capitaine de Bouvignes sur la « tour de Montorgueil » de la place de Dinant vint ranimer la querelle76, solidariser tout le pays de Liège, entraîner l’intervention de Philippe le Bon. Des négociations sont ouvertes sur une série de griefs articulés par celui-ci : le duc met en cause un des principaux membres de la noblesse, Everard de la Marck, possesseur de nombreux châteaux et domaines aux confins du Luxembourg et de la France77 et plusieurs autres partisans du dauphin78 qui trouvent refuge sur le territoire liégeois et mènent leurs « routiers » au pillage. Bien que fort mal disposés à l’égard du duc, devenu le 1er mars comte de Namur, les Etats de Liège entrent dans la voie de l’accommodement et une trêve d’un an est conclue en avril79. Peut-être convient-il de voir dans la circonspection du duc de Bourgogne un effet du retournement de la situation militaire en France, où les exploits de Jeanne d’Arc vont conduire le dauphin jusqu’au sacre de Reims, c’est-à-dire aux frontières méridionales de la principauté80.

  • 81 Voir le récit de M. Gaier (op.cit., pp. 320-325) de cette campagne.
  • 82 C'est l’interprétation que suggère du Fresne de Beaucourt dans son Histoire du règne de Charles VII (...)

41Philippe le Bon mit à profit la trêve pour se fortifier dans ses places namuroises, pour acquérir le château de Beaufort près de Huy et surtout pour concentrer ses forces à Péronne et aller mettre le siège devant Compiègne, où Jeanne d’Arc est faite prisonnière le 24 mai. Lorsque la trêve expira (16 avril 1430), c’est encore dans l’Entre-Sambre-et-Meuse que les coups de mains se multiplient, que l’agressivité dinantaise se déploie, que les Hutois détruisent le château de Beaufort et que finalement les Liégeois obligent leur prince à adresser des lettres de défi au duc de Bourgogne (10 juillet). Celui-ci se voit obligé de distraire une partie de ses forces du siège de Compiègne pour défendre le Namurois où les places tombent les unes après les autres aux mains des milices liégeoises et où des centaines de villages sont incendiés au cours d’une campagne de deux mois81. Peut-être cette diversion est-elle cause de la levée du siège de Compiègne, ce qui relierait une fois de plus la cause liégeoise à la cause française82.

  • 83 Chronique de Jean de Stavelot, pp. 272-281 ; Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. V, pp. (...)
  • 84 Un premier quart fut payé le 9 mai 1433, un deuxième le 3 juillet 1434 et quatre autres versements (...)
  • 85 Cf. Kurth, op.cit., III, p. 103.

42Mais, de toute évidence, la lutte n'était pas égale. La puissance bourguignonne s’accrut encore par l’acquisition du Brabant à la mort de Philippe de Saint Pol (4 août). L’échec du siège de Bouvignes amena les Liégeois à rentrer chez eux. Une médiation, confiée à l’archevêque de Cologne et au comte de Meurs, aboutit, après une négociation dont nous ignorons tout, à un traité signé le 15 décembre 1431, imposant à la principauté l’humiliante obligation de verser 100.000 nobles d’Angleterre d’indemnité pour les destructions opérées au Namurois et d’obtenir le pardon du duc de Bourgogne83. L’acquittement devait s’opérer en deux ans : en fait il en réclama plus de trois, mais à la fin de 1435, tout était accompli84. Nos chroniqueurs ne manquent pas de nous signaler les difficultés éprouvées par la ratification de cette décision qui fut sans doute à l’origine de troubles de plus en plus sérieux au sein de la capitale85.

  • 86 G. Kurth, op.cit., t. III, pp. 104-118.
  • 87 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. II, p. 291, no 2, d’après une mention du registre 1862 de la C (...)
  • 88 Les commissaires délégués par le Concile de Bâle se déclarèrent incompétents en la matière, 14 mai (...)
  • 89 E. Fairon, Régestes, t. III, no 787, d'après l'original des archives du Nord.

43En dépit de l’obscurité qui demeure dans l’interprétation de l’épisode connu sous le nom de conjuration des Datin, on peut trouver dans ce dernier épisode de quoi alimenter l’opposition qui dressait l’un contre l’autre deux groupes, sinon deux partis, autour de l’application du statut municipal en vue des élections annuelles. Il est ici hors de propos de chercher à élucider les raisons qui déterminèrent une partie de la population à soutenir l’ambition d’une famille de riches propriétaires de charbonnages, les Datin, qui s’étaient relayés dans les charges les plus importantes, mais dont on voit mal les desseins profonds. A plusieurs reprises, ne reculant pas devant le coup de force, ils tentèrent d’éliminer leurs adversaires et furent finalement vaincus par la résistance de certaines corporations de métier. La répression fut sanglante, les biens des Datin furent confisqués, leurs partisans traqués ou exterminés86. On a pu émettre l’hypothèse d’un soutien accordé par Philippe le Bon à leur cause en raison d’un don de 2.000 écus accordé peu après leur chute à l’un d’entre eux87. D’autre part, le recours de la famille Datin auprès du Concile de Bâle, où l’influence du duc de Bourgogne était manifeste, témoigne assez clairement de son orientation88. Quant au prince-évêque, son attitude équivoque autorise l’hypothèse d’une demi-complicité avec les Datin. Dans tous les cas, le traité d’alliance secret qu’il va conclure le 2 juin 1434 avec Philippe le Bon89 le range sans hésitation possible dans le camp opposé à celui de ses sujets. Il importe toutefois de rechercher dans quel complexe diplomatique se situe cette convention.

  • 90 Le traité d’alliance négocié à Bâle fut promulgué à Vienne, en Dauphiné, le 8 mai 1434 (A. Leroux, (...)
  • 91 Chronique de Ed. de Dynter, éd. de Ram, t. III, pp. 508-511.
  • 92 Ibid., pp. 511-513.

44La guerre franco-anglaise connut au cours des années 1434-1435 d’importants avatars. Alors que Philippe le Bon se voyait refuser l’investiture du Brabant par l’empereur Sigismond, celui-ci reconnaissait Charles VII comme le souverain légitime de la France et passait avec lui un traité d’alliance90. Il s’engageait même à porter dans les six mois défi au duc de Bourgogne, qui dénonça cette politique auprès de tous les princes d’Allemagne qui ne s’étaient pas déclarés contre lui, en particulier auprès de l’évêque de Liège (14 juillet 1434)91. L’empereur, à son tour, justifia sa conduite auprès des villes de l’Empire et en particulier auprès de la Cité de Liège (10 décembre 1434) après avoir envoyé au duc de Bourgogne ses lettres de défi92.

45C’est dans une telle conjoncture qu’il faut replacer une démarche diplomatique française à Liège et probablement aussi la riposte de Jean de Heinsberg.

  • 93 Bibliothèque nationale, à Paris : pièces originales 2030.
  • 94 Ibid., Collection Clairembault, ms 140, no 37.
  • 95 Bibliothèque municipale de Reims, Collection Carré, no 32.
  • 96 Du Fresne de Beaucourt, Histoire du règne de Charles VII, t. II, p. 510, no 2, mais cette référence (...)
  • 97 E. Fauron, Régestes, t. III, no 787 : l'original porte la signature autographe de Heinsberg, mais n (...)

46Le 16 mai 1434, à la Coste Saint-André, Charles VII confie à son chambellan Jacques de Montmort, chevalier, et à Jean de « Bellemont », seigneur de Floion, écuyer, « après déliberacion de nostre grand Conseil » une mission au pays de Liège « pour aucunes choses qui grandement nous touchent »93 et leur fait verser respectivement 120 et 80 écus pour leurs frais. Le 24 mai, à Vienne, quittance fut donnée par Jacques de Montmort de la somme reçue94 et le même jour Jean de Floion « confesse avoir reçu « du trésorier du dauphiné » les 80 écus qui lui reviennent »95. Bien que deux de ces trois documents aient été signalés par du Fresne de Beaucourt96, cette mission est demeurée ignorée de nos historiens. Il est vrai que nous n’en savons pas davantage à son sujet. Mais ne faudrait-il pas y voir l’explication de la décision de Jean de Heinsberg de se jeter dans les bras de Philippe le Bon et de conclure avec lui le 2 juin 1434 une véritable alliance97.

  • 98 F. Fairon, Régestes, III, no 791. Les modifications portent sur l’absence de la participation de Ma (...)

47Sans doute le texte fait allusion aux difficultés nées du traité du 15 décembre 1431 en matière de payement des indemnités prévues. Mais sa portée est bien plus considérable. Il s’agit d’une solidarité de défense contre toute révolte de leurs sujets respectifs, une mise en commun des ressources, un partage des frais et des profits éventuels. On envisage l’hypothèse où l’évêque serait chassé par ses sujets rebelles : il recevrait dans ce cas une somme de 10.000 frs et jouirait d’un refuge dans la ville de Turnhout, ainsi que de tous les revenus des biens qu’il posséderait dans les pays du duc. Le peu de vraisemblance que présente l’hypothèse où l’aide pourrait venir de l'évêque au duc rend encore plus astreignants les engagements du premier. Sans doute, à la différence du traité de 1421, ne s’agit-il pas ici d’ennemis extérieurs, mais la rébellion envisagée est d’autant plus vraisemblable que le 19 février 1435 se renouvellera la fédération de toutes les villes de la principauté de Liège telle qu’elle avait été conclue en 1404 ou peu s’en faut98.

  • 99 Le fait est attesté par les archives de Bamberg, à la date du 8 avril ainsi que par les Regesta Sig (...)

48Enfin, il est permis d’ajouter à ce dossier diplomatique une démarche de Sigismond qui envoya vers mars-avril 1435 à l’Electeur de Brandebourg Jean de Floion pour l’inviter à se montrer favorable aux Liégeois afin d’obtenir le concours de ceux-ci contre le duc de Bourgogne99. Probablement s’agissait-il des réclamations de l’Electeur en sa qualité de créancier du défunt évêque Jean de Wallenrode et dont il ne se désistait pas.

  • 100 Cf. Kurth, op.cit., t. III, pp. 123-125 ; Gaier, op.cit., pp. 325-332.
  • 101 B.N. à Paris, ms. fr. 32.511, f° 54 : mission de Jehan de Hely « pour voiage au pays de Liège de ve (...)
  • 102 Fisen, op.cit., p. 204 en a consulté le texte aux archives de la Cité et dit qu’il s’agit d'un trai (...)

49L’étroite solidarité entre Philippe le Bon et Jean de Heinsberg apparaît encore dans le rôle dévolu au prince-évêque pendant les négociations d’Arras entre Anglais, Bourguignons et Français. Le prélat participa à toutes les conférences et servit les intérêts de son allié jusque dans la volte-face spectaculaire qui amena la rupture avec le roi d’Angleterre et la réconciliation du Bourguignon avec Charles VII. Au prix d’une humiliation non déguisée, celui-ci neutralisait son redoutable adversaire et pouvait rassembler ses forces contre les Anglais. Il pouvait aussi sans trop inquiéter le prince-évêque maintenir le contact avec les Liégeois dont les frontières d’Entre-Sambre et Meuse étaient infestées par les randonnées de bandes pillardes au service de seigneurs de la Thiérache qui profitaient de l’état de guerre pour accomplir leurs brigandages. Le traité d’Arras permit au prince-évêque et à ses sujets d’entreprendre le nettoyage de la frontière méridionale du pays sans se compromettre et de mener une expédition militaire qui détruisit les châteaux de Bosnau, d’Aubigny, de Beauraing100 et ramena provisoirement la sécurité sur la frontière (avril-mai 1436). L’année suivante un contact diplomatique officiel fut pris entre Charles VII et Jean de Heinsberg101 : un traité d’ordre commercial assurant la liberté du trafic d’un pays à l’autre fut conclu en juillet, mais la perte de ce document ne permet pas de dire si son dispositif n’allait pas plus loin et si l’on pouvait parler d’alliance102.

  • 103 Pour le détail, voir les ouvrages de Tuetey sur les Ecorcheurs, t. II et de Leroux, op.cit., pp. 10 (...)
  • 104 Sur la négociation de Blankenheim à Liège en mai 1445 voir la chronique de Jean de Stavelot, pp. 54 (...)
  • 105 Voir Chestret de Haneffe, Histoire de la maison de La Marck, p. 107.
  • 106 En 1446 on lut aux Etats des lettres du roi de France en faveur d’Evrard de la Marck (Chronique de (...)
  • 107 Il aurait convenu de faire une place dans notre récit à l'affaire Guillaume Mariette, sorte d’agent (...)

50Les dix-huit ou vingt dernières années du règne de Jean de Heinsberg ne présentent qu’un intérêt secondaire pour notre sujet. La politique étrangère n’occupe pas la vedette sur la scène liégeoise, malgré la double action diplomatique de Philippe le Bon et de Charles VIL Le premier accroît son influence en faisant tomber les évêchés des Pays-Bas aux mains de sa famille, en acquérant le duché de Luxembourg, en raffermissant ses contacts avec le prince-évêque. Le second entreprend une politique d’alliance avec les princes rhénans et les électeurs d’Empire. Tenant sa cour à Nancy, il envoie ses ambassadeurs conclure des traités de protection mettant les territoires de ces princes à l’abri des exploits des bandes d’« écorcheurs » qui mettaient le pays en coupe réglée103. Il cherche à séduire Jean de Heinsberg et le fait sonder par son neveu Gérard, comte de Blankenheim, qui disputait au duc de Gueldre la possession du duché de Juliers104. Peu encouragé par le chapitre de Saint-Lambert, rebuté par son oncle, celui-ci ne fut sans doute pas étranger aux entreprises d’Evrard de la Marck, seigneur de Rochefort-Agimont qui introduisit dans ses places des détachements d’écorcheurs pour se livrer à des agressions contre les possessions luxembourgeoises de Philippe le Bon. Les Liégeois réagirent mais dans un sens opposé aux intérêts français105 : ils armèrent un millier d’hommes qui entreprirent le siège de ces deux places. Moyennant versement de quelques sommes, on obtint le départ des occupants et la saisie des forteresses (juillet 1445). Malgré une intervention diplomatique du roi de France106, la restitution des places à l’héritier d'Evrard n’eut lieu que huit années plus tard (28 mai 1453)107.

51La politique de Philippe le Bon, pendant les années ultérieures, se concentra sur la personne même de Jean de Heinsberg pour lui arracher une abdication en faveur d'un prince français de la famille de Bourbon, fils par ailleurs de sa propre sœur. L’affaire fut laborieuse car le chapitre de Saint-Lambert s’opposa à l’octroi d’un canonicat au jeune homme et peut-être le prince-évêque s’avisa-t-il de négocier lui-même directement avec la cour de France. Un voyage du prélat à Paris fut décidé en 1455 et les frais en furent assurés par les trois Etats. Mais il n’eut pas lieu et, pressé par le duc de Bourgogne, Heinsberg résigna son évêché, sans en abandonner totalement l’administration et moyennant une pension. Le pape ayant donné son accord, tout fut accompli en 1556.

Chapitre III. Liège entre France et Bourgogne
sous Louis de Bourbon

52Si le règne de Louis de Bourbon garde le peu enviable privilège d’avoir été le plus calamiteux de l’histoire liégeoise, il en est aussi le plus étrangement complexe. Pendant une douzaine d’années, un conflit systématique opposa le jeune prince aux sujets de sa capitale, à la noblesse thioise, à la bourgeoisie de plusieurs villes. Retardant d’une dizaine d’années son entrée dans les ordres sacrés, il fut assisté dans ses tâches spirituelles par l’évêque de Soissons et ne paraît pas avoir connu de sérieuses difficultés avec le chapitre cathédral. Sur le plan temporel, il garda d’abord les conseillers de son prédécesseur, en particulier le comte de Blankenheim, puis se brouilla avec eux et, malgré des conseils de modération qui lui furent adressés par Philippe le Bon, s’obstina dans des prétentions d’autoritarisme souvent maladroites.

53En moins de cinq ans, il suspendit trois fois l’exercice régulier de la justice et frappa deux fois d’interdit sa capitale. C’est donc dans la pire des confusions que se déroulèrent les premières années de son règne et il n'est pas commode de reconnaître, dans une telle complexité, la portée des événements de politique extérieure. On a trop souvent fait jouer à ceux-ci un rôle prépondérant, ou tout au moins cru découvrir en eux la cause de ce conflit de souveraineté, pour qu’il ne vaille pas la peine d’essayer de débrouiller l’écheveau des actions diplomatiques qui s’exercent sur le pays mosan.

  • 108 Bibliothèque nationale (B.N.) à Paris, fonds français, 5040, f° 22. De cette lettre de créance, la (...)
  • 109 Il ne faut pas y ajouter la révocation du mayeur, car celle-ci n'eut lieu que le 15 juillet 1459 ai (...)
  • 110 Les comptes de la ville de Dinant (t. VII, pp. 22-23) à la date du 23 novembre 1458 prouvent qu'à c (...)
  • 111 Ce personnage aurait été armé chevalier par le roi, mais comme l'a prouvé E. Poncelet ce fait n’a r (...)
  • 112 Le duc « pareillement, a été adverti que vous (le Roi) avez envoyé vostre prévost des maréchaux ou (...)
  • 113 « Et au regard de ce que vous avez parlé touchant Talée du prévost des maréchaulx au pais de Liege (...)

54Ayant réussi à placer son neveu Louis de Bourbon sur le siège épiscopal liégeois, le duc de Bourgogne, maître d’ailleurs des autres évêchés des Pays-Bas, ne pouvait qu’exercer une influence modératrice dans les conflits intérieurs qui surgissaient sur les rives de la Meuse. La situation était tout autre pour le roi de France. Charles VII, brouillé avec le dauphin qui, dès 1456, s’était réfugié à la cour de Brabant pour contrarier sur tous les terrains la politique royale, pouvait avoir un sérieux intérêt à entretenir un foyer d'agitation sur les frontières du Bourguignon. Toutefois, une initiative de sa part du côté liégeois n’est pas démontrée. Il semble plutôt qu’il ait été relancé par ses amis mosans pour leurs fins particulières. C’est du moins ainsi que nous interprétons la démarche diplomatique de Henri de la Chaussée le 17 août 1458108. Cet ancien bourgmestre et ex-grand mayeur de la Cité fut envoyé au roi pour lui « dire et déclarer nostre intencion et bon vouloir » disait l’instruction des magistrats liégeoise qui semblent faire appel à la justice royale. Cette mission peut s’expliquer par les circonstances suivantes : le 9 janvier 1458, Louis de Bourbon avait demandé l'opinion de l’échevinage au sujet de ses griefs juridictionnels à l’égard des Liégeois ; le 9 juin, les bourgmestres avaient à leur tour fait valoir leurs propres revendications et, le 25 juillet, l’élection magistrale s’était accompagnée du serment exigé des élus de n’accepter aucune fonction ministérielle109. Probablement le recours au roi de France aura été suggéré pour débloquer cette situation. On ignore le sort de la mission d’Henri de la Chaussée, mais on sait qu’en novembre 1458 une mission diplomatique liégeoise se rendit encore à Paris110. Composée de Jean de la Boverie, dit Le Ruitte111, de Gilles de Metz et de plusieurs autres, on peut se demander si elle précéda l’envoi à Liège d’un négociateur français, le fameux Tristan l’Ermite, ou si elle en fut la conséquence. D’une part nous ne connaissons le voyage des Liégeois que par un compte urbain et, d’autre part, nous n’avons la révélation d’une mission française que par les plaintes du duc de Bourgogne présentées à la cour de France le 9 février 1459112 et par la justification royale (7 mars)113. Ces trois démarches diplomatiques, sur lesquelles nous sommes trop sommairement renseignés, inaugurent une politique qui va se poursuivre pendant dix ans.

  • 114 Adrien d’Oudenbosch fournit d’abondants détails sur les aléas de la négociation, mais on garde l’im (...)
  • 115 Nous n’avons aucune indication d’ordre diplomatique sur une démarche liégeoise à la cour de France (...)
  • 116 Il est étrange qu’aucun paweilhar ne nous ait conservé le texte de la paix des Mineurs (vers août 1 (...)

55La crise intérieure gagnant en intensité, les tribunaux ayant cessé de siéger, des négociations s’ouvrirent et les députés bourguignons tentèrent un compromis (octobre 1459). On parla d'arbitrage et la population, convoquée en assemblée générale dans la cour du palais, fit choix du roi de France, ce que l’évêque agréa114. Un chroniqueur affirme que Charles VII en fut immédiatement avisé115, mais qu’à grand-peine le duc de Bourgogne obtint une modification de la résolution et la remise du différend aux mains d’une délégation mixte choisie parmi les gens du pays. Le cours de la justice fut d’ailleurs restauré (janvier 1460), mais plusieurs mois s’écoulèrent avant qu’une pacification put être enregistrée116. Dans l’intervalle, une nouvelle mission diplomatique fut envoyée à la cour royale.

  • 117 Détails concordants d’Adrien, de Zandfliet, de Fisen.
  • 118 B.N, à Paris, ms. fr. 20683, fos 49-50 : un don de 109 livres est accordé le 19 janvier 1460 (= 146 (...)
  • 119 Adrien signale un cadeau de 36 marcs d’argent à Gilles de Huy. Les Archives nationales (K.K. 51, f° (...)

56Cette fois, nous sommes infiniment mieux informés. Il s’agissait d’un véritable cortège de trente chevaux conduit par les deux bourgmestres en exercice, Gilles de Huy et Mathieu Haweal, et de deux anciens et futurs bourgmestres Jean de la Boverie et Gilles de Metz : il prit le départ le 18 mars pour gagner la cour royale qui se tenait aux Roches Tranchelion près de Tours. La mission accomplie, l’ambassade revint par Paris (1er mai) rapportant trois diplômes dont nous allons reparler117. Elle avait été introduite auprès du roi par Jean de Sommain118, fut comblée de cadeaux119 et festoyée par les soins du fils cadet du roi.

  • 120 Le texte en est connu par le manuscrit 188 de la Bibliothèque de l'Université de Liège, p. 299, et (...)
  • 121 Ces deux documents résumés par Adrien, Zandfliet et Fisen sont bien connus depuis la réédition par (...)

57Les trois diplômes octroyés par le conseil royal sont datés du 17 avril 1460 : conservés en original dans les archives liégeoises ils n’ont été perdus qu’à la fin du xviiie siècle. Le premier était une lettre de sauvegarde et de protection des bourgeois de la Cité et de toutes les autres villes du pays qui la revendiqueraient : le soin de faire respecter tant le territoire de la principauté que les libertés et privilèges de ses habitants était conféré aux baillis du Vermandois et de Vitry et à leurs lieutenants120. Un deuxième diplôme exemptait pendant neuf ans tous les ressortissants de la principauté décédant en territoire français du droit d’aubaine normalement perçu sur les héritages des étrangers. Un troisième autorisait l’achat et la libre sortie des grains français par les trafiquants liégeois à la condition de fournir l'attestation de leur qualité signée des maîtres de la Cité et de ne pas revendre ces grains en dehors du pays de Liège121.

  • 122 Nous croyons devoir dater de 1460 et non de 1459 (avril-mai) le renseignement fourni par Du Fresne (...)

58L’importance de ces documents n’est pas discutable et, renouvelés un an plus tard par le successeur de Charles VII, ces privilèges ne pouvaient que créer des liens plus étroits entre la principauté et le royaume et l’on comprend que Philippe le Bon s’en soit ému122.

  • 123 La nouvelle est rapportée par Chastellain et Adrien y fait allusion (cf. J. Dabin, op.cit., p. 114, (...)
  • 124 Thomas Basin (Histoire de Louis XI, éd. Ch. Samaran, t. I, pp. 48-49) raconte que Louis avait promi (...)

59Mais que faut-il penser du bruit qui circula au sujet d’une offre des Liégeois de contribuer à la livraison du dauphin entre les mains de son père ? Qu’un tel projet ait été forgé par certains demeure vraisemblable dans l'atmosphère de complots qui sévissait alors, mais il est à peine besoin de dire qu’officiellement la Cité de Liège n’en pouvait être rendue responsable123. Il n’en demeure pas moins qu’à la nouvelle de la mort de Charles VII et par conséquent de l'avènement de son fils, un sérieux trouble se manifesta à Liège dans tous les milieux. L’évêque se rendit immédiatement auprès du dauphin à Bruxelles ; les maîtres de la Cité étaient partagés au sujet de l'attitude à adopter et Jean de la Boverie se rendit aussitôt en France. Une concentration militaire française à Mézières fut signalée par les Dinantais et plongea les Liégeois dans l’appréhension124. Le couronnement de Louis XI ayant été célébré à Reims à la mi-août, c’est à Paris que se rendit une ambassade des trois Etats de la principauté, chargée en apparence d’aller complimenter le nouveau souverain, mais en réalité de gagner sa sympathie et même sa protection. Mais sur ce dernier point, l’accord ne s’était pas réalisé concrètement au sein des Etats : la noblesse et le tiers n’étaient pas suivis par le chapitre, ni par le prince, dans leur désir de rapporter les marques tangibles de la bonne volonté royale. Aussi la négociation fut-elle laborieuse.

  • 125 Elle se composait du doyen du chapitre, du chanoine Conrard de Horion, de deux députés de la nobles (...)
  • 126 Très abondant récit d’Adrien d'Oudenbosch qui dit tenir les détails du receveur Hellin.
  • 127 Les deux députés de la noblesse furent armés chevaliers.
  • 128 E. Fairon, Régestes, t. IV, nos 884 et 885, reproduit le texte de deux de ces privilèges, l’un inéd (...)
  • 129 B.N. à Paris, fonds Dupuy, 157, fos 45-46. Il convient de rectifier une erreur de transcription dan (...)

60Partie le 5 septembre, l’ambassade125 rentra le 4 octobre, munie, comme l’année précédente, de trois importants diplômes. Un chroniqueur126 nous a rapporté sur la foi d’un témoin oculaire, les avatars de cette curieuse négociation où la mise en scène, de la part du roi, dans un dialogue bien étudié force d’autant plus l’admiration que les assistants en ont été dupés et que la réconciliation spectaculaire du dauphin rebelle avec les amis de son père détesté semait un nouvel élément de zizanie entre le prince-évêque bafoué et ses sujets comblés d’attention127. Le 23 septembre 1461, la chancellerie royale scellait le renouvellement des privilèges déjà octroyés en 1460128, mais elle étendait la protection promise à la Cité non seulement à toutes les villes de la principauté, mais à la noblesse, se réservant d’en faire bénéficier le prince et le clergé si ceux-ci en manifestaient le désir129.

61La présence de Philippe le Bon à Paris, comme celle de Louis de Bourbon, pendant ce mois de septembre, ne peut être interprétée que dans un esprit pacificateur. Mais l’issue de la négociation susdite ne contribua pas à la restauration de l’entente à Liège où des événements d’une tout autre nature allaient pendant près de deux années empoisonner l’atmosphère.

  • 130 L’orthographe du nom de ce tribun est difficile à fixer : lui-même signe Rausse de Lyntre (cf. anne (...)
  • 131 Le récit de G. Kurth, op.cit., t. III, pp. 166-170, d’ailleurs fondé sur celui des chroniqueurs peu (...)
  • 132 Voir à l’annexe VIII un document inédit sur la conférence de Maastricht de mars-avril 1462 ainsi qu (...)

62Il s’agit d’un véritable soulèvement populaire dans la partie thioise de la principauté à l’égard des exactions commises par les procureurs fiscaux de l'évêque. Leurs abus ne dataient pas du moment, mais ils avaient dégénéré en de sordides spoliations qui coalisèrent les dix bonnes villes flamandes (12 avril 1461) et mirent en vedette le rôle dominant d’un noble lossain Rasse de la Rivière, seigneur de Heers et de Linter130. A la juridiction de l’official et de ses procureurs s’opposa une juridiction populaire expéditive et brutale qui se saisit de ceux-ci et les frappa d’amendes arbitraires. La justice séculière, à son tour, sévit contre les procureurs à la suite d’une vaste enquête qui mit au jour leurs propres exactions. Aussi la mesure d’interdit que prit Louis de Bourbon le 29 octobre 1461 à l’égard des villes flamandes fut une lourde maladresse, car l’archevêque de Cologne en décréta la levée et l’évêque, incorrigible, s’adressa à Rome où il obtint une confirmation de l’interdit, réitéré en septembre 1462. Fort de ce succès, le prince alla jusqu’à révoquer la paix des Mineurs et par transférer à Maastricht le siège du chapitre, des collégiales et de la juridiction laïque liégeoise131. On peut mesurer ainsi l’effervescence qui régna dans la capitale et dans plusieurs autres villes où le fonctionnement normal des institutions était entravé. Et bien que ces épisodes soient étrangers à la politique extérieure, ils finirent par s’y répercuter : des négociations laborieuses furent menées tant à Liège, à Maas tricht, à Bruxelles, à Rome que probablement à Paris depuis la fin de 1461 jusqu’en 1463 sans aucun résultat132.

  • 133 Chastellain, Œuvres (éd. Kervyn de Lettenhove), t. IV, pp. 228-229.
  • 134 Il s’agit de la pièce justificative no 8, pp. 281-282.
  • 135 Edouard d’York porte le titre de « comte de Marche ».
  • 136 Le texte ajoute : « Si ceux de Liege pensent qu’il faut plus ample intelligence d’amitié entre eux (...)

63Avant de quitter l’année 1462, nous voudrions jeter quelque lumière sur un épisode bizarre relevé par Chastellain133. Au mois de juin, Louis XI se serait adressé à ses amis liégeois pour qu’ils fournissent 500 combattants pendant six semaines pour soutenir la cause lancastrienne de sa cousine Marguerite d'Anjou, épouse du roi Henri VI, détrôné par le duc d’York, devenu le roi Edouard IV. Le chroniqueur ajoute que les Liégeois s’en excusèrent et tâchèrent de contenter Louis XI par « une autre voye, peut estre d’argent ». Personne n’avait pris au sérieux cette anecdote, mais le fait n’est plus discutable, depuis la publication d’un texte des archives de Milan reproduit dans l’ouvrage de J. Calmette et G. Périnelle, Louis XI et l’Angleterre en 1930134. Il s’agit d’un « mémoire des propositions faites aux Liégeois » par une ambassade française envoyée « devers mess, les maistres, jurez de la bonne cité, université, franchise et banlieu de Liege ». Il leur était demandé de publier dans tout le pays « qu’ils se déclarent pour la part du roi Henri contre Edouard de la Marche135, son adversaire » en lui accordant « toute faveur possible et tous empeschement et dommage de corps et bien à Edouard et ses adhérents et complices ». Ensuite de prêter au roi Henry 15.000 écus contre la garantie du roi et de la reine sur les « coutumes et péages » du royaume anglais. Enfin de fournir 600 combattants « tant couleuvriniers qu’autres de pied et de cheval » pour quatre mois à leurs frais et, éventuellement pour un délai plus long, aux frais des Anglais, à charge d’accorder aux Liégeois le même secours en cas de besoin. Il est prévu qu’une « certaine quantité d’artillerie moyenne à charois » sera également fournie et qu’en contrepartie, le souverain anglais renouvellera « les grands privilèges que ceux du pays de par deça ont en Angleterre »136.

  • 137 Si l'on retient que du 5 au 15 juin 1462, la reine Marguerite est à Chinon pour demander des secour (...)

64On remarquera que le souverain français qui, tant qu’il fut un dauphin révolté soutint les York par opposition à la politique de son père, ne prend aucun engagement dans cette affaire qui illustre une volte-face de sa politique personnelle dans la guerre des deux Roses137. On ne s’étonnera surtout pas qu’une telle démarche n’ait eu aucun succès auprès des Liégeois, ni qu’aucune trace n’en ait été conservée par les sources locales.

65La grande confusion qui sévissait à Liège et dans le pays thiois à cause des mesures d’interdit et de suspension de la justice ne cessa de s’étendre en dépit des tentatives de conciliation inspirées, soit par le clergé, soit par le duc de Bourgogne, soit même par le roi de France qui fit présider pendant plus de deux mois (janvier-mars 1463) les négociations par un de ses ambassadeurs. Plus tard encore, en juin ou juillet 1464, l’envoi de Tristan l’Ermite à Liège avec mission modératrice ne peut s’expliquer que par l’orientation de la politique de Louis XI à l’égard du souverain des Pays-Bas. Philippe le Bon, très affaibli par l’âge et la maladie, était gouverné par les seigneurs de Croy, eux-mêmes gagnés par la diplomatie française. La restitution des villes de la Somme qui faisait l’objet d’une négociation secrète commandait au roi de France une attitude prudente dans ses rapports avec Bruxelles. De là découlèrent ses interventions conciliatrices à Liège où les esprits étaient de plus en plus échauffés. L’élection magistrale du 25 juillet 1463 avait consacré la victoire de Rasse de Heers et, en même temps, une orientation assez nouvelle de la politique urbaine.

  • 138 E. Fairon (Régestes, t. IV, nos 909-910) publie le texte de ces deux traités l’un d'après l'origina (...)
  • 139 E. Fairon avait imprimé (t. IV, no 915) une lettre des bourgmestres de Liège demandant un sauf-cond (...)
  • 140 Cf. C. Gaier, op.cit., pp. 332-333. C’est pendant cette expédition que serait arrivé à Liège Trista (...)

66On n’a pas assez remarqué en effet la subite modification de celle-ci : ce n’est pas dans la direction de la France mais dans celle de la Rhénanie que se dirige l’activité diplomatique du nouveau bourgmestre. Sans doute avait-il des relations familiales à Cologne ce qui permit un emprunt de 2.500 florins, mais ce qui est autrement significatif ce sont les deux traités qu’il fit conclure le 1er novembre 1463 aux bonnes villes de Looz, Tongres, Saint-Trond, Hasselt et à la Cité, au nom de tout le pays, avec d’une part l’Electeur de Cologne et son chapitre cathédral, d’autre part avec l’Electeur palatin pour assurer une protection mutuelle à leurs marchands et se promettre un concours d’ordre défensif en cas de besoin138. C’est probablement aussi l’occasion qui fut ainsi fournie de nouer avec la famille de Bade des pourparlers qui devaient porter fruit l’année suivante139. C’est peut-être enfin la cause lointaine de l’expédition de Rheydt en juin-juillet 1464, qui devait entraîner les milices urbaines à cette expédition punitive en plein pays de Juliers où devait être détruire la forteresse d’un Raubritter ennemi de l'archevêque de Cologne140.

  • 141 Nous renvoyons à Adrien d’Oudenbosch (malgré certaines erreurs de chronologie rectifiées d’ailleurs (...)

67Il convient d’observer que, du 30 mai 1463 au mois de septembre 1464, un certain apaisement put être réalisé, puisque l’interdit avait été suspendu par le légat envoyé par le pape. Mais il sera rétabli de nouveau le 10 septembre 1464 pour être suivi d’une nouvelle suspension de la justice le 24 septembre, ouvrant ainsi une nouvelle phase de violences et un double recours à Rome et à Paris pour la Cité141.

68Les conjonctures internationales se retournent alors de façon spectaculaire.

  • 142 Il convient de noter que la famille de Bourbon faisait partie de cette Ligue, avec le frère du roi, (...)
  • 143 Chastellain prête à Philippe le Bon s’adressant, à Bruges en décembre 1464, à des députés liégeois, (...)
  • 144 Une lettre du 8 octobre 1464 de l’ambassadeur milanais à la cour dit que le roi a comblé d'honneurs (...)

69Aux Pays-Bas, les Croy perdent toute autorité et le vieux duc abandonne le pouvoir aux mains de son fils qui entre délibérément dans la coalition des opposants à la politique de Louis XI, dite Ligue du Bien public142. A l’égard des Liégeois, définitivement brouillés avec leur prince-évêque, le langage se fait menaçant à la Cour de Bourgogne143 et leurs marchandises sont même saisies en foire d’Anvers. Une mission, composée du bourgmestre Guillaume de Brus et de Gilles de Metz vient dénoncer à Paris cette violence et se mettre à la disposition du roi144, qui semble avoir encore recommandé la prudence. Mais ce sera une fois de plus la situation intérieure qui décidera à Liège de la suite des événements.

  • 145 Kurth, op.cit., t. III, pp. 197-198 : la nouvelle juridiction fut mise en place dès le mois de janv (...)
  • 146 Voir à ce propos l’article de M. Kupper, ci-dessus.

70Pour sortir des difficultés créées par la carence de l’ordre judiciaire, on y eut recours à la remise aux mains de l’avoué de la Cité du pouvoir que le grand mayeur ne pouvait plus exercer, c’est-à-dire de la convocation du tribunal des échevins145. Ensuite, prenant prétexte de l’absence du prince qui, malgré les démarches de ses sujets refusait de rentrer dans sa capitale, on arrêta une solution extrême, l’institution d’une sorte de régence, sous forme de mambournie, comme en 1406. Il est probable que cet expédient avait été envisagé depuis une année et que des négociations avec les princes de Bade y auraient préludé. Devant les Etats réunis le 21 mars 1465, Rasse de Heers se fit le champion de la présentation de Marc de Bade, frère de l’archevêque de Trêves et de l’évêque de Metz, ainsi que du Margrave, chef de la famille, lui-même beau-frère de l’empereur. Le clergé n’agréa point cette solution, mais presque toute la noblesse et les bonnes villes, à l’exception de Huy, l’adoptèrent (24 mars)146. Une missive du comte de Charolais et même un rescrit pontifical suspendant l’interdit arrivèrent trop tard pour empêcher une décision aussi révolutionnaire.

  • 147 Tous nos historiens ont cru que la mission diplomatique française envoyée à Liège avait pour but de (...)

71La France ne paraît pas avoir joué un rôle dans la coulisse. Elle ne semble même pas avoir été avisée du choix de la Cité et la recommandation qu’elle fit alors du comte de Nevers147 ne visait que ses prétentions au duché de Brabant et non pas une candidature à l’évêché liégeois. Il est toutefois peu probable qu’elle soit demeurée dans l’ignorance de l’événement et la décision d’envoyer à Liège une ambassade spéciale n’y peut être étrangère.

  • 148 B.N. à Paris, ms. fr. 20977, f° 505 : le texte en a été publié par Gachard dans ses Documents inédi (...)

72Sans doute l’instruction rédigée à Tours le 21 avril 1465 ne fait aucune allusion à l’élection du 24 mars ; elle est adressée aux « maîtres, jurés, conseil et université » de la Cité, afin de leur « communiquer de nos affaires et des choses nouvellement survenues au royaume » et pour leur dire « aucunes choses » sur « l’advertissement qui nous a été fait des durs et estranges termes que le frère du duc de Bourbon, soydisant leur évêque, leur a tenuz ». Pouvoir était donné à la mission de faire « tous appointements, promettant par parole de Roi de les ratifier »148.

  • 149 Ce nom a été substitué dans le manuscrit à celui de Jean du Molin.
  • 150 C’est le 16 mai seulement qu’elle partit de Montluçon munie d’une lettre royale de ce jour.
  • 151 Cartulaire de Dinant, t. II, p. 95 en note.
  • 152 Imprimé dans les Recueils diplomatiques de Léonard (t. I, p. 60) et de Dumont, t. III, pp. 328-329, (...)

73Il va de soi qu’une ambassade composée de quatre personnages tels que Louis de Laval, sire de Châtillon, chambellan, d’Aymar de Puysieu, dit Cadorat, bailli de Mantes, d’un président du parlement de Toulouse, Jean du Vergier149 et du secrétaire Jacques de la Royère ne peut avoir eu une aussi modeste mission. Son départ fut d’ailleurs retardé jusqu’à la mi-mai150. Signalée à Mézières, puis à Dinant151, elle arriva à Liège le 23. Elle fut reçue par Marc de Bade lui-même, qui depuis un mois avait pris possession du pouvoir dans sa capitale. Trois semaines se passèrent en négociations avant que fussent arrêtés les termes d’un traité d’alliance, le 17 juin152. Entre le roi de France et Marc de Bade, « gouverneur et régent » des pays de Liège, de Bouillon et de Looz et les magistrats liégeois, au nom de toute la principauté, est conclu un pacte « d’amitié » dirigé contre les ducs de Bourgogne et de Bourbon et le comte de Charolais avec engagement de secours réciproque. Le roi enverra 200 lances, à trois hommes et trois chevaux, à ses frais (15 livres par mois et par lance) pour aider les Liégeois qui en désigneront les capitaines. Il fournira également la poudre et le salpêtre nécessaire ainsi que deux canonniers. Aussitôt qu’il entrera en Hainaut avec son armée, les Liégeois s’engagent à attaquer le Brabant, mais leur obligation cessera à partir d’une distance de trente lieues de la Cité. Aucun accord ne sera conclu avec les ennemis sans le consentement de l’autre partie. Enfin le roi fera agir à Rome pour obtenir ratification de l’élection de Marc de Bade.

  • 153 Il était accompagné du chevalier Pierre Jodii, muni d'argent, qui demeura dans la cité jusqu'en sep (...)
  • 154 La ratification royale figure en original scellé dans les Mélanges Colbert à la B.N. à Paris, no 35 (...)

74Quelques jours plus tard, l’ambassade reprenait le chemin de Paris, accompagnée de Renaud de Rouveroy, qui en revint le 7 août153 muni de la ratification royale, datée de juillet154.

  • 155 B. de Mandrot, Dépêches des ambassadeurs milanais, t. III, p. 205. Le fait demeure douteux car la d (...)
  • 156 Voir cet étrange document dans l’édition d’Adrien d’Oudenbosch du baron de Borman, annexe I et dans (...)
  • 157 Cf. C. Gaier, op.cit„ pp. 335-342.

75En fait, la mise à exécution du traité par les Liégeois avait été immédiate, s’il faut retenir la nouvelle que donne le 26 juin l’ambassadeur milanais : Charolais aurait dû abandonner le siège de Péronne, averti d’une entreprise liégeoise dans le Namurois155. Mais la bataille plus qu’indécise de Montlhéry livrée le 16 juillet, saluée à tort à Liège comme une victoire de Louis XI, l’arrivée au début d’août d’un gros renfort de cavaliers allemands venus avec le margrave de Bade, l’excitation de la populace amènent une déclaration officielle de guerre au duc de Bourgogne le 28 août156 et l’envahissement du Limbourg par les milices liégeoises. Ce fut une pure campagne de dévastations : Herve fut pillé, des villages incendiés, le siège mis devant Fauquemont, plus tard devant Limbourg, les princes de Bade, écœurés abandonnèrent la partie et Rasse de Heers n’obtint pas la mise en défense sérieuse de la frontière occidentale. Ce n’est qu’à grand-peine que celui-ci parviendra à concentrer 3 à 4.000 combattants près du village de Montenaken qui se verront taillés en pièces le 20 octobre par l’armée bourguignonne157.

  • 158 Heylman avait dû attendre un sauf-conduit du duc de Bourgogne et avait laissé à Paris son compagnon (...)
  • 159 Lettre royale du 21 octobre, apportée par le sire Jeannot de Sainte Camelle, publiée par Kervyn de (...)

76Quelques jours plus tard, des nouvelles de France parvenaient dans la Cité. L’ex-bourgmestre Jean Heylman, qui avait été envoyé à Paris en septembre, revint le 28 octobre, accompagné par les bourgmestres de Dinant : il rapportait, bien tardivement158 l’écho de la conclusion du traité de Conflans (5 octobre) et de la capitulation du roi devant les ligueurs, nouvelle confirmée trois jours plus tard par un messager officiel. Le roi informait ses « très chiers et espéciaulx amis » de l’obligation où il avait été de traiter avec ses ennemis ; il leur donnait l’assurance d’être compris dans 1’« appointement », mais les engageait à se « déporter et désister de la guerre » pour éviter d’être affrontés à l’armée bourguignonne, « aquoy il serait difficile chose à vous de y résister et à nous de vous y secourir »159.

  • 160 L'ambassadeur du duc de Milan à Paris, toujours bien renseigné, rapporte tous ces faits (lettres du (...)

77En réalité la disposition du traité à laquelle il est fait allusion ne concernait que les villes et sujets du royaume et ne peut guère concerner les Liégeois, virtuellement abandonnés par leur allié160.

  • 161 Par un relevé de compte, nous apprenons qu’un certain Hector d’Ussel, chevalier et capitaine, aurai (...)
  • 162 Lettres du 29 décembre 1465, 7, 23 janvier, 4, 9, 16 février 1466. Le 11 mars, l’ambassadeur milana (...)

78Celui-ci, entièrement absorbé par un travail de reconstitution de ses forces et par l’élimination sélective de ses adversaires, va disparaître pour toute une année de la scène liégeoise. Plus aucun contact ne sera pris avec le pays mosan jusqu’en octobre 1466161. La tragédie dont la ville de Dinant fut la victime en août 1466, préparée d’ailleurs par le refus du duc de Bourgogne de traiter avec cette cité mosane comme avec les autres villes de la principauté, n’entraîna aucune intervention de Louis XI. On peut suivre dans la correspondance de l’ambassadeur milanais l’écho des laborieuses négociations des Liégeois avec leur vainqueur, la réprobation de l’attitude royale à l’égard d’alliés accablés, la croyance en une reprise des hostilités contre le comte de Charolais, nourrie par la longueur des pourparlers et par la dissimulation des conditions imposées aux vaincus162.

  • 163 La ville de Huy qui s'était dissociée de l’aventure put aisément conclure la paix le 5 décembre ; L (...)
  • 164 Le 23 mars, treize bonnes villes concluent une alliance pour frapper de sanctions les négociateurs (...)
  • 165 Il avait d'abord été question de livrer dix meneurs à la vengeance du Bourguignon. Plus tard, il fa (...)
  • 166 C'est ainsi que les indemnités à verser au duc de Bourgogne (300.000 florins) et au comte de Charol (...)
  • 167 Le 27 janvier 1466, la Cité renonce au traité d'alliance du 17 juin 1465 (E. Fairon, Régestes, IV, (...)

79Il fallut en effet trois mois aux négociateurs, c’est-à-dire aux comtes de Moers et de Hornes choisis pour médiateurs, avant d’en arriver à un accord : les villes traitèrent séparément163 et discutèrent obstinément. La ratification des clauses de la paix ne fut obtenue que de justesse et le ressentiment de la population se tourna contre les malheureux négociateurs164. La question la plus délicate fut la fourniture d’otages garantissant l’exécution du traité165. Elle fut partiellement résolue par une aggravation de l’indemnité à payer tant au duc Philippe qu’à son fils166. Le traité d’alliance avec la France dut être dénoncé167 et promesse donnée de ne plus conclure de semblable pacte sans l’aveu du souverain des Pays-Bas qui, en qualité d’avoué de la principauté, pourrait disposer de son territoire pour des opérations militaires et recevrait une rente annuelle de 2.000 florins.

  • 168 La bulle du 23 décembre 1465 du pape Paul Il est publiée dans son texte latin et en traduction fran (...)
  • 169 Les archives de Cologne enregistrent une lettre du 27 mai 1466 des bourgmestres de Liège demandant (...)
  • 170 La capitulation de Dinant est du 25 août. Seule la ville de Thuin prêta son concours à la défense d (...)

80A cet ensemble de conditions de nature politique, venait s’ajouter la reconnaissance de Louis de Bourbon comme seul souverain légitime, d’autant qu’une décision pontificale venait, dans un étrange document, d’en souligner les pouvoirs presque illimités et de condamner toutes les innovations introduites par un régime démocratique dans le fonctionnement des institutions168. Le prince-évêque, qui devait quelques mois plus tard recevoir enfin les ordres sacrés, s’installa à Huy, laissant la capitale en proie aux passions les plus déchaînées, sous une véritable dictature exercée par Rasse de Heers et Fastré Baré de Surlet pendant près de deux années. Les chroniqueurs décrivent les innombrables excès démagogiques auxquels se livre une partie de la population liégeoise, tantôt s’imaginant que le prince de Bade est à la veille d'une rentrée en scène169, tantôt se proposant de marcher au secours de la ville de Dinant, assiégée par l’armée bourguignonne et bientôt totalement anéantie170. Il s’en fallut de peu pour qu’une nouvelle bataille mît aux prises en Hesbaye les milices urbaines et le comte de Charolais ; l'intervention du connétable de France, comte de Saint Pol, permit d’éviter le choc en apaisant momentanément les deux adversaires (septembre 1466). Le régime institué par les traités de décembre 1465 et janvier 1466 fut simplement confirmé et des otages furent livrés pour en assurer l’exécution.

  • 171 Archives du Nord à Lille, B. 18842, no 29441. Nous devons la connais-naissance de cette lettre au p (...)
  • 172 Nous avons ainsi la preuve de l’existence de ce « conseil secret » dont parle Adrien, qui exerçait (...)
  • 173 Ce nom (« Gérard de Rosières ») avec celui de « Henry Thibault », en tant qu’ambassadeurs de Liège, (...)

81C’est encore dans ces moments de complète confusion que se produisit la rentrée en scène de la diplomatie française. Le 8 novembre 1466, Louis XI, alors à Orléans, s’adressa à Rasse de Heers pour le convier, ainsi que son fils, auprès de lui. S'agissait-il de mettre à l’abri de certaines menaces le tribun ou plutôt de convenir d'un programme d’action à l’égard des Liégeois ? Nous ne le savons. Mais, le 15 décembre, le roi réitéra son invitation et les archives de Lille nous ont conservé la réponse de Rasse de Heers, datée du 15 janvier 1467171. Rasse se déclare dans l’impossibilité de s’absenter pour le moment, vu les graves conjonctures du temps et l’insistance que mettent les membres « du plus secret conseil de la Cité »172 à ne pas se séparer de leur chef. Néanmoins, il charge son « serviteur » Gérard de Rasiers173 de porter sa réponse et d’en expliciter les raisons.

  • 174 Adrien, de qui seul nous connaissons cet épisode, dit simplement que l'évêque était venu assurer au (...)
  • 175 C’est le second document que M. Bittmann révèle dans son article précité, mais nous l'avions découv (...)
  • 176 British Muséum, manuscrit 21.382, f° 1, texte original reproduit à la 6“annexe, ce qui permet de da (...)

82Nous avons là sans doute l’explication de la venue à Liège, le 18 février 1467, de Louis Raguier, évêque de Troyes, qui y demeura dix-huit jours et présida des négociations qui avaient pour but de ramener la paix entre les Liégeois et leur prince mais qui n’aboutirent à rien174. Toutefois, le 24 avril, Louis XI, ayant pris connaissance de la relation de « ses ambassadeurs » et d’une lettre de Rasse de Heers, priait celui-ci d’envoyer à la Cour le sire de Berlo pour conférer sur la suite à apporter à la négociation entreprise175. Mais, dans ce contexte, apparaît assez étrange une lettre adressée à Rasse le 6 mai par Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, devenu depuis peu « grand maître d’hôtel de France »176. Celui-ci a reçu du roi l’ordre de se mettre en communication avec le tribun au sujet d’une demande des Liégeois de pouvoir disposer « dans leur pays et villes » de 400 lances dont la charge devait lui être confiée. Le comte voulait savoir où ces troupes devraient être logées et par quel chemin il pourrait les y conduire. C’est pourquoi il envoie à Liège un certain Guibert du Bos pour traiter du problème.

  • 177 Ceci d'après la chronique d’Adrien.
  • 178 Cérémonie qui eut lieu le 23 juillet à Herstal et à Boland.

83Si l’on rapproche les dates, il est impossible de séparer l'objet des deux dernières missives. Un secours militaire important était mis sur pied et devait se rendre sur les frontières de la principauté. Le contact était maintenu avec la Cité, dont le clerc revint vers la fin de mai de la Cour royale177. Au moment où la mort de Philippe le Bon (15 juin) rendait son fils souverain des Pays-Bas et où son cousin le comte de Nevers allait revendiquer le duché de Brabant et procéder à une prise de possession symbolique aux portes de Liège178, une nouvelle mission était confiée à l’évêque de Langres et au comte de Dammartin dans un esprit qu’il est difficile de croire entièrement désintéressé de la part du roi de France. Il convient toutefois d’essayer d’en suivre les péripéties pour en dégager l’essentiel.

  • 179 Il s’agit de l'Histoire de la maison de Chabannes (1893) en 7 volumes plus 4 volumes de Preuves, pa (...)
  • 180 Ce sont les collections de Baluze (no 9675A) et de l’abbé Legrand (versée dans le fonds français 69 (...)
  • 181 Analectes historiques, dans la 2e série, t. VIII des Bulletins de la Commission royale d’histoire, (...)
  • 182 Fairon n’a toutefois reproduit que quatre lettres du Conseil de la Cité.
  • 183 L'original de cette pièce découverte dans le Fonds Moreau de la B.N., ms. 1047, no 62 est reproduit (...)

84Par un assez curieux hasard nous avons conservé presque tous les éléments de la correspondance qui s’engagea entre les mois de juin et d’août 1467. D’une part, une grosse publication du comte de Chabannes, à la fin du XIXe siècle, retrace l’histoire de sa maison et en publie les sources diplomatiques179. D’autre part, deux collections de manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris en fournissent la plupart des éléments180. Gachard en avait reproduit plusieurs pièces dans ses Analectes181 et Fairon les a republiées dans ses Régestes182. Nous avons eu la chance de découvrir la pièce essentielle de toute la négociation, à savoir le rapport lui-même des ambassadeurs français183. D’après toutes ces données, nous pouvons en tracer l’historique suivant.

  • 184 Il s’agit sans doute des « compagnons de la verte tente ».
  • 185 La lettre d’A. de Chabannes au roi est du 19 (et non du 29) juin et elle reçut réponse le 4 juillet (...)
  • 186 Texte publié par Gachard et par Fairon.
  • 187 E. Fairon. Régestes, t. IV, no 1016, d'après l’original lillois, 29 juillet.
  • 188 Lettre de Louis de Bourbon, de Huy, le 7 août (B.N., fonds français 2811, f° 102, original) publiée (...)
  • 189 Il s'agit des chevaliers Jean de Berlo, seigneur de Lavaux Sainte Anne, Baudoin de Hollogne et du s (...)
  • 190 Cf. les deux lettres des maîtres de la Cité du 1er et du 10 août.

85La présence d’A. de Chabannes, comte de Dammartin, est attestée dans la seconde quinzaine de juin à Mouzon : des Liégeois réfugiés dans les bois184 se livraient à des pillages sur la frontière luxembourgeoise du côté d’Yvois et provoquaient une réaction du gouvernement des Pays-Bas auprès du souverain français185. Un mois plus tard, il est à Soissons accompagné de l'évêque de Langres et reçoit des instructions royales relativement à une négociation à entreprendre du côté de Liège. La Cité avait en effet député le bourgmestre Gilles de Huy le 15 juillet à la Cour et sans doute réclamé la venue d’une députation française186. Le 26 juillet, les deux diplomates s’adressent aux autorités communales liégeoises et sans doute aussi à l’évêque de Liège, séjournant à Huy, pour faire connaître leur mission. Celui-ci rentrait alors de Bruxelles où il avait été remettre au duc Charles le soin de résoudre le conflit qui l’opposait à ses sujets187. Néanmoins, il répondit favorablement aux deux diplomates français188 et le 7 août leur envoyait deux conseillers et son secrétaire pour ouvrir la négociation189. Toutefois il ne voulut pas leur permettre de se rendre à Mouzon, pour des raisons de sécurité, et l’entrevue se tint à Bouillon le 11 août. En revanche, les magistrats liégeois s’excusèrent de ne pouvoir se rendre à la frontière et réclamèrent la présence des ambassadeurs français à Liège même (1er août). Malgré les instances de ceux-ci, ils persistèrent dans cette attitude, invoquant le danger du voyage, le manque de personnalités qualifiées pour traiter et la nécessité de soumettre en tout état de cause tout projet d’accord à la ratification du « commun »190.

  • 191 Cf. rapport des ambassadeurs du 13 août.
  • 192 La présence d’une force armée française est attestée par le chroniqueur Jean de Roye (Chronique sca (...)
  • 193 Lettre de la Cité au roi, 19 août, publiée par Gachard et Fairon.
  • 194 D'après Chastellain, le duc Charles envoya Adolphe de Clèves pour sauver la place, mais il était tr (...)

86A Bouillon, au dire des ambassadeurs français, la rencontre fut heureuse : ils surent persuader les députés du prince-évêque du désir du roi de « trouver bon accord » et de s’en remettre à lui pour garder les droits de son église191. Mais la carence des autorités communales liégeoises ne permit pas d'aller plus loin. On proposa l’envoi à Liège du gouverneur de Mouzon, Jean de Suzanne, à condition de recevoir des passeports du prince-évêque et du duc de Bourgogne et de ne devoir pas être accompagné de gens d’armes, que les Liégeois continuaient à réclamer192. La mission ne put avoir lieu. Quelques jours plus tard la Cité, s’adressant directement au roi, lui faisait part de la destruction des murs de la petite ville de Ciney par les Bourguignons, du consentement de l’évêque193. Et, le 17 septembre, par un coup de main audacieux, les milices communales s’emparaient de Huy, d’où le prince-évêque s’échappa à grand-peine194.

  • 195 Cf. Chastellain, chap. XXXI, XXXII, XXXIV et XXXVI. Il y aurait eu trois démarches du connétable qu (...)
  • 196 La démarche du légat était motivée par les plaintes adressées à Rome à la suite de la destruction d (...)

87Dans de telles circonstances, on s’explique mal la portée des démarches diplomatiques qui se multiplient. Le roi de France fait intervenir le connétable de Saint Pol à Bruxelles pour obtenir une suspension des hostilités pendant un an entre lui, ses alliés et le Bourguignon. Mais il ne put obtenir qu’un armistice de six mois, tout en en excluant les Liégeois195. L’archevêque de Milan, Etienne Nardino, légat envoyé par le pape, joint ses efforts à ceux du cardinal La Balue pour apaiser le duc et négocier une solution du différend qui plus que jamais oppose le prince-évêque à ses sujets196. Tout cela fut extrêmement mal accueilli à la Cour de Bourgogne.

  • 197 Chronique d’Adrien, p. 175.
  • 198 B.N., ms. français 20.685, f° 419 : « 137 livres 10 sols à François Royer, bailli de Lyon, pour un (...)
  • 199 Ibid., f° 447 « Jehan Blandin, écuyer d’écurie du Roy, 68 livres 15 sols en octobre pour faire un v (...)
  • 200 Voir c. Gaier, op.cit., pp. 342-348.

88A Liège même apparaît le1er octobre le bailli de Lyon, François Royer197, qui y demeura un mois et dont la mission fut pour le moins ambiguë. Les sources françaises ne nous révèlent que le coût de son voyage198, ainsi que celui du déplacement d’un écuyer pendant la même période199. Les discours qu’il tint semblent prouver qu’il devait maintenir les Liégeois en haleine pendant la négociation menée à Bruxelles, mais sa participation, après tout courageuse, à la campagne de Hesbaye qui aboutit le 29 octobre au désastre de Brustem200 ne permet pas de douter de l’engagement périlleux où sa mission le conduisait. Mais venu sans escorte royale et sans argent à distribuer, on voit mal la portée exacte de celle-ci. Quoi qu’il en soit, les 3 ou 4.000 cadavres que les Liégeois laissèrent, avec plusieurs de leurs chefs, sur le champ de bataille et l'abandon de la capitale à la discrétion du duc de Bourgogne mettent un tragique point final à cette avant-dernière phase du drame.

  • 201 Seule la ville de Saint-Trond défendue par R. de Rouveroi fit une belle défense.
  • 202 Voyez à ce sujet l'article du professeur P. Gorissen ci-dessus.
  • 203 Sur le rôle d’Humbercourt, voir la contribution de M. Paravicini, ci-dessus.
  • 204 Le total des frais mis à charge des Liégeois fut, l’année suivante, converti en une rente annuelle (...)
  • 205 Le chapitre cathédral contracta une dette de 50.000 florins pour pouvoir s'acquitter de sa contribu (...)

89Les villes du pays de Looz capitulèrent les unes après les autres201. La capitale, après quelques remous, s’en remit au vainqueur qui pénétra dans ses murs le 17 novembre. Dix jours plus tard, la sentence bourguignonne s’abattit sur la Cité, impitoyablement202. Le régime nouveau, symbolisé par le gouvernement du principal lieutenant du Téméraire, Humbercourt203, a fait l'objet de savantes analyses auxquelles nous renvoyons pour ne pas répéter ce qui a été excellement exposé. L’indépendance nationale, le régime institutionnel démocratique avaient vécu. Exécutions, exils, confiscations, amendes204 frappèrent les Liégeois. L’Eglise elle-même n’est pas épargnée et ses biens sont mis à contribution205.

  • 206 L'ouvrage est publié dans les Veröffentlichungen des Max Planck Instituts für Geschischte de Gottin (...)

90Ainsi parvenu à la dernière année de la tragédie qui devait s'achever par la ruine complète de la capitale de la principauté, nous devons constater la quasi-impossibilité de renouveler sensiblement l’état de nos connaissances. Non seulement le récit qu’en a donné en 1910 G. Kurth demeure et de loin le meilleur qu’on puisse lire, mais les découvertes d’archives de ces cinquante dernières années n’ont pas modifié l'aspect international du sujet. Récemment M. Karl Bittmann a consacré plusieurs centaines de pages aux événements des années 1467-1468 dans le premier volume de sa grande œuvre Ludwig XI und Kad der Kühne206. Il n’hésite pas à faire de l’épisode liégeois le centre d’intérêt de la fameuse entrevue de Péronne, mais à l'exception d’une contribution des archives milanaises, nous ne voyons pas qu’il ait considérablement enrichi le sujet. En d’autres termes, tout ce que l’on peut comprendre de la politique française à l’égard de Liège reste sujet à des hypothèses qu’aucune source nouvelle depuis Comines ne vient étayer. Une lacune d’environ cinq chapitres dans la Chronique de Chastellain nous prive de son récit pour l’épisode liégeois de 1468 et, du côté liégeois, l’excellence du fameux rapport du légat Onufrius, témoin oculaire des événements, tout en enrichissant la chronique d’Adrien d’Oudenbosch, ne peut que nous fournir les effets et non les causes des péripéties.

  • 207 Ceci résulte de la mention suivante dans un compte de l'année 1468 : « M. Jehan Cholet, chev. sr de (...)
  • 208 Voir sur tout ceci le récit de Kurth, pp. 286 et suiv.
  • 209 Humbercourt avait été appelé auprès du duc de Bourgogne et Louis de Bourbon s’était rendu à Maastri (...)
  • 210 Chronique d'Adrien, p. 202.

91Que devinrent les exilés et notamment les survivants des chefs populaires de la Cité après novembre 1467 ? Ils gagnèrent en général la France, les uns demeurèrent aux frontières, les autres et notamment Rasse de Heers207 se mirent directement au service de Louis XI. On ne signale plus rien à leur propos jusqu’en août 1468, moment où se dessine de leur part tout un plan d’attaque à l’égard de diverses places fortes (Bouillon, Franchimont, Montfort)208 et où, mettant à profit l’absence d'Humbercourt et celle du prince-évêque209 ainsi qu’une tentative du légat Onufrius de modération du régime imposé, ils s’avancèrent audacieusement par la vallée de la Meuse et s’emparèrent de la capitale le 9 septembre au cri de « Vive le Roi ! »210.

  • 211 Mémoire du légat Onufrius sur les affaires de Liège 1468 (éd. St. Bormans), pp. 104-105.
  • 212 Au cours de ses négociations, le légat avait pu arracher à Louis de Bourbon la promesse écrite de s (...)

92Il n’est pas prouvé que Louis XI, très occupé en septembre par les affaires de Bretagne, ait été à l’origine de ce coup d'audace, ni qu’il ait directement soutenu l’offensive des « exilés » liégeois dont tous les témoignages montrent le dénuement. Mais il n’a pas dû tarder à être mis au courant de l’événement et à y faire écho. Bien que nous ne disposions d’aucune autre source que de la relation du légat, nous pouvons tenir pour certain qu’avant la fin du mois de septembre, le roi aurait envoyé un messager, accompagné de quelques religieux, pour avertir le nonce et les Liégeois de ses désirs : aussitôt que le prince-évêque serait revenu dans sa capitale, il serait fait appel au souverain français pour ménager la réconciliation, mais en cas de danger d’agression, celui-ci se disait disposé à venir en personne à la rescousse de ses amis211 ! On sait que ce messager parvenu à Liège dans les premiers jours d’octobre ne put atteindre le légat, parti le 2 octobre pour Tongres où il devait négocier à nouveau le retour de Louis de Bourbon212, qu’au moment où, à la suite d'un coup de main d’une rare audace, les Liégeois eurent surpris l’évêque, le légat et Humbercourt dans la nuit du 9 au 10 octobre et ramené victorieusement les deux premiers à Liège.

  • 213 Le récit classique de l’entrevue de Péronne est dû à la plume de Comines, alors au service de Charl (...)

93Onufrius nous rapporte qu’il ne put que décliner la proposition française qui lui parut pleine de dangers, surtout au lendemain du retentissant exploit dont la nouvelle parvint le 11 octobre à Péronne où, depuis deux jours, Charles le Téméraire était en conférence avec Louis XI. Croyant d’abord que l’évêque, le légat et Humbercourt avaient été assassinés et qu’il s’agissait d’un coup bas de son redoutable et astucieux partenaire, le duc fut sur le point de tirer vengeance du roi en le retenant prisonnier, puis finit par conclure un pacte comportant une expédition de représailles et associant les deux souverains dans une répression dont les Liégeois feraient les frais (14 octobre)213.

  • 214 Voir en dernier lieu E. Lecros, Liège contre Bourgogne et spécialement les 600 Franchimontois chez (...)
  • 215 Un travail demeuré inédit de Mme Vrancken-Pirson a été consacré à cet événement.
  • 216 Le rôle particulièrement odieux du roi de France du 30 octobre au 2 novembre 1468 tel qu’il est rap (...)

94Il n’entre pas dans nos intentions de reprendre le récit des événements de la seconde quinzaine d’octobre, de la marche des deux armées, bourguignonne et française, à travers la principauté, les opérations de guérillas aux approches de la capitale, le siège mis devant celle-ci, l’héroïque aventure des 600 Franchimontois214, la résistance désespérée des derniers chefs populaires qui payèrent de leur vie le sacrifice de leur cause, le pillage de la ville et la destruction systématique à laquelle elle fut livrée215, sous le regard du souverain qui avait trahi les plus fidèles de ses alliés216 et sur les ordres de celui qui voulut effacer jusqu’au souvenir même de cette obstinée Cité. Le massacre de près de 5.000 personnes, combattants ou non, l’incendie des habitations des deux tiers d’une ville de quelque 20 à 25.000 âmes, la démolition pendant plusieurs semaines des constructions qui avaient échappé au feu, la traque impitoyable des survivants jusque dans le pays de Franchimont, les représailles exercées par l’autorité bourguignonne, la suppression de toute autonomie et la levée de contributions énormes, enfin le retentissement international de la catastrophe liégeoise, tout concourt à donner un caractère exceptionnel à l’événement de cette fin d’année.

  • 217 B.N., à Paris, ms. fr. 20.685, pp. 469 (1469), 508 (1470), 520 (1471), 532 (1472), 560 (1473), 592 (...)
  • 218 Ibid., p. 472.
  • 219 Ibid., p. 522, en 1471, avec cette mention « pour luy avoir un cheval ».
  • 220 Ibid., p. 688 (année 1478) « Dieudonné de Lintre, l’un des gentilhommes de l'hostel » 600 livres.
  • 221 P. Harsin, Etudes critiques sur l'histoire de la principauté de Liège de 1477 à 1794, t. I, p. 46.

95On pourrait s’étonner de ne pas trouver au cours des événements des mois de septembre et d’octobre 1468, la mention de Rasse de Heers. En effet, à deux reprises, son épouse est signalée dans la Cité. Peut-être le rôle infamant du souverain français l’aura-t-il retenu dans son exil, ou bien sa réputation de couardise trouverait-elle justification dans cette abstention ? Mais ce que nous voudrions verser à son dossier, c’est la preuve du crédit dont il continua à jouir à la Cour de France. Les comptes royaux nous le montrent, dès 1469, titulaire d’une pension de 600 livres pour chacune des années jusqu’à sa mort217, somme parfois accrue d’une gratification de 100 livres218 ou de 137 livres 10 sous219. Il est même permis de croire que son fils continua à jouir de la même faveur220. Nous avons signalé ailleurs la réapparition de Rasse en 1477 et sa mort soudaine après son retour d’exil221.

Annexes

Annexes

I

Traité d’alliance entre Philippe le Bon et Jean de Heinsberg, 3 juin 1421 (Bibliothèque municipale de Rouen, Collection Leber 3174 (5689) original muni de deux sceaux. Une copie contemporaine aux Archives du Nord, à Lille, B. 287, no 15.444).

Nous Philippe, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de Salins, Sr. de Malines et nous Jehan de Heynsbergh, évesque de Liege et conte de Loz, scavoir faisons que Nous, considerans la proximité de lignage qui est entre nous et qui, entre noz prédécesseurs contes de Flandres et évesques de Liege, ont esté ou temps passé, bonnes amistiez, confédérations et aliances et aussi que aucuns de noz pays, mesmement les pays et éveschié de Liege et conté de Namur sont marchissans et voisins les uns aux autres et pour autres grandes causes et considéracions qui à ce nous meuvent, avons fait et faisons par ces présentes bonnes et loyales amistiez, aliances et confédéracions l'un avec l’autre, nos vies durans, et promettons de bonne foy que nous garderons et procurerons le bien, honneur et prouffit l’un de l'autre et le mal, deshonneur et domage l’un de l’autre, si nous le savons le signifierons et y obvierons et l’empescherons de tout nostre povoir et que, nosdites vies durans, nous ne ferons ne, par noz subgez, souffrerons estre faicte aucune chose l’un contre l’autre, ne ne ferons aucunes aliances avecques aucunes personnes qui puissent estre ou préjudice l’un de l’autre et, par espécial, nous évesque dessusdit avecques Charles qui se dit Daulphin, ne autres tenans son party et ne souffrerons que noz pays de Liege et conté de Loz le facent ; ainçois se faire le vouloient, que Dieu ne veuille, nous l’empescherons de nostre pouvoir. Item que noz gens seront gracieusement receus et traictiez es pays l’un de l’autre et leur serat baillié conduit à leurs despens, se mestier est et ilz le requièrent.

En tesmoing de ce, avons fait mettre noz seaulx à ces présentes.

Donné à Grandmont le IIIe jour de junett l’an de grace mil CCCC vint et un.

Par mons[eigneur] le Duc Frambach mais.

II

Sauvegarde royale accordée à la Cité de Liège, 17 avril 1460 (De Bréquigny, Ordonnances des rois de France, t. XIV, pp. 492-493).

Charles, par la grâce de Dieu, Roy de France, scavoir faisons à tous présens et à venir, que, à la supplicacion et requeste de nos très chiers, bons et anciens amis les maistres jurez, conseil et université des cité, franchise et banlieue de Liege qui, sur ce, nous ont fait supplier et requérir et ayans en mémoire le bon et grand vouloir qu’ils et le peuple dudit pays ont eu de tous temps et encores ont à Nous et à la Couronne de France, désirans les garder et préserver de vexacions indeues, Nous, pour ces causes et considérations et autres justes et raisonnables qui, à ce, Nous ont meu et meuvent et par l’advis et déliberacion des gens de nostre conseil, avons ladicte Cité, ensemble desdicts maistres, jurés, conseil et université d’icelle cité, franchise et banlieue de Liege et tous leurs bourgeois et aussi ceux des bonnes villes et autres desdicts pays de Liege et de Loz qui vouldront et requerront y estre comprins et dont les dicts maistres, jurez et conseil de Liege seront tenus nous certiffier par leurs lettres dedans la feste Sainct Remy prouchainement venant, prins, mis et recueilliz, prenons, mettons et recueillons par ces présentes et chascun d’eulx, en et soulz nostre garde et proteccion, et leur avons ordonnez et depputez, ordonnons et dépputons par ces dictes présentes pour gardiens nos bailliz de Vermandois et de Vitry et leurs lieuxtenans présens et à venir, pour les garder et deffendre de tous ceux qui indeuement ou de fait les vouldroient molester, travailler ou opprimer en aucune maniéré en leurs libertez, franchises, privilèges, régiment, paix faites, anciens usaiges et en ce que leur loy leur sauve et garde et peut sauver et garder en icelles, demourans en la dicte cité et aux bonnes villes et autres desdictes pays et à chascun, ainsy qu’il appartient, en leurs plaines forces et vertuz et sans quelconque servitude.

Si donnons en mandement à nos bailliz de Vermandois et de Vitry ou à leursdictes lieuxtenans présens et à venir et à chascun d’eulx si comme à luy appartiendra, que en faisant lesdicts maistres, Jurez, conseil et université desdictes cités, franchise et banlieue de Liege, ensemble tous leurs bourgeois des bonnes villes desdicts pays de Liege et de Loz de nostredite garde jouir et user, ils les gardent et déffendent ou les facent garder et deffendre de par Nous de toutes injures, violences, molestacions et oppressions indeues, à l’encontre de tous ceux qui, indeuement ou de faict, leur vouldront donner trouble ou empeschement en leursdicts privilèges, libertez, franchises, régiment, paix faictes, anciens usages et en ce que loy leur sauve et garde ou leur peut sauver et garder et icelles demourans en leurs plaines forces et vertuz et sans quelque servitude, et s’aucune chose estoit faicte au contraire, si la réparent et remettent ou facent réparer et remettre sans délai au premier estat et deub eu ceste nostre présente garde, signifient et publient ou facent signiffier et publier ez lieuz et ainsy qu’il appartiendra.

Et pour ce que, de cesdictes présentes, on pourra avoir afaire en plusieurs lieux, Nous voulons que, au vidimus d’icelles, faict soubz séel royal, foy soit adjoustée comme à l’original.

En tesmoin de ce, Nous avons faict mettre nostre séel à cesdictes présentes. Donné aux Roches Tranchclion en Touraine, le 17 avril 1460 après Pasques et de nostre règne le XXXVIIIe.

III

Sauvegarde royale à la noblesse et aux villes du pays de Liège, 23 septembre 1461 (Bibliothèque nationale à Paris, ms. Dupuy, 157, f 45-46).

A tous ceulx qui ces présentes lettres verront, Jacques de Villers, seigneur de Lisle Adam, conseiller chambellan du Roy nostre sire et garde de la prévosté de Paris, salut.

Scavoir faisons que nous, l’an de grâce mil quatre cens soixante ung, le dimanche XXVIIe jour de septembre, veismes une lettre du Roy nostredict Sr. scellée de son scel en double queue sur lacs de soye et cire vert, desquelles la teneur ensuit.

Louis par la grâce de Dieu, Roy de France, scavoir faisons à tous présent et advenir que, à la supplication et requeste de nos très chers, bons et antiens amys les nobles, barons, chevaliers et escuyers du pays de Liege, duché de Buillon et comté de Looz, les maistres, jurez, conseil et université de la dicte franchise et banlieue de Liege et aussi de toutes les autres bonnes villes desdict pays de Liege, Duché de Buillon et Comté de Looz, ensemble tous les manans et habitans en icelle Cité, bonnes villes et pays qui, sur ce, nous ont faict supplier et requérir et ayans en mémoire le bon et grand vouloir qu’ilz ont eu de tout temps et encore sont à nous et à la couronne de France, désirans les préserver et garder de vexations indeues, Nous... avons lesdicts nobles, barons, chevaliers et escuyers desdicts pays de Liege, Duché de Buillon et comté de Looz et lesdicts maistres, jurez, conseil et université de la dicte franchise et banlieue de Liege et aussi de toutes les autres bonnes villes des dicts pays de Liege, Duché de Buillon et comté de Looz, ensemble tous les manans et habitans en icelles Cité et bonnes villes du pays, prins et recueilliz, prenons, mettons et recueillons par ces présentes et chacun d’eulx en et soubz nostre protection et garde et leur avons ordonnez et députez, ordonnons et députons par ces dictes présentes pour gardiens nos baillifz de Vermandois et de Vitry et leurs lieutenans présens et à venir pour les garder et déffendre de tous ceux qui indeuement ou de faict les voudraient molester, travailler et opprimer en aucune manière en leurs franchises, privilèges, régiment, paix faictes, anciens usages et en ce que loy leur saulve et garde et peut sauver et garder et icelles demeurans en leurs plaines forces et vertus et sans quelque servitude.

Si donnons en mandement à nosdicts baillifs de Vermandois et de Vitry ou à leurs lieutenans présens et à venir et à chascun d eulx, si comme à luy appartiendra, que, en ce faisant, lesdicts nobles, barons, chevaliers et escuyers desdits pays de Liege, Duché de Buillon et Comté de Looz et lesdicts maistres, jurez, conseil et université de la dicte franchise et banlieue de Liege et aussi de toutes les autres villes desdicts pays de Liege, Duché de Buillon et Comté de Looz, ensemble tous les manans et habitans en icelles Cité, bonnes villes et pays joyr et user de nostre dicte garde. Ilz les gardent et deffendent ou les facent garder et deffendre de par Nous de toutes injures, violences, molestacions et oppressions indeues à l’encontre de tous ceulx qui indeuement et de faict leur voudraient donner trouble ou empeschement en leursdicts privilèges, libertez, franchises, régiment, paix faictes, anciens usages et en ce que loy leur sauve et garde, peut sauver et garder et icelles demeurans en leurs pleines forces et vertuz et sans quelque servitude. Et s’aucune chose estoit faicte au contraire, si la réparent et mettent ou facent réparer et remettre sans délay au premier estât et deu en cette nostre présente garde, signifient et publient ou facent signifier ou publier ès lieux et ainsi qu’il appartiendra.

Et pour ce que de cesdictes présentes, on pourra avoir affaire en plusieurs lieux, Nous voulons qu’au vidimus d’icelles, faict soulz le seel royal, foy soit adjoustée comme à ce présent original. Et combien que nostre très cher et très aimé cousin l'évesque de Liege et ceux du Chappitre de la dicte Cité de l'Eglise ne soyent, aucunement nommez, ni compris en cette présente garde, néantmoings, nous voulions, leur offrons et nous plaist qu ilz y soyent compris, toutesfois et quantes que requérir le voudront. Car, par ceste présente, Nous n’entendons avoir faict ne voulu faire chose que soit au préjudice ores ou pour le temps advenir de la juridiction spirituelle haulte et seigneurie temporelle de nostre Cousin, l’evesque de Liege. En tesmoing de ce, nous avons faict mettre nostre seel à ces présentes. Donné à Paris, le XXIIIe jour de septembre l’an de grace 1461 et de nostre règne le premier.

Ainsi signé : Par le Roy en son conseil : J. de la Loire Visa

Et nous à ce présent transcrit ou vidimus. En tesmoing de ce, avons mis le seel de la dicte prévosté de Paris, l'an et jour dessus premiers dicts.

Signé Macquignon et scellé.

IV

Lettre de Rasse de Heers à Louis XI, 15 janvier 1467 (Archives du Nord, à Lille, B. 18.842, no 29.441, publiée par M. K. Bittmann, in Schweizer Beiträge zur allgemeinen Geschichte, t. VII 1949).

Tres christien, tres victorieu, tres resplendissant, tres excellent Roy. Tres chier Sire,

Humble subjection auvecques mon petit service premièrement recomandes et offers à vostre maiesté royaulle. A laqueille, très christien et très chier Sire, soit plaisir de scavoir que lez lettrez par vostre très bénigne grâce et plaisir à moy envoiiez, escriptes à Orléans le 8e jour de novembre par lesqueilles, vostre très super-habondante humilité pleest à moy escripte que se je vuille aller par devers vous et mener mon fil vous nous porvereis si bin que en deverons estre contens, avecques autres plaisirs ensi que vos dictes lettres plusadpleu continent, dont vostre récente mémore est asseis bin recors. Ay très humblement recheuwez et en este bin joyeu.

Et encors ay esté plus joyeu des secondez lettrez départ icelle vostre grâce derechieff à moy envoyez escriptes ossi à Orléans le XVe jour de décembre, certifiantes lesdictes premières lettres, ambdeux signées de vostre main, du contenu desqueilles et du bin et honneur qu’il pleest vostre dicte très bénigne grâce et maiesté royaulle, par icelles à moy faire et démonstrer, je vous gracie très humblement et le plus que faire puy.

Et enssuyant icelles, je estoy tout prest de moy movoir et transporter par devers vostredicte maiesté royale, mais affin que je moy polsisse partir par honneur de la bonne Cité et pays de Liege où je suy et ay este en leurs affaires et nécessités, je ay remonstrer secrètement aux maistres et aucuns du plus secret consseil de la dicte Cité et bonnes villes dudict pays, que je avoye intencion de moy ensi partir, lesqueilx de ce nyent bin contens moy ratinrent, non vuillans laissier partir deulx, considérer les affaires et dangiers esqueilx ils sont encors présentement ensi et par les maniérés qu’ilx en escripsent par leurs lettres envers vostre dicte maiesté royale, comme par icellez lettrez porat apparoir à vostre dicte maiesté.

Si prie très humblement à vostre dicte maiesté royale que par icelle raison vous plaise estre content et moy tenir à ceste foix pour excuser, car je en avoy très bon volloir et plaine intention.

Et nonporquant, très chier Sire, si suy et vuille y estre ma personne les mijens et très bienveullans prest et appareilliet pour à vostre dicte maiesté royaulle complaire en tous services et plaisirs que faire poroye, comme le porteur dicestes Gerar de Rasiiers, mon serviteur, plus amplement vous exposerat mon intention. Auqueil très humblement vous supplie qu’il vous plaise adjoster foix et crédence.

Très christien, très victorieux et très chier Sire, le benoit fil de Dieu vous maintengne en sa grâce, prospérité, victore, honneur et félicité, vous donst bonne vie et longe et acomplissement de vos désirs.

Escript à Liege le XVe jour de janvier.

Raes de Heers

De vostre maiesté royale humble petit serviteur Rausse de Lyntre seigneur de Heers, Chevalier

Au dos :

A très christien, très victorieux, très resplendissant et très excellent, mon très digne et très chier Sire, nostre Sire le Roy de France.

V

Lettre de Louis XI à Rasse de Heers, 24 avril 1467 (Archives du Nord, B. 838, no 16.521, publiée également par M. Bittmann).

Beaugency — 24 avril.

Loys, par la grâce de Dieu, roy de France. Très chier et bon amy, Nous avons puis nagueres receu voz lettres par vostre serviteur et oye sa créance et tant par lui que par la relacion de noz genz et Ambax[ad]eurs qui ont esté par delà avons esté informez du bon vouloir que vous avez envers nous et du bon recueil et termes que vous avez tenus a nosdicts ambaxadeurs dont nous vous mercions et avons bien entencion de le recongnoistre.

Il nous a semblé et semble que pour appaiser les débatz et questions qui sont entre beau cousin l’évesque du Liege et la cité et pour autres grans choses qui fort touchent le bien d’icelle cité vous devez incontinant envoyer devers nous le sire de Berloz ; si vous prions que y tenez la main et trouvez manière qu’il y viengne. Donné à Baugency le XXIIIIe jour d’avril

(Signé) Loys (Signé) Toustain

Au revers :

A nostre très chier et bon amy Rasse de la Rivière, Chevalier, Seigneur de Hers.

VI

Lettre d’A. de Chabannes, comte de Dammartin à Rasse de Heers, 6 mai 1467 (British Muséum, manuscrit 21.382, f° 1, original).

Monsieur Messire Rasse,

Je me recommande à vous tant et de si bon cueur. Comme depuis le Roy, mon souverain seigneur, m’a mandé que Messieurs de Liege lui avoient fait savoir et lui avoist requis par leur ambassade que dernièrement ont envoyé devers lui qui lui pleust leur envoyer quatre cens lances pour les loger dedans leurs pays et villes, le Roy m’a fait savoir que je m’y tire et que je y maine avecques moy quatre cens lances, dont il m’a baillé la charge et que je m’adroisse et conseille à vous, ce que j’ay intention de faire au plaisir de Dieu.

Mez, pour savoir les logis et les lieux où mesdits seigneurs du Liege me voudront loger et aussi pour savoir le chemin qui fauldra que je tiengne, j’envoyt ung gentilhomme nommé Guibert du Bos devers eulx et leur rest[?]ps de ceste matière, auquel j’ay charger se adresser et conduire par vous.

Pour ce, je vous prye que, le plus tost que faire ce poura, le faictes expédier et me mandés par lui ce que je auré affaire et lui faictes bailler par escript les logis où on me voudra loger et le chemin que je doiveré tenir et au plaisir de Dieu se mettera paine de acomplir les choses dessusdites.

Ainsi comme il a pieu au Roy mon souverain seigneur me faire savoir que je face, je vous prye que veilles croyre ledit Guibert du Bos de ce qui vous dira de par moy et ce aucune chose voullés, faictes le moy savoir et je le faire de très bon cueur, en priant Seigneur qui soit garde de vous.

Escript à Dampmartin, ce VIe jour de may.

En tout votre, le comte de Dampmartin, grantmaistre d’hostel de France.

A M. Messire Raes de la Rivière.

VII

Lettre de l’évêque de Langres et d’A. de Chabannes, comte de Dammartin à Louis XI, 13 août 1467 (B.N. à Paris, Fonds Moreau, 1047, pièce 62, original)222.

Au Roy, Nostre Souverain Seigneur,

Nous nous recommandons à vostre bonne grâce, tant et si très humblement que nous povons.

Et vous plaist scavoir, nostre souverain Seigneur, que en ensuivant ce que dernièrement vous avons escript, sommes venus de Soissons à Balahan, là où se dévoient rendre le damyseau Loys de la Marche, monseigneur de Cobbardine et le gouverneur de Mouzon, lesquels s’y sont rendus, réservé le dit damyseau Loys de la Marche qui s’est excusé, et, par le moyen dudit gouverneur, parlasmes audit Sr. de Cobbardine pour nous aider à conduire noz matières et à lui nous sommes addressés, parce qu’on nous avoit dit qu’il estoit neutre sans estre parcial ne pour monseigneur de Liege, ne pour ceulx de la Cité, car de tels gens nous fault aider. Par lequel escripvismes à Monseigneur de Liege et lui priasmes de lui dire aucunes choses de par nous, dont voulentiers prins la charge. Et nous sembla lors qu’il avoit grant voulenté de vous servir. Mais touteffois depuis l’une des parties n’a pas voulu que se meslast de ces matières et nous a renvoyé les lettres que lui avions baillées pour porter à Monseigneur de Liege. Ainsi de lui n’avons eu aucune aide, fors qu’il a fait conduire seullement ce porteur jusques en la Cité de Liege.

Après, sommes venus à Rhétel et de Rhétel à Mouzon, espérant là trouver les gens de Monseigneur de Liege, ainsi que escript nous avoit que les y envoiroit. Et pour ce qu’ilz firent difficulté de venir jusques audict lieu de Mouzon pour les dangiers et périlz des chemins, envoiasmes les quérir par ledict gouverneur de Mouzon, acompaignié de gens d’armes jusques au lieu de Bouillon, distant dudict Mouzon de cinq lieues et là se trouvèrent le XIe jour de ce moys comme est223 assavoir Messeigneurs Jehan de Berlo, seigneur de Levai, Baudouyn de Levai Houlongne, chevaliers et conseillers de mondit seigneur de Liege et maistre Liénard, son secrétaire. Ausquels avons dit et exposé bien au long ce qu’avions en charge de par vous, déclairant le vouloir qu’aviez de trouver bon accord entre monditseigneur de Liege et ses subgets, tendans à fin que le dit monseigneur de Liege se voulsist soubzmectre à tout ce que par vous en seroit dit et ordonné, aussi de venir par devers nous faire la dite submission et vous informer de ses droiz. En faisant lequel appointement et accord, aviez entencion de garder les droiz de lui et de son église, en maniéré qu’il auroit cause d’en estre content. Lesquelx ses conseillers et secrétaire avons trouvez, ainsi qu’il nous a semblé, très fort affectez au bien de paix et en grant voulenté de si employer, cognoissans l’onneur que vous faites à Monseigneur leur maistre, le signe d’amour que lui monstrez, aussi le grant bien que de ce en peut venir.

Et pour ce qu’il estoit besoing et nécessaire de savoir le vouloir de ceulx de la Cité et s’ilz se vouldroient pareillement soubzmectre à vous, estoit expédiant d’envoyer vers eulx aucun homme d’entendement, ce que n’estoit possible de faire sans seureté pour les dangiers des chemins qui sont si grans que homme du monde ne se oseroit aventurer d’y aller, n’y d’un cousté ny d’autre, pour double de la vie, ont prins la charge lesdicts chevaliers et secrétaire de faire avoir bonne et loyalle seureté tant de monseigneur de Liege que de monseigneur de Bourgoigne pour Jehan de Suzanne, votre gouverneur dudit Mouzon, lequel avons tousjours trouvé prest de vous servir et de qui nous sommes aidez en ces matières. Car, à la vérité, Sire, et avecques le bon vouloir qu’il a de vous servir, il est sage et bien entendu et bien séant en ces marches pour vous et seroit besoin que en eussiez beaucoup de telz et se vous lui faittes des biens, ils y serons bien emploiez, car il n’y espargne riens pour vous servir. Laquelle seureté nous doivent envoyer ou l’un d’eulx l’apporter dedans le XXIIe jour de ce moys. Et icelle eue, envoirons ledit Jehan de Suzanne en la dite Cité pour parler à eulx, tant de la submission que de l’autre point de noz instructions touchant les gens d’armes qu’ilz demandent pour les contenter au mieulx que nous pourrons par bonnes remonstrances, sans leur accorder ne promettre bailler gens en garnison.

Car de les faire venir vers nous, il n’y ne se fault point attendre, pour ce que quelque seureté qu’on leur peust envoyer à grant paine si oseroient fyer. Et pour ce que la ville de Rhétel est bien près de toutes marches et pour savoir nouvelles de toutes pars y retournons atendre la réponse de mondit seigneur de Liege, sans laquelle ne pouvons autre chose besongner.

C’est en effet, Sire, ce qu’avons peu faire depuis que sommes par deça, se les chemins feussent seurs, en manière qu’on peust aller et venir vers nous seurement et devers ceulx à qui avons à besongner, ce serait tantost fait ou failli. Mais il n’est pas possible au temps qui court à présent. Et encores se nous n’eussions amené des gens d’armes en grant nombre, ne fussions aller seurement audit Mouzon, pour les brigans qui sont es boys tout environ de ces marches.

Au partir de Mouzon, avons escript à ceulx de la Cité et fait savoir comme monseigneur de Liege a envoyé vers nous les dessusdits chevaliers et secrétaire et que avons entencion de brief envoyer vers eulx ledit Jehan de Suzanne qui leur est fort aggréable, afin qu’ilz n’ayent ymaginacion que leur veuillons aucune chose celer, mais qu’ilz cognoissent que leur voulons signifier et faire savoir tout ce que besongnerons.

Et afin, Sire, que ayez mieulx cognoissance des diligences qu’avons faites tant d’une part que d’autre, vous envoyons les lettres que monseigneur de Liege et ceulx de la Cité nous ont escriptes par lesquelles lettres de la Cité pouvez veoir la grant difficulté qu’ils font d’envoyer vers nous.

Des nouvelles de par deçà, n’y a que tout bien, Dieu mercy, fors que nous sommes de toutes pars environnez de mauvais aier et se meurent presque partout ez environs d’ici. Touteffoiz nous fuyons le mauvais aier le plus que nous povons. Nous ferons tousiours diligence de besongner au mieulx que possible nous sera et vous ferons savoir ce qu’aurons fait.

Nostre souverain Seigneur, nous prions le benoist filz de Dieu qui vous doint bonne vie et longue et acomplissement de voz très nobles et haulx désirs. Escript à Vendenesse224 le 13e jour d aoust.

Vos très humbles et obéissant subgets et serviteurs L’évesque de Lengres A. de Chabanes.

[H août]

Sire,

Depuis ces présentes escriptes, ainsi que ce porteur vouloit monter à cheval pour aller vers vous, avons receu lettre de ceulx de la Cité de Liege que vous envoyons, par lesquelles porez veoir qu’ilz preignent mal en gré de ce que nous ne sommes allez au Liege. Et pour vous donner entendre ceste allée qu’ils requièrent tant, c’est en intencion d’avoir les gens d’armes qu’ils vous ont tousiours requis, comme cognoistrez par leursdittes lettres.

Sire, vous savez que vous ne nous avez pas donné charge de aller au Liege, mais à Maizières ou à Mouzon, ce que nous avons fait. Car nous avons esté audit Mouzon. Et quant est à nostre allée au Liege sans les gens d’armes, elle ne vous eust pas esté honnorable, ne à nous proffitable, comme de ce avons esté advertiz par aucun qui veullent vostre bien.

Nous leur escripvons unes lettres à présent, desquelles nous vous envoyons le double et vous advertissons de ces choses afin qu’ayez advis sur tout.

Moy, comte de Dampmartin, envoyé à tous les cappitaines de par deçà et à ceulx qui ont charge des francs archers qu’ils soient prests. Car, ensuivant les lettres que les ostages ont escriptes à la Cité, ay esté adverty que monseigneur de Bourgoigne assemble grant armée et est à croire que ne le fait pas sans cause.

Je feray partir demain ou après ung homme pour vous advertir des choses plus au long. Leurs lettres contiennent qu’ilz nous envoyent aucunes coppies encloses dedans leurs dites lettres, ce qu’ilz n’ont fait. Et envoyent une ambassade devers vous ainsi qu’on nous a dit, sans aucune chose nous en faire savoir.

VIII

Note sur l’intervention de l’évêque de Soissons dans les affaires liégeoises.

Le chroniqueur Adrien d’Oudenbosch relate qu’en mars 1457, c’est-à-dire quelques mois après l’inauguration de Louis de Bourbon, arrivèrent à Liège, à une semaine d’intervalle, le sire de Blankenheim et l’évêque de Soissons, Jean Millet, le premier pour administrer les affaires temporelles, le second pour s’occuper des affaires spirituelles. Cette double intervention d’étrangers au pays de Liège est chose étrange.

Sans doute le nouveau prince n’avait que dix-huit ans et n’était pas encore prêtre, mais il était assisté d’un suffragant pour la gestion religieuse du diocèse. De qui pouvait émaner ce double choix ? On pense tout naturellement à Philippe le Bon, mais il serait étrange que celui-ci eût désigné un personnage aussi inféodé à la politique française que Blankenheim et un évêque attaché au service du roi de France, ainsi que Millet le déclare lui-même dans le document que nous allons signaler. Il est permis de supposer qu’une intervention de la famille de Bourbon et particulièrement de l’archevêque de Lyon, frère du jeune prince, est à l’origine de ces deux désignations.

Quoi qu’il en soit, Jean Millet apporta son concours à la cause de Louis de Bourbon, soit au sein du conseil privé de celui-ci, soit dans les démarches entreprises par la cour de Bourgogne pour amener un apaisement dans le premier conflit qui éclata entre le priice et ses sujets en 1459. Il négocia à Liège en octobre et semble avoir réussi à faire admettre une procédure d’arbitrage et même à faire agréer le roi de France comme arbitre225. Son influence paraît grandir encore en 1461 si l’on retient le rôle que lui attribue Adrien d’Oudenbosch dans le retour en grâce auprès du prince des anciens ministres de Jean de Heinsberg. Toutefois le chroniqueur ajoute qu’il entra en compétition avec le vicaire-général226, Walter de Corswarem, dont évidemment on ne voit pas bien comment 1 un et l’autre se partageaient la gestion des affaires spirituelles.

Le conflit se rouvrit en octobre 1461, lors de la mise en interdit de la capitale par Louis de Bourbon suivie du refus des Liégeois d’autoriser le retour des principaux partisans du prince, frappés par eux de proscription. On entra cependant dans la voie du compromis : une négociation fut menée à Maastricht tandis que le provincial des Carmes Jean Soreth s’efforçait de jouer un rôle de médiateur. Une première confrontation eut lieu en janvier 1462 mais n’aboutit qu’à un ajournement, tout en suspendant les effets de l’interdit. Une seconde phase s’ouvrit à Maastricht le 24 mars : elle devait se prolonger par des tractations à Liège et ailleurs. Elle s’achèvera sur un échec complet227.

C’est à propos de cette seconde phase ou du moins du début de cette négociation à Maastricht que nous pouvons verser au dossier un élément nouveau.

Adrien d’Oudenbosch était seul jusqu’à présent à nous informer de la présence à Maastricht de grands personnages : l’archevêque de Lyon y aurait accompagné son frère Louis de Bourbon, l’évêque de Tournai, Guillaume Filastre, y représentait Philippe le Bon, l’évêque de Soissons et le comte de Blankenheim y figuraient, ainsi que les bourgmestres de Liège, nombre de bourgeois délégués par les villes et les représentants du clergé. Or, une lettre adressée par Jean Millet le 7 avril à Charles de Melun228 à Paris nous donne les précisions suivantes.

L’évêque de Soissons est arrivé à Maastricht le jeudi 25 mars accompagnant Louis de Bourbon : aucune mention de l’archevêque de Lyon. Le même jour, arrivèrent les « ambassadeurs du duc » de Bourgogne, à savoir l’évêque de Tournai, le conseiller Pierre de Goux, le futur chancelier, le prévôt de Mons qualifié de conseiller, « Mons. de Blanbrehnen » qui ne peut être que Blankenheim, et un secrétaire. Enfin, ceux de la Cité et des autres bonnes villes. Aucune mention d’autres participants. Après quinze jours de discussion on n’est parvenu à aucun accord, mais l’évêque ne perd pas espoir d’une heureuse issue. Obligé de quitter Maastricht le lendemain pour se rendre dans son diocèse de Soissons où les cérémonies de la Semaine Sainte l’appellent, il assure son correspondant de sa volonté de servir le roi de France « en vray et léal subjet » de « son souverain seigneur » et lui donne le moyen de demeurer en contact avec lui pendant les semaines suivantes.

On voit par cette lettre que Jean Millet n’a certainement pas la direction d’une négociation de laquelle il va s’absenter et que le rôle capital appartient bien à l’ambassade bourguignonne ainsi que l’action connue de l’évêque de Tournai l’avait déjà révélé229.

Il semble que l’évêque de Soissons ne soit plus revenu au pays de Liège et que les cinq années passées auprès de Louis de Bourbon n’ont constitué dans sa longue carrière230 qu’une simple parenthèse.

Lettre de Jean Millet, évêque de Soissons, à Ch. de Melun, Maastricht, 7 avril 1462 (Bibliothèque municipale de La Rochelle, ms. 138, f° 293, original autographe).

Très cher et honnoré Seigneur,

Je me recommande à vous tant affectueusement comme je puis.

Or vous plaise savoir que Monsieur de Liege et moy en sa compaignie arriva en ceste ville le jeudi 25e de mars jour de la Nostre Dame et pareillement cedit jour y arrivèrent les ambassadeurs de mondit Seigneur le Duc, c’est assavoir Monseigneur de Tournay, Mons. de Goux, Mons. le prévot de Mons, conseilliers de mondit Seigneur le Duc, mons. de Blanbrehnen231 et ung secrétaire de mondit Sr le Duc ; y arrivèrent aussi ceulx de la cité de Liege et des aultres bonnes villes de Liege et de Loos pour pourvoyer et trouver manière de appaiser toulx différens estans entre mondit Sr. de Liege et les dessusdits de sa Cité et de ses pais et combien qu’il y ait de très grave difficultez d’un costé et d’autre, parquoy on n’y peut prendre ainsy briesve conclusion que je vouldroye bien, néantmoins j’ay ferme espérance que tout se conclurra au bien de paix, concorde et union et pour conclusion soiez tout certain, sanz le révoquer aucunement en doubte, que jamais ne seray en lieu ou place que je conseille ou souffre à mon povoir chose quelconque estre faitte que je puisse povoir trouver aucunement au desplaisir du Roy qui est mon souverain seigneur, mais tout mon désir est de lui obéir et le servir quelque part que je soy comme son vray et léal subget et ne eu oncques aultres voulenté et ay tant différé à vous escrire, parce que jusques à présent je n’ai peu parvenir à ce que de tout mon cueur je désiroye. Et pour vous porter seurement ces présentes lettres jusques à Paris, j’envoye ce propre messagier qui est seur et diligent et pour vous avertir je me partiray demain au vespre de ceste ville pour aler ung tour jusques à Soissons, ylec faire en mon esglise mon sain craisme et le service à Pasques, et ne povez faillir quant me vouldrez aucune chose escrire de bailler voz lettres à ma soeur ou à ung chapelain nommé messire Denis qui est tout gouverneur de mon beau frère l’avocat du Roy.

Si vous prie, très chier et honnoré Sr., que en toutes matières ezquelles je me pourray employer il vous plaise féablement et secrètenant me signifier le bon plaisir du Roy et le votre et vous me trouverez tel que le Roy, à la grâce duquel je me submectz du tout, vous en saura gré.

Et se chose vous plaist que faire puisse, mandez le moy et commandez car232 votre homme prest et appareillié à toutes choses possibles acomplir, comme Dieu le scet qui, très chier et honnoré Sr., vous doint joye, santé et bonne vie et longue.

Escript à Treith le VII jour d'avril, de ma main

L’évesque de Soissons le tout vostre serviteur et ami.

Notes

1 Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le xve siècle (Liège, 1887).

2 Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Hornes (Publ. in-4° dans le C.R.H., 1844).

3 Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. 43, 1913, pp. 99-190.

4 G. Kurth, op.cit., t. III, p. 18.

5 Archives dép. du Nord, B. 283, no 13829. On se demande pourquoi E. Fairon dans le t. III de ses Régestes, no 594 se contente d’une analyse de ce texte important révélé dès 1913 par E. Poncelet, Cartulaire du Chapitre de Saint-Lambert, t. V, no 1912.

6 E. Fairon, Régestes, t. III, no 598 : traité d'intérêt commercial signé à Diest le 6 février 1399 où l’absence de la participation du prince de Liège s’explique par le traité précédent, d’ailleurs aussi par la convention du 21 septembre 1347.

7 H. Laurent et F. Quicke, L'accession de la Maison de Bourgogne aux duchés de Brabant et de Limbourg, 1re partie (Bruxelles, 1939), p. 399.

8 Il ne s’agit donc pas d'une « adhésion à l'antipape Clément VII » mort d'ailleurs cinq ans auparavant, comme l’écrit G. Kurth, très mal informé ici encore de la nature des événements.

9 Nulle part, estimait-il, le succès de la démarche française n'eut autant d’effet que dans le pays de Liège (La France et le Grand Schisme d'Occident, t. III, pp. 283-285).

10 Il s’agit de la Chronique du règne de Jean de Bavière, publiée en 1913 par Balau, Chroniques liégeoises, t. I, pp. 148-150.

11 La date du 11 juin est celle de l’original du document conservé à Paris aux Archives nationales, J. 515, pièce 202 (cf. Fairon, Régestes, II, no 600), adoptée aussi par le chroniqueur susdit. Mais l’édition du texte dans l'Amplissima collectio de Martène et Durand, t. VII, c. 659-661, ainsi que les copies des Archives nationales, J. 518, f° 345 ou du manuscrit latin 1480A2 de la Bibliothèque nationale à Paris, fos 145-150 portent la date du 12 juin.

12 Question capitale si l'on retient avec Plaoul dans son discours de décembre 1406 qu’au diocèse de Liège « il y a bien 26.000 bénéfices » à pourvoir (Biographie nationale, t. XVII, p. 795-7, notice de Mgr Monchamp d'après un manuscrit de la B.N., 23428, f° 52 V°).

13 Les diplômes authentiques de ces trois résolutions sont conservés aux Archives nationales à Paris, J. 515, nos 205, 201 et 204

14 op.cit., p. 100. Nous nous demandons s’il n’y a pas confusion avec l’année 1398 où effectivement les élections eurent lieu en juin au lieu de juillet ?

15 Religieux de Saint Denis, Chronique de Charles VI, éd. Bellaguet, t. II, pp. 690-691. Ce chroniqueur, toutefois, rattache cet épisode à une deuxième démarche de Pierre « Plaon » qui aurait eu pour but de justifier une taxe à lever sur le clergé pour rembourser les emprunts contractés en France. Mais ce problème ne pouvait d'aucune façon intéresser les Liégeois.

16 L'original de ce diplôme était encore conservé au xviie siècle dans les archives de la Cité, mais il ne nous est plus connu que par une traduction latine de la pièce 30 du dossier 1334 de la Chambre impériale, reproduite dans E. Fairon, Régestes, III, no 601).

17 Tous ces personnages sont parfaitement identifiés par la chronique du règne de Jean de Bavière, déjà mentionnée. Celle-ci est au surplus seule à distinguer la résolution du 12/9 de celle du 6/10.

18 Il existe plusieurs originaux de cet acte. Du côté liégeois, le document a été perdu au xviie siècle ; du côté namurois, il a été conservé. Du côté français, il y a deux originaux, l’un coté J. 515, no 203, muni de deux sceaux, l’autre K. 55, pièce 4 bis, muni d’un seul sceau aux Archives nationales. Diverses copies en ont été faites, notamment dans le cartulaire du clergé secondaire. Il a été publié au xixe siècle, dans le B.C.R.H., 3e série, t. XIV, pp. 354-356 et est reproduit par E. Fairon, Régestes, t. II, n” 604 d'après l’original des A.N., J. 515, no 203. Nous signalons que le deuxième original des A.N., K. 55, 4 bis a omis la phrase sur les lettres d'expectative déjà accordées qui auront leur effet, mais qui ne seront plus admises à l’avenir. Une remarque encore : bien que Philippe le Hardi n’ait envoyé à Liège aucun ambassadeur le texte mentionne après le roi, la duchesse de Brabant et le comte de Namur, le duc de Bourgogne et de Limbourg, ce qui est logique puisque, depuis trois ans, la duchesse de Brabant a abandonné le Limbourg à l’épouse de Philippe le Hardi, en faveur d’Antoine de Bourgogne.

19 B.C.R.H., 3e série, t. XIV, pp. 356-357.

20 Kurth, op.cit., p. 22 et Daris, op.cit., p. 101.

21 L’original en a été perdu, mais une copie s'en trouve dans le cartulaire du clergé secondaire. Le texte en avait été publié dans le Thésaurus novus anecdotorum de Martène et Durand, t. II, c. 1250-1263 ; il a été résumé dans le B.C.R.H., 3e série, t. XIV, pp. 357-358.

22 Le texte est connu par le cartulaire du clergé secondaire, f° 78 et a été analysé dans ledit Bulletin.

23 H. Moranvillé, Relations de Charles VI avec l’Allemagne en 1400 (Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, t. XLVII, 1886, p. 4 du tirage à part).

24 La lettre de créance du roi « à ses très chiers et bien amez les maîtres, jurez et conseil de la Cité de Liege » porte que les ambassadeurs ont mission « de leur dire certaine chose touchant (le fait de l’union de notre Mère la sainte Eglise) » et « de nous signifier feublement se aucune chose avez à faire par deça... nous le accomplirons de bon vouloir » (ibid., p. 14, d’après un manuscrit de la Bibliothèque nationale, fonds français, 14.371, f° 137).

25 L'énumération des villes liégeoises à visiter porte Saint-Trond au lieu de Thuin, mais peut-être n’est-ce là qu’une erreur de transcription ?

26 Le document, donné à Paris en présence du duc de Bourbon et de Robert de Roissy, est signé du même secrétaire J. de Sanctis qui avait soussigné la lettre royale du 5 août 1399. La date, 2 avril 1399, doit se traduire par 2 avril 1400. Il a été publié par E. Poncelet, dans le tome VI, pp. 386-387 du Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert d’après une copie du xviiie siècle du liber tertius de la cathédrale, f° 172. Il est peu probable qu’à cette date on connut à Paris le document du clergé de Liège du 24 mars ; aussi pensons-nous qu’il s’agit d'un écho aux décisions d'octobre 1399. Mais, de toute façon, la démarche française d’avril-mai 1400 n’a laissé aucune trace dans les sources locales.

27 Sur tout ceci, nous renvoyons aux récits détaillés de Noël VALOIS, op.cit., t. III et de Françoise Lehoux, Jean de France, duc de Berri, t. II et III. Le R.P. de Moreau (Histoire de l’Eglise en Belgique, t. III, pp. 34-35) fait erreur en datant de 1405 le retour de la France au pape d’Avignon et plus encore en écrivant « Liège feignit d’abord de suivre cet exemple », et en rappelant que sous l’influence de Philippe le Hardi elle « avait adhéré officiellement en 1399 à la cause de Benoit XIII » !

28 Cet aspect du problème a été remarquablement mis en lumière par M. Arthur Minder, dans un travail malheureusement peu remarqué parce que publié dans une revue locale : La rivalité Orléans-Bourgogne dans la principauté de Liège (Bulletin de la Société verviétoise d'archéologie et d'histoire, t. 41, 1954, pp. 121-189). Sans toutefois apporter de documents inédits, il a renouvelé la question en reprenant toutes les sources imprimées et en démontrant l’impact Orléanais sur les événements liégeois.

29 C’est en effet sur la convocation de Jean sans Peur que Jean de Bavière mena à Paris 800 lances, 500 archers et 1.200 coutilliers d’après la chronique de Juvénal des Ursins à la date d’août 1405, confirmée par Jean de Stavelot (cf. Minder, op.cit., pp. 154 et 183).

30 La bulle datée du VI nonas octobris de la première année du pontificat d'innocent VII est bien du 2 octobre 1405 et non 1404 comme l’impriment E. Fairon (Régestes, III, no 636) et M. Lejeune dans son Introduction au catalogue de l'exposition de Liège, 1968, p. 25. L’erreur provient sans doute de ce que, Boniface IX étant décédé le 1er octobre 1404, le règne de son successeur aurait été supposé à tort avoir commencé le lendemain.

31 Le fait est attesté par le chroniqueur Monstrelet (chap. 31), souvent très bien informé. Du côté liégeois, il semble qu'on en puisse trouver une confirmation implicite dans le document dit Relatio schismaiis... publié dans le B.C.R.H., 4e série, t. XV, 1888 (Kurth, op.cit., p. 43).

32 La bulle de provision de l’évêque de Liège du 18 mars 1407 avait été publiée par Fairon, Régestes, t. III, no 649 d'après un vidimus de l’official de Liège du 24 juillet 1407. Cf. Tits-Dieuaide, Lettres de Benoît XIII, nos 528-532, 18 et 19 mars 1407.

33 Le seul fait qu'en 1409 tous les documents français relatifs à la soustraction d’obédience des Liégeois leur aient été restitués en original par les vainqueurs d'Othée suffirait à l'attester.

34 Alexandre V approuva d’ailleurs le 7 juillet 1409 les collations nouvelles de bénéfices enlevés par Jean de Bavière aux ecclésiastiques rebelles à son autorité (Bacha, Régestes de Jean de Bavière, dans le Bulletin de la Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège, t. XII, 1899, no 117. L’acte est donné à Pise et non à Paris comme l'écrit E. Fairon, Régestes, III, p. 90, no 1.

35 La série des bourgmestres élus annuellement devrait être sérieusement établie, car des divergences apparaissent dans les sources (Jean de Stavelot, Loyens, etc.).

36 L’élection, le 25 juillet 1403, de Baudouin de la Roche et du boucher Laurent Lambert (ou Lamborte) aux fonctions magistrales prouve que le pouvoir est encore du côté de la gauche

37 Voir à ce propos l’explication de G. Kurth, op.cit., pp. 365-366.

38 Il dut y avoir, au début d’octobre 1403, annulation des élections du 25 juillet et désignation, comme bourgmestres de Jean Renwart Orban et de Jacques de Grivegnée. Dès le 28 août, une paix de compromis, dite des Seize, avait été conclue. Et deux mois plus tard, les proscriptions frappent une vingtaine de Hédroits dont les deux bourgmestres de juillet 1403, l’ancien bourgmestre Jacques Badut, etc. Fairon en publie (op.cit., no 634) une traduction flamande, consignée aux archives de Cologne, mais le texte en avait été reproduit au xixe siècle dans la Relatio schismatis, pp. 13-14.

39 L’élection du 25 juillet 1406 étant postérieure à la rupture avec le prince (vers Pâques) doit être orientée à gauche.

40 La plus spectaculaire est l’enlèvement, le 2 avril 1404, en terre française, à Mouzon, d’un des bannis de 1403, le bourgmestre Laurent Lambert qui, conduit à Liège, y fut décapité. Le fait est connu à la suite de la rémission accordée le 25 août par le roi de France au bailli de Vitry pour avoir toléré cet attentat. Les auteurs du rapt sont cités dans la requête : Raoul de Flandre, chevalier, Henry Rappart, écuyer, « et autres » (Drouet d’Arcq, Choix de pièces inédites, t. I, p. 265).

41 Le 12 juillet 1403 eut lieu la désignation d’Henri de Perwez comme mambour, mesure rapportée en août.

42 L’histoire du schisme de Thierry de Perwez est à reprendre car seules ont subsisté les sources défavorables à cet avènement, accueilli dans un incontestable enthousiasme.

43 L’acte du 13 mai 1402 vise la compétence d’appel que s’arrogeait le tribunal de l’Anneau (E. Fairon, Régestes, t. II, no 108, t. III, no 625).

44 Question assez complexe exposée par Daris, op.cit., p. 42 : la sentence impériale est du 8 mai 1403.

45 Ed. Poncelet, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert, t. VI, pp. 848-849.

46 E. Fairon, Régestes, t. III, no 637 : l’acte est souscrit par 17 villes dont Maastricht.

47 La portée du document n’a pas toujours été bien comprise. Il s’agit d’unifier la conduite respective des villes à l’égard l’une de l'autre en ce qui concerne les aubins, les bannis ou l’exercice des privilèges individuels. On dénonce toutes les alliances étrangères, sauf à l’égard du Brabant et du Luxembourg. En cas de mesure d’interdit ou d’excommunication par le pape, l’évêque ou le clergé, les villes seront solidaires dans les condamnations pécuniaires, ce qui veut dire qu’elles s’y soumettront. Pas un mot ne laisse penser à une hostilité quelconque à l’égard du prince.
M. Minder (op.cit., pp. 151-153) a interprété le document comme constituant l'alliance des villes avec le parti Orléanais, en raison de la mention du « roi de Bohême, duc de Luxembourg » à côté de celle de la duchesse Jeanne de Brabant dans les alliances et confédérations maintenues. En fait, dit-il, il ne peut s’agir de Wenceslas mais bien du duc d’Orléans. Sans doute, mais il ne s’agit pas d’une innovation, l'alliance remontant au xive siècle et n’ayant comporté aucune conséquence particulière. On ne peut y voir aucune menace pour le prince au moment où le parti modéré exerçait le pouvoir dans la Cité. Au surplus lors de l’alliance urbaine du 1er octobre 1407, il n'est plus question du Luxembourg mais seulement du Brabant et de la Gueldre.

48 Le 5 janvier 1405, Jean de Bavière retire le privilège accordé à certaines villes concernant la juridiction de l'Anneau (Raikem, Recueil des coutumes, t. II, p. 129).

49 Le 3 avril, il édicte une réforme des cours spirituelles, après avoir précisé le 5 janvier la juridiction qu’il entend faire exercer à l’Anneau du palais.

50 Successivement Thuin (4 avril 1406), Dinant et Huy (14 avril), Tongres Couvin, Fosse, Looz, Bilsen, Herck signent un pacte d'assistance mutuelle avec Liège par reconnaissance de l’affranchissement des appels à l’Anneau du palais (Fairon, Régestes, t. II, nos 115, 116, 117).

51 La chronologie de ces événements devrait être revue : déjà, en juillet 1406, Jean de Bavière dénonce l'élection du mambour Henri de Perwez alors que Kurth (op.cit., p. 41) la date du 6 septembre dans la personne de Jean de Rochefort qui refusa la fonction et du 26 septembre dans celle de Henri de Perwez. A cette dernière date, toutes les villes sans exception, ainsi que des nobles font connaître la déposition de Jean de Bavière et l’élection de Thierry de Perwez comme évêque et de son père comme mambour (E. Fairon, Régestes, t. III, no 645, qui ne fait que reproduire l'acte publié par Schoolmeesters dans le B.C.R.H., 4e série, t. XV, p. 28).

52 Ce problème devrait également être soumis à un nouvel examen, mais notre propos n’est pas ici de l’aborder.

53 Le traité brabançon est publié par E. Fairon, Régestes, t. III, no 656 mais le traité gueldrois n’est connu que par une allusion dans l’acte de dépôt des chartes confisquées après Othée. Cf. Minder, op.cit., pp. 186-187.

54 Le seul épisode à noter est l’arrestation, puis la libération, en France du bourgmestre Jacques Badut, revenant de Marseille avec la bulle de confirmation de Thierry de la Marck : il y eut procès au Châtelet puis au Parlement de Paris (N. Valois, op.cit., t. IV, pp. 66-67 ; Cf. Minder, op.cit., pp. 160, 184-185).

55 Sur tout ceci voir les récits détaillés de Daris, de Kurth et de M. Minder.

56 Sur la bataille d’Othée, voir l’excellente mise au point de M. Gaier (Art et organisation militaires dans la principauté de Liège et dans le comté de Looz au moyen âge, 1968, pp. 312-320).

57 Le chroniqueur Monstrelet écrit que l’assemblée tenue à Paris pour procéder contre le duc de Bourgogne, responsable de l’assassinat du duc d’Orléans, fut paralysée par la nouvelle de la bataille d’Othée.

58 Il suffit de rappeler la rupture du lien de vassalité qui rattachait le Hainaut à l'Eglise de Liège, imposée par le comte Guillaume IV, frère de Jean de Bavière, à celui-ci.

59 Le récit de Kurth (op.cit„ III, pp. 85-88) est contredit par F. Schneider (Herzog Johann von Baiern, p. 69) et par F. Quicke dans le B.C.R.H., t. 90, 1926, pp. 221-222.

60 Ce diplôme, enregistré à la chancellerie impériale (Altmann, Die Urkunden Kaiser Siegmunds, Regesta imperii, XII, p. 147), connu par de nombreuses copies et publié une demi-douzaine de fois depuis le XVIIe siècle, n’est mentionné par aucun chroniqueur contemporain. Son authenticité n’est pas contestable.

61 G. Kurth, op.cit., t. III, p. 86, contra F. von Lôher, F. Schneider, F. Quicke.

62 À Liège, à la fin de décembre 1416, une ambassade de Jean IV avait sollicité l'investiture du Brabant et Sigismond avait refusé.

63 F. Quicke, Les relations diplomatiques entre le roi des Romains Sigismond et la Maison de Bourgogne, fin 1416, début 1417 (B.C.R.H., t. XC, 1926, pp. 221-222) : traité du 16 septembre 1417.

64 Il est à peine besoin de dire que, malgré la valeur de la monographie de F. Schneider sur Jean de Bavière, il reste encore bien des choses à expliquer au sujet de celui-ci. Par exemple, l'Itinéraire de Jean sans Peur établi par Petit note à la date du 17 décembre 1416 et du 17 janvier 1417 la présence d'ambassadeurs liégeois à Lille (pp. 430-431), c'est-à-dire avant et après le séjour de Sigismond à Liège. A quelle fin ?

65 Ed. Poncelet, Cartulaire de l’Eglise Saint-Lambert, t. VI, no 887.

66 Il s’agit du paweilhar M que nous avions consulté avant 1944 mais à un autre propos.

67 Il s'agit d’un paweilhar du château de Warfusée, no 42, f° 252 v° (actuellement coté 103) que M. Maurice Yans a très obligeamment consulté pour nous : or le texte en question est la traduction romane, datée du 27 mars, et quelque peu abrégée, de l'acte du 28 mars comme le signale E. Fairon, op.cit., p. 176, n. 1.

68 Poncelet, op.cit, no 886.

69 A. Leroux, Nouvelles recherches critiques sur les relations politiques de la France avec l’Allemagne, 1892, p. 165, n. 5, d’après Registerbuch, F., f° 3.

70 Les prétentions du marquis de Brandebourg furent d'abord soutenues par Sigismond qui fit assigner les villes liégeoises devant le tribunal impérial en janvier 1423 ; celles-ci firent bloc et s’adressèrent à Rome, d'où finalement, le 2 juin 1428, une sentence arbitrale les mit hors de cause à propos des dettes de Wallenrode (Fairon, Régestes, t. III, no 747, 757, 761, 763, 767, 770, 773, 774, etc.). Mais Frédéric de Brandebourg refusa de s’incliner.

71 L’original de l'acte est conservé à la bibliothèque municipale de Rouen dans la Collection Leber, no 3174 (5689), une copie s'en trouve aux archives départementales de Lille, B. 287, no 15444. Nous avons reproduit ce texte à la première annexe.

72 Ed. Poncelet, Les feudataires de la principauté de Liège sous Englebert de la Marck, p. 38.

73 Voir les documents reproduits dans Lacomblet (Urkunderbuch des Niederrhein, t. IV, nos 112, 122, 125, 131, etc.). Notons cependant que les deux actes cités par Poncelet (B.C.R.H., 4e série, t. IX, pp. 287-288) du 15 avril 1420 et du 24 août 1423, d’après les archives de Düsseldorf ne sont pas mentionnés dans Lacomblet : il s'agit de deux traités d’alliance où l’évêque de Liège est impliqué. La question demeure entière.

74 La sentence arbitrale du 31 décembre 1420 est publiée dans Fairon, Régestes, t. III, no 738. La somme fut acquittée en trois versements en 1421 et 1422.

75 Cela a été mis en évidence par M.J. Muller dans une communication au Colloque de Liège, dont malheureusement nous n'avons pu nous procurer le texte.

76 L’épisode de la guerre namuroise a été renouvelé par M. Jean Lejeune, dans l’Introduction au catalogue de l’exposition Liège et Bourgogne (1968) pp. 48-56 : la chronologie des événements a été rectifiée, certains faits datés de 1430 devant être replacés en 1429.

77 Ce personnage, avoué de Hesbaye et de Dinant, châtelain de Bouillon, seigneur de Sedan et de Rochefort, avait été mambour en 1418 et 1419.

78 La chronique de Monstrelet (IV, p. 392) nous livre leurs noms : Jean de Beaurain, Jean de Sommain, Jean de Floyon, « faussaire tenant le parti du roi Charles » (Jean de Clercq dit « faux visages ») : Kurth se fondant sur le silence de Jean de Stavelot et d’Adrien d’Oudenbosch, estime douteuse une intervention française, affirmée plus tard par Suffridus Pétri « instigante potissimum delphino Franciae » (III, p. 99, no 2). Mais il va de soi que le dauphin en question n'est pas le futur Louis XI alors âgé de 7 ans, mais le roi Charles VII en personne.

79 Une lacune dans le manuscrit de la chronique avait été cause du report en 1430 de faits de 1429 et de la méconnaissance d’une trève qui dura d’avril 1429 à avril 1430.

80 Nous hésitons à suivre M. Lejeune qui semble relier étroitement l'attitude singulièrement conciliatrice de Philippe le Bon aux revers éprouvés en avril-mai à Orléans par les Anglais : il est vrai que, à la fin de juillet, une trêve fut conclue entre Charles VII et le duc de Bourgogne, mais nous n’avons trouvé nulle part confirmation du renseignement fourni par M. L. Halkin à M. Lejeune sur une participation de Liégeois à l'attaque vaine de Paris de septembre 1429 : la chronique normande, invoquée, ne dit rien de tel (Lejeune, op.cit., p. 51).

81 Voir le récit de M. Gaier (op.cit., pp. 320-325) de cette campagne.

82 C'est l’interprétation que suggère du Fresne de Beaucourt dans son Histoire du règne de Charles VII, t. II, p. 38 : les chroniques de Chastellain et de Monstrelet y inclinent.

83 Chronique de Jean de Stavelot, pp. 272-281 ; Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut, t. V, pp. 125 et suiv.

84 Un premier quart fut payé le 9 mai 1433, un deuxième le 3 juillet 1434 et quatre autres versements furent opérés en 1434 et 1435 (Fairon, Régestes, III, nos 783 et 788).

85 Cf. Kurth, op.cit., III, p. 103.

86 G. Kurth, op.cit., t. III, pp. 104-118.

87 H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. II, p. 291, no 2, d’après une mention du registre 1862 de la Chambre des comptes de Bruxelles.

88 Les commissaires délégués par le Concile de Bâle se déclarèrent incompétents en la matière, 14 mai 1435 (E. Fairon, Régestes, III, no 793 ; cf. Fisen, Sancta Legia, II, p. 200, d’après les archives de la Cité).

89 E. Fairon, Régestes, t. III, no 787, d'après l'original des archives du Nord.

90 Le traité d’alliance négocié à Bâle fut promulgué à Vienne, en Dauphiné, le 8 mai 1434 (A. Leroux, Nouvelles recherches critiques sur les relations politiques de la France avec l’Allemagne, 1892, pp. 187-188).

91 Chronique de Ed. de Dynter, éd. de Ram, t. III, pp. 508-511.

92 Ibid., pp. 511-513.

93 Bibliothèque nationale, à Paris : pièces originales 2030.

94 Ibid., Collection Clairembault, ms 140, no 37.

95 Bibliothèque municipale de Reims, Collection Carré, no 32.

96 Du Fresne de Beaucourt, Histoire du règne de Charles VII, t. II, p. 510, no 2, mais cette référence est omise dans la table onomastique du tome VI. Il écrit Berlemont au lieu de Bellemont et Floron pour Floion. Il s'agit d'un seigneur liégeois au service du roi de France.

97 E. Fauron, Régestes, t. III, no 787 : l'original porte la signature autographe de Heinsberg, mais non celle du duc.

98 F. Fairon, Régestes, III, no 791. Les modifications portent sur l’absence de la participation de Maastricht et des traités avec le Brabant, G. Kurth, op.cit„ p. 122, comprend mal la portée du texte, mais dans l’ignorance du traité du 2 juin 1434, il écrit « Rien n'était moins justifié par les circonstances » et « jamais il n’avait été moins nécessaire de prendre des mesures de précaution contre le pouvoir princier » !

99 Le fait est attesté par les archives de Bamberg, à la date du 8 avril ainsi que par les Regesta Sigmundi d'Altmann, t. XI, no 11.084, à la mi-mars 1435 : le nom est Jean de Berlaimont, sire de Sloyon (sic), cf. Toussaint, Philippe de Bon et le Concile de Bâle, p. 114.

100 Cf. Kurth, op.cit., t. III, pp. 123-125 ; Gaier, op.cit., pp. 325-332.

101 B.N. à Paris, ms. fr. 32.511, f° 54 : mission de Jehan de Hely « pour voiage au pays de Liège de vers l'évêque : 30 livres ». Extrait d'un compte s’étendant d'avril 1436 à décembre 1438. Cf. Du Fresne de Beaucourt, op.cit.. t. III, p. 196, nos 1-2.

102 Fisen, op.cit., p. 204 en a consulté le texte aux archives de la Cité et dit qu’il s’agit d'un traité avec l’évêque et les Etats de Liège. Mais Jean de Stavedot plus explicite dit que « furent faites alloiauche entre le roy de Franche et Monseigneur l'Evêque de Liège et son paiis, si que tout che que les Liégeois poroient avoir forfait contre ledit roy ne adamagiet, ilh les quittait del tout et les pardonnait et que tout marchaidise posist alloir de l’une paiis en l’autre » (p. 383).

103 Pour le détail, voir les ouvrages de Tuetey sur les Ecorcheurs, t. II et de Leroux, op.cit., pp. 105-206, 275 et suiv.

104 Sur la négociation de Blankenheim à Liège en mai 1445 voir la chronique de Jean de Stavelot, pp. 547, 549, 552.

105 Voir Chestret de Haneffe, Histoire de la maison de La Marck, p. 107.

106 En 1446 on lut aux Etats des lettres du roi de France en faveur d’Evrard de la Marck (Chronique de Jean de Stavelot, p. 578). Il y eut encore en 1448 une démarche de l’Electeur de Cologne, à la demande de la France, sans meilleur résultat (Du Fresne de Beaucourt, op.cit, t. IV, p. 365).

107 Il aurait convenu de faire une place dans notre récit à l'affaire Guillaume Mariette, sorte d’agent double, au service du dauphin pour monter un complot, lequel fut dénoncé à Charles VII par le sénéchal Pierre de Brézé, avec la complicité dudit Mariette. Ce complot se situe en 1445-1447 et sa révélation en 1448, lors du procès de Guillaume Mariette (voir la Chronique de Mathieu d'Escouchy, t. III (1864), pp. 284 et suiv., Du Fresne de Beaucourt, op.cit., t. IV, chap. VII, pp. 202 et suiv.). Au cours de son procès, l’inculpé révéla plusieurs interventions dans les affaires liégeoises. Il est question, sans que l'on puisse dater les faits avec exactitude, d’une démarche que les bourgeois de Liège et d’autres villes de la principauté voulaient entreprendre auprès du roi de France et ensuite du dauphin, malgré l’opposition de leur évêque. Il y eut voyage de Mariette à Liège où il dépensa plus de 200 écus. L’interrogatoire ne permet guère de déceler les circonstances de son activité à l’égard des Liégeois, si ce n'est peut-être le passage suivant (p. 323) où nous lisons : « (Le Roi) m’envoya quérir et me dit que je deisse à aucun de son conseil comme les dits Ligois vendroient devers luy et le (dauphin) leur requérir amitié et aliance et pour les servir envers tous et contre tous, comme plus au long il avoit chargé à Brezé et Percigny me dire, lesquels me ordonna croire et faire et dire sur ce qu’ils me diraient. Ils m'en dirent autant que ledit Roi et avec ce que les principaux des 32 mestiers vinrent par diverses fois à moi, à une fois deux, l’autre trois, et les uns secrètement, les autres feignant eux venir esbatre avec moy et que iceuls me dirent comme ils cognoissoient bien que les dits seigneurs étaient tous vôtres et aucun dudit pays... ». Un peu plus loin le texte porte « ... on a trouvé les dits Ligois aussi mal disposés qu'il vous faudra entretenir le mieux qu’on pourra. Et me dit que celui vostre ordre qui est cy lui avoit dit que je avois dit à plusieurs dudit Liege, qui m’y avoit fait dire tout le pis du monde à l’encontre de vous... ». D’autres allusions, aussi énigmatiques, dans les réponses de Mariette dans l’interrogatoire où il fut soumis à la Côte Saint André, ne permettent pas de tirer au clair le rôle réel de cet espion, ni la portée de ses déclarations.

108 Bibliothèque nationale (B.N.) à Paris, fonds français, 5040, f° 22. De cette lettre de créance, la date est bien 1458 et non, comme l'indique l’inventaire, 1468.

109 Il ne faut pas y ajouter la révocation du mayeur, car celle-ci n'eut lieu que le 15 juillet 1459 ainsi que de Borman l’a démontré, contrairement au dire du chroniqueur Adrien.

110 Les comptes de la ville de Dinant (t. VII, pp. 22-23) à la date du 23 novembre 1458 prouvent qu'à cette date l’ambassade liégeoise repasse par Dinant venant de France.

111 Ce personnage aurait été armé chevalier par le roi, mais comme l'a prouvé E. Poncelet ce fait n’a rien à voir avec son surnom, Rutte ou Ruitte, qu’il portait déjà bien auparavant (L’avouerie de la Cité de Liège, 1932, p. 146). Mais son autre surnom « l’alemant » attesté par le chroniqueur Jean de Haynin, semble peu conciliable avec les sentiments francophiles dont il semble avoir été animé.

112 Le duc « pareillement, a été adverti que vous (le Roi) avez envoyé vostre prévost des maréchaux ou pais de Liege et, par le moyen de Jehan de Soumaing et autres, contendu trouver alyances oudict pays de Liege et que encore y contendez nomément contre mondit seigneur de Bourgogne ».

113 « Et au regard de ce que vous avez parlé touchant Talée du prévost des maréchaulx au pais de Liege et des aliances que le Roy a contendu y trouver contre mondit Sr. de Bourgogne... il ne sera pas trouvé que le dit prévost des maréchaulx eust oncques charge de par le Roy de besongnier avec ceulx dudit pais de Liege pour ladite matière, mais y est allé pour aucunes choses qui touchoient le fait de justice et honneur du Roy, à cause de certaines parolles qu'on disoit avoir été dites et semées par le seigneur de Camois, anglois, qui lors estoit oudit pais de Liege, et aussi n'estoit besoing que le Roy envoiast par delà pour faire aliances avec eux, car tousjours les Liégeois ont eu le Roy et la couronne de France en grant honneur, amour et révérence et offert plusieurs fois de le servir à l'encontre de ses ennemis, par quoy le Roy les a et doit bien avoir en son espéciale recommandacion » (Chronique de Mathieu d'Escouchy, t. II, pp. 403-404).

114 Adrien d’Oudenbosch fournit d’abondants détails sur les aléas de la négociation, mais on garde l’impression qu’il y a parfois confusion dans la chronologie : 1458 ou 1459.

115 Nous n’avons aucune indication d’ordre diplomatique sur une démarche liégeoise à la cour de France vers la fin de 1459, mais le fait reste vraisemblable.

116 Il est étrange qu’aucun paweilhar ne nous ait conservé le texte de la paix des Mineurs (vers août 1460) et que Fisen, au XVIIe siècle, déclare l’avoir vainement cherché.

117 Détails concordants d’Adrien, de Zandfliet, de Fisen.

118 B.N, à Paris, ms. fr. 20683, fos 49-50 : un don de 109 livres est accordé le 19 janvier 1460 (= 1461) à « Jehan de Sommain qui est venu avec les ambassadeurs de Liege pour les accompagner devers le Roy ». Une restitution de 163 livres est opérée à R. Cochmart écuyer, somme qu’il avait avancée pour « le défray de la dépense que les gens et chevaux de l’ambassade de Liege naguère venus devers le dit seigneur... au mois d’avril ».

119 Adrien signale un cadeau de 36 marcs d’argent à Gilles de Huy. Les Archives nationales (K.K. 51, f° 114) parlent d’un don à Jean de la Boverie, d’après Du Fresne de Beaucourt, op.cit., t. VI, p. 285.

120 Le texte en est connu par le manuscrit 188 de la Bibliothèque de l'Université de Liège, p. 299, et a été reproduit avec le titre inexact de lettre de neutralité par De Ram, op.cit, no 35, pp. 482-484. Fairon le signale simplement et ajoute que le paweilhar Masset en donne une transcription de l’original. Nous en avons reproduit le texte, en annexe no II, d'après l'édition du Recueil des ordonnances des rois de France, t. XIV, p. 492, faite sur l'original du Trésor des Chartes, 190, pièce 49.

121 Ces deux documents résumés par Adrien, Zandfliet et Fisen sont bien connus depuis la réédition par E. Fairon des textes du renouvellement de ces privilèges par Louis XI le 23 septembre 1461.

122 Nous croyons devoir dater de 1460 et non de 1459 (avril-mai) le renseignement fourni par Du Fresne de Beaucourt, op.cit., t. VI, p. 264, d’après les Archives du Nord (B. 2034, f° 120), et d’après lequel, apprenant que les Liégeois ont envoyé une ambassade au roi, Philippe le Bon mande auprès de lui Louis de Bourbon.

123 La nouvelle est rapportée par Chastellain et Adrien y fait allusion (cf. J. Dabin, op.cit., p. 114, no 2).

124 Thomas Basin (Histoire de Louis XI, éd. Ch. Samaran, t. I, pp. 48-49) raconte que Louis avait promis de son plein gré et sans que personne ne le lui ait demandé de donner une leçon aux Liégeois et de faire en sorte qu’ils obéissent au duc de Bourgogne qui les considérait comme des ennemis très dangereux. Faisant mine de s'acquitter de sa promesse, dès qu’il fut assuré de la mort de son père, il envoya vers le pays de Liège 500 lances des troupes paternelles... qui prirent logement dans la place de Mézières... Le chroniqueur se trompe toutefois en fixant à Tours et non pas à Paris la négociation avec l'ambassade liégeoise.

125 Elle se composait du doyen du chapitre, du chanoine Conrard de Horion, de deux députés de la noblesse (Conrard de Liers et Jean de Seraing), du bourgmestre Guillaume de la Violette, de Gilles de Metz, de Gilles de Huy, du receveur de la Cité Hellin, sans parler de Jean de la Boverie déjà à Paris et de Jean de Sommain qui fit encore office d’introducteur.

126 Très abondant récit d’Adrien d'Oudenbosch qui dit tenir les détails du receveur Hellin.

127 Les deux députés de la noblesse furent armés chevaliers.

128 E. Fairon, Régestes, t. IV, nos 884 et 885, reproduit le texte de deux de ces privilèges, l’un inédit (d’après un paweilhar), l'autre déjà publié, mais il omet le troisième que nous reproduisons à l'annexe III.

129 B.N. à Paris, fonds Dupuy, 157, fos 45-46. Il convient de rectifier une erreur de transcription dans le privilège relatif au droit d'aubaine publié par Fairon, mais déjà auparavant par Piot et par Straven : lire Bailli de Vitry (au lieu de Vimey) et, à la fin « par le roy en son conseil » (au lieu de et).

130 L’orthographe du nom de ce tribun est difficile à fixer : lui-même signe Rausse de Lyntre (cf. annexe IV), on trouve aussi Raze, Raes, Rasse, de la Rivière, de Heers, etc.

131 Le récit de G. Kurth, op.cit., t. III, pp. 166-170, d’ailleurs fondé sur celui des chroniqueurs peut être considéré comme objectif et satisfaisant.

132 Voir à l’annexe VIII un document inédit sur la conférence de Maastricht de mars-avril 1462 ainsi qu’un essai d’interprétation des interventions étrangères.

133 Chastellain, Œuvres (éd. Kervyn de Lettenhove), t. IV, pp. 228-229.

134 Il s’agit de la pièce justificative no 8, pp. 281-282.

135 Edouard d’York porte le titre de « comte de Marche ».

136 Le texte ajoute : « Si ceux de Liege pensent qu’il faut plus ample intelligence d’amitié entre eux et Henri, tant es communication de marchandises qu’autrement, le roi Henri est prest d’y entendre de sa part en tous termes de raison ».

137 Si l'on retient que du 5 au 15 juin 1462, la reine Marguerite est à Chinon pour demander des secours militaires à Louis XI (Basin, op.cit., p. 81), on recoupe la date de juin 1462 fournie par Chastellain pour la demande adressée aux Liégeois.

138 E. Fairon (Régestes, t. IV, nos 909-910) publie le texte de ces deux traités l’un d'après l'original des archives de Düsseldorf, déjà publié par Lacomblet (Uckundenbuch, t. IV, p. 401), l’autre d’après une copie du dossier 1334 de la Chambre impériale des archives de Liège. Seul le premier était connu de Kurth et de Dabin et ne semble pas avoir été compris. Le second est signé du comte palatin Frédéric, duc en Bavière (et non duc de Bavière), c’est-à-dire de l’électeur palatin. Les sceaux de la ville de Liège et de quatre villes thioises y ont été apposés. Adrien prétend que les Saint-Tronnaires refusaient d’y apposer leurs sceaux mais que Rasse les y contraignit. Enfin, de cette alliance défensive, on excepta le roi de France, sur la demande des Liégeois, et le duc de Juliers et de Berg, sur la demande de Cologne dans le premier traité.

139 E. Fairon avait imprimé (t. IV, no 915) une lettre des bourgmestres de Liège demandant un sauf-conduit à la ville de Cologne pour permettre à leurs délégués et à ceux de Tongres et de Hasselt de se rendre dans cette ville à une entrevue avec un seigneur de Bade. Mais la date du 27 mai 1464 dans le registre de Cologne doit être lue 27 mai 1466 (cf. no 994), ainsi que le démontre M. Kupper dans son article ci-dessus.

140 Cf. C. Gaier, op.cit., pp. 332-333. C’est pendant cette expédition que serait arrivé à Liège Tristan l’Ermite, chargé d’une mission temporisatrice.

141 Nous renvoyons à Adrien d’Oudenbosch (malgré certaines erreurs de chronologie rectifiées d’ailleurs par Kurth, op.cit., pp. 189-190) pour le détail de tous ces épisodes qui ne concernent pas directement notre propos.

142 Il convient de noter que la famille de Bourbon faisait partie de cette Ligue, avec le frère du roi, le duc de Bretagne, les Armagnac, etc.

143 Chastellain prête à Philippe le Bon s’adressant, à Bruges en décembre 1464, à des députés liégeois, le langage suivant (Œuvres, IV, p. 469) : « Je sais que vous autres du pays de Liège persévérez en vostre orgueil encontre mon nepveu, vostre seigneur et prince, et tendez à lui faire du pis que vous pouvez, comme mauvais, desloyal et rebelle peuple que vous estes, mais comme vous pouvez voir, vous pouvez savoir aussi que encore ne me suis eslongié de vous, mais suis icy tout à heure et à point pour venger mon nepveu du tort que lui tenez. Sy ne doubtez point que, quelconque délibération que j'aye faite d’aller sur les ennemis de Dieu, les Turcs, et que nostre Saint Père m’empresse et semond et que obligé me suis par promesse comme devant toute riens du monde, gardez que je ne vienne sur vous et que vous ne soyez les Turcs et la Turquie là où j’adresserai mon voyage, car aussi bien estes-vous une fausse mauvaise génération rebelle à Dieu et à Sainte Eglise et là où mon voyage sera aussi bien employé que sur les infidèles ». Et Chastellain ajoute : « De ces mots s’espouventèrent durement Liégeois et prirent retraite ».

144 Une lettre du 8 octobre 1464 de l’ambassadeur milanais à la cour dit que le roi a comblé d'honneurs cette ambassade qui aurait dit que les Liégeois sont et veulent être français (Hana dicto al Re che loro saro e voleno essere Francexi) et qu’ils sont prêts à faire la guerre au duc. Le roi aurait offert sa médiation qui aurait été acceptée (B. de Mandrot, Dépêches des ambassadeurs milanais, t. II, pp. 290-291).

145 Kurth, op.cit., t. III, pp. 197-198 : la nouvelle juridiction fut mise en place dès le mois de janvier 1465.

146 Voir à ce propos l’article de M. Kupper, ci-dessus.

147 Tous nos historiens ont cru que la mission diplomatique française envoyée à Liège avait pour but de recommander le comte de Nevers, mais ce qui se passa en 1467 à la mort de Philippe le Bon montre qu’il s'agissait des prétentions de ce petit-fils de Philippe le Hardi à la succession de Brabant.

148 B.N. à Paris, ms. fr. 20977, f° 505 : le texte en a été publié par Gachard dans ses Documents inédits, t. II, p. 197, et reproduit partiellement dans de Maulde La Clavière, La diplomatie au temps de Machiavel, t. II, p. 104.

149 Ce nom a été substitué dans le manuscrit à celui de Jean du Molin.

150 C’est le 16 mai seulement qu’elle partit de Montluçon munie d’une lettre royale de ce jour.

151 Cartulaire de Dinant, t. II, p. 95 en note.

152 Imprimé dans les Recueils diplomatiques de Léonard (t. I, p. 60) et de Dumont, t. III, pp. 328-329, reproduit par Gachard, op.cit., t. II, pp. 197-205 et par E. Fairon, Régestes, t. IV, no 930, ainsi que dans les Ordonnances des Rois de France, t. XVI, pp. 334-335.

153 Il était accompagné du chevalier Pierre Jodii, muni d'argent, qui demeura dans la cité jusqu'en septembre.

154 La ratification royale figure en original scellé dans les Mélanges Colbert à la B.N. à Paris, no 356, f° 224 (à la date erronée de 1475).

155 B. de Mandrot, Dépêches des ambassadeurs milanais, t. III, p. 205. Le fait demeure douteux car la dépêche est du 26 juin. En revanche, le 26 juillet Panigarola annonce au duc de Milan la présence d’une ambassade liégeoise venue offrir au roi les services de 4.000 combattants, contre l'entretien de 200 lances par celui-ci (ibid., pp. 247-248). En octobre, un ambassadeur liégeois est de nouveau signalé à Paris (p. 385) et la ville de Dinant s'inquiète dès le 22 septembre (Cartulaire, t. II, p. 127).

156 Voir cet étrange document dans l’édition d’Adrien d’Oudenbosch du baron de Borman, annexe I et dans Fairon, Régestes, IV, no 941.

157 Cf. C. Gaier, op.cit„ pp. 335-342.

158 Heylman avait dû attendre un sauf-conduit du duc de Bourgogne et avait laissé à Paris son compagnon Jean Collard pour avoir copie du traité de Conflans, d'après Adrien.

159 Lettre royale du 21 octobre, apportée par le sire Jeannot de Sainte Camelle, publiée par Kervyn de Lettenhove en note de son édition de Chastelain (t. V, p. 220) et par Vaesen et Charavay, Lettres de Louis XI, t. III, p. 2, reproduite encore dans FAIRON, Régestes, t. IV, n" 948.

160 L'ambassadeur du duc de Milan à Paris, toujours bien renseigné, rapporte tous ces faits (lettres du 29 octobre, 10 et 29 novembre) : il dit que le roi a vainement plaidé pour sauver les Liégeois des représailles du duc de Bourgogne et ajoute que si le roi les abandonne, son honneur en sera atteint. D’ailleurs, dit-il encore, les ambassadeurs venus de Liège s’expriment déjà sur le compte du roi en « stranie parole in sua vergogna » (Dépêches des ambassadeurs milanais, t. III, pp. 30-31).

161 Par un relevé de compte, nous apprenons qu’un certain Hector d’Ussel, chevalier et capitaine, aurait reçu 40 écus « pour un voyage fait hastivement » au pays de Liège en octobre 1466 (B.N., fonds français, 32.511, f° 253u). Peut-être s'agit-il de venir apporter la nouvelle de l’octroi accordé en septembre 1466 aux Liégeois de venir librement trafiquer dans le royaume (Ordonnances des rois de France, t. XVI, p. 520).

162 Lettres du 29 décembre 1465, 7, 23 janvier, 4, 9, 16 février 1466. Le 11 mars, l’ambassadeur milanais croit même que le traité conclu a été rompu, les gens de Liège et de Dinant se refusant d'être assujettis au duc de Bourgogne et préférant mourir (ma prima morire) que de capituler (Dépêches, p. 316). Le 23 janvier, l’ambassadeur explique comment il a réussi à se procurer le texte du traité conclu le 22 décembre que les Liégeois ont envoyé au roi mais que celui-ci se refuse à montrer (pp. 236-238).

163 La ville de Huy qui s'était dissociée de l’aventure put aisément conclure la paix le 5 décembre ; Liège et les villes flamandes ratifièrent le 22 janvier 1466 les conditions acceptées par leurs représentants le 22 décembre. La ville de Dinant fut exclue du traité définitif pour s'être particulièrement compromise dans une calomnie à l’égard de la naissance prétendûment illégitime du comte de Charolais.

164 Le 23 mars, treize bonnes villes concluent une alliance pour frapper de sanctions les négociateurs du traité (E. Fairon, op.cit., no 987). Le bourgmestre Jean de Seraing, l'un de ceux-ci, fut destitué ; Gilles de Metz fut condamné à mort et exécuté. Beaucoup de citoyens prirent la fuite.

165 Il avait d'abord été question de livrer dix meneurs à la vengeance du Bourguignon. Plus tard, il faudra fournir cinquante otages, dont trente-deux pour la Cité, afin de garantir le versement des sommes prévues.

166 C'est ainsi que les indemnités à verser au duc de Bourgogne (300.000 florins) et au comte de Charolais (150.000 florins) furent respectivement augmentées de 40.000 florins.

167 Le 27 janvier 1466, la Cité renonce au traité d'alliance du 17 juin 1465 (E. Fairon, Régestes, IV, no 979).

168 La bulle du 23 décembre 1465 du pape Paul Il est publiée dans son texte latin et en traduction française par De Ram, op.cit., pp. 542 et 639 et suiv. L’interprétation du document réclamerait une longue analyse qui sortirait de notre sujet.

169 Les archives de Cologne enregistrent une lettre du 27 mai 1466 des bourgmestres de Liège demandant un sauf-conduit pour les délégués de Liège, de Tongres et de Hasselt qui doivent rencontrer dans cette ville le seigneur de Bade (E. Fairon, Régestes, t. IV, no 994). Cf. l’article de M. Kupper, ci-dessus.

170 La capitulation de Dinant est du 25 août. Seule la ville de Thuin prêta son concours à la défense de la forteresse et fut en conséquence frappée d'une lourde amende et de la destruction de ses remparts.

171 Archives du Nord à Lille, B. 18842, no 29441. Nous devons la connais-naissance de cette lettre au professeur K. Bittmann (Zwei Briefe zur Geschichte Lüttichs and der Auseinandersetzung zwischen Frankreich und Burgund von 1467, in Schweizer Beitrâge zur aügemeinen Geschichte, t. VII, 1949), qui l’avait publiée voici vingt ans et qui nous aurait échappé si l’amabilité de M. Paravicini ne nous l’avait signalée. Vu son intérêt psychologique et vu le fait que c’est le seul écrit autographe conservé de Rasse de Heers, nous l’avons reproduit à la quatrième annexe.

172 Nous avons ainsi la preuve de l’existence de ce « conseil secret » dont parle Adrien, qui exerçait à Liège une dictature à la dévotion de Rasse.

173 Ce nom (« Gérard de Rosières ») avec celui de « Henry Thibault », en tant qu’ambassadeurs de Liège, apparaît dans la table des matières du manuscrit 6974, f° 297 v°, du fonds français de la B.N., mais nous n’avons pas découvert la date ni la mission dont il est ainsi question.

174 Adrien, de qui seul nous connaissons cet épisode, dit simplement que l'évêque était venu assurer aux Liégeois l’amitié du roi, connaître leurs griefs et travailler au rétablissement de la paix (op.cit., p. 161). Kurth (op.cit„ p. 248) ajoute, de son cru, que l’ambassadeur en sous-main devait l’entraver ! Le seul détail curieux que le texte d'Adrien signale est que dans son allocution le prélat aurait affirmé que Louis XI n’avait pas augmenté son armée, sans doute pour démontrer les intentions pacifiques du roi. Dans tous les cas, le fait que le prélat soit venu en bateau de Huy à Liège prouve qu'il est passé par Huy où séjournait Louis de Bourbon et qu’il a d’autant plus visité celui-ci que ses lettres de créance étaient conçues au nom de Louis XI et du duc de Bourbon.

175 C’est le second document que M. Bittmann révèle dans son article précité, mais nous l'avions découvert en 1935 aux archives de Lille et nous le reproduisons en cinquième annexe. Sa date pose un problème : « Baugency, 24e jour d’avril » : ce ne peut être 1464, le roi étant alors à Nogent, 1465 (à Amboise), 1466 (Meug sur Loire), 1468 (Amboise). Il ne reste que 1467, où le roi est à Blois le 18 avril, mais aucune autre lettre ne nous en est parvenue avant le mois de mai.

176 British Muséum, manuscrit 21.382, f° 1, texte original reproduit à la 6“annexe, ce qui permet de dater de 1467 cette lettre du 6 mai.

177 Ceci d'après la chronique d’Adrien.

178 Cérémonie qui eut lieu le 23 juillet à Herstal et à Boland.

179 Il s’agit de l'Histoire de la maison de Chabannes (1893) en 7 volumes plus 4 volumes de Preuves, parmi lesquelles cinq lettres (t. II, nos 74 à 78) intéressent notre sujet.

180 Ce sont les collections de Baluze (no 9675A) et de l’abbé Legrand (versée dans le fonds français 6974).

181 Analectes historiques, dans la 2e série, t. VIII des Bulletins de la Commission royale d’histoire, 1856, nos 128-132.

182 Fairon n’a toutefois reproduit que quatre lettres du Conseil de la Cité.

183 L'original de cette pièce découverte dans le Fonds Moreau de la B.N., ms. 1047, no 62 est reproduit à la 7e annexe.

184 Il s’agit sans doute des « compagnons de la verte tente ».

185 La lettre d’A. de Chabannes au roi est du 19 (et non du 29) juin et elle reçut réponse le 4 juillet. Le duc de Bourgogne réitéra ses plaintes le 2 juillet.

186 Texte publié par Gachard et par Fairon.

187 E. Fairon. Régestes, t. IV, no 1016, d'après l’original lillois, 29 juillet.

188 Lettre de Louis de Bourbon, de Huy, le 7 août (B.N., fonds français 2811, f° 102, original) publiée par le comte de Chabannes, Preuves, t. II, no 76. M. Bittmann l’a cru inédite et en parle dans le t. I, p. 216, no 2 de son ouvrage Ludwig XI und Karl der Kühne, 1964.

189 Il s'agit des chevaliers Jean de Berlo, seigneur de Lavaux Sainte Anne, Baudoin de Hollogne et du secrétaire « Lénart des Potoz ».

190 Cf. les deux lettres des maîtres de la Cité du 1er et du 10 août.

191 Cf. rapport des ambassadeurs du 13 août.

192 La présence d’une force armée française est attestée par le chroniqueur Jean de Roye (Chronique scandaleuse, éd. Lenglet, t. 11, p. 66) qui parle de 400 lances et de 6.000 archers et donne le nom de plusieurs capitaines dont deux sont cités dans une lettre de Chabannes, datée du 13 août et adressée au roi. Nous pensons toutefois que cette missive doit être antérieure au 10 août car elle est datée de Rhétel, alors que le rapport de l'évêque de Langres et du comte de Dammartin du 13 août est daté de Vandenesse. C’est dans cette missive que Chabannes, attendant la venue des gens de l’évêque, écrit « à ce que je puis connoistre, ils sont fort las de la guerre les uns et les autres ».

193 Lettre de la Cité au roi, 19 août, publiée par Gachard et Fairon.

194 D'après Chastellain, le duc Charles envoya Adolphe de Clèves pour sauver la place, mais il était trop tard : il ordonna la mobilisation de ses troupes, pour le 8 octobre.

195 Cf. Chastellain, chap. XXXI, XXXII, XXXIV et XXXVI. Il y aurait eu trois démarches du connétable qui demandait une cessation des hostilités pour le roi et ses alliés. Finalement, « le roi se déporta et céda entièrement de la guerre des Liégeois et de leur déffense » (pp. 357-358).

196 La démarche du légat était motivée par les plaintes adressées à Rome à la suite de la destruction de Dinant. D’après la correspondance de l'ambassadeur milanais à Paris, les Liégeois auraient accepté l’arbitrage du légat (lettre du 15 octobre publiée par Vaesen, Correspondance de Louis XI, t. III, pièce justificative no IX, p. 377).

197 Chronique d’Adrien, p. 175.

198 B.N., ms. français 20.685, f° 419 : « 137 livres 10 sols à François Royer, bailli de Lyon, pour un voyage au pays de Liege en septembre 1467 ».

199 Ibid., f° 447 « Jehan Blandin, écuyer d’écurie du Roy, 68 livres 15 sols en octobre pour faire un voyage au Liege ».

200 Voir c. Gaier, op.cit., pp. 342-348.

201 Seule la ville de Saint-Trond défendue par R. de Rouveroi fit une belle défense.

202 Voyez à ce sujet l'article du professeur P. Gorissen ci-dessus.

203 Sur le rôle d’Humbercourt, voir la contribution de M. Paravicini, ci-dessus.

204 Le total des frais mis à charge des Liégeois fut, l’année suivante, converti en une rente annuelle de 28.628 florins d’or, indépendamment des 2.000 florins de la rente de l’avouerie.

205 Le chapitre cathédral contracta une dette de 50.000 florins pour pouvoir s'acquitter de sa contribution.

206 L'ouvrage est publié dans les Veröffentlichungen des Max Planck Instituts für Geschischte de Gottingen, t. IX, I (1964).

207 Ceci résulte de la mention suivante dans un compte de l'année 1468 : « M. Jehan Cholet, chev. sr de la Choletière, cons. et chambellan du Roi 137 1. 10 s. pour plusieurs voyages qu’il a fait à l’ordonnance du Roi. M. Rasse de Lintre chev. du pays de Liege, 137 1. 10 s. pour semblable cause » (B.N., ms. fr. 20685, p. 434).

208 Voir sur tout ceci le récit de Kurth, pp. 286 et suiv.

209 Humbercourt avait été appelé auprès du duc de Bourgogne et Louis de Bourbon s’était rendu à Maastricht pour tenir une Journée des Etats. Seul le légat Onufrius demeurait à Liège, s’efforçant de trouver un terrain d’entente, après plusieurs démarches à Bruxelles, et après avoir suspendu toute mesure d'interdit.

210 Chronique d'Adrien, p. 202.

211 Mémoire du légat Onufrius sur les affaires de Liège 1468 (éd. St. Bormans), pp. 104-105.

212 Au cours de ses négociations, le légat avait pu arracher à Louis de Bourbon la promesse écrite de son retour à Liège pour le 30 septembre, mais au dernier moment, l’évêque se déroba.

213 Le récit classique de l’entrevue de Péronne est dû à la plume de Comines, alors au service de Charles le Téméraire et témoin direct de tous ces événements. M. Karl Bittmann a longuement discuté du problème central qu’il estime être l’épisode liégeois pendant ces derniers jours d'octobre.

214 Voir en dernier lieu E. Lecros, Liège contre Bourgogne et spécialement les 600 Franchimontois chez les littérateurs et les historiens, dans La Vie wallonne, t. 43 (1969), pp. 113-121.

215 Un travail demeuré inédit de Mme Vrancken-Pirson a été consacré à cet événement.

216 Le rôle particulièrement odieux du roi de France du 30 octobre au 2 novembre 1468 tel qu’il est rapporté dans Adrien d’Oudenbosch est sujet à caution. On sait que les Parisiens, au retour du roi, lui manifestèrent leur indignation.

217 B.N., à Paris, ms. fr. 20.685, pp. 469 (1469), 508 (1470), 520 (1471), 532 (1472), 560 (1473), 592 (1474), 655 (1476). Le compte de l'année 1475 fait défaut. Cf. encore ms. fr. 32.511, fos 289V, 292, 362 pour les années 1469, 1470, 1476.

218 Ibid., p. 472.

219 Ibid., p. 522, en 1471, avec cette mention « pour luy avoir un cheval ».

220 Ibid., p. 688 (année 1478) « Dieudonné de Lintre, l’un des gentilhommes de l'hostel » 600 livres.

221 P. Harsin, Etudes critiques sur l'histoire de la principauté de Liège de 1477 à 1794, t. I, p. 46.

222 Une copie du xviie siècle figure dans le manuscrit 6974 (fos 197-199) du fonds français de la B.N. à Paris : elle ne comporte que quelques variantes orthographiques.

223 La copie porte « le IIe jour de ce moys et est... ».

224 La copie porte Venderesse. En fait il s’agit de Vendresse, département des Ardennes, arr. de Mézières, canton d'Omont.

225 Il n'est pas interdit de penser que si celui-ci a été averti aussi rapidement de ce choix, c’est à la diligence de Millet qu’il le doit.

226 Et non pas chancelier, comme le dit Adrien.

227 Cf. Adrien, pp. 79 et suiv.

228 Il s’agit du grand maître de France nommé à cette fonction à l’avènement de Louis XI.

229 Cf. le récit d’Adrien.

230 Il mourut le 1er avril 1503.

231 Lecture douteuse : Blankenheim ?

232 Un mot illisible.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search