Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

I. Lotharingie, Bourgogne ou Provence ? L’idée d’un royaume d'Entre-Deux aux derniers siècles du moyen âge

Jean Schneider

Texte intégral

1Dans l’Europe contemporaine, les territoires de l’ancienne Francia media se voient parfois attribuer un rôle important dans le développement économique du continent. D’Anvers et de Rotterdam à Marseille, selon des tracés passionnément discutés, les imaginations devancent hardiment les réalisations déjà imposantes. L'histoire est invoquée à l’appui de ces projets ; Charlemagne et son grand empire ou, plus modestement, le plus fragile des royaumes issus des partages carolingiens, la Lotharingie, sont appelés à servir de caution.

  • 1 A.M. et P. Bonenfant, Le projet d’érection des Etats bourguignons en royaume en 1447, Le Moyen Age (...)

2L’historien s’interroge devant cet usage que l’on fait de sa discipline ; il demande à vérifier les références. Ce faisant, il est amené à constater que, dans le passé déjà, légistes et chroniqueurs des cours princières de la fin du Moyen Age ont évoqué les souvenirs carolingiens aussi bien que les royaumes de Bourgogne, de Provence ou de Lotharingie à l’appui des entreprises de leurs maîtres. Ces évocations historiques avaient attiré l’attention de Paul Bonenfant qui en de solides études avait montré quel cas il convenait d’en faire ; la présente recherche voudrait s’inspirer de son exemple1.

3On ne saurait prétendre ici traiter à fond ces problèmes, ni même évoquer, comme faire se devrait, le contexte politique, économique et culturel dans lequel ces pays ont évolué pendant un siècle et demi ; il s’agit simplement d’esquisser l’histoire d’une idée politique et de poser quelques jalons pour des recherches ultérieures.

1. Les Pays d'Entre-Deux

4Le terme de Pays d’Entre-Deux, utilisé par des historiens modernes, a-t-il quelque fondement dans la réalité ?

5Les régions qui s’échelonnent de la Mer du Nord à la Méditerranée et dont les cours d’eau (Meuse, Moselle, Saône, Rhône) semblent jalonner un axe « lotharingien », ont en fait des caractères physiques fort divers et appartiennent le plus souvent à des formations géographiques plus vastes, comme la plaine de l’Europe du Nord, les massifs hercyniens, le bassin parisien, les pays alpestres, par exemple. De plus ces régions sont réparties entre plusieurs aires linguistiques, celles des parlers romans et des parlers germaniques. Pendant une quinzaine d’années, ces pays avaient été réunis dans la Francia media ; les royaumes qui en étaient issus finirent sans doute par être réunis à la couronne germanique, mais des facteurs humains accentuaient encore dans ces pays le particularisme caractéristique de la société médiévale. Les défaillances de l’autorité impériale et l’attachement aux « libertés » y entretenaient l’anarchie et les guerres privées. Ni la géographie, ni la langue, ni les traditions politiques ne disposaient ces pays à former une unité.

6L’essor économique qui favorisa l’expansion de l’Occident à partir du xie siècle surtout, ne pouvait manquer de toucher ces régions, puisque les échanges entre l'Europe du Nord-Ouest et la Méditerranée étaient le facteur essentiel de ce renouveau. Effectivement, aux deux extrémités de l’axe « lotharingien », la Flandre et d’autres régions des Pays-Bas d’une part, la Provence d’autre part, connurent un développement qui fit de Marseille l’une des places importantes du monde méditerranéen, et de Bruges, puis d’Anvers, des centres commerciaux de premier rang. Les Pays-Bas comme la Provence devaient connaître aussi une brillante vie artistique aux derniers siècles du Moyen Age. Or ces deux régions étaient tournées vers la mer ; elles ne devaient pas leur prospérité d’abord aux relations directes établies des bouches de l’Escaut à celles du Rhône.

  • 2 On ne saurait présenter ici toute la bibliographie concernant la vie économique des Pays-d’Entre-D (...)

7Entre ces deux zones, les plus prospères, de nombreux relais, marqués à des époques diverses par des foires, comme celles de Genève, Lyon, Chalon-sur-Saône, Besançon, Saint-Nicolas-de-Port, attiraient des marchands venus d’Italie, de France et d’Allemagne. Les bateliers du Rhône et de la Saône, les rouliers de Bourgogne et de Lorraine prenaient part au grand commerce. L’initiative semblait cependant appartenir, depuis le xiiie siècle finissant, aux marchands étrangers. Marseille et les ports provençaux dépendaient des compagnies italiennes, notamment des Génois, Pisans et Florentins. Du Dauphiné aux Pays-Bas, les Lombards d’Asti et du Piémont établirent leurs tables en une densité que n’atteignaient pas les comptoirs analogues d’Allemagne ou de France. Les Hanséates faisaient l’essentiel du trafic dans les ports des Pays-Bas. D’autres marchands allemands prenaient les routes terrestres pour gagner la Flandre, Paris, Lyon ou Genève. On ne peut se défendre de l’impression que les pays d’Entre-Deux formaient des aires économiques très diverses : entre deux pôles, participant activement aux échanges maritimes, la Flandre et la Provence, les régions intermédiaires semblaient surtout animées par un commerce transversal où les étrangers tenaient le plus souvent le rôle principal2.

  • 3 P. Taylor, Gerbert de Mez. Chanson de geste du xiie siècle (Publ. de la Faculté des Lettres et Phi (...)
  • 4 Selon un mot de Jean de Lannoy, cité par B. de Lannoy et G. Dansaert, Jean de Lannoy, le bâtisseur (...)

8Des tendances analogues s’observent sur le plan culturel. Les oppositions entre gens de langue différente, vivant dans le même diocèse ou la même principauté, s’accentuaient au point de faire souvent de la frontière linguistique une barrière sociale et culturelle. Dans une même famille linguistique, la différenciation croissante entre le provençal et l’italien, entre le néerlandais et le bas-allemand, rendait plus difficile des échanges dont la littérature du xiiie siècle atteste encore l’importance. La Geste des Lorrains témoigne d’un relatif isolement : dans ses branches le poème fait maintes allusions à d’autres cycles épiques, mais lui-même n’est l’objet que de rares allusions dans d’autres œuvres ; on n’en connaît qu’une traduction, en langue néerlandaise, précisément3. Le progrès de l’enseignement et le développement des universités pouvaient avoir une incidence sur la vie culturelle de ces régions, d’autant plus que le développement des administrations y multipliait, comme ailleurs, le nombre des « gens de robe longue... clers éloquens, légistes et ystoriens »4.

  • 5 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Etude sur les origines de la classe de (...)
  • 6 P. Kibre, The nations in the Medieval Universities (Médieval Academy of America, Publ. n. 49), Cam (...)
  • 7 Quelques notes sur le climat intellectuel de la Lorraine au début de l'époque moderne dans J. Schn (...)

9En fait, une grande partie de ces praticiens recevait sa formation sur place, comme c’était le cas à Lyon, Dijon et Metz5. Pour obtenir des grades universitaires, il fallut aller d’abord en Italie ou dans le royaume de France ; il y eut une nation lorraine et une nation bourguignonne à l’université d’Orléans, une nation bourguignonne à Bologne, Pavie et Padoue, comme à Aix et à Montpellier6. Des universités furent créées, à partir du xive siècle, dans les Pays d’Entre-Deux. Le studium generale d’Avignon, favorisé par la présence de la cour pontificale, garda quelque rayonnement même après le départ des papes ; il n’eut pas de peine à éclipser les universités plus récentes d’Aix et d’Orange. Aux Pays-Bas, l’université de Louvain, créée en 1426, dépassait, à la fin du siècle, celles de Cologne et de Trèves. En revanche, les fondations tentées en Franche-Comté et dans le Dauphiné rencontraient des difficultés qui ne devaient être surmontées qu’au xvie siècle. La Bourgogne ducale restait dans la mouvance intellectuelle de Paris et d’Orléans. Quant à la Lorraine, la proportion des gradués d’université y était, semble-t-il, plus faible qu’ailleurs ; elle n’eut pas d’université avant 15727. Les pays d’Entre-Deux restaient donc tributaires, pour une bonne part, des universités françaises, italiennes ou allemandes.

10Si différentes qu'elles fussent par leurs relations économiques et leurs horizons culturels, les populations de ces pays se sont trouvées devant des problèmes analogues qui ont souvent déterminé des attitudes semblables.

11Entre des frontières linguistiques, très nettes vers l’Est, et les limites du royaume de France, rendues plus sensibles par le contrôle des échanges commerciaux et l’action des officiers royaux, se manifeste une tendance au repli sur soi-même ; le particularisme s’y nuance parfois d’une sorte de complexe d’insularité. L’attachement aux usages anciens s’en trouve renforcé. Ces traits s’accentuent à mesure que l’on s’éloigne des Pays-Bas et de la Provence, régions largements ouvertes aux influences extérieures.

  • 8 Les tractations des princes allemands sont traitées par W. Ktenast, Die deutschen Fürsten im Diens (...)
  • 9 W. Kienast, Studien über die französischen Volksstämme des Frühmittelalters (Pariser Historische S (...)

12Cependant la situation de ces pays attirait les initiatives des souverains et des grands feudataires du voisinage, poursuivant une politique d’expansion territoriale et cherchant des alliés. La rivalité franco-anglaise et la lutte entre Guelfes et Gibelins eurent leur retentissement dans les pays d'Entre-Deux dès le xiiie siècle. Princes, seigneurs et villes étaient sollicités de divers côtés. Or le chevauchement des mouvances et les fidélités multiples oblitéraient le sens des obligations féodales ; les marchandages politiques devenaient une habitude8. Certaines populations y gagnaient une fâcheuse réputation ; l’épopée stigmatisait les Bourguignons ; le proverbe ne ménageait pas les Lorrains9. Le plus souvent le problème politique ne se posait plus simplement entre le suzerain et son vassal, le prince et son sujet ; le recours à un troisième partenaire permettait le jeu de bascule.

  • 10 Opinion émise par M. Powicke, The Thirteenth Century (Oxford History of England, 4), Oxford, 1953, (...)

13A ces hommes il ne devait pas paraître étrange de restaurer un royaume de Lotharingie, de Bourgogne ou d’Arles, alors que, selon le mot d’un historien, se terminait l'ère de l'imperium et s'ouvrait celle des regna10.

2. Les théories réformistes

14Après 1250, la victoire des Guelfes trouva son expression dans des théories politiques qui voulaient consacrer le triomphe du Sacerdoce sur l’Empire.

  • 11 H. Conrad, Deutsche Rechtsgeschichte, Bd. I, Frühzeit und Mittelalter, Karlsruhe, 1954, p. 257 (vi (...)

15Deux notions apparaissent ainsi, en un lien logique, l’idée de vicariat d’Empire et la théorie du couronnement. Les curialistes tendaient à démontrer que le roi d’Allemagne était sans doute destiné à recevoir des mains du pape la couronne impériale ; mais tant que ce couronnement n’était pas accompli, le souverain ne pouvait exercer aucun pouvoir hors d’Allemagne, les prérogatives impériales étaient aux mains du pontife comme vicaire de l’Empire. Cette notion de vicariat, évidemment d’origine canonique, avait été utilisée par Frédéric II qui avait nommé des « vicaires généraux » en Italie et en Bourgogne. La papauté reprenait cette notion à son profit, en attendant que l’Empire y revînt, pour y avoir fréquemment recours aux xive et xve siècles11.

  • 12 F. Kern, Die Reichsgewalt des deutschen Königs nach dem Interregnum, Historische Zeitschrift, 106 (...)

16D’Italie, cette idée gagna les pays bourguignons et lorrains où il n’était pas question d’ailleurs de reconnaître un vicariat pontifical. Dans ces régions surgit alors la théorie du couronnement (Krönungstheorie) d’après laquelle le roi d’Allemagne ne peut intervenir ni en Bourgogne ni en Lorraine tant qu’il n’est pas couronné empereur12. Déjà en 1253, Jean de Chalon entendait distinguer parmi les fiefs qu’il reprenait de Guillaume de Hollande, ceux qui étaient tenus au titre de l’Empire, du royaume d’Allemagne ou du royaume d’Arles. Son petit-fils Othenin, comte de Bourgogne, prétendait même refuser l’hommage à Rodolphe de Habsbourg, parce qu’il n’avait pas reçu la couronne impériale. Ces idées se répandaient avec assez de rapidité et de force pour qu’en 1310, Henri VII de Luxembourg en tirât argument afin de hâter le couronnement impérial :

« Certains, écrit-il au pape, cherchant à nuire et à semer la zizanie, suggèrent aux esprits simples qu’on n’est pas obligé d’obéir au roi, tant qu’il n'est pas couronné. De ces dispositions malveillantes peuvent naître des rebellions pour le grand dommage de l’Etat et de l’Empire. »

  • 13 Histoire de Metz, t. IV, Preuves, Metz, 1775, p. 461. Procès devant la cour impériale à propos de (...)

17Cette idée devait se perpétuer ; elle apparaît dans l’arsenal juridique des Messins au xive et au xve siècle13.

  • 14 B. Birckmann, Die vermeintliche und die wirkliche Reformschrift des Dominikanergenerals Humbert de (...)
  • 15 H. Grauert, Jourdain d’Osnabruck et la Notifia Saeculi, Mélanges Paul Fabre, Paris, 1902, pp. 330- (...)
  • 16 J. Ficker, Forschungen zur Reichs-und Rechts-geschichte Italiens, t. II (Innsbruck, 1869), p. 460 (...)
  • 17 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, (...)

18Parallèlement apparaissaient dans les milieux proches de la curie des projets de réforme, destinés à relever l’Empire, sans le soutien duquel, selon une opinion courante alors, le monde allait à sa fin. Constatant l’anarchie qui régnait dans son pays natal, le royaume d’Arles, Humbert de Romans, ancien maître général des Frères Prêcheurs, l’attribuait à l’absence d’un dominus generalis, incarnant l’autorité supérieure. Dans son œuvre, l’Opus tripartitum, il suggérait d’instituer une autorité de ce type et proposait la nomination de vicaires14. Son contemporain, Jourdain d’Osnabruck évoquait également la nécessité de soutenir l’empire dont l’édifice reposait sur quatre parois, représentées par les quatre loca principalia de l’Empire, Aix-la-Chapelle, Arles, Milan et Rome15. Ces idées cheminèrent dans les esprits ; la génération suivante attribuait au pape Nicolas III un plan qui aurait été soumis à Rodolphe de Habsbourg en 1280. Il n’est pas impossible qu’à l’occasion de projets qui seront évoqués ci-après, une division de l’Empire en quatre royaumes ait été imaginée. Tholomée de Lucques, d’abord vers 1305, puis plus nettement dans son Historia ecclesiastica, vers 1317, affirma qu’en 1280 on avait envisagé de créer les quatre royaumes d'Allemagne, d’Arles, de Lombardie et de Toscane16. Ces imaginations ne devaient avoir qu’un succès éphémère ; elles ne seront pas retenues lorsqu’on formera plus tard la Quaternionentheorie, selon laquelle l’empire repose sur quatre représentants de chacun des états (ducs, marquis, comtes, barons, abbés, cités)17.

  • 18 H. Bresslau avait fait le point sur cette question dans son Handbuch der Diplomatik, I (Berlin), p (...)

19C’est dans cette perspective également qu’il faut situer l’apparition du titre d’archichancelier pour la Gaule et le royaume d’Arles, pris par l’archevêque de Trèves18.

20L’origine de ce titre reste obscure. Il est possible que dans les spéculations des réformistes, on ait voulu établir un parallélisme entre les trois archevêques rhénans en attribuant au seul qui n’en possédait pas une dignité d’archichancelier. La première mention semble en être faite dans un traité canonique composé vraisemblablement en Italie vers 1260-1270 et repris intégralement dans la Determinatio compendiosa de jurisdictione imperii, ouvrage attribué à Tholomée de Lucques et à l’année 1281. Par l’intermédiaire de la chronique de Martin de Troppau, rédigée pendant un séjour à Rome, cette titulature aurait été connue dans les pays cisalpins. Dans ces textes il n’est encore question que de la Gallia, ce qui, dans le langage de l’époque peut désigner les régions francophones de l’Empire, et plus particulièrement celles de l’ancienne Lotharingie, dont les archevêques de Trêves avaient été archichanceliers entre 895 et 956. Du domaine de la spéculation savante, cette titulature passa dans l’usage des chancelleries, grâce à Baudouin de Luxembourg, devenu archevêque de Trèves en 1307. Dès l’année suivante, il fit élire roi des Romains son frère Henri VII de Luxembourg ; dans la lettre annonçant l’élection au pape Clément V, l’archevêque prenait pour la première fois le titre d’archichancelier sacri imperii per regnum Arelatense, avec le consentement tacite du nouveau souverain. Il est possible que cette nouvelle titulature manifeste le dessein de reprendre une politique plus active dans le royaume d’Arles, peut-être en accord avec la curie pontificale. La forme définitive, imposée peu à peu par la chancellerie tréviroise au cours du long épiscopat de Baudouin (1307-1354) et acceptée par Louis IV de Bavière sera archicancellarius per Galliam et regnum Arelatense ; la Bulle d’Or, proclamée par le neveu du prélat, l’empereur Charles IV de Luxembourg, en 1356, la fit entrer définitivement dans les usages diplomatiques. Il est peu vraisemblable que, pour la puissante personnalité de Baudouin, cette titulature n’était qu’affaire de prestige.

21Sans vouloir en tirer des conclusions aventurées, il convient d’indiquer que les pays désignés par cette nouvelle titulature étaient, depuis plus d’un demi-siècle l’objet de mesures particulières de la part de la curie romaine.

  • 19 Ch. Aimond, Les relations de la Franco et du Verdunois de 1270 à 1552, Paris, 1910, xix-574 pp., p (...)

22Dans le domaine de la fiscalité, la curie avait dès 1247 attribué au roi de France les décimes levés en vue de la croisade dans les diocèses dépendant des cités francophones de l’Empire ; la liste en varie par la suite ; elle comprend généralement les diocèses de Cambrai, Liège, Verdun, Toul, Metz, et les provinces ecclésiastiques de Besançon, Lyon, Vienne, Tarentaise et Embrun. Si les provinces d’Aix et d’Arles n’y figurent pas, c’est que les diocèses en étaient habituellement attribués aux Angevins de Provence19.

  • 20 Layettes du Trésor des Chartes, t. IV, éd. E. Berger, Paris, 1902, pp. 302-303, n° 5439, bulle du (...)

23Les notions de limites étaient d’ailleurs assez floues dans l’esprit des clercs de la curie romaine ; une bulle pontificale rappelait en 1258 qu’aucun texte ne définissait la frontière entre le royaume et l’empire20.

24L’installation de la Papauté en Avignon posait d’ailleurs le problème du statut juridique et féodal des villes et territoires passés sous l’administration pontificale.

  • 21 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d’une société, Paris, 1962, pp. 68 (...)

25Théories ou rêveries politiques, particularismes féodaux, problèmes linguistiques et options politiques contribuaient donc à donner aux Pays d’Entre-Deux une physionomie originale au regard des voisins, certains faits semblaient même accentuer ces traits depuis la fin du xiiie siècle. De la Provence à la Flandre, les marchands italiens constituèrent un réseau de comptoirs plus dense qu’en France et Outre-Rhin. La présence de la Papauté en Avignon attirait de nombreux étrangers dans cette ville ; parmi ceux dont on peut, dans un recensement de 1378, déterminer l’origine, les gens des Pays d’Entre-Deux forment une forte majorité21.

3. Résurgence du royaume d’Arles

  • 22 Lettre du duc Jean de Saxe à Rodolphe de Habsbourg, en date du 15 septembre 1281, pour accepter l' (...)

26Après l’Interrègne, il s’avérait que rien ne subsistait de l’action politique, menée pendant près d’un siècle par les Hohenstaufen dans le royaume d’Arles. Un prince allemand avouait en 1281, qu’en raison de la longue vacance du trône, on avait presque perdu la notion des droits et des limites du royaume d’Arles et que l’empire s’en trouvait frustré22.

  • 23 Question traitée par F. Trautz, Die Könige von England und das Reich, 1272-1377, Heidelberg, 1961  (...)

27Cependant les spéculations politiques des curialistes et les ambitions dynastiques de plusieurs maisons princières semblaient devoir rappeler à l’existence le royaume d’Arles. La famille qui manifesta avec le plus de continuité la volonté de reconstituer ce royaume, ce fut la maison d’Anjou. Charles Ier, marié en 1245 à Béatrice, héritière de la Provence, rachetait en 1257, à Raymond des Baux les droits que Frédéric II avait confiés à Hugues des Baux, en 1215. Contre la politique angevine, fortement engagée en Italie, certains papes suscitèrent d’autres candidatures au royaume d’Arles. Les Habsbourg furent impliqués en plusieurs projets. Les Plantegenêts eux-mêmes, dans une vaste manœuvre politique prolongeaient leur action en Champagne, dans le Verdunois et le Barrois, jusqu’en Provence23. Après l’avènement de Henri VII de Luxembourg (1308), c’est le roi des Romains lui-même qui semblait vouloir rétablir la souveraineté de l’Empire sur le royaume rhodanien ; il octroya des diplômes d’investiture, des concessions de péages et en reçut quelques subsides. La mort prématurée de ce souverain en 1313 ne permit pas de réaliser les projets qu’il formait en faveur de son fils Jean, destiné à recevoir le vicariat d’Empire dans le royaume d’Arles.

  • 24 M G H, Legum Sectio IV, Constitutiones, t. V (Hanovre-Leipzig, 1909-1913), pp. 87-88, la conventio (...)

28L’échec de ces projets successifs et contradictoires s’explique d’abord par la résistance de la noblesse de ces pays. Henri VII n’avait pu obtenir l’hommage de Philippe de France comme comte de Bourgogne, ni de Robert d’Anjou, comte de Provence. La convention que passèrent en 1314 le comte Amédée de Savoie et Jean, dauphin de Viennois, marque leur détermination de s’opposer à toute restauration du pouvoir royal24. Quant au roi de France, installé à Lyon et dans le comté de Bourgogne et suzerain de nombreux seigneurs d’Outre-Saône et d’Outre-Rhône, il ne pouvait être tenté par l’offre d’une couronne symbolique. L’acquisition du Dauphiné en 1349 assurait à la monarchie française la route de l’Italie et coupait en deux l’ancien royaume rhodanien.

  • 25 P. Fournier, op. cit„ p. 476. L’anecdote, narrée par Thierry de Niem dans des œuvres publiées quar (...)

29Les désastres de la guerre de Cent Ans permirent à l’empereur Charles IV de Luxembourg, oncle du roi de France Charles V, de donner un dernier éclat à la couronne arlésienne. Ce prince multiplia les actes de souveraineté, créa deux universités, Genève et Orange, et se fit couronner roi dans la cathédrale Saint-Trophime d’Arles, le 4 juin 1365. Cette politique d’apparat cachait mal une impuissance irrémédiable ; le souverain fut même soupçonné d’avoir troqué le royaume contre un bon repas25. Après quelques interventions de Sigismond de Luxembourg, autour de 1415, l’Empire abandonna le royaume d’Arles.

  • 26 Texte des demandes faites par René Ier d’Anjou aux magistrats de Metz (B.N., français 18908, f° 82 (...)

30Les princes des fleurs de lis furent les derniers à évoquer les souvenirs de ce royaume dans leurs desseins politiques. Le mariage de Philippe le Hardi et de Marguerite de Flandre, en 1369, fonde le nouvel Etat bourguignon qui en cette première étape comporte, outre des fiefs français (Flandre, Artois, Nevers) des terres d’Empire (Franche-Comté, Salins, Anvers, Malines). La seconde Maison d’Anjou s’installe en Provence en 1380 ; avant d’en devenir le chef, René Ier obtient le duché de Bar, puis, par mariage, celui de Lorraine en 1431. Il fut le dernier à revendiquer, non seulement le vicariat d’Empire, mais une juridiction souveraine qu’il voulut étendre sur la ville de Metz en 144526.

31Malgré les interventions des princes français, du duc de Savoie et du prince d’Orange, qui se multiplièrent dans les pays rhodaniens de 1419 à la paix d'Arras, 1435, Lyon, « clef des pays de nostre royaume », resta fidèle à Charles VII et l’autorité royale fut rétablie dans le Dauphiné. Il semblait inutile de vouloir opposer à la présence française dans les pays rhodaniens le souvenir évanescent d’un royaume sans assises. Plus au Nord, en revanche, la formation de l’Etat bourguignon insérait entre la France et l’Allemagne une puissance territoriale pour laquelle il était tentant de ressusciter un titre royal.

4. Lotharingie ou Bourgogne ? Arguments historiques de la politique princière

  • 27 J. Schoos, Der Machtkampf zwischen Burgund und Orleans unter den Herzôgen Philipp dem Kühnen, Joha (...)

32Les possessions de Philippe le Bon formaient deux groupes isolés par la Champagne et la Lorraine, et le centre de gravité de l’ensemble se déplaçait vers les régions que l’on commençait à appeler les Pays-Bas. Les lignes de communication entre les territoires bourguignons avaient été visées par les interventions du duc Louis d’Orléans sur la Meuse et la Moselle, dans les premières années du xve siècle27. Brutalement arrêtée par le meurtre du duc en 1409, et différée en raison de la guerre franco-anglaise, cette politique fut reprise par Charles VII, en 1444-1445, lorsqu’il lança ses armées sur la Lorraine et l’Alsace.

  • 28 L'histoire de la formation territoriale dans ses divers aspects a été renouvelée par les études pu (...)

33Du côté de l’Empire, les puissances territoriales les plus imposantes se formaient à l’Est, tandis qu’à l’Ouest, les pays rhénans et mosellans présentaient une mosaïque de mouvances, infestée par les guerres privées. Certaines maisons princières tentèrent de rassembler des terres et d’établir des alliances, comme les comtes palatins, les margraves de Bade ou les princes du Rhin inférieur ; leurs succès furent limités et souvent précaires28. Guerres et coups de main représentaient les moyens habituels de régler les problèmes ; les tentatives de paix générale (Landfrieden) n’avaient guère d’effet. L’empereur incarnait encore le principe monarchique, mais vidé de tout pouvoir efficace ; en face de lui, la diète, représentant les divers « états » de l’Empire, apparaissait surtout soucieuse de défendre le particularisme, et présidait, en fait, à l’anarchie.

  • 29 Le mouvement réformiste qui réclamait la réorganisation de l’Empire a été analysé dans B. Gebhardt (...)

34Cette situation suscitait des projets de réforme. Des œuvres marquées de l’esprit de renouveau nous ne retiendrons ici que deux détails. Thierry de Niem (1340-1418), 1’un des esprits originaux de l’époque, recommandait de rétablir le pouvoir impérial dans les anciennes limites de l’Empire, et notamment en Bourgogne et en Italie. A la génération suivante, un traité d’esprit vigoureusement novateur, la Reformatio Sigismundi, demandait la création de quatre vicariats d’Empire, afin de donner plus d’efficacité à l’autorité souveraine29.

35Il était temps de faire concourir la seule puissance politique réelle, le pouvoir territorial d'un prince, à la réalisation de réformes que ni l’empereur, ni la diète n’étaient en mesure d’accomplir.

36Dans ce contexte apparaît l’idée d’un royaume intermédiaire : en 1447, le chancelier impérial Gaspar Schlick imaginait de proposer au duc de Bourgogne

  • 30 A.M. et P. Bonenfant, op. cit., Le Moyen Age, t. XLV (1935), p. 12.

« de prendre couronne au tiltre d’aucun de ses pays corne de Frise, qui de ancien temps a esté royaume, ou de Brabant, qui est la plus ancienne et excellent duchié de toute la chrétienneté et dont les plus notables princes chrétiens ont naissance »30.

37Du côté impérial, on retrouve les mêmes éléments qu'un siècle et demi plus tôt, à propos du royaume d’Arles. La proposition vient de la chancellerie impériale, elle s'accompagne d’un projet de mariage entre les membres des deux familles princières intéressées, et lorsque les négociations butent sur des difficultés, la solution de rechange apparaît, celle du vicariat d'Empire.

  • 31 H. Grueneisen, Die westlichen Reichsstände in der Auseinandersetzung zwischen der Reich, Burgund u (...)

38De 1447 jusqu’à l’entrevue de Trèves en 1473, les projets d’une royauté ou d’un vicariat d’Empire occupent tour à tour les chancelleries et seront généralement accompagnés d’un projet de mariage princier. Au cours de ces négociations, le souvenir de la Lotharingie se précise. Dès 1447, la chancellerie du duc de Bourgogne imaginait bien le nouveau royaume comme devant comprendre dans sa mouvance les principautés du Rhin inférieur, mais aussi celles de Haute-Lorraine, à savoir Bar, Vaudémont et Lorraine31 :

« pro declaracione autem limitum regni predicti et feodorum ipsius videtur, quod prefatus dominus meus dux Burgundie tenere et habere posset regnum istud simili modo et per talem divisionem olim factam de imperio tempore quondam regis Lotharii, qui per partagium factum cum fratribus suis successoribus Karoli magni imperatoris, suum tenebat et habebat regnum. »

39A quoi la chancellerie impériale répondait :

« De divisione facta tempore regis Lotharii etc, illa facta fuit inter fratres, ubi fuit equalis successio, sed hic fieret divisio inter dominum et vassalum et dimembracio imperii, quam rex nequaquam faciet. »

40Le Grand Duc d'Occident s’entendait donc rappeler sa situation de vassal à l'égard du souverain allemand. Les officiers du duc cependant avaient une conception différente qui apparaît lors d’un conflit de limites entre le comté de Bourgogne et la France en 1452 :

  • 32 J. Richard, Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la frontière du royaume à (...)

« De toute ancienneté ont esté contes et seigneurs palatins, usans et joyssans de tous drois, haultesses d’empire et de souverainneté et non recognoissans en ressort ne en aultre manière quelconque ledit royaume de France.
Et n’est pas chose estrange ne nouvelle que ledit conte de Bourgogne ait seignourie souveraine... car le pays et nacion de Bourgongne a eu de grande ancienneté royaume exellant qui contenoit et s'extendoit en long dès la rivière du Rin, qu’est es parties d’Alemainne, jusques à Arles le Blanc, qu’est es parties de la mer devers Marseilles, et duroit de large dès les pays de Provence, qu’est es parties des Ytalies, jusques es fluves et rivières de Marne et de Seine jusques à la ville de Sens en Bourgongne inclusivement.
Ledit royaume de Bourgongne par divisions et infortunes de guerres fu, jà long temps a, réduit à aultre tiltre et seignorie, et duquel royaume la portion dudit comté de Bourgongne demoura en la haultesse et souverainneté en laquelle ledit royaume de Bourgongne avoit esté entretenu et gouverné32. »

41La grande Bourgogne évoquée ici tient à la fois de la Burgondie franque, de la Lotharingie et du royaume d’Arles.

  • 33 H. Stein, op. cit., Bibliothèque de l'Ecole de Chartes, 98 (1937). pp. 37-40.

42L’idée d’un royaume fondé sur une des principautés bourguignonnes fut encore évoquée à la diète de Ratisbonne en 1454. Mais lors des négociations de 1459-1460, c’est bien l'ancienne Lotharingie qui apparaît, et les instructions d’Antoine Haneron, datées du 1er mai 1460, en donnent une description très précise33 :

« Car l’on treuve par anciennes cronicques que l’Empire ne souloit s’extendre que jusques à Rin, et entre le Rin et le royaume de France estait un royaume bel et grant, contenant plusieurs belles et grandes villes et citez que l’on nommoit le royaume de Lothier, et trouve l’on que le royaulme de Lothier estait ung royaume scitué entre l’Escaut et le Rin et entre Bourgoigne et la mer de Frise, onquel royaume sont trois eglises metropolitaines, assavoir Maiance, Treves et Coulongne, et les cathédrales que s’ensuyvent, Mex, Toul, Verdun, Cambrai, Liege et Utrecht ; et a cause de Lothaire premier roi... »

  • 34 H. Grueneisen, art. cit., p. 35 : « ... ac tibi vicariatum imperii in terris gallicanis ultra Rhen (...)

43Il n'était d’ailleurs pas question de restaurer le royaume, mais simplement de justifier, par cet exemple, les privilèges que demandait le duc. Devant les exigences du duc de Bourgogne, nouveau repli sur la proposition d’un simple vicariat d’Empire, qui fut offert derechef en 1462-1463, lorsqu’il fut question pour la première fois d’un mariage entre Maximilien d’Autriche et Marie de Bourgogne34.

44Les historiens ont bien noté l’accélération du rythme dans la politique bourguignonne depuis l’avènement de Charles le Téméraire en 1467. Son dessein était de parfaire l’assiette territoriale de son Etat par l’acquisition du duché de Gueldre, la soumission de Liège et de Gand, la conquête de la Lorraine et la consolidation des positions bourguignonnes en Alsace ; il aura également des visées sur l’héritage du roi René en Provence. Au cours de ses dix années de règne les évocations historiques prennent une consistance et une cohérence qu’elles n’avaient pas chez les légistes de Philippe le Bon.

  • 35 H. Stein, op. cit., pp. 339-341, publie le texte de la convention établie entre Frédéric et Charle (...)

45Encore peu sensible au prestique de la couronne de roi des Romains, offerte par quelques princes en 1469-1470, Charles le Téméraire semble s’être laissé tenter quand l’empereur lui-même fit des avances et voulut mener de front l’élévation du duc à la dignité royale et le mariage de Maximilien d’Autriche avec Marie de Bourgogne, déjà promise au duc Nicolas de Lorraine. Ce n’est pas le lieu de refaire le récit des négociations de Trêves en 1473 ; il suffira de noter que la tradition bourguignonne semblait l'emporter sur l’idée lotharingienne35.

« Serenissimus dominus imperator consentit illustrissimo domino duci Burgundie restaurare et erigere ac ex nunc restaurabit et eriget regnum Burgundie in personam prefati domini ducis pro se et suis heredibus et successoribus masculis et feminis quibuscumque, cum omnibus dignitatibus, juribus et prerogativis quae ad ipsum Burgundie quandocumque pertinent. »

46La fuite de l’empereur, abandonnant nuitamment son hôte à Trèves, mit fin à ces projets que les princes électeurs ne pouvaient entériner.

  • 36 Cité d’après la Chronique de Lorraine, éd. L. Marchal (Recueil de Documents sur l’histoire de Lorr (...)
  • 37 Voir J. Bartier, Charles le Téméraire, Bruxelles, 1944, p. 234.

47Le duc de Bourgogne accentue alors sa pression sur ses voisins. L’ampleur de ses desseins est révélée par le discours prononcé à Nancy, en novembre 1475, après la conquête de la Lorraine36. « Maintenant je suis entre Alemaigne et France plus fort que devant. Tous me craindront ; ils cognoissent que je suis puissant. » Nancy devait devenir le centre administratif de l’Etat bourguignon. L’idée lotharingienne était formulée avec netteté et fondée sur une réalité politique ; c’était le duc de Bourgogne qui la définissait à son profit dans la capitale de la Lorraine ducale37.

48La mort de Charles le Téméraire mit fin à ces projets grandioses. La victoire de Nancy, remportée par les milices suisses, les contingents des villes alsaciennes et les fidèles de René II de Lorraine, marquait le triomphe du particularisme auquel le Téméraire s’était heurté partout. Lorsque se réalisa le mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien d’Autriche, l'héritage bourguignon se trouvait engagé dans un complexe territorial et politique qui, avec les Grandes Découvertes, allait prendre des dimensions mondiales et servir des desseins bien plus ambitieux que ceux des ducs de Bourgogne.

5. En marge des nouvelles puissances : particularisme ou patriotisme ?

  • 38 M.A. Arnould, L’empereur Maximilien songea-t-il à ériger les Pays-Bas en royaume ?, Revue de l’Uni (...)

49Dans le jeu des forces politiques tel qu’il se dessine avec la formation de l’empire des Habsbourg et les progrès de la monarchie française, les pays d’Entre-Deux avaient à définir leur attitude dans des perspectives nouvelles, celles d’une lutte pour l’hégémonie en Europe. De la Méditerranée au Rhône moyen, le pouvoir du roi de France ne devait plus être sérieusement contesté après l’acquisition de la Provence, en 1481. L’idée d'un royaume d’Arles ou d’un royaume de Bourgogne disparaît de l’arsenal juridique ou rhétorique des diplomates et juristes38. Mais du Rhône moyen à la mer du Nord, l’héritage du Téméraire restait l’un des enjeux de la lutte entre les Valois et les Habsbourg.

  • 39 P. Bonenfant, Les projets d'érection, p. 168.

50Dans cette région qui s’étendait sur l’ancienne Lotharingie et la Bourgogne impériale, les possessions bourguignonnes, passées à la maison d’Autriche, restaient groupées dans une des divisions territoriales entre lesquelles Maximilien avait fait répartir l’Empire ; elles formaient le Cercle de Bourgogne (Burgundischer Kreis) qui finit par comprendre la Flandre et l’Artois, détachés de la mouvance française. L’œuvre administrative commencée par les ducs de Bourgogne était continuée par les Habsbourg. Divers projets d’érection des Pays-Bas en royaume virent le jour dans les premières décennies du xvie siècle ; ce fut, selon les termes de P. Bonenfant « l’un des éléments du programme de centralisation et d’unification monarchiste des princes de la Maison d’Autriche »39.

51Hors du domaine bourguignon, la région restait divisée entre de nombreux territoires et seigneuries, où les duchés de Savoie et de Lorraine représentaient des entités plus importantes, sollicitées par les puissances rivales.

  • 40 Br. Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, 8e éd., t. I (Stuttgart, 1955), pp. 322-323.
  • 41 A. Diehl, Heiliges römisches Reich deutscher Nation, Historische Zeitschrift, 156 (1937), notammen (...)
  • 42 W. Andreas, Deutschland vor der Reformation, 5e éd., Stuttgart, 1948, pp. 230-231.

52Il se posait pour eux le problème de leur place dans l’Empire. Les mouvements réformistes avaient fini par aboutir à des compromis entre Maximilien et les Etats de l’Empire ; la diète de Worms de 1495 avait proclamé la paix générale et défini ses exigences, réorganisé la Chambre Impériale comme juridiction suprême et établi un impôt d’empire ; la création des cercles fut, semble-t-il, l’élément le plus efficace de cette réforme40. A la même époque, l’Empire romain s’affirma « de nation germanique », accentuant un mouvement « national » sensible depuis quelques générations. La capitulation électorale, acceptée par Charles-Quint lors de l’élection impériale de 1519, insistait sur le caractère allemand de l’Empire et imposait au souverain de ne recourir, pour le « régiment » et l’administration, qu’à des hommes de nation germanique41. Les états « welsches » de l'Empire se sentaient de plus en plus étrangers à un corps politique, mené par les électeurs et quelques autres princes42.

  • 43 Cité par P. Marot, Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450..., Le Moyen Age, t. 37 (1 (...)

53Du côté français, Gilles le Bouvier, héraut d’armes de Charles VII, s’était déjà étonné d’entendre les Lorrains se dire « Allemands, combien qu’ils parlent françois »43. Le nationalisme linguistique, dont le cheminement est délicat à déceler, devient l’une des composantes des problèmes avec la défense des « libertés » et des « coutumes ».

  • 44 Br. Gebhardt, Handbuch, II, pp. 12-13 ; W. Andreas, op. cit., pp. 229-230.

54Dans ce climat, l’opposition aux réformes de l’Empire se manifestant dans toutes ses régions, prenait un caractère particulièrement net aux limites des pays allemands. Ce mouvement reste à étudier dans son ensemble, bien que les étapes en soient connues. Des états ou communautés de l’empire refusent les « nouveautés » notamment la juridiction de la Chambre Impériale et l’impôt commun. Les cantons suisses prennent les armes et après une guerre très dure obtiennent à la paix de Bâle, 1499, leur exemption de la juridiction impériale et des impôts ; les villes de Bâle et de Schaff house rejoignent la confédération en 1501. En fait un nouvel état est né, même si la reconnaissance de son indépendance tardera jusqu’en 164844.

  • 45 H. Plrenne, Histoire de Belgique, t. III, 2e éd., Bruxelles, 1912, pp. 139-142.
  • 46 Ibid., p. 142.

55Comme princes territoriaux, Maximilien et Charles-Quint n’étaient pas disposés à accepter des réformes que ; les états de l’Empire entendaient développer à leur profit plutôt qu’en faveur de la monarchie impériale. Par intérêt dynastique l’empereur, renonçant à en faire un royaume, s’attachait à préserver l’autonomie de ses domaines des Pays-Bas où l’on refusait de reconnaître la juridiction de la Chambre Impériale et de payer l’impôt commun. Les transactions d’Augsbourg, du 26 juin 1548, et leur confirmation, la Pragmatique Sanction, du 4 novembre 1549, faisaient aux Pays-Bas dans l’Empire une situation analogue à celle qui avait déjà été reconnue aux Suisses et au duc de Lorraine45. Aux Pays-Bas « 1'unité nationale s’accomplit au profit d’une puissance étrangère et la contradiction qu’elle implique prépare, à l’insu de tout le monde, la révolution prochaine »46. Une nouvelle nationalité, un nouvel état allaient naître de cette révolution et d’une longue guerre.

  • 47 R. Parisot, Histoire de Lorraine, t. I, Paris, 1919, pp. 360-366.

56Revenons à la région lorraine. Depuis la défaite du Téméraire, la concentration territoriale y avait fait des progrès au bénéfice du duché de Lorraine ; mais les trois cités de Metz, Toul et Verdun échappaient toujours au duc et les principautés épiscopales, bien que largement entamées par les engagères et administrées par des princes lorrains, n’auraient pu être unies au duché sans soulever de graves oppositions dans l’Empire47.

57La situation est remarquablement analysée dans un mémoire rédigé à l’usage des magistrats messins, au début de l’année 1533. Metz se trouvait isolée et mesurait sa faiblesse militaire ; il était constaté que les villes d’Empire étaient trop éloignées et ne parlaient pas la même langue. Et le mémoire continuait :

  • 48 Archives communales de Metz, AA 10, pièce 51. Le document est analysé et replacé dans son contexte (...)

« il est tout aussi notoire et manifeste que lesdites maisons de Bourgogne et de France sont continuellement en picques, discussions et dangers de guerre l’une contre l’autre, par quoy si ladite cité estoit joincte à l'une ou à l’autre, elle serait en ce même dangier »48.

58Metz refusait de reconnaître la juridiction de la Chambre Impériale et faisait des difficultés pour payer l’impôt commun. Les magistrats se proclamaient vicaires-nés du Saint-Empire et revendiquaient de ce fait « le régime, conduicte, gouvernement et l’entière administration et justice de la dite cité ». Quant à l’impôt, les députés de la ville devaient

« remonstrer à Sa Majesté la scituation de ceste cité, la povreté et indigence d’icelle, et les gros affaires qu’elle a heu par cy devant et en apparance d’avoir cy-après, et tascher, devers saditte Majesté, si possible est tenir ceste cité exempte desdittes aydes ».

59Toutefois, pour sauver la chrétienté des Turcs,

  • 49 Histoire de Metz, t. VI (Metz, 1790), p. 770 ; dans l'acte notarial dressé à l'occasion de l'entré (...)

« sy est-il raisonnable que ceste ditte cité luy (à l’empereur) baille, en don gratuit, quelque bonne grosse somme, que poura estre moyen de laditte exemption »49.

60La position du duc de Lorraine était identique. Dès 1529, Ferdinand, roi des Romains, avait fait savoir à son frère l’empereur que le duc était décidé aux mesures extrêmes pour refuser la juridiction de la Chambre Impériale :

« Et a ceu qu’ay peu entendre, avant que de respondre devant ladite chambre, veu que de toute ancienneté ne l’a faict, il et sa noblesse mectront plutost leurs personnes et leurs biens pour en actandre la fortune » (20 avril 1529).

61Quand le duc eut contribué à l’imposition pour la guerre contre les Turcs, il se fit donner des lettres de non-préjudice, notant qu’il avait contribué

  • 50 Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Karl V, t. VII, 1 (Stuttgart, 1935), pp. 862 et n. 2.

« seulement de son franc, pur et libéral vouloir non point a cause de l'empire, mais pour amyablement condescendre à vostre priere et exhortation et non pour aultre cause, affaire, question ou guerre » (20 mai 1529)50.

62L’impuissance à laquelle était réduite la diète impériale est fort bien exprimée dans un rapport du procureur fiscal impérial, datant de la même époque. Après avoir constaté que le duc de Savoie, le prince de Chalon (Orange), le duc de Lorraine, les évêques de Lausanne, Genève, Toul, Verdun et Metz refusaient l’impôt, il demandait que l'on délibérât spécialement sur le cas des états « welsches » sans dissimuler le caractère inextricable de la situation.

  • 51 Ibid., p. 1366 : Conclusions de la Commission chargée d’examiner les suppliques présentées à la di (...)

« Car, dit-il, si l’on procède contre eux avec sévérité, en les mettant au ban de l’empire et en les privant des droits régaliens, on pourrait les éloigner de l’empire et les en exclure, pour les conduire de ce fait à accepter une autre souveraineté. Mais si l’on n’entreprend rien contre eux, on n’en tirera pas plus de profit et l’empire perdra ses impositions51 ». (

  • 52 C’est le titre du mémoire de N. de L'Escur, cité n. 55.

63Duché, évêchés et cités de Lorraine mirent à profit cet embarras pour arracher des concessions à la diète impériale ; mais ils menèrent leurs revendications en ordre dispersé. En raison de l’état des archives nous sommes mieux renseignés sur les affaires lorraines. Le duc fit entrer en lice juristes et humanistes « pour deffention de l’exemtion, franchise et liberté de la duchié de Lorraine »52. Les objectifs étaient nettement formulés :

  • 53 Ce mémoire, f° 452.

« Je conclud ledict pays et duchié de Lorraine franche, exempte et privilégiée de toutes servitude et subjection quelconque mondaine53. »

64Et plus nettement encore :

  • 54 Mémoire de 1541-1542, Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 416, f° 47-51, édité par H. Lepage dans Rec (...)

« Le duché de Lorraine est une monarchie et principauté libre de la chrestienté, non subjecte au Sainct Empire54. »

  • 55 Sur le plus ancien de ces traités, l’étude de P. Marot, La brève généalogie du duc de Lorraine Ren (...)

65Restait à justifier ces prétentions devant les instances de l’Empire et éventuellement devant le Parlement de Paris, lorsque le duc y était cité pour le Barrois mouvant. Pour y parvenir, les princes lorrains engagèrent des juristes et des lettrés. Des œuvres nombreuses furent composées en un demi-siècle pour soutenir les prétentions des ducs à la souveraineté et à l’indépendance55.

66Les historiens ont généralement méprisé ces ouvrages, et notamment leurs parties légendaires. Or ce sont précisément ces souvenirs confus et glorieux qui pouvaient séduire les populations, sans convaincre pour autant les légistes de la partie adverse.

  • 56 D’après les documents étudiés par J. Schneider, Notes sur quelques documents concernant les cités (...)
  • 57 L. Davillé, Les prétentions de Charles III, duc de Lorraine, à la couronne de France, Paris, 1908.

67Dans cet arsenal pseudo-historique et pseudo-juridique confluent tous les thèmes de l’histoire légendaire de la Maison de Lorraine56. Il est cependant surprenant de constater que les légistes du duc n’insistaient guère sur le souvenir du royaume carolingien dont leur Etat perpétue le nom. Leur ascendance carolingienne ne devait leur être perceptible que par leurs alliances avec la Maison de France, notamment après les mariages angevins. Or la royauté française avait, depuis le xiie siècle, mobilisé à son profit la légende carolingienne ; s’affirmant héritière de l’Empire dans son ensemble, la monarchie française ne pouvait être contestée par le souvenir d’un partage éphémère de cet empire. Il faut attendre le règne de Charles III, duc de Lorraine, et ses interventions dans les Guerres de Religion, pour voir apparaître plus nettement les thèmes carolingiens, en même temps que la candidature au trône de France ; encore le souvenir de Godefroid de Bouillon concurrença-t-il celui de Charlemagne dans les écrits de propagande57.

  • 58 L'ouvrage de R. Gaguin a été imprimé quatre fois de 1495 à 1501, puis diverses reprises au xvie si (...)
  • 59 D’après un mémoire de 1532, édité par O. Winckelmann dans son article cité n. 65, p. 199. Mais l'a (...)
  • 60 M.A. Arnould, art. cit., p. 265.
  • 61 S. Champier, op. cit. [f° 10 r°] ; N. Volcyr, op. cit., f° 4 v°.

68Puisqu’il fallait des arguments historiques, les agents du duc de Lorraine allèrent d’abord les chercher dans un passé plus lointain, l’époque mérovingienne, le royaume d’Austrasie. Les connaissances historiques étaient mieux assurées. Robert Gaguin avait publié son Compendium de Francorum origine et gestis, ouvrage qui a visiblement été utilisé dans les mémoires des juristes et diplomates58. Il était sans doute tentant de rappeler aux agents de l’empereur que ce royaume d’Austrasie existait bien avant la translation de l’Empire aux Germains59. Mais la Maison d’Autriche, installée aux Pays-Bas, pouvait, elle aussi, invoquer les souvenirs et ne s’en faisait pas faute60. Quant au Parlement de Paris, le procureur général du roi y réfutait aisément ces arguments historiques ; entre Clovis et Clotaire Ier, le souvenir de Thierry Ier, roi d’Austrasie, s’éclipsait61.

69Finalement c’est dans la Lotharingie du xe siècle qu’on trouva les exemples historiques pour appuyer cette politique. Le royaume d’« Austrie mosellanique » était assimilé à la Lotharingie et à la Lorraine ; deux personnages étaient appelés à servir de caution pour ces revendications, Regnier au Long Col et Charles de Basse-Lorraine, l’un marquis souverain et l’autre duc indépendant du royaume lotharingien.

70Confusions et contradictions abondaient dans ce fatras, comme l’observait Edmond du Boullay :

  • 62 E. du Boullay, op. cit., f° b 1.

« Et en cest endroict me veulx un peu arrester pour esclaircir et accorder les diverses opinions de tant d’historiographes gaulloys, germains et latins, qui ont diversement escript de l'antique origine du nom de Lorraine et de la première institution du souverain tiltre de marchis en Lorraine, tellement qu’entre si grande diversité d’opinions, sembleroit trop plus tost obtenebrer ladicte institution que la perpetuer62. »

  • 63 A. Calmet, Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, 1re éd„ t. III, Nancy, 1728, preuves, c. (...)
  • 64 Ibid., c. 393-398.

71Ces argumentations n'impressionnèrent pas les légistes du roi de France qui par la convention du 15 novembre 1541 limitaient l’exercice des « droits de régale et de souveraineté » dans le duché de Bar à la vie du duc et de son fils François63. L’année suivante l’action entreprise à l’égard de l’Empire depuis 1523 aboutissait au traité de Nuremberg, du 26 août 1542 : cette convention maintenait le duché de Lorraine sous la protection de l’Empire, limitait aux deux tiers de la contribution d’un prince électeur les impositions d’Empire, déclarait la Lorraine « duché libre et non incorporable », et l’exemptait de la juridiction de la Chambre Impériale64.

  • 65 Les négociations préparatoires au traité de Nuremberg ont été étudiées, d’après un dossier des arc (...)

72Ce compromis de Nuremberg a été tour à tour interprété comme sanctionnant l’indépendance de la Lorraine ou comme un tissu de contradictions n’entamant pas la souveraineté de l’Empire65. En fait, cette convention s’insérait dans le fil d’une politique qui avait reconnu aux cantons suisses des avantages comparables au traité de Bâle de 1499 et devait valoir aux Pays-Bas la transaction d’Augsbourg de 1548. Réalisés dans des conditions géographiques, politiques et économiques très différentes, ces statuts juridiques analogues pouvaient sans doute conduire à l’indépendance, mais par des voies diverses ; pour les cantons suisses comme pour les Pays-Bas, ce fut le recours aux armes.

73En Lorraine, l’entrée des troupes de Henri II dans les Trois-Evêchés en 1552 préludait à l’unification de la région dans le cadre de la monarchie française. Poursuivant leur politique de neutralité, les ducs de Lorraine pouvaient nourrir l'illusion que leur sagesse valait à leurs sujets la paix et la prospérité. Ainsi se dégageait le tableau d’une Lorraine idyllique telle qu’on la trouve décrite par des voyageurs irlandais qui, au début du XVIIe siècle, se faisaient l’écho de leurs hôtes lorrains :

  • 66 Description tirée du récit des nobles irlandais en fuite vers l'Italie, en 1608 ; ils passèrent à (...)

« Ce pays est un jardin situé au milieu de la chrétienté et ne devant obéissance ni soumission à quelque roi ou prince de ce monde, mais toujours ferme, fort et indomptable dans la foi de l’Eglise de Dieu66 ».

74Image d’un particularisme triomphant dans une perspective qui se voudrait encore universelle.

75Au terme de cette vue d’ensemble, où les problèmes n’ont pu être qu’abordés, il sera permis de dégager quelques directions de recherches.

  • 67 Selon les documents publiés par P. Marot, L'expédition de Charles VII, p. 149.
  • 68 C. Le Bret, Traité de la souveraineté du roi, de son domaine et de sa couronne, Paris, 1632.

76Le genre littéraire que représentent les productions des légistes et diplomates, « orateurs ou secrétaires » des princes et des villes, traduit leur désir de briller par des citations savantes, des références érudites. La rhétorique a donc sa part dans ces affabulations. On peut se demander quelle importance leurs auteurs mêmes y attachaient. Ainsi lors des négociations de Metz, en 1445, les agents de Charles VII et de René Ier d’Anjou revendiquaient les uns la souveraineté, les autres les droits comtaux et la juridiction sur la ville, demandes inspirées par des traditions légendaires. Elles disparaissent dans les documents auxquels les princes voulurent bien « se restraindre et condescendre pour parvenir en appoinctement avec ceux de Mets »67. Abandonnées lorsqu’on en était venu aux discussions sérieuses, ces références devaient reparaître plus tard. La tradition carolingienne inspirera encore les traités sur les Droits du Roi, rédigés au xviie siècle68. Le retentissement qu’a pu avoir cette érudition, fausse ou vraie, reste néanmoins surprenant et doit trouver son explication dans des faits de mentalité qui restent à étudier.

  • 69 J. Huizinga, L’Etat bourguignon, ses rapports avec la France et les origines d’une nationalité née (...)

77En raison de la situation géographique des Pays d’Entre-Deux, le particularisme caractéristique de la société médiévale y a pris plus de vigueur. Des arguments linguistiques y ont eu quelque influence ; les intérêts économiques n’y ont pas été étrangers ; mais la défense des libertés coutumières a été le principal motif d'une opposition à l’appareil politique que la monarchie administrative mettait en place. L’un des éléments essentiels est que la situation semblait leur laisser le choix entre plusieurs options. Si les historiens ont étudié les progrès de la centralisation monarchique, ils ont généralement donné moins d’attention aux oppositions particularistes dans leurs aspects culturels, linguistiques et sociaux. Dans les Pays d’Entre-Deux, ces habitudes mentales et ces attitudes politiques ont déterminé des évolutions diverses ; pour les uns ce fut « la naissance d’une patrie »69, (pour d’autres l’entrée dans une nation déjà en voie de formation.

  • 70 A titre indicatif, quelques références :
    E. Longin, La nation comtoise, Académie des Sciences, Bell (...)

78Aux historiens des périodes plus récentes, il reviendrait de nous expliquer dans quelles conditions ces particularismes ont pu survivre et influencer la vie politique des siècles suivants. Il serait également intéressant de préciser quel climat humain favorise dans les mentalités les résurgences de ces attitudes, voire des créations artificielles où l’on recourt aux phantasmes déjà évoqués par le Moyen Age70.

  • 71 Histoire de France, dir. par E. Lavisse, t. I, 1re partie, Tableau de la géographie de la France, (...)

79En conclusion, on serait tenté d’appliquer aux Pays d’Entre-Deux ces lignes de P. Vidal de la Blache, concernant la Bourgogne : « La position est propre à inspirer des tentations illimitées d’accroissement et de grandeur ; on s’explique le rêve de Charles le Téméraire. Mais il y a dans la structure géographique un principe de faiblesse interne pour les dominations qui essayèrent d’y prendre leur point d’appui71. »

Notes

1 A.M. et P. Bonenfant, Le projet d’érection des Etats bourguignons en royaume en 1447, Le Moyen Age, t. XLV (1935), pp. 10-23.
P. Bonenfant : Les projets d’érection des Pays-Bas en royaume du xve au xviiie siècle, Revue de l’Université de Bruxelles, t. XLI (1935-1936), pp. 151-169 ; La persistance des souvenirs lotharingiens, Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, fasc. XXVII (1952), pp. 53-64 ; Etat bourguignon et Lotharingie, Académie royale de Belgique. Bulletin de la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 5e série, t. XLI (1955), pp. 266-282 ; Philippe le Bon (Coll. Notre Passé), 3e éd., Bruxelles, 1955.

2 On ne saurait présenter ici toute la bibliographie concernant la vie économique des Pays-d’Entre-Deux, très abondante, notamment pour les régions riveraines de la Mer du Nord et celles de la Méditerranée. D’excellentes études ponctuelles ont été faites par H. Ammann et R. Sprandel, principalement à partir des documents publiés. Des recherches en cours, exploitant les registres de comptes, permettront de distinguer plus nettement les aires de circulation et les époques dans l’évolution des échanges commerciaux.
On peut citer quelques études récentes :
R. Marchal, Les voies de communications terrestres et fluviales entre les Pays-Bas et l’Italie au xve siècle, Hommage au Professeur Paul Bonenfant, Bruxelles, 1965, pp. 601-619, avec carte ;
H. Kellenbenz, Die Wirtschaft in Deutschland, Italien und Frankreich im 14. Jahrhundert, insbesondere ihre verkehrswirtschaftliche Verflechtungen, in Der deutsche Territorialstaat im 14. Jahrhundert, I (Vorträge und Forschungen, XIII), Sigmaringen, 1970, pp. 197-223.
F. Denel, La navigation sur le Rhône au xve siècle d'après le registre du péage de Baix, Annales du Midi, t. LXXXII (1970), pp. 287-299.

3 P. Taylor, Gerbert de Mez. Chanson de geste du xiie siècle (Publ. de la Faculté des Lettres et Philosophie de Namur, fasc. 11), Louvain-Lille, s.d. (1952), pp. XIII-XIV.

4 Selon un mot de Jean de Lannoy, cité par B. de Lannoy et G. Dansaert, Jean de Lannoy, le bâtisseur (1410-1493), Paris-Bruxelles, s.d., p. 120.

5 R. Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Etude sur les origines de la classe de robe (Annales de l’Université de Lyon, 3e série, fasc. 37), Paris, 1964, voir pp. 295-308.
J. Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire (Académie Royale de Belgique. Classe des Lettres, Mémoires in-8°, t. L, fasc. 2), Bruxelles, 1955. Nous n’avons pu consulter un D.E.S. soutenu devant la Faculté de Droit de Dijon en 1967 : P. Bodineau, Les gens de loi au service de la commune de Dijon à la fin du Moyen Age.
A titre de comparaison, voir B. Guénée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Sentis à la [in du Moyen Age (Publ. Fac. Lettres de Strasbourg, fasc. 144), Paris, 1963, notamment pp. 185-216, 349-351, 384-386.
R. Fedou, op. cit., la carte des centres universitaires fréquentés par les Lyonnais (1360-1500).
Des jeunes gens de Porrentruy viennent aux écoles de Dijon au xve siècle, voir Annales de Bourgogne, XLI (1969), p. 213.
Une note suggestive de H. Nelis, Clercs des Pays-Bas à l'université d’Avignon en 1394, Revue belge de philologie et d’histoire, II (1923), pp. 707-709.

6 P. Kibre, The nations in the Medieval Universities (Médieval Academy of America, Publ. n. 49), Cambridge (Mass.), 1948. Nations bourguignonnes à Bologne dès 1265 (p. 9), à Orléans (pp. 135-135), Aix (p. 154), Padoue (p. 116).
Pour Bologne, S. Stelling-Michaud, La nation de Bourgogne à 1'Université de Bologne du xiiie au xvie siècle, Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romans, 18 (1956), pp. 7-43.

7 Quelques notes sur le climat intellectuel de la Lorraine au début de l'époque moderne dans J. Schneider, Claude Chansonnette (Cantiuncula), jurisconsulte et humaniste messin (vers 1490-1550) au service de la Maison de Lorraine, Hommage à Lucien Febvre, Paris, 1954, pp. 231-239.

8 Les tractations des princes allemands sont traitées par W. Ktenast, Die deutschen Fürsten im Dienste der Westmächte bis zum Tode Philipps des Schönen von Frankreich, I, II-l, Utrecht-Munich, 1924-1921 (Bijdragen van het Instituut voor middeleeuwsche geschiedenis der Rijksuniversiteit te Utrecht, X, XVI) ; et dans l'ouvrage plus discuté du même auteur, Deutschland und Frankreich in der Kaizerzeit (900-1270), Leipzig, s.d., 1943.
Pour la période postérieure, voir les études de F. Trautz (citée n. 23) et de H. Grueneisen (voir n. 31).

9 W. Kienast, Studien über die französischen Volksstämme des Frühmittelalters (Pariser Historische Studien, VII), Stuttgart, 1968, pp. 23-42, les Burgondes. Il est fait allusion au proverbe qualifiant les Lorrains de « vilains (paysans), traîtres à Dieu et au prochain ». Voir aussi J. Malsch, Die Charakteristik der Völker im altfranzôsischen Epos, Diss., Heidelberg, 1912 ; P. Marot, Neufchâteau en Lorraine au Moyen Age, Nancy, 1932, pp. 76-78, parle de l'attitude des Neufchâtelois qui « cherchaient à bénéficier de leur situation équivoque, politique classique des pays de marche ». Le duc de Savoie au prince d'Orange, en 1430 : « Un des privilèges de la noblesse de Savoie est de servir indifféremment ceux qui lui plaisent... la voie la plus sûre pour l'avoir de son côté est de lui faire les offres les plus avantageuses », cité par J. Deniau, La commune de Lyon, p. 551.

10 Opinion émise par M. Powicke, The Thirteenth Century (Oxford History of England, 4), Oxford, 1953, p. 233.

11 H. Conrad, Deutsche Rechtsgeschichte, Bd. I, Frühzeit und Mittelalter, Karlsruhe, 1954, p. 257 (vicariat du pape), p. 319 (vicariat d’empire).
F. Baethgen, Der Auspruch des Papsttums auf das Reichsvikariat, Mediaevalia, I (Schriften der Monumenta Germaniae Historica, XVII-1), 1960, pp. 110- 185.
Deux dissertations inédites mais multigraphiées ont pu être consultées sur le vicariat d’Empire : H. Fricke, Reichsvikare, Reichsregenten, Reichsstatthalter des deutschen Mittelalters, Goettingen, 1949, et W. Wendehorst, Das Reichsvikariat nach Goldenen Bulle, Goettingen, 1951.

12 F. Kern, Die Reichsgewalt des deutschen Königs nach dem Interregnum, Historische Zeitschrift, 106 (1911), pp. 39-95, et réédition Darmstadt, 1959, 66 p. Nous citons d’après la H. Z. : sur l’attitude de Jean de Chalon, p. 44 et n. 4 ; la présence de l’empereur nécessaire pour l’exercice du pouvoir, pp. 50-51. Le texte sur Othenin est édité dans M G H, LL - Constitutiones, t. III, p. 484, n » 503.

13 Histoire de Metz, t. IV, Preuves, Metz, 1775, p. 461. Procès devant la cour impériale à propos de Frischmann, marchand de Francfort, en 1394 : La citeit de Mes, ancienne, puissans d'armes, tenable en la fédération romaine, joieusset d'ycelle liberteit, franchise ou immuniteit, que li Roix des Rommains, qui n’est mie encor promeus en empereur, n’ait alcune jurisdiction en ycelle citeit, en citains et habitans d’icelle ; et que ycelle citeit et les siens ne sont mie tenus de recognoistre ung tel roix pour leur signour, ne de obéir a lui, jusques ad tant qu’il serait promeus en emperour.

14 B. Birckmann, Die vermeintliche und die wirkliche Reformschrift des Dominikanergenerals Humbert de Romanis, Fribourg/Br., 1916, cite p. 27 le passage original et pp. 30-31 le passage interpolé ; les deux sont comparés aussi dans l'Histoire littéraire de la France, t. XXXV (1934), p. 175, à propos de Bernard Gui.

15 H. Grauert, Jourdain d’Osnabruck et la Notifia Saeculi, Mélanges Paul Fabre, Paris, 1902, pp. 330-352, le passage visé p. 345, est tiré du Tractatus de Praerogativa imperii romani, édité par G. Waitz, in Abb. der Gesellschaft der Wissenschaften zu Goettingen, XIV (1869), pp. 71 ss. La mention des quatre loca principalia se trouve pour la première fois, semble-t-il, au xiie siècle, dans Godefroid de Viterbe, M G H, Scriptores, t. XXII, p. 221.

16 J. Ficker, Forschungen zur Reichs-und Rechts-geschichte Italiens, t. II (Innsbruck, 1869), p. 460 n. Les arguments présentés par Fr. J. Voeller, Der Teilungsplan des Papstes Nicolaus III, Historisches Jahrbuch, XXV (1904), pp. 64-81, ne sont pas convaincants ; le pape a pu songer à reconstituer le royaume d'Arles, sans établir le plan des quatre royaumes. Ces questions ont été évoquées, avec clarté et précision, par W. MOHR, Alexander von Roes in der universalen Reichsauffassung nach dem Interregnum, Miscellanea Medievalia, V (Berlin, 1968), pp. 270-300, pour le plan des quatre royaumes, p. 297.

17 R. Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950, pp. 487-488. Cf. A. Werminghoff, Die Quaternionen der deutschen Reichsverfassung, Archiv fur Kulturgeschichte, III (1905), pp. 288-300.

18 H. Bresslau avait fait le point sur cette question dans son Handbuch der Diplomatik, I (Berlin), pp. 516-518. Un article posthume du même auteur éclaire les origines de la titulature : Die ältesten Zeugnisse für das Erzkanzleramt der Erzbischöfe von Trier, Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 19 (1967), pp. 27-40. Pour la chancellerie du royaume de Lorraine, voir H. Bresslau, op. cit„ pp. 419-420 et Th. Schieffer, Die lothringische Kanzlei um 900, 1958, tiré à part de Deutsches Archiv, t. 14.

19 Ch. Aimond, Les relations de la Franco et du Verdunois de 1270 à 1552, Paris, 1910, xix-574 pp., pp. 36-38, décimes levés en 1247, 1263, 1267 par le roi de France dans les diocèses francophones de l’Empire, Cambrai, Liège, Verdun, Toul, Metz. La question mériterait une nouvelle étude pour la seconde moitié du xiiie s. ; les registres des papes fournissent d'abondants documents, notamment pour le décime accordé pour la guerre d’Aragon par Martin IV et Honorius IV (ex. nos 476, 615, 991, 1143).

20 Layettes du Trésor des Chartes, t. IV, éd. E. Berger, Paris, 1902, pp. 302-303, n° 5439, bulle du pape Clément IV au roi de France, en date du 29 nov. 1268 « ... fines quidem Imperii discretos a finibus regni tui in nulla scriptura vidimus, et eos distinguere nesciremus, quamvis audieremus ab antiquis quod in locis aliquibus distinguuntur per flumina, in aliquibus per provincias, in aliquibus per diocèses ; sed hoc penitus ignoramus ».

21 B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376). Etude d’une société, Paris, 1962, pp. 683-685, parle de la « grande voie Provence-Lorraine de l'immigration », et donne la répartition par pays des immigrants dont on peut déterminer l'origine ; les Lorrains et les Bourguignons y forment les contingents les plus forts. Le sujet est repris par l’auteur dans l’article « Hommes, marchands, influences à travers le couloir rhodanien vers Avignon, au xive siècle », Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Année 1964, Paris, 1967, pp. 141-153. Il y est noté que « ces immigrés semblent s'être placés à un niveau social moyen », entre les Italiens, hommes d'affaires et légistes, et les montagnards de Haute-Provence et des Cévennes, hommes de peine. « ... l’effectif des Lyonnais, des Bourguignons, des Lorrains qui entrèrent dans les offices apostoliques, a été très réduit. Ils firent carrière, sans éclat, dans des emplois administratifs et domestiques. Ils ne s’introduisirent guère mieux dans les maisons canoniales. Les ambitions que les clercs de ces régions pouvaient nourrir ne furent pas exaucées, faute de hauts dignitaires ou de princes influents pour en assurer le succès » (pp. 148-149).

22 Lettre du duc Jean de Saxe à Rodolphe de Habsbourg, en date du 15 septembre 1281, pour accepter l'éventuelle reconstitution du royaume d’Arles, en exceptant le comté de Bourgogne, Besançon et Lausanne : « ... regnum Viennense... per vacationem diuturnam immo longissimum ducentorum annorum et amplius sit destructum in tantum quod ipsius regni iurium et liminum memoria vix existat et ex hoc Romanum imperium utilitatibus debitis et honore congruo defraudetur », publié dans S.B. der Wiener Ak„ Phil. Hist. Kl., XIV, p. 171.
L’étude fondamentale pour la partie rhodanienne reste le livre de P. Fournier, Le royaume d'Arles et de Vienne (1138-1378), Paris, 1891, xxii-554 pp.
Pour le Comté, voir J.Y. Mariotte, Le comté de Bourgogne sous les Hohenstaufen, 1156-1208, Paris, 1963 ; R. Grieser, Das Arelat in der europäischen Politik von der Mitte des 10. bis zum Ausgang des 14. Jahrhunderts, Iena, 1925 ; F. Baethgen, Das Königreich Burgund in der deutschen Kaiserzeit des Mittelalters, réimprimé dans Mediaevalia, I (1960), pp. 25-50. Ne pas négliger l’ouvrage de F. Trautz, cité n. 23. Voir dans P. Fournier, op. cit., pp. 105-113, 117, les chapitres concernant les premières interventions de Frédéric II et la création de vice-rois ; le revirement de la politique de l’empereur, après 1234, pp. 138 et ss.

23 Question traitée par F. Trautz, Die Könige von England und das Reich, 1272-1377, Heidelberg, 1961 ; voir pp. 106-108 (relations de Henri III d’Angleterre avec la Provence et la Savoie), pp. 123-126 (projet de rétablissement du royaume d’Arles en 1278 pour un prince d'Anjou, puis pour un prince anglais), p. 140 (alliance avec les nobles franc-comtois en 1297).
Voir également P. Fournier, op. cit., pp. 197 et ss., la politique de Thomas de Savoie.

24 M G H, Legum Sectio IV, Constitutiones, t. V (Hanovre-Leipzig, 1909-1913), pp. 87-88, la convention entre les deux princes, du 17 oct. 1314.

25 P. Fournier, op. cit„ p. 476. L’anecdote, narrée par Thierry de Niem dans des œuvres publiées quarante ou cinquante ans après l’avènement supposé, a connu une large diffusion.

26 Texte des demandes faites par René Ier d’Anjou aux magistrats de Metz (B.N., français 18908, f° 82 r° - 83 V°) ; édité par P. Marot dans la Bibliothèque de l'École des Chartes, t. CII (1941), pp. 141-155 : « Item, demande satisfaction et amendise de ce que la cité a par force de menace et constraint ses subgetz de les non vouloir lasser rappeller a Arles le Blanc de jugement ou santances de Mets pourtant que desdict appel il doit avoir la cognoissance ad cause de la seigneurie de ladicte Arle que luy appartient ». Arles-le-Blanc est bien Arles-sur-Rhône, considéré ici comme capitale du royaume de ce nom. Sur ce toponyme, fréquemment utilisé dans les chansons de geste, cf. Histoire littéraire de la France, t. XXXVIII (1949), pp. 609 n. 1 et 666.

27 J. Schoos, Der Machtkampf zwischen Burgund und Orleans unter den Herzôgen Philipp dem Kühnen, Johann ohne Furcht von Burgund und Ludwig von Orleans (Publications de la Section historique de l’Institut G.-D. de Luxembourg, vol. LXXV), Luxembourg, 1956.

28 L'histoire de la formation territoriale dans ses divers aspects a été renouvelée par les études publiées dans Vorträge und Forschungen, XIII (1970) et XIV (1971), sous le titre général Der deutsche Territorialstaat im 14. Jahihundert ; les articles suivants se rapportent plus particulièrement à la région étudiée ici :
R. Laufner, Die Ausbildung des Territorialstaates der Kurfürsten von Trier, pp. 127-146.
A. Gerlich, Rheinische Kurfürsten im Gefüge der Reichspolitik des 14. Jahrhunderts, pp. 149-169.
M. Schaab, Die Festigung der pfälzischen Territorialmacht im 14. Jahrhundert, pp. 171-197.
L'article plus ancien de L. Petry, Das politische Kräftespiel im pfälzischen Raum vom Interregnum bis zur französischen Revolution, Rheinische Vierteljahrsblätter, 20 (1955), pp. 80-111, donne des cartes très utiles sur la Hesse, p. 86, les territoires rhénans en 1466, p. 100, et la politique badoise, p. 101.

29 Le mouvement réformiste qui réclamait la réorganisation de l’Empire a été analysé dans B. Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, 8e éd. sous la direction de H. Grundmann, Stuttgart, 1954-1955, t. 1, pp. 551-555, 579-583, 683-684 ; t. II, pp. 322-327.
Pour Thierry de Niem, la meilleure étude d’ensemble est celle de H. Heimpel, Dietrich von Niem, Munster/W., 1932 ; pour les sujets évoqués ici, voir pp. 160-161.
Reformatio Sigismundi, c. 17, éd. K. Beer, Die Reformation Kaiser Sigmunds, Beiheft zu den Deutschen Reichtagsakten, 1933, p. 131.
Parmi les ouvrages récents, H. Angermeier, Königtum und Landfriede im deutschen Spatmittelalter, Munich, 1966, 592 pages.

30 A.M. et P. Bonenfant, op. cit., Le Moyen Age, t. XLV (1935), p. 12.

31 H. Grueneisen, Die westlichen Reichsstände in der Auseinandersetzung zwischen der Reich, Burgund und Frankreich bis 1473, Rheinische Vierteljahrsblätter, 26 (1961), pp. 22-77.

32 J. Richard, Les débats entre le roi de France et le duc de Bourgogne sur la frontière du royaume à l’Ouest de la Saône : L’enquête de 1452, Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des Travaux historiques et scientifiques (Année 1964), Paris, 1967, pp. 113-132, le texte cité p. 120.

33 H. Stein, op. cit., Bibliothèque de l'Ecole de Chartes, 98 (1937). pp. 37-40.

34 H. Grueneisen, art. cit., p. 35 : « ... ac tibi vicariatum imperii in terris gallicanis ultra Rhenum concedere statuisse ».

35 H. Stein, op. cit., pp. 339-341, publie le texte de la convention établie entre Frédéric et Charles le Téméraire à la date du 7 novembre 1473, à Trêves.

36 Cité d’après la Chronique de Lorraine, éd. L. Marchal (Recueil de Documents sur l’histoire de Lorraine, 5), Nancy, 1859, p. 202.
Le récit de la chronique est confirmé par la lettre d’un ambassadeur milanais présent à cette séance des Etats généraux ; cf. Ch. Pfister, Histoire de Nancy, t. I (Nancy, 1902), pp. 698-699.

37 Voir J. Bartier, Charles le Téméraire, Bruxelles, 1944, p. 234.

38 M.A. Arnould, L’empereur Maximilien songea-t-il à ériger les Pays-Bas en royaume ?, Revue de l’Université de Bruxelles, XLI (1935-1936), pp. 263-285, a montré le peu de consistance du projet de 1508, qui aurait proposé de grouper les biens héréditaires de la Maison d’Autriche et la Franche-Comté en un royaume ; voir notamment les conclusions p. 277.

39 P. Bonenfant, Les projets d'érection, p. 168.

40 Br. Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, 8e éd., t. I (Stuttgart, 1955), pp. 322-323.

41 A. Diehl, Heiliges römisches Reich deutscher Nation, Historische Zeitschrift, 156 (1937), notamment pp. 472 et 475, où Charles le Téméraire est qualifié de « Verwüster Tutscher Zung ».
La capitulation électorale de 1519 éditée dans Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Karl V, t. I, n° 387, pp. 864-876, voir notamment l’art. 3 (p. 866) « erlich regiment mit... redlichen personen Teutscher Nation » ; art. 15 (pp. 870-871), les officiers de la cour et de l’administration « kainer andem nation dan geborn Teutschen » ; art. 16 (p. 871), usage de l’allemand et du latin.

42 W. Andreas, Deutschland vor der Reformation, 5e éd., Stuttgart, 1948, pp. 230-231.

43 Cité par P. Marot, Les voyages de Gilles le Bouvier en Lorraine en 1450..., Le Moyen Age, t. 37 (1927), pp. 280-293, le passage visé p. 283.

44 Br. Gebhardt, Handbuch, II, pp. 12-13 ; W. Andreas, op. cit., pp. 229-230.

45 H. Plrenne, Histoire de Belgique, t. III, 2e éd., Bruxelles, 1912, pp. 139-142.

46 Ibid., p. 142.

47 R. Parisot, Histoire de Lorraine, t. I, Paris, 1919, pp. 360-366.

48 Archives communales de Metz, AA 10, pièce 51. Le document est analysé et replacé dans son contexte messin par H. Tribout DE Morembert, La Réforme à Metz. I. Le Luthéranisme, 1519-1552 (Annales de l'Est, Mémoire n° 36), Nancy, 1969 ; voir pp. 87-93 ; les citations pp. 91-92.

49 Histoire de Metz, t. VI (Metz, 1790), p. 770 ; dans l'acte notarial dressé à l'occasion de l'entrée de Charles Quint à Metz en janvier 1541. L’autre passage, ibid., p. 768, dans les instructions données aux représentants des magistrats députés auprès des membres du clergé.

50 Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Karl V, t. VII, 1 (Stuttgart, 1935), pp. 862 et n. 2.

51 Ibid., p. 1366 : Conclusions de la Commission chargée d’examiner les suppliques présentées à la diète ; le procureur fiscal impérial demande des instructions : « ... dem Kaiserlichen stathalter und Regiment zu befelhen, auch zu beratschlagen, wie es der fiskal mit den welschen stenden halten solle, als nemlich Sophey, prinz von Kalin (Chalon), herzog zu Lottringen, bischof zu Vollnsan (Lausanne), bischof zu Gengf, bischof zu Tol, bischof zu Metz, bischof zu Verdun. Dan soll man gegen inen handeln mit der scherpf der acht und privirung irer regalien, mocht man sie vom reich gar verscheichen und vertreiben, das sie sich an ain ander herschaft ergeben. Soll man dan gegen inen nichts furnemen, so bringt es auch kein nutz und werden die anschlege dem reich entzogen ».
Voir ibid., pp. 1360-1364 l'état des membres défaillants où le procureur fiscal recommande de ne pas précipiter la procédure du bannissement contre les Messins, la raison donnée (p. 1364) : « ... etwievil der stat obrist bi den welschen herrn dienstgelt haben und die stat etwas nach bi den grenzen ksl. m. widerwertigen ligen, hab ich die acht zu pitten bis itzo underlassen, damit ich nit ursach geb, die stat sich an ander herschaften verfugte... ».

52 C’est le titre du mémoire de N. de L'Escur, cité n. 55.

53 Ce mémoire, f° 452.

54 Mémoire de 1541-1542, Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 416, f° 47-51, édité par H. Lepage dans Recueil de documents suc l’histoire de Lorraine (I), Nancy, 1855, pp. 195, 199-210.

55 Sur le plus ancien de ces traités, l’étude de P. Marot, La brève généalogie du duc de Lorraine René II (1504-1505), Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine, 39 (1930), pp. 95-126 ; il s’agit d'un mémoire anonyme conservé à la Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 679.
Sous le règne d'Antoine (1508-1544), cette littérature est particulièrement abondante :
Symphorien Champier, Le recueil ou cronicques des hystoires des royaulmes d’Austrasie ou France orientale dite a present Lorraine, Nancy, 1510 ;
Nicolas Volcyr, Cronicque abregee par petis vers huytains des empereurs, roys et ducz d'Austrasie.... Paris, 1530 ;
Edmond du Boullay, Les généalogies des très illustres et très puissans princes, les ducz de Lorraine, marchis.... Paris, 1549.
Sont restés manuscrits :
Nicolas de L’Escut, Pour deffention de l'exemtion, franchise et liberté de la duchié de Lorraine, daté du 16 novembre 1536, Bibl. Mun. Nancy, ms. 179, fos 438-452 ;
Jean d'Aucy, Epitome des gestes de soixante-trois ducs de Lorraine, depuis Lother jusques a present, dont l’original vient d’entrer récemment à la Bibl. Mun. de Nancy, ms. 1696.
On n’a pu retrouver jusqu’ici l’ouvrage d’Alberic Briel, Discours sur l'ancienneté et souveraineté du duché de Lorraine, signalé par Dom Calmet, Histoire de Lorraine, 2e éd., t. IV, La Bibliothèque Lorraine, Nancy, 1751, c. 168-169. Les arguments historiques sont utilisés dans les procès soutenus devant le Parlement de Paris ; il en est deux dont les dossiers sont mieux connus ;
H. Stein et L. Le Grand, La frontière d'Argonne (843-1659). Procès de Claude de la Vallée (1535-1561), Paris, 1905 ;
J. Rigault, La frontière de la Meuse. L’utilisation des sources historiques dans un procès devant le Parlement de Paris en 1535, Bibl. de l'Ecole des Chartes, 106 (1945-1946), pp. 80-99, notamment la plaidoire de l’avocat Longueval pour le chapitre de Toul, pp. 93-99.

56 D’après les documents étudiés par J. Schneider, Notes sur quelques documents concernant les cités lorraines au moyen âge, Revue historique de la Lorraine, 87 (1950), pp. 37-40.

57 L. Davillé, Les prétentions de Charles III, duc de Lorraine, à la couronne de France, Paris, 1908.

58 L'ouvrage de R. Gaguin a été imprimé quatre fois de 1495 à 1501, puis diverses reprises au xvie siècle, avec des additions. Une traduction française par Pierre Desrey parut peu après 1514. Pour l’utilisation de Gaguin, voir par exemple les textes édités par H. Stein et L. Le Grand, La frontière d’Argonne, p. 168 (plaidoirie pour le duc de Lorraine devant le Parlement de Paris).

59 D’après un mémoire de 1532, édité par O. Winckelmann dans son article cité n. 65, p. 199. Mais l'argument se retrouve souvent sous la plume des légistes lorrains.

60 M.A. Arnould, art. cit., p. 265.

61 S. Champier, op. cit. [f° 10 r°] ; N. Volcyr, op. cit., f° 4 v°.

62 E. du Boullay, op. cit., f° b 1.

63 A. Calmet, Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, 1re éd„ t. III, Nancy, 1728, preuves, c. 391-393, les traités avec François Ier ; le passage visé c. 393.

64 Ibid., c. 393-398.

65 Les négociations préparatoires au traité de Nuremberg ont été étudiées, d’après un dossier des archives de Vienne, par O. Winckelmann, Beiträge zur Geschichte der staatsrechtlichen Beziehungen Lothringens zum Reich im 16. Jahrhundert, Jahrbuch der Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde, II (1890), pp. 185-213, avec un complément de G. Wolfram, Die lothringische Frage auf dem Reichstage zu Nürnberg und dem Tage zu Speier, ibid., pp. 214-230 ; E. Duvernoy, Recherches sur le traité de Nuremberg de 1542, Annales de l’Est, 1933, pp. 153-170, a souligné l'intérêt de Charles-Quint à conclure cette convention.

66 Description tirée du récit des nobles irlandais en fuite vers l'Italie, en 1608 ; ils passèrent à Nancy, les 8, 9 et 10 mars de cette année ; texte gaélique et traduction anglaise publiés dans T. O’Clanaln, The Flight of the Earls, edited from the author's manuscript with translation and notes by Rev. Paul Walsh, M.A„ Dublin, 1916 ; le passage cité au § LXVII, pp. 82 et 83.

67 Selon les documents publiés par P. Marot, L'expédition de Charles VII, p. 149.

68 C. Le Bret, Traité de la souveraineté du roi, de son domaine et de sa couronne, Paris, 1632.

69 J. Huizinga, L’Etat bourguignon, ses rapports avec la France et les origines d’une nationalité néerlandaise, Le Moyen Age, t. XC (1930), p. 28. et t. XLI (1931), pp. 11-35. — Burgund : Eine Krise des romanisch-germanischen Verhältnisses [1933], Darmstadt, 1967, 55 pages,
J. Lejeune, Liège et son pays. Naissance d'une patrie ( xiiie -xive siècles) (Bibl. Fac. Philosophie et Lettres de Liège, fasc. CXII), Liège, 1948.
O. Vasella, Vom Wesen der Eidgenossenschaft im 15. und 16. Jahrhundert, Historisches Jahrbuch, 71 (1952), pp. 165-183.

70 A titre indicatif, quelques références :
E. Longin, La nation comtoise, Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon. Procès-verbaux et mémoires, années 1915-1918, Besançon, 1919, pp. 200-234.
M. Chaume, Le sentiment national bourguignon de Gondebaud à Charles le Téméraire, Mémoires de l’Académie de Dijon, Recueil mensuel, année 1922, pp. 195-260.
E. Martin Saint-Léon, Les sociétés de la nature. Etude sur les éléments constitutifs de la nation française, Paris, 1930.
P. Marot, Le patriotisme lorrain et le mouvement historique à Nancy au dix-neuvième siècle, Mémoires de l'Académie de Stanislas, 6e série, t. XXXII (1934-1935), pp. LXV-LXXXVI.
Ch. Aimond, Essai sur le caractère et le génie lorrain, Bar-le-Duc, s.d. [1957] ; du même auteur, Histoire des Lorrains. Essai sur leur vie politique, sociale, économique et culturelle, Bar-le-Duc, 1960. Dans le premier de ces ouvrages, pp. 117-122, la conclusion intitulée « le génie lorrain », et, plus nuancée, la conclusion du second, notamment les pp. 507-523 : « Dans quelle mesure aux temps modernes et contemporains, le patriotisme français a-t-il pris la place du patriotisme lorrain, si celui-ci a jamais existé » (p. 508).
H. Elie, Réflexions sur l'histoire de Lorraine, Paris, 1961 ; « Chaque fois qu'un des tronçons de la Lotharingie s’est vu investi d'une puissance accrue, il s’est, en effet, emparé à nouveau de cette idée si ancienne et pourtant toujours nouvelle » (p. 20) ; « La persistance de celle (idée-force) de Lotharingie est plus étonnante, étant donné la faible durée du royaume de Lothaire. Il faut croire cependant qu’elle était dans la nature des choses, en dépit des conditions géographiques, puisque depuis lors les membres épars de ce royaume éphémère du petit-fils de Charlemagne ont à diverses reprises cherché à se ressouder » (p. 19).
A propos de l'ouvrage de L. Leclère, La question d’Occident. Les Pays d'Entre-Deux de 843 à 1921 : Régions rhodaniennes, Alsace et Lorraine, Belgique et Rhénanie, Bruxelles, 1921, le compte rendu de F.L. Ganshof, Bulletin Philologique et Historique (Bruxelles), t. 2 (1921), pp. 35 sv., n’a pu être consulté.
La légende de Guillaume Tell a inspiré l’essai de M. Frisch, Wilhelm Tell für die Schule, s.l.n.d. (Francfort/Main, 1971), 125 pages.

71 Histoire de France, dir. par E. Lavisse, t. I, 1re partie, Tableau de la géographie de la France, par P. Vidal de la Blache, Paris, 1903, pp. 245-246.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search