Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

III. Marc de Bade au pays de Liège en 1465

J.-L. Kupper

Texte intégral

  • 1 Exposés généraux : G. Kurth, La Cité de Liège au Moyen Age, t. III, Bruxelles-Liège, 1910. — H. Pi (...)

1Perdue au cœur de la lutte entre le pays de Liège et la maison de Bourgogne, la brève apparition de Marc de Bade et de son frère, le margrave Charles Ier de Bade sur la scène politique liégeoise (avril-septembre 1465) n’a guère jusqu’ici retenu l’attention de nos historiens1.

2L’épisode, pourtant, ne fut pas sans incidence, puisqu'il accéléra le processus qui conduisit bientôt le pays de Liège à la catastrophe. D’autre part, les problèmes qu’il soulève restent ouverts, à commencer par l’établissement des mobiles qui déterminèrent deux princes originaires de l’Allemagne du Sud à lier leur destinée à celle d’une principauté épiscopale des Pays-Bas.

  • 2 Publiée par C. DE Borman, Liège, 1902 (Société des Bibliophiles liégeois). — Moine de l’abbaye de (...)

3La documentation liégeoise — dans laquelle il faut mettre hors pair la Chronique d’Adrien d’Oudenbosch2 — ne fournissant pas la solution recherchée, il nous faudra recourir aux sources du pays de Bade.

  • 3 Innsbruck, 1907 et 1915 (Badische historische Kommission).
  • 4 Dans le Zeitschrift fur die Geschichte des Oberrheins, N.F., t. XXVIII, Heidelberg, 1913, pp. 464- (...)

4L’essentiel de ces sources est rassemblé dans les tomes III et IV des Regesten der Markgrafen von Baden und Hachberg établis par H. Witte et A. Krieger3. Parmi les documents répertoriés et analysés dans cet admirable recueil retenons particulièrement ceux que A. Krieger publia en 1913 sous le titre : Die Markgrafen Marcus und Karl von Baden in Lüttich 14654. Ces textes sont :

  1. Une lettre de Charles, margrave de Bade, datée de Liège, le 24 avril 1465 et adressée à un personnage inconnu, un familier probablement resté au pays (édition faite d’après une copie du xve siècle).
  2. Une lettre de Wendlin Schriber, chancelier du margrave, destinée au Badois Nicolas Amlung. Ce texte fut écrit à Liège en date du 23 avril 1465 (d’après une copie du xve siècle).
  3. Un long récit anonyme intitulé Handlung zwischen den Herrn von Baden und den Lüttichern ergangen et rédigé par un témoin oculaire entre la fin du mois de septembre 1465 et le milieu de l’année suivante. C’est une justification de l’attitude de Marc et de Charles de Bade vis-à-vis des Liégeois : œuvre d’un membre de l’entourage de ces princes, le récit est orienté, mais il abonde en précisions et en détails de grand intérêt (d’après l’original).

5Ce matériel, inexploité à Liège, éclaire les événements d’une lumière nouvelle et, en bien des points, autorise leur réinterprétation.

I. Les faits

6Un regard jeté sur la carte des Etats bourguignons tels qu’ils se présentaient vers le milieu du xve siècle suffit pour saisir la menace qui pesait alors sur Liège : la principauté épiscopale séparait les duchés de Limbourg et de Luxembourg du reste des Pays-Bas bourguignons et, de la part de Philippe le Bon, c’était tentation bien naturelle de vouloir dominer le pays liégeois et souder grâce à lui les « pays de par deçà ».

  • 5 Le choix du pape était fonction de la croisade que projetait le duc. Au cours des années précédent (...)

7Le duc Philippe pensa y parvenir en plaçant à la tête de la principauté quelqu’un qui lui fût dévoué : en 1455, cédant à la pression de Bourgogne, l’évêque de Liège Jean de Heinsberg renonçait à son siège et, l'année suivante, le pape Calixte III désignait pour lui succéder le neveu de Philippe le Bon, Louis de Bourbon5.

8Mais ce dernier manquait absolument de souplesse. Il se montra incapable de conquérir la sympathie d’un peuple trop conscient de ce que le nouveau prince était une créature de l’ennemi.

9Devant l’opposition grandissante, l'« élu » de Liège — Louis de Bourbon refusait de recevoir les ordres — abandonna la Cité qu’il avait frappée d’interdit.

  • 6 Adrien, Chronique, pp. 102-103.

10L’opposition se regroupa autour de Raes de la Rivière, seigneur de Heers et de Linter dans le pays de Looz et de Fastré Baré Surlet de Chokier qui deviendront les véritables maîtres de la destinée du pays de Liège6.

11Raes et Baré songèrent bientôt à la déposition de Bourbon et à son remplacement. Dans ce dessein, ils voulurent obtenir des Etats l’élection d’un « mambour » ou, plus exactement d’un « régent ». Raes qui avait découvert un candidat prometteur refusait d’en dévoiler l’identité : il affirmait, sans dire davantage, que de « grands seigneurs d’Allemagne » étaient disposés à s’allier aux Liégeois.

  • 7 Ibid., pp. 103-104 et Diarium n. a. — Jean de Looz, Chronicon rerum gestarum ab anno MCCCCLV ad an (...)

12Les Etats furent donc convoqués et, le 24 mars 1465, à l’issue de séances tumultueuses, le candidat de Raes, Marc de Bade, était élu régent. Cette élection ne laissa pas de soulever une vague d’opposition : Maastricht et le Chapitre de Saint-Lambert désiraient attendre la sentence que Rome prononcerait sur le désaccord entre Liège et l’élu et Huy invitait Bourbon à se réfugier dans ses murs7.

13Raes ne s’en préoccupa guère. Le 22 avril, dans l’après-midi, Marc de Bade était accueilli à Liège par ses nouveaux sujets. Son frère aîné, le margrave Charles de Bade, ainsi que deux comtes allemands l’accompagnaient.

  • 8 Cf. Adrien, p. 107. — Lettre de Charles de Bade et Lettre de Wendlin Schriber, loc. cit.
  • 9 Ce type de réflexion correspond à la mentalité du moyen âge finissant : J. Huizinga, Le Déclin du (...)

14Cette « joyeuse entrée » correspondait à ce qu’elle devait être dans des circonstances politiques aussi graves : elle fut éblouissante8. Décrivant à son ami resté au pays l’accueil réservé par les Liégeois à leur mambour, le chancelier du margrave, cherchant dans la Bible illustration au spectacle dont il avait été le témoin, va songer au Christ accueilli le jour des Rameaux par le peuple de Jérusalem9 !

  • 10 « Ich verstee nit vil unmüsse, die der herzog von Burgondi habe in disen dingen, dann er hat mit i (...)

15Les cérémonies entourant l’inauguration du régent se déroulent dans un optimisme aveugle : la lettre de Charles de Bade et celle de son chancelier Wendlin Schriber sont, à ce point de vue, des témoignages éloquents10.

  • 11 Adrien, Chronique, p. 109. — Dinant ne s’était pas immédiatement ralliée à la cause du régent ; le (...)
  • 12 Adrien, p. 110. — Voir le serment prêté par Marc à Saint-Trond dans F. Straven, Inventaire analytiq (...)
  • 13 Adrien, pp. 110 n. a, pp. 111-112 et n. b.
  • 14 Louis de Bourbon avait retiré la verge au maïeur. Les Liégeois tournèrent la difficulté en exhuman (...)

16Le 11 mai la ville de Dinant11 puis, tour à tour, Tongres, Saint-Trond, Hasselt et Maaseik12 ouvrent leurs portes à Marc de Bade. Le changement de régime donne également lieu à des mesures moins réjouissantes : le ralliement du clergé à la « cause badoise », obtenu par tous les moyens13 et le rétablissement de la justice que, par mesure de représailles, Louis de Bourbon avait suspendue14.

  • 15 Adrien, pp. 113-115 et Diarium en n. — Cf. J. Dabin, La Politique française à Liège au xve siècle,(...)
  • 16 Le texte du traité a été publié par E. Fairon, Régestes de la Cité de Liège, t. IV, Liège, 1939, p (...)

17Mais l’événement le plus déterminant fut l'arrivée à Liège, le soir du 23 mai, d’une ambassade royale française15. De longues négociations aboutirent à la conclusion d’une alliance entre le roi de France et le pays de Liège contre le duc de Bourgogne (17 juin 1465)16.

  • 17 Jacques du Clercq, Mémoires sur le règne de Philippe le Bon duc de Bourgogne. éd. de Reiffenberg, (...)
  • 18 Adrien, p. 115. — Cf. infra n. 96.

18Dès ce moment, la guerre ne fut plus qu’une question de jours. Le duc Philippe suivait de très près l'évolution des événements et distribuait déjà des ordres en vue du conflit17. Charles de Bade retournait en son pays pour y rassembler des hommes d’armes18.

  • 19 Ibid., pp. 116-118. — Cf. les Depositiones testium, mense junio 1465 factae, éd. De Ram, Documents (...)
  • 20 Il y fit sa joyeuse entrée le 24 août : Adrien, pp. 118, 121.
  • 21 Ibid., pp. 118-119.

19Sur les bords de la Meuse, les affaires se précipitent : Raes et ses comparses forcent le clergé à ne pas respecter l’interdit19 ; à Huy, deux métiers se soulèvent et Bourbon abandonne la ville à Marc de Bade20 ; enfin, le Conseil de la Cité et le régent établissent leur contrôle sur la juridiction ecclésiastique et nomment official un chanoine qui n’entendait même pas le latin21. Les révolutionnaires tiennent désormais le pays bien en main.

  • 22 Ibid., pp. 119-120 et Diarium en note.

20Le 1er août 1465, le margrave Charles de Bade rentrait d’Allemagne avec les renforts attendus : trois comtes, quatre cents hommes d’armes montés et plusieurs dizaines de fantassins, un matériel de guerre considérable et notamment une bombarde et une serpentine22.

  • 23 Diarium, p. 111 n. a. — Jacques du Clercq, Mémoires, pp. 195-196. — Jean de Wavrin, Chroniques, pp (...)
  • 24 Contrairement à l'opinion de Dabin, op. cit., p. 125, cette nouvelle ne vient pas à Liège de la pa (...)
  • 25 A Dinant, la tension est très forte ; des hostilités éclatent çà et là ; le 19 août les Liégeois t (...)

21Liège connut alors un climat de grande excitation : on n’ignorait pas que depuis le mois de mai Charles le Téméraire était en campagne contre le roi de France (Guerre du Bien public) et on admettait que c’était l’occasion ou jamais de lancer l’attaque contre les Etats bourguignons momentanément affaiblis23. Le 16 juillet 1465, à Montlhéry, les armées du comte de Charolais s’étaient heurtées à celles de Louis XI et, à l’issue d’un combat indécis, au cours duquel Charles fut d’ailleurs blessé, le roi avait abandonné le champ de bataille au Téméraire. Mais à Liège, des nouvelles venues de France le 4 août annonçaient la débâcle des Bourguignons24, et on comprend que les Liégeois aient alors ressenti au plus vif le besoin de se battre25.

  • 26 Fairon, ibid., pp. 143-144, no 930.

22Aux termes du traité conclu avec le roi de France, les armées liégeoises devaient marcher sur le Brabant au moment où Louis XI attaquerait en direction du Hainaut26.

23Mais suite à la tournure prise par les événements de France, le roi se trouvait dans l’impossibilité d’intervenir dans les Pays-Bas : Louis avait besoin d’une diversion et Liège devait lui rendre ce service.

  • 27 Adrien, Chronique, p. 120 et Diarium, n. b. — Cf. Dabin, op. cit., p. 125. — Bittmann, op. cit., p. (...)
  • 28 Adrien, p. 121.
  • 29 Voir les considérations de Cl. Gaier, Art et organisation militaires dans principauté de Liège et (...)
  • 30 Adrien, ibid.

24Le 7 août, un ambassadeur du roi arrivait dans la Cité afin de veiller à l’exécution du traité d’alliance27. Il est probable que c’est avec son accord, sinon sous sa directive, que des modifications de nature stratégique furent apportées aux dispositions initiales du traité. Le problème crucial était de choisir la région vers laquelle les Liégeois porteraient leurs armes. Raes de Heers, Charles de Bade et le Conseil de la Cité optaient pour le Brabant28. C’était peut-être la solution la plus raisonnable : depuis que les armées du duc de Clèves s’étaient jointes aux forces bourguignonnes du Brabant, le front ouest de la principauté épiscopale, bien que puissamment défendu, était celui sur lequel pesait la plus lourde menace29. Le peuple, par contre, désirait qu’on pénètre d’abord dans les terres limbourgeoises : sans doute espérait-il y trouver beaucoup de butin contre peu de résistance30.

  • 31 Précisions données par la Handlung zwischen den Herrn von Baden und den Lüttichern ergangen, p. 46 (...)
  • 32 J. Lejeune, Introduction historique, p. 73.

25Finalement, on décida que le mardi 3 septembre 1465 les troupes liégeoises entreraient dans le Limbourg31. Cette conception elle aussi correspondait à certains besoins stratégiques : l’attaque du Limbourg permettait de faciliter les communications vers le Rhin 32 et de réduire l’efficacité de l’étau que les possessions bourguignonnes constituaient pour le pays de Liège.

  • 33 Adrien, Chronique, pp. 121-122. — Jean de Haynin, Mémoires, éd. D.-D. Brouwers, t. I, Liège, 1905, (...)
  • 34 Document publié par C. de Borman, Chronique d'Adrien d’Oudenbosch, pp. 273-274 et Fairon, Régestes (...)

26Mais le jeudi 29 août, en dépit des sommations du Conseil de de la Cité, de Raes de Heers, de Marc et de Charles de Bade, le métier des vignerons, lassé d’attendre, s’ébranla vers les terres limbourgeoises ; il fut suivi par celui des drapiers33. Le régent n’avait plus qu'à s'incliner devant le fait accompli et à défier en bonne et due forme le duc de Bourgogne : le 30 août un messager quittait Liège et apportait à Philippe le Bon un cartel daté du 2834 !

  • 35 Sources principales : Adrien, pp. 122, 125-126. — Handlung, pp. 469-473. — D'intéressantes indicat (...)
  • 36 Cf. Adrien, Chronique, pp. 122, 125, Diarium, p. 120, n. b. — Handlung, pp. 471-472. — En 1467, Be (...)

27La conscience libérée, Marc de Bade et son frère se mirent en campagne avec le reste de l’armée35. Le village de Herve fut réduit en cendres. De Herve, les Liégeois se dirigèrent vers la ville forte de Dalhem qui fut prise puis saccagée. Le 4 septembre, les troupes liégeoises se rassemblaient sous les murs de Fauquemont dont le siège fut entamé. Mais la sauvagerie avec laquelle cette guerre s’inaugurait avait suscité chez les Allemands un vif mécontentement. Raes et les siens accusèrent Marc et Charles de Bade de vouloir s’enfuir. Une altercation violente opposa le « tribun » liégeois au hauptman du margrave, le comte Bernard d’Eberstein. Les Bade commencèrent à craindre pour leur propre sécurité : déjà l’observateur du roi de France avait déserté les lieux36 et une partie des hommes du margrave était retournée en Allemagne.

  • 37 Handlung, pp. 473-474. — H. De Merica, De Cladibus, pp. 245-247.
  • 38 Handlung, p. 474. — La source dit : « ein stat genannt Thewrn. » Il s’agit de la ville de Düren pa (...)
  • 39 Handlung, ibid.

28Charles et Marc, à leur tour, voulurent mettre un terme à une aventure devenue trop périlleuse et le soir même de leur arrivée à Fauquemont ils quittèrent secrètement le siège. La nuit, ils atteignirent Aix-la-Chapelle qui ne voulut pas leur ouvrir ses portes37. Surpris par des Limbourgeois à Weiden, près d’Aix, les fugitifs se dirigèrent vers Cologne via Düren38. Ils séjournèrent quelque temps dans la Cité rhénane puis remontèrent le fleuve jusqu’à Coblence39.

29La fuite de Marc frappa les Liégeois de stupéfaction : ils levèrent immédiatement le siège de Fauquemont et rejoignirent la Cité.

  • 40 Adrien, Chronique, pp. 122, 125-126 et surtout le récit long et détaillé de la Handlung, pp. 474-4 (...)

30Vers la fin du mois de septembre, une ambassade badoise en provenance de Coblence venait à Liège apporter la justification de la fuite du régent, régler ses dettes et surtout, à ce qu’il semble, récupérer la quantité impressionnante de bagages abandonnés dans la précipitation du départ. C’était mal connaître la perspicacité de Raes et de Fastré Baré qui firent échouer les négociations et renvoyèrent les ambassadeurs les mains vides40.

  • 41 Gaier, op. cit., pp. 339-342.
  • 42 P. Bonenfant et J. Stengers, Le Rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’Etat bourgu (...)

31Dans les mois suivants, les Liégeois furent confrontés aux problèmes les plus graves : les armées bourguignonnes leur infligèrent, le 20 octobre 1465, une sanglante défaite à Montenaken41 et il fallut bien que Liège se résignât à baisser momentanément les armes : la paix fut rétablie entre la principauté et le duc de Bourgogne au prix des plus lourdes conditions : par le traité de Saint-Trond — dont Dinant était exclue pour avoir proféré contre la personne du Charolais et de sa mère des injures impardonnables — le pays de Liège perdait toute indépendance politique réelle (décembre 1465 - janvier 1466)42.

  • 43 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, pp. 156-157, no 948. — Adrien, p. 127. — Dabin. op. cit, pp. 127-129. (...)

32En octobre 1465, Louis XI s'était réconcilié avec Charles le Téméraire et la ligue du Bien public (traités de Conflans et de Saint-Maur) : il abandonnait ses alliés de Liège à leur sort43.

  • 44 Adrien, Chronique, pp. 138-140. — Par une lettre du 27 mai 1466, les bourgmestres de Liège, Tongre (...)
  • 45 Adrien, Chronique, pp. 140-141.
  • 46 Krieger, Regesten, t. IV, p. 213, no 9416, analyse un document dont Fairon ignore l'existence. Il (...)

33Mais pour eux, la lutte n’était pas encore terminée et voici qu’ils songeaient déjà à rappeler Marc de Bade devenu comme le symbole de l’opposition à Bourbon : fin mai - début juin 1466, des délégués liégeois et lossains rencontraient l’ancien régent à Cologne. On apprit alors qu’il ne rejetait pas l’éventualité de son retour au pays de Liège44. Dans les rues, des bandes de gamins manifestèrent en sa faveur et le 11 juillet 1466 une seconde ambassade était accueillie à Liège avec enthousiasme : l'évolution des discussions, qui furent longues, ne nous est pas connue45 mais il semble qu'à ce moment les dirigeants liégeois désiraient le retour de Marc de Bade46.

34Les événements cependant ne réalisèrent pas ces projets. Nous nous efforcerons, plus loin, de déterminer les raisons pour lesquelles Marc de Bade ne revint jamais à Liège.

II. Les mobiles liégeois

35Quelques précisions sur les titres portés par Marc de Bade et leur signification dégageront les données essentielles du problème.

  • 47 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, p. 134, no 923, pp. 140, 142, 144, no 930. — Bormans, Cartulaire de D (...)
  • 48 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, p. 152, no 941. — Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 120, no 10 (...)

36A la titulature mal fixée du début47 succède, à partir du mois de juillet 1465, une formule définitive : « administrateur postulé de l’Eglise de Liège, gouverneur et régent des pays de Liège, de Bouillon et de Looz »48. Ce titre établit une distinction nette entre le diocèse et la principauté.

  • 49 Adrien d’Oudenbosch utilise ce terme à de nombreuses reprises : Chronique, pp. 113-116, 118, 120-1 (...)
  • 50 Ibid., pp, 103-110, 112-113, 116, 120.

37Dans le langage commun, Marc est le « régent »49. Au mot regens, le chroniqueur Adrien d’Oudenbosch donne un synonyme : manburnus, « mambour »50.

  • 51 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays. Naissance d'une Patrie ( xiiie- xive siècles), Liège, 1948, pp. (...)

38Protecteur du pays de Liège sede vacante, le mambour était originellement choisi par le Chapitre de Saint-Lambert. Mais au cours du xive siècle son mode d'élection avait connu une transformation profonde : le choix du mambour glissa progressivement parmi les prérogatives des Etats et le rôle du Chapitre en cette matière se limita bientôt à instituer l’homme désigné par ceux-là. Première étape d’un processus qui devait éveiller au sein des Etats le désir d’élire le prince. Cette aspiration prit consistance en 1406 lorsque le pays de Liège déposa son prince Jean de Bavière et élut Thierry de Perwez « à signeur et paistre de la dignité espiscopale de Liège »51.

  • 52 Adrien, Chronique, pp. 103-104 et Diarium, n. a.
  • 53 « Item, quod pro confirmatione seu provisione dignitatis episcopalis a sanctissimo domino nostro p (...)
  • 54 Fairon, p. 142, no 930. — Effectivement, le roi fit envoyer des lettres à Rome dans ce but : Adrie (...)
  • 55 Ibid., p. 119. — Cf. E. Poncelet, Les Sceaux et les chancelleries des princes-évêques de Liège, Li (...)

39La « régence » de Marc de Bade ne prend son sens véritable que comprise dans cette évolution. Les Etats52 n’ont pas conféré à Marc des attributions provisoires mais l’ont réellement « postulé » comme évêque de Liège : par le serment qu’il prêtera au mois d’avril, Bade s’engagera à obtenir la confirmation du pape, à recevoir les ordres puis la consécration épiscopale53 et par le traité d’alliance du 17 juin, Louis XI promettra « toute diligence à lui possible » pour obtenir du pape la confirmation de Marc de Bade54. Et si, dès le 25 juillet 1465, on voit le régent ajouter à ses titres celui d’« administrateur postulé de l’Eglise de Liège » c’est parce qu’on venait de rédiger une lettre destinée au pape et dans laquelle les trois Etats « postulaient le seigneur Marc comme pasteur et seigneur »55.

  • 56 Ce titre nous paraît neuf dans la titulature du pays de Liège. Peut-être provient-il du pays de Ba (...)
  • 57 Tradition qui se retrouve également dans un acte de Philippe le Bon interdisant à ses sujets du di (...)
  • 58 Jean de Hocsem, Chronique, éd. G. Kurth, pp. 82, 117-118, 134-135, 330-334.
  • 59 Jacques de Hemricourt, Le Patron de la temporalité, éd. A. Bayot, Œuvres de J. de H., t. III, Brux (...)

40Le titre de « régent » est, de surcroît, une nouveauté56 : il prouve que les institutions évoluent. En assimilant Bade au « mambour », le chroniqueur Adrien d’Oudenbosch témoigne simplement de la persistance des mots57 : le « régent » de 1465 n’est plus le « mambour » de Jean de Hocsem58 ou de Jacques de Hemricourt59, il est le prince-évêque désigné.

  • 60 Cf. Fairon, Régestes, t. II, nos 118-119, 121, 132-133, t. III, nos 645, 649, 656.
  • 61 Gaier, op. cit„ pp. 312-320.
  • 62 J. Lejeune, Introduction historique, pp. 2741.
  • 63 Sur la persistance de ce souvenir cf. Adrien, Chronique , p. 112 et Suffridus Petri, Gesta pontifi (...)
  • 64 Réflexe de même nature en 1790, lorsque les Liégeois, après le départ de l’évêque de Hoensbroeck, (...)

41Il ne s’intitule pas « élu de Liège » comme le fit au début du siècle Thierry de Perwez60. Cette réserve répond peut-être à des exigences précises : en 1408, le duc Jean de Bourgogne était venu à la rescousse de son beau-frère Jean de Bavière ; le 23 septembre, à Othée, il anéantissait l’armée liégeoise61 et la rébellion était impitoyablement écrasée62. La catastrophe d’Othée continuant de frapper les imaginations63, les révoltés de 1465 se gardèrent bien, en le nommant « élu de Liège », d’afficher Marc de Bade comme successeur du malheureux Perwez64.

  • 65 Au moment où l’élection du régent était débattue, le comte de Charolais priait les Liégeois de ne (...)
  • 66 Cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, 3e éd,. Bruxelles, 1955, pp. 134135.
  • 67 Le 6 mars 1465, le pape, en vue de réconcilier Louis de Bourbon et ses sujets, avait suspendu pour (...)

42L’élection d’un régent laissait prévoir un conflit avec le duc de Bourgogne65. Il fallait aussi envisager la condamnation de la révolte par le Saint-Siège : Philippe le Bon entretenait de bons rapports avec la Curie66 et, bien que le pape Paul II recherchât une solution pacifique67, on imagine mal qu’il ait pu ratifier la déposition de Bourbon.

  • 68 Cette particularité a été soulignée par J.Dabin, La Politique française à Liège, p. 121, n. 1, et (...)

43Raes de Heers menait une politique dont les dangers étaient évidents. Elle était loin, cependant, d’être incohérente. Originaire de la région thioise, Raes semble avoir cru à l’efficacité d’une politique orientée vers l’Est68.

  • 69 Fairon, Régestes, t. IV, pp. 74-79, nos 909-910. Adrien, Chronique pp. 95-96.
  • 70 Gaier, op. cit, . pp. 332-334 - avec (indication des sources et des travaux).
  • 71 Raes le rappelle au moment de l'élection du régent : « Negotium de Reide valet honorem C. millia n (...)
  • 72 Fairon, Régestes, t. IV, p. 118, no 920. — Cf. ibid., pp. 494-496, nos 917 bis et ter, pp. 256-258 (...)

44En novembre 1463, il avait obtenu la conclusion d’un traité d'alliance entre le comte palatin du Rhin Frédéric de Wittelsbach, l’élu Robert de Cologne et le pays de Liège69. C’est à Raes qu’il faut également imputer la destruction du château de Rheydt, à l’ouest de Neuss70 : ce repaire de brigands qui gênait Liège et Cologne fut anéanti par les milices liégeoises et lossaines (juin-juillet 1464) et cette action d’éclat — Raes ne manqua pas de le rappeler — eut un retentissement considérable en Allemagne71. L’élu de Cologne avait félicité les vainqueurs et bientôt, la métropole rhénane prouvait sa gratitude en avançant à la Cité de Liège et aux bonnes villes de Tongres, Hasselt et Saint-Trond, la somme de 2.500 florins72.

45C’est en Allemagne que Raes devait aussi découvrir le fer de lance de son programme révolutionnaire.

  • 73 Th. Müller, Die Markgrafen Johann, Georg und Markus von Baden auf den Universitäten zu Erfurt und (...)
  • 74 Krieger, Regesten, t. IV, p. 44, no 8023.
  • 75 Ibid., p. 87, no 8415.

46Marc de Bade avait étudié à Erfurt (1452-1454) et peut-être à Pavie (1454-ca 1456)73. Depuis 1456, il était chanoine de la cathédrale de Cologne74 et en 1460, il avait ajouté à sa prébende la prévôté de Saint-Florin de Coblence75.

  • 76 Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium, pp. 139-140. — Fairon (Régestes, t. IV, pp. 84-85, (...)

47S’il faut en croire un témoignage assez tardif, Raes de Heers aurait pris contact avec le margrave Charles de Bade peu après le siège de Rheydt76. On sait que Marc fut inauguré à Liège dans le courant du mois d’avril de l’année suivante : les négociations n’ont donc pas été précipitées mais paraissent au contraire avoir été menées avec prudence.

  • 77 « ... dominus Razo proposuit, quod paratus esset jurare, quod ille quem nominaret (le régent), vid (...)

48Raes de Heers comprenait que chasser puis remplacer Louis de Bourbon ne suffisait pas : il fallait surtout se montrer capable de résister aux forces bourguignonnes auxquelles le prince déchu n’allait pas manquer de faire appel. Liège avait besoin d’un allié et rien n’interdisait de faire coup double en confiant la régence à une personnalité de poids77.

49Guidé par ses conceptions politiques, Raes fit dans les pays germaniques une trouvaille inespérée : Marc de Bade avait vraiment tout pour éblouir.

  • 78 Outre les regestes déjà cités, voir sur l’histoire de la maison de Bade les synthèses de R.-G. Häb (...)

50Vers 1465, la maison de Bade-Hochberg jouissait peut-être d’un grand prestige mais elle n’en souffrait pas moins d’une certaine décadence politique78.

51Marc, fils du margrave Jacques 1er († 1453) avait cinq frères et sœurs :

  1. Charles 1er, margrave de Bade et de Hochberg, comte de Sponheim, avait épousé, en 1447, la duchesse Catherine d’Autriche, sœur de l’empereur Frédéric III (1440-1493) ;
  2. Bernard, mort en 1458, fut le « saint Louis » de sa maison : bienheureux en 1769, il deviendra patron du pays de Bade ;
  3. Georges, évêque de Metz de 1459 à 1484 ;
  4. Jean, archevêque de Trêves de 1456 à 1503 ;
  5. Marguerite, morte en 1457, avait épousé, en 1446, Albert-Achille de Hohenzollern (f 1486), margrave de Brandebourg en 1470.
  • 79 Les sources liégeoises ne mentionnent pas Bernard de Bade, mais on peut imaginer, vu la sensibilit (...)
  • 80 Adrien, Chronique, pp. 103-104, Diarium, n. a.

52On imagine l’impression que Marc et Charles de Bade firent sur les esprits : deux de leurs frères étaient de hauts personnages ecclésiastiques et le troisième passait déjà pour être un saint79. On ne pouvait que difficilement juger de la puissance réelle du margrave Charles, mais on voulait le considérer comme un grand seigneur et à son propos on aimait dire qu’il était le beau-frère de l’empereur en personne80 !

53L’élection de Marc de Bade semblait être l’aboutissement de la « politique orientale » de Raes de Heers. Pourtant un bref regard sur l’histoire badoise montre que la réalité était bien moins belle qu’on ne le croyait — ou que Raes ne voulait le faire croire — à Liège.

  • 81 Analyse détaillée de ce document dans H. Witte, Regesten der Markgrafen von Baden, t. III, pp. 308 (...)
  • 82 Pour les opérations du partage, cf. Witte, Regesten, t. III, pp. 290-291, no 7375. — Krieger, Rege (...)
  • 83 Le détail de la répartition est, pour nous, d'un intérêt secondaire. On le trouvera dans le testam (...)
  • 84 Jean, Georges et Marc avaient été tonsurés en 1445 : Witte, Regesten, t. III, p. 159, no 6442.

54Au décès du margrave Jacques Ier de Bade (1453), ses territoires, conformément à ses dispositions testamentaires81, furent morcelés et répartis entre ses trois fils aînés82 : Charles, Bernard et Georges83. Il était prévu que Jean et Marc se maintiendraient dans l’état ecclésiastique84 mais Charles et Bernard étaient tenus de leur allouer à chacun une rente annuelle de 1.000 florins. Au cas où l’un des cadets obtiendrait une prébende dont les revenus s’élèveraient à 1.000 florins par an, sa rente serait réduite à 500 florins ; elle devait même être entièrement supprimée s’il acquerrait une prébende rapportant 2.000 florins ou bien un évêché. Il est remarquable que dès 1453 on prévoyait le jour où Marc de Bade deviendrait évêque.

  • 85 Krieger, Regesten, t. IV, pp. 10-11, nos 7685-7687, 7689-7690.
  • 86 Charles et Bernard s’étaient engagés à soutenir ce projet dont la réalisation devait entraîner la (...)
  • 87 Ibid., pp. 57-58, nos 8154-8155, 8162, pp. 78-79, nos 8333, 8341. — Dès 1457, les Bade projetaient (...)

55Les dispositions de Jacques Ier furent éphémères : le 10 août 1454, Georges cédait sa part à Charles et Bernard en échange d’une pension annuelle de 1.000 florins du Rhin et le même jour, Bernard abandonnait à son frère Charles l’administration de ses domaines pour une durée de dix ans85. Georges espérait, lui aussi, obtenir un jour un évêché ou un archevêché86 : en 1457, il devenait coadjuteur de l’évêque Conrad de Metz et deux ans plus tard, il lui succédait87.

  • 88 Ibid., p. 74, no 8292, p. 81, no 8358.

56La mort de Bernard de Bade à Moncalieri près de Turin, en 1458, livrait à Charles l’ensemble des possessions de son père : Georges et Marc y renoncèrent et leur rente annuelle fut confirmée (1459)88.

57Moins de dix ans avaient suffi pour regrouper les terres badoises sous l’autorité d’un seul homme et préserver l’héritage de Jacques Ier d’une dislocation inéluctable : seul un sens familial aigu et un réalisme peu commun avaient permis aux cinq frères de réparer l’erreur de 1453.

  • 89 Cf. H. Grüneisen, Die westlichen Reichsstände, pp. 34-35. — F. Baethgen, in B. Gebhardt, Handbuch (...)

58Malheureusement Charles de Bade fut bientôt entraîné dans les conflits opposant le parti Hohenzollern et impérial à celui des Wittelsbach89.

  • 90 En 1463, il s’alliera aux Liégeois. Cf. supra, no 68.
  • 91 Rrieger, Regesten, t. IV, pp. 154-156, no 8929. — Cf. F. Meinzer, Markgraf Karl I. von Baden, pp.  (...)

59La situation de Bade était délicate : vassal du comte palatin du Rhin Frédéric Ier de Wittelsbach († 1476)90 mais allié à l’empereur Frédéric III, Charles s'était d'abord retranché sur une position de neutralité. Une querelle relative à l'attribution du siège archiépiscopal de Mayence poussa finalement le margrave parmi les adversaires du comte palatin : Charles de Bade espérait, en prenant ce parti, étendre son influence sur l’archevêché et s’imposer au Palatinat. Il échoua : surpris avec une partie de ses troupes par Frédéric de Wittelsbach à Seckenheim sur le Neckar, le margrave Charles se vit infliger une lourde défaite et tomba, lui et l’évêque Georges de Metz, aux mains du vainqueur (30 juin 1462)91.

  • 92 Rrieger, Regesten, t. IV, p. 173, no 9060.
  • 93 Ibid., pp. 166 sv., nos 9013 sv. — Cf. Meinzer, op. cit„ pp. 23-25. — Sütterlin, op. cit., t. I. p (...)

60Charles de Bade fut seulement libéré le 21 avril 146392. Auparavant, il avait dû souscrire à des conditions très dures : le pays de Bade était presque saigné à blanc93.

  • 94 Adrien, Chronique, p. 108.

61Ce grand seigneur allemand qui, au mois d’avril 1465, franchissait les portes de Liège en compagnie du régent, ne se trouvait donc pas dans une situation financière brillante. Charles de Bade n’était pas l'homme qui apportait aux Liégeois les ressources nécessaires pour combattre le duc de Bourgogne sur pied d’égalité. Il offrait néanmoins d’aider le pays de Liège et le régent cum tota sua potentia94. Comprendre : aide militaire, d’abord.

  • 95 Fairon, Régestes, t. IV, p. 142, no 930.
  • 96 J. Dabin, La Politique française à Liège, pp. 124, 127.
  • 97 Diarium, pp. 114-115, n. c : « dicebantur esse concordes cum marchione, qui disposuit se ad remean (...)
  • 98 Charles de Bade songe à un séjour prolongé dans le pays de Liège : par un acte du 15 juillet, il é (...)

62Par le traité d’alliance du mois de juin, le roi de France promettait au pays de Liège de stipendier « deux cens lancez, à trois hommes et à trois chevaulx par lance », savoir un contingent de 600 cavaliers dont le chef sera choisi par les Liégeois mais soumis à l’autorité du roi95. Dabin pensait que Louis XI n’avait jamais rempli son engagement96. Ce fait est inexact. Un passage du Diarium d’Adrien d’Oudenbosch prouve que les hommes d’armes promis par Louis ont été bel et bien fournis : ce sont les quelque cinq cents hommes que Charles de Bade ramènera d’Allemagne au début du mois d’août. Le margrave en personne sera ce « cappitaine » désigné par les Liégeois et qui « aura de par le roy (...) la charge et conduicte desdites lancez durant ladite guerre »97. Ces dispositions garantissaient, ou peu s’en faut, la fidélité des troupes soudoyées par Louis XI au profit du pays de Liège puisque le frère du régent les procurait et les commandait. D’autre part, Charles de Bade en arrivait ainsi à défendre lui-même les intérêts de son frère aux frais de la couronne de France98.

***

  • 99 Cf. Meinzer, op. cit., pp. 13-14, 17, 19, 21-22, 27.

63Assez paradoxalement, les révolutionnaires liégeois ont peut-être espéré que le régent Marc de Bade faciliterait leur dialogue avec le pape. Bernard de Bade s’était jadis attaché à promouvoir la cause, si chère à la papauté, de la croisade contre les Turcs : même si les rapports entre la maison de Bade et le pape n’étaient plus, comme sous Pie II (1458-1464), empreints d’une profonde amitié99, le régent pouvait attendre de Rome un geste de gratitude et obtenir la confirmation qu’il désirait.

***

  • 100 Ce que prétend H.-L. Seldner, Lüttich, die zweite burgundische Dynastie und die Markgrafen Karl an (...)
  • 101 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays, pp. 419-442. — H. Sprömberg, Lüttich und das Reich im Mittelalt (...)
  • 102 Voir la récente mise au point de B. Guenée, L'Occident aux xive et xve siècles. Les Etats, Paris, (...)

64Charles de Bade était beau-frère de l’empereur Frédéric III. Est-il besoin de dire que la politique de Raes de Heers tirait bénéfice d’une parenté à ce point prodigieuse ? Mais conclure qu’un vif sentiment d’appartenance à l’Empire animait les Liégeois100 serait plutôt hâtif. Liège se sentait de plus en plus étrangère aux pays de langue allemande101. Par contre, même si l’Empire du xve siècle devient progressivement « de la Nation germanique », il ne doit pas être assimilé à l’Allemagne et Frédéric III n’est pas seulement le faible souverain qui investit l’évêque de Liège, il est aussi le chef d’un Reich qui reste universel : il est l’héritier des César et le monarque du Monde102. Proche parent de Frédéric, le margrave Charles de Bade incarnait, si l'on peut dire, le prestige toujours vivant de la personne impériale : il apportait à Liège une foule d’illusions que Raes de Heers sut habilement utiliser et aux charmes desquelles le tribun devait peut-être succomber lui-même !

III. Les mobiles badois

65Lorsqu’on envisage du point de vue badois l’équipée de Marc et de Charles à Liège, on s’étonne de ce qu’elle soit en contradiction avec leurs affinités politiques ; car, entre le parti du roi de France et celui du duc de Bourgogne, la maison de Bade avait choisi le second.

  • 103 Louis XI fut également sollicité, mais c'est de la Bourgogne qu’on attendait une action décisive :(...)

66Après le désastre de Seckenheim, le pape Pie II et l’empereur Frédéric III, soucieux d’abréger la captivité de Georges et de Charles de Bade, obtenaient de Philippe le Bon et du comte de Charolais qu’ils interviennent auprès de Frédéric de Wittelsbach103.

  • 104 C’est ce que montre une série de lettres de l’archevêque — demeurées inconnues à Fairon — s’échelo (...)
  • 105 Cf. P. Bonenfant et J. Stengers, Le Rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’Etat Bo (...)
  • 106 Le fait est hypothétique : Bonenfant et Stengers, op. cit., p. 28, n. 2.

67En outre, les rapports entre la Cité de Liège et l’archevêque de Trèves, Jean de Bade, n’étaient pas excellents104 et, fait plus extraordinaire encore, trois semaines après l’entrée de Marc de Bade à Liège, l’archevêque de Trèves renouvelait le traité qui le liait à la Bourgogne depuis 1462 et consentait même à supprimer la réserve relative au roi de France (15 mai 1465)105. Il est même possible qu’à cette époque un traité d’alliance ait été conclu entre le comte de Charolais et l’évêque de Metz Georges de Bade106.

  • 107 D'après un extrait des comptes de la Recette générale des finances du duc de Bourgogne (1464-1465) (...)

68Enfin, alors que l’élection du régent se préparait, le duc de Bourgogne s’adressait à Charles, Jean et Georges de Bade « pour affaires secrètes » : Philippe le Bon manœuvrait évidemment pour que Marc renonce à se rendre à Liège (mars 1465)107.

  • 108 Le consentement de Charles est évident ; celui de Georges peut se déduire de la présence à Liège d (...)
  • 109 Fin mars - début avril 1465 : Adrien, Chronique, p. 105, et Diarium, note a.

69Nous rejetons l’hypothèse d’une dissension survenue au sein de la maison de Bade. Ce n’est pas une querelle entre frères qui éclairera les contradictions en présence desquelles nous sommes. Au contraire, il paraît certain qu’avant d'accepter la régence du pays de Liège Marc avait obtenu l’approbation de ses frères108. Lorsque l’élection du régent fut acquise, Fastré Baré de Surlet se rendit auprès de Marc afin de procéder aux ultimes préparatifs avant la joyeuse entrée ; la rencontre eut lieu à Metz, où les quatre frères étaient réunis et, leur réunion ressemblait étrangement à un conseil de famille109.

  • 110 Nous voyons ici une explication de l’attitude de Raes se refusant à révéler l'identité de son cand (...)

70En assumant la régence du pays de Liège, Marc créait une situation complexe et s’engageait dans une aventure périlleuse : seul un calcul a pu déterminer les Bade à courir le risque110.

71La défaite de Seckenheim avait plongé le margrave dans des difficultés financières inextricables. Dès lors, l'installation de Marc à Liège paraissait à ce point désirable qu’elle déliait Charles de l’obligation de verser à son frère une rente annuelle. Les stipulations du testament de Jacques Ier se répercutaient, à longue échéance, sur les événements politiques de la Meuse...

  • 111 Cf. Adrien, Chronique, pp. 115-116, 118, et le document publié en annexe.

72Marc patientait depuis plus de dix ans. A voir ses frères Georges et Jean jouir des honneurs qu’il convoitait, comment n’eut-il pas saisi l’occasion qui s’offrait à lui : l’évêché de Liège et ses confortables revenus engraissés par les confiscations, toujours nombreuses en période révolutionnaire111.

  • 112 En 1452, les frères de Bade s'engagent à se soumettre à la volonté de leur père « zu uffgang und m (...)
  • 113 Lettre de Charles de Bade, loc. cit.
  • 114 Fidélité et admiration du sujet envers un prince à la gloire duquel il participe : le cliché est b (...)
  • 115 « Dem huse von Baden ist uf gestern erboten soliche wirdigkeit und ere, die nit ist zu bilden in d (...)
  • 116 C’est un réflexe typique de l'époque : Huizinga, op. cit., pp. 30-32.

73Joint à celui de Metz et à celui de Trèves, l’évêché de Liège allait accroître le prestige et l’influence de la maison de Bade à l’ouest de l’Empire. Prêts à tous les sacrifices pourvu qu’ils servent la grandeur de leur nom112 les Bade n’allaient pas manquer pareille aubaine. Charles s’est félicité de l’accueil qu’il avait reçu à Liège et s’est réjoui à l’idée qu’aucun empereur, aucun roi, aucun prince, aucun évêque de Liège n’en avait reçu de semblable113 ! Dans sa lettre expédiée de Liège le 23 avril, le chancelier de Charles de Bade nous parle à cœur ouvert : serviteur attaché à la grandeur de son gracieux maître114, il n’en a que pour les honneurs incroyables dont la maison de Bade se voit comblée115. A la perspective d’intérêts matériels, Bade joint donc le souci de flatter l’orgueil familial116.

  • 117 Dans une lettre du 3 septembre 1465 adressée à la Cité, les Dinantais laissaient entendre que l'os (...)

74Malheureusement, l’entreprise se montra bientôt décevante. Lancée sans ordre, 1 expédition contre le Limbourg tourna en fiasco au moment, semble-t-il, où on apprenait que l’armée bourguignonne approchait du pays de Liège117.

  • 118 Affirmation d'un auteur tardif : Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium, p. 154
  • 119 Handlung, p. 473.
  • 120 Ibid., passim.

75Conscients du danger croissant et sensibles, peut-être, aux exhortations répétées de Georges de Metz, de Jean de Trèves118 et de leur entourage119, les Bade décidèrent de fuir avant la catastrophe. Raes avait certainement pénétré leurs desseins, lui qui montrait une attitude de plus en plus hostile. Et comme à sa crainte de les voir déserter, s'ajoutait la peur qu’ils ne réduisent sa toute-puissance, Raes ne manquait aucune occasion de les rabaisser120.

  • 121 Opinion émise par H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, éd. in-4°, p. 408. — Cf. les paroles de (...)

76Bade s’est enfui, mais l'évêché de Liège ne le laisse pas sans regrets. A peine la situation politique s’est-elle calmée qu’il songe à revenir : du mois de mai au mois de juillet 1466 des négociations reprennent qui sont subitement interrompues. Pourquoi ? Parce qu’au mois d’août suivant, les armées bourguignonnes marchaient sur Dinant, — exclue du traité de Saint-Trond, — et détruisaient la ville de fond en comble. La démonstration était suffisante pour éloigner Marc de Bade d’un pays livré désormais à la discrétion du duc de Bourgogne121.

  • 122 Krieger, Regesten, t. IV, p. 278, no 9986, p. 296, no 10169. — Seldner, Lüttich, fasc. III, p. 93.
  • 123 Krieger, t. IV, pp. 361-362, no 10696. — Meinzer, op. cit., pp. 44-45.

77Pour Marc, les honneurs épiscopaux resteront un espoir déçu. Dans la suite, il obtiendra, notamment, un canonicat à Strasbourg et décédera au mois d’août 1478122. Charles de Bade mourra en février 1475123.

***

78En Allemagne, à la fin du moyen âge, la réalité de l’Etat a désormais abandonné les mains de l’empereur et s’est réfugiée dans celles des princes territoriaux. Frédéric III lui-même participe au triomphe de cette évolution en accordant aux intérêts de sa maison la primauté sur ceux de l’Empire et en utilisant les ressources de celui-ci au profit de celle-là.

  • 124 F. Baethgen, in Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, t. I, pp. 565-583, et K. Bosl, ibid.,(...)

79Corollaire du morcellement territorial, le particularisme des princes se traduit par une politique foncièrement égoïste124.

  • 125 Seldner le pensait, op. cit., fasc. II, pp. 31-32.

80Les mobiles qui ont déterminé Marc et Charles de Bade à intervenir dans le pays mosan correspondent à cet état d’esprit : l’équipée de Marc de Bade à Liège fournit étonnante illustration de la mentalité et des conceptions politiques des Territorialfürsten de l’Allemagne du xve siècle. Bade ne s’est évidemment pas rendu dans les Pays-Bas pour défendre l’Empire face à la pénétration bourguignonne125. Ses intentions étaient moins désintéressées : s’installer dans un riche évêché, s’assurer de confortables revenus et rehausser l’éclat de sa maison. On a souvent dit que Louis XI s’était servi du pays de Liège comme d’une arme qu’on rejette lorsqu'elle est émoussée : on pourrait interpréter pareillement la politique badoise à Liège. Dès l’instant où Marc vit combien la réalisation de ses beaux projets devenait incertaine, il abandonna les Liégeois à leur sort.

81Pour les Allemands, mais plus encore pour le pays de Liège, la régence de Marc de Bade se solde par un échec complet. En accueillant ce « grand seigneur », les Liégeois ont imaginé que l'Empire volait à leur secours. Cette illusion témoigne de l’émotion que le prestige impérial pouvait encore éveiller aux confins du vieux Reich.

  • 1 Ce travail nous a été confié par M. le Professeur J. Lejeune dans le cadre du cours d’exercice de (...)

82D’une nature toute différente est la « politique orientale » de Raes de Heers. Originaire des régions thioises, il avait foi dans un système d’alliances avec les pays germaniques. La communauté de la langue serait à l’origine même de ces principes politiques dont Raes crut voir le triomphe en confiant la régence à Marc de Bade. Il n’imaginait pas que Marc put être un second Louis de Bourbon et que le pays de Liège put devenir un pion sur un autre échiquier. En fuyant la tutelle bourguignonne, Liège s’offrait à la politique familiale de la maison de Bade1.

Annexes

ANNEXE

Marc de Bade, régent du pays de Liège, reconnaît avoir confisqué la somme de 50 florins du Rhin dont l’abbaye de Saint-Laurent de Liège était redevable au chanoine Judoc de La Marck, passé à l'ennemi.

1465, 13 août.

A. Original perdu.

B. Copie du xviie siècle aux Archives de l’Évêché de Liège, no G.III.4, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Laurent, t. III, f° 127 r°-V°. — Notes du xviie s. : « Quittantia pro L florenis Renensibus solutis marchioni Badensi etc. » (titre). — « Winand de Fraiteure par ordonnance de la courte » (au-dessous de l’acte).

Analyses : J. Daris, Extraits du Cartulaire de Saint-Laurent, Bull. Soc. Art et Histoire dioc. Liège, t. II, Liège, 1882, p. 163. — Id., Notices historiques sur les églises du diocèse de Liège, t. XI, Liège, 1882, p. 143. — É. Poncelet, Les Sceaux et les chancelleries des princes-évêques de Liège, Liège, 1938, pp. 81-82.

Marcus, Dei gratia marchio Badensis, administrator postulatus Ecclesie Leodiensis, gubernator et regens patriarum Leodiensis, Bullonensis et Lossensis etc.

Notum facimus universis et singulis presentes nostras litteras inspecturis ac, per eas, fatemur et recognoscimus pro nobis successoribusque nostris, nos percepisse et habuisse a dilectis nobis in Christo Arnoldo Loen alias de Kemexhe abbate126 et conventu monasterii nostri sancti Laurentii prope et extra muros civitatis nostre Leodiensis, summam quinquaginta florenorum Renensium, in qua iidem dilecti nostri abbas et conventus, ut dixerunt, obligabantur Judoco de Marcka canonico ecclesie nostre Leodiensis127 ex vero et legittimo mutuo sibi inde per ilium pridem facto, promittens bona fide, prelibatos dilectos nostros abbatem et conventum erga memoratum Judocum qui personam suam de et a patria nostra subtraxit ac se adversus illam partialem fecit suosque heredes et successores ac alios quoscumque sibi in dicta quinquaginta florenorum Renensium summa jus quomodolibet pretendere valentes, de eadem summa relevare, et in dempnis preservare omnibus dolo et fraude in hiis seclusis pariter et semotis.

In cuius rei testimonium, presentes nostras litteras sigilli nostri secreti duximus appensione muniendas.

Datum anno a nativitate domini millesimo quadringentesimo sexagesimo quinto, mensis augusti die décima tertia. S. Et sic erat subscriptum de mandato gratiosissimi domini mei supradicti : Johannes Cupermans. S.128.

Notes

1 Exposés généraux : G. Kurth, La Cité de Liège au Moyen Age, t. III, Bruxelles-Liège, 1910. — H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, in-4°, Bruxelles, s.d., pp. 391414. — J. Bartier. Bourgondie's indringen in het prinsbisdom Luik, Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. III, Anvers-Bruxelles-Gand-Louvain, 1951, pp. 299-312. — J. Lejeune, La Principauté de Liège, 2° éd., Liège, s.d., pp. 87-109. — Id . Liège, de la Principauté à la Métropole, Anvers, 1967, pp. 153-182, et Introduction historique, Exposition Liège et Bourgogne (Catalogue). — R. Vaughan, Philip the Good. The apogee of Burgundy, Londres-Harlow, 1970, pp. 391-397. — J. Bartier, Charles le Téméraire, 2e éd., Bruxelles, 1970, pp. 88-98. — Le travail de H.-L. Seldner, Lüttich, die zweite burgundische Dynastie und die Markgrafen Karl und Markus von Baden 1455-1468, 3 fasc., Rastadt. 1865-1867, a fort vieilli.

2 Publiée par C. DE Borman, Liège, 1902 (Société des Bibliophiles liégeois). — Moine de l’abbaye de Saint-Laurent à Liège, Adrien d'Oudenbosch († 1482) commence à rédiger sa chronique en 1468, d’après son Diarium, journal qu'il a tenu de 1450 à 1468 et dont de larges extraits sont reproduits en note dans l’édition de la Chronique. Cf. S. Balau, Les Sources de l'histoire de Liège au Moyen Age. Etude critique, Bruxelles, 1903, pp. 619-625. — P. Harsin, Les Chroniqueurs de l'abbaye de Saint-Laurent au xve siècle, Saint-Laurent de Liège, église, abbaye et hôpital militaire. Mille ans d'histoire, Liège, 1968, pp. 95-96.

3 Innsbruck, 1907 et 1915 (Badische historische Kommission).

4 Dans le Zeitschrift fur die Geschichte des Oberrheins, N.F., t. XXVIII, Heidelberg, 1913, pp. 464-478.

5 Le choix du pape était fonction de la croisade que projetait le duc. Au cours des années précédentes, Philippe en avait activé les préparatifs.

6 Adrien, Chronique, pp. 102-103.

7 Ibid., pp. 103-104 et Diarium n. a. — Jean de Looz, Chronicon rerum gestarum ab anno MCCCCLV ad annum MDXIV, éd. P.-F.-X. De Ram, Documents relatifs aux troubles du pays de Liège..., Bruxelles, 1844, pp. 22-23 (Jean Peecks, né à Looz en 1459, moine puis abbé de Saint-Laurent à Liège, mourut en 1516 ; jusqu’en 1482, son récit s’inspire de celui d’Adrien. Cf. Balau, op. cit„ pp. 633-636. — Harsin, op. cit., pp. 96-97). — Opposition de Maastricht : Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium, éd. J. Chapeaville, même titre, t. III, Liège, 1616, pp. 141, 151 (source du xvis. ; cf. la remarque de Kurth, op. cit., t. III, p. 201 n. 1). — Huy : Adrien, ibid. Suffridus, pp. 142, 150-151. — Chapitre : Adrien, pp. 103, 106.

8 Cf. Adrien, p. 107. — Lettre de Charles de Bade et Lettre de Wendlin Schriber, loc. cit.

9 Ce type de réflexion correspond à la mentalité du moyen âge finissant : J. Huizinga, Le Déclin du moyen âge (trad. J. Bastin), nlle impr., Paris, 1967, part, aux pp. 162-163, 216-219.

10 « Ich verstee nit vil unmüsse, die der herzog von Burgondi habe in disen dingen, dann er hat mit im selbs gnug zu schaffen, und getruw dem almechtigen, mym herren werden die stette und landschaft bald undertenig. Des habt nit zwivels, dann hie ist die macht und sölicher mass ist Strassburg gegen Luttich der statt zu glichende als Cuppenhein gegen Strassburg ; das ist die warheit. » Lettre de Wendlin Schriber.

11 Adrien, Chronique, p. 109. — Dinant ne s’était pas immédiatement ralliée à la cause du régent ; le 1er mai 1465, la ville lui refusait l’entrée et s'adressait à lui en ces termes : « gouverneur et régent de la Cité (et non du pays !) de Liège ». St. Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, Namur, 1881, pp. 87-92, n® 91.

12 Adrien, p. 110. — Voir le serment prêté par Marc à Saint-Trond dans F. Straven, Inventaire analytique et chronologique des archives de la ville de Saint-Trond, t. I, Saint-Trond, 1886, pp. 486-487.

13 Adrien, pp. 110 n. a, pp. 111-112 et n. b.

14 Louis de Bourbon avait retiré la verge au maïeur. Les Liégeois tournèrent la difficulté en exhumant une vieille coutume qui permettait à l’avoué de la Cité de semondre les échevins en lieu et place du maïeur. Au mois de juin, le cours normal de la justice est rétabli : le maïeur est banni et Fastré Baré lui succède dans ses fonctions. Cf. Adrien, pp. 112-113. — C. de Borman, Les Echevins de la souveraine justice de Liège, t. I, Liège, 1892, p. 285 et n. 2. — Kurth, op. cit., t. III, pp. 197-199, 207.

15 Adrien, pp. 113-115 et Diarium en n. — Cf. J. Dabin, La Politique française à Liège au xve siècle, Bull. Inst. arch. liégeois, t. XLIII, Liège, 1913, pp. 121-124.

16 Le texte du traité a été publié par E. Fairon, Régestes de la Cité de Liège, t. IV, Liège, 1939, pp. 139-145 no 930. — Cf. K. Bittmann, Ludwig XI. und Karl der Kühne. Die Memoiren des Philippe de Commynes als historische Quelle, t. I, 1, Göttingen, 1964, p. 81.

17 Jacques du Clercq, Mémoires sur le règne de Philippe le Bon duc de Bourgogne. éd. de Reiffenberg, t. IV, 2e éd„ Bruxelles, 1836, pp. 194-195. — Jean de Wavrin, Recueil des chroniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne, éd. W. et E. Hardy, t. V, Londres, 1891 (Rer. Brit. medii aevi script.), pp. 494-495 [Wavrin († ca 1471) s'inspire de du Clercq († 1501) ainsi que l'a démontré J. Stengers, Note sur les rapports entre la continuation anonyme de Monstrelet, les « Mémoires » de Jacques du Clercq et les « Chroniques d’Angleterre » de Jean de Wavrin, Annales de Bourgogne, t. XVIII, Dijon, 1946, pp. 122-130, part. p. 129]. — Cf. P. Henrard, Les Campagnes de Charles-le-Téméraire contre les Liégeois (1465-1468), Bruxelles, 1867, pp. 13-14 (extr. des Annales de l'Académie d’archéologie de Belgique, 2e série, t. III). — H. Grüneisen, Die westlichen Reichsstände in der Auseinandersetzung zwischen dem Reich, Burgund und Frankreich bis 1473, Rheinische Vierteljahrsblätter, t. XXVI, Bonn, 1961, pp. 39-40.

18 Adrien, p. 115. — Cf. infra n. 96.

19 Ibid., pp. 116-118. — Cf. les Depositiones testium, mense junio 1465 factae, éd. De Ram, Documents, pp. 517 sv.

20 Il y fit sa joyeuse entrée le 24 août : Adrien, pp. 118, 121.

21 Ibid., pp. 118-119.

22 Ibid., pp. 119-120 et Diarium en note.

23 Diarium, p. 111 n. a. — Jacques du Clercq, Mémoires, pp. 195-196. — Jean de Wavrin, Chroniques, pp. 495-496 (cf. n. 17).

24 Contrairement à l'opinion de Dabin, op. cit., p. 125, cette nouvelle ne vient pas à Liège de la part du roi. Adrien, Diarium, p. 120 n. a. — D'autres sources contemporaines font également état de l’existence de ces fausses rumeurs : Jacques du Clercq, Mémoires, pp. 185-186. — Jean de Wavrin, Chroniques, pp. 492-494. — Adrien de But, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, t. I, Bruxelles, 1870, pp. 465-466.

25 A Dinant, la tension est très forte ; des hostilités éclatent çà et là ; le 19 août les Liégeois tentent vainement de couper la route aux renforts que le duc de Clèves amène au duc de Bourgogne : Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 115-116, no 99, pp. 121-123, no 102. — Fairon, Régestes, t. IV, pp. 499-500, no 937 bis. — Adrien, Chronique, pp. 115, 121.

26 Fairon, ibid., pp. 143-144, no 930.

27 Adrien, Chronique, p. 120 et Diarium, n. b. — Cf. Dabin, op. cit., p. 125. — Bittmann, op. cit., p. 110

28 Adrien, p. 121.

29 Voir les considérations de Cl. Gaier, Art et organisation militaires dans principauté de Liège et dans le comté de Looz au Moyen Age, Bruxelles, 1968, pp. 336-338.

30 Adrien, ibid.

31 Précisions données par la Handlung zwischen den Herrn von Baden und den Lüttichern ergangen, p. 469 : « Uf das haben sie sich miteinander eins veltzugs in das land Limburgk vereynigt uf einen nemlichen tag, das ist gewesen ein dinstag ». Ces décisions ne furent pas respectées : « Aber ee derselbe dinstag (3 septembre) kame und die gemein lantschaft versammet was, liefen ir etwevil aus der stat Lüttich, als bey sechs oder acht hunderten, davor am donerstag (29 août) hinweg ».

32 J. Lejeune, Introduction historique, p. 73.

33 Adrien, Chronique, pp. 121-122. — Jean de Haynin, Mémoires, éd. D.-D. Brouwers, t. I, Liège, 1905, p. 49. — Cf. n. 31 et J. Halkin, Le Bon métier de vignerons de la Cité de Liège, Liège, 1895, pp. 14-15. — Peut-être le petit peuple a-t-il voulu partir au plus vite afin de bénéficier de l’effet de surprise ; nous voulons interpréter de cette manière un passage tronqué de la Chronique d’Adrien : « Communis populus... nisi exeamus antequam alii sint parati. » (p. 121).

34 Document publié par C. de Borman, Chronique d'Adrien d’Oudenbosch, pp. 273-274 et Fairon, Régestes, t. IV, pp. 152-153, no 941. La date de départ du messager est fournie par ADRIEN, p. 122. Pris de court par l’entrée en campagne des vignerons, Marc de Bade aurait antidaté l'acte pour sauver son honneur. Selon Adrien, Fastré Baré aurait même dit aux vignerons : « Vultis destruere patriam ducis antequam ipse sciat, oportet quod primo diffidetur. »

35 Sources principales : Adrien, pp. 122, 125-126. — Handlung, pp. 469-473. — D'intéressantes indications sont également fournies par une série de sources contemporaines : Chronijk van Maastricht en omstreken, éd. J. Habets, Publ. Soc. d’arch. dans le duché de Limbourg, t. I, Maastricht, 1864, pp. 73-74. — Chronijk der landen van Overmaas..., éd. J. Habets, Publ. Soc. hist. et d'arch. dans le duché de Limbourg, t. VII, Ruremonde, 1870, pp. 21-22 et, du même auteur, les Kantteekeningen op die excellenste chronyck van Brabant..., éd. J. Habets, ibid., pp. 206-209. — Kroniek der luiksche oorlogen..., éd. J. Paquay, Verslagen en mededeelingen der koninklijke vlaamsche academie voor taal en letterkunde, Gand, 1928, pp. 210-211. — Henri de Merica, De Cladibus Leodiensium, éd. S. Balau, Chroniques liégeoises, t. I, Bruxelles, 1913, pp. 244-245, 247, n. e. — Annotations sur les années 1401 à 1506, éd. S. Balau et E. Fairon, ibid., t. II, 1931, p. 259. — Cf. J. Ceyssens, Les premières hostilités entre les Liégeois et les ducs de Bourgogne en 1465, Leodium, t. XV, Liège, 1922, pp. 84-94.

36 Cf. Adrien, Chronique, pp. 122, 125, Diarium, p. 120, n. b. — Handlung, pp. 471-472. — En 1467, Bernard d'Eberstein réclama à Charles de Bade une indemnité pour les biens qu'il avait perdus dans l’expédition liégeoise : Krieger, Regesten, t. IV, pp. 219-220, no 9472.

37 Handlung, pp. 473-474. — H. De Merica, De Cladibus, pp. 245-247.

38 Handlung, p. 474. — La source dit : « ein stat genannt Thewrn. » Il s’agit de la ville de Düren par laquelle passait la route Aix-Cologne. Cf. J. Nottebrock, Die Aachen-Frankfurter Heerstrasse in ihrem Verlauf von Aachen bis Sinzig, Bonnet Jahrbücher, t. CXXXI, Bonn, 1926, pp. 245-284. — M. Kranzhoff, Aachen als Mittelpunkt bedeutender Strassenzüge zwischen Rhein, Maas und Mosel in Mittelalter und Neuzeit, Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. LI, Aachen, 1929, pp. 1-63. — E. Keyser, Rheinisches Städtebuch, Stuttgart, 1956, pp. 96-103 (Deutsches Stâdtebuch, t. III, 3). — Handbuch der historischen Stätten Deutschlands, t. III, Stuttgart, 1963, pp. 159-161.

39 Handlung, ibid.

40 Adrien, Chronique, pp. 122, 125-126 et surtout le récit long et détaillé de la Handlung, pp. 474-478.

41 Gaier, op. cit., pp. 339-342.

42 P. Bonenfant et J. Stengers, Le Rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’Etat bourguignon en 1465-1467, Annales de Bourgogne, t. XXV, Dijon, 1953, pp. 20-27. — J. Lejeune, Introduction historique, pp. 74-75.

43 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, pp. 156-157, no 948. — Adrien, p. 127. — Dabin. op. cit, pp. 127-129. — Bittmann, op. cit., pp. 147-148.

44 Adrien, Chronique, pp. 138-140. — Par une lettre du 27 mai 1466, les bourgmestres de Liège, Tongres et Hasselt demandaient un sauf-conduit au conseil communal de Cologne en vue d'« eyne dach dij sich halden sall in ure stad tuischen den heren van Baden ende wir ». Fairon, t. IV, pp. 194-195, no 994. — Il n'est évidemment pas question d’une réunion convoquée par le pape en vue de juger l’intrusion de Marc de Bade, comme le pensait J. Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le xve s., Liège, 1887, p. 396. — Cf. ici même, n. 75.

45 Adrien, Chronique, pp. 140-141.

46 Krieger, Regesten, t. IV, p. 213, no 9416, analyse un document dont Fairon ignore l'existence. Il s’agit d’instructions données à Jean, seigneur de Walzin et châtelain de Franchimont, délégué de la Cité auprès de Marc de Bade. Ce texte, qui se rattache certainement aux négociations de juin-juillet 1466, arrête les dispositions suivantes : 1) Liège consent au retour de Marc de Bade. 2) Elle ne veut plus avoir affaire à Louis de Bourbon. 3) Elle a repris la bonne ville de Saint-Trond (effectivement, vers le milieu du mois de juin 1466, le parti de Bourbon fut chassé de la ville et celle-ci tomba aux mains de Raes et de Fastré Baré : Adrien, p. 139). 4) Elle ne veut pas abandonner Dinant où le parti favorable à Bade est prédominant. 5) Elle veut obtenir du pape la destitution de Bourbon et s’allier à Marc de Bade ; si ce dernier refuse, elle cherchera « un autre seigneur ». — Cf. aussi Henri de Merica, De Cladibus, p. 260.

47 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, p. 134, no 923, pp. 140, 142, 144, no 930. — Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 87 et n. 1, pp. 89, 91, no 91, p. 93, n. 1, no 92. — Sraven, Inventaire de Saint-Trond, t. I, p. 486. — Adrien, Chronique, p. 108.

48 Cf. Fairon, Régestes, t. IV, p. 152, no 941. — Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, p. 120, no 101, p. 121, n. 1, no 102. — D.-D. Brouwers, même titre, t. VII, Namur. 1907, p. 345, n. 1, no 963 (fragm.). — Document publié en annexe.

49 Adrien d’Oudenbosch utilise ce terme à de nombreuses reprises : Chronique, pp. 113-116, 118, 120-121, 140-141.

50 Ibid., pp, 103-110, 112-113, 116, 120.

51 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays. Naissance d'une Patrie ( xiiie- xive siècles), Liège, 1948, pp. 411-414. — Id ., Introduction historique, p. 28.

52 Adrien, Chronique, pp. 103-104 et Diarium, n. a.

53 « Item, quod pro confirmatione seu provisione dignitatis episcopalis a sanctissimo domino nostro papa obtinenda, omnem diligenciam sibi possibilem adhibebit ; qua habita, incontinenti, infra annum post confirmationem obtentam, ad sacros ordines promovebitur, seque in episcopum consecrari faciet ; ac etiam ex tunc prestabit, una cum presenti juramento, juramentum prestari solitum in ecclesia Leodiensi. » St. Bormans, Recueil des Ordonnances de la principauté de Liège, 1re série, Bruxelles, 1878, p. 586, no 6. — Cf. Fairon, Régestes, t. IV, p. 137, no 924. — Handlung, pp. 468-469.

54 Fairon, p. 142, no 930. — Effectivement, le roi fit envoyer des lettres à Rome dans ce but : Adrien, Chronique, p. 120, Diarium, p. 119, n. a.

55 Ibid., p. 119. — Cf. E. Poncelet, Les Sceaux et les chancelleries des princes-évêques de Liège, Liège, 1938, p. 81. — D’après E. De Borchgrave, Histoire des rapports de droit public qui existèrent entre les provinces belges et l'Empire d'Allemagne..., Bruxelles, 1871, p. 45, Marc de Bade aurait obtenu du tribunal des échevins de Francfort le droit d’exercer ses prérogatives temporelles, ainsi qu’une ancienne coutume de l’Empire le permettait. Nous n’avons pu vérifier la source. Sur cet usage, cf. A. Wohlwill, Die Anfänge der landständischen Verfassung im Bisthum Lüttich, Leipzig, 1867, p. 19. — J. Lejeune, Liège et son Pays, p. 43.

56 Ce titre nous paraît neuf dans la titulature du pays de Liège. Peut-être provient-il du pays de Bade où des expressions similaires étaient connues : en 1454, Bernard de Bade ordonnait à ses sujets d’obéir à Charles Ier comme à un « regierenden landesfürsten ». Krieger, Regesten, t. IV, p. 11, nos 7687, 7690. — Cf. Handlung, p. 468.

57 Tradition qui se retrouve également dans un acte de Philippe le Bon interdisant à ses sujets du diocèse de Liège de reconnaître Marc de Bade : « mambour, gouverneur et postulé desdits païs de Liege et de Looz », « mambournie ». Fairon, Régestes, t. IV, pp. 148, 149, no 937 (31 juillet 1465).

58 Jean de Hocsem, Chronique, éd. G. Kurth, pp. 82, 117-118, 134-135, 330-334.

59 Jacques de Hemricourt, Le Patron de la temporalité, éd. A. Bayot, Œuvres de J. de H., t. III, Bruxelles, 1931, pp. 65-66.

60 Cf. Fairon, Régestes, t. II, nos 118-119, 121, 132-133, t. III, nos 645, 649, 656.

61 Gaier, op. cit„ pp. 312-320.

62 J. Lejeune, Introduction historique, pp. 2741.

63 Sur la persistance de ce souvenir cf. Adrien, Chronique , p. 112 et Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium p. 141

64 Réflexe de même nature en 1790, lorsque les Liégeois, après le départ de l’évêque de Hoensbroeck, donnent à Rohan le titre de Régent de la nation liégeoise, « pour éviter une analogie trop poussée avec l’institution ancienne du mambour. » Cf. P. Harsin, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles 1954 pp. 116-119.

65 Au moment où l’élection du régent était débattue, le comte de Charolais priait les Liégeois de ne pas agir inconsidérément  : Adrien, Diarium , p. 104 note. Jean de Looz, Chronicon p. 22

66 Cf. P. Bonenfant, Philippe le Bon, 3e éd,. Bruxelles, 1955, pp. 134135.

67 Le 6 mars 1465, le pape, en vue de réconcilier Louis de Bourbon et ses sujets, avait suspendu pour une durée de quatre mois l’interdit qui pesait sur Liège (De Ram, Documents , pp. 515516). - Ces décisions ne furent toutefois connues dans la Cité qu’après l’élection du régent Adrien, (pp. 105106). — Paul II, enfin, n’était pas dupe des intentions annexionnistes du duc de Bourgogne cf. J. Lejeune, Introduction historique, pp. 7475.

68 Cette particularité a été soulignée par J.Dabin, La Politique française à Liège, p. 121, n. 1, et J. Lejeune, op . cit, . p. 68

69 Fairon, Régestes, t. IV, pp. 74-79, nos 909-910. Adrien, Chronique pp. 95-96.

70 Gaier, op. cit, . pp. 332-334 - avec (indication des sources et des travaux).

71 Raes le rappelle au moment de l'élection du régent : « Negotium de Reide valet honorem C. millia nobilium, quia domini magni de Alemannia bene auderent se sociare eis. » Adrien, Chronique, p. 103. — Jean de Looz, Chronicon, p. 22. — Cf. Kurth, op. cit., t. III, p. 194.

72 Fairon, Régestes, t. IV, p. 118, no 920. — Cf. ibid., pp. 494-496, nos 917 bis et ter, pp. 256-258, no 1041.

73 Th. Müller, Die Markgrafen Johann, Georg und Markus von Baden auf den Universitäten zu Erfurt und Pavia, Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, N.F., t. VI, 1891, pp. 701-705. — Dans sa chronique, Henri de Merica donne à Marc le titre de magister : De Cladibus Leodiensium, éd. S. Balau, pp. 237 sv.

74 Krieger, Regesten, t. IV, p. 44, no 8023.

75 Ibid., p. 87, no 8415.

76 Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium, pp. 139-140. — Fairon (Régestes, t. IV, pp. 84-85, no 915) publie une lettre datée du 27 mai 1464, par laquelle les bourgmestres de Liège, Tongres et Hasselt demandent au conseil communal de Cologne un sauf-conduit qui leur permette d'aller s’entretenir dans cette ville avec le seigneur de Bade. Ce document n'a jamais existé : Fairon, suite à une erreur dans la transcription de la date, a simplement dédoublé la lettre du 27 mai 1466 que nous citons n. 44. Nous remercions M. le Professeur P. Harsin qui a bien voulu attirer notre attention sur ces deux lettres et M. J. Deeters, Stadtarchivassessor à Cologne, qui s’est chargé de faire la vérification.

77 « ... dominus Razo proposuit, quod paratus esset jurare, quod ille quem nominaret (le régent), videretur sibi melior, propter profectum patriae, quia oporteret habere potentem ». Adrien, Diarium, p. 104, note.

78 Outre les regestes déjà cités, voir sur l’histoire de la maison de Bade les synthèses de R.-G. Häbler. Badische Geschichte.... Karlsruhe, 1965, et de B. Sütterlin, Geschichte Badens, t. I, Frühzeit und Mittelalter, Karlsruhe, 1965 ; l'histoire du margrave Charles Ier a été traitée par F. Meinzer, Markgraf Karl I. von Baden, Fribourg-en-Br., 1927, et a fait l'objet d'un article de A. Kleinschmidt, Karl I. der Kriegerische, Allgemeine deutsche Biographie, t. XV, Leipzig, 1882, pp. 228-233 ; cf. le travail de H.-L. Seldner, cité à la fin de la note 1.

79 Les sources liégeoises ne mentionnent pas Bernard de Bade, mais on peut imaginer, vu la sensibilité religieuse de l'époque et l’extraordinaire vénération dont les saints étaient alors l'objet, que Bernard a favorisé le prestige de ses deux frères. Cf. J. Huizinga, Le Déclin du Moyen Age, ch. XII-XIV.

80 Adrien, Chronique, pp. 103-104, Diarium, n. a.

81 Analyse détaillée de ce document dans H. Witte, Regesten der Markgrafen von Baden, t. III, pp. 308-311, no 7496.

82 Pour les opérations du partage, cf. Witte, Regesten, t. III, pp. 290-291, no 7375. — Krieger, Regesten, t. IV, p. 2, no 7588-7589, pp. 3-4, no 7602.

83 Le détail de la répartition est, pour nous, d'un intérêt secondaire. On le trouvera dans le testament mentionné n. 80. Résumé par B. Sütterlin, Geschichte Badens, t. I, p. 300.

84 Jean, Georges et Marc avaient été tonsurés en 1445 : Witte, Regesten, t. III, p. 159, no 6442.

85 Krieger, Regesten, t. IV, pp. 10-11, nos 7685-7687, 7689-7690.

86 Charles et Bernard s’étaient engagés à soutenir ce projet dont la réalisation devait entraîner la suppression de la rente.

87 Ibid., pp. 57-58, nos 8154-8155, 8162, pp. 78-79, nos 8333, 8341. — Dès 1457, les Bade projetaient, pour le cas où Georges viendrait à mourir, d’assurer sa succession à Marc.

88 Ibid., p. 74, no 8292, p. 81, no 8358.

89 Cf. H. Grüneisen, Die westlichen Reichsstände, pp. 34-35. — F. Baethgen, in B. Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, t. I, 8e éd., Stuttgart, 1957, pp. 567-568. — H. Heimpel, in L. Just, Handbuch der deutschen Geschichte, t. I, 5, Constance, 1957, pp. 113-114.

90 En 1463, il s’alliera aux Liégeois. Cf. supra, no 68.

91 Rrieger, Regesten, t. IV, pp. 154-156, no 8929. — Cf. F. Meinzer, Markgraf Karl I. von Baden, pp. 15-21. — B. Sütterlin, Geschichte Badens, t. I. pp. 302-304.

92 Rrieger, Regesten, t. IV, p. 173, no 9060.

93 Ibid., pp. 166 sv., nos 9013 sv. — Cf. Meinzer, op. cit„ pp. 23-25. — Sütterlin, op. cit., t. I. pp. 305-306.

94 Adrien, Chronique, p. 108.

95 Fairon, Régestes, t. IV, p. 142, no 930.

96 J. Dabin, La Politique française à Liège, pp. 124, 127.

97 Diarium, pp. 114-115, n. c : « dicebantur esse concordes cum marchione, qui disposuit se ad remeandum ad partes suas, et ad aptandum pro rege CCC. lanceas, et ivit illuc in die Barnabae apostoli. » C’est nous qui soulignons. Le texte de la Chronique, p. 115, correspond mieux aux stipulations du traité et confirme par là même notre point de vue : « Sic allegantiae fuerunt factae, et rex deberet mittere stipendia pro CCC. lanceis. » Les Liégeois reçurent l’argent du roi de France au mois d’août : Adrien, Diarium, p. 120, n. b, Chronique, p. 121. — Lorsqu’il eut quitté le siège de Fauquemont, Charles de Bade écrivit à Louis XI une lettre (qui paraît ne jamais avoir été expédiée) dans laquelle il explique comment son frère et lui-même furent contraints de fuir devant l’hostilité croissante des Liégeois. La fin de ce texte montre que Charles était allié directement au roi de France : « Nichilominus tamen sicut eidem vestre regali maiestati et servire optavi et cepi, ita et eandem cum eisdem meis, quos adhuc etiam mecum habeo, sub fide et pactu prioribus paratus sum accedere... vestre regalis maiestatis in humili obediencia benivolus etc. » (Cologne, 8 septembre 1465). Krieger, Regesten, t. IV, p. 206, no 9346. — La Handlung, p. 469, le confirme : « ... und haben die Lütticher an den könig von Frankreich gesucht und begert, inen meinen herrn marggrave Karln von Baden zu einem haubtman zu geben uf seiner gnaden kostung und zerung ; das der konig also zugesagt und marggrave Karln inen zu haubtman bestellet und gegeben hat. » — Les Annotations sur les années 1401 à 1506, éd. S. Balau et E. Fairon, Chroniques liégeoises, t. II, p. 259, affirment que Marc et Charles « avoient receu argent de roy de France pour faire la guerre avecques les Liégeois ». — Cf. la lettre du roi dans Bittmann, op. cit„ p. 110.

98 Charles de Bade songe à un séjour prolongé dans le pays de Liège : par un acte du 15 juillet, il établit une régence dans ses territoires (Krieger, Regesten, t. IV, p. 205, no 9338) ; les Liégeois restaurent le château épiscopal de Seraing pour son usage (Adrien, Chronique, p. 113).

99 Cf. Meinzer, op. cit., pp. 13-14, 17, 19, 21-22, 27.

100 Ce que prétend H.-L. Seldner, Lüttich, die zweite burgundische Dynastie und die Markgrafen Karl and Markus von Baden, fasc. II, p. 31.

101 Cf. J. Lejeune, Liège et son Pays, pp. 419-442. — H. Sprömberg, Lüttich und das Reich im Mittelalter, Beiträge zur Belgisch-N iedeclàndischen Geschichte, Berlin, 1959, pp. 359-360, 366-367.

102 Voir la récente mise au point de B. Guenée, L'Occident aux xive et xve siècles. Les Etats, Paris, 1971, pp. 63-68, 72-76, 288-291.

103 Louis XI fut également sollicité, mais c'est de la Bourgogne qu’on attendait une action décisive : Krieger, Regesten, t. IV, pp. 158-159, no 8949-8950, p. 164, no 8998, p. 165, no 9005, p. 169, no 9033, 9035. — Cf. Meinzer, op. cit., p. 22, et surtout Grüneisen, op. cit., pp. 35-36.

104 C’est ce que montre une série de lettres de l’archevêque — demeurées inconnues à Fairon — s’échelonnant de juin 1463 à mars 1465 (A. Görz, Regesten der Erzbischöfe zu Trier von Hetti bis Johann II. 814-1503, Trèves, 1861 (réimpr., Aalen, 1969), pp. 216-217, 219-220) : la Cité soutenait Jean II de La Marck, seigneur d’Arenberg († ca 1470) et son fils Everard III (f 1496) dans un conflit qui les opposait à l’archevêque. Cette guerre ne prendra fin qu’au mois de novembre 1465. On comprend qu’en mars de la même année, Jean de La Marck ait désapprouvé l’élection de Marc de Bade à la régence du pays de Liège : « Quomodo hoc potero sustinere, aurait-il dit, quia ipse (Marc de Bade) et frater suus, habent guerram contra me, et combusserunt terram filiorum meorum, et tenent captivos nostros ? » Adrien, Diarium, p. 104, note.

105 Cf. P. Bonenfant et J. Stengers, Le Rôle de Charles le Téméraire dans le gouvernement de l’Etat Bourguignon, p. 28 et n. 2, 3. — Grüneisen, op. cit., pp. 34, 40-41.

106 Le fait est hypothétique : Bonenfant et Stengers, op. cit., p. 28, n. 2.

107 D'après un extrait des comptes de la Recette générale des finances du duc de Bourgogne (1464-1465), publié par P. Henrard, Les Campagnes de Charles-le-Téméraire contre les Liégeois, p. 13, n. 1. — Cf. Grüneisen, op. cit., p. 40 et n. 82.

108 Le consentement de Charles est évident ; celui de Georges peut se déduire de la présence à Liège de Hugues Bienfait, envoyé par l'évêque de Metz en vue de prêter assistance à Marc (Adrien, Diarium, p. 116, n. a, Chronique, p. 120) ; seul l'accord de l'archevêque de Trèves n’est pas prouvé de manière péremptoire.

109 Fin mars - début avril 1465 : Adrien, Chronique, p. 105, et Diarium, note a.

110 Nous voyons ici une explication de l’attitude de Raes se refusant à révéler l'identité de son candidat à la régence avant le jour de l’élection (Adrien, Chronique, p. 103, Diarium, p. 104, note). N'y a-t-il pas volonté de ne point compromettre Bade en divulgant son nom alors que l'élection reste incertaine ? N'est-ce pas pour cette raison que le roi de France, moins bien informé que le duc de Bourgogne semble-t-il, prit si tardivement connaissance de l'élection de Marc de Bade ? Sur ce dernier point, cf. Adrien, Chronique et Diarium, pp. 106, 113, n. a, 114. — J. Dabin, La Politique française à Liège, pp. 120-121 et n. 2 p. 121. — Kurth, op. cit., t. III, p. 202.

111 Cf. Adrien, Chronique, pp. 115-116, 118, et le document publié en annexe.

112 En 1452, les frères de Bade s'engagent à se soumettre à la volonté de leur père « zu uffgang und merunge des namens, stames und furstenthumes Baden » : Witte, Regesten, t. III, pp. 290-291, no 7375. — Autres exemples : Krieger, Regesten, t. IV, pp. 10-11, nos 7685, 7687, p. 81, no 8358.

113 Lettre de Charles de Bade, loc. cit.

114 Fidélité et admiration du sujet envers un prince à la gloire duquel il participe : le cliché est bien de son temps. Cf. J. Huizinga, Le Déclin du Moyen Age, pp. 24-26. — B. Guenée, L'Occident aux xive et xve siècles, pp. 276-284.

115 « Dem huse von Baden ist uf gestern erboten soliche wirdigkeit und ere, die nit ist zu bilden in die, die es nit hand gesehen. » Lettre de Wendlin Schriber, loc. cit.

116 C’est un réflexe typique de l'époque : Huizinga, op. cit., pp. 30-32.

117 Dans une lettre du 3 septembre 1465 adressée à la Cité, les Dinantais laissaient entendre que l'ost de Charles le Téméraire était proche : Bormans, Cartulaire de Dinant, t. II, pp. 123-125, no 103. — En réalité, le comte de Charolais séjournait à Conflans-Sainte-Honorine, près de Paris : Ch. Brusten, L’Armée bourguignonne de 1465 à 1468, Bruxelles, (1953). p. xxxv. — H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comte de Charolais (1433-1467), Bruxelles, 1940, p. 486.

118 Affirmation d'un auteur tardif : Suffridus Petri, Gesta pontificum Leodiensium, p. 154

119 Handlung, p. 473.

120 Ibid., passim.

121 Opinion émise par H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. I, éd. in-4°, p. 408. — Cf. les paroles de Fastré Baré transmises par Adrien, Chronique, p. 144.

122 Krieger, Regesten, t. IV, p. 278, no 9986, p. 296, no 10169. — Seldner, Lüttich, fasc. III, p. 93.

123 Krieger, t. IV, pp. 361-362, no 10696. — Meinzer, op. cit., pp. 44-45.

124 F. Baethgen, in Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, t. I, pp. 565-583, et K. Bosl, ibid., pp. 678-684. — B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, pp. 72-76.

125 Seldner le pensait, op. cit., fasc. II, pp. 31-32.

126 Arnoul Loon de Kemexhe, abbé de Saint-Laurent de 1459 à 1473 : Monasticon Belge, t. II, Maredsous, 1928, p. 50.

127 Judoc ou Josse de La Marck, chanoine de Saint-Lambert en 1444. Mort en 1470 : J. de Theux de Montjardin, Le Chapitre de Saint Lambert à Liège, t. II, Bruxelles, 1871, p. 247.

128 Jean Cuperman, prêtre et chanoine de la collégiale de Sainte-Croix à Liège († ca 1470). Il gagna les rangs de l'opposition à Louis de Bourbon et, le 10 septembre 1464, il fut excommunié avec Raes et Baré par le légat Pierre Ferrici : Fairon, Régestes, t. IV, pp. 49-50, nos 896-897, pp. 109, 113, no 918. — E. Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Sainte-Croix à Liège, t. I, Bruxelles, 1911, p. cxxxv, t. II, p. 56, no 1841.

Notes de fin

1 Ce travail nous a été confié par M. le Professeur J. Lejeune dans le cadre du cours d’exercice de la seconde candidature en histoire (Université de Liège, année académique 1967-1968). Qu’il veuille bien recevoir ici tous nos remerciements pour l’attention avec laquelle il nous a suivi.

Auteur

Assistant à l’Université de Liège

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search