Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

IX. La confiscation des biens des sujets du prince-évêque de Liège dans les ressorts de Poilvache, Montaigle et Bouvignes. 1469-1474

Marie-Rose Thielemans

Texte intégral

  • 1 Publié dans D. Brouwers, Rançons et confiscations après le sac de Dinant de 1466, Annales de la So (...)

1C’est le 8 novembre 14651, que les premières confiscations aux dépens des Dinantais furent décidées par Philippe le Bon. Elles portèrent sur des biens situés dans le comté de Namur, plus précisément dans les ressorts de Poilvache, Montaigle et Bouvignes.

  • 2 Pour donner une appréciation métrologique, nous reprendrons ici les données de L. Génicot, L’Econo (...)

2Il n’était pas question d’un acte général mais, au contraire, de lettres patentes particulières. Le duc donnait à Antoine bâtard de Brabant, affin que tant de mieulx il puist entretenir son estat, des biens confisqués à six bourgeois de Dinant : Jean de Halloy, Jacques aux Brebis, Gilles de Fenal, François Sauvage, Colard et Jean de Wespin. Il s’agissait de revenus importants : une ferme sise à Hontoir qui pouvait rapporter 200 muids d’épeautre, propriété de Jean de Halloy, une ferme et une cour tréfoncière situées à Sommière d’un revenu d’environ 100 muids d’épeautre appartenant à Jacques aux Brebis, une cour tréfoncière à Sommière valant environ 30 muids confisquée à Gilles de Fenal, une maison fortifiée à Evrehailles appartenant à François Sauvage, d’un rapport de 200 muids d’épeautre, des rentes montant à 12 muids d’épeautre gagées sur des biens sis à Evrehailles appartenant à Collard de Wespin et, enfin, une maison, propriété de Jean de Wespin, valant 10 muids d’épeautre de rentes. En tout, la donation à Antoine bâtard de Brabant s’élevait à plus de 550 muids d’épeautre de rentes (mesure de Dinant)2.

  • 3 Une lettre de Philippe le Bon datée du 20 novembre 1465, informait Henri Magnus, lieutenant des fi (...)

3Il est vrai que le bénéficiaire devait, en compensation, se défaire de la seigneurie de Meerbeek près de Ninove, au profit de celui que désignerait le duc. Ce fut Pierre de Goux, chancelier de Bourgogne3. Une autre clause prévoyait qu’en cas de décès sans héritier légitime et direct du bâtard de Brabant, les biens et revenus sis dans le comté de Namur feraient retour aux domaines du duc.

  • 4 Adolphe Borgnet, Sac de Dinant par Charles le Téméraire, 1466, ASAN,. t. III, 1853, pp. 13-14.
  • 5 A. Borgnet, op. cit,. pp. 2-7 ; J. Bartier, Charles le Téméraire, Bruxelles, 1944, pp 104-105. La (...)

4Il faut souligner la date de cet acte : il se situe le 8 novembre 1465, au moment où l'administration de la ville de Dinant faisait des efforts méritoires pour punir tous ceux qui avaient insulté la Maison de Bourgogne4. En outre, parmi ceux auxquels des biens avaient été confisqués, se trouvaient des membres du patriciat (Jean de Halloy, François Sauvage, Jacques aux Brebis). Celui-ci, avec les batteurs, avait, tout au long des événements, tenté de modérer l’ardeur des petits métiers, les plus excités contre les Bourguignons5.

  • 6 S. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, Namur, 1881, pp. 297-299.
  • 7 D. Brouwers, Rançons et confiscations, p. 44.

5La confiscation fut étendue aux biens, terres, héritages, rentes, censes et autres revenues, situés dans tous les Etats du duc de Bourgogne, appartenant à tous les Dinantais, par un acte du 17 septembre 1466, après le sac de la ville par les Bourguignons. Le document précisait que tous les biens, même ceux donnés antérieurement par le duc, devaient être réunis aux domaines6. Ainsi, Antoine bâtard de Brabant perdait-il le bénéfice de la donation du 8 novembre 1465 et cela bien qu’il eût pris la précaution de faire déclarer à Philippe le Bon, par un acte du 18 novembre 1465, qu’en cas de restitution à leurs propriétaires des biens confisqués qui lui étaient attribués, il serait dédommagé7.

  • 8 Archives Départementales du Nord à Lille, no B 836/16123. La confiscation des biens des sujets du (...)

6Un an plus tard, les Liégeois et les Lossains subirent un sort analogue à celui des Dinantais et le 25 novembre 1467, Charles le Téméraire confisquait, à son profit, par un ordre adressé aux gens de la Chambre des Comptes de Lille, tous les fiefz nobles, tenemens, rentes heritables, censes, terres et seignouries situés dans les pays de Hainaut et de Namur appartenant aux sujets du prince-évêque de Liège8.

  • 9 Par un acte du 4 janvier 1468, Philippe le Bon mandait aux sénéchaux de Brabant, de Limbourg et de (...)

7Les églises parvinrent rapidement à faire échapper leurs biens à la confiscation9.

  • 10 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 1.
  • 11 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508 à 10512.

8Deux commissaires, maître Thomas Malet, maître de la Chambre des comptes de Lille, et Guiselin Vlieghe, auditeur à la même Chambre10, furent chargés de dresser la liste des biens sis dans les ressorts de Poilvache, Montaigle et Bouvignes ainsi rattachés aux domaines du duc de Bourgogne. Malheureusement, le registre où ils consignèrent cet inventaire ne nous est pas parvenu. Nous disposons seulement des comptes de la recette des revenus provenant de ces biens, tenus par Jean Salmon, receveur des domaines es termes de Bouvigne, Poilvache et Montaigle. Les deux premiers comptes couvrent la période s’étendant du 1er juillet 1469 au 30 juin 1471 et forment une recette séparée, tandis que les trois suivants, du 1er juillet 1471 au 30 juin 1474, sont fondus dans la recette générale du ressort11.

9Nous n’avons donc pas de témoignage pour la période qui suivit immédiatement le sac de la ville mais, d’autre part, les comptes qui sont parvenus jusqu’à nous comprennent non seulement les confiscations sur les Dinantais mais également celles qui frappèrent les autres sujets du prince-évêque de Liège.

  • 12 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508, f° 25. Voir L. Génicot, Le Namurois politique, économique (...)

10La région de la prévôté de Poilvache, de la terre de Montaigle, de Bouvignes et du ban d’Hastière se caractérisait par le nombre des enclaves de la principauté de Liège dans les terres du comté de Namur. La situation juridique de certaines localités était des plus compliquées. C’était le cas pour le ban d'Anthée et Morville ou monseigneur a ung ban qui est tresfons de Liege, et y a quatre seignouries cestassavoir : monseigneur le duc le quarte partie. Jehan de Sainselle deux quars et Gilles Danwaing laultre quart et y ont lesdits seigneurs, chascun pour sa part, seignourie haulte et basse et chascun officier a par luy qui exercent leurs offices en commun aux amendes et fourfaitures, chascun an, sa part et porcion, et autant lun que lautre, et mesmes es pasturages des bois ; y est aussi mondit seigneur hault avoué et toutesvoies cest pays treffons de Liege et y a mondit seigneur cens, rentes et autres redevances tant en argent, poulie et oeufz12.

  • 13 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.

11Des biens furent confisqués dans les terres de Poilvache, Falmagne, Leignon, Scy, Maillen, Falize, Godinne, Venalte (dép. de Crupet), Sorinnes, Boisselles (dép. de Foy-Notre-Dame), Lisogne, Spontin, Montaigle, Anhée, Sommière et ses dépendances Rostenne et Hontoir, Anthée, Morville, Bossière (dép. de Saint-Gérard) et dans la ville de Bouvignes13.

12De quelle nature étaient ces biens ? Une première remarque s’impose : il n’est pas fait mention de la confiscation de seigneuries, mais on trouve de-ci de-là dans les comptes la trace de rentes tréfoncières. D’ailleurs, il est extrêmement malaisé de définir la nature juridique des biens saisis : ce qui intéresse le receveur, c’est beaucoup moins de savoir s’il s’agit d'un fief, d’une censive, d’un alleu ou d’un démembrement de seigneurie, que de noter le revenu gagé sur ces biens qu’il a pu confisquer. Il est signalé de temps à autre, qu’il s’agit d’un fief mais, en général, il n’est pas fait mention de la nature juridique du bien. Il en est de même pour la nature des revenus : s’agit-il d’un fermage ou d’une rente, fût-elle un arrentement perpétuel ou une rente hypothécaire ?

  • 14 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.
  • 15 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 1948 : actes du 12 juillet et 12 août 1470 donnant la liste de (...)
  • 16 A.G.R., Chambre des comptes, no 10508, f° 25 : sise à Anthée.

13Les comptes donnent, pour un peu plus de 15 % des articles mentionnés, la superficie des terres confisquées (32 sur 195). Le total s’élève à 888 bonniers de terres, 24 bonniers de bois et 15 ½ bonniers et 5 journaux de prés. Bien qu’il s’agisse de renseignements très lacunaires, on peut constater que la confiscation porta sur un nombre considérable de bonniers. Pour avancer ceci, nous nous basons sur le premier compte qui a subsisté14 ; il faut cependant souligner que certains revenus importants cités dans l’acte du 8 novembre 1465 n’y sont pas mentionnés : on n’y relève aucun bien sis à Evrehailles appartenant à François Sauvage, Colard et Jean de Wespin. D’autres biens, dont on retrouve la trace dans les acquits, ne sont pas signalés dans le compte même15. Seule la surface des exploitations d’une certaine superficie est mentionnée dans les comptes. Ces exploitations se composent, en général, d’une maison qui peut être accompagnée d’autres édifices : grange, bouverie et même, dans un cas, d’une tour16. Il est constamment indiqué qu’il s’agit d’une exploitation à trois roies c’est-à-dire que l’on y pratique la jachère.

  • 17 A.G.R., Chambre des Comptes, fos 16 v° - 17.
  • 18 Id. ibid., fos 28 v° - 29.
  • 19 Appartenant à Louis de Celles : id„ ibid., f° 18.

14Certaines de ces exploitations étaient très importantes. La ferme de Jean de Halloy sise à Hontoir possédait 50 bonniers de terres à la roie, c’est-à-dire que son étendue totale était de 150 bonniers17. Une autre à Bossière, comprenait trois roies de 25 bonniers, 5 à 6 bonniers de prés et un bosquet, soit plus de 80 bonniers en tout18 ; une troisième exploitation à Sommière était composée de trois roies de 26 bonniers de terres, soit 78 bonniers au total19.

  • 20 On peut évidemment discuter sur ce qu’on appelle une grande exploitation. Pour notre part, nous es (...)

15Sur les 32 articles pour lesquels nous possédons des renseignements relatifs à la superficie, 8 postes concernaient des terres d’une surface inférieure à 10 bonniers, 3 entre 10 et 19 bonniers, 13 entre 20 et 29 bonniers, 3 entre 30 et 39 bonniers, une entre 40 et 49 bonniers, une entre 60 et 69 bonniers, une entre 70 et 79 bonniers, une entre 80 et 89 bonniers et une de 150 bonniers. Parmi les terres de peu de surface, on relève un pré d’un demi-bonnier et un autre de 4 à 5 journaux. Il faut insister sur le fait que seules des propriétés appartenant à des laïcs ont été confisquées. Il est intéressant ainsi de constater l’existence de très vastes exploitations faisant partie de la propriété laïque20.

  • 21 A.G.R., Chambre des Comptes, no 508, f° 3 v° : charruage en friche situé dans la mairie du ban de (...)
  • 22 Id., ibid., fos 16 v° - 17.

16Ces grandes exploitations étaient données à bail à ferme pour un laps de temps fixé le plus souvent à douze ans. Dans le calcul du prix du fermage entraient différents facteurs et tout d’abord, les charges pesant sur le bien dont le fermier était redevable : parfois, au contraire, la perception de rentes était attachée au bien et même, dans certains cas, charges et revenus se trouvaient conjugués ; l’état des bâtiments qui pouvaient avoir été brûlés au cours de la guerre, la qualité des terres intervenaient également ainsi que l’époque à laquelle le bail avait été conclu. Enfin, dans la région que nous étudions, certaines terres restèrent en friche pendant plusieurs années et il était impossible de trouver un locataire. Comme, le plus souvent, il n’est pas fait mention de ces différents facteurs, il est impossible de déterminer la moyenne du prix du fermage au bonnier. C’est ainsi que deux cherruages, tous deux de 8 bonniers à la roie, situés dans la prévôté de Poilvache étaient loués, l’un pour 6 muids de grain, l’autre pour 24 muids de grain21. Deux exemples de baux assez détaillés nous sont parvenus respectivement pour Hontoir et Bossière. L’exploitation de 150 bonniers à Hontoir avait été prise à ferme par Jean de Malonne (première échéance à la Saint-Jean 1469) pour neuf ans au prix de 122 muids de grain la première année et 142 muids les suivantes ; le bien était chargé de rentes pour 49 muids 3 setiers d’épeautre et avoine et de 30 aidants et 2 livres, mais le fermier percevait des revenus montant à 52 muids 2 setiers, 17 aidants, 20 chapons et 2 poules22.

  • 23 Id ibid., fos 28 v° - 29.
  • 24 L Génicot, L’économie namuroise au Bas Moyen Age (1199-1429), t. I, Namur, 1943, p. 107, à partir (...)

17Une exploitation de 80 bonniers sise à Bossière fut prise en bail à ferme pour douze ans, par l’abbé de Brogne pour 40 muids mesure de Namur (⅔ épeautre et ⅓ avoine). Il s’engageait, d’autre part, à effectuer des réparations pour la somme de 40 clincars en trois ans ; cette somme lui serait restituée à la fin du bail ; le bien était, en outre, chargé de 16 muids de grain (mesure de Namur) de rentes23. Notons qu’il est curieux de constater que, à la différence des autres abbayes namuroises qui abandonnaient le faire valoir direct24, l’abbaye de Brogne s’engageait dans une voie opposée ; il faut dire que la ferme de Bossière se situait dans un hameau du village de Saint-Gérard où s’élevait l’abbaye. Nous ne possédons pas d’exemple de métayage dans les comptes de cette région.

  • 25 Voir A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10509 à 10512.

18Seuls 10 postes sur 195 s’élèvent à plus de 10 muids de grain de rente perçue. Il faut en effet tenir compte qu’aucun revenu ne fut levé pour 67 postes en 1469-1470 ; nous en verrons les raisons. Vingt-sept articles sur 195 font mention de terres en friche ; la superficie de quinze d'entre elles nous est connue ; leur surface se monte à 424 bonniers, soit plus de 45 % des terres dont nous connaissons la superficie. Notons qu’il s’agit d’exploitations d’une étendue moyenne et même d’une grande exploitation. Parmi les terres qui sont signalées en friche en 1469-1470, certaines ne sont plus mentionnées dans les comptes ultérieurs car elles ont été exceptées de la recette ; c’est le cas pour huit d’entre elles. Au cours des années suivantes, des dix-neuf terres qui étaient en friche en 1468-1470 et se trouvent encore mentionnées en 1473-1474, huit sont encore en friche, entre autres une exploitation de 27 bonniers et une de 3625. Le désastre de la guerre s’est donc fait sentir dans la région au long de nombreuses années. On compte, en outre, quatre maisons et un moulin brûlés et une maison vide. La guerre était d’ailleurs endémique depuis bien longtemps dans le Namurois. Il est normal que les agriculteurs aient reculé devant les investissements considérables que représentait la remise sur pied d’exploitations assez vastes alors qu’ils ne possédaient aucune garantie que la terre ne serait pas restituée rapidement au propriétaire initial.

  • 26 D. Brouwers, Les marchands-batteurs, p. 124 ; R. Goffin, Généalogie de la famille Salmier, A.S.A.N (...)
  • 27 Il paya lors du prêt de 1465 la somme de 4 livres. A.G.R., Acquits de Lille, carton no 2085 : 20 o (...)

19Le fait que les terres ne soient pas cultivées ou que les maisons soient détruites ou inoccupées, implique, ipso facto, qu’aucune redevance n’a pu être perçue mais il existe d’autres raisons pour lesquelles le receveur n’a pu lever aucun revenu. Certains fermages n'étaient pas encore échus ; les locataires du bien étaient introuvables ; l’usufruit revenait à un sujet du duc de Bourgogne. Le propriétaire pouvait avoir obtenu mainlevée ; c’était le cas de Jean Salmier et de Massart delle Court dont nous voudrions esquisser un portrait rapide. Jean Salmier appartenait à une des plus puissantes familles patriciennes de Dinant. Marchand-batteur, il était membre de la Compagnie d’Angleterre. Grand propriétaire, il avait été plusieurs fois membre du magistrat. Il fut un des délégués chargés de négocier, en novembre 1465, avec l’évêque de Liège et le duc de Bourgogne et s’efforça d’obtenir la paix, ce qui l’amena à se réfugier à Namur, le parti extrémiste à Dinant l’accusant de trahison ; il avait, dès ce moment, reçut une lettre de sauf-conduit de Philippe le Bon qui fut renouvelée, le 8 octobre 1466, par le comte de Charolais comme lieutenant général de son père. Le 28 août 1469, il obtenait mainlevée sur la maison et bouverie du Chesnois à Sorinnes qui lui étaient échues par héritage de son oncle Collard Salmier ; le revenu de ce bien montait, bon an mal an, a 20 ou 22 muids d’épeautre26. Massart delle Court, membre également du patriciat, s’était tout d’abord réfugié à Huy pendant cinq mois après la chute de la ville, puis s’était établi à la forteresse d’Agimont, à Givet, il faisait le commerce du bois : c’est lui qui fournit la charpente pour la reconstruction de l'église de Dinant ; il fut, par la suite, membre du magistrat ; le 20 octobre M66, il obtint mainlevée sur tous ses biens27.

  • 28 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a ; D. Brouwers, Cartulaire, t. VIII, p. 38 ; D. Brouwers (...)
  • 29 D. Brouwers, Rançons et confiscations, p. 41, signale dans la liasse no 2085 des Acquits de Lille,(...)
  • 30 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a : 10 mai 1469.
  • 31 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a : acte du 26 février 1468. L'acte du 26 septembre 1466 (...)

20Certains dégagèrent très rapidement leurs biens ; aussi n’en trouve-t-on trace que dans les acquits des comptes. C’est le cas de Henri Pirart du métier de la batterie, qui obtint mainlevée sur une maison sise au marché de Bouvignes, le 27 février 146828 ; il avait reçu l'autorisation de Philippe le Bon de résider dans ses possessions29. C’est le cas aussi de l’écuyer Henri de Jamblines qui produisit une attestation de trois chevaliers (Guillaume de Mommale, Philippe de Jupleu et Bureau de Hun) et d'un autre écuyer, Daneau de Huy qui certifiait qu’il avait, au cours des guerres, loyalement servi l’évêque et résidé à Huy, il dégageait ainsi ses biens sis à Godinnes30. Jean Dauvain du métier de la batterie qui avait prêté 3 livres 10 sous au magistrat en 1465, avait été fait prisonnier à la prise de la ville ; il paya, dès le 26 septembre 1466, au duc une rançon de 300 écus d’or. Il obtint, le 26 février 1468, avec son beau-frère Lambert de Loyers, également batteur, qui lui aussi avait été mis à rançon par un Picard non spécifié, la mainlevée sur les biens de leurs femmes qui étaient deux sœurs. Elles possédaient 32 muids d’épeautre de rente sur la bouverie de Melroy, 16 muids de rente sur des biens sis à Anhée, une petite maison avec terrain à Namur et une rente sur une autre maison située au même lieu ; les revenus sur tous ces biens pouvaient être évalués à 31 florins du Rhin31.

  • 32 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 15 v°.

21Jean Surlet de Dinant convainquit les commissaires bourguignons que, vu son grand âge (77 ans), il n’avait pu combattre. Il était en possession de la dîme d’Annevoie qui était louée, pour six ans, commençant en 1468, à Willame Walleran de Bouvignes pour 48 muids d’épeautre, les deux premières années, et 60 muids les suivantes32.

  • 33 Id., ibid., f° 11 ; Mémoires de Haynin et de Louvignies éd. D. Brouwers, t. I, Liège, 1905, pp. 200 (...)
  • 34 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 5 v° ; on relève dans G. Hansotte, Inventaire des archiv (...)
  • 35 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 22.
  • 36 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10510, f° 7 v° ; Acquits de Lille, carton no 19481 : 3 septembre 1 (...)

22Les biens de Jean le Charpentier, ancien bourgmestre de Dinant, ne furent pas confisqués. Comme Jean Salmier, il avait fait partie de la délégation chargée de négocier avec le comte de Charolais ; mais il avait été fait prisonnier par les Liégeois, il avait été décapité, son tronc fut coupé en quatre morceaux sur le marché de la Cité en août 1467, malgré une tentative d’intervention de Charles le Téméraire33. Les biens de Jean Martin de Huy qualifié de povre fol et mendiant, ne furent pas saisis car, obstant son innocensse et debilitacion, il ne pouvait avoir combattu le duc. Cependant, ce débile mental possédait 24 muids de grain de rente dans la mairie de Scy34. Les propriétés de Jehennin Pouillon de Blaimont échappèrent à la saisie car il avait obtenu un certificat des échevins et de l’abbé d’Hastière prouvant qu’il n’avait jamais été l’ennemi du duc de Bourgogne35. Après plusieurs années, en 1471-1472, Jean Platton de Dinant, membre du patriciat, réussit également à dégager sa maison et ses biens sis au ban d’Hastière et que Guillaume de Frayère avait pris en location pour 30 muids d’épeautre36.

  • 37 L.P. Gachard, Collection de documents concernant l’histoire de la Belgique, t. II, Bruxelles, 1834 (...)

23Les Hutois, par un acte du 31 mars 1468, parvinrent à dégager leurs biens de la confiscation. Comme ils n’avaient jamais contribué aux charges imposées par la Maison de Bourgogne aux Liégeois en vertu des différents traités, et que, d’ailleurs, ils s'étaient rapidement séparés de leur cause, Charles le Téméraire conclut un accord avec eux pour leur permettre d’échapper à la pression exercée par les Liégeois qui exigeaient leur contribution. Moyennant une rente annuelle de 2.000 florins du Rhin rachetable en deux fois, les Hutois payèrent les dommages qu’ils avaient fait subir aux sujets du duc et la part qui leur aurait été imposée s’ils avaient contribué à la charge pesant sur la Cité de Liège ; de ce fait, ils étaient déchargés de tous destourbement ou empeschement quelconques37.

  • 38 . A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 22 : rente d’un muid dans le ban d’Hastière appartenant (...)

24Une rente que son propriétaire dinantais laissait habituellement aux pauvres ne fut pas levée par le receveur mais continua à être perçue par ceux-ci38.

  • 39 D’après les comptes ; en revanche, dans les Acquits (A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085) se (...)

25La part la plus importante des revenus non perçus était celle des biens donnés par le duc à Gui de Brimeu, seigneur de Humbercourt. Il reçut les biens de Jacques aux Brebis, de Jean aux Brebis, de la veuve de Laurent aux Brebis, de Henri de Huy et de Jean de Halloy39. L’ensemble représentait 393 bonniers de terres sur lesquelles étaient perçues des rentes non déterminées et des revenus montant à 55 ½ muids de grain, 15 ½ francs, 10 sous parisis et 69 ½ aidants. La superficie connue des terres données à Humbercourt dépasse 40 % de la superficie totale des biens pour lesquels nous avons une mention d’étendue.

  • 40 D. Brouwers, Analectes dinantaises, A.S.A.N., 1927, t. XXVIII, p. 267.
  • 41 Jean de Haynin, op. cit., t. I, pp. 173-174, 177-178.
  • 42 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.
  • 43 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 17.
  • 44 Id, ibid., fos 18 v°, 19, 20, 21 v°, 22, 23. Le compte ne fait pas mention de biens situés à Mez, (...)

26La famille patricienne des aux Brebis était fort ancienne à à Dinant. Une branche, celle de Laurent aux Brebis, portait, à l’époque, le titre de vicomte d’Anseremme40. C’est chez la veuve de Laurent aux Brebis et son fils du même nom que Charles le Téméraire établit son logement avant le sac de la ville, Jean de Haynin raconte qu’il autorisa son hôtesse à emporter ce qu’elle désirait et que, faisant desceller quelques caillous d’un mur de sa cour, elle en retira des sacs d’or41. Lors du prêt levé par la ville en 1465, la veuve de Laurent aux Brebis versa 4 livres de gros, la même somme que Jacques aux Brebis42. Les biens appartenant à la veuve de Laurent aux Brebis dans le ressort de Poilvache, Montaigle et Bouvignes n’étaient pas très importants ; à l’exception d’une rente de 2 muids de grain gagée sur un bien sis à Anhée43, tous ses revenus étaient levés dans le ban d'Hastière soit 22 ½ muids de grain de rentes dont 18 perçus sur une exploitation de 21 bonniers, 10 sous parisis et 3 aidants44.

  • 45 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 17 v°.
  • 46 Id., ibid., f° 18.
  • 47 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 12.
  • 48 Id., ibid., fos 24 - 24 v°.
  • 49 Id., ibid., f° 11.

27Jacques aux Brebis, marchand de la Compagnie d’Angleterre, possédait deux exploitations, une de 27 bonniers à Anhée45 et une de 78 bonniers à Sommière aux revenu de laquelle il ajoutait 16 muids 6 setiers de grain de rente provenant de la grosse dîme et deux rentes d’un muid de grain46. Enfin, leur parent Jean aux Brebis, pour lequel nous n’avons pas retrouvé de renseignements personnels, possédait à Lisogne deux exploitations chacune de 24 bonniers, sur lesquelles il percevait 50 muids de grain47. Il levait, en outre, une rente de six muids à Rostenne48, et, à Baseille (dépendance de Mozet), une rente d’un muid qui fut perçue par le receveur49.

  • 50 D. Brouwers, Les marchands batteurs, p. 124 ; D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.
  • 51 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 13.
  • 52 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 296, n. 1.
  • 53 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 v° - 17.
  • 54 Id„ ibid., f° 27.
  • 55 Id., ibid., f° 6 v°.
  • 56 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a.
  • 57 Voir p. 171.
  • 58 Voir p. 165.
  • 59 M. L. Génicot a étudié La limite des cultures du froment et de l’épeautre dans le Namurois au bas (...)
  • 60 Au sujet des terres de quartiers, voir L. Génicot, L'économie rurale, t. I, pp. 227-239.

28Jean de Halloy était un des bourgeois les plus riches de la ville et un des marchands de la Compagnie d’Angleterre, il prêta comme Jean Salmier et Henry de Huy, une somme de 7 livres 10 sous de gros au magistrat en 146550 ; il avait été maître de la ville en 1458-145951 et faisait partie du patriciat. Il s’était établi à Namur, puis avait quitté la ville, en mai 1467, pour traiter des affaires à Louvain et Anvers et avait envoyé sa femme, ses enfants et ses serviteurs à Huy rejoindre ses autres enfants qui y étaient déjà, à la suite d’un serment exigé à Namur des Dinantais auquel il ne voulut pas se plier52. Il possédait une ferme de 150 bonniers à Hontoir53, une rente de 8 ½ aidants sur un courtil sis à Bouvignes54 et une autre de 6 muids d’épeautre sur des biens sis à Maillen55. L’exploitation de 150 bonniers fut remise par Humbercourt à Jean de Halloy le Jeune, fils du propriétaire initial, moyennant en somme en deniers non précisée. Nous avons vu que le receveur avait donné à bail cette ferme avant la prise de possession par Gui de Brimeu. Celle-ci n’eut lieu qu’en 1469 car, en 1467, Jean de Halloy le Jeune avait chargé un de ses serviteurs nommé François, de lever les revenus de l’exploitation. Nous possédons le compte qu’il remit à son maître pour les années 1467 et 146856. On constate qu’en 1467, les recettes provenant uniquement des rentes attachées à l’exploitation équilibrent les dépenses et que le rapport est donc nul. On avait levé cette année 18 muids d’épeautre, 6 muids d’avoine, 14 aidants et un chapon. Il avait fallu sur cette recette donner 14 muids d’épeautre et 6 muids d’avoine au bouvier qui exploitait la ferme pour lui permettre d’effectuer les semailles et même de se nourrir. L’exploitation avait donc été fortement ravagée par la guerre. L’année suivante, en 1468, 88 muids 3 setiers d’épeautre, 20 muids 4 setiers d’avoine, 21 setiers de seigle, 15 setiers de froment et un chapon furent perçus sur la ferme et les rentes qui y étaient attachées. Les dépenses montèrent à 64 muids 2 setiers d’épeautre, 20 ½ muids d’avoine, 3 setiers de seigle et 2 setiers de froment dont 13 muids d’épeautre, 9 muids d’avoine, 3 setiers de seigle et 2 setiers de froment furent octroyés au bouvier pour les semailles. Le gain réalisé était de 24 muids 1 setier d’épeautre, 18 setiers de seigle et 13 setiers de froment. La situation s’était donc améliorée. Remarquons que l’exploitation fut donnée en bail l’année suivante pour 122 muids d’épeautre la première année et 142 muids d’épeautre les huit suivantes, ce qui est nettement supérieur à la recette de 1468, les rentes dont elle était chargée ainsi que celles qui lui étaient attribuées étant également plus élevées57. Lors de la donation à Antoine bâtard de Brabant, son revenu était évalué à 200 muids d’épeautre58. Le chiffre était peut-être surfait mais il est néanmoins probable que les exigences du bail de 1469 étaient inférieures à ce qui aurait pu être demandé en pleine période de paix et marquent d’ailleurs une baisse de la rentabilité de la terre consécutive à la difficulté de location de celle-ci. Il faut noter également qu’en 1467, les seules recettes proviennent des rentes attachées à l’exploitation mais non de celle-ci en particulier qui se trouvait donc en friche. Il semble d’autre part que le « bouvier » n’était ni un fermier ni un métayer mais un simple ouvrier agricole chargé de cultiver la terre au profit du propriétaire. Il faut aussi noter que la culture dominante était l’épeautre suivie par l'avoine, mais que l’on cultivait également un peu de seigle et très peu de froment, cette mention étant fort rare dans ce terroir59. Une indication permet de définir la nature juridique de ces terres : il s’agit de terres de quartier, en effet en 1468, des rentes de quartier furent perçues par le chairrier de Bouvignes pour les années 1467-146860.

  • 61 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 11, 11 v°, 15 v°, 17 v°, 24, 24 v°, 26 v°.
  • 62 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.
  • 63 Jean de Haynin, t. I, p. 174.

29Les biens confisqués sur Henri de Huy et donnés à Humbercourt consistaient en une rente de 6 muids de grain sur une bouverie située dans la seigneurie de Spontin et appartenant à messire François Descanges, une rente de 3 muids d’épeautre sur un bien sis également à Spontin, une maison avec 8 bonniers de terres rapportant 6 muids de grain dans la terre de Montaigle, un charruage de 24 bonniers à Anhée, une rente de 4 muids de grain sur une exploitation de 3 à 4 bonniers à la roie à Rostenne et une autre rente de 6 muids d’épeautre sur un bien également sis à Rostenne, le bois de Bertranfays au même lieu, fief du duc de Bourgogne, d’une superficie de 18 bonniers et, enfin, des revenus montant à 15 ½ francs et 59 aidants provenant de 7 maisons sises à Bouvignes61. Henri de Huy était un membre du patriciat de Dinant et, tout comme Jean Salmier et Jean de Halloy, il avait prêté 7 livres 10 sous à la ville en 146562. C’est chez Henri de Huy que le seigneur de Fiennes, un des capitaines bourguignons, fut logé avant le sac de la ville63.

  • 64 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6 v°.
  • 65 Un acte semblable avait été délivré pour le Brabant : A.G.R., Chartes de Brabant ; 15 novembre 146 (...)
  • 66 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10509, f° 2 v°.
  • 67 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 13 v° ; Acquits de Lille, liasse no 2085 a.

30Les donations faites à Humbercourt ne furent jamais résiliées. Cependant, dans la marge du compte64), figure une mention insistant pour que Humbercourt produise les lettres de donation, car, par un mandement du 15 novembre 1467, le duc avait défendu de procéder à l’entérinement de lettres de dons faites ou à faire65. En vertu de quoi, les gens de la Chambre des Comptes, pour tous les dons au bénéfice de Humbercourt, taxaient le receveur à une somme de 120 livres que, toutefois, il pourrait récupérer si la donation était confirmée avant le mois de mai 1471. En fait, on n’en trouve pas de trace dans le solde du compte. Humbercourt reçut d’ailleurs de Charles le Téméraire un acte qui faisait expressément mention que les dons qui lui étaient faits ne tombaient pas sous l’interdiction du mandement du 15 novembre 146766. D'autre part, Gui de Brimeu avait reçu des échevins d’Assesse des lettres obligatoires, propriété d’un orphelin dont le père était originaire de Dinant. Le receveur n’ayant pu récupérer les lettres en question, les gens de la Chambre des Comptes décidèrent de ne pas payer les gages de Gui de Brimeu comme capitaine de Gosnay67.

  • 68 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 - 16 V° ; Acquits de Lille, carton no 19481 : 14 mai (...)

31Un autre don qui ne fut pas révoqué fut celui d’une maison avec porte, grange, marescauche, prés et bois contenant environ 20 bonniers de terre à la roie sise à Hun (dépendance d’Annevoie) octroyée par le comte de Charolais au seigneur Antoine de Rosimbos qui vendit l’exploitation pour 800 francs de 32 gros de Flandre à Guillaume de Rosimbos, capitaine de Montaigle. Cette ferme appartenait conjointement à Lambert Destache et Gilles de Fenal ; des rentes pour une valeur de 6 muids de grain y étaient attachées68.

  • 69 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 26 ; Acquits de Lille, liasse no 1948. Le bien avait app (...)
  • 70 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10512, f° 8 V°.
  • 71 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 1948.

32Si les donations faites à Humbercourt et à Rosimbos ne furent, en définitive pas résiliées c’est parce que tous deux étaient de puissants personnages à la Cour de Bourgogne. Il n’en fut pas de même pour Tassin de le Perrière, valet de chambre de Charles le Téméraire, qui s’était fait octroyer par son maître alors comte de Charolais, le 1er septembre 1466, par lettres closes, une exploitation sise dans la franchise de Biesme et appartenant à Jean de Mosce ou de Mozet qui comprenait 7 bonniers à la roie et 2 bonniers de prés et des rentes montant à 27 ½ muids d’épeautre et 9 sous de gros69. Le comte de Charolais avait donc disposé de ces biens avant que Philippe le Bon ne prît la décision de confisquer les biens des Dinantais, le 17 septembre 1466. Les biens donnés à Tassin de le Perrière étaient en friche en 1469 mais, quand ils étaient cultivés, ils rapportaient 10 francs ; en 1474, ils étaient toujours en friche70. Le mandement du 15 novembre 1467, précisant qu’il ne fallait pas tenir compte des dons effectués par le duc fut appliqué à la lettre à Tassin de le Perrière. Il avait cependant obtenu une lettre signée de la main même du duc, le 22 juillet 147071, dans laquelle après avoir exposé que son valet de chambre avait eu la jouissance du bien tant qu’il avait été comte de Charolais (c’est-à-dire antérieurement au mandement du 15 novembre 1467) et l’avait perdue lorsqu’il était devenu duc de Bourgogne, Charles le Téméraire ordonnait à son receveur de laisser le bien à Tassin de le Perrière. Le duc ne tenait danc pas compte des interdictions qu il avait lui-même édictées. C’était d’ailleurs une habitude des princes de l’époque de se laisser circonvenir par leur entourage dans des cas semblables.

  • 72 A.G.R., Chartes de Brabant : 9 mars 1469 (n.s.).
  • 73 Il avait été nommé à ce poste par lettres patentes du 10 juillet 1466 (J. Finot, Inventaire sommai (...)

33Cependant, certains des serviteurs du Téméraire prenaient à cœur les intérêts de leur maître. Par exemple, Guillaume de Clugny lui écrivait : Mon très redoubté seigneur a tous ceulx qui viennent devers moy pour lesdits dons que vous avez faiz desdites confiscations, je leur diz que vous naves peu faire lesdits dons pour les causes que vous saves et que les aves pour lesdites causes révoqués. Plusieurs me repondent que liront devers vous et que scevent bien que vous leur bailleres provision et que retourneront et je leur fais response que quelque provision, quelque appointement que je ny oberay point. Je vous en advertis car je scay bien que aucuns vous diront que jay ce dit et il diront vérité mais je le fais pour vostre bien et autrement ne vous seroye faire service que vous scet proffitable pour le recouvrance de vous deniers a quoy faire jay bien grant volunté72. Il faut souligner ici à la fois la fidélité et la conscience professionnelle dont faisait preuve le trésorier de l’Epargne, le protonotaire de Clugny, à l’égard de son maître et la faiblesse de celui-ci vis-à-vis de son entourage73.

  • 74 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.

34Ce sont les Dinantais qui sont le plus souvent cités dans les comptes de confiscation : on relève 139 articles appartenant à 72 Dinantais, 25 appartenant à 13 Hutois, trois au seul noble cité, Louis de Celles, et 25 à des propriétaires dont nous n’avons pu retrouver l'origine. L’écrasante supériorité des Dinantais se marque particulièrement par la quantité de grain levée sur les biens qui leur furent confisqués. En 1469-1470, la recette des grains s’élevait à 489 muids 7 setiers (épeautre et avoine) plus 196 muids ¼ d’arriérés, soit 686 muids 1 setier On constate que la part prélevée sur les Dinantais se montait à 351 muids 3 setiers soit près de 72 % de la recette des grains pour l’année, exception faite des arriérés ; celle des Hutois n’atteignant guère de 7 % de la recette des grains pour l’année avec 32 muids 2 setiers ; celle de Louis de Celles 16 % avec 82 muids 3 setiers et la part des propriétaires non identifiés ne s’élevait qu’à 5 % environ74.

  • 75 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.
  • 76 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 18.
  • 77 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38.
  • 78 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 19 v°.
  • 79 Id., ibid., f° 27.
  • 80 Id., ibid., f° 27.
  • 81 D. Brouwers, Rançons et confiscations, pp. 59-60. Ce même Miraumont avait été, avant le sac de la (...)
  • 82 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 - 16 v°.
  • 83 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 20 - 20 v°. Le 16 juillet 1474, les échevins d’Hastière (...)
  • 84 . A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508,fos 20, 20 v°, 21, 21 v°.

35Parmi les Dinantais, outre ceux dont les biens furent donnés à Humbercourt et que nous avons déjà cités, quelques-uns nous sont connus. Nous avons relevé la trace d’un patricien, Huart Chevalier, qui paya 50 sous lors du prêt au magistrat en 146575. Il ne fut rien perçu sur le charruage sis à Sommière qui appartenait à sa femme car son beau-père Jean de Brau était sujet du duc de Bourgogne et en était usufruitier76. Huit membres du métier de la batterie au moins avaient des biens dans le comté de Namur. Gilles Dawaigne qui versa 4 livres lors de l’emprunt de 146577, possédait un pré de 4 à 5 journaux sis à Waulsort tenu à cens, pour neuf ans, par l’abbé d’Hastière, pour 4 setiers d’épeautre78, des rentes montant à 7 livres 6 deniers sur sept maisons sises à Bouvignes79 et un revenu de 63 sous sur une île de la Meuse située en face du couvent des Frères mineurs de Dinant80. Lambert Destache et son fils Jean (marchand de la Compagnie d’Angleterre) reçurent, le 1er avril 1467, un sauf-conduit du comte de Charolais leur permettant de payer leur rançon car ils avaient été donnés comme prisonniers par le comte de Charolais à son conseiller et chambellan Robert, seigneur de Miraumont81. Lambert Destache possédait des biens considérables dans le comté de Namur : outre l’exploitation de 60 bonniers qui lui appartenait conjointement avec Gilles de Fenal à Hun, et qui avait été donnée au seigneur de Rosimbos82, il était propriétaire d’une île en Meuse devant Ermeton, de prés d’une superficie de 7 bonniers environ loués pour 4 livres 10 sous83 et de rentes sur divers biens montant à 25 muids 1 setier de grain (épeautre et avoine) et trois chapons84.

  • 85 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38.
  • 86 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6 - 6 v°.
  • 87 Id., ibid., f° 6 v°.
  • 88 Id., ibid., f° 7.
  • 89 Id., ibid., f° 25.

36Jean de Godissart qui prêta à la ville 40 sous en 146585, possédait 26 aidants de menus cens à Maillen, mais ceux-ci n’étaient déjà plus payés en 1469-1470 depuis 10 à 12 ans, la plus grande partie des terres étant en friche86. L'indication est intéressante, car elle montre que le problème des terres abandonnées existait depuis longtemps déjà dans cette région. Godissart était également en possession de 5 muids de rente de grain sur des biens sis à Maillen87 et de menus cens à Godinne, qui montaient à 70 aidants mais dont 28 seulement furent perçus en 1469-147088 ; il possédait, en outre, une rente héritable de 24 muids d’épeautre sur une maison avec tour et édifice à Anthée entourée de 12 ou 14 bonniers de terre à la roie qui se trouvait à l'époque arse et destruite89.

  • 90 Id., ibid., f° 13 v°.

37Perpète Hardinez était un batteur qui ne nous est connu que par les comptes de confiscation ; il avait reçu remission et, depuis avait repris un petit charruage sis à Lissoire qu’il tenait du chevalier Rasse de Hour pour 6 muids d’épeautre de rente héritable90.

  • 91 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 163 et 168. Il avait été maître en 1459 (D. Brouwers,(...)
  • 92 A. Borgnet, op. cit., p. 86.
  • 93 A. Borgnet, op. cit., p. 88.
  • 94 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 9 V°.
  • 95 Id.(ibid., f° 10 V°.

38Colart de Loyer, qui, en qualité d’ancien maître de la ville, pour le métier de la batterie, avait été un des neuf députés envoyés au duc de Bourgogne pour traiter de la paix en 146591, avait été fait prisonnier lors de la prise de Dinant et emmené au château de Namur. Le chevalier Simon de Fumai obtint sa libération le 17 octobre 1466 en promettant sur son corps et tous ses biens meubles, immeubles, présens et advenir et, en abandonnant 10 florins du Rhin, que sa rançon fixée à 120 florins du Rhin serait payée avant la Noël92. Le 14 mai 1467, Colart de Loyer quitta Namur pour la foire d’Anvers et signifia au magistrat qu’il ne savait si, à son retour, il reviendrait s’y fixer93. Il possédait, en commun avec les héritiers de Jean de Boy de Dinant, une rente de 24 muids d’épeautre sur des biens sis à Sorinnes94 et levait 10 ½ muids de grain sur un bois de 5 à 6 bonniers qui était fief de Poilvache et sur 16 bonniers de terre également à Sorinnes et 2 muids d'épeautre sur des biens sis à Baseilles95.

  • 96 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 19 v (...)

39Jean de Loyer, marchand-batteur et membre de la Compagnie d’Angleterre, avait contribué au prêt de 1465 pour la somme de 40 sous et possédait une rente de 3 muids d’épeautre sur des biens sis au ban d’Hastière96.

  • 97 D. Brouwers, Les marchands-batteurs, p. 124.
  • 98 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 174 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 10.

40Baudouin de Sorinnes qui était également membre de la Compagnie d’Angleterre97, fut, en 1470, député par celle-ci auprès des délégués des villes de la Hanse à Lubecq, pour obtenir l’autorisation de recouvrer, sous la protection de leurs privilèges, des créances en Angleterre et y commercer, levait une rente de 6 muids d’épeautre sur une maison sise à Sorinnes qui, en 1469-1470, était arse et ruinee98.

  • 99 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 353 ; D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, pp.  (...)

41Un autre membre du métier de la batterie enfin, Collart le Guillarde, qui fut plusieurs fois rentier et maître de la ville, possédait à Rostenne 7 muids d’épeautre de rentes sur différents biens99.

  • 100 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 39 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 19 (...)
  • 101 Il avait versé 20 sous lors de l'emprunt de 1465 (D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 3 (...)
  • 102 Il avait versé 5 florins du Rhin lors de l'emprunt de 1465 (D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t.  (...)

42Parmi les drapiers, Jean Dawaigne, qui versa une livre lors de l’emprunt de 1465, possédait une maison et des jardins à Waulsort, qu’il reprit lui-même en rente héritable pour 2 muids d’épeautre, et des terres et prés à Rostenne, qui avaient été donnés en bail à ferme, par les commissaires bourguignons, pour 12 ½ muids d’épeautre100 ; un autre drapier, Lambert Gomant possédait 9 muids d’épeautre de rentes sur un charruage sis à Spontin et qui était en friche en 1469-1470101. Enfin, Désiré de Mierdo, drapier lui aussi, levait des rentes montant à 6 muids d’épeautre sur des biens sis à Anthines102.

  • 103 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 163 et 168 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f(...)

43Jean de Sorinnes qui représentait les neuf bons métiers dans la délégation chargée de négocier la paix avec Philippe le Bon en 1465, était propriétaire d’une rente de 6 muids d’épeautre sur les biens de messire Rasse de Hour à Anthines et de revenus, qu’il partageait avec Renecom Lefèvre, sur un bien sis à Morville et qui fut donné en rente héréditaire, par le receveur Jean Salmon, pour 6 muids d’épeautre103.

  • 104 Nous remercions M. A. Joris, professeur à l’Université de Liège, pour les renseignements qu'il nou (...)
  • 105 G. Hansotte, Inventaire des Archives de l'abbaye de Neufmoustier, Bruxelles, 1960, t. II, table, p (...)
  • 106 Monceau, Monchial, Monchaul : voir G. Hansotte, op. cit., t. II, table, p. 530 ; R. Vandermade, Le (...)
  • 107 G. Hansotte, op. cit., t. II, table, p. 553.
  • 108 Voir p. 174.

44Les Hutois dont les biens furent dégagés à partir de l’exercice 1470-1471 ne peuvent être identifiés comme il a été possible de le faire pour certains Dinantais. La plupart habitait le faubourg de Chinet sur la rive droite de la Meuse, dans la vallée du Hoyoux, près de l’église Sainte-Catherine. Il s’y trouvait des forges et des moulins à papier104. Quelques noms de famille sont connus, tels ceux des Havelange105, Moncheaul106, Strée107, Martin108. Aucun des bourgeois cités dans les comptes n’a laissé de trace dans les ouvrages consacrés à Huy pour cette époque.

  • 109 A. d’Oudenbosch, op. cit., t. I, pp. 107, 246, 250, 252 ; S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. III (...)
  • 110 Voir p. 171. Ce bien avait constitué, pendant un temps, une garantie pour sa belle-sœur Marie de L (...)
  • 111 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 29.
  • 112 Id., ibid., f° 29 v°.

45En revanche, Louis de Celles est bien connu : il fut un des capitaines liégeois étroitement liés au mouvement de Rasse de Heers et poursuivit, par la suite, une carrière politique agitée109. Il possédait une grande exploitation à Bossière, dépendance de Saint-Gérard110, dont nous avons déjà parlé, une rente de 21 muids 2 setiers d’épeautre sur des biens sis à Libenne111, dépendance de Lesves, et une autre de 8 muids d’épeautre sur des biens dont la situation géographique n’est pas précisée112.

  • 113 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont, B. Delvaux, La crise agricole du bas moyen âge, Université de Lo (...)

46Il n’est possible de relever les résultats financiers complets des confiscations que pour les années 1469-1471 car les recettes sont, pour les trois années suivantes, fondues avec la recette générale des domaines du ressort, mais en chapitres séparés, tandis que les dépenses sont communes. Ensuite, la recette générale elle-même fait défaut. Cela permet donc, pour l’ensemble des comptes conservés, de calculer les recettes. Celles-ci sont tributaires du prix de l’avoine et de l’épeautre sur le marché de Bouvignes où les deux céréales vendues aux enchères étaient toujours estimées au même prix. Ceci mérite d’être souligné car, en général, dans le Namurois, un muid d’épeautre valait deux muids d’avoine113. Il faut donc encore voir, dans l’égalité de valeur des deux céréales, l’incidence de la dévastation subie par la contrée.

  • 114 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508 à 10512.

Prix du muid d’épeautre ou d’avoine (mesure de Namur)
vendu aux enchères par le receveur de Bouvignes114

1469-1470

9 s. 6 d.

1470-1471

9 s.

1471-1472

8 s. 5 d.

1472-1473

7 s. 10 d. ob.

1473-1474

9 s.

47On constate que le prix le plus élevé est signalé en 1469-1470, année où les terres en friche sont les plus nombreuses et donc la production la plus réduite dans le terroir en général. Le prix tombe considérablement en 1472-1473 et remonte en 1473-1474, alors que le même facteur ne peut plus être pris en considération, les terres en friche étant restées les mêmes au cours des deux années. C’est donc que la récolte a été plus abondante en 1472-1473. Cependant, les chiffres que nous donnons ne réunissent aucun des critères exigés pour obtenir une mercuriale des grains exempte de toute critique.

48Nous avons, d’autre part, dressé le tableau des recettes pour les années 1469-1474 et celui des recettes et des dépenses pour les années 1469-1471. Ces chiffres ont été obtenus en retenant seulement les recettes annuelles et en écartant les arriérés et en convertissant, là où il y avait lieu, les muids de Dinant en muids de Namur de façon à calculer aisément le prix des céréales vendues. Pour faciliter les calculs, il n’a pas été tenu compte, dans les totaux seulement, des fractions de muids.

49Les chiffres relevés dans le tableau des recettes et des dépenses pour les années 1469-1471, sont ceux qui figurent dans les comptes et comprennent les arriérés, d’autre part, la quantité de grain perçue est évaluée en muids de Dinant, ceci explique pourquoi les chiffres sont différents de ceux repris au tableau des recettes.

  • 115 Voir p. 175.

50Il ressort de ces différents tableaux que, du fait de la perception d’arriérés et du prix élevé des grains, c’est l’année 1469-1470 qui a été la plus bénéfique sur le plan des résultats financiers malgré de fortes dépenses administratives. En revanche, si l’on considère les recettes, sans tenir compte des arriérés, c’est l’année 1470-1471 qui s’avère la plus fructueuse quant à la quantité de grain perçue, alors que c’est au cours de cette année que les Hutois dégagèrent leurs biens dont les revenus montaient à 7 % de la recette en grain (non compris les arriérés) de l’année précédente115.

51On constate, d’autre part, que l’écart entre la recette en grain la plus élevée et la plus basse est de l’ordre de 10 %, tandis que la différence entre les recettes générales en argent s'établit à environ 18 %. Ceci marque une relative stabilité dans les revenus des confiscations, bien qu’ils soient cependant en baisse constante et régulière.

  • 116 Voir les comptes de confiscations pour le Brabant, le Limbourg et le pays de Dalhem. Marie de Bour (...)

52Nous ne possédons pas d’indication pour les années ultérieures mais, après la mort de Charles le Téméraire, ces revenus disparaîtront et les biens retourneront à leurs propriétaires initiaux, comme cela s’est passé partout ailleurs116.

  • 117 A.G.R., Chambre des Comptes nos 10508, 10512.

Tableau des recettes117

Années

Muids de grain mesure de Namur

Argent courant de Namur

Total

1469-1470

366 = 173 1. 17 s.

41 1. 3 s. 5 d. ob.

215 1. 5 d. ob.

1470-1471

375 = 168 1. 15 s.

37 1. 14 s. 10 d.

201 1. 9 s. 10 d.

1471-1472

363 = 152 1. 15 s. 3 d.

32 1. 13 s. 10 d.

185 1. 9 s. 1 d.

1472-1473

343 = 135 1. 1 s. 1 d.

32 1. 13 s. 10 d.

167 1. 14 s. 11 d.

1473-1474

334 = 150 1. 6 s.

28 1. 3 s. 10 d.

178 1. 9 s. 10 d.

  • 118 Id., ibid., nos 10508-10509.

Tableau des recettes et des dépenses pour les années 1469-1471118

Tableau des recettes et des dépenses pour les années 1469-1471118
  • 119 Il est indiqué dans le compte de 1469-1470 (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6) que depui (...)
  • 120 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont, B. Delvaux, op. cit„ pp. 92-98.
  • 121 Voir non seulement les comptes de confiscations mais aussi A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 208 (...)
  • 122 Voir dans les comptes, l’exemple d’une exploitation de 9 bonniers à la roie toujours en friche en  (...)
  • 123 Par exemple, à Sorinnes, le locataire d’une exploitation de 3 à 4 bonniers à la roie, Henri de Sor (...)
  • 124 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 9 v° (abbaye cistercienne de Félipré), fos 11, 19 v° ; n(...)
  • 125 Voir note 121, mais pas toujours, voir note 124.
  • 126 Voir p. 172.
  • 127 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont et B. Delvaux, op. cit„ p. 98.
  • 128 Id., ibid, p 111. Nous ne voulons pas ici tirer des conclusions générales d'un phénomène qui n’a pu (...)

53Néanmoins, il est évident que les recettes ne furent jamais considérables et ne correspondaient aucunement aux revenus qui auraient pu être tirés des biens appartenant aux sujets du prince-évêque de Liège dans les ressorts de Bouvignes, Poilvache et Montaigle. Tout d’abord parce qu’une série de Dinantais sont parvenus à dégager leurs biens de la confiscation et que, comme nous l’avons vu, certains biens n’ont jamais été inscrits dans les comptes et qu’enfin il est évident que, dès le départ, des biens ont dû être célés aux enquêteurs dont les méthodes de travail n’étaient pas des plus parfaites. Comme nous ne possédons de comptes qu’à partir de 1469-1470, certains biens ne sont même pas recensés, car ils ont été très rapidement omis de la liste des biens saisis ; cependant, à partir de 1470-1471, moment où les biens des Hutois leur sont rendus, il est très rare de constater de nouvelles mainlevées. Ensuite, les exploitations les plus importantes, les revenus les plus élevés ont été accaparés par Gui de Brimeu, seigneur de Humbercourt. Autre cause déterminante : la guerre a ruiné le pays ; déjà avant les hostilités certaines terres étaient en friche119, situation constatée dans le Namurois depuis longtemps déjà120, les raids et les logements des armées ont détruit les récoltes et brûlé les maisons121, la reconstruction est lente et pénible ; on ne trouve pas de locataires122 ; les paysans quittent la terre123 ; les rentes dues au seigneur tréfoncier ne sont pas acquittées et celui-ci s’empare des terres pour les réunir à son domaine124, alors que le duc dans des circonstances semblables accorde des « grâces » pour plusieurs années125 ; en 1474, il reste encore des fermes de grandeur moyenne en riez et sans labeur126, ce qui est un fait nouveau, les terres abandonnées antérieurement étant généralement de faible étendue127. Ainsi donc, la destruction de Dînant prive l’agriculture d’un marché et le dépeuplement du centre urbain entraîne celui des campagnes. Un déficit démographique est d’ailleurs constaté dans le Namurois bien avant cette période128 mais il est évident que les circonstances ont encore accentué ce phénomène.

  • 129 Voir les comptes de confiscation pour le Brabant, le Limbourg et le pays de Dalhem.
  • 130 Id.
  • 131 Jacques du Clercq, Mémoires, éd. F. de Reiffenberg, Bruxelles, 1823, t. 4, pp. 277 et 281 : c’esto (...)

54Ce sont essentiellement les représentants de la bourgeoisie de Dinant (patriciens et membres du métier de la batterie) qui sont propriétaires de biens importants dans les ressorts de Bouvignes, Poilvache et Montaigle parmi les sujets du prince-évêque de Liège ; les autres classes sont peu représentées. C’est, en outre, dans cette région que Gui de Brimeu a acquis le plus de biens saisis ; ailleurs, il n’a bénéficié que des terres confisquées à Raes de Heers et à Guillaume de Berlo129. La raison en est claire : seuls les Dinantais possédaient de grandes exploitations et de gros revenus dans les Etats bourguignons ; les autres bourgeois des villes liégeoises, même lorsque les limites des deux souverainetés étaient fort proches, ne jouissaient que de revenus modestes dans les principautés bourguignonnes130. Cette grosse propriété qui caractérise la classe dominante à Dinant met en lumière la phrase de Jacques du Clercq : Icelle ville estoit réputée la plus riche ville que on sceuist et la plus forte131.

Notes

1 Publié dans D. Brouwers, Rançons et confiscations après le sac de Dinant de 1466, Annales de la Société archéologique de Namur, t. 44, 1943-1944, pp. 49-51 ; l’acte est édité d’après le Registre aux Chartes no 13 de la Série B des Archives départementales du Nord à Lille ; l’original est conservé dans le même dépôt sous la cote B 1414 ; une analyse portant la date erronée du 18 novembre 1465 figure dans l’article de Jules Borgnet, Analyses des chartes namuroises qui se trouvent aux Archives départementales du Nord à Lille, Bulletin de la Commission Royale d'Histoire, 3e série, t. 5, 1863, p. 99. Antoine bâtard de Brabant était le fils naturel de Philippe de Bourgogne, duc de Brabant et comte de Saint-Pol et de Barbe Fierens ; il était conseiller et chambellan de Philippe le Bon ; son frère Philippe fut tué en combattant les Liégeois (M. Bergé, Les bâtards de la Maison de Bourgogne et leur descendance, L'Intermédiaire des généalogistes, novembre 1955, pp. 348-349).

2 Pour donner une appréciation métrologique, nous reprendrons ici les données de L. Génicot, L’Economie rurale namuroise au Bas Moyen Age, Recueils de Travaux d’Histoire et de Philologie de l’Université de Louvain, 3e série, t. 17, 1943, t. I, pp. xxxiii-xxiv : le muid de Namur vaut 8 setiers soit (en mesure métrique, selon un tableau de 1820, 241 litres 87 mesure rase et 287 litres 01, mesure comble ;) le muid de Dinant vaut les trois quarts du muid de Namur le bonnier vaut 94 ares 61.

3 Une lettre de Philippe le Bon datée du 20 novembre 1465, informait Henri Magnus, lieutenant des fiefs de Brabant, qu’Antoine bâtard de Brabant lui avait cédé, contre compensation, sa terre de Meerbeek et qu’il en avait gratifié son chancelier Pierre de Goux L. (Galesloot, Inventaire des archives de la Cour féodale de Brabant, Bruxelles, 1870, p. 9.) Le jour n’est pas précisé dans la lettre d’investissement datée de novembre 1465 (id„ ibid,. p. 185.)

4 Adolphe Borgnet, Sac de Dinant par Charles le Téméraire, 1466, ASAN,. t. III, 1853, pp. 13-14.

5 A. Borgnet, op. cit,. pp. 2-7 ; J. Bartier, Charles le Téméraire, Bruxelles, 1944, pp 104-105. La modération du patriciat et du métier de la batterie était reconnue par le duc de Bourgogne lui-même, voir S. Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. III, Namur, 1876, pp. 118-120 : acte du 28 septembre 1466 autorisant les membres de la bourgeoisie et du métier de la draperie à s’établir à Namur. François Sauvage, Jean de Halloy et Jacques aux Brebis faisaient également partie de la Compagnie d'Angleterre, c'est-à-dire des marchands-batteurs associés pour traiter des affaires commerciales en Angleterre (D. Brouwers, Les marchands-batteurs de Dinant à la [in du xve siècle. Bulletin de la Commission Royale d'Histoire, t. 78, 1909, p. 124).

6 S. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, Namur, 1881, pp. 297-299.

7 D. Brouwers, Rançons et confiscations, p. 44.

8 Archives Départementales du Nord à Lille, no B 836/16123. La confiscation des biens des sujets du prince-évêque de Liège situés dans les autres principautés bourguignonnnes firent l’objet d’autres mandements.

9 Par un acte du 4 janvier 1468, Philippe le Bon mandait aux sénéchaux de Brabant, de Limbourg et de Fauquemont, au lieutenant de Luxembourg et à tous les officiers de justice et autres que cela pouvait concerner, qu’il avait accordé mainlevée sur les biens des églises liégeoises dans ses Etats (A.G.R., Chambre des Comptes, no 134, f° 53 v°).

10 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 1.

11 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508 à 10512.

12 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508, f° 25. Voir L. Génicot, Le Namurois politique, économique et social au Bas Moyen Age, A.S.A.N., t. LII, 1964, p. 13.

13 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.

14 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.

15 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 1948 : actes du 12 juillet et 12 août 1470 donnant la liste des biens sur lesquels aucun revenu n’avait été perçu parce qu'ils étaient en friche, certains de ces biens ne sont pas mentionnés dans les comptes. On peut donc penser que le nombre des terres abandonnées dépassait celui que l’on peut relever dans les comptes.

16 A.G.R., Chambre des comptes, no 10508, f° 25 : sise à Anthée.

17 A.G.R., Chambre des Comptes, fos 16 v° - 17.

18 Id. ibid., fos 28 v° - 29.

19 Appartenant à Louis de Celles : id„ ibid., f° 18.

20 On peut évidemment discuter sur ce qu’on appelle une grande exploitation. Pour notre part, nous estimons qu’une exploitation dépassant cinquante bonniers est déjà fort étendue pour nos territoires.

21 A.G.R., Chambre des Comptes, no 508, f° 3 v° : charruage en friche situé dans la mairie du ban de Leignon appartenant à Catherine de Legnon, femme de Gobin Bastart, pris à ferme pour 12 ans, à charge de payer les rentes y afférentes, pour 24 muids d'épeautre par Michaut de Ronnaul ; f° 7-7 v° : charruage en friche sis à Evrehailles tenu à cense pour 12 ans pour 6 muids d'épeautre par Henri Dene.

22 Id., ibid., fos 16 v° - 17.

23 Id ibid., fos 28 v° - 29.

24 L Génicot, L’économie namuroise au Bas Moyen Age (1199-1429), t. I, Namur, 1943, p. 107, à partir du xiiie siècle.

25 Voir A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10509 à 10512.

26 D. Brouwers, Les marchands-batteurs, p. 124 ; R. Goffin, Généalogie de la famille Salmier, A.S.A.N., 1962-1963, pp. 91-94 ; M.-R. Thielemans, Bourgone et Angleterre, Bruxelles, 1966, pp. 244, 326. Le sauf-conduit délivré par Philippe le Bon n’est connu que par la mention faite dans celui accordé par le comte de Charolais à Jean Salmier lui-même (D. Brouwers, Rançons et confiscations, p. 53) ; un autre acte de la même date accordait un sauf-conduit à Jean Charpentier, Jean Salmier, François Sauvage, Jean Jozée et Wauthier Davaing (id., ibid, pp. 54-55). A.G.R., Acquits de Lille, carton 19481. Jean Salmier avait payé la plus forte contribution soit 7 livres 10 sous de gros lors d’un prêt levé par la ville de Dinant sur ses bourgeois (D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, Namur, 1908, p. 37). A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 10 v°.

27 Il paya lors du prêt de 1465 la somme de 4 livres. A.G.R., Acquits de Lille, carton no 2085 : 20 octobre 1466, liasse no 2085 : 26 juin 1469 ; D. Brouwers, Cartulaire, t. VIII, pp. 37, 66, 71, 73, 122 à 128, 137, 140, 148, 160, 162 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 19 v°, 21 v°.

28 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a ; D. Brouwers, Cartulaire, t. VIII, p. 38 ; D. Brouwers, Rançons et confiscations, pp. 41 et 46, a mal lu le nom et transcrit Henri Ferart.

29 D. Brouwers, Rançons et confiscations, p. 41, signale dans la liasse no 2085 des Acquits de Lille, la présence d’un acte de sauvegarde du 29 septembre 1466 que nous n'avons pas retrouvé.

30 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a : 10 mai 1469.

31 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a : acte du 26 février 1468. L'acte du 26 septembre 1466 (D. Brouwers, Rançons et confiscations, pp. 51-52) donnait également sauvegarde à Jean Dauvain et à sa famille de résider dans les Etats bourguignons.

32 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 15 v°.

33 Id., ibid., f° 11 ; Mémoires de Haynin et de Louvignies éd. D. Brouwers, t. I, Liège, 1905, pp. 200-201, 205, 212, 259 ; Chronique d'Adrien d’Oudenbosch, éd. C. de Bokman, Liège, 1902, pp. 161, 169 : Henri de Merica, Compendiosa historia de cladibus Leodiensium éd. P.F.X. De Ram, Bruxelles, 1844, pp. 36 et 45 ; O. de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d'Arbaumont, Paris, 1885, t. 3, p. 43 ; G. Kurth, La cité de Liège au moyen âge, Liège, 1910, t. 3, pp. 249-253.

34 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 5 v° ; on relève dans G. Hansotte, Inventaire des archives de l’abbaye de Neufmoustier, Bruxelles, 1960, t. I, l’existence d’un Jean Martin, tenant de Neufmoustier et maire de Vierset de 1437 à 1454 (pp. 195-221) et de son fils Jean de 1444 à 1454 (pp. 208-221). S’agit-il de ce dernier ?

35 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 22.

36 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10510, f° 7 v° ; Acquits de Lille, carton no 19481 : 3 septembre 1473, Jean Platton comparaît devant l'abbé d'Hastière et certifie qu'il a eu mainlevée de la part du duc. Il fut conseiller d’emmy la ville en 1478 (S. Bormans, Cartulaire, t. II, p. 353).

37 L.P. Gachard, Collection de documents concernant l’histoire de la Belgique, t. II, Bruxelles, 1834, pp. 489-492 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10509, f° 3 v°. Un vidimus de cet acte ainsi qu’un acte de Jean de Sonet, bailli du Condroz, qui en reprend la teneur servent tous deux de pièces justificatives au compte (Acquits de Lille, liasse no 1948 et carton no 19481).

38 . A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 22 : rente d’un muid dans le ban d’Hastière appartenant à la veuve de Laurent aux Brebis.

39 D’après les comptes ; en revanche, dans les Acquits (A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085) se trouve une pièce non datée ordonnant aux commissaires de donner déclaration des biens faisant partie de la donation à Humbercourt et appartenant à Jacques aux Brebis, Jean aux Brebis, Laurent aux Brebis et sa mère, Jean de Halloy, Baudouin de Sorines, Jean Chaboteaul le Jeune et Guillaume de Fernar (sans doute erreur pour Gilles de Fenal). Les biens de ces trois derniers ne furent pas attribués à Humbercourt. Jean Chaboteaul possédait une exploitation de 44 bonniers dans la prévôté de Poilvache ainsi qu’une cour tréfoncière (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 3). Il avait été fait prisonnier et avait été détenu à Namur (A. Borgnet, op. cit., p. 91). Gilles de Fenal possédait, conjointement avec Lambert Destache une exploitation de 60 bonniers à Hun qui fut donnée au seigneur de Rosimbos (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 - 16 v°), un charruage à Sommière qui rendait 16 muids de rentes (id ibid., f° 18), une rente d'un muid d'épeautre à Anthée et Morville (id., ibid., f° 25 v°), et des rentes sur des biens sis à Bouvignes montant à 9 livres 19 sous (id., ibid., fos 27 v° - 28). Baudouin de Sorines du métier des batteurs, possédait une rente de 6 muids d'épeautre dans la mairie de Sorinnes (id., ibid., f° 10). La partie qui ne fut pas attribuée à Gui de Brimeu représentait un revenu considérable qui aurait encore notablement accru la part donnée par le duc.

40 D. Brouwers, Analectes dinantaises, A.S.A.N., 1927, t. XXVIII, p. 267.

41 Jean de Haynin, op. cit., t. I, pp. 173-174, 177-178.

42 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.

43 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 17.

44 Id, ibid., fos 18 v°, 19, 20, 21 v°, 22, 23. Le compte ne fait pas mention de biens situés à Mez, dépendance de Bouvignes qui devaient être brûlés et en friche en 1471 (A.G.R., Acquits de Lille, carton no 19481 : 17 juillet 1471).

45 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 17 v°.

46 Id., ibid., f° 18.

47 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 12.

48 Id., ibid., fos 24 - 24 v°.

49 Id., ibid., f° 11.

50 D. Brouwers, Les marchands batteurs, p. 124 ; D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.

51 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 13.

52 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 296, n. 1.

53 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 v° - 17.

54 Id„ ibid., f° 27.

55 Id., ibid., f° 6 v°.

56 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a.

57 Voir p. 171.

58 Voir p. 165.

59 M. L. Génicot a étudié La limite des cultures du froment et de l’épeautre dans le Namurois au bas moyen âge (Namurcum, 1947, pp. 17 à 24) mais il s’est uniquement attaché à la région septentrionale du comté ; néanmoins on peut en conclure qu'il s’agit d’une culture extrêmement peu répandue au sud du sillon Sambre-et-Meuse.

60 Au sujet des terres de quartiers, voir L. Génicot, L'économie rurale, t. I, pp. 227-239.

61 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 11, 11 v°, 15 v°, 17 v°, 24, 24 v°, 26 v°.

62 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.

63 Jean de Haynin, t. I, p. 174.

64 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6 v°.

65 Un acte semblable avait été délivré pour le Brabant : A.G.R., Chartes de Brabant ; 15 novembre 1467.

66 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10509, f° 2 v°.

67 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 13 v° ; Acquits de Lille, liasse no 2085 a.

68 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 - 16 V° ; Acquits de Lille, carton no 19481 : 14 mai 1471. Cette exploitation avait pour seigneurs tréfonciers : l’abbé de Brogne, le seigneur de Bioul, le seigneur d’Annevoie, le seigneur de Godinnes, messire Bureau de Hun et Jean de Jodogne et cela dans les trois roies (id., ibid., no 1948 : 5 janvier 1471).

69 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 26 ; Acquits de Lille, liasse no 1948. Le bien avait appartenu à la femme de Jean de Romerée mais avait été hérité par Jean Mosce ou de Mozet.

70 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10512, f° 8 V°.

71 A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 1948.

72 A.G.R., Chartes de Brabant : 9 mars 1469 (n.s.).

73 Il avait été nommé à ce poste par lettres patentes du 10 juillet 1466 (J. Finot, Inventaire sommaire des Archives départementales du Nord. t. VIII, Lille, 1895, pp. xxx et 386-387). L’Epargne recueillait les revenus des biens confisqués sur les bâtards, provenant d’épaves diverses, des biens trouvés en mer, des exploits de justice et divers revenus casuels. Les comptes sont perdus pour le Namurois pour cette époque.

74 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508.

75 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 37.

76 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 18.

77 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38.

78 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 19 v°.

79 Id., ibid., f° 27.

80 Id., ibid., f° 27.

81 D. Brouwers, Rançons et confiscations, pp. 59-60. Ce même Miraumont avait été, avant le sac de la ville, logé chez un Lombart où il avait eu « très grant gagnage » (Jean de Haynin, op. cit„ t. I, p. 174).

82 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 16 - 16 v°.

83 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 20 - 20 v°. Le 16 juillet 1474, les échevins d’Hastière certifiaient que trois de ces sept bonniers étaient situés en territoire liégeois et que, pour le reste, l’abbaye d’Hastière s’en était saisie, les rentes tréfoncières n’ayant pas été acquittées (A.G.R., Acquits de Lille, carton no 19481)

84 . A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508,fos 20, 20 v°, 21, 21 v°.

85 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38.

86 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6 - 6 v°.

87 Id., ibid., f° 6 v°.

88 Id., ibid., f° 7.

89 Id., ibid., f° 25.

90 Id., ibid., f° 13 v°.

91 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 163 et 168. Il avait été maître en 1459 (D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 13) et il avait contribué pour 40 sous à l’emprunt de 1465 (Id„ ibid., p. 38).

92 A. Borgnet, op. cit., p. 86.

93 A. Borgnet, op. cit., p. 88.

94 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 9 V°.

95 Id.(ibid., f° 10 V°.

96 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 19 v°.

97 D. Brouwers, Les marchands-batteurs, p. 124.

98 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 174 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 10.

99 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 353 ; D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, pp. 34 et 64 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 24 V°.

100 D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 39 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 19 et 24.

101 Il avait versé 20 sous lors de l'emprunt de 1465 (D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 39) ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 11 v°.

102 Il avait versé 5 florins du Rhin lors de l'emprunt de 1465 (D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, p. 38) ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 24 v°.

103 S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 163 et 168 ; A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, fos 14 et 25.

104 Nous remercions M. A. Joris, professeur à l’Université de Liège, pour les renseignements qu'il nous a aimablement transmis. R. Dubois, Les rues de Huy, Huy, 1910, p. 114.

105 G. Hansotte, Inventaire des Archives de l'abbaye de Neufmoustier, Bruxelles, 1960, t. II, table, p. 512.

106 Monceau, Monchial, Monchaul : voir G. Hansotte, op. cit., t. II, table, p. 530 ; R. Vandermade, Les chartes des cours des tenants hutoises conservées aux Archives de l'Etat à Liège, Annuaire d’histoire liégeoise, t. VI, 1, 1958, no 135, pp. 134 et 317.

107 G. Hansotte, op. cit., t. II, table, p. 553.

108 Voir p. 174.

109 A. d’Oudenbosch, op. cit., t. I, pp. 107, 246, 250, 252 ; S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. III, pp. 10 et 141 ; t. IV, p. 68 ; D. Brouwers, Cartulaire de Dinant, t. VIII, pp. 70-71.

110 Voir p. 171. Ce bien avait constitué, pendant un temps, une garantie pour sa belle-sœur Marie de Longchamp, veuve de Jean de Celles et épouse de Robert de Spontin, en attendant la fin d’un procès qui les opposait tous deux au sujet d’une rente sur la terre de Harzée reconnue en douaire à Marie de Longchamp (A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a) ; un autre procès les mettait aux prises au sujet de la possession de la terre de Logne (A. Verkoren, Inventaire des chartes et cartulaires du Luxembourg, t. V, Bruxelles, 1921, p. 111). Marie de Longchamp était morte peu avant 1469.

111 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 29.

112 Id., ibid., f° 29 v°.

113 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont, B. Delvaux, La crise agricole du bas moyen âge, Université de Louvain, Recueil des travaux d'histoire et de philologie, 4e série, fasc. 44, Louvain, 1970, p. 70.

114 A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508 à 10512.

115 Voir p. 175.

116 Voir les comptes de confiscations pour le Brabant, le Limbourg et le pays de Dalhem. Marie de Bourgogne leva d’ailleurs la confiscation (A.G.R., Chambre des Comptes, no 20167, f° 1 v°).

117 A.G.R., Chambre des Comptes nos 10508, 10512.

118 Id., ibid., nos 10508-10509.

119 Il est indiqué dans le compte de 1469-1470 (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 6) que depuis 10 ou 12 ans (c'est-à-dire avant 1460), les menus cens n’ont plus été perçus à Maillen parce que la grande partie des héritages est en ries, voir p. 183.

120 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont, B. Delvaux, op. cit„ pp. 92-98.

121 Voir non seulement les comptes de confiscations mais aussi A.G.R., Acquits de Lille, liasse no 2085 a : Declaracion des graces, moderacions et quictances quil semble que mon tres redoubté seigneur monseigneur le duc de Bourgoingne pourra sil lui plaist faire et octroier a ptuseurs abbayes et autres qui doivent cens et rentes a mondit seigneur en son pais et conté de Namur lesquelz ont esté adommaigiez tant par les arssins de feuz et autrement pour la guerre faicte par ceulx du pays de Liege comme des logiz des gens darmes dicellui seigneur qui y ont esté es années mil ccc lxv et Ixvi et ce par le rapport de Guiselin Vlieghe, auditeur des comptes a Lille, et Jaques Pourcelot, conseillers de mondit seigneur lesquelz par ordonnance et commission dicellui seigneur se sont transportez oudit pais de Namur et de ce eulx fait informer au mieutx quil ont peu et sur ce eu ladvis des lieutenant du souverain bailli et receveur general, procureur et gens de conseil et autres officiers de mondit seigneur esdits pais et conté de Namur.

122 Voir dans les comptes, l’exemple d’une exploitation de 9 bonniers à la roie toujours en friche en 1474 malgré les tentatives de location (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10512, f° 15 v°).

123 Par exemple, à Sorinnes, le locataire d’une exploitation de 3 à 4 bonniers à la roie, Henri de Sorines, est parti mendier et serait mort en 1469-1470 (A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 10) ; à Baseille, Martin et Gautiron de Baceille voulloient cesser de labourer et laissier leurs heritages en riez et sans labeur (A.G.R., Acquits de Lille, liasse 1948 ; 12 juillet 1470), cependant des rentes furent perçues sur ces biens de 1469 à 1474 (A.G.R., Chambre des Comptes, nos 10508 à 10512).

124 A.G.R., Chambre des Comptes, no 10508, f° 9 v° (abbaye cistercienne de Félipré), fos 11, 19 v° ; no 10509, fos 8 - 8 v° ; f° 17 v » (le duc lui-même) ; no 10511, fos 9 - 9 v° (abbaye bénédictine d'Hastière).

125 Voir note 121, mais pas toujours, voir note 124.

126 Voir p. 172.

127 L. Génicot, M.-S. Bouchot-Dupont et B. Delvaux, op. cit„ p. 98.

128 Id., ibid, p 111. Nous ne voulons pas ici tirer des conclusions générales d'un phénomène qui n’a pu être que passager, les sources que nous étudions ne nous permettent pas d’en formuler. Voir l’opinion de M. L. Génicot au sujet des terres marginales et de la diminution des terres de culture dans L’étendue des exploitations agricoles dans le comté de Namur à la [in du XIIIe siècle, Etudes rurales, nos 5-6, avril-septembre 1962, p. 10, note 22.

129 Voir les comptes de confiscation pour le Brabant, le Limbourg et le pays de Dalhem.

130 Id.

131 Jacques du Clercq, Mémoires, éd. F. de Reiffenberg, Bruxelles, 1823, t. 4, pp. 277 et 281 : c’estoit la plus marchande et la plus riche ville, comme on disoit, de par decha les mons. Voir aussi à ce sujet P. de Commynes, Mémoires, éd. Calmette, t. I, Paris, 1924, p. 94 : ville très forte de sa grandeur et très riche a cause d’une marchandise qu'ilz faisoient de ces ouvrages de cuyvre qu on appelle dynanderie qui sont en effect potz et pestes et choses semblables ; T. Basin, Histoire de Louis XI, éd. Samaran, t. I, Paris, 1963, p. 276 : Sed opidum quod opuletissimum erat et ob id firmissimum ferabatur (et revera sic erat) ed ob id locupletum tocius patrie suarum opum atque diviciarum commune profugium, in direptionem et predam cessit. Il est évident que d’autres villes l’emportaient sur Dinant mais la mention de sa richesse chez plusieurs chroniqueurs n’est certainement pas à négliger.

Table des illustrations

Titre Tableau des recettes et des dépenses pour les années 1469-1471118
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Chargée de cours à l'Université de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search