Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

VI. La politique liégeoise de Charles le téméraire

M. Pierre Gorissen

Texte intégral

1Nous nous proposons de répondre à la question suivante : « Y eut-il sous Charles le Téméraire une seule ligne de conduite vis-à-vis de la principauté de Liège ? »

2Notre réponse à cette question distingue deux politiques bourguignonnes. Des documents clés du début du règne, des deux paix datées respectivement du 28 décembre 1465 et du 18 novembre 1467, nous dégageons les composantes de la politique bourguignonne au début du règne. Nous les comparons au langage des faits de la fin du règne. Nous concluons à un changement profond. On pourrait même parler de contraste, qui se constate à partir de l’année 1473.

I. Les années 1465-1473

  • 1 Stanislas Bormans, Recueil des Ordonnances de la Principauté de Liège, 1re série, 974-1506, Bruxel (...)

3Pour les débuts du règne nous disposons de deux documents connus depuis longtemps1 :

  1. la paix de Saint-Trond, du 28 décembre 1465. A ce moment Philippe le Bon († 15 juin 1467) est encore en vie. Mais Charles le Téméraire a déjà pris en mains toutes les affaires d’Etat. La défaite des Liégeois à Montenaken (19 octobre 1465) est son œuvre ;
  2. la paix rédigée à Liège le 18 novembre 1467, faisant suite à la défaite des Liégeois à Brustem (28 octobre 1467).

4Ces deux documents reflètent une même politique dictée par le Bourguignon : huit des vingt-deux paragraphes de 1465 se retrouvent dans le texte de 1467. La paix de 1467 compte quarante-sept paragraphes. Entre les deux dates, Charles le Téméraire a parfois précisé sa pensée.

5En schématisant, nous pouvons réduire les lignes maîtresses de cette politique à cinq points.

1. Suppression de toute influence de Liège dans les Pays-Bas bourguignons.

6C’était le premier pas.

  • 2 Conflits criminels qui furent Jugés par le Tribunal de la Paix, siégeant dans l’église de Notre-Da (...)

7L’évêque de Liège pouvait s’ingérer dans les différends de sujets bourguignons à l'intérieur des limites du diocèse par la voie des anciens tribunaux dits de l’Anneau du Palais et de la Paix Notre-Dame2. Pour couper court aux incidents qui pouvaient toujours surgir, la paix de Saint-Trond (§5) décrète que les terres et les sujets du duc n’y seront plus soumis.

8Par ailleurs la ville de Liège rayonnait sur les villes et franchises de droit liégeois situées en Brabant, Limbourg, Luxembourg et Hainaut. En tant que chef-sens, elle en était en quelque sorte la capitale juridique. Cette influence liégeoise en terre bourguignonne est supprimée (1465, § 5 ; 1467, § 22).

9Par leur bourgeoisie foraine la même cité et subsidiairement d’autres villes liégeoises attiraient dans leur orbite des sujets du duc, ce qui créait particulièrement des difficultés entre Ivoix d’une part et les pays de Bouillon et d’Ardenne d’autre part. L’abolition générale et réciproque de la bourgeoisie foraine, prévue pour cette région en 1467 (§ 8) créera des frontières nettes entre le duc et les Liégeois qu’il paraît traiter ici en étrangers.

2. Suppression de la capitale.

10Faisons abstraction de la destruction de Liège de 1468.

11Un an avant cette date, l’arrêt de mort de la Cité avait été prononcé, aussi bien pour la ville par l’abolition de toutes les institutions urbaines (§ 1) et de toutes les manifestations extérieures de ces institutions : les chartes de liberté (§§ 2, 17), le perron (§ 11), les murs et les portes (§ 32), que pour la capitale urbaine du pays par la suppression totale du chef-sens (§§ 6, 34).

12A deux reprises le duc insiste sur l’affranchissement de toutes les cours de justice locales vis-à-vis de l’ancienne capitale. Le duc voulait couper les liens liant Liège aux autres villes et franchises, extirper le système nerveux qui assurait la cohésion du pays.

3. Dislocation de la principauté ecclésiastique.

  • 3 X. De Ram, Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bour (...)

13Le duc ne pouvait inscrire ce principe en toutes lettres dans les paix de 1465 et de 1467. En 1465 (§ 14) il promettait d’appuyer la sentence que le pape Paul II allait promulguer sur les droits de hauteur de Louis de Bourbon. La « Pauline », datée du 23 décembre 1465, se prononça en faveur de l’élu liégeois3. Le duc promit de s’y conformer (§ 21).

  • 4 Quelques données sur ce Conseil dans P. Harsin, Études critiques sur l’histoire de ta Principauté (...)

14Il fit même un pas dans cette direction en dotant Louis de Bourbon d’un Conseil princier de type bourguignon4. Ce Conseil absorbait toute la compétence des anciens tribunaux liégeois : Tribunal des XXII, Anneau du Palais, Paix Notre-Dame, l’échevinage de la Cité dans sa fonction de chef-sens (1467, §§ 1, 3, 34, 35).

  • 5 J. Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le XVe siècle, Liège, 1887, p. (...)

15Mais tout le monde savait que la paix de 1467 portait un coup de massue à la puissance de l’évêque de Liège. Aussi bien les milieux du chapitre de Saint-Lambert que ceux de la Curie romaine en furent conscients5.

16Les chanoines de Saint-Lambert qui approuvèrent le paragraphe 7, pouvaient-ils admettre sérieusement que d’une part le Conseil du prince continuât à siéger au Palais, que le grand chapitre et les petits continuassent à sanctifier le territoire de la Cité, mais que d’autre part ce territoire fût désormais indigne du siège épiscopal ?

17Ce siège devait déménager à Maastricht. Ce n’est pas tout. A côté de Maastricht, deux sièges furent créés, celui de Louvain pour la partie brabançonne du diocèse et de plus pour le comté de Looz, la ville de Saint-Trond et la « Hesbaie » ; celui de Namur pour les parties hennuyères, namuroises et luxembourgeoises du diocèse, de plus pour les villes de Huy, Dinant, Couvin, Thuin, les autres villes sur le rivage de la Sambre, enfin pour 1’« Ardenne ».

18Sans doute faut-il prendre ici « Hesbaie » et « Ardenne » dans leur acception ecclésiastique, donc dans le sens d’archidiaconés de la Hesbaie et d’Ardenne. Retranchons tous les territoires énumérés de celui de Maastricht qui comprenait en principe tout le diocèse « si avant qu’il s’extent deçà et delà la rivière de Meuse », et on verra tout de suite qu’il en restait très peu.

  • 6 L’article 7 de la protestation rédigée par le chapitre de Saint-Lambert, le 22 août 1468 (Daris, o (...)
  • 7 E. De Moreau, Histoire de l'église en Belgique, V (Museum Lessianum. Section historique, no 15), B (...)

19Il est impossible de minimiser cette mesure. Elle portait aussi bien sur la cour de l’official que sur celles des archidiaconés6. C’était le premier pas vers la création de trois évêchés. Maastricht avait des titres épiscopaux plus anciens que Liège. Louvain avait d’anciennes prétentions7.

20On peut y voir davantage ; en fixant le siège épiscopal principal à Maastricht, en laissant le Conseil princier de Louis de Bourbon à Liège, le duc séparait le spirituel du temporel, avec l’arrière-pensée de recueillir sans doute un jour le temporel.

4. Prépondérance brabançonne.

  • 8 Daris, op. cit., pp. 418, 420, 508.

21En 1465 et en 1467 le duc de Bourgogne triomphe, mais avec lui également les Brabançons, on aurait envie de dire « les revenchards de Steppes », car du côté des Liégeois qui devaient, selon les plans concertés avec Louis XI, frapper le Brabant, tandis que lui attaquerait le Hainaut, il y avait sans nul doute une « mystique de Steppes »8.

22Or, pour les gens du duc tombés sur les champs de bataille, les paix de 1465 (§ 4) et de 1467 (§23) prévoient l’érection d’une chapelle avec trois chapelains à la nomination des ducs de Brabant, comme si on ne pensait qu’aux morts brabançons.

23En 1465, c’est à Malines que les délégués des Trois Etats liégeois doivent se rendre pour implorer le pardon du duc, qui est toujours Philippe le Bon (§ 1). En 1467, c’est à Louvain, qu’on prévoit annuellement la reconnaissance du duc par les échevins de toutes les villes liégeoises. Pourquoi plus Malines, qui sous le Téméraire allait concurrencer les chances de Bruges et de Bruxelles pour devenir la capitale des Pays-Bas bourguignons ?

  • 9 S. Bormans, op. cit., pp. 632-634. — J. Lejeune, op. cit., p. 86.

24En quittant un moment les textes clés de 1465 et 1467, on constate que le Brabant s’installe en 1469 en plein cœur de la Cité de Liège. L’île de la Cité que Louis de Bourbon donne en fief au duc de Brabant, reçoit ce nom symbolique9.

25Sont-ce autant de symptômes d’une influence prépondérante de conseillers brabançons dans l’entourage du Téméraire pendant ces années ? Avant de répondre à cette question, il faut examiner le point suivant.

5. Revalorisation de l’avouerie liégeoise.

  • 10 Éd. Poncelet, L’avouerie de la Cité de Liège, dans Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du D (...)

26Heureusement une étude lumineuse d’Ed. Poncelet a fait l’histoire de cette institution10.

  • 11 Ibid., pp. 92, 115, 153, 161.

27A côté de l’avouerie de la Cité de nature judiciaire, limitée à la franchise, la ville de Liège créa en 1270 une « haute » avouerie protectrice et militaire pour gagner la faveur du duc Jean Ier de Brabant. L’acte du 26 novembre 1270 ne fut jamais complètement oublié. Devenu duc de Brabant, Philippe le Bon l’exhuma à son tour. Il fit exécuter deux vidimus, le 14 mai 1438 et en envoya un à l’évêque de Liège11.

  • 12 Paix de Saint-Trond, § 7 = Paix de 1467, § 26.

28L’escarmouche diplomatique n’eut pas de suite. Mais à la fin de son règne les mêmes conseillers brabançons qui avaient échoué en 1438, sortirent des archives ce vieux titre. La victoire de 1465 aidante, l’avouerie de la Cité devint en un tour de main l’avouerie de l’ensemble des pays de Liège et de Looz12, deuxième métamorphose d’inspiration purement brabançonne cette fois-ci.

29La logique liait cette nouvelle avouerie liégeoise à son point d’attache historique, le duché de Brabant.

30Pour lui donner plus d’éclat, il fallait lui trouver un siège juridique en Brabant. Voilà pourquoi c’était à Louvain, dans l’ancienne capitale de Brabant, que désormais les échevins des villes liégeoises, après avoir été nommés par le prince-évêque, prêteraient serment d’allégeance au duc. Ce serait chaque année, au mois de mai, une cérémonie grandiose à la gloire du Bourguignon en même temps qu’un acte de soumission du côté liégeois (1465, § 7 ; 1467, §§ 5, 12, 26).

31L'avouerie était aussi revalorisée dans le sens financier du terme, par le versement d’une rente de 2.000 florins du Rhin. Les deux annuités de cette rente se payaient à Louvain encore une fois (1465, § 9 ; 1467, § 28).

  • 13 S. Bormans, op. cit., pp. 595-597, acte de cette date en note.
  • 14 Voir à ce propos en dernier lieu, J. Baerten, Le comté de Haspinga et l'avouerie de la Hesbaie, da (...)

32Entre les deux dates 1465, 1467, le duc précisa sa pensée quant à la portée de l’avouerie. En le reconnaissant la première fois, comme avoué, le 12 septembre 1466, les Liégeois avaient pris la précaution de réserver les avoueries particulières13, dont la plus importante était sans doute l’avouerie de la Hesbaie14. Précaution rendue caduque en 1467 (§ 26), car le Téméraire fait allonger d’un mot le titre des ducs de Brabant : « gardiens et advoés souverains, héritaubles, généraulz et particuliers des églises et des dictes cité, villes et pays de Liège et de Loos » et pour que tout soit bien clair, le paragraphe suivant stipule que tous les revenus de ces avoueries particulières écherront au duc.

33Si le siège juridique et financier de l’avouerie liégeoise fut fixé au cœur du Brabant en 1465-1467, le siège militaire fut transposé à Liège en 1469. L’île de la Cité était déjà devenue le réduit fortifié des Bourguignons avant l’acte du 1er juillet 1469. Par l’inféodation de l’île aux avoués souverains, Louis de Bourbon consacrait juridiquement une situation de fait : afin de pouvoir protéger effectivement les églises liégeoises le duc devait disposer d’une place forte au cœur même du pays. Le nom symbolique de Brabant, que les Liégeois donnèrent à ce moment à l’île, nous ramène encore une fois à l’avoué souverain du pays de Liège.

34Ce n’est d’ailleurs pas depuis 1469 que le caractère militaire de l’avouerie est affirmé. L’article 26 de la paix de 1467 l’avait déjà fait abondamment. L’avoué souverain avait la faculté d’assurer la paix dans la principauté « par main armée et autrement », de faire cesser toute violence, de connaître juridiquement de toute commotion, de lever des troupes pour réprimer les rébellions. Le crime de lèse-majesté, commis contre l’avoué, entraîne enfin chez les Liégeois la perte du privilège de non-confiscation des biens (§ 17).

35Bref, on voit mal la limite des pouvoirs de l’avoué. Les paix de 1465 et de 1467 ont beau reconnaître les droits souverains du prince-évêque. De fait, elles lui substituent un deuxième souverain dans la personne de l’avoué souverain.

36Dans l’esquisse que nous avons tracée de la première politique liégeoise du Téméraire, il y a des traits fortement accusés : l'importance primordiale de l’avouerie, la suppression de la capitale ; il y a des traits hésitants : le soutien donné au prince-évêque dans son Conseil princier inscrit sur le filigrane du démembrement du diocèse, par ailleurs l’accentuation des frontières liégeoises, qui devait résulter de la suppression de part et d’autre de la bourgeoisie foraine ; il y a enfin un trait qui paraît encore plus douteux : la prépondérance brabançonne. On n’échappe pas à l’impression d’une certaine incohérence.

II. Les années 1473-1477

37Qu’advint-il de cette politique en 1473 ? L’année 1473 fait époque pour les Pays-Bas à plusieurs points de vues. C’est l’année de grandes réalisations, de rêves plus grandioses encore : l’emprise sur le Rhin par la conquête de la Gueldre, l’entrevue de Trèves avec l’empereur Frédéric III et la chimère de la royauté ; sur le plan intérieur la centralisation des provinces marque un grand pas par la création du Parlement de Malines et des institutions connexes. Cette année a-t-elle été aussi l’occasion d’un changement d’attitude vis-à-vis de Liège ? A défaut de textes clés, qui nous ont servi pour les années 1465-1467, les événements de 1473 et années suivantes semblent le prouver.

1. L’élément personnel : Humbercourt.

  • 15 M. Werner Paravicini prépare une thèse doctorale à l’Université de Mannheim sur la famille Humberc (...)

38Jusqu’ici nous avons parlé du duc, de son entourage, sans pouvoir préciser qui inspira telle ou telle mesure. A partir 1473, l’exponent de la politique bourguignonne dans l’est des Pays-Bas est notoirement Gui de Brimeu, seigneur de Humbercourt, dit aussi comte de Megen15.

  • 16 Éd. Poncelet, op. cit., p. 163.
  • 17 J. Lejeune, op. cit., p. 80, en parlant des événements de 1468 : « Comme prince, l'évêque n'est pl (...)

39Il était en place depuis 1467 comme lieutenant de l’avoué général de Liège16. Nous ne nions pas qu’il joua un grand rôle dans les événements du début du règne17. Mais rien ne permet de dire qu’il déterminait personnellement le cours de la politique liégeoise.

  • 18 A.J. De Mooy, De Gelderse kroniek van Willem van Berchem, Arnhem, 1950, p. 137, n. 1.
  • 19 Acte du 2 août 1473 publié en annexe dans P. Gorissen, De Raadkamec van de hertog van Bonrgondië t (...)

40En 1473 son autorité s’accroît de façon spectaculaire. Le duché de Gueldre est conquis durant le mois de juillet 1473. On y nomme un gouverneur du nom de Guillaume d’Egmond. Mais le véritable maître, le « rector generalis » du pays, c’est Humbercourt18. Dans le même mois de juillet 1473, le décès du duc de Lorraine, Nicolas de Calabre (27 juillet 1473), risque de faire apparaître une brèche dans le système défensif du sud-est des Pays-Bas. Quelques jours après, le 2 août 1473, Humbercourt est pourvu des pouvoirs les plus étendus dans le duché de Luxembourg, le comté de Chiny, celui de Namur et tous autres autres pays « deçà la rivière de Meuze et ès marches alenviron desdis pays et dudit Lorraine ». Cet acte est daté de Griethausen sur le Rhin19. L’expression finale vaut donc pour une large bande entre la Meuse et le Rhin.

41Peut-être — mais l’acte ne le dit pas — ces pleins pouvoirs étaient limités au temps d’alerte. Mais toute la fin du règne du Téméraire n’est qu’une suite d’alertes. Quoi qu’il en soit, le pays de Liège se trouva ainsi englobé dans un ensemble plus vaste, soumis à un commandement militaire et à une gouvernance générale unique. Humbercourt en profita pour réaliser ses plans d’une grande marche à l’est des Pays-Bas bourguignons.

42Un observateur superficiel pourrait faire remarquer que l’annexion du pays de Liège fut simplement consolidée en 1473. Mais l’intensification du processus provoqua un changement d’optique chez Humbercourt. Les forces centrifuges qui étaient entrées en action en 1467 au détriment du pays de Liège, seront contrées par Humbercourt à partir de 1473. Les premiers qui perdirent leurs illusions impérialistes, furent certainement les Brabançons. Humbercourt, seigneur d’origine picarde, ne pouvait faire sienne 1 animosité séculaire des Brabançons à l’égard des Liégeois.

  • 20 Ibid., pp. 29-30.
  • 21 Il l'avait achetée en 1469 du comte Jean VI de Megen. A.M.H.J. Stokvis,, Manuel d'histoire, de gén (...)

43Au contraire, ses pensées allaient de l’avant vers un grand pays nouveau, elles balayaient les enclaves et les limites compliquées, qui nourrissaient ces querelles moyenâgeuses entre principautés. Il l’avait montré au début de l’année, lorsqu’il engloba dans l’aide namuroise du 7 avril 1473 toutes les enclaves situées des deux côtés de la Meuse, jusqu’à l’abbaye impériale de Thorn20. Bientôt il élargirait les horizons de manière à dominer la Meuse sur tout son cours de Givet à Megen. Est-ce par hasard que le point situé le plus en aval était une seigneurie21 qui lui appartenait en propre ? C’est un des détails parmi d’autres qui montre que la grande marche mosane est le produit de l’action personnelle de Humbercourt. Dans ce nouveau conglomérat le pays de Liège comptait comme une unité indivisible. La principauté trouvait dans la politique de Humbercourt la garantie de son intégrité.

2. Création du Conseil de Maastricht.

44Voyons à présent les mesures concrètes prises par Humbercourt à partir de 1473. La plus importante est l’institution à Maastricht, le 1er octobre 1473, d’un Conseil ducal, dit « Chambre du Conseil » ou « Raitcamer van Tricht ».

  • 22 Il est improbable que l'inféodation de l'île de la Cité, de 1469, était un essai avorté de doter l (...)

45Cette mesure équivalait au choix d’une nouvelle capitale pour son nouveau pays. De toute évidence, Humbercourt avait besoin d'un siège fixe pour l’ensemble de ses gouvernances. Il ne pouvait plus être présent partout lui-même et décider tout avec les conseillers du duc qui se trouvaient momentanément à ses côtés. L'ancien siège de l’avouerie liégeoise, Louvain, était exclu pour sa position excentrique. L’idéal était une ville sur la Meuse à mi-chemin entre Givet et Megen. Dans l’impossibilité de prendre la cité « maudite » de Liège22, son choix devait tomber sur Maastricht, ville mixte, aussi bien brabançonne que liégeoise, ville neutre par tradition, ville intacte. En remontant et en descendant le cours de la Meuse, Humbercourt avait pu souvent apprécier les avantages de sa position, tant pour les liaisons nord-sud, que pour les voies d’accès vers les Pays-Bas et vers le Rhin, objectif bourguignon à l’ordre du jour en 1473.

  • 23 P. Gorissen, op. cit., p. 19.
  • 24 Adrien d’Oudenbosch, Chronicon (publié par C. De Borman), Lièqe, 1902, p. 238.

46Depuis la fin du mois de septembre 1473, chacun était censé de savoir que toutes les affaires en relation avec la gouvernance de Humbercourt seraient traitées désormais par les conseillers ducaux ayant leur siège fixe à Maastricht. Lui-même le fit proclamer partout à coup de trompettes. Et pourtant, à Malines, aucun officier n’a jamais vu l’acte ducal qui créait ce Conseil. Or, si cet acte avait existé, le Conseil de Maastricht l’aurait certainement produit pour rendre possible l’audition normale des comptes devant la Chambre des Comptes23. L’absence de cet acte montre qu’il faut prendre à la lettre le chroniqueur, Adrien d’Oudenbosch24 lorsqu’il note : « Dux instituit parlamentum Mechliniae... Dominus de Humbercourt habuit gubernationem patriae Gelrensis, Lymburgensis, Lucemburgensis, Namurcensis et omnium patriarum ducis ultra Mosam et pro omnibus instituit unam curiam consiliatorum in Trajecto. »

47Le Conseil prenait sa place à côté des Conseils provinciaux existants dans la hiérarchie dont le sommet se trouvait au Parlement de Malines. Mais exceptionnellement ce conseil ducal devait son existence à la volonté de Humbercourt.

  • 25 L'expression « découper » est peut-être incorrecte pour la Gueldre, s'il est vrai que le duché ne (...)

48C’était aussi Humbercourt qui découpa25 dans la Gueldre, dans le Namurois, peut-être aussi dans le Luxembourg les parties qu’il croyait les plus aptes à arrondir sa nouvelle province. Quant aux enclaves, tant anciennes que nouvelles, par exemple la ville de Maastricht, l’île de la Cité, elles avaient purement et simplement disparu. Il n’y avait plus qu’un territoire uni, une seule administration centrale pour la milice, la justice, la police, les impôts, les confiscations. L’ancien pays de Liège se trouva englobé dans cette province. Oudenbosch l’oublie dans son énumération, tant la chose allait de soi.

49De quel droit Humbercourt avait-il créé cette nouvelle institution ? Pour les pays de Liège et de Looz la réponse est simple et sûre : en vertu de l’avouerie souveraine, dont il était le lieutenant.

3. Création d'un réseau de sous-lieutenances.

  • 26 Chronica a Petri Bethleemitici, éd. partielle par Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l’h (...)

50La chronique de Pierre de Bethléem26 l’affirme dans une phrase, qui peut servir de transition au point annoncé dans le titre ci-dessus : « Tutoris quoque locum tenens, dominus de Humberti-Curia, in singulis oppidis suos substitutos, locum tenentes tutoris et consiliarios habebat, quibus in Trajecto supra Mosam alii praesidentes et consiliarii supereminebant. » — « Le seigneur de Humbercourt, lieutenant de l’avoué souverain, avait dans chaque ville un substitut de la lieutenance et des conseillers. Leurs supérieurs hiérarchiques : (deux) présidents et d’autres conseillers, siégeaient à Maastricht. »

  • 27 P. Gorissen, op. cit., pp. 103-108.

51Ces conseils locaux27 ont dû être créés à peu près en même temps que le Conseil de Maastricht et simultanément dans le pays de Liège et dans celui de Gueldre. Là ils portaient dans le peuple le nom typique de scijven, traduit en latin par judicia votundalia. On a l’impression que le peuple voulait opposer ces tribunaux d’exception aux vierscharen, tribunaux « carrés » si on veut, tribunaux ordinaires.

52Si le Conseil de Maastricht était l’œuvre personnelle de Humbercourt, les cours de ses substituts l’étaient davantage. Pour le Conseil de Maastricht Humbercourt présenta encore un compte annuel des recettes et des dépenses. Il refusa toujours de soumettre les comptes des cours locales à la Chambre des comptes.

53Nous n’avons donc aucune documentation directe provenant de ces cours et nous en savons très peu. Nous ne croyons pourtant pas que chaque ville eut un substitut pourvu d’un Conseil, comme l’affirme Pierre de Bethléem. Pour le pays de Liège on peut dresser le bilan suivant :

  • 28 Il est possible qu’il y eut une lieutenance à Bouillon. J’ai ajouté Tongres à la liste, pro memori (...)

siège

substitut à la lieutenance de t’avouerie

Liège

Renard de Rouveroi, chevalier

Huy

Godefroid de Marneffe

Thuin (?)

Lancelot de Boussu, chevalier (?)

Franchimont (?)

Thierry de Bortsschet, chevalier

Bouillon (?)

Hasselt

Augustin de Borchoven, chevalier

Saint-Trond (?)

Libert de Courtilz

Tongres (?)28.

54Mais il nous suffit de savoir que l’avouerie était encore une fois à la base de tout le système.

55La création du nouveau réseau était la suite logique de l’institution de la Chambre du Conseil. Depuis le mois d’octobre 1473, les conseillers ducaux désignés par Humbercourt, résidaient en principe à Maastricht. Leurs fonctions déambulatoires avaient pris fin. Pour assurer la pénétration bourguignonne à l’intérieur, il fallait des organes de décentralisation.

  • 29 A vrai dire, on ne sait si Humbercourt a inscrit l’appel dans l’institution du Conseil de Maastric (...)

56Mais il y avait un chaînon où la nouvelle hiérarchie manquait de logique. En instituant l'appel de Maastricht à Malines29, Humbercourt quittait la plate-forme juridique de l’avouerie pour se mettre au niveau de la généralité des Pays-Bas bourguignons. S’il s’était laissé conduire par le juridisme strict des paix de 1465-1467, il aurait abouti au Conseil de Brabant. On constate ici combien il déviait de la première politique bourguignonne vis-à-vis de Liège. Humbercourt n’avait aucune envie de soumettre quelque partie que ce fût du pays de Liège au duché de Brabant.

4. Un nouveau type d’États liégeois.

57Après les institutions permanentes mises sur pied par Humbercourt dans le pays de Liège, il faut s’arrêter à une institution intermittente du pays, qui subit son influence : celle des Trois Sens ou des trois États.

  • 30 Daris, op. cit., pp. 473, 478. Voir aussi P. Harsin, op. cit., p. 35.

58La paix de 1467 avait fait table rase de la quasi-totalité des institutions liégeoises. Elle laissait subsister les Trois États. L’article 13 n’infirmait la Paix de Fexhe que pour autant qu’elle était contraire aux libertés ecclésiastiques. Formule peu claire, qui interdisait certainement les réunions spontanées des États, mais qui laissait au prince la faculté de les convoquer. L’année 1469 connut d’ailleurs deux réunions, la suivante deux autres30. Il y en eut probablement pendant les années suivantes, peut-être aussi après 1473.

59Un fait est certain, à partir de 1475 le Conseil de Maastricht lança des convocations, émanant soit du duc, soit de Humbercourt. C’est là un fait nouveau, qui montre combien l’avoué souverain concurrençait la souveraineté du prince-évêque.

  • 31 P. Gorissen, op. cit., pp. 53-54.

60A la première de ces journées, celle du 15 juillet 1575, tenue à Maastricht, sur convocation du duc, les uniques délégués liégeois furent les échevins de Huy. A l’ordre du jour figurait le traité conclu par Louis de Bourbon avec ceux de Stavelot-Malmédy. Les habitants de cette principauté étaient compromis dans une incursion que Guillaume de la Marck avait tentée au mois de mai 1475 avec l’aide des réfugiés venant de France. L’attaque avait été repoussée conjointement par le duc et par le prince-évêque. Ce dernier avait conclu une paix séparée. Pendant la journée de Maastricht le duc allait discuter les conditions de l’adhésion à cette paix31.

  • 32 En dehors des hutois, déjà nommés, les pays d'Outre-Meuse, des districts gueldrois, l'abbé de Stav (...)

61Le caractère hétéroclite ou plutôt interprovincial de la journée est sans doute dû aux événements militaires : participent apparemment à la journée tous ceux qui ont contribué à repousser l’adversaire32. Le seul fait à relever ici est la communauté d’intérêt créée par la présence d’un adversaire commun. C’est à ce titre que nous en parlons.

  • 33 P. Gorissen, op. cit., pp. 55-56. Elle fut d’abord prévue à Huy au courant du mois d’octobre 1476  (...)
  • 34 Epinglons quelques bouts de phrases dans les extraits de comptes qui s'y rapportent : « van den Dr (...)
  • 35 En 1473 toutes les enclaves des pays de Liège et de Looz avaient dû contribuer à l’aide namuroise. (...)

62Au sens strict du mot seule la dernière journée d’États projetée à la fin de l’année 1476, puis au début de 147733, peut porter ce nom. Les termes parlent effectivement des Trois États de Liège et de Looz34. Quand on regarde de près ce que le Conseil de Maastricht entend territorialement sous cette locution, on constate que le comté de Namur y est inclus. Cette ellipse est révélatrice de la nouvelle conception du pays mosan. On est loin de l’époque où le comté de Namur croyait hériter sa part du pays de Liège, soit par le truchement des aides35, soit par celui de la cour spirituelle. En 1476-1477 le Namurois risque de devenir une annexe du pays de Liège. Certaines frontières s’effacent, plutôt en faveur de l’ancienne principauté qu’à son détriment. C’est la conséquence de l’influence du Conseil de Maastricht.

63C’est en effet une des constantes de l’histoire de nos principautés, que le Conseil du prince exerce une action unificatrice sur des éléments territoriaux souvent d’origine diverse et que les États se conforment aux nouvelles limites ainsi créées. Cette règle se confirme pour le Conseil de Maastricht. Les pays de son ressort ne portent pas encore de nom collectif. Mais instinctivement l’administration s’oriente vers une formule raccourcie. Dans cette formule le nom de Liège figure en première place.

Conclusion

64Ainsi, au lieu d’un pays de Liège étêté, on trouve à partir de 1473, un pays pourvu d’une nouvelle capitale, à quelques kilomètres en aval de l’ancienne. Au lieu d’un pays que guette la dislocation, on trouve un pays unifié jusqu’à la dernière enclave. Loin de voir éliminé tout rayonnement de Liège en dehors de ses frontières, on voit renaître cette influence dans le Namurois.

  • 36 Détails dans P. Gorissen, Raadkamer..., pp. 84, 101-102.

65Reste le problème de la prépondérance brabançonne. Il est clair qu'il n’en est plus question depuis 1473. Mais a-t-elle véritablement existé avant ? On peut l’affirmer, puisque les ressorts comprimés par Humbercourt se redressent en 1477. Lorsqu’il s’agit de faire disparaître à Maastricht les traces du régime bourguignon, les Brabançons y mettent autant d’acharnement que les Liégeois. Et non seulement le Conseil de Brabant sévit contre le personnel de l’ancien Conseil de Maastricht. Le Conseil et les États de Brabant s’empressent de reconquérir le terrain perdu depuis 1473. Ils inscrivent même à leur programme certaines visées impérialistes de Humbercourt vis-à-vis de la Gueldre36.

66Il est incontestable que les idées de Humbercourt des années 1473-1476 contrastent souvent avec celles des conseillers qui ont inspiré au Téméraire sa première politique liégeoise.

  • 37 N’oublions toutefois pas que Humbercourt dépasse le cadre de l’avouerie, en soumettant le Conseil (...)
  • 38 C’est par hasard que seule la version thioise des comptes du Conseil de Maastricht a été conservée (...)

67La base juridique resta la même : l’avouerie37. L’objectif final également : l’incorporation du pays de Liège dans les Pays-Bas bourguignons. On peut même ajouter en passant qu’à Maastricht Humbercourt poursuivit la politique d’unilinguisme que les dirigeants bourguignons ailleurs38. En ces points il n’y a pas de changements à noter.

68Mais Humbercourt a remplacé le négativisme et le traditionalisme qui dictaient la politique de 1465-1467, par un travail constructif et novateur, destiné à transformer Liège et les pays adjacents en une province uniformisée intérieurement par les cours de lieutenance, orientée vers une capitale à situation centrale, axée géographiquement et économiquement sur la Meuse.

69On a l’impression que c’est la Meuse qui s’est imposée au gouverneur du Téméraire, qu'elle lui a suggéré le prototype d’un État moderne, essai qui fait disparaître pour quelques années le Moyen Age et qui sera repris beaucoup plus tard par le despotisme éclairé et par la Révolution française.

Note additionnelle.

70Depuis le mois d’août 1970 l'étude de l'E.M.A. Van Hommerich, La politique cantralisatrice de Charles le Téméraire à l'égard des assemblées d'États dans la vallée de la Meuse, 1469-1477. Maastricht, capitale administrative et judiciaire, dans Publications de la Société historique et archéologique dans le Limbourg (Maastricht), tome CIII-CIV, 1967-1968, pp. 107-157, est devenue accessible.

71Le lecteur constatera que les conclusions de l'auteur (pp. 119-120) sont en contradiction avec les nôtres sur plus d’un point.

72La première conclusion de M. Van Hommerich oublie de faire le départ, qui s’impose entre la politique, destructive et traditionnelle, du duc ou de ses conseillers avant 1473 et la politique originale et constructive inaugurée à partir de 1473 par Humbercourt.

73La deuxième conclusion distingue trois étapes dans la centralisation de la région étudiée : « a) réformation des États du duché de Limbourg et des autres sept pays d’Outre-Meuse en assemblées sur base fédérative, en avril 1473 ; b) érection de la Chambre du Conseil de Maastricht et intégration de principautés et seigneuries dans la vallée de la Meuse, avec le Limbourg et l’Outre-Meuse comme noyaux, dans un conglomérat plus vaste sous la juridiction de cette nouvelle institution, en septembre 1473 ; c) élargissement des anciens États du Limbourg/Outre-Meuse par incorporation dans un pareil système de gouvernement : les États mosans, en 1475 ».

74Nous ne voyons pas de différence entre b) et c). La création du Conseil de Maastricht implique la possibilité d'États « mosans ». Cette possibilité s'actualise à partir de 1475. Les transformations des États du duché de Limbourg et des pays d’Outre-Meuse, que l'auteur croit discerner en avril 1473, se situent sur un autre plan. Si on peut qualifier le plan de b.c. d’interprovincial, celui de a. est purement provincial. Les changements survenus sur le plan interprovincial ne suppriment pas nécessairement les États limbourgeois. Enfin ces pays d’Outre-Meuse ne constituent aucunement le noyau du nouvel ensemble mosan, conçu par Humbercourt.

Notes

1 Stanislas Bormans, Recueil des Ordonnances de la Principauté de Liège, 1re série, 974-1506, Bruxelles, 1878, pp. 590-601, 617-628. La correspondance des articles s’établit comme suit :
5 = 22, 6 = 24, 7 = 25, 8 = 26, 9 = 28, 10 = 29, 11 = 29, 12 = 30. Le dernier aperçu général de la période a été écrit par Jean Lejeune comme introduction historique au catalogue de l'Exposition Liège et Bourgogne, Musée de l’art wallon octobre-novembre 1968, Liège, 1968, pp. 72-88.

2 Conflits criminels qui furent Jugés par le Tribunal de la Paix, siégeant dans l’église de Notre-Dame-aux-fonds ; conflits politiques qui étaient de la compétence du Tribunal de l'Anneau du Palais, siégeant dans le jardin du palais à Liège. Rétablis après 1477, ces tribunaux disparurent pourtant après 1481. P. Poullet, Histoire politique nationale, Louvain, I, 1882, § 431 ; II (1882-1892), §§ 193-195.

3 X. De Ram, Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de H ornes (Commission royale d’Histoire. in-4°), Bruxelles, 1844, no XLVII, pp. 542-550.

4 Quelques données sur ce Conseil dans P. Harsin, Études critiques sur l’histoire de ta Principauté de Liège 1477-1795, t. I, Liège, 1957, p. 33. Elles prouvent que le Conseil fonctionna au moins dès 1469.

5 J. Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le XVe siècle, Liège, 1887, p. 437, et P. Harsin, op. cit., p. 35.

6 L’article 7 de la protestation rédigée par le chapitre de Saint-Lambert, le 22 août 1468 (Daris, op. cit. p. 437) veut que l’official reste à Liège et conserve son ressort. — L’archidiacre de Brabant quitta Louvain en 1469 pour reprendre son siège à Liège. Il fut rappelé à l’ordre (ibid., p. 475).

7 E. De Moreau, Histoire de l'église en Belgique, V (Museum Lessianum. Section historique, no 15), Bruxelles, 1952, pp. 14-15. En 1483 Maximilien d’Autriche suggère au pape de créer deux nouveaux sièges en des villes importantes comme Louvain et Namur. Il reprit en quelque sorte les idées contenues dans la paix de 1467.

8 Daris, op. cit., pp. 418, 420, 508.

9 S. Bormans, op. cit., pp. 632-634. — J. Lejeune, op. cit., p. 86.

10 Éd. Poncelet, L’avouerie de la Cité de Liège, dans Bulletin de la Société d’Art et d’Histoire du Diocèse de Liège, XXIII, 1931, pp. 89-259.

11 Ibid., pp. 92, 115, 153, 161.

12 Paix de Saint-Trond, § 7 = Paix de 1467, § 26.

13 S. Bormans, op. cit., pp. 595-597, acte de cette date en note.

14 Voir à ce propos en dernier lieu, J. Baerten, Le comté de Haspinga et l'avouerie de la Hesbaie, dans Revue belge de philologie et d'histoire, XL, 1962, pp. 1149-1167. Une liste des avoués particuliers se trouve dans P. Harsin, Études critiques sur l'histoire de la Principauté de Liège 1477-1795, t. I, Liège, 1957, p. 451, une autre dans Éd. Poncelet, op. cit. p. 106. En dehors de la Hesbaye, il y eut Huy, Waremme, Ciney, Thuin, Fosse, Franchimont, Dinant.

15 M. Werner Paravicini prépare une thèse doctorale à l’Université de Mannheim sur la famille Humbercourt. Gui de Brimeu y occupera une place de choix.

16 Éd. Poncelet, op. cit., p. 163.

17 J. Lejeune, op. cit., p. 80, en parlant des événements de 1468 : « Comme prince, l'évêque n'est plus rien et Humbercourt tout, c.-à-d. Charles le Téméraire. » Rien de plus exact que cette étroite association entre le duc et son lieutenant. La biographie esquissée par M. W. Paravicini au Colloque présent, le montre. Mais ce n'est qu’à partir de 1473 qu’on voit émerger Humbercourt avec un véritable programme nouveau et personnel.

18 A.J. De Mooy, De Gelderse kroniek van Willem van Berchem, Arnhem, 1950, p. 137, n. 1.

19 Acte du 2 août 1473 publié en annexe dans P. Gorissen, De Raadkamec van de hertog van Bonrgondië te Maastricht (1473-1477) (Publications de l’Université Lovanium de Léopoldville, 5), Louvain-Paris, 1959, pp. 293-296. — Sur sa portée au-delà de l'année 1473, la lettre du duc à Humbercourt du 4 juillet 1475, ibid., p. 28, n. 44.

20 Ibid., pp. 29-30.

21 Il l'avait achetée en 1469 du comte Jean VI de Megen. A.M.H.J. Stokvis,, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les états du globe, Leyde, 1893, III, p. 483.

22 Il est improbable que l'inféodation de l'île de la Cité, de 1469, était un essai avorté de doter la gouvernance d’un siège fixe. L’unité d'action de Charles le Téméraire et de Humbercourt était trop grande.

23 P. Gorissen, op. cit., p. 19.

24 Adrien d’Oudenbosch, Chronicon (publié par C. De Borman), Lièqe, 1902, p. 238.

25 L'expression « découper » est peut-être incorrecte pour la Gueldre, s'il est vrai que le duché ne perdit que quelques enclaves, qui étaient d'ailleurs réclamées par le Brabant (P. Gorissen, op. cit., p. 30). Mais il y eut peut-être aussi le district de Maas-en-Waal (ibid., p. 86, n. 255). — Du Luxembourg très peu est connu pour cette période. — Quant au comté de Namur, Humbercourt l'amputa de la partie située à droite de la Meuse, d’après une communication verbale faite par M. J. Muller, au Colloque de Liège.

26 Chronica a Petri Bethleemitici, éd. partielle par Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne (Commission Royale d'Histoire, in-4°), Bruxelles, 1876, III, pp. 431-432.

27 P. Gorissen, op. cit., pp. 103-108.

28 Il est possible qu’il y eut une lieutenance à Bouillon. J’ai ajouté Tongres à la liste, pro memoria. Rien ne prouve qu’il y eut une lieutenance. — Cette Cette liste permet de corriger Ed. Poncelet, op. cit, pp. 163-164, qui croit que Rouveroit était le seul lieutenant de Humbercourt.

29 A vrai dire, on ne sait si Humbercourt a inscrit l’appel dans l’institution du Conseil de Maastricht, puisque cet acte est perdu. Mais il y eut des cas d’appels de Maastricht à Malines. P. Gorissen, op. cit., pp. 108-110. Le Parlement de Malines les traite comme d’autres appels, sans jamais exprimer des réserves.

30 Daris, op. cit., pp. 473, 478. Voir aussi P. Harsin, op. cit., p. 35.

31 P. Gorissen, op. cit., pp. 53-54.

32 En dehors des hutois, déjà nommés, les pays d'Outre-Meuse, des districts gueldrois, l'abbé de Stavelot, le chapitre de Malmédy, La Roche.

33 P. Gorissen, op. cit., pp. 55-56. Elle fut d’abord prévue à Huy au courant du mois d’octobre 1476 ; ensuite remise au 5 novembre à Maastricht, puis au 5 janvier 1477 dans la même ville.

34 Epinglons quelques bouts de phrases dans les extraits de comptes qui s'y rapportent : « van den Drij Staeten der landen van Luydick ende van Loen » (extrait 380, P. Gorissen, op. cit., p. 259), « prelaeten, regierders ende edelen » (extrait 289, p. 225). Les convocations nomment toutes les villes flamandes du pays, au-delà d’une soixantaine de nobles, aucun « prelat ». Lors de ma communication au colloque, j'en ai déduit que la formule « Trois États » employée dans les comptes ne pouvait être prise à la lettre, qu’Humbercourt avait laïcisé l’institution des Trois États, qu’il les avait réduits à deux, afin d’exclure le chapitre de Saint-Lambert. Après un nouvel examen des extraits de comptes, je crois qu'un certain nombre de convocations ne sont pas explicitées. L'emploi de l’argument ex silentio est d'ailleurs exclu par la formule « prelaeten,... ». Les lettres adressées à ces prélats, qui étaient sans doute les chapitres, ont pu constituer des liasses remises aux lieutenants de Humbercourt siégeant dans les villes intéressées. Cette manière de procéder peut expliquer l’abondance du courrier adressé aux nobles, dispersés dans la campagne et l’inexistence apparente du courrier adressé aux chapitres concentrés dans les villes.

35 En 1473 toutes les enclaves des pays de Liège et de Looz avaient dû contribuer à l’aide namuroise. P. Gorissen, Caractères originaux de l’aide namuroise de 1473, dans Études d’histoire et d'archéologie namuroises dédiées à P. Courtoy, Gembloux, 1952, pp. 565-575.

36 Détails dans P. Gorissen, Raadkamer..., pp. 84, 101-102.

37 N’oublions toutefois pas que Humbercourt dépasse le cadre de l’avouerie, en soumettant le Conseil de Maastricht au Parlement de Malines.

38 C’est par hasard que seule la version thioise des comptes du Conseil de Maastricht a été conservée. L’original était rédigé en français, la langue véhiculaire du Conseil. P. Gorissen, op. cit., p. 42.

Auteur

Professeur aux Facultés de Courtrai de l’Université de Louvain

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search