Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

V. Les poèmes de langue française relatifs aux sacs de Dinant et de Liège 1466-1468

M. Claude Thiry

Texte intégral

1Les poèmes en français consacrés à la dernière grande campagne bourguignonne contre Liège — celle qui, de l’expédition contre Dinant en août 1466, aboutit à la destruction de la Cité en octobre 1468 — constituent un ensemble remarquable par l'unité de ses thèmes autant que par la diversité de ses formes. Les treize pièces dont il sera question dans ces pages totalisent 2.225 vers et peuvent, d’après la chronologie des événements, se répartir en quatre groupes. Le premier comprend trois poèmes antérieurs au sac de Dinant ; le second, trois poèmes également, consacrés exclusivement au châtiment de Dinant. Le troisième compte six œuvres célébrant la bataille de Brustem et la capitulation liégeoise qui s’ensuivit. Enfin, le quatrième n’est représenté que par une longue complainte déplorant la destruction finale de Liège. Sauf le dernier, tous ces écrits proviennent du camp, ou du parti, bourguignon et aucun ne relate le sac de la Cité. Avant toute analyse plus poussée, une rapide descriptions des œuvres s’impose, car leur séquence n’a jamais été envisagée dans son entièreté. Cette démarche permettra également de rassembler, en suivant l’ordre probable de leur composition, des textes dispersés dans divers recueils.

I. Les pièces antérieures à août 1466

  • 1 Le Dyalogue a fait l'objet de quatre éditions, d’inégale valeur. Il a été reproduit assez fidèleme (...)
  • 2 La conclusion du Dyalogue indique en effet clairement que sa rédaction est antérieure au rassemble (...)

2Ces trois poèmes — 259 vers en tout — figurent dans le ms. 11020-33 de la Bibliothèque Royale de Bruxelles : il s’agit d’un dialogue sur la rébellion de la principauté, d’une chanson au refrain « Dynant ou souppant » et d’une pièce dialoguée intitulée Justice de Dynant qui, à ma connaissance, est encore inédite1. Le Dyalogue semble bien être la plus ancienne des pièces d’actualité relatives au conflit, puisque des indices textuels précis permettent de faire remonter sa composition aux mois de février ou mars 14662. Dans cette conversation en forme d’interrogatoire, un Bourguignon — ou un Namurois — curieux assaille de questions l’un de ses compatriotes, de retour « du Liège ». Ce dernier, cherchant à définir l’état des esprits dans la principauté, dénonce violemment l’orgueil des Liégeois et des Dinantais, ainsi que leur instabilité foncière et leur incapacité à respecter leurs engagements vis-à-vis du duc de Bourgogne. Pour terminer, les deux Bourguigons, excédés par l’infidélité des Liégeois et l’impunité qui accompagne leurs méfaits, n’ont plus qu’un désir : « que l’on garnist ost/Pour les tous destruire et deffaire » (VV. 129-130).

3Dynant ou souppant, quant à elle, semble être presque contemporaine de l’expédition menée par Philippe le Bon puisque la première strophe annonce à la ville que le moment est venu de lui rendre la monnaie de sa pièce :

Le temps est venu
Que le tant et quant
Que t’as mis avant
Souvent et menu
Te sera rendu, (vv. 2-6).

4Cette chanson, dont le caractère populaire est souligné par la relative faiblesse des rimes et la pauvreté du vocabulaire, annonce sans ambages à l’orgueilleuse cité que sa fin est proche :

Se t’as nom Dynant,
T’auras nom le Nu... (vv. 29-30 ; cf. aussi str. VI).

5Justice de Dynant doit dater de la même époque. C’est une brève moralité ou momerie où sept allégories prennent successivement la parole : Justice, Certaineté, Plusfort, Advertence, Vérité, Exemple et Raison. Dans des termes proches de ceux de la chanson, les vénérables personnages prouvent qu’il faut payer à Dynant « la redevance de ses bienfaits » (vv. 5-6) et que le malheur qui va frapper la ville ne doit pas être déploré, car elle a attiré sur elle-même la catastrophe.

II. Les poèmes composés entre août 1466 et octobre 1467

  • 3 Le Roux de Lincy, Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, (...)
  • 4 De Ram, op. cit., pp. xxi-xxii, et Van Vloten, op. cit., I, p. 90 (24 vers seulement).

6L’événement prédit par Raison se réalisa point par point et Dinant put, sans exagération, être appelée « le Nu ». Trois poèmes commémorèrent sa destruction. Le premier d’entre eux est une autre chanson, vraisemblablement populaire, que son éditeur, Le Roux de Lincy, place dans la bouche des routiers picards du Connétable de Saint-Pol3 : il évoque schématiquement, mais avec une joie féroce, la défaite des Dinantais et la ruine de leur ville. Viennent ensuite vingt-sept vers qui peuvent être considérés comme le pivot de la série4. Cette brève pièce marque en effet un changement d’orientation assez significatif ; tout en retournant le fer dans la plaie avec un sadisme plein d’insolence, son auteur cesse d’accabler exclusivement Dinant et tourne une partie de sa méchanceté vers Liège, blâmant la cité d’avoir précipité sa bonne ville dans le malheur.

  • 5 De Ram, op. cit., pp. 335-345, et Le Roux de Lincy, op. cit., pp. 127-138 et 192-193.

7Ce nouveau point de vue s’affirme avec beaucoup plus de netteté dans un long poème anonyme intitulé Complainte de Dignant5. Cette œuvre, assez soignée dans sa forme, est entièrement composée comme une prosopopée de Dinant : la cité détruite, pleurant sur ses malheurs, reconnaît ses torts et dénonce les responsables de sa ruine, si bien que, commencée comme un planctus, cette tirade de 320 vers tombe très vite dans l’invective et la menace, notamment à l’adresse de Tournai et de Liège. L’ensemble de la pièce ne manque ni de métier, ni de véhémence, ni même parfois d’une certaine grandeur tragique — encore qu’elle puisse encourir tous les reproches adressés si fréquemment aux productions des Rhétoriqueurs. Son axe est constitué par le thème de l’orgueil, qui domine toutes les œuvres relatives aux expéditions liégeoises : pour le poète, c’est ce péché qui a provoqué la chute de Dinant et qui bientôt entraînera celle de Liège (vv. 41 ss.).

III. Les poèmes composés entre octobre 1467 et octobre 1468

  • 6 Cf. Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 17, pp. 100-102.
  • 7 Van Vloten, op. cit., I, pp. 101-102.
  • 8 Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 25, pp. 143-145.
  • 9 Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 24, pp. 139-143.
  • 10 Mémoires de Jean, sire de Haynin et de Louvignies, éd. Brouwers, Liège, Cormaux, 1906, II, pp. 239 (...)

8Nous arrivons ainsi au groupe de poèmes le plus abondant : ceux qui célèbrent la victoire bourguignonne de Brustem, le démantèlement des murailles de Liège et l'abolition des privilèges de la capitale mosane (sentence du 18 novembre 1467). Il faut mentionner en premier lieu trois chansons de caractère populaire, de peu d’importance pour le présent propos — encore qu’elles posent d’intéressants problèmes philologiques. Deux d’entre elles en effet sont de simples remaniements, l’une de la chanson des routiers picards déjà décrite, l’autre d’un chant sur la bataille de Montlhéry6. La première reproduit le ton insolent et féroce qui caractérisait les vainqueurs de Dinant7 tandis que la seconde nous fait voir l’armée bourguignonne par les yeux d’un Liégeois qui se montre dûment terrifié par la puissance de l’adversaire8. La troisième de ces chansons9 relate assez sèchement les événements marquants de la campagne, de la prise de Beringen par le Bâtard de Bourgogne à la réintégration de Louis de Bourbon, en passant par la reddition de Saint-Trond et de Tongres, la bataille de Brustem, l’occupation de Liège, la destruction de ses murs et l’enlèvement du Perron. Les faits historiques se mêlent à des louanges de Charles le Téméraire et à un portrait assez peu flatteur des Liégeois, représentés comme des couards un tantinet ridicules. Le même ton et les mêmes tendances se retrouvent dans un quatrième écrit : la « Chanson vraie qui gairres ne vault » publiée à la suite des Mémoires de Jean de Haynin : l’auteur, toutefois, a restreint le sujet de ses dix huitains à la bataille de Brustem et à la reddition de Saint-Trond10.

  • 11 Deux des écrits publiés par De Ram sont en effet à écarter : La bataille de Liège en 1468 (pp. 304 (...)
  • 12 De Ram, op. cit., pp. 291-304. Ce poème est suivi du début d’une complainte du Perron (6 vers), qu (...)

9Complétant cette vision assez sommaire des événements, deux longs poèmes développent le même sujet, en l’enrichissant des ornements de la Rhétorique11. Le premier, intitulé La Correxion des Liégois, se compose de 55 huitains d’octosyllabes12. Mêlant l’histoire à la politique, l’auteur rappelle les différentes phases du conflit, depuis la mambournie du marquis de Bade jusqu’à la fuite de Raes de Heers. Mais son récit est entrecoupé de réflexions méprisantes à l’endroit des Liégeois, qu’il accuse d’orgueil, de couardise, de mensonge et d'impéritie politique, tares qui servent de repoussoir à un étalage plein de fatuité de la puissance bourguignonne. L’auteur a voulu que chaque coup qu’il assénait porte durement : avec une férocité pleine de mesquinerie, il a accumulé les humiliations et, s’acharnant bassement sur les vaincus, il ne tarit pas d’éloges sur la magnanimité du vainqueur :

Crez que de vostre folle emprise
En fais, en dis, telle et sy faitte,
La pugnition n’est pas prise
Seloncq ce que l’offence est faitte ;
Car s’elle eust estet parfaitte,
Vous eubsiez eubt des tours de corde,
Se ne fuist par pité qui traitte
Es bons princeps miséricorde, (vv. 129-136).

  • 13 De Ram, op. cit., pp. 325-334 ; l'éditeur a commis, à plusieurs endroits, des erreurs de lecture, (...)

10Le dernier poème qui reste à présenter dans ce groupe est la Complainte de la cité de Liège, publiée par De Ram d’après le ms. 7254-63 de la Bibliothèque Royale de Bruxelles13. L’œuvre, anonyme dans le ms., comporte 41 septains de décasyllabes se terminant par un proverbe et elle est sans aucun doute sortie de la plume d’un Grand Rhétoriqueur compétent : des raisons d’ordre interne me la feraient considérer comme une des premières productions de Molinet. Elle est constituée tout entière par une prosopopée de la Cité, clamant le repentir que lui dicte le châtiment de son orgueil et, par sa structure, son argument et ses thèmes principaux, elle imite d’assez près la Complainte de Dignant. Le poème ne manque ni d’habileté ni de tenue littéraire : la description de la prospérité liégeoise, notamment, est très heureusement menée et l'auteur se montre discret dans le rappel de l’humiliation subie. Mieux que toute autre, cette œuvre pouvait convaincre les Liégeois que la meilleure solution pour eux était d’accepter l’inféodation au duc de Bourgogne, qui savait se montrer aussi généreux pour ses alliés que cruel et impitoyable pour ses ennemis.

IV. Poème postérieur au 30 octobre 1468

  • 14 Zumthor (Paul) et Noomen (Willem), « Un prêtre montheysan et le sac de Liège en 1468, La Complaint (...)

11L’unique représentant de cette quatrième période est également l’œuvre la plus longue de toutes celles qu’il faut analyser : 149 quatrains. Il s’agit de la « Complainte de la cité du Liège, qui se plaint piteuxement a Dieu de sa innorme destruction », publiée par P, Zumthor et W. Noomen14. Je l’appellerai dorénavant, pour éviter toute équivoque avec la précédente, « Complainte de Paernat », du nom du prêtre suisse qui l’a transcrite, et je dénommerai « Complainte de Molinet » la pièce éditée par De Ram. Comme les deux autres lamentations, celle-ci est exclusivement composée d’une prosopopée de la ville martyrisée. Toutefois, comme son éditeur l’a fait remarquer, elle ne se situe pas dans la ligne directe des œuvres antérieures. Replacé dans l’ensemble des documents littéraires relatifs aux campagnes de 1466-1468, le poème se présente comme un bilan et une morale, en même temps qu’un effort pour déterminer les responsabilités respectives, ce qui explique l’attitude hostile de l’auteur à l’égard de Louis de Bourbon et de Louis XI. Ce dernier point nous permet d’ailleurs de localiser l’œuvre, sinon géographiquement, du moins politiquement : elle doit appartenir à la tendance liégeoise modérée qui, désavouant les meneurs durs, était prête à beaucoup de concessions pour sauvegarder la Cité. Elle se situe en fait étonnamment près des chroniques latines publiées par de Ram — au point qu’on peut se demander s’il n’y a pas eu influence directe. Or la position de ces chroniqueurs repose sur une distinction nette et constante entre la Cité et ses habitants : ils sont unanimes à réclamer le châtiment le plus sévère pour les péchés de certains Liégeois, mais aussi à déplorer la destruction excessive de l’agglomération et les abus des vainqueurs, notamment vis-à-vis des femmes et des églises. Cette dichotomie, un peu étrange à nos yeux mais compréhensible à une époque où tout concept tendait à l’allégorie, se retrouve très exactement dans la Complainte de Paernat et suffit à montrer que celle-ci provient des mêmes milieux cléricaux, pris entre le marteau et l’enclume, entre le duc de Bourgogne et Raes de Heers, partagés entre leur loyauté de Liégeois et leur réalisme politique.

***

12Par la fastidieuse mais indispensable énumération qui précède, il est aisé de voir que l’impact de l’affaire liégeoise a été considérable, non seulement dans l’histoire de la Principauté, mais encore parmi l’opinion publique européenne de l’époque. Qu'une simple campagne punitive ait pu donner le jour à au moins treize poèmes dans une seule langue démontre l’importance que la soumission de Liège avait prise aux yeux de Philippe le Bon et de son fils.

  • 15 Quarante, c’est-à-dire le nombre de jours du carême, évoquait fréquemment au xve siècle les idées (...)

13Il faut bien reconnaître cependant que les guerres liégeoises n’ont suscité aucun chef-d’œuvre, non seulement d’après nos critères modernes, mais même d’après les canons de la rhétorique du temps. Ces pièces — qui, ajoutons-le à leur décharge, sont toutes conservées dans des manuscrits médiocres — n’ont en effet qu’une bien piètre physionomie. Elles se montrent certes supérieures à bon nombre de poèmes analogues qui, à l’époque — et surtout depuis la bataille d’Othée — forment tout un genre, mais néanmoins les vers manquent le plus souvent de fermeté et les rimes, de richesse. Les topiques sont développés avec gaucherie, comme si les auteurs s’étaient contentés d’appliquer à la lettre la poéterie de leur temps. Enfin, la répétition des mêmes idées d’une pièce à l’autre n’est qu’exceptionnellement agrémentée de variations formelles ou stylistiques. Seule la complainte de Molinet — et, dans une moindre mesure, celle de Dinant — surplombe parfois cette grisaille, notamment dans l’évocation de la splendeur passée de la Cité : les rimes y sont plus riches, la rhétorique mieux maîtrisée, et le paysage liégeois du xve siècle revit dans un tableau qui n’est pas dépourvu de charme. Par ailleurs, nous y trouvons une structure bien concertée et appuyée par le symbolisme des nombres15.

14Les raisons de cette médiocrité semblent doubles. En premier lieu, aucune des vedettes littéraires de la cour de Bourgogne n’a voulu célébrer les opérations se déroulant dans la vallée de la Meuse : ni Georges Chastellain, ni Olivier de la Marche, ni même Pierre Michault n’ont consacré de vers à l’événement. Si ces tempéraments énergiques et originaux avaient décidé de garder le silence, seuls les talents serviles étaient désormais susceptibles de défendre la cause bourguignonne — Molinet, d’ailleurs, fut souvent de ceux-là. Il ne faut pas oublier non plus qu’un certain nombre de ces pièces étaient des chants de soldats, d’où les soucis esthétiques étaient absents dès le départ. En second lieu, la donnée était trop mince : la campagne de Liège, axée sur la répression et la destruction, pouvait difficilement se réclamer d’une grande cause puisqu’elle était menée afin de satisfaire l’honneur blessé d’un prince aux idées chevaleresques périmées et surtout pour obtenir des avantages politiques qui se prêtaient peu à une transposition poétique. Dans ces conditions, on ne peut s’étonner que les poètes aient eu le souffle court.

15En fait, nous nous trouvons devant la production de rimeurs bourguignons consciencieux, s’acquittant avec zèle mais sans imagination ni enthousiasme d’une tâche peu exaltante : diffuser en vers — car des strophes pénètrent mieux dans la mémoire, surtout si elles sont chantées — les lignes de force d’une propagande visant à justifier moralement et juridiquement l’anéantissement du Liège.

16La complainte de Paernat ne fait pas exception : l’auteur, quel qu’il soit, était un lettré qui connaissait bien la théorie du genre mais qui n’était que médiocrement doué pour l’art des vers : il emploie le quatrain coué, strophe de complainte par excellence d’après les arts de rhétorique, et il parsème son écrit d’apostrophes, d’exclamations et d’interrogations du type ubi surit, procédés recommandés pour créer le pathétique. Mais il a appliqué ces préceptes avec beaucoup de gaucherie, surtout dans les domaines de la versification et de la composition : les rimes faibles pullulent et le poème, construit avec une certaine habileté et un sens heureux de la transition dans ses 400 premiers vers, tombe ensuite dans le rebâchage et la platitude. De plus, l’excès même des procédés destinés à provoquer, presque mécaniquement, le pathos, ainsi que le manque de détails concrets sur la situation de Liège avant le sac rendent les effusions lyriques un peu froides et artificielles comme si le poète, ici aussi, travaillait sur commande.

***

17A ce point de l’enquête, les perspectives qui s’offrent au chercheur sont multiples. Il serait possible, en premier lieu, d’étudier la valeur des poèmes en tant que documents pouvant servir de compléments aux chroniques, aux comptes et aux correspondances diplomatiques, mais cette tâche relève plus de la critique historique que de la philologie. Il serait possible également d’examiner ces pièces d’un point de vue strictement philologique et les problèmes généraux à résoudre seraient alors les suivants : établissement d’éditions correctes et éclaircissement des difficultés textuelles, étude des filiations, non seulement de poème à poème, mais aussi de chronique à poème et vice-versa, étude de la langue et du style, etc. Mais un tel exposé négligerait la nature propre des œuvres, de même que leur aspect historique. Enfin, on pourrait envisager une étude en quelque sorte moyenne, qui concilie la littérature et l’histoire en se penchant sur leurs relations réciproques, sans se laisser enfermer dans des limites trop étroites de discipline ou de méthode. C’est cette dernière orientation qu’il a semblé préférable d’adopter, en fonction de l'objet même de la présente analyse : celle-ci, en effet, porte sur des poèmes historiques — donc de la littérature sur l’histoire — qui sont en même temps des pièces de polémique ou de propagande — donc engagées dans l’actualité de leur époque. Somme toute, cette option permet à la fois d’examiner l’histoire en tant que phénomène littéraire et la littérature en tant que fait historique. Elle peut, je crois, se révéler féconde pour les deux disciplines.

***

18Au contraire de P. Zumthor, qui est à ma connaissance le seul à avoir étudié — fort rapidement, il est vrai — quelques-unes de ces pièces, je ne me livrerai donc pas à une description de la complainte en tant que genre littéraire et je m’attacherai plutôt à ce qui, après la sèche relation des faits, se trouve le plus proche de l’histoire : la propagande, c’est-à-dire, dans le cas qui nous occupe, une représentation orientée et partiale d’événements réellement survenus. Trois questions doivent dès lors se poser : à qui les poèmes étaient-ils destinés ? de quelle manière les cercles officiels bourguignons veulent-ils présenter le différend qui oppose le duc aux Liégeois ? comment tentent-ils d’agir sur les habitants de la principauté qui leur sont opposés ?

  • 16 Cf. Les souhaits de Tournau, in Le Roux de Lincy, op. cit., PP. 113-115.

19La réponse à la première de ces questions sera brève. Il est évident en effet que toutes ces chansons et complaintes visaient, au premier chef, les habitants de la Principauté, qu’il fallait à tout prix décourager et, par un travail de sape morale, forcer à accepter les sentences de leur « seigneur » de Bourgogne. Toutefois, il est certain que les propagandistes bourguignons donnaient à leurs œuvres une destination seconde et qu’ils les concevaient comme une sévère mise en garde à l’adresse de toute cité éprouvant des velléités de rébellion — ou même de tout territoire voulant s’opposer à l’impérialisme victorieux des grands ducs d’Occident. La preuve nous en est fournie non seulement par les invectives que l’auteur de la Complainte de Dignant adresse à Tournai — invectives qui sont dictées en partie au moins par un poème antérieur16 — mais aussi par les avertissements solennels lancés aux villes que leur richesse pourrait rendre trop fières :

  • 17 Complainte de Paernat, vv. 586-592 ; cf. aussi Complainte de Dinant, vv. 305-312 ; Complainte de M (...)

(Parlant à Dieu)
Je te requier, par ma venjance,
Que tu gardes de fayre offanse
Tote cité
Qui sont maintenant en prospérité ;
Affin qu’i ne soyent invité
De venir en telle adversité
Dehordonnee.17

  • 18 C’est Charles le Téméraire lui-même qui nous en apporte la meilleure confirmation : « et ceulx qui (...)

20De cette manière, le duc faisait d’une pierre deux coups : il démoralisait les Liégeois, neutralisait Tournai et faisait entendre aux villes de Flandre que toute action suspecte ne pourrait qu’entraîner leur ruine18.

21Cette première question est évidemment liée à la deuxième et la réponse à cette dernière peut tenir en quatre vers :

  • 19 Complainte de Molinet, vv. 119 et 196 ; Correxion des Liégeois, w. 297-298.

Qui mal pense, droit est se mal ly vient.
Riens n’offence prince plus que contemps.
Vous haviez fait trop longue attente
De venir à obéyssance.19.

  • 20 Cf. Dyalogue, w. 15-16 et 113-114, Complainte de Dinant, vv. 121-128, 134-137, 145-149 ; Correxion (...)
  • 21 Les exemples sont très nombreux : toute la Correxion, notamment, est basée sur cette idée (cf. sur (...)
  • 22 V. 263 ; cf. aussi Justice de Dynant, str. V ; Complainte de Molinet, vv.50-56 et 122-124 ; Correx (...)

22La version du conflit donnée par les poèmes est en effet très proche de celle que nous trouvons dans les chroniques : il s’agit avant tout, pour les ducs de Bourgogne, de réparer une blessure infligée à leur honneur — et la fameuse affaire des « injurieux parlers » est aussitôt rappelée20. Les Liégeois, ces bourgeois aveuglés par leur orgueil, ont eu tort de résister au « Lion coronné », plein de noblesse et parfois même présenté comme leur suzerain naturel. Le fait même que des « vilains » ont osé s’élever contre un tel seigneur les condamne sans appel21. Du début à la fin de la lutte, ils ont mal manœuvré et ont été victimes d’« abusion », d’abord en s'imaginant pouvoir dresser le roi de France contre Charles le Téméraire, ensuite en s’obstinant dans une résistance militaire inutile, au mépris des accords antérieurs, alors que la sagesse leur dictait de venir à composition. Ils ont, en d’autres termes, abusé de la patience et de la bonne volonté d’un homme qui n’en possédait guère. En outre, les Liégeois sont frappés de l’interdit alors que le duc combat pour réintégrer l’évêque dans ses droits : par conséquent comme le dit la Complainte de Dinant, « Il a le bras de Dieu puissant pour ly »22. Quant aux Liégeois, ils se dressent non seulement contre la hiérarchie mondaine mais encore contre Dieu.

  • 23 Cf. Justice de Dynant, str. I, VI et VII et nombre de passages cités à la note précédente, de même (...)

23Ces « justifications », il faut le reconnaître, manquent de nuances et paraissent témoigner, dans l’esprit de ceux qui les présentent, d’un certain embarras, voire d’un malaise moral, qui se trahit par deux indices importants. En premier lieu les poètes bourguignons les plus avisés, en particulier les auteurs des deux grandes complaintes publiées par De Ram et celui de Justice de Dynant, tentent d’atténuer le mouvement de colère assez peu chevaleresque qui poussa le Téméraire à des mesures draconiennes et d’expliquer la répression — dont ils critiquent parfois la dureté à mots couverts — par d’autres raisons que par la réaction mesquine d’un orgueil blessé à vif. A l’inverse du rimeur de la Correxion, dépourvu de toute subtilité et capable seulement d’irriter ceux qu’il devrait convaincre, ils dissocient le duc de la principauté, au lieu de les associer étroitement dans un lien féodal : à les lire, l’impression prévaut que le Téméraire n’était qu’un instrument dans les mains de Dieu, lequel, irrité par la démesure des Liégeois, voulait les punir sévèrement23. L’orgueil de ces vilains s’exerce en quelque sorte dans l’absolu, sans offenser un personnage bien déterminé. Il n’en existe pas moins en tant que péché et, comme tel, il doit inéluctablement provoquer l’ire du Créateur, qui a choisi le duc pour exécuter sa sentence. Cette thèse, qui rejoint celle de chroniqueurs comme Henri de Merica et Thierry Pauwels, s’appuie évidemment sur la situation religieuse des Liégeois, mais elle n’en est pas une conséquence logique : la plupart des poètes évitent de transformer cette expédition en croisade — alors que la chose leur eût été facile — et, s’ils font intervenir Dieu, c'est, semble-t-il, pour brouiller les cartes et faire passer l’orgueil du Téméraire à l’arrière-plan.

24Symptôme de malaise également, la manière dont sont envisagées les péripéties de la campagne. En effet, s'il est un trait qui fait défaut aux récits en vers du sac de Dinant et de la prise de Liège, c’est le souffle épique : en un temps et dans un milieu où le moindre fait d’armes était pompeusement glorifié par la plume des Chastellain et des La Marche, la relation des événements militaires ne subit qu’un léger gauchissement, comme s’ils n’avaient donné lieu à aucune prouesse exaltante. Cette sécheresse ne doit cependant pas être attribuée à la médiocrité des auteurs car à cette époque l’épopée, comme tous les genres littéraires, s’obtenait sur commande par la combinaison de quelques procédés inclus dans les recueils de recettes poétiques. Or, ces procédés, aucun de nos rimeurs ne les a mis en œuvre. Ce n’est pas non plus mépris pour un adversaire qui pouvait être défait sans vrai combat car, en d’autres domaines, les propagandistes du Téméraire ne reculent pas devant l’insulte directe et explicite. D’autre part, Molinet a cherché des accents sublimes pour chanter le peu brillant siège de Neuss. Personne ne l'a fait pour ceux de Dinant et de Liège, parce que les destructions systématiques et calculées qui accompagnaient les opérations étaient susceptibles de faire oublier ce que celles-ci auraient pu contenir de gloire militaire.

  • 24 Cf. la « Canchon sur le voiage de Liege de l’an mil IIIIc et soixante-sept », in Le Roux de Lincy,(...)
  • 25 Cf. Correxion, vv. 129-136, 197-208, 281-288, 353-360, 429-432 ; Complainte de Molinet, vv. 190-23 (...)

25La troisième question, quant à elle, réclame une réponse plus détaillée. Le premier moyen destiné à agir sur l’esprit des Liégeois est le plus évident et aussi le plus grossier : la menace d’écrasement par la puissance des armes. C’est la seule idée mise en avant par les chansons plus brèves : la force brutale des Bourguignons y est célébrée, le plus souvent avec des rodomontades visant à ridiculiser les Liégeois, mais parfois d'une manière moins directe — quoique tout aussi sinistre — comme dans la chanson « Je my levay hier au matin » (no 25 du recueil de Le Roux de Lincy), où elle est suggérée par deux éléments, la victoire de Brustem et l’opposition entre la valeur bourguignonnne (20.000 hommes triomphent de 30 ou 40.000) et la « villenye » des chefs militaires liégeois (fuite de Raes de Heers). Dans certaines pièces24, les faits semblent parler par eux-mêmes et se passer de commentaires. Ailleurs enfin, surtout dans la Correxion et la Complainte de Molinet, la menace se manifeste sous la forme de la main de fer dans le gant de velours : les auteurs énumèrent les défaites infligées précédemment à la principauté, rappellent avec d’hyperboliques éloges la mansuétude de Charles dans le passé et concluent en laissant entendre qu’aucune clémence n’est éternelle et qu’un nouveau faux pas serait fatal aux Liégeois25.

  • 26 Fuite de Raes de Heers : chanson « Je my levay hier au matin », str. V ; Correxion vv. 417-424 ; C (...)
  • 27 Complainte de Paernat, vv. 301-308 et 249-292.

26On sait cependant que l’argument de force ne réussit souvent qu’à exacerber les résistances au lieu de les réduire. C’est pourquoi nos poètes ne s’en contentent pas et ont recours à la tactique plus adroite qui consiste à diviser pour régner. Dès Justice de Dynant, nous voyons s’établir une distinction entre les bourgeois de Dinant et les bannis de Liège (str. V). L’auteur de la Complainte de Dinant, quant à lui, place dans la bouche de la cité détruite non seulement des avertissements mais de violentes invectives à l’adresse de Liège, qui ne l’a pas secourue, ainsi que de perfides allusions au rôle de Louis XI (vv. 27 et 41 ss.). De cette manière, on pouvait espérer — c’est ce qui, d’ailleurs, arriva — que la cité, abandonnée par ses bonnes villes, se retrouverait un jour seule face à la formidable armée franco-bourguignonne du Téméraire et du comte de Saint-Pol. Dans le même ordre d'idées, la Correxion et la Complainte de Molinet cherchent à exploiter les discordes régnant à Liège pour discréditer les meneurs du parti populaire et convaincre leurs fidèles de l’indignité de ces capitaines poltrons. C’est pourquoi nous trouvons de fréquentes allusions, d’une part, à la fuite de Raes de Heers, et de l’autre aux « mauvais conseils » que la cité a suivis pour son malheur26. Enfin, la Complainte de Paernat parachève l’œuvre entreprise en flétrissant définitivement les bannis27 et, poursuivant le raisonnement avec une logique implacable pour ces derniers, elle proclamera, par la bouche de Liège :

Or sumes quictes du meffayt
Que toy et moy n’avyons pas fayt. (w. 437-438).

27Tous les propagandistes bourguignons auraient pu se rallier à cette affirmation, qui résumait admirablement leurs idées et leurs buts.

28Mais cette manœuvre visant, à chaque étape de la crise, à détacher les habitants de la principauté des chefs qui leur restaient, n’était pas suffisante, et il faut distinguer une troisième série d’arguments, plus subtile encore que la précédente, cherchant à persuader les Liégeois que leurs péchés incessants ont appelé un châtiment mérité. En se soumettant au Bourguignon et en acceptant la perte de leurs libertés, ils ne feraient qu’obéir à la volonté d’un Dieu de vengeance, courroucé par leur orgueil démesuré et leur insubordination chronique. Ce qu'on exigeait d’eux, d’ailleurs, était une piètre rétribution en regard de l’énormité de leurs fautes :

Pourquoy aviés trové le lays
D’estre lieges, corne beau roys ?
(Complainte de Paernat, w. 293-294).

29Cet argument est, de toute évidence, étroitement lié à celui qui cherchait à justifier l’intervention du Téméraire en faisant de lui un instrument de la justice divine.

30Cette pression morale fut-elle efficace ? Il est évidemment très malaisé de le déterminer : peut-être influença-t-elle quelque peu l’attitude de villes comme Huy d’abord, Saint-Trond et Tongres ensuite, qui n’accordèrent jamais à la Cité un appui très actif. Peut-être également contribua-t-elle à détacher des chefs les plus durs une partie de l’opinion publique liégeoise. Ce qui m'inclinerait le plus à croire qu’elle produisit des résultats — dont on ne peut espérer évaluer l’importance — c’est l’analogie de ton et d’idées — les éloges de la clémence bourguignonne mis à part — qu’on remarque entre les complaintes et les œuvres de chroniqueurs liégeois, comme Jean de Looz, ou connaissant bien le clergé de la Cité, comme Henri de Merica.

31On le voit, la propagande et ses techniques n’évoluent guère au fil des temps : aujourd'hui comme hier, le spectre menaçant de la force brutale, la campagne de discrédit contre les chefs à abattre et la création d’un complexe de culpabilité constituent les plus sûrs leviers pour peser sur la volonté d'un peuple. Toutefois cette « campagne de presse » avant la lettre entraîna sur le plan littéraire une conséquence inattendue. En effet, ces pièces, qui n'ont fait l’objet d’aucune étude systématique d’ensemble et qui ne pèsent guère dans le patrimoine légué par le Grande Rhétorique, nous font assister à un phénomène assez curieux et presque unique dans la poésie médiévale : la création et l’élaboration très consciente d’un exemplum à partir de l’actualité. Cet aspect les rend précieuses non seulement pour le philologue désireux de mieux pénétrer l’esthétique littéraire de l’époque, mais aussi pour l’historien soucieux de connaître les modalités de transformation des faits historiques en faits d’opinion, et l’influence exercée par ces derniers : il mérite donc d’être examiné avec quelque attention, sur la base des quatre poèmes principaux (Complainte de Dinant, Correxion des Liégeois, Complainte de Molinet et Complainte de Paernat).

***

32Un exemplum, rappelons-le, consiste en une utilisation de personnages ou d’événements célèbres de l’histoire ou de la mythologie à des fins moralisatrices ou exemplatives : il joue, essentiellement, le rôle d’un appoint anecdotique apporté à un développement d’idées. Il est constitué tantôt d’un bref rappel qui suffit à évoquer une situation plus large, tantôt d’un récit circonstancié. Les rimeurs médiévaux en possédaient un vaste répertoire qui, catalogué dans des traités dits de « poéterie », représentait le fonds ornemental de toute poésie sérieuse à l’époque.

33Il faut remarquer au préalable que nos deux cités se trouvaient dans une situation en quelque sorte « privilégiée » pour entrer dans ce magasin d’accessoires érudits. En effet, le sort de Dinant en 1466 — de même que, dans une moindre mesure, les répressions subies par Liège avant le sac final — devait servir d’avertissement aux rebelles futurs — à commencer par les Liégeois eux-mêmes. Il suffisait alors, pour les poètes à gages du Téméraire, de transposer en littérature l’exemple politique et de l’utiliser par la suite dans d’autres compositions.

34Ce processus est même antérieur aux expéditions punitives car, dès le Dyalogue, l’accent est mis sur l’orgueil démesuré des villes de la principauté et en particulier de la « cité cauldronniere » (str. VII). Les Dinantais sont donc typés au départ. Pour être promus au rang d’exemplum, il ne leur manquait plus que d’être intégrés à la longue lignée des peuples que ce péché entraîna à la catastrophe. Telle fut la tâche de Justice de Dynant, où nous trouvons (str. VI) un rappel assez détaillé des Sept Plaies d’Egypte. Et l’auteur prend soin de souligner le parallèle entre cette évocation, flatteuse pour Philippe le Bon mais lourde de menaces pour ses ennemis, et la situation de Dinant (str. VII) : « Ainsi fault il qu’aux Dynantois adviengne... » Le récit du châtiment biblique est explicitement donné comme un exemplum, puisqu’il est placé dans la bouche du personnage nommé Exemple et que Raison souligne fortement la similitude des deux situations. Dès ce moment, l’association très étroite du sort de Dinant à un cas illustre prédispose la ville à jouer le même rôle littéraire que ce dernier. Dinant est, somme toute, un exemplum en puissance, auquel il manque encore deux traits : d’une part, des détails précis et concrets, susceptibles de rendre l’histoire plus convaincante et d’autre part une position inverse de celle qu’elle occupe dans la moralité. Dinant, ici, est en effet l’objet comparé : il faut qu’elle devienne l’objet « comparant », celui qui sert de référence et non celui qui la provoque.

35Ces deux lacunes, la Complainte de Dinant va les combler puisque, d’entrée de jeu, la cité détruite est appelée, entre autres choses :

Hideux exemple et miroir ruynant
De tous mauvais du monde... (vv. 3-4).

36Les faits qui vont étoffer cet exemple sont trop connus pour qu’on les rappelle, mais il est intéressant de suivre leur transposition littéraire et d’analyser leur valeur morale, telle qu’elle se dégage de la première complainte. Car l’étiquette « orgueil puni », que j’ai employée jusqu’à présent, recouvre une réalité plus complexe, une personnification très poussée qui s'apparente au type psychologique de l’apprenti-sorcier. En fait, la personnalité morale et littéraire de Dinant est posée dans les cinq premières strophes du poème. La première, la plus générale, présente la ville comme frappée d’un châtiment divin en raison de ses péchés. Dans la deuxième, Dinant apparaît comme une victime de la Roue de Fortune : elle était « Riche, poissant, belle et bien composée » (v. 9) et maintenant elle est « l’opprobre à tout le monde » (v. 16). Toutefois, c’est Dinant elle-même qui a mis la roue en mouvement par son orgueil, et le poète nous le rappelle en une assez belle image marine :

Mais, aveuglée en l'orguel de ma hune,
Non redoubtant hault roc ne mer parfonde... (vv. 14-15).

37Dans la troisième strophe, Dinant, battant sa coulpe, insiste sur sa responsabilité :

Sy ne fault pas que je m’en envenyme
Contre homme nul, ne fortune en pareil,
Fors à mon propre orguilleux appareil, (vv. 22-24).

38Elle, et elle seule, est cause de sa ruine : elle n’a pas mesuré les limites de sa puissance et de sa richesse, et elle s’est heurtée à des obstacles dont elle ne voulait même pas se garder. Enfin, dans les quatrième et cinquième strophes, la cité détruite reconnaît qu’elle a prêté « oreille à vent d’aultruy flagorne » (v. 27) et qu’elle a « propre erreur d’aultruy erreur acrue » (v. 34) : dans son obstination, elle a totalement manqué de discernement. Le passage se termine sur une note résignée, qui devrait exprimer le sentiment de tout coupable justement châtié :

Sy n’en est pas la vengance sy drue
Que je vaille avoir ce que j’en ay :
J’ay trouvé paye au lez où j’enclinay. (vv. 38-40).

39Ces quelques lignes, en fait, rendent compte du poème dans son ensemble : les 280 vers qui suivent ne feront que développer ou étayer cette base « psychologique » et l’enrichir de détails de toute sorte : les cinq traits qui viennent d’être énumérés réapparaîtront soit ornementés de divers procédés d’amplification, soit répétés dans un registre d’images différent (p. ex. v. 73). Au terme de la complainte, Dinant est devenu un exemplum parfait : elle est intégrée à une lignée de cités rebelles (Troie, Rome, Carthage, Utrecht, Gand) et elle sert de « miroir » (cf. w. 47-55, 62-64, 277-285, 294-301) pour Liège, Tournai, les bonnes villes (Tongres, Saint-Trond, Thuin) et enfin toute une série de cités célèbres par leur richesse commerciale (vv. 302 ss.).

40Dans l’élaboration de l'exemplum, la Correxion pose un précieux jalon. En effet, le manque de subtilité dont l’auteur fait preuve dans la présentation des idées présente un avantage : chaque thème traité par les autres écrivains apparaît dans le poème avec une netteté maximale, sans aucun travestissement, dans toute sa crudité — et souvent aussi dans toute sa cruauté. Il n’y avait pas de raison pour que le sort exemplaire des deux villes fasse exception à cette règle. Par conséquent la destruction de Dinant est présentée sans ambages à la fois comme un avertissement aux rebelles et comme une préfiguration du destin de Liège, lequel doit subsister dans la mémoire des peuples : ce sera

La pugnition sy parfonde
Qu’il en debvera souvenir, (vv. 215-216).

41Pour l’auteur, le fait de perpétuer dans l'histoire la ruine de la cité constitue d’ailleurs une humiliation et un châtiment supplémentaires :

Vostre ricesse et grant beubant
Vous ont fait cuidier plus valoir
Que Flandre, Haynau ne Braibant,
Et s’est le fol haultain volloir
Qui vous fait et fera doloir
Et dont l’expérience est ample,
Qui n’est à mettre en non caloir,
Mais en perpétuel example, (vv. 137-144).

42Les constatations qui précèdent vont me permettre de passer assez rapidement sur la Complainte de Molinet. L’auteur a en effet imité très souvent la Complainte de Dinant : il s’est notamment contenté de substituer Liège à Dinant dans le traitement du thème du « miroir » et il va même jusqu’à reproduire la structure des strophes initiales. En effet, Liège commence par invectiver « Orguel, mortel anemi de virtu » et par développer le topos de l’orgueil puni : l’auteur, fidèle aux préceptes des arts poétiques, a choisi d’employer le principium a proverbio (v. 7 : « La fin d orguel est de hault tresbuchier »). Comme il était de règle, il enchaîne aussitôt par le cas particulier qui fait l’objet de son œuvre. Liège se présente donc comme un exemple d’un phénomène général :

Cascun le peult sceurement regarder
Qui veult à moi et mon fait prenre garde... (vv. 8-9).

43Elle regrette ensuite sa richesse et sa puissance, qui contrastent avec son dénuement actuel, résumant la situation par un jeu de mots :

Liege j’estoie, serve seray nommée, (v. 25).

44Battant sa coulpe, elle reconnaît notamment qu’elle s'est laissé abuser par d’« inexplois advocas » (vv. 31-34), d’où l’accent mis sur un trait supplémentaire (« fol cuidier »). Enfin, comme Dinant — qui, grâce à ce poème, prend tout à fait l’aspect d’un exemplum classique (vv. 141-147) — Liège est intégrée à une série de cités orgueilleuses et rebelles (vv. 246-252 : Troie, Rome, Carthage, Ninive, Babylone, Jérusalem, Thèbes, Athènes). Toutefois le poète, plus habile que ses confrères, insiste davantage sur la résignation qui peut encore apporter le salut à la ville (vv. 253-287).

45Comme on a pu déjà le remarquer, la Complainte de Paernat se différencie des œuvres antérieures par sa position plus nuancée : elle cherche à faire le tour du problème au lieu d’accabler un seul parti. Toutefois la thèse qu’elle soutient ne contredit pas celle des complaintes précédentes, bien au contraire : elle admet mieux que d’autres le rôle exemplatif du châtiment et même l’enrichit d’une nuance importante. Elle l’admet puisque, d’une part, le sort de Dinant est présenté comme l’avertissement divin qui aurait dû ouvrir les yeux des Liégeois (vv. 265-272, 401-404, 441-444) et que, de l’autre, Liège, après avoir été associée à Constantinople dans le malheur et dans la ruine (w. 393-400), est à son tour donnée comme le « miroir » où toute ville n’écoutant que son outrecuidance peut venir contempler son destin (vv. 525-528 : miroir pour la France ; vv. 581-592). Mais elle enrichit également ce rôle d’un dramatisme accru, en raison même de la dualité qui sous-tend l’œuvre : rappelons-nous en effet que la Cité est innocente (vv. 437-438) et que sa destruction a été causée par l’insubordination d’une minorité tapageuse. Liège devient alors un personnage à la fois tragique et effrayant : sa déchéance est celle qui guette toute cité — si riche, si pacifique et si pieuse soit-elle dans son ensemble — qui tolérera en son sein des éléments populaires pernicieux et incapables, en raison de leur orgueil, d’apprécier leur propre force et celle des autres.

  • 28 Voici la liste de ces textes : en 1467, la ballade « Souffle, Triton, en ta bucce argentine », att (...)
  • 29 Molinet, Faictz et Dictz, t. I, pp. 59-64.

46Pour être pleinement accrédité dans la poéterie du temps, ce nouvel exemplum de l’orgueil abaissé devait franchir un dernier cap ; celui de la diffusion, d’une extension de son emploi à des œuvres étrangères à l’affaire liégeoise. La discussion de ce stade final présenterait un intérêt indéniable, mais elle ne pourrait recevoir ici l’ampleur voulue : elle devrait constituer, à elle seule, un travail séparé. Je me contenterai donc de constater que la destruction de Dinant et de Liège constitue un point de référence assez fréquent au moins pendant la majeure partie du règne du Téméraire. Des recherches qui sont loin d’être exhaustives m’ont permis de relever neuf témoignages allant de 1467 à 1475 ainsi qu’un autre postérieur à 149628. En outre, un poème historique de Molinet, De nus de Nuz, s’inspire des complaintes liégeoises — notamment dans le traitement du thème de l’orgueil et les sentiments à l’égard des adversaires de Charles — au point de faire figure d’imitation29. Enfin, la technique de la « fausse complainte », employée par les propagandistes bourguignons — et qui semble être assez neuve à l’époque — devait faire fortune. Dans le seul recueil de Ruelens (Recueil de chansons, poèmes et pièces en vers français relatifs aux Pays-Bas), nous trouvons des pièces d’une inspiration et d'une technique analogues à propos de la bataille de Pavie (1525), du siège de Thérouanne (1553), du sac de Malines (1572), des sacs de Tirlemont et de Louvain (1635) et des Mazarinades (1648-1656).

***

47Ces quelques remarques vont me permettre, pour conclure, de mieux définir l’importance des treize poèmes que je me suis efforcé d’analyser. Il est indéniable que les campagnes liégeoises ont eu, en littérature comme en histoire, des répercussions assez considérables. Le silence du parti des Francs Liégeois n’infirme pas cette constatation, car il peut être dû tout simplement à des conditions matérielles qu’il est aisé d’imaginer. Les chroniques nous fournissent en tout cas un témoignage indirect sur l’existence de chants satiriques contre le Téméraire. Nous ne pouvons que déplorer leur perte, tout comme nous devons regretter, dans les poèmes existants, le manque de compassion vis-à-vis des vaincus — mais c’était là un trait du temps et non un fait particulier aux guerres du Liège.

48Le véritable intérêt de la question ne réside cependant pas dans un jeu d’hypothèses sur des textes perdus ou inexistants mais dans la physionomie des œuvres que nous possédons. Celles-ci méritent une place dans l’histoire littéraire du xve siècle d’abord en tant que témoins d’un phénomène assez rare : la transposition d’un événement d’actualité en exemplum, transposition dont les différentes étapes ponctuent en quelque sorte celles de la campagne militaire. Elles peuvent ensuite se recommander à nous par une technique neuve dans la poésie polémique : celle de la fausse complainte. Ce procédé a dû paraître très efficace aux poètes des générations suivantes, car ils l’ont fréquemment appliqué. Et en effet il constituait un moyen très sûr d’humilier l’adversaire en lui rappelant en détail les défaites qui lui avaient été infligées. Entre France et Bourgogne, Liège a donc joué un rôle de catalyseur littéraire, provoquant dans les milieux lettrés bourguignons le développement d’un genre que les écrivains français du xvie siècle ont adopté avec enthousiasme.

49Ces poèmes méritent également une place dans l’histoire, non pas tellement pour les événements qu'ils rapportent, mais plutôt pour la manière dont ils les éclairent. Ils nous fournissent en effet les pièces justificatives d’une campagne de propagande dont l’ampleur était exceptionnelle à l’époque. Rarement avant l’affaire liégeoise tâcha-t-on de discréditer l’adversaire et de le détruire moralement avec une telle virulence. Rarement tant d’ingéniosité fut déployée pour humilier un vaincu et lui ôter tout désir de redresser la tête. Enfin — et je crois que là se trouve la véritable leçon qu’il faut tirer de ces écrits — nous pouvons grâce à eux pénétrer de plain-pied dans la mentalité même d’une des parties en cause. Peut-être même la comprenons-nous mieux grâce aux textes littéraires que par les documents diplomatiques. En effet, elle s’y dégage de l’immédiateté des faits, elle s’y dépouille des contingences inutiles pour se présenter dans ce qu’elle a d’essentiel et de constant : elle y est à la fois épurée et stylisée. Cette psychologie, qui transparaît au fil des strophes, est faite d’orgueil, de cruauté et de cynisme, mais ces traits sont tempérés par une modération avisée, qui peut désapprouver à mots couverts l’ampleur et la rigueur d’un châtiment disproportionné au crime. Imbue de morale et de dévotion, elle condamne le péché et transforme une expédition punitive en croisade, mais elle sait en même temps prêcher la clémence — pour autant que le coupable fasse montre d'un repentir sincère. Et surtout elle nous fait percevoir un double drame, qui résume toute une époque : celui que les Liégeois ont provoqué dans la conscience de leurs adversaires et celui dont ils sont les pitoyables victimes. Le mouvement populaire liégeois, en refusant d’accepter l’ordre statique et figé des hiérarchies mondaine et religieuse, mettait en question certains caractères fondamentaux de l’esprit médiéval, et c’est ce qui explique que les propagandistes bourguignons se montrent véritablement scandalisés de l'obstination de ces vilains sans cesse en lutte avec leur suzerain et seigneur et qu’ils tentent de prouver la vanité de ce combat contre nature. D’autre part, la résistance des milices liégeoises constitue l’un des derniers grands sursauts des libertés communales contre la poussée centralisatrice qui devait triompher de tous les obstacles au siècle suivant : en relatant ce conflit qui opposait l’orgueil du plus faible à celui du plus fort, la poignée de poètes bourguignons anonymes, dont j’ai présenté les œuvres, représentait le sort tragique menaçant ceux qui cherchent à arrêter l’histoire en marche. Ces quelques lettrés obscurs apportaient ainsi non seulement une preuve supplémentaire de l’importance d'un conflit auquel nous avons tous été sensibilisés mais aussi un indice précieux sur l’instabilité d’une époque partagée entre deux âges.

JUSTICE DE DYNANT

50Ce petit poème occupe les ff. 147 r° - 149 r° du ms. 11020-33 de la Bibliothèque Royale, recueil d’œuvres de Grands Rhétoriqueurs, ayant appartenu au duc Jean Ier de Clèves. Le volume a fait l’objet de deux notices imprimées, l’une du baron de Reiffenberg dans le Bulletin de l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Bruxelles (X, 1843, pp. 160-164), et l’autre d’Arthur Piaget dans la Romania (« Les Princes de Georges Chastellain », XLVII, 1920, pp. 168 ss.). Pour une description du codex, je me permets de renvoyer à ces articles, ainsi qu’à mon mémoire de licence, où j’ai complété les travaux antérieurs et revu certains problèmes posés par le recueil (L’image de la Mort dans les déplorations funèbres françaises du Moyen Age et de la Prérenaissance, mémoire dactylographié, Liège, 1967, pp. 362-366).

51La moralité est transcrite par la même main qui copia la chanson « Dynant ou souppant », et on peut raisonnablement supposer, tant par le type d’écriture que par l’appartenance du volume à Jean de Clèves, que cette copie est presque contemporaine de la rédaction de l’œuvre. Elle n’est cependant pas parfaite, et trois vers au moins ont été faussés par le scribe.

52J’ai suivi, pour la présentation du texte, les règles de transcription habituellement employées par les éditeurs d’œuvres du xve siècle, plaçant les accents là où une équivoque devait être dissipée, ajoutant les apostrophes et la ponctuation. J’ai fidèlement reproduit le modèle dont je disposais, me bornant à placer entre parenthèses les syllabes excédentaires (vv. 4 et 34) et à restituer entre crochets une lettre manifestement manquante (v. 20). Je me suis abstenu de toute autre correction, même si un vers m’a paru mutilé, préférant signaler ces difficultés dans des notes, indiquées par un astérisque à la fin du vers concerné.

Justice de Dynant
Justice 147 r°
Trop souffrance fait croistre oultrecuidance ;
Oultrecuidance admaine atout offence
Et la loy dit : « Le mal pugnir se doit ».
Ne (la) plaindez donc de Dynant la meschance :
5 Temps est de lui payer la redevance
De ses biensfaiz — long temps a qu’on lui doit !
De clemence rancurer ne se doit,
Si non en tant que bien dire pouroit
Qu’on lui a trop laissé faire et souffert
10 Dont son maleur est ores descouvert.

Certaineté 147 v°
Cinq choses sont, ou de chinq choses l’une,
Qui tient Dynant en sa male fortune
Dont nullement ne se peult excuser.
C’est mal conseil ou perverse commune,
15 Ou autres gens de région aulcune
Qu’en ce maleur ne le font qu’embraser,
Ou son avoir qui le fait abuser,
Ou il est tant imbut que reposer
Il ne se peult de sur la mer nagier,
20 Don[t] chascun dit : « Dynant semble enragier ! »

Plusfort
Se Dynant cuide avoir tant à dysner
Que largement pense donner dysner
Aux forestiers qui venront à sa porte,
Tout son aprest ne vault ung recyner. *
25 On lui maine d’aultre dysner donner
Qu’oncqu’en son temps ne menga de tel sorte,
Tant qu’il dira : « C’est viande trop forte
A digerer, dont je me desconforte. »
Il en aura pour saouler sa vie
30 Sans redonner du reliiez une mie.

Advertence 148 r°
Se Dynant a ses apprez et ses tables
Et cuide avoir assez d’hommes notables
Pour bien servir à gens de plus grans sortes,
Quant il verra ses servans (in)estimables
35 Mourir, fuyr, dira que tous les dyables
Seront venuz arriver à ses portes ;
Et tomberont comme charongnes mortes,
Par la doulceur des fines pouldres fortes
Qui partiront de ces courtois mortiers,
40 Ces yvrongnes megnyns de groz mestiers. *

Verité
Et se légions qui sont excommuniez,
Oppinatres et par tant insaniez,
D’aider Dynant vouloient s’entremettre,
Pou sont puissans, maiz moult ensonniez
45 Doivent estre, doublant d’estre empoigniez
Et aggrippez pour les du tout bas mettre,
Car tout chrestien leurs doit estre senestre :
Le pape ainsy l’a declairé à estre
De sa bouche, par sentence pesée.
50 C’est pour Dynant povre appuy pour posée.*

Exemple 148 r°
Les Egipciens furent orguilleux,
Encontre Dieu rebelles furieux,
Suppeditant les Israélites, *
Dont vint aprez qu’ilz furent moult piteux
55 Comme avoient esté tresdespiteux,
Car leur pechié leur vint en contredictes.
Dieu leurs donna tant de plaies mauldictes,
Que l’en treuve dedens la Bible escriptes,
Pour vengence de leurs faix rigoureux
60 Qu’encour en sont au present maleureux.

Raison
Ainsi fault il qu’aux Dynantois adviengne
Par leurs pechiez, car tant ont fait d’engaingne
A leurs voisins qu’il n’est à racompter.
Posez qu’aient en leur nyd une araingne
65 Qui les couve, conduise et entretiengne :
A leurs despens ce ne peult dylater
Car leur venin les fera crevanter,
Et ung chascun devrait contr’eulx hurter
Car par leurs maulx produiront plus granz biens.
70 Sy prie à Dieu qu’en donne les moyens.

Amen.
Et pour Dieu qu’on se donne garde 149 r°
de leurs cavernes car ce ne sont que
taulpes et ne font que caver. *

NOTES

53v. 24 : Le scribe distingue en général u et n mais il semble qu’ici il ait confondu les deux lettres. Si même la graphie du ms. est plus proche de u que de n, c’est évidemment recyner qu’il faut lire. L'infinitif pris substantivement a le sens de « collation, goûter ».

54v. 40 : Megnyns fait difficulté : les dictionnaires d'ancien français ne fournissent aucune forme analogue. Peut-être faut-il lire meguyns et y voir une forme masculine — non attestée — de meguenne ou mesquenne. Le vers signifierait alors : « ces ivrognes, serviteurs (ou pratiquant) de métiers grossiers ».

55v. 50 : Appuy n’étant jamais féminin, il est difficile de voir dans pourposée un seul mot, participe passé du verbe pourposer (proposer). Par contre, le mot posée, avec le sens de « pause, moment de repos », convient bien au contexte.

56v. 53 : Le vers est faux, et il faudrait suppléer une syllabe. La correction, toutefois, ne peut être qu’hypothétique. Peut-être l’auteur voulait-il insister sur l’étendue de la domination égyptienne, et on pourrait alors lire le vers : « Suupeditant [tous] les Israélites ». Peut-être voulait-il qualifier les Israélites, et il faudrait alors ajouter un adjectif monosyllabe, par exemple bons.

57Note finale : J'ai respecté, pour cette réflexion qui apparaît comme un épilogue au poème proprement dit, la disposition du ms., mais le rythme de cette phrase indique qu'elle est composée soit de quatre hexasyllabes, soit de deux alexandrins à coupe épique.

Note additionnelle

58Depuis le dépôt de cette communication, il m’a été donné de retrouver un autre poème, inédit lui aussi, qui prend place dans le deuxième groupe de pièces analysées ici : il s’agit d’une Complainte de Dignant anonyme, longue de 274 vers, transcrite à la fin du ms. 776 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes. L'édition de cette Complainte paraîtra dans le t. CXXXVII (1972) du Bulletin de la Commission royale d'Histoire.

59L’œuvre, d’une valeur littéraire médiocre, a dû être composée immédiatement après le sac de la ville. Dans un dialogue assez vif, elle met en scène Dinant et Bouvignes, la première se lamentant sur sa ruine, la seconde rappelant à sa « voisine outrecuidee » la série de forfaits qui ont mené celle-ci à la déchéance. Dans la perspective du présent travail, elle se signale à l'attention par deux traits principaux, l’un positif, l’autre négatif. En premier lieu, la Complainte offre d’intéressantes précisions sur l’affaire des « injurieux parlers » (vv. 134-140), et notamment sur le caractère littéraire des invectives dinantaises. En second lieu, le poème marque un recul par rapport à Justice de Dinant et à la Complainte publiée par De Ram dans l’élaboration de 1’exemplum : il met avant tout l’accent sur la haine qui opposait les deux cités mosanes — avec une violence comparable à celle qui se manifeste dans la Correxion — au détriment des préoccupations de grande politique et des impératifs de la littérature de propagande.

Notes

1 Le Dyalogue a fait l'objet de quatre éditions, d’inégale valeur. Il a été reproduit assez fidèlement d'après le ms. de Bruxelles par A. Van Hasselt, Essai sur l’histoire de la poésie française en Belgique, dans les Mémoires couronnés par l’Académie Royale de Bruxelles, t. XIII, Bruxelles, Hayez, 1838, pp. 246-248, et par P. De Ram, Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Home, Bruxelles, Hayez, 1844, pp. 347-352. Il a été publié également par A. Jubinal, Lettres à M. le Comte de Salvandy sur quelques-uns des manuscrits de la Bibliothèque Royale de La Haye, Paris, Didron, 1846, pp. 213-218, et par J. Van Vloten, Nederlandsche Geschiedzangen, t. I, Amsterdam, Schadd, 1864, pp. 104-108. Dans ces deux derniers ouvrages, le texte est établi d’après la copie réalisée par Gérard du ms. 11020-33 de Bruxelles : il est donc moins sûr que celui fourni par Van Hasselt et De Ram, qui ont travaillé sans intermédiaire. Dynant ou souppant a été publié par Van Vloten, ibid., p. 89. Le lecteur trouvera le texte de Justice de Dynant à la suite du présent travail.

2 La conclusion du Dyalogue indique en effet clairement que sa rédaction est antérieure au rassemblement de l’armée par Charles le Téméraire (avril 1466). D’autre part, le camp bourguignon n’avait aucune raison de témoigner à l’égard de Dinant une hostilité particulière avant le 27 janvier 1466, date où la ville rejeta la sauvegarde du duc (cf. Cartulaire de la commune de Dinant, éd. St. Bormans, t. II, Namur, 1881, pp. 213-214). Enfin, des allusions à une « dernière course » (v. 78), distincte des combats de l’été précédent, pourraient viser les représailles exercées en mars 1466 (cf. Cartulaire, pp. 228-229) par les Dinantais contre des habitants de Bouvignes coupables de nouveaux actes d’hostilité.

3 Le Roux de Lincy, Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, Aubry, 1857-chanson no 22, pp. 125-126.

4 De Ram, op. cit., pp. xxi-xxii, et Van Vloten, op. cit., I, p. 90 (24 vers seulement).

5 De Ram, op. cit., pp. 335-345, et Le Roux de Lincy, op. cit., pp. 127-138 et 192-193.

6 Cf. Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 17, pp. 100-102.

7 Van Vloten, op. cit., I, pp. 101-102.

8 Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 25, pp. 143-145.

9 Le Roux de Lincy, op. cit., chanson no 24, pp. 139-143.

10 Mémoires de Jean, sire de Haynin et de Louvignies, éd. Brouwers, Liège, Cormaux, 1906, II, pp. 239-241.

11 Deux des écrits publiés par De Ram sont en effet à écarter : La bataille de Liège en 1468 (pp. 304-319), qu’il a rapporté à la bataille d'Othée, et Les Sentences du Liège (pp. 320-325), que De Ram ne date pas mais qui a été inspiré par les mêmes événements (versification de la sentence du 24 octobre 1408).

12 De Ram, op. cit., pp. 291-304. Ce poème est suivi du début d’une complainte du Perron (6 vers), qui est fragmentaire dans le ms. ou que De Ram n’a pas jugé nécessaire de transcrire. Je n’ai malheureusement pu retrouver le codex dont s’était servi l’éditeur, afin de pouvoir trancher la question.

13 De Ram, op. cit., pp. 325-334 ; l'éditeur a commis, à plusieurs endroits, des erreurs de lecture, si bien que j’ai préféré, dans les citations, avoir recours directement au manuscrit.

14 Zumthor (Paul) et Noomen (Willem), « Un prêtre montheysan et le sac de Liège en 1468, La Complainte de la cité de Liège, poème inédit », in Annales Valaisannes, 2e série, XXXVIII, 1963, pp. 67-154.

15 Quarante, c’est-à-dire le nombre de jours du carême, évoquait fréquemment au xve siècle les idées de souffrance et de pénitence. Le fait que la Complainte de Dinant compte quarante strophes et celle de Molinet quarante et une, ne semble pas être l’effet du hasard.

16 Cf. Les souhaits de Tournau, in Le Roux de Lincy, op. cit., PP. 113-115.

17 Complainte de Paernat, vv. 586-592 ; cf. aussi Complainte de Dinant, vv. 305-312 ; Complainte de Molinet, w. 71-77, et Chanson vraie, vv. 73-77.

18 C’est Charles le Téméraire lui-même qui nous en apporte la meilleure confirmation : « et ceulx qui lui seroient desobeissans, il les puneroit tellement qu’ilz les experimentroient ce que pluiseurs autres ont expérimenté... » (extrait d’un discours aux députés des trois Etats de Flandres, 12 juillet 1475, in L.P. Gachard, Collection de documents inédits concernant l'histoire de la Belgique, Bruxelles, 1833, t. I, p. 258).

19 Complainte de Molinet, vv. 119 et 196 ; Correxion des Liégeois, w. 297-298.

20 Cf. Dyalogue, w. 15-16 et 113-114, Complainte de Dinant, vv. 121-128, 134-137, 145-149 ; Correxion, w. 61-64.

21 Les exemples sont très nombreux : toute la Correxion, notamment, est basée sur cette idée (cf. surtout les vv. 225-232) ; cf. aussi Dyalogue, vv. 71-77 ; Complainte de Dinant, w. 63-64, 97-98, 209-226, 241-248, etc. ; Complainte de Paernat, vv. 483-488.

22 V. 263 ; cf. aussi Justice de Dynant, str. V ; Complainte de Molinet, vv.50-56 et 122-124 ; Corrextion, vv. 49-56, 101-104, 357-360 ; Complainte de Paernat, vv. 257-264, 277-288, 309-320, 469-471 et 517-524.

23 Cf. Justice de Dynant, str. I, VI et VII et nombre de passages cités à la note précédente, de même que Complainte de Dinant, vv. 1-16, et Complainte de Molinet, w. 1-14, etc.

24 Cf. la « Canchon sur le voiage de Liege de l’an mil IIIIc et soixante-sept », in Le Roux de Lincy, op. cit., no 24, pp. 139-143, et la Chanson vraie.

25 Cf. Correxion, vv. 129-136, 197-208, 281-288, 353-360, 429-432 ; Complainte de Molinet, vv. 190-238 et 267-287 ; Complainte de Dinant, vv. 78-80 : Chanson vraie, str. IX.

26 Fuite de Raes de Heers : chanson « Je my levay hier au matin », str. V ; Correxion vv. 417-424 ; Chanson vraie, v. 40 ; Complainte de Molinet, vv. 214-217 ; mauvais conseil : Justice de Dynant, vv. 14 et 64-65 ; Complainte de Dinant, vv. 27, 34, 106-108 ; Correxion, vv. 85-88 (manque de secours aux Dinantais), 183-192, 217-224, 265-266 et 301-302 (contre Louis XI), 409-416 ; Complainte de Molinet, vv. 11, 29-35, 59-63, 74, 99-102, 122-124.

27 Complainte de Paernat, vv. 301-308 et 249-292.

28 Voici la liste de ces textes : en 1467, la ballade « Souffle, Triton, en ta bucce argentine », attribuée soit à Molinet, soit à Chastellain, (Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1865, t. VII, pp. 208-210) et le Lyon Coroné (éd. K. Urwin, Genève, TLF, 1958, p. 32) ; en 1469, le Processus Balue (éd. E. Deprez, « La trahison du cardinal Balue », in Mélanges d’archéologie et d'histoire de l’école française de Rome, XIX, 1899, pp. 271-276) ; en 1470, deux chansons contradictoires sur le comte de Warwick (publiées par Le Roux de Lincy, op. cit., pp. 156-164) ; en 1471, une chanson sur l’expédition du Téméraire contre les villes de la Somme (Le Roux de Lincy, op. cit., pp. 177-180) et la Ballade fette pour Amiens (publiée dans les Mémoires de Jean de Haynin, éd. Brouwers, t. II, pp. 241-244) ; en 1472, la « Ballade sur ceulx de Tournay » (Le Roux de Lincy, op. cit., pp. 185-192) ; en 1475, le Temple de Mars de Molinet (Faictz et Dictz, éd. Dupire, Paris, SATF, 1936, t. I, p. 71) ; enfin, après 1496, la Recollection des merveilleuses advenues, également de Molinet (ibid., p. 299).

29 Molinet, Faictz et Dictz, t. I, pp. 59-64.

Auteur

Licencié en philosophie et lettres, aspirant du F.N.R.S.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search