Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

IV. Les campagnes liégeoises de Charles le Téméraire

Colonel C. Brusten

Texte intégral

1Situées dans l’histoire liégeoise, les campagnes de Charles le Téméraire contre la principauté semblent former un tout. Ce n’est qu’en apparence, car pour leur bonne compréhension, elles doivent être replacées dans leur cadre historique réel qui n’est même pas l’histoire de Bourgogne ou de Belgique, mais bien l’histoire de France, dans sa période d’unification et de centralisation.

2La vie militaire de Charles le Téméraire comprend, en effet, deux périodes bien distinctes ou, si l’on veut, deux volets ou deux dyptiques : l’une les campagnes intérieures ou liégeoises ; l’autre les campagnes extérieures ou rhénanes qui ne prennent toute leur valeur que dans le cadre français ou si l’on veut choisir une autre comparaison, un drame en deux actes : le liégeois et le rhénan. Un prélude : la bataille de Montlhéry en 1465 ; un intermède : les campagnes de France en 1471 et 1472 ; un épilogue : la bataille de Guinegate en 1478. C’est aussi pendant l'intermède que se situe la réorganisation de l’armée bourguignonne, qui a vu la naissance des compagnies d’ordonnance par la publication des trois grandes ordonnances : de celle du 31 juillet 1471, d’Abbeville ; celle du 13 novembre 1472, de Bohain et celle d’octobre 1473, de St-Maximin de Trêves.

3Pendant la première période, Charles et les Liégeois ne sont que des pions sur l’échiquier royal. Une fois les Liégeois disparus, Louis XI les remplacera par Sigismond d’Autriche, les Alsaciens, les Lorrains, les Suisses et même l’empereur d’Allemagne.

4Les guerres liégeoises de 1465 à 1468 présentent les caractéristiques communes suivantes :

  • elles sont provoquées par Louis XI ;
  • elles sont déclenchées par une action de Louis XI contre les alliés de Charles (Bretagne, Berry, Normandie) ;
  • elles sont consécutives à une mobilisation contre la France en vue de soutenir les princes menacés par Louis XI qui, chaque fois, a su esquiver la menace et la détourner ;
  • ce sont, Dinant excepté, des campagnes d’hiver ou tout au moins de mauvaise saison ;
  • elles sont menées par une armée de fieffés, renforcés par des gens ou du matériel des communes ;
  • elles sont progressives, en ce sens que Liège, affaiblie d’année en année par des querelles intestines, les traités imposés et la guerre, sera vouée à la destruction, alors que l’armée bourguignonne se renforce de campagne en campagne ;
  • ce sont, en général, des opérations sanglantes de destruction. Elles ont pour théâtre intitial principal des opérations la région nord-ouest de la Hesbaye.

5Les sources d'archives relatives à cette période sont peu nombreuses.

6Les sources littéraires, relativement abondantes et variées.

7Les sources monumentales à peu près inexistantes.

8Les chroniqueurs bourguignons liégeois et français se superposent harmonieusement.

9Citerais-je les liégeois Adrien d’Oudenbosch et Jean de Looz ?

10Les Bourguignons présentent chacun des caractéristiques différentes.

11Olivier de la Marche, le magister ; Chastellain, le poète ; Jean de Haynin, le militaire le moins intéressé et le plus complet au point de vue militaire.

12Quant à Comines, le censeur, il pourrait presque paradoxalement être rangé parmi les chroniqueurs français avec Maupoint et Jean de Roye, car ses chroniques écrites quand il était au service de Louis XI, constituent avant tout un plaidoyer acceptable par son maître et tendant à justifier sa volte-face.

13Il n’existe, à ma connaissance, que quelques rares traces de sources monumentales directes (c’est-à-dire l’objet même).

14Armures, armes, remparts, presque tout a disparu ; les champs de batailles eux-mêmes sont presque toujours inidentifiables ou grandement transformés.

15Quant aux sources monumentales indirectes (représentation des objets), aucune discipline (miniature, sculpture, estampe) n’a représenté l’armée bourguignonne ou liégeoise et il est très hasardeux de considérer les œuvres d’art de l’époque comme des représentations réalistes de la vie contemporaine.

16Il en résulte que, par suite de la carence des sources, l’histoire militaire de cette époque apparemment si connue présente de grosses et graves lacunes du côté bourguignon et encore plus du côté liégeois en ce qui concerne particulièrement les effectifs, les pertes au combat, l’armement (description, caractéristiques, utilisation), la tactique, les lois et le financement de la guerre, etc.

17Le retour aux sources n’a cependant pas été inutile, puisqu’il a permis de connaître certains détails ignorés ou oubliés et d’éventer certaines légendes qui, une fois lancées, sont sans cesse répétées sans contrôle.

18Il nous a permis d’apercevoir Charles sous un jour nouveau. Il n’apparaît pas comme un prince ambitieux, entêté, cruel. C’est encore en fait une chevalier du moyen âge, attardé dans un monde qui n’est plus le sien en face du monde moderne de Louis XI.

19Il applique encore les règles du moyen âge relatives au code du combat ou de l’honneur. A Montlhéry, par exemple, au lieu de poursuivre son adversaire et l’empêcher de rentrer dans sa capitale et ainsi la sauver, il séjourne sur le champ de bataille et fait proclamer au son des trompettes qu’il y attendra quatre jours pleins ceux qui voudront bien le défier.

20Il entre en guerre pour respecter la parole donnée, pour venger l’injure, pour punir le traître et le parjure.

21Il ne faut pas voir, dans l’exposé qui va suivre, une relation complète et continue des événements, mais bien le relevé de quelques points intéressants.

22Charles est entré dans la Ligue du Bien Public pour récupérer les villes de la Somme. Il se porte à la rencontre de Louis XI pour être présent au rendez-vous des princes comme il l’a promis aux ducs de Bretagne et de Normandie.

23Seul pourtant, il remporte tactiquement la bataille de Montlhéry, mais la perd stratégiquement, le 17 juillet 1465, car il laisse Louis XI regagner Paris.

  • 1 H., I, 48. Pour les sigles, voir p. 96.

24Le roi, connaissant l’alliance des princes, avait précédemment « mandé et requis » aux Liégeois de « nuire, grever et endommager » le duc de Bourgogne, le comte de Charolais et leurs sujets, dès que l’armée principale bourguignonne serait entrée en France et se serait éloignée d’eux. Il connaissait si bien les Liégeois qu’il pensait bien qu’ils n’hésiteraient pas à le faire et il leur promettait en échange « amour, aide et secours »1.

  • 2 A., 115, texte dans Gachard, Doc. in., II, 197.

25Effectivement, un traité avait été passé entre lui et la Cité le 17 juin 14652.

26Pour faire face à la diversion liégeoise, Charles avait dû laisser des garnisons aux frontières de la principauté. Ce sont ces garnisons réunies qui, après quelques opérations plus particulières et locales, remportèrent sur les Liégeois la victoire de Montenaeken, le 20 octobre 1465.

  • 3 A., 124, lettre du 21 octobre, Q, II, 400 et Gachard, Doc. in., II, 229.

27Entretemps, la paix de Conflans avait été signée entre Charles et Louis, le 5 octobre 1465. Les Liégeois n’étaient pas compris dans les trêves, contrairement à ce que leur faisait savoir Louis XI3.

28Aussitôt libéré, Charles se porte vers la principauté ; son armée s’étant quelque peu disloquée, il lui fixe rendez-vous le 15 novembre à Mézières. Pourquoi un lieu de rassemblement si excentrique ? Peut-être pour profiter de la Meuse, pour faire descendre son artillerie vers Liège (certaines pièces s’y trouveront encore en 1466).

29Raison curieuse par ailleurs puisque lui-même et son armée vont gagner la Hesbaye en contournant la principauté de Liège par l’ouest.

30En effet, Charles quitte Mézières le 26 novembre, passe à Renwez, à Maubert Fontaine (Rocroy), le 27 ; le 28, à Chimay. Sans gagner Namur, comme il en avait précédemment manifesté l’intention, il continue par Beaumont du 1er au 4 ; Binche, le 4 ; Fleurus, le 6 ; Jodoigne, les 7 et 8 et Tirlemont le 9 décembre.

31Quand les Liégeois apprirent qu’ils n’étaient pas compris dans les traités et que l’armée du comte de Charolais s’approchait, ils envoyèrent une ambassade à Bruxelles. Ils obtinrent une trêve de 15 jours.

32Le comte de Charolais s’était porté à Saint-Trond.

33Le traité qui y fut signé le 22 décembre ne fut ratifié que le 22 janvier par la Cité et reçu par Charles le 24 à Vechmael.

  • 4 G. Gaier, combat de Kriekelerenbosch, Rev. Int. d’Histoire Militaire, 1965, no 24, p. 283.

34Entretemps, des combats d’avant-garde avaient lieu. Le plus important fut certainement celui de Wellen4.

35Comme les Liégeois, dit de Haynin, tardaient à conclure les traités, le comte, le 8 janvier, avait fait avancer son avant-garde à Heers pour y prendre ses logements. Le 22 janvier, elle s’était encore rapprochée de Tongres et de Liège, vers Russon et Lowaige.

  • 5 Gachard, Doc. in., p. 285.
  • 6 K., III, 220.

36Le traité de Vechmael est reproduit par Gachard5. Kurth le résume très bien6. C’était tout un programme destiné à réduire le pays de Liège en un état de véritable vasselage. Les Liégeois reconnaissaient le duc comme haut avoué, payaient une certaine rente, s’engageaient à ne faire ni guerre, ni alliance sans son accord. Ils devaient abattre les fortifications de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Ils laissaient des otages aux mains du duc.

37Un traité similaire avait été signé par Huy le 8 décembre.

38Les Dinantais n’étaient pas compris dans les traités parce qu’ils avaient aidé les Liégeois et surtout injurié le duc et le comte de Charolais, ce dernier traité de bâtard de Heynsberg. Vraisemblablement, l’état de l’armée et la mauvaise saison empêchèrent le comte de Charolais de tirer une vengeance immédiate. Ce ne sera que partie remise.

  • 7 R., 158 ; DC., IV, 254 ; H., I, 58 ; R. 175.

39En effet, l’année suivante, le roi de France donne des ordres de mobilisation pour le 15 juin, puis pour le 15 août 1466 en vue de marcher sur la Normandie7.

  • 8 Gachard, Doc. in., II, 372.

40Charles en profitera pour mobiliser à son tour le 28 juillet dans la région de Namur. Cependant que le 18 juin, il avait déjà demandé aux Malinois des tentes et des pavillons car il avait l’intention de mettre le siège devant Dinant8.

  • 9 H. 160 ; Vaessen, III, 89.

41Le roi ayant signé de nouvelles trêves de 22 mois9, Charles eut les mains libres. Il se souvint qu’il était grand temps de se venger des Dinantais.

  • 10 DC., IV, 266.

42Le duc fit afficher aux portes des bonnes villes la copie de la sentence d’excommunication que le pape avait lancée contre les Dinantais et leurs adhérents à cause des maux qu’ils causaient en allant contre les traités et en ne voulant pas obéir au Saint-Siège10.

43L’armée se mit en marche le 18 août H66, assiégea Dinant du 19 au 25 août, date à laquelle la ville fut prise et livrée au pillage.

  • 11 H., I, 181.

44Les Liégeois s’étaient à leur tour compromis en aidant les Dinantais contrairement au traité signé l’année précédente. Charles reprocha aussi les excès des compagnons de la Verte Tente, aussi décida-t-il de marcher contre la cité. Tout comme en 1465, c’est vers la frontière nord-ouest de Hesbaye qu’il dirigea son armée. Le 1er septembre, elle cantonna à Puppline ( ?) ; le 2, repassa à Namur où elle défila pendant deux jours11 ; le 3, elle se trouvait à la Croisette (Waret) et le 11, elle cantonna dans la région de Montenaeken.

  • 12 H., 185.

45Les Liégeois se portèrent à la rencontre vers Oleye et s’installèrent dans la vallée du Geer. Le 6, Charles poussa son armée vers Waremme et Oleye et se trouva en face des Liégeois en un village nommé « Levage » que l’éditeur identifie Lowaige « estant dessus la rivière Geer ou grand chemin qui va de St Trond et Heers à Liège »12.

46Les deux armées se trouvèrent ainsi en présence.

  • 13 H., 185 et Looz, 42.

47Les Liégeois étaient rangés à quelque distance, dans une position très forte, entre deux bras de la rivière, protégés en front par montagne si bien que l’artillerie ne pouvait les atteindre13.

48Pour la nuit, le Comité de Charolais se retira à Oleye (Ollee) et le Comité de St Pol dans un village situé à proximité nommé (lacune dans le manuscrit).

49Si, avec l'éditeur, nous acceptons Lowaige, contredit par ailleurs par le contexte, les armées se seraient trouvées, à front renversé, à quelque 10 kilomètres de distance l’une de l’autre. Il faudrait croire que Jean de Haynin qui se trouvait, l’année précédente, dans les parages ait eu un trouble de mémoire. Ce qui est étonnant, étant donné la précision habituelle de ses récits.

  • 14 Campagnes, p. 45.

50Henrard14 raconte que les milices liégeoises au nombre de 12 à 13.000 piétons et de 600 cavaliers vinrent s’établir en ordonnance de combat dans l’angle formé par le Geer et un gros ruisseau nommé la Yerne, leur droite contre le village de Delwaige maintenant disparu, leur gauche appuyée à une colline qui les mettait de ce côté à l'abri des feux de l’artillerie.

51Comme Henrard ne cite pas ses sources, nous ne pouvons admettre sa solution qui ne correspond, ni aux indications des chroniqueurs en notre possession, ni à la topographie actuelle. Nous nous sommes rendu dans la vallée du Geer, entre Oleye et Lowaige, pour rechercher entre ces deux localités une plaine alluviale où des îles auraient pu exister, dominée par une colline, à proximité de la route de Saint-Trond à Liège, plus au nord à cette époque que l’actuelle grand-route et ayant un village à proximité de leur extrémité ouest et sur la rive sud un autre village.

52Nous avons retenu les plaines alluviales suivantes :

  1. Lantremange Bergilers (vers Oleye) ;
  2. le confluent de la Yerne à Lens-sur-Geer ;
  3. la plaine en amont et en aval de Lowaige.

53Dans chacune de ces plaines, le Geer a pu changer son cours depuis 1465. Des îles ont existé comme le prouvent certaines vieilles cartes. Actuellement il existe encore des bras morts.

54Le Geer et la Yerne devaient être plus importants alors que maintenant. (Des transports par eau qui s’effectuaient alors de Louvain à Lille ne sont plus possibles maintenant.) Ces trois plaines sont à proximité de la route Saint-Trond - Liège.

  • 15 Réciproquement l'étude des profils et du terrain pourrait peut-être aider à l’étude des caractéris (...)

55Les différences de niveau entre la colline et la vallée sont cependant plus fortes à Lowaige qu’à Lantremange, elles sont beaucoup trop faibles pour la plaine du confluent de la Yerne et n’empêcheraient certainement pas des pièces d'artillerie placées sur les hauteurs d’atteindre la vallée15.

56Nous basant sur le témoignage d’Adrien qui connaissait la région, et sur celui de Haynin qui cite le village de Oleye « tout au plus près » du lieu de la rencontre, ainsi qu’un autre qu’une lacune du manuscrit laisse malheureusement inconnu, nous inclinons à croire que l’armée liégeoise se rangea dans la vallée entre Lantremange et Grandville. Le village, dans lequel le comte de Saint-Pol avait passé la nuit, serait Lantremange.

57Nous pensons que Lowaige, situé à quelque dix kilomètres d’Oleye ne répond pas aux conditions de proximité fixées par de Haynin. Nous ne pensons d’ailleurs pas que, restées sur le terrain jusqu’à 22 heures, les troupes bourguignonnes aient pu gagner dans l’obscurité des villages situés à une pareille distance de Lowaige.

58Il n’y eut pas de bataille (ce que les deux parties regrettèrent, chacun espérant bien remporter la victoire), mais une série de pourparlers.

  • 16 Comines, 98.

59L’armée du comte n’était pas réunie. Une bonne partie de l’artillerie était restée en arrière. On peut se demander si cette situation n’a pas influencé le comte quand il accepta les trêves proposées par les Liégeois. Le comte n’était pas prêt, comme le remarque Adrien. Mais de là à affirmer qu’une attaque liégeoise aurait remporté un grand succès, comme le dit Comines16, il y a de la marge. Bref, ce fut une bataille manquée. Le 8, l’armée liégeoise rentrait dans la cité.

  • 17 Gachard, Doc. in., II, 402.

60Le traité qui fut signé à Oleye, le 10 septembre 1466, n'était qu’une aggravation du traité de Saint-Trond17.

61Cinquante otages devaient garantir le paiement de l’amende imposée et la cité s’engageait à laisser rentrer le prince-évêque et tous ceux qui avaient tenu son parti.

62Le 11 septembre, l’armée se retira sur Montenaeken. Le 12, elle gagna La Croisette ; le 13, Moustiers-les-Dames sur la Sambre ; le 14, Châtelet et Chatelineau ; le 16, le duc remercie l’armée.

  • 18 H., 191.

63Voici les conclusions que Jean de Haynin18 tire de cette campagne à laquelle il participa.

64« Cette expédition fut assez bonne pour les gens d’armes. Car elle ne dura que 7 semaines et on fut payé pour un mois. Si plusieurs y gagnèrent, les autres ne subirent guère de préjudice. On fit belle et honorable conquête à peu de sang. »

65Mœurs de l’époque sans doute, car il n’a aucun mot de pitié pour une ville saccagée de fond en comble.

66Quoi qu’il en soit, les résultats étaient à tous points de vue satisfaisants pour les Bourguignons. Ils diminuaient d’autant la puissance de leur ennemi liégeois, sans toutefois résoudre le problème, puisque deux fois encore, ils reprendront les armes. N’eût-il pas mieux valu pour les Bourguignons livrer bataille alors et ainsi éviter deux campagnes postérieures.

67En effet, dès l’année suivante, le roi de France mobilise à nouveau (23 septembre 1467) avec l’intention de s’attaquer au duc de Bretagne tout en essayant de s’assurer la neutralité du duc de Bourgogne ou de lui susciter des difficultés avec les Liégeois — difficultés qui l’empêcheraient d’intervenir en France.

68La paix n’était pas revenue au pays de Liège où une partie de la population conduite par Raes de Heers était hostile au traité. Les partisans de la paix étaient traqués et tués, un gouvernement fut établi. La ville de Huy qui tenait pour le prince fut brimée.

  • 19 Chastellain, t. V, pp. 278-318.

69A la mort de son père, survenue entretemps le 15 juin 1467, Charles s’était rendu à Gand pour se faire inaugurer. Les Gantois en profitèrent pour réclamer leurs privilèges avec violence et grossièreté. Cette affaire n’était pas terminée qu’Anvers, Lierre et spécialement Malines suivirent l’exemple de Gand19.

70C’est pourquoi Charles manda secrètement 300 lances et les archers en Hainaut. Mais les Brabançons s’estimèrent assez forts pour s’occuper de Malines. Le duc accepta leur réclamation et, à leur tête, entra à Malines. Il était aussi accompagné de son hôtel.

71C’est ce moment que les Liégeois, excités par Louis XI et aidés par les autres villes, choisirent pour s’emparer de Huy le 15 août.

  • 20 H., 220 ; Ch., 336 ; W., 355.

72Le duc décida de reprendre la ville et, à cette intention, envoya ses gens du Hainaut qui étaient encore disponibles : le duc de Ravenstein par la voie du nord de la Meuse et le sire de Fiennes par la rive sud20. Des Hutois partisans du prince renforçaient les deux détachements. Les deux opérations exécutées sans préparatifs, sans liaison et surtout sans conviction, échouèrent. Jean de Haynin a laissé un récit pittoresque et vivant de l’expédition à laquelle il participa et qu’il situe du 20 au 23 par l’itinéraire Moulembais, Vedrin, Hermatte, Bonneville, Huy, Namur, Moulembais.

73Le duc venu à Tirlemont ordonna la réunion générale de l'armée pour le 8 octobre, dans la région de Louvain, Tirlemont, Jodoigne, à l’exception des gens de Picardie qui devaient assurer la sûreté contre la France, le long de la Somme.

74Ces mesures de mobilisation étaient cependant prévues depuis longtemps. Des documents du 27 juillet et du 17 septembre le prouvent.

  • 21 H., I, 212.
  • 22 M., 498.

75D’après les chroniqueurs et les archives, cette mobilisation était dirigée contre la cité de Liège. Mais on peut se demander si, devant les mesures prises par Louis XI, le duc de Bourgogne ne s'était pas vu obligé de prendre des mesures de précautions contre la France. L’évolution de la situation dans la principauté de Liège l’aurait amené à modifier son point de vue. Il est à remarquer que, pendant toute cette campagne de 1467, même sur le champ de bataille de Brustem, le duc craignit une intervention française. L’ordre de rassemblement daté du 17 septembre indiquerait que le siège de Huy en fut la cause. Ce fut surtout l’étincelle qui mit le feu aux poudres, ce qui fit perdre patience au duc21, car les motifs d’intervenir contre les Liégeois « ennemis de leur bonne fortune » ne manquaient pas22.

  • non-observance des traités ;
  • brimades envers les villes qui s’étaient désolidarisées de la cité ;
  • manque de respect envers le prince-évêque ;
  • relations avec le roi de France ;
  • impertinences lors de la mort du duc ;
  • affaire du comte de Nevers ;
  • attaque du Limbourg ;
  • assassinat des partisans du duc ;
  • recherche d’alliances avec les villes du duc en particulier Gand, Malines et Anvers23.

76Pendant la mobilisation, le roi de France envoya, à deux reprises, une ambassade au duc, pour intervenir en faveur des Liégeois. Le duc fut intransigeant. Le roi céda, il accepta une trêve de 6 mois et abandonna les Liégeois au duc, tout en leur prodiguant ses marques d’affection et ses promesses d’intervention.

77L’armée bourguignonne quitta Tirlemont le 17 octobre pour mettre le siège devant Saint-Trond. Elle intercepta et battit, le 28 octobre devant Brustem, l’armée liégeoise de secours qui avait mis 6 jours depuis le départ de la cité pour effectuer une marche de moins de 25 kilomètres. Il n’y eut pas de poursuite immédiate, ce qui évita une déroute liégeoise.

78Le 1er novembre, l’armée reprit sa marche vers Liège, une marche lente « tant les chemins et les paysages étaient barrés et encombrés de fortes barrières, fossés et haies ». Elle fut marquée par la destruction du château de Heers et l'attaque du village de Wellen, la soumission de Tongres.

79Le 9, l’avant-garde de Russon gagna Xhendremael. Le duc vint à Othée.

80Les Liégeois avaient perdu la bataille de Brustem. Si cher qu’elle leur eût coûté, cette perte ne constituait pas un désastre. Le manque d’exploitation avait permis à une grosse partie de l’armée de regagner Liège. L’afflux des réfugiés permettait de combler les vides.

81Les remparts étaient intacts, une certaine quantité d’artillerie encore disponible, des réserves de vivres assurées si bien que la ville aurait pu supporter un siège.

  • 24 C.. 115.

82L’armée bourguignonne, par contre, était à toute extrémité. On était en plein cœur de l’hiver et les pluies, comme on peut se l’imaginer, rendaient le terrain mou et fangeux. « Nous étions en grande nécessité de vivres et d’argent et l’armée était comme toute rompue »24.

83Les Liégeois auraient encore pu aggraver la situation en appliquant la politique de la terre brûlée ou du harcèlement. Le duc n’avait ni l’envie ni la possibilité de mettre le siège.

  • 25 H., 242.
  • 26 Pirenne, II, 309 ; Kurth, III, 272-275 ; Gachard, I, 181.

84Mais la cité était divisée et le parti de la paix l’emporta le 11. Le duc reçut les ambassadeurs de la cité25. Eût-elle attendu deux jours de plus, les Bourguignons auraient fait demi-tour26.

85Le 11 au contraire, ils se portèrent en avant, d’Humbercourt fut envoyé en parlementaire près de Sainte-Walburge. L’armée occupa les cantonnements comme prévu : Neuve Taverne, le faubourg devant Saint-Laurent et Sainte-Marguerite, Saint-Gilles, le gros dans la région Bolsée-Lantin.

86Le 12, les Liégeois vinrent faire leur soumission. Le duc fit son entrée dans la cité le 17 décembre par Saint-Gilles et Sainte-Marguerite.

87Le 13 et le 14, on avait occupé les portes et commencé à abattre les remparts.

88Jean de Haynin, qui faisait partie des troupes entrant dans la localité, a laissé un itinéraire assez détaillé.

« Entré dans la ville par les faubourgs de la porte Ste Marguerite et la porte... passé emprès Ste Croix...
descendait tout parmi la Sauvenière...
allait passer devant le Pont d’Ile...
devant St Denis...
revenir en la rue qui va à Pon de l’Arche et tout parmy le marché et delia au pallais et en Pierrue. »

89Le duc était précédé d’un grand nombre de trompettes et accompagné d’un grand nombre d’hérauts de princes, barons, chevaliers et gentilshommes. Jean de Haynin ne les vit pas parce qu’il était occupé à se déshabiller.

  • 27 Pirenne, Histoire de Belgique, 3e éd„ t. II, p. 309. Kurth, t. III. p. 272. G., I, 181.

90Le duc fit mourir 5 ou 6 otages, donna à la cité de nouvelles lois et coutumes27. Il lui imposa une forte amende parce qu’il la jugeait responsable de la rupture des traités.

91Il fit transporter à Namur la grosse bombarde de Liège « toute de métal », d’autres bombardes, canons, serpentine, et autres engins à poudre. Il confisqua les armes et les armures qui, d’après Haynin, furent jetées à la rivière. Il fit raser une partie des murailles et fit payer rançon à une vingtaine de prisonniers au profit des capitaines et chefs de guerre.

  • 28 G., II, 437 à 473.

92Tout le pays se soumit au duc dans les mêmes conditions. On trouvera dans Gachard28 la reproduction de l’instrument notarié concernant les sentences prononcées contre le pays de Liège le 18 novembre 1467, et l’acceptation de cette sentence par le peuple de Liège, le 26 novembre 1467.

93La campagne se termina officiellement le 24 décembre, date de la clôture des comptes.

94Le 21 novembre, avant de donner congé à ses gens, le duc rassembla ses capitaines et chefs de guerre et leur demanda de lui fournir le nombre de ceux qui désireraient continuer à servir sous ses ordres ou sous les ordres d’un capitaine et tenir garnison là où il lui plairait de l'ordonner. — Nous sommes ici devant un nouveau mode de recrutement (engagement volontaire à court terme). — Quelques-uns se firent fort d’en fournir un certain nombre.

95Le sire de Fiennes (chef direct de Haynin), bien qu’instamment prié de fournir cinquante lances complètes répondit qu’il acceptait de rester personnellement mais qu’il ne pouvait s’engager pour ses hommes sans les avoir consultés. C’est pourquoi, le lendemain, il rassembla ses gens, leur transmit les propositions du duc leur demandant de réfléchir jusque dans l’après-midi.

96Beaucoup hésitèrent devant l’incertitude des propositions. Devraient-ils aller en Normandie, en Bourgogne ou rester au pays de Liège ? Ne devraient-ils pas rester trop longtemps sous les armes ? Beaucoup craignaient une solde trop irrégulière. Beaucoup refusèrent dont de Haynin. Ce chroniqueur ne parle pas de ceux qui restèrent, si ce n’est pour dire que le duc les maintint en garnison à Liège et à Maestricht et qu'ils furent immédiatement payés pour 15 jours.

97Pourquoi le duc maintint-il ces garnisons ? Les chroniqueurs donnent trois raisons :

  • éviter le retour de Raes de Heers ;
  • empêcher les Liégeois de reprendre les armes ;
  • empêcher le roi de France d’intervenir dans la cité.

98Haynin rentre chez lui ; il est, le 23 novembre, à Moxheron ; le 24, à Thiméon ; le 25, à Mons ; le 26, à Saint-Ghislain et le 27 à Louvignies où il habitait.

99L’année n’était pas terminée que le roi reprenait ses opérations contre les ducs de Bretagne et de Normandie. Les chroniqueurs signalent une mobilisation le 21 novembre 1467, une autre en avril 68.

  • 29 Gachakd, I, 183 et 184.

100D’après Comines, le roi aurait demandé à Charles de lui laisser sa liberté d’action vis-à-vis de la Bretagne. Charles aurait refusé et aurait procédé à des mobilisations partielles pour les 15 et 20 décembre à Saint-Quentin pour les gens de par-delà et à Montsaugeon (Langres) pour la Bourgogne29.

  • 30 H., II, 64.

101Le roi aussi entretenait des relations avec le peuple de Liège afin de le lancer contre le duc dans le cas où celui-ci serait entré en France. Il faut croire qu’il y eut certains arrangements entre le roi et le duc, car les mandements de ce dernier restèrent sans suite, tout au moins jusqu’en juillet 1468, date d’un nouveau rassemblement à Saint-Quentin. Il fallut attendre les gens jusqu’au 8 septembre et encore les Bourguignons n’y étaient pas30. Ils rejoindront plus tard.

  • 31 Edouard IV occupa aussi cette localité en 1475.

102Le duc vint au Quesnoy vers le 15 août. Il le quitta le 26 pour se rendre à Péronne où il resta jusqu’au 11 septembre attendant son armée et surtout son artillerie qui devait venir de Lille. Il s’installa au camp d’Eclusier-Vaux (près de Bray-sur-Somme)31 dans l’intention :

  • d’attaquer le roi s’il approchait ;
  • d’hiverner sur place en attendant d’être attaqué ;
  • ou de se porter au secours des princes et d’obtenir pour eux confirmation des avantages acquis à Conflans.

103Obligé, par suite du mauvais temps, d’abandonner ce camp, le duc se retira à Lihons en Santerre avec sa bataille, tandis que l’avant-garde et l’arrière-garde occuperaient les villages voisins.

104Le roi signa cependant un traité avec les princes, le 10 septembre. Quant au duc, il espérait bien le faire « déloger par arrangement et bonne voie » en excitant les Liégeois.

105Dès le 25 septembre, le duc était au courant des agissements de ces derniers et, le 14 octobre, après la signature du traité de Péronne avec le roi, il obligea ce dernier à marcher avec lui contre les Liégeois. Maupoint écrit évidemment que le duc supplia le roi de l’accompagner. Charles avait en effet appris que les Liégeois s’étaient emparé de Tongres où s’était réfugié, le 9 octobre, le prince-évêque.

106On discerne mal les motifs de ce coup de main. Voulaient-ils faire la paix avec le prince avant l’arrivée du duc ? Voulaient-ils avoir un otage ? Voulaient-ils commencer la campagne par une action d’éclat ? Il est difficile de le dire. Il est aussi difficile de discerner la responsabilité du roi de France dans ces événements. Mais il est certain, devant la fureur du duc et d’après le témoignage d’Onofrius, le légat pontifical, que le roi avait promis son aide aux Liégeois, les soulevant ainsi contre le duc.

107Et, à nouveau, l’armée détournée de France se mit en marche, le 15 octobre, vers la principauté, par Bavai, Givry ou Genly, Namur, Fallais où le duc était le 25 octobre.

  • 32 H., II, 76. C’est là que campèrent Louis XI et Charles le 27 octobre (Gobert, Rues de Liège, t. II (...)

108Après avoir pillé Tongres, le maréchal de Bourgogne, qui avait rejoint sous Péronne, marcha vers Liège. Il fut mis un instant en difficulté à Lantin, mais bientôt renforcé, il poursuivit les Liégeois jusqu'à Haute Brassine32.

  • 33 H., II, 74 et 76 et Poncelet, A.H.L., 1940, no 8, pp. 268-295. Henrard conteste l’endroit du comba (...)

109Le 26, l’avant-garde bourguignonne fut surprise au faubourg Saint-Léonard33. Le restant de l’armée s’installa au faubourg Sainte-Walburge. Le siège n’est pas hermétique.

110Le 29 eut lieu la sortie « des 600 Franchimontois » par la porte Sainte-Walburge et le Fond Pirette actuel vers le camp du duc. Le 30, l’assaut fut donné comme prévu, la ville emportée et mise à sac.

111Le 3 novembre, le roi quittait Liège. Le duc se porta à Maestricht où il rassembla ce qui lui restait de son armée, car la plupart des « menues gens » de Picardie, Flandres et Hainaut étaient rentrés chez eux pour mettre leur butin en sécurité.

112Le 12, le duc se porta vers le pays de Franchimont où beaucoup de fugitifs s’étaient réfugiés et où se trouvaient les principaux fabricants d’armes de la principauté.

113En résumé, cette campagne de 1468 se caractérise par un manque de continuité flagrant. Non seulement, la marche est lente, mais des arrêts difficilement justifiables se produisirent dans le déroulement des opérations laissant à l’ennemi le temps de se refaire. De grosses imprudences furent commises. Néanmoins, la grosse supériorité des Bourguignons, ou mieux, l’extrême faiblesse des Liégeois, a fait qu’aucune conséquence grave n’en est résultée pour l’assaillant.

114Ainsi disparaît de l’échiquier l’allié que Louis XI dressait contre le duc chaque fois qu’il désirait avoir les mains libres envers les princes ou qu’il espérait détourner une menace directe contre ses propres pays.

Conclusions

115Il est difficile, à l’examen de ces événements, de se faire une idée réelle de la valeur de l’armée bourguignonne. Il y a des facteurs positifs et des facteurs négatifs, mais il semble bien que c’est seulement la faiblesse de son adversaire qui faisait sa plus grande force.

116Du courage, certes, ils en avaient, dira-t-on des Liégeois, mais hélas ce n'était trop souvent que le courage de la dernière heure.

117Nous ne pouvons mieux terminer que par ces mots de Comines :

118« Ce qui est vrai signe de destruction d’un pays quand ceux qui doivent se tenir ensemble se séparent et s’abandonnent. Je le dis aussi bien pour les princes et seigneurs alliés entre eux que pour les villes et les communes. »

119L’histoire est un perpétuel recommencement.

120Malheur à la cité divisée.

121Malheur à ceux qui n’ont même plus le courage de la dernière heure.

Principaux ouvrages consultés

122Adrien d’Oudenbosch, Ed. de Borman, Liège, 1902 A.

123Comines, Ed. de Mandrot C.

124Chastellain, Ed. Kervyn de Lettenhove, IVe vol. Ch.

125Du Clercq, Ed. de Reiffenberg, IVe vol. DC.

126Haynin (Jean de), Chroniques, Ed. De Brouwers H.

127Jean De Looz, Ed. de Ram, Bruxelles, 1842.

128Maupoint (Jean), Journal parisien, Ed. Fagniez M.

129Roye (Jean de), Chroniques, Ed. de Mandrot R.

130Gachard, Documents inédits, Bruxelles, 1833-1835 G.

131Brusten C., L’Armée bourguignonne de 1465 à 1467.

132Brusten C., Les opérations de l'armée bourguignonne de 1465 à 1469 (inédit).

133Kurth, La Cité de Liège au Moyen Age, t. III (1910).

Notes

1 H., I, 48. Pour les sigles, voir p. 96.

2 A., 115, texte dans Gachard, Doc. in., II, 197.

3 A., 124, lettre du 21 octobre, Q, II, 400 et Gachard, Doc. in., II, 229.

4 G. Gaier, combat de Kriekelerenbosch, Rev. Int. d’Histoire Militaire, 1965, no 24, p. 283.

5 Gachard, Doc. in., p. 285.

6 K., III, 220.

7 R., 158 ; DC., IV, 254 ; H., I, 58 ; R. 175.

8 Gachard, Doc. in., II, 372.

9 H. 160 ; Vaessen, III, 89.

10 DC., IV, 266.

11 H., I, 181.

12 H., 185.

13 H., 185 et Looz, 42.

14 Campagnes, p. 45.

15 Réciproquement l'étude des profils et du terrain pourrait peut-être aider à l’étude des caractéristiques de l’artillerie de l’époque dont on ignore à peu près tout

16 Comines, 98.

17 Gachard, Doc. in., II, 402.

18 H., 191.

19 Chastellain, t. V, pp. 278-318.

20 H., 220 ; Ch., 336 ; W., 355.

21 H., I, 212.

22 M., 498.

23 H., I, 205 ; A., 170.

24 C.. 115.

25 H., 242.

26 Pirenne, II, 309 ; Kurth, III, 272-275 ; Gachard, I, 181.

27 Pirenne, Histoire de Belgique, 3e éd„ t. II, p. 309. Kurth, t. III. p. 272. G., I, 181.

28 G., II, 437 à 473.

29 Gachakd, I, 183 et 184.

30 H., II, 64.

31 Edouard IV occupa aussi cette localité en 1475.

32 H., II, 76. C’est là que campèrent Louis XI et Charles le 27 octobre (Gobert, Rues de Liège, t. II, 355, t. IV, 229). Ils logèrent le lendemain au faubourg près de la porte Sainte-Walburge.

33 H., II, 74 et 76 et Poncelet, A.H.L., 1940, no 8, pp. 268-295. Henrard conteste l’endroit du combat parce que, dit-il, l'avant-garde aurait découvert le gros de l’armée après avoir fait un détour. Son argument ne tient pas, d’abord parce que l'avant-garde n’a pas le rôle qu'elle a actuellement, ensuite et surtout parce que l’accès de la cité est direct par Tongres, Sainte-Walburge et le fond des Tawes actuel.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search