Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

VIII. Les agents de Charles le Téméraire dans la principauté de Liège

M. John Bartier

Texte intégral

1Les ducs de Bourgogne utilisèrent dans leurs rapports avec la principauté épiscopale plusieurs institutions. Ils employèrent notamment leur Conseil aulique et des rouages provinciaux tel le Conseil de Brabant. Enfin à l'époque du Téméraire apparut un nouvel organe : le Conseil de Maestricht. Le beau travail de M. Gorissen complété sur quelques points par l’étude de M. Van Hommerich ont montré combien avait été grande, l’activité de ce conseil dans les pays de Meuse et Rhin. Notre intention n’est pas de tenter de déterminer la part respective prise dans les affaires liégeoises par ces diverses institutions. La tâche serait du reste compliquée par le fait qu’ici, comme toujours dans l’administration bourguignonne, les mêmes hommes peuvent siéger dans plusieurs conseils. Notre propos est plus simple, nous voudrions évoquer brièvement les noms de ceux que le duc Charles utilisa le plus souvent dans ses relations avec la principauté, dans l’espoir que cette modeste contribution à l’histoire liégeoise pourra servir de point de départ aux travaux plus approfondis que le sujet mérite.

***

2Le personnage auquel il conviendrait de consacrer la meilleure part dans une étude de cet ordre, serait assurément Guy de Brimeu, seigneur d’Humbercourt. Mais l’exposé de M. Paravicini nous permettra de nous borner, au sujet d’Humbercourt, à quelques notions tombées en quelque sorte dans le domaine public, mais qui font mieux comprendre sa personnalité.

3Issu de noblesse picarde et époux d’une Rambure, autre Picarde, Humbercourt est nommé en 1456 par Philippe le Bon chambellan de son fils, le comte de Charolais. Celui qui sera un jour le Téméraire est âgé alors de 23 ans. Il va bientôt entrer dans cette querelle qui, pendant de longues années l’opposera âprement à son père. Or, indice d’habileté, Humbercourt, pendant cette période difficile, parvint, semble-t-il, à ne pas heurter le duc, tout en conservant la confiance du jeune prince. En effet Philippe le Bon ne prendra jamais Humbercourt à partie comme d’autres amis de Charolais et et inversement, lorsqu’en 1465, l’essentiel de l’autorité passe à l’héritier de Bourgogne il n’est pas englobé dans la disgrâce qui frappera si durement les Croy et leurs fidèles. Au contraire, le Téméraire ne cessera jusqu’à la fin de son règne, de combler Guy de Brimeu d’honneurs et de lui confier d’importantes missions. Si on dresse le tableau de ses activités, on constate qu'elles se situent surtout dans la principauté épiscopale et dans les pays entre Meuse et Rhin. Pour nous borner à quelques exemples, le 9 septembre 1466 le Téméraire le charge, ainsi que Guillaume de Clugny et Simon de le Kerrest de traiter, avec les maîtres-jurés et métiers de Liège qui, tant pour la cité que pour les autres villes, devront reconnaître par serment Philippe le Bon comme avoué et gardien et s’engager à lui verser tribut. A partir de ce moment, Humbercourt ne cesse d’être mêlé, jusqu’à la tragédie de 1468, aux négociations avec les Liégeois. Il y fit preuve de courage, n’hésitant pas à entrer seul dans la ville à un moment de danger, mais aussi d’habileté, car il rut pour beaucoup dans la résignation avec laquelle les Liégeois subirent d’abord la dure sentence rendue par le duc Charles, le 18 novembre 1467. On sait que ce document faisait pratiquement de la principauté, un protectorat bourguignon grâce au titre héréditaire de « gardien et avoué souverain » qu’il conférait aux ducs valois.

4Incapable, faute de temps, d’exercer en personne cette avouerie, le Téméraire la transmet, dès le 28 novembre, à Humbercourt à qui il confère le titre de lieutenant général. Cette délégation toujours révocable en principe, mais non limitée dans le temps, est complétée par divers mandats. Ainsi Humbercourt est chargé, avec Guillaume de Clugny de traiter avec les habitants d’Aix-la-Chapelle, du pays de Stavelot et du ban de Sprimont, au sujet de l’assistance qu’ils avaient fournie aux Liégeois. Le 21 octobre 1469, Humbercourt est en outre désigné comme gouverneur de l’Ile-le-Duc, ancienne île de la Cité.

5On pourrait allonger indéfiniment la liste des tâches que le duc ne cessa de confier à Humbercourt. Bornons-nous à l’essentiel.

6Jusqu’à la fin du règne, non seulement il conservera la haute mains sur les affaires liégeoises, mais encore il étendra progressivement son autorité à la Gueldre, au Limbourg, au Namurois, au Luxembourg et aux marches de Lorraine. Pour administrer cette vaste zone, il s’appuiera sur le Conseil qu’il installera à Maestricht. Il assumera en outre le gouvernement de nombreuses places fortes. Le duc le chargera souvent aussi de missions strictement militaires. Enfin, le 18 septembre 1476 le Conseil aulique qui, de Termonde, régit les Pays-Bas pendant que le duc guerroie au loin invite Humbercourt à se porter « incontinent en Gueldre pour défendre les frontières contre ceux de Cologne et autres ennemis ». Cette désignation donnerait à penser que Humbercourt devait le rôle prééminent qui lui avait été confié aux marches de l’Etat bourguignon, moins à ses capacités politiques, au demeurant certaines, qu’à ses talents militaires. Mais dans les dernières guerres du duc Charles la partie décisive se joua loin de la zone où Humbercourt commandait. Il fut ainsi privé de l’occasion qui lui aurait permis de prouver ses qualités de stratège. De là sans doute, le caractère un peu flou laissé par son image chez les chroniqueurs. Ils parlent plus, au fond, de la fin tragique qu’il connaîtra avec le chancelier Hugonet, que du reste de sa carrière. Mais la thèse de M. Parravicini nous permettra de mieux cerner la personnalité de Guy de Brimeu et de mieux comprendre les raisons de la confiance que lui accordait le dernier duc de Bourgogne.

***

7D’autres collaborateurs des plus proches du Téméraire furent utilisés par lui dans les affaires liégeoises, indice sûr de l’importance qu’il y attachait. Ce fut notamment le cas de Guillaume de Clugny. A la différence des Rolin, famille avec laquelle ils offrent beaucoup d'analogie, les Clugny n’ont pas donné de chancelier à l’Etat bourguignon. Ils y tiennent pourtant et surtout à l’époque du Téméraire, une place éminente. Tandis que Ferry de Clugny deviendra chef du Conseil, évêque de Tournai et cardinal, son frère Guillaume, entre l’époque où il servait le comte d’Etampes et celle où il se rallia à Louis XI, fut un des intimes du Téméraire. Homme d’Eglise et futur évêque, le « protonotaire d’Avallon » se distinguait par un sens de l’intrigue diplomatique qui frappait ses contemporains et aussi par des talents d’administrateur dont témoignent les charges qui lui furent confiées en matière financière. Il eut l’occasion de montrer à Liège les deux aspects de sa personnalité. D’une part il est l’auxiliaire d'Humbercourt dans de nombreuses négociations à l'époque qui précède la conquête, de l’autre il fait office de trésorier dans le Conseil qui gouverne la principauté vaincue.

8Flanqué de plusieurs auxiliaires dont nous reparlerons, Guillaume de Clugny mettra tout en œuvre pour faire payer tribut par les Liégeois. Il les pressurera si brutalement que ses agissements finiront par inquiéter Humbercourt lui-même. Parmi les dignités ecclésiastiques dont était revêtu Guillaume, figurait le titre de prévôt de Tongres, tandis que son frère était chanoine de Saint-Lambert. Les deux prélats abandonneront ces bénéfices au profit de leur neveu Barthélemy, ce qui assurait un auxiliaire de plus au duc, dans le chapitre de Liège.

***

9Le Picard Antoine Haneron, prévôt de Saint-Donat de Bruges fut en quelque sorte le pédagogue des ducs valois, puisque, après avoir été le « maistre d’escolle » des bâtards de Bourgogne-Brabant, il avait joué le même rôle auprès du Téméraire. En outre, il avait servi de mentor à Louis de Bourbon à l’époque où le futur prince-évêque étudiait à Louvain. Haneron jouissait de la confiance de ses anciens élèves qui utilisèrent volontiers ses talents dans d’autres domaines que celui de l’enseignement. Ainsi le voit-on aider Louis de Bourbon lors des démêlés qu’il eut avec sujets en 1462 et le retrouve-t-on auprès du prince-évêque à Huy en 1467. Quant au Téméraire, dès son avènement, il fit d’Haneron un des chefs de ses finances et un de ses principaux agents politiques. En revanche, il n’était guère apprécié des Liégeois qui, comme en témoigne Oudenbosch, voyait en lui un des responsables de la lourde fiscalité qui s’abattit sur eux en 1472.

***

10Humbercourt, Guillaume de Clugny et Haneron figurent, nous l’avons vu, parmi les principaux conseillers du Téméraire ; et furent mêlés à tous les aspects de sa politique. La variété et la complexité des tâches qui leur étaient confiées les obligèrent à utiliser des auxiliaires parfois recrutés pour la circonstance, mais qui dans d’autres cas leur étaient depuis longtemps connus et appartenaient en quelque sorte à leur clientèle voire à leur famille comme ce « bâtard de Clugny » qui se mêle de la fiscalité liégeoise. Bourguignon du duché, Guillaume de Clugny fait ainsi volontiers appel à d’autres Duchois. C'est ce qui explique, sans doute, l’intervention dans les affaires liégeoises du secrétaire ducal et futur greffier de Maestricht, Hugues Demigny et plus encore celle de Girard Batault. Tabellion général de Bourgogne, Girard Batault est surtout le clerc de l'audiencier Jean Gros. Or, des liens étroits unissent les Clugny aux Gros, comme aux Hugonet, du reste. En tout cas Girard intervient en 1468 dans les confiscations qui suivirent la chute de la Cité. Un de ses parents, Etienne Batault le suit dans la principauté et rédige le 28 mars 1470 un rapport relatif aux abus commis dans l'Etat épiscopal par les gens de guerre, un autre Batault prénommé Othenin lui sert de clerc. Inversement c’est sans doute la protection du Picard Humbercourt qui explique l’intervention d’autres Picards dans l'administration de la principauté. Il en va vraisemblablement ainsi de maître Georges Duret. Originaire d’Hesdin, homme d’Eglise, chanoine de Saint-Donat de Bruges, Duret avait commencé par servir au comte de Charolais de « solliciteur » au Parlement de Paris. Le 16 juin 1465 le Téméraire le désigna comme procureur général des villes, prévôtés et châtellenies de Roy et Mondider. A partir de cette époque, on trouve souvent Duret aux côtés d’Humbercourt. Aussi intervient-il fréquemment à Liège. En 1469 il siège dans la commission qui règle les confiscations et la même année, c’est lui qui décide de faire construire une porte sur le « pont d Isle ». En 1470, on le voit faire rapport au duc sur les affaires de la principauté. On le retrouve en 1476, souverain-maieur de l'Ile-le-Duc. Mais son activité déborde des frontières liégeoises puisque — signe assuré de sa faveur auprès d’Humbercourt — Duret est un des deux présidents du Conseil de Maestricht.

11Autre Picard, Benoît de Pardieu, ancien clerc de Guillaume de Clugny qui fut désigné le 10 mai 1472 comme receveur de la Recette extraordinaire des pays de Liège, Looz et Bouillon. La manière dont Pardieu et maître Jacques Blanchet, un des clercs de Clugny, comprirent leur mission, donna lieu à des plaintes amères. Jean de Looz parle longuement des violences qu’ils commirent au détriment des églises. Pardieu fut utilisé par Humbercourt dans les autres territoires qu’il gouvernait. Ce receveur y fit preuve de la même brutalité. Aussi fut-il de ceux contre lesquels s’acharna le ressentiment populaire après le désastre de Nancy et la mort du Téméraire. Pardieu fut exécuté à Maestricht le 8 octobre 1477.

12Parfois l’origine géographique des agents bourguignons ne nous est pas connue. C’est notamment le cas pour l’un d’eux, Nicolas Mathieu qui fut nommé receveur pour l’ordinaire et l’extraordinaire le 28 novembre 1467 et qui garda une partie de ses attributions après la réorganisation de la recette en 1472. Tout ce qu’on sait de lui c’est que secrétaire « aux honneurs » du duc en 1460, il était devenu conseiller et maître des requêtes du comte de Charolais en 1466.

13Bien que Picards et natifs des deux Bourgognes aient été utilisés en grand nombre dans l’administration ducale, les originaires des autres principautés y avaient aussi une place. C’est ainsi qu’on verra intervenir à Liège Antoine Ponchin ou Poncin, procureur de Namur. Il s’y mêlera aux affaires de confiscations puis passera au Conseil de Maestricht.

14Encore faut-il noter qu’un doute peut planer sur les origines exactes de Ponchin. En revanche, avec maître Jean Stoop nous nous trouvons sans le moindre doute devant un Brabançon. Bruxellois opulent, Stoop après avoir étudié à Louvain était devenu secrétaire de Philippe le Bon, puis, il fut revêtu de plusieurs dignités et notamment de celle de « président » de Luxembourg. Stoop connaissait fort bien Louis de Bourbon auprès duquel il avait rempli une mission en juin 1456. Nous le voyons à nouveau auprès du prince-évêque à Huy en 1467. Tandis que Louis réside dans cette ville avec Simon de Lalaing et Haneron, Stoop se rend à deux reprises à Liège pour établir le contact entre le prince-évêque et ses sujets. La mission se révélera périlleuse, car Raes de Heers malgré les objurgations de Baré de Surlet le fera arrêter. Il ne devra le salut qu’à l’intervention des otages liégeois. Ces derniers qui étaient aux mains des Bourguignons craignaient en effet d’être victimes de représailles. L’année suivante Stoop est à Saint-Trond lorsque les représentants de l’Eglise liégeoise viennent protester contre les charges de guerre qui accablent la Cité.

15Dans ses relations avec Liège, le Téméraire aura recours aussi aux services d’un Flamand comme Simon de le Kerrest ou d’un Limbourgeois comme Jean d’Eynatten. Le premier était issu du patriciat gantois ; il fit une longue carrière de secrétaire sous Philippe le Bon, Charles le Téméraire et Marie de Bourgogne. Sa signature apparaît sur plusieurs des actes qui résultèrent des guerres liégeoises. Mais en outre, il joua un rôle diplomatique important. On le voit par le mémoire du légat Onufrius qui fut souvent en relation avec lui. Le second, noble d’origine était entré dans les ordres. Docteur en droit, il accumula, après avoir été chanoine de Sainte-Gudule les honneurs ecclésiastiques, parmi lesquels on notera un canonicat à Saint-Lambert. Sans doute ne l’obtint-il qu’en 1480, mais il était déjà prêt de l’acquérir en 1473. Eynatten fut aussi chancelier de Cologne, membre du Conseil de Maestricht, et resta au service de la maison de Bourgogne jusque sous Philippe le Beau.

16On notera aussi que les ducs valois n’avaient pas recours seulement aux talents de leurs sujets. Ils utilisaient parfois des étrangers. C’est le cas de deux hommes qui les servirent à Liège. Le premier est l’humaniste italien, Raymond de Marliano, conseiller de Philippe le Bon et du Téméraire, il est également celui de Louis de Bourbon. Il sera mêlé, en 1467 au projet de transfert des chapitres liégeois à Louvain et l’année suivante, il accompagnera Onufrius à Liège. Laïc, Marliano entrera dans les ordres après la mort de sa femme et deviendra chanoine de Saint-Lambert.

17Le second est Richard Troncillon. Brillant universitaire, originaire du diocèse de Sens, il cumulait lui aussi le service de la Bourgogne avec celui de prince-évêque. Conseiller de Philippe le Bon, il était fort lié avec Louis de Bourbon qui en fit son vicaire général. Il partagea si bien l’impopularité de son maître que Guillaume de La Marck le fera assassiner à Saint-Trond en 1474.

18Enfin, une place particulière doit être faite à Renaud de Rouveroit qui est pratiquement le seul Liégeois, non pas à avoir servi le Téméraire, mais à avoir rempli pour lui des fonctions importantes. Rouveroit est une personnalité complexe. Dès 1458, il tient une grande place dans la principauté, étant un de ceux qui dirigent le parti opposé à l’évêque et aux Bourguignons. Dans la période orageuse qui débute en 1465, il intervient dans les négociations qui se dérouleront à plusieurs reprises entre ses compatriotes et Charolais. Il commence alors à changer d’attitude, car on le voit opter pour la conciliation. Cette prudence le fait détester par nombre de ses anciens amis et le jette par réaction dans le camp adverse. Son évolution se précipite alors au point qu’en 1468, Humbercourt le charge, avant le dernier siège d’empêcher le retour des bannis, mission dans laquelle il échouera du reste. Après le sac de la Cité, il est entièrement rallié au nouveau régime. Il siège dans le tribunal de confiscations et surveille pendant leur voyage les trois frères de La Chaussée que l’on conduit à Liège pour y être décapités. Preuve nette de la confiance qu’il inspire désormais au vainqueur, il deviendra un des deux présidents du Conseil de Maestricht.

***

19Quelles conclusions tirer des exemples que nous venons d’énumérer ? Elles peuvent se résumer, croyons-nous en quelques points.

20On notera d’abord le fait — habituel du reste dans l’Etat bourguignon — que le Téméraire pour contrôler le pays de Liège utilisa peu de monde, et qu’en outre, son personnel à l’exception des receveurs, ne se consacra pas exclusivement aux affaires liégeoises.

21Mais d’autre part, on remarquera que néanmoins Humbercourt et ses agents jouirent dans les matières de la principauté d'une sorte de prééminence de fait.

22On constatera aussi que les mêmes hommes figurent souvent sur la liste des conseillers bourguignons et parmi les serviteurs du prince-évêque, ce qui confirme la subordination de Louis de Bourbon à son cousin de Bourgogne, bien que vers la fin du règne du Téméraire, il commença à secouer le joug.

23On relèvera aussi la présence d’amis de la Bourgogne dans le chapitre de Saint-Lambert.

24On savait déjà, par les comptes de confiscations que ceux qui y échappèrent parmi les Liégeois, parce qu’on les considérait comme des amis sûrs de la Bourgogne, étaient peu nombreux. Encore faut-il ajouter que si quelques natifs de la principauté siégèrent dans les institutions en apparence liégeoises mises sur pied après la conquête, ils n’osèrent pas aller plus loin. Rouveroit fut pratiquement le seul à occuper, du côté bourguignon, une charge fort importante. Ce fait nous paraît apporter une preuve supplémentaire de l’attachement des Liégeois à leur indépendance.

Auteur

Professeur à l'Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search