Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

VII. Guy de Brimeu, seigneur d’Humbercourt, lieutenant de Charles le Téméraire au pays de Liège1

Dr. Paravicini

Texte intégral

  • 1 Nous livrons le texte de cette communication du 28 octobre 1968 à l’impression sans retouches maje (...)

1Le seigneur d’Humbercourt a trouvé une fin violente. Brisé par la torture, il fut décapité le jeudi saint, 3 avril 1477, à Gand en même temps que Guillaume Hugonet, le chancelier du feu duc Charles. Voici comment Pieter Treckpoel, curé de Beek près de Maastricht et contemporain, raconte cet événement :

« Dans la même année, dans la semaine sainte, fut mis à mort et décapité le rusé et orgueilleux fourbe Humbercourt à cause de ses voleries et de sa cupidité. Car c’était lui qui dirigeait les impositions sur les pauvres gens du pays, causant ainsi grand malheur ; et tout ce que l’on recevait passait par ses mains, et l’on dit qu’il en a volé comme faisait Judas le traître. »

2Le récit moins prolixe de l’écolâtre de Saint-Lambert qu’adopte Adrien d’Oudenbosche se termine par ce raisonnement :

« Ainsi Dieu punit ceux qui vivent de proie. »

3Adrien de But voit dans la mort de Guy de Brimeu un châtiment pour sa participation à la destruction de Liège, et le continuateur de Henricus de Merica constate :

« Ainsi périrent les ennemis de Saint-Lambert et incendiaires de la célèbre ville de Liège. »

4Le même l’accuse de cruauté bestiale, d’accord avec Treckpoel et Henricus de Merica qui le qualifie « incapable de pitié ».

5D’après certaines sources, Guy de Brimeu était donc un homme cruel et impie qui s’enrichissait sans scrupule par vol et malversation.

6L’opinion de Philippe de Commynes diffère sensiblement de ce verdict : n’ay point souvenance d’avoir veü un plus saige gentil homme ne myeulx pour conduyre grans matières, dit-il à son propos. Nicolay, l’auteur du Kalendrier des Guerres de Tournay, lui aussi un témoin non suspect de partialité bourguignonne, est du même avis.

7Deux questions nous sont alors posées. D’abord : d’où venait et quelle était la carrière de cet homme d’une réputation si controversée ? et puis : qu’est-ce que nous savons vraiment de sa manière d’agir, de sa religiosité, de sa fortune ?

8Essayons d’y répondre.

91. Brimeu, arrière-fief d’Amiens, situé près de Montreuil-sur-Mer, a donné le nom à la famille noble, dont la filiation est connue depuis le xiie siècle. Humbercourt, arrière-fief de Péronne, situé près de Doullens en Picardie, devint vers 1400 seigneurie principale de la branche cadette, dont Guy de Brimeu est le membre le plus connu. Le grand-père, David, entra au début du siècle au service des ducs de Bourgogne, devint chambellan et maître d’hôtel, bailli de Hesdin, d’Amiens, et gouverneur d’Arras. Il mourra un peu trop tôt pour recevoir le collier de la Toison d’Or, qui fut conféré en 1429 à David, Jacques et Florimond de Brimeu, ses cousins. Le père, Jean, fut également chambellan et bailli d’Amiens. Guy, né vers 1434, une année après le futur duc Charles, représente la troisième génération de sa famille au service des ducs de Bourgogne.

10Dès son enfance, il était attaché à la maison et même à la personne du jeune Charles le Téméraire. En 1456 il devint son conseiller et chambellan. La première charge administrative qui lui fut confiée était, en 1461, celle d’un bailli d’Alost et Grammont, office dont il se faisait décharger bientôt pour continuer le service près du comte de Charollais. En 1462, il est son commissaire auprès des Etats d’Artois, première mission diplomatique que nous lui connaissons. En 1465-1466 il est en ambassade à Rome et en 1466 près des ducs de Bourbon, de Bretagne et de Normandie.

11La même année 1466 le met pour la première fois en contact avec le pays de Liège. Il participe à la campagne contre Dinant, négocie le Traité d’Oleye et est reconnu en plein Palais, le 12 septembre 1466 avoué et gardien du pays de Liège et de Looz au nom du duc Philippe. Il sera lieutenant général de Charles le Téméraire au pays de Liège pendant toute l’occupation bourguignonne.

12Sa carrière ne s’arrête pas là. De lieutenant général au pays de Liège, il devient, le temps progressant, gouverneur général dans les pays mosans. En 1468-1469 il devint gouverneur du duché de Limbourg, de Maastricht et des pays d'Outremeuse, des seigneuries confisquées au comte de Meurs et de toute une série de places et gouvernements le long de la Meuse dans le pays nouvellement conquis, de sorte que les contemporains, eux, se sont trompés en lui attribuant le titre de gouverneur de la Gueldre. Nous laissons de côté les pouvoirs qui, en 1473-1474, lui donnaient droit au titre de gouverneur du duché de Luxembourg, et le rôle qu’il a joué en 1472-1475 dans une partie du Vermandois, que Charles le Téméraire avait annexé à ses Etats.

13Simultanément il était chargé d’une multitude d’autres affaires diplomatiques et administratives : pendant les pourparlers entre le duc et l’empereur à Trèves, nous le savons avec Hugonet, Ferry de Clugny, Antoine Haneron et Pierre de Hagenbach dans le conseil le plus étroit du prince. Le 3 janvier 1474 il inaugure le Parlement de Malines avec Jacques de Savoye et Ferry de Clugny. Il en fait d’ailleurs partie comme chevalier d’honneur. Du mois d’août jusqu’à la fin du mois de juillet 1475 il participe au siège de Neuss, négociant avec le légat apostolique, le roi de Danemark, le duc de Julliers, l’empereur, la ville de Cologne, négociations qui se poursuivent pendant toute l’année 1476. Finalement nous le voyons vers la fin du règne du Téméraire être chargé des relations avec les Etats de Brabant aussi bien qu’avec ceux de la Gueldre et de ses propres gouvernements. Pendant ce temps les sources mettent son influence au même rang avec le lieutenant général des pays de par-deçà, Adolf de Cléves, et avec le chancelier Hugonet, ce qui est confirmé par le fait que Marie de Bourgogne nommera après la mort de son père ces trois hommes conjointement avec la duchesse Marguerite ses procureurs. Ajoutons encore que Guy de Brimeu, simple banneret, devint comte en 1470 et dans la même et seule année 1473 maréchal héréditaire de Brabant, chevalier de la Toison d’Or, comte palatin par privilège de l’empereur, et cousin du duc, titre rarement donné à ceux qui n’étaient ni du sang ni de la haute noblesse.

14Voilà les étapes de la carrière de Guy de Brimeu. Tout un travail est à faire pour mettre en lumière les causes de cette accumulation de fonctions et surtout de la formation d’un ensemble de gouvernements structuré par le cours de la Meuse.

15De même, l’administration interne de ces pays est encore mal connue. C’est vrai surtout pour le pays de Liège avant 1473. Pour le temps à partir de cette date, nous possédons l’admirable ouvrage de M. Gorissen, qui a découvert l’existence du Conseil ducal à Maastricht, création personnelle de Guy de Brimeu pour la quasi-totalité de ses gouvernments mosans. Mais terminons cette brève présentation du seigneur d’Humbercourt et abordons le problème de sa manière d’agir.

162. S’il ne faut pas juger un homme d’après ses intentions, il faut au moins les connaître. Celles de Guy de Brimeu nous sont connues par le mot qu’il s’est choisi. C’était Non force. On trouve cette devise inscrite dans un livre de sa bibliothèque et gravée sur son sceau. C’est un programme, le programme du diplomate qui met la force au dernier rang de ses moyens. Ainsi nous le voyons agir. C’est lui qui en 1466 décide le prince à ne pas faire tuer les 50 otages liégeois, mais de les renvoyer afin qu’ils servent la cause bourguignonne dans leur Cité. Pour Commynes, qui nous apporte cet épisode, il est d’ailleurs un exemple de cette habileté qu’il estime tant. Lieutenant à Liège avant la catastrophe de 1468, il continue cette ligne de conduite. Nous n’apprenons rien d’une tyrannie de sa part. Au contraire, il se fait recevoir au métier des fèvres, vraisemblablement pour contrebalancer l’influence de Rasse de la Rivière, et il achète une maison à Agimont par contrat passé par-devant les Echevins de Liège comme n’importe quel bourgeois. Plus tard, il rappellera aux Liégeois, et avec succès, qu’il les avait amyablement traictéz et que pour riens ne vouldroit consentir leur perdicion. Si cela n’avait pas été le cas, comment Jean de Wilde, l’ayant fait prisonnier à la prise de Tongres en octobre 1468, lui aurait-il rendu la liberté sur promesse de travailler auprès du duc pour la paix et de constituer prisonnier après un temps donné ? Guy de Brimeu a tenu sa parole. Nous connaissons les détails de ses tentatives de réconciliation de concert avec le légat Onufrius par le Mémoire de ce dernier. Il fut désavoué par Thibaut de Neufchâtel, maréchal de Bourgogne, et ne pouvait plus changer la volonté du prince, qui avait décidé l’anéantissement de la ville rebelle.

17Sa mission ayant échoué, il reprend, loyal serviteur de son prince qu’il est et qu’il restera toujours, les armes et est blessé gravement au combat du faubourg Saint-Léonard. C’est un homme malade qu’on porte dans la ville et dépose chez les dominicains. Il n’est donc pas question qu’il ait pris une part active au sac de la ville. Point du tout incendiaire de la ville, honneur qui appartient à Frédéric de Wittem, il essaye de sauver au moins le quartier de l’Ile, ce qui est refusé par le duc. Plus tard il montrera une sorte de résistance passive à exécuter les ordres du duc, tel celui de mettre le feu à la ville de Tongres.

18Egalement par la Chronique d’Adrien d’Oudenbosch nous apprenons qu’en février 1470, quand l’amitié entre Louis de Bourbon et Charles le Téméraire était bien refroidie, il s’appliqua, alors seul ami de l’évêque, à calmer dans l’intérêt du pays de Liège la colère du duc contre son parent insolvable.

19Autant de sa dureté présomptive.

203. Ce qui se passait au pays de Liège sous Charles le Téméraire posait pour les partis en lutte aussi un problème religieux. D’une part la guerre contre l’évêque et chef spirituel du pays, d’autre part églises et abbayes pillées et incendiées, ici et là l’interdit. Les donations de Charles le Téméraire à Saint-Lambert sont connues ; nous aurons tous l’occasion de voir ce soir la magnifique offrande qu’il fit, sans doute ressentant le besoin de réparer et expier quelque peu les dégâts causés à l'église du saint. Soit dit en passant : ce n’est pas une donation isolée. D’autres sanctuaires comme Saint-Sébastien de Linkebeek, Saint-Georges près de Delft, Saint-Adrien de Grammont et Notre-Dame de Liesse près de Bruxelles recevaient de semblables attentions.

21Quant aux relations du seigneur d’Humbercourt avec le clergé du pays, nos sources, Oudenbosch, moine de Saint-Laurent — c’est à tort que l’on en fait son confesseur —, Jean de Looz, autre moine de Saint-Laurent, et un grand nombre de pièces d’archives, sont particulièrement éloquents. Ils disent tous la même chose : autant qu’il pouvait, il a protégé les églises et leurs biens. Dans la nuit du combat près de la porte de Saint-Léonard il fait mettre les carmélites en sûreté. Après l’entrée des troupes en Liège, lui-même incapable de marcher, il se fait mener par des dominicains à Saint-Jacques et engage Baudouin, Bâtard de Bourgogne, et Pierre de Hennin, seigneur de Boussu, par un traité particulier à épargner les abbayes de Saint-Jacques et de Beaurepart du pillage imminent. Saint-Laurent aussi échappe au pire grâce à son entremise, et le fera encore bien des fois muni de ses lettres de sauvegarde. Ce n’est donc pas par hasard, que l’on ne trouve nulle part son nom dans la liste des objets enlevés de Liège par les soldats en 1468 et dressée par les églises pour les récupérer. Au contraire, c’est lui qui se charge de les faire rendre.

22Ecoutons ce qu’il en dit dans son testament de 1471 : Item je veuil semblablement que tous les livres et toutes autres choses d’eglise que j’ay recouvré de ceux qui les avoient pilliés appartenans aux églises de Liege soient portez en Liege ainsi que j’avoie ordonné qu’il [u [ait, c’est assavoir que tout fu porté aux freres prescheurs du dit Liege pour les rendre es lieux la ou ils appartiennent. Visé en particulier lui doit la restitution de la châsse de saint Hadelin, et Dinant, vraisemblablement, celle de la châsse de saint Perpète.

23L’époque de la violence ouverte terminée, et celle de l’exploitation financière commencée, le clergé fait appel à lui, quand il s’agit d’influencer le duc en sa faveur ou de limiter les excès des commis chargés de recevoir les impositions, rarement sans recevoir une réponse favorable.

24La reconnaissance des églises se manifeste par des moyens qui leur sont propres (des autres nous savons peu de chose) : on l’inscrit au nécrologue et on se charge de célébrer son anniversaire, c’est le cas de Notre-Dame de Tongres, de Saint-Laurent et de Saint-Halelin de Visé ; ou on lui donne des reliques, comme font Saint-Jacques, Notre-Dame de Dinant et encore Notre-Dame de Tongres. Les églises savaient d’ailleurs que c’était par de tels moyens qu’on gagnait sa faveur : ainsi Saint-Martin célébra en mai 1470 un service solennel pour la mère du seigneur de Humbercourt, ce qui lui valut la conservation des murs desquels la collégiale s’était entourée pour sa protection.

25D’après tout ce que nous savons, Guy de Brimeu était un homme qui s’occupa relativement tôt de son salut éternel. En 1452, à l’âge d’environ 18 ans déjà, il s’était fait recevoir dans la communauté des prières de l’Ordre des Frères Prêcheurs. Nous possédons de pareils actes de réception pour l’Ordre des Carmélites et celui de Cîteaux. Comme beaucoup de ses égaux, il collectionna des reliques, eut son autel portatif, son confesseur particulier, son chapelain domestique. Une santé délicate, cependant, dont parlent certains documents et chroniqueurs, a donné chez lui, semble-t-il, plus de profondeur à la piété que tout le monde. Sa vénération pour saint Lambert, en tout cas, qu’il confessa publiquement avoir offensé, a quelque chose d’extraordinaire.

26Vraisemblablement par son intervention, la châsse de saint Lambert, en novembre 1468, ne fut point enlevée à la cathédrale, comme il en avait été question. En janvier 1469, on procéda à sa demande à l’ouverture de la châsse et il obtint, sans doute à cause de ce service rendu au saint, une parcelle des reliques. A partir de cette date, le seigneur de Humbercourt se montra le serviteur le plus zélé du patron du pays. Chaque fois qu’il venait à Liège, il faisait d’abord sa prière dans la cathédrale. Il donna à l’une de ses filles le nom de Lamberte et se sépara en faveur du saint de reliques de son Patron, saint Guy. Dans son testament il ordonna à Arras et à Maastricht de grandes solennités le jour de Saint-Lambert. Finalement, il conçut l’idée d’honorer le saint par la confection d’un buste-reliquaire, et à cette fin, il donna 60 marcs d’argent ; il essaya d’intéresser le chapitre, l'évêque, le duc lui-même à ce projet. Mais tout l’argent disponible au pays de Liège était absorbé par les impositions, et le duc fit l’autre offrande que nous connaissons. L’idée pourtant, comme l'a montré Edouard Poncelet, ne s’est pas perdue, ni le souvenir de son auteur. On a dû attendre le règne d’Erard de la Marck pour voir l’ouvrage s’achever. Humbercourt réalisa néanmoins un buste-reliquaire de saint Lambert de son vivant pour y mettre la relique qu’il avait reçue. Malheureusement, il n’est pas conservé.

27Guy de Brimeu donc, l’homme qui avait fait plus que nul autre Bourguignon pour détourner du pays de Liège la vengeance terrible du duc de Bourgogne, qui, une fois le malheur arrivé, s’efforça de protéger les églises, avait aussi la conscience plus sensible que les autres capitaines bourguignons, tel que Anthoine le Grand Bâtard qui emporta, par donation du duc, toute la trésorerie de Saint-Lambert.

284. Pourtant, nous n’avons pas l’intention de fermer les yeux devant le fait que la fortune matérielle du Guy de Brimeu et de sa famille s’est faite justement pendant le temps qu’il était lieutenant général à Liège. Ayant hérité d’une fortune moyenne, il est déjà capable de prêter au duc 3.000 livres en 1469. En 1470 il s’achète le comté de Megen et en 1473 deux autres seigneuries en Brabant pour environ 10.000 livres et prête en la même année 1473 6.000 livres à un particulier. En 1474 il acquiert la seigneurie de Peer au comté de Looz pour 11.000 livres et fait racheter pendant les années 1475 et 1476 les rentes grevant ses biens en Brabant. La somme qu'il dépose en main d’église pour le mariage de ses trois filles s’élève à rien moins qu’à 24.000 livres en espèces. Dernière preuve de ce développement : l’aînée de ses filles, l’un de ses cinq enfants, apportera en 1488, 16.000 livres comptant de dot à Jean de Glymes, seigneur de Bergen-op-Zoom. Son père, quand il épousa Antoinette de Rambures en 1463, s’était contenté du tiers.

29Les origines de cette fortune nous sont relativement bien connues. Fait étonnant, aucune pension du duc ne sert de base ; ceci est certain malgré l’état fragmentaire de la comptabilité de l’argentier ducal. Y contribuent certainement les gages des nombreux offices auliques, militaires et administratifs dont le payement n’est pourtant pas régulier.

30Les autres sources sont moins pures : confiscations et pots-de-vin.

31Des biens confisqués à des Liégeois, Guy de Brimeu en a largement reçu, aussi bien de Louis de Bourbon que du duc de Bourgogne. L’ensemble des propriétés de Rasse de la Rivière en constituait la partie la plus importante. En plus, il avait une pension de 400 livres du comté de Looz, et une de 1.000 livres de l’évêque de Liège pour avoir le pays recommandé. Dans les années 70 s’ajoutent des biens en Hainaut, confisqués à des partisans de Louis XI, d’une valeur de 5.000 livres de rente par année. Ici, dans les confiscations, nous croyons trouver la vraie source de la richesse du seigneur de Humbercourt.

32Des pots-de-vin, nous en connaissons quelques-uns, entre autres les 500 livres qu’il recevait à la demande de l’évêque du clergé de Liège à l’occasion du traité d’Oleye, le cadeau que lui fit la ville de Tongres reconnaissante d’une maison et les 50 florins que lui envoya la ville d’Erkelenz en Gueldre, pour qu’il fasse « retraire » des gens de guerre. Il est évident, vu l’étendue de ses pouvoirs, que l’on essayait partout de prévenir un peu la décision du gouverneur. C’était lui qui répartissait l’aide, qui décidait si quelqu’un était exempt de la gabelle, qui fixait le montant des amendes et permettait ou non le rachat des biens confisqués. Mais ces présents étaient d’usage. Et nous n’avons aucune preuve qu’il ait vendu ses décisions. Qu’il ait volé de l’argent destiné au duc, aucun document ne le prouve. La chambre des comptes à Malines l’aurait certainement réclamé aux héritiers, comme elle le fit de certains droits de relief non payés.

33Que le seigneur d’Humbercourt n’était point pillard ou incendiaire de la ville de Liège, c’est certain. Qu’il ait vécu du butin du vainqueur, ce n’est vrai qu’à moitié, parce que, bien que sa fortune fut en majeure partie composée de biens confisqués, ils lui étaient donnés par l’évêque et le duc. Homme dur, voire cruel, il ne l’était pas par intention et pas dès le début. Plus tard, serviteur loyal de ce prince qui sans cesse menait la guerre et avait par conséquent un besoin croissant d’argent et de troupes, il l’est devenu contre ce pays rénitent et en voie vers une nouvelle révolte.

34Sa bonne entente avec Louis de Bourbon se brisa là-dessus et la concurrence latente des deux pouvoirs se changea de plus en plus en hostilité ouverte jusqu’à ce qu’en 1476 le conflit éclata quand, à la demande du duc et sans demander à l’évêque, Humbercourt faisait lever des troupes dans le pays et les envoya auprès du Téméraire en Suisse. En plus, l’évêque avait dès 1475 exigé du duc la mainlevée des confiscations sur les Liégeois, condition de sa participation active au siège de Neuss. Dans une lettre à Marie de Bourgogne il accuse, vraisemblablement avec raison, le feu seigneur de Humbercourt d’avoir empêché cette mainlevée. Ainsi Louis de Bourbon devint le pire des ennemis de Guy de Brimeu et n’hésita point à confisquer à son tour, la nouvelle de la mort du duc Charles s’étant à peine confirmée, tout ce que Guy Brimeu possédait dans ses Etats.

35La fin d’Humbercourt et de Hugonet à Gand s’inscrit dans un cadre différent, celui de la révolte des Etats Généraux et des Gantois en particulier contre les conseillers qui représentaient le régime du feu duc Charles et qui avaient osé leur disputer le gouvernement de la duchesse Marie. C’est pourquoi nous n’en parlons pas ici.

Notes

1 Nous livrons le texte de cette communication du 28 octobre 1968 à l’impression sans retouches majeures et sans notes. On trouvera les renvois aux sources dans la thèse sur Guy de Brimeu que nous préparons à Mannheim sous la direction de M. le Professeur K.F. Werner et qui sera publiée dans les Pariser Historische Studien en 1971.

Auteur

Université de Heidelberg

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search